MASTER Les pensées du projet

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MASTER Les pensées du projet"

Transcription

1 MASTER Les pensées du projet L ARCHITECTURE COMME DISCIPLINE

2 EQUIPE ENSEIGNANTE Christian Blachot ingénieur, responsable de l équipe Patrick Chedal-Anglay Charles Chifflet Anne Coste -historienne Guy Depollier Dominique Putz Cedric Roze Mathieu Grenier Catherine Romeyer Juliette Pommier Stephane Sadoux 1

3 L architecture est toujours l expression spatiale d une decision intellectuelle Miss Van Der Rohe Présentation générale 2 Cette option vise la formation d s capables d assumer l ensemble des responsabilités (culturelles et techniques) liées aux missions de maîtrise d œuvre architecturales : c est-à-dire capables de comprendre les enjeux et les dynamiques en œuvre dans la transformation des territoires contemporains, et capables de s impliquer effectivement dans la conception et la réalisation des constructions, de toutes natures, qui participent à cette transformation, voire la déterminent. Elle solidarise les enseignants sur un centrage disciplinaire fort (à l origine de son nom) qui met le projet au cœur des enseignements comme objectif premier de la formation, mais aussi comme mode privilégié d apprentissage de l architecture : outil d analyse et d expérimentation tout autant qu objet de connaissance, de recherche et de théorisation. Nous pensons qu il y a un statut singulier de l activité architecturale, toujours entre le penser et le faire ( ou plutôt toujours les deux à la fois ) où théorie et pratique ne sont pas dissociables. C est pourquoi l équipe enseignante est réunie par une même volonté, voire nécessité : - de soutenir en master une pratique du projet où l expérimentation ( hypothèses, vérification mais aussi hasards ou imprévisibilité du «faire») est une voie privilégiée. - de constituer des savoirs partagés et communicables quant aux «matériaux» que le projet réunit, visant leur identification et leur explicitation. Cet ancrage disciplinaire nous apparaît comme une nécessité pour au moins trois raisons : - prévenir le risque d une séparation de plus en plus marquée entre savoir théoriques et pratiques. - contribuer à l élaboration de ce qui nous apparaît largement absent dans le paysage dominant des recherches «architecturales» ( différence entre des recherches sur l architecture et des recherches en architecture ) - favoriser les échanges avec d autres disciplines qui peuvent ainsi rester garantes, elles aussi, de leur propre cohérence disciplinaire. Elle tient fondamentalement aux spécificités du projet d architecture qui consiste à réunir des éléments totalement hétérogènes pour produire une forme cohérente ( une unité, même fragmentée ou paradoxale ) : ainsi, il s agit d un travail de composition ( c est-à-dire d assemblage, de mise en relation d éléments pour engendrer un tout ), mais caractérisé par le fait que les éléments n existent pas a priori; ils doivent d abord être pensés, transformés, en matériaux d architecture, ce qui nécessite jugement critique, hiérarchisation, prise de position. C est ce qui fait que dans une œuvre architecturale, tout doit avoir une raison d être ainsi et que l aboutissement d un projet architectural peut se mesurer à l aune de sa résistance à la transformation ; c est aussi pourquoi ces «raisons», qui donnent à l œuvre sa cohérence d ensemble, même si elles ne sont pas uniquement rationnelles ( le processus de conception n est pas strictement déductif ), doivent pouvoir être pour l essentiel explicitées ( argumentées ) ou révélées par l analyse, et soumises au débat critique. 3

4 TABLEAU DES ENSEIGNEMENTS 1 ère année du master (4 ème année) studio 1 : Formes d habiter Responsable : D. CHAPUIS Il s agit de faire projeter les étudiants sur le logement, d une manière théorique et exploratoire pour les confronter ensuite aux multiples échelles que celui-ci implique lorsqu on le situe dans un contexte. Comment l on transpose le «désir d habiter» dans un dispositif architectural qui devra être convaincant. Comment le logement collectif, de par sa nécessaire répétition peut et doit produire de la qualité. Comment le lieu peut avoir une influence sur le logement et comment un projet de logements peur avoir une influence sur le lieu. séminaire 1 : Les «matériaux» du projet Responsable : A. COSTE, D. CHAPUIS Ce séminaire contribue à une explication des «matériaux» de l architecture en proposant un panel d interventions sur des problématiques projectuelles liées à la question de l habitat. et du logement. Il contribuera à construire une pensée théorique sur la «représentation-conception» autour de l habiter. -Typologie du logement /morphologie urbaine -Rapports structure/espace -Les figures de l habiter -Les matériaux comme expression du projet Plusieurs séances prises en charge par Anne Coste seront consacrées à une approche épistémologique de la discipline architecturale et une initiation à la méthodologie de la recherche 1 er semestre 2 e semestre 1 er semestre 2 e semestre studio 2 : Edifice et territoire studio 3 : Thème, lieu, projet Projet de Fin d Etudes Responsable : D. CHAPUIS Responsable : D. CHAPUIS Responsable : G. DEPOLLIER L objectif de ce studio est de montrer quelles peuvent Sur un territoire suffisamment large pour offrir une être les différentes attitudes et prises de po- grande diversité de situations de projet, chaque sition dans un territoire lors de la conception d un étudiant s engage dans un travail permettant d explorer, équipement. Il s agit de faire travailler l étudiant par le projet architectural et urbain, les sur les rapports très subtils que le projet peut établir connivences qui peuvent s établir entre un site, avec le lieu dans sa dimension géographique, des modèles ou références, des typologies et des topographique, historique et paysagère. programmes. séminaire 2 : Modèles, figures, références Responsable : A. COSTE Ce séminaire est construit autour des recherches du Collectif de recherche architecturale de l EN- SAG. Il vise la formation à la recherche des étudiants par la réalisation de travaux privilégiant un ancrage fort dans les problématiques et méthodes spécifiques à la discipline architecturale. Le travail des étudiants se conclut par la soutenance d un mémoire qui constitue la séance de clôture du séminaire. 2 ème année du master (5 ème année) séminaire 3 : Les pensées du projet Responsable : A. COSTE Ce séminaire est construit autour des expérimentations menées par les étudiants dans le studio 3. Il s agit prioritairement d interroger les rapports existant entre les caractères spécifiques et génériques de tout territoire de projet ( à la fois ici et ailleurs ), soit une autre manière d interroger la question de la référence ( origine, utilisation, pertinence ). L objectif de ce séminaire est aussi d aider l étudiant dans la préparation de son mémoire de PFE. Le P.F.E. doit permettre à chaque étudiant, sur les bases du travail réalisé au 1er semestre, d affirmer ses positions et thématiques privilégiées. Les pistes de travail ( explorations nouvelles ou approfondissement ) comme les échelles et modes de représentation adoptés pour la soutenance sont donc volontairement laissés ouverts. L étudiant doit démontrer sa capacité à établir un lien explicite et théorisé entre les caractéristiques formelles de son projet et un territoire d intervention défini comme une forme historique. Mention Recherche Responsable : A. COSTE Optionnelle et soutenue en septembre après validation du projet en juillet, la mention recherche sanctionne un développement théorique et projectuel (expérimental) contribuant à une critique systématique de la notion de référence en architecture. 4 5

5 Formes d habiter - Le logement et la ville MASTER 1 Studio 1 Séminaire 1 Studio 2 Séminaire 2 MASTER 2 Studio 3 Séminaire 3 Projet de fin d études, responsable de l équipe 6 «Désir d habiter» _ Il s agit de se plonger d emblée dans une phase individuelle de conception théorique : Dans un temps relativement court, chaque étudiant doit projeter son «logement familial idéal» avec pour seule contrainte,mais cependant non négligeable, que celui-ci puisse se développer dans un tissu horizontal ou vertical. L objectif est de mettre l étudiant dans une situation projectuelle d habitat collectif en partant de la cellule familiale, et non l inverse. Il s agit ensuite de confronter cette liberté d expression formelle personnelle de l unité d habitation à l idée de fabrication d un tissu par la répétition de cette unité.on s attachera à mettre en évidence comment cette répétition doit contribuer à produire de la qualité architecturale. Ce travail se fera uniquement sous forme de maquette en volumes. «Thème et dispositif» _ Analyse collective des différentes propositions de «logement idéal» et regroupement de celles-ci par familles et par «thèmes». A ce moment sont proposées aux étudiants une série de références en fonction des «thèmes» mis en œuvre. Ils devront reconstruire ces références par l analyse, essentiellement sous forme de maquettes. Celles-ci serviront à confirmer ou réorienter les esquisses produites en première phase. Ce moment important servira de base au développement du projet non plus seulement comme «logement idéal»,mais comme dispositif et système d habitat théorique «Les données du site» _ Cette phase peut commencer en synergie avec la phase précédente. Elle consiste à se nourrir des données du site, et développer son projet en intelligence avec celui-ci. Il s agit pour l étudiant d en transformer les conditions actuelles par la mise en œuvre du système d habitat qu il a projeté. Le choix de l implantation servira plus à illustrer et mettre en valeur les rapport qui peuvent s établir entre «l habitat» et son environnement,plutôt que de résoudre une problématique urbaine complexe. L attendu au final étant de nous donner envie d habiter et de nous projeter dans les différentes propositions qui seront,bien sur,en intelligence avec le site. 7

6 les «matériaux» du projet de l idée à la forme MASTER 1 Studio 1 Séminaire 1 Studio 2 Séminaire 2 MASTER 2 Studio 3 Séminaire 3 Christian Blachot ingénieur, responsable de l équipe Patrick Chedal-Anglay Anne Coste -historienne Guy Depollier Gabriel Ducroq Juliette Pommier Dominique Putz 8 Projet de fin d études Le séminaire organise de façon progressive et coordonnée avec le M1A, une explication des «matériaux» de l architecture en développant les problématiques projectuelles liées à la question de l habitat. D autre part, il s agit de revenir sur l ensemble des thèmes qui sous tendent toute démarche de projet, en dépassant un premier niveau qui peut les considérer comme des outils à connaître et à utiliser au profit d un deuxième niveau qui les saisit comme moyen d interroger la pensée du projet. Le séminaire s attachera ainsi à construire une pensée théorique sur le thème double et ouvert de la «représentation-conception autour de l habiter». C est-à-dire qu il propose une suite de cours personnalisés abordant la problématique de «le représentation comme pensée du projet» d une part, ainsi qu une réflexion sur les «éléments de composition» liés à la conception d un projet d habitat d autre part. D une manière générale, il s agit d organiser un cours abordant des éléments de réflexion sur la conception du projet et sa complexité. Comment passer de l idée à la forme. Il s agit de prendre conscience que la composition et les dualités qu elle doit réunir sont la question même de toute démarche projectuelle. Certaines séances seront consacrées à l introduction de notions et de méthodes, préalable à la préparation du mémoire au semestre suivant. Elles se répartiront entre éléments épistémologiques (discipline, concepts, méthodes) ainsi qu à l élaboration collective d une bibliographie spécifique à la problématique de l équipe (L architecture comme discipline) et d un corpus lié aux questions traitées en studio (Formes d habiter). 9

7 Edifice et territoire le projet, entre histoire et paysage MASTER 1 Studio 1 Séminaire 1 Studio 2 Séminaire 2 MASTER 2 Studio 3 Séminaire 3 Projet de fin d études, responsable de l équipe L objectif de cette unité d enseignement est d amener les étudiants à projeter en prenant en compte l ensemble des matériaux de l architecture, prendre position sur la ville et le territoire, s inscrire dans une continuité architecturale (ou une rupture), argumenter leur projet en s appuyant sur des connaissances et des références, une culture au sens large. Dans le cadre de cette thématique, l idée est de montrer quelles peuvent être les différentes attitudes et prises de position dans un territoire lors de la conception d un équipement. Il s agit de faire travailler l étudiant sur les rapports très subtils que le projet peut établir avec le lieu dans sa dimension géographique, topographique, historique et paysagère. L étudiant devra investir le site avec tous les outils de prédilection de l : dessin, maquette, croquis, photos etc Cet investissement se fera à la fois de manière collective et individuelle. Il sera la nourriture essentielle à sa future prise de position. Le but de cette approche est d amener chaque étudiant à développer sa capacité de lecture et d interprétation critique d un site. A partir d un programme d équipement, établir la règle architecturale qu il faudra appliquer sur le site pour affirmer ses potentialités. Définir le dispositif architectural d aménagement qui rendra lisible la prise de position dans le site et sa transformation. Développer un projet en cohérence avec cette prise de position

8 Le séminaire a pour objectif l initiation des étudiants aux méthodes et objets spécifiques à la recherche architecturale, c est à dire une recherche centrée sur le projet d architecture. Il s agissait à l origine de montrer que les problématiques architecturales échappent pour l essentiel aux approches périphériques et à leurs cadrages «académiques» et doivent faire l objet d approches spécifiques ayant une visée opératoire pour le projet d architecture. Modèles, figures, références MASTER 1 Studio 1 Séminaire 1 Studio 2 Séminaire 2 MASTER 2 Studio 3 Séminaire 3 Projet de fin d études Christian Blachot ingénieur Patrick Chedal-Anglay Anne Coste -historienne L originalité de notre positionnement est de nous appuyer, quelle que soit la nature des questions que nous abordons, sur une double dynamique fondamentale : - la première est de ne s attacher qu aux caractéristiques formelles des objets étudiés ; ceci suppose une capacité à les reconnaître qui, elle-même, mobilise une double compétence : une culture des types, conventions, règles et modèles qui fondent le processus d identification/différenciation de tout édifice ; une pensée architecturale des éléments de la composition que l analyse va dissocier à partir de catégories qui sont propres au projet. - la deuxième consiste à projeter effectivement, pour mieux comprendre certaines caractéristiques des objets étudiés : qu il s agisse de tenter de mieux comprendre les caractéristiques essentielles «cachées» d un bâtiment en le soumettant à des transformations expérimentales, ou qu il s agisse de confronter une référence à un autre site (ce qui permet aussi de révéler certaines caractéristiques du site), à un autre programme, etc.. La liste des pistes et des méthodes est ici quasi infinie. Guy Depollier Juliette Pommier Dominique Putz 12 Précisément, il s agit d une recherche qui à la fois s appuie sur les compétences particulières d un (projeter) et à la fois vise la constitution d outils pour le projet. C est pourquoi la question de la référence y est centrale, par la double affirmation qu elle contient de fait : son lien absolu avec les questions de l analyse et de la critique ; sa dimension opératoire dans le projet et pour l expérimentation. Après une présentation par les enseignants des travaux de recherche qu ils dirigent, les étudiants développent un travail spécifique s inscrivant directement dans l une de ces problématiques. Ce travail se conclut par la rédaction et la soutenance d un mémoire qui a aussi vocation à fournir le ou les thèmes d expérimentation privilégiés pour l année suivante. «Echelle domestique / Echelle territoriale, motif et répétition : le cas des trois tours de Grenoble», 2008 Florence BALESTRIERI, Mariette DUPARC Directeur de mémoire : Marie-Astrid CREPS «(Re)visite de «Architecture sans s» de Bernard Rudofsky», 2007 Mathieu CHOGNARD, Gang LIU Directeur de mémoire : Dominique CHAPUIS «L expression de la forme architecturale à travers la lumière naturelle», 2007 Alexis BALLANSAT, Hakan BUYUKCOLAK, Thomas MANIAQUE Directeur de mémoire : : Guy DEPOLLIER 13

9 Thème, SITE, projet MASTER 1 Studio 1 Séminaire 1 Studio 2 Séminaire 2 MASTER 2 Studio 3 Séminaire 3 Projet de fin d études Enseignants du studio :, responsable de l équipe Guy Depollier Equipe enseignante : Christian Blachot ingénieur Patrick Chedal-Anglay Charles Chifflet Dominique Putz 14 Il est bon de rappeler que le studio du semestre est indissociable du séminaire qui lui est rattaché. Cet atelier semestriel va s aborder de deux mani eres : Un thème, un site, un projet : Dans la suite logique du séminaire de 4e année et de ses apports théoriques, dans lesquels chaque étudiant a pu esquisser, voire développer un ou plusieurs thèmes de recherche liés au propos théorique globalisé sous l intitulé «modèles,figures, références», l étudiant va commencer par projeter ex situ à partir du thème sur lequel il voudrait travailler. Il s agit d un travail assez théorique, mais un vrai travail de recherche par le projet. C est un travail expérimental, sans considérations programmatiques précises à priori. Un développement continu de recherche formelle sur un dispositif architectural, une figure ou une typologie sans aboutissement prédéterminé autre que celui de montrer et de mettre en évidence l évolution d une idée architecturale que l on veut mettre en œuvre. Un site, un thème, un projet : Très rapidement après son expérimentation architecturale, l étudiant prend connaissance du site sur lequel il va pouvoir confronter ses «manipulations formelles».l atelier choisit un site (territoire» suffisamment large pour offrir des occasions très diverses de projets.apres une présentation des éléments de compréhension du site, chaque étudiant va pouvoir choisir un lieu d intervention. Ce lieu d intervention va lui permettre soit d étayer sa recherche par un site qui va lui servir de faire valoir, soit lui permettre d orienter ou de réorienter rapidement son expérimentation sur un lieu réel. Dans ce cas l étudiant est invité à relier le plus possible son thème de travail avec le lieu précis qu il choisit, tenant compte de ses caractéristiques. Une attention particulière est portée aux qualités du lieu et à aux potentialités projectuelles qu il suscite. L expérimentation architecturale, ainsi située, devrait logiquement se poursuivre dans une exploration progressive de dispositifs architecturaux déjà mis en œuvre de manière théorique et en cohérence avec une prise de position pertinente sur le lieu. Dans cette phase, au travers de cette prise de position, c est l exploration des possibles et de ses limites qui nous intéresse, et qui doit déboucher vers le travail et les hypothèses du PFE. De préférence à un projet abouti, nous privilégions l exploration des possibles et l ouverture ( repérage des thèmes, pistes, alternatives ) et nous insistons sur la nécessité d articuler en permanence théorisation et projétation: une «pratique théorique» du projet qui engage l étudiant dans un processus d expérimentation par le projet architectural et urbain. Un processus a priori sans fin, uniquement limité par la nécessité d aboutir, dans le temps d un semestre, à une proposition présentable et argumentable. La critique collective de fin de semestre s attache en priorité à définir les hypothèses de prolongement souhaitable ou possible vers le PFE. 15

