Schéma d un entretien santé-travail infirmier. ou «consultation santé-travail infirmière».

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Schéma d un entretien santé-travail infirmier. ou «consultation santé-travail infirmière»."

Transcription

1 1 Schéma d un entretien santé-travail infirmier ou «consultation santé-travail infirmière». Sous la responsabilité et en coopération avec le médecin référent du secteur. Fabienne Bardot. Septembre Nous partons du principe que l infirmière travaille sur délégation du médecin du travail. Donc, sous sa responsabilité, en assistance et en coopération. Ce travail sur délégation devra être clairement spécifié. Le dossier médical du salarié sera instruit et alimenté par le médecin du travail et par l infirmière du travail selon les modalités définies par la HAS : «le DMST est tenu par le médecin du travail. Il peut être alimenté et consulté par les personnels infirmiers du travail, collaborateurs du médecin du travail, sous la responsabilité est avec l accord du médecin du travail, dans le respect du secret professionnel et dans la limite de ce qui est strictement nécessaire à l exercice de leur mission» 1. En cas de refus du médecin de confier l entrée dans le DMST à l infirmière, il est possible de faire des Entretiens Santé Travail Infirmiers ESTI et de les transcrire sur un document à part (feuille libre par exemple). Il faudra alors définir avec le médecin le statut de ce rapport infirmier. Soit il sera intégré au dossier médical et le médecin l identifiera comme tel en précisant qu il a été fait sur délégation de sa part, soit il sera mis dans un dossier infirmier dont le statut sera défini par le médecin. Il s agit ici du dossier médical papier. Dans tous les cas, pour chaque intervention, le nom et la qualité du professionnel seront clairement écrits en préambule à toute observation clinique. 1 HAS : «synthèse des recommandations professionnelles. Le dossier médical en santé au travail (DMST). Janvier 2009.

2 2 Il est prévu que ce dossier médical soit le plus possible complètement renseigné afin de disposer des informations ad hoc le jour où un accident de santé nécessitera de retrouver des repères historiques à la recherche d éventuels facteurs professionnels de causalité (voir les recommandations de la HAS sur un nouveau modèle de dossier médical en santé au travail DMST). Données administratives personnelles. Dans le cas de la création du dossier, toutes ces données devraient être enregistrées. Si un dossier existe déjà, il sera complété ou modifié selon les évolutions des données de situations personnelles ou de travail du salarié. Nom (marital et nom de jeune fille pour les femmes ), prénom. Date de naissance. Lieu de naissance.nationalité. Adresse personnelle. Données administratives du dossier papier. En plus du signalement des différentes entreprises ayant employé le salarié, dans l objectif de la construction d une histoire professionnelle, toujours penser à mettre la date d embauche dans l entreprise et la date de sortie de la précédente. Noter le chômage, l intérim et, éventuellement, les petits boulots. Il n est pas interdit de noter aussi, au crayon de papier, le numéro de téléphone du salarié, évidemment, toujours avec son accord. Il faut parfois l appeler pour des problèmes qu on ne connaît jamais à l avance : c est à voir avec le médecin. Antécédents familiaux : Parents : pathologies lourdes à signaler, âge de décès éventuel et cause. Fratrie : idem.

3 3 Ces renseignements présentent un intérêt pour l éventualité de l existence de maladies héréditaires ou de terrains familiaux qui peuvent avoir des liens avec les effets de certaines expositions ( un asthme familial par exemple ). Enfants : nombre, années de naissance, pathologies lourdes éventuelles. Ces renseignements n ont d intérêt que pour nouer un contact de confiance, de prise en compte globale du déroulement d une vie d une personne que l on suivra plusieurs années. La connaissance de l existence d un enfant lourdement handicapé, de parents à charge, par exemple, peut aider à comprendre ce qui peut résonner dans le déroulement du travail ou déteindre sur sa réalisation. Ces charges incombant le plus souvent aux femmes, elles peuvent expliquer certaines mises en difficulté professionnelles (changement d horaire par exemple). Porter une attention toute particulière aux leucémies de l enfant qui peuvent être en relation avec une exposition professionnelle de la mère ( classement CIRC groupe 1 des expositions de la mère, comme peintre, pour les leucémies de l enfant) Antécédents personnels médicaux et chirurgicaux déclaratifs ( datés si possible ). Lorsqu un salarié apporte des résultats d examens ( radiographie, IRM, scanner, etc ), faire la copie du compte-rendu pour le mettre dans le dossier de médecine du travail. Même chose pour des CR opératoires. Niveau de formation : Noter les diplômes et si possible les dates d obtention. Pour les jeunes (apprentis ou éventuellement lors du premier emploi), dans la perspective d avoir des données en cas de nécessité d une réorientation au cours de la future carrière professionnelle, noter les redoublements de classes en primaire et collège ( surtout pour les jeunes en formation alternante ). Un jeune dit souvent des choses intéressantes sur l image qu il a de lui à cette occasion (ou il exprime des arguments défensifs tout aussi intéressants).

4 4 Noter l année du dernier diplôme obtenu. Âge au premier emploi. Compléter éventuellement par quelques repères du parcours professionnel (par exemple pour un salarié ayant travaillé dans un autre département ou ayant eu plusieurs employeurs sans suivi en médecine du travail). Numéro de Sécurité Sociale. Noter ce numéro uniquement sur le dossier papier. Jamais en informatique (interdiction CNIL). Il est très utile dès que le médecin du travail devra prendre contact avec le médecin conseil. Vaccination avec dates. Nom du ou des médecins traitants. Biométrie. Poids, taille, vision, champ visuel (en fonction de la profession), examen urinaire.. Clinique du travail. Avant l interrogatoire sur le travail actuel, en cas de première consultation, interroger sur les motifs du changement d entreprise, ou sur les différents motifs de changements si cela s est répété. On trouve toujours des raisons qu il est intéressant de noter dans le dossier médical. L investigation de toutes les questions concernant le travail, ou plutôt, l activité, peut commencer. Et, comme l écrit Philippe Davezies, «le modèle, sur ce point, pourrait

5 5 être celui de l investigation policière l enquêteur instruit l affaire (du travail) en parlant avec les acteurs» 2. En principe, il faut toujours aller du général au particulier. Il faut d abord commencer par situer l entreprise. Il s agit d un établissement que fait quoi? Secteur de la santé, du commerce, de l artisanat, de la métallurgie, du bâtiment? Savoir cela donne déjà une orientation aux questions que l on va poser. Poste de travail (son intitulé et son PCS ), nature du contrat, horaires prescrits et horaires réels de travail, congés hebdomadaires (pour les apprentis, demander s ils reviennent au travail la semaine des cours et si oui, comment cela est-il compensé en repos ), description de la tâche («qu est-ce qu on vous demande de faire?»), description du travail réellement fait («vous vous y prenez comment pour faire ce qu on vous demande, par exemple, pour votre mise en rayon?»). Il faut essayer de voir travailler la personne au travers de sa description. On peut s appuyer sur un fil déroulant tel que : - que faites-vous exactement? - comment vous y prenez-vous? - avec quoi travaillez-vous? - seul ou avec qui? - où? - à quel rythme? Questionner sur les pauses, sur les durées de coupure accordées pour les repas. Question sur la manipulation de produits, l existence de poussières et fumées, les manutentions, la qualité des outils, etc : recherche des nuisances. Questions sur la satisfaction, les difficultés, les pénibilités, le rythme, les gênes ; «qu est-ce qui vous est le plus pénible, ou le plus désagréable à faire, ou le plus coûteux, pour vous, dans votre travail habituel». Cette question oblige le salarié à 2 Philippe Davezies : «La prévention entre débat social et souffrance individuelle»

6 6 faire un panorama mental de ce qu il fait, à faire un tri et à désigner quelque chose qu il ne s était peut-être jamais formulé clairement à lui-même. Questions sur la qualité des rapports sociaux : rapports avec les collègues, la hiérarchie, les clients, etc Lors d un entretien dans le cadre d une embauche, questionner sur la qualité de l accueil le jour de l arrivée. Si des conflits sont décrits, demander depuis quand et à la suite de quel événement dans le travail ils sont apparus. Important : il faut toujours ramener les plaintes aux rapports avec le travail (évidemment, en dehors de soucis personnels verbalisés), au «faire». Ne jamais se laisser emmener sur des descriptions psychologiques des autres, collègues ou hiérarchiques. Mettre le doigt sur cette sorte de difficulté sera une raison de passer le dossier en staff hebdomadaire. De toute façon : toujours en référer au médecin lorsqu on «dépiste» des plaintes, des souffrances,des anomalies. En résumé, pour ne pas faire d oublis, essayer de suivre le chemin suivant : -Dans une première approche, aborder le travail comme une réalité extérieure au sujet. -Dans un deuxième temps, essayer «d attraper» et d analyser ce qu implique d un point de vue subjectif le fait de travailler. Il s agit d avoir le point de vue du salarié sur ce qu il fait. En gros, il s agit de la réponse à la question «qu est-ce que ça vous fait ce que vous faites ou ce que vous ne pouvez pas faire?». De toute façon, c est la répétitivité et la variabilité qui va aider à avoir dans la tête une trame de questions qui arriveront sans qu on ait trop à les penser avant de les poser. C est ce qu on appelle l incorporation ou la perception sensible et que tout travailleur met en place pour faire son travail avec le plus d aisance possible Qu il soit ouvrier, médecin ou infirmière

7 7 Questions médicales. - Biométrie en général. Comparaisons, évolutions. - Examens complémentaires faits au cabinet médical ciblés en fonction du travail ou d éléments médicaux justifiant leur nécessité. Toute cette partie doit être exécutée sur «protocoles». - Interrogatoire sur les événements de santé survenus depuis de dernier entretien et la date de leur survenue. Noter les arrêts de travail et leur durée approximative. - Interroger sur la consommation de tabac (quantité, depuis quand, arrêts éventuels, moment de la première cigarette, etc ). Cela permet de faire certains avec la santé mais aussi le travail. Par exemple, certains chauffeurs PL disent que la cigarette les aide à rester éveillés. - Interrogatoire sur les symptômes actuels ( douleurs, gêne pour, sommeil, digestif, humeur, etc ). Noter les traitements en cours. Noter le désir d enfant dans les 2 sexes Pour les femmes, interroger discrètement sur le suivi gynéco, la contraception. Un souhait de grossesse doit faire porter attention aux conditions de travail qui pourraient avoir un effet sur son déroulement ( station debout statique, port de charges, vibrations, toxiques chimiques, etc ). Noter la pression artérielle. - S il y a une exposition professionnelle liée à un risque réglementé, donner la prescription de surveillance signée du médecin et en accord avec lui (examen sanguin, radiographie pulmonaire ). Cette pratique doit être définie très précisément avec le médecin responsable. Nécessité de protocoles. - L examen corporel. Cette question peut faire débat. L infirmière peut-elle ou doit-elle faire déshabiller le salarié? Travailler c est toujours engager son corps dans l activité. Quelque chose du travail s y imprime ; la preuve la plus spectaculaire et explicite en étant représentée par les

8 8 accidents du travail ou les maladies professionnelles. Aussi, faire un entretien santétravail infirmier sans signifier cette incorporation en y portant un regard attentif, mais toujours ciblé, serait probablement, symboliquement, une négation de cet engagement corporel. L infirmière peut, dans certains cas qu elle apprécie elle-même, proposer cet examen, le salarié conservant la liberté de refuser. Dans ce cas, elle pourra regarder la peau, les dents, les genoux, les mobilités articulaires, etc.).toute approche sera à définir avec chaque médecin. Le déshabillage pourra n être que partiel ou, parfois, ne sera pas nécessaire. En effet, l infirmière ne fait pas de diagnostic médical. L infirmière prendra la pression artérielle dans tous les cas. Même si cet acte réalisé systématiquement ne présente pas un intérêt médical majeur la plupart du temps sauf situation particulière, il est ce qui fait le lien entre l intérieur et l extérieur de ce corps engagé dans l action du «travailler» par la médiation d un objet technique un peu mythique. - Remettre une attestation de suivi infirmier pour l employeur et une pour le salarié. Une troisième reste dans le dossier médical. La forme et le titre peuvent être variable. Un exemple d appellation «Santé au travail-suivi individuel-prévention des risques professionnels». Ces modalités ne sont pas encore déterminées réglementairement ; actuellement, il faut sans doute définir cela avec le médecin responsable et le SST. Sur cette fiche, l infirmière note les expositions et nuisances qu elle aura relevées (réglementaires et autres) et peut y faire apparaître des conseils de prévention. Elle n émet jamais de restrictions. L ESTI est une prescription du médecin. Il s agit d un acte délégué, protocolisé et encadré par des protocoles pour des situations particulières ; il s agit d un acte délégué «agit», organisé dans le cadre du rôle propre infirmier. Dans l ESTI, l infirmière apprend à intégrer son rôle propre qu elle aura travaillé à partir des données théoriques apprises au cours de sa formation diplômante au métier et qui s appuie sur les 10 compétences. C est ce rôle propre infirmier en santé

9 9 travail qui va différencier l approche médicale de l approche infirmière et qui va permettre au médecin de faire un travail en coopération pour circonscrire autrement le suivi santé-travail d une population active attribuée. - En plus de tout ce travail «de routine», possibilité de participer à des enquêtes collectives style «observatoires» par le biais de questionnaires. Dans tous ces cas, le médecin encadre en formant et en donnant les informations et instructions nécessaires pour suivre le protocole. Là aussi, il s agit d un travail délégué. Le traitement des dossiers médicaux. Il faut avoir comme objectif de constituer un dossier médical qui permette une reprise diachronique des relations santé-travail du salarié. Cette perspective historique est importante lorsqu il nous est demandé de monter un dossier de surveillance post-professionnelle, ou de faire un certificat de déclaration de maladie professionnelle pour un salarié en retraite, ou sorti d emploi, ou à sa demande, ou à celle de ses ayants droits s il est décédé. Une carrière décrite au travers d un dossier médical, en quelque sorte. Cela signifie qu il faut, toujours avec l accord de l intéressé, essayer de récupérer l ancien, ou les anciens dossiers de médecine du travail qui peuvent être disséminés sur plusieurs départements ou services autonomes. C est parfois un travail un peu long mais qui ne doit pas être rejeté. Remarque. Il n est plus acceptable de se contenter d une simple fiche de liaison ou d un résumé succinct du dossier. Si on ne reçoit que ces raccourcis, il faut s appuyer sur le décret de 2002 pour exiger le dossier. Le modèle suivant est très efficace : «Cher Confrère, Chère Consoeur, En application du décret n du 29 avril 2002, je me permets de vous redemander la transmission de la copie du dossier de Monsieur C (décret précisant l'accès aux informations personnelles détenues par les professionnels de santé) et non une simple fiche spéciale ou un résumé de dossier.

10 10 Si je me permets d'insister, c'est que l'intéressé y tient et que cela est maintenant son droit. En restant à votre disposition, je vous prie de croire, cher confrère, chère consœur, à l'expression de mes salutations les meilleures.» Ce courrier doit être signé par le médecin. L orientation vers le médecin du travail. Evidemment et avant tout lorsque le salarié le demande. Dans tous les cas où un problème de travail ou de santé est soulevé, le médecin responsable doit en être informé. a) Dossier sans problème. L infirmière ne relève aucun problème de travail, ni de santé. Elle détermine ellemême l échéance du prochain entretien, un an ou deux ans, selon la nature de expositions et selon les directives du médecin qui peut avoir des pratiques qui lui sont propres. Elle note, pour la secrétaire, sur la fiche intégrée au dossier, la qualité du praticien que recevra ce salarié à la prochaine convocation : l infirmière ou le médecin. b) Il existe un problème qui n est pas urgent. L infirmière pense alors que la prochaine consultation sera pour le médecin. Elle le note sur la fiche intégrée au dossier afin que la secrétaire planifie cette caractéristique. En toute logique, l échéance est alors d une année. Par exemple, un salarié travaillant dans la logistique, faisant des manutentions manuelles répétées, présente depuis peu des douleurs au niveau d une épaule. Il ne souhaite pas rencontrer le médecin du travail pour l instant. Mais en plus, elle l informe de son droit à rencontrer le médecin du travail à tout moment, avant la prochaine consultation systématique. Le dossier est présenté en staff hebdomadaire. Le passage en staff est noté dans le dossier. c) Il existe un problème : l expertise du médecin est nécessaire.

11 11 C est le cas le plus délicat. En effet, signaler que le salarié devra être revu à brève échéance peut avoir un effet de stigmatisation dans l entreprise. L infirmière peut alors tenir la fiche de visite en attente et prévenir qu elle sera envoyée par courrier à l employeur et au salarié. Il faut alors trouver des astuces pour que le médecin le revoie sans mettre en danger sa situation dans l entreprise. Le dossier est présenté en staff et la meilleure modalité de «reconvocation» est discutée avec le médecin. Le passage en staff est noté dans le dossier. d) Une prise en charge thérapeutique apparaît nécessaire. L infirmière peut faire un courrier infirmier au médecin traitant. Le support de ce document est validé par le collectif de médecins qui travaille avec des infirmières. Il s agit aussi, en fait, d un protocole (modèle de la lettre, directives sur son contenu). La copie du document est intégrée au dossier du salarié. Le dossier est «staffé» et la lettre est visée par le médecin, ce qui atteste bien qu il en a pris connaissance (double précaution). Par exemple, une hypertension artérielle supérieure à (protocole), une glycosurie importante, etc Nécessité de protocoles pour tous ces cas. Ils seront à faire par l équipe médicalisée (médecin-infirmiers), au fur et à mesure des situations concrètes qui se présenteront. Ils devraient aussi être validés par une équipe de plusieurs collectifs «médecinsinfirmiers». Le dossier ayant fait l objet d une orientation vers le médecin généraliste et donc présenté en staff hebdomadaire. Le passage en staff est noté dans le dossier. e) L urgence. Protocole obligatoire. L infirmière fait appel à un médecin présent sur le site. S il n y en a pas, elle appelle le SAMU.

12 12 Le dossier est présenté en staff hebdomadaire. Le passage en staff est noté dans le dossier. f) Les autres dossiers traités en staff. - Les résultats de examens complémentaires sont présentés au médecin qui les paraphe. - Le salarié a une plainte ou décrit un symptôme qui pourrait être d origine professionnelle, ou il signale tout autre signe d alerte. - Anomalie à un examen complémentaire de routine ou provoqué par une exposition professionnelle. - Une exposition professionnelle justifiant des examens complémentaires particuliers est repérée. - La répétition de signalement de problème dans une même entreprise nécessite une reprise en main par le médecin dans l objectif d une intervention ciblée dans l entreprise. Dans tous les cas, le dossier est présenté en staff hebdomadaire. Le passage en staff est noté dans le dossier. La visite des lieux de travail. L infirmière aura accès aux lieux de travail afin qu elle puisse avoir une représentation réelle des situations de travail qui lui seront décrites. Elle ne fera pas de fiches d entreprises. Elle pourra faire un rapport à l intention du médecin si elle l estime nécessaire ou si le médecin le demande. Au médecin ensuite de donner ses propres directives pour les modalités de rédactions des fiches d entreprises. En délibération avec le médecin, elle pourra proposer l intervention des IPRP si elle estime que des mesures ou des analyses expertes des risques ( métrologie, bilan du risque chimique, ergonomie, etc ) vont enrichir l argumentaire préventif qui sera apporté à l employeur.

13 13 Les échanges médecin-infirmières. En dehors des «staffs» périodiques (hebdomadaires est un bon rythme) qui ont pour fonction de faire le point sur les problèmes rencontrés ou pour faire le point sur certaines entreprises, l infirmière fait des synthèses de son activité en donnant son point de vue professionnel sur les entreprises pour qui elle sera intervenue. Dans une telle organisation il faut penser à la création de «groupes de pratiques d une clinique infirmière en médecine du travail» afin que des règles de métier collectivement travaillées puissent s enrichir au fil du temps et s articulent harmonieusement avec l activité des médecins du travail. En particulier, il faut raccorder tout ce travail d investigation au rôle propre infirmier. C est ce qui représentera la spécificité d une clinique infirmière en médecine et santé au travail.

14 14 Exemples Premier exemple. Il s agit d une TPE qui emploie 6 personnes et qui vient de déménager dans des bâtiments plus grands et pratiquement neufs situés à une vingtaine de kilomètres de son emplacement précédent. Le médecin du travail du secteur voit donc ces six personnes pour la première fois. Il ne s agit pas de consultations d embauche, il dispose d un dossier médical, mais pour chacun d entre eux, il le reprend et le complète. Cette petite entreprise fabrique, monte et installe les stands pour les exposants de grands salons d exposition. Monsieur P est «préparateur-monteur». Il est âgé de 44 ans, divorcé et père de deux enfants, le dernier étant âgé de cinq ans. Il n a pas la garde des enfants mais est resté habiter à proximité. Il les voit régulièrement. Mr P travaille depuis six ans dans l entreprise. Le travail. Approche par l extérieur=approche par les risques. 1) Que faites-vous? Mr P fabrique les stands des clients-exposants qui vont participer à un salon. La préparation se fait dans l atelier. La structure du stand d exposition est en aluminium. Il peut être amené à faire de la découpe, mais peu, car les barres sont en principe commandées sur mesure, par le bureau des méthodes, au fournisseur. Il fait donc le montage de la structure par vissage. Il ne fait pas de soudure ( exposition aux fumées, aux rayonnements non ionisants ). Il dit qu il y a peu de poussière de métal. En revanche, lorsqu il fabrique des estrades qui sont en bois, malgré l existence de

15 15 dispositifs d aspiration qui équipent les machines ( risque bruit du aux machines ), il se dit un peu exposé aux poussières de bois ( risque cancérogène à évaluer ). Il fait aussi de la peinture au pinceau ou au rouleau pour les finitions ( risque chimique à évaluer ). Mais rien n est durable, le travail est très varié. Lorsque la préparation du stand est terminée, il part faire le montage sur le lieu du salon. 2) Comment vous y prenez-vous? Une fois que les pièces du stand sont prêtes à être assemblées, elles sont chargées, à la main, dans le camion ( risque «manutentions manuelles» ). À l arrivée, le camion est déchargé à la main ( manutentions manuelles ) et le montage peut commencer. 3) Avec quoi travaillez-vous? Le transport se fait avec un camion fourgon Mercedes. Mr P possède son permis B (camion avec remorque ). Il est donc amené à conduire plus fréquemment que ses collègues. 4) Où? Mr P se rend sur le site du salon qui se déroule en général dans de grandes villes Lyon et Paris le plus fréquemment ( risque routier ). Il peut partir très tôt, vers 4 H du matin ou rouler de nuit ( travail de nuit ). 5) Avec qui? Les déplacements se font souvent à deux ce qui permet de se relayer pour la conduite de nuit. Il arrive en effet que le départ du chantier se fasse après une journée de travail. L un conduit, l autre dort. Mais le plus souvent, il dit qu il est seul. 6) À quel rythme? L activité est irrégulièrement répartie sur l année. Il s agit d un travail plutôt saisonnier. Pour cette raison, le temps de travail est annualisé. Les deux périodes d activité soutenues se déroulent de mi-janvier à avril-mai puis de septembre à fin novembre. Ce sont les saisons des grands salons. Dans ces périodes, Mr P ne compte plus ses heures ( travail sous contrainte de temps ), il peut partir très tôt

16 16 le matin et terminer le montage d un chantier vers minuit. Mais il est autonome dans son organisation. Un chantier demande à peu près une semaine de préparation à l atelier et deux à quatre jours de montage. Dans le cas de très gros chantiers, il peut arriver qu il faille revenir à l atelier pour poursuivre la fabrique du stand. 7) Comment êtes-vous hébergé? À l hôtel, dans une catégorie d hébergement de qualité moyenne, la réservation étant faite par la secrétaire de l entreprise. La fréquentation des restaurants est obligatoire dans les déplacements. Approche par le vécu du salarié : par l intérieur. Approche médicale. 1) Qu est-ce qui est le plus pénible pour vous? «La route..!, parce que les véhicules ne sont pas confortables ; les manutentions ; monter et descendre des escabeaux, c est surtout ça le plus dur pour moi! Et il y a des jours où on est moins bien que d autres!». Le médecin demande s il lui arrive de quitter le chantier, après une journée de montage, pour rentrer chez lui ou revenir à l atelier. Il dit que cela arrive «mais on essaie d être responsable quand même! On est à deux dans ce cas-là». 2) Qu est-ce qui vous convient bien dans ce travail? Le rythme intense de travail durant les périodes des salons ouvre des droits à la récupération de journées sous forme de congés, ce qui convient à Mr P. Il dit aussi qu il «a besoin de gérer, de bouger, de s assumer», et cela, il le retrouve dans son activité. Il ajoute qu il a toujours fait des déplacements. D ailleurs, avant son embauche, il avait trouvé un travail sédentaire, mais il a vite démissionné car il ne supportait pas l enfermement, la sédentarité. Il s agit visiblement d un choix et il se sent bien dans ce mode d organisation de sa vie de travail. Le médecin lui demande si ce rythme de vie n a pas été un facteur déclenchant dans l éclatement de son couple. Il dit que non, «pas vraiment, mais c est sûr, ça n a pas arrangé les choses!».

17 17 3) Avez-vous déjà eu des accidents de la route, des accrochages? Aucun, ni l un ni l autre, «à part un rétroviseur, mais ça, c est rien!». Pour les salariés qui font beaucoup de déplacements professionnels, ce renseignement est un bon indicateur d une bonne maîtrise de leur activité, en terme de marges de manœuvre et de contrôle possible de leur état de fatigue et de vigilance surtout la question sur les accrochages. 4) Dormez-vous suffisamment? Mr P dit que cinq heures de sommeil lui suffisent, qu il n a jamais dormi plus. Il semble donc bien adapté au rythme qu il décrit. Il ne ressent aucune fatigue anormale. 5) Pour combien d employeurs avez-vous déjà travaillé? Il compte rapidement et annonce une dizaine d employeurs. Chez le premier, qui était une entreprise de traitement de surface, il est resté 17 ans. «J y serais toujours si celui qui a racheté avait su gérer et n avait pas fait faillite rapidement». L entreprise fabriquait des cabines de peinture et il les montait et les installait. Il a eu quelques périodes de chômage, mais très courtes. Cette question renseigne sur l empreinte possible d un parcours de précarité, sur les possibilités d adaptation de Mr P, sur sa ténacité. La santé. 1) Avez-vous été arrêté depuis la dernière consultation? Mr P n a eu aucun arrêt de travail depuis sa dernière consultation qui date de trois années. Il dit seulement avoir souffert de rhumes et d une sinusite. Aucun accident de travail n est signalé. 2) Avez-vous des problèmes de santé actuellement? Il a apporté le compte-rendu d une radiographie récente de la hanche droite qui a été faite pour un «bilan de douleurs persistantes, non traumatiques, de la hanche droite». Le radiologue note «une bascule pelvienne droite de 10 mm et une coxarthrose droite». Mr P porte depuis longtemps déjà une talonnette. Il explique

18 18 que cette hanche le fait souffrir surtout en fin de journée et que ce qui déclenche la plus forte douleur est la durée de conduite trop longue. Le médecin lui demande s il pense qu il va tenir longtemps dans ce travail avec ces douleurs qui le rappellent sans cesse à l ordre. Il dit que «pour l instant ça va. Un jour il faudra penser à faire autre chose!. Mais là, avec les médicaments, ça se calme». 3) Avez-vous des douleurs? En dehors des coxalgies, il ne signale aucun autre symptôme douloureux. Dans son métier, on pense aux TMS et aux lombalgies. 4) Prenez-vous régulièrement des médicaments? En plus des anti-inflammatoires pour sa hanche, il est traité pour une hypercholestérolémie qui est maintenant chimiquement stabilisée. Il dit qu il a modifié son hygiène alimentaire depuis qu il a appris cette anomalie biologique. Il a diminué les graisses animales. Aucun contrôle sous arrêt thérapeutique n a été fait. Un bilan cardiaque de sécurité est revenu normal et il n a jamais fumé. Il est régulièrement suivi par son médecin traitant. Conclusion. Du fait du problème de la hanche, le médecin demande à ce que Mr P soit revu dans un an. Un audiogramme est programmé car le dernier qui est retrouvé dans le dossier date de 9 ans. Il montre des lésions caractéristiques d une exposition aux bruits. Il s agit de constater l évolution de la pathologie sur 10 années. Le médecin projette d aller voir les postes de travail de l atelier et de faire intervenir les IPRP si cela lui paraît nécessaire. Une infirmière aurait pu faire cette consultation selon le même déroulé. Elle aurait sans doute prévu que Mr P soit vu par le médecin du travail au moment où

19 19 l évolution de la pathologie de la hanche lui aurait fait penser que le maintien dans cet emploi était compromis.

20 20 Deuxième exemple. Il s agit de la deuxième consultation de médecine du travail de Monsieur T. Il a 22 ans. Son dossier médical a été ouvert dans le SST. Avant de commencer l interrogatoire, on reprend un peu son histoire professionnelle à partir d éléments déjà écrits dans le dossier, afin de replacer le cadre de son activité actuelle dans son histoire personnelle. On note donc que Mr T a obtenu son BTS en Son entrée dans la vie active a commencé en septembre de la même année par des missions d intérim. Trois mois plus tard, en décembre, il est embauché, en CNE, par l entreprise qui l emploie encore aujourd hui. Il est ajusteur. Comme le prescrivait les CNE, sa consultation d embauche a eu lieu avant la prise de poste. Il est revu un an plus tard. Il est maintenant en CDI. Le travail. Approche par l extérieur : approche par les risques. 1) Que faites-vous? Mr T est toujours ajusteur. Il fabrique des moules pour l industrie automobile ou l industrie aéronautique, fait du montage d ensembles pour des chaînes de montage, fait les finitions par des opérations de ponçage, de polissage ( risque d exposition à des poussières ), Il travaille le métal, beaucoup l aluminium, et le plastique. Il s agit d un travail très varié, à l unité. 2) Comment vous y prenez-vous? Mr T peut utiliser toutes les machines, sauf les commandes numériques, Il est debout à 90% de son temps. Pour quelques travaux minutieux de finition, il peut s asseoir. Il est alors installé à son établi. 3) Avec quoi travaillez-vous? Il utilise beaucoup des fraiseuses et des outils pneumatiques ( risque bruit ) pour faire le polissage en particulier. Il fait aussi du ponçage au papier de verre.

Retour d expérience du Service de Santé au Travail du BTP de Haute- Savoie ayant mis en place l entretien infirmier

Retour d expérience du Service de Santé au Travail du BTP de Haute- Savoie ayant mis en place l entretien infirmier Retour d expérience du Service de Santé au Travail du BTP de Haute- Savoie ayant mis en place l entretien infirmier SMTDS 22/06/12 Dr B. CHANUT ASMTBTP74 1 CONTEXTE Expérience collective en cours à l ASMTBTP74

Plus en détail

Journée Régionale d accueil des nouveaux entrants Jeudi 8 Janvier 2015

Journée Régionale d accueil des nouveaux entrants Jeudi 8 Janvier 2015 Journée Régionale d accueil des nouveaux entrants Jeudi 8 Janvier 2015 1 La Médecine de Prévention dans la fonction publique 2 TEXTES REGLEMENTAIRES Décret 2000-610 du 28/06/2000 modifie D 86442 du 14/03/1986

Plus en détail

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE du médecin libéral Patrice MARIE, c est l ensemble des documents concernant la santé d un patient donné que le médecin garde, en temps que médecin traitant. La loi, promulguée le 4 mars 2002, réaffirme

Plus en détail

Exonération des primes d assurance-vie. Déclaration du salarié

Exonération des primes d assurance-vie. Déclaration du salarié Exonération des primes d assurance-vie Déclaration du salarié Déclaration du salarié Garantie d exonération des primes d assurance-vie collective Le présent guide contient les formulaires à remplir pour

Plus en détail

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Profil démographique 1 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4 Groupe d âge 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Sexe Niveau de scolarité Homme 48,0 40,5 47,8 52,3

Plus en détail

Exonération des primes d assurance-vie. Guide du salarié

Exonération des primes d assurance-vie. Guide du salarié Exonération des primes d assurance-vie Guide du salarié Garantie d exonération des primes d assurance-vie collective Le présent guide contient les formulaires à remplir pour demander le maintien de votre

Plus en détail

Mission de promotion de la santé en faveur des élèves LE RISQUE AUDITIF

Mission de promotion de la santé en faveur des élèves LE RISQUE AUDITIF 1 Collège Jean-Baptiste Carpeaux Mission de promotion de la santé en faveur des élèves LE RISQUE AUDITIF Quelques chiffres : Environ 10% des jeunes de moins de 25 ans présentent une perte auditive pathologique.

Plus en détail

FICHE DE POSTE «INFIRMIERE INFIRMIER DE SANTE AU TRAVAIL»

FICHE DE POSTE «INFIRMIERE INFIRMIER DE SANTE AU TRAVAIL» FICHE DE POSTE «INFIRMIERE INFIRMIER DE SANTE AU TRAVAIL» Service de santé au travail INTER-ENTREPRISES - Rouen Rédactrices : Stéphanie BREAVOINE et Sandra CASTILLO Infirmières de santé au travail Fiche

Plus en détail

- Intervenant- Dr FAUQUEMBERGUE Médecin du Travail

- Intervenant- Dr FAUQUEMBERGUE Médecin du Travail - Intervenant- Dr FAUQUEMBERGUE Médecin du Travail PLAN Réforme au 1 er Juillet 2012 Les missions du service de santé au travail Les missions du médecin du travail Les missions de l IPRP (Intervenant en

Plus en détail

Bibliothèque de questions Questions spécifiques aux organismes

Bibliothèque de questions Questions spécifiques aux organismes Bibliothèque de questions Questions spécifiques aux organismes Dans le cadre du baromètre social institutionnel, vous avez la possibilité de poser quelques questions spécifiques à votre organisme et à

Plus en détail

fiche pratique Prendre en compte les signes indicateurs de stress au travail pour se préparer à agir Octobre 2010 #12 des repères pour agir

fiche pratique Prendre en compte les signes indicateurs de stress au travail pour se préparer à agir Octobre 2010 #12 des repères pour agir h fiche pratique des repères pour agir #12 Prendre en compte les signes indicateurs de stress au travail pour se préparer à agir Octobre 2010 Le travail évolue, les risques professionnels aussi. Depuis

Plus en détail

D après vous, quels sont les métiers occupés principalement par les femmes? par les hommes?

D après vous, quels sont les métiers occupés principalement par les femmes? par les hommes? réseau D après vous, quels sont les métiers occupés principalement par les femmes? par les hommes? Quels sont les métiers occupés majoritairement par des femmes? Quels sont les métiers occupés majoritairement

Plus en détail

LOMBALGIES CHRONIQUES & MALADIES PROFESSIONNELLES

LOMBALGIES CHRONIQUES & MALADIES PROFESSIONNELLES LOMBALGIES CHRONIQUES & MALADIES PROFESSIONNELLES CODE DE LA SÉCURITÉ SOCIALE : «Toute personne salariée ou travaillant à quelque titre ou en quelque lieu que ce soit, pour un ou plusieurs employeurs ou

Plus en détail

Nouvelle règlementation sur la pénibilité au travail Application aux cabinets/services d imagerie médicale. Martine MADOUX, Dr Hervé LECLET

Nouvelle règlementation sur la pénibilité au travail Application aux cabinets/services d imagerie médicale. Martine MADOUX, Dr Hervé LECLET Nouvelle règlementation sur la pénibilité au travail Application aux cabinets/services d imagerie médicale Martine MADOUX, Dr Hervé LECLET Les dispositions règlementaires sur la pénibilité issus de la

Plus en détail

Prévenir et Indemniser la Pénibilité au Travail : le Rôle des IRP

Prévenir et Indemniser la Pénibilité au Travail : le Rôle des IRP Prévenir et Indemniser la Pénibilité au Travail : le Rôle des IRP Les facteurs de pénibilité applicables au 1 er janvier 2015 T R A V A I L D E N U I T T R A V A I L E N É Q U I P E S S U C C E S S I V

Plus en détail

Suivi médical des salariés. Prévention des risques professionnels. Ateliers de sensibilisation. Interventions en entreprises. Actions "sur mesure"

Suivi médical des salariés. Prévention des risques professionnels. Ateliers de sensibilisation. Interventions en entreprises. Actions sur mesure Suivi médical des salariés Prévention des risques professionnels Ateliers de sensibilisation Interventions en entreprises Actions "sur mesure" 1 Qui sommes-nous? La mission principale de notre association

Plus en détail

ZI des Dagueys - 5, rue Firmin Didot 33503 Libourne CEDEX Tél: 05.57.55.28.00 Fax: 05.57.55.28.01 E-mail : contact@cms33.org

ZI des Dagueys - 5, rue Firmin Didot 33503 Libourne CEDEX Tél: 05.57.55.28.00 Fax: 05.57.55.28.01 E-mail : contact@cms33.org ZI des Dagueys - 5, rue Firmin Didot 33503 Libourne CEDEX Tél: 05.57.55.28.00 Fax: 05.57.55.28.01 E-mail : contact@cms33.org 1 2 NOTRE OBJECTIF A l issue de la formation, le SST sera capable : FORMATION

Plus en détail

Charte d organisation et de fonctionnement du service Médecine Préventive

Charte d organisation et de fonctionnement du service Médecine Préventive Charte d organisation et de fonctionnement du service Médecine Préventive 6, rue de Flacé - 71018 Mâcon Cedex Tél. 03 85 21 19 19 - Fax 03 85 21 19 10 centredegestion@cdg71.fr SOMMAIRE Propos introductif...p.

Plus en détail

NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE. des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège...

NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE. des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège... NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège......... SOMMAIRE Avant le stage Le cahier de stage. 2 Conseil au stagiaire. 3 Fiche d identité de l élève

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF PROGRAMMES VSP / PSE CAP Légende : Couleur bleue : contenus similaires Couleur rouge: Nouveautés Couleur verte : supprimé?

TABLEAU COMPARATIF PROGRAMMES VSP / PSE CAP Légende : Couleur bleue : contenus similaires Couleur rouge: Nouveautés Couleur verte : supprimé? TABLEAU COMPARATIF PROGRAMMES VSP / PSE CAP Légende : Couleur bleue : contenus similaires Couleur rouge: Nouveautés Couleur verte : supprimé? PROGRAMME VSP Programme 2002 S organise en 5 modules de formation

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES PRÉAMBULE La description des activités et des compétences du métier d ostéopathe ne se substitue pas au cadre réglementaire. En effet, la plate-forme

Plus en détail

Utiliser les outils de gestion du temps 1

Utiliser les outils de gestion du temps 1 Utiliser les outils de gestion du temps 1 «À force de remettre à plus tard, la vie nous dépasse», Lucius Sénèque Un horaire de travail hebdomadaire vous permettra de trouver le temps d étude nécessaire

Plus en détail

RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL

RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL La FGTB a mené une enquête auprès de 4947 personnes (réponses valides) entre le 10 mars et le 3 avril sur la base d un questionnaire établi

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Les animateurs RAM restent à votre disposition pour vous renseigner : ...

NOTE D INFORMATION. Les animateurs RAM restent à votre disposition pour vous renseigner : ... NOTE D INFORMATION Vous avez choisi de faire garder votre enfant par un(e) assistant(e) maternel(le). La législation (loi du 27 juin 2005, articles L773-1 et suivants du code du travail et la convention

Plus en détail

Prévention de la. Pénibilité &Prévention de la Pénibilité de Pénibilité. Carsat Centre Ouest 1

Prévention de la. Pénibilité &Prévention de la Pénibilité de Pénibilité. Carsat Centre Ouest 1 Prévention de la Retraite Pénibilité pour cause de Pénibilité &Prévention & Retraite de la Pénibilité pour cause de Pénibilité 1 Organisation de l intervention : Contexte Retraite Prévention Entreprise

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE ET LE CHSCT

LE DOCUMENT UNIQUE ET LE CHSCT Chaque année, les accidents de travail, de trajet et les maladies professionnelles se traduisent par la perte de 42 millions de journées de travail. Environ, 115 000 salariés sont journellement absents

Plus en détail

ENQUETE METIER Confronter ses rêves à la réalité du quotidien

ENQUETE METIER Confronter ses rêves à la réalité du quotidien ENQUETE METIER Confronter ses rêves à la réalité du quotidien La présente enquête-métier a pour objet de recueillir des informations pouvant donner en substance, une vision globale d un métier, de son

Plus en détail

Âges & usure professionnelle dans les garages automobiles

Âges & usure professionnelle dans les garages automobiles Âges & usure professionnelle dans les garages automobiles Avec un âge de départ à la retraite plus tardif, les actifs vont travailler plus longtemps. L âge en soi n est pas un problème, mais selon le contexte

Plus en détail

TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES (TMS)

TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES (TMS) Repères Les troubles musculo-squelettiques (TMS) rassemblent un ensemble large de pathologies qui affectent les muscles, les tendons et les nerfs des membres supérieurs et inférieurs au niveau du poignet,

Plus en détail

Comment. construire ses indicateurs sociaux? Mode d emploi. Quel est cet outil? Quand utiliser l outil? Pourquoi cet outil? Qui l utilise?

Comment. construire ses indicateurs sociaux? Mode d emploi. Quel est cet outil? Quand utiliser l outil? Pourquoi cet outil? Qui l utilise? Comment construire ses indicateurs sociaux? Mode d emploi Quel est cet outil? Cet outil propose d établir des indicateurs concernant des problématiques sociales que vous rencontrez couramment et certaines

Plus en détail

LE BRUIT. Le bruit est une vibration de l air qui se propage et qui produit une sensation auditive considérée comme désagréable ou gênante.

LE BRUIT. Le bruit est une vibration de l air qui se propage et qui produit une sensation auditive considérée comme désagréable ou gênante. LE BRUIT QU EST CE QUE LE BRUIT? Le bruit est une vibration de l air qui se propage et qui produit une sensation auditive considérée comme désagréable ou gênante. L oreille comprend 3 parties: - l oreille

Plus en détail

Catalogue de formations

Catalogue de formations Catalogue de formations Initiation à l ergonomie Toute personne désirant découvrir les bases de l ergonomie et de la prévention de la santé au travail - Connaître les différents axes et champs de l ergonomie

Plus en détail

RISQUES PROFESSIONNELS

RISQUES PROFESSIONNELS RISQUES PROFESSIONNELS LE PARCOURS D UNE DEMANDE DE MALADIE PROFESSIONNELLE Réunion CCI: l ergonomie au travail Le 26 juin 2007 Répartition des maladies professionnelles déclarées en Sarthe En Sarthe 2006

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

Risques psychosociaux et petites entreprises Outil "Faire le point"

Risques psychosociaux et petites entreprises Outil Faire le point Risques psychosociaux et petites entreprises Outil "Faire le point" 1 L entreprise est-elle confrontée à un problème récurent d absentéisme? tout à fait Plutôt oui Plutôt non pas du tout 2 L entreprise

Plus en détail

Surveillance de la santé. Brochure d information dans la cadre du "bien-être au travail"

Surveillance de la santé. Brochure d information dans la cadre du bien-être au travail Surveillance de la santé Brochure d information dans la cadre du "bien-être au travail" Sommaire Sommaire 1 1. Introduction 2 2. Analyse des risques 3 2.1. Etablissement de la liste des risques 3 2.2.

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Mesurer et prévenir les risques professionnels Liés aux conditions générales de travail, les risques professionnels font peser sur les salariés la menace d une altération de

Plus en détail

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 PASI Collège Claude Le Lorrain NANCY L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 1. Présentation de l aide aux devoirs pour les 5èmes page 2 2. Enquête menée auprès des élèves de 5 ème page 3 a.

Plus en détail

Santé et relations humaines au travail Sommes-nous prêts à être plus performants?

Santé et relations humaines au travail Sommes-nous prêts à être plus performants? Santé et relations humaines au Sommes-nous prêts à être plus performants? Principaux enseignements de l enquête Mesure Management Santé chez les entrepreneurs de CroissancePlus Les traits d'identité constitutifs

Plus en détail

COMITÉ D HYGIÈNE, DE SÉCURITÉ DES CONDITIONS DE TRAVAIL RÉUNION TRIMESTRIELLE DU 16 MARS 2015 DE L ÉTABLISSEMENT LYONNAIS

COMITÉ D HYGIÈNE, DE SÉCURITÉ DES CONDITIONS DE TRAVAIL RÉUNION TRIMESTRIELLE DU 16 MARS 2015 DE L ÉTABLISSEMENT LYONNAIS COMITÉ D HYGIÈNE, DE SÉCURITÉ DES CONDITIONS DE TRAVAIL RÉUNION TRIMESTRIELLE DU 16 MARS 2015 DE L ÉTABLISSEMENT LYONNAIS Membres du CHSCT présents : Monsieur CHAPON Président du CHSCT Lyonnais Madame

Plus en détail

PREMIERE PARTIE INTRODUCTION A LA SANTE DU TRAVAIL

PREMIERE PARTIE INTRODUCTION A LA SANTE DU TRAVAIL PREMIERE PARTIE INTRODUCTION A LA SANTE DU TRAVAIL INTRODUCTION A LA SANTE AU TRAVAIL CONTEXTE REGLEMENTAIRE QUELQUES INDICATEURS : ENQUETE SUMER PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS: - Prévention primaire

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANÇAISE. REGLEMENT DES SERVICES PERISCOLAIRES 2013/2014 (RESTAURANT SCOLAIRE et GARDERIE et CENTRE D ANIMATION)

REPUBLIQUE FRANÇAISE. REGLEMENT DES SERVICES PERISCOLAIRES 2013/2014 (RESTAURANT SCOLAIRE et GARDERIE et CENTRE D ANIMATION) REPUBLIQUE FRANÇAISE M A I R I E DE P O N T H E V R A R D 5, PLACE DE LA MAIRIE 78730 PONTHEVRARD TELEPHONE : 01.30.41.22.13 - TELECOPIE : 01.30.88.20.26 EMAIL : PONTHEVRARD@ORANGE.FR REGLEMENT DES SERVICES

Plus en détail

SOMMAIRE. L employeur a-t-il l obligation de fournir des boissons à son personnel?

SOMMAIRE. L employeur a-t-il l obligation de fournir des boissons à son personnel? SOMMAIRE L employeur a-t-il l obligation de fournir des boissons à son personnel? L alcool peut-il être toléré dans l entreprise? Que faire face à l état d ivresse d un salarié? Un salarié en état d ébriété

Plus en détail

7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles

7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles CHAPITRE 7 Les accidents et les maladies professionnelles 7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles 7.2.1 Méthodologie Définitions L accident

Plus en détail

INSTRUCTION SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION A L UNIVERSITE DU LITTORAL CÔTE D OPALE

INSTRUCTION SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION A L UNIVERSITE DU LITTORAL CÔTE D OPALE INSTRUCTION SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION A L UNIVERSITE DU LITTORAL CÔTE D OPALE Ces consignes sont adaptées de l instruction générale type du 21 mai 1999. Elles seront annexées

Plus en détail

Thèmes : 1) questionnaire : chaque élève coche au fur et à mesure de sa lecture les propositions qui lui correspondent.

Thèmes : 1) questionnaire : chaque élève coche au fur et à mesure de sa lecture les propositions qui lui correspondent. Education à Thèmes : MOI J AIMERAIS DEVENIR l'orientation Niveau : 4 ème /3 ème Groupe : ½ Classe Durée : 1H30 2 heures Périodes : 1 er trimestre Matériel : - 1 questionnaire - 1 grille intérêts - 1 grille

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET Le médecin de prévention face aux RPS Docteur Isabelle THOMINET 1. Définition des RPS Les risques psychosociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress». En réalité, ils recouvrent

Plus en détail

TEST DE MOTIVATION. Imprimer le formulaire Document à conserver. I. Vos motivations et votre projet professionnel

TEST DE MOTIVATION. Imprimer le formulaire Document à conserver. I. Vos motivations et votre projet professionnel Imprimer le formulaire Document à conserver TEST DE MOTIVATION I. Vos motivations et votre projet professionnel Q La préparation avec le CNED et l obtention du titre devront vous permettre de : Q Des personnes

Plus en détail

Créer un(e) infirmier(ère) 1. CREER UN(E) INFIRMIER(ERE) Où? Sélectionner la fonctionnalité Personnels de santé du menu Fichier

Créer un(e) infirmier(ère) 1. CREER UN(E) INFIRMIER(ERE) Où? Sélectionner la fonctionnalité Personnels de santé du menu Fichier GUIDE D UTILISATION Créer un(e) infirmier(ère) 1. CREER UN(E) INFIRMIER(ERE) Où? Sélectionner la fonctionnalité Personnels de santé du menu Fichier CAPTI - Micro Diffusion Nationale Août 2005 99 Créer

Plus en détail

Audioprothésiste une profession diversifiée

Audioprothésiste une profession diversifiée Amplifon SA Sihlbruggstrasse 109 CH-6340 Baar Audioprothésiste une profession diversifiée 6 étapes vers un nouvel appareil auditif De nombreuses personnes ne s aperçoivent pas ou ne veulent pas s avouer

Plus en détail

une nouvelle obligation pour l'employeur

une nouvelle obligation pour l'employeur Fiches individuelles de prévention des expositions à la pénibilité : une nouvelle obligation pour l'employeur Tous les employeurs doivent désormais remplir des fiches individuelles deprévention des expositions

Plus en détail

Les Franciliens sont en meilleure

Les Franciliens sont en meilleure 14 Travail et santé L activité professionnelle a des effets immédiats et durables sur la santé des Franciliens La majorité des Franciliens qui travaillent apparaissent en meilleure santé physique que leurs

Plus en détail

Le Guide : aptitude-inaptitude. Association Interprofessionnelle de Santé au Travail

Le Guide : aptitude-inaptitude. Association Interprofessionnelle de Santé au Travail Le Guide : aptitude-inaptitude Association Interprofessionnelle de Santé au Travail Sommaire Introduction..................page 3 Définition Mission du Médecin du travail Quand l avis d aptitude est-il

Plus en détail

Compte pénibilité et Prévention des risques, quelle articulation?

Compte pénibilité et Prévention des risques, quelle articulation? Compte pénibilité et Prévention des risques, quelle articulation? 21 octobre 2014 Colmar Ingénieur-conseil Carsat Alsace Moselle Sommaire 1. Actualisation réglementaire 2. Les entreprises et la pénibilité?

Plus en détail

Questionnaire sur les déplacements des personnes travaillant sur la zone d activité

Questionnaire sur les déplacements des personnes travaillant sur la zone d activité 1 Enquête Salarié Questionnaire sur les déplacements des personnes travaillant sur la zone d activité Ce questionnaire s inscrit dans le cadre de l élaboration du plan de mobilité et sécurité durables

Plus en détail

Livret d accueil. Notice - modèle type de livret d accueil Conseils pour assurer une intégration réussie. Livret d accueil.

Livret d accueil. Notice - modèle type de livret d accueil Conseils pour assurer une intégration réussie. Livret d accueil. 1 Notice - modèle type de livret d accueil Conseils pour assurer une intégration réussie Janvier 2014 2 NOTICE L intégration d un jeune embauché dans une entreprise et au sein d une équipe de travail est

Plus en détail

CONTRAT D ACCUEIL. Parents Assistant(e)s Maternel(le)s. Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin

CONTRAT D ACCUEIL. Parents Assistant(e)s Maternel(le)s. Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin CONTRAT D ACCUEIL Parents Assistant(e)s Maternel(le)s Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin Parents, assistant(e) maternel(le), L enfant est au cœur de vos préoccupations, la qualité

Plus en détail

Plan Canicule. En été, les périodes de canicule sont particulièrement propices aux coups de chaleur et plusieurs facteurs peuvent y contribuer.

Plan Canicule. En été, les périodes de canicule sont particulièrement propices aux coups de chaleur et plusieurs facteurs peuvent y contribuer. Plan Canicule Fiche 3.2 : Les travailleurs En été, les périodes de canicule sont particulièrement propices aux coups de chaleur et plusieurs facteurs peuvent y contribuer. Facteurs environnementaux Ensoleillement

Plus en détail

t Vous devez élever la voix pour parler avec un collègue situé à 1 m. t Vos oreilles bourdonnent pendant ou à la fin de votre journée de travail.

t Vous devez élever la voix pour parler avec un collègue situé à 1 m. t Vos oreilles bourdonnent pendant ou à la fin de votre journée de travail. 40 à 60 db(a) Il faut le savoir Pour une journée de travail de 8 h, votre audition est en danger à partir de 80 db(a). Au-delà de 130 db(a), toute exposition, même de très courte durée, est dangereuse.

Plus en détail

Les seniors et la route

Les seniors et la route Les seniors et la route La mobilité est le gage de la qualité de vie et de la préservation du lien social. Il est capital de s interroger sur ses capacités, de prévenir les difficultés et de savoir remettre

Plus en détail

Information au patient

Information au patient Information au patient Hôpital de jour médico-chirurgical Je vais subir une intervention chirurgicale en hôpital de jour, cela signifie que l intervention et le retour à domicile s effectueront le même

Plus en détail

Rapport de stage en entreprise PROSPECTIVE IMAGE. Produire et réaliser en vidéo pour l entreprise, la télévision et l internet

Rapport de stage en entreprise PROSPECTIVE IMAGE. Produire et réaliser en vidéo pour l entreprise, la télévision et l internet ROLAND Quentin 3èmeD Rapport de stage en entreprise PROSPECTIVE IMAGE Produire et réaliser en vidéo pour l entreprise, la télévision et l internet Année scolaire 2006-2007 Collège André CHENE SOMMAIRE

Plus en détail

42510 BUSSIERES 42510 BUSSIERES 42360 PANISSIERES

42510 BUSSIERES 42510 BUSSIERES 42360 PANISSIERES Service d Accompagnement à la Vie Sociale E.S.A.T Créations RESIDENCE «Les Mûriers» Résidence Saint Antoine Rue Antoine Dupuy Chez Liange 9 Rue Waldeck Rousseau 42510 BUSSIERES 42510 BUSSIERES 42360 PANISSIERES

Plus en détail

Dispositions à prendre en cas d accident et d incident

Dispositions à prendre en cas d accident et d incident Dispositions à prendre en cas d accident et d incident En cas d accident ou d incident, les Chefs de Corps et les Commandants d Unité doivent veiller à appliquer certaines procédures, comme la rédaction

Plus en détail

Sommaire de la séquence 12

Sommaire de la séquence 12 Sommaire de la séquence 12 Tu viens de voir que le système nerveux permet de s adapter à notre environnement, grâce à des réactions coordonnées par notre cerveau. Dans certains cas, le fonctionnement du

Plus en détail

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE I - CODE DU TRAVAIL A - LES PRINCIPES GENERAUX DE PREVENTION L obligation générale de sécurité incombe

Plus en détail

Baromètre Santé et Bien-être au Travail : un outil d analyse des déterminants de la santé des salariés

Baromètre Santé et Bien-être au Travail : un outil d analyse des déterminants de la santé des salariés MAI Baromètre Santé et Bien-être au Travail : un outil d analyse des déterminants de la santé des salariés Ce dispositif est actualisé chaque année à partir d une enquête nationale menée auprès de 3500

Plus en détail

E V A SCORE AOFAS AVANT-PIED

E V A SCORE AOFAS AVANT-PIED Bilan pré-opératoire Questionnaire à remplir par le patient Dr. Aloïs ESPIÉ Nom : Prénom : Date de naissance : / / 19 Date de l examen : / / 201 A propos de votre pied : droit gauche Opéré le : / / 201

Plus en détail

Apport des données EVREST dans l évaluation de la pénibilité des métiers du BTP touchant l épaule et le rachis

Apport des données EVREST dans l évaluation de la pénibilité des métiers du BTP touchant l épaule et le rachis Apport des données EVREST dans l évaluation de la pénibilité des métiers du BTP touchant l épaule et le rachis L.FAUQUEMBERGUE(1), G. ARASZKIEWIRZ (1), C.DEGRASSAT(2) A.LEROYER(3), S.VOLKOFF(4) et les

Plus en détail

PRÉVENTION DE LA PÉNIBILITÉ. Contexte et application pratique

PRÉVENTION DE LA PÉNIBILITÉ. Contexte et application pratique PRÉVENTION DE LA PÉNIBILITÉ Contexte et application pratique Définition La pénibilité au travail se caractérise par : une exposition à un ou plusieurs facteurs de risques professionnels susceptibles de

Plus en détail

Bernier Léa 3 1. Rapport de stage. Sallard immobilier. Photo de Sallard immobilier

Bernier Léa 3 1. Rapport de stage. Sallard immobilier. Photo de Sallard immobilier Bernier Léa 3 1 Rapport de stage Sallard immobilier Photo de Sallard immobilier 1 Sommaire 1 e partie : Enquête sur l entreprise 1) Présentation de l entreprise... p.3 2) Situation de l entreprise... p3-4

Plus en détail

FICHES DITES «DE PENIBILITE»

FICHES DITES «DE PENIBILITE» «La faute inexcusable de l employeur est retenue compte tenue de la pénibilité avérée des conditions de travail auquel le salarié a été exposé» Cour d appel de Versailles 15 mai 2012 CONTEXTE La loi n

Plus en détail

Compétences pour vivre chez soi (exemple d Arnaud)

Compétences pour vivre chez soi (exemple d Arnaud) Compétences pour vivre chez soi (exemple d Arnaud) Arnaud Arnaud a 32 ans. Il présente de l'autisme et une déficience intellectuelle modérée. Arnaud vit seul dans sa maison. En journée, il va dans un service

Plus en détail

GUIDE DE RENOUVELLEMENT ANNUEL AU REGISTRE ONTARIEN DES PSSP. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX Also available in English

GUIDE DE RENOUVELLEMENT ANNUEL AU REGISTRE ONTARIEN DES PSSP. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX Also available in English GUIDE DE RENOUVELLEMENT ANNUEL AU REGISTRE ONTARIEN DES PSSP Ce formulaire comprend quatre sections : coordonnées, éducation et formation, renseignements sur l emploi et sondage sur les ressources humaines

Plus en détail

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN Cette fiche vous propose une base de guide d entretien illustrée par des exemples pour comprendre le travail de salariés afin d effectuer l étape 2a : repérer des situations-problème. Avant d utiliser

Plus en détail

Date de la dernière année disponible au moment du traitement des données 44

Date de la dernière année disponible au moment du traitement des données 44 ORST Charentes - Baromètre régional Santé au travail 14. Synthèse Cette analyse, à visée descriptive, met en évidence la diversité dans le recueil comme dans l exploitation des données des accidents du

Plus en détail

FORMATION DES REPRESENTANTS DU PERSONNEL AU CHSCT 5 JOURS

FORMATION DES REPRESENTANTS DU PERSONNEL AU CHSCT 5 JOURS FORMATION DES REPRESENTANTS DU PERSONNEL AU CHSCT 5 JOURS Durée : Participants : Public : Pré-requis : 5 jours (effectif > 300 pers) 4 à 9 personnes Membres du CHSCT Délégués du personnel investis des

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SPORT SANTE

QUESTIONNAIRE SPORT SANTE QUESTIONNAIRE SPORT SANTE NOM.... PRENOM..... AGE PROFESSION.... L objectif de ce questionnaire confidentiel est de vous aider à : - mieux vous positionner sur votre condition physique. - mieux évaluer

Plus en détail

La pénibilité au travail

La pénibilité au travail La pénibilité au travail Tiphaine Garat Ingénieur d études, Institut du travail de Strasbourg Université de Strasbourg Mise en perspective La loi du 9 novembre 2010 donne une place importante à la notion

Plus en détail

SERVICES PÉRISCOLAIRES

SERVICES PÉRISCOLAIRES SERVICES PÉRISCOLAIRES DOSSIER D INSCRIPTION ANNÉE SCOLAIRE 2015/2016 RESTAURATION SCOLAIRE TEMPS D ACTIVITES PERISCOLAIRES (TAP) S PERISCOLAIRES ACCOMPAGNEMENT AUX LEÇONS ADRESSE(S) MAIL Afin de mieux

Plus en détail

GUIDE DE DEMANDE D INSCRIPTION AU REGISTRE ONTARIEN DES PSSP

GUIDE DE DEMANDE D INSCRIPTION AU REGISTRE ONTARIEN DES PSSP GUIDE DE DEMANDE D INSCRIPTION AU REGISTRE ONTARIEN DES PSSP Ce formulaire comprend quatre sections : coordonnées, éducation et formation, renseignements sur l emploi et sondage sur les ressources humaines

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC SOMMAIRE UN QUIZ POUR FAIRE UN POINT SUR MES CONNAISSANCES Un quiz pour faire un point sur mes connaissances 3 Vrai Faux Qu est-ce que l on

Plus en détail

DOSSIER MEDICAL (à faire remplir obligatoirement par le Médecin et à retourner accompagné du Dossier administratif au Centre Addictologie d Arzeliers)

DOSSIER MEDICAL (à faire remplir obligatoirement par le Médecin et à retourner accompagné du Dossier administratif au Centre Addictologie d Arzeliers) DOSSIER MEDICAL (à faire remplir obligatoirement par le Médecin et à retourner accompagné du Dossier administratif au Centre Addictologie d Arzeliers) Chère Consœur, Cher Confrère, Ces renseignements médicaux

Plus en détail

infochsct Mai et juin 2015 : Deux mois importants d information et de consultation des CHSCT d Orange Avril 2015 LE RAPPORT ANNUEL DU CHSCT

infochsct Mai et juin 2015 : Deux mois importants d information et de consultation des CHSCT d Orange Avril 2015 LE RAPPORT ANNUEL DU CHSCT Numéro 15 Avril 2015 Mai et juin 2015 : Deux mois importants d information et de consultation des CHSCT d Orange Au moins une fois par an, l employeur doit transmettre aux membres du Comité d Hygiène,

Plus en détail

www.bossons-fute.fr PREVENTION MEDICALE DE LA SANTE AU TRAVAIL JUSQ OU ALLER?

www.bossons-fute.fr PREVENTION MEDICALE DE LA SANTE AU TRAVAIL JUSQ OU ALLER? www.bossons-fute.fr PREVENTION MEDICALE DE LA SANTE AU TRAVAIL JUSQ OU ALLER? ROLES DU MEDECIN DU TRAVAIL Assurer les visites médicales: Visites d embauche, Visites périodiques, Visites de reprise, Visites

Plus en détail

MON carnet accès santé

MON carnet accès santé MON carnet accès santé Direction + Diane Milliard Rédaction + Sylvie Dubois Supervision + Suzanne Pinard Révision linguistique + Chantal Gosselin Conception graphique + Agence Médiapresse inc. Ce projet

Plus en détail

Prévention de la pénibilité au travail. (loi n 2010-1330 du 9 novembre 2010, portant réforme des retraites)

Prévention de la pénibilité au travail. (loi n 2010-1330 du 9 novembre 2010, portant réforme des retraites) Prévention de la pénibilité au travail (loi n 2010-1330 du 9 novembre 2010, portant réforme des retraites) 1 Enjeux et esprit de la loi La loi porte sur la réforme des retraites et dans ce cadre inclue

Plus en détail

TIM S.A., une aventure d Homme

TIM S.A., une aventure d Homme Comité d entreprise 1 Sommaire Edito de M. Hans-Jürgen Hellich, Directeur Général de Tim SA p. 9 Edito de Cyril Terrière, Secrétaire du Comité d Entreprise Tim SA p. 11 Itinéraires croisés d une entreprise

Plus en détail

D accord ou pas d accord? 1. Je fais un planning même si je ne parviens pas toujours à le suivre

D accord ou pas d accord? 1. Je fais un planning même si je ne parviens pas toujours à le suivre Gérer son temps D accord ou pas d accord? 1. Je fais un planning même si je ne parviens pas toujours à le suivre 2. Je me force à modifier mon rythme de travail 3. Je modifie mon planning en fonction des

Plus en détail

Retour d expérience Infirmière Santé Travail en Service SST de la Mutualité Sociale Agricole Nord Pas-de-Calais

Retour d expérience Infirmière Santé Travail en Service SST de la Mutualité Sociale Agricole Nord Pas-de-Calais Entretien Santé Travail Infirmier Retour d expérience Infirmière Santé Travail en Service SST de la Mutualité Sociale Agricole Nord Pas-de-Calais www.msa59-62.fr Journées d Etudes et de Formation 2014

Plus en détail

Cycle de formation. Dossier d'inscription au cycle 2013-2014. Votre dossier d'inscription comprend 3 documents

Cycle de formation. Dossier d'inscription au cycle 2013-2014. Votre dossier d'inscription comprend 3 documents Cycle de formation Animateur prévention/sécurité de l'industrie du béton Dossier d'inscription au cycle 2013-2014 Votre dossier d'inscription comprend 3 documents La fiche récapitulative du cycle de formation

Plus en détail

NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004. Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des libertés locales

NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004. Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des libertés locales DIRECTION GENERALE DE LA POLICE NATIONALE DIRECTION DE L ADMINISTRATION DE LA POLICE NATIONALE NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004 Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des

Plus en détail

LE CONTRAT D ACCUEIL DU JEUNE ENFANT CHEZ UN (E) ASSISTANT (E) MATERNEL (LE) AGREE (E)

LE CONTRAT D ACCUEIL DU JEUNE ENFANT CHEZ UN (E) ASSISTANT (E) MATERNEL (LE) AGREE (E) LE CONTRAT D ACCUEIL DU JEUNE ENFANT CHEZ UN (E) ASSISTANT (E) MATERNEL (LE) AGREE (E) Pasdecalais.fr Pas-de-Calais le relief de nos talents Conseil Général 1 L ENFANT Nom :. Prénom :. Date de naissance

Plus en détail

Glaucome. contrôler ma vue. je fais. pratiq santé. 110 esplanade du Général de Gaulle - 92 931 La Défense Cedex - RCS Nanterre 440 313 104

Glaucome. contrôler ma vue. je fais. pratiq santé. 110 esplanade du Général de Gaulle - 92 931 La Défense Cedex - RCS Nanterre 440 313 104 Glaucome ENVI-2012-10-311 - HCP Groupe ʻʻ je fais contrôler ma vue ʻʻ pratiq santé 110 esplanade du Général de Gaulle - 92 931 La Défense Cedex - RCS Nanterre 440 313 104 Je m informe : le glaucome, une

Plus en détail

Rapport d étude en activités interdisciplinaires 2008-2009. Le handicap. Le nanisme

Rapport d étude en activités interdisciplinaires 2008-2009. Le handicap. Le nanisme PAVONE Angélique RIOU Laëtitia TST2SA Rapport d étude en activités interdisciplinaires 2008-2009 Le handicap Le nanisme Lycée technique les Catalins Sommaire Introduction p1 I.Le dossier documentaire p2

Plus en détail

Embaucher des salariés : mode d'emploi 1e partie

Embaucher des salariés : mode d'emploi 1e partie Embaucher des salariés : mode d'emploi 1e partie L entreprise employeur 1/ Ouverture d un compte employeur auprès des services de l URSSAF La 1 e embauche déclenchera automatiquement, via la DPAE, l ouverture

Plus en détail

Réflexivité et Méthode Qualitative : Enquête DAEU / Pré-DAEU. Observatoire de La Vie Etudiante

Réflexivité et Méthode Qualitative : Enquête DAEU / Pré-DAEU. Observatoire de La Vie Etudiante Réflexivité et Méthode Qualitative : Enquête DAEU / Pré-DAEU Observatoire de La Vie Etudiante 1. Présentation 1. Dispositif : DAEU & Pré-DAEU - DAEU : Diplôme d Accès aux Études Universitaires, un équivalent

Plus en détail

RECRUTER. un collaborateur handicapé. Entreprises AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH JUIN 2015

RECRUTER. un collaborateur handicapé. Entreprises AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH JUIN 2015 Entreprises AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH JUIN 2015 RECRUTER un collaborateur handicapé Les bonnes questions à se poser Quelles démarches? Les aides de l Agefiph dont vous pouvez bénéficier Les clés pour

Plus en détail

Le CHSCT. Fonctionnement et compétences. 23 février 2015

Le CHSCT. Fonctionnement et compétences. 23 février 2015 Le CHSCT Fonctionnement et compétences 23 février 2015 La mise en place des CHSCT Programme Rappel réglementaire Le fonctionnement Les compétences Les moyens Interaction avec le Comité Technique La mise

Plus en détail