La démarche palliative

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La démarche palliative"

Transcription

1 MID Soins palliatifs Item 69 : Prise en charge des symptômes Les soins palliatifs : Prise en charge des symptômes Josyane Chevallier, Chantal Pascal Unité Mobile de Soutien et de soins Palliatifs (UMSP) DCEM II Faculté de Médecine de Montpellier La prise en charge palliative : Le symptôme avancé Évaluation pluridisciplinaire Climat de confiance : soignant-soigné-entourage Identifier le problème Démarche décisionnelle Objectifs des soins et des traitements Réévaluer en équipe 2 La démarche décisionnelle Étape 1 : Quelle est le problème aujourd hui et quelle est la question formulée? La vraie! Étape 2 : Quel est le contexte? Maladie, Malade et souffrance, Malade et projet Étape 3 : Que pouvons nous faire? sur Maladie,, Projet_Avec Qui, Quoi? Étape 4 : Que devons nous faire? Prise de décision aujourd hui Étape 5 : Évaluation des effets de la prise de décision 3 ETAPES 1 Question 2 Contexte 3 Choix 4 Actions 5 Évaluation Phase de la Maladie C, P, T Traitements? Les décisions possibles 1, 2, 3 (Au moins 3 scénarios possibles) Actions sur la phase de la maladie Quel est le problème aujourd hui? Le Malade et sa maladie Quelle souffrance? Action sur la souffrance LA DÉCISION AUJOURD HUI Le Malade et ses désirs L'Entourage Action /aux désirs du Patient, Entourage? RESSOURCES L'équipe pluridisciplinaire Connaissance, Compétence, Discussions Médical, Technique Économique Juridique Déontologique Moral Les soignants, Acteurs, Moyens, Conséquences? Conséquences directes et indirectes, A court, Moyen et Long Terme, Pour le patient, l entourage, les acteurs, l institution, la société 4

2 LES CONDITIONS NÉCESSAIRES À LA DÉMARCHE PALLIATIVE La démarche palliative Accepter que le patient soit la norme Reconnaître l autre (équipe, patient, famille) dans sa compétence Pluri- et interdisciplinarité Créer l espace nécessaire au dialogue Avoir une réelle compétence professionnelle - évaluation - écoute Climat de vérité 5 LE CONSENTEMENT C est une décision prise volontairement et sans contrainte par une personne qui est en mesure de prendre des décisions, compétente et autonome elle-même, après avoir reçu une information adéquate et après y avoir réfléchi. 6 Cas clinique 1 : YVAN, 22 ans Hospitalisé pour des rectorragies, à l age de 22 ans, on découvre chez Yvan un cancer du colon avec des métastases hépatiques et pulmonaires droites. Il est opéré en 2 temps, de son sigmoïde et d'une métastase hépatique (après la colectomie, il est mis en place une colostomie définitive) puis de ses métastases pulmonaires droites après avoir été traité par chimiothérapie et radiothérapie. Peu de temps après sa sortie de chirurgie thoracique, il fait un pneumothorax à domicile alors qu il est seul. Il appelle lui-même son médecin traitant. Il est réhospitalisé. Il évoque ce jour-là sa crainte de mourir étouffé. Il a une compagne et une petite fille de 3 ans. Deux ans et demi se sont écoulés depuis l intervention thoracique. Yvan est suivi régulièrement, il a souhaité reprendre le travail malgré l évolution de la maladie et ses complications. Il a demandé d arrêter les traitements spécifiques puisque ceux-ci étaient épuisants alors 7 qu'ils ne pouvaient pas le guérir. Cas clinique 1 : YVAN, 22 ans Il a présenté des douleurs, abdominales, thoraciques hépatiques qui sont traitées par des morphiniques (SKENAN 600 mg par jour, avec des interdoses d ACTISKENAN de 30 mg possible), des antispasmodiques à la demande, des cures courtes de corticothérapie et enfin par l association «LAROXYL RIVOTRIL» pour la composante cœliaque apparue récemment. Il est bien calmé avec ce protocole Il est admis en urgence pour toux violentes, vomiques purulentes. A l examen, le poumon droit est totalement muet, le poumon gauche n est perceptible qu au niveau du lobe supérieur gauche. Ceci est confirmé par la radiographie pulmonaire, les deux plages pulmonaires sont blanches à l exception du lobe supérieur gauche. L aire hépatique occupe les ¾ de l abdomen. Yvan est épuisé, inquiet, très dyspnéique. Quelle évaluation faites vous de la situation, que proposez vous et comment? 8

3 Corrigé Cas clinique 1 : YVAN, 22 ans Quelle question : traitement spécifique ou non? Évaluation de la situation Maladie malade Désirs malade On sait au phase palliative Signification des symptômes, diagnostics possibles Dyspnée, épuisement, fatigue Parole antérieures, arrêt trait. On sait pas Curatif possible? Évaluation précise, orientée Aujourd'hui? Où chercher Faire un bilan? Avis des Cancéro., Chir. Lui, Soignants du domicile, famille Lui, famille Que faire aujourd'hui? Les différentes possibilités, les avantages/inconvénients pour le malade, son entourage, les soignants Symptômes à prendre en charge : infection, dyspnée, toux, anxiété, épuisement (fatigue, dépression). Se préoccuper de la famille 9 Penser à Comment évaluer la décision prise? Cas clinique 2 : Danièle, 45 ans Danièle a 45 ans, elle est divorcée avec une histoire difficile de procès et vit avec sa fille de 15 ans. Elle est professeur de lycée. La mère de Danièle est morte il y a 20 ans d un cancer du sein. Son père a 92 ans et vit dans le nord. Elle est la cinquième d une fratrie de 6 enfants Il y a quatorze ans, on a découvert chez elle un cancer du sein droit qui a été opéré 2 fois et pour lequel elle a été traitée par chimio et radio thérapie. Il y a 6 ans, le cancer a redémarré mais elle l a laissé évolué sans consulter. Actuellement le cancer est en phase très évoluée avec des métastases pulmonaires, hépatiques et osseuses douloureuses, une plaie béante à la peau et plusieurs nodules de perméation sur l autre sein. Elle vient consulter en chirurgie pour douleurs, ascite et essoufflement. Dans un premier temps, elle refuse l examen de la plaie dont il se dégage une odeur nauséabonde, puis se laisse faire. 10 Cas clinique 2 : Danièle, 45 ans Elle souffre essentiellement de ses métastases rachidiennes et décrit des douleurs lombaires avec irradiation sciatique à type de coup de poignard. Elle prend du Doliprane de temps en temps. Elle refuse toute hospitalisation, sa fille rentre en seconde et elle veut être auprès d elle pour cette nouvelle étape. Quelle évaluation faites-vous de la situation, que proposez vous et comment? 11 Corrigé Cas clinique 2 : Danièle, 45 ans Quelle question : traitement spécifique ou non? Évaluation du refus de soin Évaluation de la situation Maladie malade Désirs malade On sait au phase palliative Signification des symptômes, diagnostics possibles Classer les symptômes Refus de soins initial, mais consulte en chirurgie On sait pas Curatif possible? Évaluation précise, orientée Comment progresser Aujourd'hui? Où chercher Proposer un bilan? Avis des Cancéro., Chir. Elle, Soignants du domicile, famille Elle (dialogue, mise en confiance, famille Que faire aujourd'hui? Avec Avis de la malade et entourage. Les étapes possibles Les différentes possibilités, les avantages/inconvénients pour la malade, son entourage, les soignants. Symptômes à prendre en charge : Douleurs osseuses et névralgiques, essoufflement, ascite, plaies, état psychologique. Se préoccuper de la famille Penser à Comment évaluer la décision prise? 12

