Le cœur à l ouvrage. n 13. Artisanat. > p. 19. Développement durable Un Agenda 21 pour l Oise Dossier > p. 10. Le magazine du département de l Oise

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le cœur à l ouvrage. n 13. Artisanat. > p. 19. Développement durable Un Agenda 21 pour l Oise Dossier > p. 10. Le magazine du département de l Oise"

Transcription

1 Le magazine du département de l Oise n 13 janvier 2006 Artisanat Le cœur à l ouvrage > p. 19 Développement durable Un Agenda 21 pour l Oise Dossier > p. 10

2 > > L Oise Sommaire en action > à la une - p.4 Le cinéma sort de l hiver Attention première : le festival «Les Saisons du cinéma» s ouvre le 13 janvier. Douze jours pour revivre la magie du grand écran. > En bref - p.6 Tandis que l Assemblée départementale débattait des orientations budgétaires pour 2006, 22 logements sociaux sortaient de terre à Feuquières. Et aussi : la Maison des personnes handicapées, une aide au permis de conduire... > L Oise en action - p.16 Bien vivre à domicile Vieillissants ou handicapés, les Isariens doivent pouvoir vivre dans un logement adapté. L association Cal Pact s y emploie. À la santé des petits 170 médecins libéraux vont participer aux bilans de santé dans les écoles maternelles. > Du nord au sud - p.19 L artisanat s expose Rencontre avec Jean-Michel Bouchard, > Dossier - p.10 L Agenda 21 de l Oise Emploi, environnement, tourisme, transports..., l Agenda 21 adopté par le Conseil général offre des pistes d avenir. Explications et exemples concrets. tailleur de pierre, l un des artisans de l Oise. > L Oise en tête - p.22 Olivier Bourdon : il prend l initiative Avec l association Oise Est Initiative, il accompagne les créateurs et repreneurs d entreprises, les aidant à s enraciner ici, comme il le fait lui-même. > Ils font l Oise - p.24 Sur les planches de «60», Robert Benoît et son Pic Art théâtre fait son numéro, entouré d amoureux du cheval, des oiseaux, des livres... > Itinéraires loisirs - p.26 Réveillez votre sens de l Histoire à Senlis Dans les ruelles médiévales de l ex-augustomagus, rencontrez Clovis, saint Louis ou Anne de Kiev, qui firent la légende de la ville. > Sports - p.28 Chambly dans le hand En pays de Thelle, le handball motive l amitié. Depuis 1969, que de matchs disputés jusqu aux succès des joueuses seniors. > Culture / bons plans - p.30 Les ornements de Félix Bracquemond Au musée de Beauvais, 200 estampes, assiettes, tapisseries, etc., révèlent un maître de l Art déco. Attention, derniers jours! > Agenda - p.32 Poulenc, Dibango, Tchekov, le Cirque à 4 mains, et la fête de la soupe : vingt idées de sorties en ce début d année. > Décisions - p.34 Les principales mesures adoptées par l Assemblée départementale. > Tribunes libres - p.35 «60» est une publication du Conseil général de l Oise 1, rue Cambry Beauvais Cedex Directeur de la publication : Yves Rome Directeur de la rédaction : Xavier Mahé Conception : EuroRSCG C&O Rédaction et réalisation : Anatome / Benoît Mougne Impression : Houdeville BP Beauvais Cedex Tirage : exemplaires Diffusion : La Poste ISSN : Photo de couverture : Hervé Dez / Le bar Floréal Ont aussi participé à ce numéro : Delphine Blot, Marie Lecoustey.

3 > édito Un horizon durable et solidaire F aire de l Oise un département plus proche, plus solidaire et plus efficace : tel est l objectif poursuivi par la majorité départementale depuis un an et demi. L année 2005 est maintenant derrière nous. Il nous incombe de tirer le premier bilan de notre action. Une institution départementale accessible au plus grand nombre Les trois premières Maisons du Conseil général facilitent désormais l accès des associations, des élus locaux et de la population aux services rendus par le Conseil général en matière de logement, d aide aux communes, de subventions, ou encore d accès aux nouvelles technologies. Comme en témoigne l élaboration de notre projet éducatif avec tous les partenaires de l Oise, le Conseil général est plus que jamais un lieu d écoute et de concertation. Un département solidaire La question majeure de la solidarité a trouvé des réponses concrètes. Construction et réhabilitation de nouveaux logements, création de structures d accueil pour personnes handicapées vieillissantes, ou encore rénovation des collèges : de nombreuses actions ont contribué à améliorer la vie quotidienne des Isariens. Une collectivité territoriale efficace Le Conseil général aura aussi gagné en efficacité par l augmentation des aides aux communes. Elles nous permettent d intervenir plus fortement pour l amélioration du cadre de vie, l entretien du patrimoine, la construction d équipements. Ce partenariat renforcé s illustre également par la signature récente des premiers contrats de développement territorial avec les communautés de communes et d agglomération. Agir et rendre compte Notre engagement pour l amélioration du quotidien des habitants de l Oise repose sur la consultation et la participation. Je tiens à poursuivre cette démarche de transparence. Le compte rendu d exécution du budget 2005 joint à votre magazine y participe pleinement. Je continuerai cette année mes visites cantonales pour rendre compte de notre action. Ces nombreux contacts directs avec la population sont pour moi essentiels. Ils nourrissent ma réflexion pour une politique en accord avec vos besoins et vos attentes. Très bonne année à toutes et à tous. Président du conseil général Un mois à votre service Crèvecœur-le-Grand, 30 novembre. Yves Rome salue les équipes du nouveau centre routier départemental en compagnie d André Coet, conseiller général du canton. Mouy, 10 décembre. Inauguration de la maison de l enfance Françoise-Dolto, en présence de Daniel Rouhier, sous-préfet de Clermont, Claude Gewerc, président du Conseil régional de Picardie, Anne-Claire Delafontaine, conseillère générale, et Jean Sylla, maire de la commune. Sur la RD 200, 16 décembre. Fin des travaux de mise à 2 x 2 voies entre Longueil-Sainte-Marie et Houdancourt. De g. à d. : Patrice Carvalho, viceprésident du Conseil général chargé des infrastructures, Bertrand Brassens, conseiller général de Compiègne Sud-Est, et Yves Rome. 22 décembre 2005, Noailles. Inauguration, en compagnie de Béatrice Marre, maire de Noailles, des 27 premiers logements construits dans le cadre du Fonds départemental d intervention en faveur du logement. Les premiers locataires sont entrés dans les lieux le 20 décembre.

4 > à la une Simone Signoret dans «Casque d or». Sorti sur les écrans en 1952, ce film de Jacques Becker, devenu mythique, a consacré le talent et la beauté de la comédienne, à laquelle le cinéma Le Domino de Méru consacre une journée le dimanche 22 janvier, en présence de Noël Herpe, historien du cinéma.

5 Dans les salles de l Oise Cinéma de saison Du 13 au 24 janvier, la quasi-totalité des salles de cinéma de l Oise participera à une initiative départementale de promotion du 7 e art, «Les Saisons du cinéma». À l affiche de cette première édition : «les femmes fatales». A u même titre que la musique ou la lecture, le Conseil général a décidé de promouvoir le cinéma. Si l Oise, qui compte une quinzaine de lieux de cinéma, apparaît plutôt bien dotée par rapport à ses voisins picards, ses salles souffrent néanmoins, comme partout en France, du désamour des spectateurs. Il était donc urgent d inventer une manifestation originale pour inciter adultes et jeunes à abandonner un moment leur écran de télé et se laisser envoûter par la magie des salles obscures. C est ainsi que le Conseil général a chargé une association, l Acap Pôle Image Picardie, d imaginer une aventure cinématographique d envergure départementale. «Les salles étaient demandeuses d un événement fédérateur, à visibilité forte et suffisamment récurrent pour fidéliser le public», explique-t-on au service de l action culturelle du Conseil général. «Les Saisons du cinéma» auront donc lieu quatre fois par an. Elles proposeront, dans les multiplexes comme dans les petites salles, une même programmation thématique. Pour 2006, treize partenaires ont adhéré à cette démarche. Et choisi, pour la première édition, de projeter une sélection des films qui leur étaient proposés sur le thème des «femmes fatales». Des années 1930 à aujourd hui, le répertoire sélectionné est éclectique : Michèle Morgan (Le Quai des Brumes), Lauren Bacall (Le Port de l angoisse), Ava Gardner (La Comtesse aux pieds nus), Jeanne Moreau (Jules et Jim), Catherine Deneuve (Belle de jour), ou encore Isabelle Adjani (La Repentie), sont autant d actrices mythiques qui crèveront les écrans isariens. En parallèle aux projections, des rencontres avec le public seront proposées. Objectif : recréer l ambiance des cinéclubs d autrefois. Et preuve de la volonté du Conseil général de soutenir les salles les plus diverses, le coup d envoi de la première des Saisons du cinéma aura lieu au Cinespace de Beauvais, le 13 janvier, tandis que la cérémonie de clôture se déroulera, le 24 janvier, au Domino de Méru. Quant aux prochaines éditions de l année, elles porteront au printemps sur «l usage du monde», cet été sur «le fantastique», et à l automne sur «les films hors compétition». Isabelle Friedmann Hervé Dez / Le bar Floréal > En pratique Le programme détaillé des Saisons du cinéma est disponible sur le site web du Conseil général (www.cg60.fr) et dans toutes les salles partenaires. Un système de «pass» est prévu : en achetant une première place à 6 euros, le spectateur se verra remettre un pass, valable dans tous les cinémas partenaires, et qui lui permettra de payer 4 euros ses autres entrées. Les jeunes, les étudiants, les chômeurs et les adhérents des salles bénéficieront dès la première entrée du tarif à 4 euros. Pour les groupes scolaires, le prix du billet s établira à 2,30 euros par élève. 5

6 > En bref Laïcité Une loi pleine d avenir La laïcité, premier sujet de réflexion pour les nouveaux élus du Conseil général des jeunes. Transports scolaires L Oise pionnière en Europe Journée spéciale «laïcité» le 9 décembre dernier à l Hôtel du Département pour célébrer l anniversaire de la loi de 1905 qui instaure la séparation des Églises et de l État. À cette occasion siégeait, pour la première fois depuis son installation en novembre dernier, le Conseil général des jeunes : ateliers puis débats ont offert à ces collégiens de quatrième quelques clés de compréhension de la législation comme de l actualité de la laïcité dans leur vie quotidienne, et permis de faire émerger des idées pour vivre ensemble, quelles que soient nos origines et religions. Après un discours de clôture, Yves Rome inaugurait l exposition « , histoire de la laïcité», et la soirée s est achevée sur une lecture, par la compagnie Graine de soleil, de textes de Hugo, Ferry ou Gambetta. n Grâce au Conseil général, les transports scolaires sont gratuits pour élèves de l Oise. Depuis la rentrée 2005, les élèves du bassin compiégnois et de Lamorlaye montent à bord de bus équipés de chronotachygraphes numériques pour leurs trajets scolaires gérés par le Département! Cinq autocars de marque Irisbus, comptant 60 places chacun, ont été acquis à cet effet par les transports Évrard à Creil et dotés de ce dispositif qui enregistre l activité du conducteur (temps de conduite, vitesse, distances ) non plus sur papier mais dans une mémoire informatique pour une précision et une sécurité accrues. n télex > Coup de pouce Roulez jeunesse Afin d aider les jeunes Isariens de condition modeste à passer leur permis de conduire, le Conseil général a instauré le 1 er janvier une aide de 150 euros. Bénéficieront de ce bonus, s ils sont âgés de 18 à 25 ans, lycéens, étudiants et apprentis boursiers, stagiaires de la formation professionnelle, jeunes demandeurs d emploi ou travailleurs autonomes, selon leurs ressources ou celles de leurs parents s ils résident au domicile familial. Infos et dossier disponibles sur Contact / > Solidarité Nouveaux logements à Feuquières Ce 19 décembre, la pose de la première pierre a lancé un chantier de 22 logements neufs à vocation sociale (dont certains accessibles aux personnes handicapées) dans le village de Feuquières. Un petit immeuble de ville sera construit dans la rue principale, avenue Henri- Demont, sur un terrain racheté par l Opac où s élevait une bâtisse, autrefois quincaillerie, abandonnée depuis dix ans. Après dix à douze mois de travaux, la remise des clés aux locataires est prévue fin > MAISONS DU CONSEIL GÉNÉRAL S informer près de chez soi Lieux d accueil et de ressources, les trois Maisons du Conseil général offrent, en complément des services administratifs, des permanences tenues par des associations : la CLCV vous conseille sur les problèmes de consommation, surendettement et logement ; l Adil renseigne locataires et propriétaires sur leurs droits ; Ré-agir apporte une aide juridique aux victimes. Ces permanences ont lieu à jours fixes ; les horaires sont disponibles auprès de chaque Maison. Contact Thourotte / Ressons-sur- Matz / Creil

7 > En bref Budget départemental Quelles orientations pour 2006? L Assemblée départementale a débattu mi-décembre des orientations budgétaires du Conseil général pour l année 2006, s engageant à poursuivre sa politique de «développement durable dynamique» pour l Oise, malgré un contexte financier incertain dû à une décentralisation mal gérée par l État. Un programme appelé à s enrichir des échanges de terrain nés de la démocratie participative, plus que jamais utiles à des actions bien ciblées. Autour de trois axes renforcer les solidarités, s ouvrir à son environnement naturel et culturel, préparer l avenir, 34 thèmes se dessinent, fixant des objectifs de financement, de coordination et de planification des projets en faveur des personnes handicapées comme de la petite enfance, du logement et du maintien des services en milieu rural, d un collège du troisième millénaire, des transports collectifs, de l emploi, ou de l écocitoyenneté. Notons à titre d illustration : nouvelles places en maison de retraite et la mise aux normes dès 2006 de 210 autres, un fonds d aide à la parentalité pour accompagner pères et mères face à des difficultés éducatives, un travail sur la mémoire des quartiers populaires parallèlement aux chantiers de rénovation urbaine, un plan d insertion sociale et professionnelle des jeunes sans qualification misant entre autres sur un accueil de 100 places au sein du Service départemental d incendie et de secours. Autant d orientations que l on retrouvera, chiffrées, dans le budget 2006 du Conseil général, soumis au vote des élus le mois prochain, et sur lesquelles «60» reviendra dans un supplément spécial. n Halte-garderie de Saint-Just-en-Chaussée. L aide à l accueil des petits enfants est une des priorités du budget André Lejarre / Le bar Floréal SPORTIFS LAURÉATS Un beau palmarès D e l escrime à l aviron, 169 athlètes isariens de tous âges montés sur un podium national, européen ou mondial durant la saison , et 26 associations, ont été récompensés par le Conseil général d un prix en euros. Parmi eux, quatre compétiteurs handisport : la cavalière Nathalie Bizet, Thierry Lhuissier au tir à l arc, Jean-Michel Schillé en triathlon, et l haltérophile Claude Sitruk, champion du monde de développé couché. L occasion pour Yves Rome de rappeler que le sport est un «vecteur de liberté puisque, par sa pratique, s estompent les entraves sociales ou physiques». n

8 > En bref partenariat Quand le Département aide vos communes L e 30 novembre puis le 6 décembre, le Conseil général signait deux nouveaux contrats de développement territorial dotés de plus de 5 millions d euros chacun avec, respectivement, la communauté de communes de Picardie verte et celle du Plateau picard. D une durée de trois ans, ces partenariats ont pour objectifs de privilégier un projet, non plus des subventions au coup par coup, de créer une synergie entre politique départementale et action locale autour de quatre idées-forces, adaptées à chaque territoire : le développement économique solidaire, la protection de l environnement, l égalité des chances, la qualité de la vie quotidienne. Exemple avec la Picardie verte habitants au nord de Songeons qui verra ainsi la construction de bâtiments dédiés à l artisanat et de haltes-garderies, la mise en route de travaux d assainissement ou la création d itinéraires verts. Quant au Plateau picard habitants au nord de Clermont, il œuvrera dans ce cadre au développement des transports et du logement, ainsi qu à la protection de la ressource en eau. n Lors de la signature de l un des nouveaux contrats. De g. à d. : Jean Bernard, président de la communauté de communes du Plateau picard, Yves Rome, Frans Desmedt, conseiller général et maire de Saint-Just-en-Chaussée. Collège de Thourotte Enfin les travaux n cette rentrée de janvier, E les élèves du collège Clotaire-Baujoin de Thourotte ont découvert le chantier d extensionréhabilitation qui débute dans cet établissement de Au programme des travaux, sans délocalisation des cours ni de la demipension : rénovation des salles de classe, redistribuées de façon plus fonctionnelle, création d un foyer et de casiers pour les collégiens, agrandissement de l aile demi-pension où prendront place l intendance et l administration, construction de nouveaux logements de fonction et d une salle de gym supplémentaire. Locaux flambant neufs en septembre 2007, pour un budget de euros. n 700 élèves et des dizaines de professionnels enseignants et non enseignants bénéficieront bientôt de conditions de travail améliorées. Jean-Luc Cormier / Le bar Floréal

9 télex > ENTRAIDE Cancer, comment vivre avec? C est le nom d une association qui, en lien avec l équipe soignante de l hôpital de Compiègne, accompagne les personnes atteintes de cancer et leurs familles. Une activité menée par des bénévoles formés qui offrent un soutien par l écoute et se proposent d améliorer la qualité de vie du malade grâce à des conseils en nutrition, des ateliers artistiques lors des hospitalisations, ou un travail sur l image corporelle (coiffure, maquillage, etc.). Un guide d informations pratiques, juridiques et médicales est aussi disponible gratuitement. Contact / ccva.assoc.free.fr > Aide aux communes Châteaurouge assaini Fin novembre, se sont achevés les travaux qui raccordent les 107 habitations du hameau de Châteaurouge, sur la commune de Cauvigny, en pays de Thelle, à un réseau d assainissement collectif, ou tout-à-l égout, en remplacement des anciennes fosses septiques individuelles. Soit près de 2 kilomètres de canalisations et conduites jusqu à la station d épuration qui traitera les eaux usées, située sur le territoire de la ville, et un chantier de euros auquel le Département participe pour 15 %. > INSERTION Le goût d entreprendre À l initiative du Conseil général, les Centres permanents d accueil et d insertion sont des lieux d accompagnement et d animation où les bénéficiaires du RMI notamment peuvent renouer des relations sociales propices à leur développement personnel et professionnel. Des ateliers collectifs hebdomadaires autour de l écrit, des nouvelles technologies, du corps, sont ainsi proposés parallèlement à un suivi individualisé dans les centres de Creil et Clermont que gère Adéquation, une SARL de formation très active dans notre département. Contact CHAMBIGES 2005 L immobilier d entreprise sur le podium Le XII e prix Chambiges, organisé par le Conseil général et la Semoise, a distingué le 8 décembre quatre réalisations architecturales d entreprises, parmi les 18 candidatures reçues, en mettant l accent sur le confort des hommes et le développement durable. Les primés sont : la société de mécanique de précision SMO du Wage à Bresles (catégorie industrie), l Ineris à Verneuil-en-Halatte (tertiaire), Handicap Vers une simplification des démarches Les Maisons du Conseil général (ici dans les locaux de la Maison de Creil) ont notamment pour mission d accueillir les personnes handicapées au plus près de chez elles. Une nouvelle loi confère aux départements la responsabilité des «maisons départementales des personnes handicapées». Aussi le Conseil général vientil de créer un groupement d intérêt public, qui l associe à l État, aux caisses d assurance maladie et d allocations familiales, et aux associations de personnes handicapées. À ce jour, cette «maison» est constituée d un réseau d acteurs dédié à l information et à l orientation des personnes handicapées, comme à la sensibilisation du grand public. Concrètement, pour faciliter l accès aux droits et aux prestations spécialisées, toutes les demandes seront désormais traitées par la commission des droits et de l autonomie des personnes handicapées. Et le Conseil général souhaite mettre l accent sur la proximité, via notamment son réseau d accueil actuel (centres sociaux, Maisons du CG...). Un numéro d appel spécifique sera ouvert ultérieurement. n Bâtiment de l Ineris à Verneuil-en-Halatte. Une des quatre réalisations primées cette année. le McDonald s de Lamorlaye (commerce) et l élevage bovin EARL du Patis Fromentel à Saint- Quentin-des-Prés (agriculture). n André Lejarre / Le bar Floréal

10 Dossier > Développement durable Un Agenda 21 pour l Oise L Assemblée départementale s est engagée, mi-décembre, dans une démarche de développement durable, également appelée «Agenda 21». En quoi consiste cette nouvelle approche de l action publique? Comment articuler, dans l Oise comme à l échelle de la planète, la satisfaction des besoins immédiats et la préservation de l avenir? Exemples et explications. Dossier rédigé par Nathalie Jallageas Éric Facon / Le bar Floréal

11 Comment voir plus loin Du sommet de Rio en 1992 aux enjeux de l Oise aujourd hui, retour sur des concepts souvent utilisés, parfois mal compris. L a notion de développement durable est apparue dans les années Mais l expression est consacrée lors du sommet de la Terre, qui réunit les représentants de 182 pays à Rio de Janeiro en Le terme y est alors clairement défini : c est un «développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la possibilité pour les générations futures de satisfaire leurs propres besoins». Il tient compte de trois composantes de valeur comparable : une économie vigoureuse, le bien-être social et celui de l environnement. Depuis lors, ce concept n a cessé de prendre de l importance dans le débat public. «C est devenu aujourd hui une notion incontournable pour les politiques et surtout pour les collectivités», explique Sylvie Houssin, vice-présidente du Conseil général, chargée de la politique de la Ville et de l habitat. Et le Conseil général de l Oise en a pris toute la mesure en décidant d adopter, le 15 décembre dernier, un «Agenda 21», programme d actions pour le XXI e siècle orienté vers le développement durable. «L Agenda 21, c est un élément prospectif. C est important pour un élu de ne pas avoir le nez collé à la gestion quotidienne. Il faut avoir un projet, une vision politique globale à moyen et long terme, souligne encore Sylvie Houssin. C est une manière pour nous d afficher nos intentions pour les dix ou quinze ans à venir. C est également une manière de mieux appréhender, de peser sur le devenir du territoire et de prendre du recul.» Mais se placer dans la logique d un développement durable nécessite un changement de comportement qui relève autant de la responsabilité individuelle que d un engagement collectif. «Les gens ne sont pas encore assez sensibles à la lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale, estime Thierry Maugez, vice-président de la commission tourisme, loisirs et culture. Il y a encore beaucoup d individualisme. Il va falloir changer les mentalités et surtout les façons de faire.» Une feuille de route L Agenda 21 du département comprend 105 actions emblématiques. Il vise des objectifs de croissance et d efficacité économique, et doit permettre de produire des richesses et des emplois. Il englobe les questions de santé, de logement, de consommation, d éducation et de culture. Il vise également à préserver et à valoriser les ressources environnementales sur le long terme. Pour les élus de l Oise, cet Agenda 21, c est un guide d actions, une sorte de ligne de conduite, qui dégage les enjeux et les orientations pour le département à moyen et long terme. Parmi les grands chantiers : le développement des établissements pour personnes âgées dépendantes, la création d une maison départementale de l environnement et le collège du troisième millénaire. L Agenda 21 de l Oise se décline aussi en politiques innovantes comme celles qui concernent le soutien aux filières d excellence ou encore le logement pour tous. Ce sont également des outils de développement, avec la création d un établissement public foncier et la mise en place d un syndicat mixte des transports collectifs. «C est un beau projet, avec un cahier des charges bien rempli ; désormais on a quelque chose qui fixe nos objectifs, note Thierry Maugez, également conseiller général du canton rural de Songeons. Et puis c est un outil de dialogue avec la population.» Le Conseil général tient en effet à ce que son Agenda 21 ait une dimension démocratique, qu il soit ouvert à la diversité et au débat public, et qu il se fonde sur une participation des citoyens. n «Pour nous, l Agenda 21, c est une ligne de conduite. C est une référence, quelque chose qui fixe nos objectifs et nous donne des orientations.» Thierry Maugez, vice-président de la commission tourisme, loisirs et culture, président de l association «GîtOise», relais des gîtes de l Oise 11 André Lejarre / Le bar Floréal

12 Dossier > Développement durable Des chantiers pour plu Politiques innovantes, grands chantiers, outils de développement : concrètement, l Ag en se traduit par une série d actions dont le point commun est de conjuguer volontarisme s économique et souci environnemental. Démonstration par l exemple. Un collège pour demain La conception du collège du troisième millénaire est un des points forts inscrits dans l Agenda 21 de l Oise. En quoi ce collège de demain sera-t-il différent? C est un projet innovant et ambitieux. L idée fondamentale est de construire un collège qui réponde aux besoins de toute la communauté éducative. «Un établissement avec de nouveaux espaces mieux pensés où l on se sent bien», explique-t-on à la direction de l éducation et de la jeunesse des services départementaux. Un collège qui serait ouvert à tous ceux qui souhaiteraient y trouver un lieu d échanges et de partage des savoirs. Le Conseil général réfléchit à la manière dont cet édifice public pourrait devenir un lieu de vie de la cité. Et puis, les autorités départementales seront particulièrement vigilantes en ce qui concerne la manière de construire ces bâtiments et les matériaux utilisés, et ce dans le strict respect de la notion de développement durable. D ores et déjà, une réflexion a été engagée avec l ensemble des acteurs de la communauté éducative pour donner un nouveau cadre à la construction et aux réhabilitations des collèges. «Nous travaillons dans cette dynamique, souligne la direction de l éducation et de la jeunesse, nous injectons de nouvelles idées dans les réhabilitations à venir. Nous sommes certains que la qualité éducative n en sera que meilleure. Au Danemark ou en Nouvelle-Zélande, ce sont les élèves qui dessinent et décorent leurs lieux d apprentissage. Nous sommes encore loin du compte!» n Vers des circulations douces Le Conseil général va piloter la réalisation d un véritable réseau de voies vertes, interdites aux moteurs, à travers tout le département. Une voie verte, c est un axe de déplacement doux, situé hors circulation de véhicules à moteur, en «site propre», c est-à-dire protégé du reste du trafic. Très souvent, d anciennes voies de chemin de fer inutilisées depuis de nombreuses années servent de base aux réalisations. Seuls les randonneurs, les vélos et les chevaux sont autorisés à les emprunter. L idée du Conseil général est de construire deux axes principaux nord-sud et est-ouest, auxquels seraient annexées des boucles locales, afin de balayer la totalité du territoire. Actuellement, très peu de voies de circulation dans le département ont le label «voie verte». Ouverte récemment, il y a, sur quelques kilomètres seulement, celle qui relie Longueil-Sainte- Marie à Estrées-Saint-Denis. Et puis, il existe également un axe entre Crèvecœur-le-Grand et Croissy-sur-Celle. Ce sont les groupements de communes qui financent les projets, aidés par le Conseil général à hauteur de 80 % pour l acquisition des terrains et leur aménagement. Collège de Liancourt. 12 Le collège du troisième millénaire, c est aussi un collège numérique, adapté aux besoins pédagogiques nouveaux. Éric Facon / Le bar Floréal Gournay-en-Bray / Beauvais, Ormoy-Villers / Mareuil-sur-Ourcq : plusieurs projets de voies vertes sont actuellement à l étude.

13 sieurs générations da 21 de l Oise ocial, ambition Ledéfi des seniors Vieillissement de la population oblige, le développement des établissements pour personnes âgées figure en bonne place dans l Agenda 21. La France compte aujourd hui plus de 12 millions de personnes de plus de 60 ans. Elles seront 17 millions en 2020, dont 4 millions d octogénaires et plusieurs dizaines de milliers de Hervé Dez / Le bar FloréalL centenaires. On comprend pourquoi le Conseil général a décidé de mener une politique particulièrement volontariste en faveur des personnes âgées, et plus spécialement à destination de celles qui sont en perte d autonomie. Pour les collectivités, l enjeu lié au vieillissement de la population est de taille. «Aujourd hui, on essaie d anticiper les évolutions démographiques, souligne-t-on au pôle personnes âgées du Conseil général. Nous voulons être prêts pour demain. Nous faisons notre maximum pour améliorer les conditions de vie et d habitat de nos aînés.» Le Conseil général accorde principalement des subventions et des aides pour des travaux de construction ou de réhabilitation d établissements. À l heure actuelle, les capacités d accueil, tous hébergements confondus (maisons de retraite publiques autonomes, maisons associatives privées conventionnées à l aide sociale, maisons de retraite médicalisées publiques, hôpitaux ou encore maisons entièrement privées), s élèvent à quelque places. «D ici dix ans, nous aurons besoin de places supplémentaires, explique-t-on à la direction sanitaire et sociale. À ce jour, 490 places sont encore en attente de financement de l État.» Le Département souhaite en outre que la personne âgée ait le choix dans sa façon de vivre. C est pourquoi, si besoin, il facilite le maintien à domicile, en installant par exemple des systèmes de téléalarme ou en finançant des services de portage de repas. n «On ne fera pas de développement durable s il y a des millions de gens qui meurent de faim sur la planète! Il faut bien prendre en compte à la fois l économie, la cohésion sociale et l environnement.» Maison de retraite de Bailleul-sur- Thérain. Dès 2010, en France, les plus de 60 ans seront plus nombreux que les moins de 20 ans. Sylvie Houssin, vice-présidente du Conseil général 13

14 Dossier > Développement durable Thibaut d Amécourt : «Si tu veux aller loin, marche avec les autres» Thibaut d Amécourt est président de la Conférence permanente des coordinations associatives de Picardie. À ce titre, il est membre du Conseil de développement durable de l Oise (CDDO), qui a été étroitement associé à l élaboration de l Agenda 21 du département. Rencontre. «60». Quel rôle joue le Conseil de développement durable de l Oise? T.A. : C est une instance consultative, née il y a un an, de l intuition de la nouvelle majorité départementale. Il fallait de la démocratie participative. Le Conseil, c est une mosaïque de gens : représentants du milieu socioprofessionnel, de l environnement, des collectivités, des associations, etc. Le président Rome nous saisit sur des questions qui préoccupent les élus. Par exemple : comment le rural peut-il se rénover et se développer? L Oise est-elle picarde ou francilienne? En octobre dernier, on a rendu notre étude sur l Agenda 21 à proprement parler. C était notre premier gros chantier. Quel regard portez-vous sur la problématique du développement durable? T.A. : J apprécie vraiment que le Conseil général soit entré dans la dynamique d un Agenda 21, qui allie l économie, le social et l environnemental. Si on veut penser demain, on est obligé de penser avec ce trépied. C est une histoire de stratégie globale. On est en train de construire à un horizon de ans. On est dans la projection. Mais attention à ne pas être dans des pensées doctrinales! C est ce à quoi il nous faut être attentif au sein du CDDO. C est un principe d actions qui doit être concret. En fait, l Agenda 21 est aux collectivités ce que pourrait être l homéopathie à la médecine! Et puis, il y a un dicton africain que j aime citer : «Si tu veux marcher vite, marche seul. Mais si tu veux aller loin, marche avec les autres.» Quels sont, d après vous, les enjeux d un Agenda 21 dans l Oise? T.A. : Tout va dépendre de la manière dont on va saisir les opportunités en termes de proximité par rapport à la région parisienne par exemple, en termes de pluralité de la population et de l habitat douce alliance entre l urbain et le rural. Sur le plan économique, il va notamment falloir permettre aux entreprises de choisir l Oise comme lieu stratégique. À l avenir, le Département obligera les candidats à l attribution de marchés publics à un meilleur respect des droits sociaux des salariés, et à de bonnes pratiques environnementales. 14

15 Évolution des Comportements Le Conseil général se veut exemplaire Le Conseil général souhaite appliquer la logique du développement durable à ses pratiques internes. Objectif : devenir une institution écoresponsable. e propos est clair : «C est une question de crédibilité, explique Philippe Yvin, directeur général des L services départementaux. Si nous voulons tenir un discours de cohérence, nous devons nous aussi, de l intérieur, œuvrer pour le développement durable. Bien sûr, nous allons devoir moderniser nos méthodes et réformer nos façons de faire. Pour ça, on va avoir un guide de l agent écoresponsable.» Ainsi, un certain nombre d actions vont être lancées partout où le Département est présent. «Il s agit, par exemple, de promouvoir la haute qualité environnementale dans la construction des bâtiments publics», avance le directeur général des services du Département. Et Hervé Dez / Le bar Floréal le Conseil général souhaite également utiliser davantage de matériaux recyclés pour l entretien des routes. Il est aussi question de se lancer dans l achat de véhicules propres mixtes (électriques et diesel) pour renouveler la flotte du Département et pour assurer le transport scolaire. Encore au programme : le tri sélectif dans les bureaux et une limitation de la consommation de papier en faisant beaucoup plus appel à l outil informatique. Enfin, le Conseil général a l intention de procéder à des économies d énergie. «En résumé, il faut faire nous-mêmes ce que nous demandons aux autres, Traitement du courrier au Conseil général. Avec les moyens de communication électronique, une diminution de la consommation de papier est engagée. poursuit Philippe Yvin. Ce sont des choses simples mais qui vont demander une réelle sensibilisation. Les jeunes cadres sont particulièrement dynamiques sur ce sujet.» Par ailleurs, le Conseil général entend inciter ses partenaires et ses fournisseurs à prendre en compte le développement durable en inscrivant dans les appels d offres la notion de «mieux-disant social et environnemental». Les entreprises qui répondront aux appels d offres pour obtenir un marché devront faire des propositions en termes d insertion sociale des publics en difficulté et de respect de l environnement. Ce sera un critère de choix, au même titre que la qualité et le prix des prestations. n LS 15

16 > L Oise en action Solidarité Le choix du vieillir chez soi Demeurer le plus longtemps possible à domicile lorsque le handicap ou les difficultés de la vieillesse posent des problèmes d adaptation du logement, cela nécessite parfois des travaux coûteux. Avec l association Cal Pact (1), le Conseil général vient en aide à ceux qui en ont besoin. Hervé Dez / Le bar Floréal souvent à l occasion d une visite à domicile que les équipes médico-sociales se rendent compte que l environnement des personnes C est âgées ou handicapées ne correspond pas à leur besoin. Des escaliers à monter, une baignoire à enjamber, ou de simples travaux nécessaires à un habitat décent Bien souvent, ces travaux sont remis à plus tard faute de pouvoir les assumer. «En rencontrant les personnes à leur domicile, nos équipes décèlent souvent les indices qui vont nous permettre de les orienter vers le Cal Pact», confirme-t-on au pôle personnes âgées de la direction des interventions sanitaires et sociales. Cette association, liée au Département par une convention de partenariat, est chargée d instruire les dossiers d aide au maintien à domicile. Préretraités, retraités, handicapés ou personnes âgées de plus de 55 ans peuvent faire appel aux conseillers de Cal Pact lorsqu ils sont confrontés au besoin d adapter leur logement. «Nous étudions leurs ressources, le type de travaux demandés et les devis qui les accompagnent puisque le financement dépend du montant», explique Anne Vandaele, conseillère habitat de l association. Si le plus souvent les demandeurs sont des propriétaires occupant leur logement, il arrive aussi que des bailleurs fassent la démarche dans l intérêt de leurs locataires. Entièrement gratuits, les services techniques proposés par le Cal Pact permettent de faciliter les démarches auprès des organismes financeurs, parmi lesquels le Conseil général. Le Département accompagne l activité de l association à double titre : une subvention de fonctionnement lui est allouée, à laquelle s ajoutent des enveloppes subventions

17 et prêts pour les aides accordées aux particuliers dans le cadre de la politique de maintien à domicile. En 2005, 209 dossiers ont été acceptés au titre de l aide départementale. «La subvention du Conseil général vient forcément en complément d autres financements extérieurs», note Anne Vandaele. Les régimes de retraite, l Anah (Agence nationale pour l amélioration de l habitat), des associations font partie des acteurs que le Cal Pact va solliciter pour monter un plan de financement. Le Département propose également la bonification de prêt «Gérontoise», qui a permis d accorder cette année 49 prêts à 1 %. Cela permet à certains de boucler un projet et d obtenir les aides qui requièrent une participation personnelle. Témoignage JLC Lucette Thurin, Beauvais Seule à occuper un pavillon acheté il y a 20 ans, Lucette Thurin, 59 ans, a sollicité à l aide au maintien à domicile du Département pour refaire sa toiture. Travaux indispensables «Bien entendu, nous ne finançons pas les travaux d embellissement, il s agit de travaux permettant d améliorer le confort de l habitat lorsque le maintien à domicile est menacé», précise Anne Vandaele. Qui constate des évolutions dans les demandes, liées au vieillissement de la population : «Le remplacement de la baignoire par une douche est de plus en plus fréquemment demandé, de même que les barres d appui, les monte-escalier ou l aménagement du rezde-chaussée quand les personnes ne peuvent plus monter les étages.» Grâce aux 22 permanences du Cal Pact, tous les habitants du département peuvent facilement s adresser à un conseiller. En permettant ce service social, ces opérations ont également un effet de levier important sur l activité des artisans locaux : en 2004, ce sont 80 % des travaux qui leur étaient commandés. Marie Paire (1) Centre pour l amélioration du logement. Protéger, améliorer, conserver, transformer Pour quelles raisons avez-vous fait appel à l association Cal Pact? La lucarne du grenier du côté rue était rouillée et l isolation était mauvaise, si bien que le plafond de ma chambre commençait à être taché par les fuites d eau. Je comptais plutôt m occuper d installer une douche dans la salle de bains du rez-de-chaussée mais j ai attaqué par le plus urgent. Je suis donc allée déposer un dossier à l association Cal Pact, que je connaissais puisque nous avons bénéficié d une aide à l amélioration de l habitat en 1994 lorsque la chaudière est tombée en panne. Seule, je n aurais pas pu régler le problème. Ils connaissent bien tous les interlocuteurs pour faire suivre les dossiers qui sont compliqués à monter. Et ça évite de courir à droite et à gauche. Avec quelles aides avez-vous pu venir à bout de ces travaux? Le Département m a accordé dans le cadre de l aide au maintien à domicile, et les anciens combattants m ont donné 300 et autorisé un emprunt de Comme j ai été malade, les organismes de crédit refusent de me prêter de l argent. Avec les économies laissées par mon défunt mari, j ai pu venir à bout des travaux. Pour 6 967, le devant de la toiture a été entièrement refait cet été, ainsi que l isolation devant et derrière. C est sécurisant de savoir que de telles possibilités existent. S il m arrive des soucis en vieillissant, je sais que je pourrai adapter mon logement pour pouvoir rester ici le plus longtemps possible. Dans les locaux du Cal Pact à Beauvais. L association assure 22 permanences dans tout le département. Jean-Luc Cormier / Le bar Floréal En pratique Cal Pact Beauvais : ; antenne de Compiègne : ; antenne de Noyon : Services départementaux :

18 > L Oise en action Protection maternelle et infantile Des médecins libéraux en renfort Jean-Luc Cormier / Le bar Floréal 18 Le Conseil général s est engagé à faire bénéficier l ensemble des enfants de 4 ans de l Oise d un bilan de santé complet. Face à la difficulté de pourvoir les postes de médecins publics, il va faire appel à des professionnels libéraux volontaires. Au nom de l égalité d accès aux soins. A u sein de nombreuses écoles maternelles du département, les services médicaux de PMI interviennent d ores et déjà. Lors de chaque rendez-vous, une infirmière vérifie les facultés sensorielles et auditives de l enfant et ses acquis en matière de langage. Puis un médecin départemental prend le relais, pour un bilan de santé complet. Le tout en présence des parents. Cette action, destinée à tous les enfants du département, est essentielle : elle permet de dépister des problèmes susceptibles d affecter le comportement, et d entraîner des échecs scolaires. C est aussi l occasion pour les parents de poser des questions aux médecins, qui peuvent les rassurer, ou les orienter quand c est nécessaire. Depuis quelques années, Le Dr Debodman, médecin de PMI, lors d une consultation à l école maternelle de Villers-sur-Coudun. Publiques ou privées, les consultations de prévention départementale resteront gratuites. pourtant, la pénurie d effectifs médicaux dans le département met en péril cette mission : neuf postes de médecins de PMI sont toujours vacants, et enfants seulement, soit moins de la moitié d une classe d âge, ont pu bénéficier d un bilan de santé complet en Innovation Pour remédier à cette situation, le Conseil général a donc proposé aux médecins libéraux de s associer à son effort de prévention auprès des jeunes Isariens. C est ainsi que, l été dernier, le docteur Stéphane Lebois, installé depuis quinze ans à La Neuville-Roy, a reçu un courrier lui proposant, comme aux 680 autres médecins généralistes libéraux isariens, de participer aux missions de dépistage de PMI. Intéressé par le projet, il s est rendu aux réunions d information où médecins libéraux et territoriaux ont pu engager une concertation sur les modalités de leur collaboration. Résultat, à partir de janvier 2006, deux systèmes vont donc cohabiter : soit les enfants recevront la visite d un médecin de PMI dans leur école, soit les parents prendront rendez-vous au cabinet de l un des médecins généralistes participant à l opération, qui complétera le bilan de santé et assurera le lien avec la PMI. Le partenariat est innovant, et c est la collaboration à venir qui fera évoluer le dispositif. Son succès dépendra de l implication des médecins libéraux. Pour sa part, le docteur Lebois a réagi avec enthousiasme : «C est une façon de créer des liens entre la médecine générale et les services de PMI, qui travailleront désormais en concertation, pour mieux suivre les enfants et assister les familles.» Marie Blanquet

19 > Du nord au sud Jean-Michel Bouchard Le cœur à l ouvrage Tailleur de pierre depuis plus de 20 ans, Jean-Michel Bouchard est à la tête de l une des 7878 entreprises artisanales du département. Avec une vingtaine de confrères, il participe ce mois-ci à l exposition «Les Métiers d art dans l Oise», organisée par le Conseil général et la chambre des métiers et de l artisanat. V aste hangar sans fioritures, cerné de blocs de pierre accumulés qui attendent d être débités et taillés. À l intérieur, la matière à l état brut impose ses volumes, sa poussière, les bruits des coups qu elle provoque ; elle offre aussi ce mélange de blancheur et de rugosité qui donne envie de la toucher. Dans l atelier de Jean-Michel Bouchard, tailleur de pierre à Fresnes-Léguillon, tous les sens sont à l affût. À 40 ans, cet artisan dont la stature droite et solide est à l image des pierres qu il travaille parle avec émotion de ce métier qu il a appris auprès des compagnons du Tour de France. De 1983 à 1993, il a sillonné le pays, formé par ses pairs et loin des siens. Une pédagogie dont il vante les mérites : «L idée du voyage m a plu, partir loin de chez soi permet de se prendre en charge et d acquérir une plus grande autonomie. Ça forge le caractère.» Pour s engager sur la voie du compagnonnage, il faut accepter de rompre avec ses habitudes et, plus largement, adhérer à une >>> Lorsqu il ne travaille pas, comme ici, dans son atelier, Jean-Michel Bouchard est sur de nombreux chantiers, tel celui du château de Serans (en couverture). Hervé Dez / Le bar Floréal 19

20 > Du nord au sud >>> philosophie de vie qui «défend des valeurs de droiture et d honnêteté, de qualité du travail, explique le compagnon. Une philosophie qui préconise aussi de pousser ses limites». Vocations rares Quelque 500 compagnons tailleurs de pierre sont installés en France. Tous le sont devenus par vocation. Jean-Michel Bouchard ne l a pas héritée de son père, directeur d une école privée, mais l a découverte à l adolescence, alors que le cursus scolaire l ennuyait. Après dix années d itinérance, il est revenu sur sa terre natale, en Marié et père de quatre enfants, il est aujourd hui à la tête d une entreprise de sept salariés. Petite par rapport aux géants du BTP, sa structure est de taille intermédiaire à l échelle des entreprises d artisanat qui, dans l Oise, emploient en moyenne 2,66 salariés. Sa clientèle compte autant de collectivités locales, qui souhaitent restaurer une mairie ou un calvaire, que de particuliers, qui veulent s offrir une cheminée ou un évier massif. Avec toujours un point commun : «le plaisir de ne jamais faire deux fois la même chose, de toujours créer des pièces uniques». Si voûtes et escaliers à noyau sont celles que Jean- Michel Bouchard préfère réaliser, il a remporté en 2004 le titre de «Meilleur ouvrier de France» avec une «colonne torse engagée», qui lui a demandé 500 heures de travail. Mais quand on aime le contact avec la matière et se concentrer à 100 % pour réaliser une feuille d acanthe, on ne compte pas son temps. Cette passion, Jean-Michel Bouchard, comme tous les artisans, voudrait la transmettre plus largement. Avec sa palette de 250 métiers, le secteur de l artisanat emploie en France 13 % de la population active, et concerne emplois dans l Oise. Mais les vocations se font de plus en plus rares. Il s agit pourtant de métiers complets qui permettent de concilier savoirfaire technique, dextérité et connaissances artistiques. «On y gagne correctement sa vie», précise l artisan, et, surtout, «on est dans un monde de passionnés. Ça demande beaucoup, mais on reçoit beaucoup : l ambiance est joyeuse, mes apprentis viennent en sifflotant, c est un métier où on se fait plaisir.» Isabelle Friedmann Hervé Dez / Le bar Floréal Exposition : «Les métiers d art dans l Oise» Faïencerie, ébénisterie, ferronnerie, tapisserie au total une vingtaine de métiers de l artisanat s exposent jusqu au 20 février à Beauvais. L objectif de cette initiative est de mettre en valeur des métiers manuels qui ont encore dans l Oise une réelle actualité. Reportages photo, présentations de créations et d ouvrages artisanaux, explications pédagogiques des métiers et des savoirfaire permettront de lever le voile sur ces univers trop souvent gardés secrets. 25 janvier au 20 février, du lundi au vendredi de 9 à 18 heures. Hôtel du Département : 1, rue Cambry, Beauvais. Entrée gratuite. Renseignements :

AVEC LAMBALLE CO. Pourquoi rénover? BIEN. Comment acheter? LOGER. Quelles aides? habitat - énergie

AVEC LAMBALLE CO. Pourquoi rénover? BIEN. Comment acheter? LOGER. Quelles aides? habitat - énergie AVEC LAMBALLE CO BIEN Pourquoi rénover? SE Comment acheter? LOGER Quelles aides? habitat - énergie Le Programme Local de l Habitat, un dispositif pour bien construire votre projet logement. Accueillir

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

Maréchal Ardans-Vilain. Denis. "Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique." Programme. Michel Petiot.

Maréchal Ardans-Vilain. Denis. Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique. Programme. Michel Petiot. Canton Meudon - Chaville élections départementales Denis Cécile Maréchal Ardans-Vilain Alice Carton Michel Petiot Programme "Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique."

Plus en détail

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui.

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Mesdames et Messieurs, 1 Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Le but de ce moment d échange est de mieux faire connaissance. Il est aussi

Plus en détail

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs LIVRET D ACCUEIL le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs 23, rue du docteur potain 75019 Paris 01 53 38 62 50 Portraits des membres du groupe d expression du SAVS par Catel

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

héma Une solution pour tous les Sarthois

héma Une solution pour tous les Sarthois S u p p l é m e n t g r a t u i t d e LA SARTHE Le magazine du Conseil général héma S A R T H E Une solution pour tous les Sarthois Avec ses 14 000 logements, Sarthe Habitat, qui défend les valeurs de

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CESER

CONTRIBUTION DU CESER CONTRIBUTION DU CESER à l élaboration du Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Cette contribution a été élaborée par la Commission «Éducation Formation» qui a tenu quatre

Plus en détail

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse P R O J E T E D U C AT I F Association Espace Jeunesse I N T R O D U C T I O N Ce projet éducatif expose les orientations éducatives de l Association ESPACE JEUNESSE, chargée par la municipalité du Séquestre

Plus en détail

CinéSoupe. programme itinérant de films courts. en nord pas de calais et en belgique

CinéSoupe. programme itinérant de films courts. en nord pas de calais et en belgique CinéSoupe programme itinérant de films courts en nord pas de calais et en belgique bah voyons! asbl // Séverine Konder // +32 (0) 485 217 327 // severine.bahvoyons@gmail.com // www.cinesoupe.com Embarquez

Plus en détail

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays Module 2 : Services à la population 2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays réservée : 400 000 OBJECTIFS STRATÉGIQUES - Développer les solidarités locales et l'accessibilité de tous aux services (Axe

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

Avec vous, pour vous. Vienne. pour. Avec vous, construisons une ville encore plus dynamique et attractive. avec Thierry Kovacs

Avec vous, pour vous. Vienne. pour. Avec vous, construisons une ville encore plus dynamique et attractive. avec Thierry Kovacs élections municipales 23 et 30 mars 2014 Avec vous, pour vous pour Vienne Chapitre 01 Avec vous, construisons une ville encore plus dynamique et attractive avec Thierry Kovacs Édito Chère Madame, Cher

Plus en détail

L Académie des Dalons

L Académie des Dalons L L est un projet expérimental d insertion sociale et professionnelle dans un dispositif global de soutien de jeunes en difficulté. Il s adresse aux volontaires âgés de 18 à 25 ans qui, sans formation

Plus en détail

Votre épargne s épanouit dans une mutuelle qui n oublie pas d être une mutuelle, elle

Votre épargne s épanouit dans une mutuelle qui n oublie pas d être une mutuelle, elle Votre épargne s épanouit dans une mutu qui n oublie pas d être une mutu, Votre épargne a tout à gagner des valeurs qui nous animent, Éditorial Fondée à l origine par et pour les anciens combattants, la

Plus en détail

Innover pour un tourisme durable en Picardie Appel à projets 2012 Règlement

Innover pour un tourisme durable en Picardie Appel à projets 2012 Règlement Innover pour un tourisme durable en Picardie Appel à projets 2012 Règlement Préambule A l horizon 2015, la Région Picardie souhaite dynamiser son offre touristique pour permettre aux acteurs régionaux

Plus en détail

Rencontres Solidaires en Rhône-Alpes Edition 2010. «L économie sociale et solidaire, une invitation à vivre autrement!»

Rencontres Solidaires en Rhône-Alpes Edition 2010. «L économie sociale et solidaire, une invitation à vivre autrement!» Edition 2010 «L économie sociale et solidaire, une invitation à vivre autrement!» Après trois premières éditions qui ont rassemblé plus de 25 000 rhônalpins, la Région Rhône-Alpes lance, en partenariat

Plus en détail

Culture & Sport au cœur du 1 er arrondissement de PARIS

Culture & Sport au cœur du 1 er arrondissement de PARIS UN ÉVÉNEMENT Culture & Sport au cœur du 1 er arrondissement de PARIS CP02 - PARIS - SOUS EMBARGO JUSQU AU 2 AVRIL 2015 Culture Air Sports Tour Paris 2015 : Faire du 1 er Arrondissement de Paris le plus

Plus en détail

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire 1 Intervention de Marisol TOURAINE Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Maison de Santé Pluridisciplinaire Magny-en-Vexin Vendredi 20 février 2015 Seul le prononcé fait

Plus en détail

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014 CAHIER DES CHARGES ACCOMPAGNEMENT A LA DEFINITION DE LA STRATEGIE LEADER DU PNR DE LA BRENNE Appel d offres Novembre 2014 Parc naturel régional de la Brenne Maison du Parc Le Bouchet - 36300 ROSNAY 02

Plus en détail

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Action sociale Nos actions dans le domaine du handicap L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Assumer au quotidien une situation de handicap est difficile pour une famille

Plus en détail

Mécénat intergénérationnel : l Ircantec lance son appel à projets pour l année 2014

Mécénat intergénérationnel : l Ircantec lance son appel à projets pour l année 2014 Mécénat intergénérationnel : l Ircantec lance son appel à projets pour l année 2014 Contact presse Isabelle Vergeat-Achaintre Responsable de la communication Tél. 33 (0)2 41 05 21 74 ou 33 (0)6 07 70 13

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE. BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015

AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE. BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015 AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015 La conscience qu il faut agir autrement? Une conscience inscrite dans le projet de la nouvelle équipe municipale Un acte fondateur avec la délibération

Plus en détail

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national de S l économie ociale & olidaire entrée libre innover et entreprendre créer son emploi FondeR son association epargner

Plus en détail

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF :

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : Complément au chapitre VII «Valorisation du Patrimoine Régional et Projets Innovants» du cadre d intervention régional sur l habitat et le logement, adopté par délibération

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

N O R D - P A S D E C A L A I S

N O R D - P A S D E C A L A I S NORD-PAS DE CALAIS NORD-PAS DE CALAIS Ensemble pour une éco-rénovation responsable de notre habitat Avant-propos Dans une région où le poids du parc de logements anciens publics et privés prédomine, l

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres. 18 septembre 2012

Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres. 18 septembre 2012 Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres 18 septembre 2012 Sommaire Communiqué de synthèse P. 1 Le projet de regroupement des fonctions support : un projet stratégique P.

Plus en détail

La politique marseillaise en faveur des Seniors

La politique marseillaise en faveur des Seniors La politique marseillaise en faveur des Seniors Le Centre Communal d Action Sociale de la Ville de Marseille est un établissement public administratif communal. Il oriente ses actions en faveur des personnes

Plus en détail

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS D 4 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Les spécificités urbanistiques du territoire vélizien soulignent l enjeu de l accessibilité de la ville aux personnes à mobilité

Plus en détail

Adapter le parc de logements à l âge et au handicap

Adapter le parc de logements à l âge et au handicap Adapter le parc de logements à l âge et au handicap Jeudi 15 novembre 2007 Landivisiau Participants : CAROFF Marie-Françoise Délégué PLH Adjointe à Plounévez-Lochrist GUERNIC Françoise Armorique Habitat

Plus en détail

Le Conseil général élabore un agenda 21

Le Conseil général élabore un agenda 21 J e u d i 1 7 n o v e m b r e 2 0 1 1 dossier de presse Le Conseil général élabore un agenda 21 pour le département de la Loire Par Bernard BONNE, Président du Conseil général et Jean GILBERT, Conseiller

Plus en détail

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Discours d ouverture du Forum des Associations 2009 Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Mesdames et Messieurs les élus, Mesdames et Messieurs les responsables associatifs,

Plus en détail

Panorama Synthétique. Social et Culturel

Panorama Synthétique. Social et Culturel Panorama Synthétique Social et Culturel Secteur Social Le domaine de l action sociale regroupe l ensemble des politiques, institutions, professionnels, moyens et prestations qui concourent à la cohésion

Plus en détail

l info S engager avec sa banque, ça compte!

l info S engager avec sa banque, ça compte! La lettre d information des clients qui ont choisi d agir l info S engager avec sa banque, ça compte! Grâce à l engagement des clients du Crédit Coopératif, plus de 4,3 millions d euros de dons ont été

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL De la maison d enfants Brun Pain. Géré par le Home des Flandres

LIVRET D ACCUEIL De la maison d enfants Brun Pain. Géré par le Home des Flandres HOME DES FLANDRES 355, Boulevard Gambetta 59200 TOURCOING 03.20.24.75.78 Fax : 03.20.11.02.49 LIVRET D ACCUEIL De la maison d enfants Brun Pain Géré par le Home des Flandres 337 bis rue du Brun Pain 59200

Plus en détail

PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers

PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers Rendez-vous le 11 octobre 2012 pour visiter le chantier GROUPE SCOLAIRE ILOT DE

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine La plateforme de propositions de la FNASEPH Le Grenelle de la formation et de l accès à la vie sociale des Jeunes Handicapés Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine De la scolarisation aux

Plus en détail

CHANGEMENT D'IDENTITE D'UN THEATRE

CHANGEMENT D'IDENTITE D'UN THEATRE Marianne Bevand marian.bevand@gmail.com tél : 06 18 37 16 66 Master 2 Professionnel de conduite de projets culturels et connaissance des publics Note de synthèse pour le cours de Mr Emmanuel Wallon 18/01/2006

Plus en détail

LA JEUNESSE. l es sen LA VILLE QUI NOUS RESSEMBLE, LA VILLE QUI NOUS RASSEMBLE

LA JEUNESSE. l es sen LA VILLE QUI NOUS RESSEMBLE, LA VILLE QUI NOUS RASSEMBLE LA JEUNESSE l es sen tiel LA VILLE QUI NOUS RESSEMBLE, LA VILLE QUI NOUS RASSEMBLE sommaire LA JEUNESSE PAGES 4 À6 PAGES 7 À9 PAGE 10 PAGE 11 Le BIJ, lieu ressources Pour s informer et se documenter -

Plus en détail

Maison des Services Publics

Maison des Services Publics brignoles.fr la Maison des Services ublics Une porte d entrée unique pour tous... pour vous faciliter la vie au quotidien! Un peu d histoire Au XIII e siècle, l établissement servit d abord d hospice.

Plus en détail

1Touchée ces vingt dernières années par la fermeture d importantes entreprises

1Touchée ces vingt dernières années par la fermeture d importantes entreprises Rester dynamique dans un contexte atypique 1Touchée ces vingt dernières années par la fermeture d importantes entreprises industrielles, la Saône-et-Loire est aujourd hui un département en décroissance.

Plus en détail

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées Guide des interventions Edition 2010 Mot du président Le Centre Communal d Action Sociale de Saint-Yrieix-sur-Charente est un outil majeur de la politique sociale de la municipalité. Au delà des aides

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

PASS CULTURE SPORT REGLEMENT D INTERVENTION

PASS CULTURE SPORT REGLEMENT D INTERVENTION PASS CULTURE SPORT REGLEMENT D INTERVENTION OBJET A travers ce dispositif, la Région souhaite : Démocratiser l accès à la culture Faire du dispositif un véritable outil d ouverture culturelle Valoriser

Plus en détail

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé L Exploratoire raconte la «belle histoire» d un territoire engagé à maintenir et accroître le niveau de santé de toute sa population,

Plus en détail

Les dispositifs d aides du Conseil général aux hébergements touristiques

Les dispositifs d aides du Conseil général aux hébergements touristiques Les dispositifs d aides du Conseil général aux hébergements touristiques Juin 2014 Édito Adopté en séance plénière de janvier 2014 suite à une large concertation avec les acteurs privés et publics de

Plus en détail

Dossier de presse. Adaptation des logements à la perte d autonomie : Des moyens renforcés pour 2013. 19 Mars 2013

Dossier de presse. Adaptation des logements à la perte d autonomie : Des moyens renforcés pour 2013. 19 Mars 2013 Dossier de presse Adaptation des logements à la perte d autonomie : Des moyens renforcés pour 2013 19 Mars 2013 Contacts presse : Myra Frapier-Saab 06 70 10 82 24 1 Les enjeux Le nombre croissant de personnes

Plus en détail

Le haut débit Pourquoi? Pour qui? Comment?

Le haut débit Pourquoi? Pour qui? Comment? supplément au magazine du département de l Oise Le haut débit Pourquoi? Pour qui? Comment? Le Conseil général vous apporte le haut débit Les nouvelles technologies révolutionnent le quotidien. Aujourd

Plus en détail

5, avenue des Quarante Journaux CS 50037-33070 Bordeaux Cedex Tel : 05 56 112 112 Fax : 05 56 112 110 www.jardinsdecybele.

5, avenue des Quarante Journaux CS 50037-33070 Bordeaux Cedex Tel : 05 56 112 112 Fax : 05 56 112 110 www.jardinsdecybele. 5, avenue des Quarante Journaux CS 50037-33070 Bordeaux Cedex Tel : 05 56 112 112 Fax : 05 56 112 110 www.jardinsdecybele.com Le 15/06/2011 Dossier de Presse Sommaire 1. Présentation du groupe..page 3

Plus en détail

Stratégie Régionale. envers les Jeunes. l Artisanat

Stratégie Régionale. envers les Jeunes. l Artisanat Stratégie Régionale de l Artisanat envers les Jeunes Stratégie Régionale de l Artisanat envers les Jeunes La Stratégie Régionale de l Artisanat envers les Jeunes (S.R.A.J.) constitue une offre globale

Plus en détail

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances RAPPORT COMMISSION PERMANENTE DU CONSEIL GENERAL DU 26 MARS 2013 Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances Conformément aux textes en vigueur

Plus en détail

POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017

POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017 LE PACTE : un outil pragmatique et partenarial au service des habitants et des acteurs économiques POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017 Depuis sa création Est Ensemble a fait du

Plus en détail

Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ»,

Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ», Partenaires fondateurs DOSSIER DE PRESSE Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ» «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ», Construisons ensemble des voies nouvelles pour un sport utile à tous

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR VOISINS LATINS

TOUT SAVOIR SUR VOISINS LATINS TOUT SAVOIR SUR VOISINS LATINS Mai 2014 L association p.2 Le projet «Voisins Latins» p.5 1 Qu est-ce que l association Vivre le Quartier Latin? LA GENESE Lorsque Johanna et Quentin, des amoureux du Quartier

Plus en détail

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche ÉDITORIAL Pour la Corse et pour la France, une démocratie politique et sociale vraiment neuve Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche de réalisations possibles, la

Plus en détail

D o s s i e r D e P r e s s e

D o s s i e r D e P r e s s e D o s s i e r D e P r e s s e Ouverture à Lyon de la première Maison des Emplois de la Famille La Maison des Emplois de la Famille Le Groupe IRCEM La FEPEM IPERIA, l Institut Maison des Emplois de la Famille

Plus en détail

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie MARDI Contact presse Ministère de la Culture et de la Communication Délégation à l information et à

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

MUT @ctu.net La lettre d information électronique de la Mutualité Française Aquitaine

MUT @ctu.net La lettre d information électronique de la Mutualité Française Aquitaine MUT @ctu.net La lettre d information électronique de la Mutualité Française Aquitaine N 13 : 30 mars 2011 Priorité Santé Mutualiste : un kit de communication pour permettre aux mutuelles de promouvoir

Plus en détail

Plateforme pour la rénovation énergétique pour tous (PRET) du Val-de-Marne

Plateforme pour la rénovation énergétique pour tous (PRET) du Val-de-Marne Le réseau francilien de lutte contre les précarités énergétiques Fiche Action Plateforme pour la rénovation énergétique pour tous (PRET) du Val-de-Marne Territoire concerné >> Département du Val-de- Marne

Plus en détail

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 Institués dès 2000 par l AdCF, au lendemain de la naissance des premières communautés d agglomération issues de la loi Chevènement, le Club des agglomérations et la

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

9 Référentiel de missions de l agence du service civique

9 Référentiel de missions de l agence du service civique BINOME 21 PROJET ASSOCIATIF 2011-2013 Pour une solidarité intergénérationnelle Erard Marie-Françoise Sommaire 1 Objectifs 2 Chartes 3 Fonctionnement de l association 4 Etude préalable 5 Projet actuel 6

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 10 mai 2011. 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 10 mai 2011. 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire Le 6 mai 2011, le groupe MGEN, le groupe MNH, la MNT, la MGET et la MAEE se sont réunis en assemblée

Plus en détail

Région Rhône Alpes Charbonnières les Bains Cession en vue de la reconversion de l ancien siège de la Région

Région Rhône Alpes Charbonnières les Bains Cession en vue de la reconversion de l ancien siège de la Région Région Rhône Alpes Charbonnières les Bains Cession en vue de la reconversion de l ancien siège de la Région CONSULTATION OPERATEURS PHASE 1 Candidatures Règlement de la consultation 12 janvier 2012 SOMMAIRE

Plus en détail

Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi. Unique et inédit!

Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi. Unique et inédit! Conférence de presse du 30 novembre 2011 Session budgétaire de la Région Auvergne* Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi Unique et inédit! L Auvergne : 1 ère Région de France à lancer une

Plus en détail

Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée

Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée Le réseau francilien de lutte contre les précarités énergétiques Fiche Action Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée Territoire concerné >> Ville des Mureaux (78) Date de mise

Plus en détail

Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE)

Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE) Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE) Date de l ouverture de l appel à projets : Mi-juillet 2013 Date de clôture de l appel à projets : 31 octobre

Plus en détail

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Union européenne Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Une nouvelle politique de cohésion en réponse aux défis

Plus en détail

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Conseil régional Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Dans ce tableau, la numérotation est utilisée afin de faciliter le suivi de la présentation. Légende Palier N signifie national R signifie régional

Plus en détail

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr Rhône Développement Initiative 1993-2013 Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité www.rdi.asso.fr Jean-Jacques MARTIN, Président de RDI Membre des réseaux nationaux RDI Edito

Plus en détail

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie Mots-clés de l aide à l autonomie Compensation Aide ou ensemble d aides de toute nature apportées à une personne subissant des altérations substantielles et durables de son état physique, intellectuel

Plus en détail

EOVI ENTREPRISES TOUT POUR ORCHESTRER

EOVI ENTREPRISES TOUT POUR ORCHESTRER EOVI ENTREPRISES TOUT POUR ORCHESTRER LA PROTECTION sociale de vos salariés SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE la qui renouvelle la mutuelle EOVI MUTUELLE, UN EXPERT DE CONFIANCE Des chiffres et des Hommes

Plus en détail

Jeunesse Loisirs Sport - Social

Jeunesse Loisirs Sport - Social Jeunesse Loisirs Sport - Social Renforcer les dynamiques de professionnalisation et de structuration des filières de la jeunesse, des loisirs, du sport et du social sur les territoires ruraux de la Région

Plus en détail

4 projets d aménagement et de construction primés et distingués, accompagnés par la SELA

4 projets d aménagement et de construction primés et distingués, accompagnés par la SELA 4 projets d aménagement et de construction primés et distingués, accompagnés par la SELA Dossier de Presse Nantes, le 6 janvier 2012 Sommaire Communiqué de presse p. 3 I - Présentation des 4 projets et

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Forum de l emploi solidaire -

DOSSIER DE PRESSE Forum de l emploi solidaire - DOSSIER DE PRESSE Relations Presse : Abrasive Karine Michaud Tel : 04 26 00 25 16 E-mail : contact@abrasive.fr Communiqué de presse 17 octobre 2014 Forum de l emploi solidaire : une journée pour découvrir

Plus en détail

En Île-de-France, les jeunes ont de l avenir

En Île-de-France, les jeunes ont de l avenir En Île-de-France, les jeunes ont de l avenir www.iledefrance.fr En Île-de-France, les jeunes ont de l avenir 600 000 étudiants, 480 000 lycéens et plus de 100 000 apprentis : les jeunes ont de l avenir

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES : CERTIFICATION NF X 50 770 PEPINIERE D ENTREPRISES

CAHIER DES CHARGES : CERTIFICATION NF X 50 770 PEPINIERE D ENTREPRISES Communauté de Communes de la Lomagne Gersoise CAHIER DES CHARGES : CERTIFICATION NF X 50 770 PEPINIERE D ENTREPRISES 1 Février 2012 PRESENTATION MAITRE D OUVRAGE ET CONTEXTE Présentation Communauté de

Plus en détail

Le réseau national. Initiative Vendée Bocage, membre du réseau Initiative France. Initiative Vendée Bocage est l une des 228*

Le réseau national. Initiative Vendée Bocage, membre du réseau Initiative France. Initiative Vendée Bocage est l une des 228* RAPPORT D ACTIVITE Année 2014 Le réseau national Initiative Vendée Bocage, membre du réseau Initiative France Initiative Vendée Bocage est l une des 228* plateformes qui constituent Initiative France,

Plus en détail

SYNTEC NUMERIQUE 2013-2015 : PLAN STRATEGIQUE

SYNTEC NUMERIQUE 2013-2015 : PLAN STRATEGIQUE SYNTEC NUMERIQUE 2013-2015 : PLAN STRATEGIQUE Introduction Depuis plus de 30 ans, Syntec Numérique, première chambre syndicale des métiers du numérique, représente les entreprises de son secteur pour défendre

Plus en détail

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS FR PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS Déclarons 2012 Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations The European Older People s Platform La Plate-forme européenne

Plus en détail

Proposition de Charte éthique de l élu-e pour un renouveau démocratique et la renaissance des pratiques politiques

Proposition de Charte éthique de l élu-e pour un renouveau démocratique et la renaissance des pratiques politiques Proposition de Charte éthique de l élu-e pour un renouveau démocratique et la renaissance des pratiques politiques Version du 23 février 2015, soumise à consultation publique jusqu au 15 avril 2015. N

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités. Discours Sous réserve du prononcé

Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités. Discours Sous réserve du prononcé Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités Discours Sous réserve du prononcé IXe journée de l Hospitalisation à domicile Fédération nationale des établissements d hospitalisation à domicile

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ESPACE JEUNES DIVONNE-LES-BAINS

REGLEMENT INTERIEUR ESPACE JEUNES DIVONNE-LES-BAINS Avenue des Thermes - BP 71 01220 Divonne-les-Bains Tel/Fax : 04 50 20 29 15 Courriel : divonne.espacejeunes@alfa3a.org REGLEMENT INTERIEUR ESPACE JEUNES DIVONNE-LES-BAINS A compter du 1 er septembre 2014

Plus en détail

Dans un monde en mouvement perpétuel, rapide, incessant, il faut saisir. Nous devons être fiers de pouvoir exécuter la décision prise :

Dans un monde en mouvement perpétuel, rapide, incessant, il faut saisir. Nous devons être fiers de pouvoir exécuter la décision prise : 1 Mesdames et Messieurs les Conseillers départementaux, Dans la tempête, il faut garder le cap, corriger le chemin. Dans un monde en mouvement perpétuel, rapide, incessant, il faut saisir l instant celui

Plus en détail

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES Les Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) ont pour objet d offrir aux personnes adultes handicapées un

Plus en détail

Livret destiné aux collégiens

Livret destiné aux collégiens PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BTP» Livret destiné aux collégiens Rendez-vous les Visite du chantier de Sommaire 1. Qu est-ce que le batiment?... 3 Qu entend-on concrètement par «bâtiment»?... 3

Plus en détail

I. Marché du travail et emploi salarié privé. Evolution du nombre de demandeurs d emploi (cat ABC) à fin octobre 2012. Oct. 2011 Oct.

I. Marché du travail et emploi salarié privé. Evolution du nombre de demandeurs d emploi (cat ABC) à fin octobre 2012. Oct. 2011 Oct. M a i s o n d e l E m p l o i L es Cahier s J a n v i e r 2 0 1 3 - N u m é r o 1 9 Avec la participation de : Ce cahier construit par et pour les acteurs de l Emploi, de la Formation et du Développement

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

Ministère des sports. Le ministre des sports

Ministère des sports. Le ministre des sports Ministère des sports Direction des sports Mission sport et développement durable Personnes chargées du dossier : Arnaud JEAN Tél. : 01 40 45 96 74 Mel: arnaud.jean@jeunesse-sports.gouv.fr Fabienne COBLENCE

Plus en détail

Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE)

Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE) Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE) Réflexion sur les enjeux municipaux et pistes d action en lien avec le dossier de la petite enfance André

Plus en détail

Compte-rendu du Bureau Exécutif du 12 février 2015

Compte-rendu du Bureau Exécutif du 12 février 2015 Compte-rendu du Bureau Exécutif du 12 février 2015 Amiens, 16h00. Etaient présents Julia Pomerol, Catherine Leclercq, Patrice Boquillion, Marie Edith Voog, Didier Casado, Claude Lerosey, Harry Coupel,

Plus en détail

LA FRANCHISE YVES ROCHER

LA FRANCHISE YVES ROCHER Créateur de la Cosmétique Végétale LA FRANCHISE YVES ROCHER Marque déposée par Yves Rocher ENTREPRENEZ BEAUCOUP, PASSIONNÉMENT 1ère entreprise préférée des Français dans le secteur de la beauté*, 2ème

Plus en détail

Sur la stratégie immobilière de la chambre de commerce et d industrie territoriale de Seine-et- Marne (CCITSM).

Sur la stratégie immobilière de la chambre de commerce et d industrie territoriale de Seine-et- Marne (CCITSM). 2014-09 Séance du 12 février 2014 AVIS Sur la stratégie immobilière de la chambre de commerce et d industrie territoriale de Seine-et- Marne (CCITSM). Vu le décret n 2011-1388 du 28 octobre 2011 modifiant

Plus en détail