d experience les dossiers de BATI METIERS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "d experience les dossiers de BATI METIERS"

Transcription

1 les dossiers de BATI METIERS LA REVUE DES BÂTISSEURS MARS 2015 DOSSIER DEUX ANS APRÈS SA GÉNÉRALISATION À TOUS LES BÂTIMENTS NEUFS, QUEL PREMIER BILAN TIRER DE LA NOUVELLE RÉGLEMENTATION THERMIQUE RT 2012 retours d experience EXTRAIT DE BÂTIMÉTIERS N 38

2 RT 2012 retours d expérience DOSSIER RT 2012 Deux ans après sa généralisation à tous les bâtiments neufs, quel premier bilan tirer de la RT 2012? Si l ensemble des acteurs de la construction saluent un grand pas en avant sur le plan technique et une meilleure coordination pour atteindre les exigences de performance globale, la RT 2012 nécessitait quelques adaptations. Celles-ci sont entrées en vigueur le 1 er janvier BÂTIMÉTIERS J MARS 2015

3 DOSSIER RÉALISÉ EN PARTENARIAT AVEC La RT 2012 fait partie des avancées majeures dans le domaine de l efficacité énergétique et de la promotion des énergies renouvelables, pour avoir généralisé depuis le 1 er janvier 2013 la construction de bâtiments à basse consommation. Le gain énergétique issu du changement de réglementation entre la RT 2005 et la RT 2012 est aussi important que celui des quatre réglementations thermiques successives depuis La RT 2012 repose sur une obligation de résultat, à partir d un raisonnement sur la performance globale du bâtiment, qui se traduit dans une étude thermique obligatoire à initier dès le dépôt du permis de construire. Rappelons que quatre grandes exigences doivent être respectées : la consommation en énergie primaire du bâtiment ou CEP (50 kwh/m 2 S RT /an en moyenne), le coefficient Bbio (besoins climatiques), la température intérieure conventionnelle (TIC) et la perméabilité à l air (0,6 m 3 /h/m 2 de déperdition au maximum en maison individuelle et 1 m 3 /h/m 2 au maximum en bâtiment collectif). Un contrôle renforcé par rapport à la RT 2005 a par ailleurs été instauré. Il repose sur deux attestations de conformité à fournir au moment du dépôt du permis de construire et à l achèvement des travaux. Cette nouvelle réglementation thermique représente une véritable évolution et impose un changement culturel important pour l ensemble des acteurs de la filière : entreprises artisanales et PME, maîtres d œuvre et architectes, équipes de conception, assureurs, contrôleurs techniques et bien sûr maîtres d ouvrage. ÉTANCHÉITÉ À L AIR DE L ENVELOPPE : LE BOND EN AVANT Pour les artisans et entreprises du bâtiment, le défi le plus important de la RT 2012 est l étanchéité à l air de l enveloppe, qui dépend directement de la qualité de mise en œuvre et de la gestion des interfaces métiers. Rappelons qu en résidentiel, la perméabilité à l air doit être obligatoirement mesurée à l achèvement des travaux par un opérateur qualifié et indépendant et ne doit pas dépasser une valeur plafond. La réussite dépend de l application méticuleuse des prescriptions techniques décrites dans les marchés et du respect des règles de l art. «Depuis la nou- Le fait de rendre l étude thermique réglementaire a créé un marché avec de nombreux intervenants qui se sont décrétés thermiciens sans en avoir nécessairement les compétences. Il suffit aujourd hui d acheter un logiciel certifié par le CSTB et de suivre une formation à son utilisation pour calculer velle réglementation, nous mettons en œuvre des maçonneries plus isolantes, comme la brique ou le béton cellulaire, ainsi que des rupteurs thermiques au niveau des dalles et des planchers, ce qui permet de supprimer au moins 90 % des ponts thermiques, témoigne Julien Allais, dirigeant de l entreprise de maçonnerie de l Acheneau implantée à Rouans (Loire-Atlantique). Nous portons une attention particulière au traitement des points singuliers et nous réalisons des bandes de redressement au niveau des murs pour obtenir une intégration optimale des menuiseries.» Le changement est encore plus important pour les corps d état techniques, car la quête de l étanchéité à l air impose un traitement systématique de toutes les réservations dans les parois extérieures (traversées de gaines, canalisations, etc.). Chaque percée dans l enveloppe doit être soigneusement traitée et les boîtiers électriques scellés et étanches. Deux ans après l entrée en vigueur de la RT 2012, les artisans sont aujourd hui sensibilisés à cette problématique et aptes techniquement à relever le défi. Pour le maître d ouvrage ou le constructeur de maison individuelle, il s agit d une nouvelle façon de construire. «La clé de la réussite, c est d organiser des réunions de concertation avec les artisans, pour planifier une bonne gestion des interfaces. En cela, la RT 2012 est un grand pas en avant, car elle nous oblige à travailler ensemble de façon solidaire, se félicite Laurent Garbage, gérant de Jean Bordes Construction, constructeur de maisons individuelles à Mont-de-Marsan (Landes). Avec pour conséquence de diviser par quatre la consommation des bâtiments par rapport à la RT 2005!» C est l un des progrès majeurs de la nouvelle réglementation : la mesure de la perméabilité à l air est une petite révolution, qui valorise la qualité du travail des professionnels, de la première brique jusqu à la livraison de la maison. INTÉGRER LES EXIGENCES NOUVELLES Les professionnels de la construction ont dû s adapter à ces exigences nouvelles. «La RT 2012 nous oblige à un gros effort de formation sur des matériaux ou des produits nouveaux ; c est un investissement important en temps et en argent, argumente Julien Allais. Nous devons aussi savoir lire une étude thermique, ce qui à l origine n est pas notre métier. Au final, la mise en œuvre de cette réglementation exige du maçon plus de compétences, plus de main d œuvre et plus de temps, mais sans pouvoir répercuter ces exigences sur notre coût de construction.» Ces compétences nouvelles, Suite page 6 FRANCK DELAHAYE THERMICIEN, bureau d études bâti énergies à tosse, landes REMISE EN CAUSE DU ROLE DE PRESCRIPTEUR les coefficients Bbio, CEP et TIC. Dès lors, on assiste aujourd hui à une inversion des rôles : ce n est plus le bureau d études qui prescrit le type d enveloppe et les systèmes énergétiques, mais le particulier qui demande de faire en sorte, via le logiciel certifié, que les solutions qu il souhaite soient paramétrées pour «passer». En l absence de conception véritable, le logiciel peut valider des solutions incohérentes que les artisans doivent mettre en œuvre et dont ils peuvent ensuite être tenus pour responsables. Étant donné le peu de contrôle et la rareté des sanctions, cette dérive semble appelée à se développer. MARS 2015 J BÂTIMÉTIERS 3

4 DOSSIER RT 2012 LES ACTEURS DE LA RT 2012 ET LEURS OBLIGATIONS YOANN CONTE CONSTRUCTEUR de maisons individuelles à carcassonne, aude CERTAINES DIFFICULTES D APPLICATION ET UN MANQUE DE CONTROLES Certifiés Certibat en rénovation et construisant des maisons BBC depuis plusieurs années, nous étions très bien préparés au passage à la RT Mais son application n a pas été si simple, en raison notamment de la modification des moteurs de calcul, qui nous a obligés à revoir l isolation et les équipements de nos projets de maisons de plus de 110 m 2. Nous rencontrons aussi des difficultés pour orienter nos maisons «plein sud», ce qui n est pas possible sur certains périmètres régis par les Architectes des bâtiments de France ou quand les apports solaires sont insuffisants en raison de l ombre des mitoyens sur des terrains trop exigus. Sur certains projets, il est très difficile de respecter la RT Mais le plus problématique est que cette réglementation est vécue comme «subie» par nos clients, qui oublient le progrès qu elle représente et sont obnubilés par le prix de leur maison. En conséquence, beaucoup de particuliers peuvent faire construire par des acteurs peu scrupuleux ou des auto-entrepreneurs qui fournissent un coefficient Bbio au rabais et ne respectent pas l ensemble des exigences de la réglementation. Il en résulte une concurrence déloyale entre, d une part, les maîtres d ouvrage et constructeurs de maisons individuelles qui ont une obligation juridique de résultat et de conformité et, d autre part, des particuliers construisant pour euxmêmes sans connaissance précise des règles à respecter. 4 BÂTIMÉTIERS J MARS 2015

5 RÉALISÉ EN PARTENARIAT AVEC MAXIME CHADEVILLE BUREAU D ÉTUDES manexi à boulogne-billancourt, hauts-de-seine 80 À 90 % DES TESTS FINAUX DE PERMEABILITE CONFORMES Lors des tests de perméabilité à l air que nous réalisons en immeubles collectifs comme en maisons individuelles, nous constatons que les entreprises et les artisans sont aujourd hui au fait de la problématique et compétents pour y faire face. Cependant, les tests intermédiaires au moment du clos/couvert ne sont satisfaisants que dans la moitié des cas en raison de problèmes récurrents : maçonneries non étanches, défauts dans le béton, joints de menuiseries extérieures défectueux, pénétrations mal calfeutrées de gaines et de réseaux dans les planchers Dans ce cas, nous constatons la non-conformité, nous en recherchons la cause et nous faisons des recommandations, comme la pose d une membrane d étanchéité en toiture. Le résultat est favorable, puisque dans 80 à 90 % des cas, le test final de perméabilité est conforme. Mais il faut parfois mettre en œuvre des solutions de secours joints silicone par exemple peu satisfaisantes. Le mieux est donc de privilégier un test en cours de chantier, afin de prendre des mesures correctives le plus en amont possible. MARS 2015 J BÂTIMÉTIERS 5

6 DOSSIER RT 2012 Suite de la page 3 relatives aux matériaux, aux équipements techniques, à leur dimensionnement, à la gestion des interfaces et à l organisation du chantier, sont au cœur des modules 5.1 et 5.2 du dispositif de formation FEEBat, spécialement conçus pour accompagner les entreprises et les artisans. L application de la RT 2012 peut aussi être rendue ardue quand les prescriptions de l étude thermique sont en contradiction avec les règles de l art. Par exemple, un isolant sous dalle de 20 cm d épaisseur sans compressibilité au béton permet de répondre à la réglementation thermique, mais crée un risque de sinistre par tassement. Autre difficulté rencontrée, la RT 2012 peut parfois être en contradiction avec d autres réglementations, notamment sismiques. Ainsi, les rupteurs thermiques au niveau des planchers suppriment les ponts thermiques, mais ne sont pas systématiquement autorisés en zone sismique : l entreprise serait-elle couverte en cas de sinistre? Autre écueil, certaines exigences de la RT 2012 sont parfois techniquement inapplicables à certains projets ou génèrent des surcoûts considérables pouvant dissuader les maîtres d ouvrage de concrétiser leurs projets. Dans ce sens, la RT 2012 nécessitait quelques adaptations qui ont été officialisées par deux arrêtés récents. Le premier, publié le 11 décembre 2014, remplace la SHON RT par la S RT, qui devient la surface thermique de référence pour le calcul de la consommation (CEP), le mode de calcul restant quasiment inchangé. En outre, les bâtiments neufs dont la surface thermique S RT et la surface de plancher Sp sont inférieures à 50 m 2, ainsi que les extensions surélévations ou additions aux bâtiments existants de même surface ne sont plus soumis à la RT 2012, mais doivent simplement respecter les exigences de la réglementation des bâtiments existants dite «élément par élément» (arrêté du 3 mai 2007). Pour les extensions dont la surface est comprise entre 50 et 100 m 2, une partie seulement des exigences de la RT 2012 s applique, le test de perméabilité à l air et le recours aux énergies renouvelables ne sont par exemple plus obligatoires. La RT 2012 s applique en revanche dans son intégralité pour les extensions dont la S RT est supérieure à 100 m 2. Autre point d assouplissement, la règle imposant, pour les bâtiments d habitation, une surface des baies vitrées d au moins 1/6 e de la surface habitable a été adaptée, en particulier pour les bâtiments ayant peu de surface de façade et pour lesquels cette exigence était difficilement applicable. Toutes les mesures de ce premier arrêté sont entrées en application le 1 er janvier En «Depuis la nouvelle réglementation, nous mettons en œuvre des maçonneries plus isolantes, comme la brique ou le béton cellulaire, ainsi que des rupteurs thermiques au niveau des dalles et des planchers, ce qui permet de supprimer au moins 90 % des ponts thermiques.» JULIEN ALLAIS MAÇONNERIE DE L ACHENEAU, ROUANS (LOIRE- ATLANTIQUE) «La clé de la réussite, c est d organiser des réunions de concertation avec les artisans, pour planifier une bonne gestion des interfaces. En cela, la RT2012 est un grand pas en avant, car elle nous oblige à travailler ensemble de façon solidaire.» LAURENT GARBAGE JEAN BORDES CONSTRUCTION, MONT-DE-MARSAN (LANDES) JOËL HARDOUIN ÉLECTRICIEN PLOMBIER-CHAUFFAGISTE à beauvoir-sur-mer, vendée LA DIFFICULTE EST DE VENDRE DES INSTALLATIONS CONFORMES A LA RT 2012 Nous savons aujourd hui comment concevoir et mettre en œuvre des équipements techniques conformes à la RT 2012 : certains procédés de chauffage sont clairement exclus, mais on trouve facilement des solutions en associant une pompe à chaleur avec des EnR, notamment du solaire thermique en toiture pour la production d eau chaude. L une des limites de cette réglementation est qu elle favorise les maisons en forme de cube, au détriment des architectures plus élaborées, complexes à mettre en conformité. Mais le plus ardu est de vendre ces solutions : la réglementation sismique, puis la RT 2012 ont généré un renchérissement de la construction de 30 à 40 % dans un contexte économique déprimé, ce qui fait que les particuliers n ont plus les moyens de construire. Censée faire progresser le bâti, la RT 2012 est finalement un facteur de baisse d activité pour les artisans, d autant plus que certains acteurs du marché, qui ne respectent pas les exigences réglementaires, captent une partie des chantiers en cassant les prix. 6 BÂTIMÉTIERS J MARS 2015

7 RÉALISÉ EN PARTENARIAT AVEC LA RT 2012 EN 72 FICHES Réalisées à la demande de la FFB, ces fiches recto/ verso présentent des solutionstypes permettant d'atteindre les exigences de la RT 2012, de façon simple et efficace pour le secteur résidentiel individuel et collectif. Elles décrivent des associations enveloppe/ équipements techniques adaptées, en fonction de la typologie des bâtiments et des huit zones climatiques. Ces fiches permettent en outre de démontrer qu'il n'y a pas de solution unique pour respecter la RT Toutes les filières constructives peuvent trouver leur place avec diverses solutions pour la ventilation ou le chauffage des locaux. Plus spécifiquement pour les exemples en logement collectif, elles démontrent aussi que l objectif des 50kWh/m2.an, prévu initialement au 1er janvier 2015, aurait conduit les maîtres d ouvrage à un investissement plus conséquent et probablement rédhibitoire. Le report a donc été très bien perçu par les acteurs professionnels. Fiches téléchargeables sur fr, espace Adhérent, rubrique Dossiers/ Technique-Environnement/ Performance énergétique des bâtiments). vertu du second arrêté, publié le 19 décembre 2014, la dérogation à 57,5 kwh/(m 2.an) pour la consommation conventionnelle d énergie en résidentiel collectif est reportée au 31 décembre D autre part, la validation de la démarche qualité pour les constructeurs de maisons individuelles qui permet notamment de vérifier le respect de l exigence de la perméabilité à l air de la RT 2012 en contrôlant un échantillonnage du bâti ne relève plus des services de l État, mais d un organisme certifié par le Comité français d accréditation (Cofrac) ou équivalent ayant signé une convention avec l État. Cette dernière disposition s appliquera au 1 er juillet Exigence essentielle de la RT 2012, la perméabilité à l air de l enveloppe peut cependant provoquer un risque de dégradation de la qualité de l air intérieur, par exemple par accumulation de polluants issus de certains éléments de mobilier ou de décoration contenant des COV (composés organiques volatils), et exige ainsi une attention particulière dans la conception et dans la mise en œuvre des systèmes de ventilation. L entretien de ces systèmes sera par ailleurs tout aussi important. Deux ans après son entrée en vigueur, la RT 2012 est reconnue par tous les acteurs comme un grand progrès pour la construction, mais dont l application est pénalisée par un contexte économique difficile. «Quand nous faisions du BBC il y a quelques années, les particuliers étaient réceptifs à la qualité du bâti et aux moyens d optimiser la consommation de leur logement, mais aujourd hui ils sont exclusivement focalisés sur le prix, regrette Laurent Garbage. Les obstacles que nous rencontrons sont essentiellement économiques.» Sans possibilité de répercuter les nouvelles exigences sur le coût de leurs bâtiments, les acteurs de la construction sont aujourd hui lancés dans une optimisation de leur politique d achat, dans une rationalisation des projets et dans une quête de la meilleure alchimie possible entre l enveloppe et les équipements techniques. Il faudra néanmoins trouver des solutions pour continuer à réduire les consommations énergétiques et répondre aux futures exigences du bâtiment à énergie positive, à l horizon J POUR EN SAVOIR PLUS FFB-DAT (Direction des affaires techniques), tél. : Brochure L essentiel de la RT 2012 pour les entreprises du bâtiment, publiée par la FFB en avril 2013, ainsi que les fiches Exemples de solutions techniques, récemment actualisées, sont consultables et téléchargeables sur espace Adhérent OLIVIER PINART CLOISONS SÈCHES, PLAFONDS ET ISOLATION sarl poirier, groupe opi, à cavan, côtes-d armor L ETANCHEITE A L AIR RESTE UN DEFI Nous constatons que les maîtres d œuvre et les maîtres d ouvrage sont loin d être au fait de toutes les exigences de la RT 2012, en particulier la nécessité de faire une étude thermique. Dans un contexte économique difficile, ils veulent construire vite en réduisant les coûts et s en remettent souvent aux compétences des entreprises, qui sont elles-mêmes variables. Il arrive par exemple que l électricien ou le plombier découpent notre pare-vapeur pour faire passer des fourreaux, car ils pensent encore que la responsabilité de l étanchéité à l air repose uniquement sur celui qui pose la membrane, alors qu elle est collective. Nous devons donc régulièrement corriger les prescriptions (épaisseurs des isolants), mais aussi les procédures de mise en œuvre. Certains confrères se contentent de poser un simple pare-pluie avec du ruban adhésif au lieu d un vrai pare-vapeur ; ils n ont eu aucune formation à cette technique et ne respectent pas les règles de l art. Si la RT 2012 est un grand progrès pour le bâti, sa mise en œuvre reste encore aléatoire. MARS 2015 J BÂTIMÉTIERS 7

8 CONSTRUIRE OU RÉNOVER nous sommes à vos côtés V. LELOUP LA FFB : 32 MÉTIERS AU SERVICE DES ENTREPRISES AGENCEMENT Chambre française de l agencement (FFB Agencement) - Tél. : CARRELAGE-MOSAÏQUE Union nationale des entrepreneurs céramistes du bâtiment (UNECB-FFB) - Tél. : CHARPENTE - MENUISERIE - PARQUETS Union des métiers du bois (UMB-FFB) Tél. : CONSTRUCTION IMMOBILIÈRE Union des constructeurs immobiliers de la FFB (UCI-FFB) Tél. : CONSTRUCTION MÉTALLIQUE Syndicat de la construction métallique de France (SCMF-FFB) Tél. : COUVERTURE - PLOMBERIE Union nationale des chambres syndicales de couverture et de plomberie de France (UNCP-FFB) Tél. : DÉMOLITION Syndicat national des entreprises de démolition (SNED-FFB) Tél. : ÉCHAFAUDAGE Syndicat français de l échafaudage, du coffrage et de l étaiement (FFB Échafaudage) - Tél. : ENDUITS DE FAÇADE Union nationale des entrepreneurs d enduits de façade (UNEEF-FFB) Tél. : ENTREPRISES GÉNÉRALES Entreprises générales de France-BTP (EGF.BTP) Tél. : ÉTANCHÉITÉ Chambre syndicale française de l étanchéité (CSFE-FFB) Tél. : FERMETURE ET PROTECTION SOLAIRE Syndicat national de la fermeture, de la protection solaire et des professions associées (FFB Fermeture et Store) Tél. : GÉNIE CLIMATIQUE Union des entreprises de génie climatique et énergétique de France (UECF-FFB) Tél. : GESTION DE L ÉNERGIE Syndicat national de l exploitation climatique et de la maintenance (SNEC) Tél. : INSTALLATION ÉLECTRIQUE Fédération française des entreprises de génie électrique et énergétique (FFIE-FFB) Tél. : ISOLATION Syndicat national de l isolation (SNI-FFB) - Tél. : JOINTS ET FAÇADES Syndicat français des joints et façades (SFJF-FFB) - Tél. : MAÇONNERIE - GROS ŒUVRE Union de la maçonnerie et du gros œuvre (UMGO-FFB) Tél. : MENUISERIE ALUMIN IUM Syndicat national de la construction des fenêtres, façades et activités associées (SNFA-FFB) Tél. : MÉTALLERIE Union des métalliers (FFB Métallerie) Tél. : MONTAGE LEVAGE Union du montage levage (FFB Montage Levage) Tél. : MULTISERVICE IMMOBILIER Syndicat professionnel des entreprises de multiservice immobilier et de facilities management (SYPEMI) - Tél. : FINITIONS Union professionnelle des métiers de la finition (UPMF-FFB) Tél. : PHOTOVOLTAÏQUE Groupement des métiers du photovoltaïque (GMPV-FFB) Tél. : PLÂTRE - ISOLATION Union des métiers du plâtre et de l isolation (UMPI-FFB) Tél. : PROTECTION INCENDIE Groupement des installateurs et mainteneurs de systèmes de sécurité incendie (GIMSSI-FFB) Tél. : RECYCLAGE Syndicat des recycleurs du BTP (SRBTP) - Tél. : SOLS INDUSTRIELS Union nationale des entrepreneurs de sols industriels (UNESI-FFB) Tél. : SOLS - RÉSINES Syndicat français des métiers de la résine (SFMR-FFB) - Tél. : THERMIQUE INDUSTRIELLE Syndicat national des entrepreneurs et constructeurs en thermique industrielle - fours et cheminées (SNECTI) - Tél. : TRAVAUX EN HAUTEUR Syndicat français des entrepreneurs de travaux en hauteur (SFETH) Tél. : VERRE - MIROITERIE Fédération française des professionnels du verre (FFPV-FFB) Tél. :

Formation. Logements BBC à ossature métallique

Formation. Logements BBC à ossature métallique Formation Logements BBC à ossature métallique Module 1 La RT2012 Comprendre les enjeux de la nouvelle réglementation thermique, identifier les principales exigences et acquérir des notions de thermique

Plus en détail

Plate-forme de formation des métiers du bâtiment SARLAT LA CANEDA 19 décembre 2012

Plate-forme de formation des métiers du bâtiment SARLAT LA CANEDA 19 décembre 2012 24330 Saint Laurent-sur-Manoire, Dordogne web : www.odetec.fr Plate-forme de formation des métiers du bâtiment SARLAT LA CANEDA 19 décembre 2012 Sources des illustrations : Réglementation thermique «Grenelle

Plus en détail

Construire un logement en respectant la RT2012

Construire un logement en respectant la RT2012 Construire un logement en respectant la RT2012 Mise à jour décembre 2012 Introduction La règlementation Thermique 2012 est entrée en vigueur en octobre 2011 pour les logements situés en zone ANRU. Elle

Plus en détail

Isolation et confort thermique

Isolation et confort thermique Réglementation / Isolation et confort thermique Isolation et confort thermique Réglementation Soigner l isolation thermique et hygrothermique d un bâtiment a un double effet : assurer un confort d utilisation

Plus en détail

Réponse Siniat : Pourquoi optimiser l étanchéité à l air d un bâtiment? A B C D E F G. Pour réduire les déperditions de chaleur

Réponse Siniat : Pourquoi optimiser l étanchéité à l air d un bâtiment? A B C D E F G. Pour réduire les déperditions de chaleur Pourquoi optimiser l étanchéité à l air d un bâtiment? Pour réduire les déperditions de chaleur Améliorer l efficacité énergétique Faire des économies d énergie Réduire les flux d air non maîtrisés Améliorer

Plus en détail

Performance Energétique du Bâtiment et RT2012

Performance Energétique du Bâtiment et RT2012 Performance Energétique du Bâtiment et RT2012 5 juin 2012 ORLEANS Opération réalisée avec le soutien financier de l Union Européenne, de l Etat et de la Région Centre : Programme La Règlementation Thermique

Plus en détail

La pierre massive : nouvelles exigences, nouveaux outils - 27 juin 2013. concevoir autrement! Nantes/ Paris 01 42 59 53 64 www.pouget-consultants.

La pierre massive : nouvelles exigences, nouveaux outils - 27 juin 2013. concevoir autrement! Nantes/ Paris 01 42 59 53 64 www.pouget-consultants. RT2012 concevoir autrement! Nantes/ Paris 01 42 59 53 64 www.pouget-consultants.fr Sommaire RT2012, informations essentielles «On vient d où?» Visualisation bilan énergétique, rappels RT RT 2012 «C est

Plus en détail

La Réglementation Thermique 2012. Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87

La Réglementation Thermique 2012. Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87 La Réglementation Thermique 2012 Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87 1 Introduction Depuis le 1 er janvier 2013, une nouvelle réglementation thermique s applique à

Plus en détail

Construire un logement en respectant la RT2012

Construire un logement en respectant la RT2012 Construire un logement en respectant la RT2012 Mise à jour août 2013 Fiche réalisée par l ALE de l agglomération lyonnaise - TD Introduction La règlementation Thermique 2012 s applique à tous les logements

Plus en détail

Devenir RGE. c est maintenant. les dossiers de BATI METIERS

Devenir RGE. c est maintenant. les dossiers de BATI METIERS les dossiers de BATI METIERS LA REVUE DES BÂTISSEURS MARS 2014 MAJ 07/14 À partir du 1 er septembre 2014, les entreprises Reconnu garant de l'environnement pourront faire bénéficier leurs clients d'aides

Plus en détail

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 APPLIQUABLE POUR LES PERMIS DE CONSTRUIRE DEPOSES A PARTIR DU 1 er JANVIER 2013. A compter du 1 er janvier 2013, seules les maisons répondant à la Réglementation Thermique

Plus en détail

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012...

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012... Sommaire Qu est-ce que la RT 2012... 3 Consommation énergétique... 4 Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8 Les avantages de la RT 2012... 9 En résumé... 10 En Résumé Qu est-ce que la RT 2012? Cette

Plus en détail

LA CONSOMMATION MAXIMALE D ENERGIE PRIMAIRE LE BESOIN BIOCLIMATIQUE

LA CONSOMMATION MAXIMALE D ENERGIE PRIMAIRE LE BESOIN BIOCLIMATIQUE LA CONSOMMATION MAXIMALE D ENERGIE PRIMAIRE Des équipements performants pour une consommation d énergie réduite Ventilation performante (naturelle, naturelle assistée, simple flux, double flux...) Energies

Plus en détail

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Tout coordonnateur SPS titulaire d une attestation de formation initiale. La réglementation : - les nouveaux

Plus en détail

Comprendre pour mieux choisir.

Comprendre pour mieux choisir. Comprendre pour mieux choisir. Qu est-ce qu une réglementation thermique? Quels sont les avantages de faire construire un appartement RT2012? Qu est-ce que la réglementation thermique française? De tous

Plus en détail

Un atout pour la RT 2012!

Un atout pour la RT 2012! LE COFFRE DE VOLET-ROULANT, Un atout pour la RT 2012! LES DIFFÉRENTS TYPES DE COFFRES LES CARACTÉRISTIQUES THERMIQUES DES COFFRES POURQUOI UN COFFRE EST INDISPENSABLE EN BBC? LES DIFFÉRENTS TYPES DE COFFRES

Plus en détail

Projet de Loi de finances 2013

Projet de Loi de finances 2013 Projet de Loi de finances 2013 Crédit d impôt développement durable article 200 quater applicable à l acquisition des matériaux d isolation thermique des parois vitrées, des volets isolants et des portes

Plus en détail

«Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation»

«Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation» Mercredi de l info du 22 février 2012 Conseil et Réseaux Bureau d études Bâtiment et Process «Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation» Vincent DUBAR Chef de projets

Plus en détail

Ascenseur à créer. Enduit ciment blanc. Bandeau béton. Enduit ciment blanc. Plaquette de terre-cuite identique à l existant. Enduit ciment blanc

Ascenseur à créer. Enduit ciment blanc. Bandeau béton. Enduit ciment blanc. Plaquette de terre-cuite identique à l existant. Enduit ciment blanc Bâtiment d une surface de 1030 m² créé dans l enceinte du lycée Jean ZAY. Ascenseur à créer Bandeau béton Elévation Façade Nord Bardage bois vertical Bardage cassette aluminium laqué RAL7016 Menuiseries

Plus en détail

Concours 2012 «Bâtiments basse consommation d énergie en Languedoc-Roussillon»

Concours 2012 «Bâtiments basse consommation d énergie en Languedoc-Roussillon» Concours 2012 «Bâtiments basse consommation d énergie en Languedoc-Roussillon» Céline VACHEY ADEME 1er décembre 2011 Quel bilan depuis 2007? 240 dossiers déposés 95 lauréats Tertiaire (36) Associations

Plus en détail

Une nouvelle étude démontre que le remplacement de fenêtres est au cœur de la rénovation énergétique

Une nouvelle étude démontre que le remplacement de fenêtres est au cœur de la rénovation énergétique Communiqué de presse octobre 2012 Une nouvelle étude démontre que le remplacement de fenêtres est au cœur de la rénovation énergétique Le cabinet conseil TBC Générateur d Innovations vient d achever l

Plus en détail

Un Objectif du Grenelle Environnement

Un Objectif du Grenelle Environnement Un saut énergétique Avec la RT2012, le Grenelle Environnement prévoit de diviser par 3 la consommation énergétique des bâtiments neufs d habitation et d usage tertiaire, soit : une consommation d énergie

Plus en détail

Les 2 Rencontres Nationales. 25 & 26 juin 2013

Les 2 Rencontres Nationales. 25 & 26 juin 2013 Les 2 Rencontres Nationales 25 & 26 juin 2013 Etanchéité à l air RT 2012 rappel Objectif de la RT 2012 Réduire les consommations d énergie et les émissions de gaz à effet de serre Cep < 50 kwh/m 2 /an

Plus en détail

Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020

Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 M. Delorme 1 Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 Marc Delorme Inter Forêt-Bois 42 FR-Saint Etienne 2 3 ème Forum

Plus en détail

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 Journée Adhérents AIDELEC 18/11/2011 Présentée par : Caroline Dreumont BE thermique EN&CO Jean-Luc Bonnot - BE Fluides RUBIN VARREON 1 Plan de présentation Le bâtiment

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LA RT 2012

PRÉSENTATION DE LA RT 2012 PRÉSENTATION DE LA RT 2012 La nouvelle réglementation thermique 2012 (dite «RT 2012») pose des objectifs ambitieux en matière d efficacité énergétique avec un maximum d énergie consommée fixé à 50 kwhep/(m².an)

Plus en détail

Les clés pour comprendre

Les clés pour comprendre Les clés pour comprendre La Réglementation Thermique 2012 (RT2012) a pour objectif, tout comme les précédentes réglementations thermiques de limiter les consommations énergétiques des bâtiments neufs qu

Plus en détail

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Etanchéité à l air dans la construction bois Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Pourquoi des bâtiments étanches à l air? Ne pas confondre : étanchéité à l air et confinement Une bonne étanchéité à l air

Plus en détail

Sensibilisation «Perméabilité à l air» Thierry MARTIN - Directeur Sud - NRJ-DIAGS

Sensibilisation «Perméabilité à l air» Thierry MARTIN - Directeur Sud - NRJ-DIAGS Sensibilisation «Perméabilité à l air» Thierry MARTIN - Directeur Sud - NRJ-DIAGS Qui sommes nous? Un spécialiste du diagnostic post construction Diagnostic Performance Energétique Obligatoire pour toutes

Plus en détail

La qualité globale et durable en construction et en rénovation

La qualité globale et durable en construction et en rénovation La qualité globale et durable en construction et en rénovation 18 octobre 2014 Journées de l éco-construction Pont à Mousson Certifications & Labels Panorama du paysage de la certification des différents

Plus en détail

Le BBC et son Label ZAC du Centre Ville Ilot Stalingrad Résidence Mosaïque Samedi 22 juin 2013 Le Label BBC - effinergie Pour les constructions neuves : c est concevoir et réaliser des bâtiments dont la

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires 22 octobre 2011 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 9 sur 170 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT

Plus en détail

ATTESTATION DE LA PRISE EN COMPTE DE LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE À L ACHEVEMENT DES TRAVAUX

ATTESTATION DE LA PRISE EN COMPTE DE LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE À L ACHEVEMENT DES TRAVAUX ATTESTATION DE LA PRISE EN COMPTE DE LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE À L ACHEVEMENT DES TRAVAUX Je soussigné(e) : Représentant(e) de la société Située à : Numéro Voie Lieu-dit Localité Code postal : ---- BP

Plus en détail

RT 2012 et Construction à Ossature Bois GIPEBLOR Nancy 19 novembre 2012

RT 2012 et Construction à Ossature Bois GIPEBLOR Nancy 19 novembre 2012 RT 2012 et Construction à Ossature Bois GIPEBLOR Nancy 19 novembre 2012 Institut technologique FCBA : Forêt, Cellulose, Bois - construction, Ameublement Cadre réglementaire Rappel : délai d application

Plus en détail

LA RT 2012. Marre. Énergie trop chère Isolons. nous! d avoir froid. nous!

LA RT 2012. Marre. Énergie trop chère Isolons. nous! d avoir froid. nous! Remboursez nous! Marre d avoir froid Énergie trop chère Isolons nous! Isoler plus pour dépenser moins LA RT 2012 OU COMMENT RÉDUIRE MES DÉPENSES ÉNERGÉTIQUES EN CONSTRUISANT MA MAISON DANS LE RESPECT DE

Plus en détail

Modalités de l éco-conditionnalité des aides régionales aux bâtiments

Modalités de l éco-conditionnalité des aides régionales aux bâtiments Modalités de l éco-conditionnalité des aides régionales aux bâtiments Ce dispositif s applique aux dossiers de demande d aide déposés auprès des services du Conseil régional. Les critères d éco-conditionnalité

Plus en détail

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building Bruxelles - 13 avril 2011 David JUIN Chef de projet réglementation thermique Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement

Plus en détail

RT2012. News. News. www.samse.fr. Ensemble pour la. Ensemble pour la. www.samse.fr. Avec SAMSE et ses partenaires

RT2012. News. News. www.samse.fr. Ensemble pour la. Ensemble pour la. www.samse.fr. Avec SAMSE et ses partenaires Vous devez fournir les attestations de PC et de fin de travaux Attestation au depôt de pc : 1 Votre extension doit respecter les exigences de la élément par élément Attestation fin de travaux : Cette attestation

Plus en détail

Essais d étanchéité à l air sur parois maçonnées enduites Influence du remplissage ou non des joints verticaux

Essais d étanchéité à l air sur parois maçonnées enduites Influence du remplissage ou non des joints verticaux Essais d étanchéité à l air sur parois maçonnées enduites Influence du remplissage ou non des joints verticaux 1 - Contexte et objectifs La règlementation thermique 2012 (RT 2012) [1] se met progressivement

Plus en détail

RT 2012 OBJECTIF : Evolution règlementaire pour le bâtiment : L impact du bâtiment en France

RT 2012 OBJECTIF : Evolution règlementaire pour le bâtiment : L impact du bâtiment en France RT 2012 OBJECTIF : La règlementation thermique RT 2012 a pour objectif de protéger l environnement en favorisant les économies d énergie. Inspirée du concept des bâtiments basse consommation (BBC), elle

Plus en détail

CONSTRUIRE SELON LA RT 2012. Les clés pour comprendre la réglementation

CONSTRUIRE SELON LA RT 2012. Les clés pour comprendre la réglementation CONSTRUIRE SELON LA RT 2012 Les clés pour comprendre la réglementation Le Contexte de la réglementation P ortée par les enjeux climatiques et par l engagement de réduire par 4 les émissions de gaz à effet

Plus en détail

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique Laboratoire national de métrologie et d essais Guide technique Comment choisir les pompes à chaleur pour atteindre les objectifs de la Réglementation Thermique 2012 1 rue Gaston Boissier 75724 Paris Cedex

Plus en détail

Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves

Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves B ÂTIMENTS Une maison en briques des années 1920 à Vanves avec un petit jardin. Un cadre idéal, si

Plus en détail

Exigences. Conséquences sur les solutions. Roland FAUCONNIER Direction des Affaires Techniques de la FFB

Exigences. Conséquences sur les solutions. Roland FAUCONNIER Direction des Affaires Techniques de la FFB Exigences Nouveautés par rapport à la RT2005 Conséquences sur les solutions Roland FAUCONNIER Direction des Affaires Techniques de la FFB Contexte réglementaire actuel articulation des réglementations

Plus en détail

Réglementation thermique 2012. 23/03/2011 Session de sensibilisation à la maîtrise de l'énergie - ADM 54 / LQE 1

Réglementation thermique 2012. 23/03/2011 Session de sensibilisation à la maîtrise de l'énergie - ADM 54 / LQE 1 Réglementation thermique 2012 23/03/2011 Session de sensibilisation à la maîtrise de l'énergie - ADM 54 / LQE 1 La règlementation thermique 2012 (RT2012) - Plan 1 RT2012 : Généralisation des principes

Plus en détail

Règlementation Thermique 2012

Règlementation Thermique 2012 Mme COSSET M. TREMELET M. OLAGNIER Règlementation Thermique 2012 Connaître ses limites pour mieux l appliquer RT 2012 : pour quels bâtiments? Application pratique difficile pour l instant! Cas des restructurations

Plus en détail

Votre assistant en. maîtrise de l énergie

Votre assistant en. maîtrise de l énergie Votre assistant en maîtrise de l énergie Pour nous contacter Siège Social : 40 rue du Général de Gaulle - 53800 Renazé 02 43 06 38 55 Agence Laval : Bd de la Communication 53950 Louverné 02 43 49 81 52

Plus en détail

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments OBJECTIF : PUBLIC CONCERNÉ : Acquérir les méthodes de management des opérations HQE Maîtrise d Ouvrage, Assistants au Maître d Ouvrage, Architectes

Plus en détail

Métallerie. Construction Durable

Métallerie. Construction Durable Métallerie & Construction Durable Les Métalliers s informent Les Métalliers se forment Les Métalliers s engagent Aujourd hui, les préoccupations de construction durable se font de plus en plus ressentir

Plus en détail

Diagnostic de Performance Énergétique sans mention

Diagnostic de Performance Énergétique sans mention Diagnostic de Performance Énergétique sans mention Formation Permettre l'accès à la certification et/ou la recertification du DPE sans mention pour réaliser des : DPE d'habitations individuelles et de

Plus en détail

DOSSIER THÉMATIQUE TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE :

DOSSIER THÉMATIQUE TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE : DOSSIER THÉMATIQUE Mars 2015 TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE : Quelles conséquences sur les consommations énergétiques et les caractéristiques bioclimatiques? Le renforcement

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

Les 5 à 7 de l éco-construction

Les 5 à 7 de l éco-construction Les 5 à 7 de l éco-construction Retrouvez les conférences sur www.ifb42.com La RT2012 Le confort d été Performances des menuiseries extérieures Humidité et transfert de vapeur d eau dans les parois Les

Plus en détail

Evolution de la réglementation thermique dans l ancien et dans le neuf, RT2012

Evolution de la réglementation thermique dans l ancien et dans le neuf, RT2012 Evolution de la réglementation thermique dans l ancien et dans le neuf, RT2012 Jacques FAUCHER Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement du Limousin 1 Sommaire 1. Le contexte

Plus en détail

Performance énergétique : nouveaux risques, nouvelles assurances

Performance énergétique : nouveaux risques, nouvelles assurances Dominique BAROUX, Direction des Marchés IARD à la SMABTP Vincent FIGARELLA, Directeur Construction AXA Entreprises Mardi 5 novembre 2013, BATIMAT 1 Performance énergétique RT 2012 Les bâtiments doivent

Plus en détail

Etanchéité à l air des Bâtiments à Basse Consommation

Etanchéité à l air des Bâtiments à Basse Consommation Etanchéité à l air des Bâtiments à Basse Consommation Heike Erhorn-Klutting, Hans Erhorn, Fraunhofer-Institut fur Bauphysik Hicham Lahmidi, Centre Scientifique et Technique du Bâtiment Traduit de l Anglais

Plus en détail

F O R M A T I O N S 2011-2 0 1 2 C O N S T R U C T I O N D U R A B L E

F O R M A T I O N S 2011-2 0 1 2 C O N S T R U C T I O N D U R A B L E F O R M A T I O N S 2011-2 0 1 2 C O N S T R U C T I O N D U R A B L E Charline Boyer 02 545 58 35 charline.boyer@confederationconstruction.be M O D U L E S G É N É R A U X I N I T I A T I O N S 1. E CO-

Plus en détail

La RT 2012. Sommaire. Cet article est rédigé à titre non exhaustif.

La RT 2012. Sommaire. Cet article est rédigé à titre non exhaustif. La RT 2012 Cet article est rédigé à titre non exhaustif. Si vous avez un projet particulier en PACA, et qu il est sur le point de se concrétiser, nous pouvons vous mettre en relation avec des bureaux d'études

Plus en détail

L essentiel de la RT 2012

L essentiel de la RT 2012 La newsletter des Experts Tertiaire Somfy N 5 I AVRIL 2012 édition spéciale L essentiel de la RT 2012 POLE SOLERE, Cité de l Environnement (69) Bâtiment BEPOS. Gestion des Brises Soleil Orientables et

Plus en détail

La Perméabilité à l air ou comment aller vers le BBC

La Perméabilité à l air ou comment aller vers le BBC La Perméabilité à l air ou comment aller vers le BBC 1 Le LABEL BBC «effinergie» en MI Passe par 2 obligations Choix constructif et technique Structure Isolation Ventilation Source de chauffage Production

Plus en détail

Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments. Introduction CAHORS. 21 janvier 2010 DDT 46

Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments. Introduction CAHORS. 21 janvier 2010 DDT 46 CAHORS 21 janvier 2010 DDT 46 Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments Introduction Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement

Plus en détail

DOSSIER D ETUDE THERMIQUE REGLEMENTAIRE RT 2005

DOSSIER D ETUDE THERMIQUE REGLEMENTAIRE RT 2005 DOSSIER D ETUDE THERMIQUE REGLEMENTAIRE RT 2005 Projet de maison individuelle de Monsieur et Madame LORRAIN située à MONTLAUR 31450 Descriptif général L étude suivante a pour objet de présenter les calculs

Plus en détail

Les règles de l isolation

Les règles de l isolation 3 Les règles de l isolation Étape 1 : assurer une excellente isolation thermique des parois vitrées et opaques. En plus de jouer un rôle de barrière contre les déperditions thermiques, l isolation des

Plus en détail

AXE 4 SOUTENIR LA TRANSITION VERS FICHE THEMATIQUE 4-5 : LOGEMENT SOCIAL UNE ECONOMIE A FAIBLES EMISSIONS EN CO2 DANS L ENSEMBLE DES SECTEURS

AXE 4 SOUTENIR LA TRANSITION VERS FICHE THEMATIQUE 4-5 : LOGEMENT SOCIAL UNE ECONOMIE A FAIBLES EMISSIONS EN CO2 DANS L ENSEMBLE DES SECTEURS AXE 4 SOUTENIR LA TRANSITION VERS UNE ECONOMIE A FAIBLES EMISSIONS EN CO2 DANS L ENSEMBLE DES SECTEURS FICHE THEMATIQUE 4-5 : LOGEMENT SOCIAL Version adoptée au CPR du 12/12/14 1 PRIORITE D INVESTISSEMENT

Plus en détail

Les réglementations thermiques dans les existants. Jacques Faucher - DREAL Limousin

Les réglementations thermiques dans les existants. Jacques Faucher - DREAL Limousin Les réglementations thermiques dans les existants Jacques Faucher - DREAL Limousin 1 RÉGLEMENTER SENSIBILISER INCITER RT existants : les grands principes À quel moment de la vie d un bâtiment? À l occasion

Plus en détail

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique Laboratoire national de métrologie et d essais Guide technique Comment choisir les équipements solaires thermiques pour atteindre les objectifs de la Réglementation Thermique 2012 1 rue Gaston Boissier

Plus en détail

RT BATIMENTS EXISTANTS. Labels et RGE. «Reconnu Grenelle Environnement»

RT BATIMENTS EXISTANTS. Labels et RGE. «Reconnu Grenelle Environnement» RT BATIMENTS EXISTANTS Labels et RGE «Reconnu Grenelle Environnement» RT BATIMENTS EXISTANTS RT Bâtiments existants S APPLIQUENT AUX BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS ET TERTIAIRES EXISTANTS À L OCCASION DE TRAVAUX

Plus en détail

Nous répondons au Label BBC - Effinergie

Nous répondons au Label BBC - Effinergie Nous répondons au Label BBC - Effinergie Pour pouvoir obtenir le Label BBC Effinergie, l exigence principale est de ne pas dépasser une valeur de consommation de : 50 kwh d énergie primaire par m² de Surface

Plus en détail

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3 Centres d'intérêt abordés Niveau d analyse Objectifs pédagogiques Connaissances Activités (3 H) Ressources matérielles Énergie Comportemental 1.2.3 Utilisation raisonnée des ressources Efficacité Réduction

Plus en détail

Mise en place d une énergie renouvelable obligatoire en maison(s) individuelle et groupées

Mise en place d une énergie renouvelable obligatoire en maison(s) individuelle et groupées Besoin bioclimatique inférieur au Bbio max Attestation à remettre au permis de construire Consommation d énergie primaire inférieure au Cep max Etude à finaliser avant le début de la construction Température

Plus en détail

Logements collectifs en Béton : Simplifiez-vous la construction durable. 19 mars 2012 1

Logements collectifs en Béton : Simplifiez-vous la construction durable. 19 mars 2012 1 Logements collectifs en Béton : Simplifiez-vous la construction durable. 19 mars 2012 1 RT2012 et logement collectif 19 mars 2012 2 Demain : la RT 2012! 19 mars 2012 3 1 Le respect du Bbio Β Bio max Β

Plus en détail

Améliorer les performances énergétiques du bâti ancien Techniques adaptées

Améliorer les performances énergétiques du bâti ancien Techniques adaptées Améliorer les performances énergétiques du bâti ancien Techniques adaptées Intervention du 25 Juin 2015 Dans le cadre des «soirées du Bâtiment» de l Action Construction Durable Couserans Laurelyne MEUNIER,

Plus en détail

Extrait du sommaire du Reef en ligne

Extrait du sommaire du Reef en ligne Extrait du sommaire du Reef en ligne Catalogue par ouvrage Maçonnerie gros œuvre Constructions métalliques Constructions en bois Atrerie - Fumisterie Façades et bardages Couvertures Etanchéité Menuiserie

Plus en détail

Maisons Individuelles THPE et BBC. Les solutions avec les produits manufacturés en béton.

Maisons Individuelles THPE et BBC. Les solutions avec les produits manufacturés en béton. Maisons Individuelles THPE et BBC Les solutions avec les produits manufacturés en béton. Principes des solutions étudiées dans le cadre de la Réglementation Thermique concernant les prestations courantes

Plus en détail

Institut de Formation à l ECO-construction Former pour démocratiser les techniques, les usages, les matériaux et les technologies liés à l

Institut de Formation à l ECO-construction Former pour démocratiser les techniques, les usages, les matériaux et les technologies liés à l Institut de Formation à l ECO-construction Former pour démocratiser les techniques, les usages, les matériaux et les technologies liés à l éco-construction ---------------------------- 50 modules de formation

Plus en détail

Fiche d Information - Étude Thermique

Fiche d Information - Étude Thermique Fiche d Information - Étude Thermique 7, Grande Rue 84370 BEDARRIDES Tél. : 04.90.22.85.30 Fax : 04.90.22.85.31 e-mail : new-tec@orange.fr Site : www.new-tec.fr Références constructeur ou code avantage

Plus en détail

RÉGLEMENTATION THERMIQUE DES BÂTIMENTS NEUFS RT 2005 L'ESSENTIEL. en 8 points

RÉGLEMENTATION THERMIQUE DES BÂTIMENTS NEUFS RT 2005 L'ESSENTIEL. en 8 points RÉGLEMENTATION THERMIQUE DES BÂTIMENTS NEUFS RT 2005 L'ESSENTIEL en 8 points La réglementation thermique RT 2005 s inscrit dans la continuité de la RT 2000 avec des performances requises en termes de consommation

Plus en détail

Construire avec la RT 2012: les conséquences juridiques ADIL 47

Construire avec la RT 2012: les conséquences juridiques ADIL 47 : les conséquences juridiques ADIL 47 1 Depuis le 1 er janvier 2013 tout permis de construire déposé doit respecter la règlementation thermique 2012. La RT 2012 a, notamment vocation, de permettre la réduction

Plus en détail

1 000 maisons bois économes en énergie. P. Barritault

1 000 maisons bois économes en énergie. P. Barritault 1 - La note de calcul RT 2005, un document pour l instruction 2 Le diagnostic de performance énergétique dans le neuf : Qui, Quoi, Comment? 3 Information sur la solution technique ST 2007-002 relative

Plus en détail

Extension nouvelle d un bâtiment existant. (extension)

Extension nouvelle d un bâtiment existant. (extension) Fiche d application : Extension nouvelle d un bâtiment existant (extension) Date Modification 8 juillet 2013 1 08 janvier 2015 Mise à jour suite à la parution des arrêtés du 11 décembre 2014 et du 19 décembre

Plus en détail

Présentation du concept

Présentation du concept Label THPE RT 2005 2 niveaux d isolation disponibles Maisons INOV en clos couvert avec garantie décennale Version B du 11 mail 2009 SOMMAIRE Présentation du concept... 3 Descriptif du clos couvert des

Plus en détail

Obligations et rôles des collectivités en terme d économies d énergie et d éco-construction

Obligations et rôles des collectivités en terme d économies d énergie et d éco-construction l'image est endommagée. Redémarrez l'ordinateur, puis ouvrez à nouveau le fichier. Si le x rouge est toujours affiché, vous devrez peut -être supprimer l'image avant de la réinsérer. Obligations et rôles

Plus en détail

Exigences Nouveautés par rapport à la RT2005 Conséquences sur les solutions Conséquences pour les entreprises

Exigences Nouveautés par rapport à la RT2005 Conséquences sur les solutions Conséquences pour les entreprises Exigences Nouveautés par rapport à la RT2005 Conséquences sur les solutions Conséquences pour les entreprises Roland FAUCONNIER Direction des Affaires Techniques de la FFB Contexte réglementaire actuel

Plus en détail

Retours d expériences: le suivi de bureaux. Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est

Retours d expériences: le suivi de bureaux. Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est Retours d expériences: le suivi de bureaux Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est Sommaire 2 L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Explication des consommations Analyse

Plus en détail

LA PLACE DU SOLAIRE DANS LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012. «Le solaire thermique : le champion de la RT 2012 dans le résidentiel individuel»

LA PLACE DU SOLAIRE DANS LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012. «Le solaire thermique : le champion de la RT 2012 dans le résidentiel individuel» ASSOCIATION PROFESSIONNELLE DE L ENERGIE SOLAIRE LA PLACE DU SOLAIRE DANS LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 «Le solaire thermique : le champion de la RT 2012 dans le résidentiel individuel» Contexte : La

Plus en détail

Cette maison avait pour but d être la moins énergivore possible et aller au-delà en devenant une maison à énergie positive.

Cette maison avait pour but d être la moins énergivore possible et aller au-delà en devenant une maison à énergie positive. Mardi 20 Novembre 2012 Démarche du projet Cette maison est un projet personnel, pour accueillir 4 personnes. Le choix du lieu d implantation a été important par rapport au lieu de travail afin de diminuer

Plus en détail

LA MAISON DE DEMAIN... C'EST POSSIBLE AUJOURD'HUI. Et pour moins de 1050 LE m2...

LA MAISON DE DEMAIN... C'EST POSSIBLE AUJOURD'HUI. Et pour moins de 1050 LE m2... LA MAISON DE DEMAIN... C'EST POSSIBLE AUJOURD'HUI. Et pour moins de 1050 LE m2... Fervent défenseur de l accession à la propriété depuis plus de 25 ans, avec à son actif plus de 20 000 maisons réalisées

Plus en détail

Cours SIA 380/1, édition 2009

Cours SIA 380/1, édition 2009 Cours SIA 380/1, édition 2009 HES-SO Valais Pierre-André Seppey Novembre 2009 Aujourd hui Il y a quelques années La norme SIA 380/1, édition 2009 Les 6 chapitres de la norme: 0 Domaine d application 1

Plus en détail

Rénovation d une maison individuelle en basse consommation d énergie

Rénovation d une maison individuelle en basse consommation d énergie Rénovation d une maison individuelle en basse consommation d énergie Fiche d opération Armapa -2011 cd2e- Page 1 Introduction L évolution du prix de l énergie encourage nos concitoyens à changer d exigences

Plus en détail

THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

THERMOGRAPHIE INFRAROUGE THERMOGRAPHIE INFRAROUGE RESIDENCE DU LAC JANVIER 2010 Adresse du site : Descriptif : Client : Votre contact : Résidence du Lac, allée du Clos Gagneur 93160 Noisy-le-Grand Copropriété de 304 lots Le conseil

Plus en détail

Démarche passive - Illot bossuet. Principaux indicateurs de performance

Démarche passive - Illot bossuet. Principaux indicateurs de performance 1 Contexte et objectif Maitre d ouvrage : Résidences de l Orléanais Architecte : GA Architecture AMO passif : FIABITAT Concept > 5 maisons passives mitoyennes, 3 T4 + 2 T5 508 m² shab > Réalisation Orléans

Plus en détail

SYNTHESE ETUDE THERMIQUE RT 2012

SYNTHESE ETUDE THERMIQUE RT 2012 SYNTHESE ETUDE THERMIQUE RT 2012 MAITRE D OUVRAGE CHB - COOP HABITAT BOURGOGNE 69 Avenue Boucicaut 71100 CHALON SUR SAÔNE Tél : 03 85 46 16 63 - Fax : 03 85 46 55 32 ARCHITECTE NAOS ATELIER D ARCHITECTURE

Plus en détail

RT2012. La Réglementation Thermique 2012 L essentiel au quotidien CREATE AND PROTECT

RT2012. La Réglementation Thermique 2012 L essentiel au quotidien CREATE AND PROTECT RT2012 La Réglementation Thermique 2012 L essentiel au quotidien CREATE AND PROTECT RT2012 1974 : premier choc pétrolier. La France prend conscience de la nécessité d économiser ses ressources énergétiques.

Plus en détail

LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE

LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE Didier ROSPIDE - Sandra RIPEAU 15/03/12 Présentation Bâtiments passifs CCI Plan de la conférence Présentation du concept Passif Le 1ère

Plus en détail

RT 2012 : quelles perspectives pour le chauffage à granulés de bois

RT 2012 : quelles perspectives pour le chauffage à granulés de bois : quelles perspectives pour le chauffage à granulés de bois Christophe Lavergne, magazine l installateur Daniel Goupil, ECS ingénierie Thomas Perrissin, ÖkoFEN Production/consommation de granulés en France

Plus en détail

Le Label. Les perspectives

Le Label. Les perspectives Le Label Les perspectives Un bilan sur le BBC-Effinergie En France 30/09/2012-92 550 logements certifiés 460 00 logements en demandes - 97 opérations tertiaires certifiées- 792 soit 5.6 M m² Shon en demandes

Plus en détail

Chauffez votre maison pour 14 par mois sans réchauffer le climat

Chauffez votre maison pour 14 par mois sans réchauffer le climat Maison Basse mmation Chauffez votre maison pour 14 par mois sans réchauffer le climat Constructeur responsable et engagé dans la préservation de l environnement, Maisons Ericlor s est depuis longtemps

Plus en détail

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012 338 memento 2013 RÉGLEMENTATION 5. thermique historique des réglementations... p..340 la rt 2012 Les nouveautés... p..341 Les indicateurs et exigences... p..341 Les dispositifs de contrôle... p..343 La

Plus en détail

Les performances minimales à respecter Conséquences sur les solutions Conséquences pour les professions. LIMOGES ESTER TECHNOPOLE LE 15 septembre 2011

Les performances minimales à respecter Conséquences sur les solutions Conséquences pour les professions. LIMOGES ESTER TECHNOPOLE LE 15 septembre 2011 Les performances minimales à respecter Conséquences sur les solutions Conséquences pour les professions Roland FAUCONNIER Direction des Affaires Techniques de la Fédération Française du Bâtiment LIMOGES

Plus en détail

FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION

FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION Réglementation RT 2012 : nouveaux mécanismes et principales différences par rapport à la RT 2005 Jean-Pierre BARDY Sous-directeur de la qualité et du développement durable

Plus en détail