Chief William Bratton, Los Angeles Police Department. Predictive Policing. 4 février 2015

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chief William Bratton, Los Angeles Police Department. Predictive Policing. jean-luc.besson@inhesj.com. 4 février 2015"

Transcription

1 Very soon, we will be moving to a predictive policing model where, by studying real time crime patterns, we can anticipate where a crime is likely to occur. Chief William Bratton, Los Angeles Police Department 2009 Predictive Policing 4 février 2015 Modélisation, simulation et prédiction dans l action publique, projet Innox Espace Saint-Martin, Paris

2 Le projet 3Cities Une initiative de l ONDRP qui vise à : Mettre en œuvre sur le territoire du Grand Paris le modèle de recherche Risk Terrain Modeling, conçu par des chercheurs de Rutgers Center on Public Security, Comparer les résultats sur plusieurs sites à l échelle internationale, Expérimenter le modèle sur le terrain, en coopération avec la préfecture de police, Vérifier la validité du modèle et le consolider au besoin.

3 Le projet 3Cities Le predictive policing peut être développé sur deux axes : Les personnes (geoprofiling, enquête, individu), Les territoires (risque, spatio-temporel). Le projet 3Cities porte sur les territoires.

4 Le modèle Le modèle combine les facteurs d aggravation tirés de la connaissance criminologique, à l analyse géostatistique de type HotSpot, pour un type précis d infraction codifié par nature (NATINF). L analyse spatiale permet d identifier les HotSpots sur le territoires (Brantingham & Brantingham, 1992 ; Sherman & Weisburd, 1995). Le HotSpot est en lui-même un prédicteur (Sherman, 1995). Certains facteurs contextuels des lieux de commission des faits favorisent l apparition d infractions, leur fréquence et leur concentration. Ce sont des facteurs dits «aggravants» (Caplan & Kennedy 2010).

5 Le modèle La question d aujourd hui est celle du déplacement Des évènements, d un lieu vers un autre, Des auteurs, d un lieu vers un autre.

6 Le modèle Le modèle d anticipation des déplacements part du HotSpot Qu est-ce qu un HotSpot? HS est un espace géographique où l on mesure une plus importante concentration de faits (m 2 ) que ce que l on peut mesurer sur l ensemble de la surface étudiée. Qu est-ce qui favorise l émergence d un HotSPot? Les facteurs habituellement présents sont : Densité de population (habitants ou flux, convergence spatio-temporelle des flux), Densité des facteurs de risques (établissements, armes, objets d attraction..), Densité des cibles (personnes, habitations, marchandises, véhicules, points d argent ), Défaillance d un élément de la théorie des activités de routine (exemple : surveillance efficiente).

7 Le modèle Le modèle prolonge l approche par le Hot Spot en faisant varier le risque sur le territoire en fonction de facteurs aggravants ou atténuants la commission de l infraction. Le modèle analyse l influence (Absence / Présence, Concentration / Dispersion, Proximité / Éloignement) des facteurs contextuels sélectionné en rapport avec l infraction. Le modèle opérationnalise cette influence et la soumet à plusieurs tests statistiques. Les tests permettent de retenir les facteurs significatifs et de rejeter les autres.

8 Principe schématisé Le modèle utilise une information géographique désagrégée en couches (SIG). Les couches représentent trois types d éléments : Les limites du territoire qui définissent la surface d étude, Le type d infraction, Les facteurs aggravants qui augmentent la probabilité de survenance de l infraction. La combinaison des facteurs aggravants produit une carte finale qui modélise et visualise les risques sur le territoire.

9 Test Statistique Le modèle n utilise pas la régression logistique linéaire (moindres carrés - Ordinary Least Squares), car elle suppose une variable dépendante (crime) normalement distribuée et une relation linéaire entre les variables indépendantes. Ceci est très rarement le cas pour les données portant sur la criminalité.

10 Test statistique La plupart des données criminelles sont réparties sur un territoire comme des valeurs rares : La valeur 0 (absence de fait) est celle qui est la plus fréquemment observée Les valeurs petites sont les plus fréquentes (1 fait par cellule) Sur un territoire, la répartition des faits occupe un minimum de cellules pour un maximum de possibilités. La distribution est «groupée» et dite de type «cluster». D où l utilisation de la régression de Poisson, Ou la régression binomiale négative.

11 3Cities Extraction n 1 : lignes, année 2012 Extraction n 2 : lignes, années 2013 Extractions DSPAP (USOPO) sur IOB géographique (Paris, Hautsde-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne). Base opérationnelle Champs non nominaltifs Champ adresse (faits uniquement) Champs date de naissance et sexe (victimes et mis en cause)

12 3Cities Sélection NATINF : Vols à l arraché Unité de compte : victime Géocodage : adresse de commission du fait (référentiel BD Adresse de l Institut géographique national (IGN) Sélection voie publique, voies et adresses Grand Paris : Total géocodé : lieux avec victimes Vols à l arraché sur voie publique voies ou adresse de commission Paris intramuros : Total géocodé lieux avec victimes Vols à l arraché sur voie publique, adresse complète de commission, Paris intramuros : lieux avec victimes. la distribution spatiale ne diffère pas des lieux avec victimes géocodés à la voie sur Paris intramuros.

