LES ACCORDS ET CONVENTIONS DE SEPARATION DES COUPLES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES ACCORDS ET CONVENTIONS DE SEPARATION DES COUPLES"

Transcription

1 UNIVERSITE MONTESQUIEU-BORDEAUX IV MASTER II DROIT PRIVE APPRONFONDI PARCOURS DROIT CIVIL LES ACCORDS ET CONVENTIONS DE SEPARATION DES COUPLES Catherine SENIO Mémoire dirigé par Madame Marie LAMARCHE, Maître de Conférences à l Université Montesquieu-Bordeaux IV, (Directrice du CERFAP) Année universitaire I

2 SOMMAIRE PARTIE I : L OPPORTUNITE DE LA GRADATION SUBORDONNEE A LA MAITRISE PAR LES PARTIES DE LEUR SEPARATION CHAPITRE I: Une large maîtrise conférée aux parties sur leur séparation CHAPITRE II: Une maîtrise ponctuellement limitée PARTIE II : L OPPORTUNITE DE LA GRADATION SUBORDONNEE A LA PROTECTION DES PARTIES DANS LEUR SEPARATION CHAPITRE I : Le nécessaire encadrement des dangers potentiels de la conventionnalisation CHAPITRE II : Le rejet d une privatisation complète de la séparation au moyen d accords et de conventions II

3 PRINCIPALES ABREVIATIONS Al. alinéa AJ.Fam Actualité Juridique Famille APD Archives de Philosophie du Droit Art article Bull. civ Bulletin des arrêts des chambres civiles de la Cour de Cassation CA Cour d Appel C.Cass Cour de Cassation Chron. Chronique Civ. Chambre civile de la Cour de Cassation Civ 1 ère Cour de Cassation, première chambre civile Civ 2 ème Cour de Cassation, deuxième chambre civile Civ 3 ème Cour de Cassation, troisième chambre civile Coll. Collection Comm. Commentaire CPC Code de Procédure Civile D. Recueil Dalloz Defrénois Répertoire du Notariat Defrénois Dir. sous la direction de Dr.Famille Droit de famille éd. édition fasc. fascicule Gaz.Pal Gazette du Palais Ibid. au même endroit in Dans l ouvrage de infra voir en-dessous JAF Juge aux affaires familiales J.-Cl.civil Jurisclasseur civil JCP G Jurisclasseur périodique, (la semaine juridique), édition générale LPA Les petites Affiches n numéro Obs. Observations Op.cit opere citato PACS Pacte Civil de Solidarité Préc. précité Rép.civ. Dalloz Répertoire Dalloz de droit civil R.R.J Revue de la recherche juridique RTD Civ Revue Trimestrielle de Droit Civil Supra voir au-dessus TGI Tribunal de Grande Instance V. voir V verbo au mot III

4 REMERCIEMENTS Je remercie Madame Marie Lamarche, pour sa grande disponibilité et ses conseils avisés dans l élaboration de ce travail de recherche. Je tiens à remercier également ma famille, mes amis pour leur soutien. IV

5 INTRODUCTION «Ne peut-on faire confiance à un couple qui s entend?» 1. C est la question que pose le Professeur Dominique FENOUILLET, au regard de la faveur effrénée faite aux accords et conventions de la séparation des couples. L entente, l accord, le consensus, paraissent de prime abord être des termes antinomiques au contexte qui entoure la séparation. Le déchirement, les divergences, la discorde, les dissensions semblent davantage correspondre à cette situation marquant la fin d une certaine harmonie. Pourtant, ce n est pas cette orientation que la loi a choisi de privilégier, dans un but affirmé de pacification. Le droit n est fait que pour résoudre des situations conflictuelles, et, par conséquent, là où règne l entente, le droit n a a priori plus lieu d être : «le droit «mise» sur l'existence de relations familiales effectives et paisibles» 2. Il conviendrait donc de «faire confiance» aux couples qui s entendent, et leur laisser le soin de régler à la fois la rupture et ses conséquences. Par ailleurs, «se découpler ( ) est toujours difficile, personnellement et patrimonialement et ce n'est pas l'intensité juridique du lien d'origine qui fait la différence» 3. La faculté de prendre en main les conséquences de sa séparation varie toutefois selon le mode de conjugalité. Le droit de la famille ayant subi de profondes mutations depuis 1804, il serait inexact de considérer le mariage comme étant l élément fondateur de la famille. C est désormais le couple. La libéralisation des mœurs, les naissances hors mariage, les familles recomposées, les revendications des couples homosexuels sont autant d événements qui ont participé de la reconnaissance d un pluralisme des modes de conjugalité au sein du Code Civil. La récente utilisation du terme «couple» par le droit 4 est révélatrice de la volonté de les rapprocher ; il «recouvre une même réalité de fait» 5. Le couple est défini à l article L du Code de la Santé Publique, comme «l homme et la femme [ ] vivants, en âge de procréer, mariés ou en mesure d apporter la preuve d une vie commune d au moins deux ans». Ensuite, la loi du 15 novembre 1999 est intervenue afin de donner une définition légale 1 D.Fenouillet, Couple hors mariage et contrat, in Contractualisation du droit de la famille, (sous dir.) D.Fenouillet et P.de Vareilles-Sommières, Economica, 2001, p H. Batiffol, Existence et spécificité du droit de la famille, APD, t. 20, 1975, p. 7 3 J.Hauser, Le déconcubinage, une opération simple?, RTD Civ p loi du 29 juillet 1994 n , qui inscrit la notion de couple à l article L ancien (aujourd hui article L ) du Code de la Santé Publique relatif à l assistance à la procréation. 5 C.Brunetti-pons, L'émergence d'une notion de couple en droit civil, RTD Civ p. 27 1

6 du concubinage, et créer le pacte civil de solidarité. Cependant, à ce stade, la notion de couple n est toujours pas légalement définie, malgré sa consécration juridique. Elle pourrait s entendre comme «l'union d'un homme et d'une femme ou de deux personnes de même sexe résidant ensemble, c'est-à-dire ayant établi entre eux une relation affective et physique, stable et continue caractérisant une véritable communauté de vie» 6, selon la définition de Monsieur Jean-François SAGAUT. La communauté de vie est un élément fondamental pour la caractérisation des couples. On en dénombre alors trois sortes : le mariage, le pacte civil de solidarité (PACS) et le concubinage. Le mariage est une «union légitime d un homme et d une femme résultant d une déclaration reçue en forme solennelle par l officier d état civil» 7, alors que le PACS est une «modalité conventionnelle d organisation de la vie commune entre deux personnes physiques majeures, indifféremment aux couples hétérosexuels ou homosexuels» 8. Enfin, le concubinage est «une union de fait tenant à l existence d une vie commune stable et continue entre deux personnes ( )» 9, qui peut se constituer par refus de l institution, ou par négligence, habitude, ou encore, il peut être subi 10 (en raison du fait que l un d eux ne désire pas officialiser son union, ou est déjà pris dans les liens du mariage ou d un PACS. Ainsi, la communauté de vie est obligatoire dans le mariage, elle est une finalité dans le PACS, et une condition d existence du concubinage 11. Le Conseil Constitutionnel 12 ajoute que «la vie commune (...) suppose outre une résidence commune, une vie de couple», ce qui permet donc de différencier le couple de la simple cohabitation, fraternelle par exemple. La stabilité et la durée sont également prises en compte. Il s agit donc d exclure de notre étude le cas des fiancés, situation provisoire et intermédiaire entre le concubinage et le mariage, ainsi que toutes les liaisons passagères (n entrant pas dans la définition). La polygamie est naturellement exclue des définitions légales, et ne sera pas évoquée. Au fil du temps, des dissensions peuvent naître dans les couples, jusqu à mener à un point de non-retour, se soldant par une séparation. La notion de «séparation» est apparue dans la loi du 4 mars 2002 «pour désigner la dissolution d'un couple, qu'elle soit de droit ou 6 J.-F Sagaut, Couples au XXIe siècle : le nécessaire état des lieux de la conjugalité, LPA, 21 mai 2010, p. 11, n Lexique des termes juridiques, Dalloz, 16 ème édition, 2007, v mariage 8 G.Cornu, Vocabulaire juridique, Association Henri Capitant, PUF, Quadrige, 9ème édition, 2011, V pacte civil de solidarité 9 Op,cit, v concubinage 10 G.Cornu, Droit civil.la famille, 9 ème éd.montchrestien, 2006, p.85, n J.-F. Sagaut, ibid. 12 Conseil Constitutionnel, Décision du 9 novembre 1999 n JO n 265 du 16 novembre 1999 p

7 de fait, qu'elle concerne le couple marié ou le couple de pacsés ou le couple de concubins» 13. L utilisation de cette notion manifeste ainsi l accueil du fait familial par le Code civil. La séparation peut être d intensité variable : elle peut consister en un simple relâchement du lien conjugal, «pacsal» (séparation de corps pour les couples mariés (articles 296 et s. du Code civil), séparation de fait) ou bien en une rupture définitive de tout lien. Elle varie également selon le couple considéré : la dissolution du mariage ne peut être prononcée que par un tribunal et selon les formes prévues par la loi, il s agit du divorce (articles 229 et suivants du Code civil). La rupture du PACS nécessitera le respect de certaines formalités préalables, elle peut être unilatérale ou par consentement mutuel (article du Code civil). La rupture du concubinage n est soumise à aucune formalité juridique. Différents termes sont employés par la doctrine pour désigner la séparation des couples, afin de souligner la variété de leurs effets : démariages, déconcubinages 14, dépacsages, déliaisons, voire même de découplages 15. Nous nous concentrerons donc sur la séparation volontaire, et délaisserons la séparation involontaire (le décès donc), mode de dissolution commun à tous les couples, rendant la conclusion d accords et de conventions techniquement impossible. Aussi, nous nous intéresserons plus particulièrement aux accords et conventions intervenant lors de la procédure de rupture, et non à ceux conclus en vue de celle-ci (c'est-à-dire les contrats de mariage). S agissant des accords de rupture, il est difficile d en donner une définition juridique. En effet, même si le Code civil use régulièrement de ce terme (il est employé environ une soixantaine de fois), il ne s agit pas à proprement parler d une notion juridique. L accord est communément défini comme une «rencontre de deux volontés» 16, sans autre précision. Aussi, il est associé ou employé comme synonymes d autres expressions : convention, pacte, etc. On trouve ponctuellement la notion d «accord de principe» 17 en droit des contrats, et d «accords collectifs» en droit du travail, qui désignent une situation bien spécifique. Il est donc complexe de cerner les contours de cette notion, d autant que la doctrine préfère contourner la difficulté en évitant de la définir ou en considérant qu elle est le diminutif de 13 D.Fenouillet, Le droit civil de la famille hors le Code Civil, LPA 2005, n 188, p.3 et spéc., n J.Hauser, Le déconcubinage : une opération simple?, RTD Civ. 2010, p.306, 15 Ph.Delmas Saint-Hilaire, Couples, patrimoine : les défis de la vie à deux, Rapport de synthèse du 106e Congrès des notaires de France, Defrénois, 30 juin 2010 n 12, p G.Cornu, Vocabulaire juridique, Association Henri Capitant, PUF, Quadrige, 9ème édition, 2011, V accord 17 I.Najjar, L accord de principe, D.1991, p.57 3