4 Corrigé Cas clinique 2 : Danièle, 45 ans Attitude Écoute : soutien, recueil des désirs, évaluation du phénomène de rejet (bien que consultation spontanée en chir. Pourquoi?) Observation clinique : évaluation de la douleur (siège, type, intensité, répercussion), évolution de la maladie Recueil de données de la situation globale, physique, psychique, sociale, spirituelle Positionnement de la famille Propositions Hospit. de jour ou consult. régulière, ou lien avec les libéraux Assistante sociale, psychologue pour elle, sa fille, à proposer ultérieurement, à garder en tête Traitements Douleur En fixe, les paliers II ou III suivant volonté de la patiente +/- interdoses. Les coantalgiques. Lien avec les libéraux. Réévaluation Traitement Local Pansement, charbon, métronidazole Chirurgie de propreté, recueil du désir? Ascite Traitement de la maladie Chimio et radiothérapie? 13 Cas clinique 3 : Madame J. 47 ans Madame J. a 47 ans, elle est comptable. Elle est mariée, son mari est artisan. Elle a une fille de 13 ans, et un fils de 26 ans d un premier mariage. Depuis 9 ans, elle est suivie pour un cancer du col utérin et ses complications. Elle a été traitée par radio et chimiothérapie. Elle a subi plusieurs interventions chirurgicales, une hystérectomie élargie puis une pelvectomie postérieure puis un curage ganglionnaire et enfin une intervention pour occlusion intestinale où on retrouve un grêle et une vessie radiques. Depuis le curage elle présente un œdème du membre inférieur droit qui diminue son autonomie de façon progressive. La malade parle clairement de la maladie mais a toujours une lueur d espoir. Elle pleure en évoquant le devenir de sa fille si jeune qui a besoin d elle. Il faut donc qu elle tienne le coup, même si elle se sent très découragée par le rapprochement de toutes ses dernières réhospitalisations. 14 Cas clinique 3 : Madame J. 47 ans Elle est réhospitalisée pour un syndrome occlusif, elle présente un état général très altéré, une dyspnée et un œdème généralisé et son membre inférieur droit est suintant et purulent. Les douleurs abdominales et lomboradiculalgiques du membre inférieur droit, qui sont traitées par DUROGESIC 100 mcg/h et NEURONTIN 300 mg X 3, sont stabilisées pendant le jour mais sont devenues insupportables la nuit. Quelle évaluation faites-vous de la situation, que proposez vous et comment? Corrigé Cas clinique 3 : Madame J. 47 ans Quelle question : traitement spécifique ou non? Évaluation de la situation On sait On sait pas Maladie malade Désirs malade au phase palliative Signification des symptômes, diagnostics possibles Occlusion, oedèmes, plaies MI, douleurs nocturnes, anxiété? état général Paroles antérieures, sa fille Curatif possible? Plusieurs interventions mais quelle cause aujourd'hui? Évaluation précise, orientée Aujourd'hui? Où chercher Faire un bilan? Avis des Cancéro., Chir. Elle, Soignants, famille Lui, famille 15 Que faire aujourd'hui? Avec Avis de la malade et entourage Les différentes possibilités, les avantages/inconvénients pour le malade, son entourage, les soignants Symptômes à prendre en charge : Occlusion, oedèmes, plaies MI, douleurs nocturnes, anxiété?état général Se préoccuper de la famille 16 Penser à Comment évaluer la décision prise?

5 Corrigé Cas clinique 3 : Madame J. 47 ans Cas clinique n 4 : Madame C. Évaluation de la situation Évolution de la maladie Douleur (type, intensité, siège, répercussion) Œdème du MI Accentuation de la dépendance Famille (communication) Proposition de prise en charge Écoute, recueil des désirs Projet de soins Douleur produits de palier III, interdoses et coantalgiques Drainage lymphatique et Évaluation Kiné de l'autonomie Traitement anxiolytique? Lien avec famille, aide à l'annonce, prise en charge : Ass. Sociale, Psycho. Madame Christine a 69 ans. Depuis 4 ans, elle est suivie pour un adénocarcinome du colon pour lequel elle a été opérée. Elle a été traitée ensuite par 27 cures de chimiothérapie et quelques séances de radiothérapie sur des métastases osseuses. Elle est mariée et a un fils marié. Au cours de cette évolution, madame Christine vivait à domicile, suivie par le médecin cancérologue, elle n'a pas de médecin traitant. Elle était bien entourée par son mari et sa belle-fille, physiothérapeute. Elle était très soutenue et stimulée par tous dans une optique de traitement à visée uniquement curative. Au cours de sa dernière hospitalisation pour fièvre persistante, asthénie et vomissements, un bilan a été réalisé montrant la progression de sa maladie (scanner, marqueurs) et des perturbations biologiques (hypercalcémie, hypoalbuminémie), pas de localisation infectieuse. Un traitement palliatif est mis en place : hydratation et traitements par voie veineuse, une sonde urinaire à demeure et un traitement par une héparine sous cutanée est débuté. Le retour à domicile s est fait au bout de quelques jours à la demande de la patiente. Une infirmière est appelée pour les soins. Réévaluation Cas clinique n 4 : Madame C. Au bout de quinze jours, la situation s aggrave : la patiente ne s'alimente plus, elle ne va plus à la selle depuis son hospitalisation, elle est nauséeuse, elle alterne entre somnolence et hyper-anxiété, elle est algique à la mobilisation. Il est vendredi et elle ne peut pas être reprise à la clinique avant la semaine suivante, la patiente veut rester à son domicile et la famille veut une hospitalisation seulement dans sa clinique habituelle pour tenter un traitement curatif et la remettre sur pied. L'infirmière, sollicitée par la malade et la famille fait appel au médecin le plus proche. Quelle évaluation faites-vous de la situation, que proposez vous et comment? 19 Corrigé Cas clinique n 4 : Madame C. Quelle question : maintien à domicile ou non? Évaluation de la situation Maladie malade Désirs malade On sait Cancer évolutif Hospit précédente, palliatif Constipation, anorexie, nausées, douleurs troubles cognitifs Veut rester à dom. Pas la famille On sait pas Occlusion ou non Évaluation précise, orientée Est-ce possible peut-on anticiper, que pense la famille après contact avec le cancéro Où chercher Prendre con tact avec cancéro. Faire le point complet de la situation, avec elle, famille IDE Elle, famille Que faire aujourd'hui? Symptômes à prendre en charge : douleurs, nausées, constipation ou occlusion, hydratation ou nutrition, anxiété, etc. Les différentes possibilités, les avantages/inconvénients pour le malade, son entourage, les soignants, Faire le point avec la malade dialoguer avec la famille Penser à Comment évaluer la décision prise? 20

6 Corrigé Cas clinique n 4 : Madame C. Contenu du cas clinique Tableau clinique : cancer évolutif Diagnostic : phase palliative terminale Problèmes posés : maintien à domicile, prise en charge des symptômes, information et soutien de la famille, accompagnement de la malade et de la famille Discussion autour du cas tenant compte : De la volonté du malade et de ses proches De la possibilité de discussion avec les personnes ressources, cancérologue et infirmière Objectifs différencier la phase palliative et la phase curative reconnaître les symptômes à prendre en charge surveiller et anticiper l'apparition des autres symptômes (douleur) identifier la phase de déni de la famille envisager la prise en charge de la famille envisager le soutien du malade poser les bases de la réflexion éthique pluridisciplinaire avec le malade et Le Soulagement des Symptômes en Phases Palliative et Terminale Évaluer l importance du symptôme pour le patient (Évaluation et Pluridisciplinarité) Prévenir l apparition du symptôme (Anticipation) Chercher la cause et la traiter (Précision) Traitements : simple, voie orale, rapport bénéfice / risque (Démarche décisionnelle) Prévenir les effets secondaires (Anticipation) Évaluer l efficacité (Évaluation et Pluridisciplinarité) son entourage Les Symptômes : Surveillance, Vigilance et Anticipation et Évaluation Fatigue!!! État de la Muqueuse Buccale!!! Troubles digestifs : Vomissements, Constipation Escarres et état de la Peau Dénutrition!!! Anxiété / Dépression!!! Douleur Autres symptômes 23 LA DOULEUR et ses traitements : Règles de base Privilégier la voie orale Prescriptions à horaires fixes Possibilités d interdoses Prescription minutieuse et personnalisée Explication précise et sincère de la prescription au malade et/ou à son entourage Réévaluation régulière Traiter la cause 24

