PORTRAITS DE TERRITOIRES:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PORTRAITS DE TERRITOIRES:"

Transcription

1 Séminaire L espace en ses objets et controverses Enseignant Laurent Devisme - ensan 2011 PORTRAITS DE TERRITOIRES: LES CAS D ESPACES DE PROXIMITÉ À ISTANBUL REGARD CROISÉ SUR LES LOCALITÉS DE CIHANGIR, FIRUZAĞA ET TOPHANE Juliette TOUCHAIS 3

2 Séminaire L espace en ses objets et controverses Enseignant Laurent Devisme - ensan 2011 PORTRAITS DE TERRITOIRES: LES CAS D ESPACES DE PROXIMITÉ À ISTANBUL REGARD CROISÉ SUR LES LOCALITÉS DE CIHANGIR, FIRUZAĞA ET TOPHANE Juliette TOUCHAIS 3

3 4

4 AVANT PROPOS & REMERCIEMENTS Ce travail fait suite à une année scolaire passé dans la ville d Istanbul au sein de l université technique d Istanbul. Cette année a été complétée par deux mois de stage parmi l équipe de l Institut Français de Recherche Anatolienne et plus particulièrement encadrée par Jean François Pérouse, géographe et directeur de l OUI - l observatoire Urbain d Istanbul. Mes remerciements s adressent à ceux qui ont encadrés ce stage, plus généralement ce travail, dont notamment à Jean François Pérouse et Laurent Devisme pour leur aide, leur suivi et leur disponibilité. Ils s adressent également à Gizem, Guillaume et Florent qui chacun à leur manière ont porté mon choix qui m emmena jusqu au Bosphore. Pour cette année riche en enseignements et rencontres, je remercie Ilkan, Meriç et Alper qui ont été mon heureux quotidien stambouliote. Merci à toutes les personnes que j ai rencontré tout au long de cette étude pour leur sympathie, gentillesse, temps accordé pour leurs dires et leurs aides. 5

5

6 08 10 INTRODUCTION 1 / LES ESPACES HERİTES DE L ISTANBUL MO- DERNE ; LIEUX et CONTEXTE _ Un système de lieux comme territoire _ Trois secteurs, leurs Histoires, typologies et spécificités 18 2 / VISAGES, SYMBOLES ET REALITES DE LA COMPOSITION COMMERCIALES DE CES ESPACES DE PROXIMITE _ Introduction A}Composition de l offre commerciale dans ces territoires de proximité _ Relevé et méthode _ Répartitions commerciales _ Récits de ce que l on considère comme commerce banal en Turquie B}Le commerce de proximité et fantasmes associés _ Orientation commerciale et visages de ces localités _ L identité commerciale ou l affirmation symbolique _ Le rayonement commercial ou l effacement du local 41 3 / LE COMMERCE DE PROXIMITE, MATRICE D ES- PACE PUBLIC? A}Le système d acteurs dans ces espaces de non centraux _ Les usagers et riverains ; le degré zéro primordial de la production d espaces publics _ La gouvernance de l institution publique en crise _ Des alternatives associatives au pouvoir qui restent ponctuelles B}La production par la pratique _ Des espaces hétérogènes et mouvants _ Mouvement et établissement, le flux et ces sphères _Changement et permanence ; l exemple du secteur de l informel 62 4 / «L ESPACE SOCIAL» ET SES DYNAMIQUES CONCLUSION MEDIAGRAPHIE 7

7 } INTRODUCTION A LA VILLE La nuque légèrement inclinée, le haut du corps décollé de ce siège confortable, le front collé à un hublot, c est là, à une centaine de mètres d altitude, en survolant cette mégapole et le bleu de son cœur, qu Istanbul fait son entrée en scène. Naviguant entre les nuages, les premières images sont déjà époustouflantes, alors que l avion engage la douce descente vers le sol, nous sont offertes ces brides de paysages urbains. Vu du ciel, on ne s y méprend pas, Istanbul est gigantesque, tentaculaire, immensité urbaine, elle couvre hectares, les estimations évoquent que 95% de la ville du Bosphore est urbanisée 1 Arrivé au sol, les images prennent vies et deviennent frénétiques. Aux traces d une histoire des plus riches s ajoutent celles d une urbanisation euphorique, patchwork architectural surprenant, premières invraisemblances lisibles de cette ville se construisant sur un lit de paradoxes. Bride d Istanbul vue d avion par F. Vidaling, mars 2011 Etirée entre l Asie et l Europe, équivalent dans sa version contemporaine à un déploiement entre union européenne et monde musulman, c est une mégapole en voie de développement manipulant tant de contradictions qu elle devient extraordinairement singulière et passionnante. Dans un contexte de transformations urbaines rapides - le tissu urbain actuel aurait émergé à 80% après naquît en périphéries malls et gated communities, nouveaux espaces publics évoquant les rêves d une ville moderne calquée sur des modèles occidentaux, ces transformations viennent défier le paradigme d une urbanité existante. En parallèle, les quartiers centraux Située sur un point géographique qui a portée sa grandeure à travers les âges et une aire métropolitaine d ampleur avec ses hectares. 1 D Sudjic, The city too big to fail in Istanbul, city of intersections, urbanage, novembre 2009; 8

8 célébrant leur premier centenaire sont soit le joug d une gentrification importante, soit victimes d une paupérisation liée à un contexte historique difficile. 2 Puis, alors que l économie se libéralise peu à peu, Istanbul régularise ces Gecekondus - habitat précaire assimilable aux bidonvilles s y développe des quartiers d affaires, centres commerciaux, des places publics de prestiges, sans oublier une politique culturelle en devenant la Capitale Européenne de la culture Istanbul a définitivement émergé en tant que ville-région. Et c est aussi, selon Orhan Pamuk, une ville à cheval entre deux mondes où «tout n est qu à moitié, tout est incomplet, tout est imparfait» 3. 2 Çaglar Keyder, A brief history of modern Istanbul in Turkey in the modern world, Ed. Reşat Kasaba. Cambridge University Press, Orhan Pamuk, «Istanbul, souvenirs d une ville», ed. Gallirmard, 2006, p.465, 547pp 4 Murat Güvenç, «Istanbul une approche historique et socio-spatiale» dans Urbanisme, sept-oct 2010, n 374, p A.Fleury, Les rivages d Istanbul: des espaces publics à part, au coeur de la mégapole, article réalisé de septembre à decembre 2002 au sein de l OUI observatoire urbain d Istanbul. Quoiqu on en dise, rendre compte de l Istanbul contemporaine semble chose vaine tant elle est diverse, issue d enchevêtrements complexes de processus de globalisation et de différentiation locale 4. Et, à force d abstraction, on efface ce qui constitue la ville, ce qui fait son essence, on oublie ces vides, ceux là mêmes qui la rendent véritable et lui donnent un sens. Ainsi, il devenait important pour nous dans ce travail de mémoire, qui s applique à parler d une ville mondiale, de s immiscer dans l un de ces espaces et de le faire parler. De devenir, un temps, l observateur de ce précieux liant qu on appelle espace public. Notre posture fut de positionner notre regard sur les espaces de proximité. Espaces aujourd hui considérés comme centraux par les acteurs des villes européennes, ils restent quelques peu délaissés par ceux d Istanbul qui portent davantage leurs intentions et actions sur «les espaces de prestige». Pourtant, si l on considère les espaces publics au sens large, comme «des espaces d usage public, définis par les pratiques concrètes des citadins, ainsi que par leur triple rôle de mise en relation entre les citadins, entre les lieux, entre les différentes échelles de la ville», on peut bel et bien parler d espaces publics pour les espaces de proximité. 5 Par rapport à notre contexte culturel, la relation entre les sexes, la limite privé/public et plus généralement les codes sociaux et la vision de l espace divergent, même si des processus d occidentalisation important sont à l œuvre. De par notre posture, nous espérons porter une contribution à la réflexion sur la notion d espace public de proximité à Istanbul comme ailleurs. 9

9 } LES ESPACES HERITES DE L ISTANBUL MODERNE ; LIEUX ET CONTEXTES _ UN SYSTEME DE LIEUX COMME TERRITOIRE «Il n y a pas un espace, un bel espace, un bel espace alentour, un bel espace autour de nous, il y a plein de petits bouts d espaces» G. Perec, 1985 Afin de souligner au mieux ce qui fait concrètement les espaces de proximité stambouliote d aujourd hui, nous avons exprimé la volonté de se raccrocher à un lieu. En portant un regard exhaustif sur celui ci, nous prétendons pouvoir comprendre le lieu et ses espaces; de quelles manières il se transforme, que ce soit par ses pratiques ou ses formes, ses aménagements ou sa gestion au sein de l espace urbain. Il s agit également de pouvoir développer une vision au plus proche du réel et du territoire, de ne pas se laisser porter par une vision idéalisée de l échelon du local et de celui de la proximité qui seraient tous deux incarnés par le quartier et ses rues comme les lieux par excellence de la sociabilité urbaine. Eviction potentiellement faite, nous avons privilégié de développer notre étude, non pas autour d un lieu en particulier, mais autour d un système de lieux suivant ainsi les préconisations de nombreux géographes parmi lesquels Antoine Fleury dont la thèse constitue une des référence majeure de ce travail. Ce système de lieu peut être défini selon plusieurs paramètres parmi lesquels on compte le plus souvent la forme, l ouverture, le statut ou encore la norme de chaque espace. Nous avons donc établi une présélection de lieux qui présentaient la caractéristique d être des centralités dont on distingue une concentration relativement élevé de petits commerces, on l on trouve des squares, des marchés ou des rues de proximité 6, le tout étant pratiqué quotidiennement par une partie des habitants, en somme dont l impact à l échelle locale était prégnant. 6 Le square est une figure relativement absente dans la forme urbaine stambouliote qui a hérité du patrimoine ottoman. Celui-ci lègue d avantage de grande place, medyan, ou marché couvert, les çarsı qui ont longtemps été la place privilégié des sociabilités urbaines - Cânâ Bilsel, «L espace public existait-il dans la ville ottomane? Des espaces libres au domaine public à Istanbul (XVIIe-XIXe siècles)», dans Études balkaniques, n 14, 2007, p

10 Après de nombreuses observations sur ces mêmes sites, nous avons finalement affiné cette sélection en fonction de nouveaux paramètres pour présenter un système de lieu particulier. Pour se faire, nous nous sommes penchés sur un premier paramètre géographique émanant directement de la notion même de proximité. D après la définition que donne le «dictionnaire du commerce et de l aménagement» 7 un espace de proximité est celui dont la fréquentation peut se faire à pied lors d un déplacement inférieur à dix minutes. Nous avons donc pris le parti de centrer notre étude sur un système de lieux de proximité dont chacune des entités, chacun des lieux seraient séparés par dix minutes de marche à pieds. Par ailleurs attirée par la richesse des espaces hérités qui ont reçu un héritage particulier mais dont les pratiques se sont profondément transformées, c est le dernier critère qui nous a permis de délimiter avec précision notre système de lieux de proximité. Ainsi, nous concentrerons cette étude sur les localités de Cihangir, Firuzağa et Tophane. Au cours de notre étude, notre intérêt se portera sur ces centralités mais également sur leurs rues alentours 8. Etant donné que ces trois espaces sont géographiquement proches, cette position nous permettra aussi de revenir une 11

11 notion de continuité et fragmentation de la ville, comment ces trois espaces proches entrent ils ou non en relation? Car en effet, à priori, seul le caractère géographique strico-sensu semble raccrocher ces trois localités sélectionnées qui diffèrent notamment dans leur composante socio-économique (I). Par ailleurs, pour étudier ces espaces, nous avons choisi une entrée particulière qui s attache à une notion fonctionnaliste. En effet, si ces espaces publics se définissent comme des espaces pratiqués par le public, c est avant tout parce qu il est attiré par des fonctions urbaines. extrait de l oeuvre de Nicolas Moulin - «vider Paris» Or la fonction commerciale va de pair avec les espaces de proximité comme l a par exemple souligné l artiste N.Moulin en produisant une œuvre explicite. Le montage ci-contre illustre son travail, dont la démarche a été de reproduire l espace de la rue s il n y avait plus de commerces. Les commerces donnent ainsi la tonalité aux espaces et notamment aux espaces de proximité, se sera une manière pour nous d entrer en relation avec ces trois localités, en décortiquant et analysant l offre commerciale qui s y manifeste. Par ce biais qui s attache à retranscrire les témoignages que le commerce nous laisse, nous tenterons de saisir les visages de chaque localité, d en discerner les symboles et représentations (II). Puis dans un troisième temps, nous chercherons à évaluer le degré de l impact de cet ensemble commercial dans la production d espace public. En s attachant aux pratiques qui prennent place dans ces espaces mais aussi en évaluant le système d acteurs impliqué dans la production de ces espaces publics de proximité (III) Pour finir, nous nous attacherons à des études de cas relatifs aux espaces étudiés en soulignant des questions propres à ces localités, aux transformations qu elles connaissent, aux conflits auxquels elles font face, nous nous rapprocherons ainsi de la composante sociale de l espace qui est intrinsèque à celui-ci (IV) espace et société se nourrissant voire se définissant mutuellement. 7 René-Paul Desse (dir.), Anne Fournié, Arnaud Gasnier, Nathalie Lemarchand, Alain Metton, Jean Soumagne, «Dictionnaire du commerce et de l aménagement», Presses Universitaires de Rennes, Septembre Les dénominations de ces localités en ces termes ne correspondent pas à des limites administratives, ainsi lorsque nous évoquerons Firuzağa il s agit de l espace situé aux alentours de la mosquée de Firuzağa. De même pour Cihangir qui définit le système de rues aux alentours de l avenue de Cihangir et Tophane, celles se développant à proximité du 12

12 _TROIS SECTEURS, LEURS HISTOIRES, TYPOLOGIES ET SPÉCIFI- CITÉS Ces trois localités de Cihangir, Firuzağa et Tophane sont situées dans l arrondissement de Beyoğlu. Géographiquement, économiquement, culturellement et même symboliquement parlant, Beyoğlu est un arrondissement central à Istanbul. Principalement sollicité pour tenir en son sein la célèbre artère piétonne d Istiklal Cadessi, véritable cœur de la vie nocturne stambouliote, c est du reste un arrondissement socialement très contrasté. Il est historiquement composé des sites de Galata - comprenant à l époque la localité de Tophane - et de Péra - dont les localités de Cihangir et Firuzağa constituent les abords. Gravure de Constantinople - bnf Plus que tout autre quartier, ce sont les témoins de l histoire moderne d Istanbul. Ils ont connu un développement et un essor grandissant à partir de la fin du XVI siècle. On compte aux XVII et XVIII siècles habitants à Galata et à Péra, beaucoup plus rural, sur les que compte environ Istanbul. Déjà durant cette période, ces espaces sont marqués par un cosmopolitisme important, faisant face à Stamboul, la turque. En effet, le pouvoir ottoman encourage très tôt le regroupement par appartenance religieuse ou ethnique ; ainsi les Francs et «latins» se voient interdire de demeurer au sud de la Corne d or. Mais c est davantage au XIX siècle que ce cosmopolitisme deviendra une richesse arborant sa culture européenne et gagnant en influence dans l empire ottoman dont les concepts venus d occidents sont de plus en plus en vogue. A partir de cette période, la ville se développe en parallèle de sa vie sociale et ces quartiers se gonflent d européens et de «minorités» que constituent majoritairement les communautés juives, arméniennes, grecques, levantines, françaises et allemandes A partir de 1922, date marquant l arrivée des nationalistes à Istanbul, la ville connait une succession de changements liés à 13

13 une période charnière de l histoire de la Turquie. C est à cette époque que la première république de l état turque naquit, les nationalistes qui ont dans ce mouvement une influence dominante considère que «la bourgeoisie ottomane chrétienne, orientée vers l Europe doit être excisée de l instance nationale de l Étatnation pour commencer une nouvelle sur une base saine» 9 Cette idéologie sonne la glas de la prospérité de ces quartiers, d autant plus qu elle se place à un moment historique pour Istanbul qui en plus d avoir perdu son statut de capitale de la Turquie, ne constitue plus le centre métropolitain impériale, perdant toute son influence dans les territoires des Balkans pour ne citer qu eux. La Turquie signe le traité de Lausanne, dernier traité issu de la première guerre mondiale, qui induit un échange de population et une purification ethniquo-religieuse sévère. Ces différentes prises de positions politiques portent des conséquences sérieuses sur les localités que nous étudions. Cellesci étant majoritairement peuplées de non-musulmans, elles se vident de la majorité de leurs populations détenant beaucoup de richesses. Elles laissent derrière elles des immeubles entiers, vendant pour une bouchée de pain leurs boutiques auparavant prospères mais qui n ont su faire face à des systèmes de taxation sévères envers les non-musulmans les obligeant à quitter le pays. _émeute de septembre 1955: magasins grecs mis à sac Les communautés européennes ou minoritaires rétrécissent vite et bientôt seul Cihangir accueillera ces populations. Cette épuration ethnique atteint son paroxysme pendant les évènements du 6 et 7 septembre 1955, une foule coléreuse attaquant les commerces et habitations des quelques grecs vivant encore à Cihangir 10. Dans ce contexte violent, les grecs finissent par eux aussi quitter le pays. Parallèlement, Istanbul est victime d un exode rural très important. Les gecekondus bidonvilles apparaissent aux quatre coins de la ville qui connait une urbanisation chaotique. Cette arrivée massive de population anatolienne a elle aussi marquée l histoire des localités étudiées. A défaut de pouvoir trouver un lopin de terre où construire leur gecekondu littéralement «logement construit en une nuit» - ces populations n ayant aucune attache dans la capitale en 9 Çağlar Keyder, A brief history of modern Istanbul in Turkey in the modern world, Ed. Reşat Kasaba. Cambridge University Press, habitations et de nombreux magasins auraient été mis à sac. Sous les yeux de la police, une foule en colère réagissait à des rumeurs de plasticage de la maison natale à Salonique (Grèce) du fondateur de la Turquie moderne, Mustafa Kemal Atatürk, véritable icône de la république. _ Erik J.Zücher «Turkey, a modern history», ed.ibthauris, 1993, p.231, 415pp. 14

14 viennent à squatter les immeubles délaissés par leurs propriétaires européens. Ces venues ont engendré un déclassement de ces quartiers accueillant auparavant l élite d Istanbul. Par souci de démarcation sociale face à cette paupérisation naissante, la bourgeoisie musulmane vivant toujours dans ces quartiers délaisse elle aussi leurs propriétés aux profits d appartements en périphérie de la ville venant ainsi remplir les premières cités d Istanbul. En somme, Beyoglu perd son prestigieux statut, se paupérise et devient un arrondissement populaire où quelques groupes marginaux se réfugient notamment travestis et transsexuels. Aujourd hui, l arrondissement est socialement très contrasté et se porte témoin de cette histoire. En effet, des processus de gentrification très marqués sont venus contredire ceux de paupérisation. A partir du milieu des années 1990 et suite à une libéralisation de l économie, Istanbul s ouvre davantage et accueille en son sein des «expat», de jeunes européens qui de nouveau se regroupent dans les immeubles construits par leurs aïeux. La colline sur laquelle Cihangir est fièrement accrochée lui offre une vue imprenable sur le Bosphore et n échappe pas à une nouvelle invasion européenne. Il devient le fief de jeunes couples européens mais aussi d un bon nombre d artistes, de producteurs de cinéma, de designers, de littéraires turques, en somme d une certaine élite intellectuelle. Cette gentrification atteint doucement le quartier de Firuzağa vers les années dont la composante socio résidentielle est aujourd hui semblable à celle de Cihangir : une population jeune et très influencée par des modes de vie européens. Le quartier de Tophane, lui, reste populaire, même si les processus de gentrification sont à l œuvre depuis quelques années. Les rues de Tophane accueillent quelques Roms, quelques intégristes musulmans, quelques européens, quelques artistes et beaucoup de familles turques issues de l immigration anatolienne portant des valeurs traditionnelles. Ainsi, même si ces trois localités sont géographiquement proches, elles ont hérité de l histoire des composantes socio-résidentielles diverses. 15

15 Par ailleurs, chaque lieu de ce système présente des formes urbaines variées. La centralité de Cihangir s est construite sur une rue, celle de Firuzağa autour d une petite mosquée et celle de Tophane autour d un petit parc de proximité. Ceci étant dit la typologie spatiale reste globalement similaire. Il s agit dans les trois cas de localités dont le bâti est dense et organisé en ilots dessinant un système de rues d un gabarit variant autour d une dizaine de mètres de larges. Même si elles sont à proximité de nœuds de circulation (soit Taksim soit le tramway) ces localités ne sont pas traversées par les transports en commun. A noter enfin, que la topographie dessine des caractères particuliers à chaque localité. Tophane se trouve quasiment au niveau du Bosphore, même si la ligne de tramway et une route quatre voies créent une véritable frontière entre la mer et ce quartier. Par ailleurs, Tophane est situé aux pieds de la colline de Péra accueillant Cihangir à l est et l Istiklal au nord et un autre dénivelé à l ouest mène au site de Galata, Tophane est donc situé dans une petite cuvette. Cihangir est lui construit sur les flancs est de la colline de Péra, 16

16 le rapport à la mer est quasiment plus fort qu à Tophane malgré un éloignement plus marqué, mais la vue dont bénéficie Cihangir joue un rôle favorable dans la construction de cette relation. Firuzağa est elle aussi construite sur les flancs de Péra, mais ne bénéficie d aucune vue particulière, si ce n est celles qu offrent les villes construites sur des sites topographiquement marqués. D environnement urbain et de traits morphologiques similaires, ces trois sites, ces trois localités, ces trois quartiers géographiquement proches et à la formation historique mouvementée et particulière présente l autre caractéristique d être des noyaux du local. Espaces hérités, ils portent en eux un terreau atypique, terrritoires que l on dirait naturellement favorables au développement des pratiques sociales de l espace, à l implantation d arts de faire et qui ne feraient qu accompagner le bien fondé d une présence commerciale de proximité. Il s agit donc de caractériser cette offre commerciale afin de comprendre dans quelle mesure elle influence l espace et les pratiques sociales de ces espaces de proximité. 17

