Entretien des chaussées

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Entretien des chaussées"

Transcription

1 2000

2 S O M M A I R E I. courant Pages I.1. Objectifs visés par l'entretien courant I.2. Diagnostic des défauts de la couche de roulement I.3. Différents revêtements utilisés pour l'entretien courant techniques d'entretien II. Dimensionnement des renforcements structurels II.1. Introduction II.2. Hypothèses II.3. Exemples d'utilisation du guide d'entretien Synoptique Exemples II.4. Tableaux

3 1 courant 5

4 I.1. OBJECTIFS VISÉS PAR L ENTRETIEN COURANT Les gestionnaires des voiries urbaines sont confrontés à l'obligation de maintenir en permanence un réseau de qualité, aussi l'entretien urbaines vise trois objectifs principaux : le niveau de service, la conservation des caractéristiques de la couche de surface, la conservation de l'intégrité de la structure. Le niveau de service se caractérise globalement par la qualité du service rendu aux utilisateurs de la voirie. Il s'agit d'assurer en permanence la sécurité et le confort de tous les usagers. Les caractéristiques visées concernent essentiellement la couche de roulement sous l'angle :. de l'adhérence pneumatiques/chaussée,. du maintien de l'uni de surface,. de l'aptitude à réduire le bruit de roulement La conservation des caractéristiques de la couche de surface, à savoir :. imperméabilité du revêtement et résistance à la remontée des fissures,. tenue du revêtement aux agressions climatiques,. résistance aux hydrocarbures a pour objectif le maintien en bon état de la couche de roulement et la protection des couches inférieures. La conservation de l'intégrité de la structure doit assurer :. la pérennité de l'ouvrage en fonction de la durée de service fixée. la résistance au gel-dégel éventuellement. I.2. DIAGNOSTIC DES DÉFAUTS DE LA COUCHE DE ROULEMENT Avant d'entreprendre des travaux de rénovation ou d'entretien d'une chaussée, il est nécessaire d'adopter une méthode simple et s'intéressant à tous les aspects du problème : - s'interroger sur le pourquoi des travaux : simple entretien, modification d'une (ou plusieurs) caractéristique(s) de la voie, autres raisons indépendantes de l'état ou des caractéristiques de la chaussée - quantifier les défauts de la chaussée : dégradations et déformations loca-lisées ou généralisées, ruine le ou complète de la chaussée, état des trottoirs et des dépendances. Pour atteindre ces objectifs, il conviendra de prendre en compte : - l'aptitude aux contraintes de mise en œuvre en milieu urbain :. la maniabilité des produits compte tenu de l'importance des émergences. le matériel et les techniques 6

5 adaptés aux chantiers urbains. Un aperçu global de l'état de la chaussée et de ses dépendances (trottoirs, bordures...) donne une première appréciation de son aspect général. Les dégradations superficielles peuvent être de plusieurs natures. Il s'agit des: - Déformations du profil en travers : bourrelet, orniérage... qui caractérisent une fatigue de la chaussée. Elles sont en général causées par le tassement des couches inférieures ou par un défaut de compactage à la construction, ou encore par un trafic canalisé. Elles peuvent aussi traduire une stabilité insuffisante de l enrobé (défaut de formulation). - Nids de poule : trous de forme irrégulière et de taille variée, ils sont dus en général à un défaut localisé de la couche de surface consécutif à une mauvaise qualité des matériaux à la fabrication ou à la mise en œuvre. - Fissures, faïençage : les fissures transversales ou longitudinales et le faïençage traduisent une fatigue de la chaussée, due en général à un sous dimensionnement ou à une mauvaise qualité de la structure de la chaussée (remontée des fissures ou retrait propre aux matériaux de chaussée). le revêtement de la chaussée, et plus particulièrement les risques de dérapage et d'aquaplanage. Le défaut d'adhérence du revêtement ou glissance représente un risque important sur chaussée mouillée pour la sécurité des usagers (freinage, arrêts et ralentissements fréquents, changement de direction...). La rugosité (macro ou microrugosité) est obtenue par l'utilisation de granulats appropriés. Un compromis sera à rechercher quant au choix du revêtement selon que l'on voudra privilégier la macro ou la microtexture du revêtement. - Le bruit Le bruit de la circulation est un facteur de gêne mal ressenti par les riverains. Les bruits de roulement d'un véhicule ne sont pas identiques, selon que le revêtement présente une forte macrotexture négative (enrobé drainant) ou une forte macrotexture positive (enduits superficiels). - L'étanchéité Une étanchéité défectueuse peut entraîner une diminution de portance du sol support et des dégradations des couches de chaussée. On peut être amené également à influer pour tout ou partie sur les caractéristiques de surface suivantes : - L'adhérence Cette notion caractérise les conditions de frottement entre les pneumatiques du véhicule et 7

6 I.3. DIFFÉRENTS REVÊTEMENTS UTILISÉS POUR L ENTRETIEN COURANT Les différents revêtements utilisés pour l'entretien courant sont les suivants : - Enduit superficiel - ES Coulis bitumineux - Enduit épais - Enrobé coulé à froid - ECF - Béton bitumineux ultra- - BBUM - Béton bitumineux très - BBTM - Béton bitumineux drainant - BBDr - Béton bitumineux - BBM - Béton bitumineux à module élevé - BBME - Béton bitumineux semi-grenu - BBSG La technique employée sera choisie en fonction : des caractéristiques du revêtement recherché : - amélioration mécanique de la structure - niveau d'adhérence. - étanchéité - bruit de roulement de l'état du support : - adaptation sur une surface hétérogène - correction des déformations du support - comportement à la remontée des fissures 8

7 I.4. PANORAMA DES PERFORMANCES COMPARÉES DES DIFFÉRENTES TECHNIQUES D ENTRETIEN TECHNIQUES CRITERES Enduit superficiel (ES) (1) Conditions d emploi Epaisseur en cm 1 à 1,5 Classes d agressivité Toutes Niveau d adhérence initial ++ Caractéristiques intrinsèques Niveau d adhérence à 5 ans 0 à + (4) Etancheité ++ Bruit de roulement - à -- Adaptation à une surface hétérogène (5) -- Amélioration de l uni longitudinal Etat du support -- Correction des déformations du support -- Comportement à la remontée des fissures (sur GH) - Observations techniques Risques de désordres rapides dans le cas de réalisation défectueuse Enduit épais 1 à 1,5 Toutes Risques de désordres rapides dans le cas de réalisation défectueuse Enrobé coulé à froid (ECF) 1 à 1,5 Toutes à à - (6) -- Risques de désordres rapides dans le cas de réalisation défectueuse Béton bitumeux ultra (BBUM) 1,5 à 2 Toutes (2) + 0 à obtenir à l interface + à - (7) Risques de désordres rapides dans le cas de réalisation défectueuse Béton bitumeux très (BBTM) 2 à 3 Toutes + 0 à + à obtenir à l interface + à - (7) 0 0 à Béton bitumeux drainant (BBDr) 4 Toutes 0 à + (3) 0 à + (3) à obtenir à l interface mal connu au stade actuel (8) Béton bitumeux en couche (BBM) 4 Toutes Techniques destinées à un entretien structurel Béton bitumeux à module élevé 5 à 9 Toutes à à + Béton bitumeux semi grenu (BBSG) 5 à 7 Toutes à Très bon Bon Moyen Faible Mauvais (1) Cas de l ES monocouche double gravillonnage (MDG) (2) Technique sensible aux contraintes de cisaillement élevées (3) Avantage en adhérence à vitesse élevée (4) Selon importance du trafic et nature du support (5) Au sens de la présence de réparations localisées, ressuages, etc... (6) Selon que l on réalise ou pas une première couche en reprofilage d ornière due au fluage (7) Selon granulométrie et formulation (8) Technique vraiment particulière, difficile à caractériser dans un tableau synthétique 9

