ETUDE PROSPECTIVE SUR LES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ETUDE PROSPECTIVE SUR LES"

Transcription

1 RAPPORT FINAL ETUDE PROSPECTIVE SUR LES BESOINS EN COMPETENCE DES SALARIES DU BATIMENT TRAVAUX COMMANDITES PAR : OPCA BATIMENT JUIN 2008 REALISATION TDF conseil Page 1

2 SOMMAIRE 1. REMERCIEMENTS 2. INTRODUCTION 2.1. Rappel de la mission La méthode. 3. LES EVOLUTIONS DU MARCHE 3.1. Les impacts du Grenelle de l Environnement Les transformations culturelles du client Les contraintes normatives et règlementaires Les progrès et évolutions techniques et technologiques L importance du volume de travaux à venir Le développement des techniques d information et de communication La pénurie de main d œuvre et la pyramide des âges. 4. CONSEQUENCES SUR LES ENTREPRISES 4.1. S adapter aux nouvelles techniques et technologies Maîtrise des nouveaux systèmes constructifs Intégrer les modifications comportementales liées à l environnement La maîtrise des normes et règlements est une obligation Le contournement des métiers se transforme La fonction commerciale est renforcée Stratégie de positionnement de l entreprise Formation et recrutement : les atouts de demain Maîtriser le transfert du savoir et de l information Savoir trouver les ressources externes. 5. IMPACTS SUR LES COMPETENCES DES SALARIES 5.1. Exigence qualitative plus forte Attitude comportementale Des qualités d autocontrôle Maîtriser le travail en équipe Etre capable d autonomie et de responsabilisation Contribuer au transfert du savoir et à l augmentation des compétences. 6. FICHES METIERS 6.1. Agencement Carrelage - Mosaïque Charpente Menuiserie - Parquets 6.4. Couverture Plomberie Démolition Fermetures et protections solaires Génie climatique Installation électrique Maçonnerie - Gros œuvre Serrurerie Métallerie. REALISATION TDF conseil Page 2

3 6.11. Charpente métallique Peinture finitions Plâtrerie- Isolation Revêtements de sols Constructeurs bois Groupe sécurité incendie Etanchéité. 7. LES GRANDES FAMILLES DE COMPETENCES 7.1. Compétences communes à tous Compétences avec socle commun à tous les métiers Compétences par famille de métiers et de fonctions Compétences propres à un métier. 8. LES MOYENS D ACQUISITION DES COMPETENCES 8.1. L information dans l entreprise L auto acquisition de compétences en entreprise La formation sur le lieu de travail La formation externe. 9. OBSERVATIONS GENERALES 9.1. Ce que les entreprises attendent de la formation continue L impact des nouvelles techniques ou technologies L importance du secteur sur les compétences Le besoin d accompagnement aux mutations La quantité de compétences à acquérir et le nombre de salariés concernés L exigence qualité sur les formations et les formateurs Le bon usage des modules de compétences Créer des outils d acquisition de compétences à disposition des métiers Doter les entreprises d une dynamique sur le transfert et l acquisition des compétences. 10. CONCLUSIONS *** REALISATION TDF conseil Page 3

4 1. REMERCIEMENTS Tout ce travail n aurait pu être réalisé sans le concours des Unions et Syndicats Professionnels et de la Direction des Affaires Techniques de la Fédération Française du Bâtiment. Je remercie tout particulièrement : Les Secrétaires Généraux, les collaborateurs des Unions et Syndicats Professionnels et le personnel des Affaires Techniques pour leur grande disponibilité, ainsi que tous les entrepreneurs qui ont bien voulu participer à nos différentes réunions et entretiens. *** REALISATION TDF conseil Page 4

5 2. INTRODUCTION RAPPEL DE LA MISSION. Définir dans un cadre prospectif ce que devront être les compétences des salariés du bâtiment, de façon à donner un socle de travail anticipatif pour la conception des formations futures. Pour se faire, la mission se décompose en plusieurs phases : Définir les évolutions des métiers. Déterminer l impact de ces évolutions sur la compétence des salariés. Hiérarchiser et prioriser ces évolutions de compétences. En déterminer les formations à mettre en œuvre. Différents travaux de prospective ont servi de base de réflexion à cette étude, parmi lesquels : Les travaux de bâtiment horizon 2015 ont été repris en ne conservant que les éléments ayant un impact sur les compétences. Les quatre scénarios sont rappelés ainsi que les douze voies d engagement choisies. Le rapport du Grenelle de l Environnement fixe de façon précise les enjeux souhaités du gouvernement, passant de fait d une situation de prospective à une réalité. L étude sur la formation professionnelle continue dans le bâtiment (travaux rendus en février 2005) reprend aussi quelques éléments définis à l époque comme importants et prioritaires et qui ne peuvent être négligés à ce jour car pour beaucoup d entre eux encore fortement d actualité. Construire demain un cahier spécial de la recherche. Bâti métiers. Rapports d études émanant des différentes unions. Après avoir traité et analysé les différents documents prospectifs, des entretiens ont été réalisés avec les unions et syndicats nationaux afin de définir les évolutions par métier. Suite à cela, des rencontres ont été organisées avec des entrepreneurs de chaque union afin de dégager et fixer les besoins en compétences des salariés du bâtiment. Tous ces travaux furent ensuite validés par chaque union avant production finale. Ces différents entretiens m ont rapidement amené à parler d acquisition de compétences plutôt que de formations, celles-ci n étant qu une des réponses à y apporter. Ce travail ayant un axe prospectif, il n avait pas pour but de faire un état sur le déficit actuel de formations, la réponse étant contenue dans l enquête sur la formation continue (annexe 3) ; mais indirectement, ces déficits apparaissent dans l expression des compétences futures. Ces travaux n avaient pas pour but de définir avec précision les formations à mettre en œuvre, mais bien de donner les axes de compétences sur lesquels un travail plus approfondi doit être effectué. REALISATION TDF conseil Page 5

6 3. LES EVOLUTIONS DU MARCHE 3.1. LES IMPACTS DU GRENELLE DE L ENVIRONNEMENT Des obligations de performance énergétique pour les bâtiments. Dispositions pour les bâtiments neufs : niveau BBC réglementaire 50% de la RT 2005pour les bâtiments publics et tertiaires : tous les bâtiments doivent être label basse consommation d énergie (BBC) c'est-àdire 50KWh/an. M : tous les bâtiments doivent être à énergie nulle ou positive. Dispositions pour la rénovation des bâtiments : bâtiments privés. Réduire de 12% la consommation moyenne : bâtiments publics. Réduction de 35 à40% des consommations d énergie : bâtiments publics. Réalisation des travaux d accessibilité : réduire de 38% la consommation moyenne : réduire de 70 à 80 % la consommation moyenne des bâtiments. Des règles pour les chantiers faibles nuisances. Ces dispositions affichées lors du Grenelle de l Environnement prendront effet à un moment ou à un autre. Elles toucheront toutes les entreprises présentes sur le chantier et imposeront une coordination générale maîtrisée. On passe de l obligation de moyens à celle de résultats. En imposant un niveau de performances énergétique pour les bâtiments neufs et une diminution quantifiée de consommation dans la rénovation, nous sommes passés de l obligation de moyens à celle de résultats. Les conséquences directes de ces dispositions ne sont pas encore visibles mais leurs effets pèseront très lourd demain sur la structure, les résultats et le comportement des entreprises LES TRANSFORMATIONS CULTURELLES DU CLIENT Le consommateur veut, par ses actes, participer à la protection de la planète. Le phénomène auquel on se retrouve confronté n a rien de conjoncturel. L importante campagne de médiatisation qui a été effectuée sur les problèmes d environnement a provoqué auprès de toute une génération un déclic culturel qui ne s effacera pas ; le consommateur veut par ses actes contribuer à la sauvegarde de la planète. Même si les contraintes budgétaires pèseront sur les décisions qu il prendra, il aura toujours à cœur de favoriser une conception dite de développement durable. REALISATION TDF conseil Page 6

7 Les maîtres d ouvrages publics y seront encore beaucoup plus sensibles car ils auront à répondre de leurs choix devant les électeurs sur un sujet où il est encore difficile d arbitrer les orientations prises. Il veut être de plus en plus informé. Cette implication volontaire passe aussi par un désir d information et de maîtrise de ses décisions ; le particulier plus précisément, se croit informé des méthodes et technologies à mettre en œuvre ainsi que du choix des matériaux, Internet ayant pour cela un effet considérable. Mais la qualité d information n étant pas garantie, toute forme de désinformation (actions publicitaires, publi reportages, positionnement de la GSB, etc...) pourra sévir. Il veut n avoir à faire qu à un seul interlocuteur. Compte tenu de cette obligation de résultats, le maître d ouvrage ne souhaite avoir à faire qu à un seul interlocuteur. Mais d autres raisons concourent à cette situation (difficultés d obtenir des entreprises en appel d offres, problématique de la gestion des interphases, complexité relationnelle sur les chantiers, difficulté à maîtriser le budget originel ainsi que le planning. Le particulier lui, ne fait un choix différent que lorsque le bouclage budgétaire est difficile, ce qui conduit d ailleurs à observer des projets de villas sans conduite de travaux (le client s en charge lui-même, appuyé en cela par le niveau d information qu il va chercher sur tous type d origines). Seul document de référence : un plan plus ou moins détaillé. Concernant le service, cette disposition appelée «facility management» a déjà cours mais son importance ne pourra que croître dans le futur. Un comportement plus procédurier du Maître d Ouvrage. Les contraintes réglementaires et normatives devenant plus importantes, elles donnent un champ fertile à toutes contestations futures sur le rendu et la performance de l ouvrage obtenu. Pour certains particuliers, l absence de recours à une conduite de travaux structurée aura pour effet de provoquer des sinistres liés à l absence de gestions des phases. Ors, la certitude du consommateur de son bon droit et du niveau d information qu il aura cru acquérir conduiront invariablement à des mises en cause. La prolifération d outils liée à la défense du consommateur et la médiatisation faite autour des conflits (émissions radios, télévisées, journaux spécialisés, etc...) engendrent naturellement dans l esprit du consommateur une attitude moins passive face à son sentiment de victimisation LES CONTRAINTES NORMATIVES ET REGLEMENTAIRES Le principe de précaution développe les contraintes normatives. Les sinistres survenus ces derniers temps ont eu pour effet de renforcer les dispositions réglementaires sur tout ce qui a attrait au confort et à la sécurité du citoyen, appuyées en cela par le fameux principe de précaution et la médiatisation faite autour de ces sujets sensibles. REALISATION TDF conseil Page 7

8 Outre les problèmes énergétiques, les normes se développent sur : 1. Sécurité incendie. 2. Acoustique. 3. Accessibilité personnes a mobilité réduite. 4. Qualité de l air. 5. Contraintes et qualités sanitaires. Les évolutions environnementales génèrent de nouvelles dispositions réglementaires. Outre des dispositions relevant du Grenelle de l Environnement, il faudra s attendre à une prise en compte importante de la provenance et de l origine des matériaux utilisés ainsi que des contrôles mis en place. Les effets de ces dispositions mal connues à ce jour prendront parfois leur origine à l échelle de la planète (déforestation localisée, conditions de travail révélées, etc...). Il s en suivra immédiatement des dispositions réglementaires ou normatives complémentaires auxquelles l ensemble des intervenants seront soumis. Cette réactivité sera telle que l information aura du mal à atteindre toutes les strates opérationnelles LES PROGRES ET EVOLUTIONS TECHNIQUES ET TECHNOLOGIQUES Le coût de l énergie rend d autres dispositifs compétitifs. Le prix actuel du baril à 140 dollars, voire plus, dope toutes les autres sources d énergies ; le bâtiment, représentant par son action 46% de l énergie consommée par le pays y sera directement confronté. L avenir réserve la part belle à toutes les techniques et technologies peu usitées à ce jour (aéraulique, hydraulique, PAC, géothermie, solaire etc...). Le déficit de main d œuvre dope la créativité industrielle. Le déficit de main d œuvre dans le bâtiment est une vérité et une constante. Cette situation sera en partie infléchie par la modification des conditions de travail (forte mécanisation), par l attrait «responsable et acteur» que constitue le développement durable auprès des jeunes et par la plus grande place faite aux aspects techniques «High Tech». La recherche de productivité conduit malgré tout les industriels à développer des produits de plus en plus élaborés et répondant à de véritables fonctions, dans un désir de permettre aussi à leurs produits d accéder au marché de la grande distribution L IMPORTANCE DU VOLUME DE TRAVAUX Si l on ne prend en compte que les deux facteurs financiers majeurs, à savoir : le chiffre d affaire de l activité annuelle du bâtiment 110 milliards d euros et le coût estimé de la rénovation du bâti réalisé avant 1974 (calculé sur la base de euros par logement) qui représente 700 milliards d euros, on devine l énorme marché qui se profile. REALISATION TDF conseil Page 8

9 Les conséquences directes vont être l apparition de sociétés qui voient l opportunité d un chiffre d affaires important à réaliser ; ces sociétés ne seront pas, pour la plupart d entre elles, issues du monde du bâtiment mais plutôt passées maître dans la gestion du consommateur. Une nouvelle concurrence fait donc son apparition qui modifiera très fortement la relation client et le positionnement concurrentiel des entreprises du bâtiment LES NOUVELLES TECHNIQUES D INFORMATION ET COMMUNICATION L information est accessible à tous. Internet offre à tout un chacun la possibilité de se documenter sur toutes les thématiques souhaitées. La contribution des internautes nourrissant les blogs et sites d infos de leur avis pullulent et ne feront que se développer. Les supports publicitaires se mélangent aux informations vérifiées et les nombreuses publications traitant du développement durable au travers du bâtiment embuent encore plus le consommateur. Cette recherche permanente d information est en fait une quête effrénée dans un souci de protection, mais l exactitude desdites informations n est pas garantie. La gestion de la communication et de l information est généralisée au NTIC. Les outils d information liés aux nouvelles technologies se banalisent ; ils sont de véritables supports d information et de formation lorsqu ils sont bien utilisés. Leurs développements n en sont qu à leurs balbutiements. Demain, ces supports envahiront toutes formes de communication. Obligation de vivre avec les outils de demain. Ces progrès technologiques doivent être mis à profit par les entreprises pour gérer : 1. La recherche d information. 2. Assurer la communication interne et externe. 3. Développer la formation et l acquisition de compétences au travers des entreprises LA PENURIE DE MAIN D ŒUVRE ET LA PYRAMIDE DES AGES Un public de moins en moins formé. Les besoins de main d œuvre sont tels que le public qui débutera demain dans le bâtiment ne sera pas forcément un public ayant reçu une formation initiale s y rattachant. Les évolutions de métiers et les délocalisations conduiront des orientations professionnelles amenant vers le bâtiment des publics d horizons divers. REALISATION TDF conseil Page 9

10 L arrivée obligatoire de main d œuvre étrangère. Face à la pénurie de main d œuvre, une arrivée importante de population étrangère est fort probable, suivie, si le volume tient les engagements annoncés, d entreprises étrangères structurées. Ors, si la régulation des conditions d embauche de main d œuvre étrangère par les entreprises française est très maîtrisée, il n en sera pas de même lors de la pénétration du marché français par des entreprises étrangères. Une pyramide des âges défavorable. La pyramide des âges, conséquence directe du baby boom, conduira à la perte d une part très importante du savoir faire. Outre la capacité future à intervenir sur des ouvrages anciens, ce sont toutes les techniques et comportements de la construction qui peuvent disparaître. 4. CONSEQUENCES SUR LES ENTREPRISES 4.1. ADAPTATION AUX NOUVELLES TECHNIQUES ET TECHNOLOGIES Les techniques et technologies évoluent ; l entreprise doit maintenir une veille technologique forte et adapter en permanence ses propres techniques de travail. Sans y prendre garde, elle pourrait être vite dépassée MAITRISE DES NOUVEAUX SYSTEMES CONSTRUCTIFS Pour toutes les raisons citées au préalable (performance énergétique, contraintes environnementales), les techniques de construction évoluent. Une part importante sera donnée à la filière sèche (structure métal ou bois) car elle permet : une préfabrication très avancée, un traitement performant de l enveloppe, une industrialisation aisée, une précision d exécution et une faible nuisance en exécution chantier INTEGRER LES MODIFICATIONS COMPORTEMENTALES LIEES A L ENVIRONNEMENT Réaliser des chantiers faible nuisance, apprendre à trier des déchets, vérifier la provenance des produits et leur traçabilité, gérer ses approvisionnements au plus près, autant de modifications qui sont plus comportementales que techniques et que l entreprise doit dès aujourd hui intégrer dans son management LA MAÎTRISE DES NORMES ET REGLEMENTS EST UNE OBLIGATION Les normes se renforcent, couvrent des champs de plus en plus vastes et ne feront qu évoluer dans le futur, ce qui conduit l entreprise à posséder une maîtrise parfaite de celles-ci et faire en sorte qu elles soient appliquées à tous les échelons de la réalisation du projet. REALISATION TDF conseil Page 10

11 L accroissement de ces normes augmente d autant les sujets de litiges et de contestations. C est par la garantie et la preuve que pourra apporter l entreprise sur la parfaite exécution des normes et règles de l art que se situera sa meilleure protection LE CONTOURNEMENT DES METIERS SE TRANSFORME Les entreprises doivent répondre de plus en plus à des fonctions résultant des demandes des Maîtres d Ouvrages, ce qui les contraint à effectuer des tâches connexes à leur métier habituel. La fonction est plus rattachée au secteur d activité sur lequel s exerce l entreprise qu à l identification de son métier d origine. Le choix stratégique du secteur d activité choisi par l entreprise devient de ce fait le socle indispensable à l identification des compétences dont elle a besoin LA FONCTION COMMERCIALE EST RENFORCEE La concurrence augmente et se modifie (professionnels du commerce, structures d entreprises plus légères, présence des grandes surfaces de bricolage, positionnement d opérateurs nouveaux, etc...). L entreprise doit donc définir avec précision ses choix de secteur d activité et bâtir la fonction commerciale qui en découle. C est la cohérence de la fonction commerciale au travers de l entreprise qui fera sa performance, l acte de vente seul n y suffira pas STRATEGIE DE POSITIONNEMENT DE L ENTREPRISE Les possibilités et obligations offertes aux entreprises en termes d évolutions sont nombreuses ; les différentes marches qui apparaissent représentent un volume important de travaux. Mais l exigence qualitative attachée à chacun d entre eux fait que demain, les compétences des entreprises résulteront directement du secteur d activité qu il soit choisi ou subi FORMATION ET RECRUTEMENT : LES ATOUTS DE DEMAIN Un volume de travaux important, une pyramide des âges problématique, des métiers qui se transforment, des nouvelles technologies à acquérir, un public d accueil différent, autant d éléments qui confortent la mise en place d une politique de recrutement et d acquisition de compétences cohérentes et efficaces. Les évolutions futures des technologies qui seront utilisées dans le bâtiment ne sont pas forcément connues à ce jour car les contraintes de demain ne sont plus celles d hier. La formation continue devra donc faire preuve de réactivité, de souplesse et de productivité MAÎTRISER LE TRANSFERT DU SAVOIR ET DE L INFORMATION L entreprise devra maîtriser la gestion. L animation du transfert du savoir et de l acquisition des compétences sera une des principales garanties de sa pérennité. Savoir glaner, collecter, mutualiser et bonifier l usage des informations relatives aux compétences deviendra un des atouts de leur performance SAVOIR TROUVER LES RESSOURCES EXTERNES Face aux évolutions des métiers et pour répondre aux fonctions demandées, l entreprise aura du mal à tout posséder en interne. Elle devra savoir identifier et gérer l utilisation de ressources externes ; ce sera même un point essentiel du management. REALISATION TDF conseil Page 11

12 5. IMPACTS SUR LES COMPETENCES DES SALARIES 5.1. EXIGENCE QUALITATIVE PLUS FORTE Obtenir les performances exigées nécessite une qualité d exécution parfaite, qu il s agisse de thermie (qualité de l isolation d une paroi), du traitement de l air (étanchéité à l air des parois, raccordements sur gaines de ventilation), respect des applications normatives etc La précision est aussi renforcée au travers notamment d éléments préfabriqués qui obtiennent leurs performances dans un cadre de dispositions de mise en œuvre très précis ATTITUDE COMPORTEMENTALE Les effets relatifs aux contraintes environnementales nécessitent une modification de comportement de tous les acteurs, dans le cadre de règles d application déterminées et connues. Il appartient à chacun d être acteur et responsable vis-à-vis des engagements pris par la profession et par les entreprises (respect des règles). C est je pense la seule solution pour éviter que se mettent en œuvre des contrôles externes coûteux et inutiles DES QUALITES D AUTOCONTRÔLE Le même raisonnement s applique à la qualité d exécution et au respect des éléments normatifs. En effet, la capacité qui sera donnée aux salariés du bâtiment de pouvoir procéder à l autocontrôle de leurs tâches au regard des contraintes et des procédures, garantira à l entreprise la certitude d obtention du niveau performant du projet. Ce qui sera un élément motivant pour les salariés qui, en maîtrisant ces dispositions, pourront éviter un contrôle systématique et permanent de leurs ouvrages (situation désagréable, démotivante et coûteuse ) MAÎTRISER LE TRAVAIL EN EQUIPE Durée des chantiers et des interventions réduites, recours à l intégration d éléments manufacturés de plus en plus techniques, la performance des bâtiments résultant directement de la qualité individuelle du travail accompli et du respect de chaque intervenant sur l ouvrage d autrui, voilà autant de résultantes qui obligent un comportement en équipe beaucoup plus fort que par le passé. Cette ressource de travail en équipe agit essentiellement sur deux domaines : 1. Développer au sein d une même entreprise la productivité et la qualité du travail fourni. 2. Permettre au travers d un chantier l obtention de la performance d un bâtiment et la réalisation des tâches en harmonie durant ce même chantier. REALISATION TDF conseil Page 12

13 5.5. ETRE CAPABLE D AUTONOMIE ET DE RESPONSABILISATION Ces précisions et qualités exigées demain pour l exécution des bâtiments seront en grande partie résolues par le traitement en amont des dossiers d études et d exécution. Mais il sera difficile dans ces conditions de prévoir tous les cas de figure, compte tenu de tous les éléments qui régissent normativement les métiers. Le personnel de chantier devra être doté de compétences lui permettant, soit de prendre les décisions qui s imposent, soit d en référer à l autorité compétente. Ceci aura pour effet de faire gagner en efficacité et en cohérence la réalisation des chantiers et à rendre plus motivantes les interventions de chacun CONTRIBUER AU TRANSFERT SU SAVOIR ET L AUGMENTATION DES COMPETENCES Le bâtiment se trouve à l heure actuelle confronté à une situation des plus atypiques. D une part, la structure la pyramide des âges lui fait perdre tout un personnel expérimenté donc son savoir faire. D autre part, il est confronté à l apparition de nouvelles techniques constructives et technologiques ainsi que de nouvelles structures de métiers. C est peut être parce que la situation est ainsi qu une mutation pourra s opérer avec des dégâts moindres. En décidant d adapter en entreprises les techniques aux recrutements qui vont s effectuer, nous n aurons régler qu une partie du problème. Les bâtiments historiques ou spéciaux mis a part, il faut tout de même garder dans la profession le savoir faire des anciens. Mais plus encore, il faudra que l entreprise ou l équipe de travail «joue collectif» en échangeant les savoirs et les expériences, de façon à rendre l ensemble de l équipe plus performante. Avec l aide des moyens que devra mettre en œuvre l entreprise sur le transfert des savoirs, c est une dynamique d action dont doit se saisir le personnel pour en garantir l efficacité. REALISATION TDF conseil Page 13

14 6. FICHES METIERS FICHE METIER AGENCEMENT LES EVOLUTIONS DU METIER Le métier d agenceur est celui qui est le plus proche actuellement des évolutions pressenties sur les autres corps d état, en particulier sur sa capacité à organiser dans un délai défini et très souvent court un ensemble de tâches complémentaires. Mais il est aussi touché par l obligation de prise en compte des normes et règlements impactant ses ouvrages (acoustique, thermique, accessibilité, incendie), ce qui conduit à une maîtrise de celles-ci, tant en bureau d études techniques que sur l application directe sur le terrain. Il en est de même sur les contraintes environnementales touchant le choix des matériaux (choix et provenance des bois et autres matériaux, traçabilité des produits etc..), ainsi que la gestion des chantiers (déchets, chantiers faible nuisances...), et tout particulièrement pour les chantiers de rénovation. Différentes formes d entreprises voient le jour dans le métier d agencement ; certaines optent fortement pour une activité à forte connotation industrielle, d autres au contraire font le choix de ne pas être équipés d atelier de production. Elles rejoignent en ce sens les optiques existantes dans les pays anglo-saxons de type contractants généraux. Si ces évolutions de structures ne sont pas légion à l heure actuelle, elles démontrent une orientation des métiers beaucoup plus recentrée sur la fonction que sur la maîtrise ancestrale de matériaux. Pour plusieurs raisons, la part des produits préfabriqués prendra une plus grande importance dans le futur : - Tout d abord, les normes et exigences sur les produits (marquages, certifications, labellisations) représenteront un coût supplémentaire non négligeable. - Par ailleurs, l obligation d avoir des prix de plus en plus compétitifs nécessitera une spécialisation accrue des activités de l entreprise. - La pénurie de main d œuvre et la mécanisation des ateliers de production conduisent à ce que des entreprises concentrent leur activité vers leur plus forte valeur ajoutée. REALISATION TDF conseil Page 14

15 Dans ces conditions, le poste achat devient un élément à part entière de l entreprise, voire même prépondérant car il doit accompagner au travers de ses actes, à la fois une politique économique (prix d achat), une politique environnementale (maitrise des produits etc. ) et une politique culturelle de l entreprise (type de relations avec les fournisseurs). Compte tenu de l éloignement des chantiers et des lieux de production du siège de l entreprise, une maîtrise parfaite des nouvelles techniques d information et de communication s avère nécessaire pour assurer des fonctions de (veilles technologiques, d accès à des documents, de traçabilité, de contrôle). Si ce métier est peut être en avance sur les autres dans sa maîtrise de l offre globale, il est malgré tout confronté à des choix de positionnement stratégiques non négligeables et dont l anticipation sera un gage certain de la pérennité des entreprises. IDENTIFICATION DES COMPETENCES A ACQUERIR MAÎTRISE DES NORMES POUR BUREAU D ETUDES ET ENCADREMENT (THERMIQUE, ACOUSTIQUE, INCENDIE, ACCESSIBILITE) Modules correspondant à l acquisition de compétences en thermique, acoustique, sécurité incendie, accessibilité, environnement, traités au travers des normes MAÎTRISE DES BONNES PRATIQUES EN FONCTION DES NORMES CONCERNEES Définition de bonnes pratiques professionnelles traitant par des exemples concrets les incidences normatives citées ci-dessus. Ces dispositions ont pour but de rendre, par une méthode pédagogique adaptée accessible au personnel d exécution, les normes et règles de l art. PROFESSIONNALISATION DU POSTE ACHATS Intégration des techniques d achat performantes appliquées aux spécificités du métier d agenceur. INTEGRATION DES CONTRAINTES ENVIRONNEMENTALES Assurer la maîtrise des contraintes environnementales sur deux axes : o Maîtrise des chantiers faible nuisance. (coordination, déchets, organisation, etc..) o Contraintes environnementales liées au choix des produits (approvisionnement bois, filière, traçabilité, etc..) CAPACITE DU CHOIX STRATEGIQUE DU SECTEUR D ACTIVITE Doter l entreprise des moyens d analyse et de décisions relatifs au positionnement stratégique de l entreprise. REALISATION TDF conseil Page 15

16 OBSERVATIONS : Concernant les acquisitions de compétences relatives aux normes et règlements, il faut distinguer deux catégories de personnel : le bureau d études ou de méthodes et le personnel d exécution de chantier. Pour les premiers, l acquisition des compétences normatives doit se faire sous forme de modules courts, relayés en cela par des supports techniques (multi media ou autre) permettant une consultation aisée et la possibilité de choisir en extérieur une formation spécifique de module, et d assurer en interne le maintien de ce savoir. Pour le personnel d exécution, il est capital de vulgariser au travers de bonnes pratiques la maîtrise de ces normes, ce mode d acquisition de compétences s exerçant plus particulièrement en situation de travail. Mais des modules comportementaux issus des contraintes environnementales viendront renforcer ces bonnes pratiques professionnelles. Le poste achats se dessine et des écoles forment aujourd hui des acheteurs ; un module spécialisé complémentaire à destination de l encadrement chargé d effectuer cette tâche et s intégrant dans le cadre de formation continue, s avère très utile. Concernant le choix stratégique du secteur d activités, il est difficile de parler de formation, et acquérir cette compétence ne pourra s envisager qu après la création d un module spécifique au chef d entreprise et commun à plusieurs corps d état. *** REALISATION TDF conseil Page 16

17 FICHE METIER CARRELAGE MOSAÏQUE LES EVOLUTIONS DU METIER Ce ne sera pas tant sur la technique que sur la fonction que se situeront les principales évolutions de ce métier. Techniquement, le transfert de la pose scellée vers la pose collée est déjà en route. Il offre l avantage essentiel de simplifier les interventions. Les produits évoluent en fonction des contraintes (accessibilité pour non voyants, adhérence, luminosité, etc..), mais leur mise en œuvre n est pas en soi une nouvelle compétence, d autant plus que la gestuelle est maîtrisée. L évolution de ce métier tient plus à la volonté qu auront les entreprises à ne plus subir en sinistralité des conséquences d actes antérieurs dont ils n ont pas la responsabilité. Toutes les contraintes normatives et réglementaires (accessibilité, sécurité des personnes) et les nouvelles techniques (planchers chauffants, intégration d éléments actifs dans les chapes, etc ) nécessitent que l entreprise de carrelage soit très bien informée de ce qu elle doit et peut faire. La sinistralité importante de corps d état réside souvent dans une mauvaise réalisation des étapes précédant le revêtement final. Ayant donc à supporter cette contrainte, on peut imaginer que dans ces conditions, l entreprise de carrelage se charge d une grande partie des phases préalables pour garantir au mieux les risques supportés par son activité finale. Si tel n est pas le cas, il lui faudra trouver le moyen, soit de contrôler, d informer ou de valider les étapes précédentes à son intervention. Tout ceci pose bien évidemment un problème majeur de coût et d organisation. Mais si les entreprises veulent sortir d une spirale où elles n ont que peu de moyens pour agir sur leur sinistralité et leur compétitivité, il leur faudra intégrer au plus près de l exécution des compétences permettant : Une exécution en cohérence avec les normes en vigueur. Un comportement relationnel entre le client l entreprise et les partenaires. La capacité de faire des choix de solutions dans le respect des normes. De savoir argumenter ces choix. REALISATION TDF conseil Page 17

18 De savoir gérer et proposer au mieux dans l intérêt du client et de l entreprise, des options techniques adaptées à la situation et aux normes exigées. Concernant le volume d activité, même si la préfabrication prendra dans les années futures une orientation majeure, la prestation revêtement sera très souvent traitée sur place. Ce métier devra donc fortement évoluer vers un niveau technique pour lequel le rôle de conseil joué par l entreprise devient prépondérant. IDENTIFICATION DES COMPETENCES A ACQUERIR MAITRISE DE L EXECUTION DANS LE RESPECT DES NORMES ET DES REGLES DE L ART. EFFECTUER DES CHOIX TECHNIQUES ADAPTES AUX SITUATIONS. SAVOIR NEGOCIER LA RELATION CLIENT ENTREPRISE PARTENAIRE SAVOIR FAIRE FACE A UN PROBLEME AU NIVEAU MEME DE L EXECUTION. FONCTION COMMERCIALE. OBSERVATIONS : L ensemble de ces fonctions contribuent à la performance de l entreprise, en développant : - Les capacités d autonomie du personnel d exécution. - L aptitude des bureaux d études à proposer des variantes. - Les capacités relationnelles des acteurs de l entreprise. Toutes ces compétences peuvent et doivent pour la plupart d entre elles être acquises en situation de travail, car nous voyons bien là l imbrication des phases et contraintes. Ceci suppose aussi un choix très précis et contraignant du formateur car, outre le savoir transmis, l attitude comportementale est essentielle. Sensibiliser les entreprises à cette action offensive est un autre sujet qui n a pas a être traité là, mais qui reste une garantie capitale afin que le volume des actions soient suffisantes et rentabilisent les actions promues. REALISATION TDF conseil Page 18

19 FICHE METIER CHARPENTE MENUISERIE PARQUETS EVOLUTION DES METIERS Il faut distinguer le métier de charpentier de celui de menuisier. Pour le charpentier, c est la mécanisation des systèmes de production qui sera l évolution la plus forte à venir. Son marché se positionne, soit au niveau d un travail traditionnel, soit par un très fort développement de l aspect industrialisé, ce qui aura pour effet de changer de façon importante son regard sur l approche des marchés. (Le cas spécifique de la maison à ossature bois sera traité dans une autre fiche). En effet, l industrialisation importante de ce secteur d activité conduira à ce que certains charpentiers ne possèdent plus d atelier de fabrication ou seulement de petite taille. Ils se tournent donc naturellement vers une fonction de poseurs installateurs, et suivant leur taille, ils sont situés en premier ou deuxième rang après le décisionnaire. Cette industrialisation conduit à obtenir une compétence accrue sur deux domaines : - Le bureau d études avec l intégration forte des systèmes informatiques de DAO et CAO. - La production avec l usage généralisé des machines à commandes numériques. Concernant le menuisier, il convient de distinguer deux domaines majeurs, la menuiserie intérieure, le petit agencement et la menuiserie extérieure. Dans tous les cas, les contraintes environnementales impactent ce métier. Le bois, très demandé aujourd hui est malgré tout soumis à des règles d approvisionnement et de traçabilité qui n iront pas en diminuant (intégration de la notion de développement durable) et comme tout corps d état, le comportement sur les chantiers faible nuisance est à prendre en compte. Les normes (thermiques, acoustiques, incendie et accessibilité) sont des compétences à maitriser à tous les niveaux, allant de la conception à l exécution, car les contrôles et les exigences de résultats vont peser lourdement sur les entreprises. Outre les normes, les compétences techniques se développent : Pour la menuiserie intérieure, maîtrise de l acoustique, performances et classements des ouvrages liés à l incendie, accessibilité, choix et usage des matériaux. Concernant la menuiserie extérieure : techniques et modes de pose en façade, performances thermiques de la paroi, savoir identifier la performance d une fenêtre, REALISATION TDF conseil Page 19

20 maîtrise des calculs RDM et thermique des façades (certaines entreprises répondant spécifiquement au traitement de la façade en intégrant d autres matériaux). Les ouvrages seront dans tous les cas de plus en plus élaborés en atelier ou provenant d industriels, ce qui conduit à renforcer la compétence de bureau d études et de méthodes, relevant au passage un déficit de formation actuel sur l étude de prix. Les secteurs d activité des entreprises se redéfinissent plus précisément, offrant à chacune des possibilités identifiées mais qui exigeront d elles une performance collective et une réadaptation de son personnel au travers du choix stratégique déterminé. Il faudra donc accompagner, par un mode de coaching adapté, la remotivation du personnel à ces objectifs, en agissant sur le maintien des savoir-faire et la dynamique d acquisition des nouvelles compétences. IDENTIFICATION DES COMPETENCES A ACQUERIR MAITRISE DES NORMES ET INTEGRATION DANS LES PROJETS BUREAU D ETUDES, THERMIQUE, ACOUSTIQUE, INCENDIE, ACCESSIBILITE MAITRISE DES BONNES PRATIQUES AU REGARD DES NORMES ET PAR FONCTION (MENUISERIES INTERIEURES, PORTES, PANNEAUX D HABILLAGE BOIS, ACCESSIBILITE ) MAITRISE DES ECHANGES THERMIQUES DES FACADES ET CALCULS DE RESISTANCE CONTRAINTES ENVIRONNEMENTALES LIEES AUX CHOIX DES MATERIAUX, GESTION DE LA TRACABILITE MODULES SPECIFIQUES, BUREAUX D ETUDES, PRODUCTION (CHARPENTE) FONCTION COMMERCIALE - Savoir vendre sa plus-value (rôle de conseil sur l usage des bois au regard des normes). - La gestion relationnelle du conflit. REALISATION TDF conseil Page 20

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Formation. Logements BBC à ossature métallique

Formation. Logements BBC à ossature métallique Formation Logements BBC à ossature métallique Module 1 La RT2012 Comprendre les enjeux de la nouvelle réglementation thermique, identifier les principales exigences et acquérir des notions de thermique

Plus en détail

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments OBJECTIF : PUBLIC CONCERNÉ : Acquérir les méthodes de management des opérations HQE Maîtrise d Ouvrage, Assistants au Maître d Ouvrage, Architectes

Plus en détail

Métallerie. Construction Durable

Métallerie. Construction Durable Métallerie & Construction Durable Les Métalliers s informent Les Métalliers se forment Les Métalliers s engagent Aujourd hui, les préoccupations de construction durable se font de plus en plus ressentir

Plus en détail

COUT OPTIMISATION DU COUT DE CONSTRUCTION OPTIMISATION DU COUT DE L OPERATION OPTIMISATION DU COUT GLOBAL

COUT OPTIMISATION DU COUT DE CONSTRUCTION OPTIMISATION DU COUT DE L OPERATION OPTIMISATION DU COUT GLOBAL C COUT Le procédé ATTIQUE construction permet d optimiser les coûts de réalisation des logements sur plusieurs points. Non seulement le coût de construction s avère particulièrement compétitif du fait

Plus en détail

AGEFOS PME Ile-de-France. Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION. La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf.

AGEFOS PME Ile-de-France. Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION. La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf. AGEFOS PME Ile-de-France Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf 17 décembre 2009 Contact : Christelle Soury AGEFOS PME IDF Délégation Sud

Plus en détail

Comment intégrer pour l avenir les techniques BBC dans les formations initiales et continues longues?

Comment intégrer pour l avenir les techniques BBC dans les formations initiales et continues longues? Comment intégrer pour l avenir les techniques BBC dans les formations initiales et continues longues? Intervenant : Bernard DEFAYE Ingénieur de formation du Département Sectoriel BTP de Toulouse AFPA Ingénierie

Plus en détail

I LA PROFESSION. - Le nombre d entreprises de couverture est d environ 10 000, le nombre de salariés employés est d environ 30 000.

I LA PROFESSION. - Le nombre d entreprises de couverture est d environ 10 000, le nombre de salariés employés est d environ 30 000. Réferentiel des activités professionnelles INTRODUCTION I LA PROFESSION La couverture et les techniques du toit consistent à assurer l étanchéité des toitures (mettre hors d eau les différentes formes

Plus en détail

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Appel d offres Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Le GIM, chambre syndicale territoriale de l UIMM en région parisienne,

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

Projet de Loi de finances 2013

Projet de Loi de finances 2013 Projet de Loi de finances 2013 Crédit d impôt développement durable article 200 quater applicable à l acquisition des matériaux d isolation thermique des parois vitrées, des volets isolants et des portes

Plus en détail

Ascenseur à créer. Enduit ciment blanc. Bandeau béton. Enduit ciment blanc. Plaquette de terre-cuite identique à l existant. Enduit ciment blanc

Ascenseur à créer. Enduit ciment blanc. Bandeau béton. Enduit ciment blanc. Plaquette de terre-cuite identique à l existant. Enduit ciment blanc Bâtiment d une surface de 1030 m² créé dans l enceinte du lycée Jean ZAY. Ascenseur à créer Bandeau béton Elévation Façade Nord Bardage bois vertical Bardage cassette aluminium laqué RAL7016 Menuiseries

Plus en détail

Maîtrise de l étanchéité à l air - le rôle d un bureau d études -

Maîtrise de l étanchéité à l air - le rôle d un bureau d études - Maîtrise de l étanchéité à l air - le rôle d un bureau d études - Mardi 20 Novembre 2012 EURECA sprl Matthieu BOURGEOIS www.eureca-net.be info@eureca-net.be 0478 96 86 07 / 0486 90 80 07 Rue Petit Babin,

Plus en détail

AGENCEUR D INTÉRIEUR. Une équipe aux. multiples savoir-faire. un métier valorisant! www.deviensagenceur.fr

AGENCEUR D INTÉRIEUR. Une équipe aux. multiples savoir-faire. un métier valorisant! www.deviensagenceur.fr AGENCEUR D INTÉRIEUR un métier valorisant! Une équipe aux multiples savoir-faire www.deviensagenceur.fr L architecte, l architecte d intérieur, le décorateur, le designer et l agenceur d intérieur contribuent

Plus en détail

Aide à l isolation de l habitat

Aide à l isolation de l habitat Aide à l isolation de l habitat Dans le cadre de l élaboration du Schéma Régional Climat Air Energie dit SRCAE, l état des lieux énergétique a mis en évidence la part du secteur du bâtiment dans le bilan

Plus en détail

IMPLANTATION ET PROMOTION DE LA MAISON AERA, HABITAT ECOLOGIQUE, AUTONOME ET AUTOCONSTRUIT EN LOIRE-ATLANTIQUE (FRANCE) Par Claire Lascaud

IMPLANTATION ET PROMOTION DE LA MAISON AERA, HABITAT ECOLOGIQUE, AUTONOME ET AUTOCONSTRUIT EN LOIRE-ATLANTIQUE (FRANCE) Par Claire Lascaud IMPLANTATION ET PROMOTION DE LA MAISON AERA, HABITAT ECOLOGIQUE, AUTONOME ET AUTOCONSTRUIT EN LOIRE-ATLANTIQUE (FRANCE) Par Claire Lascaud Essai présenté au Centre universitaire de formation en environnement

Plus en détail

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 «seul le prononcé fait foi» Mesdames et Messieurs les présidents, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Parcours développement stratégique commercial

Parcours développement stratégique commercial P01 Parcours professionnalisant de formation Parcours développement stratégique commercial Partenaires : Avec le soutien de : P02 Parcours professionnalisant de formation INTERVENANTS Sophie DESCHAMPS

Plus en détail

Programme Shift Project sur la rénovation thermique des bâtiments. Brice Mallié

Programme Shift Project sur la rénovation thermique des bâtiments. Brice Mallié Programme Shift Project sur la rénovation thermique des bâtiments Brice Mallié L urgence à agir n est pas que climatique! Environnementale : 123 millions de tonnes de CO2 générées chaque année (25% du

Plus en détail

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT CONSEIL MANAGEMENT Assurer la responsabilité opérationnelle d une équipe Développer son leadership au sein d une équipe Pratiquer la délégation Conduire une réunion Conduire un entretien individuel-professionnel

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

La qualité au service de. vos exigences

La qualité au service de. vos exigences La qualité au service de vos exigences Edito La qualité, la réactivité, l investissement humain dans chaque projet ont fait de ERI un acteur incontournable dans l acte de construire. ERI dispose, depuis

Plus en détail

Formations Management

Formations Management Formations Management MANAGEMENT ET COMMUNICATION Ecole du Management : Cycle Animateur d équipe Ecole du Management : Cycle Maîtrise Ecole du Management : Cycle Coordinateur Technique Animateur (trice)

Plus en détail

Pour des «bâtiments responsables» : les défis pour la profession ; les défis pour la formation

Pour des «bâtiments responsables» : les défis pour la profession ; les défis pour la formation Pour des «bâtiments responsables» : les défis pour la profession ; les défis pour la formation Une approche globale de la relation marché / emploi / formation dans le secteur du Bâtiment en Bretagne 2

Plus en détail

Participez à la démarche en rédigeant ce cahier d acteurs. Comment nous retourner votre cahier d acteur?

Participez à la démarche en rédigeant ce cahier d acteurs. Comment nous retourner votre cahier d acteur? Participez à la démarche en rédigeant ce cahier d acteurs. C est simple, il suffit de remplacer les textes grisés à compléter par votre texte. Votre cahier d acteurs sera mis en forme avant publication

Plus en détail

R.E.Pos la Roulotte à Energie POSitive

R.E.Pos la Roulotte à Energie POSitive R.E.Pos la Roulotte à Energie POSitive 1 PRESENTATION DE R.E.POS ( ROULOTTE A ENERGIE POSITIVE) Née de l association des compétences des Sociétés Leroux Gonssard et Lignobat, la roulotte à énergie positive

Plus en détail

STRUCTURE ET PERSPECTIVES DES MARCHES DE LA METALLERIE SYNTHESE

STRUCTURE ET PERSPECTIVES DES MARCHES DE LA METALLERIE SYNTHESE Union des Métalliers 10, rue du Débarcadère 75017 Paris Tél. 01 40 55 13 00 Fax. 01 40 55 13 01 Union@metallerie.ffbatiment.fr STRUCTURE ET PERSPECTIVES DES MARCHES DE LA METALLERIE SYNTHESE NOVEMBRE 2012

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Tout coordonnateur SPS titulaire d une attestation de formation initiale. La réglementation : - les nouveaux

Plus en détail

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables FICHE ACTIONS Expo Nantes Atlantique ACTIONS GLOBALES Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Sensibilisation des employés, des prestataires

Plus en détail

CONTEXTE ACTUEL: EVOLUTION VERS PLUS D IMPLICATION DES DIFFERENTS ACTEURS DANS LE PROJET

CONTEXTE ACTUEL: EVOLUTION VERS PLUS D IMPLICATION DES DIFFERENTS ACTEURS DANS LE PROJET 1 Construire en équipe: qualité, efficacité, rapidité! Bruxelles Environnement CONTEXTE ACTUEL: EVOLUTION VERS PLUS D IMPLICATION DES DIFFERENTS ACTEURS DANS LE PROJET Liesbet TEMMERMAN Facilitateur Bâtiment

Plus en détail

GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES

GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES Françoise KERLAN GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES Préface de Jean-Louis Muller Directeur à la CEGOS Ancien responsable de Formation à l Université Paris 9 Dauphine Deuxième

Plus en détail

www.propiscines.fr Rubrique : Trouver un Pro

www.propiscines.fr Rubrique : Trouver un Pro PISCINES PROPISCINES : 250 PROFESSIONNELS Avec le retour des beaux jours, les 1,7 million de piscines privées de France ont repris du service. Depuis leur construction jusqu à leur rénovation, en passant

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Rév : K. Programme de Janvier 2014

Rév : K. Programme de Janvier 2014 CATALOGUE des FORMATIONS Programme de Janvier 2014 Rév : K Siret : 448 016 543 SARL au capital de 7500 APE : 741G 1/13 Ce catalogue de formations Intra entreprise est adaptable à vos besoins. Il est issu

Plus en détail

Formation pratique à la construction & rénovation BBC Anticiper les futures réglementations

Formation pratique à la construction & rénovation BBC Anticiper les futures réglementations www.maison-bioclimatique-passive.com Pour vous aider à maîtriser le BBC voici des modules complémentaires de formation proposée par Bâtir 2050 1- Formation pratique à la construction & rénovation basse

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles Dissertation Introduction Les différents liens que les entreprises peuvent établir entre elles sont indispensables pour leur expansion et leur compétitivité. L organisation de tels liens est capitale et

Plus en détail

FIBRA. Étude de marché des sciages en Rhône-Alpes. Intervenant : Vincent MERCIER

FIBRA. Étude de marché des sciages en Rhône-Alpes. Intervenant : Vincent MERCIER FIBRA Étude de marché des sciages en Intervenant : Vincent MERCIER OBJECTIFS DE L ETUDE Apporter aux scieurs : Un état des lieux quantitatif et qualitatif de l offre et de la demande Les préconisations

Plus en détail

Chambre de Commerce et d Industrie Moulins-Vichy

Chambre de Commerce et d Industrie Moulins-Vichy Chambre de Commerce et d Industrie Moulins-Vichy Service Développement Local et Appui aux Entreprises Industrielles 1 Chambre de Commerce et d Industrie de Moulins-Vichy Service Développement Local et

Plus en détail

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Compte-rendu fait par : I.MOUSQUET Présents : C.CHARRIER, architecte E.BAZZO, DGS A.DJEBARI, enseignante maternelle

Plus en détail

La qualité globale et durable en construction et en rénovation

La qualité globale et durable en construction et en rénovation La qualité globale et durable en construction et en rénovation 18 octobre 2014 Journées de l éco-construction Pont à Mousson Certifications & Labels Panorama du paysage de la certification des différents

Plus en détail

Chargé d affaires PA 4700 PERSONNEL CONCERNÉ

Chargé d affaires PA 4700 PERSONNEL CONCERNÉ Chargé d affaires PERSONNEL CONCERNÉ Conducteur de travaux, Chargé d'affaires ayant moins de 5 années d'expérience dans la fonction et toute personne amenée à devenir Chargé d affaires. Mise à niveau du

Plus en détail

Les formations pour le bâtiment en Picardie

Les formations pour le bâtiment en Picardie 2nd semestre 2013 Les formations pour le bâtiment en Picardie ECONOMIE D ENERGIE NOUVELLES ENERGIES CONSTRUIRE DURABLEMENT DIRECTION D ENTREPRISE IFRB PICARDIE 33, Mail Albert 1er - CS 51 111-80011 AMIENS

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS 2009 CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS SE DISTINGUER PAR LES COMPETENCES Signe Distinctif accompagne les cabinets d avocats pour développer de nouvelles compétences professionnelles indispensables

Plus en détail

FICHE PROSPECTIVE. Chargé-e de mission environnement et développement durable ASSOCIATIONS DE L ENVIRONNEMENT. Autres intitulés possibles :

FICHE PROSPECTIVE. Chargé-e de mission environnement et développement durable ASSOCIATIONS DE L ENVIRONNEMENT. Autres intitulés possibles : Autres intitulés possibles : Chargé-e d accompagnement environnement et développement durable Accompagnateur-trice des démarches de développement durable Chargé-e de médiation environnement et développement

Plus en détail

Formations. Transition énergétique

Formations. Transition énergétique Formations Transition énergétique Se former à la transition énergétique Anticipez les mutations de votre métier et les attentes de vos clients et prospects en vous formant dès aujourd hui aux enjeux de

Plus en détail

Serrurerie - Métallerie

Serrurerie - Métallerie FICHE MÉTIER Serrurerie - Métallerie LES EVOLUTIONS DU METIER Les architectes utilisent de plus en plus le métal comme élément d expression architecturale, tant en structure qu en décoration. Les ouvrages

Plus en détail

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 -

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - Avec un chiffre d affaires total de 3.5 Milliards d euros par an, la formation professionnelle est un secteur apparemment

Plus en détail

COMMENT ELABORER VOTRE PLAN DE FORMATION

COMMENT ELABORER VOTRE PLAN DE FORMATION COMMENT ELABORER VOTRE PLAN DE FORMATION SOMMAIRE 1 DEFINITION, CONTENU ET MODALITES DE FINANCEMENT... 2 1.1 DEFINITION... 2 1.2 CONTENU... 2 1.3 MODALITES DE FINANCEMENT... 3 2 LA MISE EN PLACE D UN PLAN

Plus en détail

CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE ) 01 46 83 60 80. CESC, organisme de formation déclaré sous le n 52 85 01378 85 Cet enregistrement ne vaut pas agrément de l Etat

CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE ) 01 46 83 60 80. CESC, organisme de formation déclaré sous le n 52 85 01378 85 Cet enregistrement ne vaut pas agrément de l Etat CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE 72 CESC, organisme de formation déclaré sous le n 52 85 01378 85 Cet enregistrement ne vaut pas agrément de l Etat CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE Guide de choix de vos formations MAÎTRISER LES

Plus en détail

Monaco s engage contre la déforestation

Monaco s engage contre la déforestation Compte rendu des deux réunions sur l élaboration de la Charte sur le Bois en Principauté Contexte des réunions Deux réunions de travail ont été organisées le jeudi 1 er juin et le mercredi 6 juin 2011

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION

PROGRAMME DE FORMATION PROGRAMME DE FORMATION RENFORCER LA QUALITE DE SON ACCUEIL PHYSIQUE ET TELEPHONIQUE OBJECTIFS DE LA FORMATION OBJECTIF GENERAL Acquérir les bonnes pratiques et attitudes afin de gagner en aisance, efficacité

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

Construisons en aluminium pour les générations futures

Construisons en aluminium pour les générations futures Construisons en aluminium pour les générations futures La Haute Qualité Environnementale avec l aluminium Les qualités de l aluminium (résistance, légèreté, malléabilité, recyclabilité ) répondent aux

Plus en détail

Trophées qualité gaz naturel en logement social

Trophées qualité gaz naturel en logement social Trophées qualité gaz naturel en logement social PREAMBULE : Un concours «les Trophées Qualité gaz naturel en logement social» est organisé conjointement par l USH et GrDF. S appuyant sur les atouts du

Plus en détail

Jean Pascal Chirat. Vice Président de la Fédération Française des Négociants en Appareils Sanitaires

Jean Pascal Chirat. Vice Président de la Fédération Française des Négociants en Appareils Sanitaires Jean Pascal Chirat Vice Président de la Fédération Française des Négociants en Appareils Sanitaires Intervention Fnas Plan de l intervention Etat énergétique du parc des logements français selon les: Etiquettes

Plus en détail

FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES

FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES Introduction Les réglementations PEB régionales prennent en compte des consommations énergétiques pour le refroidissement. En outre, les réglementations d

Plus en détail

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir?

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir? FICHE N 20 : LES MISSIONS DE TERRAIN À ASSURER Pour assurer la mise en œuvre des missions de sauvegarde, il est nécessaire de disposer d intervenants de terrain. En fonction des phénomènes, de la situation,

Plus en détail

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production Garantir un haut niveau de production 1 - Ingénieur industrialisation 2 - Ingénieur maintenance 3 - Ingénieur méthodes 4 - Ingénieur production 5 - Ingénieur qualité projet 6 - Ingénieur résident qualité

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 La sécurité ferroviaire demande de réinterroger périodiquement

Plus en détail

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Le tableau ci-après décline : - dans la colonne «Tronc commun», le profil de base, à travers la finalité du poste, les missions,

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique APPEL D OFFRES N 01/2015/IE Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique ACCORD CADRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) ARTICLE 1 OBJET DE L ACCORD CADRE Le présent accord-cadre

Plus en détail

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique APPEL D OFFRES N 01/2015/IE Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique ACCORD CADRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) ARTICLE 1 OBJET DE L ACCORD CADRE Le présent accord-cadre

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET EXPERIMENTAL

APPEL A MANIFESTATION D INTERET EXPERIMENTAL APPEL A MANIFESTATION D INTERET EXPERIMENTAL INCITATION À LA CREATION DE GROUPEMENTS D ENTREPRISES POUR LA RENOVATION ENERGETIQUE PERFORMANTE DES MAISONS INDIVIDUELLES EN BOURGOGNE AMI cahier des charges

Plus en détail

TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques»

TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques» Avant-propos Mode d emploi du guide TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques» Chapitre 1 Les PME : Spécificités et problématiques liées au développement 1.1 Le monde méconnu des

Plus en détail

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES REUNION DU 20 DECEMBRE 2013 RAPPORT N CR-13/06.653 CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégie régionale de formation des jeunes et

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA RÉUNION DU 25/11/2014 RÉNOVATION DU BTS COMPTABILITÉ GESTION DES ORGANISATIONS

COMPTE RENDU DE LA RÉUNION DU 25/11/2014 RÉNOVATION DU BTS COMPTABILITÉ GESTION DES ORGANISATIONS COMPTE RENDU DE LA RÉUNION DU 25/11/2014 RÉNOVATION DU BTS COMPTABILITÉ GESTION DES ORGANISATIONS Ce document n a aucune valeur réglementaire et ne se substitue pas aux textes officiels INTRODUCTION La

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

F O R M A T I O N S 2011-2 0 1 2 C O N S T R U C T I O N D U R A B L E

F O R M A T I O N S 2011-2 0 1 2 C O N S T R U C T I O N D U R A B L E F O R M A T I O N S 2011-2 0 1 2 C O N S T R U C T I O N D U R A B L E Charline Boyer 02 545 58 35 charline.boyer@confederationconstruction.be M O D U L E S G É N É R A U X I N I T I A T I O N S 1. E CO-

Plus en détail

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE?

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? 2 COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? Si vous voulez entreprendre des travaux d amélioration énergétique, vous allez rapidement devoir faire face à la question du chauffage. En tant qu élément central du

Plus en détail

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE Le monde de la formation est en plein bouleversement,

Plus en détail

Charte Bois Construction Rénovation Environnement Basse-Normandie

Charte Bois Construction Rénovation Environnement Basse-Normandie Charte Bois Construction Rénovation Environnement Basse-Normandie Un programme pour l environnement, par le développement de la Filière Bois Construction & Rénovation en Région Basse-Normandie 2015 2020

Plus en détail

Mener des entretiens professionnels

Mener des entretiens professionnels Formations Mener des entretiens professionnels Durée :... 2,5 jours - 18 heures Personnel concerné :... tout responsable hiérarchique ayant à mener des entretiens d évaluation Méthode pédagogique :...

Plus en détail

Présentation VERTUOZE

Présentation VERTUOZE Permettre aux artisans et entreprises de la FFB qui le souhaitent, d anticiper et de prendre un temps d avance sur ce marché prometteur Réduire la consommation moyenne du parc de 38 % d ici à 2020 Rénover

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le tableau de bord, outil de pilotage de l association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône-Alpes) Difficile d imaginer la conduite d un bateau sans boussole

Plus en détail

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI 3 R A LLER PL US L OI CRM et GRC, la gestion de la relation client Comment exploiter et déployer une solution de relation client dans votre entreprise? Les usages d une CRM Les fonctionnalités d une CRM

Plus en détail

C o m m u n i q u é d e P r e s s e. A D U C T I S

C o m m u n i q u é d e P r e s s e. A D U C T I S A R T O P, j u i n 2 0 1 3 / p. 1. Annonceur : ADUCTIS. Responsable : Jean DEL GOLETO. Adresse : 1 Parc Burospace - 91571 BIEVRES Cedex. Tél. : 01 69 35 30 00. Fax : 01 69 35 30 01. web : www.aductis.com.

Plus en détail

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe Dossier de presse Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe ALTER PERFORMANCE est une nouvelle société de conseil qui a fait le choix d'accompagner les TPE-PME

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

Synthèse des actes de la semaine des métiers de l économie verte en Nord Pas de Calais du 16 au 19 octobre 2012

Synthèse des actes de la semaine des métiers de l économie verte en Nord Pas de Calais du 16 au 19 octobre 2012 Vert, l avenir! L économie passe au vert Synthèse des actes de la semaine des métiers de l économie verte en Nord Pas de Calais du 16 au 19 octobre 2012 Ce projet est cofinancé par l Union européenne.

Plus en détail

CHARTE de REFERENCEMENT

CHARTE de REFERENCEMENT EUROMETROPOLE DE STRASBOURG Direction de l urbanisme, de l habitat et de l aménagement Service de l Habitat 1 parc de l Etoile 67076 STRASBOURG Cedex DIMINUTION DES LOGEMENTS VACANTS DU PARC PRIVE APPEL

Plus en détail

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan Université d été : Bâtiments, Villes et Territoires durables face aux défis du changement climatique INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES Efficacité énergétique et ville durable : leçons

Plus en détail

PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003

PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003 PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003 Les propositions et les programmes des différentes manifestations vous seront adressés par mail ou par courrier au plus tard un mois avant le début de la formation.

Plus en détail

PROGRAMME DE LA FORMATION

PROGRAMME DE LA FORMATION PROGRAMME DE LA FORMATION Compétences du domaine professionnel Gestion de la relation avec la clientèle 1 Recherche de clientèle et contact - Organisation de la prospection et prospection clientèle - Détection,

Plus en détail

Les outils du manager commercial

Les outils du manager commercial OBJECTIFS Améliorer sa force de conviction et asseoir son leadership sur son équipe de collaborateurs mais aussi dans sa relation-clientèle Saisir l importance de la dimension relationnelle comportementale

Plus en détail

Objectifs du «Trophée de l Alternance»

Objectifs du «Trophée de l Alternance» CAHIER DE CHARGES PROMOTEURS Centre de Coordination Et de Gestion des Programmes Européens Objectifs du «Trophée de l Alternance» - Créer un événement annuel mobilisateur. L édition 2010-2011 du «Trophée

Plus en détail

CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE

CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE INTRODUCTION Les CPE d aujourd hui s interrogent légitimement sur le rôle, sur leur positionnement dans l établissement et sur les relations dans lesquelles

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C* Dernière modification : 11/09/2008 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Management d équipe(s) autonome(s) I OBJECTIF

Plus en détail

APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES 2010-2013

APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES 2010-2013 APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES 2010-2013 Eléments techniques complémentaires au cahier des charges 2012 et 2013 Ce document précise les conditions d éligibilité

Plus en détail

Opération Management & Compétitivité

Opération Management & Compétitivité Opération Management & Présentation par AQM - BN 1 Sommaire Présentation de l AQM L action collective management et compétitivité. Processus et déroulement. Les intervenants. Les étapes de formation et

Plus en détail

DOSSIER THÉMATIQUE LE COÛT GLOBAL DANS LA CONSTRUCTION. octobre 2013

DOSSIER THÉMATIQUE LE COÛT GLOBAL DANS LA CONSTRUCTION. octobre 2013 DOSSIER THÉMATIQUE crédit photo : Prod. Numérik - Fotolia octobre 2013 LE COÛT GLOBAL DANS LA CONSTRUCTION Pour un investissement à longue durée de vie comme un bâtiment, l approche en coût global est

Plus en détail

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions.

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions. Page 1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE À l occasion du Salon de l Entreprise Aquitaine, Inside Révélateur De Talents fête ses 10 ans d innovations dans les domaines de la formation et du coaching pour les entreprises.

Plus en détail

Devenir Concessionnaire

Devenir Concessionnaire Devenir Concessionnaire Inspirées de vos envies Réaliser leur rêve! A Propos des MAISONS PUZZLE Un concept NOVATEUR et INTERACTIF en constante évolution depuis plus de 30 ANS! La Maison à Ossature Acier

Plus en détail

COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants

COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants Okavango energy 18 rue Gounod 92210 Saint-Cloud contact@okavango-energy.com tel : 09 81 02 95

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail