Point de mire Pénuries de main-d œuvre dans les métiers spécialisés Les meilleures estimations?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Point de mire Pénuries de main-d œuvre dans les métiers spécialisés Les meilleures estimations?"

Transcription

1 Point de mire Pénuries de main-d œuvre dans les métiers spécialisés Les meilleures estimations? Par Rock Lefebvre, Elena Simonova et Liang Wang

2 Au sujet de CGA-Canada L Association des comptables généraux accrédités du Canada (CGA-Canada), fondée en 1908, est une association professionnelle autoréglementée qui représente CGA et étudiants. CGA-Canada élabore le programme d études des CGA, établit les exigences en matière d accréditation et les normes professionnelles, contribue à l élaboration de normes comptables nationales et internationales et fait la promotion de l excellence en matière de services professionnels comptables. CGA-Canada s emploie activement à mener des travaux de recherche impartiaux portant sur divers sujets d importance liés à la comptabilité, à l économie et aux affaires sociales qui ont une incidence sur les Canadiens et le commerce. Elle est renommée pour ses interventions en matière de sensibilisation et de protection du public, ainsi que pour sa contribution aux discussions sur les politiques publiques. Pour obtenir des renseignements supplémentaires, veuillez communiquer avec les bureaux suivants : North Fraser Way, Burnaby (C.-B.), Canada V5J 5K7 Téléphone : Télécopieur : Sparks Street, Ottawa (Ontario), Canada K1R 7S8 Téléphone : Télécopieur : Il est possible de consulter le présent document par voie électronique à l adresse ISSN Association des comptables généraux accrédités du Canada, Le présent document est une traduction autorisée, effectuée par les services linguistiques de CGA-Canada, de la version originale du rapport rédigée en anglais et intitulée «Labour Shortages in Skilled Trades The Best Guestimate?». Toute reproduction totale ou partielle sans autorisation écrite est strictement interdite. Remarque : Dans cette publication, le masculin vise à la fois les hommes et les femmes, et est employé uniquement dans le but d alléger le texte. 2 Point de mire

3 Pénuries de main-d œuvre dans les métiers spécialisés Les meilleures estimations? Juillet 2012 Résumé... 4 Introduction... 6 Les métiers spécialisés Un portrait global... 8 Les pénuries de main-d œuvre Expérience passée et estimations futures Le rôle de la structure par âge et des obstacles liés à la formation et à la mobilité de la main-d œuvre Observations finales Bibliographie Pénuries de main-d œuvre dans les métiers spécialisés Les meilleures estimations? 3

4 Résumé Bien que le niveau de l emploi et le rythme de l augmentation des salaires tardent à se remettre de la récente récession, le problème des pénuries de main-d œuvre dans les métiers spécialisés a ressurgi et est de nouveau considéré comme une préoccupation majeure. Deux phénomènes exacerbent les appréhensions de pénuries de main-d œuvre dans l avenir : le premier est l important virage démographique qui est sur le point de s amorcer, conséquence du vieillissement de la population et du départ à la retraite imminent de nombreux baby-boomers; le deuxième concerne l évolution des préférences en matière d études ou de formation, qui se traduit souvent par un manque d intérêt pour les carrières dans des métiers spécialisés. Il est particulièrement important de s assurer que les pénuries de main-d œuvre existent bel et bien, car une évaluation erronée peut se traduire par une distribution sous-optimale du capital humain entre les divers niveaux de spécialisation et les différentes régions géographiques, ainsi qu une diminution des débouchés pour les chercheurs d emploi et une utilisation inadéquate des fonds publics. Il est donc opportun d examiner de manière critique l existence et les perceptions des pénuries de main-d œuvre dans les métiers spécialisés observées dans un passé récent et d évaluer notre capacité à estimer de façon fiable les situations de pénurie qui pourraient survenir à l avenir. À cette fin, une analyse des cinq principaux métiers spécialisés dans cinq provinces canadiennes l Alberta, la Saskatchewan, l Ontario, le Québec et Terre-Neuve-et-Labrador a été réalisée. Avant d entrer dans le vif du sujet, on peut raisonnablement affirmer ce qui suit : Les pénuries de main-d œuvre sont difficiles à observer et à mesurer directement. Les sondages menés auprès des employeurs pour évaluer les pénuries ou le manque possible de main-d œuvre sont subjectifs et tendent à surestimer l étroitesse du marché de l emploi, tandis que les indicateurs économiques habituellement fiables peuvent être interprétés de façon partiale, imprécise ou subjective, ou encore s appuyer sur des hypothèses raisonnables, mais incertaines. L évaluation pancanadienne des pénuries de main-d œuvre ne fournit pas suffisamment d information, car elle ne reflète pas nécessairement les déséquilibres qui peuvent exister à l échelle régionale. Il peut y avoir une demande excédentaire pour les métiers spécialisés dans certaines provinces et industries et une offre excédentaire de main-d œuvre spécialisée dans d autres. L analyse régionale des pénuries de main-d œuvre est considérablement restreinte en raison du manque d information sur le chômage par profession. L Enquête sur la population active de Statistique Canada supprime les estimations du taux de chômage pour tous les métiers spécialisés visés par l étude en Alberta et en Saskatchewan, car elles sont 4 Point de mire

5 considérées comme étant inférieures au seuil de confiance. Le manque d information sur le chômage laisse peu de marge de manœuvre pour évaluer l existence des pénuries de maind œuvre. Cette situation est particulièrement regrettable, car ces deux provinces sont souvent reconnues pour leurs problèmes aigus de pénuries de travailleurs. Dans les cas où des données suffisantes sont disponibles, une évaluation montre que, au cours des dix dernières années, les épisodes de pénurie de main-d œuvre sont survenus de façon assez sporadique et ne se sont jamais prolongés pendant plus d un an à la fois. Le métier de mécanicien de véhicules automobiles a fait face à des pénuries de main-d œuvre plus fréquentes que d autres métiers visés; une pénurie a été observée en 2006 et en 2011 en Ontario, et en 2003, 2005 et 2010 au Québec. Le métier de mécanicien de machinerie et d équipement de transport a aussi connu plus d une pénurie pendant cette période, mais ces épisodes ont été occasionnels et répartis dans l ensemble du pays. Établir des estimations provinciales des pénuries de main-d œuvre futures au niveau des professions est une tâche complexe. L hypothèse concernant le taux de croissance d un secteur a une énorme influence sur l évaluation des déséquilibres entre l offre et la demande de main-d œuvre. Une croissance économique pancanadienne plus forte que la moyenne ne donne pas toujours lieu à une probabilité accrue de pénuries de main-d œuvre dans un métier précis au sein d un secteur donné. La structure par âge au sein des métiers spécialisés et les obstacles liés à la mobilité de la main-d œuvre ne sont pas de nature à influer de manière importante sur les pénuries de main-d œuvre. Une grande partie des métiers spécialisés jouissent d une structure par âge nettement plus jeune que toutes les autres professions. Les métiers où le nombre de travailleurs en début de carrière est supérieur au nombre de travailleurs qui approchent de la retraite comptent pour 64 % de tous les métiers spécialisés. Le programme du Sceau rouge et les récentes modifications apportées au chapitre sur la mobilité de la main-d œuvre de l Accord sur le commerce intérieur visent naturellement à faciliter cette mobilité. Il existe peut-être une certaine forme d obstacle lié à la formation dans les métiers spécialisés. Au cours des vingt dernières années, le nombre d apprentis inscrits a presque doublé, tant en chiffres nominaux que relatifs, et ceux-ci constituaient près du quart (24,2 %) de tous les travailleurs dans les métiers spécialisés en L augmentation du nombre d apprentissages achevés a toutefois été moins prononcée. Les signaux du marché du travail ne sont pas toujours bien interprétés par les apprentis éventuels, particulièrement au Québec et à Terre-Neuve-et-Labrador. Au cours des dix dernières années, les taux de chômage élevés dans ces provinces ont été accompagnés par un taux de croissance accéléré des inscriptions à des programmes d apprentissage. Pénuries de main-d œuvre dans les métiers spécialisés Les meilleures estimations? 5

