La Tête à Toto par Henri Bokilo

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Tête à Toto par Henri Bokilo"

Transcription

1 La Tête à Toto par Henri Bokilo Fabriques de sociologie dyonisiennes - Rennes - juillet 2012 Les Fabriques de Saint-Denis (http://www.les-seminaires.eu/les-fabriques-de-sociologie-93/) associent des habitants, des militants associatifs du quartier Basilique, ainsi que des artistes. Elles se sont constituées en janvier 2012, en lien avec le séminaire : Les Fabriques de sociologie, pratiques et modes de «production» des recherches en situation d expérimentation sociale (voir ci-dessous). Elles visent à mobiliser les capacités d action et de recherche des habitants et à s interroger sur les modes d intervention des acteurs culturels et sociaux. Le texte qui suit présente le contenu de l'intervention réalisée par Henri Bokilo, artiste plasticien, au cours des rencontres des Fabriques de sociologie tenues à Rennes en juillet Cette intervention, sous forme de jeu graphique commenté, est une interprétation libre de l'atelier organisé par l'équipe dynonisienne le 28 mai 2012, consacré au «Retournement de sens», selon la théorie des niveaux d abstraction de Bateson et Watzlawick 1. LES FABRIQUES DE SOCIOLOGIE Pratiques et modes de «production» des recherches en situation d'expérimentation sociale. Le séminaire Les Fabriques de sociologie a été initié par Martine Bodineau (doctorante en sciences de l éducation, Université Paris 8) et Pascal Nicolas-Le Strat (maître de conférences de sociologie, Université Paul Valéry - Montpellier 3), à la fin de l année Il bénéficie du soutien de la MSH Paris-Nord (Maison des Sciences de l Homme) dans le cadre de son appel à projets Il vise construire progressivement, pendant la durée du projet, un réseau d'échange et de collaboration entre des équipes de chercheurs et de praticiens, impliquées dans des démarches de «rechercheintervention» associant sur un mode coopératif, les acteurs concernés par une situation ou engagés dans une action. La présentation du projet et le compte-rendu d activité de l année 2012 sont disponibles sur le site : les-séminaires.eu ( ), qui informe des activités du Séminaire MSH Paris-Nord, et de plusieurs séminaires de recherche : Usage et écologie des savoirs 34 (Montpellier), Atelier Fabrique de sociologie 34 (Université Paul Valéry - Montpellier 3), Les Fabriques de sociologie 93 (Saint-Denis). 1 Gregory BATESON, (1977), Vers une écologie de l esprit, Paris, Editions du Seuil - Paul WATZLAWICK, John WEAKLAND, Richard FISH, (1975), Changements : paradoxe et psychothérapie, Paris, Editions du Seuil. 1

2 Fabriques Dionysiennes de Sociologie Juillet 2012 Résumé de la réunion du 28 mai 2012 animée par Martine Bodineau et librement présenté par Henri Bokilo Boursier sous forme de jeu graphique lors de la réunion des Fabriques de sociologie tenue à Rennes le 10 juillet " le réel a besoin d être fictionné pour être pensé " Jacques RANCIERE 1ere partie Suite du retour sur la recherche-action Dédaldilo en Après deux réunions-bilans, la question du "Qu est-ce qu on a fait" a eu besoin d être posée différemment. Convocation le 28 mai 2012 d une réunion "théorique" de la fabrique dionysienne de sociologie par Martine Bodineau qui souhaite faire partager ses dadas sociologiques : le retournement de sens et la théorie des niveaux logiques. Le retournement de sens considéré comme changement de cadre de signification c est à dire le changement de vision habituelle des choses. Pour "l école de Palo Alto" (Bateson, Watzlawick ) les "problèmes" peuvent venir de la manière dont on voit les choses, il est alors nécessaire d essayer de la modifier. chaque cercle peut symboliser un des membres «Il s agit de décrire la vision commune, pour augmenter la connaissance à ce sujet, ou pour essayer de modifier des situations qui posent problème. Le "sens commun" n a pas la connotation péjorative qui existe dans le langage courant. Il n a pas une valeur inférieure au savoir scientifique. Il s agit de "réalités" différentes qui ne doivent pas être confondues.» Pour Watzlawick, «Dès qu on réfléchit, il devient évident qu une chose n est réelle que dans la mesure où elle répond à une définition du réel sauf que ce fait est d habitude oublié, [et] que la définition convenue est "chosifiées" (c est-à-dire qu elle devient à son tour une "chose")»* * Changements. Paradoxes et psychothérapie, édition Seuil La confusion entre les "choses" et le "sens des choses" provient du fait que dans la vie courante, nous oublions cette construction. La théorie des niveaux logiques hiérarchie des niveaux et cadre d interprétation. Lorsqu on parle de quelque chose, on a le sentiment qu on est en train de décrire ce qui est, alors qu on a changé de niveau, on exprime une vision, une perception des choses. Pour changer la vision habituelle des choses, il faut sortir du cadre habituel d interprétation, c est-à-dire regarder d où nous raisonnons. La théorie des niveaux logiques est un des outils qui facilite ce changement. Distinguer les niveaux permet de sortir des évidences, de s extraire des mécanismes de raisonnements qui s imposent à nous. Il devient possible d abandonner temporairement les jugements moraux pour considérer les actions elles-mêmes et le contexte dans lequel elles ont lieu. 2

3 Dans le langage naturel, le même mot recouvre des significations différentes selon les contextes de son énonciation. Deux formulations sont exactes (différent de la logique formelle). Il se produit des erreurs de niveaux logiques lorsque l on considère que le sens est attaché aux mots (et non au contexte). Autant de réflexions qui nous ont amenés à poser à travers de multiples exemples que «la production standardisée produit des objets interchangeables qui, isolés de leur contexte, n ont la forme de "rien".» «Ce qui comprend tous les membres d une collection ne peut être un membre de cette collection». Watzlawick exprimait clairement ce qu intuitivement nous avions expérimenté : - QUE CHACUN TOUVE SA PLACE un leitmotiv lors de Dédaldilo et des réunions postérieures - LE SENS EST DEFINI PAR LE CONTEXTE Cf théorie des niveaux logiques et cadre d interprétation - LE CONTOURNEMENT DES SENS (INTERDITS) nécessaire lors d une recherche-action entremêlant milieux associatifs, habitants/public et institutions - LE RETOURNEMENT DE SENS Cf théorie des groupes - LA MONTÉE DES SENS désir et plaisir considérés comme éléments dynamiques indispensables - LE SENS FINAL ou plutôt l illusion d (y être) arrivé car à ce point-là, nous nous sommes rendu compte qu il n y avait pas de sens unique mais double sens, que l on pouvait aller à rebroussesens et que de plus ce multi-sens avait créé des liens. LEÇON fantaisiste N 1 En fermant ce nouveau carré qui s esquissait, on a pu observer un accroissement de la surface initiale, d où : les cercles de nos connaissances (les individus) s agrandissent proportionnellement au carré de nos connaissances partagées (les liens entre les cercles). 3

4 2eme partie ( a priori encore plus fantaisiste) En isolant la forme tracée par le/les sens lors de la première partie, on obtient cette figure : Mais la théorie des niveaux logiques nous avait alerté sur de possibles fausses interprétations, en effet le sens n est pas la chose! Cette nouvelle "chose" à trois angles fermés peut s inscrire dans un carré. Mais quel est cette nouvelle "chose" dont la forme nous rappelle un élément si proche? Dans le groupe, après que Marie Lopes ait cité Edouard Glissant et sa poétique des archipels, la réponse n a pas tardé à fuser : une dalle! Identique à celles présentes sur les ilots d habitation où s est déroulée la recherche action Dédaldilo! Et si qui dit dalles dit ilots, alors traçons les et remarquons une fois encore que le carré s est agrandi suivant la formule : les cercles de nos connaissances (les individus) s agrandissent proportionnellement au carré de nos connaissances partagées (les liens entre les cercles). Ce qui peut être retranscrit sous la forme mathématique : Oc = x (Op) 2 Extrapolons et reformulons cette équation. En additionnant Oc et Op 2 on obtient notre 3 ème théorème : 4

5 LEÇON fantaisiste N 2 Oc + Op 2 = Autrement dit et en toutes lettres, l addition du cercle de nos connaissances communes et du carré du cercle de nos connaissances partagées est égal à la tête à toto. Bref, en partant d un individu et en arrivant à l individu toto, nous avions enfin bouclé le carré entre les dadas sociologico-théoriques de Martine et la recherche action collective Dédaldilo. LEÇON N 3 Il semble évident que "objet" et "sens de l objet" sont deux notions différentes. " la pensée a besoin d être frictionnée pour être réelle " Jan RACQESCIERE 5

6 ANNEXE 1 JEU GRAPHIQUE proposé par Martine Bodineau [tiré du livre de Paul Watzlawick, cf. annexe 2] lors de la réunion du 28 mai 2012 et modifié par Henri Bokilo Boursier pour le présent exposé. ÉNONCÉ : Neuf points sont disposés dans un carré de tel manière que seul un élément central soit contigu aux huit autres. PROBLEME 1 : Comment relier ses neuf points par un seul trait continu? PROBLEME N 2 : Comment relier ces neuf points grâce à quatre segments de droite? PROBLEME N 3 : Exprimer en quoi ces deux problèmes sont différents. SOLUTION 1 : SOLUTION 2 : SOLUTION 3 : SOLUTION 4 : ANNEXE 2 Bibliographie et références scientifiques : Théorie mathématique des types logiques : Whitehead et Russel, Principia mathematica, 1910, Les chercheurs de l¹école de Palo Alto ont transposé cette théorie dans le domaine de la communication et des relations humaines pour exprimer les questions de «permanence et de changement». P.Watzlawick, J.weakland, R.Fisch, (1975), Changements. Paradoxes et psychothérapie, Editions du Seuil. Théorie des ensembles : Evariste Gallois,

La démarche d investigation en mathématiques. 26 novembre 2008 La démarche d investigation en mathématiques P. KOBER- IUFM Nice

La démarche d investigation en mathématiques. 26 novembre 2008 La démarche d investigation en mathématiques P. KOBER- IUFM Nice La démarche d investigation en mathématiques 1) Qu est ce que la démarche d investigation en sciences? 2) Qu est-ce que faire des mathématiques? - Pour un chercheur Plan de cette intervention - Dans l

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Introduction aux épreuves de logique des concours ACCÈS et SESAME

Introduction aux épreuves de logique des concours ACCÈS et SESAME Introduction aux épreuves de logique des concours ACCÈS et SESAME «La chance aide parfois, le travail toujours» Vous vous apprêtez à vous lancer dans cette course contre la montre qu est l admission en

Plus en détail

4 7 nombres entiers impairs consécutifs ont pour somme 1071. Quels sont ces nombres?

4 7 nombres entiers impairs consécutifs ont pour somme 1071. Quels sont ces nombres? Problèmes et équations. Pour chacun des problèmes ci-dessous, on essaiera de donner une solution algébrique ( à l aide d une équation, d un système d équations, d une inéquation ) mais aussi, à chaque

Plus en détail

BASES DU RAISONNEMENT

BASES DU RAISONNEMENT BASES DU RAISONNEMENT P. Pansu 10 septembre 2006 Rappel du programme officiel Logique, différents types de raisonnement. Ensembles, éléments. Fonctions et applications. Produit, puissances. Union, intersection,

Plus en détail

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH J.A. Malarewicz Conseil Conseil, Formation, Supervision, Coaching S.A.S. au capital de 8OOO TVA : FR 36478450471 SIRET : 478 450471 00014 N formateur 11921445592 Région IdF 11 rue du Professeur Leroux

Plus en détail

La communication, et après?

La communication, et après? 14e congrès RANACLES 24 novembre 2006 La communication, et après? Mythes, fantômes et clichés Christian MARCON Maître de conférences ICOMTEC Institut de la Communication Université de Poitiers 1999 : un

Plus en détail

Pour conduire à bien sa mission de diffusion des informations relatives aux situations

Pour conduire à bien sa mission de diffusion des informations relatives aux situations n octobre 2012 Le mot de l Observatoire Combien de pauvres en France? Répondant à cette question lors de la publication de son rapport en mars 2012, l ONPES délivrait des données statistiques qui, prises

Plus en détail

MOI-questionnaire sur le concept de soi

MOI-questionnaire sur le concept de soi MOI-questionnaire sur le concept de soi Wilfrid LAROCHELLE QUEBEC conseiller d'orientation Atelier de pratique :français / Workshop of practices :French Nom des intervenants & Institutions d appartenance

Plus en détail

PLAN DE SEQUENCE La proportionnalité au CM2

PLAN DE SEQUENCE La proportionnalité au CM2 PLAN DE SEQUENCE La proportionnalité au CM2 Introduction pour l enseignant Cette séquence sur la proportionnalité au CM2 s articule avec un travail préparatoire en CM1 permettant d introduire la notion

Plus en détail

Le coaching d entreprise. Réalisé par: Tarik KELLAF

Le coaching d entreprise. Réalisé par: Tarik KELLAF Le coaching d entreprise Réalisé par: Tarik KELLAF L intérêt du sujet L importance de la pratique du coaching au sein de l entreprise afin d orienter le personnel, booster sa motivation et mettre en place

Plus en détail

Professionnelle. Construire un lien entre théorie et pratique

Professionnelle. Construire un lien entre théorie et pratique A.F.P. Ateliers de Formation Professionnelle Construire un lien entre théorie et pratique Plan de la présentation 1. Les A.F.P. Une nouveauté dans la réforme de la formation initiale des enseignants 2.

Plus en détail

11 OSMOLARITÉ, MULTIPLES SOURCES DE VARIATION

11 OSMOLARITÉ, MULTIPLES SOURCES DE VARIATION 11 OSMOLARITÉ, MULTIPLES SOURCES DE VARIATION Dans cette étude de cas nous nous retrouvons face à des données dont la variabilité court terme est très différente de celle à long terme. Les cartes de contrôle

Plus en détail

ACTIVITES NUMERIQUES CYCLE 3 - COLLEGE

ACTIVITES NUMERIQUES CYCLE 3 - COLLEGE IRES DE TOULOUSE Institut de Recherche pour l Enseignement des Sciences RÉGIONALE APMEP DE TOULOUSE Association des Professeurs de Mathématiques de l'enseignement Public ACTIVITES NUMERIQUES CYCLE 3 -

Plus en détail

Ou t i l s d a n a l y s e d e l e v o l u t io n d e s

Ou t i l s d a n a l y s e d e l e v o l u t io n d e s Ou t i l s d a n a l y s e d e l e v o l u t io n d e s c h a r g e s d e p e r s o n n e l Jacques GROLIER Directeur du Master d Économie et de Gestion des Établissements Sanitaires et Sociaux Université

Plus en détail

GROUPE IDRAC Bachelor Responsable de Communication 1 ère année

GROUPE IDRAC Bachelor Responsable de Communication 1 ère année GROUPE IDRAC Bachelor Responsable de Communication 1 ère année Mai 2015 PSYCHOSOCIOLOGIE ET SEMIOLOGIE CODE Semestre Nombre heures Nombre crédits MGTB 101 1 20 2 Langue d enseignement Français ou anglais

Plus en détail

LE MODE DE GOUVERNANCE SOCIOCRATIQUE La force du groupe, un facteur de rétablissement individuel et collectif

LE MODE DE GOUVERNANCE SOCIOCRATIQUE La force du groupe, un facteur de rétablissement individuel et collectif LE MODE DE GOUVERNANCE SOCIOCRATIQUE La force du groupe, un facteur de rétablissement individuel et collectif Barbara Zbinden et Gilles Charest Les symptômes Les symptômes de nos dysfonctionnements psychologiques,

Plus en détail

Dispositif d innovation mis en place dans le projet École éloignée en réseau

Dispositif d innovation mis en place dans le projet École éloignée en réseau Dispositif d innovation mis en place dans le projet École éloignée en réseau Préambule : L innovation vise l appropriation d une invention technique par un milieu particulier (nouvelles pratiques des acteurs,

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

Formation AVS/EVS Adaptation à l Emploi 2013/2014

Formation AVS/EVS Adaptation à l Emploi 2013/2014 Formation AVS/EVS Adaptation à l Emploi 2013/2014 PRÉVENTION/GESTION DES CONFLITS J-L NIGAUD PRÉAMBULE CONFLIT : Un des modes d expression parmi d autres du «Vivre ensemble» dans tout groupe social. Système

Plus en détail

CALCUL MENTAL AU CYCLE 3

CALCUL MENTAL AU CYCLE 3 CALCUL MENTAL AU CYCLE 3 Constat de départ : Les élèves du cycle 3 de l école ont des difficultés pour utiliser des procédures de calcul mental lors de calculs réfléchis : ils se trompent ou utilisent

Plus en détail

Classement et identification des grandes Écoles de pensée

Classement et identification des grandes Écoles de pensée Classement et identification des grandes Écoles de pensée De 1900 à nos jours, de nombreuses écoles de pensée se sont succédées avec des périodes de recouvrement. Si les écoles de pensée sont bien identifiées,

Plus en détail

EMSp MOUTIER Ecole de Maturité Spécialisée

EMSp MOUTIER Ecole de Maturité Spécialisée EMSp MOUTIER Ecole de Maturité Spécialisée Maturité spécialisée Directives sur le travail de maturité et les examens de maturité spécialisée 1. Bases légales 2. Objectifs et contenus 3. Forme et structure

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE DE LICENCE 3 ÉCONOMIE-GESTION Parcours GESTION

LE RAPPORT DE STAGE DE LICENCE 3 ÉCONOMIE-GESTION Parcours GESTION 3 ème année de Licence Économie-Gestion Parcours Gestion Faculté des Sciences Économiques, Sociales et de Gestion LE RAPPORT DE STAGE DE LICENCE 3 ÉCONOMIE-GESTION Parcours GESTION 4 semaines à temps plein

Plus en détail

Guide d'entretien de Recrutement

Guide d'entretien de Recrutement Guide d'entretien de Recrutement L'entretien de recrutement doit permettre à votre entreprise de recruter les meilleurs talents en toute objectivité, en respectant la loi et en évitant toute discrimination.

Plus en détail

Les bases du modèle systémique de Palo-Alto

Les bases du modèle systémique de Palo-Alto Les bases du modèle systémique de Palo-Alto Notre objectif dans cet article est d éclairer nos visiteurs sur ce modèle de façon synthétique. Nous sommes disponibles pour répondre aux questions que vous

Plus en détail

x x² = y x -3-2 -1-0,5 0 0,5 1 2 3 y CHAPITRE 12 I. INTRODUCTION

x x² = y x -3-2 -1-0,5 0 0,5 1 2 3 y CHAPITRE 12 I. INTRODUCTION CHAPITRE 2 FONCTIONS I. INTRODUCTION Une fonction est «une machine à transformer des nombres». Par eemple, la fonction «carré» désigne la «machine» qui transforme les nombres en leurs carrés. Ainsi elle

Plus en détail

Rédiger un rapport technique

Rédiger un rapport technique Rédiger un rapport technique Prof. N. Fatemi Plan Introduction Présentation écrite Programmation du travail Rédaction Conseils génériques Références 2 Introduction Objectifs du cours Savoir étudier un

Plus en détail

Faculté de Psychologie et des Sciences de l Education. Mieux communiquer dans un projet. Points de vigilance. Alizée Tutak alizee.tutak@umons.ac.

Faculté de Psychologie et des Sciences de l Education. Mieux communiquer dans un projet. Points de vigilance. Alizée Tutak alizee.tutak@umons.ac. Faculté de Psychologie et des Sciences de l Education Mieux communiquer dans un projet Points de vigilance Alizée Tutak alizee.tutak@umons.ac.be Place du Parc 18, B-7000 Mons Tél : +32 (0)65 37 31 79 Fax

Plus en détail

Méthodologie qualitative

Méthodologie qualitative Méthodologie qualitative Dans une enquête, le choix d une recherche et d une analyse de type qualitatif est avant tout dicté par la problématique. C est un choix pragmatique qui a pour but de répondre

Plus en détail

Plans projectifs, arithmétique modulaire et Dobble

Plans projectifs, arithmétique modulaire et Dobble Plans projectifs, arithmétique modulaire et Dobble M. Deléglise 27 février 2013 Résumé Le jeu de Dobble édité par Asmodée est une excellente occasion d introduire des objets mathématiques importants :

Plus en détail

Le mot «algorithme» vient du nom de l auteur persan Al-Khuwarizmi (né vers 780 - mort vers 850) Une définition: «un algorithme est une suite finie de

Le mot «algorithme» vient du nom de l auteur persan Al-Khuwarizmi (né vers 780 - mort vers 850) Une définition: «un algorithme est une suite finie de Le mot «algorithme» vient du nom de l auteur persan Al-Khuwarizmi (né vers 780 - mort vers 850) Une définition: «un algorithme est une suite finie de règles à appliquer dans un ordre déterminé à un nombre

Plus en détail

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 1 mars 2014 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient 2

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 1 mars 2014 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient 2 ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 1 mars 2014 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient 2 Le sujet est numéroté de 1 à 5. L annexe 1 est à rendre avec la copie. L exercice Vrai-Faux est

Plus en détail

Comparer des surfaces suivant leur aire en utilisant leurs propriétés géométriques Découverte et manipulation

Comparer des surfaces suivant leur aire en utilisant leurs propriétés géométriques Découverte et manipulation Socle commun - palier 2 : Compétence 3 : les principaux éléments de mathématiques Grandeurs et mesures Compétences : Comparer des surfaces selon leurs aires (par pavage) Mesurer l aire d une surface par

Plus en détail

Programme d initiation à la Méthode d analyse en groupe

Programme d initiation à la Méthode d analyse en groupe Programme d initiation à la Méthode d analyse en groupe Programme d initiation à la méthode d analyse en groupe PAGE 1 Responsables et contact : Raphaël Darquenne (Réseau MAG) Tel : 0479 76 17 82 e-mail

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

ALM (Hard) : Travail pratique N 1 Réalisation d un circuit combinatoire simple : l additionneur binaire

ALM (Hard) : Travail pratique N 1 Réalisation d un circuit combinatoire simple : l additionneur binaire 1 UFR IMAG - Université Joseph Fourier Polytech Grenoble RICM 3 ALM (Hard) : Travail pratique N 1 Réalisation d un circuit combinatoire simple : l additionneur binaire 1 Introduction 1.1 But d ensemble

Plus en détail

Marque et hyperchoix : un mariage apprécié par les consommateurs. Sophie Rieunier

Marque et hyperchoix : un mariage apprécié par les consommateurs. Sophie Rieunier Chaire Marques & Valeurs Parole d expert Marque et hyperchoix : un mariage apprécié par les consommateurs Sophie Rieunier Maître de conférences, IAE de Paris, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne N 2012-07

Plus en détail

Manuel d utilisation 26 juin 2011. 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2

Manuel d utilisation 26 juin 2011. 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2 éducalgo Manuel d utilisation 26 juin 2011 Table des matières 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2 2 Comment écrire un algorithme? 3 2.1 Avec quoi écrit-on? Avec les boutons d écriture........

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Examen de Statistique Appliquée I

Examen de Statistique Appliquée I Université de Strasbourg Master Éthologie-Écophysiologie 1ère année Examen de Statistique Appliquée I ************************************************************** Le cours, les exercices de travaux dirigés,

Plus en détail

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan Université d été : Bâtiments, Villes et Territoires durables face aux défis du changement climatique INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES Efficacité énergétique et ville durable : leçons

Plus en détail

«Classification internationale du fonctionnement, du handicap et de la santé» et psychologie

«Classification internationale du fonctionnement, du handicap et de la santé» et psychologie «Classification internationale du fonctionnement, du handicap et de la santé» et psychologie Séminaire IFRH 1, CTNERHI 2, CRPCC 3 Coordinateurs : Catherine Barral, Marie Cuenot, Michel Deleau, Jésus Sanchez,

Plus en détail

Qu est-ce que la pérennité? Quels en sont

Qu est-ce que la pérennité? Quels en sont Formations Automne 2014 / Hiver 2015 Explorer la pérennité pour des changements durables MONTRÉAL QUAND : 15 et 16 octobre 2014 (Durée de 2 jours) ANIMATION : Marie-Denise Prud Homme et François Gaudreault,

Plus en détail

Le ce rcl e de lecture (d après les travaux de Jocelyne GIASSON Les textes littéraires De Boeck éditions)

Le ce rcl e de lecture (d après les travaux de Jocelyne GIASSON Les textes littéraires De Boeck éditions) Le ce rcl e de lecture ( ) 1 Le principe : C est un temps d échanges entre des élèves ayant lu le même livre qui se déroule de la manière la plus autonome possible. Afin de rendre ce temps d échanges riche,

Plus en détail

Cours ou séminaire de formation doctorale. Laboratoire CEROS Ecole doctorale EOS

Cours ou séminaire de formation doctorale. Laboratoire CEROS Ecole doctorale EOS Intitulé de la formation : Introduction à R pour la recherche en sciences sociales sous la forme d'atelier Objectifs : prise en main de r au travers de l'interface graphique Rcmdr et de Rstudio. Découverte

Plus en détail

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Apprendre en stage Présentation aux référents 02.09.2010 C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Et pour commencer De quoi un étudiant a-t-il besoin pour apprendre en stage? Contenu de la présentation Introduction

Plus en détail

Management et Sociologie des ressources humaines - Chapitre1 AEI - L3RH - D. Glaymann - 2009-2010 1. Deux courants sociologiques anciens

Management et Sociologie des ressources humaines - Chapitre1 AEI - L3RH - D. Glaymann - 2009-2010 1. Deux courants sociologiques anciens Deux courants sociologiques anciens Le holisme selon lequel on ne peut saisir la façon dont les hommes agissent en société qu en étudiant les mécanismes et les déterminismes qui les enserrent dans leur

Plus en détail

12ème Séminaire Eau 2013

12ème Séminaire Eau 2013 1 12ème Séminaire Eau 2013 Table des matières I) LE SEMINAIRE EAU POLYTECH MONTPELLIER... 3 II) LES ACTEURS... 5 Polytech Montpellier... 5 La formation Sciences et Technologies de l Eau (STE)... 6 III)

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1 de la Pratique 1 1. Objectifs Sensibiliser l étudiant à l intérêt et aux objectifs de l APP Structurer la rédaction de l APP : pertinence du choix de la situation et de sa description, pertinence du questionnement

Plus en détail

Solutions du Concours Fryer 2003

Solutions du Concours Fryer 2003 Concours canadien de mathématiques Une activité du Centre en mathématiques et en Université de Waterloo, Waterloo, Ontario Solutions du Concours Fryer 2003 (9 e année) (Secondaire III au Québec) pour les

Plus en détail

Rallye mathématique 2006/2007 des écoles de Haute-Loire Cycle 3 Première manche Eléments de solutions 1. Les œufs de Pâques (10 points)

Rallye mathématique 2006/2007 des écoles de Haute-Loire Cycle 3 Première manche Eléments de solutions 1. Les œufs de Pâques (10 points) Rallye mathématique 2006/2007 des écoles de Haute-Loire Cycle 3 Première manche Eléments de solutions 1. Les œufs de Pâques (10 points) Il s'agit d'un problème qui fait appel aux connaissances sur la numération.

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

Dossier de presse. 4 événements grand public en 2015 Rendez-vous les 21.03 13.06 19.09 et 19.12

Dossier de presse. 4 événements grand public en 2015 Rendez-vous les 21.03 13.06 19.09 et 19.12 Dossier de presse Une initiative de Ensemble, les citoyens peuvent se réapproprier leur ville, leur planète, leur destin commun. 4 événements grand public en 2015 Rendez-vous les 21.03 13.06 19.09 et 19.12

Plus en détail

FRANÇAIS Langage oral. Lecture - écriture. Vocabulaire. Grammaire. Orthographe. MATHÉMATIQUES Nombres et calcul. Géométrie. Grandeurs et mesures

FRANÇAIS Langage oral. Lecture - écriture. Vocabulaire. Grammaire. Orthographe. MATHÉMATIQUES Nombres et calcul. Géométrie. Grandeurs et mesures FRANÇAIS Langage oral Demander des explications. Écouter et comprendre les textes lus par l enseignant. Restituer les principales idées d un texte lu par l enseignant. Dire un texte court appris par cœur,

Plus en détail

UNIVERSITE TUNIS EL MANAR DEPARTEMENT DE PSYCHOLOGIE DE L ISSHT

UNIVERSITE TUNIS EL MANAR DEPARTEMENT DE PSYCHOLOGIE DE L ISSHT UNIVERSITE TUNIS EL MANAR DEPARTEMENT DE PSYCHOLOGIE DE L ISSHT Document de référence pour la conception et la rédaction des Rapports de Stage effectués en milieu professionnel pour l obtention du Master

Plus en détail

Indications pour une progression au CM1 et au CM2

Indications pour une progression au CM1 et au CM2 Indications pour une progression au CM1 et au CM2 Objectif 1 Construire et utiliser de nouveaux nombres, plus précis que les entiers naturels pour mesurer les grandeurs continues. Introduction : Découvrir

Plus en détail

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels.

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels. Licence de Sciences et Technologies EM21 - Analyse Fiche de cours 1 - Nombres réels. On connaît les ensembles suivants, tous munis d une addition, d une multiplication, et d une relation d ordre compatibles

Plus en détail

Elle accompagne les entrepreneurs, les gestionnaires et les équipes pour résoudre les défis liés à leur rôle.

Elle accompagne les entrepreneurs, les gestionnaires et les équipes pour résoudre les défis liés à leur rôle. LES MÉTAPROGRAMMES CARINE BURNOT EST UNE COACH PROFESSIONNELLE CERTIFIÉE PNL* UNE FORMATRICE AGRÉÉE UNE ENSEIGNANTE CERTIFIÉE PNL* DONNER DU SENS Elle accompagne les entrepreneurs, les gestionnaires et

Plus en détail

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss LivreSansTitre1.book Page 44 Mardi, 22. juin 2010 10:40 10 Loi normale ou loi de Laplace-Gauss I. Définition de la loi normale II. Tables de la loi normale centrée réduite S il y avait une seule loi de

Plus en détail

Concours de recrutement de professeur des écoles session 2014, groupement académique 2

Concours de recrutement de professeur des écoles session 2014, groupement académique 2 Concours de recrutement de professeur des écoles session 014, groupement académique Corrigé non officiel de la deuxième épreuve d admissibilité proposé par http ://primaths.fr 1 Première partie La montée

Plus en détail

PENSER LES MEDIAS (A. CALMES) L

PENSER LES MEDIAS (A. CALMES) L LE BADEZET Eva Master 1. Information/Communication PENSER LES MEDIAS (A. CALMES) L école de Palo Alto Année universitaire 2009 / 2010 Semestre 1 2 L école de Palo Alto, petite ville de Californie située

Plus en détail

Voile & Performance. Une approche originale pour vivre le leadership et l'équipe autrement. Terre & Ciel 2012. p. 1

Voile & Performance. Une approche originale pour vivre le leadership et l'équipe autrement. Terre & Ciel 2012. p. 1 Voile & Performance Une approche originale pour vivre le leadership et l'équipe autrement Terre & Ciel 2012 Terre & Ciel - SARL au capital social de 5000 - RCS Nantes 478 048 838 3 impasse des Tourmalines

Plus en détail

COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE?

COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE? COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE? PROGRAMMER LES APPRENTISSAGES Programmation # Progression Progression: division du savoir en petites unités réparties dans le temps: aller du simple au complexe.

Plus en détail

Chapitre II : La force centripète

Chapitre II : La force centripète 33 Chapitre II : La force centripète = une force un peu particulière! 1. Explication 1 Il convient de savoir ce que ces deux termes expriment : force et centripète. Une force est, familièrement, la sensation

Plus en détail

Document de travail issu de la commission CTI-SMF-SMAI

Document de travail issu de la commission CTI-SMF-SMAI Document de travail issu de la commission CTI-SMF-SMAI 1) Place des mathématiques actuellement dans le document de référence de la CTI Le document CTI - Références et Orientations n évoque pas explicitement

Plus en détail

Bilan des projets pilotes

Bilan des projets pilotes Projet PEREN PERformance ENergétique et environnement PERENNE Bilan des projets pilotes Laboratoire de Recherche en architecture Groupe de Recherche Environnement Conception Architecturale et Urbaine PEREN

Plus en détail

Cours/TD n 3 : les boucles

Cours/TD n 3 : les boucles Cours/TD n 3 : les boucles Où on se rendra compte qu il est normal de rien comprendre Pour l instant, on a vu beaucoup de choses. Les variables, les Si Alors Sinon, les tests avec les ET, les OU et les

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

FORMATIONS ET ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE LYON TROIS DISPOSITIFS

FORMATIONS ET ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE LYON TROIS DISPOSITIFS L ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE L ACADÉMIE DE LYON FORMATIONS ET ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE LYON TROIS DISPOSITIFS ESPACE DE STRUCTURATION DES PRATIQUES ARTISTIQUES

Plus en détail

DOCUMENT D'INFORMATION

DOCUMENT D'INFORMATION DOCUMENT D'INFORMATION ÉPREUVES UNIQUES Mathématique 436 068-436 de quatrième année du secondaire Mathématique 514 068-514 de cinquième année du secondaire Juin 2003 Août 2003 Janvier 2004 Ce document

Plus en détail

À propos du Programme d évaluation international des compétences des adultes, le PEICA

À propos du Programme d évaluation international des compétences des adultes, le PEICA Automne 2013 À propos du Programme d évaluation international des compétences des adultes, le PEICA Par Giselle Boisvert, conseillère pédagogique, Commission scolaire de Montréal Les données de la troisième

Plus en détail

Recommandations pour la rédaction du mémoire de MASTER 1 ère année en psychologie sociale, du travail et ressources humaines

Recommandations pour la rédaction du mémoire de MASTER 1 ère année en psychologie sociale, du travail et ressources humaines Recommandations pour la rédaction du mémoire de MASTER 1 ère année en psychologie sociale, du travail et ressources humaines Isabel Urdapilleta Responsable Pédagogique du Master 1 psychologie sociale,

Plus en détail

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire Informations de l'unité d'enseignement Implantation Institut Libre Marie Haps Cursus de Bachelier - Assistant en psychologie option psychologie du travail et orientation professionnelle Travail et société

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

Compte-rendu de la journée d information professionnelle

Compte-rendu de la journée d information professionnelle 32 rue Yves Toudic 75010 Paris tel : 01 53 34 64 15 tram-idf@wanadoo.fr www.tram-idf.fr Compte-rendu de la journée d information professionnelle Contrats et rémunérations : pratiques et usages dans les

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES. EXEMPLE DE SUJET n 2

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES. EXEMPLE DE SUJET n 2 Exemple de sujet n 2 Page 1/7 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES EXEMPLE DE SUJET n 2 Ce document comprend : Pour l examinateur : - une fiche descriptive du sujet page 2/7 - une fiche

Plus en détail

LE S.P.H.E.R.E., ARD 2014, DESIGNER, CRÉATEUR ET/OU FACILITATEUR?

LE S.P.H.E.R.E., ARD 2014, DESIGNER, CRÉATEUR ET/OU FACILITATEUR? ARD 2014, DESIGNER, CRÉATEUR ET/OU FACILITATEUR? LE S.P.H.E.R.E., CONCEPTION D UN COMPLEXE DE DESIGN GLOBAL ET D UN SERVICE INTERACTIF, POUR LA COLLABORATION ENTRE ACTEURS DE TERRITOIRE, ARTISTES ET HABITANTS

Plus en détail

Entretien avec Guy-André Lagesse

Entretien avec Guy-André Lagesse Entretien avec Guy-André Lagesse Propos recueillis et mis en forme par Sébastien Gazeau d après l entretien du 16 octobre 2014. L aspect général des ZAC a-t-il changé au fil des années? La Zone d anniversaire

Plus en détail

Cadre de réponse Acquisition et mise en œuvre du Logiciel d Administration et de Gestion du Service Militaire Adapté : LAGON

Cadre de réponse Acquisition et mise en œuvre du Logiciel d Administration et de Gestion du Service Militaire Adapté : LAGON Cadre de réponse Acquisition et mise en œuvre du Logiciel d Administration et de Gestion du Service Militaire Adapté : LAGON Projet «LAGON» 1 Sommaire 1 Objet du document 4 2 Compréhension du contexte

Plus en détail

EVALUATION DE LA DEMARCHE DE PROSPECTION AUPRES DES ENTREPRISES : UN IMPACT POSITIF SUR LE VOLUME ET LA QUALITÉ DES RECRUTEMENTS

EVALUATION DE LA DEMARCHE DE PROSPECTION AUPRES DES ENTREPRISES : UN IMPACT POSITIF SUR LE VOLUME ET LA QUALITÉ DES RECRUTEMENTS ÉCLAIRAGES ET SYNTHÈSES MARS 206 N 9 SOMMAIRE P. 2 LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROSPECTION P. 4 L IMPACT DE LA PROSPECTION EVALUATION DE LA DEMARCHE DE PROSPECTION AUPRES DES ENTREPRISES : UN IMPACT POSITIF

Plus en détail

Faciliter l autonomie des dirigeants pour qu ils puissent piloter la démarche par eux-mêmes : UNE PÉDAGOGIE ADAPTÉE.

Faciliter l autonomie des dirigeants pour qu ils puissent piloter la démarche par eux-mêmes : UNE PÉDAGOGIE ADAPTÉE. POUR FAVORISER LA RÉUSSITE DE VOTRE PROJET ASSOCIATIF, IL EST INDISPENSABLE D ÉLABORER UNE STRATÉGIE. L URIOPSS DES PAYS DE LA LOIRE VOUS PROPOSE UN GUIDE D ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE ASSOCIATIVE QUI

Plus en détail

CONDITIONS NÉCESSAIRES ET DÉPENDANCE EXISTENTIELLE

CONDITIONS NÉCESSAIRES ET DÉPENDANCE EXISTENTIELLE CONDITIONS NÉCESSAIRES ET DÉPENDANCE EXISTENTIELLE Introduction Le concept de condition nécessaire est largement utilisé en philosophie, quelquefois explicitement pour définir d autres concepts importants.

Plus en détail

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?»

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» UVA FOREZ Nathalie Monge Rodriguez 1 PLAN DE L INTERVENTION I. Communiquer :quelques rappels théoriques. II. De la communication à la relation.

Plus en détail

Réunion des comités roulements et GPS

Réunion des comités roulements et GPS 24 Réunion des comités roulements et GPS Dès publication de la nouvelle version de la norme ISO 492, les tolérances dimensionnelles des roulements et les systèmes ISO de limites et d ajustements pourront

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES. EXEMPLE DE SUJET n 1

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES. EXEMPLE DE SUJET n 1 Exemple de sujet n 1 Page 1/7 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES EXEMPLE DE SUJET n 1 Ce document comprend : Pour l examinateur : - une fiche descriptive du sujet page 2/7 - une fiche

Plus en détail

Cité Descartes 5, boulevard Descartes Champs-sur-Marne 77454 Marne-la-Vallée

Cité Descartes 5, boulevard Descartes Champs-sur-Marne 77454 Marne-la-Vallée Cité Descartes 5, boulevard Descartes Champs-sur-Marne 77454 Marne-la-Vallée Objectifs Un des objectifs fondamentaux de cette formation d ingénieur est d associer un esprit créatif à une formation scientifique

Plus en détail

1 Préférences du consommateur

1 Préférences du consommateur Université François Rabelais - L AES Cours d Economie Générale Corrigé succint du TD n 5 Automne 04 Il y a deux manière complémentaires de caractériser les préférences d un consommateur. Soit on connait

Plus en détail

On présente souvent les grandeurs proportionnelles dans un tableau de proportionnalité.

On présente souvent les grandeurs proportionnelles dans un tableau de proportionnalité. 3 ème A Fiche D1 - a proportionnalité 1. Rappels : *Exemples de situation de proportionnalité dans la vie courante : 1 ) le prix des fruits au kilo. + on achète de fruits + c est cher. e prix est proportionnel

Plus en détail

Définition intuitive. Qu est ce que ça signifie pour les acteurs?

Définition intuitive. Qu est ce que ça signifie pour les acteurs? Les pratiques de partenariats interdisciplinaires: vers une (re)connaissance mutuelle Journées du CISME - 21 octobre 2010 Définition intuitive Qu est-ce qu un partenariat pluridisciplinaire? Un processus

Plus en détail

BREVET BLANC de MATHEMATIQUES n 1 Janvier 2012 - durée : 2 heures

BREVET BLANC de MATHEMATIQUES n 1 Janvier 2012 - durée : 2 heures BREVET BLANC de MATHEMATIQUES n 1 Janvier 2012 - durée : 2 heures Les calculatrices sont autorisées. L orthographe, le soin et la présentation sont notés sur 4 points. Activités numériques (12 points)

Plus en détail

Informations de l'unité d'enseignement Implantation. Cursus de. Intitulé. Code. Cycle 1. Bloc 2. Quadrimestre 2. Pondération 4. Nombre de crédits 4

Informations de l'unité d'enseignement Implantation. Cursus de. Intitulé. Code. Cycle 1. Bloc 2. Quadrimestre 2. Pondération 4. Nombre de crédits 4 Informations de l'unité d'enseignement Implantation Cursus de Intitulé Code Institut Paul Lambin Bachelier en informatique de gestion Programmation Avancée en Java I2020 Cycle 1 Bloc 2 Quadrimestre 2 Pondération

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

Présentation PLUS D'INFOS

Présentation PLUS D'INFOS MASTER 1 PSYCHOLOGIE CLINIQUE, PSYCHOPATHOLOGIE ET PSYCHOLOGIE DE LA SANTÉ PARCOURS NEUROPSYCHOLOGIE CLINIQUE ET PSYCHOPATHOLOGIE COGNITIVE, ADULTE ET PERSONNE ÂGÉE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme

Plus en détail

EMSp MOUTIER Ecole de Maturité Spécialisée

EMSp MOUTIER Ecole de Maturité Spécialisée EMSp MOUTIER Ecole de Maturité Spécialisée Maturité spécialisée Directives sur le travail de maturité 1. Bases légales 2. Objectifs et contenus 3. Forme et structure du travail de certificat 4. Calendrier

Plus en détail

Qu est-ce que la virtualisation?

Qu est-ce que la virtualisation? I Qu est-ce que la virtualisation? L actuel et le virtuel Considérons pour commencer l opposition facile et trompeuse entre réel et virtuel. Dans l usage courant, le mot virtuel s emploie souvent pour

Plus en détail

Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE

Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE MASTER 2 PROFESSIONNEL «ETUDES INTERNATIONALES», SPECIALITE : «ETUDES LATINO-AMERICAINES» Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE Le mémoire de Master 2 Professionnel n'est pas un

Plus en détail