17 } VISAGES, SYMBOLES ET REALITES DE LA COMPOSITION COMMERCIALES DE CES ESPACES DE PROXIMITE Introduction : Quand on la découvre, quand on l observe, quand on essaye de l appréhender, quand on est embarqué dans ses flux, quand on l arpente, quand on goute Istanbul, on ne peut peux omettre l omniprésence du commerce. Il est partout où l on est. Devant les hauts lieux touristiques, on marchande des cartes postales, bouteilles d eau et simit. Déambuler dans les rues d Eminonü sans ne rien acheter semble incongru. Embarquez dans une navette fluviale et voilà que le temps d une traversé, on vous propose thé, jus de fruits, et barres chocolatés. Dans l avenue d Istiklal, on retrouve nos magasins de prêt- à-porter franchisés. Ici, la rue est envahie par un marché hebdomadaire qui s est installé sous de grandes toiles blanches savamment érigées. Là, une publicité vente l ouverture du dernier grand mall dans un quartier récemment réaménagé de la grande Istanbul. Dans cette ville, où l appétence pour la croissance n a d égal la superficie de la mégapole, où le commerce a fait la gloire d Istanbul, où tout se vend, à quasiment n importe quel moment, diriger ses observations et ses interrogations sur l impact du commerce dans les pratiques sociales et dans l organisation de l espace semble naturel. Notre regard se dirige vers des espaces, des lieux de toute banalité, s il en est. Ni particulièrement touristique, ni récemment sorti de terre, ni menacé de disparition ; les lieux choisis ont pour caractéristique principale d être des aires résidentielles. De ce fait, comparé des avenues commerciales ou des mall, le commerce occupe donc un espace relativement limité. Jusqu à présent, le droit ne régit pas l implantation commerciale au sein des quartiers étudiés. Les commerces s installent au gré des opportunités, ne suivant aucun schéma directeur particulier, la politique stambouliote en matière de répartition commerciale étant d appliquer une «non-politique» entretien avec Jean François Pérouse _ juin Ce travail se concentre sur une typologie spatiale particulière, celle de l avenue piétonne. L auteur met donc en avant d autres échelles, d autres usages, d autres enjeux. Mais de part la similitude de nos démarches, nos travaux entre en résonances et peuvent être compris dans un corpus s interrogeant sur l impact du commerce dans l espace public stambouliote. Ils contribuent ainsi à la problématique des espaces publics 18

18 Les commerces occupent donc les rez-de-chaussée d immeubles - voire même ceux de mosquée dans le cas de celle de Firuzağa. Dans cette configuration architecturale où le bâti hérité du début du XXème siècle est divisé de sorte que l on trouve un commerce en rez-de-chaussée et des logements dans les étages, rares sont les commerces qui occupent plusieurs niveaux seuls quelques cafés et banques dérogent à cet état de fait. Les surfaces des commerces sont donc petites, et tous ont une interaction directe avec l espace de la rue. 13 «Dictionnaire du commerce et de l aménagement», 2008, idib. 14 Méthodologie mise en place avec l aide de l ouvrage de : B. Mérenne-Schoumaker, «Méthodes d analyse des localisations commerciales : les apports de l enquête de terrain», Annales de Géographie. 1982, t. 91, n 506. Nous dégageons ici une certaine normalisation dans les caractéristiques formelles de ces commerces, nous pouvons prolonger notre interrogation sur l aspect normatif de ceux-ci, mais également de leurs usages et espaces associés. Quelle est l offre commerciale de ces lieux? Quels usages et pratiques engendre t elle? Quelle est l amplitude de l interaction du commerce avec l espace de la rue, devient elle la matrice de ces espaces publics? 19

19 20 Répartition commerciale générale au sein des trois localités

20 CIHANGIR FIRUZAGA TOPHANE 21

21 22 Répartition commerciale anomale au sein des trois localités

22 CIHANGIR FIRUZAGA TOPHANE 23

23 24 Répartition commerciale banale au sein des trois localités

24 CIHANGIR FIRUZAGA TOPHANE 25

25 A_COMPOSITION DE L OFFRE COMMERCIALE DANS CES TERRI- TOIRES DE PROXIMITÉ > Relevé et méthode Un des outils que nous utilisons afin de caractériser et de problématiser cette offre commerciale est le relevé. Apparaissent sur la formalisation de celui ci les établissements qui interagissent avec la rue. La plupart ont une fonction commerciale, mais nous n omettons pas de figurer les espaces en rez-de-chaussée accueillant des bureaux ou l espace de travail de l artisan. Ainsi, le critère d interaction immédiate de ces établissements avec la rue est à la base de notre logique de recensement. Nous rejoignons de cette manière le travail de J. Lapeyre de Cabanes qui présente dans un mémoire des relevés d établissements commerciaux dans des espaces prédéfinis de la mégalopole turque 12. Afin de permettre la lecture de ces relevés, nous avons tenté de catégoriser les établissements. En premier lieu, la fonction commerce a été démarquée par rapport à celle d autres établissements dont la fonction n inclut pas d échanges commerçant / consommateur. Pour aborder la question du commerce, des pratiques et usages de proximité, la catégorie dite de commerce a été à nouveau divisée de façon à mettre en perspective le commerce banal et le commerce anomal. Ce critère introduisant le statut de l enseigne permet de renseigner sur l importance que peut avoir un commerce dans la vie quotidienne de ses localités. Le commerce banal se démarque du commerce anomal de part «le niveau de fréquences d utilisation et de consommation de certains biens» 13 Cette catégorisation est croisée avec celle que J.A Sporck afin de mettre en évidence l organisation spatiale du commerce banal et anomal. Ainsi, nous classons les «certains biens» dans des spécialités correspondant aux besoins majeurs du consommateur; à savoir : 13 Agnès Varda _

26 - Alimentation - Cafés / restaurants - Habillements - Equipements - Luxe-loisirs-culture - Services Les données présentées dans ce relevé résultent des observations faites sur le terrain à un instant t, en occurrence courant juin Le but de ce relevé est de donner à voir quelques caractéristiques du paysage commerciale de ce tissu urbain. Il constitue en cela une base sur laquelle nous pourrons bâtir notre réflexion 14. Dans ces espaces, le commerce s exprime et donne la tonalité aux lieux aussi bien par sa présence que par son absence. Le relevé établi entre juin et juillet 2011 dont nous partageons les données sous la forme de cartes tente de mettre en avant les caractéristiques de l offre commerciale au sein de ces lieux. _ Répartitions commerciales. Au cœur de ces lieux, la densité commerciale apparait importante, même si inégale au sein des trois espaces. Ainsi, à Firuzağa, la moitié des immeubles accueillent une fonction commerciale en rez-de-chaussée, lorsque un tiers ont cette fonction sur l espace de Cihangir et seulement un peu plus d un huitième en ce qui concerne l espace de Tophane: Si l on précise l analyse, la proportion commerce banal/commerce anomal souligne de nouveaux écarts. Le commerce banal, assimilable à celui que l on pourrait nommer «commerce de proximité» est particulièrement représenté dans le quartier de Tophane, 80 % des commerces étant considérés comme tel. A l inverse Cihangir présente une configuration autre avec seulement 40% de commerce banal. L espace de Firuzağa se positionne dans l entre-deux en présentant une proportion équilibré entre ces deux formes de commerce. Ces données ouvrent plusieurs hypothèses quant aux pratiques de consommation tout autant qu aux pratiques commerciales au 27

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan Université d été : Bâtiments, Villes et Territoires durables face aux défis du changement climatique INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES Efficacité énergétique et ville durable : leçons

Plus en détail

Analyse du paysage. Université de Liège - LEMA

Analyse du paysage. Université de Liège - LEMA Analyse du paysage 1. Etat du paysage 2. Analyse du noyau urbain : croissance 3. Analyse du noyau urbain : trames, morphologie, voiries 4. Typologie de l habitat Université de Liège - LEMA Typologie de

Plus en détail

démarrer à la maison Pédagogie et organisation

démarrer à la maison Pédagogie et organisation démarrer L ecole à la maison Pédagogie et organisation Table des matières Le livre est disponible sur le site http://ecole-vivante.com ISBN 978-2-9515625-7-8 EAN 9782951562578 Cliquez sur les n de pages

Plus en détail

Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme de sciences et technologies des services (STS)

Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme de sciences et technologies des services (STS) Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la (STHR) Programme de sciences et technologies des services (STS) CLASSE DE SECONDE La série technologique hôtellerie- présente des particularités

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

LE «logement idéal» vu par les consultants

LE «logement idéal» vu par les consultants LE «logement idéal» vu par les consultants de l ADIL-Espace Info Energie du Loiret 2012 Du 3 e trimestre 2011 au 1 er trimestre 2012, l ADIL-Espace Info Energie du Loiret a interrogé ses consultants, quel

Plus en détail

Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD)

Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD) Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD) Mémoire présenté à la Communauté métropolitaine de Montréal Septembre 2011 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Enseignement et formation

Enseignement et formation TERRITOIRE Enseignement et formation Un réseau éducatif dense marqué par l importance de l enseignement Il existe un lien étroit entre la répartition spatiale des équipements d enseignement et la localisation

Plus en détail

2.2 LE SECTEUR RUE AUBOIN/PORTE POUCHET

2.2 LE SECTEUR RUE AUBOIN/PORTE POUCHET 2.2 LE SECTEUR RUE AUBOIN/PORTE POUCHET 2.2.1 CONTEXTE, ENJEUX La recomposition urbaine du secteur délimité par les boulevards Périphérique, Victor Hugo et du Général Leclerc - dit «Triangle» - est un

Plus en détail

Le rapport de fin de séjour : Vienne (Autriche)

Le rapport de fin de séjour : Vienne (Autriche) Vie pratique Le rapport de fin de séjour : Vienne (Autriche) Logement L université dans laquelle j ai effectué mon séjour d étude nous proposait au préalable un site sur les logements en résidence étudiante.

Plus en détail

AMBIANCE GÉNÉRALE CARTE ACCROCHE

AMBIANCE GÉNÉRALE CARTE ACCROCHE AMBIANCE GÉNÉRALE Aucun élément contribuant à l ambiance du supermarché n est laissé au hasard. Qu il s agisse des matériaux utilisés, des couleurs choisies ou encore de la musique diffusée, tout est scrupuleusement

Plus en détail

CHARTE ARCHITECTURALE TYPOLOGIE, PROPORTIONS ET RYTHMES

CHARTE ARCHITECTURALE TYPOLOGIE, PROPORTIONS ET RYTHMES TYPOLOGIE,PROPORTION ET RYTHMES ELEMENTS REMARQUABLES DU BATI 1 Pignon Mur extérieur dont les contours épousent la forme des pentes d un comble. Dans les immeubles, même à toit plat, on a pris l habitude

Plus en détail

RAPPORT DE MISSION au TOGO. Village de Dzogbégan sur le plateau de Danyil MISSION AGRO-ALIMENTAIRE

RAPPORT DE MISSION au TOGO. Village de Dzogbégan sur le plateau de Danyil MISSION AGRO-ALIMENTAIRE RAPPORT DE MISSION au TOGO Village de Dzogbégan sur le plateau de Danyil MISSION AGRO-ALIMENTAIRE Du 1 er au 31 Juillet 2o12 I) INTRODUCTION Etudiante en Ecole d Ingénieur en Biologie industrielle, il

Plus en détail

RENOVATION URBAINE ET CONSERVATION DES SITES HISTORIQUES AU TOGO: OUTILS LEGISLATIFS ET PRATIQUES DE TERRAINS

RENOVATION URBAINE ET CONSERVATION DES SITES HISTORIQUES AU TOGO: OUTILS LEGISLATIFS ET PRATIQUES DE TERRAINS Titre de la communication : RENOVATION URBAINE ET CONSERVATION DES SITES HISTORIQUES AU TOGO: OUTILS LEGISLATIFS ET PRATIQUES DE TERRAINS Par TUBLU Komi N kégbé Fogâ Gestionnaire de Patrimoine Culturel

Plus en détail

FONDATION DE LA MARQUE LE DIPLOMATE

FONDATION DE LA MARQUE LE DIPLOMATE Le Diplomate France est une marque de vin valorisant une image emblématique de la France, le savoir-faire et l art de vivre. LE DIPLOMATE Le cercle de papier du diplomate se veut être un champ d expression

Plus en détail

RAPPEL DES ENJEUX ET PRECONISATIONS

RAPPEL DES ENJEUX ET PRECONISATIONS SCHEMA DE DEVELOPPEMENT COMMERCIAL 2006-2012 RAPPEL DES ENJEUX ET PRECONISATIONS Le Roannais apparaît comme un territoire homogène constitué autour d un pôle d attraction central : l agglomération de Roanne.

Plus en détail

FICHES CONNAISSANCES POUR L ENSEIGNANT LE PATRIMOINE BATI. Conseillère pédagogique départementale Arts Visuels

FICHES CONNAISSANCES POUR L ENSEIGNANT LE PATRIMOINE BATI. Conseillère pédagogique départementale Arts Visuels FICHES CONNAISSANCES POUR L ENSEIGNANT LE PATRIMOINE BATI LE PATRIMOINE CONTENU ET ENJEUX Quelques éléments de réflexion... Sur la notion de patrimoine elle même Qu est ce que le patrimoine? Patrimoine

Plus en détail

1er réseau mondial de restauration rapide sur- mesure

1er réseau mondial de restauration rapide sur- mesure 1er réseau mondial de restauration rapide sur- mesure DOSSIER DE PRESSE Janvier 2013 2 SOMMAIRE Green is better : Un concept innovant La genèse L innovation Green is better Les valeurs Green is better

Plus en détail

Jean-Emmanuel COSTEDOAT LAMARQUE Fondateur de DÉLICES LAMARQUE Président de DÉLICES LAMARQUE Développement

Jean-Emmanuel COSTEDOAT LAMARQUE Fondateur de DÉLICES LAMARQUE Président de DÉLICES LAMARQUE Développement «A la simple évocation des mots «bonbons», «biscuits», «chocolats», les papilles s emballent. Les bonbons font saliver toutes les générations et génèrent des souvenirs communs : on recherche des bonbons

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 21 Avril 215 La mobilité en Île-de-France Le stationnement, un levier majeur des politiques de déplacements Les voitures à disposition des ménages franciliens ne circulent en

Plus en détail

1- Hôpital des Sœurs grises. 2- Église Notre-Dame

1- Hôpital des Sœurs grises. 2- Église Notre-Dame 1- Hôpital des Sœurs grises Plusieurs classes de personnes viennent en mes murs. Qu elles soient riches ou pauvres elles ont, pour la majorité, un point en commun. Elles viennent se faire soigner par des

Plus en détail

Alors, ce matin je répondrai à ces allégations et ce, dans la plus grande transparence.

Alors, ce matin je répondrai à ces allégations et ce, dans la plus grande transparence. Notes pour une déclaration de M. Marc Gascon, maire de la Ville de Saint-Jérôme et président de l Union des municipalités du Québec, concernant les questions d éthique et d intégrité Jeudi 11 novembre

Plus en détail

dossier de franchise

dossier de franchise dossier de franchise CigaMania.com - Spécialiste de la cigarette électronique CigaMania.com est une boutique de vente en ligne de cigarettes électroniques destinée à un large public de vapoteurs. Grâce

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Qu est-ce que l Inventaire?

Qu est-ce que l Inventaire? Qu est-ce que l Inventaire? L I.P.I.C. (ou Inventaire du Patrimoine Immobilier Culturel) est la dénomination désignant l Inventaire du patrimoine architectural de Wallonie. Depuis 2011, il fait suite à

Plus en détail

Quality Street Nicolas Chardon

Quality Street Nicolas Chardon La vitrine frac île-de-france, le plateau, paris Quality Street Nicolas Chardon 14.10 22.11.15 Entretien entre Nicolas Chardon et Gilles Baume Gilles Baume : Pour la vitrine, tu proposes un projet contextuel,

Plus en détail

Futurs chefs d entreprise, v ous allez aimer le Discount de proximité!

Futurs chefs d entreprise, v ous allez aimer le Discount de proximité! Futurs chefs d entreprise, v ous allez aimer le Discount de proximité! La franchise DIA, deux opportunités Pour parfaire votre parcours d intégration dans le réseau, vous rejoindrez un centre de formation

Plus en détail

BOURSE EXPLORA SUP COMPTE RENDU DE FIN DE STAGE

BOURSE EXPLORA SUP COMPTE RENDU DE FIN DE STAGE BOURSE EXPLORA SUP COMPTE RENDU DE FIN DE STAGE Istanbul, été 2011 Hôpital de çapa, service de Chirurgie cardiovasculaire Prof. Enver DAIYOGLU Yann GUILLERMIN VIE PRATIQUE LOGEMENT Istanbul est une ville

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

LA PRODUCTION CAPITALISTE DES LOGEMENTS A BRUXELLES Promotion immobilière et division sociale de l espace

LA PRODUCTION CAPITALISTE DES LOGEMENTS A BRUXELLES Promotion immobilière et division sociale de l espace LA PRODUCTION CAPITALISTE DES LOGEMENTS A BRUXELLES Promotion immobilière et division sociale de l espace ALICE ROMAINVILLE Dans le système de production de l habitat qui existe à Bruxelles, en ce début

Plus en détail

Classement des chambres d hôtes «City Break Gîtes de France»

Classement des chambres d hôtes «City Break Gîtes de France» Classement des chambres d hôtes «City Break Gîtes de France» Les éléments en gras dans chaque catégorie de classement sont des normes demandées en plus ou à la place de celles du classement inférieur.

Plus en détail

PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST

PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST ENQUÊTE PUBLIQUE DE DÉCLASSEMENT DE LA PORTION DE LA RUE DES HALLES SAINT-LOUIS SITUÉE AU DROIT DE LA RUE DUQUESNE NOTICE EXPLICATIVE 1 LE DECLIN DES HALLES

Plus en détail

Plubi reportage immodeal le 05/09/2011

Plubi reportage immodeal le 05/09/2011 Petit rappel historique : Originaire de Meung sur Loire voilà 3 générations que l entreprise VIGERY est attachée à la construction, la rénovation, le bâtiment en général et les travaux publics. En premier

Plus en détail

Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003

Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003 Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003 PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR RAPPORT D'ÉTUDE Septembre 2006 N 8 Cette étude a été réalisée dans

Plus en détail

amur La Défense dans le Grand Paris: l enjeu de son Territoire-Réseau mastère spécialisé promotion 2012-2013 Directeur d étude Partenaire

amur La Défense dans le Grand Paris: l enjeu de son Territoire-Réseau mastère spécialisé promotion 2012-2013 Directeur d étude Partenaire amur promotion 2012-2013 La Défense dans le Grand Paris: l enjeu de son Territoire-Réseau mastère spécialisé Partenaire Equipe Projet Laure Bellon-Serre Marie Chevillotte Clément Javouret Pierre Le Moual

Plus en détail

Extension de l école de la deuxième chance à Marseille

Extension de l école de la deuxième chance à Marseille Extension de l école de la deuxième chance à Marseille CONTEXTE La notion d Ecole de la Deuxième Chance La notion d école de la seconde chance fait suite à la parution, en 1995, d un Livre Blanc de la

Plus en détail

Acheter à manger : un regard critique sur la consommation

Acheter à manger : un regard critique sur la consommation Pistes pour l éducation en vue d un développement durable (EDD) Poster «1024 Regards» Acheter à manger : un regard critique sur la consommation Thème : L alimentation, la consommation Niveaux : Cycle 1

Plus en détail

Amélioration énergétique en copropriétés

Amélioration énergétique en copropriétés Amélioration énergétique en copropriétés Marseille octobre 2012 Ingénierie sociale avant tout Petites copropriétés à Marseille Ingénierie sociale avant tout Le projet «Petites copropriétés à Marseille»

Plus en détail

La qualité de l air près des autoroutes urbaines d Ile-de-France : Zoom sur la porte de Gentilly

La qualité de l air près des autoroutes urbaines d Ile-de-France : Zoom sur la porte de Gentilly La qualité de l air près des autoroutes urbaines d Ile-de-France : Zoom sur la porte de Gentilly Si les niveaux des différents polluants du trafic routier sont toujours plus importants à proximité du boulevard

Plus en détail

CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE

CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE UITWERKING VAN EEN WIJKMONITORING DIE HET HELE GRONDGEBIED VAN HET BRUSSELS HOOFDSTEDELIJK

Plus en détail

RAPPORT DE FIN DE SEJOUR ERASMUS

RAPPORT DE FIN DE SEJOUR ERASMUS RAPPORT DE FIN DE SEJOUR ERASMUS a/ Vie pratique Au cours de mon année Erasmus à Almeria, j ai habité dans deux logements. Tout d abord au début de l année, j ai cherché mon premier logement grâce au service

Plus en détail

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette Rapport de stage Mer et Monde Frédérique Morissette Comment décrire en quelques mots cette merveilleuse expérience qu à été mon stage au Sénégal? Impossible selon moi, je devrais écrire des pages et des

Plus en détail

Apprendre à combattre un incendie coûte toujours très cher avant le sinistre..!

Apprendre à combattre un incendie coûte toujours très cher avant le sinistre..! 1 veille sociale. 1 jour Dir 1 2 gestion de la crise sociale 2 jours 3 négociation sociale 3 jours Pourquoi une telle offre? Quoi? «Il n y a de richesse que d homme» Apprendre à combattre un incendie coûte

Plus en détail

Observatoire Orange Terrafemina vague 14. La ville connectée. Sondage de l institut CSA

Observatoire Orange Terrafemina vague 14. La ville connectée. Sondage de l institut CSA Observatoire Orange Terrafemina vague 14 La ville connectée Sondage de l institut CSA Fiche technique du sondage L institut CSA a réalisé pour Orange et Terrafemina la 14 ème vague d un baromètre portant

Plus en détail

Mémoire présenté dans le cadre de la consultation publique portant sur le projet de plan métropolitain d aménagement et de développement de la

Mémoire présenté dans le cadre de la consultation publique portant sur le projet de plan métropolitain d aménagement et de développement de la Mémoire présenté dans le cadre de la consultation publique portant sur le projet de plan métropolitain d aménagement et de développement de la communauté métropolitaine de Montréal Adopté par le conseil

Plus en détail

Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Ecole Supérieure de Technologie Technique de communication et de commercialisation Le Marketing des produits de luxe Réalisée par: ALAOUI Meryem Encadré par: Mr. BOUKLATA

Plus en détail

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France Résultats Le jeu vidéo est, à travers le monde, la première industrie culturelle devant les secteurs du cinéma et de la musique.

Plus en détail

Rapport de fin de séjour. Stage Bournemouth

Rapport de fin de séjour. Stage Bournemouth Charlène Reynaud Licence IUP Université jean Monnet Rapport de fin de séjour Stage Bournemouth A. Vie pratique Mon séjour s est déroulé à Bournemouth, ville de 163900 située à 2h00 de Londres. Bournemouth

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Les diabétiques et les édulcorants

Les diabétiques et les édulcorants CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE Les diabétiques et les édulcorants Etude n 1201364 Octobre 2012 Sommaire CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE Objectifs et méthodologie de l étude 3 Principaux

Plus en détail

AUBE (10) TROYES Vouldy, Jules Guesde, Trévois, Les Sénardes (ZRU) BOULEVARD JULES GUESDE

AUBE (10) TROYES Vouldy, Jules Guesde, Trévois, Les Sénardes (ZRU) BOULEVARD JULES GUESDE AUBE (10) TROYES (ZRU) Le dispositif commercial existant Nature et composition 9 commerces (dont 1 vacant) en rez-de-chaussée d immeubles sans locomotive alimentaire Une offre mixte de commerces de bouche

Plus en détail

Types d entreprises au sein du secteur CHR

Types d entreprises au sein du secteur CHR (Re)démarrer Types d entreprises au sein du secteur CHR SUR BASE DE LA FONCTION PRINCIPALE DE VOTRE ENTREPRISE, VOUS ÊTES CLASSÉ DANS UN TYPE D ENTREPRISE, À SAVOIR DÉBITS DE BOISSONS OU RESTAURANTS &

Plus en détail

Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière

Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière A N A L Y S E S 2 0 0 8-1 Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière Contexte Lorsque l on évoque les personnes handicapées et le vote, l on pense presque systématiquement à l accessibilité

Plus en détail

Thème I/III : A quoi ressemblent les grandes villes de pays riches?

Thème I/III : A quoi ressemblent les grandes villes de pays riches? Thème I/III : A quoi ressemblent les grandes villes de pays riches? D après J. Bastié, La France dans le monde : A,1 «Ville du désir, Paris est le premier centre de congrès internationaux du monde. Ses

Plus en détail

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Janvier - Février 2009 Par Anne-Laure ALLAIN Rita Soussignan est directeur-adjoint du CESAM,

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE ANNEE : 2009/2010. Filière : Informatique Appliquée

RAPPORT DE STAGE ANNEE : 2009/2010. Filière : Informatique Appliquée ANNEE : 2009/2010 RAPPORT DE STAGE Filière : Informatique Appliquée Titre : Application registre de bureau d ordre Organisme : Mutuelle Assurance de l Enseignement M.A.E Réalisée par : - kefi Ghofrane

Plus en détail

I CHIFFRES ET TENDANCES DU SALON II LE STAND ET SON POSITIONNEMENT

I CHIFFRES ET TENDANCES DU SALON II LE STAND ET SON POSITIONNEMENT BILAN SALON INTERNATIONAL DE L AGRICULTURE Paris Du 25 février au 04 mars 2012 Le CRT Lorraine a été invité par la Chambre Régionale d Agriculture à participer sur son stand au salon de l agriculture.

Plus en détail

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé 2013 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Ipsos Public Affairs 24/06/2013 1 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Table

Plus en détail

Paris à travers le temps

Paris à travers le temps Paris à travers le temps Paris à travers le temps Page 1 sur 1 Sommaire Introduction I. Synopsis II. Cahier des charges III. Scénario IV. Story board Conclusion Paris à travers le temps Page 2 sur 2 Introduction

Plus en détail

PLAN D ACTION CULTUREL

PLAN D ACTION CULTUREL 2016 Loisirs PLAN D ACTION CULTUREL Volets, objectifs et actions en lien avec la politique INTRODUCTION Le 23 février 2009, après avoir consulté le milieu culturel de Verchères, il était apparu que de

Plus en détail

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Préambule Méthodologie Structures observées Les recherches ont porté sur toutes les entreprises entrant dans la composition de l indice CAC 40 au 1 er juillet

Plus en détail

CLÉS. pour réussir votre implantation d entreprise en Ardèche

CLÉS. pour réussir votre implantation d entreprise en Ardèche E 7 CLÉS pour réussir votre implantation d entreprise en Ardèche 1 Défi nir «votre» localisation géographique idéale Choisir un emplacement adapté, c est tout d abord définir le barycentre de votre future

Plus en détail

CONCOURS EPE ENVIRONNEMENT «EAT GREEN» Climat-Energie: Quelle action pour votre commune?

CONCOURS EPE ENVIRONNEMENT «EAT GREEN» Climat-Energie: Quelle action pour votre commune? «EAT GREEN» Climat-Energie: Quelle action pour votre commune? Préparé pour : EPE ENVIRONNEMENT 2014 Préparé par : Alexis Abdelmoula, Abel Barry, Ahmet Ozen, Ahmed Kailan et Hissein Mahmoud 31 mars 2014

Plus en détail

AMÉNAGEMENT & HABITAT DOSSIER DE CONCERTATION 2015. La Madeleine. Reconversion de l ancienne chaufferie «Huet» en équipement culturel municipal

AMÉNAGEMENT & HABITAT DOSSIER DE CONCERTATION 2015. La Madeleine. Reconversion de l ancienne chaufferie «Huet» en équipement culturel municipal AMÉNAGEMENT & HABITAT DOSSIER DE CONCERTATION 2015 La Madeleine Reconversion de l ancienne chaufferie «Huet» en équipement culturel municipal Sommaire I - Introduction - Le contexte : un ancien bâtiment

Plus en détail

Directive Régionale d Aménagement

Directive Régionale d Aménagement Directive Régionale d Aménagement Développer les fonctions de centralité autour des quartiers de gare Cahier d intentions Septembre 2010 Mise en œuvre du Schéma Régional d Aménagement et de Développement

Plus en détail

FONDATION MARCEL HICTER POUR LA DÉMOCRATIE CULTURELLE ASBL

FONDATION MARCEL HICTER POUR LA DÉMOCRATIE CULTURELLE ASBL FONDATION MARCEL HICTER POUR LA DÉMOCRATIE CULTURELLE ASBL PROGRAMMATION CULTURELLE POUR UN DEVELOPPEMENT URBAIN DURABLE une analyse de Franco Bianchini NOVEMBRE 2008 PROGRAMMATION CULTURELLE POUR UN DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Gé Aucame - Outil de suivi des projets de logement des PLH Guide d utilisation

Gé Aucame - Outil de suivi des projets de logement des PLH Guide d utilisation Gé Aucame - Outil de suivi des projets de logement des PLH Guide d utilisation Rédacteurs V1 - Août 2014 Julien RAVENEL / Soazig VANNIER Objectifs de l application Le Programme Local de l Habitat (PLH),

Plus en détail

Trousse d éducation pour adultes du Recensement de 2016 Activité 4 : Vocabulaire sur les relations

Trousse d éducation pour adultes du Recensement de 2016 Activité 4 : Vocabulaire sur les relations Trousse d éducation pour adultes du Recensement de 2016 Activité 4 : Vocabulaire sur les relations Aperçu Dans cette activité, les élèves mettront en pratique leurs compétences linguistiques tout en faisant

Plus en détail

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 LEVALUATION DU SITE WEB E-LECLERC A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 A. Evaluation «subjective» du site web 1. Choix du site web J ai choisi de réaliser l évaluation «subjective» sur le site web : www.e-leclerc.com,

Plus en détail

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS NOTION EVALUATION L évaluation, c est la production d un jugement de valeur concernant une politique publique. Elle vise à mesurer les effets de la politique évaluée.

Plus en détail

Rapport de fin de séjour

Rapport de fin de séjour Rapport de fin de séjour a) Vie pratique - Logement : Mon logement s est situé à Tananarive, la capitale de Madagascar. J ai été accueilli par une famille très sympathique, qui habite à 40 minutes de l

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

au monde alors que l homme déraisonnable pensait que le monde devait s adapter à lui, ce

au monde alors que l homme déraisonnable pensait que le monde devait s adapter à lui, ce «Shaw disait que l homme raisonnable était celui qui savait qu il fallait s adapter au monde alors que l homme déraisonnable pensait que le monde devait s adapter à lui, ce qui faisait que le monde appartenait

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

L ART DE L ESPACE = LA CITE RADIEUSE DE MARSEILLE PAR LE CORBUSIER

L ART DE L ESPACE = LA CITE RADIEUSE DE MARSEILLE PAR LE CORBUSIER L ART DE L ESPACE = LA CITE RADIEUSE DE MARSEILLE PAR LE CORBUSIER La cité radieuse est haute de 17 étages et regroupe 337 appartements (137x 56 x 24m). Le toit comporte une école maternelle, une piste

Plus en détail

LE MARCHÉ FRANÇAIS DU MEUBLE DE SALLE DE BAINS 2013-2020 BON DE COMMANDE

LE MARCHÉ FRANÇAIS DU MEUBLE DE SALLE DE BAINS 2013-2020 BON DE COMMANDE LE MARCHÉ FRANÇAIS DU MEUBLE DE SALLE DE BAINS 2013-2020 Une grande étude IPEA Vous voulez cerner le marché du meuble de salle de bains et explorer les pistes prospectives à l horizon 2020? A partir de

Plus en détail

Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée

Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée Projet de référentiel complémentaire à la Charte de la Coordination Nationale des Lieux Intermédiaires et Indépendants L analyse comparée

Plus en détail

III. Le Projet d Aménagement et de Développement Durable

III. Le Projet d Aménagement et de Développement Durable III. Le Projet d Aménagement et de Développement Durable Ces interrogations ont servi de base à la formulation d un projet de vie communale exprimé au travers du PADD. Elaboré selon un objectif général

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

Dossier de presse 2013

Dossier de presse 2013 Dossier de presse 2013 Immeuble Le Méliès, 261 rue de Paris 93100 Montreuil Tél. 0142853952 Fax 0149950601 www.vacancesetfamilles.fr fede@vacancesetfamilles.asso.frfr 1 SOMMAIRE Présentation Vacances et

Plus en détail

BTS CI 2 ème année. CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger. Sommaire

BTS CI 2 ème année. CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger. Sommaire BTS CI 2 ème année CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger Sommaire 1 Introduction I/ Plan de marchéage A. Services B. Prix C. Distribution D. Communication

Plus en détail

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Observatoire de l'habitat de Paris L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN

Plus en détail

A l échelle de la ville

A l échelle de la ville Si Bruxelles Brusselait... L î lot communautaire. Réaménagement des rives du canal de la Porte de Ninove à la Place Sainctelette - Ensemble de logements autour d un îlot communautaire porte de Ninove Migeal

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES. 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE

SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES. 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE Claire-Françoise Durand INTRODUCTION C est pour moi un grand plaisir et un grand honneur d ouvrir

Plus en détail

La construction de maisons individuelles en Champagne-Ardenne en 2012

La construction de maisons individuelles en Champagne-Ardenne en 2012 DREAL Champagne- Ardenne Juin 2014 OBSERVATION ET STATISTIQUES Le logement en chiffres La construction de maisons individuelles en Champagne-Ardenne en 2012 En 2012, 2 191 permis ont été délivrés en Champagne-Ardenne

Plus en détail

Les principaux secteurs d activité haut-marnais

Les principaux secteurs d activité haut-marnais Les principaux secteurs d activité haut-marnais Situation 2011 Document réalisé en mars 2012 à partir des données : Contact : CCIT - Observatoire économique 9, rue de la Maladière 52 000 - CHAUMONT Tél.

Plus en détail

Gilles Huguet. Réunion de familles. Publibook

Gilles Huguet. Réunion de familles. Publibook Gilles Huguet Réunion de familles Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et

Plus en détail

Exposition Thibault Hazelzet

Exposition Thibault Hazelzet Exposition Thibault Hazelzet 11 septembre au 30 octobre 2010 _ vernissage le samedi 11 septembre de 15h à 22h rencontre à la galerie avec François Jaudon (philosophe) et Thibault Hazelzet le mercredi 13

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

Les recommandations du Plan. de Déplacements Urbains

Les recommandations du Plan. de Déplacements Urbains N 299 Comment les centres et leur accès sont-ils pris en compte dans les documents d urbanisme et de planification régionaux? Si le SDRIF donne des recommandations très générales, notamment en ce qui concerne

Plus en détail

Les tendances alimentaires sous la loupe Une initiative de Coop réalisée avec le soutien technique de la Société Suisse de Nutrition

Les tendances alimentaires sous la loupe Une initiative de Coop réalisée avec le soutien technique de la Société Suisse de Nutrition Les tendances alimentaires sous la loupe Une initiative de Coop réalisée avec le soutien technique de la Société Suisse de Nutrition Sujet «Manger rapidement et sainement» juin 2009 Coop Thiersteinerallee

Plus en détail

DISCOURS de Sylvia PINEL. Installation du Conseil supérieur de la Construction et de l Efficacité énergétique

DISCOURS de Sylvia PINEL. Installation du Conseil supérieur de la Construction et de l Efficacité énergétique Cabinet de la Ministre du Logement, de l Egalité des territoires et de la Ruralité Paris, le lundi 15 juin 2015 Seul le prononcé fait foi DISCOURS de Sylvia PINEL Installation du Conseil supérieur de la

Plus en détail

Le pique-nique et le développement durable En amont de cet atelier réaliser la fiche pédagogique : Composition du pique-nique

Le pique-nique et le développement durable En amont de cet atelier réaliser la fiche pédagogique : Composition du pique-nique Les repas Salle avec tableau 1 heure Le pique-nique et le développement durable En amont de cet atelier réaliser la fiche pédagogique : Composition du pique-nique Objectifs de l atelier : Sensibiliser

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003

OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003 Agence d Urbanisme et d Aménagement du Territoire Toulouse Aire Urbaine OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003 Décembre 2003

Plus en détail

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Cluj-Napoca / Transylvanie http://www.institutfrancais-roumanie.com Appel à contribution

Plus en détail

Rapport de stage. Travail présenté à Mer et Monde. Par Yohann Lessard

Rapport de stage. Travail présenté à Mer et Monde. Par Yohann Lessard Rapport de stage Travail présenté à Mer et Monde Par Yohann Lessard Université Laval Le 25 octobre 2014 Formation préparatoire Nos formatrices étaient Amélie et Raphaelle. Nous avons abordé plusieurs thèmes,

Plus en détail

BANQUE D IMAGES www.havremontreal.qc.ca

BANQUE D IMAGES www.havremontreal.qc.ca Réaménagement de l autoroute Bonaventure à l entrée du centre-ville Sommaire des études de faisabilité Avril 2007 BANQUE D IMAGES www.havremontreal.qc.ca Autoroute_Bonaventure_vue_aérienne_2004.jpg Vue

Plus en détail

VILLE DE MENNECY RAPPORT ANALYSANT LA SITUATION DU COMMERCE ET DE L ARTISANAT DE PROXIMITE Juin 2013 1 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 I. L ACTUELLE DIVERSIFICATION DU TISSU COMMERCIAL LOCAL MENACEE PAR L EVOLUTION

Plus en détail

plan local d urbanisme de la Communauté urbaine de Bordeaux

plan local d urbanisme de la Communauté urbaine de Bordeaux plan local d urbanisme de la Communauté urbaine de Bordeaux 4 L évaluation des incidences du projet sur l environnement 2. Un outil plus adapté à la mise en valeur du patrimoine 3. Une constructibilité

Plus en détail