LA PETITE ENTREPRISE REINE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA PETITE ENTREPRISE REINE"

Transcription

1 ENTREPRISES L PETITE ENTREPRISE REINE Jacques CZENVE Le monde des entreprises fait voisiner la multitude des toutes petites unités avec 000 PE. Dans deux cas sur trois l'entreprise se résume à l'entrepreneur et seulement cent entreprises emploient plus de cent salariés. Les uns et les autres contribuent à leur échelle à l'activité et à l'emploi. P rès de 000 entreprises sont installées aux ntilles et en uyane. Cette réalité touffue surprendra ceux qui imaginent un caractère forcément limitatif derrière le concept même de l entreprise : unité combinant des facteurs de production (travail, capital, technologie) pour produire des biens et services vendus sur le marché. ais c est oublier que la diversité de l entreprise va de pair avec la multiplicité des manières d entreprendre. De l artisan électricien qui travaille seul au monopole EDF, de la boutique ou du lolo à la grande surface, de l avocat PREEINENCE DE L PETITE ENTREPRISE Nombre d'entreprises hors secteur primaire et services non marchands novembre 99 Taille en de salariés uadeloupe artinique uyane icro (0 salarié) Très petites ( à 9) PE (0 à 99) 8 89 randes (00 et +) - Ensemble des entreprises mono-établissement pluri-établissement 0 9 Source : INSEE - Répertoire SIRENE à la grande banque internationale, l entreprise recouvre une palette très large de situations et de dimensions différentes. Les 000 entreprises du secondaire et du tertiaire marchand soumises aux lois de la concurrence côtoient 000 exploitations agricoles et près de 00 organismes publics ou privés fournisseurs de services non marchands. Cet ensemble compact et disparate reflète le foisonnement de l activité humaine qu offre l économie antillo-guyanaise. FOURILLEENT DE PETITES Comme partout ailleurs, la multitude des entreprises est d abord formée par la foule de celles qui se limitent au chef d entreprise. Les deux tiers des entreprises sont des micro-unités qui ne comptent aucun salarié. Cette masse de points isolés explique la domination qu exerce la personne physique comme catégorie juridique. vec 0 % d entreprises individuelles, l entreprise s identifie encore fortement à son propriétaire, investisseur de base avec ses moyens financiers limités et responsable sur ses biens en cas de faillite. u dessus de la mêlée des entreprises minuscules, émergent 000 très petites entreprises qui emploient de à 9 salariés. Elles sont le domaine de

2 ENTREPRISES prédilection de l artisanat et du petit commerce. ais elles s éloignent de plus en plus de l image de la petite entreprise familiale aux modes de gestion et à l activité un peu poussiéreux. Louée pour son dynamisme et sa souplesse d adaptation aux problèmes de l emploi, la petite entreprise se développe aussi dans des secteurs de pointe (services informatiques, ingénierie, services d'études par exemple). Elle se modernise jusque dans sa forme juridique. Le statut de société n'est plus l'apanage des grandes. En partie par recherche d'une sécurité financière, nombre de toutes petites unités se constituent spontanément en SRL (Société à responsabilité limitée). Sur l'ensemble des entreprises la part des sociétés (SRL surtout) atteint 0 % contre % il y a quatre ans. ctionnée par la consommation des ménages la très petite entreprise contribue à la force des activités tertiaires qui intéressent % des entreprises. ais la part de celles-ci se maintient plus qu'elle ne s'accroît, concurrencée par la vitalité de l'activité du bâtiment en uadeloupe et en uyane. La très petite entreprise reste en effet dominée par les activités habituelles de l artisanat sous toutes ses formes : services mais aussi production et fabrication. Près de quatre entreprises sur dix (8 %) relèvent de l artisanat, la moitié d entre elles formant les gros bataillons de l artisanat du bâtiment. LES ENTREPRISES DU SECONDIRE ET DU TERTIIRE RCHND Nombre d'entreprises hors secteur primaire et services non marchands uyane n accueillent que deux grandes entreprises (00 salariés ou plus) : EDF et les Etablissements REYNOIRD, entreprise phare du commerce de grande distribution. Cette arithmétique égalitaire des entreprises demande le recours à de sérieuses pondérations lorsque l on parle de la contribution à l emploi. Les 000 entreprises d au moins 0 salariés absorbent les trois quarts de l emploi salarié. ais la très petite entreprise a son mot uadeloupe artinique uyane L'ENTREPRISE ET LE DROIT La législation française n'a pas, au contraire du droit allemand, de véritable définition de l'entreprise. Néanmoins, la jurisprudence prend pour partie en compte l'entreprise en tant que groupe social. Pour exercer ses activités, une entreprise doit avoir le support d'au moins une unité dotée de la personnalité juridique : personne physique (entreprises individuelles) ou personne morale (sociétés). Il ne faut pas confondre l'entreprise, entité économique juridiquement indépendante et l'établissement, unité de production géographiquement individualisée mais juridiquenovembre 99 dont dont dont Total salarié Total salarié Total salarié ou plus ou plus ou plus gro-alimentaire Industrie-Energie B.T.P Commerce Transports Services archands utres (banques, assurances,...) 80 0 Ensemble Source : INSEE - Répertoire SIRENE LE PRTE DE L'EPLOI Perdues dans la fourmilière des toutes petites, les entreprises d au moins 0 salariés comptent pour moins de % de l ensemble. Ce noyau dur regroupe ainsi 000 entreprises dont seulement 80 emploient plus de vingt salariés et tout juste une centaine se situent au delà de 00. Le tissu économique des ntilles- uyane est taillé aux dimensions de ces régions avec un réseau dense de très petites unités (moins de 0 salariés) avec en pointe deux milliers de PE (de 0 à 99 salariés). Toujours selon le calibrage usuel, les ntillesment dépendante. Toute entreprise a au moins un établissement mais peut en avoir plusieurs. Dans ce dernier cas, l'un d'entre eux a le statut d'établissement principal si l'entreprise est individuelle ou de siège social pour une société. Toutes les entreprises légales et leurs établissements sont recensés dans le répertoire SIRENE. Celui-ci est en permanence géré par l'insee en liaison avec les centres de formalités des entreprises (CFE). Toute unité reçoit ainsi un numéro d'identification (SIREN pour l'entreprise, SIRET pour les établissements) et un code d'activité principale exercée (PE).