8 2 Dimensionnement des renforcements structurels 11

9 II.1. INTRODUCTION II.1.1. Avantages du renforcement Les chaussées construites selon les principes exposés dans le Classeur Dimensionnement des Chaussées doivent montrer un comportement satisfaisant sous trafic. Néanmoins, même bien dimensionnée, une chaussée peut atteindre la " limite d âge ". Afin de prolonger sa durée de service, il convient de la renforcer en apportant une nouvelle couche d assise et une couche de roulement. Le dimensionnement de ces nouvelles couches s inscrit dans la même logique que le dimensionnement d une chaussée neuve. On évalue les contraintes à la base du renforcement et on choisit l épaisseur du renforcement pour que les contraintes restent inférieures à une valeur compatible avec le trafic. L opération de réhabilitation des chaussées est destinée à préserver le capital que représente la route et à maintenir le niveau de service offert à l usager. II.1.2. Techniques possibles : La réhabilitation répond en général à deux objectifs : 1) l amélioration des qualités superficielles (uni, adhérence,...) L amélioration de l état superficiel peut être réalisé avec les techniques précisées au paragraphe I., 2) la remise en état de la structure Pour effectuer la remise en état de la structure, on distingue trois grandes familles de solutions : 1. les solutions de rechargement (apport d une ou plusieurs couches supplémentaires) 2. les solutions de décaissement 3. les solutions de réfection totale de la structure II.1.3. Matériaux employés, dispositions constructives : NORME PRODUIT CONCERNE ABREVIATION EPAISSEURS MOYENNES D UTILISATION* NF P Béton Bitumineux semi-grenu BBSG 0/10 5 à 7 Béton Bitumineux semi-grenu BBSG 0/14 6 à 9 NF P Béton Bitumineux Mince BBM 0/10 3 à 4 BBM 0/ à 5 NF P Béton Bitumineux très Mince BBTM 2 à 2.5 NF P Grave Bitume de classe 3 GB 0/14 8 à 14 GB 0/20 10 à 16 NF P Enrobés Module Elevé EME2 0/10 6 à 8 de classe 2 EME2 0/14 7 à 13 EME2 0/20 9 à 15 NF P Béton Bitumineux BBME 0/10 5 à 7 à Module Elevé BBME 0/14 7 à 9 NF P Grave Liant Hydraulique Routier GLR 15 à 25 NF P Béton Dense BC 15 à 40 Béton Maigre BM 12 à 40 NF P Grave Laitier Cendres Volantes Chaux GLCV 15 à 25 * Epaisseur exprimée en cm 12

10 II.2. HYPOTHÈSES Typologie des voies : A3 : voie de desserte : circulation réduite, absence de bus, secteur résidentiel, vie locale importante, présence de commerces, bennes de ramassage des ordures ménagères, livraisons occasionnelles (la typologie de cette voie peut correspondre à moins de 25 PL peu chargés/j/voie sur la voie la plus chargée) A2 : voie de distribution : liaisons entre quartiers, peu de trafics de transit, quelques bus (la typologie de cette voie peut correspondre à moins de 100 PL moyennement chargés/j/voie sur la voie la plus chargée) A1 : voie artérielle : avenues, boulevards, pénétrantes, voies supportant lement du trafic de transit, des PL et des bus (la typologie de cette voie peut correspondre à moins de 300 PL chargés/j/voie sur la voie la plus chargée) A0 : études particulières (Z.I., voies non inscrites dans les diverses typologies, plus de 300 Pl très chargés/j/voie sur la voie la plus chargée) Durée de dimensionnement et taux de risque : Les notions de risque de calcul et de durée de dimensionnement initiale de la chaussée sont définies ci-dessous : Un risque de calcul de x% sur une durée de dimensionnement initiale de la chaussée de p années, c est la probabilité pour qu apparaissent au cours de ces p années des désordres qui impliqueraient des travaux de renforcement assimilables à une reconstruction de la chaussée, en l absence de toute intervention d entretien structurel. Le risque est de 7%, la durée de vie 30 ans. Taux d accroissement de la circulation : Ce taux représente la croissance géométrique annuelle du trafic PL (valeur fixée à 1%) Agressivité : L agressivité correspond au dommage provoqué par le passage d un essieu de charge P par rapport au dommage dû à un passage de l essieu isolé de référence de charge 13 tonnes. Agressivité associée à la typologie des voies : Classe Nombre Nombre d'agressivité de PL/j d'essieux 13 T/j A (NPL) (N 13 T) A 3 0 à 25 0 à 0,25 A 2 25 à 100 2,5 à 10 A à à 150 Structure résiduelle : Le modèle de calcul utilisé pour déterminer le renforcement inclut la schématisation de l ancienne chaussée. Deux cas ont été étudiés : 1. La réhabilitation ne nécessite pas un décaissement supérieur à 20 cm. Dans ce cas, la chaussée ancienne a encore un rôle structurel et elle 13

11 est prise en compte pour déterminer les solutions d entretien. Classes de déflexion (NFP ) : 2. La réhabilitation nécessite un décaissement supérieur à 20 cm. D un point de vue économique, il est préférable de reconstruire. La détermination de la solution d entretien est alors ramenée au dimensionnement d une chaussée neuve sans couche de forme (sauf en cas d insuffisance de la portance du fond de forme) et avec d éventuelles purges ponctuelles. La déflexion caractérise le comportement mécanique d une chaussée et se définit comme le déplacement vertical en un de ses points, engendré par le passage d un essieu de 13 tonnes. Elle fournit des indications sur la portance du sol support, sur la rigidité de la structure et sur l homogénéité de la chaussée. Valeurs : C1 : 0 à 50/100 ème de mm C2 : 50 à 100/100 ème de mm C3 : 100 à 150/100 ème de mm C4 : 150 à 300/100 ème de mm 14

12 II.3. EXEMPLES D UTILISATION DU GUIDE D ENTRETIEN II.3.1. Synoptique Données générales Trafic, typologie de la voie, essais de déflexion, présence de seuils Détermination de l agressivité Ai Détermination de la classe de déflexions Cj Fiche Ai/Cj Non présence de seuils Oui Tous les types de réhabilitation sont valables Solutions de : revêtement décaissement reconstruction Choix économique de la technique d entretien et des matériaux Choix économique de la technique d entretien et des matériaux Détermination des épaisseurs de mise en œuvre Détermination des épaisseurs de mise en œuvre 15

13 II.3.2. Exemples II Exemple 1 Hypothèses : Typologie de la voie : boulevard Classe de déflexion : C3 Résultats : D après la définition des typologies de voies (cf. II.2), cette catégorie correspond à une agressivité A1. Les solutions à entreprendre, d après la fiche A1/C3 sont : revêtement : entretien considéré comme insuffisant en terme de renforcement rechargement : il peut s effectuer avec de la grave bitume (2.5 BBTM et 21 GB ou 4 BBM et 20 GB ou 6 BBSG et 18 GB) du béton bitumineux à module élevé et de l enrobé à module élevé (2.5 BBTM et 6 BBME et 11 EME ou 4 BBM et 6 BBME et 10 EME ou 6 BBSG et 6 BBME et 8 EME) décaissement : un décaissement supérieur à 20 cm est nécessaire pour réhabiliter la voirie. D un point de vue économique, cet entretien est donc non adapté et il est préférable de reconstruire. Les épaisseurs proposées sont : 6 BBSG et 13 GB et 13 GB 6 BBSG et 10 EME et 10 EME 6 BBSG et 21 GLCV et 21 GLCV 6 BBSG et 23 GLCV et 22 GLCV 6 BBSG et 24 GLR et 20 GLR 36 BC II Exemple 2 Hypothèses : Typologie de la voie : rue reliant deux quartiers classe de déflexion : C2 Résultats : D après la définition des typologies de voie (cf. II.2), cette catégorie correspond à une agressivité A2. La fiche A2/C2 préconise uniquement la mise en œuvre d un revêtement en cas de désordres de la couche de roulement. 16

14 II.4. TABLEAUX : enrobés coulés à froid, enduits superficiels, enduits épais, BBUM, BBTM, BBM (techniques considérées comme non structurantes) A1/C1 En cas de désordres de la couche de roulement A1/C2 Insuffisant Insuffisant Insuffisant Insuffisant Insuffisant Insuffisant Insuffisant 2.5 BBTM/19 GB 2.5 BBTM/6 BBME/ 4 BBM/18 GB 9 EME 6 BBSG/16 GB 4 BBM/6 BBME/ 8 EME 6 BBSG/6 BBME/ 6 EME Non adapté Non adapté Non adapté Non adapté Non adapté Non adapté Non adapté 6 BBSG 6 BBSG 6 BBSG 6 BBSG 6 BBSG 36 BC 13 GB 10 EME 21 GLCV 23 GLCV 24 GLR 13 GB 10 EME 21 GLCV 22 GLCV 20 GLR 17

15 A1/C3 Insuffisant Insuffisant Insuffisant Insuffisant Insuffisant Insuffisant Insuffisant 2.5 BBTM/21 GB 2.5 BBTM/6 BBME/ 4 BBM/20 GB 11 EME 6 BBSG/18 GB 4 BBM/6 BBME/ 10 EME 6 BBSG/6 BBME/ 8 EME Non adapté Non adapté Non adapté Non adapté Non adapté Non adapté Non adapté 6 BBSG 6 BBSG 6 BBSG 6 BBSG 6 BBSG 36 BC 13 GB 10 EME 21 GLCV 23 GLCV 24 GLR 13 GB 10 EME 21 GLCV 22 GLCV 20 GLR A1/C4 Insuffisant Insuffisant Insuffisant Insuffisant Insuffisant Insuffisant Insuffisant 2.5 BBTM/24 GB 2.5 BBTM/6 BBME/ 4 BBM/22 GB 13 EME 6 BBSG/21 GB 4 BBM/6 BBME/ 12 EME 6 BBSG/6 BBME/ 10 EME Non adapté Non adapté Non adapté Non adapté Non adapté Non adapté Non adapté 6 BBSG 6 BBSG 6 BBSG 6 BBSG 6 BBSG 36 BC 13 GB 10 EME 21 GLCV 23 GLCV 24 GLR 13 GB 10 EME 21 GLCV 22 GLCV 20 GLR 18

16 A2/C1 En cas de désordres de la couche de roulement A2/C2 En cas de désordres de la couche de roulement 19

17 Insuffisant Insuffisant Insuffisant Insuffisant Insuffisant Insuffisant Insuffisant 7 BB A2/C3 6 BBSG/13 GB 6 BBSG/14 BBME 4 BBM/15 GB 4 BBSG/16 BBME 2.5 BBTM/17 GB 2.5 BBTM/17 BBME 6 BBSG/9 EME 4 BBM/10 EME 2.5 BBTM/12 EME 4 BBM 4 BBM 6 BBSG 6 BBSG 6 BBSG 32 BC 8 GB 14 EME 19 GLCV 19 GLCV 20 GLR 10 GB 18 GLCV 18 GLCV 20 GLR Insuffisant Insuffisant Insuffisant Insuffisant Insuffisant Insuffisant Insuffisant 2.5 BBTM/17 GB 2.5 BBTM/10 EME 4 BBM/16 GB 4 BBM/9 EME 6 BBSG/14 GB 6 BBSG/7 EME A2/C4 2.5 BBTM/6 BBME/ 8 EME 4 BBM/6 BBME/ 6 EME 4 BBM 4 BBM 6 BBSG 6 BBSG 6 BBSG 32 BC 8 GB 14 EME 19 GLCV 19 GLCV 20 GLR 10 GB 18 GLCV 18 GLCV 20 GLR 20

18 A3/C1 En cas de désordres de la couche de roulement A3/C2 En cas de désordres de la couche de roulement 21

19 En cas de désordres de la couche de roulement A3/C3 A3/C4 Insuffisant Insuffisant Insuffisant Insuffisant Insuffisant Insuffisant Insuffisant 3 BB 7 BBSG 2.5 BBTM/9 BG 2.5 BBTM/10 BBME 4 BBM/8 GB 4 BBM/8 BBME 6 BBSG/6 BBME Non adaptée Non adaptée Non adaptée Non adaptée Non adaptée Non adaptée Non adaptée Photos de couverture : Max Lerouge - François Duvernay 22

Le recouvrement des chaussées en béton de ciment par l utilisation d enrobés bitumineux : Concepts et solutions

Le recouvrement des chaussées en béton de ciment par l utilisation d enrobés bitumineux : Concepts et solutions Le recouvrement des chaussées en béton de ciment par l utilisation d enrobés bitumineux : Concepts et solutions Yvan Paquin, ing. Marc Proteau, ing. Construction DJL inc. Au nom de Bitume Québec 30 mars

Plus en détail

AVIS TECHNIQUE CRAFT COMITE FRANÇAIS POUR LES TECHNIQUES ROUTIERES CHAUSSEES 141

AVIS TECHNIQUE CRAFT COMITE FRANÇAIS POUR LES TECHNIQUES ROUTIERES CHAUSSEES 141 COMITE FRANÇAIS POUR LES TECHNIQUES ROUTIERES AVIS TECHNIQUE CHAUSSEES 141 TECHNIQUE DE PREFISSURATION Société : CRAFT EUROVIA S.A. 18 Place de l Europe 92525 RUEIL MALMAISON Cedex Téléphone : 01.47.16.38.00

Plus en détail

P. VALLON - Retraitement en place à froid - Juillet 2009

P. VALLON - Retraitement en place à froid - Juillet 2009 à é Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de l'aménagement du territoire P. VALLON - Retraitement en place à froid - Juillet 2009 WWW.developpement-durable.gouv.fr Constitution

Plus en détail

ROUTES Matériaux, Durabilité des chaussées MASTER 2 GENIE-CIVIL

ROUTES Matériaux, Durabilité des chaussées MASTER 2 GENIE-CIVIL ROUTES Matériaux, Durabilité des chaussées MASTER 2 GENIE-CIVIL TomeII M.ROBERT (J.F.LAFON) 1 SOMMAIRE: Chap IX: LES G.N.T. Chap X: LES GRAVES TRAITEES AU LIANT HYDRAULIQUE Chap XI: LES ENROBES BITUMINEUX

Plus en détail

Le réseau routier de Meurthe-et-Moselle

Le réseau routier de Meurthe-et-Moselle Nancy, le vendredi 19 septembre FICHE PRESSE Le réseau routier de Meurthe-et-Moselle Le réseau routier départemental est constitué de 3 350 km de voies, organisé en 3 catégories Le réseau structurant (843

Plus en détail

prolongée e et les nouveaux enrobés

prolongée e et les nouveaux enrobés Chaussée à durée e de vie prolongée e et les nouveaux enrobés Laboratoire des chaussées Transports Québec Pierre Langlois, ing. M. Ing. 1 L'expérience acquise Certaines chaussées ont des durées de vies

Plus en détail

Le traitement anti-fissure

Le traitement anti-fissure N O T I C E T E C H N I Q U E COMPLEXE ANTI-FISSURE S A F L E X X A Le traitement anti-fissure SAFLEX AF est un produit utilisé pour la prévention ou la réparation des fissures, il nécessite une couche

Plus en détail

Institut Des Routes, des Rues et des Infrastructures pour la Mobilité COMPOMAC R (M2)

Institut Des Routes, des Rues et des Infrastructures pour la Mobilité COMPOMAC R (M2) Institut Des Routes, des Rues et des Infrastructures pour la Mobilité Avis technique N 153 Mars 2010 Validité : 7 ans CHAUSSéES COMPOMAC R (M2) P2 P6 ENROBéS SPéCIAUX Sommaire Présentation du produit par