13 3Cities Facteurs aggravants testés Racolage public (adresse interpellation racolage voie publique) Stupéfiants (adresse d interpellation usage ou détention, voie publique) Bars et établissements de nuit, pub (adresse) Fastfood (adresse) Cafés (adresse) DAB (adresse) Bureaux de poste (adresse) Écoles secondaires et sup (adresse) Arrêts bus, stations, métro, gares (adresse) Attractions touristiques (adresse) Sandwicheries (adresse) Centres commerciaux (adresse) Parcs et jardins (adresse)

14 3Cities 88 % des points de vols à l arraché sont localisés dans Paris intramuros

15 3Cities points de vols à l arraché sur voie publique à Paris géocodés à l adresse complète de commission

16 Facteurs aggravants testés Racolage public Usage de stupéfiants Arrêts de bus Établissements nocturnes Stations de métro Sandwicheries

17 Facteurs aggravants testés Bureaux de poste Gares SNCF Établissements enseignement supérieur Écoles DAB Cafés bars

18 Facteurs aggravants testés Centres commerciaux Attractions touristiques Pubs, bière Parcs, squares et jardins publics Fastfoods

19 Analyse des facteurs aggravants Facteurs Nombre d'évènements Opérationnalisation Influence spatiale Incrémentation de l'analyse Arrets_Bus_RATP_Paris_ Proximité 3 Blocks (3x100) Moitié (50,100,150,200, 250, 300) Attractions_Touristes_Paris_ Proximité 3 Blocks (3x100) Moitié (50,100,150,200, 250, 300) Bars_Cafes_Paris_ Proximité et densité 3 Blocks (3x100) Moitié (50,100,150,200, 250, 300) Bureaux_Poste_Paris_ Proximité 3 Blocks (3x100) Moitié (50,100,150,200, 250, 300) Centres_Commerciaux_Paris_ Proximité 3 Blocks (3x100) Moitié (50,100,150,200, 250, 300) DAB_Paris_ Proximité 3 Blocks (3x100) Moitié (50,100,150,200, 250, 300) Ecoles_Paris_ Proximité 3 Blocks (3x100) Moitié (50,100,150,200, 250, 300) Educ_Sup_Paris_ Proximité 3 Blocks (3x100) Moitié (50,100,150,200, 250, 300) Etablissements_Vie_Nocturne_ Paris_ Proximité et densité 3 Blocks (3x100) Moitié (50,100,150,200, 250, 300) FasFood_Paris_ Proximité 3 Blocks (3x100) Moitié (50,100,150,200, 250, 300) Parcs_Jardins_Paris_ Proximité 3 Blocks (3x100) Moitié (50,100,150,200, 250, 300) Gares_SNCF_Paris_ Proximité 3 Blocks (3x100) Moitié (50,100,150,200, 250, 300) Pubs_Bier_PAris_ Proximité et densité 3 Blocks (3x100) Moitié (50,100,150,200, 250, 300) Racolage_Public_Paris_ Proximité et densité 3 Blocks (3x100) Moitié (50,100,150,200, 250, 300) Sandwicheries_Paris_ Proximité 3 Blocks (3x100) Moitié (50,100,150,200, 250, 300) Stations_Metro_Paris_ Proximité 3 Blocks (3x100) Moitié (50,100,150,200, 250, 300) Usage_Detention_Stups_VP_ Paris_ Proximité et densité 3 Blocks (3x100) Moitié (50,100,150,200, 250, 300)

20 Analyse des facteurs aggravants Facteurs Opérationnalisation Influence spatiale Coefficient Valeur relative de risque Établissements Vie Nocturne Paris 2012 Proximité 300 1,5677 4,7956 Écoles Paris 2012 Proximité 300 0,8099 2,2477 Pubs Bier Paris 2012 Densité 50 0,5881 1,8005 Fastfood Paris 2012 Proximité 300 0,4602 1,5844 Usage Détention Stups VP Paris 2012 Proximité 50 0,4446 1,5598 Racolage Public Paris 2012 Proximité 300 0,4178 1,5187 Stations Metro Paris 2012 Proximité 100 0,3731 1,4522 DAB Paris 2012 Proximité 50 0,2847 1,3294 Bureaux Poste Paris 2012 Proximité 300 0,2616 1,2990

21 Carte des risques

22 Champs Élysées

23 Place de Clichy

24 Discussion (aspects techniques) La pertinence du résultat dépend de la qualité des données (faits et géographiques). La précision de la géolocalisation dépend de la précision du libellé de l adresse saisie. Le champ temporel (horaire, période) doit être renseigné. La pertinence des résultats de l analyse de risque dépend de la pertinence des facteurs aggravants et atténuants qui doivent être utilisés à l échelle de l analyse. Le modèle doit prendre en compte en compte les flux de population pour les infractions soumises à ce facteur.

25 Discussion (aspects juridiques) L utilisation de la géolocalisation dans les analyses prédictives peut soulever des questions en matière de droit et de respect des libertés. Définiton de l analyse prédictive criminelle : L analyse prédictive se réfère à toute stratégie ou tactique basée sur le développement et l utilisation de l analyse de l information dans le but de prévenir ou d anticiper la commission d un crime ou d un délit.

26 Discussion (aspects juridiques) Il existe trois techniques pour prédire le crime et la criminalité : Utiliser un tuyau (informateur) Construire un profil (profiling, géoprofiling) Analyser les territoires à haute intensité criminelle (hot spot policing, high crime area)

27 Discussion (aspects juridiques) Deux questions : L application d une analyse prédictive est-elle susceptible d entrainer une restriction des libertés individuelles ou des droits fondamentaux des individus? Ces restrictions peuvent-elles attenter à la libre circulation des personnes, conduire à des interpellations préventives, aboutir à des intrusions non contrôlées dans la vie privée, une discrimination territoriale?

28 Discussion (aspects juridiques) Aux États-Unis, cette question a été examinée à travers le 4ème Amendement de la Constitution. Le 4ème Amendement protège contre les investigations policières non raisonnables et disproportionnées. Pour interpeller une personne, un policier doit se prévaloir d une suspicion raisonnable, La définition de raisonnable est fournie par le 4ème amendement : la police doit être capable de démontrer par des faits en lien avec l affaire la justification de l intrusion dans la vie du suspect. Inutile de préciser que les contentieux sont nombreux.

29 Discussion (aspects juridiques) La loi distingue entre les investigations menées sous contrôle d un juge et celles menées à l initiative de la police et les actions qui concernent les individus ou les groupes d individus et les actions qui portent sur des territoires. Les prédictions utilisées par les SIG portent sur des territoires, ou territoires à haute intensité criminelle (high crime area). Ces territoires sont l un des deux éléments de suspicion raisonnable retenus retenus par la loi ( jurisprudence Wardlow). C est le fait de se trouver sur un territoire sensible qui justifie légalement la suspicion et l action d interpellation par la police.

30 Discussion (aspects juridiques) Les réponses à la suspicion d entrave aux libertés publiques passent par un encadrement de la pratique et non par une remise en cause du principe de predictive policing : L information prédictive doit être corroborée par les observations des personnels de police sur le terrain. L information prédictive doit être suffisamment détaillée et précise pour cibler une personne, un profil de personne ou un micro territoire et ne pas englober une généralité. La valeur prédictive de l information décline avec le temps. Donc l information doit être utilisée en temps réel ou légèrement différé, ou elle doit être abandonnée. La termes désignant les zones concernées par la prédiction ne doivent pas stigmatiser globalement un secteurs plus large. Ainsi, High Crime Area est une expression contestée par nombre de professeurs, chercheurs et praticiens aux USA. car trop stigmatisante.

31 3Cities Predictive Policing France : Grand Paris (PP) habitants Circonscription DCSP (DGPN) habitants Canada : Île de Montréal (SPVM) habitants États-Unis : Chicago habitants Arlington habitants Colorado Spings habitants Glendale habitants Kansas City habitants Newark habitants New York City habitants

PROJETS DE PROGRAMMES STATISTIQUES POUR 2015

PROJETS DE PROGRAMMES STATISTIQUES POUR 2015 Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales PROJETS DE PROGRAMMES STATISTIQUES POUR 2015 présentés au Conseil National de l Information Statistique Exposé de synthèse Le programme de

Plus en détail

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales GRAND n 33 LE PROFIL DES PERSONNES MULTI MISES EN CAUSE POUR CRIMES ET DÉLITS NON ROUTIERS EN 2009 ET 2010 SUR LE TERRITOIRE DE LA PRÉFECTURE DE POLICE DE PARIS ANGLE Juin Bulletin statistique de l Observatoire

Plus en détail

La criminalité en France. La criminalité en France INHESJ/ONDRP Rapport 2014. Marie CLAIS, chargée d études à l ONDRP. Rapport annuel 2014 de l ONDRP

La criminalité en France. La criminalité en France INHESJ/ONDRP Rapport 2014. Marie CLAIS, chargée d études à l ONDRP. Rapport annuel 2014 de l ONDRP Premier ministre La criminalité en France Rapport annuel 2014 de l ONDRP Les appels au «17 police-secours» pour différends conjugaux enregistrés par la Direction de la sécurité de proximité de l agglomération

Plus en détail

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales GRANDn 24 ANGLE Février Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Directeur de la publication : André-Michel VENTRE Rédacteur en chef : Christophe SOULLEZ

Plus en détail

Service de police de la Ville de Montréal. du métro de Montréal. Alain Larivière

Service de police de la Ville de Montréal. du métro de Montréal. Alain Larivière Service de police de la Ville de Montréal Section métro de Montréal La sécurité édans le réseau du métro de Montréal Alain Larivière Commandant SMM Réseau du métro en quelques mots 68 stations dont 64

Plus en détail

Modèles transport-urbanisme Fiches synthétiques SIMBAD. Modèle de dynamique urbaine désagrégé

Modèles transport-urbanisme Fiches synthétiques SIMBAD. Modèle de dynamique urbaine désagrégé Modèles transport-urbanisme Fiches synthétiques SIMBAD Identité du modèle : Nature Voyageurs / Marchandises Sur quoi porte le modèle d'urbanisme? Modes de transports Modèle agrégé/désagrégé? Modèle d'occupation

Plus en détail

LA REFONTE DES OUTILS DE PILOTAGE ET DES STATISTIQUES DE LA DELINQUANCE

LA REFONTE DES OUTILS DE PILOTAGE ET DES STATISTIQUES DE LA DELINQUANCE Ministère de l intérieur LA REFONTE DES OUTILS DE PILOTAGE ET DES STATISTIQUES DE LA DELINQUANCE Vendredi 18 janvier Depuis septembre 2012, un groupe de travail interne au ministère de l intérieur a été

Plus en détail

Plan de Vidéoprotection pour Paris

Plan de Vidéoprotection pour Paris LA PRÉFECTURE DE POLICE la préfecture de police Plan de Vidéoprotection pour Paris Information sur le dispositif RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Liberté Égalité Fraternité À quoi sert la vidéoprotection? Les caméras

Plus en détail

La cybercriminalité et les infractions liées

La cybercriminalité et les infractions liées Sanctions pénales Sous la direction de Rapport annuel 2015 de l ONDRP La cybercriminalité et les infractions liées Marine valzer Chargée d études criminologiques à l utilisation frauduleuse d internet

Plus en détail

Motivation : pourquoi exploration de données? Nous nous noyons dans les données, mais manquons cruellement de connaissances

Motivation : pourquoi exploration de données? Nous nous noyons dans les données, mais manquons cruellement de connaissances 1 Introduction Définition et motivations Tâches de data mining (fouille de données, exploration de données) Techniques et algorithmes Exemples et applications 1 Motivation : pourquoi exploration de données?

Plus en détail

PLAN DE LUTTE CONTRE LES CAMBRIOLAGES ET LES VOLS A MAIN ARMEE DANS LE NORD

PLAN DE LUTTE CONTRE LES CAMBRIOLAGES ET LES VOLS A MAIN ARMEE DANS LE NORD PLAN DE LUTTE CONTRE LES CAMBRIOLAGES ET LES VOLS A MAIN ARMEE DANS LE NORD Face à la recrudescence des cambriolages et des vols à main armée, notamment à l'encontre des commerçants, le 25 septembre 2013,

Plus en détail

Comité conseil en matière de prévention et sécurité des personnes et des biens Octobre 2013

Comité conseil en matière de prévention et sécurité des personnes et des biens Octobre 2013 PROJET Encadrement du système de caméras de sécurité et Foire aux questions Comité conseil en matière de prévention et sécurité des personnes et des biens Octobre 2013 2 3 Table des matières 1. CADRE JURIDIQUE...4

Plus en détail

Étude critique du système d analyse prédictive : Predpol R

Étude critique du système d analyse prédictive : Predpol R Étude critique du système d analyse prédictive : Predpol R Benslimane@cortecs.org Cortecs / Université Grenoble Alpes 4 février 2015 Sommaire 1 Théorie 2 Objectifs Données utilisées Algorithmes développés

Plus en détail

VIOLENCES INTRA-RELATIONNELLES, VIOLENCES DANS LE CADRE PROFESSIONNEL, VIOLENCES EN SITUATION DE LA VIE QUOTIDIENNE

VIOLENCES INTRA-RELATIONNELLES, VIOLENCES DANS LE CADRE PROFESSIONNEL, VIOLENCES EN SITUATION DE LA VIE QUOTIDIENNE GRANDn 15 VIOLENCES INTRA-RELATIONNELLES, VIOLENCES DANS LE CADRE PROFESSIONNEL, VIOLENCES EN SITUATION DE LA VIE QUOTIDIENNE : LES TROIS GRANDES CATEGORIES DE VIOLENCES PHYSIQUES NON CRAPULEUSES ANGLE

Plus en détail

Les usages multiples de S.I.G dans la conduite de projets de sécurité urbaine

Les usages multiples de S.I.G dans la conduite de projets de sécurité urbaine S.I.G 2002 CONFERENCE UTILISATEURS ESRI Paris, les 2 et 3 octobre 2002 Les usages multiples de S.I.G dans la conduite de projets de sécurité urbaine 16-18, rue du Dôme 92514 Boulogne-Billancourt Cedex

Plus en détail

L innovation dans le commerce

L innovation dans le commerce L innovation dans le commerce Xavier Reif* Pour une entreprise commerciale, l innovation est un levier servant à consolider sa position par rapport à ses concurrentes. Elle contribue à conquérir de nouveaux

Plus en détail

Le rôle des tarifs dans le recours aux soins dentaires : l exemple des inlay core

Le rôle des tarifs dans le recours aux soins dentaires : l exemple des inlay core Le rôle des tarifs dans le recours aux soins dentaires : l exemple des inlay core Noémie Jess, Rémi Lardellier, Renaud Legal avec la collaboration de Claire Marbot JESF 2013, discutant: Moussa DIENG 5

Plus en détail

Scot Wortley 2 Coordonnateur de la priorité Justice, Police et Sécurité du Projet Metropolis Centre de criminologie, Université de Toronto

Scot Wortley 2 Coordonnateur de la priorité Justice, Police et Sécurité du Projet Metropolis Centre de criminologie, Université de Toronto LES PERCEPTIONS DES NOUVEAUX ARRIVANTS ET DES MINORITÉS RACIALES PAR RAPPORT AU SYSTÈME CANADIEN DE JUSTICE PÉNALE : RÉSULTATS D UN SONDAGE MENÉ À TORONTO EN 2007 1 Scot Wortley 2 Coordonnateur de la priorité

Plus en détail

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Grand angle Juillet Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Directeur de la publication : André-Michel ventre Rédacteur en chef : Christophe soullez n

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a pris connaissance de la procédure judiciaire.

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a pris connaissance de la procédure judiciaire. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COMMISSION NATIONALE DE DÉONTOLOGIE DE LA SÉCURITÉ Saisine n 2008-41 AVIS ET RECOMMANDATIONS de la Commission nationale de déontologie de la sécurité à la suite de sa saisine, le 18

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE

DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE Le stand du ministère de l Intérieur au salon de la moto 2013 HALL 6 Allée C Stand 7 Préfecture de police Gendarmerie nationale Sécurité routière Police nationale 2

Plus en détail

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Gilbert Saporta Chaire de Statistique Appliquée, CNAM ActuariaCnam, 31 mai 2012 1 L approche statistique

Plus en détail

Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements

Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements Île-de- Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements Yann Caenen, Insee Île-de- Christine Couderc, Dreif Jérémy Courel, IAU île-de- Christelle Paulo et Thierry Siméon, Stif Avec 3,4

Plus en détail

Cours Méthodes de sondage

Cours Méthodes de sondage Cours Méthodes de sondage La gestion des opérations de collecte des données - par téléphone Claire Durand, 2015 Département de sociologie, Université de Montréal 1 La gestion des opérations, pourquoi?

Plus en détail

BIG DATA : PASSER D UNE ANALYSE DE CORRÉLATION

BIG DATA : PASSER D UNE ANALYSE DE CORRÉLATION BIG DATA : PASSER D UNE ANALYSE DE CORRÉLATION À UNE INTERPRÉTATION CAUSALE Arthur Charpentier Professeur d actuariat à l Université du Québec, Montréal Amadou Diogo Barry Chercheur à l Institut de santé

Plus en détail

Cinzia Grassi, Loredana Ceccacci, Anna Elisa D Agostino Observatoire pour le contraste de la pédophilie et de la pornographie enfantine

Cinzia Grassi, Loredana Ceccacci, Anna Elisa D Agostino Observatoire pour le contraste de la pédophilie et de la pornographie enfantine 14. La collecte de données sur la violence envers les enfants Cinzia Grassi, Loredana Ceccacci, Anna Elisa D Agostino Observatoire pour le contraste de la pédophilie et de la pornographie enfantine Introduction

Plus en détail

LDS : un modèle de projection de population à l échelle locale par microsimulation intégrant des paramètres écologiques et contextuels

LDS : un modèle de projection de population à l échelle locale par microsimulation intégrant des paramètres écologiques et contextuels LDS : un modèle de projection de population à l échelle locale par microsimulation intégrant des paramètres écologiques et contextuels Guillaume Marois Alain Bélanger Institut national de la recherche

Plus en détail

Analyse des déplacements des objets mobiles : définition de comportements types

Analyse des déplacements des objets mobiles : définition de comportements types Analyse des déplacements des objets mobiles : définition de comportements types Thomas Devogele Université François Rabelais (Tours) thomas.devogele@univ-tours.fr Les déplacements L analyse des déplacements

Plus en détail

CADRES JURIDIQUES D INTERVENTION

CADRES JURIDIQUES D INTERVENTION Etre capable d apprécier le cadre juridique d intervention et mettre en œuvre la procédure judiciaire. Connaître et articuler les cadres juridiques des interventions. Etre capable de situer son action

Plus en détail

La violence chez les jeunes: Un portrait chiffré de la délinquance et de la victimisation

La violence chez les jeunes: Un portrait chiffré de la délinquance et de la victimisation SECTION RECHERCHE ET PLANIFICATION DIRECTION STRATÉGIQUE - SERVICE DES STRATÉGIES ORGANISATIONNELLES Janvier 29 L évolution de la criminalité reliée aux jeunes à Montréal 2226 2127 D epuis plus d une décennie,

Plus en détail

SURVEILLANCE ÉLECTRONIQUE

SURVEILLANCE ÉLECTRONIQUE Strasbourg, 21 juin 2012 pc-cp\docs 2012\pc-cp (2012) 7 f rév PC-CP (2012) 7 rév COMITÉ EUROPÉEN POUR LES PROBLÈMES CRIMINELS (CDPC) Conseil de coopération pénologique (PC-CP) CHAMP D APPLICATION ET DÉFINITIONS

Plus en détail

La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d internet : éléments de mesure et d analyse.