7 Traitement de la douleur : Paliers de l OMS et Co-Antalgiques ANTALGIQUES en PALIER III PALIER III Morphine,Skenan, Moscontin, Durogésic, Oxycontin, Oxynorm, Sophidone, Actiq PALIER II bis Temgesic, Nubain PALIER II Codoliprane,Efferalgan codéiné, Diantalvic,Topalgic, Contramal PALIER I Efferalgan, Doliprane AUTRES ANTALGIQUES et/ou CO-ANTALGIQUES Libération prolongée MOSCONTIN, SKENAN, KAPANOL OXYCONTIN DUROGESIC SOPHIDONE Libération immédiate SEVREDOL, ACTISKENAN OXYNORM, EUBINE ACTIQ Morphine injectable Co-antalgiques et autres antalgiques Antalgiques nociceptifs Opioïdes : effets secondaires Constipation (99%) constante Nausées, vomissements (30%), somnolence (60%) dysphorie (20%), cauchemars, rêves éveillés (20%) : transitoires (3 à 7 jours) Rétention urinaire, sueurs, hypotension : rares Myosis : surveillance Myoclonies, soubresauts, confusion durable : rechercher un début de surdosage Opioïdes : surdosage Vomissements, clonies, sédation et confusion durables, myosis punctiforme» diminution des doses (20 à 30%) Dépression respiratoire» naloxone (Narcan )une ampoule de 0,4 mg dans 10 ml injectée ml par ml en I.V. jusqu à fréquence normale puis surveillance durée d action I.V Min., I.M. 2-3 H

8 La Rotation des Opioïdes et ses principes Passage d un opioïde à un autre à dose équianalgésique Efficacité optimale pour effets secondaires minimums Effets secondaires : confusion mentale, hallucinations, myoclonies, nausées, constipation résistante Épuisement des effets de l opioïde 29 Arsenal Thérapeutique et Équivalences de la Rotation des Opioïdes Équivalences Sur 24 heures 20mg morphine I.V. 30 mg de morphine S.C. Méthadone 15 mg (morphine<100mg) orale ou Méthadone 10 mg (morphine>100mg) 60 mg de morphine orale 25μg / h de Fentanyl 8 mg de Hydromorphone 20 mg de Oxycodone Méthadone L.I. (3 fois/j) MOSCONTIN L.P.(12h) SKENAN L.P. (12h) KAPANOL L.P. (24h) SEVREDOL L.I. ACTISKENAN L.I. DUROGESIC L.P. (72 h) ACTIQ L.I. SOPHIDONE L.P. (12h) OXYCONTIN L.P. (12h) OXYNORM L.I. EUBINE L.I. (suppos) 30 LA DOULEUR PERSISTE LES TYPES DE DOULEUR Doses insuffisantes de Morphine psychologique intriquée Vomissement Pas observance du traitement La douleur n'est pas seulement nociceptive, Il faut une co-analgésie Par Excès de Nociception Par Désafférentation Psychogène 31 32

9 LA SOUFFRANCE : Total pain Retour à domicile ou maintien à domicile «la douleur totale, c est la douleur morale, physique, spirituelle et sociale» Cicely Saunders Physique Sociale Totale Psychologique Spirituelle Consentement du patient Consentement de la famille Évaluation de la faisabilité au niveau de l entourage et des conditions matérielles Retour/Maintien à domicile : évaluation des besoins De la personne malade : matériel médical, confort, prescription, prévention, anticipation De la personne malade à son domicile : aide ménagère, garde malade, portage de repas, téléalarme De son entourage : information, éducation,soutien, aide financière Retour/Maintien à domicile : les intervenants Médecin traitant Infirmière Pharmacien Autres soignants Aide à domicile Assurance maladie, mutuelle Bénévoles 35 36

10 Retour/Maintien à domicile : le fonctionnement Retour/Maintien à domicile : A l impossible nul n est tenu mais Volontariat malade, famille, soignants Information régulière malade et famille : prévenir les situations de crises Coordination des différents acteurs (réseau) Communication entre les divers Professionnels : transmissions écrites et orales Lien avec l institution pour aide à la prise décision et une éventuelle hospitalisation 37 Contre indications au retour Refus du malade ou de sa famille ou de son équipe soignante du domicile Les limites du maintien L épuisement des acteurs Le sentiment d insécurité du malade et de son entourage Les symptômes extrêmes Les risques de complications spectaculaires chacun est tenu de questionner cet impossible 38

ONCOMEL Le 15 novembre Dr Neu Jean-Charles USP Polyclinique du Bois

ONCOMEL Le 15 novembre Dr Neu Jean-Charles USP Polyclinique du Bois ONCOMEL Le 15 novembre 2016 Dr Neu Jean-Charles USP Polyclinique du Bois Complexité du domicile Complexité par elle-même de la maladie cancéreuse! Contexte social et familial Disponibilité des soignants

Plus en détail

Souffrance et douleur en fin de vie. Dr Sophie Pugliese Unité de Soins Palliatifs Consultation douleurs chroniques Hôpital J.

Souffrance et douleur en fin de vie. Dr Sophie Pugliese Unité de Soins Palliatifs Consultation douleurs chroniques Hôpital J. Souffrance et douleur en fin de vie Dr Sophie Pugliese Unité de Soins Palliatifs Consultation douleurs chroniques Hôpital J. Ducuing Toulouse Notion de souffrance totale Différentes douleurs Les traitements

Plus en détail

PRINCIPES GENERAUX Dr REVNIC, Unité de Soins Palliatifs, Hopital Jean Jaurès, Paris 19

PRINCIPES GENERAUX Dr REVNIC, Unité de Soins Palliatifs, Hopital Jean Jaurès, Paris 19 PRINCIPES GENERAUX Chercher la cause de la douleur Soulager une douleur aiguë avant qu elle ne se chronicise Débuter le traitement par la voie d administration la plus simple Différencier les douleurs

Plus en détail

Les traitements de la douleur. Docteur Anne Rohan, EMASP Docteur Sophie Saizy-Callaert, Pharmacie Docteur Stéphanie Poullain-Termeau, Pharmacie

Les traitements de la douleur. Docteur Anne Rohan, EMASP Docteur Sophie Saizy-Callaert, Pharmacie Docteur Stéphanie Poullain-Termeau, Pharmacie Les traitements de la douleur Docteur Anne Rohan, EMASP Docteur Sophie Saizy-Callaert, Pharmacie Docteur Stéphanie Poullain-Termeau, Pharmacie 18 1 Plan Les traitements non médicamenteux La douleur neurogène

Plus en détail

Symptômes pénibles en soins palliatifs pédiatriques

Symptômes pénibles en soins palliatifs pédiatriques Equipe Ressource Régionale de Soins Palliatifs Pédiatriques Symptômes pénibles en soins palliatifs pédiatriques Dr Cyril LERVAT ERRSPP EIRENE Unité d oncologie pédiatrique COL Symptômes en soins palliatifs