3 ENTREPRISES L CTEORIE JURIDIQUE DE L'ENTREPRISE UX NTILLES- UYNE EN 99 (hors secteur primaire et services non marchands) Personnes physiques 0% Personnes morales 8% % utres (Société de fait, en participation...) Source : INSEE - Répertoire SIRENE à dire : le regroupement de ses forces émiettées (les chefs d entreprises solitaires ou non et leurs salariés) la conduit à peser pour un gros tiers de l emploi total. Outre la part d initiative qu elle apporte par l attrait d être à son compte, la très petite entreprise est donc aussi un appoint très utile dans la bataille de l emploi. Toutes ensemble, les entreprises du secondaire et du tertiaire marchand apportent % des emplois, ce qui relativise à la fois la part des activités primaires (8 %) -l'agriculture en tête- et la place forte des services non marchands ( %). LE NOBRE NE FIT PS L FORCE ais si la petitesse a ses mérites, l'atomisation en toutes petites unités a aussi ses effets pervers. Elle n'est pas une garantie de fort levier sur l'emploi. La comparaison entre la uadeloupe et la artinique en apporte une illustration. Depuis plusieurs années le rythme de création des entreprises est plus fort en uadeloupe et la dynamique récente des Iles-du-Nord n'explique pas tout. Il s'ensuit aujourd'hui un écart de près de 00 entreprises entre les deux régions au profit de la uadeloupe. Cette vitalité perd un peu de sa substance quand on la rapproche des niveaux d'emplois très proches entre les îles soeurs. Le surplus guadeloupéen se retrouve quasiment sur les entreprises sans salarié. La artinique offre au contraire un tissu de PE plus consistant : dans le classement des 0 premières entreprises des ntilles-uyane (voir notre palmarès page ) on trouve entreprises antillaises ou antillo-guyanaises mais surtout 8 entreprises uniquement martiniquaises contre seulement guadeloupéennes et guyanaises. vec une ossature plus solide de moyennes unités, la artinique possède un emploi salarié supérieur à celui de la uadeloupe (hors Iles-du-Nord). L'éparpillement guadeloupéen est peutêtre le signe d'une poussée récente de fièvre d'entreprendre : la part prise par l'artisanat du bâtiment aspiré par la reconstruction n'y est pas étrangère. ais il produit aussi un terreau fragile. Comme si cet élan d'activité individuelle était une étape de transition, faute (ou en attente) d'une possibilité d'emploi salarié ferme NS D'EVOLUTION DE L'EPLOI UX NTILLES-UYNE en % d'actifs occupés Primaire Tertiaire Secondaire Source : INSEE - Recensements de la population LE TERTIIRE, BLOC ECLTE L'importance prise par les activités tertiaires apparaît comme l'un des phénomènes économiques majeurs de la seconde partie du XXème siècle. Dans la plupart des pays ce secteur accapare plus de 0 % de l'emploi. Parfois même le vocable peu euphonique de tertiarisation prend une tournure péjorative. Dans les DO, l'évolution rapide d'une économie traditionnelle vers des activités plus modernes a mis en vedette le tertiaire laissant plus dans l'ombre les activités industrielles. Les explications de la montée du tertiaire sont loin d'être unanimes (demande accrue de services liée à l'augmentation du revenu des ménages ou réduction de l'emploi industriel dû aux innovations technologiques). ais les économistes s'accordent aujourd'hui à reconnaître que le tertiaire, secteur très hétérogène, ne peut plus être décrit comme un phénomène global. Certaines typologies se fondent sur les oppositions marquées entre les composantes contrastées du tertiaire : tertiaire public non concurrentiel et tertiaire privé concurrentiel ; tertiaire banal (localisé en fonction des besoins de la population) et tertiaire rare (qui n'apparaît qu'au delà d'un certain seuil de population) ; tertiaire de production (services aux entreprises) et tertiaire de consommation (services aux ménages ou consommation finale). La classification tripartite des activités (née dans les années 0) a perdu de sa pertinence : primaire, secondaire et tertiaire ne sont pas des activités séparées.le tertiaire, calculé au départ comme résidu des deux premiers secteurs, n'en est plus la suite logique. L'imbrication croissante des activités et la complexité du tertiaire appellent des analyses plus fines.

4 NTINE-ECHOS LE PLRES DES ENTREPRISES Pour la première fois, l'insee présente le classement des 0 plus grandes entreprises des ntilles-uyane et des 0 premières pour chacun des trois départements. Ce palmarès a été établi pour 988 selon l' salarié décroissant. u niveau antillo-guyanais l'entreprise regroupe l'ensemble des établissements implantés sur le sol des ntilles et de la uyane ; au niveau départemental, les seuls établissements du département. Il n'est pas étonnant de retrouver en tête, des entreprises présentes partout aux ntilles-uyane (ou aux ntilles) et qui sont des grands groupes ou des parties régionales d'entreprises nationales. Ce palmarès provient de la confrontation de plusieurs sources (enquêtes d'entreprise dans l'industrie et dans les services, bénéfices industriels et commerciaux, déclarations annuelles de données sociales, catalogue des produits industriels de l'association des PI de la artinique et annuaire 90 de l'association Caraïbe étudiants entreprises). L'information statistique sur les entreprises est encore lacunaire puisqu'un classement selon le chiffre d'affaires (qui serait en partie différent de ce classement selon l'emploi) n'a pas été possible. Dans le palmarès des 0, la de chiffre d'affaires a été indiquée lorsque celui-ci est connu. PE Il s'agit de l'activité principale de l'entreprise selon la nomenclature des activités et des produits (NP). Ce code est une donnée permanente de l'entreprise, attribué lors de sa création (révisé après, s'il y a lieu) dans le répertoire SIRENE. d' salarié : 000 à 000 : 00 à 999 : 00 à 99 : 00 à 99 : 0 à 99 : 00 à 9 : 0 à 99 de chiffre d'affaires en millions de F : > 000 : 00 à 000 : 00 à 99 : 0 à 99 : < 0 : donnée manquante implantation de l'entreprise dans le palmarès des 0 présence d'établissements dans les trois départements, dans deux, ou dans un seul : ntilles-uyane : ntilles : uadeloupe : artinique Y : uyane LES 0 PREIERES UX NTILLES-UYNE NO ou RISON SOCILE ctivité PE Chiffre d'affaires Implantation Electricité de France Production et distribution d'électricité Etablissements REYNOIRD S Exploitation de grandes surfaces Cie Nationale IR FRNCE Transports aériens Soc Expl ERIDIENS ntilles Somera Hôtellerie avec restauration Banque Nationale de Paris Banque RISPCE ctivité spatiale SCS France ntilles Edition Publicité Presse et édition 8 SOE uadeloupe Travaux publics, distribution d'eau 9 S Crédit artiniquais Banque 0 Banque Française et Commerciale Banque Cie énérale de manutention portuaire anutention portuaire Banque des ntilles Françaises Banque S Crédit gricole utuel Banque FIUERES entreprise Nettoyage et enlèvement des ordures S BT Outre-mer Commerce de détail de chaussures PLISSONNEU manutention anutention portuaire Soc Immobilière de la uadeloupe Location immobilière 8 S ETELEC Installations électriques Y Source : INSEE

