INGÉNIERIE DE L INFORMATION ET ROBOTIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INGÉNIERIE DE L INFORMATION ET ROBOTIQUE"

Transcription

1 INGÉNIERIE DE L INFORMATION ET ROBOTIQUE Le domaine recouvre les méthodes et techniques qui contribuent à la transformation «du signal à l information» et «de l information à la connaissance». Sa segmentation repose sur 4 grands champs disciplinaires : les communications et la sécurité le traitement de l information la commande des systèmes et des robots les systèmes complexes. Les sciences et technologies de l information et de la communication (STIC) sont le vecteur de la révolution numérique qui impacte nombre d aspects de notre société. Pour la défense et la sécurité, l enjeu est de tirer avantage de l éventail de ce potentiel sans céder au «technology push» en garantissant les performances nécessaires aux besoins militaires, compte-tenu des contraintes d emploi et d usage de ces techniques en milieu opérationnel. Deux grands axes thématiques d intérêt sont reconduits en 2013 : les systèmes hétérogènes communicants : sécurité informatique, intégrité des données, réseaux adhoc, radio cognitive, réseaux de capteurs abandonnés, mobiles, systèmes multi-agents ou multi-robots le traitement de l information complexe : fusion d information, fouille de données, perception de l environnement, aide à la décision, coopération entre systèmes L émergence des «Big Data» conduit à porter une attention tout particulière sur la conception, l architecture, l ingénierie, le traitement et l analyse de grands corpus structurés ou non. L étude de l interaction avec l Homme, les usages, sont traités par le domaine Homme & Systèmes. Analyse d images hyperspectrales Estimation de la hauteur d eau. REI HYPLITT - Société Actimar & Institut Fresnel Cartographie 3D enrichie. Défi Robotique ANR- laboratoires LISA & LORIA Carte brute Numéros des pièces Ouvertures Carte 3D S

2 FLUIDES, STRUCTURES Le domaine recouvre : les écoulements fluides la conception et le dimensionnement des structures la propulsion et les écoulements énergétiques. Les besoins pour la défense ont trait aux performances physiques et mécaniques des engins, plateformes et systèmes, terrestres maritimes aéronautiques ou spatiaux : mobilité des engins, efficacité propulsive, résistance structurelle, discrétion dans un contexte d interaction avec le milieu fluide exigeant et des contraintes opérationnelles difficiles. Maitrise des régimes complexes d écoulements fluides ou réactifs : aérodynamique des formes complexes simulation numérique des écoulements multiphasiques, multifluides contrôle d écoulements. Tenue des structures aux sollicitations sévères : modélisation des chargements et sollicitations (souffles, impacts) ruine des structures (comportement dynamique, endommagement, résistance ultime) systèmes de monitoring in-situ d intégrité des structures. Sources de bruit en acoustique sous-marine : bruit propre des sonars vibrations mécaniques, Sources transitoires. Simulation controle décollement par Vortex Generator. Simulation du controle par perche laser d une bulle de décollement. Simulation sortie arme.

3 ONDES ACOUSTIQUES ET RADIOÉLECTRIQUES Le domaine englobe un spectre compris entre quelques Hz et la limite du THz il fédère les activités liées à : la génération et la mesure des rayonnements la propagation des ondes la détection et l imagerie la guerre électronique et les agressions électromagnétiques la compatibilité électromagnétique et le bioélectromagnétisme (problématique DREP). Les perspectives opérationnelles pour la défense sont de : communiquer le plus loin possible, discrètement, sûrement, en milieux perturbé et agressif détecter, localiser, visualiser, identifier, classifier, tout en restant discret perturber ou détruire l électronique des systèmes adverses protéger nos plateformes et systèmes envers l ensemble des menaces comprises dans le spectre. systèmes antennaires embarqués et/ou multi-fonctions (aspects intégration et miniaturisation des réseaux d antennes et de transducteurs ) modélisation des phénomènes de rayonnement, propagation, réflexion, diffusion et diffraction en milieux complexes et perturbés (milieux terrestres, urbains, marins, spatiaux ) formes d ondes et traitements des signaux adaptés aux canaux de propagation nouveaux matériaux (BIE, méta-matériaux, SHI, électriquement ou optiquement commandables) pour optimiser le rayonnement des antennes et réduire la SER ou l écho sonar des plateformes analyse des perturbations induites par les formes d ondes radioélectriques dans les systèmes complexes (génération du chaos dans les circuits électroniques, études de vulnérabilité ) et les milieux biologiques (électroperméabilisation, effets athermiques ). Antenne à réseau transmetteur bande X (400 cellules déphaseuses). Thèse -CEA co-direction IETR et LETI Mesures à Maîtrise de l information Antenne V/UHF de goniométrie en rayonnement sur une maquette de pod d avion de transport. Thèse CIFRE Défense Direction IETR Mesures à Maîtrise de l information

4 HOMME & SYSTÈMES Le domaine recouvre : la protection de l Homme physiquement, cognitivement, mentalement et socialement vulnérable, de la neuro-ergonomie à la socio-ergonomie les espaces de travail, l amélioration des processus, les moyens et usages des interactions et du travail collaboratif les sciences humaines et sociales (SHS). le monitoring des activités cognitives et des interactions des opérateurs l amélioration des processus, moyens et usages des interactions Homme-Homme et Homme-systèmes les nouvelles formes de travail individuel et collaboratif dans les grands systèmes socio-techniques (monitoring, analyse, modélisation, simulation, entrainement formation, aides au décideur, débat, réseaux sociaux ) les rapports de l Homme et de l information complexe (perception, représentation, interaction, aide à la décision, fouille de données) un accent sera mis en 2013 sur les interactions avec les moyens de traitement et d analyse de grandes masses de données de type big data, en lien avec le domaine ingénierie de l information. L interaction avec l Homme, les questions d usage et les implications en termes de sciences humaines et sociales (épistémologie, théories de la décision et de la connaissance, éthique, aspects juridiques ) seront particulièrement regardées. La recherche en sciences humaines et sociales est une composante forte du domaine. Elle participe à la compréhension, au développement et aux améliorations : de l innovation, de l ingénierie système, du thème des big data, des systèmes critiques à faible probabilité d usage, des interactions, des décisions en environnement complexe et dynamique, du travail collaboratif, des nouveaux usages, des nouvelles formes économiques et juridiques (financements innovants, PPP, Privacy by design ). Les apports potentiels des SHS doivent permettre, dans un contexte pluridisciplinaire de revisiter des concepts ou des couplages qui conditionnent la définition, la conception et l usage des systèmes de défense. Il est nécessaire d admettre l existence de forts couplages entre les composantes individuelles, organisationnelles, sociales ou sociétales, avec les usages ou les modes de travail induits par les choix et réalisations techniques et ce à différentes échelles (de l individuel au grand collectif). La prise en compte de ces couplages permettrait de bâtir les systèmes autrement que seulement guidés par les approches techniques ou les infrastructures.