Plus en détail

SURVEILLANCE ET UTILISATION DES OPIOIDES A DOMICILE

SURVEILLANCE ET UTILISATION DES OPIOIDES A DOMICILE SURVEILLANCE ET UTILISATION DES OPIOIDES A DOMICILE Marie-Dominique MOUILLEVOIS IDEL / IRD - Structure Douleur Chronique Hôpital Eugénie DU Douleur et Soins Palliatifs Master 2 Sciences cliniques en Soins

Plus en détail

Furosémide Aténolol Kardégic 75 Oméprazole Valsartan Pravastatine 40 Paracétamol Trinitrine Patch Vitamine D. Le traitement

Furosémide Aténolol Kardégic 75 Oméprazole Valsartan Pravastatine 40 Paracétamol Trinitrine Patch Vitamine D. Le traitement Cas clinique Mr C. 90 ans (né en mars 1916) Traité par chirurgie seule pour un adénocarcinome sigmoïdien le 6 septembre 2013 Un scanner de mars 2016 a montré des métastases ganglionnaires, suspicion de

Plus en détail

ANTALGIQUES DE PALIER III :

ANTALGIQUES DE PALIER III : ANTALGIQUES DE PALIER III : OXYCODONE, HYDROMORPHONE SPES / NEPALE Date : Protocole validé et réactualisé le 13/12/2013 Recommandations de l EAPC (European Association Paliative Care) : 1 «La Morphine

Plus en détail

Physiopathologie et classification

Physiopathologie et classification Réflexes On n associe pas 2 antalgiques du même palier OMS On n associe pas 2 morphiniques Toujours prendre en charge la douleur +++ Réévaluation régulière de l efficacité du traitement antalgique : EVA

Plus en détail

Le traitement médicamenteux de la douleur en soins palliatifs

Le traitement médicamenteux de la douleur en soins palliatifs Certificat interuniversitaire de soins palliatifs Université Catholique de Louvain Le traitement médicamenteux de la douleur en soins palliatifs Dr. Vincent Vandenhaute Cliniques de l Europe, Bruxelles

Plus en détail

Dossier. Question 1. Question 2 Que comporte le traitement spécifique de cette patiente?

Dossier. Question 1. Question 2 Que comporte le traitement spécifique de cette patiente? Dossier 1 Madame V, 60 ans est suivie depuis peu pour un cancer pulmonaire à petites cellules sans aucun signe de complications diagnostiqué lors d un bilan réalisé pour asthénie persistante. Il s agit

Plus en détail

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8.

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8. SOMMAIRE Ordonnance n 1 Remplacer un traitement antalgique de palier 2 par un antalgique de palier 3 Ordonnance n 2 Interdoses lors d un traitement par sulfate de morphine à Libération Prolongée (LP) Ordonnance

Plus en détail

car la balance bénéfice/risque est jugée négative Physiopathologie et classification

car la balance bénéfice/risque est jugée négative Physiopathologie et classification car la balance bénéfice/risque est jugée négative Réflexes On n associe pas 2 antalgiques du même palier OMS On n associe pas 2 morphiniques Toujours prendre en charge la douleur +++ Depuis juin 2009,

Plus en détail

> L HAD, en tant qu établissement de santé, est soumise à la certification, ce qui garantit au malade une offre de soins de qualité

> L HAD, en tant qu établissement de santé, est soumise à la certification, ce qui garantit au malade une offre de soins de qualité Cancer et domicile Définition de l HAD > L HAD est un établissement de santé et une alternative à l hospitalisation conventionnelle, qui permet d assurer au domicile du malade, des soins médicaux et paramédicaux

Plus en détail

Le traitement médicamenteux de la douleur en soins palliatifs

Le traitement médicamenteux de la douleur en soins palliatifs Certificat interuniversitaire de soins palliatifs Université Catholique de Louvain Le traitement médicamenteux de la douleur en soins palliatifs Dr. Vincent Vandenhaute Cliniques de l Europe, Bruxelles

Plus en détail

Les antalgiques. I. Définitions. II. Antalgiques de palier Paracétamol. 2. Aspirine et dérivés salicylés

Les antalgiques. I. Définitions. II. Antalgiques de palier Paracétamol. 2. Aspirine et dérivés salicylés Les antalgiques I. Définitions Antalgique = diminue la perception des sensations douloureuses -> Antalgique périphérique : action symptomatique au niveau de la lésion -> Antalgique central : action sur

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 10 novembre 2004 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de cinq ans par arrêté du 7 février 2000 (JO du 16 février

Plus en détail

GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES

GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES PEC Douleur OPC011.00D1 Version 1 du 25.09.08 NOUVEAUTE DE LA VERSION 1 : Création OBJET : Ce guide est un document d information et d aide à : la

Plus en détail

LE CANCER DU PANCREAS

LE CANCER DU PANCREAS LE CANCER DU PANCREAS Docteur Nicolas Williet, Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone de Cancérologie Digestive Ce document est destiné

Plus en détail

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département :

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département : Equipes ressources du département : Consultations d évaluation et de traitement de la douleur : CH Chartres : 02 37 30 38 13 consult-douleur@ch-chartres.fr CH Dreux : 02 37 51 50 63 Douleur aiguë : douleuraigue@ch-dreux.fr

Plus en détail

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département :

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département : Equipes ressources du département : Consultations d évaluation et de traitement de la douleur : CH Chartres : 02 37 30 38 13 consult-douleur@ch-chartres.fr CH Dreux : 02 37 51 50 63 Douleur aiguë : douleuraigue@ch-dreux.fr

Plus en détail

Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé

Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUE :...2 I Généralités... 3 II Diagnostic

Plus en détail

TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE CAPACITE DE GERIATRIE

TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE CAPACITE DE GERIATRIE TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE CAPACITE DE GERIATRIE Dr Françoise ESCOUROLLE-PELTIER Unité de Soins Palliatifs Gériatriques - Hôpital BRETONNEAU Hôpitaux Universitaires Paris

Plus en détail

Dr Gabriel ABITBOL Equipe Mobile Douleur et Soins palliatifs GH Paris Centre Cochin Broca Hotel Dieu APHP

Dr Gabriel ABITBOL Equipe Mobile Douleur et Soins palliatifs GH Paris Centre Cochin Broca Hotel Dieu APHP Que faire quand la morphine est mal tolérée? Journée de la filière gériatrique nord 92 Février 2016 Dr Gabriel ABITBOL Equipe Mobile Douleur et Soins palliatifs GH Paris Centre Cochin Broca Hotel Dieu

Plus en détail

Journée du CEOR 21 juin 2011 Dr Bellia Dhondt Pierrette HAD EOVI Romans

Journée du CEOR 21 juin 2011 Dr Bellia Dhondt Pierrette HAD EOVI Romans Journée du CEOR 21 juin 2011 Dr Bellia Dhondt Pierrette HAD EOVI Romans 1 EVALUATION et TRAITEMENT de la douleur La DOULEUR définition selon l IASP. (Institut international pour l étude de la Douleur)

Plus en détail

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Prévention et dépistage

Plus en détail

Evaluation et prise en charge de la douleur en EHPAD

Evaluation et prise en charge de la douleur en EHPAD Evaluation et prise en charge de la douleur en EHPAD Douleur : définition «La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle, ou

Plus en détail

La douleur due au Cancer. Dr Philippe Poulain Polyclinique de l Ormeau Tarbes ICR Toulouse

La douleur due au Cancer. Dr Philippe Poulain Polyclinique de l Ormeau Tarbes ICR Toulouse La douleur due au Cancer Dr Philippe Poulain Polyclinique de l Ormeau 65000 Tarbes ICR 31000 Toulouse Définition de la Douleur «Expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée à un domage tissulaire