La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d internet : éléments de mesure et d analyse. La criminalité en France Rapport annuel 2014 de l ONDRP La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d internet : éléments de mesure et d analyse pour l année 2013 Jorick GUILLANEUF

Plus en détail

REPÈRES. Les mineures mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2009. n 13. Septembre 2010

REPÈRES. Les mineures mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2009. n 13. Septembre 2010 n 13 REPÈRES Septembre 2010 Directeur de la publication : André-Michel VENTRE, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe SOULLEZ, chef du département de l ONDRP Les mineures mises en cause pour

Plus en détail

BILAN 2013 ET PERSPECTIVES DE LA SECURITE DANS LES HAUTS DE SEINE

BILAN 2013 ET PERSPECTIVES DE LA SECURITE DANS LES HAUTS DE SEINE DOSSIER DE PRESSE BILAN 2013 ET PERSPECTIVES DE LA SECURITE DANS LES HAUTS DE SEINE MARDI 4 FEVRIER 2014 COMMUNIQUE DE PRESSE 4 février 2014 LUTTE CONTRE LA DELINQUANCE Bilan 2013 En 2013, l activité des

Plus en détail

FÉVRIER 2003. Le Centre international pour la réforme du droit criminel et la politique en matière de justice pénale (CIRDC)

FÉVRIER 2003. Le Centre international pour la réforme du droit criminel et la politique en matière de justice pénale (CIRDC) Coopérer aux enquêtes et poursuites impliquant la Cour pénale internationale : Un guide introductif destiné au personnel du système de justice pénale des États FÉVRIER 2003 Le Centre international pour

Plus en détail

BASES CARTOGRAPHIQUES

BASES CARTOGRAPHIQUES Zones de marché Communes & iris Pôles & hotspots commerciaux Données Internationales Codes postaux Ilots Nos bases de données cartographiques sont adaptées à toutes vos échelles d'analyses. Toutes nos

Plus en détail

CRI 6906 : Séminaire d intégration I. Automne 2015

CRI 6906 : Séminaire d intégration I. Automne 2015 1 CRI 6906 : Séminaire d intégration I Automne 2015 Prof. David Décary-Hétu, Ph.D. Bureau : C-4071 (Pavillon Lionel-Groulx) 514.343.6111 #3664 david.decary-hetu@umontreal.ca HORAIRE ET SALLE Les cours

Plus en détail

Les règles d utilisation de la vidéosurveillance avec enregistrement dans les lieux publics par les organismes publics

Les règles d utilisation de la vidéosurveillance avec enregistrement dans les lieux publics par les organismes publics Les règles d utilisation de la vidéosurveillance avec enregistrement dans les lieux publics par les organismes publics Juin 2004 TABLE DES MATIÈRES PRÉSENTATION... 1 LE CHAMP D APPLICATION... 1 LA JUSTIFICATION...

Plus en détail

Comment organiser, conduire, conclure et rendre compte des résultats d enquêtes en matière de corruption

Comment organiser, conduire, conclure et rendre compte des résultats d enquêtes en matière de corruption Comment organiser, conduire, conclure et rendre compte des résultats d enquêtes en matière de corruption UNE ÉTUDE DE CAS Mener des investigations efficaces en matière de corruption ---------- Une conception

Plus en détail

Prototype SOLAP appliqué sur des champs continus en mode raster

Prototype SOLAP appliqué sur des champs continus en mode raster Session démos 24 novembre 2014 Prototype SOLAP appliqué sur des champs continus en mode raster Analyse de hot spots de criminalité Jean-Paul Kasprzyk, doctorant Introduction 2 L informatique décisionnelle

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme)

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Commentaire Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015 M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 février 2015, par la Cour de cassation

Plus en détail

MINISTERE DE L INTERIEUR, DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITES TERRITORIALES

MINISTERE DE L INTERIEUR, DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITES TERRITORIALES MINISTERE DE L INTERIEUR, DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITES TERRITORIALES ----- Inspection générale de la police nationale Inspection générale de l administration Inspection de la gendarmerie nationale

Plus en détail

Les nouvelles technologies de l information pour lutter contre le crime et la délinquance

Les nouvelles technologies de l information pour lutter contre le crime et la délinquance Les nouvelles technologies de l information pour lutter contre le crime et la délinquance Retours d expérience IBM C. Herman Solutions Secteur Public, IBM 1 Mercredi 2015 4 Février IBM Corporation 2015

Plus en détail

Mise en œuvre d une d 3D à la Ville du Havre. Olivier Banaszak Service SIGU - Ville du Havre

Mise en œuvre d une d 3D à la Ville du Havre. Olivier Banaszak Service SIGU - Ville du Havre Mise en œuvre d une d maquette 3D à la Ville du Havre Olivier Banaszak Service SIGU - Ville du Havre 1 Le Havre et son agglomération 2 L agglomération havraise 17 communes 202 km² 250.000 habitants un

Plus en détail

GRAND. Les viols commis à Paris en 2013 et 2014 et enregistrés par les services de police. Janvier 2016

GRAND. Les viols commis à Paris en 2013 et 2014 et enregistrés par les services de police. Janvier 2016 OBSERVATOIRE NATIONAL DE LA DÉLINQUANCE ET DES RÉPONSES PÉNALES GRAND n 37 Janvier 2016 par Marine VALZER Chargée d études et Aurélien LANGLADE Chargé d études Les viols commis à Paris en 2013 et 2014

Plus en détail

Cartographie de la criminalité au Québec: une tentative d état des lieux

Cartographie de la criminalité au Québec: une tentative d état des lieux Cartographie de la criminalité au Québec: une tentative d état des lieux Par Serge Colombié, Responsable de la prévention des Risques urbains Ville de Drancy, France Réalisé dans le cadre d une visite

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

Animation force de vente LE GEOMARKETING

Animation force de vente LE GEOMARKETING PARTIE THEORIQUE : Animation force de vente LE GEOMARKETING I QU EST-CE QUE LE GEOMARKETING? Le géomarketing est la prise en compte, à des fins marketings, de la réalité spatiale des activités économiques.

