d experience les dossiers de BATI METIERS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "d experience les dossiers de BATI METIERS"

Transcription

1 les dossiers de BATI METIERS LA REVUE DES BÂTISSEURS MARS 2015 DOSSIER DEUX ANS APRÈS SA GÉNÉRALISATION À TOUS LES BÂTIMENTS NEUFS, QUEL PREMIER BILAN TIRER DE LA NOUVELLE RÉGLEMENTATION THERMIQUE RT 2012 retours d experience EXTRAIT DE BÂTIMÉTIERS N 38

2 RT 2012 retours d expérience DOSSIER RT 2012 Deux ans après sa généralisation à tous les bâtiments neufs, quel premier bilan tirer de la RT 2012? Si l ensemble des acteurs de la construction saluent un grand pas en avant sur le plan technique et une meilleure coordination pour atteindre les exigences de performance globale, la RT 2012 nécessitait quelques adaptations. Celles-ci sont entrées en vigueur le 1 er janvier BÂTIMÉTIERS J MARS 2015

3 DOSSIER RÉALISÉ EN PARTENARIAT AVEC La RT 2012 fait partie des avancées majeures dans le domaine de l efficacité énergétique et de la promotion des énergies renouvelables, pour avoir généralisé depuis le 1 er janvier 2013 la construction de bâtiments à basse consommation. Le gain énergétique issu du changement de réglementation entre la RT 2005 et la RT 2012 est aussi important que celui des quatre réglementations thermiques successives depuis La RT 2012 repose sur une obligation de résultat, à partir d un raisonnement sur la performance globale du bâtiment, qui se traduit dans une étude thermique obligatoire à initier dès le dépôt du permis de construire. Rappelons que quatre grandes exigences doivent être respectées : la consommation en énergie primaire du bâtiment ou CEP (50 kwh/m 2 S RT /an en moyenne), le coefficient Bbio (besoins climatiques), la température intérieure conventionnelle (TIC) et la perméabilité à l air (0,6 m 3 /h/m 2 de déperdition au maximum en maison individuelle et 1 m 3 /h/m 2 au maximum en bâtiment collectif). Un contrôle renforcé par rapport à la RT 2005 a par ailleurs été instauré. Il repose sur deux attestations de conformité à fournir au moment du dépôt du permis de construire et à l achèvement des travaux. Cette nouvelle réglementation thermique représente une véritable évolution et impose un changement culturel important pour l ensemble des acteurs de la filière : entreprises artisanales et PME, maîtres d œuvre et architectes, équipes de conception, assureurs, contrôleurs techniques et bien sûr maîtres d ouvrage. ÉTANCHÉITÉ À L AIR DE L ENVELOPPE : LE BOND EN AVANT Pour les artisans et entreprises du bâtiment, le défi le plus important de la RT 2012 est l étanchéité à l air de l enveloppe, qui dépend directement de la qualité de mise en œuvre et de la gestion des interfaces métiers. Rappelons qu en résidentiel, la perméabilité à l air doit être obligatoirement mesurée à l achèvement des travaux par un opérateur qualifié et indépendant et ne doit pas dépasser une valeur plafond. La réussite dépend de l application méticuleuse des prescriptions techniques décrites dans les marchés et du respect des règles de l art. «Depuis la nou- Le fait de rendre l étude thermique réglementaire a créé un marché avec de nombreux intervenants qui se sont décrétés thermiciens sans en avoir nécessairement les compétences. Il suffit aujourd hui d acheter un logiciel certifié par le CSTB et de suivre une formation à son utilisation pour calculer velle réglementation, nous mettons en œuvre des maçonneries plus isolantes, comme la brique ou le béton cellulaire, ainsi que des rupteurs thermiques au niveau des dalles et des planchers, ce qui permet de supprimer au moins 90 % des ponts thermiques, témoigne Julien Allais, dirigeant de l entreprise de maçonnerie de l Acheneau implantée à Rouans (Loire-Atlantique). Nous portons une attention particulière au traitement des points singuliers et nous réalisons des bandes de redressement au niveau des murs pour obtenir une intégration optimale des menuiseries.» Le changement est encore plus important pour les corps d état techniques, car la quête de l étanchéité à l air impose un traitement systématique de toutes les réservations dans les parois extérieures (traversées de gaines, canalisations, etc.). Chaque percée dans l enveloppe doit être soigneusement traitée et les boîtiers électriques scellés et étanches. Deux ans après l entrée en vigueur de la RT 2012, les artisans sont aujourd hui sensibilisés à cette problématique et aptes techniquement à relever le défi. Pour le maître d ouvrage ou le constructeur de maison individuelle, il s agit d une nouvelle façon de construire. «La clé de la réussite, c est d organiser des réunions de concertation avec les artisans, pour planifier une bonne gestion des interfaces. En cela, la RT 2012 est un grand pas en avant, car elle nous oblige à travailler ensemble de façon solidaire, se félicite Laurent Garbage, gérant de Jean Bordes Construction, constructeur de maisons individuelles à Mont-de-Marsan (Landes). Avec pour conséquence de diviser par quatre la consommation des bâtiments par rapport à la RT 2005!» C est l un des progrès majeurs de la nouvelle réglementation : la mesure de la perméabilité à l air est une petite révolution, qui valorise la qualité du travail des professionnels, de la première brique jusqu à la livraison de la maison. INTÉGRER LES EXIGENCES NOUVELLES Les professionnels de la construction ont dû s adapter à ces exigences nouvelles. «La RT 2012 nous oblige à un gros effort de formation sur des matériaux ou des produits nouveaux ; c est un investissement important en temps et en argent, argumente Julien Allais. Nous devons aussi savoir lire une étude thermique, ce qui à l origine n est pas notre métier. Au final, la mise en œuvre de cette réglementation exige du maçon plus de compétences, plus de main d œuvre et plus de temps, mais sans pouvoir répercuter ces exigences sur notre coût de construction.» Ces compétences nouvelles, Suite page 6 FRANCK DELAHAYE THERMICIEN, bureau d études bâti énergies à tosse, landes REMISE EN CAUSE DU ROLE DE PRESCRIPTEUR les coefficients Bbio, CEP et TIC. Dès lors, on assiste aujourd hui à une inversion des rôles : ce n est plus le bureau d études qui prescrit le type d enveloppe et les systèmes énergétiques, mais le particulier qui demande de faire en sorte, via le logiciel certifié, que les solutions qu il souhaite soient paramétrées pour «passer». En l absence de conception véritable, le logiciel peut valider des solutions incohérentes que les artisans doivent mettre en œuvre et dont ils peuvent ensuite être tenus pour responsables. Étant donné le peu de contrôle et la rareté des sanctions, cette dérive semble appelée à se développer. MARS 2015 J BÂTIMÉTIERS 3

