ALSACE. Exemple de mise en œuvre de réduction du risque à la source General Motors (Strasbourg)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ALSACE. Exemple de mise en œuvre de réduction du risque à la source General Motors (Strasbourg)"

Transcription

1 ALSACE Nombre total d établissements de site Seveso : 43 Nombre d'études de danger reçues au titre de SEVESO II : 31 Nombre de tierces expertises réalisées ou en cours sur les études précitées : 5 Nombre de CLIC * ou de groupes de travail expérimentaux : 2 clic en création Nombre de SPPPI * : 1 Adresse du site internet de la DRIRE : Exemple de mise en œuvre de réduction du risque à la source General Motors (Strasbourg) La société General Motors implantée au port du Rhin à Strasbourg est spécialisée dans la fabrication de transmissions automatiques et de convertisseurs de couple automobile. Le site industriel, classé à bas risques par la directive Seveso, occupe une surface de 99 hectares et emploie 1900 personnes. Pour ses besoins de fabrication mais également pour le chauffage de l'usine, l'exploitant utilise le propane commercial. Pour cela, il dispose de trois réservoirs cylindriques de 42 tonnes chacun et d'un petit réservoir de 6.7 tonnes Dans le cadre d'une modification sur une partie de ses installations, l'exploitant a déposé un dossier de demande d'autorisation et a mis à jour, à la demande de l'inspection des installations classées, son étude des dangers et intégré sa politique de prévention des accidents majeurs. A l occasion de cette mise à jour, les effets d un BLEVE (explosion du réservoir de gaz liquéfié) survenant sur le stockage de propane principal ont été modélisés. Les distances d'effets calculées (zone mortelle pour au moins 1% des personnes présentes est de 700 mètres et zone d apparition d effets irréversibles pour la santé ou de blessures sérieuses est de 900 mètres) sortent des limites du site et couvrent quelques établissements voisins. L'exploitant a décidé, selon un plan d'actions qu'il a établi sur 18 mois, la suppression de ce stockage au profit d'autres sources d'énergie ( gaz naturel ) ne nécessitant pas de stockage. Dans l'immédiat et dans l'attente du raccordement au gaz naturel, l'exploitant a : - décidé d'inerter un des trois réservoirs après un bilan de ses besoins en énergie, - procédé à une vérification de l'efficacité des moyens incendie suite aux observations d'une inspection réalisée en 2001 par la DRIRE. Fin 2003, le site General Motors ne comportera plus de risque de BLEVE importants. * Commissions locales d'information et de concertation * Secrétariat permanent pour la prévention des pollutions industrielles

2 AQUITAINE Nombre total d établissements de site Seveso : seuil haut 44, seuil bas 35 Nombre d'études de danger reçues au titre de SEVESO II : 32 (depuis sept01) Nombre de tierces expertises réalisées ou en cours sur les études précitées : 10 Nombre de CLIC ou de groupes de travail expérimentaux : 1 Nombre de SPPPI : 2 Adresse du site internet de la DRIRE : Exemple de mise en œuvre de réduction du risque à la source L'usine Soferti à Bordeaux, dont l activité a été suspendue par arrêté préfectoral de novembre 2001 à juillet 2002 faute d avoir remis ses études de dangers, a fait l objet d une analyse détaillée des études remises à l administration à la fin de l année Dans cette démarche, l action de l inspection a consisté à demander à l exploitant d examiner en détail les possibilités de réduction à la source des risques présentés par ses installations. Cette action a abouti à la réalisation par Soferti d un programme de 71 mesures d amélioration de la sécurité représentant un investissement total de 1 millions d'euros. L un des points marquants est l amélioration du stockage d ammoniac, composé de deux petits réservoirs et du wagon en cours de dépotage. L action de réduction du risque obtenue de l exploitant a consisté à agir sur : La gravité des accidents potentiels, en mettant en place un cabanage de l ensemble de l installation, associé à une cheminée et un extracteur d air à ventilation forcée, ceci pour limiter les effets en termes de surface au sol d un éventuel nuage toxique La probabilité d occurrence, en doublant le nombre de dispositifs de sécurité ce qui a conduit à l ajout de capteurs de détection d ammoniac. Pareille approche a été utilisée pour le traitement de la canalisation de transport d ammoniac entre les ateliers, qui a fait l objet d une action sur la probabilité d accident (installation d un capteur de détection de fuite) et la gravité de celui-ci (mise en place d un diaphragme limiteur de débit permettant une limitation de la quantité éventuellement rejetée avant intervention). Plus généralement, l ensemble des secteurs de l usine ont fait l objet de mesures de renforcement de la sécurité, qui se répartissent en trois principaux groupes : Mise en place de capteurs et d asservissements Consignes de conduite des installations renforcées (avec des contrôles visuels, de température plus nombreux) Mise en place de dispositions constructives visant à limiter la gravité, comme par exemple la couverture des cuvettes de rétention liées au stockage d oléum, qui permettent de limiter les quantités émises à l atmosphère dans le cas, incidentel, où celles-ci viendraient à se remplir. Des détails sur cette action sont disponibles sur le site Internet de la DRIRE Aquitaine à l adresse suivante : : D autres exemples de réduction du risque à la source sont présentés sur ce même site à l adresse

3 AUVERGNE Nombre total d établissements SEVESO : 9 seuils hauts + 10 seuils bas = 19 Nombre d études de danger reçues au titre de SEVESO II : 9 (seuils hauts) + 5 (seuils bas) = 14 Nombre de tierces expertises réalisées ou en cours: 6 Nombre de CLIC ou de groupes de travail expérimentaux : 1 Nombre de SPPPI : 0 Site Internet de la DRIRE : Réduction des risques à la source - Mise sous talus d un dépôt de GPL - Un stockage aérien de 540 m 3 de gaz inflammable liquéfié, exploité par Antargaz, autorisé en 1985 et 1987, se trouve au cœur de la zone d activité de Cournon d Auvergne (63) avec, à proximité, des commerces importants qui sont des établissements recevant du public. Ce dépôt est soumis à la directive SEVESO et il a été institué des périmètres de dangers de 340 m et 500 m. Ils ont fait l objet d un porter à connaissance du maire de Cournon le 27 septembre A la demande de la DRIRE, la société Antargaz a étudié les possibilités de réduction des risques. Le choix définitif s est porté sur la mise sous talus d un nouveau réservoir de 400 m 3 et la suppression des stockages aériens. Compte tenu de l intérêt général, l opération a été cofinancée par le FEDER, la région et le département pour un coût prévisionnel de ,45 ( F) et un coût définitif de l ordre de 2 M (13 MF). Lors de cette mise sous talus, l industriel a revu complètement le système de chargement des petits porteurs et mis en place une gestion de la sécurité avec un automate alimenté par 200 capteurs et une caméra visualisant la totalité du site. Cette amélioration de la sécurité a permis de réduire le périmètre de dangers à 150 m à partir du wagon en dépotage. Ce nouveau périmètre a fait l objet d un porter à connaissance en juin Il n y a plus, à l intérieur de ce nouveau périmètre, d établissement recevant du public.

4 BASSE-NORMANDIE Nombre total d établissements Seveso : 22 (dont 9 seuils haut) Nombre d'études de danger reçues au titre de SEVESO II : 10 (dont 8 seuil haut) Nombre de tierces expertises réalisées ou en cours: 3 Nombre de CLIC ou de groupes de travail expérimentaux : 5 (+ 4 à mettre en place) Nombre de SPPPI : 0 Adresse du site internet de la DRIRE : Exemple de mise en œuvre de réduction du risque à la source Usine de Saint Fromond (50) Cet établissement qui fabrique des produits chimiques ultra-purs (acides) destinés au marché des semi-conducteurs, relève de la directive SEVESO seuil haut. Il dispose d un arrêté d autorisation préfectoral du 4 juillet 2001 pris à la suite de l instruction d un dossier de demande de modification et d extension de l autorisation. Réduction à la source des risques : L étude de dangers, fournie par l exploitant, a retenu différents scénarii d accidents probables dont une rupture de canalisation sur le réservoir de stockage de 8 tonnes d ammoniac constituant le danger le plus important avec une zone de danger de 600 mètres de rayon autour du point de fuite. Face au problème d urbanisation lié à la présence d habitations en limite de périmètre de sécurité, à la demande de l inspection des installations classées, l industriel a travaillé sur la réduction à la source des risques présentés par son usine. Différentes mesures ont ainsi été proposées et l étude de dangers a été reprise en intégrant les modifications retenues. En particulier, la mise en place d un limiteur de débit à l intérieur du réservoir d ammoniac a permis de réduire la zone de danger à 300 mètres.

