La taxe sur la valeur ajoutée dans l hôtellerie suisse

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La taxe sur la valeur ajoutée dans l hôtellerie suisse"

Transcription

1 La taxe sur la valeur ajoutée dans l hôtellerie suisse A la lumière de la nouvelle loi sur la TVA (entrée en force le 1 er janvier 2010) Version actualisée disponible sur Avec l autorisation de

2 Impressum Editeur hotelleriesuisse, Berne Rédaction Ramona Brotschi, hotelleriesuisse Conception Franziska Liechti, Anzeiger Region Bern, Wabern Format de publication PDF Berne, août 2011

3 Sommaire Introduction 3 Bases 4 1. Quatre taux d imposition 4 2. Prestations d hébergement 8 3. Taxes de séjour, taxes d hébergement, cartes d hôtes Facturation en monnaie étrangère Indication des prix et établissement des offres Prestations à soi-même Prestations fournies au personnel Méthode des taux de la dette fiscale nette Précisions concernant la facturation Exemples de factures 26 Thèmes spécifiques à l hôtellerie Activités hors entreprise Location d installations sportives Automates, billards, jeux de fléchettes Vente de fleurs et décorations de table Opérations de change Pertes sur débiteurs Débours Billets d entrée Cadeaux et cadeaux publicitaires Bons cadeaux Repas gratuits, rabais en nature, repas de dégustation Chiens Corrections en cas de pièces inexactes Commissions sur les cartes de crédit Buffet de pâtisseries Contrats de livraison Imposition volontaire (option) Location de places de parc Commissions des agences de voyages Dommages-intérêts/annulation Pourboires Vente d œuvres d art Location de chambres d hôtel à un autre établissement Déduction de l impôt préalable sur les frais de constitution Remboursement de la TVA aux groupes des personnes spécifiques et les organisations internationales Vouchers Refacturation sans valeur ajoutée / supplément 47 Autres informations Conseils et astuces Formulaires Index des mots-clés Sources Contacts 64 1

4

5 Introduction La nouvelle loi sur la valeur ajoutée est en vigueur depuis le 1 er janvier Si elle apporte à l hôtellerie bien des simplifications au plan administratif et financier, elle n en reste pas moins un édifice très rigoureux qui présente encore nombre de points délicats. L hôtelier est invité à porter une attention particulière à la programmation des logiciels de caisse et de front office, afin que la présentation des factures soit conforme aux exigences de la TVA. Une erreur dans le détail des factures peut parfois coûter cher en arriérés. Avec la présente publication, hotelleriesuisse contribue à éclairer les particularités de la branche. Cette brochure se veut une synthèse de l ensemble des dispositions TVA pertinentes pour l hôtellerie. Elle met tout particulièrement en lumière des éléments essentiels de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) au sujet desquels l hôtelier est encore hésitant et qui donnent souvent lieu à discussion. Les problèmes spécifiques et les cas particuliers sont illustrés par des exemples concrets tirés de l univers hôtelier. Pour une information exhaustive, vous trouverez à partir de la page 63 toutes les adresses utiles d hotelleriesuisse, de l AFC et des fiduciaires rattachées au réseau de consultants d hotelleriesuisse. hotelleriesuisse, août 2011 La TVA reste un régime fiscal complexe et dynamique. Les expériences réunies sur le terrain, de même que les documents explicatifs édités par les autorités permettent de résoudre progressivement les cas limites et de venir à bout des difficultés d interprétation. La présente brochure a été élaborée en l état des connaissances de février Elle a été rédigée et approuvée par l Administration fédérale des contributions (ci-après AFC). Il n est pas exclu cependant que cette dernière y apporte bientôt quelques modifications ou compléments. En cas de doute, on se reportera donc toujours aux publications les plus récentes éditées par l AFC. 3

6 Bases 1. Quatre taux d imposition Avec le financement supplémentaire de l assurance-invalidité, les taux de l impôt suivants s appliquent du 1 er janvier 2011 au 31 décembre 2017: taux normal de 8,0%, taux spécial de 3,8% pour les prestations d hébergement (jusqu au ), taux réduit de 2,5% et taux de 0,0%. Taux normal de 8,0% Prestations de restauration (dans un restaurant / service en chambre) 1 Toutes les boissons alcoolisées (y compris les eaux-de-vie maison) et produits pour fumeurs Consommations au minibar Petit-déjeuner pour personnes de passage Tous les articles souvenirs, cartes postales, articles de l hôtel, produits de soins TV payante, location de cassettes vidéo et DVD, cartes prépayées pour WLAN, etc. Communications téléphoniques, taxe d utilisation d Internet Nettoyage de vêtements Massages sportifs, coiffeur, soins de beauté, etc. Entrée au centre de remise en forme, à la piscine, à l espace wellness Location (utilisation) de tables de billard, de jeux de fléchettes (pas d installations sportives) Location (skis, bateau, voiture, etc.) Location de salles de conférence Location de salles et de locaux de réunion, de banquets, etc. Location de places de stationnement aux clients (attention: si la location est comprise dans le prix de la chambre, elle est imposée à 3,8%) Taux spécial pour les prestations d hébergement de 3,8% Jusqu au 31 décembre 2013, les prestations d hébergement seront imposées à un taux spécial de 3,8%. Hébergement et prestations accessoires en lien direct avec l hébergement Nuitée Linge de lit, serviettes de toilette, nettoyage de la chambre Radio et TV (sans TV payante), accès à Internet (sans taxe d utilisation) Taxes d hébergement (sans taxes de séjour) 2 Approvisionnement des tentes, caravanes et camping-cars en électricité et en eau (chaude et froide,) élimination des eaux usées et des ordures Utilisation des installations sanitaires (sans les lave-linge) dans les campings Location de chambres d hôtel dans un autre établissement hôtelier (en cas de manque de capacités). Cependant, si un hôtel loue une ou plusieurs chambres, voire une aile entière, pour une période déterminée ou indéterminée, pour son usage exclusif, il s agit d une prestation exclue du champ de l impôt. Cas spécial du petit-déjeuner Le petit-déjeuner est compris dans l hébergement et donc imposable au taux spécial, même lorsqu il est facturé à part. Il doit toutefois être en lien direct avec la nuitée. Pour les hôtes de passage (qui ne séjournent pas à l hôtel), le petit-déjeuner est facturé au taux normal de 8,0%, puisqu il s agit là d une prestation de la restauration. 1 Pour les exceptions voir chapitre 1 Quatre taux d imposition > taux spécial. 2 Voir aussi chapitre 3 Taxes de séjour, taxes d hébergement et cartes d hôtes. 4

7 Prestations accessoires élargies Les prestations accessoires élargies sont des prestations comprises dans le prix de la chambre, fournies et utilisées dans le périmètre de l hôtel. Ce qui compte, c est que tous les clients de l hôtel puissent utiliser ces prestations sans supplément de prix. En font notamment partie: places de parc, court de tennis, salle de squash ou de badminton, piscine, solarium, sauna, bain bouillonnant et/ou whirlpool, salle de fitness, terrains de boccia, pistes de jeu de quilles, salle TV, bibliothèque, service de cirage des chaussures. Les prestations suivantes, bien que non fournies ou non utilisées dans le périmètre de l hôtel, font aussi partie des prestations accessoires élargies, pour autant qu elles soient incluses dans le prix de la chambre et à la disposition de tous les clients: le service de taxi de l hôtel; la mise à disposition de bicyclettes; l utilisation, par les clients de l hôtel, des salles de fitness et installations de bien-être des hôtels environnants. Ne font notamment pas partie des prestations accessoires élargies le golf, les écuries et la patinoire (ces prestations étant imposables à 8,0%). Taux réduit de 2,5% Vente de denrées alimentaires et boissons sans alcool dans la rue / à l emporter non consommées sur place (critères: emballage des produits, volonté déclarée du client, prix différenciés, distribution de produits alimentaires et de boissons non destinés à être consommés sur place). Ces ventes doivent être comptabilisées séparément, de préférence sur une caisse enregistreuse à part, avec remise obligatoire des tickets de caisse aux clients. Livraison à domicile de produits comestibles et de boissons sans alcool. Aucune prestation de préparation ou de service ne doit être fournie sur place (dresser le buffet, mettre le couvert, réchauffer les mets, servir dans des assiettes ou dans des verres, etc.). Le maintien au chaud des mets n est pas considéré comme une préparation sur place. Les justificatifs (factures, quittances, tickets de caisse, coupons, etc.) doivent mentionner le nom, l adresse et le numéro de TVA du fournisseur, le nom et l adresse du destinataire, la date, le prix, l adresse du destinataire (si elle n est pas identique à celle du client) et le taux d impôt applicable. Si l impôt est inclus dans la contre-prestation, l indication du taux applicable suffit. Il importe également d y indiquer «Facture pour livraison à domicile», avec la mention «Sans préparation ou service sur place». Ces ventes doivent être comptabilisées à part. Lorsqu un justificatif ne permet pas de déterminer s il s agit d une prestation de l hôtellerie, d une livraison à domicile ou d une prestation à l étranger, il faut considérer qu il s agit d une prestation de la restauration, à décompter au taux normal. Vente de denrées alimentaires aux automates Facture pour la décoration florale (bouquets, arrangements, etc.) de la fleuriste de l établissement Vente de journaux, magazines et livres Le taux réduit ne s applique pas aux denrées alimentaires remises dans le cadre des prestations de la restauration (art. 25 al. 3 LTVA). Les boissons alcoolisées (teneur en alcool supérieure à 0,5% volume) ne sont pas considérées comme des denrées alimentaires, mais comme des denrées d agrément imposables au taux normal de 8,0%. 5