10 Les pensées du projet MASTER 1 Studio 1 Séminaire 1 Studio 2 Séminaire 2 MASTER 2 Studio 3 Séminaire 3 Projet de fin d études Enseignants du studio : Christian Blachot Le séminaire de 5ème année a pour objectif l encadrement théorique des mémoires de PFE. Il ingénieur doit aider l étudiant à construire et expliciter les liens qu il s efforce d établir entre un mémoire de 4ème année visant à explorer, autour de la question de la référence en architecture, une, responsable de l équipe problématique spécifique au projet architectural et un site de projet en 5ème année considéré comme une forme historique en mutation. Patrick Chedal-Anglay Charles Chifflet Anne Coste -historienne Guy Depollier Dominique Putz 16 Entre le lieu réel et toutes ses dimensions ( géographiques, historiques, topographiques ) et le lieu «théorique» (ou lieu comme représentation) se joue la dialectique permanente de tout projet architectural entre le générique et le spécifique. C est sur cette dernière que peut se fonder un processus d expérimentation par le projet, prenant à la fois position quant au site particulier tout en en tirant matière, voire prétexte, à explorer une thématique qui le dépasse largement. Parce que cette dualité est complexe, parce qu il est a priori tout aussi pensable et légitime d engager un processus de projet en imposant une référence extérieure au lieu qu en réinterprétant les typologies existantes, puisque, en fin de compte, s établira forcément un équilibre ( une tension ) entre ces deux sources, il est clair que seul le débat critique autour des projets permet d en expliciter les «raisons» ( principe de cohérence ) et de fixer les limites de l expérimentation ( principe de pertinence ). C est le rôle de ce séminaire que d organiser une critique théorique des travaux en cours, collective et partagée, dans la perspective de la construction du PFE. Outre les apports méthodologiques et thématiques continus, le séminaire est structuré autour de trois temps forts qui se calent sur la progression des travaux : - présenter et argumenter une déclaration d intention de travail : c est-à-dire, ici, répondre précisément à la question de la provocation du lieu en termes de prise de position et d expérimentation. - soumettre à la critique une première étape du travail : faire le point sur une expérimentation en cours, sur une première évaluation des résultats en regard des attendus énoncés, sur les perspectives ( ouverture, resserrement, réorientation ) - défendre un travail de projet comme démonstration de la validité ( et des limites ) des hypothèses, positionnement, thèmes d où il tire ses caractéristiques formelles ( ses «raisons» ), et en conclure les fondements du PFE. 17

11 PROJET de FIN d ETUDES MASTER 1 Studio 1 Séminaire 1 Studio 2 Christian Blachot ingénieur Patrick Chedal-Anglay Charles Chifflet Guy Depollier Dominique Putz 18 Séminaire 2 MASTER 2 Le sujet des PFE est défini pour chaque étudiant lors de la critique finale des travaux du 1er semestre : le bilan des explorations est mis en discussion et permet de dégager les pistes de prolongement, soit par approfondissement de telle ou telle attitude, soit par réorientation autour d un nouveau thème apparemment plus riche ou plus pertinent. Une grande ouverture est laissée afin que le PFE soit aussi un travail personnel, à travers lequel chaque étudiant va pouvoir approfondir ses thèmes privilégiés dans le master, voire rejoindre une piste d expérimentation nouvelle : les thématiques et échelles de travail présentées lors de la soutenance des PFE, Studio 3 Séminaire 3 Projet de fin d études ainsi que les modes de représentation qu elles requièrent, seront ainsi assez différentes et pourront s enrichir de leur confrontation. Ce qui reste attendu de chaque étudiant lors de la soutenance du PFE est sa capacité à démontrer, par le projet, les rapports dialectiques établis avec le lieu considéré comme une forme historique en mutation : comment l un et l autre se nourrissent réciproquement, les cohérences programmatiques et typologiques qui en résultent, leurs incidences à l échelle constructive 19

12

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif»

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Chaque parcours pourra compléter ce cadrage général par un cadrage spécifique au parcours prenant

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO)

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) Former des urbanistes Le master Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) s appuie sur

Plus en détail

Introduction à la méthodologie de la recherche

Introduction à la méthodologie de la recherche MASTER DE RECHERCHE Relations Économiques Internationales 2006-2007 Introduction à la méthodologie de la recherche geraldine.kutas@sciences-po.org Les Etapes de la Recherche Les étapes de la démarche Etape

Plus en détail

Master 2 : Didactique des disciplines. Spécialité Mathématiques. Parcours Professionnel

Master 2 : Didactique des disciplines. Spécialité Mathématiques. Parcours Professionnel Master 2 : Didactique des disciplines Spécialité Mathématiques Parcours Professionnel Année 2010-2011 M2 : Didactique des disciplines Spécialité : Mathématiques Parcours Professionnel Année 2010-2011 PRESENTATION

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

Joëlle Bolot, Stéphane Cipriani.

Joëlle Bolot, Stéphane Cipriani. Joëlle Bolot, Stéphane Cipriani. Sommaire Programme, Capacités (http://www.education.gouv.fr/cid50636/ mene0925419a.html) Dossier documentaire d histoire géographie en CAP : Note de cadrage de l épreuve.

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français Plan d'études Gymnase français de Bienne 9 Le (TM) au Gymnase français 2. Objectifs 3. Dispositif 3. Cadre du 3.. Choix du domaine et du sujet du 3..2 Organisation du 3..3 Déroulement du 3..4 Forme du

Plus en détail

LICENCE ARCHEOLOGIE. skin.:program_main_bloc_presentation_label. skin.:program_main_bloc_objectifs_label. Mention : Histoire de l'art et archéologie

LICENCE ARCHEOLOGIE. skin.:program_main_bloc_presentation_label. skin.:program_main_bloc_objectifs_label. Mention : Histoire de l'art et archéologie LICENCE ARCHEOLOGIE Mention : Histoire de l'art et archéologie skin.:program_main_bloc_presentation_label L enseignement de la licence est fondé sur une spécialisation progressive au cours des trois années

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Laval PAYS-DE- LA-LOIRE VILLE DE LAVAL Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Renouer avec la mémoire pour envisager le futur L action culturelle dans la ville / Culture & Proximité 1 VILLE DE LAVAL

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Modélisation et décision dans le risque de l Université Paris 13 Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section

Plus en détail

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2 Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré ESPE Lille Nord de France Année 2014-2015 Cette note de cadrage a pour but d aider les collègues

Plus en détail

Site(s) (lieux où la formation est dispensée, y compris pour les diplômes délocalisés) :

Site(s) (lieux où la formation est dispensée, y compris pour les diplômes délocalisés) : Evaluation des diplômes Masters Vague D Académie : Paris Etablissement déposant : Académie(s) : / Etablissement(s) co-habilité(s) : / Mention : Economie managériale et industrielle Domaine : Economie,

Plus en détail

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 OUVERTURE DU SEMINAIRE : Bernard Amsalem, Vice-président du CNOSF Etat de l avancée des travaux depuis le dernier séminaire Rappel

Plus en détail

DOCTOR OF PUBLIC ADMINISTRATION

DOCTOR OF PUBLIC ADMINISTRATION DOCTOR OF PUBLIC ADMINISTRATION (BAC+6, +7, +8 480 ECTS) IEAM PARIS - Institut des Études d'administration et de Management de Paris & SCIENCES PO AIX - Institut d Etudes Politiques d Aix-en-Provence ou

Plus en détail

Synthèse «Le Plus Grand Produit»

Synthèse «Le Plus Grand Produit» Introduction et Objectifs Synthèse «Le Plus Grand Produit» Le document suivant est extrait d un ensemble de ressources plus vastes construites par un groupe de recherche INRP-IREM-IUFM-LEPS. La problématique

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

MASTER en SCIENCES DE L ÉDUCATION

MASTER en SCIENCES DE L ÉDUCATION MASTER en SCIENCES DE L ÉDUCATION Ø Un Master orienté vers l éducation, le jeu, la formation et l intervention, hors l école Le master en sciences de l éducation EFIS, Éducation, Formation, Intervention

Plus en détail

Université de Haute Alsace. Domaine. Sciences Humaines et Sociales. MASTER Mention Éducation, Formation, Communication UHA, ULP, Nancy 2

Université de Haute Alsace. Domaine. Sciences Humaines et Sociales. MASTER Mention Éducation, Formation, Communication UHA, ULP, Nancy 2 Centre Universitaire de Formation des Enseignants & des Formateurs Laboratoire Interuniversitaire de Sciences de l Education et de la Communication Université de Haute Alsace Domaine Sciences Humaines

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

Master Droit 1 ère année Règlement des études

Master Droit 1 ère année Règlement des études PRES Université Lille Nord de France Faculté de Droit de Boulogne sur Mer Centre universitaire Saint Louis 21, rue Saint Louis BP 774 62327 Boulogne sur Mer Master Droit 1 ère année Règlement des études

Plus en détail

Master. Dynamiques Africaines MIDAf. Interdisciplinaire et professionnel. devient Université Bordeaux Montaigne

Master. Dynamiques Africaines MIDAf. Interdisciplinaire et professionnel. devient Université Bordeaux Montaigne Master Interdisciplinaire et professionnel Dynamiques Africaines MIDAf devient Université Bordeaux Montaigne Objectifs de la formation La spécialité «Dynamiques africaines» associe l Université Bordeaux

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Philosophie, psychanalyse de l Université Paul-Valéry Montpellier 3 Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE

EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE (Préparation : 5 heures -- Exposé et Questions : 1 heure) Rapport établi par : P.J. BARRE, E. JEAY, D. MARQUIS, P. RAY, A. THIMJO 1. PRESENTATION DE L EPREUVE 1.1.

Plus en détail

SCIENCES DE L ÉDUCATION

SCIENCES DE L ÉDUCATION UniDistance 1 Centre d Etudes Suisse Romande Formation universitaire SCIENCES DE L ÉDUCATION En collaboration avec L Université de Bourgogne à Dijon Centre de Formation Ouverte et A Distance CFOAD UniDistance

Plus en détail

Méthodes d apprentissage

Méthodes d apprentissage UNIVERSITÉ DE FRIBOURG SUISSE FACULTÉ DES SCIENCES UNIVERSITÄT FREIBURG SCHWEIZ MATHEMATISCH-NATURWISSENSCHAFTLICHE FAKULTÄT Annexe au plan d études du BMed en médecine humaine Méthodes d apprentissage

Plus en détail

Reconnaissance et pacification

Reconnaissance et pacification E-Séminaire de Philosophie www.domuni.eu 12 octobre 7 décembre 2015 Reconnaissance et pacification de Axel HONNETH à P. RICOEUR Présentation La théorie de la reconnaissance mutuelle, exposée par Axel Honneth,

Plus en détail

Consolidation de fondamentaux

Consolidation de fondamentaux Consolidation de fondamentaux Introduction aux Sciences de l Information et de la Communication Consolidation - Stéphanie MARTY - 2009/2010 1 Consolidation de fondamentaux Démarche en sciences humaines

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Science politique de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DEES * DOSSIER DE PRÉSENTATION *Certification Professionnelle Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale Niveau I -enregistré au RNCP

Plus en détail

Formation certifiante au métier de coach scolaire

Formation certifiante au métier de coach scolaire Formation certifiante au métier de coach scolaire 1 Préambule CoachingMaestro est un portail de formations dédié à toute personne intéressée dans l accompagnement des jeunes. Préambule Ses missions sont

Plus en détail

«Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie. Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris

«Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie. Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris «Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris OBJECTIFS 1- Niveau et insertion dans la programmation 2-

Plus en détail

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 1 LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE Le mémoire ne doit pas consister à reprendre tels quels des documents internes de l entreprise ou

Plus en détail

Tâche complexe produite par l académie de Clermont-Ferrand. Mai 2012 LE TIR A L ARC. (d après une idée du collège des Portes du Midi de Maurs)

Tâche complexe produite par l académie de Clermont-Ferrand. Mai 2012 LE TIR A L ARC. (d après une idée du collège des Portes du Midi de Maurs) (d après une idée du collège des Portes du Midi de Maurs) Table des matières Fiche professeur... 2 Fiche élève... 5 1 Fiche professeur Niveaux et objectifs pédagogiques 5 e : introduction ou utilisation

Plus en détail

Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française. Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec

Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française. Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec Etienne Vergès Professeur à l'université de Grenoble

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Management public de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Comment repenser l articulation entre présence et distance dans les dispositifs hybrides?

Comment repenser l articulation entre présence et distance dans les dispositifs hybrides? Comment repenser l articulation entre présence et distance dans les dispositifs hybrides? Séminaire IDEFI 6 JUIN 2014 Patricia JULLIA & Catherine DE LAVERGNE Département Infocom ITIC, LERASS-CERIC, Questionnements

Plus en détail

Innovation maquettes 2016. Axe 1 - Semestre de décharge d enseignement pour reconversion et innovation pédagogique. Appel à manifestation d intérêt

Innovation maquettes 2016. Axe 1 - Semestre de décharge d enseignement pour reconversion et innovation pédagogique. Appel à manifestation d intérêt Innovation maquettes 2016 Axe 1 - Semestre de décharge d enseignement pour reconversion et innovation pédagogique Appel à manifestation d intérêt Sommaire CONTEXTE... 3 DESCRIPTIF DE L APPEL A MANIFESTATIONS

Plus en détail

Service d accompagnement pédagogique de l Université Sorbonne Paris Cité

Service d accompagnement pédagogique de l Université Sorbonne Paris Cité Service d accompagnement pédagogique de l Université Sorbonne Paris Cité CATALOGUE DE FORMATION POUR LES ENSEIGNANTS DE USPC 2014-2015 Le service SAPIENS créé en janvier 2014 propose durant l année 2014-2015

Plus en détail

Management de l Innovation

Management de l Innovation Management de l Innovation Mention du Master Sciences et Technologies de l Université Pierre et Marie Curie Directeur du Département de Formation : Patrick Brézillon Contact secrétariat : 01 44 39 08 69

Plus en détail

MASTER RECHERCHE MEDIATIONS DES SCIENCES. Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET. Histoire et Philosophie des Sciences. Année 2007/2008

MASTER RECHERCHE MEDIATIONS DES SCIENCES. Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET. Histoire et Philosophie des Sciences. Année 2007/2008 Année 2007/2008 Domaine LETTRES ET SCIENCES HUMAINES MASTER RECHERCHE Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET MEDIATIONS DES SCIENCES Spécialité Histoire et Philosophie des Sciences Unités de Formation et de

Plus en détail

Les utilisations pédagogiques du Tableau Numérique Interactif (TNI) dans l enseignement d Économie-Gestion :

Les utilisations pédagogiques du Tableau Numérique Interactif (TNI) dans l enseignement d Économie-Gestion : Les utilisations pédagogiques du Tableau Numérique Interactif (TNI) dans l enseignement d Économie-Gestion : Pascal ROOS Professeur d Économie Gestion Lycée Edmond Rostand, Saint Ouen l Aumône (95) Face

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ ET DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS 1. Introduction Placer la «bonne personne au bon endroit» représente

Plus en détail

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015!

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015! URBANITES Lausanne, 16 février 2015 Urbanistes dans la ville : enjeux de la formation savoirs, savoir-faire, savoir dire Antonio Da Cunha Professeur ordinaire Institut de géographie et durabilité Faculté

Plus en détail

Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011

Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011 Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011 2 ème partie : le fonctionnement du groupe L objectif de ce cadre est de faciliter le travail de bilan des groupes de travail.

Plus en détail

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction.

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction. POUR QUI? Directeurs et directrices d institutions éducatives, sociales ou socio-sanitaires Professionnel-le-s engagé-e-s dans l un des domaines de la santé ou du travail social et occupant une fonction

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

1 Master Pro bilingue «Intelligence et innovation culturelles» 2015-2016

1 Master Pro bilingue «Intelligence et innovation culturelles» 2015-2016 1 Master Pro bilingue «Intelligence et innovation culturelles» 2015-2016 MASTER 1 SEMESTRE 1 UE 1 : Approches théoriques 1 : communication et cultures contemporaines (coeff. 3) - 8 ECTS UE1 (a) : Histoire

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master recherche Histoire des mondes moderne et contemporain

www.u-bordeaux3.fr Master recherche Histoire des mondes moderne et contemporain www.u-bordeaux3.fr Master recherche Histoire des mondes moderne et contemporain Objectif de la formation Ce master propose une formation de haut niveau en histoire moderne et contemporaine. Il a pour objectif

Plus en détail

Année universitaire 2011-2012

Année universitaire 2011-2012 Executive MBA Paris Chicago - Moscou Année universitaire 2011-2012 Donnez-vous les moyens d exprimer votre potentiel et de faire vivre vos projets. Pris par vos responsabilités managériales et focalisés

Plus en détail

Des activités mathématiques à l école primaire

Des activités mathématiques à l école primaire 564 Atelier Dm 25 I. Introduction Des activités mathématiques à l école primaire Pourquoi? Quand? Comment? Brigitte Morel Dimanche matin, 8h30, nous cherchons la salle, nous nous installons, première bonne

Plus en détail

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS**

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** PRESENTATION DE LA FORMATION DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** * CAFERUIS : Certificat d aptitude aux fonctions d encadrement et de responsable d unité d intervention sociale **

Plus en détail

Master Sciences cognitives

Master Sciences cognitives Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Sciences cognitives Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

Réguler son enseignement : Pourquoi? Comment?

Réguler son enseignement : Pourquoi? Comment? Mon enseignement, je l évalue, il évolue Réguler son enseignement : Pourquoi? Comment? Lucie Mottier Lopez Université de Genève 13 mai 2013 IFRES, Liège lucie.mottier@unige.ch 1 Plan Un cadre pour penser

Plus en détail

BTS (brevet de technicien supérieur) DUT (diplôme universitaire de technologie) Filière santé (médecine, pharmacie, sage-femme, dentaire)

BTS (brevet de technicien supérieur) DUT (diplôme universitaire de technologie) Filière santé (médecine, pharmacie, sage-femme, dentaire) Un BTS ou un DUT, une prépa ou une université, ou bien une école spécialisée? Choisir son orientation après le bac n'est pas toujours facile. Pour vous aider à y voir plus clair, nous vous proposons quelques

Plus en détail

Formation continue obligatoire

Formation continue obligatoire Formation continue obligatoire POLITIQUE (Organismes) Version décembre 2010 S E R V I C E D U D É V E L O P P E M E N T P R O F E S S I O N N E L Table des matières Section 1 : Information générale 3 1.

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ET DES TERRITOIRES

MASTER 1 MANAGEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ET DES TERRITOIRES MASTER 1 MANAGEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ET DES TERRITOIRES Libellé de l UE (Unité d enseignement) et de l EC (Elément constitutif) SEMESTRE 1 S1 : UE OBLIGATOIRES Management public et stratégie

Plus en détail

M2 GST SPÉCIALITÉ CARTHAGÉO DESCRIPTIF DÉTAILLÉS DES ENSEIGNEMENTS

M2 GST SPÉCIALITÉ CARTHAGÉO DESCRIPTIF DÉTAILLÉS DES ENSEIGNEMENTS M2 GST SPÉCIALITÉ CARTHAGÉO DESCRIPTIF DÉTAILLÉS DES ENSEIGNEMENTS UE 1 : Tronc commun Carthagéo-Géoprisme Un certain nombre d enseignements de la formation professionnelle Carthagéo est mutualisée avec

Plus en détail

Centre Régional Africain d Administration du Travail (CRADAT) BP 1055 Yaoundé Tél. 22.23.32.04 Fax. 22.22.21.80 E-mail. : cradat@ilo.

Centre Régional Africain d Administration du Travail (CRADAT) BP 1055 Yaoundé Tél. 22.23.32.04 Fax. 22.22.21.80 E-mail. : cradat@ilo. Centre Régional Africain d Administration du Travail (CRADAT) BP 1055 Yaoundé Tél. 22.23.32.04 Fax. 22.22.21.80 E-mail. : cradat@ilo.org I- PRESENTATION DU CRADAT A- Création - Siège Le Centre Régional

Plus en détail

Parcours de découverte des métiers et des formations

Parcours de découverte des métiers et des formations Parcours de découverte des métiers et des formations Objectifs Acteurs Contenu Ressources OBJECTIFS GENERAUX (et pédagogiques) Acquérir une culture sur les métiers, le monde économique et les voies de

Plus en détail

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Le projet de socle de connaissances, de compétences et de culture,

Plus en détail

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché»

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» Mastère spécialisé «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» I- Présentation détaillée du programme d enseignement Répartition par modules et crédits ECTS : Intitulé

Plus en détail

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année PALIER 2 CM2 La maîtrise de la langue française DIRE S'exprimer à l'oral comme à l'écrit dans un vocabulaire approprié

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Épreuve orale de TIPE

Épreuve orale de TIPE Banque Agro Veto. Session 2012 Rapport sur les concours A TB Épreuve orale de TIPE Concours Nb cand. Moyenne Ecart type TB ENSA- ENITA Note la plus basse Note la plus haute 65 11,98 3,09 5 20 TB ENV 28

Plus en détail

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC Selon les critères de la GSVC établis par la Haas School of Business de Berkeley, à la différence d un business plan classique, un business plan social

Plus en détail

Arts appliqués et cultures artistiques

Arts appliqués et cultures artistiques Arts appliqués et cultures artistiques Préambule Les arts appliqués et cultures artistiques s inscrivent dans l exigence de culture générale de la voie professionnelle ; ils participent à la préparation

Plus en détail

Code déontologique à l attention des professionnels de l information - Projet

Code déontologique à l attention des professionnels de l information - Projet VVBAD Beroepscode voor informatieprofessionnals - Ontwerp http://www.vvbad.be/views/beroepscode proposition de traduction - K. Bergé - 07.06.2010 -----------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

MASTER GESTION DES ORGANISATIONS ACHAT A L INTERNATIONAL M1 2014/2015

MASTER GESTION DES ORGANISATIONS ACHAT A L INTERNATIONAL M1 2014/2015 MASTER GESTION DES ORGANISATIONS ACHAT A L INTERNATIONAL M1 2014/2015 Formation sur deux ans en apprentissage I - DÉROULEMENT DE LA FORMATION La formation se déroule en apprentissage selon un rythme alterné

Plus en détail

Déroulement des travaux. Jour 1

Déroulement des travaux. Jour 1 Atelier national sur le partage des résultats de l étude et la mobilisation des organisations de la société civile pour le lancement d une campagne de plaidoyer autour de l accaparement des terres au Cameroun

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE COOPERATIF

PROJET PEDAGOGIQUE COOPERATIF Intitulé : Jeux de société coopératifs Classe : cycles 1,2 & 3 Niveau : de la maternelle au CM2 Groupe d action national OCCE : Association départementale OCCE : Stage jeux coop mai 2011 Alain Joffre-

Plus en détail

PRÉPARER LA PREMIÈRE ÉPREUVE ORALE D ADMISSION OPTION EPS. DEVOIRS SUPPLÉMENTAIRES 1 et 2

PRÉPARER LA PREMIÈRE ÉPREUVE ORALE D ADMISSION OPTION EPS. DEVOIRS SUPPLÉMENTAIRES 1 et 2 CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DES ÉCOLES PRÉPARER LA PREMIÈRE ÉPREUVE ORALE D ADMISSION OPTION EPS DEVOIRS SUPPLÉMENTAIRES 1 et 2 Rédaction Jean-Pierre GUICHARD Conseiller pédagogique en EPS Ministère

Plus en détail

MASTER MAE MANAGEMENT

MASTER MAE MANAGEMENT MASTER MAE MANAGEMENT Parcours INGÉNIERIE DE PROJET N habilitation de la formation au RNCP : 20070790 Présentation de la formation Année 2016 1 Public Cible Diplômés de niveau Bac +4 1 souhaitant acquérir

Plus en détail

Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale,

Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale, Règlement de filière du Bachelor of Science HES-SO en International Business Management Version du 14 juillet 2015 Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale, vu la convention intercantonale

Plus en détail

Organisation de la fin d année du Master 2 de stratégie de communication globale

Organisation de la fin d année du Master 2 de stratégie de communication globale Organisation de la fin d année du Master 2 de stratégie de communication globale Dossiers de suivi de stage - Rapport intermédiaire de Mission A rendre courant février (date précisée sur le site et sur

Plus en détail

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE :

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : DECRYPTAGE ET TEMOIGNAGE Le coaching en entreprise est souvent source de questionnement sur différents aspects : quelles populations concernées? Dans

Plus en détail

SOUMISSION DE PROJETS PRINCIPES ET PROCEDURE. Conditions de recevabilité et critères d évaluation AU COMITE DE LABELLISATION DE LA MSHB

SOUMISSION DE PROJETS PRINCIPES ET PROCEDURE. Conditions de recevabilité et critères d évaluation AU COMITE DE LABELLISATION DE LA MSHB SOUMISSION DE PROJETS AU COMITE DE LABELLISATION DE LA MSHB PRINCIPES ET PROCEDURE La mission de la est de fédérer, piloter et soutenir des actions de recherche proposées par les laboratoires et chercheurs

Plus en détail

Avis n 2010/04-05 relatif à l habilitation de l Université de Technologie de Troyes (UTT) à délivrer des titres d ingénieur diplômé

Avis n 2010/04-05 relatif à l habilitation de l Université de Technologie de Troyes (UTT) à délivrer des titres d ingénieur diplômé Avis n 2010/04-05 relatif à l habilitation de l Université de Technologie de Troyes (UTT) à délivrer des titres d ingénieur diplômé Objet : A : examen de l habilitation arrivant à échéance en phase avec

Plus en détail

L ENTREPRISE FACE A SA RESPONSABILITE FORMATIVE APRES LA REFORME DE LA FORMATION :

L ENTREPRISE FACE A SA RESPONSABILITE FORMATIVE APRES LA REFORME DE LA FORMATION : CHRONIQUE 88. L ENTREPRISE FACE A SA RESPONSABILITE FORMATIVE APRES LA REFORME DE LA FORMATION : Bonne foi contractuelle, Co-investissement, fin de la logique fiscale «d imputabilité», pilotage stratégique,

Plus en détail

SPORTIFS DE HAUT NIVEAU

SPORTIFS DE HAUT NIVEAU CERTIFICATS POUR LES SPORTIFS DE HAUT NIVEAU :: CERTIFICATS 4 dispositifs pour accompagner les sportifs de haut niveau dans leurs projets de vie : sport, étude, emploi & développement des compétences En

Plus en détail

LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE

LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE En 2012, toutes les universités françaises seront autonomes ; elles le seront dans un contexte mondial où leur rôle est à la fois fortement réaffirmé et sujet à de profondes

Plus en détail

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1. Les orientations générales L enseignement de droit est centré sur la maîtrise des mécanismes juridiques fondamentaux et

Plus en détail

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 Résultats aux évaluations nationales CM2 Annexe 1 Résultats de l élève Compétence validée Lire / Ecrire / Vocabulaire / Grammaire / Orthographe /

Plus en détail

LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT

LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT EPS / DANSE ART / DANSE Elèves du lycée Bréquigny à Rennes, Avril 2014 1 Les deux options facultatives danse au BAC Ce livret a été

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Mécanique énergie procédes produits de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations

Plus en détail

Le Crédit-bail mobilier dans les procédures collectives

Le Crédit-bail mobilier dans les procédures collectives Aimé Diaka Le Crédit-bail mobilier dans les procédures collectives Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook

Plus en détail