AUTORITÉ DE RÉGULATION DES MARCHÉS PUBLICS (ARMP) RAPPORT ANNUEL 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AUTORITÉ DE RÉGULATION DES MARCHÉS PUBLICS (ARMP) RAPPORT ANNUEL 2013"

Transcription

1

2 2

3 Table des matières Commentaire et appreciations du Mouvement Des Entreprises du Sénégal... 6 Mot de la Primature... 7 Mot de la Représentante du GIZ... 8 Mot du Directeur Général... 9 Membres du conseil de regulation Les marchés en Resume du rapport Presentation de l armp I. Indicateurs significatifs sur les marches publics en Situation des plans de passation des marchés de Situation des crédits votés en 2013 pour l administration centrale (Source SIGFIP)...26 II. Le contentieux dans les marchés publics: activités du Comité de Règlement des Différends Statistiques sur les Motifs d irrecevabilité Répartition des par type d objet Répartition des par type de marché Répartition des par mode de passation des marchés Répartition des par type d autorité contractante Répartition des décisions de provisoire Evolution des décisions du CRD du 1er au 4ième trimestre de Evolution des décisions du CRD de 2008 à III. Activités visant la préservation de la transparence et la bonne gestion des deniers publics LES AUDITS DES MARCHES PUBLICS DE SYNTHÈSE DES RAPPORTS DU GROUPE A Cartographie des marchés présentés et des marchés revus Tab : recapitulatif des marches presentes et revus par mode de passation Synthèses des non-conformités par mode de passation SYNTHÈSE DES RAPPORTS DU GROUPE B REVUE DE LA PASSATION DES MARCHES A - CATEGORIE DES AUTORITES CONTRACTANTES AYANT GLOBALEMENT RESPECTE LES DISPOSITIONS REGLEMENTAIRES...43 B - CATEGORIE DES AUTORITES CONTRACTANTES POUR LESQUELLES DES IRREGULARITES NON SUBSTANTIELLES ONT ETE RELEVEES...44 C - CATEGORIE DES AUTORITES CONTRACTANTES POUR LESQUELLES DE GRAVES VIOLATIONS ONT ETE NOTEES..44 D - CATEGORIE DES AUTORITES CONTRACTANTES POUR LESQUELLES LA REVUE N A PU ETRE EFFECTUEE FAUTE DE

4 4 DISPONIBILITE DES DOCUMENTS REVUE DES MARCHES PAR ENTENTE DIRECTE SYNTHÈSE DES RAPPORTS DU GROUPE C SYNTHÈSE DES RAPPORTS DU GROUPE D Les activités d enquêtes et d inspection dans les marchés publics PRESENTATION DE LA CELLULE le champ de compétence de la cellule la composition de la cellule les obligations des membres de la cellule le déroulement des missions les suites à donner aux enquêtes LES ACTIVITES DE LA CELLULE Activités déployées dans le cadre du PGE Activités d enquête...53 IV. Les Activités de formation et d appuis techniques Activités de formation Recensement des besoins Programme de formation Déploiement des activités de formation La formation diplômante La formation qualifiante Les ateliers d échange avec des acteurs de la commande publique Atelier sur l accès des PME aux marchés publics Atelier avec le CONGAD Atelier avec la Cour Suprême La formation du personnel de l ARMP Atelier sur le Plan de Formation de l ARMP Activités d appuis techniques Renforcement des capacités des membres des Cellules de Passation des Marchés Requêtes de financement pour la formation Participation de l ARMP à des activités de formation organisées par d autres institutions Atelier Régional sur les Accords des marchés publics Atelier de lancement de l étude sur la signature, la ratification l harmonisation et la mise en œuvre de six instruments juridiques de l Union Africaine par le Sénégal V. Le cadre juridique et institutionnel des Marchés publics Relecture du Code des Marchés publics Organisation d un atelier sur les contraintes d accès des PME aux marchés publics Restitution de l étude sur qualification et classification des entreprises de bâtiments et de travaux publics (BTP) Participation de l ARMP à des activités visant l amélioration et l efficacité des procédures VI - Exécution du budget 2013 de l ARMP Les Ressources Subvention de l Etat Redevances sur les marchés publics et part issue des ventes de DAO par lea utorités contractantes Autres ressources (Bailleurs de fonds et produits) Les Emplois LES INVESTISSEMENTS DETTE ETAT, FOURNISSEURS, ET AUTRES FRAIS DE FONCTIONNEMENT :...81

5 VII. Situation du personnel de l ARMP VII. Situation de la passation des marchés de l ARMP IX. Les Activités de communication et d échanges avec l extérieur Activités de communication Activités d échanges avec l extérieur X - ANNEXES Résolutions du Conseil de Régulation des Marchés publics Tableau récapitulatif des décisions du Comité de Règlement des Différents (2013) CALENDRIER DE FORMATION

6 Commentaire et appréciations du Mouvement Des Entreprises du Sénégal Mbagnick DIOP Président du MEDS Le Gouvernement du Sénégal, pour garantir la transparence et l équité dans la passation des marchés publics, a mis en place l Autorité de Régulation des Marchés (ARMP). Cette structure, par la qualité de son travail et la rigueur de ses décisions, a largement contribué, ces dernières années, à assainir et à améliorer les procédures d accès à la commande publique. Il reste donc indéniable que l action de l ARMP a permis d instaurer un environnement des marchés publics et de délégations de services publics qui garantit, à tous les opérateurs économiques, les mêmes chances d accès aux opportunités d affaires. 6 Toutefois, nous avons constaté que cette recherche de transparence, par certains aspects, a causé des lenteurs préjudiciables à l efficacité et à la célérité de l exécution des opérations. Ces dysfonctionnements à notre sens, méritent d être corrigés. En particulier, une attention particulière devra être accordée aux qui, quelques fois, entravent la mise en œuvre diligente des projets. En un mot, il convient de trouver un équilibre dynamique entre les exigences de transparence et celles d efficacité.

7 Mot de la Primature Mahammad Boun Abdallah DIONNE Premier Ministre du Sénégal La vision du Président de la République, son excellence, Macky Sall, pour un Sénégal émergent est, sans équivoque, porteuse de développement. Son engagement pour en faire une réalité tangible permettant un mieux-être des populations est, à la fois, ferme et irréversible. Les actes posés, au pas de charge, tant au plan financier, économique et juridique depuis l adoption du Plan Sénégal Emergent (PSE) en constituent une parfaite illustration. Parmi ceux-ci, il convient de mentionner l adoption du nouveau Code des Marchés par décret n du 22 septembre Cette décision majeure du Chef de l Etat répond, principalement, à une préoccupation partagée du Gouvernement, du secteur privé, de la société civile et des partenaires techniques et financiers. En effet, nous voulons tous, faire du Code des Marchés un instrument efficace et performant au service de l émergence, au triple plan de la réduction des délais, de l allègement des procédures et de la responsabilisation des autorités contractantes dans l exécution de la dépense publique, dans le respect des principes de transparence, d équité et d impartialité. En effet, la célérité, l efficacité et la transparence dans la gestion des finances publiques, constituent des variables fondamentales de la mise en œuvre optimale des projets et programmes du PSE. Cet objectif engage tous les acteurs de la commande publique qui, au-delà du respect de la réglementation, sont invités à jouer pleinement leur partition, par leur capacité à faire toujours, plus et mieux, dans la recherche de la performance dont l évaluation sera, désormais, systématisée et sanctionnée positivement ou négativement pour les autorités contractantes. C est pourquoi, elles sont particulièrement interpelées pour une parfaite appropriation du code, une meilleure planification de leurs marchés et, surtout, pour davantage de diligence dans le traitement des dossiers. 7 Il en est de même pour le dispositif de contrôle et de régulation dont les acquis positifs qui en font une référence par rapport aux standards internationaux, doivent être consolidés en termes d accompagnement et d appui conseil aux autorités contractantes et d amélioration continue du système des marchés publics pour plus d efficacité. C est à ce prix seulement qu il pourra apporter une contribution significative à l émergence du Sénégal, déjà en mouvement, pour lui permettre de prendre son véritable envol.

