Centre d Etude de l Energie Nucléaire La recherche dans une optique durable

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Centre d Etude de l Energie Nucléaire La recherche dans une optique durable"

Transcription

1 Centre d Etude de l Energie Nucléaire La recherche dans une optique durable L essentiel 2009

2

3 Centre d Etude de l Energie Nucléaire La recherche dans une optique durable L essentiel 2009

4

5 1 Des installations nucléaires sûres, aujourd hui et demain 15 2 Des technologies nucléaires innovantes pour un avenir énergétique durable 23 3 Les déchets radioactifs et le démantèlement: penser à demain 31 4 Nouvelles applications nucléaires en médecine et dans l industrie 39 5 Prendre soin de l homme et de son environnement: la radioprotection 47 6 Formation et training: entretenir le savoir-faire nucléaire 55

6 La recherche dans une optique durable Pendant longtemps, la recherche sur l énergie nucléaire a été synonyme de recherche nucléaire pacifique. Mais les sciences nucléaires ont bien plus à offrir à la société. En effet, depuis de nombreuses années déjà, nous nous attelons au sein du SCK CEN, à élargir nos perspectives. Mener sur de nombreux fronts celui de l énergie nucléaire et d autres une recherche axée sur les applications, permet d ancrer profondément le SCK CEN dans la société. Aussi diverses que puissent être les activités de recherche, elles partagent toutes un élément en commun: elles sont toutes au service de la société d aujourd hui et de demain. Des installations nucléaires sûres, une gestion durable des déchets nucléaires, la fusion nucléaire comme source d énergie prometteuse, la protection de l homme et de l environnement contre les radiations dans toutes les circonstances, la production de radio-isotopes médicaux et le dopage de silicium visant à la production de semi-conducteurs destinés aux applications des énergies renouvelables, la radiobiologie comme domaine de recherche croissant : le regard du SCK CEN couvre de nombreuses directions tout en s orientant vers l avenir. Des défis gigantesques se posent aux générations futures: le changement climatique, un approvisionnement énergétique fiable et abordable, un environnement sain, des soins de santé et une médecine de haut niveau Le SCK CEN cherche à répondre à la question de savoir si les sciences nucléaires peuvent offrir des solutions durables aux grands problèmes qui se posent aujourd hui même et dans un avenir proche. Notre mission la recherche dans une optique durable traduit parfaitement cette tentative. Le feu vert reçu par le SCK CEN pour le projet MYRRHA, en début d année 2010, ouvre de nombreuses portes. Pour la société d abord, car MYRRHA aidera au SCK CEN L essentiel 2009 La recherche dans une optique durable 4

7 développement de systèmes nucléaires innovants qui permettront d exploiter plus efficacement les matières fissiles et de produire moins de déchets et des déchets moins toxiques. La contribution à l option durable est donc évidente. Le projet représente, en outre, une forte impulsion pour l économie de la connaissance en Flandre, en Belgique et en Europe, ainsi que la création de nouveaux emplois hautement qualifiés dans la région. Pour le SCK CEN, MYRRHA représente tout simplement l ouverture d une nouvelle ère. Les dernières années ont engendré un important investissement en énergie et en temps dans la préparation de MYRRHA; la traduction du projet à tous les niveaux de l organisation représente le grand défi des prochaines années. Comme dans toutes les institutions basées sur la connaissance, le personnel du SCK CEN représente le vrai capital de l organisation. Ce n est que grâce au dévouement individuel et continu de bon nombre de membres de son personnel, que le SCK CEN a pu se développer pour devenir un centre de connaissance nucléaire dynamique et de haut niveau, qui s est forgé une place sur la scène internationale. Je voudrais profiter de cette occasion pour remercier tous les collaborateurs pour leur contribution au sein de notre institution de recherche. Je suis heureux de pouvoir vous présenter cette publication qui retrace les points les plus importants de l année Il s agit d une véritable carte de visite du SCK CEN, décrivant ses infrastructures uniques de recherche, ses recherches appliquées, ses technologies novatrices et ses prestations de services dans un large éventail de secteurs. Cette publication présente le SCK CEN sous toutes ces facettes et reprend quelques réalisations marquantes de cette année Je vous souhaite une agréable lecture. Eric van Walle Directeur général SCK CEN 5 La recherche dans une optique durable L essentiel 2009 SCK CEN

8 Le SCK CEN en un coup d œil Un demi-siècle d expérience Le Centre d étude de l Energie Nucléaire a vu le jour en Avec sa fondation, le monde académique et industriel belge a pu accéder au développement international de l énergie nucléaire. Dès le premier jour, le SCK CEN s est révélé un des pionniers du monde nucléaire par des réalisations et des installations uniques, mais également par un travail innovant dans le domaine de la science et de la technologie nucléaires. Avec ses laboratoires de Mol et son siège social établi à Bruxelles, le SCK CEN figure aujourd hui parmi les plus grands centres de recherche de Belgique. Plus de 600 collaborateurs s investissent quotidiennement afin de développer des applications industrielles et médicales durables en matière de rayonnements ionisants. Le SCK CEN peut se targuer de jouir, à cet égard, d une expérience longue de plus d un demi-siècle. Trois instituts scientifiques et une mission Le SCK CEN compte trois instituts scientifiques: L Institut des Sciences des Matériaux nucléaires qui effectue des recherches sur les matériaux structurels et fonctionnels faisant partie des systèmes nucléaires actuels et futurs. L Institut des Systèmes Nucléaires avancés qui développe les connaissances des aspects technologiques et économiques dans le domaine des réacteurs innovants et fournit de l aide et de l appui à l industrie et aux autorités nucléaires au niveau national et international. L Institut Environnement, Santé et Sécurité qui vise à assurer la sûreté et la protection de l homme et de l environnement dans le cadre de l usage utile de la radioactivité et des applications des rayonnements ionisants. Les instituts scientifiques bénéficient du soutien de l Institut Communication, Services généraux et Administration, qui assure notamment la coordination des affaires relatives au personnel, la communication et des activités de formation. Le service Support à l Entreprise assure la tarification, la fixation des prix et le marketing. Il gère les offres et contrats, donne des conseils juridiques, organise la protection des connaissances et coordonne la gestion de la qualité au sein du SCK CEN. Les quatre instituts du SCK CEN contribuent à une même mission: la recherche dans une optique durable. Direction générale Support à l Entreprise Surveillance Médicale externe Service interne de Prévention et de Protection au Travail Science des Matériaux nucléaires Systèmes Nucléaires avancés Environnement, Santé et Sécurité Communication, Services généraux et Administration SCK CEN L essentiel 2009 La recherche dans une optique durable 6

9 La recherche au cœur de la société Le SCK CEN mène une recherche scientifique fondamentale et appliquée de haut niveau qui s inscrit dans un contexte international. Sa technologie et ses services reposent sur un solide fondement, alors que sa connaissance et son développement relèvent du domaine des applications. Le SCK CEN concentre ses activités autour des thèmes nucléaires dont l importance pour la société d aujourd hui et de demain n est plus à démontrer. Le centre de recherche contribue à assurer la sûreté et l efficacité des réacteurs nucléaires, développe des concepts de réacteurs innovants, recherche des solutions pour un dépôt durable des déchets nucléaires et met sur pied des techniques de démantèlement d installations nucléaires. Les experts du SCK CEN prodiguent des conseils sur l assainissement des terrains contaminés par la radioactivité, suivent les doses de radiations auxquelles sont soumis les membres du personnel qui travaillent avec des substances radioactives, étudient la façon dont les doses de rayonnement médicales peuvent être optimisées et évaluent les effets sur l homme et l environnement en cas d incidents nucléaires. Le SCK CEN produit des radio-isotopes indispensables à l imagerie médicale, au traitement du cancer et à des applications industrielles spécifiques. Le SCK CEN est également spécialiste de l irradiation du silicium pour la production des circuits électroniques utilisés dans des applications d énergie renouvelable. Le SCK CEN est un partenaire renommé au sein d un réseau d institutions scientifiques d envergure mondiale et a acquis une notoriété internationale comme centre de recherche et de formation. La formation des scientifiques et des experts est une chose, mais le SCK CEN partage aussi son expertise et sa vision avec le grand public afin d élargir ainsi le soutien apporté à sa recherche dans le cadre d applications nucléaires. Les choix à faire dans l avenir, les problèmes liés à la sûreté nucléaire, la radioprotection et le dépôt des déchets radioactifs, sont des questions persistantes. C est la raison pour laquelle le SCK CEN réfléchit aux implications sociétales et éthiques des technologies nucléaires. Le centre de recherche se penche sur des thèmes tels que le développement durable, la perception des risques, la communication et l éthique transgénérationnelle. Le SCK CEN s efforce de stimuler la transparence et une réflexion critique sur la technologie nucléaire. La préoccupation sociétale du SCK CEN se traduit aussi dans la gestion quotidienne de ses activités: une grande attention à la sûreté, le traitement correct des déchets et la dose minimale pour ses travailleurs. L infrastructure de recherche du SCK CEN: de grandes premières mondiales Le SCK CEN dispose d une infrastructure de recherche avancée et de production de grande envergure: réacteurs de recherche performants permettant un vaste éventail d applications, installations pilotes, cellules chaudes et laboratoires bien équipés. A quatre reprises, le SCK CEN a produit une grande première mondiale. Avec GUINEVERE, un modèle expérimental du réacteur MYRRHA, le SCK CEN a décroché, début 2010, une cinquième grande première à l échelle internationale, après BR1, BR2, BR3 et VENUS. 7 La recherche dans une optique durable L essentiel 2009 SCK CEN

10 Le BR1, réacteur de recherche de la première heure Le Belgian Reactor 1 ou BR1 est le plus ancien réacteur de recherche de Belgique, opérationnel depuis Il s agit d un réacteur refroidi par air, modéré au graphite et fonctionnant à l uranium naturel. Le réacteur est utilisé pour des essais de radiation et pour calibrer des appareils de mesure. Le réacteur est mis à disposition des centres de recherche, des universités et de l industrie et joue un rôle important dans la formation de scientifiques et d ingénieurs. Le BR2, l un des réacteurs de recherche les plus performants au monde Le Belgian Reactor 2 ou BR2 est l un des réacteurs les plus performants au monde. Depuis sa mise en route en 1962, ce réacteur de recherche des matériaux fonctionne à l uranium hautement enrichi, à l eau pressurisée comme agent réfrigérant et modérateur. Le BR2 joue un rôle de premier plan dans la recherche internationale visant le comportement des matériaux de réacteur. Dans le BR2, le SCK CEN irradie des matières fissiles et des matériaux destinés à divers types de réacteur ainsi qu au programme européen de fusion nucléaire. A l échelle mondiale, BR2 assure avec quatre autres réacteurs, la production de 90 % des principaux radio-isotopes utilisés en médecine nucléaire à des fins diagnostiques et thérapeutiques. D autres radio-isotopes sont utilisés dans l industrie. On en retrouve, par exemple, dans les capteurs chargés de déterminer la densité et le taux d humidité des substances. Du silicium est également irradié dans le BR2, ce qui permet d obtenir un semi-conducteur de haute qualité, utilisé notamment dans les composants électroniques des véhicules hybrides et des éoliennes. Le SCK CEN a obtenu la certification ISO 9001, tant pour la production du radio-isotope molybdène-99 que pour le dopage du silicium. Le BR3: un pivot au niveau de la recherche sur le démantèlement Le Belgian Reactor 3 ou BR3 est un prototype de réacteur à eau pressurisée qui fut opérationnel de 1962 à Le réacteur fut le premier de sa catégorie à être mis à l arrêt définitivement. Dans le cadre du programme quinquennal Recherche et développement technologique visant le démantèlement d installations nucléaires, l Union européenne a sélectionné le BR3 au titre de projet pilote en vue d étudier le démantèlement de réacteurs à eau pressurisée. Ce type de réacteur ne se retrouve pas qu en Belgique mais également à l échelle mondiale, la plupart du temps dans des centrales nucléaires. Lors du démantèlement du BR3, le SCK CEN a développé de nouvelles techniques permettant de limiter la quantité de déchets radioactifs et a travaillé de manière méthodique afin de réduire les doses de rayonnement touchant les travailleurs. De VENUS à GUINEVERE: une autre grande première C est en 1964 que le réacteur de recherche VENUS (Vulcan Experimental Nuclear Study) est entré en service pour la première fois. Depuis sa mise en route, cette installation flexible s est transformée et modernisée à plusieurs reprises. VENUS a joué un rôle important au niveau des études menées sur les neutrons des réacteurs à nouveaux combustibles. En 2008, le SCK CEN s est lancé dans l adaptation du réacteur VENUS en préparation du projet GUINEVERE, qui a débuté en GUINEVERE (Generator of Uninterrupted Intense NEutrons at SCK CEN L essentiel 2009 La recherche dans une optique durable 8

11 Le BR1, le réacteur de recherche le plus ancien de Belgique qui joue aujourd hui un rôle important dans la formation des jeunes chercheurs. Vue partielle de l accélérateur de particules de GUINEVERE, un modèle expérimental du futur réacteur MYRRHA. Le BR2, l un des réacteurs les plus performants au monde, revêt notamment une importance cruciale pour la recherche internationale des matériaux de réacteur. Dans HADES, les chercheurs étudient l argile profonde comme lieu potentiel de dépôt des déchets hautement radioactifs et à longue durée de vie. La cuve de réacteur du B3, pivot au niveau de la recherche sur le démantèlement, est évacuée. 9 La recherche dans une optique durable L essentiel 2009 SCK CEN

12 the lead VEnus REactor) est un modèle à échelle réduite destiné au réacteur MYRRHA (Multi-purpose hybrid Research Reactor for high-tech Applications). Les deux projets jouent un rôle important dans le développement de nouveaux réacteurs de la quatrième génération (Gen IV). En construisant le réacteur GUINEVERE, en quelque sorte une mini-version du réacteur révolutionnaire MYRRHA, le SCK CEN a réalisé une autre grande première mondiale. HADES: le dépôt géologique en profondeur des déchets nucléaires HADES, abréviation de High Activity Disposal Experimental, est le nom du dieu grec qui règne sur le royaume des morts, une appellation qui ne doit rien au hasard. Le laboratoire se trouve à 225 mètres sous le domaine du SCK CEN, dans la couche d argile de Boom. Le GIE EURIDICE, l accord de coopération économique entre l ONDRAF (Organisme national des déchets radioactifs et des matières fissiles enrichies) et le SCK CEN, assure l entretien du laboratoire et la recherche scientifique. Les chercheurs étudient les couches d argile profondes comme lieu potentiel de dépôt des déchets radioactifs hautement actifs et de longue durée de vie. Ce partenariat s inscrit dans le cadre de programmes de recherche internationaux et conduit des expérimentations géologiques qui le situe en bonne place à l échelle mondiale. L infrastructure s est étendue en 2002 avec l ajout d une galerie supplémentaire en vue de pouvoir mener des expériences à grande échelle autour du dépôt des déchets radioactifs à haut pouvoir calorifique. LHMA: propriétés de matériaux analysées à la loupe Dans son Laboratoire de Haute et de Moyenne Activité (LHMA), le SCK CEN étudie les matériaux de réacteur irradiés et les matières fissiles dans des cellules blindées, appelées cellules chaudes ou hot cells. Elles sont équipées de télémanipulateurs permettant de manier des éléments radioactifs à distance. Au moyen d instruments de recherche micro-structurels, mécaniques et chimiques, les chercheurs analysent les dégâts et le processus de vieillissement des matériaux sous l effet des rayonnements ionisants. Grâce à ces données, il est possible de prévoir, par modèles arithmétiques, le comportement et la durée de vie des matériaux. Ces recherches sont d une importance essentielle pour évaluer correctement la longévité des réacteurs nucléaires. Laboratoire de chimie et d analyse nucléaire Le SCK CEN contrôle la dose de rayonnement à laquelle sont exposés les travailleurs du secteur nucléaire et mesure les contaminations possibles. L environnement et la chaîne alimentaire sont aussi examinés en termes de contamination radioactive. Le SCK CEN apporte une importante contribution au plan d urgence nucléaire tant au niveau belge qu européen. Le laboratoire de mesures nucléaires et de réacteur se rend utile dans le domaine de la spectrométrie gamma et de la dosimétrie de réacteur. Ces laboratoires offrent également un support aux réacteurs de recherche et à d autres laboratoires axés sur l étude des matériaux radioactifs. SCK CEN L essentiel 2009 La recherche dans une optique durable 10

13 Dans le Laboratoire de Haute et de Moyenne Activité (LHMA), le SCK CEN étudie les effets d irradiation sur les matériaux utilisés dans les réacteurs et les matières fissiles dans des enceintes de confinement destinées au traitement de matières radioactives ( hotcells ). Dans le cadre de sa recherche, le SCK CEN utilise en outre des laboratoires d analyse nucléaire et chimique. Le Conseil d administration. De gauche à droite Rangée du bas: Eric van Walle, Paul Dirven, Frank Deconinck (président), Catherine Gernay (administrateur délégué), Baron André Jaumotte, Catherine Spect. Rangée du haut: Redy De Leege, Cis Schepens, Guy Sols, Yves De Graeve, Didier De Buyst, Geert Van Autenboer, Frans Geerts, Michel Giot, Henri Bonet Ne figurent pas sur la photo: Sigrid Jourdain, Yvan Bruynseraede, Georges Denef, Didier Hellin, Raf Suys. Le Conseil d administration du SCK CEN Le Conseil d administration du SCK CEN se réunit tous les deux à trois mois et se compose de 13 membres, nommés par le Roi. Ces membres réunissent un large éventail de compétences: scientifiques, administratives, financières, industrielles Deux commissaires du gouvernement, trois observateurs d organisations syndicales, un membre d honneur, le directeur général et le secrétaire du Conseil, assistent également à ces réunions. Un Bureau d administration se réunit régulièrement en vue de préparer les réunions du Conseil d administration et de prendre des décisions urgentes lorsque celles-ci relèvent des transferts de compétences. Le rôle du Conseil d administration et la relation avec la direction, responsable de la gestion quotidienne, évoluent en fonction de la culture de gouvernance en vigueur. Dans la société actuelle, la problématique nucléaire qu il s agisse du domaine énergétique, médical ou scientifique fondamental s inscrit de façon inhérente dans un cadre international. Le Conseil d administration veille à la défense des intérêts belges et à un ancrage international fort. Il trace en outre, les grandes lignes stratégiques qui visent un équilibre entre une recherche qui ouvre de nouvelles perspectives, les prestations de services et la formation, et ceci sans que l un de ces trois aspects ne supplante les autres. Il s agit de tâches passionnantes auxquelles tous les membres se donnent corps et âme, déclare son président, Frank Deconinck. 11 La recherche dans une optique durable L essentiel 2009 SCK CEN

14 Une recherche de haute qualité grâce aux partenariats Le SCK CEN cherche à établir des relations de coopération durables avec différents types de partenaires. En 2007, le SCK CEN a conclu un nouvel accord de coopération de cinq ans avec le groupe GDF SUEZ, pour un budget annuel de 3 millions d euros. L accord comprend un vaste portefeuille de projets de recherche et de développement, ainsi qu un programme de formation destiné aux jeunes ingénieurs récemment engagés chez GDF SUEZ. Le SCK CEN fournit, dans ce cadre, une recherche nucléaire orientée vers l application et vers des services de soutien aux centrales nucléaires du groupe en Belgique. Outre des thèmes technologiques tels que les matériaux de structure et leur vieillissement, les combustibles, la corrosion, la gestion des déchets, la sûreté, la dosimétrie et la radioprotection, le SCK CEN mène également à la demande du groupe, des travaux d étude portant sur des thèmes liés à la société, tels que l impact des installations nucléaires sur l environnement, la perception des risques, etc.. GDF SUEZ, comme le SCK CEN, voient en cette coopération un partenariat complémentaire entre un grand acteur industriel et un centre de connaissance de haut niveau. Cette collaboration complémentaire ne peut qu aboutir à un développement plus important du savoir-faire nucléaire et de l expertise avec d innombrables thèmes apparentés. En 2009, le SCK CEN a également conclu avec l ONDRAF un nouvel accord-cadre de recherche dans le domaine du dépôt des déchets ainsi qu un accord de coopération stratégique avec Belgoprocess pour le développement de technologies nucléaires, comme la caractérisation et l immobilisation des déchets radioactifs. Le SCK CEN est également un partenaire renommé au sein d un réseau international d institutions scientifiques. Il a conclu des accords de coopération et de recherche avec d innombrables centres d étude, d universités, d entreprises et d organisations dans différents Etats, tant au sein de l Union européenne qu en dehors de celle-ci. Le centre travaille notamment en collaboration avec l AFCN (Agence fédérale de Contrôle nucléaire) l organisme public chargé, en matière nucléaire, des tâches de réglementation, d autorisation et de surveillance en Belgique dans le domaine des rayonnements ionisants. C est ainsi que le SCK CEN assure la surveillance radiologique sur le territoire belge et l exécution de divers contrats portant sur la dosimétrie des personnes. En outre, les experts du SCK CEN effectuent également des travaux de recherche pour le compte de l AFCN, par exemple sur les effets produits par de faibles doses de rayonnement. Il existe, en outre, des activités où le SCK CEN, avec l AFCN, joue un rôle de soutien auprès du pouvoir fédéral, dans le cadre de la planification nucléaire d urgence, par exemple. Enfin, un travail de collaboration est également mené, de commun accord, pour représenter la Belgique auprès des instances internationales, notamment dans le cadre du programme de soutien belge aux Garanties (Safeguards) de l Agence Internationale de l Énergie Atomique (AIEA). SCK CEN L essentiel 2009 La recherche dans une optique durable 12

15 Outre le site technique, le SCK CEN dispose d un vaste domaine boisé et d une infrastructure sociale attrayante. Les coulisses du SCK CEN Le SCK CEN est installé dans le cadre verdoyant d un magnifique domaine de 334 hectares. Le site technique, qui se compose des réacteurs, laboratoires et bureaux, n occupe qu un dixième de sa superficie totale. Plus de la moitié du domaine se compose de bois, prairies, plans d eau, routes et drèves. La partie boisée du domaine est gérée selon un plan de gestion forestière agréé. Le SCK CEN se charge des travaux d élagage, de plantation d arbres, d entretien des coupe-feux, Le centre de recherche dispose également d une vaste infrastructure sociale: le quartier résidentiel, l hôtel-restaurant Club-House et le club sportif Nuclea. Ces infrastructures sociales ont vu le jour dans le contexte historique d un centre de recherche international situé dans la campagne flamande. Aujourd hui, l infrastructure reste toujours à la disposition du personnel, des membres de leur famille et d invités internationaux. Le quartier résidentiel se compose de 60 chambres individuelles, 24 studios simples et 24 studios doubles, de 38 maisons et de 11 villas. Le Club-House, exploité par Sodexo, possède un restaurant, un hôtel de 21 chambres (taux d occupation de 75 %), des salles de conférence et un auditorium. Nuclea est le nom de l association du personnel des entreprises environnantes, à savoir: le SCK CEN, VITO, IRMM, Belgonucléaire, FBFC et l ONDRAF. L association compte plus de membres qui peuvent utiliser toutes les infrastructures: la salle omnisports, les courts de tennis, les terrains de football, le port de plaisance, la lagune de natation et la plage, le parcours de golf, les terrains de pétanque, l étang, etc. Ils peuvent choisir entre une vingtaine de sports et participer à des activités récréatives organisées chaque année. Il existe également une bibliothèque d ouvrages, comptant actuellement quelque titres. 13 La recherche dans une optique durable L essentiel 2009 SCK CEN

16 14

17 Des installations nucléaires sûres, aujourd hui et demain 1 La sûreté constitue pour la société une préoccupation majeure lorsqu il est question d énergie nucléaire. Le SCK CEN est spécialiste de la recherche sur les matériaux de structure des réacteurs nucléaires à l échelle mondiale, une expertise cruciale si l on veut assurer un fonctionnement sûr des installations nucléaires actuelles et futures. Le savoir-faire du SCK CEN dans le domaine de la recherche visant les combustibles, n est plus à souligner. Cette expertise contribue notamment à l essai de nouveaux combustibles à plus faible enrichissement pour des buts de recherche, afin que le risque de prolifération des combustibles hautement enrichis diminue. 15

18 Les centrales nucléaires belges peuvent-elles fonctionner plus longtemps? Le SCK CEN donne une opinion d expert à la Commission GEMIX En 2008, la Commission GEMIX une équipe de spécialistes belges et internationaux de l énergie a reçu pour mission de Paul Magnette, alors ministre du Climat et de l Energie, d examiner l avenir énergétique de la Belgique. Ou encore: d étudier les mix énergétiques qui permettraient d assurer idéalement l approvisionnement énergétique belge, d ancrer le pays dans une position compétitive et de garantir la réalisation d objectifs climatiques et environnementaux. Dans le cadre de cette étude, la Commission GEMIX a demandé au SCK CEN d évaluer la durée de vie des centrales nucléaires commerciales de Doel et de Tihange. La Commission voulait plus particulièrement savoir s il était techniquement réalisable et sûr de garder en activité ces centrales pendant plus de quarante ans. C est la durée de vie qui était prévue dans la loi de 2003 sur la sortie progressive de l énergie nucléaire. La cuve de réacteur: composant critique Le fonctionnement sûr d une centrale nucléaire dépend conjointement des différentes composantes de l installation. Certains éléments de celle-ci, comme les générateurs de vapeur, sont entretenus à toute heure et à tout moment, voire même remplacés, pour garantir la sûreté de l ensemble. Le remplacement de la cuve de réacteur elle-même, dans laquelle ont lieu les réactions nucléaires, est irréalisable tant d un point de vue technique qu économique. Lorsque la cuve du réacteur ne satisfait plus aux exigences requises, cela signifie la fin de vie d une centrale nucléaire. Cette partie est, en effet, particulièrement critique en termes de sûreté: elle contient le cœur du réacteur hautement radioactif ainsi que le circuit de refroidissement. Ce que l on appelle une fragilisation du métal peut apparaître sous l effet des rayonnements ionisants auquel est soumise la cuve du réacteur des années durant. Ce phénomène lié au vieillissement thermique, peut entraîner un affaiblissement du métal. La sûreté du réacteur n est alors plus assurée. Mise au point d un programme de surveillance La dégradation du matériau de la cuve de réacteur fait l objet d une surveillance tout au long de la durée de vie d une centrale nucléaire, au moyen d un programme de surveillance intelligent. Pour ce faire, on utilise des échantillons qui se composent du même matériau que celui de la cuve du réacteur et de ses matériaux de soudure. Ces échantillons sont logés dans des capsules qui sont placées entre le réacteur et la cuve de réacteur. Il est ainsi possible d analyser l évolution des propriétés du matériau. En examinant les capsules à intervalles déterminés, Le programme de surveillance des centrales nucléaires fait usage d échantillons du même matériau que la cuve du réacteur. SCK CEN L essentiel 2009 La recherche dans une optique durable 16

19 Tous les échantillons des réacteurs nucléaires belges sont testés au SCK CEN. on peut suivre les propriétés mécaniques des matériaux de la cuve, voire même les prévoir. Le SCK CEN teste toutes les capsules des réacteurs nucléaires belges depuis leur mise en fonction et dispose donc de données historiques complètes de ce programme de surveillance. Outre les essais légalement obligatoires, le SCK CEN applique depuis quelques années également de commun accord avec l exploitant une surveillance plus avancée. Grâce à une précision accrue, ce suivi permet d obtenir une marge de sûreté supplémentaire. La surveillance avancée a pour objectif de mieux encore caractériser les matériaux et d améliorer ainsi l évaluation de la sûreté des réacteurs nucléaires. Ces méthodes d essais avancées sont le résultat d années de recherche pratiquées par le SCK CEN sur les matériaux des réacteurs nucléaires en Belgique et dans le monde. Combinées aux données historiques précieuses, ces méthodes d essais du SCK CEN conviennent idéalement aux études d analyse de la fragilisation métallique dans les centrales nucléaires. Le choc thermique sous pression La recherche portant sur le matériau de la cuve du réacteur se concentre sur le type d incident le plus marquant, susceptible de survenir dans un réacteur nucléaire et que l on appelle choc thermique sous pression (pressurized thermal shock ou PTS). Quand un tel incident se produit, de l eau froide est injectée dans le cœur du réacteur, ce qui permet à la fois de refroidir le cœur tout en le maintenant sous pression. Ces circonstances extrêmes combinées à une fragilisation du métal, peuvent provoquer des déchirures dans la paroi de la cuve du réacteur. Des normes et règles spécifiques de sûreté ont été instaurées afin d éviter à tout moment ce genre de situation. Nos essais et nos connaissances avancés de matériaux, sont le fruit de travaux de recherche de haut niveau sur les matériaux, menés durant de longues années sur les cuves de réacteur des centrales nucléaires en Belgique et dans le monde. Rachid Chaouadi Marge de sûreté globalement suffisante La conclusion des essais (prescrits légalement et avancés) effectués par le SCK CEN affirme que la marge de sûreté en circonstances extrêmes d un choc thermique sous pression, est suffisante. La sûreté des réacteurs est encore garantie pour plusieurs décennies. La Belgique n est pas le seul pays à envisager une prolongation de la durée de vie de ses centrales nucléaires. Dans son étude, le SCK CEN a également examiné quelle était la politique suivie par d autres pays en la matière. C est ainsi que les chercheurs ont établi une comparaison entre les réacteurs belges et des installations similaires aux États-Unis, dont la durée de vie a déjà été prolongée jusqu à soixante ans. 17 La recherche dans une optique durable L essentiel 2009 SCK CEN

20 Lancement du programme d essai des combustibles du réacteur Jules Horowitz Le SCK CEN qualifie de nouveaux combustibles à la demande du CEA Le BR2 est le réacteur le mieux approprié à l essai et à la qualification du combustible du réacteur Jules Horowitz. SCK CEN L essentiel 2009 La recherche dans une optique durable 18

DOSSIER DE PRESSE SOCRATE - Janvier 2011

DOSSIER DE PRESSE SOCRATE - Janvier 2011 DOSSIER DE PRESSE SOCRATE - Janvier 2011 EQUIPEX à Perpignan et Font Romeu : un impact scientifique international - L'appel à projet "équipements d'excellence" - Le Laboratoire PROMES-CNRS - SOCRATE :

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Nuclear trainees program

Nuclear trainees program engagement cohésion Nuclear trainees program audace exigence junior Obtenez en 1 an une formation de généraliste du nucléaire engagement GDF SUEZ / 2 nuclear trainees PROGRAM JUnIOR Vous êtes un jeune

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE. 3 septembre 2015. Jean-Bernard LÉVY Président-Directeur Général

CONFÉRENCE DE PRESSE. 3 septembre 2015. Jean-Bernard LÉVY Président-Directeur Général CONFÉRENCE DE PRESSE 3 septembre 2015 Jean-Bernard LÉVY Président-Directeur Général Xavier URSAT Directeur Exécutif Ingénierie et Projets Nouveau Nucléaire EDF, ÉLECTRICIEN RESPONSABLE CHAMPION DE LA CROISSANCE

Plus en détail

PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE LA COMMISSION CANADIENNE DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE. (représentée par le président) LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE

PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE LA COMMISSION CANADIENNE DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE. (représentée par le président) LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE MDN : 2011010001 CCSN : 3639875 PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE LA COMMISSION CANADIENNE DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE (représentée par le président) ET LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE (représenté par le sous-ministre

Plus en détail

La Commission. canadienne de sûreté nucléaire Présentation à la Conférence nationale sur l assurance au Canada. suretenucleaire.gc.

La Commission. canadienne de sûreté nucléaire Présentation à la Conférence nationale sur l assurance au Canada. suretenucleaire.gc. La Commission Terry Jamieson Vice-président, Direction générale du soutien technique Commission canadienne de sûreté nucléaire Le 23 septembre 2014 canadienne de sûreté nucléaire Présentation à la Conférence

Plus en détail

La gestion à long terme des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie. Options

La gestion à long terme des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie. Options La gestion à des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie Options Options possibles pour la gestion à 2 Option zéro ou statu quo : maintien de la situation actuelle Mise en forages profonds

Plus en détail

DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE»

DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE» DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE» COMMUNICATION RELATIVE AU CADRE REGLEMENTAIRE CONCERNANT LA PREVENTION

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020

PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020 PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020 La Belgique joue actuellement un rôle de premier plan dans le déploiement de nouvelles technologies pour l internet à très haut débit. Les

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

A la recherche de solutions durables pour la gestion à long terme des déchets radioactifs des catégories B et C

A la recherche de solutions durables pour la gestion à long terme des déchets radioactifs des catégories B et C A la recherche de solutions durables pour la gestion à long terme des déchets radioactifs des catégories B et C Dans le monde entier, des recherches sont en cours pour trouver des solutions pour la gestion

Plus en détail

Réseau de transport suisse. Mission et défis de Swissgrid

Réseau de transport suisse. Mission et défis de Swissgrid Réseau de transport suisse Mission et défis de Swissgrid 2 La mission de Swissgrid La mission de Swissgrid: la sécurité de l approvisionnement Qui est Swissgrid? La société nationale pour l exploitation

Plus en détail

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Un leadership fort Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Le gouvernement Harper tient sa promesse de rétablir l équilibre budgétaire en 2015. Le Plan d action

Plus en détail

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève SOIXANTE-SEPTIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A67/52 Point 23.2 de l ordre du jour provisoire 6 mai 2014 Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève Rapport du Directeur

Plus en détail

Travailler sur la base de principes pour la gestion des déchets radioactifs

Travailler sur la base de principes pour la gestion des déchets radioactifs Travailler sur la base de principes pour la gestion des déchets radioactifs OBJECTIFS ET APPROCHE DE PRINCIPE L objectif général de la gestion des déchets radioactifs est de prendre en charge ces déchets

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Assemblée de l Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Institut de Technologie Nucléaire Appliquée ( ITNA)

Assemblée de l Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Institut de Technologie Nucléaire Appliquée ( ITNA) Université Cheikh Anta Diop de Dakar Institut de Technologie Nucléaire Appliquée ( ITNA) Assemblée de l Université Cheikh Anta Diop de Dakar 8 Décembre 2009, Dakar Rapport d Activité: année 2008-2009 Pr

Plus en détail

Contrôle et protection incendie des systèmes de ventilation

Contrôle et protection incendie des systèmes de ventilation Contrôle et protection incendie des systèmes de ventilation Des technologies innovantes et exclusives éprouvées dans des conditions extrêmes Depuis sa création, il y a plus de 35 ans, VRACO est spécialisé

Plus en détail

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3.1. CONCEPT La formation professionnelle doit être envisagée comme un moyen de fournir aux étudiants les connaissances théoriques et pratiques requises

Plus en détail

Prestations multi-techniques et radioprotection à votre mesure

Prestations multi-techniques et radioprotection à votre mesure Prestations multi-techniques et radioprotection à votre mesure Un partenaire historique dans les métiers de la logistique nucléaire et de la radioprotection Présent dans le nucléaire depuis plus de 20

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

5 mars 2013. Note d information

5 mars 2013. Note d information 5 mars 2013 Note d information Bilan des incidents de transport de matières radioactives à usage civil : l IRSN tire les enseignements des événements déclarés entre 1999 et 2011 Quelque 900 000 colis de

Plus en détail

de courte durée de vie

de courte durée de vie Une solution à long terme pour les déchets belges de faible et de moyenne activité et de courte durée de vie Ensemble nous y parviendrons Une solution à long terme pour les déchets belges de faible et

Plus en détail

Les droits syndicaux en matière d environnement

Les droits syndicaux en matière d environnement Les droits syndicaux en matière d environnement 1. Introduction Le CPPT dispose de compétences par rapport à l environnement. Le CE n a, quant à lui, pas de compétence propre par rapport à l environnement

Plus en détail

L accès au marché d un médicament :

L accès au marché d un médicament : L accès au marché d un médicament : Avant de se retrouver derrière le comptoir d une pharmacie, un médicament passe par différentes phases, de la découverte de la molécule à la fixation de son prix par

Plus en détail

Programme d Investissements d Avenir

Programme d Investissements d Avenir www.caissedesdepots.fr Programme d Investissements d Avenir Créateur de solutions durables Programme d Investissements d Avenir L État investit 35 milliards d euros Pilotage 0 gestionnaires 5 priorités

Plus en détail

ANNEXE. Recommandations spécifiques concernant les actions indirectes du 7e PC d Euratom et suites données par la Commission.

ANNEXE. Recommandations spécifiques concernant les actions indirectes du 7e PC d Euratom et suites données par la Commission. COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 19.1.2016 COM(2016) 5 final ANNEX 1 ANNEXE Recommandations spécifiques concernant les actions indirectes du 7e PC d Euratom et suites données par la Commission de la

Plus en détail

Surveillance dosimétrique Note législative

Surveillance dosimétrique Note législative VL/NB Bruxelles, le 17 mars 2014 Surveillance dosimétrique Note législative 1 Un nouveau texte de loi vient de paraître. Il s agit de : Loi du 26 janvier modifiant la loi du 15 avril 1994 relative à la

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ Arrêté du 21 décembre 2007 définissant les modalités de formation et de délivrance du certificat

Plus en détail

Compte rendu sur l état de préparation de la CCSN en vue de réglementer des projets proposant l utilisation de petits réacteurs modulaires (PRM)

Compte rendu sur l état de préparation de la CCSN en vue de réglementer des projets proposant l utilisation de petits réacteurs modulaires (PRM) Compte rendu sur l état de préparation de la CCSN en vue de réglementer des projets proposant l utilisation de petits réacteurs modulaires (PRM) K. Lee et M. de Vos Groupe de travail de la CCSN sur les

Plus en détail

L air pur où il fait bon vivre!

L air pur où il fait bon vivre! L air pur où il fait bon vivre! Un partenariat empreint de confiance Conjointement avec deux sociétés partenaires installées en Allemagne et en Autriche, l entreprise fondée en 1978 fabrique des produits

Plus en détail

L OFFRE ADAPTÉE DU CRIQ À L INDUSTRIE DE LA PHOTONIQUE. Conférence des Rencontres Photoniques Marie-Claude Côté, V-P développement des affaires

L OFFRE ADAPTÉE DU CRIQ À L INDUSTRIE DE LA PHOTONIQUE. Conférence des Rencontres Photoniques Marie-Claude Côté, V-P développement des affaires L OFFRE ADAPTÉE DU CRIQ À L INDUSTRIE DE LA PHOTONIQUE Conférence des Rencontres Photoniques Marie-Claude Côté, V-P développement des affaires Plan de la présentation Le CRIQ; Le secteur de l optique-photonique;

Plus en détail

Lyon, le 26/11/2013. Monsieur le directeur AREVA FBFC Romans-sur-Isère BP 1114 26 104 ROMANS-SUR-ISERE Cedex

Lyon, le 26/11/2013. Monsieur le directeur AREVA FBFC Romans-sur-Isère BP 1114 26 104 ROMANS-SUR-ISERE Cedex RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N/Réf. : Codep-Lyo-2013-064102 Lyon, le 26/11/2013 Monsieur le directeur AREVA FBFC Romans-sur-Isère BP 1114 26 104 ROMANS-SUR-ISERE Cedex Objet : Contrôle des installations

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge 1. Sécurité d approvisionnement Le taux de dépendance énergétique de la Belgique est plus important que la moyenne européenne. Ainsi en 2011, le taux

Plus en détail

Conference Introductory Keynote

Conference Introductory Keynote Conference Introductory Keynote Mr. Christian Waeterloos, European Commission Director, Directorate General Energy and Transport Nuclear Safety and Safeguards La place de l énergie nucléaire L énergie

Plus en détail

LE SEPTIÈME PROGRAMME-CADRE

LE SEPTIÈME PROGRAMME-CADRE La recherche européenne en action LE SEPTIÈME PROGRAMME-CADRE (7 e PC) Placer la recherche européenne au premier plan Définir un nouveau standard pour la recherche européenne Le septième programme-cadre

Plus en détail

SYNTHÈSE DU DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE

SYNTHÈSE DU DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE DÉBAT PUBLIC 2005/06 Projet Flamanville 3 Construction d une centrale électronucléaire tête de série EPR sur le site de Flamanville @ SYNTHÈSE DU DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE EDF, maître d ouvrage du projet

Plus en détail

Principales stratégies pour les années 1999-2001

Principales stratégies pour les années 1999-2001 L ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Elle est composée des organismes nationaux de normalisation de pays grands et petits, industrialisés et en développement, de toutes

Plus en détail

La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle

La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle par B. Ahier* La radioexposition professionnelle dans le parc mondial de centrales nucléaires n a cessé de diminuer depuis le début

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

L infrastructure de recherche MYRRHA: une première mondiale

L infrastructure de recherche MYRRHA: une première mondiale L infrastructure de recherche MYRRHA: une première mondiale Dossier de presse Contacts presse Pr Dr Hamid Aït Abderrahim Directeur général adjoint du SCK CEN et directeur du projet MYRRHA hamid.ait.abderrahim@sckcen.be,

Plus en détail

Saint-Quentin-Fallavier, une plateforme logistique exemplaire en matière de développement durable

Saint-Quentin-Fallavier, une plateforme logistique exemplaire en matière de développement durable Saint-Quentin-Fallavier, une plateforme logistique exemplaire en matière de développement durable Le Centre de Distribution de Saint-Quentin-Fallavier, l une des quatre plateformes logistiques de IKEA

Plus en détail

Stratégie de gestion financière. Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013

Stratégie de gestion financière. Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013 Stratégie de gestion financière Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013 Communication des résultats / 1 La Stratégie de gestion financière annuelle de la Province du Manitoba

Plus en détail

Charte Sûreté Nucléaire

Charte Sûreté Nucléaire Charte Sûreté Nucléaire LA SÛRETÉ NUCLÉAIRE UN IMPÉRATIF ABSOLU Le maintien du plus haut niveau de sûreté a toujours constitué pour AREVA un impératif absolu : il en est ainsi pour la sûreté de nos produits,

Plus en détail

LE BUDGET DE 1999. Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur. Amélioration des soins de santé pour les Canadiens

LE BUDGET DE 1999. Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur. Amélioration des soins de santé pour les Canadiens LE BUDGET DE 1999 Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur Amélioration des soins de santé pour les Canadiens février 1999 L engagement : l assurance-santé «Nous avons déjà promis de consacrer davantage

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Résolument, Electrabel qui dispose d un parc diversifié entend conforter sa place de premier producteur vert du pays.

Résolument, Electrabel qui dispose d un parc diversifié entend conforter sa place de premier producteur vert du pays. Note de presse Octobre 2015 1 La deuxième partie de 2015 marque une accélération dans la réalisation des ambitions éoliennes d Electrabel : 20 éoliennes seront en construction. Ces nouveaux mâts participent

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Sécurité financière et estimation révisée des coûts du cycle de vie de la Gestion adaptative progressive

Sécurité financière et estimation révisée des coûts du cycle de vie de la Gestion adaptative progressive Document d information 2013 Document d information 2013 Sécurité financière et estimation révisée des coûts du cycle de vie de la Gestion adaptative progressive En 2007, le gouvernement du Canada s est

Plus en détail

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF Journée de formation FEBISP juin 2001 Intervention de Monsieur Michel COLSON Président de la Section CPAS de l Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

L énergie nucléaire au Canada

L énergie nucléaire au Canada L énergie nucléaire au Canada Présenté par : Sylvana Guindon Ressources naturelles Canada Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques Le 2 décembre 2005 Le rôle du gouvernement Le Ministre

Plus en détail

BCE INC. CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Y COMPRIS LA DESCRIPTION DES FONCTIONS DU PRÉSIDENT DU CONSEIL)

BCE INC. CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Y COMPRIS LA DESCRIPTION DES FONCTIONS DU PRÉSIDENT DU CONSEIL) BCE INC. CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Y COMPRIS LA DESCRIPTION DES FONCTIONS DU PRÉSIDENT DU CONSEIL) Conseil d administration I. Mandat Le conseil d administration (le «conseil») de BCE Inc. (la

Plus en détail

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 COMMISSION EUROPEENNE MÉMO Bruxelles, le 8 novembre 2012 Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 L objet du plan d action présenté aujourd hui par la Commission européenne (voir IP/12/1187)

Plus en détail

Tournant énergétique indispensable, défis immenses

Tournant énergétique indispensable, défis immenses Communiqué de presse Position des Académies suisses à l approvisionnement suisse en électricité Tournant énergétique indispensable, défis immenses Berne/Zurich, 9 août 2012. La transition vers des énergies

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

L IRSN VOUS OUVRE TOUTES SES PORTES

L IRSN VOUS OUVRE TOUTES SES PORTES Dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine L IRSN VOUS OUVRE TOUTES SES PORTES SAMEDI 15 SEPTEMBRE 2012 ENTRÉE LIBRE DE 10H30 À 17H SUR PRÉSENTATION D UNE CARTE D IDENTITÉ 31, AVENUE DE LA DIVISION

Plus en détail

MÉMOIRE RENOUVELLEMENT DU PERMIS D EXPLOITATION DU POUR LA COMMISSION CANADIENNE DE LA SÛRETÉ NUCLÉAIRE (CCSN) À L ÉGARD DU

MÉMOIRE RENOUVELLEMENT DU PERMIS D EXPLOITATION DU POUR LA COMMISSION CANADIENNE DE LA SÛRETÉ NUCLÉAIRE (CCSN) À L ÉGARD DU MÉMOIRE POUR LA COMMISSION CANADIENNE DE LA SÛRETÉ NUCLÉAIRE (CCSN) À L ÉGARD DU RENOUVELLEMENT DU PERMIS D EXPLOITATION DU RÉACTEUR NUCLÉAIRE DE PUISSANCE DE LA CENTRALE DE GENTILLY - 2 MARS 2011 Avant

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2006 MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Initiative focale sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE)

Conseil d administration Genève, mars 2006 MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Initiative focale sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE) BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.295/MNE/2/1 295 e session Conseil d administration Genève, mars 2006 Sous-commission sur les entreprises multinationales MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION DEUXIÈME QUESTION

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 INVESTISSEMENT TERRITORIAL INTÉGRÉ POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période 2014-2020

Plus en détail

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France Séminaire des 12 et 13 février 2013 Danièle LAJOUMARD, Inspecteur général des Finances C.I.A (Certified Internal

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Solution PLM pour la vente au détail de PTC

Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM de PTC pour la vente au détail Dans les délais. À la mode. Dans le budget. La solution PLM de PTC pour la vente au détail transforme la manière

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX T ale S Introduction : Une réaction nucléaire est Une réaction nucléaire provoquée est L'unité de masse atomique est une unité permettant de manipuler aisément

Plus en détail

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs 3e Conférence européenne sur la normalisation, les essais et la certification Des produits plus sûrs pour des lieux de travail compétitifs Cracovie, Pologne, 11 12 septembre 2008 «MÉMORANDUM DE CRACOVIE»

Plus en détail

Profil de l entreprise

Profil de l entreprise Profil de l entreprise Bienvenue chez Bürkert Bürkert, le partenaire idéal de votre réussite. Quel que soit votre problème en matière de fluidique, nous mettons tout en œuvre pour vous apporter la solution

Plus en détail

REACTEURS A EAU PRESSURISEE

REACTEURS A EAU PRESSURISEE REACTEURS A EAU PRESSURISEE Stage LIESSE Durée : 3 jours Date : 19,20 et 21 mai 2008 Lieu : Cherbourg Ecole des applications militaires de l énergie atomique ( E.A.M.E.A. ) BP19 50115 CHERBOURG ARMEES

Plus en détail

Le centre d information sur les déchets radioactifs

Le centre d information sur les déchets radioactifs Le centre d information sur les déchets radioactifs Le centre d information sur les déchets radioactifs Isotopolis, Le centre d information sur les déchets radioactifs Envie de découvrir ce qu il se passe

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale

Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale L Université de Fribourg; L Université de Genève; L Université de Lausanne; L Université de Neuchâtel; (ci-après désignées par «les

Plus en détail

6 février 2009. Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information

6 février 2009. Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information 6 février 2009 Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information Facteurs déterminants du changement : Examens du GC Examens stratégiques, horizontaux et examens

Plus en détail

Fiche projet La révision du projet d aménagement d une station touristique future Version du 26 novembre 2010

Fiche projet La révision du projet d aménagement d une station touristique future Version du 26 novembre 2010 République Tunisienne Ministère de l Environnement et du Développement Durable Coopération Technique Allemande Elaboration de la stratégie nationale d adaptation au changement climatique du secteur touristique

Plus en détail

Technique du froid. Pour des solutions commerciales et industrielles.

Technique du froid. Pour des solutions commerciales et industrielles. Technique du froid. Pour des solutions commerciales et industrielles. Aujourd hui, les exigences formulées pour la technique du froid et de la climatisation dans le contexte commercial et industriel sont

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Avril 2011 Introduction Étape préalable à la demande Phases de l'évaluation environnementale et de l'examen des permis

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

La sélection de gérants dans le contexte d un mandat de conseil

La sélection de gérants dans le contexte d un mandat de conseil Conseil en investissement (fiduciary management) La sélection de gérants dans le contexte d un mandat de conseil Les besoins des clients institutionnels, et en particulier ceux des fonds de pension, sont

Plus en détail

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES Approuvé par le Comité des Affaires Fiscales de l OCDE le 23 janvier 2006 MISE EN DIFFUSION GENERALE

Plus en détail

ENTRAÎNEMENT EN CONDITIONS RÉELLES DE GESTION DES INCIDENTS NRBC ET MATIÈRES DANGEREUSES

ENTRAÎNEMENT EN CONDITIONS RÉELLES DE GESTION DES INCIDENTS NRBC ET MATIÈRES DANGEREUSES ENTRAÎNEMENT EN CONDITIONS RÉELLES DE GESTION DES INCIDENTS NRBC ET MATIÈRES DANGEREUSES INTRODUCTION: UN DÉFI MONDIAL L éventualité d attaques NRBC ou de déversements délibérés ou involontaires de substances

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

pour un accord à long terme entre le gouvernement et l industrie pharmaceutique

pour un accord à long terme entre le gouvernement et l industrie pharmaceutique Invitation de l industrie pharmaceutique à l adresse du nouveau gouvernement fédéral : pour un accord à long terme entre le gouvernement et l industrie pharmaceutique Le secteur des entreprises pharmaceutiques

Plus en détail

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production Garantir un haut niveau de production 1 - Ingénieur industrialisation 2 - Ingénieur maintenance 3 - Ingénieur méthodes 4 - Ingénieur production 5 - Ingénieur qualité projet 6 - Ingénieur résident qualité

Plus en détail

Levée du point d arrêt lié au permis de la centrale nucléaire de Pickering d Ontario Power Generation

Levée du point d arrêt lié au permis de la centrale nucléaire de Pickering d Ontario Power Generation Levée du point d arrêt lié au permis de la centrale nucléaire de Pickering d Ontario Power Generation Présentation au Comité de la santé nucléaire de Durham Le 14 novembre 2014 Miguel Santini Directeur,

Plus en détail

REACTEURS A EAU PRESSURISEE

REACTEURS A EAU PRESSURISEE REACTEURS A EAU PRESSURISEE Stage LIESSE Durée : 3 jours Date : du lundi 04 mai au mercredi 06 mai 2015 Lieu : Cherbourg Ecole des applications militaires de l énergie atomique (E.A.M.E.A.) CC19 50115

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Vision commune pour le développement économique d Ottawa Ville d Ottawa et Administration de l aéroport international Macdonald-Cartier d Ottawa

Vision commune pour le développement économique d Ottawa Ville d Ottawa et Administration de l aéroport international Macdonald-Cartier d Ottawa 71 1. Contexte et objectif a. Contexte Il est largement reconnu que les aéroports commerciaux contribuent au développement économique de la région où ils sont situés, et ce, de plusieurs manières : ils

Plus en détail

ARRÊTS DE TRANCHE : LA MAINTENANCE POUR ASSURER LA SÛRETÉ ET LA DISPONIBILITÉ DES CENTRALES NUCLÉAIRES

ARRÊTS DE TRANCHE : LA MAINTENANCE POUR ASSURER LA SÛRETÉ ET LA DISPONIBILITÉ DES CENTRALES NUCLÉAIRES ARRÊTS DE TRANCHE : LA MAINTENANCE POUR ASSURER LA SÛRETÉ ET LA DISPONIBILITÉ DES CENTRALES NUCLÉAIRES Garantir le bon fonctionnement de 58 réacteurs implantés dans 19 centrales nucléaires réparties dans

Plus en détail

UNIVERSITE DES SCIENCES & DE LA TECHNOLOGIE d'oran USTO M.B Faculté des Sciences. Parcours de Licence : Physique Appliquée Aux Sciences de la Vie

UNIVERSITE DES SCIENCES & DE LA TECHNOLOGIE d'oran USTO M.B Faculté des Sciences. Parcours de Licence : Physique Appliquée Aux Sciences de la Vie UNIVERSITE DES SCIENCES & DE LA TECHNOLOGIE d'oran USTO M.B Faculté des Sciences Département de Physique Parcours de Licence : Physique Appliquée Aux Sciences de la Vie Un choix progressif et personnalisé

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

Projet de cogénération de Bécancour

Projet de cogénération de Bécancour Projet de cogénération de Bécancour Mémoire présenté dans le cadre des audiences du Bureau d audiences publiques en environnement (BAPE) sur le projet de cogénération de Bécancour par TransCanada Energy

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence

Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence Vérification environnementale Association Québécoise de Vérification Environnementale CONTEXTE ET ENJEU La préservation de l environnement devient

Plus en détail

TRIUMF ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES ENTREPRISES CANADIENNES GRÂCE AUX SCIENCES ET À L INNOVATION. Consultations prébudgétaires 2014

TRIUMF ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES ENTREPRISES CANADIENNES GRÂCE AUX SCIENCES ET À L INNOVATION. Consultations prébudgétaires 2014 Canada s national laboratory for particle and nuclear physics Laboratoire national canadien pour la recherche en physique nucléaire et en physique des particules TRIUMF ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES ENTREPRISES

Plus en détail

Areva, un groupe industriel intégré

Areva, un groupe industriel intégré Areva, un groupe industriel intégré Areva est un groupe industriel à l'histoire très récente : né en septembre 2001 de la fusion des entreprises Cogema, Framatome, CEA-Industrie et Technicatome, il est

Plus en détail

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013 1 Première conférence du Comité régional de l AIAD (Association internationale des assureurs-dépôts) pour l Amérique du Nord sur les règlements transfrontières et les institutions-relais Discours d ouverture

Plus en détail