ETUDE PROSPECTIVE SUR LES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ETUDE PROSPECTIVE SUR LES"

Transcription

1 RAPPORT FINAL ETUDE PROSPECTIVE SUR LES BESOINS EN COMPETENCE DES SALARIES DU BATIMENT TRAVAUX COMMANDITES PAR : OPCA BATIMENT JUIN 2008 REALISATION TDF conseil Page 1

2 SOMMAIRE 1. REMERCIEMENTS 2. INTRODUCTION 2.1. Rappel de la mission La méthode. 3. LES EVOLUTIONS DU MARCHE 3.1. Les impacts du Grenelle de l Environnement Les transformations culturelles du client Les contraintes normatives et règlementaires Les progrès et évolutions techniques et technologiques L importance du volume de travaux à venir Le développement des techniques d information et de communication La pénurie de main d œuvre et la pyramide des âges. 4. CONSEQUENCES SUR LES ENTREPRISES 4.1. S adapter aux nouvelles techniques et technologies Maîtrise des nouveaux systèmes constructifs Intégrer les modifications comportementales liées à l environnement La maîtrise des normes et règlements est une obligation Le contournement des métiers se transforme La fonction commerciale est renforcée Stratégie de positionnement de l entreprise Formation et recrutement : les atouts de demain Maîtriser le transfert du savoir et de l information Savoir trouver les ressources externes. 5. IMPACTS SUR LES COMPETENCES DES SALARIES 5.1. Exigence qualitative plus forte Attitude comportementale Des qualités d autocontrôle Maîtriser le travail en équipe Etre capable d autonomie et de responsabilisation Contribuer au transfert du savoir et à l augmentation des compétences. 6. FICHES METIERS 6.1. Agencement Carrelage - Mosaïque Charpente Menuiserie - Parquets 6.4. Couverture Plomberie Démolition Fermetures et protections solaires Génie climatique Installation électrique Maçonnerie - Gros œuvre Serrurerie Métallerie. REALISATION TDF conseil Page 2

3 6.11. Charpente métallique Peinture finitions Plâtrerie- Isolation Revêtements de sols Constructeurs bois Groupe sécurité incendie Etanchéité. 7. LES GRANDES FAMILLES DE COMPETENCES 7.1. Compétences communes à tous Compétences avec socle commun à tous les métiers Compétences par famille de métiers et de fonctions Compétences propres à un métier. 8. LES MOYENS D ACQUISITION DES COMPETENCES 8.1. L information dans l entreprise L auto acquisition de compétences en entreprise La formation sur le lieu de travail La formation externe. 9. OBSERVATIONS GENERALES 9.1. Ce que les entreprises attendent de la formation continue L impact des nouvelles techniques ou technologies L importance du secteur sur les compétences Le besoin d accompagnement aux mutations La quantité de compétences à acquérir et le nombre de salariés concernés L exigence qualité sur les formations et les formateurs Le bon usage des modules de compétences Créer des outils d acquisition de compétences à disposition des métiers Doter les entreprises d une dynamique sur le transfert et l acquisition des compétences. 10. CONCLUSIONS *** REALISATION TDF conseil Page 3

4 1. REMERCIEMENTS Tout ce travail n aurait pu être réalisé sans le concours des Unions et Syndicats Professionnels et de la Direction des Affaires Techniques de la Fédération Française du Bâtiment. Je remercie tout particulièrement : Les Secrétaires Généraux, les collaborateurs des Unions et Syndicats Professionnels et le personnel des Affaires Techniques pour leur grande disponibilité, ainsi que tous les entrepreneurs qui ont bien voulu participer à nos différentes réunions et entretiens. *** REALISATION TDF conseil Page 4

5 2. INTRODUCTION RAPPEL DE LA MISSION. Définir dans un cadre prospectif ce que devront être les compétences des salariés du bâtiment, de façon à donner un socle de travail anticipatif pour la conception des formations futures. Pour se faire, la mission se décompose en plusieurs phases : Définir les évolutions des métiers. Déterminer l impact de ces évolutions sur la compétence des salariés. Hiérarchiser et prioriser ces évolutions de compétences. En déterminer les formations à mettre en œuvre. Différents travaux de prospective ont servi de base de réflexion à cette étude, parmi lesquels : Les travaux de bâtiment horizon 2015 ont été repris en ne conservant que les éléments ayant un impact sur les compétences. Les quatre scénarios sont rappelés ainsi que les douze voies d engagement choisies. Le rapport du Grenelle de l Environnement fixe de façon précise les enjeux souhaités du gouvernement, passant de fait d une situation de prospective à une réalité. L étude sur la formation professionnelle continue dans le bâtiment (travaux rendus en février 2005) reprend aussi quelques éléments définis à l époque comme importants et prioritaires et qui ne peuvent être négligés à ce jour car pour beaucoup d entre eux encore fortement d actualité. Construire demain un cahier spécial de la recherche. Bâti métiers. Rapports d études émanant des différentes unions. Après avoir traité et analysé les différents documents prospectifs, des entretiens ont été réalisés avec les unions et syndicats nationaux afin de définir les évolutions par métier. Suite à cela, des rencontres ont été organisées avec des entrepreneurs de chaque union afin de dégager et fixer les besoins en compétences des salariés du bâtiment. Tous ces travaux furent ensuite validés par chaque union avant production finale. Ces différents entretiens m ont rapidement amené à parler d acquisition de compétences plutôt que de formations, celles-ci n étant qu une des réponses à y apporter. Ce travail ayant un axe prospectif, il n avait pas pour but de faire un état sur le déficit actuel de formations, la réponse étant contenue dans l enquête sur la formation continue (annexe 3) ; mais indirectement, ces déficits apparaissent dans l expression des compétences futures. Ces travaux n avaient pas pour but de définir avec précision les formations à mettre en œuvre, mais bien de donner les axes de compétences sur lesquels un travail plus approfondi doit être effectué. REALISATION TDF conseil Page 5

6 3. LES EVOLUTIONS DU MARCHE 3.1. LES IMPACTS DU GRENELLE DE L ENVIRONNEMENT Des obligations de performance énergétique pour les bâtiments. Dispositions pour les bâtiments neufs : niveau BBC réglementaire 50% de la RT 2005pour les bâtiments publics et tertiaires : tous les bâtiments doivent être label basse consommation d énergie (BBC) c'est-àdire 50KWh/an. M : tous les bâtiments doivent être à énergie nulle ou positive. Dispositions pour la rénovation des bâtiments : bâtiments privés. Réduire de 12% la consommation moyenne : bâtiments publics. Réduction de 35 à40% des consommations d énergie : bâtiments publics. Réalisation des travaux d accessibilité : réduire de 38% la consommation moyenne : réduire de 70 à 80 % la consommation moyenne des bâtiments. Des règles pour les chantiers faibles nuisances. Ces dispositions affichées lors du Grenelle de l Environnement prendront effet à un moment ou à un autre. Elles toucheront toutes les entreprises présentes sur le chantier et imposeront une coordination générale maîtrisée. On passe de l obligation de moyens à celle de résultats. En imposant un niveau de performances énergétique pour les bâtiments neufs et une diminution quantifiée de consommation dans la rénovation, nous sommes passés de l obligation de moyens à celle de résultats. Les conséquences directes de ces dispositions ne sont pas encore visibles mais leurs effets pèseront très lourd demain sur la structure, les résultats et le comportement des entreprises LES TRANSFORMATIONS CULTURELLES DU CLIENT Le consommateur veut, par ses actes, participer à la protection de la planète. Le phénomène auquel on se retrouve confronté n a rien de conjoncturel. L importante campagne de médiatisation qui a été effectuée sur les problèmes d environnement a provoqué auprès de toute une génération un déclic culturel qui ne s effacera pas ; le consommateur veut par ses actes contribuer à la sauvegarde de la planète. Même si les contraintes budgétaires pèseront sur les décisions qu il prendra, il aura toujours à cœur de favoriser une conception dite de développement durable. REALISATION TDF conseil Page 6

7 Les maîtres d ouvrages publics y seront encore beaucoup plus sensibles car ils auront à répondre de leurs choix devant les électeurs sur un sujet où il est encore difficile d arbitrer les orientations prises. Il veut être de plus en plus informé. Cette implication volontaire passe aussi par un désir d information et de maîtrise de ses décisions ; le particulier plus précisément, se croit informé des méthodes et technologies à mettre en œuvre ainsi que du choix des matériaux, Internet ayant pour cela un effet considérable. Mais la qualité d information n étant pas garantie, toute forme de désinformation (actions publicitaires, publi reportages, positionnement de la GSB, etc...) pourra sévir. Il veut n avoir à faire qu à un seul interlocuteur. Compte tenu de cette obligation de résultats, le maître d ouvrage ne souhaite avoir à faire qu à un seul interlocuteur. Mais d autres raisons concourent à cette situation (difficultés d obtenir des entreprises en appel d offres, problématique de la gestion des interphases, complexité relationnelle sur les chantiers, difficulté à maîtriser le budget originel ainsi que le planning. Le particulier lui, ne fait un choix différent que lorsque le bouclage budgétaire est difficile, ce qui conduit d ailleurs à observer des projets de villas sans conduite de travaux (le client s en charge lui-même, appuyé en cela par le niveau d information qu il va chercher sur tous type d origines). Seul document de référence : un plan plus ou moins détaillé. Concernant le service, cette disposition appelée «facility management» a déjà cours mais son importance ne pourra que croître dans le futur. Un comportement plus procédurier du Maître d Ouvrage. Les contraintes réglementaires et normatives devenant plus importantes, elles donnent un champ fertile à toutes contestations futures sur le rendu et la performance de l ouvrage obtenu. Pour certains particuliers, l absence de recours à une conduite de travaux structurée aura pour effet de provoquer des sinistres liés à l absence de gestions des phases. Ors, la certitude du consommateur de son bon droit et du niveau d information qu il aura cru acquérir conduiront invariablement à des mises en cause. La prolifération d outils liée à la défense du consommateur et la médiatisation faite autour des conflits (émissions radios, télévisées, journaux spécialisés, etc...) engendrent naturellement dans l esprit du consommateur une attitude moins passive face à son sentiment de victimisation LES CONTRAINTES NORMATIVES ET REGLEMENTAIRES Le principe de précaution développe les contraintes normatives. Les sinistres survenus ces derniers temps ont eu pour effet de renforcer les dispositions réglementaires sur tout ce qui a attrait au confort et à la sécurité du citoyen, appuyées en cela par le fameux principe de précaution et la médiatisation faite autour de ces sujets sensibles. REALISATION TDF conseil Page 7

8 Outre les problèmes énergétiques, les normes se développent sur : 1. Sécurité incendie. 2. Acoustique. 3. Accessibilité personnes a mobilité réduite. 4. Qualité de l air. 5. Contraintes et qualités sanitaires. Les évolutions environnementales génèrent de nouvelles dispositions réglementaires. Outre des dispositions relevant du Grenelle de l Environnement, il faudra s attendre à une prise en compte importante de la provenance et de l origine des matériaux utilisés ainsi que des contrôles mis en place. Les effets de ces dispositions mal connues à ce jour prendront parfois leur origine à l échelle de la planète (déforestation localisée, conditions de travail révélées, etc...). Il s en suivra immédiatement des dispositions réglementaires ou normatives complémentaires auxquelles l ensemble des intervenants seront soumis. Cette réactivité sera telle que l information aura du mal à atteindre toutes les strates opérationnelles LES PROGRES ET EVOLUTIONS TECHNIQUES ET TECHNOLOGIQUES Le coût de l énergie rend d autres dispositifs compétitifs. Le prix actuel du baril à 140 dollars, voire plus, dope toutes les autres sources d énergies ; le bâtiment, représentant par son action 46% de l énergie consommée par le pays y sera directement confronté. L avenir réserve la part belle à toutes les techniques et technologies peu usitées à ce jour (aéraulique, hydraulique, PAC, géothermie, solaire etc...). Le déficit de main d œuvre dope la créativité industrielle. Le déficit de main d œuvre dans le bâtiment est une vérité et une constante. Cette situation sera en partie infléchie par la modification des conditions de travail (forte mécanisation), par l attrait «responsable et acteur» que constitue le développement durable auprès des jeunes et par la plus grande place faite aux aspects techniques «High Tech». La recherche de productivité conduit malgré tout les industriels à développer des produits de plus en plus élaborés et répondant à de véritables fonctions, dans un désir de permettre aussi à leurs produits d accéder au marché de la grande distribution L IMPORTANCE DU VOLUME DE TRAVAUX Si l on ne prend en compte que les deux facteurs financiers majeurs, à savoir : le chiffre d affaire de l activité annuelle du bâtiment 110 milliards d euros et le coût estimé de la rénovation du bâti réalisé avant 1974 (calculé sur la base de euros par logement) qui représente 700 milliards d euros, on devine l énorme marché qui se profile. REALISATION TDF conseil Page 8

9 Les conséquences directes vont être l apparition de sociétés qui voient l opportunité d un chiffre d affaires important à réaliser ; ces sociétés ne seront pas, pour la plupart d entre elles, issues du monde du bâtiment mais plutôt passées maître dans la gestion du consommateur. Une nouvelle concurrence fait donc son apparition qui modifiera très fortement la relation client et le positionnement concurrentiel des entreprises du bâtiment LES NOUVELLES TECHNIQUES D INFORMATION ET COMMUNICATION L information est accessible à tous. Internet offre à tout un chacun la possibilité de se documenter sur toutes les thématiques souhaitées. La contribution des internautes nourrissant les blogs et sites d infos de leur avis pullulent et ne feront que se développer. Les supports publicitaires se mélangent aux informations vérifiées et les nombreuses publications traitant du développement durable au travers du bâtiment embuent encore plus le consommateur. Cette recherche permanente d information est en fait une quête effrénée dans un souci de protection, mais l exactitude desdites informations n est pas garantie. La gestion de la communication et de l information est généralisée au NTIC. Les outils d information liés aux nouvelles technologies se banalisent ; ils sont de véritables supports d information et de formation lorsqu ils sont bien utilisés. Leurs développements n en sont qu à leurs balbutiements. Demain, ces supports envahiront toutes formes de communication. Obligation de vivre avec les outils de demain. Ces progrès technologiques doivent être mis à profit par les entreprises pour gérer : 1. La recherche d information. 2. Assurer la communication interne et externe. 3. Développer la formation et l acquisition de compétences au travers des entreprises LA PENURIE DE MAIN D ŒUVRE ET LA PYRAMIDE DES AGES Un public de moins en moins formé. Les besoins de main d œuvre sont tels que le public qui débutera demain dans le bâtiment ne sera pas forcément un public ayant reçu une formation initiale s y rattachant. Les évolutions de métiers et les délocalisations conduiront des orientations professionnelles amenant vers le bâtiment des publics d horizons divers. REALISATION TDF conseil Page 9

10 L arrivée obligatoire de main d œuvre étrangère. Face à la pénurie de main d œuvre, une arrivée importante de population étrangère est fort probable, suivie, si le volume tient les engagements annoncés, d entreprises étrangères structurées. Ors, si la régulation des conditions d embauche de main d œuvre étrangère par les entreprises française est très maîtrisée, il n en sera pas de même lors de la pénétration du marché français par des entreprises étrangères. Une pyramide des âges défavorable. La pyramide des âges, conséquence directe du baby boom, conduira à la perte d une part très importante du savoir faire. Outre la capacité future à intervenir sur des ouvrages anciens, ce sont toutes les techniques et comportements de la construction qui peuvent disparaître. 4. CONSEQUENCES SUR LES ENTREPRISES 4.1. ADAPTATION AUX NOUVELLES TECHNIQUES ET TECHNOLOGIES Les techniques et technologies évoluent ; l entreprise doit maintenir une veille technologique forte et adapter en permanence ses propres techniques de travail. Sans y prendre garde, elle pourrait être vite dépassée MAITRISE DES NOUVEAUX SYSTEMES CONSTRUCTIFS Pour toutes les raisons citées au préalable (performance énergétique, contraintes environnementales), les techniques de construction évoluent. Une part importante sera donnée à la filière sèche (structure métal ou bois) car elle permet : une préfabrication très avancée, un traitement performant de l enveloppe, une industrialisation aisée, une précision d exécution et une faible nuisance en exécution chantier INTEGRER LES MODIFICATIONS COMPORTEMENTALES LIEES A L ENVIRONNEMENT Réaliser des chantiers faible nuisance, apprendre à trier des déchets, vérifier la provenance des produits et leur traçabilité, gérer ses approvisionnements au plus près, autant de modifications qui sont plus comportementales que techniques et que l entreprise doit dès aujourd hui intégrer dans son management LA MAÎTRISE DES NORMES ET REGLEMENTS EST UNE OBLIGATION Les normes se renforcent, couvrent des champs de plus en plus vastes et ne feront qu évoluer dans le futur, ce qui conduit l entreprise à posséder une maîtrise parfaite de celles-ci et faire en sorte qu elles soient appliquées à tous les échelons de la réalisation du projet. REALISATION TDF conseil Page 10

11 L accroissement de ces normes augmente d autant les sujets de litiges et de contestations. C est par la garantie et la preuve que pourra apporter l entreprise sur la parfaite exécution des normes et règles de l art que se situera sa meilleure protection LE CONTOURNEMENT DES METIERS SE TRANSFORME Les entreprises doivent répondre de plus en plus à des fonctions résultant des demandes des Maîtres d Ouvrages, ce qui les contraint à effectuer des tâches connexes à leur métier habituel. La fonction est plus rattachée au secteur d activité sur lequel s exerce l entreprise qu à l identification de son métier d origine. Le choix stratégique du secteur d activité choisi par l entreprise devient de ce fait le socle indispensable à l identification des compétences dont elle a besoin LA FONCTION COMMERCIALE EST RENFORCEE La concurrence augmente et se modifie (professionnels du commerce, structures d entreprises plus légères, présence des grandes surfaces de bricolage, positionnement d opérateurs nouveaux, etc...). L entreprise doit donc définir avec précision ses choix de secteur d activité et bâtir la fonction commerciale qui en découle. C est la cohérence de la fonction commerciale au travers de l entreprise qui fera sa performance, l acte de vente seul n y suffira pas STRATEGIE DE POSITIONNEMENT DE L ENTREPRISE Les possibilités et obligations offertes aux entreprises en termes d évolutions sont nombreuses ; les différentes marches qui apparaissent représentent un volume important de travaux. Mais l exigence qualitative attachée à chacun d entre eux fait que demain, les compétences des entreprises résulteront directement du secteur d activité qu il soit choisi ou subi FORMATION ET RECRUTEMENT : LES ATOUTS DE DEMAIN Un volume de travaux important, une pyramide des âges problématique, des métiers qui se transforment, des nouvelles technologies à acquérir, un public d accueil différent, autant d éléments qui confortent la mise en place d une politique de recrutement et d acquisition de compétences cohérentes et efficaces. Les évolutions futures des technologies qui seront utilisées dans le bâtiment ne sont pas forcément connues à ce jour car les contraintes de demain ne sont plus celles d hier. La formation continue devra donc faire preuve de réactivité, de souplesse et de productivité MAÎTRISER LE TRANSFERT DU SAVOIR ET DE L INFORMATION L entreprise devra maîtriser la gestion. L animation du transfert du savoir et de l acquisition des compétences sera une des principales garanties de sa pérennité. Savoir glaner, collecter, mutualiser et bonifier l usage des informations relatives aux compétences deviendra un des atouts de leur performance SAVOIR TROUVER LES RESSOURCES EXTERNES Face aux évolutions des métiers et pour répondre aux fonctions demandées, l entreprise aura du mal à tout posséder en interne. Elle devra savoir identifier et gérer l utilisation de ressources externes ; ce sera même un point essentiel du management. REALISATION TDF conseil Page 11

12 5. IMPACTS SUR LES COMPETENCES DES SALARIES 5.1. EXIGENCE QUALITATIVE PLUS FORTE Obtenir les performances exigées nécessite une qualité d exécution parfaite, qu il s agisse de thermie (qualité de l isolation d une paroi), du traitement de l air (étanchéité à l air des parois, raccordements sur gaines de ventilation), respect des applications normatives etc La précision est aussi renforcée au travers notamment d éléments préfabriqués qui obtiennent leurs performances dans un cadre de dispositions de mise en œuvre très précis ATTITUDE COMPORTEMENTALE Les effets relatifs aux contraintes environnementales nécessitent une modification de comportement de tous les acteurs, dans le cadre de règles d application déterminées et connues. Il appartient à chacun d être acteur et responsable vis-à-vis des engagements pris par la profession et par les entreprises (respect des règles). C est je pense la seule solution pour éviter que se mettent en œuvre des contrôles externes coûteux et inutiles DES QUALITES D AUTOCONTRÔLE Le même raisonnement s applique à la qualité d exécution et au respect des éléments normatifs. En effet, la capacité qui sera donnée aux salariés du bâtiment de pouvoir procéder à l autocontrôle de leurs tâches au regard des contraintes et des procédures, garantira à l entreprise la certitude d obtention du niveau performant du projet. Ce qui sera un élément motivant pour les salariés qui, en maîtrisant ces dispositions, pourront éviter un contrôle systématique et permanent de leurs ouvrages (situation désagréable, démotivante et coûteuse ) MAÎTRISER LE TRAVAIL EN EQUIPE Durée des chantiers et des interventions réduites, recours à l intégration d éléments manufacturés de plus en plus techniques, la performance des bâtiments résultant directement de la qualité individuelle du travail accompli et du respect de chaque intervenant sur l ouvrage d autrui, voilà autant de résultantes qui obligent un comportement en équipe beaucoup plus fort que par le passé. Cette ressource de travail en équipe agit essentiellement sur deux domaines : 1. Développer au sein d une même entreprise la productivité et la qualité du travail fourni. 2. Permettre au travers d un chantier l obtention de la performance d un bâtiment et la réalisation des tâches en harmonie durant ce même chantier. REALISATION TDF conseil Page 12

13 5.5. ETRE CAPABLE D AUTONOMIE ET DE RESPONSABILISATION Ces précisions et qualités exigées demain pour l exécution des bâtiments seront en grande partie résolues par le traitement en amont des dossiers d études et d exécution. Mais il sera difficile dans ces conditions de prévoir tous les cas de figure, compte tenu de tous les éléments qui régissent normativement les métiers. Le personnel de chantier devra être doté de compétences lui permettant, soit de prendre les décisions qui s imposent, soit d en référer à l autorité compétente. Ceci aura pour effet de faire gagner en efficacité et en cohérence la réalisation des chantiers et à rendre plus motivantes les interventions de chacun CONTRIBUER AU TRANSFERT SU SAVOIR ET L AUGMENTATION DES COMPETENCES Le bâtiment se trouve à l heure actuelle confronté à une situation des plus atypiques. D une part, la structure la pyramide des âges lui fait perdre tout un personnel expérimenté donc son savoir faire. D autre part, il est confronté à l apparition de nouvelles techniques constructives et technologiques ainsi que de nouvelles structures de métiers. C est peut être parce que la situation est ainsi qu une mutation pourra s opérer avec des dégâts moindres. En décidant d adapter en entreprises les techniques aux recrutements qui vont s effectuer, nous n aurons régler qu une partie du problème. Les bâtiments historiques ou spéciaux mis a part, il faut tout de même garder dans la profession le savoir faire des anciens. Mais plus encore, il faudra que l entreprise ou l équipe de travail «joue collectif» en échangeant les savoirs et les expériences, de façon à rendre l ensemble de l équipe plus performante. Avec l aide des moyens que devra mettre en œuvre l entreprise sur le transfert des savoirs, c est une dynamique d action dont doit se saisir le personnel pour en garantir l efficacité. REALISATION TDF conseil Page 13

14 6. FICHES METIERS FICHE METIER AGENCEMENT LES EVOLUTIONS DU METIER Le métier d agenceur est celui qui est le plus proche actuellement des évolutions pressenties sur les autres corps d état, en particulier sur sa capacité à organiser dans un délai défini et très souvent court un ensemble de tâches complémentaires. Mais il est aussi touché par l obligation de prise en compte des normes et règlements impactant ses ouvrages (acoustique, thermique, accessibilité, incendie), ce qui conduit à une maîtrise de celles-ci, tant en bureau d études techniques que sur l application directe sur le terrain. Il en est de même sur les contraintes environnementales touchant le choix des matériaux (choix et provenance des bois et autres matériaux, traçabilité des produits etc..), ainsi que la gestion des chantiers (déchets, chantiers faible nuisances...), et tout particulièrement pour les chantiers de rénovation. Différentes formes d entreprises voient le jour dans le métier d agencement ; certaines optent fortement pour une activité à forte connotation industrielle, d autres au contraire font le choix de ne pas être équipés d atelier de production. Elles rejoignent en ce sens les optiques existantes dans les pays anglo-saxons de type contractants généraux. Si ces évolutions de structures ne sont pas légion à l heure actuelle, elles démontrent une orientation des métiers beaucoup plus recentrée sur la fonction que sur la maîtrise ancestrale de matériaux. Pour plusieurs raisons, la part des produits préfabriqués prendra une plus grande importance dans le futur : - Tout d abord, les normes et exigences sur les produits (marquages, certifications, labellisations) représenteront un coût supplémentaire non négligeable. - Par ailleurs, l obligation d avoir des prix de plus en plus compétitifs nécessitera une spécialisation accrue des activités de l entreprise. - La pénurie de main d œuvre et la mécanisation des ateliers de production conduisent à ce que des entreprises concentrent leur activité vers leur plus forte valeur ajoutée. REALISATION TDF conseil Page 14

15 Dans ces conditions, le poste achat devient un élément à part entière de l entreprise, voire même prépondérant car il doit accompagner au travers de ses actes, à la fois une politique économique (prix d achat), une politique environnementale (maitrise des produits etc. ) et une politique culturelle de l entreprise (type de relations avec les fournisseurs). Compte tenu de l éloignement des chantiers et des lieux de production du siège de l entreprise, une maîtrise parfaite des nouvelles techniques d information et de communication s avère nécessaire pour assurer des fonctions de (veilles technologiques, d accès à des documents, de traçabilité, de contrôle). Si ce métier est peut être en avance sur les autres dans sa maîtrise de l offre globale, il est malgré tout confronté à des choix de positionnement stratégiques non négligeables et dont l anticipation sera un gage certain de la pérennité des entreprises. IDENTIFICATION DES COMPETENCES A ACQUERIR MAÎTRISE DES NORMES POUR BUREAU D ETUDES ET ENCADREMENT (THERMIQUE, ACOUSTIQUE, INCENDIE, ACCESSIBILITE) Modules correspondant à l acquisition de compétences en thermique, acoustique, sécurité incendie, accessibilité, environnement, traités au travers des normes MAÎTRISE DES BONNES PRATIQUES EN FONCTION DES NORMES CONCERNEES Définition de bonnes pratiques professionnelles traitant par des exemples concrets les incidences normatives citées ci-dessus. Ces dispositions ont pour but de rendre, par une méthode pédagogique adaptée accessible au personnel d exécution, les normes et règles de l art. PROFESSIONNALISATION DU POSTE ACHATS Intégration des techniques d achat performantes appliquées aux spécificités du métier d agenceur. INTEGRATION DES CONTRAINTES ENVIRONNEMENTALES Assurer la maîtrise des contraintes environnementales sur deux axes : o Maîtrise des chantiers faible nuisance. (coordination, déchets, organisation, etc..) o Contraintes environnementales liées au choix des produits (approvisionnement bois, filière, traçabilité, etc..) CAPACITE DU CHOIX STRATEGIQUE DU SECTEUR D ACTIVITE Doter l entreprise des moyens d analyse et de décisions relatifs au positionnement stratégique de l entreprise. REALISATION TDF conseil Page 15

16 OBSERVATIONS : Concernant les acquisitions de compétences relatives aux normes et règlements, il faut distinguer deux catégories de personnel : le bureau d études ou de méthodes et le personnel d exécution de chantier. Pour les premiers, l acquisition des compétences normatives doit se faire sous forme de modules courts, relayés en cela par des supports techniques (multi media ou autre) permettant une consultation aisée et la possibilité de choisir en extérieur une formation spécifique de module, et d assurer en interne le maintien de ce savoir. Pour le personnel d exécution, il est capital de vulgariser au travers de bonnes pratiques la maîtrise de ces normes, ce mode d acquisition de compétences s exerçant plus particulièrement en situation de travail. Mais des modules comportementaux issus des contraintes environnementales viendront renforcer ces bonnes pratiques professionnelles. Le poste achats se dessine et des écoles forment aujourd hui des acheteurs ; un module spécialisé complémentaire à destination de l encadrement chargé d effectuer cette tâche et s intégrant dans le cadre de formation continue, s avère très utile. Concernant le choix stratégique du secteur d activités, il est difficile de parler de formation, et acquérir cette compétence ne pourra s envisager qu après la création d un module spécifique au chef d entreprise et commun à plusieurs corps d état. *** REALISATION TDF conseil Page 16

17 FICHE METIER CARRELAGE MOSAÏQUE LES EVOLUTIONS DU METIER Ce ne sera pas tant sur la technique que sur la fonction que se situeront les principales évolutions de ce métier. Techniquement, le transfert de la pose scellée vers la pose collée est déjà en route. Il offre l avantage essentiel de simplifier les interventions. Les produits évoluent en fonction des contraintes (accessibilité pour non voyants, adhérence, luminosité, etc..), mais leur mise en œuvre n est pas en soi une nouvelle compétence, d autant plus que la gestuelle est maîtrisée. L évolution de ce métier tient plus à la volonté qu auront les entreprises à ne plus subir en sinistralité des conséquences d actes antérieurs dont ils n ont pas la responsabilité. Toutes les contraintes normatives et réglementaires (accessibilité, sécurité des personnes) et les nouvelles techniques (planchers chauffants, intégration d éléments actifs dans les chapes, etc ) nécessitent que l entreprise de carrelage soit très bien informée de ce qu elle doit et peut faire. La sinistralité importante de corps d état réside souvent dans une mauvaise réalisation des étapes précédant le revêtement final. Ayant donc à supporter cette contrainte, on peut imaginer que dans ces conditions, l entreprise de carrelage se charge d une grande partie des phases préalables pour garantir au mieux les risques supportés par son activité finale. Si tel n est pas le cas, il lui faudra trouver le moyen, soit de contrôler, d informer ou de valider les étapes précédentes à son intervention. Tout ceci pose bien évidemment un problème majeur de coût et d organisation. Mais si les entreprises veulent sortir d une spirale où elles n ont que peu de moyens pour agir sur leur sinistralité et leur compétitivité, il leur faudra intégrer au plus près de l exécution des compétences permettant : Une exécution en cohérence avec les normes en vigueur. Un comportement relationnel entre le client l entreprise et les partenaires. La capacité de faire des choix de solutions dans le respect des normes. De savoir argumenter ces choix. REALISATION TDF conseil Page 17

18 De savoir gérer et proposer au mieux dans l intérêt du client et de l entreprise, des options techniques adaptées à la situation et aux normes exigées. Concernant le volume d activité, même si la préfabrication prendra dans les années futures une orientation majeure, la prestation revêtement sera très souvent traitée sur place. Ce métier devra donc fortement évoluer vers un niveau technique pour lequel le rôle de conseil joué par l entreprise devient prépondérant. IDENTIFICATION DES COMPETENCES A ACQUERIR MAITRISE DE L EXECUTION DANS LE RESPECT DES NORMES ET DES REGLES DE L ART. EFFECTUER DES CHOIX TECHNIQUES ADAPTES AUX SITUATIONS. SAVOIR NEGOCIER LA RELATION CLIENT ENTREPRISE PARTENAIRE SAVOIR FAIRE FACE A UN PROBLEME AU NIVEAU MEME DE L EXECUTION. FONCTION COMMERCIALE. OBSERVATIONS : L ensemble de ces fonctions contribuent à la performance de l entreprise, en développant : - Les capacités d autonomie du personnel d exécution. - L aptitude des bureaux d études à proposer des variantes. - Les capacités relationnelles des acteurs de l entreprise. Toutes ces compétences peuvent et doivent pour la plupart d entre elles être acquises en situation de travail, car nous voyons bien là l imbrication des phases et contraintes. Ceci suppose aussi un choix très précis et contraignant du formateur car, outre le savoir transmis, l attitude comportementale est essentielle. Sensibiliser les entreprises à cette action offensive est un autre sujet qui n a pas a être traité là, mais qui reste une garantie capitale afin que le volume des actions soient suffisantes et rentabilisent les actions promues. REALISATION TDF conseil Page 18

19 FICHE METIER CHARPENTE MENUISERIE PARQUETS EVOLUTION DES METIERS Il faut distinguer le métier de charpentier de celui de menuisier. Pour le charpentier, c est la mécanisation des systèmes de production qui sera l évolution la plus forte à venir. Son marché se positionne, soit au niveau d un travail traditionnel, soit par un très fort développement de l aspect industrialisé, ce qui aura pour effet de changer de façon importante son regard sur l approche des marchés. (Le cas spécifique de la maison à ossature bois sera traité dans une autre fiche). En effet, l industrialisation importante de ce secteur d activité conduira à ce que certains charpentiers ne possèdent plus d atelier de fabrication ou seulement de petite taille. Ils se tournent donc naturellement vers une fonction de poseurs installateurs, et suivant leur taille, ils sont situés en premier ou deuxième rang après le décisionnaire. Cette industrialisation conduit à obtenir une compétence accrue sur deux domaines : - Le bureau d études avec l intégration forte des systèmes informatiques de DAO et CAO. - La production avec l usage généralisé des machines à commandes numériques. Concernant le menuisier, il convient de distinguer deux domaines majeurs, la menuiserie intérieure, le petit agencement et la menuiserie extérieure. Dans tous les cas, les contraintes environnementales impactent ce métier. Le bois, très demandé aujourd hui est malgré tout soumis à des règles d approvisionnement et de traçabilité qui n iront pas en diminuant (intégration de la notion de développement durable) et comme tout corps d état, le comportement sur les chantiers faible nuisance est à prendre en compte. Les normes (thermiques, acoustiques, incendie et accessibilité) sont des compétences à maitriser à tous les niveaux, allant de la conception à l exécution, car les contrôles et les exigences de résultats vont peser lourdement sur les entreprises. Outre les normes, les compétences techniques se développent : Pour la menuiserie intérieure, maîtrise de l acoustique, performances et classements des ouvrages liés à l incendie, accessibilité, choix et usage des matériaux. Concernant la menuiserie extérieure : techniques et modes de pose en façade, performances thermiques de la paroi, savoir identifier la performance d une fenêtre, REALISATION TDF conseil Page 19

20 maîtrise des calculs RDM et thermique des façades (certaines entreprises répondant spécifiquement au traitement de la façade en intégrant d autres matériaux). Les ouvrages seront dans tous les cas de plus en plus élaborés en atelier ou provenant d industriels, ce qui conduit à renforcer la compétence de bureau d études et de méthodes, relevant au passage un déficit de formation actuel sur l étude de prix. Les secteurs d activité des entreprises se redéfinissent plus précisément, offrant à chacune des possibilités identifiées mais qui exigeront d elles une performance collective et une réadaptation de son personnel au travers du choix stratégique déterminé. Il faudra donc accompagner, par un mode de coaching adapté, la remotivation du personnel à ces objectifs, en agissant sur le maintien des savoir-faire et la dynamique d acquisition des nouvelles compétences. IDENTIFICATION DES COMPETENCES A ACQUERIR MAITRISE DES NORMES ET INTEGRATION DANS LES PROJETS BUREAU D ETUDES, THERMIQUE, ACOUSTIQUE, INCENDIE, ACCESSIBILITE MAITRISE DES BONNES PRATIQUES AU REGARD DES NORMES ET PAR FONCTION (MENUISERIES INTERIEURES, PORTES, PANNEAUX D HABILLAGE BOIS, ACCESSIBILITE ) MAITRISE DES ECHANGES THERMIQUES DES FACADES ET CALCULS DE RESISTANCE CONTRAINTES ENVIRONNEMENTALES LIEES AUX CHOIX DES MATERIAUX, GESTION DE LA TRACABILITE MODULES SPECIFIQUES, BUREAUX D ETUDES, PRODUCTION (CHARPENTE) FONCTION COMMERCIALE - Savoir vendre sa plus-value (rôle de conseil sur l usage des bois au regard des normes). - La gestion relationnelle du conflit. REALISATION TDF conseil Page 20

Serrurerie - Métallerie

Serrurerie - Métallerie FICHE MÉTIER Serrurerie - Métallerie LES EVOLUTIONS DU METIER Les architectes utilisent de plus en plus le métal comme élément d expression architecturale, tant en structure qu en décoration. Les ouvrages

Plus en détail

STRUCTURE ET PERSPECTIVES DES MARCHES DE LA METALLERIE SYNTHESE

STRUCTURE ET PERSPECTIVES DES MARCHES DE LA METALLERIE SYNTHESE Union des Métalliers 10, rue du Débarcadère 75017 Paris Tél. 01 40 55 13 00 Fax. 01 40 55 13 01 Union@metallerie.ffbatiment.fr STRUCTURE ET PERSPECTIVES DES MARCHES DE LA METALLERIE SYNTHESE NOVEMBRE 2012

Plus en détail

I LA PROFESSION. - Le nombre d entreprises de couverture est d environ 10 000, le nombre de salariés employés est d environ 30 000.

I LA PROFESSION. - Le nombre d entreprises de couverture est d environ 10 000, le nombre de salariés employés est d environ 30 000. Réferentiel des activités professionnelles INTRODUCTION I LA PROFESSION La couverture et les techniques du toit consistent à assurer l étanchéité des toitures (mettre hors d eau les différentes formes

Plus en détail

Mars 2011 LE BTP DANS LE SUD ALSACE EN 2010. Diagnostic sectoriel. Diagnostic. à l accès à l emploi

Mars 2011 LE BTP DANS LE SUD ALSACE EN 2010. Diagnostic sectoriel. Diagnostic. à l accès à l emploi Diagnostic Mars 2011 Diagnostic sectoriel LE BTP DANS LE SUD ALSACE EN 2010 RÉDUIRE les freins culturels et sociaux à l accès à l emploi ACCUEILLIR et accompagner des personnes à la recherche d un emploi

Plus en détail

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Accordons nos projets Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Les équipes de GrDF au service des bailleurs sociaux pour une rénovation durable de leur patrimoine

Plus en détail

Un mode opératoire unique : le 5D Process

Un mode opératoire unique : le 5D Process Un mode opératoire unique : le 5D Process Le groupe OSSABOIS s appuie depuis 28 ans sur un mode constructif basé sur la préfabrication des murs et des charpentes en atelier. Les murs sortent en effet de

Plus en détail

Les formations pour le bâtiment en Picardie

Les formations pour le bâtiment en Picardie 2nd semestre 2013 Les formations pour le bâtiment en Picardie ECONOMIE D ENERGIE NOUVELLES ENERGIES CONSTRUIRE DURABLEMENT DIRECTION D ENTREPRISE IFRB PICARDIE 33, Mail Albert 1er - CS 51 111-80011 AMIENS

Plus en détail

«RGE» travaux Liste des qualifications, certifications et parcours de formation par domaine de travaux. Date d édition : 1 septembre 2014

«RGE» travaux Liste des qualifications, certifications et parcours de formation par domaine de travaux. Date d édition : 1 septembre 2014 «RGE» travaux Liste des qualifications, certifications et parcours de formation par domaine de travaux Ce document présente : Date d édition : 1 septembre 2014 Les qualifications et certifications «RGE»

Plus en détail

Construisons en aluminium pour les générations futures

Construisons en aluminium pour les générations futures Construisons en aluminium pour les générations futures La Haute Qualité Environnementale avec l aluminium Les qualités de l aluminium (résistance, légèreté, malléabilité, recyclabilité ) répondent aux

Plus en détail

CHARPENTIER / CHARPENTIÈRE

CHARPENTIER / CHARPENTIÈRE CHARPENTIER / CHARPENTIÈRE de nouvelles exigences... Le respect de l'environnement est désormais au cœur de tous les métiers du bâtiment. Chaque professionnel-le doit maîtriser les nouvelles normes et

Plus en détail

«RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux. Date d édition : Janvier 2014

«RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux. Date d édition : Janvier 2014 «RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux Date d édition : Janvier 2014 Ce document présente la liste des qualifications et certifications«rge» classées par domaine

Plus en détail

L HABITAT. Technologie 5ème

L HABITAT. Technologie 5ème L HABITAT LES FONCTIONS CLORE: air, eau RESISTER: poids propre, charges d exploitation, charges climatiques (neige, vent) ISOLER: thermique, acoustique CHAUFFER l hiver RAFFRAICHIR l été PROCURER: hygiène,

Plus en détail

La qualité au service de. vos exigences

La qualité au service de. vos exigences La qualité au service de vos exigences Edito La qualité, la réactivité, l investissement humain dans chaque projet ont fait de ERI un acteur incontournable dans l acte de construire. ERI dispose, depuis

Plus en détail

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Tout coordonnateur SPS titulaire d une attestation de formation initiale. La réglementation : - les nouveaux

Plus en détail

3 0La maison BBC, une réalité

3 0La maison BBC, une réalité 3 0La maison BBC, une réalité Dès le 1 er janvier 2013, la maison BBC sera la maison de référence. Innover pour le plus grand nombre Pour tous les futurs propriétaires de maisons individuelles neuves,

Plus en détail

PLOMBIERS CHAUFFAGISTES ECO ARTISAN

PLOMBIERS CHAUFFAGISTES ECO ARTISAN PLOMBIERS CHAUFFAGISTES Le monde change, votre métier aussi. Aujourd hui vos clients n ont qu un mot à la bouche : ECONOMIES D ENERGIE. Écoutez-les! Pour la performance environnementale et économique de

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation G1 Recrutements des assistants de recherche et de formation...2 G1.1 Assistant gestion de données patrimoniales...2 G1.2 Assistant technique en génie climatique...2 G1.3 Assistant technique en électricité...2

Plus en détail

le 06 Octobre 2010 Opportunité Nouveau métier

le 06 Octobre 2010 Opportunité Nouveau métier Étanchéitéàl air le 06 Octobre 2010 Opportunité Nouveau métier Les rencontres du Groupe PROTEC - CONFERENCE Qui sommes nous? Bureau de mesure et contrôle de la perméabilité à l air Formations en Infiltrométrie

Plus en détail

Maison AA Natura DOSSIER. de PRESSE Un nouveau concept d habitat qui concilie qualité de vie et d usage avec écologie et accessibilité pour tous

Maison AA Natura DOSSIER. de PRESSE Un nouveau concept d habitat qui concilie qualité de vie et d usage avec écologie et accessibilité pour tous SEPTEMBRE 2011 DOSSIER de PRESSE Un nouveau concept d habitat qui concilie qualité de vie et d usage avec écologie et accessibilité pour tous Maison AA Natura Inscrite dans une démarche de développement

Plus en détail

nous voulons être une référence

nous voulons être une référence L e s e n s d e l o u v e r t u r e Plus qu un nom, nous voulons être 1971 Création à Cours la Ville d une entreprise spécialisée dans les huisseries métalliques par Paul Malerba et Jean-Jacques Dugelet.

Plus en détail

«RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux 16/01/2014

«RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux 16/01/2014 «RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux 16/01/2014 Ce document présente la liste des qualifications et certifications «RGE» classées par domaine de travaux liés

Plus en détail

Travaux d amélioration de la performance énergétique dans les bâtiments existants (2007-2009)

Travaux d amélioration de la performance énergétique dans les bâtiments existants (2007-2009) Travaux d amélioration de la performance énergétique dans les bâtiments existants (2007-2009) Marché de l entretien-amélioration des bâtiments en 2007 Commissariat général au développement durable - Service

Plus en détail

Consultation CQFD LOGEMENTS OPTIMISES : COUTS, QUALITE, FIABILITE, DELAIS. NOTE ENVIRONNEMENTALE ET TECHNIQUE

Consultation CQFD LOGEMENTS OPTIMISES : COUTS, QUALITE, FIABILITE, DELAIS. NOTE ENVIRONNEMENTALE ET TECHNIQUE NOTE ENVIRONNEMENTALE ET TECHNIQUE A- UNE CONCEPTION BIOCLIMATIQUE DU PROJET (Confort dans les espaces extérieurs et dans le bâtiment) Choix morphologique du bâtiment La conception du bâtiment de logements

Plus en détail

POLITIQUE IMMOBILIERE DE LA REGION CHAMPAGNE-ARDENNE PLAN PATRIMOINE ENERGIE ACCESSIBILITE PPEA

POLITIQUE IMMOBILIERE DE LA REGION CHAMPAGNE-ARDENNE PLAN PATRIMOINE ENERGIE ACCESSIBILITE PPEA 1 POLITIQUE IMMOBILIERE DE LA REGION CHAMPAGNE-ARDENNE PLAN PATRIMOINE ENERGIE ACCESSIBILITE PPEA SOMMAIRE 1. OBJECTIFS ET ENJEUX 2. METHODOLOGIE 3. AUDIT ENERGETIQUE ET GROS ENTRETIEN 4. STRATEGIE ENERGETIQUE

Plus en détail

«Photographie statistique» des entreprises parisiennes engagées dans le secteur de la construction en 2008 et 2009

«Photographie statistique» des entreprises parisiennes engagées dans le secteur de la construction en 2008 et 2009 «Photographie statistique» des entreprises parisiennes engagées dans le secteur de la construction en 2008 et 2009 Septembre 2009 Introduction Le Greffe du tribunal de commerce de Paris a réalisé à la

Plus en détail

ASSURE 1- NATURE DE L ENTREPRISE : EURL SARL SA ETS ENTREPRISE MR AUTRE NOM DE L ENTREPRISE : NOM ET PRENOM DU GERANT :

ASSURE 1- NATURE DE L ENTREPRISE : EURL SARL SA ETS ENTREPRISE MR AUTRE NOM DE L ENTREPRISE : NOM ET PRENOM DU GERANT : Proposition d Assurance Responsabilité Civile et décennale des Entreprises de Construction A retourner par Fax au 04 37 24 52 79 ou par mail à narjisse.boughanemi@entrepreneursdelacite.org Tél : 04 37

Plus en détail

Etude du marché de la fenêtre en France

Etude du marché de la fenêtre en France Etude du marché de la fenêtre en France Les études Les chiffres clés du marché» - Edition : Décembre 2014 - Un marché tendu Malgré des incitations gouvernementales en faveur des travaux de rénovation énergétique,

Plus en détail

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building Bruxelles - 13 avril 2011 David JUIN Chef de projet réglementation thermique Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement

Plus en détail

Bâtiment et développement durable

Bâtiment et développement durable Bâtiment MAÇON MAÇON Le maçon construit le gros œuvre des bâtiments. Il met en place les fondations puis monte les structures porteuses : murs, poutrelles et planchers. Métier Le maçon réalise des travaux

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

Expériences en cas de grands projets dans le domaine de la construction bois

Expériences en cas de grands projets dans le domaine de la construction bois Expériences en cas de grands projets dans le domaine de la construction bois Bref rapport de la Haute école spécialisée bernoise, Institut de la construction bois, des structures et de l architecture Projet

Plus en détail

Construire sa maison bois en toute sécurité

Construire sa maison bois en toute sécurité Construire sa maison bois en toute sécurité Faire le choix d une maison bois, c est opter pour une maison performante, confortable et pérenne. C est également faire un geste pour l environnement, en utilisant

Plus en détail

La maison gaz naturel basse consommation

La maison gaz naturel basse consommation La maison gaz naturel basse consommation Construction individuelle neuve Pourquoi opter pour une maison basse consommation au gaz naturel? Vous êtes au cœur d un projet important : la construction d une

Plus en détail

UNE ÉQUIPE D ARTISANS LOCAUX & EXPÉRIMENTÉS CONSTRUCTION & EXTENSION RÉNOVATION & AMÉNAGEMENT CONSEIL

UNE ÉQUIPE D ARTISANS LOCAUX & EXPÉRIMENTÉS CONSTRUCTION & EXTENSION RÉNOVATION & AMÉNAGEMENT CONSEIL UNE ÉQUIPE D ARTISANS LOCAUX & EXPÉRIMENTÉS CONSTRUCTION & EXTENSION RÉNOVATION & AMÉNAGEMENT CONSEIL UNE EXTENSION UNE RÉNOVATION UNE CONSTRUCTION? MAISON COMTEMPORAINE MAISON TRADITIONNELLE Qu il s agisse

Plus en détail

CONSTRUCTEUR DEPUIS 1973

CONSTRUCTEUR DEPUIS 1973 CONSTRUCTEUR DEPUIS 1973 Construire le meilleur, C est avant tout une histoire d hommes Depuis 1973, nous, Maisons Levoye sommes spécialistes de la construction individuelle de standing et de l extension

Plus en détail

Ecole Montessori d Avignon, (84)

Ecole Montessori d Avignon, (84) Commission d évaluation : Réalisation/Fonctionnement du 14 octobre 2014 V1 Ecole Montessori d Avignon, (84) 1 Ce projet contraint par l aspect économique (financement du projet par l association) permet

Plus en détail

CQP Installateur de panneaux solaires thermiques et photovoltaïques en couverture Étude d opportunité

CQP Installateur de panneaux solaires thermiques et photovoltaïques en couverture Étude d opportunité CQP GROUPE OPCA GFC AREF BTP CQP Installateur de panneaux solaires thermiques et photovoltaïques en couverture Étude d opportunité En matière d équipement concernant l énergie solaire photovoltaïque et

Plus en détail

FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE

FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE REGLEMENT D APPEL A PROJETS - 1 ère EDITION 2013 - «AMELIORATION DE LA PERFORMANCE ENERGETIQUE DU PATRIMOINE BATI» OUVERTURE DE L APPEL A PROJETS : 1 er juillet 2013

Plus en détail

PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE

PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE École nationale supérieure d architecture Montpellier PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE

Plus en détail

Direction de la Communication - Hôtel de Ville de Cholet - Photos : Shutterstock - Phovoir- janvier 2010. C est quoi la HQE et le BBC?

Direction de la Communication - Hôtel de Ville de Cholet - Photos : Shutterstock - Phovoir- janvier 2010. C est quoi la HQE et le BBC? Direction de la Communication - Hôtel de Ville de Cholet - Photos : Shutterstock - Phovoir- janvier 2010 C est quoi la HQE et le BBC? VILLE DE CHOLET Eco construction 1- Relation du bâtiment avec son environnement

Plus en détail

DOSSIER THÉMATIQUE LE COÛT GLOBAL DANS LA CONSTRUCTION. octobre 2013

DOSSIER THÉMATIQUE LE COÛT GLOBAL DANS LA CONSTRUCTION. octobre 2013 DOSSIER THÉMATIQUE crédit photo : Prod. Numérik - Fotolia octobre 2013 LE COÛT GLOBAL DANS LA CONSTRUCTION Pour un investissement à longue durée de vie comme un bâtiment, l approche en coût global est

Plus en détail

Chantier I.F.P.E.C. / Lille. Trophées de la Construction Bois 2009 CNDB Nord BAT Région Nord Pas de calais Picardie U.E.F.E.D.R.

Chantier I.F.P.E.C. / Lille. Trophées de la Construction Bois 2009 CNDB Nord BAT Région Nord Pas de calais Picardie U.E.F.E.D.R. Chantier I.F.P.E.C. / Lille Trophées de la Construction Bois 2009 CNDB Nord BAT Région Nord Pas de calais Picardie U.E.F.E.D.R. Présentation du Projet Extension d un bâtiment tertiaire existant sur 4 niveaux

Plus en détail

Diagnostic thermique sur une amiénoise

Diagnostic thermique sur une amiénoise Diagnostic thermique sur une amiénoise Par Jordi Hubert Ingénieur thermicien Bureau d études Pic Energie SCOP Ekidina Note synthétique Isolation des murs : Laine de bois à privilégier Il s avère que lors

Plus en détail

CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE ET EAU CHAUDE SANITAIRE

CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE ET EAU CHAUDE SANITAIRE CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE ET EAU CHAUDE SANITAIRE Chauffage électrique et eau chaude sanitaire Sommaire Chauffage électrique VOUS SOUHAITEZ VENDRE LA SOLUTION ADAPTÉE Valoriser les radiateurs intelligents et

Plus en détail

Consulting SEO Mis à jour en juin 2012 ETUDE MOTS CLES CEQUAMI

Consulting SEO Mis à jour en juin 2012 ETUDE MOTS CLES CEQUAMI Consulting SEO Mis à jour en juin 2012 ETUDE MOTS CLES CEQUAMI Sommaire 1. ANALYSE DES RECHERCHES... 2 2. RECOMMANDATIONS...11 2.1. ELEMENTS DETERMINANTS...11 2.2. SELECTION DE MOTS CLES...11 Page 2 sur

Plus en détail

Fiches Techniques Bâtiment

Fiches Techniques Bâtiment Fiches Techniques Bâtiment Bâti Comment faire des économies? Aide Les déperditions par le bâti comptent jusqu à 50% de la consommation énergétique des bâtiments. La performance énergétique est donc une

Plus en détail

CONTEXTE ACTUEL: EVOLUTION VERS PLUS D IMPLICATION DES DIFFERENTS ACTEURS DANS LE PROJET

CONTEXTE ACTUEL: EVOLUTION VERS PLUS D IMPLICATION DES DIFFERENTS ACTEURS DANS LE PROJET 1 Construire en équipe: qualité, efficacité, rapidité! Bruxelles Environnement CONTEXTE ACTUEL: EVOLUTION VERS PLUS D IMPLICATION DES DIFFERENTS ACTEURS DANS LE PROJET Liesbet TEMMERMAN Facilitateur Bâtiment

Plus en détail

La Synergie Lavogez Filière courte : de l arbre à l établi

La Synergie Lavogez Filière courte : de l arbre à l établi La Synergie Lavogez Filière courte : de l arbre à l établi Une démarche de développement durable Coupe en forêts locales Charpentiers du Conception en bureau d études chez CSB Assemblage et taille en atelier

Plus en détail

Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton

Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton 1 Maison BBC en béton : 2 grands principes, 5 règles d or Une conception pensée en amont Une conception «bioclimatique»

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2014

DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2014 DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2014 Le point sur la filière énergies renouvelables : Mention RGE, aides, formation, qualification, audits Pleine application de l éco-conditionnalité des aides au 1 er janvier

Plus en détail

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants PARCOURS COMPLET DE PROFESSIONNALISATION Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants proposer un ensemble de prestations liées à l amélioration de la performance thermique

Plus en détail

BLEU CIEL D EDF, L EXPERTISE D EDF AU SERVICE DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE

BLEU CIEL D EDF, L EXPERTISE D EDF AU SERVICE DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE 26 FEVRIER 2013 BLEU CIEL D EDF, L EXPERTISE D EDF AU SERVICE DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE Contact presse : Colette Génin Tél : 01 44 82 48 84 e-mail : edf-presse@consultants.publicis.fr www.edf.fr EDF SA au

Plus en détail

Concevoir et réaliser des systèmes constructifs ossature bois

Concevoir et réaliser des systèmes constructifs ossature bois Concevoir et réaliser des systèmes constructifs ossature bois Cette vous permettra d appréhender les principes fondamentaux du système constructif ossature bois selon les normes et DTU en vigueur. Elle

Plus en détail

CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE ET EAU CHAUDE SANITAIRE

CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE ET EAU CHAUDE SANITAIRE CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE ET EAU CHAUDE SANITAIRE CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE ET EAU CHAUDE SANITAIRE Sommaire CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE VOUS SOUHAITEZ VENDRE LA SOLUTION ADAPTÉE Sélectionner et argumenter pour réussir

Plus en détail

Questionnaire. Date d effet souhaitée : Nom de l entreprise à assurer : Nom et prénom du gérant : Adresse de l entreprise : Tél.

Questionnaire. Date d effet souhaitée : Nom de l entreprise à assurer : Nom et prénom du gérant : Adresse de l entreprise : Tél. Questionnaire Questionnaire RC & DECENNALE Merci de bien vouloir nous retourner le questionnaire dûment complété et signé par: mail : contact@assurei.fr fax : 05.35.54.12.03 ou par courrier. Date d effet

Plus en détail

ARRA HLM Réseau des acteurs de la ville

ARRA HLM Réseau des acteurs de la ville ARRA HLM Réseau des acteurs de la ville «Des coûts de production du logement social en Rhône-Alpes aux enjeux partagés par les partenaires pour produire plus, mieux et abordable» Vendredi 26 juin 2009

Plus en détail

APPEL à MANIFESTATIONS D INTERET (AMI) INVESTISSEMENTS D AVENIR EDITION 2010

APPEL à MANIFESTATIONS D INTERET (AMI) INVESTISSEMENTS D AVENIR EDITION 2010 Direction des Investissements d Avenir Direction Villes et Territoires Durables Service Bâtiment Direction Recherche et Prospective Service Recherche et Technologies avancées APPEL à MANIFESTATIONS D INTERET

Plus en détail

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Etanchéité à l air dans la construction bois Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Pourquoi des bâtiments étanches à l air? Ne pas confondre : étanchéité à l air et confinement Une bonne étanchéité à l air

Plus en détail

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES?

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DOSSIER N 5 MARS 2013 DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFERENCES? POURQUOI RÉALISER UN DPE? Qui réalise un DPE? Le Diagnostic de Performance Energétique

Plus en détail

Bâtiments bois à basse consommation d énergie. L étanchéité à l air. Auvergne Promobois Jean-Pierre Mathé chargé de mission construction bois

Bâtiments bois à basse consommation d énergie. L étanchéité à l air. Auvergne Promobois Jean-Pierre Mathé chargé de mission construction bois Auvergne Promobois Jean-Pierre Mathé chargé de mission construction bois Objectifs Performance thermique Pérennité du bâtiment Performance acoustique Protection incendie Santé Confort d été Confort ressenti

Plus en détail

en rénovation habitat Qualifications et certifications RGE Comprendre

en rénovation habitat Qualifications et certifications RGE Comprendre Qualifications et certifications RGE en rénovation Les qualifications et certifications RGE éligibles pour vos travaux de rénovation énergétique en métropole Le recours a un professionnel RGE est obligatoire

Plus en détail

Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges

Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges SA LE TOIT VOSGIEN BP 31 88100 SAINT-DIE-DES-VOSGES / F. LAUSECKER ARCHITECTE /

Plus en détail

N O R D - P A S D E C A L A I S

N O R D - P A S D E C A L A I S NORD-PAS DE CALAIS NORD-PAS DE CALAIS Ensemble pour une éco-rénovation responsable de notre habitat Avant-propos Dans une région où le poids du parc de logements anciens publics et privés prédomine, l

Plus en détail

Le Défi lancé par la Région Poitou-Charentes pour une «maison témoin à très basse consommation d'énergie à moins de 80.000»

Le Défi lancé par la Région Poitou-Charentes pour une «maison témoin à très basse consommation d'énergie à moins de 80.000» ANNEXE Le Défi lancé par la Région Poitou-Charentes pour une «maison témoin à très basse consommation d'énergie à moins de 80.000» Dans un contexte de vie plus chère et de régression du pouvoir d'achat

Plus en détail

De La Terre Au Soleil

De La Terre Au Soleil De La Terre Au Soleil Atelier d Architecture S. Anwoir Architecte Les motivations Respect environnemental et investissement à long terme: Participation au développement durable (protéger notre environnement,

Plus en détail

La Règue Verte 54 logements THPE à structure béton et enveloppe à ossature bois

La Règue Verte 54 logements THPE à structure béton et enveloppe à ossature bois Forum Bois Construction Beaune 2011 La Règue verte - 54 logements THPE à structure béton et enveloppe à ossature bois B. Dayraut 1 La Règue Verte 54 logements THPE à structure béton et enveloppe à ossature

Plus en détail

Toitures et charpentes

Toitures et charpentes Toitures et charpentes 1/7 Toiture-terrasse Domaine d application Cette fiche vise à établir les principales interfaces au niveau des toitures-terrasses, accessibles ou non. Les ouvrages considérés sont

Plus en détail

habitat RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Comprendre

habitat RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Comprendre Comprendre RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Mise à jour le 1 er août 2015 Près de 40 000 professionnels qualifiés RGE en métropole Les propriétaires, locataires,

Plus en détail

Formations FEEBAT. Analyse des formations en Midi-Pyrénées C R C MIDI PYRÉNÉES

Formations FEEBAT. Analyse des formations en Midi-Pyrénées C R C MIDI PYRÉNÉES Formations FEEBAT Analyse des formations en Midi-Pyrénées C R C MIDI PYRÉNÉES Présentation du dispositif Qu est ce que le dispositif FEEBAT? La Formation aux Economies d Energie dans le Bâtiment a été

Plus en détail

QUESTIONNAIRE ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE DECENNALE

QUESTIONNAIRE ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE DECENNALE QUESTIONNAIRE ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE DECENNALE Raison sociale : Représentant légal : Adresse : Code postal : Commune : Téléphone : Fax : Email : @ Site Web : www. Code NAF : N Siret : Date de

Plus en détail

Les avis de la Chambre des Métiers. Institution de cahiers spéciaux. des charges standardisés en matière de marchés publics

Les avis de la Chambre des Métiers. Institution de cahiers spéciaux. des charges standardisés en matière de marchés publics Les avis de la Chambre des Métiers Institution de cahiers spéciaux des charges standardisés en matière de marchés publics CdM/04/02/2013 12-106 Amendements au projet de règlement grand-ducal portant institution

Plus en détail

Rénovation à très haute performance énergétique (Minergie-P )

Rénovation à très haute performance énergétique (Minergie-P ) Rénovation à très haute performance énergétique (Minergie-P ) de Treize immeubles d habitation Pour la Société Coopérative d Habitation 10.03.2014 1. INTRODUCTION 1.1Présentation de la société candidate

Plus en détail

LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1. Construire vert ne devrait pas être un casse-tête

LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1. Construire vert ne devrait pas être un casse-tête LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1 Construire vert ne devrait pas être un casse-tête LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 2 6/4/08 11:53 AM Page 2 LOG 8869 Residential

Plus en détail

Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension

Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension Université ParisDauphine Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension L Observatoire des Métiers de la Publicité a confié à Luc Boyer et Aline Scouarnec, dans le cadre d une étude prospective,

Plus en détail

La place des vitrages dans la démarche de qualité environnementale

La place des vitrages dans la démarche de qualité environnementale La place des vitrages dans la démarche de qualité environnementale Des créations architecturales sans oublier les performances Contexte Un produit verrier impacte de différentes façons le bilan environnemental

Plus en détail

Un état de la construction en paille en France

Un état de la construction en paille en France I.A Un état de la construction en paille en France Les données présentées ici sont issues d une enquête réalisée par Mima Galès au sein de l association bretonne «Empreinte» http://www.habitat-ecologique.org/

Plus en détail

Bureaux Surface nette : 1850 m²

Bureaux Surface nette : 1850 m² - Concours restreint, 3 participants - Rénovation de bureaux - Début 2007 - Maître de l Ouvrage: CREDIBE - Logement - Démarche environnementale Bureaux Surface nette : 1850 m² Concept architectural Fonction

Plus en détail

Les Villas Sérès La Chapelle d Armentières/ 59. Maison ossature bois. Et si vous découvriez ses avantages

Les Villas Sérès La Chapelle d Armentières/ 59. Maison ossature bois. Et si vous découvriez ses avantages La Chapelle d Armentières/ 59 Maison ossature bois Et si vous découvriez ses avantages? Un confort de vie contemporain à 15 minutes de Lille Avec leurs bardages en bois, les Villas Sérès proposent une

Plus en détail

Questionnaire auto-entrepreneur Assuré

Questionnaire auto-entrepreneur Assuré 1. Nom de à assurer : Questionnaire auto-entrepreneur Assuré Nom, prénom du gérant : 2. Adresse de : Voie : Code Postal : Commune : Tél. : Fax : E-mail : 3. Date de création : 4. Numéro de SIREN : ou création

Plus en détail

D 4.5 : MONITORING AND EVALUATION REPORT FOR MOUNTEE PILOTS

D 4.5 : MONITORING AND EVALUATION REPORT FOR MOUNTEE PILOTS mountee: Energy efficient and sustainable building in European municipalities in mountain regions IEE/11/007/SI2.615937 D 4.5 : MONITORING AND EVALUATION REPORT FOR MOUNTEE PILOTS Nom du projet-pilote

Plus en détail

Performance énergétique et environnementale un engagement à vos côtés

Performance énergétique et environnementale un engagement à vos côtés Performance énergétique et environnementale un engagement à vos côtés L Ef f icacité Énergétique et Environnementale en action sommaire Pages 4-5 Vos enjeux Pages 6-7 Une offre globale Pages 8-9 Notre

Plus en détail

L ISOLATION EN POLYSTYRÈNE EXPANSÉ DANS LE BÂTIMENT UNE FILIÈRE ACTIVE POUR UNE ISOLATION DURABLE

L ISOLATION EN POLYSTYRÈNE EXPANSÉ DANS LE BÂTIMENT UNE FILIÈRE ACTIVE POUR UNE ISOLATION DURABLE L ISOLATION EN POLYSTYRÈNE EXPANSÉ DANS LE BÂTIMENT UNE FILIÈRE ACTIVE POUR UNE ISOLATION DURABLE Association française de l isolation en polystyrène expansé dans le bâtiment dossier de presse - 2014 L

Plus en détail

Pourquoi l étanchéité à l air dans les bâtiments

Pourquoi l étanchéité à l air dans les bâtiments Source Cab JL2C Source Cab JL2C Source Cab JL2C Source Cab JL2C Source Cab JL2C Pourquoi l étanchéité à l air dans les bâtiments Jean-Louis CAPOU Président de Syneole 93 Rue Jean Jaurès 33500 Libourne

Plus en détail

Mégaplac 25. Répondre à la sécurité incendie? La nouvelle solution pour bâtiments de stockage

Mégaplac 25. Répondre à la sécurité incendie? La nouvelle solution pour bâtiments de stockage Janv. 2007 code : F 3943 Répondre à la sécurité incendie? RÉPOND AUX EXIGENCES DE L ARRÊTÉ 1510 Mégaplac 25 La nouvelle solution pour bâtiments de stockage Solution Placoplatre pour murs extérieurs et

Plus en détail

Choisir un professionnel compétent

Choisir un professionnel compétent L habitat Choisir un professionnel compétent COMPRENDRE Pour des bâtiments économes en énergie Édition : février 2015 sommaire glossaire introduction Faites appel à des professionnels compétents... 3 Des

Plus en détail

Localisation : Mont de Type de bâtiment Bureaux Marsan rue Martin Luther King. Zone Site Bosquet Maître d'œuvre Marc Ballay

Localisation : Mont de Type de bâtiment Bureaux Marsan rue Martin Luther King. Zone Site Bosquet Maître d'œuvre Marc Ballay La maîtrise d ouvrage a souhaité ancrer le projet dans une démarche «d exemplarité reproductible» en termes de construction durable. En ce sens, la démarche de conduite de projet et les solutions retenues

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

habitat RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Comprendre

habitat RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Comprendre Comprendre RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Mise à jour le 15 juin 2015 Près de 40 000 professionnels qualifiés RGE en métropole Les propriétaires, locataires,

Plus en détail

ENCOURAGER L EFFICACITE ENERGETIQUE DANS LE BATIMENT

ENCOURAGER L EFFICACITE ENERGETIQUE DANS LE BATIMENT ENCOURAGER L EFFICACITE ENERGETIQUE DANS LE BATIMENT Le secteur du bâtiment représente à lui seul 44 % de la consommation d énergie finale totale de la France (chiffres 2009). La question de l efficacité

Plus en détail

RT 2012. Bien comprendre pour mieux s y préparer

RT 2012. Bien comprendre pour mieux s y préparer RT 2012 Bien comprendre pour mieux s y préparer RT2012 Préambule La Réglementation Thermique 2012 (RT 2012) vise, comme les précédentes RT, à limiter les consommations énergétiques des bâtiments neufs

Plus en détail

Comment rénover efficacement son parc immobilier?

Comment rénover efficacement son parc immobilier? Comment rénover efficacement son parc immobilier? Quel est l état énergétique de mon parc immobilier? Quels indicateurs actuels et futurs à prendre en compte? Quels objectifs de performance viser et à

Plus en détail

étudié pour les étudiants!

étudié pour les étudiants! étudié pour les étudiants! Réussir, c est une question de volonté, c est aussi être accompagné. Un concept étudié pour les étudiants On ne réussit jamais par hasard. Qu il s agisse de ses études ou de

Plus en détail

TVA à 5.5% : PRÉCISIONS

TVA à 5.5% : PRÉCISIONS TVA à 5.5% : PRÉCISIONS L Administration vient de commenter l article 9 de la loi de finances pour 2014 qui abaisse le taux de TVA à 5,5 % pour les travaux d amélioration de la qualité énergétique portant

Plus en détail

Synthèse - Étude de satisfaction Label Promotelec Performance niveau BBC-Effinergie

Synthèse - Étude de satisfaction Label Promotelec Performance niveau BBC-Effinergie Synthèse - Étude de satisfaction Label Promotelec Performance niveau BBC-Effinergie Étude de satisfaction Label Promotelec Performance niveau BBC-Effinergie Des clients très majoritairement propriétaires

Plus en détail

QUESTIONNAIRE ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE DECENNALE DES ENTREPRISES DE CONSTRUCTION

QUESTIONNAIRE ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE DECENNALE DES ENTREPRISES DE CONSTRUCTION Coordonnées du courtier 360 Courtage Nom :.. Adresse :.. CP :..Ville :.. N tel :... E-mail :.. N ORIAS :. QUESTIONNAIRE ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE DECENNALE DES ENTREPRISES DE CONSTRUCTION Date d

Plus en détail

PLACER LES ÉNERGIES RENOUVELABLES AU CŒUR DU BÂTIMENT ET COMBATTRE LA PRÉCARITE ÉNERGÉTIQUE

PLACER LES ÉNERGIES RENOUVELABLES AU CŒUR DU BÂTIMENT ET COMBATTRE LA PRÉCARITE ÉNERGÉTIQUE PLACER LES ÉNERGIES RENOUVELABLES AU CŒUR DU BÂTIMENT ET COMBATTRE LA PRÉCARITE ÉNERGÉTIQUE Contribution du SER au Plan de performance énergétique des logements 2 ( ) «La rénovation thermique des logements

Plus en détail

LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014

LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE Réunion du 28 mars 2014 SOMMAIRE PARTIE 1 : Le Cadre de travail Pourquoi réaliser un Projet d Etablissement? Qu est-ce qu un Projet d Etablissement? Un

Plus en détail

Questionnaire Assurance Responsabilité Civile Professionnelle des entreprises de construction

Questionnaire Assurance Responsabilité Civile Professionnelle des entreprises de construction Questionnaire Assurance Responsabilité Civile Professionnelle des entreprises de construction 1 INFORMATIONS GENERALES Effectuez-vous l une des activités suivantes? Désamiantage Travaux spéciaux Pisciniste

Plus en détail