LA GROSSESSE APRÈS TRANSPLANTATION RÉNALE. Session 3. Recommandations pour planifier une grossesse. Professeur Maryvonne Hourmant.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA GROSSESSE APRÈS TRANSPLANTATION RÉNALE. Session 3. Recommandations pour planifier une grossesse. Professeur Maryvonne Hourmant."

Transcription

1 LA GROSSESSE APRÈS TRANSPLANTATION RÉNALE Professeur Maryvonne Hourmant. Service de Néphrologie-immunologie clinique. Hôtel-Dieu. - Nantes Un des objectifs d une femme insuffisante rénale jeune demandant une inscription pour une transplantation rénale est de pouvoir mener une grossesse. La fertilité est effectivement restaurée dans les 6 mois qui suivent la greffe (1) et la transplantation atteignant un état stable, en terme de fonction rénale, de risque de rejet et de complications infectieuses, après un an, la grossesse est généralement alors autorisée. Il s agit cependant d une grossesse à risque à double titre: risque lié au niveau de fonction rénale plus moins altérée de la patiente transplantée et risque lié au traitement immunosuppresseur. Contrairement à ce qui pourrait être attendu au regard de l augmentation de la survie du greffon ces 20 dernières années, le nombre de grossesses chez les femmes transplantées diminue. Une étude nordaméricaine publiée en 2009 a répertorié, en se basant sur des données du Medicare, femmes de 15 à 45 ans porteuses d un transplant rénal entre 1990 et 2003 et rapporte une diminution du taux de grossesse pour 1000 femmes de 59 en 1990 à 20 en 2000 (2). Cette évolution a suivi celle constatée dans la population générale américaine mais elle a été plus marquée et plus rapide. Le registre australo-néozélandais (ANZDATA) qui souligne la relative rareté des grossesses chez les femmes transplantées (20% seulement du taux de fertilité de la population générale) note la même tendance mais elle n apparaît pas significative (3). L étude américaine notait aussi que malgré un taux d avortements thérapeutiques en décroissance, le nombre de grossesses n arrivant pas à terme était stable ce qui traduit une fréquence augmentée d avortements spontanés (2). La grossesse chez la femme greffée reste donc une grossesse difficile. Session 3 Recommandations pour planifier une grossesse Il existe des recommandations anciennes pour la planification d une grossesse, dérivant des travaux de Davison, et qui ont été reprises par les recommandations européennes en 2002 (4) ou nord-américaines en 2009 (5) - Etre à au moins 2 ans post-greffe. Bien que des grossesses aient été menées à terme chez des femmes ayant moins de un an post-greffe, le risque d avortement spontané et les risques maternels et fœtaux sont plus élevés. Il semble que plus la greffe est ancienne, plus l évolution de la greffe est bonne et le délai moyen entre la transplantation et la grossesse est de plusieurs années dans les registres (6 ans dans le registre britannique par exemple) - Avoir une fonction rénale stable avec une créatininémie < 177 ùmol/l (20 mg/l) mais de préférence < 133 ùmol/l (15 mg/l). Au dessous de ce seuil, l évolution de la grossesse est presque toujours simple. - Pas d épisode de rejet aigu récent ou évolutif - Pression artérielle normale ou HTA minime (un seul hypotenseur), l HTA multipliant le risque de pré-éclampsie par 5 et ayant un impact négatif sur le devenir foetal 67

2 Maryvonne HOURMANT - Absence de protéinurie ou une protéinurie < 0,5 gr/j (1 gr/j pour les recommandations américaines). L intérêt d une biopsie du greffon à visée pronostique n est pas abordé. - Echographie du greffon normale (pas de dilatation des cavités pyélo-calicielles) - Traitement immunosuppresseur Prednisone < 15 mg/j Azathioprine <= 2 mg/kg/j Cyclosporine et tacrolimus à niveaux thérapeutiques Le Mycophénolate Mofetil et le Sirolimus sont contrindiqués et doivent être interrompus 6 semaines avant la conception Ces critères demandent certainement à être affinés. Généralités sur la grossesse après transplantation rénale Toutes nos connaissances sur les grossesses des transplantées sont issues de registres internationaux, nord-américain (National Transplant Pregnancy Registry), britannique (UK Transplant Registry) et ANZDATA., basés sur la libre déclaration des évènements et de ce fait non exhaustifs. Leurs données sont relativement superposables et elles font l objet de revues et rapports réguliers (3, 6, 7, 8). Ainsi, le taux d avortement thérapeutique qui a diminué avec le temps est dans les années 2000 de l ordre de 6% et le taux d avortements spontanés de 9-11% sauf aux Etats-Unis où il est de 15-19%. Les grossesses qui dépassent les 3 premiers mois iront à leur terme et ce sont donc 76-79% du nombre total qui aboutiront à la naissance d un enfant vivant. Les résultats de l étude américaine déjà citée reprenant des données du Medicare sont moins optimistes et font état d un taux d avortements spontanés de 47.5%, atteignant 55% si la grossesse survient dans la première année post-greffe (2). Un à 3% des grossesses se termineront par une mort in utero et le même pourcentage par la naissance d un enfant non viable. Cinquante % des femmes vont accoucher avant terme et le pourcentage de césariennes va, suivant les registres, de 46 à 72% (contre 14% dans la population générale). Le registre britannique a recherché les facteurs qui pouvaient être associés au succès de la grossesse défini par la naissance d un enfant vivant (7). Sur une population de 176 transplantées et de 193 grossesses, l analyse statistique a retrouvé une influence négative significative de l HTA systolique et d une créatininémie > 150 ùmol/l avant la grossesse. Les auteurs de l étude justifient le seuil de créatininémie par les données d études antérieures tout en reconnaissant qu il est certainement trop élevé. Par contre, l age de la mère, qui augmente avec les années (32 ans dans la dernière décennie contre 29 ans auparavant) et l ancienneté de la transplantation n avait pas d impact. La créatininémie ainsi que le type de la néphropathie responsable de l IRC (effet protecteur de la néphropathie de reflux) sont aussi retrouvés comme facteurs prédictifs du succès de la grossesse par le registre ANZDATA (3) Il faut enfin noter que le registre NTPR a colligé des grossesses chez des femmes ayant une transplantation combinée de rein et pancréas dont l évolution est peu différente de celles ayant une transplantation rénale seule 6). Sont aussi rapportées chez les femmes ayant une transplantation rénale des grossesses multiples (jumeaux et triplets), ou survenant après procréation assistée. Les grossesses successives sont relativement courantes (6). Le risque maternel Chez les femmes transplantées, le débit de filtration glomérulaire (DFG) augmente durant la grossesse comme dans la population géné- 68

3 La grossesse après transplantation rénale rale, mais son amplitude dépend du niveau de fonction rénale (9). La protéinurie dépasse souvent 0,5 gr/j dans le troisième trimestre d une grossesse normale sans que cela ait de valeur péjorative (9). Le registre anglais a étudié l évolution de la fonction rénale pendant la grossesse et dans le post-partum de la cohorte de 193 grossesses précédemment citée (7). La créatininémie passe de 125 ùmol/l en pré-grossesse à 110 ùmol/l au 2è semestre pour remonter à 112 mol/l dans le 3è semestre comme dans toute grossesse hors transplantation, puis à 130 ùmol/l dans les 3-6 mois du post-partum. Ces différences sont significatives. Dans cette étude, 20% des femmes cependant vont garder une altération de la fonction rénale. La femme transplantée a le même risque qu une femme insuffisante rénale de développer HTA et pré-éclampsie durant sa grossesse. Selon les registres, 69 à 76 % des transplantées enceintes ont une HTA qui était généralement présente avant la grossesse (6, 7). Vingt cinq % de celles qui ne sont pas hypertendues le deviendront. L incidence de la pré-éclampsie, qui peut être difficile à diagnostiquer chez des patientes ayant déjà HTA et protéinurie, est de 27-30%, similaire à celui rapporté chez les femmes insuffisantes rénales. Le risque de pré-éclampsie est bien sûr d autant plus élevé que la fonction rénale est altérée avant la grossesse. La grossesse chez la femme transplantée comporte aussi un risque immunologique mais il reste faible. L incidence du rejet aigu n est que de 2-4% peut être parce que le traitement immunosuppresseur, en ce qui concerne les anti-calcineurines du moins, va être adapté aux taux sanguins durant la grossesse. Il a été dit que ce risque était plus important dans le post-partum, le greffon ne bénéficiant plus du statut immunologique privilégié de la grossesse et il est conseillé par certains d augmenter la corticothérapie ou d en introduire une dans cette période. La survie du greffon et l évolution de la fonction rénale à long terme après la grossesse ont fait l objet de nombreuses discussions après la publication d une étude finlandaise en 1993 rapportant une dégradation de la fonction du transplant. Suivant les études ou les registres, 4 à 14% des greffons vont être perdus dans les 2 ans qui suivent la grossesse. Des études où les femmes transplantées ayant mené une grossesse ont été comparées à des contrôles, hommes ou femmes sans grossesse, appariés pour les facteurs ayant une valeur prédictive dans la survie du greffon, n ont trouvé aucune différence dans la survie des patients, des greffons et le niveau de fonction rénale, avec un suivi qui va jusqu à 20 ans dans une des études (3, 11, 12). Les femmes transplantées enceintes sont à risque d infections et on estime que 40% d entre elles feront une infection urinaire, compliquée parfois de pyélonéphrite aiguë. Les recommandations européennes préconisent de faire un ECBU mensuel. Le risque d infection à Cytomégalovirus a été souligné en raison du risque de transmission au fœtus, chez qui il va être cause de malformations. Cependant, le risque d une infection à CMV est très faible chez la femme transplantée au delà de 6-12 mois. Il est important de rappeler aussi que la vaccination contre la rubéole ne peut être faite après la transplantation (vaccin vivant atténué). Aussi les recommandations européennes préconisent-elles de le faire avant la transplantation chez les femmes jeunes (4). Le risque fœtal Cinquante % des femmes accouchant avant terme, les enfants nés de femmes transplantées sont prématurés et de petit poids. Cinquante % des enfants naissent avant la 37ème Session 3 69

4 Maryvonne HOURMANT 70 semaine mais il s agit d une «petite» prématurité. Selon le registre britannique, l âge gestationnel moyen de 35,6 +/- 0,3 semaines (7). Cinquante % des enfants ont un poids de naissance < 2500 grammes pour un poids moyen de /- 80 grammes. Vint deux % ont un poids < 1500 grammes. Pour comparaison, les chiffres de la population générale sont de 8% pour la prématurité et de 3226 grammes pour le poids de naissance. Les facteurs prédictifs significatifs d un accouchement avant terme sont une créatininémie > 150 ùmol/l et un traitement hypotenseur durant la grossesse (7). Les enfants nés de femmes transplantées ont toutes les raisons d être porteurs de malformations (insuffisance rénale et HTA maternelles, petit poids de naissance) mais les risques inhérents au traitement immunosuppresseur sont particulièrement soulignés, donnant lieu à une abondante littérature de synthèse ( revue dans 8). Tous les médicaments immunosuppresseurs traversent la barrière foeto-placentaire et sont filtrés par le foie fœtal. La distribution de ces médicaments chez le foetus va dépendre de nombreux facteurs comme leur solubilité et leur poids moléculaire mais aussi leur métabolisme par des systèmes enzymatiques exprimés de façon différente par le placenta et les tissus fœtaux et de façon variable durant la grossesse. La distribution d un médicament dans la circulation foeto-maternelle peut donc être difficile à déterminer. Les recommandations de la FDA et les RCP (Résumé des Caractéristiques du Produit) français sont rappelés dans le tableau 1. Les corticoïdes traversent le placenta qui les métabolisent à 90% avant qu ils atteignent le fœtus. Leurs taux dans la circulation fœtale sont très faibles. L insuffisance surrénalienne du bébé de mère sous corticoïdes est classique mais rare. Chez les femmes non transplantées sous stéroïdes, le taux de malformation fœtale, 3,5%, est comparable à celui de la population générale. On leur a attribué un risque de rupture prématurée des membranes. Les corticoïdes peuvent donc être prescrits durant une grossesse. L Azathioprine (Imurel TM ) passe dans la circulation fœtale mais le fœtus n a pas l enzyme nécessaire à sa transformation en métabolite actif. L Azathioprine est tératogène chez l animal mais les études humaines n ont retrouvé aucune malformation spécifique qui lui serait associée. Il est quand même rapporté chez l enfant des anomalies hématologiques et une atrophie thymique. Bizarrement, la FDA rentre l Azathioprine dans la catégorie des médicaments ayant un risque humain alors que les RCP conseillent seulement de suspendre le traitement pendant la grossesse si cela est possible. Dans la pratique, l Azathioprine est largement utilisé chez les femmes transplantées enceintes. Les inhibiteurs des calcineurines, Cyclosporine (Sandimmun TM, Neoral TM ) et Tacrolimus (Prograf TM, Advagraf TM ), entrent la circulation fœtale et sont détectés à des taux plus élevés que dans le sang maternel, dans le placenta et le cordon ombilical. Une étude a cependant montré qu ils n atteignaient que 50% du taux sanguin maternel dans le sang fœtal. Une toxicité fœtale a été mise en évidence dans les études animales mais pour des doses bien supérieures à celles utilisées en clinique humaine. Chez l homme, on dispose des résultats d une méta-analyse (12) qui n a pas pu mettre ce risque tératogène en évidence même si le chiffre de 4,1% de malformations pourrait devenir significatif avec une cohorte plus importante, par comparaison avec des patientes recevant un autre traitement immunosuppresseur. La Cyclosporine est classé dans la catégorie C par la FDA, des médicaments dont le risque ne peut être exclu. Les RCP conseillent de n utiliser la Cyclosporine que si nécessaire. Le Tacrolimus, pour lequel moins d études en clinique humaine sont

