Le CEzam INFOS Le trimestriel des adhérents des Inter-CE CEZAM du Grand Sud-Ouest

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le CEzam INFOS Le trimestriel des adhérents des Inter-CE CEZAM du Grand Sud-Ouest"

Transcription

1 Le CEzam INFOS Le trimestriel des adhérents des Inter-CE CEZAM du Grand Sud-Ouest N 9 Mars 2015 Dossier Eco : La complémentaire santé : un des enjeux du dialogue social dans l'entreprise Dossier ASC : 1% humanitaire : une action de solidarité peu connue des comités d'entreprise Fonctionnement du CE : Fiche pratique : La consultation du comité d'entreprise sur la mise en place de la complémentaire santé groupe Calendrier de travail des élus -

2 Edito Sommaire Actualité... P3 Economique et sociale Dossier Eco... P4/5/6 La complémentaire santé : un des enjeux du dialogue social dans l'entreprise Fiche pratique La consultation du comité d'entreprise sur la mise en place de la complémentaire santé groupe P7 Dossier ASC... P8/9/10 Le 1% humanitaire : une action de solidarité peu connue des comités d'entreprise Pour les Comités d'entreprise, l'année 2015 va être synonyme de changements importants et nombreux. Le Compte Personnel de Formation est entré en vigueur le 1 er janvier 2015, chaque salarié doit ouvrir son compte sur internet dès Les trésoriers de CE doivent prendre en compte la loi du 5 mars 2014 et ces décrêts d'application pour que la tenue des comptes du CE soit conforme aux changements apportés par la loi. Au 14 juin 2015 au plus tard, toutes les entreprises de moins de 300 salariés doivent mettre à disposition des élus de CE une Base de Données Economiques et Sociales. 4 dès 10 critères retenus dans la loi sur la mise en place du compte pénibilité doit être pris en compte depuis le début de l'année. Enfin, la généralisation de la couverture complémentaire santé à tous les salariés devra être effective à compter du 1 er janvier Aussi, nous avons fait le choix de vous soumettre un dossier de fond sur les enjeux de la complémentaire santé dans l'entreprise. Une prérogative méconnue des CE, le "1% humanitaire", permet aux élus de CE qui le souhaitent de consacrer une part infime de leur budget aux actions humanitaires. L'année 2015 sera riche en événement. Vous pourrez compter sur les Inter-Ce du réseau Cezam, pour vous soutenir dans les actions que vous déciderez d'engager cette année. A très bientôt et bonne lecture Le comité de rédaction Calendrier de travail des élus... P11 Cezam Aquitaine Parc Cadéra Nord Bât 4B Avenue JF Kennedy Mérignac Tél : Cezam Limousin Acelim 40, rue Charles Silvestre Limoges Tél : Cezam Midi-Pyrénées 6, place du 22 septembre Sapiac Montauban Tél : Cezam Poitou-Charentes Credes Cezam CREDES Deux-Sèvres Bd François Arago - Parc les colonnes vertes BP Chauray Cedex Tél : Cezam CREDES Charente 100, rue Victor Hugo - ZI N 3 - BP L Isle d Espagnac Tél: Cezam CREDES Charente-Maritime Rue Pasteur - ZI de Perigny- BP Perigny Tél: Cezam CREDES Vienne 6, bis rue Albin Haller - ZI république Poitiers Tél : Directeurs de publication : Yves Legouffe Président ICE Cezam Limousin Acelim Eric Giuseppin Président ICE Cezam Midi-Pyrénées Pierre Aubin Président ICE Credes Cezam Poitou-Charentes et Cezam Aquitaine Equipe de rédaction : Annie Ferrazza, Dominique Gouëset, Céline Guinard, Emmanuelle Lemotheux, Isabelle Michelet, Isabelle Roche, Graziella Voisine Réalisation et conception graphique : Isabelle Michelet Photos : morguefile.com cezam (si pas d autres mentions) Impression : Imprimerie Prouteau - Bressuire (79) ISSN

3 Actualité Economique et sociale Représentant syndical au CE Nouvelles conditions de désignation issues de la loi du 5 mars 2014 Il y a lieu de considérer qu'une organisation syndicale représentative au niveau de l'entreprise peut désigner un représentant au comité d'établissement même si elle n'est pas représentative au niveau de cet établissement. TI Boulogne Billancourt, 6 octobre 2014, n La loi n du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l'emploi et à la démocratie sociale, a modifié les conditions de désignation du représentant syndical au CE, dans les entreprises d'au moins 300 salariés. Elle a supprimé la condition liée à l'obtention de deux élus au CE mais impose expressément au syndicat, auteur de la désignation, d'être représentatif. Il est ainsi prévu que "chaque organisation syndicale représentative dans l'entreprise ou établissement peut désigner un représentant syndical au comité" ( C.trav., art. L ) Dans la mesure où ce texte n'indique pas expressément auprès de quel comité (entreprise ou établissement), le représentant syndical peut être désigné, le tribunal d'instance de Boulogne- Billancourt a été saisi de la question de savoir si un syndicat représentatif au niveau de l'entreprise pourrait désigner un représentant syndical à un comité d'établissement au niveau duquel il n'est pas représentatif. A priori, le principe de concordance impliquerait qu'un syndicat représentatif ne puisse désigner un représentant syndical qu'au sein du comité dans le périmètre duquel il a été reconnu représentatif. Le tribunal d'instance a néanmoins écarté l'application de ce principe en s'appuyant sur l'exposé des motifs de la loi, lequel "mentionne notamment : l'assouplissement des règles de désignation du délégué syndical rendant possible sa désignation sur un périmètre différent de celui sur lequel est organisée l'élection sur laquelle se fonde la mesure de la représentativité pour permettre la désignation des délégués syndicaux au plus près des salariés; le rétablissement conformément aux préconisations de la Cour de cassation de la condition nécessaire pour l'organisation syndicale d'être représentative pour lui permettre de désigner un représentant syndical au CE; le fait que dans un groupe, la représentativité est appréciée par rapport à l'ensemble des suffrages au niveau du groupe et non dans chaque entreprise du groupe." D'après le tribunal d'instance, compte tenu de l'exposé des motifs de la loi, il apparaît que le principe de concordance des périmètres est délibérément écarté et qu'il convient d'interpréter le texte litigieux dans le sens favorisant les possibilités de désignation. Il y a donc lieu de considérer qu'une organisation syndicale représentative au niveau de l'entreprise peut désigner un représentant au comité d'établissement même si elle n'est pas représentative au niveau de cet établissement." Source : dossier jurisprudence n du 18/11/14 Liaisons sociales quotidien Délégation unique du personnel Chute de l'effectif - Recours possibles à une DUP en cas d'impossibilité de supprimer le CE Le refus d'autoriser la suppression du comité d'entreprise opposé à l'employeur par l'autorité administrative n'a pas pour effet de priver ce dernier de la faculté de mettre en place une délégation unique du personnel dans les entreprises de moins de 200 salariés. Cass. soc., 10 décembre 2014, n F-D En cas de baisse importante et durable de l'effectif en deçà du seuil de 50 salariés, la suppression du comité d'entreprise peut être décidée, soit par accord entre employeur et l'ensemble des organisations syndicales représentatives, soit sur autorisation du Direccte (C. trav., art. l ). Ce dernier peut toutefois s'y opposer s'il justifie d'un motif d'intérêt général (CE, 24 juillet 1981, n 17737). Tel était le cas en l'espèce, le Direccte s'appuyant sur un jugement du tribunal d'instance rendu après le transfert de 34 salariés et ordonnant le transfert concomitant des institutions représentatives du personnel dans la nouvelle structure. Lors du renouvellement de celle-ci, l'employeur avait toutefois décidé de recouvrir à une délégation unique du personnel, les élus cumulant alors les fonctions de DP et de membres du CE (C.trav., art. L ). Plusieurs salariés ont alors fait valoir qu'il s'agissait d'une fraude visant à contourner la décision de l'autorité administrative et permettant à l'employeur de supporter moins de mandats et moins d'heures de délégations. A tort, a estimé la cours de cassation : la décision administrative de refus de suppression du CE n'interdit pas à l'employeur de décider de la mise en place d'une DUP. Source : dossier jurisprudence n du 23/12/14 Liaisons sociales quotidien La mise en place du Compte Personnel de Formation (CPF) Le Compte Personnel de Formation (CPF) est entré en vigueur le 1 er janvier 2015, pour offrir aux salariés et aux demandeurs d emploi les moyens de mobiliser des heures pour participer à une formation éligible. Le compte est crédité chaque année (24h/an jusqu à 120h, puis 12h/an), dans la limite totale de 150h. Il est ouvert à tous les actifs, dès l'âge de 16 ans, 15 ans pour les apprentis. Son titulaire pourra l utiliser tout au long de sa vie professionnelle, même au chômage ou après un changement d'emploi. Le DIF a donc disparu, avec reprise des droits acquis dans le CPF (non compté dans le plafond de 150h du CPF). Les heures issues du DIF sont utilisables dans les mêmes conditions que les heures CPF. Elles seront mobilisées en premier lieu, et seront perdues à défaut d'utilisation avant A noter : C est à chaque personne d ouvrir son compte sur internet, dès L employeur doit informer chaque salarié, avant le 31 janvier 2015, du solde d'heures DIF non consommées au 31/12/2014. Cette information peut être indiquée soit sur une attestation de droits au DIF, soit sur la fiche de paie du mois de décembre Les salariés doivent conserver ce justificatif : il sera demandé lorsqu ils utiliseront pour la première fois leur compte pour suivre une formation. La personne doit se connecter sur et renseigner des informations telles que son numéro de Sécurité sociale, sa civilité, son prénom et nom de naissance, et son mot de passe pour activer son compte. Elle devra saisir son crédit d heures, conformément à l attestation reçue de l employeur. Pour en savoir plus : titulaire/mes-droits/connexion-mon-compte-dheures 3

4 Dossier Eco La complémentaire santé : un des enjeux du dialogue social dans l entreprise! L accès pour tous à la santé : enjeu majeur de la complémentaire santé collective! Le système de sécurité sociale français a été instauré, à l instar des comités d entreprise, par le Conseil national de la résistance au lendemain de la Seconde guerre mondiale. Il repose sur une volonté accrue de justice sociale. Aujourd hui, la pérennité de ce système est remise en cause : déremboursement, désengagement de l Etat, mise en concurrence et banalisation, privatisation du système, confidentialité des données médicales, plafonnement et incitation à la hausse des prix Autant de changements qui creusent les inégalités d accès aux soins. En 2007, «13% des personnes appartenant à une famille monoparentale n avaient pas de complémentaire, contre 5% des individus vivant dans un ménage composé d un couple et de deux enfants.» 1 La complémentaire santé s inscrit dans la dynamique de protection sociale des individus et de leur famille. Elle permet de financer une partie des restes à charge en matière de frais de santé. Elle est à différencier de la prévoyance pour laquelle le CE est également sollicité et qui permet le maintien du revenu en cas d invalidité, de décès etc. En 2003, la loi Fillon a permis la participation financière de l employeur à la complémentaire santé. Depuis, si dans certaines entreprises la protection sociale a continué à relever du dialogue social et du pilotage des partenaires sociaux, dans d autres, elle a été gérée de manière unilatérale au détriment de la responsabilité collective. Dernièrement, la loi n du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l'emploi prévoit la généralisation de la couverture complémentaire santé à tous les salariés à compter du 1 er janvier Dès lors la place du dialogue social au sein de l entreprise se trouve renforcée. Pour mener cette généralisation à bien, une négociation a été prévue au niveau des branches, mais aussi au niveau des entreprises. En parallèle, les comités d entreprise doivent être consultés au préalable de la mise en place de la complémentaire santé au sein de leur entreprise (article R du Code du travail). Ils jouent un rôle particulier en matière de santé. Tout d abord, au côté des délégués syndicaux, ils représentent les salariés et leurs intérêts auprès de l employeur. Ensuite, dans le cadre de son rôle social, le CE s assure de l accessibilité des salariés aux garanties de protection sociale. Il est un des acteurs de la justice sociale. Ainsi, les CE ont souvent été à l origine de la mise en place de contrats complémentaire santé avec une délégation de l employeur en la matière. Certains de ces comités participaient au financement de la complémentaire santé et disposaient, pour certains, jusqu à aujourd hui, d une dotation supplémentaire pour le permettre. Avec la loi sur la généralisation de la complémentaire santé, comment le rôle du CE va-t-il évoluer? 1 Source : «La complémentaire santé : une généralisation qui n efface pas les inégalités» - INSEE, juin 2007 L impact de la loi du 14 juin 2013 sur l obligation de la mise en place d une complémentaire santé au sein de l entreprise calendrier de l application de la loi Avant le 1 er juin 2013 Négociations au niveau des branches Avant le 1 er janvier 2016 Si pas d'accord de branche : négociations au niveau des entreprises pour celles pourvues de délégués syndicaux. Au 1 er janvier 2016 Si les négociations n'ont pas abouti ou s'il n'y avait pas de DS, mise en place de manière unilatérale d'une complémentaire santé par l'employeur. s il n y avait pas de complémentaire santé groupe jusque-là dans l entreprise La mise en place de la complémentaire santé respecte le calendrier ci-dessus. En tout état de cause, elle devient obligatoire à partir du 1 er janvier il y avait déjà une complémentaire santé groupe au sein de l entreprise Désormais, la complémentaire santé groupe peut être prévue et encadrée par un accord de branche étendue. Dans ce cas et à défaut d un accord d entreprise plus avantageux, cette nouvelle complémentaire santé doit s appliquer. Si la nouvelle complémentaire santé s applique, cela nécessite de dénoncer la précédente en place. La procédure de dénonciation sera alors différente en fonction de ce qui a institué sa mise en œuvre. Autrement dit, il faudra soit dénoncer un accord collectif ou d entreprise, soit rompre la décision unilatéral de l employeur. Que devient la prise en charge du CE quand il y en avait une? Désormais, l employeur a une obligation de prise en charge. Le CE peut alors soit se retirer du financement de la complémentaire santé, soit y contribuer en sus de la part employeur. Dans le cas où un accord prévoyait une majoration du budget ASC pour permettre au CE de contribuer à la prise en charge de la complémentaire santé groupe, il est envisageable que l employeur décide de le dénoncer afin de récupérer tout ou partie des fonds dédiés et permettre ainsi son financement. 4

5 Dossier Eco Assurer le rôle consultatif du CE En matière de complémentaire santé, le comité d entreprise est au minimum informé et consulté sur (article R du Code du travail) : la mise en place du contrat, sur toutes modifications du contrat. Au-delà, certains comités d entreprise étaient jusqu à aujourd hui gestionnaires du contrat. Autrement dit, si la mise en place d un contrat complémentaire santé relève soit d une convention, soit d un accord collectif ou d une décision unilatérale de l employeur (l article L du Code de la sécurité sociale), certains CE se sont vus attribuer la gestion du dispositif et une partie de son financement. Désormais, avec la généralisation de la couverture complémentaire santé à tous les salariés, l employeur a l obligation d en financer une partie. Nous pouvons donc penser que le rôle du comité d entreprise va se renforcer sur sa consultation et va tendre à diminuer quant à sa prise en charge financière. La consultation du comité d entreprise sur les contrats de complémentaire santé suppose qu il rende un avis motivé en la matière. Pour cela, il est nécessaire qu il prenne en compte les éléments clefs du contrat : quelles garanties pour quels salariés? L article L du Code de la sécurité sociale définit l objet et les bénéficiaires des garanties collectives dont celles pour la couverture des risques portant atteinte à l'intégrité physique de la personne ou liés à la maternité, des risques d'incapacité de travail ou d'invalidité, des risques d'inaptitude etc. quels sont les salariés qui pourront bénéficier de la dispense d affiliation? Les ayant droits des salariés et certains salariés eux-mêmes peuvent être dispensés d affiliation (article D911-2 et 3 et R du Code de la sécurité sociale). Sont ainsi concernés les salariés : à temps partiel, en CDD de moins d un an, en CDD (et des apprentis) d au moins 12 mois si couverture individuelle souscrite par ailleurs, couverts par la complémentaire santé groupe de leur conjoint, couverts par une assurance individuelle de frais de santé au moment de la mise en place des garanties ou de l'embauche si elle est postérieure (la dispense court jusqu'à échéance du contrat individuel), dont la cotisation santé va représenter au moins 10% du revenu mensuel, couverts par la Complémentaire Maladie Universelle Complémentaire (CMUC) ou l Aide pour une Complémentaire Santé(ACS). Remarque : l'employeur doit être en mesure de produire la demande de dispense des salariés concernés. Cette demande comporte la mention selon laquelle le salarié a été préalablement informé par l'employeur des conséquences de son choix. quel respect des critères liés au contrat responsable et au panier minimum de soins? Des aides fiscales et sociales sont prévues dans le cadre de la complémentaire santé. Pour y prétendre, les contrats doivent être dits «responsables». C est-à-dire qu ils doivent respecter un certain nombre de règles déterminées par l article R du Code de la sécurité sociale. Ils sont à différencier (mais restent complémentaires) des critères liés au panier minimum de soins. Ce dernier fait référence aux obligations minimales des garanties d assurance que doit respecter le contrat de complémentaire santé groupe mis en œuvre dans l entreprise. Ces minimas sont prévus et précisés par les articles L et D du Code de la sécurité sociale. Autrement dit : pour être valable, un contrat complémentaire santé groupe doit respecter des seuils de prise en charge minimales, et pour être éligible aux aides fiscales et sociales, il doit respecter des minima et plafonds de prise en charge complémentaires. Ces seuils sont les suivants : Prestations Consultations et visites Consultations et visites hors parcours d accès aux soins Forfait journalier Frais dentaires Optique Panier de soins minimum Ticket modérateur sauf : cure thermale médicaments SMR modéré homéopathie Minimum Contrat responsable Maximum Dépassements limités à 100% base remboursement sécurité sociale (BRSS) soit un remboursement maximum de 200% BRSS Dépassement limité à 100% du tarif de responsabilité (125% en 2015 et 2016) et de ce qui sera admis pour les médecins ayant signé le contrat d'accès aux soins avec une pénalité de 20% Prise en charge totale sans limitation de durée ni exclusion Prise en charge à hauteur d au moins 125% des tarifs de l assurance maladie pour les soins prothétiques et d orthopédie dentofaciale. Fréquence Un équipement tous les 2 ans sauf : pour les mineurs ou si le renouvellement est lié à une évolution de la vue. La monture est prise en charge à hauteur de 150 max a) Equipements à verres simples sphère entre -6 et +6 et cylindre <= 4 b) Equipements à verres à simples sphère hors zone ou cylindre > Mixte a + b c) Equipement à verres multifocaux, sphère hors zone de -8 à +8 et cylindre hors zone Mixte a + c Mixte b+c

6 Dossier Eco 6 quel coût? Derrière le prix, il faut regarder l adéquation entre les besoins couverts et les besoins réels des salariés. C est aussi étudier ce que va couvrir le coût non seulement en terme de couverture santé, mais aussi pour le prestataire en lui-même. Se pose alors la question du choix de l organisme (voir fiche pratique). quels critères pour le choix de l'organisme assureur? Quels sont les critères exigés dans le choix du prestataire? Le comité d entreprise peut sensibiliser l employeur sur cette question (voir fiche pratique). quelle répartition du financement entre employeur salariés voire CE? Selon l article L911-7 du Code de la sécurité sociale, l employeur assure au minimum la moitié du financement de la complémentaire santé. Attention, toutefois, un trouble juridique subsiste quant à savoir s il s agit de 50% du panier minimum ou de tout contrat. Un éclaircissement est attendu. faire le lien avec les délégués syndicaux En l absence d un accord de branche ou d entreprise, l employeur a l obligation d engager des négociations chaque année sur la complémentaire santé (article L du Code du travail). Le comité d entreprise se rapprochera alors des délégués syndicaux qui ont mandat pour mener les négociations au sein de l entreprise. Informer et orienter les salariés sur les conséquences pour l impôt sur le revenu La part patronale est désormais réaffectée dans le montant net imposable pris en compte pour le calcul de l impôt sur le revenu. Ce qui va augmenter le montant de ce dernier. sur la portabilité des droits Il s agit de maintenir la couverture de la complémentaire santé des anciens salariés pendant au plus 12 mois après la rupture du contrat de travail (article L du Code de la Sécurité Sociale). Ce dispositif concerne tout ancien salarié (et leurs ayants-droit), dont le motif de rupture du contrat n est pas une faute lourde et qui est indemnisé par l assurance chômage (donc hors retraités). L obligation incombe à l employeur qui se doit d informer le salarié. En cas de refus du salarié, celuici est définitif. Il doit le notifier à l employeur dans les 10 jours suivant la cessation de son contrat de travail. Le dispositif est intégralement pris en charge par l organisme de santé via un fond de financement dédié. sur les risques liés à la dispense d affiliation Cette dispense est trop souvent mal accordée. Il est primordial d informer les nouveaux salariés sur leurs droits. La dispense d affiliation ne doit pas constituer un renoncement à l accès aux soins. Il est recommandé qu elle ne se fasse que dans le cas où le salarié dispose déjà d une complémentaire santé groupe par ailleurs. sur les dispositifs existants pour les futurs retraités La Loi Evin du 31 décembre 1989 permet aux ayants droits d un salarié décédé (pour une durée de 12 mois) et aux anciens salariés de continuer à bénéficier du contrat complémentaire santé après la rupture du contrat. Article réalisé par Graziella Voisine, Chargée de projets au Credes Cezam Poitou-Charentes, avec la contribution d Harmonie Mutuelle. Pour ce faire ces derniers doivent demander le maintien des garanties dans les 6 mois qui suivent la rupture de leur contrat de travail ou dans les 6 mois suivant l'expiration de la période durant laquelle ils bénéficient à titre temporaire du maintien de ces garanties. Sensibiliser l employeur sur les risques de la dispense d affiliation, sur les pratiques d accueil des nouveaux salariés, sur l importance de ne pas se contenter des minima légaux et sur le rôle social de l employeur. Plus les salariés disposeront d une bonne complémentaire santé, moins il y aura de conséquences négatives sur l absentéisme et plus les risques liés à la santé seront diminués. A savoir L aide pour une complémentaire santé, une des dispenses d affiliation (ACS) : réduire les inégalités d accès aux soins! Mise en place en 2005 et financée par l Etat, elle donne droit à une aide financière pour payer la complémentaire santé de son choix. Elle est soumise à un plafond de ressources mensuelles moyennes (allocations incluses) : 1 personne dans le foyer : personnes dans le foyer : personnes dans le foyer : personnes dans le foyer : personnes dans le foyer : Elle ne se limite pas au seul salarié et s applique à l ensemble des membres du foyer. 3 millions de personnes peuvent y prétendre, or aujourd hui seul 1/3 en bénéficie. Sont particulièrement concernées les familles mono-parentales, les salariés à temps partiel et/ou en CDD. L ACS n est pas cumulable avec une complémentaire santé de groupe incluant une participation de l employeur. Pour autant, l interprétation du décret du ( ) revu par le décret du 26 mars 2012 permet d accorder une dispense ACS (et CMU-C) quelle que soit la date à laquelle il peut bénéficier de l ACS. Si la notion «quel que soit la date d embauche» est mentionnée sur l acte juridique alors un salarié pourra quitter le contrat obligatoire pour bénéficier de l ACS. Il est donc important que les IRP soient vigilants à ce que cela soit prévu à la mise en place du contrat groupe. L ACS n est pas à confondre avec la mise en place du nouveau dispositif «chèque santé». Le chèque santé : un outil à prendre avec précaution! Le Chèque Santé permet depuis le 2 janvier 2015 de financer tout ce qui n est pas pris en charge ni par la Sécurité Sociale ni par la mutuelle : ostéopathie, dentition, nutritionniste etc. Il est financé au même titre que les supports «chèque» par l employeur, voire les comités d entreprise. Attention toutefois à ne pas surestimer cet outil. Le risque est fort dans sa mise en œuvre de renforcer le désengagement de l assurance maladie dans la prise en charge des soins Les inégalités d accès aux soins n en seront que plus creusées.

7 Fiche pratique La consultation du comité d entreprise sur la mise en place de la complémentaire santé groupe «Le comité d entreprise est informé et consulté préalablement à la mise en place d une garantie collective mentionnée à l article L du code de la sécurité sociale ou à la modification de celle-ci.» - article R du Code du travail 1 Etre sollicité par l employeur au préalable de la mise en place de la complémentaire santé La notion de «préalable» renforce l importance pour le CE d être associé au projet et pas seulement à la décision prise. Cela implique pour le CE, le cas échéant, de participer à la construction du cahier des charges lors d'une procédure d appel d offre. 2 Se rapprocher des délégués syndicaux, mais aussi des autres IRP Les délégués syndicaux (DS) sont saisis pour la négociation de la complémentaire santé. Il est donc impératif que CE et DS travaillent ensemble. Mais les DS ne sont pas les seuls interlocuteurs privilégiés. Le CHSCT par exemple est un acteur incontournable de la santé au travail. Son avis doit donc être pris en compte pour évaluer les risques santé liés aux métiers de l entreprise et dont devra tenir compte le contrat complémentaire santé. 3 Définir la méthode, les objectifs, le retroplanning, la communication et les moyens qui seront consacrés à la mise en place de la complémentaire santé Cette étape doit se faire au sein du CE, mais aussi entre le CE et l employeur. Par exemple, il est tout à fait possible pour le CE de créer une commission dédiée à la complémentaire santé voire plus largement à la prévoyance. 4 Définir les modalités de mise en place du dispositif à respecter Autrement dit, quels sont les règles minimales à respecter? Y a-t-il des dispositions prévues particulières à l entreprise? Au niveau législatif, des dispositions sont à prendre en considération (voir dossier éco) : les dispenses d affiliation, le contrat responsable, le panier minimum de soins, la prise en charge de l employeur, la portabilité des droits. 5 Les questions à se poser pour établir le besoin quels bénéficiaires? (différences de cotisation entre les salariés, prise en charge des ayants-droits, retraités, dispensés etc.) quelles garanties? quel taux de couverture? quelle prise en charge de l employeur? quelle prise en charge du CE? quel reste à charge pour le salarié? la cotisation sera-t-elle définie en pourcentage du salaire ou en euro? prise en compte des actions de prévention? 6 Prendre en compte le contrat antérieur s il y en avait un Avec la loi du 14 juin 2013 qui généralise la complémentaire santé groupe à tous les salariés, certains contrats existants peuvent donc être amenés à évoluer voire à être dénoncés. Dans ce dernier cas, il est nécessaire de prendre en compte la procédure qui a été suivie pour sa mise en place (voir dossier éco). 7 Définir les critères de choix de l opérateur Il existe différents acteurs de la complémentaire santé : les mutuelles : ce sont des structures à but non lucratif relevant du Code de la mutualité. Elles ne rémunèrent pas d actionnaires. Leurs membres nomment des représentants pour voter sur la gestion et les orientations de leur mutuelle. les institutions de prévoyance : ce sont des organismes paritaires, à but non lucratif. Elles relèvent du Code de la sécurité sociale. les sociétés d assurances : ce sont des organisations commerciales à but lucratif et rémunérant des actionnaires. Elles sont régies par le Code des assurances. les courtiers d assurance : ils font l intermédiaire entre les entreprises et les opérateurs. Ils ont pour objet de négocier les contrats en fonction des moyens et peuvent avoir tendance à privilégier le prix à d autres prises en considération comme la capacité de l opérateur à défendre ses assurés face aux enjeux à venir. Chaque acteur a des finalités différentes et se positionne différemment quant à son développement et quant à son rôle en matière de santé. Ainsi, certaines structures cherchent à peser auprès des gouvernements et des professionnels de la santé afin de développer et de garantir l accès à la santé pour tous! Qui l entreprise va choisir pour représenter et défendre au mieux les intérêts des salariés en matière d accès à la santé? 8 La consultation du CE Avant signature du contrat de complémentaire santé, le CE doit être consulté par l employeur lors d une réunion plénière. Il doit donc au préalable avoir remis le contrat aux élus pour analyse. Dans le cas où le CE n a pas été associé plus en amont, les mêmes questions vues ci-dessus peuvent être posées pour analyser la proposition de contrat. A l issu de cette analyse, le CE remettra un avis motivé et circonstancié sur la proposition. 9 Suivre l application du contrat et être consulté pour toute modification Suite à la mise en place du contrat, le comité d entreprise veillera à son bon fonctionnement. Il pourra solliciter l employeur pour toute question. En cas de modification du contrat, le CE devra également être consulté au préalable (article R du Code du travail). 7

8 Dossier ASC Le 1% humanitaire : une action de solidarité peu connue des comités d entreprise (CE) L article L du code du travail précise qu «en cas de reliquat budgétaire et dans la limite de 1% de son budget, les membres du comité d'entreprise peuvent décider de verser ces fonds à une association humanitaire reconnue d'utilité publique afin de favoriser les actions locales ou régionales de lutte contre l'exclusion ou des actions de réinsertion sociale.» 1 Le 1% humanitaire, moyen de lutter contre l exclusion sociale et pour la réinsertion sociale Le 1 % humanitaire constitue donc un don visant à participer à une ou plusieurs actions de solidarité. Cette dernière est une valeur forte qui «correspond à une attitude d ouverture aux autres en illustrant le principe républicain de fraternité. Dans ces conditions, la solidarité consiste à venir en aide aux plus démunis [ ]» 2, à ceux qui en ont le plus besoin. «D après la dernière enquête sur la précarité et l intégration sociales (1999), la proportion de la population européenne à risque en termes de pauvreté et d exclusion sociale en Europe varie entre 9 et 22 % (Conseil européen, 2001). "Les personnes considérées comme étant socialement exclues sont celles qui ne peuvent participer pleinement à la vie économique, sociale et citoyenne et/ou dont l'accès à un revenu et à d'autres ressources (personnelles, familiales, sociales et culturelles) est inadapté au point qu'elles ne peuvent bénéficier d'une qualité et d'un niveau de vie considérés comme acceptables par la société dans laquelle elles vivent " (Gallie et Paugam, 2002). L exclusion sociale peut ainsi être définie comme la conjonction d un manque de ressources économiques, d un isolement social et d un accès limité aux droits sociaux et civiques. Il s agit d un concept relatif au sein de toute société déterminée (CEIES, 1999) qui représente une accumulation progressive de facteurs sociaux et économique au cours du temps.» 3 De nombreux facteurs contribuent à l exclusion sociale (difficultés liées au niveau d emploi, au logement, à l alimentation, à la santé, à la nationalité, à l abus de drogue, aux différences entre les sexes, à la violence) conduisant généralement les individus à une grande pauvreté, une rupture brutale des liens sociaux, avec la vie sociale en général. Nul n est à l abri d être touché par la précarité, par l exclusion sociale. Une étude de l Institut CSA pour l UNIOPSS et la MACIF de 2013 indique notamment que 75% des Français pensent qu eux-mêmes ou un de leur proche pourrait se retrouver un jour en situation de précarité. 4 Les 10 chiffres chocs sur la pauvreté en France, par Emilie Lévêque publié le 10/12/2012 dans le magazine l Expansion. 8,6 millions En 2010, 8,6 millions de Français vivent avec moins de 964 euros par mois, la moitié d'entre eux vivant avec moins de 781 euros par mois. 6,3 millions 6,3 millions de personnes soit 10% de la population française sont couvertes par les minima sociaux. 3,6 millions En 2012, 3,6 millions personnes sont mal logées ou sans abri selon la Fondation Abbé Pierre. Elle recense notamment plus de personnes "privées de domicile personnel" (dont sans domicile, en chambre d'hôtel, dans des "habitations de fortune" et chez des tiers) et plus de 2,7 millions vivant dans des conditions de logement "très difficiles", sans confort ou dans des logements surpeuplés. 115 millions 178 millions En 2011, les Restos du cœur ont distribué 115 millions de repas à personnes. Les banques alimentaires ont quant à elles distribué l'équivalent de 178 millions de repas à environ personnes. Un français sur cinq renonce à se soigner. 20% des Français ont renoncé au cours des deux dernières années 20 % à des soins, ou les ont retardés, selon une enquête du Centre d'études et de connaissances sur l'opinion publique (CECOP) et l'institut CSA. Expliquant pourquoi ils ont renoncé à se faire soigner ou ont différé des soins, 57% ont répondu "par manque d'argent", 41% "parce que le remboursement aurait été insuffisant". Selon Médecins du Monde, l'accès aux soins pour les plus pauvres s'est dégradé en 2011 et leur santé s'est détériorée ménages surendettés milles Le surendettement ne cesse de progresser : dossiers ont été déposés en moyenne chaque année au cours des cinq dernières années. Au total, le nombre de ménages en cours de désendettement, c'est-à-dire ayant bénéficié ou étant sur le point de bénéficier de mesures destinées à remédier à leur état de surendettement, est d'environ en septembre Entre 5 et 6 millions de personnes sont en situation d'exclusion bancaire, selon des estimations produites en décembre 2011 par la Croix Rouge Française notamment. 1 Le code du travail annoté, groupe Revue Fiduciaire Les Français et la solidarité -Etude de l Institut CSA pour l UNIOPSS et la MACIF - Janvier

9 Dossier ASC C est pourquoi, la solidarité, qu elle soit réalisée à travers la famille, le monde associatif et dans l entreprise, est une valeur importante pour permettre à ceux qui en ont besoin d accéder ou de ré-accéder aux droits fondamentaux. La solidarité apparaît notamment dans le préambule de la constitution de 1946 en mentionnant que «La Nation proclame la solidarité et l'égalité de tous les Français devant les charges qui résultent des calamités nationales.» La solidarité est une valeur qui ne peut échapper aux comités d entreprise qui, dès leur naissance (1945), se sont organisés, aux côtés de syndicats, pour agir en faveur de l amélioration des conditions collectives d emploi, de travail, de vie des salariés et de leur famille à travers l ensemble de leurs missions économiques, professionnelles et sociales. Les CE militent ainsi pour l accès et le respect des droits fondamentaux des citoyens (accès à l alimentation, à l emploi, au logement, à la santé, à la culture, aux vacances ) et ainsi pour lutter contre les fractures sociales, la précarité et l exclusion sociale. Ainsi, le 1% humanitaire permet au CE d aider des individus en situation d exclusion et de réinsertion sociale afin de leur offrir la possibilité de retrouver une identité sociale et/ou professionnelle. Il s agit donc pour les CE de s informer au sein de leur territoire sur les situations d exclusion sociale que peuvent vivre des individus afin d'agir et de contribuer au travail des associations reconnues publiques pouvant les aider. Les conditions de mise en œuvre du 1% humanitaire 5 : Le CE doit disposer d un reliquat budgétaire, c est à dire d une somme non utilisée pour les ASC à la fin de l exercice annuel. Le CE peut puiser dans ce reliquat dans la limite de 1% de son budget annuel des ASC... Il ne peut donc pas utiliser son budget de fonctionnement. Par exemple : si son budget ASC est de euros, le comité d entreprise ne peut faire un ou plusieurs dons humanitaires dans la même année que dans la limite de même si son reliquat budgétaire est supérieur. La loi n du 17 juillet 2001 portant sur diverses dispositions d'ordre social, éducatif et culturel précise que la décision de verser le 1% humanitaire doit être prise qu après un vote majoritaire des membres du CE. L association humanitaire bénéficiaire du don doit être reconnue d utilité publique par décret. Pour avoir connaissance de la liste des associations reconnues d utilité publique, les CE peuvent se référer au site Les actions contre l exclusion doivent avoir un caractère local ou régional, ce qui écarte donc les actions engagées au plan national. En revanche, les actions de réinsertion sociale ne sont pas limitées géographiquement pour bénéficier d une aide dans le cadre du 1% humanitaire des CE. Au-delà de la solidarité mise en œuvre dans son territoire, le 1% humanitaire peut être mis au service de la solidarité internationale. Ce 1% humanitaire n est pas seulement destiné à être utilisé uniquement sur notre territoire. Les CE peuvent aussi l utiliser en faveur de la solidarité internationale afin qu à travers un ou plusieurs projets ils puissent agir pour la défense des droits humains fondamentaux. Pour cela, les CE peuvent se tourner vers les associations de solidarités internationales (ASI) souvent appelées Organisations humanitaires ou Organisation non gouvernementale (ONG). Pour trouver la liste des ONG et associations humanitaires, les CE peuvent consulter le site : Les CE peuvent donc constituer des acteurs qui aident au développement des projets solidaires même si en pratique le 1% humanitaire est peu utilisé. En effet, l enquête sur «les adhérents des Inter-CE CEZAM et leurs pratiques sociales» réalisée en 2009 par la fédération CEZAM révèle que seulement 10% des CE financent une association ou une action de solidarité externe à l entreprise. Cependant, ce n est pas parce que le CE n envisage pas ou ne peut pas utiliser le 1% humanitaire, qu il ne peut pas agir. En effet, le CE peut : constituer un relais d information sur les possibilités qu ont les salariés de prendre un congé de solidarité internationale (CSI) leur permettant de participer à une mission d entraide à l étranger. être attentif à la recevabilité ou non des demandes de ce congé. En effet, selon l article L du code du travail, «l employeur informe semestriellement le CE ou, à défaut, les délégués du personnel de la liste des demandes de congé de solidarité internationale avec l'indication de la suite qui leur a été donnée, ainsi que les motifs de refus de demande de congé». 5 Le droit des comités d entreprise et des comités de groupe, Maurice Cohen et Laurent Milet.10 ème édition 9

10 Dossier ASC Que savoir sur ce Congé de Solidarité Internationale (CSI)? Quelles sont les conditions d'accès? Le salarié doit avoir au moins 12 mois l'entreprise, consécutifs ou non. d'ancienneté dans La mission à laquelle il souhaite participer doit : se situer hors de France, et relever soit d'une association humanitaire, soit d'une organisation internationale dont la France est membre (la liste est fixée par arrêté). Que doit faire le salarié pour partir? Le salarié doit informer son employeur par lettre recommandée, avec accusé de réception ou remise en main propre contre décharge, au moins 1 mois à l'avance en précisant : la date de départ en congé, la durée de l'absence envisagée, le nom de l'association ou de l'organisation internationale pour laquelle la mission sera effectuée. En cas d'urgence, le salarié peut solliciter un congé d'une durée maximale de 6 semaines sous préavis de 48 heures. L'employeur a-t-il le droit de refuser le congé? L'employeur peut refuser le congé dans les 2 cas suivants : absence du salarié préjudiciable à l'entreprise L'employeur peut refuser le congé s'il estime que l'absence du salarié est préjudiciable à la production et à la marche de l'entreprise. Le refus doit être motivé et notifié au salarié par lettre recommandée avec accusé de réception dans un délai de 15 jours après la réception de la demande ; à défaut de réponse dans ce délai, l'accord de l'employeur est considéré comme acquis. Le refus de l'employeur peut être contesté devant le conseil des prud'hommes. Lorsque le congé a été demandé en urgence 48 heures à l'avance, l'employeur doit faire connaître sa réponse dans un délai de 24 heures ; il n'est alors pas tenu de motiver son refus. L'absence de réponse ne vaut pas accord. nombre de salariés bénéficiant déjà de ce congé Nombre de salariés employés par établissement Nombre de salarié(s) bénéficiaire(s) du CSI Inférieur à 50 1 De 50 à 99 2 De 100 à De 200 à De 500 à De 1000 à À partir de par tranche supplémentaire de 1000 salariés Quel est le statut du salarié pendant le congé? Pendant le congé, le contrat de travail est suspendu et le salarié n'est pas rémunéré. La durée du congé est assimilée à une période de travail effectif pour la détermination des avantages liés à l'ancienneté. La durée du congé de solidarité ne peut être, sauf d'un commun accord, imputée sur celle du congé annuel. Que se passe-t-il à la fin du congé? À son retour de congé, le salarié doit retrouver son précédent emploi ou un emploi similaire assorti d'une rémunération au moins équivalente. Le salarié remet à son employeur une attestation de l'association ou de l'organisation constatant l'accomplissement de la mission. Source : Nous avons ici abordé la solidarité à travers le 1% humanitaire mais il va se de soi qu il existe d autres façons pour le CE de développer des actions solidaires à travers sa fonction citoyenne afin de réfléchir et mener des actions en faveur des droits fondamentaux de salariés et des individus en général. La Fédération Cezam en partenariat avec le Groupe Chèque Déjeuner, Harmonie mutuelle, le Crédit coopératif et la Macif ont choisi de réaliser un guide du CE Citoyen afin «non pas de faire l apologie de bonnes pratiques mais de réinterroger le CE sur ses choix en amont et en aval de ses actions sur l ensemble de ses prérogatives». Ce guide questionne également le CE sur son rôle dans l entreprise mais aussi sur le territoire et l environnement dans lequel il évolue. Ce guide paraîtra en mai 2015, n hésitez pas à le demander dans votre Inter-CE! Pour aller plus loin... Le guide du CE Citoyen fait suite à la publication du Guide sur les pratiques sociales du CE. Ils sont la résultante de l enquête réalisée en 2009 par la Fédération Cezam. Ce deuxième guide permet au CE, dans une société qui repose sur la croissance et la consommation, de se réapproprier son rôle et d'être un acteur de poids dans les orientations prises par l entreprise, mais aussi par la société elle-même... Plus d'info sur le site D'autres informations sur le site de l'observatoire National de la Pauvreté et de l'exclusion Sociale : 10 Article réalisé par Annie Ferrazza, Chargée de projets au Credes Cezam Poitou-Charentes

11 Calendrier de travail Repérez les échéances pour préparer un plan de travail pour ne manquer aucun rendez-vous sur l avis et le contrôle du CE Deuxième trimestre 2015 AVRIL Bilan social des trois dernières années Consultation dans les quatre mois suivants la fin de la dernière année visée (L ) Consultation annuelle pour les entreprises de + de 300 salariés, information contenue ou à demander dans le rapport annuel substitutif pour les entreprises de moins de 300 salariés. Marche économique de l entreprise : Evolution générale des commandes et de la situation financière, exécution des programmes de production, éventuels retards de paiement des cotisations de sécurité sociale ou de retraite complémentaire Entreprises de moins de 300 salariés (L ) Entreprises de 300 salariés et plus (L ) Information trimestrielle Situation de l emploi (L ) : Evolution des effectifs, des qualifications Recours aux CDD et à l intérim, au portage salarial, aux contrats précaires Information trimestrielle dans les entreprises de plus de 300 salariés, information contenue dans le rapport annuel pour les entreprises de moins de 300 salariés (L ) Equipement et méthodes de production : Mesures envisagées pour leur amélioration renouvellement ou transformation et incidences sur les conditions de travail et d emploi (L ) Information trimestrielle dans les entreprises de plus de 300 salariés information contenue dans le rapport annuel pour les entreprises MAI Présentation du rapport d ensemble pour les entreprises de plus de 300 salariés (L et R ) Ce rapport comprend : l activité de l entreprise le chiffre d affaires les résultats la structure et le montant des salaires les perspectives économiques de l entreprise Les observations du CE sont transmises à l assemblée des actionnaires ou des associés Documents destinés aux actionnaires : Information avant leur présentation à l AG des actionnaires ou l assemblée des associés pour les sociétés commerciales (L2323-8) La participation des salariés aux résultats de l entreprise (plus de 50 salariés) : Présentation du rapport dans les 6 mois suivant la clôture de l exercice (D ) Eléments servant de base au calcul de la réserve spéciale de la participation Indications sur la gestion et l utilisation des sommes affectées à cette réserve JUIN Situation comparée des conditions générales d emploi et de formation des hommes et des femmes : Consultation sur la base : du rapport de situation comparée hommes/femmes pour les entreprises de plus de 300 salariés (L ) ou du rapport annuel substitutif pour les entreprises de moins de 300 salariés (L ) Les orientations de la formation professionnelles (L ) Consultation annuelle Rapport annuel substitutif pour les entreprises de moins de 300 salariés (L et R2323-8) : activité et situation financière de l entreprise bilan du travail à temps partiel évolution de l emploi, des qualifications et de la formation situation comparée des conditions générales d emploi et de formation des hommes et des femmes actions en faveur de l emploi des travailleurs handicapés (R : détail des infos devant y figurer) Les entreprises de plus de 300 salariés peuvent également substituer à différents rapports et bilans un rapport unique, au moins annuel, si un accord collectif de branche, d entreprise ou de groupe le prévoit (L ). Consultation sur le Crédit d'impôt compétivité-emploi (L ) = sommes concernées et utilisation avant le 1 er juillet. Evolution de l emploi et des qualifications et prévisions annuelles ou pluriannuelles : Consultation à l occasion de la réunion sur le rapport d ensemble (L ) Les références citées proviennent du Code du Travail 11

12 Mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la mutualité, n Siren Siège social : 143, rue Blomet Paris. DirCom - 01/15-123RF Complémentaire santé Tous couverts! les négociations sont ouvertes! À l horizon 2016, tous les salariés du privé devront être couverts par une complémentaire santé collective. Selon l accord national interprofessionnel de janvier 2013 (loi du 14 juin 2013), toutes les entreprises privées, quelle que soit leur taille, doivent mettre en place une complémentaire santé collective au plus tard le 1er janvier L adhésion à ce régime collectif est obligatoire (sauf et sous conditions, CDD, apprentis, salariés à temps très partiel, bénéficiaires de la CMUC ou de l ACS, bénéficiaires d une autre couverture collective) et concerne l ensemble des salariés et éventuellement leurs ayants droit. S ils le souhaitent, les négociateurs ou l employeur peuvent faire varier les garanties en fonction de catégories objectives de salariés. La loi assortit cette nouvelle obligation d un panier de soins minimum avec prise en charge du ticket modérateur et du forfait journalier, et remboursements minimums en optique et en dentaire. Bien sûr, la branche ou l entreprise peuvent décider de prévoir des garanties plus étendues mais seront vraisemblablement tentées de rester dans le cadre des nouveaux contrats responsables. Ceux-ci limitent le remboursement des dépassements d honoraires et instaurent des plafonds pour l optique. Il est cependant toujours possible de négocier pour améliorer les garanties des salariés et leur proposer un même niveau de garantie. En matière de financement, la cotisation doit être prise en charge au moins pour moitié par l employeur. Là aussi, la branche ou l entreprise peuvent décider d être plus généreuses. Il faut noter que les branches devraient avoir la possibilité de recommander un ou plusieurs prestataires pour la gestion des régimes de santé, sous réserve de consacrer au moins 2 % des cotisations à des mécanismes de solidarité (prise en charge totale ou partielle de la couverture de certains salariés précaires), d actions de prévention de santé publique ou des risques professionnels, ou de prestations d action sociale. Fiscalement, le salarié bénéficie de la déductibilité complète de la part salariale de la cotisation sur le brut imposable. Mais depuis la loi de finances 2014, ce n est plus le cas pour la contribution employeur (part éventuelle du CE et frais de gestion compris). Désormais, celle-ci est en effet traitée comme un avantage en espèces imposable. Avis aux négociateurs Si l article 1 de la loi impose aux entreprises la mise en place d un socle minimum de garanties santé, votre rôle est primordial dans le cadre de la négociation avec les employeurs. Pour faire bénéficier les salariés, les retraités, leur famille, d une complémentaire santé de qualité au meilleur prix, pour maintenir la solidarité entre toutes les catégories de salariés et de générations, vous devez négocier des garanties au-delà du socle minimum et peser sur le choix de l organisme. C est maintenant, avant le 1er janvier 2016, et nous pouvons vous accompagner Harmonie Mutuelle, spécialiste de la protection sociale en entreprise, 1 re mutuelle santé de France.

L o L bl o igat a i t on o de de g éné né a r l a isa s t a i t on

L o L bl o igat a i t on o de de g éné né a r l a isa s t a i t on GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ : LES GRANDS PRINCIPES 1 L OBLIGATION DE GÉNÉRALISATION 2 L obligation de généralisation Etapes de la généralisation de la complémentaire santé à tous les salariés

Plus en détail

Généralisation de la complémentaire santé Une mesure qui profite à tous!

Généralisation de la complémentaire santé Une mesure qui profite à tous! Généralisation de la complémentaire santé Une mesure qui profite à tous! Une complémentaire santé plus avantageuse pour les salariés Une image sociale positive de l entreprise Septembre 2015 Plan de la

Plus en détail

LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 LES THÉMATIQUES UE 35 RENNES - 10 MARS 2015 - LA PROTECTION SOCIALE

LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 LES THÉMATIQUES UE 35 RENNES - 10 MARS 2015 - LA PROTECTION SOCIALE LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 Evolution des dépenses de santé IMPORTANCE DU RESTE A CHARGE DES MENAGES ET DES ORGANISMES COMPLEMENTAIRES - Déficit persistant du régime général - Augmentation

Plus en détail

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 Programme 2 ATELIER RH PAIE 2015 MUTUELLE PREVOYANCE : NOUVEAUTES 2016 OBJECTIFS - Faire le point sur les règles en la matière - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 - Mettre en place les différents régimes

Plus en détail

Généralisation de la complémentaire santé. Guide D INFORMATION. Harmonie Mutuelle vous accompagne dans la mise en place de ce nouveau dispositif

Généralisation de la complémentaire santé. Guide D INFORMATION. Harmonie Mutuelle vous accompagne dans la mise en place de ce nouveau dispositif Guide D INFORMATION Généralisation de la complémentaire santé Harmonie Mutuelle vous accompagne dans la mise en place de ce nouveau dispositif Généralisation de la complémentaire santé La loi du 14 juin

Plus en détail

La complémentaire santé pour tous : chef d entreprise, ce que vous devez savoir!

La complémentaire santé pour tous : chef d entreprise, ce que vous devez savoir! La complémentaire santé pour tous : chef d entreprise, ce que vous devez savoir! AGAMY 25/06/15 Par Philippe BARRAUD, Inspecteur Collectives AXA ENTREPRISES & Dominique THIERY, Agent AXA Patrimoine & Prévoyance

Plus en détail

Paie 09/12/2015. Généralisation de la couverture santé au 1-1-2016 : êtes-vous prêts?

Paie 09/12/2015. Généralisation de la couverture santé au 1-1-2016 : êtes-vous prêts? Paie 09/12/2015 Généralisation de la couverture santé au 1-1-2016 : êtes-vous prêts? Le 1er janvier 2016, tous les salariés devront pouvoir bénéficier d une couverture santé minimale. Faisons un dernier

Plus en détail

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années La généralisation de la couverture complémentaire santé à tous les salariés La loi relative à la sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 prévoit

Plus en détail

LA GÉNÉRALISATION DE LA MUTUELLE OBLIGATOIRE DANS L ENTREPRISE AU 1 ER JANVIER 2016

LA GÉNÉRALISATION DE LA MUTUELLE OBLIGATOIRE DANS L ENTREPRISE AU 1 ER JANVIER 2016 Groupement des Métiers de l Imprimerie -------------------------------------------------------------------------------------------------------- JUIN 2015 NOTE N 147 LA GÉNÉRALISATION DE LA MUTUELLE OBLIGATOIRE

Plus en détail

ASSOCIATIONS INTERMÉDIAIRES 28 MAI - TOURCOING 02 JUIN - BRUAY

ASSOCIATIONS INTERMÉDIAIRES 28 MAI - TOURCOING 02 JUIN - BRUAY LA GENERALISATION DE L ACCES A UNE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE ET COLLECTIVE AU 1 ER JANVIER 2016 ASSOCIATIONS INTERMÉDIAIRES 28 MAI - TOURCOING 02 JUIN - BRUAY CCN ESS 1 OBJET DE LA REFORME La réforme

Plus en détail

La généralisation de la complémentaire santé

La généralisation de la complémentaire santé La généralisation de la complémentaire santé istya collectives 7 square Max Hymans - 75015 Paris Numéro ORIAS : 14007239 - www.orias.fr www.istyacollectives.fr Le cadre réglementaire Au plus tard le 1er

Plus en détail

SD 49 CFDT CHOLET RENCONTRE DU 01/10/2015. la complémentaire santé en entreprise

SD 49 CFDT CHOLET RENCONTRE DU 01/10/2015. la complémentaire santé en entreprise SD 49 CFDT CHOLET RENCONTRE DU 01/10/2015 la complémentaire santé en entreprise Introduction D ICI LE 1ER JANVIER 2016, TOUTES LES ENTREPRISES, DÈS LE 1ER EMPLOYÉ, DEVRONT METTRE EN PLACE UNE COUVERTURE

Plus en détail

Notice relative à la mise en place de la couverture santé complémentaire obligatoire à partir du 1er janvier 2016

Notice relative à la mise en place de la couverture santé complémentaire obligatoire à partir du 1er janvier 2016 Notice relative à la mise en place de la couverture santé complémentaire obligatoire à partir du 1er janvier 2016 Préambule Le régime de couverture complémentaire des frais de santé, financé en partie

Plus en détail

Questions / réponses - Urssaf

Questions / réponses - Urssaf Questions / réponses - Urssaf La généralisation de la complémentaire santé à toutes les entreprises entre bientôt en vigueur... et pourtant des questions demeurent. Au 1 er janvier 2016, les entreprises

Plus en détail

Pour en savoir plus : http://www.cabinetfeurgard.com/_infos/dossiers/article.asp?rub=social&sousrub=ct2&art=k4_5380587

Pour en savoir plus : http://www.cabinetfeurgard.com/_infos/dossiers/article.asp?rub=social&sousrub=ct2&art=k4_5380587 L environnement social de votre entreprise va être profondément modifié dans les six prochains mois. Nous souhaitons vous en parler et vous expliquer ces nouvelles mesures et leurs impacts. La mutuelle

Plus en détail

en toute simplicité!

en toute simplicité! BIEN COMPRENDRE LES NOUVELLES RÉFORMES DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ. en toute simplicité! 1 LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ D ici le 1 er janvier 2016, toutes les entreprises devront mettre

Plus en détail

Avenant n 19 à la convention collective nationale de la Mutualité relatif aux garanties de santé

Avenant n 19 à la convention collective nationale de la Mutualité relatif aux garanties de santé Avenant n 19 à la convention collective nationale de la Mutualité relatif aux garanties de santé Préambule L article 15.3 de la convention collective nationale de la Mutualité a créé «l obligation pour

Plus en détail

Loi n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi

Loi n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi Loi n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi Généralisation de la complémentaire santé pour les salariés Portabilité des droits www.harmonie-mutuelle.fr L accès aux soins pour

Plus en détail

PROTOCOLE n 155 du 4 juillet 2014 relatif au régime collectif de complémentaire santé

PROTOCOLE n 155 du 4 juillet 2014 relatif au régime collectif de complémentaire santé «ACCORDS COLLECTIFS DE TRAVAIL APPLICABLES DANS LES CENTRES D HÉBERGEMENT ET DE RÉADAPTATION SOCIALE ET DANS LES SERVICES D ACCUEIL, D ORIENTATION ET D INSERTION POUR ADULTES» PROTOCOLE n 155 du 4 juillet

Plus en détail

SOMMAIRE > LE CONTEXTE > LES ÉTAPES CLÉS > LES NÉGOCIATIONS DE BRANCHES > LES NÉGOCIATIONS D ENTREPRISE > LA DÉCISION UNILATÉRALE D ENTREPRISE

SOMMAIRE > LE CONTEXTE > LES ÉTAPES CLÉS > LES NÉGOCIATIONS DE BRANCHES > LES NÉGOCIATIONS D ENTREPRISE > LA DÉCISION UNILATÉRALE D ENTREPRISE SOMMAIRE > LE CONTEXTE > LES ÉTAPES CLÉS > LES NÉGOCIATIONS DE BRANCHES > LES NÉGOCIATIONS D ENTREPRISE > LA DÉCISION UNILATÉRALE D ENTREPRISE > LES CAS DE DISPENSES > LE PANIER DE SOIN > L ACCOMPAGNEMENT

Plus en détail

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi SYNTHESE D EXPERTS Juillet 2013 SOMMAIRE 1 Généralisation de la couverture complémentaire santé...

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTES CONVENTIONNELLES MISE A NIVEAU DE L ACCORD EN TRANSPORT ROUTIER DE VOYAGEURS

COMPLEMENTAIRES SANTES CONVENTIONNELLES MISE A NIVEAU DE L ACCORD EN TRANSPORT ROUTIER DE VOYAGEURS COMPLEMENTAIRES SANTES CONVENTIONNELLES MISE A NIVEAU DE L ACCORD EN TRANSPORT ROUTIER DE VOYAGEURS Par accord en date du 24 Mai 2011, les partenaires sociaux sont convenus de créer une obligation conventionnelle

Plus en détail

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Sur papier à en-tête de l entreprise M A, le Objet : Mise en place de garanties collectives

Plus en détail

Questions- Réponses sur la généralisation de la complémentaire santé aux salariés

Questions- Réponses sur la généralisation de la complémentaire santé aux salariés Questions- Réponses sur la généralisation de la complémentaire santé aux salariés Où en est- on de la généralisation de la complémentaire santé dans les entreprises? D après une étude Audirep réalisée

Plus en détail

LA GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE D ENTREPRISE EN 10 QUESTIONS

LA GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE D ENTREPRISE EN 10 QUESTIONS LA GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE D ENTREPRISE EN 10 QUESTIONS SOMMAIRE Introduction : quelques éléments de contexte La complémentaire santé d entreprise en questions : 1. Quelles modalités

Plus en détail

PORTABILITE DES DROITS Santé et Prévoyance

PORTABILITE DES DROITS Santé et Prévoyance PORTABILITE DES DROITS Santé et Prévoyance GUIDE Article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 Article L911-8 du Code de la Sécurité Sociale Mutuelle UMC - 35 rue Saint Sabin

Plus en détail

SNTP CFE-CGC 39 Rue Victor Massé - 75009 PARIS Tél : 01 48 78 69 26 Mél : syndicats@cfecgc-santesocial.fr www.sntp-cfecgc.fr. de la Santé et du Social

SNTP CFE-CGC 39 Rue Victor Massé - 75009 PARIS Tél : 01 48 78 69 26 Mél : syndicats@cfecgc-santesocial.fr www.sntp-cfecgc.fr. de la Santé et du Social Syndicat National des Techniciens et Professionnels de la Santé et du Social Juillet 2015 n 22 SNTP CFE-CGC 39 Rue Victor Massé - 75009 PARIS Tél : 01 48 78 69 26 Mél : syndicats@cfecgc-santesocial.fr

Plus en détail

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 Les changements concernant la protection sociale complémentaire Les dates clés 11 janv. 2013 : Signature de l Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé

Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé L entreprise Forme juridique, au capital de dont le siège est à Code NAF n SIRET Effectif salarié : Représentée par

Plus en détail

PREVOYANCE OBLIGATOIRE - EXONERATIONS FISCALES ET SOCIALES ENGAGEMENT UNILATERAL

PREVOYANCE OBLIGATOIRE - EXONERATIONS FISCALES ET SOCIALES ENGAGEMENT UNILATERAL PREVOYANCE OBLIGATOIRE - EXONERATIONS FISCALES ET SOCIALES ENGAGEMENT UNILATERAL La prévoyance fait partie de la protection sociale complémentaire qui est constituée de l'ensemble des garanties collectives

Plus en détail

Décret du 18 novembre 2014 relatif au nouveau cahier des charges du contrat responsable. Lettre d information aux entreprises adhérentes

Décret du 18 novembre 2014 relatif au nouveau cahier des charges du contrat responsable. Lettre d information aux entreprises adhérentes Décret du 18 novembre 2014 relatif au nouveau cahier des charges du contrat responsable. Lettre d information aux entreprises adhérentes Le décret n 2014-1374 du 18 novembre 2014 relatif au nouveau cahier

Plus en détail

Généralisation des mutuelles santé

Généralisation des mutuelles santé Date de mise à jour : juin 2013 Généralisation des mutuelles santé La loi instaure une couverture complémentaire santé minimale obligatoire pour tous les salariés du secteur privé d ici au 1 janvier 2016.

Plus en détail

Généralisation de la complémentaire santé. contraintes ou opportunités?

Généralisation de la complémentaire santé. contraintes ou opportunités? Généralisation de la complémentaire santé contraintes ou opportunités? SOMMAIRE I - Rappel du contexte 1- Qu est que la généralisation de la complémentaire santé? 2- Quelles sont les entreprises concernées?

Plus en détail

Généralisation de la complémentaire santé: quelles obligations pour l employeur?

Généralisation de la complémentaire santé: quelles obligations pour l employeur? Généralisation de la complémentaire santé: quelles obligations pour l employeur? Au 1 er janvier 2016, les salariés doivent bénéficier d'une couverture de santé complémentaire cofinancée par l'employeur.

Plus en détail

Le 11/09/2014 Actualité de la protection sociale

Le 11/09/2014 Actualité de la protection sociale Le 11/09/2014 Actualité de la protection sociale Présentation par Michel Boixader Service Juridique et Conformité Actualité de la protection sociale Sommaire 1. Textes 2013 2. La mise en conformité (régimes

Plus en détail

2. En quoi consiste la généralisation de la complémentaire santé?

2. En quoi consiste la généralisation de la complémentaire santé? Complémentaire Santé : première Foire Aux Questions 1. Qu est-ce que la complémentaire santé? L'Assurance maladie ne rembourse pas intégralement les dépenses de santé (frais médicaux, chirurgicaux et d

Plus en détail

Le guide. juridique. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN!

Le guide. juridique. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! Le guide juridique www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! sommaire Contexte de l évolution de la «Loi Fillon»... 3 Comment bénéficier des avantages de la «Loi Fillon»?... La participation de

Plus en détail

Mutuelle Obligatoire : attention à bien vérifier la conformité de votre contrat

Mutuelle Obligatoire : attention à bien vérifier la conformité de votre contrat N U M E R O 2 - M A R S 2 0 1 5 LEGISLATION Mutuelle Obligatoire : attention à bien vérifier la conformité de votre contrat Dans le cadre de l Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013, les

Plus en détail

Fiche Portabilité des droits des salariés

Fiche Portabilité des droits des salariés Fiche Portabilité des droits des salariés L article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 avait mis en place un mécanisme de portabilité des droits pour les anciens salariés

Plus en détail

Complémentaire santé obligatoire au 01/01/16 : foire aux questions

Complémentaire santé obligatoire au 01/01/16 : foire aux questions 1 sur 5 12/11/2015 11:59 Complémentaire santé obligatoire au 01/01/16 : foire aux questions Comme vous le savez, le CoSMoS vous représente activement dans la négociation qui permettra aux employeurs du

Plus en détail

ACCORD DU 24 MAI 2011

ACCORD DU 24 MAI 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3085 Convention collective nationale IDCC : 16. TRANSPORTS ROUTIERS ET ACTIVITÉS AUXILIAIRES DU TRANSPORT ACCORD DU 24

Plus en détail

ANIMATION / Prévoyance

ANIMATION / Prévoyance ANIMATION / Prévoyance C5-012 Remplace C5-010 et C5-011 La mise en place de la complémentaire santé dans la branche Animation La loi du 14 juin 2013 de Sécurisation de l emploi a généralisé la couverture

Plus en détail

LA COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE. Précisions sur le régime CCNS applicable au 1 er janvier 2016

LA COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE. Précisions sur le régime CCNS applicable au 1 er janvier 2016 LA COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE Précisions sur le régime CCNS applicable au 1 er janvier 2016 LE CONTEXTE LEGAL Article 1 er de la loi du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (LOI n

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS SUR LA GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE CCN HPA

FOIRE AUX QUESTIONS SUR LA GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE CCN HPA FOIRE AUX QUESTIONS SUR LA GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE CCN HPA Mise à jour du 3 décembre 2015 PREMIERE PARTIE : INFORMATION GENERALE SUR LA MISE EN PLACE DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE DANS TOUTES

Plus en détail

NOTE D ADMINISTRATION N 07/2004

NOTE D ADMINISTRATION N 07/2004 Secrétariat Général La Défense, le 1 er juillet 2014 Direction des Ressources Humaines Direction Siège NOTE D ADMINISTRATION N 07/2004 applicable à l ensemble du personnel lié par un contrat de travail

Plus en détail

Présente L ANI. «Accord National Interprofessionnel»

Présente L ANI. «Accord National Interprofessionnel» Présente L ANI «Accord National Interprofessionnel» Carole GUANTI Juriste associée Ardisson conseils Ou comment faire d un cadre légal national un dispositif sur-mesure adapté aux exigences de l entreprise

Plus en détail

(r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES. Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE»

(r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES. Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE» (r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE» 2 INTRODUCTION SOMMAIRE SOMMAIRE INTRO Transformez une

Plus en détail

I. Les dates clés à connaître

I. Les dates clés à connaître NOTE D INFORMATION 2013/27 du 23 décembre 2013 SOCIAL : Protection sociale complémentaire : les modifications à venir en 2014 Il est urgent de s en occuper I. Les dates clés à connaître Les employeurs

Plus en détail

Loi relative à la Sécurisation de l emploi

Loi relative à la Sécurisation de l emploi Synthèse Loi relative à la Sécurisation de l emploi 1 Santé et prévoyance (incapacité de travail, invalidité, décès) => Généralisation de la couverture complémentaire santé => Généralisation de la couverture

Plus en détail

Guide technique relatif aux contrats collectifs obligatoires complémentaires frais de santé bénéficiant d aides fiscales et sociales

Guide technique relatif aux contrats collectifs obligatoires complémentaires frais de santé bénéficiant d aides fiscales et sociales Guide technique relatif aux contrats collectifs obligatoires complémentaires frais de santé bénéficiant d aides fiscales et sociales Exonération sociale et déductibilité fiscale du financement patronal

Plus en détail

Complémentaire Santé Obligatoire des Salariés

Complémentaire Santé Obligatoire des Salariés Guide pratique À l attention des salariés Complémentaire Santé Obligatoire des Salariés Vous êtes salariés du secteur privé, toutes les réponses à vos questions sur la mise en place de la complémentaire

Plus en détail

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE SOYEZ PRO ACTIF! Anticipez et transformez cette contrainte en opportunité SALON DES ENTREPRENEURS 2015 5 février 2015 LA GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE DANS

Plus en détail

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015 MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Récapitulatif des formalités à respecter Rédiger le document formalisant la Décision Unilatérale. Pour vous aider

Plus en détail

2.8. État des lieux de la protection sociale complémentaire d entreprise

2.8. État des lieux de la protection sociale complémentaire d entreprise 2.8. État des lieux de la protection sociale complémentaire d entreprise La généralisation de la complémentaire santé d entreprise prévue par l accord national interprofessionnel (ANI) à compter du 1 er

Plus en détail

Objet : Mise en place d'un régime collectif de remboursement de frais de santé à adhésion obligatoire.

Objet : Mise en place d'un régime collectif de remboursement de frais de santé à adhésion obligatoire. Raison Sociale : SIRET : Adresse : À, le / / Objet : Mise en place d'un régime collectif de remboursement de frais de santé à adhésion obligatoire. Madame, Monsieur, La Direction de l'entreprise 1 a pris

Plus en détail

Nous restons à votre disposition pour vous apporter toute précision complémentaire.

Nous restons à votre disposition pour vous apporter toute précision complémentaire. Marseille, le 9 juillet 2014. Objet : obligations des employeurs Madame, Monsieur, Dans le cadre de notre mission de conseil, nous souhaitions vous rappeler certaines obligations incombant aux employeurs

Plus en détail

Vous avez dit prévoyance complémentaire obligatoire et collective?

Vous avez dit prévoyance complémentaire obligatoire et collective? Vous avez dit prévoyance complémentaire obligatoire et collective? Quand? Comment? Pour qui?... Florence MOULINIER, conseillère technique en droit social Séverine SALAFIA, conseillère technique en ressources

Plus en détail

ACCORD PROFESSIONNEL SUR LE REGIME COMPLEMENTAIRE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE PREAMBULE

ACCORD PROFESSIONNEL SUR LE REGIME COMPLEMENTAIRE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE PREAMBULE ACCORD PROFESSIONNEL SUR LE REGIME COMPLEMENTAIRE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE PREAMBULE Le présent accord a pour objet de mettre en place un régime conventionnel complémentaire relatif au remboursement

Plus en détail

Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé

Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé La direction de l entreprise.. (forme juridique et dénomination sociale) dont le

Plus en détail

ANIMATION / Actualités conventionnelles

ANIMATION / Actualités conventionnelles ANIMATION / Actualités conventionnelles A1-116 Signature de l avenant n 154 du 19/05/2015 Relatif a la complémentaire santé Avenant applicable au 1 er janvier 2016 Commentaires : La loi du 14 juin 2013

Plus en détail

LA RENTREE DU SOCIAL OU COMMENT BIEN PRÉPARER LES CHANGEMENTS DE 2016.

LA RENTREE DU SOCIAL OU COMMENT BIEN PRÉPARER LES CHANGEMENTS DE 2016. LA RENTREE DU SOCIAL OU COMMENT BIEN PRÉPARER LES CHANGEMENTS DE 2016. AU PROGRAMME Des nouveaux contrats aidés pour les embauches. La DSN. Le nouveau formalisme déclaratif entre en vigueur le 01 janvier

Plus en détail

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 Le Conseil Social du Mouvement Sportif qui représente les employeurs du sport a lancé un appel d offre s agissant de la couverture complémentaire santé

Plus en détail

MACSF SANTÉ ENTREPRISES Guide de l'employeur. La MACSF, partenaire privilégié pour votre complémentaire. santé collective.

MACSF SANTÉ ENTREPRISES Guide de l'employeur. La MACSF, partenaire privilégié pour votre complémentaire. santé collective. MACSF SANTÉ ENTREPRISES Guide de l'employeur La MACSF, partenaire privilégié pour votre complémentaire santé collective. Notre engagement, c est vous. Sommaire Qu est-ce qu une complémentaire santé collective?...

Plus en détail

TEMPS CHOISI. COMPTE EPARGNE - TEMPS ENTREPRISES DE 20 SALARIES ET MOINS

TEMPS CHOISI. COMPTE EPARGNE - TEMPS ENTREPRISES DE 20 SALARIES ET MOINS SOCIAL N 73 SOCIAL N 39 En ligne sur le site www.fntp.fr / le 24 mai 2005 ISSN 1769-4000 TEMPS CHOISI. COMPTE EPARGNE - TEMPS ENTREPRISES DE 20 SALARIES ET MOINS La loi du 31 mars 2005 portant réforme

Plus en détail

DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ. Edition 2015

DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ. Edition 2015 1 dddd 2 1. vous informe sur DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ Edition 2015 Votre salarié a l obligation de réaliser une journée de travail non rémunérée, dites «journée de solidarité». En contrepartie,

Plus en détail

AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 CHAPITRE I ER

AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 CHAPITRE I ER MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel CAISSE D ÉPARGNE AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 À L ACCORD DU 24 NOVEMBRE 2005 RELATIF AUX FRAIS DE SOINS DE

Plus en détail

Avenant n 2 à l Accord Collectif National relatif aux frais de soins de santé du 24 novembre 2005 du 25.10.2011

Avenant n 2 à l Accord Collectif National relatif aux frais de soins de santé du 24 novembre 2005 du 25.10.2011 Avenant n 2 à l Accord Collectif National relatif aux frais de soins de santé du 24 novembre 2005 du 25.10.2011 Chapitre 1 : Champ d application et objet de l accord Le présent accord s applique à l ensemble

Plus en détail

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Version 2 Fiche n 8 en entreprise Quelques éléments de contexte L objectif de simplification de la loi Rebsamen passait aussi par une rationalisation

Plus en détail

LES PRINCIPALES MESURES DE LA LOI RELATIVE À LA

LES PRINCIPALES MESURES DE LA LOI RELATIVE À LA LES PRINCIPALES MESURES DE LA LOI RELATIVE À LA FORMATION PROFESSIONNELLE À L EMPLOI ET LA DÉMOCRATIE SOCIALE IMPACTANT LES MISSIONS SOCIALES DES CABINETS Nicolas GALLISSOT Responsable social Infodoc-Experts

Plus en détail

L essentiel. sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire. fiscalité cotisations de Sécurité sociale

L essentiel. sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire. fiscalité cotisations de Sécurité sociale L essentiel sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire fiscalité cotisations de Sécurité sociale La protection sociale professionnelle est une création continue Souhaitant encourager le

Plus en détail

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Boite à outils - Juridique Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations

Plus en détail

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e Regards croisés s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e N 41-15 novembre 2013 Les complémentaires santé font encore «la Une» de l actualité de cet automne parlementaire. Serge Lavagna Secrétaire national

Plus en détail

Complémentaire santé PQSR (Pas de Question Sans Réponse) Questions sur la négociation de l accord :

Complémentaire santé PQSR (Pas de Question Sans Réponse) Questions sur la négociation de l accord : Complémentaire santé PQSR (Pas de Question Sans Réponse) Date de création : 31/03/2014 Date de mise à jour : 25/09/2014 SOMMAIRE : Questions sur la négociation de l accord : LEGENDE : rouge : question

Plus en détail

LA COMPLÉMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE : QUESTIONS - RÉPONSES

LA COMPLÉMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE : QUESTIONS - RÉPONSES LA COMPLÉMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE : QUESTIONS - RÉPONSES UFT 68, rue Cardinet 75017 PARIS SOMMAIRE I. Les obligations à l égard des entreprises... 2 À partir de quand les entreprises doivent-elles être

Plus en détail

Avenant n 154 du 19/05/2015

Avenant n 154 du 19/05/2015 Avenant n 154 du 19/05/2015 Relatif à la complémentaire santé Préambule Conformément à la loi n 2013-504 relative à la sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 les partenaires sociaux de la Convention

Plus en détail

Généralisation de la complémentaire santé : Eclairage

Généralisation de la complémentaire santé : Eclairage ÉPARGNE - PRÉVOYANCE - RETRAITE Généralisation de la complémentaire santé : Eclairage Vendredi 17 octobre 2014 Présentation Prévoyance, quelques rappels Les points clés des textes ANI Loi Sécurisation

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord collectif

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord collectif MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Accord collectif PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS NON CADRES (Gers) (17 septembre 2009)

Plus en détail

Note synthétique d Adéis Résumé des 4 projets de décrets relatifs à la généralisation de la couverture santé d entreprise

Note synthétique d Adéis Résumé des 4 projets de décrets relatifs à la généralisation de la couverture santé d entreprise SYNTHESE Note synthétique d Adéis Résumé des 4 projets de décrets relatifs à la généralisation de la couverture santé d entreprise Degré élevé de solidarité mentionné à l article L912-1 du code de la sécurité

Plus en détail

CHAPITRE I ER CHAMP D APPLICATION ET OBJET

CHAPITRE I ER CHAMP D APPLICATION ET OBJET MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel CAISSE D ÉPARGNE AVENANT N 3 DU 27 JUIN 2014 À L ACCORD DU 24 NOVEMBRE

Plus en détail

La santé collective dans le cadre de l ANI. Réunion AEQUITAS JUST 3 novembre 2015

La santé collective dans le cadre de l ANI. Réunion AEQUITAS JUST 3 novembre 2015 La santé collective dans le cadre de l ANI Réunion AEQUITAS JUST 3 novembre 2015 SOMMAIRE 1 ANI La nouvelle obligation : la généralisation de la complémentaire santé en entreprise 2 Comment mettre en place

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR SUR LE CONTRAT RESPONSABLE ET LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR SUR LE CONTRAT RESPONSABLE ET LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR SUR LE CONTRAT RESPONSABLE ET LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ SOMMAIRE LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ 05 DES GARANTIES MINIMALES... 06... ET DES RÈGLES

Plus en détail

%,,,, DECISION UNILATERALE INSTITUANT UN REGIME COLLECTIF «FRAIS DE SANTE» A ADHESION OBLIGATOIRE. Etreprnru s ARTICLE 1 OBJET

%,,,, DECISION UNILATERALE INSTITUANT UN REGIME COLLECTIF «FRAIS DE SANTE» A ADHESION OBLIGATOIRE. Etreprnru s ARTICLE 1 OBJET lél ASSOCIATION INTERMEDIAIRE DU PAYS VOIRONNAIS TÉL 04 76 32 72 80 FAX 04 76 32 98 95 MAIL adequation@paysvoironnaiscom de compétences GROUPE ECONOMQUE SOUDAEE DECISION UNILATERALE INSTITUANT UN REGIME

Plus en détail

Les complémentaires santé et prévoyance sont déjà obligatoires dans les entreprises de certaines branches professionnelles.

Les complémentaires santé et prévoyance sont déjà obligatoires dans les entreprises de certaines branches professionnelles. ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL (2013/2014) «Rien n est permanent, sauf le changement.» (Bouddha) Reprenant strictement les décisions de l'ani, le texte de loi (décembre 2013) prévoit la généralisation

Plus en détail

ESPAGNE. 1. Principes généraux.

ESPAGNE. 1. Principes généraux. ESPAGNE Les dépenses de protection sociale en Espagne représentent 21,6%PIB. Le système espagnol est devenu récemment plus beveridgien. Ce système est relativement récent, le service national de santé

Plus en détail

OBRE 2013 OCT 2012-25 9 2012 COMPLÉTÉ PAR LA CIRCULAIRE DU 25 SEPTEMBRE

OBRE 2013 OCT 2012-25 9 2012 COMPLÉTÉ PAR LA CIRCULAIRE DU 25 SEPTEMBRE OCTOBRE 2013 Décret n 2012-25 du 9 janvier 2012 COMPLÉTÉ PAR LA CIRCULAIRE DU 25 SEPTEMBRE 2013 Avant-propos Afin d encourager la mise en place des régimes collectifs de protection sociale complémentaire

Plus en détail

Complémentaire santé : De nouveaux droits, de nouvelles obligations. Réunion d information COREPS 15 juin 2015

Complémentaire santé : De nouveaux droits, de nouvelles obligations. Réunion d information COREPS 15 juin 2015 Complémentaire santé : De nouveaux droits, de nouvelles obligations Réunion d information COREPS 15 juin 2015 LE GROUPE AUDIENS Un groupe de protection sociale «paritaire», à but non lucratif Qui se distingue

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3115 Convention collective nationale IDCC : 2335. PERSONNELS DES AGENCES GÉNÉRALES

Plus en détail

Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé

Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé La direction de l entreprise.. (forme juridique et dénomination sociale) dont le

Plus en détail

Contrat Responsable Panier de soins ANI. Novembre 2014

Contrat Responsable Panier de soins ANI. Novembre 2014 1 Contrat Responsable Panier de soins ANI Novembre 2014 2 Sommaire 2 Qu est-ce qu un contrat solidaire et responsable? Contrat responsable : Pourquoi une réforme? Contrat responsable : Nouvelles obligations

Plus en détail

La protection sociale dans l entreprise

La protection sociale dans l entreprise (r) assurez-vous sur La protection sociale dans l entreprise livre blanc «assuré d entreprendre» - n 2 2 INTRODUCTION SOMMAIRE SOMMAIRE Intro La protection sociale connaît en France une vraie mutation.

Plus en détail

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE Contexte : Loi FILLON du 23 Août 2003 : - modification des limites d exonération, - fixation de nouvelles caractéristiques

Plus en détail

Généralisation de la complémentaire santé en entreprise

Généralisation de la complémentaire santé en entreprise Généralisation de la complémentaire santé en entreprise Partie 1 Les évolutions réglementaires Introduction LF pour 2014 Loi Fillon du 21 août 2003 Décret 9 janvier 2012 Couverture de l ensemble du personnel

Plus en détail

REUNION DU 9 MARS 2014 URIAE/ D.DERUYCK CHORUM

REUNION DU 9 MARS 2014 URIAE/ D.DERUYCK CHORUM LA GENERALISATION DE L ACCES A UNE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE ET COLLECTIVE AU 1 ER JANVIER 2016 REUNION DU 9 MARS 2014 URIAE/ D.DERUYCK CHORUM CCN ESS 1 OBJET DE LA REFORME La réforme engagée dés

Plus en détail

L essentiel sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire :

L essentiel sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire : L essentiel sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire : fiscalité et cotisations de Sécurité sociale La protection sociale professionnelle est une création continue Souhaitant encourager

Plus en détail

Protection sociale complémentaire Le caractère collectif défini par décret

Protection sociale complémentaire Le caractère collectif défini par décret 20 février 2012 Protection sociale complémentaire Le caractère collectif défini par décret Les régimes de protection sociale complémentaire (prévoyance, santé et retraite) bénéficient d'exonérations de

Plus en détail

Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire

Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire Décret n 2012-25 du 9 janvier 2012 Circulaire du 25 septembre 2013 Circulaire du 4 février 2014 Petit Déjeuner RH CCI Maître Marie-Laure

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES CABINETS DENTAIRES LA COUVERTURE FRAIS DE SANTE DES SALARIES DES CABINETS DENTAIRES

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES CABINETS DENTAIRES LA COUVERTURE FRAIS DE SANTE DES SALARIES DES CABINETS DENTAIRES + CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES CABINETS DENTAIRES LA COUVERTURE FRAIS DE SANTE DES SALARIES DES CABINETS DENTAIRES v.13-10-2015 UNE OFFRE COMMUNE AG2R LA MONDIALE / MACSF ET UN GESTIONNAIRE UNIQUE

Plus en détail

ACCORD SUR LE COMPTE EPARGNE TEMPS

ACCORD SUR LE COMPTE EPARGNE TEMPS ACCORD SUR LE COMPTE EPARGNE TEMPS ARTICLE 1 - OBJET Le Compte Epargne Temps permet au salarié, à son initiative, d accumuler des droits à congés rémunérés ou de bénéficier d une rémunération, immédiate

Plus en détail