DE NOUVEAUX DISPOSITIFS ACCOMPAGNANT LA CRÉATION D ENTREPRISE : LES ESPACES DE TRAVAIL COLLABORATIF

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DE NOUVEAUX DISPOSITIFS ACCOMPAGNANT LA CRÉATION D ENTREPRISE : LES ESPACES DE TRAVAIL COLLABORATIF"

Transcription

1 DE NOUVEAUX DISPOSITIFS ACCOMPAGNANT LA CRÉATION D ENTREPRISE : LES ESPACES DE TRAVAIL COLLABORATIF PIERRE, Xavier (ISEOR, Université Jean Moulin, Lyon) BURRET, Antoine (MODYS, Université Lumière, Lyon) Xavier PIERRE Chemin de la Tourelle 06, 1209 Genève Suisse INTRODUCTION L entrepreneuriat, ou plutôt les manières d entreprendre sont en voie de se transformer. Plutôt «traditionnellement», on pense qu entreprendre est une action solitaire et que «l on nait entrepreneur ou on ne l est pas». De plus l action d entreprendre est généralement perçue sur un modèle classique linéaire : le créateur a une idée, il fait son business plan, se tourne vers une banque ou des investisseurs, dépose ses statuts, recrute une équipe et se lance sur le marché. La théorie de l effectuation (Sarasvathy, 2001, 2008) présente un modèle différent basé sur l observation des entrepreneurs. L expérience montre en effet que l action d entreprendre s inscrit dans la mobilisation d un réseau, que l on devient entrepreneur, et qu être entrepreneur n est pas quelque chose de «naturel» réservé à des personnes ayant des prédispositions particulières. Les dispositifs d aide à la création d entreprise doivent donc être repensés, ou du moins complétés, en intégrant ces logiques : entreprendre en réseau, transformer les porteurs de projet en entrepreneurs. Si on trouve un grand nombre de travaux sur les incubateurs et les pépinières, sur les clusters, les pôles de compétitivité, les technopôles ou bien sur la levée de fond et le capital risque, il existe peut de recherche sur les nouvelles formes d accompagnement. Nous en identifions une : les espaces de travail collaboratif. Notre recherche vise à répondre à un ensemble de questions liées à l émergence sur les territoires de ces nouveaux dispositifs d accompagnement. Concernant ces nouveaux supports de la création d entreprise, des problèmes de sémantique se posent. Ceux qui gèrent ces espaces, notamment, sont en attente d une terminologie plus précise caractérisant leur outil de travail. Les avantages pour les utilisateurs de disposer de ce type de dispositif sont insuffisamment définis. Les espaces de travail collaboratif se développent généralement sur l intuition de leurs fondateurs. Le besoin est ressenti de «tangibiliser» ces intuitions, et d avoir des éléments issus «du terrain» pour mieux définir les effets réels produits par ces dispositifs. De nombreux organismes existent pour accompagner les entrepreneurs. Notamment dans l optique d apporter de la clarté aux décideurs publics qui contribuent au financement de la plupart de ces dispositifs, il existe une volonté grandissante d identifier les opérations réalisées par chacun d eux et leur complémentarité. Leur particularité et leur complémentarité se définissent aussi en termes de publics visés et de compétences des équipes de la structure. Enfin, les acteurs sont nombreux à s interroger sur l intérêt des espaces de travail collaboratif pour les territoires sur lesquels ils sont implantés. Il s agit au final d analyser leurs impacts, directs ou indirects, sur l emploi et le développement économique de leur région d appartenance. 1. PROBLEMATIQUE

2 De manière classique, l entrepreneuriat est souvent décrit comme un processus prédictif, suivant un modèle linéaire, marqué par de grandes étapes. La création d entreprise suit un axe prédéfini, démarrant lorsque le créateur à une idée «lumineuse», et allant jusqu au moment où le produit arrive sur le marché (cf. figure 1). L entrepreneur «suit» des étapes successives et bien marquées qui devraient aboutir à une entreprise à succès : déposer un brevet, réaliser une étude de marché, trouver le statut juridique adéquat notamment dans une perspective fiscale, etc. Figure 1 : Le parcours «classique» de l entrepreneur DÉPÔT DE BREVET! BUSINESS PLAN! DÉPÔT DES STATUTS!! RECRUTEMENT!! IDÉE! MARCHÉ! ÉTUDE DE MARCHÉ! RECHERCHE DE FONDS!! LOCAUX!! PUBLICITÉ / VENTE! Dans cette approche, la planification est ainsi un préalable à toute action et le business plan est l outil central de l action d entreprendre. Honig (2004) souligne que ce document est considéré comme incontournable. Il permet de construire une projection précise du projet sur plusieurs années. Les entrepreneurs suivent un plan envisagé lorsque leur projet n est qu à l état d idée. Ils se «contentent» d appliquer et d optimiser les éléments présentés dans leur business plan (Bureau et Fendt, 2011). L observation des entrepreneurs en situation de création montre qu en réalité l action d entreprendre n est pas si linéaire. Reposant sur de nombreuses itérations, les projets se transforment au fur et à mesure, par tâtonnement. De nombreuses recherches visent à repenser le modèle de création classique. Verstraete et Fayolle (2005) considèrent ainsi qu il s agit d un objet complexe et protéiforme Au début des années 2000, Saras Sarasvathy, propose un mécanisme quasiment opposé au processus classique, nommé l effectuation. En avançant que le travail mécanique et planifié se base sur des prévisions incertaines, Sarasvathy proposent de considérer l entrepreneuriat comme un processus avec plusieurs fins possibles. Il s agit de passer d une logique où l action suit un trajet planifié à une logique où les opportunités se suivent sur une ligne incertaine (Fayolle, 2009), Aujourd hui, de nombreux auteurs, comme Chia (1996), montrent que l entrepreneuriat est une action ambigüe, confuse, voire chaotique. Ils avancent que le processus entrepreneurial se caractérise par la capacité à découvrir des opportunités inédites en explorant de nombreuses pistes (Binks, Starkey et Mahon, 2006). L activité entrepreneuriale se fonde ainsi sur les aléas et les situations fortuites. Il s agit pour l entrepreneur de développer sa capacité à rester ouvert à l imprévu et à procéder par opportunité. On constate que l entrepreneur va avant tout chercher à s entourer et à constituer un réseau autour de son projet. Ce réseau suggère l apparition de

3 système d entraide et de débrouille qui favorise la «gratuité», la réciprocité et l échange de compétences. Il est ainsi important de compléter l approche technico-économique du business plan, par une approche créative et sociale. Toutain et Fayolle (2009), en s appuyant notamment sur la théorie de l effectuation, en appellent à une transformation de l enseignement de l entrepreneuriat. Dans le même ordre d idée, les dispositifs d aide à la création d entreprise doivent être repensés, ou du moins complétés, en intégrant ces logiques : entreprendre en réseau, transformer les porteurs de projet en entrepreneurs. Dans ce mouvement s inscrivent les espaces de travail collaboratif que nous présentons ici. 2. CADRE THEORIQUE : L ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRENEURS Actuellement, le courant de recherche sur l accompagnement à la création d entreprise se développe. Tandis qu en 2006, Leger-Jarniou et Saporta (2006) observaient que les recherches sur le thème de l accompagnement à l entrepreneuriat étaient relativement pauvres et rarement choisies comme unique objet d attention de la part des chercheurs, en 2010, Chabaud, Messeghem et Sammut (2010), notaient que la question de l accompagnement des entrepreneurs devenait un véritable champ de recherche. En s appuyant sur les travaux réalisés sur les dispositifs d accompagnement à la création d entreprise, notre recherche soulève la question des dispositifs émergeant comme les espaces de travail collaboratif. L enjeu est de recenser succinctement certains des dispositifs «traditionnels» et de s intéresser à l émergence de nouveaux dispositifs en analysant : leurs apports pour les utilisateurs, leurs complémentarité par rapport aux dispositifs existants d aide à la création d entreprise ainsi que leurs apports pour les territoires et les institutions LES DISPOSITIFS D ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRENEURS Il existe une grande diversité de dispositifs d aide à la création d entreprise (Duplat, 2005). Dans un premier temps, nous identifions parmi ceux-ci les structures d hébergement de type incubateurs ou pépinières d entreprises (Albert et Gaynor, 2001 ; Hackett et Dilts, 2004 ; Iselin et Bruhat, 2003 ; Léger-Jarniou, 2005 ; Bakkali, Messeghem et Sammut, 2012). Redis (2006) observe que la mission des incubateurs est de détecter, accueillir et accompagner les projets de création d entreprises innovantes en proposant des locaux, des conseils et du financement pour les entrepreneurs. Cette étape dans la création d entreprise est appelée «phase d incubation» car elle intervient lorsque le porteur de projet n a pas encore créé son entreprise et que par conséquent, il n est pas encore identifié comme chef d entreprise. Les incubateurs doivent ainsi permettre d accompagner des entrepreneurs choisis par un jury en leurs fournissant des moyens humains, matériels et financiers. Créés à l origine par des institutions universitaires pour développer des produits issus de laboratoire de recherche universitaire (Lebret, 2007), la nature des incubateurs a aujourd hui évolué notamment par l apparition d incubateur privée, visant la rentabilité en prenant des parts dans les entreprises qu elles soutiennent. Il en résulte une grande diversité d incubateurs (Bakkali, Messeghem et Sammut, 2012). Dans la même lignée, les pépinières d entreprises sont elles-aussi créées en général par des établissements d enseignement et de recherche avec le support des collectivités territoriales. Elles offrent des locaux, des services mutualisés (standard, réception, salle de réunion, etc.) et des services d accompagnement (conseil, formation, intégration dans des réseaux, etc.). Redis (2006), observe que les pépinières hébergent de jeunes entreprises, fournissent des services matériels et assurent le suivi effectif des entreprises. Existent également des réseaux territoriaux, supports des entreprises notamment pour renforcer la compétitivité territoriale, comme les clusters, les pôles de compétitivité ou encore les technopôles (Porter, 1998, 2000 ; Carluer, 2006 ; Berthinier-Poncet, 2012 ; Hussler et Hamza- Sfaxi, 2012). Ils permettent aux entreprises en création d intégrer et de coopérer avec le tissu

