MASTER Les pensées du projet

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MASTER Les pensées du projet"

Transcription

1 MASTER Les pensées du projet L ARCHITECTURE COMME DISCIPLINE

2 EQUIPE ENSEIGNANTE Christian Blachot ingénieur, responsable de l équipe Patrick Chedal-Anglay Charles Chifflet Anne Coste -historienne Guy Depollier Dominique Putz Cedric Roze Mathieu Grenier Catherine Romeyer Juliette Pommier Stephane Sadoux 1

3 L architecture est toujours l expression spatiale d une decision intellectuelle Miss Van Der Rohe Présentation générale 2 Cette option vise la formation d s capables d assumer l ensemble des responsabilités (culturelles et techniques) liées aux missions de maîtrise d œuvre architecturales : c est-à-dire capables de comprendre les enjeux et les dynamiques en œuvre dans la transformation des territoires contemporains, et capables de s impliquer effectivement dans la conception et la réalisation des constructions, de toutes natures, qui participent à cette transformation, voire la déterminent. Elle solidarise les enseignants sur un centrage disciplinaire fort (à l origine de son nom) qui met le projet au cœur des enseignements comme objectif premier de la formation, mais aussi comme mode privilégié d apprentissage de l architecture : outil d analyse et d expérimentation tout autant qu objet de connaissance, de recherche et de théorisation. Nous pensons qu il y a un statut singulier de l activité architecturale, toujours entre le penser et le faire ( ou plutôt toujours les deux à la fois ) où théorie et pratique ne sont pas dissociables. C est pourquoi l équipe enseignante est réunie par une même volonté, voire nécessité : - de soutenir en master une pratique du projet où l expérimentation ( hypothèses, vérification mais aussi hasards ou imprévisibilité du «faire») est une voie privilégiée. - de constituer des savoirs partagés et communicables quant aux «matériaux» que le projet réunit, visant leur identification et leur explicitation. Cet ancrage disciplinaire nous apparaît comme une nécessité pour au moins trois raisons : - prévenir le risque d une séparation de plus en plus marquée entre savoir théoriques et pratiques. - contribuer à l élaboration de ce qui nous apparaît largement absent dans le paysage dominant des recherches «architecturales» ( différence entre des recherches sur l architecture et des recherches en architecture ) - favoriser les échanges avec d autres disciplines qui peuvent ainsi rester garantes, elles aussi, de leur propre cohérence disciplinaire. Elle tient fondamentalement aux spécificités du projet d architecture qui consiste à réunir des éléments totalement hétérogènes pour produire une forme cohérente ( une unité, même fragmentée ou paradoxale ) : ainsi, il s agit d un travail de composition ( c est-à-dire d assemblage, de mise en relation d éléments pour engendrer un tout ), mais caractérisé par le fait que les éléments n existent pas a priori; ils doivent d abord être pensés, transformés, en matériaux d architecture, ce qui nécessite jugement critique, hiérarchisation, prise de position. C est ce qui fait que dans une œuvre architecturale, tout doit avoir une raison d être ainsi et que l aboutissement d un projet architectural peut se mesurer à l aune de sa résistance à la transformation ; c est aussi pourquoi ces «raisons», qui donnent à l œuvre sa cohérence d ensemble, même si elles ne sont pas uniquement rationnelles ( le processus de conception n est pas strictement déductif ), doivent pouvoir être pour l essentiel explicitées ( argumentées ) ou révélées par l analyse, et soumises au débat critique. 3

4 TABLEAU DES ENSEIGNEMENTS 1 ère année du master (4 ème année) studio 1 : Formes d habiter Responsable : D. CHAPUIS Il s agit de faire projeter les étudiants sur le logement, d une manière théorique et exploratoire pour les confronter ensuite aux multiples échelles que celui-ci implique lorsqu on le situe dans un contexte. Comment l on transpose le «désir d habiter» dans un dispositif architectural qui devra être convaincant. Comment le logement collectif, de par sa nécessaire répétition peut et doit produire de la qualité. Comment le lieu peut avoir une influence sur le logement et comment un projet de logements peur avoir une influence sur le lieu. séminaire 1 : Les «matériaux» du projet Responsable : A. COSTE, D. CHAPUIS Ce séminaire contribue à une explication des «matériaux» de l architecture en proposant un panel d interventions sur des problématiques projectuelles liées à la question de l habitat. et du logement. Il contribuera à construire une pensée théorique sur la «représentation-conception» autour de l habiter. -Typologie du logement /morphologie urbaine -Rapports structure/espace -Les figures de l habiter -Les matériaux comme expression du projet Plusieurs séances prises en charge par Anne Coste seront consacrées à une approche épistémologique de la discipline architecturale et une initiation à la méthodologie de la recherche 1 er semestre 2 e semestre 1 er semestre 2 e semestre studio 2 : Edifice et territoire studio 3 : Thème, lieu, projet Projet de Fin d Etudes Responsable : D. CHAPUIS Responsable : D. CHAPUIS Responsable : G. DEPOLLIER L objectif de ce studio est de montrer quelles peuvent Sur un territoire suffisamment large pour offrir une être les différentes attitudes et prises de po- grande diversité de situations de projet, chaque sition dans un territoire lors de la conception d un étudiant s engage dans un travail permettant d explorer, équipement. Il s agit de faire travailler l étudiant par le projet architectural et urbain, les sur les rapports très subtils que le projet peut établir connivences qui peuvent s établir entre un site, avec le lieu dans sa dimension géographique, des modèles ou références, des typologies et des topographique, historique et paysagère. programmes. séminaire 2 : Modèles, figures, références Responsable : A. COSTE Ce séminaire est construit autour des recherches du Collectif de recherche architecturale de l EN- SAG. Il vise la formation à la recherche des étudiants par la réalisation de travaux privilégiant un ancrage fort dans les problématiques et méthodes spécifiques à la discipline architecturale. Le travail des étudiants se conclut par la soutenance d un mémoire qui constitue la séance de clôture du séminaire. 2 ème année du master (5 ème année) séminaire 3 : Les pensées du projet Responsable : A. COSTE Ce séminaire est construit autour des expérimentations menées par les étudiants dans le studio 3. Il s agit prioritairement d interroger les rapports existant entre les caractères spécifiques et génériques de tout territoire de projet ( à la fois ici et ailleurs ), soit une autre manière d interroger la question de la référence ( origine, utilisation, pertinence ). L objectif de ce séminaire est aussi d aider l étudiant dans la préparation de son mémoire de PFE. Le P.F.E. doit permettre à chaque étudiant, sur les bases du travail réalisé au 1er semestre, d affirmer ses positions et thématiques privilégiées. Les pistes de travail ( explorations nouvelles ou approfondissement ) comme les échelles et modes de représentation adoptés pour la soutenance sont donc volontairement laissés ouverts. L étudiant doit démontrer sa capacité à établir un lien explicite et théorisé entre les caractéristiques formelles de son projet et un territoire d intervention défini comme une forme historique. Mention Recherche Responsable : A. COSTE Optionnelle et soutenue en septembre après validation du projet en juillet, la mention recherche sanctionne un développement théorique et projectuel (expérimental) contribuant à une critique systématique de la notion de référence en architecture. 4 5

5 Formes d habiter - Le logement et la ville MASTER 1 Studio 1 Séminaire 1 Studio 2 Séminaire 2 MASTER 2 Studio 3 Séminaire 3 Projet de fin d études, responsable de l équipe 6 «Désir d habiter» _ Il s agit de se plonger d emblée dans une phase individuelle de conception théorique : Dans un temps relativement court, chaque étudiant doit projeter son «logement familial idéal» avec pour seule contrainte,mais cependant non négligeable, que celui-ci puisse se développer dans un tissu horizontal ou vertical. L objectif est de mettre l étudiant dans une situation projectuelle d habitat collectif en partant de la cellule familiale, et non l inverse. Il s agit ensuite de confronter cette liberté d expression formelle personnelle de l unité d habitation à l idée de fabrication d un tissu par la répétition de cette unité.on s attachera à mettre en évidence comment cette répétition doit contribuer à produire de la qualité architecturale. Ce travail se fera uniquement sous forme de maquette en volumes. «Thème et dispositif» _ Analyse collective des différentes propositions de «logement idéal» et regroupement de celles-ci par familles et par «thèmes». A ce moment sont proposées aux étudiants une série de références en fonction des «thèmes» mis en œuvre. Ils devront reconstruire ces références par l analyse, essentiellement sous forme de maquettes. Celles-ci serviront à confirmer ou réorienter les esquisses produites en première phase. Ce moment important servira de base au développement du projet non plus seulement comme «logement idéal»,mais comme dispositif et système d habitat théorique «Les données du site» _ Cette phase peut commencer en synergie avec la phase précédente. Elle consiste à se nourrir des données du site, et développer son projet en intelligence avec celui-ci. Il s agit pour l étudiant d en transformer les conditions actuelles par la mise en œuvre du système d habitat qu il a projeté. Le choix de l implantation servira plus à illustrer et mettre en valeur les rapport qui peuvent s établir entre «l habitat» et son environnement,plutôt que de résoudre une problématique urbaine complexe. L attendu au final étant de nous donner envie d habiter et de nous projeter dans les différentes propositions qui seront,bien sur,en intelligence avec le site. 7

6 les «matériaux» du projet de l idée à la forme MASTER 1 Studio 1 Séminaire 1 Studio 2 Séminaire 2 MASTER 2 Studio 3 Séminaire 3 Christian Blachot ingénieur, responsable de l équipe Patrick Chedal-Anglay Anne Coste -historienne Guy Depollier Gabriel Ducroq Juliette Pommier Dominique Putz 8 Projet de fin d études Le séminaire organise de façon progressive et coordonnée avec le M1A, une explication des «matériaux» de l architecture en développant les problématiques projectuelles liées à la question de l habitat. D autre part, il s agit de revenir sur l ensemble des thèmes qui sous tendent toute démarche de projet, en dépassant un premier niveau qui peut les considérer comme des outils à connaître et à utiliser au profit d un deuxième niveau qui les saisit comme moyen d interroger la pensée du projet. Le séminaire s attachera ainsi à construire une pensée théorique sur le thème double et ouvert de la «représentation-conception autour de l habiter». C est-à-dire qu il propose une suite de cours personnalisés abordant la problématique de «le représentation comme pensée du projet» d une part, ainsi qu une réflexion sur les «éléments de composition» liés à la conception d un projet d habitat d autre part. D une manière générale, il s agit d organiser un cours abordant des éléments de réflexion sur la conception du projet et sa complexité. Comment passer de l idée à la forme. Il s agit de prendre conscience que la composition et les dualités qu elle doit réunir sont la question même de toute démarche projectuelle. Certaines séances seront consacrées à l introduction de notions et de méthodes, préalable à la préparation du mémoire au semestre suivant. Elles se répartiront entre éléments épistémologiques (discipline, concepts, méthodes) ainsi qu à l élaboration collective d une bibliographie spécifique à la problématique de l équipe (L architecture comme discipline) et d un corpus lié aux questions traitées en studio (Formes d habiter). 9

7 Edifice et territoire le projet, entre histoire et paysage MASTER 1 Studio 1 Séminaire 1 Studio 2 Séminaire 2 MASTER 2 Studio 3 Séminaire 3 Projet de fin d études, responsable de l équipe L objectif de cette unité d enseignement est d amener les étudiants à projeter en prenant en compte l ensemble des matériaux de l architecture, prendre position sur la ville et le territoire, s inscrire dans une continuité architecturale (ou une rupture), argumenter leur projet en s appuyant sur des connaissances et des références, une culture au sens large. Dans le cadre de cette thématique, l idée est de montrer quelles peuvent être les différentes attitudes et prises de position dans un territoire lors de la conception d un équipement. Il s agit de faire travailler l étudiant sur les rapports très subtils que le projet peut établir avec le lieu dans sa dimension géographique, topographique, historique et paysagère. L étudiant devra investir le site avec tous les outils de prédilection de l : dessin, maquette, croquis, photos etc Cet investissement se fera à la fois de manière collective et individuelle. Il sera la nourriture essentielle à sa future prise de position. Le but de cette approche est d amener chaque étudiant à développer sa capacité de lecture et d interprétation critique d un site. A partir d un programme d équipement, établir la règle architecturale qu il faudra appliquer sur le site pour affirmer ses potentialités. Définir le dispositif architectural d aménagement qui rendra lisible la prise de position dans le site et sa transformation. Développer un projet en cohérence avec cette prise de position

8 Le séminaire a pour objectif l initiation des étudiants aux méthodes et objets spécifiques à la recherche architecturale, c est à dire une recherche centrée sur le projet d architecture. Il s agissait à l origine de montrer que les problématiques architecturales échappent pour l essentiel aux approches périphériques et à leurs cadrages «académiques» et doivent faire l objet d approches spécifiques ayant une visée opératoire pour le projet d architecture. Modèles, figures, références MASTER 1 Studio 1 Séminaire 1 Studio 2 Séminaire 2 MASTER 2 Studio 3 Séminaire 3 Projet de fin d études Christian Blachot ingénieur Patrick Chedal-Anglay Anne Coste -historienne L originalité de notre positionnement est de nous appuyer, quelle que soit la nature des questions que nous abordons, sur une double dynamique fondamentale : - la première est de ne s attacher qu aux caractéristiques formelles des objets étudiés ; ceci suppose une capacité à les reconnaître qui, elle-même, mobilise une double compétence : une culture des types, conventions, règles et modèles qui fondent le processus d identification/différenciation de tout édifice ; une pensée architecturale des éléments de la composition que l analyse va dissocier à partir de catégories qui sont propres au projet. - la deuxième consiste à projeter effectivement, pour mieux comprendre certaines caractéristiques des objets étudiés : qu il s agisse de tenter de mieux comprendre les caractéristiques essentielles «cachées» d un bâtiment en le soumettant à des transformations expérimentales, ou qu il s agisse de confronter une référence à un autre site (ce qui permet aussi de révéler certaines caractéristiques du site), à un autre programme, etc.. La liste des pistes et des méthodes est ici quasi infinie. Guy Depollier Juliette Pommier Dominique Putz 12 Précisément, il s agit d une recherche qui à la fois s appuie sur les compétences particulières d un (projeter) et à la fois vise la constitution d outils pour le projet. C est pourquoi la question de la référence y est centrale, par la double affirmation qu elle contient de fait : son lien absolu avec les questions de l analyse et de la critique ; sa dimension opératoire dans le projet et pour l expérimentation. Après une présentation par les enseignants des travaux de recherche qu ils dirigent, les étudiants développent un travail spécifique s inscrivant directement dans l une de ces problématiques. Ce travail se conclut par la rédaction et la soutenance d un mémoire qui a aussi vocation à fournir le ou les thèmes d expérimentation privilégiés pour l année suivante. «Echelle domestique / Echelle territoriale, motif et répétition : le cas des trois tours de Grenoble», 2008 Florence BALESTRIERI, Mariette DUPARC Directeur de mémoire : Marie-Astrid CREPS «(Re)visite de «Architecture sans s» de Bernard Rudofsky», 2007 Mathieu CHOGNARD, Gang LIU Directeur de mémoire : Dominique CHAPUIS «L expression de la forme architecturale à travers la lumière naturelle», 2007 Alexis BALLANSAT, Hakan BUYUKCOLAK, Thomas MANIAQUE Directeur de mémoire : : Guy DEPOLLIER 13

9 Thème, SITE, projet MASTER 1 Studio 1 Séminaire 1 Studio 2 Séminaire 2 MASTER 2 Studio 3 Séminaire 3 Projet de fin d études Enseignants du studio :, responsable de l équipe Guy Depollier Equipe enseignante : Christian Blachot ingénieur Patrick Chedal-Anglay Charles Chifflet Dominique Putz 14 Il est bon de rappeler que le studio du semestre est indissociable du séminaire qui lui est rattaché. Cet atelier semestriel va s aborder de deux mani eres : Un thème, un site, un projet : Dans la suite logique du séminaire de 4e année et de ses apports théoriques, dans lesquels chaque étudiant a pu esquisser, voire développer un ou plusieurs thèmes de recherche liés au propos théorique globalisé sous l intitulé «modèles,figures, références», l étudiant va commencer par projeter ex situ à partir du thème sur lequel il voudrait travailler. Il s agit d un travail assez théorique, mais un vrai travail de recherche par le projet. C est un travail expérimental, sans considérations programmatiques précises à priori. Un développement continu de recherche formelle sur un dispositif architectural, une figure ou une typologie sans aboutissement prédéterminé autre que celui de montrer et de mettre en évidence l évolution d une idée architecturale que l on veut mettre en œuvre. Un site, un thème, un projet : Très rapidement après son expérimentation architecturale, l étudiant prend connaissance du site sur lequel il va pouvoir confronter ses «manipulations formelles».l atelier choisit un site (territoire» suffisamment large pour offrir des occasions très diverses de projets.apres une présentation des éléments de compréhension du site, chaque étudiant va pouvoir choisir un lieu d intervention. Ce lieu d intervention va lui permettre soit d étayer sa recherche par un site qui va lui servir de faire valoir, soit lui permettre d orienter ou de réorienter rapidement son expérimentation sur un lieu réel. Dans ce cas l étudiant est invité à relier le plus possible son thème de travail avec le lieu précis qu il choisit, tenant compte de ses caractéristiques. Une attention particulière est portée aux qualités du lieu et à aux potentialités projectuelles qu il suscite. L expérimentation architecturale, ainsi située, devrait logiquement se poursuivre dans une exploration progressive de dispositifs architecturaux déjà mis en œuvre de manière théorique et en cohérence avec une prise de position pertinente sur le lieu. Dans cette phase, au travers de cette prise de position, c est l exploration des possibles et de ses limites qui nous intéresse, et qui doit déboucher vers le travail et les hypothèses du PFE. De préférence à un projet abouti, nous privilégions l exploration des possibles et l ouverture ( repérage des thèmes, pistes, alternatives ) et nous insistons sur la nécessité d articuler en permanence théorisation et projétation: une «pratique théorique» du projet qui engage l étudiant dans un processus d expérimentation par le projet architectural et urbain. Un processus a priori sans fin, uniquement limité par la nécessité d aboutir, dans le temps d un semestre, à une proposition présentable et argumentable. La critique collective de fin de semestre s attache en priorité à définir les hypothèses de prolongement souhaitable ou possible vers le PFE. 15

10 Les pensées du projet MASTER 1 Studio 1 Séminaire 1 Studio 2 Séminaire 2 MASTER 2 Studio 3 Séminaire 3 Projet de fin d études Enseignants du studio : Christian Blachot Le séminaire de 5ème année a pour objectif l encadrement théorique des mémoires de PFE. Il ingénieur doit aider l étudiant à construire et expliciter les liens qu il s efforce d établir entre un mémoire de 4ème année visant à explorer, autour de la question de la référence en architecture, une, responsable de l équipe problématique spécifique au projet architectural et un site de projet en 5ème année considéré comme une forme historique en mutation. Patrick Chedal-Anglay Charles Chifflet Anne Coste -historienne Guy Depollier Dominique Putz 16 Entre le lieu réel et toutes ses dimensions ( géographiques, historiques, topographiques ) et le lieu «théorique» (ou lieu comme représentation) se joue la dialectique permanente de tout projet architectural entre le générique et le spécifique. C est sur cette dernière que peut se fonder un processus d expérimentation par le projet, prenant à la fois position quant au site particulier tout en en tirant matière, voire prétexte, à explorer une thématique qui le dépasse largement. Parce que cette dualité est complexe, parce qu il est a priori tout aussi pensable et légitime d engager un processus de projet en imposant une référence extérieure au lieu qu en réinterprétant les typologies existantes, puisque, en fin de compte, s établira forcément un équilibre ( une tension ) entre ces deux sources, il est clair que seul le débat critique autour des projets permet d en expliciter les «raisons» ( principe de cohérence ) et de fixer les limites de l expérimentation ( principe de pertinence ). C est le rôle de ce séminaire que d organiser une critique théorique des travaux en cours, collective et partagée, dans la perspective de la construction du PFE. Outre les apports méthodologiques et thématiques continus, le séminaire est structuré autour de trois temps forts qui se calent sur la progression des travaux : - présenter et argumenter une déclaration d intention de travail : c est-à-dire, ici, répondre précisément à la question de la provocation du lieu en termes de prise de position et d expérimentation. - soumettre à la critique une première étape du travail : faire le point sur une expérimentation en cours, sur une première évaluation des résultats en regard des attendus énoncés, sur les perspectives ( ouverture, resserrement, réorientation ) - défendre un travail de projet comme démonstration de la validité ( et des limites ) des hypothèses, positionnement, thèmes d où il tire ses caractéristiques formelles ( ses «raisons» ), et en conclure les fondements du PFE. 17

11 PROJET de FIN d ETUDES MASTER 1 Studio 1 Séminaire 1 Studio 2 Christian Blachot ingénieur Patrick Chedal-Anglay Charles Chifflet Guy Depollier Dominique Putz 18 Séminaire 2 MASTER 2 Le sujet des PFE est défini pour chaque étudiant lors de la critique finale des travaux du 1er semestre : le bilan des explorations est mis en discussion et permet de dégager les pistes de prolongement, soit par approfondissement de telle ou telle attitude, soit par réorientation autour d un nouveau thème apparemment plus riche ou plus pertinent. Une grande ouverture est laissée afin que le PFE soit aussi un travail personnel, à travers lequel chaque étudiant va pouvoir approfondir ses thèmes privilégiés dans le master, voire rejoindre une piste d expérimentation nouvelle : les thématiques et échelles de travail présentées lors de la soutenance des PFE, Studio 3 Séminaire 3 Projet de fin d études ainsi que les modes de représentation qu elles requièrent, seront ainsi assez différentes et pourront s enrichir de leur confrontation. Ce qui reste attendu de chaque étudiant lors de la soutenance du PFE est sa capacité à démontrer, par le projet, les rapports dialectiques établis avec le lieu considéré comme une forme historique en mutation : comment l un et l autre se nourrissent réciproquement, les cohérences programmatiques et typologiques qui en résultent, leurs incidences à l échelle constructive 19

12

DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016. Ces séminaires questionnent la médiation sous l angle particulier des publics :

DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016. Ces séminaires questionnent la médiation sous l angle particulier des publics : DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016 U1AG Unité d enseignement UAG/10 ECTS Savoir-faire/Stage U1AG Intitulé du cours : séminaires interdisciplinaires d analyse des pratiques Enseignant(s) : Cécile

Plus en détail

Département de la Drôme

Département de la Drôme Département de la Drôme Mise en place des Programmes Personnalisés de Réussite Educative. Comment cibler les élèves? Les procédures de choix des élèves sont essentielles Certaines interprétations peuvent

Plus en détail

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Apprendre en stage Présentation aux référents 02.09.2010 C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Et pour commencer De quoi un étudiant a-t-il besoin pour apprendre en stage? Contenu de la présentation Introduction

Plus en détail

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation 1 PENSER LA MONDIALISATION Par Zaki LAÏDI (CERI-Sciences Po Paris) I Problématique Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation exerce sur le sens et l action

Plus en détail

Master «aedification, grands territoires, villes»

Master «aedification, grands territoires, villes» ATELIER DE PROJET EUROPEEN VILLES, TERRITOIRES et SOCIETES Master «aedification, grands territoires, villes» l Ecole Nationale Supérieure d Architecture de Grenoble en collaboration avec : l Ecole Nationale

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2 Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré ESPE Lille Nord de France Année 2014-2015 Cette note de cadrage a pour but d aider les collègues

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

LICENCE D'HISTOIRE REFERENTIEL

LICENCE D'HISTOIRE REFERENTIEL LICENCE D'HISTOIRE REFERENTIEL I LES OBJECTIFS DE LA FORMATION 1. Objectifs généraux La licence d histoire est un enseignement généraliste et théorique fondé sur la recherche, qui peut faire place à des

Plus en détail

Analyse du paysage. Université de Liège - LEMA

Analyse du paysage. Université de Liège - LEMA Analyse du paysage 1. Etat du paysage 2. Analyse du noyau urbain : croissance 3. Analyse du noyau urbain : trames, morphologie, voiries 4. Typologie de l habitat Université de Liège - LEMA Typologie de

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

ANNEXE 6. Veuillez demander la version word au Ministère NOM DU SECTEUR DE FORMATION NOM DU PROGRAMME PROJET DE FORMATION DATE - ANNÉE

ANNEXE 6. Veuillez demander la version word au Ministère NOM DU SECTEUR DE FORMATION NOM DU PROGRAMME PROJET DE FORMATION DATE - ANNÉE ANNEXE 6 Veuillez demander la version word au Ministère NOM DU SECTEUR DE FORMATION NOM DU PROGRAMME PROJET DE FORMATION DATE - ANNÉE ÉQUIPE DE PRODUCTION Responsabilité et coordination Nom Titre Organisation

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

L Approche programme

L Approche programme L Approche programme Margot Phaneuf, inf., Ph.D. mai 2003 Révision oct. 2012 Qu'est-ce que c'est? Le programme en soins infirmiers repose fondamentalement sur une organisation par programme. C est une

Plus en détail

L échange argumentatif par réseau intranet en classe de Seconde

L échange argumentatif par réseau intranet en classe de Seconde L échange argumentatif par réseau intranet en classe de Seconde Extrait du Mémoire professionnel de Karine BODIN, professeur stagiaire en Lettres, IUFM de Poitou-Charentes, année 2003/2004, sous la direction

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics :

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Cahier des charges pour un programme de formation à l attention des agents des institutions publiques (Collectivités locales, services

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Programme d initiation à la Méthode d analyse en groupe

Programme d initiation à la Méthode d analyse en groupe Programme d initiation à la Méthode d analyse en groupe Programme d initiation à la méthode d analyse en groupe PAGE 1 Responsables et contact : Raphaël Darquenne (Réseau MAG) Tel : 0479 76 17 82 e-mail

Plus en détail

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group LE FOCUS GROUP 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? Un focus group est un type d entretien de groupe composé de personnes concernées par une politique de développement ou une intervention. Il est

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Grille de relecture et d évaluation d un mémoire de sciences de l éducation

Grille de relecture et d évaluation d un mémoire de sciences de l éducation Grille de relecture et d évaluation d un mémoire de sciences de l éducation N.B. La présente grille peut être utilisée avant, pendant et après la rédaction du mémoire : - avant pour se donner une représentation

Plus en détail

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 CONTEXTE Les «pauses du renouvellement urbain», temps d'échange multipartenarial, se sont tenues tout au long de l année 2012.

Plus en détail

Master SCIENCES DE L EDUCATION STRATÉGIE ET INGÉNIERIE DE FORMATION D ADULTES (SIFA) SCIENCES HUMAINES

Master SCIENCES DE L EDUCATION STRATÉGIE ET INGÉNIERIE DE FORMATION D ADULTES (SIFA) SCIENCES HUMAINES SCIENCES HUMAINES Master SCIENCES DE L EDUCATION STRATÉGIE ET INGÉNIERIE DE FORMATION D ADULTES (SIFA) Objectifs former des spécialistes en ingénierie de formation dans les trois niveaux de cette ingénierie

Plus en détail

AEC en Techniques d éducation à l enfance

AEC en Techniques d éducation à l enfance (JEE.0K) 322-101-MV Introduction à la profession Ce cours permet à l étudiant d explorer la profession d éducatrice à l enfance dans son ensemble et de bien cerner le contexte des services de garde au

Plus en détail

Master en urbanisme et aménagement du territoire

Master en urbanisme et aménagement du territoire Institut supérieur d'urbanisme et de rénovation urbaine Master en urbanisme et aménagement du territoire L ISURU propose une formation unique de Master en urbanisme et aménagement du territoire (120 ects)

Plus en détail

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre 5-7 AVENUE DU GENERAL DE GAULLE 94160 SAINT MANDE Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre - Actions individuelles : diagnostic RH et accompagnement des

Plus en détail

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR Les séminaires et la continuité à assurer Il est essentiel qu au terme de chaque séminaire, le bilan établi et mis en ligne soit examiné dans chaque lycée par l ensemble

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Décembre 2013 Mission Bassin Minier décembre 2013 Page 2 Préambule Depuis 1982, le

Plus en détail

«Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie. Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris

«Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie. Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris «Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris OBJECTIFS 1- Niveau et insertion dans la programmation 2-

Plus en détail

Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme de sciences et technologies culinaires (STC)

Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme de sciences et technologies culinaires (STC) Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme de sciences et technologies culinaires (STC) CLASSE DE SECONDE La série technologique hôtellerie-restauration

Plus en détail

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire?

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Cette question s inscrit dans le contexte où plusieurs acteurs

Plus en détail

Comment organiser une séance d EPS

Comment organiser une séance d EPS Comment organiser une séance d EPS Ce qui est important pour l élève c est de : - comprendre quand il réussit quelle procédure reproductible a été utilisée et isolée pour cette procédure - apprendre pour

Plus en détail

Apprendre à combattre un incendie coûte toujours très cher avant le sinistre..!

Apprendre à combattre un incendie coûte toujours très cher avant le sinistre..! 1 veille sociale. 1 jour Dir 1 2 gestion de la crise sociale 2 jours 3 négociation sociale 3 jours Pourquoi une telle offre? Quoi? «Il n y a de richesse que d homme» Apprendre à combattre un incendie coûte

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

L ORIENTATION AU LYCéE

L ORIENTATION AU LYCéE L ORIENTATION AU LYCéE L orientation, construite, progressive est au cœur de la rénovation des voies générale, technologique et professionnelle. Ce document a vocation à aider les équipes dans les établissements

Plus en détail

Coaching RelationCare

Coaching RelationCare Coaching RelationCare Les fondamentaux Notre formation associe les approches les plus récentes en matière de coaching individuel et d équipe, de systémique, de connaissances dans les neurosciences, de

Plus en détail

Professionnelle. Construire un lien entre théorie et pratique

Professionnelle. Construire un lien entre théorie et pratique A.F.P. Ateliers de Formation Professionnelle Construire un lien entre théorie et pratique Plan de la présentation 1. Les A.F.P. Une nouveauté dans la réforme de la formation initiale des enseignants 2.

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

BTS DESIGN D'ESPACE LYCÉE RIVE-GAUCHE TOULOUSE C A T A L O G U E D E S C O U R S

BTS DESIGN D'ESPACE LYCÉE RIVE-GAUCHE TOULOUSE C A T A L O G U E D E S C O U R S BTS DESIGN D'ESPACE LYCÉE RIVE-GAUCHE TOULOUSE C A T A L O G U E D E S C O U R S PRESENTATION DU DESIGN D'ESPACE Le BTS DESIGN D ESPACE met en interaction la richesse des contenus relatifs à plusieurs

Plus en détail

CONSULTATION NATIONALE SUR LE PROJET DE PROGRAMME POUR L ÉCOLE MATERNELLE

CONSULTATION NATIONALE SUR LE PROJET DE PROGRAMME POUR L ÉCOLE MATERNELLE CONSULTATION NATIONALE SUR LE PROJET DE PROGRAMME POUR L ÉCOLE MATERNELLE GUIDE POUR L ANIMATION DE LA DEMI-JOURNÉE BANALISÉE ET LA REMONTÉE DES SYNTHÈSES Le Conseil supérieur des programmes a rendu public

Plus en détail

Annexe 1 : Un exemple de cahier des charges

Annexe 1 : Un exemple de cahier des charges Annexe 1 : Un exemple de cahier des charges Cahier des charges pour des rencontres de sensibilisation du personnel de l'opac 38 au développement durable L'office public d'aménagement et de construction

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master Recherche & Concours de l enseignement Arts plastiques

www.u-bordeaux3.fr Master Recherche & Concours de l enseignement Arts plastiques www.u-bordeaux3.fr Master Recherche & Concours de l enseignement Arts plastiques De la création à la conceptualisation Ce Master a pour finalité de permettre aux étudiants de mener à bien un travail de

Plus en détail

Animation pédagogique

Animation pédagogique Animation pédagogique Proposition d un cadre de réflexion Rédaction Jean- Michel Guilhermet à partir des travaux du groupe EPS 38 - mai 2012 Page 1 Le document précise les professionnelles attendues dans

Plus en détail

PREMIÈRE SECTION : Vue d ensemble du projet ou de la leçon. Matières : Français (10231-10232), Géographie - Enjeux du monde contemporain (41411)

PREMIÈRE SECTION : Vue d ensemble du projet ou de la leçon. Matières : Français (10231-10232), Géographie - Enjeux du monde contemporain (41411) PREMIÈRE SECTION : Vue d ensemble du projet ou de la leçon Niveau : 10 e et 12 e année Matières : Français (10231-10232), Géographie - Enjeux du monde contemporain (41411) Titre de la leçon : Prendre position

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE -

PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE - PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE - 9 ème WEEK-END DE FORMATION Des animateurs du réseau 11 13 mars 2011 Paris Le Parlement Européen des Jeunes France est une association apolitique et à but non lucratif,

Plus en détail

Mener des entretiens professionnels

Mener des entretiens professionnels Formations Mener des entretiens professionnels Durée :... 2,5 jours - 18 heures Personnel concerné :... tout responsable hiérarchique ayant à mener des entretiens d évaluation Méthode pédagogique :...

Plus en détail

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics :

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Cahier des charges pour un programme de formation à l attention des agents des institutions publiques soumises à l Ordonnance du 23 juillet

Plus en détail

Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09)

Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09) Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09). PSYCHOLOGIE CLINIQUE : définition de base o Nature du domaine professionnel : la psychologie clinique est une discipline se souciant du bien-être

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS-DIDEROT UFR LETTRES ARTS CINEMA. 1 er semestre

UNIVERSITE PARIS-DIDEROT UFR LETTRES ARTS CINEMA. 1 er semestre LE DOCUMENTAIRE : ÉCRITURES DES MONDES CONTEMPORAINS Master 2 Professionnel DEMC (2013-2014) PROGRAMME DETAILLÉ DES ENSEIGNEMENTS 1 er semestre Bloc 1 : Culture du documentaire, connaissance du milieu,

Plus en détail

Préparez votre débat

Préparez votre débat Préparez votre débat L enjeu éducatif d un débat sur des questions portant sur le changement climatique est principalement de permettre : - d éveiller l intérêt des élèves sur le sujet en laissant la pensée,

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

Profil professionnel Section : Bachelier en informatique & systèmes finalité informatique industrielle

Profil professionnel Section : Bachelier en informatique & systèmes finalité informatique industrielle Section : Bachelier en informatique & systèmes Page 1/6 1. Introduction L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant. Celui-ci trouvera durant ses études de

Plus en détail

S T E DELTA-C FORMATION UNIVERSITAIRE. Centre de Formation et d Appui Conseil pour le Développement Local

S T E DELTA-C FORMATION UNIVERSITAIRE. Centre de Formation et d Appui Conseil pour le Développement Local DELTA-C Centre de Formation et d Appui Conseil pour le Développement Local FORMATION UNIVERSITAIRE ETABLI EN 2009 PROGRAMMES DE LMD (LICENCES-MASTERS-DOCTORATS) Fiche Scientifique et Pédagogique DOMAINE

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION

PROGRAMME DE FORMATION Esam design SA 17 Rue Jacquemont 75017 Paris Tel 01 53 06 88 00 Siret : 3820456980001 N de déclaration d activité : 11754780175 Norme NF service 214 agrée par l AFNOR PROGRAMME DE FORMATION Titre de Concepteur

Plus en détail

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs :

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : 2. Qu est-ce qu un projet commun? Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : le projet a un début et une fin et se structure en

Plus en détail

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière Séminaire Démarche de clustering : Stratégie et animation 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière En partenariat avec la Grappe d entreprises INOVAGRO et animé par France Clusters L innovation agroalimentaire

Plus en détail

Il devra adapter son discours et ses exemples au niveau et à l activité prépondérante des stagiaires de son groupe.

Il devra adapter son discours et ses exemples au niveau et à l activité prépondérante des stagiaires de son groupe. Face à face pédagogique : 14 heures 1. Tour de table Introduction 2. Contexte et enjeux de la sécurité 3. Rôle et missions du titulaire d un certificat de Niveau 2 4. Evaluation des risques et définition

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE DU MODULE DE FORMATION

TERMES DE REFERENCE DU MODULE DE FORMATION Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique TERMES DE REFERENCE DU MODULE DE FORMATION De l élaboration d une proposition de recherche à la diffusion des résultats Du 31 août

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

STAGES EN ETABLISSEMENT SCOLAIRE ET ENSEIGNEMENTS D ACCOMPAGNEMENT MASTER MEEF SECOND DEGRE, DISCIPLINES GENERALES.

STAGES EN ETABLISSEMENT SCOLAIRE ET ENSEIGNEMENTS D ACCOMPAGNEMENT MASTER MEEF SECOND DEGRE, DISCIPLINES GENERALES. STAGES EN ETABLISSEMENT SCOLAIRE ET ENSEIGNEMENTS D ACCOMPAGNEMENT MASTER MEEF SECOND DEGRE, DISCIPLINES GENERALES. I. Stages de M1. A. Calendrier et description. Le stage se décompose en deux parties,

Plus en détail

Résumé du Mémoire d Executive Master

Résumé du Mémoire d Executive Master EXECUTIVE MASTER EN POLITIQUES ET PRATIQUES DU DEVELOPPEMENT (DPP) Année Académique 2012 2013 Résumé du Mémoire d Executive Master Bilan d une approche basée sur l accompagnement des partenaires: Cas du

Plus en détail

A l issue de la définition de la «Vocation du quartier»: Les différentes phases de la «Programmation urbaine» au Projet urbain

A l issue de la définition de la «Vocation du quartier»: Les différentes phases de la «Programmation urbaine» au Projet urbain A l issue de la définition de la «Vocation du quartier»: Les différentes phases de la «Programmation urbaine» au Projet urbain Michel Bonetti Sociologue urbaniste, «Le Sens Urbain» Jean Didier Laforgue

Plus en détail

Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième

Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième 1 1 Enseignement supérieur Insertion professionnelle Terminale générale

Plus en détail

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles Bénévolat Portefeuille de compétences Liste des compétences Pour tous les bénévoles 1. S engager, prendre position 2. Travailler en équipe 3. Communiquer 4. Organiser 5. Être force de proposition Selon

Plus en détail

Atelier de professionnalisation dans le BTS TOURISME au Lycée Colbert, Lyon

Atelier de professionnalisation dans le BTS TOURISME au Lycée Colbert, Lyon Atelier de professionnalisation dans le BTS TOURISME au Lycée Colbert, Lyon Le nouveau a été mis en place en septembre 2012 pour remplacer les BTS : AGTL (Animation et gestion du tourisme local) et VPT

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II:

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: Thème: Le Coaching Sommaire: Introduction général Partie I: 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: 1.Caractéristiques du coaching 2.Rôle et mission du coach 3.La

Plus en détail

PROGRAMME DE L ECOLE MATERNELLE L école maternelle : un cycle unique fondamental pour la réussite de tous

PROGRAMME DE L ECOLE MATERNELLE L école maternelle : un cycle unique fondamental pour la réussite de tous POURQUOI? COMMENT? comparatif 2008/2015 PROGRAMME DE L ECOLE MATERNELLE L école maternelle : un cycle unique fondamental pour la réussite de tous Explorer le monde du vivant, des objets et de la matière

Plus en détail

Retour sur le Débat prospectif élargi

Retour sur le Débat prospectif élargi Retour sur le Débat prospectif élargi l évolution des lignes et des termes du débat Ivry sur Seine le 20 mars 2015 Avertissement : cette note est la production collective d un groupe de 7 personnes impliquées

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention Les transformations sociales, la territorialisation et la complexité croissante des dispositifs liés aux

Plus en détail

Licence professionnelle. Assistant à chef de projet en aménagement de l espace

Licence professionnelle. Assistant à chef de projet en aménagement de l espace Licence professionnelle Assistant à chef de projet en aménagement de l espace ATELIER DE SYNTHÈSE 2014-2015 La formation La licence professionnelle «assistant à chef de projet en aménagement de l espace»

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

Projet éducatif de territoire 2014-2020

Projet éducatif de territoire 2014-2020 Projet éducatif de territoire 2014-2020 SOMMAIRE Édito : Bien grandir à Nantes p. 3 Un socle de valeurs communes : la Charte nantaise de la réussite éducative p. 4 Favoriser la réussite éducative en réduisant

Plus en détail

TRAVAUX PERSONNELS ENCADRÉS (TPE) 1

TRAVAUX PERSONNELS ENCADRÉS (TPE) 1 TRAVAUX PERSONNELS ENCADRÉS (TPE) 1 1- LES CONDITIONS DE MISE EN OEUVRE PÉDAGOGIQUE DES TPE : LES DOCUMENTS DE RÉFÉRENCE 2- LES TPE : DES ENJEUX D ENCADREMENT FORTS* 3- QUELLE ÉVALUATION?* 1- LES CONDITIONS

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Cahier des charges de l appel à contributions. L évolution de la politique Déchets de la Cub

Cahier des charges de l appel à contributions. L évolution de la politique Déchets de la Cub Politique Déchets de la CUB Cahier des charges de l appel à contributions - Vous êtes une association, un collectif ou un organisme partenaire des politiques communautaires; - Vous êtes intéressé par la

Plus en détail

Le mémoire en master 2 MEEF

Le mémoire en master 2 MEEF 2014-2015 Le mémoire en master 2 MEEF Métiers de l'enseignement, de l'education et de la Formation 1 Ce document de cadrage est destiné aux étudiants et aux équipes enseignantes mais il peut comporter

Plus en détail

CYCLE MANAGEMENT DE L INET

CYCLE MANAGEMENT DE L INET CYCLE MANAGEMENT DE L INET Conseiller formation : Anne GERARD Contact inscription : Delphine Marcangeli 03 83 19 22 05 Delphine.marcangeli@cnfpt.fr 1 CYCLE MANAGEMENT DE L INET OBJECTIFS DU CYCLE Ce cycle

Plus en détail

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes :

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes : Le questionnaire ci dessous a pour objectif de faire le point sur le RESSOL, sur notre dernière action à savoir le mois de l Economie Sociale et Solidaire et sur nos pistes d évolution. Ce questionnaire

Plus en détail

PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003

PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003 PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003 Les propositions et les programmes des différentes manifestations vous seront adressés par mail ou par courrier au plus tard un mois avant le début de la formation.

Plus en détail

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation L évaluation au CRDI Version de juillet 2013 Division de la stratégie générale et de l évaluation La démarche du CRDI en matière d évaluation Le CRDI appuie le recours à la recherche, par les pays en développement,

Plus en détail

École Nationale de Protection judiciaire de la jeunesse

École Nationale de Protection judiciaire de la jeunesse École Nationale de Protection judiciaire de la jeunesse Formation préparatoire à la prise de fonction RUE 7ème promotion Présentation du dispositif de formation ENPJJ 16, rue du Curoir-BP 90114 59052 ROUBAIX

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

L Education à la Santé : quelle intégration au sein de la formation initiale des enseignants?

L Education à la Santé : quelle intégration au sein de la formation initiale des enseignants? L Education à la Santé : quelle intégration au sein de la formation initiale des enseignants? Colloque UNIRèS «Education à la santé et complexité : Recherche, formation, pratiques» Atelier 3 : Pistes pour

Plus en détail

OPTION CREATION D INTERIEURS

OPTION CREATION D INTERIEURS BACHELIER EN ARTS PLASTIQUES, VISUELS ET DE L ESPACE OPTION CREATION D INTERIEURS Les cours de «bachelor en arts plastiques, visuels et de l espace option création d intérieurs» sont susceptibles de se

Plus en détail

L éthique en E.M.S. Centre de formation spécialisé dans les secteurs médico-social et sanitaire

L éthique en E.M.S. Centre de formation spécialisé dans les secteurs médico-social et sanitaire L éthique en E.M.S. Centre de formation spécialisé dans les secteurs médico-social et sanitaire Pourquoi l éthique et l exigence éthique dans les établissements? La question de l éthique et de la réflexion

Plus en détail

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS V2. 3/23/2011 1 / 7 SOMMAIRE DU REFERENTIEL INTRODUCTION PREAMBULE POURQUOI UN REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU? P.

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Réf. document : AT.PEG.22 LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Définition d un «Projet éducatif global» Les objectifs du Projet éducatif global d un établissement de formation du BTP représentent

Plus en détail

PROGRAMME DETAILLÉ DES ENSEIGNEMENTS. 1 er semestre

PROGRAMME DETAILLÉ DES ENSEIGNEMENTS. 1 er semestre PROGRAMME DETAILLÉ DES ENSEIGNEMENTS 1 er semestre Culture du documentaire, connaissance du milieu, initiation aux techniques et aux savoir-faire professionnels UE.1 Histoire des courants et des formes

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Novembre 2015 Les modes de production et les parcours

Plus en détail

Choisir ensemble Notre projet collectif

Choisir ensemble Notre projet collectif 5 module Choisir ensemble Notre projet collectif p. 01 Pendant les pauses, on ne parle plus de tout et de rien, on parle de notre projet! C est bien de faire un projet ensemble, pour voir les capacités

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT

REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT PREFECTURE DE LA REGION AQUITAINE Direction régionale du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle Santé Sécurité Travail REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT

Plus en détail