8 MOT de la Représentante de la GIZ 8 Mme Suzanne GEIPERT Conseilère Technique Principale de la GIZ auprès du PACC PME/PMF. Le secteur privé, moteur dans la création de richesse, ne peut jouer le rôle qui est attendu de lui sans le développement des petites et moyennes entreprises. Dans ce contexte, et pour accompagner la réalisation des objectifs stratégiques définis par l Etat du Sénégal pour le développement des PME et articulés autour de (i) l amélioration de l environnement des affaires, (ii) la facilitation de l accès aux services financiers et non financiers et (iii) la consolidation du dispositif d appui technique et de pilotage, la Coopération Allemande apporte au Sénégal un appui diversifié à travers notamment le Programme sénégalo-allemand d Appui à la Compétitivité et à la Croissance des PME et de la Performance du secteur de la Micro Finance (PACC-PME/PMF) cofinancé par l Union Européenne et mis en œuvre depuis La coopération allemande apporte aussi, à l ARMP, un soutien non négligeable pour le renforcement des capacités de certaines autorités contractantes.

9 Mot du Directeur Général «Faire du Sénégal un royaume de cristal dont le souverain s appelle transparence» L importance de la commande publique n est plus à démontrer de nos jours, au regard de sa dimension économique, sociale et financière. Les Etats y consacrent, chaque année, des sommes importantes en vue d assurer le fonctionnement harmonieux de leur administration, mais aussi pour atteindre leurs objectifs de développement économique et social. L activité de passation des marchés est, dans tous les pays du monde, caractérisée par sa vulnérabilité et de ce fait, est l objet d une attention particulière pour ne pas dire d une surveillance permanente, car très exposée au risque de corruption, de concussion et de malversation. Il est évident qu aucun développement solide ne peut se concevoir de manière harmonieuse et durable, surtout dans les pays sous-développés, sans une stratégie appropriée et efficace de lutte contre la corruption. 9 Selon une étude de Transparency International, les Etats consacrent, à l échelle planétaire, un peu plus de quatre (4) billions de dollars par an dans la commande publique. Ce chiffre représente globalement, entre 10 et 15% du PIB à l échelle mondiale. Or, la même étude renseigne que la corruption très présente dans les marchés publics, majore de 15 à 20%, le coût total des marchés publics qui sont réalisés dans les différents pays. Ce qui signifie qu entre 400 et 500 milliards de dollars se retrouvent tous les ans, dans des mallettes qui sont distribuées sous forme de dessous de table, de pots-de-vin ou simplement de «cadeaux» pour utiliser un mot politiquement plus correct. Cette situation indique à quel point le niveau de risque de déperdition et de gaspillage des ressources publiques, c est-à-dire l argent du contribuable, est important dans les marchés ; ce qui naturellement recommande une attention ardue, une vigilance permanente et soutenue à toutes les étapes de mise en œuvre des procédures de la commande publique : qu il s agisse de la phase d identification, de préparation, d attribution, d exécution, de réception ou de liquidation des marchés. Et c est tout le sens et l intérêt de la réforme entreprise en 2008, dans une dynamique communautaire au sein de l espace UEMOA. Fondamentalement, cette réforme avait pour souci majeur de renforcer la lutte contre la fraude, le gaspillage et la corruption dans la commande publique.

10 Cette réforme induisait un nouveau paradigme fondé sur un changement d attitude et de comportement des différents acteurs, dans le sens de la consolidation des principes de bonne gouvernance. Il est évident qu un système de passation de marchés sans vertu des acteurs, ni règles de procédures claires, ne saurait prospérer. Ni ici, ni ailleurs. Les procédures favorisent la transparence, la prévention des comportements réprouvés, l obligation de rendre compte et le contrôle régulier de manière à prévenir la corruption, mais aussi le gaspillage des ressources publiques, surtout dans un contexte où elles se font de plus en plus rares. A la confluence de la mission de service public et de la logique de marché, la régulation anticipe ces mutations intervenues dans le périmètre du contrôle des ressources publiques, pour amener, notamment, par la pédagogie, les autorités contractantes à se doter d une gouvernance vertueuse, en phase avec les meilleurs standards. Les marchés publics suscitent un intérêt certain, mais aussi beaucoup de débats dans tous les milieux et à tous les niveaux de la vie de la Nation. Ce caractère épars des échanges sur un sujet majeur affecte, toutefois, la pertinence des idées et propositions qui peuvent être utiles à l amélioration de l exécution de la commande publique à la satisfaction de l intérêt général. L évolution des marchés publics est celle d un processus dynamique, où il faut garder une grande vigilance, une vigilance permanente dans les procédures tout en cherchant à les rendre plus transparentes, mieux adaptées et plus efficaces, à la satisfaction de l intérêt général et pour la vitalité de l économie nationale. 10 Le dispositif de transparence mis en place dans les marchés publics a ses partisans, convaincus et dévoués. Mais il a aussi ses adversaires dont les récriminations et critiques récurrentes peuvent affecter la sérénité et la stabilité du dispositif. Et, à tort. Tout système est certes perfectible, mais ne perdons pas de vue qu il ne vit et donne satisfaction que parce qu il y a de la rigueur dans sa mise en œuvre. La tâche demeure ardue, mais parions sur la foi et l intelligence de tous les acteurs pour maintenir et consolider les acquis fort appréciés à travers le monde où, malgré tout, le Sénégal est cité en exemple quand il s agit de marchés publics et de délégation de service public.

11 Cérémonie de remise rapport 2012 au Premier Ministre Aminata TOURE 11 Cérémonie de remise rapport 2012 au Premier Ministre Aminata TOURE

12 MEMBRES DU CONSEIL DE REGULATION LES REPRESENTANTS DE L ADMINISTRATION Mademba GUEYE Magistrat, Président du Conseil Ibrahima GUEYE Inspecteur Principal du Trésor LES REPRESENTANTS DE LA SOCIETE CIVILE Samba DIOP Administrateur Civil Principal 12 Cheikhou issa SYLLA Professeur de Droit Coumba Sèye NDIAYE Avocate LES REPRESENTANTS DU SECTEUR PRIVE Amacodou DIOUF Economiste Abdourhamane NDOYE Ingéneur Meissa FALL Juriste Boubacar MAR Ingéneur

13 LES MARCHÉS EN plans de passation projets de marchés 73% Appel d offres 80% de la commande publique en valeur DRP Demande de Renseignements et de Prix en nombre de marchés FCFA Crédits votés pour financer les investissements et le fonctionnement des ministères 13 37% marchés de travaux 54% marchés de fournitures 393 décisions décisions de provisoire. Recours en contentieux 80 irrecevables 82 ; 92 déboutés ; 6 cas, où le CRD s est déclaré incompétent

14 RESUME DU RAPPORT Le présent rapport met en évidence les éléments essentiels de l environnement des marchés publics au cours de l année 2013 : 14 Les indicateurs significatifs dans les marchés, Les projets de marchés préparés par les autorités contractantes sont renseignés dans leurs plans de passation des marchés (PPM) transmis à l ARMP et à la DCMP et publiés sur le site des marchés publics par souci de transparence à l endroit des soumissionnaires. Le PPM est un instrument de planification et de programmation qui sert de tableau de bord aux acheteurs publics et les aide à plus d efficacité et de performance dans leur programme d acquisition de biens et services. Près de 700 plans de passation ont été reçus des autorités contractantes pour l année 2013 contenant projets de marchés. La plupart des marchés programmés portent sur des marchés de fournitures et services qui constituent la grande préoccupation de l administration centrale, contrairement aux agences et sociétés nationales davantage préoccupées par des marchés de travaux. La DRP (73%) constitue le mode d acquisition le plus usité par les autorités contractantes, au détriment de l appel d offres réputé être la procédure normale. Toutefois, il est important de relever qu en valeur, les marchés passés par appel d offre représentent plus de 80% du budget de la commande publique. Les marchés de fourniture représentent en valeur plus de la moitié des marchés immatriculés (54%). Cela s explique principalement par les dépenses en combustible de la SENELEC. Les marchés de travaux arrivent en deuxième position (37%). Excepté l année 2013, les marchés de travaux ont représenté, de 2008 à 2012, la plus grande part de la commande publique. Les crédits votés pour financer les investissements et fonctionnement des ministères et de l administration centrale au titre de l exercice 2013 se chiffrent à FCFA. Ce montant a été consommé à hauteur de 88%, ce qui témoigne d une bonne capacité d absorption de crédit. Seules trois structures de l administration centrale ont un niveau d absorption inférieur à 50% de leur budget. Le contentieux dans les marchés publics 393 décisions ont été rendues par le CRD sur l année 2013, dont 132 décisions de provisoire. 262 en contentieux dont 208 émanant des candidats aux marchés publics et 54 des autorités contractantes relatives à des demandes de dérogation, d autorisation ou de contestation des décisions de la DCMP. Parmi les introduits : 82 requérants ont obtenu ; 92 requérants ont été déboutés ; Pour 6 cas, le CRD s est déclaré incompétent ; 2 ont abouti à des décisions de sanction ;

15 L audit et les enquêtes dans les marchés publics L ARMP organise un audit annuel des marchés publics sur la base d un échantillon représentatif en vue de contrôler et suivre la mise en œuvre de la réglementation en matière de passation, d attribution, d exécution et de contrôle des marchés et conventions. L audit est indépendant et doit être réalisé par des cabinets privés. Quatre-vingt-dix-neuf (99) autorités contractantes ont été sélectionnées pour l audit mais seules 88 d entre elles ont été effectivement auditées. Les résultats ont prouvé des améliorations significatives en termes de maîtrise des procédures et de transparence, même si beaucoup de dysfonctionnements ont été révélés. En application des délibérations du Conseil de Régulation, plusieurs investigations ont été menées et ont donné lieu à des rapports définitifs. L ARMP dispose d une cellule d Enquête et d Investigation dont les membres, assermentés, ne disposent pas d auto-saisine et ne peuvent donc exercer leurs prérogatives qu en vertu d un ordre de mission du Directeur Général après décision du Comité de Règlement des Différends (CRD). Durant leurs investigations, les enquêteurs peuvent accéder à tous locaux, terrains ou transports à usage professionnel appartenant aux autorités contractantes soumises au Code des Marchés publics. Ils peuvent aussi demander communication de tous documents utiles à leurs investigations sans se faire opposer le secret professionnel, à l exception du secret relatif à la défense nationale. L ARMP organise en permanence des sessions de formation à l endroit des différents acteurs de la commande publique (autorités contractantes, secteur privé et société civile). Elle dispose d un centre de formation et organise, en sus des formations certifiantes et qualifiantes, un master en marché public, de concert avec l Université Cheikh Anta Diop de Dakar et l Ecole Nationale d (ENA). 15 Cérémonie de remise du rapport 2011 au Premier Ministre Abdoul MBAYE

16 PRESENTATION DE L ARMP 16 L Autorité de Régulation des Marchés (ARMP), fidèle à la tradition, et en conformité avec les dispositions du décret de l article 2.16 du décret n du 25 avril 2007 portant son organisation et son fonctionnement, a élaboré le présent rapport qui rend compte de ses activités les plus significatives au titre de l année Celles-ci consistent, entre autres, à assurer la régulation du système de passation des marchés publics et des conventions de délégation de services publics à travers l émission d avis, de propositions ou de recommandations dans le cadre de la définition des politiques et de l assistance à l élaboration de la règlementation en matière de marchés publics et délégations de service public, la contribution à l information et à la formation de l ensemble des acteurs de la commande publique, l exécution d enquêtes, la mise en œuvre d audits indépendants des procédures de passation des marchés publics, le règlement non juridictionnel des litiges, la sanction des irrégularités constatées et le règlement amiable des différends. Pour rappel, l ARMP est une autorité administrative indépendante créée par la loi N du 30 juin 2006 modifiant le Code des Obligations de l. Rattachée institutionnellement à la Primature, elle est dotée de l autonomie financière et de gestion ainsi que de la personnalité juridique. Elle est composée d un Conseil de Régulation, d un Comité de Règlement des Différends et d une Direction générale. L article 2.16 du décret n du 25 avril 2007 portant organisation et fonctionnement de l ARMP dispose que celle-ci doit, chaque année, «transmettre au Président de la République, au Premier Ministre, au Président de l Assemblée Nationale et au Président de la Cour des Comptes, un rapport annuel sur l efficacité et la fiabilité du système de passation, d exécution et de contrôle des marchés publics et délégations de service public, assorti de toutes recommandations susceptibles de l améliorer». De fait, 2013 a été une année charnière, à la croisée des chemins entre, dans un premier temps, la mise en œuvre et la consolidation de la réforme du système national de passation des marchés publics, et dans un second moment, le démarrage des réformes de seconde génération, à travers notamment le lancement d études portant sur la dématérialisation de la soumission des offres et sur les délégations de service publics. L objectif majeur visé est, à terme, la modernisation des procédures ainsi que l amélioration du cadre législatif et règlementaire. Dans une telle logique, l ARMP, consciente que les marchés publics sont des outils de développement et, en tant que tels, ont pour finalité la satisfaction des besoins des populations, a ardument travaillé, tout au long de l année 2013, à la relecture de la règlementation en vigueur, à travers un nouveau toilettage du Code des Marchés publics, dans le cadre d un processus ayant impliqué toutes les catégories d acteurs intervenant dans la passation, le contrôle et l exécution des marchés publics. A cet égard, l accent a été mis sur la formulation de dispositions visant la célérité des procédures. Sur un autre registre, l option en faveur d une professionnalisation des acteurs de la commande publique a été confirmée en 2013, avec le lancement de la deuxième promotion du Master en Management et Régulation des Marchés publics, lequel avait été mis en place en 2012, conjointement par l ARMP, l Ecole nationale d (ENA) et l Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD).

17 Par ailleurs, dans un contexte d évolution institutionnelle constante, et en vue de la définition de nouvelles orientations adaptées aux réalités, l ARMP a enclenché en 2013 le processus d élaboration d un nouveau Plan Global de Formation pour la période allant de 2014 à 1017 ; il y a lieu de souligner qu au titre des perspectives pour 2014, il est prévu l évaluation du plan précédent (le PAGF) dont la mise en œuvre avait cours depuis Concernant l évaluation du fonctionnement du système, les audits des procédures de passation des marchés ont révélé une évolution positive dans l application de celles-ci, traduite par une meilleure maîtrise, par les autorités contractantes, des dispositions juridiques régissant la matière ; ces résultats satisfaisants n occultent cependant pas le fait que certaines structures se soient adonnées à de mauvaises pratiques en contournant à certains égards le Code des Marchés (CMP). A ce propos, l exécution correcte des recommandations formulées dans les rapports d audit permettront de façon significative de contrecarrer cet état de fait. Le présent rapport prend en charge divers aspects relatifs notamment aux indicateurs significatifs et à l évaluation du cadre opérationnel de l environnement des marchés publics, aux résultats des travaux d audits et d enquêtes réalisés auprès des autorités contractantes, à la politique de formation et de sensibilisation des acteurs de la commande publique, au cadre juridique et institutionnel ainsi qu à la gestion et au management de l institution. 17 Acteurs portuaires et parlementaires se retrouvent à l ARMP

18 Organigramme de l ARMP Mme Astou Ndiaye FALL Assistante du DG Khadijetou Dia Ly Inspecteur aux Enquêtes des Marchés Ousseynou Cissé Inspecteur aux Enquêtes des Marchés Saër NIANG Directeur Général 18 Poulmery Ba Niang Directrice de la Formation et des Appuis techniques Ely Manel FALL Directeur de la Réglementation et des Affaires Juridiques Ndèye Mbaye Dieng SALL Chargée de Programme Formation Moussa Diagne Chef Division Formation El Hadj Moussa NDIAYE Assistant Pédagogique Aissatou DIENG TRAORE Chef Division Appui Technique Baye Samba DIOP Chef Division Réglementation Alioune Badara DIOP Assistant Division Réglementation

19 Serigne Adama BOYE Conseiller en Communication Takia Nafissatou Carvhalho Tall Conseillère Chargée de la Coordination et du suivi Fatou Bintou LEYE DIA Auditeur Interne Ndeye Siga GUEYE Directrice des Services Administratif et Financier Cheikh Hamala NDIAYE Directeur de la Statistique et de la Documentation 19 Fatou THIOBANE Assistante Admin Lamine NDIR Chargé des Recettes Abdourahmane Thiam Chef Comptable Ousseynou SOW Chef Division Informatique Ndèye Sine NDIAYE Camara Assistante / Archiviste Anne Marie Cécile DIENE Archiviste Amadou كxآل Birahim FALL Responsable Logistique et protocole Assistant RH Makhtar SOW Comptable Fatou Diassé GUEYE Comptable Sidy FAYE Chauffeur Talibé DIOUF Chauffeur Ngor NGINGUE Chauffeur Amady BATHILY Chauffeur Oumou Seck Ndao Comptable / Standardiste Mor GUEYE Caissier

20 Le Ministre Diène Farba SARR en visite de travail à l ARMP 20 Mme DELLICOUR, représentante de l Union Européenne en atelier sur le code en wolof

