Schéma d un entretien santé-travail infirmier. ou «consultation santé-travail infirmière».

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Schéma d un entretien santé-travail infirmier. ou «consultation santé-travail infirmière»."

Transcription

1 1 Schéma d un entretien santé-travail infirmier ou «consultation santé-travail infirmière». Sous la responsabilité et en coopération avec le médecin référent du secteur. Fabienne Bardot. Septembre Nous partons du principe que l infirmière travaille sur délégation du médecin du travail. Donc, sous sa responsabilité, en assistance et en coopération. Ce travail sur délégation devra être clairement spécifié. Le dossier médical du salarié sera instruit et alimenté par le médecin du travail et par l infirmière du travail selon les modalités définies par la HAS : «le DMST est tenu par le médecin du travail. Il peut être alimenté et consulté par les personnels infirmiers du travail, collaborateurs du médecin du travail, sous la responsabilité est avec l accord du médecin du travail, dans le respect du secret professionnel et dans la limite de ce qui est strictement nécessaire à l exercice de leur mission» 1. En cas de refus du médecin de confier l entrée dans le DMST à l infirmière, il est possible de faire des Entretiens Santé Travail Infirmiers ESTI et de les transcrire sur un document à part (feuille libre par exemple). Il faudra alors définir avec le médecin le statut de ce rapport infirmier. Soit il sera intégré au dossier médical et le médecin l identifiera comme tel en précisant qu il a été fait sur délégation de sa part, soit il sera mis dans un dossier infirmier dont le statut sera défini par le médecin. Il s agit ici du dossier médical papier. Dans tous les cas, pour chaque intervention, le nom et la qualité du professionnel seront clairement écrits en préambule à toute observation clinique. 1 HAS : «synthèse des recommandations professionnelles. Le dossier médical en santé au travail (DMST). Janvier 2009.

2 2 Il est prévu que ce dossier médical soit le plus possible complètement renseigné afin de disposer des informations ad hoc le jour où un accident de santé nécessitera de retrouver des repères historiques à la recherche d éventuels facteurs professionnels de causalité (voir les recommandations de la HAS sur un nouveau modèle de dossier médical en santé au travail DMST). Données administratives personnelles. Dans le cas de la création du dossier, toutes ces données devraient être enregistrées. Si un dossier existe déjà, il sera complété ou modifié selon les évolutions des données de situations personnelles ou de travail du salarié. Nom (marital et nom de jeune fille pour les femmes ), prénom. Date de naissance. Lieu de naissance.nationalité. Adresse personnelle. Données administratives du dossier papier. En plus du signalement des différentes entreprises ayant employé le salarié, dans l objectif de la construction d une histoire professionnelle, toujours penser à mettre la date d embauche dans l entreprise et la date de sortie de la précédente. Noter le chômage, l intérim et, éventuellement, les petits boulots. Il n est pas interdit de noter aussi, au crayon de papier, le numéro de téléphone du salarié, évidemment, toujours avec son accord. Il faut parfois l appeler pour des problèmes qu on ne connaît jamais à l avance : c est à voir avec le médecin. Antécédents familiaux : Parents : pathologies lourdes à signaler, âge de décès éventuel et cause. Fratrie : idem.

3 3 Ces renseignements présentent un intérêt pour l éventualité de l existence de maladies héréditaires ou de terrains familiaux qui peuvent avoir des liens avec les effets de certaines expositions ( un asthme familial par exemple ). Enfants : nombre, années de naissance, pathologies lourdes éventuelles. Ces renseignements n ont d intérêt que pour nouer un contact de confiance, de prise en compte globale du déroulement d une vie d une personne que l on suivra plusieurs années. La connaissance de l existence d un enfant lourdement handicapé, de parents à charge, par exemple, peut aider à comprendre ce qui peut résonner dans le déroulement du travail ou déteindre sur sa réalisation. Ces charges incombant le plus souvent aux femmes, elles peuvent expliquer certaines mises en difficulté professionnelles (changement d horaire par exemple). Porter une attention toute particulière aux leucémies de l enfant qui peuvent être en relation avec une exposition professionnelle de la mère ( classement CIRC groupe 1 des expositions de la mère, comme peintre, pour les leucémies de l enfant) Antécédents personnels médicaux et chirurgicaux déclaratifs ( datés si possible ). Lorsqu un salarié apporte des résultats d examens ( radiographie, IRM, scanner, etc ), faire la copie du compte-rendu pour le mettre dans le dossier de médecine du travail. Même chose pour des CR opératoires. Niveau de formation : Noter les diplômes et si possible les dates d obtention. Pour les jeunes (apprentis ou éventuellement lors du premier emploi), dans la perspective d avoir des données en cas de nécessité d une réorientation au cours de la future carrière professionnelle, noter les redoublements de classes en primaire et collège ( surtout pour les jeunes en formation alternante ). Un jeune dit souvent des choses intéressantes sur l image qu il a de lui à cette occasion (ou il exprime des arguments défensifs tout aussi intéressants).

4 4 Noter l année du dernier diplôme obtenu. Âge au premier emploi. Compléter éventuellement par quelques repères du parcours professionnel (par exemple pour un salarié ayant travaillé dans un autre département ou ayant eu plusieurs employeurs sans suivi en médecine du travail). Numéro de Sécurité Sociale. Noter ce numéro uniquement sur le dossier papier. Jamais en informatique (interdiction CNIL). Il est très utile dès que le médecin du travail devra prendre contact avec le médecin conseil. Vaccination avec dates. Nom du ou des médecins traitants. Biométrie. Poids, taille, vision, champ visuel (en fonction de la profession), examen urinaire.. Clinique du travail. Avant l interrogatoire sur le travail actuel, en cas de première consultation, interroger sur les motifs du changement d entreprise, ou sur les différents motifs de changements si cela s est répété. On trouve toujours des raisons qu il est intéressant de noter dans le dossier médical. L investigation de toutes les questions concernant le travail, ou plutôt, l activité, peut commencer. Et, comme l écrit Philippe Davezies, «le modèle, sur ce point, pourrait

5 5 être celui de l investigation policière l enquêteur instruit l affaire (du travail) en parlant avec les acteurs» 2. En principe, il faut toujours aller du général au particulier. Il faut d abord commencer par situer l entreprise. Il s agit d un établissement que fait quoi? Secteur de la santé, du commerce, de l artisanat, de la métallurgie, du bâtiment? Savoir cela donne déjà une orientation aux questions que l on va poser. Poste de travail (son intitulé et son PCS ), nature du contrat, horaires prescrits et horaires réels de travail, congés hebdomadaires (pour les apprentis, demander s ils reviennent au travail la semaine des cours et si oui, comment cela est-il compensé en repos ), description de la tâche («qu est-ce qu on vous demande de faire?»), description du travail réellement fait («vous vous y prenez comment pour faire ce qu on vous demande, par exemple, pour votre mise en rayon?»). Il faut essayer de voir travailler la personne au travers de sa description. On peut s appuyer sur un fil déroulant tel que : - que faites-vous exactement? - comment vous y prenez-vous? - avec quoi travaillez-vous? - seul ou avec qui? - où? - à quel rythme? Questionner sur les pauses, sur les durées de coupure accordées pour les repas. Question sur la manipulation de produits, l existence de poussières et fumées, les manutentions, la qualité des outils, etc : recherche des nuisances. Questions sur la satisfaction, les difficultés, les pénibilités, le rythme, les gênes ; «qu est-ce qui vous est le plus pénible, ou le plus désagréable à faire, ou le plus coûteux, pour vous, dans votre travail habituel». Cette question oblige le salarié à 2 Philippe Davezies : «La prévention entre débat social et souffrance individuelle»

6 6 faire un panorama mental de ce qu il fait, à faire un tri et à désigner quelque chose qu il ne s était peut-être jamais formulé clairement à lui-même. Questions sur la qualité des rapports sociaux : rapports avec les collègues, la hiérarchie, les clients, etc Lors d un entretien dans le cadre d une embauche, questionner sur la qualité de l accueil le jour de l arrivée. Si des conflits sont décrits, demander depuis quand et à la suite de quel événement dans le travail ils sont apparus. Important : il faut toujours ramener les plaintes aux rapports avec le travail (évidemment, en dehors de soucis personnels verbalisés), au «faire». Ne jamais se laisser emmener sur des descriptions psychologiques des autres, collègues ou hiérarchiques. Mettre le doigt sur cette sorte de difficulté sera une raison de passer le dossier en staff hebdomadaire. De toute façon : toujours en référer au médecin lorsqu on «dépiste» des plaintes, des souffrances,des anomalies. En résumé, pour ne pas faire d oublis, essayer de suivre le chemin suivant : -Dans une première approche, aborder le travail comme une réalité extérieure au sujet. -Dans un deuxième temps, essayer «d attraper» et d analyser ce qu implique d un point de vue subjectif le fait de travailler. Il s agit d avoir le point de vue du salarié sur ce qu il fait. En gros, il s agit de la réponse à la question «qu est-ce que ça vous fait ce que vous faites ou ce que vous ne pouvez pas faire?». De toute façon, c est la répétitivité et la variabilité qui va aider à avoir dans la tête une trame de questions qui arriveront sans qu on ait trop à les penser avant de les poser. C est ce qu on appelle l incorporation ou la perception sensible et que tout travailleur met en place pour faire son travail avec le plus d aisance possible Qu il soit ouvrier, médecin ou infirmière

7 7 Questions médicales. - Biométrie en général. Comparaisons, évolutions. - Examens complémentaires faits au cabinet médical ciblés en fonction du travail ou d éléments médicaux justifiant leur nécessité. Toute cette partie doit être exécutée sur «protocoles». - Interrogatoire sur les événements de santé survenus depuis de dernier entretien et la date de leur survenue. Noter les arrêts de travail et leur durée approximative. - Interroger sur la consommation de tabac (quantité, depuis quand, arrêts éventuels, moment de la première cigarette, etc ). Cela permet de faire certains avec la santé mais aussi le travail. Par exemple, certains chauffeurs PL disent que la cigarette les aide à rester éveillés. - Interrogatoire sur les symptômes actuels ( douleurs, gêne pour, sommeil, digestif, humeur, etc ). Noter les traitements en cours. Noter le désir d enfant dans les 2 sexes Pour les femmes, interroger discrètement sur le suivi gynéco, la contraception. Un souhait de grossesse doit faire porter attention aux conditions de travail qui pourraient avoir un effet sur son déroulement ( station debout statique, port de charges, vibrations, toxiques chimiques, etc ). Noter la pression artérielle. - S il y a une exposition professionnelle liée à un risque réglementé, donner la prescription de surveillance signée du médecin et en accord avec lui (examen sanguin, radiographie pulmonaire ). Cette pratique doit être définie très précisément avec le médecin responsable. Nécessité de protocoles. - L examen corporel. Cette question peut faire débat. L infirmière peut-elle ou doit-elle faire déshabiller le salarié? Travailler c est toujours engager son corps dans l activité. Quelque chose du travail s y imprime ; la preuve la plus spectaculaire et explicite en étant représentée par les

8 8 accidents du travail ou les maladies professionnelles. Aussi, faire un entretien santétravail infirmier sans signifier cette incorporation en y portant un regard attentif, mais toujours ciblé, serait probablement, symboliquement, une négation de cet engagement corporel. L infirmière peut, dans certains cas qu elle apprécie elle-même, proposer cet examen, le salarié conservant la liberté de refuser. Dans ce cas, elle pourra regarder la peau, les dents, les genoux, les mobilités articulaires, etc.).toute approche sera à définir avec chaque médecin. Le déshabillage pourra n être que partiel ou, parfois, ne sera pas nécessaire. En effet, l infirmière ne fait pas de diagnostic médical. L infirmière prendra la pression artérielle dans tous les cas. Même si cet acte réalisé systématiquement ne présente pas un intérêt médical majeur la plupart du temps sauf situation particulière, il est ce qui fait le lien entre l intérieur et l extérieur de ce corps engagé dans l action du «travailler» par la médiation d un objet technique un peu mythique. - Remettre une attestation de suivi infirmier pour l employeur et une pour le salarié. Une troisième reste dans le dossier médical. La forme et le titre peuvent être variable. Un exemple d appellation «Santé au travail-suivi individuel-prévention des risques professionnels». Ces modalités ne sont pas encore déterminées réglementairement ; actuellement, il faut sans doute définir cela avec le médecin responsable et le SST. Sur cette fiche, l infirmière note les expositions et nuisances qu elle aura relevées (réglementaires et autres) et peut y faire apparaître des conseils de prévention. Elle n émet jamais de restrictions. L ESTI est une prescription du médecin. Il s agit d un acte délégué, protocolisé et encadré par des protocoles pour des situations particulières ; il s agit d un acte délégué «agit», organisé dans le cadre du rôle propre infirmier. Dans l ESTI, l infirmière apprend à intégrer son rôle propre qu elle aura travaillé à partir des données théoriques apprises au cours de sa formation diplômante au métier et qui s appuie sur les 10 compétences. C est ce rôle propre infirmier en santé

9 9 travail qui va différencier l approche médicale de l approche infirmière et qui va permettre au médecin de faire un travail en coopération pour circonscrire autrement le suivi santé-travail d une population active attribuée. - En plus de tout ce travail «de routine», possibilité de participer à des enquêtes collectives style «observatoires» par le biais de questionnaires. Dans tous ces cas, le médecin encadre en formant et en donnant les informations et instructions nécessaires pour suivre le protocole. Là aussi, il s agit d un travail délégué. Le traitement des dossiers médicaux. Il faut avoir comme objectif de constituer un dossier médical qui permette une reprise diachronique des relations santé-travail du salarié. Cette perspective historique est importante lorsqu il nous est demandé de monter un dossier de surveillance post-professionnelle, ou de faire un certificat de déclaration de maladie professionnelle pour un salarié en retraite, ou sorti d emploi, ou à sa demande, ou à celle de ses ayants droits s il est décédé. Une carrière décrite au travers d un dossier médical, en quelque sorte. Cela signifie qu il faut, toujours avec l accord de l intéressé, essayer de récupérer l ancien, ou les anciens dossiers de médecine du travail qui peuvent être disséminés sur plusieurs départements ou services autonomes. C est parfois un travail un peu long mais qui ne doit pas être rejeté. Remarque. Il n est plus acceptable de se contenter d une simple fiche de liaison ou d un résumé succinct du dossier. Si on ne reçoit que ces raccourcis, il faut s appuyer sur le décret de 2002 pour exiger le dossier. Le modèle suivant est très efficace : «Cher Confrère, Chère Consoeur, En application du décret n du 29 avril 2002, je me permets de vous redemander la transmission de la copie du dossier de Monsieur C (décret précisant l'accès aux informations personnelles détenues par les professionnels de santé) et non une simple fiche spéciale ou un résumé de dossier.

10 10 Si je me permets d'insister, c'est que l'intéressé y tient et que cela est maintenant son droit. En restant à votre disposition, je vous prie de croire, cher confrère, chère consœur, à l'expression de mes salutations les meilleures.» Ce courrier doit être signé par le médecin. L orientation vers le médecin du travail. Evidemment et avant tout lorsque le salarié le demande. Dans tous les cas où un problème de travail ou de santé est soulevé, le médecin responsable doit en être informé. a) Dossier sans problème. L infirmière ne relève aucun problème de travail, ni de santé. Elle détermine ellemême l échéance du prochain entretien, un an ou deux ans, selon la nature de expositions et selon les directives du médecin qui peut avoir des pratiques qui lui sont propres. Elle note, pour la secrétaire, sur la fiche intégrée au dossier, la qualité du praticien que recevra ce salarié à la prochaine convocation : l infirmière ou le médecin. b) Il existe un problème qui n est pas urgent. L infirmière pense alors que la prochaine consultation sera pour le médecin. Elle le note sur la fiche intégrée au dossier afin que la secrétaire planifie cette caractéristique. En toute logique, l échéance est alors d une année. Par exemple, un salarié travaillant dans la logistique, faisant des manutentions manuelles répétées, présente depuis peu des douleurs au niveau d une épaule. Il ne souhaite pas rencontrer le médecin du travail pour l instant. Mais en plus, elle l informe de son droit à rencontrer le médecin du travail à tout moment, avant la prochaine consultation systématique. Le dossier est présenté en staff hebdomadaire. Le passage en staff est noté dans le dossier. c) Il existe un problème : l expertise du médecin est nécessaire.

11 11 C est le cas le plus délicat. En effet, signaler que le salarié devra être revu à brève échéance peut avoir un effet de stigmatisation dans l entreprise. L infirmière peut alors tenir la fiche de visite en attente et prévenir qu elle sera envoyée par courrier à l employeur et au salarié. Il faut alors trouver des astuces pour que le médecin le revoie sans mettre en danger sa situation dans l entreprise. Le dossier est présenté en staff et la meilleure modalité de «reconvocation» est discutée avec le médecin. Le passage en staff est noté dans le dossier. d) Une prise en charge thérapeutique apparaît nécessaire. L infirmière peut faire un courrier infirmier au médecin traitant. Le support de ce document est validé par le collectif de médecins qui travaille avec des infirmières. Il s agit aussi, en fait, d un protocole (modèle de la lettre, directives sur son contenu). La copie du document est intégrée au dossier du salarié. Le dossier est «staffé» et la lettre est visée par le médecin, ce qui atteste bien qu il en a pris connaissance (double précaution). Par exemple, une hypertension artérielle supérieure à (protocole), une glycosurie importante, etc Nécessité de protocoles pour tous ces cas. Ils seront à faire par l équipe médicalisée (médecin-infirmiers), au fur et à mesure des situations concrètes qui se présenteront. Ils devraient aussi être validés par une équipe de plusieurs collectifs «médecinsinfirmiers». Le dossier ayant fait l objet d une orientation vers le médecin généraliste et donc présenté en staff hebdomadaire. Le passage en staff est noté dans le dossier. e) L urgence. Protocole obligatoire. L infirmière fait appel à un médecin présent sur le site. S il n y en a pas, elle appelle le SAMU.

12 12 Le dossier est présenté en staff hebdomadaire. Le passage en staff est noté dans le dossier. f) Les autres dossiers traités en staff. - Les résultats de examens complémentaires sont présentés au médecin qui les paraphe. - Le salarié a une plainte ou décrit un symptôme qui pourrait être d origine professionnelle, ou il signale tout autre signe d alerte. - Anomalie à un examen complémentaire de routine ou provoqué par une exposition professionnelle. - Une exposition professionnelle justifiant des examens complémentaires particuliers est repérée. - La répétition de signalement de problème dans une même entreprise nécessite une reprise en main par le médecin dans l objectif d une intervention ciblée dans l entreprise. Dans tous les cas, le dossier est présenté en staff hebdomadaire. Le passage en staff est noté dans le dossier. La visite des lieux de travail. L infirmière aura accès aux lieux de travail afin qu elle puisse avoir une représentation réelle des situations de travail qui lui seront décrites. Elle ne fera pas de fiches d entreprises. Elle pourra faire un rapport à l intention du médecin si elle l estime nécessaire ou si le médecin le demande. Au médecin ensuite de donner ses propres directives pour les modalités de rédactions des fiches d entreprises. En délibération avec le médecin, elle pourra proposer l intervention des IPRP si elle estime que des mesures ou des analyses expertes des risques ( métrologie, bilan du risque chimique, ergonomie, etc ) vont enrichir l argumentaire préventif qui sera apporté à l employeur.

13 13 Les échanges médecin-infirmières. En dehors des «staffs» périodiques (hebdomadaires est un bon rythme) qui ont pour fonction de faire le point sur les problèmes rencontrés ou pour faire le point sur certaines entreprises, l infirmière fait des synthèses de son activité en donnant son point de vue professionnel sur les entreprises pour qui elle sera intervenue. Dans une telle organisation il faut penser à la création de «groupes de pratiques d une clinique infirmière en médecine du travail» afin que des règles de métier collectivement travaillées puissent s enrichir au fil du temps et s articulent harmonieusement avec l activité des médecins du travail. En particulier, il faut raccorder tout ce travail d investigation au rôle propre infirmier. C est ce qui représentera la spécificité d une clinique infirmière en médecine et santé au travail.

14 14 Exemples Premier exemple. Il s agit d une TPE qui emploie 6 personnes et qui vient de déménager dans des bâtiments plus grands et pratiquement neufs situés à une vingtaine de kilomètres de son emplacement précédent. Le médecin du travail du secteur voit donc ces six personnes pour la première fois. Il ne s agit pas de consultations d embauche, il dispose d un dossier médical, mais pour chacun d entre eux, il le reprend et le complète. Cette petite entreprise fabrique, monte et installe les stands pour les exposants de grands salons d exposition. Monsieur P est «préparateur-monteur». Il est âgé de 44 ans, divorcé et père de deux enfants, le dernier étant âgé de cinq ans. Il n a pas la garde des enfants mais est resté habiter à proximité. Il les voit régulièrement. Mr P travaille depuis six ans dans l entreprise. Le travail. Approche par l extérieur=approche par les risques. 1) Que faites-vous? Mr P fabrique les stands des clients-exposants qui vont participer à un salon. La préparation se fait dans l atelier. La structure du stand d exposition est en aluminium. Il peut être amené à faire de la découpe, mais peu, car les barres sont en principe commandées sur mesure, par le bureau des méthodes, au fournisseur. Il fait donc le montage de la structure par vissage. Il ne fait pas de soudure ( exposition aux fumées, aux rayonnements non ionisants ). Il dit qu il y a peu de poussière de métal. En revanche, lorsqu il fabrique des estrades qui sont en bois, malgré l existence de

15 15 dispositifs d aspiration qui équipent les machines ( risque bruit du aux machines ), il se dit un peu exposé aux poussières de bois ( risque cancérogène à évaluer ). Il fait aussi de la peinture au pinceau ou au rouleau pour les finitions ( risque chimique à évaluer ). Mais rien n est durable, le travail est très varié. Lorsque la préparation du stand est terminée, il part faire le montage sur le lieu du salon. 2) Comment vous y prenez-vous? Une fois que les pièces du stand sont prêtes à être assemblées, elles sont chargées, à la main, dans le camion ( risque «manutentions manuelles» ). À l arrivée, le camion est déchargé à la main ( manutentions manuelles ) et le montage peut commencer. 3) Avec quoi travaillez-vous? Le transport se fait avec un camion fourgon Mercedes. Mr P possède son permis B (camion avec remorque ). Il est donc amené à conduire plus fréquemment que ses collègues. 4) Où? Mr P se rend sur le site du salon qui se déroule en général dans de grandes villes Lyon et Paris le plus fréquemment ( risque routier ). Il peut partir très tôt, vers 4 H du matin ou rouler de nuit ( travail de nuit ). 5) Avec qui? Les déplacements se font souvent à deux ce qui permet de se relayer pour la conduite de nuit. Il arrive en effet que le départ du chantier se fasse après une journée de travail. L un conduit, l autre dort. Mais le plus souvent, il dit qu il est seul. 6) À quel rythme? L activité est irrégulièrement répartie sur l année. Il s agit d un travail plutôt saisonnier. Pour cette raison, le temps de travail est annualisé. Les deux périodes d activité soutenues se déroulent de mi-janvier à avril-mai puis de septembre à fin novembre. Ce sont les saisons des grands salons. Dans ces périodes, Mr P ne compte plus ses heures ( travail sous contrainte de temps ), il peut partir très tôt

16 16 le matin et terminer le montage d un chantier vers minuit. Mais il est autonome dans son organisation. Un chantier demande à peu près une semaine de préparation à l atelier et deux à quatre jours de montage. Dans le cas de très gros chantiers, il peut arriver qu il faille revenir à l atelier pour poursuivre la fabrique du stand. 7) Comment êtes-vous hébergé? À l hôtel, dans une catégorie d hébergement de qualité moyenne, la réservation étant faite par la secrétaire de l entreprise. La fréquentation des restaurants est obligatoire dans les déplacements. Approche par le vécu du salarié : par l intérieur. Approche médicale. 1) Qu est-ce qui est le plus pénible pour vous? «La route..!, parce que les véhicules ne sont pas confortables ; les manutentions ; monter et descendre des escabeaux, c est surtout ça le plus dur pour moi! Et il y a des jours où on est moins bien que d autres!». Le médecin demande s il lui arrive de quitter le chantier, après une journée de montage, pour rentrer chez lui ou revenir à l atelier. Il dit que cela arrive «mais on essaie d être responsable quand même! On est à deux dans ce cas-là». 2) Qu est-ce qui vous convient bien dans ce travail? Le rythme intense de travail durant les périodes des salons ouvre des droits à la récupération de journées sous forme de congés, ce qui convient à Mr P. Il dit aussi qu il «a besoin de gérer, de bouger, de s assumer», et cela, il le retrouve dans son activité. Il ajoute qu il a toujours fait des déplacements. D ailleurs, avant son embauche, il avait trouvé un travail sédentaire, mais il a vite démissionné car il ne supportait pas l enfermement, la sédentarité. Il s agit visiblement d un choix et il se sent bien dans ce mode d organisation de sa vie de travail. Le médecin lui demande si ce rythme de vie n a pas été un facteur déclenchant dans l éclatement de son couple. Il dit que non, «pas vraiment, mais c est sûr, ça n a pas arrangé les choses!».

17 17 3) Avez-vous déjà eu des accidents de la route, des accrochages? Aucun, ni l un ni l autre, «à part un rétroviseur, mais ça, c est rien!». Pour les salariés qui font beaucoup de déplacements professionnels, ce renseignement est un bon indicateur d une bonne maîtrise de leur activité, en terme de marges de manœuvre et de contrôle possible de leur état de fatigue et de vigilance surtout la question sur les accrochages. 4) Dormez-vous suffisamment? Mr P dit que cinq heures de sommeil lui suffisent, qu il n a jamais dormi plus. Il semble donc bien adapté au rythme qu il décrit. Il ne ressent aucune fatigue anormale. 5) Pour combien d employeurs avez-vous déjà travaillé? Il compte rapidement et annonce une dizaine d employeurs. Chez le premier, qui était une entreprise de traitement de surface, il est resté 17 ans. «J y serais toujours si celui qui a racheté avait su gérer et n avait pas fait faillite rapidement». L entreprise fabriquait des cabines de peinture et il les montait et les installait. Il a eu quelques périodes de chômage, mais très courtes. Cette question renseigne sur l empreinte possible d un parcours de précarité, sur les possibilités d adaptation de Mr P, sur sa ténacité. La santé. 1) Avez-vous été arrêté depuis la dernière consultation? Mr P n a eu aucun arrêt de travail depuis sa dernière consultation qui date de trois années. Il dit seulement avoir souffert de rhumes et d une sinusite. Aucun accident de travail n est signalé. 2) Avez-vous des problèmes de santé actuellement? Il a apporté le compte-rendu d une radiographie récente de la hanche droite qui a été faite pour un «bilan de douleurs persistantes, non traumatiques, de la hanche droite». Le radiologue note «une bascule pelvienne droite de 10 mm et une coxarthrose droite». Mr P porte depuis longtemps déjà une talonnette. Il explique

18 18 que cette hanche le fait souffrir surtout en fin de journée et que ce qui déclenche la plus forte douleur est la durée de conduite trop longue. Le médecin lui demande s il pense qu il va tenir longtemps dans ce travail avec ces douleurs qui le rappellent sans cesse à l ordre. Il dit que «pour l instant ça va. Un jour il faudra penser à faire autre chose!. Mais là, avec les médicaments, ça se calme». 3) Avez-vous des douleurs? En dehors des coxalgies, il ne signale aucun autre symptôme douloureux. Dans son métier, on pense aux TMS et aux lombalgies. 4) Prenez-vous régulièrement des médicaments? En plus des anti-inflammatoires pour sa hanche, il est traité pour une hypercholestérolémie qui est maintenant chimiquement stabilisée. Il dit qu il a modifié son hygiène alimentaire depuis qu il a appris cette anomalie biologique. Il a diminué les graisses animales. Aucun contrôle sous arrêt thérapeutique n a été fait. Un bilan cardiaque de sécurité est revenu normal et il n a jamais fumé. Il est régulièrement suivi par son médecin traitant. Conclusion. Du fait du problème de la hanche, le médecin demande à ce que Mr P soit revu dans un an. Un audiogramme est programmé car le dernier qui est retrouvé dans le dossier date de 9 ans. Il montre des lésions caractéristiques d une exposition aux bruits. Il s agit de constater l évolution de la pathologie sur 10 années. Le médecin projette d aller voir les postes de travail de l atelier et de faire intervenir les IPRP si cela lui paraît nécessaire. Une infirmière aurait pu faire cette consultation selon le même déroulé. Elle aurait sans doute prévu que Mr P soit vu par le médecin du travail au moment où

19 19 l évolution de la pathologie de la hanche lui aurait fait penser que le maintien dans cet emploi était compromis.

20 20 Deuxième exemple. Il s agit de la deuxième consultation de médecine du travail de Monsieur T. Il a 22 ans. Son dossier médical a été ouvert dans le SST. Avant de commencer l interrogatoire, on reprend un peu son histoire professionnelle à partir d éléments déjà écrits dans le dossier, afin de replacer le cadre de son activité actuelle dans son histoire personnelle. On note donc que Mr T a obtenu son BTS en Son entrée dans la vie active a commencé en septembre de la même année par des missions d intérim. Trois mois plus tard, en décembre, il est embauché, en CNE, par l entreprise qui l emploie encore aujourd hui. Il est ajusteur. Comme le prescrivait les CNE, sa consultation d embauche a eu lieu avant la prise de poste. Il est revu un an plus tard. Il est maintenant en CDI. Le travail. Approche par l extérieur : approche par les risques. 1) Que faites-vous? Mr T est toujours ajusteur. Il fabrique des moules pour l industrie automobile ou l industrie aéronautique, fait du montage d ensembles pour des chaînes de montage, fait les finitions par des opérations de ponçage, de polissage ( risque d exposition à des poussières ), Il travaille le métal, beaucoup l aluminium, et le plastique. Il s agit d un travail très varié, à l unité. 2) Comment vous y prenez-vous? Mr T peut utiliser toutes les machines, sauf les commandes numériques, Il est debout à 90% de son temps. Pour quelques travaux minutieux de finition, il peut s asseoir. Il est alors installé à son établi. 3) Avec quoi travaillez-vous? Il utilise beaucoup des fraiseuses et des outils pneumatiques ( risque bruit ) pour faire le polissage en particulier. Il fait aussi du ponçage au papier de verre.

Journée Régionale d accueil des nouveaux entrants Jeudi 8 Janvier 2015

Journée Régionale d accueil des nouveaux entrants Jeudi 8 Janvier 2015 Journée Régionale d accueil des nouveaux entrants Jeudi 8 Janvier 2015 1 La Médecine de Prévention dans la fonction publique 2 TEXTES REGLEMENTAIRES Décret 2000-610 du 28/06/2000 modifie D 86442 du 14/03/1986

Plus en détail

- Intervenant- Dr FAUQUEMBERGUE Médecin du Travail

- Intervenant- Dr FAUQUEMBERGUE Médecin du Travail - Intervenant- Dr FAUQUEMBERGUE Médecin du Travail PLAN Réforme au 1 er Juillet 2012 Les missions du service de santé au travail Les missions du médecin du travail Les missions de l IPRP (Intervenant en

Plus en détail

Retour d expérience Infirmière Santé Travail en Service SST de la Mutualité Sociale Agricole Nord Pas-de-Calais

Retour d expérience Infirmière Santé Travail en Service SST de la Mutualité Sociale Agricole Nord Pas-de-Calais Entretien Santé Travail Infirmier Retour d expérience Infirmière Santé Travail en Service SST de la Mutualité Sociale Agricole Nord Pas-de-Calais www.msa59-62.fr Journées d Etudes et de Formation 2014

Plus en détail

LA LETTRE DE MOTIVATION

LA LETTRE DE MOTIVATION - 1 - LA LETTRE DE MOTIVATION Il s agit de convaincre l employeur que votre candidature est pertinente et qu elle mérite une attention particulière. Le but est de décrocher un entretien LETTRE TYPE EN

Plus en détail

CUISINIÈRE FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» Entretien avec Corinne, cuisinière à Marseille (7ème arrondissement) Corinne

CUISINIÈRE FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» Entretien avec Corinne, cuisinière à Marseille (7ème arrondissement) Corinne Dossier n 2 FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» CUISINIÈRE Regards, témoignages et présentation de métiers fortement sexués Entretien avec Corinne, cuisinière à Marseille (7ème arrondissement) Je l ai su tout

Plus en détail

Bibliothèque de questions Questions spécifiques aux organismes

Bibliothèque de questions Questions spécifiques aux organismes Bibliothèque de questions Questions spécifiques aux organismes Dans le cadre du baromètre social institutionnel, vous avez la possibilité de poser quelques questions spécifiques à votre organisme et à

Plus en détail

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN Cette fiche vous propose une base de guide d entretien illustrée par des exemples pour comprendre le travail de salariés afin d effectuer l étape 2a : repérer des situations-problème. Avant d utiliser

Plus en détail

FICHE DE POSTE «INFIRMIERE INFIRMIER DE SANTE AU TRAVAIL»

FICHE DE POSTE «INFIRMIERE INFIRMIER DE SANTE AU TRAVAIL» FICHE DE POSTE «INFIRMIERE INFIRMIER DE SANTE AU TRAVAIL» Service de santé au travail INTER-ENTREPRISES - Rouen Rédactrices : Stéphanie BREAVOINE et Sandra CASTILLO Infirmières de santé au travail Fiche

Plus en détail

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Profil démographique 1 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4 Groupe d âge 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Sexe Niveau de scolarité Homme 48,0 40,5 47,8 52,3

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

Les plans de menus sont fournis par le prestataire de service à la semaine et sont affichés à l entrée de la cantine.

Les plans de menus sont fournis par le prestataire de service à la semaine et sont affichés à l entrée de la cantine. RESTAURANT SCOLAIRE D HABERE LULLIN REGLEMENT INTERIEUR Article préliminaire La cantine scolaire n a pas de caractère obligatoire et a pour objet d assurer, dans les meilleures conditions possibles d hygiène

Plus en détail

TEMPS D ACTIVITÉS PÉRISCOLAIRES (TAP) RÈGLEMENT INTÉRIEUR

TEMPS D ACTIVITÉS PÉRISCOLAIRES (TAP) RÈGLEMENT INTÉRIEUR TEMPS D ACTIVITÉS PÉRISCOLAIRES (TAP) RÈGLEMENT INTÉRIEUR Commune de SAUNAY Année 2015-2016 A. DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 - Objet du règlement A compter de la rentrée 2015, les TAP (temps d activités

Plus en détail

Gestion de la prévention

Gestion de la prévention Gestion de la prévention Pour un comité de santé et de sécurité efficace Coopérer pour réduire les lésions professionnelles L expérience montre qu une entreprise qui se dote d un comité de santé et de

Plus en détail

INSTRUCTION SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION A L UNIVERSITE DU LITTORAL CÔTE D OPALE

INSTRUCTION SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION A L UNIVERSITE DU LITTORAL CÔTE D OPALE INSTRUCTION SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION A L UNIVERSITE DU LITTORAL CÔTE D OPALE Ces consignes sont adaptées de l instruction générale type du 21 mai 1999. Elles seront annexées

Plus en détail

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION 1 ère journée Durée : 6 heures sur les expériences de chacun, Travail en sous-groupes et Synthèse collective. 1. Prise de contact Créer les conditions

Plus en détail

Titre III : Médecine de prévention.

Titre III : Médecine de prévention. Titre III : Médecine de prévention. Article 10 Modifié par Décret n 2011-774 du 28 juin 2011 - art. 19 Un service de médecine de prévention, dont les modalités d organisation sont fixées à l article 11,

Plus en détail

Date de la dernière année disponible au moment du traitement des données 44

Date de la dernière année disponible au moment du traitement des données 44 ORST Charentes - Baromètre régional Santé au travail 14. Synthèse Cette analyse, à visée descriptive, met en évidence la diversité dans le recueil comme dans l exploitation des données des accidents du

Plus en détail

7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles

7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles CHAPITRE 7 Les accidents et les maladies professionnelles 7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles 7.2.1 Méthodologie Définitions L accident

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

Pénibilité au travail

Pénibilité au travail Datum (Tag.Monat.Jahr) Pénibilité au travail Service Ressources Humaines / Mercedes Benz Molsheim Sommaire 1 2 3 4 Rappel du contexte Intervention de l ACTAL Mesures retenues Notre bilan 1. Rappel du contexte

Plus en détail

Ingénieur en prévention des risques

Ingénieur en prévention des risques Ingénieur en prévention des risques G1X22 Prévention hygiène et sécurité / Restauration - IR L ingénieur de recherche en prévention des risques assiste et conseille la direction de l établissement pour

Plus en détail

AMELIORER L ACCUEIL ET L INTEGRATION DES SALARIES

AMELIORER L ACCUEIL ET L INTEGRATION DES SALARIES 1 AMELIORER L ACCUEIL ET L INTEGRATION DES SALARIES L intégration d un nouveau salarié fait référence à deux étapes : Dans les premiers jours : l accueil du salarié dans la structure Accueil physique,

Plus en détail

SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR. Anticiper et simuler les besoins de compétences futures dans un projet d automatisation WWW.ANACT.

SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR. Anticiper et simuler les besoins de compétences futures dans un projet d automatisation WWW.ANACT. SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR Anticiper et simuler les besoins de compétences futures dans un projet d automatisation WWW.ANACT.FR OUTIL DE SIMULATION : le référentiel d activités et de compétences

Plus en détail

Un métier, plusieurs conditions d exercice

Un métier, plusieurs conditions d exercice Fiche d animation Compétence A2 Un métier, plusieurs conditions d exercice Objectif Distinguer les conditions d exercice des métiers selon leur environnement : PME, artisanat, grande entreprise, travailleur

Plus en détail

Le Guide : aptitude-inaptitude. Association Interprofessionnelle de Santé au Travail

Le Guide : aptitude-inaptitude. Association Interprofessionnelle de Santé au Travail Le Guide : aptitude-inaptitude Association Interprofessionnelle de Santé au Travail Sommaire Introduction..................page 3 Définition Mission du Médecin du travail Quand l avis d aptitude est-il

Plus en détail

En quoi le syndrome du canal carpien constitue-t-il un message d alerte? Quels sont les signes à prendre en compte? Quels sont les impacts sur ma

En quoi le syndrome du canal carpien constitue-t-il un message d alerte? Quels sont les signes à prendre en compte? Quels sont les impacts sur ma En quoi le syndrome du canal carpien constitue-t-il un message d alerte? Quels sont les signes à prendre en compte? Quels sont les impacts sur ma santé? Qu est-ce que je peux faire? «Ma main est engourdie,

Plus en détail

N 1 1 er trimestre 2011

N 1 1 er trimestre 2011 SUPPORT DU DÉBAT L article du débat «En 2013, ton emploi du temps risque de changer!» En 2013, ta semaine d école passera peut-être de quatre jours à quatre jours et demi, et tes vacances d été seront

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

guide d auto-évaluation

guide d auto-évaluation guide d auto-évaluation PROMOUVOIR LE RÔLE DES CHSCT dans les établissements est une priorité du plan régional santé au travail (PRST) de Midi- Pyrénées. Dans ce cadre, un groupe de travail pluridisciplinaire

Plus en détail

Santé et relations humaines au travail Sommes-nous prêts à être plus performants?

Santé et relations humaines au travail Sommes-nous prêts à être plus performants? Santé et relations humaines au Sommes-nous prêts à être plus performants? Principaux enseignements de l enquête Mesure Management Santé chez les entrepreneurs de CroissancePlus Les traits d'identité constitutifs

Plus en détail

Collège Jean MONNET. 1 rue J. Monnet 62137 COULOGNE Tél. 03 21 97 12 12 - Fax. 03 21 97 24 10 www.jmcoulogne.fr. Le STAGE en 3ème

Collège Jean MONNET. 1 rue J. Monnet 62137 COULOGNE Tél. 03 21 97 12 12 - Fax. 03 21 97 24 10 www.jmcoulogne.fr. Le STAGE en 3ème Collège Jean MONNET 1 rue J. Monnet 62137 COULOGNE Tél. 03 21 97 12 12 - Fax. 03 21 97 24 10 www.jmcoulogne.fr Le STAGE en 3ème Livret à destination des élèves Quel stage puis je faire? J hésite : vente,

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF PROGRAMMES VSP / PSE CAP Légende : Couleur bleue : contenus similaires Couleur rouge: Nouveautés Couleur verte : supprimé?

TABLEAU COMPARATIF PROGRAMMES VSP / PSE CAP Légende : Couleur bleue : contenus similaires Couleur rouge: Nouveautés Couleur verte : supprimé? TABLEAU COMPARATIF PROGRAMMES VSP / PSE CAP Légende : Couleur bleue : contenus similaires Couleur rouge: Nouveautés Couleur verte : supprimé? PROGRAMME VSP Programme 2002 S organise en 5 modules de formation

Plus en détail

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 PASI Collège Claude Le Lorrain NANCY L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 1. Présentation de l aide aux devoirs pour les 5èmes page 2 2. Enquête menée auprès des élèves de 5 ème page 3 a.

Plus en détail

anapec Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone

anapec Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi anapec Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone Des compétences pour l emploi des emplois pour les

Plus en détail

Réflexivité et Méthode Qualitative : Enquête DAEU / Pré-DAEU. Observatoire de La Vie Etudiante

Réflexivité et Méthode Qualitative : Enquête DAEU / Pré-DAEU. Observatoire de La Vie Etudiante Réflexivité et Méthode Qualitative : Enquête DAEU / Pré-DAEU Observatoire de La Vie Etudiante 1. Présentation 1. Dispositif : DAEU & Pré-DAEU - DAEU : Diplôme d Accès aux Études Universitaires, un équivalent

Plus en détail

Ergonomie et Prévention des risques professionnels

Ergonomie et Prévention des risques professionnels Ergonomie et Prévention des risques professionnels Catalogue des formations AVISErgonomique Laurent AVISSE Laurent AVISSE Ergonome Consultant 29, Rue de Montbazon 37 300 JOUE-LES-TOURS Tél : 06 09 44 30

Plus en détail

GRETA M2S. Métiers de la Santé et du Social. Le salarié et ses droits à la formation

GRETA M2S. Métiers de la Santé et du Social. Le salarié et ses droits à la formation GRETA M2S Métiers de la Santé et du Social Le salarié et ses droits à la formation Le DIF Droit individuel à la formation ))) Qu est-ce que c est? Le DIF permet au salarié de négocier avec son employeur,

Plus en détail

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Circulaire d'informations n 2009/17 du 15 septembre 2009 LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Références : - Loi n 84-594 du 12 juillet 1984 modifiée relative à la formation des agents de

Plus en détail

Après le bac, trouver sa voie

Après le bac, trouver sa voie novembre 2014 Après le bac, trouver sa voie Vous êtes au lycée et l on vous demande de faire des choix. Choix de bac, choix de filière Pas de panique. Avec un peu de méthode, on y arrive! S orienter c

Plus en détail

RPS : du processus de détection des risques à la mise en œuvre des moyens d actions

RPS : du processus de détection des risques à la mise en œuvre des moyens d actions RPS : du processus de détection des risques à la mise en œuvre des moyens d actions C. Benoist, Chef du personnel FAI D. Pouchard, Chargé de Mission Afpa Transitions Les étapes de la mise en œuvre de la

Plus en détail

Les élus-employeurs et la prévention des risques professionnels. Service : Conditions de Travail. Date : 03/12/2015 www.cdg35.fr

Les élus-employeurs et la prévention des risques professionnels. Service : Conditions de Travail. Date : 03/12/2015 www.cdg35.fr Les élus-employeurs et la prévention des risques professionnels Sommaire La prévention : a priori et enjeux Historique de la réglementation L organisation de la prévention en collectivité L accompagnement

Plus en détail

J ai aidé à préparer et à servir et les gens ont été très sympathiques avec moi. C est fatigant, mais avec des horaires normaux.

J ai aidé à préparer et à servir et les gens ont été très sympathiques avec moi. C est fatigant, mais avec des horaires normaux. Témoignage 1 Voici le témoignage de Kevin : J ai passé une semaine d observation au restaurant d entreprise d une grosse société qui travaille pour l espace et fabrique des satellites. Tous les midis,

Plus en détail

les CABINETS COMPTABLES 25 octobre 2012

les CABINETS COMPTABLES 25 octobre 2012 PAUSE-CAFE les CABINETS COMPTABLES 25 octobre 2012 Plan de la réunion Missions de votre service de santé au travail L élaboration du Document Unique Les risques du métier de comptable Conclusion et échanges

Plus en détail

1. J exerce un métier varié

1. J exerce un métier varié 1. J exerce un métier varié 1 Ma place dans l entreprise I. Trois secrétaires témoignent : Je travaille pour une assez grosse société. Je ne suis pas la seule assistante, nous sommes nombreuses : plusieurs

Plus en détail

ENQUETE METIER Confronter ses rêves à la réalité du quotidien

ENQUETE METIER Confronter ses rêves à la réalité du quotidien ENQUETE METIER Confronter ses rêves à la réalité du quotidien La présente enquête-métier a pour objet de recueillir des informations pouvant donner en substance, une vision globale d un métier, de son

Plus en détail

GUIDE POUR AGIR. Comment FAIRE. des candidatures SPONTANÉES JE DÉMARCHE LES ENTREPRISES. Avec le soutien du Fonds social européen

GUIDE POUR AGIR. Comment FAIRE. des candidatures SPONTANÉES JE DÉMARCHE LES ENTREPRISES. Avec le soutien du Fonds social européen GUIDE POUR AGIR Comment FAIRE des candidatures SPONTANÉES JE DÉMARCHE LES ENTREPRISES Avec le soutien du Fonds social européen Pourquoi faire des candidatures spontanées? Tous les emplois créés, tous les

Plus en détail

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques...

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Je suis Karine Nivelais je vis en couple, nous avons 40 et 45 ans, et 4 enfants qui ont 14, 12, 11 ans et 6 ans. Pour notre troisième

Plus en détail

une nouvelle obligation pour l'employeur

une nouvelle obligation pour l'employeur Fiches individuelles de prévention des expositions à la pénibilité : une nouvelle obligation pour l'employeur Tous les employeurs doivent désormais remplir des fiches individuelles deprévention des expositions

Plus en détail

Livret aide-mémoire LE DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL (DMP) EN PICARDIE

Livret aide-mémoire LE DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL (DMP) EN PICARDIE Livret aide-mémoire Secrétaires médicales LE DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL (DMP) EN PICARDIE 1 Le présent livret vise à : Former les secrétaires médicales à l information et la promotion du DMP auprès des

Plus en détail

RECRUTER. un collaborateur handicapé. Entreprises AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH JUIN 2015

RECRUTER. un collaborateur handicapé. Entreprises AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH JUIN 2015 Entreprises AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH JUIN 2015 RECRUTER un collaborateur handicapé Les bonnes questions à se poser Quelles démarches? Les aides de l Agefiph dont vous pouvez bénéficier Les clés pour

Plus en détail

Identifier ses compétences Questionnaire en contexte professionnel

Identifier ses compétences Questionnaire en contexte professionnel Identifier ses compétences Questionnaire en contexte professionnel Nom : Prénom : Date : Mode d emploi Des situations en contexte professionnel ont été élaborées sous forme de questions à choix multiples.

Plus en détail

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse Observatoire des métiers des Professions Libérales 52-56 rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET

Plus en détail

RISQUES CHIMIQUES Niveau 2 Agrément UIC n 01/95

RISQUES CHIMIQUES Niveau 2 Agrément UIC n 01/95 RISQUES CHIMIQUES Niveau 2 Agrément UIC n 01/95 PUBLIC CONCERNE Responsables, cadres technico-commerciaux, chefs de chantier «preneurs de permis» et chefs d équipe des entreprises ayant à intervenir dans

Plus en détail

ENTRETIENS AVEC SANDRINE APPRENTIE SOUDEUSE À MARSEILLE

ENTRETIENS AVEC SANDRINE APPRENTIE SOUDEUSE À MARSEILLE Dossier n 3 FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» SOUDEUSE Regards, témoignages et présentation de métiers fortement sexués ENTRETIENS AVEC SANDRINE APPRENTIE SOUDEUSE À MARSEILLE J ai arrêté l école au niveau de

Plus en détail

SOMMAIRE. L employeur a-t-il l obligation de fournir des boissons à son personnel?

SOMMAIRE. L employeur a-t-il l obligation de fournir des boissons à son personnel? SOMMAIRE L employeur a-t-il l obligation de fournir des boissons à son personnel? L alcool peut-il être toléré dans l entreprise? Que faire face à l état d ivresse d un salarié? Un salarié en état d ébriété

Plus en détail

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE I - CODE DU TRAVAIL A - LES PRINCIPES GENERAUX DE PREVENTION L obligation générale de sécurité incombe

Plus en détail

Suivi médical des salariés. Prévention des risques professionnels. Ateliers de sensibilisation. Interventions en entreprises. Actions "sur mesure"

Suivi médical des salariés. Prévention des risques professionnels. Ateliers de sensibilisation. Interventions en entreprises. Actions sur mesure Suivi médical des salariés Prévention des risques professionnels Ateliers de sensibilisation Interventions en entreprises Actions "sur mesure" 1 Qui sommes-nous? La mission principale de notre association

Plus en détail

Le risque TMS chez les intervenants à domicile

Le risque TMS chez les intervenants à domicile Le risque TMS chez les intervenants à domicile Quelques chiffres accident est dû aux manutentions manuelles Quelques chiffres + de 85% des maladies professionnelles sont des T.M.S. 5 tableaux de maladies

Plus en détail

Risques psychosociaux et petites entreprises Outil "Faire le point"

Risques psychosociaux et petites entreprises Outil Faire le point Risques psychosociaux et petites entreprises Outil "Faire le point" 1 L entreprise est-elle confrontée à un problème récurent d absentéisme? tout à fait Plutôt oui Plutôt non pas du tout 2 L entreprise

Plus en détail

Apport des données EVREST dans l évaluation de la pénibilité des métiers du BTP touchant l épaule et le rachis

Apport des données EVREST dans l évaluation de la pénibilité des métiers du BTP touchant l épaule et le rachis Apport des données EVREST dans l évaluation de la pénibilité des métiers du BTP touchant l épaule et le rachis L.FAUQUEMBERGUE(1), G. ARASZKIEWIRZ (1), C.DEGRASSAT(2) A.LEROYER(3), S.VOLKOFF(4) et les

Plus en détail

Comte-Gaz Quentin 13 février au 6 mars 2006 3 ème 1. Rapport de stage. 442, Avenue de Vénaria Place du marché 38220 Vizille 38220 Vizille.

Comte-Gaz Quentin 13 février au 6 mars 2006 3 ème 1. Rapport de stage. 442, Avenue de Vénaria Place du marché 38220 Vizille 38220 Vizille. Comte-Gaz Quentin 13 février au 6 mars 2006 3 ème 1 Rapport de stage Mme Bouverot M. Colin Collège Les Mattons Cap Informatique SARL 442, Avenue de Vénaria Place du marché 38220 Vizille 38220 Vizille Page

Plus en détail

Petit guide du stage de 3 ème à usage des parents

Petit guide du stage de 3 ème à usage des parents Petit guide du stage de 3 ème à usage des parents Pourquoi un stage? Sensibiliser les élèves au monde du travail : Aimer le monde du travail. Souvent, nos enfants n ont qu une idée très partielle de ce

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SPORT SANTE

QUESTIONNAIRE SPORT SANTE QUESTIONNAIRE SPORT SANTE NOM.... PRENOM..... AGE PROFESSION.... L objectif de ce questionnaire confidentiel est de vous aider à : - mieux vous positionner sur votre condition physique. - mieux évaluer

Plus en détail

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS SANTE AU TRAVAIL ET MEDECINE DU TRAVAIL 41 Chemin de la Durance 13300 SALON DE PROVENCE 0 SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 I. GENERALITES... 3 A. Définitions...

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE http://mastermop.unblog.fr http://sciencespomanagement.unblog.fr Auteur : Lionel Honoré Professeur des Universités en Management Institut d Etupes Politiques de Rennes lionel.honore@sciencespo-rennes.fr

Plus en détail

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête 1. Les faits L enquête sous forme de questionnaire a été menée durant le mois d octobre 2011 auprès des assistants diplômés

Plus en détail

Services d orientation pour adultes

Services d orientation pour adultes Services d orientation pour adultes Le c.o. pour adultes est le spécialiste de la relation entre l individu, le travail et la formation. Se réorienter Trouver un travail à sa mesure Faire le point sur

Plus en détail

ANNEE 2015. Synthèse des questionnaires de satisfaction sur l application de la réforme des rythmes scolaires

ANNEE 2015. Synthèse des questionnaires de satisfaction sur l application de la réforme des rythmes scolaires ANNEE 2015 Synthèse des questionnaires de satisfaction 1 POURCENTAGES DE QUESTIONNAIRES RETOURNÉS sur 355 questionnaires distribués 42% 58% questionnaires retournés = 207 ( dont 143 avec au moins un commentaire)

Plus en détail

Zoom sur... L'AIDE A DOMICILE. Au sommaire de ce numéro 11. Pour vous et chez vous,

Zoom sur... L'AIDE A DOMICILE. Au sommaire de ce numéro 11. Pour vous et chez vous, Zoom sur... L'AIDE A DOMICILE Pour vous et chez vous, Un service d'aide et d'accompagnement lors de difficultés passagères de la vie quotidienne. Au sommaire de ce numéro 11 L'intervention à domicile et

Plus en détail

RISQUES PROFESSIONNELS

RISQUES PROFESSIONNELS RISQUES PROFESSIONNELS LE PARCOURS D UNE DEMANDE DE MALADIE PROFESSIONNELLE Réunion CCI: l ergonomie au travail Le 26 juin 2007 Répartition des maladies professionnelles déclarées en Sarthe En Sarthe 2006

Plus en détail

PROTOCOLE D ETUDE ENQUETE TMS, APPROVISIONNEMENTS ET EVACUATION DES DECHETS DE CHANTIER DANS LE BATIMENT PROTOCOLE D ETUDE CONGRES BTP LIMOGES 2015 1

PROTOCOLE D ETUDE ENQUETE TMS, APPROVISIONNEMENTS ET EVACUATION DES DECHETS DE CHANTIER DANS LE BATIMENT PROTOCOLE D ETUDE CONGRES BTP LIMOGES 2015 1 ENQUETE TMS, APPROVISIONNEMENTS ET EVACUATION DES DECHETS DE CHANTIER DANS LE BATIMENT PROTOCOLE D ETUDE 1 Décembre 2014 www.limogesbtp2015.fr 1 Limoges, le 3 Juin 2014 Madame, Monsieur, Chère consœur,

Plus en détail

Cahier des charges de formation à la Prévention des Risques psycho-sociaux (RPS) à l INRA

Cahier des charges de formation à la Prévention des Risques psycho-sociaux (RPS) à l INRA Cahier des charges de formation à la Prévention des Risques psycho-sociaux (RPS) à l INRA INRA Versailles-Grignon Service de la Formation Permanente Contacts : Françoise BOUDET-BÖNE Responsable formation

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES PRÉAMBULE La description des activités et des compétences du métier d ostéopathe ne se substitue pas au cadre réglementaire. En effet, la plate-forme

Plus en détail

SAGE-FEMME HOMMES «OSEZ LE METIER DE» Entretien avec Pierre, Sage-Femme à Martigues. Pierre

SAGE-FEMME HOMMES «OSEZ LE METIER DE» Entretien avec Pierre, Sage-Femme à Martigues. Pierre Dossier n 11 HOMMES «OSEZ LE METIER DE» SAGE-FEMME Regards, témoignages et présentation de métiers fortement sexués Entretien avec Pierre, Sage-Femme à Martigues La biologie m a toujours intéressé. En

Plus en détail

TEMPS D ACTIVITÉ PÉRISCOLAIRE (TAP) RÈGLEMENT INTÉRIEUR Commune de Mallemort

TEMPS D ACTIVITÉ PÉRISCOLAIRE (TAP) RÈGLEMENT INTÉRIEUR Commune de Mallemort TEMPS D ACTIVITÉ PÉRISCOLAIRE (TAP) RÈGLEMENT INTÉRIEUR Commune de Mallemort Année 2014-2015 Contact Service Éducation : 04 90 59 11 05 A. DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 - Objet du règlement A compter

Plus en détail

Catalogue de formations

Catalogue de formations Catalogue de formations Initiation à l ergonomie Toute personne désirant découvrir les bases de l ergonomie et de la prévention de la santé au travail - Connaître les différents axes et champs de l ergonomie

Plus en détail

UNIVERSITE DE LORRAINE CALCIUM

UNIVERSITE DE LORRAINE CALCIUM UNIVERSITE DE LORRAINE CALCIUM Outil pour la gestion des dossiers médicaux des étudiants dans les services universitaires de médecine préventive Table des matières CALCIUM... 0 I. L INFORMATION GÉRÉE PAR

Plus en détail

Coordonnées de la commission d équivalence de diplômes

Coordonnées de la commission d équivalence de diplômes NB : En vertu des dispositions de l article 8 du décret n 2007-196 du 13 février 2007, la commission procède à une comparaison des connaissances, compétences et aptitudes attestées par votre ou vos titres

Plus en détail

Article L.4612-1 du Code du travail

Article L.4612-1 du Code du travail Jean-Louis CALDERONI tel: 36 309 Frédéric NOTTA tel: 34 446 Jean-michel MOURASSE-MARLACQ tel: 36 817 Jean-Michel BALEIX tel: 35 467 Jacques CHARDONNET tel: 35 693 Jean-Marc DUFAU tel: 34 131 Jean-Yves

Plus en détail

Projet Addictions sans substance. Questionnaire

Projet Addictions sans substance. Questionnaire Projet Addictions sans substance Questionnaire Ce projet a pour objectif d établir un état des lieux de l accueil et de l accompagnement dans les structures du secteur médico-social, des addictions sans

Plus en détail

Retour d expérience du Service de Santé au Travail du BTP de Haute- Savoie ayant mis en place l entretien infirmier

Retour d expérience du Service de Santé au Travail du BTP de Haute- Savoie ayant mis en place l entretien infirmier Retour d expérience du Service de Santé au Travail du BTP de Haute- Savoie ayant mis en place l entretien infirmier SMTDS 22/06/12 Dr B. CHANUT ASMTBTP74 1 CONTEXTE Expérience collective en cours à l ASMTBTP74

Plus en détail

Le bilan de compétences

Le bilan de compétences Le bilan de compétences PLATEFORME CONSEIL: 02 99 29 72 48 WWW.FONGECIF-BRETAGNE.ORG Le bilan, qui doit vous aider à dégager des pistes d action, sera réalisé avec l aide d un conseiller appartenant à

Plus en détail

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL 1 1. Le raisonnement clinique Définition Face à une demande de soin, le professionnel infirmier axe son raisonnement clinique

Plus en détail

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer.

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Mais je me suis repris : En fait, je préférais les recevoir dans

Plus en détail

Présentation de l entreprise l postes de travail. Illustration du guide SOBANE Risques d incendie d. Présentation des postes de travail: Bureau

Présentation de l entreprise l postes de travail. Illustration du guide SOBANE Risques d incendie d. Présentation des postes de travail: Bureau Illustration du guide SOBANE Risques d incendie d ou d explosiond Caroline Pirotte Ergonome Présentation de l entreprise l et des postes de travail Hôtel situé à Bruxelles Ville +/- 90 travailleurs +/-

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE

DOSSIER DE CANDIDATURE ESSONNE Centre de formation Collez votre photo ici DOSSIER DE CANDIDATURE ÉTAT CIVIL DU CANDIDAT Nom :.... Prénom :..... Né(e) le : à :........ Dépt :... Nationalité :.... Courriel :......@.... Adresse

Plus en détail

Guide pour les entreprises utilisatrices de travail eurs temporaires 2012

Guide pour les entreprises utilisatrices de travail eurs temporaires 2012 Guide pour les entreprises utilisatrices de travailleurs temporaires 2012 2 Guide pour les entreprises utilisatrices Edito c Editorial Le travailleur temporaire, est un perpétuel nouveau, soumis à des

Plus en détail

Conduire en étant fatigué est beaucoup moins dangereux que conduire sous l influence d alcool.

Conduire en étant fatigué est beaucoup moins dangereux que conduire sous l influence d alcool. Dossier : fatigue Introduction S endormir au volant peut être fatal. Pourtant, de nombreux conducteurs continuent à conduire alors qu ils se sentent fatigués. Ils pensent pouvoir chasser le sommeil qui

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I.

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. T.R.I. est une association dont l objectif est l insertion professionnelle et l éducation à l environnement. Le club nature & environnement développe

Plus en détail

42510 BUSSIERES 42510 BUSSIERES 42360 PANISSIERES

42510 BUSSIERES 42510 BUSSIERES 42360 PANISSIERES Service d Accompagnement à la Vie Sociale E.S.A.T Créations RESIDENCE «Les Mûriers» Résidence Saint Antoine Rue Antoine Dupuy Chez Liange 9 Rue Waldeck Rousseau 42510 BUSSIERES 42510 BUSSIERES 42360 PANISSIERES

Plus en détail

La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain

La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain Présentation des résultats de l enquête auprès des salariés Sommaire A- La démarche 1. Méthodologie de l

Plus en détail

Scénarios sociaux Pour faciliter mon parcours aux études supérieures

Scénarios sociaux Pour faciliter mon parcours aux études supérieures Scénarios sociaux Pour faciliter mon parcours aux études supérieures Ces scénarios sociaux ont été préparés depuis l automne 2008 par Jézabel Parent du Cégep Saint-Hyacinthe, Lyne Picard, du CRDI Normand-Laramée,

Plus en détail

DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 27 octobre 2015

DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 27 octobre 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 27 octobre 2015 N/Réf. : CODEP-CAE-2015-042990 Fondation de la Miséricorde 15, Fossés Saint-Julien BP 100 14008 CAEN cedex 1 OBJET : Inspection

Plus en détail

PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS

PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Ce guide a été réalisé par un groupe de travail composé des Services de Santé au Travail de Loire-Atlantique, de Mayenne et de la Sarthe et de la CRAM des Pays de

Plus en détail

D après vous, quels sont les métiers occupés principalement par les femmes? par les hommes?

D après vous, quels sont les métiers occupés principalement par les femmes? par les hommes? réseau D après vous, quels sont les métiers occupés principalement par les femmes? par les hommes? Quels sont les métiers occupés majoritairement par des femmes? Quels sont les métiers occupés majoritairement

Plus en détail

Prévention de la désinsertion professionnelle et travail en réseau

Prévention de la désinsertion professionnelle et travail en réseau Actes Journées Santé Travail du CISME Tome II 2012 Session 1 : Philosophie du travail en réseau Prévention de la désinsertion professionnelle et travail en réseau Dr Lucette MIGNIEN Médecin du travail

Plus en détail

Référentiel d activités professionnelles

Référentiel d activités professionnelles Bac pro de la 20éme CPC Référentiel d activités professionnelles Les titulaires de ce baccalauréat professionnel 20 ème CPC exercent leurs activités : - dans le souci constant de la bientraitance des personnes,

Plus en détail

Prévenir et Indemniser la Pénibilité au Travail : le Rôle des IRP

Prévenir et Indemniser la Pénibilité au Travail : le Rôle des IRP Prévenir et Indemniser la Pénibilité au Travail : le Rôle des IRP Les facteurs de pénibilité applicables au 1 er janvier 2015 T R A V A I L D E N U I T T R A V A I L E N É Q U I P E S S U C C E S S I V

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail