SALARIÉS DES TRÈS PETITES ENTREPRISES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SALARIÉS DES TRÈS PETITES ENTREPRISES"

Transcription

1 SALARIÉS DES TRÈS PETITES ENTREPRISES

2 2 3 ÉDITORIAL Du 28 novembre au 12 décembre 2012, faites le bon choix! SOMMAIRE Salariés des très petites entreprises, qui êtes-vous? Salaire et pouvoir d achat Conditions de travail Emploi et parcours professionnel Dialogue social Questions juridiques Salariés des très petites entreprises (TPE), vous allez pour la première fois voter pour désigner l organisation syndicale qui vous représentera dans les négociations qui vous concernent. Cette nouveauté est le fruit d un long combat, que la CFDT a mené en faveur des 4 millions de travailleurs qui, comme vous, évoluent dans des entreprises de moins de 11 salariés et ne peuvent, de ce fait, élire de délégué du personnel ni bénéficier d un comité d entreprise. Ainsi tous les salariés, quelle que soit la taille de leur entreprise, ont le droit de choisir leurs représentants. Nous avançons ainsi vers la représentation de l ensemble des salariés, et non plus seulement d une partie d entre eux. Salaire, conditions de travail, emploi, parcours professionnel... Ce scrutin est d autant plus important que ce sont vos préoccupations quotidiennes qui sont concernées. Et vos droits qui seront défendus et surtout améliorés. Car trop souvent, les garanties sociales sont inférieures dans les TPE à ce qu elles sont dans les entreprises de taille plus importante. A la CFDT, nous l avons toujours dit : ce n est pas parce qu on travaille dans une petite entreprise qu on doit se contenter de petits droits! En participant massivement à ces élections et en choisissant la CFDT, vous donnerez plus d ampleur et de force aux évolutions des droits sociaux qu elle porte dans les négociations pour l amélioration de votre situation professionnelle. François Chérèque Secrétaire général de la CFDT SALARIÉS DES TRÈS PETITES ENTREPRISES SOMMAIRE ÉDITORIAL SALARIÉS DES TRÈS PETITES ENTREPRISES

3 4 5 SALARIÉS DES TRÈS PETITES ENTREPRISES, QUI ÊTES-VOUS? La CFDT va à votre rencontre avec un double objectif : vous écouter sur vos réalités et vos attentes en matière sociale ; pouvoir mieux répondre à vos questions, vos demandes, tant individuelles que collectives sur vos droits, et à l application ou pas des accords dans chaque profession et entreprise. à travers ce guide, la CFDT s adresse plus particulièrement à ceux d entre vous qui travaillez dans des très petites entreprises (TPE). Vous êtes près de 4 millions en France. Les petites entreprises dépendent fortement de leur environnement extérieur : banques, fournisseurs, clients, donneurs d ordre. Ce n est pas sans conséquences pour vous, salariés. Qu entend-on par très petites entreprises? Les entreprises sont réparties en quatre catégories suivant leur nombre de salariés : les TPE ou micro-entreprises : ce sont celles qui occupent moins de dix personnes, on en compte ; les petites et moyennes entreprises (PME): ce sont celles qui occupent moins de 250 personnes, on en compte Les PME non micro-entreprises comptent en moyenne une trentaine de salariés. La majorité d entre elles (61%) emploie moins de 20 salariés. 11 % atteignent ou dépassent les 50 salariés ; les entreprises de taille intermédiaire : ce sont celles de moins de personnes, on en compte ; les grandes entreprises : on en compte 461. L artisanat en France : importance économique et sociale L artisan est un petit entrepreneur, inscrit au répertoire des métiers, qui n emploie pas plus de dix salariés. Il peut toutefois, sous certaines conditions encadrées par la loi, employer plus de dix salariés. Il exerce une activité professionnelle indépendante de production, de transformation, de réparation ou de prestation de service. Le bâtiment, l alimentation, la fabrication et les services sont les quatre grandes catégories d activités de l artisanat. Elles recouvrent environ 510 activités différentes et 250 métiers. Parmi ces métiers, il y a les métiers traditionnels (maçonnerie, plomberie, boulangerie, coiffure, etc.), des métiers plus modernes (micro-électronique, son et image, génie climatique, etc.), puis ceux de la création artistique (décoration, bijouterie, arts graphiques, céramique, etc.). L artisanat, c est entreprises qui emploient environ salariés pour un chiffre d affaires de 300 milliards d euros. Elles sont réparties sur tout le territoire. 31 % des entreprises artisanales sont implantées en communes rurales ; 41 % dans les unités urbaines de moins de habitants ; 28 % dans les communes de plus de habitants apprentis sont formés aux métiers de l artisanat chaque année. 80 % d entre eux ont un emploi à l issue de leur formation. En sept ans, l artisanat a créé emplois salariés, soit 25 % du total des emplois créés en France durant la même période. Dans les dix ans à venir, ce sont actifs (artisans et salariés) qui partiront à la retraite. C est donc un secteur créateur et générateur d emplois. SALARIÉS DES TRÈS PETITES ENTREPRISES QUI ÊTES-VOUS? QUI ÊTES-VOUS? SALARIÉS DES TRÈS PETITES ENTREPRISES

4 6 7 Quelles sont vos attentes? La CFDT a engagé une enquête auprès de salariés de petites entreprises. Cette enquête se poursuit en 2012, et est complétée par deux autres, menées en parallèle : une auprès des salariés de l artisanat, et une autre auprès des apprentis. Près de salariés ont répondu à cette enquête, dont 53,80 % d hommes et 46,20 % de femmes, tous secteurs d activité confondus (industrie, bâtiment, commerce, santé, services, agriculture et transport). Les sujets qui vous préoccupent le plus : 68,8 % Revalorisation du salaire 68,8 % Conditions de travail 52,8 % Réglementation du travail 42 % Carrière professionnelle 33,4 % Prestations d un comité d entreprise 32,1 % Formation professionnelle 28,6 % Protection sociale 24,6 % Prise en charge (transports, restauration) Sur vos relations quotidiennes au travail, vous nous dites : 44,1 % 20,4 % 20 % Ces relations sont normales, même s il arrive qu il y ait quelques moments de tension Ces relations sont souvent dégradées, même s il y a quelques moments de calme Ces relations sont sympathiques, c est agréable de travailler dans ces conditions Ce que disent les apprentis Fin 2011/début 2012, la CFDT a réalisé une enquête auprès des apprentis de différents secteurs professionnels, essentiellement de l artisanat. 900 y ont répondu. 84 % des apprentis ayant répondu ont un niveau CAP/BEP ou inférieur. 75 % travaillent dans une entreprise de moins de 20 salariés. Leurs motivations, leurs préoccupations : 46 % ont été motivés par l apprentissage parce que la formation en alternance les intéressait, mais aussi par passion et/ou curiosité. 62 % plébiscitent l alternance école/entreprise. 56,3 % ont trouvé leur entreprise seul. 61 % n ont eu qu un seul employeur, mais 17,1 % en ont eu entre trois et quatre, voire plus. Raisons principales de ces changements d employeur : des problèmes relationnels (34 %) et les conditions de travail (30,7 %). 68,5 % considèrent comme très bonnes leurs relations avec leur tuteur ou maître d apprentissage. 51,5 % disent ne pas avoir d avantages supplémentaires en termes de rémunération ni d avantages sociaux. 44 % ont acheté en totalité ou en partie leur matériel de travail. 40 % sont confiants dans leur avenir professionnel. Ils sont 29,6 % à dire qu ils souhaitent préparer un diplôme supérieur, et plus de 10 % ont l intention de créer ou de reprendre une entreprise. En revanche, ils sont 20,1 % à ne pas savoir ce qu ils vont faire après leur apprentissage. 15,5 % Ces relations dans l entreprise sont très tendues, c est usant! SALARIÉS DES TRÈS PETITES ENTREPRISES QUI ÊTES-VOUS? QUI ÊTES-VOUS? SALARIÉS DES TRÈS PETITES ENTREPRISES

5 8 9 Des salariés témoignent Fabienne / Secrétaire dans un cabinet d avocats Notre employeur a décidé de nous empoisonner la vie afin que trois d entre nous démissionnent. Tous les jours, nous subissons des remarques, des pressions. Que devons-nous faire? Dominique / Cadre et déléguée du personnel Je suis cadre dans une petite entreprise de 25 salariés. La charge de travail et les responsabilités en tant que cadre sont plus lourdes dans une petite entreprise que dans une grande! Comme les autres salariés, je suis très attachée aux 14 jours de RTT que nous avons obtenus. Je pratique le télétravail et cela me permet de mieux concilier ma vie au travail et hors travail. José / Salarié du secteur construction-bois et militant CFDT S il y a des employeurs qui respectent leurs obligations en termes de sécurité au travail, d autres considèrent ce sujet comme superflu. Chaque semaine, des salariés m alertent sur des tenues de travail non adaptées aux métiers du bâtiment, sur l absence de chaussures de sécurité ou de protection auditive. Le constat SALAIRE ET pouvoir d achat Plus de salariés rémunérés au Smic qu ailleurs Pour ce qui est du salaire de base, on constate que plus l effectif de l entreprise est faible, plus le nombre de salariés rémunérés au Smic est élevé. Ainsi, 36 % d entre eux sont rémunérés au Smic dans les entreprises qui n ont qu un salarié et 23,30 % dans les entreprises de trois à cinq salariés. En comparaison, 9 % des salariés des entreprises de 20 à 49 salariés sont au Smic. La participation, l intéressement et l épargne salariale Ces dispositifs apportent un plus à la rémunération des salariés, mais il existe de fortes inégalités selon que ces salariés travaillent dans une grande ou une petite entreprise. Pource 92 tage % de salariés Moyennes concernés et grandes par entreprises ces dispositifs : 16 % Entreprises de moins de 50 salariés Bien que distincte du salaire, la rémunération issue de ces dispositifs n est pas négligeable. Elle représentait, tous dispositifs confondus, en moyenne par salarié concerné en Mais il y a des écarts importants entre salariés, suivant leur secteur d activité : 830 en moyenne dans l hébergement et la restauration, contre en moyenne dans les activités financières. 1. Source : Dares, octobre SALARIÉS DES TRÈS PETITES ENTREPRISES QUI ÊTES-VOUS? CFDT, le syndicat CFDT, qui le change syndicat mon qui quotidien change mon quotidien SALAIRE ET POUVOIR D ACHAT SALARIÉS DES TRÈS PETITES ENTREPRISES

6 10 11 Ce qu a obtenu la CFDT Des salariés témoignent La CFDT négocie pour toutes les catégories de salariés Laurence / Vendeuse en boulangerie dont les cadres J ai 46 ans et suis vendeuse dans une boulangerie franchisée d un centre commercial d Île-de-France. La boulangerie compte dix salariés. Mon ancienneté de 26 ans a fait évoluer mon activité professionnelle : ouverture de la boutique, commande des produits, organisation du travail de l équipe de vente, remises en banque. Mon activité professionnelle n est pas pour autant reconnue en termes de compétences et encore moins en termes de rémunération. La CFDT négocie pour tous les salariés cadres et non cadres, à temps complet ou temps partiel. Ainsi elle a contribué à obtenir des avancées sociales pour les cadres qui travaillent dans les pharmacies, les cabinets médicaux, d architectes, de notaires, de vétérinaires, etc. Dans le notariat, la CFDT a négocié et signé un accord de classification reconnaissant la corrélation entre le diplôme et la classification. Certains salariés sont ainsi passés du niveau 3 de technicien au niveau 1 de cadre. Ce changement de classification leur a permis d avoir une reconnaissance de leurs compétences et une progression salariale de 300 bruts mensuelle. Françoise / Technicienne dans une étude notariale Ma qualification n était pas reconnue par mon employeur : après avoir obtenu un certificat de qualification professionnelle de technicienne et être restée bloquée comme employée, j ai été conseillée et aidée par la CFDT. J ai obtenu 500 de plus par mois et la reconnaissance de ma qualification. Bruno / Salarié dans la métallurgie Dans une entreprise de neuf salariés, fournisseur en solutions d électronique industrielle situé à Vrigne-aux-Bois (Ardennes), le dialogue social existe avec la CFDT et ses adhérents dans l entreprise et, plus largement, avec tous les salariés. Malgré l absence de délégué du personnel, le syndicat CFDT local a négocié avec l employeur des avantages sociaux importants : - un budget pour des activités sociales (150 par an et par salarié) ; - une complémentaire santé financée à 50 % par l employeur et le salarié ; - une prévoyance gros risques (décès, invalidité, incapacité) payée à 75 % par l employeur ; - et enfin, la mise en place de chèques déjeuner financés par l employeur. Un saint cet employeur? Non, un bon gestionnaire qui comprend que pour fidéliser ses salariés, une entreprise doit les respecter et reconnaître leurs compétences. C est ça, le dialogue social! SALARIÉS DES TRÈS PETITES ENTREPRISES SALAIRE ET POUVOIR D ACHAT Dans l animation et le sport (respectivement et salariés) Les secteurs de l animation et du sport sont composés très majoritairement de petites entreprises ou de très petites entreprises (38 % des entreprises du sport ont un seul salarié). Dans le secteur de l animation, l augmentation des salaires conventionnels s est appliquée à tous les salariés et a eu des effets concrets sur l amélioration de leur pouvoir d achat. En 2011, chaque salarié a eu une augmentation comprise entre 21 et 45 selon sa catégorie professionnelle. Dans le commerce artisanal de détail (poissonnerie) : le Smic n est pas une fatalité! Grâce à la CFDT, les salaires ont progressé, notamment le plus bas qui est passé à 1 507,57 pour 151,67 heures/mois, soit 79,87 de pouvoir d achat supplémentaire comparé au Smic (1425,70 bruts mensuels au 1 er juillet 2012). Dans l artisanat de l ameublement Plusieurs milliers de salariés travaillent dans les petites entreprises de l artisanat de l ameublement. Après négociation, la CFDT vient d y signer deux accords. L un augmente l indemnité de départ à la retraite, qui passe ainsi de trois à quatre mois de salaire. L autre crée deux nouvelles classifications qui octroient aux agents de production concernés une augmentation mensuelle de 60 et de 67. SALAIRE ET POUVOIR D ACHAT SALARIÉS DES TRÈS PETITES ENTREPRISES

7 12 13 Dans les secteurs du spectacle vivant et enregistré (environ salariés) Dans les secteurs du spectacle vivant et enregistré, où 97 % des entreprises ont moins de dix salariés, la CFDT a signé deux accords instaurant des garanties importantes en matière de prévoyance lourde et de frais de santé, pour tous les salariés qu ils soient artistes ou techniciens, cadres ou non. Pour les salariés de l artisanat du Pays de la Loire : des avantages sociaux comparables à ceux des grandes entreprises Un comité des œuvres sociales et culturelles de l artisanat (Cosca) a été créé. D ores et déjà plus de salariés en bénéficient. Il permet aux salariés et aux apprentis du Pays de la Loire de bénéficier : d une carte de réduction nationale sur toutes les activités culturelles, de loisirs, de tourisme et de vie pratique ; de réductions pour leurs vacances (5 à 25 % de réduction sur les locations de mobil-home, frais de réservation offerts dans certains campings, jusqu à 25 % de réduction sur les catalogues de vacances). De nouvelles avancées à construire ensemble Maintenir le pouvoir d achat par l attribution d augmentations générales. Mieux faire reconnaître les qualifications et les compétences. Étendre la participation et l intéressement aux salariés des petites entreprises. Développer l accès aux œuvres sociales (chèques vacances, chèques déjeuner, etc.). Rendre effective l égalité entre les femmes et les hommes par la suppression des écarts salariaux. Favoriser le déroulement de carrière. CONDITIONS DE TRAVAIL Le constat L amélioration des conditions de travail est une préoccupation majeure de nombreux salariés des petites entreprises : charge de travail trop lourde, travail répétitif le week-end, horaires atypiques, sécurité au travail parfois défaillante, stress, etc. L absence de représentation syndicale dans beaucoup de petites entreprises aggrave la sécurité au travail des salariés et leur santé. Des salariés témoignent Marc / Boulanger-pâtissier et négociateur CFDT Je travaille dans le Nord et suis négociateur CFDT de la convention collective nationale des salariés des boulangeries-pâtisseries. Je suis très attaché aux conditions de travail. J estime qu il ne devrait plus y avoir dans les boulangeries que des sacs de farine de 30 kilos, alors qu existent encore les sacs de 50 kilos qui représentent de vrais risques pour la santé des salariés qui doivent les manier tous les jours. Il y a aussi les horaires décalés, le travail les dimanches et les jours fériés. Il faut rechercher des solutions pour que les ouvriers-boulangers et les vendeuses en magasin puissent bénéficier régulièrement d un week-end, en développant peut-être des services de remplacement. Sinon, les jeunes risquent de se détourner, pour ces raisons, des métiers de la boulangerie. Nadia / Cuisinière et garde d enfants J ai travaillé plus de deux ans, six jours sur sept, 12 heures par jour minimum, sans aucune couverture sociale. Je n avais pas le droit à la parole et ne connaissais aucun de mes droits. Grâce à l aide de la CFDT, j ai obtenu une réparation financière importante. SALARIÉS DES TRÈS PETITES ENTREPRISES SALAIRE ET POUVOIR D ACHAT CONDITIONS DE TRAVAIL SALARIÉS DES TRÈS PETITES ENTREPRISES