5 NTINE-ECHOS 9 Soc Coop agric et fruits du orne Rouge Conserves fruits, jus de fruits, confitures 0 S RDEL Sucrerie distillerie COLS uadeloupe Construction de chaussées Tempo Industrie Travail temporaire RISSOL PL Hôtellerie avec restauration Soc Raffinerie des ntilles (SR) Raffinage, commerce produits pétroliers STO uadeloupe Bâtiment Entr. Réunion Bâtiment Travaux Publics Bâtiment travaux publics Soc Exploitation Hôtelière Personnel hôtelier temporaire 8 S CROQUET Vente et réparation d'automobiles 9 Soc artiniquaise de Villages Vacances Installation exploitation villages vacances 0 STO artinique açonnerie SOS INTERI Travail temporaire Soc Immobilière et Hôtelière Bas du Fort Hôtellerie avec restauration Soc Les Eaux Vives Centre thermal SRL SODIBEL Supermar. Le Rond Point Exploitation de supermarché Soc de Commerce Lamentinois Continent Exploitation d'hypermarché La Belle Créole Hôtellerie avec restauration Soc Dévelop. Hôtel Tourist Caraïbes Nord Hôtellerie avec restauration 8 S Sté énérale Commerce ntilles Vente et réparation d'automobiles 9 SNC SOE artinique Trav. Bâtiment Travaux publics 0 S Compagnie énérale aritime C Transports maritimes S Librairie ntillaise Librairie papeterie fournitures de bureau S BNP Banque Soc Caraïb Prestation Ecco Trav. Temp. Travail temporaire Soc ntill. Dével. Commerc. Euromarché Exploitation d'hypermarché nciens Ets BELLONIE BOURDILLON Distillerie Société de Travaux et d'entreprises Bâtiment travaux publics Banque Régionale d'escompte Banque 8 Soc énérale de Banque aux ntilles Banque 9 Nord France Entreprise Bâtiment 0 S CLUNY estion clinique Sainte arie Clinique Y Y LES 0 PREIERES DE UDELOUPE NO ou RISON SOCILE ctivité PE Etablissements REYNOIRD S Exploitation de grandes surfaces Electricité de France Production et distribution d'électricité Cie Nationale IR FRNCE Transports aériens SOE uadeloupe Travaux publics, distribution d'eau Banque Nationale de Paris Banque Soc Immobilière de la uadeloupe Location immobilière S RDEL Sucrerie distillerie 8 COLS uadeloupe Construction de chaussées 9 Banque Française et Commerciale Banque 0 STO uadeloupe Bâtiment Banque des ntilles Françaises Banque Soc Les Eaux Vives Centre thermal Soc Immobilière et Hôtelière Bas du Fort Hôtellerie avec restauration La Belle Créole Hôtellerie avec restauration Soc Dévelop. Hôtel Tourist Caraïbes Nord Hôtellerie avec restauration S ETELEC Installations électriques Banque Régionale d'escompte Banque Source : INSEE

6 NTINE-ECHOS 8 RO Travail Temporaire Travail temporaire 9 S HL de la uadeloupe estion des HL 0 Cie Frigorifique de la uadeloupe Fabrication de boissons non alcoolisées LES 0 PREIERES DE RTINIQUE NO ou RISON SOCILE ctivité PE Electricité de France Production et distribution d'électricité Etablissements REYNOIRD S Exploitation de grandes surfaces Cie énérale de manutention portuaire anutention portuaire Soc Expl ERIDIENS ntilles Somera Hôtellerie avec restauration S Crédit gricole utuel Banque FIUERES Entreprise Nettoyage et enlèvement des ordures S Crédit artiniquais Banque 8 Banque Nationale de Paris Banque 9 PLISSONNEU manutention anutention portuaire 0 Soc Coop agric et fruits du orne Rouge Conserves fruits, jus de fruits, confitures Tempo Industrie Travail temporaire Cie Nationale IR FRNCE Transports aériens Soc Raffinerie des ntilles Raffinage, commerce produits pétroliers Entr. Réunion Bâtiment Travaux Publics Bâtiment travaux publics S CROQUET Vente et réparation d'automobiles Soc art Villages Vacances Club éditerrannée Installation et exploitation de villages vacances STO artinique açonnerie 8 SRL SODIBEL Supermarché Le Rond Point Exploitation de supermarchés 9 Soc de Commerce Lamentinois Continent Exploitation d'hypermarché 0 S SC Sté énérale Commerce ntilles Vente et réparation d'automobiles LES 0 PREIERES DE UYNE NO ou RISON SOCILE ctivité PE 8 RISPCE ctivité spatiale Electricité de France Production et distribution d'électricité Soc Exploitation Hôtelière Personnel hôtelier temporaire Banque Nationale de Paris Banque S BNP Banque Etablissements REYNOIRD S Exploitation de grandes surfaces S PIDE Conserverie de poissons 8 CEE LSTHO Installations électriques 9 Les Relais de uyane Hôtellerie avec restauration 0 TNON et Cie Vente et réparation d'automobiles BEC Frères S Bâtiment travaux publics DELTTRE LEVIVIER Construction métallique Cie Nationale IR FRNCE Transports aériens Banque Française Commerciale Banque Soc d'études techniques générales Cabinet d'études techniques S NOFRYNE Travaux publics SRL UYNET Services de nettoyage 8 BRIEL confort Commerce de détail du meuble 9 SRL C F P Pêche maritime 0 SHLN SEFOODS écanique générale Source : INSEE

