Laforge (Proposition de) 2007 QCCS 1074 COUR SUPÉRIEURE. SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE GILLES BLANCHET, j.c.s.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Laforge (Proposition de) 2007 QCCS 1074 COUR SUPÉRIEURE. SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE GILLES BLANCHET, j.c.s."

Transcription

1 Laforge (Proposition de) 2007 QCCS 1074 COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE CHICOUTIMI N : DATE : 14 mars 2007 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE GILLES BLANCHET, j.c.s. DANS L AFFAIRE DE LA PROPOSITION DE CONSOMMATEUR DE : CONRAD LAFORGE et Débiteur GINSBERG GINGRAS & ASSOCIÉS c. Administrateur - intimé CAISSE POPULAIRE DESJARDINS DE LA RIVE-NORD DU SAGUENAY Requérante JUGEMENT [1] La Caisse populaire requérante demande la révision judiciaire d une proposition de consommateur qui a été acceptée lors d une assemblée de créanciers convoquée à sa demande (art L.F.I.). Elle se pourvoit aussi en appel d une décision du syndic administrateur qui, à cette assemblée, a refusé de tenir compte de son vote en tant que créancière garantie (art (1) L.F.I.). JB 3141

2 PAGE : 2 Contexte [2] Le 14 juin 2006, le débiteur Conrad Laforge, qui a déjà fait faillite en 1987 et en 1996, dépose une proposition de consommateur selon les articles et suivants de la Loi sur la faillite et l insolvabilité. La Caisse populaire Desjardins de la Rive-Nord du Saguenay détient alors contre lui deux créances, l une non garantie de 2 219,42 $, sur prêt à demande, l autre de ,61 $, sur prêt hypothécaire résidentiel. [3] Au bilan du débiteur, si l on fait abstraction d une automobile évaluée à 300 $, il appert que la résidence hypothéquée au bénéfice de la Caisse constitue en fait le seul actif tangible. Or, sa valeur de $ est inférieure à la dette hypothécaire. Quant aux dettes non garanties, elles représentent $ et se répartissent entre treize (13) créanciers. À l égard de ceux-ci, la proposition prévoit le versement progressif d une somme de $, à raison de 250 $ par mois pendant cinq ans, ce qui laisserait des dividendes de l ordre de $ après paiement des frais, déboursés et honoraires de l administrateur. [4] À l assemblée tenue le 17 août 2006, deux créanciers seulement se manifestent, soit CitiFinancière, pour 9 916,47 $, et la Caisse requérante, qui entend voter à la fois sur la proposition comme créancière garantie et non garantie. Mais le syndic, en sa qualité d administrateur, refuse de prendre en considération le vote de la Caisse comme créancière garantie. Dès lors, comme CitiFinancière s est prononcée en faveur de la proposition, celle-ci est acceptée par un vote de 84 % contre 16 %. Prétentions des parties [5] S autorisant de l article L.F.I., la Caisse a demandé dans un premier temps la révision judiciaire de la proposition, d où la requête de l administrateur, qui conclut néanmoins à son approbation par le Tribunal. La Caisse fait valoir pour sa part que la conduite négligente du débiteur, ses faillites antérieures et les circonstances qui ont mené à son insolvabilité auraient dû entraîner le rejet pur et simple de la proposition. [6] Selon la Caisse, par ailleurs, en vertu des règles particulières à la proposition de consommateur, tous les créanciers, garantis ou non, doivent être admis à voter sur la résolution visant l approbation ou le rejet de la proposition. À l article L.F.I., en effet, le législateur aurait indiqué son intention de déroger en cette matière à la règle générale de l article 112 L.F.I., selon laquelle le créancier garanti n a droit de voter qu à l égard du reliquat qui lui est dû après déduction de la valeur de sa garantie. Discussion et décision [7] La question de droit soulevée par l appel de la décision de l administrateur mérite d être abordée en premier lieu. Le maintien de ce pourvoi, en effet, conduirait au rejet de la proposition et disposerait du litige en entier. Dans l éventualité contraire, toutefois, il y aura lieu de considérer la demande de révision de la proposition.

3 PAGE : 3 Appel de la décision de l administrateur [8] L'article (1) de la Loi dispose que tout créancier peut en appeler devant le Tribunal de la décision prise par l'administrateur lors d'une assemblée des créanciers tenue en rapport avec une proposition de consommateur. En l'espèce, le procès-verbal de l'assemblée des créanciers fait voir que ceux-ci se sont prononcés en faveur de la proposition par une majorité en valeur. On y lit aussi, au paragraphe 6 : NOTES PARTICULIÈRES AU PROCÈS-VERBAL : Vote rejeté à l égard de la créance hypothécaire de la Caisse Desjardins de la Rive-Nord (garantie) ,61 $. Ce créancier désirait voter sur sa créance hypothécaire, le syndic a rejeté ce vote. [9] Le procès-verbal, comme on le voit, n'énonce pas les motifs du refus, mais on comprend que l'administrateur se fonde ici sur l'article 112 de la Loi. Cette disposition, inscrite sous le titre «Procédures des assemblées», dispose que: 112. Pour les fins de la votation, un créancier garanti énonce dans sa preuve, à moins qu il ne renonce à sa garantie, les détails de sa garantie, la date à laquelle elle a été donnée, ainsi que le montant auquel il l évalue, et il n a le droit de voter qu à l égard du reliquat qui lui est dû, s il en est, déduction faite de la valeur de sa garantie. (Soulignement ajouté) [10] Dans sa preuve de réclamation, la Caisse a évalué sa garantie au plein montant de sa créance hypothécaire, soit ,61 $, de sorte qu'aucun reliquat, au sens de l'article 112, ne lui permettait de voter en tant que créancière garantie. [11] Pour une compréhension adéquate des deux thèses qui s affrontent ici, il importe de parcourir la Loi sur la faillite en examinant d abord certaines de ses dispositions générales, pour considérer ensuite les règles propres à la proposition concordataire et, enfin, celles relatives à la proposition de consommateur. [12] L'article 112, sur lequel s'appuie l'administrateur intimé, s'inscrit sous la Partie V de la Loi, qui traite de l'administration des actifs du failli ou du proposant, selon le cas. Il s'agit donc d'une disposition d'ordre général, qui régit la procédure applicable à toutes les assemblées de créanciers pouvant être tenues en vertu de la Loi, que ce soit dans le cadre d'une faillite ou dans celui d'une proposition. [13] Dans cette même partie de la Loi, mais sous la rubrique «Preuve des créanciers garantis», on trouve l'article 127, qui pose la règle générale selon laquelle le créancier garanti peut, selon le cas, soit prouver un reliquat après réalisation de sa garantie, soit prouver la totalité de sa créance après avoir renoncé à cette garantie au bénéfice de la masse:

