Laforge (Proposition de) 2007 QCCS 1074 COUR SUPÉRIEURE. SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE GILLES BLANCHET, j.c.s.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Laforge (Proposition de) 2007 QCCS 1074 COUR SUPÉRIEURE. SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE GILLES BLANCHET, j.c.s."

Transcription

1 Laforge (Proposition de) 2007 QCCS 1074 COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE CHICOUTIMI N : DATE : 14 mars 2007 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE GILLES BLANCHET, j.c.s. DANS L AFFAIRE DE LA PROPOSITION DE CONSOMMATEUR DE : CONRAD LAFORGE et Débiteur GINSBERG GINGRAS & ASSOCIÉS c. Administrateur - intimé CAISSE POPULAIRE DESJARDINS DE LA RIVE-NORD DU SAGUENAY Requérante JUGEMENT [1] La Caisse populaire requérante demande la révision judiciaire d une proposition de consommateur qui a été acceptée lors d une assemblée de créanciers convoquée à sa demande (art L.F.I.). Elle se pourvoit aussi en appel d une décision du syndic administrateur qui, à cette assemblée, a refusé de tenir compte de son vote en tant que créancière garantie (art (1) L.F.I.). JB 3141

2 PAGE : 2 Contexte [2] Le 14 juin 2006, le débiteur Conrad Laforge, qui a déjà fait faillite en 1987 et en 1996, dépose une proposition de consommateur selon les articles et suivants de la Loi sur la faillite et l insolvabilité. La Caisse populaire Desjardins de la Rive-Nord du Saguenay détient alors contre lui deux créances, l une non garantie de 2 219,42 $, sur prêt à demande, l autre de ,61 $, sur prêt hypothécaire résidentiel. [3] Au bilan du débiteur, si l on fait abstraction d une automobile évaluée à 300 $, il appert que la résidence hypothéquée au bénéfice de la Caisse constitue en fait le seul actif tangible. Or, sa valeur de $ est inférieure à la dette hypothécaire. Quant aux dettes non garanties, elles représentent $ et se répartissent entre treize (13) créanciers. À l égard de ceux-ci, la proposition prévoit le versement progressif d une somme de $, à raison de 250 $ par mois pendant cinq ans, ce qui laisserait des dividendes de l ordre de $ après paiement des frais, déboursés et honoraires de l administrateur. [4] À l assemblée tenue le 17 août 2006, deux créanciers seulement se manifestent, soit CitiFinancière, pour 9 916,47 $, et la Caisse requérante, qui entend voter à la fois sur la proposition comme créancière garantie et non garantie. Mais le syndic, en sa qualité d administrateur, refuse de prendre en considération le vote de la Caisse comme créancière garantie. Dès lors, comme CitiFinancière s est prononcée en faveur de la proposition, celle-ci est acceptée par un vote de 84 % contre 16 %. Prétentions des parties [5] S autorisant de l article L.F.I., la Caisse a demandé dans un premier temps la révision judiciaire de la proposition, d où la requête de l administrateur, qui conclut néanmoins à son approbation par le Tribunal. La Caisse fait valoir pour sa part que la conduite négligente du débiteur, ses faillites antérieures et les circonstances qui ont mené à son insolvabilité auraient dû entraîner le rejet pur et simple de la proposition. [6] Selon la Caisse, par ailleurs, en vertu des règles particulières à la proposition de consommateur, tous les créanciers, garantis ou non, doivent être admis à voter sur la résolution visant l approbation ou le rejet de la proposition. À l article L.F.I., en effet, le législateur aurait indiqué son intention de déroger en cette matière à la règle générale de l article 112 L.F.I., selon laquelle le créancier garanti n a droit de voter qu à l égard du reliquat qui lui est dû après déduction de la valeur de sa garantie. Discussion et décision [7] La question de droit soulevée par l appel de la décision de l administrateur mérite d être abordée en premier lieu. Le maintien de ce pourvoi, en effet, conduirait au rejet de la proposition et disposerait du litige en entier. Dans l éventualité contraire, toutefois, il y aura lieu de considérer la demande de révision de la proposition.

3 PAGE : 3 Appel de la décision de l administrateur [8] L'article (1) de la Loi dispose que tout créancier peut en appeler devant le Tribunal de la décision prise par l'administrateur lors d'une assemblée des créanciers tenue en rapport avec une proposition de consommateur. En l'espèce, le procès-verbal de l'assemblée des créanciers fait voir que ceux-ci se sont prononcés en faveur de la proposition par une majorité en valeur. On y lit aussi, au paragraphe 6 : NOTES PARTICULIÈRES AU PROCÈS-VERBAL : Vote rejeté à l égard de la créance hypothécaire de la Caisse Desjardins de la Rive-Nord (garantie) ,61 $. Ce créancier désirait voter sur sa créance hypothécaire, le syndic a rejeté ce vote. [9] Le procès-verbal, comme on le voit, n'énonce pas les motifs du refus, mais on comprend que l'administrateur se fonde ici sur l'article 112 de la Loi. Cette disposition, inscrite sous le titre «Procédures des assemblées», dispose que: 112. Pour les fins de la votation, un créancier garanti énonce dans sa preuve, à moins qu il ne renonce à sa garantie, les détails de sa garantie, la date à laquelle elle a été donnée, ainsi que le montant auquel il l évalue, et il n a le droit de voter qu à l égard du reliquat qui lui est dû, s il en est, déduction faite de la valeur de sa garantie. (Soulignement ajouté) [10] Dans sa preuve de réclamation, la Caisse a évalué sa garantie au plein montant de sa créance hypothécaire, soit ,61 $, de sorte qu'aucun reliquat, au sens de l'article 112, ne lui permettait de voter en tant que créancière garantie. [11] Pour une compréhension adéquate des deux thèses qui s affrontent ici, il importe de parcourir la Loi sur la faillite en examinant d abord certaines de ses dispositions générales, pour considérer ensuite les règles propres à la proposition concordataire et, enfin, celles relatives à la proposition de consommateur. [12] L'article 112, sur lequel s'appuie l'administrateur intimé, s'inscrit sous la Partie V de la Loi, qui traite de l'administration des actifs du failli ou du proposant, selon le cas. Il s'agit donc d'une disposition d'ordre général, qui régit la procédure applicable à toutes les assemblées de créanciers pouvant être tenues en vertu de la Loi, que ce soit dans le cadre d'une faillite ou dans celui d'une proposition. [13] Dans cette même partie de la Loi, mais sous la rubrique «Preuve des créanciers garantis», on trouve l'article 127, qui pose la règle générale selon laquelle le créancier garanti peut, selon le cas, soit prouver un reliquat après réalisation de sa garantie, soit prouver la totalité de sa créance après avoir renoncé à cette garantie au bénéfice de la masse:

4 PAGE : (1) Lorsqu un créancier garanti réalise sa garantie, il peut prouver le reliquat qui lui est dû, après avoir déduit la somme nette réalisée. (2) Lorsqu un créancier garanti renonce à sa garantie en faveur du syndic au profit des créanciers en général, il peut établir la preuve de sa réclamation entière. [14] Si l analyse devait se terminer à ce stade, il faudrait conclure que la Caisse, lors de l'assemblée convoquée à sa demande, n'avait droit de vote que comme créancière non garantie pour une somme de 2 219,42 $. Sa créance hypothécaire, en effet, ne lui donnait pas droit de voter puisque la valeur de la garantie, selon sa propre évaluation, ne laissait aucun reliquat à l'égard duquel elle aurait pu le faire en vertu de l'article 112. [15] Ce rappel étant fait de certaines règles applicables à l'ensemble des situations visées par la Loi sur la faillite, examinons maintenant les dispositions relatives à la proposition concordataire, d'abord, puis à la proposition de consommateur. [16] L article 50, qui ouvre la section relative aux propositions concordataires, dispose que : (1.2) La proposition est faite aux créanciers en général, étant entendu qu elle s adresse, selon ce qu elle prévoit, soit à la masse de ceux-ci, soit aux diverses catégories auxquelles ils appartiennent; elle peut en outre, sous réserve du paragraphe (1.3), être faite aux créanciers garantis d une ou de plusieurs catégories ( ). [17] Et de là, le paragraphe (1.8) du même article énonce : (1.8) Toutes les décisions relatives à une proposition, sauf celles portant sur son acceptation ou son rejet, sont prises par résolution ordinaire des créanciers à qui la proposition a été faite. [18] Ainsi, les décisions relatives à une proposition se prennent toutes par résolution ordinaire des créanciers visés, mais s il s agit d accepter ou de rejeter la proposition, on s en remettra plutôt aux règles énoncées à l article 54 et aux autres dispositions de la Loi auxquelles renvoie cet article. Sans qu il soit nécessaire d entrer ici dans le détail de ces règles relativement complexes, retenons tout de même que (a) les créanciers garantis et non garantis ont droit de vote, (b) ils le font par catégories et (c) le vote des créanciers garantis n est pris en compte qu à l égard de ce qui les concerne dans la proposition (art 62 (2) b) L.F.I.). [19] À ce stade, une mise au point importante s impose. Les articles 50 et 54 L.F.I., évoqués plus haut, ne concernent que les propositions concordataires et on ne saurait les appliquer par analogie à une proposition de consommateur. L article 66.4 (1), propre à la proposition de consommateur, dispose en effet que : 66.4 (1) Toutes les dispositions de la présente loi, sauf la section I de la présente partie, dans la mesure où elles sont applicables, s appliquent, compte

5 PAGE : 5 tenu des adaptations de circonstance, aux propositions faites aux termes de la présente section. (Soulignement ajouté) [20] De même, l article 66 (1) fait en sorte que les règles propres à la proposition de consommateur ne puissent pas davantage trouver application en matière de proposition concordataire, puisqu elles y sont exclues de façon tout aussi expresse. Ainsi, la proposition concordataire et la proposition de consommateur obéissent à des règles distinctes, mais on devra appliquer à l une et à l autre toutes les dispositions de la Loi qui pourraient leur être applicables, sous réserve toutefois des adaptations nécessaires. [21] Cette prémisse étant posée, voyons maintenant les règles applicables à la proposition de consommateur, une mesure réservée à la personne physique «dont la somme des dettes, à l'exclusion de celles qui sont garanties par sa résidence principale, n'excède pas soixante-quinze mille dollars ou tout autre montant prescrit». (art L.F.I.). [22] D'abord, contrairement à ce que nous avons pour la proposition concordataire, la proposition de consommateur «est faite aux créanciers en général», sans autre précision ni réserve. L'article (3), en effet, se limite à cet énoncé, sans évoquer les notions de catégories et de garanties que l on retrouve à l'article 50 (1.2) au sujet de la proposition concordataire conventionnelle. Cela dit, l'article (4) distingue les créanciers garantis des créanciers non garantis en ce qui a trait seulement à la manière dont ils devront déposer auprès de l'administrateur leur preuve de réclamation. [23] Mais là s'arrête toute forme de distinction véritable entre les deux types de créanciers. Ainsi, qu'il s'agisse de l'ordre de priorité des réclamations (66.12), de la convocation d'une assemblée à la demande d'un créancier (66.15), de l'appel d'une décision de l'administrateur (66.16), de l'expression par les créanciers de leur accord ou désaccord avec la proposition (66.17), de la nomination des inspecteurs (66.21) ou de la procédure de révision judiciaire d'une proposition du consommateur à la suite d'une acceptation effective ou présumée (66.22), la Loi ne fait plus aucune distinction entre les créanciers garantis et non garantis en matière de proposition de consommateur. [24] De fait, dans toute la Section ll (art à 66.4), la notion de créancier garanti n'intervient que dans trois dispositions. D'abord, l'article (4), évoqué plus haut, dicte la façon pour le créancier de soumettre sa preuve de réclamation. On voit ensuite intervenir ce concept à l'article 66.28, en vertu duquel la proposition, une fois acceptée, lie les créanciers relativement aux réclamations garanties pour lesquelles des preuves de réclamation ont été produites. [25] Enfin, la notion de créancier garanti apparaît, bien que de façon accessoire, à l'article (1) de la Loi. Cette disposition, qui traite précisément du vote sur la proposition de consommateur, se trouve au cœur même du litige:

6 PAGE : (1) Lors de l assemblée des créanciers, ceux-ci peuvent par résolution ordinaire, tous étant, aux fins du vote, regroupés au sein de la même catégorie, accepter ou rejeter, sous réserve des droits des créanciers garantis, la proposition ainsi qu elle a été déposée ou modifiée à l assemblée ou à un ajournement de celle-ci. [26] Nous avons vu plus haut que dans le cadre d'une proposition concordataire ordinaire, le vote sur acceptation ou refus obéit à une série de règles assez complexes, en vertu desquelles les créanciers garantis et non garantis reçoivent des traitements différents. On se rappelle aussi que dans ce cas, la décision par résolution ordinaire n est pas permise lorsqu il s agit de l'acception ou du rejet de la proposition. [27] Or ici, au contraire, l'article (1) prévoit que les créanciers, sans distinction, peuvent accepter ou rejeter la proposition de consommateur par résolution ordinaire. Qui plus est, on prévoit expressément que tous les créanciers sont «aux fins du vote, regroupés au sein de la même catégorie». [28] Certes, l'article 66.4 (1) impose d'appliquer à la proposition de consommateur toutes les dispositions non incompatibles de la Loi sur la faillite, ce qui pourrait inclure en théorie l'article 112. Mais cette disposition, rappelons-le, circonscrit le droit de vote du créancier garanti dans le cadre général de la Loi, incluant notamment les cas de faillite, et elle limite la portée de ce droit de vote à la valeur du reliquat laissé après réalisation ou abandon de la garantie. [29] À l'évidence, cette disposition d application générale se révèle incompatible avec l'article (1), une disposition au contraire très spécifique en vertu de laquelle les créanciers «peuvent par résolution ordinaire, tous étant, aux fins du vote, regroupés au sein de la même catégorie, accepter ou rejeter la proposition». De fait, après lecture et relecture de toute la section de la Loi portant sur la proposition de consommateur, le Tribunal cherche en vain la signification que pourrait bien avoir l'article (1) si la règle de l'article 112 devait s'appliquer au vote des créanciers sur une proposition de consommateur. [30] Bien sûr, au regard de l'économie générale de la Loi sur la faillite, on peut à juste titre s'interroger sur les raisons pour lesquelles le législateur fédéral a pu juger bon de déroger de façon aussi flagrante aux concepts usuels et familiers qui paraissent soustendre cette même Loi. [31] Dans l'affaire de la proposition de consommateur de Cournoyer c. Raymond Chabot inc. et le Sous-ministre du Revenu du Québec 1, le juge Yves Mayrand, de cette Cour, se pose cette question et y trouve réponse. Au paragraphe 10 d'un jugement par lequel il rejette une requête pour convocation d'une assemblée des créanciers, il écrit d'abord: 1 C.S. Richelieu , 27 novembre 2001.