Plus en détail

La morphine à domicile

La morphine à domicile La morphine à domicile - Tourcoing: 03 décembre 2008 Lucie STRECK Jean-Pierre CORBINAU Objec&fs : Mon Pa'ent a décidé de mourir à domicile Prendre la dimension de la demande Evaluer l environnement Me8re

Plus en détail

Délai Action. Durée action. Posologie maxi par 24h. Délai d action. Durée d action. Posologie Par 24 h. Oxynorm. Abstral, Effentora, Instanyl

Délai Action. Durée action. Posologie maxi par 24h. Délai d action. Durée d action. Posologie Par 24 h. Oxynorm. Abstral, Effentora, Instanyl Délai Action Durée action Posologie maxi par 24h DAFALGAN 30 à 60mn 4à6h 3 à 4g PERFALGAN 15 à 30mn 4 à 6h 3 à 4g CONTRAMAL LI 20 à 60mn 4à6h 400 mg CONTRAMAL LP 40 mn 12 h 2 prises CONTRAMAL IV 10 à 20mn

Plus en détail

CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER

CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER Gilles Nallet Odile Romanet Céline Henriot Définition des soins de support: Les soins de support désignent l ensemble des soins et soutien

Plus en détail

Analgésiques. ü Physiopathologie et classification

Analgésiques. ü Physiopathologie et classification ~ Réflexes ~ On n associe pas 2 antalgiques du même palier OMS. ~ On n associe pas 2 morphiniques. ~ Toujours prendre en charge la douleur +++ ü Physiopathologie et classification Il existe plusieurs types

Plus en détail

EVALUATION DE LA DOULEUR?

EVALUATION DE LA DOULEUR? CAS CLINIQUE Amélie, 10 ans AVP, Fracture ouverte fémur droit Chirurgie en urgence pour réduction fracture Pas d ATCD médico-chirurgical. Mise en place d une PCA Morphine IV en post op QUESTIONS Critères

Plus en détail

Introduction (1) «Fausses croyances»: les patients «psy» ne souffrent pas, sont insensibles à la douleur, présenteraient une analgésie totale

Introduction (1) «Fausses croyances»: les patients «psy» ne souffrent pas, sont insensibles à la douleur, présenteraient une analgésie totale Introduction (1) La douleur chez les patients ayant une maladie psychiatrique a été pendant longtemps négligée voire ignorée «Fausses croyances»: les patients «psy» ne souffrent pas, sont insensibles à

Plus en détail

PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR SERVICE DE CHIRURGIE REPARATRICE

PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR SERVICE DE CHIRURGIE REPARATRICE HÔPITAL HENRI MONDOR PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR SERVICE DE CHIRURGIE REPARATRICE - Modalités de mise en œuvre du protocole de prise en charge de la douleur - Protocole de prise en charge

Plus en détail

LES SOINS PALLIATIFS. Laure Windelschmidt IDE EMSP Août 2015

LES SOINS PALLIATIFS. Laure Windelschmidt IDE EMSP Août 2015 LES SOINS PALLIATIFS Laure Windelschmidt IDE EMSP Août 2015 Un peu d histoire En Occident, l accompagnement du mourant est longtemps resté une pratique familiale et/ou une pratique religieuse. Quant à

Plus en détail

ventilation, apparition de plaies algiques ulcères, escarres

ventilation, apparition de plaies algiques ulcères, escarres Bonjour Je m appelle Sarah MAURO. Je suis aide soignante dans le service soins de l ADPA ( Association d aide aux personnes agées ). Je suis en poste sur le secteur Grésivaudan Chartreuse basé à Crolles

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE NUMÉRO : 3.10 ORDONNANCE : Prévention et traitement de la constipation DATE : Mai 2012 PROFESSIONNELS VISÉS TYPE D ORDONNANCE Infirmières Ordonnance visant à initier des mesures thérapeutiques

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT. Représenté par le Docteur René LE, Président de l Association DOUSOPAL

CONVENTION DE PARTENARIAT. Représenté par le Docteur René LE, Président de l Association DOUSOPAL CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE Le Réseau Dousopal 44 Bd Stanislas Girardin 76140 Le Petit Quevilly Représenté par le Docteur René LE, Président de l Association DOUSOPAL d une part, ET L Etablissement

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA DOULEUR DU SUJET AGE

TRAITEMENT DE LA DOULEUR DU SUJET AGE TRAITEMENT DE LA DOULEUR DU SUJET AGE Dr Françoise ESCOUROLLE-PELTIER Unité de Soins Palliatifs - Hôpital BRETONNEAU 21.03.2012 CONSEQUENCES DE LA PRISE EN CHARGE INSUFFISANTE DE LA DOULEUR Pour le malade

Plus en détail

Les Antalgiques. UE 2.11 Semestre 1 Compétence 4. RAULT Isabelle Janvier 2016 UE 2.11 Semestre 1

Les Antalgiques. UE 2.11 Semestre 1 Compétence 4. RAULT Isabelle Janvier 2016 UE 2.11 Semestre 1 Les Antalgiques UE Compétence 4 Les Antalgiques Définitions Classifications de la douleur Les Antalgiques opioïdes Les Antalgiques opioïdes palier III La réglementation r des stupéfiants Moyen mnémotechnique

Plus en détail

ADMISSION DANS LE SERVICE DE SOINS PALLIATIFS. Préambule

ADMISSION DANS LE SERVICE DE SOINS PALLIATIFS. Préambule Pôle Santé Léonard de Vinci 1, avenue du Professeur Alexandre Minkowski 37170 Chambray-lès-Tours Tel : 02 47 222 111 ADMISSION DANS LE SERVICE DE SOINS PALLIATIFS Préambule Faire admettre une personne

Plus en détail

DERMATOLOGIE - HOSPITALISATION ET HOPITAL DE JOUR Dispositif d annonce du diagnostic ENTRETIEN MEDICAL

DERMATOLOGIE - HOSPITALISATION ET HOPITAL DE JOUR Dispositif d annonce du diagnostic ENTRETIEN MEDICAL DERMATOLOGIE - HOSPITALISATION ET HOPITAL DE JOUR Dispositif d annonce du diagnostic ENTRETIEN MEDICAL Date : Nom du médecin qui annonce le diagnostic : Nom du médecin responsable du patient dans le service

Plus en détail

PCA: Protocole d auto-analgésie:

PCA: Protocole d auto-analgésie: PCA: Protocole d auto-analgésie: Pompe PCA «analgésie contrôlée par le patient» Enfants > 5-6 ans EVA > 60 MORPHINE (SU)FENTANYL La morphine: Opioïde fort (palier III OMS) Somnolence (dette de sommeil)

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE

TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE CAPACITE DE GERIATRIE 14.03.2007 Dr Françoise ESCOUROLLE-PELTIER Unité de Soins Palliatifs - Équipe Mobile Hôpital BRETONNEAU CONSEQUENCES DE LA PRISE EN CHARGE

Plus en détail

HANDICAP ÉVOLUTIF D ACCOMPAGNEMENT EN

HANDICAP ÉVOLUTIF D ACCOMPAGNEMENT EN HANDICAP ÉVOLUTIF UNE DÉMARCHE D ACCOMPAGNEMENT EN STRUCTURE MÉDICOSOCIALE Mireille TARQUIS IDE foyer APF Monséjour Qui est cette personne? Mme Durand âgée de 62 ans, secrétaire médicale, mariée avec deux

Plus en détail

Cas cliniques. 1 Cas :

Cas cliniques. 1 Cas : Cas cliniques 1 Cas : Patient de 64 ans, métastase osseuse avec masse abdominale, somnolent sous Moscontin 400mg /jour. Très douloureux, ne supporte plus les morphiniques, vomissements L infirmière sollicite