8 Cas spécial pour les établissements mixtes Lorsque des établissements mixtes (p. ex. kiosques avec bar à café) et des snack-bars ou des stands disposent d installations pour la consommation sur place, ils peuvent procéder à un décompte forfaitaire de leurs prestations de la restauration imposées au taux normal. Cette simplification est possible pour les petits établissements qui comptent au plus 20 places assises ou debout (par succursale, point de vente, etc.). Il en va de même lors de l organisation de certaines manifestations. Ce régime forfaitaire a l avantage que l assujetti n a pas à prendre de mesures d ordre organisationnel pour la vente d aliments à l emporter (vente dans la rue / takeaway). L application des forfaits est facultative. Si l assujetti opte pour la méthode simplifiée, il est tenu de l appliquer pendant une période fiscale au moins. Sont considérés comme des entreprises mixtes, par exemple, les boulangeries, les boucheries, les shops de stations-service, les kiosques et les points de vente d alimentation dans les piscines et les campings dans lesquels le chiffre d affaires propre au magasin dépasse le chiffre d affaires généré par les ventes à l emporter (denrées alimentaires destinées à la consommation immédiate). C est le cas lorsque le chiffre d affaires du magasin représente plus de 50% du chiffre d affaires total. Simplification Les chiffres d affaires imposables au taux normal provenant des prestations de la restauration avec places assises et/ou debout peuvent être décomptés et imposés au moyen d un forfait place debout et/ou place assise de 60 francs (TVA incl.) par jour (d ouverture) et par place. Sont considérés comme des snack-bars / stands, par exemple, les points de vente de saucisses, kebabs, pizzas, poulets (y compris les boissons) et les snack-bars / stands de piscine ou des campings dont les chiffres d affaires provenant de la vente dans la rue / à l emporter représentent plus de 50% du chiffre d affaires global. Le terme manifestation recouvre les manifestations en tous genres à l occasion desquelles les visiteurs peuvent se restaurer pendant un bref laps de temps défini (en règle générale la pause). Il peut s agir, par exemple, de spectacles (cinéma, théâtre, cirque), de concerts, de shows et de manifestations particulières comme les matchs de football ou de hockey, avec un déroulement dans le temps programmé (début, pauses, fin). Les manifestations pendant lesquelles les visiteurs peuvent se restaurer sur une durée plus longue le plus souvent pendant toute la manifestation (p. ex. les tournois de sport, les festivals de musique ou de cinéma) ne peuvent appliquer le régime forfaitaire. Répartition des taux d impôt pour les snack-bars et les stands: Denrées d agrément et produits non Vente de denrées alimentaires et de prestations de la restauration alimentaires 100% au taux déterminant 50% au taux normal 50% au taux réduit Répartition des taux d impôt pour les manifestations: Denrées d agrément et produits non Vente de denrées alimentaires et de prestations de la restauration alimentaires 100% au taux déterminant 20% au taux normal 80% au taux réduit 6

9 Simplification Dans un premier temps seront déterminés et imposés, sur la base d un coefficient de majoration, les chiffres d affaires imposables au taux normal provenant de la vente de denrées d agrément (boissons alcooliques et produits pour fumeurs) et de produits non alimentaires. Pour ce faire, il faut que les coûts des marchandises correspondants soient saisis dans des comptes séparés. Les chiffres d affaires ainsi déterminés sont, dans un second temps, déduits du chiffre d affaires global. Le chiffre d affaires restant est imposable, en ce qui concerne les snack-bars / stands, à hauteur de 50% au taux normal et à hauteur de 50% au taux réduit et, en ce qui concerne les manifestations, à hauteur de 20% au taux normal et à hauteur de 80% au taux réduit. Non imposable, taux de 0,0% La taxe de séjour est une contribution de droit public due par l hôte et non par l hôtelier. Elle n est donc pas soumise à la TVA, à condition de figurer séparément et à même hauteur sur la facture et d y être désignée comme telle. Les autres taxes dues par l hôtelier, mais de nature forfaitaire ou calculées sur la base des nuitées (taxe d hébergement p. ex.), sont imposables au taux de 3,8% et sont généralement comprises dans le prix de la chambre. Si elles sont mentionnées et facturées séparément, elles doivent figurer à part de la taxe de séjour. 3 Les opérations de change ne sont pas imposables. Les paiements versés par les clients en raison d annulations (p. ex. paiements no show) sont réputés dommages-intérêts véritables. Pour le restaurateur ou l hôtelier, ils ne représentent pas de contre-prestation et n entraînent pas de correction de la déduction de l impôt préalable. L annulation peut être prouvée par une copie de la pièce comptable qui a été remise au client. 4 Lorsque la prestation commandée a déjà été facturée et qu aucun rectificatif n a été établi pour l annulation, le montant reçu doit être déclaré au taux déterminant. Vente de bons cadeaux Les cartes de fidélité (20% de rabais sur présentation de la carte), les rabais (11 nuits pour 10, etc.). Il s agit en l occurrence de rabais en nature. La «prestation offerte» (nuit gratuite) n est pas imposable. Aucun impôt n est dû lors de la vente de la carte de fidélité (l impôt n est dû qu au moment de son utilisation). Prestations fournies à l étranger et exonération de l impôt Exemple: L exploitant d un service traiteur avec siège à Genève est chargé par un client (suisse ou étranger) d assurer le catering (y compris la préparation et/ou le service sur place) lors d une manifestation se déroulant en France. Cette prestation de restauration est réputée fournie à l étranger (lieu de la prestation: art. 8 al. 2 let. d LTVA) et n est pas soumise à la TVA. Ces prestations doivent être déclarées sous les chiffres 200 et 221 (prestations à l étranger) du décompte TVA. Si le même exploitant fournit des prestations sans préparation ni service chez le client lors de la même manifestation, il s agit d une livraison à domicile (le lieu de la prestation est alors en Suisse). L exploitant peut solliciter une exonération de l impôt au moyen des documents délivrés par les autorités douanières (exportations). Cette livraison à domicile doit être déclarée dans le décompte TVA sous les chiffres 200 et Voir chapitre 3 Taxes de séjour, taxes d hébergement et cartes d hôtes. 4 Voir chapitre 30 Dommages-intérêts/annulation. 7

10 2. Prestations d hébergement Combinaisons de prestations, règle des 70/30, principe (selon l art. 19 al. 2 LTVA) Dans le cas de combinaisons de prestations dont 70% au moins sont soumises au même taux d impôt. Cette règle ne s applique pas lorsque les prix des différentes prestations sont communiqués au destinataire; l ensemble des prestations du même genre du point de vue de la TVA n atteint pas au moins 70%; la combinaison englobe des prestations qui sont exclues du champ de l impôt et pour l imposition desquelles il n est pas possible d opter selon l art. 22 al. 2 LTVA (exception: les prestations exclues du champ de l impôt atteignent au moins 70% de la combinaison). L application de l art. 19 al. 2 LTVA n entre en ligne de compte que si la prestation est offerte à un prix forfaitaire et qu elle est facturée comme telle au client de l hôtel. En d autres termes, si les différentes prestations sont facturées séparément, cette disposition ne s applique pas. L application des dispositions de l art. 19 al. 2 LTVA est facultative. Le prestataire est bien sûr libre de facturer séparément les différentes prestations. Si une prestation ou si l addition de toutes les prestations du même genre sur le plan fiscal ne représente pas au moins 70%, le traitement uniforme n est pas possible et chaque prestation doit être déclarée de manière indépendante à l AFC et en principe également facturée séparément au taux d impôt applicable. En revanche, il est possible de procéder à une facturation forfaitaire (contre-prestation globale) si les points suivants sont pris en considération: il n y a aucune mention de la TVA; la valeur des prestations indépendantes devant être déclarées séparément (=base de calcul de l impôt) peut être déterminée sur la base des enregistrements comptables appropriés. Arrangements en demi-pension, règle des 70/30 Les arrangements en demi-pension sont réservés à l avance (au plus tard lors de l enregistrement à l hôtel) et pour toute la durée du séjour. Le tarif journalier est toujours le même. Par ailleurs, les prix de l arrangement sont publiés de diverses manières, dans des annonces ou des listes de prix. 5 Il ne peut s agir d un arrangement en demi-pension lorsque le client a réservé la nuitée avec petit-déjeuner et qu il se décide, pendant le séjour, à prendre un ou plusieurs repas au restaurant de l hôtel. En ce qui concerne les arrangements en demi-pension purs (incluant nuitée/petit-déjeuner et un repas), on admet, pour simplifier, que la part de l hébergement atteint au moins 70% de la contreprestation totale, ce qui permet de facturer sous la forme d un forfait l arrangement réservé et de le soumettre au taux spécial. Il n est pas nécessaire de fournir un justificatif de calcul (même si pour d autres combinaisons de prestations les parts de l hébergement et de la restauration doivent être calculées séparément et attestées par un document). Exemple de facture 1, page 26 Cas spécial brunch Lorsqu un hôtel propose une nuitée avec brunch (plutôt qu un petit-déjeuner), il peut facturer l intégralité de la prestation au taux de 3,8% sans 5 Concernant l indication des prix, voir chapitre 5 Indication des prix et établissement des offres. 8

11 nécessité de fournir un justificatif de calcul. En revanche, si l hôtel offre la demi-pension avec brunch inclus, l établissement n est autorisé à facturer le tout au taux de 3,8% que lorsque les prestations de restauration imposables à 8,0% ne représentent pas plus de 30% de la prestation totale. Dans ce cas, il est nécessaire d apporter un justificatif de calcul (calculation). Si toutefois l hôtelier facture de manière détaillée les prestations d un arrangement en demipension, il est tenu de déclarer chacune au taux respectif. Exemple de facture 2, page 26 Arrangements en pension complète Les arrangements en pension complète sont réservés à l avance (au plus tard lors de l enregistrement à l hôtel) et pour toute la durée du séjour. Le tarif journalier est toujours le même. Par ailleurs, les prix de l arrangement sont publiés de diverses manières, dans des annonces ou des listes de prix. 6 Il ne peut s agir d un arrangement en pension complète lorsque le client a réservé la nuitée avec petit-déjeuner et qu il se décide, pendant le séjour, à prendre un ou plusieurs repas au restaurant de l hôtel. Facturation Pour les arrangements en pension complète, la part de l hébergement, imposable au taux de 3,8%, et la part de la restauration, imposable au taux de 8,0%, peuvent être calculées en principe soit sur la base des coûts effectifs soit de manière forfaitaire. La variante retenue sera appliquée pendant toute la période fiscale (année civile). Les deux modes de calcul ne peuvent coexister. Si l hôtelier a opté pour le calcul forfaitaire pour la part de l hébergement et la part de la restauration, le recours à la combinaison des prestations selon l art. 19 al. 2 LTVA est exclu. 7 L hôtelier peut changer de facturation (forfaitaire ou effective) pour une nouvelle période fiscale (année civile), sans en avertir préalablement l AFC. Facturation forfaitaire Les arrangements en pension complète sont clairement indiqués comme tels dans les factures. La répartition forfaitaire entre la part de l hébergement et la part de la restauration (repas de midi et du soir) peut s effectuer comme suit: 65% nuitée/petit-déjeuner au taux de 3,8% 35% pension complète (deux repas) au taux de 8,0% La part de l hébergement et la part de la restauration sont au moins à répartir séparément par taux dans la facture. Si les boissons sont incluses dans le prix de la pension, elles entrent dans le forfait. Il ne peut s agir, en l occurrence, que des boissons comprises avec les repas, comme le vin de table, l eau minérale ou le café. Exemple de facture 3, page 27 Facturation effective Les diverses prestations sont mentionnées séparément dans la facture et doivent pouvoir être prouvées par un calcul détaillé. 7 Voir chapitre 2 Prestations d hébergement > Combinaisons 6 Concernant l indication des prix, voir chapitre 5 Indication des prix et établissement des offres. de prestations, règle des 70/30, principe (selon l art. 19 al. 2 LTVA). 9

