Hermann RORSCHACH «Rorschach Inkblot test»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Hermann RORSCHACH «Rorschach Inkblot test»"

Transcription

1 Hermann RORSCHACH «Rorschach Inkblot test»

2 Concepts introductifs

3 Définition

4 «Opération par laquelle un fait neurologique ou psychologique est déplacé et localisé à l'extérieur.»

5 En psychologie: jugement d'extériorité par lequel une sensation du corps est attribuée à un phénomène qui se produit dans l'espace. Ce mécanisme sous-tend le principe des tests projectifs.

6 En psychiatrie: la projection est un mécanisme par lequel un sujet se libère de certaines situations affectives intolérables en localisant en dehors, sur autrui ses propres sentiments.

7 Pour la psychanalyse, repérable dans des états pathologiques (phobies, paranoïa, schizophrénie...) aussi dans certains états normaux (superstition, animisme...). Mode de défense archaïque contre des excitations internes déplaisantes. Une fois projetées le sujet peut les tenir et s'en protéger.

8 La projection: déformation d'un processus normal qui fait rechercher les sources de déplaisir dans le monde extérieur.

9

10 Elles ne sont pas une spécificité de la psychologie

11 Une méthode projective est une méthode d étude qualitative utilisée dans les tests d efficacité publicitaire. consiste à amener les individus à se projeter ou à projeter leur ressenti sur un matériel présenté (photos, photomontages, vignettes, dessins, etc.). Objectifs: mettre en évidence les effets publicitaires inconscients ou difficilement verbalisables.

12 Lawrence K. FRANK Article dans Comptes Rendus de l'académie des Sciences de New York «Méthodes projectives pour l'étude de la personnalité»

13 Rend compte de la parenté entre trois épreuves psychologiques : le test d'association de mots de Jung (1904), celui de Rorschach (1921) et le T.A.T. (thematic apperception test) de Murray (1935).

14 «Dans son essence, une technique projective est une méthode d'étude de la personnalité qui confronte le sujet avec une situation à laquelle il répondra suivant le sens que la situation a pour lui, et suivant ce qu'il ressent au cours de cette réponse».

15 «Le caractère essentiel d'une technique projective est qu'elle évoque du sujet ce qui est, de différentes manières, l'expression de son monde personnel et des processus de sa personnalité.» L épreuve projective n est donc pas qu une simple évaluation perceptive ( ce qu on voit)

16 FRANK, Lawrence K. (1948) Projective Methods. American Lecture Series, 10. Springfield.

17 Les méthodes constitutives : il s agit de structurer un matériel non figuratif ; c est le cas du Rorschach considéré comme un test structurel. Les méthodes interprétatives : on interprète un stimulus donné ; c est le cas du TAT considéré comme un test thématique. Les méthodes créatives : par exemple on dessine selon une consigne particulière (une famille, un arbre etc.) ou librement (dessin libre). Les méthodes constructives : on élabore une construction structurée (Test du Monde).

18 Contenu manifeste: ce sur quoi le sujet s appuie pour fournir une réponse.

19 Les tâches sont toutes structurées autour d un axe central qui représente un axe de symétrie. Elles sont toutes délimitées par opposition au fond blanc de la planche. Néanmoins, chaque tâche a une structure propre plus ou moins massive, unitaire. Les tâches se distinguent aussi par rapport à l homogénéité des nuances de gris et des couleurs.

20

21 SOLLICITATION MANIFESTE Première planche de l épreuve Planche compacte, en nuance de gris, des découpes centrales qui font apparaître des tâches blanches. Une configuration spatiale qui évoque aussi bien une figure unitaire qu un découpage en 2 ou en 3 (1 partie centrale et 2 parties latérales)

22

23 SOLLICITATION MANIFESTE C'est une planche compacte, avec une dimension bilatérale marquée qui fait apparaître des parties blanches et des taches rouges. La sollicitation émotionnelle est souvent vive ( introduction de la couleur, contraste noirrouge violent)

24

25 SOLLICITATION MANIFESTE Conservation de la répartition des couleurs et des nuances de gris. Les éléments sont détachés de l axe de symétrie, de nombreux espaces blancs C est une planche qui apporte une certaine détente par la mise en relation des personnages qu elle sollicite la plupart du temps (banalité)

26

27 SOLLICITATION MANIFESTE Planche sombre et compacte dont la tonalité émotionnelle est presque toujours dysphorique. Elle provoque souvent des réactions d angoisse ou de malaise. Nuances de gris fortement contrastés

28

29 SOLLICITATION MANIFESTE Planche compacte, mais plus harmonieuse et plus équilibrée. C est celle qui est la plus proche de la réalité (d où sa cotation en banalité) : elle est généralement apaisante, sauf s il y a persistance de l anxiété apparue à la planche IV.

30

31 SOLLICITATION MANIFESTE Planche compacte, d importantes nuances Deux parties : l'une, inférieure compacte et massive, l'autre supérieure, plus effilée. Il y a une marque prégnante de la symétrie à partir de l'estompage.

32

33 SOLLICITATION MANIFESTE La partie blanche est importante et souvent associée à la planche II. La bilatéralité est très marquée. Le rapport fond/forme se pose de manière particulière (blanc dans la tâche? Limite de la tâche?)

34

35 SOLLICITATION MANIFESTE Première planche couleur (appelées planches pastels), planche qui apporte souvent une certaine détente. Elle est relativement unitaire. Détails rouges interprétés en réponses banales ( animal à 4 pattes)

36

37 SOLLICITATION MANIFESTE Planche couleur, pose la question des limites des différentes couleurs: interprétation des couleurs en une seule ou 3 parties. Intégration du blanc central (translucide) dans la réponse?

38

39 SOLLICITATION MANIFESTE Dernière planche C est la planche de la synthèse: tâche assez étendue, de nombreux détails épars, délimités à la fois par la couleur et par la forme. Interprétation unitaire possible si les éléments peuvent être intégrés ou bien interprétation morcelée.

Avis psychoaffectif Sylvie Viallon

Avis psychoaffectif Sylvie Viallon Avis psychoaffectif Sylvie Viallon Journée d Etude du Réseau DYS/10 Jeudi 7 juillet 2016 Bilans Orthophonie Psychologie Ergothérapie Psychomotricité Orthoptie Fonctions intellectuelles Et cognitives Fonctions

Plus en détail

Les méthodes projectives Une voie clinique en psychologie

Les méthodes projectives Une voie clinique en psychologie Les méthodes projectives Une voie clinique en psychologie Cours de Licence 2 de Psychologie par Claude BOUCHARD maître de conférences en Psychologie clinique Université Rennes 2 Objectifs généraux de l

Plus en détail

Méthodologie Clinique 1: Examen psychologique et tests. Licence 2

Méthodologie Clinique 1: Examen psychologique et tests. Licence 2 Méthodologie Clinique 1: Examen psychologique et tests Licence 2 CM 1 : 16 Septembre, 09:00-11:00 CM 2 : 30 Septembre, 09:00-11:00 CM 3 : 14 Octobre, 09:00-11:00 CM 4 : 4 Novembre, 09:00-11:00 CM 5 : 18

Plus en détail

LES MECANISMES D ADAPTATION

LES MECANISMES D ADAPTATION LES MECANISMES D ADAPTATION L ANALYSE DE LA RELATION EN SITUATION SCAM - Claude - Pierre VINCENT 1 Les mécanismes d adaptation L analyse de la relation en situation 1. Introduction : Dans son adaptation

Plus en détail

Stimulus - Interne (Faim, fatigue, Sensation - Ouïe - Vue - Odorat - Toucher - Goût. Représentation de la réalité.

Stimulus - Interne (Faim, fatigue, Sensation - Ouïe - Vue - Odorat - Toucher - Goût. Représentation de la réalité. PARTIE 1 LE COMPORTEMENT DES INDIVIDUS DOSSIER 3 LA DYNAMIQUE COMPORTEMENTALE I LES SENSATIONS Un stimulus est une information reçue par l un des cinq organes sensoriels : l ouïe, la vue, l odorat, le

Plus en détail

Les techniques qualitatives :

Les techniques qualitatives : Séance 2 à 4 (doc. 3) Les techniques qualitatives : Les techniques projectives 1 Plan de la séance 1. Principes des techniques projectives 2. Les tests projectifs usuels 3. Apports et limites 2 Introduction

Plus en détail

La psychologie différentielle est un sous ensemble de la psychologie. Elle s oppose à la psychologie expérimentale. En effet, la psychologie

La psychologie différentielle est un sous ensemble de la psychologie. Elle s oppose à la psychologie expérimentale. En effet, la psychologie La psychologie différentielle est un sous ensemble de la psychologie. Elle s oppose à la psychologie expérimentale. En effet, la psychologie expérimentale traite des ressemblances entre personnes alors

Plus en détail

L art-thérapie peut améliorer la qualité de vie Ludivine PRÉVÔT : Art-thérapeute Diplômée

L art-thérapie peut améliorer la qualité de vie Ludivine PRÉVÔT : Art-thérapeute Diplômée L art-thérapie peut améliorer la qualité de vie Ludivine PRÉVÔT : Art-thérapeute Diplômée 06.63.94.51.85. Page 1 L art-thérapie peut améliorer la qualité de vie Alors que nous fêtions le 30 e anniversaire

Plus en détail

2013 L étude de cas en psychologie clinique. Professeur Jack Doron Psychologie clinique psychopathologie

2013 L étude de cas en psychologie clinique. Professeur Jack Doron Psychologie clinique psychopathologie 2013 L étude de cas en psychologie clinique Professeur Jack Doron Psychologie clinique psychopathologie L éthique et la méthode du cas La civilisation occidentale se caractérise par le maintien d une différence

Plus en détail

La relation recherche/clinique en psychopathologie. Comparaison des différentes approches psychothérapeutiques

La relation recherche/clinique en psychopathologie. Comparaison des différentes approches psychothérapeutiques La relation recherche/clinique en psychopathologie Comparaison des différentes approches psychothérapeutiques Plan Exposé général Exemples à partir de la perspective humaniste Exemples à partir de la TCC

Plus en détail

SOMMAIRE. Sommaire REMERCIEMENTS...III SOMMAIRE... VI LISTE DES ANNEXES...X LISTE DES FIGURES...X LISTE DES TABLEAUX... XI INTRODUCTION GENERALE...

SOMMAIRE. Sommaire REMERCIEMENTS...III SOMMAIRE... VI LISTE DES ANNEXES...X LISTE DES FIGURES...X LISTE DES TABLEAUX... XI INTRODUCTION GENERALE... SOMMAIRE REMERCIEMENTS...III SOMMAIRE... VI LISTE DES ANNEXES...X LISTE DES FIGURES...X LISTE DES TABLEAUX... XI INTRODUCTION GENERALE... 14 CHAPITRE 1 DE L UTILISATION DE LA MUSIQUE EN MARKETING... 21

Plus en détail

Etude de dossier. Master 1 Psychologie clinique et psychopathologie 1

Etude de dossier. Master 1 Psychologie clinique et psychopathologie 1 Etude de dossier Katia M BAILARA Master 1 Psychologie clinique et psychopathologie 1 Plan Intérêt de l étude de cas Le recueil d informations Plan de l étude de cas Rédiger un compte rendu M. C, anamnèse

Plus en détail

Etude corrélative entre la variable "Contrôle des Réactions" à l'examen Graphométrique Simplifié et des variables du NEO PI-R, inventaire de

Etude corrélative entre la variable Contrôle des Réactions à l'examen Graphométrique Simplifié et des variables du NEO PI-R, inventaire de Etude corrélative entre la variable "Contrôle des Réactions" à l'examen Graphométrique Simplifié et des variables du NEO PI-R, inventaire de personnalité Benjamin Thiry Mémoire présenté en vue de l'obtention

Plus en détail

Méthodes projectives

Méthodes projectives Méthodes projectives 1. Définitions La projection L individu projette une sensation intérieure en perception extérieure Mécanisme normal que nous utilisons tous Il s agit de répéter au dehors ce qu on

Plus en détail

Pourquoi ce comportement

Pourquoi ce comportement Introduction à la psychologie!!!?!! Pourquoi ce comportement F.Rosset / Gymnase du Bugnon 1 Tout comportement subit l influence de 3 facteurs Les composantes du facteur Les structures cérébrales Le système

Plus en détail

Les personnalités limites

Les personnalités limites Jean-Michel Fourcade Les personnalités limites Hypersensibles, à fleur de peau, écorchés vifs Tous borderlines?, 2011 ISBN : 978-2-212-54710-8 Chapitre Trop émotif? Beaucoup d entre nous éprouvons des

Plus en détail

Et si on parlait d autre chose?

Et si on parlait d autre chose? Des concepts en psychologie de la santé à la création d un outil pédagogique visant le renforcement des stratégies de coping actif des patients atteints de maladie chronique Et si on parlait d autre chose?

Plus en détail

Le processus de transmission transgénérationnelle. Objets et enjeux de la transmission familiale

Le processus de transmission transgénérationnelle. Objets et enjeux de la transmission familiale Le processus de transmission transgénérationnelle Objets et enjeux de la transmission familiale Conférence du 28 mai 2011 à l ABMP présentée par Fabienne SIMON, psychologue Résumé Nous sommes un maillon

Plus en détail

La thérapie familiale systémique dans la prise en charge de la douleur chronique

La thérapie familiale systémique dans la prise en charge de la douleur chronique La thérapie familiale systémique dans la prise en charge de la douleur chronique R. Baraka, D.Benmoussa,Y.Taleb,H.Takirate,L.Mejrebe B. GRIENE Consultation douleur CPMC La douleur un phénomène universel

Plus en détail

Notions sur les différents états d agitation

Notions sur les différents états d agitation Notions sur les différents états d agitation D. CAILLOCE SAMU 87 Dr CAILLOCE IFA 2011 1 / 21 Définition Trouble du comportement psychomoteur : hyperactivité motrice perte du contrôle des actes, de la parole

Plus en détail

La construction de l espace chez l enfant

La construction de l espace chez l enfant La construction de l espace chez l enfant L espace, ça commence par se voir et par se toucher! Au niveau visuel Les capacités de l enfant évoluent : - Il voit de mieux en mieux le relief et évalue plus

Plus en détail

LE BILAN PSYCHOLOGIQUE

LE BILAN PSYCHOLOGIQUE LE BILAN PSYCHOLOGIQUE I. INTRODUCTION Le terme examen psychologique a été remplacé par bilan à cause de sa connotation négative = réussite/échec. Ici ce qui nous intéresse c est la compréhension psychique

Plus en détail

GRILLE D ANALYSE D UNE OEUVRE D ART ELEMENTS PLASTIQUES CE QUE JE VOIS CE QUE JE RESSENS COULEURS

GRILLE D ANALYSE D UNE OEUVRE D ART ELEMENTS PLASTIQUES CE QUE JE VOIS CE QUE JE RESSENS COULEURS GRILLE D ANALYSE D UNE OEUVRE D ART ELEMENTS PLASTIQUES CE QUE JE VOIS CE QUE JE RESSENS COULEURS FORMES LIGNES MATIERE VALEURS Couleurs dominantes Couleurs chaudes, froides Réalistes, imaginaires Contrastes

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA PSYCHOLOGIE DIFFERENTIELLE?

QU EST-CE QUE LA PSYCHOLOGIE DIFFERENTIELLE? Chapitre 1 QU EST-CE QUE LA PSYCHOLOGIE DIFFERENTIELLE? 1] Les différences : objet d étude de la psychologie différentielle 1) Différences quantitatives et qualitatives Les conduites semblent obéir à des

Plus en détail

NEVROSES : SEMIOLOGIE ET NEVROSES POST-TRAUMATIQUES

NEVROSES : SEMIOLOGIE ET NEVROSES POST-TRAUMATIQUES 12.01.09 Dr Lagier Psychiatrie NEVROSES : SEMIOLOGIE ET NEVROSES POST-TRAUMATIQUES Névrose : façon dont on est fabriqué pour être dans la société : lot du genre humain Décompensation dans une névrose :

Plus en détail

UNIVERSITE P. MENDES FRANCE DE GRENOBLE U.F.R. SCIENCES DE L HOMME ET DE LA SOCIETE S3.U.E.1 L2 PSYCHOPATHOLOGIE DE L ENFANT

UNIVERSITE P. MENDES FRANCE DE GRENOBLE U.F.R. SCIENCES DE L HOMME ET DE LA SOCIETE S3.U.E.1 L2 PSYCHOPATHOLOGIE DE L ENFANT UNIVERSITE P. MENDES FRANCE DE GRENOBLE U.F.R. SCIENCES DE L HOMME ET DE LA SOCIETE S3.U.E.1 L2 PSYCHOPATHOLOGIE DE L ENFANT Examen 1 ère session 2009-10 (11 janvier 2010) Durée 1h sans documents. 1) On

Plus en détail

La personnalité et le sport

La personnalité et le sport La personnalité et le sport La personnalité est l ensemble des caractéristiques qui font qu une personne est unique. On peut la caractériser par 3 niveaux distincts: Le noyau psychologique comporte les

Plus en détail

Le développement de l enfant dans la perspective psychanalytique

Le développement de l enfant dans la perspective psychanalytique Le développement de l enfant dans la perspective psychanalytique Les aspects cliniques et psychopathologiques auxquels le psychologue clinicien se confronte CM1 : 12 Septembre CM2 : 26 Septembre CM3 :

Plus en détail

L INFORMATION DU PATIENT, UNE NECESSITE DIFFICILE A METTRE EN ŒUVRE. Céline DEGASNE LORCY Psychologue clinicienne CHU de Rennes

L INFORMATION DU PATIENT, UNE NECESSITE DIFFICILE A METTRE EN ŒUVRE. Céline DEGASNE LORCY Psychologue clinicienne CHU de Rennes L INFORMATION DU PATIENT, UNE NECESSITE DIFFICILE A METTRE EN ŒUVRE Céline DEGASNE LORCY Psychologue clinicienne CHU de Rennes LA PARTICULARITE DE LA RELATION SOIGNANT/SOIGNE UNE SITUATION DE CRISE LES

Plus en détail

TCC THÉRAPIES COMPORTEMENTALES ET COGNITIVES

TCC THÉRAPIES COMPORTEMENTALES ET COGNITIVES TCC THÉRAPIES COMPORTEMENTALES ET COGNITIVES TCC INTRODUCTION INTRODUCTION En France, les thérapies comportementales et cognitives (TCC) se développent dans les années 1970 Pierre Janet serait à l origine

