Synthèse. des questionnaires territoriaux. Chantier Charte. Juin 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Synthèse. des questionnaires territoriaux. Chantier Charte. Juin 2013"

Transcription

1 Synthèse des questionnaires territoriaux Chantier Charte Juin 2013 Résultat de la participation des AMAP et réseaux d AMAP au chantier de révision de la charte : 8 réseaux régionaux 7 réseaux départementaux 14 interamap 57 AMAP

2 Rôle de la charte 2 Fédérateur : document commun de référence Consensus Socle commun : fédérer les AMAP autour de valeurs et piliers fondamentaux communs Principes, valeurs et éthique communes Document de référence unique par rapport à l utilisation du terme AMAP Equivalent d une Constitution Créer du lien entre les AMAP Point d appui fondamental du mouvement des AMAP Colonne vertébrale des AMAP Une charte commune permet de consolider le concept d'amap S identifier, affirmer un projet commun Servir de référence aux personnes qui créent une AMAP et à son conseil d administration Définition des principes, des valeurs, des objectifs : entre cadre et boussole Consensus Définir les valeurs, principes et engagements communs à toutes les AMAP Définir les valeurs morales et politiques des AMAP Définir les engagements moraux qui rapprochent producteur-rices et consommateur-rices Convenir d un protocole d'échange producteur-rice/consommateur-rice Définir les principes éthiques et organisationnels

3 3 Préciser les objectifs et le mode de fonctionnement des AMAP Donner des principes directeurs et définir leur mise en application pratique Rappeler les droits et devoirs des adhérents Propositions régulières Définitions comme cadre de référence Donner un cadre éthique, technique et philosophique communs Cadrer l organisation et les actions des AMAP Encadrer la création d'amap, le développement du mouvement Définir les critères et les principes à respecter et à mettre en œuvre à minima pour être une AMAP Définir les conditions obligatoires à remplir AMAP : marque déposé, donc on ne peut pas faire n'importe quoi : «au-delà d une certaine limite on sort du cadre Amap, et là on y est» Fixer des gardes fous : cadre normatif Définition comme un guide, une démarche Il faut pouvoir "aller vers", permettre l évolution dans les années à venir La charte doit être une démarche plutôt qu une série de règles Etre d avantage une ligne de conduite et d orientation Devenir une sorte de contrat d objectif Points de vigilance : équilibre entre cadre et boussole Homogénéiser les fonctionnements tout en laissant une certaine souplesse aux acteurs de terrain Affirmer notre identité sans pour autant être fermés ou «enfermant» Permettre l intégration de la réalité du contexte local de chaque AMAP, qu il soit géographique, démographique, agricole/urbain, et bien sûr humain Laisser à chaque AMAP une liberté et une souplesse de son fonctionnement personnel Indiquer le cadre sans qu'il devienne / soit un carcan Ce cadre doit être suffisamment souple pour ne pas freiner l innovation qui existe au sein de chaque association, et permettre à chacune d entre elles de transposer un modèle commun en fonction du contexte local Pouvoir faire apparaitre certains points plus fondamentaux que d autres (sur l exemple des 18 principes) et d autres plus «souples» dans le fonctionnement Il convient toutefois de préciser que le respect ou non d un principe ne peut s apprécier de façon abstraite, mais qu il est toujours lié au contexte et aux contraintes auxquels chaque association doit faire face sur son territoire. La charte doit fixer uniquement les grands principes, l application sur le terrain devant découler des règlements intérieurs dans ce cadre général. Lister clairement les pratiques qui nous semblent incontournables pour toutes les AMAP et d'autre part celles que nous encourageons

4 4 Contradictions Les principes de fonctionnement devraient être vus à l échelle locale (dans le règlement intérieur), il faut que la charte se concentre sur le côté philosophique, social et environnemental de la démarche Les principes généraux de fonctionnement doivent être prépondérants. Outil de communication / éducation populaire Propositions régulières Communication externe Une force «politique, visuelle, vive, sociale et culturelle» Marquer ce qui différencie les AMAP des autres systèmes dedistribution de paniers (objectifs, structure et identité propres) Lisibilité, clarification pour le grand public, les institutions, les consommateur-rices et les producteur-rices Présenter et rendre visible le système AMAP dans son ensemble Permettre une reconnaissance sur une base commune La charte doit permettre d être crédible auprès des autorités politiques et économiques La charte doit permettre une lisibilité de ce qu est une AMAP vis-à-vis de l extérieur, notamment en termes de non fiscalité Communication interne Etre expliqué à chaque nouvel amapien-ne avant adhésion Etre pédagogique pour les nouveaux arrivants Constituer une base sur laquelle revenir afin de sensibiliser les consommateur-rices «consuméristes» C est une démarche de langage et c est la pratique commune qui permet une réelle compréhension collective. Faire ressortir aussi la notion de pédagogie : «il faut que les gens construisent eux même leurs connaissance de l AMAP» Une incitation à participer à la vie de l AMAP et des interamap Une protection et garantie juridique Consensus Constituer une base légale (réglementaire)

5 5 Protéger le concept, éviter les usurpations Prévenir les dérives Servir de support en cas de litiges Propositions régulières Protéger l'appellation AMAP afin que tout le monde ne puisse pas s'appeler AMAP (support de la marque déposée) Garantir, notamment à l attention des pouvoirs publics que les AMAP ne sont pas des intermédiaires (problème de fiscalisation) Contradictions La charte doit elle définir des modes de contrôle? Tensions entre garantie participative et «édicter des sanctions coercitives pour ceux qui ne respectent pas les principes» Complémentarité avec les statuts/règlement intérieur/contrats Consensus La Charte n a pas pour objet de servir de Règlement Intérieur aux AMAP. Il incombera à chaque structure de définir de façon autonome son mode de fonctionnement dans le respect de la future Charte. Chaque AMAP peut ajouter dans ses statuts ses spécificités Une référence reprise dans les contrats

6 6 Forme de la charte Format Consensus Charte plus synthétique, plus dynamique et attrayante Charte clarifiée et simplifiée Charte mieux articulée et plus cohérente Document de pas plus de 4 pages Graphisme Proposition régulières Retravailler l'aspect graphique pour améliorer la lisibilité et le côté attractif de ce document Propositions originales Créer un support vidéo ou interactif serait intéressant, pour diffuser le modèle et favoriser sa compréhension Suggestion de représenter les thèmes sous forme de schéma heuristique, pour les classer et en même temps faire apparaître les liens de manière visuelle (moins hiérarchisant : schéma rayonnant) :

7 7 Conseil de rédaction Consensus Regroupement des items et suppression des redondances La charte doit comporter une liste de points clés Propositions régulières Fusionner la charte des AMAP et l agriculture paysanne (que la charte de l agriculture paysanne ne soit plus en annexe) Mettre en préambule l article A1 du socle commun Mixer par thèmes les principes fondateurs et les principes de fonctionnement. Fusionner le préambule et le positionnement politique Un plan clair serait souhaitable Le préambule doit présenter les AMAP plus comme une alternative aux systèmes de distribution traditionnels que comme une opposition

8 8 Création de plusieurs documents Propositions régulières Ajouter une synthèse qui reprendrait sur une seule page les X points fondamentaux/incontournables de la charte (pour afficher dans les locaux, au dos du contrat ) Accompagner la charte d une sorte de «guide», plus pratique et détaillant les principes de fonctionnement Faire une charte avec des annexes (modalités pratiques)

9 Enjeux politiques 9 Produire et consommer autrement Récurrents Produire autrement Développer l agriculture biologique locale (développer le concept du bio avec ou sans label) Promouvoir et défendre l agriculture de proximité, paysanne en soutenir des paysan-nes locaux, promouvoir les circuits courts, relocaliser l agriculture, aider à l'installation et au maintien de fermes paysannes de dimension familiale sur le territoire Entretenir l agro-biodiversité, maintenir la diversité des populations animales élevées et des variétés végétales cultivées, favoriser la polyculture, promouvoir la diversité des productions agricoles en particulier rares et anciennes Préserver notre environnement Apporter une alternative aux pratiques agricoles et commerciales majoritaires, alternative à l économie libérale et capitaliste Consommer autrement Consommer autrement en vue d un changement de société : changer par la base les modes de consommations afin d avoir du poids dans les choix politiques qui nous concernent Prouver que l on peut faire autrement que de s'approvisionner dans la grande distribution Permettre au plus grand nombre possible de personnes de manger sainement à un prix juste et accessible Permettre aux consommateur-rices et aux paysan-nes d être des acteurs à part entière des productions agro-alimentaires

10 10 Concourir à la mise en place d une société de citoyens conscients, responsables et soucieux du bien commun Donner accès à des produits sains et bons, garantissant pour le consommateur une meilleure fraîcheur et la traçabilité des produits Permettre à des consommateur-rices d être informés sur l origine et les méthodes de production des aliments qu ils achètent Démarche de santé publique Partager les bonnes et les mauvaises récoltes, assurer l'entraide entre agriculteur-rices et consommateur-rices, proposer un engagement citoyen et solidaire différent de la situation de client passif Permettre aux producteur-rices de vivre dignement de leur travail Sensibilisation : ouvrir des espaces de discussions sur les enjeux de l alimentation, des circuits courts et de l agriculture, éveiller les consciences sur les aspects politiques, environnementaux, sociaux, amener une réflexion sur les choix agricoles et alimentaires grâce aux échanges avec les producteur-rices et les animations initiées par l AMAP Autres thématiques Assez réguliers Enjeux sociaux Créer du lien social, en favorisant la vie de quartier, en créant de la solidarité aussi entre amapien-nes Permettre l accessibilité du bio au plus grand nombre Créer des liens entre ville et campagne Instaurer une relation de confiance, maintenir et développer le dialogue entre consom acteurs et producteur-rices Participer à une éducation, en organisant notamment des ateliers pédagogiques à la ferme Enjeux économiques Permettre à des producteur-rices de vivre de leur travail, de façon décente, à un prix juste et rémunérateur Etablir un commerce équitable entre producteur-rice et consommateur-rice Ancrer les AMAP dans les mouvements d'economie Sociale et Solidaire Montrer que d'autres échanges sont possibles, basés sur un partenariat solidaire, équitable, transparent, dans le respect de l'environnement, en dehors du système économique concurrentiel et consumériste dominant actuel Enjeux écologiques et démocratiques Maintien des terres cultivables en faisant barrage à une urbanisation galopante Promouvoir la souveraineté alimentaire Lutter contre le brevetage du vivant et les OGM

11 11 Il est fait référence au socle commun à plusieurs reprises (reprendre les enjeux décrits dans le socle commun) Ponctuels Viser le maximum d autonomie dans le fonctionnement des exploitations Soutenir les associations ou structures dont les objectifs croisent ceux des AMAP (ex Terre de Lien) Maintenir le tissu rural par le soutien aux petits producteur-rices Soutenir les paysan-nes et leur savoir-faire S inscrire dans un projet plus global de transition sur les communes Toucher un maximum d adhérents pour multiplier les AMAP Se distinguer des autres modèles de distribution de paniers Echapper à l omniprésence des lobbies économiques et politiques Restaurer des productions qui respectent le cycle saisonnier local

12 12 Les valeurs Récurrents Rapports humains Qualité Transparence Solidarité sociale et financière Convivialité Equité Confiance Proximité : relation directe Ecologie Engagement Manger sain et local Respect mutuel Agriculture respectueuse de l environnement Réciprocité Soutien à l agriculture paysanne locale Consommer autrement Moins réguliers Bénévolat Viabilité économique Développement local Amélioration du cadre de vie Culture du lien social Citoyenneté Responsable Solidarité entre les consommateur-rices Coopération

13 13 Commerce équitable Ouvert à tous Biodiversité Mutualisation Promotion de l agriculture paysanne locale Promotion d une agriculture respectueuse de l environnement Ponctuels Sensibilisation / promotion Economie sociale et solidaire Autonomie vis à vis de la société de consommation Respect des engagements réciproques Implication réciproque Autonomie des producteur-rices Entraide Contractualisation Collectif Vie associative Accessibilité à tous Engagement durable Vente directe Humanité Diversité Valeur du travail Conception non productiviste Transmission Traçabilité Accompagnement Essaimage Conversion Démocratie Respect de soi et d autrui Solidarité ville/campagne Vivre ensemble Libération de la grande distribution Mixité sociale Un milieu agricole paysan fier Un lieu de sensibilisation Notion de consom acteur Re-questionnner les idées fondatrices de notre économie locale. Améliorer sa connaissance du monde paysan Circuits courts Alter mondialisme «révolutionnaire» Adhérer à une AMAP est un acte politique Le bien être Amélioration des normes sociales Economie décarbonnée Se réapproprier les rythmes des saisons Réintroduire un rapport à la nature Protéger et faire vivre la ruralité Souveraineté alimentaire Faciliter la transition Valorisation des métiers de la Terre Echanges de savoir Economie sociale et solidaire Echange économique gagnant-gagnant Défense du foncier

14 14 Quelle agriculture? Les points d accords Récurrents Respect de l environnement Respect des normes sociales (rémunération décente, bonne condition de travail) Ni intrants chimiques ni OGM Une agriculture locale, de proximité Paysanne, à taille humaine Les concepts, notamment d agriculture paysanne doivent être détaillés, précisés, éclaircis. Ponctuels Autonomie des paysan-nes (indépendance par rapport aux fournisseurs, et par rapport à leurs débouchés) Une agriculture diversifiée, tant dans la production animale que végétale Une agriculture engagée, militante (lutte contre les semenciers, l agro-industrie) Une agriculture équitable basée sur une économie solidaire Agriculture créatrice d emploi Agriculture nourricière Agrobiologie Qui respecte les saisons Non productiviste, sobre