Plus en détail

1 TRAVAUX PREPARATOIRES

1 TRAVAUX PREPARATOIRES 1 TRAVAX PREPARATOIRES 1.1 Installation de chantier J 100 1.2 Implantation et récolement du projet J 30 1.3 Nettoyage et débrousaillage du terrain sur emprise des Travaux m2 100 1.4 Démolition d'ouvrages

Plus en détail

RAPPORT DIAGNOSTIC DE CHAUSSEE DU CD36

RAPPORT DIAGNOSTIC DE CHAUSSEE DU CD36 GEMH Groupe d Etude des Matériaux Hétérogènes Equipe Génie Civil et Durabilité RAPPORT DIAGNOSTIC DE CHAUSSEE DU CD36 en collaboration avec le Conseil Général de la Corrèze Convention entre la Plateforme

Plus en détail

S.O.P.A.Q. Cadre du Schéma Organisationnel du Plan d Assurance Qualité

S.O.P.A.Q. Cadre du Schéma Organisationnel du Plan d Assurance Qualité PIECE N 3.3.1 POUVOIR ADJUDICATEUR CONSEIL GENERAL - DEPARTEMENT DU NORD DIRECTION GENERALE AMENAGEMENT DURABLE DIRECTION DE LA VOIRIE DEPARTEMENTALE Hôtel du Département 51, rue Gustave Delory 59047 LILLE

Plus en détail

Le bitume routier adapté aux applications non conventionnelles

Le bitume routier adapté aux applications non conventionnelles Le bitume routier adapté aux applications non conventionnelles Yvan Paquin, ing. Directeur technique Formation technique Bitume Québec 2012 ÉTS 5 décembre 2012 Introduction Propriétés du bitume Matériau

Plus en détail

TRAITEMENT DES SOLS EN PLACE AUX LIANTS HYDRAULIQUES. Joseph ABDO

TRAITEMENT DES SOLS EN PLACE AUX LIANTS HYDRAULIQUES. Joseph ABDO TRAITEMENT DES SOLS EN PLACE AUX LIANTS HYDRAULIQUES Joseph ABDO LE CONTEXTE LA ROUTE, UNE NÉCESSITN CESSITÉ La route : moyen de communication nécessaire au développement. - Mais, sa construction et son

Plus en détail

Le chantier compte 4 étapes :

Le chantier compte 4 étapes : 02 Bien mettre en place le 03 béton désactivé La technique du béton désactivé consiste à mettre en valeur les granulats en éliminant la couche superficielle du mortier en surface. Un chantier de béton

Plus en détail

Le projet de RDC en bref: Caractériser en laboratoireles propriétés thermomécaniques des matériaux bitumineux les plus couramment utilisés au Québec

Le projet de RDC en bref: Caractériser en laboratoireles propriétés thermomécaniques des matériaux bitumineux les plus couramment utilisés au Québec Intégration des propriétés thermomécaniques dans le processus de dimensionnement des chaussées souples Le projet de RDC en bref: Caractériser en laboratoireles propriétés thermomécaniques des matériaux

Plus en détail

Monitoring et suivi du comportement des chaussées

Monitoring et suivi du comportement des chaussées Monitoring et suivi du comportement des chaussées Pierre Hornych Juliette Blanc IFSTTAR - LAMES 1/xx MONITORING ET SUIVI DU COMPORTEMENT DES CHAUSSÉES DÉVELOPPEMENTS RÉCENTS ET PERSPECTIVES Introduction

Plus en détail

ACRGTQ 66 ème Congrès Annuel 21 janvier 2010. Chaussées de béton au Québec: resurfaçage non liaisonné. Par Pierre-Louis Maillard, ing.

ACRGTQ 66 ème Congrès Annuel 21 janvier 2010. Chaussées de béton au Québec: resurfaçage non liaisonné. Par Pierre-Louis Maillard, ing. ACRGTQ 66 ème Congrès Annuel 21 janvier 2010 Chaussées de béton au Québec: resurfaçage non liaisonné Par Pierre-Louis Maillard, ing. Chaussées de béton Expertise accrue depuis plus de 15 ans des intervenants:

Plus en détail

PRODUITS ROUTE. DENSO France 45 rue Jean Jaurès 92300 Levallois-Perret Tél. : 01.41.40.00.88 Fax : 01.47.31.76.67 Internet: www.denso-france.

PRODUITS ROUTE. DENSO France 45 rue Jean Jaurès 92300 Levallois-Perret Tél. : 01.41.40.00.88 Fax : 01.47.31.76.67 Internet: www.denso-france. PRODUITS ROUTE DENSO France 45 rue Jean Jaurès 92300 Levallois-Perret Tél. : 01.41.40.00.88 Fax : 01.47.31.76.67 Internet: Contact : Stéphan FIX : 06.81.779.807 E-Mail : stephan.fix@denso-france.fr TOK

Plus en détail

Entretien préventif du réseau routier national

Entretien préventif du réseau routier national MINISTERE DES TRANSPORTS DIRECTION GENERALE DES TRANSPORTS INTERIEURS Entretien préventif du réseau routier national GUIDE TECHNIQUE DIRECTION DES ROUTES ET DE LA CIRCULATION ROUTIERE Page laissée blanche

Plus en détail

Programme de conservation des chaussées à la Ville de Montréal Composante de la gestion d actifs

Programme de conservation des chaussées à la Ville de Montréal Composante de la gestion d actifs Bitume Québec 11 e congrès annuel Programme de conservation des chaussées à la Ville de Montréal Composante de la gestion d actifs Jean Carrier ing., M.Ing. Chef d équipe Direction des transports Division

Plus en détail

AUTOROUTE A1 REQUALIFICATION ENVIRONNEMENTALE DE LA SECTION VENDEVILLE SECLIN. COMMUNES DE FACHES THUMESNIL, VENDEVILLE, TEMPLEMARS et SECLIN

AUTOROUTE A1 REQUALIFICATION ENVIRONNEMENTALE DE LA SECTION VENDEVILLE SECLIN. COMMUNES DE FACHES THUMESNIL, VENDEVILLE, TEMPLEMARS et SECLIN DREAL Nord Pas-de-Calais AUTOROUTE A1 REQUALIFICATION ENVIRONNEMENTALE DE LA SECTION VENDEVILLE SECLIN COMMUNES DE FACHES THUMESNIL, VENDEVILLE, TEMPLEMARS et SECLIN PIECE E CARACTERISTIQUES PRINCIPALES

Plus en détail

Asfix Mastics bitume-élastomère à chaud

Asfix Mastics bitume-élastomère à chaud Asfix Mastics bitume-élastomère à chaud Traitement des chaussées et garnissage de joints DEVGC N 10 - Édition avril 2007 - Révision 02 Cahier des Charges de Pose Sommaire 1. Introduction 3 2. Présentation

Plus en détail

des giratoires en béton

des giratoires en béton Chapitre Réalisation des giratoires en béton.1 Les giratoires en béton à dalles courtes.1.1 Les joints et leur calepinage.2 Les giratoires à dalles courtes goujonnées.3 Les giratoires en béton armé continu.

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX DQE

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX DQE MAITRE D'OVRAGE: Commune de Saint André de Corcy Aménagements de circulation et de réduction de vitesse dans l agglomération - RD n 4 et RD n 82 Référence dossier 01 333 09 01/ 09099_DQE-base_rev1 Dossier

Plus en détail

L isolation thermique et acoustique des planchers entre locaux chauffés et locaux non chauffés

L isolation thermique et acoustique des planchers entre locaux chauffés et locaux non chauffés L isolation thermique et acoustique des planchers entre locaux chauffés et locaux non chauffés Gérard SIMIAN - Jacques DALIPHARD - Pascal LOCOGE Colloque CIDB du 26 novembre 2008 Bâtiments existants Les

Plus en détail

OUVRAGES EN PLAQUES DE PLATRE ORIGINES ET TRAITEMENT DES FISSURES

OUVRAGES EN PLAQUES DE PLATRE ORIGINES ET TRAITEMENT DES FISSURES FICHE CONSEIL N 8 OUVRAGES EN PLAQUES DE PLATRE ORIGINES ET TRAITEMENT DES FISSURES (Plaques, carreaux, enduits) Cette fiche a pour objet d informer les intervenants sur des méthodes simples visant à déterminer

Plus en détail

SUIVI ET CONTRÔLE QUALITÉ DU PRODUIT GÉOGRILLE SUR L AÉRODROME DE DJANET, ALGÉRIE

SUIVI ET CONTRÔLE QUALITÉ DU PRODUIT GÉOGRILLE SUR L AÉRODROME DE DJANET, ALGÉRIE SUIVI ET CONTRÔLE QUALITÉ DU PRODUIT GÉOGRILLE SUR L AÉRODROME DE DJANET, ALGÉRIE MONITORING AND QUALITY CONTROL OF PRODUCT GEOGRID ON THE AERODROME OF DJANET, ALGERIA Belkacem BENTAHAR CTTP, Alger, Algérie

Plus en détail

Il est important d'assurer la continuité des accotements revêtus aux intersections (photos 1 et 2 ).

Il est important d'assurer la continuité des accotements revêtus aux intersections (photos 1 et 2 ). 1. Les aménagements type bandes : a) L'accotement revêtu L'accotement revêtu est une bande dite de refuge ou de récupération. Partie intégrante de la chaussée, de part et d'autre des voies de circulation

Plus en détail

Auscultation par thermographie infrarouge des ouvrages routiers

Auscultation par thermographie infrarouge des ouvrages routiers Journée «Thermographie infrarouge pour le bâtiment et les travaux publics» Auscultation par thermographie infrarouge des ouvrages routiers Jean Dumoulin (LCPC) Mario Marchetti (LRPC Nancy) Frédéric Taillade

Plus en détail

Norme enduits superficiels NF EN 12271

Norme enduits superficiels NF EN 12271 N 18 - Version 2* Octobre 2009 Cftr - info Norme enduits superficiels NF EN 12271 La présente note a pour objet d informer la maîtrise d œuvre et la maîtrise d ouvrage sur la norme européenne NF EN 12271

Plus en détail

TECHNIQUES ANTI-REMONTÉES DES FISSURES. Guide d emploi en chaussées aéronautiques

TECHNIQUES ANTI-REMONTÉES DES FISSURES. Guide d emploi en chaussées aéronautiques TECHNIQUES ANTI-REMONTÉES DES FISSURES Guide d emploi en chaussées aéronautiques SERVICE TECHNIQUE DES BASES AÉRIENNES AVRIL 1999 TECHNIQUES ANTI-REMONTÉES DES FISSURES Guide d emploi en chaussées aéronautiques

Plus en détail

Pour une réfection durable! Avec les mortiers de réparation Triflex

Pour une réfection durable! Avec les mortiers de réparation Triflex Pour une réfection durable! Avec les mortiers de réparation Triflex Réparation de surfaces en béton et asphalte simple, rapide et sûre! Simplicité! Les mortiers de réparation Triflex Voies de circulation,

Plus en détail

La nappe Fibertex AM-2 Dispositif anti remonté de fissures

La nappe Fibertex AM-2 Dispositif anti remonté de fissures C O N S T R U C T I O N 210.05 La nappe Fibertex AM-2 Dispositif anti remonté de fissures C O N S T R La nappe Fibertex AM-2 pour une réduction des contraintes Afin d éviter les fissures de réflexion dans

Plus en détail

Bordereau de Prix Travaux de voirie

Bordereau de Prix Travaux de voirie Bordereau de Prix Travaux de voirie Marché à bons de commandes 1. TERRASSEMENTS ET PREPARATION DES TERRAINS 1.1. Terrassements manuels avec évacuation des déchets Ce prix rémunère l exécution d encaissement

Plus en détail

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007.

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. Pour mieux comprendre les résultats ici une petit plan où il y a signalées les différentes

Plus en détail

= RÉALISATION DE QUALITÉ DURABLE

= RÉALISATION DE QUALITÉ DURABLE PAVÉS EN BETON CONCEPTION APPROPRIÉE + MISE EN OEUVRE PROFESSIONNELLE = RÉALISATION DE QUALITÉ DURABLE 10 règles de base pour une mise en œuvre correcte de revêtements de pavés en béton 1 2 3 4 5 6 7 8

Plus en détail

Les concepts et atouts des revêtements et structures réservoirs

Les concepts et atouts des revêtements et structures réservoirs Chapitre3 Les concepts et atouts des revêtements et structures réservoirs 1 - Les concepts 2 - Les atouts des chaussées à structures réservoirs en béton 37 Chapitre 3 Les concepts et atouts des revêtements

Plus en détail

CHAPITRE 4 LES JOINTS

CHAPITRE 4 LES JOINTS CHAPITRE 4 LES JOINTS SPECBEA 35 INTRODUCTION > Les joints des revêtements en béton sont des éléments structurels destinés à maîtriser le retrait du béton. Leur contrôle et leur entretien sont indispensables

Plus en détail

Sommaire. 6. Les revêtements cyclables 38. 7. Les panneaux de signalisation 49 8. Le marquage au sol 53. Schématisation des aménagements cyclables

Sommaire. 6. Les revêtements cyclables 38. 7. Les panneaux de signalisation 49 8. Le marquage au sol 53. Schématisation des aménagements cyclables 56 56 Mars 2009 Sommaire 1. La bande cyclable 3 2. Le double sens cyclable (ou contresens cyclable) 14 3. La piste cyclable unidirectionnelle 17 4. La piste bidirectionnelle 27 5. Les voies partagées 32

Plus en détail

DGST-BATIMENTS. REFECTION TOITURE-TERRASSE DANS LES LOCAUX ADMINISTRATIFS Place de Paradis S-t-Roch C.C.T.P

DGST-BATIMENTS. REFECTION TOITURE-TERRASSE DANS LES LOCAUX ADMINISTRATIFS Place de Paradis S-t-Roch C.C.T.P DGST-BATIMENTS REFECTION TOITURE-TERRASSE DANS LES LOCAUX ADMINISTRATIFS Place de Paradis S-t-Roch C.C.T.P 2 S O M M A I R E 0 G E N E R A L I T E S--------------------------------------------------------------------

Plus en détail

TRAVAUX D ASSAINISSEMENT

TRAVAUX D ASSAINISSEMENT MAITRE D'OUVRAGE : Commune de BUELLAS REFERENCE DOSSIER : 01 06513 01/ 13308_10-04-2015 DQE rev1 Travaux de réhabilitation des réseaux d assainissement EU / EP RD 936 Route de Corgenon Dossier de Consultation

Plus en détail

BRUIT DE CONTACT PNEU-CHAUSSEE : LE POINT DE VUE D UN PNEUMATICIEN

BRUIT DE CONTACT PNEU-CHAUSSEE : LE POINT DE VUE D UN PNEUMATICIEN «Les Sources de Bruits Routiers» LCPC Nantes 9/02/2007 BRUIT DE CONTACT PNEU-CHAUSSEE : LE POINT DE VUE D UN PNEUMATICIEN MECANISMES BRUIT USAGE : PART DU PNEUMATIQUE METHODE ISO BRUIT EXTERIEUR PERSPECTIVES

Plus en détail

PATHOLOGIE DES BALCONS

PATHOLOGIE DES BALCONS PATHOLOGIE DES BALCONS Un balcon est une «plateforme à hauteur de plancher, formant saillie sur une façade, et fermée par une balustrade ou un garde-corps, qui sont généralement en métal ou en béton. C

Plus en détail

Demande d installation d un système d assainissement non collectif

Demande d installation d un système d assainissement non collectif Tél : 05.61.04.09.40 Bureaux ouverts : 8h à 12h et 13h30 à 18h DIRECTION du DEVELOPPEMENT Service Aménagement / Assainissement Non Collectif Demande d installation d un système d assainissement non collectif

Plus en détail

MISAPOR verre cellulaire

MISAPOR verre cellulaire MISAPOR verre cellulaire Remblai allégé pour ouvrage en génie civile 2015-03 Suisse: Allemagne: France: MISAPOR AG Löserstrasse 2 CH-7302 Landquart Téléphone +41 81 300 08 08 Fax +41 81 300 08 09 info@misapor.ch

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL

RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL 4.6.1 RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL concernant une demande de crédit de Fr. 700'000.- pour la réfection de la couverture du Bied sous la rue Georges-Favre, premier secteur carrefour Klaus

Plus en détail

REUNION du 23 juin 2012

REUNION du 23 juin 2012 REUNION du 23 juin 2012 Sommaire I. KYB : A. KYB, leader en 1 ère monte B. Notre stratégie APRES VENTE III. PROMOTION KYB A. DEVIS TRANSFORME B. Kit de visibilité II. LE MARCHE DE L AMORTISSEUR A. La situation

Plus en détail

1.1. Réglementation et règles de l art

1.1. Réglementation et règles de l art Afin d assurer la qualité de l assainissement collectif, la loi a donné l obligation aux particuliers de se raccorder au réseau d eaux usées lorsqu il est en place. Pour faciliter en pratique la réalisation

Plus en détail

Plancher chauffant avec revêtement de sol

Plancher chauffant avec revêtement de sol Équipements E.2 1/6 Plancher chauffant avec revêtement de sol Domaine d application Cette fiche vise à établir les principales interfaces au niveau des planchers chauffants, à eau chaude ou électriques,

Plus en détail

Aires industrielles. Bain-de-Bretagne (35) Chelles (77) Lumbres (62) Marseille (13)

Aires industrielles. Bain-de-Bretagne (35) Chelles (77) Lumbres (62) Marseille (13) Aires industrielles Bain-de-Bretagne (35) Chelles (77) Lumbres (62) Marseille (13) 19 20 Plateforme logistique de Bain-de-Bretagne (35) Identification Lieu : ZI de Bain-de-Bretagne (35) Maître d ouvrage

Plus en détail

Actions dues au trafic Tram-Train

Actions dues au trafic Tram-Train Actions dues au trafic Tram-Train La conception des infrastructures à construire pour la circulation des tram-trains requiert la modélisation des différents cas de charges induits par ce type de trafic.

Plus en détail

Mur Hybride, bien plus qu un simple mur

Mur Hybride, bien plus qu un simple mur Mur Hybride, bien plus qu un simple mur Correction des ponts thermiques Maçonnerie de type a RT 2012 Mur Hybride R = 1,45 Pose rapide Porotherm GF R20 Th+ Mur Hybride énergie économie écologie émotion

Plus en détail

Regards et avaloirs Combipoint

Regards et avaloirs Combipoint Regards et avaloirs Combipoint Regards en polypropylène Ajustables en hauteur Grille en fonte articulée Intensité du trafic Manuportable Construction modulaire Prix Éventail de la gamme Classe de résistance

Plus en détail

C.C.T.P. (Cahier des Clauses Techniques Particulières)

C.C.T.P. (Cahier des Clauses Techniques Particulières) «Réfection des routes et des voies d accès du site de Calern» C.C.T.P. (Cahier des Clauses Techniques Particulières) Maître d ouvrage : Observatoire de la Côte d Azur (Établissement Public à Caractère

Plus en détail

ISOLEZ VOS SOLS AVEC LE POLYSTYRÈNE EXTRUDÉ (XPS) POUR UN MEILLEUR CONFORT ET UNE EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DURABLE

ISOLEZ VOS SOLS AVEC LE POLYSTYRÈNE EXTRUDÉ (XPS) POUR UN MEILLEUR CONFORT ET UNE EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DURABLE ISOLEZ VOS SOLS AVEC LE POLYSTYRÈNE EXTRUDÉ (XPS) POUR UN MEILLEUR CONFORT ET UNE EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DURABLE POURQUOI ISOLER LES SOLS Dans le double contexte de la RT 2012 qui fixe de nouvelles exigences

Plus en détail

Marquage CE des enrobés bitumineux à chaud QUESTIONS - REPONSES SUR LE MARQUAGE CE DES ENROBES BITUMINEUX A CHAUD

Marquage CE des enrobés bitumineux à chaud QUESTIONS - REPONSES SUR LE MARQUAGE CE DES ENROBES BITUMINEUX A CHAUD Marquage CE des enrobés bitumineux à chaud QUESTIONS - REPONSES SUR LE MARQUAGE CE DES ENROBES BITUMINEUX A CHAUD (Version 11 juillet 2008) 1- Quels enrobés doivent être marqués? Tous les enrobés bitumineux

Plus en détail

Bulletin Officiel n 5300 du Jeudi 17 Mars 2005

Bulletin Officiel n 5300 du Jeudi 17 Mars 2005 Bulletin Officiel n 5300 du Jeudi 17 Mars 2005 Arrêté du ministre de l'équipement et du transport n 210-05 du 13 hija 1425 (24 janvier 2005) modifiant et complétant le tableau annexé au décret n 2-94-223

Plus en détail

Réhabilitation de la Maison de Radio France LA MISE EN SECURITE INCENDIE DE LA MAISON DE RADIO FRANCE

Réhabilitation de la Maison de Radio France LA MISE EN SECURITE INCENDIE DE LA MAISON DE RADIO FRANCE Réhabilitation de la Maison de Radio France LA MISE EN SECURITE INCENDIE DE LA MAISON DE RADIO FRANCE ETUDE DE L EXISTANT CONSTRUCTION STRUCTURE (Références photos du chantier- 1960) LA GRANDE COURONNE

Plus en détail

CONCOURS DE RECRUTEMENT EXTERNE/INTERNE DE SECRETAIRES ADMINISTRATIFS DES ADMINISTRATIONS DE L'ETAT

CONCOURS DE RECRUTEMENT EXTERNE/INTERNE DE SECRETAIRES ADMINISTRATIFS DES ADMINISTRATIONS DE L'ETAT MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat CONCOURS DE RECRUTEMENT EXTERNE/INTERNE DE SECRETAIRES ADMINISTRATIFS

Plus en détail

éseaux olyéthylène 1

éseaux olyéthylène 1 éseaux olyéthylène 1 Le présent manuel rappelle les règles essentielles de la mise en oeuvre des tubes en polyéthylène utilisés pour les réseaux d'eau potable ou autres fluides. Le but est d'attirer l'attention

Plus en détail

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s)

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s) Département Enveloppe et Revêtements Division HygroThermique des Ouvrages N affaire : 12-007 Le 10 avril 2012 Réf. DER/HTO 2012-093-BB/LS CALCUL DES COEFFICIENTS DE TRANSMISSION SURFACIQUE UP ET DES COEFFICIENTS

Plus en détail

B.P.U. 5- BORDEREAU DES PRIX UNITAIRES. Communauté de Communes de la Région de Nozay

B.P.U. 5- BORDEREAU DES PRIX UNITAIRES. Communauté de Communes de la Région de Nozay MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX Communauté de Communes de la Région de Nozay 5- BORDEREAU DES PRIX UNITAIRES B.P.U. Objet du marché Viabilisation de la zone d activité de la croix blanche à Abbaretz Maîtrise

Plus en détail

Gestion de l entretien en milieu urbain appliqué à la Chaux de Fonds. Marc Antoine Fénart LAVOC EPFL

Gestion de l entretien en milieu urbain appliqué à la Chaux de Fonds. Marc Antoine Fénart LAVOC EPFL Gestion de l entretien en milieu urbain appliqué à la Chaux de Fonds Marc Antoine Fénart LAVOC EPFL Déroulement de la présentation Démarche de la gestion de la maintenance Indices d état Auscultation Données

Plus en détail

Projet de Fin d Etudes - ANNEXES -

Projet de Fin d Etudes - ANNEXES - Projet de Fin d Etudes - ANNEXES - Viabilisation du lotissement Rue du Lac - LINGOLSHEIM NICOMETTE David Juin 2008 ANNEXES A. Présentation du BET Samuel Lollier Ingénierie... 61 B. Situation géographique

Plus en détail

Réalisation des voiries agricoles : l essor des structures en béton

Réalisation des voiries agricoles : l essor des structures en béton DOCUMENTATION TECHNIQUE Routes n 97 Septembre 2006 Réalisation des voiries agricoles : l essor des structures en béton Au-delà du trafic automobile tel qu on peut le concevoir dans les zones urbaines ou

Plus en détail

Améliorations et renforcements de sol à l arrière des quais

Améliorations et renforcements de sol à l arrière des quais 3ème Conférence Magrébine en Ingénierie Géotechnique CMIG 2013 Améliorations et renforcements de sol à l arrière des quais Thierry Hermges Serge Lambert Karim Boudersa www.keller-france.com Keller Fondations

Plus en détail

Réhabilitation sans tranchée

Réhabilitation sans tranchée Réhabilitation sans tranchée HYDROCURAGE DES CANALISATIONS Nettoyage préalable des canalisations L A S O L U T I O N P O U R R E P A R E R V O S C A N A L I S A T I O N S S A N S O U V R I R D E T R A

Plus en détail

TARIFS COMPLETS TRAVAUX DE VOIRIE, MOBILIER URBAIN, SIGNALISATION

TARIFS COMPLETS TRAVAUX DE VOIRIE, MOBILIER URBAIN, SIGNALISATION TARIFS COMPLETS TRAVAUX DE VOIRIE, MOBILIER URBAIN, SIGNALISATION > Création d'entrée charretière légère : accès véhicules légers quel que soit le revêtement ENTREES CHARRETIERES Prix forfaitaire : dépose,

Plus en détail

Abaissement des températures d enrobage : avantages d'un liant prêt à l'emploi

Abaissement des températures d enrobage : avantages d'un liant prêt à l'emploi Abaissement des températures d enrobage : avantages d'un liant prêt à l'emploi EUROBITUME Bitumen Day 2014 @ Anderlecht Vincent BAPTISTE, Total Marketing Services Sommaire Concept du liant «prêt à l emploi»

Plus en détail

MODELISATION DE LA REMONTEE DE FISSURE EN FATIGUE DANS LES STRUCTURES ROUTIERES PAR ENDOMMAGEMENT ET MACRO-FISSURATION

MODELISATION DE LA REMONTEE DE FISSURE EN FATIGUE DANS LES STRUCTURES ROUTIERES PAR ENDOMMAGEMENT ET MACRO-FISSURATION Année 2002 L'UNIVERSITE DE LIMOGES FACULTE DES SCIENCES ECOLE DOCTORALE STS THESE présentée pour obtenir le grade : Docteur d'université Spécialité : Génie Civil par Delphine LAVEISSIERE MODELISATION DE

Plus en détail

Accessibilité des logements aux personnes handicapées & Unités de vie

Accessibilité des logements aux personnes handicapées & Unités de vie Accessibilité des logements aux personnes handicapées & Unités de vie Didier Vivant correspondant Accessibilité, DDE 24 Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de la Mer en charge

Plus en détail

FRAISAGE ET RECYCLAGE D UNE GRILLE ANTI-FISSURE EN POLYESTER HAUTE TÉNACITÉ

FRAISAGE ET RECYCLAGE D UNE GRILLE ANTI-FISSURE EN POLYESTER HAUTE TÉNACITÉ FRAISAGE ET RECYCLAGE D UNE GRILLE ANTI-FISSURE EN POLYESTER HAUTE TÉNACITÉ MILLING AND RECYCLING OF A POLYESTER GRID AGAINST REFLECTIVE CRACK PROPAGATION Johann BRUHIER 1, Bernd THESSELING 2 1 HUESKER

Plus en détail

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le plan de déplacements urbains d Île-de-France Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le PDUIF : enjeux, objectifs, défis Le PDUIF : un document essentiel de la politique des déplacements en Ile-de-France

Plus en détail

Solutions de toitures-terrasses en maçonnerie avec étanchéité sur support isolant rigide

Solutions de toitures-terrasses en maçonnerie avec étanchéité sur support isolant rigide F-a5 4 e édition Octobre 2011 Solutions de toitures-terrasses en maçonnerie avec étanchéité sur support isolant rigide Fesco, Fesco S, Kooltherm K4, Retrofit, Retrofit S, sous-couches PUR, PSE 1b 2b 2c

Plus en détail

Mise en sécurité des ascenseurs. Guide d aide à la décision

Mise en sécurité des ascenseurs. Guide d aide à la décision Mise en sécurité des ascenseurs Solutions techniques pour répondre à l obligation réglementaire de précision d arrêt et maintien à niveau des ascenseurs Utilisation des variateurs électriques de vitesse

Plus en détail

CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PERMANENTES (2001)

CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PERMANENTES (2001) ANNEXE DOCUMENT TYPE CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PERMANENTES (2001) Communauté Urbaine de Bordeaux Règlement Général de Voirie - Février 2001 MARCHES A BONS DE COMMANDES TRAVAUX DE VOIRIE - Chaussée

Plus en détail

ETANCHEITE DES FONDATIONS

ETANCHEITE DES FONDATIONS ETANCHEITE DES FONDATIONS H UM I DIT É DE S S O US-SOL Par définition, le sous-sol d un bâtiment désigne l ensemble des locaux (cave, garage, parfois pièce aménagée d un pavillon, caves ou parkings en

Plus en détail

Guide Pratique. Par application de revêtements. En application des DTU 42.1, 59.1 et 59.2. Le ravalement de façade

Guide Pratique. Par application de revêtements. En application des DTU 42.1, 59.1 et 59.2. Le ravalement de façade Guide Pratique Le ravalement Par application de revêtements En application des DTU 42.1, 59.1 et 59.2 SOMMAIRE Définition du ravalement............................ 4 Conditions administratives d exécution................

Plus en détail

ÉTUDE PRÉPARATOIRE - SECTION IV SCHÉMAS DIRECTEURS. EP4-SD-LI-02a «AN DER UECHT» PROJET D AMÉNAGEMENT GÉNÉRAL DE LA COMMUNE DE KÄERJENG

ÉTUDE PRÉPARATOIRE - SECTION IV SCHÉMAS DIRECTEURS. EP4-SD-LI-02a «AN DER UECHT» PROJET D AMÉNAGEMENT GÉNÉRAL DE LA COMMUNE DE KÄERJENG AMÉNAGEMENT GÉNÉRAL DE LA COMMUNE DE KÄERJENG SECTION IV - ÉTUDE PRÉPARATOIRE PROJET D AMÉNAGEMENT GÉNÉRAL DE LA COMMUNE DE KÄERJENG ÉTUDE PRÉPARATOIRE - SECTION IV SCHÉMAS DIRECTEURS EP4-SD-LI-02a «AN

Plus en détail

SAFLEX OA - COLAS. Étanchéité de ponts-routes N F AT ET 13-03 SAFLEX OA. Colas. Sommaire. Validité du : 12-2013 au : 12-2018.

SAFLEX OA - COLAS. Étanchéité de ponts-routes N F AT ET 13-03 SAFLEX OA. Colas. Sommaire. Validité du : 12-2013 au : 12-2018. Validité du : 12-2013 au : 12-2018 Étanchéité de ponts-routes N F AT ET 13-03 SAFLEX OA - COLAS Nom du produit : SAFLEX OA Entreprise : Colas Annule et remplace le précédant avis sous le numéro F AT ET

Plus en détail

POLLUTEC LYON 3 Décembre 2004 M. LECA gérard GCEE

POLLUTEC LYON 3 Décembre 2004 M. LECA gérard GCEE POLLUTEC LYON 3 Décembre 2004 M. LECA gérard GCEE COMMENT REHABILITER UN CHATEAU D EAU? INTRODUCTION Historique de la construction: Construits entre 1920 et 1980, mais depuis 1950 pour 70% du parc actuel.

Plus en détail

Matières d experts SECTEUR NORD. Exploiter une carrière est avant tout une affaire d hommes et de femmes...

Matières d experts SECTEUR NORD. Exploiter une carrière est avant tout une affaire d hommes et de femmes... Matières d experts SECTEUR NORD Exploiter une carrière est avant tout une affaire d hommes et de femmes... 1 MATIÈRE DURABLE, MATIÈRE D AVENIR Performant par son aspect économique et sa disponibilité locale,

Plus en détail

L isolation extérieure dès le gros œuvre

L isolation extérieure dès le gros œuvre L isolation extérieure dès le gros œuvre L ISOLATION PAR L EXTERIEUR : SA SUPERIORITE SUR L ISOLATION PAR L INTERIEUR RTh est un nouveau procédé de maçonnerie spécialement conçu pour l isolation par l

Plus en détail

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER Laure Delaporte ConstruirAcier Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc SCHAFFNER des Ateliers SCHAFFNER chef de file du GT4 Jérémy TROUART de l Union des Métalliers

Plus en détail

DEVIS DESCRIPTIFS ET ESTIMATIFS

DEVIS DESCRIPTIFS ET ESTIMATIFS DEPARTEMENT DE LA CORREZE MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX Maître d ouvrage : COMMUNAUTE DE COMMUNES DE BUGEAT SORNAC MILLEVACHES AU COEUR 19170 SAINT MERD LES OUSSINES Tél. 05 55 46 06 31 Fax 05 55 46 06 33 Bugeat.sornac@millevachesaucoeur.com

Plus en détail

PCB 20 Plancher collaborant. Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678

PCB 20 Plancher collaborant. Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678 Plancher collaborant Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678 V1/2011 caractéristiques du profil DÉTAIL GÉOMÉTRIQUE DU 22 728 104 épaisseur (mm) 0,5 0,7 poids (dan/m 2 ) 5,3 7,4 APPLICATION CONSEILLÉE

Plus en détail

DOSSIER THÉMATIQUE TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE :

DOSSIER THÉMATIQUE TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE : DOSSIER THÉMATIQUE Mars 2015 TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE : Quelles conséquences sur les consommations énergétiques et les caractéristiques bioclimatiques? Le renforcement

Plus en détail

La mise en œuvre BBC. Formation pour entreprises IBSE

La mise en œuvre BBC. Formation pour entreprises IBSE La mise en œuvre BBC Formation pour entreprises IBSE 2 Les labels Maison bioclimatique Maison conçue pour bénéficier de tous les avantages du climat et du terrain ainsi que de la végétation environnante.

Plus en détail

Chapitre Contenu Page. 14 Restauration du béton 383

Chapitre Contenu Page. 14 Restauration du béton 383 Chapitre Contenu Page 14 383 14 Principes De par ses propriétés particulières, le béton s est installé comme matériau dans tous les domaines de la construction. Partenaire important et fiable, il est

Plus en détail

FRAISEUSE CN A TETE UNIVERSELLE

FRAISEUSE CN A TETE UNIVERSELLE 40 ans d expérience dans la machine outil Fabricant intégrateur français Un SAV de qualité reconnu par tous nos clients FRAISEUSE CN A TETE UNIVERSELLE Photo non contractuelle SIEMENS 828 Basic avec le

Plus en détail

conformes aux règles de l Art

conformes aux règles de l Art conformes aux règles de l Art documents de référence travaux d enduits de mortiers minéraux revêtements plastiques épais sur béton et enduits hydrauliques documents de référence mortiers d enduits minéraux

Plus en détail

Exemples d utilisation de la visualisation avec SIG du roulage au sol des avions

Exemples d utilisation de la visualisation avec SIG du roulage au sol des avions Exemples d utilisation de la visualisation avec SIG du roulage au sol des avions Visualisation avec SIG du roulage au sol des avions Le Laboratoire d Aéroports de Paris SA Une mission de contrôle contrôle

Plus en détail

Rapport de Diagnostic Technique de l état physique. «La Maison du contrôleur»

Rapport de Diagnostic Technique de l état physique. «La Maison du contrôleur» Référence dossier : Z0907035-OG Rapport de Diagnostic Technique de l état physique «La Maison du contrôleur» Maître d ouvrage Voies Navigables de France Direction Interrégionale de VNF Sud Ouest 2 Port

Plus en détail

SPECIFICITES TECHNIQUES MUR DE SOUTENEMENT

SPECIFICITES TECHNIQUES MUR DE SOUTENEMENT SPECIFICITES TECHNIQUES MUR DE SOUTENEMENT 1) Sur ces murs la face extérieure aura un aspect lisse coffrage et la face intérieure aura un aspect lissé flamande. Face extérieure Face intérieure Aspect lisse

Plus en détail

Maçonnerie en pierre naturelle

Maçonnerie en pierre naturelle Maçonnerie en pierre naturelle Centre Technique de Matériaux Naturels de Construction 17, rue Letellier, 75015 Paris Tél : +33(0)1 44 37 50 00 Fax : +33(0) 1 44 37 08 02 www.ctmnc.fr GUIDE DES PONTS THERMIQUES

Plus en détail

GUIDE D INSTALLATION VOTRE PROJET ÉTAPE PAR ÉTAPE

GUIDE D INSTALLATION VOTRE PROJET ÉTAPE PAR ÉTAPE GUIDE D INSTALLATION VOTRE PROJET ÉTAPE PAR ÉTAPE Vous avez pu découvrir en première partie de ce catalogue la gamme Daikin Altherma dans sa totalité : ses produits phares, ses innovations, toutes les

Plus en détail

CDC SARTILLY PORTE DE LA BAIE

CDC SARTILLY PORTE DE LA BAIE CDC SARTILLY PORTE DE LA BAIE PROGRAMME DE VOIRIE 2013 (Prévisionnel) MARCHE A BONS DE COMMANDE ANNEXE 1 à l'acte D'ENGAGEMENT Bordereau de prix unitaires LOT N 2 - Enduits et entretien Dérasement d'accotement

Plus en détail

AIDE AU CHOIX DES GRANULATS POUR CHAUSSEES BASEE SUR LES NORMES EUROPEENNES

AIDE AU CHOIX DES GRANULATS POUR CHAUSSEES BASEE SUR LES NORMES EUROPEENNES N 10 Janvier 2005 Cftr - info AIDE AU CHOIX DES GRANULATS POUR CHAUSSEES BASEE SUR LES NORMES EUROPEENNES La présente note d information a pour objet d'aider les maîtres d'ouvrage à choisir les granulats

Plus en détail

Le fossé FICHE D ENTRETIEN LE FOSSÉ FONCTION

Le fossé FICHE D ENTRETIEN LE FOSSÉ FONCTION Le fossé Le fossé est une structure linéraire creusée pour drainer, collecter ou faire circuler des eaux de ruissellement. Il permet notamment de drainer la structure de la piste. Un fossé bien entretenu

Plus en détail

Règlement du service public d assainissement collectif Prescriptions techniques

Règlement du service public d assainissement collectif Prescriptions techniques REGLEMENT D ASSAINISSEMENT COLLECTIF ANNEXE PLANCHES DESCRIPTIVES Règlement du service public d assainissement collectif Prescriptions techniques PLANCHES DESCRIPTIVES Etanchéité des installations ; protection

Plus en détail