Je dédie ce modeste travail :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Je dédie ce modeste travail :"

Transcription

1 ² Je dédie ce modeste travail : * A mes chers et adorables parents * A mes frères et sœurs * A toute ma famille * A mes collègues, mes amis : je vous souhaite le bonheur et la réussite dans votre vie et je vous souhaite un avenir plein de bonheur et de joie * A toutes les personnes qu ont bien voulu apporter leur aide et leur collaboration pour l élaboration de ce travail 1

2 Monsieur le Directeur de l ENSAM Meknès : Je tiens à vous remercier pour vous aimables gestes envers les étudiants de l ENSAM et pour votre compréhension à leurs problèmes Je vous exprime ma profonde gratitude pour les effets que vous avez déployés à la formation des étudiants de l ENSAM Messieurs les enseignants de l ENSAM Meknès : Je vous remercie de l intérêt que vous avez accordé à la formation des étudiants de l ENSAM, durant la période de leur formation Vous avez donné un enseignement adéquat à l exercice de notre profession Messieurs les responsables de la sucrerie de Sidi Slimane : Je tiens à remercier Mr M SHIMI : Directeur de la sucrerie, ainsi que mon encadrant Mr, S ABOULOUAFA pour son aide et toute l équipe du service bureau des méthodes qu ont m aidé à passer mon stage dans des bonnes conditions 2

3 Avant propos : 6 Introduction : 7? Présentation du SUNABEL : 8 A /- Description de l usine (sucrerie de Sidi Slimane) : 9? Processus de production de sucre : 10 I /- Réception Betteraves : 12 II /- Alimentation de l usine lavage betteraves : 12 Déchargement mécanique : 12 Alimentation et Lavage : 13 III /- Découpage : 13 IV /- Diffusion : 14 V /- Epuration : 16 Préchaulage : 16 Chaulage : 17 1 ère carbonatation : 17 Décantation : 17 2 ème carbonatation : 17 Filtration à pression : 17 VI /- Evaporation : 17 VII /- Cristallisation : 19 VIII /- Conditionnement du sucre : 19 IX /- Distribution de l énergie électrique : 19 Réseau de l ONE: 21 3

4 Réseau local : 21 B /- Sujet d étude : 23 C /- Maintenance : 25 Maintenance : 25 Types de maintenance : 25 Maintenance dans la sucrerie : 26 D /- Maintenance assistée par ordinateur : 27 I /- But de la GMAO : 27 II /- Présentation du logiciel : 28 III /- Entées du logiciel : 35 IV /- Sorties du logiciel : 36 V /- Opérations quotidiennes : 37 VI /- Rapport annuel : 38? Coût de maintenance : 38? Bons de travaux extérieurs : 40? Situation d entretien : 40? Anomalies d entretien : 41 E /- Caractéristiques des machines : 42 Conclusion : 43 ANNEXS 45 4

5 ENSAM : Ecole Nationale Supérieure d ARTS &Métiers GMAO : Gestion de la Maintenance Assistée par Ordinateur SUNABEL : Sucrerie National de Beht et Lokus TPM : Total Productive Maintenance BTI : Bons de Travaux Intérieurs BTE : Bons de Travaux Extérieurs MO : Mains d œuvre PU : Prix Unitaire BM : Bureau des Méthodes ONE : Office Nationale d Electricité P T : Prix Total CIN : Code d Identité National 5

6 AVANT-PROPOS Pour concrétiser les connaissances théoriques prises durant l année scolaire dans le domaine pratique, l étudiant doit effectuer des stages (technique, de formation, d expériences, de recherche ), Et pour ça la plupart des écoles supérieures de formation imposent aux étudiants des travaux personnels issus de leur propre expérience L objectif est à la fois pédagogique et scolaire :? Pédagogique : car il s agit de confronter à la réalité et à l environnement les connaissances acquises en cours? Scolaire : car les travaux personnels sont toujours presque évolués par un correcteur ou jury, la note influe parfois fortement sur la moyenne de l étudiant et représente souvent la dernière étape avant l octroi d un diplôme Dans les différents stages effectués par l étudiant, ce dernier est confronté à une situation concrète, il doit utiliser les connaissances et les méthodes enseignées et exploiter celles requise pendant sa formation, il devient actif, il va déterminer son plan de travail, il va gérer son temps Certaines écoles d ingénieurs exigent à leurs étudiants une période de quinze à un mois au sein d un atelier ou d une usine Et pour assurer la formation d un ingénieur susceptible et capable de suivre le rythme que le monde lui impose, suite au développement scientifique et technique, l ENSAM Meknès oblige à ses étudiants de faire des stages pour permettre à l élève -ingénieur de se familiariser, de s intégrer et de suivre les progrès techniques, dans le monde de son activité futur (monde industriel) 6

7 INTRODUCTION La sucrerie de Sidi Slimane est une usine semi-publique crée en 1963 par la société polonaise CEKOP pour la production et la commercialisation du sucre granulé, de pulpe et de la mélasse à partir de la betterave sucrière, qui fait partie de la production agricole régionale (de Sidi Slimane) Cette usine contient des centaines de machines pour assurer la production du sucre Pour assurer le bon fonctionnement de ces machines la maintenance reste indispensable La question qui se pose c est : comment peut-on gérer la maintenance dans l usine sachant que ce dernier ne contient pas un service de la gestion de la maintenance, mais c est le B M qui est chargé de gérer la maintenance dans l usine Dans ce modeste travail on va parler un peu de la maintenance dans la sucrerie de sidi Slimane, des méthodes pour améliorer la gestion de la maintenance dans l usine, aussi on va essayer de répondre à des questions de genre : C est quoi la maintenance? Qui sont-ils les différents types de maintenance existant? Quels sont les méthodes et les procédés utilisés précédemment pour assurer la maintenance des services de l usine? Qu ils sont les moyens qu on veut utiliser maintenant pour améliorer la gestion de la maintenance au sein de la sucrerie? 7

8 * /- Présentation du SUNABEL : ORGANIGRAMME SUNABEL DIRECTION GENERALE DIRECTEUR FINANCIER DIRECTEUR BELKSSIRI DIRECTEURS IDI ALAL TAZI DIRECTEUR KSAR KBIR DIRECTEUR COMMERCIAL DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES DIRECTEUR SIDI SLIMANE SERVICE FINANCE COMPTABILITE SERVICE PERSONNEL SERVICE VENTE SERVICE GSTOCKS SEVICES GENERAUX DIVISION AGRONOMIQUE BUREAU DE METHODES ELECTRICITE REGULATION MECANIQUE SENERGIE PRODUCTION LABORATOIRE SECURITE 8

9 A/- DESCRIPTION DE L USINE : ( sucrerie de Sidi Slimane ) La sucrerie de Sidi Slimane est une usine semi-publique crée en 1963 par la société polonaise CEKOP pour la production et la commercialisation du sucre granulé, de pulpe et de la mélasse à partir de la betterave sucrière, qui fait partie de la production agricole la région de Sidi Slimane L implantation de la sucrerie de Sidi Slimane est due à plusieurs raisons : Satisfaction du marché marocain en matière de sucre, par conséquent réduire l importation de ce produit Résorption du chômage Le développement économique de la région par la valorisation d un produit agricole en l occurrence de betterave La ville d implantation de l usine n est pas choisie par hasard car la région de Sidi Slimane bénéfice de :? Disponibilité de l eau grâce au barrage EL KANSARA? Présence de l infraction hydraulique d un secteur équipé pour irriguer les betteraves et pour alimenter l usine en eau pendant la période de la compagne L usine présente un moteur principal pour l activité économique de la région de Sidi Slimane 9

10 */- processus de production du sucre : Le but de la sucrerie est d extraire le sucre et d éliminer les nonsucre ainsi que les impuretés, car les betteraves reçues par l usine sont composées de : - Le sucre - Le non-sucre - L eau - Les impuretés ( herbe, petites pierres ) Il est donc indispensable de réaliser les opérations suivantes :? Lavage des betteraves : pour éliminer les impuretés? La diffusion et l épuration : pour éliminer les non-sucre? L évaporation et la cristallisation : pour se débarrasser de l eau et des non-sucre restants Le processus de production de sucre est schématisé comme suite : (Fig 1) 10

