En matière d avantages imposables,

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "En matière d avantages imposables,"

Transcription

1 Mars 2004 Bulletin d information Volume 6, no 3 Impôts Cadeaux et récompenses Par M e Julie Hélène Tremblay, LL.B., D.Fisc* En matière d avantages imposables, la législation québécoise est généralement harmonisée à la législation fédérale. Toutefois, des distinctions existent et découlent parfois, de différences entre les politiques fiscales, d ajustements relatifs à des décisions judiciaires ou encore d autres motifs. Le projet de loi 10 1 sanctionné le 10 décembre 2003 (devenu L.Q. 2003, c. 9) ajoute notamment une disposition à la Loi sur les impôts (ciaprès la «Loi») en cette matière. Québec Aux fins de l impôt du Québec, l avantage imposable qui peut découler des cadeaux et récompenses fournis par un employeur, à compter de 2001, est régi par une disposition spécifique. Sa mise en place est consécutive à une annonce faite en ce sens 2. Ainsi, le premier alinéa du nouvel article de la Loi prévoit maintenant spécifiquement la non imposition (voir encadré 1), d une manière générale, des cadeaux reçus de l employeur dans l année pour des occasions spéciales dans la mesure où leur valeur n excède pas 500 $. Il en est de même des récompenses reçues de l employeur dans l année en reconnaissance de certains accomplissements. De plus, l employeur n est pas tenu de renoncer à déduire, dans le calcul de son revenu, le coût des biens et services offerts à ses employés pour que ces derniers puissent bénéficier de l allégement, pour autant que ce coût soit raisonnable dans les circonstances. Enfin, d une manière générale, les cadeaux en numéraire sont exclus de la mesure de non Les cadeaux de l employeur de moins de 500 $ donnés pour des occasions spéciales ne sont généralement pas imposables. SOMMAIRE IMPÔTS Cadeaux et récompenses... 1 Informations gouvernementales... 3, 8 Législation Documents techniques TAXES À LA CONSOMMATION Commerce électronique et TPS... 5 Décisions récentes... 9 La déclaration électronique du fret Informations gouvernementales... 3 Législation Documents techniques NOTE DE LA RÉDACTION Ce bulletin accompagne les mises à jour suivantes : Feuilles mobiles Mars 2004 CD-Rom Avril 2004

2 Impôts Rédaction : Jocelyne Desgagné, Collection APFF, Jurisprudence fiscale québécoise SOQUIJ M e Daniel Roy, Législation et documentation fédérales, Taxes à la, Guide de la taxe sur les produits et services Louis Archambault Fiscalité québécoise Guide de l impôt fédéral Collaboration : M e Julie Hélène Tremblay, Isabelle Chouinard, Stéphane Marcassa et Jean-Marc Clément Coordination : François Brodeur Infographie : Pierrette Boulais Production : Pelliculage et impression : Black Dot Group Distribution : TTS Distributing Inc. Publication : PUBLICATIONS CCH LTÉE 7005, boul. Taschereau, bureau 190 Brossard (Québec) J4Z 1A7 Téléphone : (450) Sans frais : Fréquence : 12 fois l an Collection Fiscale est compris dans l abonnement annuel aux publications suivantes : Collection fiscale Guide de l impôt fédéral, Collection fiscale Législation et documentation fédérales, Collection fiscale Fiscalité québécoise, Collection fiscale Taxes à la, Guide de la taxe sur les produits et services, Collection APFF, Jurisprudence fiscale québécoise SOQUIJ. Droits réservés : Cet ouvrage ne peut être reproduit en tout ou en partie par quelque moyen que ce soit sans l autorisation écrite de l éditeur. Dénégation de responsabilité : Personne ne peut invoquer le contenu de cette publication sans avoir préalablement obtenu l avis d un professionnel qualifié. L éditeur, les auteurs et les rédacteurs ne sont pas responsables de toutes actions et décisions entreprises sur la base de l information contenue dans cette publication, pas plus qu ils ne peuvent être tenus responsables des erreurs ou des omissions qui auraient pu s y glisser. L éditeur ne fournit pas de services juridiques, comptables et fiscaux, de conseils ou d avis professionnels et recommande la consultation d un professionnel si des conseils s avèrent nécessaires. Numéro de convention Poste-publications: imposition, ainsi que certains autres éléments (voir encadré 2). Pour les années d imposition 1987 à 2000, la politique administrative applicable au Québec est celle énoncée au bulletin d interprétation Imp Ce bulletin, est donc périmé par la sanction de la loi introduisant le nouvel article de la Loi. Fédéral Ne cherchez toutefois pas le pendant législatif fédéral pour cette règle québécoise, puisque l Agence du Revenu du Canada (ci-après l «ARC») applique plutôt une politique administrative. Ainsi, afin de tenir compte des pratiques commerciales en vigueur 4 et en conformité à ce qui est généralement applicable en matière d avantages sociaux aux employés 5, l ARC prévoit la non imposition de certains cadeaux et récompenses. Les employeurs peuvent donner aux employés, en franchise d impôt, deux cadeaux non monétaires par année pour des occasions spéciales comme Noël, Hannoucah, un anniversaire, un mariage ou une occasion semblable si le coût global des cadeaux pour l employeur ne dépasse pas 500 $ par année. Il en est de même pour les récompenses non monétaires en reconnaissance de réalisations exceptionnelles, comme l atteinte d un nombre déterminé d années de service, l atteinte ou le dépassement de normes de sécurité, ou encore l atteinte d étapes-clés semblables, lorsque le coût total des récompenses pour l employeur est inférieur à 500 $ pour l année. Cette politique, officiellement énoncée le 11 janvier 2002 dans les Nouvelles techniques, a été précédée d un communiqué au même effet le 24 octobre De plus, des informations additionnelles et plus spécifiques sont fournies sur le site L ARC applique plutôt une politique administrative. Internet de l ARC 6 en ce qui a trait à son application, y compris des exemples. Distinctions entre les traitements L intervention législative québécoise n est toutefois pas inutile. En effet, la disposition québécoise est formulée de manière différente de la position administrative de l ARC. Par ailleurs, toute comparaison de ces règles doit tenir compte que l une est de source législative et que l autre est de nature administrative. Ainsi, bien que l annonce initiale du ministère des Finances du Québec souligne que «l introduction d une mesure d exception» est justifiée, elle précise également que «les règles mises en place par [l ARC] ne peuvent être complètement intégrées à la législation fiscale québécoise les restrictions qu elles comportent ne correspondant pas aux objectifs du régime d imposition québécois». Ainsi, à la base, certaines distinctions existent entre les règles applicables et il est difficile d en faire l inventaire. Au Québec, un cadeau dont la valeur excède 500 $, n est pas disqualifié de ce seul fait. Ainsi, la Loi prévoit que l avantage est le moindre de 500 $ ou de la valeur de l ensemble des cadeaux (ou des récompenses, selon le cas). Par ailleurs, le nombre de cadeaux (ou récompenses, selon le cas) aux fins québécoises n est pas SOYEZ TOUJOURS AU COURANT! Avec CCH en ligne Plus, l information est mise à jour quotidiennement, du bureau de l éditeur au vôtre. Pour en savoir plus, composez le

3 Analyse limité, tandis qu au fédéral, la limite est fixée à deux. De plus, la disposition québécoise prévoit spécifiquement qu un «bon-cadeau ou chèquecadeau, y compris une carte à puce, L intervention législative québécoise n est toutefois pas inutile. qui doit être utilisé pour l achat d un bien ou d un service auprès d un ou de plusieurs commerçants identifiés» n est pas considéré comme un cadeau ou une récompense exclu. Cette exception s inscrit dans le cadre des règles d exclusion de certains cadeaux et récompenses, prévues au deuxième alinéa de l article de la Loi (voir encadré 2). Enfin, le montant considéré aux fins de la limite de 500 $, aux fins québécoises, est nommément celui représentant la «valeur». Au fédéral, la politique administrative utilise le terme «coût». Un exemple fourni par l ARC 7 précise que le coût est déterminant «et ce, même si la juste valeur marchande est plus élevée». Par ailleurs, les différentes interprétations qui pourront être données aux termes mêmes de l article de la Loi sont susceptibles d entraîner des distinctions entre les traitements applicables 8. Interprétations techniques L application de l article de la Loi est déjà l objet de deux interprétations techniques. La première 9 traite des cadeaux et récompenses versés à un employé qui est également un actionnaire. Ainsi, dans cette éventualité, l article de la Loi peut être applicable en autant que la seule motivation de l employeur demeure essentiellement une libéralité à l égard de cette personne en sa qualité d employé et non d actionnaire. Ainsi, la question de savoir si la seule motivation de l employeur demeure une libéralité à l égard de son employé est une question de faits qui doit être évaluée au mérite. Lorsque des coïncidences apparaissent, le caractère non imposable de l avantage peut sembler moins certain. À cet effet, l exemple d un employé et actionnaire d une petite société qui reçoit «de façon récursive à chaque année les gratifications [ ] lorsque les autres employés non actionnaires, qui font exactement le même travail et de même qualité, ne reçoivent rien d une façon tout aussi récursive» est considéré comme «assez étrange» dans cette interprétation. Il est également précisé qu il en est de même d un employé et actionnaire qui renonce, contrairement aux autres employés non actionnaires dans la L application de l article de la Loi est déjà l objet de deux interprétations techniques. même situation, à une partie de son boni, jusqu à concurrence de 500 $, en substituant celui-ci par un cadeau. L appréciation du caractère de l avantage, dans le but d établir si l employé et actionnaire obtient l avantage «en raison de son emploi et non en raison du nombre d actions qu il détient dans la société qui l emploie, tien[t] compte, notamment, des pratiques de l employeur à l égard de tous ses employés indistinctement» et du Impôts Taxes à la Fédéral Présentation du budget fédéral le 23 mars 2004 Le ministre des Finances, Ralph Goodale, a annoncé, dans le communiqué , qu il contrôle effectif de la personne visée dans les décisions de la société. Enfin, une autre interprétation technique 10 fournit un exemple où un cadeau de moins de 500$ aux employés est imposable : lorsque les employés reçoivent un droit à un montant applicable à l achat, au prix régulier, de biens à la boutique de vêtements, d accessoires de bureau et de sport qui est localisée à l extérieur du site de l entreprise. Ainsi, l article de la Loi ne s applique pas, spécifiquement en raison du fait que le crédit de dépenses «de 350 $ n est pas octroyé pour des occasions spéciales, telles que Noël, un anniversaire ou un mariage». Ainsi, tel que présenté dans cette note interne, un avantage prévu de cette manière dans les politiques de l employeur, n est pas versé pour une occasion spéciale. Conclusion Les politiques administratives évoluent. Toutefois, cette évolution se fait de manière plus ou moins graduelle : pensons à la mesure concernant les cadeaux et récompenses qui est passée de 100$ à 500$, d une manière générale, par changement de politique administrative fédérale. L harmonisation québécoise (du moins partielle) à cette mesure se fait ainsi par codification. Pour bénéficier de cet allégement fiscal, les entreprises doivent être vigilantes et s assurer, une fois l avantage imposable déterminé pour Information gouvernementale présentera le budget fédéral de 2004 à la Chambre des communes le 23 mars Prenez note que PUBLICATIONS CCH publiera un Rapport spécial reproduisant toutes les mesures annoncées. 3

4 Impôts les fins fédérales, que l avantage n est pas différent aux fins de l impôt du Québec. Il demeure que les entreprises qui veulent avantager un employé sans lui verser une somme monétaire désirent généralement se conformer à la politique d une manière qui permet ENCADRÉ 1 de faire économiser entièrement l impôt autrement attribuable à l employé. Aussi, il demeure plus simple pour un tel employeur d offrir ce qui est conforme à toutes les règles pour que le cadeau ou la récompense ne soit pas imposable. Toutefois, les Analyse circonstances ne s y prêtant pas toujours, la mesure québécoise est tout de même susceptible d offrir une exemption lorsque les conditions fédérales ne sont pas satisfaites. * L auteure est analyste en fiscalité chez Publications CCH Ltée. Vous pouvez la rejoindre à l adresse électronique suivante: DÉTERMINATION DE LA VALEUR DE L AVANTAGE POUR CADEAUX ET RÉCOMPENSES Cadeaux Pour l ensemble des cadeaux, autres qu un cadeau exclu, que l employé reçoit dans l année de son employeur pour une ou plusieurs occasions spéciales, telles que Noël, un anniversaire, un mariage ou une autre occasion semblable, à l excédent de la valeur autrement déterminée de cet avantage pour l année sur le moindre des montants suivants : i. 500 $ ; ii. l ensemble des montants dont chacun représente la valeur d un tel cadeau. Récompenses Pour l ensemble des récompenses, autres qu une récompense exclue, que l employé reçoit dans l année de son employeur en reconnaissance de certains accomplissements, tels que l atteinte d un certain nombre d années de service, le respect ou le dépassement des exigences en matière de sécurité ou l atteinte d autres objectifs similaires, à l excédent de la valeur autrement déterminée de cet avantage pour l année sur le moindre des montants suivants : i. 500 $ ; ii. l ensemble des montants dont chacun représente la valeur d une telle récompense. ENCADRÉ 2 CADEAUX ET RÉCOMPENSES EXCLUS DE L ALLÈGEMENT Un cadeau exclu ou une récompense exclue désigne un cadeau ou une récompense, selon le cas, qui : a) soit est en numéraire ; b) soit peut facilement être converti en numéraire, à l exception d un boncadeau ou chèque-cadeau, y compris une carte à puce, qui doit être utilisé pour l achat d un bien ou d un service auprès d un ou de plusieurs commerçants identifiés ; c) soit constitue un avantage qui est visé par une autre disposition particulière de la Loi (art. 36 à 58.3) ou que l on peut raisonnablement considérer, abstraction faite de l article 34 de la Loi, comme un avantage que le particulier a reçu ou dont il a bénéficié en contrepartie de sa prestation de travail. 1 Loi donnant suite au discours sur le budget du 1er novembre 2001, à l énoncé complémentaire du 19 mars 2002 et à certains autres énoncés budgétaires, Projet de loi 10, 37 e Législature, 1 ère session. 2 QUÉBEC, ministère des Finances, Bulletin d information , «Bonification de la politique fiscale en matière d avantages sociaux accordés aux employés, instauration d un crédit d impôt remboursable pour le rajeunissement du parc de véhicules-taxis et autres mesures fiscales», 20 décembre 2001, p. 4 et 5, «1.2 Exemption des premiers 500 $ représentant la valeur des cadeaux et des récompenses offerts aux employés». 3 Bulletin d interprétation Imp. 37-4, «Don à un employé», 21 décembre ARC, Nouvelles techniques sur l impôt sur le revenu no 22, 11 janvier 2002, «Avantages reliés à l emploi», Question et réponses 3 à 8. 5 ARC, Bulletin d interprétation IT-470, «Avantages sociaux des employés», 6 ARC, business/topics/payroll/calculating/otherben efits/gifts/menu-f.html, page consultée le 16 février ARC, business/topics/payroll/calculating/otherben efits/gifts/ninefaq-f.html, page consultée le 16 février Notamment au paragraphe c) du deuxième alinéa de l article de la Loi. 9 QUÉBEC, ministère du Revenu, Service de l interprétation relative aux particuliers, Lettre d interprétation , «Cadeaux offerts à un employé qui est un actionnaire de la société Appréciation de la motivation de l employeur Libéralité à l égard de l employé/actionnaire», 22 janvier QUÉBEC, ministère du Revenu, Service de l interprétation relative aux mandataires et aux fiducies, Mémoire d opinion , «Avantages imposables relatifs à l emploi Acquisition par l employé à titre gratuit de biens vendus au détail par l employeur Frais de garde d enfants payés par l employeur à une garderie indépendante non située sur le site de l entreprise», 28 mai

5 Taxes à la Taxe sur les produits et services Interprétations récentes en matière de commerce électronique Par Isabelle Chouinard, CMA.* Dans les derniers mois, l Agence revenu du Canada («ARC») a continué de publier de nouvelles interprétations confirmant ses politiques pour les fournitures liées au commerce électronique. Logiciel sur Internet incluant les contrats de maintenance 1 Dans ce dossier, l inscrit vend des logiciels. Ses deux principales sources de revenus sont la vente de licences et les contrats de maintenance. La personne qui achète le logiciel auprès de l inscrit a le choix de télécharger le logiciel ou de le recevoir sur disque compact. L inscrit offre l option d acheter un contrat de maintenance sur une base annuelle, incluant la mise à jour et le support technique. Selon l ARC, et ce conformément aux prises de position antérieures, la qualification de la fourniture d un logiciel qui n est pas un logiciel personnalisé dépend de la méthode de livraison au client. Lorsque le logiciel est transmis de façon électronique, il est considéré comme un bien meuble incorporel. Si le logiciel est livré sur un support physique, un disque compact par exemple, il est considéré comme un bien meuble corporel. La fourniture d un bien meuble incorporel qui peut être utilisé au Canada est taxable. Le fait que la fourniture puisse être faite au profit d un acquéreur qui se trouve à l étranger n a pas d incidence sur le lieu réputé de la fourniture. Pour déterminer si un bien meuble incorporel peut être utilisé au Canada, on peut se référer à une entente écrite contenant des dispositions qui régissent le lieu d utilisation du bien meuble incorporel. Par exception, conformément à l article 10, partie V, annexe VI de la Loi sur la taxe d accise («LTA»), la fourniture à un non-résident noninscrit d une propriété intellectuelle, ou des droits, licences ou privilèges y afférents peut être détaxée. Il incombe donc au fournisseur de déterminer la résidence et le statut d inscription de ses clients. L annexe B de la section 4.5.1, Exportations - Déterminer le statut de résidence de la série des mémorandums énumère les documents que l ARC accepte généralement comme preuve suffisante à l effet que le client est à la fois un nonrésident et un non-inscrit. Lorsque le contrat de maintenance est fourni avec le logiciel, il fait partie de la fourniture unique du logiciel. Par contre, lorsqu il est fourni séparément et que l objet principal du contrat est la fourniture de mises à jour, il y a la fourniture distincte d un bien meuble incorporel, sujet à la même règle que celle décrite précédemment. Cependant, si l objet principal du contrat est un soutien technique, la fourniture distincte est considérée être celle d un service. On considère qu un service est fourni au Canada s il est exécuté en totalité ou en partie au Canada. L article 23 de la partie V de l annexe VI de la LTA a pour effet de détaxer certaines fournitures de services consultatifs ou professionnels effectuées au profit de non-résidents pourvu que la fourniture ne soit pas expressément exclue de la détaxation. Pour l ARC, la fourniture d un service de soutien technique relatif à un logiciel peut être détaxée à titre de service consultatif lorsqu elle est fournie à un non-résident. L ARC considère qu un service consultatif ne comprend pas le travail entrepris ou exécuté suite aux recommandations ou aux plans acceptés par le client ou aux conseils fournis par le client. Services de publicité 2 Dans cette situation, le fournisseur d un site Web permet à des entreprises de diffuser leurs publicités sur sa page Web, de citer un ou plusieurs de leurs produits vendus et d afficher le lien ou le résultat d une recherche affichant le nom de chacune de ces entreprises. Le fournisseur reçoit ainsi une commission si un consommateur clique sur la publicité permettant à la page Web de l entreprise de se télécharger sur l ordinateur du consommateur. Ici, l ARC Vos publications sont mises à jour de façon continue dans Internet avec CCH en ligne Plus! Faites-en l essai gratuitement. Demandez votre code d accès au

6 Taxes à la doit déterminer le statut fiscal des fournitures pour lesquelles le fournisseur reçoit une commission d un nonrésident. Ces fournitures sont considérées par l ARC comme des fournitures de services de publicité, et non de biens meubles incorporels. Ce sont donc les règles usuelles de l article 7 et l article 8 de la partie V de l annexe VI de la LTA qui s appliquent pour établir la possibilité de détaxation, et celles du lieu d exécution du service (article 142 LTA) pour déterminer si la fourniture est effectuée au Canada. L article 8 de la partie V de l annexe VI de la LTA permet la détaxation d une fourniture de service de publicité effectuée au profit d une personne non résidente qui n est pas inscrite au moment où le service est exécuté. Cependant, si le non-résident est inscrit aux fins de la TPS/TVH au moment où le service est exécuté, le service peut être également détaxé selon la disposition générale de détaxation visant les exportations de services. En effet, selon l article 7 de la partie V de l annexe VI de la LTA, la fourniture d un service rendu à un nonrésident est détaxée à condition que la fourniture ne soit pas expressément exclue en vertu de l application d un des alinéas a) à h) de l article 7. Par exemple, la fourniture d un service à un non-résident n est pas détaxée si le particulier non résident est au Canada au moment où le service est exécuté ou pendant une période durant laquelle il communique avec le fournisseur au sujet de la fourniture. Encore là, l ARC indique qu il incombe au fournisseur de vérifier que l acquéreur est un non-résident et de s assurer que toutes les autres exigences relatives à la détaxation sont respectées. Logiciels et abonnement à un service en ligne 3 Dans cette situation, le fournisseur Internet accorde une licence non exclusive pour l utilisation d un logiciel. Ce produit est téléchargé par le client. Le fournisseur met également à la disposition un «service en ligne» entre autres pour utiliser le logiciel. Les consommateurs acquittent donc des frais périodiques fixes pour l abonnement. Ainsi, le fournisseur met à la disposition des abonnés des sources d information, des rapports et des tableaux calculateurs. Ce «service en ligne» permet également aux abonnés d organiser et de sauvegarder des données multiples. Conformément à sa politique, l ARC est toujours d avis que les fournitures de logiciels et d accès au «service en ligne» sont celles d un bien meuble incorporel, réputées effectuées au Canada si le fournisseur est inscrit aux fins de la LTA. Par exception, conformément à l article 10, partie V, annexe VI de la LTA, la fourniture à un non-résident non-inscrit d une propriété intellectuelle, ou des droits, licences ou privilèges y afférents peut être détaxée. Ainsi, l ARC conclut que la fourniture d un logiciel par voie électronique est une propriété intellectuelle. Cependant, l ARC conclut qu il n y a aucune disposition qui permet la détaxation de la fourniture d accès à un «service en ligne» effectuée par voie d abonnement. Ainsi, si l accès peut être utilisé au Canada, sa fourniture est taxable. Ce résultat est évidemment particulièrement désavantageux pour les entreprises canadiennes qui veulent offrir ce genre de produit à des non-résidents. Biens neufs ou usagés fournis sur Internet 4 Le fournisseur a un site Internet qui permet aux consommateurs l achat de produits neufs et usagers provenant de différents vendeurs. Le prix de vente des produits offerts est fixé par les vendeurs. Lorsque le consommateur a l intention d acheter un produit, il doit en faire la demande au fournisseur par courrier électronique. Le vendeur a la responsabilité de livrer le bien au consommateur. Une fois la transaction complétée, le fournisseur reçoit le paiement du consommateur relatif au bien acquis et remet au vendeur le montant encaissé moins sa commission. L ARC analyse le statut du service rendu par le fournisseur et de la fourniture du bien meuble corporel («BMC»), de même que les implications de TPS/TVH lorsqu une personne agit à titre de mandataire. La lecture de cette opinion permet d effectuer une revue élaborée de ces trois concepts fondamentaux. - Fourniture de service Conformément à l alinéa 142(1)g) de la LTA, la fourniture d un service est réputée effectuée au Canada si le service est ou sera rendue en tout ou en partie au Canada. L alinéa 142(2)g) de la LTA stipule qu un service est réputé être fourni à l étranger s il est ou sera rendu entièrement à l étranger. Une fourniture «taxable» effectuée au Canada peut parfois se qualifier pour la détaxation des services exportés. Dans certain cas, la fourniture d un service d agir à titre de mandataire ou de représentant peut être détaxée si le service est effectué à un non-résident. L article 5 de la partie V de l annexe VI de la LTA a pour effet de détaxer la fourniture, effectuée au profit d une personne non résidente, d un service de mandataire ou de représentant, ou d un service consistant à faire passer des commandes pour des fournitures à effectuer par la personne ou à son profit, à obtenir de telles commandes ou à faire des démarches pour en obtenir, lorsque le service se rapporte à une fourniture qui est une exportation détaxée à un nonrésident ou une fourniture effectuée à l étranger par la personne ou à son profit. L ARC considère que la fourniture du service de mandataire ou représentant peut être détaxée lorsqu elle est effectuée à un nonrésident et non-inscrit. Tel qu indiqué ci-après, la fourniture de ce dernier 6

7 Taxe sur les produits et services peut alors être réputée effectuée hors du Canada conformément à la présomption du paragraphe 143(1) de la LTA. - Fourniture du BMC L article 142 de la LTA énonce les règles selon lesquelles, des fournitures sont réputées effectuées au Canada ou à l étranger. En règle générale, la TPS/TVH ne s applique qu aux fournitures effectuées ou réputées effectuées au Canada. De façon générale, la fourniture d un BMC par vente est réputée effectuée au Canada si le bien est livré à l acquéreur au Canada ou y est mis à sa disposition. Cependant, le paragraphe 143(1) de la LTA prévoit que la fourniture d un bien meuble effectuée au Canada par une personne non résidente est réputée effectuée à l étranger, sauf si la fourniture est effectuée dans le cadre d une entreprise exploitée au Canada ou si la personne est inscrite au fichier de la TPS/TVH au moment où la fourniture est effectuée. Ainsi, si le fournisseur est un nonrésident, qu il n apparaît pas qu il effectue la fourniture des produits dans le cadre d une entreprise exploitée au Canada et qu il n est pas inscrit au fichier de la TPS/TVH, la fourniture des produits est réputée effectuée à l étranger et ce, conformément au paragraphe 143(1) de la LTA. Cependant, dans le cas où le fournisseur est inscrit, même si la fourniture par vente d un BMC est réputée effectuée au Canada, la fourniture peut être détaxée selon l article 12 de la Partie V de l annexe VI de la LTA. Cette disposition a pour effet de détaxer une fourniture de BMC lorsque la personne livre le bien à un voiturier public ou le poste en vue de son exportation. Une fourniture effectuée au Canada pourra être une fourniture détaxée en vertu de l article 1 de la partie V de l annexe VI de la LTA. Cet article prévoit que la fourniture d un BMC, effectuée par une personne au profit d un acquéreur autre qu un consommateur qui a l intention d exporter le bien sera détaxée si les conditions prévues par cet article sont remplies. En résumé, pour que ces conditions soient respectées, il faut: que l acquéreur exporte le bien dans un délai raisonnable après en avoir pris livraison; que l acquéreur n acquiert pas le bien pour, utilisation ou fourniture au Canada avant l exportation; qu entre le moment de la fourniture et celui de l exportation, le bien ne soit pas davantage traité, transformé ou modifié au Canada, sauf dans la mesure raisonnablement nécessaire ou accessoire à son transport; et que la personne qui fournit le bien possède des preuves, que le ministre estime acceptables, de l exportation du bien par l acquéreur. Ainsi, la personne doit posséder des preuves de l exportation du bien par l acquéreur. La section 4.5.2, Exportations - Biens Meubles Corporels de la série des mémorandums énumère les documents que l ARC accepte généralement comme preuve suffisante. - Mandataire La position de l ARC est que pour l application de la TPS/TVH, une personne est un mandataire relativement à une opération donnée si cette personne est un mandataire d après une détermination des faits et l application de principes de droit. Selon l ARC, les trois qualités essentielles d une relation de mandat sont les suivantes: 1. Consentement du mandant et du mandataire; 2. Pouvoir du mandataire d influer sur la situation juridique du mandant; et 3. Contrôle par le mandant des actes du mandataire. Par conséquent, l application de la TPS/TVH à une opération donnée peut varier selon qu une personne agit ou non à titre de mandataire relativement à l opération en question. L ARC fait référence à l énoncé de politique P-182, Détermination de la signification des mots «mandataire» et «mandat». Bulletins d interprétation, Circulaires d information et Décisions anticipées, 6 e édition, pages 72 $ Q398 ISBN : L information gouvernementale organisée pour faciliter votre travail Repérage rapide et efficace : Amélioration du contraste pour une meilleure lisibilité. Ajout de bandes de repérage pour les diverses parties de l ouvrage. Contenu : Texte complet des bulletins d interprétation et des circulaires d information. Texte intégral des décisions anticipées en matière d impôt sur le revenu. Texte intégral des nouvelles techniques sur l impôt sur le revenu de l ARC. Références aux articles de la Loi de l impôt sur le revenu et à son Règlement. Index par sujet et par disposition législative. Liste numérique pour chaque catégorie de document. Liste de renvoi aux dispositions Signet résumant la table des matières de l ouvrage. 7

8 Taxes à la Taxe sur les produits et services Lorsqu un mandataire effectue une fourniture taxable pour le compte d un mandant qui est tenu de percevoir la taxe (généralement un inscrit), les règles générales s appliquent et la taxe est déclarée par le mandant (c.-à-d. le mandant rend compte de la taxe sur la fourniture effectuée par l entremise du mandataire). L obligation de percevoir la taxe sur les services fournis au mandant relativement à ces ventes revient au mandataire. Il existe une règle spéciale en TPS en vertu de laquelle le mandataire et le mandant peuvent faire un choix conjoint pour que ce soit le mandataire et non le mandant qui rende compte de la taxe. En faisant ce choix conjoint, le mandataire doit percevoir, déclarer et verser la taxe sur la fourniture des produits et services taxables faite pour le compte du mandant. Ce choix conjoint est fait en remplissant et signant le formulaire GST 506F, Attestation et révocation d un choix fait conjointement par le mandataire et le mandant. Le mandant et le mandataire doivent conserver une copie de ce formulaire dans leurs livres comptables. Lorsque ce choix est fait, le mandataire doit quand même percevoir et verser la TPS/TVH sur sa commission et ses honoraires pour les autres services qui sont fournis au mandant et qui sont liés à la fourniture. Un projet de modifications à la LTA a été annoncé le 20 décembre 2002 visant le traitement fiscal des opérations relatives aux mauvaises créances pour les mandataires. Selon des modifications proposées, les règles suivantes s appliquent aux mandataires et mandants qui ont fait le choix: Les règles sur les remboursements, les crédits ou les redressements de taxe au client s appliquent au mandataire et non au mandant; Les règles relatives aux redressements et aux recouvrements de créances irrécouvrables s appliquent maintenant aux mandataires; Le mandataire et le mandant sont solidairement responsables des obligations fiscales relatives à la fourniture (y compris le versement de la taxe nette, les redressements pour créances irrécouvrables, le recouvrement de créances irrécouvrables); et Le mandataire doit inclure les ventes dans le calcul du montant déterminant qui établit sa période de déclaration. En général, ces changements sont très bien reçus puisqu ils viennent corriger des anomalies de la LTA. Ainsi, lorsque le mandataire, qui a fait le choix avec le mandant de remettre les taxes de ce dernier, fait face à une mauvaise créance, il est logique et équitable qu il bénéficie du même traitement que le fournisseur original. Il existe également une règle spéciale qui doit être considérée lorsque le mandant est une personne qui n est pas tenue de percevoir la taxe relativement à une fourniture qui serait autrement taxable (par exemple, lorsque le mandant est un petit fournisseur). Le paragraphe 177(1) de la LTA prévoit que lorsque l inscrit, dans le cadre de ses activités commerciales, agit à titre de mandataire d un mandant qui n est pas tenu de percevoir la taxe relativement à la fourniture, et fournit un BMC du mandant, la fourniture est réputée être une fourniture taxable effectuée par le mandataire. De plus, le mandataire est réputé ne pas avoir effectué au mandant une fourniture de services se rapportant à la fourniture du bien à l acquéreur. * L auteure est directrice - Service des taxes à la chez PricewaterhouseCoopers s.r.l. 1 Document de l ARC en date du 24 juin 2003 et publié le 4 novembre Document de l ARC en date du 15 juillet 2003 et publié le 3 novembre Document de l ARC en date du 27 mai 2003 et publié le 2 septembre Document de l ARC en date du 30 mai 2003 et publié le 2 septembre Impôts Information gouvernementale FÉDÉRAL État des négociations des conventions fiscales internationales L état des négociations des conventions fiscales internationales a été révisé suite à l annonce par Finances Canada d une renégociation entre la République de Corée et le Canada. QUÉBEC Bulletin d information Finances Québec a publié le bulletin d information , Moratoire à l égard de l émission des actions de Capital régional et coopératif Desjardins. Ce bulletin d information fait suite au Discours sur le budget du 12 juin 2003, dans lequel il était indiqué que le montant des émissions des sociétés d investissement autorisées à recueillir du capital bénéficiant d un avantage fiscal serait limité pour un an. 8

9 Taxes à la Montants non déclarés à titre de revenus et notion de mandataire Par Stéphane Marcassa, LL.B* Décisions récentes Au cours des derniers mois, nous avons retenu deux décisions des tribunaux dont nous faisons ici un bref survol. Il est en outre question de montants non déclarés à titre de revenus et de la notion de mandataire. Montants non déclarés à titre de revenus Dans l affaire de Marchildon, L. et al. c. La Reine (Cour canadienne de l impôt, le 16 janvier 2004, Dossiers (GST)I, (GST)I et (GST)I), une des questions soulevées devant la cour était de savoir si les recettes des machines de vidéopoker constituaient des revenus pour les appelants. Les appelants opéraient un restaurant dans lequel se trouvaient des machines de vidéo-poker. Les appelants soutenaient que le montant de revenu non déclaré provenant des machines de vidéo-poker, et sur lequel l Agence du revenu du Canada («ARC») cotisait des montants de TPS non remis, était beaucoup trop élevé. Tout au plus, ils estimaient que les machines avaient généré un revenu total de $ à $ pour les deux années d imposition cotisées. Audelà de ces sommes, ils soutenaient qu il ne s agissait pas de réelles opérations commerciales puisque ce n était que de l amusement. La cour indiqua qu une transaction commerciale s effectue lorsqu une personne insère une pièce de monnaie dans la machine et reçoit en contrepartie une partie de poker virtuelle avec la possibilité d un gain ou d une perte. Dans les faits, les appelants inséraient l argent qui se trouvait déjà dans les machines de vidéo-poker ou faisaient grimper les crédits à même ces machines et jouaient. L élément qui poussait les appelants à croire qu il n y avait pas de transaction commerciale est le fait qu ils détenaient les clefs donnant accès aux machines. Après avoir entendu les témoignages des appelants, le juge en vint à la conclusion qu il était plus probable que les clefs étaient un accès aux machines, par exemple pour des fins de réparation, et non un accès illimité au jeu. Ainsi, les appelants n ont pas démontré par prépondérance de preuve que les recettes des machines n étaient pas des revenus pour eux ou L'opérateur d'une machine de loterie vidéo qui l'utilise lui-même doit néanmoins payer les taxes exigibles. que le Ministre avait erré dans le calcul de ces recettes. Les compteurs permettaient de déterminer les recettes tirées des machines de vidéo-poker alors que l entente avec le propriétaire des machines permettait de calculer la part de ces recettes attribuables aux appelants. En l absence de preuve que les appelants pouvaient jouer aux machines de vidéo-poker sans payer, la cour indiqua qu il était juste de considérer que les lectures des compteurs des machines illustraient correctement les revenus tirés de ces machines. La cour ajouta que les appelants avaient bénéficié de ces profits en partie en argent comptant et en partie en temps de jeu. Le fait que ces derniers aient choisi de jouer leurs profits ne changeait pas le fait qu ils avaient bénéficié de tels revenus. Notion de mandataire Dans l affaire Au pied du Mont Sainte-Anne Condominiums le Village Vacances Animés Inc. c. La Reine (Cour canadienne de l impôt, le 13 janvier 2004, Dossier (GST)G), la question en litige était de savoir si l appelante agissait en tant que mandataire des syndicats de copropriétaires, de sorte qu elle n était pas tenue de percevoir et de remettre la TPS sur un paiement de ,28 $ ou si elle avait fourni des services taxables en sa qualité de gestionnaire pour ces syndicats. L appelante exploitait un centre de villégiature. Elle y louait des unités en copropriété divise et offrait divers services à ses occupants. Un protocole d entente fut signé entre l appelante et les syndicats de copropriétaire dans le but de permettre la réalisation d économies par la négociation de groupe et la gestion commune du site. Le protocole désignait l appelante comme étant le gestionnaire de certaines activités courantes. Elle devait aller chercher et négocier des offres de services, notamment pour le déneigement, la surveillance des piscines, les assurances et la cueillette des ordures, afin de les soumettre aux syndicats pour approbation. La cour indiqua qu il incombait à l appelante d établir, par prépondérance des probabilités, l existence d une relation de mandataire. À cette fin, le protocole d entente devenait l outil primordial dans la détermination de la nature de la relation que l appelante avait établie avec les syndicats. Selon la cour, la présence 9

10 Taxes à la Décisions récentes des éléments suivants était essentielle afin d établir l existence d un mandat: l accomplissement d un acte juridique, le consentement du mandant et du mandataire, le pouvoir du mandataire de modifier la position juridique du mandant et le contrôle que le mandant exerce sur les actes du mandataire. Elle ajouta aussi que l ARC recommande de considérer les indices suivants afin de déterminer s il y a mandat une fois que les éléments essentiels ont été établis: la rémunération, la propriété du bien, la responsabilité en matière de contrats et de paiements, la pratique comptable, les efforts consacrés, les risques assumés, la modification du Impôts FÉDÉRAL Propositions législatives, avant-projets de règlement et notes explicatives concernant l impôt sur le revenu Le ministre des Finances a rendu public (communiqué ) un projet de modifications techniques révisées concernant la Loi de l impôt sur le revenu. Ce projet avait initialement été présenté le 20 décembre Le public et les professionnels de l impôt sont invités à faire part de leurs commentaires sur les propositions au ministère des Finances d ici le 30 avril Prenez note que PUBLICATIONS CCH publiera un Rapport spécial reproduisant toutes les mesures annoncées. Projet de loi C-3 (Enregistrement des partis politiques) Le projet de loi C-3, Loi modifiant la Loi électorale du Canada et la Loi de l impôt sur le revenu, a été présenté en première lecture le 10 février Ce projet de loi remplace le projet de loi C-51. La modification proposée au paragraphe 127(3.3) LIR a été révisée en conséquence. Projet de loi C-8 (Bibliothèque et Archives du Canada) Le projet de loi C-8, Loi constituant Bibliothèque et Archives du Canada, bien acquis et l utilisation du bien ou du service par le mandataire. Après avoir tenu compte de l entente et des faits de la situation entre les parties, la cour conclut qu il n existait pas de relation de mandant et mandataire puisque l appelante n était pas expressément autorisée à agir à titre de mandataire. La preuve ne révéla pas qu il y avait eu de la part de l appelante un comportement pouvant amener la cour à conclure à l existence d une telle relation, c est-à-dire un pouvoir d engager et de lier les syndicats dans un acte juridique. La cour ajouta qu il ne suffit pas simplement de négocier une entente pour créer une relation de mandant et modifiant la Loi sur le droit d auteur et modifiant certaines lois en conséquence, a été réimprimé le 11 février Ce projet de loi remplace le projet de loi C-36 qui avait initialement été adopté le 28 octobre La modification proposée à l alinéa 241(4)i) LIR a été révisée en conséquence. QUÉBEC Loi sur les impôts La Loi sur les impôts (L.R.Q., c. I-3) a été modifiée suite à l entrée en vigueur, le 1 er février 2004, de L.Q. 2002, c. 45 (Décret , 2004 G.O. 2, 905). Cette loi a aussi été modifiée par le projet de loi 34, Loi sur le ministère du Développement économique et régional et de la Recherche (L.Q. 2003, c. 29), sanctionné le 18 décembre 2003 et entrant en vigueur à une date fixée par le gouvernement. Loi sur l assurance-médicaments La Loi sur l assurance-médicaments (L.R.Q., c. A-29.01) a été modifiée suite à l entrée en vigueur, le 1 er février 2004, de L.Q. 2002, c. 45 (Décret , 2004 G.O. 2, 905). mandataire. Il faut que l entente engage et lie le mandant. Ce n était pas le cas en l espèce. L ensemble de la preuve se prêtait d avantage à la création d un mandat de gestion plutôt qu à un contrat de mandat. Ce jugement vient une fois de plus nous rappeler qu il est primordial, lorsque l on veut établir une relation de mandant et de mandataire, de bien documenter cette relation et de l établir clairement dans les ententes ou les contrats signés et de se comporter comme tel dans les faits, notamment dans les pratiques comptables de chacune des parties. * L auteur est premier directeur chez PricewaterhouseCoopers s.r.l. Législation Loi sur l administration financière La Loi sur l administration financière (L.R.Q., c. A-6.001) a été modifiée suite à l entrée en vigueur, le 1 er février 2004, de L.Q. 2002, c. 45 (Décret , 2004 G.O. 2, 905). Loi sur l Agence nationale d encadrement du secteur financier Plusieurs articles de la Loi sur l Agence nationale d encadrement du secteur financier (L.R.Q., c. A-7.03) sont entrés en vigueur le 1 er février 2004 par le Décret , 2004 G.O. 2, 905. Loi sur les centres financiers internationaux L article 4 de la Loi sur les centres financiers internationaux (L.R.Q., c. C-8.3) a été modifié suite à l entrée en vigueur, le 1 er février 2004, de L.Q. 2002, c. 45 (Décret , 2004 G.O. 2, 905). Réglementation Le Règlement 3 en application de l article 746 de la Loi sur l Agence nationale d encadrement du secteur financier a été ajouté à la version électronique par le Décret , 2004 G.O. 2,

11 Taxes à la Analyse Analyse du programme «Information préalable sur les expéditions commerciales» La déclaration électronique obligatoire du fret avant l arrivée Par Jean-Marc Clément, LL.L, DESS. Le 7 octobre dernier l Agence des Douanes et du Revenu du Canada (Agence) publiait l Avis des douanes N-542 annonçant la mise en oeuvre prévue d un nouveau programme intitulé «Information préalable sur les expéditions commerciales» (IPEC). Cet Avis comporte des détails importants sur la règle du préavis de 24 heures pour annoncer l arrivée du fret maritime qui avait été dévoilée en avril dernier. L objet de cet article est d en expliquer les grandes lignes et faire ressortir les impacts pour les importateurs canadiens. Aperçu de l IPEC L IPEC prévoit la transmission de données relatives aux importations avant leur arrivée à la frontière et ce, obligatoirement, de façon électronique. Précisons que tant les importateurs que les transporteurs et les expéditeurs sont chacun responsables de la transmission d une série de données vis-à-vis desquelles ils sont impartis. L Avis N-542 vise spécifiquement les transporteurs et les expéditeurs. Ceux-ci devront fournir dorénavant des données sur le fret et sur les moyens de transport par voie électronique et ce, au plus tard dans les délais prévus à cet effet. Ces délais varient selon le mode de transport utilisé, mais tous prévoient la fourniture de ces renseignements avant l arrivée du fret et du moyen de transport au Canada. Cela permet à l Agence d identifier les transporteurs et les marchandises qui présentent un risque au niveau de la santé et la sécurité des Canadiens et qui méritent une certaine intervention avant leur arrivée au Canada. Actuellement, les délais prévus pour chaque mode de transport sont les suivants: Maritime (conteneurs): 24 heures avant le chargement du navire au port étranger Maritime (fret «en vrac»): 24 heures avant l arrivée du navire au Canada Aérien (vols de + 4h): 4 heures avant l arrivée de l aéronef au Canada Des descriptions générales ne seront plus recevables. Aérien (vols de 4h): Au moment du décollage Ferroviaire: 2 heures avant l arrivée au poste frontière canadien Routier: 1 heure avant l arrivée au poste frontière canadien Ces exigences seront mises en oeuvre graduellement, en commençant par les règles pour les expéditions du mode maritime qui entrent en vigueur le 19 avril Le calendrier de mise en application pour les autres modes, soit le mode ferroviaire, le mode aérien et le mode routier, sera annoncé ultérieurement. Il faut noter que la déclaration électronique préalable du moyen de transport et du fret ne touche pas les navires à destination du Canada qui contiennent seulement des marchandises qui ont été chargées aux États- Unis. Les exigences actuelles sont maintenues pour ces navires et le fret qu ils contiennent. Si un transporteur ou un expéditeur de fret n est pas en mesure de transmettre les renseignements requis par voie électronique, il doit prendre les dispositions nécessaires afin que ces renseignements soient communiqués d une manière ou d une autre à l Agence par voie électronique (ex.: en impartissant l exécution de cette responsabilité à un tiers). À défaut, la marchandise ne peut être acheminée vers le Canada, ce qui aura nécessairement un impact sur les délais de livraison et par le fait même sur les activités commerciales des importateurs canadiens. Données obligatoires sur le fret et les moyens de transport Les données relatives au moyen de transport comprendront des précisions afin d identifier le navire, ses capacités, ainsi que des renseignements sur son horaire et sur son itinéraire. Les données relatives au fret qui doivent obligatoirement être transmises au préalable comprennent une description complète et exacte du contenu de l expédition. Des descriptions générales comme «fret de toutes sortes», «marchandises générales», «chargement et compte de l expéditeur», «sur la foi de la déclaration de contenu», ainsi que toute autre expression générale semblable ne seront plus recevables. 11

12 Taxes à la Les renseignements qui doivent être fournis avec la demande d autorisation de mise à bord comprennent: le nom et le code du transporteur; la source, la nature et la méthode d emballage ou de groupage des marchandises qui sont expédiées; les ports d escale étrangers et nationaux; le nombre de navires que le transporteur utilise pour le transport de marchandises diverses, ainsi que les noms des navires et leurs numéros de l Organisation maritime internationale; et la liste des importateurs et des expéditeurs du transporteur, en indiquant ceux qui sont membres du programme «Partenaires en protection» (PEP). Les transporteurs maritimes signaleront les conteneurs vides qui sont considérés comme étant en service de navette, en fournissant la liste de tous les conteneurs en question dont le transporteur maritime est responsable. Les données touchant les conteneurs vides doivent être transmises à l Agence, par voie électronique, dans les 24 heures suivant le départ du navire du dernier port d escale étranger. Si les marchandises pour lesquelles des données relatives au fret ont été communiquées sont retirées d un navire avant leur arrivée au Canada et qu elles sont ensuite chargées dans un autre navire à destination du Canada, les données relatives au fret doivent être à nouveau transmises à l Agence, par voie électronique, au moins 24 heures avant le chargement des marchandises à bord du navire qui les transporte au Canada. Transmission des données et permissions Sur réception d une transmission jugée adéquate, l Agence enverra un accusé de réception au transporteur. En revanche, si la transmission ne respecte pas les règles, l Agence enverra un message de rejet de la validation au lieu d un accusé de réception. Si aucun accusé de réception n est reçu, le transporteur ou l expéditeur de fret doit soumettre à nouveau les données corrigées pour le moyen de transport ou le fret dans les délais prévus pour la déclaration du fret. La date et l heure approximatives du chargement seront utilisées afin de déterminer le délai de 24 heures «préalable au chargement» pour le début du traitement de l évaluation des risques. L Agence complète le processus d évaluation des risques dans les 24 heures qui suivent la réception ou l acceptation de la transmission des données. Si l Agence ne produit pas de message «retenir en vue d un examen» ou «retenir en vue d obtenir des renseignements supplémentaires» dans les 24 heures suivant la transmission, le transporteur peut procéder au chargement de l expédition. Dans des circonstances extrêmes, l Agence pourrait aussi refuser l'entrée du navire dans un port canadien. Si le transporteur reçoit le message «retenir en vue d obtenir des renseignements supplémentaires», les renseignements demandés dans le message doivent alors être communiqués à l Agence dans les délais applicables au fret concerné. Lorsque l Agence est d avis que les renseignements fournis par le transporteur ou l expéditeur sont satisfaisants, le transporteur est alors informé que la retenue a été supprimée. Si le transporteur reçoit un message «retenir en vue d un examen», l administration des douanes au port de chargement étranger communiquera avec le transporteur ou l expéditeur afin de prendre les mesures nécessaires à l examen de l expédition. À leur arrivée au Canada, certains conteneurs et certaines expéditions peuvent être retenus à des fins d examen ou pour l obtention de renseignements supplémentaires. Dans certains cas, l Agence peut produire le message «ne pas décharger sur le quai» en attendant la communication de données supplémentaires ou le règlement de questions relatives à la santé ou à la sécurité. Défaut de se conformer Aucune sanction précise au Régime de sanctions administrative pécuniaire (RSAP) n a été créée pour la mise en oeuvre initiale de ces obligations. Ceux qui ne pourront fournir les données requises par voie électronique en temps opportun pourraient: - Subir des délais lors du chargement dans les ports étrangers; - Être sujet à une vigilance accrue par l Agence à l avenir; et - Subir des délais lors du déchargement dans le port canadien. Dans des circonstances extrêmes, l Agence pourrait aussi refuser l entrée du navire dans un port canadien ou ne pas autoriser le déchargement de certains conteneurs. De plus, les transitaires qui ne fournissent pas des données précises par voie électronique en temps opportun pourraient également perdre leurs privilèges de transmission directe en tant qu intermédiaire et devraient fournir des données détaillées au transporteur. Les sanctions du RSAP relatives à la déclaration des marchandises et des moyens de transport et du transport continueront à s appliquer. Dans le cas de la règle des 24 heures pour le secteur maritime, les sanctions ne viseront que les transporteurs. Il faut toutefois souligner que les transporteurs ne se verront pas imposer de pénalités s ils font preuve d une diligence raisonnable pour s assurer que des données précises sont transmises en temps opportun, mais 12

13 Analyse Documents techniques qu ils sont mal informés par les expéditeurs ou les transitaires. Prochaines étapes L obligation des autres transporteurs (aériens, ferroviaires et routiers) de fournir des renseignements de même nature sur le fret et les moyens de transport sera graduellement mise en œuvre. Il suffit de retenir pour le moment qu ils auront à faire face aux mêmes obligations et sanctions dans un avenir rapproché. Par ailleurs, les importateurs auront aussi à fournir des renseignements sur leurs importations directement à l Agence avant l arrivée à la frontière et ce, obligatoirement, de façon électronique. Déjà le code de classement tarifaire du Système harmonisé doit être fourni lors de la demande de mainlevée. Il faut prévoir que bien d autres renseignements s ajouteront à la liste des informations préalables. Les activités liées à l importation et les procédures de dédouanement des marchandises font partie d un environnement en continuelle évolution qui exige dorénavant une planification temporelle accrue. Par exemple, l IPEC force les importateurs dont les flux d approvisionnement sont en «juste à temps» à prévoir l obtention et la transmission des renseignements plus tôt dans le processus d achat. Ceux qui auront su relever ce défi avec succès en intégrant la douane avec les autres facteurs concurrentiels occuperont une place favorable sur le marché. Tout défaut de se conformer aux exigences relatives à l avis préalable en vertu de l IPEC pourrait entraîner l application de pénalités et de sanctions en vertu de la Loi sur les douanes. N.D.L.R.: L auteur est premier directeur Douanes et commerce international chez PricewaterhouseCoopers s.r.l. Taxes à la FÉDÉRAL Application de la TPS/TVH aux fournitures d évaluations médicales indépendantes et d autres évaluations indépendantes (Version préliminaire) L ARC a annoncé que, pour son document ayant trait à l application de la TPS/TVH aux évaluations médicales indépendantes et aux autres évaluations indépendantes, la date pour accepter les commentaires et observations à l égard de ce document est reportée du 29 février 2004 au 30 avril Formulaires L ARC a révisés les formulaires suivants: GST 502F, Choix fait conjointement par l encanteur et le mandant. GST 521F, Demande de remboursement de la TPS/TVH pour fiducie de régime interentreprises. QUÉBEC Bulletins d interprétation Revenu Québec a publié les bulletins d interprétation suivants: LMR. 28-1/R61, Taux d intérêt; SPÉCIAL 142, Projet de loi no 10, Loi donnant suite au discours sur le budget du 1 er novembre 2001, à l énoncé complémentaire du 19 mars 2002 et à certains autres énoncés budgétaires; SPÉCIAL 143, Règlements modifiant des règlements d ordre fiscal et Arrêté ministériel; TVQ /R2, Programme d exonération financière pour les services d aide domestique; TVQ /R2, Méthodes simplifiées de calcul d un remboursement de la taxe sur les intrants à l égard d un remboursement de dépenses; TVQ , Cautionnement d exécution consenti à l égard d un contrat de construction. Lettres d interprétation Revenu Québec a récemment émis la lettre d interprétation suivante: , Construction d un bâtiment par une municipalité sur un terrain faisant l objet d un droit d emphytéose Location du bâtiment à un organisme déterminé de services publics Taux de remboursement partiel des taxes. Mémoires d opinion Revenu Québec a récemment rendu le mémoire d opinion suivant: , Services de santé exonérés Services de psychologie Nature du service rendu par le praticien. Formulaires Revenu Québec a récemment révisé les formulaires suivants: CAZ-15, Formulaire à l intention des consommateurs de mazout coloré servant à alimenter un moteur de locomotive sur rail; CAZ-17, Formulaire à l intention des personnes qui se procurent du carburant hors du Québec pour ou usage; FP-2029, Choix exercé par une institution pour que la fourniture de ses cours, de ses examens ou de ses certificats soit taxable (nouveau); FPZ-500, Formulaire de déclaration TPS/TVH-TVQ; IN-322, Entente internationale concernant la taxe sur les carburants et Manuel des procédures (IFTA) (nouveau); VDZ-527, Formulaire de déclaration de la taxe sur les primes d assurance; VDZ-539, Formulaire relatif au pari mutuel à l intention des personnes inscrites. 13

14 Taxes à la FÉDÉRAL Remboursement intégral de la TPS aux municipalités Le ministre des Finances a annoncé, via le communiqué , qu il proposera des mesures législatives pour l entrée en vigueur du remboursement intégral de la TPS aux municipalités le 1 er février De plus, l ARC a publié un avis explicatif intitulé: Modification au taux de remboursement de la TPS/TVH accordé aux municipalités. Projet de loi C-8 (Bibliothèque et Archives du Canada) Le projet de loi C-8, Loi constituant Bibliothèque et Archives du Canada, modifiant la Loi sur le droit d auteur et modifiant certaines lois en conséquence, a été réimprimé le 11 février Ce projet de loi remplace le projet de loi C-36 qui avait initialement été adopté le 28 octobre La modification proposée au paragraphe 295(5)h) LTA a été révisée en conséquence. QUÉBEC Loi sur la taxe de vente du Québec Les articles 1 (définition de «institution financière désignée») et 519 de la Loi sur la taxe de vente du Québec ont été modifiés suite à l entrée en vigueur (Décret , 2004 G.O. 2, 905), le 1 er février 2004, de la Loi sur l Agence nationale d encadrement du secteur financier (L.Q. 2002, c. 45). Bulletin d information Finances Québec a publié le bulletin d information , Application de la taxe spécifique sur l hébergement dans les régions touristiques du Bas-Saint-Laurent, de Lanaudière et de la Mauricie. Ce bulletin annonce l application de la taxe spécifique sur l hébergement de 2 $ par nuitée à compter du 1 er avril Législation Règlement de remise de la taxe de vente du Québec dans le cadre des 3 es Championnats du monde d athlétisme jeunesse de l AIFA Le Règlement de remise de la taxe de vente du Québec sur l apport de biens au Québec dans le cadre des 3 es Championnats du monde d athlétisme jeunesse de l Association internationale des fédérations d athlétisme a été publié le 18 février 2004 (Décret , G.O. II, p. 1253) et a été ajouté sous la rubrique «Règlements du Québec». Il en va de même pour son pendant fédéral: Décret de remise visant les 3 es Championnats du monde d athlétisme jeunesse de l IAAF (DORS/ ) qui a été incorporé sous la rubrique «Règlements fédéraux». Guide de l impôt canadien, 51 e édition, 2004 Votre meilleur choix en matière d impôt fédéral et pour l approfondissement de vos analyses afin de mieux conseiller vos clients. Voici l'ouvrage où vous retrouverez des commentaires détaillés sur la Loi de l impôt sur le revenu et son Règlement de même que sur de nombreux sujets d intérêt : Planification fiscale de fin d année. Incorporation et roulement des biens de sociétés. Résolution de problèmes fiscaux complexes (y compris ceux relatifs aux déclarations de revenus). Incidences fiscales pour les réorganisations d entreprises (fusion, liquidation). Situations avec des incidences transfrontalières (non-résidents, international). Vous avez tout à gagner en utilisant un outil exhaustif, exact et à jour pour traiter vos cas particuliers de façon professionnelle pages 72 $ Q419 ISBN : Autres atouts CCH Index par sujet Tableaux utiles Modifications récentes Renvois aux documents officiels Liste témoin sur la planification fiscale Fiscalité québécoise Trame de repérage Signet de la table des matières Renseignez-vous en composant le

15 Documents techniques Impôts FÉDÉRAL Circulaires d information L annexe de la circulaire IC 84 3R5, Dons à certaines oeuvres de bienfaisance situées à l étranger, a été révisée. Formulaires Voici les formulaires qui ont été révisés ce mois-ci: T1E-OVP, Déclaration de revenus des particuliers pour 1996 et les années suivantes Cotisations excédentaires à des REEE (rév. 04); T2 SCH 18, Remboursement fédéral et provincial ou territorial au titre des gains en capital (rév. 03); T3 DEC, Déclaration de renseignements et de revenus des fiducies (rév. 03); T184, Remboursement au titre des gains en capital pour une fiducie de fonds commun de placement 2003 (rév. 04); T1055, Sommaire des dispositions réputées (pour les années d imposition 2003 et suivantes) (rév. 03); T1174, Convention entre sociétés associées pour attribuer le salaire ou le traitement d employés déterminés à titre de dépenses de recherche scientifique et de développement expérimental (RS&DE) exercés au Canada (rév. 04); T2038(IND), Crédit d impôt à l investissement (particuliers) (rév. 03); T2057, Choix relatif à la disposition de biens par un contribuable en faveur d une société canadienne imposable (rév. 04); T2202A, Certificat pour les frais de scolarité et le montant relatif aux études (rév. 04). Guides Voici les guides qui ont été révisés ce mois-ci: RC4092, Les régimes enregistrés d épargne-études (REEE) (rév. 04); T4002, Revenus d entreprise ou de profession libérale 2003 (rév. 03); T4012, Guide T2 Déclaration de revenus des sociétés 2003 (rév. 03). QUÉBEC Lettre d interprétation La lettre d interprétation suivante est insérée: , Revenus de commissions transférées à une société Harmonisation des positions administratives (19/1/04). Mémoires d opinion Les mémoires d opinion suivants sont insérés: , Paiements sur obligations et autres titres émis à escompte Déduction pour prime de remboursement anticipé et pour prime d émission d actions sur privilège de conversion Révision de l opinion émise dans la lettre (27/1/04); , Droit supplétif relatif au transfert d immeubles à une société Transactions entre personnes liées avant l acquisition des actions Contrôle d une société (28/1/04); , Paiements sur obligations et autres titres émis à escompte Déduction pour prime d émission d actions sur privilège de conversion (27/1/04); , Crédits d impôt remboursables Restrictions sur le cumul des crédits Crédit R&D Crédit sur les salaires relatif à un projet novateur dans un CDTI (12/11/03). Bulletins d interprétation Les bulletins d interprétation suivants sont insérés: IMP. 62-3/R1, Déduction des dépenses d un employé qui touche des commissions (conditions générales) (30/1/04); IMP /R1, Crédit d impôt pour revenus de retraite et contrat de rente d étalement (30/1/04); LMR. 28-1/R61, Taux d intérêt (30/1/04); SPÉCIAL 179, Projet de loi n o 10 Loi donnant suite au discours sur le budget du 1 er novembre 2001, à l énoncé complémentaire du 19 mars 2002 et à certains autres énoncés budgétaires (30/1/04); SPÉCIAL 180, Règlements modifiant des règlements d ordre fiscal et Arrêté ministériel (30/1/04). Mémoires d opinion Les mémoires d opinion suivants ont été ajoutés: , Entreprise exercée à domicile Limite de 50 % sur les dépenses et sur les RTI «Principal lieu d affaires» (24/11/03). Formulaires Voici les formulaires qui ont été révisés ce mois-ci: CO , Exonération pour les PME manufacturières des régions ressources éloignées (Rév. 03); CO-771.R.3, Répartition des affaires faites au Québec et ailleurs (Rév. 04); CO-1012, Demande par une société d un report rétrospectif de perte (Rév. 04); CO AI, Crédit d impôt relatif à la période d apprentissage d employés spécialisés (Rév. 03); CO IP, Crédit d impôt pour la promotion effectuées auprès des investisseurs (Rév. 03); RL-17.L, Rémunération provenant d un emploi à l extérieur du Canada (Rév. 03); RL-22.L, Revenu d emploi relié à un régime d assurance interentreprises (Rév. 03); TP , Crédit d impôt pour stage en milieu de travail (Rév. 03). Guides Voici les guides qui ont été révisés ce mois-ci: IN-112, Crédit d impôt pour frais de scolarité ou d examen (Rév. 04); IN-133, Les personnes handicapées et la fiscalité (Rév. 04); IN-120, Gains et pertes en capital (Rév. 03); IN-155, Les revenus d entreprise ou de profession (Rév. 03); IN-906, La perception des pensions alimentaires (Rév. 04). 15

16 Guide fiscal Huot Le GUIDE FISCAL HUOT est la version électronique de l ouvrage Cours d impôt - Collection Recueil Fiscal publié par René Huot depuis près de 30 ans. Le format électronique offre plusieurs avantages : navigation, recherche et rapidité. Des liens hypertextes permettent d accéder à la documentation gouvernementale citée dans les commentaires de René Huot. L ouvrage électronique comprend le GUIDE FISCAL HUOT et la documentation gouvernementale pertinente citée par l auteur. Prix régulier : 225 $ (version autonome) OFFRE SPÉCIALE pour les abonnés de la Collection fiscale Impôts : Le GUIDE FISCAL HUOT est aussi intégré à la Collection fiscale Impôts. De la Collection fiscale Impôts, vous pouvez accéder aux commentaires de René Huot à partir des liens sous les articles de loi et accéder à la documentation gouvernementale pertinente citée par l auteur dans le GUIDE FISCAL HUOT. OFFRE SPÉCIALE aux abonnés de la Collection fiscale Impôts Prix : 195 $ Renseignez-vous en composant le BUCF

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Ottawa, le 7 janvier 2014 MÉMORANDUM D13-3-13 EN RÉSUMÉ Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Les modifications supplémentaires liées à la

Plus en détail

BONNE FOI : LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.) MENDELSOHN TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 233 1. CONTEXTE LÉGISLATIF... 233

BONNE FOI : LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.) MENDELSOHN TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 233 1. CONTEXTE LÉGISLATIF... 233 CHRONIQUE TPS/TVQ 231 BONNE FOI : CRÉDITS ET REMBOURSEMENTS DE TAXE SUR INTRANTS LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.) MENDELSOHN TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 233 1. CONTEXTE LÉGISLATIF... 233 2.

Plus en détail

Info TPS/TVH GI-119 Juillet 2011 Taxe de vente harmonisée Nouvelle règle sur le lieu de fourniture pour les ventes de véhicules à moteur déterminés

Info TPS/TVH GI-119 Juillet 2011 Taxe de vente harmonisée Nouvelle règle sur le lieu de fourniture pour les ventes de véhicules à moteur déterminés Info TPS/TVH GI-119 Juillet 2011 Taxe de vente harmonisée Nouvelle règle sur le lieu de fourniture pour les ventes de véhicules à moteur déterminés La présente publication explique une nouvelle règle sur

Plus en détail

GUIDE FISCAL RELATIF AUX CARTES D ACHAT AU CANADA

GUIDE FISCAL RELATIF AUX CARTES D ACHAT AU CANADA PRÉPARATION DES DÉCLARATIONS FISCALES GUIDE FISCAL RELATIF AUX CARTES D ACHAT AU CANADA Des conseils simples pour réclamer des crédits de taxe sur intrants à l égard de transactions effectuées au moyen

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

Bulletin Commerce international et droit douanier

Bulletin Commerce international et droit douanier Bulletin Commerce international et droit douanier Août 2009 Fasken Martineau DuMoulin S.E.N.C.R.L., s.r.l. Le Canada cherche à imposer des droits de douane sur les frais de gestion et les paiements de

Plus en détail

Communiqué fiscal 1. DIVIDENDES DETERMINES OU DIVIDENDES ORDINAIRES (PERSONNES AGEES) Février 2008

Communiqué fiscal 1. DIVIDENDES DETERMINES OU DIVIDENDES ORDINAIRES (PERSONNES AGEES) Février 2008 Communiqué fiscal SECTION 1 IMPÔTS SUR LE REVENU Comme vous pourrez le constater, il n y a pas beaucoup de nouvelles fiscales en ce début d année. Cependant, nous nous sommes questionnés à savoir s il

Plus en détail

CONSERVATION DES DOCUMENTS AU CANADA PAR LES IMPORTATEURS

CONSERVATION DES DOCUMENTS AU CANADA PAR LES IMPORTATEURS Ottawa, le 4 septembre 2008 MÉMORANDUM D17-1-21 En résumé CONSERVATION DES DOCUMENTS AU CANADA PAR LES IMPORTATEURS 1. Ce mémorandum était antérieurement intitulé, mémorandum D17-1-21, Tenue des livres

Plus en détail

Bulletin d information no 2

Bulletin d information no 2 Société de compensation en assurance médicaments du Québec Bulletin d information no 2 Le 13 décembre 2004 À l attention des assureurs et des administrateurs de régimes d avantages sociaux Le système de

Plus en détail

Taxes à la consommation

Taxes à la consommation Revenu Québec 3800, rue de Marly Québec (Québec) G1X 4A5 Page : 1de 7 Loi(s) : Loi sur la taxe de vente du Québec (RLRQ, c. T-0.1), articles 199, 201, 202, 203, 206, 206.1 1,211, 212, 386 et 457.1 Loi

Plus en détail

Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011. Rapport de vérification interne

Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011. Rapport de vérification interne Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011 Rapport de vérification interne Octobre 2011 TABLE DES MATIÈRES 1.0 INTRODUCTION... 3 1.1 CONTEXTE... 3 1.2 ÉVALUATION

Plus en détail

CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR

CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR ALIMENTER L AVENIR CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR 20 mars 2006 / Mise à jour Septembre 2012 TABLE DES MATIÈRES 11 12 13 14 15 16 17 18 19 10 Page Définitions 2 Interprétation 3 Objet 3 Règles de conduite

Plus en détail

Les formes d organisation de l entreprise au Canada

Les formes d organisation de l entreprise au Canada Les formes d organisation de l entreprise au Canada Plusieurs formes d organisation de l entreprise peuvent être mises à contribution pour gérer une entreprise au Canada, chacune comportant ses propres

Plus en détail

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Article 1 : Objet Les présentes conditions générales de vente ont pour objet de définir les conditions de mise à disposition par Free au profit d un annonceur

Plus en détail

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS Lois sur les investissements étrangers 13 LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS La Loi sur Investissement Canada (LIC) est la seule loi fédérale sur les investissements étrangers d application générale.

Plus en détail

MODIFICATIONS AU RÉGIME DE TAXATION QUÉBÉCOIS DONNANT SUITE AUX ENGAGEMENTS D HARMONISATION AU RÉGIME DE TAXATION FÉDÉRAL APPLICABLES EN 2013

MODIFICATIONS AU RÉGIME DE TAXATION QUÉBÉCOIS DONNANT SUITE AUX ENGAGEMENTS D HARMONISATION AU RÉGIME DE TAXATION FÉDÉRAL APPLICABLES EN 2013 MODIFICATIONS AU RÉGIME DE TAXATION QUÉBÉCOIS DONNANT SUITE AUX ENGAGEMENTS D HARMONISATION AU RÉGIME DE TAXATION FÉDÉRAL APPLICABLES EN 2013 Afin d atteindre une plus grande harmonisation du régime de

Plus en détail

Secteur immobilier Principales questions d observation relatives à la TPS/TVH et à la TVQ

Secteur immobilier Principales questions d observation relatives à la TPS/TVH et à la TVQ Secteur immobilier Principales questions d observation Le 5 février 2015 Les sociétés œuvrant dans le secteur immobilier doivent savoir que l Agence du revenu du Canada («ARC») et Revenu Québec pourraient

Plus en détail

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ)

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ APPLICABLES POUR LA PÉRIODE DU 1ER AVRIL 2015 AU 30 SEPTEMBRE 2015 Avril 2015 FONDS D AIDE À L EMPLOI

Plus en détail

LE DRAWBACK RELATIF AUX VÉHICULES AUTOMOBILES EXPORTÉS

LE DRAWBACK RELATIF AUX VÉHICULES AUTOMOBILES EXPORTÉS Ottawa, le 21 octobre 2009 MÉMORANDUM D7-3-2 En résumé LE DRAWBACK RELATIF AUX VÉHICULES AUTOMOBILES EXPORTÉS 1. Le présent mémorandum a été révisé conformément à l Initiative de réduction de la paperasserie

Plus en détail

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE Loi sur l Assemblée nationale (chapitre A-23.1, a. 124.3) CHAPITRE I APPLICATION 1. Les présentes

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques)

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques) CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques) INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales TABLE DES MATIÈRES Nature de l aide fiscale... 3 Société biopharmaceutique admissible...

Plus en détail

Info TPS/TVH. Taxe de vente harmonisée Reventes d habitations neuves en Ontario et en Colombie-Britannique

Info TPS/TVH. Taxe de vente harmonisée Reventes d habitations neuves en Ontario et en Colombie-Britannique Info TPS/TVH GI-098 Mai 2011 Taxe de vente harmonisée Reventes d habitations neuves en Ontario et en Colombie-Britannique NOTE : Cette version remplace celle datée du mois d août 2010. Les gouvernements

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME DES SECTEURS MANUFACTURIER ET PRIMAIRE INVESTISSEMENT QUÉBEC

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME DES SECTEURS MANUFACTURIER ET PRIMAIRE INVESTISSEMENT QUÉBEC CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME DES SECTEURS MANUFACTURIER ET PRIMAIRE INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales Table des matières Société admissible... 3 Société

Plus en détail

LOGICIELS ET SERVICES DE PROGRAMMATION

LOGICIELS ET SERVICES DE PROGRAMMATION BULLETIN N O 033 publié en mai 2000 modifié en juillet 2001 LOI DE LA TAXE SUR LES VENTES AU DÉTAIL LOGICIELS ET SERVICES DE PROGRAMMATION Le présent bulletin décrit l application de la taxe sur les ventes

Plus en détail

Notes explicatives concernant la Loi de l impôt sur le revenu, la Loi de 2001 sur l accise et la Loi sur la taxe d accise

Notes explicatives concernant la Loi de l impôt sur le revenu, la Loi de 2001 sur l accise et la Loi sur la taxe d accise Notes explicatives concernant la Loi de l impôt sur le revenu, la Loi de 2001 sur l accise et la Loi sur la taxe d accise Publiées par L honorable James M. Flaherty, c.p., député Ministre des Finances

Plus en détail

Info TPS/TVH. Application de la hausse du taux de la TVH en Nouvelle-Écosse (2010) Services

Info TPS/TVH. Application de la hausse du taux de la TVH en Nouvelle-Écosse (2010) Services Info TPS/TVH GI-109 Septembre 2010 Application de la hausse du taux de la TVH en Nouvelle-Écosse (2010) Services Le présent document d information explique comment la hausse du taux de la partie provinciale

Plus en détail

SERVICE DES RESSOURCES FINANCIÈRES PROCÉDURE ADMINISTRATIVE CONCERNANT LE TRAITEMENT DES FACTURES À PAYER

SERVICE DES RESSOURCES FINANCIÈRES PROCÉDURE ADMINISTRATIVE CONCERNANT LE TRAITEMENT DES FACTURES À PAYER 1120-11-05 SERVICE DES RESSOURCES FINANCIÈRES PROCÉDURE ADMINISTRATIVE CONCERNANT LE TRAITEMENT DES FACTURES À PAYER Révisé en septembre 2003 TABLE DES MATIÈRES Introduction... 3 1. Bon de commande...

Plus en détail

GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE

GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE PROJET GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE Juillet 2013 Guide sur l utilisation des véhicules de garantie Autorité de marchés financiers Page 1 Juillet 2013 Introduction Ce guide présente

Plus en détail

Notes explicatives sur les propositions législatives concernant l impôt sur le revenu et la taxe de vente

Notes explicatives sur les propositions législatives concernant l impôt sur le revenu et la taxe de vente Notes explicatives sur les propositions législatives concernant l impôt sur le revenu et la taxe de vente Publiées par le ministre des Finances l honorable Joe Oliver, c.p., député Avril 2014 2 Préface

Plus en détail

DÉCRET DE REMISE ET RÈGLEMENT DE REMISE EN MATIÈRE DE TPS ET DE TVQ

DÉCRET DE REMISE ET RÈGLEMENT DE REMISE EN MATIÈRE DE TPS ET DE TVQ CHRONIQUE TPS/TVQ 167 DÉCRET DE REMISE ET RÈGLEMENT DE REMISE EN MATIÈRE DE TPS ET DE TVQ LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, AVOCAT, LL.M. (L.S.E.) MENDELSOHN ROSENTZVEIG SHACTER TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...

Plus en détail

Nouveaux arrivants au Canada Étudiants étrangers

Nouveaux arrivants au Canada Étudiants étrangers Nouveaux arrivants au Canada Étudiants étrangers But de la présentation Cette présentation s adresse à vous si vous avez quitté un pays, ou une province ou un territoire du Canada, pour venir vous établir

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES ACHATS

POLITIQUE SUR LES ACHATS POLITIQUE SUR LES ACHATS Adoption : Conseil d administration du RCDR, 24 février 2006 Dernière révision : Conseil d administration du RCDR, 19 mars 2014 1. OBJET Définir les responsabilités et les obligations

Plus en détail

Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT

Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT CCTT CENTRES COLLÉGIAUX DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT Septembre Pour tout renseignement sur

Plus en détail

Initiation aux activités d importation de marchandises au Canada. Séminaire des délégués commerciaux. Mardi, 29 mai 2012

Initiation aux activités d importation de marchandises au Canada. Séminaire des délégués commerciaux. Mardi, 29 mai 2012 Initiation aux activités d importation de marchandises au Canada Séminaire des délégués commerciaux Mardi, 29 mai 2012 Partenaires de la chaîne commerciale Importateurs Courtiers en douane Transporteurs

Plus en détail

Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20)

Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20) PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20) Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

LOI SUR L IMPÔT DESTINÉ AUX SERVICES DE SANTÉ ET À L ENSEIGNEMENT POSTSECONDAIRE

LOI SUR L IMPÔT DESTINÉ AUX SERVICES DE SANTÉ ET À L ENSEIGNEMENT POSTSECONDAIRE BULLETIN n O HE 002 Publié en juin 2000 Révisé en août 2014 LOI SUR L IMPÔT DESTINÉ AUX SERVICES DE SANTÉ ET À L ENSEIGNEMENT POSTSECONDAIRE RÉMUNÉRATION Le présent bulletin aidera les employeurs à déterminer

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances

Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances DEUXIÈME SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 48 Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances Présentation Présenté par M.

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

Guide d instruction - Version provisoire

Guide d instruction - Version provisoire Guide d instruction - Version provisoire Objet : Ligne directrice sur la divulgation des renseignements des régimes de retraite à cotisations déterminées Date : Septembre 2009 Introduction La présente

Plus en détail

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS Dernière modification en vigueur le 1 er mars 2014 Ce document a valeur officielle chapitre V-1.1, r. 7.1 RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS A.M.

Plus en détail

Notes explicatives relatives à la Loi sur la taxe d accise. Publiées par le ministre des Finances l honorable James M. Flaherty, c.p.

Notes explicatives relatives à la Loi sur la taxe d accise. Publiées par le ministre des Finances l honorable James M. Flaherty, c.p. Notes explicatives relatives à la Loi sur la taxe d accise Publiées par le ministre des Finances l honorable James M. Flaherty, c.p., député Janvier 2014 2 Préface Les présentes notes explicatives portent

Plus en détail

Le présent avis s adresse à tous les représentants en assurance, aux experts en sinistre et aux planificateurs financiers.

Le présent avis s adresse à tous les représentants en assurance, aux experts en sinistre et aux planificateurs financiers. Avis relatif à l application du Règlement sur l exercice des activités des représentants, R.R.Q., c. 9.2, r. 10 (Loi sur la distribution de produits et services financiers) Le présent avis s adresse à

Plus en détail

Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5))

Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5)) Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5)) Introduction Bien des propriétaires d entreprises se demandent,

Plus en détail

RÉSUMÉ POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC. Par : Service de fiscalité

RÉSUMÉ POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC. Par : Service de fiscalité RÉSUMÉ POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Par : Service de fiscalité PRÉSENTATION Veuillez prendre note qu'il ne s'agit pas d'un résumé exhaustif de toutes les mesures contenues

Plus en détail

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION Siège Bureau de Montréal Bureau 1.10 Bureau 18.200 575, rue Saint-Amable 500, boulevard René-Lévesque Ouest Québec (Québec) G1R 2G4 Montréal (Québec) H2Z 1W7 Tél. : (418) 528-7741 Tél. : (514) 873-4196

Plus en détail

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance Le 2 décembre 2009, l Assemblée nationale du Québec a adopté le projet de loi 60, intitulé Loi modifiant la

Plus en détail

Comment passer un contrat avec les agents de commercialisation du gaz naturel et les détaillants d électricité

Comment passer un contrat avec les agents de commercialisation du gaz naturel et les détaillants d électricité Ontario Energy Commission de l énergie Board de l Ontario P.O. Box 2319 C.P. 2319 2300 Yonge Street 2300, rue Yonge 26th. Floor 26 e étage Toronto ON M4P 1E4 Toronto ON M4P 1E4 Telephone: (416) 481-1967

Plus en détail

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Le Conseil canadien des consultants États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Contenu Rapport d un vérificateur indépendant 2 États financiers Bilan 3 État

Plus en détail

Guide d impôt de l ACC relatif aux véhicules fournis par l employeur et aux allocations

Guide d impôt de l ACC relatif aux véhicules fournis par l employeur et aux allocations Juin 2003 Guide d impôt de l ACC relatif aux véhicules fournis par l employeur et aux allocations IMPORTANT : Le présent document est un guide sommaire portant sur les règles et les règlements actuels

Plus en détail

Avis écrits, lignes directrices et notes d interprétation

Avis écrits, lignes directrices et notes d interprétation Avis écrits, lignes directrices et notes d interprétation En vertu de l article 16.1 de la Loi électorale du Canada, le directeur général des élections établit des lignes directrices et des notes d interprétation

Plus en détail

Communiqué fiscal SECTION 1 IMPÔTS SUR LE REVENU

Communiqué fiscal SECTION 1 IMPÔTS SUR LE REVENU Communiqué fiscal SECTION 1 IMPÔTS SUR LE REVENU Les budgets de mars et avril, provincial et fédéral, nous ont apporté plusieurs mesures effectives immédiatement et d'autres qui seront mises en place à

Plus en détail

Planification de la relève Troisième partie : La vente de l entreprise à un tiers

Planification de la relève Troisième partie : La vente de l entreprise à un tiers Planification de la relève Troisième partie : La vente de l entreprise à un tiers par LORI MATHISON Voici le dernier d une série de trois articles rédigés par Lori Mathison et publiés sur le Reper portant

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA Secrétariat Général Direction des finances LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA L ASSUJETTISSEMENT DES RECETTES A LA TVA Depuis le 1 er janvier 2005, le CNRS est considéré par la Direction de la

Plus en détail

RÉGIME D ACHAT D ACTIONS À L INTENTION DES PARTENAIRES DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION DU GROUPE INDUSTRIELLE ALLIANCE

RÉGIME D ACHAT D ACTIONS À L INTENTION DES PARTENAIRES DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION DU GROUPE INDUSTRIELLE ALLIANCE RÉGIME D ACHAT D ACTIONS À L INTENTION DES PARTENAIRES DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION DU GROUPE INDUSTRIELLE ALLIANCE Janvier 2013 99-36 (13-01) 1 DÉFINITIONS Dans le présent Régime et les formulaires qui

Plus en détail

PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME

PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LES BÉNÉFICIAIRES 1 er avril 2015 au 31 mars 2018 Date : mars 2015 1 PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME EXIGENCES

Plus en détail

BULLETIN FISCAL 2012-124

BULLETIN FISCAL 2012-124 BULLETIN FISCAL 2012-124 Mai 2012 FIDUCIE ET CHOIX DES FIDUCIAIRES PROBLÈMES POTENTIELS Le Code civil du Québec requiert pour toutes les fiducies la présence d au moins un fiduciaire (fiduciaire indépendant)

Plus en détail

Gestionnaires de fonds de placement : nouvelle échéance de production des déclarations de TVQ le 20 novembre

Gestionnaires de fonds de placement : nouvelle échéance de production des déclarations de TVQ le 20 novembre Gestionnaires de fonds de placement : nouvelle échéance de production des déclarations de TVQ le 20 novembre Le 28 octobre 2015 Si vous êtes un gestionnaire de fonds de placement qui n est pas inscrit

Plus en détail

Programme des droits de cession immobilière

Programme des droits de cession immobilière Chapitre 4 Section 4.06 Ministère des Finances Programme des droits de cession immobilière Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.06 du Rapport annuel 2004 Contexte En vertu

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

ING CANADA INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES

ING CANADA INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES ING CANADA INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES Le 12 septembre 2005 TABLE DES MATIÈRES LA SOCIÉTÉ...1 RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES...2 1.1 Prix...4 1.2 Avantages pour les participants

Plus en détail

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Améliorations 2014 des Normes comptables pour les entreprises à capital fermé Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Avant-propos En octobre 2014, le Conseil

Plus en détail

Règlement sur les normes d accessibilité intégrées

Règlement sur les normes d accessibilité intégrées sur les normes d accessibilité intégrées s de chaque conseil scolaire Date d entrée 2013 Établissement de politiques en matière d accessibilité Le conseil élabore, met en œuvre et tient à jour des politiques

Plus en détail

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier la comptabilisation d

Plus en détail

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4 FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES Mandats des comités du conseil d administration 2.4 2.4.2 Comité de vérification et de la gestion des risques 1. Mandat Le Comité de vérification et

Plus en détail

Il se traduit par une déduction, dans le calcul du revenu imposable de l employé d un montant égal au «revenu admissible» versé par cet employeur.

Il se traduit par une déduction, dans le calcul du revenu imposable de l employé d un montant égal au «revenu admissible» versé par cet employeur. SPÉCIALISTE ÉTRANGER Dans le but de favoriser le recrutement de particuliers à l extérieur du Canada qui disposent d une expertise dans certains secteurs d activités spécialisées, la législation fiscale

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW Adoptée le 18 mai 2006 par le Conseil d administration ATTENDU que les archives sont la propriété du Conseil de la Nation Atikamekw

Plus en détail

MÉMORANDUM D17-1-22. En résumé. Ottawa, le 6 juillet 2007

MÉMORANDUM D17-1-22. En résumé. Ottawa, le 6 juillet 2007 Ottawa, le 6 juillet 2007 MÉMORANDUM D17-1-22 En résumé DÉCLARATION EN DÉTAIL DE LA TAXE DE VENTE HARMONISÉE, DE LA TAXE DE VENTE PROVINCIALE, DE LA TAXE PROVINCIALE SUR LE TABAC ET DE LA MAJORATION OU

Plus en détail

Le 31 janvier 2013. Cher actionnaire d Abbott/AbbVie,

Le 31 janvier 2013. Cher actionnaire d Abbott/AbbVie, Le 31 janvier 2013 Objet : Information concernant le choix de report de l impôt sur le revenu à l intention des actionnaires résidant au Canada détenteurs d actions d AbbVie Inc. suivant la scission de

Plus en détail

Projet de loi n o 34 (2015, chapitre 7)

Projet de loi n o 34 (2015, chapitre 7) PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 34 (2015, chapitre 7) Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite relativement au financement et à la restructuration

Plus en détail

Projet de loi n o 58. Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec

Projet de loi n o 58. Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 58 Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec Présentation Présenté

Plus en détail

CORPORATIONS ASSOCIÉES

CORPORATIONS ASSOCIÉES BULLETIN N o HE 003 Publié en avril 2001 Révisé en janvier 2008 LOI SUR L IMPÔT DESTINÉ AUX SERVICES DE SANTÉ ET À L ENSEIGNEMENT POSTSECONDAIRE CORPORATIONS ASSOCIÉES Le but de ce bulletin est d aider

Plus en détail

Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé

Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé du Québec Présenté le 17 juin 2004 Principe adopté le 1 er décembre 2004

Plus en détail

Politique relative à l attribution des contrats et à la gestion contractuelle du Groupe d approvisionnement en commun de l Est du Québec

Politique relative à l attribution des contrats et à la gestion contractuelle du Groupe d approvisionnement en commun de l Est du Québec Politique relative à l attribution des contrats et à la gestion contractuelle du Groupe d approvisionnement en commun de l Est du Québec Document diffusé au réseau de la santé et des services sociaux du

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Décret n o 2015-215 du 25 février 2015 relatif aux conditions et modalités d agrément des groupements

Plus en détail

Énoncé sur la protection des renseignements personnels de TeleCheck Services Canada, Inc.

Énoncé sur la protection des renseignements personnels de TeleCheck Services Canada, Inc. Énoncé sur la protection des renseignements personnels de TeleCheck Services Canada, Inc. Merci de vous procurer et de lire l énoncé sur la protection des renseignements personnels de TeleCheck Services

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail

TEL QUE PUBLIÉ AU SUPPLÉMENT DU BULLETIN DU 17 DÉCEMBRE 2004, VOL. 1 N

TEL QUE PUBLIÉ AU SUPPLÉMENT DU BULLETIN DU 17 DÉCEMBRE 2004, VOL. 1 N 5272 GAZETTE OFFICIELLE DU QUÉBEC, 15 décembre 2004, 136 e année, n o 50 Partie 2 TEL QUE PUBLIÉ AU SUPPLÉMENT DU BULLETIN DU 17 DÉCEMBRE 2004, VOL. 1 N 46 ATTENDU QU il y a lieu de déterminer la date

Plus en détail

Bulletin d information

Bulletin d information Bulletin d information Gouvernement du Québec Ministère des Finances 98-8 Le 22 décembre 1998 Sujet : Modalités d application de la réforme de la fiscalité des entreprises et autres mesures fiscales Le

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION La présente Charte établit le rôle du Conseil d administration (le «Conseil») d Innergex énergie renouvelable inc. (la «Société») et est assujettie aux dispositions des

Plus en détail

ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES. à la

ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES. à la COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 5.3.2015 C(2015) 1423 final ANNEX 18 ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES à la DÉCISION

Plus en détail

Régime de rentes du Québec

Régime de rentes du Québec RETRAITE QUÉBEC Guide du bénéficiaire Régime de rentes du Québec Pour connaître vos droits et vos obligations Tout sur le Web Les renseignements contenus dans ce document se trouvent également sur notre

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO)

PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO) PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LA PÉRIODE ALLANT DU 1ER AVRIL 2015 AU 31 MARS 2016 1 PROGRAMME

Plus en détail

Demande d ouverture de compte pour une personne autre qu un consommateur. Identification du requérant. Nom, prénom ou raison sociale du requérant :

Demande d ouverture de compte pour une personne autre qu un consommateur. Identification du requérant. Nom, prénom ou raison sociale du requérant : Demande d ouverture de compte pour une personne autre qu un consommateur Identification du requérant Nom, prénom ou raison sociale du requérant : (ci-après appelé le «requérant») Nom du commerce ou de

Plus en détail

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié N 50729#02 L invention de salarié REPèREs Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié titre chapitre L invention de salarié Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de

Plus en détail

Pour obtenir les services de DÉMÉNAGEMENT PERFORMANCE vous pouvez communiquer avec eux de deux façons : En communiquant avec Monsieur Pierre Panneton

Pour obtenir les services de DÉMÉNAGEMENT PERFORMANCE vous pouvez communiquer avec eux de deux façons : En communiquant avec Monsieur Pierre Panneton Pour obtenir les services de DÉMÉNAGEMENT PERFORMANCE vous pouvez communiquer avec eux de deux façons : En communiquant avec Monsieur Pierre Panneton o Téléphone au bureau : 514-351-8700 o Pour toute urgence

Plus en détail

(Ordonnance n 109/08) Efficace le 1 septembre, 2008 CODE DE DÉONTOLOGIE VISANT LES TRANSACTIONS D ACHAT DIRECT

(Ordonnance n 109/08) Efficace le 1 septembre, 2008 CODE DE DÉONTOLOGIE VISANT LES TRANSACTIONS D ACHAT DIRECT OBJECTIF CODE DE DÉONTOLOGIE VISANT LES TRANSACTIONS D ACHAT DIRECT Le Code de déontologie («Code») établit les normes minimales que les intermédiaires en gaz naturel doivent respecter lorsqu ils achètent,

Plus en détail

Crédit d impôt de l Ontario pour les produits multimédias interactifs numériques Bulletin

Crédit d impôt de l Ontario pour les produits multimédias interactifs numériques Bulletin Crédit d impôt de l Ontario pour les produits multimédias interactifs numériques Bulletin Ministère des Finances Le 2 novembre 2015 Le 23 avril 2015, le gouvernement a annoncé des changements proposés

Plus en détail

RÈGLEMENT RÉGISSANT LE COMPTE CLIENT

RÈGLEMENT RÉGISSANT LE COMPTE CLIENT RÈGLEMENT RÉGISSANT LE COMPTE CLIENT 2015 www.iccrc-crcic.ca Version : 2015-002 Dernière modification : 3 juillet 2015 Page 2 de 13 Table des matières MODIFICATIONS DE SECTIONS... 4 Section 1 INTRODUCTION...

Plus en détail

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Novembre 2007 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

PCProfi Informatique SA Ch. du Rotsé 2 3960 Sierre Tél. : +41 27 452 29 29 Fax : +41 27 452 29 28 www.pcprofi.ch

PCProfi Informatique SA Ch. du Rotsé 2 3960 Sierre Tél. : +41 27 452 29 29 Fax : +41 27 452 29 28 www.pcprofi.ch PCProfi Informatique SA Ch. du Rotsé 2 396 Sierre Tél. : +41 27 452 29 29 Fax : +41 27 452 29 28 www.pcprofi.ch Domaine d application et validité Le type et l étendue des prestations à fournir par la Société

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ET CONSOMMATION Arrêté du 31 décembre 2013 relatif aux factures des services de communications

Plus en détail

Les régimes d avantages sociaux au Canada

Les régimes d avantages sociaux au Canada Les régimes d avantages sociaux au Canada Les Canadiens vivent de plus en plus longtemps et doivent plus que jamais faire face à leur responsabilité d épargner pour la retraite. Leur espérance de vie étant

Plus en détail

Directives du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées - directives pour le soutien du revenu

Directives du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées - directives pour le soutien du revenu Directives du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées - directives pour le soutien du revenu 5.11 Éducation postsecondaire Résumé de la politique La partie d un prêt personnel dont la directrice

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À LA DIVERSIFICATION DES MARCHÉS DES ENTREPRISES MANUFACTURIÈRES QUÉBÉCOISES INVESTISSEMENT QUÉBEC

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À LA DIVERSIFICATION DES MARCHÉS DES ENTREPRISES MANUFACTURIÈRES QUÉBÉCOISES INVESTISSEMENT QUÉBEC CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À LA DIVERSIFICATION DES MARCHÉS DES ENTREPRISES MANUFACTURIÈRES QUÉBÉCOISES INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales TABLE DES MATIÈRES Nature de l aide fiscale... 3

Plus en détail