Plus en détail

DIU Soins Oncologiques de Support Novembre Antalgiques opioïdes. Dr Pauline LEROY Service d oncologie et soins de support

DIU Soins Oncologiques de Support Novembre Antalgiques opioïdes. Dr Pauline LEROY Service d oncologie et soins de support DIU Soins Oncologiques de Support Novembre 2015 Antalgiques opioïdes Dr Pauline LEROY Service d oncologie et soins de support PALIER 2: OPIOIDES FAIBLES Palier 2 : codéine Puissance 1/10 morphine Seule

Plus en détail

Antalgiques. Evaluation de la douleur. Classification

Antalgiques. Evaluation de la douleur. Classification Réflexes Jamais 2 antalgiques du même palier OMS Jamais d association de 2 morphiniques Il est fréquent d associer un antalgique d action centrale à un antalgique d action périphérique Réévaluation régulière

Plus en détail

Organisation de la prise en charge en

Organisation de la prise en charge en Réunion Régionale Oncomip 30 Avril 2015 Organisation de la prise en charge en Soins Oncologiques de Support Dr Nathalie Caunes-Hilary Responsable du département de Soins de Support IUCT- Oncopole A chaque

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS. I f s i c h u 0 9 / 1 2 /

SOINS PALLIATIFS. I f s i c h u 0 9 / 1 2 / SOINS PALLIATIFS Expériences de soignants en usp I f s i c h u 0 9 / 1 2 / 2 0 1 4 L Unité de Soins Palliatifs : un mouroir? DEFINITION DES SOINS PALLIATIFS SOINS ACTIFS Délivrés dans une approche globale

Plus en détail

Les antalgiques Véronique FOURNIER Pharmacien CHLVO Membre du CLUD

Les antalgiques Véronique FOURNIER Pharmacien CHLVO Membre du CLUD Les antalgiques Véronique FOURNIER Pharmacien CHLVO Membre du CLUD Formation CLUD - Mars 2008 1 Pourquoi? Connaître les antalgiques disponibles, Adapter la prescription à l intensité douloureuse, Corriger

Plus en détail

RETOUR À DOMICILE. Le rôle de l aide soignante

RETOUR À DOMICILE. Le rôle de l aide soignante RETOUR À DOMICILE Le rôle de l aide soignante Quels enjeux autour du retour à domicile selon vous? Quel est le rôle de l aide soignante? Remue-méninges de 15 min environs en 2 sous-groupes. LE RAD: UNE

Plus en détail

Prescription des Morphiniques

Prescription des Morphiniques Prescription des Morphiniques Dr Jean-Pierre CORBINAU - Lille Cet exposé se veut essentiellement pratique ayant pour objectif de faire passer 3 messages afin d apporter une aide dans la prescription de

Plus en détail

la douleur aiguë en rhumatologie place de la morphine

la douleur aiguë en rhumatologie place de la morphine e la douleur aiguë en rhumatologie place de la morphine Docteur André LESPINE Hôpital E.Herriot LYON Les jeudis de l Europel 11 mars 2006 e Oui? Non? utilisez vous la morphine? mesurez vous la douleur

Plus en détail

4ème Rencontre Régionale d Oncologie Thoracique TEST Q.C.M. Et REPONSES

4ème Rencontre Régionale d Oncologie Thoracique TEST Q.C.M. Et REPONSES 4ème Rencontre Régionale d Oncologie Thoracique TEST Q.C.M. Et REPONSES Niort Jeudi 24 avril 2008 QCM 1 La chirurgie des cancers du poumon stade IV peut être curatrice: A- En cas de métastase cérébrale.

Plus en détail

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DE LA DOULEUR DU SUJET AGE

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DE LA DOULEUR DU SUJET AGE PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DE LA DOULEUR DU SUJET AGE DIPLÔME INTER-UNIVERSITAIRE d ONCO-GERIATRIE Dr Françoise ESCOUROLLE-PELTIER Unité de Soins Palliatifs - Hôpital BRETONNEAU 17.12.2010 CONSEQUENCES

Plus en détail

Nutrition et hydratation artificielles en fin de vie. Dr Marie - Pierre Perrin. Maison médicale. Jeanne Garnier

Nutrition et hydratation artificielles en fin de vie. Dr Marie - Pierre Perrin. Maison médicale. Jeanne Garnier Nutrition et hydratation artificielles en fin de vie Dr Marie - Pierre Perrin 1 Manger et boire? La vie le plaisir La convivialité le partage La faim, la soif L humanité la compassion 2 Les questions?

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS EN PRATIQUE

SOINS PALLIATIFS EN PRATIQUE SOINS PALLIATIFS EN PRATIQUE Cours IFSI 3 ème année Module Soins Palliatifs, Accompagnement et Fin de Vie UMASP. Groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière Les soins palliatifs C est quoi??? Éléments de définition

Plus en détail

Cette fiche d information vous explique comment prendre le traitement antalgique prescrit par voie orale après votre intervention.

Cette fiche d information vous explique comment prendre le traitement antalgique prescrit par voie orale après votre intervention. 201 avenue d Alsace B.P. 20129 68003 COLMAR Cedex Fiche Information patient : Les antalgiques par voie orale après chirurgie d'épaule Réf : CLU/DIN/INF/014 Version : 1.0 Etat : Applicable Mise en application

Plus en détail

Les Soins de Supports en Onco Gériatrie

Les Soins de Supports en Onco Gériatrie Les Soins de Supports en Onco Gériatrie Lepoix Cécile IDE EMDSP IUCT Journée Paramédicale du 09 Octobre 2015 Quelques Constats Progrès de la médecine, espérance de vie plus longue, risque de cancer plus

Plus en détail

Douleur et cancer. Collège Auvergnat de Médecine d Urgence Le 03 Décembre 2013 Samia Belkhir Infirmière Urgences Moulins

Douleur et cancer. Collège Auvergnat de Médecine d Urgence Le 03 Décembre 2013 Samia Belkhir Infirmière Urgences Moulins Douleur et cancer Collège Auvergnat de Médecine d Urgence Le 03 Décembre 2013 Samia Belkhir Infirmière Urgences Moulins Introduction Evaluer et traiter la douleur : une priorité! Les soins génèrent de

Plus en détail

INDICATIONS ET UTILISATION DE LA PCA DOULEUR CHRONIQUE

INDICATIONS ET UTILISATION DE LA PCA DOULEUR CHRONIQUE INDICATIONS ET UTILISATION DE LA PCA DOULEUR CHRONIQUE Société Française d Accompagnement et de soins Palliatifs (SFAP) Février 2006 Chandon, Michel-Cherqui, Szekely Octobre 2007 En relais d un traitement

Plus en détail

ATELIER DE SOINS PALLIATIFS LA COMPLEMENTARITE DE L HAD EN EHPAD, EST-CE POSSIBLE?

ATELIER DE SOINS PALLIATIFS LA COMPLEMENTARITE DE L HAD EN EHPAD, EST-CE POSSIBLE? ATELIER DE SOINS PALLIATIFS LA COMPLEMENTARITE DE L HAD EN EHPAD, EST-CE POSSIBLE? 13/11/2013 1.Présentation de la CASSPA 49 ( Mme Christelle FOIN) Association «Loi 1901» -statuts déposés en 2009 Président

Plus en détail

Rencontres d oncogériatrie Bourgogne-Franche-Comté 24 avril 2015

Rencontres d oncogériatrie Bourgogne-Franche-Comté 24 avril 2015 Rencontres d oncogériatrie Bourgogne-Franche-Comté 24 avril 2015 Gestion du péri-opératoire du sujet âgé en cancérologie Rôle de l équipe de gériatrie Dr Nathalie STEFAN, gériatre Plan Introduction Fallait-il

Plus en détail

Docteur DEBOFFLE. G.