7 PAGE : 7 (10) Il faut dire que la section ll, partie lll de la loi qui touche la proposition de consommateur est récente, fait suite à des amendements de 92 et à des amendements qui ont été par la suite précisés suite à des pressions de groupes de consommateurs qui voulaient trouver un mécanisme ou une mécanique qui ferait en sorte que des consommateurs seraient protégés contre un endettement sans avoir à se mettre obligatoirement en faillite. Ils pourraient effectivement trouver une sorte de forme de dépôt volontaire ou de Loi Lacombe modernisée pour se mettre à l'abri des poursuites, tout en rencontrant leurs obligations et tout en se rééduquant au point de vue de l'administration de leurs biens. [32] Puis, il enchaîne: (12) Il nous est apparu à la lecture des auteurs sur le sujet, que l'idée du législateur était de minimiser les frais, de faire en sorte d'éviter les faillites, tant sur le plan statistique, le Gouvernement semblant être intéressé à ce qu'il y ait moins de faillites possible, semblant donner un aperçu de l'état de santé d'un pays et d'avoir une forme secondaire, ou une voie d'évitement pour des gens qui pourraient s'en aller en faillite. (13) De sorte qu'il n'était pas souhaitable qu'une procédure trop complexe soit mise en place pour atteindre ce but et il n'est pas souhaité ni souhaitable que les créanciers garantis soient forcés de réaliser leurs garanties, ou soient forcés également de tout simplement soumettre le reliquat. Le législateur a mis sur pied, selon nous, une façon de procéder qui englobe les créanciers garantis comme non garantis. [33] Parmi les auteurs qui l ont conduit à cette conclusion, le juge Mayrand évoque d abord l ouvrage de Houlden & Morawetz, dans lequel on cerne en ces mots l intention présumée du législateur derrière les dispositions sous étude : The purpose of the consumer proposal section is to permit consumer proposals to be handled quickly, efficiently and with a minimum administration and attendant expense. 2 [34] Le juge cite aussi Massue-Monat 3 et s arrêter ensuite aux observations suivantes du professeur Bohémier : En règle principale, on est dispensé à toutes fins utiles de la tenue d une assemblée des créanciers, l acceptation des propositions du débiteur n exige qu une majorité simple (art ) et sans que les créanciers puissent voter par catégorie. ( ) La proposition de consommateur s adresse aux créanciers en général : il ne peut y avoir de catégories de créanciers Bankruptcy and Insolvency Law of Canada, 3 rd edition, Revised, Carswell, vol. 1, p , (E 35.1) Développements récents en droit de la faillite, Éditions Yvon Blais, 1998, p.89. Faillite et insolvabilité, Thémis, Tome 1, p. 444.

8 PAGE : 8 [35] Au terme de cet exercice, le juge Mayrand retient finalement qu en incorporant à la Loi sur la faillite une section réservée à la proposition dite «de consommateur», le législateur a clairement exprimé son intention de simplifier en certains cas la proposition concordataire et de la rendre plus accessible, notamment en y englobant les créanciers garantis et non garantis. [36] Mais dans l'affaire Cournoyer, plaide l'intimé, le juge Mayrand disposait d'une requête pour convocation d'une assemblée de créanciers, selon l'article (2) b), et non de l'appel d'une décision de l'administrateur sur le vote d'un créancier garanti. [37] Or, cette distinction, en l espèce, joue plutôt à la faveur de la Caisse. Statuant sous l'empire de l'article 66.15, en effet, le juge dans l'affaire Cournoyer avait pour seul argument l'absence de distinction dans le texte entre les créanciers garantis et non garantis. À l'inverse, lorsqu'il s'agit plutôt, comme en l'espèce, de réformer une décision de l'administrateur en rapport avec un vote sur la proposition, on a devant soi une disposition en vertu de laquelle tous les créanciers, garantis ou non, doivent clairement être regroupés au sein de la même catégorie. [38] Il y a lieu, en conséquence, d'accueillir le pourvoi de la Caisse et de casser la décision par laquelle l'administrateur lui a refusé le droit de vote à l'égard de sa créance hypothécaire de ,61 $. Compte tenu des sommes en présence, la décision du Tribunal sur ce premier point conduit au rejet de la proposition, de sorte qu'il ne serait pas nécessaire de disposer de la demande de révision formulée par la Caisse en vertu de l'article L.F.I. Le Tribunal croit néanmoins à propos d'en dire quelques mots. Révision judiciaire de la proposition [39] En matière de faillite, l'article 172 de la Loi prévoit la possibilité pour le tribunal de refuser la libération du débiteur, de la suspendre ou de l assujettir à des conditions. Cette démarche fait appel à une certaine part de discrétion, mais la décision du Tribunal doit se fonder sur l'un ou plusieurs des nombreux motifs énumérés à l'article 173 (1). [40] Par ailleurs, en matière de proposition de consommateur, le tribunal saisi d'une demande de révision doit en disposer sur la base des motifs qui, en faillite, auraient pu justifier le refus, la suspension, ou l'octroi d'une libération sous condition. Ainsi, dans un contexte comme dans l'autre, on sera appelé à prendre en compte, notamment, le fait que le débiteur a déjà, par le passé, été en faillite ou a fait une proposition à ses créanciers. Dans le présent cas, c'est à deux reprises que le débiteur a eu recours à la protection de la Loi sur la faillite, d'abord en 1987, puis en [41] À l'examen de la jurisprudence canadienne sur le sujet, on voit que nos tribunaux attachent une importance considérable aux faillites antérieures lorsque vient le moment d'appliquer les articles 172 et 173 de la Loi. De fait, le principe sous-jacent à la Loi sur la faillite est qu'un débiteur malchanceux puisse, en certaines circonstances, être relevé

9 PAGE : 9 de ses obligations de façon à pouvoir se rétablir au plan financier. Ainsi, la Loi ne doit pas être vue comme un permis de s'endetter à la légère, ni comme un remède auquel on pourra recourir de temps à autre, selon la gravité de la situation, pour faire table rase de ses obligations au détriment de ses créanciers. [42] En l'espèce, l'existence de deux faillites antérieures, à intervalle de dix ans, a de quoi laisser perplexe et il est assez étonnant que le syndic administrateur ne se soit pas donné la peine de recueillir à ce sujet un minimum d'informations. La Loi, pourtant, le lui commandait en termes clairs : (2) L administrateur qui accepte d assister le débiteur consommateur est tenu : a) d enquêter, ou de faire enquêter, sur les biens et les affaires de celui-ci, de manière à être en mesure d estimer, avec un degré suffisant d exactitude, sa situation financière et la cause de son insolvabilité; [43] Mais il y a davantage. Selon la preuve, le débiteur a faussement nié ses deux recours antérieurs à la Loi sur la faillite lorsqu'il a contracté avec la Caisse, tout comme il a omis de déclarer alors son endettement substantiel auprès de CitiFinancière. [44] Enfin, à l'examen du dossier de proposition, on constate que le débiteur, sans nécessité particulière, a contracté au cours de l'année 2005 une série d'engagements qui paraissent exorbitants, eu égard à sa situation financière. C'est en effet au cours de cette année qu il a contracté un emprunt hypothécaire de plus de $, en plus d'acquérir à crédit des meubles neufs et de louer pour cinq ans un véhicule automobile, également neuf. [45] Dans la plupart de ces cas, le débiteur n'avait rien à payer immédiatement puisque le premier remboursement était différé de plusieurs mois, conformément à une formule de crédit qui semble être devenue la norme du commerce, particulièrement chez les marchands de meubles. Or, c'est avec l'arrivée des premières échéances, début 2006, qu'est arrivée aussi la proposition du débiteur à ses créanciers. [46] En pareilles circonstances, même si le premier volet du présent litige ne s'était pas soldé en faveur de la Caisse, le Tribunal aurait fait droit, tout au moins en partie, à la demande de révision et aurait refusé d'approuver la proposition telle que soumise. [47] PAR CES MOTIFS, LE TRIBUNAL: [48] ACCUEILLE l'appel logé par la Caisse requérante en vertu de l'article (1) de la Loi sur la faillite et l'insolvabilité; [49] ANNULE la décision prise par le syndic administrateur, le 17 août 2006, refusant à la Caisse requérante le droit de voter comme créancière garantie sur la proposition du débiteur;

10 PAGE : 10 [50] REJETTE la proposition de consommateur du débiteur; [51] AVEC DÉPENS. GILLES BLANCHET, j.c.s. Me Alain Vachon DUSSAULT LEMIEUX LAROCHELLE Avocats de l administrateur - intimé Me Estelle Tremblay GAUTHIER BÉDARD Avocats de la requérante Date d audience : 23 octobre 2006

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE YVES MAYRAND, J.C.S. MOTIFS ET JUGEMENT Art. 66.15(2) L.F.I.

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE YVES MAYRAND, J.C.S. MOTIFS ET JUGEMENT Art. 66.15(2) L.F.I. COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE RICHELIEU N : 765-11-000635-016 DATE : 27 novembre 2001 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE YVES MAYRAND, J.C.S. Dans l'affaire de la proposition de

Plus en détail

OBLIGATIONS ET RESPONSABILITES D'UN ADMINISTRATEUR D'UNE COMPAGNIE EN FAILLITE

OBLIGATIONS ET RESPONSABILITES D'UN ADMINISTRATEUR D'UNE COMPAGNIE EN FAILLITE OBLIGATIONS ET RESPONSABILITES D'UN ADMINISTRATEUR D'UNE COMPAGNIE EN FAILLITE Avis est, par les présentes, donné à d'administrateur d'une compagnie en faillite. de ses obligations et responsabilités à

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION 139 FAILLITE ET RESTRUCTURATION Selon la législation constitutionnelle canadienne, le gouvernement fédéral exerce un contrôle législatif exclusif sur les faillites et l insolvabilité. Au Canada, les procédures

Plus en détail

Table des matières TABLE DES MATIÈRES. Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9

Table des matières TABLE DES MATIÈRES. Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9 Table des matières 1 TABLE DES MATIÈRES Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9 A- La Loi sur la faillite et l insolvabilité... 10 B- La Loi sur les arrangements avec les créanciers...

Plus en détail

Problèmes pratiques insolvabilité des consommateurs

Problèmes pratiques insolvabilité des consommateurs Problèmes pratiques insolvabilité des consommateurs Par : Nathalie Brault et Virginie Comtois 25 mai 2015 Sujets abordés Le décès d un débiteur Annulation de proposition de consommateur Remises volontaires

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION Loi sur la faillite et l insolvabilité (LFI) 177 Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC) 181 Par James Gage Faillite et restructuration 177 Selon la législation constitutionnelle

Plus en détail

Introduction et sommaire

Introduction et sommaire Mémoire de l Association canadienne des professionnels de l insolvabilité et de la réorganisation Introduction et sommaire 277, rue Wellington Ouest Toronto (Ontario) M5V 3H2 Tél. : 416-204-3242 Téléc.

Plus en détail

- et - RAPPORT AU SUJET DE L ADMINISTRATION PRÉLIMINAIRE DU SYNDIC

- et - RAPPORT AU SUJET DE L ADMINISTRATION PRÉLIMINAIRE DU SYNDIC Province de QUÉBEC COUR SUPÉRIEURE District de Montréal «En matière de faillite et d insolvabilité» N o Division : 01-MONTRÉAL N o Cour : 755-11-002875-132 DANS L AFFAIRE DE LA FAILLITE DE : N o Dossier

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES Volume I TABLES LOI SUR LA FAILLITE ET L INSOLVABILITÉ (PARTIES I À V) NOTIONS GÉNÉRALES

TABLE DES MATIÈRES Volume I TABLES LOI SUR LA FAILLITE ET L INSOLVABILITÉ (PARTIES I À V) NOTIONS GÉNÉRALES Volume I Introduction................................................................... iii Remerciements................................................................ v TABLES Table de la jurisprudence........................................................

Plus en détail

Commentaire sur la décision Banque Nationale du Canada c. Lemay - Cautions, ne renoncez pas à l'exception de subrogation par votre comportement

Commentaire sur la décision Banque Nationale du Canada c. Lemay - Cautions, ne renoncez pas à l'exception de subrogation par votre comportement EYB2008REP745 Repères, Septembre 2008 EmmanuelleSAUCIER * Commentaire sur la décision Banque Nationale du Canada c. Lemay - Cautions, ne renoncez pas à l'exception de subrogation par votre comportement

Plus en détail

CORAM: LES HONORABLES BEAUREGARD MAILHOT PROULX, JJ.C.A.

CORAM: LES HONORABLES BEAUREGARD MAILHOT PROULX, JJ.C.A. COUR D'APPEL PROVINCE DE QUÉBEC GREFFE DE MONTRÉAL No: (500 05 000061 927) Le 13 décembre 1993 CORAM: LES HONORABLES BEAUREGARD MAILHOT PROULX, JJ.C.A. RAYMOND, CHABOT, FAFARD, GAGNON INC. en sa qualité

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES TITRE I- LES ÉTATS FINANCIERS... 17 TITRE II- LA FISCALITÉ CORPORATIVE... 65 TITRE III- LA FAILLITE... 109

TABLE DES MATIÈRES TITRE I- LES ÉTATS FINANCIERS... 17 TITRE II- LA FISCALITÉ CORPORATIVE... 65 TITRE III- LA FAILLITE... 109 TABLE DES MATIÈRES TITRE I- LES ÉTATS FINANCIERS...................................... 17 TITRE II- LA FISCALITÉ CORPORATIVE.................................. 65 TITRE III- LA FAILLITE............................................

Plus en détail

Syndic. (articles 50 (10) et 50 (5) de la Loi sur la faillite et l insolvabilité)

Syndic. (articles 50 (10) et 50 (5) de la Loi sur la faillite et l insolvabilité) CANADA C O U R S U P É R I E U R E DISTRICT DU QUEBEC «En matière de faillite et d'insolvabilité» N O DIVISION : 07-CHICOUTIMI N O COUR : 150-11-003992-138 N O DOSSIER : 43-1768065 N O BUREAU : 156027-005

Plus en détail

Insolvabilité et faillite : Quoi faire???

Insolvabilité et faillite : Quoi faire??? Insolvabilité et faillite : Quoi faire??? Face aux coupures de salaires et d emplois, face à la récession économique, des milliers de consommateurs et de commerçants sont aux prises avec l insolvabilité

Plus en détail

01 04 65 JEAN-YVES THERRIEN. Demandeur. Entreprise. Le 26 février 2001, le demandeur s adresse à l'entreprise pour avoir accès à

01 04 65 JEAN-YVES THERRIEN. Demandeur. Entreprise. Le 26 février 2001, le demandeur s adresse à l'entreprise pour avoir accès à 01 04 65 JEAN-YVES THERRIEN Demandeur c. CAISSE D ÉCONOMIE DES POMPIERS DE MONTRÉAL Entreprise L'OBJET DU LITIGE son dossier. Le 26 février 2001, le demandeur s adresse à l'entreprise pour avoir accès

Plus en détail

Conciliation Droit de la famille et faillite

Conciliation Droit de la famille et faillite Conciliation Droit de la famille et faillite Formation AJBL 14 mars 2014 Lynda Lalande, CIRP, Syndic Olivier Noiseux, Conseiller Table des matières 2 Déclaration de résidence familiale. Réclamations alimentaires.

Plus en détail

Bulletin des Services Financiers

Bulletin des Services Financiers novembre 2015 Bulletin des Services Financiers La Cour suprême du Canada a confirmé aujourd hui la prépondérance de la Loi sur la faillite et l insolvabilité sur les régimes de refus d immatriculation

Plus en détail

PROCEDURE DE FAILLITE

PROCEDURE DE FAILLITE PROCEDURE DE FAILLITE Prononcé de faillite Prise d inventaire Liquidation en la forme sommaire Liquidation en la forme ordinaire Suspension de la faillite faute d actif Prononcé de suspension rendu par

Plus en détail

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT)

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) F OMPI PCT/R/2/4 ORIGINAL : anglais DATE : 31 mai 2002 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) COMITÉ SUR LA

Plus en détail

BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION EN VALEURS MOBILIÈRES

BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION EN VALEURS MOBILIÈRES Autorité des marchés financiers c. Centre de traitement d'information de crédit (CTIC) inc. CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MONTRÉAL DOSSIER N os : 2009-009 2009-022 BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION EN VALEURS

Plus en détail

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE RAYMOND W. PRONOVOST, J.C.S.

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE RAYMOND W. PRONOVOST, J.C.S. COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE SAINT-MAURICE Nº : 410-11-002313-136 DATE : 23 décembre 2013 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE RAYMOND W. PRONOVOST, J.C.S. DANS L AFFAIRE DE LA

Plus en détail

Profils des Fonds mutuels TD

Profils des Fonds mutuels TD Profils des Fonds mutuels TD Fonds à revenu fixe Fonds d obligations ultra court terme TD Fonds d obligations à court terme TD Fonds hypothécaire TD Fonds d obligations canadiennes TD Portefeuille à revenu

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 14/05/2013 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 24 avril 2013 N de pourvoi: 12-14377 ECLI:FR:CCASS:2013:C100415 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président),

Plus en détail

Club des juristes Projet de 14 ème directive. sur les transferts transfrontaliers des sièges sociaux des sociétés de capitaux

Club des juristes Projet de 14 ème directive. sur les transferts transfrontaliers des sièges sociaux des sociétés de capitaux Club des juristes Projet de 14 ème directive DIRECTIVE /./CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du. sur les transferts transfrontaliers des sièges sociaux des sociétés de capitaux LE PARLEMENT EUROPEEN

Plus en détail

M me X DÉCISION DEMANDE D'EXAMEN DE MÉSENTENTE SUR LA RECTIFICATION D'UN RENSEIGNEMENT PERSONNEL

M me X DÉCISION DEMANDE D'EXAMEN DE MÉSENTENTE SUR LA RECTIFICATION D'UN RENSEIGNEMENT PERSONNEL Dossier : 03 03 52 Date : 20031202 Commissaire : M e Christiane Constant M me X Demanderesse c. Citifinancial Entreprise DÉCISION L OBJET DU LITIGE DEMANDE D'EXAMEN DE MÉSENTENTE SUR LA RECTIFICATION D'UN

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES INVESTMENT INDUSTRY REGULATORY ORGANIZATION OF CANADA

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES INVESTMENT INDUSTRY REGULATORY ORGANIZATION OF CANADA ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES INVESTMENT INDUSTRY REGULATORY ORGANIZATION OF CANADA CONVENTION UNIFORME DE SUBORDINATION DE PRÊT Borden Ladner Gervais s.r.l.,

Plus en détail

Loi sur l aide juridique et sur la prestation de certains autres services juridiques (L.R.Q., c. A-14; 2010, c.12, a. 30 et a. 37)

Loi sur l aide juridique et sur la prestation de certains autres services juridiques (L.R.Q., c. A-14; 2010, c.12, a. 30 et a. 37) RÈGLEMENT CONCERNANT LE TARIF DES HONORAIRES ET LES DÉBOURS DES AVOCATS DANS LE CADRE DE LA PRESTATION DE CERTAINS SERVICES JURIDIQUES ET CONCERNANT LA PROCÉDURE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS Loi sur l aide

Plus en détail

OBLIGATIONS ET RESTRICTIONS D UN FAILLI

OBLIGATIONS ET RESTRICTIONS D UN FAILLI OBLIGATIONS ET RESTRICTIONS D UN FAILLI Avis est, par les présentes, donné à de ses obligations et restrictions consécutives à sa faillite, soit: 158. LE FAILLI DOIT : a) révéler et remettre tous ses biens

Plus en détail

1.2 Les membres délèguent au Conseil d administration le choix du nom définitif de l association.

1.2 Les membres délèguent au Conseil d administration le choix du nom définitif de l association. STATUTS ADOPTES PAR LA PREMIERE ASSEMBLEE GENERALE DE L ASSOCIATION DES MEMBRES DU BARREAU OEUVRANT HORS QUEBEC (AHQ) / ASSOCIATION OF QUEBEC BAR MEMBERS ABROAD («Avocats Hors Québec» / «Quebec Lawyers

Plus en détail

Bulletin en recours collectifs

Bulletin en recours collectifs Bulletin en recours collectifs Octobre 2014 La Cour suprême du Canada tranche sur la portée des «frais de crédit» dans la Loi sur la protection du consommateur et sur l octroi de dommages-intérêts punitifs

Plus en détail

Avons ordonné et ordonnons:

Avons ordonné et ordonnons: Doc. parl. 3671 Loi du 3 juin 1994 portant organisation des relations entre les agents commerciaux indépendants et leurs commettants et portant transposition de la directive du Conseil 86/653/CEE du 18

Plus en détail

Avis sur les règles Avis d approbation/de mise en œuvre. Sommaire

Avis sur les règles Avis d approbation/de mise en œuvre. Sommaire Avis sur les règles Avis d approbation/de mise en œuvre Règles des courtiers membres Personne-ressource : Answerd Ramcharan Chef de l information financière Politique de réglementation des membres 416

Plus en détail

COUR SUPÉRIEURE JUGEMENT

COUR SUPÉRIEURE JUGEMENT COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE LONGUEUIL N : 505-17-002014-043 DATE : 30 mars 2005 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE CAROLE JULIEN, J.C.S. P...-L... B... Demandeur - intimé Et

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 27 MAI 2013 S.11.0060.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N S.11.0060.F A. C., demandeur en cassation, représenté par Maître Jacqueline Oosterbosch, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du jeudi 10 septembre 2015 N de pourvoi: 14-17772 Publié au bulletin Rejet Mme Batut (président), président Me Le Prado, SCP Boutet-Hourdeaux, avocat(s)

Plus en détail

Type d'action REQUÊTE pour ordonnance spéciale fondée sur l'article 158 de la Loi sur la faillite et l'insolvabilité. REJETÉE.

Type d'action REQUÊTE pour ordonnance spéciale fondée sur l'article 158 de la Loi sur la faillite et l'insolvabilité. REJETÉE. EYB 2014-239422 Résumé Cour supérieure Villégiature du Lac Carling inc. (Proposition de) 500-11-041210-119 (approx. 8 page(s)) 3 juillet 2014 Décideur(s) Roy, Claudine Type d'action REQUÊTE pour ordonnance

Plus en détail

RAPPORT DU SYNDIC AUX CRÉANCIERS SUR L ADMINISTRATION PRÉLIMINAIRE

RAPPORT DU SYNDIC AUX CRÉANCIERS SUR L ADMINISTRATION PRÉLIMINAIRE Samson Bélair/Deloitte & Touche Inc. 1, Place Ville Marie Bureau 3000 Montréal QC H3B 4T9 Canada Tél. : 514-393-7115 Téléc. : 514-390-4103 www.deloitte.ca CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE QUÉBEC DIVISION

Plus en détail

CONTRAT DE FINANCEMENT

CONTRAT DE FINANCEMENT CONTRAT DE FINANCEMENT TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 6 0.00 INTERPRÉTATION... 7 PAGE 0.01 Terminologie... 7 0.01.01 Actif... 7 0.01.02 Activités... 7 0.01.03 Avoir des Actionnaires... 7 0.01.04 Base

Plus en détail

Syndic. (articles 50 (10) et 50 (5) de la Loi sur la faillite et l insolvabilité)

Syndic. (articles 50 (10) et 50 (5) de la Loi sur la faillite et l insolvabilité) CANADA C O U R S U P É R I E U R E DISTRICT DU QUEBEC «En matière de faillite et d'insolvabilité» N O DIVISION : 07-CHICOUTIMI N O COUR : 150-11-003991-130 N O DOSSIER : 43-1768047 N O BUREAU : 205793-002

Plus en détail

Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287

Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287 Jurisprudence Cour de cassation Chambre commerciale 30 mars 2010 n 09-14.287 Sommaire : Texte intégral : Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287 République française

Plus en détail

M. ------------------ AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

M. ------------------ AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N 1300371 TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CAEN ------------------ RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. ------------------ AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS DB M. M ondésert juge des référés Le juge des référés, Audience du 20 mars

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Page. Avant-propos... TITRE I PRÉSENTATION GÉNÉRALE DU DROIT DE LA FAILLITE ET DE L INSOLVABILITÉ... 1

TABLE DES MATIÈRES. Page. Avant-propos... TITRE I PRÉSENTATION GÉNÉRALE DU DROIT DE LA FAILLITE ET DE L INSOLVABILITÉ... 1 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos... Préface... iii v TITRE I PRÉSENTATION GÉNÉRALE DU DROIT DE LA FAILLITE ET DE L INSOLVABILITÉ... 1 Chapitre 1 L histoire législative anglaise... 3 Chapitre 2 L histoire

Plus en détail

A) Les modifications du champ d'application du Règlement n 1346

A) Les modifications du champ d'application du Règlement n 1346 La proposition de la Commission pour la révision du Règlement "faillite": une deuxième chance pour les entreprises en difficulté Durant le mois de mars 2012, une consultation publique a été lancée, sollicitant

Plus en détail

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s)

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 9 juillet 2014 N de pourvoi: 13-17470 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen

Plus en détail

Numéro du rôle : 3702. Arrêt n 60/2006 du 26 avril 2006 A R R E T

Numéro du rôle : 3702. Arrêt n 60/2006 du 26 avril 2006 A R R E T Numéro du rôle : 3702 Arrêt n 60/2006 du 26 avril 2006 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant les articles 1675/7, 1er, 2 et 4, 1675/12, 1er et 2, et 1675/13, 1er, du Code judiciaire,

Plus en détail

Hypothèque sur les montants payables par l État

Hypothèque sur les montants payables par l État Hypothèque sur les montants payables par l État Introduction Le domaine des sûretés a considérablement évolué depuis l avènement du Code civil du Québec («Code civil») en 1994. En effet, l hypothèque mobilière

Plus en détail

Ordonnance du Tribunal fédéral 281.41 concernant la saisie et la réalisation de parts de communautés

Ordonnance du Tribunal fédéral 281.41 concernant la saisie et la réalisation de parts de communautés Ordonnance du Tribunal fédéral 281.41 concernant la saisie et la réalisation de parts de communautés (OPC 1) ) du 17 janvier 1923 (Etat le 1 er janvier 1997) Le Tribunal fédéral suisse, en application

Plus en détail

CAUTIONNEMENT ET SUBORDINATION DE CRÉANCES. (Prêts aux particuliers)

CAUTIONNEMENT ET SUBORDINATION DE CRÉANCES. (Prêts aux particuliers) CAUTIONNEMENT ET SUBORDINATION DE CRÉANCES DEST. : BANQUE ROYALE DU CANADA DÉFINITIONS (Prêts aux particuliers) Les mots dont les définitions apparaissent ci-dessous sont utilisés tout au long de ce document.

Plus en détail

La réalisation des garanties et les fiducies présumées

La réalisation des garanties et les fiducies présumées La réalisation des garanties et les fiducies présumées Retour à la case départ? Éric Vallières, McMillan S.E.N.C.R.L, s.r.l. Conférence sur le Financement et les sûretés, Institut Canadien Le 31 janvier

Plus en détail

Banque Scotia Charte du Comité de gouvernance et du régime de retraite

Banque Scotia Charte du Comité de gouvernance et du régime de retraite Banque Scotia Charte du Comité de gouvernance et du régime de retraite Obligations et responsabilités du Comité de gouvernance et du régime de retraite du conseil d'administration («le comité»). GOUVERNANCE

Plus en détail

Textes de référence : Table des matières

Textes de référence : Table des matières LE TRAITEMENT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE AU JAPON Textes de référence :! la loi du 25 avril 1922 sur la faillite,! la loi du 25 avril 1922 sur le concordat,! les articles 381 à 403 et les articles 431

Plus en détail

A r r ê t d u 8 a o û t 2 0 1 2

A r r ê t d u 8 a o û t 2 0 1 2 B u n d e s v e r w a l t u n g s g e r i c h t T r i b u n a l a d m i n i s t r a t i f f é d é r a l T r i b u n a l e a m m i n i s t r a t i v o f e d e r a l e T r i b u n a l a d m i n i s t r a

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2015-03-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ D AUDIT PARTIE I. STRUCTURE DU COMITÉ 1.

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 17 FEVRIER 2011 C.10.0149.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.10.0149.F AG INSURANCE, société anonyme dont le siège social est établi à Bruxelles, boulevard Émile Jacqmain, 53, demanderesse en

Plus en détail

COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances»

COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances» Bossé c. Inspecteur canin inc. 2009 QCCQ 6133 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE TERREBONNE LOCALITÉ DE SAINT-JÉRÔME «Chambre civile» N : 700-32-020392-088 COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances»

Plus en détail

Décision n 2010 621 DC. Dossier documentaire

Décision n 2010 621 DC. Dossier documentaire Décision n 2010 621 DC Résolution tendant à adapter le chapitre XI bis du règlement du Sénat aux stipulations du traité de Lisbonne concernant les parlements nationaux Dossier documentaire Source : services

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE Commission d accès à l information du Québec Dossier : 06 03 94 Date : Le 29 juin 2007 Commissaire : M e Guylaine Henri X Demandeur c. GREAT-WEST, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Plus en détail

Numéro du rôle : 5870. Arrêt n 184/2014 du 10 décembre 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5870. Arrêt n 184/2014 du 10 décembre 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5870 Arrêt n 184/2014 du 10 décembre 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative aux articles 1675/13, 3, et 1675/13bis, 2, du Code judiciaire, posée par le Tribunal du

Plus en détail

C A N A D A PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL COUR N o : 500-11-043884-135. C O U R S U P É R I E U R E Chambre commerciale

C A N A D A PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL COUR N o : 500-11-043884-135. C O U R S U P É R I E U R E Chambre commerciale Restructuration Deloitte Inc. 1190, avenue des Canadiensde-Montréal Bureau 500 Montréal QC H3B 0M7 Canada Tél. : 514-393-7115 Téléc. : 514-390-4103 www.deloitte.ca C A N A D A PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT

Plus en détail

L informateur. financier. Protection contre les créanciers offerte par l assurance-vie. mai 2002. Les choses changent. Vous devez savoir.

L informateur. financier. Protection contre les créanciers offerte par l assurance-vie. mai 2002. Les choses changent. Vous devez savoir. L informateur financier DU GROUPE-CONSEIL EN PROTECTION DU PATRIMOINE MD À LA FINANCIÈRE SUN LIFE Protection contre les créanciers offerte par l assurance-vie mai 2002 Les choses changent. Vous devez savoir.

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : A. O. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 12 Appel n o : GE-13-1356 ENTRE : A. O. Appelant et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL

Plus en détail

- et - CONDITIONS DE VENTE DU SYNDIC

- et - CONDITIONS DE VENTE DU SYNDIC Dans l'affaire de la faillite de : Centre du Pneu M.C. inc. Débitrice - et - DEMERS BEAULNE INC. Syndic CONDITIONS DE VENTE DU SYNDIC Voici les conditions de vente de DEMERS BEAULNE INC. Les conditions

Plus en détail

No. A-070027/95-00353 GATINEAU, le 27 janvier 1995 D É C I S I O N

No. A-070027/95-00353 GATINEAU, le 27 janvier 1995 D É C I S I O N C A N A D A Province de Québec District de Hull Cour Municipale Ville de Gatineau No. A-070027/95-00353 GATINEAU, le 27 janvier 1995 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L'Honorable RAYMOND SÉGUIN LA CORPORATION MUNICIPALE

Plus en détail

COUR D APPEL CANADA PROVINCE DE QUÉBEC GREFFE DE QUÉBEC N : 200-09-003272-009 (605-05-000476-999) DATE : 5 avril 2002

COUR D APPEL CANADA PROVINCE DE QUÉBEC GREFFE DE QUÉBEC N : 200-09-003272-009 (605-05-000476-999) DATE : 5 avril 2002 COUR D APPEL CANADA PROVINCE DE QUÉBEC GREFFE DE QUÉBEC N : 200-09-003272-009 (605-05-000476-999) DATE : 5 avril 2002 CORAM: LES HONORABLES LOUISE MAILHOT J.C.A. FRANÇOIS PELLETIER J.C.A. BENOÎT MORIN

Plus en détail

Code civil local art. 21 à 79

Code civil local art. 21 à 79 Code civil local art. 21 à 79 Toute association qui fixe son siège, ou qui transfère son siège en Alsace-Moselle doit rédiger des statuts conformes aux présents articles du Code civil local. 1. Dispositions

Plus en détail

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003)

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Article 1 er.- La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la Constitution. Chapitre I er.- Champ d'application,

Plus en détail

plaignants, intimée. Caisse populaire Saint-Pierre Claver (la «Caisse») d'avoir exigé la production des

plaignants, intimée. Caisse populaire Saint-Pierre Claver (la «Caisse») d'avoir exigé la production des PV 99 00 72 MICHEL COURSOL, -et- CAROLE GERVAIS, plaignants, c. CAISSE POPULAIRE SAINT-PIERRE CLAVER, intimée. LA PLAINTE Dans le cadre du renouvellement de leur marge de crédit personnelle, M. Michel

Plus en détail

BULLETIN FISCAL 2011-119

BULLETIN FISCAL 2011-119 BULLETIN FISCAL 2011-119 Mai 2011 EMPRUNT D UN REER HYPOTHÈQUE Lors de l achat d une résidence, plusieurs personnes ont emprunté de leur REER par le biais du Régime d accession à la propriété. Toutefois,

Plus en détail

CANADA LABOUR CODE PART II OCCUPATIONAL HEALTH AND SAFETY. Name 974644 Ontario Ltd. demandeur. Paul Danton agent de santé et de sécurité

CANADA LABOUR CODE PART II OCCUPATIONAL HEALTH AND SAFETY. Name 974644 Ontario Ltd. demandeur. Paul Danton agent de santé et de sécurité Canada Appeals Office on Occupational Health and Safety Bureau d appel canadien en santé et sécurité au travail CANADA LABOUR CODE PART II OCCUPATIONAL HEALTH AND SAFETY Name 974644 Ontario Ltd. demandeur

Plus en détail

District de Montréal «Chambre commerciale» N o Division : 01-Montréal. - et -

District de Montréal «Chambre commerciale» N o Division : 01-Montréal. - et - Province de QUÉBEC COUR SUPÉRIEURE District de Montréal «Chambre commerciale» N o Division : 01-Montréal N o Cour : 500-11-045663-131 DANS L AFFAIRE DE LA FAILLITE DE: N o Dossier : 41-1811636 8100896

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA RÉGIE DE L ASSURANCE MALADIE DU QUÉBEC

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA RÉGIE DE L ASSURANCE MALADIE DU QUÉBEC RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA RÉGIE DE L ASSURANCE MALADIE DU QUÉBEC Loi sur la Régie de l assurance maladie du Québec (RLRQ, chapitre R-5, a. 14 et a. 15) SECTION I DISPOSITIONS GÉNÉRALES 1. Siège : Le siège

Plus en détail

EXE AppealReview SOP 28 fr. Appel et Révision. Procédure opératoire standard. Valide à partir du : 11/03/2015 Distribution : Externe publique

EXE AppealReview SOP 28 fr. Appel et Révision. Procédure opératoire standard. Valide à partir du : 11/03/2015 Distribution : Externe publique 28 fr Appel et Révision Procédure opératoire standard Valide à partir du : 11/03/2015 Distribution : Externe publique Table de Matières 1 Objet... 3 2 Champs d`application... 3 3 Définitions... 3 4 Processus...

Plus en détail

COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances»

COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances» CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL LOCALITÉ DE MONTRÉAL «Chambre civile» N : 500-80-002132-034 COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances» DATE : Le 12 novembre 2004 SOUS LA PRÉSIDENCE DE

Plus en détail

Longueuil (Ville de) c. Rodrigue 2013 QCCS 6172 COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE GUY COURNOYER, J.C.S. JUGEMENT

Longueuil (Ville de) c. Rodrigue 2013 QCCS 6172 COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE GUY COURNOYER, J.C.S. JUGEMENT Longueuil (Ville de) c. Rodrigue 2013 QCCS 6172 COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE LONGUEUIL N : 505-36-001599-127 (CM : 11-35239) DATE : 5 décembre 2013 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE

Plus en détail

M. Selim Totah cherche à obtenir des informations qu il croît être détenues par

M. Selim Totah cherche à obtenir des informations qu il croît être détenues par 00 08 22 TOTAH, Selim Demandeur c. INSPECTEUR GÉNÉRAL DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES GOUVERNEMENT DU QUÉBEC Organisme et BANQUE NATIONALE DU CANADA Tierce partie LA DEMANDE M. Selim Totah cherche à obtenir

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE DIJON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Président. Tribunal administratif de Dijon Le président du Tribunal,

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE DIJON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Président. Tribunal administratif de Dijon Le président du Tribunal, TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE DIJON N 1102334 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. M. Président M. 5 T ' Rapporteur public AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Tribunal administratif de Dijon Le président du Tribunal, Audience du

Plus en détail

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice,

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, PROTOCOLE Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, Le Tribunal de commerce de Paris, représenté par son Président en

Plus en détail

S T A T U T S. Société coopérative de cautionnement hypothécaire pour coopératives suisses de construction et d'habitation, CCH

S T A T U T S. Société coopérative de cautionnement hypothécaire pour coopératives suisses de construction et d'habitation, CCH S T A T U T S Société coopérative de cautionnement hypothécaire pour coopératives suisses de construction et d'habitation, CCH Nom, siège et but 1 Sous la raison sociale "Hypothekar-Bürgschaftsgenossenschaft

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION

Demandeur. Entreprise DÉCISION Dossier : 03 04 05 Date : 20031218 Commissaire : M e Michel Laporte X Demandeur c. BOURSE DE MONTRÉAL Entreprise DÉCISION L'OBJET DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE [1] Le 3 février 2003, le demandeur exige

Plus en détail

Note sous Cass. Com., 18 Novembre 2014, n 12-28040. Texte de l arrêt commenté : Note :

Note sous Cass. Com., 18 Novembre 2014, n 12-28040. Texte de l arrêt commenté : Note : Règlement 1346/2000, procédure collective ouverte en France et avertissement des créanciers résidant dans d autres pays de l Union européenne : la méconnaissance du formalisme exigé par le droit européen

Plus en détail

La responsabilité civile et l'entreprise

La responsabilité civile et l'entreprise La responsabilité civile et l'entreprise Dans la présente rubrique, nous poursuivons notre étude de la responsabilité civile, cette fois-ci du point de vue d'un commerce ou d'une entreprise. Les questions

Plus en détail

Numéro du rôle : 5371. Arrêt n 24/2013 du 28 février 2013 A R R E T

Numéro du rôle : 5371. Arrêt n 24/2013 du 28 février 2013 A R R E T Numéro du rôle : 5371 Arrêt n 24/2013 du 28 février 2013 A R R E T En cause : les questions préjudicielles concernant l article 3 de la loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises,

Plus en détail

Art. 4. La requête sera remise au greffe et inscrite dans un registre spécial; Je greffier en donnera récépissé sans frais et sans autre formalité.

Art. 4. La requête sera remise au greffe et inscrite dans un registre spécial; Je greffier en donnera récépissé sans frais et sans autre formalité. Loi du 14 avril 1886 concernant le concordat préventif de la faillite. - base juridique de: RGD du 18 juillet 2003 (Mém. A - 122 du 29 août 2003, p. 2572) RGD du 22 octobre 1979 (Mém. A - 82 du 31 octobre

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 6453 Québec, le : 10 août 2011 Membres : Marie Rinfret, présidente Sophie Raymond, commissaire Carol Robertson, commissaire Personne salariée et Partie plaignante

Plus en détail

Projet de loi n o 60 (2009, chapitre 51) Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et d autres dispositions législatives

Projet de loi n o 60 (2009, chapitre 51) Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 60 (2009, chapitre 51) Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et d autres dispositions législatives Présenté le 16 juin 2009

Plus en détail

Reprendre une activité commerciale après une faillite

Reprendre une activité commerciale après une faillite Reprendre une activité commerciale après une faillite Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont été

Plus en détail

DÉCISION LA DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D'ACCÈS

DÉCISION LA DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D'ACCÈS Commission d accès à l information du Québec Dossier : 03 21 99 Date : 3 février 2005 Commissaire : M e Christiane Constant X Demandeur c. Croix Bleue, Assurance collective Entreprise DÉCISION L OBJET

Plus en détail

COUR DU TRAVAIL DE BRUXELLES

COUR DU TRAVAIL DE BRUXELLES R.G.N 46.578 le feuillet. Rep.N. dnl~(~d. COUR DU TRAVAIL DE BRUXELLES ARRET AUDIENCE PUBLIQUE DU 5 DECEMBRE 2006. 4 ème chambr Contrat d'emploi Contradictoire Définitif En cause de: Maurice, Appelant,

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR L'EXERCICE DE LA PROFESSION MÉDICALE EN SOCIÉTÉ

RÈGLEMENT SUR L'EXERCICE DE LA PROFESSION MÉDICALE EN SOCIÉTÉ RÈGLEMENT SUR L'EXERCICE DE LA PROFESSION MÉDICALE EN SOCIÉTÉ Loi médicale (L.R.Q., c. M-9, a. 3) Code des professions (L.R.Q., c. C-26, a. 93, pars. g et h et 94, par. p) SECTION I OBJET 1. Un médecin

Plus en détail

FAILLITES ET PROTECTION DES FOURNISSEURS IMPAYÉS

FAILLITES ET PROTECTION DES FOURNISSEURS IMPAYÉS PRB 02-38F FAILLITES ET PROTECTION DES FOURNISSEURS IMPAYÉS Margaret Smith Division du droit et du gouvernement Le 6 janvier 2003 PARLIAMENTARY RESEARCH BRANCH DIRECTION DE LA RECHERCHE PARLEMENTAIRE La

Plus en détail

ARRET AUDIENCE PUBLIQUE DU 15 JANVIER 2013 2012/AM/439

ARRET AUDIENCE PUBLIQUE DU 15 JANVIER 2013 2012/AM/439 LGIQUE CIAIRE VAIL S ARRET AUDIENCE PUBLIQUE DU 15 JANVIER 2013 2012/AM/439 Règlement collectif de dettes - Plan de règlement judiciaire prévoyant une remise partielle de dettes dette constituée d indemnités

Plus en détail

Bulletin fiscal. Septembre 2011 PLACEMENTS EFFECTUÉS DANS UN REER OU UN FERR

Bulletin fiscal. Septembre 2011 PLACEMENTS EFFECTUÉS DANS UN REER OU UN FERR Bulletin fiscal Septembre 2011 PLACEMENTS EFFECTUÉS DANS UN REER OU UN FERR À certaines conditions, un particulier peut utiliser les fonds de son REER autogéré ou de son FERR autogéré pour investir sous

Plus en détail

MODÈLE DE CAPITAL-ACTIONS D UNE SOCIÉTÉ PAR ACTIONS DU QUÉBEC CAPITAL-ACTIONS DE LA SOCIÉTÉ

MODÈLE DE CAPITAL-ACTIONS D UNE SOCIÉTÉ PAR ACTIONS DU QUÉBEC CAPITAL-ACTIONS DE LA SOCIÉTÉ MODÈLE DE CAPITAL-ACTIONS D UNE SOCIÉTÉ PAR ACTIONS DU QUÉBEC CAPITAL-ACTIONS DE LA SOCIÉTÉ Le capital-actions autorisé de la société se compose de quatre catégories d actions. Les droits et restrictions

Plus en détail

Monsieur Jean Pierre TILLIARD 16 rue du Puits Minard 91630 LEUDEVILLE

Monsieur Jean Pierre TILLIARD 16 rue du Puits Minard 91630 LEUDEVILLE T R I B U N A L D E GRANDE I N S T A N C E D E P A R I S 1 8ème chambre 1ère section N RG : 12/08127 N MINUTE : JUGEMENT rendu le 27 Janvier 2015 Assignation du : 24 Mai 2012 DEMANDEUR Monsieur Jean Pierre

Plus en détail

La dissolution d une asbl

La dissolution d une asbl FICHE PRATI QUE La dissolution d une asbl La dissolution d une association sans but lucratif est un acte qui a pour but de mettre juridiquement fin à son existence. Pouvant résulter d une action volontaire

Plus en détail

Tendances de l insolvabilité au Canada

Tendances de l insolvabilité au Canada Tendances de l insolvabilité au Canada Ginette Trahan Directeur général, Services des relations externes Bureau du surintendant des faillites Le 16 novembre 2011 Association canadienne de la gestion de

Plus en détail

COUR SUPERIEURE (En matiere de faillite et d'insolvabili#e) SOUS LA PRESIDENCE DE L'HONORABLE JUGE CAROLE HALLEE. Debitrice-Requerante

COUR SUPERIEURE (En matiere de faillite et d'insolvabili#e) SOUS LA PRESIDENCE DE L'HONORABLE JUGE CAROLE HALLEE. Debitrice-Requerante COUR SUPERIEURE (En matiere de faillite et d'insolvabili#e) CANADA PROVINCE DE QUEBEC DISTRICT DE TERREBONNE N : 700-11-012530-111 DATE : 8 mars 2011 SOUS LA PRESIDENCE DE L'HONORABLE JUGE CAROLE HALLEE

Plus en détail

Loi fédérale sur les banques et les caisses d épargne

Loi fédérale sur les banques et les caisses d épargne Loi fédérale sur les banques et les caisses d épargne (Loi sur les banques, LB) Modification du 3 octobre 2003 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 20 novembre

Plus en détail

Re Turenne DÉCISION SUR ENTENTE DE RÈGLEMENT

Re Turenne DÉCISION SUR ENTENTE DE RÈGLEMENT Re Turenne AFFAIRE INTÉRESSANT : Les Règles de l Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) et Jacques Turenne 2013 OCRCVM 43 Formation d instruction de l Organisme

Plus en détail

Société DH. Régime de réinvestissement des dividendes

Société DH. Régime de réinvestissement des dividendes Société DH Régime de réinvestissement des dividendes 1. Introduction Le régime de réinvestissement des dividendes (le «régime») de Société DH (la «Société») offre aux porteurs admissibles d actions ordinaires

Plus en détail