8 l expression «accord de volontés», renvoyant ainsi à la convention. Ainsi, Monsieur André CHAPELLE énonce que «bien que le choix des mots ait une importance, et que le langage du droit ne soit pas neutre, la réalité désignée est identique, et simple : il s agit de conventions réglant les rapports familiaux» 18, après avoir répertorié la variété du vocabulaire utilisé pour les définir «pacte de famille», «arrangements», «protocoles d accord», «règlement amiable» ; «pacte d honneur» 19. Aussi, Madame Frédérique NIBOYET apporte une précision supplémentaire «sur le plan terminologique, il est significatif que l on parle d accords entre époux, ce qui suggère une moindre force juridique par rapport aux contrats ordinaires» 20. Madame Cécile LAZARUS remarque que «la loi s efforce d éviter le vocabulaire contractuel» 21. En réalité, si le législateur a préféré le terme d accord à celui de convention, ce serait essentiellement par frilosité, pour éviter de montrer à quel point le mariage tend vertigineusement vers la contractualisation 22. Et surtout, pour insister sur l exigence de concordance des deux volontés. L accord est un terme plutôt positif, c est une entente, qui ne renvoie à rien de formel et laisse entrevoir une certaine précarité, une possibilité de révocation. L incertitude quant à la définition de l accord préjuge de ses difficultés d appréhension, et de l ambiguïté de leur nature. Dans sa thèse, Monsieur Youssef GUENZOUI constate que: «pour le droit, l accord ne serait rien», «On est bien dans le pur fait, loin du droit. C est d ailleurs le souhait même des partenaires à l accord que de rester dans le fait : se cacher du droit, échapper au contrat, ne pas s obliger» 23. L accord se réduirait donc à une rencontre de volontés, ne produisant pas d effets juridiques, cantonné dans une zone de non-droit. En effet, si la convention est un «accord de volontés destiné à produire un effet de droit quelconque» 24, a contrario, l accord serait une simple manifestation de volontés, sans effet juridique. Monsieur GUENZOUI souligne ainsi que la qualification de contrat est impuissante lorsqu il s agit d appréhender un lien qui n est pas obligatoire et 18 A.Chapelle, Les pactes de famille en matière extra-patrimoniale, RTD civ 1984, p.413, n 2 19 A.Chapelle, op.cit, p.412, n 2 20 F.Niboyet, L ordre public matrimonial, Thèse LGDJ, 2008, p. 261, n C.Lazarus, Les actes juridiques extrapatrimoniaux, Thèse, PUAM, 2009, p.287, n En ce sens : M.Rebourg, Les conventions homologuées en matière d autorité parentale et de contribution à l entretien de l enfant, Dr Fam, n 7, 2004, étude 17 : «la frilosité du législateur à consacrer des conventions dans un domaine qui est très marqué par l ordre public» 23 Y.Guenzoui, La notion d accord en droit privé, LGDJ, 2009, p.9, n 8 24 Lexique des termes juridiques, Dalloz, 16ème édition, 2007, v convention 4

9 valable ; «l abus consistera à couvrir dans la définition du contrat, ces accords, alors même que les éléments de la définition du contrat ne seraient pas réunis» 25 Pourtant, l accord est le procédé de formation du contrat 26. Il suffirait que cette volonté soit orientée en vue de produire des effets juridiques. Cependant, certains auteurs 27 ont pu démontrer que cette distinction, cette suma divisio est à nuancer : «la gradation de l importance de la volonté fait qu entre l acte juridique et le fait juridique il n y a pas de séparation absolue mais bien plutôt une solution de continuité avec problèmes délicats de frontière» 28. La seule volonté des parties ne peut constituer à elle seule le critère de l acte juridique. Des éléments objectifs sont nécessaires : ainsi, les parties ne peuvent lier le juge par la qualification qu ils ont souhaité donner à leur acte. D un autre côté, «un accord ( ) auquel fait défaut une telle intention [de création d effets juridiques obligatoires] se trouve dépourvu de valeur juridique et n est pas sanctionné par le droit objectif» 29. Pour autant, cela ne signifie pas qu il ne produit pas des effets entre les parties. Un accord pris par les membres du couple relatif à leur séparation se situerait donc en dehors du droit, et ne produirait aucun effet juridique. Pourtant, la loi impose au juge de le considérer. Une juridicisation de cet accord devient alors possible. La distinction avec la convention s amenuise par cet effet. Si le critère de la juridicité fait débat, on peut considérer que la sanction d un engagement en constitue un indice. Pour le Doyen CARBONNIER, «le seuil de la juridicité, c'est la possibilité pour la règle de conduite sociale de donner lieu à cette activité spécifique qu'est le "juger", l'action de juger» 30 ; soit l intervention d un tiers en cas de conflit. De même, Monsieur Jacques GHESTIN considère que «de nombreux accords se situent en dehors du domaine du droit et, de ce fait, ne comportent pas de sanction juridique» 31. Ainsi, Madame Françoise DEKEUWER-DEFOSSEZ expose que l ««accord» 25 Y.Guenzoui, op.cit, loc.cit 26 J.Ghestin, La notion de contrat, D.1990, p J.Hauser, Objectivisme et subjectivisme dans l acte juridique : contribution à la théorie générale de l acte juridique, Coll. Bibliothèque de Droit Privé, 1971, v.aussi B.Oppetit, L engagement d honneur, D.1979, chron.p.107, Ph.Rémy, Droit des contrats : questions, positions, propositions, in Le droit contemporain des contrats : Bilan et perspectives : actes du séminaire de l année universitaire Economica 1987, p.273 «le contrat n avait jamais été et ne pourrait jamais être un pur accord de volontés nues produisant des effets de droit». 28 J.Hauser, op.cit, p.66 n B.Oppetit, op.cit, p.111, n J.Carbonnier, Cours de sociologie juridique, Fascicule 6 (la juridicité) , Source BIU Cujas (cujasnum.univ-paris1.fr/ark:/45829/pdf _p3) 31 J.Ghestin, Traité de droit civil. La formation du contrat, 3 ème éd, LGDJ, 1993, p.11, n 10 5

10 de volontés ( ) n a pas forcément d effet juridiquement obligatoire» 32. Le seuil du juridique est difficile à situer, dans la mesure où des devoirs moraux sont en même temps des obligations juridiques. La confusion avec le terme de convention peut également résulter du fait que dans la procédure particulière qu est le divorce, les conventions ne sont dotées d aucune force obligatoire et ne peuvent produire aucun effet juridique, tant qu elles n ont pas été homologuées par un juge. Aussi, l homologation, dont les effets sont discutés, ne produit pas exactement une convention de droit commun. Pour autant, cet accord revêt une certaine importance pour les parties dans la mesure où il peut constituer un engagement moral. Il est à noter que la relation de couple, le caractère familial influe sur ces accords et conventions, de sorte que ces dernières ne peuvent s assimiler à des contrats de droit commun. «Bien qu ils soient qualifiés de contractuels, les accords liés à la séparation, qu ils concernent les relations des adultes entre eux ou avec leurs enfants, ne fonctionnent pas comme des contrats» 33. Plus précisément, Madame Françoise DEKEUWER-DEFOSSEZ constate que les volontés des membres du couple «ne s expriment que rarement dans le cadre d un contrat tel que l entendent les civilistes, mais d actes unilatéraux, de pactes, d accords dont la force obligatoire ne résulte pas du contrat, mais directement de la loi» 34 De l accord à la convention obtenue, il existe donc des degrés, un critère tranché ne pouvant formellement être dégagé. Il s agit de retracer l «iter consensualis», les étapes théoriques successives dans l acception d une formation progressive du contrat. «De la simple intention à la conclusion, les degrés de la volonté sont innombrables» 35, nous enseigne le Professeur Jean HAUSER. «De l'engagement extra-juridique au contrat en bonne et due forme, il y a sans doute un «continuum» qui traduit le passage du social au droit, plus qu'un fossé que le formalisme du droit civil ancien avait approfondi et que le réalisme du droit économique a, en partie, comblé, 32 F.Dekeuwer-Défossez, Divorce et contrat, in Contractualisation du droit de la famille, dir. D.Fenouillet et P.de Vareilles-Sommières, Economica, 2001, p C.Neirinck et M.Bruggeman, Les aménagements consensuels que les couples appliquent à leur rupture sontils d essence contractuelle? Les cahiers de droit, vol.49 n 4, 2008, p F.Dekeuwer-Défossez, La contractualisation de la famille : entre leurre et instrumentalisation, in Approche critique de la contractualisation, dir.s.chassagnard Pinet et D.Hiez, LGDJ, 2007, p.167 et s., et spéc.p J.Hauser, L'apport du droit économique à la théorie générale de l'acte juridique, in Les activités et les biens de l'entreprise, Mélanges offerts à Jean Derruppé, Litec, 1991, p.2. 6