Plus en détail

Formation Spécialisation Psychopathologie

Formation Spécialisation Psychopathologie Formation Spécialisation Psychopathologie Acquisition des bases de Psychopathologie nécessaires à l exercice de l Hypnothérapie (5 jours) Tout Public DU 23/10/2017 au 27/10/2017 800 EUROS Plusieurs mensualités

Plus en détail

L ENTRETIEN DANS L AIDE A L ORIENTATION FAIP 2012

L ENTRETIEN DANS L AIDE A L ORIENTATION FAIP 2012 L ENTRETIEN DANS L AIDE A L ORIENTATION FAIP 2012 SOMMAIRE I DEFINITION II - APPROCHE ROGERIENNE III LES ATTITUDES IV - LES VARIABLES DE L ENTRETIEN V- LES TECHNIQUES D ENTRETIEN VI - CONDUIRE UN ENTRETIEN

Plus en détail

L UTILISATION DES MÉTHODES PROJECTIVES

L UTILISATION DES MÉTHODES PROJECTIVES L UTILISATION DES MÉTHODES PROJECTIVES PROJECTIVE METHODS USE PRÉSENTATION Le numéro spécial de la Revue québécoise de psychologie ayant pour thème «L utilisation des méthodes projectives» est l initiative

Plus en détail

L ELEVE DYSLEXIQUE. Véronique BOURDENET. Psychologue - Neuropsychologue Orthophoniste

L ELEVE DYSLEXIQUE. Véronique BOURDENET. Psychologue - Neuropsychologue Orthophoniste L ELEVE DYSLEXIQUE A L ECOLE L PRIMAIRE Véronique BOURDENET Psychologue - Neuropsychologue Orthophoniste I. PSYCHOLOGIE DE L ELEVE DYSLEXIQUE Dyslexie = modèle de l impuissance apprise erreurs d attribution

Plus en détail

Table des matières. Première partie Tableaux cliniques relatifs à la psychopathologie relationnelle

Table des matières. Première partie Tableaux cliniques relatifs à la psychopathologie relationnelle Introduction Un manuel sur la psychothérapie et la clinique... 5 Première partie Tableaux cliniques relatifs à la psychopathologie relationnelle Chapitre 1 Les personnalités que l on peut classer dans

Plus en détail

La relation d aide. Soin relationnel : vivre le mieux possible dans une institution juste.

La relation d aide. Soin relationnel : vivre le mieux possible dans une institution juste. I. Définitions La relation par MANOUKIAN et MASSEUBEUF : Une relation «c est une rencontre entre deux personnes au moins c est-à-dire deux caractères, deux psychologies particulières et deux histoires.

Plus en détail

L E S ÉTATS LIMITES. 3 e é d i t i o n. s o u s l a d i r e c t i o n d e J e a n - L o u i s P e d i n i e l l i

L E S ÉTATS LIMITES. 3 e é d i t i o n. s o u s l a d i r e c t i o n d e J e a n - L o u i s P e d i n i e l l i Patrick Charrier Astrid Hirschelmann L E S ÉTATS LIMITES 3 e é d i t i o n s o u s l a d i r e c t i o n d e J e a n - L o u i s P e d i n i e l l i Conception de maquette intérieure : Atelier Didier Thimonier

Plus en détail

Elle a aussi fait prendre conscience des relations entre le geste et l affectivité.

Elle a aussi fait prendre conscience des relations entre le geste et l affectivité. La psychomotricité 1 Historique C est une notion élaborée étudiée depuis une centaine d année à peine. La psychomotricité s adresse à l enfant dans sa globalité et une éducation psychomotrice aura toujours

Plus en détail

Introduction à la Psychologie

Introduction à la Psychologie Page1 Introduction à la Psychologie Etymologiquement, le mot psychologie vient du grec psukhê (esprit, âme) et logos (connaissance, étude). Ce qui veut dire qu à l origine, la psychologie est l étude de

Plus en détail

Les interactions parents bébé Clinique et psychopathologie

Les interactions parents bébé Clinique et psychopathologie Les interactions parents bébé Clinique et psychopathologie Cours intensif de psychiatrie Toulouse, 27 février 2014 Dr Ludivine Franchitto, SUPEA franchitto.l@chu-toulouse.fr Les interactions parents bébé

Plus en détail

I/ Introduction. II/ : Théories de l émotion Théorie de James-Lang Théorie de Cannon-Bard. III/ Le système limbique

I/ Introduction. II/ : Théories de l émotion Théorie de James-Lang Théorie de Cannon-Bard. III/ Le système limbique I/ Introduction II/ : Théories de l émotion Théorie de James-Lang Théorie de Cannon-Bard III/ Le système limbique IV/ La peur A/ Les différents types de peur B/ Mise en évidence : le conditionnement de

Plus en détail

INTRODUCTION «comment se développe un enfant tout un processus de paramètres différents s organisant entre eux

INTRODUCTION «comment se développe un enfant tout un processus de paramètres différents s organisant entre eux INTRODUCTION Au-delà des notions anatomiques traditionnelles, perpétuellement en arrière-plan, nous voulons au travers de ce document tenter d exprimer une synthèse d un travail de plusieurs années de

Plus en détail

regroupement La période de préparation Stade préopératoire La pensée à caractère égocentrique La pensée pré-conceptuelle (ou symbolique)

regroupement La période de préparation Stade préopératoire La pensée à caractère égocentrique La pensée pré-conceptuelle (ou symbolique) regroupement Préparation et Achèvement des opérations concrètes Groupement des niveaux préopératoires et opératoire concret De 2 à 11-12 ans Distinction Pré-opératoire (2 à 7-8 ans) et Opérations concrètes

Plus en détail

IMAGE? comment analyser une 1 MÉTHODE

IMAGE? comment analyser une 1 MÉTHODE comment analyser une 1 Un devoir d analyse d image s organise et se présente de manière méthodique en plusieurs étapes. Le texte s accompagne toujours de crayonnés, croquis, schémas qui illustrent les

Plus en détail

Résumés LIENS DU COUPLE ET LEUR ARTICULATION AVEC LA DIFFERENCE DES GENRES ALBERTO EIGUER

Résumés LIENS DU COUPLE ET LEUR ARTICULATION AVEC LA DIFFERENCE DES GENRES ALBERTO EIGUER Revue internationale de psychanalyse du couple et de la famille ISSN 2105-1038 N 7-2010/1 Souffrance dans les liens et ses transformations en psychanalyse de couple et de famille s LIENS DU COUPLE ET LEUR

Plus en détail

Chapitre 5. Dessiner un animal

Chapitre 5. Dessiner un animal Chapitre 5 Dessiner un animal Dans ce chapitre, nous allons approfondir le processus de caricature des animaux que nous avons étudiés au cours des chapitres précédents. Je vais décrire un outil visuel

Plus en détail

Les rencontres autour de l Annonce Annoncer une mauvaise nouvelle

Les rencontres autour de l Annonce Annoncer une mauvaise nouvelle Les rencontres autour de l Annonce Annoncer une mauvaise nouvelle Aspects psychologiques et communication date Etablissement 1 Aspects psychologiques 2 Aspects psychologiques (1/2) Côté patient La sidération

Plus en détail

Questions potentielles sur le cours oral Mme Lotta De Coster Mme Van de Casteele fonctionnement Rorschach (structure) narcissique-identitaire TAT

Questions potentielles sur le cours oral Mme Lotta De Coster Mme Van de Casteele fonctionnement Rorschach (structure) narcissique-identitaire TAT Méthodes diagnostiques et de recherche en psychologie clinique : proposition de questions d examen (partie donnée par Mme Lotta De Coster) Avis aux étudiants : afin de vous permettre de vous préparer au

Plus en détail

INTRODUCTION À LA SOPHROLOGIE CAYCÉDIENNE. Catherine Pirard Sophr O Huy

INTRODUCTION À LA SOPHROLOGIE CAYCÉDIENNE. Catherine Pirard Sophr O Huy INTRODUCTION À LA SOPHROLOGIE CAYCÉDIENNE Catherine Pirard Sophr O Huy Qu est ce que la Sophrologie? A quoi me sert la Sophrologie? Histoire et principes de la Sophrologie Les postures Sophrologie et phénoménologie

Plus en détail

DEVOIR 3. Questionnaire à Choix Multiple (sur 5 pts)

DEVOIR 3. Questionnaire à Choix Multiple (sur 5 pts) DEVOIR 3 Note sur 20 : Questionnaire à Choix Multiple (sur 5 pts) Cochez la (ou les) réponse(s) qui vous semblent correctes (lisez bien le libellé de chaque question, et soyez particulièrement attentif

Plus en détail

Vivre en équilibre dans l entreprise Gérer ses émotions de façon efficace

Vivre en équilibre dans l entreprise Gérer ses émotions de façon efficace Vivre en équilibre dans l entreprise Gérer ses émotions de façon efficace Cours du 12 novembre 2012 Philippe BARAN «N oublions pas que les petites émotions sont les grands capitaines de nos vies et qu

Plus en détail

Imagiers Découvrir le monde Apprendre à catégoriser

Imagiers Découvrir le monde Apprendre à catégoriser Imagiers Découvrir le monde Apprendre à catégoriser Animation pédagogique 21 ème circonscription Brigitte LAVALLEE, conseillère pédagogique Enjeu : maîtrise d un langage riche, organisé, compréhensible

Plus en détail

Table des matières. 1. Dommage et préjudice 7 2. Dommage corporel 7 3. Du dommage corporel au dommage psychique 8 4. Conclusion 10

Table des matières. 1. Dommage et préjudice 7 2. Dommage corporel 7 3. Du dommage corporel au dommage psychique 8 4. Conclusion 10 Table des matières Introduction 7 1. Dommage et préjudice 7 2. Dommage corporel 7 3. Du dommage corporel au dommage psychique 8 4. Conclusion 10 L expertise psychiatrique du dommage psychique 13 L évaluation

Plus en détail

Chapitre 5 : Freud et l'inconscient (pp ) L'angoisse selon la théorie freudienne

Chapitre 5 : Freud et l'inconscient (pp ) L'angoisse selon la théorie freudienne Chapitre 5 : Freud et l'inconscient (pp. 136-141) L'angoisse selon la théorie freudienne Biographie de Sigmund Freud et Quelques données pour meilleure compréhension Sigmund Freud est né le 6 mai 1856

Plus en détail

St jacut de la Mer Vendredi 3 juin 2016

St jacut de la Mer Vendredi 3 juin 2016 St jacut de la Mer Vendredi 3 juin 2016 Principes généraux en addictologie Dr GUILLERY Xavier Psychiatre Addictologue CHGR de Rennes 1 Objectifs Présenter les grands principes de l addictologie Repérer

Plus en détail

LES ABORDS PSYCHOLOGIQUES DU CANCER DU SEIN

LES ABORDS PSYCHOLOGIQUES DU CANCER DU SEIN LES ABORDS PSYCHOLOGIQUES DU CANCER DU SEIN Valance Ramis - Psychologue Centre hospitalier de Versailles Service de gynécologie L annonce Comment dire le difficile à dire? Comment gérer ses propres émotions

Plus en détail

LES MECANISMES DE DEFENSE

LES MECANISMES DE DEFENSE 09.01.09 Mme Millet Sciences Humaines LES MECANISMES DE DEFENSE INTRODUCTION I)Principes généraux II)La conception de l'appareil psychique A)Métapsychologie B)La première topique C)La deuxième topique

Plus en détail

Un emprunt pour la vie : la transplantation d organes

Un emprunt pour la vie : la transplantation d organes L A T R A N S P L A N T A T I O N D O R G A N E S J. Robert LEROUX Un emprunt pour la vie : la transplantation d organes L a transplantation d organes est parmi ces réussites de la médecine et de la chirurgie

Plus en détail

INTRODUCTION. Histoire de la psychologie Grands domaines Différentes formes de thérapies. Dr Catherine AGBOKOU Psychiatre

INTRODUCTION. Histoire de la psychologie Grands domaines Différentes formes de thérapies. Dr Catherine AGBOKOU Psychiatre Département Universitaire des Soins Infirmiers Enseignement 1.1. Psychologie Cours n 1 S109PSYCHO01CA INTRODUCTION Histoire de la psychologie Grands domaines Différentes formes de thérapies Dr Catherine

Plus en détail

Le test de Rorschach. Licence 3 de Psychologie Psychologie clinique et projective. Cours de Claude Bouchard

Le test de Rorschach. Licence 3 de Psychologie Psychologie clinique et projective. Cours de Claude Bouchard Le test de Rorschach Licence 3 de Psychologie Psychologie clinique et projective Cours de Claude Bouchard Plan I. Les consignes 1. Origines du test 2. Consigne matérielle 3. Consigne verbale 4. Conduite

Plus en détail

La violence à l adolescence ou l agir comme symptôme

La violence à l adolescence ou l agir comme symptôme Santé mentale des jeunes adultes: nous pouvons faire mieux! 6e Colloque interétablissements en psychiatrie et santé mentale La violence à l adolescence ou l agir comme symptôme Olivia QUETIER Psychologue

Plus en détail

Ateliers d art-thérapie. En milieux scolaires et structures spécialisées pour enfants.

Ateliers d art-thérapie. En milieux scolaires et structures spécialisées pour enfants. Association, loi 1901 - «Arc en Ciel en Soit» 31600 MURET arcencielensoit@gmail.com Mathilde DELAVENNE 05-81-60-48-92 / 06-74-04-09-56 Ateliers d art-thérapie. En milieux scolaires et structures spécialisées

Plus en détail

Atelier 9 : DEVELOPPER UNE COORDINATION DE LA SANTE DES ENFANTS CONFIES ET ACCOMPAGNES

Atelier 9 : DEVELOPPER UNE COORDINATION DE LA SANTE DES ENFANTS CONFIES ET ACCOMPAGNES Thématique 3 : LA SANTE Atelier 9 : DEVELOPPER UNE COORDINATION DE LA SANTE DES ENFANTS CONFIES ET ACCOMPAGNES ANIMATEURS 16 PARTICIPANTS DATES DES SEQUENCES Docteur Marie Anne BOCCARD (médecin de PMI)

Plus en détail

Education Thérapeutique en Psychiatrie : Représentations des soignants, des patients et des familles

Education Thérapeutique en Psychiatrie : Représentations des soignants, des patients et des familles Education Thérapeutique en Psychiatrie : Représentations des soignants, des patients et des familles Delphine VIARD PLAN INTRODUCTION METHODE RESULTATS Représentations des soignants Représentations des

Plus en détail

ALCOOL / DROGUES / JEUX DE HASARD ET D ARGENT RESTE EN CONTRÔLE ACTIVITÉ POUR LES GROUPES DE JEUNES SEMAINE DE PRÉVENTION DE LA TOXICOMANIE

ALCOOL / DROGUES / JEUX DE HASARD ET D ARGENT RESTE EN CONTRÔLE ACTIVITÉ POUR LES GROUPES DE JEUNES SEMAINE DE PRÉVENTION DE LA TOXICOMANIE ALCOOL / DROGUES / JEUX DE HASARD ET D ARGENT RESTE EN CONTRÔLE SEMAINE DE PRÉVENTION DE LA TOXICOMANIE ACTIVITÉ POUR LES GROUPES DE JEUNES DE 13 À 16 ANS ÉNONCÉ 1 Pour mieux affirmer qui on est, bien

Plus en détail

Programme de formation : HYPNOSE THÉRAPEUTIQUE STRASBOURG (Inscription au RNCP en cours)

Programme de formation : HYPNOSE THÉRAPEUTIQUE STRASBOURG (Inscription au RNCP en cours) Programme de formation : HYPNOSE THÉRAPEUTIQUE STRASBOURG (Inscription au RNCP en cours) 1. Objectifs généraux de la formation L apprentissage de l hypnose thérapeutique vous permettra de développer une

Plus en détail

PROGRAMMATION MOYENNE SECTION

PROGRAMMATION MOYENNE SECTION PROGRAMMATION MOYENNE SECTION 1)Mobiliser le langage dans toutes ses dimensions S APPROPRIER LE LANGAGE Comprendre un message et agir ou répondre de façon pertinente Comprendre et agir de façon pertinente

Plus en détail

PIONNIÈRE DE L APPROCHE INTÉGRÉE. Le stress et ses couleurs

PIONNIÈRE DE L APPROCHE INTÉGRÉE. Le stress et ses couleurs PIONNIÈRE DE L APPROCHE INTÉGRÉE Le stress et ses couleurs OBJECTIFS DE LA PRÉSENTATION 1 Comprendre le phénomène physique du stress et ses déclencheurs 2 Identifier les impacts physiques, psychologiques

Plus en détail

Chapitre II De la rétine au cerveau 1/7. Le cerveau humain est formé de plusieurs parties : le cerveau, le cervelet et le bulbe rachidien Document 9

Chapitre II De la rétine au cerveau 1/7. Le cerveau humain est formé de plusieurs parties : le cerveau, le cervelet et le bulbe rachidien Document 9 Chapitre II De la rétine au cerveau Les acquis et les prérequis Le cerveau humain est formé de plusieurs parties : le cerveau, le cervelet et le bulbe rachidien Document 9 Le cerveau comporte deux hémisphères

Plus en détail

PSYCHOLOGIE DU DÉVELOPPEMENT

PSYCHOLOGIE DU DÉVELOPPEMENT PSYCHOLOGIE DU DÉVELOPPEMENT C O U R R I E L : N A T H A L I E. F R A N C O L S @ O R A N G E. F R S I T E : W W W. N A T H A L I E F R A N C O L S. C O M LE DÉVELOPPEMENT, C EST QUOI? Psychocognitif LE

Plus en détail

J. Petot 27/03/08. + Questions Beauvois & Joulé. + Questions sur le texte de J. Petot. Etude de cas clinique

J. Petot 27/03/08. + Questions Beauvois & Joulé. + Questions sur le texte de J. Petot. Etude de cas clinique + Questions Beauvois & Joulé Pourquoi peut on parler de «soumission librement consentie»? Expliquez. Choisissez une expérience de l article pour laquelle vous identifierez les variables indépendantes et

Plus en détail

Dr N.GOLOVKINE CRA CHAMPAGNE ARDENNE

Dr N.GOLOVKINE CRA CHAMPAGNE ARDENNE Dr N.GOLOVKINE CRA CHAMPAGNE ARDENNE 1944 : Hans Asperger : psychopathie autistique 1981 : Lorna Wing : le Syndrome d Asperger 1988 : First International Conference on Asperger Syndrom à Londres 1989 :

Plus en détail

CONCEPTS EN RELATION D AIDE

CONCEPTS EN RELATION D AIDE CONCEPTS EN RELATION D AIDE Les 3 attitudes fondamentales Les modes d intervention Les situations de crises IFSI Charles FOIX 1 I)LES 3 ATTITUDES FONDAMENTALES EN RA Empathie C est la vraie capacité de

Plus en détail

PETITES Z ESCAPADES AVANT LA PROJECTION

PETITES Z ESCAPADES AVANT LA PROJECTION PETITES Z ESCAPADES 6 courts-métrages d animation du studio FOLIMAGE à VALENCE Durée : 32 34 Ce programme présente deux techniques du cinéma d animation : le dessin animé et l animation de personnages

Plus en détail

Intérêt des Art-thérapies pour les patients à profil complexe en Hôpital de jour SSR

Intérêt des Art-thérapies pour les patients à profil complexe en Hôpital de jour SSR Intérêt des Art-thérapies pour les patients à profil complexe en Hôpital de jour SSR Élisabeth Damoiseau ( Musicothérapeute) Dr Florence Bonté ( Gériatre) Hôpital de Jour Psychogériatrique Centre Paris

Plus en détail

Psychologie clinique et projective Principes méthodologiques. Licence 2 de Psychologie cours de Claude BOUCHARD Université Rennes 2

Psychologie clinique et projective Principes méthodologiques. Licence 2 de Psychologie cours de Claude BOUCHARD Université Rennes 2 Psychologie clinique et projective Principes méthodologiques Licence 2 de Psychologie cours de Claude BOUCHARD Université Rennes 2 Propos général Positionner la clinique projective dans le champ plus large

Plus en détail

Accueillir la mort. Le travail de deuil.

Accueillir la mort. Le travail de deuil. Accueillir la mort Le travail de deuil. Qu est-ce-que le deuil. Le deuil correspond aux réactions d une personne à la perte d un être cher. Il revêt différents aspects : - c est un ressenti physique. -

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALITES DEFINITION. Difficultés dans les apprentissages scolaires

INTRODUCTION GENERALITES DEFINITION. Difficultés dans les apprentissages scolaires Apprendre au collège Quelles souffrances? Quelles solutions? TROUBLES PSYCHOAFFECTIFS DANS LES TROUBLES DES APPRENTISSAGES. Le point de vue du pédopsychiatre. Dr S. SERRET Pédopsychiatre Service de Psychiatrie

Plus en détail

Table des matières. Préface, par Jean Florence 11 Avant-propos, par Michel Cazenave 15. Introduction, p. 17

Table des matières. Préface, par Jean Florence 11 Avant-propos, par Michel Cazenave 15. Introduction, p. 17 Table des matières Préface, par Jean Florence 11 Avant-propos, par Michel Cazenave 15 Introduction, p. 17 Première partie LES BASES D'UNE AUTRE APPROCHE DE LA SCHIZOPHRÉNIE, p. 19 Chapitre 1. La découverte

Plus en détail

Retentissement psychique de la maladie grave. Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal

Retentissement psychique de la maladie grave. Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal Retentissement psychique de la maladie grave Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal Définition de la souffrance psychique : se sentir mal Sentiment pénible, désagréable de la pensée Expression

Plus en détail

Mémoire : conservation et récupération de nouvelles informations tirées de l expérience. Catégories qualitatives de la mémoire humaine

Mémoire : conservation et récupération de nouvelles informations tirées de l expérience. Catégories qualitatives de la mémoire humaine La mémoire et l apprentissage Mémoire : conservation et récupération de nouvelles informations tirées de l expérience Catégories qualitatives de la mémoire humaine explicite procédurale Exprimable par

Plus en détail

SOPHROLOGIE et DOULEUR : une rencontre existentielle

SOPHROLOGIE et DOULEUR : une rencontre existentielle SOPHROLOGIE et DOULEUR : une rencontre existentielle Dominique Raetz, Sophrologue Caycédienne-IDE, Master spécialiste, Bourg en Bresse Les Rencontre de l Adapei du Rhône «Moi aussi j ai le droit d avoir

Plus en détail

Compétence 4: QCM-QRC vocabulaire en psychiatrie.

Compétence 4: QCM-QRC vocabulaire en psychiatrie. Compétence 4: QCM-QRC vocabulaire en psychiatrie. Groupe Aloès Question n 1 Donnez la signification des sigles suivants: - H.O: - H.L: - H.D.T: Question n 1 - H.O : Hospitalisation d'office. - H.L : Hospitalisation

Plus en détail

CHAPITRE 5: LE NORMAL ET LE PATHOLOGIQUE

CHAPITRE 5: LE NORMAL ET LE PATHOLOGIQUE CHAPITRE 5: LE NORMAL ET LE PATHOLOGIQUE A partir de quand une attitude, un comportement devient pathologique, anormal? Le normal et le pathologique en médecine. Maladie= variation quantitative d un même

Plus en détail

AGRESSIVITE VIEILLISSEMENT SOINS STRESS RELATIONS ET SOINS PSYCHIATRIE GERONTOLOGIE HANDICAP TRAVAIL EN EQUIPE RESSOURCES HUMAINES PATHOLOGIE

AGRESSIVITE VIEILLISSEMENT SOINS STRESS RELATIONS ET SOINS PSYCHIATRIE GERONTOLOGIE HANDICAP TRAVAIL EN EQUIPE RESSOURCES HUMAINES PATHOLOGIE anaphores EFFICACITE PROFESSIONNELLE DOULEUR PATIENT COHESION EDUCATION THERAPEUTIQUE STRESS GERONTOLOGIE VIEILLISSEMENT PSYCHIATRIE A G R E S S I V I T E COMMUNICATION GPEC CONFLIT RELATION D AIDE ENFANTS

Plus en détail

LA NEVROSE D ANGOISSE

LA NEVROSE D ANGOISSE 19.01.09 Dr Lagier Psychiatrie LA NEVROSE D ANGOISSE I)L anxiété et l angoisse : définition II)Les différentes formes d anxiété (= angoisse) A)Crise d angoisse aiguë 1)Les manifestations de la crise d

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAIL INTERNE

PROGRAMME DE TRAVAIL INTERNE Version 2.0 1/8 Semestre 1 et couleurs 240 périodes selon OrFo Le matériel de dessin et son emploi K3 4 1.7.1.3 Le dessin géométrique K3 6 Exercice de lettre K3 4 Exercice de crayon K3 6 1.7.1.1 Généralités

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L'individu est un «être social» qui, par son travail et sa relation aux autres, contribue à ce que l'organisation devienne un collectif humain, construit culturellement autour

Plus en détail

III. Le développement cérébral. 1. Le système nerveux. Cerveau. Le développement cérébral commande toutes les composantes du développement.

III. Le développement cérébral. 1. Le système nerveux. Cerveau. Le développement cérébral commande toutes les composantes du développement. III. Le développement cérébral Le développement cérébral commande toutes les composantes du développement. Le cerveau subit des changements cruciaux au cours de l enfance. Contribution des neurosciences

Plus en détail

Définitions Les théories de la personnalité La psychologie clinique contemporaine Les approches béhavioristes L'approche cognitive Théorie humaniste

Définitions Les théories de la personnalité La psychologie clinique contemporaine Les approches béhavioristes L'approche cognitive Théorie humaniste La personnalité Introduction plan Définitions Les théories de la personnalité La psychologie clinique contemporaine Les approches béhavioristes L'approche cognitive Théorie humaniste Origines des différences

Plus en détail

Fondements de la relation d aide

Fondements de la relation d aide Fondements de la relation d aide De l humain à la relation d aide Principes fondateurs Attitudes thérapeutiques Questions thérapeutiques Cadres de pratique 1 2 Le counseling Le counseling est né aux États-Unis

Plus en détail

1. Définitions : «mauvaise nouvelle» et «annoncer»

1. Définitions : «mauvaise nouvelle» et «annoncer» L annonce d une mauvaise nouvelle! Anne-Sophie Boulas Service des Brûlés - Hôpital Pellegrin (Bordeaux) L annonce d une mauvaise nouvelle fait partie de notre rôle de soignants, mais nous sommes souvent

Plus en détail

Psychologie clinique et projective Principes méthodologiques. Licence 2 de Psychologie cours de Claude BOUCHARD Université Rennes 2

Psychologie clinique et projective Principes méthodologiques. Licence 2 de Psychologie cours de Claude BOUCHARD Université Rennes 2 Psychologie clinique et projective Principes méthodologiques Licence 2 de Psychologie cours de Claude BOUCHARD Université Rennes 2 Propos général Positionner la clinique projective dans le champ plus large

Plus en détail

AGIR ET S EXPRIMER AVEC SON CORPS A L ECOLE MATERNELLE & LE JEU stage «jeu et apprentissage à la maternelle» 2011

AGIR ET S EXPRIMER AVEC SON CORPS A L ECOLE MATERNELLE & LE JEU stage «jeu et apprentissage à la maternelle» 2011 AGIR ET S EXPRIMER AVEC SON CORPS A L ECOLE MATERNELLE & LE JEU stage «jeu et apprentissage à la maternelle» 2011 Annick ETIENNE CPC EPS Charleville Mézières 2. Sylvie MESTRE CPC EPS Revin. Plan de l après-midi

Plus en détail

A partir du TITRE DU FILM : Emettre des hypothèses de récit. Ces hypothèses seront à valider ou non après la projection.

A partir du TITRE DU FILM : Emettre des hypothèses de récit. Ces hypothèses seront à valider ou non après la projection. 1. Sensibilisation : - Projection du film «Azur et Asmar». - Découverte du film avant projection : Motivation par rapport au film que l on va voir sans pour autant dévoiler le contenu. Plusieurs entrées

Plus en détail

2. La fonction d adaptation à l obscurité

2. La fonction d adaptation à l obscurité 1 2. La fonction d adaptation à l obscurité 2.1. Rappel sur la neurophysiologie de la rétine Organisation globale (1 million) (130 millions) 2 Les photorécepteurs Les bâtonnets (éclairement scotopique)

Plus en détail

LE DEVELOPPEMENT DE LA PERSONNE

LE DEVELOPPEMENT DE LA PERSONNE 1. LE TITRE 1 2. LES REPERES BIOGRAPHIQUES : 2 3. UN VOCABULAIRE SPECIFIQUE : 2 4. L HYPOTHESE FONDAMENTALE : 3 4.1 DESCRIPTION 3 4.2 NAISSANCE DE LA PATHOLOGIE 3 5. ASPECTS DU PROCESSUS THERAPEUTIQUE

Plus en détail

Etre parent d un enfant adopté

Etre parent d un enfant adopté Etre parent d un enfant adopté C O N F É R E N C E C P L U U L G D E S P I N A N A Z I R I E T P A T R I C I A B A I J O T L E 1 8 A V R I L 2 0 1 3 w w w. c p l u. u l g. a c. b e Introduction L échec

Plus en détail

Profils de personnalité et enjeux dépressifs chez les hommes incarcérés

Profils de personnalité et enjeux dépressifs chez les hommes incarcérés Profils de personnalité et enjeux dépressifs chez les hommes incarcérés Suzanne Léveillée Professeure UQTR et Chercheuse CRIVIFF Colloque : Emprisonnement et mise sous garde Atelier du 16 novembre 2012

Plus en détail

LA DOULEUR. Dr E. Germé-Spillner (algologue) Mme J. Nuissier (psychologue) Mme MT. Nomel (infirmière)

LA DOULEUR. Dr E. Germé-Spillner (algologue) Mme J. Nuissier (psychologue) Mme MT. Nomel (infirmière) LA DOULEUR Dr E. Germé-Spillner (algologue) Mme J. Nuissier (psychologue) Mme MT. Nomel (infirmière) Centre d'evaluation et de Traitement de la Douleur (CETD) CHU Martinique OBJECTIFS : Connaître : l'organisation

Plus en détail