Entreprise et corruption: risques et responsabilité pénale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Entreprise et corruption: risques et responsabilité pénale"

Transcription

1 1092 Entreprise et corruption: risques et responsabilité pénale Sommaire Pascal de Preux LL.M., avocat à Lausanne I. Introduction II. Les risques de l entreprise face à la corruption A. L analyse et l évaluation des risques 1. La due diligence de l entreprise et de ses intermédiaires 2. La due diligence dans les transactions M&A B. Les moyens de l entreprise face aux risques de corruption 1. L établissement d un programme anti-corruption 2. La dénonciation d activités suspectes (whistleblowing) au sein de l entreprise 3. L insertion d une clause d intégrité III. La responsabilité pénale de l entreprise en cas de corruption A. La responsabilité primaire de l entreprise B. La responsabilité pénale de l entreprise suisse pour les faits commis par sa filiale étrangère IV. Conclusion I. Introduction La lutte contre la corruption est devenue depuis les années 1990 l un des thèmes majeurs de la politique suisse en matière de criminalité. La Suisse a ainsi ratifié de nombreuses conventions internationales dans le domaine de la corruption, à savoir la Convention de l OCDE sur la lutte contre la corruption d agents publics étrangers dans les transactions commerciales internationales 1, entrée en vigueur pour la Suisse le 30 juillet 2000, la Convention pénale du Conseil de L auteur tient à remercier Viviane Premand, lic. iur., LL.M., avocate-stagiaire, pour sa relecture et ses commentaires. 1 RS l Europe sur la corruption 2, entrée en vigueur pour la Suisse le 1 er juillet 2006, et la Convention des Nations Unies contre la corruption 3, entrée en vigueur pour la Suisse le 24 octobre En parallèle, le droit interne suisse de la corruption a été entièrement remodelé. Ainsi, le Code pénal suisse 4 réprime depuis peu la corruption d agents publics suisses (art. 322 ter à 322 sexies CP) et la corruption d agents publics étrangers (art. 322 septies CP). La loi fédérale sur la concurrence déloyale 5 sanctionne quant à elle la corruption active et passive de personnes privées (art. 4a et 23 LCD). L entreprise est au cœur des mécanismes de corruption. Ainsi, les dirigeants d entreprises, notamment celles actives dans des transactions commerciales internationales, se doivent d immuniser leur entreprise face aux risques de corruption. Cela passe notamment par une évaluation de l entreprise en fonction de divers facteurs. L entreprise doit également se doter d un véritable code d éthique informant clairement les employés des risques et des sanctions en cas de corruption. Les risques sont en effet multiples pour l entreprise. On pense bien entendu au risque juridique et notamment celui lié à l introduction de procédures civiles ou pénales 6 à l encontre de l entreprise. Il ne faut pas non plus perdre de vue qu une entreprise liée à des affaires de corruption peut subir une perte de réputation dont les conséquences peuvent être extraordinairement plus coûteuses qu une sanction à caractère judiciaire. Le but de la présente contribution est tout d abord d exposer les principaux risques de l entreprise en matière de corruption et les différents moyens qu elle peut mettre en œuvre pour les anticiper et éviter ainsi une surexposition sur le plan juridique et réputationnel. Nous analyserons ensuite dans quelle mesure la responsabilité pénale de l entreprise 2 RS RS RS 311.0, ci-après CP. 5 RS 241, ci-après LCD. 6 Les enquêtes pénales en matière de corruption sont souvent longues et fastidieuses. Elles se caractérisent par le fait qu elles ont, en règle générale, des ramifications transnationales. La possibilité de réprimer, en Suisse, des agissements tombant sous le coup du droit pénal de la corruption dépend donc largement de l entraide judiciaire internationale en matière pénale et du bon vouloir de l Etat requis. Ainsi, comme le relèvent certains auteurs, les clefs de la réussite en matière de lutte contre la corruption résident dans le renforcement de la coopération judiciaire, la détermination des autorités de poursuite, la volonté politique des Etats, ainsi que dans la mise sur pied de mesures préventives (voir notamment Maxime Chrétien/Anne Schwöbel/ Bertrand Perrin, La Journée internationale anti-corruption, in: Le Temps du 9 décembre 2009, p. 18).

2 Entreprise et corruption: risques et responsabilité pénale 1093 peut être engagée en cas de corruption et le rôle que peut avoir un programme anti-corruption (compliance anti-corruption) dans ce cadre. II. Les risques de l entreprise face à la corruption A. L analyse et l évaluation des risques 1. La due diligence de l entreprise et de ses intermédiaires Une entreprise, active principalement sur le plan international, se doit de procéder à une évaluation des risques qu elle encourt en matière de corruption. Il lui faut donc entreprendre une véritable due diligence interne. Celle-ci peut être menée par des avocats ou des sociétés spécialisés, externes à l entreprise. Elle peut également être mise en œuvre par des cadres de l entreprise, pour autant que ceux-ci disposent de connaissances pointues sur les activités commerciales de l entreprise mais également sur l environnement dans lequel l entreprise déploie son activité. Le recours à des tiers externes à l entreprise paraît toutefois plus adéquat dès lors que ceux-ci seront chargés d effectuer une enquête interne à l entreprise sans toutefois porter atteinte au caractère opérationnel de la société. Les dispositifs anti-corruption mis en place par les entreprises varient considérablement dans leur forme et leur ampleur. Ils dépendent de la taille et de la structure de l entreprise, ainsi que des pays et secteurs d activités concernés 7. Il est donc capital que l entreprise et ses dirigeants aient une compréhension suffisante de la situation qui prévaut dans le pays étranger concerné et des règles qui régissent les activités commerciales 8. La due diligence ne saurait se limiter à l entreprise en tant que telle. Elle doit également viser l intermédiaire ou la filiale sise dans un pays étranger. L intermédiaire se définit comme une personne à laquelle l entreprise a recours pour sonder un marché étranger. Il peut s agir d un agent, d un consultant, d un fournisseur, d un distributeur, d un revendeur, d un franchisé ou encore d un partenaire dans le cadre d un contrat de joint venture. Ces intermédiaires ont 7 la corruption Conseils aux entreprises suisses actives à l étranger, p. 25. Selon la déclaration de Paris du 1 er juillet 2003 (appel qui dénonce les effets dévastateurs de la grande corruption), les activités les plus sensibles sont l énergie, les grands travaux, l armement, l aéronautique et l exploitation des ressources minières, voir le site internet: spip.php?article703 (dernière consultation ). 8 la corruption Conseils aux entreprises suisses actives à l étranger, p. 24. pour objectif principal d identifier de nouvelles opportunités commerciales pour l entreprise. L entreprise devra, si elle a recours à un intermédiaire, effectuer une due diligence efficace de ce dernier pour connaître sa probité. Il est en effet primordial que l entreprise sache exactement avec qui elle travaille. En effet, le choix de l intermédiaire local constitue, selon la région du monde et le marché concerné, un risque majeur de corruption 9. Ainsi, comme le mentionnent à juste titre certains auteurs, «les règles à respecter dans le choix d un intermédiaire étranger relèvent de la prévention de la corruption transnationale» La due diligence dans les transactions M&A La due diligence constitue la règle dans les transactions M&A 11. En effet, la due diligence juridique et fiscale a pour objet d identifier les risques et les problèmes dans le cadre de la transaction envisagée. En pratique, la due diligence ne contient que très rarement une analyse détaillée des risques de la société cible en matière de corruption. Toutefois, il ne faut pas perdre de vue qu une transaction peut échouer si le rapport de due diligence révèle que la société cible représente un risque sous l angle du compliance anti-corruption. La gouvernance anti-corruption et le risk management sont en effet essentiels pour maintenir l attractivité de la société cible pour de potentiels acheteurs. Les risques de corruption peuvent se révéler particulièrement importants lorsque la société cible est directement ou indirectement contrôlée par l Etat ou lorsque l acquisition de la société cible nécessite une autorisation gouvernementale. Une due diligence en matière de corruption en vue de l acquisition d une entité étrangère par une société suisse devrait au moins aborder les points suivants: Identification de la société cible (notamment les liens de ses dirigeants avec des agents de l Etat); Etude complète du programme anti-corruption et de son application auprès des employés de la société cible; 9 Bertrand Perrin, Corruption active d agents publics étrangers, Quels risques pour les entreprises et leurs collaborateurs, ECS 2009, p Isabelle Augsburger-Bucheli/Bertrand Perrin, Les mesures d organisation raisonnables et nécessaires, au sens de l article 100 quater alinéa 2 du Code pénal suisse, que doivent prendre les entreprises exportatrices pour empêcher la corruption d agents publics étrangers, in: Mélanges en l honneur de Pierre-Henri Bolle, Bâle 2006, p On précise dans ce cadre que la loi américaine Foreign Corrupt and Practices Act prévoit expressément qu une société achetant une autre devient responsable pour les actes de corruption qui se sont déroulés avant l acquisition. Un exemple est la société Alcatel-Lucent (le rachat de Lucent par Alcatel est devenu effectif le 1 er décembre 2006) qui, en 2007, a dû payer une amende de 2.5 millions de dollars pour des pots-de-vin versés par des employés de Lucent à des officiels chinois entre 2000 et 2002.

