REFERENTIEL DE GESTION DES DOCUMENTS DANS LE CADRE DU POGV II

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "REFERENTIEL DE GESTION DES DOCUMENTS DANS LE CADRE DU POGV II"

Transcription

1 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un people Un But Une foi Ministère de l Agriculture et de l Hydraulique Projet d Organisation et de Gestion Villageoises (P.O.G.V. - 2) REFERENTIEL DE GESTION DES DOCUMENTS DANS LE CADRE DU POGV II 2003

2 SOMMAIRE I. PRESENTATION DU POGV II... Page Objectifs du POGV II. Page Financement du POGV II.. Page Composantes du POGV II... Page Stratégie d intervention du POGV II.. Page Zone d intervention du POGV II...Page 6 II. LE BUREAU DES ARCHIVES ET DE LA DOCUMENTATION.. Page Missions Page La Chaîne documentaire.... Page Traitement pratique de l information documentaire.. Page Instrument de recherche, communication Page Terminologie archivistique Page Tri et éliminations Page Représentation graphique de la Chaîne documentaire.... Page Conseils pratiques aux administrateurs Page Règlement intérieur..page Fonds documentaire du POGV II.. Page Outils de gestion manuelle... Page Fiche de tâches du documentaliste Page 22 ANNEXES Page 23 I PRESENTATION DU POGV II 1.1. OBJECTIFS DU POGV-2

3 Le Projet d Organisation et de Gestion Villageoise (POGV-2) qui est à sa deuxième phase a pour objectif à long terme d aider les populations rurales ciblées à développer leur propre capacité à améliorer d une manière soutenue leurs conditions et niveaux de vie. Les objectifs à atteindre sont : - les populations villageoises disposent de capacités d organisation et de gestion leur permettant de réaliser et gérer d une manière efficace et transparente les actions et investissements à caractère communautaire; - les communautés villageoises disposent de conditions améliorées grâce à des infrastructures essentielles et fonctionnelles qui bénéficient à toutes les couches de la population cible et notamment aux groupes vulnérables ; - les systèmes de production agricoles sont durables et économiquement viables et les activités génératrices de revenus para agricoles se développent pleinement FINANCEMENT ET DUREE DU PROJET Le coût global du projet s élève à environ 14 milliards FCFA, compte non tenu de la participation des bénéficiaires. Le financement se repartit comme ci-dessous : * FIDA : 9,524 milliards FCFA * BOAD : 3 milliards FCFA * Gouvernement du Sénégal : 1,476 milliards FCFA La contribution des bénéficiaires est estimée à 2 milliards de FCFA. La durée du projet est de 7 ans et couvre la période 2002 à COMPOSANTES DU POGV-2 La présente phase s inscrit dans la continuité avec la première. Compte tenu de l incidence élevée de la pauvreté dans la zone d intervention (près de trois quarts de la population), le projet a pour but de contribuer à la réduction de la pauvreté. Pour contribuer à l amélioration du bien-être des populations, le projet s articule autour de quatre composantes : 1) appuis aux capacités villageoises d organisation et de gestion, 2) programme d infrastructures villageoises, 3) appuis aux systèmes de production et à la diversification des revenus, 4) coordination et suivi de la mise en œuvre.

4 1.3.1 Composante : appuis aux capacités villageoises d organisation et de gestion La mise en œuvre de cette composante se fera en trois étapes successives correspondantes à trois sous composantes : a) le diagnostic participatif des capacités villageoises, b) la planification participative, c) les appuis à l organisation et à la gestion. * Le diagnostic participatif des capacités villageoises a pour principaux résultats : - l établissement de la situation initiale de référence du village (SIRV) avec la participation des populations réunies en assemblée générale. Elle renferme des informations essentielles pour la planification et le suivi des activités du village ; - l évaluation des capacités d organisation et de gestion (ECOG). Elle permet d apprécier la capacité de chaque village à assumer des responsabilités dans la formulation et la mise en œuvre des Plans de Développement Villageois (PDV), d identifier les besoins en appuis aux capacités et en tant que cadre de référence pour mesurer les progrès réalisés ; - la mise en place ou le renouvellement du cadre de concertation, qu est le CVD qui constitue le relais du projet pour différentes actions menées au compte de la communauté villageoise. * La planification participative a pour résultat l élaboration d un plan de développement villageois consensuel, hiérarchisé, opérationnel et réalisable en trois ou quatre ans. Le plan doit prendre en compte les principales préoccupations des populations, notamment les groupes vulnérables ou marginalisés. * Les appuis à l organisation et à la gestion aboutissent à la mise en œuvre d un Programme de Développement des Capacités Villageoises d organisation et de gestion (PDCV) dont la coordination et le suivi de la mise en œuvre sont assurées par l Opérateur Partenaire Polyvalent (OPP) Composante : programme d infrastructures villageoises Cette composante vise à doter les villages encadrés d infrastructures communautaires à usages multiples. Elle comprend deux sous-composantes : a) un Programme Prioritaires d Infrastructures Villageoises (PPIV) et b) un Programme d Infrastructures Inter-Villageoises (PIIV). * Le programme prioritaire d infrastructures villageoises portera sur les infrastructures et les aménagements devant être localisés dans l enceinte du terroir villageois. Sa mise en œuvre se fera en quatre étapes : - l opérationnalisation du PPIV et détermination de l éligibilité du village aux cofinancements la préparation des microprojets à l exécution ; l exécution des microprojets ; l accompagnement et le suivi du fonctionnement des microprojets * Le programme d infrastructures inter-villageoises s attellera à la mise en place d infrastructures inter-villageoises dont l envergure dépasse le terroir d un seul village mais se limite à un nombre réduit de villages qui sont limitrophes. La réalisation d infrastructures dans le cadre de cette sous-composante tient compte en priorité de la conservation ou de la réhabilitation des ressources naturelles et des aménagements structurants productifs à rentabilité différée Composante : appuis aux systèmes de production durables et à la diversification des revenus

5 Cette composante a pour objet la promotion des systèmes de production durables et économiquement viables et la diversification des sources de revenus des populations afin de réduire la vulnérabilité de celles-ci. Les bénéficiaires prioritaires sont les femmes et les jeunes qui constituent souvent la grande majorité des couches marginalisées en milieu rural. Les appuis sont organisés en trois sous-composantes : a) promotion de systèmes productifs durables, b) diversification des revenus, et c) accès au financement. * La promotion de systèmes productifs durables: les exploitations ciblées sont petites avec une superficie de 3 a 5 ha et dont le système de production est basé sur l association arachide - céréales traditionnelles (mil, sorgho). Trois types d appuis sont prévus : - l installation de haies vives pour protéger les exploitations qui bénéficient d une fertilisation organique et intègrent des plants fruitiers, fourragers et forestiers ; - l amélioration des conditions de commercialisation des produits de l exploitation ; - l amélioration de l approvisionnement des exploitations en facteurs de production, notamment en semences améliorées. * La diversification des revenus : cette sous-composante a pour objet la promotion d activités génératrices de revenus agricoles et non agricoles en ciblant en priorité les jeunes et les femmes. Pour ce faire, les interventions tourneront sur: - la fourniture d informations sur les opportunités de marchés ; - la mise en place et l organisation de GIE spécialisés ; - la formation technique et de gestion ; - la facilitation de l accès aux services financiers. * la facilitation de accès au financement : le projet met l accent sur l information et la formation des GIE sur les procédures propres à chaque institution financière, sur la préparation des dossiers de financement et sur la mise en place d un fonds de risque. Le fonds de risque couvre les risques liés aux emprunteurs qui accèdent au crédit pour la première fois Composante : coordination et suivi de la mise en œuvre Elle a pour objet d assurer la coordination de l ensemble des interventions, le suivi et évaluation et la mobilisation des appuis méthodologies et en formation à une mise en œuvre efficace du projet. Elle comporte trois sous-composantes : a) coordination de la mise en œuvre et gestion financière et comptable, b) suivi et évaluation, c) appui à la mise en œuvre.

6 1.4. STRATEGIE D INTERVENTION DU PROJET Le projet organise ses interventions au niveau de chaque village en cinq étapes : - Diagnostic participatif : établissement d une base de référence, évaluation des capacités d organisation et de gestion et renouvellement des membres du comité villageois de développement ; - Planification participative : élaboration d un plan de développement villageois opérationnel et hiérarchisé ; - Mise en œuvre : accord entre le village et le projet sur un plan d action conjoint s étalant sur trois à quatre ans, mobilisation des contributions respectives, mise à disposition des appuis techniques et de gestion, mise en place des infrastructures ; - Suivi et accompagnement des dispositifs de gestion des infrastructures villageoises et des initiatives de type privé ; - Désengagement : arrêt des interventions directes du projet au niveau du village ZONE D INTERVENTION DU PROJET Le POGV-2 intervient dans trois régions : Fatick, Kaolack et Thiès. Dans ces régions, la portée d entrée du POGV est le village. Le POGV-2 a démarré avec 400 villages dont 152 dans la région de Kaolack, 129 dans celle de Thiès et 119 dans celle de Fatick. Ces villages sont localisés dans 34 communautés rurales. Il sera intégré progressivement 100 autres villages. Les villages sont choisis selon : - leur taille. Les villages du POGV sont des villages relativement peu peuplés ; - leur niveau de vulnérabilité. Ce sont des villages dépourvus d infrastructures sociales

7 II - LE BUREAU DES ARCHIVES ET DE LA DOCUMENTATION Aujourd hui, Compte tenu surtout de la multiplication des services de l Etat et, parallèlement, de la vitesse de production des documents administratifs et l impérieuse nécessité de contrôler cette masse documentaire, la maîtrise de l information administrative constitue la principale exigence des administrations modernes. Le Manuel des Nations Unies remarquait ainsi, en 1961 que l amélioration de l administration est la condition sine qua non pour la réalisation des programmes de développement. Or la clef d une bonne administration est la bonne gestion de l information. A cette même date, l UNESCO et le Conseil International des Archives (C.I.A) lancèrent un ensemble d études, en Afrique, en Asie et en Amérique Latine, études tendant à démontrer comment un système cohérent de gestion de l information et d administration des archives peut contribuer à son développement économique, social et culturel. C est sans doute ce qui justifie les différentes politiques en matière d archives et de documentation lancées par le POGV II. Dans le souci de bien mener ces politiques d information, le POGV II a recruté un archiviste diplômé de l Ecole des Bibliothécaires, Archivistes et Documentalistes (EBAD) MISSIONS Le bureau des archives et de la documentation a pour tâches essentielles de conserver, de constituer et de produire toute documentation relative aux activités du POGV II. Il gère la somme des documents de toutes les composantes du projet et est chargé de la collecte, du traitement, de la conservation et de la diffusion des documents produits ou reçus dans le cadre des activités du projet. Le bureau est placé sous la responsabilité d un archiviste titulaire du Diplôme d Aptitude aux Fonctions d Archiviste (DAFA) de l Ecole des Bibliothécaires, Archivistes et Documentalistes (EBAD) 2.2. La chaîne documentaire En Archivistique, en Documentation ou en Bibliothéconomie, de la collecte des données à la diffusion de l information, beaucoup d opérations entrent en ligne de compte dans le cadre du traitement et de la gestion de l information au sens général du terme (cf : Représentation graphique Chaine documentaire, page 14) Au niveau de chacune de ces disciplines, ces opérations revêtent des spécificités En Archivistique Initier une politique d acquisition : - localiser les ressources documentaires déjà existantes - localiser les personnes détentrices de documents Planifier les versements des documents (établissement de bordereaux de versement, cf. page 12 + annexe 3) 7

8 Traiter les documents obtenus : (cf. page 10) - Tri et élimination : éliminer les documents dépourvus d intérêt pour le Projet (ni 1 er, ni 2 ème, ni 3 ème âge) : cf. page 11 : théorie des 3 âges + page 13 : Tri et élimination ) - Classement, adopter un classement chronologique.cf. Règlement intérieur) - Cotation (cf. page 12) - Indexation (cf. Règlement intérieur) - Etablir des Instruments de Recherche (cf. Règlement intérieur) - Communiquer les documents traités suivant les règles de communicabilité instituées par la loi (cf. Règlement intérieur + Fiche de consultation et de prêt : annexe 2 et 3) Acquérir les différents textes de loi et décret relatifs aux archives En Bibliothéconomie et en Documentation Répertorier l ensemble des documents déjà en place Repérer l information correspondant aux besoins des utilisateurs en leur adressant des demandes Acquérir les documents soit par achat, par abonnement (ou par échanges (avec des institutions de même domaine d intervention) Traiter l information obtenue (articles, ouvrages, chapitres d ouvrage, revues etc. (cf. page 9 ) - Résumé / dépouillement - Catalogage - Indexation - Cotation - Instrument de recherche Diffuser l information (cf. Règlement intérieur + Fiche de consultation et de prêt : annexe 2 et 3) 2.3. TRAITEMENT PRATIQUE DE L INFORMATION Le catalogage d un ouvrage (Livre ou périodique) Les différents champs à remplir sont les suivants : 1/ Numéro du document (éventuellement) suivi d un point 2/ Titre du document (sur la même ligne que le numéro) 3/ Auteur du document (à la ligne) 4/ Lieu d édition (à la ligne suivi de deux points) 5/ Nom de l éditeur (même ligne que le lieu d édition et suivi d une virgule) 6/ Date d édition ou date de départ de la publication (suivi d une flèche) 7/ Périodicité (à la ligne) 8/ ISBN (Books Numbers = pour les livres) 8

9 9/ ISSN (Serials Numbers = pas obligatoire = pour les périodique ou les publications en série) 10/ Zone des notes (champ facultatif) Exemple : 450.Bibliographie du Québec BIBLIOTHEQUE NATIONALE (Québec) Québec : Bibliothèque Nationale, 1972 Mensuelle ISSN Dépouillement d un article Les différents champs à remplir sont les suivants : 1/ Auteur (NOM et Prénom séparés par une virgule suivi d un point et d un tiret) 2/ Titre 3/ Nom du périodique dans lequel se trouve l article précédé de la mention In suivi de deux points) 4/ Date du périodique (mois + année) suivi d une virgule 5/ Numéro du périodique (suivi d une virgule) 6/ Page du périodique où se trouve l article 7/ Eventuellement zone des notes Exemple : BA, Arona. Le travail des femmes rurales en Afrique In : Famille et développement. Janvier/février 1980, n 1, P Traitement d un article ou dossier Les différents champs à remplir sont les suivants : 1/Le Service versant (ministère, direction ou service selon le niveau de précision) suivi d un point 2/ L objet (motif d un dossier) à la ligne suivi d une virgule 3/ L action (la ou les procédures afférentes à l objet) suivie de deux points 4/ Nature diplomatique (nature des pièces) suivie d un point. 5/ Les dates extrêmes (à la ligne suivie d un point) 6/ Les observations (facultative) Exemple : POGV2. Sous programme infrastructures villageoises, études d'identification des réalisations : rapport

10 2.4. INSTRUMENTS DE RECHERCHE, RECHERCHE, COMMUNICATION C est l étape la plus déterminante de la chaîne documentaire archivistique. C est, en effet, la pertinence de l instrument de recherche qui permet de justifier l exactitude de tout le travail préalablement effectué : de la collecte à la diffusion en, passant par les différentes étapes du traitement. Chaque notice, correspondant à un dossier bien déterminé, fera l objet d une indexation. Et c est cet index (liste de mots clés) qui permettra, avec bien sûr la qualité des questions des utilisateurs, dans le cadre de la communication des documents, de localiser en un temps record, l information ou les documents recherchés. 10

11 2.5. QUELQUES NOTIONS DE TERMINOLOGIE ARCHIVISTIQUE Archives (Fonds d archives) : C est l ensemble des documents quels que soient leur date, leur forme et leur support matériel, élaborés ou reçus par une personne physique ou morale, un organisme public ou privé, en fonction de son activité et élaborés en conséquence à des fins utilitaires. Pièce (d archives) : C est la plus petite unité archivistique indivisible. C est le document élémentaire qui peut être une lettre composée d un ou de plusieurs feuillets ou même un registre (Exemple : Registre d état civil). La notion de pièce n implique aucun élément déterminé de volume. Dossier : C est l ensemble des pièces correspondant au traitement d une même affaire. C est le point de départ de tout regroupement d archives. Le dossier est une notion fonctionnelle qui ne tient pas compte de la quantité de liasse qui le compose. Liasse : C est une unité de conservation formée d un ensemble relativement volumineux de pièces, de dossiers attachés par une sangle ou une fiscelle. Article : C est une unité matérielle pourvue d une côte telle qu elle se présente sous les rayons. La Théorie des trois âges des archives : C est la théorie selon laquelle les documents d archives connaissent trois étapes dans leur évolution. - 1 er âge : appelé encore âge actif ou âge administratif : C est l âge de conservation des documents, de leur évolution dans les bureaux, tandis que les administrateurs conduisent les différentes phases d une affaire. Il se termine avec la clôture du dossier. - 2 ème âge : encore appelé âge semi- actif : C est l âge de justification ou de référence. En effet, même clos, un document peut être encore utile à l organisme qui l a secrété. A cette étape, le document est d utilisation périodique. - 3 ème âge : encore appelé âge inactif : C est l âge crucial où l administration n a plus besoin de ses documents pour son fonctionnement. C est l étape de l évaluation de recherche des documents dans l une des domaines de la connaissance scientifique. Dépôt : C est le local ou l ensemble des locaux destinés au traitement et à la conservation des fonds et collections d archives. Magasin : C est le local où sont conservés les documents. Rayons : C est une tablette horizontale entre deux montants verticaux sur laquelle sont placés les documents. Montant : C est le support vertical du rayon. Travée : C est l ensemble des rayons compris entre deux montants. Epi : C est l ensemble des rayons d un seul tenant à double ou simple face divisés en travées tous les mètres environ. 11

12 Versement : C est le transfert des documents d une administration productrice à un service producteur. C est une opération à la fois matérielle et juridique. Triage : C est le choix opéré par un archiviste entre les documents à conserver et ceux à éliminer. Il obéit à des critères scientifiques et techniques. Analyse : C est la description plus ou moins systématique des pièces et / ou dossiers d un fonds d archives. Cotation : C est l opération consistant à affecter chaque dossier traité un symbole d identification alphabétique, numérique ou alphanumérique. Instruments de recherche : C est la liste des dossiers traités comprenant pour chacun le numéro d ordre ou la côte, l analyse et les dates extrêmes. Bordereau de versement : C est la liste des dossiers transférés à un service d archives Communication : C est la mise à la disposition temporaire d un lecteur des documents pour une consultation à des fins administratives ou scientifique. Elle obéit à des règles de communicabilité qui sont les textes réglementant la consultation des documents d archives TRI ET ELIMINATION : Etapes décisives de la chaîne documentaire Aujourd hui, la destruction des archives ou l autorisation de les détruire fait partie des responsabilités reconnues de l Archiviste. On admet, en effet, en théorie archivistique que «savoir détruire est une exigence aussi fondamentale que savoir conserver». La masse des documents contemporains est telle que le coût de leur conservation rien qu en bâtiment et en rayonnage, serait prohibitif. Il faut donc se résoudre à y opérer des destructions. Mais la difficulté est de décider ce qui sera détruit et ce qui sera conservé. 12

13 Aux deux extrémités du choix, il y a des documents pour lesquels aucune incertitude n existe. Il s agit des documents qui deviennent, de toute évidence, inutiles après un délais parfois très court ; il n y a donc aucune raison de les conserver même si on le pouvait. D autres documents, au contraire, sont clairement dignes d être conservés indéfiniment. On peut citer comme exemple «les documents de mise en liberté de Nelson Mandela». Ces documents doivent être conservés indéfiniment pour servir à la reconstitution du passé. Mais entre ces deux extrêmes, on trouve une masse de papiers dont l intérêt et l utilité peuvent être discutés, et c est pour eux que la difficulté de la décision concernant leur conservation est la plus grande. Cette tâche des éliminations qui nécessite un choix et choisir c est toujours sacrifier quelques chose crée chez les Archivistes un certain malaise. Cependant, bien qu effroyable et encombrante, l Archiviste ne doit pas fuir cette responsabilité. Il doit, au contraire, revendiquer ce droit de vie ou de mort sur les papiers, qui lui a été donné par la coutume, sachant qu il ne pourra jamais contenter tout le monde : et les hommes du présent administrateurs ou historiens et ceux de l avenir. Pour amoindrir ces difficultés, l Archiviste doit établir ce qu on appelle «un Calendrier de Conservation et d Elimination ou Tableau de tri», un outil qui affecte à chacun des types de documents produits dans le service, une durée de vie bien déterminée. Il détermine le cheminement et le mode de gestion des documents depuis leur création jusqu à leur versement aux Archives ou leur destruction. Sa réalisation passe par l établissement d un questionnaire par l Archiviste adressé à tous les producteurs de documents afin de recueillir leurs idées sur le processus de formation des documents, leur durée de vie, leur sort etc. Car ces administrateurs, parce qu ayant suivi le processus de la formation des archives qu ils géraient, les connaissent mieux que quiconque. 13

14 2.7. REPRESENTATION GRAPHIQUE DE LA CHAINE DOCUMENTAIRE LA COLLECTE LE TRAITEMENT LA DIFFUSION EXTRACTION STOCKAGE Résumé (en documenta - tion ou Bibliothéconomie) Catalogage (en Documentation ou Bibliothéconomie) Analyse (en Archivistique) Classement (Commun) Indexation (Commune) Cotation (Commune) Instrument de Recherche (commun) Communication (Commune) 14

15 2.8. CONSEILS PRATIQUES AUX ADMINISTRATEURS Pour que la gestion des documents soit efficace, les conseils pratiques suivants doivent être respectés : 1/ Création d un dossier dès l entame d une affaire 2/ Y faire succéder les pièces suivant leur ordre d arrivée (de naissance) 3/ Eviter la reproduction anarchique d un document (il s agit d en reprographier un nombre strictement nécessaire d ampliation) 4/ Ne pas laisser traîner les documents devant nécessairement entrer dans un dossier 5/ Décrire exactement le contenu des chemises des dossiers 6/ Utiliser une cotation numérique simple, en attendant le classement définitif devant être assuré par l archiviste dès versement 7/ Remettre les pièces à leur place et dans l ordre, après usage 8/ Ne pas extraire les pièces d un dossier déjà clos pour en constituer un autre ou une autre documentation. Pour cela, il faut utiliser la photocopie. 9/ Veiller à la représentation matérielle des pièces dans les dossiers (la pièce la plus ancienne en bas et la plus récente au dessus) 10/ Pour les documents qui ne sont plus d utilité courante, contacter l archiviste pour leur versement Archives (au bout d un an) REGLEMENT INTERIEUR Chapitre I : considérations sur les archives 15

16 Article 1 : Sont considérées comme archives du Projet d Organisation et de Gestion Villageoises Phase II (POGV 2), tous les documents quels que soient leur date, leur forme et leur support matériel, produits ou reçus par ses services, dans le cadre de leurs activités. Ces documents ont une fonction de soutien à l activité quotidienne de la société, même si la valeur administrative de certains d entre eux peut paraître comme périmée. Ainsi donc, la conservation de toute forme de document pour lequel il existe un délai légal de conservation ou susceptible d aider l administration du POGV 2 est un principe auquel aucun agent du Projet ne peut se soustraire. Article 2 : Tout agent du Projet est tenu de préserver l intégrité et la bonne tenue des archives qu il a sous sa responsabilité. Chapitre II : versement de documents aux archives Article 3 : L initiative du versement appartient au service intéressé qui en avertit l archiviste eu égard au respect des délais de conservation dans les bureaux (1, 2 ou 3 ans selon la durée, la taille ou la vitesse de production des documents de l entreprise). Article 4 : Un bordereau de versement (voir annexe) spécifiant outre la Direction ou le Service, le nom du responsable du versement, la nature, les dates, le nombre, voire le caractère confidentiel des documents sera établi au préalable en deux exemplaires. a) Le premier exemplaire dument signé par le service versant sera contresigné par l archiviste et retourné après vérification de la totale conformité des indications portées sur le bordereau avec le contenu réel des boites ou chronos. b) Le second exemplaire est gardé par l archiviste en guise de justification. Article 5 : Le conditionnement et l acheminement des documents aux archives appartiennent exclusivement au service versant qui doit tenir compte de leur intégrité. Seuls les documents susceptibles de servir le Projet ou le bon fonctionnement de ses services seront acceptés par l archiviste. L annotation exacte du contenu de chaque boite ou chrono doit être portée sur le dos. Article 6 : L archiviste ne doit en aucun cas accepter les documents sans bordereau de versement. Le bordereau de versement permet de justifier le nombre exact de documents versés. L archiviste déclinera toute responsabilité en cas de versement de documents à son insu ou par tiers interposé. Chapitre III : classement des archives Article 7 : Les documents qui viennent d un même corps seront regroupés entre eux. Une distinction sera faite cependant au niveau des catégories de documents d un même service. Il sera adopté un classement chronologique à l intérieur de chaque catégorie de documents qui est plus conforme au mode de sécrétion des documents. 16

17 Article 8 : Soucieux de simplifier la recherche et de rendre l information aussi accessible que possible, une cotation alphanumérique (combinaison de lettres et de chiffres) à été préférée à d autres méthodes de classement. - les lettres (3 au maximum) symbolisent les initiales du service concerné (Exemple : DAF) - le chiffre qui suit constitue le numéro du document (Exemple : 03) - l année du document clôture cette cotation (Exemple : 02) Exemple : DAF Chapitre IV : communication des documents Article 9 : Les archives du POGV 2 sont accessibles tous les jours ouvrables aux heures suivantes : - du lundi au vendredi : matin : 8 heures à 13 heures 30 mn l après-midi : 15 heures à 17 heures 30 mn Article 10 : Les documents du Projet ne sont communiqués qu à ses seuls agents. Articles 11 : Aucun agent ne peut consulter les archives d un autre service ne relevant pas de son domaine d intervention sans l autorisation préalable du responsable de ce service. Toutefois l exclusivité de la recherche dans ses archives lui est accordée sans une restriction. Article 12 : Les demandes de communication sont les suivantes : la consultation sur place et le prêt avec déplacement. Article 13 : Les modalités de la communication sont les suivantes : la consultation sur place et le prêt avec déplacement. a) la consultation sur place : Elle se fait dans le bureau de l archiviste et sous sa supervision. Ainsi, il veillera à l intégrité et au bon ordre des documents en consultation. b) Le prêt avec déplacement : Le prêt s effectue sur deux fiches de prêt : - la première (fiche de prêt pièces comptables) contient les noms et prénoms de l usager, son service et son poste de téléphone (pour un éventuel rappel des documents empruntés), le nombre de pièces empruntées, les dates, le journal, la date de sortie des documents et les signatures. - La seconde (fiche de consultation) est utilisée pour les autres types de documents. Elle contient à peu près les mêmes indications. Article 14 : Les documents empruntés sont rendus immédiatement après consultation et seul l archiviste est habilité à les réintégrer. Chapitre V : destruction des documents Article 15 : Les documents ne présentant aucune valeur et ceux dont la durée légale de conservation (voir chapitre VI) est périmée, sont détruits par incinération, sous la supervision de l Archiviste. 17

18 Article 16 : L Archiviste soumet à la Direction avec ampliation au service intéressé, une liste des documents proposés à l élimination en précisant la date, le nombre (Cf. Bordereau de versement). Le service concerné donne son avis sur le sort réservé aux documents en signant le bordereau. Les bordereaux d élimination sont conservés par l archiviste dans un registre de documents effectivement mis au pilon. Chapitre VI : délais ou durée de conservation Article 17 : Le Calendrier de conservation constitue un instrument de travail incontournable dans le cadre d un programme de traitement des documents. Son application rigoureuse détermine le cheminement et le mode de gestion des documents depuis leur création jusqu à leur versement aux archives ou leur élimination. Article 18 : Dans l intérêt du Projet, bien qu aucune législation n y oblige, il convient de conserver de façon illimitée, certaines catégories de documents, tels que statuts, actes, documents de mise en œuvre, Programme Technique et Budgétaire Annuel (PTBA) etc. Faisant partie intégrante du fonds du Ministère de l Agriculture et de l Elevage, tous les documents du Projet devront être versés au Ministère après la fin du Projet. Pour les dossiers de personnel, la Législation archivistique exige 120 ans à partir de la naissance de l individu. Mais là aussi, il est préférable de les garder indéfiniment. Chapitre VII : mesures disciplinaires Article 19 : Pour la sécurité des archives, il est formellement interdit de fumer dans les dépôts d archives, la salle de pré archivage comme dans le bureau de l Archiviste. L introduction de nourriture y est aussi prohibée car elle peut être la cause de la présence d insectes ou de rongeurs dans les salles. Article 20 : Il est interdit aux usagers de se communiquer les documents entre eux sans en informer l Archiviste. Article 21 : Interdiction est faite aux agents de réintégrer les documents eux-mêmes. Cette tâche est exclusivement réservée à l Archiviste. Article 22 : Les documents prêtés ne doivent pas être conservés indéfiniment au risque de les faire perdre. Ils doivent être restitués à l Archiviste après usage et être bien tenus afin d éviter leur détérioration. Article 23 : Il est formellement interdit de procéder à la duplication des clefs des Archives pour éviter un dysfonctionnement des mesures d accompagnement dont le but est de maintenir la qualité du service. Article 24 : Le présent Règlement intérieur sera publié partout où besoin sera et affiché aux Archives. Kaolack, le 28 juillet

MINISTERE DE L HABITAT, DE L URBANISME ET DE LA POLITIQUE DE LA VILLE

MINISTERE DE L HABITAT, DE L URBANISME ET DE LA POLITIQUE DE LA VILLE MINISTERE DE L HABITAT, DE L URBANISME ET DE LA POLITIQUE DE LA VILLE JOURNEE PORTES OUVETRES Jeudi 27 septembre 2012 DEMATERIALISATION DES ARCHIVES Pour un meilleur accès à l information 1 PLAN Archivage

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS

POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS POLITIQUE N o 11 POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS Adoptée le 14 juin 2005 cegepdrummond.ca Adoptée au conseil d administration : 14 juin 2005 (CA-05-06-14-19) Cégep de Drummondville 960,

Plus en détail

SERVICES DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DE DOCUMENTS

SERVICES DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DE DOCUMENTS SERVICES DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DE DOCUMENTS Numéro du document : 0601-08 Adoptée par la résolution : _484 0601 En date du : 5 juin 2001 Signature du directeur général Signature

Plus en détail

Projet. Politique de gestion des documents et archives. Service du greffe (Avril 2012)

Projet. Politique de gestion des documents et archives. Service du greffe (Avril 2012) Projet Politique de gestion des documents et archives Service du greffe (Avril 2012) Ensemble des documents, quel que soit leur date, leur nature ou leur support, réunis (élaborés ou reçus) par une personne

Plus en détail

Politique de gestion des archives. Adoptée le 11 octobre 2011 par le conseil d administration (289 e assemblée résolution n o 2479)

Politique de gestion des archives. Adoptée le 11 octobre 2011 par le conseil d administration (289 e assemblée résolution n o 2479) Politique de gestion des archives Adoptée le 11 octobre 2011 par le conseil d administration (289 e assemblée résolution n o 2479) TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 3 1. OBJECTIFS DE LA POLITIQUE... 3 2.

Plus en détail

Politique numéro 42 POLITIQUE DE GESTION DOCUMENTAIRE

Politique numéro 42 POLITIQUE DE GESTION DOCUMENTAIRE COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN Politique numéro 42 POLITIQUE DE GESTION DOCUMENTAIRE Adoptée le 24-avril 2013 CA-13-184-1536 L usage du genre masculin inclut le genre féminin;

Plus en détail

CENTRE DE DOCUMENTATION ET D ARCHIVES

CENTRE DE DOCUMENTATION ET D ARCHIVES CENTRE DE DOCUMENTATION ET D ARCHIVES ACCUEIL Direction Générale du Budget et des Finances Horaires d ouverture au public : du lundi au vendredi de 8h à 17h PRESENTATION DU CDA HISTORIQUE DU CDA Cité Financière,

Plus en détail

Stages en archives pendant l apprentissage d agent-e en information documentaire liste de contrôle

Stages en archives pendant l apprentissage d agent-e en information documentaire liste de contrôle Stages en archives pendant l apprentissage d agent-e en information documentaire liste de contrôle De nombreux archivistes se sont déjà interrogés sur la manière d organiser un stage en archives pour des

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

instruction du 18 février 2003

instruction du 18 février 2003 99 année service téléphone document 2003 drhrs/dorh 01 41 41 84 01 RH 12 cab/sna 01 55 44 01 43 permanent instruction du 18 février 2003 Règles d archivage et de communication des dossiers de personnel

Plus en détail

INSPECTION ACADEMIQUE DE L AIN

INSPECTION ACADEMIQUE DE L AIN INSPECTION ACADEMIQUE DE L AIN TABLEAU DE GESTION DES ARCHIVES ARCHIVES DEPARTEMENTALES DE L AIN 2006 Ce tableau est fondé sur la circulaire conjointe des ministères de la Culture et de l Education parue

Plus en détail

Médiathèque de Marennes

Médiathèque de Marennes Médiathèque de Marennes Règlement Article 1 Dispositions générales La Médiathèque municipale de la ville de Marennes est un service de lecture publique chargé de contribuer à l information, à la documentation,

Plus en détail

Directive de gestion des documents et des archives du cégep Édouard-Montpetit

Directive de gestion des documents et des archives du cégep Édouard-Montpetit Directive de gestion des documents et des archives du cégep Édouard-Montpetit Projet Version 1.5 Adoptée au Comité de direction 1 er Septembre 2015 Direction des communications, affaires publiques et relations

Plus en détail

Objet : Archives de l intercommunalité. Modèles de convention P.J. : 3

Objet : Archives de l intercommunalité. Modèles de convention P.J. : 3 Paris, le 21 juillet 2009 Le ministre de la culture et de la communication à Mesdames et Messieurs les préfets de régions Mesdames et Messieurs les préfets de départements Mesdames et Messieurs les présidents

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DOCUMENTAIRE

POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DOCUMENTAIRE ADOPTÉE AU CONSEIL DES COMMISSAIRES DU 28 JANVIER 2014 RÉSOLUTION N O 68-CC-2013-2014 AD-02-04 POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DOCUMENTAIRE 1. OBJET Conformément à la Loi sur les archives (L.R.Q., c. A

Plus en détail

MEMENTO SUR LA GESTION DES ARCHIVES PUBLIQUES

MEMENTO SUR LA GESTION DES ARCHIVES PUBLIQUES MEMENTO SUR LA GESTION DES ARCHIVES PUBLIQUES LA LEGISLATION SUR LES ARCHIVES Le Code du Patrimoine (version consolidée au 13 janvier 2011) reprend la loi du 15 juillet 2008 sur les archives, modifiant

Plus en détail

ARCHIVES MUNICIPALES SAINT-PAUL-TROIS-CHATEAUX MEMOIRE VIVANTE DE VOTRE VILLE

ARCHIVES MUNICIPALES SAINT-PAUL-TROIS-CHATEAUX MEMOIRE VIVANTE DE VOTRE VILLE ARCHIVES MUNICIPALES DE SAINT-PAUL-TROIS-CHATEAUX MEMOIRE VIVANTE DE VOTRE VILLE DEFINITION DES ARCHIVES Code du patrimoine Partie législative o LIVRE II : ARCHIVES TITRE Ier : RÉGIME GÉNÉRAL DES ARCHIVES

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS

POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS MANUEL DE POLITIQUES, PROCÉDURES ET RÈGLEMENTS ADMINISTRATIFS POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS Code: Politique 2.8 Date d entrée en vigueur : Mai 2000 Nombre de pages: 9 Origine: Services juridiques

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU RESEAU DES BIBLIOTHEQUES DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES

REGLEMENT INTERIEUR DU RESEAU DES BIBLIOTHEQUES DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES REGLEMENT INTERIEUR DU RESEAU DES BIBLIOTHEQUES DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES 1 Règlement intérieur 01/06/2015 Titre 1 : Dispositions générales Article 1 : Missions des bibliothèques Le service de lecture

Plus en détail

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA INTITULE DU PROJET : PROJET DE PROMOTION DE L INITIATIVE LOCALE POUR LE DEVELOPPEMENT D AGUIE 1 Intitulé du Projet : Projet de Promotion de l Initiative Locale pour le

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

Affaire suivie aux Archives de Paris par : Statut du service versant : [indiquer ici l un des types de services proposés par la DAF]

Affaire suivie aux Archives de Paris par : Statut du service versant : [indiquer ici l un des types de services proposés par la DAF] N de versement Intitulé et adresse du service versant : BORDEREAU DE VERSEMENT D ARCHIVES A LA DIRECTION DES SERVICES D ARCHIVES DE PARIS 18 boulevard Sérurier 75019 Paris Tél. : 01 53 72 41 23 Fax : 01

Plus en détail

Dossiers personnels de l élève

Dossiers personnels de l élève Dossiers personnels de l élève Pauline Ladouceur Octobre 2008 - 2 - Principes de base à respecter: La protection des renseignements personnels repose sur trois principes de base : le nombre de renseignements

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW Adoptée le 18 mai 2006 par le Conseil d administration ATTENDU que les archives sont la propriété du Conseil de la Nation Atikamekw

Plus en détail

APPEL A PROJETS. «Accompagnement renforcé vers l emploi des bénéficiaires du RSA du département du Rhône»

APPEL A PROJETS. «Accompagnement renforcé vers l emploi des bénéficiaires du RSA du département du Rhône» APPEL A PROJETS «Accompagnement renforcé vers l emploi des bénéficiaires du RSA du département du Rhône» PROJET BENEFICIANT DU CONCOURS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN Préalable L appel à projets décrit ci-après

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

Mairie de BALLAN-MIRE 37510. Canton de BALLAN-MIRE. Tel : 02.47.80.10.00

Mairie de BALLAN-MIRE 37510. Canton de BALLAN-MIRE. Tel : 02.47.80.10.00 Mairie de BALLAN-MIRE 37510 Canton de BALLAN-MIRE Tel : 02.47.80.10.00-1/7 - La Bibliothèque Municipale est un service public. C est un lieu de découverte, d initiation, d information, de travail et de

Plus en détail

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Vu le décret n 2006-672 du 8 juin 2006 relatif à la création, à la composition et au fonctionnement de commissions

Plus en détail

Missions de la documentation... 2. Public concerné... 2. Horaires et conditions d accès... 2. Services aux usagers... 3. Obligations des usagers...

Missions de la documentation... 2. Public concerné... 2. Horaires et conditions d accès... 2. Services aux usagers... 3. Obligations des usagers... CENTRE NATIONAL DE RESSOURCES POUR LES HANDICAPS RARES À COMPOSANTE ÉPILEPSIE SÉVÈRE - FAHRES RÈGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DE LA DOCUMENTATION Tout usager des services documentaires du Centre National de

Plus en détail

Manuel Qualité. Toutes les activités de l ICEDD sont dans le domaine d application du référentiel ISO 9001 :2000.

Manuel Qualité. Toutes les activités de l ICEDD sont dans le domaine d application du référentiel ISO 9001 :2000. Manuel 1 Objectif Décrire brièvement l organisation du système mis en place à l ICEDD afin de démontrer le respect des exigences de la norme ISO 9001 : 2000. Accessoirement, cela peut faciliter la recherche

Plus en détail

RÈGLEMENT DE LA BIBLIOTHÈQUE A l attention des lecteurs

RÈGLEMENT DE LA BIBLIOTHÈQUE A l attention des lecteurs RÈGLEMENT DE LA BIBLIOTHÈQUE A l attention des lecteurs I- DISPOSITIONS GÉNÉRALES L accès à la bibliothèque et la consultation des documents sur place sont libres. L inscription et le prêt à domicile est

Plus en détail

Politique d acquisition des archives privées

Politique d acquisition des archives privées Politique d acquisition des archives privées 3 TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction 3 2. Objectifs 3 3. Définitions 3 4. Principes directeurs 4 5. Champs d application 5 6. Mécanismes d acquisition 5 7.

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de CASTRES a décidé de

Plus en détail

Rapport de vérification interne. Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément. de la Division des régimes de retraite privés

Rapport de vérification interne. Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément. de la Division des régimes de retraite privés Rapport de vérification interne du Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément de la Division des régimes de retraite privés du Bureau du surintendant des institutions financières Novembre

Plus en détail

RÈGLEMENT RELATIF A L UTILISATION DES SALLES DES FÊTES ET POLYVALENTE

RÈGLEMENT RELATIF A L UTILISATION DES SALLES DES FÊTES ET POLYVALENTE Conseil municipal du 30 juin 2010 RÈGLEMENT RELATIF A L UTILISATION DES SALLES DES FÊTES ET POLYVALENTE Délibération Vu le Code Général des Collectivités Territoriales, Considérant qu il y a lieu de mettre

Plus en détail

CHARTE DES DONS. Bibliothèque universitaire des langues et civilisations. Pôle Collections. Version : 26 janvier 2012

CHARTE DES DONS. Bibliothèque universitaire des langues et civilisations. Pôle Collections. Version : 26 janvier 2012 CHARTE DES DONS Bibliothèque universitaire des langues et civilisations Pôle Collections Version : 26 janvier 2012 65 rue des Grands Moulins F-75013 Paris www.bulac.fr T +33 (0)1 81 69 18 00 F +33 (0)1

Plus en détail

Groupe de travail : gestion, conservation et communication des archives

Groupe de travail : gestion, conservation et communication des archives DE L'ARIEGE Groupe de travail : gestion, conservation et communication des archives Mercredi 26 octobre 2011 9h - 12h 4 Rue Raoul Lafagette 09000 FOIX Tél : 05.34.09.32.40 Fax : 05.34.09.30.88 www.cdg09.fr

Plus en détail

RECUEIL POLITIQUE DES

RECUEIL POLITIQUE DES RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE DE GESTION INTÉGRÉE DES DOCUMENTS (PO-24) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE DE GESTION INTÉGRÉE DES DOCUMENTS (PO-24) Adoptée par le Conseil d'administration

Plus en détail

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3)

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. PRINCIPES FONDAMENTAUX Les incidents provoqués par des conduites intimidantes ou violentes

Plus en détail

Document de référence des activités et compétences des membres du CHSCT

Document de référence des activités et compétences des membres du CHSCT Document de référence des activités et compétences des membres du CHSCT Au niveau national comme au niveau régional, les partenaires sociaux ont la capacité de fixer les orientations qui seront mises en

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

MANUEL DE GESTION GESTION DU CENTRE DE DOCUMENTATION

MANUEL DE GESTION GESTION DU CENTRE DE DOCUMENTATION SCECR-DIR-07-01 MANUEL DE GESTION TITRE : GESTION DU CENTRE DE DOCUMENTATION TYPE DE DOCUMENT : DIRECTIVE ET PROCÉDURE Expéditeur : Conseillère-cadre à l évaluation, aux communications et à la recherche

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : ERNI1408943D Intitulé du texte : projet de décret relatif à la mise à disposition du public, pour un usage de réutilisation, d informations publiques

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN COMPTABLE

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN COMPTABLE MINISTERE D ETAT, MINISTERE DE L EMPLOI, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE --------------------- UGP-FILETS SOCIAUX --------------------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER

FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER ANNEXE DU REGLEMENT INTERIEUR ARTICLE 88 Validé par le Comité Directeur du 5 Novembre 2005 Adopté par l Assemblée Générale du 18 mars 2006

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS

POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS 1. OBJET DE LA POLITIQUE La présente politique a pour objet l application d un ensemble de méthodes et de systèmes portant sur le classement, la conservation et la protection des informations contenues

Plus en détail

INTRODUCTION. Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003)

INTRODUCTION. Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003) INTRODUCTION Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003) Le cadre d évaluation des données (CEQD) propose une structure qui permet d évaluer la qualité des données en comparant les

Plus en détail

RECUEIL DES DURÉES DE CONSERVATION DES DOCUMENTS DE GESTION (CALENDRIER DE CONSERVATION)

RECUEIL DES DURÉES DE CONSERVATION DES DOCUMENTS DE GESTION (CALENDRIER DE CONSERVATION) RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE RECUEIL DES DURÉES DE CONSERVATION DES DOCUMENTS DE GESTION (CALENDRIER DE CONSERVATION) Janvier 2009 Table des matières 1) Introduction a) Présentation 2 b) Utilisation

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT DIAGNOSTIC DE L INNOVATION ET DE L ETAT DE LA VALORISATION DES RESULTAS DE LA RECHERCHE AU SENEGAL 1/8 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Levier essentiel

Plus en détail

Le mémo du délégué du personnel.

Le mémo du délégué du personnel. Le mémo du délégué du personnel. le sommaire. 1. Champ d application 2. Ses attributions et ses rôles 3. Ses moyens d action 4. Protection Légale Préambule Afin de permettre la représentation des salariés

Plus en détail

Fiche métier Responsable de la préparation des produits

Fiche métier Responsable de la préparation des produits Fiche métier Responsable de la préparation Il peut aussi s appeler > Chef/responsable de station de conditionnement. > Chef d entrepôt. Caractéristiques du métier > Le/la responsable de la préparation

Plus en détail

REUSSIR SON ARCHIVAGE : POURQUOI? COMMENT?

REUSSIR SON ARCHIVAGE : POURQUOI? COMMENT? REUSSIR SON ARCHIVAGE : POURQUOI? COMMENT? Par Stéphane Billonneau Vous avez dit archives? Définition légale (loi n 79-18 du 3 janvier 1979) Des documents (papier, photos, vidéos, etc.) Quels que soient

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE MISSIONS

POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE MISSIONS Direction des Ressources humaines Service : Archives Départementales management AVIS DE VACANCE CHARGÉ DES INTERVENTIONS DANS LES SERVICES ADMINISTRATIFS POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

Règlement intérieur Réseau intercommunal de lecture publique

Règlement intérieur Réseau intercommunal de lecture publique Dispositions générales > Article 1 : Missions des bibliothèques Le service intercommunal a pour mission de contribuer à la formation, à l information, à la culture et aux loisirs de la population. Il doit

Plus en détail

ANNEXE IV DE L APPEL D OFFRES

ANNEXE IV DE L APPEL D OFFRES ANNEXE IV DE L APPEL D OFFRES CAHIER DES CHARGES RELATIF AU LOT III ARCHIVAGE AUDIOVISUEL ET DIFFUSION WEB SERVICES INTÉGRÉS DE PRODUCTION AUDIOVISUELLE, DE DIFFUSION ET D ARCHIVAGE APPEL D OFFRES OUVERT

Plus en détail

: 1121-01-12 : 6 RÈGLEMENT NUMÉRO

: 1121-01-12 : 6 RÈGLEMENT NUMÉRO Recueil de gestion RÈGLEMENT Code : 1121-01-12 Nombre de pages : 6 RÈGLEMENT NUMÉRO 10 Gestion des documents administratifs au Cégep de Lévis-Lauzon Adopté le 29 novembre 1989 Amendé le 4 octobre 2006

Plus en détail

Kit de Communication

Kit de Communication Kit de Communication Obligations des bénéficiaires du programme en matière de publicité des aides obtenues PROGRAMME OPÉRATIONNEL DE COOPÉRATION TERRITORIALE EUROPÉENNE INTERREG IV A France-Suisse 2007-2013

Plus en détail

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE Référentiel de certification du Baccalauréat professionnel GESTION ADMINISTRATION PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE 1 Le référentiel de certification du Baccalauréat GESTION ADMINISTRATION Architecture

Plus en détail

Vade-mecum de l archivage des documents papier

Vade-mecum de l archivage des documents papier Vade-mecum de l archivage des documents papier sous la direction d Isabelle Neuschwander puis d Agnès Magnien, directrice des Archives nationales Version mise à jour au 21 mars 2011 1 Définitions Il est

Plus en détail

LA TENUE DES ARCHIVES

LA TENUE DES ARCHIVES ARCHIVES DEPARTEMENTALES DU BAS-RHIN Mise à jour : Avril 2013 GUIDE PRATIQUE POUR LA TENUE DES ARCHIVES RAPPEL DES NOTIONS ET PRINCIPES Tous les documents produits par un service constituent, quelle que

Plus en détail

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Procédure d habilitation

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Procédure d habilitation Procédure d habilitation Version 1.1 Page 1/12 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/2010 1.0 Première version. 29/02/2012 1.1 Prise en compte de la date de la publication de

Plus en détail

Directive de la Direction 0.12 Ressources informationnelles et archives de l Université de Lausanne

Directive de la Direction 0.12 Ressources informationnelles et archives de l Université de Lausanne Directives de la Direction Directive de la Direction 0.12 Ressources informationnelles et archives de l Université de Lausanne 0.12.1. Préambule La présente directive porte sur les opérations de base en

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 59 e réunion Distr. : restreinte 11 février 2014 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT

PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT TERMES DE REFERENCE I. Information sur la consultation/contrat de service Titre Projet Type de contrat Durée initiale Lieu d affectation CONSULTANT NATIONAL

Plus en détail

Se conformer à la Loi Informatique et Libertés

Se conformer à la Loi Informatique et Libertés Se conformer à la Loi Informatique et Libertés Le cadre législatif Loi n 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l informatique, aux fichiers et aux libertés modifiée par la loi du 6 août 2004 dite loi Informatique

Plus en détail

B 2 15.01. Règlement d application de la loi sur les archives publiques (RArch) Disposition générale. Titre II (3) Organisation de l archivage

B 2 15.01. Règlement d application de la loi sur les archives publiques (RArch) Disposition générale. Titre II (3) Organisation de l archivage Règlement d application de la loi sur les archives publiques (RArch) B 2 15.01 du 21 août 2001 (Entrée en vigueur : 1 er septembre 2001) Le CONSEIL D ÉTAT de la République et canton de Genève vu l article

Plus en détail

MODELE DE QUESTIONNAIRE. (cf. article 13 du décret)

MODELE DE QUESTIONNAIRE. (cf. article 13 du décret) MODELE DE QUESTIONNAIRE (cf. article 13 du décret) NOM DE L ENTREPRISE FONDS D AIDE A LA MODERNISATION DE LA PRESSE Questionnaire au terme de la réalisation d un projet de modernisation Référence du dossier

Plus en détail

GESTION DU DOSSIER SCOLAIRE, DU DOSSIER D AIDE PARTICULIÈRE ET DU DOSSIER PROFESSIONNEL DE L ÉLÈVE AU SECTEUR DES JEUNES

GESTION DU DOSSIER SCOLAIRE, DU DOSSIER D AIDE PARTICULIÈRE ET DU DOSSIER PROFESSIONNEL DE L ÉLÈVE AU SECTEUR DES JEUNES 209 GESTION DU DOSSIER SCOLAIRE, DU DOSSIER D AIDE DE L ÉLÈVE AU SECTEUR DES JEUNES TABLE DES MATIÈRES Pages OBJECTIFS... 1 SECTION I - CLAUSES INTERPRÉTATIVES... 1 SECTION II - DISPOSITIONS GÉNÉRALES...

Plus en détail

NOR: EQUT0501281A. Le ministre des transports, de l équipement, du tourisme et de la mer et le ministre délégué à l industrie,

NOR: EQUT0501281A. Le ministre des transports, de l équipement, du tourisme et de la mer et le ministre délégué à l industrie, Arrêté du 14 octobre 2005 relatif aux organismes habilités à mettre en œuvre les procédures de vérification «CE» des sous-systèmes et d évaluation de la conformité ou de l aptitude à l emploi des constituants

Plus en détail

UNIVERSITÉ LAVAL. PLAN DE COURS PROGRAMME en GESTION du DÉVELOPPEMENT TOURISTIQUE. Titre et sigle du cours : Marketing touristique, MRK 20578

UNIVERSITÉ LAVAL. PLAN DE COURS PROGRAMME en GESTION du DÉVELOPPEMENT TOURISTIQUE. Titre et sigle du cours : Marketing touristique, MRK 20578 1 UNIVERSITÉ LAVAL FACULTÉ DES SCIENCES DE L'ADMINISTRATION Certificat en gestion du développement touristique PLAN DE COURS PROGRAMME en GESTION du DÉVELOPPEMENT TOURISTIQUE IDENTIFICATION Titre et sigle

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection Ville d ANGOULÊME Souhaitant améliorer la sûreté des personnes et la sécurité des biens, afin de lutter contre les actes de malveillance, la ville

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION ET DE CONSERVATION DES DOCUMENTS (Adoptée le 12 juin 2013)

POLITIQUE DE GESTION ET DE CONSERVATION DES DOCUMENTS (Adoptée le 12 juin 2013) POLITIQUE DE GESTION ET DE CONSERVATION DES DOCUMENTS (Adoptée le 12 juin 2013) Le générique masculin est utilisé sans discrimination uniquement dans le but d alléger le texte. 1. OBJECTIFS Gérer efficacement

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LA MEDIATHEQUE MUNICIPALE

REGLEMENT INTERIEUR DE LA MEDIATHEQUE MUNICIPALE REGLEMENT INTERIEUR DE LA MEDIATHEQUE MUNICIPALE ARRETE N 2008/02/ Le Maire de Portet-sur-Garonne, Vu le Code Général des Collectivités Territoriales principalement les articles L 2211-1 à L 2213-19 relatifs

Plus en détail

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ;

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ; DELIBERATION N 2013-129 DU 27 NOVEMBRE 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DECLARATIONS DE TRAITEMENTS AUTOMATISES D INFORMATIONS NOMINATIVES CONCERNANT

Plus en détail

APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015

APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015 INSTITUT DE FORMATION SUPERIEURE DES CADRES DIRIGEANTS RESEAU DE CHERCHEURS DE L INSTITUT DE FORMATION SUPERIEUR DES CADRES DIRIGEANTS APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015 La Fédération des Etablissements

Plus en détail

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005)

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ETAT DES LIEUX DE LA GESTION STRATEGIQUE DU SYSTEME STATISTIQUE NATIONAL DU MALI 1 1. Introduction

Plus en détail

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION Statut Le Comité de nomination et de rémunération est un comité consultatif du Conseil d Administration. Il remplit également

Plus en détail

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES 1 FINALITÉ 1 Soutien à la communication et aux relations internes et externes L assistant facilite la communication à tous les niveaux (interpersonnel,

Plus en détail

CONVENTION RELATiVE AU DÉPÔT LÉGAL N 2009-123/423 ENTRE LA BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE ET LA VILLE DE ROUEN

CONVENTION RELATiVE AU DÉPÔT LÉGAL N 2009-123/423 ENTRE LA BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE ET LA VILLE DE ROUEN CONVENTION RELATiVE AU DÉPÔT LÉGAL N 2009-123/423 ENTRE LA BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE ET LA VILLE DE ROUEN ENTRE: La ville de Rouen, représentée par son Maire, Madame Valérie Fourneyron, Place du

Plus en détail

POLITIQUE ET PROCÉDURES DE GESTION DOCUMENTAIRE

POLITIQUE ET PROCÉDURES DE GESTION DOCUMENTAIRE RÈGLEMENTS POLITIQUES PROCÉDURES POLITIQUE ET PROCÉDURES DE GESTION DOCUMENTAIRE 1. PRÉAMBULE 1.1 Nature du service de la gestion documentaire Le service de la gestion documentaire est une unité administrative

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

GESTION DES DOCUMENTS

GESTION DES DOCUMENTS 133 POLITIQUE GESTION DES DOCUMENTS OBJECTIFS Gérer les documents de la Commission scolaire en conformité avec la législation applicable et les besoins des usagers, dans un contexte de maximisation de

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

LOGICIEL DE GESTION DE LA MEDIATHEQUE D ARNAGE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

LOGICIEL DE GESTION DE LA MEDIATHEQUE D ARNAGE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CAHIER DES CHARGES A. OBJET DE LA CONSULTATION LOGICIEL DE GESTION DE LA MEDIATHEQUE D ARNAGE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES L objet de la consultation comprend la fourniture, l installation

Plus en détail

RÈGLEMENT RÉGISSANT LA GESTION DES DOSSIERS CLIENTS

RÈGLEMENT RÉGISSANT LA GESTION DES DOSSIERS CLIENTS RÈGLEMENT RÉGISSANT LA GESTION DES DOSSIERS CLIENTS 2015 www.iccrc-crcic.ca Version : 2015-002 Dernière modification : 13 juillet 2015 Page 2 de 9 Table des matières SECTION 1 OBJECTIF... 4 SECTION 2 DÉFINITIONS...

Plus en détail

Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats

Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats Textes de référence : articles L. 621-7 du code monétaire et financier et 221-4

Plus en détail

BUREAUX PNUD BURUNDI, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) ET RWANDA

BUREAUX PNUD BURUNDI, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) ET RWANDA TERMES DE REFERENCES SPECIFIQUES DU CONSULTANT COORDINATEUR/ CHEF D EQUIPE DES CONSULTANTS POUR LA FORMULATION D UN PROGRAMME D APPUI AU PROCESSUS D INTEGRATION ECONOMIQUE DES PAYS DE LA REGION DES GRANDS

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant programmeur-webdesigner. Octobre 2014

Termes de référence pour le recrutement d un consultant programmeur-webdesigner. Octobre 2014 Termes de référence pour le recrutement d un consultant programmeur-webdesigner Plan de Communication Octobre 2014 Ligne budgétaire : DP3 Plan de Communication, 4.2.1 1) Contexte et justification Selon

Plus en détail

Service Municipal d Accueil Postscolaire

Service Municipal d Accueil Postscolaire Service Municipal d Accueil Postscolaire Règlement intérieur 2013-2014 Direction de la Vie Scolaire et de la Petite Enfance 15 mail d Allagnat 63000 Clermont-Ferrand mail : dvspe-secretariat@ville-clermont-ferrand.fr

Plus en détail

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR «Rien ne sert de bien sélectionner, il faut aussi savoir intégrer à point!» Si un recrutement réussi dépend avant toute chose d une solide procédure de sélection,

Plus en détail