Chief William Bratton, Los Angeles Police Department. Predictive Policing. 4 février 2015

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chief William Bratton, Los Angeles Police Department. Predictive Policing. jean-luc.besson@inhesj.com. 4 février 2015"

Transcription

1 Very soon, we will be moving to a predictive policing model where, by studying real time crime patterns, we can anticipate where a crime is likely to occur. Chief William Bratton, Los Angeles Police Department 2009 Predictive Policing 4 février 2015 Modélisation, simulation et prédiction dans l action publique, projet Innox Espace Saint-Martin, Paris

2 Le projet 3Cities Une initiative de l ONDRP qui vise à : Mettre en œuvre sur le territoire du Grand Paris le modèle de recherche Risk Terrain Modeling, conçu par des chercheurs de Rutgers Center on Public Security, Comparer les résultats sur plusieurs sites à l échelle internationale, Expérimenter le modèle sur le terrain, en coopération avec la préfecture de police, Vérifier la validité du modèle et le consolider au besoin.

3 Le projet 3Cities Le predictive policing peut être développé sur deux axes : Les personnes (geoprofiling, enquête, individu), Les territoires (risque, spatio-temporel). Le projet 3Cities porte sur les territoires.

4 Le modèle Le modèle combine les facteurs d aggravation tirés de la connaissance criminologique, à l analyse géostatistique de type HotSpot, pour un type précis d infraction codifié par nature (NATINF). L analyse spatiale permet d identifier les HotSpots sur le territoires (Brantingham & Brantingham, 1992 ; Sherman & Weisburd, 1995). Le HotSpot est en lui-même un prédicteur (Sherman, 1995). Certains facteurs contextuels des lieux de commission des faits favorisent l apparition d infractions, leur fréquence et leur concentration. Ce sont des facteurs dits «aggravants» (Caplan & Kennedy 2010).

5 Le modèle La question d aujourd hui est celle du déplacement Des évènements, d un lieu vers un autre, Des auteurs, d un lieu vers un autre.

6 Le modèle Le modèle d anticipation des déplacements part du HotSpot Qu est-ce qu un HotSpot? HS est un espace géographique où l on mesure une plus importante concentration de faits (m 2 ) que ce que l on peut mesurer sur l ensemble de la surface étudiée. Qu est-ce qui favorise l émergence d un HotSPot? Les facteurs habituellement présents sont : Densité de population (habitants ou flux, convergence spatio-temporelle des flux), Densité des facteurs de risques (établissements, armes, objets d attraction..), Densité des cibles (personnes, habitations, marchandises, véhicules, points d argent ), Défaillance d un élément de la théorie des activités de routine (exemple : surveillance efficiente).

7 Le modèle Le modèle prolonge l approche par le Hot Spot en faisant varier le risque sur le territoire en fonction de facteurs aggravants ou atténuants la commission de l infraction. Le modèle analyse l influence (Absence / Présence, Concentration / Dispersion, Proximité / Éloignement) des facteurs contextuels sélectionné en rapport avec l infraction. Le modèle opérationnalise cette influence et la soumet à plusieurs tests statistiques. Les tests permettent de retenir les facteurs significatifs et de rejeter les autres.

8 Principe schématisé Le modèle utilise une information géographique désagrégée en couches (SIG). Les couches représentent trois types d éléments : Les limites du territoire qui définissent la surface d étude, Le type d infraction, Les facteurs aggravants qui augmentent la probabilité de survenance de l infraction. La combinaison des facteurs aggravants produit une carte finale qui modélise et visualise les risques sur le territoire.

9 Test Statistique Le modèle n utilise pas la régression logistique linéaire (moindres carrés - Ordinary Least Squares), car elle suppose une variable dépendante (crime) normalement distribuée et une relation linéaire entre les variables indépendantes. Ceci est très rarement le cas pour les données portant sur la criminalité.

10 Test statistique La plupart des données criminelles sont réparties sur un territoire comme des valeurs rares : La valeur 0 (absence de fait) est celle qui est la plus fréquemment observée Les valeurs petites sont les plus fréquentes (1 fait par cellule) Sur un territoire, la répartition des faits occupe un minimum de cellules pour un maximum de possibilités. La distribution est «groupée» et dite de type «cluster». D où l utilisation de la régression de Poisson, Ou la régression binomiale négative.

11 3Cities Extraction n 1 : lignes, année 2012 Extraction n 2 : lignes, années 2013 Extractions DSPAP (USOPO) sur IOB géographique (Paris, Hautsde-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne). Base opérationnelle Champs non nominaltifs Champ adresse (faits uniquement) Champs date de naissance et sexe (victimes et mis en cause)

12 3Cities Sélection NATINF : Vols à l arraché Unité de compte : victime Géocodage : adresse de commission du fait (référentiel BD Adresse de l Institut géographique national (IGN) Sélection voie publique, voies et adresses Grand Paris : Total géocodé : lieux avec victimes Vols à l arraché sur voie publique voies ou adresse de commission Paris intramuros : Total géocodé lieux avec victimes Vols à l arraché sur voie publique, adresse complète de commission, Paris intramuros : lieux avec victimes. la distribution spatiale ne diffère pas des lieux avec victimes géocodés à la voie sur Paris intramuros.

13 3Cities Facteurs aggravants testés Racolage public (adresse interpellation racolage voie publique) Stupéfiants (adresse d interpellation usage ou détention, voie publique) Bars et établissements de nuit, pub (adresse) Fastfood (adresse) Cafés (adresse) DAB (adresse) Bureaux de poste (adresse) Écoles secondaires et sup (adresse) Arrêts bus, stations, métro, gares (adresse) Attractions touristiques (adresse) Sandwicheries (adresse) Centres commerciaux (adresse) Parcs et jardins (adresse)

14 3Cities 88 % des points de vols à l arraché sont localisés dans Paris intramuros

15 3Cities points de vols à l arraché sur voie publique à Paris géocodés à l adresse complète de commission

16 Facteurs aggravants testés Racolage public Usage de stupéfiants Arrêts de bus Établissements nocturnes Stations de métro Sandwicheries

17 Facteurs aggravants testés Bureaux de poste Gares SNCF Établissements enseignement supérieur Écoles DAB Cafés bars

18 Facteurs aggravants testés Centres commerciaux Attractions touristiques Pubs, bière Parcs, squares et jardins publics Fastfoods

19 Analyse des facteurs aggravants Facteurs Nombre d'évènements Opérationnalisation Influence spatiale Incrémentation de l'analyse Arrets_Bus_RATP_Paris_ Proximité 3 Blocks (3x100) Moitié (50,100,150,200, 250, 300) Attractions_Touristes_Paris_ Proximité 3 Blocks (3x100) Moitié (50,100,150,200, 250, 300) Bars_Cafes_Paris_ Proximité et densité 3 Blocks (3x100) Moitié (50,100,150,200, 250, 300) Bureaux_Poste_Paris_ Proximité 3 Blocks (3x100) Moitié (50,100,150,200, 250, 300) Centres_Commerciaux_Paris_ Proximité 3 Blocks (3x100) Moitié (50,100,150,200, 250, 300) DAB_Paris_ Proximité 3 Blocks (3x100) Moitié (50,100,150,200, 250, 300) Ecoles_Paris_ Proximité 3 Blocks (3x100) Moitié (50,100,150,200, 250, 300) Educ_Sup_Paris_ Proximité 3 Blocks (3x100) Moitié (50,100,150,200, 250, 300) Etablissements_Vie_Nocturne_ Paris_ Proximité et densité 3 Blocks (3x100) Moitié (50,100,150,200, 250, 300) FasFood_Paris_ Proximité 3 Blocks (3x100) Moitié (50,100,150,200, 250, 300) Parcs_Jardins_Paris_ Proximité 3 Blocks (3x100) Moitié (50,100,150,200, 250, 300) Gares_SNCF_Paris_ Proximité 3 Blocks (3x100) Moitié (50,100,150,200, 250, 300) Pubs_Bier_PAris_ Proximité et densité 3 Blocks (3x100) Moitié (50,100,150,200, 250, 300) Racolage_Public_Paris_ Proximité et densité 3 Blocks (3x100) Moitié (50,100,150,200, 250, 300) Sandwicheries_Paris_ Proximité 3 Blocks (3x100) Moitié (50,100,150,200, 250, 300) Stations_Metro_Paris_ Proximité 3 Blocks (3x100) Moitié (50,100,150,200, 250, 300) Usage_Detention_Stups_VP_ Paris_ Proximité et densité 3 Blocks (3x100) Moitié (50,100,150,200, 250, 300)

20 Analyse des facteurs aggravants Facteurs Opérationnalisation Influence spatiale Coefficient Valeur relative de risque Établissements Vie Nocturne Paris 2012 Proximité 300 1,5677 4,7956 Écoles Paris 2012 Proximité 300 0,8099 2,2477 Pubs Bier Paris 2012 Densité 50 0,5881 1,8005 Fastfood Paris 2012 Proximité 300 0,4602 1,5844 Usage Détention Stups VP Paris 2012 Proximité 50 0,4446 1,5598 Racolage Public Paris 2012 Proximité 300 0,4178 1,5187 Stations Metro Paris 2012 Proximité 100 0,3731 1,4522 DAB Paris 2012 Proximité 50 0,2847 1,3294 Bureaux Poste Paris 2012 Proximité 300 0,2616 1,2990

21 Carte des risques

22 Champs Élysées

23 Place de Clichy

24 Discussion (aspects techniques) La pertinence du résultat dépend de la qualité des données (faits et géographiques). La précision de la géolocalisation dépend de la précision du libellé de l adresse saisie. Le champ temporel (horaire, période) doit être renseigné. La pertinence des résultats de l analyse de risque dépend de la pertinence des facteurs aggravants et atténuants qui doivent être utilisés à l échelle de l analyse. Le modèle doit prendre en compte en compte les flux de population pour les infractions soumises à ce facteur.

25 Discussion (aspects juridiques) L utilisation de la géolocalisation dans les analyses prédictives peut soulever des questions en matière de droit et de respect des libertés. Définiton de l analyse prédictive criminelle : L analyse prédictive se réfère à toute stratégie ou tactique basée sur le développement et l utilisation de l analyse de l information dans le but de prévenir ou d anticiper la commission d un crime ou d un délit.

26 Discussion (aspects juridiques) Il existe trois techniques pour prédire le crime et la criminalité : Utiliser un tuyau (informateur) Construire un profil (profiling, géoprofiling) Analyser les territoires à haute intensité criminelle (hot spot policing, high crime area)

27 Discussion (aspects juridiques) Deux questions : L application d une analyse prédictive est-elle susceptible d entrainer une restriction des libertés individuelles ou des droits fondamentaux des individus? Ces restrictions peuvent-elles attenter à la libre circulation des personnes, conduire à des interpellations préventives, aboutir à des intrusions non contrôlées dans la vie privée, une discrimination territoriale?

28 Discussion (aspects juridiques) Aux États-Unis, cette question a été examinée à travers le 4ème Amendement de la Constitution. Le 4ème Amendement protège contre les investigations policières non raisonnables et disproportionnées. Pour interpeller une personne, un policier doit se prévaloir d une suspicion raisonnable, La définition de raisonnable est fournie par le 4ème amendement : la police doit être capable de démontrer par des faits en lien avec l affaire la justification de l intrusion dans la vie du suspect. Inutile de préciser que les contentieux sont nombreux.

29 Discussion (aspects juridiques) La loi distingue entre les investigations menées sous contrôle d un juge et celles menées à l initiative de la police et les actions qui concernent les individus ou les groupes d individus et les actions qui portent sur des territoires. Les prédictions utilisées par les SIG portent sur des territoires, ou territoires à haute intensité criminelle (high crime area). Ces territoires sont l un des deux éléments de suspicion raisonnable retenus retenus par la loi ( jurisprudence Wardlow). C est le fait de se trouver sur un territoire sensible qui justifie légalement la suspicion et l action d interpellation par la police.

