L approche retenue dans le premier budget Goodale n est UNE VÉRITABLE POLITIQUE DE RÉDUCTION DE LA DETTE QUI FAIT FI DES DIFFICULTÉS DES PROVINCES?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L approche retenue dans le premier budget Goodale n est UNE VÉRITABLE POLITIQUE DE RÉDUCTION DE LA DETTE QUI FAIT FI DES DIFFICULTÉS DES PROVINCES?"

Transcription

1 UNE VÉRITABLE POLITIQUE DE RÉDUCTION DE LA DETTE QUI FAIT FI DES DIFFICULTÉS DES PROVINCES? Marcelin Joanis C est la prudence budgétaire plutôt que le remboursement de la dette qui constitue le principal mérite de l approche fédérale en matière budgétaire. À ce chapitre, le premier budget Goodale ne fait que reconduire une recette éprouvée et c est ce qui permet de croire réaliste l objectif de ramener le ratio dette-pib de 48 p. 100 à 25 p. 100 dans 10 ans. Toutefois, quoique positif, ce bilan fédéral ne représente qu une partie du problème de la dette publique au pays, et il serait prématuré de se réjouir, observe Marcelin Joanis, car la situation des provinces est préoccupante. Ce décalage illustre les limites d une politique budgétaire fédérale menée en vase clos et soulève des questions pressantes sur l état des institutions fédérales canadiennes. Faute d impliquer les provinces dans les grandes orientations de la fédération, le risque est grand de voir à nouveau les finances publiques déraper, dans les provinces cette fois-ci. En attendant la reprise des discussions, celles-ci devraient envisager avec beaucoup de circonspection la vente d actifs publics pour tenter de reprendre le contrôle de leurs finances car les revenus tirés des sociétés d État constituent une source de revenus cruciale pour elles. The great merit of the federal budgetary approach is its prudence, rather than its repayment of the debt. By this token, the first Goodale budget pursued a proven recipe, and that is what makes the objective of bringing the debt-gdp ratio down from 48 percent to 25 percent in 10 years seem a realistic one. Nevertheless, says Marcelin Joanis, this federal balance sheet represents only a part of the country s pubic debt problem. Though the federal performance should be applauded, it would be premature to celebrate because the situation in the provinces is worrying. This discrepancy illustrates the limits of a federal budgetary policy conducted in a vacuum, and raises pressing questions about the state of Canadian federal institutions. If we don t involve the provinces in the broader policy issues of the federation, there is a serious risk that we will see federal finances veer off track again, this time in the provinces. And while waiting for a new round of talks, the latter should think very carefully before selling off their public assets in an attempt to regain control of their finances. L approche retenue dans le premier budget Goodale n est pas sans rappeler celle des premiers budgets Martin : - priorité à la prudence budgétaire et peu d accent sur les relations financières fédérales-provinciales. À la première enseigne, deux mesures ont retenu l attention. D abord, l annonce d une cible d endettement à 25 p. 100 du PIB d ici 10 ans, et celle de la liquidation de la participation du gouvernement dans Pétro-Canada. Une telle vente d actifs dégage des sommes importantes aujourd hui, ce qui en fait un moyen privilégié pour maintenir le cap sur le remboursement de la dette. C est bien connu, la situation financière du Canada au début des années 1990 était bien peu enviable : déficits structurels, service de la dette ronflant, ratio dette/pib parmi les plus élevés de l OCDE. La dette fédérale représentait 68 p. 100 du PIB en Elle compte aujourd hui pour environ 42 p. 100 du PIB, une amélioration remarquable. Alors que les États-Unis et plusieurs pays européens enregistrent d important déficits annuels, la position du Canada se distingue nettement, ce qui est de bon augure pour notre avenir économique. 26

2 Toutefois, cette réduction de 26 points de pourcentage n a que peu à voir directement du moins avec les sommes que le gouvernement fédéral a affectées au remboursement de la dette au cours des dernières années, et beaucoup à voir avec la croissance économique sans précédent que le pays a connue à la fin des années Ce constat soulève la question suivante : faut-il littéralement rembourser la dette ou suffit-il de tabler sur la croissance économique pour que son poids relatif diminue? Alors que le gouvernement fédéral a adopté la première stratégie, le gouvernement du Québec dans le discours du moins a adopté la seconde, à l instar de la plupart des provinces. Le principal mérite de l approche du gouvernement fédéral ne tient pas tant aux remboursements que celui-ci accomplit année après année. Le succès de l approche fédérale tient à son accent sur la prudence budgétaire : éviter les dérapages. Les prévisions économiques retenues par Ottawa sont généralement conservatrices, c est connu. S ajoutent à cela la «réserve pour éventualités» et la «mesure de prudence économique». Au total, le gouvernement s assure chaque année contre les aléas de la conjoncture et, jusqu ici, le résultat est impressionnant : malgré un environnement économique particulièrement mouvementé depuis 2000, les réserves budgétaires ont absorbé les coups durs et le cap a été maintenu sur la réduction du fardeau de la dette. La logique est simple : lorsque les temps sont durs, viser le «déficit zéro» (et donc ne rien ajouter à la dette) ; lorsque le soleil Alors que le gouvernement fédéral s engage dans une lutte à finir avec sa part de la dette nationale, les provinces se spécialisent dans une navigation dans le brouillard qui laisse bien peu de place à la prudence budgétaire. S il persiste, ce décalage institutionnel laisse présager des conséquences fâcheuses pour l avenir. Parmi les risques de cette approche, notons l échec même de la politique de prudence budgétaire poursuivie par le gouvernement fédéral et une inadéquation croissante entre les priorités des Canadiens et les priorités de l ensemble de leurs gouvernements. revient, rembourser. Le gouvernement s assure ainsi de ne jamais prêter le flanc à un retour à une spirale déficitaire. Le gouvernement envisage maintenant de ramener le ratio dette/pib de 48 p. 100 à 25 p. 100 en 10 ans, soit une réduction additionnelle de 23 points de pourcentage. Il s agit d un objectif similaire à ce qui a été accompli au cours de la dernière décennie (une réduction de 26 points). La cible de 25 p. 100 fait par ailleurs l objet d un certain consensus parmi les spécialistes canadiens de la question. Ainsi, pour peu que la crois- Une véritable politique de réduction de la dette sance économique soit au rendez-vous, l objectif apparaît réaliste. Àpremière vue, on ne peut qu applaudir les succès fédéraux. Or, le Canada n est pas un pays tout à fait comme les autres. Sa structure fédérale caractérisée par des ordres de gouvernement «souverains» dans des champs de compétence souvent distincts fait en sorte qu on ne peut analyser les succès du gouvernement fédéral sans se préoccuper de ce qui se passe au sein des administrations provinciales et territoriales, À première vue, on ne peut qu applaudir les succès fédéraux. Or, le Canada n est pas un pays tout à fait comme les autres. Sa structure fédérale caractérisée par des ordres de gouvernement «souverains» dans des champs de compétence souvent distincts fait en sorte qu on ne peut analyser les succès du gouvernement fédéral sans se préoccuper de ce qui se passe au sein des administrations provinciales et territoriales, qui sont également responsables du palier suivant les gouvernements locaux. qui sont également responsables du palier suivant les gouvernements locaux. À l exception de l Alberta, qui bénéficie de la manne pétrolière, les provinces n ont pas jusqu à présent réussi à se doter d un système de prudence budgétaire semblable à celui du gouvernement fédéral. Bien que le ratio de la dette provinciale/territoriale au PIB ait légèrement diminué depuis 1995 et que la plupart des provinces aient réussi à dégager des surplus modestes au sommet du dernier cycle économique, leur situation est aujourd hui préoccupante. De l avis même du ministère fédéral des Finances, le déficit consolidé des provinces et territoires atteindra 5 milliards de dollars pour Le contraste actuel entre les difficultés des provinces et les succès du gouvernement fédéral sur le plan des finances publiques illustre avec éloquence deux réalités : d une part, l insuffisance du «déficit zéro» comme politique de prudence budgétaire et, d autre part, les réalités différentes auxquelles font face les deux ordres de gouvernement. Tel que cela a été documenté par la Commission sur le déséquilibre fiscal du Québec et par de nombreux travaux de chercheurs canadiens, les POLICY OPTIONS APRIL

3 Marcelin Joanis responsabilités des provinces et du gouvernement fédéral se distinguent par la nature des dépenses respectives qu elles engendrent. Alors que les provinces sont directement responsables de la gestion de grands réseaux de prestation de services à la population (santé, éducation, routes, etc.), l essentiel du budget fédéral est consacré à divers programmes de transferts. Notre propos n est pas ici de discuter de l importance relative des programmes gérés par un ordre de gouvernement ou l autre, ni de leur impact direct sur les individus. Cependant, l expérience des dernières années nous montre qu il est plus difficile des limiter la croissance des dépenses des grands réseaux comme celui de la santé (si une telle chose est souhaitable) que de limiter les paramètres des différents programmes de transferts aux individus, entreprises et autres paliers de gouvernement. Il en résulte des dynamiques de dépenses différentes. En conséquence, les projections de revenus et de dépenses des deux ordres de gouvernement (qu effectue notamment le Conference Board du Canada) montrent généralement des surplus croissants pour le gouvernement fédéral et des déficits croissants pour les provinces. Plus qu une illustration d une dynamique différente des revenus et des dépenses des deux ordres de gouvernement, ces évolutions diamétralement opposées illustrent les risques pour le gouvernement fédéral de mener une politique de prudence budgétaire en vase clos. Si les gains du gouvernement fédéral sont annulés par des déficits accumulés dans les provinces, bien peu de progrès auront été accomplis. Certes, le Parti libéral du Canada ne s est jamais caché de vouloir privilégier le gouvernement fédéral comme le premier gouvernement des Canadiens. Compatible avec cette vision de la fédération, l approche Martin-Goodale l est également avec le fait que le gouvernement fédéral est presque deux fois plus endetté que l ensemble des gouvernements provinciaux. Si un certain rééquilibrage peut se justifier dans cette perspective, l évolution actuelle de la situation des deux ordres de gouvernement est inquiétante et soulève des questions pressantes sur l état des institutions fédérales canadiennes. Alors que le gouvernement fédéral s engage dans une lutte à finir avec sa part de la dette nationale, les provinces se spécialisent dans une navigation dans le brouillard qui laisse bien peu de place à la prudence budgétaire. S il persiste, ce décalage institutionnel laisse présager De façon générale, la vente d actifs pour réduire la dette publique n est pas une solution aussi prometteuse qu il y paraît de prime abord. D abord, l évaluation de la santé financière d un gouvernement (par les agences de cotation, par exemple) prend en considération non seulement les passifs mais également les actifs. Si elle est correctement évaluée, la vente d un actif troque donc un actif non financier pour un actif financier. Le caractère approprié ou non d une telle opération dépend donc de façon cruciale de l utilisation faite des recettes supplémentaires ainsi dégagées. des conséquences fâcheuses pour l avenir. Parmi les risques de cette approche, notons l échec même de la politique de prudence budgétaire poursuivie par le gouvernement fédéral et une inadéquation croissante entre les priorités des Canadiens et les priorités de l ensemble de leurs gouvernements. Face au problème de la dette publique qui demeure entier pour la plupart des administrations provinciales au Canada quelle voie faut-il privilégier? Par la liquidation de ses dernières actions de l ex-société d État Pétro-Canada, le budget Goodale soulève la question : la vente d actifs publics au secteur privé constitue-t-elle une avenue prometteuse? D entrée de jeu, il faut reconnaître que, plus qu une décision purement financière, la liquidation de Pétro- Canada est une décision politique qui marque la fin d une politique énergétique controversée, principalement dans l Ouest du pays. Cependant, l aspect politique de la décision ne la discrédite pas nécessairement. De façon générale, la vente d actifs pour réduire la dette publique n est pas une solution aussi prometteuse qu il y paraît de prime abord. D abord, l évaluation de la santé financière d un gouvernement (par les agences de cotation, par exemple) prend en considération non seulement les passifs mais également les actifs. Si elle est correctement évaluée, la vente d un actif troque donc un actif non financier pour un actif financier. Le caractère approprié ou non d une telle opération dépend donc de façon cruciale de l utilisation faite des recettes supplémentaires ainsi dégagées. Schématiquement, on peut identifier cinq options qui s offrent à un gouvernement qui engrange d importants revenus supplémentaires de la vente d un actif : (1) une hausse de ses dépenses d opérations, (2) la réduction de ses autres sources de revenus, (3) le financement d investissements publics (dont les coûts sont concentrés dans le temps par définition), (4) la création de fonds spéciaux à fins déterminées, et (5) le remboursement de la dette portant intérêt. Hausser les dépenses courantes ou réduire les taxes et impôts grâce à des revenus (temporaires) provenant de la vente d actifs expose le gouvernement à une détérioration de son équilibre budgétaire à long terme. Ceci est d autant plus crucial lorsque les actifs vendus constituaient une source de revenus significative pour l État avant la vente ce qui n est pas le cas des actions de 28

4 Une véritable politique de réduction de la dette Le gouvernement fédéral estime que la liquidation de sa partipation dans Petro-Canada devrait lui rapporter 2 milliards $, dont un milliard sera investi dans de nouvelles technologies environnementales. Dans cette foulée, le budget de la fondation Technologies du développement durable Canada passera à 550 millions $ en 2004, une hausse de 200 millions $. CP Photo Pétro-Canada mais qui s applique d emblée à certaines sociétés d État provinciales à vocation commerciale. Quant au financement d investissements publics, il n entraîne pas en théorie de détérioration de l équilibre budgétaire à long terme, surtout s il permet d éviter le recours à l endettement pour financer les investissements en question. Par contre, cette option doit être considérée avec prudence en pratique puisque la notion même d investissement public est difficile à définir. Du point de vue des finances publiques, la vente d actifs se justifie donc seulement si elle permet d améliorer la position financière du gouvernement. En ce sens, au titre de la dette nette, la création de «fondations» ou de «caisses» à fins déterminées (à l intérieur du périmètre comptable du gouvernement) et le remboursement de passifs sont essentiellement équivalents. Leurs conséquences sur la marge de manœuvre du gouvernement diffèrent toutefois selon l écart de taux d intérêt entre les placements et les passifs du gouvernement et selon le traitement des intérêts des fonds spéciaux. Alors que la réduction de la dette réduit les paiements d intérêts annuels, l impact sur la marge de manœuvre du gouvernement des fonds spéciaux dépend des règles spécifiques régissant les décaissements. Par exemple, la mise sur pied d une «caisse santé» capitalisée en vue de dépenses liées au vieillissement de la population à effectuer dans 10 ou 20 ans n a pas d effet direct sur la marge de manœuvre du gouvernement aujourd hui (puisque les intérêts seraient réinvestis dans le fonds) tandis que le remboursement de la dette l accroît dès aujourd hui. Bien qu il soit toujours difficile de lier directement une source de revenus à son utilisation par l État, l approche privilégiée par le ministre Goodale dans le cas de Pétro-Canada peut être vue comme un hybride entre les deux dernières utilisations susmentionnées. Si une partie des profits de la vente est affectée à une fondation à vocation environnementale, les produits de la vente viennent essentiellement renflouer les réserves de prudence budgétaire. L opération est donc tout à fait compatible avec la stratégie globale du gouvernement en matière de prudence budgétaire et de remboursement de la dette, et elle ne met pas en péril l équilibre des finances publiques fédérales (d autant plus que Pétro-Canada n avait plus d impact significatif sur les revenus annuels du gouvernement). Le cas de Pétro-Canada se distingue enfin par le peu d impact économique et social de la mesure. En effet, peu de gens s opposeront aujourd hui à ce que le gouvernement fédéral cherche à se départir de ses intérêts dans la production et la distribution d essence, une mission qui POLICY OPTIONS APRIL

5 Marcelin Joanis apparaît aujourd hui incompatible avec les politiques environnementales du gouvernement et les impératifs de l accord de Kyoto. C est probablement à cet égard que la vente des actions de Pétro-Canada se distingue le plus des privatisations éventuelles des grandes sociétés d État provinciales, qui œuvrent dans des marchés où le retrait de l État semble aujourd hui plus controversé : jeux et loteries, alcool, électricité, etc. Qu en est-il donc de la vente (totale ou partielle) de sociétés d État provinciales (ou d autres actifs publics) dans le cadre d une politique de remboursement de la dette? Tout dépend de la capacité du remboursement de la dette, effectué grâce aux produits de la vente, à compenser les dividendes présents et futurs des sociétés d État, sacrifiés dans l opération. En effet, contrairement à ce qui est le cas pour le gouvernement fédéral, les revenus des sociétés d État commerciales constituent un facteur crucial d équilibre budgétaire pour les provinces. Les revenus tirés de ces sociétés sont importants et, dans plusieurs cas, croissants. En contrepartie, la capacité du remboursement de la dette à générer une marge de manœuvre annuelle supplémentaire qui puisse contrebalancer les dividendes perdus est relativement incertaine (difficulté de prévoir l évolution des taux d intérêt, etc.). Le risque de détérioration de la position financière des gouvernements à long terme est donc présent ; d autant plus si les produits de la vente servent en partie à financer de nouvelles dépenses ou des réductions d impôts. La tendance du gouvernement fédéral à établir ses politiques budgétaires en vase clos expose la fédération canadienne au risque de voir à nouveau les finances publiques déraper, dans les provinces cette fois-ci. Il s agit d un exemple patent des limites des institutions de la fédération canadienne et des risques économiques et budgétaires qui sont associés à la tentation de remettre aux calendes grecques toute réouverture du «dossier» constitutionnel. En ce sens, la création récente du Conseil de la fédération permet d envisager une reprise prochaine des discussions. En ce sens, la récente décision du gouvernement du Québec de vendre certains actifs pour boucler son budget apparaît incompatible avec un objectif d amélioration de sa situation budgétaire, même à court terme. Dans la perspective d une politique de réduction de la dette, il s agit également d une occasion ratée d utiliser ces actifs pour réduire la dette portant intérêt. Par ailleurs, l impact sur le caractère soutenable des finances publiques de la vente d une société d État à vocation commerciale est étroitement lié à la capacité d en obtenir un juste prix, reflétant adéquatement les flux de revenus futurs de l entreprise. Dans le cas de plusieurs sociétés d État, d autres facteurs économiques et sociaux entrent également en ligne de compte dans le processus d évaluation du «juste prix» de l actif. L exemple d Hydro-Québec est particulièrement éloquent à cet égard. Le caractère stratégique d une entreprise détenant un tel potentiel de production, de transport et de distribution d énergie propre est évident. Comment s assurer d en tirer un juste prix? Quelle est la valeur de l indépendance en matière énergétique? Comment établir la valeur d un tel monopole réglementé? Quels sont les impacts potentiels d une privatisation sur l environnement réglementaire et concurrentiel de l entreprise une fois privatisée? Toutes ces questions débordent évidemment le cadre du présent texte. Leur exposition a toutefois le mérite de baliser les attentes que l on peut nourrir à l égard de la vente d actifs publics, notamment des sociétés d État provinciales, comme moyen de rembourser la dette publique. La réduction du contrôle public d une société d État a des impacts économiques et sociaux uniques d un cas à l autre et l évaluation de ces impacts est tout aussi sinon plus importante que l évaluation réaliste et rigoureuse de l impact de l opération sur les finances publiques. Il va également de soi que, dans une opération d une telle envergure, les bénéfices réels du remboursement de la dette doivent aussi être évalués avec parcimonie. La politique de prudence budgétaire et de réduction du fardeau de la dette articulée dans le dernier budget fédéral constitue incontestablement un pas dans la bonne direction. Cependant, la tendance du gouvernement fédéral à établir ses politiques budgétaires en vase clos expose la fédération canadienne au risque sérieux s il faut en croire les projections du Conference Board de voir à nouveau les finances publiques déraper, dans les provinces cette fois-ci. Il s agit d un exemple patent des limites des institutions de la fédération canadienne et des risques économiques et budgétaires qui sont associés à la tentation de remettre aux calendes grecques toute réouverture du «dossier» constitutionnel. En ce sens, la création récente du Conseil de la fédération permet d envisager une reprise prochaine des discussions, qui devront tôt ou tard mener à une plus grande implication des gouvernements provinciaux dans les grandes orientations de la fédération, à commencer par celle qui les concerne le plus directement : les arrangements financiers intergouvernementaux. Marcelin Joanis est directeur de projet au CIRANO, en congé pour poursuivre des études doctorales à l University of Toronto. Il est coauteur avec Claude Montmarquette d une étude à paraître sur la problématique de la dette publique au Québec. 30

MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC

MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC Mise à jour de novembre 2015 LE plan économique du québec NOTE Le masculin générique

Plus en détail

Point de vue VERSION 1. sur les finances sur publiques le marché provinciales

Point de vue VERSION 1. sur les finances sur publiques le marché provinciales VERSION 1 sur les finances sur publiques le marché provinciales du pétrole Mai 2015 Finances publiques provinciales : peut-on faire mieux dans les circonstances? Le paysage budgétaire provincial s est

Plus en détail

Un gouvernement plus responsable envers les Canadiens

Un gouvernement plus responsable envers les Canadiens le 23 mars 2004 «De la gestion avec intégrité, les Canadiens n en mérite pas moins.» Le ministre des Finances, Ralph Goodale Le discours du budget de 2004 Un gouvernement plus responsable envers les Canadiens

Plus en détail

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux En 2013, on prévoit que les dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux atteindront 138,3

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. TABLE DES MATIÈRES... ii. PRÉSENTATION DE L UNION DES MUNICIPALITÉS DU QUÉBEC...iii INTRODUCTION... 1

TABLE DES MATIÈRES. TABLE DES MATIÈRES... ii. PRÉSENTATION DE L UNION DES MUNICIPALITÉS DU QUÉBEC...iii INTRODUCTION... 1 MÉMOIRE Consultations sur le rétablissement de l équilibre fiscal au Canada Consultations sur le soutien financier immédiat et à long terme pour l infrastructure Présenté au Ministre des Finances et au

Plus en détail

NOTE D INTERVENTION DE L

NOTE D INTERVENTION DE L NOTE D INTERVENTION DE L Numéro 34/Octobre 2014 Le 10 octobre dernier, l IRÉC a déposé un mémoire à la Commission d examen sur la fiscalité québécoise. Avec près de cinquante pages et une vingtaine de

Plus en détail

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux Points saillants du chapitre Les dépenses totales des régimes consacrées à la santé demeurent stables en moyenne

Plus en détail

Commentaires de l Association des comptables généraux accrédités du Canada (CGA-Canada) à l occasion des consultations du ministère des Finances :

Commentaires de l Association des comptables généraux accrédités du Canada (CGA-Canada) à l occasion des consultations du ministère des Finances : Commentaires de l Association des comptables généraux accrédités du Canada (CGA-Canada) à l occasion Consultations prébudgétaires en direct pour le budget de 2006 et par la suite 19 avril 2006 800 1188

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2011-2012

Consultations prébudgétaires 2011-2012 Présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes 12 août 2011 Sommaire Dans le cadre des consultations prébudgétaires du Comité permanent des finances de la Chambre des communes, le

Plus en détail

COMPTES PUBLICS DU CANADA 2005-2006

COMPTES PUBLICS DU CANADA 2005-2006 INFORMATION SUPPLÉMENTAIRE OBSERVATIONS DE LA VÉRIFICATRICE GÉNÉRALE SUR LES ÉTATS FINANCIERS DU GOUVERNEMENT DU CANADA DE L EXERCICE CLOS LE 31 MARS 2006 Dans ces observations, j aimerais expliquer certains

Plus en détail

Politique de gestion de la dette à long terme

Politique de gestion de la dette à long terme Politique de gestion de la dette à long terme Ville de Waterloo Mise en vigueur 16 septembre 2013 1 POLITIQUE D UNE SAINE GESTION DE LA DETTE PRÉAMBULE : Le conseil municipal, le comité des finances et

Plus en détail

Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation

Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation M. Peter Mesheau Ministre des Finances Gouvernement du Nouveau-Brunswick Le 17 octobre 2001

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

Le processus budgétaire

Le processus budgétaire Le processus budgétaire fédéral Le budget Le document stratégique le plus important publié par le gouvernement chaque année Instrument de communication des priorités de l'état : élections, discours du

Plus en détail

Transferts fédéraux et santé. Finances Canada Janvier 2003

Transferts fédéraux et santé. Finances Canada Janvier 2003 Transferts fédéraux et santé Finances Canada Janvier 2003 1 1 Justification traditionnelle pour les transferts aux provinces A B Pour corriger les déséquilibres horizontaux (p. ex., à ramener la capacité

Plus en détail

Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain

Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain Présenté par Caroline Charest Économiste / directrice principale KPMG-SECOR Une accélération de la croissance mondiale

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu

Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu Présentation dans le cadre des consultations prébudgétaires du ministre des Finances du Québec portant sur le budget 2004-2005

Plus en détail

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 Le point sur la situation économique et financière du québec NOTE La forme masculine utilisée dans le texte désigne

Plus en détail

PLAN BUDGÉTAIRE 2005 DU GOUVERNEMENT FÉDÉRAL 1. Jean-Pierre Aubry, économiste Le 4 avril 2005. ASDEQ, Comité des politiques publiques

PLAN BUDGÉTAIRE 2005 DU GOUVERNEMENT FÉDÉRAL 1. Jean-Pierre Aubry, économiste Le 4 avril 2005. ASDEQ, Comité des politiques publiques PLAN BUDGÉTAIRE 2005 DU GOUVERNEMENT FÉDÉRAL 1 Jean-Pierre Aubry, économiste Le 4 avril 2005 ASDEQ, Comité des politiques publiques Document CPP 2005-02 Le ministre des Finances, Ralph Goodale, présentait,

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances

La revue financière. Publication du ministère des Finances Publication du ministère des Finances Faits saillants 2009 : excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars a été dégagé en février 2009, comparativement

Plus en détail

BUDGET du QUÉBEC 2015

BUDGET du QUÉBEC 2015 BUDGET du QUÉBEC 2015 Services économiques TD BUDGET 2015 DU QUÉBEC : LE GOUVERNEMENT MAINTIENT LE CAP FISCAL Faits saillants Le gouvernement du Québec a déposé son deuxième budget depuis son arrivée au

Plus en détail

Le budget de 1998. Bâtir le Canada pour le XXI e siècle. Stratégie canadienne pour l égalité des chances. Aider à gérer la dette d études

Le budget de 1998. Bâtir le Canada pour le XXI e siècle. Stratégie canadienne pour l égalité des chances. Aider à gérer la dette d études Le budget de 1998 Bâtir le Canada pour le XXI e siècle Stratégie canadienne pour l égalité des chances Aider à gérer la dette d études février 1998 «Il est inutile de rappeler aux Canadiens que l endettement

Plus en détail

Table des matières. Le volume I rend compte de nos audits financiers... 3 Remerciements... 5

Table des matières. Le volume I rend compte de nos audits financiers... 3 Remerciements... 5 Table des matières Chapitre 1 Commentaire d introduction Le volume I rend compte de nos audits financiers... 3 Remerciements... 5 Chapitre 2 Commentaires sur la situation financière de la province Des

Plus en détail

L austérité budgétaire: définition, calcul et conséquences.

L austérité budgétaire: définition, calcul et conséquences. L austérité budgétaire: définition, calcul et conséquences. Pour mener un char quelque part, on a trois décisions à prendre: 1. La destination.. 2. La route qu on va suivre.. 3. La vitesse à laquelle on

Plus en détail

Réponse de la Fédération canadienne des municipalités au projet de cadre réglementaire d Environnement Canada pour la gestion des eaux usées

Réponse de la Fédération canadienne des municipalités au projet de cadre réglementaire d Environnement Canada pour la gestion des eaux usées Réponse de la Fédération canadienne des municipalités au projet de cadre réglementaire d Environnement Canada pour la gestion des eaux usées Le 31 janvier 2008 Depuis 1901 Since 1901 24, rue Clarence Ottawa

Plus en détail

Document de recherche. Exigences de capital pour l assurance maladies graves

Document de recherche. Exigences de capital pour l assurance maladies graves Document de recherche Exigences de capital pour l assurance maladies graves Une recommandation de la Commission sur la gestion des risques et le capital requis de l ICA Juin 2011 Document 211060 This publication

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 10/19 (F) 16 février 2010 Les notes d'information au public (NIP) s inscrivent dans

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Publication du ministère des Finances Faits saillants 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars a été enregistré en décembre 2008, comparativement

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 Sommaire de gestion Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 L'Association canadienne du commerce des valeurs mobilières (ACCVM) est reconnaissante

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

Mémoire de l Association canadienne des gestionnaires de caisses de retraite («PIAC»)

Mémoire de l Association canadienne des gestionnaires de caisses de retraite («PIAC») Mémoire de l Association canadienne des gestionnaires de caisses Présenté à la Commission des Finances publiques Consultations particulières sur le rapport «Innover pour pérenniser le système de retraite»

Plus en détail

Communiqué de presse pour publication immédiate

Communiqué de presse pour publication immédiate Communiqué de presse pour publication immédiate Cominar Expansion et performance records en 2007 Augmentation de 43,7 % des produits d exploitation et 42,5 % du bénéfice d exploitation net Un bénéfice

Plus en détail

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations prébudgétaires provinciales 2008-2009 Conseil du patronat

Plus en détail

Le report de l âge de la retraite

Le report de l âge de la retraite 4. Protection sociale Le report de l âge de la retraite Une des premières décisions du gouvernement issu des élections de 2012 aura été, conformément aux promesses de la campagne électorale présidentielle,

Plus en détail

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 PRB 05-40F ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 Jean Dupuis Division de l économie Le 8 juin 2005 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION ET DE RECHERCHE

Plus en détail

Amérique Latine : bilan et perspectives

Amérique Latine : bilan et perspectives Amérique Latine : bilan et perspectives Conférence de M. Jacques de Larosière pour le colloque organisé par le CFCE et l Institut des Hautes Etudes de l Amérique Latine (Paris, le 21 mars 2001) L économie

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

La dette du Québec et le budget 2015-2016.

La dette du Québec et le budget 2015-2016. Louis GILL Économiste, retraité de l UQÀM (2015) La dette du Québec et le budget 2015-2016. Un document produit en version numérique par Jean-Marie Tremblay, bénévole, Professeur associé, Université du

Plus en détail

Comptes publics de la province

Comptes publics de la province Comptes publics de la province Introduction Les comptes publics de l Ontario pour l exercice se terminant chaque année le 31 mars sont préparés sous la direction du ministre des Finances conformément à

Plus en détail

CAHIER DE RECHERCHE FINANCES D UN QUÉBEC INDÉPENDANT

CAHIER DE RECHERCHE FINANCES D UN QUÉBEC INDÉPENDANT CAHIER DE RECHERCHE FINANCES D UN QUÉBEC INDÉPENDANT Résumé de l étude Par Maxime Duchesne Politologue (M. Sc. pol. ), étudiant en économie aux H.E.C et chercheur indépendant OCTOBRE 2014 «Les résultats

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

LE FPI PRO DÉCLARE DE SOLIDES GAINS FINANCIERS ET D EXPLOITATION POUR LE TROISIÈME TRIMESTRE DE 2015

LE FPI PRO DÉCLARE DE SOLIDES GAINS FINANCIERS ET D EXPLOITATION POUR LE TROISIÈME TRIMESTRE DE 2015 LE FPI PRO DÉCLARE DE SOLIDES GAINS FINANCIERS ET D EXPLOITATION POUR LE TROISIÈME TRIMESTRE DE DIFFUSION INTERDITE AUX ÉTATS-UNIS OU PAR L ENTREMISE DE SERVICES DE NOUVELLES DES ÉTATS-UNIS. Le 25 novembre

Plus en détail

Budget. 30 mars 2010. plan budgétaire

Budget. 30 mars 2010. plan budgétaire Budget 30 mars 2010 plan budgétaire 100 % Ce document est imprimé sur du papier entièrement recyclé, fabriqué au Québec, contenant 100 % de fibres postconsommation et produit sans chlore élémentaire. NOTE

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

Messieurs les Premiers ministres et Chefs des provinces et des territoires,

Messieurs les Premiers ministres et Chefs des provinces et des territoires, Juillet 2002 Message adressé aux : Premiers ministres et Chefs des provinces et des territoires Sujet : Conférence annuelle des Premiers ministres et mieux-être des enfants Messieurs les Premiers ministres

Plus en détail

Mémoire au Comité permanent des finances de la Chambre des communes. Consultation pré-budgétaire 2010

Mémoire au Comité permanent des finances de la Chambre des communes. Consultation pré-budgétaire 2010 Consultation pré-budgétaire 2010 Introduction L (AFIC) est heureuse de l occasion de faire cette présentation au Comité permanent des finances de la Chambre des communes alors que le Comité entreprend

Plus en détail

Des mesures fiscales visant à redresser l'investissement privé : Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances

Des mesures fiscales visant à redresser l'investissement privé : Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances Des mesures fiscales visant à redresser l'investissement privé : Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec et au ministre des Finances du Canada, lors

Plus en détail

La dette du Québec est-elle légitime?

La dette du Québec est-elle légitime? La dette du Québec est-elle légitime? Louis Gill le 1 er avril 2012 La dette totale du gouvernement du Québec, désignée comme sa dette brute, était de 184 milliards de dollars (55 % du PIB) le 31 mars

Plus en détail

rapport ANNUEL LE RENDEMENT DU FONDS

rapport ANNUEL LE RENDEMENT DU FONDS Le présent Rapport annuel de la direction sur le rendement du Fonds contient les faits saillants financiers, mais non les États financiers annuels audités du fonds d investissement. Vous pouvez obtenir

Plus en détail

Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997. Investir dans l enseignement supérieur

Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997. Investir dans l enseignement supérieur Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997 Investir dans l enseignement supérieur Février 1997 «Les Canadiennes et les Canadiens savent qu une meilleur e instruction est synonyme de meilleurs emplois.»

Plus en détail

La tarification des services publics. Claude Montmarquette Chambre de commerce du Saguenay 17 février 2010

La tarification des services publics. Claude Montmarquette Chambre de commerce du Saguenay 17 février 2010 La tarification des services publics. Claude Montmarquette Chambre de commerce du Saguenay 17 février 2010 Notre marge de manœuvre est étroite, alors que s annoncent de nouveaux défis Le Québec offre des

Plus en détail

L ÉTAT QUÉBÉCOIS STRUCTURE ET TAILLE DE L ÉTAT LA DETTE. L'Observatoire de l administration publique - ENAP Été 2008

L ÉTAT QUÉBÉCOIS STRUCTURE ET TAILLE DE L ÉTAT LA DETTE. L'Observatoire de l administration publique - ENAP Été 2008 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN P E R S P E C T I V E STRUCTURE ET TAILLE DE L ÉTAT LA DETTE L'Observatoire de l administration publique - ENAP Été 2008 Aucun élément du contenu du présent document ne peut être utilisé,

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

La gestion de l offre dans le secteur laitier, un mode de régulation toujours pertinent SOMMAIRE. Daniel-Mercier GOUIN

La gestion de l offre dans le secteur laitier, un mode de régulation toujours pertinent SOMMAIRE. Daniel-Mercier GOUIN Groupe de recherche en économie et politique agricoles, Département d économie agroalimentaire et des sciences de la consommation, Université Laval SOMMAIRE PRÉAMBULE Daniel-Mercier Gouin est directeur

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

Existe-t-il un taux d endettement optimal des États?

Existe-t-il un taux d endettement optimal des États? Existe-t-il un taux d endettement optimal des États? Nicolas Marceau, CIRPÉE et UQÀM mai 2003 Existe-t-il un taux d endettement optimal des États? 1 Plan de la présentation 1. Équivalence ricardienne 2.

Plus en détail

Dette L ENDETTEMENT. fonctionnement affecté, réserves financières et fonds réservés».

Dette L ENDETTEMENT. fonctionnement affecté, réserves financières et fonds réservés». Dette Dette L ENDETTEMENT L administration municipale a recours à l emprunt à long terme principalement pour financer ses immobilisations. Pour l essentiel, le profil de l endettement est influencé par

Plus en détail

RÉSUMÉ DES BAISSES D IMPÔTS ET DES CHANGEMENTS FISCAUX

RÉSUMÉ DES BAISSES D IMPÔTS ET DES CHANGEMENTS FISCAUX PRB 06-40F RÉSUMÉ DES BAISSES D IMPÔTS ET DES CHANGEMENTS FISCAUX FÉDÉRAUX INTRODUITS ENTRE 1998 ET 2005 Alexandre Laurin Alexandre Martin Division de l économie Le 28 août 2006 PARLIAMENTARY INFORMATION

Plus en détail

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English.

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English. Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2 This document is also available in English. La présente Note d orientation s adresse à toutes les caisses populaires de catégorie

Plus en détail

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise LIGUE DES CONTRIBUABLES Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise (Moins d impôt pour les Québécois) Préparé par Claude Garcia pour la Ligue des contribuables Présenté

Plus en détail

Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir?

Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir? Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir? Dominique Plihon Université Paris Nord Conseil Scientifique d Attac Membre des Economistes Atterrés 29 août 2015 Plan de la présentation 1/

Plus en détail

Respecter ses engagements. budget. Forger une économie productive et durable. le 23 février 2005

Respecter ses engagements. budget. Forger une économie productive et durable. le 23 février 2005 Respecter ses engagements Le budget de 2005 Forger une économie productive et durable le 23 février 2005 Les résultats économiques et financiers remarquables du Canada Depuis l élimination du déficit en

Plus en détail

Mémoire de la Fédération des médecins spécialistes du Québec

Mémoire de la Fédération des médecins spécialistes du Québec FÉDÉRATION DES MÉDECINS SPÉCIALISTES DU QUÉBEC Mémoire de la Fédération des médecins spécialistes du Québec Commission sur le déséquilibre fiscal Le 21 septembre 2001 TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION...

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

22 Solut!ons pour planifier vos finances. Des stratégies éprouvées

22 Solut!ons pour planifier vos finances. Des stratégies éprouvées 22 Solut!ons pour planifier vos finances Des stratégies éprouvées pour améliorer vos finances L avenir que vous bâtissez aujourd hui est celui dont vous profiterez demain Seriez-vous rassuré de savoir

Plus en détail

A-T-ON DES ATTENTES IRRÉALISTES POUR NOS RÉGIMES PRIVÉS ET PUBLICS DE PENSION?

A-T-ON DES ATTENTES IRRÉALISTES POUR NOS RÉGIMES PRIVÉS ET PUBLICS DE PENSION? L épargne, la fiscalité et les régimes de retraite Congrès 2012 de l ASDEQ, Session 1, conférence 3, A-T-ON DES ATTENTES IRRÉALISTES POUR NOS RÉGIMES PRIVÉS ET PUBLICS DE PENSION? Jean-Pierre Aubry, fellow

Plus en détail

Le 10 septembre 2015. 1740-360, rue Albert, Ottawa (ON) K1R 7X7 613-236-8196 613-233-4552 head.office@cia-ica.ca / siege.social@cia-ica.ca cia-ica.

Le 10 septembre 2015. 1740-360, rue Albert, Ottawa (ON) K1R 7X7 613-236-8196 613-233-4552 head.office@cia-ica.ca / siege.social@cia-ica.ca cia-ica. Le 10 septembre 2015 Madame Catherine Adam Direction des relations fédérales-provinciales et de la politique sociale Ministère des Finances Canada 15 e étage 90, rue Elgin Ottawa, Canada K1A 0G5 Mémoire

Plus en détail

10 QUESTIONS AUTOUR DE LA CRISE DE LA DETTE DANS LA ZONE EURO

10 QUESTIONS AUTOUR DE LA CRISE DE LA DETTE DANS LA ZONE EURO 10 QUESTIONS AUTOUR DE LA CRISE DE LA DETTE DANS LA ZONE EURO 1) Qu est ce qu une dette souveraine? A) A l origine de la dette: les déficits publics B) Quelle dette prendre en compte: la dette brute ou

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement QUÉBEC : 2013 2018 De façon générale, l investissement dans le secteur de la construction au Québec demeurera stable au cours des prochaines

Plus en détail

MODIFICATIONS AU RÉGIME DE TAXATION QUÉBÉCOIS DONNANT SUITE AUX ENGAGEMENTS D HARMONISATION AU RÉGIME DE TAXATION FÉDÉRAL APPLICABLES EN 2013

MODIFICATIONS AU RÉGIME DE TAXATION QUÉBÉCOIS DONNANT SUITE AUX ENGAGEMENTS D HARMONISATION AU RÉGIME DE TAXATION FÉDÉRAL APPLICABLES EN 2013 MODIFICATIONS AU RÉGIME DE TAXATION QUÉBÉCOIS DONNANT SUITE AUX ENGAGEMENTS D HARMONISATION AU RÉGIME DE TAXATION FÉDÉRAL APPLICABLES EN 2013 Afin d atteindre une plus grande harmonisation du régime de

Plus en détail

Louis GILL. (Janvier 2006) Économiste, retraité de l UQAM

Louis GILL. (Janvier 2006) Économiste, retraité de l UQAM Louis GILL Économiste, retraité de l UQAM (Janvier 2006) Faut-il consacrer de précieuses ressources à la réduction de la dette? Dans l intérêt des générations futures et de la génération actuelle, il faut

Plus en détail

CATÉGORIE DE VALEUR D ACTIONS CANADIENNES PHILLIPS, HAGER & NORTH

CATÉGORIE DE VALEUR D ACTIONS CANADIENNES PHILLIPS, HAGER & NORTH FONDS D ACTIONS CANADIENNES CATÉGORIE DE VALEUR D ACTIONS CANADIENNES Gestionnaire de portefeuille RBC Gestion mondiale d actifs Inc. («RBC GMA») Le conseil d administration de Catégorie de société RBC

Plus en détail

Des fondations pour réussir. des infrastructures

Des fondations pour réussir. des infrastructures Des fondations pour réussir PLAN québécois des infrastructures Le contenu de cette publication a été rédigé par le Secrétariat du Conseil du trésor. Cette édition a été produite par la Direction des communications.

Plus en détail

Projet de loi modifiant la loi sur la gestion administrative et financière de l Etat (LGAF) (D 1 05) (Renforcement du frein à l endettement)

Projet de loi modifiant la loi sur la gestion administrative et financière de l Etat (LGAF) (D 1 05) (Renforcement du frein à l endettement) Secrétariat du Grand Conseil PL Projet présenté par les députés : M mes et MM. Cyril Aellen, Ivan Slatkine, Edouard Cuendet, Frédéric Hohl, Serge Hiltpold,... Date de dépôt : Projet de loi modifiant la

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

La situation économique

La situation économique La situation économique Assemblée Générale U.N.M.I Le 2 octobre 2013 J-F BOUILLON Directeur Associé La situation économique en 2013 3 AG UNMI 2 Octobre 2013 La croissance Les chiffres des principaux pays

Plus en détail

L investissement fiscalement avantageux à son meilleur

L investissement fiscalement avantageux à son meilleur L investissement fiscalement avantageux à son meilleur Payer des impôts, ça vous plaît? Si vous investissez à l extérieur d un régime enregistré, les distributions et les transactions pourraient créer

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 Le présent Rapport annuel de la direction contient les faits saillants financiers, mais non les États financiers

Plus en détail

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14 TABLE DES MATIERES Préface... 5 Avant- propos... 9 Partie 1 Approches macroéconomique et fiscale Introduction à la première partie... 14 CHAPITRE 1 La politique budgétaire est- elle encore efficace pour

Plus en détail

Présentation de Réjean Bellemare, Service de la recherche de la FTQ

Présentation de Réjean Bellemare, Service de la recherche de la FTQ MESURES D ALLÉGEMENT ET NOUVELLES MESURES PERMANENTES SUR LE FINANCEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE Présentation de Réjean Bellemare, Service de la recherche de la FTQ 2005 Une première vague de mesures temporaires

Plus en détail

Déclaration concernant le budget fédéral de 2015

Déclaration concernant le budget fédéral de 2015 Déclaration concernant le budget fédéral de 2015 Présentée par : l Association canadienne des professeures et professeurs d université 2705, promenade Queensview, Ottawa (Ontario) K2B 8K2 Tél. : 1.613.820.2270

Plus en détail

Le Québec en quête de croissance

Le Québec en quête de croissance ASDEQ Conjoncture et perspectives économiques 2014 Le Québec en quête de croissance Montréal 29 novembre 2013 Yves St-Maurice Directeur principal et économiste en chef adjoint Mouvement Desjardins Contexte

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

COMMENTAIRE IL NE FAUT PAS SE FIER AU TAUX DE CHÔMAGE POUR ÉVALUER L ÉTAT DU MARCHÉ DE L EMPLOI. Services économiques TD

COMMENTAIRE IL NE FAUT PAS SE FIER AU TAUX DE CHÔMAGE POUR ÉVALUER L ÉTAT DU MARCHÉ DE L EMPLOI. Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD IL NE FAUT PAS SE FIER AU TAUX DE CHÔMAGE POUR ÉVALUER L ÉTAT DU MARCHÉ DE L EMPLOI Points saillants Au cours de la dernière année, le taux de chômage au Canada est

Plus en détail

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA FinAfrique Research Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA Octobre 2015 Dans ce document nous comparons la performance du secteur bancaire des zones CEMAC et UEMOA depuis 2006. Si la pénétration

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD

COMMENTAIRE. Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD 16 juillet 213 LES MÉNAGES CANADIENS SONT PLUS ENDETTÉS QUE LES MÉNAGES AMÉRICAINS, MAIS UNIQUEMENT PAR SUITE DU RÉCENT DÉSENDETTEMENT AUX ÉTATS-UNIS Faits saillants

Plus en détail

Le 19 février 2015. Secrétariat du budget Ministère des Finances 3 e étage, Édifice Frost Nord 95, rue Grosvenor Toronto (Ontario) M7A 1Z1

Le 19 février 2015. Secrétariat du budget Ministère des Finances 3 e étage, Édifice Frost Nord 95, rue Grosvenor Toronto (Ontario) M7A 1Z1 Le 19 février 2015 Régime de retraite de la province de l Ontario : Principales considérations liées à la conception Secrétariat du budget Ministère des Finances 3 e étage, Édifice Frost Nord 95, rue Grosvenor

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014

La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014 COMMUNIQUÉ PREMIER TRIMESTRE 2014 La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014 L information financière contenue dans le présent document est basée sur les états financiers

Plus en détail

Secteur de l électricité Dette insurmontable

Secteur de l électricité Dette insurmontable Chapitre 3 Section 3.04 Ministère des Finances Secteur de l électricité Dette insurmontable Chapitre 3 Section 3.04 Contexte Nos rapports annuels antérieurs contenaient des mises à jour de la dette insurmontable

Plus en détail

Le budget de 1998. Bâtir le Canada pour le XXI e siècle. Stratégie canadienne pour l égalité des chances

Le budget de 1998. Bâtir le Canada pour le XXI e siècle. Stratégie canadienne pour l égalité des chances Le budget de 1998 Bâtir le Canada pour le XXI e siècle Stratégie canadienne pour l égalité des chances Aider les Canadiens à parfaire leurs compétences février 1998 «Les Canadiens savent que, pour bien

Plus en détail

Perspectives sectorielles du marché du travail Horizon 2015-2019 Secteur du tourisme

Perspectives sectorielles du marché du travail Horizon 2015-2019 Secteur du tourisme 1. Événements ou facteurs significatifs sur le nombre total d'emplois dans le secteur touristique dans l horizon 2015-2019. 1.1 Perspectives de croissance Chaque jour, les touristes dépensent trois milliards

Plus en détail

Statistiques fiscales des particuliers

Statistiques fiscales des particuliers Statistiques fiscales des particuliers ANNÉE D IMPOSITION 1996 Édition 1999 Quebec Avant-propos Ce document présente les statistiques fiscales en matière d impôt sur le revenu des particuliers pour l année

Plus en détail

L heure juste sur la dette du gouvernement du Québec. Auteurs Jonathan Deslauriers Robert Gagné Jonathan Paré

L heure juste sur la dette du gouvernement du Québec. Auteurs Jonathan Deslauriers Robert Gagné Jonathan Paré Créé en 2009, le Centre sur la productivité et la prospérité de HEC Montréal mène une double mission. Il se consacre d abord à la recherche sur la productivité et la prospérité en ayant comme principaux

Plus en détail

Comptes publics de la province

Comptes publics de la province Comptes publics de la province Introduction Les Comptes publics de l Ontario pour l exercice se terminant chaque année le 31 mars sont préparés sous la direction du ministre des Finances conformément à

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

sortir l assurance invalidité du piège de la dette

sortir l assurance invalidité du piège de la dette 23 OCTOBRE 2011 FICHE THEMATIQUE : ASSURANCE INVALIDITE sortir l assurance invalidité du piège de la dette Au cours des 20 dernières années, l assurance invalidité suisse (AI) s est inexorablement enfoncée

Plus en détail

L infrastructure: Un investissement dans la prospérité

L infrastructure: Un investissement dans la prospérité L infrastructure: Un investissement dans la prospérité John Gamble, CET, P.Eng. FMI/PSMW 2014 Charlottetown, Î.-P.-É Le 27 mai 2014 Synopsis L AFIC Qu est-ce que l infrastructure et pourquoi est-elle importante?

Plus en détail