6 L ensemble de ces affirmations nous porte à croire qu il est important de combler les lacunes de l information statistique et d améliorer la pertinence et la fiabilité des statistiques sur le marché du travail à l échelle régionale et au niveau des professions. Ces mesures sont nécessaires pour bien comprendre l étendue véritable des pénuries de main-d œuvre au Canada. De plus, mettre l accent sur des mesures que l on applique en cas de pénurie de main-d œuvre pourrait s avérer plus efficace que de mettre en œuvre des programmes qui, par défaut, favorisent une plus grande participation dans les métiers spécialisés. L expansion de l actuel Système de projection des professions au Canada, pour inclure des prévisions provinciales et sous-provinciales de l offre et de la demande de main-d œuvre, pourrait garantir une plus grande uniformité et une meilleure coordination des décisions relatives au marché de l emploi prises par les employeurs, les chercheurs d emploi, les gouvernements et les établissements d enseignement. Introduction Au milieu des années 2000, lorsque l économie canadienne était en pleine croissance, le problème des pénuries de main-d œuvre avait largement retenu l attention de l industrie, des syndicats, des gouvernements et des établissements d enseignement. Dans le sillage de la plus récente récession, le taux de chômage élevé et la faible croissance économique, qui ont créé un déséquilibre sur le marché du travail, ont éclipsé le problème des pénuries de main-d œuvre, et ce sont les questions plus épineuses de la stabilité financière et économique mondiale et nationale qui ont fait les manchettes. Aujourd hui, le problème des pénuries de main-d œuvre est de nouveau d actualité, même si l emploi et le rythme de l augmentation des salaires tardent à se remettre de la dernière récession. Bien qu une pénurie de main-d œuvre se caractérise habituellement par un déséquilibre du marché du travail qui touche tant les travailleurs que les employeurs, il peut être plus facile d y remédier dans certaines professions. Les entreprises peuvent adopter diverses stratégies organisationnelles et stratégies de main-d œuvre lorsque les tâches inhérentes à l exercice d un métier peuvent être accomplies à partir de n importe quel emplacement (comme c est le cas pour les services fournis par téléphone ou tout autre moyen de communication automatisé). Toutefois, pour les professions où les travailleurs doivent être présents à un endroit précis (lorsque l utilisation de machinerie lourde est requise, par exemple), une pénurie de main-d œuvre peut devenir un obstacle important à la croissance d une entreprise. Les métiers spécialisés se classent généralement dans la deuxième catégorie. Deux phénomènes ont récemment pris beaucoup d importance et exacerbent les appréhensions de pénuries de main-d œuvre spécialisée dans l avenir. Le premier est le vieillissement de la 6 Point de mire

7 population; un virage démographique est sur le point de s amorcer alors qu un nombre important de baby-boomers s apprêtent à quitter le marché du travail. Le second phénomène concerne l évolution des préférences en matière d études. Un niveau de scolarité élevé est en effet considéré comme un atout de taille dans le contexte actuel de l économie du savoir. Il n est donc pas étonnant de voir la plupart des finissants du secondaire se lancer dans des études supérieures, au détriment d une carrière dans un métier spécialisé. Plusieurs autres facteurs peuvent aussi donner lieu à une probabilité accrue de pénuries de maind œuvre dans les métiers spécialisés. Les gains de productivité attribuables aux améliorations technologiques et à l automatisation sont moins importants dans les domaines spécialisés que dans d autres professions, car les métiers spécialisés continuent de dépendre largement des compétences et de la contribution des travailleurs. La tendance des entreprises à modifier la composition de leurs effectifs pour réduire le nombre de travailleurs qualifiés est également moins marquée pour les métiers spécialisés, car les normes d embauche et la réglementation sont souvent plus strictes et les compétences sont moins facilement transférables entre les différents métiers et niveaux de spécialisation. Lorsque l on aborde le sujet des pénuries de main-d œuvre, il convient d étudier au moins quatre questions importantes : 1) Une pénurie s est-elle vraiment produite (ou peut-on raisonnablement croire qu elle se produira à l avenir)? 2) Quelle est la cause de cette pénurie? 3) Quelles conséquences directes et indirectes la pénurie a-t-elle entraînées? 4) Quels facteurs ont contribué à atténuer l ampleur de la pénurie prévue? Si la réponse à la première de ces questions est inexacte, les réponses aux autres questions sont sans intérêt. Le niveau d agrégation utilisé pour évaluer la pénurie est tout aussi important. Il peut se trouver, dans l ensemble du Canada, un nombre suffisant de chercheurs d emploi pour répondre à la demande des employeurs, mais les préférences personnelles, les obligations et les engagements des travailleurs ainsi que des écarts salariaux peu attrayants, des obstacles liés à la mobilité de la main-d œuvre et diverses autres difficultés peuvent expliquer la coexistence de pénuries de main-d œuvre dans certaines régions et de surplus de main-d œuvre dans d autres. Une évaluation erronée de l existence de pénuries de main-d œuvre peut avoir un effet néfaste en donnant lieu à une distribution sous-optimale du capital humain entre les divers niveaux de spécialisation et les différentes régions géographiques, à une diminution des débouchés pour les chercheurs d emploi et à une utilisation inadéquate des fonds publics pour attirer l attention sur certains groupes professionnels qui n ont pas nécessairement besoin de promotion supplémentaire. Reconnaissant l importance de la question des pénuries de main-d œuvre dans les métiers spécialisés pour l économie canadienne, CGA-Canada juge opportun d examiner de manière critique l ampleur des pénuries de ce type observées dans un passé récent et d évaluer nos capacités à estimer de façon fiable les situations de pénurie qui pourraient survenir à l avenir. Pénuries de main-d œuvre dans les métiers spécialisés Les meilleures estimations? 7

8 À cette fin, le présent rapport commence par un bref aperçu des principales caractéristiques des travailleurs des métiers spécialisés. Il présente ensuite une analyse des pénuries de main-d œuvre constatées dans les cinq principaux métiers spécialisés au cours des dix dernières années dans cinq provinces canadiennes ainsi qu une illustration de la sensibilité des estimations des pénuries de main-d œuvre futures à certaines hypothèses de base. Nous procédons également à une évaluation critique de la structure par âge de la main-d œuvre des métiers spécialisés ainsi que des obstacles liés à la formation et à la mobilité de la main-d œuvre en tant que déterminants possibles des pénuries. Le rapport se termine par une synthèse des principales conclusions de notre analyse. Les métiers spécialisés Un portrait global Un métier est considéré comme «un emploi pour lequel un programme d apprentissage provincial ou territorial est offert». Le terme métier spécialisé désigne plutôt «un type d emploi qui comporte généralement des activités complexes et exige des connaissances approfondies et de l adresse» 1. Pour être considéré comme un métier, un emploi doit être officiellement reconnu par une loi provinciale ou territoriale pour la formation en apprentissage et la reconnaissance professionnelle. Dans le cas des métiers spécialisés, la reconnaissance professionnelle ou «certification» peut être obligatoire ou facultative. Les personnes qui travaillent ou qui commencent une carrière dans un métier à certificat obligatoire doivent posséder un certificat de compétence ou être inscrites comme apprenti auprès des autorités provinciales ou territoriales pour pouvoir pratiquer leur métier. L exercice de ces métiers exige également un apprentissage obligatoire 2. Pour les métiers à certificat facultatif, la formation et la certification ne sont pas obligatoires mais sont souvent obtenues pour attester du niveau de compétence du travailleur. Les exigences pour ces deux types de métiers spécialisés varient considérablement à l échelle du pays, car le système d apprentissage canadien se divise en dix systèmes provinciaux et trois systèmes territoriaux. Chaque province ou territoire est responsable des lois, de la réglementation et du suivi en ce qui concerne les exigences en matière de formation et d emploi. Par conséquent, la liste des métiers à certificat obligatoire est nettement différente d une province ou d un territoire à un autre. Au total, on compte quelque 400 métiers spécialisés au Canada; toutefois, seulement 50 3 d entre eux exigent une certification dans au moins une province ou un territoire. 1 Conseil canadien des directeurs de l apprentissage. Glossaire de la formation en apprentissage et de la reconnaissance professionnelle, Les personnes exerçant le métier avant l imposition de cette obligation peuvent être exemptées de l apprentissage. 3 Site Web de Ressources humaines et Développement des compétences Canada, section Mobilité de la main-d œuvre. [En ligne]. consulté le 28 mai Point de mire

9 Environ 1,8 million de Canadiens travaillaient ou cherchaient du travail dans un métier spécialisé en La préférence pour ce type de profession a quelque peu changé au fil du temps; une plus petite proportion de Canadiens s intéresse aujourd hui aux métiers spécialisés qu il y a 25 ans. En 2011, 9,7 % de la population active du Canada était concentrée dans les métiers spécialisés, comparativement à 11,6 % en Cette évolution des préférences s est effectuée de façon progressive, mais a surtout eu lieu à la fin des années 1980 et durant les années La proportion de la population active canadienne travaillant dans des métiers spécialisés est demeurée assez stable au cours des années Les métiers spécialisés englobent une grande variété de professions réparties tant dans le secteur de la production des biens que dans celui de la production des services. Statistique Canada répertorie 70 groupes de métiers dans sa classification des professions, tandis Note 1 sur la méthodologie Classification des métiers spécialisés La Classification nationale des professions pour statistiques (CNP-S) a été utilisée comme référence pour déterminer les professions entrant dans la catégorie des métiers spécialisés. Les exigences d emploi du groupe professionnel «H» (appelé «H Métiers, transport, machinerie et domaines apparentés») ont été analysées afin de cerner les professions pour lesquelles une formation d apprenti constitue une condition d accès à la profession. Ces exigences ont été déterminées selon la Classification nationale des professions (CNP) mise au point par Ressources humaines et Développement des compétences Canada (RHDCC). Au besoin, un tableau de concordance entre la CNP-S 2006 et la CNP 2011 a été utilisé pour établir la correspondance entre les exigences d emploi de la CNP et les professions de la CNP-S. Le Tableau Ellis a également été consulté afin de vérifier l offre de formation en apprentissage pour certaines professions. En s appuyant sur la méthodologie décrite ci-dessus, le rapport considère comme des métiers spécialisés les professions classées dans les groupes H0, H1, H2, H3, H4, H5 (sauf H52) et H6 de la CNP-S. qu une recherche dans le Tableau Ellis un outil fournissant de l information détaillée sur les programmes de formation des apprentis offerts à l échelle du Canada permet de trouver 418 métiers différents 5. Malgré cette grande diversité, les cinq principaux groupes de métiers comptent pour plus du tiers du total de la main-d œuvre des métiers spécialisés. Ces groupes sont les charpentiers (qui représentent 10,1 % de ceux qui travaillent ou veulent travailler dans un métier spécialisé), les mécaniciens et réparateurs de véhicules automobiles, de camions et d autobus (9,6 %), les soudeurs et opérateurs de machines à souder et à braser (6,6 %), les mécaniciens de chantier et mécaniciens industriels (4,9 %) et les électriciens (4,7 %) 6. La répartition des travailleurs spécialisés entre les différentes provinces suit, dans une grande mesure, la répartition de l ensemble de la population les provinces les plus peuplées profitent d un plus grand bassin de main-d œuvre qui travaille ou est disposée à travailler dans des métiers 4 Tableau de CANSIM, totalisations personnalisées de l EPA de Statistique Canada, calculs effectués par CGA-Canada. 5 Tableau Ellis. [En ligne]. consulté le 28 mai 2012; critère de recherche : la zone Nom du métier est laissée en blanc. 6 Données du Recensement de 2006 de Statistique Canada, calculs effectués par CGA-Canada. Ces métiers correspondent aux codes H121, H421, H326, H411 et H211 de la CNP-S. Pénuries de main-d œuvre dans les métiers spécialisés Les meilleures estimations? 9

10 spécialisés. Toutefois, des particularités dans la structure de certains secteurs entraînent une dépendance plus ou moins importante de quelques provinces à certains métiers par rapport aux autres professions. Par exemple, environ 12 % de la population active totale du Canada est située en Alberta, mais, pour des raisons évidentes, la province compte près de 20 % de tous les plombiers, tuyauteurs et monteurs d installations au gaz, conducteurs d équipement lourd et membres du personnel des métiers du formage, du profilage et du montage du métal au pays. On observe également une telle «surutilisation» en Saskatchewan et au Nouveau-Brunswick. La Saskatchewan compte une proportion presque deux fois plus importante de conducteurs d équipement lourd comparativement à la proportion de la population active canadienne dans la province, tandis que le Nouveau-Brunswick compte un grand nombre de mécaniciens de machines fixes et d opérateurs de réseaux électriques 7. Les cas de «sous-utilisation» de certains métiers sont également fréquents. Par exemple, 38,4 % de la population active totale du Canada se situe en Ontario, mais la province compte seulement 28,7 % de tous les charpentiers et ébénistes disponibles au pays. La Saskatchewan et Terre- Neuve-et-Labrador comptent pour leur part une proportion de machinistes nettement inférieure à la proportion de la population active canadienne dans ces provinces 8. Il est à noter toutefois que la surutilisation et la sous-utilisation de certains métiers dans les différentes provinces ne sont pas nécessairement le signe d un déséquilibre du marché du travail; elles reflètent plutôt les différences au sein de la composition industrielle des provinces. Dans certains secteurs, les activités de production dépendent largement des travailleurs spécialisés. Par exemple, près de 70 % de la main-d œuvre dans la catégorie des entrepreneurs spécialisés, qui regroupe principalement des maçons, des peintres et des électriciens travaillant à la construction d immeubles et de structures, se compose d ouvriers qualifiés. Dans le secteur de la réparation et de l entretien ainsi que dans celui de la construction de bâtiments, environ la moitié des travailleurs exercent un métier spécialisé. Au total, dix secteurs de l économie canadienne comptent plus de 25 % de travailleurs spécialisés au sein de leur effectif (Tableau 1). Plus globalement, les grands secteurs de la construction, de la fabrication, de l extraction minière et de l extraction de pétrole et de gaz, des services publics et des autres services sont ceux où les travailleurs spécialisés constituent une portion cruciale de la main-d œuvre. 7 Selon le Recensement de 2006, calculs effectués par CGA-Canada. 8 Selon le Recensement de 2006, calculs effectués par CGA-Canada. 10 Point de mire

11 Tableau 1 Secteurs où les travailleurs spécialisés constituent plus de 25 % de la main-d œuvre Canada Secteur Proportion des travailleurs spécialisés Entrepreneurs spécialisés 69,4 % Réparation et entretien 62,2 % Construction de bâtiments 45,7 % Travaux de génie civil 42,9 % Fabrication de produits métalliques 36,5 % Fabrication de machines 33,5 % Extraction minière (sauf l extraction de pétrole et de gaz) 29,5 % Services publics 27,8 % Première transformation des métaux 27,6 % Transport ferroviaire 26,3 % Nota : Les secteurs correspondent aux codes à trois chiffres du SCIAN 2002; la proportion des travailleurs est indiquée en fonction de la main-d œuvre totale. Source : Statistique Canada, Recensement de 2006, calculs effectués par CGA-Canada. On observe certaines variations régionales en ce qui a trait à la dépendance des industries à l égard des travailleurs spécialisés. Contrairement aux autres provinces, les travailleurs spécialisés en Colombie-Britannique, en Saskatchewan, au Manitoba et à Terre-Neuve-et-Labrador représentent plus du quart de tous les travailleurs du secteur du transport par pipeline, qui fait partie du secteur du transport et entreposage. Le secteur du commerce de détail, plus particulièrement celui des concessionnaires de véhicules et de pièces automobiles, dépend fortement des travailleurs spécialisés en Saskatchewan, au Québec et à Terre-Neuve-et-Labrador. Le sexe et l âge sont deux autres caractéristiques généralement importantes d un profil professionnel. La répartition des sexes dans les métiers spécialisés continue d être hautement inégale. En fait, les hommes représentaient 93,4 % de tous les travailleurs des métiers en 2011, et cette proportion est demeurée pratiquement inchangée au cours des deux dernières décennies 9. Les métiers spécialisés représentent le groupe professionnel où la concentration d hommes est la plus forte au Canada, toutes professions confondues. La structure par âge mérite une attention particulière en raison du vieillissement de la population canadienne et sera traitée plus en détail plus loin dans le présent rapport. 9 Tableau de CANSIM, calculs effectués par CGA-Canada. Pénuries de main-d œuvre dans les métiers spécialisés Les meilleures estimations? 11

12 Les pénuries de main-d œuvre Expérience passée et estimations futures Les termes «pénurie de main-d œuvre» et «pénurie de main-d œuvre qualifiée» sont souvent utilisés de façon interchangeable; toutefois, ils désignent deux concepts bien différents. La pénurie de main-d œuvre fait référence à une situation où le nombre de travailleurs disponibles au sein d une profession donnée est insuffisant pour répondre à la demande des employeurs. Elle se caractérise habituellement par un faible taux de chômage, une hausse des salaires et une entrée massive de travailleurs dans la région qui connaît une pénurie (dans la mesure où il n y a pas d obstacle lié à la mobilité de la main-d œuvre). Une pénurie de main-d œuvre qualifiée existe plutôt lorsque les compétences et l expérience de travail des chercheurs d emploi dans une certaine profession ne correspondent pas à la conception de l employeur quant aux habiletés nécessaires pour assumer convenablement les responsabilités associées à cette profession. De telles pénuries se caractérisent souvent par un taux de chômage élevé, un nombre de postes vacants plus élevé que la moyenne historique, une augmentation des formations en cours d emploi et des campagnes de recrutement visant les travailleurs d autres régions. Tant les pénuries de main-d œuvre que les pénuries de main-d œuvre qualifiée ont des conséquences néfastes sur l économie, car elles empêchent les entreprises de saisir de nouvelles occasions et d atteindre leur plein potentiel. Toutefois, les facteurs à l origine de ces deux types de pénuries sont assez différents : les pénuries de main-d œuvre sont généralement causées par des changements dans la structure par âge des travailleurs, des obstacles à la mobilité, des bonds marqués de la demande et une modification des préférences professionnelles des travailleurs; les pénuries de main-d œuvre qualifiée s expliquent plutôt par une qualité ou une formation insuffisante de la main-d œuvre, situation qui peut être attribuable à des changements dans les processus de production, à des limites du système d enseignement ainsi qu à certains autres facteurs. Dans le but de produire une analyse suffisamment approfondie, le présent rapport traite uniquement de la question des pénuries de main-d œuvre dans les métiers spécialisés. Pénuries de main-d œuvre observées dans le passé Bien que le concept de pénurie de main-d œuvre soit relativement simple, l observation des pénuries est ardue, compte tenu du fait que les complexités inhérentes au marché du travail sont difficiles à mesurer directement. Les sondages sur les conditions du marché menés directement auprès des entreprises l une des méthodes utilisées pour évaluer les pénuries de main-d œuvre sont plutôt subjectifs, et les répondants tendent à interpréter les resserrements du marché du travail comme des pénuries de main-d œuvre, même si le problème n est pas suffisamment grave pour entraîner une hausse des salaires et des heures supplémentaires. L autre méthode qui consiste à estimer les pénuries de main-d œuvre en s appuyant sur des indicateurs économiques donne 12 Point de mire

13 souvent lieu à des interprétations partiales ou imprécises, car les hypothèses formulées pour générer ces estimations sont subjectives 10. De plus, le marché du travail a, du moins dans une certaine mesure, la capacité d atténuer les pénuries et les surplus de main-d œuvre, qui deviennent donc plus difficiles à observer. Par exemple, une demande accrue de main-d œuvre dans une région donnée peut entraîner une hausse des salaires à court terme, générant ainsi une offre de main-d œuvre de la part des chômeurs et des travailleurs provenant d autres secteurs, professions ou régions. De la même manière, les entreprises peuvent modifier leur stratégie et leurs intentions d embauche en réévaluant certaines possibilités ou encore en déplaçant ou en externalisant une partie de leurs besoins en main-d œuvre pour répondre à l étroitesse initiale du marché du travail. Ainsi, les déséquilibres n existeront pratiquement que pendant que ces ajustements ont lieu et leur ampleur pourrait ne pas être entièrement mesurée. Dans certains cas, les épisodes prolongés de pénuries ou de surplus peuvent survenir lorsque le processus d atténuation est entravé par la lenteur de l ajustement des salaires 11 ainsi que des obstacles liés à la formation (comme la durée de la formation exigée avant l accès à la profession) et à la mobilité de la main-d œuvre. De telles pénuries sont généralement plus faciles à observer; toutefois, leur ampleur est établie en fonction d indicateurs différents et peut donc différer de celle des pénuries effectivement constatées. L étude des pénuries de main-d œuvre présentée dans les paragraphes qui suivent reconnaît les limites des outils d évaluation disponibles et est effectuée en tenant bien compte du fait qu il est impossible d établir des estimations purement objectives des déséquilibres du marché du travail. Si l on se fie aux résultats de l Enquête sur les perspectives des entreprises menée par la Banque du Canada, les entreprises ont connu de sérieuses difficultés de recrutement et de maintien des travailleurs à la fin des années 1990, alors que 68 % des entreprises signalaient que des pénuries de main-d œuvre limitaient leur capacité à répondre à la demande. En comparaison, la situation au premier trimestre de 2012 n indiquait pas de resserrement du marché du travail, seulement 27 % des entreprises ayant rapporté connaître une forme quelconque de pénurie de main-d œuvre (graphique du haut de la Figure 1). 10 Sharpe A. et collègues. Apprenticeship Issues and Challenges Facing Canadian Manufacturing Industries, Centre d étude des niveaux de vie, Rapport de recherche , 2008, p Les conventions collectives pluriannuelles conclues entre les travailleurs et les employeurs, l information incomplète, le contrôle des salaires et les mesures d aide sociale sont autant de facteurs qui peuvent influer sur la structure des salaires et accroître leur rigidité. Pénuries de main-d œuvre dans les métiers spécialisés Les meilleures estimations? 13

14 Figure 1 Variations du taux de chômage et pénuries de main-d œuvre signalées par les entreprises Canada 80 % Proportion d entreprises qui connaissent des pénuries de main-d œuvre 68 % Période de récession 60 % 40 % 27 % 20 % 26 % 0 % 7 % 14 % 12 % 12,4 % Taux de chômage 10 % 8 % 10,3 % 7,4 % 6 % 4 % 6,1 % 2 % 0 % Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q Années de récession Toutes les professions Métiers spécialisés Source : Graphique du haut : Enquête sur les perspectives des entreprises, Banque du Canada. Graphique du bas : tableau de CANSIM et totalisations personnalisées de l EPA de Statistique Canada, calculs effectués par CGA-Canada. 14 Point de mire

15 Le taux de chômage peut permettre de mieux évaluer les particularités de la situation des métiers spécialisés. On peut considérer qu il existe une étroitesse du marché du travail pour une certaine profession si le taux de chômage pour celle-ci est inférieur au taux de chômage pour toutes les autres professions. Comme le montre le graphique du bas de la Figure 1, le taux de chômage dans les métiers spécialisés est demeuré systématiquement inférieur à celui de toutes les autres professions entre 1995 et 2008, ce qui signifie que la demande pour les métiers spécialisés était plus élevée que pour tous les autres types de professions. Les variations des taux de chômage n ont pas été homogènes dans les différentes provinces. En Ontario et en Colombie-Britannique, l écart entre le taux de chômage dans toutes les professions et celui dans les métiers spécialisés était particulièrement marqué, le marché du travail des métiers spécialisés connaissant des conditions nettement plus difficiles. Ce fut particulièrement le cas au début des années 2000; l écart des taux de chômage a alors atteint un sommet de 2,4 points de pourcentage pour certaines années. À l inverse, en Alberta et en Saskatchewan, l écart entre le taux de chômage pour toutes les professions et celui pour les métiers spécialisés est pratiquement inexistant depuis 15 ans; toutefois, les taux de chômage dans les deux catégories ont atteint des niveaux remarquablement bas, descendant jusqu à 3,3 % en Alberta en Le Québec a suivi de près la tendance nationale, tandis que les provinces de l Atlantique ont connu une demande moindre pour les métiers spécialisés que pour les autres professions. Après une période d instabilité lors de la récente récession, le marché du travail pour les métiers spécialisés s est resserré dans toutes les provinces, sauf celles de l Atlantique, à la fin de Pour illustrer les différences régionales concernant la demande des métiers spécialisés, la Figure 2 présente deux cas opposés. Pénuries de main-d œuvre dans les métiers spécialisés Les meilleures estimations? 15

16 Figure 2 Taux de chômage dans les métiers spécialisés et pour toutes les professions Provinces choisies 30 % Saskatchewan 25 % 20 % 15 % 10 % 10,6 % 5 % 7,4 % 5,0 % 4,1 % 0 % Taux de chômage % Terre-Neuve-et-Labrador 25 % 22,1 % Taux de chômage 20 % 15 % 10 % 18,0 % 16,7 % 12,7 % 5 % 0 % Années de récession Toutes les professions Métiers spécialisés Source : Tableau de CANSIM et totalisations personnalisées de l EPA de Statistique Canada, calculs effectués par CGA-Canada. 16 Point de mire

17 Il est à noter qu une forte demande de main-d œuvre dans certaines professions n entraîne pas nécessairement de pénurie. Une pénurie de main-d œuvre se produit lorsque le taux de chômage tombe sous son taux naturel, qui peut être considéré comme étant le taux de chômage que l on retrouverait dans une économie qui tourne à plein régime. Le taux de chômage naturel est toujours présent dans l économie; il englobe notamment les travailleurs en période de transition entre deux emplois, ceux qui ont choisi de ne pas travailler pour le taux de salaire courant et ceux qui ont de la difficulté à trouver un emploi en raison d un manque de compétences. Bien que le taux de chômage naturel soit bien défini en théorie, il ne peut être observé en pratique. Une autre manière de déterminer s il existe une pénurie de main-d œuvre consiste à examiner la combinaison des taux de croissance de l emploi, du chômage et des salaires. Cette méthode est utilisée par Ressources humaines et Développement des compétences Canada (RHDCC) dans son Analyse nationale des professions. Une profession est considérée comme étant en situation de demande excédentaire si l emploi et les salaires s accroissent à un rythme beaucoup plus rapide que dans les autres professions et si le taux de chômage est sensiblement inférieur à ceux des années antérieures ou des autres professions 12. L analyse effectuée par RHDCC à l échelle nationale indique qu aucun des métiers spécialisés pour lesquels une évaluation des déséquilibres a été menée n était en situation de pénurie entre 2008 et La situation était toutefois bien différente entre 2005 et 2007 alors que, selon RHDCC, les quatre métiers spécialisés suivants montraient des signes de pénurie : électriciens industriels, mécaniciens de machinerie lourde, directeurs de l exploitation et de l entretien d immeubles et entrepreneurs et contremaîtres en électricité et en mécanique 13. Deux ans auparavant (soit de 2003 à 2005), des métiers spécialisés assez différents semblaient en pénurie, notamment les constructeurs et rénovateurs en construction domiciliaire, les directeurs de l exploitation et de l entretien d immeubles et les entrepreneurs et contremaîtres en tuyauterie et en charpenterie 14. La brièveté des déséquilibres sur le marché du travail pour les métiers spécialisés contrastait fortement avec d autres professions où les pénuries de main-d œuvre se sont poursuivies sur une longue période. Par exemple, toujours selon RHDCC, les médecins, dentistes et vétérinaires, les technologues en radiation médicale, les professionnels en thérapie et en évaluation, les optométristes et les chiropraticiens étaient en pénurie entre 2003 et Ressources humaines et Développement des compétences Canada. Perspectives du marché du travail canadien pour la prochaine décennie ( ), 2008, p. 108 et 109. N o HS28-23/2009F -PDF au catalogue. 13 Ressources humaines et Développement des compétences Canada. Perspectives du marché du travail canadien pour la prochaine décennie ( ), 2008, p N o HS28-23/2009F -PDF au catalogue. 14 Ressources humaines et Développement des compétences Canada. Perspectives du marché du travail canadien pour la prochaine décennie ( ), 2006, p. 31. N o HS28-23/2006F -PDF au catalogue. Pénuries de main-d œuvre dans les métiers spécialisés Les meilleures estimations? 17

18 L évaluation nationale ne reflète pas nécessairement les déséquilibres qui peuvent exister à l échelle régionale. Il peut y avoir une demande excédentaire pour les métiers spécialisés dans certaines provinces et industries et une offre excédentaire de main-d œuvre spécialisée dans d autres. Pour tenir compte de cette complexité, l analyse des pénuries de main-d œuvre observées dans le passé à l échelle nationale est donc raffinée au niveau régional et se concentre sur cinq provinces l Alberta, la Saskatchewan, l Ontario, le Québec et Terre-Neuve-et- Labrador 15. Le champ de l évaluation des pénuries de main-d œuvre est restreint encore davantage pour tenir compte uniquement des cinq principaux métiers spécialisés 16 les charpentiers et ébénistes, les métiers en électricité et en télécommunications, le personnel des métiers du formage, du profilage et du montage du métal, les mécaniciens de machinerie et d équipement de transport et les mécaniciens de véhicules automobiles 17. Ensemble, ces professions représentent plus de 52 % de tous les travailleurs des métiers spécialisés dans chacune des provinces considérées. Comme le montre la Figure 3, évaluer l existence de pénuries de main-d œuvre est une tâche complexe, même dans les meilleures circonstances. L un des principaux obstacles (qui donne finalement lieu à une impasse) est le manque d information sur le taux de chômage pour certains des métiers spécialisés sélectionnés dans quelques-unes des provinces. Par exemple, l Enquête sur la population active de Statistique Canada supprime les Note 2 sur la méthodologie Estimer les pénuries de main-d œuvre passées La méthodologie utilisée pour l analyse des pénuries de main-d œuvre passées provient du Système de projection des professions au Canada mis au point par RHDCC (voir la note 12 pour la publication de référence). On considère qu un métier montre des signes de pénurie lorsqu il répond aux trois conditions suivantes : i) le taux de croissance de l emploi est au moins supérieur de 50 % à la moyenne de l ensemble des professions, ii) les hausses salariales sont d au moins 30 % plus rapides que la moyenne pour toutes les professions et iii) le taux de chômage est inférieur d au moins 30 % à la moyenne pour toutes les professions. Pour tenir compte du fait que des taux de chômage similaires n indiquent pas nécessairement une étroitesse comparable du marché du travail pour les différents métiers, une autre méthode d évaluation des pénuries de main-d œuvre est également utilisée. Selon cette autre méthode, on considère qu un métier montre des signes de pénurie lorsque les deux premières conditions précitées sont satisfaites et que le taux de chômage est proche du niveau le plus bas jamais enregistré. L évaluation des pénuries de main-d œuvre est effectuée pour chaque année entre 2003 et 2011 pour chacun des métiers sélectionnés dans toutes les provinces choisies. 15 Le choix des provinces a été effectué pour tenir compte des deux plus grandes provinces canadiennes (l Ontario et le Québec), des deux provinces connaissant la croissance la plus rapide (l Alberta et la Saskatchewan) et de l une des provinces habituellement considérées comme connaissant des départs importants de travailleurs (Terre-Neuve-et-Labrador). Terre-Neuve-et-Labrador est également la province qui a connu la croissance économique la plus irrégulière au cours des dix dernières années avec une croissance annuelle moyenne du PIB réel oscillant entre un sommet de 15,6 % en 2003 et un creux de -9,2 % en Selon les données du Recensement de Les métiers sélectionnés représentent les cinq principaux métiers spécialisés en Ontario, au Québec et en Alberta. En Saskatchewan et à Terre-Neuve-et-Labrador, les conducteurs d équipement lourd se classent au sixième rang, tout juste derrière un autre métier; toutefois, par souci de cohérence de l analyse et compte tenu de l écart minime dans le classement, les cinq métiers identifiés sont considérés comme les principaux métiers dans chacune des cinq provinces. 17 Ces métiers correspondent respectivement aux codes H12, H21, H32, H41et H42 de la CNP-S. 18 Point de mire

19 estimations du taux de chômage pour tous les métiers spécialisés visés par l étude en Alberta et en Saskatchewan, car elles sont considérées comme étant inférieures au seuil de confiance. Cette situation est particulièrement problématique, car ces deux provinces sont souvent reconnues pour leurs problèmes aigus de pénuries de main-d œuvre. On observe une situation similaire pour deux des métiers spécialisés visés à Terre-Neuve-et-Labrador. Naturellement, le manque d information sur le chômage laisse peu de marge de manœuvre pour évaluer l existence possible de pénuries de main-d œuvre. L examen des déséquilibres du marché du travail dans les provinces ou les métiers pour lesquels des données sont disponibles montre que les situations de pénuries sont survenues de façon assez sporadique (ou occasionnelle) au cours de la période considérée et qu elles ne se sont pas prolongées pendant plus d un an à la fois (Figure 3). Au cours des dix dernières années, le métier de mécanicien de véhicules automobiles a subi des pressions découlant d une demande excédentaire plus fréquemment que les autres métiers visés; une pénurie a été observée en 2006 et en 2011 en Ontario, et en 2003, 2005 et 2010 au Québec. Le taux de chômage au cours de ces années chez les mécaniciens de véhicules automobiles reflétait les pressions subies et s est maintenu à 3 % ou 4 %, tandis qu il était deux fois plus élevé pour toutes les autres professions. Le métier de mécanicien de machinerie et d équipement de transport a aussi connu certaines pénuries, mais ces épisodes ont également été occasionnels et répartis dans l ensemble du pays. En Ontario, un bref épisode de pénurie a également été observé chez les travailleurs spécialisés en électricité et en télécommunications à la suite de la récente récession. Le cas de Terre-Neuve-et-Labrador est particulièrement intéressant : les taux de chômage de 21,3 % chez les charpentiers et les ébénistes, de 15,0 % dans les métiers spécialisés en électricité et de 20,6 % dans les métiers du formage, du profilage et du montage du métal (observés en 2008, 2011 et 2011, respectivement) ne suffisent pas à établir l existence d une étroitesse du marché du travail; toutefois, ils représentaient des creux historiques et se sont accompagnés d un taux de croissance accéléré de l emploi et des salaires. Collectivement, ces facteurs ont entraîné des pénuries de main-d œuvre dans les métiers mentionnés au cours de ces années. Il convient de noter que bon nombre des pénuries de main-d œuvre constatées semblent s être produites en 2011 (particulièrement si l on établit une comparaison avec les autres années de la période d évaluation). L une des explications possibles serait que la population active a tendance à diminuer pendant et peu après une récession, car les possibilités d emplois sont moins nombreuses. À mesure que la croissance économique reprend, les travailleurs qui ne faisaient plus partie de la population active peuvent la réintégrer; toutefois, leur retour peut se faire à un rythme plus lent que la croissance de la demande des employeurs pour de la main-d œuvre, donnant ainsi lieu à un resserrement temporaire du marché du travail. Il pourrait être important de réévaluer la situation de pénurie observée en 2011 lorsque les données de 2012 seront disponibles. Pénuries de main-d œuvre dans les métiers spécialisés Les meilleures estimations? 19

20 Figure 3 Pénuries de main-d œuvre au sein des métiers spécialisés sélectionnés dans cinq provinces canadiennes Alberta Charpentiers et ébénistes Métiers spécialisés en électricité et en télécommunications Métiers du formage, du profilage et du montage du métal Mécaniciens de machinerie et d équipement de transport Mécaniciens de véhicules automobiles Pour tous les métiers visés, les estimations du taux de chômage sont supprimées pour la plupart des années. Saskatchewan Charpentiers et ébénistes Métiers spécialisés en électricité et en télécommunications Métiers du formage, du profilage et du montage du métal Mécaniciens de machinerie et d équipement de transport Mécaniciens de véhicules automobiles Pour tous les métiers visés, les estimations du taux de chômage sont supprimées pour la plupart des années. Ontario Charpentiers et ébénistes Métiers spécialisés en électricité et en télécommunications Pénurie Métiers du formage, du profilage et du montage du métal Mécaniciens de machinerie et d équipement de transport Pénurie Pénurie Mécaniciens de véhicules automobiles Pénurie Pénurie Québec Charpentiers et ébénistes Métiers spécialisés en électricité et en télécommunications Métiers du formage, du profilage et du montage du métal Pénurie Mécaniciens de machinerie et d équipement de transport Pénurie Mécaniciens de véhicules automobiles Pénurie Pénurie Pénurie Terre-Neuve-et-Labrador Charpentiers et ébénistes Métiers spécialisés en électricité et en télécommunications Métiers du formage, du profilage et du montage du métal Mécaniciens de machinerie et d équipement de transport Mécaniciens de véhicules automobiles Pénurie Pénurie Pénurie Pour ces deux métiers, les estimations du taux de chômage sont supprimées pour toutes les années. Nota : Le nom de certains des métiers a été raccourci pour faciliter la visualisation du tableau. Source : Totalisations personnalisées de l EPA de Statistique Canada, tableaux et de CANSIM, calculs effectués par CGA-Canada. 20 Point de mire

Les articles de journaux montrent bien que les

Les articles de journaux montrent bien que les L emploi dans les métiers spécialisés Wendy Pyper «C est très bien de parler d une société axée sur le savoir. Cependant, beaucoup de connaissances diverses sont nécessaires au bon fonctionnement de l

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE COMMENTAIRE Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE Faits saillants Les ventes de véhicules au Canada ont atteint un sommet

Plus en détail

PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS

PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS 2012 Indice BDC de la nouvelle activité entrepreneuriale PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS Résumé --------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007 2017. Résumé de synthèse

Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007 2017. Résumé de synthèse Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007 2017 Résumé de synthèse Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007-2017 APERÇU

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

Article. Bien-être économique. par Cara Williams. Décembre 2010

Article. Bien-être économique. par Cara Williams. Décembre 2010 Composante du produit no 89-503-X au catalogue de Statistique Canada Femmes au Canada : rapport statistique fondé sur le sexe Article Bien-être économique par Cara Williams Décembre 2010 Comment obtenir

Plus en détail

L éducation au Québec : L état de la situation

L éducation au Québec : L état de la situation Préscolaire Primaire Secondaire Collégial Universitaire 43101 45 509 93969 68 331 110 297 151 845 241019 251 612 240 980 251 237 L éducation au Québec : L état de la situation L éducation est un des sujets

Plus en détail

Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier

Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier N o 63-238-X au catalogue. Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier 2012. Faits saillants Le revenu

Plus en détail

Niveau de scolarité et emploi : le Canada dans un contexte international

Niveau de scolarité et emploi : le Canada dans un contexte international N o 81-599-X au catalogue Issue n o 008 ISSN : 1709-8661 ISBN : 978-1-100-98615-9 Feuillet d information Indicateurs de l éducation au Niveau de scolarité et emploi : le dans un contexte international

Plus en détail

Association canadienne de la construction. Mémoire prébudgétaire 2015

Association canadienne de la construction. Mémoire prébudgétaire 2015 Association canadienne de la construction Mémoire prébudgétaire 2015 Synopsis L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises de construction non résidentielle au Canada.

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

Pénuries de main-d oeuvre et mesures de transition professionnelle dans l industrie canadienne de l électricité

Pénuries de main-d oeuvre et mesures de transition professionnelle dans l industrie canadienne de l électricité Pénuries de main-d oeuvre et mesures de transition professionnelle dans l industrie canadienne de l électricité Sommaire Publié par le Conseil sectoriel de l électricité www.brightfutures.ca Le Conseil

Plus en détail

Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients

Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients Contexte Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (TPSGC) souscrit aux principes d Approvisionnement

Plus en détail

Appel à l action relativement au chômage, au sous-emploi et à la pénurie de main-d œuvre qualifiée

Appel à l action relativement au chômage, au sous-emploi et à la pénurie de main-d œuvre qualifiée Appel à l action relativement au chômage, au sous-emploi et à la pénurie de main-d œuvre qualifiée Introduction Les diplômés des universités et des collèges du Canada sont confrontés à des taux inacceptables

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

Crédits d impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental («RS&DE»)

Crédits d impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental («RS&DE») Crédits d impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental («RS&DE») Aperçu du programme et occasions à saisir Pascal Martel Yara Bossé-Viola 8 octobre 2014 Objectifs Objectifs du

Plus en détail

Comparaisons internationales de la dette

Comparaisons internationales de la dette Annexe 2 Comparaisons internationales de la dette Faits saillants Selon les statistiques officielles publiées par le Fonds monétaire international (FMI) et l Organisation de coopération et de développement

Plus en détail

RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ

RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ Rédigé par Edwin L. Weinstein, Ph.D., C.Psych. The Brondesbury Group Résumé Le présent sondage a pour objectif premier de cerner les facteurs

Plus en détail

Reconnaissance de l expérience antérieure et des qualifications

Reconnaissance de l expérience antérieure et des qualifications Reconnaissance de l expérience antérieure et des qualifications Qualification professionnelle Reconnaissance professionnelle interprovinciale pour les titulaires d un certificat provincial Accord sur le

Plus en détail

Re c h e r c h e e t É v a l u a t i o n

Re c h e r c h e e t É v a l u a t i o n Portrait d un processus d intégration D i f f i c u l t é s r e n c o n t r é e s e t r e s s o u r c e s m i s e s à p r o f i t p a r l e s n o u v e a u x a r r i v a n t s a u c o u r s d e s q u a

Plus en détail

Étude des tendances en matière de soins de santé au Canada

Étude des tendances en matière de soins de santé au Canada www.bucksurveys.com Étude des tendances en matière de soins de santé au Canada Résultats 2011 Introduction: Faibles augmentations à tous les niveaux Depuis que Buck a lancé, en 2001, sa première Étude

Plus en détail

Étude comparative sur les salaires et les échelles salariales des professeurs d université. Version finale. Présentée au

Étude comparative sur les salaires et les échelles salariales des professeurs d université. Version finale. Présentée au Étude comparative sur les salaires et les échelles salariales des professeurs d université Version finale Présentée au Syndicat général des professeurs et professeures de l Université de Montréal (SGPUM)

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Assurance médicaments 2.0

Assurance médicaments 2.0 PRINCIPES ET PRIORITÉS Assurance médicaments 2.0 Avant-propos Objectif Pour renouveler les discussions nationales sur un cadre pancanadien d assurance médicaments, il faut présenter des preuves claires

Plus en détail

Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation

Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation M. Peter Mesheau Ministre des Finances Gouvernement du Nouveau-Brunswick Le 17 octobre 2001

Plus en détail

Tendances récentes dans les industries automobiles canadiennes

Tendances récentes dans les industries automobiles canadiennes N o 11 626 X au catalogue N o 26 ISSN 1927-548 ISBN 978--66-2984-5 Document analytique Aperçus économiques Tendances récentes dans les industries automobiles canadiennes par André Bernard Direction des

Plus en détail

En 1999, on dénombrait 3,6 millions de

En 1999, on dénombrait 3,6 millions de Non-syndiqués assujettis à une convention collective Ernest B. Akyeampong En 1999, on dénombrait 3,6 millions de travailleurs syndiqués au Canada. On comptait en outre plus d un quart de million d employés

Plus en détail

Décembre 2011. Nord-du-Québec

Décembre 2011. Nord-du-Québec Enquête sur les besoins de main-d œuvre et de formation des entreprises du secteur de l industrie de l information, de l industrie culturelle, des finances, des assurances, des services immobiliers et

Plus en détail

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1 Affaires étrangè et Commerce International Canada Le Bureau de l économiste en chef Série de papiers analytiques L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada

Plus en détail

Gestionnaires. Parcoursd apprentissage

Gestionnaires. Parcoursd apprentissage Gestionnaires Parcoursd apprentissage V2 VOTRE PARTENAIRE EN APPRENTISSAGE L École de la fonction publique du Canada offre des produits d apprentissage et de formation qui contribuent au renouvellement

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Commentaires du Conseil du patronat du Québec dans le cadre de la consultation sur l accessibilité

Plus en détail

Une famille, deux pensions

Une famille, deux pensions famille, deux pensions Susan Poulin Au cours du dernier quart de siècle, la proportion de familles composées de deux conjoints mariés ayant tous deux un emploi a augmenté de façon phénoménale. En 1994,

Plus en détail

Au début des années 1990, les emplois

Au début des années 1990, les emplois L écart salarial entre employés temporaires et permanents Diane Galarneau Au début des années 1990, les emplois atypiques travail temporaire, à temps partiel ou autonome semblaient entamer une montée inquiétante.

Plus en détail

Cessation d emploi et protection d assurance collective

Cessation d emploi et protection d assurance collective SOINS MÉDICAUX ET SOINS DENTAIRES / INVALIDITÉ, VIE ET MMA 14-11 Cessation d emploi et protection d assurance collective Le présent bulletin est une mise à jour du numéro 07-02 de l Info- Collective. Parmi

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

LE TRAVAIL SAISONNIER constitue depuis longtemps

LE TRAVAIL SAISONNIER constitue depuis longtemps Travail saisonnier et utilisation de l assurance-emploi Shawn de Raaf, Costa Kapsalis et Carole Vincent LE TRAVAIL SAISONNIER constitue depuis longtemps un aspect important du marché du travail canadien.

Plus en détail

N o 84F0210X au catalogue. Naissances

N o 84F0210X au catalogue. Naissances N o 84F0210X au catalogue Naissances 2009 Comment obtenir d autres renseignements Pour toute demande de renseignements au sujet de ce produit ou sur l ensemble des données et des services de Statistique

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA. Norme de formation Professionnelle continue Version 1.1

ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA. Norme de formation Professionnelle continue Version 1.1 ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA Norme de formation Professionnelle continue Version 1.1 Association des comptables généraux accrédités du Canada 100 4200 North Fraser Way Burnaby

Plus en détail

Morley Gunderson Lee Jacobs François Vaillancourt

Morley Gunderson Lee Jacobs François Vaillancourt Auteurs : Morley Gunderson, Université de Toronto, Lee Jacobs, Conseil des ressources humaines du logiciel et François Vaillancourt, Université de Montréal avril 2005 Remerciements Les auteurs souhaitent

Plus en détail

Document de recherche Direction des études analytiques : documents de recherche

Document de recherche Direction des études analytiques : documents de recherche N o 11F0019M au catalogue N o 345 ISSN 1205-9161 ISBN 9788-1-100-99724-7 Document de recherche Direction des études analytiques : documents de recherche par Christine Laporte et Richard E. Mueller Division

Plus en détail

Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE

Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE Préparé pour la Conférence économique 2005, Ottawa 10 mai 2005 Colleen Dempsey Recherche et statistiques stratégiques Citoyenneté et

Plus en détail

Selon les prévisions actuelles,

Selon les prévisions actuelles, Qui épargne pour la retraite? Karen Maser Selon les prévisions actuelles, près de 23 % de la population aura 65 ans ou plus en 2031, ce qui représente une nette progression par rapport au pourcentage de

Plus en détail

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada.

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada. Énoncé de position LA PLANIFICATION NATIONALE DES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ POSITION DE L AIIC L AIIC croit qu une planification réussie des ressources humaines de la santé au Canada passe par un

Plus en détail

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement GUIDE ADMINISTRATIF Classification et rémunération du personnel d encadrement En vigueur du 1 er avril 2007 au 31 mars 2010 Contenu et rédaction Association québécoise des centres de la petite enfance

Plus en détail

Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance

Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance Le présent document précise encore davantage les données et la méthodologie utilisées par le BSIF pour calculer les marges pour

Plus en détail

Depuis dix ans, le Canada affiche un solide bilan au chapitre de l emploi, en particulier par rapport à

Depuis dix ans, le Canada affiche un solide bilan au chapitre de l emploi, en particulier par rapport à ÉTUDE SPÉCIALE Services économiques TD Sommaire L EMPLOI AU CANADA Où, quoi et pour qui? Faits saillants Depuis dix ans, le Canada affiche un solide bilan au chapitre de l emploi, en particulier par rapport

Plus en détail

médicale canadienne, l Institut canadien d information sur la santé, Santé Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada.

médicale canadienne, l Institut canadien d information sur la santé, Santé Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada. DEPUIS PLUSIEURS ANNÉES, la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) interroge ses membres sur plusieurs aspects touchant leur pratique professionnelle à l aide de sondages, de groupes de

Plus en détail

OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE

OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE Cette fi che est un outil d introduction au concept de la gestion interculturelle. Elle est destinée aux gestionnaires de PME afi

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES

COMMENTAIRE. Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES COMMENTAIRE Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES Dans le contexte d une diminution continue des taux d intérêt depuis le milieu des

Plus en détail

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION Contexte L accès à une prestation de retraite ou de pension pour les employés des organismes du secteur

Plus en détail

L obtention d un diplôme au Canada : profil, situation sur le marché du travail et endettement des diplômés de la promotion de 2005

L obtention d un diplôme au Canada : profil, situation sur le marché du travail et endettement des diplômés de la promotion de 2005 N o 81-595-M au catalogue N o 074 ISSN : 1711-8328 ISBN : 978-1-100-91284-4 Documents de recherche Culture, tourisme et Centre de la statistique de l éducation L obtention d un diplôme au Canada : profil,

Plus en détail

ET LES DISPONIBILITÉ ARMÉES NATIONALE. 1 er mars

ET LES DISPONIBILITÉ ARMÉES NATIONALE. 1 er mars Association des collèges communautaires du Canada LES COLLÈGES ET LES INSTITUTS CONTRIBUENT AU MAINTIEN DISPONIBILITÉ OPÉRATIONNELLE DES FORCES ARMÉES CANADIENNES PAR LA FORMATION ET LE RECRUTEMENT EN

Plus en détail

La mobilité professionnelle revêt

La mobilité professionnelle revêt Mobilité professionnelle 17 Du changement de poste au changement d entreprise, en passant par la promotion : la mobilité des Franciliens Les salariés franciliens, notamment les cadres, ont une propension

Plus en détail

La reconnaissance mutuelle

La reconnaissance mutuelle La reconnaissance mutuelle des qualifications professionnelles Entente Québec-France Une nouvelle passerelle entre le Québec et la France L Entente Québec-France Introduction Lever les obstacles à l attraction

Plus en détail

Commentaires sur le projet de lignes directrices (G3) pour l évaluation de la durabilité de la Global Reporting Initiative

Commentaires sur le projet de lignes directrices (G3) pour l évaluation de la durabilité de la Global Reporting Initiative Le 28 mars 2006 Commentaires sur le projet de lignes directrices (G3) pour l évaluation de la durabilité de la Global Reporting Initiative Nous sommes heureux d avoir l occasion de présenter nos commentaires

Plus en détail

Exposé-sondage. Conseil des normes actuarielles. Avril 2013. Document 213018

Exposé-sondage. Conseil des normes actuarielles. Avril 2013. Document 213018 Exposé-sondage Révisions aux Normes de pratique applicables aux régimes de retraite Hypothèses pour les évaluations de liquidation hypothétique et de solvabilité Conseil des normes actuarielles Avril 2013

Plus en détail

Incidence des tendances de marketing

Incidence des tendances de marketing Incidence des tendances de marketing La publicité au Canada joue un rôle important dans l économie canadienne avec des dépenses qui devraient atteindre plus de 23,3 milliards de dollars en 211. Dépenses

Plus en détail

Déclin des groupes visés par l équité en matière d emploi lors du recrutement. Étude de la Commission de la fonction publique du Canada

Déclin des groupes visés par l équité en matière d emploi lors du recrutement. Étude de la Commission de la fonction publique du Canada Déclin des groupes visés par l équité en matière d emploi lors du recrutement Étude de la Commission de la fonction publique du Canada Octobre 2009 Commission de la fonction publique du Canada 300, avenue

Plus en détail

Électriciens industriels (CNP 7242)

Électriciens industriels (CNP 7242) Électriciens industriels (CNP 7242) Description de la profession Les électriciens industriels sont regroupés sous le code 7242 de la Classification nationale des professions (CNP). Cette profession correspond

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

vérificatrice générale du Canada à la Chambre des communes

vérificatrice générale du Canada à la Chambre des communes 2010 Rapport de la vérificatrice générale du Canada à la Chambre des communes AUTOMNE Chapitre 1 Le Plan d action économique du Canada Bureau du vérificateur général du Canada Le Rapport d automne 2010

Plus en détail

Utilisation d une automobile : incidences fiscales

Utilisation d une automobile : incidences fiscales Utilisation d une automobile : incidences fiscales Les frais engagés pour l utilisation d une automobile dans le cadre d un emploi ou d une entreprise présentent un élément d affaires justifiant leur déductibilité

Plus en détail

Chronique Assurances et gestion des risques. sous la responsabilité de Gilles Bernier 1

Chronique Assurances et gestion des risques. sous la responsabilité de Gilles Bernier 1 Chronique Assurances et gestion des risques sous la responsabilité de Gilles Bernier 1 Puisque ce numéro de la Revue, tout comme celui de janvier 2004, est consacré à l assurance automobile, j ai choisi

Plus en détail

d évaluation Objectifs Processus d élaboration

d évaluation Objectifs Processus d élaboration Présentation du Programme pancanadien d évaluation Le Programme pancanadien d évaluation (PPCE) représente le plus récent engagement du Conseil des ministres de l Éducation du Canada (CMEC) pour renseigner

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

Les soins de santé de première ligne au Canada : innovations dans la prestation de soins de santé aux populations vulnérables

Les soins de santé de première ligne au Canada : innovations dans la prestation de soins de santé aux populations vulnérables Réseaux canadiens de recherche en politiques publiques inc. (RCRPP) 600 250, rue Albert, Ottawa (Ontario) K1P 6M1 Tél. : 613-567-7500 Téléc. : 613-567-7640 Site Web : www.cprn.org Les soins de santé de

Plus en détail

Affaires autochtones et Développement du Nord Canada. Rapport de vérification interne

Affaires autochtones et Développement du Nord Canada. Rapport de vérification interne Affaires autochtones et Développement du Nord Canada Rapport de vérification interne Vérification de la délégation des pouvoirs, de la conception organisationnelle et de la classification Préparé par la

Plus en détail

Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada. au Comité permanent des finances. de la Chambre des communes

Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada. au Comité permanent des finances. de la Chambre des communes Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Novembre 2013 Recommandations Au nom des organismes de bienfaisance canadiens, Imagine Canada

Plus en détail

Info-commerce : Incertitude économique mondiale

Info-commerce : Incertitude économique mondiale Info-commerce : Incertitude économique mondiale avril 2012 Panel de recherche d EDC Résultats du sondage de février 2012 Faits saillants Même si les É.-U. restent une importante destination commerciale,

Plus en détail

Guide d instructions

Guide d instructions Guide d instructions Objet : Date : Demande d agrément d un régime de retraite à cotisations déterminées (CD) VERSION PROVISOIRE Introduction Les régimes de retraite qui accordent des prestations à des

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO-

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- ALIMENTAIRE AU QUÉBEC RÉSULTATS D UNE CONSULTATION DES ACTEURS DU SECTEUR AGROALIMENTAIRE AU SUJET DE LEUR CONFIANCE ENVERS LEURS PERSPECTIVES FUTURES Préparé pour l Union

Plus en détail

Brock. Rapport supérieur

Brock. Rapport supérieur Simplification du processus de demande d aide financière dans les établissementss : Étude de cas à l Université Brock Rapport préparé par Higher Education Strategy Associates et Canadian Education Project

Plus en détail

Un choix fiscalement avantageux

Un choix fiscalement avantageux LES SOLUTIONS CATÉGORIES DE SOCIÉTÉ RUSSELL Un choix fiscalement avantageux Nos solutions catégories de société offrent des occasions de placement fiscalement avantageuses pour que vous ayez plus d argent

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2011-2012

Consultations prébudgétaires 2011-2012 Présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes 12 août 2011 Sommaire Dans le cadre des consultations prébudgétaires du Comité permanent des finances de la Chambre des communes, le

Plus en détail

évaluations avec date de calcul à compter du 31 décembre 2014 (mais au plus tard le 30 décembre 2015).

évaluations avec date de calcul à compter du 31 décembre 2014 (mais au plus tard le 30 décembre 2015). NOTE DE SERVICE À : De : Tous les actuaires des régimes de retraite Bruce Langstroth, président Direction de la pratique actuarielle Manuel Monteiro, président Commission des rapports financiers des régimes

Plus en détail

L ÉTAT QUÉBÉCOIS STRUCTURE ET TAILLE DE L ÉTAT LA DETTE. L'Observatoire de l administration publique - ENAP Été 2008

L ÉTAT QUÉBÉCOIS STRUCTURE ET TAILLE DE L ÉTAT LA DETTE. L'Observatoire de l administration publique - ENAP Été 2008 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN P E R S P E C T I V E STRUCTURE ET TAILLE DE L ÉTAT LA DETTE L'Observatoire de l administration publique - ENAP Été 2008 Aucun élément du contenu du présent document ne peut être utilisé,

Plus en détail

Canadian Institute of Actuaries Institut Canadien des Actuaires

Canadian Institute of Actuaries Institut Canadien des Actuaires Canadian Institute of Actuaries Institut Canadien des Actuaires MÉMOIRE DE L INSTITUT CANADIEN DES ACTUAIRES DESTINÉ AU SURINTENDANT DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES DE L ALBERTA, MINISTÈRE DES FINANCES DE

Plus en détail

Les femmes restent plus souvent au foyer, travaillent davantage à temps partiel, gagnent moins et sont plus exposées à la pauvreté

Les femmes restent plus souvent au foyer, travaillent davantage à temps partiel, gagnent moins et sont plus exposées à la pauvreté DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUÉ DE PRESSE 7 mars 2008 Les femmes restent plus souvent au foyer, travaillent davantage à temps partiel, gagnent moins et sont plus exposées

Plus en détail

Réponse concernant le financement de l assurance-emploi et les récentes mesures connexes. Ottawa, Canada 9 octobre 2014 www.pbo-dpb.gc.

Réponse concernant le financement de l assurance-emploi et les récentes mesures connexes. Ottawa, Canada 9 octobre 2014 www.pbo-dpb.gc. Réponse concernant le financement de l assurance-emploi et les récentes mesures connexes Ottawa, Canada 9 octobre 2014 www.pbo-dpb.gc.ca Le Directeur parlementaire du budget a pour mandat de présenter

Plus en détail

Initiative sur le marché du travail pour le Yukon. Préparé pour : Chambre de commerce de Whitehorse. Préparé par : Judy Corley

Initiative sur le marché du travail pour le Yukon. Préparé pour : Chambre de commerce de Whitehorse. Préparé par : Judy Corley Initiative sur le marché du travail pour le Yukon Préparé pour : Chambre de commerce de Whitehorse Préparé par : Judy Corley Judy L. Corley Consulting Inc. 1 Résumé... 3 La motivation de changer... 6 Déterminer

Plus en détail

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement Profil économique VILLE DE MONTRÉAL Arrondissement de Rivière-des-Prairies Pointe-aux-Trembles chômage mploi logement établissements d affaires localisation de l emploi revenus d emploi professions main-d

Plus en détail

Les salariés du transport et de la logistique

Les salariés du transport et de la logistique Les salariés du transport et de la logistique Les salariés du secteur Transport-Logistique sont essentiellement des hommes (82%), exerçant un métier d ouvrier (68%), qualifié pour la plupart. Globalement,

Plus en détail

Programme canadien pour l épargne-études Rapport statistique annuel

Programme canadien pour l épargne-études Rapport statistique annuel Programme canadien pour l épargne-études Rapport statistique annuel Décembre 2008 TABLE DES MATIÈRES MESSAGE AUX INTERVENANTS... 3 PROGRAMME CANADIEN POUR L ÉPARGNE-ÉTUDES (PCEE)... 4 MÉTHODOLOGIE DU RAPPORT...

Plus en détail

Tendances sur le plan de l'épargne et du prêt net dans les comptes nationaux

Tendances sur le plan de l'épargne et du prêt net dans les comptes nationaux N o 13-604-MIF au catalogue N o 049 ISSN: 1707-1844 ISBN: 0-662-70787-7 Document de recherche Comptes des revenus et dépenses série technique Tendances sur le plan de l'épargne et du prêt net dans les

Plus en détail

GUIDE DE LA RÉMUNÉRATION TECHNOLOGIES

GUIDE DE LA RÉMUNÉRATION TECHNOLOGIES 2015 GUIDE DE LA RÉMUNÉRATION TECHNOLOGIES table des matières Méthodologie 1 Le secteur des TI au Canada 2 Combler l écart 4 Embauche en 2015 5 Alberta 6 Colombie-Britannique 10 Manitoba 15 Nouveau-Brunswick

Plus en détail

Programme canadien pour l épargne-études Rapport statistique annuel

Programme canadien pour l épargne-études Rapport statistique annuel Programme canadien pour l épargne-études Rapport statistique annuel Décembre 2008 TABLE DES MATIÈRES MESSAGE AUX INTERVENANTS... 3 PROGRAMME CANADIEN POUR L ÉPARGNE-ÉTUDES (PCEE)... 4 MÉTHODOLOGIE DU RAPPORT...

Plus en détail

LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC. Automne

LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC. Automne LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2013 Le point sur la situation économique et financière du québec Automne 2013 NOTE La forme masculine utilisée dans le texte désigne

Plus en détail

N o 71-211-X au catalogue. Taux d absence du travail

N o 71-211-X au catalogue. Taux d absence du travail N o 71-211-X au catalogue Taux d absence du travail 2011 Comment obtenir d autres renseignements Pr tte demande de renseignements au sujet de ce produit sur l ensemble des données et des services de Statistique

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada EN COLLABORATION AVEC : Sondage 2013 des canaux de revente de Direction

Plus en détail

BILAN ANNUEL 2014. Conseil canadien des directeurs de l apprentissage (CCDA) NORME D EXCELLENCE CANADIENNE POUR LES MÉTIERS SPÉCIALISÉS

BILAN ANNUEL 2014. Conseil canadien des directeurs de l apprentissage (CCDA) NORME D EXCELLENCE CANADIENNE POUR LES MÉTIERS SPÉCIALISÉS Conseil canadien des directeurs de l apprentissage (CCDA) BILAN ANNUEL 2014 NORME D EXCELLENCE CANADIENNE POUR LES MÉTIERS SPÉCIALISÉS sceau-rouge.ca red-seal.ca Table des matières MESSAGE DE LA PART

Plus en détail

EXA E Examen du ratio RR9-2012

EXA E Examen du ratio RR9-2012 EXA E Examen du ratio RR9-2012 Examen des ratios compagnon - apprenti pour le métier de : Poseur de matériaux isolants Présenté : Au Conseil d administration de l Ordre des métiers de l Ontario Par le

Plus en détail

Les finances des ménages : mettre l accent sur la richesse. Un rapport de l Association des comptables généraux accrédités du Canada

Les finances des ménages : mettre l accent sur la richesse. Un rapport de l Association des comptables généraux accrédités du Canada Les finances des ménages : mettre l accent sur la richesse Un rapport de l Association des comptables généraux accrédités du Canada Au sujet de CGA-Canada L Association des comptables généraux accrédités

Plus en détail

Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité

Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité Ministère des Finances Communiqué Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité Le Plan d action économique de 2015

Plus en détail