«Les découpages administratifs sont-ils pertinents en analyse immobilière? Le cas de Québec»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Les découpages administratifs sont-ils pertinents en analyse immobilière? Le cas de Québec»"

Transcription

1 Article «Les découpages administratifs sont-ils pertinents en analyse immobilière? Le cas de Québec» arion Voisin, Jean Dubé, arius Thériault et François Des Rosiers Cahiers de géographie du Québec, vol. 54, n 52, 2, p Pour citer cet article, utiliser l'information suivante : URI: DOI:.722/45646ar Note : les règles d'écriture des références bibliographiques peuvent varier selon les différents domaines du savoir. Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d'utilisation que vous pouvez consulter à l'uri https://apropos.erudit.org/fr/usagers/politique-dutilisation/ Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de l'université de ontréal, l'université Laval et l'université du Québec à ontréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. Érudit offre des services d'édition numérique de documents scientifiques depuis 998. Pour communiquer avec les responsables d'érudit : Document téléchargé le 8 September 25 7:2

2 Les découpages administratifs sont-ils pertinents en analyse immobilière? Le cas de Québec Does Administrative Segmentation Have a Place in Property Analysis? Quebec City Under the icroscope Son pertinentes las delimitaciones administrativas en el análisis inmobiliario? El caso de la ciudad de Quebec arion VOISIN École supérieure d aménagement du territoire et de développement régional (ESAD) Université Laval Jean DUÉ Université du Québec à Rimouski arius THÉRIAULT Centre de recherche en aménagement et développement (CRAD et ESAD) Université Laval François DES ROSIERS Département de finance, assurance et immobilier et CRAD, Université Laval Résumé La ville de Québec offre une mosaïque d espaces de vie qui correspondent à autant de sous-marchés résidentiels. Quatre cent ans d histoire ont produit une agglomération diversifiée, depuis sa fondation en 68. Toutefois, on peut remettre en question la pertinence des découpages administratifs pour réaliser des études urbaines. S il n y a pas de découpage spatial idéal, des approches permettent néanmoins de délimiter des ensembles géographiques relativement homogènes, eu égard à une problématique donnée. Cet article présente une segmentation spatiale du territoire, basée sur des critères historiques, sociologiques et morphologiques, comme alternative aux partitions administratives pour réaliser des études du marché résidentiel. Des analyses discriminantes ont permis de comparer la performance de trois découpages : celui proposé l historico-morphologique (H) et deux administratifs, celui avant et celui après les fusions municipales. L étude porte sur le marché unifamilial de Québec et utilise des données multidimensionnelles. Enfin, les trois découpages sont intégrés dans des modèles de prix hédoniques afin de tester leur pertinence pour mesurer les variations des prix implicites. Les résultats suggèrent que la partition H est plus efficace que les découpages administratifs, tout en étant perfectible. ots-clés Segmentation spatiale, marchés immobiliers, analyse discriminante, modélisation des prix hédoniques. Cahiers de géographie du Québec Volume 54, numéro 52, septembre 2 Pages Version originale soumise en novembre 29. Version révisée reçue en août 2.

3 Abstract Quebec City is a patchwork of living spaces matched by a corresponding number of residential sub-markets. Four hundred years of history have spawned a diversified milieu since the city s foundation, in 68. However, questions have been raised about the appropriateness of administrative segmentation in urban studies. No such thing as an ideal form spatial segmentation exists, but there are approaches that allow the demarcation of fairly homogeneous geographical entities and which can be adapted to given situations. This study presents an historical and morphological (H) view of spatial segmentation based on historical, sociological and morphological criteria and which stands as an alternative to the usual administrative partitioning typical of residential market studies. Discriminant analyses were used to test the viability of three kinds of segmentation : one, historical and morphological the approach advocated here and the other two, administrative, before and after the municipal mergers. In particular, our study, which uses multivariate data and statistics, is focussed on the Quebec City single-family residential market. Finally, the three types of segmentation are integrated into hedonic pricing models and used to measure the extent of their influence on variations in implicit sale prices. Our findings suggest that H segmentation, though not perfect, is nonetheless more viable than administrative demarcation. Keywords Spatial segmentation, real estate market, discriminant analysis, hedonic price model. Resumen La ciudad de Quebec ofrece tantos mosaicos de espacios de vida como sub-mercados residenciales. Desde su fundación en el año 68, cuatrocientos años de historia han producido una aglomeración diversificada. Sin embargo, con el fin de realizar estudios urbanos se puede cuestionar la pertinencia de las delimitaciones administrativas. ien que no exista una delimitación espacial ideal, ciertas aproximaciones permitirán de delimitar conjuntos geográficos relativamente homogéneos según una problemática dada. Este artículo presenta una segmentación espacial del territorio según criterios históricos, sociológicos y morfológicos, como alternativa a delimitaciones administrativas, para realizar estudios de mercado residencial. Análisis discriminantes han permitido comparar el funcionamiento de tres divisiones : el histórico morfológico (H) propuesto, más dos administrativos, uno anterior y otro posterior a las fusiones municipales. El presente estudio trata del mercado unifamiliar de la ciudad de Quebec utilizando datos multidimensionales. Finalmente, las tres divisiones se integran en modelos «hedónicos» de precios, para así medir las variaciones de los precios implícitos. Los resultados sugieren que la partición H es más eficaz que las divisiones administrativas, siendo estas perfectibles. Palabras claves Segmentación espacial, mercados inmobiliarios, análisis discriminante, modelización «hedónica» de precios. 25 Cahiers de géographie du Québec Volume 54, numéro 52, september 2

4 L hédonisme, du grec hédonê «plaisir», est une doctrine philosophique prônée par plusieurs penseurs de l antiquité, dont Épicure, et qui fait du plaisir le but de l existence. En immobilier, l évaluation des prix hédoniques repose sur l idée qu une propriété résidentielle est un bien complexe constitué de plusieurs attributs qui apportent chacun un certain degré d utilité, ou de satisfaction, aux consommateurs et dont on peut mesurer la valeur monétaire, capitalisée dans le prix de vente. À chaque caractéristique est ainsi rattachée une valeur vénale qui constitue son prix hédonique, ou implicite. Une caractéristique peut être intrinsèque à la propriété nombre de salles de bain par exemple ou extrinsèque, c est-à-dire relative au type d espace dans lequel s inscrit la propriété, par exemple, la qualité du milieu socioéconomique, l accessibilité aux services, la présence d arbres matures dans le voisinage, etc. La caractérisation spatiale a d ailleurs donné naissance à l un des mantras les plus connus, pour ne pas dire éculés, en immobilier : «localisation, localisation, localisation». Deux maisons identiques sont vendues à des prix différents, car situées dans des espaces différents. Cette formule met l accent sur l importance donnée aux caractéristiques de situation géographique, appelées aussi contextuelles, et qui, dans certains cas, apportent une contribution à la valeur d une propriété égale ou supérieure à celle des seuls attributs physiques. L ensemble de ces caractéristiques, intrinsèques et contextuelles, participe à définir des sous-marchés résidentiels à l intérieur d une ville. Les ressemblances regroupent les propriétés similaires, alors que les différences aident à tracer les limites entre des secteurs relativement homogènes. Les 552 km 2 de l ancienne Communauté urbaine de Québec (CUQ) offrent une mosaïque d espaces de vie diversifiés. Quatre cent ans d histoire ont façonné l agglomération depuis les premières fondations aux abords du fleuve Saint-Laurent en 68 jusqu à notre ère (Courville, 2). Les appropriations successives du sol par les colons, les militaires, les hommes d Église et les premiers marchands, les guerres, les enjeux industriels, la croissance démographique ont façonné la ville, ses faubourgs et sa périphérie. Au XX e siècle, l arrivée de moyens de communication plus performants, la hausse des salaires, la tertiarisation de l économie et un changement dans la demande pour la qualité de vie ont favorisé l étalement des banlieues et le développement d un réseau routier et autoroutier particulièrement dense (Ritchot et al., 994). Les découpages administratifs actuels résultent de ces transformations graduelles. À la suite des fusions municipales de 22, la géographie des huit arrondissements de la ville de Québec a remplacé celle des treize municipalités de l ancienne CUQ. En 26, les municipalités de Saint-Augustin-de-Desmaures et de L Ancienne-Lorette sont réapparues, après un vote de dé-fusion. En novembre 29, les huit arrondissements de 22 sont restructurés pour en former six. Cet enchevêtrement de limites instables complique la mise en œuvre d études urbaines, notamment les recherches portant sur les dynamiques immobilières, car il est très improbable que les limites spatiales des sous-marchés soient vraiment dépendantes de ces trépidations politiques. Les limites administratives sont-elles suffisantes pour réaliser des études de géographie urbaine économique? Comment peut-on améliorer la segmentation des marchés résidentiels? La question des découpages spatiaux À l interface de la géographie, de l urbanisme, de la sociologie et de l économie, les transformations urbaines forment et réforment les territoires. Depuis les premiers modèles agraires de Von Thünen en 826, puis par la suite dans les études effectuées Les découpages administratifs sont-ils pertinents en analyse immobilière? Le cas de Québec 25

5 par les chercheurs de l École de Chicago durant les années (Grafmeyer et Joseph, 24), les géographes tentent de comprendre comment les phénomènes spatiaux et territoriaux interagissent et quelles sont les conséquences pour la compréhension des processus sociaux et économiques. Une des manières usuelles de prendre en compte l impact de la situation géographique repose sur les limites administratives en vigueur : limites de municipalités, de provinces, d États. Ces découpages géographiques de référence, appelés aussi de «convenance», présentent l avantage de faciliter les comparaisons entre différentes études ou entre différentes périodes, dans la mesure où leurs limites sont le plus souvent fixes. Dans les études menées sur les dynamiques immobilières qui prévalent au sein de la CUQ, les chercheurs ont souvent intégré ces partitions administratives afin de mesurer l impact de la localisation sur les prix de vente (Des Rosiers et Thériault, 996). Or, à Québec comme ailleurs, les entités administratives ne sont pas immuables et font régulièrement l objet de réorganisation territoriale. De plus, l inconvénient majeur de ces limites politiques est de ne pas toujours correspondre aux limites fonctionnelles de la ville (Kaufmann, 28). En effet, ce sont surtout à l intérieur de ces dernières que s organisent les activités humaines et que se forment les territoires (Decroly et Grasland, 996). L aire d action de chaque individu est fonction du temps et du budget disponibles, ainsi que de la localisation des opportunités accessibles (Hägerstrand, 97) selon l échelle de temps considérée. Les déplacements n ont pas la même durée, selon les motifs (Thériault et al., 25) et le moment (Kaufmann, 28) ou selon les profils démosociologiques (Kestens et al., 26). Les frontières de ces territoires fonctionnels sont donc floues et évolutives (Pumain, 996). Pour les besoins de l analyse urbaine, il n existe pas de découpage idéal, mais des découpages adaptés selon les problématiques abordées, en fonction des compromis effectués entre le respect des lois de confidentialité ou de protection de la vie privée et l échelle retenue. Ces choix sont déterminants, en particulier dans les analyses statistiques, notamment en raison de problèmes d aire spatiale modifiable (Reynolds, 998), d erreurs écologiques (Openshaw, 984) et d autocorrélation spatiale (Ord et Getis, 995). Les conséquences sur la validité des résultats sont importantes, notamment dans les études sur les valeurs immobilières et foncières (Dubin, 988 ; Tu et al., 27). C est pourquoi les économistes et les géographes sont intéressés par la segmentation spatiale des villes en sous-marchés résidentiels. Les marchés immobiliers font partie intégrante du territoire dans la mesure où la valeur d une propriété est, en grande partie, fonction de son site physique (une vue sur le fleuve) et de sa situation géographique dans le système urbain (à proximité d une école). Le terme de sous-marché est implicitement déterminé par les théories de localisation résidentielle (Jones, 22) qui tiennent compte de l ensemble des composantes du territoire et de leurs interactions. Cependant, il n a pas de définition formelle universelle (Watkins, 2). Primo, on peut distinguer diverses modalités d occupation du logement, depuis la location jusqu à la propriété exclusive, en passant par la copropriété. Secundo, on peut distinguer les produits selon la nature architecturale des bâtiments concernés : du résidentiel détaché jusqu à la tour d habitation. Tertio, à l instar des évaluateurs d immeubles, on peut segmenter le territoire selon les caractéristiques des populations concernées et le caractère plus ou moins attractif des milieux locaux (externalités urbaines). Dans un contexte spatial, Cliff et al. (975) considèrent trois critères d identification de sous-marchés : simplicité quelques sous-marchés sont préférables à trop de divisions 252 Cahiers de géographie du Québec Volume 54, numéro 52, september 2

6 (parcimonie) ; similarité / discrimination optimiser les ressemblances à l intérieur des sous-marchés et maximiser les dissemblances entre les sous-marchés ; contigüité un sous-marché doit constituer une entité territoriale continue. Il s agit donc d espaces homogènes, continus et contigus, qui ne sont toutefois pas assimilables aux «voisinages», mais à la combinaison de plusieurs voisinages similaires (Tu et al., 27). Dans la documentation scientifique, les sous-marchés sont souvent identifiés sur une base ad hoc plutôt qu en utilisant des techniques explicites et documentées (Palm, 978). Goodman (98) a testé la pertinence des limites de quartiers et Gabriel (984) a utilisé les caractéristiques raciales déclarées lors des recensements pour former des secteurs de sous-marché. Palm (978) a mixé les compositions raciales et les revenus. ien que variables selon les contextes spécifiques des villes étudiées, tous les chercheurs ont trouvé des différences entre la valeur marchande des propriétés selon la localisation. D autres chercheurs ont privilégié des méthodes statistiques afin de définir les sous-marchés. aclennan et Tu (996) ont appliqué l analyse de regroupement (cluster analysis) à l identification des sous-marchés. Récemment, Tu et al. (27) ont innové en regroupant les propriétés pour lesquelles l autocorrélation spatiale contenue dans les résidus d un modèle de prix hédoniques était comparable. Lockwood (29) a développé une segmentation pour le marché immobilier d Adélaïde grâce à l estimation, par régression hédonique géographiquement pondérée (GWR), de la «structure résidentielle de vie» représentée par une cinquantaine de variables intrinsèques et exogènes de propriété regroupées en composantes principales. Enfin, ourrassa et al. (23) ont également testé un vaste éventail de méthodes de segmentation dans des modèles de prix hédoniques et ont confirmé que l introduction de variables binaires identifiant les sous-marchés constitue une technique performante. Par souci de simplicité, c est cette dernière méthode qui est retenue dans cet article. L objectif de cette étude consiste à proposer et valider un découpage fonctionnel du territoire de l ancienne CUQ en sous-marchés résidentiels pour des fins d analyse immobilière. La première partie présente une nouvelle approche de segmentation territoriale en sous-marchés résidentiels. Ensuite, un inventaire des données utilisées pour comparer cette dernière avec deux découpages administratifs (avant les fusions de 22, figure ) précède une analyse du pouvoir discriminant des trois méthodes (sous-marchés territorialisés), de leur homogénéité et de leur stabilité. Enfin, les trois découpages sont confrontés dans des modèles de prix hédoniques, afin de tester le potentiel explicatif des sous-marchés (variations du prix de base des résidences) qu elles induisent. Une conclusion synthétise les résultats. Segmentation historico-morphologique des sous-marchés La segmentation proposée des marchés résidentiels d unifamiliales est basée sur une grille d analyse combinant trois critères : historique du développement urbain (phases de peuplement et attributs des résidants) ; morphologie urbaine reliée au cadre bâti et au réseau viaire (caractéristiques formelles et fonctionnelles) ; présence de barrières liées à l hydrographie et aux autoroutes. Les territoires sont formés par agrégation de secteurs de recensement, un des découpages du recensement de Statistique Canada (figure 2). Les découpages administratifs sont-ils pertinents en analyse immobilière? Le cas de Québec 253

7 Figure Segmentation selon les limites des municipalités de 2 et les arrondissements de 26 (a) unicipalités de 2 Réserve améridienne de Wendake Lac Saint-Charles (5) Wendake Charlesbourg (7) eauport (8) Val-élair (3) Loretteville (9) Québec () Vanier (6) Lévis Sainte-Foy (3) Sillery (2) Saint-Augustin (2) Cap-Rouge () Saint-Laurent 5 km (b) Arrondissements de 26 unicipalités de 26 et réserve améridienne de Wendake Limoilou (6) Des Rivières (2) Ancienne- Lorette (9) La Cité () Haute- Saint-Charles (7) Wendake Charlesbourg (4) eauport (5) Laurentien (8) Saint- Émile (4) Ancienne- Lorette () Lévis Saint-Augustin () Sainte-Foy / Sillery (3) Saint-Laurent 5 km Source : Communauté urbaine de Québec et Ville de Québec 254 Cahiers de géographie du Québec Volume 54, numéro 52, september 2

8 Figure 2 Segmentation selon les entités historico-morphologiques Limite des sous-marchés résidentiels dans la ville de Québec Couronne Nord (7) Charlesbourg (4) eauport (5) asse-ville (2) Ancienne-Lorette, Neufchâtel, Neufchatel, Loretteville, Lebourgneuf (6) Haute-Ville () Cap-Rouge, Saint-Augustin, Laurentien (3) Saint-Laurent 5 km Contrairement à une analyse de groupement, cette procédure facilite la prise en compte simultanée des trois critères énumérés par Cliff et al. (975), tout en favorisant un lien avec les méthodes de délimitation des unités de voisinage couramment en usage dans le domaine de l évaluation immobilière. L agrégation proposée tient également compte de la configuration des limites administratives actuelles ainsi que des barrières dans le paysage. De plus, cette segmentation s inspire du modèle concentrique-sectoriel de Hoyt (Grafmeyer et Joseph, 24) et met en relief la dualité Haute-Ville/asse-Ville, ainsi que la structure centre-périphérie de l agglomération. La segmentation combine des critères : ) sociologiques : localisation des ménages selon leur composition ; 2) spatiaux : configuration des infrastructures de transport et des services ; 3) territoriaux : construction historique liée aux phases de développement des anciens noyaux villageois et à la spécialisation du sol, et construction politique relative aux fusions et aux dé-fusions municipales (voir annexe ). Enfin, les entités retenues concentrent un nombre suffisant de transactions immobilières pour répondre aux contraintes statistiques inhérentes aux modèles de prix hédoniques utilisés en évaluation immobilière de masse (Goodman et Thibodeau, 23) et dans l approche des ventes répétées (Case et Shiller, 987 ; Dubé et al., 2). Ce dernier objectif est souvent irréalisable avec les seuls découpages administratifs. Les découpages administratifs sont-ils pertinents en analyse immobilière? Le cas de Québec 255

9 L entité territoriale (Haute-Ville) réunit l arrondissement historique du Vieux-Québec (ICOOS, 985), ainsi que les premiers secteurs développés par la bourgeoisie locale avec ses larges allées arborées et bien entretenues (colline Parlementaire, ontcalm, Saint-Jean-aptiste, Saint-Sacrement) et ceux qui résultent d un développement plus contemporain, qui sont également les plus aisés (Sillery et le sud de Sainte-Foy). Le prix moyen par mètre carré d aire habitable est de 967 $ (moyenne de l agglomération : 843 $). Le pourcentage de détenteurs de diplômes universitaires y est le plus élevé de la région (44 %, moyenne de 23 %). Ce secteur regroupe la grande majorité des fonctions «nobles», des établissements publics et des sièges sociaux de sociétés privées. Il s agit du centre axial de l ancienne CUQ, qui s étend du centre historique (colline Parlementaire et Vieux-Québec) au ministère du Revenu en passant par le centre économique de Sainte-Foy, et le campus de l Université Laval. Par opposition, l entité territoriale 2 (asse-ville) rassemble les plus anciens faubourgs ouvriers et centraux de la asse-ville de Québec (le port de Québec, Saint-Roch, Saint-Sauveur, Limoilou), ainsi que des quartiers plus récents (Vanier et Duberger-Les Saules). Elle forme la partie la moins favorisée des premières banlieues industrielles, autour des rives de la rivière Saint-Charles. Le prix moyen au mètre carré habitable est de 685 $. En 996, la population y est très peu scolarisée (3 % de diplômés universitaires) et le revenu moyen par ménage est le plus bas de la ville ( $, moyenne de $). En première couronne périphérique, on distingue quatre entités spatiales. À l ouest, les anciennes municipalités de Cap-Rouge, Saint-Augustin-de-Desmaures ainsi qu une partie de l arrondissement Laurentien (CRSADL) forment l entité 3 qui regroupe des ménages aux caractéristiques socioéconomiques comparables, attirés par les avantages de site (grands terrains à proximité du fleuve Saint-Laurent) et de situation (le long de l autoroute 4 en direction de ontréal). Ils affichent les revenus les plus élevés de l ancienne CUQ (63 48 $) et les populations sont fortement scolarisées (4 % de diplômés universitaires). Le prix moyen au mètre carré habitable est de 937 $. La majeure partie (62 %) de cette banlieue cossue n est pas urbanisée. Il s agit également de la dernière grande zone agricole de l ancienne CUQ. À l est, les arrondissements de Charlesbourg et de eauport ont été scindés pour tenir compte des phases de développement urbain et de la variété des paysages : le sud héberge le centre patrimonial du Trait-Carré de Charlesbourg (entité 4, incluant les anciennes municipalités de Charlesbourg-Est et d Orsainville) et l ancien bourg agricole de eauport (entité 5, incluant les anciennes municipalités de Giffard, ontmorency, Courville, Villeneuve et Sainte-Thérèse-de-Lisieux), tandis que le nord de ces arrondissements a été rattaché à la périphérie nord de l encienne CUQ (entité 7) caractérisée par la discontinuité du tissu urbain. Plus au centre, les secteurs de L Ancienne-Lorette, Neufchâtel, Loretteville et Lebourgneuf (ALNLL, entité 6) constituent des banlieues résidentielles de classe moyenne. Le prix moyen au mètre carré habitable y est de 848 $ et le revenu médian par ménage de $. Il s agit de banlieues qui se sont développées autour de vieux noyaux villageois, mais qui sont encore en phase de consolidation du tissu urbain. En deuxième couronne (Couronne Nord, entité 7), Lac-Saint-Charles, Saint-Émile, Val- élair et le nord de eauport et de Charlesbourg constituent un espace d habitat plutôt dispersé, majoritairement composé de résidences isolées et récentes. La zone bâtie est essentiellement concentrée au sud, tournée vers le centre de l agglomération, alors que presque 68 % de l espace est occupé par la forêt, ainsi que par des carrières, des sablières et des terres agricoles ou en friche. Traditionnellement lieux de villégiature 256 Cahiers de géographie du Québec Volume 54, numéro 52, september 2

10 (Ritchot et al., 994), ces secteurs offrent aux habitants tous les services de proximité dans un milieu de vie périurbain, ainsi que des résidences aux prix abordables (le prix moyen au mètre carré habitable est de 8 $), ce qui attire bon nombre de jeunes familles désireuses d accéder à la propriété à moindre coût. Données utilisées pour comparer et modéliser les marchés L analyse comparative des segmentations spatiales utilise les données sur les ventes de résidences unifamiliales (bungalows, cottages et attachées) effectuées entre 986 et 996 sur le territoire de la CUQ. Dubé et al. (28) montrent que le processus de détermination des valeurs est stable pour l ensemble de l ancienne CUQ durant cette décennie. L objectif de cet article étant de refléter une réalité structurelle et conjoncturelle à un moment déterminé, nous avons choisi de ne pas utiliser une banque de données des transactions réalisées entre 994 et 24 sur le même territoire, parce que cette période a été caractérisée, à Québec, par une forte croissance des prix à des rythmes variables selon les sous-marchés, induisant une complexité supplémentaire. Une étude de ces différenciations spatio-temporelles a fait l objet d une communication dont le texte sera évetuellement publié (Dubé et Voisin, 2). Considérant qu une ville se décrit par sa charpente autant que par la manière dont elle est vécue (Remy et Voyé, 992), par sa fonctionnalité autant que par la morphologie de son bâti (Kaufmann, 28), trois types d information sont utilisés dans les analyses discriminantes ainsi que dans les modèles de prix hédoniques (tableau ). Premièrement, les descriptions physiques des résidences proviennent du rôle d évaluation municipal. L échantillon est constitué d unités unifamiliales vendues entre 35 $ et 25 $, de 986 à 996 inclusivement. Cette restriction de la fourchette de prix évite d inclure des propriétés résidentielles trop exceptionnelles dans l analyse (ventes à un dollar, résidences mobiles, résidences de très haut standing, etc.), notamment parce qu elles ne peuvent être décrites avec les mêmes indicateurs que les autres propriétés. Le prix moyen est d un peu plus de 9 $, pour une superficie moyenne habitable de m 2 et une superficie moyenne de terrain de 66 m 2. L échantillon est composé de bungalows (résidence unifamiliale détachée comportant un seul étage hors sol) dans une proportion de 7 %. Au total, 9 96 transactions sont retenues. Deuxièmement, des caractéristiques issues du recensement de Statistique Canada de 996 (par secteur de dénombrement) renseignent sur le contexte socioéconomique du voisinage immédiat des résidences. Troisièmement, des indices d accessibilité aux lieux d activité (emplois, loisirs, soins de santé, enseignement et consommation) sont ajoutés afin d intégrer une dimension structurelle à l étude. Ces indices sont basés sur l observation des temps de déplacement en automobile déclarés durant l enquête Origine-Destination de 2. Ces distributions ont permis d établir des indicateurs de propension à se déplacer, synthétisés par type de personnes/ménages, afin de produire des indices «normalisés» d accessibilité considérant l acceptabilité des déplacements en automobile vers les points de service dispersées sur le territoire (Thériault et al., 25). Ces indices reflètent en partie l organisation spatiale des fonctions du territoire (distribution géographique) telles que pratiquées par les résidants, ainsi que leurs rapports aux lieux selon la structure des réseaux de transport. Enquête sur les déplacements quotidiens d un échantillon représentatif de ménages résidant dans la région urbaine de Québec, et réalisée par le ministère des Transports du Québec et le Réseau de transport de la Capitale. Les découpages administratifs sont-ils pertinents en analyse immobilière? Le cas de Québec 257

11 Tableau Statistiques descriptives (N= 9 96) Transaction immobilière inimum aximum oyenne Écart-type Asymétrie Aplatissement Type Prix de vente de la résidence ($)* ,55 3,73 Caractéristiques physiques des résidences Aire habitable (m 2 ) 38,28 497,29 9,443 34,693 2,2 7,6 Superficie du terrain (m 2 ) 59, 9764,7 66,58 48,353 7,394 97,354 Âge apparent (années ; rénovations) 86 6,242,973,652,92 Indice de qualité de la résidence ,34,279 -,974 22,99 R ungalow (plain-pied détaché),697,46 -,855 -,268 Attaché* (jumelé et maison en rangée),62,24 3,63,83 Cottage* (maison à étages),24,428,29 -,538 Nombre de cabinets de toilette* 6,67,55,235 -,55 Sous-sol aménagé*,496,5,8-2, 5% des murs extérieurs en brique*,247,43,72 -,627 Foyer* (présence) 7,237,459,992 6,996 Fondations de qualité supérieure*,32,463,8 -,343 Escalier en bois* (présence),52,359,934,74 Comptoir de qualité supérieure*,,58 7,27 287,958 Luminosité inférieure*,2,337 2,89 2,79 Garage attaché simple* (présence),43,23 4,5 8,262 Garage détaché simple* (présence),86,28 2,96 6,763 Garage attaché double* (présence),2,39 6,926 45,968 Garage détaché double* (présence),47,2 4,287 6,377 Terrasse* (présence),,29 7,468 53,78 Piscine extérieure creusée* (présence),42,2 4,55 8,72 Rattachement au réseau d'aqueduc*,986,7-8,293 66,786 Attributs du voisinage immédiat (recensement de 996 par secteur de dénombrement) Diplômes universitaires (%) 68,5 22,373 4,55,99 -,89 Diplômes d études secondaires (%) 27,7 98,4 74,38,59 -,574,46 Familles monoparentales (%) 65,9,853 5,254,26 2,48 Revenu médian des ménages ($) ,653,846 Indicateurs d accessibilité aux marchés de l emploi et aux services (en automobile) Accessibilité au travail 6,29 22,225 -,23 -,872 Accessibilité aux études (adultes) 55,765 22,52,68 -,32 Accessibilité aux soins de santé (adultes) 47,299 23,847,28 -,947 Accessibilité à l épicerie (familles) 38,6 23,49,472 -,668 Accessibilité aux loisirs (familles) 45,9 23,53,285 -,898 Accessibilité au magasinage (familles) 4,437 25,44,33 -,853 * Variables utilisées uniquement pour la régression hédonique. Les autres variables ont été utilisées pour l analyse discriminante des découpages en sous-marchés et pour la modélisation hédonique. Type de variable : = métrique, R= rang, = binaire 258 Cahiers de géographie du Québec Volume 54, numéro 52, september 2

12 L hypothèse est que la segmentation historico-morphologique (H) des sous-marchés (figure 2) est mieux adaptée pour étudier les variations de formation des prix de vente des résidences que deux découpages administratifs : les 3 municipalités de l ancienne CUQ en vigueur jusqu en 2 (figure a) et les 8 arrondissements de la nouvelle ville de Québec depuis 26, auxquels sont ajoutées les villes de Saint-Augustin-de-Desmaures et de L Ancienne-Lorette, afin de conserver une échelle d analyse comparable (figure b). Comparaison des segmentations historico-morphologique et administratives par analyses discriminantes Des analyses discriminantes (AD) multivariées permettent de comparer la performance des découpages en utilisant les variables mentionnées au tableau (excluant celles identifiées par un astérisque), afin de déterminer l aptitude de chaque découpage à bien caractériser les effets locaux assimilés aux classes d entités H, de municipalités ou d arrondissements. Introduite par Fisher en 936, l analyse discriminante sert à étudier les différences entre plusieurs populations (ou classes d individus) en considérant simultanément plusieurs variables corrélées (Klecka, 98). Cette méthode recherche plusieurs combinaisons linéaires orthogonales des variables (fonctions discriminantes) qui maximisent les variances interclasses et minimisent la variance intraclasse. Cette optimisation des ressemblances-dissemblances s effectue en mesurant la distance généralisée (par exemple de ahalanobis) entre les individus (un individu, ici une résidence, appartient à une seule classe) et chacun des centroïdes de classes, dans un repère de dimension n-, où n représente le nombre de classes d individus. Chaque fonction discriminante correspond à une équation linéaire qui effectue une somme pondérée de variables indépendantes (avec contrôle des corrélations) : où Z est le score de discrimination, et W j est le poids de discrimination accordé au sous-ensemble formé par les A j variables indépendantes. Les avantages de l AD, en particulier dans une analyse spatiale comme celle-ci, sont de ) calculer un taux global de concordance des classements ainsi que des taux de succès pour chaque classe (ou entité spatiale) initiale ; 2) proposer un éventuel reclassement des résidences dans la classe la plus vraisemblable (probabilités conditionnelles de ayes), étant donné leurs caractéristiques et la structure des fonctions discriminantes. La probabilité bayesienne interprète le concept de probabilité, non comme une fréquence relative, comme dans les statistiques traditionnelles (probabilité < au seuil de,5), mais comme une mesure de l état de connaissance (Tatsuoka, 97). La probabilité d un événement, eu égard aux caractéristiques des résidences décrites par les variables (a posteriori), dépend de la vraisemblance de la probabilité première (a priori) d une propriété d appartenir à une des classes, celle-ci étant une distribution de probabilités représentant la connaissance à propos d une quantité inconnue. À partir des probabilités conditionnelles a posteriori, il devient possible d apporter des corrections au classement des résidences. Le troisième avantage de l AD concerne la valeur au seuil de probabilité classique (,5) associée à chaque probabilité conditionnelle. Cette valeur permet de déterminer jusqu à quel point le classement a posteriori est lié au hasard. Calculées dans SPSS, ces probabilités conditionnelles sont éventuellement exportées vers des logiciels de systèmes d information géographique (SIG), afin d être cartographiées et analysées. Les découpages administratifs sont-ils pertinents en analyse immobilière? Le cas de Québec 259

13 Pour les trois segmentations, les tests de significativité des analyses discriminantes montrent que les populations offrent de forts potentiels de distinction. La statistique F des tests d égalité des moyennes démontre que l ensemble des variables sont pertinentes dans les analyses. De plus, les valeurs lambda de Wilk proportion de la variance totale dans les scores de discrimination non expliquée par les différences entre les groupes confirment que les fonctions discriminantes sont fortes et significatives, de la première à la dernière, en particulier pour les entités H pour lesquelles le Chi-deux de la dernière fonction reste très élevé (tableau 2). Tableau 2 Lambdas de Wilks des analyses discriminantes des trois segmentations Segmentation Test des fonctions Lambda de Wilk Chi-deux dl Sig. Entités H Entités H Arrondissements de 26 Arrondissements de 26 unicipalités de 2 unicipalités de 2 Première fonction ( 6) Dernière fonction (6) Première fonction ( 8) Dernière fonction (8) Première fonction ( 2) Dernière fonction (2),6,846,4,96,2, , , ,769 82, ,74 42, ,,,,,, Les résultats des AD ne sont pas tous présentés ici (ils sont néanmoins communicables sur demande) ; par contre, ceux relatifs aux classifications (probabilités a posteriori) sont détaillés car ils permettent une traduction spatiale. Le découpage H offre de meilleurs résultats de classification que les deux autres segmentations (tableaux 3 à 5). En comparant le classement initial obtenu par la localisation de chaque résidence dans chaque découpage territorial (relation point dans polygone dans un SIG) avec la probabilité bayesienne d appartenir à cette même classe (sous-marché le plus probable) après AD des caractéristiques architecturales, socioéconomiques et d accessibilité, on obtient un classement final qui confirme ou infirme son assignation dans un sous-marché. Par agrégation, on peut compiler le taux de classements confirmés. Globalement, le taux de classements confirmés pour la segmentation H est de 88, %, alors qu il plafonne à 78,6 % pour le découpage par arrondissements et à 78,7 % pour le découpage par municipalités. Ainsi, 88, % des 9 96 résidences ayant été traitées avec l approche H ont vu leur classement confirmé par l AD. Par contre, les découpages en municipalités ou en arrondissements n arrivent à classer correctement que 78,7 % et 78,6 % des résidences. Ces découpages associent des résidences plus dissemblables, induisant plus d hétérogénéité dans les sous-marchés qu ils proposent. Une partie des différences de performance globales observées pouvant être attribuée aux différences du nombre de classes, il s avère également utile de comparer les méthodes d identification des sous-marchés en fonction de leur aptitude à équilibrer la répartition des erreurs entre les sous-marchés. À l échelle des sous-marchés, on peut définir deux types d erreur dans la matrice de confusion : ) l erreur d omission, lorsque le découpage spatial assigne dans un autre sous-marché une résidence qui aurait du être classée dans une classe donnée selon l AD (somme des valeurs extra diagonales sur les colonnes) ; 2) l erreur de commission, lorsque la résidence qui avait 26 Cahiers de géographie du Québec Volume 54, numéro 52, september 2

14 été assignée dans un sous-marché par découpage spatial est classée ailleurs par l AD (somme sur les lignes). Les tableaux 3, 4 et 5 présentent les matrices de confusion (ou de classement) entre les classements initiaux (segmentation spatiale) et finaux (AD) pour les trois méthodes de découpage. Une méthode de segmentation qui répartit les erreurs de manière plus équilibrée est nettement préférable à une autre qui produit des distorsions spatiales plus marquées. La méthode H génère des erreurs qui sont distribuées de manière relativement uniforme, contrairement aux limites administratives qui ont tendance à produire de forts écarts de performance entre les sous-marchés. Les erreurs d omission de l AD H varient de,9 % à 23,4 %, contre,3 % à 44,3 % pour les arrondissements et de 2,4 % à 42,3 % pour les municipalités. Les erreurs de commission sont également distribuées plus équitablement dans l AD H : de 2,5 % à 22,8 % vs de, % à 5, % pour les arrondissements, et de, % à 57,3 % pour les municipalités. Dans chaque classification, les sous-marchés qui obtiennent les plus faibles erreurs d omission et de commission définissent des territoires continus où les marchés résidentiels sont très homogènes en termes de caractéristiques architecturales, socioéconomiques et d accessibilité. A contrario, ceux qui concentrent de fortes erreurs sur les deux tableaux sont certainement hétérogènes. Les sous-marchés où les erreurs d omission l emportent sur les erreurs de commission sont en fait plus étendus que ce qui a été défini par la segmentation spatiale initiale. Le rapport inverse indique un sous-marché a posteriori moins vaste que le territoire qui lui a été assigné initialement. Dans le tableau 3 (méthode H), les sous-marchés de la Haute-Ville (), CRSADL (3) et asse-ville (2) sont globalement homogènes. Les sous-marchés du Sud de Charlesbourg (4) et de la Couronne Nord (7) ont été surdimensionnés a priori. Le sous-marché du Sud de eauport (6) devrait être étendu au Sud de Charlesbourg et dans la Couronne Nord, alors que le sous-marché ALNLL doit être étendu dans la Couronne Nord. Il est également possible que certaines confusions soient causées par l existence d espaces de transition où deux sous-marchés entrent en interaction. La figure 3 présente un essai de représentation qui distingue les zones d erreur où il faudrait étendre spatialement les sous-marchés de type H (édition du découpage) et les zones de transition qui correspondent aux litiges spatiaux (classement par AD différents entre propriétés voisines) formant de véritables zones de transition. Dans le tableau 4, le seul arrondissement pouvant être qualifié d homogène est Limoilou (4), malgré quelques espaces de transition avec eauport et Charlesbourg. L arrondissement de la Cité devrait être étendu vers Sillery et l est de Sainte-Foy. L arrondissement des Rivières (2) devrait céder du territoire à la Haute-Saint-Charles. L arrondissement de Charlesbourg (4) s étend sur les sous-marchés de Limoilou au sud, de eauport à l est et de la Haute-Saint-Charles au nord. Le sous-marché de eauport (5) devrait être étendu au Sud de Charlesbourg. Les sous-marchés des arrondissements Laurentien (8) et de la Haute-Saint-Charles (7) sont en intersection mutuelle. Les sous-marchés des municipalités de L Ancienne-Lorette (9) et de Saint- Augustin-de-Desmaures () sont bien présents dans l arrondissement Laurentien (8). Les découpages administratifs sont-ils pertinents en analyse immobilière? Le cas de Québec 26

15 Tableau 3 atrice de classement avec les entités historico-morphologiques : taux de classement confirmé = 88,% Sous-marchés Classement par analyse discriminante % d erreurs de commission Nombre d observations du classement initial Haute-Ville () , asse-ville (2) , 4 Classement initial CRSADL (3) Sud de Charlesbourg (4) Sud de eauport (5) ALNLL (6) ,5 22,8 2,5 8, Couronne Nord (7) , % d erreurs d omission,9 9,9 4,9,9 23,4 7,2 9,8 Nombre d observations selon l analyse discriminante Tableau 4 atrice de classement avec les arrondissements de 26 : taux de classement confirmé = 78,6% Classement initial Sous-archés Arr. de La Cité () Arr. des Rivières (2) Arr. de Sainte-Foy - Sillery (3) Arr. de Charlesbourg (4) Arr. de eauport (5) Arr. de Limoilou (6) Arr. Haute-Saint-Charles (7) Arr. Laurentien (8) L'Ancienne-Lorette (9) Saint-Augustin-de-Desmaures () Classement par analyse discriminante % d erreurs de commission, 2,7 3,8 22,6,2. 6,8 5,.6 3,3 Nombre d observations du classement initial % d erreurs d omission 3,9 3,,3 5,3 3,, 44,3 22,2 6, 2,9 Nombre d observations selon l analyse discriminante Cahiers de géographie du Québec Volume 54, numéro 52, september 2

16 Dans le tableau 5 (municipalités), les discordances entre la segmentation spatiale et l AD sont également répandues. Après les vagues antérieures de fusions municipales, en 2, la municipalité de Québec avait un territoire très complexe qui alliait des quartiers centraux avec des banlieues de première couronne et certaines portions de la périphérie nord. Il n est donc pas étonnant que l AD révèle un fort potentiel pour les erreurs de commission (57,3 %). Pour des raisons historiques, le parc domiciliaire de la municipalité de Saint-Augustin-de-Desmaures est divisé en deux parties, l une étant adjacente au vieux noyau villageois, la seconde s étant développée en périphérie de Cap-Rouge. Ce découpage municipal a nécessairement engendré des erreurs de commission et d omission de 4 % entre ces deux localités. De même, Sainte-Foy ayant annexé une partie du quartier Laurentien durant les années 97, il n est pas surprenant d y découvrir une forte erreur de commission avec la municipalité voisine (L Ancienne-Lorette). À la même époque, Québec annexait Neufchâtel qui est adjacente et très semblable à Loretteville, ce qui explique la prévalence de l erreur de commission dans cette partie du territoire. Tableau 5 atrice de classement avec les municipalités de 2 : taux de classement confirmé = 78,7% Classement initial unicipalités Québec () 562 Sillery (2) 9 Sainte-Foy (3) 33 Saint-Émile (4) Lac- Saint-Charles (5) Vanier (6) Charlesbourg (7) 3 eauport (8) Loretteville (9) Cap-Rouge () L'Ancienne- 2 Lorette () Saint-Augustin-de- Desmaures (2) Val-élair (3) Classement par analyse discriminante % Nombre d erreurs de d observations commission du classement initial 57,3 2, 29,5 4,.,6 6, 7,9, 5,8, 4, 5, % d erreurs d omission 7,7 3,5 2,4 2,6,3 9,8, 2, 23,3 42,3 2,8 5,9 8,4 Nombre d observations selon l analyse discriminante Les découpages administratifs sont-ils pertinents en analyse immobilière? Le cas de Québec 263

17 Enfin, un dernier facteur doit être pris en compte pour comparer l aptitude des partitions à réaliser des modèles de régression : ces partitions doivent fournir des effectifs sensiblement équivalents afin d équilibrer le calcul des erreurs-types de coefficients entre les sous-marchés. Ainsi, un sous-marché qui aurait moins de transactions que les autres serait théoriquement plus sujet à des variations intempestives des coefficients. Réalisée indépendamment de toute contrainte administrative, la méthode H performe nettement mieux que les autres sous ce rapport. Il est effectivement peu probable que la taille des sous-marchés résidentiels s en tienne à la logique qui préside à la détermination des territoires administratifs. Sur la carte des classements a posteriori de la segmentation de type H (figure 3), il s avère que les observations mal classées (par commission ou par omission) se retrouvent le plus souvent en bordure des unités spatiales et que très peu sont dispersées à l intérieur des entités spatiales. Cette structure spatiale des résultats confirme notre choix de retenir la forme semi-concentrique (limitée par le Saint-Laurent) de urgess, dont Hoyt s est inspiré pour élaborer son modèle sectoriel, mais la Couronne Nord semble plus périphérique que prévu. Les propriétés situées à Saint-Augustinde-Desmaures, au nord de l autoroute 4 se situent en effet dans un environnement naturel agricole ou forestier qui n est pas comparable avec le sud de Saint-Augustinde-Desmaures ou Cap-Rouge. Les sous-marchés de eauport et de la asse-ville paraissent bien plus étendus que les prévisions initiales. À l inverse, les sous-marchés de Charlesbourg et ALNLL voient leur superficie diminuer au profit des voisins. Il semble donc que les infrastructures autoroutières ne constituent pas une discontinuité aussi importante que ce que nous avions supposé, du moins pour le découpage des sousmarchés résidentiels. Il serait possible de corriger le classement initial en réassignant les propriétés situées en zone de transition grâce aux probabilités conditionnelles de l AD. Nous éviterons cependant cette option pour la section suivante (modélisation hédonique), afin de préserver le caractère comparatif entre les trois approches. De plus, les réallocations spatiales de l AD feraient perdre au découpage H le caractère contigu sur lequel il est basé. Enfin, toujours sur la figure 3, les litiges spatiaux ont été représentés en noir. Il s agit de 79 propriétés pour lesquelles la probabilité classique (p-value) associée à la probabilité conditionnelle de chacun des classements a posteriori se situait entre,4 et,6 pour deux sous-marchés. Cela signifie que, eu égard aux attributs de la propriété, l AD la rattache à l un des sous-marchés, mais avec une forte probabilité que la différence soit due au hasard. Finalement, 376 propriétés ont été classées dans le sous-marché initial, alors que 45 ont été reclassées. Ce résultat est satisfaisant dans la mesure où une proportion très marginale des observations présentait des profils de caractéristiques «extra-ordinaires» qui les rendaient difficilement classables. Néanmoins, si dans un marché donné, ce type de confusion devait se généraliser, il faudrait dès lors procéder avec une optique de logique floue et faire l hypothèse que certaines propriétés correspondent simultanément à deux ou plusieurs sous-marchés. Comparaison des segmentations dans un modèle hédonique Afin de vérifier leurs performances, les trois découpages proposés sont utilisés dans autant de modèles de prix hédoniques (PH). Cette procédure combine la théorie hédonique (Rosen, 974), la théorie des probabilités et le calcul différentiel. 264 Cahiers de géographie du Québec Volume 54, numéro 52, september 2

18 Figure 3 Classements a posteriori prévus par l AD, à partir des sous-marchés résidentiels de type historico-morphologique (H) Les sous-marchés résidentiels selon un classement a posteori de l AD Litiges spatiaux Limite des sous-marchés résidentiels initiaux Couronne Nord (7) Charlesbourg (4) eauport (5) Ancienne-Lorette, Neufchatel, Neufchâtel, Loretteville, Lebourgneuf (6) asse-ville (2) Haute-Ville () Cap-Rouge, Saint-Augustin, Laurentien (3) 5 km Saint-Laurent Elle utilise la régression multiple qui permet d évaluer la contribution marginale (ou prix implicite) de chaque caractéristique du bien, lequel reflète les préférences des consommateurs. Une propriété immobilière est un bien composé de plusieurs attributs hétérogènes, qui apportent une certaine utilité ou satisfaction aux consommateurs. Le prix de vente du logement correspond à sa valeur marchande et est la somme des évaluations conjointes que font l acheteur et le vendeur des attributs du bien, dans un marché libre et ouvert à la concurrence. Sous forme mathématique, la théorie des prix hédoniques permet d expliquer le prix de vente en fonction de chacun des attributs, dont la localisation. Pour les besoins spécifiques de cette analyse, nous produisons un modèle multiplicatif afin d estimer des coefficients de régression en pourcentage de contribution à la valeur, plutôt qu en dollars canadiens, en utilisant le logarithme népérien du prix de vente comme variable dépendante (Dubé et al., 29) : où Yits est la variable dépendante le prix de vente de la résidence i au temps t situé dans le sous-marché s, t est l ordonnée de la droite de régression qui varie pour chaque année t, Xp sont les variables indépendantes les attributs de la propriété, p sont les coefficients de régression le prix implicite attribué à chaque caractéristique de la propriété, et its est le terme d erreur. Les découpages administratifs sont-ils pertinents en analyse immobilière? Le cas de Québec 2-Voisin.indd :26:26

19 La segmentation en s sous-marchés repose sur le postulat que les acheteurs potentiels recherchent des propriétés qui correspondent à des besoins différenciés et que les résidences concernées ne sont pas distribuées au hasard sur le territoire. De plus, comme l offre et la demande varient d un sous-marché à l autre, cette segmentation se traduit par une variation de l ordonnée à l origine de la régression. Afin de comparer l efficacité des types de découpage en sous-marchés pour l étude des marchés résidentiels, des modèles caractérisant, sous forme de variables binaires de localisation, le découpage municipal (PH2), le découpage par arrondissements (PH3) et de segmentation H (PH) sont présentés aux tableaux 6 et 7. ien que les variations temporelles soient peu prononcées, des variables binaires identifiant l année de transaction permettent de contrôler pour l inflation entre 986 et 996, ce qui corrige pour la variation temporelle en calculant l ajustement de l origine (constante) pour chaque année après 986. Le modèle hédonique intégrant la segmentation H (PH) reflète plus de 8 % de la variation des prix et offre les meilleures performances globales, comparativement au modèle municipal (PH2) et au modèle par arrondissement (PH3) (tableau 6). Son R 2 ajusté qui mesure la performance de prédiction du modèle, après correction du biais lié à la perte de degrés de liberté est plus élevé. Contrairement au taux de classement de l AD, cette différence des R 2 ajustés compense l effet du nombre de classes et confirme la supériorité de la segmentation H. Son F qui évalue la significativité générale du modèle est également plus élevé. De plus, les trois modèles estiment les coefficients avec une erreur-type de l estimation égale ou inférieure à 5 %. Tableau 6 Ajustement des modèles de prix hédoniques R 2 ajusté F Erreur type estimée H: découpage H H2: municipalités < 22 H3: arrondissements >26,83,85,87 2 5,84 682,239 87,987,47,5,5 Les t de Student statistique qui permet de comparer l importance de la variable dans l explication de la variation totale sont présentés au tableau 7 pour chacun des trois modèles. Les variables sont presque toujours significatives (probabilité inférieure à,5) et les coefficients () varient relativement peu d un modèle à l autre. La variable dépendante étant exprimée en logarithme et certaines variables indépendantes étant aussi de forme logarithmique, leurs paramètres s interprètent comme des coefficients d élasticité. Ainsi, dans la PH, la valeur de la propriété augmente de 4,3 % si la surface habitable augmente de % (élasticité de,43) alors que, si la taille du terrain augmente de %, la valeur marchande augmente de % (élasticité de,). Quant aux variables non transformées, elles génèrent des coefficients qui s interprètent comme une variation relative de valeur par unité. Par exemple, toutes choses étant égales par ailleurs, le prix de vente augmente de près de % si la propriété dispose d un garage simple attaché contre seulement 5 % s il s agit d un garage simple détaché. Les coefficients des attributs intrinsèques de propriété, des caractéristiques socioéconomiques du voisinage, d accessibilité aux services et des binaires d inflation sont assez semblables entre les modèles. Toutefois, certaines caractéristqiues 266 Cahiers de géographie du Québec Volume 54, numéro 52, september 2

20 paraissent avoir des impacts sur le prix de vente plus variables selon les modèles (par exemple, le pourcentage de diplômés universitaires, de cottages), ce qui manifeste une certaine sensibilité de la mesure de leur contribution marginale selon la qualité du découpage en sous-marchés. Néanmoins, les tendances demeurent stables, les signes ne s inversent pas. Ces effets structurels et contextuels étant contrôlés, on peut étudier l effet marginal des sous-marchés sur les prix de vente en identifiant un des territoires comme référence afin de vérifier l hypothèse de différenciation spatiale. Quel que soit le modèle, on observe des variations spatiales significatives des impacts sur le prix de vente. Le PH montre qu une propriété de la asse-ville se vend 3 % moins cher qu une propriété identique de la Haute-Ville (référence), et ce, en surcroît des effets de différence socioéconomique et d accessibilité. En fait, les six autres sous-marchés de la segmentation H affichent des valeurs résidentielles inférieures à la Haute-Ville. C est la tendance attendue puisque le sous-marché de la Haute-Ville correspond au centre économique, politique et historique de l agglomération, là où se regroupent les populations les mieux nanties. ais surtout, les tests t de Student affichent, pour les indicateurs des sous-marchés H, des valeurs substantiellement plus élevées que pour les découpages administratifs : -37 en moyenne, contre -26 pour les municipalités et -6 pour les arrondissements. Les trois découpages captent donc des différences spatiales significatives, mais ces dernières sont très nettement mieux modélisées et contrastées avec le découpage H qui produit une segmentation plus homogène et des différenciations plus stables. Ainsi, l amplitude entre les t des indicateurs de sous-marchés est moins importante, de -33 à -42, pour la segmentation H, que celles de la segmentation par municipalités (de -2 à -34) et par arrondissements (de - à -3). À l extrême, l arrondissement de Limoilou ne présente pas de différence significative avec l arrondissement de référence, la Cité. Par conséquent, la segmentation H est nettement plus efficace et offre une différenciation spatiale dont l efficacité est plus constante dans toute l agglomération. Les découpages administratifs sont-ils pertinents en analyse immobilière? Le cas de Québec 267

Le Baromètre MLS du marché résidentiel. Faits saillants. Province de Québec. 2 e trimestre 2010

Le Baromètre MLS du marché résidentiel. Faits saillants. Province de Québec. 2 e trimestre 2010 Province de Québec Le Baromètre MLS du marché résidentiel Faits saillants Premier ralentissement des ventes en cinq trimestres Seuls quelques centres urbains sont parvenus à être dynamiques Remontée dans

Plus en détail

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Communauté locale de la Vallée de la Missisquoi Nord MRC de Memphrémagog Ce que les chiffres

Plus en détail

Les principales méthodes d évaluation

Les principales méthodes d évaluation Attention : Cette fiche n a pas pour objet de fixer administrativement la valeur des biens. Elle ne doit pas être assimilée à une instruction administrative. Elle propose les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

8 Certifications Minergie

8 Certifications Minergie 8 Chapitre 8 Être Minergie, est-ce aussi être «autrement»? Pour de nombreux acteurs du marché immobilier, un label de durabilité devrait s accompagner d une appréciation de la valeur de leur immeuble,

Plus en détail

4. Résultats et discussion

4. Résultats et discussion 17 4. Résultats et discussion La signification statistique des gains et des pertes bruts annualisés pondérés de superficie forestière et du changement net de superficie forestière a été testée pour les

Plus en détail

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Observatoire de l'habitat de Paris L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN

Plus en détail

ésumé d une étude sur l Habitation et tendances démographiques :

ésumé d une étude sur l Habitation et tendances démographiques : R ésumé d une étude sur l Habitation et tendances démographiques : COUP D OEIL SUR La région métropolitaine de Québec Centre d analyse de marché du Québec (2004) Habitation et tendances démographiques

Plus en détail

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011 Septembre 2011 Faits saillants Selon les données émises par la Chambre immobilière du Grand Montréal, la revente de résidences dans l agglomération de Montréal a atteint les 16 609 transactions en 2010,

Plus en détail

L APCHQ constate une érosion importante de l abordabilité résidentielle

L APCHQ constate une érosion importante de l abordabilité résidentielle L APCHQ constate une érosion importante de l abordabilité résidentielle S appuyant sur une étude récente 1 réalisée par l économiste Pierre Bélanger, expert-conseil en habitation et développement socio-urbain,

Plus en détail

Expertise immobilière

Expertise immobilière Bernard de Polignac Jean-Pierre Monceau Expertise immobilière Guide pratique Deuxième édition 2002 ISBN : 2-212-11158-4 SOMMAIRE Partie 1 1 L expert et la valeur 1 RÉFLEXIONS SUR LA VALEUR DES BIENS...

Plus en détail

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous?

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? L INSEE EN BREF L Insee en bref Le recensement de la population À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? La population des 36 680 communes françaises Quelles régions

Plus en détail

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7 Table des matières Préface Public 1 Structure de l ouvrage 1 Caractéristiques de l ouvrage 3 Contenu 3 Pédagogie 4 Remarques sur l adaptation française 4 Ressources numériques 5 Biographie 6 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

Définitions. Les Dossiers de Profils n 75 - Avril 2004 69 Insee Nord-Pas-de-Calais

Définitions. Les Dossiers de Profils n 75 - Avril 2004 69 Insee Nord-Pas-de-Calais Logement Un logement est défini par son utilisation : c est un local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Il doit être séparé d autres locaux par des murs ou cloisons et doit disposer d un

Plus en détail

RMR de Québec. dans la région de Québec au. quatrième trimestre de 2012. Mises en chantier. Quatrième trimestre. Table des matières

RMR de Québec. dans la région de Québec au. quatrième trimestre de 2012. Mises en chantier. Quatrième trimestre. Table des matières L e m a r c h É d e l h a b i t a t i o n ActualitÉs habitation RMR de Québec S o c i é t é c a n a d i e n n e d h y p o t h è q u e s e t d e l o g e m e n t Date de diffusion : premier trimestre de

Plus en détail

L analyse discriminante

L analyse discriminante L analyse discriminante À Propos de ce document... Introduction... La démarche à suivre sous SPSS... 2. Statistics... 2 2. Classify... 2 Analyse des résultats... 3. Vérification de l existence de différences

Plus en détail

Approche bayésienne des modèles à équations structurelles

Approche bayésienne des modèles à équations structurelles Manuscrit auteur, publié dans "42èmes Journées de Statistique (2010)" Approche bayésienne des modèles à équations structurelles Séverine Demeyer 1,2 & Nicolas Fischer 1 & Gilbert Saporta 2 1 LNE, Laboratoire

Plus en détail

Étude comparative sur les salaires et les échelles salariales des professeurs d université. Version finale. Présentée au

Étude comparative sur les salaires et les échelles salariales des professeurs d université. Version finale. Présentée au Étude comparative sur les salaires et les échelles salariales des professeurs d université Version finale Présentée au Syndicat général des professeurs et professeures de l Université de Montréal (SGPUM)

Plus en détail

d évaluation Objectifs Processus d élaboration

d évaluation Objectifs Processus d élaboration Présentation du Programme pancanadien d évaluation Le Programme pancanadien d évaluation (PPCE) représente le plus récent engagement du Conseil des ministres de l Éducation du Canada (CMEC) pour renseigner

Plus en détail

CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE

CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE UITWERKING VAN EEN WIJKMONITORING DIE HET HELE GRONDGEBIED VAN HET BRUSSELS HOOFDSTEDELIJK

Plus en détail

Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP

Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP Capacités d accueil, aménagements commerciaux, mutabilité foncière : des outils concrets pour construire un SCOT intégrant les vulnérabilités énergétiques et climatique Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP

Plus en détail

Pour citer cet article : --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour citer cet article : -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- THÈSES (RÉSUMÉS) Armand Colin Revue d'économie Régionale & Urbaine 2006/4 - octobre pages 661 à 664 ISSN 0180-7307 Article disponible en ligne à l'adresse: http://www.cairn.info/revue-d-economie-regionale-et-urbaine-2006-4-page-661.htm

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION...1 2. MÉTHODOLOGIE...4 2.1. CONSTITUTION D UN SYSTÈME D INFORMATION GÉOGRAPHIQUE (SIG)...4

TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION...1 2. MÉTHODOLOGIE...4 2.1. CONSTITUTION D UN SYSTÈME D INFORMATION GÉOGRAPHIQUE (SIG)...4 TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION...1 2. MÉTHODOLOGIE...4 2.1. CONSTITUTION D UN SYSTÈME D INFORMATION GÉOGRAPHIQUE (SIG)....4 2.2. TRAITEMENT DES DONNÉES...6 2.3. ÉTAPES D ANALYSE...7 2.4. TEMPS D INTERVENTION...12

Plus en détail

La segmentation à l aide de EG-SAS. A.Bouhia Analyste principal à la Banque Nationale du Canada. Chargé de cours à l UQAM

La segmentation à l aide de EG-SAS. A.Bouhia Analyste principal à la Banque Nationale du Canada. Chargé de cours à l UQAM La segmentation à l aide de EG-SAS A.Bouhia Analyste principal à la Banque Nationale du Canada. Chargé de cours à l UQAM Définition de la segmentation - Au lieu de considérer une population dans son ensemble,

Plus en détail

La classification automatique de données quantitatives

La classification automatique de données quantitatives La classification automatique de données quantitatives 1 Introduction Parmi les méthodes de statistique exploratoire multidimensionnelle, dont l objectif est d extraire d une masse de données des informations

Plus en détail

Projet SINF2275 «Data mining and decision making» Projet classification et credit scoring

Projet SINF2275 «Data mining and decision making» Projet classification et credit scoring Projet SINF2275 «Data mining and decision making» Projet classification et credit scoring Année académique 2006-2007 Professeurs : Marco Saerens Adresse : Université catholique de Louvain Information Systems

Plus en détail

Le Nouvel urbanisme et la promotion de la «nouvelle banlieue» : le cas du projet Bois-Franc à Saint-Laurent

Le Nouvel urbanisme et la promotion de la «nouvelle banlieue» : le cas du projet Bois-Franc à Saint-Laurent Le Nouvel urbanisme et la promotion de la «nouvelle banlieue» : le cas du projet Bois-Franc à Saint-Laurent Communication présentée dans le cadre du colloque de l ACFAS, 12-13 mai 2004 Sébastien Darchen,

Plus en détail

C H A P I T R E LES DÉPENSES, LES AVOIRS ET LES DETTES DES MÉNAGES7.3

C H A P I T R E LES DÉPENSES, LES AVOIRS ET LES DETTES DES MÉNAGES7.3 C H A P I T R E LES DÉPENSES, LES AVOIRS ET LES DETTES DES MÉNAGES7.3 Les dépenses nous renseignent sur les goûts, les besoins, les habitudes de consommation, mais aussi sur le niveau de vie. Ce sont d

Plus en détail

Le Manuel d évaluation foncière du Québec Mise à jour 2006. Par Serge Paquin

Le Manuel d évaluation foncière du Québec Mise à jour 2006. Par Serge Paquin Le Manuel d évaluation foncière du Québec Mise à jour 2006 Par Serge Paquin Direction de l évaluation foncière Congrès de l Association des évaluateurs municipaux du Québec 26 mai 2006 Volume 1 Principes

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE La transformation de bureaux en logements : un premier bilan PAR BRIGITTE JOUSSELLIN 1 Entre 1994 et 1998, plus de 500 000 m 2 de surfaces d activités ont été transformées en logements, permettant de résorber

Plus en détail

La dette des particuliers

La dette des particuliers L EMPLOI ET LE REVENU EN La dette des particuliers Si l économie et la population des États-Unis sont presque dix fois supérieures à celles du, les deux pays comportent plusieurs similitudes. Les deux

Plus en détail

Dans ce document, on décrit les indices des prix des biens de la TIC qui sont produits, ainsi que les sources de données et la méthodologie.

Dans ce document, on décrit les indices des prix des biens de la TIC qui sont produits, ainsi que les sources de données et la méthodologie. Résumé L expansion du secteur de la technologie de l information et des communications (TIC) a rendu nécessaire un plus grand nombre d indicateurs économiques propres à ce secteur. La Division des prix

Plus en détail

Territoires, Environnement, Télédétection et Information Spatiale. Unité mixte de recherche Cemagref - CIRAD - ENGREF

Territoires, Environnement, Télédétection et Information Spatiale. Unité mixte de recherche Cemagref - CIRAD - ENGREF Territoires, Environnement, Télédétection et Information Spatiale Unité mixte de recherche Cemagref - CIRAD - ENGREF Master ère année Analyse spatiale, analyse géographique, spatialité des sociétés Master

Plus en détail

Programme municipal RÉNOVATION RÉSIDENTIELLE MAJEURE

Programme municipal RÉNOVATION RÉSIDENTIELLE MAJEURE Programme municipal RÉNOVATION RÉSIDENTIELLE MAJEURE Le programme municipal de rénovation majeure, qui vise la rénovation de l ensemble d un bâtiment résidentiel, offre une aide financière aux propriétaires

Plus en détail

INF6304 Interfaces Intelligentes

INF6304 Interfaces Intelligentes INF6304 Interfaces Intelligentes filtres collaboratifs 1/42 INF6304 Interfaces Intelligentes Systèmes de recommandations, Approches filtres collaboratifs Michel C. Desmarais Génie informatique et génie

Plus en détail

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS)

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS) Analyse de l enquête sur le devenir professionnel des artistes issus des écoles supérieures d art dramatique signataires de la plateforme de l enseignement supérieur pour la formation du comédien Enquête

Plus en détail

IMMObILIER // dossier. dossier surchauffe immobilière. arc lémanique: état de SuRChAuFFE IMMObILIèRE

IMMObILIER // dossier. dossier surchauffe immobilière. arc lémanique: état de SuRChAuFFE IMMObILIèRE IMMObILIER // dossier dossier arc lémanique: état de SuRChAuFFE IMMObILIèRE 66 // 67 market.ch - mai 2012 Aurélia Brégnac L attractivité de l Arc lémanique n est plus à démontrer. De Genève à Montreux,

Plus en détail

Introduction au datamining

Introduction au datamining Introduction au datamining Patrick Naïm janvier 2005 Définition Définition Historique Mot utilisé au départ par les statisticiens Le mot indiquait une utilisation intensive des données conduisant à des

Plus en détail

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos»)

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Sommaire Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Novembre 2013 Table des matières 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS... 3 2. MÉTHODES DE RECHERCHE...

Plus en détail

LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES

LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine. La durée de placement

Plus en détail

A t e l i e r B.R.I.C. A r c h i t e c t e s + U r b a n i s t e. Mai 2007

A t e l i e r B.R.I.C. A r c h i t e c t e s + U r b a n i s t e. Mai 2007 ÉTU COMMUNAUTÉ NSITÉS MÉTROPOLITAINE RÉSINTIELLES BRUTES MONTRÉAL A t e l i e r B.R.I.C. A r c h i t e c t e s + U r b a n i s t e Mai 2007 É T U D E D E V I S U A L I S A T I O N D E N S I T É S R É S

Plus en détail

Ouverture d'un point de vente L étude de la zone de chalandise.

Ouverture d'un point de vente L étude de la zone de chalandise. Ouverture d'un point de vente L étude de la zone de chalandise. La zone de chalandise : une zone géographique de captation La zone de chalandise, ou zone d attraction, est le territoire géographique dans

Plus en détail

1. LES OBJECTIFS PRIORITAIRES DE L EPRT

1. LES OBJECTIFS PRIORITAIRES DE L EPRT Dernière mise à jour : 12 novembre 2013 ENTENTE DE PARTENARIAT RÉGIONAL EN TOURISME DE CHARLEVOIX 2013-2015 Catégorie FESTIVALS ET ÉVÉNEMENTS L EPRT de Charlevoix partenaire du développement touristique

Plus en détail

Objectifs. Clustering. Principe. Applications. Applications. Cartes de crédits. Remarques. Biologie, Génomique

Objectifs. Clustering. Principe. Applications. Applications. Cartes de crédits. Remarques. Biologie, Génomique Objectifs Clustering On ne sait pas ce qu on veut trouver : on laisse l algorithme nous proposer un modèle. On pense qu il existe des similarités entre les exemples. Qui se ressemble s assemble p. /55

Plus en détail

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Les pouvoirs publics ont attiré notre attention sur les enjeux de la transmission des entreprises, plus de 100

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

Les données urbaines

Les données urbaines Les données urbaines Pour les études de faisabilité, le STIF a chargé l Institut d Aménagement et d Urbanisme d Ile-de- France (IAU IdF), d analyser et d'estimer les évolutions urbaines possibles du territoire

Plus en détail

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Commentaires du Conseil du patronat du Québec dans le cadre de la consultation sur l accessibilité

Plus en détail

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi Thème : Société de la connaissance et développement socio-économique Orientation : S adapter aux changements structurels de l économie et répondre aux défis de la mondialisation Le taux de création et

Plus en détail

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels E1 RECRUTEMENT DES ASSISTANTS INGENIEURS DE RECHERCHE ET DE FORMATION...2 E1.1 Gestionnaire de base de données...2 E1.2 Développeur

Plus en détail

Article. Myriam Odyssée Amenanka Asezo. Reflets : revue d'intervention sociale et communautaire, vol. 6, n 2, 2000, p. 221-225.

Article. Myriam Odyssée Amenanka Asezo. Reflets : revue d'intervention sociale et communautaire, vol. 6, n 2, 2000, p. 221-225. Article «S alphabétiser en français dans un milieu anglophone : défi à relever pour l intégration des francophones analphabètes sur le marché de l emploi de Toronto» Myriam Odyssée Amenanka Asezo Reflets

Plus en détail

Chapitre 8. Estimation de la valeur d un bien immobilier

Chapitre 8. Estimation de la valeur d un bien immobilier Chapitre 8 Estimation de la valeur d un bien immobilier L estimation de la valeur d un bien immobilier est utile notamment : 1. aux acheteurs et vendeurs potentiels ; 2. aux institutions de crédit, puisque

Plus en détail

Assurance et prévention des catastrophes naturelles et technologiques

Assurance et prévention des catastrophes naturelles et technologiques Assurance et prévention des catastrophes naturelles et technologiques Céline Grislain-Letrémy Résumé long - Thèse en sciences économiques sous la direction de Bertrand Villeneuve L objet de cette thèse

Plus en détail

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 Ce document se veut une analyse succincte des indicateurs se rapportant à

Plus en détail

L autopartage en trace directe : quelle alternative à la voiture particulière?

L autopartage en trace directe : quelle alternative à la voiture particulière? L autopartage en trace directe : quelle alternative à la particulière? Résultats de la première enquête sur l impact d un service d autopartage en trace directe (le cas d Autolib ) Cette étude réalisée

Plus en détail

Le coût de construction des maisons en Pays de la Loire

Le coût de construction des maisons en Pays de la Loire Le coût de construction des s en Pays de la Loire pour les permis autorisés en 2006 Sommaire I Source, définitions et limites d utilisation p 2 II Les principaux enseignements p 3 III Qui sont les pétitionnaires

Plus en détail

q u estions santé d économie de la résultats Repères

q u estions santé d économie de la résultats Repères Bulletin d information en économie de la santée q u estions d économie de la santé résultats Repères Fin 2003, l Irdes a mené une enquête sur la protection sociale complémentaire d entreprise (PSCE) auprès

Plus en détail

Introduction au Data-Mining

Introduction au Data-Mining Introduction au Data-Mining Alain Rakotomamonjy - Gilles Gasso. INSA Rouen -Département ASI Laboratoire PSI Introduction au Data-Mining p. 1/25 Data-Mining : Kèkecé? Traduction : Fouille de données. Terme

Plus en détail

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population.

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population. Première STMG1 2014-2015 progression. - 1 Table des matières Fil rouge. 3 Axes du programme. 3 Séquence : Proportion d une sous population dans une population. 3 Information chiffrée : connaître et exploiter

Plus en détail

LE DOUBLE MARCHÉ DE FAIT EN CORSE : DISCUSSION À PARTIR DU MARCHÉ FONCIER AGRICOLE. Sauveur GIANNONI* Caroline TAFANI**

LE DOUBLE MARCHÉ DE FAIT EN CORSE : DISCUSSION À PARTIR DU MARCHÉ FONCIER AGRICOLE. Sauveur GIANNONI* Caroline TAFANI** LE DOUBLE MARCHÉ DE FAIT EN CORSE : DISCUSSION À PARTIR DU MARCHÉ FONCIER AGRICOLE Sauveur GIANNONI* Caroline TAFANI** * Maître de Conférences en économie ** Maître de Conférences en géographie PLAN DE

Plus en détail

COUP D ŒD ŒIL SUR LA MRC L ASSOMPTIONL. Édition 2008. Par Josée Payette Technicienne en recherche psychosociale

COUP D ŒD ŒIL SUR LA MRC L ASSOMPTIONL. Édition 2008. Par Josée Payette Technicienne en recherche psychosociale COUP D ŒD ŒIL SUR LA MRC L ASSOMPTIONL Par Josée Payette Technicienne en recherche psychosociale avec la collaboration de Marie-Ève Simoneau Agente de planification, de programmation et de recherche Direction

Plus en détail

Lambotte J.-M. Géographe-Urbaniste. Chercheur au Lepur ULg. Semaine Universitaire Luxembourgeoise de l'environnement - Libramont - 15-11-2011

Lambotte J.-M. Géographe-Urbaniste. Chercheur au Lepur ULg. Semaine Universitaire Luxembourgeoise de l'environnement - Libramont - 15-11-2011 Aménagement rural et développement durable Dépendance à la voiture en milieu rural : le cas de la Province du Luxembourg Constats, enjeux et pistes de solutions à moyen-long terme via l aménagement du

Plus en détail

CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT

CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT Application de la corrélation entre l utilisation du territoire et la concentration de phosphore total développée par Gangbazo (MDDEP, 2005) 1 Évaluation

Plus en détail

LDS : un modèle de projection de population à l échelle locale par microsimulation intégrant des paramètres écologiques et contextuels

LDS : un modèle de projection de population à l échelle locale par microsimulation intégrant des paramètres écologiques et contextuels LDS : un modèle de projection de population à l échelle locale par microsimulation intégrant des paramètres écologiques et contextuels Guillaume Marois Alain Bélanger Institut national de la recherche

Plus en détail

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement Profil économique VILLE DE MONTRÉAL Arrondissement de Rivière-des-Prairies Pointe-aux-Trembles chômage mploi logement établissements d affaires localisation de l emploi revenus d emploi professions main-d

Plus en détail

BAX MC Contrats à terme sur acceptations bancaires canadiennes de trois mois

BAX MC Contrats à terme sur acceptations bancaires canadiennes de trois mois BAX MC Contrats à terme sur acceptations bancaires canadiennes de trois mois Groupe TMX Actions Bourse de Toronto Bourse de croissance TSX Equicom Produits dérivés Bourse de Montréal CDCC Marché climatique

Plus en détail

Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique

Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique Sylvie Gauthier, Chercheuse scientifique, successions forestières RNCan-SCF-CFL

Plus en détail

jçíçêáë~íáçå=éí=ãçäáäáí =W=ÇÉë= ÅçãéçêíÉãÉåíë=éäìë=ê~íáçååÉäë=\==

jçíçêáë~íáçå=éí=ãçäáäáí =W=ÇÉë= ÅçãéçêíÉãÉåíë=éäìë=ê~íáçååÉäë=\== = = ëééíéãäêé=omnm= Fiche n MQ= jçíçêáë~íáçå=éí=ãçäáäáí =W=ÇÉë= ÅçãéçêíÉãÉåíë=éäìë=ê~íáçååÉäë=\== = = L Enquête Nationale Trports et Déplacements (ENTD) réalisée en 27- est l occasion de faire le point

Plus en détail

L HABITAT ET LE LOGEMENT

L HABITAT ET LE LOGEMENT L HABITAT ET LE LOGEMENT CARACTERISTIQUES DU PARC DE LOGEMENTS Un habitat traditionnel et rural Au recensement de la population de 2006, la Communauté de Communes de la Picardie Verte comptait 13 688 logements.

Plus en détail

Les parcs de logements et leur occupation. dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence. Situation 2005 et évolution 1999-2005

Les parcs de logements et leur occupation. dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence. Situation 2005 et évolution 1999-2005 Les parcs de logements et leur occupation dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence Situation 2005 et évolution 1999-2005 Décembre 2008 Le territoire d étude 2 Agence de développement et d urbanisme

Plus en détail

Portrait de défavorisation. du territoire du. Centre de santé et de services sociaux de la Vieille-Capitale. Juillet 2011

Portrait de défavorisation. du territoire du. Centre de santé et de services sociaux de la Vieille-Capitale. Juillet 2011 Portrait de défavorisation du territoire du Centre de santé et de services sociaux de la Vieille-Capitale Juillet 2011 Portrait de défavorisation du territoire du Centre de santé et de services sociaux

Plus en détail

Evaluation du LIDAR et de solutions innovantes pour la chaîne d approvisionnement du bois : les résultats du projet européen FlexWood

Evaluation du LIDAR et de solutions innovantes pour la chaîne d approvisionnement du bois : les résultats du projet européen FlexWood Evaluation du LIDAR et de solutions innovantes pour la chaîne d approvisionnement du bois : les résultats du projet européen FlexWood Le projet de recherche européen FlexWood («Flexible wood supply chain»)

Plus en détail

Statistiques Descriptives à une dimension

Statistiques Descriptives à une dimension I. Introduction et Définitions 1. Introduction La statistique est une science qui a pour objectif de recueillir et de traiter les informations, souvent en très grand nombre. Elle regroupe l ensemble des

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar. Florence Arestoff Baptiste Venet

Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar. Florence Arestoff Baptiste Venet Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar Florence Arestoff Baptiste Venet 1 Introduction : contexte du contrat de recherche Ce contrat de recherche fait suite

Plus en détail

Cadre légal des CLD. Au Canada le développement socioéconomique relève de la juridiction des provinces

Cadre légal des CLD. Au Canada le développement socioéconomique relève de la juridiction des provinces Banque de terres Simon Ouellet Agent de développement rural Un outil pour le développement territorial CLD des Collines-de-l Outaouais Emmanuel Roy Agent de développement écologique Cadre légal des CLD

Plus en détail

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL :

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : UN PARTENARIAT POUR BÂTIR DES COLLECTIVITÉS PLUS FORTES, PLUS PROSPÈRES ET PLUS DYNAMIQUES Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine

Plus en détail

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines NTRODUCTION La rémunération est une activité ayant un impact important sur la performance de l entreprise. Une gestion efficace de la rémunération permet de contrôler les coûts liés à la main-d œuvre,

Plus en détail

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne hapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne I : La fonction de consommation keynésienne II : Validations et limites de la fonction de consommation keynésienne III : Le choix de consommation

Plus en détail

Méthode d extraction des signaux faibles

Méthode d extraction des signaux faibles Méthode d extraction des signaux faibles Cristelle ROUX GFI Bénélux, Luxembourg cristelle.roux@gfi.be 1. Introduction Au début d une analyse stratégique, la première question posée est très souvent la

Plus en détail

URBAIN-RURAL : DE QUOI PARLE-T-ON?

URBAIN-RURAL : DE QUOI PARLE-T-ON? URBAIN-RURAL : DE QUOI PARLE-T-ON? B.H. Nicot 1 Juin 2005 «Entre 1990 et 1999, le rural en France métropolitaine a connu une croissance démographique de 4,2 % sur la période, tandis que l urbain ne croissait

Plus en détail

Test de réalisation Mathématiques au quotidien 12 e année. Cahier de l élève

Test de réalisation Mathématiques au quotidien 12 e année. Cahier de l élève Test de réalisation Mathématiques au quotidien 12 e année Cahier de l élève Juin 2014 Données de catalogage avant publication Éducation et Enseignement supérieur Manitoba Test de réalisation, Mathématiques

Plus en détail

à vendre IMMEUBLE SEMI-COMMERCIAL À VENDRE 7961-7969, RUE HOCHELAGA MONTRÉAL (QUÉBEC) PRIX DEMANDÉ : 1 450 000 $ Caractéristiques

à vendre IMMEUBLE SEMI-COMMERCIAL À VENDRE 7961-7969, RUE HOCHELAGA MONTRÉAL (QUÉBEC) PRIX DEMANDÉ : 1 450 000 $ Caractéristiques IMMEUBLE SEMI-COMMERCIAL À VENDRE 7961-7969, RUE HOCHELAGA MONTRÉAL (QUÉBEC) PRIX DEMANDÉ : 1 450 000 $ Caractéristiques La Caisse Desjardins d Anjou-Tétreaultville désire vous informer de la mise en marché

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES

COMMENTAIRE. Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES COMMENTAIRE Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES Dans le contexte d une diminution continue des taux d intérêt depuis le milieu des

Plus en détail

Société pour la gestion du personnel S E P

Société pour la gestion du personnel S E P Société pour la gestion du personnel S E P Section neuchâteloise Procès-verbal No 287 Présents : 27 Séance 12 septembre 2000, Grand Hôtel Les Endroits, La Chaux-de-Fonds Thème : L ÉVOLUTION DES PRATIQUES

Plus en détail

Présentation. Villeray Saint-Michel Parc-Extension

Présentation. Villeray Saint-Michel Parc-Extension Villeray Saint-Michel Parc-Extension Présentation Villeray Saint-Michel Parc-Extension est l un des arrondissements centraux de la ville de Montréal. Bordés au nord par Ahunstic-Cartierville et Montréal-Nord,

Plus en détail

Les SCPI. François Longin 1 www.longin.fr

Les SCPI. François Longin 1 www.longin.fr Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire i «L investissement t immobilier» Les SCPI François Longin 1 www.longin.fr Généralités sur les SCPI SCPI Borloo Plan Processus d investissement (sélection

Plus en détail

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Gilbert Saporta Chaire de Statistique Appliquée, CNAM ActuariaCnam, 31 mai 2012 1 L approche statistique

Plus en détail

AVERTISSEMENT CONCERNANT LA NORME 20 EN MATIÈRE D ÉVALUATION MUNICIPALE

AVERTISSEMENT CONCERNANT LA NORME 20 EN MATIÈRE D ÉVALUATION MUNICIPALE AVERTISSEMENT CONCERNANT LA NORME 20 EN MATIÈRE D ÉVALUATION MUNICIPALE Le 31 janvier 2013, le conseil d administration de l Ordre a adopté la norme 20.1 afin de refléter les travaux du ministère des Affaires

Plus en détail

Le WACC est-il le coût du capital?

Le WACC est-il le coût du capital? Echanges d'expériences Comptabilité et communication financière Dans une évaluation fondée sur la méthode DCF, l objectif premier du WACC est d intégrer l impact positif de la dette sur la valeur des actifs.

Plus en détail

Définitions. Définitions sur le logement

Définitions. Définitions sur le logement Définitions sur le logement Logement Un logement est défini par son utilisation : c est un local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Il doit être séparé d autres locaux par des murs ou cloisons

Plus en détail

Chapitre 3. Les distributions à deux variables

Chapitre 3. Les distributions à deux variables Chapitre 3. Les distributions à deux variables Jean-François Coeurjolly http://www-ljk.imag.fr/membres/jean-francois.coeurjolly/ Laboratoire Jean Kuntzmann (LJK), Grenoble University 1 Distributions conditionnelles

Plus en détail

les évolutions récentes

les évolutions récentes DE L ADEUS les évolutions récentes dans le BAS-RHIN : des territoires plus spécialisés et plus interdépendants 92 DéCEMBRE 2012 TRANSVERSAL Illustration : ADEUS, 2012 Depuis le milieu des années 1970,

Plus en détail

Bellevue - Chantenay - Sainte-Anne

Bellevue - Chantenay - Sainte-Anne Mendès France Croix Bonneau - Bourderies auriers Mairie de Chantenay Plessis Cellier - Roche Maurice Boucardière - MallèveJean Macé Salorges - Cheviré - zone portuaire E QUARTIER Sainte- Anne, contrasté,

Plus en détail

LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING»

LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING» LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING» Gilbert Saporta Professeur de Statistique Appliquée Conservatoire National des Arts et Métiers Dans leur quasi totalité, les banques et organismes financiers

Plus en détail

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés Le Conseil national de la comptabilité réuni en formation de Section des entreprises le 28 octobre 1994,

Plus en détail

$SSOLFDWLRQGXNULJHDJHSRXUOD FDOLEUDWLRQPRWHXU

$SSOLFDWLRQGXNULJHDJHSRXUOD FDOLEUDWLRQPRWHXU $SSOLFDWLRQGXNULJHDJHSRXUOD FDOLEUDWLRQPRWHXU Fabien FIGUERES fabien.figueres@mpsa.com 0RWVFOpV : Krigeage, plans d expériences space-filling, points de validations, calibration moteur. 5pVXPp Dans le

Plus en détail

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire CHAPITRE 3 Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire Parmi les analyses statistiques descriptives, l une d entre elles est particulièrement utilisée pour mettre en évidence

Plus en détail

Numéro : 300. Excédents, méthodes de calcul - Ligne 7 de la Déclaration des salaires

Numéro : 300. Excédents, méthodes de calcul - Ligne 7 de la Déclaration des salaires Numéro : 300 Excédents, méthodes de calcul - Ligne 7 de la Déclaration des salaires Décembre 2013 Objectif de cette note d orientation... 4 Références légales... 4 Contexte... 5 Historique du calcul hebdomadaire

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE POUR LE CALCUL DE L AMORTISSEMENT ET DE LA VALEUR DU STOCK NET DOMICILIAIRE DIVISION DE L INVESTISSEMENT ET DU STOCK DE CAPITAL

MÉTHODOLOGIE POUR LE CALCUL DE L AMORTISSEMENT ET DE LA VALEUR DU STOCK NET DOMICILIAIRE DIVISION DE L INVESTISSEMENT ET DU STOCK DE CAPITAL MÉTHODOLOGIE POUR LE CALCUL DE L AMORTISSEMENT ET DE LA VALEUR DU STOCK NET DOMICILIAIRE DIVISION DE L INVESTISSEMENT ET DU STOCK DE CAPITAL STATISTIQUE CANADA 15 FÉVRIER 2002 1 MÉTHODOLOGIE POUR LE CALCUL

Plus en détail

DR NEMB PIERRE SAMUEL VICE DOYEN CHARGE DE LA PROGRAMMATION ET DU SUIVI DES ACTIVITES ACADEMIQUES UNIVERSITE DE DSCHANG/FSEG INTRODUCTION

DR NEMB PIERRE SAMUEL VICE DOYEN CHARGE DE LA PROGRAMMATION ET DU SUIVI DES ACTIVITES ACADEMIQUES UNIVERSITE DE DSCHANG/FSEG INTRODUCTION DR NEMB PIERRE SAMUEL VICE DOYEN CHARGE DE LA PROGRAMMATION ET DU SUIVI DES ACTIVITES ACADEMIQUES UNIVERSITE DE DSCHANG/FSEG EVALUATION D IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX DANS LES VILLES. INTRODUCTION La ville

Plus en détail