5 BOURGOGNE Nombre total d établissements Seveso : 33 dont 15 seuil haut Nombre d'études de danger reçues au titre de SEVESO II : 15 (pour les seuil haut) Nombre de tierces expertises réalisées ou en cours : 4 Nombre de CLIC ou de groupes de travail expérimentaux : 2 Nombre de SPPPI : 0 Adresse du site internet de la DRIRE : CHEMETALL A SENS (89) Depuis 1930, cet établissement produit des substances destinées à être utilisées dans les activités de traitement de surfaces (le traitement de surfaces consiste à déposer une couche de protection sur des pièces métalliques pour en améliorer l aspect ou la résistance). L activité de Chemetall implique donc la présence de produits très toxiques et toxiques. Cet établissement est, de ce fait, classé SEVESO seuil haut. Il est situé à proximité de la ville de Sens. Une étude de dangers exhaustive et approfondie a été réalisée puis soumise à l analyse critique d un organisme expert. Les principales dispositions qui seront prescrites par arrêté préfectoral et dont certaines sont déjà mises en œuvre sont : - la réduction de la quantité maximale de produits dangereux sur le site qui passe de 70 à 40 tonnes pour les produits très toxiques et de 380 à 230 tonnes pour les produits toxiques, - la modification d un procédé de fabrication avec suppression de l émission d hydrogène, - la mise en place de moyens techniques et organisationnels efficaces devant éviter les mélanges de produits incompatibles et donc des rejets de produits toxiques, - la réorganisation des stockages de produits garantissant la séparation des risques et la réduction des quantités susceptibles d être impliquées dans un incendie. Les investissements réalisés ou prévus sur ce site s élèvent à environ 2 millions d euros. Une trentaine de journées d inspecteurs ont, d ores et déjà, été consacrées à cet établissement.

6 BRETAGNE Nombre total d établissements Seveso : 27 seuil haut et 17 seuil bas Nombre d'études de danger reçues au titre de SEVESO II : 36 Nombre de tierces expertises réalisées ou en cours : 4 Nombre de CLIC ou de groupes de travail expérimentaux : 0 Nombre de SPPPI : 0 Adresse du site internet de la DRIRE : Exemple de mise en œuvre de réduction du risque à la source DEPOT PETROLIER DE LORIENT (groupe Total Fina Elf) Site de Seignelay à LORIENT 56 diminution du potentiel de danger Autorisé depuis 1982, le dépôt pétrolier de Lorient site de Seignelay stocke plus de m3 de liquides inflammables. Etant donné les risques d explosion et d incendie qu il présente et son implantation en plein coeur de Lorient, il est classé Seveso Seuil Haut. Afin d améliorer la sécurité du site et suite à plusieurs contrôles de l Inspection des Installations Classées, une refonte complète de la défense incendie a été engagée sur le dépôt. Conformément à l arrêté ministériel de 1989, elle a porté sur les points suivants : remplacement et renforcement des équipements actuels, mise en place de commandes à distance, installation de couronnes d arrosage, mise en oeuvre de canons fixes à balayage automatique, création d une cuve inox de 30m3 d émulseur, maillage du réseau incendie... Cette refonte a permis une meilleure autonomie du dépôt en terme de moyens en cas d incendie. Le montant de l investissement est évalué à plus d un million d euros. Il a été réalisé courant L étude des dangers au titre de Seveso II a été remise le 6 février Après analyse, l Inspection a demandé par arrêté complémentaire des compléments et l engagement d une tierce-expertise. Une version actualisée de l étude a été remise le 9 septembre 2002 et sera examinée au vue des conclusions de l expert, attendues pour la fin de l année.

7 CENTRE Nombre total d établissements Seveso : 71 Nombre d'études de danger reçues au titre de SEVESO II : 38 (pour 38 établissements AS) Nombre de tierces expertises réalisées ou en cours : 11 Nombre de CLIC ou de groupes de travail expérimentaux : 9 Nombre de SPPPI : 0 Adresse du site internet de la DRIRE Exemples de mise en œuvre de réduction du risque à la source FABRICATION D ENGRAIS Au premier janvier 2002, deux fabricants d engrais du Loiret : La GRANDE PAROISSE à Fleury les Aubrais et RENO à Pithiviers exploitaient des installations de dépotage d ammoniac sous forme gazeuse. Toutefois, ces installations industrielles ne fabriquent pas de nitrate d ammonium. Les exploitants étaient tenus de fournir une mise à jour de leur étude des dangers et de proposer les moyens de réduction du risque et de présenter les zones d effet en cas d accident sur les stockages. La première entreprise, située à proximité de la gare de triage de Fleury et du centre de tri postal, a décidé d arrêter l utilisation de ce produit toxique à compter du 30 juin La société RENO a quant à elle pu adapter son procédé et ne plus utiliser d ammoniac sous forme gazeuse à compter du 1 er janvier DEPOTS DE GPL La société PRIMAGAZ exploite à Saint Cyr en Val (45), un dépôt de gaz propane dans une sphère d une capacité de 1000 m3. Dans le cadre de l étude des dangers remise en fin d année 2001, compte tenu d une pression très forte pour la réduction des conséquences d un accident majeur et à la demande de l inspection des installations classées, l exploitant a finalement proposé au mois de septembre 2002 la mise en œuvre d une solution de réduction de la quantité maximale de gaz stocké dans la sphère, cette quantité passant de à 450 m3. Cette proposition a fait l objet d un arrêté du préfet en date du 21 novembre 2002, confirmant la réduction de capacité du dépôt. En outre, compte tenu de la réduction de l extension des effets d un accident majeur qui en est la conséquence, la surface des terrains grevés par des restrictions d urbanisation a été réduite d un rapport de 1,8.

8 CHAMPAGNE ARDENNE Nombre total d établissements Seveso II : 9 établissements seuil haut et 24 établissements seuil bas, Nombre d'études de danger reçues au titre de SEVESO II : 9, Nombre de tierces expertises réalisées ou en cours sur les études précitées : 2, Nombre de CLIC ou de groupes de travail expérimentaux : 1 (établissement BP France à Sillery) Nombre de SPPPI : 0 Adresse du site internet de la DRIRE : Exemple de mise en œuvre de réduction du risque à la source : BP France à SILLERY(51) mise en place de réservoirs sous talus de stockage de GP L. La société BP France exploite sur le territoire de la commune de SILLERY (51) un centre de stockage de gaz liquéfié (butane et propane) approvisionné par wagons citernes. Deux activités essentielles sont ensuite exercées : - l expédition par camion citerne directement vers les clients, - le conditionnement de gaz liquéfié en petit contenant, pour expédition vers les centres relais. Ce centre était équipé jusqu en 1998 de deux sphères aériennes de stockage de propane et de butane d un volume respectif de 1000 et 700 m3. Cependant, cette technologie de stockage de gaz liquéfié présente l inconvénient d être susceptible de donner lieu à un accident majeur : le «BLEVE» qui est en fait une vaporisation explosive du gaz liquéfié. Ce type de scénario conduit pour un réservoir de 1000 m3 à des distances d effets en cas d accidents de l ordre de 1000 m. Or le site BP France de Sillery est situé en périphérie de la commune et de nombreuses habitations étaient situées dans un tel rayon. Cependant, depuis quelques années, la technologie du stockage de gaz liquéfié en réservoir sous talus est utilisée. Il s agit en fait soit de recouvrir un stockage existant avec un talus de protection, ou de construire des nouveaux réservoirs (souvent de forme cylindrique) et de les recouvrir ensuite par un talus de protection. Ainsi, le réservoir est protégé des agressions mécaniques et thermiques externes et le scénario de BLEVE peut être écarté. La société BP France a donc mis en place deux réservoirs sous talus de 2500 m3 de capacité unitaire pour stocker du propane et supprimer ensuite la sphère de 1000 m 3. Ces aménagements constituent un exemple de mise en œuvre des meilleures technologies disponibles, même si le cas de la sphère de 700 m3 toujours exploitée reste aujourd hui à traiter. En effet, les zones de danger associées à ce réservoir couvrent également des zones habitées. Dans le cadre de l étude des dangers de l établissement, l exploitant s est engagé en juillet 2002 à limiter le remplissage de cette sphère à moins de 60 % de son volume géométrique. Il s agit là d une première étape en terme de réduction du risque à la source.

9 FRANCHE COMTE Nombre total d établissements Seveso : 6 SH + 14 SB Nombre d'études de danger reçues au titre de SEVESO II : 21 Nombre de tierces expertises réalisées ou en cours: 4 Nombre de CLIC ou de groupes de travail expérimentaux : 2 Nombre de SPPPI : 0 Adresse du site internet de la DRIRE : Exemple de mise en œuvre de réduction du risque à la source Elf ANTARGAZ A BOUROGNE -Département 90 La Société ELF ANTARGAZ exploite depuis 1985 sur la zone industrielle de la commune de Bourogne un dépôt relais de propane, gaz inflammable liquéfié. Ce dépôt était constitué de deux cuves aériennes de stockage de 150 m3 de capacité. Afin de réduire les risques attenant aux installations et supprimer notamment le risque d explosion des cuves de stockage («Bleve»), le site a complètement été réaménagé sur 2001/2002, avec l implantation en lieu et place des réservoirs aériens, d un réservoir de stockage sous talus de 400 m3 de capacité. Ce type d implantation assure une protection des réservoirs vis à vis des agressions thermiques et mécaniques. Simultanément des protections complémentaires ont été mises en place notamment au niveau des aires de chargement et déchargement des camions et wagons, qui comptent désormais des dispositifs d arrosage fixes. L étude des dangers réalisée dans ce cadre a permis une meilleure prise en compte du risque sismique ; les équipements de soutirage du réservoir ont été revus pour limiter les risques d émissions intempestives ; enfin les zones de parcage des camions en attente de transfert ont été éloignées des zones à risques.

10 GUADELOUPE MARTINIQUE ET GUYANE Nombre total d établissements Seveso : 22 (dont le site de Kourou) Nombre d'études de danger reçues au titre de SEVESO II : 10 Nombre de tierces expertises réalisées ou en cours : 8 Nombre de CLIC ou de groupes de travail expérimentaux : 2 Nombre de SPPPI : 1 Adresse du site Internet de la DRIRE GGM : Exemples de mise en œuvre de réduction du risque à la source - Réduire la probabilité que surviennent des évènements majeurs sur les dépôts d hydrocarbures des Antilles et de la Guyane. Des mesures de réduction des risques ont été entreprises ces dernières années sur ces dépôts avec la fermeture de celui de Sainte-Thérèse en Martinique qui présentait des dangers vis à vis des tiers trop importants, la mise sous talus des sphères de gaz sur les trois sites où des zones habitées étaient susceptibles d être affectées par un accident majeur. Ces différents dépôts (en dehors de celui de la raffinerie) ont comme caractéristique commune l absence de personnel présent sur les sites, formé à la lutte contre l incendie en dehors des heures ouvrées. A l occasion des nouvelles études de dangers qui mettent l accent entre autres sur les dispositions organisationnelles dans l entreprise, il a été décidé de renforcer les moyens fixes de protection incendie, en les automatisant et en asservissant le démarrage des groupes incendies aux détecteurs qui seront par ailleurs multipliés. L objectif est d une part, de limiter le développement du sinistre dans l attente de l arrivée des secours. - Le seul dépôt d explosifs du département de la Martinique (CROIX RIVAIL) est situé dans un environnement sensible avec entre autres deux groupes scolaires situés à 500 et 1000m dont la protection s avérait techniquement impossible, M le Préfet de la Martinique a pris un arrêté prescrivant la réduction des quantités autorisées de 20 à 11t puis à 50 kg. Ainsi, avant la rentrée scolaire 2002, avec 11t d explosifs en stock les effets vis à vis des deux établissement précités étaient considérablement réduits. A 50 kg fin avril 2003 tous les enjeux restant et notamment la N6 seront hors des zones d effets. La demande pour un nouveau site d exploitation dans une zone favorable est en cours d instruction. A noter que l exploitant à prévu par ailleurs de compartimenter le dépôt en quatre stockages.

11 HAUTE-NORMANDIE Nombre total d établissements Seveso : 72 Nombre d'études de danger reçues au titre de SEVESO II : 163 Nombre de tierces expertises réalisées ou en cours : 26 Nombre de CLIC ou de groupes de travail expérimentaux : 1 en création Nombre de SPPPI : 1 Adresse du site internet de la DRIRE : Réduction du risque à la source à la laiterie de Longueville-sur-Scie La laiterie de Longueville-sur-Scie (76) est située à proximité du centre de la commune et fait partie de son paysage depuis plus d un siècle. Elle est spécialisée dans la fabrication de riz au lait et autres desserts frais. Ces produits alimentaires nécessitent d être conservés à basse température. Trois tonnes d ammoniac ont ainsi longtemps été présentes sur le site afin d alimenter le circuit de refroidissement. Or l ammoniac est un gaz toxique, qui inhalé à forte concentration peut provoquer toux, irritations, brûlures voire atteinte des voies respiratoires entraînant la mort. Les périmètres de danger associés à un risque de fuite de ce gaz ont couvert pendant longtemps une grande partie du territoire de la commune, puisqu ils s étendaient jusqu à 500 mètres pour les risques d effets létaux. Un arrêté préfectoral a demandé en 1998 à l exploitant de réaliser une étude des dangers, avec pour objectif des proposition pour réduire le risque lié à l ammoniac. Les travaux réalisés ont entraîné une réduction du risque accompagnée d une division par dix du rayon des zones de danger. Néanmoins, des habitations, une maison de retraite, un tronçon de la voie ferrée Rouen-Dieppe, une gare et un terrain de sport se trouvaient encore en zone de danger. L exploitant a alors recherché une nouvelle technologie, produisant le même nombre de frigories avec une quantité d ammoniac moindre. Aujourd hui, la société a réalisé les investissements nécessaires pour utiliser de l eau glycolée en complément de l ammoniac : les deux installations frigorifiques à l ammoniac ont été remplacées par une seule installation avec production d eau glycolée, qui sert de conducteur de froid. Les quantités d ammoniac présentes sur le site ont ainsi été divisées par plus de 30, ce qui représente une importante réduction du risque à la source. Parallèlement, l installation ammoniac a bénéficié d un renforcement des sécurités et détecteurs, accompagné de mesures de confinement limitant les conséquences d une fuite. Les périmètres de danger ne couvrent plus désormais de zones habitées : la zone des effets létaux est contenue dans les limites de propriété de l entreprise, la zone des effets irréversibles est de 10 mètres.

12 ILE DE FRANCE Nombre total d établissements Seveso : 29 établissements auxquels il faut ajouter 5 stockages souterrains - Nombre d'études de danger reçues au titre de SEVESO II : 60 Nombre de tierces expertises réalisées ou en cours : 16 Nombre de CLIC ou de groupes de travail expérimentaux : 5 en projet Nombre de SPPPI : 1 Adresse du site internet de la DRIRE : Exemple de mise en œuvre de réduction du risque à la source Etablissement : COMPAGNIE INDUSTRIELLE MARITIME à COIGNIERES Nature de l'activité : Dépôt pétrolier Objet de l'investissement : La société COMPAGNIE INDUSTRIELLE MARITIME a réalisé des aménagements dans son dépôt visant à augmenter les capacités de lutte contre l incendie : Mise en place d une nouvelle pomperie incendie plus puissante et à l écart des effets d un incendie ; Création d une réserve d eau aérienne de 2500 m3 ; Découpage d une cuvette de rétention de grande dimension en deux sous cuvettes destinées à permettre une lutte contre l incendie plus réduite dans un premier temps ; Mise en place de deux canons à mousse orientables et de forte puissance. Des investissements identiques ont également été réalisés dans le dépôt voisin exploité par la société RAFFINERIE DU MIDI. L objectif était de remplacer une pomperie incendie commune aux deux sites et susceptible d être détruite par effets dominos. Origine de l'action : Demande de la DRIRE Montant de l'investissement : 4 MF environ pour chacun des deux établissements Date de mise en service : Mai 2002.

13 LANGUEDOC-ROUSSILLON Nombre total d établissements Seveso : 31 (19 seuil haut ; 12 seuil bas) Nombre d'études de danger reçues au titre de SEVESO II : 31 Nombre de tierces expertises réalisées ou en cours : 19 Nombre de CLIC ou de groupes de travail expérimentaux : 3 Nombre de SPPPI : néant Adresse du site internet de la DRIRE : Exemple de mise en œuvre de réduction du risque à la source RHODIA ORGANIQUE Salindres (Gard) La plate-forme chimique de Salindres a été créée en Aujourd hui RHODIA-ORGANIQUE exploite sur ce site des ateliers de fabrication dans le domaine de la chimie du fluor. Cet établissement comprend un certain nombre d unités dont une installation de dépotage, de stockage et de distribution d'acide fluorhydrique anhydre. Les scénarios envisagés par l exploitant dans ses études de dangers révèlent qu une importante population est exposée au risque accidentel. L exploitant a réduit la gravité des accidents potentiels de la partie stockage en ayant recours à une technique de refroidissement de l acide stocké. Ce sont actuellement les installations de déchargement des citernes d approvisionnement en acide, à température ambiante, qui représentent le potentiel de conséquences le plus élevé en cas d accident majeur. L inspection des installations classées a demandé l actualisation par l exploitant de l étude de dangers avec notamment pour objectif l identification et l évaluation de techniques plus performantes pour les opérations de déchargement et leur confinement. Cette étude a permis d identifier les techniques permettant de mieux confiner ces installations. Par arrêté complémentaire pris par le préfet du Gard au début de l année 2002, il a été imposé à l exploitant d améliorer les performances de sécurité de ses installations de déchargement d acide fluorhydrique, avant la fin de l année 2003, de façon à contenir les conséquences d un accident à l intérieur des limites de l établissement. Début juillet 2002, RHODIA ORGANIQUE a fait savoir qu il avait retenu une solution de confinement permettant de respecter cette obligation.

14 LIMOUSIN Nombre total d établissements Seveso : 5 Nombre d'études de danger reçues au titre de SEVESO II : 5 Nombre de tierces expertises réalisées ou en cours : 4 dont 2 par l I.P.E. Nombre de CLIC ou de groupes de travail expérimentaux : 0 Nombre de SPPPI : 0 Adresse du site internet de la DRIRE : Exemple de mise en œuvre de réduction du risque à la source : International Paper à Saillat-sur-VIENNE La papeterie International Paper à Saillat-sur-Vienne exploitait un stockage de 15 tonnes d ammoniac liquide L utilisation d ammoniac liquide pour apporter de l azote à un lagunage aéré n est pas aujourd hui la meilleure technique disponible. Il a été décidé d effectuer cet apport d azote à partir d urée. En conséquence le stockage sera détruit ce qui fera disparaître la source de danger. Echéance : 1 er semestre 2003.

15 LORRAINE Nombre total d établissements SEVESO : 25 hauts (62 études de dangers) + 17 bas Nombre d études de dangers reçues au titre de SEVESO II : 54 Nombre de tierces expertises réalisées ou en cours : 54 Nombre de CLIC1 ou de groupes de travail expérimentaux : une CLIC à SAINT- AVOLD (Plate-forme chimique de CARLING) et un groupe de travail expérimental regroupant les cinq SEVESO hauts de MEURTHE-ET-MOSELLE Nombre de SPPPI2: 0 Adresse du site Internet de la D.R.I.R.E. : Exemples de mise en œuvre de réduction du risque à la source La Société HUNTSMAN à HAN-SUR-MEUSE (55), consommatrice de trioxyde de soufre, recevait sous forme de citernes routières ce produit toxique qui en s évaporant à l atmosphère forme un brouillard d acide sulfurique. Pour réduire le risque d épandage accidentel de ce produit lors des manœuvres de dépotage des citernes, l exploitant s approvisionne désormais par citernes de soufre liquide nettement moins dangereux ; le soufre liquide est ensuite transformé en trioxyde de soufre par craquage. La substitution de l approvisionnement en trioxyde de soufre par du soufre liquide a : supprimé la possibilité d épandage accidentel du premier de ces deux produits lors du dépotage, opération source potentielle d une émission d un nuage toxique, diminué la quantité de SO 3 stockée en réservoir avant utilisation en fabrication de 50m 3 à 30m 3, le réservoir de 50m 3, conservé vide, constitue une capacité de secours en cas d accident sur le stockage de 30m 3. Nature essentielle de la réduction du risque : Les conséquences d un accident majeur (émission toxique de SO 3 suite à l épandage dans la cuvette de rétention) sont diminuées Par ailleurs, la probabilité d épandage accidentel de SO 3 est fortement diminuée, compte-tenu de la suppression du dépotage et de la possibilité d utiliser en secours le réservoir de 50 m 3 maintenu vide. Origine de l action : Proposition industrielle suite à l exploitation par la D.R.I.R.E. de l étude de dangers et tierce expertise d avant Montant de l investissement :55 millions de francs Date de mise en service : Courant de l année 2002 * * * La Coopérative Agricole de Lorraine (CAL) exploite à ÉCROUVES (54) un dépôt d engrais de tonnes, en partie composé d ammonitrates. Pour réduire les risques liés à la détonation de ces produits, la CAL a réduit les quantités unitaires de stockage des cases d ammonitrates de 1250 tonnes à 625

16 tonnes tout en appliquant par ailleurs les règles constructives et d exploitation fixées par l Arrêté Ministériel du 10 janvier Nature essentielle de la réduction du risque : La réduction de la quantité d engrais stockée par case diminue les rayons Z1 et Z2 dus à l étude de chaque en cas de détonation des ammonitrates de : 335 à 265 m pour la zone Z1, 737 à 584 m pour la zone Z2. Par ailleurs, la probabilité d occurrence d un accident est fortement réduite par le respect des dispositions techniques figurant dans l Arrêté Ministériel du 10 janvier Origine de l action : Exploitation des études de dangers et tierces expertises demandées par la D.R.I.R.E. Montant de l investissement : 4,5 millions de francs (650 k ) dont 1,5 million de francs cloisons béton, 510 kf surélévation du sol ainsi que thermométrie, 450 kf moyens incendie fixes, 400 kf désenfumage et 300 kf clôture du site. Date de réalisation : Deuxième semestre 2002 ; équipements en place et thermométrie en cours d essai de validation (température d alerte) 1 Commissions Locales d Information et de Concertation 2 Secrétariat Permanent pour la Prévention des Pollutions Industrielles

17 MIDI-PYRENEES Nombre total d établissements de site Seveso : 27 seuils haut et 15 seuils bas Nombre d'études de danger reçues au titre de SEVESO II :66 pour les seuils haut et 15 pour les seuils bas Nombre de tierces expertises réalisées ou en cours sur les études précisées :8 Nombre de CLIC ou de groupes de travail expérimentaux 1 CLIC créée par arrêté préfectoral en 2002 pour le pôle chimique Sud (SNPE, ISOCHEM et RAISIO. Cette CLIC traitera aussi des problèmes liés au démantèlement des entreprises Grande Paroisse et Tolochimie 2 CLIC en cours de création pour les entreprises SEPIPROD à Castres dans le Tarn et ATOFINA et ALUMINIUM PECHINEY à Lannemezan dans les Hautes-Pyrénées Nombre de SPPPI : 1 SPPPI couvrant 17 communes de l agglomération Toulousaine. Adresse du site internet de la DRIRE : Exemple de mise en œuvre de réduction du risque à la source La Société SOFERTI fabrique une centaine d engrais différents dans son usine de Fenouillet : des engrais simples contenant du phosphore et du potassium (appelés engrais PK) ou de l azote et du phosphore (appelés engrais NP), des engrais ternaires contenant de l azote, du phosphore et du potassium (appelés engrais NPK). Les dépenses relatives à l environnement et à l hygiène et la sécurité correspondent, pour la période 1995/2000, à un montant de 3,3 M d euros. Ces même dépenses ont été de prés de 1M d euros pour l année Elles portaient notamment sur les investissements liés à la lutte contre les poussières et le traitement des odeurs. Les principaux risques présentés par l établissement sont liés à l utilisation de matières premières et à certains engrais. Ammoniac : ravitaillé par wagon de 48 tonnes et stocké en réservoir de 60m3 (30 tonnes) Acide sulfurique : stocké dans 4 réservoirs (810 m3) Acide phosphorique : stocké dans 2 réservoirs (300m3) Solution chaude de nitrate d ammonium ravitaillé par camions de 25 tonnes et stocké dans un réservoir de 400 m tonnes d engrais binaires et ternaires tonnes de superphosphate simples et tonnes de superphosphates triples.

18 Une mise à jour de l étude des dangers des installations avait été réalisée en février Suite à un accident survenu le 23 août 2000, il a été demandé à l exploitant de réaliser une tierce expertise de cette étude des dangers et du rapport d accident rédigé par l exploitant. Enfin en application de l arrêté ministériel du 10 mai 2000, l exploitant a été mis en demeure, par arrêté préfectoral, de compléter l étude des dangers avant le 31 décembre 2001, au regard notamment des observations faîtes par le tiers expert. Cette dernière étude remise au 31 décembre 2001 a fait l objet d une nouvelle tierce expertise. Des propositions en vue de réduire les risques à la source, présentées par l étude des dangers et la tierce expertise, sur demande de la DRIRE, sont mises en œuvre par l exploitant. Par exemple, pour améliorer la sécurité du dépotage et stockage d ammoniac, aucun wagon d ammoniac ne pourra être stationné en dehors de l enceinte de confinement. Tout stationnement sur les voies ferrées intérieures au site sera interdit. Bilan : 22 améliorations, dont 20 seront totalement réalisées au vendredi 20 septembre K d investissement. 100 K de dépenses extérieures annuelles spécifiques ( expertises, contrôles, études, ), dont : 70 K pour les études de danger et les tierce expertises 10 K pour des inspections exceptionnelles ces derniers mois. Estimation du coût en unités d œuvre pour la DRIRE. Les travaux de la DRIRE portent, pour la mise en application de l arrêté du 10 mai 2000 et depuis le 1 er janvier 2002, d une part sur l analyse critique des études de dangers et de la tierce expertise et sur le suivi des réponses données par l industriel et du tiers expert, d autre part sur un travail de communication à l égard des maires de la commune de Fenouillet et des communes voisines. Le coût relatif à l analyse critique des études est estimé à 9 jours ingénieur ( travail en équipe de trois ingénieurs pendant 3 jours selon la méthode utilisée pour l étude des dossiers de redémarrage de la plate-forme chimique de Toulouse) celui relatif au suivi des réponses à 6 jours ingénieurs (préparation et réalisation de 3 réunions de travail). Enfin celui concernant la partie communication à 6 jours ingénieurs (réunion en préfecture avec l ensemble des maires de la zone, réunions en mairies de Fenouillet et d Aucamville avec le maire et une partie du conseil municipal)

19 NORD PAS-DE-CALAIS Nombre total d établissements Seveso : 45 AS + 47 seuils bas Nombre d'études de danger reçues au titre de SEVESO II : 85 Nombre de tierces expertises réalisées ou en cours : 52 études concernées par une analyse critique Nombre de CLIC ou de groupes de travail expérimentaux : 4 (dont 2 SPPPI) Nombre de SPPPI : 2 Adresse du site internet de la DRIRE : Exemples de mise en œuvre de réduction du risque à la source 1/ PRODUITS CHIMIQUES DE LOOS (59) : L usine est à ce jour spécialisée dans la production de divers chlorures : chlorure ferrique, chlorures d ammonium et de zinc, chlorure d aluminium, de sulfate de soude, de potasse caustique, de Javel. L établissement relève de la directive SEVESO de par la production et l utilisation de chlore, l utilisation d ammoniac pour la production de chlorure d ammonium, l utilisation de mercure et la production de chlorure de zinc. Elle est située en zone urbanisée, dans la communauté urbaine de Lille (première maison située à environ 200 mètres des installations, plusieurs milliers d'habitants dans la zone de danger couverte par le PPI). Depuis de nombreuses années, sous l impulsion de l inspection des installations classées, d'importants travaux de réduction des risques ont été réalisés, en particulier le confinement des stockages de chlore liquéfié et la réalisation d'installations de neutralisation d une éventuelle fuite, pour un montant de 2,4 millions d'euro. Malgré cela, les wagons en cours de remplissage de chlore n'avaient pas été protégés par un confinement. L examen par la DRIRE de l étude des dangers remise au titre de la directive SEVESO 2 a conduit l industriel à proposer la suppression de l expédition de wagons de chlore. Le chlore sera désormais intégralement le consommé dans les ateliers du site. Les risques de fuites de chlore et d'intoxication des populations riveraines ont ainsi été abaissés. 2/ NOBEL EXPLOSIFS France à OSTRICOURT (59): Ce dépôt d'explosifs, situé sur la commune d Ostricourt (59), comprenait deux dépôts de 50 tonnes chacun d explosifs de première catégorie ainsi qu un dépôt de détonateurs. Les deux dépôts d explosifs sont entourés de merlons de protection. Le site est entouré d une clôture. L établissement est classé SEVESO seuil haut. A la demande de la DRIRE, l exploitant a remis une nouvelle étude de dangers dans le cadre de l arrêté ministériel du 10 mai 2000 contenant des propositions de réduction du risque à la source. La proposition retenue et mise en place est une division par deux des quantités d'explosifs stockées: le dépôt ne contiendra désormais plus que 50 tonnes d explosifs au lieu des 100 tonnes précédemment stockées.

20 PAYS DE LA LOIRE Nombre total d établissements Seveso : 22 Nombre d'études de danger reçues au titre de SEVESO II : 17 Nombre de tierces expertises réalisées ou en cours : 12 Nombre de CLIC ou de groupes de travail expérimentaux : 8 Nombre de SPPPI : 1 Adresse du site internet de la DRIRE : Exemple de mise en œuvre de réduction du risque à la source Société SOFERTI à Indre (Loire-Atlantique) La société SOFERTI exploite une usine de fabrication d engrais composés NPK. Créé sur la commune d Indre en 1926, cet établissement se trouve assujetti à la directive Seveso 2 depuis l année Dans ce cadre, la société SOFERTI s est vue prescrire la réalisation d études de dangers approfondies de ses installations. L étude du stockage d ammoniac installation induisant les distances d effets les plus importantes en cas d accident majeur a ainsi été remise en juin 2000, puis soumise à l analyse critique d un tiers expert (INERIS). Cette expertise, dont les conclusions ont été rendues début novembre 2001, a montré qu une fuite accidentelle d ammoniac pouvait, dans des conditions défavorables de dispersion du nuage gazeux, avoir des conséquences au-delà des limites du site. Bien que concernant des situations à très faible probabilité d occurrence, ce constat a motivé de la part de l inspection des installations classées la demande de suspension de toute utilisation d ammoniac par SOFERTI dans l attente de la réalisation des aménagements permettant de garantir le maintien dans l emprise du site des distances d effets en cas d accident mettant en jeu ce produit. Pour répondre aux objectifs de maîtrise des risques qui lui étaient fixés, l industriel a été amené à procéder à la réalisation d une enceinte de confinement de ses installations de dépotage et de stockage d ammoniac, avec extraction mécanique et évacuation par une cheminée de hauteur adaptée de l ammoniac gazeux émis en cas de fuite accidentelle. Ces aménagements et équipements, dont les caractéristiques de dimensionnement ont été validées par l INERIS, ont permis de ramener les distances d effets en cas d accident grave à 190 mètres, c est-à-dire nettement en deçà des limites du site. Les travaux, qui ont représenté un investissement de euros, ont été achevés en février Par arrêté préfectoral du 27 février 2002, le préfet de la Loire-Atlantique a autorisé la société SOFERTI à reprendre l exploitation de ses installations d ammoniac.

Phénomènes dangereux et modélisation des effets

Phénomènes dangereux et modélisation des effets Phénomènes dangereux et modélisation des effets B. TRUCHOT Responsable de l unité Dispersion Incendie Expérimentations et Modélisations Phénomènes dangereux Description et modélisation des phénomènes BLEVE

Plus en détail

Risques particuliers Risques Technologiques

Risques particuliers Risques Technologiques Risques particuliers Risques Technologiques Transports de matières dangereuses 1. Généralités Une marchandise dangereuse est une matière ou un objet qui, par ses caractéristiques physiochimiques (toxicité,

Plus en détail

Bilan 2011 Lubrizol Usine de Rouen Actions 2011 réalisées pour la prévention des risques industriels majeurs Actions Impact Coût en Prévention sécurité (amont du nœud papillon) : - Mise en place d un automate

Plus en détail

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE. Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25.

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE. Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25. RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25. V2 La société VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE (VPNN) est autorisée

Plus en détail

agissons ensemble Octobre 2013 Fiche d information sur la gestion des risques d accidents industriels majeurs

agissons ensemble Octobre 2013 Fiche d information sur la gestion des risques d accidents industriels majeurs Fiche d information sur la gestion des risques d accidents industriels majeurs Octobre 2013 Scénarios impliquant un produit toxique : Ammoniac La Brasserie Labatt du Canada, Montréal (Québec) Partenaire

Plus en détail

w p LE RISQUE TRANSPORT DE MATIÈRES DANGEREUSES LES RISQUES TECHNOLOGIQUES 1- QU EST-CE QUE LE RISQUE 2- QU EST-CE QU UNE MATIÈRE DANGEREUSE?

w p LE RISQUE TRANSPORT DE MATIÈRES DANGEREUSES LES RISQUES TECHNOLOGIQUES 1- QU EST-CE QUE LE RISQUE 2- QU EST-CE QU UNE MATIÈRE DANGEREUSE? LES RISQUES TECHNOLOGIQUES w p LE RISQUE TRANSPORT DE MATIÈRES DANGEREUSES 1- QU EST-CE QUE LE RISQUE TRANSPORT DE MATIÈRES DANGEREUSES? Le risque de transport de matières dangereuses, ou risque TMD, est

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS a RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS Synthèse de l'inventaire des accidents pour le secteur d'activité de la société MARIE DIDIER AUTOMOBILES Il ressort de l inventaire des accidents technologiques

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction du Commerce Wilaya de Skikda. Service de la qualité

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction du Commerce Wilaya de Skikda. Service de la qualité République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction du Commerce Wilaya de Skikda Service de la qualité Produits Chimiques L'action entreprise par la Communauté européenne dans

Plus en détail

PRÉFÈTE DU CHER. La Préfète du Cher, Chevalier de la Légion d Honneur,

PRÉFÈTE DU CHER. La Préfète du Cher, Chevalier de la Légion d Honneur, Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations Pôle de la Protection des Populations Service de la Protection de l Environnement Installation classée soumise à autorisation

Plus en détail

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30)

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30) Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Partie II RESUME NON TECHNIQUE ETUDE D IMPACT FEVRIER 2014 RAPPORT CON/13/084/CD/V2 SOMMAIRE I PRESENTATION DU PROJET ET DE SON ENVIRONNEMENT...

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Leader européen indépendant dans le stockage de produits liquides

DOSSIER DE PRESSE. Leader européen indépendant dans le stockage de produits liquides DOSSIER DE PRESSE Leader européen indépendant dans le stockage de produits liquides 2013 Rubis Terminal Leader européen indépendant dans le stockage de produits liquides Créé en 1877, RUBIS TERMINAL, filiale

Plus en détail

Utilisation des 7 cartes d intensité jointes en annexe du règlement. A- Protection d une construction vis-à-vis des effets toxiques :

Utilisation des 7 cartes d intensité jointes en annexe du règlement. A- Protection d une construction vis-à-vis des effets toxiques : ANNEXE 7 Utilisation des 7 cartes d intensité jointes en annexe du règlement A- Protection d une construction vis-à-vis des effets toxiques : 1 carte est fournie pour l effet toxique : Carte N 1 «Taux

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

Qu est ce qu un gaz comprimé?

Qu est ce qu un gaz comprimé? Qu est ce qu un gaz comprimé? Il existe plusieurs produits à base de gaz ou de mélanges de gaz sous pression conservés dans des bouteilles 1. La plupart de ces gaz sont classés dans la catégorie des «gaz

Plus en détail

Application en France du règlement CLP et de la directive Seveso III

Application en France du règlement CLP et de la directive Seveso III Application en France du règlement CLP et de la directive Seveso III DGPR / SRT / SDRA / BRTICP Ministère de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie www.developpement-durable.gouv.fr SOMMAIRE

Plus en détail

ESPACE FTP Guide d utilisation

ESPACE FTP Guide d utilisation ESPACE FTP Guide d utilisation Introduction 1 ère Connexion Connexion rapide Ergonomie du logiciel Navigation Transfert Groupes d accès Suppression Accès partenaires Annexe : installation Filezilla 1 ESPACE

Plus en détail

comfor/tg 2009 Brûlures chimiques Etiquetage et reconnaissance des dangers

comfor/tg 2009 Brûlures chimiques Etiquetage et reconnaissance des dangers comfor/tg 2009 Brûlures chimiques Etiquetage et reconnaissance des dangers 1 Buts Etre capable de reconnaître les dangers indiqués sur une étiquette de produits dangereux. Connaître les pictogrammes du

Plus en détail

Produits dangereux. Définition

Produits dangereux. Définition Produits dangereux Définition Les produits dangereux sont capables de provoquer des effets indésirables en cas de contact ou d ingestion. Ces effets peuvent se manifester sous forme de : intoxication ;