11 montrant ainsi l'aptitude des groupements intermédiaires à générer un «certain» droit» 36. Ce passage tend aujourd hui à être révélé en droit de la famille. Il faut remarquer également que c est la tendance du droit européen des contrats 37 notamment à l égard de la théorie des avantcontrats. D autres auteurs optent en faveur de cette théorie. La «punctation», pratique juridique du droit allemand, a été introduite en droit français et traduit le fait que le contrat est le «fruit d une stratification progressive d accords» 38. Le Professeur Philippe REMY observe la richesse de la phase pré-contractuelle, constituée d engagements d honneur, d accords de principe, de lettres d intention, des pactes de premier refus 39. A ce titre, il évoque une formation par degrés des contrats 40. Cette gradation mêle par conséquent des accords extrajuridiques, et des conventions plus formalisées, recueillies et sanctionnées par le droit. La séparation au moyen d accords et de conventions n a pas connu la même évolution selon les couples considérés. S il est admis qu elle a toujours existé dans le concubinage, afin de trouver un substitut au règlement judiciaire de leurs intérêts, elle est plus récente dans le cas du divorce. Le divorce lui-même a connu quelques rebondissements depuis 1804, entre admission et interdiction. Mais la prévision de la désunion est nécessaire, et le seul cas de divorce pour faute, introduit par la loi Naquet du 27 juillet 1884, au-delà d être insatisfaisant, ne correspond pas à la réalité. Si le divorce d accord était admis en droit Romain (jusqu au VI ème siècle), il ne fera son apparition en droit français qu avec la loi du 11 juillet , qui se donnait pour objectif d adapter le droit aux mœurs 42. Il fallait «rendre aux époux, quelle que soit la cause de divorce, plus de liberté dans la conduite de leur divorce ou dans l aménagement de ses conséquences en desserrant au profit des volontés individuelles et des accords entre époux, l étau de l ordre public et des contraintes du contrôle judiciaire.» 43. Ce mouvement a débuté avec la loi du 14 décembre 1964, concernant des aménagements plus ou moins déjudiciarisés de l administration légale et de la tutelle. Sont venues ensuite les lois du 13 juillet 1965 sur la possibilité de changer de régime matrimonial par conventions, et du 4 36 J.Hauser, L'apport du droit économique à la théorie générale de l'acte juridique, in Les activités et les biens de l'entreprise, Mélanges offerts à Jean Derruppé, Litec, 1991, p.1 et spéc.p.3 37 V.articles 2 :202 et 2 :203 des Principes Contractuels Communs, Association Henri Capitant, Société de Législation comparée, S.Drapier, Les contrats imparfaits, thèse PUAM, 2001, p.337, n Ph.Rémy, Droit des contrats : questions, positions, propositions, in Le droit contemporain des contrats : Bilan et perspectives : actes du séminaire de l année universitaire Economica 1987, p.278, n Ibidem. 41 Loi du 11 juillet 1975, n J.Carbonnier, cité par Ph.Malaurie et H.Fulchiron, La famille, 4 ème éd., Defrénois, 2011, p.239, n 537 (note 53) 43 C.Colcombet, J.Foyer, D.Huet-Weiller, Dictionnaire juridique : divorce, Dalloz, 1984, p.11. 7

12 juin 1970 permet aux parents d aménager l autorité parentale par conventions également. Cette dernière est une consécration légale, car comme le remarque Monsieur Olivier LAOUENAN «de telles conventions ont toujours existé tout en demeurant le plus souvent à l'état d'engagements d'honneur simplement tolérés par les tribunaux» 44. Selon Monsieur François TERRE, «la décennie marque une étape importante, qui correspond d'ailleurs sociologiquement à des transformations importantes de la société française dans le sens d'une promotion des accords de couple» 45. Cette faculté dénote de l interdiction absolue faite antérieurement aux époux de passer des contrats entre eux, par exemple : la société entre époux (anc.art C.civ), le contrat de travail (ancien art. L Code du travail), le contrat de vente (ancien art C.civ), le changement de régime matrimonial. Le législateur ne craignait qu ils ne détournent leur régime matrimonial, ou ne contreviennent à la liberté de mariage. L interdiction n a pas toutefois été complètement levée, elle s accompagne toujours d un contrôle judiciaire. La prise d accords par les couples pour organiser leur séparation s est diversifiée avec la loi du 26 mai Cette loi avait en effet pour objectif de pacifier le divorce, de simplifier et d accélérer les procédures, mais surtout, de faire une large place aux accords des parties, d éviter un contentieux après-divorce. La réforme du divorce se situe ainsi dans la lignée des réformes concernant la prestation compensatoire 47 et de l autorité parentale 48, qui consacrent elles-aussi la possibilité d accords pour en régler les modalités. Entre temps, l idée d une déjudiciarisation du divorce par consentement mutuel a été proposée 49 : en effet, dès lors qu il n y a aucun conflit, l intervention du juge est-elle vraiment nécessaire? Les époux mariés sous un régime séparatiste, sans enfant, et d accord pour divorcer ; suivant le projet, ceux-ci pourraient divorcer en dehors des Tribunaux. Dans la mesure où le contentieux familial peut représenter jusqu à 60% de l activité d une juridiction, l idée a été de désengorger les tribunaux en confiant les divorces ne posant pas de difficultés particulières, au notaire par exemple. 44 O.Laouenan, Convention sur l autorité parentale depuis la loi de 2002, JCP G, n 28, 2003, I, 149, n F.Terré, Contractualiser le droit du couple, LPA, 2007, n 254, p.8 46 Loi du 26 mai 2004, n Loi du 30 juin 2000, n Loi du 4 mars 2002, n Rapport I.Théry, Couple, filiation et parenté aujourd hui : le droit face aux mutations de la famille et de la vie privée, éd.o.jacob, La documentation française, V.aussi la proposition de loi n 3189 du 26 juin 2001 de François Colcombet relatif à la réforme du divorce. 8

13 Ce projet a toutefois été rejeté 50, et les suivants également (on peut citer le projet du Conseil de la modernisation des politiques publiques du 12 décembre 2007 et le dernier en date déposé en février 2010, supprimant la comparution devant le juge des couples sans enfant 51 ). L Etat n est pas résolu à soustraire la dissolution du mariage à son contrôle, même consenti, car selon Madame Marie LAMARCHE, «le divorce par consentement mutuel ne saurait toutefois être réduit à une simple affaire de sous et les couples qui ont choisi le mariage n'ont pas mérité cela» 52. La loi n , du 15 novembre 1999, instituant le PACS, prévoit que les partenaires «procèdent eux-mêmes à la liquidation des droits et obligations résultant pour eux du pacte civil de solidarité» 53. Il est par conséquent prévu que le règlement de leur séparation se fera au moyen d accords et de conventions. Il constitue donc le procédé normal de dissolution du pacte civil de solidarité. Leur accord de rupture, lorsque le PACS est rompu par consentement mutuel, est reçu dans une déclaration conjointe. Le Pacte civil de solidarité étant très récent, l évolution au sujet des accords et conventions de rupture est faible. Aussi, très peu de décisions concernant la rupture du PACS ont été rendues 54. Il faut cependant considérer les conséquences indirectes produites à ce niveau, par la réforme opérée par la loi du 23 juin Aussi, il faut noter la compétence du Juge aux affaires familiales 56 à défaut d accord amiable (article L du Code de l organisation judiciaire), et non plus le Tribunal de grande instance, juge du contrat. Madame Judith ROCHFELD constate que «la volonté y demeure centrale : elle préside toujours à sa création ( ), à sa dissolution» 57. Au regard de cette évolution, et de la multitude d accords possibles, le Doyen CARBONNIER en conclut que «la famille se cherche aujourd hui des assises contractuelles plutôt qu institutionnelles» Par la Commission présidée par Madame Dekeuwer-Défossez, Rénover le droit de la famille, Paris, La documentation Française, 1999, p Projet cité en note n 18, X.Labbée, Le droit commun du couple, PU du Septentrion, 2010, p.164. Il prévoit de modifier l article 250 : «En l absence d enfant mineur commun, le juge ordonne la comparution des époux s il l estime nécessaire» 52 M.Lamarche, Autant en emporte le divorce!, Dr.Fam 2008, n 1 alerte Article du Code Civil 54 Ph.Malaurie, H.fulchiron, La famille, Defrénois, éd.2008, p. 179, n 357 : ces Professeurs qualifient de ce fait la rupture du PACS de «mystère». 55 Loi du 23 juin 2006, n Loi du 12 mai 2009, n J.Rochfeld, Réforme du PACS, Loi n du 23 juin 2006 portant réforme des successions et des libéralités (JO 24 juin 2006, p. 9513), RTD Civ 2006, p J.Carbonnier, Flexible Droit. Pour une sociologie du droit sans rigueur, LGDJ, 10 éd., 2001, p

14 L accroissement des accords et conventions de séparation des couples n est pas un phénomène propre au droit français. En effet, dans l ensemble des Pays européens, une tendance à la promotion des accords, voire à la déjudiciarisation est observée. A titre d exemple, en Norvège et au Danemark, la compétence en matière de divorces non contestés est confiée au gouverneur du Comté 59. En Suède également, les accords des époux ne sont contrôlés par le juge seulement pour vérifier que l intérêt de l enfant a été respecté. Toutefois, la maîtrise des parties n est jamais totale, au moyen de ces accords et conventions : l intérêt de l enfant, (avec d autres limites propres à chaque droit 60 ) est une limite récurrente, de sorte que l intervention du juge ou d un tiers est prévue. Cet intérêt justifie que l accord pourra être modifié par le juge, ayant un large pouvoir d appréciation : c est le cas du droit Allemand ( 1671 BGB), du droit Hollandais (article 151) du droit Portugais (article 1776) 61. Cette liberté croissante des couples dans la conduite de leur séparation intervient, après avoir longtemps appartenu à la société. De nombreux outils sont développées dans l optique de valoriser et d amplifier la prise en compte de leurs volontés accordées. L introduction récente dans notre droit de procédures de droit collaboratif, contribue à l enracinement des solutions consensuelles en matière de séparation des couples. En effet, l inscription de la «convention de procédure participative» aux articles 2062 à 2068 du Code Civil par la loi du 22 décembre , et entrée en vigueur le 1 er septembre 2011, manifeste la faveur aux modes alternatifs de règlement des conflits. Elle permettra donc aux époux de «rechercher une solution consensuelle en matière de divorce ou de séparation de corps» 63. Sa consécration permet de constater que la faveur au règlement de la séparation aux moyens d accords et de conventions est toujours vive, elle se poursuit, de même que le recours au juge se retarde. Au niveau du droit international privé, la pénétration de l autonomie de la volonté en matière de statut personnel se vérifie avec l adoption récente du Règlement Rome III 64, entrant en vigueur en France le 21 juin Ce règlement confirme cette tendance 59 La déjudiciarisation du divorce, Sénat 60 Concernant le droit Belge, et le droit Québécois : des limites d ordre public existent quant aux conventions sur les pensions alimentaires (n 6, et n 46) B.Maingain, Le rôle de la conciliation et des accords dans le règlement des conflits familiaux : la montée de l autonomie des volontés en matière familiale et le caractère accusatoire du procès, in L évolution du droit judiciaire à travers les contentieux économique, social et familiaux, Journées J.Dabin, Bruxelles St Louis, 1984, p F.Boulanger, Droit civil de la Famille, Aspects comparatifs et internationaux, t.2, Economica, Coll.Droit civil, 1994, p.468, n Loi du 22 décembre 2010, n Article 2067 du Code civil. 64 Règlement (UE) n 1259/2010 du 20 décembre

15 «contractualiste» et libérale, puisqu elle touche même du divorce et de la séparation de corps affectés d un élément d extranéité. En effet, dans les Etats ayant adopté le système de coopération renforcée (au nombre de 14), la règle de conflit de lois consacrée en matière de divorce ou de séparation de corps est bilatérale et donne priorité à la loi d autonomie des époux : ceux-ci peuvent désigner conventionnellement la loi qui s appliquera à leur séparation. Par le recours aux conventions, le législateur incite les parties à anticiper les conséquences de leur séparation, à permettre une certaine prévisibilité. Il vise également à les orienter vers des solutions plus négociées, qui seraient mieux acceptées et mieux exécutées 65. Madame Natalie FRICERO assure que «la responsabilisation des justiciables permet de résoudre les antagonismes passés et d organiser les relations futures de manière apaisée» 66, ce qui est particulièrement appréciable en matière familiale. Cette grande faveur faite aux accords, leur «recherche systématique» 67, s étend même aux divorces contentieux, alors qu ils y étaient jusque là, absents. Or le recours à ces instruments contractuels en droit de la famille peut paraître contrenature, car «l'on ne se situe pas dans une matière qui s'offre naturellement aux spéculations contractuelles» 68. Le contrat est principalement «un outil d échange, de gestion et d organisation permettant de satisfaire la logique du marché libéral et la stratégie des acteurs économiques» 69. Pour autant, «la multiplication des intérêts à prendre en considération, la décentralisation des centres de décision, le pluralisme des familles, le déclin de la famille hiérarchique au profit d une famille en réseaux, l ascension fulgurante des libertés individuelles, tout ceci contribue à encourager l utilisation du contrat comme un instrument de régulation» 70. Le contrat, n est pas absent du droit de la famille, il s est d ores et déjà imposé comme un instrument de gestion et de prévision, dans le droit des successions, dans le PACS, 65 V.par exemple, D.Fenouillet, le droit civil de la famille hors le Code civil, LPA 2005, n 188, p.3, n 34 : «de tels pactes seront mieux respectés que la règle d'origine étatique», M.Mekki, L intérêt général et le contrat, Contribution à une étude de la hiérarchie des intérêts en droit privé, Thèse, LGDJ, 2004, p.746, n 1192, A.Chapelle, Les pactes de famille en matière extrapatrimoniale, RTD Civ 1984, p.416, n 6 : «laisser une latitude aux intéressés ( ) permet d envisager plus sereinement leur exécution dans la mesure où, librement consentis, ils seront mieux reçus» 66 N.Fricéro, Accords des parties, homologation, force exécutoire : quel rôle pour le juge?, RJPF 2010, n 1 67 V.Larribau-Terneyre, La réforme du divorce atteindra-t-elle ses objectifs? Dr. famille 2004, chron O.Laouenan, Convention sur l autorité parentale depuis la loi de 2002, JCP G, n 28, 2003, I, 149, n M.Mekki, L intérêt général et le contrat, Contribution à une étude de la hiérarchie des intérêts en droit privé, Thèse, LGDJ, 2004, p.691, n Ibidem 11

16 même si ce dernier tend à s institutionnaliser. Monsieur Pierre MURAT observe que «l accord des volontés dans le droit des contrats n a pas nécessairement la même signification et le même rôle que l accord des volontés dans le domaine familial» 71. Cet accord permettrait de faire ressortir la volonté des parties, il est utilisé à titre de procédure. Leur développement au stade du divorce, rapprocherait l institution du mariage, de celle du PACS et du concubinage. En réalité, on observe un double mouvement de «conventionnalisation» du divorce, et de judiciarisation du PACS et du concubinage 72, les difficultés rencontrées à la séparation, étant largement similaires 73. Or il est bien connu, que c est au stade de la rupture que sont exacerbées les tensions, cette période est particulièrement sujette à conflits et offre un contexte peu propice à la conclusion d accords équilibrés. En dépit de cette constatation, il apparaît que les objectifs de pacification des séparations a été approché par le législateur, puisque 55% des couples divorçant en 2009 ont opté pour le divorce par consentement mutuel, et le divorce pour faute, choisi par seulement 15% des futurs ex-époux 74, est en constant recul. Le règlement de la séparation par accords et conventions correspondrait à la nature contractuelle du mariage, de même que pour le PACS. Il n y aurait rien d illogique, d insensé à utiliser des instruments contractuels pour régler leur sortie. Seulement, il faut remarquer que le mariage, n est définitivement pas un contrat de droit commun, il reste une institution. «Il n engendre pas seulement des rapports de créancier à débiteur, il crée une nouvelle famille, il fonde un nouvel état, il assure la filiation des enfants qui en naîtront» 75. Et cette remarque se justifie également pour le PACS 76. Or l irruption de conventions dans un domaine marqué par l ordre public, par l indisponibilité de l état des personnes, n est pas anodine. Ainsi, comme l écrit Monsieur Alain BENABENT, «le droit de la famille n est pas un droit de conventions, c est un droit qui se vit beaucoup plus qu il ne se convient par des contrats» 77 Mais c est surtout la combinaison inédite d accords, et de conventions, la révélation de cette gradation au stade de la séparation qui présente l intérêt le plus marqué. La progression 71 P.Murat, Rattachement familial de l enfant et contrat, in Contractualisation du droit de la famille, dir. D.Fenouillet et P.de Vareilles-Sommières, Economica, 2001, p X.Labbée, La judiciarisation du PACS et du Concubinage, D.2009, p F.Dekeuwer-Défossez, La séparation dans tous ses états : divorce, désunion, Lamy Axe Droit., 2010, p a html et V. Avena-Robardet, Mariage, pacs et divorce : les chiffres, AJ Famille 2012 p Ph.Malaurie, H.Fulchiron, La famille, 4ème éd., Defrénois, 2011, p.58, n Ph.Malaurie, H.Fulchiron, op.cit, p.211, n 430 : «le législateur du 15 novembre 1999 ayant pris soin de réglementer les causes et la procédure de dissolution du PACS, le droit commun doit être écarté» 77 A.Bénabent, L ordre public en droit de la famille, in L ordre public à la fin du XXème siècle, (dir. T.Revet), Dalloz, Coll.Thèmes et commentaires, p.30 12

17 d un accord extra-juridique vers un accord juridique, cette temporisation très spécifique mérite d être étudiée. Ainsi, la gradation des accords et conventions dans la séparation des couples permetelle de régir la séparation des couples de manière satisfaisante? La régulation au moyen d accords et de conventions présente des avantages, et des inconvénients. L opportunité de ce moyen se mesure par la prévalence des avantages sur les inconvénients, ou encore par les possibilités ou non de limiter ces inconvénients. Il apparaît, que l impossible catégorisation de ces accords et conventions est de nature à créer un certain flou juridique. Les imprécisions concernant leur régime, l insaisissabilité de leur nature par l impossible assimilation aux conventions de droit commun produisent une certaine insécurité juridique. Cependant, la prise en compte de la volonté des membres du couple à tout stade de la procédure est souhaitable, et la souplesse des accords en ce domaine est salutaire. Le pouvoir d initiative conféré aux parties est conséquent, de même que la maîtrise de leur séparation. Les difficultés rencontrées dans leur mise en œuvre sont somme toute remédiables, et ponctuelles, mais ne condamnent pas ce mode de fonctionnement. Des perfectionnements sont donc nécessités, afin d assurer une plus grande prévisibilité des conséquences, une certaine transparence, mais avant tout, une protection des intérêts tant des membres du couple, que de leurs enfants, et ceux de la société. Nous verrons à ce titre dans une première partie, que l opportunité de la gradation des accords et conventions est subordonnée à la maîtrise par les parties de leur séparation (PARTIE I). Nous verrons dans une seconde partie, que l utilisation d accords et conventions dans le règlement de la séparation des parties est opportun uniquement si leur protection est assurée (PARTIE II). 13

18 PARTIE I : L OPPORTUNITE DE LA GRADATION SUBORDONNEE A LA MAITRISE PAR LES PARTIES DE LEUR SEPARATION La maîtrise, est le fait de pouvoir contrôler, d avoir un certain pouvoir, de dominer les événements. Dans la mesure où l utilisation d un dégradé d accords et conventions est accrue, et permet de prendre en compte la volonté des parties, nous pouvons remarquer qu une large maîtrise est conférée aux couples dans leur séparation (Chapitre I). Cependant, cette maîtrise peut se trouver limitée à certains égards (Chapitre II). CHAPITRE I : Une large maîtrise conférée aux parties sur leur séparation Les accords et conventions que peuvent conclure les parties se retrouvent tant au niveau de principe de la séparation (Section 1), qu au niveau de l aménagement de ses conséquences (Section 2). Les couples bénéficient donc d un fort pouvoir d initiative quant aux solutions qu ils souhaitent apporter dans la conduite de leur rupture. Section 1 : Une maîtrise sur le principe de séparation L initiative de la séparation revient aux membres du couple. Dès lors que les couples souhaitent mettre fin à leur union, leur accord est pleinement reçu par le droit. Toutefois, si la maîtrise du principe du divorce et de la séparation de corps est encadrée ( 1), elle est complète et directe s agissant des autres cas de séparation ( 2). 1 : Une maîtrise certaine dans le divorce et la séparation de corps L initiative du divorce ou de la séparation de corps appartient pleinement aux époux, le droit reçoit leur accord (A). La maîtrise sur cet accord, et donc sur le principe de la séparation s atténue ensuite par la stabilisation juridique de celui-ci (B). A. Une maîtrise de l initiative Le divorce n a pas toujours été admis en droit français. Sa libéralisation récente est le fruit d une certaine évolution. Si l entrée dans le statut du mariage est libre, le simple consentement ne suffit pas à en sortir. Il existe aujourd hui quatre cas de divorce : le divorce par consentement mutuel (articles 230 et s. du Code civil), le divorce pour acceptation du principe de la rupture (articles 233 et s. du Code civil), le divorce pour altération définitive du lien conjugal (article 237 et s. du Code civil) et le divorce pour faute (articles 242 et s. du 14

19 Code civil). La réception de l accord de séparation est judiciaire, dans le divorce et la séparation de corps par consentement mutuel (1.), et les divorces contentieux (2.) 1. L accord sur le principe de divorce ou de la séparation de corps par consentement mutuel Le divorce par consentement mutuel traduit la maîtrise des deux époux sur le principe du divorce. En effet, chacun d eux, assisté de leur(s) avocat(s), doit exprimer son consentement devant le juge. Ainsi, ils ne vont maîtriser le principe de la rupture seulement si leurs volontés sont accordées, et que le juge a «acquis la conviction que la volonté de chacun des époux est réelle et que leur consentement est libre et éclairé» 78. Ce n est qu à la condition que ces consentements sont exempts de vices et donnés en connaissance de cause que le divorce pourra être prononcé. Ce consentement est exprimé à la fois dans la convention de divorce qu ils soumettent au juge, et devant le juge lui-même lors de leur comparution. Antérieurement, la loi du 11 juillet 1975 prévoyait une double comparution des époux devant le juge, au cours desquels ils exprimaient leur accord sur le principe de la rupture. A ce titre, le Doyen CARBONNIER considérait que «le divorce par consentement mutuel est un contrat qui se forme par degré. L accord doit persévérer jusqu à la phase ultime de la procédure» 79. Toutefois, il apparaît que cet accord, s il leur permet de décider du principe, de la procédure (divorce par consentement mutuel) et du moment de la rupture, il ne leur permet cependant pas de rendre directement le divorce effectif. Tant que le juge ne prononce pas le divorce, ils restent unis légalement. La maîtrise des époux divorçant par consentement mutuel n est qu indirecte. Formellement, la loi n éclaire pas sur les modalités de recueillement de cet accord. En pratique, il peut s agir de déclarations sur l honneur annexées à la requête en divorce ou encore d un procès-verbal dressé par le juge, et signé par lui-même, les parties, leurs avocats. Il est évident que le juge ne peut pas prendre l initiative du divorce à la place des époux, mais par le biais de l expression de cet accord, il s assure que les conditions procédurales sont bien remplies. Le fait que cet accord ne puisse pas produire d effets juridiques en l absence d intervention du juge n en diminue pas pour autant son importance : pour preuve, le majeur protégé, qu il soit sous tutelle, curatelle ou sauvegarde de justice est frappé d une 78 Article 232 du Code civil alinéa J.Carbonnier, cité par Y.Bianco-Brun, Le consentement dans le divorce, Thèse, Bordeaux I, 1988, p

20 «incapacité spéciale de divorcer par consentement mutuel» 80. L accord qu il pourrait donner serait en tous les cas présumé «vicié de manière irréfragable» 81 suivant l article du Code civil. Le divorce pour acceptation du principe de la rupture lui est pareillement fermé. S agissant de la séparation de corps, c est l accord sur le principe de la rupture de la communauté de vie qui est envisagé. L article 296 du Code civil prévoit que «la séparation de corps peut être prononcée à la demande de l'un des époux dans les mêmes cas et aux mêmes conditions que le divorce.». Si la séparation de corps peut être demandée par un époux, il ne faut pas exclure l hypothèse qu elle peut être souhaitée par les deux, ensemble. Ici donc, on aura un accord de la même nature que celui du divorce par consentement mutuel, qui ne produira aucun effet sur le lien conjugal tant que le juge ne prononce pas la séparation de corps. La séparation de corps par consentement mutuel, ne pourra être convertie qu en un divorce par consentement mutuel (article 307 al.1 C.Civ). Dans ce cas, il apparaît que les époux gardent la maîtrise de l initiative de cette conversion, puisque cette dernière n est alors soumise à aucun délai. Toutefois, le droit à la conversion apparaît automatiquement au bout d un délai de deux ans (article 306 C.Civ) : le pouvoir d initiative s «unilatéralise». 2. L accord sur le principe des divorces contentieux Dans les divorces contentieux à présent, l initiative de la rupture peut venir d un seul époux 82. Dans ce cas, il n y aura pas d accord possible. Lorsque les époux sont seulement d accord sur le principe du divorce, et non sur les conséquences, ils maîtrisent là aussi, à l image du divorce par consentement mutuel, l initiative de la rupture. Selon l article 233 du Code civil, le juge devra constater leur accord sur ce principe 83. Mais à l inverse du divorce par consentement mutuel, l accord n est pas contenu dans une convention portant sur l ensemble des conséquences du divorce. Dans tous les cas de divorce contentieux, l acceptation de la rupture du mariage peut intervenir à tout moment : chaque époux doit signer une déclaration d acceptation qui sera jointe aux conclusions (article Code civil). La maîtrise des époux divorçant peut toutefois être orientée par le juge ; en effet, en vertu de l article 252 du Code civil, le juge détient un certain pouvoir relevant de sa mission de conciliation. Si auparavant, le but désigné de cette conciliation était celui de réconcilier les 80 Dalloz Action, Droit et Pratique du divorce v la procédure de divorce, Titre 13, n Ibidem. 82 C est le cas du divorce pour faute, et pour altération du lien conjugal. 83 Voir Annexe 16

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ Instructions: 1. Le rapport doit être renvoyé au REFJ (exchanges@ejtn.eu) dans le mois suivant le stage. 2. Veuillez utiliser le formulaire ci-dessous pour rédiger votre rapport

Plus en détail

MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE.

MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE. MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE. Si la loi du 3 janvier 1968, encore aujourd hui pierre angulaire de la protection juridique des majeurs, est restée très discrète sur la notion de protection

Plus en détail

Vous êtes marié avec un conjoint de

Vous êtes marié avec un conjoint de Divorce et résidence à l étranger Quel tribunal peut-on saisir? Les époux peuvent-ils choisir la loi applicable à leur divorce? Sous quelle forme? À défaut, quelle sera la loi applicable au divorce? Quels

Plus en détail

L ACTE SOUS SIGNATURE JURIDIQUE Colloque 11 septembre 2008 Institut Lumière Lyon

L ACTE SOUS SIGNATURE JURIDIQUE Colloque 11 septembre 2008 Institut Lumière Lyon SEPTEMBRE 2008 L ACTE SOUS SIGNATURE JURIDIQUE Colloque 11 septembre 2008 Institut Lumière Lyon Les domaines d application de l acte sous signature juridique en droit des personnes Synopsis d intervention

Plus en détail

DIVORCE l intérêt du consentement amiable

DIVORCE l intérêt du consentement amiable Conférence-débat du jeudi 2 octobre 2014 DIVORCE l intérêt du consentement amiable Depuis le 1 er janvier 2005 (date d entrée en vigueur de la loi sur le divorce du 26 mai 2004), les époux ont le choix

Plus en détail

Sommaire PREMIÈRE PARTIE LES PERSONNES... 9 DEUXIÈME PARTIE LA FAMILLE... 83

Sommaire PREMIÈRE PARTIE LES PERSONNES... 9 DEUXIÈME PARTIE LA FAMILLE... 83 Sommaire PREMIÈRE PARTIE LES PERSONNES......................... 9 INTRODUCTION AU DROIT DES PERSONNES................................. 11 CHAPITRE 1 LES PERSONNES PHYSIQUES.................................

Plus en détail

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV sous la direction de M. Philippe DELMAS SAINT-HILAIRE Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux

Plus en détail

LES TRANSFORMATIONS DU CONTENTIEUX FAMILIAL

LES TRANSFORMATIONS DU CONTENTIEUX FAMILIAL UNIVERSITE D'AIX-MARSEILLE Faculté de Droit et de Science Politique LABORATOIRE DE DROIT PRIVE & DE SCIENCES CRIMINELLES ÉQUIPE LES TRANSFORMATIONS DU CONTENTIEUX FAMILIAL PRESSES UNIVERSITAIRES D'AIX-MARSEILLE

Plus en détail

Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale

Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale Année 2005 DOCUMENT n 1 Analyses et études LE DIVORCE INTERNATIONAL EN BELGIQUE Rue de la croix, 22 1050 Bruxelles Téléphone

Plus en détail

Dix ans de contentieux familiaux

Dix ans de contentieux familiaux Population, famille 1 Dix ans de contentieux familiaux Sonia Lumbroso, Odile Timbart* En 2003, les affaires familiales ont généré 402 000 procédures devant les tribunaux, soit une progression de 13 % en

Plus en détail

Le Pacte civil de solidarité

Le Pacte civil de solidarité IV- Le Pacte civil de solidarité 1. ANALYSE Le P.A.C.S. a constitué la réponse du législateur à la demande des homosexuels d accéder au mariage. Afin de tenter de désamorcer la critique qui aurait consisté

Plus en détail

UFR DROIT DROIT DE LA FAMILLE

UFR DROIT DROIT DE LA FAMILLE 1 UFR DROIT Année universitaire 2015/2016 Licence 3 - LMD DROIT DE LA FAMILLE Cours de Monsieur K. SAÏDI T.D de Monsieur D. CHEMMI I- BIBLIOGRAPHIE* 1/ Les ouvrages généraux -BATTEUR Annick : Droit des

Plus en détail

Catherine Olivier Divorcer sans casse

Catherine Olivier Divorcer sans casse Catherine Olivier Divorcer sans casse Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3511-2 Chapitre 2 Le divorce accepté Cette procédure concerne actuellement environ 15 % des divorces. Le divorce accepté, autrefois

Plus en détail

Atelier de droit international privé Les projets communautaires relatifs à la famille 1. Sommaire

Atelier de droit international privé Les projets communautaires relatifs à la famille 1. Sommaire Atelier de droit international privé Les projets communautaires relatifs à la famille 1 Sommaire I. Conflits de juridictions Suppression de l exequatur dans le cadre de la circulation des décisions dans

Plus en détail

Georgette Josserand, lassée du comportement de son mari, qui refuse désormais de lui adresser la parole, décide de demander le divorce.

Georgette Josserand, lassée du comportement de son mari, qui refuse désormais de lui adresser la parole, décide de demander le divorce. Cas pratique sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 17/20 Enoncé du cas pratique : Lors d une passionnante conférence sur L influence de la pensée pré-socratique sur

Plus en détail

LE DROIT DE FAMILLE DANS LE PROJET DE CODE CIVIL ARGENTIN DE 2012. Graciela Medina

LE DROIT DE FAMILLE DANS LE PROJET DE CODE CIVIL ARGENTIN DE 2012. Graciela Medina 1 LE DROIT DE FAMILLE DANS LE PROJET DE CODE CIVIL ARGENTIN DE 2012 Graciela Medina 1 Introduction Le projet de Code Civil et Commercial Argentin 2012 contient de profondes modifications du droit de famille.

Plus en détail

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 RÈGLEMENT (UE) N o 1259/2010 DU CONSEIL du 20 décembre 2010 mettant en œuvre une coopération renforcée dans le domaine de la loi applicable au

Plus en détail

Personnes et familles. Vie à deux. www.notaires.paris-idf.fr

Personnes et familles. Vie à deux. www.notaires.paris-idf.fr Personnes et familles LE DIVORCE Vie à deux LA PRESTATION COMPENSATOIRE www.notaires.paris-idf.fr Vie à deux LE DIVORCE - LA PRESTATION COMPENSATOIRE Au fil du temps, le divorce a été simplifié et pacifié.

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Décret n o 2004-1158 du 29 octobre 2004 portant réforme de la procédure en matière familiale NOR : JUSC0420832D Le Premier ministre,

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-324 QPC du 21 juin 2013. Mme Micheline L.

Commentaire. Décision n 2013-324 QPC du 21 juin 2013. Mme Micheline L. Commentaire Décision n 2013-324 QPC du 21 juin 2013 Mme Micheline L. (Droits du conjoint survivant pour l attribution de la pension militaire d invalidité) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 8 avril

Plus en détail

L analyse de l adoption plénière doit précéder celle de l adoption simple, le maintien de l une comme de l autre étant acquis.

L analyse de l adoption plénière doit précéder celle de l adoption simple, le maintien de l une comme de l autre étant acquis. VII. L ADOPTION 1. ANALYSE L'institution de l'adoption doit être résolument replacée dans la perspective de l'intérêt de l'enfant. Il ne s'agit pas de permettre à des adultes d'assouvir un désir d'enfant,

Plus en détail

Le divorce. Procédures

Le divorce. Procédures Vos droits Institutions Acteurs F i c h e P r a t i q u e Le divorce Procédures Le divorce Les procédures de divorce sont aujourd hui pacifiées et simplifiées. Toutefois, les conséquences restent les mêmes

Plus en détail

2. Compétence d attribution et compétence territoriale des tribunaux en Allemagne

2. Compétence d attribution et compétence territoriale des tribunaux en Allemagne situation en juillet 2012 Note d'information des missions diplomatiques et consulaires allemandes en France sur les procédures de divorce en France et en Allemagne I. Compétence judiciaire 1. Compétence

Plus en détail

Les relations familiales et la fiscalité

Les relations familiales et la fiscalité d o s s i e r Les relations familiales et la fiscalité par Dominique Lafleur, avocate, M.Fisc et Emmanuelle Saucier, avocate Mendelsohn Rosentzveig Shacter A vec le nombre croissant de couples séparés

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2012-260 QPC du 29 juin 2012. M. Roger D. (Mariage d une personne en curatelle)

Commentaire. Décision n 2012-260 QPC du 29 juin 2012. M. Roger D. (Mariage d une personne en curatelle) Commentaire Décision n 2012-260 QPC du 29 juin 2012 M. Roger D. (Mariage d une personne en curatelle) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 12 avril 2012 par la première chambre civile de la Cour de

Plus en détail

JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER

JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER QUE DOIS-JE FAIRE? Que dois-je faire? Que dois-je savoir avant de prendre ma décision? Quelles sont les démarches légales et de régularisation?

Plus en détail

TEXTE ADOPTE n 708 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2001-2002 10 octobre 2001 PROPOSITION DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

Numéro du rôle : 4916. Arrêt n 13/2011 du 27 janvier 2011 A R R E T

Numéro du rôle : 4916. Arrêt n 13/2011 du 27 janvier 2011 A R R E T Numéro du rôle : 4916 Arrêt n 13/2011 du 27 janvier 2011 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives à l'article 42, 2, alinéa 1er, de la loi du 27 avril 2007 réformant le divorce, posées

Plus en détail

Note d'information des missions diplomatiques et consulaires allemandes en France sur les obligations alimentaires envers les enfants et les conjoints

Note d'information des missions diplomatiques et consulaires allemandes en France sur les obligations alimentaires envers les enfants et les conjoints 05/2012 Note d'information des missions diplomatiques et consulaires allemandes en France sur les obligations alimentaires envers les enfants et les conjoints I. Loi applicable Lorsque le recouvrement

Plus en détail

Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008

Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008 Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008 Réglementation du service public Prestation de sécurité sociale Orientation sexuelle La haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l égalité a été saisie

Plus en détail

Le droit des personnes et des familles

Le droit des personnes et des familles Chroniques notariales vol. 47 Table des matières Le droit des personnes et des familles Chapitre 1. L état civil....................................... 18 1. Recherche dans les registres de l état civil.

Plus en détail

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS»

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» Composition sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 16/20 «LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» A la suite de l Avant Projet de réforme du droit des obligations

Plus en détail

Les personnes PARTIE 1

Les personnes PARTIE 1 PARTIE 1 Les personnes La personne est un sujet de droit ; elle est titulaire de droits subjectifs. Elle est apte à être titulaire de droits et d obligations, c est-à-dire d un patrimoine. On distingue

Plus en détail

La situation du fonctionnaire ou agent en poste en Belgique au regard du droit belge

La situation du fonctionnaire ou agent en poste en Belgique au regard du droit belge Conférences U4U La situation du fonctionnaire ou agent en poste en Belgique au regard du droit belge Aspects pratiques de droit familial international Me Nathalie de Montigny Avocat au Barreau de Bruxelles

Plus en détail

UNIVERSITE DE LA SARRE CENTRE JURIDIQUE FRANCO-ALLEMAND DROIT DE LA FAMILLE

UNIVERSITE DE LA SARRE CENTRE JURIDIQUE FRANCO-ALLEMAND DROIT DE LA FAMILLE UNIVERSITE DE LA SARRE CENTRE JURIDIQUE FRANCO-ALLEMAND Cours de Mme Monique CHATEAU-BRIQUET ANNEE UNIVERSITAIRE 2013/2014 DROIT DE LA FAMILLE INTRODUCTION 1 Notion de famille 2 Notion de parenté 3 Notion

Plus en détail

PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION

PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION Fiche 1 La notion de consommateur Les objectifs de la fiche : Identifier le consommateur afin de délimiter le champ d application du droit de

Plus en détail

Section 2. Les règles de filiation par le sang

Section 2. Les règles de filiation par le sang Section 2. Les règles de filiation par le sang Il convient de distinguer les règles de droit positif et les règles issues de l ordonnance du 4 juillet 2005, applicables à compter du 1 er juillet 2006.

Plus en détail

1. La rupture unilatérale 13 2. La rupture de commun accord 14

1. La rupture unilatérale 13 2. La rupture de commun accord 14 Table des matières Titre 1 La séparation des époux 7 Bibliographie sommaire 9 Introduction 11 Chapitre 1 13 Les principes régissant la séparation des époux 13 Section 1. La rupture de la vie commune 13

Plus en détail

Bulletin d information statistique

Bulletin d information statistique INFOSTAT JUSTICE Divorces : une procédure à deux vitesses Zakia Belmokhtar * Mai 2012 Numéro 117 En visant à permettre un règlement plus rapide et plus complet des demandes en divorce, la loi du 26 mai

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 5 mars 2014 Cassation M. CHARRUAULT, président.

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 5 mars 2014 Cassation M. CHARRUAULT, président. CIV. 1 JL COUR DE CASSATION Audience publique du 5 mars 2014 Cassation M. CHARRUAULT, président Pourvoi n o J 13-14.642 Arrêt n o F-D R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA

Plus en détail

Les Arènes du Patrimoine. Conférence

Les Arènes du Patrimoine. Conférence Les Arènes du Patrimoine Conférence «Mariage, Pacs, Union libre, Famille recomposée: Ecueils et solutions» Le Régime matrimonial Intérêts familiaux et patrimoniaux Me Valéria DIONISIO, Notaire Le Régime

Plus en détail

Marseille 12 13 Octobre 2006. Table ronde n 6 : La famille

Marseille 12 13 Octobre 2006. Table ronde n 6 : La famille 1 er COLLOQUE DES NOTARIATS EUROMEDITERRANEENS Marseille 12 13 Octobre 2006 Table ronde n 6 : La famille Rapporteur Général : Monsieur Umberto Morello, Professeur de droit à l Université de Gênes (Italie).

Plus en détail

TENDANCES JURISPRUDENTIELLES ET LÉGISLATIVES EN MATIÈRE DE PENSION ALIMENTAIRE ENTRE CONJOINTS

TENDANCES JURISPRUDENTIELLES ET LÉGISLATIVES EN MATIÈRE DE PENSION ALIMENTAIRE ENTRE CONJOINTS TENDANCES JURISPRUDENTIELLES ET LÉGISLATIVES EN MATIÈRE DE PENSION ALIMENTAIRE ENTRE CONJOINTS Par : M e Johanne Clouet, LL.M., doctorante et chargée de cours Université de Montréal Ma présentation aujourd

Plus en détail

- Ruptures du couple : conséquences patrimoniales, Ellipses coll. Droit notarial, 2013, à paraître.

- Ruptures du couple : conséquences patrimoniales, Ellipses coll. Droit notarial, 2013, à paraître. Yann FAVIER Professeur des universités en droit privé Université Rennes 2 1 ) Ouvrages, contributions et articles - Ruptures du couple : conséquences patrimoniales, Ellipses coll. Droit notarial, 2013,

Plus en détail

Conférence des Notariats de l Union Européenne

Conférence des Notariats de l Union Européenne Conférence des Notariats de l Union Européenne Position de la CNUE relative au livre vert de la Commission européenne sur le crédit hypothécaire dans l Union européenne du 19 juillet 2005 I. INTRODUCTION

Plus en détail

Les Mesures de Protection

Les Mesures de Protection Les Mesures de Protection Après la loi du 5 mars 2007 Au siège de l ATIP Pour le Collège des Sections des PBP Par le Pôle Protection juridique et Projet de vie des Majeurs 17/01/2012 1 Plan de la présentation

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES. Proposition de RÉGLEMENT DU CONSEIL

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES. Proposition de RÉGLEMENT DU CONSEIL COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 17.7.2006 COM(2006) 399 final 2006/0135 (CNS) Proposition de RÉGLEMENT DU CONSEIL modifiant le règlement (CE) n 2201/2003 en ce qui concerne la compétence

Plus en détail

SIMPLIFIE ET PACIFIE LA PROCÉDURE. À TOUTES LES ÉTAPES DE LA PROCÉDURE ET SUR TOUTES LES QUESTIONS LIÉES À LA LIQUIDATION DU RÉGIME

SIMPLIFIE ET PACIFIE LA PROCÉDURE. À TOUTES LES ÉTAPES DE LA PROCÉDURE ET SUR TOUTES LES QUESTIONS LIÉES À LA LIQUIDATION DU RÉGIME Le Divorce LA LOI DU 26 MAI 2004 RÉFORMANT LE DIVORCE EST ENTRÉE EN VIGUEUR LE 1 ER JANVIER 2005. CETTE LOI SIMPLIFIE ET PACIFIE LA PROCÉDURE. ELLE RENFORCE LE RÔLE DU NOTAIRE. CE DERNIER PEUT INTERVENIR

Plus en détail

Pour information : Pour l enseignement fondamental, la circulaire porte le n 90. Exercice de l autorité parentale en matière scolaire

Pour information : Pour l enseignement fondamental, la circulaire porte le n 90. Exercice de l autorité parentale en matière scolaire Bruxelles, le 19 mars 2002 - A Monsieur Eric TOMAS, Ministre-Président du Collège de la Commission communautaire française, chargé de l Enseignement ; - A Madame et Messieurs les Gouverneurs de Province

Plus en détail

salariés âgés ou présentant des caractéristiques sociales ou de qualification rendant leur réinsertion professionnelle particulièrement difficile 2.

salariés âgés ou présentant des caractéristiques sociales ou de qualification rendant leur réinsertion professionnelle particulièrement difficile 2. Commentaire Décision n 2012-232 QPC du 13 avril 2012 M. Raymond S. (Ancienneté dans l entreprise et conséquences de la nullité du plan de sauvegarde de l emploi) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil

Plus en détail

Assurer la protection de la résidence familiale

Assurer la protection de la résidence familiale Introduction Un lien très étroit existe entre le logement et la famille. Ces deux notions se sont petit à petit associées pour n en former parfois plus qu une. La question qui se pose alors, c est de savoir

Plus en détail

LA FILIATION 3. PROPOSITIONS D AJOUT, DE MODIFICATION OU DE SUPPRES- SION D ARTICLES

LA FILIATION 3. PROPOSITIONS D AJOUT, DE MODIFICATION OU DE SUPPRES- SION D ARTICLES VI LA FILIATION 3. PROPOSITIONS D AJOUT, DE MODIFICATION OU DE SUPPRES- SION D ARTICLES Chapitre premier Dispositions communes à la filiation légitime et à la filiation naturelle Section première Des présomptions

Plus en détail

Conclusions de Monsieur le premier avocat général Léonard BERNARD DE LA GATINAIS -------------------

Conclusions de Monsieur le premier avocat général Léonard BERNARD DE LA GATINAIS ------------------- 1 DEMANDE D AVIS N/ P1370007 (Art. L. 441-1 du code de l'organisation judiciaire) (Art. 1031-1 à 1031-7 du code de procédure civile) (Art. 706-64 et suiv. du code de procédure pénale) TRIBUNAL DE GRANDE

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 215, 2, du Code civil, posée par le Juge de paix du canton de Furnes-Nieuport.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 215, 2, du Code civil, posée par le Juge de paix du canton de Furnes-Nieuport. Numéro du rôle : 4941 Arrêt n 70/2011 du 12 mai 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 215, 2, du Code civil, posée par le Juge de paix du canton de Furnes-Nieuport. La

Plus en détail

protection juridique

protection juridique ATMP 14 ASSOCIATION TUTÉLAIRE DES MAJEURS PROTÉGÉS DU CALVADOS Flickr protection juridique des majeurs Résumé des principales dispositions de la loi du 5 mars 2007. La protection des majeurs est instaurée

Plus en détail

La souscription d un contrat d assurance-vie par une personne vulnérable après les lois des 5 mars et 7 décembre 2007

La souscription d un contrat d assurance-vie par une personne vulnérable après les lois des 5 mars et 7 décembre 2007 La souscription d un contrat d assurance-vie par une personne vulnérable après les lois des 5 mars et 7 décembre 2007 Une étude réalisée par Nathalie Gaulon L actualité de la matière de l assurance vie

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-151 QPC du 13 juillet 2011 M. Jean-Jacques C. (Attribution d un bien à titre de prestation compensatoire)

Commentaire. Décision n 2011-151 QPC du 13 juillet 2011 M. Jean-Jacques C. (Attribution d un bien à titre de prestation compensatoire) Commentaire Décision n 2011-151 QPC du 13 juillet 2011 M. Jean-Jacques C. (Attribution d un bien à titre de prestation compensatoire) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 17 mai 2011 par la première

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Rapport au Président de la République relatif à l ordonnance n o 2015-1288 du 15 octobre 2015 portant simplification et modernisation

Plus en détail

Sort des contrats d assurance vie non dénoués et liquidation du régime matrimonial. Réponse Bacquet ou la fin des débats?

Sort des contrats d assurance vie non dénoués et liquidation du régime matrimonial. Réponse Bacquet ou la fin des débats? Sort des contrats d assurance vie non dénoués et liquidation du régime matrimonial Réponse Bacquet ou la fin des débats? 1 Pôle Expertise Epargne Banque Expertise Conseil et Patrimoine 2 Le contexte légal

Plus en détail

Dossier Vivre une séparation

Dossier Vivre une séparation Question / Réponse au Point Info Famille Dossier Vivre une séparation La séparation du couple est une épreuve souvent longue et difficile pour la famille. Ce guide vous présente les différentes démarches

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 1278, alinéa 2, du Code judiciaire, posée par la Cour d appel de Liège.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 1278, alinéa 2, du Code judiciaire, posée par la Cour d appel de Liège. Numéro du rôle : 4469 Arrêt n 61/2009 du 25 mars 2009 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 1278, alinéa 2, du Code judiciaire, posée par la Cour d appel de Liège. La Cour

Plus en détail

FICHE 13 : Le contrat

FICHE 13 : Le contrat FICHE 13 : Le contrat Le contrat, ou convention, est l accord de volonté intervenu entre deux ou plusieurs personnes en vue de créer, modifier, transmettre ou éteindre un droit subjectif. En pratique,

Plus en détail

développe les solidarités le guide de l adoption

développe les solidarités le guide de l adoption développe les solidarités le guide de l adoption Sommaire LA PROCéDURE D AGRéMENT 4 La demande d agrément 4 La réunion d information 4 La confirmation avec renvoi du questionnaire 5 Les investigations

Plus en détail

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux Personnes et familles Vie familiale / vie à deux les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux www.notaires.paris-idf.fr Vie familiale, vie à deux LES CONTRATS DE MARIAGE ET LES RÉGIMES MATRIMONIAUX

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : chambre commerciale Audience publique du 26 octobre 2010 N de pourvoi: 09-71404 Publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président Me Spinosi, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 5 Préface 7

Table des matières. Sommaire 5 Préface 7 Table des matières Sommaire 5 Préface 7 Titre I. Introduction: les droits subjectifs civils 9 I. Notions: droit objectif droits subjectifs droit positif 10 II. Héritage du droit romain: la «summa divisio»

Plus en détail

CONSTITUER SON DOSSIER RETRAITE

CONSTITUER SON DOSSIER RETRAITE CONSTITUER SON DOSSIER RETRAITE Un dossier de demande de retraite doit retracer et prouver : toutes les périodes où vous avez travaillé et touché une indemnité ou un salaire pour ce travail : CDD, CDI,

Plus en détail

Famille et couple: questions pratiques en droit international privé. Renouveau et démocratie Conseil européen 27 septembre 2012

Famille et couple: questions pratiques en droit international privé. Renouveau et démocratie Conseil européen 27 septembre 2012 1 Famille et couple: questions pratiques en droit international privé Renouveau et démocratie Conseil européen 27 septembre 2012 2 Plan de l exposé Mise en situation pratique 1. Mésentente conjugale: des

Plus en détail

FORUM FRANCO ALLEMAND du 10 décembre 2008. Participation de Me Jean TARRADE, notaire à PARIS à la 3 ème table ronde

FORUM FRANCO ALLEMAND du 10 décembre 2008. Participation de Me Jean TARRADE, notaire à PARIS à la 3 ème table ronde FORUM FRANCO ALLEMAND du 10 décembre 2008 Participation de Me Jean TARRADE, notaire à PARIS à la 3 ème table ronde QUESTION : Commentaires sur la pratique notariale en France On présente souvent le notaire

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PARTIE 1 PAR LA TERRITORIALITÉ TITRE 1 UNE TERRITORIALITÉ SOUS EMPRISE ÉTATIQUE

TABLE DES MATIÈRES PARTIE 1 PAR LA TERRITORIALITÉ TITRE 1 UNE TERRITORIALITÉ SOUS EMPRISE ÉTATIQUE TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS................................................. 13 REMARQUE..................................................... 15 LISTE DES ABRÉVIATIONS..........................................

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos. Yves-Henri Leleu. Le nouveau divorce pour cause de désunion irrémédiable. Jean-Louis Renchon. Introduction...

Table des matières. Avant-propos. Yves-Henri Leleu. Le nouveau divorce pour cause de désunion irrémédiable. Jean-Louis Renchon. Introduction... Table des matières Avant-propos Yves-Henri Leleu Le nouveau divorce pour cause de désunion irrémédiable Jean-Louis Renchon Introduction............................................ 11 1. Les objectifs de

Plus en détail

SESSION DU CIFAF 2013

SESSION DU CIFAF 2013 SESSION DU CIFAF 2013 Présenté Par Maître Maximin CAKPO-ASSOGBA Avocat à la Cour Mardi 03 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Les sûretés sont des techniques juridiques destinées à assurer le règlement des créances

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys Commentaire Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015 SELARL GPF Claeys (Conversion d office de la procédure de sauvegarde en une procédure de redressement judiciaire) Le Conseil constitutionnel a été

Plus en détail

Textes de référence (extraits en annexe) : Table des matières. Introduction

Textes de référence (extraits en annexe) : Table des matières. Introduction L'exécution forcée en matière civile en Italie Textes de référence (extraits en annexe) :! Code civil! Code de procédure civile! Loi du 1er décembre 1970, n 898 Table des matières A. Exécution des obligations

Plus en détail

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com Fiche à jour au 12 novembre 2010 FIICHE PEDAGOGIIQUE VIIRTUELLE Matière : Droit de la

Plus en détail

La jurisprudence du Conseil constitutionnel et le droit civil

La jurisprudence du Conseil constitutionnel et le droit civil La jurisprudence du Conseil constitutionnel et le droit civil (exposé fait par Jacqueline de GUILLENCHMIDT lors de la rencontre franco-arménienne du 23 janvier 2007 sur le patrimoine juridique commun)

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE ET RESUME

RAPPORT DE STAGE ET RESUME RAPPORT DE STAGE ET RESUME Instructions: 1. Le rapport doit être renvoyé au REFJ (exchanges@ejtn.eu) dans le mois suivant le stage. 2. Veuillez utiliser le formulaire ci-dessous pour rédiger votre rapport

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

Ministère de la Justice Paris, le 23 novembre 2004 LE GARDE DES SCEAUX, MINISTRE DE LA JUSTICE

Ministère de la Justice Paris, le 23 novembre 2004 LE GARDE DES SCEAUX, MINISTRE DE LA JUSTICE REPUBLIQUE FRANCAISE Ministère de la Justice Paris, le 23 novembre 2004 Direction des affaires civiles et du Sceau Bureau du droit des personnes et de la famille Direction des services judiciaires Bureau

Plus en détail

9 ème Université Interprofessionnelle de la transmission d entreprises

9 ème Université Interprofessionnelle de la transmission d entreprises 9 ème Université Interprofessionnelle de la transmission d entreprises ATELIER 1 / LIQUIDATION D UN REGIME MATRIMONIAL Lundi 26 septembre 2011 Région Rhône-Alpes LIQUIDATION D UN REGIME MATRIMONIAL Animé

Plus en détail

Conclusions de Monsieur l'avocat général Hubert Liffran -------------------

Conclusions de Monsieur l'avocat général Hubert Liffran ------------------- 1 DEMANDE D AVIS N N1370006 (Art. L. 441-1 du code de l'organisation judiciaire) (Art. 1031-1 à 1031-7 du code de procédure civile) (Art. 706-64 et suiv. du code de procédure pénale) CONSEIL DE PRUD'HOMMES

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE LA FAMILLE D HIER À AUJOURD HUI

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE LA FAMILLE D HIER À AUJOURD HUI Composition du Comité... Mot du Président du Comité... V XI Introduction générale... 1 PREMIÈRE PARTIE LA FAMILLE D HIER À AUJOURD HUI Chapitre premier Survol historique du droit de la famille québécois...

Plus en détail

Actualités de droit international privé. Patrick Wautelet

Actualités de droit international privé. Patrick Wautelet Actualités de droit international privé Patrick Wautelet En guise d'introduction Actualité du droit international privé est surtout européenne adoption ou préparation de nombreux règlements: Règlement

Plus en détail

LE MINISTRE DE L INTERIEUR MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS. MONSIEUR LE PREFET DE POLICE Direction de la police générale

LE MINISTRE DE L INTERIEUR MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS. MONSIEUR LE PREFET DE POLICE Direction de la police générale DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DLPAJ / ECT/ 4 B/ SEJOUR N NOR : Paris, le LE MINISTRE DE L INTERIEUR A MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS MONSIEUR LE PREFET DE POLICE Direction

Plus en détail

La notion de la famille Fiche en droit

La notion de la famille Fiche en droit La notion de la famille Fiche en droit 1 I. La famille et les liens de parenté II. La cellule familiale Définitions Parenté : lien par le sang, entre deux personnes. Alliance : lien de parenté entre deux

Plus en détail

SOUS-SECTION 1 RÉGIME DE LA COMMUNAUTÉ LÉGALE RÉDUITE AUX ACQUÊTS [DB 12C2111]

SOUS-SECTION 1 RÉGIME DE LA COMMUNAUTÉ LÉGALE RÉDUITE AUX ACQUÊTS [DB 12C2111] SOUS-SECTION 1 RÉGIME DE LA COMMUNAUTÉ LÉGALE RÉDUITE AUX Références du document 12C2111 Date du document 01/10/77 b. Transfert de la gestion des biens propres. 20En vertu des dispositions de l'article

Plus en détail

le guide de l adoption

le guide de l adoption développe les solidarités www.gard.fr le guide de l adoption Sommaire LA PROCéDURE D AGRéMENT 4 La demande d agrément 4 La réunion d information 4 La confirmation avec renvoi du questionnaire 5 Les investigations

Plus en détail

TITRE IER DISPOSITIONS GENERALES

TITRE IER DISPOSITIONS GENERALES ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE ----- NOR : SAA0402629DL DELIBERATION N 2005-13 APF DU 13 JANVIER 2005 portant modification de la délibération n 2001-200 APF du 4 décembre 2001 portant code de procédure

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de la Justice

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de la Justice République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de la Justice Par : Monsieur Le Président de la Cour de Skikda HAMDANE Abdelkader 5 e Colloque International sur la Coopérative des juridictions

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

la preuve de l existence des fiançailles ; une faute dans la circonstance de la rupture (rupture tardive ou brutale) ;

la preuve de l existence des fiançailles ; une faute dans la circonstance de la rupture (rupture tardive ou brutale) ; La rupture des fiançailles Les fiançailles concrétisent pour un couple, la déclaration d intention de mariage. Le terme de fiançailles désigne la période de temps allant du jour de cette déclaration jusqu

Plus en détail

PROCEDURES DE DIVORCE

PROCEDURES DE DIVORCE PROCEDURES DE DIVORCE I. INTRODUCTION Il existait en Belgique 3 procédures distinctes de divorce, à savoir la procédure de divorce par consentement mutuel, la procédure pour cause déterminée et la procédure

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE Vers une conception fonctionnelle de la cause du paiement

PREMIÈRE PARTIE Vers une conception fonctionnelle de la cause du paiement TABLE DES MATIÈRES 741 PAGES Préface........................................................... 5 Remerciements.................................................... 13 Liste des principales abréviations

Plus en détail

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice,

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, PROTOCOLE Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, Le Tribunal de commerce de Paris, représenté par son Président en

Plus en détail

Série des Traités du Conseil de l'europe - n 202. Convention européenne en matière d'adoption des enfants (révisée)

Série des Traités du Conseil de l'europe - n 202. Convention européenne en matière d'adoption des enfants (révisée) Série des Traités du Conseil de l'europe - n 202 Convention européenne en matière d'adoption des enfants (révisée) Strasbourg, 27.XI.2008 STCE 202 Adoption des enfants (révisée), 27.XI.2008 2 Préambule

Plus en détail

Numéro du rôle : 4931. Arrêt n 62/2011 du 5 mai 2011 A R R E T

Numéro du rôle : 4931. Arrêt n 62/2011 du 5 mai 2011 A R R E T Numéro du rôle : 4931 Arrêt n 62/2011 du 5 mai 2011 A R R E T En cause : les questions préjudicielles concernant l article 70ter des lois relatives aux allocations familiales pour travailleurs salariés,

Plus en détail

Le droit à l exécution du créancier

Le droit à l exécution du créancier Le droit à l exécution du créancier INTRODUCTION Le droit des voies d exécution, ou des procédures civiles d exécution, regroupe l ensemble des procédés légaux coercitifs auxquels un créancier peut avoir

Plus en détail

Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française. Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec

Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française. Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec Etienne Vergès Professeur à l'université de Grenoble

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision de recommandations - article 25 de la loi organique Domaine(s) de compétence de l Institution : Défense des droits

Plus en détail