11 Figure : 1 11

12 I /- Réception de la betterave : Les betteraves à leur entrée à l usine à travers les camions ou les remorques sont pesées et de chaque véhicule on prélève à la sonde un échantillon d environ 20 à 50 éléments, c est l équivalent de 20 Kg, par un appareil nommé : «appareil d échantillonnage Rupro / simplex pont roulant» Qui servira à la détermination de la tare et de la richesse en sucre? Ces deux critères caractérisent la qualité de la betterave et permettent la détermination du prix de la betterave selon un barème précis :(annexe 1) Tare = [(poids brut poids net ) / poids brut]*100 Après l échantillon passe à la repousse dont on prélève 50 g de la râpe de betterave, puis on lui ajoute le «sous acétate de Plomb», puis on agite le tout avant de filtrer et de faire passer au «saccharimètre» pour mesurer sa polarisation L autre partie de la réception est consacrée à la saisie dans laquelle on donne à chaque agriculteur un badge qui contient le CMV : (centre de mise en valeur :le code de planteur, n de camion, le poids net, la tare et la richesse ) II /-Alimentation de l usine Lavage des betteraves : 1 /- déchargement et stockage : Après la réception, le camion passe au poste de déchargement où il va décharger les betteraves, grâce à des culbuteurs qui s inclinent de façon 12

13 à favoriser la chute des betteraves, ces dernières seront transportées sur un tapis roulant, en passant par un décrotteur pour éliminer une partie de terre, puis vers des silos de stockage qui sont d une capacité de 2000 tonnes chacun Remarque : Le stockage des betteraves ne doit pas dépasser les 24 heures pour minimiser la dégradation de ses composants 2 /- Alimentation et Lavage : L alimentation de l usine se fait à l aide de lances d abattage d eau orientables, les betteraves sont véhiculées sur vois hydrauliques à travers un caniveau sous terrain équipé d un épierreur Par suite les betteraves sont déversées dans un lavoir pour les rendre propres, après les betteraves lavées sont envoyées aux coupe-racines Le lavoir et tout ce qui l entoure jouent un rôle important, car il y a un lien entre la qualité de lavage et l usure des couteaux des coupe-racines, les effets d un mauvais lavage peuvent être : ( usure anormale par érosion des couteaux coupe-racines, mauvaise filtration et mauvais désucrage des écumes, augmentation de la quantité de sucre perdu dans la mélasse et des infections au niveau de la diffusion III /- Découpage : L extraction du saccharose qui présente la matière sucrée dans la betterave se base sur le phénomène d OSMOSE, te pour faciliter sa réalisation on découpe la betterave en tranches fines appelées «cossettes faîtières» par des coupe-racines qui sont au nombre de trois, ces dernières, 13

14 créent une force centrifuge par la rotation du rotor dont la vitesse est contrôlée par un variateur de fréquence Les cossettes obtenues sont de la forme «V» pour faciliter la diffusion Chacun de ces coupe-racines travaille pendant trois heurs et contient vingt-quatre porte couteaux verticaux dont la ligne tranchante forme une série d ondulation à angle vif (Les trois couperacines travaillent d une façon alternée ) IV /- Diffusion : Pour extraire le saccharose contenu dans la betterave les gens ont pensé à la diffusion L extraction du sucre est obtenue par un courant d eau «milieu mois concentré» circulant de façon méthodique et à contre-courant à travers des diffuseurs inclinés dans lesquelles une ou plusieurs hélices font remonter les cossettes «milieu plus concentré» contre la pente tandis que le jus progresse dans le sens inverse Le jus qu on obtient contient du sucre dilué et d autres matières dissoutes appelées «non-sucre» Le sucre qui s échappe de la diffusion est perdu dans les pulpes Pour avoir une diffusion optimale il faut travailler à une température d environ de 720 C dans un milieu légèrement acide dont le PH est de l ordre de 58 à 62, à la sortie du diffuseur on récupère d une part : l eau d extraction chargée de sucre appelée jus de diffusion qui sera acheminée vers la station d épuration, d autre part les cossettes épuisées ou pulpes humides qui seront destinées aux presses à pulpe L eau de presse sera introduit dans le diffuseur tandis que les pulpes pressées seront amenées à la sécherie (Schéma de diffusion : figure 2 ) 14

15 Figure : 2 15

16 V /- Epuration : Nous pouvons considérer que le jus de diffusion comme constitué de trois éléments : l eau, le sucre et le non-sucre La suite de la fabrication a pour but d isoler le sucre des autres constituants Le rôle de l épuration est d extraire de ce jus le maximum de non-sucre Cette opération s opère normalement par l action de la chaux et du gaz carbonique sur le jus But de l épuration : - Enlever les particules en suspension - Neutraliser le jus - Enlever le plus possible des non-sucre L épuration par la chaux va nous permettre d éliminer 33% à 40% Du non-sucre présent dans le jus Les principaux facteurs qui déterminent la qualité de l épuration sont : - La quantité de la chaux (lait de chaux) utilisée et l endroit où elle est introduite - Le choix du point de carbonatation - La limpidité du jus filtré - La température de l opération - La régularisation du fonctionnement L épuration s effectue en plusieurs étapes : 1 /- Préchaulage : Le jus de diffusion est réchauffé à 70 C, 72 C et soumis à un préchaulage progressif, c est-à-dire qu on ajoute progressivement du lait de chaux jusqu à une alcalinité finale de 025 g de Cao / 100 ml, de façon à coaguler les colloïdes et à précipiter les acides donnant des sels de chaux insolubles de PH entre 7 et

17 2 /- Chaulage : Pour fournir au jus les éléments de formation de carbonate de chaux et pour assurer la dégradation complète des sucres réducteurs on suit le préchaulage d une addition massive de chaux à 85 C (14 à 2 g Cao / 1 ml ) 3 /- 1 ére carbonatation : Le but de la 1 ère carbonatation est d éliminer la chaux en excès et de parfaire l épuration, la 1 ère carbonatation permet la précipitation des impuretés et la libération du saccharose 4 /- Décantation : Cette opération consiste à séparer le jus clair et la boue, et d éliminer les précipités formés au niveau du chaulage et du préchaulage 5 /- 2 éme carbonatation : Le rôle de la 2 éme carbonatation est de diminuer les impuretés dans le jus et dans la boue et d éliminer la chaux résiduelle 6 /- Filtration à pression : Le jus sortant de la 2 éme carbonatation avec un certain pourcentage des impuretés doit subir une filtration à pression pour éliminer le maximum d impuretés (Schéma de l épuration : Figure 3 ) VI /- Evaporation : Le but de l évaporation est de concentrer le sucre dans le jus venu de l épuration, à la sortie de l évaporateur (corps de l évaporation) on obtient un sirop visqueux qui contient un faible pourcentage d eau grâce à l effet de la chaleur 17

18 Figure : 3 18

19 VII /- Cristallisation : Nous introduisons le sirop sortant de l évaporateur dans un appareil à cuire et nous continuons à le concentrer, (à évaporer l eau) quand il ne reste que 14% d eau dans ce sirop et à 80 C ce sirop est saturé en sucre, nous continuons à faire bouillir le sirop jusqu il devient sursaturé, puis on introduit un peu de sucre «semence» pour développer les cristaux du sucre Après on les sépare de l eau mère dans des turbines «centrifugeuse» la dernière étape dans la cristallisation c est de laver les cristaux pou obtenir du sucre blanc (Schéma de cristallisation : Figure 4) ( Cycle de cristallisation Annexe 2) VIII /- Conditionnement du sucre et stockage : Le sucre blanc obtenu après la cristallisation est humide, on l introduit alors dans un séchoir constitué d un tambour rotatif où circule un courant d air chaud préalablement filtré, après séchage un second tambour sert à refroidir le sucre qui est ensuite envoyé vers le stockage IX /- Distribution de l énergie électrique dans l usine : Comme on a dis la sucrerie travaille en deux périodes : l intercompagne qu est consacrée à la maintenance des machines, par conséquent l énergie consommée est minime par rapport à celle consommée pendant la période de la compagne Pour satisfaire ce régime la sucrerie adopte deux réseaux d électricité afin d économiser l énergie et d augmenter le rendement 19

20 Figure : 4 20

21 1 /- Réseau de l ONE de Sidi Kacem : On n utilise ce réseau que pendant le démarrage de l usine et au cours de la période de l intercompagne Ce réseau alimente l usine d une tension de 22 KV transformée à 63 KV 2 /- Réseau local : Ce réseau est utilisé pendant la période de la compagne où l usine a besoin d une énergie importante Le réseau local ne peut pas démarrer à vide car il a besoin d une puissance de démarrage, obtenue à partir du réseau de l ONE Ce dernier alimente le transformateur de couplage, qui alimente le moteur de la pompe à eau qui cède de l eau sous pression vers la chaudière la combustion du fuel dans la chaudière produit du vapeur qui va entraîner la rotation de la turbine jusqu à une vitesse de 3000 tr / min, à ce moment l alternateur génère de l électricité (une tension de 63 KV ), on ajuste la vitesse de synchronisme, la fréquence, et la tension de l alternateur à celles du transformateur du couplage Dès que les grandeurs seront les mêmes (synchronisation ) : l énergie électrique sera produite par l alternateur (réseau local) à la place de celle de l ONE ( Schéma de distribution électrique figure : 5 ) 21

22 Figure : 5 22

23 B /- SUJET D ETUDE : Pendants les années précédentes la maintenance au sein de l usine (la sucrerie de Sidi Slimane) était assurer par des méthodes classiques : des fiches remplies par les chefs des sections, après les responsables du BE rassemblent ces et les informations contenues dans ces fiches afin de calculer le coût de la maintenance pour chaque machine et le faire comparer avec le montant d acquisition de la machine pour savoir plus d information sur l état de la santé de la machine Après ils calculent le coût de maintenance pour chaque station et par suite pour le coût total de la maintenance de l usine Cette méthode n était précise au côté estimation du coût de maintenance pour chaque machine ainsi que pour l estimation du temps de maintenance (temps alloué) et même pour l estimation du coût total de la maintenance de la sucrerie Tout ça a poussé les responsables de la maintenance à chercher des méthodes sophistiquées et efficaces pour la gestion de la maintenance dans l usine Avec le développement informatique qui n a cessé d évoluer de présenter chaque jour des choses modernes et évoluées dans le monde de l industrie, les responsables de la maintenance ont pensé à utiliser la GMAO en utilisant un logiciel crée par un ingénieur informaticien du groupe SUNABEL, ce logiciel permet aux gens de la maintenance de minimiser le temps du travail, d avoir plus d informations sur les machines entretenues (historique, pièces de rechange, consommables ) Et d avoir des estimations avec plus de précision Le problème qui se pose pour le moment c est que dans l usine il y a des machines qui sont installées depuis 1964 par les Polonais (anciennes, absence des plaques signalétiques ) et pour faire fonctionner ce logiciel il faut avoir les caractéristiques des machines, ses pièces de rechange et ses consommables, pour les faire entrer au logiciel 23

24 Donc comment peut-on collecter les informations sur les machines de l usine? dans les pages suivantes on va décrire la démarche suivie pour rassembler les informations sur les machines de l usine, sachant quelles sont nombreuses, et même on va essayer de répondre aux questions de genre : - Quel est le but de la GMAO? - Quelles sont les entrées et les sorties du logiciel? - 24

25 C /- LA MAINTENANCE : 1 /- Définition : La maintenance est : toutes les activités destinées à maintenir ou à rétablir un bien dans un état ou dans des conditions données de sûreté de fonctionnement, pour accomplir une fonction requise, ces activités sont une combinaison d activités techniques, administratives et de management «AFNOR NE K60010» Cette définition s intéresse aux fonctions assurées par les entités constitutives d un processus industriel, les équipe de maintenance ont pour mission de s assurer que les fonctions assurées par les systèmes et les matériels seront disponibles en mettant en œuvre les techniques de maintenance appropriées, pour cela on définit parfois la maintenance comme : «l ensemble des activités destinées à rétablir et à maintenir» 2/- Types de maintenance :? Corrective, curative (dépannage) : effectuée après la détection de la panne et destinée à remettre une entité en état de fonctionnement? Différée : maintenance corrective qui n est pas déclenchée immédiatement après la détection de la panne, mais elle est retardée conformément à des gestes de maintenance données? Préventive (entretien ): effectué à intervalles prédéterminés ou selon des critères prescrits, et destinée à réduire la probabilité de défaillance ou de dégradation du fonctionnement d une entité? Non programmés, conditionnelle : maintenance préventive effectuée après réception d une indication relative à l état d une entité 25

26 3 /- La maintenance dans l usine (sucrerie de Sidi Slimane) : Comme on a déjà dis la sucrerie travaille en deux périodes la compagne et l intercompagne! Au cours de la compagne toutes les machines de l usine sont en marche et elles fonctionnent 24 h / 24 h et durant toute la semaine, c est pour ça que la maintenance de ces machines est effectuée pendant l intercompagne où la plupart des machines sont en arrêt, ce qui facilite la tache des équipes de maintenance On constate de ça que la maintenance la plus dominante dans l usine est une maintenance préventive périodique (l entretien ), c est qu à la fin de chaque période de compagne les opérateurs sont obligés de maintenir et d entretenir leurs postes de travail (machines ) En caractérisant plus la maintenance qui existe dans l usine on peut dire que c est une TPM «total productive maintenance) Donc c est quoi la TPM? La TPM envisage tous les aspects de l entreprise, elle fait appel à la participation de tous les personnels de l entreprise afin d assurer une productivité optimale des équipements Elle vise à retenir une politique de maintenance plus proche de l équipement et réalisé par le personnel de production c est-à-dire l automaintenance des outils de production par leurs opérateurs «je fabrique, tu répares» est transformée en «je fabrique, et j entretien» le sujet traité au cours de la période du stage est l étude de la GMAO donc : - C est quoi la GMAO? - Quelle est le BUT de la GMAO? 26

27 D /- MAINTENANCE ASSISTEE PAR ORDINATEUR : Comme nous avons déjà dis que la gestion de maintenance au sein de la sucrerie était par des méthodes basées sur des fiches distribuées par les gens du BM sur les chefs des sections (équipes de maintenance ) pour les remplir et les rendre au BM afin de calculer les différents coûts de maintenance! Mais pour être dans le bain du développement qui n a cessé d inventer des logiciels et des programmes informatiques sophistiqués pour la gestion de la maintenance, les responsables de la maintenance au sein de l usine ont vu qu il faut exploiter ce développement et par suite améliorer la gestion de la maintenance en se basant sur la GMAO I /- But de la GMAO : La GMAO a plusieurs avantages mais on va citer seulement quelques-uns : - Minimiser le temps de travail (temps de calcul ) - Estimer le coût de maintenance avec plus de précision - Savoir plus d informations sur les machines (état de santé, historique, caractéristiques ) - Facilite la préparation du rapport annuel 27

28 II /- Présentation du logiciel : Le logiciel installé au sein du BM pour gérer la maintenance prochainement est un logiciel crée par un ingénieur du groupe SUNABEL Dans les pages suivantes on va présenter une modeste description de ce logiciel Après l ouverture de la première page on voit en tête de cette page les informations suivantes : Centre, Machine, Planning, Equipe, BTI/A, Sortie magasin, Tache, BTE, Fournisseur, Article, Transfert, Situation, Importations, Divers, Maintenance,? 1 /- lorsqu on clique sur : Centre, il s affiche un petit écran qui contient (- station, - centre ) Si on choisit station elle s affiche une page où on trouve les informations suivantes : Code station / Atelier Nom de la station Code Station Centre Si on choisit Centre il s affiche un message qui nous informe que la page n est pas encore préparée 2 /- lorsqu on clique sur : Machine, elle s affiche une page représentée comme suite : Code machine Code station Désignation machine Code Station Machine Durée Station d origine Lorsqu on clique sur une ligne du tableau ou lorsqu on fait entrer un code d une machine, elle s affiche une page qui contient les informations suivantes : Informations Caractéristiques Pièces consommables Pièces remplacement Historique Coût 28

29 * Lorsqu on clique sur : Information, elle s affiche une page présentée comme suite : Code station Code machine Désignation de la machine Etat : En service Reformé Réserve Code centre Centre * Lorsqu on clique sur : Caractéristiques, elle s affiche une page présentée comme suite : Code station Code machine Désignation de la machine Type Date de mise en service Durée d entretien (H) Num de série Constructeur Fournisseur Num de commande Caractéristiques techniques : * Lorsqu on clique sur : Pièces consommables, elle s affiche une page qui contient les informations suivantes : Pièces de rechange Consommable 29

30 ? Lorsqu on clique sur : Pièces de remplacement, elle s affiche une page représentée comme suite : Code station Code machine Désignation de la machine Date BTI Pièce PU Quantité? Lorsqu on clique sur : Historique, elle s affiche une page où on trouve : Code station Code machine Désignation de la machine Observations sur la machine :? Lorsqu on clique sur : Coût, elle s affiche une page où on trouve : Code station Code machine Désignation de la machine Coût d acquisition: constructeur Coût d acquisition : société Date d acquisition Année Coût pièce Coût MO BTE Total 30

31 3 /- lorsqu on clique sur : Planning, elle s affiche une page où on trouve le tableau suivant : Code machine Machine Equipe Station Période début Période fin 4/- lorsqu on clique sur : Equipe, il s affiche un petit écran qui contient : (- Mise à jour, - Agent, - Atelier, - Service)? Lorsqu on clique sur Mise à jour : elle s affiche une page où on trouve le tableau suivant : Equipe Code station / atelier Service? Lorsqu on clique sur Agent : elle s affiche une page où on trouve le tableau suivant : Mle Nom CIN Naissance Embauche Classe Echelle Echelon statut Taux horaire? Lorsqu on clique sur Atelier : elle s affiche une page où on trouve le tableau suivant : Code Atelier Service? Lorsqu on clique sur Service : elle s affiche une page où on trouve le tableau suivant : Service Division 31

32 5 /- Lorsqu on clique sur BTI /A : elle s affiche une page représentée comme suite : BTI Code machine N BTI /A Station Machine Situation Temps (H) Essai 6 /-lorsqu on clique sur Sortie magasin : elle s affiche un petit écran contient (- Normal, -Achat local )? En cliquant sur l une des informations (- Normal, -Achat local ), il s affiche le tableau suivant : Symbole Désignation article Quantité N BTI Date PU PT Code Désignation Signataire 7 /- Lorsqu on clique sur Tâche : elle s affiche une page qui contient les informations suivantes : Code de la tâche Code Tâche Informations techniques En cliquant sur une ligne «choisissant une tâche» elle s affiche une page qui contient les informations suivantes : Tâche à exécuter (résumé) : Tâche à exécuter (détail ) : Information à ne pas négliger : 32

33 8 /- Lorsqu on clique sur BTE : il s affiche le tableau suivant : BTE Date Atelier Situation Délai 9 /- Lorsqu on clique sur Fournisseur : il s affiche le tableau suivant : Nom de la société / Atelier spécialité Adresse Ville Téléphone Fax 10 /- Lorsqu on clique sur Article : elle s affiche une page qui contient les informations suivantes : Symbole Nom article Symbole Désignation Unité PU 11 /- Lorsqu on clique sur Transfert : il s affiche le tableau suivant : N Code Machine source Désignation Date Observation 12/- Lorsqu on clique sur Situation : il s affiche un petit écran contenant (- rapport, - Machine, -planning ) : 33

34 ? - Lorsqu on clique sur Rapport : il s affiche le tableau suivant : Service H- disponibles H- travaillées Coût H- disponibles Coût H- travaillées Rendement? - Lorsqu on clique sur Planning : * planning d entretien par station : Code station Station Date début Date fin Machine Service Equipe Date début Date fin? planning d entretien par station : ( la même représentation que du planning d entretien par station ) 34

35 III /- Les entées du logiciel : Pour les entrées du logiciel on peut dire qu il existe deux types d entrées : * Les entrées après l installation du logiciel : ces entrées sont indispensables pour faire fonctionner le logiciel, dont on cite quelques exemples : - Code station - Nom station - Centre - Code machine - Désignation machine - Code centre - Etat de la machine - Date de mise en œuvre - Numéro de service - Fournisseur - Numéro de commande - Caractéristiques techniques - Pièces de rechange - Consommables - Coût d acquisition - Date d acquisition * Les entrées lors de la gestion de la maintenance : Sont des entrées qu il faut les entrer pour gérer la maintenance à l aide de ce logiciel : - Pour la case centre : soit le code de la station, soit le nom de la station - Pour la case machine : soit le code de la machine, soit la désignation de la machine Ou on choisit une machine dans la liste (on la sélectionne ), après un simple clique nous permet d avoir les informations existant sur cette machine (caractéristiques, historique, consommables, pièces de rechange, coût de maintenance détaillé ) - Pour la case équipe : Il est indispensable d entrer le CIN de l opérateur pour avoir toutes les informations existantes pour cet opérateur - Pour la case BTI : le numéro du BTI reste nécessaire pour faire fonctionner cette partie du logiciel 35

36 - Pour la case sortie magasin : pour avoir les informations existantes dans le tableau il faut entrer le numéro du BTI et la quantité des pièces qu on veut les faire sortir du magasin - Pour la case Fournisseur : le nom de l atelier ou de la société nous permet d avoir les informations à propos de cet atelier (spécialité, adresse, ville, téléphone, faxe ) Pour les autres cases c est la même chose on doit savoir la clef de la case (information à entrer) pour faire fonctionner cette partie du logiciel IV /- Les sorties du logiciel : lors de la gestion de la maintenance par ce logiciel, et après avoir entrer les informations nécessaires pour le fonctionnement du logiciel, on attend les sorties du logiciel ce qu on veut Donc quelles sont ces sorties? - Pour la case centre : nom de la station, le centre - Pour la case machine : Etat de la machine, le centre où se trouve cette machine, caractéristiques techniques, date de mise en service, fournisseur, pièces de rechange, consommables, coût et la date d acquisition, le coût de maintenance détaillé - Pour la case équipe : les sorties de cette case sont les informations à propos des gens de maintenance (nom, échelle, échelon ) - Pour la case sortie magasin : le prix unitaire et le prix total pour chaque pièce ainsi que sa désignation et son code - Pour la case Fournisseur : la spécialité, l adresse, la ville, téléphone, faxe sont les sorties de cette partie du logiciel Pour les autres cases c est la même chose on doit savoir la clef de la case (information à entrer) pour faire fonctionner cette partie du logiciel 36

LA MAINTENANCE CORRECTIVE

LA MAINTENANCE CORRECTIVE I GENERALITES : 11 Définition : Norme NF EN 13306 : Maintenance exécutée après détection d'une panne et destinée à remettre un bien dans un état dans lequel il peut accomplir une fonction requise. Synonymes

Plus en détail

Bases du dépannage et maintenance des chaudières et centrales thermiques

Bases du dépannage et maintenance des chaudières et centrales thermiques Durée : 5 jours Bases du dépannage et maintenance des chaudières et centrales thermiques Réf : (Therm.01) - Permettre au personnel ayant la pratique, d'exploiter une installation comportant des générateurs

Plus en détail

Audit énergétique des Installations Thermiques Industrielles Pour Ingénieur Exploitant

Audit énergétique des Installations Thermiques Industrielles Pour Ingénieur Exploitant Durée : 5 jours Audit énergétique des Installations Thermiques Industrielles Pour Ingénieur Exploitant Réf : (Energ.01) Montrer aux participants comment procéder à un audit énergétique et le rôle d un

Plus en détail

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO I.1. Introduction : Le caractère stratégique de la panne, préoccupe de plus en plus les responsables de la production ayant à faire face aux équipements complexes qui ne cessent de prendre de l ampleur

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION Coagulation Floculation - Décantation 07-1055A

MANUEL D UTILISATION Coagulation Floculation - Décantation 07-1055A Concepteur de solutions et de services pour la recherche et le développement COAGULATION FLOCULATION - DECANTATION MANUEL D UTILISATION Coagulation Floculation - Décantation 07-1055A BP46 Route d Heyrieux

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2015 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Coefficient de la sous-épreuve : 4 Ce sujet est

Plus en détail

Présentation du BTS Maintenance Industrielle SOMMAIRE. 1 Qu est ce que la maintenance? 2 Pourquoi le BTS Maintenance Industrielle?

Présentation du BTS Maintenance Industrielle SOMMAIRE. 1 Qu est ce que la maintenance? 2 Pourquoi le BTS Maintenance Industrielle? SOMMAIRE 1 Qu est ce que la maintenance? 2 Pourquoi le BTS Maintenance Industrielle? 3 Les principales missions du technicien en maintenance 4 Les compétence du technicien en maintenance 5 Le contenu de

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE REMPLACEMENT 2013 France métropolitaine BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE ÉPREUVE N 2 DU PREMIER GROUPE ÉPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE Option : Génie des équipements agricoles Durée : 3 heures

Plus en détail

Introduction à la maintenance

Introduction à la maintenance 1/- Introduction : Le maintien des équipements de production est un enjeu clé pour la productivité des usines aussi bien que pour la qualité des produits. C est un défi industriel impliquant la remise

Plus en détail

La Standardisation est-elle une réponse aux problèmes de pérennisation de nos installations?

La Standardisation est-elle une réponse aux problèmes de pérennisation de nos installations? La Standardisation est-elle une réponse aux problèmes de pérennisation de nos installations? Le Process sucrier réception lavage coupe racines JUS BRUT extraction du sucre par diffusion eau chaude eau

Plus en détail

CONTROLES AVANT DEMONTAGE

CONTROLES AVANT DEMONTAGE CONTROLES AVANT DEMONTAGE 1. Indiquer la fonction globale du moteur : 2. Représenter son symbole électrique : 3. Relever les informations de la plaque signalétique : Marque : Type/modèle : Nb de phases

Plus en détail

Dossier technique du CRTA. Dossier n 1 Les performances de vos machines

Dossier technique du CRTA. Dossier n 1 Les performances de vos machines Dossier technique du CRTA Dossier n 1 Les performances de vos machines CRTA Avignon 2003 Table des matières Mesurer le rendement des machines...3 1. Taux de rendement...3 2. Méthode de calcul...3 3. Taux

Plus en détail

Actionneurs TP1 : moteur asynchrone triphasé

Actionneurs TP1 : moteur asynchrone triphasé Actionneurs P22 François Deleu David Perrin UTBM GMC4 1. THEORIE 1.1. Désignation plaques signalétiques définition des symboles MOT 3 ~ Moteur triphasé alternatif LS Série 8 Hauteur d'axe L Symbole de

Plus en détail

Plasmid DNA purification

Plasmid DNA purification Plasmid DNA purification Excerpt from user manual - Français - NucleoBond Xtra NucleoBond Xtra NucleoBond Xtra Plus NucleoBond Xtra Plus January 2013 / Rev. 11 Plasmid DNA purification Français Introduction

Plus en détail

Conducteur de Machine Papier-Carton

Conducteur de Machine Papier-Carton ANNEXE I COMMISSION PARITAIRE NATIONALE FORMATION INTER-SECTEURS PAPIER-CARTON Certificat de Qualification Professionnelle Conducteur de Machine Papier-Carton 1 CQP Conducteur de Machine Papier-Carton

Plus en détail

Fiche Contenu 3-1 : Vue d ensemble de la gestion de l équipement

Fiche Contenu 3-1 : Vue d ensemble de la gestion de l équipement Fiche Contenu 3-1 : Vue d ensemble de la gestion de l équipement Son rôle dans le système de gestion de la qualité Considérations sur le programme La gestion de l équipement est l un des points essentiels

Plus en détail

Manutention, entreposage, échantillonnage représentatif et classification des grains

Manutention, entreposage, échantillonnage représentatif et classification des grains Manutention, entreposage, échantillonnage représentatif et classification des grains Guy Durivage, ing., M. Sc., RMAAQ Collaborateur : Marcel Frenette, dta, RMAAQ La présente présentation couvre globalement

Plus en détail

Filtration des boues d épuration du jus de canne : filtres rotatifs ou à bandes?

Filtration des boues d épuration du jus de canne : filtres rotatifs ou à bandes? Filtration des boues d épuration du jus de canne : filtres rotatifs ou à bandes? Arnaud Petit ercane, Service Procédés et Innovations Industriels, BP 315, 97494 Sainte Clotilde adel : petit@ercane.re Résumé

Plus en détail

TPM Totale Productive Maintenance

TPM Totale Productive Maintenance T.P.M ou Topo Maintenance Méthodes de maintenance TPM Totale Productive Maintenance 1 T.P.M ou Topo Maintenance 1. CONTEXTE GENERAL La TPM (de l anglais Total Productive Maintenance) est un système global

Plus en détail

Filtration. Schéma de principe de la filtration

Filtration. Schéma de principe de la filtration Filtration textes : R. Gregori, service gestion des fluides Photos/S. Elmosnino panneau 1 Le traitement de l eau est une des parties techniques parmi les plus importantes pour le bon fonctionnement d une

Plus en détail

Cas pratique d une installation de cogénération. Introduction Rappel principes de base cogénération

Cas pratique d une installation de cogénération. Introduction Rappel principes de base cogénération Cas pratique d une installation de Introduction Rappel principes de base Circuit de valorisation thermique (intégration hydraulique) Organes de régulation hydrauliques (dimensionnement, ) et équipements

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

LA MIGRATION DES SELS DANS UN SUPPORT

LA MIGRATION DES SELS DANS UN SUPPORT M. GHARBI SOCOL SA GR GROUPE LA MIGRATION DES SELS DANS UN SUPPORT MINERAL OU EFFLORESCENCES 1/Définition L humidité présente dans les éléments de construction, qu elle provienne d une condensation, d

Plus en détail

UE6 cours 6 Production du médicament

UE6 cours 6 Production du médicament UE6 cours 6 Production du médicament 6.4 Production du MédicamentM Production industrielle et changement d éd échelle Assurance qualité Bonnes Pratiques Etude de procédés s et matériels adaptés à la production

Plus en détail

LE FILTRE A PARTICULES : SES PROBLEMATIQUES ET NOS SOLUTIONS

LE FILTRE A PARTICULES : SES PROBLEMATIQUES ET NOS SOLUTIONS LE FILTRE A PARTICULES : SES PROBLEMATIQUES ET NOS SOLUTIONS 1. NOTIONS DE BASE 2. CAUSES POSSIBLES DE DYSFONCTIONNEMENT 3. POURQUOI NETTOYER PLUTÔT QUE CHANGER? 4. METHODOLOGIE D APPLICATION FAP-NET (réf.

Plus en détail

CQP Maintenance des équipements de production de médicaments Leem. Référentiel de compétences

CQP Maintenance des équipements de production de médicaments Leem. Référentiel de compétences CQP Maintenance des équipements de production de médicaments Référentiel de compétences Le titulaire du CQP Maintenance des équipements de production de médicaments est capable de : Diagnostiquer les causes

Plus en détail

programme technique Installations de diffusion de betteraves L installation de diffusion BMA à fonctionnement continu sert à l extraction du sucre

programme technique Installations de diffusion de betteraves L installation de diffusion BMA à fonctionnement continu sert à l extraction du sucre programme technique Installations de diffusion de betteraves L installation de diffusion BMA à fonctionnement continu sert à l extraction du sucre des cossettes de betteraves. Après le passage du malaxeur

Plus en détail

S8 : STRATÉGIE DE MAINTENANCE

S8 : STRATÉGIE DE MAINTENANCE S8 : STRATÉGIE DE MAINTENANCE FINALITÉ L enseignement de la stratégie de maintenance doit apporter à l étudiant les connaissances, les outils d analyse et les outils méthodologiques lui permettant de remplir

Plus en détail

Le futur de l énergie. Pro2.

Le futur de l énergie. Pro2. Le futur de l énergie. Pro2. w LE FUTUR DE L ÉNERGIE Plus exigeant, plus performant. Pro2. Pro2 est votre partenaire privilégié dans le domaine de la production décentralisée d énergie et des bioénergies.

Plus en détail

LLC "VT Technology" INSTALLATION DES MACHINES HÉLICOÏDALES À VAPEUR SUR LES OBJETS DE GÉNÉRATION DE CHALEUR. St. Petersburg, Russia

LLC VT Technology INSTALLATION DES MACHINES HÉLICOÏDALES À VAPEUR SUR LES OBJETS DE GÉNÉRATION DE CHALEUR. St. Petersburg, Russia LLC "VT Technology" INSTALLATION DES MACHINES HÉLICOÏDALES À VAPEUR SUR LES OBJETS DE GÉNÉRATION DE CHALEUR St. Petersburg, Russia 2015 DESCRIPTION DE LA SOLUTION ET DE LA TECHNOLOGIE TECHNOLOGIE D UTILISATION

Plus en détail

Camion benne RC électrique 1:24 RTR HOBBY

Camion benne RC électrique 1:24 RTR HOBBY Conrad sur INTERNET www.conrad.fr N O T I C E Version 03/10 Camion benne RC électrique 1:24 RTR HOBBY Code : 229354 Cette notice fait partie du produit. Elle contient des informations importantes concernant

Plus en détail

Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables

Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables Objectifs Matériel Matériel Découvrir Connaître les la différentes signification sources du mot d énergie.. Fiche image 1

Plus en détail

CENTRE DES TECHNOLOGIES AGRONOMIQUES COMMUNAUTE FRANςAISE Rue de la Charmille, 16 STREE. Tél. : 085. 51. 27. 01 Fax. : 085. 51. 27.

CENTRE DES TECHNOLOGIES AGRONOMIQUES COMMUNAUTE FRANςAISE Rue de la Charmille, 16 STREE. Tél. : 085. 51. 27. 01 Fax. : 085. 51. 27. CENTRE DES TECHNOLOGIES AGRONOMIQUES COMMUNAUTE FRANςAISE Rue de la Charmille, 16 STREE Tél. : 085. 51. 27. 01 Fax. : 085. 51. 27. 06 PROJET VALORISATION DES EFFLUENTS AGRICOLES (VALEA) FINANCE PAR LA

Plus en détail

STATION SERVICE Vidange-remplissage-niveaux Les huiles

STATION SERVICE Vidange-remplissage-niveaux Les huiles Académie de Clermont-Ferrand B.E.P. Maintenance Automobile STATION SERVICE Vidange-remplissage-niveaux Les huiles Objectif pédagogique opérationnel : Vidanger un véhicule automobile Effectuer les contrôles

Plus en détail

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE BILAN GAZ A EFFET DE SERRE Bilan des émissions de gaz à effet de serre En application de l article 75 de la loi n 2010-788 du 12 juillet 2010 Société COOPERATIVE AGRICOLE CRISTAL UNION ROUTE D ARCIS SUR

Plus en détail

Annexe I b. Référentiel de certification

Annexe I b. Référentiel de certification Annexe I b Référentiel de certification Page 15 sur 45 CORRESPONDANCE ENTRE ACTIVITÉS ET COMPÉTENCES ACTIVITÉS ET TÂCHES A1. S ORGANISER, S INTEGRER à une EQUIPE A1-T1 Préparer son intervention et/ou la

Plus en détail

Chaudières à vapeur à combustible

Chaudières à vapeur à combustible 1 Objectif Chaudières à vapeur à combustible Connaître les principes des chaudières à combustible. 2 Introduction La chaudière est un dispositif permettant de chauffer l'eau et de produire de la vapeur

Plus en détail

Les types et niveaux de maintenance

Les types et niveaux de maintenance Les types et niveaux de maintenance Les types de maintenance La maintenance des équipements constitue une contrainte réglementaire pour les entreprises possédant des matériels sur lesquels travaillent

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Nous remercions tous ceux qui ont contribués à l élaboration de ce dossier dans le cadre des Travaux Personnels Encadrés, particulièrement :

Nous remercions tous ceux qui ont contribués à l élaboration de ce dossier dans le cadre des Travaux Personnels Encadrés, particulièrement : LE SUCRE DE CANNE Remerciements Nous remercions tous ceux qui ont contribués à l élaboration de ce dossier dans le cadre des Travaux Personnels Encadrés, particulièrement : Les responsables de l usine

Plus en détail

La prime protéique. Production de protéines alimentaires fonctionnelles à partir de sous-produits du poisson, de la viande et de la volaille

La prime protéique. Production de protéines alimentaires fonctionnelles à partir de sous-produits du poisson, de la viande et de la volaille La prime protéique Production de protéines alimentaires fonctionnelles à partir de sous-produits du poisson, de la viande et de la volaille Les produits à base de protéines alimentaires possèdent une valeur

Plus en détail

STAGE D OBSERVATION EN ENTREPRISE. CLASSES DE 3èmes DOSSIER ELEVE

STAGE D OBSERVATION EN ENTREPRISE. CLASSES DE 3èmes DOSSIER ELEVE STAGE D OBSERVATION EN ENTREPRISE CLASSES DE 3èmes DOSSIER ELEVE 2014-2015 1 Le stage en entreprise en classe de 3 ème est un stage d observation, de découverte du monde du travail et du fonctionnement

Plus en détail

ecteur de l amique de

ecteur de l amique de ention de la ollution dan Prévention de la pollution dans le secteur de la céramique de construction ecteur de l amique de Le Centre d activités régionales pour la production propre (CAR/PP) du Plan d

Plus en détail

ATRITOR. Broyeurs-Sécheurs Séries A et B. Des Poudre Parfaites

ATRITOR. Broyeurs-Sécheurs Séries A et B. Des Poudre Parfaites Broyeurs-Sécheurs Séries A et B Des Poudre Parfaites Des Poudres Parfaites Le broyeur-sécheur Atritor Le principe et la conception du broyeur-sécheur Atritor demeurent uniques. Fondamentalement, c est

Plus en détail

EPREUVE N 2 : EPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE COMMUNE A L ENSEMBLE DE LA SECTION : PHYSIQUE APPLIQUEE, TECHNOLOGIE

EPREUVE N 2 : EPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE COMMUNE A L ENSEMBLE DE LA SECTION : PHYSIQUE APPLIQUEE, TECHNOLOGIE EPREUVE N 2 : EPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE COMMUNE A L ENSEMBLE DE LA SECTION : PHYSIQUE APPLIQUEE, TECHNOLOGIE (Coefficient : 1 Durée : 4 h) Matériel(s) et document(s) autorisé(s) : calculatrice

Plus en détail

GRAVIMETRIE + NO. 1 - Principe de la gravimétrie. a - Quelques exemples. b - Facteurs influençant la solubilité

GRAVIMETRIE + NO. 1 - Principe de la gravimétrie. a - Quelques exemples. b - Facteurs influençant la solubilité GRAVIMETRIE 1 - Principe de la gravimétrie Cette méthode d analyse quantitative a pour but d obtenir une séparation quantitative (c'est-àdire totale) d'un cation ou d'un anion (en solution aqueuse) par

Plus en détail

BAC PRO MSMA A.M.D.E.C. 1/5

BAC PRO MSMA A.M.D.E.C. 1/5 MSMA A.M.D.E.C. /5 C est un outil d analyse qui permet de construire la qualité des produits fabriqués ou des services rendus et favorise la maîtrise de la fiabilité en vue d abaisser le coût global. Elle

Plus en détail

A.4 GMAO = GM + AO (rappel)

A.4 GMAO = GM + AO (rappel) SOMMAIRE A. Première partie A.1 Ingénierie système : du besoin au système (produit/service) A.2 SDF, Maintenance et concepts sous-jacents A.3 Les méthodes : L applicabilité A.4 GMAO = GM + AO (rappel)

Plus en détail

Installation et maintenance en froid, conditionnement d'air

Installation et maintenance en froid, conditionnement d'air Appellations Agent / Agente de maintenance en climatisation Agent / Agente de maintenance en conditionnement d'air Agent / Agente de maintenance en génie climatique Monteur-dépanneur / Monteuse-dépanneuse

Plus en détail

Une solution efficace pour le nettoyage et le triage des grains

Une solution efficace pour le nettoyage et le triage des grains Une solution efficace pour le nettoyage et le triage des grains Le pré nettoyage réduit les coûts de séchage et garantit la sécurité du stockage Depuis 1949, KONGSKILDE reste un leader incontesté dans

Plus en détail

NOTRE OFFRE GLOBALE STAGES INTER-ENTREPRISES

NOTRE OFFRE GLOBALE STAGES INTER-ENTREPRISES NOTRE OFFRE GLOBALE STAGES INTER-ENTREPRISES HYDRAULIQUE MOBILE 5 Stages de 4 jours ----- HM1 HM2 HM3 HM4 HM5 2 Stages SAUER DANFOSS de 2 jours ----- PVG 32 ----- POMPE 90 MOTEUR 51 ELECTRONIQUE EMBARQUEE

Plus en détail

VERS LE MIX ELECTRIQUE

VERS LE MIX ELECTRIQUE DE L ENERGIE PRIMAIRE A L ELECTRICITE PRODUIRE EN TEMPS REEL CHOISIR LE MIX ELECTRIQUE DE L ENERGIE PRIMAIRE A L ELECTRICITE De la centrale au consommateur L électricité qui arrive au bout de la prise

Plus en détail

Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle

Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle Dans le respect des procédures, des règles d hygiène et de sécurité, afin de satisfaire les clients ou fournisseurs internes/externes

Plus en détail

Générale Alimentaire JOUDA Production de concentré de tomate Station d épuration

Générale Alimentaire JOUDA Production de concentré de tomate Station d épuration Générale Alimentaire JOUDA Production de concentré de tomate Station d épuration Dimensionnement GTZ-MNE Gérard PROVIN 2007 Capacité de production Capacité Nominale 3000 t/jour de Tomates Fraîches Durée

Plus en détail

Maintenance Productive Totale (TPM)

Maintenance Productive Totale (TPM) Cours de Productique Maintenance Productive Totale (TPM) Par BENSASSI NOUR Younès Glossaire: Historique...2 Contexte...2 Définition plus formelle...2 La démarche TPM...2 1-La phase d'analyse...2 1.1-Les

Plus en détail

Chapitre 8 production de l'énergie électrique

Chapitre 8 production de l'énergie électrique Chapitre 8 production de l'énergie électrique Activité 1 p 116 But Montrer que chaque centrale électrique possède un alternateur. Réponses aux questions 1. Les centrales représentées sont les centrales

Plus en détail

L efficacité énergétique dans le secteur laitier

L efficacité énergétique dans le secteur laitier L efficacité énergétique dans le secteur laitier Mars 2008 Cette fiche pratique, publiée à l intention des productrices et producteurs laitiers, fournit des renseignements et des conseils sur l efficacité

Plus en détail

Chapitre I. Approche de la maintenance industrielle

Chapitre I. Approche de la maintenance industrielle Chapitre I Approche de la maintenance industrielle 1 Introduction à la maintenance industrielle 1.1 Définition de la maintenance La maintenance est l'ensemble de toutes les actions techniques, administratives

Plus en détail

Rafraîchisseur modèle Trav-L-Cool

Rafraîchisseur modèle Trav-L-Cool 050203 Rafraîchisseur modèle Trav-L-Cool Guide d utilisation modèle déposé photo non contractuelle Z.A. du Hairy 67230 HUTTENHEIM www.alden.fr Avertissements La reproduction de tout ou partie de ce guide

Plus en détail

LES BATTERIES. A. Une batterie, à quoi ça sert?

LES BATTERIES. A. Une batterie, à quoi ça sert? LES BATTERIES Il existe de nombreux types de batteries sur le marché : Acide-Plomb, Lithium-Ion, Métal-Hybride, Cadmium-Nickel, etc. Actuellement, les batteries ACIDE-PLOMB équipent la plupart des voitures

Plus en détail

AGIRE Atelier sur l Assainissement, l Epuration et la Réutilisation des Eaux Usées. Gestion des Eaux Industrielles au Maroc

AGIRE Atelier sur l Assainissement, l Epuration et la Réutilisation des Eaux Usées. Gestion des Eaux Industrielles au Maroc AGIRE Atelier sur l Assainissement, l Epuration et la Réutilisation des Eaux Usées Gestion des Eaux Industrielles au Maroc Mme Touria JAOUHER Département de l Eau Agadir, du 7 au 11 Décembre 2009 8000

Plus en détail

La première transformation

La première transformation La première transformation Octobre 2002 France-Tabac 19, Rue Ballu - 75009 PARIS Tél : 01.44.53.48.00 - Fax : 01.42.81.16.86 site eb :.france-tabac.com e-mail : ft-spet@anadoo.fr Définition et objectifs

Plus en détail

Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé

Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé Manuel d installation et d utilisation Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé 600/150-750/200-1000/220-1500/300 V 1.3 SOMMAIRE 1 Description du dispositif... 3 1.1 Série type... 3 1.2 Protection du

Plus en détail

Mécanicien(ne) Automaticien(ne)

Mécanicien(ne) Automaticien(ne) 3 ème degré Technique de qualification Options : Mécanicien Automaticien Electricien Automaticien Mécanicien(ne) Automaticien(ne) Présentation générale Le métier Le «Mécanicien automaticien», tel que défini

Plus en détail

Développement, fabrication et service après-vente des micro-unités de cogénération

Développement, fabrication et service après-vente des micro-unités de cogénération Développement, fabrication et service après-vente des micro-unités de cogénération Qu est-ce qu une microunité de cogénération? Une unité de cogénération est une unité indépendante de production simultanée

Plus en détail

Réparation des carrosseries. Cahier. Bac Pro. du réparateur en carrosserie. D. Fardoux, J.-C. Crinchon, D. Joigniaux

Réparation des carrosseries. Cahier. Bac Pro. du réparateur en carrosserie. D. Fardoux, J.-C. Crinchon, D. Joigniaux Réparation des carrosseries T le Bac Pro Cahier du réparateur en carrosserie D. Fardoux, J.-C. Crinchon, D. Joigniaux Sommaire Partie 1 Titre chapitre Activités Tâches pro Savoirs Page L'accueil du client

Plus en détail

Mesure du rendement d une machine à vapeur.

Mesure du rendement d une machine à vapeur. Mesure du rendement d une machine à vapeur. Rappels : Le rendement N est le rapport entre l énergie utile (fournie par la machine ) et l énergie motrice (fournie à la machine). C est aussi le rapport entre

Plus en détail

VOTRE FOURNISSEUR DE SOLUTIONS

VOTRE FOURNISSEUR DE SOLUTIONS VOTRE FOURNISSEUR DE SOLUTIONS Vous avez choisi le matériel CATERPILLAR pour sa qualité, ses performances et sa fiabilité. Une maintenance efficace et rigoureuse à travers nos Solutions Support Clients

Plus en détail

Valorisation électrique et thermique du biogaz de méthanisation

Valorisation électrique et thermique du biogaz de méthanisation Valorisation électrique et thermique du biogaz de méthanisation Cyril Lejeune Formation EFE Biomasse pour les usages énergétiques Paris, 19 juin 2008 Sommaire 1.) Caractérisation des biogaz de méthanisation

Plus en détail

Présentation réalisée par ACT Energy. Séminaire organisé par

Présentation réalisée par ACT Energy. Séminaire organisé par Présentation réalisée par ACT Energy F. ZOTTO Ir. électromécanique-énergétique Audits, Consultance, Formation Techniques Spéciales et Energie Séminaire organisé par Copyright ACT Energy 1 /30 Domaine d

Plus en détail

FORMATION. Mot de l équipe formation S O M M A I R E 4 5 6 7 8 9 10-13 14 15 16 17

FORMATION. Mot de l équipe formation S O M M A I R E 4 5 6 7 8 9 10-13 14 15 16 17 Mot de l équipe formation Faire le choix du matériel CATERPILLAR, c est investir dans des outils hauts de gamme et performants. Mais cet investissement doit être préservé et entretenu pour être rentabilisé

Plus en détail

TRAITEMENT DES LIXIVIATS PAR UN COUPLAGE DE PROCEDES

TRAITEMENT DES LIXIVIATS PAR UN COUPLAGE DE PROCEDES TRAITEMENT DES LIXIVIATS PAR UN COUPLAGE DE PROCEDES 1. Contexte de l étude + Objectifs 2. Caractérisation des lixiviats 3. Performances du couplage de procédés 4. Conclusion générale Étude menée au STRI/LHC

Plus en détail

Gestion et entretien des Installations Electriques BT

Gestion et entretien des Installations Electriques BT Durée : 5 jours Gestion et entretien des Installations Electriques BT Réf : (TECH.01) ² Connaître les paramètres d une installation basse tension, apprendre les bonnes méthodes de gestion et entretien

Plus en détail

Traitement des micropolluants: aspects technique

Traitement des micropolluants: aspects technique Traitement des micropolluants: aspects technique Mise en œuvre des filières de traitement des micropolluants Didier Rubin Les filières de traitement Filières principales en eaux usées communales Ozonation

Plus en détail

Echantillonnage MP* 14/15

Echantillonnage MP* 14/15 Echantillonnage MP* 14/15 1. Principe de l oscilloscope numérique L oscilloscope numérique est principalement constitué d un amplificateur analogique (sur chaque voie), d un convertisseur analogique-numérique

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

Département Aérospatiale et mécanique.

Département Aérospatiale et mécanique. Département Aérospatiale et mécanique. Laboratoire de Thermodynamique Université de Liège Campus du Sart-Tilman - Bâtiment B49 Parking P33 B-4000 LIEGE (Belgium) tel : +32 (0)4 366 48 00 fax : +32 (0)4

Plus en détail

GMP Standard GROUPE DE MAINTIEN DE PRESSION. Groupe de Maintien de Pression GMP Standard GMP Eau-surchauffée Vacuopress Maxipress - Minipress

GMP Standard GROUPE DE MAINTIEN DE PRESSION. Groupe de Maintien de Pression GMP Standard GMP Eau-surchauffée Vacuopress Maxipress - Minipress GMP Standard GROUPE DE MAINTIEN DE PRESSION Groupe de Maintien de Pression GMP Standard GMP Eau-surchauffée Vacuopress Maxipress - Minipress LES AVANTAGES La directive européenne des équipements sous pression

Plus en détail

Formation Machines Tournantes Licence Professionnelle et CQPM

Formation Machines Tournantes Licence Professionnelle et CQPM METHODES AMDEC AMDEC simplifié, maintenance / conception / recherche Durée 1,5 jours. HAZOP - optimisation d un process ; - étude de faisabilité d un process. Durée 1,5 jours. ANALYSE Analyse de problème

Plus en détail

FORMATION CONTINUE : Les sciences faciles à l école. II A. Les mélanges de liquides

FORMATION CONTINUE : Les sciences faciles à l école. II A. Les mélanges de liquides FORMATION CONTINUE : Les sciences faciles à l école Shirley Allibon (shirley.baze@edu.ge.ch) Karl Perron (karl.perron@unige.ch) Partie II : les mélanges II A. Les mélanges de liquides II B. Les mélanges

Plus en détail

Identification de ve hicule Système TeleTag Lecteur RFID UHF STid NOTE D APPLICATION

Identification de ve hicule Système TeleTag Lecteur RFID UHF STid NOTE D APPLICATION Identification de ve hicule Système TeleTag Lecteur RFID UHF STid NOTE D APPLICATION Introduction Ce document à pour objet de décrire l approche qu il convient d avoir pour aborder un projet d identification

Plus en détail

Les chaudières à condensation

Les chaudières à condensation Les chaudières à condensation Combustion du gaz naturel : CH 4 + 2 O 2 CO 2 + 2 H 2 O + chaleur CH4 : Le méthane qui est le combustible O2 : L oxygènede l air qui est le comburant comburant CO2 : Le dioxyde

Plus en détail

Elaboré par Juvénal TURATSINZE www.africa-do-business.com. Profil de Projet. Unité de Fabrication de jus de fruits et de la confiture

Elaboré par Juvénal TURATSINZE www.africa-do-business.com. Profil de Projet. Unité de Fabrication de jus de fruits et de la confiture Profil de Projet Unité de Fabrication de jus de fruits et de la confiture 1. Une description du projet Le projet consiste en l'implantation d'une petite unité de transformation des fruits. La capacité

Plus en détail

Circuit fluidique d un climatiseur : (source Daikin).

Circuit fluidique d un climatiseur : (source Daikin). TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT D AIR Tâche T3.3 : câblage et raccordement électrique des appareils. Compétence C1.2 : s informer, décider, traiter. Thème :S2 : communication technique. Séquence

Plus en détail

Les référentiels et les formations de la fonction Maintenance

Les référentiels et les formations de la fonction Maintenance Les référentiels et les formations de la fonction Assurer le bon fonctionnement grâce à une préventive et curative performante en : - organisant les services techniques en conséquence, - encadrant l'entretien

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE N 1

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE N 1 CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNEL AGRICOLE - 2ème grade (PLPA2) SESSION 2004 Concours : INTERNE Section : Sciences et technologies des agroéquipements et des équipements des

Plus en détail

SOLUTIONS HYDRAULIQUES

SOLUTIONS HYDRAULIQUES 01DOC1050 TABLE DES MATIÈRES OBJECTIFS ET EXIGENCES RELATIVES À L INSTALLATION 4 PRÉSENTATION DES SOLUTIONS HYDRAULIQUES 5 SOLUTIONS HYDRAULIQUES 6-9 RACCORDEMENT EN SÉRIE AVEC INJECTION - CHAUDIÈRE AVEC

Plus en détail

De la goutte au poudre de la suspension aux granules. Traitement innovateur des liquides dans les sécheurs en lit fluidisé

De la goutte au poudre de la suspension aux granules. Traitement innovateur des liquides dans les sécheurs en lit fluidisé De la goutte au poudre de la suspension aux granules Traitement innovateur des liquides dans les sécheurs en lit fluidisé Transformez vos suspensions et pâtes sortie d air Ce sont les techniques de séchage

Plus en détail

DOSSIER PEDAGOGIQUE Modulo Solaire TP1 12/11/10 Page 1/19 Modulo Solaire TP N 1 Approche, découverte et analyse de performances

DOSSIER PEDAGOGIQUE Modulo Solaire TP1 12/11/10 Page 1/19 Modulo Solaire TP N 1 Approche, découverte et analyse de performances DOSSIER PEDAGOGIQUE Modulo Solaire TP1 12/11/10 Page 1/19 Modulo Solaire TP N 1 Approche, découverte et analyse de performances DOSSIER PEDAGOGIQUE Modulo Solaire TP1 12/11/10 Page 2/19 PREMIERE PARTIE

Plus en détail

Imbattable sur la maintenance! Des constructeurs renommés de matériels de chantier font confiance aux produits de qualité MANN+HUMMEL.

Imbattable sur la maintenance! Des constructeurs renommés de matériels de chantier font confiance aux produits de qualité MANN+HUMMEL. MANN-FILTER Imbattable sur la maintenance! Technologie de pointe made in Germany >> Qualité première monte Les moteurs à combustion interne modernes destinés à une utilisation intensive requièrent une

Plus en détail

088U0221. Instructions Commande à distance CF-RC

088U0221. Instructions Commande à distance CF-RC 088U0221 FR Instructions 2 Danfoss Heating Solutions VIUHM604 Danfoss 03/2011 Sommaire 1. Présentation fonctionnelle................................................. 4 1.1 Avant.................................................................................

Plus en détail

De l intérêt du combustible bois pour le séchage de maïs. La nouvelle génération de centrales thermiques

De l intérêt du combustible bois pour le séchage de maïs. La nouvelle génération de centrales thermiques De l intérêt du combustible bois pour le séchage de maïs La nouvelle génération de centrales thermiques I. Quelques principes pour faire des économies La température de l air L épaisseur du grain Le refroidissement

Plus en détail

2 Probabilités conditionnelles. Événements indépendants

2 Probabilités conditionnelles. Événements indépendants 2 Probabilités conditionnelles. Événements indépendants 2.1 Probabilité conditionnelle Soient A et B deux événements tels que P(B) > 0. Soit alors P(A B), la probabilité que A se réalise, B étant réalisé.

Plus en détail

LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP

LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP 2006 1 Généralités Terminologie Les solutions pour le client Les marchés La prestation L évaluation des postes Les entreprises Durée

Plus en détail

technologie de séchage

technologie de séchage technologie de séchage we process the future Technologie de traitement LA TÂCHE Dans tous les domaines de l industrie, le séchage constitue une étape nécessaire du processus de traitement. Tous les produits

Plus en détail

La valorisation du biogaz par stations de cogénération

La valorisation du biogaz par stations de cogénération La valorisation du biogaz par stations de cogénération Frank Steenhaut Séminaire sur la BIOMETHANISATION 26 janvier 2006 - TOURNAI Les secteurs d activités Secteurs d'activités Fabrication Ingénierie Stations

Plus en détail

production d eaux embouteillées boissons rafraîchissantes sans alcool bières filière Technicien de maintenance maintenance www.cpnef.

production d eaux embouteillées boissons rafraîchissantes sans alcool bières filière Technicien de maintenance maintenance www.cpnef. production d eaux embouteillées boissons rafraîchissantes sans alcool bières filière Technicien de maintenance maintenance www.cpnef.info 2 CQP validé par la CPNE de la branche «Production d eaux embouteillées,

Plus en détail

Partie A : Le superéthanol E85

Partie A : Le superéthanol E85 BTS AA 2011 Pour répondre aux différentes contraintes en terme de disponibilité des ressources énergétiques d origine fossile et pour contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, de

Plus en détail

3. Elaboration et Argumentation

3. Elaboration et Argumentation AVIS DU CONSEIL SUPÉRIEUR D HYGIÈNE SUBEL Dérogation à certaines valeurs paramétriques de l eau potable pour le clairçage du sucre Date de validation: 18 octobre 2006 CSH 8191 1. Introduction et Question(s)

Plus en détail