Plus en détail

La criminalité enregistrée en Angleterre et au Pays de Galles en 2012

La criminalité enregistrée en Angleterre et au Pays de Galles en 2012 1 La criminalité enregistrée en Angleterre et au Pays de Galles en 2012 Les statistiques mesurant la criminalité ne sont pas homogènes dans l ensemble du Royaume-Uni. Ceci tient aux différents systèmes

Plus en détail

Forum THNS 2011 Shanghai

Forum THNS 2011 Shanghai Forum THNS 2011 Shanghai Nouvelle mobilité et solutions alternatives dans les zones métropolitaines Jean Grebert, Directeur des recherches de transport et mobilité, Renault L exposé comporte 3 parties

Plus en détail

LA DELINQUANCE A PARIS AU COURS DE L ANNEE 2006

LA DELINQUANCE A PARIS AU COURS DE L ANNEE 2006 Janvier 2007 LA DELINQUANCE A PARIS AU COURS DE L ANNEE 2006 Note sur la méthodologie : Les données chiffrées présentées dans ce document sont issues de l état 4001, qui est tenu et mis à jour par la Direction

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Versailles N 11VE01445 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre Mme COROUGE, président Mme Elise COROUGE, rapporteur Mme COURAULT, rapporteur public COIN, avocat(s) lecture du

Plus en détail

Comprendre les chaînes de déplacements pour l'approvisionnement des ménages : une approche empirique

Comprendre les chaînes de déplacements pour l'approvisionnement des ménages : une approche empirique Comprendre les chaînes de déplacements pour l'approvisionnement des ménages : une approche empirique Jesus Gonzalez-Feliu, LET Christian Ambrosini, LET Jean-Louis Routhier, LET Institut des Sciences de

Plus en détail

LES ATTEINTES À L ENVIRONNEMENT: DU VOL À L ÉCHELLE MONDIALE

LES ATTEINTES À L ENVIRONNEMENT: DU VOL À L ÉCHELLE MONDIALE LES ATTEINTES À L ENVIRONNEMENT: DU VOL À L ÉCHELLE MONDIALE INTERPOL PROGRAMME SUR LES ATTEINTES À L ENVIRONNEMENT istock.com 2 PROGRAMME INTERPOL SUR LES ATTEINTES À L ENVIRONNEMENT istock.com QUE SE

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL DÉPARTEMENT DE SOCIOLOGIE ************* Cours de niveau gradué en méthodes quantitatives *************

UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL DÉPARTEMENT DE SOCIOLOGIE ************* Cours de niveau gradué en méthodes quantitatives ************* ************* Cours de niveau gradué en méthodes quantitatives ************* SOL 6210 - Analyse quantitative avancée Le séminaire d analyse quantitative avancée se donne en classe une fois par année. Chaque

Plus en détail

MINISTERE DE L INTERIEUR, DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITES TERRITORIALES

MINISTERE DE L INTERIEUR, DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITES TERRITORIALES MINISTERE DE L INTERIEUR, DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITES TERRITORIALES ----- Inspection générale de la police nationale Inspection générale de l administration Inspection de la gendarmerie nationale

Plus en détail

Analyses de Variance à un ou plusieurs facteurs Régressions Analyse de Covariance Modèles Linéaires Généralisés

Analyses de Variance à un ou plusieurs facteurs Régressions Analyse de Covariance Modèles Linéaires Généralisés Analyses de Variance à un ou plusieurs facteurs Régressions Analyse de Covariance Modèles Linéaires Généralisés Professeur Patrice Francour francour@unice.fr Une grande partie des illustrations viennent

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS. 17 février 2015 TEXTE SUR LEQUEL LE GOUVERNEMENT ENGAGE SA RESPONSABILITÉ

ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS. 17 février 2015 TEXTE SUR LEQUEL LE GOUVERNEMENT ENGAGE SA RESPONSABILITÉ Le présent document est établi à titre provisoire. Seule la «Petite loi», publiée ultérieurement, a valeur de texte authentique. ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS 17 février 2015

Plus en détail

Méthodologie de calcul de population au bâti, diurne et nocturne : modèle PRET-RESSE

Méthodologie de calcul de population au bâti, diurne et nocturne : modèle PRET-RESSE Gestion globale des risques naturels et technologiques dans le bassin des RIsques MAjeurs de l estuaire de la Seine Méthodologie de calcul de population au bâti, diurne et nocturne : modèle PRET-RESSE

Plus en détail

La lutte contre les CAMBRIOLAGES dans la Loire

La lutte contre les CAMBRIOLAGES dans la Loire La lutte contre les CAMBRIOLAGES dans la Loire LES SERVICES DE L ETAT SE MOBILISENT POUR LUTTER CONTRE LES CAMBRIOLAGES DANS LA LOIRE our ceux qui en sont victimes, un cambriolage est un vrai traumatisme

Plus en détail

Le terrorisme et les groups de criminalité organisée présentent tous deux des menaces sérieuses pour la sécurité nationale et globale.

Le terrorisme et les groups de criminalité organisée présentent tous deux des menaces sérieuses pour la sécurité nationale et globale. Strasbourg, 2 mai 2014 CODEXTER (2014) 5 COMITE D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE TERRORISME ET LE CRIME ORGANISE

Plus en détail

Statistiques bivariées : corrélation et régression linéaire

Statistiques bivariées : corrélation et régression linéaire : corrélation et régression linéaire Activité d'introduction Ce chapitre de statistique est présenté avec l'objectif de promouvoir la réflexion des étudiants et leur faire remarquer que ces notions statistiques

Plus en détail

Caractéristiques des quartiers et répartition de la criminalité sur l île de Montréal

Caractéristiques des quartiers et répartition de la criminalité sur l île de Montréal N o 85-561-MIF au catalogue N o 007 ISSN : 1707-5211 ISBN : 0-662-71889-5 Document de recherche Série de documents de recherche sur la criminalité et la justice Caractéristiques des quartiers et répartition

Plus en détail

Téléphonie mobile comme indicateur de localisation de population

Téléphonie mobile comme indicateur de localisation de population Observation dynamique de la densité de population à partir de la téléphonie mobile - Etude de cas sur le Territoire de Belfort Séminaire sur les recueils de données organisé par le CERTU : Paris, le 25

Plus en détail

Cartographie, analyse statistique et spatiale de la délinquance à Paris

Cartographie, analyse statistique et spatiale de la délinquance à Paris Rapport sur le stage effectué du 03 mars au 30 mai 2008 à l Observatoire National de la Délinquance dans le cadre de la soutenance du Master 2 Professionnel «Géomatique, Géomarketing et Multimédia» en

Plus en détail

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence Synthèse SYNTHESE L incertitude est une donnée intrinsèque à la vie de toute organisation. Aussi l un des principaux défis pour la direction

Plus en détail

CONCEPTS GENERIQUES POUR LA SUPERVISION DES RESEAUX MULTIMODAUX

CONCEPTS GENERIQUES POUR LA SUPERVISION DES RESEAUX MULTIMODAUX CONCEPTS GENERIQUES POUR LA SUPERVISION DES RESEAUX MULTIMODAUX G. Scemama, Mustapha Tendjaoui, Olivier Carles INRETS_GRETIA Principe de la supervision (1) Optimisation du triangle Homme/Système Système/Monde

Plus en détail

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 2 Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 Informations et rappels Lorsqu une personne au moins est mise en cause pour un fait constaté de crime et délit non routier enregistré

Plus en détail

Théories criminologiques II (CRM 3701)

Théories criminologiques II (CRM 3701) Département de criminologie Department of Criminology Richard DUBÉ Courrier électronique : rdube@uottawa.ca Téléphone au bureau : 562-5800 poste 8861 Disponibilités : jeudi de 16h à 18h (pavillon des sciences

Plus en détail

Note relative au projet de loi relatif à la géolocalisation

Note relative au projet de loi relatif à la géolocalisation Note relative au projet de loi relatif à la géolocalisation - 6 janvier 2014 - Le 23 décembre 2013, le Gouvernement a déposé sur le Bureau du Sénat, un projet de loi relatif à la géolocalisation. Ce texte

Plus en détail

Rapport : île de Montréal

Rapport : île de Montréal Assistance méthodologique pour le traitement et l analyse des données des enquêtes Origine- Destination québécoises pour dresser le portrait du vélo au Québec Projet réalisé pour le compte de Vélo Québec

Plus en détail

LE LOGICIEL ENTIEREMENT INTEGRE ET UNIQUE DE L UNODC. Spécialement conçu pour les unites de renseignement financier. goaml.unodc.

LE LOGICIEL ENTIEREMENT INTEGRE ET UNIQUE DE L UNODC. Spécialement conçu pour les unites de renseignement financier. goaml.unodc. LE LOGICIEL ENTIEREMENT INTEGRE ET UNIQUE DE L UNODC conçu pour les unites de renseignement financier Spécialement conçu pour les unites de renseignement financier Spécialement goaml.unodc.org INTRODUCTION

Plus en détail

CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité

CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité 1 CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité Une situation fréquente en pratique est de disposer non pas d un résultat mais de plusieurs. Le cas se présente en assurance, par exemple :

Plus en détail

Formation «Praticien Appreciative Inquiry»

Formation «Praticien Appreciative Inquiry» Formation «Praticien Appreciative Inquiry» L «Appreciative Inquiry» ou «Exploration Appréciative» est une méthode de conduite du changement qui a vu le jour à la fin des années 1980 aux Etats-Unis et qui

Plus en détail

Rapport final d'évaluation Fernstudien Schweiz FS-CH Avril 2004, Annexe 1, page 1/5

Rapport final d'évaluation Fernstudien Schweiz FS-CH Avril 2004, Annexe 1, page 1/5 $QQH[H,QIRUPDWLRQVFRQFHUQDQWO pydoxdwlrqgho HQVHLJQHPHQWXQLYHUVLWDLUHj GLVWDQFH,QWURGXFWLRQ L enseignement à distance de niveau universitaire est d apparition récente en Suisse, où il est soutenu par des

Plus en détail

SOMMAIRE SOMMAIRE 7 INTRODUCTION GENERALE...11

SOMMAIRE SOMMAIRE 7 INTRODUCTION GENERALE...11 SOMMAIRE SOMMAIRE 7 INTRODUCTION GENERALE...11 - PARTIE I - Organisation de trésorerie du régime général et principes d optimisation de la régulation des positions de trésorerie à très court terme...15

Plus en détail

La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d Internet : éléments de mesure et d analyse pour l année 2012

La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d Internet : éléments de mesure et d analyse pour l année 2012 La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d Internet : éléments de mesure et d analyse pour l année 2012 Jorick Guillaneuf, chargé d études statistiques à l ONDRP DOSSIER

Plus en détail

T.P. 8 - Exercice 1 Khi-Carré d ajustement (Corrigé)

T.P. 8 - Exercice 1 Khi-Carré d ajustement (Corrigé) T.P. 8 - Exercice 1 Khi-Carré d ajustement (Corrigé) Connaissances préalables : Buts spécifiques : Outils nécessaires : Consignes générales : Distribution de fréquences, proportions. Test d ajustement.

Plus en détail

Le géomarketing - Page 1 sur 7

Le géomarketing - Page 1 sur 7 Le géomarketing - Page 1 sur 7 LES DOSSIERS MADWATCH.net méthodes Le Géomarketing Novembre 2003 Nb de pages : 7 Le géomarketing - Page 2 sur 7 Créé dans les années 80, la plupart des applications du géomarketing

Plus en détail

LES ACCIDENTS DU TRAVAIL - DE TRAJET

LES ACCIDENTS DU TRAVAIL - DE TRAJET LES ACCIDENTS DU TRAVAIL - DE TRAJET Qu est-ce qu un accident du travail? Quelles sont les caractéristiques de l accident du travail et comment reconnaître son caractère professionnel? Définir l'accident

Plus en détail

LES CAHIERS PÉDAGOGIQUES Des outils et des idées pour enrichir vos cours de géographie

LES CAHIERS PÉDAGOGIQUES Des outils et des idées pour enrichir vos cours de géographie LES CAHIERS PÉDAGOGIQUES Des outils et des idées pour enrichir vos cours de géographie Académie de Corse Ajaccio et sa périphérie Reconnu d Intérêt Pédagogique Introduction générale L apprentissage des

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1233427L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1233427L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant la ratification de la convention du Conseil de l Europe relative au blanchiment, au dépistage, à la saisie et à la confiscation

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

Réponses pénales. Pierre-Victor Tournier, Directeur de recherches au CNRS, Centre d histoire sociale du XX e siècle, Université Paris I

Réponses pénales. Pierre-Victor Tournier, Directeur de recherches au CNRS, Centre d histoire sociale du XX e siècle, Université Paris I Sanctions pénales prononcées en 00 Quelles sont les infractions sanctionnées? À quoi condamne-t-on? Quelles évolutions dans la façon sanctionner puis 0 ans? Pierre-Victor Tournier, Directeur recherches

Plus en détail

Ligne directrice n 5 : COU:1

Ligne directrice n 5 : COU:1 Manitoba Ministère de la Justice Bureau des procureurs de la Couronne Directive d orientation Ligne directrice n 5 : COU:1 Objet : Nomination d un avocat indépendant Date : septembre 2012 ÉNONCÉ DES POLITIQUES

Plus en détail

Le management des risques de l entreprise

Le management des risques de l entreprise présentent Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence Techniques d application COSO II Report Préface de PHILIPPE CHRISTELLE Président de l Institut de l Audit Interne et de SERGE VILLEPELET

Plus en détail

Introduction au datamining

Introduction au datamining Introduction au datamining Patrick Naïm janvier 2005 Définition Définition Historique Mot utilisé au départ par les statisticiens Le mot indiquait une utilisation intensive des données conduisant à des

Plus en détail

Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe Soullez, chef du département de l ONDRP

Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe Soullez, chef du département de l ONDRP repères Premier ministre 20 institut national des hautes études de la sécurité et de la justice Janvier 2013 n Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

La vidéo protection à la RATP. Réalités d aujourd hui et perspectives de demain

La vidéo protection à la RATP. Réalités d aujourd hui et perspectives de demain La vidéo protection à la RATP Réalités d aujourd hui et perspectives de demain Evolution des systèmes vidéo Les systèmes vidéo un outil au service de la gestion du risque 1970 1995-96 1999 2002 2006 Surveillance

Plus en détail

Logiciel Concerto Outil de connaissance de l accidentologie

Logiciel Concerto Outil de connaissance de l accidentologie Logiciel Concerto Outil de connaissance de l accidentologie Un outil de la connaissance de l accidentologie Concerto est un applicatif SIG dédié à la connaissance de l accidentologie : Il est conçu pour

Plus en détail

Présentation de l épreuve

Présentation de l épreuve MÉTHODO Présentation de l épreuve 1. Programme de l arrêté du 22 décembre 2006 DURÉE DE L ENSEIGNEMENT ÉPREUVE N 11 CONTRÔLE DE GESTION (à titre indicatif) : 210 heures 18 crédits européens 1. Positionnement

Plus en détail

DONNÉES PDV & ENTREPRISES

DONNÉES PDV & ENTREPRISES Annuaire des entreprises Base de données grande distribution LSA + Parabellum Base des équipements par quartiers et communes des entreprises Nos bases de données «Entreprises et points de vente» sont adaptées

Plus en détail

Reconnaissance des formes : Classement d ensembles d objets

Reconnaissance des formes : Classement d ensembles d objets Reconnaissance des formes : Classement d ensembles d objets Données Méthodes Extraction de connaissances Applications Expertise Apprentissage Bernard FERTIL Directeur de Recherche CNRS Équipe LXAO, UMR

Plus en détail

LE MALAISE I - LA VICTIME CONSCIENTE QUI SE PLAINT D UN MALAISE EST LE POLICIER.

LE MALAISE I - LA VICTIME CONSCIENTE QUI SE PLAINT D UN MALAISE EST LE POLICIER. FICHE TECHNIQUE N 08 1 Etre capable d adapter des gestes et techniques professionnels en intervention en rapport avec la nature des risques rencontrés. Le policier doit être capable, devant une victime

Plus en détail

Nombre d enfants à charge des retraités : simulations en projection. Fanny Godet, note INSEE n 22 / DG75-G210 pour le COR, novembre 2015

Nombre d enfants à charge des retraités : simulations en projection. Fanny Godet, note INSEE n 22 / DG75-G210 pour le COR, novembre 2015 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2015 à 9 h 30 «Structures familiales, transferts intergénérationnels, bien-être» Document N 04 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 25 mai 2005. PROPOSITION DE LOI abrogeant l article 434-7-2 du code

Plus en détail

Statistiques sur les armes à feu Tableaux mis à jour

Statistiques sur les armes à feu Tableaux mis à jour A U S E R V I C E D E S C A N A D I E N S Statistiques sur les armes à feu Tableaux mis à jour Statistiques sur les armes à feu Tableaux mis à jour Kwing Hung, Ph. D. Conseiller en statistique et méthodologie

Plus en détail

Règles et normes de l Organisation des Nations Unies

Règles et normes de l Organisation des Nations Unies Règles et normes de l Organisation des Nations Unies en matière de prévention du crime et de justice pénale Aide-mémoire des Casques bleus Vous avez signé un contrat avec l Organisation des Nations Unies

Plus en détail