La crise tonico-clonique généralisée ou «grand mal»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La crise tonico-clonique généralisée ou «grand mal»"

Transcription

1 L EPILEPSIE DEFINITION : Affection neurologique se manifestant par des crises. Elle est l expression d un fonctionnement anormal, aigu et transitoire de l activité électrique du cerveau. Ces crises sont donc le résultat de décharges électriques excessives, soudaines, généralement brèves, dans un groupe de neurones.

2 Quelques chiffres Dans le monde, 40 millions d épileptiques selon l OMS. En France, cas, la moitié a moins de 20 ans nouveaux cas en France tous les ans Elle concerne tous les âges Maladie connue depuis 2000 ans avant JC(«mal sacré») 1920 : invention de l EEG par Hans Berger

3 SIGNES CLINIQUES La crise tonico-clonique généralisée ou «grand mal» est la plus connue et la plus spectaculaire.le patient perd brutalement connaissance. Puis, on observe 3 phases : La phase tonique : Un spasme tonique de 10 à 20 secondes marque le début de la crise. Raidissement, contraction de l ensemble des muscles des membres, du tronc et du visage (dont les muscles masticateurs et oculomoteurs) ; Tachycardie, sueurs,hta, hypersalivation sont le plus souvent associés.

4 La phase clonique : dure de 30 secondes à 3minutes Au début, une petite trémulation puis des convulsions des membres et de la face de plus ou moins grande amplitude. La phase de récupération : phase d inconscience caractérisée par une respiration bruyante. Le patient se trouve en hypotonie complète : la perte d urine est fréquente. Le retour à la conscience est progressif, il existe souvent une confusion post critique et l absence de souvenir de la crise.

5 Absence ou «petit mal»: forme fréquente de la maladie. Concerne les enfants jusqu à la puberté Signes : une perte brusque de contact : regard vitreux, aréactivité aux stimulis, nystagmus Parfois, clignement des paupières, spasmes de la face, mâchonnement, perte d urines, hypersalivation Peuvent se répéter 10 à100 fois par jour en l absence de traitement.

6

7 Myoclonies : secousses musculaires brutales, intenses concernant les membres, sans perte de connaissance. Les épilepsies partielles : très variées, dépendent de la zone du cerveau touchée, peuvent se généraliser dans un second temps : hallucinations sensorielles (visuelles, auditives ), troubles de la sensibilité (paresthésies )

8 Les syndromes épileptiques : convulsions fébriles de l enfant (entre 6 mois et 5 ans ) : à l occasion d une hyperthermie ; disparaît avec l âge. Lors de méningite Entre autre

9 CAUSES Les causes sont très nombreuses.tout le monde peut être concerné par l apparition d une crise d épilepsie sans pour autant être épileptique. Les causes sont mal connues. Il y a une baisse «du seuil épileptogène» responsable de la crise d épilepsie.

10 Crises survenant dans des conditions particulières : -convulsions fébriles -Hypoglycémie -alcoolisme : ivresse aiguë ou pendant le sevrage -traumatismes crâniens -AVC -méningites -tumeurs cérébrales - intoxications médicamenteuses

11 EXAMENS L EEG(electro-encéphalogramme) permet d enregistrer l activité électrique du cerveau L interrogatoire du patient et de son entourage /description des crises

12 Examens Le scanner cérébral : permet d éliminer le diagnostic de lésions cérébrales (tumeurs ) L IRM plus précis que le scanner

13 COMPLICATIONS La répétition des crises peut entraîner l apparition de lésions cérébrales. Normalement, l épilepsie n altère pas les capacités intellectuelles.cependant, des études ont montrées que 20% des enfants épileptiques présentaient un retard léger dans certains apprentissages ( notamment la lecture ) Les crises convulsives sont de grandes secousses musculaires chez un sujet inconscient :il existe donc un risque de blessure (chute, luxation ) et de morsure de la langue.

14 COMPLICATIONS L État de mal épileptique : c est la complication médicale la plus redoutée car elle engage le pronostic vital et fonctionnel (séquelles neurologiques définitives );C est une crise anormalement longue (plus de 30 mn) ou crises répétées sans retour de la conscience. Risque : insuffisance respiratoire,séquelles neuros, troubles circulatoires

15 TRAITEMENT Quand la crise apparaît, il est rare de pouvoir l arrêter. En prévention, il faut prendre un traitement antiépileptique(ou aussi appelé anti- convulsivant ) Exemple :gardenal, depakine, tegretol, rivotril La chirurgie rarement utilisée(300/an ) dans les cas rebelles aux traitement :ôter le foyer épileptique.

16 VIE QUOTIDIENNE Éviter ce qui peut déclencher une crise : -le manque de sommeil -la consommation d alcool et de drogue, le tabac,le café -le stress physique ou psychique -les bruits permanents ou anormaux -la lumière intermittente - le jeûne -les jeux videos chez les epileptiques ayant une epilepsie photosensible

17 VIE QUOTIDIENNE 2 La pratique d un sport est recommandée : les sports d équipe notamment ; Attention toutefois aux sports pouvant le mettre en danger en cas de crise : plongée, gymnastique aux agrès, parachutisme Le permis de conduire était autrefois interdit aux épileptiques.maintenant, un avis medical peut accorder une autorisation temporaire à la conduite

18 VIE QUOTIDIENNE 3 Certaines professions sont interdites : nécessitant un travail en hauteur ou avec une machine dangereuse : Rôle du médecin du travail

19 ROLE AS Pendant la crise : Garder son calme Lors de la perte de connaissance :PLS si possible et alerter. Noter l heure afin de calculer la durée de la crise Installer un coussin sous la tête si possible. Lors de la phase tonique : risque de morsure de la langue. Ne rien mettre dans la bouche lors de la crise.

20 ROLE AS 2 Lors de la phase clonique : ne pas essayer de stopper ses mouvements. Mettre en sécurité: adapter l environnement en écartant meubles et objets autour pouvant le blesser. Assister l IDE pour les soins à réaliser en urgences( injection ) Contrôler respiration, circulation Rester auprès de la personne durant toute la crise en vérifiant état de conscience.

21 ROLE AS 3 Après la crise Transmettre les observations concernant la crise : durée, phases observées, et actions réalisées Installation de la personne en sécurité (barrières sur prescription ), sonnette à proximité Surveillance ou aider à la prise du traitement anti épileptique

18/02/10 EPILEPSIE PLAN. 1 Rappel anatomique. 2 Différents types de crises d épilepsies. 3 Causes et évolution. 4 Etat de mal épileptique

18/02/10 EPILEPSIE PLAN. 1 Rappel anatomique. 2 Différents types de crises d épilepsies. 3 Causes et évolution. 4 Etat de mal épileptique PLAN EPILEPSIE Dr P. KERSCHEN Service de Neurologie - Hôpital Henri Mondor 1 Rappel anatomique 2 Différents types de crises d épilepsies 3 Causes et évolution 4 Etat de mal épileptique 1 Rappel anatomique

Plus en détail

LE RÔLE EDUCATIF/PREVENTIF/C URATIF DE L INFIRMIER(E) DANS LA PRISE EN CHARGE DU PATIENT EPILEPTIQUE

LE RÔLE EDUCATIF/PREVENTIF/C URATIF DE L INFIRMIER(E) DANS LA PRISE EN CHARGE DU PATIENT EPILEPTIQUE LE RÔLE EDUCATIF/PREVENTIF/C URATIF DE L INFIRMIER(E) DANS LA PRISE EN CHARGE DU PATIENT EPILEPTIQUE PLAN 1-DEFINITIONS 1.1 La crise tonico-clonique (grand mal) 1.2 Etat d absence 1.3 Etat de mal partiel

Plus en détail

Gestion des anti-épileptiques. Thomas GEERAERTS Pôle Anesthésie Réanimation CHU de Toulouse

Gestion des anti-épileptiques. Thomas GEERAERTS Pôle Anesthésie Réanimation CHU de Toulouse Gestion des anti-épileptiques Thomas GEERAERTS Pôle Anesthésie Réanimation CHU de Toulouse Voltaire (1694-1778) «Les médecins administrent des médicaments dont il savent très peu à des malades dont ils

Plus en détail

L épilepsie. chez les plus de 60 ans

L épilepsie. chez les plus de 60 ans L épilepsie chez les plus de 60 ans Qu est-ce que l épilepsie? L épilepsie est un trouble qui touche environ 1 personne sur 150 à 200, soit plus de 60.000 personnes en Belgique. Il existe de nombreuses

Plus en détail

Epilepsies. Cas particulier chez le sujet âgé

Epilepsies. Cas particulier chez le sujet âgé Epilepsies Cas particulier chez le sujet âgé Epilepsies : Généralités Epilepsie Gériatrie Epilepsies : Définitions Crise d épilepsie : manifestations cliniques dues à décharge anormale hypersynchrone de

Plus en détail

Epilepsie Suspicion d Epilepsie.

Epilepsie Suspicion d Epilepsie. Epilepsie Suspicion d Epilepsie. Tout ce que je dis ici, c est du «vécu». Ca n est pas de médical, ça n est pas du juridique, c est du «vécu». Que ce soit «juste» ou «injuste» n importe pas. Ce qui importe,

Plus en détail

Cas clinique. Esteban L.., 6 ans et demi. ATTARD Marie

Cas clinique. Esteban L.., 6 ans et demi. ATTARD Marie Cas clinique Esteban L.., 6 ans et demi ATTARD Marie Antécédents - Personnels: aucun, enfant unique - Familiaux: retard mental chez un cousin germain de la mère Histoire de la maladie -Juin 2011: apparition

Plus en détail

L épilepsie. chez la femme

L épilepsie. chez la femme L épilepsie chez la femme Qu est-ce que l épilepsie? L épilepsie est une maladie qui touche environ 1 personne sur 150 à 200, soit plus de 60.000 personnes en Belgique. Il existe de nombreux types d épilepsie:

Plus en détail

Les convulsions chez l enfant

Les convulsions chez l enfant Les convulsions chez l enfant aurore DARON - Service de Pédiatrie - CHPLT Verviers - Décembre 2005 Définitions Crise convulsive ou crise épileptique : phénomène paroxystique aigu secondaire à un dysfonctionnement

Plus en détail

MALAISES : CONDUITE À TENIR

MALAISES : CONDUITE À TENIR Docteur Erik BOQUET Page 1 sur 8 MALAISES : CONDUITE À TENIR L identification des principales parties du corps humain permet de décrire correctement avec un langage commun le lieu d une lésion, d une douleur

Plus en détail

Gestion des Convulsions chez l enfant et le nourrissons au SAMU 974 Présenté par Dr Nasser LAKEBAL Praticien hospitalier régulateur SAMU, SMUR,

Gestion des Convulsions chez l enfant et le nourrissons au SAMU 974 Présenté par Dr Nasser LAKEBAL Praticien hospitalier régulateur SAMU, SMUR, Gestion des Convulsions chez l enfant et le nourrissons au SAMU 974 Présenté par Dr Nasser LAKEBAL Praticien hospitalier régulateur SAMU, SMUR, Urgences, CHU Félix Guyon QUELQUES CHIFFRES l Epilepsie :

Plus en détail

Epilepsie de l enfant : généralités

Epilepsie de l enfant : généralités Epilepsie de l enfant : généralités Neuropédiatrie, CHU Gui de Chauliac, Montpellier L épilepsie est beaucoup plus fréquente chez l enfant 3 fois plus élevée dans la 1ère année de vie que par la suite

Plus en détail

Origine des malaises et pertes de connaissance. Dr Guillaume AUCHERES Pôle des Métiers de l Urgence SAMU 45 SMUR Orléans CHR Orléans

Origine des malaises et pertes de connaissance. Dr Guillaume AUCHERES Pôle des Métiers de l Urgence SAMU 45 SMUR Orléans CHR Orléans Origine des malaises et pertes de connaissance Dr Guillaume AUCHERES Pôle des Métiers de l Urgence SAMU 45 SMUR Orléans CHR Orléans Plan 1. Définitions 2. Causes des malaises 3. Que faire devant un malaise?

Plus en détail

LES MOTS DE L ÉPILEPSIE. Document rédigé par le Pr Franck Semah (Service central de Médecine nucléaire et d Imagerie fonctionnelle, CHRU de Lille)

LES MOTS DE L ÉPILEPSIE. Document rédigé par le Pr Franck Semah (Service central de Médecine nucléaire et d Imagerie fonctionnelle, CHRU de Lille) LES MOTS DE L ÉPILEPSIE Document rédigé par le Pr Franck Semah (Service central de Médecine nucléaire et d Imagerie fonctionnelle, CHRU de Lille) A Absence Type de crise généralisée*, habituellement observée

Plus en détail

Avenir. Une crise partielle peut aussi évoluer en crise généralisée, les signes de début ont une grande importance pour localiser le point de départ.

Avenir. Une crise partielle peut aussi évoluer en crise généralisée, les signes de début ont une grande importance pour localiser le point de départ. aide plan du site contact aspects médicaux aspects pédagogiques associations mise à jour : le 16 10 2009 Epilepsies (Les) Qu'est-ce que l'épilepsie? Pourquoi se produit une crise d'épilepsie? Quels symptômes

Plus en détail

État de mal épileptique

État de mal épileptique Pr. V. Castelain Service de Réanimation Médicale Hôpital Hautepierre Les Hôpitaux Universitaires de de STRASBOURG Réan. Réan. Urg. Urg. 1995: 1995: 4; 4; 387-396 Définitions (1) : OMS Conférence de consensus

Plus en détail

Les pathologies neurologiques

Les pathologies neurologiques Les pathologies neurologiques I Les convulsions III Quelques pathologies fréquentes La méningite Les traumatismes crâniens L hydrocéphalie Crise paroxystique, d origine cérébrale, se traduisant par des

Plus en détail

L hypoglycémie. Docteur Brahim RAHFANI

L hypoglycémie. Docteur Brahim RAHFANI L hypoglycémie Docteur Brahim RAHFANI Définition L hypoglycémie c est diminution du taux de glucose dans le sang au-dessous des valeurs normales Une hypoglycémies définie par une glycémie inférieure à

Plus en détail

Projet de réussite en BAC PRO ASSP. Module : Système nerveux

Projet de réussite en BAC PRO ASSP. Module : Système nerveux Mme BEN ABDALLAH Projet de réussite en BAC PRO ASSP Module : Système nerveux Capacité 1 : je sais l organisation du système nerveux Le système nerveux est formé de 3 parties : Partie 1 : Système nerveux

Plus en détail

TRAUMATISMES CRÂNIENS

TRAUMATISMES CRÂNIENS TRAUMATISMES CRÂNIENS La prise en charge des traumatismes crâniens a été transformée par la généralisation de la tomodensitométrie (scanner) qui a permis une exploration non invasive des parties molles.

Plus en détail

CAS CLINIQUE

CAS CLINIQUE CAS CLINIQUE Un chauffard âgé de 21ans victime d un AVP a consulte aux urgences. L examen :victime en bon état de conscience. Pas d ATCD pathologique notable. Pas de prise médicamenteuse. Tension artérielle

Plus en détail

Observation de l enfant

Observation de l enfant SI en pédiatrie Cours de Mme Mariani Le 12.12.2008 Observation de l enfant Importance de l IAO pour prioriser les soins Aspect Conscience Tonicité coloration Mobilité, attitude humeur corpulence État d

Plus en détail

Q.341 CONVULSIONS CHEZ LE NOURRISSON ET L ENFANT. Dr Raphaèle BADIOLA

Q.341 CONVULSIONS CHEZ LE NOURRISSON ET L ENFANT. Dr Raphaèle BADIOLA Q.341 CONVULSIONS CHEZ LE NOURRISSON ET L ENFANT Dr Raphaèle BADIOLA Les crises épileptiques Décharge hypersynchrone d une population de neurones Crise partielle Tout est possible: malaise, hémicorporel,

Plus en détail

Conduite à tenir devant une crise convulsive de l enfant

Conduite à tenir devant une crise convulsive de l enfant Conduite à tenir devant une crise convulsive de l enfant Dr Vanina Bellavoine Neurologie Pédiatrique Hopital Robert Debré, APHP, Paris 12 Décembre 2013 Crises convulsives Le médecin Reconnaître la crise?

Plus en détail

CONVULSIONS ET EPILEPSIE

CONVULSIONS ET EPILEPSIE CONVULSIONS ET EPILEPSIE I/ Définition : Le terme convulsion désigne des phénomènes paroxystiques et involontaires (contractures musculaires) provoqués par l excitation d un groupement neuronal, ces contractures

Plus en détail

céphalées définition interrogatoire Examen clinique Etiologies des céphalées aigues/subaiguës Douleur de l extrémité céphalique et faciale

céphalées définition interrogatoire Examen clinique Etiologies des céphalées aigues/subaiguës Douleur de l extrémité céphalique et faciale définition céphalées Douleur de l extrémité céphalique et faciale Toute céphalée n est pas une migraine+++ interrogatoire Début : brutal? À l effort? Signes d accompagnements : nausées, signes neurologiques+++,oculaires,

Plus en détail

CONVULSIONS ETAT de MAL CONVULSIF

CONVULSIONS ETAT de MAL CONVULSIF CONVULSIONS ETAT de MAL CONVULSIF Convulsion (1) - définition Convulsion : accès de contractures paroxystiques involontaires toniques ou cloniques que l origine soit ou non épileptique. Crise d épilepsie

Plus en détail

7- Les Antiépileptiques

7- Les Antiépileptiques 7- Les Antiépileptiques 1 Définition L épilepsie est un trouble neurologique chronique caractérisé par la survenue périodique et imprévisible de crises convulsives dues à l émission de décharges électriques

Plus en détail

Conduite àtenir devant une. convulsion chez l enfant. Dr S. NAFA

Conduite àtenir devant une. convulsion chez l enfant. Dr S. NAFA Conduite àtenir devant une convulsion chez l enfant Dr S. NAFA Définitions Convulsion contractures musculaires involontaires toniques ou cloniques et de durée variable Crise épileptique phénomène paroxystique

Plus en détail

LES TRAUMATISMES CRANIENS

LES TRAUMATISMES CRANIENS LES TRAUMATISMES CRANIENS Biblio: http://www.revuemedecine.com/recherche/resultat.phtml?recherche=traumatisme+cranien&x=0&y=0 AFMC Lagny Soirée du 10/05/2010 Intervenant Gaëlle MOUTON PARADOT Organisateur

Plus en détail

Notions sur les différents états d agitation

Notions sur les différents états d agitation Notions sur les différents états d agitation D. CAILLOCE SAMU 87 Dr CAILLOCE IFA 2011 1 / 21 Définition Trouble du comportement psychomoteur : hyperactivité motrice perte du contrôle des actes, de la parole

Plus en détail

Syncopes (malaises). Recommandations HAS Docteur D. HONNART, SRAU, CHU de DIJON DH

Syncopes (malaises). Recommandations HAS Docteur D. HONNART, SRAU, CHU de DIJON DH Syncopes (malaises). Recommandations HAS 2008 Docteur D. HONNART, SRAU, CHU de DIJON DH 2011-10 Définition Abandonner le terme peu spécifique de malaise (motif de recours) Pas de différence de gravité

Plus en détail

Les Tremblements Approche Clinique et Diagnostic. Pr S. Thobois Hopital Neurologique P. Wertheimer, Lyon

Les Tremblements Approche Clinique et Diagnostic. Pr S. Thobois Hopital Neurologique P. Wertheimer, Lyon Les Tremblements Approche Clinique et Diagnostic Pr S. Thobois Hopital Neurologique P. Wertheimer, Lyon Etape 1 : Reconnaître le tremblement Tremblement : définition Oscillation rythmique involontaire

Plus en détail

Actualités en épilepsie

Actualités en épilepsie Actualités en épilepsie Docteur Sophie Géhin Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne PLAN I. Définition II. Physiopathologie III. Sémiologie des crises et vidéos IV. Traitement médical

Plus en détail

LES ACCIDENTS VASCULAIRES CEREBRAUX

LES ACCIDENTS VASCULAIRES CEREBRAUX Erik BOQUET Page 1 04/02/2008 LES ACCIDENTS VASCULAIRES CEREBRAUX (Docteur Erik BOQUET) 1 RAPPELS Le tissu nerveux est formé de cellules appelées neurones qui ont la particularité de ne pas se reproduire

Plus en détail

AUTISME ET PATHOLOGIES SOMATIQUES

AUTISME ET PATHOLOGIES SOMATIQUES AUTISME ET PATHOLOGIES SOMATIQUES Dr Cabrol Dr Baudry & Dr Palix - Clinique des Campilles Thuir le 2 avril 2010 Autisme et pathologies somatiques étude faite sur 71 personnes adultes, âgés de plus de 16

Plus en détail

Épilepsie. Crise simple État de mal épilep/que

Épilepsie. Crise simple État de mal épilep/que Épilepsie Crise simple État de mal épilep/que Épidémiologie Prévalence : 8,2/1000 Incidence : 50 à 60/100000 0.7 à 3.4 % des admissions sont dues à une crise d épilepsie 2/3 à épilep/que connu 1/3 à Première

Plus en détail

Conduite à tenir devant un malaise, une syncope, une perte de connaissance

Conduite à tenir devant un malaise, une syncope, une perte de connaissance Conduite à tenir devant un malaise, une syncope, une perte de connaissance 2 chiffres 10 % des admissions en médecine d urgence L interrogatoire, l examen clinique, des examens paracliniques simples donnent

Plus en détail

Glossaire des termes et des syndromes fréquemment utilisés en épileptologie Glossary of terms and syndromes frequently used in epileptology

Glossaire des termes et des syndromes fréquemment utilisés en épileptologie Glossary of terms and syndromes frequently used in epileptology Réanimation (2009) 18, 106 110 Glossaire des termes et des syndromes fréquemment utilisés en épileptologie Glossary of terms and syndromes frequently used in epileptology P. Gelisse a,, P. Thomas b, A.

Plus en détail

Epilepsie. Catherine Lamy Service de neurologie Hôpital Sainte-Anne, Paris

Epilepsie. Catherine Lamy Service de neurologie Hôpital Sainte-Anne, Paris Epilepsie Catherine Lamy Service de neurologie Hôpital Sainte-Anne, Paris DU prise en charge des situations d urgence médico-chirurgicales Paris, novembre 2013 Les crises: un symptôme L épilepsie: une

Plus en détail

Association pour la Formation des Médecins Libéraux D E T R E S S E S N E U R O L O G I Q U E S

Association pour la Formation des Médecins Libéraux D E T R E S S E S N E U R O L O G I Q U E S Association pour la Formation des Médecins Libéraux D E T R E S S E S N E U R O L O G I Q U E S Le coma: généralités Définition: Perte prolongée de l état de conscience plus ou moins complète,difficilement

Plus en détail

6. Urgences potentielles

6. Urgences potentielles 6. Urgences potentielles Prise en charge des urgences potentielles Maladie Malaise Plaies Brûlures thermiques Traumatismes Femme enceinte Arrosage si nécessaire Maintien de tête si nécessaire et maintient

Plus en détail

Pédagogie Inversée : intérêts limites

Pédagogie Inversée : intérêts limites Ateliers de Partage de Pratiques Pédagogiques Innovantes Pédagogie Inversée : intérêts limites Retour d expérience en Pharmacie Céline Demougeot Mardi 8 décembre 2015 http://sun-ip.univ-fcomte.fr/ Contexte

Plus en détail

Risque de récidive et prévention - Prise en charge de l épilepsie

Risque de récidive et prévention - Prise en charge de l épilepsie Risque de récidive et prévention - Prise en charge de l épilepsie Pr Mathieu ZUBER Service de Neurologie et NeuroVasculaire Groupe Hospitalier Paris Saint-Joseph Université Paris Descartes Plan Risque

Plus en détail

Conduite à tenir devant une 1 ere crise chez un patient hospitalisé Pr Vincent Navarro

Conduite à tenir devant une 1 ere crise chez un patient hospitalisé Pr Vincent Navarro Conduite à tenir devant une 1 ere crise chez un patient hospitalisé Pr Vincent Navarro Unité d épilepsie et ICM Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, Paris, France Contexte Patient admis dans un département

Plus en détail

Prise en charge des crises convulsives aux Urgences. Dr Grégoire VERSMÉE Cours DESC Médecine d urgence 11 février 2015

Prise en charge des crises convulsives aux Urgences. Dr Grégoire VERSMÉE Cours DESC Médecine d urgence 11 février 2015 Prise en charge des crises convulsives aux Urgences Dr Grégoire VERSMÉE Cours DESC Médecine d urgence 11 février 2015 ÉVALUATION MÉDICALE Diagnostic porté sur l interrogatoire et l examen: antécédents

Plus en détail

CÉPHALÉES ET MIGRAINE. Dr Bertrand DELFINER NEUROLOGUE Fondation Rothschild Paris

CÉPHALÉES ET MIGRAINE. Dr Bertrand DELFINER NEUROLOGUE Fondation Rothschild Paris CÉPHALÉES ET MIGRAINE Dr Bertrand DELFINER NEUROLOGUE Fondation Rothschild Paris AMIFORM 17 et 18 Octobre 2012 GÉNÉRALITÉS Pathologie fréquente souvent sous estimée or : Menace parfois vitale Pronostic

Plus en détail

Rééducation d un traumatisé crânien

Rééducation d un traumatisé crânien Rééducation d un traumatisé crânien Le processus de récupération du blessé est complexe et il faut laisser du temps à la rééducation et à la réadaptation avant de se prononcer avec précision sur l état

Plus en détail

Le traitement anti-épileptique. Dr Luc Valton, Unité chirurgie de l épilepsie, service de neurologie, hôpital Rangueil, CHU Toulouse.

Le traitement anti-épileptique. Dr Luc Valton, Unité chirurgie de l épilepsie, service de neurologie, hôpital Rangueil, CHU Toulouse. Le traitement anti-épileptique. Dr Luc Valton, Unité chirurgie de l épilepsie, service de neurologie, hôpital Rangueil, CHU Toulouse. Une crise d épilepsie correspond aux symptômes cliniques provoqués

Plus en détail

Encéphalites: attitude pratique. Pr Brigitte CHABROL Service de Neurologie Pédiatrique CHU Timone, Marseille, France

Encéphalites: attitude pratique. Pr Brigitte CHABROL Service de Neurologie Pédiatrique CHU Timone, Marseille, France Encéphalites: attitude pratique Pr Brigitte CHABROL Service de Neurologie Pédiatrique CHU Timone, Marseille, France Encéphalites Problème fréquent 10-13 /100 000 enfants /an HSV: 1/ 250 à 500.000 enfants/

Plus en détail

Les méningo-encéphalites virales du sujet âgé. Besançon, le 25 mars 2004

Les méningo-encéphalites virales du sujet âgé. Besançon, le 25 mars 2004 Les méningo-encéphalites virales du sujet âgé Besançon, le 25 mars 2004 Paradoxe Difficulté diagnostique «Facilité de traitement» Rappels Tissu nerveux «fonction neurologique» «support» Neurones Tissu

Plus en détail

I - Les convulsions. Pathologies neurologiques. 1 La crise convulsive généralisée. La crise convulsive : 2 Les convulsions hyperthermiques

I - Les convulsions. Pathologies neurologiques. 1 La crise convulsive généralisée. La crise convulsive : 2 Les convulsions hyperthermiques Pathologies neurologiques I Les convulsions IV Les traumatismes crâniens V L hydrocéphalie 1 I - Les convulsions Crise paroxystique, d origine cérébrale, se traduisant par des contractions musculaires

Plus en détail

LA NEVROSE D ANGOISSE

LA NEVROSE D ANGOISSE 19.01.09 Dr Lagier Psychiatrie LA NEVROSE D ANGOISSE I)L anxiété et l angoisse : définition II)Les différentes formes d anxiété (= angoisse) A)Crise d angoisse aiguë 1)Les manifestations de la crise d

Plus en détail

Glaucome : ce que je dois savoir

Glaucome : ce que je dois savoir Glaucome : ce que je dois savoir Le site du Docteur J. DA SILVA TAVARES Adresse du site : www.docvadis.fr/docteur.da.silva.tavares Validé par le Comité Scientifique Ophtalmologie Le glaucome est une maladie

Plus en détail

Accident ischémique transitoire : un syndrome de menace pour le cerveau. V LAUER, Unité Neuro-Vasculaire 25 Septembre 2008

Accident ischémique transitoire : un syndrome de menace pour le cerveau. V LAUER, Unité Neuro-Vasculaire 25 Septembre 2008 Accident ischémique transitoire : un syndrome de menace pour le cerveau V LAUER, Unité Neuro-Vasculaire 25 Septembre 2008 Cas Clinique 1 Patiente de 42 ans Facteurs de risque : tabac, contraception orale,

Plus en détail

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO Révisée : Page 1 de 6 Mise en contexte Le Conseil scolaire public du Grand Nord de l Ontario (CSPGNO) s engage à promouvoir la sensibilisation à la sécurité dans les écoles et reconnaît que la santé et

Plus en détail

OBJECTIFS: -Physiopathologie des T.C.E. -La surveillance clinique d un T.C.E.

OBJECTIFS: -Physiopathologie des T.C.E. -La surveillance clinique d un T.C.E. LES ( T.C.E. ) ( T.C.E. ) OBJECTIFS: -Physiopathologie des T.C.E. -La surveillance clinique d un T.C.E. Dr. E.M. GUEYE Service de neurochirurgie C.H.U. de Limoges -Les différentes complications des T.C.E.

Plus en détail

L épilepsie de l enfant les encéphalopathies épileptiques *

L épilepsie de l enfant les encéphalopathies épileptiques * D r Véronique Leroy-Malherbe SESSD APF d Arpajon et d Orsay (91), responsable du Centre ressources pour l enfant avec lésion cérébrale acquise Hôpital national de Saint-Maurice (94) L épilepsie de l enfant

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES ETATS DE MAL EPILEPTIQUE EN URGENCE MDA THIERRY PRADEL A-L

PRISE EN CHARGE DES ETATS DE MAL EPILEPTIQUE EN URGENCE MDA THIERRY PRADEL A-L PRISE EN CHARGE DES ETATS DE MAL EPILEPTIQUE EN URGENCE MDA THIERRY PRADEL A-L REFERENCES Outin H, Blanc T, Vinatier I, Emergency and intensive care unit management of status epilepticus in adult patients

Plus en détail

:: Épilepsie avec pointes-ondes continues du sommeil (EPOCS)

:: Épilepsie avec pointes-ondes continues du sommeil (EPOCS) :: Épilepsie avec pointes-ondes continues du sommeil (EPOCS) Synonymes : syndrome POCS, CSWSS (Continuous spike-waves during slow sleep) Maladie associée : syndrome de Landau-Kleffner Définition : L épilepsie

Plus en détail

Comportements stéréotypés chez l enfant handicapé et Epilepsies

Comportements stéréotypés chez l enfant handicapé et Epilepsies R4P Réseau Régional de Rééducation et de Réadaptation Pédiatrique en Rhône-Alpes Comportements stéréotypés chez l enfant handicapé et Epilepsies Sarah D Rosenberg PH - Service de Neurologie, Unité de neurophysiologie

Plus en détail

Qu arrive-t-il quand nos récepteurs sensoriels dysfonctionnent?

Qu arrive-t-il quand nos récepteurs sensoriels dysfonctionnent? Introduction Qu arrive-t-il quand nos récepteurs sensoriels dysfonctionnent? Paris-Rio 1er juin 2009 sonde Pitot Le labyrinthe En pratique un incident peut arriver à différents niveaux... Bases physiopathologiques

Plus en détail

Modalités d arrêt des benzodiazépines et médicaments apparentés chez le patient âgés

Modalités d arrêt des benzodiazépines et médicaments apparentés chez le patient âgés Modalités d arrêt des benzodiazépines et médicaments apparentés chez le patient âgés Recommandations professionnelles HAS Octobre 2007. Cycle recommandations AMMPPU - Les patients concernés patients âgés

Plus en détail

I Mesure du système nerveux

I Mesure du système nerveux Surveillance et rôle de l AP I - Mesure du système nerveux (M2) II Démarche d observation clinique du SN (M2) III - Les examens de base de l exploration neurologique (M3) 1 I Mesure du système nerveux

Plus en détail

Prise en charge initiale de l Etat de Mal Epileptique de l adulte

Prise en charge initiale de l Etat de Mal Epileptique de l adulte Prise en charge initiale de l Etat de Mal Epileptique de l adulte CAMU 5 Février 2003 Pierre LIOT DES de Neurologie CCA, Réanimation Médicale, H. Mondor Prise en charge initiale de l Etat de Mal Epileptique

Plus en détail

NEUROLOGIE L'EPILEPSIE

NEUROLOGIE L'EPILEPSIE NEUROLOGIE L'EPILEPSIE Deux classifications : Classification sémiologique : en fonction des signes Classification étiopathogénique : en fonction de l'étiologie de la crise I - CLASSIFICATION SEMIOLOGIQUE

Plus en détail

Diagnostic : fibrillation auriculaire. Comment peut-on prévenir un accident vasculaire cérébral?

Diagnostic : fibrillation auriculaire. Comment peut-on prévenir un accident vasculaire cérébral? Diagnostic : fibrillation auriculaire Comment peut-on prévenir un accident vasculaire cérébral? Chère lectrice, Cher lecteur La fibrillation auriculaire est l arythmie (trouble du rythme cardiaque) la

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application: 01062000 Réf.: CMUB- Pagination 1 / 5 pages COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 002 Rédacteurs Dr D. HONNART (Dijon) Date 22/05/00 Validation P.

Plus en détail

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC)

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) L accident vasculaire cérébral, dit aussi «attaque cérébrale», est dû à une interruption brutale de l irrigation sanguine d une zone du cerveau. L interruption

Plus en détail

APHORISMES 1 EN MEDECINE D'URGENCE

APHORISMES 1 EN MEDECINE D'URGENCE - 1 - APHORISMES 1 EN MEDECINE D'URGENCE A. Cardio-vasculaire 1. Toute douleur thoracique doit faire pratiquer un électrocardiogramme. 2. Toute douleur épigastrique doit faire pratiquer un électrocardiogramme.

Plus en détail

Les accidents. Niveau 2

Les accidents. Niveau 2 Les accidents Niveau 2 Acquis Pré-requis Variation de la pression avec la profondeur Loi de Boyle-Mariotte Composition de l air Conséquences de la compression de l air Pression hydrostatique m 10000 5000

Plus en détail

Traumatisme crânien léger définition, questions méthodologiques

Traumatisme crânien léger définition, questions méthodologiques Traumatisme crânien léger définition, questions méthodologiques Philippe Azouvi Service de MPR Hôpital Raymond Poincaré (AP-HP), Garches EA 4047, Université de Versailles-Saint-Quentin Distinguer Le traumatisme

Plus en détail

Convulsions hyperthermiques du nourrisson : conduite à tenir et recommandations en 2010

Convulsions hyperthermiques du nourrisson : conduite à tenir et recommandations en 2010 Convulsions hyperthermiques du nourrisson : conduite à tenir et recommandations en 2010 Laurence Joly-Pedespan Urgences Pédiatriques CHU Bordeaux 11émes JUPSO 1 Introduction Sujet «classique», sinon «bateau»,

Plus en détail

Ministère de la Santé de la Jeunesse et des Sports. Direction Générale de la Santé. Carte de soins et d urgence. Maladie d Alzheimer

Ministère de la Santé de la Jeunesse et des Sports. Direction Générale de la Santé. Carte de soins et d urgence. Maladie d Alzheimer Ministère de la Santé de la Jeunesse et des Sports Direction Générale de la Santé Carte de soins et d urgence Maladie d Alzheimer La maladie d Alzheimer est une maladie neurodégénérative, d évolution progressive,

Plus en détail

Évaluation de la prescription du SCANNER CEREBRAL dans la prise en charge des CEPHALEES NON TRAUMATIQUES aux URGENCES

Évaluation de la prescription du SCANNER CEREBRAL dans la prise en charge des CEPHALEES NON TRAUMATIQUES aux URGENCES Évaluation de la prescription du SCANNER CEREBRAL dans la prise en charge des CEPHALEES NON TRAUMATIQUES aux URGENCES Dr Romain Borel SAU-SAMU-SMUR Nancy COLMU 11/12/2007 Céphalées aux urgences : épidémiologie

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application : 01/12/2006 Réf.: CMUB-019 Pagination : 1 de 6 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 019 Rédacteurs Dr FADOUL Minerva Date 01/12/2006 Validation Dr

Plus en détail

Information et recommandations. Guide à l intention des personnes ayant subi un traumatisme crânien léger TCCL

Information et recommandations. Guide à l intention des personnes ayant subi un traumatisme crânien léger TCCL Information et recommandations Guide à l intention des personnes ayant subi un traumatisme crânien léger TCCL Vous, ou votre enfant, venez de subir un traumatisme crânien léger. En suivant ce guide, vous

Plus en détail

COMMOTION CÉRÉBRALE ET PRATIQUE SPORTIVE

COMMOTION CÉRÉBRALE ET PRATIQUE SPORTIVE COMMOTION CÉRÉBRALE ET PRATIQUE SPORTIVE AVANT-PROPOS Ce livret, à destination des sportifs, de leur famille, de leur entourage, de leur encadrement technique, médical et paramédical, des dirigeants et

Plus en détail

TOXIQUE : LA CIGUATERA

TOXIQUE : LA CIGUATERA TOXIQUE : LA CIGUATERA Ichtyosarcotoxisme Intoxication alimentaire par poissons contaminés par la microalgue : Gambierdiscus toxicus La ciguatoxine s'accumule dans l'organismes sa [ ] augmente au fur et

Plus en détail

Les épilepsies. La classification internationale des épilepsies combine deux paramètres : la symptomatologie et l'étiologie.

Les épilepsies. La classification internationale des épilepsies combine deux paramètres : la symptomatologie et l'étiologie. Cour de 4 ème Année Pr. R.Ouazzani Les épilepsies Définition - Les épilepsies: sont des affections chroniques de causes diverses, caractérisées par la répétition spontanée des crises épileptiques. - Les

Plus en détail

Conduite à tenir devant un trouble de la marche aigu. Module Urgences Pédiatriques 9 novembre 2006

Conduite à tenir devant un trouble de la marche aigu. Module Urgences Pédiatriques 9 novembre 2006 Conduite à tenir devant un trouble de la marche aigu Module Urgences Pédiatriques 9 novembre 2006 La marche Elément sémiologique essentiel de l examen neurologique +++ et de l appareil locomoteur 60 %

Plus en détail

Traumatisme crânien léger Recommandations SFMU (publiées 2012) Didier HONNART, Département de Médecine d Urgence SAMU-SMUR-SRAU-UHCD

Traumatisme crânien léger Recommandations SFMU (publiées 2012) Didier HONNART, Département de Médecine d Urgence SAMU-SMUR-SRAU-UHCD Traumatisme crânien léger Recommandations SFMU (publiées 2012) Didier HONNART, Département de Médecine d Urgence SAMU-SMUR-SRAU-UHCD CHU de Dijon 2012 Le traumatisme crânien léger (TCL) Définitions multiples

Plus en détail

L épilepsie, la grossesse et l allaitement

L épilepsie, la grossesse et l allaitement L épilepsie, la grossesse et l allaitement Qu est-ce que l épilepsie? L épilepsie est une maladie qui touche environ 1 personne sur 150 à 200, soit plus de 60.000 personnes en Belgique. Il existe de nombreux

Plus en détail

L enfant avant tout. Le traumatisme cranio-cérébral léger

L enfant avant tout. Le traumatisme cranio-cérébral léger 01 L enfant avant tout Le traumatisme cranio-cérébral léger Un traumatisme cranio-cérébral léger (TCCL), souvent appelé une commotion cérébrale, est une atteinte cérébrale résultant d un coup direct ou

Plus en détail

National de pédiatrie et chirurgie pédiatrique Auteur : Dr. Olivia Mourier, Pr. Jacques Motte (CHU Reims) MAJ : 06/01/2006

National de pédiatrie et chirurgie pédiatrique Auteur : Dr. Olivia Mourier, Pr. Jacques Motte (CHU Reims) MAJ : 06/01/2006 Objectifs : Convulsions chez le nourrisson et chez l enfant Item 190 Objectifs généraux du module 11 de l ECN A la fin du 2ème cycle, l étudiant doit être capable, dans des situations cliniques très fréquentes

Plus en détail

Informations médicales sur l'anesthésie

Informations médicales sur l'anesthésie Informations médicales sur l'anesthésie Ces informations vous sont normalement transmises par votre chirurgien suite à une décision d intervention. Nous vous demandons de les lire attentivement, afin de

Plus en détail

VESSIE NEUROLOGIQUE DÉROULEMENT D UNE MICTION NORMALE

VESSIE NEUROLOGIQUE DÉROULEMENT D UNE MICTION NORMALE VESSIE NEUROLOGIQUE Vous avez eu un accident qui a provoqué un traumatisme de la colonne vertébrale entraînant une blessure de la moelle épinière. Cette atteinte médullaire a été responsable d une paraplégie

Plus en détail

Fiche Mémo Arrêt des benzodiazépines et médicaments apparentés : démarche du médecin traitant en ambulatoire

Fiche Mémo Arrêt des benzodiazépines et médicaments apparentés : démarche du médecin traitant en ambulatoire Fiche Mémo Arrêt des benzodiazépines et médicaments apparentés : démarche du médecin traitant en ambulatoire Juin 2015 Préambule L objectif est de réduire les prescriptions au long cours de benzodiazépines

Plus en détail

Encéphalopathie ischémique. Dodley Severe Juin 2007

Encéphalopathie ischémique. Dodley Severe Juin 2007 Encéphalopathie ischémique anoxique Dodley Severe Juin 2007 Etiologie Quelque soit son étiologie, toute SFA résulte d une anoxie Celle-ci a plusieurs conséquences 1- fonctionnelles: vasoconstriction fœtale

Plus en détail

C.A.T. devant un AVC. C.A.T. devant un AVC. I On l'affirme : Comment? Il faut l'affirmer :

C.A.T. devant un AVC. C.A.T. devant un AVC. I On l'affirme : Comment? Il faut l'affirmer : Il faut l'affirmer : C.A.T. devant un AVC C'est facile pour la clinique, avec 85 % de sensibilité. Il faut affirmer son mécanisme dont dépend le traitement : Hémorragie/ischémie : seule l'imagerie le permet

Plus en détail

Procédure de reprise de la scolarité après traumatisme crânien léger chez l enfant. H. Toure Pellen, M. Chevignard

Procédure de reprise de la scolarité après traumatisme crânien léger chez l enfant. H. Toure Pellen, M. Chevignard Procédure de reprise de la scolarité après traumatisme crânien léger chez l enfant H. Toure Pellen, M. Chevignard Service de rééducation des pathologies neurologiques acquises de l enfant et l adolescent

Plus en détail

Commotions Cérébrales

Commotions Cérébrales Commotions Cérébrales Qu est ce que Sidney Crosby, John Tavares, Ian Laperriere, Marc Savard et Eric Lindros ont en commun? Mis à part le fait qu ils ont tous joué au hockey dans la Ligue Nationale (LNH)

Plus en détail

EPILEPSIE. Marie RAFIQ 31/03/2017

EPILEPSIE. Marie RAFIQ 31/03/2017 EPILEPSIE Marie RAFIQ 31/03/2017 1 PLAN 1) Définition 2) Epidémiologie 3) CriseS d épilepsie 4) Etat de mal épileptique 5) Diagnostics différentiels 6) Bilan diagnostique et étiologique 7) Conduite à tenir

Plus en détail

Le système nerveux et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados

Le système nerveux et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Le système nerveux et ses atteintes Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Objectifs : A la fin de la séquence, vous serez capable de : décrire le système nerveux d expliquer son fonctionnement

Plus en détail

Diabetes Mellitus. Définition:

Diabetes Mellitus. Définition: Diabetes Mellitus Diabète sucré Définition: Le diabète dit sucré est une maladie liée à une défaillance des mécanismes biologiques de régulation de la glycémie, la glycémie étant la concentration de glucose

Plus en détail

Syncope: Qui hospitaliser? Quel bilan?

Syncope: Qui hospitaliser? Quel bilan? Syncope: Qui hospitaliser? Quel bilan? Jérémie BARRAUD Unité Rythmologie et Stimulation Cardiaque Service de Cardiologie, CHU NORD Aix-Marseille Université Définition - Epidémiologie Syncope = Perte de

Plus en détail

ATELIER l EEG normal de l enfant et son intérêt pour l épilepsie

ATELIER l EEG normal de l enfant et son intérêt pour l épilepsie Université de Mascara. Société Pédiatrique de l Ouest 8 ème Journée pédiatrique de Mascara vendredi 20-02-2015 ATELIER l EEG normal de l enfant et son intérêt pour l épilepsie Dr Mohamed REFSI Neurologue

Plus en détail

Les déficiences de l enfant

Les déficiences de l enfant Les déficiences de l enfant Handicap et scolarité Dr Savetier-Leroy Dr Crozes IA77 Stage adaptation à l emploi des AVS 2014-2015 Handicap Déficience Atteintes d organes ou de fonctions,altération d une

Plus en détail

LE SYSTEME NERVEUX ET LA COMMANDE DU MOUVEMENT :

LE SYSTEME NERVEUX ET LA COMMANDE DU MOUVEMENT : LE SYSTEME NERVEUX ET LA COMMANDE DU MOUVEMENT : INTRODUCTION : Pour effectuer un mouvement, divers organes fonctionnent ensemble dont des muscles qui se contractent. Comment le système nerveux assure-t-il

Plus en détail

MALADIE DE PARKINSON

MALADIE DE PARKINSON MALADIE DE PARKINSON Syndrome parkinsonien : association d une hypertonie plastique, d une akinésie et d un tremblement. 1817, James Parkinson décrit dans son Essai sur la paralysie agitante la Maladie

Plus en détail