Plus en détail

Fuites d ammoniac gazeux et liquéfié sous pression : Résultats préliminaires issus des essais à moyenne échelle de l INERIS

Fuites d ammoniac gazeux et liquéfié sous pression : Résultats préliminaires issus des essais à moyenne échelle de l INERIS Fuites d ammoniac gazeux et liquéfié sous pression : Résultats préliminaires issus des essais à moyenne échelle de l INERIS 6 septembre 2011 Contact presse Aurélie PREVOT Tél: 03 44 55 63 01 Mob: 06 20

Plus en détail

Le transport de matières dangereuses

Le transport de matières dangereuses 1/5 Définitions > Une matière dangereuse est une substance qui par ses caractéristiques physicochimiques, toxicologiques, ou bien par la nature des réactions qu elle est susceptible de produire, peut présenter

Plus en détail

DEPOT ESSENCES MARINE DE BREST. Réunion des riverains des 9 et 10 septembre 2013

DEPOT ESSENCES MARINE DE BREST. Réunion des riverains des 9 et 10 septembre 2013 DEPOT ESSENCES MARINE DE BREST Dépôt d hydrocarbures d de la Maison Blanche Réunion des riverains des 9 et 10 septembre 2013 1 SOMMAIRE Présentation sommaire du DEMa de Brest Historique du dépôt d de Maison

Plus en détail

Société française du pipeline du Jura

Société française du pipeline du Jura GENNES Société française du pipeline du Jura C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 1 L environnement immédiat du dépôt de Gennes C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 2 L environnement du dépôt Pipeline SPSE Fos-Strasbourg

Plus en détail

n w Document d information communal sur les risques majeurs

n w Document d information communal sur les risques majeurs D I C R I M b n w c i Document d information communal sur les risques majeurs ÉDITO Madame, Monsieur, Notre Ville peut être, un jour, concernée par un risque majeur comme un phénomène météorologique, un

Plus en détail

Procédure concernant l'approvisionnement sécuritaire en azote liquide

Procédure concernant l'approvisionnement sécuritaire en azote liquide 1. OBJECTIF La présente procédure concerne l approvisionnement en azote liquide afin d assurer la sécurité de la communauté de Polytechnique. Cette procédure vise à informer les personnes utilisant l azote

Plus en détail

PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES

PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES Durée : 6 jours Public : Plombiers, Electriciens, Chauffagistes Pré-requis : avoir suivi une formation climatisation

Plus en détail

CIRCULAIRE N 2983 DU 18/01/2010

CIRCULAIRE N 2983 DU 18/01/2010 CIRCULAIRE N 2983 DU 18/01/2010 Objet : Utilisation des fluides frigorigènes dans les installations de réfrigération A l'attention de(s) : Pour information : Monsieur l'administrateur général de l'administration

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

Présentation CLIC. Compagnie de Distribution des Hydrocarbures Dépôt Pétrolier de Valence. Valence 8 décembre 2011

Présentation CLIC. Compagnie de Distribution des Hydrocarbures Dépôt Pétrolier de Valence. Valence 8 décembre 2011 Présentation CLIC Compagnie de Distribution des Hydrocarbures Dépôt Pétrolier de Valence Valence 8 décembre 2011 Coordonnateur HSEQ Logistique : Yves BLANC Vue aérienne du dépôt pétrolier de Valence Plan

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin

Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin Surveillance de la qualité de l air en région Limousin Mise en oeuvre et gestion des dispositifs techniques adaptés

Plus en détail

INSTALLATION DE TRI/VALORISATION ET TRANSFERT DE DECHETS

INSTALLATION DE TRI/VALORISATION ET TRANSFERT DE DECHETS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE DEPARTEMENT DE L OISE COMMUNE DE NOGENT-SUR-OISE INSTALLATION DE TRI/VALORISATION ET TRANSFERT DE DECHETS Elaboration du montant des garanties financières Mai 2013 SOMMAIRE

Plus en détail

Classement de l'installation selon la nomenclature des ICPE (Code de l'environnement, article R 511-9) de l activité d affichage 2340

Classement de l'installation selon la nomenclature des ICPE (Code de l'environnement, article R 511-9) de l activité d affichage 2340 1. PRÉSENTATION DE LA SOCIÉTÉ ET DE SON PROJET 1.1. Activité de la société RLD est une société spécialisée dans la location et l entretien de linge de professionnels et de collectivités (hôtellerie, restauration,...).

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. - Autorisation délivrée par le Wali ou le président de l APC pour l implantation des capacités de stockage GPL/C de la station.

FICHE TECHNIQUE. - Autorisation délivrée par le Wali ou le président de l APC pour l implantation des capacités de stockage GPL/C de la station. FICHE TECHNIQUE Intitulé du métier ou de l activité : Station de Service Codification NAA : GG 52 49 Codification ONS : 52 48 Codification CNRC : 604 611 Inscription de l activité : CNRC Type d autorisation

Plus en détail

Observatoire de l Eolien

Observatoire de l Eolien Observatoire de l Eolien Analyse du marché et des emplois éoliens en France Colloque France Energie Eolienne 2 octobre 2014 Editorial France Energie Eolienne, porte-parole de l éolien, regroupe les professionnels

Plus en détail

Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement

Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement QU EST CE QU UNE UNE INSTALLATION CLASSÉE? Les ateliers, usines, dépôts, chantiers qui peuvent être source de pollution ou de risque pour

Plus en détail

DES I NSTALLATIONS C LASSÉES POUR LA P R O TECTION DE

DES I NSTALLATIONS C LASSÉES POUR LA P R O TECTION DE 12 13 I NSTALLATIONS C LASSÉES POUR LA P ROTECTION DE L ENVIRONNEMENT (ICPE) 1.RÉGLEMENTATION 2.OBJECTIFS 3.LES PRINCIPES 3.1. LES ACTEURS 3.2. DÉCLARATION 3.2.1.PROCÉDURE 3.2.2.CONTENU DU DOSSIER 3.3.

Plus en détail

PRÉFET DES LANDES CONSEIL DEPARTEMENTAL DE L ENVIRONNEMENT ET DES RISQUES SANITAIRES ET TECHNOLOGIQUES

PRÉFET DES LANDES CONSEIL DEPARTEMENTAL DE L ENVIRONNEMENT ET DES RISQUES SANITAIRES ET TECHNOLOGIQUES PRÉFET DES LANDES Direction Départementale de la Cohésion Mont de Marsan, le 21 janvier 2013 Sociale et de la Protection des Populations Mission Santé-Protection des Animaux et de l Environnement Affaire

Plus en détail

Guide professionnel. pour la définition du périmètre. de l arrêté ministériel du 04/10/2010

Guide professionnel. pour la définition du périmètre. de l arrêté ministériel du 04/10/2010 Guide professionnel pour la définition du périmètre de l arrêté ministériel du 04/10/2010 Plan de Modernisation des installations industrielles DT 90 Avril 2011 Avertissement Ce document technique ne doit

Plus en détail

Stockage des Marchandises Dangereuses 1 Jour Transport Route 2 jours

Stockage des Marchandises Dangereuses 1 Jour Transport Route 2 jours Stockage des Marchandises Dangereuses 1 Jour Transport Route 2 jours Objectif Être capable : - d'appliquer la réglementation relative au transport des marchandises dangereuses et au stockage. - de rechercher

Plus en détail

De l étude de dangers et d impact au management des risques. Séminaire projet 2010

De l étude de dangers et d impact au management des risques. Séminaire projet 2010 LES RISQUES INDUSTRIELS De l étude de dangers et d impact au management des risques Séminaire projet 2010 2 LES RISQUES EN EUROPE 3 Contexte, Enjeux et Terminologie 4 Introduction Évolution des accidents

Plus en détail

COMMISSION DE LA SECURITE DES CONSOMMATEURS

COMMISSION DE LA SECURITE DES CONSOMMATEURS REPUBLIQUE FRANCAISE ---- COMMISSION DE LA SECURITE DES CONSOMMATEURS Paris, le 7 mai 1997 AVIS RELATIF AU BENZENE DANS LES CARBURANTS LA COMMISSION DE LA SECURITE DES CONSOMMATEURS, VU le Code de la Consommation,

Plus en détail

A - OBJET DU DOCUMENT

A - OBJET DU DOCUMENT A OBJET DU DOSSIER Installations Classées pour la Protection de l Environnement DOSSIER D ENREGISTREMENT ET DE DECLARATION A - OBJET DU DOCUMENT Référence 065 06 13 00002 / SCI SAINT ROMAN MENTON Page

Plus en détail

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Vanina BOUSQUET InVS St MAURICE 20 Mai 2014 Journée plénière de la FEDORU SOMMAIRE Etat des lieux des remontée de RPU Etat des lieux des structures régionales

Plus en détail

Acides et bases. Acides et bases Page 1 sur 6

Acides et bases. Acides et bases Page 1 sur 6 Acides et bases Acides et bases Page 1 sur 6 Introduction Sont réputés acides et bases au sens des règles de sécurité en vigueur en Suisse, les solides ou liquides qui ont une réaction acide ou alcaline

Plus en détail

industriels majeurs. Que faire en cas d accident?

industriels majeurs. Que faire en cas d accident? Guide d information et de prévention Vous habitez dans une zone à risques à conserver! industriels majeurs. Que faire en cas d accident? Etablissements concernés : BASF Agri-Production COATEX PYRAGRIC

Plus en détail

Le Conseil Municipal,

Le Conseil Municipal, MF/EG SEANCE DU 13 FÉVRIER 2006 2006/6197 - INSTALLATION CLASSÉE POUR L'ENVIRONNEMENT SOUMISE À AUTORISATION - DEMANDE D'AUTORISATION PRÉSENTÉE PAR LA SOCIÉTÉ OMNITHERM EN VUE DE MODIFIER LES INSTALLATIONS

Plus en détail

Aires de ravitaillement en GPL sur des sites non accessibles au public

Aires de ravitaillement en GPL sur des sites non accessibles au public GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, décembre 2007 ITM-SST 1708.1 Aires de ravitaillement en GPL sur des sites non accessibles au public Prescriptions de sécurité types Autre prescription à considérer :

Plus en détail

ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE. Atelier de 14h30 16h00

ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE. Atelier de 14h30 16h00 ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE Atelier de 14h30 16h00 Objectifs Identifier les zones en difficultés afin d éviter des fermetures De maintenir des effectifs suffisants dans les CFA

Plus en détail

L inspection des installations classées

L inspection des installations classées L inspection des installations classées Une mission de police environnementale auprès des établissements industriels et agricoles Ministère de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie www.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

Gaz comprimés. Gaz comprimés Page 1 sur 9

Gaz comprimés. Gaz comprimés Page 1 sur 9 Gaz comprimés Gaz comprimés Page 1 sur 9 Introduction De nombreux gaz comprimés sont utilisés dans les laboratoires et instituts de l'université. Il s agit notamment des gaz à caractère médicaux (oxygène,

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ conformément au Règlement (CE) nº1907/2006 REACH Nom : KR-G KR-G

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ conformément au Règlement (CE) nº1907/2006 REACH Nom : KR-G KR-G KR-G Page 1 de 5 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE 1.1 Identificateur de produit : Nom du produit : KR-G 1.2 Utilisations identifiées pertinentes de la substance

Plus en détail

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. La prise en compte des canalisations de transport de matières dangereuses

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. La prise en compte des canalisations de transport de matières dangereuses Fiche méthodologique pour l étude des PLU Dans le cadre de l évolution de l action de l État en Isère, une démarche a été entreprise en vue d élaborer des positions partagées en matière d urbanisme. Elle

Plus en détail

DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL

DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL Ces dispositions s appliquent spécifiquement aux établissements fabriquant ou distribuant des

Plus en détail

transport marchandises dangereuses

transport marchandises dangereuses w transport marchandises dangereuses RISQUE t.m.d. RISQUE T.M.D. w Qu est-ce que le risque de transport de marchandises dangereuses? Les transports de marchandises dangereuses (TMD) sont en général peu

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE PAGE 1/7 DATE DE MISE A JOUR : 16/11/2011 1/ - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Identification du produit : Gaines, films, housses, et/ou sacs transparents et colorés en polyéthylène. Famille

Plus en détail

BENOIST BUSSON Cabinet d Avocats 250 bis, boulevard Saint-Germain 75007 PARIS

BENOIST BUSSON Cabinet d Avocats 250 bis, boulevard Saint-Germain 75007 PARIS BENOIST BUSSON Cabinet d Avocats 250 bis, boulevard Saint-Germain 75007 PARIS MonsieurleProcureurdelaRépublique TribunaldeGrandeInstancedeMontauban Placeducoq 82000MONTAUBAN Paris,le20octobre2010 LR+AR

Plus en détail

Protocole de sécurité chargement déchargement

Protocole de sécurité chargement déchargement Protocole de sécurité chargement déchargement Note pratique de prévention N.P.P.-01/2007 CRAM Centre Ouest Caisse Régionale d Assurance Maladie Centre Ouest 37 avenue du Président René Coty - 87048 LIMOGES

Plus en détail

RAID PIEGES ANTI-FOURMIS x 2 1/5 Date de création/révision: 25/10/1998 FICHE DE DONNEES DE SECURITE NON CLASSE

RAID PIEGES ANTI-FOURMIS x 2 1/5 Date de création/révision: 25/10/1998 FICHE DE DONNEES DE SECURITE NON CLASSE RAID PIEGES ANTI-FOURMIS x 2 1/5 RAISON SOCIALE JOHNSONDIVERSEY FICHE DE DONNEES DE SECURITE RISQUES SPECIFIQUES NON CLASSE 1 IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE - NOM DU PRODUIT RAID PIEGES ANTI-FOURMIS

Plus en détail

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE ANNEE 2009 BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE Présent pour l avenir Ministère de l Écologie, de l Énergie, du Développement durable et de la Mer en charge des Technologies vertes et des Négociations

Plus en détail

REGLEMENTATION ENVIRONNEMENTALE APPLICABLE DANS LES GARAGES ET CARROSSERIES AUTOMOBILE

REGLEMENTATION ENVIRONNEMENTALE APPLICABLE DANS LES GARAGES ET CARROSSERIES AUTOMOBILE SERVICE ENVIRONNEMENT - NOTE DE VEILLE REGLEMENTAIRE N 1 2009 REGLEMENTATION ENVIRONNEMENTALE APPLICABLE DANS LES GARAGES ET CARROSSERIES AUTOMOBILE Rédacteur : A.CHEVILLARD Date : 22/04/09 1) Nomenclature

Plus en détail

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN 2013 Cécile BAZIN Marie DUROS Amadou BA Jacques MALET Octobre 2014 INTRODUCTION Pour la septième année consécutive, l Association des Régions de

Plus en détail

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Bilan annuel 2011 Etienne Lacroix Tous Artifices S.A. Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Page 1 SOMMAIRE Actions réalisées pour la prévention des risques Compte-rendu des

Plus en détail

01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1

01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1 01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1 EPAC1 / LV Création : 20/02/08 Edition n 01 du 20/02/08 1. IDENTIFICATION 1.1 Désignation Nom

Plus en détail

Ingrédients No cas % Contrôlé par SIMDUT. Propane 74-98-6 >90 Oui Propylène 115-07-1 <5 Oui Hydrocarbures, C4+ 68476-44-8 <2.5 Oui

Ingrédients No cas % Contrôlé par SIMDUT. Propane 74-98-6 >90 Oui Propylène 115-07-1 <5 Oui Hydrocarbures, C4+ 68476-44-8 <2.5 Oui FICHE SIGNALÉTIQUE 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA COMPAGNIE NOM COMMERCIAL : PROPANE SYNONYMES : Diméthylméthane UTILISATION DU PRODUIT : Carburant NUMÉRO DE LA FS : 251-300 NOM DU FOURNISSEUR NUMÉROS

Plus en détail

AVIS. Complément d étude. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.1565. Liège, le 23 octobre 2006

AVIS. Complément d étude. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.1565. Liège, le 23 octobre 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.1565 Liège, le 23 octobre 2006 Objet : Demande de permis unique relative à la régularisation d une porcherie d engraissement de 3.500 porcs et d une étable de 30 bovins à Kettenis

Plus en détail

LE STOCKAGE ET LE TRANSPORT DES CARBURANTS

LE STOCKAGE ET LE TRANSPORT DES CARBURANTS F I C H E P R E V E N T I O N N 1 6 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LE STOCKAGE ET LE TRANSPORT DES CARBURANTS INTRODUCTION Dans le cadre d activités réalisées principalement par les services techniques

Plus en détail

SOMMAIRE. I - Synthèse de l'activité 2014... 2. II - Secteur "Logement" métropole... 4

SOMMAIRE. I - Synthèse de l'activité 2014... 2. II - Secteur Logement métropole... 4 SOMMAIRE I - Synthèse de l'activité 2014... 2 II - Secteur "Logement" métropole... 4 ACTIVITE LOGEMENTS NEUFS + EXISTANTS... 4 ACTIVITE LOGEMENTS NEUFS... 9 ACTIVITE LOGEMENTS EXISTANTS... 13 ACTIVITE

Plus en détail

Quelques dates clés s pour TYM TYM : entreprise familiale créé

Quelques dates clés s pour TYM TYM : entreprise familiale créé Quelques dates clés s pour TYM TYM : entreprise familiale créé éée e en 1963 1976 : achat de Transports Trainpo 1979 :Construction des premiers entrepôts 3000 m2 1979 à 1988 : Construction de 18000 m2

Plus en détail

Entreprises de travaux, sécurisez vos chantiers à proximité des réseaux

Entreprises de travaux, sécurisez vos chantiers à proximité des réseaux Entreprises de travaux, sécurisez vos chantiers à proximité des réseaux obligation depuis le 1 er juillet 2012 Un nouveau téléservice pour construire sans détruire www.reseaux-et-canalisations.gouv.fr

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE DÉCO Ambiance automnale pour décor original Rangements, mobilier, cloisons, peinture AMÉNAGER LES PETITS ESPACES Incendie, cambriolage ON S'ALARME! BÉTON, CUIVRE, ZINC, ALU, BOIS Rénovation durable du

Plus en détail

PROTOCOLE DE SECURITE POUR LE CHARGEMENT ET DECHARGEMENT DE MARCHANDISES A L USINE DE SAILLAT

PROTOCOLE DE SECURITE POUR LE CHARGEMENT ET DECHARGEMENT DE MARCHANDISES A L USINE DE SAILLAT Réf. : 1997021 30/05/2012 Usine de Saillat PROTOCOLE DE SECURITE POUR LE CHARGEMENT ET DECHARGEMENT DE MARCHANDISES A L USINE DE SAILLAT Date d établissement : Nature des opérations : Chargement Déchargement

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 9 du 19 février 2015. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale. Texte 6

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 9 du 19 février 2015. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale. Texte 6 BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES Édition Chronologique n 9 du 19 février 2015 PARTIE PERMANENTE Administration Centrale Texte 6 ARRÊTÉ N 1733/DEF/SGA/DMPA/SDIE/BENV portant approbation du plan de prévention

Plus en détail

Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir?

Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir? FICHE N 50 avril 2003 Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir? La juste dose, c est mieux L analyse de sol est le préalable à tout raisonnement de l utilisation des nombreuses formes d engrais minéraux

Plus en détail

25/11/2010. La nouvelle réglementation des distributeurs de carburants. Réunion d information. Sommaire. 1 Nouvelle rubrique ICPE

25/11/2010. La nouvelle réglementation des distributeurs de carburants. Réunion d information. Sommaire. 1 Nouvelle rubrique ICPE La nouvelle réglementation des installations de distribution de carburants & les aides financières du CPDC Véronique Poutas Responsable Environnement pour les 2 CCI de l Aude Pierre Vicart Secrétaire Général

Plus en détail

Prévenir le risque d explosion

Prévenir le risque d explosion bouteilles d acétylène, d oxygène & de gaz inflammables : Prévenir le risque d explosion Transport en véhicule léger Stockage hors véhicule Association Française 14, rue de la République 92800 Puteaux

Plus en détail

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Notice de sécurité Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Cette notice a été établie à l'attention des exploitants d Etablissements Recevant du Public (ERP), afin

Plus en détail

Qu est ce que le plan d organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC)?

Qu est ce que le plan d organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC)? Les plans de secours sont organisés et mis en oeuvre par une direction unique, le directeur des opérations de secours (DOS) qui est le préfet du département concerné. Qu est ce que le plan d organisation

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Argon G004

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Argon G004 FICHE DE DONNEES DE SECURITE Argon G004 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE / PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ / ENTREPRISE Nom commercial : Argon N FDS : G004 Formule chimique : Ar 2. COMPOSITION / INFORMATIONS

Plus en détail

Bilan annuel 2012 Dépôt Pétrolier de Lespinasse. CSS Nord de TOULOUSE 14 décembre 2012

Bilan annuel 2012 Dépôt Pétrolier de Lespinasse. CSS Nord de TOULOUSE 14 décembre 2012 Bilan annuel 2012 Dépôt Pétrolier de Lespinasse CSS Nord de TOULOUSE 14 décembre 2012 Formation et sensibilisation Personnel du site : extrait des formations suivies en 2012 (12 personnes) : Nb de personnes

Plus en détail

Fiche de données de sécurité selon 1907/2006/CE, Article 31

Fiche de données de sécurité selon 1907/2006/CE, Article 31 Page : 1/5 1 Identification de la substance/du mélange et de la société/l'entreprise Identificateur de produit Utilisations identifiées pertinentes de la substance ou du mélange et utilisations déconseillées

Plus en détail

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION sécurité incendie Réglementation et mise en sécurité incendie des bâtiments d habitation > Bâtiments d habitation > Parcs de stationnement > s - foyers Sécurité incendie dans

Plus en détail

Stockage et distribution de Liquides inflammables

Stockage et distribution de Liquides inflammables Contrôles périodiques des installations soumises à DC Stockage et distribution de Liquides inflammables 2009 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille réglementaire a été établie à partir des textes réglementaires

Plus en détail

Annexe 5 TRICASTIN 1

Annexe 5 TRICASTIN 1 Annexe 5 TRICASTIN 1 COMURHEX II et la conversion de l uranium CIGEET- 4 juillet 2008 Pierre BOUZON, Maîtrise d ouvrage TRICASTIN 2 La conversion : un maillon indispensable au cycle du combustible Le minerai

Plus en détail

Communiqué de presse Non ruine en chaîne des éléments de structure des entrepôts couverts Philippe Gallois, Antoine Fillault & Thierry Murat - SAGL

Communiqué de presse Non ruine en chaîne des éléments de structure des entrepôts couverts Philippe Gallois, Antoine Fillault & Thierry Murat - SAGL Communiqué de presse Non ruine en chaîne des éléments de structure des entrepôts couverts Philippe Gallois, Antoine Fillault & Thierry Murat - SAGL Les entrepôts couverts relèvent actuellement de la nomenclature

Plus en détail

Procédure de suspension des transports départementaux routiers de personnes non urbains en cas d intempéries

Procédure de suspension des transports départementaux routiers de personnes non urbains en cas d intempéries Procédure de suspension des transports départementaux routiers de personnes non urbains en cas d intempéries La procédure suivante précise les dispositions à prendre lorsque les conditions climatiques

Plus en détail

Page 1. Le Plan de Prévention

Page 1. Le Plan de Prévention Page 1 Le Plan de Prévention 01 LA REGLEMENTATION Rappel : Le document Unique d Evaluation des Risques Dans toute entreprise, le chef d entreprise a pour obligation d assurer la sécurité et la santé de

Plus en détail

L explosion au sein de l usine AZF, la gestion de crise, l enquête judiciaire

L explosion au sein de l usine AZF, la gestion de crise, l enquête judiciaire Fiche spécifique n 1 L explosion au sein de l usine AZF, la gestion de crise, l enquête judiciaire LES INSTALLATIONS CONCERNÉES L usine est implantée dans une zone industrielle au sud de l agglomération

Plus en détail

Plan de modernisation des installations industrielles

Plan de modernisation des installations industrielles Plan de modernisation des installations industrielles 1 Sommaire 1 - Contexte - Introduction 2 - Réglementation 3 - Périmètre 4 - Guides techniques 5 - Synthèse : périmètre-actions 2 1 Contexte - Introduction

Plus en détail

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 I TAUX AU PLUS BAS : et si ça continuait? II RENEGOCIATION DE CREDITS : les règles du jeu changent

Plus en détail

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants Date d impression : 23/08/02 Valable à partir du : 08.08.01 Page: 1/7 1. Identification de la substance ou préparation et de la Société Données relatives au produit : Nom commercial : KNAUF ZADUR Mortier

Plus en détail

Carrefour ARRAS. Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier

Carrefour ARRAS. Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier Carrefour ARRAS Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier Page / 4 Site : Carrefour ARRAS Expertise Identité complète Responsable : M. Bidon Paul rue des Sachets 600 ARRAS Date d'audit : 06/05/00 Consultant

Plus en détail

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4)

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4) PHYSIQUE-CHIMIE 4 ème TRIMESTRE 1 PROGRAMME 2008 (v2.4) Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique Les Cours Pi e-mail : lescourspi@cours-pi.com site : http://www.cours-pi.com

Plus en détail

Les prélèvements d eau en France en 2009 et leurs évolutions depuis dix ans

Les prélèvements d eau en France en 2009 et leurs évolutions depuis dix ans COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 29 Février 212 Les prélèvements d eau en France en 29 et leurs évolutions depuis dix ans OBSERVATION ET STATISTIQUES ENVIRONNEMENT En 29, 33,4 milliards

Plus en détail

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes FACULTE DES SCIENCES DE BASE SERVICE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL EPFL SB-SST Bât CH Station nº 6 CH-1015 Lausanne Site web : http://sb-sst.epfl.ch/ Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des

Plus en détail

Comités Locaux d Information et de Concertation (CLIC)

Comités Locaux d Information et de Concertation (CLIC) Comités Locaux d Information et de Concertation (CLIC) 1 Décret n 2005-82 du 1er février 2005 (J.O. du 4 février 2005) et circulaire du 26 avril 2005 Aire géographique Composition Domaine de compétence

Plus en détail

LE RISQUE TRANSPORT DE MARCHANDISES DANGEREUSES

LE RISQUE TRANSPORT DE MARCHANDISES DANGEREUSES LE RISQUE TRANSPORT DE MARCHANDISES DANGEREUSES 1 - Manifestation du risque 1.1 - Comment se manifeste le risque Une marchandise dangereuse est une matière ou un objet qui, par ses caractéristiques physico-chimiques

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES Définition de l emploi Le titulaire de la spécialité gestion des pollutions et protection de l environnement de baccalauréat professionnel est un professionnel

Plus en détail

PREFECTURE DU PAS-DE-CALAIS

PREFECTURE DU PAS-DE-CALAIS PREFECTURE DU PAS-DE-CALAIS RAPPORT Tribunal Administratif de LILLE Décision E 14000061/ 59 du 18 avril 2014 de la Présidente désignant le commissaire enquêteur. du Commissaire enquêteur Préfecture du

Plus en détail

Quels sont les leviers efficaces pour réduire le risque d incendie, limiter ses conséquences et optimiser la tarification assurance?

Quels sont les leviers efficaces pour réduire le risque d incendie, limiter ses conséquences et optimiser la tarification assurance? Quels sont les leviers efficaces pour réduire le risque d incendie, limiter ses conséquences et optimiser la tarification assurance? En matière d'incendie, les moyens de prévention réelle et de protection

Plus en détail