Réduction des pertes en eau dans les réseaux de distribution

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Réduction des pertes en eau dans les réseaux de distribution"

Transcription

1 Article de fond Réduction des pertes en eau dans les réseaux de distribution Terminologie, méthodes et instruments Reduktion der Wasserverluste in Trinkwasserversorgungsnetzen Die Reduktion von Wasserverlusten in Verteilnetzen stellt insbesondere für Entwicklungsländer ein vorrangiges Ziel dar. Damit soll es gelingen, die Wasserressourcen zu schonen, die Netzleistung zu steigern, gute Leitungswasserqualität zu gewährleisten und gleichzeitig den Wasserpreis erschwinglich zu halten. In diesem Artikel wird französische Terminologie verwendet, welche in Übereinstimmung mit den Standards des Internationalen Wasserverbands (IWA) entwickelt wurde, und es wird ein Überblick der verschiedenen Instrumente zur Identifikation und Reduktion von Wasserverlusten gegeben, wie zum Beispiel die Erstellung einer Wasserbilanz, eine Auswahl von Leistungsindikatoren sowie die Kontrolle des Betriebsdrucks. Abschliessend folgt eine kurze Darstellung der Situation in der Schweiz hinsichtlich der Wasserverluste. Water Loss Reduction in Distribution Networks Water loss management is a key priority, especially in developing countries, in order to conserve water resources, improve network performance and ensure that the water distributed is of a high quality, while at the same time controlling water prices over the long term. This article introduces French terminology developed in accordance with the standards of the International Water Association (IWA) and gives a summary of the various components of water loss management, such as establishing a water balance, a selection of performance indicators and pressure management. It concludes with a brief description of Switzerland s water loss situation. Emmanuel Oertlé La gestion des pertes en eau est primordiale, spécialement pour les pays en développement, afin de préserver la ressource en eau, ainsi que pour renforcer la performance du réseau et garantir une bonne qualité de l eau distribuée, tout en maîtrisant durablement le prix de l eau. Cet article présente une terminologie francophone développée en accord avec les standards de l association internationale de l eau (IWA) ainsi qu un condensé des différentes composantes de la gestion des pertes en eau telles que l établissement d un bilan d eau, une sélection d indicateurs de performances ainsi que la gestion de la pression. Finalement, la situation en Suisse concernant les pertes en eau est brièvement décrite. 1 Introduction 1.1 Importance des pertes en eau La gestion durable et intégrée des ressources en eau est l un des défis majeurs pour l humanité. L eau douce est une ressource limitée, parfois même rare, et les rapides changements à l échelle globale tels que la croissance démographique, le développement économique, la migration et l urbanisation exercent de nouvelles pressions sur les ressources hydriques et les infrastructures d approvisionnement en eau potable [1]. gwa 9/

2 ARticle de Fond D après le rapport mondial des Nations Unies sur la mise en valeur des ressources en eau, la consommation domestique représente 10 à 20 % de l ensemble de l eau prélevée dans le monde [2]. Une grande quantité de cette consommation domestique est perdue par des fuites dans les réseaux de distribution (pertes réelles ou physiques) ainsi que par les volumes d eau distribués sans avoir été facturés, car non autorisés ou pas décomptés (pertes apparentes). A ces pertes s ajoute la consommation autorisée non-facturée (par ex. pour les purges des conduites principales ou pour la lutte contre les incendies). Ensembles, elles constituent la quantité de l eau non vendue dans un réseau de distribution. En se fondant sur une étude couvrant 40 compagnies des eaux dans le sud-est asiatique et selon la base de données IBNET (International Benchmarking Network for Water and Sanitation Utilities) sur les performances des compagnies des eaux couvrant 900 entreprises dans des pays en développement, la Banque Mondiale estime que les chiffres réels concernant le niveau global d eau non vendue dans les pays en développement se situent dans l ordre de 40 à 50 % de l eau produite [3, 4]. Le volume annuel d eau non vendue dans les pays en développement est estimé à environ 27 milliards de m³, représentant une perte financière d environ 6 milliards de dollars américains chaque année. Réduire de moitié la quantité des pertes réelles générerait suffisamment d eau pour approvisionner 90 millions de personnes supplémentaires dans les pays en développement. Afin de réduire les pertes en eau réelles, il existe des méthodes, des instruments et des technologies à disposition. Cependant, malgré les progrès accomplis dans le passé pour les stations de traitement, les compagnies des eaux ne connaissent souvent pas les méthodes modernes de gestion des réseaux de distribution. Il arrive souvent que la priorité soit donnée à augmenter la production d eau plutôt qu à la distribution aux utilisateurs et à leur demande. En effet, une distribution basée sur la demande requiert une bonne gestion des réseaux incluant un cadastre du réseau, des modèles hydrauliques, des diagrammes d écoulement, une sectorisation du réseau ainsi que divers scénarios basés sur la demande. Avec ces informations, les technologies et la conception du réseau peuvent être adaptées aux besoins des consommateurs. 1.2 Guide Afin de répondre aux besoins des professionnels du secteur et à un certain manque de connaissances, un partenariat pour le développement entre la coopération internationale allemande (Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit GmbH GIZ), l entreprise VAG-Armaturen, le Karlsruhe Institute of Technology (KIT) ainsi que la Haute Ecole Spécialisée de la Suisse du Nord-Ouest (FHNW) a été conclu afin d introduire, de promouvoir et de soutenir la gestion de la pression dans un certain nombre de pays en développement et émergents. Un des résultats de ce partenariat est la publication d un guide pour la réduction des pertes en eau dans les réseaux de distribution, reconnu au plan international, qui a été élaboré pour permettre le partage des connaissances [5]. Ce matériel permet de fournir aux autorités du secteur de l eau, aux compagnies des eaux et aux associations professionnelles toutes les informations nécessaires pour comprendre l origine, la nature et l impact des pertes en eau, élaborer et mettre en œuvre une stratégie personnalisée et choisir les méthodes et les instruments les plus efficients en ce qui concerne la réduction des pertes en eau, avec un accent sur la gestion de la pression. La structure globale du guide se compose des éléments suivants 1 : un résumé pour les décideurs ayant pour but de les sensibiliser sur l importance de la réduction des pertes en eau et de fournir quelques brèves informations en ce qui concerne la gestion de la pression et son potentiel pour la réduction des pertes réelles en eau; un manuel technique visant principalement les directeurs techniques, ingénieurs et techniciens travaillant pour les compagnies des eaux; du matériel supplémentaire conçu pour les techniciens et le personnel opérationnel. Afin d assurer l implémentation de ce guide, un ensemble de modules de formation assorti au guide a été élaboré comme instrument pour le renforcement des connaissances et du savoir-faire. C est dans le cadre de ces formations qu un forum pour la réduction des pertes en eau a été organisé fin février 2011 à Ouagadougou (Burkina Faso), regroupant plus de 45 interlocuteurs de neuf pays de l Afrique francophone, y compris le Président de l Association Africaine de l Eau (fig. 1). Ce forum comportait différentes composantes (information, dialogue, formations, visite d installations pilotes) et a fait preuve d un réel intérêt pour le développement d activités dans le domaine de la réduction des pertes en eau en Afrique sub-saharienne. D autres activités ont par conséquent été mises en oeuvre. 2 Terminologie francophone Durant la préparation du matériel de formation en français et durant les discussions entourant la traduction du guide, il est apparu qu il n existait pas de terminologie officielle francophone pour la réduction des pertes en eau. Dans le monde francophone, la gestion des pertes en eau est un cocktail de bonnes et de moins bonnes pratiques. La principale raison étant que les documents de référence, publiés par l association internationale de l eau (IWA), sont disponibles uniquement en langue anglaise. 1 Le guide complet est téléchargeable gratuitement sur le site internet du projet: 666 gwa 9/2011

3 Article de fond Il existe tout de même quelques dénominations rencontrées plus fréquemment que d autres par les professionnels du secteur: par exemple un bilan d eau (water balance en anglais) est parfois appelé «bilan hydraulique», «balance d eau», «bilan des volumes» ou encore «bilan hydrique». Ce fouillis de termes peut parfois poser des problèmes de compréhension par rapport au terme de référence anglophone proposé par l IWA. En effet, il arrive qu une dénomination déjà utilisée en français soit réutilisée pour traduire un terme anglophone. Par exemple le terme district metered areas (DMA) est parfois simplement traduit par «secteur» ou «îlot». Ces traductions ne mentionnent alors pas que ces secteurs sont mesurés, ce qui rend la traduction incomplète et pourrait porter à confusion par rapport à une traduction correcte telle que «secteur de distribution mesuré» (SDM). Ces deux exemples démontrent l importance d une harmonisation claire et précise de la terminologique relative aux pertes en eau. De plus, certains termes se réfèrent à des concepts clés et à divers indicateurs de performances reconnus. Par conséquent, une justesse des termes permet également un benchmarking pour des comparaisons internationales. Dans ce sens, l équipe du projet s est mise à la tâche de définir les termes les plus adéquats pour traduire la terminologie anglophone de l IWA. Il a parfois été préféré de créer un nouveau terme, plutôt que de réutiliser un terme déjà rencontré dans le monde francophone mais ne reflétant pas tout à fait le sens intrinsèque du terme de référence en anglais. Les termes principaux de cette terminologie proposée sont présentés dans le tableau 1. 3 Le bilan d eau partir de cette section, cet article décrit les premières étapes A pour comprendre son système et pour établir une stratégie de réduction des pertes en eau. Dans ces explications, la terminologie proposée est utilisée. Lors de l élaboration d une stratégie technique pour la réduction des pertes en eau, le niveau des pertes doit être évalué, des objectifs précis en matière de réduction des pertes doivent être formulés et les mesures nécessaires les plus appropriées doivent être rédigées dans un plan d action. Le fait d effectuer un bilan d eau à intervalles réguliers fournit la base d évaluation des pertes en eau. Un bilan d eau doit combiner à la fois des études documentaires et des données de recherche sur le terrain. Dans le passé, une large variété de formulations et de définitions a été utilisée pour de tels calculs. L IWA a créé un détachement spécial sur les indicateurs de performance et les pertes en eau afin d établir des normes de comparaison dans le monde entier. Une meilleure ap- Fig. 1 Participants et organisateurs du forum de février 2011 pour la réduction des pertes en eau à Ouagadougou, Burkina Faso. proche de pratique internationale relative aux bilans d eau a été publiée en 2000 [6]. Un nombre croissant de pays et de services publics de distribution d eau partout dans le monde a depuis lors reconnu et adopté ce bilan d eau. Les composantes du bilan d eau standardisé sont illustrées dans le tableau 2. Celles-ci devraient toujours être calculées et exprimées en volume (habituellement en m³) sur une période donnée (d habitude par an). Dans une deuxième étape, elles peuvent être converties en indicateurs de performance. Les éléments du bilan d eau sont définis comme suit: Volume introduit: l apport d eau mesuré dans une partie donnée du réseau. Dans les réseaux caractérisés par des exportations substantielles d eau, il est important de déterminer le volume d eau fourni (le volume entrant dans le réseau déduction faite de l eau facturée exportée [6]). Consommation autorisée: le volume d eau mesurée et/ou non mesuré touché par les clients inscrits, le service public de distribution d eau ainsi que d autres structures habilitées. Il inclut la consommation autorisée facturée (comme la consommation facturée mesurée, la consommation facturée non mesurée et l eau facturée exportée) et la consommation autorisée non facturée (comme la consommation non facturée mesurée et la consommation non facturée non mesurée). Cette partie du bilan d eau comprend aussi les fuites et les pertes observées situées en aval du compteur client aussi bien que les propres exigences du service public de distribution d eau, par ex. pour les purges des tuyaux ou le lavage des filtres. gwa 9/

4 ARticle de Fond Anglais - français Français - anglais Active leak detection Détection active des fuites Analyse des dégâts Failure analysis Active leakage control Contrôle actif des fuites Base de données des dégâts Failure data base Area monitor (AM) Monitoring de zone (MZ) Bilan d eau Water balance Automatic meter reading (AMR) Relevé automatique des compteurs (RAC) Branchement House connection / service connection Average zone point (AZP) Point moyen du secteur (PMS) Cadastre Land base Background leakage Fuites diffuses Cadastre du réseau Network register Bulk meter Débitmètre principal Compagnie des eaux Water utility Condition-oriented maintenance Maintenance selon l état de l infrastructure Compteur ou compteur d eau Water meter Current annual real losses (CARL) Pertes réelles annuelles actuelles (PRAA) Conduite d adduction Transmission main / pipe Customer information system (CIS) Système d information des clients (SIC) Contrôle actif des fuites Active leakage control Diaphragm valve Vanne à membrane ou à diaphragme Débit nocturne minimum (DNM) Minimum night flow (MNF) Digital elevation model (DEM) Modèle numérique de terrain (MNT) Débitmètre Flow meter Distribution network Réseau de distribution Débitmètre principal Bulk meter District metered area (DMA) Secteur de distribution mesuré (SDM) Détection active des fuites Active leak detection Economic level of leakage (ELL) Niveau économique des fuites (NEF) Eau non vendue (ENV) Non-revenue water (NRW) Event-driven maintenance Maintenance par incident Eau vendue Revenue water Failure analysis Analyse des dégâts Facteur diurne / nocturne (FDN) Night to day factor (NDF) Failure data base Base de données des dégâts Fuites Leakage Flow meter Débitmètre Fuites diffuses Background leakage Geographic information system (GIS) Système d information géographique (SIG) Fuites non reportées Unreported leakage House connection / service connection Branchement Fuites reportées Reported leakage Hydraulic network model Modèle hydraulique Gestion de la pression Pressure management Individual household monitor (IHM) Monitoring individuel des ménages (MIM) Gestion des infrastructures Infrastructure management Infrastructure leakage index (ILI) Indice structurel de fuites (ISF) Indicateur de performance (IP) Performance indicator (PI) Infrastructure management Gestion des infrastructures Indice de gestion de la pression (IGP) Pressure management index (PMI) International Water Association (IWA) L Association Internationale de l Eau (IWA) Indice de gestion de la pression cible (IGPC) TPMI Interval-oriented maintenance Maintenance périodique Indice structurel de fuites (ISF) Infrastructure leakage index (ILI) Land base Cadastre Indice structurel de fuites cible (ISFC) TILI Leakage Fuites L Association Internationale de l Eau (IWA) International Water Association (IWA) Minimum night flow (MNF) Débit nocturne minimum (DNM) Maintenance par incident Event-driven maintenance Network register Cadastre du réseau Maintenance périodique Interval-oriented maintenance Night to day factor (NDF) Facteur diurne / nocturne (FDN) Maintenance selon l état de l infrastructure Condition-oriented maintenance Non-revenue water (NRW) Eau non vendue (ENV) Modèle hydraulique Hydraulic network model Performance indicator (PI) Indicateur de performance (IP) Modèle numérique de terrain (MNT) Digital elevation model (DEM) Plunger valve Vanne annulaire ou à piston Monitoring de zone (MZ) Area monitor (AM) Pressure management Gestion de la pression Monitoring individuel des ménages (MIM) Individual household monitor (IHM) Pressure management area (PMA) Secteur de gestion de la pression (SGP) Niveau économique des fuites (NEF) Economic level of leakage (ELL) Pressure management index (PMI) Indice de gestion de la pression (IGP) Pertes en eau Water loss Pressure reducing valve (PRV) Vanne de régulation de pression (VRP) Pertes réelles annuelles actuelles (PRAA) Current annual real losses (CARL) Reported leakage Fuites reportées Pertes réelles annuelles actuelles cibles (PRAAC) Revenue water TARL Eau vendue Pertes réelles annuelles actuelles cibles (PRAAC) Pertes réelles annuelles inévitables (PRAI) TARL Unavoidable annual real losses (UARL) TILI Indice structurel de fuites cible (ISFC) Point moyen du secteur (PMS) Average zone point (AZP) TPMI Indice de gestion de la pression cible (IGPC) Réduction des pertes en eau (RPE) Water loss reduction (WLR) Transmission main / pipe Conduite d adduction Relevé automatique des compteurs (RAC) Automatic meter reading (AMR) Unavoidable annual real losses (UARL) Pertes réelles annuelles inévitables (PRAI) Réseau de distribution Distribution network Secteur de distribution mesuré (SDM) District metered area (DMA) Unreported leakage Fuites non reportées Secteur de gestion de la pression (SGP) Pressure management area (PMA) Water balance Bilan d eau Système de distribution d eau Water distribution system Water distribution system Système de distribution d eau Système d information des clients (SIC) Customer information system (CIS) Water loss Pertes en eau Système d information géographique (SIG) Geographic information system (GIS) Water loss reduction (WLR) Réduction des pertes en eau (RPE) Vanne à membrane ou à diaphragme Diaphragm valve Water meter Compteur ou compteur d eau Vanne annulaire ou à piston Plunger valve Water utility Compagnie des eaux Vanne de régulation de pression (VRP) Pressure reducing valve (PRV) Tab. 1 Terminologie proposée, glossaire anglais-français. 668 gwa 9/2011

5 Article de fond Eau vendue (correspondant à la consommation autorisée facturée): le volume d eau effectivement fourni et facturé au client et qui génère des recettes pour le service public de distribution d eau. Eau non vendue (ENV): le volume qui reste non facturé et ne produit donc pas de recettes pour le service public de distribution d eau. Il peut être exprimé comme la différence entre le volume entrant dans le réseau de distribution et le volume de consommation autorisée facturé ou comme la somme de consommation autorisée non facturée et des pertes en eau. Pertes en eau: le volume d eau perdue peut être exprimé comme étant la différence entre le volume entrant dans le réseau et la consommation autorisée et est composé de pertes apparentes et réelles. Les pertes apparentes peuvent être subdivisées en consommation non autorisée, imprécisions du compteur client et erreurs de manipulation des données. Les pertes réelles sont composées de fuites provenant des conduites d adduction et de distribution, des branchements au compteur client et des pertes liées aux réservoirs de stockage. Le gaspillage n est pas considéré comme faisant partie des composantes de pertes en eau dans le bilan d eau de l IWA parce que ce phénomène intervient après le compteur chez le client. Néanmoins le gaspillage peut représenter une part significative de la consommation mesurée ou non-mesurée. Un bilan d eau se fait sur la base d un certain nombre de mesures et estimations afin de déterminer les pertes apparentes et réelles d un système d approvisionnement en eau. Dans ce procédé, des erreurs lors de la détermination des données peuvent parfois conduire à une stratégie inadéquate contre les pertes en eau. De ce fait, il est nécessaire de vérifier de façon critique les résultats du bilan d eau. L utilisation des limites de confiance de 95 % a été établie comme une procédure permettant de quantifier le degré d incertitude de composants individuels du bilan d eau. Ces intervalles de confiance à 95 % proviennent à l origine de l incertitude liée au calcul et sont basées sur des distributions normales, qui partagent toutes les mêmes propriétés: 95 % des observations se situent dans la fourchette de ± 1,96 d écarttype (σ) autour de la valeur moyenne [7]. Dans la pratique, l usage d intervalles de confiance à 95 % signifie que les calculs basés sur des données approximatives ont des in- tervalles de confiance plus grands que les calculs faits avec des données plus fiables [8]. 4 Indicateurs de performance établissement d un bilan d eau L standardisé permet à une compagnie des eaux d avoir des chiffres fiables sur la quantité des pertes réelles et apparentes dans son système de distribution. Différents indicateurs de performance peuvent ensuite être calculés et analysés pour déterminer si ces pertes sont comparativement élevées ou basses ainsi que pour mesurer le progrès et les effets de mesures misent en place pour contrer les pertes en eau [9]. Cette section offre une introduction succincte sur les principaux indicateurs de performance en matière de pertes en eau. Ces indicateurs sont typiquement divisés en indicateurs de performance financiers et techniques. Six indicateurs de performances clés sont présentés dans le tableau 3. Une lecture du manuel de bonnes pratiques de Consommation autorisée facturée Q AF Eau facturée exportée (distribution en gros) Consommation facturée mesurée Eau vendue Consommation autorisée Q A Consommation facturée non mesurée Volume introduit Q I Consommation autorisée non facturée Q ANF Consommation non facturée mesurée Consommation non facturée non mesurée Consommation non autorisée Pertes apparentes Q PA Sous-comptage des compteurs et erreurs de manipulation des données Eau non vendue Pertes en eau Q P Fuites sur les conduites d adduction de de distribution Pertes réelles Q PR Fuite et débordements dans les réservoirs d eau Fuites sur les branchements jusqu au point de comptage Tab. 2 Terminologie standard du bilan d eau selon l IWA [6]. gwa 9/

6 ARticle de Fond C est un fait largement accepté qu un pourcentage du taux d eau perdue, calculé à partir des pertes réelles en eau annuelles (Q PR ) divisé par le volume introduit dans le système (Q I ), n est pas un indicateur de performance convenable parce qu il ne considère pas la longueur du réseau de distribution d eau, le nombre de branchements et la pression du système. Il est donc recommandé d indiquer les pertes en eau spécifiques proportionnellement à la longueur du réseau (Q PS ; Tab. 3, Eq. 2; [11]). Une expérience internationale montre que la plus grande proportion des pertes en eau se produit au niveau des branchel IWA sur les indicateurs de performance pour les services d approvisionnement en eau [10] couvrant tout le spectre de l approvisionnement en eau offrira des informations plus détaillées. 4.1 Indicateur de performance financier Pour les pertes annuelles Un indicateur de performance financier simple devrait être calculé pour chaque composante des trois principaux constituants de l eau non vendue (v. Tab. 3, Eq. 1). Le ratio entre les composantes des pertes annuelles P A et le coût annuel de fonctionnement du réseau d approvisionnement d eau offre une bonne vue d ensemble de l étendue des pertes en eau [6]. 1 Pertes annuelles, P A [EUR] 2 Pertes en eau spécifiques, Q PS [m³/km/j] 3 Pertes en eau par branchement et par jour, Q PBJ [m³/branchement/j] 4 Pertes réelles annuelles actuelles, PRAA [l/jour r.s.p.] 5 Pertes réelles annuelles inévitables, PRAI [l/jour r.s.p.] 6 Indice structurel de fuite, ISF [-] 4.2 Indicateurs de performance technique Pertes en eau spécifiques Tab. 3 Les principaux indicateurs de performance (IP) de la réduction des pertes en eau. Paramètres: C P [EUR/m³] coût de production N jrsp [-] nombre de jours où le réseau est sous pression (r.s.p.) C PV [EUR/m³] Prix de vente P M [m] Pression moyenne d exploitation P A = (Q ANF + Q PA ) C PV + Q PR C P Q PS = Q PBJ = Q PR, an L R 365 Q PR, an N B 365 PRAA = Q PR, an 103 N jrsp PRAI = (18 L R N B + 25 L P ) P M L P [km] longueur des branchements privés au-delà de la limite de propriété Q ANF [m³] Volume de la consommation autorisée non facturée L R [km] longueur du réseau (sans les conduites des branchements) Q PA [m³] Pertes apparentes N B [-] nombre de branchements Q PR [m³] Pertes réelles N B [-] nombre des branchements Q PR, an [m³/an] Pertes réelles annuelles ISF = PRAA PRAI ments. Ainsi, les pertes en eau peuvent également être calculées proportionnellement au nombre de branchements (Q PBJ ; Tab. 3, Eq. 3). Ces deux indicateurs de performance sont seulement comparables entre des systèmes d approvisionnement d eau de taille et de structure similaires. Pertes réelles annuelles actuelles Le groupe spécialiste pour les pertes en eau de l IWA a développé l équation relative aux pertes réelles annuelles actuelles (PRAA; Tab. 3, Eq. 4), qui a été adoptée par plusieurs associations techniques nationales et des compagnies des eaux à travers le monde au cours des dix années passées. Pertes réelles annuelles inévitables Les pertes réelles existent dans tout grand réseau de distribution d eau et ne peuvent jamais être complètement éliminées (techniquement). Il y aura toujours un certain minimum de pertes réelles, même dans les sections d un réseau nouvellement mises en service [7]. Cette quantité est considérée comme les pertes réelles annuelles inévitables (PRAI; Eq. 5) qui représentent le volume des pertes réelles qui pourrait être atteint à la pression d exploitation actuelle s il n y avait pas de limitations financières ou économiques. Le PRAI repose sur des facteurs liés à la longueur des conduites, au nombre des branchements et l emplacement des compteurs des clients, et est valable pour la pression moyenne d exploitation. Le taux des fuites diffuses, reportées et non reportées à la pression moyenne est calculé pour chaque composante (les conduites, branchements et conduites du service). Cette équation fut développée en 1999 par Allan Lambert sur la base des ensembles de données internationales et a été validée en comparant ses résultats et ceux du test effectué sur un grand nombre de systèmes d approvisionnement en eau bien gérés dans divers pays [9]. Index structurel de fuites L index structurel de fuites (ISF) est un indicateur de performance adimensionnel permettant d apprécier si une compagnie des eaux met bien en œuvre sa stratégie de gestion des fuites ainsi que la gestion structurelle. L ISF, qui est le ratio entre le PRAA et le PRAI représente aussi le potentiel de réduction des pertes réelles en eau. La Banque Mondiale a adopté l ISF comme mesure pour l évaluation 670 gwa 9/2011

7 Article de fond mesure de contrôle des pertes en eau mise en œuvre ne sont pas connus d avance. En outre, la fonction des coûts de l eau ne peut généralement pas être décrite de façon linéaire parce que la main d œuvre et le capital ne montrent pas une augmentation linéaire avec le niveau des fuites. De plus, on peut faire une distinction entre un nide la performance et de l importance des fuites. Quatre catégories de performance technique ont été introduites pour l ISF ainsi que des suggestions pour son interprétation, comme présenté dans le tableau 4. Théoriquement, la combinaison de toutes les actions de gestion des fuites permet de réduire le PRAA au niveau du PRAI, qui est le volume le plus bas techniquement réalisable des pertes réelles avec la pression actuelle exploitée. Il est cependant important de garder à l esprit que l ISF est un indicateur de performance purement technique qui ne prend pas en compte les considérations économiques. Par conséquent, un ISF de 1,0 (PRAA = PRAI) ne sera pas profitable d un point de vue économique si le coût marginal de l eau est très bas [12]. 5 Le niveau économique des fuites En fonction de la situation locale d un service des eaux, des mesures pour la réduction des pertes en eau peuvent s avérer profitable ou non. Le concept du niveau économique des fuites (NEF) décrit l équilibre entre les coûts du contrôle des fuites et leurs bénéfices [13]. La figure 2 illustre de quelle manière les coûts liés à l eau perdue et au contrôle actif de fuite varie en fonction du niveau de perte réelle. Le niveau économique des fuites se produit au point le plus bas dans la courbe du coût total (point B de la fig. 2, [9]). Dans la pratique, déterminer le niveau économique des fuites est un processus plutôt complexe et itératif puisque les effets de chaque Catégorie ISF Pays industrialisés ISF Pays en développement Un ensemble de méthodes d intervention convenables doit être sélec- Suggestions d interprétation A Compagnies des eaux ayant de bonnes conditions infrastructurelles. Un programme de réduction des fuites est probablement en place. Des réductions supplémentaires des pertes peuvent ne pas être économiques, hormis en cas de manque d eau; une analyse détaillée est nécessaire pour en identifier l intérêt économique réel. B Un potentiel d amélioration existe. La gestion de la pression, de bonnes pratiques de contrôle actif des fuites et une meilleure maintenance du réseau devraient être considérées. C Fuites importantes; situation acceptable seulement en cas d abondance de la ressource à coût réduit; l analyse du niveau et du type de fuites et l intensification des efforts pour leur réduction restent nécessaires. D >8 >16 Inefficacité flagrante dans l utilisation des ressources. Les compagnies des eaux ont des problèmes avec leurs infrastructures soit pauvres ou vieillissantes ou ont des politiques de contrôle des fuites relativement souples. Un programme de réduction des fuites est absolument nécessaire. Tab. 4 Catégories de la Banque Mondiale basées sur l indice structurel de fuite ISF. Fig. 2 Détermination du niveau économique des fuites (NEF) selon [9]. veau économique de fuites de courte durée et un niveau de longue durée. Le niveau économique des fuites de courte durée considère seulement les facteurs liés aux coûts d exploitation et peut de ce fait être déterminé en comparant le coût et les bénéfices des mesures additionnelles de contrôle des fuites d eau et le coût marginal des pertes en eau, par exemple le contrôle actif des fuites et de la qualité et la rapidité des réparations [14]. D autres activités de contrôle des fuites impliqueront des dépenses d investissement sur les infrastructures. Un niveau économique des fuites de longue durée doit être déterminé dans ce cas, qui évalue la décision d investissement dans une évaluation durant tout le cycle de vie, par exemple pour une gestion de la pression ou une réhabilitation de réseau [15]. 6 Réduction des pertes en eau réelles 6.1 méthodes et instruments gwa 9/

8 ARticle de Fond Fig. 3 Les quatre principales méthodes d intervention pour combattre les pertes d eau [16]. rer les pressions du système de distribution à un niveau de service optimal tout en garantissant un service efficace et suffisant pour les utilisations légitimes» [17]. La figure 4 présente une vue simplifiée des pressions dans un réseau de distribution avec et sans gestion de la pression. D une part, la gestion de la pression contribue à la réduction des pertes réelles en eau en diminuant les fuitionné en fonction des différentes composantes des pertes en eau. La combinaison adéquate de méthodes d intervention dépend des caractéristiques du système en question et du rapport coûts / bénéfices de chaque méthode qui est spécifique à chaque compagnie des eaux en fonction des objectifs et du taux de fuite toléré ou à atteindre. La figure 3 montre les principales méthodes d intervention de gestion des pertes réelles et apparentes, à savoir le contrôle actif des fuites, la rapidité et la qualité des réparations, la gestion de la pression et la gestion des infrastructures. Chaque compagnie des eaux doit décider si une seule méthode ou une combinaison de plusieurs méthodes offrira la meilleure relation coût / efficacité de réduction des pertes en eau [19]. Cet article ne développe pas chacune de ces méthodes d intervention. Seule la gestion de la pression est présentée ci-après. tes diffuses, reportées et non reportées. D autre part, en réduisant les pressions excessives ou non nécessaires et en éliminant les fortes fluctuations de pressions, il s ensuit une diminution des ruptures de conduites dans le réseau de distribution augmentant ainsi la durée de vie des installations. S il existe différents types de systèmes d exploitation de gestion de la pression, les étapes et les installations fondamentales sont toujours similaires: tout d abord, un secteur de gestion de la pression (SGP) approprié doit être sélectionné et séparé des zones environnantes en fermant les vannes voisines. Une vanne de régulation de la pression (VRP), un capteur de pression et un débitmètre doivent être installés au point d entrée dans un secteur de gestion de la pression. Dans les systèmes avancés de gestion de la pression, un automate programmable industriel (API) enregistre, traite et archive les données du capteur mesurées, nécessaires pour le contrôle de la VRP. Le point critique d un réseau marque l emplacement de la plus basse pression dans un secteur. Si l on parvient à assurer une pression optimale et minimum de service à ce point critique, la pression sera suffisante à tous les autres endroits dans le secteur. L existence d une surpression au niveau du point critique implique que la gestion de la pression pourrait réduire des pertes en eau évitables. Il existe une multitude de solutions pour la gestion de la pression dans un réseau. Si par exemple le secteur de distribution mesuré présente une pompe à l entrée, celle-ci peut être remplacée par une pompe à vitesse variable. Celle-ci fonctionne de la même manière qu avec une VRP et la pression au point criti- 6.2 La gestion de la pression La gestion de la pression peut être définie comme la «pratique de gé- Fig. 4 Vue simplifiée des pressions dans un réseau de distribution. 672 gwa 9/2011

9 Article de fond que communiquant avec le réglage de la vitesse de la pompe d entrée ou avec l ouverture de la VRP permet d avoir une pression optimale dans tout le secteur 2. 7 La situation en Suisse après les statistiques de la Société Suisse de l Industrie du Gaz et des Eaux D (SSIGE) [18], les distributeurs d eau suisses ont produit 967 millions de mètres cubes d eau potable en 2009, ce qui équivaut à un cube d eau avec une arête de 1 km. Cette statistique nationale, basée sur des estimations, présente des «pertes» de 13.1 % de l eau produite avec environ 7200 ruptures de conduites en Si l on considère un prix de vente helvétique moyen de CHF 1.60 par mètre cube [18], ces pertes représentent 1.5 milliards de francs en Il faut bien évidemment prendre en compte le fait que ce chiffre comprend les pertes réelles annuelles inévitables (PRAI) et que par conséquent, seule une partie est potentiellement recouvrable. De plus, comme indiqué précédemment, les pertes exprimées en pourcentage ne sont pas un indicateur optimal et il faut considérer ce chiffre avec précaution. Il faut également noter qu il n est qu une moyenne Suisse et ne relate pas les situations individuelles de chaque service des eaux. Ce chiffre de 13.1 % étant faible en comparaison internationale démontre tout de même que la Suisse possède un réseau de distribution en très bon état. Même si certains réseaux sont parfois anciens, les compagnies des eaux effectuent des travaux de maintenance et de gestion efficaces. Dans ce sens, une étude de 2010 sur le benchmarking des distributeurs d eau [19] indique que «la minimisation des pertes en eau joue un rôle important chez beaucoup de distributeurs d eau». Cette étude qui a analysé 27 distributeurs présente entre autres leurs taux de fuites d eau spécifiques rapportées aux longueurs des conduites (pertes en eau spécifiques). Elle montre aussi que ces pertes spécifiques varient d un rapport de 1 à 17 entre le distributeur présentant le taux de fuite le plus bas et celui présentant le taux le plus important. En 2 Il existe différents fournisseurs de technologie pour la gestion de la pression, comme par exemple VAG, MIYA, I2O, ou encore CLA-VAL qui propose un système de vanne à diaphragme équipée d une turbine montée en by-pass permettant de produire l électricité suffisante pour alimenter quelques composants électriques pour le pilotage de la vanne, ainsi que pour la transmission, la mesure ou l enregistrement de données. outre, des entretiens téléphoniques menés avec quelques services des eaux ont également montré que les pertes peuvent fortement varier d un endroit à un autre. Ainsi, certains services des eaux signalent des pertes réelles supérieures à 30 %, alors que d autres indiquent des pertes réelles inférieures à 8%. Il y a donc en Suisse une situation très hétérogène selon les distributeurs et les régions. Ces variations flagrantes ont plusieurs explications. Tout d abord, la structure décentralisée avec plus de 3000 distributeurs d eaux en Suisse contribue certainement à ces différences. Il faut aussi noter que les données sont souvent basées sur des estimations et les méthodes pour arriver aux chiffres présentant les pertes en eau peuvent varier selon les services des eaux. De plus, chaque situation et distributeur est unique de par ses infrastructures, leur vétusté, les divers types et les différentes tailles des réseaux ainsi que les niveaux de pression dans les conduites. La SSIGE a publié en 2004 la directive W4 «pour l étude, la construction, l exploitation et l entretien des réseaux d eau potable à l extérieur des bâtiments». Elle est actuellement en cours de révision. La partie concernant les pertes en eau se base sur les standards de l IWA. Cette directive SSIGE «pour l étude, la construction, l exploitation et l entretien des réseaux d eau potable à l extérieur des bâtiments» (W4) est la transposition helvétique de la norme européenne EN 805 «Alimentation en eau Exigences pour les réseaux extérieurs aux bâtiments et leurs composants». La directive SSIGE W4 reprend intégralement le contenu de la norme européenne en précisant certains points et en y ajoutant des directives spécifiques à la Suisse [20]. 8 Conclusions Une harmonisation de la terminologique relative aux pertes en eau claire et précise est primordiale pour une compréhension univoque des pertes en eau à travers le monde, notamment francophone. Une justesse des termes et de méthodes utilisées permet ainsi des activités de monitoring et benchmarking permettant des comparaisons et des dialogues internationaux. En comparaison internationale, la Suisse n est pas un pays ou les pertes en eau sont un problème majeur, la ressource en eau étant suffisante. Les services des eaux s intéressent tout de même à la problématique et opèrent de façon générale une bonne gestion des infrastructures. De par ce fait, on peut envisager que la Suisse transmette son expérience dans d autres pays ayant besoin ou désireux d améliorer leur gestion des réseaux, et plus particulièrement, celle des pertes en eau. Finalement, il faut garder en tête que les pertes en eau impliquent également des coûts non négligeables en termes d énergie, notamment lors du traitement et de la production de l eau, ainsi que pour le pompage. A l heure où la question énergétique devient une question toujours plus importante, une analyse détaillée sur le potentiel d économies financières, de quantité d eau et d énergie serait intéressante même en Suisse. Une telle étude pourrait par exemple considérer plusieurs scénarios basés sur les divers instruments, technologies et méthodes de la gestion de la perte en eau pour les distributeurs présentant les pertes les plus élevées ou les fluctuations et niveaux de pressions les plus importants. gwa 9/

10 T h e m a ARticle de Fond Bibliographie [1] World Water Council (2009) Istanbul Water Consensus for Local and Regional Authorities. Proceedings of the 5 th World Water Forum, Istanbul, Turkey. [2] Nations Unies (2009) Le 3 ème Rapport mondial des Nations Unies sur la mise en valeur des ressources en eau, L eau dans un monde qui change. wwap/wwdr/wwdr3/pdf/wwdr3_water_ in_a_changing_world.pdf [3] Asian Development Bank (2008) Data Book of Southeast Asian Water Utilities ADB, Manila, Filipinas [4] Kingdom, B. et al. (2006) The Challenge of Reducing Non-Revenue Water (NRW) in Developing Countries. World Bank, Washington, USA. Remerciements Nos remerciements vont à Hélène Bouju, Christoph Hugi et Anders Nättorp pour leur relecture du manuscript ainsi qu à Fabrice Maiorana, Markus Biner et Eddy Renaud pour leurs informations. Une reconnaissance particulière revient à toute l équipe du projet au KIT, GIZ et VAG. Enfin l équipe de traduction du Burkina Faso a également grandement contribué à la production du matériel francophone de même que tous les participants du forum de Ouagadougou, durant les discussions. [5] Knobloch A. et al. (2011) Guide pour la réduction des pertes en eau centré sur la gestion de la pression, GIZ, VAG, KIT, FHNW. [6] Lambert, A. O.; Hirner, W. (2000) Losses from Water Supply Systems: Standard Terminology and Recommended Performance Measures. International Water Association. [7] Thornton, J. et al. (2008) Water Loss Control. McGraw-Hill, [8] Lambert, A. O. (2003) Assessing Non-Revenue Water and its Components a practical approach. Water 21 Magazine of the International Water Association, Vol. Agosto, pp [9] Lambert, et al. (1999) A Review of Performance Indicators for Real Losses from Water Supply Systems. Journal of Water Supply: Research and Technology Aqua 48, pp [10] Alegre, H. et al. (2007) Performance Indicators for Water Supply Services. IWA Publishing. Londres. [11] DVGW (2003) Arbeitsblatt W 392 Rohrnetzinspektion und Wasserverluste Massnahmen, Verfahren und Bewertung. Deutsche Vereinigung des Gas- und Wasserfaches (DVGW), Bonn, Deutschland. [12] Lambert, A. O. (2009) Ten years experience in using the UARL Formula to Calculate Infrastructure Leakage Index, Proceedings of the 5 th IWA Water Loss Reduction Specialist Conference, Ciudad del Cabo, Sudáfrica. [13] Farley, M.; Trow, S. (2003) Losses in Water Distribution Networks. IWA Publishing. [14] Bristol Water (2007) Assessment of Economic Level of Leakage. Bristol, Reino Unido. [15] IDS Water (2004) Leakage Economics Plugging the knowlegde gap. [16] Pilcher, R. (2003) Leak detection practices and techniques: a practical approach. Water 21 Magazine of the International Water Association. [17] Thornton, J.; Lambert A. O. (2005) Progress in practical prediction of pressure: leakage, pressure: burst frequency and pressure: consumption relationships. Proceedings of the IWA Specialised Conference «Leakage 2005», Halifax, Nova Scotia, Canada. [18] visité en juin [19] Kappeler J. (2010) Erkenntnisse für die Branche Benchmarking für Wasserversorgungen, gwa 2/2010 [20] SSIGE (2004) Directives pour l étude, la construction, l exploitation et l entretien des réseaux d eau potable à l extérieur des bâtiments, Keywords Réduction des pertes en eau terminologie francophone bilan d eau indicateurs de performance Auteurs Emmanuel Oertlé Institut d Ecopreneurship IEC Faculté des Sciences de la Vie HLS Haute Ecole Spécialisée de la Suisse du Nord-Ouest FHNW Gründenstrasse 40 CH-4132 Muttenz Tél. +41 (0) Axel Knobloch Institut für Wasser und Gewässerentwicklung, Karlsruher Institut für Technologie KIT D Karlsruhe Tél. +49 (0) METAWATER Co., Ltd. Europe office Westerbachstrasse Kronberg im Taunus, Germany Phone: Fax: gwa 9/2011

Guide pour la réduction des pertes en eau Résumé. centré sur la gestion de la pression

Guide pour la réduction des pertes en eau Résumé. centré sur la gestion de la pression Guide pour la réduction des pertes en eau Résumé centré sur la gestion de la pression Les partenaires impliqués dans le projet et pour l élaboration du guide : Deutsche Gesellschaft für Internationale

Plus en détail

Amélioration de la gestion de la distribution d eau potable

Amélioration de la gestion de la distribution d eau potable Amélioration de la gestion de la distribution d eau potable Melle Karima SEBBAGH Ingénieur Chef de Projet Direction de Distribution Amélioration de la Gestion de la Distribution d Eau Potable 1/21 Sommaire

Plus en détail

Amélioration du rendement du réseau d eau potable de la Ville de Fès

Amélioration du rendement du réseau d eau potable de la Ville de Fès Amélioration du rendement du réseau d eau potable de la Ville de Fès Najib Lahlou- Mimi Directeur Général NRW reduction in urban water utilities Center for Mediteranean Integration Marseille January 22-23,

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Table des cas d entreprise et enquêtes. Avant-propos Nos choix d adaptation Visite guidée La 4 e édition Remerciements

Table des cas d entreprise et enquêtes. Avant-propos Nos choix d adaptation Visite guidée La 4 e édition Remerciements Table des matières Table des cas d entreprise et enquêtes Avant-propos Nos choix d adaptation Visite guidée La 4 e édition Remerciements xiii xiii xiv xv xv Première partie Les fondements de la comptabilité

Plus en détail

LE CLASSEMENT DES QUASI-SOCIÉTÉS EN CORÉE

LE CLASSEMENT DES QUASI-SOCIÉTÉS EN CORÉE A usage officiel STD/NA(99)47 STD/NA(99)47 Or. Ang. A usage officiel Organisation de Coopération et de Développement Economiques OLIS : 26-Aug-1999 Organisation for Economic Co-operation and Development

Plus en détail

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Définition Le terme organisation dans le contexte d un modèle de gestion de la qualité est utilisé pour indiquer

Plus en détail

Maîtrise des pertes en eau sur le réseau d eau potable

Maîtrise des pertes en eau sur le réseau d eau potable Maîtrise des pertes en eau sur le réseau d eau potable Pour la gestion durable de l eau La réduction des volumes de pertes en eau sur le réseau représente, pour le sevice de l eau, un enjeu majeur qui

Plus en détail

Guide pour la réduction des pertes en eau. centré sur la gestion de la pression

Guide pour la réduction des pertes en eau. centré sur la gestion de la pression Guide pour la réduction des pertes en eau centré sur la gestion de la pression «La gestion de la pression s avère la plus adaptée pour des systèmes de distribution d eau souffrant de taux élevés de fuites,

Plus en détail

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001-

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Forum QHSE - QUALITE Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Laurent GUINAUDY OC2 Consultants Atelier ISO 9001 1 Présentation du Cabinet OC2 Consultants Cabinet créé en 1996 Zone d

Plus en détail

«Quick-Check Asset Management»

«Quick-Check Asset Management» 1 «Quick-Check Asset Management» Audit sur le positionnement des gestionnaires de réseau de distribution en matière de gestion d actifs Septembre 2012 D un régime actuel «Cost +» La plupart des GRD se

Plus en détail

Le contrôle continu des consommations d énergie pour le chauffage des bâtiments

Le contrôle continu des consommations d énergie pour le chauffage des bâtiments Le contrôle continu des consommations d énergie pour le chauffage des bâtiments Service de l environnement et de l énergie Ch. des Boveresses 155 1066 Epalinges Table des matières Introduction 2 Un réseau

Plus en détail

Glossaire : définitions des termes utilisés dans les fiches sur les indicateurs de performance

Glossaire : définitions des termes utilisés dans les fiches sur les indicateurs de performance Glossaire : définitions des termes utilisés dans les fiches sur les indicateurs de performance Au sens des fiches de définition des indicateurs de performance : 1. Parties prenantes Autorité organisatrice

Plus en détail

10.CARBON DESKTOP : RÉDUIRE SES COÛTS GRÂCE A UN SUIVI INFORMATISE DES DONNÉES DÉCHETS ET ÉNERGIE

10.CARBON DESKTOP : RÉDUIRE SES COÛTS GRÂCE A UN SUIVI INFORMATISE DES DONNÉES DÉCHETS ET ÉNERGIE ÉTUDE DE BENCHMARKING SUR LES DÉCHETS DANS LES MÉTHODOLOGIES D ACTION SUR LES COÛTS ET SUR LES 10.CARBON DESKTOP : RÉDUIRE SES COÛTS GRÂCE A UN SUIVI INFORMATISE DES DONNÉES DÉCHETS ET ÉNERGIE Type de

Plus en détail

Aquis. Gestion de réseaux hydrauliques

Aquis. Gestion de réseaux hydrauliques Aquis Gestion de réseaux hydrauliques 80% de votre capital est investi dans le réseau de distribution Aquis vous donne un contrôle total 2 Un avenir plein de défis Sans informations en temps réel relatives

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

Réseau de transport suisse. Mission et défis de Swissgrid

Réseau de transport suisse. Mission et défis de Swissgrid Réseau de transport suisse Mission et défis de Swissgrid 2 La mission de Swissgrid La mission de Swissgrid: la sécurité de l approvisionnement Qui est Swissgrid? La société nationale pour l exploitation

Plus en détail

Amélioration du rendement...

Amélioration du rendement... Amélioration du rendement...... grâce à des moteurs à vitesse variable avec variateurs de fréquence Tomi Ristimäki Responsable produit 08 I 2008 Compte tenu de l augmentation continue des prix de l énergie,

Plus en détail

Demande d interprétation de crédit et Demande d innovation et de design Procédures à l intention des fournisseurs de LEED Canada pour les habitations

Demande d interprétation de crédit et Demande d innovation et de design Procédures à l intention des fournisseurs de LEED Canada pour les habitations Demande d interprétation de crédit et Demande d innovation et de design Procédures à l intention des fournisseurs de LEED Canada pour les habitations Ce document résume toutes les procédures de soumission

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION OMPI SCIT/5/6 ORIGINAL : anglais DATE : 18 mai 2000 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION COMITÉ PLÉNIER Cinquième session Genève,

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation

Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation Rôle dans le système de gestion de la qualité Qu est ce que l évaluation? Pourquoi réaliser une L évaluation est un élément important des 12 points essentiels.

Plus en détail

FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES

FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES Introduction Les réglementations PEB régionales prennent en compte des consommations énergétiques pour le refroidissement. En outre, les réglementations d

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Chapitre III. M.Reghioui - 2011 1

Chapitre III. M.Reghioui - 2011 1 Chapitre III Gestion des stocks M.Reghioui - 2011 1 Contenu du chapitre Introduction Stocks et paramètres Politiques d approvisionnement Conclusion M.Reghioui - 2011 2 1. Introduction M.Reghioui - 2011

Plus en détail

CREODEV technical auditors of international projects training session 2013

CREODEV technical auditors of international projects training session 2013 CREODEV technical auditors of international projects training session 2013 Qu est ce qu un audit de projet CREODEV? AUDIT : Donner une opinion sur le résultat atteint suite à la mise en œuvre d un projet.

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 Hôtel Serena Kigali, Rwanda 30 octobre-2 novembre 2012 Promouvoir le développement inclusif et durable en Afrique dans une période d incertitude pour l économie mondiale

Plus en détail

6 février 2009. Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information

6 février 2009. Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information 6 février 2009 Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information Facteurs déterminants du changement : Examens du GC Examens stratégiques, horizontaux et examens

Plus en détail

Tarifs de raccordement 2012-2015

Tarifs de raccordement 2012-2015 Tarifs de raccordement 2012-2015 LES CONDITIONS TARIFAIRES POUR LES CLIENTS DIRECTEMENT RACCORDÉS AU RÉSEAU ELIA Les conditions tarifaires pour les raccordements au réseau Elia, qui font l objet de la

Plus en détail

Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement»

Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement» Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement» Résultat : 1. Obtenir les meilleures conditions d approvisionnement possibles, en termes de prix, de

Plus en détail

Nouveaux horizons pour l industrie énergétique. La solution complète GEONIS pour les fournisseurs d énergie et les opérateurs de réseaux

Nouveaux horizons pour l industrie énergétique. La solution complète GEONIS pour les fournisseurs d énergie et les opérateurs de réseaux Nouveaux horizons pour l industrie énergétique La solution complète GEONIS pour les fournisseurs d énergie et les opérateurs de réseaux Industrie énergétique Les solutions logicielles SIG de Geocom : flexibles,

Plus en détail

Brevet de technicien supérieur Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle

Brevet de technicien supérieur Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle Brevet de technicien supérieur Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle ACTIVITÉS ET TÂCHES PROFESSIONNELLES Les activités professionnelles décrites ci-après, déclinées à partir des fonctions

Plus en détail

Elle ne crée aucune exigence supplémentaire par rapport aux exigences en vigueur.

Elle ne crée aucune exigence supplémentaire par rapport aux exigences en vigueur. Ministère de l Economie, des Finances et de l Industrie Secrétariat d Etat à l Industrie Direction de l action régionale et de la petite et moyenne industrie ----------------------------------------- Sous-direction

Plus en détail

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse Récapitulatif de l étude Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse réalisé par Dr. Fredy Dinkel Carbotech AG, Bâle par ordre de PRS - PET-Recycling Schweiz Contact PRS - PET-Recycling Schweiz Naglerwiesenstrasse

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Les Enjeux du Smart Water. Eau. Novembre 2013 Fabrice Renault Directeur commercial France. Schneider Electric Fabrice Renault 1

Les Enjeux du Smart Water. Eau. Novembre 2013 Fabrice Renault Directeur commercial France. Schneider Electric Fabrice Renault 1 Les Enjeux du Smart Water Eau Novembre 2013 Fabrice Renault Directeur commercial France Schneider Electric Fabrice Renault 1 Plus les villes grandissent, plus leurs défis augmentent Vieillissement et saturation

Plus en détail

Qualité et Gestion 18 Juin 2008. Intégration du SCI dans le système de management existant

Qualité et Gestion 18 Juin 2008. Intégration du SCI dans le système de management existant Qualité et Gestion 18 Juin 2008 Intégration du SCI dans le système de management existant 0 Anuschka Küng Economiste d entreprise HES Certification Six Sigma Certification Risk Manager CISA, CIA (i.a.)

Plus en détail

Le programme-cadre de développement des SADA

Le programme-cadre de développement des SADA 4 Le programme-cadre de développement SADA L étude de cas ne saurait être complète sans présenter une méthode d élaboration programmes de développement SADA. Les sections suivantes montrent les étapes

Plus en détail

Monitoring sur la situation de la classe moyenne en Suisse

Monitoring sur la situation de la classe moyenne en Suisse Monitoring sur la situation de la classe moyenne en Suisse Mise à jour des données SILC pour l année 2010 (Traduction du rapport allemand 2012) Sur mandat d Employés Suisse : Hansjörg Schmid, communication

Plus en détail

Risk Management pour les entreprises

Risk Management pour les entreprises Risk Management pour les entreprises Ne laissez rien au hazard RM- Maîtrise Risk Management pour les entreprises procéder avec méthode La gestion repose sur un processus de prise de et d activités en constante

Plus en détail

Questions fréquemment posées au sujet de la sortie du nucléaire en Allemagne

Questions fréquemment posées au sujet de la sortie du nucléaire en Allemagne Traduction Questions fréquemment posées au sujet de la sortie du nucléaire en Allemagne Pour quelles raisons décisives le gouvernement fédéral veut-il sortir complètement du nucléaire d ici à 2022? Décisif

Plus en détail

Économisez sur l énergie, pas sur le confort Économisez jusqu'à 40 % sur votre facture énergétique

Économisez sur l énergie, pas sur le confort Économisez jusqu'à 40 % sur votre facture énergétique Économisez sur l énergie, pas sur le confort Économisez jusqu'à 40 % sur votre facture énergétique 1 Answers for infrastructure. Siemens optimise la gestion énergétique de votre bâtiment Les bâtiments

Plus en détail

Le Code Génétique de la Marque

Le Code Génétique de la Marque Le Code Génétique de la Marque Le clé pour identifier et renforcer durablement le modèle de reussite de la marque Société de conseil international en gestion stratégique et opérationnelle des marques 39,

Plus en détail

Lot Quality Assurance Sampling. Elise Naoufal EVARISQ 15 septembre 2011

Lot Quality Assurance Sampling. Elise Naoufal EVARISQ 15 septembre 2011 Lot Quality Assurance Sampling LQAS Elise Naoufal EVARISQ 15 septembre 2011 1 LQAS Une question d efficacité? LQAS et santé Méthode et Fondements théoriques Détermination du couple (n,d n,d) Conclusion

Plus en détail

Smart metering une solution d'avenir?

Smart metering une solution d'avenir? Smart metering une solution d'avenir? Plan Smart metering c est quoi? Bases légales de la Suisse. Pourquoi? Qui paye? Recommandations de l OFEN Ça marche? Et le Smart home? C est rentable? Objectifs Page

Plus en détail

STRATEGIE DE TRANSFORMATION DU CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE DE L ONEA EN CENTRE DES METIERS DE L EAU

STRATEGIE DE TRANSFORMATION DU CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE DE L ONEA EN CENTRE DES METIERS DE L EAU PLAN DE COMMUNICATION STRATEGIE DE TRANSFORMATION DU CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE DE L ONEA EN CENTRE DES METIERS DE L EAU 1. ONEA BURKINA FASO 2. CONTEXTE PN AEPA 3. PN AEPA 4. Volet Formation

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le tableau de bord, outil de pilotage de l association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône-Alpes) Difficile d imaginer la conduite d un bateau sans boussole

Plus en détail

CDROM. L amélioration continue de la gestion des risques. René FELL Ingénieur HES en informatique Administrateur chez CDROM

CDROM. L amélioration continue de la gestion des risques. René FELL Ingénieur HES en informatique Administrateur chez CDROM CDROM L amélioration continue de la gestion des risques René FELL Ingénieur HES en informatique Administrateur chez CDROM CDROM en quelques mots Le Centre de Données Romand est situé au Noirmont, à 1000

Plus en détail

e point en recherche Profils de la charge de consommation d énergie et d eau dans les collectifs d habitation introduction Programme de recherche

e point en recherche Profils de la charge de consommation d énergie et d eau dans les collectifs d habitation introduction Programme de recherche l Décembre 25 e point en recherche Série technique 5-119 Profils de la charge de consommation d énergie et d eau dans les collectifs d habitation introduction La recherche permet de commencer à comprendre

Plus en détail

CHARTE D ENGAGEMENT. Conclue le: Entre: SIG. et: date. Services Industriels de Genève Ch. Château-Bloch 2 1219 Le Lignon (ci-après, SIG)

CHARTE D ENGAGEMENT. Conclue le: Entre: SIG. et: date. Services Industriels de Genève Ch. Château-Bloch 2 1219 Le Lignon (ci-après, SIG) CHARTE D ENGAGEMENT Conclue le: date Entre: SIG Services Industriels de Genève Ch. Château-Bloch 2 1219 Le Lignon (ci-après, SIG) et: Logo de votre entreprise Nom du client Entreprise Rue NPA/Localité

Plus en détail

La gestion de projet

La gestion de projet K E K σ C D C C O N S U L T A N T S rue Hugi 3 CH 2502 Biel Bienne Tél: +41 32 325 19 25 Fax: +41 32 325 19 29 e-mail: kessler@kek.ch www.kek.ch La gestion de projet Sommaire 1 Le concept de «projet» 1

Plus en détail

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)?

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)? Stratégie nationale de de la Stratégie de de la de la République de Guinée Equatoriale. 2003-2008 Séminaire de présentation de la Stratégie de de la de la Guinée Equatoriale. Malabo, 25 janvier 2005 Présentation

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC. M. Poehler. Abstract

CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC. M. Poehler. Abstract CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC M. Poehler Abstract Un des mandats de la division ST est la réalisation de travaux de génie civil pour la construction, la rénovation et l adaptation

Plus en détail

Le Bureau du vérificateur général. Vérification interne des mécanismes de contrôle interne du système financier GX

Le Bureau du vérificateur général. Vérification interne des mécanismes de contrôle interne du système financier GX Préparé pour : Le Bureau du vérificateur général Vérification interne des mécanismes de contrôle interne du système financier GX Le 18 novembre 2009 1 Introduction KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. a été chargée

Plus en détail

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Algérie Université A-Mira-Bejaia, Algérie La société de l information dans le monde: Etat des lieux et perspectives Introduction L avènement des nouvelles technologies

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP. Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique

Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP. Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP // Introduction Introduction

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos...

Table des matières. Avant-propos... Table des matières Avant-propos................................................. XI Chapitre 1 Découvrir Project 2013.......................... 1 1.1 Introduction.............................................

Plus en détail

Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire

Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire Revue des Energies Renouvelables SIENR 12 Ghardaïa (2012) 23 28 Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire H. Ammar 1*, M.T. Bouziane 2 et Y. Bakelli 1 1 Unité de Recherche

Plus en détail

Office International de l Eau

Office International de l Eau Introduction. La formation dans le secteur de l eau et de l assainissement à l international. Professional training in water and sanitation. Expériences du Centre de Formation de l OIEau. experiences of

Plus en détail

Cinématique et optique géométrique

Cinématique et optique géométrique Cinématique et optique géométrique PHY-5061-2 Activité notée 4 Date de remise :... Identification Nom :... Adresse :...... Tél :... Courriel :... Note :... /100 PHY-5061-2 CINÉMATIQUE ET OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 COMMISSION EUROPEENNE MÉMO Bruxelles, le 8 novembre 2012 Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 L objet du plan d action présenté aujourd hui par la Commission européenne (voir IP/12/1187)

Plus en détail

L OIE et les instruments de gestion de risques pour les maladies épidémiques du bétail

L OIE et les instruments de gestion de risques pour les maladies épidémiques du bétail L OIE et les instruments de gestion de risques pour les maladies épidémiques du bétail La gestion de risques et de crises en assurance agraire Conférence Internationale du 15 mars 2010, Madrid Présentée

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION D IDC

DOCUMENT D INFORMATION D IDC DOCUMENT D INFORMATION D IDC Comment Big Data transforme la protection et le stockage des données Août 2012 Écrit par Carla Arend Sponsorisé par CommVault Introduction : Comment Big Data transforme le

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE FOURNIR UNE ÉNERGIE ABORDABLE, FIABLE ET DURABLE ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS Vision de l Initiative «Énergie durable pour tous» Quelque 590 millions de personnes en Afrique subsaharienne

Plus en détail

L Internet of Everything Les 10 points clés de l étude sur le potentiel de l IoE dans le secteur public

L Internet of Everything Les 10 points clés de l étude sur le potentiel de l IoE dans le secteur public L Internet of Everything Les 10 points clés de l étude sur le potentiel de l IoE dans le secteur public Joseph Bradley Christopher Reberger Amitabh Dixit Vishal Gupta L Internet of Everything (IoE) permet

Plus en détail

RÈGLEMENT SPÉCIFIQUE ET DIRECTIVES POUR L ÉVALUATION EN CLASSE ENTIERS POSTAUX AUX EXPOSITIONS PATRONNÉES PAR LA FFAP

RÈGLEMENT SPÉCIFIQUE ET DIRECTIVES POUR L ÉVALUATION EN CLASSE ENTIERS POSTAUX AUX EXPOSITIONS PATRONNÉES PAR LA FFAP FÉDÉRATION FRANÇAISE DES ASSOCIATIONS PHILATÉLIQUES RÈGLEMENT SPÉCIFIQUE ET DIRECTIVES POUR L ÉVALUATION EN CLASSE ENTIERS POSTAUX AUX EXPOSITIONS PATRONNÉES PAR LA FFAP Préambule Le présent texte est

Plus en détail

Les critères d identification des pays les moins avancés

Les critères d identification des pays les moins avancés Les critères d identification des pays les moins avancés Vue d ensemble Ce document reprend les éléments présentés sur le site du Comité des politiques de développement http://www.un.org/en/development/desa/policy/cdp/ldc/ldc_criteria.shtml

Plus en détail

L efficacité énergétique...

L efficacité énergétique... ...par un meilleur contrôle de la qualité de l air dans les systèmes de ventilation et de conditionnement d air (EN 13779) 1 Hannes Lütz Produktmanager CentraLine c/o Honeywell GmbH 06 I 2008 On parle

Plus en détail

Résumé du Mémoire d Executive Master

Résumé du Mémoire d Executive Master EXECUTIVE MASTER EN POLITIQUES ET PRATIQUES DU DEVELOPPEMENT (DPP) Année Académique 2012 2013 Résumé du Mémoire d Executive Master Bilan d une approche basée sur l accompagnement des partenaires: Cas du

Plus en détail

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions TABLE DES MATIERES... 1 INTRODUCTION... 2 1 FINANCEMENT ET FINANCEMENT MINIMUM... 3 1.1 FINANCEMENT... 3 1.2 FINANCEMENT DE PLAN... 3 1.3 FINANCEMENT MÉTHODE

Plus en détail

ASPECTS ECONOMIQUES DE L EAU

ASPECTS ECONOMIQUES DE L EAU Colloque sur l eau, 6 novembre, IUFM Chamalières ASPECTS ECONOMIQUES DE L EAU Arnaud DIEMER, Université Blaise Pascal, IUFM Chamalières 1 PROBLEMATIQUES POSEES AUX ECONOMISTES 1/ Caractéristiques du bien

Plus en détail

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE Résumé PREFACE 2 INTRODUCTION 2 1. BUT ET CHAMP D APPLICATION 2 2. REFERENCES DOCUMENTAIRES ET NORMES 3 3. TERMES ET DEFINITIONS 3 4. POLITIQUE POUR UNE CONSOMMATION RAISONNEE (PCC) 3 5. RESPONSABILITE

Plus en détail

CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL

CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL C-WP/Simulation 5/12/14 CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL DÉFIS RELATIFS AUX PRÉVISIONS DE PÉNURIE DE PERSONNEL AÉRONAUTIQUE QUALIFIÉ

Plus en détail

efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification

efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification ISO 50001 Le cadre réglementaire évolue incitant aujourd hui les Grandes Entreprises à s engager vers une meilleure efficience énergétique.

Plus en détail

Objectifs et plan de la présentation

Objectifs et plan de la présentation Pour une politique plus écologique: taxer l essence, mais quel impact? Prof. Andrea Baranzini Haute École de Gestion de Genève Directeur DAS Management durable: http://sustainablemanagement.ch E-mail:

Plus en détail

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE Rapport sur la SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE DANS LE MONDE 1998 1999 Résumé Etabli à partir de la Base de Données mondiale sur la Sécurité transfusionnelle World Health Organization Blood Transfusion Safety

Plus en détail

Analyse statistique 1993 à 1998

Analyse statistique 1993 à 1998 Technologies de l information et des communications (TIC) Analyse statistique 1993 à 1998 Juillet 2000 Secteur du spectre, des technologies de l information et des télécommunications Industrie Canada VISITEZ

Plus en détail

Groupe de travail sur le développement juridique du système de Madrid concernant l enregistrement international des marques

Groupe de travail sur le développement juridique du système de Madrid concernant l enregistrement international des marques F MM/LD/WG/13/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 1 ER SEPTEMBRE 2015 Groupe de travail sur le développement juridique du système de Madrid concernant l enregistrement international des marques Treizième session

Plus en détail

Conférence Nationale Villes et Energies Durables BILAN ET PROGRAMME NATIONAL D ÉFFICACITE ENERGETIQUE À L HORIZON 2030

Conférence Nationale Villes et Energies Durables BILAN ET PROGRAMME NATIONAL D ÉFFICACITE ENERGETIQUE À L HORIZON 2030 MINISTERE DE L ENERGIE Agence Nationale pour la Promotion et la Rationalisation de l Utilisation de l Energie Conférence Nationale Villes et Energies Durables BILAN ET PROGRAMME NATIONAL D ÉFFICACITE ENERGETIQUE

Plus en détail

Référence technique. Énergie verte APERÇU

Référence technique. Énergie verte APERÇU Énergie verte Référence technique APERÇU L Environmental Protection Agency (EPA) des États-Unis définit l'énergie verte comme étant de l'électricité produite à l'aide de ressources renouvelables, comme

Plus en détail

DEBT SUSTAINABILITY AND DEBT MANAGEMENT STRATEGY IN

DEBT SUSTAINABILITY AND DEBT MANAGEMENT STRATEGY IN 4 th Forum (4 ème Forum) of Debt Management Facility Stakeholder s 2-3 May, 2013 Berlin (Germany) DEBT SUSTAINABILITY AND DEBT MANAGEMENT STRATEGY IN DEVELOPING COUNTRIES THAT ARE SEEKING NON CONCESSIONAL

Plus en détail

2.5. Pacte mondial des Nations Unies

2.5. Pacte mondial des Nations Unies 2.5. Pacte mondial des Nations Unies Priorité stratégique : soutenir les principes du Pacte Nous sommes l un des signataires du Pacte, la plus importante initiative au monde dans le domaine de la responsabilité

Plus en détail

Aide au dimensionnement Pompes de circulation

Aide au dimensionnement Pompes de circulation Aide au dimensionnement Pompes de circulation 1 Généralités Les pompes à haut rendement équipées de moteurs à aimant permanent ou de «moteurs EC» (Electronic Commutation) sont jusqu à 3x plus efficientes

Plus en détail

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE Projet Document IMCHE/2/CP2 1 ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA

Plus en détail

Le recensement du marché de l énergie solaire en 2010

Le recensement du marché de l énergie solaire en 2010 Département fédéral de l Environnement, des Transports, de l Energie et de la Communication DETEC Office fédéral de l énergie OFEN Juillet 211 Le recensement du marché de l énergie solaire en 21 Extrait

Plus en détail

Centre d expertise en analyse environnementale du Québec

Centre d expertise en analyse environnementale du Québec Centre d expertise en analyse environnementale du Québec Programme d accréditation des laboratoires d analyse PROTOCOLE POUR LA VALIDATION D UNE MÉTHODE D ANALYSE EN CHIMIE DR-12-VMC Édition : 6 mars 2015

Plus en détail

Opération collective 2014 123 M Energie

Opération collective 2014 123 M Energie Opération collective 2014 123 M Energie Candidature pour accompagner en collectif les entreprises du Limousin s engageant dans la mise en place par étapes d une démarche de management de l énergie ISO

Plus en détail

Management de la chaîne logistique. Professeur Mohamed Reghioui

Management de la chaîne logistique. Professeur Mohamed Reghioui Management de la chaîne logistique Professeur Mohamed Reghioui M.Reghioui - 2012 1 Informations générales sur le module Intervenants: Mohamed Reghioui(m.reghioui@gmail.com) Informations générales Répartition

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

Synergyr gestion intelligente de l énergie dans les complexes de logements

Synergyr gestion intelligente de l énergie dans les complexes de logements Synergyr gestion intelligente de l énergie dans les complexes de logements Régulation d ambiance individuelle combinée avec un enregistrement efficace et précis de la consommation www.siemens.be/synergyr

Plus en détail