21 I. INDICATEURS SIGNIFICATIFS SUR LES MARCHES PUBLICS EN Situation des plans de passation des marchés de plans ont été publiés sur 2013 avec 1460 révisions et projets de marchés pour tous les plans confondus. Les besoins exprimés en fourniture par les autorités contractantes dépassent très largement les autres types de besoins, soit 45% au total (Source Portail des Marchés ). Nombre de Type de marché marchés Prévus 2013 Prestation intellectuelle Travaux Fournitures Services Contrat de Concession de Service Public 174 Total Les DRP constituaient 73% des marchés prévus en Nombre de Mode de Passation marchés Prévus 2013 Avis d appel d offres (AO) Demande de Renseignement de Prix (DRP) Marchés par entente directe (MED) 67 Autres Total Les statistiques montrent également que les besoins exprimés par les structures de l dépassent de loin les autres types de besoins et concernent en majorité les marchés de fournitures et de services, alors que pour les agences, l accent est surtout mis sur les marchés de travaux et les études. Le tableau ci-après donne le détail des besoins exprimés par les autorités contractantes par type de marché. AC / Type marché Etat Agences CL EP SNSPPM Total Travaux Fourniture Service PI Concession Total % 0% 17% 9% 73% 0% 9% 45% 18% Travaux Fourniture Service PI Concession Appels d offres DRP ED Autres 21

22 Le tableau ci-après montre que les DRP dominent très largement les besoins exprimés pour tous les types d autorités contractantes, à l exception des agences, des sociétés nationales et des établissements publics où il y a une prédominance des marchés par appel d offres ouvert. AC / Type marché Etat Agences CL EP SNSPPM Total Appel d offres DRP ED Autres Total Poids et pourcentage des marchés immatriculés sur l année % des marchés sont passés par appel d offres et représentent en poids FCFA. Seuls 19% des marchés sont passés par entente directe et représentent en volume FCFA. Le poids et le pourcentage des marchés passés sur l année 2013 se présentent comme suit : Mode de passation Budget consolidé d investissement MODE DE FINANCEMENT (en FCFA) Budget de fonctionnement Comptes spéciaux du Trésor Fonds extérieurs TOTAUX Appels d offres Ententes directes TOTAUX % Ententes directes 19% 13% 35% 21% 19% La valeur des marchés passés sur 2013 a augmenté par rapport à Le pourcentage des ententes directes en 2013 a connu également une hausse de 1% par rapport à Evolution des marchés immatriculés par la DCMP et ententes directes de 2008 à 2013 Années Appels d offres (FCFA) Ententes directes (FCFA) % entente directe Total (FCFA) % % % % % % NB : Les marchés régis par l article 76 alinéa 2 a) du décret n du 27 juillet 2011 portant Code des marchés publics, relatifs aux travaux, fournitures et services dont l exécution doit s entourer de mesures particulières de sécurité lorsque la protection de l intérêt supérieur de la nation l exige, ne font pas l objet d une publication

LE COMITE DE REGLEMENT DES DIFFERENDS STATUANT EN COMMISSION LITIGES,

LE COMITE DE REGLEMENT DES DIFFERENDS STATUANT EN COMMISSION LITIGES, DECISION N 013/14/ARMP/CRD DU 15 JANVIER 2014 DU COMITE DE REGLEMENT DES DIFFERENDS STATUANT EN COMMISSION LITIGES SUR LE RECOURS DE LA SOCIETE MIWIS CONTESTANT L ATTRIBUTION PROVISOIRE DU MARCHE RELATIF

Plus en détail

LE COMITE DE REGLEMENT DES DIFFERENDS STATUANT EN COMMISSION LITIGES,

LE COMITE DE REGLEMENT DES DIFFERENDS STATUANT EN COMMISSION LITIGES, DECISION N 327/13/ARMP/CRD DU 30 OCTOBRE 2013 DU COMITE DE REGLEMENT DES DIFFERENDS STATUANT EN COMMISSION LITIGES SUR LA DEMANDE D AUTORISATION INITIEE PAR LE CONSEIL SENEGALAIS DES CHARGEURS (COSEC)

Plus en détail

LE COMITE DE REGLEMENT DES DIFFERENDS STATUANT EN COMMISSION LITIGES ;

LE COMITE DE REGLEMENT DES DIFFERENDS STATUANT EN COMMISSION LITIGES ; DECISION N 094/13/ARMP/CRD DU 24 AVRIL 2013 DU COMITE DE REGLEMENT DES DIFFERENDS STATUANT EN COMMISSION LITIGES SUR LA DEMANDE D ARBITRAGE DE AGEROUTE SENEGAL SUITE A LA RECOMMANDATION DE LA DIRECTION

Plus en détail

LE COMITE DE REGLEMENT DES DIFFERENDS STATUANT EN COMMISSION LITIGES,

LE COMITE DE REGLEMENT DES DIFFERENDS STATUANT EN COMMISSION LITIGES, DECISION N 026/13/ARMP/CRD DU 13 FEVRIER 2013 DU COMITE DE REGLEMENT DES DIFFERENDS STATUANT EN COMMISSION LITIGES SUR LE RECOURS DE LA SOCIETE TACO SARL CONTESTANT LA DECISION D ATTRIBUTION DU MARCHE

Plus en détail

à la loi et aux principes de régulation;

à la loi et aux principes de régulation; République du Sénégal Un Peuple - Un Bt:1- Une fei ~ ".-!J -fa b 4 " -".",.",.",,.,~~:-Î;,,~;~~,;-;; DECISION N 056/15/ARMP/CRD DU 04 MARS 2015 DU COMITE DE REGLEMENT DES DIFFERENDS STATUANT EN COMMISSION

Plus en détail

AUTORITÉ DE RÉGULATION DES MARCHÉS PUBLICS

AUTORITÉ DE RÉGULATION DES MARCHÉS PUBLICS République du Sénégal Un Pllupio Un QUI Une Fo; AUTORITÉ DE RÉGULATION DES MARCHÉS PUBLICS DECISION N 221/14/ARMP/CRD DU 20 AOUT 2014 DU COMITE DE REGLEMENT DES DIFFERENDS STATUANT EN COMMISSION LITIGES

Plus en détail

Immeuble Horizons S.A. 83, Boulevard de la République 3 ème Etage Dakar Sénégal

Immeuble Horizons S.A. 83, Boulevard de la République 3 ème Etage Dakar Sénégal KPMG Sénégal Immeuble Horizons S.A. 83, Boulevard de la République 3 ème Etage Dakar Sénégal Téléphone : + 221 33 849 27 27 Télécopie : + 221 33 822 17 02 NINEA : 22486242 S 3 RC : SN -DKR -2003- B 4429

Plus en détail

BSC BUSINESS SYSTEM CONSULTING GROUP (Conseil - Audit - Expertise)

BSC BUSINESS SYSTEM CONSULTING GROUP (Conseil - Audit - Expertise) BSC BUSINESS SYSTEM CONSULTING GROUP (Conseil - Audit - Expertise) 12, Rue Saint Michel BP 11 616 Dakar Tél (221) 33 821 41 72 Fax (221)33 822 95 03 E mail bsc@arc.sn REPUBLIQUE DU SENEGAL AUTORITE DE

Plus en détail

REPUBLIQUE DU SENEGAL PRIMATURE AUTORITE DE REGULATION DES MARCHES PUBLICS (ARMP)

REPUBLIQUE DU SENEGAL PRIMATURE AUTORITE DE REGULATION DES MARCHES PUBLICS (ARMP) REPUBLIQUE DU SENEGAL PRIMATURE AUTORITE DE REGULATION DES MARCHES PUBLICS (ARMP) REVUE INDEPENDANTE DE LA CONFORMITE DE LA PASSATION DES MARCHES DES AUTORITES CONTRACTANTES DU GROUPE IV AU TITRE DE LA

Plus en détail

conforme à l original

conforme à l original REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE Union - Discipline - Travail Copie certifiée -------------- conforme à l original DECISION N 020/2012/ANRMP/CRS DU 30 AOÛT 2012 SUR LE RECOURS DE LA SOCIETE MEDICAL PROGRESS

Plus en détail

REPUBLIQUE DU SENEGAL PRIMATURE AUTORITE DE REGULATION DES MARCHES PUBLICS (ARMP)

REPUBLIQUE DU SENEGAL PRIMATURE AUTORITE DE REGULATION DES MARCHES PUBLICS (ARMP) REPUBLIQUE DU SENEGAL PRIMATURE AUTORITE DE REGULATION DES MARCHES PUBLICS (ARMP) REVUE INDEPENDANTE DE LA CONFORMITE DE LA PASSATION DES MARCHES DES AUTORITES CONTRACTANTES DU GROUPE IV AU TITRE DE LA

Plus en détail

Convention de délégation de tâches < x > Programmation 2014-2020 CADRE REGLEMENTAIRE : < FONDS >, < PROGRAMME(S) >,

Convention de délégation de tâches < x > Programmation 2014-2020 CADRE REGLEMENTAIRE : < FONDS >, < PROGRAMME(S) >, <AUTORITE DE GESTION> Version finale : Trame commune [FEDER/FSE] 2014-2020 Convention de délégation de tâches < x > Programmation 2014-2020 CADRE REGLEMENTAIRE : < FONDS >, < PROGRAMME(S) >, Entre < l

Plus en détail

Copie Certifiée Conforme à l original

Copie Certifiée Conforme à l original REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE Union - Discipline - Travail ------------- Copie Certifiée Conforme à l original DECISION N 010/2015/ANRMP/CRS DU 02 AVRIL 2015 SUR LE RECOURS DE LA SOCIETE KINAN CONTESTANT

Plus en détail

Critère environnemental dans la réforme du Code des Marchés Publics

Critère environnemental dans la réforme du Code des Marchés Publics Critère environnemental dans la réforme du Code des Marchés Publics 2006 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille réglementaire a été établie à partir des Décrets n 2004-15 du 7 janvier 2004 et n 2006-975

Plus en détail

PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES

PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES adopté à Madrid le 27 juin 1989, modifié le 3 octobre 2006 et le 12 novembre 2007 Liste des articles du

Plus en détail

THEME 1 : Le contrôle des ressources financières allouées au secteur de la santé publique

THEME 1 : Le contrôle des ressources financières allouées au secteur de la santé publique OBJECTIFS THEME 1 : Le contrôle des ressources financières allouées au secteur de la santé publique Présenté par l Inspection Générale d Etat de la Guinée Conakry Dans le cadre du programme de contrôle

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES RÉPUBLIQUE DU BÉNIN COUR CONSTITUTIONNELLE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Le présent Règlement Intérieur est pris en application des dispositions de la Loi n 90-032

Plus en détail

conforme à l original

conforme à l original REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE Union - Discipline - Travail Copie certifiée -------------- conforme à l original DECISION N 006/2012/ANRMP/CRS DU 22 MARS 2012 SUR LE RECOURS DE LA SOCIETE J. DELAF CONTESTANT

Plus en détail

Document technique Outil d évaluation des risques et orientation

Document technique Outil d évaluation des risques et orientation Promotion de la bonne gouvernance et lutte contre la corruption Activité T3.3 : (SNAC Tunisie) Apporter des outils et des méthodologies ainsi que consolider les capacités pour soutenir la conception de

Plus en détail

SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA

SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA TERMES DE REFERENCE SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA TDR : REFERENTIELS ET PROCEDURES

Plus en détail

CONVENTION régissant l Union Monétaire de l Afrique Centrale (UMAC).

CONVENTION régissant l Union Monétaire de l Afrique Centrale (UMAC). CONVENTION régissant l Union Monétaire de l Afrique Centrale (UMAC). PRÉAMBULE Le Gouvernement de la République du Cameroun ; Le Gouvernement de la République Centrafricaine ; Le Gouvernement de la République

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DU SENEGAL

JOURNAL OFFICIEL DU SENEGAL 1 sur 6 12.11.2010 16:41 JOURNAL OFFICIEL DU SENEGAL LOI D ORIENTATION n 2008-29 du 28 juillet 2008 LOI D ORIENTATION n 2008-29 du 28 juillet 2008 relative à la promotion et au développement des petites

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU REDRESSEMENT PRODUCTIF PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES, INNOVATION ET ÉCONOMIE NUMÉRIQUE Ordonnance n o 2014-329 du 12 mars 2014 relative à l

Plus en détail

PARTIE I À LA DÉCOUVERTE DES MARCHÉS PUBLICS LES PRINCIPES ET LES RÈGLES APPLICABLES

PARTIE I À LA DÉCOUVERTE DES MARCHÉS PUBLICS LES PRINCIPES ET LES RÈGLES APPLICABLES Table des matières Pages Index des principales abréviations Cadre législatif et réglementaire utilisé... 13 Avant-propos... 15 PARTIE I À LA DÉCOUVERTE DES MARCHÉS PUBLICS LES PRINCIPES ET LES RÈGLES APPLICABLES

Plus en détail

Décret n 2008-517 du 20 mai 2008

Décret n 2008-517 du 20 mai 2008 Décret n 2008-517 du 20 mai 2008 Décret n 2008-517 du 20 mai 2008 fixant les modalités d organisation et de fonctionnement des Agences régionales de Développement. RAPPORT DE PRESENTATION En application

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Bordeaux statuant au contentieux N 04BX02064 Inédit au Recueil Lebon M. Jean-Michel BAYLE, Rapporteur M. PEANO, Commissaire du gouvernement M. LEPLAT, Président CABINET D

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MONTREVEL EN BRESSE Place de la Résistance BP 69 01340 MONTREVEL EN BRESSE Tél: 04 74 25 68 98 Fax : 04 74 30 85 42

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MONTREVEL EN BRESSE Place de la Résistance BP 69 01340 MONTREVEL EN BRESSE Tél: 04 74 25 68 98 Fax : 04 74 30 85 42 COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MONTREVEL EN BRESSE Place de la Résistance BP 69 01340 MONTREVEL EN BRESSE Tél: 04 74 25 68 98 Fax : 04 74 30 85 42 REGLEMENT INTERIEUR DES PROCEDURES ADAPTEES Article 28 du Code

Plus en détail

AUDIT TRIMESTRIEL DES MARCHES PUBLICS 2010 RAPPORT N 2 : I RAPPEL :

AUDIT TRIMESTRIEL DES MARCHES PUBLICS 2010 RAPPORT N 2 : I RAPPEL : MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -_-_-_-_-_-_-_-_-_- MINISTERE DU CONTRÔLE D ETAT ET DES AUDITS -_-_-_-_-_-_-_-_-_- COMMISSION DE SUPERVISION DE L AUDIT TRIMESTRIEL REPUBLIQUE DE GUINEE Travail

Plus en détail

LA CCMOSS VOUS INFORME Bulletin N 5

LA CCMOSS VOUS INFORME Bulletin N 5 LA CCMOSS VOUS INFORME Bulletin N 5 NOUVELLES DISPOSITIONS DU CODE DES MARCHES PUBLICS Fin décembre 2008, plusieurs décrets sont venus modifier les dispositions du Code des marchés Publics : - Décret 2008-1334

Plus en détail

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49 Table des matières Remerciements... 11 Sommaire... 13 Liste des principales abréviations... 15 Préface... 19 Introduction générale... 23 I. L enrichissement de la conception de l administration au sein

Plus en détail

LOI N 2006-01 portant Code des Postes

LOI N 2006-01 portant Code des Postes REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi LOI N 2006-01 portant Code des Postes EXPOSE DES MOTIFS Le secteur postal connaît actuellement des mutations liées notamment aux avancées technologiques,

Plus en détail

pour la couverture des risques liés à l activité

pour la couverture des risques liés à l activité DOSSIER D APPEL D OFFRES NATIONAL OUVERT émis le :.. pour la couverture des risques liés à l activité Appel d Offres N : S_SAF_017 «AON PNA ASSURANCES /AN/2013» Autorité contractante : RÉPUBLIQUE DU SÉNÉGAL

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/10/2012 Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX02490 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre (formation à 3) Mme FLECHER-BOURJOL, président Mme Françoise LEYMONERIE, rapporteur M. VIE, commissaire

Plus en détail

AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON

AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON RAPPORT DU PRESIDENT A L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE DU 1er JUIN 2004 SUR

Plus en détail

TABLE ANALYTIQUE. Les chiffres renvoient aux numéros de pages. Section 2 Exonération 144. Chapitre 2 Applications 179

TABLE ANALYTIQUE. Les chiffres renvoient aux numéros de pages. Section 2 Exonération 144. Chapitre 2 Applications 179 TABLE ANALYTIQUE Les chiffres renvoient aux numéros de pages Introduction générale 7 LIVRE 1 Droit européen de la concurrence Introduction 19 Partie 1 Ententes et abus de position dominante Titre 1 Domaine

Plus en détail

Sélection d un Consultant chargé d accompagner le GIM-UEMOA dans le processus de mise en place d un Plan de Continuité de l Activité (PCA)

Sélection d un Consultant chargé d accompagner le GIM-UEMOA dans le processus de mise en place d un Plan de Continuité de l Activité (PCA) TERMES DE REFERENCE Sélection d un Consultant chargé d accompagner le GIM-UEMOA dans le processus de mise en place d un Plan de Continuité de l Activité (PCA) TDR_Plan de Continuité de l Activité (PCA)

Plus en détail

Analyse et suivi budgétaire par Social Watch Bénin: un exemple de contrôle citoyen

Analyse et suivi budgétaire par Social Watch Bénin: un exemple de contrôle citoyen * Analyse et suivi budgétaire par Social Watch Bénin: un exemple de contrôle citoyen LOKOSSA, 25 février 2010 Jean-Pierre DEGUE Chargé de Programmes Social Watch Bénin, Tél. 95 15 22 48 1 INTRODUCTION

Plus en détail

Projet de raccordement au réseau de transport de gaz naturel CONVENTION D ETUDES DE RACCORDEMENT. DISTRIBUTEUR : Commune :.. (dpt)

Projet de raccordement au réseau de transport de gaz naturel CONVENTION D ETUDES DE RACCORDEMENT. DISTRIBUTEUR : Commune :.. (dpt) Projet de raccordement au réseau de transport de gaz naturel CONVENTION D ETUDES DE RACCORDEMENT Référence : REG.DIS.SITE.CER.XX DISTRIBUTEUR : Document type : Convention d études de raccordement DISTRIBUTEUR

Plus en détail

Telle est, Monsieur le Président de la République, l économie du présent projet de décret que j ai l honneur de soumettre à votre signature.

Telle est, Monsieur le Président de la République, l économie du présent projet de décret que j ai l honneur de soumettre à votre signature. REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un but - Une Foi ----------------- DECRET N 83-423 du 21 AVRIL 1983 RELATIF AUX ACTIVITES DE TRANSACTION ET DE GESTION IMMOBILIERES RAPPORT DE PRESENTATION La loi n 82-07

Plus en détail

Ce livre blanc dresse un panorama synthétique des principales notions à connaître sur les Marchés Publics et sur l application du Code 2009.

Ce livre blanc dresse un panorama synthétique des principales notions à connaître sur les Marchés Publics et sur l application du Code 2009. Mai 2009 Livre Blanc Les Evolutions du Code des Marches Publics en 2009 INTRODUCTION 1/ DEFINITION DU CADRE DE LA COMMANDE PUBLIQUE 1.1. L'article 1 er du Code des Marchés Publics 2006 1.2. Les textes

Plus en détail

Master en Gouvernance et management des marchés publics en appui au développement durable

Master en Gouvernance et management des marchés publics en appui au développement durable Master en Gouvernance et management des marchés publics en appui au développement durable Turin, Italie Contexte Le Centre international de formation de l Organisation internationale du Travail (CIF-OIT)

Plus en détail

Chapitre IV. La certification des comptes

Chapitre IV. La certification des comptes Chapitre IV La certification des comptes Aux termes de la Constitution, «les comptes des administrations publiques sont réguliers, sincères et donnent une image fidèle de leur gestion, de leur patrimoine

Plus en détail

III.2 Rapport du Président du Conseil

III.2 Rapport du Président du Conseil III.2 Rapport du Président du Conseil de Surveillance sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques Rapport du directoire rapports du conseil de surveillance 2012 1 Obligations légales

Plus en détail

GESTION DES CARTES «ACHAT»

GESTION DES CARTES «ACHAT» Page 1/12 Destinataires : Agence Comptable Logistique Contrôle de Gestion Domaine concerné : Thème concerné : Sous thème concerné : Mot-clé : ACHAT, COMPTABILITE, GESTION, BUDGET Organisation de la gestion

Plus en détail

Présentation du Sénégal «La douane et les réformes liées à la de la facilitation des échanges»

Présentation du Sénégal «La douane et les réformes liées à la de la facilitation des échanges» Multi-year Expert Meeting on Transport, Trade Logistics and Trade Facilitation Second Session Trade facilitation rules as a trade enabler: options and requirements Geneva, 1 3 July 2014 Présentation du

Plus en détail

CONVENTION REGISSANT L UNION MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE (U.M.A.C.)

CONVENTION REGISSANT L UNION MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE (U.M.A.C.) 1 CONVENTION REGISSANT L UNION MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE (U.M.A.C.) Le Gouvernement de la République du Cameroun, Le Gouvernement de la République Centrafricaine, Le Gouvernement de la République

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE UEMOA OUEST AFRICAINE ----------- CONFERENCE DES CHEFS D ETAT ET DE GOUVERNEMENT

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE UEMOA OUEST AFRICAINE ----------- CONFERENCE DES CHEFS D ETAT ET DE GOUVERNEMENT UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE UEMOA OUEST AFRICAINE ----------- CONFERENCE DES CHEFS D ETAT ET DE GOUVERNEMENT TRAITE PORTANT CREATION DU PARLEMENT DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE PREAMBULE

Plus en détail

CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE

CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE Rabat, le 25 décembre 2000 CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE Aux termes de l'article premier du Dahir portant loi n 1-93-212

Plus en détail

Le conseil d'administration de l'établissement public foncier de Poitou-Charentes,

Le conseil d'administration de l'établissement public foncier de Poitou-Charentes, Etablissement Public Foncier de Poitou-Charentes Conseil d'administration Séance du 1 octobre 2013 Délibération n CA-2013-34 Mise à jour du guide interne de la commande publique de l EPF PC Le conseil

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BURUNDI PROJET DE DEVELOPPEMENT DES SECTEURS FINANCIER ET PRIVE (PSD) AUTORITE DE REGULATION DES MARCHES PUBLICS (ARMP)

REPUBLIQUE DU BURUNDI PROJET DE DEVELOPPEMENT DES SECTEURS FINANCIER ET PRIVE (PSD) AUTORITE DE REGULATION DES MARCHES PUBLICS (ARMP) Point E, Boulevard de l Est Angle Rue de Kaolack BP 11 616 Dakar Té l : 221 33 825 13 16 / 221 33 825 62 59 E mail bsc@arc.sn REPUBLIQUE DU BURUNDI PROJET DE DEVELOPPEMENT DES SECTEURS FINANCIER ET PRIVE

Plus en détail

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement Royaume du Maroc Ministère de l Intl Intérieur Direction Générale G des Collectivités s Locales L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

Plus en détail

Le Titre II «Investir» du projet de loi pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques a été adopté par l Assemblée nationale

Le Titre II «Investir» du projet de loi pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques a été adopté par l Assemblée nationale EMMANUEL MACRON MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMERIQUE C o m m u n i q u é d e p r e s s e www.economie.gouv.fr C o m m u n i q u é d e p r e s s e Paris, le 15 février 2015 N 406 Le Titre

Plus en détail

Droit des marchés publics

Droit des marchés publics série 1 - champ D application Du code Des marchés publics et principes fondamentaux 1. la notion de La MarChÉ notion de public marché public Le Code des marchés publics de 2006 distingue, en les intégrant

Plus en détail

contrat de concession et de licence

contrat de concession et de licence REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE UN BUT UNE FOI contrat de concession et de licence relatif a l exploitation de plusieurs parties du secteur de l electricite En date du 31 mars 1999 TABLE DES MATIERES :

Plus en détail

LOI N 98-750 DU 23 DECEMBRE 1998 RELATIVE AU DOMAINE FONCIER RURAL Modifiée par la loi n 2004-412 du 14 août 2004

LOI N 98-750 DU 23 DECEMBRE 1998 RELATIVE AU DOMAINE FONCIER RURAL Modifiée par la loi n 2004-412 du 14 août 2004 LOI N 98-750 DU 23 DECEMBRE 1998 RELATIVE AU DOMAINE FONCIER RURAL Modifiée par la loi n 2004-412 du 14 août 2004 CHAPITRE PREMIER - DEFINITION ET COMPOSITION DU DOMAINE FONCIER RURAL Section première

Plus en détail

b. Les postes à pourvoir dans les nouvelles structures faisant l objet du concours de recrutement ou de promotion sont également ouverts :

b. Les postes à pourvoir dans les nouvelles structures faisant l objet du concours de recrutement ou de promotion sont également ouverts : Transmis copie pour information à : - Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l Etat ; (Avec l expression de mes hommages les plus déférents) Palais de la Nation - Son Excellence

Plus en détail

REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE. Ministère de l Emploi de la Formation Professionnelle et des Technologies de l Information et de la Communication

REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE. Ministère de l Emploi de la Formation Professionnelle et des Technologies de l Information et de la Communication 1 REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Honneur- Fraternité Justice Ministère de l Emploi de la Formation Professionnelle et des Technologies de l Information et de la Communication DOSSIER D APPEL D OFFRES

Plus en détail

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES Mise en place de démarches d appui conseil «gestion des âges» dans le cadre du contrat de génération CADRAGE Cet appel à propositions a pour objet l identification

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL Exercice 2006

RAPPORT ANNUEL Exercice 2006 RAPPORT ANNUEL Exercice 2006 1 MESSAGE DE LA PRESIDENTE Chers Membres, Honorables délégués régionaux, Ce jour marque la tenue de la 13 ème Assemblée Générale de notre Mutuelle d Epargne et de Crédit depuis

Plus en détail

LOI ORGANIQUE N 98-014 DU 10 JUILLET 1998 PORTANT ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DE LA COUR DES COMPTES.

LOI ORGANIQUE N 98-014 DU 10 JUILLET 1998 PORTANT ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DE LA COUR DES COMPTES. LOI ORGANIQUE N 98-014 DU 10 JUILLET 1998 PORTANT ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DE LA COUR DES COMPTES. Loi organique n 98-014 du 10 juillet 1998 portant o rganisation et fonctionnement de la Cour des

Plus en détail

janvier Code de conduite du groupe

janvier Code de conduite du groupe janvier 2013 Code du groupe Engagements du Groupe 1 Engagements du Groupe À travers ses réseaux de banque de détail, sa banque de financement et d investissement, et l ensemble des métiers fondés sur l

Plus en détail

CENTRE MAROCAIN DE L INNOVATION CAHIER DE CHARGES REFERENCEMENT DES PRESTATAIRES DE SERVICES

CENTRE MAROCAIN DE L INNOVATION CAHIER DE CHARGES REFERENCEMENT DES PRESTATAIRES DE SERVICES CENTRE MAROCAIN DE L INNOVATION CAHIER DE CHARGES REFERENCEMENT DES PRESTATAIRES DE SERVICES Décembre 2012 1. Introduction Conscient des enjeux de l innovation, le Ministère de l Industrie, du Commerce

Plus en détail

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 Avec l appui de l ensemble de ses partenaires au développement, notamment www.gcpnd.gouv.ci

Plus en détail

REPUBLIQUE D'HAITI CONVENTION MINIERE TYPE. EN VERTU DU PERMIS D EXPLOITATION N o

REPUBLIQUE D'HAITI CONVENTION MINIERE TYPE. EN VERTU DU PERMIS D EXPLOITATION N o REPUBLIQUE D'HAITI CONVENTION MINIERE TYPE RELATIVE A L EXPLOITATION DU GISEMENT SITUÉ DANS LA COMMUNE DE DANS LE DEPARTEMENT DE EN VERTU DU PERMIS D EXPLOITATION N o OCTROYÉ LE Le, ENTRE L ETAT HAITIEN,

Plus en détail

ÉBAUCHE POUR COMMENTAIRE MODALITÉS RELATIVES AUX ADJUDICATIONS DES OBLIGATIONS À TRÈS LONG TERME DU GOUVERNEMENT DU CANADA

ÉBAUCHE POUR COMMENTAIRE MODALITÉS RELATIVES AUX ADJUDICATIONS DES OBLIGATIONS À TRÈS LONG TERME DU GOUVERNEMENT DU CANADA ÉBAUCHE POUR COMMENTAIRE Banque du Canada MODALITÉS RELATIVES AUX ADJUDICATIONS DES OBLIGATIONS À TRÈS LONG TERME DU GOUVERNEMENT DU CANADA 1. Par les présentes, le ministre des Finances donne avis que

Plus en détail

RÈGLEMENT DE CONSULTATION

RÈGLEMENT DE CONSULTATION ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE L EQUIPEMENT, DU TRANSPORT ET DE LA LOGISTIQUE DIRECTION DE LA STRATEGIE, DES PROGRAMMES ET DE LA COORDINATION DES TRANSPORTS RÈGLEMENT DE CONSULTATION APPEL D OFFRES OUVERT

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 10DA00763 Inédit au recueil Lebon M. Nowak, président M. David Moreau, rapporteur M. Larue, rapporteur public SCP GABORIT - RUCKER & ASSOCIÉS, avocat(s) 1re chambre

Plus en détail

RAPPORT DE LA COUR DES COMPTES EUROPEENNES ELEMENTS DE CONTEXTE

RAPPORT DE LA COUR DES COMPTES EUROPEENNES ELEMENTS DE CONTEXTE RAPPORT DE LA COUR DES COMPTES EUROPEENNES SUR L EFFICACITE DE L AIDE EXTERIEURE AUX SYSTEMES DE SANTE EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE ELEMENTS DE CONTEXTE L audit réalisé par la Cour des Comptes européennes

Plus en détail

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Définitions (1) Les définitions qui suivent s appliquent à la présente règle. Champ d application «demande de réparation» Sont comprises parmi les demandes de réparation

Plus en détail

ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF

ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF INTRODUCTION Un Etablissent Public Administratif est une personne morale de Droit Public, dotée de l autonomie

Plus en détail

DOSSIER STANDARD D APPEL D OFFRES

DOSSIER STANDARD D APPEL D OFFRES BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT FONDS AFRICAIN DE DEVELOPPEMENT DOSSIER STANDARD D APPEL D OFFRES Unité de contrôle des acquisitions des biens JUILLET 2000 et services, et des prestations de consultants

Plus en détail

Décret 2002-628 du 25 Avril 2002 modifié pris pour l application de la loi 2002-5 du 4 Janvier 2002 relative aux musées de France

Décret 2002-628 du 25 Avril 2002 modifié pris pour l application de la loi 2002-5 du 4 Janvier 2002 relative aux musées de France Décret 2002-628 du 25 Avril 2002 modifié pris pour l application de la loi 2002-5 du 4 Janvier 2002 relative aux musées de France TITRE I er : HAUT CONSEIL DES MUSEES DE FRANCE Art. 1 er. - Le Haut Conseil

Plus en détail

NOTE CIRCULAIRE N 723 RELATIVE AU REMBOURSEMENT DU CREDIT DE TAXE CUMULE

NOTE CIRCULAIRE N 723 RELATIVE AU REMBOURSEMENT DU CREDIT DE TAXE CUMULE NOTE CIRCULAIRE N 723 RELATIVE AU REMBOURSEMENT DU CREDIT DE TAXE CUMULE Dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations des assises nationales sur la fiscalité tenues à Skhirat les 29 et 30 avril

Plus en détail

Loi n 0005/2008 du 11 juillet 2008 portant création, organisation et fonctionnement de l Agence Nationale de l Aviation civile

Loi n 0005/2008 du 11 juillet 2008 portant création, organisation et fonctionnement de l Agence Nationale de l Aviation civile - 1 - Loi n 0005/2008 du 11 juillet 2008 portant création, organisation et fonctionnement de l Agence Nationale de l Aviation civile L Assemblée nationale et le Sénat ont délibéré et adopté Le Président

Plus en détail

DEMANDES TYPES DE PROPOSITIONS POUR DES SERVICES DE CONSULTANTS ET MODELES DE CONTRATS

DEMANDES TYPES DE PROPOSITIONS POUR DES SERVICES DE CONSULTANTS ET MODELES DE CONTRATS REPUBLIQUE D HAITI COMMISSION NATIONALE DES MARCHES PUBLICS (CNMP) DEMANDES TYPES DE PROPOSITIONS POUR DES SERVICES DE CONSULTANTS ET MODELES DE CONTRATS SÉLECTION D UN CONSULTANT 1 SOMMAIRE SELECTION

Plus en détail

«A R A P L de HAUTE NORMANDIE» Association déclarée, régie par la Loi du 1 er juillet 1901 ============ REGLEMENT INTERIEUR TITRE I

«A R A P L de HAUTE NORMANDIE» Association déclarée, régie par la Loi du 1 er juillet 1901 ============ REGLEMENT INTERIEUR TITRE I «A R A P L de HAUTE NORMANDIE» ASSOCIATION REGIONALE AGREEE DES PROFESSIONS LIBERALES de HAUTE NORMANDIE Association déclarée, régie par la Loi du 1 er juillet 1901 ============ REGLEMENT INTERIEUR TITRE