Docteur DEBOFFLE. G. 1 SESSION INTER REGIONALE Les Coopérations : L Hôpital Public au cœur du mouvement. Journée du 11 janvier 2001, à l ENSP de Rennes. Docteur DEBOFFLE. G. 2 HOPITAL LOCAL : HOPITAL DE PROXIMITE Quelles Missions

Plus en détail

INTERVENTION EMSP du HAUT-ANJOU

INTERVENTION EMSP du HAUT-ANJOU 7 ème rencontre REMALDO le 13 octobre 2011 INTERVENTION EMSP du HAUT-ANJOU INTRODUCTION (Dr LEBLANC-BRIOT) Le Docteur C. SAUNDERS, pionnière des soins palliatifs en Angleterre en 1967, à St Christopher

Plus en détail

PROTOCOLE D UTILISATION du MIDAZOLAM

PROTOCOLE D UTILISATION du MIDAZOLAM PROTOCOLE D UTILISATION du MIDAZOLAM (HYPNOVEL*) En SEDATION pour DETRESSE en PHASE TERMINALE 1 ) Objet Ce Protocole s applique pour tout patient Adulte devant une situation de détresse en phase terminale.

Plus en détail

Prise de décision & anticipation

Prise de décision & anticipation LES SOINS PALLIATIFS EN ÉTABLISSEMENTS DE SOINS ET D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES OU HANDICAPÉES, ET À DOMICILE Autour du patient B3 Prise de décision & anticipation 1 Les fondements éthiques du soin

Plus en détail

Principaux résultats Enquête VICAN2. Formations IDE des dispositifs d annonce Savoie, 11 décembre 2015

Principaux résultats Enquête VICAN2. Formations IDE des dispositifs d annonce Savoie, 11 décembre 2015 Principaux résultats Enquête VICAN2 Formations IDE des dispositifs d annonce Savoie, 11 décembre 2015 Contexte de l enquête Augmentation de l incidence du cancer et diminution de la mortalité croissance

Plus en détail

Quels besoins, quels accompagnements, comment être au plus proche des personnes en matière d alimentation? Différentes approches

Quels besoins, quels accompagnements, comment être au plus proche des personnes en matière d alimentation? Différentes approches 8 ÈME JOURNÉE ROMANDE DE FORMATION CONTINUE DE SOINS EN ONCOLOGIE SUISSE Sécurité à l hôpital Sécurité à la maison 8 septembre 2017 Lausanne Quels besoins, quels accompagnements, comment être au plus proche

Plus en détail

âgé Dr Edith Martins-Meune CH Nanterre

âgé Dr Edith Martins-Meune CH Nanterre Douleurs postopératoires chez le sujet âgé Dr Edith Martins-Meune CH Nanterre Douleur chez le PA: Principes généraux Obstacles diagnostiques, Obstacles d'ordre neuropsy, Obstacles thérapeutiques, Obstacles

Plus en détail

LES PLAIES CHRONIQUES du sujet âgé. Les pansements d escarres en soins palliatifs

LES PLAIES CHRONIQUES du sujet âgé. Les pansements d escarres en soins palliatifs LES PLAIES CHRONIQUES du sujet âgé Les pansements d escarres en soins palliatifs Sommaire 1. Évaluer l état général du patient 2. Prise en soins globale 3. Définir l objectif de la prise en soins 4. Stratégies

Plus en détail

GERONTOLOGIE GERIATRIE 1 - GERONTOLOGIE :

GERONTOLOGIE GERIATRIE 1 - GERONTOLOGIE : GERONTOLOGIE GERIATRIE 1 - GERONTOLOGIE : 1 Quitter la vie sans déchoir 2 Médecine générale et personnes âgées 3 Particularités sémiologiques du sujet âgé 4 Le traitement des douleurs chez les vieillards

Plus en détail

Les douleurs de mobilisation. Robert Thiffault Pharmacien, CHUS

Les douleurs de mobilisation. Robert Thiffault Pharmacien, CHUS Les douleurs de mobilisation Robert Thiffault Pharmacien, CHUS Quelques situations Marie Pte de 72 ans Pronostic de quelques jours Quelques moments de lucidité Douleur brève (gémissements) qui surviennent

Plus en détail

Utilisation des traitements symptomatiques de la douleur du cancer en ambulatoire

Utilisation des traitements symptomatiques de la douleur du cancer en ambulatoire DOSSIER Utilisation des traitements symptomatiques de la douleur du cancer en ambulatoire! M. Luu*, M.T. Gatt Le médecin généraliste est souvent sollicité par les malades cancéreux pour le soulagement

Plus en détail

EXEMPLE D ARTICULATION ENTRE

EXEMPLE D ARTICULATION ENTRE EXEMPLE D ARTICULATION ENTRE SERVICE D ONCOPEDIATRIE D ONCOPEDIATRIE, EQUIPE DE RESSOURCE REGIONALE ENFANT DO, HAD CLINIQUE PASTEUR. CAS CONCRET Marine 16 ans Maman: infirmière Famille recomposée: une

Plus en détail

La fin de vie. d une personne atteinte de maladie d Alzheimer ou apparentée

La fin de vie. d une personne atteinte de maladie d Alzheimer ou apparentée d une personne atteinte de maladie d Alzheimer ou apparentée 1 s inscrit dans la continuité de la démarche de soins auprès de la personne Elle peut être longue Elle n est pas synonyme de stade terminal

Plus en détail

DOSSIER D ADMISSION EN LIT IDENTIFIE DE SOINS PALLIATIFS POLE DE GERONTOLOGIE CLINIQUE 3EME NORD CONDITIONS D ADMISSION (A REMPLIR IMPERATIVEMENT)

DOSSIER D ADMISSION EN LIT IDENTIFIE DE SOINS PALLIATIFS POLE DE GERONTOLOGIE CLINIQUE 3EME NORD CONDITIONS D ADMISSION (A REMPLIR IMPERATIVEMENT) DOSSIER D ADMISSION EN LIT IDENTIFIE DE SOINS PALLIATIFS POLE DE GERONTOLOGIE CLINIQUE EME NORD Médecin référent : Dr Pinganaud A adresser au : Cadre de santé : Mme Perroy Service de court séjour gériatrique

Plus en détail

Sédation en médecine palliative. Dr Sandra Schmidt

Sédation en médecine palliative. Dr Sandra Schmidt Sédation en médecine palliative Dr Sandra Schmidt Recommandations de la SFAP (Société Française d Accompagnement et de Soins Palliatifs) concernant la sédation en phase terminale ou en phase palliative.

Plus en détail

IMPORTANCE DE LA NUTRITION EN CANCEROLOGIE

IMPORTANCE DE LA NUTRITION EN CANCEROLOGIE IMPORTANCE DE LA NUTRITION EN CANCEROLOGIE Dr Maria Nachury Service de Gastroentérologie et Nutrition CHU de Besançon Marie-Noëlle Lombarte FF Cadre Service Diététique CHU de Besançon Une volontéaffichée

Plus en détail

«Le maintien à domicile en fin de vie : une histoire d implication» Dr Marie-Hélène DELANGLE Nelly LOQUET, Infirmière COMPAS NANTES

«Le maintien à domicile en fin de vie : une histoire d implication» Dr Marie-Hélène DELANGLE Nelly LOQUET, Infirmière COMPAS NANTES «Le maintien à domicile en fin de vie : une histoire d implication» Dr Marie-Hélène DELANGLE Nelly LOQUET, Infirmière COMPAS NANTES Lieux de décès en France Loi du 9 Juin 1999 : «Toute personne malade

Plus en détail

Diaporama élaboré par :

Diaporama élaboré par : Novembre 2016 / janvier 2017 Diaporama élaboré par : Dr Marco A. Gambirasio Unité de Médecine Palliative CHU de Rouen (76) Dr Anne Le Prieur Unité de Soins Palliatifs M. Abiven et Équipe Mobile Territoriale

Plus en détail

Cliquez sur l'icône pour ajouter une image LA PCA. CLUD Draguignan. Didier MARCHAND IADE. Delphine CASALINI IDE

Cliquez sur l'icône pour ajouter une image LA PCA. CLUD Draguignan. Didier MARCHAND IADE. Delphine CASALINI IDE Cliquez sur l'icône pour ajouter une image LA PCA CLUD Draguignan Didier MARCHAND IADE Delphine CASALINI IDE Cliquez sur l'icône pour ajouter une image définition L analgésie contrôlée par le patient est

Plus en détail

Douleur et fin de vie. 10 è m e C o n g r è s D e L u t t e C o n t r e L a D o u l e u r 8 & 9 O c t o b r e A l g e r

Douleur et fin de vie. 10 è m e C o n g r è s D e L u t t e C o n t r e L a D o u l e u r 8 & 9 O c t o b r e A l g e r Douleur et fin de vie F. Yahiatene; D. Benmoussa; B. Griène Centre De Traitement De La Douleur CPMC - Alger 10 è m e C o n g r è s D e L u t t e C o n t r e L a D o u l e u r 8 & 9 O c t o b r e 2 0 1

Plus en détail

La nutrition parentérale

La nutrition parentérale Dénutrition et Cancer Quelles propositions? Pour quels patients? La nutrition parentérale Dr Yves Morvant - Vannes-Octobre 2010 Principes Injection d une solution liquide comprenant glucides, lipides et

Plus en détail

LES CONSULTATIONS DE PRIMO PRESCRIPTION. Loubna DIOURI IDE Recherche clinique Jeudi 23 mars 2017

LES CONSULTATIONS DE PRIMO PRESCRIPTION. Loubna DIOURI IDE Recherche clinique Jeudi 23 mars 2017 LES CONSULTATIONS DE PRIMO PRESCRIPTION Loubna DIOURI IDE Recherche clinique Jeudi 23 mars 2017 Rappel du cadre légal Actions du Plan Cancer ( 2014-2019) afférentes au parcours de soins des patients sous

Plus en détail

Recommandations générales

Recommandations générales Recommandations générales - Administration systématique : doses et horaires adaptés à l enfant - Pas de voie Sc - Intérêt des moyens non pharmacologiques : hypnorelaxation - Rôle des parents : hospitalisation

Plus en détail

FORMATION INITIATION EN SOINS PALLIATIFS 3 jours

FORMATION INITIATION EN SOINS PALLIATIFS 3 jours PROGRAMME 2017 FORMATION INITIATION EN SOINS PALLIATIFS 3 jours Une recherche de qualité jusqu'à la fin de la vie. 1 DE LA FORMATION Acquérir des connaissances en termes de savoir, savoir-faire et savoir

Plus en détail

La fin de vie Sédation, Soins critiques. F. Damas

La fin de vie Sédation, Soins critiques. F. Damas La fin de vie Sédation, Soins critiques F. Damas Impuissance et Interdits 1) Décision d arrêt ou d abstention de traitement susceptibles de prolonger la vie. (18%) Loi sur les droits des patients 2) Administration

Plus en détail

Notre Mission Installer l Hôpital à la Maison. Réunion ARS Champagne Ardennes 17 septembre septembre

Notre Mission Installer l Hôpital à la Maison. Réunion ARS Champagne Ardennes 17 septembre septembre Notre Mission Installer l Hôpital à la Maison Réunion ARS Champagne Ardennes 17 septembre 2013 18 septembre 2013 1 Axes de la stratégie nationale sur les parcours de soins des patients Fluidifier les parcours

Plus en détail

Charte Réseau de santé Epsilon

Charte Réseau de santé Epsilon EPSILON Réseau de coordination à domicile Gérontologie - Soins de support - Soins palliatifs Charte Réseau de santé Epsilon Quatrième version créée du fait du déménagement en mars 2012, faisant suite :

Plus en détail

Soins palliatifs. Formation ONCO 93-7/10/2009 Dr Nathalie Nisenbaum Réseau Arc en Ciel

Soins palliatifs. Formation ONCO 93-7/10/2009 Dr Nathalie Nisenbaum Réseau Arc en Ciel Soins palliatifs Formation ONCO 93-7/10/2009 Dr Nathalie Nisenbaum Réseau Arc en Ciel Plan Définitions Loi leonetti Structures en soins palliatifs Réseau Arc en Ciel Introduction Le terme «palliatif» recouvre

Plus en détail

Les antalgiques : actualités. 6 Journée franc-comtoise de la douleur 24 mai 2012 Besançon

Les antalgiques : actualités. 6 Journée franc-comtoise de la douleur 24 mai 2012 Besançon Les antalgiques : actualités 6 Journée franc-comtoise de la douleur 24 mai 2012 Besançon Les antalgiques : actualités Nouvelles classes médicamenteuses Nouvelles molécules Nouvelles cinétiques Nouvelles

Plus en détail

FOCUS sur les Antalgiques de Palier 3

FOCUS sur les Antalgiques de Palier 3 FOCUS sur les Antalgiques de Palier 3 7eme Colloque Aquitain de Soins palliatifs et d Accompagnement 19 novembre 2016 Dr JUCHS Séverine, Gériatre Centre Hospitalier de Périgueux Ne déclare aucun conflit

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 janvier 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 janvier 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 18 janvier 2006 DUROGESIC 12 microgrammes/heure (2,1 mg/5,25 cm²), dispositif transdermique 5 sachets polytéréphtalate (PET) polyéthylène basse densité (PEBD) aluminium

Plus en détail

Cas 1. Mr A. 57 ans. o Néoplasie pulmonaire, métastases osseuses. o Chimiothérapie et radiothérapie antalgique en cours

Cas 1. Mr A. 57 ans. o Néoplasie pulmonaire, métastases osseuses. o Chimiothérapie et radiothérapie antalgique en cours Alimentation et Hydratation en Fin de Vie Henri-Pierre Cornu L. Windelschmidt Cas 1 Mr A. 57 ans o Néoplasie pulmonaire, métastases osseuses o Chimiothérapie et radiothérapie antalgique en cours o AEG,

Plus en détail

PROTOCOLE POUR LA PREVENTION DE LA DOULEUR INDUITE AU COURS DE CERTAINS ACTES SOIGNANTS DOULOUREUX

PROTOCOLE POUR LA PREVENTION DE LA DOULEUR INDUITE AU COURS DE CERTAINS ACTES SOIGNANTS DOULOUREUX Comité de lutte contre la douleur POUR LA PREVENTION DE LA DOULEUR INDUITE AU COURS DE CERTAINS ACTES SOIGNANTS DOULOUREUX Référence : CLUD 33 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 06/07/12 Objet Ce

Plus en détail

Cas clinique douleur aigue

Cas clinique douleur aigue Cas clinique douleur aigue Mr D. 60 ans Retraité, marié, 2 enfants. Ses antécédents comportent : - Lymphome avec autogreffe de moelle en mai 2007 21 février 2008, apparition éruptions avec douleurs intenses

Plus en détail

Les principes du traitement antalgique: L évaluation de la douleur chez l adulte Les effets secondaires du traitement médicamenteux et leur gestion

Les principes du traitement antalgique: L évaluation de la douleur chez l adulte Les effets secondaires du traitement médicamenteux et leur gestion Comment gérer le traitement antalgique Objectifs du cours 1: Connaître les bases Les principes du traitement antalgique: Les médicaments utilisés ainsi que les modalités de leur utilisation dans le cadre

Plus en détail