Page 1 Page 2 Page 3 Page 5 Page 6 Page 11 Page 15

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Page 1 Page 2 Page 3 Page 5 Page 6 Page 11 Page 15"

Transcription

1

2 CHAUDE Guillaume - Master 2 Ingénierie de la création multimédia et direction artistique de projet Dossier de synthèse pour l évaluation des UE1 et UE2 de Norbert Hillaire : L éclosion du Land Art 2 Une réflexion sur les éléments, l espace et le temps 3 Dompter la force de l éphémère, un enjeu artistique et économique 4 Earthworks, quand le Land-Art voit grand 5 Focus sur 6 D autres œuvres emblématiques 7 Pour aller plus loin... Page 1 Page 2 Page 3 Page 5 Page 6 Page 11 Page 15

3 AND : L éclosion du Land Art L appellation Land Art recouvre moins un mouvement constitué que l entrecroisement des trajectoires de différents artistes qui, à la fin des années 1960, considèrent la terre à la fois comme un matériau et une surface d inscription. La réflexion sur le lieu des œuvres amorcée au début des années soixante par les artistes dit minimalistes, connaît alors un prolongement dans la création d œuvres hors des musées et des galeries. On désigne néanmoins par «Land Art» un mouvement artistique de l art contemporain né vers la fin des années 1960, dont les œuvres utilisent le cadre et les matériaux naturels, en jouant parfois avec les fluctuations météorologiques et l usure du temps. Ces œuvres visaient à utiliser ou à transformer un lieu naturel, généralement à grande échelle, en tant que développement de thématiques conceptualistes. Soumises aux éléments et donc à l érosion naturelle, certaines de ces réalisations sont appelées à disparaître avec l action du temps, pour n exister plus qu à l état de souvenir ou d images, grâce à la photographie et à la vidéo. Aucun artiste ne s est réclamé de cette étiquette jusqu à Walter de Maria, qui a inventé le terme au début des années 1960, en songeant à créer des œuvres dans les déserts de l Ouest. Dans son texte «Artyard», publié en 1963 dans le recueil «An Anthology» par le compositeur La Monte Young, il explique vouloir faire d un trou une œuvre d art. Mais ce n est qu en 1968 qu il réalise «Mile Long Drawing» dans le désert Mojave en Californie, en traçant deux lignes de dix centimètres d épaisseur séparées de 3m60 sur une longueur d un mile. Pour d autres, le Land Art voit officiellement le jour avec l exposition Earth Works présentée en 1968 à la Gallerie Dwan à New York. Cette même année, l artiste américain publie «The Sedimentation of the Mind : Earh Projects» et se dresse alors comme théoricien et première figure emblématique de cette tendance artistique, aux côtés de Robert Morris, Nancy Holt, Dennis Oppenheim, Walter De Maria, Christo et Michael Heizer. Quatre mois plus tard, en février 1969, l exposition Earth Art est présentée au Andrew Dickson White Museum of Art de New York, et confirme l importance du Land Art sur la scène de l art contemporain. Le mouvement gagne sa première exposition télévisuelle grâce au vidéaste Gerry Schum qui, en avril 1969, organise sur la chaîne allemande WDR une exposition ART télévisuelle intitulée Land Art, réunissant cette fois Richard Long, Barry Flanagan, Dennis Oppenheim,, Marinus Boezem, Jan Dibbets, Walter De Maria et Michael Heizer (ce dernier, en désaccord avec Schum, se désistera finalement). 01 / 15

4 Une réfléxion sur les éléments, l espace et le temps Les motivations premières du Land Art étaient de se débarrasser de l art de chevalet et des grands principes du modernisme en cherchant à lier l art et la vie, et donc d arrêter de produire des œuvres destinées à être seulement admirées dans des musées. Ces artistes travaillent souvent dans des lieux reculés (déserts, carrières abandonnées, etc), parfois à des échelles monumentales, en s inscrivant dans un site qu ils contribuent en même temps à transformer et qui ne fait plus qu un avec l œuvre. Cette tradition trouve aujourd hui un prolongement chez plusieurs artistes contemporains qui travaillent directement dans la nature. Ainsi, dans la logique du Land Art, les œuvres de Andy Goldsworthy, Nils Udo ainsi que la plupart des œuvres de Richard Long sont souvent éphémères et ne deviennent durables que via la photographie. Avec les artistes du Land Art, la nature n est plus simplement représentée mais c est au cœur d elle-même (in situ) que les créateurs travaillent. Les œuvres ainsi créées sortent du circuit des musées et du marché de l art, pour s offrir comme une invitation à éprouver une véritable expérience liée au monde physique. Les artistes utilisent les matériaux de la nature (bois, terre, pierres, sable, rocher, etc.) et creusent, déplacent, transportent, accumulent, griffent, tracent, plantent. Certains élargissent le champ de réflexion en introduisant des produits manufacturés (Walter De Maria avec Lightning Field ; Christo et Jeanne-Claude avec The Umbrellas ; Christo et Jeanne-Claude avec Surrounded Islands ; Jean Veram est ses peintures sur les montagnes du désert du Tibesti). Croquis de travail de Christo pour Surrounded Islands 02 / 15

5 Dompter la force de l éphémère, un enjeu artistique et économique Sur le plan économique, les œuvres du Land Art sont difficilement exploitables directement. De ce fait elles (ou tout du moins leur représentations) circulent sous forme d enregistrements vidéo et de photographies, de mise en page de livre, de conférences ou encore de projets et de dessins dans les galeries et dans les musées. Elles peuvent aussi être concrétisées par des cartes qui restituent les coordonnées de l intervention. Les artistes travaillant souvent dans des lieux éloignés difficiles d accès, la photographie retrouve un rôle essentiel pour montrer, illustrer, remémorer mais aussi financer ces projets. Des croquis, des reportages et des vidéos sont présentés au public et permettent ainsi aux artistes de vivre et de réaliser d autres œuvres. C est ainsi que dans les années 1970, certaines œuvres comment à réintégrér les musées et expositions, d abord par l image puis par des installations dans les espaces intérieurs, comme Ligne d ardoises de Richard Long au Centre d arts plastiques contemporains de Bordeaux en Il y a dans ce retour vers les murs des musées un mouvement très paradoxal de la part d un art qui avait initialement entrepris de s en affranchir. Au delà de la question financière, l éphémérité des œuvres met en perspective trois pistes de réflexion : Ligne d ardoises Richard Long La première concerne la façon de «vivre» les œuvres, et s inscrit dans l idée de la nécessité d éprouver ce que Walter Benjamin définit comme leur «aura». Si la simple prouesse technique de leur existence peut impressionner, les reproductions sur papier des œuvres du Land Art ne suffisent pas pour ressentir la force des volumes, l aspiration des vides ou le vertige des dimensions, sorte de communion avec l œuvre que seule une visite insitu permet d éprouver. Dès lors, ressentir «l ici et maintenant» devient d autant plus crucial que le spectateur sait que l œuvre qu il observe est appelée à disparaitre ou, tout du moins, à changer définitivement de gueule sous l effet de l érosion. Pourtant, la grande majorité des spectateurs n ont accès les œuvres du Land Art qu à travers les photographies et autres vidéos. C est là un autre paradoxe de ce mouvement. 03 / 15

6 La seconde, plus discutable, est celle d une certaine recomposition de la fonction rituelle de l art. En effet les œuvres du Land Art appellent, de par leur isolement géographique, à un effort du spectateur pour se déplacer vers des lieux où l environnement naturel souvent immaculé peut jouer un rôle de cocon propice au recueillement. On peut y lire une tentative de recomposer un lien spirituel entre la nature et l humain par processus initiatique. La troisième est celle de l illustration d une certaine fragilité de la vie humaine. En imprimant une trace sur le paysage, certaines œuvres sont appelées à traverser des périodes bien plus longues que l échelle d une vie humaine et nous proposent donc un regard introspectif sur notre propre éphémérité. Double Negative de Michal-Heizer, située en plein désert du Névada. 04 / 15

7 Earthworks, quand le Land Art voit GRAND! On doit l expression Earthworks (traduction littérale de terrassements) à qui la reprend au génie civil et au titre du roman de Brian Aldiss de Ce terme connaîtra une certaine fortune critique, notamment lorsqu il fut repris pour intituler l importante exposition qui eut lieu à la Dwan Gallery en 1968 à New York. Au sein du Land Art, cette expression désigne les œuvres les plus imposantes, réalisées avec des équipements de construction. Ces Earthworks constituent des altérations durables du paysage, alors que la plupart des œuvres du Land Art relèvent plutôt de l art éphémère, vouées à plus ou moins longue échéance à la disparition sous l effet des éléments naturels. Ces constructions minérales massives subissent aussi le passage du temps, mais à une autre échelle que celle de l Homme. Les15m de large pour 457m de long et tonnes de rocher déplacés de la Double Negative (Michael Heizer, 1964) illustrent le gigantisme de ces œuvres qui invitent une nouvelle fois à réfléchir sur notre place, notre dimension et notre influence sur l environnement naturel. «L araignée d eau» de Michale Heizer (un des cinq éléments de son Earthwork Effigy Tumuly) s étire sur 209 mètres de longueur. 05 / 15

8 Focus sur... Considéré par beaucoup comme le théoricien du mouvement Land Art, Robert Smithson ( ) est un artiste américain qui s est montré particulièrement prolifique dans la réalisation de Earthworks aux dimensions extraordinaires. Les réalisations de Smithson ne tentent pas d ajouter de nouveaux éléments à l environnement, ni ne cherchent à établir un dialogue entre l artificiel et le naturel. Pour cet artiste, la nature n est jamais achevée et il se donne le droit d intervenir en direct sur le processus de transformation. Smithson n utilisait pratiquement que des matériaux trouvés sur place, aussi le terme employé pour ses travaux. Ses constructions, conçues comme des projets de récupération des sols, s inspirent des formes des pyramides antiques ou des labyrinthes médiévaux, mais à l évidence sans aucune fonction utilitaire. Elles demeurent sculpturales. En complément du «site» réel de chacune de ses œuvres, Smithson avait pour habitude de fournir ce qu il appelait un «non-site», composé d un film, d un texte et de photographies. Nous allons nous intéresser à six œuvres de l artiste, particulièrement représentatives de sa démarche. Asphalt Rundown Cette œuvre a été créée aux environs de Rome en 1969 à l aide d un camion chargé d asphalte qui a déchargé son contenu du haut d une colline, jouant ainsi avec les qualités de l asphalte, un matériau en qui l artiste voyait une sorte de piège à énergie. Pour Smithson, les routes constituées avec ce matériau se transformaient en un lieu de passage, en voies entropiques permettant un flux continu de personnes et d engins. On peut voir ici un rapport avec la technique du dripping utilisée par Jackson Pollock.Smithson cherche ici la désintégration, le glissement, la coulée, l avalanche et le mouvement de flot. Asphalt Rundown - 06 / 15

9 Selon lui, le paysage reste entropique car son intérêt est fixé sur la localisation des zones industrielles abandonnées et désolées. Dans d autres œuvres il approfondira son exploration de la coulée, en utilisant des matériaux tels que la boue, le fumier, l asphalte, le béton et la glace, tous très lent lors de leur écoulement, résistants aux traînées faciles et aux taches molles et spongieuses (qui donnent l idée de paresse) typiques des peintures de New York dans les années Partially Buried Woodshed En janvier 1970 dans l Ohio, Smithson décharge vingt camions chargés de terre sur une cabane abandonnée jusqu à ce que la poutre centrale cède sous le poids du matériau. C est une façon de montrer la nature en train de reprendre ses droits de façon complète sur l homme et ses constructions par la destruction. Spiral Jetty Partially Buried Woodshed - Certainement l œuvre la plus connue de, la construction de Spiral Jetty a débuté en avril1970 à Great Salt Lake dans l Utah. 625 personnes et 292 automoteurs à dix roues ont été nécessaires pour porter la charge des tonnes de terre jusqu au lac. Des engins de construction (Caterpillar 955) ont ensuite déversé et tassé les roches dans les lignes directives de Smithson. Le spirale ainsi formée s étire sur 500 mètres (depuis le sommet de la crête jusqu au bout de la boucle), pour une largeur d environ 5 mètres. lors de la réalisation de Spiral Jetty Initialement choisi pour la couleur rouge du lac salé, il est important de noter que le lieu d implantation de l œuvre a influé dans la conception du projet : la forme de la spirale fait référence à un mythique tourbillon censé apparaître au centre du lac. Mais la spirale reflète également la formation circulaire des cristaux de sel qui recouvrent les rochers. 07 / 15

10 Comme la majorité des œuvres du Land Art, Spyral Jetty fut confrontée aux aléas climatiques et météorologiques : l œuvre fut engloutie par une brusque montée des eaux en Le travail a donc été changé par son environnement, reflétant la fascination de Smithson pour l entropie, l inévitable transformation des forces de la nature. Épisodiquement on peut donc voir Spiral Jetty émerger de l eau, et certains voient dans ce jeu entre la structure et les éléments le témoignage de la dominance de la nature sur l homme. Spiral Jetty - Broken Circle Située à Emmen aux Pays-Bas, cette œuvre a été commandée pour l exposition internationale temporaire «Sonsbeek 71». Smithson ayant pris conscience qu il était préférable de ne pas déranger l agriculture dans un pays aussi densément peuplé, il obtient de construire son œuvre sur une carrière désaffectée. Cela correspond d ailleurs à son penchant pour les lieux dits entropiques. Pendant les travaux pour aplanir le terrain, l artiste extrait un imposant rocher dont il veut initialement se débarrasser car il constitue un point focal indésirable à l œuvre. Mais l entreprise se révèle compliquée par la masse du rocher. Ce n est qu un peu plus tard que Smithson décide Broken Circle - de conserver le rocher qui confère à l œuvre une dimension temporelle puisqu il est un témoin d un âge reculé de la terre. Par ailleurs, il contribue à faire coïncider l œuvre avec son environnement puisqu on trouve dans la région des tombes primitives, nommées «lits des Huns», construites avec de tels rochers. Broken Circle est une avancée de terre positive, tournant dans le sens des aiguilles d une montre. Dans la logique d un Smithson fasciné par les miroirs, leur dédoublement et leur redoublement, ce «Cercle Brisé» est une sorte d impossibilité puisque le ciel se réfléchit sur la terre. Une nouvelle fois, on note une influence de l environnement sur le processus de création. L œuvre fait en effet référence aux digues construites par les hollandais dans le cadre du plan «Delta» et devrait correspondre au site et à son inscription dans le pays ainsi qu à sa mémoire (En 1953, la Hollande est durement touchée par un raz-de-marée recouvrant hectares de terre. Le «plan Delta» a alors été mis en œuvre pour reconstruire les digues et protéger le pays). 08 / 15

11 Bien qu elle ait d abord été construite pour être temporaire, la population locale a demandé à ce que Broken Circle devienne permanente. Smithson rédige alors une série de recommandations afin que son œuvre survive correctement à l épreuve du temps. Aujourd hui l œuvre suit pleinement son destin de pièce du Land Art : sa forme a évolué avec le temps et la force les éléments, l eau ayant partiellement recouvert la jetée Spiral Hill Réalisé conjointement au Broken Circle auquel elle est intimement liée, cette œuvre peut être vue comme une parodie de la Tour de Babel. Elle fait 23 mètres de diamètre à sa base. Les principaux matériaux qui la constituent sont : la terre, la terre arable noire et le sable blanc pour le chemin en spirale. La terre, matériau principal, est choisie pour sa charge symbolique archaïque : «Aussi le retour à la terre nourricière indique-t-il la résurgence d un sentiment très archaïque.». On remarque le jeu entre Broken Circle, invisible de loin pour qui se trouve à son niveau, et l élévation de Spiral Hill. Amarillo Ramp Spiral Hill - Cette œuvre a été construite sur un terrain acheté par l artiste au Nord-Ouest de l Utah. Quatre énormes buses ont été spécialement construites pour cette œuvre de 6 mètres de long et de 2,5 mètres de haut. Elles se font face par paires autour d un espace vide dont le centre est matérialisé par un cercle en ciment qui affleure au niveau du sol. Elles sont orientées en fonction des solstices d été et d hiver. explique ainsi sa démarche : ««Durant environ dix jours, le soleil se lève dans la canalisation Sud-est et peut être vu à travers celle du Nord-ouest. Au solstice d été, le lever Amarillo Ramp - et le coucher du soleil sont dans l alignement des tuyaux nord-est/ sud-est et nord-ouest/sud-est». Des trous ont été creusés à la surface des buses de manières à ce qu elles forment des constellations. Leurs tailles dépendent de l importance des étoiles et les taches de lumière qui percent l intérieur des buses reproduisent leurs figures qui se déplacent le jour avec le mouvement du soleil et la nuit avec celui de la lune. La forme est celle d un serpent qui se mort la queue. est mort tragiquement dans le crash de son avion alors qu il voulait prendre cette œuvre en photo. 09 / 15

12 Un travail sur l échelle Ces œuvres révèlent le fort intérêt de l artiste pour les problèmes d échelle. Broken Circle, Spiral Hill, ou Spiral Jetty supposent un point de vue en surplomb pour être vues dans leur ensemble : «La taille détermine un objet, mais l échelle détermine l art. ( ) L échelle dépend de la capacité de chacun à prendre conscience des réalités perceptives. Quand on refuse de dégager l échelle de la taille, on reste avec un objet ou un langage qui apparaît certain. Pour moi l échelle agit grâce à l incertitude.» (). Spiral jetty vue du ciel / 15

13 s e u q ti a m lé b m e s e vr u œ s e tr u D a 1967 A line Made by Walking - Richard Long Lorsqu en 1967, Richard Long réalise ce «geste inaugural» de marcher le long d une ligne imaginaire sur la terre («A Line Made By Walking»), il affirme une véritable pensée du territoire qu il matérialise par la graphie de ses déplacements à l intérieur de celui-ci. Face au tracé aléatoire de la promenade ou de la dérive, l artiste laisse dans le paysage l empreinte de son corps, étrangement figurée par une ligne, comme un stigmate de son passage et de ses va-et-vient. C est ainsi que les cartes et les photographies de Richard Long sont, pour nous, avec exactitude et précision, la marche de Long, mais dans un autre espace et dans une autre échelle. L œuvre se situe alors dans cette juxtaposition et cette fragmentation des objets, points de vue, séquences elle est «décentrée», multipliable à l infini par la représentation. A line made by walking - Richard Long Double Negative - Michael Heizer En 1969 dans la région désertique du Nevada aux Etats-Unis, Michael Heizer creuse Rift et Isolated Mass Circumflex, qu il considère comme des «sculptures négatives». A la différence de ces œuvres éphémères qui n ont d existence réelle que photographique, Double Negative, commencée en 1969, perdurera. Longue de 457 mètres, l œuvre se compose de deux gigantesques entailles pratiquées au bulldozer et à la dynamite dans le Mormon Mesa, situé dans le Nevada. L œuvre consiste en deux gigantesques tranchées de plusieurs dizaines de mètres, formées par le déplacement de tonnes de terre de part et d autre d un ravin. «Double Négative», par sa rigueur géométrique en parfaite antithèse avec les formes accidentelles et organiques du paysage, s impose au sein de la nature comme artifice : en effet, qu y a-t-il de moins naturel que la Double Negative - Michael Heizer ligne, le rectangle, ou le carré? Sorte de «négation de la sculpture», semblable au tracé cartographique d une galerie de Denis Oppenheim ou de l empreinte de Richard Long sur le sol, l œuvre de Michael Heizer n est pas construite dans la masse, mais bien dessinée, figurant ainsi un plan, et agissant comme une «organisation du lieu.» 11 / 15

14 Lightning Field - Walter de Maria En 1977 De Maria a installé 400 piliers en fer dans le désert du Nouveau Mexique. Ces piliers font 4,57 à 8,15 m de haut, entreespacés de 67 mètres l un de l autre. Leurs apparences changent de couleurs selon le temps et la lumière. Le Nouveau Mexique est une région à fort risque d orages. Ces piliers attirent la foudre et créés des toiles d éclairs. L artiste a pris le soin d installer des postes d observation pour profiter de l œuvre. Dans la logique théorique du Land Art, Lighthning Field est une œuvre qui se vit et s apprécie à travers le temps grâce aux variations d éclairage fournis par les soleils levants ou couchants, les ciels couverts ou Lightning fields - Walter de Maria dégagés, l aube ou les crépuscules. Par ailleurs, si l installation est permanente, elle ne trouve son sens complet que lorsqu éclatent des orages, autrement dit lors de quelques rares moments décidés par la nature. L œuvre ne vit donc à son paroxysme que lorsque la nature accepte de se prêter au jeu, les éléments intervenant autant que l artiste dans la construction de cette œuvre Effigy Tumuli - Michael Heizer Cette oeuvre construite entre 1983 à 1985 est un ensemble de cinq earthworks en forme d animaux, en hommage à la tradition des tumulis des indiens d Amérique. On y trouve une araignée d eau de 209m de long, une tortue de 200m, un poisson-chat de 230m, une grenouille de 100m et un serpent de 630m. L araignée d eau, le poisson et la grenouille ont été entièrement bâtis avec de la terre, de l herbe et des arbustes, alors que le serpent et la tortue épousent la topographie du lieu. Effigy Tumuli est une des plus grandes œuvres d arts américaines et nécessite d être observé depuis les airs. Le site appartient à la Ottawa Silica Company, qui commanda ces immenses sculptures à Michael Heizer en Depuis l été 2010, les visiteurs du site ne peuvent plus se promener sur les œuvres car les passages commencaient à en dégrader la structure. Effigy Tumuli - Michael Heizer 12 / 15

15 1971 à? - Star Axis - Charles Ross Star Axis est une œuvre architectonique construire en suivant la géométrie des étoiles, ainsi que l alignement de la terre et des astres ramenés à l échelle humaine. Les dimensions initialement prévues représentaient une structure de 11 étages de haut pour 150 m de long. Le nom de la sculpture se réfère à l alignement terre/étoile polaire. Ce EarthWork comporte cinq éléments principaux. La pyramide solaire marque les déplacements quotidiens et saisonniers du soleil à travers un «champ d ombre». De l intérieur de la «chambre de l heure» une heure de rotation de la Terre peut être observée, et de l intérieur de la «Chambre équatoriale» les Star Axis - Charles Ross étoiles qui se déplacent directement au-dessus de l équateur peut être observées. Le tunnel sous la Star est précisément aligné avec l axe de la Terre. La volonté de l artiste est de permettre au spectateur de se promener à travers les couches de temps céleste. Entamée en 1971, la construction de Star-Axis se poursuit actuellement au Nouveau-Mexique à? - Roden Crater - James Turrell James Turrell a acheté en 1979 le Roden Crater, un cratère de volcan dans le désert peint en Arizona, à cent kilomètres de Flagstaff où il habite. Sous le Roden Crater, Turrell a construit un réseau de galeries souterraines permettant d accéder à des chambres creusées en des points déterminés du cratère. Ces chambres qui sont des Sky Spaces, donnent à voir certains fragments du ciel, le jour et la nuit. Cette démarche s inscrit dans la continuité des «Kiva Hopi», cavités destinées aux connexions cosmiques. Ce projet s est construit en collaboration avec le chef d une tribu Hopi voisine, Gene Sequakaptawa. Les Sky Spaces de Turrell, installations à ciel ouvert, sont inspirées par cette rencontre entre le ciel et la terre, par cette navigation dans l espace. Le site de Roden Crater 13 / 15

16 Pour certains, Roden Crater est une œuvre qui peut se réclamer du Land Art, si on considère le soleil, le ciel et les étoiles en interaction avec le site, comme éléments plastiques. Mais pour d autres, cette sculpture Turrell ne modifie pas le site dans sa structure, mais organise notre vision dans le site pratiquement intact. Le Roden Crater, comme les autres oeuvres de Turrell, peuvent alors êtres considérées comme des machines de vision, des caméras intemporelles à? - City - Michael Heizer Sky Spaces, les intérieur de Roden Crater - James Turell City est une œuvre située dans Garden Valley, une vallée désertique dans les régions rurales du comté de Lincoln dans l État américain du Nevada. Commencé en 1972 et est toujours en cours par Michael Heizer, aujourd hui assisté de 12 personnes. Comme pour Double Negative, les dimensions de City sont gigantesques. Avec ses 2 km de longueur er ses 400 m de largeur City est l une des plus grandes sculptures jamais créées. Hiezer utilise la de terre, des rochers et du béton comme matériaux de construction, qu il assemble avec de la machinerie lourde de chantier. L ouvrage comporte cinq phases, chacune constituée d un certain nombre de structures appelées complexes, dont certaines atteignent 25m de haut. Heizer tente de synthétiser dans une même œuvres l esthétique des monuments anciens, les principes du minimalisme et la technologie industrielle. Pour ce travail il puise son inspiration dans des sources variées qui vont de l esthétique des sites précolombiens comme La Venta à l application des principes du modernisme. Le coût de la Ville est financé par plusieurs clients, y compris la Dia Art Foundation et la Fondation Lannan, avec un coût total estimé à des dizaines de millions de dollars. Le site de construction est situé sur une grande parcelle de terrain privé appartenant à l artiste et qui restera fermée au public jusqu à son achèvement. City, l imposant projet de Michael Heizer 14 / 15

17 Pour aller plus loin... Sources / bibliographie Dossier composé et mis en page par Guillaume CHAUDE Cours de Master 1 Communication et culture : Anthropologie des arts et techniques à l âge moderne et contemporain N. HILLAIRE L oeuvre d art dans l espace publique N.HILLAIRE Expositions à venir Dans un monde de la dématérialisation où prolifèrent des mondes virtuels toujours plus convaincants, le Land Art se montre plus vivant que jamais. À l heure de la rédaction de ce dossier, deux expositions lui sont consacrées : «L effet Smithson» - du 10 Mars au 3 juillet 2011 au Utah Museum of Fine Arts de Salt Lake City «The Final Freedom, from the Pioneers of Land Art in the 1960s to Nature in Cyberspace» - du 15 Avril au 16 Octobre 2011 au Ludwig Museum de Coblence (Koblenz Allemagne). 15 / 15

MUSEE GUGGENHEIM de BILBAO

MUSEE GUGGENHEIM de BILBAO MUSEE GUGGENHEIM de BILBAO Présentation œuvre et artiste : Le musée Guggenheim de Bilbao (Espagne) est un musée d art moderne et contemporain. Comme son frère de New York, bâti sur les plans de Frank Lloyd

Plus en détail

Proposition pour une sculpture monumentale : des pierres défiant les lois de la gravité

Proposition pour une sculpture monumentale : des pierres défiant les lois de la gravité Les égyptiens ont inventés de savantes méthodes pour élever un obélisque. Allongé, le bloc de pierre est soulevé à la verticale et maintenu dans ce nouvel état d équilibre. Le but des architectes égyptiens

Plus en détail

Science et technologie : Le truc de Newton

Science et technologie : Le truc de Newton Science et technologie : Le truc de Newton Une caractéristique fondamentale de la science c est le lien étroit qui l unit à la technologie. La science cherche les règles du monde matériel et la technologie

Plus en détail

«Quand le territoire devient source d inspiration et souffle d expression créative : Présentation du Festival Art-Pierre-Terre»

«Quand le territoire devient source d inspiration et souffle d expression créative : Présentation du Festival Art-Pierre-Terre» «Quand le territoire devient source d inspiration et souffle d expression créative : Présentation du Festival Art-Pierre-Terre» Cet exposé vous est présenté par Liliane Gordos,Stéphanie Natalis, Bernadette

Plus en détail

1. Au commencement est l appareil photo... 1. 2. Notions de photographie 15. 3. Le matériel... 21. Temps de pose... 16

1. Au commencement est l appareil photo... 1. 2. Notions de photographie 15. 3. Le matériel... 21. Temps de pose... 16 1. Au commencement est l appareil photo.... 1 Les différents types de capteurs.. 2 Les capteurs CCD........... 3 Les capteurs CMOS.......... 3 Taille des capteurs.......... 4 Format et qualité des images....

Plus en détail

Dossier artistique Rebecca Bowring

Dossier artistique Rebecca Bowring Dossier artistique Rebecca Bowring Mon travail est non seulement un travail de photographie, mais également un travail qui traite de photographie. De la photographie comme technique et technologie et les

Plus en détail

Dossier Histoire des arts

Dossier Histoire des arts Nguon Léa 3 5 Dossier Histoire des arts LE POP ART Sommaire 1. Introduction...p.2-3 2. Biographie...p.4-5 3. Présentation de l'oeuvre...p.6-7 a. Spécificité de l'oeuvre b. Contexte sociologique c. Analyse

Plus en détail

PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE

PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE La 1ère architecture industrielle distinguée par l UNESCO Inscrite au Patrimoine Mondial par l UNESCO depuis 1982,

Plus en détail

Tout au long de l année

Tout au long de l année Objectifs Familiariser les élèves avec le relevé d informations sur un journal de bord. Apprendre aux élèves à utiliser des instruments d observation scientifiques. Réaliser des dessins d observations

Plus en détail

PARTICIPER À UNE VENTE AUX ENCHÈRES D ŒUVRES D ART

PARTICIPER À UNE VENTE AUX ENCHÈRES D ŒUVRES D ART Activités éducatives pour les élèves de 10 à 11 ans PARTICIPER À UNE VENTE AUX ENCHÈRES D ŒUVRES D ART NIVEAU : PRIMAIRE GROUPE D ÂGE : ÉLÈVES DE 10 À 11 ANS SOMMAIRE DE L ACTIVITÉ Les élèves observent

Plus en détail

Charles WOEHREL. TRAITÉ de PERSPECTIVE. d Architecture Intérieure. Éditions VIAL

Charles WOEHREL. TRAITÉ de PERSPECTIVE. d Architecture Intérieure. Éditions VIAL Charles WOEHREL TRAITÉ de PERSPECTIVE d Architecture Intérieure Éditions VIAL SOMMAIRE Introduction.... 6 I. LA SENSATION DE PERSPECTIVE... 9 1. Les stimuli... 10 Présence de notre corps à l espace...

Plus en détail

Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée

Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée Le b.a.-ba du randonneur Fiche 2 Lire une carte topographique Mais c est où le nord? Quel Nord Le magnétisme terrestre attire systématiquement

Plus en détail

Projet tutoré N 9 Visualisation du mouvement : Sculpture corporelle en 3D. Compte rendu de réunion du 13 / 12 / 2004 à l Institut Charles Cros

Projet tutoré N 9 Visualisation du mouvement : Sculpture corporelle en 3D. Compte rendu de réunion du 13 / 12 / 2004 à l Institut Charles Cros Projet tutoré N 9 Visualisation du mouvement : Sculpture corporelle en 3D Compte rendu de réunion du 13 / 12 / 2004 à l Institut Charles Cros PRESENTS : - KISS Jocelyne et VENCESLAS Biri de l institut

Plus en détail

702 012 956 RCS Nanterre TVA FR 03 702 012 956 Certifiée ISO 9001 par l AFAQ

702 012 956 RCS Nanterre TVA FR 03 702 012 956 Certifiée ISO 9001 par l AFAQ MCC et incertitude 10 mars 2015 Par Christophe Béesau et Christian Leliepvre Avec Altran, Solar Impulse s attaque au défi du tour du monde à l énergie solaire. Depuis 2010, Solar Impulse vole à l énergie

Plus en détail

ATELIER EN ARTS PLASTIQUES

ATELIER EN ARTS PLASTIQUES ACTUALITES Ateliers de sensibilisation artistique à partir de l œuvre de V. Vasarely, encadré par une médiatrice culturelle et une historienne de l art. du 6 au 8 avril 2010 de 14hà16h Public: enfants

Plus en détail

CONTENU MISE EN PLACE. 1. Placez le plateau de jeu au centre de la table.

CONTENU MISE EN PLACE. 1. Placez le plateau de jeu au centre de la table. TM Pour voir une vidéo explicative du jeu, visitez www.stratusgames.com INTRODUCTION BUT DU JEU Les habitants des villages entourant un volcan dormant vivaient heureux et en paix jusqu au jour où BADABOUM

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE FUTUR MIROIR D EAU

TOUT SAVOIR SUR LE FUTUR MIROIR D EAU TOUT SAVOIR SUR LE FUTUR MIROIR D EAU LES PIEDS DANS L EAU! Plus pratique, plus agréable, plus ludique, le secteur Château-Mercœur poursuit sa transformation. Après deux ans de travaux, les abords du château

Plus en détail

Anne-Lise Seusse. Née en 1980 à Lyon (F) Vit et travaille entre Lyon et Paris (F) Pour Rendez vous 11, présente :

Anne-Lise Seusse. Née en 1980 à Lyon (F) Vit et travaille entre Lyon et Paris (F) Pour Rendez vous 11, présente : Née en 1980 à Lyon (F) Vit et travaille entre Lyon et Paris (F) Formation 2007 DNSEP, École nationale supérieure des beaux arts de Lyon, Lyon (F) 2000 DEUG de philosophie à l Université Lyon 3, Lyon (F)

Plus en détail

NON MAIS T AS VU MA TÊTE!

NON MAIS T AS VU MA TÊTE! La compagnie Lucamoros présente NON MAIS T AS VU MA TÊTE! et autres images (portrait volé, face à face) Spectacle sans paroles et en 3 tableaux pour un peintre-clown et sa toile Compagnie Lucamoros 1 Premier

Plus en détail

Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions.

Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions. Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions. Ces quelques lignes ne rendent pas compte d une expérimentation organisée à priori mais d un changement de pratique qui demeure en évolution.

Plus en détail

La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople

La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople Considérée comme la huitième merveille du monde, la Basilique Sainte-Sophie se trouve à Istanbul en Turquie. Elle a servi de basilique pendant 916 ans et de

Plus en détail

L art contemporain du Sri Lanka à la fondation Mona Bismarck

L art contemporain du Sri Lanka à la fondation Mona Bismarck > Exposition L art contemporain du Sri Lanka à la fondation Mona Bismarck Entretien avec Chandra Rajakaruna de la fondation Mona Bismarck À l occasion des festivités organisées pour le 60 e anniversaire

Plus en détail

Damien Castelain. Président de la Métropole Européenne de Lille

Damien Castelain. Président de la Métropole Européenne de Lille P R O G R A M M E Un musée qui dialogue avec des bibliothèques et des médiathèques. Des visiteurs qui deviennent lecteurs Les 27 et 28 juin 2015, venez découvrir au LaM une nouvelle façon d explorer les

Plus en détail

À TOI DE JOUER! VIVRE EN FRANCE L EXPLORATION DE L ESPACE. 1. Observez ces documents et cochez la bonne réponse.

À TOI DE JOUER! VIVRE EN FRANCE L EXPLORATION DE L ESPACE. 1. Observez ces documents et cochez la bonne réponse. A B C 1. Observez ces documents et cochez la bonne réponse. 1. Quel est l argument de tous ces documents? 4. Helios est un film L espace traditionnel La Terre en relief Les avions en noir et blanc 2. Dans

Plus en détail

LES ATELIERS ANNUELS, LES PROJETS et LES ARTISTES PROFESSIONNELS

LES ATELIERS ANNUELS, LES PROJETS et LES ARTISTES PROFESSIONNELS LES ATELIERS ANNUELS, LES PROJETS et LES ARTISTES PROFESSIONNELS 1/ Réalisation d une œuvre Land Art avec Nathalie Cirino - Classe CP école Bois fraisier de Chaumont- sur- Tharonne sur mars- avril PRESENTATION

Plus en détail

COTTAZ Céline DESVIGNES Emilie ANTHONIOZ-BLANC Clément VUILLERMET DIT DAVIGNON Nicolas. Quelle est la trajectoire de la Lune autour de la Terre?

COTTAZ Céline DESVIGNES Emilie ANTHONIOZ-BLANC Clément VUILLERMET DIT DAVIGNON Nicolas. Quelle est la trajectoire de la Lune autour de la Terre? COTTAZ Céline DESVIGNES Emilie ANTHONIOZ-BLANC Clément VUILLERMET DIT DAVIGNON Nicolas Quelle est la trajectoire de la Lune autour de la Terre? Terminale S1 Lycée Elie Cartan Olympiades de Physiques 2003-2004

Plus en détail

«Source» - Elena PAROUCHEVA, installation monumentale, Amnéville-les-Thermes, Concours Européen Supélec Sciences et Technologies dans l'art Européen

«Source» - Elena PAROUCHEVA, installation monumentale, Amnéville-les-Thermes, Concours Européen Supélec Sciences et Technologies dans l'art Européen Concours Européen Supélec Sciences et Technologies dans l'art Européen «Source» - Elena PAROUCHEVA, installation monumentale, Amnéville-les-Thermes, présentée par Frédéric LESUR, Supélec 92 Illustrations

Plus en détail

Le coin du vide 2014 Dessin, Vidéo, Photo, Jumelles

Le coin du vide 2014 Dessin, Vidéo, Photo, Jumelles Yukari Hara À travers des gestes simples comme regarder une autre direction, lancer une chaussure ou passer d une pièce à une autre, je m interroge sur ma place dans l espace et le temps où je suis. Je

Plus en détail

P Y R É N É E S. des Pyrénées - Pau Tarbes. Établissement public d enseignement supérieur artistique. Art Art-céramique Design graphique multimedia

P Y R É N É E S. des Pyrénées - Pau Tarbes. Établissement public d enseignement supérieur artistique. Art Art-céramique Design graphique multimedia É S École supérieure d art des Pyrénées Pau Tarbes École supérieure d art des Pyrénées - Pau Tarbes Établissement public d enseignement supérieur artistique P Y R É N É E S Des formations d excellence,

Plus en détail

Le chantier compte 4 étapes :

Le chantier compte 4 étapes : 02 Bien mettre en place le 03 béton désactivé La technique du béton désactivé consiste à mettre en valeur les granulats en éliminant la couche superficielle du mortier en surface. Un chantier de béton

Plus en détail

Le programme éducatif «Graffitis cacher l histoire?» s adresse aux élèves du deuxième et troisième cycle du primaire (3 e, 4 e, 5 e et 6 e années).

Le programme éducatif «Graffitis cacher l histoire?» s adresse aux élèves du deuxième et troisième cycle du primaire (3 e, 4 e, 5 e et 6 e années). Graffitis Cacher l histoire? Créé par Mélissa Duquette, chargée de projet à l animation au Musée de société des Deux-Rives, en lien avec le Programme du ministère de l Éducation du Québec. PRÉSENTATION

Plus en détail

Expertise sur la présence de chauves-souris Prolongement du boul. Portland

Expertise sur la présence de chauves-souris Prolongement du boul. Portland Expertise sur la présence de chauves-souris Prolongement du boul. Portland 171, rue Léger ~ Sherbrooke (Québec) CANADA J1L 1M2 Tél. : 819 340-6124 ~ Fax : 819 562-7888 ~ www.genivar.com Référence à

Plus en détail

Localiser S orienter «Le local»

Localiser S orienter «Le local» «Le local» 5-11 Niveau 1 Entraînement 1 Objectifs - Etre capable de repérer en fonction des points cardinaux. - Etre capable de se repérer en fonction des points cardinaux. Applications En classe : orienter

Plus en détail

LIVRET JEUNE PUBLIC (3-12 ans)

LIVRET JEUNE PUBLIC (3-12 ans) LIVRET JEUNE PUBLIC (3-12 ans) KADER ATTIA est né en 1970 à Dugny (Seine-St-Denis), il vit et travaille à Berlin. L ATELIER ÉPHÉMÈRE un samedi par mois, de 14h30 à 16h Pour explorer l exposition, peindre,

Plus en détail

1F O S S E. Une fosse toutes eaux est un appareil destiné. Fosse toutes eaux. Dimensionnement : TOUTES EAUX

1F O S S E. Une fosse toutes eaux est un appareil destiné. Fosse toutes eaux. Dimensionnement : TOUTES EAUX Fosse toutes eaux 1F O S S E Une fosse toutes eaux est un appareil destiné à la collecte, à la liquéfaction partielle des m a t i è res polluantes contenues dans les eaux usées et à la rétention des matières

Plus en détail

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant Les métiers du spectacle vivant Filière : artistique Domaine : art chorégraphique Appellations voisines : artiste chorégraphique Autres métiers du domaine : chorégraphe, maître de ballet, notateur Danseur

Plus en détail

1. ARTS, VILLES, POLITIQUES ET SOCIÉTÉS _arts et villes au XX e siècle. _les artistes et l'architecture

1. ARTS, VILLES, POLITIQUES ET SOCIÉTÉS _arts et villes au XX e siècle. _les artistes et l'architecture histoire des arts au lycée option de détermination option facultative sitographie _1 SITOGRAPHIE 1. DES SITES EN LIEN AVEC LE PROGRAMME DE TERMINALE [OPTION DE DÉTERMINATION] 1. ARTS, VILLES, POLITIQUES

Plus en détail

Valisette urbanisme. Objectifs principaux: > Recomposer une ville pour comprendre sa construction, son évolution, son mode de fonctionnement

Valisette urbanisme. Objectifs principaux: > Recomposer une ville pour comprendre sa construction, son évolution, son mode de fonctionnement Valisette urbanisme Objectifs principaux: > Recomposer une ville pour comprendre sa construction, son évolution, son mode de fonctionnement > Identifier différentes fonctions urbaines. > Comprendre les

Plus en détail

CAHIER D EXPERIENCES. Quand deux billes se rencontrent?

CAHIER D EXPERIENCES. Quand deux billes se rencontrent? CAHIER D EXPERIENCES 1 ere Experience : Quand deux billes se rencontrent? Matériel : Le pendule de Newton Webcam + ordinateur Eclairage Expérience : 1. lâcher de la bille 1, film de l expérience 2. lâcher

Plus en détail

NOUVELLE RÉGLEMENTATION

NOUVELLE RÉGLEMENTATION NOUVELLE RÉGLEMENTATION Les principes fondamentaux des actions gouvernementales pour prévenir les risques liés aux endommagements des canalisations et réseaux sont portés par la loi Grenelle 2. Ces principes

Plus en détail

1S9 Balances des blancs

1S9 Balances des blancs FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S9 Balances des blancs Type d'activité Étude documentaire Notions et contenus Compétences attendues Couleurs des corps chauffés. Loi de Wien. Synthèse additive.

Plus en détail

Les partenaires. L association. Bâtimétal

Les partenaires. L association. Bâtimétal Frédérique Nalbandian Parc du grand saint-jean Mirage septembre 2013 Dossier de presse VOYONS VOIR ART CONTEMPORAIN ET TERRITOIRE EDITO La ville d Aix-en-Provence, par l intermédiaire de la Direction de

Plus en détail

Étude de la carte de Vézelise. Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique

Étude de la carte de Vézelise. Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique Étude de la carte de Vézelise Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique Double objectif de la séance Étude d un paysage lorrain de côte Apprentissage de la lecture du relief sur une

Plus en détail

ARCANE DE LA MONTAGNE DOMAINE DE SAINT SER. Exposition du 26 mai au 31 décembre 2013. Horaires : tous les jours 10h00 à 18h00

ARCANE DE LA MONTAGNE DOMAINE DE SAINT SER. Exposition du 26 mai au 31 décembre 2013. Horaires : tous les jours 10h00 à 18h00 ARCANE DE LA MONTAGNE Yuhsin U CHANG Exposition du 26 mai au 31 décembre 2013 DOMAINE DE SAINT SER Horaires : tous les jours 10h00 à 18h00 Coordonnées : Tél : 04 42 66 30 81 Route Cézanne - D17 13114 PUYLOUBIER

Plus en détail

47. MIRADOR 40 29 15 N - 03 39 16 W MVRDV - Madrid - Espagne 2005

47. MIRADOR 40 29 15 N - 03 39 16 W MVRDV - Madrid - Espagne 2005 47. MIRADOR 40 29 15 N - 03 39 16 W MVRDV - Madrid - Espagne 2005 0 25 50 150 LE TOTEM DU QUARTIER A une demi-heure du centre ville de Madrid, le quartier de Sanchinarro est sorti de terre en 2000 et est

Plus en détail

mémoire de la 3 eme année

mémoire de la 3 eme année Lin LIN 3 eme année d'art atelier COSA MENTALE Ecole supérieure d'art et de design Marseille-Méditerranée (ESADMM) Sommaire 1 P r é f a c e 2 La ligne et la forme 13 La touche et la tache 17 Conclusion

Plus en détail

LE BOIS, LA SOLUTION ÉCONOMIQUE POUR RÉINVENTER SA MAISON

LE BOIS, LA SOLUTION ÉCONOMIQUE POUR RÉINVENTER SA MAISON LE BOIS, LA SOLUTION ÉCONOMIQUE POUR RÉINVENTER SA MAISON Performant thermiquement, léger et travaillé en atelier avant d être rapidement monté sur chantier, le bois est le matériau idéal pour les Extensions/Surélévations.

Plus en détail

Commune de Clichy-la-Garenne (Département des Hauts-de-Seine)

Commune de Clichy-la-Garenne (Département des Hauts-de-Seine) Commune de Clichy-la-Garenne (Département des Hauts-de-Seine) R èglement communal de la publicité, des enseignes et pré-enseignes Chapitre I du Titre VIII Livre V du Code de l Environnement élaboré par

Plus en détail

Question 1- Quelle doit être à ton avis la force avec laquelle il faudrait jeter une pierre pour qu'elle tourne autour de la Terre?

Question 1- Quelle doit être à ton avis la force avec laquelle il faudrait jeter une pierre pour qu'elle tourne autour de la Terre? Les Satellites Introduction En astronomie, un satellite est décrit comme un corps céleste qui gravite autour d'une planète; ainsi la Lune est le satellite naturel de la Terre. En astronautique, il s'agit

Plus en détail

Fluorescent ou phosphorescent?

Fluorescent ou phosphorescent? Fluorescent ou phosphorescent? On entend régulièrement ces deux termes, et on ne se préoccupe pas souvent de la différence entre les deux. Cela nous semble tellement complexe que nous préférons rester

Plus en détail

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes).

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes). SUJET DE CONCOURS Sujet Exploitation d une documentation scientifique sur le thème de l énergie 2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D,

Plus en détail

Fiche d application Thermique. Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération

Fiche d application Thermique. Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération Réglementations Thermique Acoustique Aération Départements d Outre-Mer Version 1.1 Fiche d application Thermique Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS www.territoires.gouv.fr

Plus en détail

ETUDE D UN BATIMENT EN BETON : LES BUREAUX E.D.F. A TALENCE

ETUDE D UN BATIMENT EN BETON : LES BUREAUX E.D.F. A TALENCE 1 ENSA Paris-Val de Seine Yvon LESCOUARC H ETUDE D UN BATIMENT EN BETON : LES BUREAUX E.D.F. A TALENCE Architecte : Norman FOSTER 2 LES BUREAUX EDF A TALENCE Ce bâtiment de bureaux conçu par l'agence de

Plus en détail

La vie des étoiles. La vie des étoiles. Mardi 7 août

La vie des étoiles. La vie des étoiles. Mardi 7 août La vie des étoiles La vie des étoiles Mardi 7 août A l échelle d une ou plusieurs vies humaines, les étoiles, que l on retrouve toujours à la même place dans le ciel, au fil des saisons ; nous paraissent

Plus en détail

Inrap / Les étapes de l archéologie préventive

Inrap / Les étapes de l archéologie préventive Les étapes de l archéologie préventive LE DIAGNOSTIC Lorsque l on aménage un terrain à des fins publiques ou privées (pour construire une route ou un immeuble par exemple), le sol est remanié. Bien avant

Plus en détail

Extraits d un carnet de route de mon voyage en Patagonie

Extraits d un carnet de route de mon voyage en Patagonie Manifestations-loisirs / Carnet de route Patagonie / extraits Page 1 / 7 Contenu : Patagonie ARGENTINE Glacier Perito Moreno / El Chalten Fitz Roy et Corre Torre Rédaction : Alain Krummenacher / entrepreneur

Plus en détail

Arquèves (visite du 04/10/2013) Présents : Fr.Blary / R. Jonvel

Arquèves (visite du 04/10/2013) Présents : Fr.Blary / R. Jonvel Arquèves (visite du 04/10/2013) Présents : Fr.Blary / R. Jonvel Nature du site 1 - Un cellier en pierres de taille voûté en berceau 2 - Une cave en pierres de taille voûtée en berceau 3 - Apparition d

Plus en détail

Qui mange qui? Objectif : Prendre conscience des nombreuses relations qui existent entre les êtres vivants et notamment les relations alimentaires.

Qui mange qui? Objectif : Prendre conscience des nombreuses relations qui existent entre les êtres vivants et notamment les relations alimentaires. Qui mange qui? Objectif : Prendre conscience des nombreuses relations qui existent entre les êtres vivants et notamment les relations alimentaires. Tous les êtres vivants ont besoin d énergie pour vivre,

Plus en détail

The Unmanned. Fabien Giraud et Raphaël Siboni. Communiqué de presse

The Unmanned. Fabien Giraud et Raphaël Siboni. Communiqué de presse The Unmanned Pour cette première monographie institutionnelle de Fabien Giraud (*1980) et Raphaël Siboni (*1981), les œuvres les plus récentes des artistes français se déploient dans l ensemble des espaces

Plus en détail

RUÉ AMANDINE FORMATION PARCOURS EXPOSITIONS COLLECTIVES EXPOSITION PERSONNELLE RÉSIDENCES PUBLICATIONS

RUÉ AMANDINE FORMATION PARCOURS EXPOSITIONS COLLECTIVES EXPOSITION PERSONNELLE RÉSIDENCES PUBLICATIONS RUÉ AMANDINE 5, place des Capucins 69001 Lyon, France 06 88 86 03 52 amand.rue@gmail.com amandine-rue.tumblr.com SÉCURITÉ SOCIALE: 279036914903192 MDA: R528212 SIRET: 503 717 373 00016 FORMATION Dnsep

Plus en détail

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21 ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21 HYGIENE ET SÉCURITÉ JUIN 2001 Francis MINIER Inspecteur d Hygiène et de Sécurité Correspondant académique à la sécurité Tel : 02 38 79 46 64 Secrétariat

Plus en détail

Le but était de changer l'image de «musée un peu vieillot» et aussi de diversifier les publics, habitués ou non au numériques.

Le but était de changer l'image de «musée un peu vieillot» et aussi de diversifier les publics, habitués ou non au numériques. Compte-rendu de l'intervention d'alya Nazaraly, responsable du développement culturel du Musée Picasso «ibeacon et géolocalisation in-door : Premiers retours d usage au Musée Picasso» Le contexte du Musée

Plus en détail

Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné :

Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné : Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné : l'assemblage de parpaings le moulage dans un coffrage donnant une forme circulaire

Plus en détail

DUBROVNIK. Hors les murs - un paysage en echo avec la ville - DOCUMENT SOUMIS AU DROIT D'AUTEUR

DUBROVNIK. Hors les murs - un paysage en echo avec la ville - DOCUMENT SOUMIS AU DROIT D'AUTEUR La ville de Dubrovnik prend part à l Europan 11 pour questionner la manière d inplanter un parking conséquent voué à subvenir aux nécéssités d accueil générées par une ville classée au patrimoine mondiale

Plus en détail

William Pezet monsieurpixel@gmail.com

William Pezet monsieurpixel@gmail.com Du grain à moudre est un projet d installation multimédia qui utilise le moulin à café à la fois comme interface interactive mais aussi comme base imaginaire pour son propos William Pezet monsieurpixel@gmail.com

Plus en détail

Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur

Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur Généralités Le bac dégraisseur doit avoir un volume au moins égal à 200 litres, s il reçoit les eaux de cuisine seules et un volume au moins égal à 500

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STD ARTS APPLIQUÉS

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STD ARTS APPLIQUÉS BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STD ARTS APPLIQUÉS SESSION 2014 ÉPREUVE : PHYSIQUE-CHIMIE Durée : 2 heures Coefficient : 2 La calculatrice (conforme à la circulaire N 99-186 du 16-11-99) est autorisée. La clarté

Plus en détail

Chapitre 2 : Géométrie des images radar et effets du relief (Cours Télédétection Radar Jean-Paul Rudant ERAIFT Avril-Mai 2011)

Chapitre 2 : Géométrie des images radar et effets du relief (Cours Télédétection Radar Jean-Paul Rudant ERAIFT Avril-Mai 2011) Télédétection Radar Chapitre 2 : Géométrie des images radar et effets du relief (Cours Télédétection Radar Jean-Paul Rudant ERAIFT Avril-Mai 2011) Ce chapitre présente successivement les effets du relief

Plus en détail

CORNISA SAN FRANCISCO EL GRANDE _ MADRID, ESPAGNE _

CORNISA SAN FRANCISCO EL GRANDE _ MADRID, ESPAGNE _ CORNISA SAN FRANCISCO EL GRANDE _ MADRID, ESPAGNE _ ENCIMA DEL CIELO DE MADRID 115 2009 - CORNISA SAN FRANCISCO EL GRANDE - MADRID AU DESUS DU CIEL DE MADRID Projet Concours europan10 Lieu Madrid, espagne

Plus en détail

Résidence pour Etudiants, R+7 en bois Maison de l Inde à la Cité Universitaire Internationale de Paris

Résidence pour Etudiants, R+7 en bois Maison de l Inde à la Cité Universitaire Internationale de Paris 3 ème Forum International Bois Construction 2013 Résidence pour Etudiants R+7, Maison de l Inde à la CIUP F. Lipsky-Rollet, O. Gaujard 1 Résidence pour Etudiants, R+7 en bois Maison de l Inde à la Cité

Plus en détail

votre nom «BIG DATA» L2 GROUPE 1 Dans le cadre du cours Espace privé - Espace public de Marc Veyrat Département Hypermédia URF LLSH Chambery 2014

votre nom «BIG DATA» L2 GROUPE 1 Dans le cadre du cours Espace privé - Espace public de Marc Veyrat Département Hypermédia URF LLSH Chambery 2014 votre nom «BIG DATA» L2 GROUPE 1 Dans le cadre du cours Espace privé - Espace public de Marc Veyrat Département Hypermédia URF LLSH Chambery 2014 Introduction Afin de traiter les notions d Espace privé-

Plus en détail

Brevet des collèges, correction, Métropole, 28 juin 2011

Brevet des collèges, correction, Métropole, 28 juin 2011 Brevet des collèges, correction, Métropole, 28 juin 2011 Activités numériques 12 points Exercice 1 Un dé cubique a 6 faces peintes : une en bleu, une en rouge, une en jaune, une en vert et deux en noir.

Plus en détail

GRAVER LA PAIX Projet de création artistique collective dans le cadre des Rencontres de Genève Histoire et Cité Construire la Paix (14-16.05.

GRAVER LA PAIX Projet de création artistique collective dans le cadre des Rencontres de Genève Histoire et Cité Construire la Paix (14-16.05. GRAVER LA PAIX Projet de création artistique collective dans le cadre des Rencontres de Genève Histoire et Cité Construire la Paix (14-16.05.2015) LE PROJET DÉTAILLÉ Présentation générale Graver la Paix

Plus en détail

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde de Léonard de Vinci est incontestablement le tableau le plus célèbre. Il est conservé au musée du Louvre à Paris et a

Plus en détail

Paysages industriels au fil de l Orne. Blainville-sur-Orne. Feuguerolles-Bully. Pierrefitte-en-Cinglais Le Mesnil-Villement.

Paysages industriels au fil de l Orne. Blainville-sur-Orne. Feuguerolles-Bully. Pierrefitte-en-Cinglais Le Mesnil-Villement. LA RÉGION EXPOSE LA RÉGION EXPOSE Paysages industriels au fil de l Orne CAEN Blainville-sur-Orne Feuguerolles-Bully Le Bô Ménil-Hubert-sur-Orne Pierrefitte-en-Cinglais Le Mesnil-Villement Rabodanges ARGENTAN

Plus en détail

guide du créateur d entreprise 7

guide du créateur d entreprise 7 01 Protéger les idées guide du créateur d entreprise 7 Si votre projet se base sur une nouvelle invention, sur un concept original ou sur une création novatrice, pensez à protéger votre idée. Vous n aimeriez

Plus en détail

LIVRET DE VISITE. Autoportraits du musée d. musée des beaux-arts. place Stanislas

LIVRET DE VISITE. Autoportraits du musée d. musée des beaux-arts. place Stanislas LIVRET DE VISITE musée des beaux-arts de Nancy place Stanislas Autoportraits du musée d Orsay L exposition Au fil du temps Bienvenue au Musée des Beaux-Arts de Nancy! Les tableaux que tu vois ici viennent

Plus en détail

Les textes et règlements

Les textes et règlements Réglementation applicable aux chapiteaux, tentes et Note : cette fiche est extraite pour l essentiel de l ouvrage «Organiser un événement artistique dans l espace public : Guide des bons usages», édité

Plus en détail

L éclairage naturel première partie : Principes de base

L éclairage naturel première partie : Principes de base Suzel BALEZ L5C 2007-08 L éclairage naturel première partie : Principes de base Hertzog et Partner Bât. De bureaux à Wiesbaden Plan Notions préliminaires La vision Grandeurs photométriques Le flux lumineux

Plus en détail

un certain recouvrement Michaële Andrea Schatt Parc du palais de Compiègne

un certain recouvrement Michaële Andrea Schatt Parc du palais de Compiègne un certain recouvrement Michaële Andrea Schatt Parc du palais de Compiègne La floraison tardive et luxuriante de dahlias à l automne dans le Petit Parc du Palais de Compiègne laisse la place de novembre

Plus en détail

L'ECOLE NATIONALE D'ARCHITECTURE DE NANCY ARCHITECTURE LIVIO VACCHINI

L'ECOLE NATIONALE D'ARCHITECTURE DE NANCY ARCHITECTURE LIVIO VACCHINI L'ECOLE NATIONALE D'ARCHITECTURE DE NANCY ARCHITECTURE LIVIO VACCHINI Simon P Laurent - Artiste - www.lotus-mineral.com - 2012 - REMERCIEMENTS Le présent travail est une commande de l'école Nationale Supérieure

Plus en détail

Une pseudo-science : 1. Pourquoi l astrologie n est pas une science reconnue?

Une pseudo-science : 1. Pourquoi l astrologie n est pas une science reconnue? Une pseudo-science : 1 Pourquoi l astrologie n est pas une science reconnue? Les revendications des astrologues sont rejetées par la communauté scientifique. Néanmoins, l astrologie est populaire. Même

Plus en détail

-3- Table des matières

-3- Table des matières -2- Avertissement Ce document accompagne le cours qui a été conçu spécialement pour les stagiaires des cours de Denis Belot. Le cours a été réalisé en réponse aux diverses questions posées par les stagiaires.

Plus en détail

L horloge fleurie de Gen cliché, mais incontourna

L horloge fleurie de Gen cliché, mais incontourna L horloge fleurie de Gen cliché, mais incontourna ève : ble! A Genève, l horloge fleurie et le jet d eau sont des passages obligés pour les vacanciers. Les photographies réalisées s envoleront vers des

Plus en détail

ENCASTREZ UN EVIER ET POSEZ UN MITIGEUR A DOUCHETTE

ENCASTREZ UN EVIER ET POSEZ UN MITIGEUR A DOUCHETTE ENCASTREZ UN EVIER ET POSEZ UN MITIGEUR A DOUCHETTE ETAPE 1 LE PLAN DE TRAVAIL 1.a Repères Repères Mettez en place provisoirement le plan de travail et tracez au crayon effaçable deux repères qui correspondent

Plus en détail

Dossier de Presse 5 juin 2008 20. L Oeuvre de Vauban à Besançon

Dossier de Presse 5 juin 2008 20. L Oeuvre de Vauban à Besançon Dossier de Presse 5 juin 2008 20 L Oeuvre de Vauban à Besançon Dossier de Presse 5 juin 2008 21 Besançon : des défenses façonnées par un méandre dominé > 21 27 La citadelle Historique La position stratégique

Plus en détail

Delphine Perret / Agence Patricia Lucas 2015 : 50 millions d arbres. déjà plantés!

Delphine Perret / Agence Patricia Lucas 2015 : 50 millions d arbres. déjà plantés! Delphine Perret / Agence Patricia Lucas 2015 : 50 millions d arbres déjà plantés! Objectif atteint : 50 millions d arbres plantés dans 27 pays La Fondation Yves Rocher, née il y a 25 ans d une volonté

Plus en détail

La VitraHaus Jacques Herzog & Pierre de Meuron, 2010

La VitraHaus Jacques Herzog & Pierre de Meuron, 2010 La VitraHaus Jacques Herzog & Pierre de Meuron, 2010 En 2004, Vitra lance une collection Home, qui se compose aussi bien de classiques du design, de rééditions que de produits de créateurs contemporains.

Plus en détail

Sabine Collé-Balp formateur arts plastiques IUFM Célestin Freinet La Seyne sur mer Académie de NICE

Sabine Collé-Balp formateur arts plastiques IUFM Célestin Freinet La Seyne sur mer Académie de NICE L objet et l oeuvre 6 Statut de l objet Entrée Référence Caractéristiques Vocabulaire Illustration L objet comme constituant de l œuvre en 2D Schwitters Relief 1923 Centre G Pompidou Collage Collage L

Plus en détail

Photographier le ciel avec votre appareil photo

Photographier le ciel avec votre appareil photo Photographier le ciel avec votre appareil photo Christiane Defays Cet article s adresse aux photographes amateurs curieux du monde et du ciel, il a pour but de leur montrer comment réaliser de surprenants

Plus en détail

Recommandations pour la mise en oeuvre pédagogique Organisation du module d activité. Utilisation du simulateur de conduite "EF-SCOOT Prévention"

Recommandations pour la mise en oeuvre pédagogique Organisation du module d activité. Utilisation du simulateur de conduite EF-SCOOT Prévention Recommandations pour la mise en oeuvre pédagogique Organisation du module d activité Utilisation du simulateur de conduite "EF-SCOOT Prévention" Ce document a été réalisé conjointement par l Inspection

Plus en détail

Collège Georges Brassens 33720 PODENSAC. Bienvenue en 2050!

Collège Georges Brassens 33720 PODENSAC. Bienvenue en 2050! Collège Georges Brassens 33720 PODENSAC Bienvenue en 2050! Avril 2014 1 Avril 2014 2 Notre démarche Nous avons commencé par découvrir comment on se déplaçait dans les airs depuis toujours en étudiant des

Plus en détail

Test basé sur les normes Mathématiques appliquées 12 e année. Enquête

Test basé sur les normes Mathématiques appliquées 12 e année. Enquête Test basé sur les normes Mathématiques appliquées 12 e année Enquête Janvier 2012 Données de catalogage avant publication Éducation Manitoba Test basé sur les normes, mathématiques appliquées, 12 e année

Plus en détail

LIRE POUR EXPRIMER. PAGE 1... Toboggan n 402

LIRE POUR EXPRIMER. PAGE 1... Toboggan n 402 RUBRIQUE TobDOC : Bienvenue à Versailles! (P. 8 à 13) DOMAINES D ACTIVITÉ Lecture Découverte du monde : structuration du temps Langue orale Compréhension Vocabulaire Pratiques artistiques et histoire des

Plus en détail

S e r g e B e n o i t

S e r g e B e n o i t S e r g e B e n o i t peintures - sculptures 1 Octobre 1980 J ai fait la connaissance de Serge Benoit, il y a six ans, lorsqu il s est installé à la «Cité Fleurie». Quand j ai eu l occasion de voir son

Plus en détail

PLAN DE SITUATION C'est le plan qui localise votre terrain PCMI 1. SAINT DENIS - Bellepierre Parcelle AY 592. Ech : 1/ 2000 ème

PLAN DE SITUATION C'est le plan qui localise votre terrain PCMI 1. SAINT DENIS - Bellepierre Parcelle AY 592. Ech : 1/ 2000 ème PERMIS DE M. X. Plan de situation. Plan de masse 3. Coupe 4. Notice descriptive. Façades et plan de toiture. Insertion graphique 7. Photo dans le paysage proche 8. Photo dans le paysage lointain Mise à

Plus en détail

Le jour et la nuit. Lecture : Le jour et la nuit, comment ça marche?, Collection les questions de Justine, BELIN

Le jour et la nuit. Lecture : Le jour et la nuit, comment ça marche?, Collection les questions de Justine, BELIN CE1 Le jour et la nuit Découverte du monde 3 séances Outils pour le PE : Le temps Cycle 2, Les dossiers Hachette de 2011. Education civique et découverte du monde, Cycle 2 Collection Magellan de 2008 La

Plus en détail

FICHE D'INVENTAIRE (Fiche pratique n 1) Les normes internationales du CIDOC/ ICOM

FICHE D'INVENTAIRE (Fiche pratique n 1) Les normes internationales du CIDOC/ ICOM FICHE D'INVENTAIRE (Fiche pratique n 1) Les normes internationales du CIDOC/ ICOM Le Comité international pour la documentation (CIDOC) a travaillé plusieurs années au sein de l'icom pour arrêter les données

Plus en détail

Découvrir la voûte céleste c est avant tout une balade dans le ciel qui nous entoure. Mais pour se promener d une étoile ou d une galaxie à une

Découvrir la voûte céleste c est avant tout une balade dans le ciel qui nous entoure. Mais pour se promener d une étoile ou d une galaxie à une Patrice Octobre 2012 Découvrir la voûte céleste c est avant tout une balade dans le ciel qui nous entoure. Mais pour se promener d une étoile ou d une galaxie à une autre, il faut savoir où regarder dans

Plus en détail