3 1094 Identification d éventuelles violations ou de condamnations de l entreprise et de ses dirigeants pour corruption; Analyse détaillée du financement de la société et des documents comptables. Dans le cadre d une transaction, le contrat de fusion ou de financement devrait contenir des garanties spécifiques relatives au risque de corruption. Il apparaît que les garanties suivantes devraient notamment figurer dans un contrat d achat d une entité étrangère: La transaction est autorisée par le droit de la société cible; Aucun pot-de-vin n a été versé à des agents de l Etat de la société cible afin d obtenir les autorisations nécessaires pour la conclusion de la transaction; Le prix payé pour l acquisition de la société cible ne servira pas à payer des agents de l Etat en contrepartie des autorisations données en vue de la transaction. Les sanctions des violations de ces garanties devront bien évidement être spécifiées dans le contrat concernant la transaction. B. Les moyens de l entreprise face aux risques de corruption 1. L établissement d un programme anti-corruption De nombreuses entreprises ont mis au point des programmes anti-corruption dont le but est d identifier et de prévenir les risques liés à la corruption notamment dans les transactions commerciales internationales 12. L objectif de ces programmes est de mettre en place des procédés qui permettront de démontrer que les entreprises ont exercé toute la diligence requise afin d éviter que leurs employés ne s engagent dans la corruption 13. Il s agit donc pour l entreprise de prendre des mesures préventives et de développer une véritable stratégie avant que le risque de corruption ne survienne. L établissement d un programme anti-corruption ne constitue pas une finalité: l entreprise se doit en effet d adopter des procédures et des contrôles d application afin que ce programme soit effectivement suivi par les employés de la société. Ces programmes anti-corruption sont le plus souvent incorporés dans le code de conduite des entreprises 14. Certaines 12 Voir notamment Principes de conduite des affaires pour contrer la corruption, publiés par Transparency International, février 2009, voir le site internet : priorities/private_sector/business_principles (dernière consultation: ). 13 Jean-Pierre Méan, La certification anti-corruption, ECS 2009, p On citera les règles de conduites et recommandations pour combattre l extorsion et la corruption édités par la Chambre de commerce international, voir le site internet: iccwbo.org/uploadedfiles/icc/policy/marketing/pages/ entreprises ont même élaboré des codes de conduite entièrement consacrés à la lutte contre la corruption. Il s agit le plus souvent d entreprises actives sur le plan international. Selon le Secrétariat d Etat à l économie, un code de conduite anticorruption devrait au moins contenir les éléments suivants 15 : la position fondamentale de la direction de l entreprise à l égard de la corruption et l engagement de son personnel; les fondements des relations de l entreprise avec les tiers; le point de contact désigné par l entreprise, auquel des faits ou des soupçons de corruption peuvent être signalés; la définition des avantages autorisés; les principes de comportement lors de conflits d intérêts; les sanctions encourues en cas de non-respect du code de conduite. Le champ d application du code de conduite anti-corruption se doit d être le plus large possible. On se référera dans ce cadre à l opinion du Département de la Justice des Etats- Unis qui considère qu un code de conduite anti-corruption doit être suivi par: «all directors, officers, employee, and all business partners, including, but not limited to, agents, consultants representatives, and joint-venture partners and teaming partners, involved in business transactions, representation, or business development or retention in a foreign jurisdiction» 16. Il convient à ce stade de déterminer qui, au sein de l entreprise, est responsable de l évaluation des risques liés à la corruption et à la mise en œuvre du programme anti-corruption. En droit suisse de la société anonyme, forme juridique la plus souvent choisie, le conseil d administration exerce la haute direction de société et établit les instructions nécessaires, conformément à l article 716a al. 1 ch. 1 CO. Il incombe donc au conseil d administration, et à lui seul, d exer- regles%20de%20conduite%20et%20recommandations.pdf (dernière consultation ). 15 la corruption Conseils aux entreprises suisses actives à l étranger, p. 30. Voir aussi Chrétien/Schwöbel/Perrin (n. 6), p. 18, qui considèrent que de véritables programmes et contrôles permettant de lutter contre les risques de corruption doivent comprendre les dix éléments suivants: la culture d entreprise qui doit véhiculer des valeurs fortes d éthique, comprises par tous les employés et prestataires externes; un code de conduite clair sur ce qui est ou n est pas permis avec une formation adaptée; un système de remontée d information en cas de suspicion de corruption; l identification des risques de corruption sur la base de scénarios de fraude, pour chaque localité et sous-secteur d activité; le renforcement ou la mise en place de contrôles permettant de prévenir les risques et de détecter les indices de corruption; la mise en place, par le biais de l informatique, de techniques efficaces d identification des transaction suspectes, un système solide de résolutions des cas de corruption avec remise en question des contrôles n ayant pas fonctionné de manière satisfaisante. 16 Department of Justice, «Foreign Corrupt Practices Act Review Opinion Procedure Release», July 12, 2004.

4 Entreprise et corruption: risques et responsabilité pénale 1095 cer la haute surveillance sur les personnes chargées de la gestion, pour s assurer notamment qu elles observent la loi, les statuts les règlements et les instructions données 17. Au regard de cette disposition légale, il apparaît bien que la mise en œuvre d un programme anti-corruption au sein de la société anonyme appartient au conseil d administration. Toutefois, dans un souci d efficacité, l élaboration d un tel programme devrait être confiée à un comité permanent ad hoc en application de l article 716 al. 2 CO 18. Dès lors que le comité ne peut pas inclure des personnes qui ne sont pas des membres du conseil d administration 19, ce comité compliance 20 devra avoir recours à des tiers pour l assister, l aider à rédiger et assurer la correcte application du programme anti-corruption 21. Le comité ad hoc devra notamment prendre toutes les mesures nécessaires et raisonnables pour empêcher que des infractions rentrant dans le champ d application du droit suisse de la corruption soient commises au sein de l entreprise et ainsi éviter de voir la responsabilité pénale de l entreprise engagée La dénonciation d activités suspectes (whistleblowing) au sein de l entreprise Le whistleblowing constitue un moyen de lutte contre la corruption. Le whistleblower se définit comme la personne qui décèle des cas de corruption, ou une autre infraction, sur son lieu de travail et qui les annonce, soit sur le plan interne, soit en informant le public 23. A l heure actuelle, le droit suisse ne contient pas de disposition réglant la dénonciation d activités suspectes 24. Toutefois, le Conseil fédéral a mis en consulta- 17 Cf. article 716a al. 1 ch. 5 CO. 18 L article 716a al. 2 CO prévoit en effet que le conseil d administration peut répartir entre ses membres, pris individuellement ou groupés en comités, la charge de préparer et d exécuter ses décisions ou de surveiller certaines affaires et veille à ce que ses membres soient convenablement informés. 19 Henry Peter/Francesca Cavadini, in: Marc Amstutz/Pierre Tercier (édit.), Commentaire romand, Code des obligations II, art CO, Art LBVM, avec une introduction à la Loi sur la fusion, Bâle 2008, art. 716a CO N S agissant du compliance en matière bancaire, voir Roman Geiger, Organisationsmängel als Anknüpfungspunkt im Unternehmensstrafrecht, Zurich 2006, p. 180 ss. 21 Peter/Cavadini (n. 19), art. 716a CO N Cf. infra III. Nous sommes également d avis que la question du compliance anti-corruption de l entreprise devrait être mise à l ordre du jour des séances du conseil d administration au moins une fois par année. 23 Isabelle Augsburger-Bucheli/Bertrand Perrin, «Le Whisteblowing et la lutte contre la corruption», ECS 2009, p. 627ss. 24 On précisera que les entreprises suisses cotées aux Etats-Unis ont l obligation de prendre des mesures visant à protéger les whisteblowers en vertu du Sarbanes-Oxley Act. Ces entreprises doivent notamment mettre en place une procédure permettant de signaler des faits douteux constatés sous couvert de l anonymat, voir Olivier Dunant, in: Le Temps du 24 juillet 2006, p. 15. tion le 5 décembre , un avant-projet sur la protection en cas de signalement de faits répréhensibles par le travailleur. L objectif est d introduire dans le Code des obligations une disposition visant à régler les conditions auxquelles le signalement d activités suspectes peut être effectué. L avant-projet prévoit ainsi que le travailleur peut signaler de bonne foi à l employeur des faits répréhensibles. En date du 16 décembre 2009, le Conseil fédéral a pris acte des résultats de la procédure de consultation et a chargé le Département fédéral de justice et police (DFJP) d élaborer un projet en vue d une consultation pour examiner les sanctions prévues par le droit actuel en cas de licenciement. En effet, il ressort de la consultation de l avant-projet que les mesures proposées ne suffisent pas pour améliorer la protection du travailleur. Les travailleurs qui signalent des faits répréhensibles constatés sur leur lieu de travail s exposent ainsi à des mesures de représailles de la part de leur employeur, à savoir un licenciement. Ces employés doivent donc être davantage protégés par la loi. Les avis reçus dans le cadre de la consultation soulèvent notamment la question de l efficacité du montant maximal de l indemnité prévue par le Code des obligations en cas de licenciement abusif six mois de salaire et de l opportunité d une sanction plus sévère dans ces cas particuliers où le travailleur dénonce des faits répréhensibles. Le Conseil fédéral a donc chargé le DFJP d étudier cette question et d élaborer un autre avant-projet 26. On précisera que la Direction du Développement et de la Coopération (DDC) a décidé l ouverture, déjà en mars 2006, d un guichet destiné aux dénonciateurs: le Compliance Office 27. Celui-ci reçoit des informations internes et externes relatives à des cas de corruption ou d abus identifiés dans les activités financées par la DDC. Les cas qui peuvent être dénoncés sont les suivants: corruption active ou passive; acceptation ou don de cadeaux ou d offres d investissement; octroi ou acceptation d un avantage inconvenant (népotisme, trafic d influence); conflits d intérêts; attitude inéquitable envers des tiers (rabais illicites, potsde-vin, dessous-de-table, paiement d intermédiaires, mensonges, contraintes, etc.); dissimulation, mauvaise foi, mensonges; 25 Avant-projet disponible sur le site: content/dam/data/wirtschaft/gesetzgebung/whistleblowing/ entw-f.pdf (dernière consultation l6.7.10). 26 Communiqué du DFJP du 17 décembre 2009, voir: bj.admin.ch/bj/fr/home/dokumentation/medieninformationen/2009/ref_ html (dernière consultation ). 27 Voir:http://www.ddc.admin.ch/fr/Accueil/Themes/Etat_de_ droit_democratie/lutte_contre_la_corruption/annoncer_corruption_detournement_abus_ou_de_perte (dernière consultation ).

5 1096 vol, détournement, malversation, atteinte aux intérêts de la DDC, etc. lorsque des programmes ou projets conduits par la DDC ou financés par elle sont concernés. Enfin, le projet de loi sur l organisation des autorités pénales de la Confédération propose une modification de la loi du 24 mars 2000 sur le personnel de la Confédération en instaurant un nouvel article 22a. Cette nouvelle disposition prévoit une obligation pour le personnel de la Confédération de dénoncer aux autorités de poursuite pénale, à leurs supérieurs ou au Contrôle fédéral des finances tous les crimes et délits poursuivis d office dont ils ont eu connaissance ou qui leur ont été signalés dans l exercice de leur fonction. Le Message du Conseil fédéral précise que l article 22a al. 1 ne vise pas uniquement «les cas de corruption mais tous les crimes et délits poursuivis d office, commis tant dans l administration qu en dehors, par des employés fédéraux ou par des personnes extérieures. Le devoir de dénonciation naît dès l existence d un soupçon fondé. Les employés ne sont par contre pas tenus de dénoncer des crimes et délits dont ils ont connaissance en dehors de leur profession» 28. La mise en place d un système de whisteblowing au sein de l entreprise apparaît donc comme un moyen préventif, incitatif et répressif intéressant pour lutter contre la corruption. Il reste à espérer qu un tel système se généralisera au sein des entreprises suisses. 3. L insertion d une clause d intégrité Face aux risques de corruption pouvant toucher les entreprises, on assiste à une nouvelle tendance consistant à inscrire dans divers types de contrats une clause d intégrité. Il est par exemple intéressant de noter qu en Suisse, dans le cadre de la coopération au développement ou de l assurance contre les risques à l exportation, des clauses anti-corruption prévoient la possibilité de résilier le contrat, d infliger des pénalités conventionnelles ou d exclure de contrats futurs l entreprise convaincue de corruption 29. Ce type de clause est également fréquent en matière de marchés publics. Ainsi, à titre d exemple, Transparency International-Suisse propose une clause d intégrité afin d obtenir l engagement, aussi bien de la part des soumissionnaires que des adjudicateurs du secteur public, d adopter un comportement éthique et conforme à la loi. La clause proposée a la teneur suivante: «L adjudicateur et le soumissionnaire s engagent à prendre toutes les mesures indiquées afin d éviter toute tentative de corruption et d agissement inéthiques pour assurer 28 Message du Conseil fédéral du 14 octobre 2008 relatif à la loi fédérale sur l organisation des autorités pénales de la Confédération (Loi sur l organisation des autorités pénales) in FF , en particulier p la corruption Conseils aux entreprises suisses actives à l étranger, p. 9. qu aucune faveur ni avantage quelconque puissent être offerts ou acceptés». 30 Toujours en matière de marchés publics, le législateur est allé plus loin puisque l article 27 al. 1 litt. c de l avant-projet de loi fédérale sur les marchés publics prévoit expressément l exclusion du soumissionnaire qui a manifestement influencé l adjudication par la corruption 31. III. La responsabilité pénale de l entreprise en cas de corruption L article 102 CP consacre un régime de responsabilité de l entreprise à deux niveaux. D une part, à son alinéa premier, cette disposition prévoit une responsabilité subsidiaire de l entreprise pour la majeure partie des comportements pénalement répréhensibles. D autre part, l article 102 al. 2 CP instaure une responsabilité primaire de l entreprise pour certaines infractions déterminées. Nous nous arrêterons ci-après uniquement sur la responsabilité primaire de l entreprise dès lors que l article 102 al. 2 CP mentionne expressément la corruption comme infraction permettant de mettre en œuvre la responsabilité pénale de l entreprise. A. La responsabilité primaire de l entreprise En vertu de l article 102 al. 2 CP, l entreprise peut, indépendamment de la punissabilité des personnes physiques, être punie s il doit lui être reproché de ne pas avoir pris toutes les mesures d organisation raisonnables et nécessaires pour empêcher notamment la corruption active et passive d agents publics étrangers 32 ou la corruption active de personnes privées 33. Dans un tel cas d espèce, l entreprise pourra être punie d une amende pouvant atteindre cinq millions de francs 34. Dans le cadre de l article 102 al. 2 CP, l entreprise se voit re- 30 Voir: (dernière consultation ). 31 L avant-projet du 30 mai 2008 est disponible sur le site: index.html?lang=fr (dernière consultation ). 32 Article 322 septies CP. 33 Article 4a al.1 lit. a LCD. 34 En plus des sanctions de la justice étatique, une entreprise peut également encourir d autres types de sanction. On citera à titre d exemple, la société Siemens qui, en plus d avoir payé près d un milliard d euros d amende à la justice allemande et américaine, s est engagé à payer 100 millions de dollars pour soutenir les efforts entrepris par la Banque mondiale pour lutter contre la corruption en raison d une série de scandales de pots-de-vin dans des appels d offres réalisés par la banque mondiale pour des projets en Russie, cf. article in: Le Temps du 4 juillet 2009, p. 23.

6 Entreprise et corruption: risques et responsabilité pénale 1097 procher de ne pas avoir pris toutes les mesures d organisation qui auraient pu empêcher la commission de l infraction 35. En cas d enquête pénale ouverte contre une entreprise pour corruption, l entreprise devra prouver qu elle a pris toutes les mesures d organisation qui auraient pu empêcher la corruption active et passive d agents publics étrangers et la corruption active de personnes privées. L entreprise doit donc démontrer l absence de carence d organisation. Selon la doctrine, les mesures d organisation doivent être nécessaires. L entreprise a donc l obligation de prendre non pas n importe quel type de mesures d organisation mais bien celles qui apparaissent aptes à empêcher la commission de l infraction qui s est produite 36. Est déterminante l adéquation entre l ensemble des mesures prises, considérées comme un tout, et la prévention du danger qui s est réalisé, en ce sens qu il devait apparaître prévisible qu en s abstenant de mettre en œuvre ces mesures d organisations particulières, l infraction en cause devenait susceptible d être commise 37. Il convient d examiner le rôle que peut jouer un programme anti-corruption mis en place par l entreprise et notamment analyser si ce dernier est suffisant pour prouver que l entreprise a pris toutes les mesures d organisation pour empêcher la survenance d un cas de corruption. Un programme anti-corruption ne peut en aucun cas absoudre l entreprise de toute responsabilité pénale. En effet, ce dernier n est qu une garantie de politique générale de lutte contre la corruption, qui ne suffit donc pas à lui seul à prévenir tous risques en matière de corruption. Un tel programme ne sera donc guère utile à l entreprise pour démontrer l absence de carence d organisation, tout au plus suffira-t-il à démontrer que l entreprise a fourni les efforts nécessaires pour se doter d un programme anti-corruption. Ainsi, si l adoption d un programme anti-corruption ne peut en aucun cas servir de blanc-seing à l entreprise 38, il constitue toutefois un standard pour juger des mesures efficaces prises par l entreprise. Au-delà de l existence d un programme anti-corruption, le juge doit donc notamment examiner si l intention des dirigeants de l entreprise était réellement de se doter d une véritable «compliance». L entreprise doit donc non seulement prouver l existence d un tel programme, mais aussi le fait que ce dernier ait été mis à jour régulièrement et que ses employés ont en connaissance, par exemple par le biais de séminaires internes à intervalles réguliers. L entreprise devra, le cas échéant, être en mesure de démontrer que, si elle a déjà été confrontée à des pratiques douteuses, elle a procédé à une évaluation des risques et à une analyse des conditions ayant mené à une potentielle violation des règles de compliance. Le manque de réaction de l entreprise donnerait l impression que celle-ci et ses dirigeants n ont pas la volonté suffisante de lutter contre la corruption et de prendre les mesures adéquates. Par conséquent, il apparaît qu une entreprise ayant un code de conduite anticorruption régulière ment mis à jour et concrètement appliqué pourrait échapper à toute condamnation pénale, ou pourrait voir, en cas de condamnation pénale, l amende infligée nettement réduite. En cas d absence d un programme anti-corruption, une entreprise devrait éprouver de sérieuses difficultés à démontrer l absence de carence d organisation. En effet, la gestion des risques de corruption au travers d un véritable guide éthique doit être la règle pour toutes les entreprises. Ainsi, il convient à notre avis que les tribunaux se montrent particulièrement stricts en cas d absence de programme anti-corruption au sein de l entreprise. B. La responsabilité pénale de l entreprise suisse pour les faits commis par sa filiale étrangère Qu en est-il lorsque la société suisse constitue une filiale à l étranger et que les représentants de cette filiale versent des pots-de-vin à un agent public étranger? La société suisse peut-elle être poursuivie pénalement? Cette question aborde la problématique du lien de connexité entre l acte punissable, l entreprise concernée et la Suisse. La doctrine est divisée. Selon certains auteurs, l entreprise suisse ne peut voir sa responsabilité pénale engagée. En effet, selon ces derniers, pour que la responsabilité pénale de l entreprise soit mise en œuvre, il faut que l acte ait été commis au moins en partie sur territoire suisse 39. Selon d autres 40, l entreprise suisse pourrait voir sa responsabilité engagée indépendamment de la commission de l acte sur territoire suisse. Jositsch précise ainsi qu il suffit qu existe un lien de connexité entre l acte et l entreprise qui a son siège en Suisse; le lieu de commission 35 Alain Macaluso, in: Yvan Gillard/Alain Macaluso/Laurent Moreillon, La responsabilité pénale des entreprises, Genève 2008, p Alain Macaluso, in: Roth/Moreillon (édit.), Commentaire Romand, Code pénal I, Art CP, Bâle 2009, art. 102 N Macaluso (n. 36), art. 102 N On citera ainsi la section 8B2.1(c) des «U.S. Sentencing Guidelines» states that a downward departure (i.e., a reduction in the recommended sentence or fine) is only available to a defendant company whose compliance and ethics program «periodically assess[es] the risk of criminal conduct» within the organization. 39 Paolo Bernasconi/Scornaienghi Rossini, «Nuove norme antocorruzione in Svizzerra», in: Rivista trimestrale di dritto penale dell economica, 13/200, p. 544; Mark Pieth, in: Marcel Alexander Niggli/Hans Wiprächtiger (édit.), Strafrecht II, Art StGB, Basler Kommentar, 2 ème éd., Bâle 2007, Neunzehnter Titel: Bestechung, n 7, pp. 2383ss. 40 Daniel Jositsch, Das Schweizerische Korruptionsstrafrecht, Zurich/Bâle/Genève 2003, pp. 451ss; Bertrand Perrin, La répression de la corruption d agents publics étrangers en droit pénal Suisse, Etude de l article 322 septies du code pénal et de ses enjeux procéduraux, Bâle 2008, pp

7 1098 serait donc sans importance 41. Pour Perrin, c est le manque d organisation qui est déterminant pour le rattachement territorial 42. Cet auteur précise ainsi que «dès que les conditions d imputation de la responsabilité à la société mère ou contrôlante sont réalisées, un défaut d organisation dans la société fille qui s avère causal dans la commission d infraction doit lui être imputé, même si l infraction a été totalement perpétrée dans la filiale située à l étranger 43». Nous rejoignons l avis exprimé par Perrin et Jositsch. Le juge chargé de l examen d un tel cas d espèce devra toutefois se montrer exigeant concernant l examen du lien de connexité entre l acte et l entreprise suisse. A notre avis, il sera particulièrement difficile de démontrer le lien de connexité entre l acte et l entreprise suisse, si la filiale est suffisamment indépendante sur le plan décisionnel et opérationnel. L article 102 CP n a en effet pas pour vocation d être applicable à toutes les sociétés suisses qui disposent d une filiale à l étranger. si bien que l entreprise suisse peut se voir appliquer le droit de l Etat dans lequel elle a des intérêts commerciaux. IV. Conclusion Afin de limiter les risques de corruption, l entreprise doit mettre en place un programme anti-corruption pour permettre l identification des risques auxquels elle peut être confrontée. L entreprise doit également se doter d une meilleure gestion des risques, d une politique sévère et de directives claires à l intention de ses employés. Elle devra notamment faire preuve d une plus grande prudence dans les marchés émergents. A défaut, l entreprise risque de voir sa responsabilité pénale engagée. On peut toutefois regretter que le législateur n ait pas encore imposé aux sociétés suisses, une véritable obligation légale d adopter des mesures préventives comme un programme anti-corruption. En effet, comme le relève Méan, «de nombreuses entreprises continuent de conduire leur business as usual 44 ;», sans toutefois se rendre compte des risques en matière de corruption et de ses conséquences pour l entreprise. Ce besoin de réglementation se justifie d autant plus dans une économie globalisée où l on tend de plus en plus à une application extraterritoriale du droit, notamment du droit pénal de la corruption 45, 41 Jositsch (n. 40), p Perrin (n. 40), p Perrin (n. 40) p Méan (n. 13), p On citera comme exemple récent, le groupe pétrolier italien ENI qui tombait sous le coup de la loi américaine dès lors que des titres de ce groupe étaient cotés à la bourse de New York. La société ENI et sa filiale Snamprogretti se sont vues condamner à une amende de 365 millions de dollars (soit 125 millions qui seront versés à la SEC et 240 millions pour solder des poursuites pénales intentées par le ministère américain de la justice) dans le cadre d une affaire de corruption au Nigéria, cf. L AGEFI du 8 juillet 2010, p. 20. La lutte contre la corruption a pris de l ampleur en droit international et dans le système législatif suisse. L entreprise, qui plus est celle qui exerce ses activités sur le plan international, est au centre de cette problématique et se doit d adopter des meilleures pratiques dans le domaine. D une part, elle doit prendre soin d analyser et d évaluer les risques qu elle encourt. Elle le fera par le biais d une due diligence anti-corruption interne, qui comprendra ses intermédiaires. Elle portera une attention particulière aux risques de corruption dans les transactions M&A. D autre part, elle doit se doter de moyens les plus adéquats pour anticiper et éviter les risques. Elle édictera pour ce faire un programme anti-corruption, elle mettra en place un système de whistleblowing et insérera dans ses contrats une clause d intégrité. L entreprise peut en effet voir sa responsabilité pénale engagée (102 al. 2 CP), si elle n a pas pris les mesures d organisation raisonnables et nécessaires pour empêcher les actes de corruption. Dans ce cadre et parmi les mesures préventives, la mise en œuvre d un système anti-corruption servira d indice. Un tel système devrait à terme être imposé par le législateur.

Politique de conformité relative à la lutte contre la corruption et la Loi sur les manœuvres frauduleuses étrangères

Politique de conformité relative à la lutte contre la corruption et la Loi sur les manœuvres frauduleuses étrangères Politique de conformité relative à la lutte contre la corruption et la Loi sur les manœuvres frauduleuses étrangères Crawford & Compagnie et toutes ses filiales à travers le monde sont soumises à certaines

Plus en détail

COMPRENDRE, EVALUER ET PREVENIR LE RISQUE DE CORRUPTION

COMPRENDRE, EVALUER ET PREVENIR LE RISQUE DE CORRUPTION COMPRENDRE, EVALUER ET PREVENIR LE RISQUE DE CORRUPTION Philippe Montigny, Président, ETHIC Intelligence EIFR Paris, le 3 juillet 2013 1 Le monde a changé La responsabilité d une entreprise peut être engagée

Plus en détail

Commission nationale de l informatique et des libertés. Paris, le 10 novembre 2005

Commission nationale de l informatique et des libertés. Paris, le 10 novembre 2005 Commission nationale de l informatique et des libertés Paris, le 10 novembre 2005 Document d orientation adopté par la Commission le 10 novembre 2005 pour la mise en œuvre de dispositifs d alerte professionnelle

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC.

POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC. POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC. CONTEXTE : Alcoa Inc. («Alcoa») et sa direction se sont engagés à mener toutes leurs activités dans le monde entier, avec éthique et en conformité

Plus en détail

Principes directeurs d ICC sur les dispositifs d alerte éthique

Principes directeurs d ICC sur les dispositifs d alerte éthique Principes directeurs d ICC sur les dispositifs d alerte éthique Rédigé par la Commission anticorruption d ICC A. Introduction 1. La corruption et la fraude économique n ont pas diminué La fraude demeure

Plus en détail

Loi fédérale sur le transfert international des biens culturels

Loi fédérale sur le transfert international des biens culturels Loi fédérale sur le transfert international des biens culturels (Loi sur le transfert des biens culturels, LTBC) 444.1 du 20 juin 2003 (Etat le 1 er janvier 2012) L Assemblée fédérale de la Confédération

Plus en détail

Convention des Nations Unies contre la corruption (New York, 31 octobre 2003)

Convention des Nations Unies contre la corruption (New York, 31 octobre 2003) Convention des Nations Unies contre la corruption (New York, 31 octobre 2003) OBJECTIFS La Convention des Nations Unies contre la corruption (la Convention) est la première initiative prise au niveau mondial

Plus en détail

Brookfield Renewable Energy Partners L.P. POLITIQUE ANTI-POTS-DE-VIN ET ANTI-CORRUPTION

Brookfield Renewable Energy Partners L.P. POLITIQUE ANTI-POTS-DE-VIN ET ANTI-CORRUPTION Brookfield Renewable Energy Partners L.P. POLITIQUE ANTI-POTS-DE-VIN ET ANTI-CORRUPTION TABLE DES MATIÈRES APPLICATION DE LA POLITIQUE 1 ENGAGEMENT CONTRE LES POTS-DE-VIN ET LA CORRUPTION 1 INTERDICTION

Plus en détail

Code de conduite des récipiendaires des ressources du Fonds mondial

Code de conduite des récipiendaires des ressources du Fonds mondial Approuvé le 16 juillet 2012 La présente traduction du Code de conduite des récipiendaires des ressources du Fonds mondial (le «code») en français est fournie à titre informatif uniquement. Le document

Plus en détail

POLITIQUE ANTI-CORRUPTION

POLITIQUE ANTI-CORRUPTION POLITIQUE ANTI-CORRUPTION 1. ÉNONCÉ ET OBJECTIF DE LA POLITIQUE Le CN croit qu une entreprise «honnête» est une entreprise durable, et il est déterminé à n utiliser que des pratiques commerciales qui sont

Plus en détail

Présentation de la lutte contre la corruption. Un guide de formation pour les entreprises qui font affaire avec Abbott

Présentation de la lutte contre la corruption. Un guide de formation pour les entreprises qui font affaire avec Abbott Présentation de la lutte contre la corruption Un guide de formation pour les entreprises qui font affaire avec Objet s attache à mener ses activités de façon éthique et en conformité avec la Loi et la

Plus en détail

CHARTE ETHIQUE GROUPE HEURTEY PETROCHEM

CHARTE ETHIQUE GROUPE HEURTEY PETROCHEM CHARTE ETHIQUE GROUPE HEURTEY PETROCHEM SOMMAIRE I. OBJET DE LA CHARTE ETHIQUE GROUPE... 1 II. DROITS FONDAMENTAUX... 1 1. Respect des conventions internationales... 1 2. Discrimination et harcèlement...

Plus en détail

Lettre de politique n o 2

Lettre de politique n o 2 PORTÉE Xerox Corporation et ses filiales. SOMMAIRE Ce document décrit les règles éthiques et comportementales que les employés de Xerox Corporation et de ses filiales («Xerox») sont tenus de respecter

Plus en détail

POLITIQUE DE DANAHER CORPORATION EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION

POLITIQUE DE DANAHER CORPORATION EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION POLITIQUE DE DANAHER CORPORATION EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION I. OBJET La corruption est interdite par le droit de presque tous les pays et territoires de la planète. Danaher Corporation («Danaher»)

Plus en détail

Procédures de traitement des plaintes relatives à la comptabilité et à la vérification

Procédures de traitement des plaintes relatives à la comptabilité et à la vérification Procédures de traitement des plaintes relatives à la comptabilité et à la vérification Secrétariat Corporate Service corporatif August 7, 2014 V1.0 7 août 2014 V9.0 Pour usage interne Table des matières

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

Circulaire Projet de la Commission fédérale des banques: Surveillance et contrôle internes du xxx Sommaire Objet... 2 Champ d application...

Circulaire Projet de la Commission fédérale des banques: Surveillance et contrôle internes du xxx Sommaire Objet... 2 Champ d application... Circulaire de la Commission fédérale des banques: Surveillance et contrôle internes Projet du xxx Sommaire 1 Objet... 2 2 Champ d application... 2 3 Conseil d administration... 2 3.1 Indépendance des membres

Plus en détail

Guide: mise en oeuvre de la surveillance par des mandataires (état : mai 2007)

Guide: mise en oeuvre de la surveillance par des mandataires (état : mai 2007) Guide: mise en oeuvre de la surveillance par des mandataires (état : mai 2007) La Commission fédérale des banques (CFB) est chargée de veiller au respect des lois régissant les marchés financiers et prend

Plus en détail

Présentation du Système de Gestion de la Conformité de Seves

Présentation du Système de Gestion de la Conformité de Seves Présentation du Système de Gestion de la Conformité de Seves 1. Responsable de la Conformité et Représentants de la Conformité 2. Analyse et évaluation des risques 3. Documents 4. Formations 5. Certificats

Plus en détail

Les présentes sont la traduction d un document en langue anglaise réalisée uniquement pour votre convenance. Le texte de l original en langue

Les présentes sont la traduction d un document en langue anglaise réalisée uniquement pour votre convenance. Le texte de l original en langue Les présentes sont la traduction d un document en langue anglaise réalisée uniquement pour votre convenance. Le texte de l original en langue anglaise régira à tous égards vos droits et obligations. L

Plus en détail

Code à l intention des partenaires commerciaux

Code à l intention des partenaires commerciaux Code à l intention des partenaires commerciaux Groupe Axpo Code à l intention des partenaires commerciaux 02 03 Table des matières Introduction... 05 I. Éthique commerciale et intégrité... 07 II. Respect

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 4 juillet 2003 MONEYVAL (2003)9 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 14 mai 2004 MONEYVAL (2004)6 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

Administration fédérale des contributions. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport

Administration fédérale des contributions. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport Administration fédérale des contributions D3.A.12 DUS Confidentiel n est pas destiné à la publication Rapport sur la conclusion d un protocole modifiant la convention de double imposition avec la République

Plus en détail

INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 66-2012

INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 66-2012 INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 66-2012 L absence du travailleur en raison de la maladie d un enfant Aux termes de l art. 36 al. 3 de la loi fédérale sur le travail (LTr), «l employeur doit, sur présentation

Plus en détail

Dans le débat sur les réglementations légales possibles, deux questions principales sont à résoudre :

Dans le débat sur les réglementations légales possibles, deux questions principales sont à résoudre : RESUME EXECUTIF Etude juridique: «Les remèdes juridiques face aux violations des droits humains et aux atteintes à l environnement commises par les filiales des entreprises suisses» par François Membrez,

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

Guide de gestion du risque en droit pénal des affaires

Guide de gestion du risque en droit pénal des affaires Veolia Environnement 36-38, avenue Kléber 75116 Paris Cedex 16 France www.veolia.com Veolia Environnement - Crédits photos : photothèque Veolia Environnement (Stéphane Lavoué / MYOP, Christophe Majani

Plus en détail

AUX MAISONS DE TRANSFERT AUX AGENTS DE CHANGE

AUX MAISONS DE TRANSFERT AUX AGENTS DE CHANGE AUX MAISONS DE TRANSFERT ET AUX AGENTS DE CHANGE Les présentes lignes directrices résument les principales obligations légales auxquelles sont assujetties les maisons de transfert et les agents de change,

Plus en détail

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 2.3.2015 COM(2015) 86 final 2015/0043 (NLE) Proposition de DÉCISION DU CONSEIL sur la signature, au nom de l Union européenne, de la convention du Conseil de l Europe

Plus en détail

La gestion de la compliance du point de vue du Conseil d administration Aperçu à la lumière des nouvelles recommandations suisses et internationales

La gestion de la compliance du point de vue du Conseil d administration Aperçu à la lumière des nouvelles recommandations suisses et internationales AUDIT COMMITTEE NEWS Numéro 50 / T3 2015 La gestion de la compliance du point de vue du Conseil d administration Aperçu à la lumière des nouvelles recommandations suisses et internationales Gestion des

Plus en détail

Corruption et Extraterritorialité Webinar

Corruption et Extraterritorialité Webinar Corruption et Extraterritorialité Webinar Paris, 10 Avril 2014 Présentation «Corruption et Extraterritorialité» Protéger l entreprise et ses dirigeants contre le risque d image et le risque pénal Bonne

Plus en détail

Propositions et contributions reçues des gouvernements. Pérou: éléments à inclure dans la Convention des Nations Unies contre la corruption

Propositions et contributions reçues des gouvernements. Pérou: éléments à inclure dans la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies A/AC.261/IPM/11 Assemblée générale Distr.: Générale 12 novembre 2001 Français Original: Espagnol Réunion préparatoire informelle du Comité spécial chargé de négocier une convention contre

Plus en détail

Responsabilité des administrateurs

Responsabilité des administrateurs Présentation pour Ideark, Martigny, 31.10.2008 Responsabilité des administrateurs 1. Notion d administrateur 2. Insolvabilité 3. Assurances sociales 4. Impôts 5. Défaut de diligence et de loyauté 6. Responsabilité

Plus en détail

Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger

Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger (LPSP) du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 54, al. 1, 95, al. 1, et 173, al. 2, de la Constitution

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

Directives concernant le Code of Conduct Schindler (principes de conduite) tous les collaborateurs du group Schindler en Suisse août 2008

Directives concernant le Code of Conduct Schindler (principes de conduite) tous les collaborateurs du group Schindler en Suisse août 2008 Directives concernant le Code of Conduct Schindler (principes de conduite) À tous les collaborateurs du group Schindler en Suisse Ces directives font partie intégrante des principes de conduite et doivent

Plus en détail

Règlement concernant la compliance du 23 août 2012 1. Chapitre 1 Principe, but et champ d application 2

Règlement concernant la compliance du 23 août 2012 1. Chapitre 1 Principe, but et champ d application 2 Règlement concernant la compliance du août 0 (Etat au 0 avril 0) Table des matières Règlement concernant la compliance du août 0 Chapitre Principe, but et champ d application Art. Principe et but Art.

Plus en détail

Septembre 2001. Comment la Suisse lutte contre le blanchiment d argent

Septembre 2001. Comment la Suisse lutte contre le blanchiment d argent Septembre 2001 Comment la Suisse lutte contre le blanchiment d argent Table des matières Page Question Question Question Question Question 1 1 2 2 4 3 5 4 6 5 7 Des capitaux d origine criminelle? Non,

Plus en détail

GDF SUEZ CODE DE CONDUITE A L USAGE DES FINANCIERS DU GROUPE

GDF SUEZ CODE DE CONDUITE A L USAGE DES FINANCIERS DU GROUPE CODE DE CONDUITE A L USAGE DES FINANCIERS DU GROUPE SOMMAIRE Préambule 1 Article 1 2 Conflits d Intérêts Article 2 3 Qualité de l information du Public Article 3 3 Respect des lois, règles et règlements

Plus en détail

Cour d appel de Caen - 3ème chambre. Arrêt du 23 septembre 2011

Cour d appel de Caen - 3ème chambre. Arrêt du 23 septembre 2011 Cour d appel de Caen - 3ème chambre Arrêt du 23 septembre 2011 Société Benoist Girard c./ CHSCT et syndicat CFDT des salariés des industries de la métallurgie caennaise Décision déférée : Tribunal de grande

Plus en détail

Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies?

Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies? Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies? Chantal CUTAJAR Présidente de l OCTFI Directrice du GRASCO (Université de Strasbourg) La Commission des affaires économiques

Plus en détail

DISPOSITIONS GENERALES

DISPOSITIONS GENERALES Loi n 09-04 du 14 Chaâbane 1430 correspondant au 5 août 2009 portant règles particulières relatives à la prévention et à la lutte contre les infractions liées aux technologies de l information et de la

Plus en détail

RESOLUTION. Objet : Adoption des normes universelles visant à lutter contre la corruption au sein des forces/services de police

RESOLUTION. Objet : Adoption des normes universelles visant à lutter contre la corruption au sein des forces/services de police Page 1 RESOLUTION Objet : Adoption des normes universelles visant à lutter contre la corruption au sein des forces/services de police L Assemblée générale de l O.I.P.C.-Interpol, réunie en sa 71 ème session

Plus en détail

RESPONSABILITÉ DE LA MAISON MÈRE NESTLÉ POUR DES ACTES COMMIS A L ÉTRANGER

RESPONSABILITÉ DE LA MAISON MÈRE NESTLÉ POUR DES ACTES COMMIS A L ÉTRANGER 1 RESPONSABILITÉ DE LA MAISON MÈRE NESTLÉ POUR DES ACTES COMMIS A L ÉTRANGER Je vais essayer brièvement d évoquer les problèmes à résoudre pour pouvoir réclamer de la société-mère ou holding des comptes

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 14 mai 2004 MONEYVAL (2004)7 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

Politique de Prévention et de Gestion des Conflits d Intérêts

Politique de Prévention et de Gestion des Conflits d Intérêts Politique de Prévention et de Gestion des Conflits d Intérêts 1 POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS 1.1 PRINCIPES Le présent document a pour but d informer les investisseurs des

Plus en détail

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand Faculté de droit Prof. Jean-Philippe Dunand Prof. Pascal Mahon Avenue du 1 er -Mars 26 CH-2000 Neuchâtel Tél. ++41 32 718.12.00 Fax ++41 32 718.12.01 Centre d étude des relations de travail (CERT) Neuchâtel,

Plus en détail

La législation relative à la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme

La législation relative à la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme La législation relative à la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme Présentation des obligations professionnelles des métiers du conseil et de la finance 19 mai 2011 Christophe ZEEB

Plus en détail

occupent en Suisse des travailleurs à domicile.

occupent en Suisse des travailleurs à domicile. Loi fédérale sur le travail à domicile (Loi sur le travail à domicile, LTrD) 1 822.31 du 20 mars 1981 (Etat le 1 er janvier 2009) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 34 ter et

Plus en détail

ACCORD MULTILATÉRAL ACCORD MULTILATÉRAL

ACCORD MULTILATÉRAL ACCORD MULTILATÉRAL ACCORD MULTILATÉRAL ENTRE AUTORITÉS COMPÉTENTES CONCERNANT L ÉCHANGE AUTOMATIQUE DE RENSEIGNEMENTS RELATIFS AUX COMPTES FINANCIERS (ENSEMBLE SIX ANNEXES), SIGNÉ À BERLIN LE 29 OCTO- BRE 2014 DÉCLARATION

Plus en détail

Conférence de presse annuelle du 23 mars 2010. Urs Zulauf Directeur adjoint Responsable de la division Services stratégiques et centraux

Conférence de presse annuelle du 23 mars 2010. Urs Zulauf Directeur adjoint Responsable de la division Services stratégiques et centraux Conférence de presse annuelle du 23 mars 2010 Urs Zulauf Directeur adjoint Responsable de la division Services stratégiques et centraux Les risques juridiques dans le cadre des relations d affaires transfrontières

Plus en détail

Service juridique (Bureau chargé des questions d éthique et de déontologie) Expert de domaine :

Service juridique (Bureau chargé des questions d éthique et de déontologie) Expert de domaine : Fonction/ Service : Service juridique (Bureau chargé des questions d éthique et de déontologie) Expert de domaine : Laurel Burke, Associées du dir. juridique. Conformité, laurel.burke@regalbeloit.com Première