4 PAGE : (1) Lorsqu un créancier garanti réalise sa garantie, il peut prouver le reliquat qui lui est dû, après avoir déduit la somme nette réalisée. (2) Lorsqu un créancier garanti renonce à sa garantie en faveur du syndic au profit des créanciers en général, il peut établir la preuve de sa réclamation entière. [14] Si l analyse devait se terminer à ce stade, il faudrait conclure que la Caisse, lors de l'assemblée convoquée à sa demande, n'avait droit de vote que comme créancière non garantie pour une somme de 2 219,42 $. Sa créance hypothécaire, en effet, ne lui donnait pas droit de voter puisque la valeur de la garantie, selon sa propre évaluation, ne laissait aucun reliquat à l'égard duquel elle aurait pu le faire en vertu de l'article 112. [15] Ce rappel étant fait de certaines règles applicables à l'ensemble des situations visées par la Loi sur la faillite, examinons maintenant les dispositions relatives à la proposition concordataire, d'abord, puis à la proposition de consommateur. [16] L article 50, qui ouvre la section relative aux propositions concordataires, dispose que : (1.2) La proposition est faite aux créanciers en général, étant entendu qu elle s adresse, selon ce qu elle prévoit, soit à la masse de ceux-ci, soit aux diverses catégories auxquelles ils appartiennent; elle peut en outre, sous réserve du paragraphe (1.3), être faite aux créanciers garantis d une ou de plusieurs catégories ( ). [17] Et de là, le paragraphe (1.8) du même article énonce : (1.8) Toutes les décisions relatives à une proposition, sauf celles portant sur son acceptation ou son rejet, sont prises par résolution ordinaire des créanciers à qui la proposition a été faite. [18] Ainsi, les décisions relatives à une proposition se prennent toutes par résolution ordinaire des créanciers visés, mais s il s agit d accepter ou de rejeter la proposition, on s en remettra plutôt aux règles énoncées à l article 54 et aux autres dispositions de la Loi auxquelles renvoie cet article. Sans qu il soit nécessaire d entrer ici dans le détail de ces règles relativement complexes, retenons tout de même que (a) les créanciers garantis et non garantis ont droit de vote, (b) ils le font par catégories et (c) le vote des créanciers garantis n est pris en compte qu à l égard de ce qui les concerne dans la proposition (art 62 (2) b) L.F.I.). [19] À ce stade, une mise au point importante s impose. Les articles 50 et 54 L.F.I., évoqués plus haut, ne concernent que les propositions concordataires et on ne saurait les appliquer par analogie à une proposition de consommateur. L article 66.4 (1), propre à la proposition de consommateur, dispose en effet que : 66.4 (1) Toutes les dispositions de la présente loi, sauf la section I de la présente partie, dans la mesure où elles sont applicables, s appliquent, compte

5 PAGE : 5 tenu des adaptations de circonstance, aux propositions faites aux termes de la présente section. (Soulignement ajouté) [20] De même, l article 66 (1) fait en sorte que les règles propres à la proposition de consommateur ne puissent pas davantage trouver application en matière de proposition concordataire, puisqu elles y sont exclues de façon tout aussi expresse. Ainsi, la proposition concordataire et la proposition de consommateur obéissent à des règles distinctes, mais on devra appliquer à l une et à l autre toutes les dispositions de la Loi qui pourraient leur être applicables, sous réserve toutefois des adaptations nécessaires. [21] Cette prémisse étant posée, voyons maintenant les règles applicables à la proposition de consommateur, une mesure réservée à la personne physique «dont la somme des dettes, à l'exclusion de celles qui sont garanties par sa résidence principale, n'excède pas soixante-quinze mille dollars ou tout autre montant prescrit». (art L.F.I.). [22] D'abord, contrairement à ce que nous avons pour la proposition concordataire, la proposition de consommateur «est faite aux créanciers en général», sans autre précision ni réserve. L'article (3), en effet, se limite à cet énoncé, sans évoquer les notions de catégories et de garanties que l on retrouve à l'article 50 (1.2) au sujet de la proposition concordataire conventionnelle. Cela dit, l'article (4) distingue les créanciers garantis des créanciers non garantis en ce qui a trait seulement à la manière dont ils devront déposer auprès de l'administrateur leur preuve de réclamation. [23] Mais là s'arrête toute forme de distinction véritable entre les deux types de créanciers. Ainsi, qu'il s'agisse de l'ordre de priorité des réclamations (66.12), de la convocation d'une assemblée à la demande d'un créancier (66.15), de l'appel d'une décision de l'administrateur (66.16), de l'expression par les créanciers de leur accord ou désaccord avec la proposition (66.17), de la nomination des inspecteurs (66.21) ou de la procédure de révision judiciaire d'une proposition du consommateur à la suite d'une acceptation effective ou présumée (66.22), la Loi ne fait plus aucune distinction entre les créanciers garantis et non garantis en matière de proposition de consommateur. [24] De fait, dans toute la Section ll (art à 66.4), la notion de créancier garanti n'intervient que dans trois dispositions. D'abord, l'article (4), évoqué plus haut, dicte la façon pour le créancier de soumettre sa preuve de réclamation. On voit ensuite intervenir ce concept à l'article 66.28, en vertu duquel la proposition, une fois acceptée, lie les créanciers relativement aux réclamations garanties pour lesquelles des preuves de réclamation ont été produites. [25] Enfin, la notion de créancier garanti apparaît, bien que de façon accessoire, à l'article (1) de la Loi. Cette disposition, qui traite précisément du vote sur la proposition de consommateur, se trouve au cœur même du litige:

6 PAGE : (1) Lors de l assemblée des créanciers, ceux-ci peuvent par résolution ordinaire, tous étant, aux fins du vote, regroupés au sein de la même catégorie, accepter ou rejeter, sous réserve des droits des créanciers garantis, la proposition ainsi qu elle a été déposée ou modifiée à l assemblée ou à un ajournement de celle-ci. [26] Nous avons vu plus haut que dans le cadre d'une proposition concordataire ordinaire, le vote sur acceptation ou refus obéit à une série de règles assez complexes, en vertu desquelles les créanciers garantis et non garantis reçoivent des traitements différents. On se rappelle aussi que dans ce cas, la décision par résolution ordinaire n est pas permise lorsqu il s agit de l'acception ou du rejet de la proposition. [27] Or ici, au contraire, l'article (1) prévoit que les créanciers, sans distinction, peuvent accepter ou rejeter la proposition de consommateur par résolution ordinaire. Qui plus est, on prévoit expressément que tous les créanciers sont «aux fins du vote, regroupés au sein de la même catégorie». [28] Certes, l'article 66.4 (1) impose d'appliquer à la proposition de consommateur toutes les dispositions non incompatibles de la Loi sur la faillite, ce qui pourrait inclure en théorie l'article 112. Mais cette disposition, rappelons-le, circonscrit le droit de vote du créancier garanti dans le cadre général de la Loi, incluant notamment les cas de faillite, et elle limite la portée de ce droit de vote à la valeur du reliquat laissé après réalisation ou abandon de la garantie. [29] À l'évidence, cette disposition d application générale se révèle incompatible avec l'article (1), une disposition au contraire très spécifique en vertu de laquelle les créanciers «peuvent par résolution ordinaire, tous étant, aux fins du vote, regroupés au sein de la même catégorie, accepter ou rejeter la proposition». De fait, après lecture et relecture de toute la section de la Loi portant sur la proposition de consommateur, le Tribunal cherche en vain la signification que pourrait bien avoir l'article (1) si la règle de l'article 112 devait s'appliquer au vote des créanciers sur une proposition de consommateur. [30] Bien sûr, au regard de l'économie générale de la Loi sur la faillite, on peut à juste titre s'interroger sur les raisons pour lesquelles le législateur fédéral a pu juger bon de déroger de façon aussi flagrante aux concepts usuels et familiers qui paraissent soustendre cette même Loi. [31] Dans l'affaire de la proposition de consommateur de Cournoyer c. Raymond Chabot inc. et le Sous-ministre du Revenu du Québec 1, le juge Yves Mayrand, de cette Cour, se pose cette question et y trouve réponse. Au paragraphe 10 d'un jugement par lequel il rejette une requête pour convocation d'une assemblée des créanciers, il écrit d'abord: 1 C.S. Richelieu , 27 novembre 2001.

7 PAGE : 7 (10) Il faut dire que la section ll, partie lll de la loi qui touche la proposition de consommateur est récente, fait suite à des amendements de 92 et à des amendements qui ont été par la suite précisés suite à des pressions de groupes de consommateurs qui voulaient trouver un mécanisme ou une mécanique qui ferait en sorte que des consommateurs seraient protégés contre un endettement sans avoir à se mettre obligatoirement en faillite. Ils pourraient effectivement trouver une sorte de forme de dépôt volontaire ou de Loi Lacombe modernisée pour se mettre à l'abri des poursuites, tout en rencontrant leurs obligations et tout en se rééduquant au point de vue de l'administration de leurs biens. [32] Puis, il enchaîne: (12) Il nous est apparu à la lecture des auteurs sur le sujet, que l'idée du législateur était de minimiser les frais, de faire en sorte d'éviter les faillites, tant sur le plan statistique, le Gouvernement semblant être intéressé à ce qu'il y ait moins de faillites possible, semblant donner un aperçu de l'état de santé d'un pays et d'avoir une forme secondaire, ou une voie d'évitement pour des gens qui pourraient s'en aller en faillite. (13) De sorte qu'il n'était pas souhaitable qu'une procédure trop complexe soit mise en place pour atteindre ce but et il n'est pas souhaité ni souhaitable que les créanciers garantis soient forcés de réaliser leurs garanties, ou soient forcés également de tout simplement soumettre le reliquat. Le législateur a mis sur pied, selon nous, une façon de procéder qui englobe les créanciers garantis comme non garantis. [33] Parmi les auteurs qui l ont conduit à cette conclusion, le juge Mayrand évoque d abord l ouvrage de Houlden & Morawetz, dans lequel on cerne en ces mots l intention présumée du législateur derrière les dispositions sous étude : The purpose of the consumer proposal section is to permit consumer proposals to be handled quickly, efficiently and with a minimum administration and attendant expense. 2 [34] Le juge cite aussi Massue-Monat 3 et s arrêter ensuite aux observations suivantes du professeur Bohémier : En règle principale, on est dispensé à toutes fins utiles de la tenue d une assemblée des créanciers, l acceptation des propositions du débiteur n exige qu une majorité simple (art ) et sans que les créanciers puissent voter par catégorie. ( ) La proposition de consommateur s adresse aux créanciers en général : il ne peut y avoir de catégories de créanciers Bankruptcy and Insolvency Law of Canada, 3 rd edition, Revised, Carswell, vol. 1, p , (E 35.1) Développements récents en droit de la faillite, Éditions Yvon Blais, 1998, p.89. Faillite et insolvabilité, Thémis, Tome 1, p. 444.

8 PAGE : 8 [35] Au terme de cet exercice, le juge Mayrand retient finalement qu en incorporant à la Loi sur la faillite une section réservée à la proposition dite «de consommateur», le législateur a clairement exprimé son intention de simplifier en certains cas la proposition concordataire et de la rendre plus accessible, notamment en y englobant les créanciers garantis et non garantis. [36] Mais dans l'affaire Cournoyer, plaide l'intimé, le juge Mayrand disposait d'une requête pour convocation d'une assemblée de créanciers, selon l'article (2) b), et non de l'appel d'une décision de l'administrateur sur le vote d'un créancier garanti. [37] Or, cette distinction, en l espèce, joue plutôt à la faveur de la Caisse. Statuant sous l'empire de l'article 66.15, en effet, le juge dans l'affaire Cournoyer avait pour seul argument l'absence de distinction dans le texte entre les créanciers garantis et non garantis. À l'inverse, lorsqu'il s'agit plutôt, comme en l'espèce, de réformer une décision de l'administrateur en rapport avec un vote sur la proposition, on a devant soi une disposition en vertu de laquelle tous les créanciers, garantis ou non, doivent clairement être regroupés au sein de la même catégorie. [38] Il y a lieu, en conséquence, d'accueillir le pourvoi de la Caisse et de casser la décision par laquelle l'administrateur lui a refusé le droit de vote à l'égard de sa créance hypothécaire de ,61 $. Compte tenu des sommes en présence, la décision du Tribunal sur ce premier point conduit au rejet de la proposition, de sorte qu'il ne serait pas nécessaire de disposer de la demande de révision formulée par la Caisse en vertu de l'article L.F.I. Le Tribunal croit néanmoins à propos d'en dire quelques mots. Révision judiciaire de la proposition [39] En matière de faillite, l'article 172 de la Loi prévoit la possibilité pour le tribunal de refuser la libération du débiteur, de la suspendre ou de l assujettir à des conditions. Cette démarche fait appel à une certaine part de discrétion, mais la décision du Tribunal doit se fonder sur l'un ou plusieurs des nombreux motifs énumérés à l'article 173 (1). [40] Par ailleurs, en matière de proposition de consommateur, le tribunal saisi d'une demande de révision doit en disposer sur la base des motifs qui, en faillite, auraient pu justifier le refus, la suspension, ou l'octroi d'une libération sous condition. Ainsi, dans un contexte comme dans l'autre, on sera appelé à prendre en compte, notamment, le fait que le débiteur a déjà, par le passé, été en faillite ou a fait une proposition à ses créanciers. Dans le présent cas, c'est à deux reprises que le débiteur a eu recours à la protection de la Loi sur la faillite, d'abord en 1987, puis en [41] À l'examen de la jurisprudence canadienne sur le sujet, on voit que nos tribunaux attachent une importance considérable aux faillites antérieures lorsque vient le moment d'appliquer les articles 172 et 173 de la Loi. De fait, le principe sous-jacent à la Loi sur la faillite est qu'un débiteur malchanceux puisse, en certaines circonstances, être relevé