5 La grossesse après transplantation rénale disponibles, entre aussi dans la catégorie C et pour les RCP, son administration est exclue durant la grossesse. Dans la pratique quotidienne, là aussi, le Tacrolimus n est pas interrompu en cas de grossesse. Le Mycophénolate Mofetil (MMF) (Cellcept TM ) est responsable chez l animal de malformations, d anomalies de développement, de retards de croissance et de morts in utero, pour des posologies superposables à celles utilisées chez l homme. La principale série rapportée chez l homme comprenait 26 grossesses chez 18 femmes transplantées traitées par MMF. Le taux d avortements spontané est élevé (11/26) ; sur les 15 enfants nés, quatre (26,7%) présentaient des malformations de l oreille externe et moyenne, malformations palatine et bec de lièvre (13). La FDA range le MMF dans la catégorie C, les RCP recommande «de ne pas instaurer un traitement par CellCept avant d'avoir obtenu le résultat négatif d'un test de grossesse. Une contraception efficace doit être prescrite avant le début du traitement par CellCept, pendant le traitement ainsi qu'au cours des six semaines suivant son arrêt Les patientes doivent être averties de la nécessité de consulter immédiatement leur médecin en cas de grossesse. L'utilisation du CellCept n'est pas recommandée pendant la grossesse et doit être réservée aux situations dans lesquelles aucune autre alternative thérapeutique adaptée n'est disponible. Le CellCept ne doit être utilisé chez la femme enceinte que si le bénéfice potentiel est supérieur au risque potentiel encouru par le fœtus». En routine de transplantation, une grossesse sous MMF est formellement interdite et le médicament remplacé par l Azathioprine. Comment figurant dans les recommandations pour planifier une grossesse, le changement de traitement est fait 6 semaines au moins avant la conception ou l arrêt de la contraception. La baisse du nombre de grossesses chez les femmes transplantées est principalement expliquée par cette nécessité de modifier le traitement immunosuppresseur qui, comme tout changement d immunosuppression, peut avoir des conséquences immunologiques. Le Mycophénolate Sodique (MyforticTM) est un médicament plus récent et peu évalué mais la même contrindication s applique. Le Sirolimus (Rapamune TM ) fait partie avec l Everolimus (Certican TM ) de la famille des inhibiteurs de mtor. Le sirolimus n a pas été tératogène dans les études animales mais responsables quand même d un retard d ossification. Les études humaines manquent. Une série de 7 grossesses a été publiée, rapportant 3 avortements spontanés et 4 enfants vivants dont un ayant une anomalie palatine mais la maman avait commencé sa grossesse sous MMF (12). Pour la FDA, le risque humain ne peut être exclu. Les RCP déconseillent la poursuite du médicament durant la grossesse sauf réelle nécessité. Toute femme recevant ce médicament, doit être sous contraception et elle doit être poursuivie jusqu à 12 semaines après l arrêt du traitement. En pratique de transplantation, la même règle et la même conduite qu avec le MMF s applique. Au delà de la tératogénicité des médicaments, les immunosuppresseurs sont soupçonnés d entraîner un déficit immunitaire chez le fœtus et le nouveau-né. L exposition in utero semble altérer le développement et les fonctions des lymphocytes NK, T et B (14) ; les taux d immunoglobulines sont inférieurs à la normale, ce qui incite les auteurs de l étude à conseiller de retarder les vaccinations après le 6ème mois de vie en raison d une réponse vaccinale insuffisante et d un risque d infection avec les vaccins vivants atténués. Nous n aborderons pas le risque tératogène lié au traitement par les inhibiteurs de l enzyme de conversion et les antagonistes des récepteurs de l angiotensine 2, qui est traité dans un autre chapitre. 71 Session 3

6 Maryvonne HOURMANT L allaitement La littérature donne peu d informations sur l allaitement par des mères sous traitement immunosuppresseur. L Académie Américaine de Pédiatrie autorise l allaitement par des mères prenant des corticoïdes, le déconseille lorsque la mère est sous Cyclosporine et n a pas de recommandation particulière vis-à-vis de l Azathioprine et du Tacrolimus. De petites quantités de Prednisone et d Azathioprine sont retrouvées dans le lait maternel (15). Une revue de la littérature concernant l allaitement sous Cyclosporine arrive à la conclusion que même si le médicament est excrété dans le lait où ses taux sont proches de ceux du sang maternel, le dosage du médicament dans le sang du bébé est indétectable et qu il faudrait des cyclosporinémies > 2000 ng/ml pour atteindre 10% des valeurs thérapeutiques chez l enfant (16). Le faible risque lié à la toxicité du médicament par le lait doit être mis en balance avec le bénéfice de l allaitement maternel chez un enfant prématuré et de petit poids. Conclusion : Les progrès de l obstétrique ont amélioré les résultats des grossesses chez les femmes transplantées mais elles restent des grossesses à risque et l obstacle de la fonction du transplant et de l hypertension perdure. Dans tous les cas, la prise en charge doit être multidisciplinaire, dans le suivi de la patiente mais aussi lors de la prise de la décision de la grossesse. Le devenir de l enfant, fonction rénale, complications à long terme incluant cancers et lymphomes, est mal connu et justifierait que ces enfants soient particulièrement suivis. L Agence de Biomédecine envisage depuis plusieurs années la création d un registre des enfants nés de mère transplantée mais sa réalisation est difficile. 72

7 BIBLIOGRAPHIE 1. Davison JM. Dialysis, transplantation and pregnancy. Am J Kidney Dis (2): Gill JS, Zalunardo N, Rose C, Tonelli M. The pregnancy rate and live birth rate in kidney transplant recipients. Am J Transplant : Levidiotis V, Chang S, McDonald S. Pregnancy and maternal outcomes among kidney transplant recipients. J Am Soc Nephrol : ERBP Expert Group on Renal transplantation European best practice guidelines for renal transplantation. Section IV: Long term management of the transplant patient. Pregnancy in renal transplant patients. Nephrol Dial Transplant (suppl 4): KDIGO Clinical Practice Guidelines for the care of kidney transplant recipients. Sexual and fertility: female fertility. Am J Transplant (suppl 3): Armenti VT, Constantinescu S, Moritz MJ, Davison JM. Pregnancy after transplantation. Transplantation reviews : Sibanda N, Briggs JD, Davison JM, Johnson RJ, Rudge C. Pregancy after organ transplantation : a report from the UK Transplant Pregnancy register. Transplantation (10): McKay DB, Josephson MA. Pregnancy in recipients of solid organs- Effects on mother and child. New Engl J Med : Davison JM. The effect of pregnancy on kidney function in renal allograft recipients. Kidney Int : First MR, Combs CA, Weiskittel P, Miodovnik M. Lack of effect of pregnancy on renal allograft survival or function. Transplantation : Fischer T, Neumayer HH, Fischer R, Barenbrock M, Schobel HP, Lattrell BC, Jacobs VR, Paepke S, Pilder von Steinburg S, Sneider KTM, Budde K. Effect of pregnancy on long-term kidney function in renal transplant recipients treated with Cyclosporine and with Azathioprine. Am J Transplant : Bar Oz B, Hackman R, Einarson T, Koren G. Pregnancy outcome after cyclosporine therapyduring pregnancy: a meta-analysis. Transplantation (8): Sifontis NM, Coscia LA, Constantinescu S, Lavelanet AF, Moritz MJ, Armenti VT. Pregnancy outcomes in solid organ transplant recipients with exposure to Mycophenolate Mofetil or Sirolimus. Transplantation (12): Schena FP, Stallone G, Schena A, Manfredi G, Derosa C, Procino A, Di Paolo S. Pregancy in renal transplantation: immunologic evaluation of neonates from mothers with transplanted kidneys. Transplant Immunol : Coulam CB, Moyer TP, Jiang NS, Zincke H. Breast-feeding after renal transplantation. Transplant Proc : Coady NT. Maternal transplantation medications during breast feeding. J Hum Lact (1): Session 3 73

8 Maryvonne HOURMANT Table 1: Recommandations de la FDA et RCP françaises concernant Table 1: Recommandations de les la médicaments FDA et RCP françaises immunosuppresseurs concernant les médicaments immunosuppresseurs Table 1: Recommandations de la FDA et RCP françaises concernant les médicaments immunosuppresseurs Médicament FDA RCP Corticoïdes Médicament FDA B Peuvent être RCP prescris Corticoïdes B Peuvent être prescris Azathioprine D Suspension souhaitable Azathioprine D Suspension souhaitable Inhibiteurs CNI Cyclosporine Inhibiteurs CNI C Ne doit être envisagée que si nécessaire Tacrolimus Cyclosporine C Peut Ne doit être être envisagée chez que la femme si nécessaire enceinte Tacrolimus C Peut être envisagé chez la femme enceinte Administration non recommandée sauf si pas d autre Mycophenolate C alternative Administration thérapeutique non recommandée sauf si pas d autre Mofetil, Mycophenolate Sodique C alternative thérapeutique Mofetil, Sodique Ne pas utiliser sauf nécessité absolue Inhibiteurs mtor C Ne pas utiliser sauf nécessité absolue Sirolimus, Inhibiteurs Everolimus mtor C Sirolimus, Everolimus A : A Les : Les études humaines, contrôlées, ne montrent ne pas pas de risque de risque B A : B Pas Les : Pas d évidence études d évidence humaines, de de risque risque contrôlées, chez chez l homme. l homme. ne montrent Les Les études pas études animales risque animales montrent montrent un risque un risque non retrouvé non retrouvé chez l homme B : Pas d évidence ou si il n existe de risque pas chez d études l homme. adéquates Les études chez l homme, animales les montrent études un animales risque sont non retrouvé négatives chez C l homme : chez Le risque l homme ou chez si il n existe ou l homme si il pas n existe ne d études peut pas être d études adéquates exclu. adéquates Les chez études l homme, chez manquent l homme, les études chez les l animales homme études ou animales sont négatives études sont animales C : négatives Le risque montrent chez l homme un risque ne ou peut manquent être exclu. Les études manquent chez l homme ou les études D animales : C Evidence : Le risque montrent d un chez risque un l homme risque chez ou l homme ne manquent peut être exclu. Les études manquent chez l homme ou les études D : Evidence d un risque chez l homme animales montrent un risque ou manquent D : Evidence d un risque chez l homme 74

Grossesse et rôle parental après une transplantation: Ce que vous devriez savoir

Grossesse et rôle parental après une transplantation: Ce que vous devriez savoir Grossesse et rôle parental après une transplantation: Ce que vous devriez savoir Transplantation et grossesse La transplantation offre une seconde chance de vivre à bon nombre de personnes atteintes d

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Pr Maryvonne Hourmant Service de Néphrologie-Immunologie clinique. CHU de Nantes Le constat Coût du traitement

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

La maladie de Berger Néphropathie à IgA

La maladie de Berger Néphropathie à IgA Néphropathie à IgA La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous informer

Plus en détail

Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005. Tabac et Grossesse M. COLLET

Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005. Tabac et Grossesse M. COLLET Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005 Tabac et Grossesse M. COLLET Tabac et grossesse Problème majeur de santé publique 25 à 33 % des femmes fument pendant la grossesse Nombreuses conséquences obstétricales

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES QU EST-CE QUE LE MDRD? Il s agit d une formule permettant d estimer le débit de filtration glomérulaire et donc la fonction rénale La formule est la suivante :

Plus en détail

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours Grossesse et HTA J Potin Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours HTA et grossesse Pathologie fréquente : 2 à 5 % des grossesses (2 à 3 % des multipares, 4 à 8 % des primipares)

Plus en détail

PROGRAF MC Toutes indications

PROGRAF MC Toutes indications PROGRAF MC Toutes indications AVRIL 2015 Marque de commerce : Prograf Dénomination commune : Tacrolimus Fabricant : Astellas Forme : Capsule Teneurs : 0,5 mg, 1 mg et 5 mg Exemption de l application de

Plus en détail

Dyslipidémie en greffe d'organes Istvan Mucsi

Dyslipidémie en greffe d'organes Istvan Mucsi Dyslipidémie en greffe d'organes Istvan Mucsi Centre universitaire de santé McGill, Montréal, Québec, Canada Objectifs 1) Connaître les causes de dyslipidémie après greffe d organes 2) Décrire le traitement

Plus en détail

LE DIABETE GESTATIONNEL

LE DIABETE GESTATIONNEL Document de synthèse sur le diabète gestationnel DOCUMENT DE SYNTHESE LE DIABETE GESTATIONNEL Preface Document de synthèse sur le diabète gestationnel Cher lecteur, chère lectrice Ce document est un guide

Plus en détail

Suivi ambulatoire de l adulte transplanté rénal au-delà de 3 mois après transplantation

Suivi ambulatoire de l adulte transplanté rénal au-delà de 3 mois après transplantation SYNTHESE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Suivi ambulatoire de l adulte transplanté rénal au-delà de 3 mois après transplantation Novembre 2007 OBJECTIF Assurer une qualité optimale du suivi et de

Plus en détail

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale Transplantation pulmonaire et mucoviscidose Optimiser la prise en charge médicale Dr Isabelle Danner-Boucher CRCM adulte de Nantes Unité de Transplantation Thoracique 11èmes Journées Scientifiques de la

Plus en détail

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer Septembre 2009 DÉFINITION ET OBJECTIF Dès lors qu ils expriment un projet de

Plus en détail

Donneurs vivants Risques à long terme. Cours de transplantation Univ. Montréal et McGill 5 avril 2013

Donneurs vivants Risques à long terme. Cours de transplantation Univ. Montréal et McGill 5 avril 2013 Donneurs vivants Risques à long terme Michel R. Pâquet MD, PhD Unité de Transplantation Le Centre Hospitalier de l Université de Montréal Hôpital Notre-Dame Montréal Hôtel-Dieu Hôpital Notre-Dame Cours

Plus en détail

Principales complications de la grossesse Hypertension artérielle gravidique Item 17 - Module 2

Principales complications de la grossesse Hypertension artérielle gravidique Item 17 - Module 2 Objectifs : Principales complications de la grossesse Hypertension artérielle gravidique Item 17 - Module 2 Diagnostiquer et connaître les principes de prévention et de prise en charge de l hypertension

Plus en détail

Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT

Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT Marc Ladrière CHU Nancy Hôpital Brabois Adulte 19 mars 2015 Le rapport d activité

Plus en détail

La planification familiale

La planification familiale La planification familiale après l avortement spontané ou provoqué Introduction Les grossesses non désirées sont l une des principales raisons pour lesquelles les femmes choisissent d avorter. Beaucoup

Plus en détail

HTA et grossesse. Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice

HTA et grossesse. Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice HTA et grossesse Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice Définition HTA gravidique: Après 20 SA Systole> 140mmHg et/ou Diastole>90mmHg A 2 reprises séparées de plus de 6 heures Résolutive

Plus en détail

SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE!

SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE! SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE! SUIVEZ-NOUS SUR : BANQUE PUBLIQUE DE SANG DE CORDON DʼHÉMA-QUÉBEC Lire ce code avec un téléphone intelligent pour accéder à la page S inscrire à la banque de sang de

Plus en détail

Infection VIH et Grossesse Rédigée par : Laurichesse Hélène, C Jacomet

Infection VIH et Grossesse Rédigée par : Laurichesse Hélène, C Jacomet Procédure qualité : «VIH et grossesse» Page 1 sur 6 CHU de Clermont-Ferrand Service de Gynécologie-obstétrique Pôle Gynécologie-Obstétrique biologie de la reproduction Procédure médicale Infection VIH

Plus en détail

Immunosuppression Immunosuppr F Castex, PhD EA 7288 FMBS 215 UE Immunopath 2013

Immunosuppression Immunosuppr F Castex, PhD EA 7288 FMBS 215 UE Immunopath 2013 Immunosuppression F Castex, PhD EA 7288 FMBS 215 UE Immunopath 2013 Stratégies Emballement Déficience Insuffisance Systéme Immunitaire Immunosuppression Immunosubstitution Injection de cellules souches

Plus en détail

Controverse UDM télésurveillée Pour. P. Simon Association Nationale de Télémédecine

Controverse UDM télésurveillée Pour. P. Simon Association Nationale de Télémédecine Controverse UDM télésurveillée Pour P. Simon Association Nationale de Télémédecine Controverse Peut-on être en 2013 opposé au développement de la télémédecine? Pourquoi les patients en insuffisance rénale

Plus en détail

Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse

Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse Professeur Emmanuel Grimprel Service de Pédiatrie Générale, Hôpital Trousseau, Paris Université Pierre et Marie Curie, Paris Déclaration

Plus en détail

Dépistage, prise en charge et. Journée du médecin de famille, 10 juin 2004

Dépistage, prise en charge et. Journée du médecin de famille, 10 juin 2004 Diabète gestationnel Dépistage, prise en charge et recommandations Journée du médecin de famille, 10 juin 2004 Diabète gestationnel Prévalence: 3 à 6% Quel test? Quel seuil? Quelle population? A quel moment

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici Un résumé des recommandations éditées par l AFEF le 1 er juin 2015 Les recommandations de l AFEF vont plus loin que celles de l EASL. Le Pr Victor De Lédinghen, du CHU de Bordeaux, et secrétaire général

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

Professeur Diane GODIN-RIBUOT

Professeur Diane GODIN-RIBUOT UE3-2 - Physiologie rénale Chapitre 5 : Mesure de la fonction rénale : la clairance rénale Professeur Diane GODIN-RIBUOT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions.

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Exemple d une étude prospective sur la place d un test de détection rapide du SGB. HONORAT Raphaële 1, ASSOULINE Corinne 1,

Plus en détail

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg»

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» Conférence de Presse 11/09/2013 «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» La Santé Périnatale au Luxembourg Etat des lieux Présentation de deux rapports : Surveillance de la Santé

Plus en détail

Le diabète gestationnel

Le diabète gestationnel Le diabète gestationnel Nature du diabète gestationnel Le diabète gestationnel apparait durant la grossesse et disparaît généralement après l accouchement. Dans la plupart des cas, il est trouvé par une

Plus en détail

LES DÉFICITS IMMUNITAIRES COMBINÉS SÉVÈRES

LES DÉFICITS IMMUNITAIRES COMBINÉS SÉVÈRES LES DÉFICITS IMMUNITAIRES COMBINÉS SÉVÈRES Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement

Plus en détail

Atelier N 2. Consultation de patientes porteuses d une maladie générale

Atelier N 2. Consultation de patientes porteuses d une maladie générale Atelier N 2 Consultation de patientes porteuses d une maladie générale Contre indica,ons à la grossesse Hypertension artérielle pulmonaire >30mmHg Maladie de Marfan (dilatation aortique>4 cm) Rétrécissement

Plus en détail

LA GROSSESSE AU COURS DES MALADIES

LA GROSSESSE AU COURS DES MALADIES LA GROSSESSE AU COURS DES MALADIES AUTO-IMMUNES Dr Agathe Masseau Service de Médecine Interne, consultation grossesse-maladies auto-immunes, Hôpital Hôtel Dieu - Nantes Pendant des années, la grossesse

Plus en détail

Information au patient TRANSPLANTATION RÉNALE. Coordination de transplantation 02 477 60 99

Information au patient TRANSPLANTATION RÉNALE. Coordination de transplantation 02 477 60 99 Information au patient TRANSPLANTATION RÉNALE Coordination de transplantation 02 477 60 99 Transplantation Rénale 1. Introduction Pour le patient qui présente un stade avancé d insuffisance rénale, la

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis.

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Tarek Ben Othman Congrès de la STPI, 24 avril 2009 Plan Introduction

Plus en détail

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011 FASCICULE VI AFFECTIONS DU NOUVEAU-NÉ Emploi des codes du chapitre XVI Le chapitre XVI est celui de Certaines affections dont l origine se situe dans la période périnatale. La définition de la période

Plus en détail

COMPÉTENCES CANADIENNES POUR LES SAGES-FEMMES

COMPÉTENCES CANADIENNES POUR LES SAGES-FEMMES COMPÉTENCES CANADIENNES POUR LES SAGES-FEMMES Veillez prendre note qu afin d alléger le texte le féminin est utilisé pour désigner les deux sexes et que les termes sage-femme et sages-femmes désignent

Plus en détail

Indications de la césarienne programmée à terme

Indications de la césarienne programmée à terme Indications de la césarienne programmée à terme Janvier 2012 Quelles sont les indications de la césarienne programmée? Utérus cicatriciel Transmissions mère-enfant d infections maternelles Grossesse gémellaire

Plus en détail

SP QUÉBEC PRINTEMPS/ÉTÉ 2013 LE SUPPLÉMENT WEB

SP QUÉBEC PRINTEMPS/ÉTÉ 2013 LE SUPPLÉMENT WEB GROSSESSE ET REPRODUCTION La SP se manifeste plus fréquemment chez les femmes en âge de procréer que dans tout autre groupe de personnes. Au moment où elles reçoivent un diagnostic de SP, les femmes touchées

Plus en détail

F us u ses c ouc u he h s s po p nt n a t né n es J. L J. an sac CHU H T ou

F us u ses c ouc u he h s s po p nt n a t né n es J. L J. an sac CHU H T ou Fausses couches spontanées J Lansac CHU Tours Définition Avortement : expulsion produit de conception avant 22SA ou enfant

Plus en détail

PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE

PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE Royaume du Maroc Ministère de la Santé PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE Fin du Compte à rebours 2015 Avec l appui de Contexte En souscrivant aux

Plus en détail

ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches

ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches Le don de cellules souches Jean VIVIN 04/2013 1-Nature du problème : 2- Technique Les leucémies représentent

Plus en détail

Le don. de sang placentaire. Une source irremplaçable de cellules souches pour la greffe allogénique. Document destiné aux professionnels de santé

Le don. de sang placentaire. Une source irremplaçable de cellules souches pour la greffe allogénique. Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé 2 EDITION Etablissement relevant du ministère de la santé Le don de sang placentaire Une source irremplaçable de cellules souches pour la greffe allogénique

Plus en détail

Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées

Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées Grossesse a priori «normale» Quelle prise en charge? Sécurité médicale RPC EBM Opinion des usagers

Plus en détail

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé Professeur Michèle Kessler CHU de Nancy et réseau Néphrolor L une des applications de la télémédecine est la télésurveillance à domicile,

Plus en détail

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques Professeur Ibrahim Yakoub-Agha CHRU de LILLE (Illustration de J. Cloup, extraite du CD-Rom «greffe de Moelle» réalisé par la société K Noë) La moelle osseuse

Plus en détail

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

plan Transplantation d organe 2 types de donneurs 05/05/2015 1 Le don d organe 2 Prise en charge immunologique 3 Le rejet

plan Transplantation d organe 2 types de donneurs 05/05/2015 1 Le don d organe 2 Prise en charge immunologique 3 Le rejet plan Transplantation d organe 1 Le don d organe 2 Prise en charge immunologique 3 Le rejet 2 types de donneurs Activité de prélèvement en France Donneurs décédés:+++++ Donneurs vivants: Apparenté Non apparenté

Plus en détail

La Cohorte des Grossesses du Québec

La Cohorte des Grossesses du Québec La Cohorte des Grossesses du Québec Outil pour la recherche en pharmacoépidémiologie périnatale Anick Bérard PhD FISPE Professeur titulaire, Faculté de pharmacie, Université de Montréal, Titulaire de la

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 23 ÉVALUATION DE

Plus en détail

Soins du post-partum

Soins du post-partum Diplôme Inter Universitaire de Soins Obstétricaux et Néonatals d Urgence SONU Soins du post-partum Prise en charge des complications lors de la grossesse et de l accouchement Objectifs de la séance Définir

Plus en détail

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2013

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2013 1 L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices Édition 2013 L assurance maternité Sommaire Les prestations maternité 3 Cas particuliers 8 Le congé paternité 11

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière.

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. 75 Pas de conflits d intérêts. Définitions Pré éclampsie Définitions

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 Vivre avec un diabète de type 2 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce guide, La

Plus en détail

Cas clinique Jeanne. Luc Vandromme (Reims) Bruno Bonaz (Grenoble)

Cas clinique Jeanne. Luc Vandromme (Reims) Bruno Bonaz (Grenoble) Luc Vandromme (Reims) Bruno Bonaz (Grenoble) Jeanne 23 ans, étudiante, fumeuse, appendicectomisée Tableau de TFI depuis 3 ans Mais : amaigrissement de 5 kgs en 3 mois état subfébril le soir 6 selles liquides

Plus en détail

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Dr A.Lillo-Le Louët, Centre Régional de Pharmacovigilance (CRPV) Paris-HEGP Avec avec Dr P.Lainé, CRPV - Angers Préambule Directeur du Centre Régional

Plus en détail

Maternité et activités sportives

Maternité et activités sportives Maternité et activités sportives L obstétricien est de plus en plus souvent interrogé sur les avantages et les risques de maintenir ou de débuter une APS ou de loisir pendant la grossesse. Transformations

Plus en détail

Anémie et maladie rénale chronique. Phases 1-4

Anémie et maladie rénale chronique. Phases 1-4 Anémie et maladie rénale chronique Phases 1-4 Initiative de qualité en matière d issue des maladies rénales de la National Kidney Foundation Saviez-vous que l initiative de qualité en matière d issue des

Plus en détail

Fondation PremUp. Mieux naître pour mieux vivre

Fondation PremUp. Mieux naître pour mieux vivre Fondation PremUp Mieux naître pour mieux vivre Une fondation de coopération scientifique initiée par les pouvoirs publics en 2007 6 membres fondateurs : L Assistance Publique des Hôpitaux de Paris, l Inserm,

Plus en détail

Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC

Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC 1 Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC Dr A. BOUDAK / Dr M.H Trabelssi Dir Hôpitaux et dessoins Ambulatoires/M. Santé 6ème colloque France Maghreb sur

Plus en détail

Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne

Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne Severe D. ; Vilcin L.D. ; Antoine J. ; Méridien E. ; BB C.N. de sexe masculin, pesant 2900 g à l admission,

Plus en détail

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre insuffisance cardiaque Vivre avec une insuffisance cardiaque Décembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

Item 127 : Transplantation d'organes

Item 127 : Transplantation d'organes Item 127 : Transplantation d'organes Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Allogreffe de moelle ou de cellules souches...1 2 Transplantation d'organes... 2 3 Diagnostic...3

Plus en détail

Point d Information. Le PRAC a recommandé que le RCP soit modifié afin d inclure les informations suivantes:

Point d Information. Le PRAC a recommandé que le RCP soit modifié afin d inclure les informations suivantes: Point d Information Médicaments à base d ivabradine, de codéine, médicaments contenant du diméthyl fumarate, du mycophénolate mofétil/acide mycophénolique, de l octocog alpha, spécialité Eligard (contenant

Plus en détail

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES Classement NABM : non inscrit code : non codé DÉCEMBRE 2006 Service évaluation des actes professionnels

Plus en détail

French Version. Aciclovir Labatec 250 mg (For Intravenous Use Only) 02/2010. Product Information Leaflet for Aciclovir Labatec i.v.

French Version. Aciclovir Labatec 250 mg (For Intravenous Use Only) 02/2010. Product Information Leaflet for Aciclovir Labatec i.v. Product Information Leaflet for Aciclovir Labatec i.v. 250 mg French Version Aciclovir Labatec i.v. Composition Principe actif: Aciclovirum ut Acicloviri natricum (Praeparatio cryodesiccata). Excipients:

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

S. Kernéis, T. Ancelle, V. Naneix-Laroche, N. Amrane, JP. Leroy, T. Hanslik, O. Launay

S. Kernéis, T. Ancelle, V. Naneix-Laroche, N. Amrane, JP. Leroy, T. Hanslik, O. Launay Etude AMARCOR Tolérance et immunogénicité du vaccin contre la fièvre jaune chez des sujets recevant une corticothérapie par voie générale : étude de cohorte observationnelle S. Kernéis, T. Ancelle, V.

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN PRESENTATION PROJET 2010-2015 Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN Bilan d activité du RSN année 2009 Population cible : 18000 couple mère enfant Professionnels impliqués dans le réseau :

Plus en détail

PEMPHIGUS. Deuxième fiche d information pour les malades

PEMPHIGUS. Deuxième fiche d information pour les malades PEMPHIGUS Deuxième fiche d information pour les malades Les fiches d'informations ont été rédigées en collaboration par les 2 centres de référence des maladies bulleuses auto-immunes et l'association de

Plus en détail

L INSUFFISANCE CARDIAQUE

L INSUFFISANCE CARDIAQUE L INSUFFISANCE CARDIAQUE EXISTE-T-IL DES TRAITEMENTS À BASE DE CELLULES SOUCHES POUR L INSUFFISANCE CARDIAQUE? Bien qu aucun traitement à base de cellules souches pour l insuffisance cardiaque n ait encore

Plus en détail

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène 1 La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients

Plus en détail

MANIPULATION DES PRODUITS POTENTIELLEMENT DANGEREUX EN PHARMACIE COMMUNAUTAIRE

MANIPULATION DES PRODUITS POTENTIELLEMENT DANGEREUX EN PHARMACIE COMMUNAUTAIRE NUMÉRO 138 : MAI 2003 LINE FONTAINE, PHARMACIENNE INSPECTEURE-CONSEILLÈRE PROFESSIONNELLE MANIPULATION DES PRODUITS POTENTIELLEMENT DANGEREUX EN PHARMACIE COMMUNAUTAIRE La diversité et la quantité de médicaments

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

PRIVATE INTERNATIONAL Assurance pour les traitements ambulatoires et stationnaires à l étranger

PRIVATE INTERNATIONAL Assurance pour les traitements ambulatoires et stationnaires à l étranger PRIVATE INTERNATIONAL Assurance pour les traitements ambulatoires et stationnaires à l étranger Conditions complémentaires (CC) Sanitas Corporate Private Care Edition de juillet 2007 (version 2013) Table

Plus en détail

ECHOGRAPHIE EN GYNECOLOGIE ET EN OBSTETRIQUE

ECHOGRAPHIE EN GYNECOLOGIE ET EN OBSTETRIQUE ECHOGRAPHIE EN GYNECOLOGIE ET EN OBSTETRIQUE (Diplôme Interuniversitaire National d ) 17/02/2015 avec Bordeaux, Brest, Lille, Lyon, Marseille, Nantes, Paris V et XII, Toulouse et Tours Objectifs : Formation

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L'UTILISATEUR. DAKTOZIN 2,5 mg/150 mg pommade Nitrate de miconazole et oxyde de zinc

NOTICE : INFORMATION DE L'UTILISATEUR. DAKTOZIN 2,5 mg/150 mg pommade Nitrate de miconazole et oxyde de zinc NOTICE : INFORMATION DE L'UTILISATEUR DAKTOZIN 2,5 mg/150 mg pommade Nitrate de miconazole et oxyde de zinc Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament car elle contient des

Plus en détail

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque?

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? COLLOQUE DE PRATIQUE CLINIQUE AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? T.-T. PHAM SMIG HUG 18.01.2012 ANTICOAGULANTS DISPONIBLES (ET LES FUTURS...) AVK (Sintrom, Marcoumar, Warfarin )

Plus en détail

Insuffisance rénale. Définition. o Insuffisance rénale aiguë

Insuffisance rénale. Définition. o Insuffisance rénale aiguë Insuffisance rénale Définition o Insuffisance rénale aiguë Se traduit par un brusque arrêt de la filtration des déchets du sang et de la production d urine. Associée à un déséquilibre de l organisme en

Plus en détail

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI 1 MISES EN ARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI Mises en garde Ce médicament est TERATOENE. Une contraception efficace est obligatoire chez les femmes en âge de procréer. Ce médicament est soumis

Plus en détail

La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement

La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement n Professeur Michel Broyer. Hôpital Necker Enfants malades, Paris Membre du

Plus en détail

Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France

Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France Fréquence des complications périnéales du post-partum Les complications périnéales post-natales

Plus en détail

Dons, prélèvements et greffes

Dons, prélèvements et greffes Dons, prélèvements et greffes Donneur : d une vie à une autre... Chaque année, en France, plus de 10000 malades attendent une greffe afin de continuer à vivre ou d améliorer une existence lourdement handicapée.

Plus en détail

Programme d actions Insuffisance rénale chronique 2002 2003-2004

Programme d actions Insuffisance rénale chronique 2002 2003-2004 Programme d actions Insuffisance rénale chronique 2002 2003-2004 2 Programme d actions Insuffisance rénale chronique 2002 2003-2004 1. L insuffisance chronique terminale touche environ 45 000 malades.

Plus en détail

Le guide. pour tout comprendre. Agence relevant du ministère de la santé

Le guide. pour tout comprendre. Agence relevant du ministère de la santé DON D ORGANES, IL SUFFIT DE LE DIRE. MAINTENANT. Le guide pour tout comprendre Agence relevant du ministère de la santé La greffe D organes comment s y prendre? des vies La greffe d organes est un acte

Plus en détail

et l utilisation des traitements biologiques

et l utilisation des traitements biologiques et l utilisation des traitements biologiques Choisir le meilleur traitement pour retrouver la qualité de vie que vous êtes en droit d avoir Les agents biologiques (biothérapies) Étant les plus récents

Plus en détail

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire Vaccination des étudiants du Baccalauréat en Médecine de Lausanne INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire La vaccination du personnel de santé est recommandée par l Office fédéral

Plus en détail

GROSSESSE et lupus/sapl

GROSSESSE et lupus/sapl GROSSESSE et lupus/sapl Nathalie Costedoat-Chalumeau Centre de référence maladies autoimmunes et systémiques rares Service Médecine Interne Hôpital Cochin Paris Rappels et définitions Critères cliniques

Plus en détail

Vaccinations pour les professionnels : actualités

Vaccinations pour les professionnels : actualités Vaccinations pour les professionnels : actualités Dominique Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Les vaccins A (H1N1)v 4QUESTIONS +++++ Pas assez de recul???

Plus en détail

UMVF - Université Médicale Virtuelle Francophone

UMVF - Université Médicale Virtuelle Francophone Item 197 (Item 127) Transplantation d organes Aspects épidémiologiques et immunologiques ; principes de traitement de surveillance ; complications et pronostics ; aspects éthiques et légaux Collège Français

Plus en détail

LE GILENYA TRAITEMENT ORAL DANS LA SCLEROSE EN PLAQUES

LE GILENYA TRAITEMENT ORAL DANS LA SCLEROSE EN PLAQUES LE GILENYA TRAITEMENT ORAL DANS LA SCLEROSE EN PLAQUES (Document à destination des patients) 1 Madame, Monsieur, Votre neurologue vous a prescrit un traitement oral pour votre sclérose en plaques : le

Plus en détail

Un poste à votre mesure!

Un poste à votre mesure! Titre du poste : INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN SOINS DE PREMIÈRE LIGNE (IPSPL) Direction : Direction des soins infirmiers Statut : Temps complet - 35 heures/semaine Quart : Jour LIBELLÉ DU TITRE D EMPLOI Personne

Plus en détail

Prise en charge du nouveau-né prématuré «attendu» atteint d un syndrome de Bartter

Prise en charge du nouveau-né prématuré «attendu» atteint d un syndrome de Bartter Prise en charge du nouveauné prématuré «attendu» atteint d un syndrome de Bartter Docteur JeanFrançois Magny Institut de Puériculture et de Périnatalogie Problématique double Prise en charge de la prématurité

Plus en détail

DROITS A L ASSURANCE MATERNITE

DROITS A L ASSURANCE MATERNITE I. Ouverture des droits DROITS A L ASSURANCE MATERNITE Les conditions d ouverture des droits tant aux prestations en nature qu aux prestations en espèce de l assurance maternité s apprécient soit au début

Plus en détail