5 NANOTECHNOLOGIES Ce domaine très transverse est divisé en 6 sous thématiques scientifiques : la micro & nanoélectronique les micro & nanosystèmes la nanophotonique les nanomatériaux les nanobiotechnologies l intégration de nanodispositifs. Les perspectives opérationnelles pour la défense concernent : la protection du combattant : détection des menaces RBC, amélioration de la vision nocturne en bande visible, utilisation de textiles intelligents.. le guidage/navigation : réduction de taille et de coût des dispositifs, obtention de performances accrues.. la détection des menaces : amélioration des chaines radar et des systèmes de guerre électronique (fréquence, portée, pouvoir discriminant, miniaturisation ) les communications : accroissement du débit, de la portée, de l agilité et de la furtivité réduction de taille et de coût des composants. Nouvelles fonctionnalités pour la protection du combattant : détection de menaces RBC dispositifs IFF, capteurs filière CMOS bas niveau de lumière textiles fonctionnalisés et intelligents. Nouveaux composants pour chaines hyperfréquences et communications : composants miniaturisés, de flexibilité accrue allant jusqu aux fréquences submillimétriques, robustes et fonctionnant en environnement sévère composants opto-hyper composants «Spintronique». Nouveaux Composants pour l inertiel (forte miniaturisation, nouveaux matériaux, classe de moyenne performance au minimum). Intégration de Nano dispositifs : fiabilité et fonctionnement en environnement sévère capteurs autonomes communicants. Accéléromètre sur Silicium. CEA-LETI - Technologie MEMS+NEMS avec nano-jauges Technologie Pont à air sur HEMTs GaN. Source IEMN

6 Le domaine couvre les technologies relatives à l utilisation de rayonnements électromagnétiques depuis les ondes THz jusqu aux rayons γ : sources et systèmes laser systèmes d imagerie matériaux pour l optique métrologie temps-espace information quantique. Technologies innovantes pour la détection de matières dangereuses : source laser UV pour imagerie et diagnostic filières III-V, IV-IV, II-VI, SR, Multi puits quantique, MCT avalanche, QCL techniques de spectroscopie : LIBS, Raman, fluorescence PHOTONIQUE Métamatériaux pour l optique : source laser UV pour imagerie et diagnostic céramiques laser : CaF2, YAG source laser de forte puissance calchogénures pour verres et fibres cristaux pour l optique : oxyde, fluorures, cristaux diélectriques couches minces optiques cristaux photoniques, fibres nanostructurées. Utilisation des lasers à impulsions brèves. Conception et réalisation d une caméra sur puce IR cryogénique. Vers l intégration des fonctions d imagerie sur le plan focal. Thèse Florence de la Barrière Crédits : ONERA, Institut d Optique, CEA/LETI PEA Temoin, financé par l UM TER Matériaux dopés terres rares impulsionnels dans la gamme spectrale 1 μm et 1,5 μm (CaGdAlO4/CALGO). Efforts sur la montée en puissance et cadence. Thèse d Anaël JAFFRES. Crédits : Chimie Paris ParisTech, IOGS, UPMC, CNRS Miroir Actif Déformable Régulé pour Application Spatiale (Projet MADRAS/FUI). Vue CAO ➀ et vue du miroir ➁. Crédits : Thalès Alenia Space,, Thalès SESO, LAM, Shaktiware

7 MATÉRIAUX, CHIMIE ET ENERGIE Le domaine aborde les thématiques permettant d établir des relations entre la structure, les propriétés et les procédés d élaboration (mise en œuvre), et en associant des travaux expérimentaux avec des approches de modélisation simulation. Il recouvre : le comportement en conditions extrêmes (mécanique, thermique ) les propriétés fonctionnelles spécifiques (chimiques, électromagnétiques ) les matériaux énergétiques et pour le génie électrique. Du point de vu des enjeux opérationnel, les actions visent à : disposer de moyens de protections des hommes et des moyens avec le meilleur compromis coût-protection (efficacité) poids (mobilité) assurer le comportement en conditions extrêmes (mécanique, thermique, thermomécanique ) et les propriétés fonctionnelles spécifiques (chimiques, électromagnétiques ) des plateformes, tout en améliorant leur mobilité/autonomie maitriser la maintenance et assurer la durée de vie des matériels assurer l autonomie énergétique (mobilité) en agissant sur le stockage de l énergie, sur l efficience des nouveaux procédés et sur le génie électrique. Les thématiques prioritaires en 2013 : matériaux multifonctionnels (tenue structurale, furtivité, concepts d assemblage...) relations structure/propriétés/mise en œuvre concepts avancés pour blindage et protection (nanomatériaux, verres métalliques, bi-matériaux) écoconception, procédés alternatifs durables : comportement des surfaces et interfaces, fonctionnalisation superficielle, nouvelles voies de synthèse chimique miniaturisation des techniques de détection de toxiques stockage chimique à haute fiabilité : comportement thermodynamique, thermochimique, électrochimique, génie électrique récupération d énergie renouvelable en environnement non coopératif nomadicité et nouvelles sources d énergie. Cristaux liquides sous lumière polarisée (texture conique). Coupe du fil supraconducteur CARE-NED produit par la société SMI. S

8 BIOLOGIE ET BIOTECHNOLOGIES Le domaine couvre : en priorité, les risques Nucléaire, Radiologique, Biologique, Chimique (NRBC) actuels et émergents d origine provoquée, accidentelle ou naturelle des recherches en biologie qui contribuent à améliorer la santé du militaire en opération extérieure. Risques NRBC : analyse et évaluation des risques alerte, Détection, identification (systèmes intégrés miniaturisés) protection, décontamination (bioépurateurs, phages, biorémédiation) filière de la preuve, biosureté contre-mesures médicales - diagnostic précoce (biomarqueurs d exposition) - risque infectieux (antimicrobiens large spectre, alternatives aux antibiotiques) - nouveaux radio protecteurs non toxiques à action rapide - prévention et traitement des intoxications par les organophosphorés (séquelles neurologiques à long terme). Santé du militaire en opérations : ingénierie cellulaire/ thérapie cellulaire appliquées à la réparation tissulaire toxicologie liée aux activités défense. Agents microbiens pathogènesd intérêt pour la défense.

9 ENVIRONNEMENT ET GÉOSCIENCES Selon les trois grands compartiments du système Terre (océans, continents et atmosphère), le domaine a pour objectif la connaissance, l étude et la paramétrisation du monde physique, avec fourniture de données validées et interprétées pour intégration dans des bases de données en support aux modélisations. Océans : gravimétrie, bathymétrie, géomagnétisme circulation et dynamique océanique, intégrant l axe prioritaire «Milieu côtier» océanographie biologique océanographie acoustique incluant colonne d eau et sédiments de surface Houle et états de la mer Continent : sols et états de surface, avec intégration des interactions atmosphère/sols/végétation milieu urbain acoustique aérienne. Atmosphère : phénomènes atmosphériques locaux, systèmes précipitants et milieux complexes météorologie et physique de l atmosphère l environnement spatial, déclinant spécifiquement (i) modèles radiatifs, (ii) impact des rayonnements, (iii) connaissance, surveillance et monitoring de l atmosphère, et (iv) données et leur transmission.

10 DISPOSITIFS DE SOUTIEN Programmes d études amont Recherche technologique (TRL 3 à 7) orientée par le besoin capacitaire, certains projets pouvant intégrer de la recherche de base Olivier Beaurenaut - SRTS : Allocations de thèses - Stages post-doctoraux - Séjours de chercheurs à l étranger 160 allocations nouvelles par an dont environ 70% cofinancées avec des partenaires de la, en France ou à l étranger Financement d une quinzaine de stages post-doctoraux et de chercheurs confirmés par an Pascale Girault - MRIS - ASTRID : accompagnement spécifique des travaux de recherche et d innovation de Défense Programme géré par l ANR, destiné aux laboratoires académiques et faisant l objet d un appel à projet annuel Louis de Chanterac - MRIS-ANR - Cofinancement par la de programmes et de défis ANR Participation de la à des programmes et défis de l ANR Xavier Truel - MRIS - RAPID : Régime d Appui pour l Innovation Duale Dispositif géré par la DGCIS et s adressant aux PME et ETI (TRL 3 à 6) Richard Priou - S2IE - Cofinancement par la de ICET : Innovative Concepts and Emerging Technologies Programme géré par l Agence Européenne de Défense Gilles Brault - MRIS - MRIS : mission pour la recherche et l innovation scientifique SRTS : service des recherches, des technologies de défense et de sécurité S2IE : service des affaires industrielles et de l intelligence économique

ACCOMPAGNEMENT SPECIFIQUE DES TRAVAUX DE RECHERCHES ET D INNOVATION DEFENSE

ACCOMPAGNEMENT SPECIFIQUE DES TRAVAUX DE RECHERCHES ET D INNOVATION DEFENSE Date d ouverture de l appel à projets 16/12/2014 ACCOMPAGNEMENT SPECIFIQUE DES TRAVAUX DE ASTRID Date de clôture de l appel à projets 9/03/2015 à 13h00 (heure de Paris) Adresse de publication de l appel

Plus en détail

Innovation dans les applications de Défense Intérêt du biomimétisme. Bruno Mortaigne DS/MRIS

Innovation dans les applications de Défense Intérêt du biomimétisme. Bruno Mortaigne DS/MRIS Innovation dans les applications de Défense Intérêt du biomimétisme Lancement centre Européen de Biomimétisme de Senlis 20 Septembre 2012 Bruno Mortaigne DS/MRIS AU CŒUR DU MINISTÈRE DE LA DÉFENSE LES

Plus en détail

SRI 2014-2015 Programme de DOUBLE DIPLOME-Liste des cours. http://www.ec-lyon.fr/formation/ingenieur-generaliste Programme du tronc commun

SRI 2014-2015 Programme de DOUBLE DIPLOME-Liste des cours. http://www.ec-lyon.fr/formation/ingenieur-generaliste Programme du tronc commun SRI 2014-2015 Programme de DOUBLE DIPLOME-Liste des cours http://www.ec-lyon.fr/formation/ingenieur-generaliste Programme du tronc commun Semestre S5 ECS - Energie électrique et Commande des Systèmes 96

Plus en détail

EMPLOI DU TEMPS SEMESTRE I 2014/2015 CLASSE : 1A-GM- G1 08.30-10.00 10.00-11.30 11.30-13.00 14.00-15.30 15.30-17.00 17.00--18.30

EMPLOI DU TEMPS SEMESTRE I 2014/2015 CLASSE : 1A-GM- G1 08.30-10.00 10.00-11.30 11.30-13.00 14.00-15.30 15.30-17.00 17.00--18.30 EMPLOI DU TEMPS SEMESTRE I 0/0 CLASSE : A-GM- G 08.30-0.00 0.00-.30.30-3.00.00-.30.30-.00.00--8.30 Atelier Physique LAB MECA Atelier Physique LAB MECA Algorithmique & Programmation B8 E0 Atelier Matériaux

Plus en détail

Calendrier de la Session de. Rattrapage (11 au 20 Juin 2014)

Calendrier de la Session de. Rattrapage (11 au 20 Juin 2014) Calendrier de la Session de Rattrapage (11 au 20 Juin 2014) 1 ère Année LA Protection de l Environnement (1 ère PE) Pollution Marine Math Chimie Générale Biologie Cellulaire Microbiologie Génétique Biologie

Plus en détail

MASTER (LMD) - ÉLECTRONIQUE, ÉNERGIE ÉLECTRIQUE, AUTOMATIQUE

MASTER (LMD) - ÉLECTRONIQUE, ÉNERGIE ÉLECTRIQUE, AUTOMATIQUE MASTER (LMD) - ÉLECTRONIQUE, ÉNERGIE ÉLECTRIQUE, AUTOMATIQUE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé SAVOIR FAIRE ET COMPÉTENCES Compétences

Plus en détail

ACCÉLÉRER LE DÉVELOPPEMENT DE L ÉNERGIE SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE PAR L INNOVATION TECHNOLOGIQUE

ACCÉLÉRER LE DÉVELOPPEMENT DE L ÉNERGIE SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE PAR L INNOVATION TECHNOLOGIQUE ACCÉLÉRER LE DÉVELOPPEMENT DE L ÉNERGIE SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE PAR L INNOVATION TECHNOLOGIQUE 150 MILLIONS D EUROS DE BUDGET DE LANCEMENT L Institut Photovoltaïque d Île-de-France (IPVF) a pour ambition

Plus en détail

Lab s Dating 56 Rencontre Entreprises et Laboratoires de l Université de Bretagne-Sud 17 octobre 2014

Lab s Dating 56 Rencontre Entreprises et Laboratoires de l Université de Bretagne-Sud 17 octobre 2014 Organisé par Lab s Dating 56 Rencontre Entreprises et Laboratoires de l Université de Bretagne-Sud 17 octobre 2014 Pascal Berruet Vice Président Relations Socio Economiques et industrielles L Université

Plus en détail

«Vers le véhicule connecté»

«Vers le véhicule connecté» «Vers le véhicule connecté» Le cercle des idées Quimper Technopole-Cornouaille Jeudi 26 septembre 2013 Philippe COSQUER : Chargé de Projets ] Moteur d idées pour véhicules spécifiques [ Le Pôle de compétitivité

Plus en détail

Plan d actions Recherche, Technologie et Innovation

Plan d actions Recherche, Technologie et Innovation La passion de l'excellence Plan d actions Recherche, Technologie et Innovation Comités et séminaires RTI Phase : Initiation - Détection 1 Projets Objectif Faciliter les échanges entre les membres de NAE

Plus en détail

GRR EEM Réseau Matériaux

GRR EEM Réseau Matériaux GRR EEM Réseau LOMC GPM AMME LECAP SMS PBS ESITPA 100n m CRISMAT CIMAP... CRT A&S UMS = Le Havre + Caen IRMA = Rouen + Caen METSA = Rouen + Caen LABEX = Rouen + Caen 1 Réseau 2013 : 7 Laboratoires et CRT

Plus en détail

Formations habilités en catégorie A DEUST Systèmes d'information, numérique et électronique

Formations habilités en catégorie A DEUST Systèmes d'information, numérique et électronique Formations habilités en catégorie A DEUST Systèmes d'information, numérique et électronique Licence Électronique, énergie électrique, automatique Licence Informatique Licence Mathématiques Licence Mécanique

Plus en détail

BTS SYSTÈMES PHOTONIQUES

BTS SYSTÈMES PHOTONIQUES BTS SYSTÈMES PHOTONIQUES La lumière dans tous ses états La photonique est le domaine industriel et scientifique qui s appuie sur les phénomènes physiques et savoirs technologiques associés à la lumière.

Plus en détail

Mesure de Température par Caméra Infrarouge

Mesure de Température par Caméra Infrarouge Mesure de Température par Caméra Infrarouge INTRODUCTION La caméra infrarouge capte au travers d un milieu transmetteur (ex : l atmosphère) les rayonnements émis par une scène thermique. Le système radiométrique

Plus en détail

MASTER (LMD) PARCOURS GESTION, SOURCES ET CONVERSION (GES-SOCO)

MASTER (LMD) PARCOURS GESTION, SOURCES ET CONVERSION (GES-SOCO) MASTER (LMD) PARCOURS GESTION, SOURCES ET CONVERSION (GESSOCO) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : ENERGIE Spécialité : GESTION,

Plus en détail

Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur

Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur PROJET JANUS Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur Contact : alain.gaboriaud@cnes.fr OBJECTIFS Satellites Etudiants

Plus en détail

MANAGEMENT DES SYSTEMES D INFORMATION ET DE PRODUCTION MSIP

MANAGEMENT DES SYSTEMES D INFORMATION ET DE PRODUCTION MSIP MANAGEMENT DES SYSTEMES D INFORMATION ET DE PRODUCTION MSIP METHODES & CONCEPTS POUR UNE INGENIERIE INNOVANTE Ecole Nationale Supérieure des Mines de Rabat Département INFORMATIQUE www.enim.ac.ma MANAGEMENT

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT SPECIFIQUE

ACCOMPAGNEMENT SPECIFIQUE Date d ouverture de l appel à projets 20/12/2010 ACCOMPAGNEMENT SPECIFIQUE DES TRAVAUX DE ASTRID Date de clôture de l appel à projets 22/03/2011 à 13h00 heure de Paris Adresse de publication de l appel

Plus en détail

neocampus : campus du futur 27 février 2015

neocampus : campus du futur 27 février 2015 neocampus : campus du futur 27 février 2015 Démarrage juin 2013 ECO-CAMPUS TOULOUSE Président B Monthubert Confort au quotidien pour la communauté universitaire Diminution de l empreinte écologique de

Plus en détail

Projet. Dept. Microélectronique et Microcapteurs. T. Mohammed-Brahim

Projet. Dept. Microélectronique et Microcapteurs. T. Mohammed-Brahim Projet Dept. Microélectronique et Microcapteurs T. Mohammed-Brahim 1 Organisation du Département Etude et mise au point de systèmes de détection intégrés Forte spécificité française : fabrication directe

Plus en détail

Programme détaillé 2014-2015. Filière d Ingénieur MECANIQUE ENERGETIQUE

Programme détaillé 2014-2015. Filière d Ingénieur MECANIQUE ENERGETIQUE Libellé long UE Crédits ECTS PHYSIQUE ME I 10 Electronique de puissance Thermodynamique Ondes et Vibrations Mesure de PDNT TP de Physique I Optique MECANIQUE ME I Mécanique des Milieux continus Elasticité-RDM

Plus en détail

Le CNRS : une grande diversité de métiers

Le CNRS : une grande diversité de métiers - Septembre 2004 Le CNRS : une grande diversité de métiers Une grande variété de métiers sont exercés dans les unités de recherche et de services du CNRS. Le CNRS compte 25 283 agents : 11 349 chercheurs,

Plus en détail

Consortium FISYCOM FIabilité des SYstemes et des COMposants

Consortium FISYCOM FIabilité des SYstemes et des COMposants Consortium FISYCOM FIabilité des SYstemes et des COMposants!!! Fiabilité des systèmes mécatroniques Système mécatronique FISYCOM vise à déployer des moyens technologiques et méthodologies multiphysiques

Plus en détail

L intégration des Facteurs Humains dans la conception des systèmes à risques

L intégration des Facteurs Humains dans la conception des systèmes à risques L intégration des Facteurs Humains dans la conception des systèmes à risques H. GUILLERMAIN Sûreté de fonctionnement des systèmes informatiques complexes ouverts CNRS - Réseau Thématique Pluridisciplinaire

Plus en détail

UNIVERSITE DU BURUNDI FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR- FSI (FSA/ ITS) MAQUETTES DES COURS BUJUMBURA 2013

UNIVERSITE DU BURUNDI FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR- FSI (FSA/ ITS) MAQUETTES DES COURS BUJUMBURA 2013 UNIVERSITE DU BURUNDI FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR- FSI (FSA/ ITS) MAQUETTES DES COURS BUJUMBURA 2013 A. DIPLOME DE BACHELIER/LICENCE EN SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT D ELECTROMECANIQUE BAC

Plus en détail

IRT Nanoelec Présentation générale

IRT Nanoelec Présentation générale I N S T I T U T D E R E C H E R C H E T E C H N O L O G I Q U E IRT Nanoelec Présentation générale 14/10/2014 L IRT Nanoelec 2012-2019 Juin 2014: 18 partenaires fondateurs 8 soutiens institutionnels 400

Plus en détail

Maquette pédagogique 2012-2013 spécialité Sciences de la Terre

Maquette pédagogique 2012-2013 spécialité Sciences de la Terre Maquette pédagogique 2012-2013 spécialité Sciences de la Terre Sciences de la Terre Premier semestre du cycle d ingénieur (S5) Il commence par la période d intégration que suivent tous les élèves de Polytech

Plus en détail

Projets à connotation Hyperfréquence

Projets à connotation Hyperfréquence Projets à connotation Hyperfréquence H1 - Mise au point d un programme de pilotage d'un banc de caractérisation d'antennes. (1 ou 2 étudiants) Un banc de caractérisation d'antennes est disponible au sein

Plus en détail

Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1

Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1 Liste des cas d entreprise............................................................ Liste des figures..................................................................... Liste des tableaux...................................................................

Plus en détail

possibilités et limites des logiciels existants

possibilités et limites des logiciels existants possibilités et limites des logiciels existants Dominique Groleau CERMA, UMR CNRS 1563, Ecole d Architecture de Nantes Journée thématique SFT- IBPSA, Outils de simulation thermo-aéraulique du bâtiment.

Plus en détail

Conception et Intégration de Systèmes Critiques

Conception et Intégration de Systèmes Critiques Conception et Intégration de Systèmes Critiques 15 12 18 Non 50 et S initier aux méthodes le développement de projet (plan de développement, intégration, gestion de configuration, agilité) Criticité temporelle

Plus en détail

Présentation d une problématique industrielle dans le domaine du nucléaire

Présentation d une problématique industrielle dans le domaine du nucléaire GDR Psycho-Ergo Présentation d une problématique industrielle dans le domaine du nucléaire EDF R&D Département Management des Risques Industriels Groupe Facteurs Humains Présentation du Groupe FH Groupe

Plus en détail

Offre de formation département de télécommunications. Licence en Télécommunications

Offre de formation département de télécommunications. Licence en Télécommunications Offre de formation département de télécommunications Licence en Télécommunications 1. But de la formation La formation dispensée dans cette licence est de nature académique. Elle est organisée sous forme

Plus en détail

ANNEXE : Evaluation et ECTS* pour les étudiants de

ANNEXE : Evaluation et ECTS* pour les étudiants de Année académique 2012-2013 ANNEXE : Evaluation et ECTS* pour les étudiants de - 1ère année (Promotion 2017) - 2ème année (Promotion 201) - 3ème année (Promotion 2015 - Formation initiale et Formation par

Plus en détail

Imagerie infrarouge thermique jusqu au millimétrique

Imagerie infrarouge thermique jusqu au millimétrique Imagerie infrarouge thermique jusqu au millimétrique Fondamentaux des caméras thermiques et évolutions Jacques LONNOY, Sagem Défense Sécurité Sagem est le nom commercial de la société Sagem Défense Sécurité

Plus en détail

M2 LASER OPTIQUE MATIÈRE

M2 LASER OPTIQUE MATIÈRE Master de Physique M2 LASER OPTIQUE MATIÈRE Master de Physique de l Université Paris Saclay ( http://universite paris saclay.fr/fr/formation/master/physique ) http://www.institutoptique.fr Formation/Masters/

Plus en détail

Les sections 6 et 7. du ComitéNational de la RechercheScientifique

Les sections 6 et 7. du ComitéNational de la RechercheScientifique Les sections 6 et 7 du ComitéNational de la RechercheScientifique (CoNRS) Frédérique Bassino et Michèle Basseville Plan Le comité national Les missions des sections Les sections 6 et 7 Le comiténational

Plus en détail

LO12. Chap 1 1. 1. Introduction UTC A2006. 1.1 Présentation de l'uv. Bases de l infographie et Images de synthèse. Objectifs

LO12. Chap 1 1. 1. Introduction UTC A2006. 1.1 Présentation de l'uv. Bases de l infographie et Images de synthèse. Objectifs UTC A2006 1. Introduction 1.1 Présentation de l'uv Objectifs Bases de l infographie et Images de synthèse savoir se repérer dans l espace, comprendre les principaux algorithmes d infographie (leur puissance

Plus en détail

NB : Les ECUEs des U.E. Optionnelles ainsi que leurs crédits seront définis par l Institution

NB : Les ECUEs des U.E. Optionnelles ainsi que leurs crédits seront définis par l Institution Fiche descriptive d'un parcours de formation Etablissement: Institut Supérieur du Transport et de la Logistique de Sousse Université: Université de Sousse Licence Appliquée: Technologies du Transport et

Plus en détail

Journée de réflexion autour du Flagship Graphène 18 Avril 2013. Activités et projets. Spectroscopies optiques Propriétés opto-électroniques

Journée de réflexion autour du Flagship Graphène 18 Avril 2013. Activités et projets. Spectroscopies optiques Propriétés opto-électroniques Journée de réflexion autour du Flagship Graphène 18 Avril 213 Activités et projets Spectroscopies optiques Propriétés opto-électroniques Les groupes identifiés Bordeaux, Réseau Aquitain sur les Matériaux

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE SOCRATE - Janvier 2011

DOSSIER DE PRESSE SOCRATE - Janvier 2011 DOSSIER DE PRESSE SOCRATE - Janvier 2011 EQUIPEX à Perpignan et Font Romeu : un impact scientifique international - L'appel à projet "équipements d'excellence" - Le Laboratoire PROMES-CNRS - SOCRATE :

Plus en détail

M a s t e r. www.univ-paris13.fr. Mention «Physique et sciences des matériaux» Diplôme Bac + 5

M a s t e r. www.univ-paris13.fr. Mention «Physique et sciences des matériaux» Diplôme Bac + 5 spécialité «Matériaux fonctionnels (ouverture à la rentrée 2015)» Autres spécialités Modélisation et simulation en mécanique Photonique et nanotechnologies Matériaux de structure (ouverture à la rentrée

Plus en détail

Fiabilité pour les Micro et Nano Systèmes

Fiabilité pour les Micro et Nano Systèmes Fiabilité pour les Micro et Nano Systèmes Trends in Micro Nano 28 octobre 2015 Dr. Olha Sereda Copyright 2015 CSEM Characterization and Quality Assurance Page 1 Fiabilité dans Micro et Nano Systèmes Les

Plus en détail

Génie des Systèmes Industriels - Semestre 5 (GSI-3A-SEM5)

Génie des Systèmes Industriels - Semestre 5 (GSI-3A-SEM5) Mathématiques et Informatique 5 Automatique et Contrôle Génie des Systèmes Industriels - Semestre 5 (GSI-A-SEM5) SCIENCES DE BASE 8 4 6 98 6 Probalités et statistiques 4 6 Applications de l'analyse numérique

Plus en détail

L apport des technologies pour la détection de la fragilité et la prévention de la dépendance chez le sujet âgé

L apport des technologies pour la détection de la fragilité et la prévention de la dépendance chez le sujet âgé L apport des technologies pour la détection de la fragilité et la prévention de la dépendance chez le sujet âgé Eric Campo Journée découverte "De la détection de la fragilité à la dépendance : les apports

Plus en détail

Stratégie de spécialisation intelligente de la Wallonie

Stratégie de spécialisation intelligente de la Wallonie Stratégie de spécialisation intelligente de la Wallonie Juillet 2015 DIRECTION DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE Florence HENNART Plan Spécialisation intelligente en Wallonie : processus et fondements Stratégie

Plus en détail

GROUPE 3 : SYSTEMES EMBARQUES

GROUPE 3 : SYSTEMES EMBARQUES SOMMAIRE GROUPE 1 GROUPE 2 GROUPE 3 : SYSTEMES EMBARQUES 3 GROUPE 4 : CAPTEURS ET INSTRUMENTATION GROUPE 5 : SIMULATION ET MODELISTATION GROUPE 6 : TECHNOLOGIES EMERGENTES Défis aéronautiques Observation

Plus en détail

PNR : TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES

PNR : TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES PNR : TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES Préambule Aujourd hui à travers l activité de «Recherche-Développement» l application technologique des acquis de la science est devenue non seulement l équivalent d une

Plus en détail

Département Énergie et Environnement

Département Énergie et Environnement Département Énergie et Environnement David Bouquain -27 mars 2012 Formation d ingénieurs en énergie Présentation UTBM CS du 14 Avril 1 Le réseau des Universités de Technologie Les Universités de Technologie

Plus en détail

NIVEAU : 3ING GEC-CSM

NIVEAU : 3ING GEC-CSM NIVEAU : 3ING GEC-CSM Techniques 1 de conception et technologies de fabrication des 01/06/2015 Cis 10h30 à 12h 1h30 Analyse et synthèse de circuits analogiques 4 03/06/2015 10h30 à 12h 1h30 Traitement

Plus en détail

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes FACULTE DES SCIENCES DE BASE SERVICE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL EPFL SB-SST Bât CH Station nº 6 CH-1015 Lausanne Site web : http://sb-sst.epfl.ch/ Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des

Plus en détail

Dynamiser les filières d excellence et d avenir

Dynamiser les filières d excellence et d avenir La Lorraine dispose d atouts dans ce domaine grâce à des compétences académiques pointues tant en termes de recherche biologique et médicale que d application en informatique, traitement de données ou

Plus en détail

L Electricité Maîtrisée

L Electricité Maîtrisée L Electricité Maîtrisée Motors and Electrical Devices for Energy Efficiency MEDEE, initialement CNRT (2002) puis Pôle de Recherche (Pôle Phare de la Région Nord-Pas de Calais, 2007), vient de se doter

Plus en détail

MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE)

MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE) MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : STIC POUR L'ECOLOGIE

Plus en détail

ingénieur Profession Les stages : des expériences inoubliables!

ingénieur Profession Les stages : des expériences inoubliables! Profession ingénieur Les stages : des expériences inoubliables! Le Service des stages et emplois a pour mandat d assurer le lien entre les entreprises et les étudiants. Il vise à favoriser l intégration

Plus en détail

l esprit libre www.thalesgroup.com/security-services

l esprit libre www.thalesgroup.com/security-services > L infogérance l esprit libre Ou comment contribuer à la performance de l entreprise en externalisant ses systèmes d information critiques www.thalesgroup.com/security-services >> PERFORMANCE ET INFOGERANCE

Plus en détail

L efficacité énergétique des bâtiments Programmes PREBAT 2005-2007, HABISOL 2008-2010

L efficacité énergétique des bâtiments Programmes PREBAT 2005-2007, HABISOL 2008-2010 L efficacité énergétique des bâtiments Programmes PREBAT 2005-2007, HABISOL 2008-2010 Bilan et perspectives scientifiques Etienne Wurtz, vice-président du comité d évaluation HABISOL Rappel du contexte

Plus en détail

ENTRAÎNEMENT EN CONDITIONS RÉELLES DE GESTION DES INCIDENTS NRBC ET MATIÈRES DANGEREUSES

ENTRAÎNEMENT EN CONDITIONS RÉELLES DE GESTION DES INCIDENTS NRBC ET MATIÈRES DANGEREUSES ENTRAÎNEMENT EN CONDITIONS RÉELLES DE GESTION DES INCIDENTS NRBC ET MATIÈRES DANGEREUSES INTRODUCTION: UN DÉFI MONDIAL L éventualité d attaques NRBC ou de déversements délibérés ou involontaires de substances

Plus en détail

Le Centre de Recherche Technologique de DCNS. Prénom Nom

Le Centre de Recherche Technologique de DCNS. Prénom Nom Le Centre de Recherche Technologique de DCNS Prénom Nom Concentration de la recherche technologique des industries navales 1980 1990 2000 2010 Création de Principia Création de Sirehna DCN quitte la DGA

Plus en détail

Efficacité énergétique des villes Quels capteurs pour quelles informations?

Efficacité énergétique des villes Quels capteurs pour quelles informations? Efficacité énergétique des villes Quels capteurs pour quelles informations? J.-B. Henry, V. Le Sant, R. Chasseigne, S. Pierrard, P. Ridoux 1 Qui sommes-nous? Laboratoire d'essais et expert technique Organisme

Plus en détail

UV 1.4 : Bibliographie (20 heures) UV 2.4 Découverte de systèmes (60 heures) UV 3.4 Conception en phase avant-projet (60 heures)

UV 1.4 : Bibliographie (20 heures) UV 2.4 Découverte de systèmes (60 heures) UV 3.4 Conception en phase avant-projet (60 heures) [ Les projets ] Semestre 1 UV 1.4 : Bibliographie (eures) L étude bibliographique est abordée comme un exercice de recherche : lecture puis synthèse de documents techniques et scientifiques. Les objectifs

Plus en détail

SIMBIO. collaboratifs pour réussir le grenelle dans le bâtiment

SIMBIO. collaboratifs pour réussir le grenelle dans le bâtiment SIMBIO vers des outils logiciels vers des outils logiciels collaboratifs pour réussir le grenelle dans le bâtiment Un travail de définition collectif d une feuille de route sur les besoins de recherche

Plus en détail

Transport et Mobilité, parcours Electronique

Transport et Mobilité, parcours Electronique Université de VALENCIENNES 1/ Transport et Mobilité, parcours Electronique L1 S1 Chimie 1/Structure de la matière ( ECTS, 1 heures) L1 S1 Découverte Automatique : The Hidden Technology (2 ECTS, 18 heures)

Plus en détail

Rôle des STIC dans les grands enjeux sociétaux, économiques et environnementaux. La Vision d ALLISTENE. 5 janvier 2012 Michel Cosnard

Rôle des STIC dans les grands enjeux sociétaux, économiques et environnementaux. La Vision d ALLISTENE. 5 janvier 2012 Michel Cosnard A Rôle des STIC dans les grands enjeux sociétaux, économiques et environnementaux La Vision d ALLISTENE 5 janvier 2012 Michel Cosnard Missions d Allistene Stratégie de recherche et d innovation Distingue

Plus en détail

L Informatique aujourd hui : Nouveaux défis scientifiques et réflexions sur la recherche

L Informatique aujourd hui : Nouveaux défis scientifiques et réflexions sur la recherche L Informatique aujourd hui : Nouveaux défis scientifiques et réflexions sur la recherche Joseph Sifakis Directeur de Recherche CNRS Laboratoire VERIMAG Paris, 23 juin 2008 L évolution de l Informatique

Plus en détail

Master Recherche Sciences et Technologie

Master Recherche Sciences et Technologie Master Recherche Sciences et Technologie Mention: Mécanique Matériaux Procédés (M2P) Spécialité: Mécanique et Énergétique Parcours: Mécanique et Transferts (MT) Responsable pédagogique : Azita Ahmadi-Sénichault

Plus en détail

La recherche technologique à moyen terme. vers des bâtiments à énergie positive. Philippe Malbranche, 28 septembre 2006

La recherche technologique à moyen terme. vers des bâtiments à énergie positive. Philippe Malbranche, 28 septembre 2006 La recherche technologique à moyen terme vers des bâtiments à énergie positive Philippe Malbranche, 28 septembre 2006 1 Le CEA 4 pôles de recherche complémentaires Energie nucléaire DEN Recherche fondamentale

Plus en détail

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème pour une résistance de chauffe dans un microsystème Bertrand Selva Bertrand.selva@bretagne.ens-cachan.fr 1 Plan de la présentation Présentation des microsystèmes Dimensions caractéristiques, technique

Plus en détail

Physique parcours Informatique

Physique parcours Informatique Université de MONTPELLIER 2 1/3 parcours Informatique L1 S1 Calculus 5 L1 S1 Chimie Générale 1 5 L1 S1 Electrocinétique 5 L1 S1 Mathématiques Algèbre linéaire 1 et Analyse 1 10 L1 S1 Générale 5 L1 S1 Initiation

Plus en détail

Comment passer efficacement de la recherche technologique au marché?

Comment passer efficacement de la recherche technologique au marché? Comment passer efficacement de la recherche technologique au marché? 3 Principaux objectifs de l atelier Partager les ambitions de l axe Innovation technologique, transfert et KET de la SRI SI visant à

Plus en détail

Pôle éolien en Picardie : Contribution du pôle universitaire de Saint-Quentin

Pôle éolien en Picardie : Contribution du pôle universitaire de Saint-Quentin Pôle éolien en Picardie : Contribution du pôle universitaire de Saint-Quentin Valéry BOURNY INSSET, 48 Rue Raspail, 02100 Saint-Quentin valery.bourny@u-picardie.fr Jeudi 21 octobre 2010, Région Picardie

Plus en détail

DATE DU CONCOURS: SAMEDI 18 OCTOBRE

DATE DU CONCOURS: SAMEDI 18 OCTOBRE République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université des Sciences et de la Technologie d Oran BOUDIAF Vice-Rectorat chargé de

Plus en détail

Laboratoire d informatique Gaspard-Monge UMR 8049. Journée Labex Bézout- ANSES

Laboratoire d informatique Gaspard-Monge UMR 8049. Journée Labex Bézout- ANSES Laboratoire d informatique Gaspard-Monge UMR 8049 Journée Labex Bézout- ANSES Présentation du laboratoire 150 membres, 71 chercheurs et enseignants-chercheurs, 60 doctorants 4 tutelles : CNRS, École des

Plus en détail

Plan industriel : Lasers et applications. 17 juin 2015

Plan industriel : Lasers et applications. 17 juin 2015 Plan industriel : Lasers et applications 17 juin 2015 1 La technologie laser 30 µm 3 mm 30 cm 300 m 3 Le laser : un marché en forte croissance Année 2014 (M ) Positionnement du plan laser Communications

Plus en détail

LE MEB : UN OUTIL D INVESTIGATION ORIGINAL POUR LE DIAMANT DE SYNTHÈSE

LE MEB : UN OUTIL D INVESTIGATION ORIGINAL POUR LE DIAMANT DE SYNTHÈSE LE MEB : UN OUTIL D INVESTIGATION ORIGINAL POUR LE DIAMANT DE SYNTHÈSE 6 ème journées CAZAC Colin Delfaure 21 MAI 2015 CEA 21 MAI 2015 PAGE 1 LABORATOIRE CAPTEURS DIAMANT MAÎTRISE DE LA SYNTHESE DU DIAMANT

Plus en détail

Comité de suivi de la licence et de la licence professionnelle Comité de suivi du cursus master

Comité de suivi de la licence et de la licence professionnelle Comité de suivi du cursus master Comité de suivi de la licence et de la licence professionnelle Comité de suivi du cursus master Tableau de compatibilité entre les mentions de master et les mentions de licence Comité de suivi de la licence

Plus en détail

nouveau! cursus d ingénierie

nouveau! cursus d ingénierie nouveau! cursus d ingénierie cursus d ingénierie en 5 ans Une formation de haut niveau aux métiers de l ingénieur Ce parcours forme des étudiants spécialistes, responsables, cultivés, créatifs, ouverts

Plus en détail

Les lières. MSc in Electronics and Information Technology Engineering. Ingénieur civil. en informatique. MSc in Architectural Engineering

Les lières. MSc in Electronics and Information Technology Engineering. Ingénieur civil. en informatique. MSc in Architectural Engineering Ingénieur civil Ingénieur civil Les lières MSc in Electronics and Information Technology Engineering MSc in Architectural Engineering MSc in Civil Engineering MSc in Electromechanical Engineering MSc

Plus en détail

Présentation. Présentation. générale. générale 23.01.2013. 1 ère Réunion Suivi ANR

Présentation. Présentation. générale. générale 23.01.2013. 1 ère Réunion Suivi ANR Labex Labex SOLSTICE SOLSTICE Présentation Présentation générale générale Gilles Gilles Flamant 23.01.2013 1 ère Réunion Suivi ANR Sommaire Introduction Partenaires Objectifs de R&D Domaines d intervention

Plus en détail

Boite aux lettres communicante

Boite aux lettres communicante Classe concernée : Terminale S Science de l ingénieur Nombre total d élèves : 3 Nombre de s pour ce projet :2 Boite aux lettres communicante On se propose d'équiper une boite aux lettres normalisée d'un

Plus en détail

Le Projet Scientifique et la Plate-forme ADREAM

Le Projet Scientifique et la Plate-forme ADREAM Le Projet Scientifique et la Plate-forme DREM Michel Diaz, runo Estibals, Jean rlat LS-CNRS Michel.Diaz@laas.fr Septembre2012 Comprendre, concevoir et maîtriser les systèmes complexes: aéronautiques, embarqués,

Plus en détail

La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure d Optique

La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure d Optique Présentation réalisée par des étudiants de SupOptique : Jean-Baptiste Frossard, Julien Saby,, Thierry Lautier Encadrés par : Marc Bondiou La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure

Plus en détail

Modélisation. et Ingénierie. Master Sciences de l ingénieur. Acoustique. Contacts. Compétences. Stages. Secteurs d activités

Modélisation. et Ingénierie. Master Sciences de l ingénieur. Acoustique. Contacts. Compétences. Stages. Secteurs d activités Acoustique Identifier et modéliser les phénomènes de propagation acoustique dans les milieux solides et fluides. Mesurer et analyser les signaux et champs acoustiques : musique, bruits, vibrations, infra

Plus en détail

quelques chiffres 5 implantations : Paris Evry Fontainebleau Palaiseau Sophia Antipolis 15 centres de recherche + de 2000 personnes sur sites

quelques chiffres 5 implantations : Paris Evry Fontainebleau Palaiseau Sophia Antipolis 15 centres de recherche + de 2000 personnes sur sites quelques chiffres 5 implantations : Paris Evry Fontainebleau Palaiseau Sophia Antipolis 15 centres de recherche + de 2000 personnes sur sites 6 formations Corps des MINES Ingénieurs Civils des MINES MASTERS

Plus en détail

Master Electronique Electrotechnique Automatique

Master Electronique Electrotechnique Automatique Master Electronique Electrotechnique Automatique Spécialité Energie et Fiabilité Gilles DESPAUX Directeur des études Arnaud VIRAZEL Responsable 1 er année www.master-eea.univ-montp2.fr Philippe ENRICI

Plus en détail

Table des matières. Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1

Table des matières. Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1 Liste des cas d entreprise...................................................... Liste des figures.................................................................. Liste des tableaux...............................................................

Plus en détail

HYDROGUARD. Consortium Hydroguard

HYDROGUARD. Consortium Hydroguard HYDROGUARD Titre : Equipements et technologies autonomes pour une gestion efficace et rationnelle des moyens de prévention et de lutte contre les inondations, les pollutions, et la submersion marine en

Plus en détail

Imagerie échographique ultrarapide et élasticité Vers une rhéologie temps réel du corps humain.

Imagerie échographique ultrarapide et élasticité Vers une rhéologie temps réel du corps humain. Imagerie échographique ultrarapide et élasticité Vers une rhéologie temps réel du corps humain. Mickael Tanter (LOA, ESPCI) Résumé Lors de son séminaire Mickael Tanter nous a parlé d une nouvelle technique

Plus en détail

Diapo n : 1. Diapo n : 1

Diapo n : 1. Diapo n : 1 Diapo n : 1 Diapo n : 1 1 Qu est-ce que Welience? Votre support à l innovation bourguignon Welience est une marque créée par ub-filiale, structure privée (SAS), filiale de l université de Bourgogne Au

Plus en détail

nos clients dans l exploitation de nos solutions technologiques sont nos deux engagements les plus forts. Raphaël Gorgé Président du Groupe ECA

nos clients dans l exploitation de nos solutions technologiques sont nos deux engagements les plus forts. Raphaël Gorgé Président du Groupe ECA Depuis 1936, le Groupe ECA produit des solutions technologiques pour la sécurité des hommes et des biens. Diffusées dans le monde entier, ces solutions sont destinées aux secteurs de la défense, de l industrie,

Plus en détail

TITRE : OPTIMISATION ROBUSTE : CREATION D UNE PLATEFORME ET

TITRE : OPTIMISATION ROBUSTE : CREATION D UNE PLATEFORME ET TITRE : OPTIMISATION ROBUSTE : CREATION D UNE PLATEFORME ET APPLICATIONS INDUSTRIELLES MOTS CLEFS : OPTIMISATION, ANALYSE DE SENSIBILITE, REDUCTION DE MODELES, FIABILITE, SYSTEMX CONTEXTE de l IRT SYSTEMX

Plus en détail

Autonomie énergétique des objets communicants : Choix technologiques et optimisation de la consommation

Autonomie énergétique des objets communicants : Choix technologiques et optimisation de la consommation Autonomie énergétique des objets communicants : Choix technologiques et optimisation de la consommation r.briand@estia.fr Octobre 2012 ASPROM ESTIA-Recherche Enseignant-Chercheur à l ESTIA Ecole Supérieure

Plus en détail

Le Centre de Recherche Onera de Salon-de-Provence : CROSP. Les Unités de Recherche : MVA, RIM et PSEV

Le Centre de Recherche Onera de Salon-de-Provence : CROSP. Les Unités de Recherche : MVA, RIM et PSEV Le Centre de Recherche Onera de Salon-de-Provence : CROSP Les Unités de Recherche : MVA, RIM et PSEV Département Optique Théorique et Appliquée (DOTA) Modélisation de dispositifs optroniques et Validations

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Ingénieur diplômé de l École Nationale Supérieure d Ingénieurs en Informatique, Automatique, Mécanique, Énergétique et Électronique

Plus en détail

Laboratoire CEM SCLE SFE. L engagement pour une performance durable

Laboratoire CEM SCLE SFE. L engagement pour une performance durable Laboratoire CEM SCLE SFE L engagement pour une performance durable Un laboratoire d Expertise en Compatibilité Électromagnétique (CEM) accrédité COFRAC Depuis plus de 40 ans, SCLE SFE réalise des équipements

Plus en détail

Les opportunités offertes par l émergence des services intégrés de mobilité. Alsace Franche-Comté

Les opportunités offertes par l émergence des services intégrés de mobilité. Alsace Franche-Comté Les opportunités offertes par l émergence des services intégrés de mobilité Alsace Franche-Comté Diapositive 1 - Juin 2012 Plan : 1. Présentation du Pôle Véhicule du Futur 2. L émergence des services intégrés

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

www.master-omp.fr Parcours M2 Laser Optique Matière 15/02/13

www.master-omp.fr Parcours M2 Laser Optique Matière 15/02/13 Master de Physique M2 OMP LASER OPTIQUE MATIÈRE www.master-omp.fr Nouveau parcours : fusion entre les parcours OPTIQUE et LASER et MATIÈRE M2 LASER, OPTIQUE, MATIÈRE Explorer les frontières de l interaction

Plus en détail

Expert Conseil Stratégie d Innovation Présentation des services et de l expertise L engagement L Tech L Tech Solution est une firme d Experts Conseils en Innovation Stratégique ayant pour mission de supporter

Plus en détail