8 14 15 Ce qu a obtenu la CFDT investi dans l achat d une machine qui permet le nettoyage à l eau des outils de peinture. L eau est ensuite recyclée. Elle a enfin investi dans un véhicule avec ventilation basse et haute afin d éliminer le maximum d odeurs Dans le commerce à Dijon : le travail dominical limité présentes dans le véhicule lors de l utilisation et le transport des produits Grâce à la CFDT, les ouvertures dominicales des commerces de Dijon en 2011 sont désormais limitées à deux solvants. dimanches. Dans les transports Dans une entreprise de transport de 15 salariés (des ambulanciers) située à Saint-Maixent dans les Deux-Sèvres, les salariés se sont tournés vers la CFDT, car ils ne supportaient plus : les pressions exercées par la direction ; la dégradation des conditions de travail : vestiaires non chauffés et non-respect des délais de prévenance pour les repos et les plannings de travail. Avec le soutien de la CFDT, l action massive des salariés a permis des améliorations notables : les délais de prévenance pour les repos sont désormais respectés, le travail sur six ou sept jours d affilée est supprimé, les frais de repas sont maintenant pris en charge. Dans l artisanat du bâtiment La CFDT participe à obtenir, avec des organisations patronales de secteurs professionnels de très petites entreprises, la création de commissions paritaires permettant d informer les salariés et les employeurs, de l amélioration des conditions de travail, de l hygiène et de la sécurité. En Poitou-Charentes, une Commission paritaire (syndicats de salariés et d employeurs) hygiène, sécurité et conditions de travail du bâtiment (CPHSCTB) a été constituée. Cette commission a édité un guide à destination des salariés des TPE. Il explique les bases de prévention du risque chimique et présente quelques solutions exemplaires développées au sein de petites entreprises artisanales du bâtiment de la région. Dans cette même région, une entreprise de peinture en bâtiment de huit salariés, dont trois adhérents CFDT, a pris en compte des préconisations de la CPHSCT. Pour améliorer les conditions de travail des salariés, l employeur a mis en place une démarche environnementale dans son entreprise et utilise des produits «propres» qui améliorent leur bien-être. La première démarche a été d acheter des produits plus respectueux de l environnement et surtout de la santé des salariés. Cette démarche permet de limiter les risques liés aux produits chimiques et évite ainsi l exposition aux solvants, facteurs de gênes respiratoires. L entreprise a aussi Dans l agriculture La CFDT a obtenu dans certains départements la mise en place de CPHSCT. Elles ont pour mission de promouvoir méthodes et procédés propres à la réduction des risques professionnels, et d accompagner les entreprises et les salariés des différents secteurs qui n ont ni délégués du personnel, ni CHSCT, et qui ont des difficultés à s informer. Leurs actions consistent à : diffuser les informations ; conseiller sur les techniques ; proposer des moyens d amélioration et d innovation en matière de sécurité ; accompagner la mise en place des actions de formation sur les risques professionnels. Dans une entreprise agricole de 14 salariés du Libournais (Gironde), la nouvelle déléguée du personnelle CFDT a obtenu des améliorations concrètes des conditions de travail, ainsi que l achat d armoires pour entreposer les produits de traitement et des placards à pharmacie. Elle a aussi incité son employeur à accueillir sur son exploitation une réunion de la CPHSCT Gironde destinée à informer les autres employeurs et salariés agricoles du canton. Plusieurs dizaines de salariés et employeurs agricoles de TPE y ont participé. De nouvelles avancées à construire ensemble Faire prendre en compte par les employeurs l avis des salariés sur les organisations du travail en ouvrant des espaces de parole. Mieux prévenir les risques professionnels et renforcer la sécurité sur les postes de travail. Obtenir un engagement des donneurs d ordre sur l amélioration des conditions de travail dans les entreprises sous-traitantes et l évaluation des actions engagées. SALARIÉS DES TRÈS PETITES ENTREPRISES CONDITIONS DE TRAVAIL CONDITIONS DE TRAVAIL SALARIÉS DES TRÈS PETITES ENTREPRISES

9 16 17 EMPLOI ET PARCOURS PROFESSIONNEL Le constat Les très petites entreprises recourent davantage aux contrats à temps partiel ou aux contrats à durée déterminée. Pourcentage de salariés à temps partiel : 21,6 % Entreprises de moins de dix salariés 16,1 % Entreprises de dix salariés ou plus Un salarié témoigne Olivier / Salarié d une entreprise de menuiserie Je travaille en Basse-Normandie dans une entreprise de menuiserie de 18 salariés et ça me plaît. Je m investis dans mon travail, mais j ai eu des soucis avec mon employeur à propos de mes horaires. Menacé de licenciement, j ai été bien informé, par un conseiller du salarié, sur les risques encourus. J ai pu conserver mon emploi et je suis toujours dans l entreprise. Les activités des entreprises artisanales continuent à se diversifier Et ce, bien au-delà des métiers traditionnels. Le développement des emplois dans l environnement, les métiers du bâtiment, l art et les services requièrent de nouvelles qualifications et de nouvelles compétences. Par ailleurs, de très nombreux salariés et artisans (environ ) partiront en retraite dans les années à venir. Des entreprises artisanales risquent de disparaître faute de repreneurs. Ce contexte peut permettre à des salariés, s ils y sont préparés, d accéder à des emplois qualifiés, donc mieux rémunérés, et de connaître ainsi une progression professionnelle. D autres pourront aussi reprendre une entreprise. Ce qu a obtenu la CFDT La crise économique, depuis fin 2008, n a pas épargné certains secteurs professionnels (industrie, bâtiment, alimentation) et certaines petites entreprises ont connu ou connaissent des baisses d activité. Afin de préserver le maximum d emplois dans les petites entreprises, la CFDT a négocié nombre de mesures sociales (dispositions en cas de chômage partiel, aménagement du temps de travail, etc.). Pour les salariés des pharmacies, des cabinets médicaux, des études notariales, les vétérinaires, les géomètres, etc. La progression de l emploi des seniors de 3 % par an. Un engagement de formation pour les salariés les moins qualifiés. L amélioration des conditions du travail à temps partiel (la majoration des heures complémentaires de 10 %, par exemple). SALARIÉS DES TRÈS PETITES ENTREPRISES emploi et parcours PROFESSIONNEL emploi et parcours PROFESSIONNEL SALARIÉS DES TRÈS PETITES ENTREPRISES

10 18 19 Sur certains sites regroupant petites et grandes entreprises, comme Roissy, en Île-de-France La CFDT se mobilise pour développer des services auprès de tous les salariés quelle que soit la taille de leur entreprise. Par exemple : l accès à certains services par la mise en place d une conciergerie (garde d enfants, nettoyage de linge, service de retouches). Ces services permettent aux salariés de mieux concilier vie au travail et vie hors travail ; une aide pratique à l utilisation du droit individuel à la formation (Dif) afin d apprendre les langues étrangères, l informatique, le droit du travail, la communication en entreprise. D ores et déjà, 200 salariés ont eu accès à des formations en utilisant leur Dif. Sur le chantier du site nucléaire EPR de Flamanville (Manche) Sur ce site, de nombreuses petites entreprises sous-traitantes de la métallurgie, de la chimie, de la construction-bois, ou des services côtoient des donneurs d ordre comme EDF. Pour toutes les entreprises, y compris les petites, les questions sociales sont traitées tous les mois au sein d un comité de dialogue où siègent des représentants CFDT. Les préoccupations des salariés et des chômeurs sont prises en compte par les représentants CFDT et donnent lieu à des actions concrètes : la moitié des 427 salariés qui ont été formés étaient inscrits comme chômeurs de longue durée. De nouvelles avancées à construire ensemble Obtenir des emplois de qualité pour les temps complets et les temps partiels. Accroître le nombre de jeunes en alternance et la qualité de leur formation. Faire reculer les précarités : contrats à temps partiel imposé, CDD à répétition, recours abusifs aux stages. dialogue social Le constat 66 % des petites entreprises n ont pas d institution représentative du personnel, de délégué. Les causes sont multiples : manque de compétences ou de connaissances, manque de temps, crainte de pressions ou de sanctions de l employeur. Cela a souvent des conséquences sociales pour les salariés en termes d application et d évolution de leurs droits, mais aussi d attractivité des emplois. Pour autant, une majorité de salariés de petites entreprises (63 %) ressent le besoin d être représentée par un porte-parole 2. Les principales sources de motivation des salariés qui accepteraient d être porte-parole visent en priorité à : 58,4 % Défendre les droits des salariés 46,8 % Améliorer les conditions de travail dans l entreprise C est dire l importance du développement d un dialogue social qui implique la participation des premiers concernés : les salariés. 2. Source : enquête CFDT menée auprès de salariés de petites entreprises. SALARIÉS DES TRÈS PETITES ENTREPRISES emploi et parcours PROFESSIONNEL DIALOGUE SOCIAL SALARIÉS DES TRÈS PETITES ENTREPRISES

11 20 21 Les entreprises artisanales dépourvues de représentants du personnel Une grande majorité des salariés de l artisanat ne bénéficie pas dans l entreprise des avantages de la présence de délégués du personnel, informés et formés, et encore moins d un comité d entreprise, puisque les deux tiers d entre eux travaillent dans une entreprise artisanale de moins de dix salariés, où il n existe pas de délégués du personnel. Pourtant ceux-ci seraient bien utiles pour : informer les salariés sur leurs droits, les évolutions de salaire et les déroulements de carrière possibles ; les défendre contre les discriminations ; répondre à leurs questions sur leurs besoins en formation professionnelle pour accéder à d autres emplois ; améliorer leurs conditions de travail. Des salariés témoignent Aline / Salariée d un commerce de proximité Je travaille dans un commerce de proximité situé en Bretagne. Dans les entreprises de moins de dix salariés, nous sommes bien seuls face à des employeurs qui ont tous les droits. Il serait nécessaire qu un organisme extérieur serve de régulateur et agisse sur la qualité de vie dans nos petites entreprises. Jean-Paul / Salarié du bâtiment et militant CFDT Il faut développer des espaces de parole pour les salariés des très petites entreprises. Toutes les semaines, dans les Vosges, je suis au contact de salariés du bâtiment. Ils m expriment le besoin d avoir un espace de parole de proximité pour évoquer et traiter les questions et les problèmes qu ils ne peuvent facilement aborder dans leur entreprise (emploi, formation professionnelle, handicap, etc.). La CFDT a mis en réseau différentes compétences qui peuvent répondre à ce besoin : sur le droit du travail ; en matière sociale ; pour conseiller et aider chaque salarié à remplir un CV pour trouver un emploi ; dans leur parcours de formation professionnelle ; dans la résolution de problèmes de handicap. Cela commence à se savoir parmi les salariés des petites entreprises environnantes. Corinne / Salariée d une entreprise viticole et négociatrice CFDT Je suis salariée d une entreprise viticole qui emploie sept personnes. Au niveau du département et de la région, le dialogue social avec les employeurs de la production agricole est important. Il produit des résultats concrets pour les salariés, grâce aussi à leur mobilisation : revalorisation des salaires, du barème des vendanges ; suppression des inégalités entre hommes et femmes pour les primes de logement ; revalorisation de la prime de transport ; stage de formation pour les femmes pour la conduite des tracteurs. SALARIÉS DES TRÈS PETITES ENTREPRISES DIALOGUE SOCIAL DIALOGUE SOCIAL SALARIÉS DES TRÈS PETITES ENTREPRISES

12 22 23 Marc / Boulanger-pâtissier et négociateur CFDT Après avoir adhéré à la CFDT, je suis devenu un des négociateurs de la convention collective nationale des salariés des boulangeries-pâtisseries artisanales. Je reconnais qu il faut un peu de temps pour maîtriser la pratique du dialogue social lors des négociations. Mais je suis satisfait, car j ai appris, entre autres, à prendre la parole face aux employeurs et à formuler des revendications pour améliorer les droits des salariés de la profession. J estime indispensables ces négociations nationales pour améliorer et généraliser à tous les salariés des boulangeries-pâtisseries artisanales les droits et les avantages sociaux prévus par la loi (code du travail). Parmi les derniers accords conclus, le plus marquant est celui qui rend obligatoire une couverture santé complémentaire, dont les taux de remboursement de soins sont élevés (médecins, opticiens, dentistes, etc.), qui est prise en charge pour moitié de son coût par les employeurs. Un tel accord permet aux salariés d améliorer leur pouvoir d achat et de mieux se soigner. Ce qu a obtenu la CFDT Dans certaines professions : des conseillers de branche Dans certaines professions, comme les prestataires au service de la création ou de l événement, les salariés de très petites entreprises peuvent être accompagnés et aidés sur l application de leurs droits et des accords, par un représentant syndical spécifique appelé «conseiller de branche». C est un plus pour le dialogue social. Pour tous les salariés de l artisanat du département de la Loire : l égalité de traitement Dans une entreprise artisanale, comme dans une grande entreprise, tout salarié peut être un jour discriminé en raison de son sexe, son origine, son âge, son lieu d habitation, etc. Exemples : Gilles, carrossier, est rejeté par ses collègues en raison de son handicap. Omar, ouvrier-boucher, n est pas accepté par la clientèle. Martine, peintre en bâtiment, se voit refuser par son chef d équipe une promotion en raison de son sexe. Outre leur injustice flagrante, ces situations génèrent un climat social dégradé. De telles situations doivent faire réagir le chef d entreprise et les salariés. Le chef d une entreprise artisanale n ayant pas les moyens d une grande entreprise, en termes de ressources humaines, les partenaires sociaux de l artisanat (employeurs de l Union professionnelle artisanale et syndicats de salariés, dont la CFDT), dans la Loire, mettent à sa disposition des outils pour trouver une solution : appui opérationnel dans l entreprise : diagnostic pour identifier la réalité et y faire face ; formations adaptées au chef d entreprise et à l encadrement ; documents contractuels (contrats type, règlement intérieur, etc.) ; aides pour faciliter un recrutement ou gérer les compétences des salariés. En raison du faible effectif salarié des entreprises artisanales, les salariés victimes de discrimination ne peuvent bénéficier dans leur entreprise de représentants du personnel aptes à les aider à rechercher et trouver une solution. C est pourquoi, les partenaires sociaux ont aussi imaginé une instance de médiation externe à l entreprise et agissant en dehors de toute démarche contentieuse. Cette instance peut être saisie par le salarié discriminé ou le chef d entreprise pour trouver ensemble les voies du dialogue. SALARIÉS DES TRÈS PETITES ENTREPRISES DIALOGUE SOCIAL DIALOGUE SOCIAL SALARIÉS DES TRÈS PETITES ENTREPRISES

13 24 25 Pour les salariés de l artisanat : un dialogue social de proximité En tenant compte du contexte propre de l artisanat, la CFDT impulse depuis plusieurs années la création, sur les territoires, de lieux de proximité réunissant les partenaires sociaux (syndicats de salariés et employeurs de l artisanat). Objectif : créer, au plus près des salariés de l artisanat, un lieu de dialogue social permettant d aborder toutes les questions qui sont soulevées dans une grande entreprise : emploi, formation professionnelle, déroulement de carrière, conditions de travail, égalité professionnelle, accès à des avantages sociaux, etc. C est pourquoi la CFDT a tenu à ce que se développent dans les régions des Commissions paritaires régionales interprofessionnelles de l artisanat (CPRIA). Très peu présentes il y a encore deux ans, on en dénombre aujourd hui pas moins de 21. Ces commissions permettent à des représentants CFDT, qui connaissent bien les métiers de l artisanat, d approcher tous les sujets qui intéressent les salariés en croisant spécificités professionnelles et réalités locales. De nouvelles avancées à construire ensemble La reconnaissance de la légitimité d espaces de parole et de représentation pour les salariés des micro-entreprises. La possibilité pour chaque salarié de participer, sous la forme qu il souhaite, à l amélioration du dialogue social dans sa profession et dans son entreprise. La reconnaissance par tout le patronat de l engagement syndical. QUESTIONS JURIDIQUES Le droit du travail est un sujet de forte préoccupation pour plus de la moitié des salariés des petites entreprises (52,8 % selon notre enquête). Et pour cause! Le foisonnement de textes juridi ques, souvent complexes, conjugué à l isolement auquel les salariés doivent faire face, entraîne un risque de mauvaise application de la loi. Il est donc fondamental de repérer les règles de droit du travail qui s appliquent et savoir où les trouver. Quelle réglementation s applique? Les sources du droit du travail sont multiples, se superposent et s articulent entre elles. Voici une liste des principales normes applicables dans l entreprise. Le Code du travail Il s agit du socle minimum de droit qui s applique à tout salarié, quelle que soit son entreprise. Ce code compile l ensemble des textes législatifs ou réglementaires qui traitent des relations individuelles entre sa lariés et employeurs (contrat, durée du travail, licenciement, etc.) et des relations collectives de travail (représentation syndicale, droit de grève, etc.). À savoir : le guide Droits des salariés, édité chaque année par la CFDT, est un bon outil pour s y retrouver. SALARIÉS DES TRÈS PETITES ENTREPRISES DIALOGUE SOCIAL QUESTIONS JURIDIQUES SALARIÉS DES TRÈS PETITES ENTREPRISES

14 26 27 Conventions collectives et accords de branche Dans la plupart des secteurs d activité (appelés «branches professionnelles»), syndicats et patronat négocient des textes spécifiques, pour améliorer ou adapter le code du travail à leur type d activité. Accords d entreprise Encore plus près du salarié, certains accords sont élaborés par les partenaires sociaux au sein de l entreprise, pour adapter le droit du travail, généralement dans un sens plus favorable pour les salariés de cette entreprise. Contrat de travail Cette convention entre salarié et employeur fixe les conditions d embauche, l organisation et les conditions de réalisation du travail. Ces règles ne valent qu entre les deux parties. À savoir : un exemplaire de la convention collective applicable doit être disponible dans chaque entreprise. Sinon, pour connaître sa convention collective, un outil de recherche est disponible sur le site du ministère du Travail 1. À savoir : à défaut de représentants syndicaux pour négocier de tels accords, les salariés des petites entreprises doivent souvent se contenter du socle minimum de droits issus du code du travail et des conventions de branche. À savoir : le contrat de travail implique trois éléments : la réalisation d un travail, le versement d une rémunération et un lien de subordination entre employeur et salarié. Usage et engagement unilatéral En l absence d accord collectif, l employeur peut décider, de lui-même, d accorder un droit aux salariés, via un usage ou un engagement unilatéral. Pour supprimer ce droit, il devra respecter une certaine procédure. Règlement intérieur Les entreprises d au moins 20 salariés doivent, en principe, disposer d un règlement intérieur qui traite les questions de discipline, de santé et de sécurité des salariés. Jurisprudence C est l application du droit du travail par les juges quand ils statuent sur des litiges. L interprétation qu ils font de la loi s impose aux employeurs et aux salariés dans leurs relations. Elle s impose aussi au gouvernement quand il prend des actes réglementaires (décrets, arrêtés). À savoir : l usage est fréquent dans les petites structures, où il n existe souvent pas de représentant pour négocier des accords collectifs. À savoir : le règlement intérieur doit être affiché dans l entreprise en bonne place. À savoir : les décisions les plus importantes (rendues par la Cour de cassation et par le Conseil d État) sont consultables sur le site internet Légifrance moteur de recherche IDCC. 2. SALARIÉS DES TRÈS PETITES ENTREPRISES QUESTIONS JURIDIQUES QUESTIONS JURIDIQUES SALARIÉS DES TRÈS PETITES ENTREPRISES

15 28 29 Quel juge pour quel litige? Plusieurs juridictions peuvent être saisies par le salarié lors d un litige avec son employeur. Il importe donc de savoir quel est le juge compétent pour statuer, au risque de voir le recours rejeté. Juridiction compétente Conseil de prud hommes Tribunal des affaires de sécurité sociale Tribunal d instance Tribunal de grande instance Tribunal correctionnel Tribunal administratif TypeS de litige (exemples) Contrat de travail (rémunération, clauses, congés payés, licenciement) Accident du travail, cotisations sociales Élections professionnelles, représentativité syndicale Défense d un intérêt collectif (non-respect d un accord, grève) Délit d entrave, harcèlement Autorisation de licencier un salarié protégé (délégué syndical, femme enceinte, etc.) En cas de doute, il est fondamental de trouver les conseils adaptés, notamment auprès de la CFDT qui a un réseau d experts aptes à épauler les salariés : les défenseurs syndicaux habilités à représenter les salariés devant le conseil de prud hommes et formés par la CFDT ; les conseillers du salarié qui peuvent assister les employés menacés de licenciement dans les entreprises où il n existe pas de représentant du personnel ; les conseillers juridiques des structures CFDT de proximité (coordonnées sur le site La marche à suivre Il n existe pas de solution clés en main en matière de droit du travail, tout dépend de la situation personnelle. Ce guide propose donc une marche à suivre, pour analyser chaque problème juridique et trouver des débuts de solution. Contrat de travail : ce qui doit y figurer Les questions à se poser Mon contrat doit-il obligatoirement être écrit? Oui, pour les contrats «spéciaux» (ex : contrat à durée déterminée, à temps partiel, contrat de mission, contrat d apprentissage, etc.). Un écrit signé des deux parties est imposé par le code du travail ; il doit être rédigé en français. Pas obligatoirement pour les contrats à durée indéterminée. La loi n impose rien, ce qui veut dire qu il peut être scellé à l oral. À noter : il est toutefois fortement conseillé de demander à son employeur de formaliser la relation par un écrit, pour éviter toute contestation ultérieure. Quelles mentions trouve-t-on généralement? Rien n est imposé par le code du travail, mais le droit communautaire prévoit au minimum de mentionner : la dénomination et l adresse de l employeur, les nom et prénoms du salarié ; le début du contrat, la nature du poste, le titre/la classification ; le lieu de travail, le montant du salaire, la durée du travail ; le type de convention collective qui s applique. À noter : la période d essai doit toujours être écrite dans un contrat de travail. À défaut, il est présumé ne pas y en avoir. À quelles clauses être attentif? Certains contrats prévoient des obligations en plus, qui engagent le salarié tout au long de son contrat (ex : la clause de mobilité, la clause de confidentialité, etc.) et même après son départ (clause de non-concurrence). À noter : ces clauses doivent être justifiées et proportionnées. Elles peuvent donner lieu à des contreparties financières. Quelles clauses sont interdites? Entre autres, celles qui portent atteinte aux libertés individuelles (ex : obliger le salarié à rester célibataire et sans enfant) ; les clauses discriminatoires (ex : prévoir un salaire différent entre hommes et femmes) ; celles qui imposent au salarié à renoncer à l avance à un droit (ex : celui d aller en justice en cas de litige). SALARIÉS DES TRÈS PETITES ENTREPRISES QUESTIONS JURIDIQUES QUESTIONS JURIDIQUES SALARIÉS DES TRÈS PETITES ENTREPRISES

16 30 31 Où chercher? Dans le code du travail, articles L et suivants. Dans les conventions collectives : elles imposent souvent un écrit pour le contrat de travail, des mentions obligatoires, et peuvent prévoir des clauses spécifiques. Dans le contrat de travail : il est conseillé de le lire dans le détail avant de le signer, car les clauses spécifiques (mobilité, confidentialité, etc.) sont obligatoirement écrites. Quelles actions mener? La juridiction compétente est le conseil de prud hommes du siège de l entreprise. Le juge pourra interpréter les clauses du contrat, leur portée et, le cas échéant, les annuler. Le + CFDT En cas de doute, vous pouvez différer la signature de votre contrat de travail, le temps de le faire examiner par un conseiller juridique CFDT. Congés payés : comment ça marche? Les questions à se poser À combien de congés ai-je droit? Le droit à congés payés est ouvert dès que le salarié a cumulé dix jours de travail effectif chez le même employeur. Chaque mois de travail donne droit à deux jours et demi, soit 30 jours ouvrables (5 semaines) pour une année. À noter : certaines périodes d absence ouvrent droit à des congés payés (accident du travail et maladie professionnelle, pendant un an ; congé maternité ; congé formation ; etc.). La période, dite de référence, pour calculer les droits à congés va du 1 er juin au 31 mai (sauf accord contraire). À la fin, tous ces congés doivent, en principe, être soldés. Attention, si au 31 mai il reste des jours non pris, ce sera perdu (sauf report accepté par l employeur). Quand puis-je les prendre? Les salariés ont droit à un congé principal, d au moins 12 jours, pris en une fois, entre le 1 er mai et le 31 octobre. À noter : si ce congé principal est pris en plusieurs fois, le salarié aura droit à des congés en plus de «fractionnement» (jusqu à deux jours). Les dates de départ en congés sont fixées par l employeur, en fonction de la situation familiale et de l ancienneté du salarié. Un mois avant le départ, elles ne peuvent plus être modifiées. Où chercher? Dans le code du travail, articles L et suivants. Les conventions collectives peuvent prévoir des périodes et des conditions de prise de congés différentes. Quelles actions mener? Devant le conseil de prud hommes, pour réclamer le paiement des congés payés. Devant le tribunal correctionnel, si l employeur ne respecte pas la réglementation sur les congés payés. Le + CFDT Les représentants du personnel sont obligatoirement consultés pour les périodes et les dates de congés. Ils peuvent porter des revendications en matière de congés payés. SALARIÉS DES TRÈS PETITES ENTREPRISES QUESTIONS JURIDIQUES QUESTIONS JURIDIQUES SALARIÉS DES TRÈS PETITES ENTREPRISES

17 32 33 Salaire : suis-je correctement payé? Les questions à se poser À quoi correspond ma rémunération? Le salaire est traditionnellement exprimé en «brut». Il correspond au salaire de base, versé chaque mois (calculé en fonction du nombre d heures travaillées ou selon un forfait), auquel s ajoutent des compléments tels que les avantages en nature (ex : logement de fonction), des primes ou gratifications (13 e mois, commissions, etc.) et les heures supplémentaires. Le salaire net (ce qui est effectivement payé au salarié) correspond au salaire brut, auquel on retranche les cotisations salariales (cotisation Sécurité sociale, assurance chômage, retraite complémentaire, prévoyance, CSG 1, etc.) et la valeur des avantages en nature (s il y en a). Comment est fixé mon salaire? En principe, le salaire est fixé «librement» par l employeur et le salarié. Malgré tout, il y a des éléments à respecter : le Smic 2 est le salaire minimum en dessous duquel aucun salarié ne peut être payé pour un emploi à temps complet 3. Il est revalorisé au moins une fois par an (le 1 er janvier) ; les conventions et les accords collectifs (de branche ou d entreprise) prévoient généralement leur propre salaire minimum, selon la position du salarié dans une grille de classification. Ces salaires minimums doivent, en principe, être renégociés chaque année ; l égalité de traitement entre les salariés d une même entreprise et le principe de non-discrimination (syndicale, sexuelle, raciale, etc.). Comment vérifier que je suis payé au minimum prévu? Toutes les sommes versées n ont pas à être prises en compte pour vérifier que le salaire minimum est atteint. On ne prend que le salaire de base, les commissions, les avantages en nature, les pourboires, certaines primes. Les autres sommes sont exclues du calcul (remboursement de frais professionnels, majoration d heures supplémentaires, prime d intéressement, d ancienneté, etc.). Où chercher? Dans le code du travail, articles L et suivants. Dans la convention collective et la grille de classification. Sur le bulletin de paie. Il doit comporter plusieurs mentions obligatoires qui permettent de vérifier qu il ne manque rien : le salaire brut, le salaire net, le montant des charges patronales et salariales ; l emploi occupé et la position dans la classification conventionnelle applicable ; pour les salariés au forfait, la nature et le volume du forfait ; le nombre d heures supplémentaires et le taux appliqué à ces heures supplémentaires ; la nature et le montant des primes et accessoires de salaire soumis à cotisation ; les congés payés et l indemnité correspondante. Quelles actions mener? Devant le conseil de prud hommes, en cas de non-paiement d heures de travail ou d heures supplémentaires. À noter : le salarié n a que cinq ans pour réclamer le paiement d une somme qui lui serait due. Devant le tribunal correctionnel, en cas de non-respect du Smic ou du minimum conventionnel (l employeur risque une amende). Le + CFDT Dans les permanences d accueil CFDT de proximité, vous pouvez être conseillé sur la prise en compte de vos qualifications et de vos compétences dans votre salaire. 1. Contribution sociale généralisée 2. Salaire minimum interprofessionnel de croissance 3. Sauf jeunes travailleurs et apprentis SALARIÉS DES TRÈS PETITES ENTREPRISES QUESTIONS JURIDIQUES QUESTIONS JURIDIQUES SALARIÉS DES TRÈS PETITES ENTREPRISES

18 34 Quelle représentation du personnel dans mon entreprise? Les questions à se poser Ai-je droit à des représentants du personnel? À partir de 11 salariés : l élection d un délégué du personnel est obligatoire quand le seuil de 11 salariés est atteint pendant 12 mois (consécutifs ou non) au cours des trois dernières années. L élection doit être organisée à l initiative de l employeur, tous les quatre ans au moins. À noter : de 11 à 25 salariés, nombre de délégués = 1 DP titulaire + 1 suppléant. Moins de 11 salariés : il n y a pas d obligation d élection de représentants au sein de ces petites entreprises. En revanche, fin 2012, un scrutin spécifique sera organisé, il s agira pour ces salariés de désigner l organisation syndicale de leur choix (pour quatre ans). Des représentants, pour quoi faire? Le délégué du personnel a un rôle de porte-parole du salarié auprès de l employeur. Il récolte les réclamations individuelles et collectives sur les salaires, le droit du travail, l hygiène, la sécurité, et propose des solutions à l employeur. En cas de blocage, il peut également saisir l inspection du travail de plaintes ou d observations. Pour assurer ses missions, il dispose d un crédit d au moins dix heures par mois, payées comme des heures de travail. Il a également droit à un local et à un panneau d affichage. Puis-je me présenter comme délégué du personnel? Il suffit d être majeur, salarié de l entreprise depuis au moins un an et n avoir aucun lien familial avec le chef d entreprise. Où chercher? Dans le code du travail, articles L et suivants. Quelles actions mener? Devant le tribunal correctionnel : l employeur qui s oppose à l élection des représentants du personnel commet un délit d entrave, puni d une amende. Le + CFDT Suite à l action de la CFDT, certains accords ont baissé les seuils en dessous de 11 salariés pour l élection d un représentant du personnel. Rédaction : CFDT - Service Vie au travail et dialogue social - Service Juridique Conception et réalisation : CFDT - Service Information Communication Photos : Réa Imprimé sur papier recyclé par Napoléon Alexandre - WAGRAM EDITIONS Septembre 2012 SALARIÉS DES TRÈS PETITES ENTREPRISES QUESTIONS JURIDIQUES

19 Ce guide vous est remis par la CFDT. Pour en savoir plus, contactez-nous. Confédération française démocratique du travail 4, boulevard de la Villette Paris cedex 19 tél. : /fax : site :

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 CDD : COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LES CDD DE COURTE DUREE À partir du 1er juillet 2013, la cotisation patronale d assurance

Plus en détail

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation...

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation... Le Guide Pratique du SOCIAL chef d entreprise Délégués du Personnel Faut il faire une visite d embauche? Droit Quel contrat pour mon salarié? Entreprise La journée de solidarité, c est quand? Obligation...

Plus en détail

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013 informations sociales octobre novembre décembre 2013 Dans le cadre du mandat qu elle reçoit du FNCIP-HT, la Fédération Nationale de l Habillement informe chaque trimestre les entreprises à jour de paiement

Plus en détail

Sommaire détaillé 9 AR

Sommaire détaillé 9 AR Sommaire détaillé 1 CONTRÔLE DU TRAVAIL... 1.001 A - Ouverture d un établissement industriel et commercial... 1.101 1 - Déclaration nominative préalable à l embauche... 1.102 2 - Registre du commerce -

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU 28 FÉVRIER 2014 RELATIF AU TEMPS

Plus en détail

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 Liste des abréviations... 7 Introduction générale... 13 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 1 Les normes universelles de l OIT... 14 2 Les normes régionales européennes...

Plus en détail

SALARIÉS DES PETITES ENTREPRISES

SALARIÉS DES PETITES ENTREPRISES Confédération française démocratique du travail 4, boulevard de la Villette 75019 Paris cedex 19 tél. : 01 42 03 80 00/fax : 01 53 72 85 71 site : www.cfdt.fr SALARIÉS DES PETITES ENTREPRISES LA CFDT À

Plus en détail

Emploi des mineurs et jobs d été

Emploi des mineurs et jobs d été Les évolutions relatives au travail des enfants se sont développées avec les dispositions législatives rendant la scolarité obligatoire. Ainsi les premières lois restreignant l admission des enfants sur

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3257 Convention collective nationale IDCC : 1601. BOURSE (3 e édition. Juin 2004) ACCORD DU 8 JUILLET 2005

Plus en détail

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 Siège national UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 L'UNSA et internet Le site web www.unsa.org Le courriel unsa@unsa.org page 2 les délégués du personnel

Plus en détail

Salariés des TPE-PME : des actions, des résultats

Salariés des TPE-PME : des actions, des résultats Salariés des TPE-PME : des actions, des résultats > Ce n est pas parce qu un salarié travaille dans une petite entreprise qu il doit avoir de petits droits sociaux. Salariés des TPE-PME : des actions,

Plus en détail

Fin du contrat : quelles sont vos obligations administratives?

Fin du contrat : quelles sont vos obligations administratives? 1 sur 5 29/09/2014 09:21 Fin du contrat : quelles sont vos obligations administratives? Fiche rédigée par l équipe éditoriale de WebLex En collaboration avec Cécile Gilbert, Avocat au Barreau de l'eure,

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

AVENANT N 57 DU 7 JUILLET 2010

AVENANT N 57 DU 7 JUILLET 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3034 Convention collective nationale IDCC : 1090. SERVICES DE L AUTOMOBILE (Commerce et réparation de

Plus en détail

Cet accord est la première illustration de l application de la loi du 31 janvier 2007 de modernisation du dialogue social.

Cet accord est la première illustration de l application de la loi du 31 janvier 2007 de modernisation du dialogue social. Ministère du travail, des relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville Direction générale du travail Sous-direction des relations individuelles du travail Bureau des relations individuelles

Plus en détail

LISTE DES MOTS DU DICTIONNAIRE

LISTE DES MOTS DU DICTIONNAIRE LISTE DES MOTS DU DICTIONNAIRE Les numéros indiqués sont ceux des pages Les mots suivis d un astérisque renvoient à des définitions synonymes Une table thématique figure aux pages 13 à 20 et une table

Plus en détail

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 Programme 2 ATELIER RH PAIE 2015 MUTUELLE PREVOYANCE : NOUVEAUTES 2016 OBJECTIFS - Faire le point sur les règles en la matière - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 - Mettre en place les différents régimes

Plus en détail

ACCORD DU 18 JUIN 2010 PRÉAMBULE

ACCORD DU 18 JUIN 2010 PRÉAMBULE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3367 Convention collective nationale IDCC : 2847. PÔLE EMPLOI ACCORD DU 18 JUIN 2010 RELATIF AU TRANSFERT

Plus en détail

ATELIER DE LA PROFESSION. Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa compétitivité?

ATELIER DE LA PROFESSION. Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa compétitivité? ATELIER DE LA PROFESSION Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa compétitivité? Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa

Plus en détail

Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations

Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations 11ème Université Interprofessionnelle Mercredi 25 septembre 2013 Espace Tête d Or - Villeurbanne Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations Atelier n 1 Audit social et diagnostic

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE SOYEZ PRO ACTIF! Anticipez et transformez cette contrainte en opportunité SALON DES ENTREPRENEURS 2015 5 février 2015 LA GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE DANS

Plus en détail

Editorial Elus de CE, délégués du personnel, membres

Editorial Elus de CE, délégués du personnel, membres Sommaire Le droit à formation 1 - Droit à la formation 2 des représentants du personnel Des élus titulaires du CE................................ 2 Des membres du CHSCT............................... 2

Plus en détail

Les motifs du licenciement

Les motifs du licenciement Chapitre 1 Les motifs du licenciement Exigence d une cause réelle et sérieuse Légalité du motif Contrôle des motifs par les tribunaux Une exception : la période d essai L a décision de l employeur de rompre

Plus en détail

A Absence lors de la journée de solidarité... 3

A Absence lors de la journée de solidarité... 3 Partie 1 - L actualité 2011.... 1 A Absence lors de la journée de solidarité... 3 Absence pour maladie sans justification... 9 Absences répétées pour maladie et évolution professionnelle.... 10 Accident

Plus en détail

A - LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI (n 2013-504 du 14 Juin 2013) (Les principales mesures)

A - LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI (n 2013-504 du 14 Juin 2013) (Les principales mesures) EC CABIINET PESCE - LEBOUCHER 1. SOCIETE 2. D EXPERTISE COMPTABLE www.cabinetpesceleboucher.fr Le 25/09/2013 ACTUALITES SOCIALES 2013/2 EN BREF (quelques chiffres) valeurs inchangées : SMIC Horaire au

Plus en détail

>Contrat de travail des professeurs de danse

>Contrat de travail des professeurs de danse DROIT >Contrat de travail des professeurs de danse Juillet 2011 > DÉPARTEMENT RESSOURCES PROFESSIONNELLES 1 rue Victor-Hugo 93507 Pantin cedex T 01 41 839 839 (accueil) F 01 41 839 841 ressources@cnd.fr

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul Base de calcul En votre qualité d employeur, vous devez déclarer à l URSSAF toutes les sommes payées et tous les avantages consentis à vos salariés. Ces éléments constituent la base de calcul des cotisations

Plus en détail

Entreprises Artisanales de Boulangerie Patisserie

Entreprises Artisanales de Boulangerie Patisserie Entreprises Artisanales de Boulangerie Patisserie La CFTC s engage aux côtés des salariés de la boulangerie artisanale : chaque année, des accords sont conclus au niveau de la Convention Collective pour

Plus en détail

- 29 - TABLEAU COMPARATIF

- 29 - TABLEAU COMPARATIF - 29 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi portant modernisation du marché du travail Article 1 er I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : 1 Le premier alinéa est ainsi rédigé : «Le

Plus en détail

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti?

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? L apprenti est un salarié à part entière. À ce titre, les lois, les règlements et la convention collective de la branche professionnelle ou de l entreprise

Plus en détail

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration 1 1/ Qu est ce qu un accord de branche? Un accord de branche est un acte juridique issu d'une négociation

Plus en détail

Les obligations sociales des employeurs

Les obligations sociales des employeurs Animateur : Benoît BOUMARD Réunion information 28 Mars 2013 Les obligations sociales des employeurs Les formalités incontournables de l embauche Le formalisme des contrats particuliers Les obligations

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

LES REPONSES À VOS QUESTIONS. ZOOM Qu est-ce que la contribution au FNCIP-HT ACTUALITÉ AGENDA

LES REPONSES À VOS QUESTIONS. ZOOM Qu est-ce que la contribution au FNCIP-HT ACTUALITÉ AGENDA Le magazine des informations sociales de la Fédération Nationale de l Habillement LES REPONSES À VOS QUESTIONS Complémentaire santé : une nouvelle obligation pour les employeurs janvier février mars 2015

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 Montreuil, le 16/10/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 OBJET : Loi n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du

Plus en détail

Cotisations et points de la retraite complémentaire. n o 3

Cotisations et points de la retraite complémentaire. n o 3 Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco Cotisations et points de la retraite complémentaire Guide salariés n o 3 avril 2014 Cotisations et points de la retraite complémentaire Sommaire La retraite,

Plus en détail

Cette sur-taxation ne vise pas les CDD qui ont pour finalité les remplacements maladie, maternité, congés payés et les contrats saisonniers.

Cette sur-taxation ne vise pas les CDD qui ont pour finalité les remplacements maladie, maternité, congés payés et les contrats saisonniers. LETTRE D INFORMATION SOCIALE AOÛT 2013 La loi sur la Sécurisation de l Emploi n 2013-504 du 14 juin 2013 amène plusieurs modifications juridiques et techniques sur la gestion du personnel. Il nous semble

Plus en détail

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 FM 14/08/14 Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 Article L1153-5 L employeur prend toutes dispositions nécessaires en vue de prévenir les faits de harcèlement sexuel, d

Plus en détail

Le Bulletin de salaire

Le Bulletin de salaire Le Bulletin de salaire Mentions obligatoires : Le bulletin de salaire doit mentionner les éléments suivants : - Les coordonnés du Syndicat de copropriétaires dont dépend le salarié - Le numéro de SIRET

Plus en détail

ÉLECTIONS TPE 2012 MILITANTS, VOUS ÊTES LA CLÉ DE NOTRE POLITIQUE DE PROXIMITÉ!

ÉLECTIONS TPE 2012 MILITANTS, VOUS ÊTES LA CLÉ DE NOTRE POLITIQUE DE PROXIMITÉ! ÉLECTIONS TPE 2012 MILITANTS, VOUS ÊTES LA CLÉ DE NOTRE POLITIQUE DE PROXIMITÉ! 2 ÉLECTIONS TPE 2012 : un scrutin sur sigle aux enjeux forts Contexte et enjeux Les élections TPE sont la 3 ème étape de

Plus en détail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE SOCIAL Juillet 2008 La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Les partenaires sociaux ont signé un accord national interprofessionnel

Plus en détail

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 Les salaires minima applicables à compter du 1 er janvier 2015 CCN n 3241 En résumé : I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 L avenant n 21 sur les salaires minima

Plus en détail

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés.

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés. ACCORD NATIONAL DU 3 MARS 2006 PORTANT AVENANT A L ACCORD NATIONAL DU 28 JUILLET 1998 MODIFIE SUR L ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LA METALLURGIE, A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES INGENIEURS ET CADRES

Plus en détail

INFORMaTIONS. administratives et législatives. concernant l emploi d un assistant maternel agréé par un particulier employeur

INFORMaTIONS. administratives et législatives. concernant l emploi d un assistant maternel agréé par un particulier employeur INFORMaTIONS administratives et législatives concernant l emploi d un assistant maternel agréé par un particulier employeur Pôle sanitaire social < Ce document a été rédigé afin de vous donner une information

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) ACCORD DU 9 DÉCEMBRE

Plus en détail

La CFTC. 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services. Guide du militant. Document non contractuel

La CFTC. 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services. Guide du militant. Document non contractuel La CFTC vous soutient 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services Guide du militant Document non contractuel Militant CFTC, vous êtes amené à valoriser notre syndicat, à

Plus en détail

Questions sociales : Droit du travail

Questions sociales : Droit du travail Université Montesquieu-Bordeaux IV Institut d Etudes politiques de Bordeaux Prép ENA 2004-2005 O. PUJOLAR, Maître de conférences Questions sociales : Droit du travail Répartition des Fiches - Exposés 2004-2005

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle

Réforme de la formation professionnelle MEDEF Social mars 2015 Réforme de la formation professionnelle Compétitivité Mobilité Employabilité Edito En 2030, près de 30 % de nos métiers auront évolué. Pour relever ce défi, la formation des femmes

Plus en détail

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Boite à outils - Juridique Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations

Plus en détail

ACCORD DU 5 AVRIL 2006

ACCORD DU 5 AVRIL 2006 MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 7501. CRÉDIT AGRICOLE (4 novembre 1987) ACCORD DU 5 AVRIL 2006 RELATIF AUX MODALITÉS D APPLICATION

Plus en détail

Lettre d'information SOMMAIRE. Petit rappel des nouveautés en matière de portabilité de la prévoyance depuis le 1 er juin 2015 : I.

Lettre d'information SOMMAIRE. Petit rappel des nouveautés en matière de portabilité de la prévoyance depuis le 1 er juin 2015 : I. Lettre d'information en JUILLET droit 2015 social SOMMAIRE I LES REFORMES - Portabilité de la prévoyance : Nouvelles règles applicables depuis le 1 er juin 2015 - Le portage salarial II EN BREF - Charge

Plus en détail

droit individuel à la formation mode d emploi

droit individuel à la formation mode d emploi droit individuel à la formation mode d emploi PRÉAMBULE Individualiser les parcours de formation, permettre à chaque salarié d être acteur de son évolution professionnelle, se former tout au long de la

Plus en détail

Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales?

Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales? L EXPERT-COMPTABLE PILOTE DES MISSIONS DE CONSEIL SOCIAL : QUELS OUTILS, POUR QUELLES MISSIONS? Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales? P.1 COMMENT ACCOMPAGNER LE CHEF D ENTREPRISE

Plus en détail

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants En France, l Administration emploie plus de cinq millions de personnes, réparties dans les trois grandes fonctions publiques : la fonction publique

Plus en détail

Accord portant sur les mesures d accompagnement de la mobilité au sein de la Caisse d Epargne Loire-Centre

Accord portant sur les mesures d accompagnement de la mobilité au sein de la Caisse d Epargne Loire-Centre Accord portant sur les mesures d accompagnement de la mobilité au sein de la Caisse d Epargne Loire-Centre Entre les soussignés La Caisse d'epargne Loire-Centre dont le siège social est situé à ORLEANS,

Plus en détail

fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile

fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile (Hors assistant maternel agréé) Vous recrutez un(e) salarié(e) pour vous aider à entretenir votre domicile et repasser votre linge. Vous souhaitez

Plus en détail

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Etude ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Le contrat d apprentissage offre l opportunité à l entreprise de transmettre ses savoirs et former les générations futures tout en bénéficiant d un encadrement législatif

Plus en détail

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) AVENANT DU 24 SEPTEMBRE

Plus en détail

Sommaire détaillé (1) «Gestion pratique des rémunérations du BTP»

Sommaire détaillé (1) «Gestion pratique des rémunérations du BTP» Sommaire détaillé (1) «Gestion pratique des rémunérations du BTP» Référence Partie n 1 - Embaucher un salarié et déterminer sa rémunération Chapitre 1.1 - Mettre en place une politique salariale à l'embauche

Plus en détail

MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE

MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE Mise à jour : 02/03/15 1 CONDITIONS GENERALES POUR ETRE APPRENTI p. 2 2 - ENREGISTREMENT DU CONTRAT p. 2 3 DEFINITION DU CONTRAT D APPRENTISSAGE p. 5 4 - EXECUTION

Plus en détail

LA CFTC VOUS SOUTIENT. 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services

LA CFTC VOUS SOUTIENT. 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services LA CFTC VOUS SOUTIENT 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services La CFTC s'engage tous les jours à défendre les intérêts matériels et moraux de tous les salariés, mais

Plus en détail

MODE D EMPLOI DE L APPRENTISSAGE

MODE D EMPLOI DE L APPRENTISSAGE ÉTUDES INTERCULTURELLES DE LANGUES APPLIQUÉES Licence Pro Rédacteur Technique Master 2 Pro Industrie de la Langue et Traduction Spécialisée Master 2 Pro de Conception Documentation Multilingue et Multimédia

Plus en détail

LA RÉMUNERATION GLOBALE À EDF SA REPÈRES - EDITION 2013 -

LA RÉMUNERATION GLOBALE À EDF SA REPÈRES - EDITION 2013 - LA RÉMUNERATION GLOBALE À EDF SA REPÈRES - EDITION 2013 - Sommaire 1 - Les principes de la rémunération 2 - Les composantes de la rémunération globale 3 - Le salaire 4 - La performance individuelle 5 -

Plus en détail

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié :

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité NOR : MTSX0805954L/Bleue-1 PROJET DE LOI portant modernisation du marché du travail ------ Article 1

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

CAHIER REVENDICATIF DES PERSONNELS DU CONSEIL GENERAL DU PUY DE DÔME

CAHIER REVENDICATIF DES PERSONNELS DU CONSEIL GENERAL DU PUY DE DÔME SYNDICAT LA CGT DU PERSONNEL DÉPARTEMENTAL Clermont-Ferrand, le 16 décembre 2010 CAHIER REVENDICATIF DES PERSONNELS DU CONSEIL GENERAL DU PUY DE DÔME Validé par la Commission Exécutive du 7 décembre 2010

Plus en détail

NEWSLETTER DU SOCIAL

NEWSLETTER DU SOCIAL NEWSLETTER DU SOCIAL Les chiffres clés La Garantie Minimale de Points 2014 : Les cotisations minimales annuelles de retraite complémentaire AGIRC sont fixées à 796,08. Ces cotisations correspondent à un

Plus en détail

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B)

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B) Ministère de la santé et des solidarités Ministère délégué à la sécurité sociale, aux personnes âgées, aux personnes handicapées et à la famille Document de travail 29 mars 2006 DIRECTION DE LA SECURITE

Plus en détail

Aujourd hui, il est consultant dans les domaines de Paie, Déclarations et Ressources Humaines.

Aujourd hui, il est consultant dans les domaines de Paie, Déclarations et Ressources Humaines. Emploi Salarié Retraité Document réalisé par Albert CREPALDI, septembre 2008 Présentation : Albert CREPALDI a passé toute sa carrière depuis 1970 dans le monde du service paie et RH, au sein d une grande

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

10.B. Les obligations légales et réglementaires. 1. Gestion des documents de l entreprise. A. Les affichages obligatoires

10.B. Les obligations légales et réglementaires. 1. Gestion des documents de l entreprise. A. Les affichages obligatoires Les obligations légales et réglementaires 1. Gestion des documents de l entreprise A. Les affichages obligatoires L affichage est un élément essentiel de la communication dans l entreprise et cela peut

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS CET épargne salariale TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS Sommaire Compte épargne temps 3 Historique 4 Mise en place 6 Alimentation 8 Utilisation 10 Optimiser le CET 14 COMPTE ÉPAR- GNE TEMPS Le Compte

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045

LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045 LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045 GRANDE DIFFUSION Réf Classement 1;010;04 Montreuil, le 12/08/2015 12/08/2015 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE SOUS DIRECTION REGLEMENTATION

Plus en détail

Le CDI intermittent (CDII) Extrait du Guide Pratique Animation - décembre 2012

Le CDI intermittent (CDII) Extrait du Guide Pratique Animation - décembre 2012 Le CDI intermittent (CDII) Extrait du Guide Pratique Animation - décembre 2012 CNEA 88 rue Marcel Bourdarias CS 70014 94146 Alfortville cedex Tél. 01 41 79 59 59 courriel : cnea@cnea-syn.org adresse internet

Plus en détail

LE CONTRAT DE TRAVAIL

LE CONTRAT DE TRAVAIL LE CONTRAT DE TRAVAIL 1.).DEFINITION ET INTERET DU CONTRAT DE TRAVAIL Qu est qu un contrat de travail? Un contrat de travail est un accord par lequel une personne (le salarié) s engage à travailler pour

Plus en détail

RÉGIME de PRÉVOYANCE OBLIGATOIRE

RÉGIME de PRÉVOYANCE OBLIGATOIRE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES COMMERCES DE GROS RÉGIME de PRÉVOYANCE OBLIGATOIRE des salariés non cadres MALAKOFF MÉDÉRIC, VOTRE PARTENAIRE POUR LE RÉGIME DE PRÉVOYANCE DE VOS SALARIÉS NON CADRES*

Plus en détail

Je dois prochainement passer un entretien d embauche. On me demande de réaliser une tâche spécifi que afi n de

Je dois prochainement passer un entretien d embauche. On me demande de réaliser une tâche spécifi que afi n de Je dois prochainement passer un entretien d embauche. On me demande de réaliser une tâche spécifique afin de vérifier mes compétences. Est-ce possible? Cette mise en situation est-elle rémunérée? 1 Oui,

Plus en détail

La définition du droit du travail

La définition du droit du travail La définition du droit du travail Fiche 1 Objectifs Identifier l objet du droit du travail et les situations pour lesquelles le droit du travail doit s appliquer. Prérequis Introduction au droit. Mots-clefs

Plus en détail

AVENANT N 1 À LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES HÔTELS, CAFÉS, RESTAURANTS.

AVENANT N 1 À LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES HÔTELS, CAFÉS, RESTAURANTS. AVENANT N 1 À LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES HÔTELS, CAFÉS, RESTAURANTS. PRÉAMBULE Les organisations patronales et syndicales de salariés signataires : - Souhaitent renforcer l attractivité de

Plus en détail

BILAN SOCIAL 2012. UES Crédit Agricole S.A.

BILAN SOCIAL 2012. UES Crédit Agricole S.A. BILAN SOCIAL UES Crédit Agricole S.A. BILAN SOCIAL UES Crédit Agricole S.A. GLOSSAIRE BILAN SOCIAL Légende SOMMAIRE BILAN SOCIAL XX* Nouveauté L astérisque précise que le total porte sur un périmètre différent

Plus en détail

DE MÉTIERS ET DE L ARTISANAT DE LA HAUTE-MARNE 9, - CS 12053-52902 CHAUMONT CEDEX

DE MÉTIERS ET DE L ARTISANAT DE LA HAUTE-MARNE 9, - CS 12053-52902 CHAUMONT CEDEX L apprentissage est une forme d éducation alternée. Il a pour but de donner à des jeunes travailleurs ayant satisfait à l obligation scolaire une formation générale, théorique et pratique, en vue de l

Plus en détail

EN LIGNE. EMPLOYEUR Pôle emploi

EN LIGNE. EMPLOYEUR Pôle emploi Août 2012 GUIDE PRATIQUE Guide de SAISIE EN LIGNE de l ATTESTATION EMPLOYEUR Pôle emploi Depuis le 1 er janvier 2012 les entreprises de plus de 10 salariés doivent transmettre leur attestation employeur

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3078 Conventions collectives nationales CABINETS D AVOCATS IDCC : 1000. Personnel

Plus en détail

Bien CHOISIR un CONTRAT de travail

Bien CHOISIR un CONTRAT de travail Juin 2012 GUIDE PRATIQUE Bien CHOISIR un CONTRAT de travail 2 Introduction Vous devez développer de nouveaux marchés, faire face à une commande exceptionnelle, trouver le remplaçant de votre directeur

Plus en détail

JOURNEE DE SOLIDARITE

JOURNEE DE SOLIDARITE JOURNEE DE SOLIDARITE 15/12/2014 La loi n 2004-626 du 30 juin 2004 a introduit dans le code du travail un article L 212-16 relatif à l institution d une journée de solidarité «en vue d assurer le financement

Plus en détail

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Présentée par Gérard Cherpion, Bernard Perrut, Jean -Charles Taugourdeau

Plus en détail

La loi n 2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques

La loi n 2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques NEWSLETTER SOCIALE S E P T E M B R E 2 0 1 5 L actualité en matière sociale a été riche au cours de la période estivale avec notamment la publication le 6 août dernier de la loi pour la croissance, l activité

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

L IMPACT DE LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI SUR LES ENTREPRISES DE

L IMPACT DE LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI SUR LES ENTREPRISES DE L IMPACT DE LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI SUR LES ENTREPRISES DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE La Loi n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l'emploi a été publiée au Journal officiel

Plus en détail

Droit de grève. Qu est-ce qu une grève?

Droit de grève. Qu est-ce qu une grève? Droit de grève Qu est-ce qu une grève? La grève est un droit fondamental reconnu à tous les salariés (cadres, ouvriers, employés, précaires, apprentis etc.) par la Constitution française. A ce titre, elle

Plus en détail

Les classifications professionnelles ont été révisées à compter du 1 er avril 2007

Les classifications professionnelles ont été révisées à compter du 1 er avril 2007 Les classifications professionnelles ont été révisées à compter du 1 er avril 2007 Après de longues négociations avec les syndicats de salariés, les classifications professionnelles ont été révisées afin

Plus en détail

FICHE OBLIGATIONS LEGALES

FICHE OBLIGATIONS LEGALES FICHE OBLIGATIONS LEGALES L article 99 de la loi n 2010-1330 du 9 novembre 2 010 portant réforme des retraites a instauré, à compter du 1 er janvier 2012, pour les entreprises dont l effectif est au moins

Plus en détail

ACCORD DU 15 DÉCEMBRE 2011

ACCORD DU 15 DÉCEMBRE 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3364 Convention collective nationale RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS IDCC : 2796.

Plus en détail

AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011

AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3161 Convention collective nationale IDCC : 2120. BANQUE AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011 À L ACCORD DU 10 JUIN 2011 RELATIF

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3175 Convention collective nationale IDCC : 1909. ORGANISMES DE TOURISME

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord professionnel

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord professionnel MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel SOCIÉTÉS D ASSURANCES ACCORD DU 13 MAI 2013 RELATIF À LA MIXITÉ ET

Plus en détail