12 Comme indiqué au début de ce chapitre, la règle des 70/30 est également admise pour les arrangements en pension complète combinés à une prestation d hébergement (art. 19 al. 2 LTVA). Dans ce cas, l entière combinaison de prestations facturées de manière forfaitaire est imposable au taux spécial si la prestation d hébergement (petitdéjeuner compris) représente au moins 70% de l ensemble de la contre-prestation. Le calcul effectué par la répartition des différentes prestations doit être étayé par des documents appropriés (calculations). Les décomptes d exploitation, la comptabilité d exploitation et les calculs reposant sur ces éléments peuvent servir de preuves. Des déterminations sur la base des coûts de marchandises majorées par les coefficients recommandés par les organisations de la branche ne sont pas considérées comme des preuves de calculation valables. L hôtel qui calcule ses arrangements en pension complète selon les coûts effectifs doit en faire de même pour les offres de séminaires. Facturation forfaitaire La règlementation spéciale pour les offres de séminaires prévoit que les prestations correspondantes sont facturées sous la forme d un forfait et clairement mentionnées comme telles dans la facture. La répartition forfaitaire des différentes prestations peut s effectuer comme suit: 55% hébergement / petit-déjeuner au taux de 3,8% 45% restauration / infrastructure / autres au taux de 8,0% L hôtelier est tenu de conserver les offres, listes de prix, etc. correspondantes avec les documents commerciaux habituels jusqu à la fin du délai de prescription. Séminaires Les hôtels aménagés pour les séminaires proposent généralement des forfaits standards qui englobent des prestations bien définies, clairement circonscrites, telles que: une nuitée avec petit-déjeuner; un repas de midi; un repas du soir; deux pauses café; eaux minérales dans les salles de cours; utilisation des salles pour groupe plénier et pour petits groupes; mise à disposition des installations techniques standards (rétroprojecteur, écran, flip chart, beamer). Facturation La règlementation spéciale pour les hôtels de séminaires ne s applique qu aux hôtels qui proposent des forfaits standardisés. Toutes les autres prestations fournies hors forfait (p. ex. location de salles de cours supplémentaires, restauration supplémentaire au bar, etc.) sont facturées séparément et imposées au taux déterminant. Exemple de facture 4, page 27 Le forfait journalier (valable jusqu au 31 décembre 2009) tombe, puisque depuis le 1 er janvier 2010 le client assujetti peut procéder à la déduction totale (100%) de l impôt préalable sur la part de l alimentation et des boissons. Facturation effective Les diverses prestations sont mentionnées séparément dans la facture et doivent pouvoir être prouvées par un calcul détaillé. En présence d un justificatif de calcul et si la part de la prestation d hébergement (avec petit-déjeuner) représente au moins 70% de de la contre- 10

13 prestation totale, la règle des 70/30 est applicable (art. 19 al. 2 LTVA), auquel cas le taux spécial s applique à l ensemble de la combinaison de prestations. Packages Les packages sont des combinaisons de prestations au sens de la loi du 18 juin 1993 sur les voyages à forfait, c est-à-dire des prestations à prix fixe global, valables en permanence ou pendant une période déterminée. De telles offres s adressent généralement à des clients individuels. Elles incluent des prestations allant au-delà des arrangements en demi-pension ou en pension complète habituels, par exemple des billets de concert, des excursions accompagnées dans la région ou des prestations de remise en forme et de bien-être. L offre de telles combinaisons ressort de la publicité faite par prospectus, catalogue, annonce ou sur Internet, etc. Les prestations combinées individuellement, qui sont soumises à des taux d impôt différents, seront facturées séparément et ne sont pas considérées comme des packages. De même, les manifestations spéciales comme les congrès, séminaires, noces, etc. ne sont pas considérées comme des packages. Il en est ainsi également lorsque des forfaits ont été convenus pour certaines composantes de l offre. Facturation Les packages doivent toujours être facturés selon les coûts effectifs, à la rigueur la partie concernant la demi-pension ou la pension complète peut être calculée de manière forfaitaire. L AFC demande que les packages soient désignés par un nom spécial (p. ex. «Magie de l hiver janvier 2011») dans les offres et sur les factures correspondantes et que les prestations incluses soient prouvées par des calculs détaillés (hébergement, abonnement de ski, cours de ski, etc.). Les calculs détaillés et les factures créanciers doivent être conservés à des fins de contrôle jusqu à la fin du délai de prescription absolu, mais au moins pendant dix ans. S il n existe pas de documents et de calculs détaillés pour les packages, la contre-prestation globale sera imposable au taux normal. Si le package inclut également la pension complète ou la demi-pension, la répartition peut, pour cette part de la contre-prestation uniquement, être effectuée sur la base du forfait suivant (pas de preuve du calcul requise): Demi-pension 75% part hébergement au taux de 3,8% 25% part restauration au taux de 8,0% Pension complète 65% part hébergement / petit-déjeuner au taux de 3,8% 35% part restauration au taux de 8,0% Les prestations qui ne sont pas comprises dans le package (p. ex. restauration supplémentaire, location d un garage, heures de tennis) sont facturées séparément et imposées au taux déterminant. Exemples de facture 5.1, 5.2 et 5.3, à partir de la page 28 Si la part de l hébergement, calculée et prouvée par un justificatif, atteint 70% du package au moins, ce dernier peut être intégralement déclaré au taux spécial. L acquisition, durant le séjour, de prestations supplémentaires (p. ex. boissons, TV payante, minibar) qui ne sont pas incluses dans le 11

14 package et qui sont mentionnées séparément sur la facture adressée au client et imposées au taux déterminant, n a pas d incidence. Exemple de facture 6, page 29 L AFC recommande aux hôteliers de déclarer les taxes de séjour sous le chiffre 200 (Chiffre d affaires) et à la rubrique Déduction sous le chiffre 280 (Divers) dans le décompte TVA. Le chiffre 280 (Divers) doit être complété d une mention (p. ex. taxe de séjour) Taxes de séjour, taxes d hébergement et cartes d hôtes La question de savoir quel taux de TVA est applicable aux taxes de séjour, aux taxes d hébergement communales et cantonales et aux taxes de promotion touristique est récurrente. Il en va de même en ce qui concerne les cartes d hôtes avec rabais ou entrées gratuites. Taxe de séjour La taxe de séjour (que l on connaît aussi sous le nom de City Tax ou taxe de nuitée urbaine), fondée sur des ordonnances cantonales ou communales, est due par le client, mais prélevée par l établissement d hébergement. Les taxes de séjour ne sont pas imposables si l hôtelier les facture séparément et dans la même mesure au client, en les désignant comme telles. Si l hôtelier renonce à une facturation séparée, ces taxes sont intégrées dans la prestation d hébergement et sont imposables au taux spécial. Lorsque l hôtelier facture non seulement les taxes de séjour, mais aussi d autres contributions communales ou cantonales (p. ex. taxes d hébergement) sous la rubrique Taxe de séjour, il ne s agit pas d une facturation séparée. La taxe de séjour fait ainsi partie de la contre-prestation perçue pour l hébergement et est imposable au taux spécial. Taxe d hébergement, taxe de nuitées facultative, taxe de promotion touristique, etc. La taxe d hébergement est due par l hôtelier. Elle fait partie de la contre-prestation perçue sur l hébergement et est imposable au taux de 3,8%, qu elle soit facturée séparément ou non. Les taxes de nuitées facultatives, les taxes de promotion touristiques, etc. qui se calculent sur la base des nuitées ou des lits sont dues par l hôtelier et imposées en tant que part de l hébergement au taux de 3,8%, qu elles soient facturées séparément ou non. Toutefois si la taxe d hébergement ou la taxe de nuitées facultative est comprise dans un package ou un arrangement (arrangement en pension complète, forfaits séminaires) et que l hôtelier n utilise pas la facturation effective pour les combinaisons de prestations mais applique la facturation forfaitaire, les taxes d hébergement sont soumises au régime de la répartition forfaitaire: Exemple d arrangement en pension complète 65% part hébergement/petit-déjeuner au taux de 3,8% 35% part restauration au taux de 8,0% Exemple de forfait pour séminaire 55% hébergement / petit-déjeuner au taux de 3,8% 45% restauration / infrastructure au taux de 8,0% 8 Pour les décomptes TVA comportant les chiffres correspondants voir chapitre 39 Formulaires. 12

15 Cette taxe doit être déclarée sous le chiffre 200 (Chiffre d affaires) et sous le chiffre 340 (Prestations jusqu au , taux spécial) ou 341 (Prestations dès le , taux spécial), et pour les parts au taux normal encore sous le chiffre 300 (Prestations jusqu au ) ou 301 (Prestations dès le ) du décompte TVA. 9 Taxe de séjour CHF 3.00 Taxe d hébergement CHF 1.00 Taxe de promotion touristique CHF 2.00 Carte d hôte (entrées, transports, etc.) CHF 4.00 Deux possibilités s offrent à l hôtelier pour la tarification et la facturation 10 : Cartes d hôtes D une manière générale, toutes les prestations doivent être soumises à la TVA selon leur nature. Pour les livraisons et prestations indépendantes qui sont soumises à des taux différents, il convient donc d indiquer comment la contre-prestation est répartie entre les prestations imposables à différents taux. Cependant, si les prestations qui sont imposables à différents taux sont facturées en forfait, le taux normal s applique à l ensemble de la contre-prestation puisqu un justificatif de calcul (calculation) ne peut généralement être fourni. Il en va de même pour ce qu il est convenu d appeler les cartes d hôtes permettant au client de l hôtel de bénéficier de diverses prestations imposables à différents taux (entrée aux piscines, musées, voyages en train, téléphérique, bus, etc.). Si l hôtelier facture une carte d hôte au client de l hôtel, le taux normal de TVA, soit 8,0%, s applique au montant facturé. Exemple L hôtelier vend une nuitée au prix de 120 francs. En vertu des dispositions communales, il est tenu de verser lui-même les taxes suivantes par nuitée réalisée: a) Facturation forfaitaire L hôtelier décide que les taxes sont comprises dans le prix forfaitaire de 120 francs. En conséquence, il doit faire apparaître séparément la taxe de séjour pour autant qu il veuille profiter de l exonération d impôt. La carte d hôte doit être mentionnée séparément puisqu elle est imposée à un taux différent. Facture Nuitée à 3,8% CHF Taxe de séjour à 0,0% CHF 3.00 Carte d hôte à 8,0% CHF 4.00 Total (TVA incl.) CHF b) Saisie séparée L hôtelier décide que l hôte doit payer ces taxes en plus du prix de la nuitée et souhaite l indiquer aussi sur la facture. Facture Nuitée à 3,8% CHF Taxe de séjour à 0,0% CHF 3.00 Taxe d hébergement à 3,8% CHF 1.00 Taxe de promotion touristique à 3,8% CHF 2.00 Carte d hôte à 8,0% CHF 4.00 Total (TVA incl.) CHF Pour les décomptes TVA comportant les chiffres correspondants voir chapitre 39 Formulaires. 10 Voir aussi chapitre 5 Indication des prix et établissement des offres. 13

16 4. Facturation en monnaie étrangère Le décompte TVA doit être établi dans la monnaie nationale (francs suisses). Selon l ordonnance du 11 décembre sur l indication des prix (OIP), il faut indiquer aux consommateurs le prix effectif des marchandises et des services en francs suisses (prix de détail). 12 Il n est pas permis d indiquer le prix uniquement en monnaie étrangère. Le prix en monnaie étrangère peut toutefois être mentionné à côté du montant en francs suisses. Cependant, il arrive que l hôtelier soit amené à établir, pour des groupes ou des participants à des séminaires, une facture en monnaie étrangère, qui peut être payée, au choix, en francs suisses ou en monnaie étrangère afin de pouvoir offrir à l hôte une meilleure prestation. Les exemples 7 et 8 présentent des factures en monnaie nationale. Peu importe que le client paie en francs suisses ou dans une monnaie étrangère et que la monnaie lui soit rendue en francs suisses ou en monnaie étrangère. Exemples de facture 7 et 8, page 30 Dans l exemple 9, la facture est considérée émise en monnaie étrangère, avec possibilité de régler en francs suisses. Les règles relatives aux monnaies étrangères s appliquent même si le paiement est effectué en francs suisses. Exemple de facture 9, page 31 Pour le calcul de la TVA, l hôtelier convertit les contre-prestations en monnaie étrangère en francs suisses à la naissance de la créance fiscale ou à la naissance du droit à la déduction de l impôt préalable (art. 45 al. 1 OTVA). Il y a contreprestation en monnaie étrangère lorsque la facture ou la quittance sont établies dans une monnaie étrangère. Peu importe si le paiement a lieu en monnaie nationale ou en monnaie étrangère et dans quelle monnaie l argent rendu est payé (art. 45 al. 2 OTVA). Pour la conversion, l hôtelier peut se fonder à choix sur le cours mensuel moyen publié par l AFC ou sur le cours du jour des devises (vente). Les cours mensuels moyens sont disponibles sur le site L AFC publie le 25 du mois ou le premier jour de travail qui suit le 25 du mois les cours applicables le mois suivant. Pour les monnaies étrangères pour lesquelles l AFC ne publie pas de cours mensuel moyen, on appliquera le cours du jour en devises (vente) d une banque suisse. Le procédé choisi doit être conservé pendant une période fiscale au moins pour le calcul de l impôt sur le chiffre d affaires, l impôt sur les acquisitions et pour la déduction de l impôt préalable (art. 45 al. 5 OTVA). 5. Indication des prix et établissement des offres 11 La nouvelle ordonnance sur l indication des prix devrait entrer en vigueur en A ce sujet, voir aussi chapitre 5 Indication des prix et établissement des offres. Indication des prix dans les prospectus et dans les offres En ce qui concerne l indication des prix dans les prospectus et dans les offres, il y a lieu de tenir compte des prescriptions de l ordonnance sur 14

17 l indication des prix (OIP) du 11 décembre , qui veut que tous les prix soient toujours publiés TVA incluse et toutes taxes comprises, ou du moins soient clairement présentés pour que l hôte puisse immédiatement saisir de quoi se compose le prix final et à quel prix total il doit s attendre. Etablissement des offres En ce qui concerne les offres, y compris l affichage et la liste des tarifs, l ordonnance sur l indication des prix stipule que le prix publié doit contenir toutes les composantes du prix. Cela vaut aussi pour les taxes de séjour et la TVA. En principe, la déclaration des prix peut se présenter de deux façons, l important étant que le client puisse aisément distinguer le montant total (120 francs dans l exemple). commerce avec des entreprises qui peuvent demander le remboursement de la TVA, notamment les agences de voyages, et non pas des particuliers (consommateurs finals). Les taxes de séjour doivent être comprises dans le prix. Variante 1 Chambre CHF (nuitée et petit-déjeuner) y compris taxe de séjour, sans TVA Variante 2 Chambre (prix net) CHF (nuitée et petit-déjeuner) Taxe de séjour CHF 5.00 Prix total de la chambre CHF y compris taxe de séjour, sans TVA Variante 1 Chambre CHF (nuitée et petit-déjeuner) y compris 3,8% TVA ainsi que taxes de séjour Variante 2 Chambre (prix net) CHF (nuitée et petit-déjeuner) TVA 3,8% CHF 4.21 Taxe de séjour CHF 5.00 Prix total de la chambre CHF y compris TVA ainsi que taxe de séjour Offres dans le commerce professionnel Dans le commerce entre professionnels, les prix peuvent être indiqués nets, c est-à-dire sans TVA. On entend par commerce entre professionnels le 13 La nouvelle ordonnance sur l indication des prix devrait entrer en vigueur en Prestations à soi-même L imposition des prestations à soi-même met fiscalement sur pied d égalité les contribuables qui utilisent des biens dans un but non soumis à l impôt et les personnes non assujetties à la TVA. Principe Il y a notamment prestation à soi-même lorsque l assujetti prélève de son entreprise, à titre permanent ou temporaire, des biens ou des prestations de services sur lesquels ou sur une partie desquels il a déduit l impôt préalable lors de leur acquisition ou de leur apport et qu il remplit une des conditions suivantes: a) il utilise ces biens ou ces prestations de services hors de son activité entrepreneuriale, en particulier pour ses besoins personnels; b) il les utilise pour une activité entrepreneuriale qui ne donne pas droit à la déduction de l im- 15

18 pôt préalable en vertu de l art. 29 al. 1 LTVA (prestations exclues de l impôt); c) il les remet à titre gratuit sans motif entrepreneurial; un motif entrepreneurial est réputé exister pour les cadeaux d une valeur n excédant pas 500 francs par personne et par an ainsi que pour les cadeaux publicitaires et les échantillons remis en vue de réaliser un chiffre d affaires imposable ou exonéré; d) il a encore le pouvoir de disposer de ces biens ou de ces prestations de services lorsque cesse son assujettissement. Il y a lieu de préciser, à propos du principe énoncé ci-dessus, qu il ne peut s agir d une correction de l impôt préalable au sens d une prestation à soimême que lorsqu il n y a pas de prestation à titre onéreux (art. 24 LTVA; art. 47 OTVA). Ainsi, les prestations à soi-même concernent généralement le propriétaire d une entreprise en raison individuelle ou des associés qui ne sont pas considérés comme des personnes proches (tous deux nondestinataires du certificat de salaire). Les questions qui se posent dans la pratique concernent les prélèvements en nature (prélèvements de biens), ainsi que les parts privées à la voiture de service, aux frais de chauffage, éclairage, nettoyage, communication, etc., c est-à-dire des prélèvements de biens ou des prestations de services de la propre entreprise. Biens affectés à des fins étrangères à l entreprise Tout prélèvement par le propriétaire d une entreprise en raison individuelle entraîne une correction de la déduction de l impôt préalable dans la mesure où l impôt préalable a été déduit au moment où le propriétaire a acquis les prestations. Dans le cas des biens fabriqués par l entreprise, la base de calcul correspond à l impôt préalable sur la valeur de la marchandise ou à l impôt préalable sur d éventuels travaux de tiers pour les produits semi-finis, à quoi s ajoute un supplément de 33% sur cette correction de l impôt préalable pour l utilisation de l infrastructure (biens d investissement / moyens d exploitation). Est réservée la preuve effective des impôts préalables pour l utilisation de l infrastructure en tant que base de calcul pour la correction de la déduction de l impôt préalable à effectuer. En cas de prélèvements de biens ou de prestations de services par le propriétaire d une entreprise en raison individuelle pour une utilisation hors de son activité entrepreneuriale (p. ex. pour ses besoins personnels) selon l art. 31 al. 2 let. a LTVA, il n y a pas de limite d exonération, comme c est le cas pour les cadeaux remis à titre gratuit au sens de l art. 31 al. 2 let. a LTVA (500 francs par personne et par an). 14 Biens attribués à titre gratuit sans motif entrepreneurial Il s agit ici de prélèvements de biens qui sont remis volontairement et gratuitement à des tiers. Autrement dit, il est question des attributions à titre gratuit sans motifs entrepreneuriaux et non de la remise de cadeaux, d échantillons ou de cadeaux publicitaires aux fins de l entreprise. 15 Fin de l assujettissement pour cause de cessation d activité a) Base de calcul pour la correction de l impôt préa lable lors du prélèvement définitif: il y a prélèvement ou apport permanent lors qu un bien n est pas utilisé uniquement à titre tem- 14 A ce sujet, voir aussi chapitre 19 Cadeaux et cadeaux publicitaires et chapitre 21 Repas gratuits, rabais en nature, repas de dégustation. 15 Voir aussi chapitre 19 Cadeaux et cadeaux publicitaires. 16

19 poraire mais durablement, soit exclusivement dans le cadre de l activité entrepreneuriale donnant droit à la déduction de l impôt préalable, soit exclusivement dans le cadre d une activité entrepreneuriale n y donnant pas droit ou hors des activités entrepreneuriales: biens mobiliers neufs achetés: intégralité de l impôt préalable du bien; biens mobiliers usagés achetés: impôt préalable sur la valeur à la date du prélèvement, déduction faite d un amortissement de 20% par année civile écoulée à partir du début de l utilisation; biens mobiliers neufs de propre fabrication: impôt préalable sur le prix d acquisition des éléments plus valeur locative, calculée commercialement, pour l usage des biens d investissement et des moyens d exploitation (calcul par approximation: 33% sur les impôts préalables du matériel et des éventuels travaux effectués par des tiers [produits semifinis]); biens mobiliers usagés de propre fabrication: correction analogue à celle des biens mobiliers neufs de propre fabrication. Cependant, on peut déduire un amortissement de 20% par année civile écoulée à partir du début de l utilisation. b) Base de calcul pour la correction de l impôt préa lable en cas d utilisation temporaire: il y a généralement utilisation temporaire lors que l assujetti utilise temporairement des biens exclusivement, c est-à-dire à 100%, dans le cadre de son activité entrepreneuriale donnant droit à la déduction de l impôt préalable ou exclusivement pour une activité entrepreneuriale ne donnant pas droit à la déduction de l impôt préalable ou hors de ses activités entrepreneuriales (pendant six mois au plus pour les biens mobiliers et pendant douze mois au plus pour les biens immobiliers). Pour les biens mobiliers et immobiliers, la correction de la déduction de l impôt préalable est calculée sur la base du prix de la location qui serait facturé à un tiers indépendant (art. 31 al. 4 LTVA). Prestations à soi-même en cas de changements d affectation Il y a en principe changement d affectation d un bâtiment lorsque, au cours de l activité entrepreneuriale, celui-ci est utilisé à une autre fin que celle initialement prévue, c est-à-dire lorsque la part des prestations donnant droit à la déduction de l impôt préalable, respectivement n y donnant pas droit, augmente ou diminue. Selon les cas, il s ensuit une correction de l impôt préalable (prestation à soi-même au sens de l art. 31 LTVA ou dégrèvement ultérieur de l impôt préalable selon l art. 32 LTVA). Correction de l impôt préalable Prestations à soi-même au titre de la subsistance 16 Si l hôtelier indépendant (propriétaire d une entreprise en raison individuelle en qualité de gérant, tenancier, propriétaire) et les membres de sa famille qui ne travaillent pas dans l établissement sont nourris par l hôtel, on appliquera les montants ci-après (annuels ou mensuels bruts, c.-à-d. TVA incl.): Tableau, page Pour la subsistance du personnel, voir aussi chapitre 7 Prestations fournies au personnel. 17

20 Prestations à soi-même Subsistance Tarifs de base Par an (en CHF) Par mois (en CHF) Adultes Enfants jusqu à 6 ans Enfants entre 7 et 13 ans Enfants entre 14 et 18 ans Prestations à soi-même Subsistance adultes * Prestations à soi-même adultes par an 1/3 imposable à 8,0% 2/3 imposables à 2,5% Prestations à soi-même adultes par mois 1/3 imposable à 8,0% 2/3 imposables à 2,5% Montant (en CHF) Impôt (en CHF) Prestations à soi-même Subsistance enfants par an (imposable à 2,5%) * Montant (en CHF) Impôt (en CHF) Enfants jusqu à 6 ans Enfants entre 7 et 13 ans Enfants entre 14 et 18 ans Prestations à soi-même Subsistance enfants par mois (imposable à 2,5%) * Montant (en CHF) Impôt (en CHF) Enfants jusqu à 6 ans Enfants entre 7 et 13 ans Enfants entre 14 et 18 ans * Le prélèvement d articles pour fumeurs n est pas compris dans les taux indiqués ci-dessus (bruts, TVA incl.); pour chaque fumeur, on ajoutera généralement 1500 à 2200 francs par an. La correction de l impôt préalable doit toujours s opérer au taux normal. 18

Association suisse des experts fiscaux diplômés Conférence du 25 novembre 2010 relative à la LTVA du 12 juin 2009

Association suisse des experts fiscaux diplômés Conférence du 25 novembre 2010 relative à la LTVA du 12 juin 2009 Association suisse des experts fiscaux diplômés Conférence du 25 novembre 2010 relative à la LTVA du 12 juin 2009 Administration fédérale des contributions AFC Jean-Luc Boschung 1 Sommaire Principaux changements

Plus en détail

Règlement des remboursements de frais établi sur la base du modèle de la Fédération patronale vaudoise (FPV)

Règlement des remboursements de frais établi sur la base du modèle de la Fédération patronale vaudoise (FPV) Règlement des remboursements de frais établi sur la base du modèle de la Fédération patronale vaudoise (FPV) (Indiquer la raison sociale juridiquement valable de la société/de l entreprise) 2. Table des

Plus en détail

Modèle de règlement des remboursements de frais pourles entreprises et les organisations à but non lucratif

Modèle de règlement des remboursements de frais pourles entreprises et les organisations à but non lucratif Modèle de règlement des remboursements de frais pourles entreprises et les organisations à but non lucratif Circulaire 25 - du 18 janvier 2008 Les conditions générales pour les règlements des remboursements

Plus en détail

Allemagne : Nouveau régime applicable aux frais de déplacement à compter de 2014

Allemagne : Nouveau régime applicable aux frais de déplacement à compter de 2014 Allemagne : Nouveau régime applicable aux frais de déplacement à compter de 2014 Au 1 er janvier 2014 s appliqueront en Allemagne de nouvelles règles fiscales en matière de frais de déplacement. Les frais

Plus en détail

République et Canton de Genève Département des finances

République et Canton de Genève Département des finances République et Canton de Genève Département des finances Administration fiscale cantonale Etat au 22 septembre 2009 Direction Générale Le directeur général Hôtel des Finances Rue du Stand 26 Case postale

Plus en détail

Social. Précisions ministérielles. Avantages en nature et frais professionnels

Social. Précisions ministérielles. Avantages en nature et frais professionnels Avantages en nature et frais professionnels Précisions ministérielles L administration vient de diffuser une troisième série de questions/réponses. S agissant des avantages en nature, elle revient notamment

Plus en détail

Modèle de règlements des remboursements de frais

Modèle de règlements des remboursements de frais Modèle de règlements des remboursements de frais Circulaire du 28 août 2006 / 11 décembre 2007 Les administrations fiscales cantonales reconnaissent les règlements de remboursements de frais agréés par

Plus en détail

«Transfert de patrimoine avec procédure de déclaration» modifications concernant la notice no. 11

«Transfert de patrimoine avec procédure de déclaration» modifications concernant la notice no. 11 «Transfert de patrimoine avec procédure de déclaration» modifications concernant la notice no. 11 Il ne suffit pas de compléter le nouveau formulaire no. 764! Maureen Burgener et Christina Meier-Tirinzoni,

Plus en détail

Remplacée. basées sur le web

Remplacée. basées sur le web Janvier 2010 www.estv.admin.ch Info TVA 14 concernant le secteur Finance Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions AFC Remarques préliminaires Dans cette publication,

Plus en détail

Déduction et corrections de l impôt préalable Généralités et nouveautés valables à partir du 1 er janvier 2010

Déduction et corrections de l impôt préalable Généralités et nouveautés valables à partir du 1 er janvier 2010 numéro 1, septembre 2011 www.bdo.ch LETTRE D INFORMATION sur la TVA Déduction et corrections de l impôt préalable Généralités et nouveautés valables à partir du 1 er janvier 2010 1. Quels sont les impôts

Plus en détail

Quand faut-il une autorisation relevant de l hôtellerie-restauration et quelle autorisation est prévue?

Quand faut-il une autorisation relevant de l hôtellerie-restauration et quelle autorisation est prévue? Direction de l économie publique du canton de Berne ISCB N : 9/935.11/1.1 beco Economie bernoise Münsterplatz 3 3011 Berne 30 juillet 2010 Pour tout renseignement: Surveillance du marché 031 633 50 93

Plus en détail

Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 20 novembre 2014. L.I.R. n 104/1

Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 20 novembre 2014. L.I.R. n 104/1 Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 20 novembre 2014 L.I.R. n 104/1 Objet : Evaluation de certains avantages accordés par l employeur à ses salariés a) Mise à la disposition à

Plus en détail

Circulaire sur le remboursement de frais et part privée sur véhicule d'entreprise

Circulaire sur le remboursement de frais et part privée sur véhicule d'entreprise Circulaire sur le remboursement de frais et part privée sur véhicule d'entreprise Période fiscale 2011 Circulaire no 1 Remboursement de frais et part privée sur véhicule d'entreprise Cette circulaire est

Plus en détail

sur la déduction des frais professionnels des personnes exerçant une activité lucrative dépendante

sur la déduction des frais professionnels des personnes exerçant une activité lucrative dépendante Ordonnance du 14 décembre 2006 Entrée en vigueur : 01.01.2007 sur la déduction des frais professionnels des personnes exerçant une activité lucrative dépendante La Direction des finances Vu l article 27

Plus en détail

Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 18 février 2009. L.I.R. n 104/1

Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 18 février 2009. L.I.R. n 104/1 Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 18 février 2009 L.I.R. n 104/1 Objet : Évaluation de certains avantages accordés par l employeur à ses salariés a) Mise à la disposition à

Plus en détail

DEDUCTION FRAIS REELS/FRAIS FORFAITAIRES TABLEAU COMPARATIF IMPOT A LA SOURCE/DECLARATION

DEDUCTION FRAIS REELS/FRAIS FORFAITAIRES TABLEAU COMPARATIF IMPOT A LA SOURCE/DECLARATION DEDUCTION FRAIS REELS/FRAIS FORFAITAIRES TABLEAU COMPARATIF IMPOT A LA SOURCE/DECLARATION 2012 Données indicatives. Se reporter au guide de l administration fiscale pour toutes précisions Catégorie de

Plus en détail

ÉCONOMIQUE PRINCIPALES DÉPENSES DÉDUCTIBLES

ÉCONOMIQUE PRINCIPALES DÉPENSES DÉDUCTIBLES DÉDUCTIBLES RAPPEL Pour être déductibles des recettes, les dépenses effectuées par les titulaires de revenus non commerciaux doivent répondre aux conditions suivantes : être nécessitées par l exercice

Plus en détail

Caisse de pension et propriété du logement/

Caisse de pension et propriété du logement/ Encouragement à la propriété du logement (EPL) Caisse de pension et propriété du logement/ Versement anticipé et mise en gage des avoirs issus du 2 e pilier Table des matières Mobilisation des capitaux

Plus en détail

3. LA TVA SUR LES DÉPENSES

3. LA TVA SUR LES DÉPENSES 3. LA TVA SUR LES DÉPENSES Le principe essentiel de la TVA, dans sa conception originelle, était d assurer la neutralité de l impôt à l égard des opérations économiques effectuées par les entreprises en

Plus en détail

Pour de plus amples informations : http://www.estv.admin.ch/mwst/themen/00154/00589/index.html?lang=fr

Pour de plus amples informations : http://www.estv.admin.ch/mwst/themen/00154/00589/index.html?lang=fr Bureau de l égalité hommes-femmes et de la famille Canton de Fribourg LES IMPOTS INDIRECTS Les impôts indirects sont perçus indépendamment de la situation économique des personnes qui en sont redevables.

Plus en détail

Remplacée. basées sur le web

Remplacée. basées sur le web Janvier 2010 www.estv.admin.ch Info TVA 23 concernant le secteur Culture Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions AFC Remarques préliminaires Dans cette publication,

Plus en détail

Les charges déductibles en toute légalité

Les charges déductibles en toute légalité Les charges déductibles en toute légalité Animé par : Christophe LE MEUT, In Extenso Jean-Pierre ROUSSEL, Direction des Services Fiscaux d Ille-&-Vilaine INTRODUCTION Charges : ensemble des biens et services

Plus en détail

Ordonnance sur l indication des prix. Indication des prix et publicité dans l hôtellerie et la restauration

Ordonnance sur l indication des prix. Indication des prix et publicité dans l hôtellerie et la restauration Ordonnance sur l indication des prix Indication des prix et publicité dans l hôtellerie et la restauration FRS Sommaire Table des matières Page 2 Objectifs 3 Champ d application de l OIP Principe de l

Plus en détail

Ordonnance sur le bail à loyer et le bail à ferme d habitations et de locaux commerciaux

Ordonnance sur le bail à loyer et le bail à ferme d habitations et de locaux commerciaux Ordonnance sur le bail à loyer et le bail à ferme d habitations et de locaux commerciaux (OBLF) 221.213.11 du 9 mai 1990 (Etat le 1 er juillet 2014) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 253a, al. 3, du

Plus en détail

Revenus professionnels

Revenus professionnels Revenus professionnels 1. Bénéfices d'exploitations agricoles, industrielles et commerciales Le montant des bénéfices s établit au départ d une comptabilité qui doit être probante vis-à-vis de l Administration.

Plus en détail

AUX ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES

AUX ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département des finances Administration fiscale cantonale AFC Direction générale Case postale 3937 1211 Genève 3 AUX ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES N/réf. : DHL/AJF Genève,

Plus en détail

snack-bar onglerie Spécialités coiffeur super-maché Aide-mémoirecommerces Take away restaurant Ville de Bienne Stadt Biel

snack-bar onglerie Spécialités coiffeur super-maché Aide-mémoirecommerces Take away restaurant Ville de Bienne Stadt Biel Stadt Biel Ville de Bienne Aide-mémoirecommerces Elaboré en collaboration avec Inspection de police,, Service spécialisé de l intégration Rue Centrale 60 13ème étage Tél. 032 326 14 14 restaurant onglerie

Plus en détail

But et champ d application

But et champ d application Ordonnance sur l indication des prix (OIP) 1 942.211 du 11 décembre 1978 (Etat le 1 er juillet 2015) Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 16, 16a, 17 et 20 de la loi fédérale du 19 décembre 1986 contre

Plus en détail

FORMULE 11 DÉCLARATION FINANCIÈRE

FORMULE 11 DÉCLARATION FINANCIÈRE FORMULE 11 DÉCLARATION FINANCIÈRE (Loi sur l établissement et l exécution réciproque des ordonnances de soutien, L.N.-B. 2002, c.i-12.05, art.5(2)e), 9(1)b)(ii), 23(2)f) et 27(1)b)(ii)) Je suis le demandeur

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2003-103

LETTRE CIRCULAIRE N 2003-103 PARIS, le 09/07/2003 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION ET DES ORIENTATIONS DU RECOUVREMENT DIROR LETTRE CIRCULAIRE N 2003-103 OBJET : Mise en oeuvre de la nouvelle réglementation relative à l'évaluation des

Plus en détail

Utilisation d une automobile : incidences fiscales

Utilisation d une automobile : incidences fiscales Utilisation d une automobile : incidences fiscales Les frais engagés pour l utilisation d une automobile dans le cadre d un emploi ou d une entreprise présentent un élément d affaires justifiant leur déductibilité

Plus en détail

Office fédéral du sport OFSPO Centre national de sport de Macolin

Office fédéral du sport OFSPO Centre national de sport de Macolin Office fédéral du sport Centre national de sport de Macolin 2532 Macolin Office fédéral du sport Evénements Besoin d une très grande salle pour une manifestation d envergure? Deux de nos salles de sport

Plus en détail

Objet : Nouveau dispositif de remboursement des frais des mandataires des organismes AGIRC et ARRCO applicable au 1er janvier 2014

Objet : Nouveau dispositif de remboursement des frais des mandataires des organismes AGIRC et ARRCO applicable au 1er janvier 2014 CIRCULAIRE 2013-19 -DC Le 22/11/2013 Objet : Nouveau dispositif de remboursement des frais des mandataires des organismes AGIRC et ARRCO applicable au 1er janvier 2014 Madame, Monsieur le directeur, Les

Plus en détail

2008 Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières. applicables à l exécution d opérations sur titres

2008 Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières. applicables à l exécution d opérations sur titres 008 Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières applicables à l exécution d opérations sur titres Table des matières Préambule... 3 A Directives générales... 4 Art. Base légale... 4 Art. Objet...

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Avantages en nature

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Avantages en nature Avantages en nature Textes de référence : Arrêté du 10 décembre 2002 relatif l évaluation des avantages en nature en vue du calcul des cotisations de sécurité sociale. Observation préalable : Afin d accompagner

Plus en détail

Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses

Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses 2.09 Cotisations Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Etat au 1 er janvier 2015 1 En bref Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances

Plus en détail

REGLEMENT DES REMBOURSEMENTS DE FRAIS DE

REGLEMENT DES REMBOURSEMENTS DE FRAIS DE REGLEMENT DES REMBOURSEMENTS DE FRAIS DE (indiquer la raison sociale de la société) du (date) 1. Généralités 1.1 Champ d'application Le présent règlement des remboursements de frais s'applique à l'ensemble

Plus en détail

TAXE DE SEJOUR GUIDE D'INFORMATION ET D APPLICATION

TAXE DE SEJOUR GUIDE D'INFORMATION ET D APPLICATION MAIRIE DE COURNON D'AUVERGNE SERVICE TOURISME TAXE DE SEJOUR GUIDE D'INFORMATION ET D APPLICATION Sommaire : Page 2 : Page 4 : Page 5 : Page 6 : Page 7 : Présentation de la taxe de séjour -qui est habilité

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTES

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTES CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTES DESCRIPTION DU CHALET «le CHALET de COURCHEVEL», hôtel en exclusivité. Un espace de vie de 650 m2 qui dispose de : Ø 6 chambres d une surface entre 15 et 45 m2 : La Suite

Plus en détail

Télécommunications. Schweizerisch e Eidgenossenschaft C onfédératio n suisse C onfederazion e Svizzera C onfederaziu n svizra

Télécommunications. Schweizerisch e Eidgenossenschaft C onfédératio n suisse C onfederazion e Svizzera C onfederaziu n svizra 610.540.13 Brochure n 13 Télécommunications Valable à partir du 1 er janvier 2008 Les informations contenues dans cette publication sont à considérer comme un complément aux Instructions sur la TVA. Schweizerisch

Plus en détail

T.V.A. et Responsabilité de l'organe de révision

T.V.A. et Responsabilité de l'organe de révision T.V.A. et Responsabilité de l'organe de révision par Georg NANEIX Conseiller fiscal gnaneix@fiscal-legal.net Chaque nouveau texte légal contient un grand nombre d incertitude, de possibilités et de risques

Plus en détail

Contributions. Edition 2007

Contributions. Edition 2007 Contributions Contributions sur salaires et autres prestations que l'employeur doit payer aux caisses de compensation et aux assurances conformément aux réglementations légales et conventionnelles Edition

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion Réf.

Plus en détail

Etat-major de la législation, janvier 2015

Etat-major de la législation, janvier 2015 Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions AFC Division principale de l impôt fédéral direct, de l impôt anticipé, des droits de timbre Etat-major de la législation,

Plus en détail

Quelle attitude face aux devises? Conseils aux hôteliers-restaurateurs

Quelle attitude face aux devises? Conseils aux hôteliers-restaurateurs Quelle attitude face aux devises? Conseils aux hôteliers-restaurateurs L hôtellerie-restauration suisse souffre depuis belle lurette de la cherté du franc suisse. Ces derniers mois tout particulièrement,

Plus en détail

Loi fédérale sur le commerce des boissons alcooliques

Loi fédérale sur le commerce des boissons alcooliques Loi fédérale sur le commerce des boissons alcooliques (Loi sur le commerce de l alcool, LCal) Projet du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 95, al. 1, 105 et 118, al. 2, let. a,

Plus en détail

1. Description des salles

1. Description des salles Forfaits séminaires L hôtel dispose de 6 salons destinés à l organisation de réunions et autres séminaires. Leur capacité varie de 5 à 300 personnes. Tous situés en rezde-chaussée, ils bénéficient de la

Plus en détail

2.09 Etat au 1 er janvier 2013

2.09 Etat au 1 er janvier 2013 2.09 Etat au 1 er janvier 2013 Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Généralités 1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances sociales

Plus en détail

CCNT Hôtellerie & Restauration

CCNT Hôtellerie & Restauration CCNT Hôtellerie & Restauration Expertise succincte concernant l application de la CCNT Hôtellerie & Restauration dans les institutions membres d INSOS Suisse Cette expertise a été réalisée et mise à disposition

Plus en détail

TECHNOLOGIES DU DÉVELOPPEMENT DURABLE CANADA Politique de remboursement des frais de déplacement et d accueil

TECHNOLOGIES DU DÉVELOPPEMENT DURABLE CANADA Politique de remboursement des frais de déplacement et d accueil TECHNOLOGIES DU DÉVELOPPEMENT DURABLE CANADA Politique de remboursement des frais de déplacement et d accueil Objet La présente politique vise à établir des normes équitables et constantes de remboursement

Plus en détail

Grand Hôtel des Thermes **** Offres séminaires

Grand Hôtel des Thermes **** Offres séminaires Grand Hôtel des Thermes **** Offres séminaires Grand Hôtel des Thermes **** Présentation Blotti au cœur de Brides-les-Bains, le Grand Hôtel des Thermes bénéficie d un positionnement stratégique à 5 minutes

Plus en détail

DÉCLARATION FINANCIÈRE DE (nom du demandeur ou requérant)

DÉCLARATION FINANCIÈRE DE (nom du demandeur ou requérant) DÉCLARATION FINANCIÈRE DE (nom du demandeur ou requérant) Je suis le demandeur / requérant, dans la présente demande en vue d obtenir ou de faire modifier une ordonnance alimentaire. Voici ma situation

Plus en détail

Salaires AVS et Suva. Valable dès le 1.1.2011. Publié en collaboration avec l Office fédéral des assurances sociales

Salaires AVS et Suva. Valable dès le 1.1.2011. Publié en collaboration avec l Office fédéral des assurances sociales Salaires AVS et Suva Valable dès le 1.1.2011 Publié en collaboration avec l Office fédéral des assurances sociales Les présentes directives facilitent la déclaration des salaires à l AVS et à la Suva ainsi

Plus en détail

Instructions générales

Instructions générales 2015 Impôt cantonal et communal Impôt fédéral direct Instructions générales pour remplir la déclaration d impôt des personnes physiques : - lors d un départ à l étranger - en cas de décès SCCOI759V5 SERVICE

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 3 A-2-03 N 79 du 30 AVRIL 2003 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE. CHAMP D APPLICATION EXONERATION. LOCATIONS DE LOGEMENTS MEUBLES OU GARNIS A USAGE D

Plus en détail

Politique de remboursement. des frais de déplacement. des bénévoles. et des membres du personnel

Politique de remboursement. des frais de déplacement. des bénévoles. et des membres du personnel Page 1 de 16 Politique de remboursement des frais de déplacement des bénévoles et des membres du personnel Approuvée par le Comité d audit de CPA Canada Le 6 mars 2013 TABLE DES MATIÈRES POLITIQUES FINANCIÈRES

Plus en détail

Contrat de bail général pour logements

Contrat de bail général pour logements Contrat de bail général pour logements 1. Parties au contrat 1.1 Bailleresse/ bailleur Prénom, nom: Adresse: NPA, localité: Téléphone: E-mail: Représenté(e) par: 1.2 Locataire Prénom, nom: Adresse: NPA,

Plus en détail

Loi fédérale sur l assurance-chômage obligatoire et l indemnité en cas d insolvabilité

Loi fédérale sur l assurance-chômage obligatoire et l indemnité en cas d insolvabilité Loi fédérale sur l assurance-chômage obligatoire et l indemnité en cas d insolvabilité (Loi sur l assurance-chômage, LACI) Projet Modification du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le

Plus en détail

1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations

1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations 2.09 Etat au 1 er janvier 2009 Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Généralités 1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances sociales

Plus en détail

Prenez part à notre INTERNATIONAL TRANSPLANT SNOW WEEK

Prenez part à notre INTERNATIONAL TRANSPLANT SNOW WEEK English version: http://www.tackers.org/friends2015.pdf Deutsch Version: http://www.tackers.org/friends2015deutsch.pdf Prenez part à notre INTERNATIONAL TRPLANT SNOW WEEK 18-25 JANVIER 2015, ANZERE, SWITZERLAND

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE avril 2014. Un excellent point de départ pour un séjour d affaires ou touristique

FICHE TECHNIQUE avril 2014. Un excellent point de départ pour un séjour d affaires ou touristique FICHE TECHNIQUE avril 2014 Un excellent point de départ pour un séjour d affaires ou touristique positionnement Situé sur la côte nord ouest de l Ile Maurice, en bordure de mer, l hôtel Cocotiers est un

Plus en détail

Brochure fiscale voitures de société 2015

Brochure fiscale voitures de société 2015 Brochure fiscale voitures de société 2015 Avant-propos La présente brochure fiscale vise à donner un aperçu de l actualité fiscale des voitures de société. Par «voitures de société», nous entendons les

Plus en détail

Directive sur les voyages. d affaires des employés

Directive sur les voyages. d affaires des employés Directive sur les voyages Département responsable: Finances Entrée en vigueur: 1 er janvier 2003 Référence: Politique CC 1999/00-05, 2000/01-21, 2003/04-05, 2003/04-36, 2006/07-24, 2006/07-25, 2007/08-02,

Plus en détail

Directive relative aux voyages et au remboursement des frais professionnels du 1 er mars 2007 (état au 1 er juin 2009)

Directive relative aux voyages et au remboursement des frais professionnels du 1 er mars 2007 (état au 1 er juin 2009) Directive relative aux voyages et au remboursement des frais professionnels du 1 mars 2007 (état au 1 juin 2009) La direction de l Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, vu l Ordonnance du 11 avril

Plus en détail

Conditions Générales de Vente «Escap'18-30» pour l été 2015

Conditions Générales de Vente «Escap'18-30» pour l été 2015 Conditions Générales de Vente «Escap'18-30» pour l été 2015 Conditions d accès à l offre «Escap 18-30» pour l été 2013 : Offre promotionnelle exclusivement au bénéfice des militaires ou civils de la défense,

Plus en détail

PROCÉDURE DE PRISE EN CHARGE DES INDEMNITÉS ET FRAIS DES CONSEILLERS ORDINAUX

PROCÉDURE DE PRISE EN CHARGE DES INDEMNITÉS ET FRAIS DES CONSEILLERS ORDINAUX PROCÉDURE DE PRISE EN CHARGE DES INDEMNITÉS ET FRAIS DES CONSEILLERS ORDNAUX PROCÉDURE DE PRISE EN CHARGE DES INDEMNITÉS ET FRAIS DES CONSEILLERS ORDINAUX DAF\Procédure\NDF Conseillers Version 1.0 26 janvier

Plus en détail

Michael W. Hildebrandt, Tax Partner, Lausanne

Michael W. Hildebrandt, Tax Partner, Lausanne Taxation of individuals Michael W. Hildebrandt, Tax Partner, Lausanne tél. 058 286 52 45, email: michael.hildebrandt@eycom.ch 1 Plan de l exposé I. Introduction II. Prestations en nature III. Règlement

Plus en détail

Forfaits Séjour HÔTELS AU PORTUGAL LE FORFAIT COMPREND BON À SAVOIR LOCATION DE VOITURE INFORMATIONS

Forfaits Séjour HÔTELS AU PORTUGAL LE FORFAIT COMPREND BON À SAVOIR LOCATION DE VOITURE INFORMATIONS Forfaits Séjour HÔTELS AU PORTUGAL LE FORFAIT COMPREND Vols de Montréal vers Lisbonne ou Funchal avec British Airways ou Air France Transferts aller-retour pour les destinations de Lisbonne, Cascais, Estoril,

Plus en détail

Comparaison des politiques de remboursement de frais

Comparaison des politiques de remboursement de frais Comparaison des politiques de remboursement de frais 354 Que ce soit sur la procédure d avance de frais, l assurance des véhicules, le recours à la location ou la valorisation des sur-temps, les dispositions

Plus en détail

ILE DE KOS HOTEL CLUB EURO VILLAGE ACHILLEAS 4**** 08 jours/07 nuits - En formule all inclusive

ILE DE KOS HOTEL CLUB EURO VILLAGE ACHILLEAS 4**** 08 jours/07 nuits - En formule all inclusive ILE DE KOS HOTEL CLUB EURO VILLAGE ACHILLEAS 4**** 08 jours/07 nuits - En formule all inclusive Agence Le Monde en Direct Votre voyage : 1 er JOUR : LYON KOS Départ en bus de Besançon pour l aéroport de

Plus en détail

ASSURANCE PROSPECTION - GLOSSAIRE DES DÉPENSES

ASSURANCE PROSPECTION - GLOSSAIRE DES DÉPENSES Direction des garanties publiques ASSURANCE PROSPECTION - GLOSSAIRE DES DÉPENSES Sont garanties en assurance prospection les dépenses nouvelles, non récurrentes, par opposition aux dépenses engagées régulièrement

Plus en détail

Les tarifs T.T.C. Les salles. Les forfaits séjours séminaires. La restauration. Les conditions générales de vente

Les tarifs T.T.C. Les salles. Les forfaits séjours séminaires. La restauration. Les conditions générales de vente 2012 Les salles Les forfaits séjours séminaires La restauration Les conditions générales de vente Les salles Nom de la salle 1 er étage Rome (climatisée) Dublin (climatisée) Amsterdam (climatisée) Bonn

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

PRESCRIPTIONS IMPORTATION EN SUISSE DE VÉHICULES À MOTEUR ROUTIERS ET REMORQUES PRIVÉS

PRESCRIPTIONS IMPORTATION EN SUISSE DE VÉHICULES À MOTEUR ROUTIERS ET REMORQUES PRIVÉS PRESCRIPTIONS IMPORTATION EN SUISSE DE VÉHICULES À MOTEUR ROUTIERS ET REMORQUES PRIVÉS 1. Obligation d annoncer à la douane Celui qui importe en Suisse un véhicule non dédouané doit l annoncer spontanément

Plus en détail

SOMMAIRE I.DUREE DU SEJOUR

SOMMAIRE I.DUREE DU SEJOUR 1 SOMMAIRE I.DUREE DU SEJOUR II.PRESTATIONS ASSUREES PAR L ETABLISSEMENT 2.1 description du logement et du mobilier fourni par l établissement 2.2 restauration 2.3 le linge et son entretien 2.4 animation

Plus en détail

AIDES SOCIALES 2015 Cocher la case correspondante à l aide concernée

AIDES SOCIALES 2015 Cocher la case correspondante à l aide concernée Pour tout renseignement, contacter le Centre de la Relation Clients : Tél. 01 44 90 13 33 Fax 01 44 90 20 15 Formulaire de contact accessible sur notre site Internet www.crpcen.fr AIDES SOCIALES 2015 Cocher

Plus en détail

Immatriculation. Quand une voiture doit-elle être immatriculée? Qui peut immatriculer une voiture?

Immatriculation. Quand une voiture doit-elle être immatriculée? Qui peut immatriculer une voiture? Immatriculation Quand une voiture doit-elle être immatriculée? En Belgique, un véhicule (neuf ou d occasion) doit être immatriculé dès sa mise en circulation sur la voie publique. De même, et pour être

Plus en détail

CICE COMMENT SE CALCULE LE CICE?

CICE COMMENT SE CALCULE LE CICE? CICE COMMENT SE CALCULE LE CICE? SOMMAIRE Montant des rémunérations versées n excédant pas 2,5 SMIC 2 Règles applicables 2 Appréciation du seuil de 2,5 SMIC 4 Calcul du plafond en cas de réalisation d

Plus en détail

Règles d'autorisation et de remboursement des frais de voyage et de représentation

Règles d'autorisation et de remboursement des frais de voyage et de représentation Règles d'autorisation et de remboursement des frais de voyage et de représentation Mise à jour le : 29 mai 2006 Table des matières 1. Portée... 1 2. Entrée en vigueur... 1 3. Dispositions générales...

Plus en détail

Envoyé en préfecture le 13/07/2015 Reçu en préfecture le 13/07/2015 Affiché le ID : 091-219102282-20150625-CM20150625_08-DE

Envoyé en préfecture le 13/07/2015 Reçu en préfecture le 13/07/2015 Affiché le ID : 091-219102282-20150625-CM20150625_08-DE 1 Préambule Chaque usager doit être conscient des droits et devoirs qu entraîne son inscription et la fréquentation à des activités municipales. Ce règlement intérieur a été adopté en conseil municipal

Plus en détail

Encouragement à la propriété du logement

Encouragement à la propriété du logement Encouragement à la propriété du logement Directives de la Caisse de pension (CPS) concernant l acquisition d un logement en propriété Conditions concernant l encouragement à la propriété du logement au

Plus en détail

E. Avantages alloués par le comité d entreprise

E. Avantages alloués par le comité d entreprise E. Avantages alloués par le comité d entreprise 1) Bons d achat et cadeaux Les bons d achat et cadeaux alloués par le comité d entreprise doivent en principe être assujettis aux cotisations de Sécurité

Plus en détail

FRAIS D ÉTUDES PROGRAMMES DE LICENCE. Valable pour 2015. www.glion.edu

FRAIS D ÉTUDES PROGRAMMES DE LICENCE. Valable pour 2015. www.glion.edu FRAIS D ÉTUDES PROGRAMMES DE LICENCE Valable pour 2015 www.glion.edu LICENCE EN GESTION HÔTELIÈRE - SUISSE Campus: GLION GLION BULLE Caution (dommages et uniforme) 1,250 Enseignement 24,000 26,400 26,000

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES DÉPLACEMENTS

POLITIQUE SUR LES DÉPLACEMENTS POLITIQUE SUR LES DÉPLACEMENTS 1. INTRODUCTION La présente politique sur les déplacements énonce les objectifs, principes et procédures appliquées par la Fondation Pierre Elliott Trudeau (la «Fondation»)

Plus en détail

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR Source : site Internet de l agence pour la création d entreprise (APCE) : http://www.apce.com/ SOMMAIRE : 1.

Plus en détail

www Les quotidiens suisses, la télévision, la radio ainsi que d innombrables sites Internet vous permettront de vous familiariser

www Les quotidiens suisses, la télévision, la radio ainsi que d innombrables sites Internet vous permettront de vous familiariser Vivre et travailler en Suisse + La Suisse au quotidien + Vivre en Suisse* Les quotidiens suisses, la télévision, la radio ainsi que d innombrables sites Internet vous permettront de vous familiariser avec

Plus en détail

Modalités d interprétation des dispositions particulières applicables aux veilleurs, surveillants et encadrants de nuit «Statut des veilleurs»

Modalités d interprétation des dispositions particulières applicables aux veilleurs, surveillants et encadrants de nuit «Statut des veilleurs» Modalités d interprétation des dispositions particulières applicables aux veilleurs, surveillants et encadrants de nuit «Statut des veilleurs» Les présentes modalités ont pour objectif d interpréter les

Plus en détail

Les fra is de dépla c ement

Les fra is de dépla c ement Les fra is de dépla c ement Février 2015 Editeur responsable : Sec rétariat soc ial des Classes Moyennes de la Provinc e de Liège, Joëlle Pirlet, administrateur délégué, boulevard d Avroy 44, 4000 Liège

Plus en détail

Règlement. Gestion des comptes de collaborateur et des dépôts d actions

Règlement. Gestion des comptes de collaborateur et des dépôts d actions Règlement Gestion des comptes de collaborateur et des dépôts d actions 2013 Gestion des comptes de collaborateur et des dépôts d actions Champ d application : Type : Suisse règlement Responsable du contenu

Plus en détail

EDITION 2010. PROVITA Conditions générales d assurance (CGA) de l assurance obligatoire des soins selon la LAMal POUR LA MEILLEURE DES MÉDECINES.

EDITION 2010. PROVITA Conditions générales d assurance (CGA) de l assurance obligatoire des soins selon la LAMal POUR LA MEILLEURE DES MÉDECINES. EDITION 2010 PROVITA Conditions générales d assurance (CGA) de l assurance obligatoire des soins selon la LAMal POUR LA MEILLEURE DES MÉDECINES. Sommaire Page I Généralités Art. 1 Contenu 3 Art. 2 Base

Plus en détail

STRATÉGIQUE OUVRIR UN COMPTE BANCAIRE À VOCATION PROFESSIONNELLE

STRATÉGIQUE OUVRIR UN COMPTE BANCAIRE À VOCATION PROFESSIONNELLE STRATÉGIQUE OUVRIR UN COMPTE BANCAIRE À VOCATION PROFESSIONNELLE L ouverture et la bonne tenue d un compte bancaire strictement professionnel constituent le préalable indispensable à une saine gestion

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE MONCTON PROGRAMME DE CARTE D ACHAT INFORMATION GÉNÉRALE

UNIVERSITÉ DE MONCTON PROGRAMME DE CARTE D ACHAT INFORMATION GÉNÉRALE UNIVERSITÉ DE MONCTON PROGRAMME DE CARTE D ACHAT INFORMATION GÉNÉRALE Révision 2014-12-11 1.0 INTRODUCTION Dans le but d alléger le processus pour les achats de valeur modique, l Université de Moncton

Plus en détail

Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé

Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé L entreprise Forme juridique, au capital de dont le siège est à Code NAF n SIRET Effectif salarié : Représentée par

Plus en détail

FRAIS DE VEHICULE 2012

FRAIS DE VEHICULE 2012 ASSOCIATION AGREEE DES MEDECINS DU HAUT-RHIN - BAS-RHIN - MOSELLE 10, rue de Leicester - 67000 STRASBOURG Tél. : 03.88.61.87.54 - Fax 03.88.41.18.11 VOL XXXVII N 33 - REGISTRE DES ASSOCIATIONS AGREMENT

Plus en détail

R È G L E M E N T I. Agence

R È G L E M E N T I. Agence R È G L E M E N T I Agence IKO Centre de renseignements sur le crédit à la consommation Badenerstrasse 701 Case postale 1108 8048 Zurich Tél. 043 311 77 31 Fax 043 311 77 33 E-mail: info@iko.ch www.iko-info.ch

Plus en détail

Contrat de bail pour appartements de vacances meublés/ maisons de vacances meublées à usage privé (3 mois max.)

Contrat de bail pour appartements de vacances meublés/ maisons de vacances meublées à usage privé (3 mois max.) Contrat de bail pour appartements de vacances meublés/ maisons de vacances meublées à usage privé (3 mois max.) Données sur le partie contractantes Bailleur Nom/prénom... Adresse... NPA/localité... Portable.

Plus en détail

Directives sur la publicité de TF1 Fenêtre publicitaire en Suisse

Directives sur la publicité de TF1 Fenêtre publicitaire en Suisse Directives sur la publicité de TF1 Fenêtre publicitaire en Suisse Ringier Romandie Service TV commercialise en exclusivité la fenêtre publicitaire en Suisse pour la chaîne de TV TF1. Les Conditions commerciales

Plus en détail

Dépenses garanties en Assurance prospection

Dépenses garanties en Assurance prospection NOTICE EXPLICATIVE Dépenses garanties en Assurance prospection Les dépenses garanties en Assurance prospection sont des frais spécifiques et doivent correspondre à des dépenses nouvelles (par opposition

Plus en détail

STATUT FINANCIER DES PRÊTRES DIOCÉSAINS

STATUT FINANCIER DES PRÊTRES DIOCÉSAINS STATUT FINANCIER DES PRÊTRES DIOCÉSAINS Ce texte actualise celui qui a été promulgué en septembre 2000 et mis à jour en 2009. C est un document permettant une référence commune pour les prêtres et les

Plus en détail