Agence Marocaine de Développement des Investissements

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Agence Marocaine de Développement des Investissements"

Transcription

1 Agence Marocaine de Développement des Investissements La mission de contrôle de la gestion de l Agence Marocaine de Développement des Investissements (AMDI) a porté essentiellement sur le cœur du métier de l Agence, à savoir la promotion de " l offre Maroc ", la communication ainsi que le démarchage commercial. Au regard du cadre juridique de l Agence, le diagnostic a également concerné son articulation avec les différentes composantes de l environnement institutionnel régissant l investissement. De même, la contribution de la gouvernance et de la fonction support à la réalisation de la mission principale a été examinée. I. Observations et recommandations de la Cour des comptes A. Constats majeurs par rapport au Pacte National pour l Emergence Industrielle Il a été constaté que la gestion de l Agence n est pas clairement appréhendée par rapport aux agrégats du Pacte National pour l Emergence Industrielle (PNEI) bien qu elle en soit l émanation. Raison pour laquelle un diagnostic de fond a été engagé au sujet de l environnement institutionnel régissant l investissement au même titre que le cadre statutaire de l Agence. Ainsi, les essais d identification de l impact direct des actions menées par l Agence se sont heurtés à la non programmation par le conseil d administration d un point spécifique liant les indicateurs de gestion aux objectifs du PNEI. A cet égard, à l occasion des assises nationales de l industrie, le rôle de l AMDI en tant qu instrument du pacte ne ressort pas clairement par rapport aux résultats des Investissements Directs Etrangers (IDE) et des rencontres organisées (B2B). A ce sujet, il est à rappeler que l Agence est membre d un des organes de gouvernance prévus par le pacte et qui n est pas opérationnel, à savoir le comité de pilotage pour la partie relative aux Métiers Mondiaux du Maroc et les IDE. En se basant sur l indicateur clé " flux nets d IDE ", les années 2012 et 2013 ont continué sur le trend haussier de 2011 : +22% en 2012 par rapport à 2011 et +28% à fin juin 2013 par rapport au même mois de Quant à l évolution de la Formation Brute du Capital Fixe (FBCF), elle a connu une dynamique soutenue entre 2006 et 2012 en dépit de la mauvaise performance enregistrée en La contribution des IDE dans cet investissement global est de 13,6% entre 2006 et 2012 et la contribution annuelle moyenne est de 4,2%. Il convient de mentionner que l industrie occupe la première position sur la liste des IDE avec 26% du total en 2012 et, par activité, l industrie manufacturière devance l activité immobilière avec une hausse de 36% par rapport à La part industrielle des IDE est passée de 2,7 MMDH en 2009 à près de 12 MMDH pour le 1er semestre 2013, soit de 11% à 52%. Les emplois dans les métiers mondiaux du Maroc (MMM) sont passés de en 2009 à en 2012, soit une création nette de emplois. Quant aux exportations, elles sont passées pour cinq secteurs (l automobile, l aéronautique, l électronique, l offshoring et le textile) de 53,1 MM DH en 2009 à 76,9 MM DH en 2012, avec une forte augmentation pour l automobile de 109% (25,1 MMDH en 2012 contre 12 MMDH). B. Environnement institutionnel et cadre juridique 1. Environnement institutionnel Jusqu à une date récente, le positionnement institutionnel de l'autorité chargée de l'investissement n était pas précisé. Si cette question a été résolue depuis la nomination du nouveau gouvernement, le conflit d attributions en matière d'investissement demeure entre le ministère des Affaires Générales et de la Gouvernance et le Ministère de l Industrie, du Commerce, de 1

2 l investissement et de l Economie Numérique. De même, des chevauchements d attributions ont été relevés entre la commission chargée du suivi des projets d investissement créée en mai 2013 et pilotée par le Ministre de l Economie et des Finances et un comité similaire mis en place avant cette commission appelé " comité after care " piloté par l AMDI. Il convient également de signaler que les conditions dans lesquelles l Agence a été créée ne concourent pas à la clarification de son champ d action. L Agence est l émanation directe du pacte national pour l émergence industrielle (PNEI), à obédience sectorielle, bâtie toutefois sur l ex-direction des Investissements qui a toujours eu une mission transverse. En outre et par rapport aux prévisions du PNEI, ce champ d action a été étendu à d autres secteurs ne faisant pas partie des métiers mondiaux du Maroc (pharmacie, chimie ). Les activités de l Agence sont placées dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie nationale en matière d investissement. A ce titre, elle est chargée de proposer au gouvernement le plan de développement des investissements à caractère sectoriel (industries, commerce et nouvelles technologies). Enfin, l AMDI est chargée du secrétariat de la commission des investissements traitant des investissements toutes catégories confondues. 2. Cadre juridique La loi n portant création de l Agence n a pas été modifiée pour tenir compte des changements de ses missions et attributions, d abord après transfert de la mission liée au développement des zones d activités au MICNT et ensuite après la désignation de l Agence comme "point de contact national" de l OCDE sur le degré de respect par les sociétés multinationales des principes directeurs de l investissement. A ce niveau, il serait difficile de soutenir durablement le rôle de juge et partie. C. Processus décisionnel et marketing stratégique 1. Processus décisionnel L Agence tarde à se positionner valablement en tant que plateforme de coordination entre les diverses institutions intervenant dans le processus d investissement. Elle reste handicapée par la maîtrise partielle d une partie du processus décisionnel devant aboutir à la concrétisation des projets d investissement. L Agence traite des dossiers transverses sans pouvoir décisionnel correspondant. Elle participe à des événements ou les organise bien qu ils ne figurent pas sur son plan d action et ses propositions demeure non contraignantes. Par ailleurs, la vacance du poste de Directeur Général de février 2012 jusqu à septembre 2013 a retardé la prise de décisions concernant certains actes de gestion stratégiques qui ne pouvaient être pris par le directeur par intérim. Elle a également freiné le développement du rôle de l Agence en tant que force de propositions. 2. Marketing stratégique Au regard du positionnement de cette fonction au sein de sa chaine de valeur, l Agence est appelée à alimenter toutes les actions menées aussi bien lors des campagnes de promotion que lors des actions de démarchage et procéder à l évaluation ex post. Les points sensibles identifiés concernent la définition et le profilage, les besoins spécifiques à chaque catégorie d investisseur et l impact recherché par type d IDE. Les outils de travail des équipes engagées dans la promotion et le démarchage ne sont pas organisés en fonction de la catégorie d investisseurs cibles d un côté, ceux qui visent le marché intérieur et, de l autre, les investisseurs relevant de la logique "exporter depuis le Hub Maroc " nécessitant un financement local. Le benchmark laisse apparaître que le panorama des investisseurs potentiels est très diversifié. Il comprend des fonds souverains, des fonds d investissement (holdings), des groupes industriels et de services, des gestionnaires de fortunes, des PME de taille variable et des fonds spéculatifs. De 2