9 PAGE : 9 de ses obligations de façon à pouvoir se rétablir au plan financier. Ainsi, la Loi ne doit pas être vue comme un permis de s'endetter à la légère, ni comme un remède auquel on pourra recourir de temps à autre, selon la gravité de la situation, pour faire table rase de ses obligations au détriment de ses créanciers. [42] En l'espèce, l'existence de deux faillites antérieures, à intervalle de dix ans, a de quoi laisser perplexe et il est assez étonnant que le syndic administrateur ne se soit pas donné la peine de recueillir à ce sujet un minimum d'informations. La Loi, pourtant, le lui commandait en termes clairs : (2) L administrateur qui accepte d assister le débiteur consommateur est tenu : a) d enquêter, ou de faire enquêter, sur les biens et les affaires de celui-ci, de manière à être en mesure d estimer, avec un degré suffisant d exactitude, sa situation financière et la cause de son insolvabilité; [43] Mais il y a davantage. Selon la preuve, le débiteur a faussement nié ses deux recours antérieurs à la Loi sur la faillite lorsqu'il a contracté avec la Caisse, tout comme il a omis de déclarer alors son endettement substantiel auprès de CitiFinancière. [44] Enfin, à l'examen du dossier de proposition, on constate que le débiteur, sans nécessité particulière, a contracté au cours de l'année 2005 une série d'engagements qui paraissent exorbitants, eu égard à sa situation financière. C'est en effet au cours de cette année qu il a contracté un emprunt hypothécaire de plus de $, en plus d'acquérir à crédit des meubles neufs et de louer pour cinq ans un véhicule automobile, également neuf. [45] Dans la plupart de ces cas, le débiteur n'avait rien à payer immédiatement puisque le premier remboursement était différé de plusieurs mois, conformément à une formule de crédit qui semble être devenue la norme du commerce, particulièrement chez les marchands de meubles. Or, c'est avec l'arrivée des premières échéances, début 2006, qu'est arrivée aussi la proposition du débiteur à ses créanciers. [46] En pareilles circonstances, même si le premier volet du présent litige ne s'était pas soldé en faveur de la Caisse, le Tribunal aurait fait droit, tout au moins en partie, à la demande de révision et aurait refusé d'approuver la proposition telle que soumise. [47] PAR CES MOTIFS, LE TRIBUNAL: [48] ACCUEILLE l'appel logé par la Caisse requérante en vertu de l'article (1) de la Loi sur la faillite et l'insolvabilité; [49] ANNULE la décision prise par le syndic administrateur, le 17 août 2006, refusant à la Caisse requérante le droit de voter comme créancière garantie sur la proposition du débiteur;

10 PAGE : 10 [50] REJETTE la proposition de consommateur du débiteur; [51] AVEC DÉPENS. GILLES BLANCHET, j.c.s. Me Alain Vachon DUSSAULT LEMIEUX LAROCHELLE Avocats de l administrateur - intimé Me Estelle Tremblay GAUTHIER BÉDARD Avocats de la requérante Date d audience : 23 octobre 2006

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE YVES MAYRAND, J.C.S. MOTIFS ET JUGEMENT Art. 66.15(2) L.F.I.

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE YVES MAYRAND, J.C.S. MOTIFS ET JUGEMENT Art. 66.15(2) L.F.I. COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE RICHELIEU N : 765-11-000635-016 DATE : 27 novembre 2001 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE YVES MAYRAND, J.C.S. Dans l'affaire de la proposition de

Plus en détail

M me X DÉCISION DEMANDE D'EXAMEN DE MÉSENTENTE SUR LA RECTIFICATION D'UN RENSEIGNEMENT PERSONNEL

M me X DÉCISION DEMANDE D'EXAMEN DE MÉSENTENTE SUR LA RECTIFICATION D'UN RENSEIGNEMENT PERSONNEL Dossier : 03 03 52 Date : 20031202 Commissaire : M e Christiane Constant M me X Demanderesse c. Citifinancial Entreprise DÉCISION L OBJET DU LITIGE DEMANDE D'EXAMEN DE MÉSENTENTE SUR LA RECTIFICATION D'UN

Plus en détail

Bulletin des Services Financiers

Bulletin des Services Financiers novembre 2015 Bulletin des Services Financiers La Cour suprême du Canada a confirmé aujourd hui la prépondérance de la Loi sur la faillite et l insolvabilité sur les régimes de refus d immatriculation

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION 139 FAILLITE ET RESTRUCTURATION Selon la législation constitutionnelle canadienne, le gouvernement fédéral exerce un contrôle législatif exclusif sur les faillites et l insolvabilité. Au Canada, les procédures

Plus en détail

PROCEDURE DE FAILLITE

PROCEDURE DE FAILLITE PROCEDURE DE FAILLITE Prononcé de faillite Prise d inventaire Liquidation en la forme sommaire Liquidation en la forme ordinaire Suspension de la faillite faute d actif Prononcé de suspension rendu par

Plus en détail

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT)

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) F OMPI PCT/R/2/4 ORIGINAL : anglais DATE : 31 mai 2002 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) COMITÉ SUR LA

Plus en détail

- et - RAPPORT AU SUJET DE L ADMINISTRATION PRÉLIMINAIRE DU SYNDIC

- et - RAPPORT AU SUJET DE L ADMINISTRATION PRÉLIMINAIRE DU SYNDIC Province de QUÉBEC COUR SUPÉRIEURE District de Montréal «En matière de faillite et d insolvabilité» N o Division : 01-MONTRÉAL N o Cour : 755-11-002875-132 DANS L AFFAIRE DE LA FAILLITE DE : N o Dossier

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 14/05/2013 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 24 avril 2013 N de pourvoi: 12-14377 ECLI:FR:CCASS:2013:C100415 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président),

Plus en détail

Numéro du rôle : 4397. Arrêt n 63/2008 du 10 avril 2008 A R R E T

Numéro du rôle : 4397. Arrêt n 63/2008 du 10 avril 2008 A R R E T Numéro du rôle : 4397 Arrêt n 63/2008 du 10 avril 2008 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives aux articles 101 et 105 de la loi du 8 août 1997 sur les faillites, telle qu elle a été

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES Volume I TABLES LOI SUR LA FAILLITE ET L INSOLVABILITÉ (PARTIES I À V) NOTIONS GÉNÉRALES

TABLE DES MATIÈRES Volume I TABLES LOI SUR LA FAILLITE ET L INSOLVABILITÉ (PARTIES I À V) NOTIONS GÉNÉRALES Volume I Introduction................................................................... iii Remerciements................................................................ v TABLES Table de la jurisprudence........................................................

Plus en détail

OBLIGATIONS ET RESPONSABILITES D'UN ADMINISTRATEUR D'UNE COMPAGNIE EN FAILLITE

OBLIGATIONS ET RESPONSABILITES D'UN ADMINISTRATEUR D'UNE COMPAGNIE EN FAILLITE OBLIGATIONS ET RESPONSABILITES D'UN ADMINISTRATEUR D'UNE COMPAGNIE EN FAILLITE Avis est, par les présentes, donné à d'administrateur d'une compagnie en faillite. de ses obligations et responsabilités à

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION Loi sur la faillite et l insolvabilité (LFI) 177 Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC) 181 Par James Gage Faillite et restructuration 177 Selon la législation constitutionnelle

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Paris N 11PA02271 Inédit au recueil Lebon 7ème chambre Mme DRIENCOURT, président M. Olivier COUVERT-CASTERA, rapporteur M. BLANC, rapporteur public SOCIETE D AVOCATS AVODIRE,

Plus en détail

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION 1. CHAMP D'APPLICATION Cette directive traite du paiement d intérêts par la Société de l assurance automobile du Québec (la Société). 2. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE Cette directive découle de la Loi sur

Plus en détail

Club des juristes Projet de 14 ème directive. sur les transferts transfrontaliers des sièges sociaux des sociétés de capitaux

Club des juristes Projet de 14 ème directive. sur les transferts transfrontaliers des sièges sociaux des sociétés de capitaux Club des juristes Projet de 14 ème directive DIRECTIVE /./CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du. sur les transferts transfrontaliers des sièges sociaux des sociétés de capitaux LE PARLEMENT EUROPEEN

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 12768 FRA Québec, le : 10 juillet 2013 Membres : Marie Rinfret, présidente Sophie Raymond, commissaire Personne salariée Partie plaignante et Maçonnerie Pigeon

Plus en détail

A r r ê t d u 8 a o û t 2 0 1 2

A r r ê t d u 8 a o û t 2 0 1 2 B u n d e s v e r w a l t u n g s g e r i c h t T r i b u n a l a d m i n i s t r a t i f f é d é r a l T r i b u n a l e a m m i n i s t r a t i v o f e d e r a l e T r i b u n a l a d m i n i s t r a

Plus en détail

Organisme d arbitrage autorisé par la Régie du bâtiment : Centre canadien d arbitrage commercial (CCAC)

Organisme d arbitrage autorisé par la Régie du bâtiment : Centre canadien d arbitrage commercial (CCAC) ARBITRAGE En vertu du Règlement sur le plan de garantie des bâtiments résidentiels neufs (Décret 841-98 du 17 juin 1998, c. B-1.1, r.0.2, Loi sur le bâtiment, Lois refondues du Québec (L.R.Q.), c. B-1.1,

Plus en détail

ARBITRAGE ET RECOURS COLLECTIFS AU QUÉBEC

ARBITRAGE ET RECOURS COLLECTIFS AU QUÉBEC ARBITRAGE ET RECOURS COLLECTIFS AU QUÉBEC LA COUR D APPEL CONFIRME QU UNE ENTREPRISE PEUT RECOURIR À L ARBITRAGE POUR GÉRER LE RISQUE DES RECOURS COLLECTIFS Par Claude Marseille et André Durocher Les entreprises

Plus en détail

Reprendre une activité commerciale après une faillite

Reprendre une activité commerciale après une faillite Reprendre une activité commerciale après une faillite Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont été

Plus en détail

Le nouveau régime des sûretés personnelles en cas de faillite OU La loi du 20 juillet 2005 (MB 28/07/05) modifiant la loi sur les faillites

Le nouveau régime des sûretés personnelles en cas de faillite OU La loi du 20 juillet 2005 (MB 28/07/05) modifiant la loi sur les faillites Le nouveau régime des sûretés personnelles en cas de faillite OU La loi du 20 juillet 2005 (MB 28/07/05) modifiant la loi sur les faillites Date Xavier DEWAIDE Avocat Vanden Eynde Legal Avenue de la Toison

Plus en détail

CANADA LABOUR CODE PART II OCCUPATIONAL HEALTH AND SAFETY. Name 974644 Ontario Ltd. demandeur. Paul Danton agent de santé et de sécurité

CANADA LABOUR CODE PART II OCCUPATIONAL HEALTH AND SAFETY. Name 974644 Ontario Ltd. demandeur. Paul Danton agent de santé et de sécurité Canada Appeals Office on Occupational Health and Safety Bureau d appel canadien en santé et sécurité au travail CANADA LABOUR CODE PART II OCCUPATIONAL HEALTH AND SAFETY Name 974644 Ontario Ltd. demandeur

Plus en détail

RAPPORT DU SYNDIC AUX CRÉANCIERS SUR L ADMINISTRATION PRÉLIMINAIRE

RAPPORT DU SYNDIC AUX CRÉANCIERS SUR L ADMINISTRATION PRÉLIMINAIRE Samson Bélair/Deloitte & Touche Inc. 1, Place Ville Marie Bureau 3000 Montréal QC H3B 4T9 Canada Tél. : 514-393-7115 Téléc. : 514-390-4103 www.deloitte.ca CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE QUÉBEC DIVISION

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : S. M. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 67 Appel n o : GE-14-803 ENTRE : S. M. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

Tendances de l insolvabilité au Canada

Tendances de l insolvabilité au Canada Tendances de l insolvabilité au Canada Ginette Trahan Directeur général, Services des relations externes Bureau du surintendant des faillites Le 16 novembre 2011 Association canadienne de la gestion de

Plus en détail

Règlement applicable à la procédure administrative concernant l enregistrement abusif de noms de domaine

Règlement applicable à la procédure administrative concernant l enregistrement abusif de noms de domaine ANNEXE V Règlement applicable à la procédure administrative concernant l enregistrement abusif de noms de domaine Définitions Article premier I. DISPOSITIONS GÉNÉRALES Aux fins du présent règlement, on

Plus en détail

Les affaires et le droit

Les affaires et le droit Les affaires et le droit Chapitre 20 Le cautionnement Me Micheline Montreuil 1 1 Contenu Le cautionnement Le cautionnement conventionnel Le cautionnement légal Le cautionnement judiciaire Le cautionnement

Plus en détail

COUR DU TRAVAIL DE BRUXELLES

COUR DU TRAVAIL DE BRUXELLES R.G.N 46.578 le feuillet. Rep.N. dnl~(~d. COUR DU TRAVAIL DE BRUXELLES ARRET AUDIENCE PUBLIQUE DU 5 DECEMBRE 2006. 4 ème chambr Contrat d'emploi Contradictoire Définitif En cause de: Maurice, Appelant,

Plus en détail

Société DH. Régime de réinvestissement des dividendes

Société DH. Régime de réinvestissement des dividendes Société DH Régime de réinvestissement des dividendes 1. Introduction Le régime de réinvestissement des dividendes (le «régime») de Société DH (la «Société») offre aux porteurs admissibles d actions ordinaires

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel [TRADUCTION] Citation : Commission de l assurance-emploi du Canada c. R. B., 2014 TSSDA 226 Appel No : 2012-1851 ENTRE : Commission de l assurance-emploi du Canada Appelante et R. B. Intimé DÉCISION DU

Plus en détail

La demande de dispense de cotisations sociales

La demande de dispense de cotisations sociales La demande de dispense de cotisations sociales 012 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont été volontairement

Plus en détail

CORAM: LES HONORABLES BEAUREGARD MAILHOT PROULX, JJ.C.A.

CORAM: LES HONORABLES BEAUREGARD MAILHOT PROULX, JJ.C.A. COUR D'APPEL PROVINCE DE QUÉBEC GREFFE DE MONTRÉAL No: (500 05 000061 927) Le 13 décembre 1993 CORAM: LES HONORABLES BEAUREGARD MAILHOT PROULX, JJ.C.A. RAYMOND, CHABOT, FAFARD, GAGNON INC. en sa qualité

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 15 mars 2011 N de pourvoi: 10-11575 Publié au bulletin Cassation Mme Favre (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat

Plus en détail

Propriété réputée des actions d une société par les fiduciaires et les bénéficiaires d une fiducie

Propriété réputée des actions d une société par les fiduciaires et les bénéficiaires d une fiducie Dossier Propriété réputée des actions d une société par les fiduciaires et les bénéficiaires d une fiducie Alexandra Fortin, avocate, LL.M. fisc. L utilisation des fiducies comporte plusieurs avantages

Plus en détail

No. 200-36-000070-953 QUÉBEC, ce 29 septembre 1995 J U G E M E N T

No. 200-36-000070-953 QUÉBEC, ce 29 septembre 1995 J U G E M E N T C A N A D A Province de Québec District de Québec Cour Supérieure (Chambre criminelle) No. 200-36-000070-953 QUÉBEC, ce 29 septembre 1995 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L'Honorable ANDRÉ TROTIER, J.C.S. (JT0187)

Plus en détail

FAQ n 10 : Curateurs et TVA

FAQ n 10 : Curateurs et TVA FAQ n 10 : Curateurs et TVA Cette FAQ n 10 vise à regrouper les règles spécifiques en matière de TVA qui concernent les curateurs de faillites telles qu elles ont été précisées dans la circulaire du 20

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION

Demandeur. Entreprise DÉCISION Commission d accès à l information du Québec Dossier : 06 05 71 Date : Le 13 juillet 2007 Commissaire : M e Guylaine Henri X Demandeur c. SOCIÉTÉ FINANCIÈRE WELLS FARGO CANADA Entreprise DÉCISION OBJET

Plus en détail

POLITIQUE MINISTÉRIELLE EN MATIÈRE DE RECOUVREMENT

POLITIQUE MINISTÉRIELLE EN MATIÈRE DE RECOUVREMENT POLITIQUE MINISTÉRIELLE EN MATIÈRE DE RECOUVREMENT 1. CONTEXTE Dans un souci d équité et de saine gestion des fonds publics, le ministère de l Emploi et de la Solidarité sociale (MESS) se doit de recouvrer

Plus en détail

Obs. : Assurance vie et irrévocabilité de l option pour le prélèvement libératoire

Obs. : Assurance vie et irrévocabilité de l option pour le prélèvement libératoire CE, 24 octobre 2014, n 366962 Assurance vie - Rachat -Prélèvement libératoire - Option - Irrévocabilité (oui) - Après l encaissement des revenus (non) Obs. : Assurance vie et irrévocabilité de l option

Plus en détail

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 05 02 45. Date : Le 22 novembre 2006. Commissaire : M e Christiane Constant.

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 05 02 45. Date : Le 22 novembre 2006. Commissaire : M e Christiane Constant. Commission d accès à l information du Québec Dossier : 05 02 45 Date : Le 22 novembre 2006 Commissaire : M e Christiane Constant X -et- Y Demandeurs c. VISA DESJARDINS Entreprise DÉCISION LE LITIGE DEMANDE

Plus en détail

La désignation du syndic par l assemblée générale des copropriétaires

La désignation du syndic par l assemblée générale des copropriétaires La désignation du syndic par l assemblée générale des copropriétaires Article juridique publié le 13/02/2015, vu 3211 fois, Auteur : Maître Joan DRAY La Cour de cassation, par une décision du 5 novembre

Plus en détail

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE DANIELLE GRENIER, J.C.S.

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE DANIELLE GRENIER, J.C.S. Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec c. Pineau 2014 QCCS 5265 COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N : 500-17-081169-149 DATE : 5 NOVEMBRE 2014

Plus en détail

------------------------------------------------

------------------------------------------------ A.A.A.D.F.Q. COUR D APPEL MARS 2013 Me Christiane Lalonde POINTS MARQUANTS : Rappel des quatre critères pour obtenir la suspension de l exécution provisoire en appel (Droit de la famille 13485); L enfant

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA00702 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président Mme Elydia FERNANDEZ, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

La dissolution d une asbl

La dissolution d une asbl FICHE PRATI QUE La dissolution d une asbl La dissolution d une association sans but lucratif est un acte qui a pour but de mettre juridiquement fin à son existence. Pouvant résulter d une action volontaire

Plus en détail

-C- INTIMÉE REQUÊTE POUR AUTORISATION D EXERCER UN RECOURS COLLECTIF (ARTICLES 1002 ET SS. C.P.C.)

-C- INTIMÉE REQUÊTE POUR AUTORISATION D EXERCER UN RECOURS COLLECTIF (ARTICLES 1002 ET SS. C.P.C.) C A N A D A PROVINCE DE QUÉBEC DITRICT DE MONTRÉAL NO: 500-06 COUR U P É R I E U R E (Recours collectifs) NICOLE BERGERON, résidant et domiciliée au 2501 D Iberville, dans les cité et district de Montréal,

Plus en détail

d'annuler la décision en date du 14 mars 2007 par laquelle le préfet de la Loire a refusé de lui délivrer un titre de séjour,

d'annuler la décision en date du 14 mars 2007 par laquelle le préfet de la Loire a refusé de lui délivrer un titre de séjour, TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N0702717 M. A X M. Pernot Conseiller Audience du 30 avril 2007 Lecture du 30 avril 2007 MD LA DEMANDE M. A X, de nationalité

Plus en détail

REQUÊTE EN EXPULSION FONDÉE SUR LE NON-PAIEMENT DU LOYER

REQUÊTE EN EXPULSION FONDÉE SUR LE NON-PAIEMENT DU LOYER G11 REQUÊTE EN EXPULSION FONDÉE SUR LE NON-PAIEMENT DU LOYER Les Lignes directrices d'interprétation visent à aider les parties à comprendre l'interprétation de la loi que fait habituellement la Commission,

Plus en détail

BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec

BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec No du dossier : 5698-9585 No du rôle : 28.d-C-15 Licence RBQ : 5698-9585-01 Date : 14 septembre 2015 DEVANT : M e Claude Gilbert, régisseur RÉGIE DU BÂTIMENT

Plus en détail

RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3

RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3 RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES PAGE 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3 3.00 ÉVALUATION DU RISQUE... 3 3.01 Demande d ouverture de crédit...

Plus en détail

2 ) de prononcer la décharge de l imposition contestée ;

2 ) de prononcer la décharge de l imposition contestée ; sh COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE LYON N 10LY01157 ------------------ M. J M. Duchon-Doris Président Mme Chevalier-Aubert Rapporteur RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS La Cour administrative

Plus en détail

Problèmes pratiques insolvabilité des consommateurs

Problèmes pratiques insolvabilité des consommateurs Problèmes pratiques insolvabilité des consommateurs Par : Nathalie Brault et Virginie Comtois 25 mai 2015 Sujets abordés Le décès d un débiteur Annulation de proposition de consommateur Remises volontaires

Plus en détail

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 05 11 34. Date : Le 20 octobre 2006. Commissaire : Demandeur ING, COMPAGNIE D ASSURANCE

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 05 11 34. Date : Le 20 octobre 2006. Commissaire : Demandeur ING, COMPAGNIE D ASSURANCE Commission d accès à l information du Québec Dossier : 05 11 34 Date : Le 20 octobre 2006 Commissaire : M e Christiane Constant X Demandeur c. ING, COMPAGNIE D ASSURANCE Entreprise DÉCISION L OBJET DU

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 18/01/2011 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 6 janvier 2011 N de pourvoi: 09-70651 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Vincent et

Plus en détail

La détention de voitures de collection par une société est-elle à privilégier?

La détention de voitures de collection par une société est-elle à privilégier? 1 La relève La détention de voitures de collection par une société est-elle à privilégier? Valérie Ménard CA, LL.M. fisc. Hardy, Normand & Associés s.e.n.c.r.l. vmenard@hardynormand.com Des collections,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA02599 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président M. Dominique REINHORN, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : V. L. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 22 Appel n o : GE-14-30 ENTRE : V. L. Appelant et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL DE

Plus en détail

Demandeur RONA. Entreprise DÉCISION

Demandeur RONA. Entreprise DÉCISION Dossier : 01 15 48 Date : 20030929 Commissaire : M e Michel Laporte X Demandeur c. RONA Entreprise DÉCISION L'OBJET DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE [1] Le 20 août 2001, le demandeur s adresse à Rona pour

Plus en détail

LE MEDECIN ET LES ADMINISTRATIONS / INSTITUTIONS

LE MEDECIN ET LES ADMINISTRATIONS / INSTITUTIONS DECISIONS DE Lorsqu un cotisant a un retard de paiement, l URSSAF procède au recouvrement des cotisations, des pénalités et des majorations dues. Pour se faire, l URSSAF dispose d abord de la procédure

Plus en détail

(Recours collectif) No: 500-06-000177-028 REQUÊTE INTRODUCTIVE D'INSTANCE AU SOUTIEN DE SA DEMANDE, LE DEMANDEUR EXPOSE CE QUI SUIT:

(Recours collectif) No: 500-06-000177-028 REQUÊTE INTRODUCTIVE D'INSTANCE AU SOUTIEN DE SA DEMANDE, LE DEMANDEUR EXPOSE CE QUI SUIT: CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL No: 500-06-000177-028 (Recours collectif) COUR SUPÉRIEURE FRANÇOIS RIENDEAU Demandeur c. BRAULT & MARTINEAU INC. Défenderesse REQUÊTE INTRODUCTIVE D'INSTANCE

Plus en détail

No. 500-05-012189-948 Le 3 mars 1995

No. 500-05-012189-948 Le 3 mars 1995 C A N A D A Province de Québec District de Montréal Cour Supérieure No. 500-05-012189-948 Le 3 mars 1995 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L'Honorable ROGER E. BAKER, J.C.S. YVON DESCOTEAUX, avocat non membre du

Plus en détail

Article A-1A03 Procédure d'admission

Article A-1A03 Procédure d'admission RÈGLE A-1A ADHÉSION À LA SOCIÉTÉ Article A-1A01 Admissibilité aux fins d'adhésion a) Pour présenter une demande d adhésion, un candidat doit être : i) un membre ou un participant agréé en règle auprès

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES ENTENTE DE RÈGLEMENT

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES ENTENTE DE RÈGLEMENT Traduction française non officielle ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES AFFAIRE INTÉRESSANT : LES RÈGLES DE L ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS

Plus en détail

Syndic. (articles 50 (10) et 50 (5) de la Loi sur la faillite et l insolvabilité)

Syndic. (articles 50 (10) et 50 (5) de la Loi sur la faillite et l insolvabilité) CANADA C O U R S U P É R I E U R E DISTRICT DU QUEBEC «En matière de faillite et d'insolvabilité» N O DIVISION : 07-CHICOUTIMI N O COUR : 150-11-003992-138 N O DOSSIER : 43-1768065 N O BUREAU : 156027-005

Plus en détail

ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL

ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL ENTRE : LE BARREAU DU QUÉBEC, ayant son siège social au 445, boul. Saint-Laurent, Montréal, Québec, H2Y 3T8 (Ici représenté

Plus en détail

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION Siège Bureau de Montréal Bureau 1.10 Bureau 18.200 575, rue Saint-Amable 500, boulevard René-Lévesque Ouest Québec (Québec) G1R 2G4 Montréal (Québec) H2Z 1W7 Tél. : (418) 528-7741 Tél. : (514) 873-4196

Plus en détail

Numéro du rôle : 5633. Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5633. Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5633 Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 4 de l arrêté royal du 18 novembre 1996 «instaurant une assurance sociale en

Plus en détail

LIVRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA VILLE DE STANSTEAD LORS D UNE SÉANCE EXTRAORDINAIRE TENUE LE 6 OCTOBRE 2015

LIVRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA VILLE DE STANSTEAD LORS D UNE SÉANCE EXTRAORDINAIRE TENUE LE 6 OCTOBRE 2015 Une séance extraordinaire du conseil municipal de la Ville de Stanstead a eu lieu le 6 e jour du mois d OCTOBRE, de l an DEUX MILLE QUINZE, à l'endroit habituel des sessions. SONT PRÉSENTS Madame et Messieurs

Plus en détail

N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE

N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LIMOGES if N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE M. S. C/ Ministre de la culture et de la communication et autre Mme Ozenne Rapporteur AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le tribunal administratif

Plus en détail

COUR SUPERIEURE (En matiere de faillite et d'insolvabili#e) SOUS LA PRESIDENCE DE L'HONORABLE JUGE CAROLE HALLEE. Debitrice-Requerante

COUR SUPERIEURE (En matiere de faillite et d'insolvabili#e) SOUS LA PRESIDENCE DE L'HONORABLE JUGE CAROLE HALLEE. Debitrice-Requerante COUR SUPERIEURE (En matiere de faillite et d'insolvabili#e) CANADA PROVINCE DE QUEBEC DISTRICT DE TERREBONNE N : 700-11-012530-111 DATE : 8 mars 2011 SOUS LA PRESIDENCE DE L'HONORABLE JUGE CAROLE HALLEE

Plus en détail

No. A-070027/95-00353 GATINEAU, le 27 janvier 1995 D É C I S I O N

No. A-070027/95-00353 GATINEAU, le 27 janvier 1995 D É C I S I O N C A N A D A Province de Québec District de Hull Cour Municipale Ville de Gatineau No. A-070027/95-00353 GATINEAU, le 27 janvier 1995 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L'Honorable RAYMOND SÉGUIN LA CORPORATION MUNICIPALE

Plus en détail

BULLETIN FISCAL 2011-119

BULLETIN FISCAL 2011-119 BULLETIN FISCAL 2011-119 Mai 2011 EMPRUNT D UN REER HYPOTHÈQUE Lors de l achat d une résidence, plusieurs personnes ont emprunté de leur REER par le biais du Régime d accession à la propriété. Toutefois,

Plus en détail

Table des matières TABLE DES MATIÈRES. Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9

Table des matières TABLE DES MATIÈRES. Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9 Table des matières 1 TABLE DES MATIÈRES Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9 A- La Loi sur la faillite et l insolvabilité... 10 B- La Loi sur les arrangements avec les créanciers...

Plus en détail

BONNE FOI : LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.) MENDELSOHN TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 233 1. CONTEXTE LÉGISLATIF... 233

BONNE FOI : LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.) MENDELSOHN TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 233 1. CONTEXTE LÉGISLATIF... 233 CHRONIQUE TPS/TVQ 231 BONNE FOI : CRÉDITS ET REMBOURSEMENTS DE TAXE SUR INTRANTS LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.) MENDELSOHN TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 233 1. CONTEXTE LÉGISLATIF... 233 2.

Plus en détail

Numéro du rôle : 2013. Arrêt n 156/2001 du 4 décembre 2001 A R R E T

Numéro du rôle : 2013. Arrêt n 156/2001 du 4 décembre 2001 A R R E T Numéro du rôle : 2013 Arrêt n 156/2001 du 4 décembre 2001 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 73 de la loi du 8 août 1997 sur les faillites, posée par le Tribunal de commerce

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : R. G. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 10 Appel n o : GE-13-2316 ENTRE : R. G. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

Service pénal Fiche contrevenant

Service pénal Fiche contrevenant Service pénal Fiche contrevenant SOMMAIRE : 1 Vous avez été verbalisé(e), vous recevez une amende forfaitaire : concernant le paiement concernant la contestation 2 Vous êtes poursuivi devant la juridiction

Plus en détail

MEMORANDUM RECOUVREMENT D UNE CREANCE EN SUISSE (27-3-2007)

MEMORANDUM RECOUVREMENT D UNE CREANCE EN SUISSE (27-3-2007) MEMORANDUM RECOUVREMENT D UNE CREANCE EN SUISSE (27-3-2007) Recommandation préalable: il est recommandé de faire signer le mandat de traduction par le donneur d ouvrage. Le mandat doit fixer les modalités

Plus en détail

VALEURS MOBILIÈRES DESJARDINS INC. CRI MANITOBA

VALEURS MOBILIÈRES DESJARDINS INC. CRI MANITOBA Avenant de compte de retraite immobilisé (CRI) annexé au contrat de REER autogéré Valeurs mobilières Desjardins inc. (RER 168-066) LE PRÉSENT DOCUMENT EST UN AVENANT AU CONTRAT DE REER CONCLU ENTRE : ET

Plus en détail

La faillite et décharge de caution

La faillite et décharge de caution La faillite et décharge de caution 025 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont été volontairement

Plus en détail

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Définitions (1) Les définitions qui suivent s appliquent à la présente règle. Champ d application «demande de réparation» Sont comprises parmi les demandes de réparation

Plus en détail

SUR LA RECEVABILITÉ. de la requête No 19043/91 présentée par T. T. contre la France

SUR LA RECEVABILITÉ. de la requête No 19043/91 présentée par T. T. contre la France SUR LA RECEVABILITÉ de la requête No 19043/91 présentée par T. T. contre la France La Commission européenne des Droits de l'homme (Première Chambre), siégeant en chambre du conseil le 12 janvier 1994 en

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie (Ordonnance sur l assurance dommages, OAD) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 8 septembre

Plus en détail

Notions de droit en assurance de dommages

Notions de droit en assurance de dommages Notions de droit en assurance de dommages Les règles relatives aux représentants en assurance de dommages Le mandat Le rôle du représentant Le représentant, mandataire de l assureur Le représentant, mandataire

Plus en détail

Numéro du rôle : 4489. Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T

Numéro du rôle : 4489. Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T Numéro du rôle : 4489 Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 10, alinéa 2, de la loi du 12 avril 1965 concernant la protection de la rémunération

Plus en détail

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Ottawa, le 7 janvier 2014 MÉMORANDUM D13-3-13 EN RÉSUMÉ Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Les modifications supplémentaires liées à la

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 13/10/2011 Cour Administrative d Appel de Versailles N 08VE00008 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre M. MOUSSARON, président M. Frédéric MARTIN, rapporteur M. DAVESNE, commissaire du gouvernement

Plus en détail

Symposium le joueur excessif et le désendettement

Symposium le joueur excessif et le désendettement Symposium le joueur excessif et le désendettement Le Préposé aux poursuites et sa fonction Le Préposé et les fonctionnaires des Offices sont des officiers publics chargés d organiser le droit de poursuivre,

Plus en détail

Conciliation Droit de la famille et faillite

Conciliation Droit de la famille et faillite Conciliation Droit de la famille et faillite Formation AJBL 14 mars 2014 Lynda Lalande, CIRP, Syndic Olivier Noiseux, Conseiller Table des matières 2 Déclaration de résidence familiale. Réclamations alimentaires.

Plus en détail

2 Avril 2009. Société comité d'entreprise de la société dimension data France

2 Avril 2009. Société comité d'entreprise de la société dimension data France Page 1 Document 1 de 1 Cour de cassation Chambre civile 1 2 Avril 2009 Cassation - renvoi Evry Sélectionné N 08-11.231 Société slg canal ce Société comité d'entreprise de la société dimension data France

Plus en détail

625, rue St-Amable Québec (Québec) G1R 2G5. AVENANT - COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ DU MANITOBA (CRI-Manitoba)

625, rue St-Amable Québec (Québec) G1R 2G5. AVENANT - COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ DU MANITOBA (CRI-Manitoba) 625, rue St-Amable Québec (Québec) G1R 2G5 AVENANT - COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ DU MANITOBA (CRI-Manitoba) Nature de l avenant Le présent avenant ne s applique qu au preneur pour lequel des prestations

Plus en détail

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION Statut Le Comité de nomination et de rémunération est un comité consultatif du Conseil d Administration. Il remplit également

Plus en détail

Citation : A. M. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 483 A. M. Commission de l assurance-emploi du Canada

Citation : A. M. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 483 A. M. Commission de l assurance-emploi du Canada [TRADUCTION] Citation : A. M. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 483 Date : Le 14 avril 2015 Numéro de dossier : AD-14-548 DIVISION D APPEL Entre: A. M. Appelant et Commission de

Plus en détail

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 16 août 2007,

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 16 août 2007, Exempt- appel en matière de droit du travail Audience publique du dix juillet deux mille huit. Numéro 32992 du rôle. Composition: Romain LUDOVICY, premier conseiller; Roger LINDEN, conseiller; Jean-Paul

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Nancy N 11NC00159 Inédit au recueil Lebon 2ème chambre - formation à 3 M. COMMENVILLE, président Mme Catherine FISCHER-HIRTZ, rapporteur M. FERAL, rapporteur public SAGET,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 259385 Publié au recueil Lebon 1ère et 6ème sous-sections réunies Mme Hagelsteen, président Mlle Anne Courrèges, rapporteur M. Devys, commissaire du gouvernement SCP WAQUET, FARGE, HAZAN,

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DU CENTRE EUROPEEN POUR LES PREVISIONS METEOROLOGIQUES A MOYEN-TERME

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DU CENTRE EUROPEEN POUR LES PREVISIONS METEOROLOGIQUES A MOYEN-TERME REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DU CENTRE EUROPEEN POUR LES PREVISIONS METEOROLOGIQUES A MOYEN-TERME Adopté par le Conseil lors de sa 2 e session en mai 1976 Modifié par le Conseil lors de sa 66 e session

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2015-03-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ D AUDIT PARTIE I. STRUCTURE DU COMITÉ 1.

Plus en détail

CONCLUSIONS DE L'AVOCAT GÉNÉRAL M. GERHARD REISCHL, Messieurs les Juges,

CONCLUSIONS DE L'AVOCAT GÉNÉRAL M. GERHARD REISCHL, Messieurs les Juges, CONCLUSIONS DE M. REISCHL AFFAIRE 133-73 CONCLUSIONS DE L'AVOCAT GÉNÉRAL M. GERHARD REISCHL, PRÉSENTÉES LE 5 DÉCEMBRE 1973 1 Monsieur le Président, Messieurs les Juges, Dans le recours intenté par M. Bruns

Plus en détail