Portrait économique du secteur des activités immobilières

Portrait économique du secteur des activités immobilières Portrait économique du secteur des activités immobilières Branche professionnelle de l immobilier Service Observatoires AGEFOS PME 187, quai de Valmy 75010 PARIS agefos-pme.com Portrait économique de la

Plus en détail

Les pôles commerciaux et leurs magasins

Les pôles commerciaux et leurs magasins Les pôles commerciaux et leurs magasins Julien Fraichard* Pour les commerçants, l'implantation de leur établissement dans le tissu urbain est primordiale. Certains types de commerces, comme les magasins

Plus en détail

12ème. *Source : Centre d Analyse Stratégique «Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l horizon 2030», Rapport n 48, janvier 2012

12ème. *Source : Centre d Analyse Stratégique «Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l horizon 2030», Rapport n 48, janvier 2012 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2013-T1 2013-T2 2013-T3 2013-T4 2014-T1 2014-T2 2014-T3 2014-T4 Fiche Synthèse Sectorielle juillet 2015 Activités juridiques, comptables,

Plus en détail

Évolution du tissu artisanal en Bretagne

Évolution du tissu artisanal en Bretagne du tissu artisanal en Bretagne Alors que le nombre d entreprises artisanales bretonnes a baissé depuis 1990, 28 000 emplois salariés supplémentaires ont été créés dans le secteur en 14 ans. La taille des

Plus en détail

Données au 1 er janvier 2015

Données au 1 er janvier 2015 2015 Données au 1 er janvier 2015 Sommaire Chapitres ELEMENTS DE CADRAGE ALSACE - TOUS SECTEURS Etablissements et effectifs en 2015 pp. 3 à 7 pp. 5 à 6 Etablissements par tranche d effectifs salariés en

Plus en détail

PARIS 18-19-20. Présentation du territoire

PARIS 18-19-20. Présentation du territoire Population totale du territoire 587 259 Présentation du territoire Poids dans le département 26,1% Nombre de communes 3 Source : Insee, RP2011 / exploitation principale Evolution de l'emploi salarié par

Plus en détail

Les aides régionales au financement des entreprises : six dispositifs pour soutenir leur création et leur développement

Les aides régionales au financement des entreprises : six dispositifs pour soutenir leur création et leur développement ILE-DE-FRANCE à la page à la page N 342 - Juillet 20 Emploi Les ais régionales au financement s entreprises : six dispositifs pour soutenir leur création et leur développement La Région a mis en œuvre

Plus en détail

Seule adresse Le Service Information et Etudes Economiques de la CCD

Seule adresse Le Service Information et Etudes Economiques de la CCD une Seule adresse Le Service Information et Etudes Economiques de la CCD BP 84 - Tél : 21 35 10 70 Fax : 21 35 00 96 - E-mail : ccd@intnet.dj - d'une opportunité à saisir, - d un partenariat à nouer, -

Plus en détail

NOGENT-SUR-MARNE. Présentation du territoire

NOGENT-SUR-MARNE. Présentation du territoire Population totale du territoire 430 808 NOGENT-SUR-MARNE Présentation du territoire Poids dans le département 32,3% Source : Insee, RP2011 / exploitation principale Nombre de communes 16 Evolution de l'emploi

Plus en détail

Saint-Vallier-de-Thiey Bar-sur-Loup. Grasse. Grasse-sud

Saint-Vallier-de-Thiey Bar-sur-Loup. Grasse. Grasse-sud PROVENCE-ALPES-COTE D'AZUR 17 rue Menpenti 13387 MARSEILLE CEDEX 1 Tél. : 4 91 17 57 57 Fax : 4 91 17 59 59 http://www.insee.fr TERRITOIRE CA POLE AZUR PROVENCE 5 communes, 2 chefs lieux de cantons, unité

Plus en détail

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi Thème : Société de la connaissance et développement socio-économique Orientation : S adapter aux changements structurels de l économie et répondre aux défis de la mondialisation Le taux de création et

Plus en détail

Tableau de bord de l emploi du Pays Rochefortais. Sous-Préfecture de Rochefort - 17 décembre 2003

Tableau de bord de l emploi du Pays Rochefortais. Sous-Préfecture de Rochefort - 17 décembre 2003 Tableau de bord de l emploi du Sous-Préfecture de Rochefort - 17 décembre 2003 Demandeurs d emploi Effectif au 30 sept. 2003 total jeunes longue durée (sup 1 an) femmes Commune Tonnay-Charente 324 89 108

Plus en détail

Dépendance et rayonnement. des établissements franciliens

Dépendance et rayonnement. des établissements franciliens ILE -DE- FRANCE études études Mai 2006 Dépendance et rayonnement des établissements franciliens Document réalisé dans le cadre du Schéma Directeur Régional de l'ile-de-france Julie Roy Insee Ile-de-France

Plus en détail

Un impact fort, mais contrasté

Un impact fort, mais contrasté 6 TOURISME Le tourisme en chiffres Un impact fort, mais contrasté 13,6 milliards de chiffre d affaires, 2,7 milliards de valeur ajoutée. Il est toujours difficile de mesurer le poids économique de l activité

Plus en détail

Formacode 11.0 Thésaurus de l offre de formation

Formacode 11.0 Thésaurus de l offre de formation Thésaurus de l offre de formation Champs sémantiques Listes annexes Des types de certifications/diplômes/titres Des pays Des logiciels Des publics Des mots-outils Correspondances Formacode Formacode Présentation

Plus en détail

La gestion d un aéroport international : la coordination d un réseau d un millier d entreprises

La gestion d un aéroport international : la coordination d un réseau d un millier d entreprises La gestion d un aéroport international : la coordination d un réseau d un millier d entreprises Les plates-formes aéroportuaires fournissent l exemple de réseaux d entreprises concentrées sur un site avec

Plus en détail

Les produits prévisionnels de fiscalité directe des collectivités locales en 2013

Les produits prévisionnels de fiscalité directe des collectivités locales en 2013 N 99 Janvier 2014 Marie-Christine FLOURY, Département des études et des statistiques locales LA FISCALITE DIRECTE LOCALE EN 2013 : les produits économiques en forte hausse En 2013, les collectivités locales

Plus en détail

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE 4 MAI 2004 LA SITUATION DE L EMPLOI ET DE LA CONJONCTURE ECONOMIQUE EN REGION D ILE-DE-FRANCE

Plus en détail

Chapitre Ier : Qualifications.

Chapitre Ier : Qualifications. G / Vte fds comm forma Décret n 98-246 du 2 avril 1998 relatif à la qualification professionnelle exigée pour l'exercice des activités prévues à l'article 16 de la loi n 96-603 du 5 juillet 1996 relative

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme

Plan Local d Urbanisme Département du Morbihan Commune de l Ile aux Moines Plan Local d Urbanisme Pièce n 2 : Projet d Aménagement et de Développement Durable Vu pour être annexé à la délibération du 19 mars 2014 Le Maire, Dossier

Plus en détail

La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants

La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants Emploi... La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants La Basse-Normandie, première Silver région inaugurée en France, en janvier 2014, figure parmi les 7 régions françaises les plus attractives

Plus en détail

Les artisans du bâtiment : une profession aux multiples facettes

Les artisans du bâtiment : une profession aux multiples facettes Les artisans du bâtiment : une profession aux multiples facettes principaux résultats de l'étude Artiscan 4000 conduite par DEVELOPPEMENT CONSTRUCTION sur les artisans du bâtiment L'artisanat du bâtiment

Plus en détail

02 Janvier 2013. INDICE DES PRIX À LA CONSOMMATION Variation mensuelle : -0,1 %

02 Janvier 2013. INDICE DES PRIX À LA CONSOMMATION Variation mensuelle : -0,1 % 02 Janvier 2013 INDICE DES PRIX À LA CONSOMMATION Variation mensuelle : -0,1 % L'indice des prix à la consommation s'établit à,44 en janvier 2013, soit une baisse mensuelle de 0,1 % essentiellement liée

Plus en détail

Cahier Technique Différences Batigest Standard/Evolution. Apibâtiment. Documentation technique

Cahier Technique Différences Batigest Standard/Evolution. Apibâtiment. Documentation technique Cahier Technique Différences Batigest Standard/Evolution Apibâtiment Documentation technique Sommaire Sommaire I. Préambule... 3 II. Différences Batigest Standard/Evolution... 4 1. Eléments... 4 2. Devis

Plus en détail

Bas Saint-Laurent. Fiche régionale. Portrait régional de l emploi

Bas Saint-Laurent. Fiche régionale. Portrait régional de l emploi Portrait régional de l emploi (*) (*) (en milliers) Bas Saint-Laurent 200 756 habitants % du Québec 2,6 % Agriculture 3,1 Services publics 0,0 Construction 4,9 Emploi par groupe d âge (*) Bas Saint-Laurent

Plus en détail

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la préparation et à la présentation des états financiers consolidés d'un groupe

Plus en détail

Chiffres clés du BTP en Aquitaine

Chiffres clés du BTP en Aquitaine Collection «études» Mars 2015 Chiffres clés du BTP en Aquitaine La filière BTP présentée dans ce document est composée de l ensemble des entreprises des secteurs d activité indiqués dans le tableau ci

Plus en détail

TRAVAIL TEMPORAIRE SOMMAIRE

TRAVAIL TEMPORAIRE SOMMAIRE TRAVAIL TEMPORAIRE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU TRAVAIL TEMPORAIRE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU TRAVAIL TEMPORAIRE... 5 L'ACTIVITÉ DU TRAVAIL TEMPORAIRE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DU TRAVAIL TEMPORAIRE... 9 EN

Plus en détail

LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN

LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN Les conditions d activité du secteur informel L absence de numéro de compte contribuable apparaît comme le critère déterminant d appartenance au secteur

Plus en détail

Rechercher les informations légales et sectorielles

Rechercher les informations légales et sectorielles GEA 2014-2015 Recherche documentaire Marine Souchier Rechercher les informations légales et sectorielles Intro : quelles sont les informations légales à chercher sur votre organisation? la raison sociale,

Plus en détail

La carte d'achat dans les organisations françaises

La carte d'achat dans les organisations françaises CHAPITRE 2 La carte d'achat dans les organisations françaises Pour bien appréhender l'usage efficace de la carte d'achat, il est important de toujours la considérer comme un moyen d'exécution de la commande.

Plus en détail

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Comment utilisons-nous notre argent?

Comment utilisons-nous notre argent? Comment utilisons-nous notre argent? L'alimentation et le logement constituent les deux dépenses les plus importantes des ménages antillo-guyanais. C'est pour leur logement que les ménages dépensent le

Plus en détail

APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION

APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION Totalité des produits = Totalité des Revenus = Totalité des Dépenses DEPENSE Achats de biens et services Revenus primaires REVENU PRODUCTION redistribution des

Plus en détail

Cinq zones en milieu urbain, orientées vers les services à la population

Cinq zones en milieu urbain, orientées vers les services à la population de concentration de l emploi salarié dans l aire azuréenne Cinq zones en milieu urbain, orientées vers les services à la population Situées en milieu urbain, au sein des plus grandes agglomérations du

Plus en détail

Le tableau de bord trimestriel. de l emploi salarié

Le tableau de bord trimestriel. de l emploi salarié Le tableau de bord trimestriel de l emploi salarié septembre 2012 oc Direction éditoriale : François Magnien Auteur : Patrick Salvatori Conception : Gwenaëlle Solignac Maquette : Hélène Allias-Denis, Clément

Plus en détail

Enquête sur le financement des PME en Suisse. réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO)

Enquête sur le financement des PME en Suisse. réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) Enquête sur le financement des PME en Suisse réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) Mai 200 Table des matières 2 Page 1. Descriptif de la recherche 3 2. Profil et mode de financement des

Plus en détail

B Qui sont les propriétaires et les gestionnaires des entreprises?

B Qui sont les propriétaires et les gestionnaires des entreprises? B Qui sont les propriétaires et les gestionnaires des entreprises? a) L entrepreneur individuel trepreneur individuel Nombre de propriétaires = 1 seul Responsabilité sur ses biens propres = illimitée Activités

Plus en détail

Durée moyenne de recherche du 1er emploi (en mois)

Durée moyenne de recherche du 1er emploi (en mois) Lic.Pro Bâtiment et construction / Management, reprise et création de PME du BTP Sciences et Santé Nombre d'inscrits : 17 / Nombre de diplômés : 17 / Nombre de répondants : 16 Taux de réponse : 94% Origine

Plus en détail

Indices des prix du transport de fret et de l entreposage au quatrième trimestre 2014

Indices des prix du transport de fret et de l entreposage au quatrième trimestre 2014 COMMISSARIAT Général au développement durable n 621 Mars 2015 Indices des prix du transport de fret et de l entreposage au quatrième trimestre 2014 OBSERVATION ET STATISTIQUES transport Les prix du transport

Plus en détail

Indice des prix à la consommation Bilan de l année 2009

Indice des prix à la consommation Bilan de l année 2009 Indice des prix à la consommation Bilan de l année 2009 indice des prix à la consommation diminue de 0,8 en 2009, après une année de forte inflation en 2008 (+3,4 ). Les évolutions sont contrastées en

Plus en détail

au microscope La vie économique N 5

au microscope La vie économique N 5 LEVallois au microscope N 5 Dès sa création au XIX ème siècle, Levallois a toujours été une ville particulièrement active, berceau, entre autres activités, de la parfumerie, de l'aéronautique ou de l'automobile

Plus en détail

LA (LES) LOGISTIQUE (S) Qu'est-ce que c'est? Que peuvent faire les pouvoirs publics? Michel VIARDOT WP 24 CEE/ONU 17-18 mars 2008 1

LA (LES) LOGISTIQUE (S) Qu'est-ce que c'est? Que peuvent faire les pouvoirs publics? Michel VIARDOT WP 24 CEE/ONU 17-18 mars 2008 1 LA (LES) LOGISTIQUE (S) Qu'est-ce que c'est? Que peuvent faire les pouvoirs publics? Michel VIARDOT WP 24 CEE/ONU 17-18 mars 2008 1 Quatre volets - Description et périmètre de la logistique - La logistique

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale et solidaire

Les salariés de l économie sociale et solidaire L'Économie sociale et solidaire Les salariés de l économie sociale et solidaire L'EMPLOI SALARIÉ L ESS, un employeur déterminant de l économie régionale 20 Relative précarité de l emploi dans l ESS 22

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

DÉPENSE FISCALE N 110211. Réduction d impôt pour frais de comptabilité et d adhésion à un centre de gestion ou une association agréés

DÉPENSE FISCALE N 110211. Réduction d impôt pour frais de comptabilité et d adhésion à un centre de gestion ou une association agréés DÉPENSE FISCALE N 110211 Réduction d impôt pour frais de comptabilité et d adhésion à un centre de gestion ou une association agréés SOMMAIRE 1. IDENTITÉ DE LA DÉPENSE... 1 1.1. Description juridique et

Plus en détail

RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE AUPRÈS DES CRÉATEURS D'ENTREPRISE

RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE AUPRÈS DES CRÉATEURS D'ENTREPRISE Les notes de l Juin 2007 OBSERVATOIRE PARTENARIAL LYONNAIS EN ECONOMIE RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE AUPRÈS DES CRÉATEURS D'ENTREPRISE L entrepreneuriat est une priorité pour le développement économique de l

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Un tissu d entreprises en mutation Edition 2012 Septembre 2012 1 SOMMAIRE I. Caractéristiques des Très Petites Entreprises du BTP en

Plus en détail

DU GRAND LYON MISE A JOUR 31/12/2012. Avril 2013

DU GRAND LYON MISE A JOUR 31/12/2012. Avril 2013 OBSERVATOIRE DE L'IMMOBILIER D'ENTREPRISE SUR LE POLE ECONOMIQUE OUEST DU GRAND LYON MISE A JOUR 31/12/2012 Avril 2013 TECHLID L Espace EDEL-Ouest - 185, allée des Cyprès 69760 Limonest : 04 72 17 03 33

Plus en détail

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Observatoire de l'habitat de Paris L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN

Plus en détail

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services 1 Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services Pays Cœur de Flandre I Phase II La formulation de la stratégie Région Nord Pas de Calais Avril 2013 Région Communauté Nord Pas de

Plus en détail

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement Profil économique VILLE DE MONTRÉAL Arrondissement de Rivière-des-Prairies Pointe-aux-Trembles chômage mploi logement établissements d affaires localisation de l emploi revenus d emploi professions main-d

Plus en détail

par Ségolène Royal Présidente de la Région Poitou-Charentes

par Ségolène Royal Présidente de la Région Poitou-Charentes Inauguration de la SCOP SARL Chizé confection par Ségolène Royal Présidente de la Région Poitou-Charentes Contact presse : Attachée de presse de la Région Poitou-Charentes Valérie Courrech 05 49 55 77

Plus en détail

Les Services en Midi-Pyrénées

Les Services en Midi-Pyrénées Emploi et établissements des Services Départements : Nombre d'établissements RCS et effectif salarié au 2ème trimestre 2014 : Nombre d'établissements Effectif salarié (par rapport à 2013) (par rapport

Plus en détail

Les données urbaines

Les données urbaines Les données urbaines Pour les études de faisabilité, le STIF a chargé l Institut d Aménagement et d Urbanisme d Ile-de- France (IAU IdF), d analyser et d'estimer les évolutions urbaines possibles du territoire

Plus en détail

L emploi lié au tourisme dans le Territoire de Belfort

L emploi lié au tourisme dans le Territoire de Belfort Chiffres clés 1 207 emplois en moyenne sur l année 2011 dans le Territoire de Belfort*. Soit 850 emplois en équivalent temps plein (dont plus de 700 en zone urbaine). 2,4 % de l emploi total du département.

Plus en détail

FILIÈRE TRANSPORT-LOGISTIQUE. Enjeux et questionnements Paroles d'acteurs. Synthèse

FILIÈRE TRANSPORT-LOGISTIQUE. Enjeux et questionnements Paroles d'acteurs. Synthèse FILIÈRE TRANSPORT-LOGISTIQUE Enjeux et questionnements Paroles d'acteurs Synthèse avril 2004 Source : Agence de développement et d'urbanisme de Lille Métropole - 2004 2 L Agence de développement et d urbanisme

Plus en détail

9,8 % de l emploi 2,1 millions de salariés 203 000 établissements employeurs

9,8 % de l emploi 2,1 millions de salariés 203 000 établissements employeurs DONNÉES AU 31/12/2006 SOURCE INSEE-CLAP 1 - DÉCEMBRE 2008 Panorama de l'économie sociale EN FRANCE ET DANS LES RÉGIONS Ce document est la première publication réalisée par l Observatoire national de l

Plus en détail

MISSION LOCALE Passation du 30/10/2014 à 14:04 Page: 20

MISSION LOCALE Passation du 30/10/2014 à 14:04 Page: 20 Page: 20 Fiche-métier Au service du bon fonctionnement quotidien de bâtiments à usage collectif L'agent de maintenance des bâtiments entretient des locaux à usage collectif. Vérifications, manutention,

Plus en détail

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT PIB + M = CF+ FBCF + S + X Demande intérieure Valeur 2006 en milliard s d'euros ) Évolutions en volume au prix de l'année précédente Évolutions en volume au prix de l'année précédente

Plus en détail

http://www.apce.com/pid1627/comparaison-rapide.html?espace=1

http://www.apce.com/pid1627/comparaison-rapide.html?espace=1 Page 1 of 9 Comparaison rapide EIRL : entrepreneur individuel à responsabilité limitée : entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée ( unipersonnelle) : société à responsabilité limitée SA : société

Plus en détail

Enquête sur le devenir des diplômés de licence professionnelle

Enquête sur le devenir des diplômés de licence professionnelle Enquête sur le devenir des diplômés de licence professionnelle Vous pouvez répondre à ce questionnaire en vous connectant sur Internet avec le code ci-contre : http://enquetes.u-bordeaux.fr/orpea/lp2012/questionnaire.htm

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES

LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES LA FISCALITÉ DES LOCATIONS EN MEUBLES Article juridique publié le 21/03/2013, vu 10039 fois, Auteur : ASCENCIO Jacques LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES I - L IMPOT SUR LE REVENU A la différence

Plus en détail

Cartographie & libellés cantonaux

Cartographie & libellés cantonaux Lexique Cartographie & libellés cantonaux Capobianco Sagro-di-Santa-Giulia Corte Venaco Calvi Calenzana Niolu-Omessa Deux-Sevi Deux-Sorru Bastelica Ajaccio Île-Rousse Cruzini-Cinarca Celavo-Mezzana Santa-Maria-Siché

Plus en détail

SCOT DU SAUMUROIS. Diagnostic Territorial Septembre 2014

SCOT DU SAUMUROIS. Diagnostic Territorial Septembre 2014 SCOT DU SAUMUROIS Diagnostic Territorial Septembre 2014 SOMMAIRE I. LE TERRITOIRE II. LES HOMMES III. LES ENTREPRISES 2 LE TERRITOIRE 3 Le SCOT du SAUMUROIS 4 Les projets structurants Projets urbains :

Plus en détail

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS La révolution de l'activité féminine Hervé Le Bras EHESS En cinquante années, d'un point de vue démographique, le travail a changé de nature. On pouvait craindre que l'allongement de la vie et celui des

Plus en détail

BILAN ÉCONOMIQUE ET SOCIAL DU VAL D OISE 1998-1999 LES ÉQUIPEMENTS COMMUNAUX

BILAN ÉCONOMIQUE ET SOCIAL DU VAL D OISE 1998-1999 LES ÉQUIPEMENTS COMMUNAUX BILAN ÉCONOMIQUE ET SOCIAL DU VAL D OISE 1998-1999 LES ÉQUIPEMENTS COMMUNAUX 1 - Des communes inégalement desservies en terme d équipements 2 - Des pôles majeurs d attraction en terme d équipements 3 -

Plus en détail

Le statut juridique des exploitations agricoles

Le statut juridique des exploitations agricoles Bprea FOAD Le statut juridique des exploitations agricoles 1 CFPPA DU MORVAN avril 2013 Table des matières 3 4 Objectifs Quels éléments prendre en compte pour déterminer le statut juridique de l'entreprise?

Plus en détail

Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des Experts comptables et Commissaires aux comptes

Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des Experts comptables et Commissaires aux comptes Quadrat-Études 45 rue de Lyon, Paris 12 ème Contact : Laurent POUQUET Tél : 17551427-6 82 69 25 94 laurent.pouquet@quadrat-etudes.fr Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des

Plus en détail

01 Décembre 2013. INDICE DES PRIX À LA CONSOMMATION Variation mensuelle : +1,0 %

01 Décembre 2013. INDICE DES PRIX À LA CONSOMMATION Variation mensuelle : +1,0 % 01 Décembre 2013 INDICE DES PRIX À LA CONSOMMATION Variation mensuelle : +1,0 % L'indice des prix à la consommation s'établit à,73 en décembre 2013, soit une hausse mensuelle de 1,0 % essentiellement liée

Plus en détail

Une entreprise : réunion en un lieu unique de moyens humains et matériels en vue de la réalisation d un objectif commun.

Une entreprise : réunion en un lieu unique de moyens humains et matériels en vue de la réalisation d un objectif commun. Mme Roumanoff Droit du travail Une entreprise : réunion en un lieu unique de moyens humains et matériels en vue de la réalisation d un objectif commun. En droit du travail il y a une différence entre personne

Plus en détail

Modèle économique de TIGNES. TIGNES février 2015

Modèle économique de TIGNES. TIGNES février 2015 1 Modèle économique de TIGNES 2 SOMMAIRE 1. Les spécificités de la capacité d accueil 2. La fréquentation selon les saisons 3. L activité du domaine skiable 4. Les performances commerciales sur les marchés

Plus en détail

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles Objectif 01. Une entreprise peut acquérir des éléments incorporels ou peut elle-même les développer. Ces éléments peuvent constituer des

Plus en détail

PLATEFORME HORIZONS EMPLOI. Métiers et professions

PLATEFORME HORIZONS EMPLOI. Métiers et professions PLATEFORME HORIZONS EMPLOI Métiers et professions Informations sur le groupe de métiers Barman/barmaid (13224 ) Les métiers du groupe Barman.................................................... 4 Informations

Plus en détail

TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE

TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE LE MARCHÉ DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 2 LA RÉGLEMENTATION DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 5 L'ACTIVITÉ DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 8 LES POINTS DE VIGILEANCE DES TRAVAUX DE PLOMBERIE...

Plus en détail

CONTRAT DE LOCATION MEUBLÉ

CONTRAT DE LOCATION MEUBLÉ CONTRAT DE LOCATION MEUBLÉ Rappel des dispositions légales : loi nº 2005-32 du 18 janvier 2005 art. 115 Journal Officiel du 19 janvier 2005, art. L. 632-1 du Code de le construction et de l'habitation

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE)

RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE) RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Domaine : Droit, Économie, Gestion Licence professionnelle : Dénomination Nationale «Management des organisations» Spécialité

Plus en détail

Le marché du travail en Belgique en 2012

Le marché du travail en Belgique en 2012 1 Le marché du travail en Belgique en 2012 Le marché du travail en Belgique en 2012 1. Le statut sur le marché du travail de la population de 15 ans et plus Un peu moins de la moitié de la population de

Plus en détail

Montvalezan La Rosière

Montvalezan La Rosière Montvalezan La Rosière Elaboration du Plan Local d Urbanisme Réunion publique n 2 Synthèse du diagnostic Février 2015 1 Déroulement 1. Rappel de la démarche 2. Les enjeux identifiés par thématique 3. Synthèse

Plus en détail

GRAND TOURMALET TABLEAU DE BORD ECONOMIQUE BILAN ÉTÉ 2012

GRAND TOURMALET TABLEAU DE BORD ECONOMIQUE BILAN ÉTÉ 2012 GRAND TOURMALET TABLEAU DE BORD ECONOMIQUE BILAN ÉTÉ 2012 COMETE - 14/12/2012 258 RUE PERRIER GUSTIN - 73 000 BASSENS Tel : 04 79 62 77 62 - Fax : 01 57 67 95 98 - Email : infos@comete-conseils.fr Bilan

Plus en détail

Formacode 11.0 Thésaurus de l offre de formation

Formacode 11.0 Thésaurus de l offre de formation Thésaurus de l offre de formation Champs sémantiques Listes annexes Des types de certifications/diplômes/titres Des pays Des logiciels Des publics Des mots-outils Correspondances Formacode Formacode Présentation

Plus en détail

Q&A Novembre 2012. A. Le marché de la location meublée. B. Le marché de la location touristique. C. La location meublée, un marché lucratif?

Q&A Novembre 2012. A. Le marché de la location meublée. B. Le marché de la location touristique. C. La location meublée, un marché lucratif? Q&A Novembre 2012 A. Le marché de la location meublée. B. Le marché de la location touristique. C. La location meublée, un marché lucratif? D. La location meublée est elle légale? A. Le marché de la location

Plus en détail

Rôle d un prestataire de domiciliation commerciale?

Rôle d un prestataire de domiciliation commerciale? Rôle d un prestataire de domiciliation commerciale? Que proposent les prestataires de domiciliation? La possibilité de louer une adresse avec automatiquement un loyer modeste et d obtenir des prestations

Plus en détail

Parc et statut d occupation

Parc et statut d occupation Parc et statut d occupation Commissariat général au développement durable Service de l observation et des statistiques 7 1.1 - PARC DE LOGEMENTS Le parc de logement est constitué de 33,5 millions de logements

Plus en détail

MWQ/Mesurer/ Baromètre Qualité/ Rapport : Les certifications ISO 9001 et ISO 14001 en Union Européenne/ Octobre 2009 1

MWQ/Mesurer/ Baromètre Qualité/ Rapport : Les certifications ISO 9001 et ISO 14001 en Union Européenne/ Octobre 2009 1 LES CERTIFICATIONS ISO 9001 ET 14001 EN UNION EUROPEENNE Via son «Baromètre Qualité», le MWQ s est donné pour mission d entre autres répertorier l ensemble privé, public et associatif des organismes wallons,

Plus en détail

Fiche: entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL)

Fiche: entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL) Fiche: entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL) L'entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL) est un régime qui s'adresse aux entrepreneurs individuels qui décident de limiter

Plus en détail

Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises

Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises Sonia Besnard, Pascale Chevalier, Patrice Victor, Insee Pays de la Loire Danièle Guillemot, Yusuf Kocoglu, Centre d études de l emploi En France,

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana Fahafahana Fandrosoana

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana Fahafahana Fandrosoana REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana Fahafahana Fandrosoana BANQUE CENTRALE DE MADAGASCAR IINSTIITUT NATIIONAL DE LA STATIISTIIQUE C ette étude sur l investissement étranger à Madagascar a été faite

Plus en détail

SCIENCES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE. Annexe

SCIENCES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE. Annexe SCIENCES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE A. du 1-7- 2002. JO du 10-7-2002 NOR : MENE0201542A RLR : 524-5 MEN - DESCO A4 Vu code de l'éducation, not. art. L. 311-1

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

information note d Un déficit d effort de recherche des entreprises françaises? Comparaison France - Allemagne 12.09

information note d Un déficit d effort de recherche des entreprises françaises? Comparaison France - Allemagne 12.09 note d information Enseignement supérieur & Recherche 12.9 JUILLET L réalise davantage de recherche et développement que ne le fait la. Cet écart relève d une différence d échelle entre les deux pays.

Plus en détail

LETTRE D'INFORMATION AU CE - Février 2008 -

LETTRE D'INFORMATION AU CE - Février 2008 - LETTRE D'INFORMATION AU CE - Février 2008 - Que peut demander le ce en février? Au mois de février le CE peut demander à être consulté sur plusieurs points : - communication du bilan du travail à temps

Plus en détail

Légère progression de la production des IAA en juillet 2014

Légère progression de la production des IAA en juillet 2014 Agreste Conjoncture Industries agroalimentaires octobre 2014 octobre 2014 Industries agroalimentaires Tableau de bord Légère progression de la production des IAA en juillet 2014 Sommaire Production en

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

«Bien choisir ses statuts : la personnalisation est essentielle!

«Bien choisir ses statuts : la personnalisation est essentielle! «Bien choisir ses statuts : la personnalisation est essentielle! Forum de l'entrepreneuriat 21 novembre 2013 Intervenants : Sylvie Aguila (Juriste CCI de Lyon), Laurent Lebahar (Expert comptable), Réjane

Plus en détail

Le Statut de l Auto-entrepreneur Novembre 2013

Le Statut de l Auto-entrepreneur Novembre 2013 Le Statut de l Auto-entrepreneur Novembre 2013 L auto-entrepreneur- Généralités 2 PAGES Généralités 3 Seuils du statut 5 Régime social Taux de cotisation 8 Validation des trimestres de retraite 9 Taux

Plus en détail

Formacode 11.0 Thésaurus de l offre de formation

Formacode 11.0 Thésaurus de l offre de formation Thésaurus de l offre de formation Champs sémantiques Listes annexes Des types de certifications/diplômes/titres Des pays Des logiciels Des publics Des mots-outils Correspondances Formacode Formacode Présentation

Plus en détail