3 même, l origine des projets impliquant directement l AMDI est large et hétérogène en termes d approches d investissement (investissement direct, investissement financier indirect, fonds d investissement, partenariats...). Les outils mis en place par l Agence pour la vérification de la pertinence des choix sectoriels ne comprennent pas la veille positive et le référentiel des effets, qui renseignent sur l effectivité de l attractivité de l offre Maroc et l effet de levier pour l action de l État. D. Promotion et démarchage commercial 1. La promotion L'activité de promotion menée par l'amdi se matérialise essentiellement par l organisation et la participation à des événements nationaux et internationaux ainsi que par le lancement de campagnes de communication La mise en œuvre La stratégie se focalise essentiellement sur le niveau international, comme en témoignent l effort budgétaire consenti et l absence de stratégies spécifiques d une part, pour les Grands Comptes dont le témoignage est décisif pour l image de marque du Maroc ; et, d autre part, pour fidéliser les investisseurs de référence à travers l encouragement du réinvestissement. Ainsi, les parts respectives des grandes entreprises et des PME dans le portefeuille cible des opérations de promotion et de communication a influé sur l opérationnalisation de la démarche commerciale de l Agence vis-à-vis des Grands Comptes. De plus, le réexamen de la stratégie de promotion n a pas été effectué à temps pour l adapter à l essoufflement progressif des avantages comparatifs du Maroc en matière d offshoring Supports et canaux utilisés Bien qu ils fassent l objet d une adaptation continue, les supports promotionnels laissent apparaître la prépondérance des plans médiatiques au moyen de spots télévisés au détriment du rédactionnel. Ils ne sont pas alimentés systématiquement de témoignages directs d investisseurs déjà installés au Maroc. En outre, le canal du partenariat ne concourt pas suffisamment à l optimisation de la stratégie de communication. Le benchmark laisse apparaître le délestage des spots télévisés dans les plans média des agences des pays concurrents et la prépondérance du rédactionnel mettant en avant les expériences réussies assorties de témoignages (Brésil, Turquie ) Zones géographiques couvertes L Agence maintient la France et l Espagne en tête des pays couverts par les actions de promotion commerciale et de démarchage en dépit de la crise. D ailleurs, la campagne de sensibilisation menée par les pouvoirs publics sur la co-localisation n a pas encore abouti. Les actions de promotion orientées vers des pays alternatifs prometteurs (comme le Japon) ne sont pas proportionnelles à leur poids par rapport à certains indicateurs clés d évaluation de l impact des investissements. Il en est de même des actions de promotion engagées auprès des pays du golfe peu adaptées de par l identité des émetteurs de projets (fonds souverains) Campagnes France-Espagne et Allemagne-Italie Concernant les campagnes France-Espagne, et à l exception du film institutionnel, tous les livrables des consultants ne véhiculant pas l image industrielle du Maroc ont été abandonnés à partir de 2012 au profit d annonces publicitaires plus adaptées. Concernant l Allemagne, les évaluations des campagnes ont montré qu'une large proportion des entreprises ne perçoit pas le Maroc comme un pays attractif et disposant d un tissu industriel. Par 3

4 contre et au bout de la quatrième vague, la perception de la dynamique économique du Maroc est devenue positive en Italie. Ces évaluations ont été effectuées par des agences choisies par les consultants en communication, ce que l AMDI devait proscrire afin de garantir l objectivité de ces évaluations. Par ailleurs, dans le cas de la France et l Espagne, le taux de réponse obtenu est peu représentatif (préciser). Quant à l Allemagne et l Italie, l évaluation a été réalisée essentiellement par téléphone non appuyée de focus groupes. 2. Le démarchage Le démarchage est mené par les agents commerciaux, les équipes du siège et les bureaux de représentation à l étranger (BRE) Les agents commerciaux Pour accélérer l exécution du plan de promotion et de commercialisation, l AMDI a développé une stratégie commerciale qualifiée " d innovante et agressive " reposant sur l utilisation d agents commerciaux chargés de démarcher les entreprises cibles. Quatre contrats négociés ont été conclus à ce titre entre 2011 et L analyse des résultats obtenus laisse apparaître des performances différenciées. Sur les quatre prestataires engagés, seul l agent commercial pour la zone Allemagne a été rétribué sur la partie variable du contrat, en sus de la part fixe, pour le démarchage réussi d une entreprise qui a effectivement délocalisé au Maroc une partie de sa production. Sur la période , la rémunération prévue est la moins chère parmi les quatre. Des interrogations se posent sur le degré de mise en œuvre par les autres consultants de leurs atouts, notamment leur connaissance du potentiel des IDE dans le monde et la disponibilité de réseaux propres. Le contrat d un prestataire a d ailleurs été résilié. Le suivi des prospects est désormais assuré par les équipes de l Agence Les bureaux de représentation à l étranger (BRE) La création des bureaux de représentation à l étranger est considérée comme complément institutionnel de la politique commerciale agressive de proximité. Cependant, elle a abouti à des résultats mitigés faute de mesures d accompagnement intégrant les aspects juridique et administratif devant faciliter leur fonctionnement normal. Il en est de même pour les conditions de recrutement de certains chefs de BRE. La création des six bureaux n a pas tenu compte de la spécificité et de la nature du milieu d accueil. Tel est le cas des investisseurs des pays du golfe qui préfèrent passer par le canal institutionnel au lieu du BRE. Le fonctionnement desdits bureaux est soumis aux dispositions de la circulaire du relative aux régies de dépenses et de recettes, ce qui pose des problèmes de justificatifs appuyant les demandes d approvisionnement. Des leçons peuvent être tirées des expériences des autres pays en matière des représentations à l étranger. En Irlande par exemple, toutes les agences de promotion siègent dans un même local à la capitale et leurs représentations à l étranger partagent souvent le même bâtiment. En cas d absence d un bureau de représentation, il est fait recours, comme c est le cas pour le Mexique, aux services des conseillers économiques des ambassades Les équipes du siège En liaison avec le nouveau schéma organisationnel adopté pour la direction de développement basé sur le critère région, le portefeuille de prospects est réparti entre les équipes moyennant le suivi sur le dispositif de la gestion de la relation client CRM (Customer Relationship Management) et extraction pour les besoins des tableaux de bord mensuels. 4

5 2.4. Capacités professionnelles En l intervalle de quatre années d existence de l'amdi, la chaîne des valeurs s est formalisée et une démarche proactive axée sur le résultat s installe progressivement, comme en témoigne tout le travail de recadrage et de requalification des fichiers d entreprises cibles reçus des consultants engagés par l Agence et la tutelle, dans le cadre de l opérationnalisation de la stratégie commerciale de l Agence. L analyse de la structure des sources de contact des 1618 prospects pris en charge par les équipes commerciales de l Agence, selon l extraction faite du CRM en date du 18 Juillet 2013, a révélé le marquage de 606 prospects comme étant de source interne, soit 38% du total des prospects. Par ailleurs, l approche analytique en cours de test pour évaluer la contribution réelle de chaque partie prenante (équipe AMDI, agents commerciaux, autres partenaires) va combler le vide constaté à ce niveau. Toutefois, le caractère imprévisible du comportement de l investisseur est à prendre en considération. A titre de comparaison, le président de l Agence turque de promotion remet au chef de l'exécutif de son pays un rapport mensuel sur la gestion qui est orientée " résultat ". Des réajustements sont opérés en cas de non atteinte des objectifs. Quant à l Agence Malaisienne, les objectifs liés à la stratégie de promotion sont généralement chiffrés Nombre de sociétés converties Entre 2010 et 2013, le nombre de sociétés converties s élève à 57. Au regard de la multitude des variables qui conditionnent la décision d investir, il est difficile d imputer la totalité des conversions sus indiquées au travail effectué par les équipes de l AMDI. Par ailleurs, il est à noter que les secteurs couverts par les sociétés converties dépassent le cadre strict des métiers mondiaux du Maroc Sociétés installées dans les P2I (plateformes industrielles intégrées) En guise de test de la capacité de l Agence à concourir à la réalisation de certains objectifs complémentaires du PNEI, la Cour a calculé le taux d occupation des P2I. Il s est avéré que seules 10 sur 21 sociétés converties en 2011 se sont installées dans une P2I. Le nombre est de 12 sur 24 sociétés pour La relative attractivité desdites zones qui ne dépasse pas 50% est due, d après les responsables de l Agence, aux prix élevés des terrains L effort commercial Les profils Bien que les équipes soient fortement montées en compétence avec le temps, les profils spécialisés par secteur d activité sont rares. Dans certains secteurs clés comme l aéronautique ou l automobile, ce manque d expertise est partiellement comblé par les associations professionnelles qui sont associées aux actions commerciales. Au niveau international, les ressources des agences similaires sont généralement réparties par secteur et non par région, favorisant l émergence de l expertise sectorielle requise La répartition du portefeuille La répartition du portefeuille de prospects varie fortement d un responsable à un autre et d une région à une autre, ce qui n est pas sans conséquences sur la répartition par département. En continuant à concentrer l effort commercial sur les zones classiques, l Agence n arrive pas à dégager des ressources suffisantes pour les nouvelles zones géographiques prometteuses : BRICs, Asie, USA et Canada. A cela s ajoute l insuffisante adaptation du démarchage commercial engagé L argumentaire 5

6 Les besoins à la fois communs et spécifiques par catégorie d investisseurs ne se retrouvent pas clairement dans les offres commerciales. Ces dernières impliquent (1) des critères de sélection communs à tous les secteurs : coûts, main d œuvre ; (2) des critères spécifiques par secteur : les langues pour l offshoring ; le tissu industriel et la logistique pour l automobile, l aéronautique et l électronique ; (3) des éléments différentiateurs : stabilité, accès à des grands marchés régionaux liés au Maroc par des accords de libre-échange en plus de la proximité La veille et l intelligence économique Les écueils à ce niveau viennent de la difficulté d alimenter suffisamment les actions de démarchage par des données fines et à jour à partir de la veille commerciale et stratégique. Il en est de même de la délimitation non encore clairement établie du périmètre et du champ d action de l Agence, empêchant de faire le lien direct entre les efforts consentis par ses équipes et le nombre d investisseurs installés. En outre, la non institutionnalisation du calcul du coût de conversion par société, par secteur et par pays ne permet pas de mettre continuellement l effort budgétaire consenti en corrélation avec la stratégie de démarchage. Le jumelage institutionnel avec le ministère fédéral allemand de l économie et de la technologie ainsi que l assistance technique de la JICA sont de nature à renforcer les capacités opérationnelles de l Agence en matière d intelligence économique et de mesure de la performance. E. Bilan de la commission des investissements Les travaux de la commission des investissements, dont l AMDI assure le secrétariat, se sont soldés au titre de la période par la validation de 283 projets totalisant un investissement prévisionnel global de 240,75 milliards de dirhams. La commission pourrait fluidifier davantage le circuit de validation et de signature des conventions si les points de non performance identifiés sont éliminés. 1. Prépondérance des investissements d origine nationale De l analyse de la répartition des investissements par origine, il ressort la prédominance des investissements d origine nationale. L enseignement tiré n est pas convenablement pris en considération lors de la programmation des actions de promotion et de démarchage. 2. Cadre incitatif et délai de signature des conventions La charte de l investissement (loi n 18-95), promulguée le 8 novembre 1995, qui définit le cadre de l action de l Etat en matière de développement et de promotion des investissements n est plus d actualité. Par ailleurs, et comparativement aux incitations proposées par les pays concurrents, celles prévues par la Charte de l Investissement restent peu attractives. Sur un autre plan, le délai de signature des conventions d investissement approuvées par la Commission des Investissements impacte négativement le processus conventionnel. En guise de comparaison, l autorité Malaisienne de développement des investissements (MIDA) affiche solennellement l engagement de répondre à toute demande des investisseurs dans un délai maximum de 7 jours. 3. Évaluation des projets d investissement conventionnés En vertu de la circulaire du Chef du Gouvernement du 4 septembre 2012, l AMDI a été chargée de (1) l évaluation des coûts et bénéfices des projets de conventions d investissement, et de (2) la production d un rapport annuel public. Aussi, la Banque Mondiale a-t-elle été sollicitée pour lancer, en collaboration avec l Agence, un processus d élaboration d un guide pour l évaluation. Le projet a été intégré au programme d appui à la compétitivité de l économie marocaine visant à améliorer la transparence et l efficacité des incitations publiques accordées aux investisseurs. 4. Suivi des projets (After Care) Le suivi des projets (After Care) fait partie des bonnes pratiques adoptées par les agences de promotion des investissements à l échelle internationale. Ce mode opératoire vise plusieurs 6

7 objectifs dont la fidélisation des investisseurs et l amélioration continue de l attractivité et du climat des affaires. La Cour a relevé qu il n intègre pas suffisamment tous les acteurs de développement local et régional pouvant servir de passerelle avec les investisseurs, à même d identifier plus d opportunités et de recueillir plus d avis sur le cadre incitatif. De même, les actions de suivi ne sont pas accompagnées d enquêtes de satisfaction et des sondages d opinions. Le benchmark effectué a mis en évidence l impact positif de l exercice de cette attribution sur l image de marque de toute Agence de promotion des investissements. Par ce moyen et à titre d exemple, l Agence de promotion andalouse est devenue l interlocuteur privilégié des investisseurs installés au sud de l Espagne, ce qui lui permet de remonter rapidement l information au niveau décisionnel. De son côté, l Agence turque en fait un des éléments de sa stratégie de communication. F. Gouvernance et gestion de la fonction support 1. Gouvernance L Agence a exploité le questionnaire distribué par le Ministère des Finances pour se positionner par rapport aux recommandations du code marocain de bonnes pratiques de gouvernance des EEP. Le plan d action arrêté ne s est pas accompagné d un travail de réflexion sur les capacités d adaptation interne de l Agence et sur ses besoins éventuels en ressources. Aussi, les instances de gouvernance interne ainsi que celles prescrites par le conseil d administration ne sont pas toutes opérationnelles : Comité de Direction, Comité Stratégique Gestion de la fonction support Bien que la mission ait constaté des tendances à l amélioration, les capacités de l Agence demeurent entachées d insuffisances en matière de gestion financière, la tenue de la comptabilité, la fiscalité, la gestion de la trésorerie et des carrières. 3. Gestion financière La subvention de fonctionnement inscrite annuellement sur la morasse budgétaire depuis l exercice 2010 est de 32 MDH alors que le budget de fonctionnement, visé par le Ministère de l Economie et des Finances, est nettement supérieur (39,3 MDH en 2010, 45 MDH en 2011 et 59,7 MDH en 2012). Comme les déblocages ne permettent pas, par ailleurs, de couvrir toutes les dépenses engagées et vu que l Agence dispose d un seul compte bancaire, le reliquat des dépenses de fonctionnement est couvert par une partie de la subvention d investissement. En outre, la non facturation par l Agence de tous les services rendus, à l occasion des diverses manifestations organisées, ne concourt pas à l amélioration de sa situation financière Gestion des marchés Les critères de confidentialité et d urgence justifiant le recours aux marchés négociés, bien que permis par le règlement propre, sont difficiles à apprécier en l absence d une définition claire du cadre et des conditions d application. De même, les rapports d achèvement des marchés ne sont pas souvent établis et le contrôle a posteriori n est pas systématisé Paiements Les principales observations relevées concernant les paiements portent sur les conventions de participation aux foires et salons internationaux, les marchés d achats d espaces publicitaires et la qualité des pièces justificatives des dépenses engagées par les BRE. Pour la participation aux salons et foires internationales, les paiements sont effectués au vu de factures certifiées " service fait " par l ordonnateur antérieurement à la participation effective. Les organisateurs conditionnent toute participation au paiement anticipé. 7

8 Quant aux paiements relatifs aux campagnes publicitaires, l attestation du consultant de la réservation d espaces dans des chaines de télévision ou sur d autres espaces sont considérés comme suffisants pour effectuer le règlement. Le procès-verbal de réservation desdits espaces ne figure pas parmi les pièces justificatives de paiement des dépenses des établissements publics soumis au contrôle préalable et au contrôle spécifique énumérées par l arrêté du Ministre de l Economie et des Finances n du 8 mai 2012 (BO n 6058 du ). Concernant les pièces justificatives produites par les chefs des BRE, les factures ne répondent pas souvent aux exigences de forme et de fonds définies par l instruction sur les régies de 1969, telle qu amendée et des autres textes qui s appliquent en la matière. Par ailleurs, il se pose également le problème de la langue de rédaction des contrats avec les tiers Fiscalité Le statut fiscal de l'amdi n est pas clarifié. Actuellement, elle demeure soumise à l IS et à la TVA et aucun dépôt de déclarations fiscales n a été fait. Par ailleurs, la retenue à la source n est pas souvent effectuée au titre des prestations rendues à l étranger par les agences de communication engagées. De même, la TVA n est pas facturée Tenue de la comptabilité La totalité du processus relatif à la tenue de la comptabilité est sous-traitée par des prestataires externes et une procédure claire traitant de la comptabilisation des subventions n est toujours pas mise en place. En plus de l exhaustivité des immobilisations inscrites à l actif du bilan qui n est pas assurée et des provisions pour risques et charges qui ne sont pas constituées, certaines dispositions de l arrêté portant organisation financière et comptable de l Agence ne sont pas appliquées, notamment celles afférentes à l'information financière et comptable des membres du Conseil d'administration Système d information La principale observation concerne l absence d une stratégie globale de sécurité du CRM de l Agence sachant que les informations qui y sont stockées et traitées sont confidentielles. Une réflexion sur tous les aspects liés à la sécurité du contenu du CRM est en cours Organisation et gestion des ressources humaines L organigramme mis en place par l Agence ne correspond pas à l organigramme officiel visé par le ministère des finances. De surcroit, aucune note administrative portant sur la mise à jour des attributions des différentes structures n a été constatée. Quant au personnel, la diversité des statuts ne permet pas l équité entre les différentes catégories ni une gestion saine des carrières. Eu égard à ce qui précède, la Cour des comptes recommande à l AMDI ce qui suit : - Compléter la clarification du cadre institutionnel régissant l investissement et adapter les textes de l Agence et la charte de l'investissement en conséquence, de préférence suite à un large benchmarking international ; - Adopter l approche " intelligence économique " et introduire de nouveaux instruments de veille afin d'élargir l'intervention de l'amdi au-delà des besoins ponctuels de démarchage ; - Continuer à diversifier et à adapter le packaging de " l Offre Maroc " ainsi que l argumentaire industriel et commercial à chaque profil de porteurs de projets et selon le pays cible ; - Saisir le maximum d'opportunités d investissement, aussi bien d origine nationale qu'étrangère. La consolidation de fournisseurs de composants autour des investisseurs de grande envergure déjà installés pourrait être retenue comme priorité moyennant notamment l'encouragement de partenariats entre les investisseurs étrangers et les PME marocaines. 8

9 - Consolider les tendances récentes consistant en l adaptation des plans média en fonction des pays et la diversification des supports de communication ; - Mettre en avant les éléments différentiateurs de "l Offre Maroc" et revoir la démarche d'évaluation des campagnes promotionnelles afin de proposer les mesures d'ajustement nécessaires en temps opportun ; - Améliorer l opérationnalisation des conventions de partenariat par le partage effectif des plans d action avec les différents acteurs dans le domaine de la promotion économique (ambassades, RAM, aménageurs, agences sectorielles de promotion ) favorisant ainsi la complémentarité et la mutualisation des moyens ; - Adapter les plans d action aux mutations économiques internationales, notamment en ce qui concerne le régime à suivre sur les deux premières sources d IDE à destination du Maroc (France et Espagne) et le rythme à donner aux efforts de diversification. En parallèle, procéder à une réorganisation des ressources de l Agence entre marchés historiques et nouveaux marchés ; - Institutionnaliser l approche analytique en matière commerciale en vue d évaluer la contribution réelle de chaque type d intervention dans la quête des investissements (équipes de l AMDI, agents commerciaux, partenaires) ainsi que pour mesurer l impact global de l effort promotionnel de l agence ; - Renforcer les actions d'accompagnement "after care" pour l'ensemble des entreprises installées, qu elles soient marocaines ou étrangères et intégrer les enquêtes de satisfaction dans une démarche globale d assurance qualité ; - Continuer les efforts en cours pour la mise en conformité de l Agence avec le "Code marocain de bonnes pratiques de gouvernance des Entreprises et Etablissements Publics". 9

Appel à candidature pour la participation au Programme des Contrats de Croissance à l Export

Appel à candidature pour la participation au Programme des Contrats de Croissance à l Export Appel à candidature pour la participation au Programme des Contrats de Croissance à l Export Programme de Contrat de Croissance à l Export Appel à candidature 1/30 Table des matières I. Contexte, objectifs

Plus en détail

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME)

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) Latifa ECHIHABI (Directeur Général, ANPME, 10, rue Ghandi, BP : 211, Rabat,

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

Règlement d attribution de PM up

Règlement d attribution de PM up Règlement d attribution de PM up Le Conseil régional d Ile-de-France a mis en place le programme PM up pour soutenir le développement des petites et moyennes entreprises à fort potentiel de croissance

Plus en détail

Guide du porteur de projet

Guide du porteur de projet infos : 0810 18 18 18 Union européenne Fonds Social Européen Guide du porteur de projet Mesure «appui aux microprojets associatifs» FSE 4.2.3 en Ile-de-France Cette action est soutenue par le Fonds social

Plus en détail

Loi n 41-08 portant création de l'agence marocaine de développement des investissements

Loi n 41-08 portant création de l'agence marocaine de développement des investissements Dahir n 1-09-22 du 22 safar 1430 portant promulgat ion de la loi n 41-08 portant création de l'agence marocaine de développement des investissements. B.O. n 5714 du 5 mars 2009 Vu la Constitution, notamment

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

CUSTOM SOLUTIONS SA RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LA GESTION DU GROUPE. Sociétés Forme Pays d immatriculation

CUSTOM SOLUTIONS SA RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LA GESTION DU GROUPE. Sociétés Forme Pays d immatriculation CUSTOM SOLUTIONS SA Société anonyme au capital de 4.863.050 Siège Social : 135, avenue Victoire Z.I. de Rousset-Peynier 13790 ROUSSET RCS AIX EN PROVENCE B 500 517 776 RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

Plus en détail

Les missions de l expert-comptable

Les missions de l expert-comptable Les modalités d exercice de la profession 85 Les missions de l expert-comptable Missions comptables Missions d assurance sur les comptes complets historiques Audit d états financiers contractuel Examen

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 27/12/2013 Envoi des offres : aurelie.huby@midi-pyrenees.cci.fr Le

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Décret n o 2007-1303 du 3 septembre 2007 fixant les règles nationales d éligibilité

Plus en détail

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES Mise en place de démarches d appui conseil «gestion des âges» dans le cadre du contrat de génération CADRAGE Cet appel à propositions a pour objet l identification

Plus en détail

LE BACCALAUREAT PROFESSIONNEL GESTION ADMINISTRATION Janvier 2012 Page 1

LE BACCALAUREAT PROFESSIONNEL GESTION ADMINISTRATION Janvier 2012 Page 1 LE BACCALAUREAT PROFESSIONNEL GESTION ADMINISTRATION Janvier 2012 Page 1 La rénovation de la voie professionnelle, filière du tertiaire administratif a conduit à la création du baccalauréat professionnel

Plus en détail

Sommaire. 03 Introduction. 03 Quelles sont les Entreprises ciblées? 03 Quel est le champ d application du programme?

Sommaire. 03 Introduction. 03 Quelles sont les Entreprises ciblées? 03 Quel est le champ d application du programme? 1 Sommaire 03 Introduction 03 Quelles sont les Entreprises ciblées? 03 Quel est le champ d application du programme? 04 Quelles sont les actions éligibles? 04 Quelles sont les modalités de financement

Plus en détail

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013 GROUPE Comptes consolidés Au 31décembre 2013 1 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 BILAN CONSOLIDE... 3 COMPTE DE RESULTAT... 4 TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE... 5 PRINCIPES ET METHODES... 6 PRINCIPES ET METHODES DE

Plus en détail

Schéma du plan d affaires

Schéma du plan d affaires Plan d affaires Schéma du plan d affaires SOMMAIRE EXÉCUTIF DESCRIPTION DU PROJET OBJECTIFS FORME JURIDIQUE ÉQUIPE DIRIGEANTE MARKETING PRODUCTION SOUTIEN ADMINISTRATIF ANALYSE MARCHÉ ANALYSE MARKETING

Plus en détail

FONDS DE SOUTIEN À L INNOVATION. Règlement du Programme d Appui à l Innovation et au Développement Technologique PTR - Appel à projet ouvert -

FONDS DE SOUTIEN À L INNOVATION. Règlement du Programme d Appui à l Innovation et au Développement Technologique PTR - Appel à projet ouvert - FONDS DE SOUTIEN À L INNOVATION Règlement du Programme d Appui à l Innovation et au Développement Technologique PTR - Appel à projet ouvert - 2014 Sommaire 1. Introduction!... 3 2. Règles de participation!...

Plus en détail

Quelle relation entre transferts et développement?

Quelle relation entre transferts et développement? MINISTERE DES FINANCES ET DE LA PRIVATISATION Quelle relation entre transferts et développement? Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières 15 décembre 2006 Plan 1. Introduction.

Plus en détail

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE I- PREAMBULE 2 II- CAHIER DES CHARGES 2 II-1-Objectifs /Finalité 2 II-2-Public visé 3 II-3-Durée des parcours 3 II-4-Missions

Plus en détail

AIDE A LA REINDUSTRIALISATION «PME» version 2015

AIDE A LA REINDUSTRIALISATION «PME» version 2015 CdC ARI «PME» 07042015 AIDE A LA REINDUSTRIALISATION «PME» version 2015 CAHIER DES CHARGES Le dispositif de soutien à l investissement productif du Programme d investissements d avenir (PIA) dénommé «ARI»

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC

RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC Loi sur la Société de l assurance automobile du Québec (chapitre S-11.011) Le

Plus en détail

L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE

L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE MINISTERE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI DIRECTION GENERALE DE LA COMPETITIVITE DE L INDUSTRIE ET DES SERVICES L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE DERNIERES TENDANCES

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Programme détaillé MASTER DE MANAGEMENT ET DE STRATEGIE D ENTREPRISE. Objectifs de la formation. Les métiers. Niveau et durée de la formation

Programme détaillé MASTER DE MANAGEMENT ET DE STRATEGIE D ENTREPRISE. Objectifs de la formation. Les métiers. Niveau et durée de la formation Objectifs de la formation Les métiers Ce Master valide votre qualification professionnelle et votre aptitude à tenir les emplois de cadres et futurs cadres supérieurs dans les professions industrielles

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Vérification des procédures en fin d exercice

Vérification des procédures en fin d exercice Vérification des procédures en fin d exercice DIVERSIFICATION DE L ÉCONOMIE DE L OUEST CANADA Direction générale de la vérification et de l évaluation Décembre 2011 Table des matières 1.0 Résumé 1 2.0

Plus en détail

AGEFOS PME Nord Picardie Appel à propositions MutEco Numérique Picardie 2015 1

AGEFOS PME Nord Picardie Appel à propositions MutEco Numérique Picardie 2015 1 APPEL A PROPOSITIONS MUTECO NUMERIQUE 2015 PICARDIE Le présent cahier des charges s adresse aux organismes de formation souhaitant se positionner sur le projet mutations économiques porté par AGEFOS PME

Plus en détail

CENTRE MAROCAIN DE L INNOVATION CAHIER DE CHARGES REFERENCEMENT DES PRESTATAIRES DE SERVICES

CENTRE MAROCAIN DE L INNOVATION CAHIER DE CHARGES REFERENCEMENT DES PRESTATAIRES DE SERVICES CENTRE MAROCAIN DE L INNOVATION CAHIER DE CHARGES REFERENCEMENT DES PRESTATAIRES DE SERVICES Décembre 2012 1. Introduction Conscient des enjeux de l innovation, le Ministère de l Industrie, du Commerce

Plus en détail

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive!

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive! Allianz Suisse Case postale 8010 Zurich www.allianz-suisse.ch Info Finance 01 YDPPR267F et Prévoyance Édition 01, mars 2013 EXCÉDENTS LPP En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

FONDS DE SOUTIEN À L INNOVATION

FONDS DE SOUTIEN À L INNOVATION FONDS DE SOUTIEN À L INNOVATION Cahier des Charges du Programme d Appui à l Innovation et au Développement Technologique PTR - Appel à projet ouvert - 2014 1. Introduction Conscient des enjeux de l innovation,

Plus en détail

اململكة املغربية. Royaume du Maroc واالستثمار واالقتصاد الرقمي

اململكة املغربية. Royaume du Maroc واالستثمار واالقتصاد الرقمي Royaume du Maroc Ministère délégué auprès du Ministre de l'industrie, du Commerce, de l'investissement et de l'economie Numérique, Chargé du Commerce Extérieur اململكة املغربية الوزارة املنتدبة لدى وزير

Plus en détail

DIAGNOSTIC STRATEGIQUE, FINANCIER ET PLAN DE MISE A NIVEAU 1 TERMES DE RÉFÉRENCE

DIAGNOSTIC STRATEGIQUE, FINANCIER ET PLAN DE MISE A NIVEAU 1 TERMES DE RÉFÉRENCE Royaume du Maroc DIAGNOSTIC STRATEGIQUE, FINANCIER ET PLAN DE MISE A NIVEAU 1 TERMES DE RÉFÉRENCE 1 Le rapport d un diagnostic stratégique est un rapport d expertise, il représente la synthèse des informations

Plus en détail

satisfaction client Relation client : satisfaction? fidélisation?

satisfaction client Relation client : satisfaction? fidélisation? Relation client : satisfaction? fidélisation? Un pilier fondamental de la GRC : la satisfaction client La gestion de la relation client Les missions de l entreprise Créer de la valeur pour les clients

Plus en détail

Dahir n 1-09-16 du 22 safar 1430 (18 février 2009) portant promulgation de la loi n 42-08 portant création de l'agence pour le développement agricole.

Dahir n 1-09-16 du 22 safar 1430 (18 février 2009) portant promulgation de la loi n 42-08 portant création de l'agence pour le développement agricole. Dahir n 1-09-16 du 22 safar 1430 (18 février 2009) portant promulgation de la loi n 42-08 portant création de l'agence pour le développement agricole. LOUANGE A DIEU SEUL! (Grand Sceau de Sa Majesté Mohammed

Plus en détail

Révision du modèle d affaires en tourisme

Révision du modèle d affaires en tourisme Révision du modèle d affaires en tourisme La révision du modèle d affaires Le point de départ (1/2) Volonté du gouvernement de relancer l économie et l emploi rapidement; Investissements privés, innovation,

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Information réglementée* Bruxelles, Paris, 30 janvier 2009 8h55 Dexia met en œuvre son plan de transformation pour consolider son redressement et devrait enregistrer

Plus en détail

Rentabilité économique. Pourquoi. 3 expertises à la carte

Rentabilité économique. Pourquoi. 3 expertises à la carte Rentabilité économique Améliorer le résultat d exploitation Vous avez besoin de prendre du recul pour choisir les bons leviers d amélioration de votre rentabilité? Dans cette réflexion complexe, FTC vous

Plus en détail

III.2 Rapport du Président du Conseil

III.2 Rapport du Président du Conseil III.2 Rapport du Président du Conseil de Surveillance sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques Rapport du directoire rapports du conseil de surveillance 2012 1 Obligations légales

Plus en détail

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14 TABLE DES MATIERES Préface... 5 Avant- propos... 9 Partie 1 Approches macroéconomique et fiscale Introduction à la première partie... 14 CHAPITRE 1 La politique budgétaire est- elle encore efficace pour

Plus en détail

CREATIVE WORK VALORISATION DE LA PI

CREATIVE WORK VALORISATION DE LA PI CREATIVE WORK VALORISATION DE LA PI ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES REGION TOULOUSE MIDI-PYRENEES Julien DUFFAU, Expert-Comptable Les facteurs de croissance et de compétitivité de nos PME se déplacent aujourd

Plus en détail

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Direction Générale Finances et Gestion Direction du Contrôle Interne Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Sociétés publiques locales et sociétés publiques locales d aménagement - Dispositif

Plus en détail

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014 Rapport financier du premier trimestre de -2014 Pour la période terminée le Financement agricole Canada Financement agricole Canada (FAC), dont le siège social se trouve à Regina, en Saskatchewan, est

Plus en détail

La PME Marocaine. Levier de développement économique et d innovation. Saad Hamoumi Président de la commission PME

La PME Marocaine. Levier de développement économique et d innovation. Saad Hamoumi Président de la commission PME La PME Marocaine Levier de développement économique et d innovation Saad Hamoumi Président de la commission PME Rencontre des PME Ibéro Américaines et d Afrique du Nord Madrid 22 octobre 2012 I: L économie

Plus en détail

REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO. (avril 2014)

REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO. (avril 2014) REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO (avril 2014) PREAMBULE REGLEMENT FINANCIER DE L AGIRC L Association générale des institutions de retraite des cadres (Agirc) a pour objet la mise en œuvre

Plus en détail

Vous souhaitez stimuler les ventes de votre entreprise et dynamiser vos forces commerciales?

Vous souhaitez stimuler les ventes de votre entreprise et dynamiser vos forces commerciales? Panorama de l offre Sage CRM Solutions CRM Vous souhaitez stimuler les ventes de votre entreprise et dynamiser vos forces commerciales? Soyez plus proches de vos clients Pour vous garantir une relation

Plus en détail

Digital Trends Morocco 2015. Moroccan Digital Summit 2014 #MDSGAM - Décembre 2014

Digital Trends Morocco 2015. Moroccan Digital Summit 2014 #MDSGAM - Décembre 2014 Moroccan Digital Summit 2014 #MDSGAM - Décembre 2014 Sommaire 04 Objectifs de la démarche 07 Méthodologie 05 Parties prenantes 09 Résultats de l étude 06 Objectifs de l étude 37 Conclusion 02 Contexte

Plus en détail

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES Il décline les activités/compétences qui peuvent être partagées par d autres métiers et d autres familles

Plus en détail

Règles 2015-2016 - Programme de soutien à la distribution

Règles 2015-2016 - Programme de soutien à la distribution Strasbourg, le 02/04/2015 Règles 2015-2016 - Programme de soutien à la distribution Introduction Le programme de soutien à la distribution a pour objectif de renforcer la distribution des films européens

Plus en détail

Avec Sage HR Management, transformez votre gestion du capital humain en atout stratégique

Avec Sage HR Management, transformez votre gestion du capital humain en atout stratégique Sage HR Management Avec Sage HR Management, transformez votre gestion du capital humain en atout stratégique Face à un marché instable et une concurrence accrue, la Direction Générale a pris conscience

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE

CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE Rabat, le 25 décembre 2000 CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE Aux termes de l'article premier du Dahir portant loi n 1-93-212

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY FEVRIER 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Annexe à la Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers (non vérifiée) Exercice 2011-2012

Plus en détail

La différence, notre métier!

La différence, notre métier! La différence, notre métier! NOTRE MISSION Apporter les solutions créative et conceptuelle adéquate à vos fins stratégique NOTRE VISION Le métier de la communication et du design pour lui seul est un levier

Plus en détail

APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015

APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015 CONSEIL DEPARTEMENTAL DU JURA APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015 PON FSE 2014-2020 Axe 3 «Lutter contre la pauvreté et promouvoir l inclusion» Programme Départemental d Insertion 2015 Date de lancement

Plus en détail

Appel à projets Incubation et capital-amorçage des entreprises technologiques de mars 1999 L'appel à projets est clos

Appel à projets Incubation et capital-amorçage des entreprises technologiques de mars 1999 L'appel à projets est clos 1 sur 7 Appel à projets Incubation et capital-amorçage des entreprises technologiques de mars 1999 L'appel à projets est clos Présentation générale Le ministère chargé de la recherche et de la technologie

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES www.oc.gov.ma 2007 La reproduction des informations contenues dans la présente publication est autorisée sous réserve d en mentionner expressément la source. 1 TABLE

Plus en détail

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE Référentiel de certification du Baccalauréat professionnel GESTION ADMINISTRATION PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE 1 Le référentiel de certification du Baccalauréat GESTION ADMINISTRATION Architecture

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Soutien à la gestion des ressources humaines 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2012-07-12 Table des matières Section 4 : p. 2 sur 13 Table des matières RÉFÉRENCE Table des matières...

Plus en détail

Circulaire 2015/1 «Comptabilité banques»

Circulaire 2015/1 «Comptabilité banques» Foire aux questions (FAQ) Circulaire 2015/1 «Comptabilité banques» (Dernière modification : 22 juillet 2015) 1. Comment faut-il traiter les provisions, constituées initialement pour des limites de crédit

Plus en détail

LA GESTION FINANCIÈRE

LA GESTION FINANCIÈRE République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Développement Industriel et de la Promotion de l Investissement LA GESTION FINANCIÈRE PROGRAMME NATIONAL DE MISE A NIVEAU DES PME Édition 2013

Plus en détail

Première édition 2009

Première édition 2009 ROYAUME DU MAROC ANPME - Agence Nationale pour la promotion de la Petite et Moyenne Entreprise - Pacte National pour l Emergence Industrielle Programme Imtiaz Dossier d Appel à Projets Règlement de sélection

Plus en détail

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS Lois sur les investissements étrangers 13 LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS La Loi sur Investissement Canada (LIC) est la seule loi fédérale sur les investissements étrangers d application générale.

Plus en détail

Guide du rapport financier 2014

Guide du rapport financier 2014 Guide du rapport financier 2014 Décembre 2014 Direction générale des finances municipales TABLE DES MATIÈRES Page INTRODUCTION... 3 1. ATTESTATION DU TRÉSORIER OU DU SECRÉTAIRE-TRÉSORIER (page S3)... 5

Plus en détail

Panorama de l offre Sage CRM Solutions

Panorama de l offre Sage CRM Solutions Panorama de l offre Sage CRM Solutions CRM Soyez plus proches de vos clients Pour vous garantir une relation privilégiée avec vos clients et prospects, Sage a développé une gamme de solutions de CRM (Customer

Plus en détail

PACMA006-2014 consultant GPEC Cahier des clauses techniques particulières

PACMA006-2014 consultant GPEC Cahier des clauses techniques particulières PACMA006-2014 consultant GPEC Cahier des clauses techniques particulières Nombre de pages : 4 y compris l annexe Annexe 1 informations à faire figurer dans le rapport de synthèse PACMA006-2014 consultant

Plus en détail

PROCONCEPT EASY START

PROCONCEPT EASY START PROCONCEPT EASY START Découvrez les avantages d une solution logicielle Suisse, développée spécialement pour couvrir l ensemble des besoins des PME DÉVELOPPÉE PAR UNE PME POUR LES PME Avec ProConcept Easy

Plus en détail

LE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL

LE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Développement Industriel et de la Promotion de l Investissement LE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL PROGRAMME NATIONAL DE MISE A NIVEAU DES PME Édition

Plus en détail

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés Le Conseil national de la comptabilité réuni en formation de Section des entreprises le 28 octobre 1994,

Plus en détail

QUOTIUM TECHNOLOGIES

QUOTIUM TECHNOLOGIES QUOTIUM TECHNOLOGIES Société anonyme au capital de 2 019 024 uros Siège social : 84-88, boulevard de la Mission Marchand (92400) Courbevoie 322 548 355 R.C.S. NANTERRE --ooooo-- RAPPORT DU PRESIDENT DU

Plus en détail

Nouveaux dispositifs des aides aux entreprises de la région Centre

Nouveaux dispositifs des aides aux entreprises de la région Centre Nouveaux dispositifs des aides aux entreprises de la région Centre Accès facilité aux dispositifs et renforcement de la communication, Valorisation et reconnaissance des pratiques des entreprises régionales

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Présentation Date limite de remise des candidatures : Le 04/02/2014 CCI Franche-Comté. Appel à candidatures référencement

Plus en détail

Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale. Résumé MAEE

Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale. Résumé MAEE MAEE RAPPORT FINAL Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale Résumé Agnès Lambert, Raphaël Beaujeu, Helena Stucky de Quay, Didier Beaufort, Moctar Ahmed, Riad Bensouiah, Ralison

Plus en détail

RESULTATS DU PREMIER SEMESTRE 2013

RESULTATS DU PREMIER SEMESTRE 2013 RESULTATS DU PREMIER SEMESTRE 2013 Paris le 31 Octobre 2013 - LeadMedia Group (FR0011053636, ALLMG) - groupe de marketing digital spécialisé dans le data marketing - annonce aujourd hui ses résultats consolidés

Plus en détail

Appel à projets PM up. Règlement d attribution

Appel à projets PM up. Règlement d attribution Appel à projets PM up Règlement d attribution Sommaire Règlement d attribution PM up... 2 1. Base juridique... 2 2. Critères d éligibilités... 2 2.1. Structures éligibles... 2 2.2. Projets éligibles...

Plus en détail

Pôle de compétitivité Aerospace Valley CIBLAGE MARCHE INTERNATIONAL

Pôle de compétitivité Aerospace Valley CIBLAGE MARCHE INTERNATIONAL Pôle de compétitivité Aerospace Valley Prestation de consultant Action Collective CIBLAGE MARCHE INTERNATIONAL Cahier des charges Accompagnement de PME à l international Réf. AV-2014-271 AEROSPACE VALLEY

Plus en détail

Le projet de club Business Angels A3 :

Le projet de club Business Angels A3 : Le projet de club Business Angels A3 : Un club d investissement et coaching des start-ups autour de l EPFL a été approuvé lors de l assemblée générale et le Comite de l A3 en Novembre 2008.avec les objectifs

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TECHNICO-COMMERCIAL RÉFÉRENTIEL 2006-1 - SOMMAIRE Arrêté portant définition et fixant les conditions de délivrance du brevet de technicien supérieur technico-commercial ANNEXE

Plus en détail

La commercialisation des produits financiers : quelles sont les attentes des épargnants?

La commercialisation des produits financiers : quelles sont les attentes des épargnants? La commercialisation des produits financiers : quelles sont les attentes des épargnants? Natalie LEMAIRE, Directrice des relations avec les épargnants de l AMF, Coordonnatrice du pôle commun AMF/ACP Jeudi

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Entrepreneuriat de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section

Plus en détail

instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires

instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires Statistiques arrêtées à fin 2013 SOMMAIRE PRÉAMBULE 5 Partie I : Evolution des paiements de masse 6 I. Echanges EN INTERbancaire 7 1.

Plus en détail

DOSSIER D ENTREPRISE ENTREPRENEURIAT TRANSFORMATION CROISSANCE

DOSSIER D ENTREPRISE ENTREPRENEURIAT TRANSFORMATION CROISSANCE DOSSIER D ENTREPRISE ENTREPRENEURIAT TRANSFORMATION CROISSANCE MOT DE BIENVENUE Le temps des défis est aussi celui des opportunités Madame, Monsieur, J ai le plaisir de partager avec vous le lancement

Plus en détail

2 Md dédiés au financement de l immatériel

2 Md dédiés au financement de l immatériel Conférence de Presse 20 MARS 2014 2 Md dédiés au financement de l immatériel Bpifrance révolutionne le crédit aux PME 01. Qui sommes-nous? 2 200 collaborateurs 6 métiers Garantie Crédit Fonds de fonds

Plus en détail

A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE

A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE Référentiel des Activités Professionnelles A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE L assistant prend en charge l essentiel du processus administratif des ventes. Il met en place certaines actions de

Plus en détail

Récapitulatif: Du 17 au 28 Août 2015. Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc.

Récapitulatif: Du 17 au 28 Août 2015. Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc. Du 17 au 28 Août 2015 Récapitulatif: Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc. Accord de partenariat entre la Bourse de Casablanca et London

Plus en détail

plan d affaires 2005-2008 Société du Centre des congrès de Québec

plan d affaires 2005-2008 Société du Centre des congrès de Québec plan d affaires 2005-2008 Société du Centre des congrès de Québec Le plan d affaires 2005-2008 de la Société du Centre des congrès de Québec Le nouveau plan d affaires de la Société du Centre des congrès

Plus en détail

Chap 3 : La connaissance du client. I. Les fondements de la connaissance du client. Les principales évolutions sont résumées dans le tableau suivant :

Chap 3 : La connaissance du client. I. Les fondements de la connaissance du client. Les principales évolutions sont résumées dans le tableau suivant : Chap 3 : La connaissance du client I. Les fondements de la connaissance du client A. D une société de consommation à une société de consommateurs Depuis les années 1980, les mutations sociales ont eu d

Plus en détail

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes?

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Yves MARTIN-CHAVE Conseil financier ymc@innovatech.fr 06 27 28 53 34 innovatech-conseil.com Innovatech Conseil Les documents

Plus en détail

MODULE 1 : INTRODUCTION A LA GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE

MODULE 1 : INTRODUCTION A LA GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE MODULE 1 : INTRODUCTION A LA GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE 1. L IMPORTANCE DE SYSTEME DE GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE Une mutuelle de santé est une organisation et de solidarité ; elle constitue un

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit.

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Tunis, le 20 mai 2011 CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06 Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie,

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 1 REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIALE TITRE CERTIFIE

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 7 DIRECTIVE RÉGISSANT LES ACTIVITÉS FINANCIÈRES DÉCOULANT DE LA PERCEPTION DES REVENUS DANS LES ÉTABLISSEMENTS 1.0 FONDEMENTS 1.1 Devoir d'établissement

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE DE L AUDIT DU PROGRAMME DE VENTES ANTICIPEES A LA MOYENNE

TERMES DE REFERENCE DE L AUDIT DU PROGRAMME DE VENTES ANTICIPEES A LA MOYENNE TERMES DE REFERENCE DE L AUDIT DU PROGRAMME DE VENTES ANTICIPEES A LA MOYENNE 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Depuis la campagne 2012-2013, l Etat de Côte d Ivoire a engagé une réforme de la filière café-cacao

Plus en détail

>>> Gestion des Risques & Finances

>>> Gestion des Risques & Finances 0 0 > Gestion des Risques & Finances 2 7 Gestion des Risques et Finances Gest stio ion des ri sque ues et F inan ance ces GESTION DES RISQUES ET FINANCES > Dans un marché en constante évolution, BMCE Bank

Plus en détail

GUIDE DIDACTIQUE DU PLAN COMPTABLE DE L ETAT CEMAC TOME 2 RELATIF AUX FONCTIONNEMENT DES COMPTES DIVISIONNAIRES

GUIDE DIDACTIQUE DU PLAN COMPTABLE DE L ETAT CEMAC TOME 2 RELATIF AUX FONCTIONNEMENT DES COMPTES DIVISIONNAIRES COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE GUIDE DIDACTIQUE DU PLAN COMPTABLE DE L ETAT CEMAC TOME 2 RELATIF AUX DES COMPTES DIVISIONNAIRES Directive n 03/11-UEAC-195-CM-22 relative au plan

Plus en détail