4 économique et institutionnel local. Les clusters par exemple, favorisent la création et la survie de start-up sur leur territoire et dans leur secteur d application (Delgado, Porter et Stern, 2010). Des dispositifs permettant l accès à des fonds d investissements sont aussi disponibles pour les entrepreneurs : les banques, le capital-risque, les business angels (Hellmann et Puri, 2002 ; Redis, 2006; Gerasymenko, 2008). Selon Hellmann et Puri (2002), les capital-risqueurs sont des partenaires incontournables du financement et de la professionnalisation des start-ups. Dans leurs portefeuilles d investissement de nombreux projets échouent mais sont compensés par la réussite de certains autres. Les fonds de capital-risque ont ainsi pour objectif de générer une rentabilité élevée et un retour sur investissement attractif par la revente des sociétés ou leur introduction en bourse. Le processus de sélection est donc capital. Celui-ci passe généralement par l analyse directe du business plan sans rencontre directe entre investisseurs et entrepreneurs. En conséquence, le taux de candidats sélectionnés est très faible. Redis (2006) montre que le pourcentage d entreprises ou de projets qui réussissent à être financés par le capital-risque n est que de 1 à 10 %. Tous ces outils d aide à la création d entreprise ont été largement décrits et étudiés dans la littérature ce que constatent Chabaud, Messeghem et Sammut (2010) qui suggèrent l importance de s intéresser davantage à de nouveaux supports de la création d entreprise. Cette recommandation justifie le choix de s intéresser aux espaces de travail collaboratif, dispositifs émergents que nous étudions dans cette communication UN DISPOSITIF EMERGEANT : LES ESPACES DE TRAVAIL COLLABORATIF Bien qu encore peu connus, les espaces de travail collaboratif sont des dispositifs issus de la société civile qui tendent aujourd hui à s institutionnaliser. Provenant de la terminologie anglaise «coworking space», nous préférons utiliser la terminologie française, plus spécifique. En anglais, le coworker est le collègue, celui qui travaille dans le même lieu. Nous estimons que le terme travail collaboratif fait ressortir d avantage l idée de travail en synergie que l on observe dans ces dispositifs. L origine du «mouvement» des espaces de travail collaboratif se situe dans les années 80 au Danemark et aux États-Unis. En 1989, Oldenburg commente la naissance de ces nouveaux espaces sous la notion de «tiers lieux» : des lieux à la tangente entre sphère privée et professionnelle, adaptés à un style de vie plus mobile. Leur succès est cependant limité à cette époque par le développement insuffisant des TIC. Depuis 2006, le mouvement des espaces de travail collaboratif s est largement développé. En 2008, des lieux symboliques sont créés. Parmi ceux-ci nous pouvons cités : la Cantine à Paris, The Hub à Londres. Bénéficiant d un succès certain, ces lieux se sont ensuite démultipliés. En 2009, est créée la Muse à Genève sur laquelle repose largement cette étude. Afin de conceptualiser de manières prospectives les attentes vis-à-vis de ces espaces, de nombreux écrits ont été réalisés. Le cas de la Muse à Genève a notamment été l objet de travaux publiés par Comtesse (2010) ou Genoud et Moeckli (2010). Plusieurs études se développent à partir de 2011 mais cette fois-ci sous un angle plus descriptif et statistique. Il s agit, par exemple, de l étude de l école de management de Grenoble en partenariat avec le cluster Green and Connected Cities (2011) ou de la revue Deskmag, une revue en ligne spécialisée sur les espaces de travail collaboratif (2011). Plus Récemment des publications scientifiques dans le domaine de l entrepreneuriat se consacrent à l analyse des espaces de travail collaboratif. On peut citer l étude de Fabbri et Charue-Duboc (2012) qui s appuient sur le cas de la Ruche, un espace de travail collaboratif parisien. Le nombre d espaces de travail collaboratif se développe très rapidement à travers le monde. Aux États-Unis, plus de 75 villes proposent aujourd hui de tels lieux. Selon le sondage réalisé par Deskmag, il y en avait en 2011 plus de 1100 dans le monde, dont environ 530 en Amérique du nord (+76% d augmentation depuis 2010) et 460 en Europe (+98%). Cette croissance rapide de leur nombre justifie la nécessité d un intérêt grandissant de la communauté scientifique pour ces nouveaux dispositifs.

5 Si les dispositifs d aide à la création d entreprise «traditionnels» se concentrent sur les besoins techniques des entrepreneurs et sur l apport d expertise, les espaces de travail collaboratif ont une toute autre approche. Ils se concentrent en effet sur l émulation entre entrepreneurs, le réseau et l apprentissage collectif. Ils favorisent l apparition de dynamiques sociales entre entrepreneurs qui ont pour effet de dynamiser leurs démarches, de développer la créativité et l innovation, et au final d améliorer la robustesse de leurs projets. Nous constatons ainsi que les espaces de travail collaboratif présentent des caractéristiques nouvelles. Cette communication vise à les analyser en envisageant les apports pour leurs usagers, leurs complémentarités par rapport aux dispositifs d accompagnement plus classiques, ainsi que leurs apports pour les territoires. 3. METHODE DE RECHERCHE Nos résultats de recherche repose sur l analyse approfondie d un espace de travail collaboratif à Genève, dans lequel les deux auteurs ont réalisé deux recherches distinctes et ont abouti aux résultats conjoints présentés dans cette communication. L objectif est de répondre aux questions suivantes : Comment définir et décrire les espaces de travail collaboratif? Qu apportent-ils à leurs utilisateurs? Comment les positionner par rapport aux dispositifs existants d aide à la création d entreprise? Quels sont leurs intérêts pour les territoires et leurs institutions? 3.1. UN ESPACE DE TRAVAIL COLLABORATIF : LA MUSE Crée en 2009 en collaboration avec Rezonance, un réseau professionnel actif en Suisse Romande de chefs d entreprises et indépendants, la Muse est le premier espace de travail collaboratif à Genève. Sur une surface de 300 m² au centre de Genève, cet espace peut compter jusqu à 60 utilisateurs en simultanée. Près de 150 entrepreneurs ont déjà développé leurs activités depuis la création du lieu. Les projets sont issus d un nombre remarquable de secteurs d activité : la communication, le conseil, l architecture, la comptabilité, l illustration, le graphisme, le marketing, la traduction, la cartographie numérique, la programmation d application sur Smartphone, le développement organisationnel, la promotion sportive, les jeux vidéos en ligne, la finance, l art thérapie, l immobilier, etc. Les projets sont à différents niveaux d avancement des projets. Certains sont encore à l état d idée tandis que d autres comptent jusqu à dix collaborateurs salariés. Les utilisateurs du lieu sont à 30% des permanent, tandis que 70% d entres eux ne sont présents qu un ou deux jours par semaine. Pour avoir le statut de permanent et bénéficier du lieu à tout moment, les utilisateurs payent un abonnement mensuel à hauteur de 250 CHF (environ 200 ). Ces prix sont très attractifs étant donnés les tarifs de location pratiqués à Genève. Dans le même quartier que la Muse, le prix pour une location de bureau dans un centre d affaires dépasse largement les 1000 CHF. La Muse se permet de pratiquer des loyers aussi bas grâce au principe de «collocation» d espace de bureau, plusieurs entrepreneurs se partageant les mêmes pièces, et par le soutien financier public. La Muse est soutenue pour près de moitié par des financements de l État. La direction de la Muse est assurée par la fondatrice. Un conseil d administration comprenant deux entrepreneurs a notamment une vocation consultative. Un comité scientifique mis en place dès la création du lieu a pour mission d observer et de théoriser le fonctionnement de la structure, de comprendre son apport, et de déterminer des pistes d amélioration. Au quotidien, le lieu est géré par un coordinateur, et de un à deux stagiaires. Cette équipe opérationnelle assure le fonctionnement matériel du lieu, l administration, la communication commerciale et favorise l interaction entre les entrepreneurs. Pour ce faire, elle s assure de leur bonne intégration à leur arrivée et animent des réunions entre «coworkers» sur une base bimensuelle. Des évènements viennent compléter le fonctionnement de l espace de travail collaboratif. Une réunion hebdomadaire réunit des utilisateurs, mais aussi des personnes extérieures dans laquelle les personnes échangent sur leurs projets et se donnent mutuellement des contacts, des conseils

6 et se font des suggestions. Des conférences et des groupes de discussion sont également organisés régulièrement autour du thème de l entrepreneuriat et de l innovation METHODOLOGIE DE RECHERCHE Deux recherches ont été menées simultanément par chacun des auteurs sur ce terrain ce qui les a conduit à s associer dans la rédaction de cette étude. Le premier auteur, sur sollicitation de la direction de l espace de travail collaboratif souhaitant améliorer le pilotage opérationnel de la structure, mène une recherche-intervention (Savall, Zardet, 2004) depuis janvier 2012 pour une durée totale de 24 mois. Il a réalisé 10 entretiens et animé une douzaine de groupes de travail avec la direction, les gestionnaires du lieu, les membres du conseil d administration. Le second auteur a mené une recherche-action, participante et longitudinale, sur une période de 18 mois au sein de l espace de travail collaboratif qui lui a permis d observer le fonctionnement du lieu et l action des entrepreneurs. Il a par ailleurs traité une vingtaine d entretiens avec des entrepreneurs utilisateurs du lieu. 12 de ces entretiens ont été réalisés par lui-même, et 8 ont été délégués à des gestionnaires du lieu dans un esprit de faire perdurer la démarche de recherche. Nous avons pu de cette manière observer et analyser le fonctionnement de l espace et la manière dont se réalisait l accompagnement des entrepreneurs. Nous avons collectés et sélectionnés des phrases témoins que nous avons structurées en thèmes, sous thèmes et idées clés pour analyser les effets du travail au sein d un espace de travail collaboratif sur les entrepreneurs. Nous avons élaboré ainsi nos modèles théoriques et nos résultats de recherche. Dans le cadre de groupes de travail avec les gestionnaires et les utilisateurs, nous avons restitués à plusieurs reprises nos résultats pour tester leur validité, bénéficier de retours, les compléter et les affiner. Nos résultats reposent ainsi sur les observations croisées entre les chercheurs et les informations collectées à travers trente entretiens et des séances de travail avec les gestionnaires de l espace et les entrepreneurs utilisateurs. 5. DESCRIPTION DES ESPACES DE TRAVAIL COLLABORATIF Face au besoin de présenter une typologie précise de ce genre de dispositif, nous identifions quatre «ingrédients essentiels» qui font, d après nos observations, les espaces de travail collaboratif : un espace de travail dédié, des entrepreneurs, l animation et l effet réseau (cf. figure 2). Figure 2 : Description des espaces de travail collaboratif DES ENTREPRENEURS «L EFFET RÉSEAU» UN ESPACE PHYSIQUE DE TRAVAIL L ANIMATION DU LIEU

7 Les espaces de travail collaboratif se caractérisent premièrement par un espace physique dédié au travail et équipé : mobilier (bureau, chaise, table, rangement), connexion Internet, salles de réunion, lieux de détente et de socialisation, etc. Aussi, nous observons que les utilisateurs de ces dispositifs sont des entrepreneurs dont les démarches sont généralement hétérogènes et à des niveaux de maturité différents. La concentration d entrepreneurs aux compétences diverses et à différents stades de réalisation induit un «effet réseau». L interaction entre entrepreneurs agit comme un accompagnant. Selon Sammut (2003), une communauté peut agir comme un accompagnant si elle permet de développer les compétences, les expertises et les connaissances de l entrepreneur. Nous constatons à la suite de Fabbri et Charue-Duboc (2012) ce phénomène à l intérieur des espaces de travail collaboratif. Enfin, les espaces de travail collaboratif intègrent une équipe d animation qui a notamment pour objectif de stimuler les échanges et les «frictions» entre entrepreneurs. Hussler, Hamza-Sfaxi, (2012) remarquent que l animation est un point stratégique car elle stimule des effets de coopération qui ne sont pas spontanés. Si les dispositifs d aide à la création d entreprise «traditionnels» se concentrent sur les besoins techniques des entrepreneurs et sur l apport d expertise, les espaces de travail collaboratif ont une toute autre approche. Ils se concentrent en effet sur l émulation entre entrepreneurs, le réseau et l apprentissage collectif. 5.1 UN ESPACE DE TRAVAIL DEDIE A la manière des incubateurs et des pépinières, les espaces de travail collaboratif sont des structures d hébergement : des espaces dédiés au travail, mettant à la disposition des entrepreneurs des locaux équipés. Disposant de l ensemble des équipements classiques de bureaux, ils se distinguent cependant par des prix très attractifs et par une position géographique généralement au centre-ville ou à proximité, notamment pour des commodités d accès. L agencement de l espace est organisé de manière à créer un environnement propice aux interactions tout en préservant une ambiance de travail. L espace se compose d espaces ouverts permettant le travail de groupe et d espaces plus confinés favorisant la concentration des entrepreneurs. Il reflète une ambiance où le travail en équipe et les échanges côtois une atmosphère studieuse. Cette ambivalence constitue un aspect essentiel des espaces de travail collaboratif. L atmosphère convivial renvoi aux enjeux primaux de ce type d espace, à savoir faire cohabiter le travail et la socialisation des entrepreneurs dans une optique d entraide et de collaboration. 5.2 DES ENTREPRENEURS Les utilisateurs des espaces de travail collaboratif sont des personnes développant des projets dans des domaines d activités variés. Plusieurs manières de bénéficier de l espace sont à leurs dispositions. Certains entrepreneurs qualifiés de «permanents» respectent globalement les horaires de travail classiques. D autres, «les nomades», font un usage plus sporadique de l espace. Ils viennent avec leurs ordinateurs portables quelques heures par jour et quelques jours par semaine. Les espaces de travail collaboratif sont accessibles pour des projets encore «immatures». Si certains développent déjà leur activité depuis quelques années, d autres n en sont encore qu à l idée de projet. Selon Reynolds (2005), le processus entrepreneurial est enclenché à partir du moment où un individu fait le choix de s engager dans ce type de démarche. Ainsi, les espaces de travail collaboratif interviennent aussi au moment de l intention de projet, à l amont du processus entrepreneurial. Ils sont ouverts aussi aux personnes ne disposant pas de moyen suffisant pour acquérir un espace de travail «classique». En intégrant des entrepreneurs «novices» (St-Jean, 2010) et des entrepreneurs «contraints» (Couteret, 2010), ils participent à la démocratisation de l action d entreprendre. Dans l espace de travail collaboratif observé, on dénote une grande hétérogénéité des projets et des entrepreneurs. D autres espaces se spécialisent dans un secteur et ont une population

8 d utilisateurs plus spécialisées (Cluster green & connected cities, 2011 ; Deskmag, 2011). Cependant, dans l espace observé (La Muse, Genève), la diversité des projets, la représentation intergénérationnelle et les niveaux d expériences hétérogènes sont un atout considérable dans la richesse des échanges et l apprentissage du métier d entrepreneur. En outre, le fait que les entrepreneurs soient dans des industries différentes réduit les tensions concurrentielles potentielles et facilite en cela les coopérations. 5.3 L ANIMATION L animation des espaces de travail collaboratif est essentielle par sa capacité à stimuler la collaboration entre entrepreneurs. Elle est en ce sens une composante stratégique (Hussler et Hamza-Sfaxi, 2012). Si le travail collaboratif peut apparaitre spontanément entre entrepreneurs, il est cependant démultiplié lorsque qu une équipe est vigilante à son fonctionnement. Cette équipe peut ainsi s appuyer sur des méthodes et des formats d animations dont les objectifs sont de favoriser les interactions. Les entrepreneurs expriment le rôle joué par l équipe d animation dans leur intégration auprès des autres utilisateurs de l espace de travail collaboratif (cf. encadré 1). L action de partager son projet, d exprimer en public ses difficultés et ses besoins n est pas forcément aisée. Les entrepreneurs peuvent avoir peur de déranger, peur de présenter leurs projets ou peur de se faire «voler» leurs idées. Les gestionnaires, qui jouent le rôle d animateurs de l espace, son très rapidement identifiés comme les «référents» de l espace. Ils sont en ce sens bien placés pour aider les entrepreneurs à se présenter et à échanger entre eux. Encadré 1 : Extrait de phrases témoins : Le rôle de l animation «Les liens ne se font pas naturellement. Chacun est concentré dans son projet et c est au travers des animateurs du lieu que j ai commencé à faire la connaissance des autres personnes.» «Le déclencheur a été d avoir une relation plus personnelle avec les gestionnaires du lieu. Comme les animateurs connaissent tout le monde, cela passe par eux.» «Si les gestionnaires du lieu nous mettent en contact avec les autres, cela avance.» «J ai commencé à m ouvrir à la communauté lorsque j ai eu plus de relation personnelle avec les animateurs du lieu.» Selon Rice (2002) le responsable d incubateur et l incubé sont co-acteurs de l incubation. On retrouve ce même mécanisme dans le cas des espaces de travail collaboratif. C est dans notamment par l interaction entre les entrepreneurs et les animateurs que va se jouer la réussite du travail collaboratif. L équipe opérationnelle de l espace a pour objectif de stimuler les échanges entre entrepreneurs. Si les coopérations entre entrepreneurs peuvent être spontanées, elles sont cependant plus efficaces et durables lorsqu elles sont «pilotées». L enjeu n est pas d avoir une animation directive mais d intégrer les nouveaux et éventuellement d alimenter en information le réseau d entrepreneurs. Il convient donc que les équipes des espaces de travail collaboratif disposent d une méthode d animation efficace et que les compétences nécessaires soient bien identifiées et accompagnées notamment par de la formation. Par exemple, en leur faisant faire le tour de l espace lorsqu ils s abonnent, et en leur présentant les personnes et leur projet, les animateurs du lieu accélèrent le processus d intégration. Une bonne connaissance des compétences et des projets de chacun est aussi essentielle pour favoriser la mise en lien entre les différents utilisateurs. Il s agit d optimiser les échanges en intervenant subtilement pour accroitre le niveau et la qualité des échanges et la perception des

9 coopérations possibles. Ainsi, les entrepreneurs, occupés à leurs projets peuvent bénéficier d une dynamique de groupe grâce à l intervention des animateurs. Par ailleurs, les animateurs peuvent aussi amener des informations pertinentes pour les utilisateurs : d autres initiatives existantes, la tenue d un évènement professionnel connexe, le nom d un contact à solliciter. L équipe d animation a ainsi plusieurs fonctions. Outre son rôle dans les interactions entre entrepreneurs, elle est en charge de l administration mais également l intendance du lieu, de l administratif et de la communication commerciale. Il convient que le rôle d animation soit bien affecté dans leur emploi du temps, ce qui suppose une certaine rigueur. 5.4 L EFFET RESEAU La concentration d entrepreneurs dans un espace de travail induit une dynamique de réseau. C est le mélange entre un cadre favorable aux échanges, une communauté d acteurs hétérogènes et une équipe d animation attentive aux «frictions positives» entre entrepreneurs. Afin d obtenir ce que nous qualifions d «effet réseau», il convient de réunir un nombre suffisant d entrepreneurs. Une «masse critique» occupant les lieux dans une dynamique similaire favorise les effets d entraide, d échange et d émulation. En réunissant des individus dont l objectif commun est l envie de construire quelque-chose, un équilibre dans les relations apparaît : tous les utilisateurs s apportent mutuellement des idées en constituant un «réseau de pairs» bénéfique pour les projets. Nous concevons ce collectif d entrepreneurs en interaction comme un réseau de pairs où le réseau agit comme un accompagnant. En confrontant leurs points de vue, les entrepreneurs construisent ensemble des connaissances et développe un potentiel d innovation remarquable. Par effets d imitation, de compétition, de collaboration, de «frictions», ils s activent, améliorent leur productivité et s engagent davantage dans leur projet. Ils mutualisent et partagent des informations, des compétences, des ressources et des contacts. 6. APPORTS DES ESPACES DE TRAVAIL COLLABORATIF POUR LES UTILISATEURS Tous les dispositifs d accompagnement semblent plus ou moins avoir la même finalité, à savoir le succès des projets accompagnés. Un succès qui se mesure premièrement pas la capacité des entrepreneurs à passer à l action, l intégration dans un tissu social et territorial, et la pérennité du projet. C est dans la manière de préparer la mise en œuvre du projet et de s assurer de sa «santé durable» que les dispositifs ont des approches différentes. Dans les années 80, le succès d un projet reposait sur le suivi et la réussite de certaines étapes: la réalisation d une étude de marché, le choix du statut juridique, la création d un business plan cohérent et la capacité à levée des fonds. Les dispositifs d accompagnement traditionnels vont ainsi concentrer leurs actions pour soutenir en expertise l entrepreneur pour chacune de ces opérations à caractère technique. Les espaces de travail collaboratif supposent un accompagnement des entrepreneurs reposant sur des facteurs différents. L enjeu est d abord d ordre social dans le sens où ces espaces favorisent l intégration des entrepreneurs dans un environnement composé notamment d autres entrepreneurs : un réseau de pairs. L immersion des créateurs d entreprises dans un réseau de pairs va leur permettre de tester et de faire évoluer leur projet tout en développant progressivement leurs compétences et leurs connaissances du métier d entrepreneur. Ce réseau de pairs constitue un écosystème favorable au développement des projets (Hackett, Dilts, 2004). Les entrepreneurs vont ainsi pouvoir mûrir leurs projets avant de se confronter au marché. Le point de départ est ainsi la mobilisation d un réseau. Selon Saleille (2007), l entrepreneuriat est essentiellement une activité de mise en réseau. Dans ce sens, on constat que les utilisateurs des espaces de travail collaboratif vont, grâce au réseau de pairs : apprendre à entreprendre, affirmer et dynamiser leur démarche, et progressivement intégrer un marché en lançant leur projet sans lever de fonds à priori (cf. figure 3).

10 Figure 3 : Les apports des espaces de travail collaboratif pour les utilisateurs Appréhender une vision pluridisciplinaire! Favoriser l innovation et la créativité! Partager les difficultés et les étapes! Couver et professionnaliser son projet! Favoriser la prise de risque!! Développer des compétences de réseautage! Apprendre à entreprendre! Mobiliser un réseau de pairs! Affirmer et professionnaliser sa démarche! Développer son rythme, sa motivation et son engagement! Obtenir des ressources par le réseau! Lancer son projet sans lever de fonds à priori! Intégrer! un marché! Exposer son projet face à un! Marché-test! Disposer d un accompagnement à moindre coût! Comprendre son marché et adapter son projet! Disposer d un espace de travail à moindre coût! Trouver des premiers! clients! Co-créer le projet avec le réseau! 6.1 MOBILISER UN RESEAU DE PAIRS Verstraete (2003) observe que l entrepreneuriat est un phénomène impulsé par un ou plusieurs individus s étant associés afin de créer une organisation. Cependant, comme le montre une étude réalisée par la banque du développement des PME (2000), la majorité des créateurs d entreprise (55%) crée son entreprise, seule. Cette solitude de l entrepreneur peut avoir des conséquences néfastes sur les projets. L action d entreprendre peut être épuisante et aboutir à un renoncement devant les obstacles. L intégration de l entrepreneur dans un espace de travail collaboratif permet de rompre cet isolement. Un des premiers apports pour leurs utilisateurs est la mobilisation d un réseau de pairs autour de leurs projets (cf. encadré 2). Les espaces de travail collaboratif leur permettent d obtenir un contact régulier avec des acteurs étant dans la même dynamique. Cet environnement favorise finalement l apparition de mécanismes d entraide entre entrepreneurs. Encadré 2 - Extrait de phrases témoins Mobiliser le réseau de pairs «Ici, j ai pu rencontrer des personnes expérimentées et avec un grand vécu de l entrepreneuriat.» «C est l interaction avec des personnes partageant les mêmes objectifs qui est le plus important.» «Je rencontre des gens que je ne rencontrais pas dans mes activités antérieures.» «L avantage ici, c est qu entre passionnés, on se soutient, on s entraide.» «Les utilisateurs du lieu sont suffisamment proches pour être solidaires, et suffisamment éloignés pour que chacun puisse se concentrer sur ses tâches sans être dérangé.»

11 Si peu de travaux ont porté exclusivement sur la formation d un réseau, ceci peut s expliquer selon Minguet et Moreau (2006) par le fait que le réseau personnel est souvent considéré comme indépendant de l entrepreneur. Son réseau est celui de son «milieu social naturel». Les espaces de travail collaboratif permettent ainsi à une plus large population d accéder à un réseau de qualité et de bénéficier de sa dynamique. En intégrant un réseau, les entrepreneurs ont l occasion d apprendre par l échange et la pratique le métier d entrepreneur. Ils vont s exposer et dynamiser leur démarche. Le réseau va aussi leur permettre d intégrer progressivement un marché et de faire avancer leurs projets sans nécessairement avoir besoin de lever de fonds APPRENDRE À ENTREPRENDRE Selon Cuzin et Fayolle (2004), la démarche d accompagnement entrepreneuriale implique une amélioration des compétences entrepreneuriales. S ils disposent généralement des compétences spécifiques liées à leur projet (technologie, connaissance produit, etc.), une large palette de compétences liées à la gestion de projet et au management d une organisation reste souvent en suspend. C est par la mobilisation d un réseau de pairs autour de leurs projet que les entrepreneurs vont apprendre le métier d entrepreneur (cf. encadré 3). ENCADRÉ 3 - Extrait de phrases témoins Apprendre le métier d entrepreneur «J ai appris ce qu était une start-up, comment la financer, ainsi que les démarches nécessaires pour sa création.» «Tu viens avec une question, des intérêts et compétences différents et repars avec les propositions des autres en utilisant tout ce qui est à portée de main et d esprit.» «C est drôle de trouver des points de convergence parmi tant de différences. Il y a un point commun : développer un projet.» «Je travaille sur mon propre projet et découvre en même temps les projets de chacun. Cela permet de mettre en commun nos idées et nos compétences.» «Avant je courrais après la montre. Et puis je me suis rendu compte que beaucoup de projets ne démarraient pas tout de suite. Fréquenter le réseau m a ôté beaucoup de pression.» Lave et Wenger (1991) et Brown et Duguid (1991) expliquent que des échanges réguliers entre des acteurs engagés dans la même dynamique favorisent la création de connaissances. En ce sens, les espaces de travail collaboratif sont un cadre favorisant le transfert et la construction de connaissances. Les utilisateurs que nous avons interrogés soulignent bien le rôle essentiel de l entraide et du partage d expérience dans leurs projet. C est «l interactivité cognitive» selon la formule de Savall et Zardet (1996) qui va permettre le développement de connaissances et la capacité à mettre en œuvre les projets entrepreneuriaux. Sammut (2003) souligne que l accompagnement de l entrepreneur est une démarche de transmission de connaissances d un accompagnateur vers un accompagné. Dans le cas des espaces de travail collaboratif, c est l interaction entre porteurs de projet qui va générer le développement de connaissances opérationnelles. Cette démarche diffère de la démarche enseignant-enseigné en reposant sur l entraide entre utilisateurs et l échange d expérience.

12 DEVELOPPER DES COMPETENCES DE RESEAUTAGE La capacité de travailler en réseau est une composante essentielle dans l action d entreprendre. Selon Chell et Chaines (2000), les entrepreneurs les plus «réseauteurs» ont des niveaux de performance supérieurs à ceux qui le sont moins. Verstraete et Saporta (2006) notent que «le carnet d adresses du dirigeant et la qualité de son réseau relationnel comptent parmi les plus cités dans la liste des conditions de réussite en création d entreprise». Selon Vissa et Anand (2006) et Baron et Markman (2000, 2003), les compétences et savoir-faire sous-jacents au réseautage sont notamment : l importance de savoir gérer la première impression, être capable de mémoriser des informations personnelles et contextuelles au sujet de leurs interlocuteurs, ou encore être expressif. Grâce au réseau de pairs, les espaces de travail collaboratif vont permettre aux entrepreneurs de pratiquer le réseautage et d améliorer cette compétence. Ils vont s exposer, échanger leurs cartes de visite, tisser des liens, afin de développer des relations potentiellement bénéfiques pour leur projet. On observe que le réseautage au sein des espaces de travail collaboratif ne se limite pas à rencontrer des personnes qui sont directement utiles à l entrepreneur. Bon nombres d obtention de contacts se font indirectement par l échange des carnets d adresse de chacun afin de développer un réseau étendu. On peut concevoir cela comme du «réseautage par percolation». Ainsi, au sein des espaces de travail collaboratif, les utilisateurs développent leur capacité à réseauter aussi bien avec les autres utilisateurs qu avec les personnes gravitant autour du lieu, et au final avec un réseau étendu atteint «par percolation». Le réseau de pairs est ainsi un moyen pour les entrepreneurs de mettre en pratique et développer leurs compétences «sociales». APPREHENDER UNE VISION PLURIDISCIPLINAIRE Au sein des espaces de travail collaboratif, la création de liens entre acteurs provenant de secteurs différents, avec une trajectoire professionnelle et une expérience hétérogènes, permet d une part aux entrepreneurs d aller à la rencontre d autres projets et d autres disciplines. Cette rencontre offre aussi une certaine forme d inspiration et permet d identifier le processus commun sous-jacent à l élaboration et à la mise en œuvre de projets entrepreneuriaux. Les témoignages des entrepreneurs collectés dans nos recherches révèlent que la diversité des projets et des acteurs à l intérieur des espaces de travail collaboratif offre la possibilité de s ouvrir sur d autres connaissances et d enrichir sa propre dynamique. Selon Fabbri et Charue- Duboc (2012), le partage d objectifs similaires est favorable à la démarche de création. Les entrepreneurs développent ainsi une vision pluridisciplinaire et réalisent les défis communs à tous : réussir des partenariats, savoir s entourer, disposer d outils de management, trouver les bonnes technologies, trouver des clients, des modèles de financement de leur projet, etc. Cela rejoint le constat de Dougherty et Dune (2011) pour qui la coopération entre acteurs et structures hétérogènes favorisent l apparition d innovation. FAVORISER L INNOVATION ET LA CREATIVITE Afin de pénétrer un marché, les entrepreneurs sont plutôt amener à se différencier des produits, des services ou des manières de faires existants. Ils sont, dans ce contexte, en position de devoir innover. Selon Alter (2000), l innovation est un processus éminemment social qui permet «de transformer une découverte, qu'elle concerne une technique, un produit ou une conception des rapports sociaux, en de nouvelles pratiques». Pour cet auteur, l innovation est le résultat d un processus où se mêlent l'incertitude, la transgression, les interactions et les croyances. En misant sur les interactions entre pairs, les espaces de travail collaboratif favorisent l apparition d innovation et le développement de la créativité de ses utilisateurs. Le processus itératif entre la réflexion, la mise en commun et la mise en œuvre du projet engendre une

13 objectivisation de l action. L échange, la mise en commun de perspectives différentes et les «frictions» entre entrepreneurs, les stimulent généralement à expérimenter d autres voies que celles qu ils s étaient préalablement fixés. Selon Birkinshaw et al. (2008), la mise en commun et le partage d idées induisent des pratiques managériales nouvelles qui promeuvent la créativité et l innovation en offrant, un regard renouvelé sur une pratique. On constate que dans les espaces de travail collaboratif, les innovations sont majoritairement managériales ou de process. C est dans la manière dont est pratiqué l entrepreneuriat que se trouve la nouveauté. Pour Hamel (2006), la démarche d innovation-produit passe avant tout par une démarche d innovation managériale. Damanpour et Evan (1984) avancent quant à eux que l innovation de produit est déclenchée par l innovation managériale. Ce phénomène de transformation du produit entre le moment où l entrepreneur est arrivé dans l espace de travail collaboratif et le moment où il a lancé son projet a pu être observé dans les projets de certains utilisateurs de la Muse. En ce sens, nous avançons à la suite de Ackrich, Callon et Latour (1988) que cette dynamique en réseau est un facteur d innovation. Par l observation et l échange avec ses pairs que l entrepreneur va imaginer et réaliser de manière itérative des ajustements dans leur projet et la manière de le porter. PARTAGER LES DIFFICULTES ET LES ETAPES L action d entreprendre est souvent perçue comme une action solitaire. Cependant, les entrepreneurs que nous avons interrogés ont mis en avant l importance d appréhender de manière collective cette démarche. Dans la représentation des entrepreneurs émerge par la dynamique de groupe une vision de l entrepreneuriat, de ses difficultés, de ses étapes, de sa temporalité, des méthodes, techniques, des outils utiles et de la «bonne attitude» à adopter. Dans un espace de travail collaboratif, les entrepreneurs vont sortir de l isolement et partager leurs parcours. Ils vont en outre mettre en commun les différents obstacles auxquels ils ont été ou sont confrontés. Ils vont prendre conscience des efforts à fournir et saisir les mécanismes de création. A travers le récit d entrepreneurs plus «aguerris» ou en écoutant les problèmes rencontrer par des pairs, ils vont pouvoir identifier les différentes contraintes de l action d entreprendre. Dans le réseau de pairs, les entrepreneurs se donnent des conseils, se font des retours d expérience. Les entrepreneurs comprennent que chaque projet à une temporalité propre et qu il faut parfois savoir être patients et parfois savoir être réactifs. Dans le réseau de pairs, les entrepreneurs entre dans une démarche d apprentissage collectif. 6.3 AFFIRMER ET PROFESSIONNALISER SON PROJET Un certain nombre d utilisateurs des espaces de travail collaboratif entreprennent pour la première fois. Leur projet n est qu à l état d idée et présenter celle-ci est un véritable «cassetête». Certains développaient jusqu alors leur activité à domicile, ce qui impliquait une force de travail limitée par de nombreuses interruptions et distractions. L espace de travail collaboratif, offre aux entrepreneurs un espace pour couver leur projet jusqu à l entrée sur un marché. L espace leur offre également la possibilité d observer un rythme de travail qui va développer leur engagement et leur motivation. Les entrepreneurs vont s affirmer et professionnaliser leurs projets. Ils vont dynamiser leur démarche et consentir à prendre des risques. Dans les espaces de travail collaboratif, les entrepreneurs ne passent pas directement de la conception du business plan à la mise sur le marché. Les entrepreneurs observent une phase de maturation ou le projet va se professionnaliser par la confrontation au réseau de pairs et devenir ainsi plus robuste.

14 Encadré 4 - Extrait de phrases témoins Affirmer et dynamiser sa démarche «Notre projet est de mieux en mieux. Il s est défini au fur et à mesure. Jusqu à maintenant ce projet était clair dans ma tête mais pas dans mes paroles.» «J ai des retours sur ce que je fais, comment je le fais, ce que je dis et comment je le dis.» «J ai pris conscience de l importance de la communication pour les startups, et c est à ce moment que j ai décidé d engager une première personne même si cela pesait sur mes finances.» «Il faut montrer aux autres que l on a envie de réussir, qu on a les capacités. Il faut se forcer à s exposer et dire clairement ses intentions.» «En venant travailler ici, le rythme du projet s est accéléré parce que nous avions des horaires. Le projet est devenu plus réel. Nous sommes plus engagés.» «Je viens travailler ici pour plusieurs raisons : la concentration, l effet «je vais au bureau». Je n ai pas de distraction et l ambiance de travail motive.» COUVER ET PROFESSIONNALISER SON PROJET Les entrepreneurs ont besoin de couver leur projet avant de passer à l acte. Selon une étude réalisée par la banque du développement des PME (2000), 36% des entrepreneurs interrogés disent avoir muri leur projet pendant plus d un an avant de passer en phase de réalisation, 25% déclarent avoir muri leur projet de 7 à 12 mois, 22% de 4 à 6 mois, et 16% moins de 3 mois. Les espaces de travail collaboratif leur offrent un cadre dans lequel ils peuvent prendre le temps de mûrir leurs idées. En avançant par tâtonnement, échangent avec les autres utilisateurs et les personnes gravitant autour de l espace, les entrepreneurs renforcent leurs projets et leurs compétences. Gilmore (1988) et Gerasymenko (2008) ont montré que les fondateurs de startup n avaient pas forcément les compétences managériales nécessaires à une jeune entreprise en croissance rapide. Les investisseurs ont tendance à s en inquiéter, à avoir des réserves vis-à-vis du projet et à envisager de remplacer le fondateur par un gestionnaire plus compétent. En intégrant un espace de travail collaboratif, les entrepreneurs prennent le temps de développer des compétences managériales avant de se confronter au marché. Comparer à des trajectoires entrepreneuriales plus classiques, où les entrepreneurs murissent leur projet de leur côté, vont le soumettre à une banque ou à un investisseur, puis se lancent directement sur le marché, les entrepreneurs intégrant un espace de travail collaboratif se donnent un temps pour couver leur projet jusqu à un niveau de maturité suffisant avant de s exposer face aux investisseurs et aux clients. Ils bénéficient de retours les aidant à améliorer leur projet et la manière de le présenter. Ils deviennent progressivement capables de se vendre et d acquérir la confiance des parties prenantes de leur projet. FAVORISER LA PRISE DE RISQUE Si la création d entreprise implique de prendre des risques notamment financiers, certains entrepreneurs n osent pas toujours faire le pas. Lorsqu il doute de la viabilité de son projet, tout investissement est perçu comme un risque de perte sèche. A l intérieur des espaces de travail collaboratif, l entrepreneur va affirmer sa volonté de mener à bien son projet, notamment par l observation des initiatives prises par les autres et leurs

15 bénéfices. Grâce à la confrontation au réseau de pairs, l entrepreneur va développer une plus grande confiance dans son action. L investissement personnel dans son projet va s en ressentir. Il va commencer à prendre des risques financiers en s entourant de compétences, recrutant ou acquérant des outils de travail nécessaires. DEVELOPPER SON RYTHME, SA MOTIVATION ET SON ENGAGEMENT DANS LE PROJET Delanoë et Brulhart (2011) qualifient de détermination entrepreneuriale la priorité que l entrepreneur donne à la mise en œuvre de son projet. Par l observation du développement de la détermination des entrepreneurs intégrant un espace de travail collaboratif, nous parlons dans le même esprit de dynamisation de leur motivation et de leur engagement. Selon nos observations, la dynamisation des projets des entrepreneurs passe par l intégration d horaires et le développement du rythme et de la capacité de travail. Si de nombreux entrepreneurs travaillent à domicile, ils sont généralement amenés à gérer leur temps de manière isolée sans bénéficier de l énergie d une ambiance de travail. En intégrant un espace de travail collaboratif, les entrepreneurs se fixent un rythme de travail et des horaires. Ils bénéficient d une ambiance propice au développement de leur énergie et de leur capacité de travail. La structure physique des espaces de travail collaboratif reprend la forme des bureaux traditionnels, et les personnes ont le sentiment «d aller au travail». Les espaces de travail collaboratif offrent ainsi aux entrepreneurs un cadre, un rythme, une discipline. Par le cercle des pairs, par imitation, compétition, collaboration, friction, les entrepreneurs développent leurs motivations. Cet effet à un impact positif sur leur productivité et leurs niveaux d engagement, comme en témoigne l étude de l École de management de Grenoble (2010) dans laquelle 76% des personnes interrogées jugent que leur productivité à augmenter lorsqu ils ont intégré un espace de travail collaboratif. Cela se traduit également pour l entrepreneur par le développement de l utilisation du réseau de pairs. Leur passage à l acte est «accéléré». Leur capacité à intégrer l environnement sociétal ou l écosystème d affaires est développée INTEGRER UN MARCHE Dans la phase de création d entreprise, le réseau peut apporter aux entrepreneurs des informations et des ressources utiles à l identification des opportunités, ainsi que des contacts professionnels (Butler, Hansen, 1991). A travers le réseau de pairs, les entrepreneurs vont ainsi développer leur vision du marché et de l environnement socioéconomique dans lequel ils entreprennent. Par les interactions, ils vont adapter leurs projets en réunissant les données utiles à la définition de leurs produits et services, à la manière de les commercialiser, etc. (cf. encadré 5). EXPOSER SON PROJET DANS UN MARCHE-TEST Afin de s assurer que leurs projets soient bien accueillis tant par les investisseurs que les clients, les entrepreneurs vont tester leurs idées et leurs produits dans le réseau de pairs. Ils vont s exposer dans un environnement bienveillant et bénéficier de retours directs. Le réseau de pairs constitue en ce sens un marché test. Les entrepreneurs vont prendre conscience de leurs faiblesses et de leurs forces. De ce fait, les animateurs de l espace et le réseau de pairs insistent pour que les entrepreneurs présentent leur projet auprès des autres utilisateurs de l espace et dans des évènements. Le «pitch» est particulièrement important. Cette courte présentation du projet permet par la suite de «réseauter» de manière plus confortable. Le pitch permet de se présenter rapidement et de donner envie à leurs interlocuteurs d en savoir davantage. Dans un espace de travail collaboratif, la réaction de la communauté est considérée comme un «avant-gout» de la réaction

16 du marché. Malgré les craintes que cette exposition présuppose, la confrontation des projets au réseau offre l opportunité aux entrepreneurs de bénéficier d un «cercle de premiers utilisateurs» ou d un «marché-test», terme utilisé en marketing pour désigner un échantillon auprès duquel on va expérimenter. Encadré 5 - Extrait de phrases témoins Intégrer un marché «C est une place témoin pour tester mon approche business. Je peux tester mon pitch, voir si ce dont je parle, la manière dont j en parle réveille un intérêt chez les autres.» «Ici, mon projet n a pas été «retourné» mais a été «renforcé», suite à des échanges d idées avec d autres utilisateurs du lieu, j ai laissé tomber certaines parties et j en ai renforcées d'autres.» «C est au fur et à mesure des échanges avec les autres entrepreneurs du lieu que j ai compris qui était ma clientèle cible. J ai pris conscience de ce que je pouvais faire, de ce que je ne pouvais pas faire et de ce que je ne voulais pas faire.» «On rencontre un public. On sait tout de suite comment les clients réagiront.» «Un jour, un utilisateur du lieu est venu me proposer de travailler pour lui pour l aider dans son projet. Puis d autres m ont demandé. C est ainsi que mon propre projet s est transformé vers quelque chose de nouveau, répondant aux besoins observés sur le terrain.» «On peut raconter ce que l on fait et éventuellement rencontrer de futurs clients.» COMPRENDRE SON MARCHE ET ADAPTER SON PROJET Dans le processus de création d entreprise, l entrepreneur est conduit à identifier ses «cibles», leurs attentes, contraintes, logiques, etc. Dans le cercle de pairs, les retours qui leurs sont faits offrent l opportunité d améliorer leur discours commercial, de clarifier leur offre, mais aussi de mieux cibler leur clientèle, d entrevoir l accueil qui sera fait à leur produit, et enfin de faire évoluer leur projet ou la manière dont ils le mettent en œuvre. Les échanges dans le réseau de pairs leur permettent d identifier des clients, partenaires, fournisseurs, concurrents. Les entrepreneurs identifient clairement qu ils ont une meilleure compréhension des logiques de marché grâce aux interactions qu ils ont dans ces lieux. Le réseau agit comme un dispositif de veille stratégique sur le marché : les autres entrepreneurs relais des informations et donnent des signaux qui permettent de mieux le comprendre. Ils prennent du recul sur la manière dont leur offre est appréciée. Selon Wenger (1998), entrer dans une logique de mise en réseau se traduit par l ouverture à de nouveaux concepts, idées, contacts et marchés. Le marché-test peut avoir une influence directe sur le projet. CO-CREER LE PROJET AVEC LE RESEAU En consultant le réseau de pairs dans les différentes étapes de création, l entrepreneur apprend également à transformer son projet et son modèle d affaire face aux opportunités. La co-création se traduit dans l évolution du projet porté par chaque entrepreneur. La communauté de pairs va se saisir de ses compétences et par «recombinaison» (Stark, 1996) bâtir avec l entrepreneur un modèle d affaire qui colle à leurs attentes. Lorsque le réseau de pairs va «intégrer» le projet d un entrepreneur, le réseau va faire évoluer le projet au-delà de l intention initiale du porteur de projet : le projet est co-construit par les interactions avec les autres entrepreneurs.

17 Le réseau de pairs permet aux entrepreneurs de s entre-influencer, de se faire des retours. Les entrepreneurs vont ainsi développer de nouvelles idées à travers les échanges. Ce phénomène peut conduire à une co-création des produits et des process de chaque entrepreneur. TROUVER DES PREMIERS UTILISATEURS DE LEUR PRODUIT Par le réseau de pairs, les entrepreneurs vont parfois trouver leurs premiers clients, des partenaires, des collaborateurs. Les entrepreneurs sont en contact permanent avec les gestionnaires du lieu, des personnes qui gravitent autour du lieu (participant à des évènements) et sont amené à rencontrer des contacts qui leurs sont apportés par toutes ces personnes. Ils bénéficient d un réseau élargi, à l intérieur et à l extérieur du lieu qui peut leur permettre de vendre leur produit. Le réseau a une influence décisive sur le développement de leur projet LANCER SON PROJET SANS LEVER DE FONDS A PRIORI Smida et Khelil (2010) recensent de nombreux auteurs montrant que l échec des processus entrepreneuriaux s explique notamment par un manque de ressources initiales (Venkataraman et al., 1990 ; Lussier, 1995 ; Thornhill et Amit, 2003). Dans ce sens, les espaces de travail collaboratif offrent des ressources puisées dans et par le réseau. Il est question ici de compétences, d informations, de matériels et fournitures, de manières alternatives d obtenir de la visibilité et des premiers clients. Les espaces de travail collaboratif permettent en outre aux entrepreneurs de bénéficier d une forme d accompagnement par le réseau et de locaux à moindre coût. Les entrepreneurs peuvent ainsi avancer dans leur projet sans disposer de moyens financiers importants à priori (encadré 6). Encadré 6 - Extrait de phrases témoins lancer son projet sans lever de fonds «Certains ont gracieusement mis à disposition le savoir-faire spécifique qui me manquait et ont partagé leur réseau personnel pour m ouvrir des portes.» «J ai très souvent demandé de l aide aux autres utilisateurs du lieu sur les différents problèmes que l on a pu rencontrer, par exemple avec le site internet.» «Ici, j ai trouvé un moyen d avoir de la visibilité.» «C est le lieu parfait pour une start-up. L atmosphère conviviale nous permet d être à la fois studieux et décontractés et cela à moindre coût. Au lieu d être seuls dans un bureau fermé, les autres sont à quelques mètres en cas de besoin d air frais et de sociabilité.» «C est pour moi un lieu de travail très attractif financièrement, car il n y a pas de bureaux à louer à Genève pour ce prix.» DISPOSER D UN ESPACE DE TRAVAIL A MOINDRE COUT Le sondage effectué par Deskmag (2011) sur les usages des espaces de coworking montre que la majorité des utilisateurs de ces espaces apprécient particulièrement : la localisation de leur espace ainsi que les tarifs pratiqués. En effet, un des éléments qui fait l attraction majeure des espaces de travail collaboratif est la possibilité de disposer d un bureau à bas coût. Selon les entretiens avec les utilisateurs, la politique de bas prix pratiqués est la première raison qui amène les entrepreneurs à choisir ce dispositif. Ces bas prix sont permis par le partage des

18 locaux : «la collocation d espace de travail», et par les aides publiques. Les entrepreneurs ont ainsi accès à moindre coût à un espace convivial, équipé et confortable, disposant généralement d une situation centrale dans la ville et d une adresse parfois «prestigieuse» : l étude de l école de management de Grenoble et du cluster Green and Connected Cities (2010) montre que les espaces de travail collaboratif, comme La Cantine ou The Hub, privilégient une position proche en centre-ville. OBTENIR DES RESSOURCES PAR LE RESEAU Johanisson (1986), Starr et Mc Milan (1990) ont montré qu il était profitable pour les entrepreneur d avoir recours aux relations sociales plutôt qu au marché pour obtenir des ressources. Par le réseau de pairs, les entrepreneurs peuvent obtenir des ressources qui sont parfois difficilement accessibles autrement ou dont ils ne sauraient s acquitter. Ils ont la possibilité d avoir accès à des informations, des compétences parfois «pointues», des ressources et des contacts de manière gratuite ou par réciprocité. Par exemple, si un entrepreneur a des compétences juridiques ou comptables et qu il accepte d en faire profiter les autres, il peut bénéficier en retour de conseils concernant la réalisation de site internet. Le mécanisme d entraide entre pairs permet de réduire les coûts de transaction (Mistri, 1999). L entraide, source de gains importants, est difficile à stimuler et maintenir, justifiant une animation adéquate. Utiliser le réseau, l entraide et les échanges, est complémentaire ou alternatif à la levée de fond réservée à une proportion très faible d entrepreneurs (Rédis, 2006). Ainsi, en s acquittant d un loyer à faible coûts et en utilisant le réseau pour obtenir des ressources, les entrepreneurs limitent grandement leurs besoins d investissement pour lancer leur projet et peuvent ainsi éviter d avoir à, prématurément, lever des fonds. De ce fait, les risques financiers sont fortement limités. Les espaces de travail collaboratif permettent aux entrepreneurs d expérimenter leurs idées de manière dynamique et de tester leurs aptitudes entrepreneuriales avant de se «lancer» complètement. Comme le notent Smida et Khelil (2010), la déception personnelle de l entrepreneur qui ne voit pas se concrétiser ses attentes initiales expliquent parfois «l échec» d un processus entrepreneurial. Les espaces de travail collaboratif permettent de prendre le temps de se connaitre «en tant qu entrepreneur» avant de prendre une prise de risque financière. 7. LA COMPLEMENTARITE DES ESPACES DE TRAVAIL COLLABORATIF PAR RAPPORT AUX DISPOSITIFS EXISTANTS D AIDE A LA CREATION D ENTREPRISE Verzat, Gaujard et François (2010) estiment que l accompagnement doit être adapté au profil des entrepreneurs et à leurs projets. Les espaces de travail collaboratif répondent à un «vide» laissé par les dispositifs traditionnels et viennent compléter la chaine de valeur de l accompagnement de la création d entreprise en proposant de nouvelles offres mieux adaptées notamment à un public d entrepreneurs ne disposant pas de capitaux importants ni toujours d une idée arrivée à maturation. Selon Leger-Jarniou et Saporta (2006), les initiatives entrepreneuriales ont besoin d être guidées et accompagnées à une étape quelconque de leur processus, et la performance qui en résulte dépend de la qualité et de la durée de l accompagnement. Dans ce sens, les espaces de travail collaboratif sont situés aux «avant-postes» de l entreprenariat, soit davantage en amont des autres dispositifs sur la «frise chronologique» de la création d entreprise. Selon nous, les espaces de travail collaboratif se distinguent des organisations «traditionnelles» d aide à la création d entreprise. à travers trois «filtres» : les opérations réalisées, les publics visés ainsi que les compétences des équipes.

19 7.1 LES OPERATIONS SPECIFIQUES Tout comme les incubateurs et les pépinières d entreprises, les espaces de travail collaboratif mettent à la disposition de leurs usagers des locaux équipés et meublés. Leur particularité est cependant de les offrir à des prix très attractifs. Ils n offrent pas, à proprement dit, d accompagnement. L accompagnement est généré, comme nous l avons montré, par le réseau et notamment par l entraide entre les utilisateurs. La dimension collaborative, mutualisée dans une communauté, remplace la figure de l accompagnant (Fabbri, Charue-Duboc, 2012). La compétence nouvelle, que les espaces de travail collaboratif amènent, est ainsi de stimuler et d animer la collaboration entre les entrepreneurs. En effet, cette opération est très peu, ou pas du tout, développée dans les dispositifs traditionnels d aide à la création d entreprises. C est en jouant sur cette proximité entre entrepreneurs, en incitant et en animant les «frictions» entre eux, qu ils bénéficient des apports de tels lieux : «apprendre à entreprendre, affirmer et dynamiser leur démarche, progressivement intégrer un marché en lançant leur projet sans lever de fonds à priori». 7.2 LE PUBLIC VISE Les espaces de travail collaboratif se différencient aussi des autres dispositifs par le public qu ils visent. Tandis que la plupart des organismes traditionnels d aide à la création d entreprise vont sélectionner les projets qu ils accompagnent, les espaces de travail collaboratif vont accepter tous les porteurs de projet, «compris ceux dont le projet est encore «immature». Les espaces de travail collaboratif viennent compléter les dispositifs d aide à la création d entreprise en s intéressant en amont au processus de la création. En ouvrant leurs portes à des projets qui ne sont pas forcément très aboutis, ils offrent ainsi l opportunité à des personnes ayant la «passion» de l entrepreneuriat de pouvoir se révéler, ou pas, en tant qu entrepreneur, et de développer éventuellement une idée innovante et porteuse. Un autre aspect intéressant est relatif au type d utilisateurs des espaces de travail collaboratif. Bon nombre d entre eux ont fait par de leur gout pour le «nomadisme». C est en ce sens que les espaces de travail collaboratif se rapprochent des tiers-lieux : des lieux entre la maison et le bureau, comme les cafés par exemple. Ils s inscrivent dans l émergence de nouveaux types de lieu où se réunissent essentiellement des travailleurs nomades qui n ont besoin de rien d autre qu un poste de travail et une connexion internet (Fabbri, Charue-Duboc, 2012). Selon l étude de Deskmag, avant de venir travailler dans un espace de travail collaboratif, les utilisateurs travaillaient pour la plus part à la maison (58% des répondants) et peu dans un bureau classique (22%). Les espaces de travail de travail collaboratif captent ainsi une population d entrepreneurs ne travaillant pas dans des lieux «classiques» par ailleurs. 7.3 LES COMPETENCES DES EQUIPES Un autre moyen d identifier la spécificité des espaces de travail collaboratif est d identifier les compétences des équipes. Tandis que la plupart des organismes dit «traditionnels» sont composés d experts et reposent sur cette idée d expertise, les espaces de travail collaboratif s appuient sur des équipes d animation. Il s agit souvent d étudiants ou d employés à temps partiels dont les rémunérations sont basses, notamment dans l optique de conserver des prix attractifs. Ce qui leur est demandé est de réaliser l accueil, l administration et des tâches de communication. Au delà, leur travail est celui d animateurs du lieu et de connecteurs avec un réseau de partenaires ce qui fait la particularité de ces lieux. Ainsi, les espaces de travail collaboratif sont des dispositifs complémentaires, qui s appuient intensément sur l émulation entre les porteurs de projet. En acceptant un public large, ils favorisent la démocratisation de l action d entreprendre.

20 8. L APPORT DES ESPACES DE TRAVAIL COLLABORATIF POUR LES TERRITOIRES ET LES INSTITUTIONS Selon Bruyat (1993) et Fayolle (2004), la création d entreprise fait l objet d une demande sociale de différents acteurs : les citoyens, les Etats et les collectivités locales, les différents organismes financiers, les créateurs d'entreprise, etc. Ainsi la création d entreprise est une solution visant à renforcer le tissu économique et social des territoires. Dans ce contexte, les espaces de travail collaboratif contribuent à la création d emplois et de valeurs économiques sur les territoires. Ils bénéficient d une part aux entrepreneurs, mais aussi à d autres acteurs du territoire : notamment les institutions et les établissements d enseignement et de recherche. 8.1 COMPLÉTER LES DISPOSTIFS EXISTANTS Les espaces de travail collaboratif se positionnent en complémentarité des dispositifs utilisés par les décideurs publics pour mettre en œuvre les politiques de soutien à la création d entreprise et à l innovation sur les territoires. Ils se situent en amont de l émergence des projets de création d entreprises, et les portent jusqu à maturité, jouant le jeu de la sélection des projets par l expérimentation et non sur la base de business plan théorique. En jouant sur l émulation entre porteurs de projet et sur l effet réseau, ils permettent de réaliser l accompagnement et de «faire sortir» des projets à coûts limités. Il est en effet intéressant de noter que les espaces de travail collaboratif sont des dispositifs à faible coûts si on les compare aux budgets nécessaires pour la mise sur pieds et la pérennisation des incubateurs, des pépinières ou encore plus des technopoles. Ainsi les espaces de travail collaboratif viennent renforcer «l offre de services» soutenus par les institutions dans leurs politiques de soutien à la création d entreprise et au développement «endogène» des territoires. 8.2 MULTIPLIER LE NOMBRE DE PROJETS ET LEUR ROBUSTESSE En offrant une location d espace à bas prix et en permettant aux porteurs de projet de lancer leurs projets à bas coûts, les espaces de travail collaboratifs et de réseautage offrent la possibilité à un plus grand nombre d entrepreneurs de tenter leur chance. En cela, ils contribuent à la démocratisation de l action d entreprendre et augmentent le potentiel de projets pouvant aboutir un jour à des entreprises solides. Durant leur passage au sein des espaces de travail collaboratif, les porteurs de projet apprennent le métier d entrepreneur. Ils saisissent mieux la plénitude des compétences et des attitudes entrepreneuriales à développer pour réussir. Dans un même temps, l opportunité d exposer leur projet dans le marché test offert par l espace de travail collaboratif permet aux entrepreneurs de renforcer la robustesse de leur projet. Lorsqu ils se tournent ensuite vers des financeurs (banques, capital-risque, organisations publiques, concours, etc.), ils sont mieux préparés que ceux qui ont muri leur projet de manière isolée. Il en va de même lorsqu ils se tournent vers des clients, des fournisseurs, ou d autres dispositifs de soutien à la création d entreprise (incubateur, cluster, etc.). Comme le montre Redis (2006), l accompagnement apporte à la fois une expertise et un gain de temps, et renforce la confiance des partenaires du projet. Les espaces de travail collaboratif jouent donc un rôle de «couveuses» ou «cocons» pour les projets, et les aident à se renforcer avant qu ils soient exposés au marché.

Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Paris, le 27 février 2012 Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» Lundi 27 février 2012 par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Seul le prononcé fait foi

Plus en détail

Master Sciences cognitives

Master Sciences cognitives Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Sciences cognitives Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

A. RAPPEL DES OBJECTIFS ET DE LA DEMARCHE DU PROJET

A. RAPPEL DES OBJECTIFS ET DE LA DEMARCHE DU PROJET Cette étude est cofinancée par l Union européenne. L Europe s engage en Ile-de- France avec le Fonds européen de développement régional. Synthèse de l Etude «Innovation dans les entreprises de services

Plus en détail

A la découverte des espaces

A la découverte des espaces Vendredi 26 septembre 2014 A la découverte des espaces du coworking tour Grand Lyon Les espaces de coworking Les partenaires Chiffres clés du coworking 2 La montée en puissance mondiale du phénomène de

Plus en détail

L INITIATIVE «FRENCH TECH»

L INITIATIVE «FRENCH TECH» L INITIATIVE «FRENCH TECH» POUR LA CROISSANCE ET LE RAYONNEMENT DE L ÉCOSYSTÈME NUMÉRIQUE FRANÇAIS La French Tech en actions Mobilisation des écosystèmes sur les territoires : labellisation de quelques

Plus en détail

création oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

création oseo.fr Pour financer et accompagner les PME création oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6522-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME création oser pour gagner! Que la création porte sur une activité traditionnelle avec un

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION

CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION Société des Coaches Gestaltistes Coordinateur projet: Marius Moutet INTRODUCTION Un coaching d individus ou d équipe inspiré de la posture humaniste

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Entrepreneuriat de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section

Plus en détail

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DEES * DOSSIER DE PRÉSENTATION *Certification Professionnelle Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale Niveau I -enregistré au RNCP

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 25 mai 2011 Contact presse : Cécile Mériguet cecile.meriguet@savoie-technolac.com 06 45 48 38 58 Illustrations et photos sur demande

DOSSIER DE PRESSE 25 mai 2011 Contact presse : Cécile Mériguet cecile.meriguet@savoie-technolac.com 06 45 48 38 58 Illustrations et photos sur demande // La Base Académie // DOSSIER DE PRESSE 25 mai 2011 Contact presse : Cécile Mériguet cecile.meriguet@savoie-technolac.com 06 45 48 38 58 Illustrations et photos sur demande Dispositif d accompagnement

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ 2013. Fondation Muse pour la créativité entrepreneuriale

RAPPORT D ACTIVITÉ 2013. Fondation Muse pour la créativité entrepreneuriale RAPPORT D ACTIVITÉ 2013 Fondation Muse pour la créativité entrepreneuriale Table des matières Au service de la créativité entrepreneuriale Documenter les pratiques de la Génération Co Objectifs 2013 Raconter

Plus en détail

LES PLATEFORMES D INITIATIVE LOCALE ET LA CREATION D ENTREPRISE INNOVANTE EN FRANCE QUELLE PERTINENCE POUR LA TUNISIE?

LES PLATEFORMES D INITIATIVE LOCALE ET LA CREATION D ENTREPRISE INNOVANTE EN FRANCE QUELLE PERTINENCE POUR LA TUNISIE? LES PLATEFORMES D INITIATIVE LOCALE ET LA CREATION D ENTREPRISE INNOVANTE EN FRANCE QUELLE PERTINENCE POUR LA TUNISIE? Anne CHATAURET Volet Interfaçage QU EST-CE QU UNE PLATEFORME INITIATIVE? 2 Les «Plateformes

Plus en détail

L APPORT DES CELLULES D ENTRAIDE POUR FEMMES ENTREPRENEURS POUR «L ANIMATION» DES ÉCOSYSTÈMES D AFFAIRES

L APPORT DES CELLULES D ENTRAIDE POUR FEMMES ENTREPRENEURS POUR «L ANIMATION» DES ÉCOSYSTÈMES D AFFAIRES L APPORT DES CELLULES D ENTRAIDE POUR FEMMES ENTREPRENEURS POUR «L ANIMATION» DES ÉCOSYSTÈMES D AFFAIRES RÉSUMÉ Xavier Pierre, ISEOR, Magellan, IAE de Lyon, Université Jean Moulin Geneviève Morand, Présidente

Plus en détail

Les entreprises familiales vues par les actifs Français.

Les entreprises familiales vues par les actifs Français. Les entreprises familiales vues par les actifs Français. Janvier 2014 Chaire Entrepreneuriat Familial et Société entre pérennité et changement Contacts : Noémie Lagueste Chargée d études Chaire Entrepreneuriat

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

dossier de presse weforge [ 2015 ]

dossier de presse weforge [ 2015 ] dossier de presse weforge [ 2015 ] 2 SOMMAIRE weforge, c est quoi? Weforge, c est quoi?... p. 2 Une réponse aux nouvelles façons de travailler Weforge Office... p. 4 Investir au profit des dynamiques de

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR L OCTROI DU LABEL «MÉTROPOLE FRENCH TECH»

CAHIER DES CHARGES POUR L OCTROI DU LABEL «MÉTROPOLE FRENCH TECH» CAHIER DES CHARGES POUR L OCTROI DU LABEL «MÉTROPOLE FRENCH TECH» POUR LA CROISSANCE ET LE RAYONNEMENT DE L ÉCOSYSTÈME NUMÉRIQUE FRANÇAIS POUR ÊTRE LABELLISÉE «MÉTROPOLE FRENCH TECH», UNE MÉTROPOLE DOIT

Plus en détail

Les dirigeants face à l innovation

Les dirigeants face à l innovation Les dirigeants face à l innovation Vague 2 FACD N 111164 Contact Ifop : Flore-Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion et Stratégies d'entreprise flore-aline.colmet-daage@ifop.com Mai

Plus en détail

Les entreprises françaises et le coworking

Les entreprises françaises et le coworking Les entreprises françaises et le coworking Perceptions, pratiques et attentes Novembre 2011 A la demande de Mobilitis, l institut Opinionway a mené une étude sur la perception, les pratiques et les perspectives

Plus en détail

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 1 Les partis pris méthodologiques Privilégier la participation active pour une co-production Sont privilégiées les approches et méthodologies

Plus en détail

Présentation de l équipe

Présentation de l équipe Libérer et révéler les potentiels individuels et collectifs Présentation de l équipe Consultants coachs et formateurs : Certifiés en coaching individuel et team building Formés en AT, PNL, approche systémique.

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

SILICON SENTIER UNE ASSOCIATION D ENTREPRISES LOI 1901. siliconsentier.org

SILICON SENTIER UNE ASSOCIATION D ENTREPRISES LOI 1901. siliconsentier.org SILICON SENTIER UNE ASSOCIATION D ENTREPRISES LOI 1901 SILICON SENTIER L ASSOCIATION Silicon Sentier est une association d entreprise regroupant 175 PMEs et TPEs en région Ile-de-France, spécialisées dans

Plus en détail

L Institut du Mentorat Entrepreneurial Wallon (IMEW) Cap sur la croissance!

L Institut du Mentorat Entrepreneurial Wallon (IMEW) Cap sur la croissance! L Institut du Mentorat Entrepreneurial Wallon (IMEW) Cap sur la croissance! Le mentorat entrepreneurial en Wallonie pour : apporter un accompagnement d'excellence pour les PME à haut potentiel de croissance

Plus en détail

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique»

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Intitulé de la formation Programme de formation «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Organisateur Organisme de formation : ARMETI : Email : armetiformations@gmail.com

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

Management Interculturel

Management Interculturel Management Interculturel La mondialisation et l ouverture des marchés ont permis l interconnexion des mondes. Ces phénomènes ont en même temps accéléré la mutation des modes de pensée et de consommation.

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014 Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville Août 2014 2014, année de la nouvelle loi de programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 DÉVELOPPEMENT LOCAL MENÉ PAR LES ACTEURS LOCAUX POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION Fiche de lecture : MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION I. PRESENTATION GENERALE «Management situationnel Vers l autonomie et la responsabilisation» (nouvelle édition enrichie),

Plus en détail

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France Communiqué de presse Paris, le 20 novembre 2012 CDC Entreprises, filiale de la Caisse des Dépôts, gère dans

Plus en détail

Les fonds d investissement

Les fonds d investissement Un objectif commun la croissance des PME Les fonds d investissement Le manque de maturité de certaines entreprises, les techniques de pointe qu elles développent, rendent difficile l appréciation de leur

Plus en détail

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie Système d accreditation des organismes de formation Origine, objectifs et méthodologie du système d accréditation Carlos Capela Coordinateur du projet INOFOR - Institut pour l innovation dans la formation

Plus en détail

L auto-entrepreneur : trois ans déjà!

L auto-entrepreneur : trois ans déjà! PROFIL DE L'AUTO-ENTREPRENEUR N 108 août 2012 L auto-entrepreneur : trois ans déjà! L introduction du régime de l auto-entrepreneur au 1 er janvier 2009 a bouleversé le rythme des créations en France comme

Plus en détail

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire développement économique et économie sociale et solidaire En soutenant la création

Plus en détail

CREATION INNOVATION EDUCATION

CREATION INNOVATION EDUCATION Ministère de la Culture et de la Communication CREATION INNOVATION EDUCATION du 15 au 28 mai 2014 SILICON VALOIS, ESPACE DE TRAVAIL PARTAGE DEDIE A L INNOVATION CULTURELLE Ministère de la Culture et de

Plus en détail

ENTREPRENEURS CONSEIL MBS. Etude ROI Navision. Vers une rationalisation du choix d ERPet une tangibilisationde ses bénéfices

ENTREPRENEURS CONSEIL MBS. Etude ROI Navision. Vers une rationalisation du choix d ERPet une tangibilisationde ses bénéfices ENTREPRENEURS CONSEIL MBS Etude ROI Navision Vers une rationalisation du choix d ERPet une tangibilisationde ses bénéfices * Vers une rationalisation du choix d ERP et une tangibilisation de ses bénéfices

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION. Institut de l Innovation et du Développement de l Entrepreneuriat - InsIDE

CATALOGUE DE FORMATION. Institut de l Innovation et du Développement de l Entrepreneuriat - InsIDE CATALOGUE DE FORMATION Institut de l Innovation et du Développement de l Entrepreneuriat - InsIDE «L expression de l innovation et de l entrepreneuriat» - Devenir Community Manager : créer et animer sa

Plus en détail

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr Rhône Développement Initiative 1993-2013 Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité www.rdi.asso.fr Jean-Jacques MARTIN, Président de RDI Membre des réseaux nationaux RDI Edito

Plus en détail

START UP. Challenge DOSSIER PARTENAIRE

START UP. Challenge DOSSIER PARTENAIRE START UP Challenge DOSSIER PARTENAIRE Sommaire MBway Start Up Challenge L édition 2015 en chiffres Devenir partenaire Vos contacts MBway Eduservices Fiche Partenaire PAGE 4 PAGE 5 PAGE 8 PAGE 9 PAGE 11

Plus en détail

FONDS AQUI-INVEST. I. Présentation de l action. Contexte Développement de l action et enjeux

FONDS AQUI-INVEST. I. Présentation de l action. Contexte Développement de l action et enjeux FONDS AQUI-INVEST I. Présentation de l action AQUI-INVEST, est le premier fonds de co-investissement en capital risque régional français. Il s'agit d une nouvelle génération d investissement public impulsée

Plus en détail

Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE)

Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE) Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE) Février 2008 SOMMAIRE Communiqué de presse de synthèse... 3 1. Le Bureau d accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE)........

Plus en détail

CYCLE DIRIGEANT FEDESAP/HEC

CYCLE DIRIGEANT FEDESAP/HEC CYCLE DIRIGEANT FEDESAP/HEC «POUR UNE ENTREPRISE DES SERVICES A LA PERSONNE PROFESSIONNELLE ET PERENNE» FEDESAP : TOUR CIT, 3 rue de l Arrivée 75749 PARIS CEDEX 15 Tél : 01 45 38 44 11 contact@fedesap.org

Plus en détail

La prise en compte de l incertitude liée à la crise dans le pilotage d entreprise : les leçons de la start up

La prise en compte de l incertitude liée à la crise dans le pilotage d entreprise : les leçons de la start up La prise en compte de l incertitude liée à la crise dans le pilotage d entreprise : les leçons de la start up Dominique VIAN Enseignant Chercheur SKEMA Business School Une nouvelle ère pour une nouvelle

Plus en détail

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie MARDI Contact presse Ministère de la Culture et de la Communication Délégation à l information et à

Plus en détail

Cahier des Charges / formation «Stratégie de la start-up»

Cahier des Charges / formation «Stratégie de la start-up» Cahier des Charges / formation «Stratégie de la start-up» Entité : CARINNA (Agence pour la Recherche et l Innovation en Champagne- Ardenne) Contact : Catherine MERLET Responsable Incubateur Catherine.merlet@carinna.fr

Plus en détail

www.les-entrepreneuriales.fr contact@les-entrepreneuriales.fr 09 71 20 38 19

www.les-entrepreneuriales.fr contact@les-entrepreneuriales.fr 09 71 20 38 19 www.les-entrepreneuriales.fr contact@les-entrepreneuriales.fr 09 71 20 38 19 SOMMAIRE Editorial du président de l ANLE La gouvernance nationale : ANLE Le dispositif d apprentissage innovant Notre ambition

Plus en détail

son offre Executive Education

son offre Executive Education Destinée aux cadres supérieurs, dirigeants d entreprises et entrepreneurs menée en partenariat avec CentraleSupélecParis Lancée en Octobre 2015 Casablanca, le 2 juin 2015 L Ecole Centrale Casablanca annonce

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

LES 11 COMPÉTENCES CLÉ DU COACH SELON LE RÉFÉRENTIEL ICF OBJECTIFS CERTIFICATION PRINCIPES ET ORIENTATIONS

LES 11 COMPÉTENCES CLÉ DU COACH SELON LE RÉFÉRENTIEL ICF OBJECTIFS CERTIFICATION PRINCIPES ET ORIENTATIONS ACTIVISION Coaching : un cursus de formation complet accrédité ICF pour acquérir les compétences et la posture du coach professionnel. Une formation professionnelle, pour des professionnels, par des professionnels.

Plus en détail

Junior ESSEC 28/11/2014

Junior ESSEC 28/11/2014 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 1ère journée Synthèse de l atelier 1 : les nouveaux modèles économiques et organisationnels Thème : Croissance, innovation,

Plus en détail

SPORTIFS DE HAUT NIVEAU

SPORTIFS DE HAUT NIVEAU CERTIFICATS POUR LES SPORTIFS DE HAUT NIVEAU :: CERTIFICATS 4 dispositifs pour accompagner les sportifs de haut niveau dans leurs projets de vie : sport, étude, emploi & développement des compétences En

Plus en détail

FORMALISATION ET CAPITALISATION DES

FORMALISATION ET CAPITALISATION DES FORMALISATION ET CAPITALISATION DES CONNAISSANCES DANS L ECOSYSTEME DE L INNOVATION 1 Le constat 1.1 L apparition des écosystèmes Depuis une trentaine d années, des écosystèmes dédiés à l innovation se

Plus en détail

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE :

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : DECRYPTAGE ET TEMOIGNAGE Le coaching en entreprise est souvent source de questionnement sur différents aspects : quelles populations concernées? Dans

Plus en détail

Université de Lyon 21.01.2011 Essaim: Incubateur de la Chambre genevoise de l ESS

Université de Lyon 21.01.2011 Essaim: Incubateur de la Chambre genevoise de l ESS Université de Lyon 21.01.2011 Essaim: Incubateur de la Chambre genevoise de l ESS Un projet novateur en Suisse, inspiré des bonnes pratiques internationales, en lien étroit avec les autres acteurs publics

Plus en détail

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation DEVELOPMENT CENTER Damien xxx Poste cible : Entreprise : Assesseurs Evaluesens : Responsable

Plus en détail

APPEL A INNOVATION. Solutions et outils numériques de fidélisation clients au service des commerces de proximité

APPEL A INNOVATION. Solutions et outils numériques de fidélisation clients au service des commerces de proximité APPEL A INNOVATION Solutions et outils numériques de fidélisation clients au service des commerces de proximité START-UP DU NUMERIQUE, TESTEZ VOS PRODUITS ET VOS SERVICES AU SEIN DU PREMIER LIVING LAB

Plus en détail

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Cet article présente les principaux résultats de l enquête OPSIS de Marsouin

Plus en détail

Les projets d investissement en PME

Les projets d investissement en PME Le point sur Les projets d investissement en PME Concilier performance économique et conditions de travail L investissement reste un moment clé du développement d une entreprise. C est l occasion de repenser

Plus en détail

LE POTENTIEL D INNOVATION DE LA SILVER ECONOMIE : ENJEUX DE DEVELOPPEMENT D UNE FILIERE

LE POTENTIEL D INNOVATION DE LA SILVER ECONOMIE : ENJEUX DE DEVELOPPEMENT D UNE FILIERE LE POTENTIEL D INNOVATION DE LA SILVER ECONOMIE : ENJEUX DE DEVELOPPEMENT D UNE FILIERE BLANDINE LAPERCHE, SOPHIE BOUTILLER, FARIDAH DJELLAL LAB.RII - CLERSE UMR 8019 RÉSEAU DE RECHERCHE SUR L INNOVATION

Plus en détail

Des consultants forment des consultants Comment créer ma boite de consultant

Des consultants forment des consultants Comment créer ma boite de consultant Des consultants forment des consultants Comment créer ma boite de consultant Ce document a comme objectif de présenter le contenu d'un cycle d ateliers de formations à la création d entreprise, spécifique

Plus en détail

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire 1. Ce que disent les plans d études vaudois Dans la partie consacrée aux finalités de l école vaudoise, le Plan d Etudes Vaudois (PEV) note à propos

Plus en détail

Plan d actions 2011/2014

Plan d actions 2011/2014 Plan d actions 2011/2014 Le présent plan d actions s organise en fiches actions, qui précisent les objectifs opérationnels des actions et explicite les modalités de mise en œuvre. Ces fiches répondent

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

JEUNES EN DIFFICULTE D'INSERTION SOCIO-PROFESSIONNELLE

JEUNES EN DIFFICULTE D'INSERTION SOCIO-PROFESSIONNELLE "ALTER CONNEXION" JEUNES EN DIFFICULTE D'INSERTION SOCIO-PROFESSIONNELLE Résumé Alter connexion est un projet pilote dans le champ de l'insertion socioprofessionnelle des jeunes. Le projet a été mis en

Plus en détail

COLLECTIVITÉS ET MÉDIAS SOCIAUX ENTRE INTÉRET MANAGÉRIAL ET CRAINTES PERSISTANTES

COLLECTIVITÉS ET MÉDIAS SOCIAUX ENTRE INTÉRET MANAGÉRIAL ET CRAINTES PERSISTANTES COLLECTIVITÉS ET MÉDIAS SOCIAUX ENTRE INTÉRET MANAGÉRIAL ET CRAINTES PERSISTANTES par Camille LASTENNET Master 2 sciences politiques spécialité Management du Risque Université Paris Ouest Nanterre-La Défense

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT DES INDUSTRIES CREATIVES SYNTHESE DE L ETUDE

FONDS D INVESTISSEMENT DES INDUSTRIES CREATIVES SYNTHESE DE L ETUDE FONDS D INVESTISSEMENT DES INDUSTRIES CREATIVES SYNTHESE DE L ETUDE 1. Contexte territorial A l initiative du Pôle Media Grand Paris, et en relation avec les Pôles et Clusters franciliens concernés 1,

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO)

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) Former des urbanistes Le master Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) s appuie sur

Plus en détail

ESAT Ateliers d'apprivoisement de la tablette tactile

ESAT Ateliers d'apprivoisement de la tablette tactile ESAT Ateliers d'apprivoisement de la tablette tactile Dans un objectif d appropriation des technologies numériques par les travailleurs d ESAT, j ai choisi de réaliser des ateliers d apprivoisement de

Plus en détail

Instructions relatives à la soumission d une question sur le sujet d étude

Instructions relatives à la soumission d une question sur le sujet d étude Programme de bourses de recherche Amy Mahan pour évaluer l impact de l accès public aux TIC Instructions relatives à la soumission d une question sur le sujet d étude Table des matières À propos la Question

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES.

DOSSIER DE PRESSE S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES. DOSSIER DE PRESSE LA RÉGION FRANCHE-COMTÉ ET LA CAISSE DES DÉPÔTS S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES 22 janvier 2015 Région Franche-Comté

Plus en détail

Les méthodes d intéressement pour motiver ses employés

Les méthodes d intéressement pour motiver ses employés Les méthodes d intéressement pour motiver ses employés Petit déjeuner des PME Fédération des entreprises romandes Genève, Rue de Saint Jean 98 Jean-Pierre Cubizolle Vendredi 21 octobre 2011 Hostettler,

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC

La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC INTRODUCTION La mise en œuvre d un projet de rénovation urbaine suppose un pilotage opérationnel fort, s appuyant

Plus en détail

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier SANTE Diagnostic financier et aide à l élaboration d un plan de redressement Comment s approprier la démarche de diagnostic? Les enjeux Depuis la mise en place de la T2A, les établissements de santé sont

Plus en détail

Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise

Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise Septembre 2014 Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise Quelles sont les attentes des entreprises en Loire-Atlantique? Afin de mieux cerner globalement la demande des entreprises de

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

renforcer votre jeune entreprise

renforcer votre jeune entreprise Parrainés Profitez de l expérience de chefs d entreprises aguerris pour renforcer votre jeune entreprise Pierre Grimaldi PARRAINÉ - Apéro Fiesta www.lyon-ville-entrepreneuriat.org par Lyon Ville de l Entrepreneuriat

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

WHY CONSULTING. Performance Commerciale en B2B

WHY CONSULTING. Performance Commerciale en B2B É t u d e WHY CONSULTING Performance Commerciale en B2B La performance commerciale d une entreprise est un sujet complexe qui emprunte des chemins différents selon les organisations et les marchés, car

Plus en détail

&203$6'\QDPLTXH 0DQXHOG $GRSWLRQ. GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique

&203$6'\QDPLTXH 0DQXHOG $GRSWLRQ. GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique Page 1/ 17 Page 2/ 17 6RPPDLUH,1752'8&7,21 A QUI S ADRESSE CE MANUEL?... 6 QUEL EST L OBJECTIF DE CE MANUEL?... 6 /(6)$&7(856'(5(866,7(3285/

Plus en détail

Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme

Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme Serghei Floricel Dans l introduction nous avons mentionné que les projets d innovation suivent

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Soutien à la gestion des ressources humaines 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2012-07-12 Table des matières Section 4 : p. 2 sur 13 Table des matières RÉFÉRENCE Table des matières...

Plus en détail

Pascal Morand 1 et Delphine Manceau 2, «Pour une nouvelle vision de l innovation», avril 2009, 98 p 3.

Pascal Morand 1 et Delphine Manceau 2, «Pour une nouvelle vision de l innovation», avril 2009, 98 p 3. Pascal Morand 1 et Delphine Manceau 2, «Pour une nouvelle vision de l innovation», avril 2009, 98 p 3. «La France est souvent citée pour ses produits performants sur un plan technologique mais n ayant

Plus en détail

Vous êtes à la tête d une petite entreprise et vous souhaitez booster votre business?

Vous êtes à la tête d une petite entreprise et vous souhaitez booster votre business? présente Vous êtes à la tête d une petite entreprise et vous souhaitez booster votre business? Vous avez créé récemment votre start-up et vous cherchez des soutiens pour accélérer votre croissance? Vous

Plus en détail

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment Accompagner la participation des allocataires Par Marion Drouault, responsable de projets à l (Version courte) Participation et RSA : «Accompagner la l participation des allocataires» S appuyant en particulier

Plus en détail

DEVENEZ CHEF DE PROJET! VERSION 3 > Certificat d études avancées en Management de Projet Appliqué

DEVENEZ CHEF DE PROJET! VERSION 3 > Certificat d études avancées en Management de Projet Appliqué DEVENEZ CHEF DE PROJET! COURS POSTGRADE DE LA HES-SO Développé et animé par la HEG de Genève LA REUSSITE N EST JAMAIS UN HASARD VERSION 3 > Certificat d études avancées en Management de Projet Appliqué

Plus en détail

LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE

LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE Carine PETIT Sophie GALILE 12/01/2005 0 LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE L organisation, système humain ouvert, fonctionne dans des environnements souvent instables,

Plus en détail

Profil du programme. 2 Synapse Center version : 2.0

Profil du programme. 2 Synapse Center version : 2.0 SYNAPSE CENTER CHALLENGE Un programme de création d emplois pour les jeunes Synapse Center/IYF Profil du programme Titre du programme : Challenge Composantes : 1. Renforcement de l employabilité des jeunes

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction.

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction. POUR QUI? Directeurs et directrices d institutions éducatives, sociales ou socio-sanitaires Professionnel-le-s engagé-e-s dans l un des domaines de la santé ou du travail social et occupant une fonction

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse CONSTRUCTION IDENTITAIRE DES ENSEIGNANTS EN FORMATION INTIALE : ENTRE REPRESENTATIONS PARTAGEES ET ELEMENTS DE DIFFERENCIATION DANS LE RAPPORT AU METIER 1. Problématique L étude

Plus en détail

Investir dans la capacité humaine et l apprentissage pour un développement vert et résilient face aux changements climatiques

Investir dans la capacité humaine et l apprentissage pour un développement vert et résilient face aux changements climatiques Investir dans la capacité humaine et l apprentissage pour un développement vert et résilient face aux changements climatiques «Les changements climatiques se constatent jour après jour partout dans le

Plus en détail

ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION CLIENT 3 cité Férembach 75017 PARIS http://afrc.org

ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION CLIENT 3 cité Férembach 75017 PARIS http://afrc.org LABORATOIRE D'ECONOMIE ET DE SOCIOLOGIE DU TRAVAIL Unité Mixte de Recherche 6123 35 Avenue Jules Ferry - 13626 Aix-en-Provence Cedex http://www.univ-aix.fr/lest ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail