l Enass Ecole nationale d assurances

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "l Enass Ecole nationale d assurances"

Transcription

1 l Enass Ecole nationale d assurances Dispositifs de formation pour l assurance européenne Vers une harmonisation de l enseignement de l assurance en Europe? Monique LEVY Ecole nationale d'assurances

2 SOMMAIRE Remerciements... 3 Résumé... 4 Executive Summary... 5 Mots clés... 6 Key words... 6 Introduction... 7 PARTIE I : Les dispositifs de formation existants Les métiers de l assurance : mission et formation I - L apprentissage La formation professionnelle Les titres et les diplômes Synthèse PARTIE II - Projets en cours d harmonisation L enseignement supérieur L enseignement professionnel L enseignement de l assurance Synthèse PARTIE III - Exigences européennes règlementaires en matière de formation Les intermédiaires d assurance Les exigences de solvabilité 2 en matière de compétence Vers un système d équivalence Conclusion Interviews Bibliographie Sites Web Table des matières Annexe 1 : Les formations professionnelles d assurance en Europe Annexe 2 : Répertoire des certifications professionnelles dans le domaine de l assurance par métier Dispositif de formation pour l assurance européenne : Vers une harmonisation de l enseignement de l assurance en Europe? Page 2

3 Remerciements Mes premiers remerciements vont à la Direction de Gan Eurocourtage pour avoir accepté que je reprenne un cursus de formation et pour l avoir financé. Mes remerciements vont également à mes collaborateurs qui ont du pallier à mon intermittence. En ce qui concerne la présente thèse, je tiens à remercier Jérémy Webber, Directeur de Groupama Université pour le temps qu il m a consacré malgré un emploi du temps très chargé. Je remercie également Olivier de Lagarde, Directeur Adjoint de l ENASS pour ses précieux conseils. Je remercie les collègues qui m ont soutenu et qui ont été mes premiers lecteurs, ils se reconnaitront. Je veux également remercier les personnes interviewées qui ont spontanément accepté de me rencontrer et de me faire part de leur opinion, sur le sujet de cette thèse professionnelle : Elisabeth Bauby, Sous-Direction des affaires sociales, FFSA, Pascale Di Rozario, Chaire Union européenne, CNAM, Jean-Pierre Daniel, Consultant, VIGIE, Pierre-Grégoire Marly, Professeur agrégé des facultés de Droit, Jean-Noel Guye - Directeur Risques Émergents, AA, Grégoire Dupont, Secrétaire général, ORIAS, Manfred Hesse, Directeur international, Gothaer (Cologne), Florence Marteil, Responsable de la conformité, Groupama Italie (Rome), Stéphane Dosne, Expert, Directeur du cabinet ROU, Franck Poindesseaux, Avocat, cabinet Norton Rose, Ursula Freuler-Buchel, Responsable de l enseignement, Insurance Institute of Switzerland (IIS) Zurich, Dimitris Gravaris, Responsable international - Interamerica - Athènes, Rudolf Mäusli, Responsable formation assurance et vente, La Mobilière Suisse (Berne), Mr Frédéric Jenny, professeur d économie à l ESSEC, membre du CORA, Ornulf Daler, Professeur à BI Norwegian School of Management (Oslo), Simon Verren, Responsable de l apprentissage, VBV - AFA, (Berne), Jeremy Mullen, Consultant au service des accréditations, Chartered Insurance Institute, Page 3 Dispositif de formation pour l assurance européenne : Vers une harmonisation de l enseignement de l assurance en Europe?

4 Peter Haggenmueller, Directeur UNIQA et Secrétaire honoraire BOV Autriche (Salzburg), Matthias Stettler, Président de EFICERT (Berne). Un grand merci à l équipe de la Direction de la documentation de Groupama pour leur aide dans mes recherches. Enfin je remercie mes proches pour leur soutien inconditionnel et leur patience. Résumé Le challenge des assureurs pour ce vingt et unième siècle est de bien comprendre et maîtriser les risques connus et inconnus, raisonnables ou catastrophiques. Face à des risques de plus en plus complexes et à la mondialisation du secteur de l assurance, nous constatons que les emplois sont de plus en plus qualifiés et internationaux. Il nous a semblé pertinent d étudier les dispositifs de formation pour l assurance en Europe. Les institutions européennes ont instauré un marché du travail européen afin de développer la mobilité. Mais ce principe ne peut bien fonctionner que si la qualification des personnes est reconnue dans tous les pays de l Union Européenne. Le processus de Bologne a abouti à la création de l espace européen de l enseignement supérieur. Au niveau de l enseignement professionnel, des systèmes de crédits d apprentissage se sont mis en place et permettent le transfert, la capitalisation et la reconnaissance des acquis des apprentissages en Europe. La commission européenne a pris un certain nombre de mesures dans le secteur de l assurance qui ont des conséquences sur les compétences et la formation. La Directive 2002/92/CE du Parlement européen et du Conseil du 9 décembre 2002 sur l intermédiation en assurance garantit le professionnalisme des intermédiaires, facilite l exercice transfrontalier et protège les consommateurs. Avec la Directive Solvabilité 2 qui doit entrer en vigueur en janvier 2013, la Commission européenne va réformer les règles garantissant la solvabilité des compagnies d assurance et de réassurance. La Directive exige un niveau de compétence et d honorabilité pour le système de gouvernance. La fonction actuarielle est placée au cœur de Solvabilité 2, la profession réfléchit à des normes communes européennes. Ces évolutions nous conduisent à penser que nous irons vers une harmonisation de l enseignement de l assurance mais pas dans l immédiat. Le marché unique de l assurance ne s est pas accompagné de l harmonisation du droit du contrat d assurance. Dispositif de formation pour l assurance européenne : Vers une harmonisation de l enseignement de l assurance en Europe? Page 4

5 Le Chartered Insurance Institute qui est la première organisation mondiale professionnelle pour le secteur des assurances, est opposé à toute notion de contrainte par voie de règlement sur la formation, les compétences et les qualifications. L Europe de l assurance représente 39 % de la part du marché mondial devant les Etats-Unis qui ont 30,5 %. Elle doit être en mesure de proposer un enseignement de haut niveau et doit favoriser les mobilités afin d affronter la rude concurrence mondiale. Nous préconisons d établir des équivalences permettant de reconnaître les certifications entre les pays et la création d un pôle européen d excellence qui enseignerait la notion et la gestion du risque. Executive Summary The challenge for insurers for the twenty-first century is to fully understand and control the known and unknown, reasonable or catastrophic risks. In the face increasingly complex risks and of globalisation of the insurance sector, we notice that the jobs are increasingly qualified and international. It seemed relevant to us to study the measures for teaching insurance in Europe. The European institutions have established a European job market in order to develop mobility. But this principle can only apply if the qualification of the people is recognised in all the countries of the European Union. The Bologna process led to the creation of a European area for Higher Education. At the level of professional training, systems of apprenticeship credits have been established allowing the transfer, capitalisation and the recognition of the experience of apprenticeships in Europe. The European commission has taken a certain number of measures in the insurance sector which have consequences for the skills and training. EC Directive 2002/92/ of the European Parliament and of the Council of 9 December 2002 about intermediation in insurance guarantees the professionalism of the intermediaries, facilitates trans-border working and protects consumers. With the Solvency 2 Directive, which must enter into effect in January 2013, the European Commission is going to reform the rules guaranteeing the solvency of insurance and reinsurance companies. The Directive requires a level of competence and honesty for the system of governance. The actuarial function is placed at the heart of Solvency 2 and the profession is thinking about common European standards. These changes lead us to think that we will move towards harmonisation of the teaching of insurance but not immediately. Page 5 Dispositif de formation pour l assurance européenne : Vers une harmonisation de l enseignement de l assurance en Europe?

6 The single market in insurance is not accompanies by harmonisation of insurance contract law. The Chartered Insurance Institute, which is the largest global professional organisation for the insurance sector, is opposed to any notion of constraint by means of regulations about training, skills and qualifications. The European insurance industry has a global market share of 39 % ahead of the Unites States which has 30.5 %. It must be capable of offering high level education and must encourage mobility in order to confront tough global competition. We recommend establishing equivalencies allowing the recognition of the certifications between countries and the creation of a European centre of excellence which would teach the notion and the management of risk. Mots clés Enseignement de l assurance, Europe, mobilité, harmonisation européenne de l enseignement, équivalences, solvabilité 2, compétence, gestion du risque, intermédiaires d assurance, actuaires. Key words: Insurance education, Europe, mobility, European harmonization of the education, equivalences, solvency 2, qualification, management of the risk, intermediaries of insurance, actuaries. Dispositif de formation pour l assurance européenne : Vers une harmonisation de l enseignement de l assurance en Europe? Page 6

7 L Europe que nous bâtissons n est pas seulement celle de l euro, des banques et de l économie ; elle doit être aussi une Europe du savoir Déclaration au colloque de la Sorbonne, 25/05/1998 INTRODUCTION Avec la perspective d une Union Européenne de plus en plus intégrée, une mobilité plus importante et l obligation de faciliter ce mouvement, il nous a paru opportun de traiter le sujet de l enseignement de l assurance. L assurance faisant partie des professions les plus internationalisées, nous allons donc élargir notre analyse au-delà de nos frontières. L étude à l échelle mondiale serait trop vaste, nous nous limiterons donc à l Europe. À travers l histoire, les activités humaines ont généré une diversité de risques. L assurance a du s adapter à cette complexité croissante, elle a toujours accompagné l évolution du risque. On peut définir le risque comme une menace, une possibilité d évènement dommageable caractérisé par la gravité de ses conséquences possibles d une part et par sa probabilité de survenance d autre part. «L homme a eu recours à l assurance pour protéger ses biens depuis la fin du Moyen- Âge. L assurance est née de la mer avec le développement du commerce maritime et elle est devenue terrestre à la suite du grand incendie de Londres en Elle s est étendue à la protection des personnes dans la seconde moitié du VIII e siècle. Aujourd hui presque tout est assuré de manière invisible mais nécessaire.» (1) On définit l assurance comme le financement du risque mais nous pouvons nous interroger sur la notion du risque. Le risque d hier n est plus le même aujourd hui et sera autre demain. La sophistication de la réponse assurantielle entre l assurance d une part : automobile, habitation, des risques nucléaires, des satellites, des risques de la pétrochimie, (1) L encyclopédie de l assurance - F. Ewald - J.H. Lorenzi Page 7 Dispositif de formation pour l assurance européenne : Vers une harmonisation de l enseignement de l assurance en Europe?

8 du risque médical, du risque de pollution en passant par l assurance complémentaire maladie est sans commune mesure et démontre la complexité du sujet. En échange des cotisations perçues, l assureur inscrit au passif de son bilan un engagement appelé provisions mathématiques. En cas de sinistre, l assureur tient ses engagements et indemnise l assuré. En France, 1 616,60 milliards d euros d actifs sont gérés par les sociétés d assurance. (1) Face à ces risques de plus en plus complexes et ces sommes importantes à gérer nous nous interrogeons sur les métiers de l assurance et quels sont les dispositifs de l enseignement dans ce secteur? EUR Billions Europe Asie USA Autres Total (CEA Statistics N 42 - European Insurance in Figures - Novembre 2010) L Europe représente 39 % de la part du marché mondial devant les Etats-Unis qui ont 30,5 %. Afin d affronter la rude concurrence mondiale, l Europe doit être en mesure de proposer un enseignement de haut niveau. Primes encaissées en 2009 (en milliards d euros) (8 premiers pays) Royaume Uni France Allemagne Italie Pays Bas Espagne Suisse Belgique (CEA Statistics N 42 - European Insurance in Figures - Novembre 2010) Le nombre des compagnies d assurances a baissé durant les dix dernières années après la vague des fusions acquisitions des années (1) Rapport annuel FFSA 2009 Dispositif de formation pour l assurance européenne : Vers une harmonisation de l enseignement de l assurance en Europe? Page 8

9 Nombre de Compagnies d assurances (7 premiers pays) Royaume Uni 934 Allemagne 604 France 452 Suède 381 Pays-bas 320 Espagne 294 Italie 234 (CEA Statistics N 42 - European Insurance in Figures - Novembre 2010) Le nombre de salariés dans l assurance en Europe dépasse le million Nombre de salariés dans l assurance en 2009 (7 premiers pays) Allemagne Royaume Uni France Pays bas Suisse Espagne Italie (CEA Statistics N 42 - European Insurance in Figures - Novembre 2010) Le secteur est en plein développement et la demande de protection de la part de la population est de plus en plus forte face à des risques très variés et en pleine évolution. De ce fait, l assurance est un secteur actif qui recrute beaucoup, il y a plus d embauche dans le secteur des assurances que dans le secteur bancaire. En France, dans un contexte de forte crise financière, les entreprises ont poursuivi et même intensifié leurs embauches avec un taux record de nouveaux entrants de 9,9 % en (1) En 2009, les effectifs de la profession enregistrent une croissance de 1,5 % alors que le marché du travail français a été morose en Trois salariés sur quatre embauchés sont titulaires d un diplôme égal ou postérieur à bac + 2. Il faut noter une croissance des formations diplômantes de niveaux Bac+ 3 au détriment des Bac + 2 et moins. Cela confirme la tendance d élévation des niveaux de qualification des diplômes. En France, avec 41,8 % des effectifs, la part des cadres continue d augmenter et affiche un taux largement supérieur à la moyenne nationale interprofessionnelle qui se situe à 30 %. (1) Rapport 2009 de l Observatoire sur le Métiers des salariés de l Assurance Page 9 Dispositif de formation pour l assurance européenne : Vers une harmonisation de l enseignement de l assurance en Europe?

10 Cinq familles de métier ont un taux de cadres supérieur à 80 %. Ce sont les secteurs de la conception et adaptation des produits, la gestion des actifs, l informatique et télécommunication, les études et conseils, la gestion et organisation. Les emplois sont de plus en plus intéressants, de plus en plus qualifiés et de plus en plus internationaux. Depuis la signature du Traité de Rome en 1957, instituant la Communauté européenne, le principe de l abolition, entre les états membres, des obstacles à la libre circulation des personnes (article 3) a été établi. Sa mise en œuvre a ainsi donné lieu à de multiples directives et recommandations. Ce principe prend appui sur la qualification des personnes. La question de la reconnaissance de la qualification renvoie, en général, à la possession de diplômes titres ou certificats (ou certifications), mais aussi, à l attestation d une expérience personnelle ou professionnelle probante. Fort de ce constat, afin de faciliter la mobilité et garantir un certain niveau de formation, il faudrait qu il y ait un standard commun ou des équivalences de l enseignement de l assurance en Europe. Comme nous l avons évoqué précédemment le Traité de Rome a institué la libre circulation des personnes mais également des services et des capitaux. La Libre Prestation de Service permet à une société d assurance d un Etat membre de souscrire des risques situés sur le territoire d un autre Etat membre, il lui suffit d en faire la demande auprès de ses autorités de contrôles. Mais compte tenu des contraintes juridiques et fiscales, ce principe est uniquement pratiqué par les grands groupes d assurances pour les risques d entreprise dans les programmes internationaux. Par la Directive 2002/92/CE du Parlement Européen sur l intermédiation d assurance applicable au 15 janvier 2005, la communauté européenne a règlementé le niveau de formation des intermédiaires d assurance afin de mieux protéger le consommateur. Toujours dans le même souci de protection, elle va imposer des nouvelle normes de solvabilité par La Directive, Solvabilité II, 2009/138/CE, du Parlement Européen et du Conseil du 25 novembre 2009 sur l accès aux activités de l assurance et de la réassurance et leur exercice, qui doit entrer en application en janvier Cette Directive exige la compétence pour les fonctions clés qui sont les fonctions actuarielles, Audit interne, Risk management, Contrôle interne, Compliance, Gestion d actifs. Nous penchons pour une compétence et une éthique à tous les niveaux de l entreprise. Les assureurs doivent respecter une éthique qui porte des valeurs comme l honorabilité, la confiance, la compétence. Dispositif de formation pour l assurance européenne : Vers une harmonisation de l enseignement de l assurance en Europe? Page 10

11 Afin de répondre à ces exigences, on peut s interroger sur le niveau de formation des salariés, Comment enseigne-t-on l assurance dans les principaux pays d Europe? Comment développer le marché commun du travail dans ce secteur si les diplômes, les formations professionnelles ne sont pas reconnus entre les pays? Il faudrait harmoniser l enseignement de l assurance en Europe afin de faciliter les mobilités et faire ainsi face à la rude concurrence mondiale. Comment harmoniser l enseignement de l assurance en Europe sans harmonisation des droits du contrat d assurance? Les pays membres de l Union Européenne sont régis par des droits différents : Le droit romaniste s applique en France, au Bénélux, en Italie et en Espagne. Le droit germanique s applique en Allemagne, en Autriche, en Croatie, en Suisse, en Grèce et au Portugal Le droit scandinave s applique au Danemark, en Norvège, en Suède, en Finlande et en Islande Le Common law est appliqué au Royaume-Uni et en Irlande Un système mixte entre le droit civil et le Common law est appliqué en Ecosse, à Chypre et à Malte. Existe-t-il des diplômes européens? A ce jour, aucune autorité européenne ne peut délivrer un diplôme, un certificat ou un titre au nom de l Europe. Des organisations s orientent vers la construction de références au niveau de l ensemble ou d une partie des pays constitutifs de l Europe. En revanche, des dispositifs sont en place pour la reconnaissance des certifications nationales d un pays à l autre. Dans un premier temps, nous allons analyser les différents métiers de l assurance, faire un état des lieux sur l enseignement de l assurance dans différents pays d Europe au travers des trois dispositifs de formation qui sont l apprentissage, la formation professionnelle et les diplômes. Nous étudierons ensuite les règlementations prises par la Commission européenne sur l éducation au niveau de l enseignement supérieur, les projets de certification actuellement en cours d harmonisation au niveau de l enseignement professionnel et au niveau de l enseignement de l assurance. Dans une troisième partie, nous développerons les exigences européennes règlementaires en matière de formation, notamment à travers les Directives sur l intermédiation et Solvabilité 2 et démontrerons comment aller vers un système d équivalence. Page 11 Dispositif de formation pour l assurance européenne : Vers une harmonisation de l enseignement de l assurance en Europe?

12 PARTIE I Les dispositifs de certification existants Quels sont les métiers de l assurance et comment est-on formé pour ces métiers? Actuaire : L actuaire définit les conditions de tarification des risques en s appuyant sur des statistiques. Il participe à la conception technique des produits d assurances, il décide des règles et barèmes de tarification applicables à chaque catégorie de risques. Il définit les conditions de rentabilité économique et financière des contrats et soutient techniquement les souscripteurs. L actuaire est très convoité par les sociétés d assurances, il est toujours dans une démarche de visionnaire dans la création de produits répondant à des problématiques émergentes tout en veillant à la rentabilité économique. Formation Diplôme d actuaire : certaines formations diplômantes permettent d obtenir le titre de membre associé de l Institut des actuaires. Pour les autres métiers de l actuariat, ceux-ci sont accessibles avec des formations spécialisées en actuariat, économétrie, mathématiques ou statistiques. Le niveau requis est variable selon le poste proposé : à partir de bac + 2 pour un technicien en actuariat, mais le plus souvent à un niveau supérieur ou égal à bac + 4 pour un poste de chargé d études actuarielles ou d actuaire. Agent général d assurance : L agent général est le représentant d une société d assurance dont il est le mandataire. Cette société lui apporte un soutien technique et commercial voire financier pour démarrer son activité. C est un chef d entreprise, il organise et gère librement son agence en ligne avec la stratégie de la société mandante. Il a un devoir de conseil auprès des clients, doit leur proposer des produits en fonction de leurs besoins, établir les contrats et accompagner les clients de la signature du contrat au versement des indemnités lors de la survenance d un sinistre. Formation Diplôme d enseignement supérieur ou expérience professionnelle équivalente plus une formation obligatoire prévue par la réglementation sur la présentation des opérations d assurance. Il n y a pas a priori de diplôme universitaire spécifique pour exercer ce métier, il existe des formations, le plus souvent dispensées par la société d assurances mandataire. Dispositif de formation pour l assurance européenne : Vers une harmonisation de l enseignement de l assurance en Europe? Page 12

13 Chargé d études marketing La règle, c est que le Général qui triomphe est celui qui est le mieux informé. (1) Le Chargé d études marketing a une mission de veille concurrentielle, il doit connaître et comprendre les attentes et les besoins du marché. Il analyse les évolutions commerciales, techniques, fiscales, juridiques, susceptibles d influer sur les produits et contrats d assurance Il préconise des actions marketing et assiste le chef de produit dans ses décisions. Il doit posséder une bonne maîtrise rédactionnelle et le goût de la communication Formation Le niveau de formation requis est le plus souvent supérieur ou égal à bac + 4/+ 5. École supérieure de commerce 3 ème cycle en marketing Statistique La connaissance du secteur des assurances peut être acquise lors d un stage. Chargé de clientèle Le Chargé de clientèle est un commercial à l écoute de ses interlocuteurs, il doit inspirer confiance et déceler les attentes et les besoins des clients. Il informe et conseille le client, il doit posséder des connaissances techniques. Ce métier est développé chez les courtiers ou les sociétés d assurances qui travaillent en direct avec les clients, sans passer par l intermédiaire d un agent général ou un courtier. Formation : Ce métier requiert une formation commerciale ou une formation technique en assurance, de niveau bac + 2 (DUT, BTS...). Chargé d indemnisation Ce métier requiert des qualités dans le domaine de la diplomatie, de la négociation, de l équité et une bonne connaissance des produits d assurance, à la fois sur le plan technique et juridique. Le chargé d indemnisation intervient à la suite d un sinistre pour en apprécier les circonstances, déterminer les responsabilités, évaluer le préjudice. (1) Sun Tzu, l art de la guerre Page 13 Dispositif de formation pour l assurance européenne : Vers une harmonisation de l enseignement de l assurance en Europe?

14 Il vérifie que les garanties souscrites s appliquent à l événement survenu et détermine les responsabilités. Il évalue le montant des dommages et règle les sommes dues à l assuré ou à la victime. Il peut intervenir dans le cadre contentieux lors d un différend avec un tiers victime ou avec un assuré ; dans ce cas, il prépare l argumentation et les instructions pour les avocats, il exerce les recours et exécute les décisions. Formation L indemnisation nécessite une formation juridique avec le plus souvent une spécialisation en droit des assurances. Selon le poste proposé et la complexité des sinistres à gérer, le niveau requis varie de bac + 2 (BTS assurance, DUT carrière juridiques option assurance...) à bac + 4 ou plus (maîtrise de droit privé, 3 ème cycle en droit des assurances...). Conseiller en assurance Ce commercial conseille et vend des produits d assurances, il doit inspirer confiance et comprendre les besoins des clients. C est un métier de terrain, voire d occupation de terrain, qui nécessite un enthousiasme et une énergie sans cesse renouvelés. Il gère et développe un portefeuille de clients dans une zone géographique délimitée. Il fait la prospection, conseille, négocie et conclut la vente des contrats. Le suivi des sinistres est également important pour s assurer de leur bonne fin et de la satisfaction du client, indispensable pour établir une relation durable. Mobile géographiquement, il fait partie d un réseau encadré et est animé par un inspecteur commercial. Formation Le métier de conseiller en assurance requiert une formation commerciale de niveau bac + 2 (DUT, BTS...). Dispositif de formation pour l assurance européenne : Vers une harmonisation de l enseignement de l assurance en Europe? Page 14

15 Courtier d assurances Commerçant inscrit au registre du commerce et des sociétés, il représente les clients auprès des sociétés d assurances. Certains courtiers sont spécialisés dans des niches (objets d art, le sport, la construction, les risques d entreprises, etc.). Le courtier ne vend pas directement de contrats d assurances à ses clients. Il les aide à en acheter. En cela, son rôle de conseil est essentiel. Il a une grande connaissance du marché de l assurance et se tient informé de ses évolutions. Il aide ses clients à formuler leurs besoins et les guide dans le choix d un contrat. Indépendant des sociétés d assurances, il sélectionne parmi les produits du marché les offres les mieux adaptées aux spécificités de ses clients. Dans sa pratique, il est également amené à innover en concevant des contrats sur-mesure pour répondre à des demandes particulières. Il lance des appels d offre auprès de sociétés d assurances et négocie les conditions tarifaires. Il accompagne les clients, de la signature du contrat au versement des indemnités en cas de sinistre. Formation Diplôme d enseignement supérieur ou expérience professionnelle équivalente plus une formation obligatoire prévue par la réglementation des opérations d assurances. Expert d assurances L expert en assurance commence sa carrière professionnelle dans un secteur autre que l assurance dans lequel il acquiert une connaissance particulière dans un domaine. Dans les contrats en risques d entreprises, il est d usage de donner la garantie expert d assuré afin de permettre à l assuré de défendre au mieux ses intérêts. Il intervient après le sinistre pour estimer le montant des dommages. Il est mandaté par la société d assurances (expert d assureur) ou par l assuré pour défendre ses intérêts (expert d assuré) : avant la souscription d un contrat pour effectuer les expertises préalables de bâtiments, matériels industriels, objets d art, etc., pour estimer la valeur des biens à garantir, notamment lorsque ceux-ci présentent des caractéristiques particulières ; après un sinistre pour en déterminer les causes, vérifier les circonstances et estimer le montant des dommages ou du préjudice subi, en conformité avec le contrat souscrit. Page 15 Dispositif de formation pour l assurance européenne : Vers une harmonisation de l enseignement de l assurance en Europe?

16 Formation Diplôme d études supérieures spécifiques au domaine de compétence complété par une formation juridique et technique sur l assurance et ses produits. Gestionnaire actif-passif Le gestionnaire de portefeuille doit gérer au mieux les actifs de la société. Il doit être bien au fait des évolutions de l environnement économique. Il analyse les engagements de la société d assurances produits par son activité commerciale et ses résultats techniques. Il gère le bilan en suivant l évolution des comptes d actifs. Il étudie les différents comptes de la société d assurances pour la mise en place des stratégies financières Il participe à la communication des résultats financiers de la société en relation avec les directions comptables. Formation Diplômes de l enseignement supérieur (bac + 5 minimum) : École de commerce et d ingénieur, option finance 3 ème cycle en gestion financière Diplôme d actuaire... Inspecteur commercial Après un parcours réussi dans le commercial, il organise et anime un réseau de commerciaux ou d intermédiaires, agents ou courtiers. L inspecteur commercial est donc à la fois un homme de terrain, un manager et un gestionnaire. Il assure un soutien technique et commercial à son équipe ou aux intermédiaires. Il fixe les objectifs, conçoit les plans d actions commerciales. Il établit des tableaux de bord pour suivre les résultats commerciaux. Il recrute et forme les commerciaux ou les intermédiaires. Formation Pour exercer ce métier, il faut un diplôme de niveau bac +4 commercial, technique ou juridique. Dispositif de formation pour l assurance européenne : Vers une harmonisation de l enseignement de l assurance en Europe? Page 16

17 Des aptitudes dans la vente et la relation client sont indispensables. Quelques années d expériences commerciales sont requises. Souscripteur Le souscripteur décide ou non de prendre un risque et en détermine les conditions. Il doit posséder un sens de l analyse, des aptitudes dans la négociation et le commercial et de solides connaissances techniques et juridiques. Il analyse le risque en fonction des éléments que lui a transmis l intermédiaire. Il détermine les conditions du contrat : garanties, tarifications, exclusions, etc. Il négocie les conditions avec les commerciaux, les intermédiaires, voire les clients. Formation Le souscripteur est généralement titulaire d un diplôme de niveau bac + 5 (écoles d ingénieurs, 3ème cycle en droit des assurances, école supérieure de commerce ou 3ème cycle universitaire spécialisé finances, diplôme de l ENASS). Formation Domaines de diplômes les plus fréquents* pour chaque famille de métiers A - Conception et adaptation de Produits Mathématiques et sciences 15,2 % Spécialités plurivalentes des services 14,4 % Commerce, vente, marketing, distribution 14,1 % Finances, banques, assurances, immobiliers 11,1 % B - Contrôle technique et Prévention Droit et sciences politiques 13,7 % Finances, banques, assurances, immobilier 12,3 % Formations générales 10,3 % C - Gestion des contrats Formations générales 24,0 % Droit et sciences politiques 18,0 % Finances, banques, assurances, immobilier 17,0 % D - Commercial Commerce, vente, marketing, distribution 23,8 % Formations générales 18,2 % Finances, banques, assurances, immobilier 11,2 % E - Comptabilité Comptabilité, gestion 45,1 % Formations générales 22,3 % Finances, banques, assurances, immobilier 11,2 % F - Réassurance Comptabilité, gestion 26,2 % Formations générales 11,9 % Finances, banques, assurances, immobilier 11,8 % Spécialités plurivalentes des services 10,4 % Page 17 Dispositif de formation pour l assurance européenne : Vers une harmonisation de l enseignement de l assurance en Europe?

18 G - Administration Formations générales 47,9 % Secrétariat, bureautique 16,6 % H - Secrétariat et assistanat Secrétariat, bureautique 44,7 % Formations générales 21,9 % I - Communication Spécialités plurivalentes de la communication et information 17,5 % Formations générales 12,8 % Commerce, vente, marketing, distribution 11,7 % J - Gestion des actifs Finances, banques, assurances, immobilier 19,0 % Comptabilité, gestion 18,1 % Formations générales 11,8 % K - Informatique et télécommunications Informatique, traitement de l information, réseaux de transmissions 41,1 % Mathématiques et sciences 14,7 % Formations générales 14,3 % L - Études et conseil Droit et sciences politiques 34,4 % Formations générales 11,5 % M - Gestion et organisation Comptabilité, gestion 17,6 % Formations générales 13,2 % Finances, banques, assurances, immobilier 11,8 % N - Logistique Formations générales 39,7 % Secrétariat, bureautique 12,6 % P - Ressources humaines Formations générales 17,3 % Ressources humaines, organisation du travail 13,1 % Comptabilité, gestion 12,3 % R - Direction Droit et sciences politiques 17,6 % Mathématiques et sciences 16,9 % Commerce, vente, marketing, distribution 10,0 % * Fréquence supérieure à 10 % (pour les 69,9 % de répondants) Rapport 2010 de l Observatoire sur les Métiers des salariés de l Assurance (données au 31/12/2009). Les métiers de l assurance sont en pleine évolution, plus ouverts vers l extérieur. Le secteur est en restructuration, trois grandes familles de métiers progressent, celle du Management, de la Technique (actuaire) et des Commerciaux. Nous allons à présent analyser l enseignement de l assurance en Europe au travers des trois systèmes de formation qui sont l apprentissage, la formation professionnelle et les diplômes. Dispositif de formation pour l assurance européenne : Vers une harmonisation de l enseignement de l assurance en Europe? Page 18

19 1 - L Apprentissage L apprentissage est la première méthode d enseignement, de transmission du savoir. Les premières formes d apprentissage remontent au Moyen-Age avec les corporations Apprentis- Compagnons - Maîtres. En France cette formation a longtemps eu une image négative de faible qualification. S appuyant sur l exemple de ses pays voisins comme l Allemagne ou la Suisse, le gouvernement français a pris des mesures pour développer l apprentissage afin de l étendre à tous les secteurs et favoriser ainsi l insertion des jeunes dans le monde du travail. Le président de la République, Nicolas Sarkozy, a donné une mission aussi claire que difficile à Nadine Morano, Ministre de la formation professionnelle : passer de apprentis aujourd hui à en ((1) A - Les lois et accords mis en place pour l Apprentissage Accords internationaux Une convention sur l enseignement technique et professionnel est adoptée le 10 novembre 1989 (UNESCO - OIT)- Les Etats contractants conviennent que la présente convention s applique à toutes les formes et tous les niveaux de l enseignement technique et professionnel, qu il soit dispensé par des établissements d enseignement d une part et des entreprises en rapport avec le monde du travail d autre part. Les articles suivants étendent la convention à l éducation générale complémentaire et aux cours d éducation continue et de formation pour adultes Accords européens Conclusion du Conseil Européen et des ministres de l Education concernant le développement de l Apprentissage ouvert et à distance dans la Communauté Européenne. 25 novembre 2003 Résolution du Conseil Européen sur le thème Faire de l école un lieu d apprentissage ouvert pour prévenir et combattre le décrochage scolaire et le malaise des jeunes et favoriser leur inclusion sociale. Paru au JO n C295 du 5/12/2003 (1) Les échos du 14/01/2011 Page 19 Dispositif de formation pour l assurance européenne : Vers une harmonisation de l enseignement de l assurance en Europe?

20 Accords en France Loi n du 16/07/1971 Article 1 er - Généralités - L apprentissage est une forme d éducation. Il a pour but de donner à des jeunes travailleurs, ayant satisfait à l obligation scolaire, une formation générale, théorique et pratique en vue de l obtention d une qualification professionnelle sanctionnée par un diplôme de l enseignement technologique. Cette formation qui fait l objet d un contrat, est assurée pour partie dans une entreprise, pour partie dans un centre de formation. Le législateur estime nécessaire de promouvoir une nouvelle conception des formations initiales par apprentissage. Cette loi va institutionnaliser l apprentissage car elle transforme son rapport avec les entreprises d une part et avec l enseignement technique d autre part. L apprentissage devient une filière d éducation et doit déboucher sur un diplôme. L apprenti est un jeune travailleur en formation, lié par contrat à l entreprise et suivant des cours dans un centre de formation d apprentis (CFA). Il s agit d un contrat tripartite entre l apprenti, l entreprise et le centre de formation. La formation en alternance est une voie très efficace d insertion dans l emploi, elle est plébiscitée par les entreprises et les étudiants car le jeune acquiert à la fois une formation et une expérience professionnelle. L apprentissage est financé par la taxe d apprentissage, un impôt payé par les entreprises et qui est calculé sur la base de la masse salariale. B - Le contrat d apprentissage et le contrat de professionnalisation (1) Formations en alternance : différences entre contrat d apprentissage et contrat de professionnalisation La formation en alternance est basée sur une succession de périodes d acquisition de savoir-faire en entreprise et de périodes de formation théorique. Il existe deux types de formations en alternance : le contrat d apprentissage et le contrat de professionnalisation, qui ont chacun leur public et leurs objectifs. Dans tous les cas, un contrat d alternance est passé entre l alternant et l employeur. Le contrat d alternance (apprentissage ou professionnalisation) est généralement un contrat à durée déterminée (CDD) dont la durée varie selon le métier ou la qualification préparé. L alternance couvre un éventail large de diplômes d un niveau post-bac à bac +5 (BTS, licence professionnelle, master professionnel, diplôme d ingénieur). (1) Dispositif de formation pour l assurance européenne : Vers une harmonisation de l enseignement de l assurance en Europe? Page 20

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

Contrat de professionnalisation. Livret d informations

Contrat de professionnalisation. Livret d informations Contrat de professionnalisation Livret d informations 1 Présentation MediaSchool Group affiche des ambitions de leader! MediaSchool Group est un groupe d enseignement supérieur spécialisé dans les domaines

Plus en détail

Les ressources humaines

Les ressources humaines Avec une masse salariale s élevant à 4,3 milliards d euros en 2003, le secteur de l assurance est une «industrie de main-d œuvre» qui offre un produit en grande partie immatériel : la couverture d un risque.

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

ACCORD SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE DU PERSONNEL DES ENTREPRISES DE COURTAGE D ASSURANCES ET/OU DE RÉASSURANCES

ACCORD SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE DU PERSONNEL DES ENTREPRISES DE COURTAGE D ASSURANCES ET/OU DE RÉASSURANCES ACCORD SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE DU PERSONNEL DES ENTREPRISES DE COURTAGE D ASSURANCES ET/OU DE RÉASSURANCES Depuis la Convention Collective de la branche professionnelle du 18 janvier 2002, les

Plus en détail

Programme. Master. Cycle du Diplôme. Ecole nationale. de l. d assurances. www.enass.fr

Programme. Master. Cycle du Diplôme. Ecole nationale. de l. d assurances. www.enass.fr Cycle du Diplôme de l Master Ecole nationale d assurances Année préparatoire ère année Admission Bac + Vous êtes > ELÈVE D UNE CLASSE PRÉPARATOIRE HEC Concours de la Banque Commune d Epreuves Ecrites pour

Plus en détail

AVENANT A L ACCORD SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE

AVENANT A L ACCORD SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE AVENANT A L ACCORD SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE ENTRE : La FPI (Fédération des Promoteurs Immobiliers de France), représentée par son Président ET : La Fédération CFTC - CSFV, représentée par La Fédération

Plus en détail

Diplôme. de l Ecole nationale d assurances. www.enass.fr

Diplôme. de l Ecole nationale d assurances. www.enass.fr Diplôme de l Ecole nationale d assurances Bac +2 Vous êtes > élève d une classe préparatoire HEC Concours de la Banque Commune d Epreuves Ecrites pour le Haut Enseignement Commercial Dossiers à demander

Plus en détail

BTS Assurance. Diplôme Données sur l emploi Offres d emploi Se documenter. diplôme qualification insertion emploi

BTS Assurance. Diplôme Données sur l emploi Offres d emploi Se documenter. diplôme qualification insertion emploi diplôme qualification insertion emploi diplôme qualification insertion emploi NOVEMBRE 2007 BTS Assurance Diplôme Données sur l emploi Offres d emploi Se documenter INFOS UTILISATEURS diplôme qualification

Plus en détail

MBA Spécialisé en Alternance

MBA Spécialisé en Alternance MBA Spécialisé en Alternance "Achats Internationaux & Supply Chain" Diplôme d'etat de Niveau I enregistré au Registre National des Certifications Professionnelles JO du 14 Avril 2012 2 2013 / 2014 Groupe

Plus en détail

Convention Collective Nationale de la Mutualité

Convention Collective Nationale de la Mutualité Page 1 sur 14 Convention Collective Nationale de la Mutualité ACCORD DE BRANCHE SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE PREAMBULE Les organismes mutualistes et leurs salariés sont confrontés à la nécessité de

Plus en détail

LE COURTAGE D ASSURANCE

LE COURTAGE D ASSURANCE Programme 1ère conférence : l éthique du courtier 2ème conférence : la profession du courtier Courtage et environnement concurrentiel Le cadre de l activité L activité La responsabilité des courtiers d

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

PROJET. Accord cadre relatif à l activité de portage salarial

PROJET. Accord cadre relatif à l activité de portage salarial PROJET Accord cadre relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord cadre a pour finalité de fixer un cadre général de l activité du portage salarial et sera complété, en tant que

Plus en détail

MBA Spécialisé en Alternance

MBA Spécialisé en Alternance MBA Spécialisé en Alternance "Stratégie Internationale des Entreprises" 2 2013 / 2014 Groupe Sup de Co La Rochelle N d agrément : 54170112617 N SIRET 348 768 508 00015 www.esc-larochelle.fr Le programme

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3257 Convention collective nationale IDCC : 1601. BOURSE (3 e édition. Juin 2004) ACCORD DU 8 JUILLET 2005

Plus en détail

Loi n 2011-893 du 28 Juillet pour le développement de l alternance et la sécurisation des parcours professionnels

Loi n 2011-893 du 28 Juillet pour le développement de l alternance et la sécurisation des parcours professionnels Loi n 2011-893 du 28 Juillet pour le développement de l alternance et la sécurisation des parcours professionnels La loi n 2011-893 du 28 juillet 2011 comporte différentes mesures visant notamment à développer

Plus en détail

FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE

FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE Bobigny Mardi 1 er mars 2011 1 SOMMAIRE INTRODUCTION. p. 3 1. L EMPLOI DES JEUNES.. p. 4 Développer l alternance Financer l augmentation

Plus en détail

CERTIFICATION DE SERVICES FORMATION RECHERCHE. www.qualicert.fr. 12, rue de Kergoat

CERTIFICATION DE SERVICES FORMATION RECHERCHE. www.qualicert.fr. 12, rue de Kergoat Poursuites d études La sortie de cette formation est l insertion professionnelle même si une poursuite d études en M2 recherche en Sciences de Gestion et/ou en thèse peut être envisagée. insertion professionnelle

Plus en détail

DOSSIER DE RECRUTEMENT VACATAIRE D ENSEIGNEMENT A L UNIVERSITE JOSEPH FOURIER

DOSSIER DE RECRUTEMENT VACATAIRE D ENSEIGNEMENT A L UNIVERSITE JOSEPH FOURIER Composante : Gestionnaire : Contacts : DOSSIER DE RECRUTEMENT VACATAIRE D ENSEIGNEMENT A L UNIVERSITE JOSEPH FOURIER ETAT CIVIL Nom patronymique : Prénom : Nom marital : Nom d usage : N SS : Date de naissance

Plus en détail

LYCEE PROFESSIONNEL CAP. Bac. Bac. Bac Pro MEI Maintenance des Equipements Industriels. Bac Pro ELEEC. Bac Pro. Bac Pro

LYCEE PROFESSIONNEL CAP. Bac. Bac. Bac Pro MEI Maintenance des Equipements Industriels. Bac Pro ELEEC. Bac Pro. Bac Pro LYCEE PROFESSIONNEL BTS-IUT-Vie Active Vie Active Bac Pro Comptabilité Bac Techno. 1ère Adaptation Bac Pro, mentions complémentaires... Bac Pro Productique Mécanique PAR ALTERNANCE Bac Techno. 1ère Adaptation

Plus en détail

MBA Spécialisé en Alternance

MBA Spécialisé en Alternance MBA Spécialisé en Alternance "Stratégie du Développement Durable" Diplôme d'etat de Niveau I enregistré au Registre National des Certifications Professionnelles JO du 14 Avril 2012 2 2013 / 2014 Groupe

Plus en détail

Manager dans la distribution. par alternance. Apprentissage Contrat PRO

Manager dans la distribution. par alternance. Apprentissage Contrat PRO Manager dans la distribution par alternance Apprentissage Contrat PRO La clé du succès de l IMMD? Une formation dynamique et innovante, au plus près des réalités du terrain, grâce à la collaboration étroite

Plus en détail

MBA Spécialisé en Alternance

MBA Spécialisé en Alternance MBA Spécialisé en Alternance "Management de l Environnement" Diplôme d'etat de Niveau I enregistré au Registre National des Certifications Professionnelles JO du 13 octobre 2007 2 2013 / 2014 Groupe Sup

Plus en détail

Le contrat de professionnalisation

Le contrat de professionnalisation Le contrat de professionnalisation Objectif Le contrat de professionnalisation est un contrat de travail conclu entre un employeur et un salarié. Son objectif est l insertion ou le retour à l emploi des

Plus en détail

Salarié. Sécurisez votre parcours professionnel

Salarié. Sécurisez votre parcours professionnel ! Salarié Senior (ou pas) Sécurisez votre parcours professionnel SOMMAIRE Introduction... p 3 Vous souhaitez faire le point sur votre carrière... p 4 Entretien de 2nde partie de carrière... p 5 Bilan de

Plus en détail

La Validation des Acquis de l Expérience. avec l IFPASS. www.ifpass.fr

La Validation des Acquis de l Expérience. avec l IFPASS. www.ifpass.fr La Validation des Acquis de l Expérience avec l IFPASS www.ifpass.fr Le Pôle Orientation et VAE de l IFPASS Le Pôle Orientation et VAE de l IFPASS est au service des professionnels de l assurance, qu ils

Plus en détail

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL Plan : Introduction I.- Le Dialogue Social européen et son cadre La négociation européenne : - pour l entreprise - pour les partenaires sociaux Les

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle

Réforme de la formation professionnelle MEDEF Social mars 2015 Réforme de la formation professionnelle Compétitivité Mobilité Employabilité Edito En 2030, près de 30 % de nos métiers auront évolué. Pour relever ce défi, la formation des femmes

Plus en détail

IUT Sénart Fontainebleau

IUT Sénart Fontainebleau IUT Sénart Fontainebleau 12/06/2014 Présentation de l IUT Sénart Fontainebleau IUT Sénart Fontainebleau 12/06/2014 2 Présentation de l IUT Sénart Fontainebleau L IUT Sénart Fontainebleau, c est : 1 composante

Plus en détail

Analyse synthétique de l emploi et de la formation professionnelle dans le secteur des assurances

Analyse synthétique de l emploi et de la formation professionnelle dans le secteur des assurances Analyse synthétique de l emploi et de la formation professionnelle dans le secteur des assurances Société Eurocaribéenne de Conseils et d Organisation BP 382 97288 Lamentin Cédex (Martinique) Sommaire

Plus en détail

Juin. Modernisation du Marché du Travail

Juin. Modernisation du Marché du Travail Juin Modernisation du Marché du Travail 2008 les fiches argumentaires du medef Les dispositions de l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008, dont la mise en œuvre requiert un support législatif,

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

Kit Demande de Bourse Etude Erasmus 2014-2016

Kit Demande de Bourse Etude Erasmus 2014-2016 CESI-ERA- 1415 - Informations Programme Erasmus ERASMUS 2014-2016 Période d Etude Note d information aux élèves Les élèves de l ei.cesi et d exia.cesi peuvent bénéficier d une bourse Erasmus : - pour une

Plus en détail

Édition 2013. Guide de l alternance dans les IEG. Retrouvez FO Énergie et Mines sur www.fnem-fo.org

Édition 2013. Guide de l alternance dans les IEG. Retrouvez FO Énergie et Mines sur www.fnem-fo.org Édition 2013 Retrouvez FO Énergie et Mines sur www.fnem-fo.org Laurine Eugénie Secrétaire Fédérale L objectif est double : FO Énergie et Mines vous souhaite la bienvenue dans les entreprises des Industries

Plus en détail

FORMATION EN ALTERNANCE

FORMATION EN ALTERNANCE FORMATION EN ALTERNANCE BACHELOR BUSINESS «Marketing Relationnel» Diplôme visé par l Etat au BO n 30 du 23 Aout 2012 - Titre RNCP Niveau II 2013/2014 Groupe Sup de Co La Rochelle N d agrément : 54170112617

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

Formation en Alternance

Formation en Alternance Formation en Alternance BACHELOR BUSINESS " Banque / Assurances" 2011 / 2012 2 Groupe Sup de Co La Rochelle - N d agrément : 54170112617 - www.esc-larochelle.fr Le programme BACHELOR BUSINESS En associant,

Plus en détail

les étudiants d assas au service des professionnels

les étudiants d assas au service des professionnels les étudiants d assas au service des professionnels 2 3 Présentation Générale Les avantages de l Association Pour les professionnels QUI SOMMES-NOUS? Assas Junior Conseil est une association à caractère

Plus en détail

TAXE D APPRENTISSAGE

TAXE D APPRENTISSAGE En 2010, le Pôle Universitaire Léonard de Vinci fêtera ses 15 ans! Avant même cette date anniversaire s impose aujourd hui le constat d un pari gagné, celui de la proximité avec les entreprises : plus

Plus en détail

Le contrat d apprentissage

Le contrat d apprentissage Mai 2009 contrats et mesures Le contrat d apprentissage Vous recrutez un jeune tout en bénéficiant d avantages financiers. Vous le préparez à un métier de votre entreprise et à une qualification professionnelle

Plus en détail

U.F.R. LETTRES, LANGUES & SCIENCES HUMAINES

U.F.R. LETTRES, LANGUES & SCIENCES HUMAINES U.F.R. LETTRES, LANGUES & SCIENCES HUMAINES Demande d admission en 1 ère année de Master Le dossier est à envoyer à : Master Sciences Humaines & Sociales, mention GEOGRAPHIE ou HISTOIRE Secrétariat Master

Plus en détail

2 - Situation actuelle. 3 Santé de l élève : 1 - État civil & coordonnées. Photo. Identité PIECES OBLIGATOIRES À JOINDRE AU DOSSIER :

2 - Situation actuelle. 3 Santé de l élève : 1 - État civil & coordonnées. Photo. Identité PIECES OBLIGATOIRES À JOINDRE AU DOSSIER : 30 rue des Berceaux 62630 ETAPLES : 03 21 94 57 36 www.enseignement-prive-etaples.com Centre de Formation Continue Dispensateur de Formation N 31620218262 Dossier de Candidature BTS MANAGEMENT DES UNITÉS

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

Document interactif Ctrl+Clic pour accéder au dispositif désiré. Les fiches outils du Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse

Document interactif Ctrl+Clic pour accéder au dispositif désiré. Les fiches outils du Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES Les diisposiittiiffs llégaux au serrviice de lla fforrmattiion prroffessiionnelllle conttiinue De nos jours, les entreprises et leurs collaborateurs doivent entrer

Plus en détail

ACCORD PROFESSIONNEL SUR LE REGIME COMPLEMENTAIRE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE PREAMBULE

ACCORD PROFESSIONNEL SUR LE REGIME COMPLEMENTAIRE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE PREAMBULE ACCORD PROFESSIONNEL SUR LE REGIME COMPLEMENTAIRE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE PREAMBULE Le présent accord a pour objet de mettre en place un régime conventionnel complémentaire relatif au remboursement

Plus en détail

l Essentiel du Contrat de Professionnalisation Guide Pratique

l Essentiel du Contrat de Professionnalisation Guide Pratique SOFIP - SERVICE OFFRE DE FORMATION ET INSERTION PROFESSIONNELLE Relations Université-Entreprises l Essentiel du Contrat de Professionnalisation Guide Pratique Ce guide est destiné à la communauté universitaire

Plus en détail

Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE. Les clés pour réussir votre mission

Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE. Les clés pour réussir votre mission Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE Les clés pour réussir votre mission 2 L APPRENTISSAGE, UN PARCOURS «GAGNANT - GAGNANT» Côté entreprise : C est

Plus en détail

Formation. continue diplômante. Diplômes Bac à Bac +3/4 E-learning Formation mixte Validation des acquis de l expérience (VAE)

Formation. continue diplômante. Diplômes Bac à Bac +3/4 E-learning Formation mixte Validation des acquis de l expérience (VAE) Formation continue diplômante Diplômes Bac à Bac +3/4 E-learning Formation mixte Validation des acquis de l expérience (VAE) www.ifpass.fr www.formations-assurance.fr www.emploi-assurance.com L environnement

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS LE DEVENIR DES DIPLOMÉS Master Aménagement urbanisme développement et prospective Finalité : Professionnelle Situation professionnelle deux ans après l obtention d un master 2 Les enquêtes sur le devenir

Plus en détail

- Pour une demande d admission en Master 1 Géographie et aménagement, merci d imprimer et de compléter les pages 2 à 6 de ce document.

- Pour une demande d admission en Master 1 Géographie et aménagement, merci d imprimer et de compléter les pages 2 à 6 de ce document. U.F.R. LETTRES, LANGUES & SCIENCES HUMAINES - Pour une demande d admission en Master 1 Géographie et aménagement, merci d imprimer et de compléter les pages 2 à 6 de ce document. - Pour une demande d admission

Plus en détail

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des La piste des métiers Focus sur les métiers administratifs et comptables L es métiers administratifs et comptables représentent environ 20% des emplois de Poitou-Charentes. Ils ne forment pas pour autant

Plus en détail

Le marché de l assurance

Le marché de l assurance Le marché de l assurance Le marché français de l assurance est fortement concurrentiel. Cela bénéficie aux assurés, qui disposent ainsi d un meilleur rapport qualité-prix et d une plus grande diversité

Plus en détail

Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE MISSION FORMATION «POLE ALTERNANCE»

Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE MISSION FORMATION «POLE ALTERNANCE» GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier MISSION FORMATION CONTINUE ET APPRENTISSAGE «POLE ALTERNANCE» LE CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

Formation continue obligatoire

Formation continue obligatoire Formation continue obligatoire POLITIQUE (Organismes) Version décembre 2010 S E R V I C E D U D É V E L O P P E M E N T P R O F E S S I O N N E L Table des matières Section 1 : Information générale 3 1.

Plus en détail

Préparez-vous au virement SEPA

Préparez-vous au virement SEPA OCTOBRE 2012 ENTREPRENEURS N 6 PAIEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Préparez-vous au virement SEPA FBF - 18 rue La Fayette - 75009

Plus en détail

e-mail : bcf.courrier@bcf.asso.fr site internet : www.bcf.asso.fr. ASSURANCE FRONTIÈRE --------------------- CAHIER DES CHARGES

e-mail : bcf.courrier@bcf.asso.fr site internet : www.bcf.asso.fr. ASSURANCE FRONTIÈRE --------------------- CAHIER DES CHARGES BUREAU CENTRAL FRANÇAIS DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES CONTRE LES ACCIDENTS D AUTOMOBILES Adresser toute correspondance : 1, rue Jules Lefebvre 75431 PARIS CEDEX 09 Téléphone : 01 53 21 50 80 Télécopieur :

Plus en détail

MASTER GESTION DE PATRIMOINE, SPÉCIALITÉ GESTION DE PATRIMOINE

MASTER GESTION DE PATRIMOINE, SPÉCIALITÉ GESTION DE PATRIMOINE MASTER GESTION DE PATRIMOINE, SPÉCIALITÉ GESTION DE PATRIMOINE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Droit, Economie, Gestion Présentation Ce Master professionnel

Plus en détail

ERASMUS 2011-2012 Etude et Stage en entreprise Note d information aux élèves

ERASMUS 2011-2012 Etude et Stage en entreprise Note d information aux élèves ERASMUS 2011-2012 Etude et Stage en entreprise Note d information aux élèves Les élèves de l ei.cesi et d exia.cesi peuvent bénéficier d une bourse Erasmus : - pour leur mission à l étranger - pour une

Plus en détail

Société Centrale de Réassurance. Avis de recrutement

Société Centrale de Réassurance. Avis de recrutement Société Centrale de Réassurance Avis de recrutement Date : 27 Février 2015 La société Centrale de Réassurance, filiale du Groupe Caisse de Dépôt et de Gestion (CDG) lance un appel à candidature pour pourvoir

Plus en détail

ACCORD DU 24 JUIN 2010

ACCORD DU 24 JUIN 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL (Portage salarial) ACCORD DU 24 JUIN 2010 RELATIF AU PORTAGE

Plus en détail

Le métier d actuaire IARD

Le métier d actuaire IARD JJ Mois Année Le métier d actuaire IARD Journées Actuarielles de Strasbourg 6-7 octobre 2010 PLAN Présentation de l assurance non vie Le rôle de l actuaire IARD La tarification des contrats L évaluation

Plus en détail

J E P 2013. Partenaires de la FPI

J E P 2013. Partenaires de la FPI J E P 2013 Partenaires de la FPI 23 & 24 janvier 2013 2 LA RÉFORME DU STATUT DES IOBSP Document strictement réservé aux Partenaires Professionnels 23 et 24 janvier 2012 SOMMAIRE Le contenu de la réforme

Plus en détail

- Validation des Acquis de l Expérience - Certificat de Qualification Professionnelle «Relation Clientèle Assurance»

- Validation des Acquis de l Expérience - Certificat de Qualification Professionnelle «Relation Clientèle Assurance» L assurance et son environnement Note d information 6 juin 2006 - Validation des Acquis de l Expérience - Certificat de Qualification Professionnelle «Relation Clientèle Assurance» Référence 2006 / DAS

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Un article de la loi de financement de la sécurité sociale 2010 aligne le coût de ce rachat

Plus en détail

Préparez-vous au virement

Préparez-vous au virement octobre 2012 Entrepreneurs n 6 paiement Les mini-guides bancaires www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Préparez-vous au virement SEPA FBF - 18 rue La Fayette - 75009

Plus en détail

QBE France. Votre partenaire en gestion de risques

QBE France. Votre partenaire en gestion de risques QBE France Votre partenaire en gestion de risques QBE, un savoir-faire reconnu et des équipes professionnelles à l écoute des entreprises et des courtiers QBE, un leader mondial de l assurance et de la

Plus en détail

www.cma13.fr b[i iebkj_edi 9C7 ')

www.cma13.fr b[i iebkj_edi 9C7 ') www.cma13.fr b[i iebkj_edi 9C7 ') Permettre à des jeunes de devenir apprentis, c est leur offrir une vraie chance de réussite professionnelle et c est apporter de la richesse à votre entreprise. La Chambre

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS LE DEVENIR DES DIPLOMÉS Master Ressources humaines et communication Finalité : Professionnelle Situation professionnelle deux ans après l obtention d un master 2 Les enquêtes sur le devenir des diplômés

Plus en détail

Loi n 2011-893 du 28 juillet 2011 pour le développement de l'alternance et la sécurisation des parcours professionnels (dite loi «Cherpion»)

Loi n 2011-893 du 28 juillet 2011 pour le développement de l'alternance et la sécurisation des parcours professionnels (dite loi «Cherpion») Loi n 2011-893 du 28 juillet 2011 pour le développement de l'alternance et la sécurisation des parcours professionnels (dite loi «Cherpion») Titre I : développement de l alternance Titre II : encadrement

Plus en détail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE SOCIAL Juillet 2008 La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Les partenaires sociaux ont signé un accord national interprofessionnel

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.11 JUILLET En 27-28, 3,3 millions d étudiants suivent une formation hors de leur pays d origine dont 2,7 dans un pays de l OCDE. Leur nombre a quadruplé

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE

LICENCE PROFESSIONNELLE LICENCE PROFESSIONNELLE Composante : UFR SHS Domaine : Droit, économie, gestion Mention : Métiers de la gestion et de la comptabilité : responsable de portefeuille clients en cabinet d'expertise Numéro

Plus en détail

PROGRAMME ERASMUS+ Toute mobilité Erasmus+, financée ou non par la bourse, doit faire l objet de justification sur la base des documents suivants

PROGRAMME ERASMUS+ Toute mobilité Erasmus+, financée ou non par la bourse, doit faire l objet de justification sur la base des documents suivants PROGRAMME ERASMUS+ Le programme Erasmus+ concerne les mobilités réalisées dans le cadre d un des accords Erasmus de Sciences Po Grenoble dans les pays suivants : 27 Etats membres de l Union Européenne

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3170 Convention collective nationale IDCC : 538. MANUTENTION FERROVIAIRE ET TRAVAUX CONNEXES (6 e édition.

Plus en détail

Compétences visées dans la formation

Compétences visées dans la formation Droit privé Spécialité Professionnelle : Gestion du patrimoine privé Responsable : Jean-Marie PLAZY, Maître de conférences RETRAIT DES DOSSIERS DE CANDIDATURE ENTRE LE 15 AVRIL ET LE 31 MAI sur le site

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

UDSG CLASSIFICATION DOSSIER DOCUMENTAIRE

UDSG CLASSIFICATION DOSSIER DOCUMENTAIRE UDSG CLASSIFICATION DOSSIER DOCUMENTAIRE 2 SOMMAIRE I. LES FAMILLES PROFESSIONNELLES... 5 II. LES FONCTIONS GENERIQUES... 12 FAMILLE ETUDES ET CONCEPTION......... 15 ASSISTANT D ETUDES ET CONCEPTION...16

Plus en détail

Conditions tarifaires des principaux services financiers et bancaires au 1 er février 2015. intermédiaire en opérations de banque de Socram Banque

Conditions tarifaires des principaux services financiers et bancaires au 1 er février 2015. intermédiaire en opérations de banque de Socram Banque maif.fr Conditions tarifaires des principaux services financiers et bancaires au 1 er février 2015 intermédiaire en opérations de banque de Socram Banque Services financiers et bancaires La MAIF a fondé

Plus en détail

1. Les professionnels "qualifiés" (chartered profesionals)

1. Les professionnels qualifiés (chartered profesionals) Page 1 sur 6 ADBS (ES) Projet CERTIDOC Phase1 - Etat des lieux Annexe au rapport d enquête Complément à l'enquête sur les systèmes de certification en vigueur en Europe CertidocRapportComp.doc V2 : 29/09/03

Plus en détail

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR?

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? Une question européenne mais traitée dans chaque Etat membre L avenir des systèmes de retraite et ses conséquences sur la zone euro, internationalise

Plus en détail

apparentés), titulaires d un diplôme ou d un titre paramédical européen, souhaitant exercer en région Nord Pasde-Calais et délivrées par les DRJSCS*

apparentés), titulaires d un diplôme ou d un titre paramédical européen, souhaitant exercer en région Nord Pasde-Calais et délivrées par les DRJSCS* L équivalence Les autorisations des diplômes d exercice étrangers en France dans le pour les ressortissants secteur du paramédical européens (ou apparentés), titulaires d un diplôme ou d un titre paramédical

Plus en détail

SOUSCRIPTION DU CONTRAT : TERRITORIALITE

SOUSCRIPTION DU CONTRAT : TERRITORIALITE SOUSCRIPTION DU CONTRAT : TERRITORIALITE AVERTISSEMENT : La souscription réalisée par une personne domiciliée hors de France ou par un ressortissant d un Etat autre que la France sur le territoire national

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité de portage salarial. Les personnes portées sont titulaires d un contrat de travail conclu

Plus en détail

Projet financé par l'ue

Projet financé par l'ue Soutien au Processus de Rabat sur la Migration et le Développement Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational Rabat,(Maroc)31mars 1 er avril2011

Plus en détail

Les aides financières

Les aides financières Entreprises La réforme de l apprentissage L ACCUEIL DES STAGIAIRES Les aides financières Focus sur la réforme de l apprentissage La loi du 5 mars 2014 sur la réforme de l apprentissage et de l enseignement

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle COUVERTURE SOCIALE AU MAROC COUVERTURE SOCIALE AU MAROC - Régime de sécurité sociale; - Régime du RCAR; - Code de la couverture

Plus en détail

LES ASSURANCES DE PERSONNES. Données clés 2011

LES ASSURANCES DE PERSONNES. Données clés 2011 LES ASSURANCES DE PERSONNES Données clés 211 2 Sommaire Sauf indications contraires, toutes les données ont pour origine les enquêtes statistiques de la direction des études et des statistiques FFSA-GEMA

Plus en détail

Gender Directive Impacts opérationnels pour les assureurs

Gender Directive Impacts opérationnels pour les assureurs Gender Directive Impacts opérationnels pour les assureurs Conférence ActuariaCnam Présentation 3 1 / 0 5 / 2 0 1 2 Julien Chartier, Actuaire Manager AGENDA Introduction Partie 1 - L arrêt «Test-Achats»

Plus en détail

EXPERTS-COMPTABLES. La réforme de l apprentissage L accueil des stagiaires Les aides financières

EXPERTS-COMPTABLES. La réforme de l apprentissage L accueil des stagiaires Les aides financières EXPERTS-COMPTABLES La réforme de l apprentissage L accueil des stagiaires Les aides financières Focus sur la réforme de l apprentissage La loi du 5 mars 2014 sur la réforme de l apprentissage et de l enseignement

Plus en détail

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Etude ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Le contrat d apprentissage offre l opportunité à l entreprise de transmettre ses savoirs et former les générations futures tout en bénéficiant d un encadrement législatif

Plus en détail

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales»

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les chaînes d activité mondiales (CAM) Les chaînes d activité recouvrent la gamme complète des fonctions et des tâches

Plus en détail

LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE NOTE D INFORMATION MARS 2008 Mise à jour JUIN 2009 (Annule et remplace la précédente) LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE

Plus en détail

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées.

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées. Nom Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/49 14/2/12 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 2 : 2.2 Examen de questions

Plus en détail