4 DOSSIER RT 2012 LES ACTEURS DE LA RT 2012 ET LEURS OBLIGATIONS YOANN CONTE CONSTRUCTEUR de maisons individuelles à carcassonne, aude CERTAINES DIFFICULTES D APPLICATION ET UN MANQUE DE CONTROLES Certifiés Certibat en rénovation et construisant des maisons BBC depuis plusieurs années, nous étions très bien préparés au passage à la RT Mais son application n a pas été si simple, en raison notamment de la modification des moteurs de calcul, qui nous a obligés à revoir l isolation et les équipements de nos projets de maisons de plus de 110 m 2. Nous rencontrons aussi des difficultés pour orienter nos maisons «plein sud», ce qui n est pas possible sur certains périmètres régis par les Architectes des bâtiments de France ou quand les apports solaires sont insuffisants en raison de l ombre des mitoyens sur des terrains trop exigus. Sur certains projets, il est très difficile de respecter la RT Mais le plus problématique est que cette réglementation est vécue comme «subie» par nos clients, qui oublient le progrès qu elle représente et sont obnubilés par le prix de leur maison. En conséquence, beaucoup de particuliers peuvent faire construire par des acteurs peu scrupuleux ou des auto-entrepreneurs qui fournissent un coefficient Bbio au rabais et ne respectent pas l ensemble des exigences de la réglementation. Il en résulte une concurrence déloyale entre, d une part, les maîtres d ouvrage et constructeurs de maisons individuelles qui ont une obligation juridique de résultat et de conformité et, d autre part, des particuliers construisant pour euxmêmes sans connaissance précise des règles à respecter. 4 BÂTIMÉTIERS J MARS 2015

5 RÉALISÉ EN PARTENARIAT AVEC MAXIME CHADEVILLE BUREAU D ÉTUDES manexi à boulogne-billancourt, hauts-de-seine 80 À 90 % DES TESTS FINAUX DE PERMEABILITE CONFORMES Lors des tests de perméabilité à l air que nous réalisons en immeubles collectifs comme en maisons individuelles, nous constatons que les entreprises et les artisans sont aujourd hui au fait de la problématique et compétents pour y faire face. Cependant, les tests intermédiaires au moment du clos/couvert ne sont satisfaisants que dans la moitié des cas en raison de problèmes récurrents : maçonneries non étanches, défauts dans le béton, joints de menuiseries extérieures défectueux, pénétrations mal calfeutrées de gaines et de réseaux dans les planchers Dans ce cas, nous constatons la non-conformité, nous en recherchons la cause et nous faisons des recommandations, comme la pose d une membrane d étanchéité en toiture. Le résultat est favorable, puisque dans 80 à 90 % des cas, le test final de perméabilité est conforme. Mais il faut parfois mettre en œuvre des solutions de secours joints silicone par exemple peu satisfaisantes. Le mieux est donc de privilégier un test en cours de chantier, afin de prendre des mesures correctives le plus en amont possible. MARS 2015 J BÂTIMÉTIERS 5

6 DOSSIER RT 2012 Suite de la page 3 relatives aux matériaux, aux équipements techniques, à leur dimensionnement, à la gestion des interfaces et à l organisation du chantier, sont au cœur des modules 5.1 et 5.2 du dispositif de formation FEEBat, spécialement conçus pour accompagner les entreprises et les artisans. L application de la RT 2012 peut aussi être rendue ardue quand les prescriptions de l étude thermique sont en contradiction avec les règles de l art. Par exemple, un isolant sous dalle de 20 cm d épaisseur sans compressibilité au béton permet de répondre à la réglementation thermique, mais crée un risque de sinistre par tassement. Autre difficulté rencontrée, la RT 2012 peut parfois être en contradiction avec d autres réglementations, notamment sismiques. Ainsi, les rupteurs thermiques au niveau des planchers suppriment les ponts thermiques, mais ne sont pas systématiquement autorisés en zone sismique : l entreprise serait-elle couverte en cas de sinistre? Autre écueil, certaines exigences de la RT 2012 sont parfois techniquement inapplicables à certains projets ou génèrent des surcoûts considérables pouvant dissuader les maîtres d ouvrage de concrétiser leurs projets. Dans ce sens, la RT 2012 nécessitait quelques adaptations qui ont été officialisées par deux arrêtés récents. Le premier, publié le 11 décembre 2014, remplace la SHON RT par la S RT, qui devient la surface thermique de référence pour le calcul de la consommation (CEP), le mode de calcul restant quasiment inchangé. En outre, les bâtiments neufs dont la surface thermique S RT et la surface de plancher Sp sont inférieures à 50 m 2, ainsi que les extensions surélévations ou additions aux bâtiments existants de même surface ne sont plus soumis à la RT 2012, mais doivent simplement respecter les exigences de la réglementation des bâtiments existants dite «élément par élément» (arrêté du 3 mai 2007). Pour les extensions dont la surface est comprise entre 50 et 100 m 2, une partie seulement des exigences de la RT 2012 s applique, le test de perméabilité à l air et le recours aux énergies renouvelables ne sont par exemple plus obligatoires. La RT 2012 s applique en revanche dans son intégralité pour les extensions dont la S RT est supérieure à 100 m 2. Autre point d assouplissement, la règle imposant, pour les bâtiments d habitation, une surface des baies vitrées d au moins 1/6 e de la surface habitable a été adaptée, en particulier pour les bâtiments ayant peu de surface de façade et pour lesquels cette exigence était difficilement applicable. Toutes les mesures de ce premier arrêté sont entrées en application le 1 er janvier En «Depuis la nouvelle réglementation, nous mettons en œuvre des maçonneries plus isolantes, comme la brique ou le béton cellulaire, ainsi que des rupteurs thermiques au niveau des dalles et des planchers, ce qui permet de supprimer au moins 90 % des ponts thermiques.» JULIEN ALLAIS MAÇONNERIE DE L ACHENEAU, ROUANS (LOIRE- ATLANTIQUE) «La clé de la réussite, c est d organiser des réunions de concertation avec les artisans, pour planifier une bonne gestion des interfaces. En cela, la RT2012 est un grand pas en avant, car elle nous oblige à travailler ensemble de façon solidaire.» LAURENT GARBAGE JEAN BORDES CONSTRUCTION, MONT-DE-MARSAN (LANDES) JOËL HARDOUIN ÉLECTRICIEN PLOMBIER-CHAUFFAGISTE à beauvoir-sur-mer, vendée LA DIFFICULTE EST DE VENDRE DES INSTALLATIONS CONFORMES A LA RT 2012 Nous savons aujourd hui comment concevoir et mettre en œuvre des équipements techniques conformes à la RT 2012 : certains procédés de chauffage sont clairement exclus, mais on trouve facilement des solutions en associant une pompe à chaleur avec des EnR, notamment du solaire thermique en toiture pour la production d eau chaude. L une des limites de cette réglementation est qu elle favorise les maisons en forme de cube, au détriment des architectures plus élaborées, complexes à mettre en conformité. Mais le plus ardu est de vendre ces solutions : la réglementation sismique, puis la RT 2012 ont généré un renchérissement de la construction de 30 à 40 % dans un contexte économique déprimé, ce qui fait que les particuliers n ont plus les moyens de construire. Censée faire progresser le bâti, la RT 2012 est finalement un facteur de baisse d activité pour les artisans, d autant plus que certains acteurs du marché, qui ne respectent pas les exigences réglementaires, captent une partie des chantiers en cassant les prix. 6 BÂTIMÉTIERS J MARS 2015

7 RÉALISÉ EN PARTENARIAT AVEC LA RT 2012 EN 72 FICHES Réalisées à la demande de la FFB, ces fiches recto/ verso présentent des solutionstypes permettant d'atteindre les exigences de la RT 2012, de façon simple et efficace pour le secteur résidentiel individuel et collectif. Elles décrivent des associations enveloppe/ équipements techniques adaptées, en fonction de la typologie des bâtiments et des huit zones climatiques. Ces fiches permettent en outre de démontrer qu'il n'y a pas de solution unique pour respecter la RT Toutes les filières constructives peuvent trouver leur place avec diverses solutions pour la ventilation ou le chauffage des locaux. Plus spécifiquement pour les exemples en logement collectif, elles démontrent aussi que l objectif des 50kWh/m2.an, prévu initialement au 1er janvier 2015, aurait conduit les maîtres d ouvrage à un investissement plus conséquent et probablement rédhibitoire. Le report a donc été très bien perçu par les acteurs professionnels. Fiches téléchargeables sur fr, espace Adhérent, rubrique Dossiers/ Technique-Environnement/ Performance énergétique des bâtiments). vertu du second arrêté, publié le 19 décembre 2014, la dérogation à 57,5 kwh/(m 2.an) pour la consommation conventionnelle d énergie en résidentiel collectif est reportée au 31 décembre D autre part, la validation de la démarche qualité pour les constructeurs de maisons individuelles qui permet notamment de vérifier le respect de l exigence de la perméabilité à l air de la RT 2012 en contrôlant un échantillonnage du bâti ne relève plus des services de l État, mais d un organisme certifié par le Comité français d accréditation (Cofrac) ou équivalent ayant signé une convention avec l État. Cette dernière disposition s appliquera au 1 er juillet Exigence essentielle de la RT 2012, la perméabilité à l air de l enveloppe peut cependant provoquer un risque de dégradation de la qualité de l air intérieur, par exemple par accumulation de polluants issus de certains éléments de mobilier ou de décoration contenant des COV (composés organiques volatils), et exige ainsi une attention particulière dans la conception et dans la mise en œuvre des systèmes de ventilation. L entretien de ces systèmes sera par ailleurs tout aussi important. Deux ans après son entrée en vigueur, la RT 2012 est reconnue par tous les acteurs comme un grand progrès pour la construction, mais dont l application est pénalisée par un contexte économique difficile. «Quand nous faisions du BBC il y a quelques années, les particuliers étaient réceptifs à la qualité du bâti et aux moyens d optimiser la consommation de leur logement, mais aujourd hui ils sont exclusivement focalisés sur le prix, regrette Laurent Garbage. Les obstacles que nous rencontrons sont essentiellement économiques.» Sans possibilité de répercuter les nouvelles exigences sur le coût de leurs bâtiments, les acteurs de la construction sont aujourd hui lancés dans une optimisation de leur politique d achat, dans une rationalisation des projets et dans une quête de la meilleure alchimie possible entre l enveloppe et les équipements techniques. Il faudra néanmoins trouver des solutions pour continuer à réduire les consommations énergétiques et répondre aux futures exigences du bâtiment à énergie positive, à l horizon J POUR EN SAVOIR PLUS FFB-DAT (Direction des affaires techniques), tél. : Brochure L essentiel de la RT 2012 pour les entreprises du bâtiment, publiée par la FFB en avril 2013, ainsi que les fiches Exemples de solutions techniques, récemment actualisées, sont consultables et téléchargeables sur espace Adhérent OLIVIER PINART CLOISONS SÈCHES, PLAFONDS ET ISOLATION sarl poirier, groupe opi, à cavan, côtes-d armor L ETANCHEITE A L AIR RESTE UN DEFI Nous constatons que les maîtres d œuvre et les maîtres d ouvrage sont loin d être au fait de toutes les exigences de la RT 2012, en particulier la nécessité de faire une étude thermique. Dans un contexte économique difficile, ils veulent construire vite en réduisant les coûts et s en remettent souvent aux compétences des entreprises, qui sont elles-mêmes variables. Il arrive par exemple que l électricien ou le plombier découpent notre pare-vapeur pour faire passer des fourreaux, car ils pensent encore que la responsabilité de l étanchéité à l air repose uniquement sur celui qui pose la membrane, alors qu elle est collective. Nous devons donc régulièrement corriger les prescriptions (épaisseurs des isolants), mais aussi les procédures de mise en œuvre. Certains confrères se contentent de poser un simple pare-pluie avec du ruban adhésif au lieu d un vrai pare-vapeur ; ils n ont eu aucune formation à cette technique et ne respectent pas les règles de l art. Si la RT 2012 est un grand progrès pour le bâti, sa mise en œuvre reste encore aléatoire. MARS 2015 J BÂTIMÉTIERS 7

8 CONSTRUIRE OU RÉNOVER nous sommes à vos côtés V. LELOUP LA FFB : 32 MÉTIERS AU SERVICE DES ENTREPRISES AGENCEMENT Chambre française de l agencement (FFB Agencement) - Tél. : CARRELAGE-MOSAÏQUE Union nationale des entrepreneurs céramistes du bâtiment (UNECB-FFB) - Tél. : CHARPENTE - MENUISERIE - PARQUETS Union des métiers du bois (UMB-FFB) Tél. : CONSTRUCTION IMMOBILIÈRE Union des constructeurs immobiliers de la FFB (UCI-FFB) Tél. : CONSTRUCTION MÉTALLIQUE Syndicat de la construction métallique de France (SCMF-FFB) Tél. : COUVERTURE - PLOMBERIE Union nationale des chambres syndicales de couverture et de plomberie de France (UNCP-FFB) Tél. : DÉMOLITION Syndicat national des entreprises de démolition (SNED-FFB) Tél. : ÉCHAFAUDAGE Syndicat français de l échafaudage, du coffrage et de l étaiement (FFB Échafaudage) - Tél. : ENDUITS DE FAÇADE Union nationale des entrepreneurs d enduits de façade (UNEEF-FFB) Tél. : ENTREPRISES GÉNÉRALES Entreprises générales de France-BTP (EGF.BTP) Tél. : ÉTANCHÉITÉ Chambre syndicale française de l étanchéité (CSFE-FFB) Tél. : FERMETURE ET PROTECTION SOLAIRE Syndicat national de la fermeture, de la protection solaire et des professions associées (FFB Fermeture et Store) Tél. : GÉNIE CLIMATIQUE Union des entreprises de génie climatique et énergétique de France (UECF-FFB) Tél. : GESTION DE L ÉNERGIE Syndicat national de l exploitation climatique et de la maintenance (SNEC) Tél. : INSTALLATION ÉLECTRIQUE Fédération française des entreprises de génie électrique et énergétique (FFIE-FFB) Tél. : ISOLATION Syndicat national de l isolation (SNI-FFB) - Tél. : JOINTS ET FAÇADES Syndicat français des joints et façades (SFJF-FFB) - Tél. : MAÇONNERIE - GROS ŒUVRE Union de la maçonnerie et du gros œuvre (UMGO-FFB) Tél. : MENUISERIE ALUMIN IUM Syndicat national de la construction des fenêtres, façades et activités associées (SNFA-FFB) Tél. : MÉTALLERIE Union des métalliers (FFB Métallerie) Tél. : MONTAGE LEVAGE Union du montage levage (FFB Montage Levage) Tél. : MULTISERVICE IMMOBILIER Syndicat professionnel des entreprises de multiservice immobilier et de facilities management (SYPEMI) - Tél. : FINITIONS Union professionnelle des métiers de la finition (UPMF-FFB) Tél. : PHOTOVOLTAÏQUE Groupement des métiers du photovoltaïque (GMPV-FFB) Tél. : PLÂTRE - ISOLATION Union des métiers du plâtre et de l isolation (UMPI-FFB) Tél. : PROTECTION INCENDIE Groupement des installateurs et mainteneurs de systèmes de sécurité incendie (GIMSSI-FFB) Tél. : RECYCLAGE Syndicat des recycleurs du BTP (SRBTP) - Tél. : SOLS INDUSTRIELS Union nationale des entrepreneurs de sols industriels (UNESI-FFB) Tél. : SOLS - RÉSINES Syndicat français des métiers de la résine (SFMR-FFB) - Tél. : THERMIQUE INDUSTRIELLE Syndicat national des entrepreneurs et constructeurs en thermique industrielle - fours et cheminées (SNECTI) - Tél. : TRAVAUX EN HAUTEUR Syndicat français des entrepreneurs de travaux en hauteur (SFETH) Tél. : VERRE - MIROITERIE Fédération française des professionnels du verre (FFPV-FFB) Tél. :

La mise en œuvre BBC. Formation pour entreprises IBSE

La mise en œuvre BBC. Formation pour entreprises IBSE La mise en œuvre BBC Formation pour entreprises IBSE 2 Les labels Maison bioclimatique Maison conçue pour bénéficier de tous les avantages du climat et du terrain ainsi que de la végétation environnante.

Plus en détail

La REGLEMENTATION THERMIQUE 2012

La REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 La REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 La réglementation thermique en vigueur, la RT 2012, s applique à tous les projets de bâtiments neufs des secteurs résidentiels, dont le dépôt de demande de permis de construire

Plus en détail

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Tout coordonnateur SPS titulaire d une attestation de formation initiale. La réglementation : - les nouveaux

Plus en détail

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES?

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DOSSIER N 5 MARS 2013 DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFERENCES? POURQUOI RÉALISER UN DPE? Qui réalise un DPE? Le Diagnostic de Performance Energétique

Plus en détail

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building Bruxelles - 13 avril 2011 David JUIN Chef de projet réglementation thermique Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement

Plus en détail

le 06 Octobre 2010 Opportunité Nouveau métier

le 06 Octobre 2010 Opportunité Nouveau métier Étanchéitéàl air le 06 Octobre 2010 Opportunité Nouveau métier Les rencontres du Groupe PROTEC - CONFERENCE Qui sommes nous? Bureau de mesure et contrôle de la perméabilité à l air Formations en Infiltrométrie

Plus en détail

Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies

Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies 2 Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies La facture annuelle de chauffage représente 900 en moyenne par ménage, avec de grandes disparités (de 250 pour une maison basse consommation

Plus en détail

Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension)

Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension) Fiche d application : Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension) Date Elaboration de la fiche Version 8 juillet 2013 1 Préambule Cette fiche d application précise les modalités de prise en compte

Plus en détail

RT 2012. Bien comprendre pour mieux s y préparer

RT 2012. Bien comprendre pour mieux s y préparer RT 2012 Bien comprendre pour mieux s y préparer RT2012 Préambule La Réglementation Thermique 2012 (RT 2012) vise, comme les précédentes RT, à limiter les consommations énergétiques des bâtiments neufs

Plus en détail

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Etanchéité à l air dans la construction bois Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Pourquoi des bâtiments étanches à l air? Ne pas confondre : étanchéité à l air et confinement Une bonne étanchéité à l air

Plus en détail

& la rt 2012. la réponse aux exigences réglementaires

& la rt 2012. la réponse aux exigences réglementaires les fenêtres aluminium MILLET & la rt 0 la réponse aux exigences réglementaires La Réglementation Thermique 0 s applique d ores et déjà pour les bâtiments neufs du secteur tertiaire, public et les bâtiments

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

Comprendre la réglementation thermique 2012 (RT2012)

Comprendre la réglementation thermique 2012 (RT2012) Comprendre la réglementation thermique 2012 (RT2012) Sommaire 1 Un engagement fort du Grenelle de l environnement 1 Calendrier et champ d application 2 Les nouveautés 3 Les exigences 9 Les quatre niveaux

Plus en détail

Plancher chauffant avec revêtement de sol

Plancher chauffant avec revêtement de sol Équipements E.2 1/6 Plancher chauffant avec revêtement de sol Domaine d application Cette fiche vise à établir les principales interfaces au niveau des planchers chauffants, à eau chaude ou électriques,

Plus en détail

FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION

FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION EFFINERGIEET LA RT 2012 Sébastien DELMAS, Effinergie 10 novembre 2011 Dynamique territoriale de l efficacité énergétique Effinergie et la RT 2012 Sébastien Delmas 10 novembre

Plus en détail

guide immobilier Tout savoir pour se loger ou investir

guide immobilier Tout savoir pour se loger ou investir guide immobilier Tout savoir pour se loger ou investir Vous achetez pour vous loger Vous recherchez votre futur domicile? Appartement, maison, neuf ou ancien... Quel que soit le type de bien ou de surface,

Plus en détail

L utilisation du chanvre dans l habitat n est pas systématiquement synonyme de béton de chanvre (fiches 1 à 4).

L utilisation du chanvre dans l habitat n est pas systématiquement synonyme de béton de chanvre (fiches 1 à 4). F5 FICHE TECHNIQUE MISE EN ŒUVRE DU CHANVRE EN VRAC PAR VOIE SECHE (sans liant) Groupement des producteurs de chanvre en Luberon L utilisation du chanvre dans l habitat n est pas systématiquement synonyme

Plus en détail

Retours d expériences: le suivi de bureaux. Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est

Retours d expériences: le suivi de bureaux. Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est Retours d expériences: le suivi de bureaux Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est Sommaire 2 L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Explication des consommations Analyse

Plus en détail

«RGE» travaux Liste des qualifications, certifications et parcours de formation par domaine de travaux. Date d édition : 1 septembre 2014

«RGE» travaux Liste des qualifications, certifications et parcours de formation par domaine de travaux. Date d édition : 1 septembre 2014 «RGE» travaux Liste des qualifications, certifications et parcours de formation par domaine de travaux Ce document présente : Date d édition : 1 septembre 2014 Les qualifications et certifications «RGE»

Plus en détail

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles Fiche conseil Édition février 2012 Source Weishaupt SOMMAIRE P 2 : Contexte, enjeux et objectifs P 3 : Le parc des maisons chauffées au

Plus en détail

Institut de Formation à l ECO-construction Former pour démocratiser les techniques, les usages, les matériaux et les technologies liés à l

Institut de Formation à l ECO-construction Former pour démocratiser les techniques, les usages, les matériaux et les technologies liés à l Institut de Formation à l ECO-construction Former pour démocratiser les techniques, les usages, les matériaux et les technologies liés à l éco-construction ---------------------------- 50 modules de formation

Plus en détail

Thierry Gallauziaux - David Fedullo. Isoler les combles. Groupe Eyrolles, 2011, ISBN 978-2-212-13205-2

Thierry Gallauziaux - David Fedullo. Isoler les combles. Groupe Eyrolles, 2011, ISBN 978-2-212-13205-2 Thierry Gallauziaux - David Fedullo Isoler les combles Groupe Eyrolles, 2011, ISBN 978-2-212-13205-2 Isoler les combles Sommaire... 6 Les échanges gazeux... 6 L étanchéité à l air... 10 L inertie thermique...

Plus en détail

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1)

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) Public visé Chefs d entreprise Artisans Chargés d affaire Conducteurs de travaux Personnels de chantier

Plus en détail

Menuiseries conformes à la RT 2012

Menuiseries conformes à la RT 2012 Menuiseries conformes à la RT 2012 G U I D E P R AT I Q U E D E L A R T 2 0 1 2 www.caib.fr RT 2012, enjeux et objectifs La Réglementation Thermique 2012 (RT 2012) a pour objectif de limiter les consommations

Plus en détail

«RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux. Date d édition : Janvier 2014

«RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux. Date d édition : Janvier 2014 «RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux Date d édition : Janvier 2014 Ce document présente la liste des qualifications et certifications«rge» classées par domaine

Plus en détail

Bâtiments bois à basse consommation d énergie. L étanchéité à l air. Auvergne Promobois Jean-Pierre Mathé chargé de mission construction bois

Bâtiments bois à basse consommation d énergie. L étanchéité à l air. Auvergne Promobois Jean-Pierre Mathé chargé de mission construction bois Auvergne Promobois Jean-Pierre Mathé chargé de mission construction bois Objectifs Performance thermique Pérennité du bâtiment Performance acoustique Protection incendie Santé Confort d été Confort ressenti

Plus en détail

les dossiers de BATI METIERS LA REVUE DES BÂTISSEURS JUIN 2014 HIGH TECH AU SERVICE DU CHANTIER EXTRAIT DE BÂTIMÉTIERS N 35

les dossiers de BATI METIERS LA REVUE DES BÂTISSEURS JUIN 2014 HIGH TECH AU SERVICE DU CHANTIER EXTRAIT DE BÂTIMÉTIERS N 35 les dossiers de BATI METIERS LA REVUE DES BÂTISSEURS JUIN 2014 LA HIGH TECH AU SERVICE DU CHANTIER EXTRAIT DE BÂTIMÉTIERS N 35 LA HIGH TECH AU SERVICE DU CHANTIER 2 BÂTIMÉTIERS J JUIN 2014 DOSSIER RÉALISÉ

Plus en détail

T. BONNARDOT 17/12/2010

T. BONNARDOT 17/12/2010 CYTHELIA Conseil & Expertise La Maison ZEN 350, route de la traverse 73 000 MONTAGNOLE Tel +33 (0) 4 79 25 31 75 www.cythelia.fr SARL au capital de 140 000 - RCS Chambéry B 393 290 937 - APE 7219 Z RT

Plus en détail

Mieux connaître le secteur du bâtiment

Mieux connaître le secteur du bâtiment iche d animation Compétence B3 Mieux connaître le secteur du bâtiment Objectif Permettre aux élèves de découvrir la diversité des métiers du bâtiment et les caractéristiques de ce secteur. Matériel nécessaire

Plus en détail

ANALYSE DE LA QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE D UNE RÉHABILITATION DE BÂTIMENT

ANALYSE DE LA QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE D UNE RÉHABILITATION DE BÂTIMENT ANALYSE DE LA QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE D UNE RÉHABILITATION DE BÂTIMENT Réhabilitation du bâtiment «Mendès France» à Auch 12 logements au standard «BBC Effinergie Rénovation» pour l OPH 32 Octobre 2011

Plus en détail

Améliorer les performances énergétiques du bâti ancien Techniques adaptées

Améliorer les performances énergétiques du bâti ancien Techniques adaptées Améliorer les performances énergétiques du bâti ancien Techniques adaptées Intervention du 25 Juin 2015 Dans le cadre des «soirées du Bâtiment» de l Action Construction Durable Couserans Laurelyne MEUNIER,

Plus en détail

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN Bureau d Etudes Thermiques SCHLIENGER 45, rue de Mulhouse 68210 BALSCHWILLER Tél. 03.89.25.91.95 Fax 03.89.25.91.95 E-mail : sschlienger@free.fr SOMMAIRE

Plus en détail

Le Défi lancé par la Région Poitou-Charentes pour une «maison témoin à très basse consommation d'énergie à moins de 80.000»

Le Défi lancé par la Région Poitou-Charentes pour une «maison témoin à très basse consommation d'énergie à moins de 80.000» ANNEXE Le Défi lancé par la Région Poitou-Charentes pour une «maison témoin à très basse consommation d'énergie à moins de 80.000» Dans un contexte de vie plus chère et de régression du pouvoir d'achat

Plus en détail

Isolation... d une maison ancienne

Isolation... d une maison ancienne Photo F.Chevallereau Isolation...... d une maison ancienne comment s y prendre? L État : RT 2012? mais on est en 2014? Mes amis : Y a qu à mettre de la laine de verre! Mon voisin : Le polystyrène c est

Plus en détail

«RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux 16/01/2014

«RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux 16/01/2014 «RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux 16/01/2014 Ce document présente la liste des qualifications et certifications «RGE» classées par domaine de travaux liés

Plus en détail

PLOMBIERS CHAUFFAGISTES ECO ARTISAN

PLOMBIERS CHAUFFAGISTES ECO ARTISAN PLOMBIERS CHAUFFAGISTES Le monde change, votre métier aussi. Aujourd hui vos clients n ont qu un mot à la bouche : ECONOMIES D ENERGIE. Écoutez-les! Pour la performance environnementale et économique de

Plus en détail

Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation

Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation menée avec ARCHIWIZARD Contexte de l étude Mr et Mme LE LOUSTIC viennent d acquérir une maison se situant à Hennebont (56). Peu de travaux

Plus en détail

Les formations pour le bâtiment en Picardie

Les formations pour le bâtiment en Picardie 2nd semestre 2013 Les formations pour le bâtiment en Picardie ECONOMIE D ENERGIE NOUVELLES ENERGIES CONSTRUIRE DURABLEMENT DIRECTION D ENTREPRISE IFRB PICARDIE 33, Mail Albert 1er - CS 51 111-80011 AMIENS

Plus en détail

ASSURE 1- NATURE DE L ENTREPRISE : EURL SARL SA ETS ENTREPRISE MR AUTRE NOM DE L ENTREPRISE : NOM ET PRENOM DU GERANT :

ASSURE 1- NATURE DE L ENTREPRISE : EURL SARL SA ETS ENTREPRISE MR AUTRE NOM DE L ENTREPRISE : NOM ET PRENOM DU GERANT : Proposition d Assurance Responsabilité Civile et décennale des Entreprises de Construction A retourner par Fax au 04 37 24 52 79 ou par mail à narjisse.boughanemi@entrepreneursdelacite.org Tél : 04 37

Plus en détail

Pourquoi l étanchéité à l air dans les bâtiments

Pourquoi l étanchéité à l air dans les bâtiments Source Cab JL2C Source Cab JL2C Source Cab JL2C Source Cab JL2C Source Cab JL2C Pourquoi l étanchéité à l air dans les bâtiments Jean-Louis CAPOU Président de Syneole 93 Rue Jean Jaurès 33500 Libourne

Plus en détail

fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs

fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs Fiche conseil Édition décembre 212 Sommaire P 2 : Obligations P 3 : Démarches volontaires P 4 : Les points clés d une rénovation réussie

Plus en détail

CHARPENTIER / CHARPENTIÈRE

CHARPENTIER / CHARPENTIÈRE CHARPENTIER / CHARPENTIÈRE de nouvelles exigences... Le respect de l'environnement est désormais au cœur de tous les métiers du bâtiment. Chaque professionnel-le doit maîtriser les nouvelles normes et

Plus en détail

DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 VOUS AVEZ UN PROJET. Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé

DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 VOUS AVEZ UN PROJET. Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé VOUS AVEZ UN PROJET DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 EDITION 2015 avec la mention RGE et le CITE Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé SOMMAIRE ECO PTZ P.2 CREDIT D IMPÔT

Plus en détail

DANS QUELLES CONDITIONS PEUT-ON BENEFICIER DU CREDIT D IMPOT?

DANS QUELLES CONDITIONS PEUT-ON BENEFICIER DU CREDIT D IMPOT? Le crédit d impôt est une disposition fiscale permettant aux ménages de déduire de leur impôt sur le revenu une partie des dépenses réalisées pour certains travaux d amélioration énergétique réalisés dans

Plus en détail

Toitures et charpentes

Toitures et charpentes Toitures et charpentes 1/7 Toiture-terrasse Domaine d application Cette fiche vise à établir les principales interfaces au niveau des toitures-terrasses, accessibles ou non. Les ouvrages considérés sont

Plus en détail

LEXIQUE BATIMENT. Air neuf : Air extérieur introduit à l intérieur des logements par des dispositifs adaptés (fenêtres, entrées d air, ).

LEXIQUE BATIMENT. Air neuf : Air extérieur introduit à l intérieur des logements par des dispositifs adaptés (fenêtres, entrées d air, ). LEXIQUE BATIMENT ACERMI : Association pour la certification des matériaux isolants. La certification ACERMI garantit pour l isolant un niveau de qualité et permet de connaître ses caractéristiques, indispensables

Plus en détail

Consultation CQFD LOGEMENTS OPTIMISES : COUTS, QUALITE, FIABILITE, DELAIS. NOTE ENVIRONNEMENTALE ET TECHNIQUE

Consultation CQFD LOGEMENTS OPTIMISES : COUTS, QUALITE, FIABILITE, DELAIS. NOTE ENVIRONNEMENTALE ET TECHNIQUE NOTE ENVIRONNEMENTALE ET TECHNIQUE A- UNE CONCEPTION BIOCLIMATIQUE DU PROJET (Confort dans les espaces extérieurs et dans le bâtiment) Choix morphologique du bâtiment La conception du bâtiment de logements

Plus en détail

Localisation : Mont de Type de bâtiment Bureaux Marsan rue Martin Luther King. Zone Site Bosquet Maître d'œuvre Marc Ballay

Localisation : Mont de Type de bâtiment Bureaux Marsan rue Martin Luther King. Zone Site Bosquet Maître d'œuvre Marc Ballay La maîtrise d ouvrage a souhaité ancrer le projet dans une démarche «d exemplarité reproductible» en termes de construction durable. En ce sens, la démarche de conduite de projet et les solutions retenues

Plus en détail

d ossature bois en Alsace pour la maison individuelle

d ossature bois en Alsace pour la maison individuelle Solutions d ossature bois en lsace pour la maison individuelle solutions d ossature bois en lsace pour la maison individuelle Les professionnels alsaciens du secteur de la construction bois ont déterminé

Plus en détail

Bâtiment & Energie Nouvelles exigences réglementaires

Bâtiment & Energie Nouvelles exigences réglementaires Nouvelles exigences réglementaires 2006 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille réglementaire a été établie, en premier lieu, à partir de la lettre du COSTIC (Comité Scientifique et Technique des Industries

Plus en détail

Questionnaire auto-entrepreneur Assuré

Questionnaire auto-entrepreneur Assuré 1. Nom de à assurer : Questionnaire auto-entrepreneur Assuré Nom, prénom du gérant : 2. Adresse de : Voie : Code Postal : Commune : Tél. : Fax : E-mail : 3. Date de création : 4. Numéro de SIREN : ou création

Plus en détail

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Du projet à la réalisation Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Lay Saint Christophe 54 «Notre projet est né en 2006, d une volonté de minimiser notre empreinte écologique. Nous

Plus en détail

Projet JCE. MAISON MITOYENNE - Mr et Mme Guiquel. 22 rue de la pommerais - SAINT JACQUES DE LA LANDE

Projet JCE. MAISON MITOYENNE - Mr et Mme Guiquel. 22 rue de la pommerais - SAINT JACQUES DE LA LANDE Ecole des Métiers de l Environnement Campus de Ker Lann Rennes 35170 BRUZ Tél. : 02.99.05.88.00./ Fax. : 02.99.05.88.09. http://www.ecole-eme.com Auteurs : BOTREL Yohann Section : DEPS EREE DESGRANGES

Plus en détail

Etanchéité à l air et isolation

Etanchéité à l air et isolation Etanchéité à l air et isolation Pourquoi? Comment? André BAIVIER 12 juin 2012 CCBC apparition de condensation la cause fréquente de dégâts à la construction : l air chaud qui se refroidit dépose une partie

Plus en détail

Les Villas Sérès La Chapelle d Armentières/ 59. Maison ossature bois. Et si vous découvriez ses avantages

Les Villas Sérès La Chapelle d Armentières/ 59. Maison ossature bois. Et si vous découvriez ses avantages La Chapelle d Armentières/ 59 Maison ossature bois Et si vous découvriez ses avantages? Un confort de vie contemporain à 15 minutes de Lille Avec leurs bardages en bois, les Villas Sérès proposent une

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

Réglementation thermique et attestations

Réglementation thermique et attestations Réglementation thermique et attestations Réunions d échanges ADS des 28 et 30 mai 2013 DDT 38 - SLC- QC 1 réglementation thermique attestations -... 1 la réglementation thermique 2 les attestations thermiques

Plus en détail

De La Terre Au Soleil

De La Terre Au Soleil De La Terre Au Soleil Atelier d Architecture S. Anwoir Architecte Les motivations Respect environnemental et investissement à long terme: Participation au développement durable (protéger notre environnement,

Plus en détail

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants PARCOURS COMPLET DE PROFESSIONNALISATION Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants proposer un ensemble de prestations liées à l amélioration de la performance thermique

Plus en détail

3 0La maison BBC, une réalité

3 0La maison BBC, une réalité 3 0La maison BBC, une réalité Dès le 1 er janvier 2013, la maison BBC sera la maison de référence. Innover pour le plus grand nombre Pour tous les futurs propriétaires de maisons individuelles neuves,

Plus en détail

Travaux d amélioration de la performance énergétique dans les bâtiments existants (2007-2009)

Travaux d amélioration de la performance énergétique dans les bâtiments existants (2007-2009) Travaux d amélioration de la performance énergétique dans les bâtiments existants (2007-2009) Marché de l entretien-amélioration des bâtiments en 2007 Commissariat général au développement durable - Service

Plus en détail

Avec SAMSE et ses partenaires. Cetii. Les valeurs à connaitre

Avec SAMSE et ses partenaires. Cetii. Les valeurs à connaitre Coordination du lot transversal d étanchéité à l air : l ingénierie concourante Quelques astuces chantier : Chaque interface entre les lots ou interruption de la continuité d étanchéité, doivent être recueillis

Plus en détail

Ecole Montessori d Avignon, (84)

Ecole Montessori d Avignon, (84) Commission d évaluation : Réalisation/Fonctionnement du 14 octobre 2014 V1 Ecole Montessori d Avignon, (84) 1 Ce projet contraint par l aspect économique (financement du projet par l association) permet

Plus en détail

Impôts 2015. TVA à 5,5% ou 10% - Travaux dans les logements de plus de 2 ans. particuliers. professionnels du bâtiment

Impôts 2015. TVA à 5,5% ou 10% - Travaux dans les logements de plus de 2 ans. particuliers. professionnels du bâtiment Impôts 2015 TVA à 5,5% ou 10% - Travaux dans les logements de plus de 2 ans particuliers professionnels du bâtiment travaux relevant des taux réduits attestation Les principaux taux de TVA depuis le 1er

Plus en détail

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E De l estimation des besoins / critères et exemple Février 2012 Présentation : Jérôme DIOT Directeur Technique EGIS Centre Ouest 1 Sommaire Conception

Plus en détail

Exclusivité Quick up Système de montage «UP and GO» UNE NOUVELLE GÉNÉRATION DE CONSTRUCTIONS QUICK CONSTRUCTION C EST DÉJÀ LE FUTUR

Exclusivité Quick up Système de montage «UP and GO» UNE NOUVELLE GÉNÉRATION DE CONSTRUCTIONS QUICK CONSTRUCTION C EST DÉJÀ LE FUTUR Exclusivité Quick up Système de montage «UP and GO» UNE NOUVELLE GÉNÉRATION DE CONSTRUCTIONS QUICK CONSTRUCTION C EST DÉJÀ LE FUTUR L utilisation dans la construction du bloc coffrant isolant n est pas

Plus en détail

La rénovation. thermique. Rénover sa maison pour une isolation performante!

La rénovation. thermique. Rénover sa maison pour une isolation performante! PRÉFET La rénovation thermique Rénover sa maison pour une isolation performante! Diminution des besoins énergétiques au fil des ans Les réglementations thermiques successives ont permis l amélioration

Plus en détail

Soumise à l effet du vent, à la différence

Soumise à l effet du vent, à la différence CVC N 871 NOV./DÉC. 2011 13 PROFESSION ÉTUDE Infiltrométrie Vers un résultat d étanchéité à l air des bâtiments La réglementation thermique 2012 impose un niveau élevé d étanchéité à l air des nouveaux

Plus en détail

Questionnaire. Date d effet souhaitée : Nom de l entreprise à assurer : Nom et prénom du gérant : Adresse de l entreprise : Tél.

Questionnaire. Date d effet souhaitée : Nom de l entreprise à assurer : Nom et prénom du gérant : Adresse de l entreprise : Tél. Questionnaire Questionnaire RC & DECENNALE Merci de bien vouloir nous retourner le questionnaire dûment complété et signé par: mail : contact@assurei.fr fax : 05.35.54.12.03 ou par courrier. Date d effet

Plus en détail

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui P a r c naturel régional Loire-Anjou-Touraine Les fiches techniques du Parc Patrimoine bâti Un bâti en tuffeau pour aujourd hui Réhabilitation d une ancienne grange du XVIII ème siècle Localisation : 49260

Plus en détail

DOCUMENT COMPARATIF DES LABELS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

DOCUMENT COMPARATIF DES LABELS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE DOCUMENT COMPARATIF DES LABELS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Mercredi de l info du Mercredi 25 Mars 2009 «PERFORMANCE ENERGETIQUE ET BATIMENT A BASSE CONSOMMATION D ENERGIE» Le point sur les réglementations,

Plus en détail

L HABITAT. Technologie 5ème

L HABITAT. Technologie 5ème L HABITAT LES FONCTIONS CLORE: air, eau RESISTER: poids propre, charges d exploitation, charges climatiques (neige, vent) ISOLER: thermique, acoustique CHAUFFER l hiver RAFFRAICHIR l été PROCURER: hygiène,

Plus en détail

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Accordons nos projets Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Les équipes de GrDF au service des bailleurs sociaux pour une rénovation durable de leur patrimoine

Plus en détail

CALENDRIER DES SESSIONS DE FORMATION 1 ER SEMESTRE 2014. En collaboration avec leurs partenaires

CALENDRIER DES SESSIONS DE FORMATION 1 ER SEMESTRE 2014. En collaboration avec leurs partenaires CALENDRIER DES SESSIONS DE FORMATION 1 ER SEMESTRE 2014 En collaboration avec leurs partenaires MARCHÉS TERTIAIRES TRAVAUX DE RÉNOVATION MARCHÉS RÉSIDENTIELS CALENDRIER DES SESSIONS DE FORMATION - Janvier

Plus en détail

L opération étudiée : le SDEF

L opération étudiée : le SDEF L opération étudiée : le SDEF Situation géographique 29 Landivisiau Finistére Zone H2a Altitude : 34 m Acteurs de l opération Maitrise d ouvrage Maître d œuvre / Architecte BET Thermique SDEF Atelier 3

Plus en détail

Questionnaire d étude pour les artisans et les entreprises du bâtiment

Questionnaire d étude pour les artisans et les entreprises du bâtiment Questionnaire d étude pour les artisans et les entreprises du bâtiment Ce formulaire de déclaration de risque concerne : les artisans et les entreprises du bâtiment L attention du demandeur est attirée

Plus en détail

Chantier I.F.P.E.C. / Lille. Trophées de la Construction Bois 2009 CNDB Nord BAT Région Nord Pas de calais Picardie U.E.F.E.D.R.

Chantier I.F.P.E.C. / Lille. Trophées de la Construction Bois 2009 CNDB Nord BAT Région Nord Pas de calais Picardie U.E.F.E.D.R. Chantier I.F.P.E.C. / Lille Trophées de la Construction Bois 2009 CNDB Nord BAT Région Nord Pas de calais Picardie U.E.F.E.D.R. Présentation du Projet Extension d un bâtiment tertiaire existant sur 4 niveaux

Plus en détail

Quand l isolation des murs par l intérieur s impose, à quoi faut- il faire attention? Eléments de diagnostic

Quand l isolation des murs par l intérieur s impose, à quoi faut- il faire attention? Eléments de diagnostic Quand l isolation des murs par l intérieur s impose, à quoi fautil faire attention? Eléments de diagnostic Le contexte économique et écologique actuel rend l isolation des bâtiments en rénovation incontournable.

Plus en détail

Le financement du projet

Le financement du projet Le financement du projet Comment financer mon projet? 14 Votre budget doit faire l objet d une étude approfondie. Pour vous aider à établir votre plan de financement, faites appel à l Association Départementale

Plus en détail

Un guide pour la Réhabilitation des maisons individuelles : rénover avec le bois

Un guide pour la Réhabilitation des maisons individuelles : rénover avec le bois Un guide pour la Réhabilitation des maisons individuelles : rénover avec le bois Un nouvel ouvrage est paru en 2013, destiné aux artisans, entreprises, architectes, maîtres d œuvre et maîtres d ouvrage,

Plus en détail

La réglementation thermique 2012

La réglementation thermique 2012 «Questions d actualité!» 18/03/2011 La réglementation thermique 2012 Maria PEAN ADIL 91 Quentin HOFFER - Essonne info énergie/cg91 Maison départementale de l habitat 1 boulevard de l Ecoute-s il-pleut

Plus en détail

ISOLER LA TOITURE INCLINÉE

ISOLER LA TOITURE INCLINÉE Lisez aussi : Fiche 1 INTRODUCTION + Fiche 2 MAÎTRISER L ÉTANCHÉITÉ ET PROTÉGER L ISOLANT + Fiche 10 AMÉLIORER LA VENTILATION RÉNOVER POUR CONSOMMER MOINS D ÉNERGIE : GUIDE PRATIQUE ISOLER LA TOITURE INCLINÉE

Plus en détail

Sécurité maximale. INTELLO protège des moisissures de manière intelligente et écologique! Système validé. testé par CSTB

Sécurité maximale. INTELLO protège des moisissures de manière intelligente et écologique! Système validé. testé par CSTB Sécurité maximale pour petits et grands INTELLO protège des moisissures de manière intelligente et écologique! Système validé AVIS TECHNIQUE testé par CSTB hygrovariable Frein-vapeur et membrane d étanchéité

Plus en détail

Présentation de l association, son action, ses travaux. Catherine Bonduau

Présentation de l association, son action, ses travaux. Catherine Bonduau Présentation de l association, son action, ses travaux Catherine Bonduau Dynamiser l efficacité thermique du bâtiment Dynamiser la performance thermique du bâtiment Dès 2005 un groupe de travail prépare

Plus en détail

www.conte-habitat.com Maisons individuelles Performance énergétique Rénovation Professionnels

www.conte-habitat.com Maisons individuelles Performance énergétique Rénovation Professionnels Maisons individuelles Performance énergétique Rénovation Professionnels C A R C A S S O N N E N A R B O N N E A U D E SOMMAIRE n MAISONS INDIVIDUELLES 2 / 6 n PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE 7 / 8 n RÉNOVATION

Plus en détail

ISOLATION PAR L INTÉRIEUR ET PAR L EXTÉRIEUR

ISOLATION PAR L INTÉRIEUR ET PAR L EXTÉRIEUR ISOLATION PAR L INTÉRIEUR ET PAR L EXTÉRIEUR solutions résidentielles en isolation www.greensun.be Greensun: la société Isolez avec Greensun L isolation de votre habitation ou appartement, par l intérieur

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Bruxelles Environnement Assurer une bonne étanchéité à l air de l enveloppe dans les bâtiments neufs et en rénovation Aline Branders PLATE-FORME MAISON PASSIVE asbl

Plus en détail

Effilogis 2015. rénovation mode d emploi. www.effilogis.fr

Effilogis 2015. rénovation mode d emploi. www.effilogis.fr PARTICULIERS Un COLLECTIVITÉS investissement BAILLEURS SOCIAUX de bon sens Effilogis 2015 rénovation mode d emploi www.effilogis.fr Habitation BBC Bon à savoir Une habitation rénovée Bâtiment Basse Consommation

Plus en détail

Bureaux Surface nette : 1850 m²

Bureaux Surface nette : 1850 m² - Concours restreint, 3 participants - Rénovation de bureaux - Début 2007 - Maître de l Ouvrage: CREDIBE - Logement - Démarche environnementale Bureaux Surface nette : 1850 m² Concept architectural Fonction

Plus en détail

BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK

BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK 1 BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK Les problématiques environnementales dues à une trop grande consommation d énergie ne peuvent plus être négligées aujourd hui. La

Plus en détail

Ancien prieuré. Aménagement de la maison néogothique. Projet. Maître d ouvrage : Ville de la Charité-sur-Loire 58 / Nièvre 08/11/2013

Ancien prieuré. Aménagement de la maison néogothique. Projet. Maître d ouvrage : Ville de la Charité-sur-Loire 58 / Nièvre 08/11/2013 Maître d ouvrage : Ville de la Charité-sur-Loire 58 / Nièvre Ancien prieuré Aménagement de la maison néogothique Projet 08/11/2013 // Pièces écrites / Sommaire /02 Le projet / Description architecturale

Plus en détail

Formations FEEBAT. Analyse des formations en Midi-Pyrénées C R C MIDI PYRÉNÉES

Formations FEEBAT. Analyse des formations en Midi-Pyrénées C R C MIDI PYRÉNÉES Formations FEEBAT Analyse des formations en Midi-Pyrénées C R C MIDI PYRÉNÉES Présentation du dispositif Qu est ce que le dispositif FEEBAT? La Formation aux Economies d Energie dans le Bâtiment a été

Plus en détail

isolation thermique ite par l extérieur Améliorer son confort thermique, sa facture énergétique et embellir sa façade en une seule opération.

isolation thermique ite par l extérieur Améliorer son confort thermique, sa facture énergétique et embellir sa façade en une seule opération. ite Améliorer son confort, sa facture énergétique et embellir sa façade en une seule opération. l isolation Enquoi çà consiste? L Isolation Thermique l Extérieur (ITE) est un procédé qui permet de créer,

Plus en détail

FORMATIONS. septembre à décembre 2014. Chefs d entreprise, Conjoints collaborateurs, Salariés... des entreprises artisanales

FORMATIONS. septembre à décembre 2014. Chefs d entreprise, Conjoints collaborateurs, Salariés... des entreprises artisanales FORMATIONS septembre à décembre 2014 Formations RGE : Reconnu Garant Environnement Formations en gestion, conduite de chantier Formations techniques Formations réglementaires Formations prévention des

Plus en détail

Bâtiment CONSTRUCTEUR EN BÉTON ARMÉ

Bâtiment CONSTRUCTEUR EN BÉTON ARMÉ Bâtiment CONSTRUCTEUR EN BÉTON ARMÉ CONSTRUCTEUR EN BÉTON ARMÉ Le constructeur en béton armé réalise les fondations, les murs et les planchers de constructions neuves (logements individuels ou collectifs,

Plus en détail

UNE ÉQUIPE D ARTISANS LOCAUX & EXPÉRIMENTÉS CONSTRUCTION & EXTENSION RÉNOVATION & AMÉNAGEMENT CONSEIL

UNE ÉQUIPE D ARTISANS LOCAUX & EXPÉRIMENTÉS CONSTRUCTION & EXTENSION RÉNOVATION & AMÉNAGEMENT CONSEIL UNE ÉQUIPE D ARTISANS LOCAUX & EXPÉRIMENTÉS CONSTRUCTION & EXTENSION RÉNOVATION & AMÉNAGEMENT CONSEIL UNE EXTENSION UNE RÉNOVATION UNE CONSTRUCTION? MAISON COMTEMPORAINE MAISON TRADITIONNELLE Qu il s agisse

Plus en détail

Les 9, 10 et 11 octobre 2014

Les 9, 10 et 11 octobre 2014 Les 9, 10 et 11 octobre 2014 PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Sommaire 1. QU EST CE QUE LE BATIMENT?... 3 Qu entend on concrètement par «Bâtiment»? Erreur! Signet non défini. Bâtiment ou

Plus en détail

Rénovation thermique. par l extérieur

Rénovation thermique. par l extérieur Rénovation thermique par l extérieur Enjeux des rénovations Secteur du Bâtiment : 1 er consommateur d énergie. Faire diminuer les consommations énergétiques des bâtiments en augmentant leur performance

Plus en détail

Rueil Malmaison 31 mars 2015

Rueil Malmaison 31 mars 2015 Rueil Malmaison 31 mars 2015 Façade F4 : la solu-on pour les bâ-ments RT 2012, BEPOS et HQE Façade légère en filière sèche Associe un lot façade et un lot doublage Lot Façade : Etanchéité à l eau Lot Doublage

Plus en détail

Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton

Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton 1 Maison BBC en béton : 2 grands principes, 5 règles d or Une conception pensée en amont Une conception «bioclimatique»

Plus en détail