15 15 Solidaire Maintenir certains savoir-faire Rajouter des notions par rapport à l élevage : dans le respect de l animal Les questions-débats L agriculture paysanne : référence à la charte de l agriculture paysanne? La Confédération Paysanne a été historiquement associée aux premières AMAP. Elle est dans certaines régions encore un partenaire important des AMAP. Un consensus apparait clairement pour que l agriculture paysanne soit un pilier de l agriculture défendue par les AMAP. Se pose la question de comment définir l agriculture paysanne? Proposition : «telle que définie dans les documents de la Confédération Paysanne /FADEAR». Faut-il faire référence à la Confédération Paysanne / FADEAER? La question s est posée dans quelques AMAP : POUR : c est la structure qui a porté et défini ce projet d agriculture ; Ce sont ses documents qui sont utilisés par et dans le réseau pour parler d Agriculture Paysanne CONTRE : citer la Confédération Paysanne risque d enfermer le réseau dans une image syndicale, et exclure certains producteur-rices Remarques régulières Faire référence à l agriculture paysanne en précisant «sans intrant chimique et sans OGM mutagénèse et transgénèse». Il ne faut pas que la charte de l Agriculture paysanne soit en annexe. Il faut qu elle soit intégrée dans la charte des AMAP (pourquoi ne pas utiliser le schéma marguerite?) Nécessité de définir ce qu on entend par «dimension humaine» L agriculture bio : un objectif, une obligation? Une question mérite une réponse claire : une AMAP peut-elle choisir, indifféremment, des producteur-rices pratiquant l agriculture paysanne et des producteur-ricess pratiquant l agriculture biologique, biodynamique, certifiés ou pas? Ou privilégier les producteur-rices bio certifiés?

16 16 Les quatre positions : 1. Pas de mention de la bio, ou label évoqué comme facultatif (labellisé ou pas) mais pour une agriculture respectueuse de l environnement (ni intrants chimiques, ni OGM ), souvent définie comme agrobiologique. (récurrent) 2. Bio comme un idéal (démarche, reconversion, objectif) (régulier) L amap peut être un catalyseur pour passer d une agriculture paysanne à une agriculture paysanne locale et biologique. Laisser la possibilité, si l'agriculteur n'est pas en bio pour des raisons techniques (manque de surface ou autres), de réaliser un contrat d'objectif sur une durée qui peut-être plus ou moins longue selon les cas. Indiquer dans les contrats le mode de production ainsi que l'organisme certificateur. Le certificat de l'organisme certificateur doit être fourni aux amapien-nes. 3. Labellisé uniquement/en majorité. (ponctuel) 4. Mise en garde : attention au bio business. (ponctuel)

17 17 Fonctionnement Statut & fonctionnement général Elément de définition : Processus de vente directe contractualisé pour une production locale et de saison, au sein d associations non lucratives de consommateur-rices, dans le cadre de l économie sociale et solidaire et dans le respect de la protection de l environnement Réguliers Partenariat solidaire établi entre un groupe de consommateur-rices et un agriculteur-rice de proximité Un amapien-ne est adhérent-e de l'association, il/elle signe annuellement un bulletin d'adhésion Chaque consommateur achète en début de saison une part de la production (légumes, viande, fromage, œufs ) qui lui est distribuée périodiquement à un prix qui est fonction des coûts de production et qui est fixé en début de saison Organisation de livraisons régulières de produits commandés selon un calendrier préétabli entre consommateur-rices et producteur-rices Le bon fonctionnement de l AMAP s appuie sur des personnes bénévoles référents prenant en charge différentes tâches, avec un roulement

18 18 Une AMAP peut avoir plusieurs producteur-rices Il est préférable d avoir un-e référent-e amapien-ne par type de produit Statut : cadre associatif (pas obligatoire mais souhaitable) Gouvernance : bureau ou collégiale - Prises de décision transparentes L association et le paysan-ne sont deux entités juridiques distinctes. Rencontres physiques entre les consommateur-rices et les producteur-rices (jour de la distribution / journées à la ferme / AG). Organisation de visites annuelles ou saisonnières sur les exploitations qui fournissent l AMAP Chaque AMAP doit assurer sa pérennisation par la création et l entretien d une dynamique de groupe dans le respect de l éthique des AMAP Questions Est-il inimaginable qu une AMAP du nord de la France signe des contrats avec un producteurrice de fruits bio de Corse? L adhésion des producteur-rices pose-t-elle un problème juridique? Devrait il y avoir une durée minimum de l engagement (pour certains, pour le maraichage minimum 12 mois)? Comment proposer une alternative pour des personnes qui souhaiteraient un panier de temps en temps? Comment rendre accessible les AMAP à toutes catégories sociales? Distributions Pas d échange d argent sur le lieu de distribution Présence préconisée des producteur-rices aux distributions Distribution régulière, de fréquence variable selon la nature de la production Sur un lieu autorisé (public ou privé), un jour et une horaire de livraisons Distribution assurée par les consommateur-rices Questions/remarques Le fait qu un producteur-rice approvisionne plusieurs AMAP rend difficile sa présence régulière aux distributions Les producteur-rices doivent ils toujours être aux distributions? Contractualisation Réguliers Zéro intermédiaire Vente directe

19 19 L AMAP n est pas un intermédiaire, ne fait pas de commerce Les paiements ne transitent pas par l AMAP : les chèques sont au nom de chaque producteurrice Contractualisation directe entre chaque producteur-rice et chaque consommateur-rice, à signer par chaque partie prenante Gestion des contrats par les consommateur-rices référent-es Quand une AMAP ne peut pas absorber à elle seule la totalité de la production d un producteurrice, le contrat porte alors sur une quantité donnée de la production et sur une période donnée Le contrat est défini, en concertation, par le producteur-rice et les consommateur-rices (il doit tenir le plus grand compte des contraintes du producteur-rice) Le contrat fixe les droits et devoirs du producteur-rice et du consommateur-rice Remarques ponctuelles La question de la "fin de vie", "désunion" ou encore "rupture conventionnelle" entre une AMAP et un producteur-rice ne peut se faire sans un préavis et que ce point soit inscrit à la charte Garder la possibilité de trouver une solution plus simple que le contrat individuel. Par exemple, un contrat unique signé par le producteur-rice et sur lequel chaque nouvel adhérent apposera sa signature? Paiement à l avance C est un soutien au paysan-ne par l avance de trésorerie que cela lui procure Engagement mutuel, et paiement au début de la saison (temporalité à définir) Possibilité de faire un paiement échelonné sur la durée du contrat Prépaiement de la production, avec possibilité d'étaler le paiement dans le temps selon les situations individuelles Adapter l'engagement (en terme temporel) en fonction des types de production Implication des consommateur-rices L implication du plus grand nombre lors des distributions, l animation, l aide à la ferme Des adhérents qui participent à tour de rôle à la distribution et à l animation de l association L organisation est entièrement bénévole Quel(s) producteur-rice(s)? Une AMAP peut avoir plusieurs producteur-rices mais un référent par produit Une AMAP peut avoir plusieurs producteur-rices mais pas sur des produits identiques donc potentiellement concurrents

20 20 Questions Doit il y avoir une limite à donner au nombre de producteur-rices par AMAP? Doit-il y avoir une limite minimum de la part des débouchés de la ferme écoulé en AMAP? Contradictions Doit-on intégrer les artisans (notamment les artisans boulangers) dans la charte? La définition du mot de " producteur " doit être élargie aux transformateurs qui ne produisent pas eux-mêmes la matière première Le concept AMAP ne peut être élargi en dehors des agriculteurs La question du prix Les prix sont convenus à l avance entre producteur-rices et consommateur-rices et sont constants pendant la durée du contrat Le producteur-rice doit être en mesure d'expliciter son prix en fonction de ses coûts de production. Remarques Difficile d appréhender et de faire vivre la notion de prix juste : Qu est ce qu un prix juste? Comment mettre en place un prix juste?

21 21 Engagements producteur-rices Production & distribution Réguliers Cultiver ou élever des aliments sains et diversifiés dans le respect de l environnement et de l homme Etre transparent sur l ensemble de sa production Fournir des produits variés, de saison, de qualité et faire sa livraison à la date prévue sur le contrat Etre présent aux distributions (garder une certaine souplesse sans le noter dans la charte, pour ne pas exiger la présence du producteur-rice à toutes les distributions. Pas systématiquement pour permettre une respiration pour le producteur-rice (livraison par un employé, parents, producteur voisin de manière ponctuelle) En cas de produits hors production, besoin de l accord des consommateurs-rices, et privilégier les producteur-rices locaux pour se dépanner Remarques ponctuelles Pour les producteur-rices qui livrent de faibles quantités ou à faible valeur ajoutée, trouver d autres solutions pour maintenir le lien plutôt qu une présence formelle à chaque distribution Les producteur-rices inscrits sur le planning pour prendre des commandes ou pour livrer doivent être présents pendant la totalité du temps de livraison. Engagement à ne pas jeter les surplus

22 22 En cas d entraide avec un autre paysan-ne et distribution de produits ne venant pas de la ferme, comment vérifier la traçabilité? Pour les questions de labellisation, cf le paragraphe sur «Quelle Agriculture?». Engagement économique Réguliers Transparence par rapport aux coûts de revient et prix pratiqués Fournir l AMAP en priorité par rapport à ses autres débouchés, en cas de production insuffisante Garantir pour la saison un prix stable, juste et indépendant des fluctuations du marché Fournir l'information sur la fixation du prix dans le cadre d'un partage de récolte Se concerter avec l'association pour définir les prix, quantité et nature des produits contenus dans les paniers Encaisser les chèques selon le planning d'encaissement Engagement éthique Réguliers Respect de la charte des AMAP à travers un contrat avec le consommateur-rice Accepter, signer et appliquer la Charte S engager sur une durée Transparence Remarque ponctuelle Adhésion préalable du producteur-rice à l AMAP pour matérialiser son engagement. Engagement social et pédagogique Réguliers Faire de la pédagogie pour expliquer les aléas de sa production, Expliquer ses pratiques agricoles et son métier aux consommateur-rices à travers des visites de sa ferme et à l occasion des livraisons. Communiquer sur la vie de la ferme Répondre aux questions posées par les consommateur-rices. Participer à la vie des réseaux Participation aux AG

23 23 Faire évoluer ses pratiques agricoles et de consommation Remarques moins régulières Porter un poids politique sur un territoire (militant, adhésion au réseau régional, devoir d information). Ouvrir son exploitation à la visite des adhérents de l AMAP et au système participatif de respect de la charte.

24 Engagements consommateur-rices 24 Réguliers Adhérer à l AMAP Participer à la vie de l AMAP d une manière ou d une autre : distribution, animation, gestion de l association. Engagement sur la durée Payer en avance les produits Partager les aléas de la production (être solidaire avec le producteur-rice) Participer aux AG de l association et aux événements Participer aux permanences lors des distributions Le consommateur-rice s engage à aller chercher hebdomadairement son panier, à accepter le choix des produits livrés et à participer régulièrement à la distribution. Connaître et respecter la charte S engager financièrement en achetant à l avance une partie de la récolte du producteur-rice sur une période donnée Participer à la vie des réseaux Le paiement à l'avance n'exclut pas la possibilité d'étalement de l'encaissement des chèques par le producteur-rice Pas de remboursement sauf situation particulière (problème financier d'un consommateur-rice par exemple) Créer des temps d échanges, sensibilisation entre AMAP et producteur-rice Etre solidaire entre amapien-nes

25 25 Propositions plus ponctuelles Rappel : L AMAP n est pas un panier...pas seulement! Faire évoluer ses pratiques de consommation Signature de la charte avec le contrat S engager sur une saison et trouver un «remplaçant» lorsque l on ne peut venir, Ne pas entretenir les non dits Faire la promotion des AMAP, s engager à parler de l AMAP autour de soi, tenir des stands S informer et informer Eviter le gâchis alimentaire A l inverse de la présence du producteur-rice sur le lieu de distribution, la présence des amapien-es sur les fermes (visites, coup main) est tout aussi importante (notion de proximité réciproque des consommateur-rices avec le producteur-rice) Créer du lien avec le producteur-rice mais aussi avec les autres amapien-nes Notion de réciprocité dans la solidarité Ponctuels Payer l'intégralité de la saison de chaque producteur-rice Engagement social en favorisant la création d emplois et en pérennisant ces emplois L accompagnement du producteur-rice à l autonomie, c est dire la capacité à être maitre de ses choix (dans le sens d une autonomie des producteur-rices par rapport à la grande distribution, donc dans la commercialisation) Questions Devrait-on fixer une durée d engagement minimum? Faut-il maintenir cette disposition (travail sur la ferme) qui pourrait être interprétée comme du travail au noir par des esprits malintentionnés?

26 Liens 26 producteur-rices / consommateur-rices Transparence et traçabilité sans ingérence Relation de confiance et de solidarité Valeur pédagogique Association entre deux groupes conscients des enjeux Partenariat Réciprocité Respect Proximité : pas d intermédiaire Caractère formel (réunions, AG) et informel

27 27 Modifications charte 2003 Remarques sur le fond Remarques régulières Ne pas mettre agriculteur-rice et producteur-rice, choisir un mot pour les définir Faire référence aux amapien-nes et non aux consommateurs ou consom acteurs Une AMAP par producteur-rice : Il ne faut pas garder le point 11 des principes de la Charte Enlever la référence à Alliance Provence Enlever la référence au contrat passé entre l AMAP et le producteur-rice : les contrats sont passés entre chaque amapien-ne et chaque producteur-rice Il n y a pas de raison de citer BIOCOOP dans la charte des AMAP Questions? Est-ce qu il faut garder le système de détermination du prix en partage de récolte? Quelle logique de proximité producteur consommateur quand il n y a pas de certains produits dans la région? Le contrat maraîcher reste t-il obligatoire quand on consomme en AMAP avant de passer d autres contrats pour d autres produits? Point 5.5 : des échanges entre producteur-rices ne peuvent être qu'exceptionnels et les consommateur-rices doivent donner leur accord. Ce point est-il conforme à la législation vente directe et le terme «échange» est-il approprié? Peut-on avoir plusieurs maraichers? En ce qui concerne le renouvellement des contrats d une saison à l autre et des fois sur plusieurs saisons, une simple signature sur un «listing de reconduction des contrats» suffitelle légalement? Comment intégrer, motiver, les producteur-rices pour qu ils participent plus à la vie de l AMAP? Comment inclure une production sans OGM? Quels termes employer?1+1 Préciser si les produits peuvent être des produits transformés

kit de création d une amap

kit de création d une amap kit de création d une amap sommaire L éthique des amap 1. Le concept des AMAP. Définition. Origine du concept. Les objectifs des AMAP. Les valeurs des AMAP 2. Les motivations et les engagements des producteurs

Plus en détail

AMAP, marque et publicité mensongère

AMAP, marque et publicité mensongère AMAP, marque et publicité mensongère En 2003 puis 2008, Alliance Provence a déposé la marque AMAP (Association pour le Maintien de l Agriculture Paysanne), afin de se doter de cet outil pour garantir l

Plus en détail

Créer une AMAP. Les autres "paniers" S informer et agir! www.defipourlaterre.org. Qu'est-ce que c'est? Le principe est simple :

Créer une AMAP. Les autres paniers S informer et agir! www.defipourlaterre.org. Qu'est-ce que c'est? Le principe est simple : S informer et agir! Créer une AMAP Qu'est-ce que c'est? L'AMAP est une Association pour le Maintien d'une Agriculture Paysanne (marque déposée), dont l'objet principal est de "mettre en lien paysans et

Plus en détail

Canevas d'accompagnement destiné au paysan-essaimeur

Canevas d'accompagnement destiné au paysan-essaimeur Canevas d'accompagnement destiné au paysan- Version 1-9 février 2012 Association des AMAP du Nord Pas-de-Calais Maison des paysans 40 avenue Roger Salengro 62223 St Laurent Blangy Tél 03.21.23.00.53 @

Plus en détail

UNE INITIATIVE DE : ASSOCIÉS A :

UNE INITIATIVE DE : ASSOCIÉS A : UNE INITIATIVE DE : ASSOCIÉS A : Cette charte est le résultat de trois années de travaux de consultations nationales et locales menées en région Rhône-Alpes, visant à identifier et adapter les principes

Plus en détail

manifeste, chartes, conventions.

manifeste, chartes, conventions. manifeste, chartes, conventions. MANIFESTE POUR L ACCÈS À UNE HAUTE QUALITÉ ALIMENTAIRE AU QUOTIDIEN Slow Food veut promouvoir une nouvelle manière d aborder l alimentation, indissociable de l identité

Plus en détail

Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC)

Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC) GUIDE À L INTENTION DES ORGANISATIONS Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC) Pour des paniers de légumes locaux et sains, directement livrés

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L économie sociale et solidaire désigne une manière d entreprendre qui place l être Humain au cœur de la démarche économique - Elle regroupe des milliers d initiatives pour

Plus en détail

Un projet de développement durable des AMAP en Sud Alsace. AMAP : Association pour le Maintien d une Agriculture Paysanne

Un projet de développement durable des AMAP en Sud Alsace. AMAP : Association pour le Maintien d une Agriculture Paysanne Un projet de développement durable des AMAP en Sud Alsace 1 Vous avez dit AMAP? En bref, une AMAP c est quoi? AMAP : Association pour le Maintien d une Agriculture Paysanne Une AMAP est un système écologique,

Plus en détail

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La réforme de la politique agricole commune doit intervenir d ici 2013. Une consultation publique officielle sur la PAC de

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines 1/ Les constats les plus marquants sont : - l absentéisme de courte durée qui continue d évoluer fortement et qui met sous

Plus en détail

La Charte des jardins collectifs du Pays de Grasse

La Charte des jardins collectifs du Pays de Grasse La Charte des jardins collectifs du Pays de Grasse Auribeau-sur-Siagne Grasse Mouans-Sartoux Pégomas La Roquette-sur-Siagne Préambule... Le besoin de retrouver ses racines, une alimentation plus sûre,

Plus en détail

L'association est indépendante de tout parti politique et de toute confession religieuse. Elle s'interdit

L'association est indépendante de tout parti politique et de toute confession religieuse. Elle s'interdit AMAP d'ourscamp Les Paniers de l'abbaye Article 1. Nom de l'association La dénomination est : Association pour le Maintien de l'agriculture Paysanne d'ourscamp Les Paniers de l'abbaye Son sigle est : AMAP

Plus en détail

Les Champs des Possibles

Les Champs des Possibles Les Champs des Possibles Association Loi 1901 Lancée en 2009 1 salarié Région Île-de-France Activité L association Les Champs des Possibles accompagne des porteurs de projet à l installation en agriculture

Plus en détail

Projet Fish & Catering Sector (Mise à jour du 13/10/08)

Projet Fish & Catering Sector (Mise à jour du 13/10/08) Projet Fish & Catering Sector (Mise à jour du 13/10/08) Une initiative conjointe de : En association avec : A. Introduction de la notion «d alimentation durable» en restauration collective. La notion «d

Plus en détail

Musique éthique. Cahier des charges pour une filière musicale équitable et solidaire

Musique éthique. Cahier des charges pour une filière musicale équitable et solidaire Musique éthique Cahier des charges pour une filière musicale équitable et solidaire 1. Contexte Aujourd hui, la filière musicale est dominée par une poignée de «majors». La suprématie de la logique économique

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles.

Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles. Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles. Un groupe de travail se réunit sous la Présidence de Pierre BURBAN au

Plus en détail

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Résumé L intérêt et la motivation à tous les niveaux politiques en faveur du développement durable,

Plus en détail

Evénement à Valensole : Couleurs Paysannes ouvre son magasin de producteurs 5 juillet 2012 Contact presse

Evénement à Valensole : Couleurs Paysannes ouvre son magasin de producteurs 5 juillet 2012 Contact presse Evénement à Valenso ole : ouvre son magasi n de produc cteurs 5 juillet 2012 Contact presse Catherine Habas 06.27.20.64.08 catherine.habas@wanadoo.fr Evénement à Valensolee! ouvre son magasin de producteurs

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche 2015 1 PRESENTATION DE LA STRUCTURE RAViV est un réseau solidaire de compagnies et structures franciliennes de spectacle vivant

Plus en détail

SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER

SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER I. BILAN QUANTITATIF A. Evolution de la programmation Un taux de programmation de 73,73%, en progression forte depuis le mi parcours mais à poursuivre

Plus en détail

APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015

APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015 CONSEIL DEPARTEMENTAL DU JURA APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015 PON FSE 2014-2020 Axe 3 «Lutter contre la pauvreté et promouvoir l inclusion» Programme Départemental d Insertion 2015 Date de lancement

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet www.unidroit.org PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT Le Guide UNIDROIT/FAO sur l agriculture sous contrat Note de projet SOMMAIRE Qu est-ce que l agriculture

Plus en détail

Développement durable et restauration collective. Opportunités et risques, Cas du restaurant universitaire de la Cité Internationale de Paris

Développement durable et restauration collective. Opportunités et risques, Cas du restaurant universitaire de la Cité Internationale de Paris Master Economie du Développement Durable, de l Environnement et de l Energie Trophée Innovation & Développement Durable Développement durable et restauration collective Opportunités et risques, Cas du

Plus en détail

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux Le réseau des épiceries solidaires A.N.D.E.S. Uniterres Assurer la sécurité alimentaire des plus démunis et soutenir une agriculture durable et locale Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Plus en détail

La Bio pour quoi faire? Une vision du monde de la Bio et quelques perspectives

La Bio pour quoi faire? Une vision du monde de la Bio et quelques perspectives La Bio pour quoi faire? Une vision du monde de la Bio et quelques perspectives Juin 2012 Lionel FRANCOIS Sommaire La Bio, pourquoi? La Bio c est quoi? La situation de la Bio Les acteurs du Bio Le paysan

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

Règlement du Parc pour le label Produit, catégorie A (produits alimentaires)

Règlement du Parc pour le label Produit, catégorie A (produits alimentaires) Règlement du Parc pour le label Produit, catégorie A (produits alimentaires) Titre I Dispositions générales Article premier : Objet du présent règlement Le présent règlement est un document d application

Plus en détail

CHARTE ALTERNATIBA DIJON 2015

CHARTE ALTERNATIBA DIJON 2015 CHARTE ALTERNATIBA DIJON 2015 Par la présente charte, le collectif Alternatiba Dijon définit les objectifs et les modalités d organisation d un «village des alternatives» à Dijon, pour prendre part à la

Plus en détail

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Lucile Manoury Chargée d études, Collège coopératif, Aix-en-Provence Bonjour à tous. Je vais vous faire une présentation un peu théorique

Plus en détail

Conso-Solidaires.org. Plateforme web multi-boutiques. dédiée à la consommation responsable en Rhône-Alpes. www.conso-solidaires.

Conso-Solidaires.org. Plateforme web multi-boutiques. dédiée à la consommation responsable en Rhône-Alpes. www.conso-solidaires. Conso-Solidaires.org Plateforme web multi-boutiques dédiée à la consommation responsable en Rhône-Alpes contact@conso-solidaires.org / Tel : 04 76 49 07 72 Sommaire 1. Qu est-ce que Conso-Solidaires? Le

Plus en détail

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr Rhône Développement Initiative 1993-2013 Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité www.rdi.asso.fr Jean-Jacques MARTIN, Président de RDI Membre des réseaux nationaux RDI Edito

Plus en détail

Le Conseil général élabore un agenda 21

Le Conseil général élabore un agenda 21 J e u d i 1 7 n o v e m b r e 2 0 1 1 dossier de presse Le Conseil général élabore un agenda 21 pour le département de la Loire Par Bernard BONNE, Président du Conseil général et Jean GILBERT, Conseiller

Plus en détail

Rapport sur l intérêt des producteurs maraîchers de la région de Montréal quant aux modèles associatifs de mise en marché en circuits courts

Rapport sur l intérêt des producteurs maraîchers de la région de Montréal quant aux modèles associatifs de mise en marché en circuits courts Rapport sur l intérêt des producteurs maraîchers de la région de Montréal quant aux modèles associatifs de mise en marché en circuits courts par Équiterre 30 novembre 2011 Objet de l étude Cette étude

Plus en détail

Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social

Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social Université de Caen - Master 2 : Entrepreneuriat UFR - Sciences Economiques et de Gestion Février 2009

Plus en détail

Charte Mutuelle Existence

Charte Mutuelle Existence Charte Mutuelle Existence Développement Durable Développement Durable Environnement - Social - Économique Sommaire Définition du Développement Durable p. 2 Nos valeurs et nos engagements p. 3 Charte Sociale

Plus en détail

POURQUOI INSTALLER DE NOUVEAUX

POURQUOI INSTALLER DE NOUVEAUX POURQUOI INSTALLER DE NOUVEAUX AGRICULTEURS? ELEMENTS DE CONTEXTE L ENJEU DU RENOUVELLEMENT DE LA POPULATION ACTIVE AGRICOLE Les installations ne permettent pas aujourd hui de compenser les départs en

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L ASSOCIATION DES MAIRES DE FRANCE ET RTE Entre L Association des Maires de France, sise 41 quai d Orsay, 75343 Paris cedex

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

L ENTREPRISE GÉNÉRALE DANS LE BÂTIMENT : UN CHEF D ORCHESTRE AUX MULTIPLES FACETTES

L ENTREPRISE GÉNÉRALE DANS LE BÂTIMENT : UN CHEF D ORCHESTRE AUX MULTIPLES FACETTES L Entreprise générale dans le bâtiment : un chef d orchestre aux multiples facettes L Entreprise générale n a pas de définition légale ou réglementaire ; elle est seulement identifiée dans un certain nombre

Plus en détail

Des stands alimentaires! Résumé

Des stands alimentaires! Résumé Secondaire, collégial et grand public activité 5 Des stands alimentaires! Résumé À partir de l affiche Nos choix alimentaires à nous de jouer!, les élèves sont initiés au concept des 3N-J d ENvironnement

Plus en détail

Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin

Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin Version 2008 MANUEL D'ORGANISATION Objectifs, rôle des partenaires & procédures Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin : guide du technicien

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY «Cette action contribue au PNNS». «IL FAIT BIO À CHÂTEAU THIERRY A Chateau Thierry, la Municipalité souhaite développer les produits BIO et issus de filières de proximité dans les menus de la restauration

Plus en détail

pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux

pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux Préserver la biodiversité dans la commune La commune dispose-t-elle d'un inventaire du patrimoine écologique local? Quelle part de budget

Plus en détail

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes :

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes : Le questionnaire ci dessous a pour objectif de faire le point sur le RESSOL, sur notre dernière action à savoir le mois de l Economie Sociale et Solidaire et sur nos pistes d évolution. Ce questionnaire

Plus en détail

Annexe A : Tableau des exigences

Annexe A : Tableau des exigences E1 E1.1 E1.2 E1.3 E1.4 E1.5 E1.6 Exigences générales production Les végétaux destinés à la consommation humaine doivent être cultivés au Québec. Les végétaux destinés à la consommation humaine doivent

Plus en détail

Service Civique. Service civique. Esprit

Service Civique. Service civique. Esprit Service civique Esprit Contact : Nathalie Chaverot servicecivique@la-guilde.org Tel : 01 43 26 97 52 www.la-guilde.org www.service-civique.gouv.fr La loi du 10 mars 2010 a créé l engagement de Service

Plus en détail

Identifier les enjeux. de recul car un diagnostic sans enjeux serait un diagnostic sans conclusion!

Identifier les enjeux. de recul car un diagnostic sans enjeux serait un diagnostic sans conclusion! Liens vers d'autres fiches A quel moment de la démarche? Fiche 5 «Structurer le diagnostic» Fiche 6 «Inclure une dimension transversale» Fiche 9 «Mobiliser les acteurs» A la fin du diagnostic, en conclusion

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture Plan d action de développement durable 2009-2015 Le développement durable, une question de culture Révisé en mars 2013 Note importante Le gouvernement du Québec a autorisé le 29 février 2013 par décret

Plus en détail

COOPERATION DECENTRALISEE. CESR 5 octobre 2007

COOPERATION DECENTRALISEE. CESR 5 octobre 2007 COOPERATION DECENTRALISEE CESR 5 octobre 2007 La coopération internationale et décentralisée S insère dans le cadre plus large de l action extérieure des collectivités Regroupe les actions de coopération

Plus en détail

N abandonnons pas notre héritage commun.

N abandonnons pas notre héritage commun. N abandonnons pas notre héritage commun. Chaque semaine, 200 fermes disparaissent en France. Disparition des surfaces agricoles, spéculation foncière : nous pouvons agir. Grâce à vous, Terre de liens acquiert

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire 1. Contexte et objectifs visés par l appel à projets Menée dans le cadre du Schéma Régional de l Economie

Plus en détail

FICHE 5 FACILITATION PAR L OP DE L ACCÈS AU CRÉDIT DES MEMBRES POUR MIEUX COMMERCIALISER

FICHE 5 FACILITATION PAR L OP DE L ACCÈS AU CRÉDIT DES MEMBRES POUR MIEUX COMMERCIALISER FICHE 5 FACILITATION PAR L OP DE L ACCÈS AU CRÉDIT DES MEMBRES POUR MIEUX COMMERCIALISER Crédit de campagne et crédit de commercialisation La facilitation de l accès au crédit de campagne par l OP pour

Plus en détail

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER ÉDUCATION Côtes d Armor Collèges publics DIRECTION ÉDUCATION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER Charte de la restauration collective Préambule Dans le cadre de l article 82 de la loi du 13 août 2004, le Département

Plus en détail

Foire Aux Questions Cocagne Investissement

Foire Aux Questions Cocagne Investissement Foire Aux Questions Cocagne Investissement POURQUOI SOUSCRIRE?... 1 En quoi Cocagne Investissement est-il un fonds citoyen et solidaire?... 1 Quelles sont les modalités d intervention de Cocagne Investissement

Plus en détail

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

«Les Potagers de Marcoussis»

«Les Potagers de Marcoussis» «Les Potagers de Marcoussis» Chantier d insertion par le maraîchage biologique Le «Projet conserverie» : Création d une unité de transformation de fruits et légumes locaux, sous forme de structure d insertion

Plus en détail

QUE SAVEZ-VOUS SUR LES ASSOCIATIONS?

QUE SAVEZ-VOUS SUR LES ASSOCIATIONS? QUE SAVEZ-VOUS SUR LES ASSOCIATIONS? Ces questions concernent toutes les associations loi de 1901. Concernant les associations sportives, des exigences particulières peuvent être demandées par vos fédérations

Plus en détail

De vraies perspectives d avenir Des dispositifs d accompagnement et de financements De multiples complémentarités

De vraies perspectives d avenir Des dispositifs d accompagnement et de financements De multiples complémentarités De vraies perspectives d avenir Des dispositifs d accompagnement et de financements De multiples complémentarités Organisateurs : Partenaires : Des outils d accompagnement Des outils de financement Zoom

Plus en détail

anj u PRODUITen dossier de candidature

anj u PRODUITen dossier de candidature dossier de candidature Le dossier de candidature dûment rempli et signé, incluant les pièces demandées, doit être adressé à : GIP Produit en Anjou Département de Maine-et-Loire CS 94104 49941 Angers cedex

Plus en détail

Consolider le développement du Jardin

Consolider le développement du Jardin Association «Solidarité & Initiative» pour le développement du Jardin de Cocagne de la Haute Borne pour la création de la Table de Cocagne de la Haute Borne Projet 2014 Adresse : 10 rue Héloïse Europarc

Plus en détail

3 ème année. Cet appel à proposition s inscrit dans la continuité du travail engagé en année 1 et 2.

3 ème année. Cet appel à proposition s inscrit dans la continuité du travail engagé en année 1 et 2. Appel à proposition Projet Alimen terre Un système d'alimentation local sur le Pays de Vannes 3 ème année Avec près de 60 % de surfaces agricoles, l agriculture demeure prépondérante sur notre territoire.

Plus en détail

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE 17 juillet 2013 LABEL RSE SCOP BTP PRÉAMBULE La Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) est la contribution des organisations au développement durable

Plus en détail

Logements Entraide Générations

Logements Entraide Générations Logements Entraide Générations Présentation Logements Entraide Générations développe une idée simple : loger des jeunes entre 18 et 30 ans, à la recherche d un logement chez un sénior disposant d une chambre

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS ACTIONS AU PROFIT DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP ET DE DÉPENDANCE THÈMES 2010

CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS ACTIONS AU PROFIT DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP ET DE DÉPENDANCE THÈMES 2010 CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS ACTIONS AU PROFIT DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP ET DE DÉPENDANCE THÈMES 2010 ACCÈS AU SPORT ACCÈS AUX LOISIRS ET/OU À LA CULTURE 1 PRÉAMBULE Définies dans le

Plus en détail

Les circuits courts de consommation : pourquoi? Comment?

Les circuits courts de consommation : pourquoi? Comment? Les circuits courts de consommation : pourquoi? Comment? Yuna Chiffoleau Beaulieu,, 25 mars 2010 Introduction Les circuits courts : quelles possibilités s aujourd hui? Quelles limites? - Circuits courts

Plus en détail

Comités locaux École-Entreprise (CLÉE) Cahier des charges départemental

Comités locaux École-Entreprise (CLÉE) Cahier des charges départemental Comités locaux École-Entreprise (CLÉE) Cahier des charges départemental 1. Qu est-ce qu un CLÉE? Un CLÉE est un lieu d échanges et de ressources entre les entreprises et les établissements scolaires sur

Plus en détail

Les grandes fonctions du tuteur

Les grandes fonctions du tuteur Agence Erasmus+ Jeunesse & Sport Les grandes fonctions du tuteur Ce document rend compte de travaux effectués en ateliers par les participants lors des sessions de formation de tuteurs SVE organisées depuis

Plus en détail

Auriol : le service public de la Restauration scolaire

Auriol : le service public de la Restauration scolaire Auriol : le service public de la Restauration scolaire Au titre de nos valeurs communes, nous avons voulu décliner l offre de restauration en mettant l accent au plus près des enfants. Plus de 80% des

Plus en détail

SERVICE PANIERS FRAICHEUR EN RHONE-ALPES DEMARCHE ET RETOUR D EXPÉRIENCE

SERVICE PANIERS FRAICHEUR EN RHONE-ALPES DEMARCHE ET RETOUR D EXPÉRIENCE SERVICE PANIERS FRAICHEUR EN RHONE-ALPES DEMARCHE ET RETOUR D EXPÉRIENCE ATELIER CEREMA 21 MAI 2015 LYON DÉPARTEMENT MARKETING ET SERVICE / TER RA DIFFUSION LIMITÉE JEUDI 21 MAI 2015 SOMMAIRE 01. DÉFINITION

Plus en détail

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DEES * DOSSIER DE PRÉSENTATION *Certification Professionnelle Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale Niveau I -enregistré au RNCP

Plus en détail

choucroute Dossier de presse d lsace La Choucroute d Alsace comme vous ne l avez jamais goûtée DU 17 AU 25 janvier 2015

choucroute Dossier de presse d lsace La Choucroute d Alsace comme vous ne l avez jamais goûtée DU 17 AU 25 janvier 2015 La Choucroute d Alsace comme vous ne l avez jamais goûtée Dossier de presse Création graphique : Musiconair Pendant 9 jours, les Chefs d Alsace et les Maîtres Restaurateurs d Alsace vous font découvrir

Plus en détail

Secrétariat permanent de la Plateforme 7 mai 2014 Martin Boekstiegel

Secrétariat permanent de la Plateforme 7 mai 2014 Martin Boekstiegel Secrétariat permanent de la Plateforme 7 mai 2014 Martin Boekstiegel Traduction non officielle du texte diffusé fin avril 2014 par le Conseil du Développement Durable (Allemagne) dans le cadre de la consultation

Plus en détail

!!" # $ % & ' ( ) # * ( + # # $ (, $ - (. / -- 0 # # 1-2 - # $ 3 - ( 4 *4-5. & ) * 5

!! # $ % & ' ( ) # * ( + # # $ (, $ - (. / -- 0 # # 1-2 - # $ 3 - ( 4 *4-5. & ) * 5 "$ %&' ( )* ( +$ (,$- (./-- 0 1-2- $ 3- ( 4*4-5.&)* 5 Un cadre légal : Les écoles primaires, à la différence des collèges et des lycées, ne sont pas des établissements publics autonomes, et ne bénéficient

Plus en détail

LIVRET DE PRESENTATION

LIVRET DE PRESENTATION LA GENÈSE DES JARDINS DE CONTRAT 1992, Château-Renault Trois passionnés ouvrent un chantier d'espaces verts et un atelier de menuiserie. Leur but : faire partager leur savoir-faire, l association Contrat

Plus en détail

LE MÉMENTO POUR LES DIRIGEANTS D ASSOCIATIONS SPORTIVES

LE MÉMENTO POUR LES DIRIGEANTS D ASSOCIATIONS SPORTIVES LE MÉMENTO POUR LES DIRIGEANTS D ASSOCIATIONS SPORTIVES LES RESSOURCES HUMAINES DE L ASSOCIATION SPORTIVE F1 LE STATUT DE L INTERVENANT : SALARIÉ OU TRAVAILLEUR INDÉPENDANT? F2 L ASSOCIATION SPORTIVE

Plus en détail

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 A l initiative des professionnels de terrain, la FHF a constitué en janvier 2014 une commission imagerie. Composée de médecins et de

Plus en détail

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion?

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion? Chantier sur la cohésion sociale et l inclusion dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés JUIN 2013 1) Mise en contexte Dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés à Saint-Camille, 4 chantiers

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Accord collectif national GROUPEMENTS D EMPLOYEURS AGRICOLES ET RURAUX ACCORD DU 13 JUIN 2012 RELATIF AUX GROUPEMENTS

Plus en détail

Nouveaux dispositifs des aides aux entreprises de la région Centre

Nouveaux dispositifs des aides aux entreprises de la région Centre Nouveaux dispositifs des aides aux entreprises de la région Centre Accès facilité aux dispositifs et renforcement de la communication, Valorisation et reconnaissance des pratiques des entreprises régionales

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

La loi sur l économie sociale et solidaire. Les principales dispositions et quelques angles de vue

La loi sur l économie sociale et solidaire. Les principales dispositions et quelques angles de vue La loi sur l économie sociale et solidaire Les principales dispositions et quelques angles de vue La loi ESS du 31 juillet 2014 les racines de l ESS Un peu d histoire: Des lois sur les coopératives, les

Plus en détail

Territoire. Territoire. Parc d activités économiques. Quartier populaire

Territoire. Territoire. Parc d activités économiques. Quartier populaire rural Centre-ville Quartier populaire Parc d activités économiques Problématique Problématique enclavé Banlieue pavillonnaire Problematique Problematique Insertion Petite enfance Problématique Problématique

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

Présentation des modalités d application de la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires -------- Rabat, le 17 juin 2010

Présentation des modalités d application de la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires -------- Rabat, le 17 juin 2010 Office National de Sécurité Sanitaire desproduitsalimentaires Présentation des modalités d application de la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires -------- Séminaire National

Plus en détail

AVEC NOUS, SOUTENEZ L ENTREPRENEURIAT SOCIAL. Découvrez notre nouveau fonds. socialement responsable et solidaire

AVEC NOUS, SOUTENEZ L ENTREPRENEURIAT SOCIAL. Découvrez notre nouveau fonds. socialement responsable et solidaire AVEC NOUS, SOUTENEZ L ENTREPRENEURIAT SOCIAL Découvrez notre nouveau fonds socialement responsable et solidaire Déjà présents auprès d un entrepreneur sur quatre, nous avons décidé d accélérer notre soutien

Plus en détail

Investissements d avenir. Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)»

Investissements d avenir. Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)» Investissements d avenir Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)» Appel à projets «Innovation et compétitivité des filières agricoles et agroalimentaires» Volet compétitif «Initiatives

Plus en détail

Télétravail, Propositions de la CGT-CIT

Télétravail, Propositions de la CGT-CIT Télétravail, Propositions de la CGT-CIT 1 Table des matières 1 Table des matières... 1 2 Introduction... 3 2.1 Traitement particulier... 3 2.2 Télé-centres... 3 2.3 Modèle avenant en annexe de l accord...

Plus en détail

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser, éduquer,

Plus en détail

L pionnier dans le Bade-Wurtemberg,

L pionnier dans le Bade-Wurtemberg, RENCONTRE Rencontre avec Peter Berg LAURENT DREYFUS Peter Berg vient de publier son deuxième livre, traduit et édité par le Mouvement de l Agriculture BioDynamique. Nous avons voulu voir de quelle expérience

Plus en détail

Charte de tourisme solidaire. Palabres Sans Frontières

Charte de tourisme solidaire. Palabres Sans Frontières Charte de tourisme solidaire Palabres Sans Frontières Préambule L'association Palabres Sans Frontières se positionnant comme un acteur du tourisme solidaire et équitable, elle souhaite par la présente

Plus en détail

Réforme du crédit à la consommation. Statut des enseignants chercheurs. Point sur les États généraux de l outre-mer

Réforme du crédit à la consommation. Statut des enseignants chercheurs. Point sur les États généraux de l outre-mer LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSÉE LE MERCREDI 22 AVRIL 2009 A L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE A DIFFUSÉ LE

Plus en détail

Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. Accord Cadre. Relatif à. L exercice médical à l hôpital

Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. Accord Cadre. Relatif à. L exercice médical à l hôpital Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé Accord Cadre Du Relatif à L exercice médical à l hôpital Au cœur du système de santé, l hôpital en assure la continuité et la permanence. Avec son fonctionnement

Plus en détail