Plus en détail

PROCESSUS RÉGISSANT L UTILISATION DE LA LIGNE ÉTHIQUE DU BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL DE LA VILLE DE MONTRÉAL

PROCESSUS RÉGISSANT L UTILISATION DE LA LIGNE ÉTHIQUE DU BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL DE LA VILLE DE MONTRÉAL PRÉAMBULE OBJECTIFS PROCESSUS RÉGISSANT L UTILISATION DE LA LIGNE ÉTHIQUE DU BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL DE LA VILLE DE MONTRÉAL PRÉAMBULE Considérant la reconnaissance par la Ville de Montréal (ci-après

Plus en détail

Nous constatons de nos jours

Nous constatons de nos jours LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS DE SOCIETES par Me Jean Brucher Nous constatons de nos jours que l internationalisation et la globalisation des problèmes relatifs à l activité des entreprises ainsi que

Plus en détail

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur l Albanie

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur l Albanie DIRECTION GENERALE DES DROITS DE L HOMME ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DIRECTION DES MONITORINGS Strasbourg, le 8 octobre 2009 Public Greco RC-II (2007) 12F Addendum Deuxième Cycle d Evaluation Addendum au

Plus en détail

Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs

Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs (Loi sur la surveillance de la révision, LSR) 221.302 du 16 décembre 2005 (Etat le 1 er janvier 2013) L Assemblée fédérale de la Confédération

Plus en détail

Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs

Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs (Loi sur la surveillance de la révision, LSR) 221.302 du 16 décembre 2005 (Etat le 1 er septembre 2007) L Assemblée fédérale de la Confédération

Plus en détail

Association : ce que dit la loi 1901 http://www.legifrance.gouv.fr. Association départementale O.C.C.E

Association : ce que dit la loi 1901 http://www.legifrance.gouv.fr. Association départementale O.C.C.E Mise en application de la circulaire n 2008-095 du 23 / 07 / 08 : INFORMATIONS LEGALES ET REGLEMENTAIRES EN MATIERE DE FONCTIONNEMENT D'UNE COOPERATIVE SCOLAIRE SELON SA FORME JURIDIQUE http://www.education.gouv.fr/bo/2008/31/default.htm

Plus en détail

LUTTE CONTRE LA CRIMINALITE ET REGLES D IDENTIFICATION DE LA CLIENTELE

LUTTE CONTRE LA CRIMINALITE ET REGLES D IDENTIFICATION DE LA CLIENTELE LUTTE CONTRE LA CRIMINALITE ET REGLES D IDENTIFICATION DE LA CLIENTELE Punissabilité des entreprises En automne 2001, les Chambres fédérales ont adopté les nouveaux articles 102 et 102a du Code pénal qui

Plus en détail

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté.

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté. Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales Nos valeurs. Notre fierté. 2 Table des matières Pages 1. But du code 4 2. Champ d application 4 3. Durée d application du code 4 4. Interprétation

Plus en détail

Politique de conflits d intérêts

Politique de conflits d intérêts Politique de conflits d intérêts Politique internationale de Novartis 1 er septembre 2015 Version GIC 101.V1.FR Introduction 1.1 Objectif Novartis s engage à conduire ses activités de manière à garantir

Plus en détail

Outils de recouvrement d avoirs au Canada. Guide pratique

Outils de recouvrement d avoirs au Canada. Guide pratique Outils de recouvrement d avoirs au Canada Guide pratique Outils de recouvrement d avoirs au Canada Guide pratique I. INTRODUCTION Tout comme il appuie les instruments juridiques internationaux tels que

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉNONCIATION

POLITIQUE DE DÉNONCIATION POLITIQUE DE DÉNONCIATION APPROUVÉE PAR LE COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE MISE EN CANDIDATURE LE 11 DÉCEMBRE 2013 APPROUVÉE PAR LE COMITÉ D AUDIT LE 25 MARS 2014 APPROUVÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION

Plus en détail

T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre 2011

T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre 2011 CMS Bureau Francis Lefebvre 1-3 Villa Emile Bergerat, 92522 Neuilly-sur-Seine Cedex, France T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre

Plus en détail

Administration fédérale des contributions 2009. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport

Administration fédérale des contributions 2009. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport Administration fédérale des contributions D 3.SF.12 DUS 2009 Confidentiel n est pas destiné à la publication Rapport sur la conclusion d un protocole modifiant la Convention de double imposition entre

Plus en détail

A/RES/55/25 II. Protection des victimes de la traite des personnes

A/RES/55/25 II. Protection des victimes de la traite des personnes 2. L original de la présente Convention, dont les textes anglais, arabe, chinois, espagnol, français et russe font également foi, sera déposé auprès du Secrétaire général de l Organisation des Nations

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-132 QPC du 20 mai 2011. (M. Ion C.) Incapacité et interdiction d exploiter un débit de boissons

Commentaire. Décision n 2011-132 QPC du 20 mai 2011. (M. Ion C.) Incapacité et interdiction d exploiter un débit de boissons Commentaire Décision n 2011-132 QPC du 20 mai 2011 (M. Ion C.) Incapacité et interdiction d exploiter un débit de boissons Par arrêt en date du 24 mars 2011 (n 490), la troisième chambre civile de la Cour

Plus en détail

ARROW ELECTRONICS, INC.

ARROW ELECTRONICS, INC. 7459 South Lima Street Englewood, Colorado 80112 Aout 2013 P 303 824 4000 F 303 824 3759 arrow.com CODE DE CONDUITE DES PARTENAIRES COMMERCIAUX ARROW ELECTRONICS, INC. Cher partenaire commercial, Le succès

Plus en détail

Les autorités judiciaires françaises n ont pas mis en œuvre de politique nationale de prévention dans ce domaine.

Les autorités judiciaires françaises n ont pas mis en œuvre de politique nationale de prévention dans ce domaine. COMITE D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) CYBERTERRORISME L UTILISATION DE L INTERNET A DES FINS TERRORISTES FRANCE Avril 2008 Kapitel 1 www.coe.int/gmt A. Politique Nationale 1. Existe-t-il une politique

Plus en détail

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 2.3.2015 COM(2015) 84 final 2015/0042 (NLE) Proposition de DÉCISION DU CONSEIL sur la signature, au nom de l Union européenne, de la convention du Conseil de l Europe

Plus en détail

EBA/GL/2012/06 22 novembre 2012. Orientations. sur l évaluation de l aptitude des membres de l organe de direction et des titulaires de postes clés

EBA/GL/2012/06 22 novembre 2012. Orientations. sur l évaluation de l aptitude des membres de l organe de direction et des titulaires de postes clés EBA/GL/2012/06 22 novembre 2012 Orientations sur l évaluation de l aptitude des membres de l organe de direction et des titulaires de postes clés Orientations de l ABE sur l évaluation de l aptitude des

Plus en détail

Message du Président de la Banque mondiale

Message du Président de la Banque mondiale Message du Président de la Banque mondiale Le Groupe de la Banque mondiale a pour difficile mission d éliminer la pauvreté et de promouvoir la croissance et les opportunités. C est une mission qui exige

Plus en détail

CHARTE RSE DES FOURNISSEURS. Engagements attendus des Fournisseurs de BNP Paribas en matière de responsabilité sociale et environnementale

CHARTE RSE DES FOURNISSEURS. Engagements attendus des Fournisseurs de BNP Paribas en matière de responsabilité sociale et environnementale Charte CHARTE RSE DES FOURNISSEURS Engagements attendus des Fournisseurs de BNP Paribas en matière de responsabilité sociale et environnementale En adhérant au Pacte Mondial des Nations Unies (Global Compact

Plus en détail

Comment s établir aux États-unis?

Comment s établir aux États-unis? Comment s établir aux États-unis? Zara Law Offices 111 John Street Suite 510 New York, NY 10038 Tel: 1-212-619 45 00 Fax: 1-212-619 45 20 www.zaralawny.com 1 Introduction La récente baisse du dollar constitue

Plus en détail

12.039 né Libre circulation des personnes. Mesures d'accompagnement. Loi. Modification Projet 1 seulement pour information / Projet 2 voir p.

12.039 né Libre circulation des personnes. Mesures d'accompagnement. Loi. Modification Projet 1 seulement pour information / Projet 2 voir p. Conseil des Etats Session d'automne 0 e-parl 04.09.0 :3 - -.039 né Libre circulation des personnes. Mesures d'accompagnement. Loi. Modification Projet seulement pour information / Projet voir p. 5 Projet

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES DE RÉSOLU À L INTENTION DES FOURNISSEURS

LIGNES DIRECTRICES DE RÉSOLU À L INTENTION DES FOURNISSEURS LIGNES DIRECTRICES DE RÉSOLU À L INTENTION DES FOURNISSEURS INTRODUCTION Chez Produits forestiers Résolu Inc. («Résolu»), nous attachons beaucoup d importance à nos relations avec nos clients, nos fournisseurs,

Plus en détail

INVESTIGATION INTERNE AUX ENTREPRISES: LE CADRE JURIDIQUE

INVESTIGATION INTERNE AUX ENTREPRISES: LE CADRE JURIDIQUE INVESTIGATION INTERNE AUX ENTREPRISES: LE CADRE JURIDIQUE Dr Marc Henzelin, LLM Genève, le 23 mars 2011 EXEMPLES: Investigation interne dans une banque pour vérifier si un gestionnaire de fortune a commis

Plus en détail

HAUT-COMMISSARIAT AUX DROITS DE L HOMME OFFICE OF THE HIGH COMMISSIONER FOR HUMAN RIGHTS PALAIS DES NATIONS 1211 GENEVA 10, SWITZERLAND

HAUT-COMMISSARIAT AUX DROITS DE L HOMME OFFICE OF THE HIGH COMMISSIONER FOR HUMAN RIGHTS PALAIS DES NATIONS 1211 GENEVA 10, SWITZERLAND HAUT-COMMISSARIAT AUX DROITS DE L HOMME OFFICE OF THE HIGH COMMISSIONER FOR HUMAN RIGHTS PALAIS DES NATIONS 1211 GENEVA 10, SWITZERLAND Mandat de la Rapporteuse spéciale sur l indépendance des juges et

Plus en détail

ENTREPRISES MINIÈRES GLOBEX INC. CODE DE CONDUITE PROFESSIONNELLE ET DE DÉONTOLOGIE

ENTREPRISES MINIÈRES GLOBEX INC. CODE DE CONDUITE PROFESSIONNELLE ET DE DÉONTOLOGIE ENTREPRISES MINIÈRES GLOBEX INC. CODE DE CONDUITE PROFESSIONNELLE ET DE DÉONTOLOGIE INTRODUCTION Le succès d Entreprises minières Globex inc. («Globex») repose sur l intégrité personnelle et professionnelle

Plus en détail

L organisation de la lutte contre la fraude au sein d une banque. Présenté par Mays MOUISSI

L organisation de la lutte contre la fraude au sein d une banque. Présenté par Mays MOUISSI L organisation de la lutte contre la fraude au sein d une banque Présenté par Mays MOUISSI Sommaire La fraude : Définition Portrait robot du fraudeur Les différents types de fraude Exemple de fraude :

Plus en détail

Prévenir la corruption Conseils aux entreprises suisses actives à l étranger

Prévenir la corruption Conseils aux entreprises suisses actives à l étranger Prévenir la corruption Conseils aux entreprises suisses actives à l étranger Une brochure d information du Secrétariat d Etat à l économie (SECO), en collaboration avec: l Office fédéral de la justice,

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET LA BANQUE DE NOUVELLE ÉCOSSE POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET PROCÉDURES Y AFFÉRENTES Supplément au Code d éthique Octobre 2015 BANQUE SCOTIA Table des matières SECTION 1 INTRODUCTION... 3 SECTION 2 RAISON

Plus en détail

L éthique, un engagement de chacun qui se concrétise par :

L éthique, un engagement de chacun qui se concrétise par : Code d Éthique 2 L éthique, un engagement de chacun qui se concrétise par : une prise de responsabilités, dans le cadre de principes de gouvernement d entreprise approuvés par les pays de l OCDE ; une

Plus en détail

ECD Watch. Les. Principes directeurs de l OCDE à l intention des entreprises multinationales. Un outil pour la conduite responsable des entreprises

ECD Watch. Les. Principes directeurs de l OCDE à l intention des entreprises multinationales. Un outil pour la conduite responsable des entreprises ECD Watch Les Principes directeurs de l OCDE à l intention des entreprises multinationales Un outil pour la conduite responsable des entreprises À propos des Principes directeurs de l OCDE à l intention

Plus en détail

Rapport du Conseil fédéral en réponse au postulat Leutenegger Oberholzer (14.3087)

Rapport du Conseil fédéral en réponse au postulat Leutenegger Oberholzer (14.3087) Le Conseil fédéral 12 septembre 2014 Déductibilité fiscale des amendes et des sanctions financières de nature administrative Rapport du Conseil fédéral en réponse au postulat Leutenegger Oberholzer (14.3087)

Plus en détail

Aide aux victimes en cas d infraction commise

Aide aux victimes en cas d infraction commise Département fédéral de justice et police DFJP Office fédéral de la justice OFJ Domaine de direction Droit public Unité Projets et méthode législatifs 1 er janvier 2015 Aide aux victimes en cas d infraction

Plus en détail

2.2 Objet du contrôle Il y a lieu de vérifier les points suivants de manière individuelle ou combinée.

2.2 Objet du contrôle Il y a lieu de vérifier les points suivants de manière individuelle ou combinée. Protection des données; examen périodique des applications informatiques; CONDITIONS GÉNÉRALES (également valables lors de recours à des sociétés d audit) 1 Quiconque souhaite charger une société d audit

Plus en détail

CAC/COSP/IRG/2011/CRP.13

CAC/COSP/IRG/2011/CRP.13 24 octobre 2011 Uniquement en français Groupe d examen de l application Poursuite de la reprise de la deuxième session Marrakech (Maroc), 25 octobre 2011 Résumé analytique: Rapport de la France Système

Plus en détail

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION (En application du paragraphe 2 sur la Résolution 1/8 relative

Plus en détail

Règles de conduite pour compagnies d assurances en matière de gestion de placements de capitaux

Règles de conduite pour compagnies d assurances en matière de gestion de placements de capitaux Règles de conduite pour compagnies d assurances en matière de gestion de placements de capitaux 3 Impressum Editeur: Association Suisse d Assurances ASA Conrad-Ferdinand-Meyer-Strasse 14 Case postale,

Plus en détail

03.460. Initiative parlementaire

03.460. Initiative parlementaire 03.460 Initiative parlementaire Procédures de la délégation des Commissions de gestion et enquêtes disciplinaires ou administratives de la Confédération menées parallèlement et sur un même objet Rapport

Plus en détail

Loi fédérale sur les professions de la santé. Avant-projet. (LPSan) Dispositions générales. Compétences au niveau bachelor. du...

Loi fédérale sur les professions de la santé. Avant-projet. (LPSan) Dispositions générales. Compétences au niveau bachelor. du... Loi fédérale sur les professions de la santé (LPSan) du... Avant-projet L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l art. 95, al. 1 et l art. 97, al. 1, de la Constitution 1, vu le message du

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) Circulaires de la Direction des affaires criminelles Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2006 Circulaire

Plus en détail

Problématiques cross-border : comment démarcher un client fiscalisé et comment communiquer avec lui?

Problématiques cross-border : comment démarcher un client fiscalisé et comment communiquer avec lui? 13 décembre 2012 Problématiques cross-border : comment démarcher un client fiscalisé et comment communiquer avec lui? Conférence Academy & Finance du 13 décembre 2012 Alexandre de Senarclens ads@oher.ch

Plus en détail

Tribunal correctionnel de Paris Pôle Chambre N Parquet : CONCLUSIONS EN NULLITE POUR : Ayant pour avocat : EN LA PRESENCE DU MINISTERE PUBLIC

Tribunal correctionnel de Paris Pôle Chambre N Parquet : CONCLUSIONS EN NULLITE POUR : Ayant pour avocat : EN LA PRESENCE DU MINISTERE PUBLIC Tribunal correctionnel de Paris Pôle Chambre N Parquet : CONCLUSIONS EN NULLITE POUR : M. Ayant pour avocat : EN LA PRESENCE DU MINISTERE PUBLIC PLAISE AU TRIBUNAL 1. Après avoir été placé en garde à vue,

Plus en détail

Olivier Huart Directeur Général

Olivier Huart Directeur Général J ai souhaité, dès mon arrivée à la tête du Groupe TDF, doter l entreprise de valeurs fortes pour rassembler les collaborateurs et créer la confiance de nos partenaires. Ces valeurs, au nombre de cinq

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1123829L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1123829L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement

Plus en détail

Politique de gestion contractuelle. Régie intermunicipale d incendie de Saint-Constant et de Sainte-Catherine

Politique de gestion contractuelle. Régie intermunicipale d incendie de Saint-Constant et de Sainte-Catherine Politique de gestion contractuelle Régie intermunicipale d incendie de Saint-Constant et de Sainte-Catherine 17 juin 2015 Table des matières 1. OBJECTIF DE LA POLITIQUE... 2 2. APPLICATION... 2 2.1. 2.2.

Plus en détail