30 Discussion (aspects juridiques) Les réponses à la suspicion d entrave aux libertés publiques passent par un encadrement de la pratique et non par une remise en cause du principe de predictive policing : L information prédictive doit être corroborée par les observations des personnels de police sur le terrain. L information prédictive doit être suffisamment détaillée et précise pour cibler une personne, un profil de personne ou un micro territoire et ne pas englober une généralité. La valeur prédictive de l information décline avec le temps. Donc l information doit être utilisée en temps réel ou légèrement différé, ou elle doit être abandonnée. La termes désignant les zones concernées par la prédiction ne doivent pas stigmatiser globalement un secteurs plus large. Ainsi, High Crime Area est une expression contestée par nombre de professeurs, chercheurs et praticiens aux USA. car trop stigmatisante.

31 3Cities Predictive Policing France : Grand Paris (PP) habitants Circonscription DCSP (DGPN) habitants Canada : Île de Montréal (SPVM) habitants États-Unis : Chicago habitants Arlington habitants Colorado Spings habitants Glendale habitants Kansas City habitants Newark habitants New York City habitants

Peut-on prédire le crime? 3Cities. «Risk Terrain Modeling» jean-luc.besson@inhesj.com

Peut-on prédire le crime? 3Cities. «Risk Terrain Modeling» jean-luc.besson@inhesj.com Peut-on prédire le crime? 3Cities «Risk Terrain Modeling» jean-luc.besson@inhesj.com Plan de la présentation Le projet / programme 3Cities Le modèle géostatistique Risk Terrain Modeling (RTM) Les données

Plus en détail

BIG DATA, ANTICIPACIÓN, 3CITIES PROYECTO PREDICCIÓN DE LA DELINCUENCIA : NUEVAS METODOLOGÍAS DE ANÁLISIS DEL DELITO EN EL CONTEXTO URBANO

BIG DATA, ANTICIPACIÓN, 3CITIES PROYECTO PREDICCIÓN DE LA DELINCUENCIA : NUEVAS METODOLOGÍAS DE ANÁLISIS DEL DELITO EN EL CONTEXTO URBANO SEGUNDA SESIÓN PLENARIA NUEVAS METODOLOGÍAS DE ANÁLISIS DEL DELITO EN EL CONTEXTO URBANO BIG DATA, ANTICIPACIÓN, PREDICCIÓN DE LA DELINCUENCIA : 3CITIES PROYECTO MÉXICO 04 DE NOVIEMBRE 2015 JEAN-LUC.BESSON@INHESJ.FR

Plus en détail

Plan de Vidéoprotection pour Paris

Plan de Vidéoprotection pour Paris LA PRÉFECTURE DE POLICE la préfecture de police Plan de Vidéoprotection pour Paris Information sur le dispositif RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Liberté Égalité Fraternité À quoi sert la vidéoprotection? Les caméras

Plus en détail

Modèles transport-urbanisme Fiches synthétiques SIMBAD. Modèle de dynamique urbaine désagrégé

Modèles transport-urbanisme Fiches synthétiques SIMBAD. Modèle de dynamique urbaine désagrégé Modèles transport-urbanisme Fiches synthétiques SIMBAD Identité du modèle : Nature Voyageurs / Marchandises Sur quoi porte le modèle d'urbanisme? Modes de transports Modèle agrégé/désagrégé? Modèle d'occupation

Plus en détail

DONNÉES PDV & ENTREPRISES

DONNÉES PDV & ENTREPRISES Annuaire des entreprises Base de données grande distribution LSA + Parabellum Base des équipements par quartiers et communes des entreprises Nos bases de données «Entreprises et points de vente» sont adaptées

Plus en détail

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Gilbert Saporta Chaire de Statistique Appliquée, CNAM ActuariaCnam, 31 mai 2012 1 L approche statistique

Plus en détail

Motivation : pourquoi exploration de données? Nous nous noyons dans les données, mais manquons cruellement de connaissances

Motivation : pourquoi exploration de données? Nous nous noyons dans les données, mais manquons cruellement de connaissances 1 Introduction Définition et motivations Tâches de data mining (fouille de données, exploration de données) Techniques et algorithmes Exemples et applications 1 Motivation : pourquoi exploration de données?

Plus en détail

Le rôle des tarifs dans le recours aux soins dentaires : l exemple des inlay core

Le rôle des tarifs dans le recours aux soins dentaires : l exemple des inlay core Le rôle des tarifs dans le recours aux soins dentaires : l exemple des inlay core Noémie Jess, Rémi Lardellier, Renaud Legal avec la collaboration de Claire Marbot JESF 2013, discutant: Moussa DIENG 5

Plus en détail

LA REFONTE DES OUTILS DE PILOTAGE ET DES STATISTIQUES DE LA DELINQUANCE

LA REFONTE DES OUTILS DE PILOTAGE ET DES STATISTIQUES DE LA DELINQUANCE Ministère de l intérieur LA REFONTE DES OUTILS DE PILOTAGE ET DES STATISTIQUES DE LA DELINQUANCE Vendredi 18 janvier Depuis septembre 2012, un groupe de travail interne au ministère de l intérieur a été

Plus en détail

Plan de lutte contre les cambriolages et les vols à main armée

Plan de lutte contre les cambriolages et les vols à main armée Plan de lutte contre les cambriolages et les vols à main armée 20 décembre 2013 Plan de lutte contre les cambriolages et les vols à main armée Signature du 20 décembre 2013 Le 25 septembre 2013, le ministre

Plus en détail

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le plan de déplacements urbains d Île-de-France Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le PDUIF : enjeux, objectifs, défis Le PDUIF : un document essentiel de la politique des déplacements en Ile-de-France

Plus en détail

Scot Wortley 2 Coordonnateur de la priorité Justice, Police et Sécurité du Projet Metropolis Centre de criminologie, Université de Toronto

Scot Wortley 2 Coordonnateur de la priorité Justice, Police et Sécurité du Projet Metropolis Centre de criminologie, Université de Toronto LES PERCEPTIONS DES NOUVEAUX ARRIVANTS ET DES MINORITÉS RACIALES PAR RAPPORT AU SYSTÈME CANADIEN DE JUSTICE PÉNALE : RÉSULTATS D UN SONDAGE MENÉ À TORONTO EN 2007 1 Scot Wortley 2 Coordonnateur de la priorité

Plus en détail

Comment organiser, conduire, conclure et rendre compte des résultats d enquêtes en matière de corruption

Comment organiser, conduire, conclure et rendre compte des résultats d enquêtes en matière de corruption Comment organiser, conduire, conclure et rendre compte des résultats d enquêtes en matière de corruption UNE ÉTUDE DE CAS Mener des investigations efficaces en matière de corruption ---------- Une conception

Plus en détail

BASES CARTOGRAPHIQUES

BASES CARTOGRAPHIQUES Zones de marché Communes & iris Pôles & hotspots commerciaux Données Internationales Codes postaux Ilots Nos bases de données cartographiques sont adaptées à toutes vos échelles d'analyses. Toutes nos

Plus en détail

Animation force de vente LE GEOMARKETING

Animation force de vente LE GEOMARKETING PARTIE THEORIQUE : Animation force de vente LE GEOMARKETING I QU EST-CE QUE LE GEOMARKETING? Le géomarketing est la prise en compte, à des fins marketings, de la réalité spatiale des activités économiques.

Plus en détail

Les usages multiples de S.I.G dans la conduite de projets de sécurité urbaine

Les usages multiples de S.I.G dans la conduite de projets de sécurité urbaine S.I.G 2002 CONFERENCE UTILISATEURS ESRI Paris, les 2 et 3 octobre 2002 Les usages multiples de S.I.G dans la conduite de projets de sécurité urbaine 16-18, rue du Dôme 92514 Boulogne-Billancourt Cedex

Plus en détail

Plan de continuité d activité

Plan de continuité d activité Plan de continuité d activité - Note méthodologique - Cette méthodologie vise à opérationnaliser le PCA en le confrontant - au travers d une simulation - à la réalité du travail futur. La démarche est

Plus en détail

Service de police de la Ville de Montréal. du métro de Montréal. Alain Larivière

Service de police de la Ville de Montréal. du métro de Montréal. Alain Larivière Service de police de la Ville de Montréal Section métro de Montréal La sécurité édans le réseau du métro de Montréal Alain Larivière Commandant SMM Réseau du métro en quelques mots 68 stations dont 64

Plus en détail

Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation

Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Formulation du problème Cueillette et analyse de données Conception

Plus en détail

REPÈRES. Les mineures mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2009. n 13. Septembre 2010

REPÈRES. Les mineures mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2009. n 13. Septembre 2010 n 13 REPÈRES Septembre 2010 Directeur de la publication : André-Michel VENTRE, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe SOULLEZ, chef du département de l ONDRP Les mineures mises en cause pour

Plus en détail

Critères pour l'établissement du classement mondial 2010 de la liberté de la presse

Critères pour l'établissement du classement mondial 2010 de la liberté de la presse Critères pour l'établissement du classement mondial 2010 de la liberté de la presse La période prise en compte s'étend du 1 er septembre 2009 au 1 er septembre 2010 Donner autant d exemples que possibles

Plus en détail

Comprendre les chaînes de déplacements pour l'approvisionnement des ménages : une approche empirique

Comprendre les chaînes de déplacements pour l'approvisionnement des ménages : une approche empirique Comprendre les chaînes de déplacements pour l'approvisionnement des ménages : une approche empirique Jesus Gonzalez-Feliu, LET Christian Ambrosini, LET Jean-Louis Routhier, LET Institut des Sciences de

Plus en détail

Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE

Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE Par Michel Rochon L énoncé suivant définit de façon générale la méthodologie utilisée par Échantillonneur ASDE pour tirer des échantillons téléphoniques.

Plus en détail

Pour défendre votre espace, il convient de mettre en place un dispositif destiné à :

Pour défendre votre espace, il convient de mettre en place un dispositif destiné à : COMMERCANTS YVELINOIS : VOTRE SÉCURITE S C EST CEST AUSSI VOTRE AFFAIRE! Pour défendre votre espace, il convient de mettre en place un dispositif destiné à : Obliger le délinquant à augmenter ses efforts

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements

Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements Île-de- Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements Yann Caenen, Insee Île-de- Christine Couderc, Dreif Jérémy Courel, IAU île-de- Christelle Paulo et Thierry Siméon, Stif Avec 3,4

Plus en détail

Le terrorisme et les groups de criminalité organisée présentent tous deux des menaces sérieuses pour la sécurité nationale et globale.

Le terrorisme et les groups de criminalité organisée présentent tous deux des menaces sérieuses pour la sécurité nationale et globale. Strasbourg, 2 mai 2014 CODEXTER (2014) 5 COMITE D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE TERRORISME ET LE CRIME ORGANISE

Plus en détail

La lutte contre les CAMBRIOLAGES dans la Loire

La lutte contre les CAMBRIOLAGES dans la Loire La lutte contre les CAMBRIOLAGES dans la Loire LES SERVICES DE L ETAT SE MOBILISENT POUR LUTTER CONTRE LES CAMBRIOLAGES DANS LA LOIRE our ceux qui en sont victimes, un cambriolage est un vrai traumatisme

Plus en détail

la préfecture de police

la préfecture de police la préfecture de police Service d investigation transversale REPUBLIQUE FRAN AISE Libert Egalit Fraternit LE SERVICE D INVESTIGATION TRANSVERSALE (SIT) Le SIT est un service atypique voire expérimental

Plus en détail

LA DELINQUANCE A PARIS AU COURS DE L ANNEE 2006

LA DELINQUANCE A PARIS AU COURS DE L ANNEE 2006 Janvier 2007 LA DELINQUANCE A PARIS AU COURS DE L ANNEE 2006 Note sur la méthodologie : Les données chiffrées présentées dans ce document sont issues de l état 4001, qui est tenu et mis à jour par la Direction

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a pris connaissance de la procédure judiciaire.

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a pris connaissance de la procédure judiciaire. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COMMISSION NATIONALE DE DÉONTOLOGIE DE LA SÉCURITÉ Saisine n 2008-41 AVIS ET RECOMMANDATIONS de la Commission nationale de déontologie de la sécurité à la suite de sa saisine, le 18

Plus en détail

Devenez taxi parisien :

Devenez taxi parisien : CIRCULER EN TOUTE SÉCURITÉ Devenez taxi parisien : une profession exigeante au contact du public REPUBLIQUE FRANÇAISE Liberté Egalité Fraternité À Paris, pour exercer le métier de chauffeur de taxi, il

Plus en détail

Interne Forces Faiblesses Externe Opportunités Menaces

Interne Forces Faiblesses Externe Opportunités Menaces L ANALYSE SWOT 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L'analyse SWOT (Strengths Weaknesses Opportunities Threats) ou AFOM (Atouts Faibses Opportunités Menaces) est un outil d'analyse stratégique.

Plus en détail

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Champs sur Marne ENSG/CERSIG Le 19-nove.-02 L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Analyse Les données contenues dans un système d information géographique décrivent un terrain, et donc permettent d appréhender les

Plus en détail

Collecte de données. Laurent Dorey

Collecte de données. Laurent Dorey Laurent Dorey Mercredi 16 Décembre 2014 Programme : Recensement & Echantillonnage Étapes pour sélectionner un échantillon La population observée La base de sondage Les unités d enquête La taille de l échantillon

Plus en détail

Analyse des déplacements des objets mobiles : définition de comportements types

Analyse des déplacements des objets mobiles : définition de comportements types Analyse des déplacements des objets mobiles : définition de comportements types Thomas Devogele Université François Rabelais (Tours) thomas.devogele@univ-tours.fr Les déplacements L analyse des déplacements

Plus en détail

Étude critique du système d analyse prédictive : Predpol R

Étude critique du système d analyse prédictive : Predpol R Étude critique du système d analyse prédictive : Predpol R Benslimane@cortecs.org Cortecs / Université Grenoble Alpes 4 février 2015 Sommaire 1 Théorie 2 Objectifs Données utilisées Algorithmes développés

Plus en détail

l L immense majorité des condamnations concernent des délits

l L immense majorité des condamnations concernent des délits Prévention de la récidive et individualisation des peines Chiffres-clés Juin 2014 Les condamnations En 2012, environ 900 000 infractions ont donné lieu à environ 600 000 condamnations pénales prononcées

Plus en détail

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales GRANDn 24 ANGLE Février Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Directeur de la publication : André-Michel VENTRE Rédacteur en chef : Christophe SOULLEZ

Plus en détail

Principes de bonne pratique :

Principes de bonne pratique : Principes de bonne pratique : Recommandations en vue de la création de bases de données génétiques nationales Le présent document a été élaboré par le Groupe d experts d INTERPOL sur le suivi des techniques

Plus en détail

Réglementation relative à la prévention du vol à l étalage 27.05.2014

Réglementation relative à la prévention du vol à l étalage 27.05.2014 Réglementation relative à la prévention du vol à l étalage 27.05.2014 Puis-je refuser l accès au magasin? OUI Magasin = votre propriété Liberté de vendre ou non Uniquement critères objectifs (et pas :

Plus en détail

Conférence de presse Actions de sécurisation des fêtes de fin d'année

Conférence de presse Actions de sécurisation des fêtes de fin d'année Conférence de presse Actions de sécurisation des fêtes de fin d'année Jeudi 12 décembre 2013 Préfecture de la Haute-Vienne DOSSIER DE PRESSE Limoges, le 12 décembre 2013 COMMUNIQUE DE SYNTHESE Conférence

Plus en détail

IV. Conception du réseau et des lignes

IV. Conception du réseau et des lignes IV. Conception du réseau et des lignes Introduction à la planification et à la régulation des services de transport public urbains IV-1 Les briques pour la planification et l analyse Conception des horaires

Plus en détail

Méthodologie de calcul de population au bâti, diurne et nocturne : modèle PRET-RESSE

Méthodologie de calcul de population au bâti, diurne et nocturne : modèle PRET-RESSE Gestion globale des risques naturels et technologiques dans le bassin des RIsques MAjeurs de l estuaire de la Seine Méthodologie de calcul de population au bâti, diurne et nocturne : modèle PRET-RESSE

Plus en détail

Densité d établissements industriels à risque

Densité d établissements industriels à risque Thème : Santé publique, prévention et gestion des risques Orientation : Prévenir et gérer les risques majeurs et chroniques, technologiques et naturels Densité d établissements industriels à risque par

Plus en détail

Présentation de l épreuve

Présentation de l épreuve MÉTHODO Présentation de l épreuve 1. Programme de l arrêté du 22 décembre 2006 DURÉE DE L ENSEIGNEMENT ÉPREUVE N 11 CONTRÔLE DE GESTION (à titre indicatif) : 210 heures 18 crédits européens 1. Positionnement

Plus en détail

Géocodage des adresses à l échelle des IRIS. Florence Poncet Registre du cancer de l Isère

Géocodage des adresses à l échelle des IRIS. Florence Poncet Registre du cancer de l Isère Géocodage des adresses à l échelle des IRIS Florence Poncet Registre du cancer de l Isère Contexte INSEE a mis en place un découpage du territoire à un niveau infra communal Découpage constitué d IRIS

Plus en détail

VIOLENCES INTRA-RELATIONNELLES, VIOLENCES DANS LE CADRE PROFESSIONNEL, VIOLENCES EN SITUATION DE LA VIE QUOTIDIENNE

VIOLENCES INTRA-RELATIONNELLES, VIOLENCES DANS LE CADRE PROFESSIONNEL, VIOLENCES EN SITUATION DE LA VIE QUOTIDIENNE GRANDn 15 VIOLENCES INTRA-RELATIONNELLES, VIOLENCES DANS LE CADRE PROFESSIONNEL, VIOLENCES EN SITUATION DE LA VIE QUOTIDIENNE : LES TROIS GRANDES CATEGORIES DE VIOLENCES PHYSIQUES NON CRAPULEUSES ANGLE

Plus en détail

Sommaire. Rapide Présentation d ASTEROP. Le potentiel des fichiers clients. Attractivité des Aéroports et des Hubs

Sommaire. Rapide Présentation d ASTEROP. Le potentiel des fichiers clients. Attractivité des Aéroports et des Hubs www.asterop.com 2 Sommaire Rapide Présentation d ASTEROP Le potentiel des fichiers clients Attractivité des Aéroports et des Hubs 3 Sommaire Rapide Présentation d ASTEROP Le potentiel des fichiers clients

Plus en détail

LA PRÉFECTURE DE POLICE À LA FOIRE DE PARIS 30 AVRIL AU 12 MAI DE 10H À 19H LE 10 MAI JUSQU À 23H

LA PRÉFECTURE DE POLICE À LA FOIRE DE PARIS 30 AVRIL AU 12 MAI DE 10H À 19H LE 10 MAI JUSQU À 23H LA PRÉFECTURE DE POLICE Compétente sur Paris et les trois départements de la petite couronne, la préfecture de Police doit prévenir et agir contre une multiplicité de risques : délinquance, troubles à

Plus en détail

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales GRAND n 33 LE PROFIL DES PERSONNES MULTI MISES EN CAUSE POUR CRIMES ET DÉLITS NON ROUTIERS EN 2009 ET 2010 SUR LE TERRITOIRE DE LA PRÉFECTURE DE POLICE DE PARIS ANGLE Juin Bulletin statistique de l Observatoire

Plus en détail

PROJETS DE PROGRAMMES STATISTIQUES POUR 2015

PROJETS DE PROGRAMMES STATISTIQUES POUR 2015 Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales PROJETS DE PROGRAMMES STATISTIQUES POUR 2015 présentés au Conseil National de l Information Statistique Exposé de synthèse Le programme de

Plus en détail

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES De quoi s agit-il? L examen d un CV, un entretien téléphonique ou en face à face, constituent autant d étapes qui peuvent donner

Plus en détail

L audit interne et la lutte contre la. corruption. Jean-Baptiste Carpentier Inspecteur Général des Finances

L audit interne et la lutte contre la. corruption. Jean-Baptiste Carpentier Inspecteur Général des Finances L audit interne et la lutte contre la 1 corruption Jean-Baptiste Carpentier Inspecteur Général des Finances 2 Qu est-ce que la corruption? L infraction de corruption est prévue par le code pénal Mais les

Plus en détail

La protection et la mise en valeur du mont Royal

La protection et la mise en valeur du mont Royal La protection et la mise en valeur du mont Royal Office de consultation publique de Montréal Atelier thématique 2 Sécurité Service de police de la ville de Montréal 1 avril 2008 1 Objectif Trouver des

Plus en détail

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS NOTION EVALUATION L évaluation, c est la production d un jugement de valeur concernant une politique publique. Elle vise à mesurer les effets de la politique évaluée.

Plus en détail

- 137 - TABLEAU COMPARATIF. Texte du projet de loi

- 137 - TABLEAU COMPARATIF. Texte du projet de loi - 137 - TABLEAU COMPARATIF Texte en vigueur Texte du projet de loi Texte élaboré par la commission en vue de l examen en séance publique Loi n 2015-1501 du 20 novembre 2015 prorogeant l application de

Plus en détail

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PRÉAMBULE La Préfecture de Police assure dans la capitale, au quotidien, la sécurité des citoyens et la défense des libertés. Afin de doter ses

Plus en détail

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF CARTA EUROPEA avec le soutien de la Commission Européenne et des barreaux des Programmes EUROMED DROIT et EURODROIT SUD EST MEDITERRANEE Siège social Maison de l Europe à Montpellier Adresse administrative

Plus en détail

OBSERVATOIRE IMMOBILIER D ENTREPRISE

OBSERVATOIRE IMMOBILIER D ENTREPRISE Bases de données Besoin de suivre en permanence l évolution de votre marché? OBSERVATOIRE IMMOBILIER D ENTREPRISE GROUPE DE RECHERCHE SUR L'ECONOMIE DE LA CONSTRUCTION ET DE L'AMENAGEMENT L information

Plus en détail

PREVENTION VOL ET VANDALISME LA FILIALE DE GRAA : S.P.A.R.A. (Ste pour la Prévention et l Amélioration des Risques d Assurance)

PREVENTION VOL ET VANDALISME LA FILIALE DE GRAA : S.P.A.R.A. (Ste pour la Prévention et l Amélioration des Risques d Assurance) PREVENTION VOL ET VANDALISME LA FILIALE DE GRAA : S.P.A.R.A. (Ste pour la Prévention et l Amélioration des Risques d Assurance) STATISTIQUE DE LA DELINQUANCE SUR L ISERE Progression dans la baisse de la

Plus en détail

CADRES JURIDIQUES D INTERVENTION

CADRES JURIDIQUES D INTERVENTION Etre capable d apprécier le cadre juridique d intervention et mettre en œuvre la procédure judiciaire. Connaître et articuler les cadres juridiques des interventions. Etre capable de situer son action

Plus en détail

Objectif : optimiser des décisions et croiser des données en tenant compte de leur caractère géographique

Objectif : optimiser des décisions et croiser des données en tenant compte de leur caractère géographique S853-1 LE GEOMARKETING S85 Informatique appliquée à la gestion de l offre S853 La mise en place de l offre dans l unité commerciale 1 Qu est ce que le géomarketing? Le géomarketing est la prise en compte,

Plus en détail

Prototype SOLAP appliqué sur des champs continus en mode raster

Prototype SOLAP appliqué sur des champs continus en mode raster Session démos 24 novembre 2014 Prototype SOLAP appliqué sur des champs continus en mode raster Analyse de hot spots de criminalité Jean-Paul Kasprzyk, doctorant Introduction 2 L informatique décisionnelle

Plus en détail

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 2 Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 Informations et rappels Lorsqu une personne au moins est mise en cause pour un fait constaté de crime et délit non routier enregistré

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Versailles N 11VE01445 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre Mme COROUGE, président Mme Elise COROUGE, rapporteur Mme COURAULT, rapporteur public COIN, avocat(s) lecture du

Plus en détail

Le géomarketing - Page 1 sur 7

Le géomarketing - Page 1 sur 7 Le géomarketing - Page 1 sur 7 LES DOSSIERS MADWATCH.net méthodes Le Géomarketing Novembre 2003 Nb de pages : 7 Le géomarketing - Page 2 sur 7 Créé dans les années 80, la plupart des applications du géomarketing

Plus en détail

MÉCANISMES DE CAPTATION DE LA VALEUR: PRINCIPES ET APPLICATION EN CONTEXTE MONTRÉALAIS

MÉCANISMES DE CAPTATION DE LA VALEUR: PRINCIPES ET APPLICATION EN CONTEXTE MONTRÉALAIS MÉCANISMES DE CAPTATION DE LA VALEUR: PRINCIPES ET APPLICATION EN CONTEXTE MONTRÉALAIS Ludwig Desjardins, Ph.D. Directeur Planification stratégique par interim Planification & Innovations 31 mars 2015

Plus en détail

LES SOLUTIONS LOGISTIQUES D OPTIMISATION DE VOS TRANSPORTS

LES SOLUTIONS LOGISTIQUES D OPTIMISATION DE VOS TRANSPORTS LES SOLUTIONS LOGISTIQUES D OPTIMISATION DE VOS TRANSPORTS LES SOLUTIONS LOGISTIQUES PTV GROUP LES OUTILS LOGISTIQUES PTV FOURNISSENT DES SOLUTIONS OPTIMISÉES À TOUS LES NIVEAUX PTV Group fournit des logiciels

Plus en détail

L ACTE DE MESURER ET D ÉVALUER

L ACTE DE MESURER ET D ÉVALUER SECTION 1 L ACTE DE MESURER ET D ÉVALUER OBJECTIF RECHERCHÉ L acte de mesurer et d évaluer est plus difficile que ce qu on peut imaginer au premier abord. S il est relativement aisé de calculer quelque

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

LDS : un modèle de projection de population à l échelle locale par microsimulation intégrant des paramètres écologiques et contextuels

LDS : un modèle de projection de population à l échelle locale par microsimulation intégrant des paramètres écologiques et contextuels LDS : un modèle de projection de population à l échelle locale par microsimulation intégrant des paramètres écologiques et contextuels Guillaume Marois Alain Bélanger Institut national de la recherche

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE RESTAURANT BRANDS INTERNATIONAL INC.

CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE RESTAURANT BRANDS INTERNATIONAL INC. CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE RESTAURANT BRANDS INTERNATIONAL INC. Adoptée le 11 décembre 2014 La présente charte détaille le but, la composition,

Plus en détail

Classification Exemple : Enquête d opinion sur les OGM. Pauline Le Badezet Alexandra Lepage

Classification Exemple : Enquête d opinion sur les OGM. Pauline Le Badezet Alexandra Lepage Classification Exemple : Enquête d opinion sur les OGM Pauline Le Badezet Alexandra Lepage SOMMAIRE Introduction Méthodologie Méthode de partitionnement Classification Ascendante Hiérarchique Interprétation

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION (En application du paragraphe 2 sur la Résolution 1/8 relative

Plus en détail

L organisation judiciaire

L organisation judiciaire 1 : les juridictions de l ordre judiciaire a)premier degré Juridictions spécialisées Tribunal de commerce Juge tous les litiges entre commerçants ou sociétés commerciales. Ce ne sont pas des juges professionnels

Plus en détail

Intérêt et limites des estimations sur petits domaines HID «Petits domaines», une opération inhabituelle :

Intérêt et limites des estimations sur petits domaines HID «Petits domaines», une opération inhabituelle : Intérêt et limites des estimations sur petits domaines HID «Petits domaines», une opération inhabituelle : a. Une opération de «production» b. Visant l ensemble des variables d une enquête c. Recherchant

Plus en détail

Déclaration simplifiée à la CNIL. www.data-mobiles.com

Déclaration simplifiée à la CNIL. www.data-mobiles.com Déclaration simplifiée à la CNIL Informatique embarquée www.data-mobiles.com 2 La déclaration simplifiée à la CNIL se fait en se connectant sur le site de la CNIL : http://www.cnil.fr Pour faire votre

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 15 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Modes La voiture L EGT 2010 marque une rupture de tendance importante par rapport aux enquêtes précédentes, en ce qui concerne les

Plus en détail

PLAN DE LUTTE CONTRE LES CAMBRIOLAGES ET LES VOLS A MAIN ARMEE DANS LE NORD

PLAN DE LUTTE CONTRE LES CAMBRIOLAGES ET LES VOLS A MAIN ARMEE DANS LE NORD PLAN DE LUTTE CONTRE LES CAMBRIOLAGES ET LES VOLS A MAIN ARMEE DANS LE NORD Face à la recrudescence des cambriolages et des vols à main armée, notamment à l'encontre des commerçants, le 25 septembre 2013,

Plus en détail

INFORMATION DE LA DGI

INFORMATION DE LA DGI INFORMATION DE LA DGI I- NATURE DES CONTROLES EFFECTUES PAR L ADMINISTRATION FISCALE IVOIRIENNE L administration fiscale ivoirienne met en œuvre trois types de contrôles : - Le contrôle sur pièces : qui

Plus en détail

Instructions relatives à la soumission d une question sur le sujet d étude

Instructions relatives à la soumission d une question sur le sujet d étude Programme de bourses de recherche Amy Mahan pour évaluer l impact de l accès public aux TIC Instructions relatives à la soumission d une question sur le sujet d étude Table des matières À propos la Question

Plus en détail

Évaluation des Risques et Élaboration du Document Unique

Évaluation des Risques et Élaboration du Document Unique Évaluation des Risques et Élaboration du Document Unique Septembre 2010 Sommaire Réalisé par : Les Médecins du Travail Et Les IPRP du SMTI Comprendre ce qu est la démarche de prévention ainsi que l évaluation

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

INFORMATIONS PREALABLES A L EQUIPEMENT

INFORMATIONS PREALABLES A L EQUIPEMENT INFORMATIONS PREALABLES A L EQUIPEMENT 1 SOMMAIRE LA LEGISLATION :...3 Professionnel ou entreprise...3 Lieu privé...3 INDICE DE PROTECTION DES EQUIPEMENTS :...4 CONFORMITE...5 DECLARATION :...6 Entreprise

Plus en détail

L analyse de la gestion de la clientèle

L analyse de la gestion de la clientèle chapitre 1 - La connaissance du client * Techniques utilisées : observation, recherche documentaire, études de cas, études qualitatives (entretiens de groupes ou individuels, tests projectifs, analyses

Plus en détail

BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE

BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE 25/02/2015 Cette forme d entraide, courante dans les petites entreprises (de type familiale) ou au cours des phases de lancement d une affaire, soulève un certain nombre

Plus en détail

Lettre de l'état en Corrèze. La sécurité en Corrèze

Lettre de l'état en Corrèze. La sécurité en Corrèze Lettre de l'état en Corrèze La sécurité en Corrèze En ce début d'année, l'examen des chiffres de la délinquance de l'année 2010 me donne l'occasion de rappeler que la sécurité est la première des obligations

Plus en détail

Concours externe de lieutenant de sapeurs-pompiers professionnels Annales 2007. Note de synthèse. (Durée 4 heures - coefficient 4) Sujet et corrigé

Concours externe de lieutenant de sapeurs-pompiers professionnels Annales 2007. Note de synthèse. (Durée 4 heures - coefficient 4) Sujet et corrigé Concours externe de lieutenant de sapeurs-pompiers professionnels Annales 2007 Note de synthèse. (Durée 4 heures - coefficient 4) Sujet et corrigé Sous direction des sapeurs-pompiers et des acteurs du

Plus en détail

[BASE DE DONNEES BSPACE]

[BASE DE DONNEES BSPACE] [BASE DE DONNEES BSPACE] Outil de promotion et d aide à l implantation d investisseurs potentiels MANUEL DE L UTILISATEUR Service Public de Wallonie DGO6 DEPA avril 2013 Version 1.0 Page2 Table des matières

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

Transformation IT de l entreprise ANALYTIQUE : OBTENIR LA PUISSANCE D ANALYSE UTILISÉE PAR LES SERVICES DE RENSEIGNEMENT

Transformation IT de l entreprise ANALYTIQUE : OBTENIR LA PUISSANCE D ANALYSE UTILISÉE PAR LES SERVICES DE RENSEIGNEMENT Transformation IT de l entreprise ANALYTIQUE : OBTENIR LA PUISSANCE D ANALYSE UTILISÉE PAR LES SERVICES DE RENSEIGNEMENT D écouvrez dans cet e-guide les outils utilisés par les agences d investigations

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I 1/7

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I 1/7 FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I 1/7 DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I (Code du tourisme : art. L.133-1 et suivants, D. 133-20 et suivants)

Plus en détail

septembre 2009 EVOLUTION DE L ACTIVITÉ DES SERVICES DE POLICE ET DE GENDARMERIE Police nationale Gendarmerie nationale

septembre 2009 EVOLUTION DE L ACTIVITÉ DES SERVICES DE POLICE ET DE GENDARMERIE Police nationale Gendarmerie nationale EVOLUTION DE L ACTIVITÉ DES SERVICES DE POLICE ET DE GENDARMERIE En, l activité des services de police et de gendarmerie se maintient au même niveau qu en septembre 2008, comme en attestent les indicateurs

Plus en détail

ITIL V3. Exploitation des services : Les processus

ITIL V3. Exploitation des services : Les processus ITIL V3 Exploitation des services : Les processus Création : juin 2013 Mise à jour : juin 2013 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL V3 a été réalisé en se basant

Plus en détail

eframe pour optimiser les reportings métiers et réglementaires

eframe pour optimiser les reportings métiers et réglementaires eframe pour optimiser les reportings métiers et réglementaires TIME WINDOW DRIVEN REPORTING POUR DES ANALYSES ET DES RAPPORTS COMPLETS ET EXACTS, À TEMPS TOUT LE TEMPS www.secondfloor.com eframe pour optimiser

Plus en détail

JAPON. Guide pratique pour le recouvrement d avoirs. -Comment retourner les avoirs concernés-

JAPON. Guide pratique pour le recouvrement d avoirs. -Comment retourner les avoirs concernés- JAPON Guide pratique pour le recouvrement d avoirs -Comment retourner les avoirs concernés- Septembre 2012 1/ Vue d ensemble Le Japon peut assister d autres pays ayant fait une demande de retour d avoirs

Plus en détail

UN COUP DE POUCE POUR PENSER SON EVALUATION INDICATEURS D EVALUATION 4 EXEMPLES DANS LES DOMAINES DE L EAU, DE L EDUCATION,

UN COUP DE POUCE POUR PENSER SON EVALUATION INDICATEURS D EVALUATION 4 EXEMPLES DANS LES DOMAINES DE L EAU, DE L EDUCATION, UN COUP DE POUCE POUR PENSER SON EVALUATION INDICATEURS D EVALUATION 4 EXEMPLES DANS LES DOMAINES DE L EAU, DE L EDUCATION, DE LA SANTE ET DU DEVELOPPEMENT. Les indicateurs ci-dessous sont donnés à titre

Plus en détail

AMTEC RESOURCES MANAGEMENT LTD. CREATION D UNE BANQUE DE DONNEES DONNEES GEOSPATIALES NATIONALE

AMTEC RESOURCES MANAGEMENT LTD. CREATION D UNE BANQUE DE DONNEES DONNEES GEOSPATIALES NATIONALE AMTEC RESOURCES MANAGEMENT LTD. CREATION D UNE BANQUE DE DONNEES GEOSPATIALE CREATION A D UNE L ECHELLE BANQUE NATIONAL DE DONNEES GEOSPATIALES NATIONALE 1 AMTEC RESOURCES MANAGEMENT LTD. P O Box 3463

Plus en détail