Plus en détail

1. Le recours à l accord-cadre

1. Le recours à l accord-cadre LES ACCORDS-CADRES Inspirés de la technique française des marchés à bons de commande, les accords-cadres ont été consacrés en droit communautaire par les directives du 31 mars 2004 (2004/17 et 2004/18)

Plus en détail

Rédaction du document Validation du document Approbation du document. MME KIPRE MARIE-LAURENCE Chef de service Qualité

Rédaction du document Validation du document Approbation du document. MME KIPRE MARIE-LAURENCE Chef de service Qualité RAI RAPPORT D AUDIT INTERNE DE L ACDP Processus Tous les processus Référence : DGTCP-ACDP-RAI-01 Version : 1 Date d édition : 12/08/2010 Période Du 20 au 26 juillet 2010 Objet : Le présent document constituant

Plus en détail

Les outils «cloud» dédiés aux juristes d entreprises. Cadre juridique

Les outils «cloud» dédiés aux juristes d entreprises. Cadre juridique Les outils «cloud» dédiés aux juristes d entreprises Cadre juridique Présenté par Béatrice Delmas-Linel et Céline Mutz Cabinet De Gaulle Fleurance & Associés 29 juin 2012 1 Introduction La dématérialisation

Plus en détail

Passation des marchés de fournitures

Passation des marchés de fournitures DOSSIER TYPE D APPEL D OFFRES Passation des marchés de fournitures Banque mondiale Mai 2004 Mise à jour Mai 2005 Révisions Mai 2005 (i) Instructions aux soumissionnaires (IS) 14.2 : mise à jour destinée

Plus en détail

PROTOCOLE DE MISE EN OEUVRE DE LA COMMUNICATION ELECTRONIQUE ENTRE LES AVOCATS ET LES CHAMBRES CIVILES DE LA COUR D APPEL DE LYON

PROTOCOLE DE MISE EN OEUVRE DE LA COMMUNICATION ELECTRONIQUE ENTRE LES AVOCATS ET LES CHAMBRES CIVILES DE LA COUR D APPEL DE LYON PROTOCOLE DE MISE EN OEUVRE DE LA COMMUNICATION ELECTRONIQUE ENTRE LES AVOCATS ET LES CHAMBRES CIVILES DE LA COUR D APPEL DE LYON La cour d appel de Lyon représentée par son premier président et son procureur

Plus en détail

CIRCULAIRE N 01/02 (annule et remplace la circulaire n 01/00)

CIRCULAIRE N 01/02 (annule et remplace la circulaire n 01/00) Rabat, le 11 mars 2002 CIRCULAIRE N 01/02 (annule et remplace la circulaire n 01/00) RELATIVE A LA RELATION ENTRE LES SOCIETES DE BOURSE ET LEUR CLIENTELE DANS LE CADRE DE L ACTIVITE D INTERMEDIATION Aux

Plus en détail

Les marchés publics à procédure. adaptée

Les marchés publics à procédure. adaptée Les marchés publics à procédure adaptée 1 I. Introduction 2 Les MAPA Définition d un marché public : article 1er du code des marchés publics (CMP) Identification des pouvoirs adjudicateurs, dont «les collectivités

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA COMMANDE PUBLIQUE

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA COMMANDE PUBLIQUE RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA COMMANDE PUBLIQUE Article 1 Lorsque les marchés publics de fournitures, services et travaux sont d un montant inférieur au seuil de 230 000 euros HT, l autorité adjudicatrice

Plus en détail

EVALUATION FINALE SEN/024. Programme d Appui à la Mise en Œuvre de la Réforme de l Enseignement technique et Formation professionnelle

EVALUATION FINALE SEN/024. Programme d Appui à la Mise en Œuvre de la Réforme de l Enseignement technique et Formation professionnelle EVALUATION FINALE SEN/024 Programme d Appui à la Mise en Œuvre de la Réforme de l Enseignement technique et Formation professionnelle FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES ACHATS

POLITIQUE SUR LES ACHATS POLITIQUE SUR LES ACHATS Adoption : Conseil d administration du RCDR, 24 février 2006 Dernière révision : Conseil d administration du RCDR, 19 mars 2014 1. OBJET Définir les responsabilités et les obligations

Plus en détail

OTRT : Office Tchadien de Régulation des Télécommunications. Contrat de Bureau d enregistrement

OTRT : Office Tchadien de Régulation des Télécommunications. Contrat de Bureau d enregistrement REPUBLIQUE DU TCHAD Unité - Travail - Progrès REPUBLIQUE DU TCHAD Unité - Travail - Progrès OTRT : Office Tchadien de Régulation des Télécommunications Contrat de Bureau d enregistrement Contrat de Bureau

Plus en détail

Investissements d avenir. Initiative PME - Biodiversité

Investissements d avenir. Initiative PME - Biodiversité Investissements d avenir Initiative PME - Biodiversité Calendrier de l Initiative L Initiative est ouverte le 9 juillet 2015. Les relevés des projets sont effectués : 1 re clôture 2 nde clôture 5 octobre

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE CLUB MEDITERRANEE SA

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE CLUB MEDITERRANEE SA REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE CLUB MEDITERRANEE SA Le Conseil d Administration (le "Conseil d Administration" ou le "Conseil") de la société Club Méditerranée SA (la "Société") a décidé

Plus en détail

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Présentée par Gérard Cherpion, Bernard Perrut, Jean -Charles Taugourdeau

Plus en détail

CONTRAT D INTERCHANGE EDI

CONTRAT D INTERCHANGE EDI CLUB INFORMATIQUE DES GRANDES ENTREPRISES FRANCAISES 21, avenue de Messine - 75008 PARIS Tél. : 01 56 59 70 00 - Fax : 01 56 59 70 01 http://www.cigref.fr cigref@cigref.fr CONTRAT D INTERCHANGE EDI Janvier

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION

REGLEMENT DE LA CONSULTATION Marché : CONTRAT DE MAINTENANCE DES ASCENSEURS, MONTE CHARGES ET APPAREILS ELEVATEURS DU CENTRE HOSPITALIER DE PERIGUEUX MARCHE DE SERVICE MARCHE PASSE SUIVANT LA PROCEDURE «D APPEL D OFFRES OUVERT» (Articles

Plus en détail

PolyReg Association Générale d Autorégulation. Règlement de contrôle et de sanction des règles de déontologie

PolyReg Association Générale d Autorégulation. Règlement de contrôle et de sanction des règles de déontologie PolyReg Association Générale d Autorégulation Règlement de contrôle et de sanction des règles de déontologie < 1 But du Règlement A. Dispositions générales 1 Le présent règlement fixe les dispositions

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION ACCORD-CADRE

REGLEMENT DE LA CONSULTATION ACCORD-CADRE Ministère de l Education Nationale De La Jeunesse et de la Vie Associative Ministère de l Enseignement Supérieur Et de la Recherche B. P. 28 97425 LES AVIRONS 0262 38 29 87 0262 38 29 82 E-MAIL : groupcom-lycee-des-avirons@wanadoo.fr

Plus en détail

Conditions Générales de Vente Service Dolead Campaign Manager Contrat de Mandat

Conditions Générales de Vente Service Dolead Campaign Manager Contrat de Mandat Conditions Générales de Vente Service Dolead Campaign Manager Contrat de Mandat de DOLEAD, SAS au capital de 120.840, dont le siège social se situe au 14 boulevard Poissonnière, 75009 Paris, RCS PARIS

Plus en détail

La dématérialisation fiscale

La dématérialisation fiscale La dématérialisation fiscale Mondial Assistance met en place la facture électronique, ou dématérialisation fiscale. Ce document a pour objectif de vous présenter les normes qui encadrent un nouveau mode

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

Avril 2014 FC 153/6. Cent cinquante-troisième Session. Rome, 12-14 mai 2014. Rapport annuel du Comité d'audit

Avril 2014 FC 153/6. Cent cinquante-troisième Session. Rome, 12-14 mai 2014. Rapport annuel du Comité d'audit Avril 2014 FC 153/6 F COMITE FINANCIER Cent cinquante-troisième Session Rome, 12-14 mai 2014 Rapport annuel du Comité d'audit Pour toute question relative au contenu du présent document, prière de s'adresser

Plus en détail

Avis n 04-A-15 du 28 juillet 2004 relatif à la convention-type «Département innovant» de France Telecom

Avis n 04-A-15 du 28 juillet 2004 relatif à la convention-type «Département innovant» de France Telecom RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 04-A-15 du 28 juillet 2004 relatif à la convention-type «Département innovant» de France Telecom Le Conseil de la concurrence (section III B), Vu la lettre du 30 avril 2004,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail