CERN-MEDICIS : une nouvelle

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CERN-MEDICIS : une nouvelle"

Transcription

1 mise au point CERN-MEDICIS : une nouvelle infrastructure pour la production de radioisotopes à usage médical Rev Med Suisse 2015 ; 11 : D. Viertl F. Buchegger J. O. Prior, M. Forni P. Morel, O. Ratib L. H. Bühler, T. Stora CERN-MEDICIS collaboration* CERN-MEDICIS (Medical Isotopes Collected from ISOLDE) : a new facility CERN-MEDICIS is a facility dedicated to research and development in life science and medical applications. The research platform was inaugurated in October 2014 and will produce an increasing range of innovative isotopes using the proton beam of ISOLDE for fundamental studies in cancer research, for new imaging and therapy protocols in cell and animal models and for preclinical trials, possibly extended to specific early phase clinical studies (phase 0) up to phase I trials. CERN, the University Hospital of Geneva (HUG), the University Hospital of Lausanne (CHUV), the Swiss Institute for Experimental Cancer (ISREC) at Swiss Federal Institutes of Technology (EPFL) that currently support the project will benefit of the initial production that will then be extended to other centers. * La collaboration CERN-MEDICIS inclut les instituts suivants : C2TN (Centro de Ciências e Tecnologias Nucleares, Lisbonne), CERN (Meyrin), CHUV (Lausanne), HUG (Genève), ISOLDE (Meyrin), ISREC- EPFL (Ecublens), KUL (Katholieke Universiteit Leuven), SINP (Saha Institute of Nuclear Physics India), Nuclear Medicine Sofia (Bulgaria). CERN-MEDICIS (Medical Isotopes Collected from ISOLDE) est une plateforme de recherche destinée à la production de radioisotopes biomédicaux. Inauguré en 2014, il produira progressivement un nombre croissant de radioisotopes grâce au faisceau de protons ISOLDE déjà existant. Ce projet réunit des spécialistes du cancer, des chirurgiens, des experts en médecine nucléaire, en radiochimie et radiopharmacie et les scientifiques du CERN. Les radioisotopes ainsi produits seront destinés à la recherche fondamentale contre le cancer, à des études précliniques ainsi qu au développement de protocoles d imagerie et de thérapie destinés aux patients. Le CERN, les HUG, le CHUV, l ISREC et l EPFL qui soutiennent ce projet seront les premiers bénéficiaires de ces radioisotopes novateurs dont la distribution sera ensuite étendue à d autres centres européens. introduction Dès la découverte de la radioactivité par Henri Becquerel en 1896, l utilisation de radioisotopes en médecine a été proposée par le professeur Pierre Curie et le docteur Henri Danlos. Dès 1901 à l Hôpital Saint-Louis, des isotopes de radium ont été appliqués à des lésions dans le traitement du lupus érythémateux cutané. Au fil des ans, les physiciens nucléaires ont identifié, isolé puis produit de nouveaux radioisotopes. Grâce aux progrès de la chimie et de la biologie, des composés radioactifs à usage pharmaceutique ont été développés et ont conduit à des applications en imagerie médicale et thérapeutiques. A côté des quelques composés qui couvrent la grande majorité des prescriptions actuelles en imagerie (Positron Emission Tomography, tomographie par émission de positrons) avec le traceur 18 F-FDG (fluorodésoxyglucose) et SPECT (Single-Photon Emission Computed Tomography, tomographie par émission monophotonique) avec des traceurs à base de 99m Tc, 111 In et autres émetteurs de rayonnement gamma, de nouveaux isotopes et composés émergent tels que le 64,67 Cu-ASTM, et les radioisotopes à visée thérapeutique comme le 90 Y-Zevalin et le 177 Lu-rituximab pour le traitement des lymphomes, le 177 Lu-Lutathera pour le traitement des tumeurs neuro endocrines et des sels de chlorure de radium 223 RaCl 2 (Xofigo) pour le traitement des métastases osseuses de cancer de la prostate, réfractaires aux traitements par hormones. Les radioisotopes sont produits grâce à des générateurs ou à des accélérateurs de particules comme les cyclotrons médicaux. Les étapes de purification et de synthèse sont réalisées sur les sites de production ou directement dans les hôpitaux. En parallèle, des radioisotopes purs ont été produits pour la recherche fondamentale par la technique de séparation des isotopes en ligne (On-Line Isotope Mass Seperator ou ISOL). Par cette technique, les noyaux radioactifs sont produits en projetant un faisceau de protons de haute énergie sur une cible, par exemple des feuilles métalliques de titane. La collision entre le faisceau et la cible produit divers fragments radioactifs qui sont ensuite purifiés. Ces radioisotopes sont utilisés en physique fondamentale, en physique du solide ainsi qu en astronomie Revue Médicale Suisse 17 juin _24_38645.indd :15

2 cibles en carbure d uranium seront utilisées pour atteindre un plus large éventail de radioisotopes incluant la plupart des émetteurs alpha. Une augmentation de la puissance du faisceau de protons est une option en cours de discussion au CERN. Dans cette version de faisceau amélioré (2.0 GeV, 6 ua), chaque échantillon CERN-MEDICIS devrait recevoir environ 5 x 1018 protons en fin d irradiation, augmentant d autant la capacité de production. Les phases de démarrage sont présentées dans le tableau 2. Après irradiation, la cible CERN-MEDICIS est transportée dans la zone d extension par un convoyeur automatique et placée dans une zone de surveillance et de décroissance blindée, pendant une durée appropriée en fonction du type d isotope cible à isoler (figure 2). Tableau 1. Tableau non exhaustif d isotopes produits à CERN-MEDICIS Figure 1. Construction de l extension CERN-MEDICIS du bâtiment 179 existant Il a été inauguré en octobre 2014 pour pouvoir ensuite installer les équipements nécessaires au laboratoire tandis que le reste de l installation ISOLDE va reprendre son fonctionnement. La technique ISOL a été développée à ISOLDE (le séparateur de masse en ligne ISOLDE est un centre de recherche du CERN dédié à la production de faisceaux d ions destinés à la physique atomique, de la matière solide, aux sciences des matériaux et de la vie) au CERN, depuis 50 ans, et produit aujourd hui plus de 1000 isotopes de 70 éléments chimiques différents. ISOLDE est maintenant agrandie afin de servir spécifiquement les applications bio médicales. cern-medicis La période d arrêt des accélérateurs du CERN en a été mise à profit pour modifier le bâtiment ISOLDE déjà existant et construire le nouveau centre CERN-MEDICIS comprenant les infrastructures pour la recherche biomédicale (figure 1). ISOLDE utilise pour produire ses radioisotopes le faisceau de protons du PS-Booster du CERN. Environ 50% de tous les protons du CERN sont utilisés par ISOLDE, et de ce nombre, environ 85% traversent la cible d ISOLDE sans aucune interaction. CERN-MEDICIS tirera profit de ce solde en récupérant le faisceau de protons avant qu il ne soit perdu, en plaçant différents types de cibles derrière la cible ISOLDE. En plaçant ainsi une cible CERN-MEDICIS après la cible ISOLDE, on donne de la valeur ajoutée à ce faisceau perdu, tout en profitant du fait qu une grande partie de ses caractéristiques restent intactes.1 CERN-MEDICIS produira de nombreux radioisotopes pour la recherche biomédicale, en particulier pour les techniques d imagerie et SPECT ainsi que pour des essais thérapeutiques. Initialement, des lots de plusieurs centaines de MBq de 44,47Sc et 61,64Cu (tableau 1) pourront être produits. Puis une plus grande gamme de radioisotopes sera produite comme les terres rares ou le terbium, dont l émetteur alpha 149Tb destiné à la thérapie. Dans la phase finale, des Application Isotope et MEDICIS MEDICIS 2GeV 6mA médicale sa demi-vie Paramètres Evolution en actuels discussion Activité Activité extraite (Bq) extraite (Bq) a, / SPECT/ dosimétrie 213Bi 45.6m 2.8E7 4.2E8 a, 212Bi 60.6m 1.7E8 2.5E9 177Lu 6.7d 6.4E6 1.7E8 Thérapie Auger 166Yb 56.7h 2.1E9 1.1E10 166Ho 25.8h 4.8E5 6.0E6 b-/thérapie Auger 161Tb 6.9d 9.5E5 5.4E6 156Tb 5.35d 5.5E5 1.3E7 SPECT 155Tb 5.33d 5.3E7 6.8E8 153Sm 46.8h 1.4E8 1.0E9 /CT 152Tb 17.5h 3.7E8 2.2E10 a thérapie 149Tb 4.1h 3.8E8 2.4E10 140Pr-/ thérapie Auger 140Nd 3.4d 6.0E8 4.0E9 89Sr 50.5d 1.0E8 5.4E8 82Sr 25.5d 8.5E7 4.0E8 77As 38.8h 2.9E8 1.4E9 74As 17.8d 1.9E7 9.0E7 72As 26.0d 4.6E8 3.0E9 71As 65.3h 3.0E8 1.6E9 67Cu 61.9h 1.1E8 5.4E8, dosimétrie, thérapie 64Cu 12.7h 3.6E8 3.6E9 61Cu 3.3h 2.6E8 4.0E9 47Sc 3.4d 2.1E9 1.2E10 44Sc 4.0h 2.9E9 3.2E10 11C 20.3m 1.4E9 4.2E9 Revue Médicale Suisse 17 juin _24_38645.indd :15

3 Preparation Irradiation ISOLDE MEDICIS Beam dump Chemical separation Transfer Pure isotope batch Exchange point Online separation Irradiation point Decay area Target + front-end Mass separator Shuttle System Figure 2. Schéma de la production La cible est préparée en fonction des radioisotopes souhaités. La cible MEDICIS utilise le faisceau de protons perdu qui a traversé sans interagir avec la cible ISOLDE placée en amont. La cible MEDICIS irradiée est ensuite transportée par un convoyeur automatique dans le bunker CERN-MEDICIS pour y être stockée le temps nécessaire. La cible est ensuite amenée dans le séparateur de masse en ligne (ISOL) pour extraire et trier les radioisotopes d intérêts avant de subir une étape de purification chimique. La qualité des échantillons est alors contrôlée avant l expédition vers les institutions partenaires. L extraction des isotopes se fait par une séparation physique effectuée dans le bunker CERN-MEDICIS. Les ions radioactifs sont accélérés avant d entrer dans un dipôle. Là, ils sont déviés selon des arcs de rayons différents en fonction de leurs masses. Une fenêtre sélective est utilisée pour filtrer les faisceaux indésirables. Le séparateur de masse d isotopes est équipé d un aiguillage permettant de diriger trois faisceaux en parallèle au moyen d un ensemble de fentes et de déflecteurs électrostatiques. Ce processus permet de collecter différents isotopes d un même élément chimique, par exemple 149,152,155Tb, fournissant des combinaisons théranostiques, ou différents éléments recueillis à partir de la même cible. Les isotopes séparés sont alors implantés dans de minces feuilles métalliques, dans des supports de polymères revêtus de couches de sels, ou directement dans de la glace. Les mélanges d isobares radioactifs, c est-à-dire les isotopes ou les molécules de différents éléments mais ayant la même masse, peuvent être encore séparés en utilisant une chromatographie d échange de cations. Dans ce cas, les lots sont préparés dans des solutions liquides afin de faciliter le procédé de séparation. Finalement, avant expédition, chaque lot est analysé par spectrométrie gamma pour déterminer une éventuelle contamination. Les lots sont alors transportés vers les différents instituts et hôpitaux partenai res avec une fréquence hebdomadaire activités biomédicales à isolde et perspectives pour medicis Dès 1979, ISOLDE se lance dans des applications biomédicales et livre un lot de 70 MBq de 167Tm à Dresden, en Allemagne, pour être marqué avec du citrate et injecté à un patient souffrant d un cancer du lymphome.2,3 Dans les années 80, un générateur de Kr/Rb-81m à usage médical a été développé. Dans les années 90, Beyer et coll. ont étudié l influence du chélateur EDTMP (acide Ethylene Dihamine Tableau 2. Phases de CERN-MEDICIS Dates indicatives et sujettes à révision. Phases Construction I Qualification sans faisceau 2016 II Qualification avec faisceau et cibles légères pour acquérir de l expérience opérationnelle 2016 II B Production d isotopes avec cible légère Mi-2016 III Extension à des cibles lourdes jusqu au tantale Fin 2016 IV Production des émetteurs alpha de courte durée de vie (par exemple, 149Tb) 2017 IV B Fonctionnement avec lasers V Fonctionnement avec les cibles d uranium et possible amélioration du faisceau de protons 2018 Revue Médicale Suisse 17 juin _24_38645.indd :15

4 Tetra Methylene Phosphonic) sur la biodistribution de différents radiolanthanides a et du 225 Ac chez des souris porteuses de tumeurs. 4-6 Une amélioration des ratios d absorption tumeur/foie a été obtenue pour tous les radiolanthanides et le 225 Ac. En 1993, deux isotopes émetteurs de positrons, 86 Y et 142Sm, ont été collectés, chélatés avec du EDTMP et finalement utilisés chez le lapin pour l imagerie osseuse quantitative par au Département de radiologie des HUG. 7 Ces études avec le 142 Sm-EDTMP sont, à notre connaissance, les premières jamais réalisées avec cet isotope. En 1994, les premières études cliniques avec le 142 Sm et le 83 Sr ont été réalisées aux HUG. 8 L étude a ensuite été étendue à des bioconjugués (chélateur-anticorps) connus pour avoir une spécificité tumorale. Les conjugués radiomarqués ont été injectés chez des souris porteuses de tumeurs colorectales. Les résultats obtenus ont montré une bonne captation tumorale. 9 La première expérience in vivo démontrant l efficacité de la thérapie ciblée utilisant un émetteur alpha, le 149 Tb, a eu lieu en 2001 aux HUG Fréquemment, les cellules malignes présentent une surexpression des récepteurs des peptides de régulation. Ces peptides spécifiques à ces récepteurs sont associés à des isotopes et sont utilisés pour localiser les tumeurs in vivo par imagerie. Des essais cliniques ont également testé ces peptides pour traiter le cancer (méthode appelée Peptide Receptor Radionucleide Therapy ou PRRT). En 2012, deux grou pes de recherche indépendants ont étudié la possibilité d utiliser différents isotopes 149 Tb, 152 Tb, 155 Tb et 161 Tb pour l imagerie et la PRRT. Dès 2012, Buchegger et coll. ont examiné la distribution in vivo d un analogue de la Gastrin Releasing Peptide (GRP) conjugué au DOTA et radiomarqué : le 152 Tb-DOTA-RM6 et d un analogue de la neurotensine : 152 Tb-DOTA-NT20.4 chez des souris SCID porteuses de cancer de la prostate humaine exprimant les récepteurs de la GRP et de la neurotensine. Müller et coll. ont aussi étudié ces quatre isotopes liés à un conjugué DOTA-folate nouvellement développé, le CM09, chez des souris porteuses de tumeurs de la sphère ORL. Les résultats obtenus confirment une excellente visualisation des tumeurs par imagerie ( 152 Tb) et SPECT ( 155 Tb) ainsi qu une bonne efficacité thérapeutique du 149 Tb et du 161 Tb. 13 Finalement, à Bâle, Merlo et coll. ont montré la faisabilité clinique d un traitement par PRRT de patients présentant des gliomes de grade OMS II-IV par le neuromodulateur substance P marqué à l émetteur alpha 213 Bi. 14 Développement de nouveaux radioisotopes Comme indiqué dans le tableau 1, une large gamme de radioisotopes couvrant les émetteurs de positrons, les électrons Auger, les émetteurs d électrons de conversion et les émetteurs alpha sera produite par CERN-MEDICIS. L étude des électrons Auger est déjà initiée en collaboration avec le groupe de radiopharmacie du CTN à Lisbonne. En outre, diverses espèces chimiques, telles que les lanthanides, les a Lanthanides ou terres rares désignent les quinze éléments chimiques dont le numéro atomique est compris entre 57 (lanthane) et 71 (lutécium). b La brachythérapie (ou curiethérapie) est une forme de radiothérapie interne dans laquelle des sources radioactives encapsulées sont implantées directement dans le tissu à traiter. halogènes, les métaux de transition, alcalino-terreux, seront produites et permettront un large éventail d approches chimiques pour synthétiser des bioconjugués avec des capacités de ciblage appropriées. Développement de nouveaux bioconjugués et chélateurs De nouveaux bioconjugués ciblant les cancers seront aussi étudiés. Par exemple, l irgd est un peptide tumoralhoming facilitant la pénétration dans les cellules. Sugahara et coll. ont montré que l utilisation de l irgd améliore la prise tumorale d agents d imagerie et augmente l effet de médicaments antitumoraux. 15 De nouveaux bioconjugués intégrant ces peptides seront étudiés à l ISREC (Institut suisse de recherche expérimentale sur le cancer), partenaire de CERN-MEDICIS. Développement de nouvelles approches pour la brachythérapie b Des sources radioactives, comme le 125 I, seront produites à CERN-MEDICIS et de nouvelles méthodes d encapsulation seront développées en collaboration avec le laboratoire de médecine régénérative et de pharmacobiologie de l EPFL. Ces sources seront ensuite déposées au plus près des tumeurs grâce à l utilisation du système robotisé DaVinci des HUG. conclusions La première pierre du centre CERN-MEDICIS a été posée en septembre Le bâtiment, encore vide de ses infrastructures a été inauguré un an après. Les équipements sont depuis progressivement ajoutés. Il est prévu que CERN- MEDICIS soit pleinement fonctionnel fin 2016, avec des premières productions sporadiques en 2015 déjà. En parallèle de la construction, les collaborations avec les milieux médicaux et les groupes de recherche en sciences de la vie se sont créées et ont prospéré. A terme, l augmentation possible de la puissance du faisceau de protons délivré au centre CERN-MEDECIS ainsi que les techniques dédiées de séparation vont permettre de produire en quantité importante un grand choix de radioisotopes et de les distribuer de manière régulière aux hôpitaux et centres de recherche. Les auteurs n ont déclaré aucun conflit d intérêts en relation avec cet article. > > Implications pratiques Le centre CERN-MEDICIS nouvellement inauguré est dédié à la production de radioisotopes innovants afin de répon dre aux besoins grandissants du monde médical et des sciences de la vie Il trouve sa place au sein du réseau scientifique biomédical déjà bien développé de l arc lémanique et offre des perspectives de développement uniques et enthousiasmantes Revue Médicale Suisse 17 juin _24_38645.indd :15

5 Adresses Drs David Viertl et Michel Forni Prs Philippe Morel et Léo Bühler Service de chirurgie viscérale et transplantation Pr Osman Ratib Service de médecine nucléaire et d imagerie moléculaire HUG, 1211 Genève 14 Drs David Viertl et Franz Buchegger Pr John O. Prior Service de médecine nucléaire CHUV, 1011 Lausanne Pr Thierry Stora Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN) Route de Meyrin 385, 1217 Meyrin Bibliographie 1 Stora T, Da Visitacao SF, Mathot S, et al. Target for isotope production. U.S. Patent A1, 29 September Beyer GJ. Radioactive ion beams for biomedical research and nuclear medical application. Hyperfine Interact 2000;129: Beyer GJ, Münze R, Fromm WD, et al. N.A. Spallation-produced thulium-167 for medical applications. Med Radionucl Imaging IAEA 1980;1: Beyer GJ, Ravn HL, Huang Y. ISOLDE collaboration. A new type of 81Rb-81mKr generator for medical use. J Appl Radiat Isot 1984;35: Beyer GJ, Bergmann R. Workshop on endoradionuclide therapy. Dresden, Germany, 30 October-2 November Beyer GJ, Offord R, Künzi G, et al. The influence of EDTMP-concentration on the biodistribution of radiolanthanides and 225-Ac in tumor-bearing mice. Nucl Med Biol 1997;24: Proposal to the ISOLDE committee, CERN/ISC93-14/ISC/P48 (ISOLDE experiment ISC331). Available online : https://cds.cern.ch/record/5298?ln=en (accessed on 14 April 2014). 8 Addendum 1 to ISOLDE experiments ISC330 and ISC331 from 4 May Available online : https://cds. cern.ch/record/294853/files/sc pdf (accessed on 14 April 2014). 9 * Beyer GJ, Offord RE, Künzi G, et al. Biokinetics of monoclonal antibodies labeled with radio-lanthanides and 225-Ac in xenografted nude mice : Preliminary results. J Lab Comp Radiopharm 1995;37: ** Beyer GJ, Miederer M, Vranješ-Durić S, et al. Targeted a therapy in vivo : Direct evidence for single cancer cell kill using 149Tb-rituximab. Eur J Nucl Med Mol Imaging 2004;31: Proposal to the ISOLDE committe CERN/97-14/ ISC/P-90 (ISOLDE experiment IS363). Available online : https://cds.cern.ch/record/491305?ln=en (accessed on 14 April 2014). 12 Addendum 1 to IS363 dated 31 January Available online : https://cds.cern.ch/record/430342?ln=en (accessed on 14 April 2014). 13 * Muller C, Struthers H, Winiger C, et al. DOTA conjugate with an albumin-binding entity enables the first folic acid-targeted 177Lu-radionuclide tumor therapy in mice. J Nucl Med 2013;54: * Cordier D, Forrer F, Bruchertseifer F, et al. Targeted alpha-radionuclide therapy of functionally critically located gliomas with 213Bi-DOTA-[Thi8,Met(O2) 11]-substance P : A pilot trial. Eur J Nucl Med Mol Imaging 2010;37: Sugahara KN, Teesalu T, Karmali PP, et al. Tissuepenetrating delivery of compounds and nanoparticles into tumors. Cancer cell 2009;16: * à lire ** à lire absolument 1344 Revue Médicale Suisse 17 juin _24_38645.indd :15

Le cyclotron ARRONAX

Le cyclotron ARRONAX Le cyclotron ARRONAX Un accélérateur pour la recherche en radiochimie et en oncologie à Nantes-Atlantique Séminaire généraliste 20/10/2005 François GAUCHÉ Objectifs du cyclotron La médecine nucléaire Utilise

Plus en détail

Le cyclotron Arronax et la médecine nucléaire

Le cyclotron Arronax et la médecine nucléaire Le cyclotron Arronax et la médecine nucléaire Jean-François Chatal Université de Nantes et GIP Arronax 1934: découverte de la radioactivité artificielle Naissance de la médecine nucléaire Un radiopharmaceutique

Plus en détail

Quantification en tomographie d émission

Quantification en tomographie d émission Quantification en tomographie d émission Irène Buvat Imagerie et Modélisation en Neurobiologie et Cancérologie UMR 8165 CNRS - Paris 7 - Paris 11 buvat@imnc.in2p3.fr http://www.guillemet.org/irene Séminaire

Plus en détail

1. Introduction. Quelle est la structure de la matière? L idée est vieille:

1. Introduction. Quelle est la structure de la matière? L idée est vieille: 1. Introduction échelle macroscopique échelle moléculaire La chimie est la science des propriétés et des transformations de la matière. Quelle est la structure de la matière? L idée est vieille: Demokrit

Plus en détail

Quelles applications médicales, diagnostiques et thérapeutiques, avec les radioisotopes de dernière génération?

Quelles applications médicales, diagnostiques et thérapeutiques, avec les radioisotopes de dernière génération? Quelles applications médicales, diagnostiques et thérapeutiques, avec les radioisotopes de dernière génération? Jean-François Chatal, GIP Arronax, Nantes-Saint-Herblain GDR MI2B Marseille 4 septembre 2015

Plus en détail

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron à Saint-Louis Cancers & imagerie médicale Un progrès majeur pour une meilleure prise en charge des patients. Accroitre les possibilités

Plus en détail

Rad4Med.be, premier acteur global dans le nucléaire médical

Rad4Med.be, premier acteur global dans le nucléaire médical Bruxelles, 15 octobre 2013 Communiqué de presse Rad4Med.be, premier acteur global dans le nucléaire médical La radioactivité au service de la médecine, un savoir-faire belge qui s exporte dans le monde

Plus en détail

Les radiopharmaceutiques: exemple de l oncologie

Les radiopharmaceutiques: exemple de l oncologie Les radiopharmaceutiques: exemple de l oncologie Françoise Kraeber-Bodéré, Nantes SAB October 16, 2006 1 Principe de l imagerie en Médecine nucléaire Détection de la distribution spatiale et temporelle

Plus en détail

Radio-pharmaceutiques TEP

Radio-pharmaceutiques TEP Médecine Nucléaire diagnostique: imagerie fonctionnelle par scintigraphie de positons et rayonnements γ Service de Médecine Nucléaire, juin 2005 Franz Buchegger, PD Le radio-pharmaceutique Le radio-pharmaceutique

Plus en détail

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT ANAMACaP Association Nationale des Malades du Cancer de la Prostate 17, bis Avenue Poincaré. 57400 SARREBOURG Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT Place des nouvelles techniques d imagerie

Plus en détail

LA MESURE DE MASSE POUR LA DÉTERMINATION DE PÉRIODES RADIOACTIVES

LA MESURE DE MASSE POUR LA DÉTERMINATION DE PÉRIODES RADIOACTIVES LA EURE DE AE POUR LA DÉTERINATION DE PÉRIODE RADIOACTIVE CEA ACLAY, DEN/DAN/DPC ervice d Études Analytiques et de Réactivité des urfaces Laboratoire de développement Analytique Nucléaire Isotopique et

Plus en détail

Radiopharmaceutiques : diagnostic et applications

Radiopharmaceutiques : diagnostic et applications Radiopharmaceutiques : diagnostic et applications Les traceurs en oncologie Cible moléculaire Radiopharmaceutique 90 Y 90 Y Gamma: Scinti/SPECT-CT Récepteur: SMS Antigène: ACE Transporteur: GLUT1 90 Y

Plus en détail

Identification de récepteurs r endothéliaux stades vasculaires visualisés in vivo par échographie Doppler

Identification de récepteurs r endothéliaux stades vasculaires visualisés in vivo par échographie Doppler Identification de récepteurs r endothéliaux à différents stades vasculaires visualisés in vivo par échographie Doppler S.Lavisse 1, V. Lazar 2, P. Opolon 3, P. Dessen 2, A. Roche 1, N. Lassau 1 Équipes

Plus en détail

Du diagnostic au traitement des cancers :

Du diagnostic au traitement des cancers : Quand le nucléaire soigne Du diagnostic au traitement des cancers : la radiothérapie Jean DATCHARY IUT Cherbourg-Manche Lundi 19 mars 2012 1 Deux grandes découvertes qui ne passent pas inaperçues 28/12/1895

Plus en détail

Actualités du traitement du cancer Radiothérapie

Actualités du traitement du cancer Radiothérapie Actualités du traitement du cancer Radiothérapie Véronique Vendrely Service d oncologie radiothérapie Hôpital Saint André Bordeaux Club des jeunes néphrologues 20 Mai 2006 Introduction Quelques bases pour

Plus en détail

Un leader de l imagerie moléculaire personnalisée

Un leader de l imagerie moléculaire personnalisée Un leader de l imagerie moléculaire personnalisée 2 L équipe de direction Une équipe expérimentée et reconnue Olivier Carli Président Un «serial entrepreneur» à succès dans l univers médical Co-Fondateur

Plus en détail

Introduction à la biochimie SBI4U

Introduction à la biochimie SBI4U Résultat d apprentissage pour le test : Je décris les innovations technologiques et les besoins de la société à l aide de la structure et la fonction des macromolécules, les réactions biochimiques et des

Plus en détail

Place des anticorps monoclonaux dans la prise

Place des anticorps monoclonaux dans la prise Place des anticorps monoclonaux dans la prise en charge des hémopathies malignes Bases fondamentales et mécanismes d action des anticorps monoclonaux Aliénor Xhaard Association des Internes en Hématologie

Plus en détail

Décision n 2008-DC-0103 de l Autorité de sûreté nucléaire du 1 er juillet 2008 fixant les obligations d assurance de la qualité en radiothérapie

Décision n 2008-DC-0103 de l Autorité de sûreté nucléaire du 1 er juillet 2008 fixant les obligations d assurance de la qualité en radiothérapie REPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 2008-DC-0103 de l Autorité de sûreté nucléaire du 1 er juillet 2008 fixant les obligations d assurance de la qualité en radiothérapie Le collège de l Autorité de sûreté

Plus en détail

insti Prestations analytiques Chimie minérale Chimie organique Chimie nucléaire Analyses physico-chimiques

insti Prestations analytiques Chimie minérale Chimie organique Chimie nucléaire Analyses physico-chimiques insti Prestations analytiques Chimie minérale Chimie organique Chimie nucléaire Analyses physico-chimiques Dominique Robin Ricardo Stouvenel Frédéric Jaquenod Gilles Triscone Martina Zsely-Schaffter Des

Plus en détail

Définition de l activité de radiothérapie

Définition de l activité de radiothérapie Equipe médicale : Dr Claudine BEAUMONT-RAYMOND : 03 25 49 48 87 (secrétariat) Dr Dominique EYCHENNE : 03 25 49 47 56 (secrétariat) Dr Ulrich NIEWOEHNER : 03 25 49 47 82 (secrétariat) Définition de l activité

Plus en détail

UE 3A. Organisation des appareils et des systèmes : Aspects fonctionnels et méthodes d étude. Dr Tristan Richard. L1 santé année universitaire 2009/10

UE 3A. Organisation des appareils et des systèmes : Aspects fonctionnels et méthodes d étude. Dr Tristan Richard. L1 santé année universitaire 2009/10 UE 3 Organisation des appareils et des systèmes : spects fonctionnels et méthodes d étude Dr Tristan Richard L1 santé année universitaire 2009/10 UE 3 : Organisation des appareils et des systèmes : spects

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin Jeudi 25 Septembre 2008 Un peu d histoire

Plus en détail

Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé. Dr Françoise Pêne

Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé. Dr Françoise Pêne Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé Dr Françoise Pêne 10 FEVRIER 2012 Bases de la Radiothérapie Historique - 1895 : rayons X (Röntgen) - 1896 : radioactivité (Becquerel) - 1898

Plus en détail

Evaluation in vivo de l efficacité de la photothérapie dynamique sur des xénogreffes de rétinoblastome

Evaluation in vivo de l efficacité de la photothérapie dynamique sur des xénogreffes de rétinoblastome Evaluation in vivo de l efficacité de la photothérapie dynamique sur des xénogreffes de rétinoblastome Dr Aerts Isabelle Département d'oncologie Pédiatrique, Institut Curie, Paris INSERM U 612, Laboratoire

Plus en détail

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Ramona ITTI, physicienne médicale Service de Cancérologie - Radiothérapie hôpital St. Louis Les Matinées de l Innovation, 27 septembre 2013

Plus en détail

GUSTAVE ROUSSY / ASTRAZENECA

GUSTAVE ROUSSY / ASTRAZENECA DOSSIER DE PRESSE GUSTAVE ROUSSY / ASTRAZENECA Une alliance au service des patients CONTACTS PRESSE : Véronique Simon 01.45.03.56.58 / 06.68.86.32.30 / v.simon@ljcom.net GUSTAVE ROUSSY Christine Lascombe

Plus en détail

Rapport final sur les priorités en matière de surveillance de la médecine

Rapport final sur les priorités en matière de surveillance de la médecine Département fédéral de l'intérieur DF) Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Protection des consommateurs Rapport final sur les priorités en matière de surveillance de la médecine

Plus en détail

SIMULATION MONTE CARLO EN MEDECINE NUCLEAIRE, RADIOTHERAPIE- CURIETHERAPIE AVEC UNE PLATEFORME DE SIMULATION GATE BASEE SUR GEANT4

SIMULATION MONTE CARLO EN MEDECINE NUCLEAIRE, RADIOTHERAPIE- CURIETHERAPIE AVEC UNE PLATEFORME DE SIMULATION GATE BASEE SUR GEANT4 SIMULATION MONTE CARLO EN MEDECINE NUCLEAIRE, RADIOTHERAPIE- CURIETHERAPIE AVEC UNE PLATEFORME DE SIMULATION GATE BASEE SUR GEANT4 Berger L. 1, Breton V. 1, Donnarieix D. 1+2, Elbitar Z. 1, Gisclon D.

Plus en détail

Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé

Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé M. Berlière Clinique du Sein Centre du Cancer Cliniques Universitaires St Luc Quand la cible n est pas seulement la tumeur mais

Plus en détail

Du Diagnostic au Traitement par le Nucléaire Est-ce possible?

Du Diagnostic au Traitement par le Nucléaire Est-ce possible? Du Diagnostic au Traitement par le Nucléaire Est-ce possible? Pr Denis AGOSTINI MD-DSc CHU Côte de Nacre Caen CHERBOURG MARS 2012 Cherbourg 2012 1 Plan 1. DIAGNOSTIC EN MEDECINE NUCLEAIRE 1. TEP-SCANNER

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE PHYSIQUE-CHIMIE Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité Biotechnologies Temps alloué : 3 heures Coefficient : 4 La calculatrice (conforme à la circulaire

Plus en détail

Les Biotherapies Généralités Pr François LEMOINE

Les Biotherapies Généralités Pr François LEMOINE Les Biotherapies Généralités Pr François LEMOINE Laboratory I 3 of Immunology-Immunopahtology- Immunotherapy CNRS-UMR7211 / INSERM U959 Hôpital de la Pitié Salpêtrière - CERVI 83, Boulevard de l Hôpital

Plus en détail

Alsace BioValley labellise 5 projets d innovations thérapeutiques développés au cœur de l Alsace

Alsace BioValley labellise 5 projets d innovations thérapeutiques développés au cœur de l Alsace Communiqué de presse l Strasbourg l 13 décembre 2010 Alsace BioValley labellise 5 projets d innovations thérapeutiques développés au cœur de l Alsace Alsace BioValley, pôle de compétitivité à visibilité

Plus en détail

La classification périodique

La classification périodique Chapitre 3 : UE1 : Chimie Chimie physique La classification périodique Pierre-Alexis GAUCHARD Agrégé de chimie, Docteur ès sciences Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble -

Plus en détail

ANALYSES PHYSICO-CHIMIQUES

ANALYSES PHYSICO-CHIMIQUES Alain DODI - Laboratoire d Analyses Radiochimiques et Chimiques 31 JANVIER 2013 Rencontre CEA Industrie pour l innovation et le transfert de technologie Instrumentation 30 JANVIER 2013 Mesure Caractérisation

Plus en détail

Imagerie «biologique», «cellulaire», moléculaire» (biochimique)

Imagerie «biologique», «cellulaire», moléculaire» (biochimique) La médecine nucléaire se définit par l utilisation de dont on étudie la biodistribution après administration, le plus souvent par voie vasculaire, à un moment donné ou de façon dynamique au cours du temps.

Plus en détail

PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES

PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES (1) Chapitre 4 : Radioactivité, décroissance radioactive Pré requis : La structure de l atome et de son noyau vue en nde et en 1 ère S (composition, ordre de grandeur

Plus en détail

UNIVERSITE DES SCIENCES & DE LA TECHNOLOGIE d'oran USTO M.B Faculté des Sciences. Parcours de Licence : Physique Appliquée Aux Sciences de la Vie

UNIVERSITE DES SCIENCES & DE LA TECHNOLOGIE d'oran USTO M.B Faculté des Sciences. Parcours de Licence : Physique Appliquée Aux Sciences de la Vie UNIVERSITE DES SCIENCES & DE LA TECHNOLOGIE d'oran USTO M.B Faculté des Sciences Département de Physique Parcours de Licence : Physique Appliquée Aux Sciences de la Vie Un choix progressif et personnalisé

Plus en détail

Le cancer cet ennemi commun

Le cancer cet ennemi commun Le cancer cet ennemi commun En France, 360 000 nouveaux cas par an. 1 homme sur 2 et 1 femme sur 3 touchés au cours de leur vie. en Languedoc-Roussillon, ICI il tue 20 personnes par jour. www.icm.unicancer.fr

Plus en détail

LES TECHNOLOGIES DU CERN POUVANT DONNER LIEU A DES APPLICATIONS MEDICALES :

LES TECHNOLOGIES DU CERN POUVANT DONNER LIEU A DES APPLICATIONS MEDICALES : CERN/3206 Original : anglais 16 septembre 2015 ORGANISATION EUROPEENNE POUR LA RECHERCHE NUCLEAIRE CERN EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH Suite à donner Procédure de vote Information Session du

Plus en détail

Radiobiologie des électrons Auger utilisés en radioimmunothérapie

Radiobiologie des électrons Auger utilisés en radioimmunothérapie Radiobiologie des électrons Auger utilisés en radioimmunothérapie Bérengère PIRON b.piron@valdorel.fnclcc.fr Thèse dirigé par le Dr. Jean-Pierre Pouget (IRSN) Institut de Recherche en Cancérologie de Montpellier/

Plus en détail

Spectrométrie de Masse

Spectrométrie de Masse Spectrométrie de Masse Principe Ionisation-Séparation-Détection Analyse d un échantillon pur : chromatographie préalable puis : Vide Repères historiques 1910 : J.J. THOMSON mesure des abondances isotopiques

Plus en détail

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre)

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) 1. A la découverte de la radioactivité. Un noyau père radioactif est un noyau INSTABLE. Il se transforme en un noyau fils STABLE

Plus en détail

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Diplôme Universitaire Corrélations anatomo-physio-pathologiques en imagerie thoracique 25 mai 2011 Imagerie TEP et pathologie tumorale bronchique Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Détection en coincidence

Plus en détail

Gallium-68. Faculté de Pharmacie de Nantes

Gallium-68. Faculté de Pharmacie de Nantes Gallium-68 A. Rauscher, P. Baumgartner, C. Rousseau, M. Chérel, T. Dreger, J. Dräger, D. Métayer, J-F Gestin, C. Ansquer, F. Kraeber-Bodéré, A. Faivre-Chauvet Faculté de Pharmacie de Nantes Propriétés

Plus en détail

Jeudi 17 novembre 2007

Jeudi 17 novembre 2007 Jeudi 17 novembre 2007 Les irradiations pour soigner les cancers Dr. Carmen Llacer Moscardo CRLC Val D Aurelle Introduction 1 français sur 3 développera un cancer au cours de son existence 60% seront traités

Plus en détail

Bases physiques de l imagerie en

Bases physiques de l imagerie en Bases physiques de l imagerie en Médecine Nucléaire (MN) Pr. Malika ÇAOUI Service de Médecine Nucléaire CHU International Cheikh Zaid Faculté de Médecine et de Pharmacie - Rabat- 02/12/2010 Pr. Malika

Plus en détail

L apport d une nouvelle technologie: tomographie d émission par positrons

L apport d une nouvelle technologie: tomographie d émission par positrons L apport d une nouvelle technologie: tomographie d émission par positrons François Bénard, MD, FRCPC Clinicien-chercheur, Centre de recherche clinique Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke Professeur

Plus en détail

État des lieux des biotech en France vision macroéconomique Pierre-Yves Arnoux

État des lieux des biotech en France vision macroéconomique Pierre-Yves Arnoux État des lieux des biotech en France vision macroéconomique Pierre-Yves Arnoux Leem Direction des Affaires scientifiques pharmaceutiques et médicales 11 décembre 2008 Le plan d études du Leem Les segments

Plus en détail

Modèles numériques anthropomorphiques pour les simulations en TEMP et TEP

Modèles numériques anthropomorphiques pour les simulations en TEMP et TEP Modèles numériques anthropomorphiques pour les simulations en TEMP et TEP Irène Buvat et Simon Stute Imagerie et Modélisation en Neurobiologie et Cancérologie UMR 8165 CNRS - Paris 7 - Paris 11 buvat@imnc.in2p3.fr

Plus en détail

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1re B et C 11 Réactions nucléaires, radioactivité et fission 129 Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1. Définitions a) Nucléides (= noyaux atomiques) Les nucléides renferment les

Plus en détail

GATE : Code de calcul pour l imagerie médicale, la radiothérapie et la dosimétrie

GATE : Code de calcul pour l imagerie médicale, la radiothérapie et la dosimétrie GATE : Code de calcul pour l imagerie médicale, la radiothérapie et la dosimétrie, PhD Direction des Sciences du Vivant - I²BM/SHFJ Présentation de l artillerie informatique le software Geant4 Développements

Plus en détail

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010 Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU 14 Octobre 2010 Indication (B2) - Suspicion de récidive locale ou métastatique Bourguet P, Hitzel A, Houvenaeghel G, Vinatier D, Bosquet L, Bonichon F,Corone C, Giard-Lefevre

Plus en détail

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Règlement du concours de janvier 2010 pour le recrutement de septembre 2010 Sommaire Conditions d inscription au concours... page 1 Date du

Plus en détail

Campagne d enlèvement des déchets radioactifs dans les hôpitaux - printemps 2014

Campagne d enlèvement des déchets radioactifs dans les hôpitaux - printemps 2014 Campagne d enlèvement des déchets radioactifs dans les hôpitaux - printemps 2014 L ONDRAF et les hôpitaux s associent pour assurer une gestion sûre des déchets radioactifs Sommaire 1. Le quoi et le pourquoi

Plus en détail

GLOBAL CARE Initiative : un lancement international réussi lors de BIO-Europe 2013

GLOBAL CARE Initiative : un lancement international réussi lors de BIO-Europe 2013 dvvxcvcxvdfvcs GLOBAL CARE Initiative : un lancement international réussi lors de BIO-Europe 2013 Le projet GLOBAL CARE Initiative (The Global Partnering Research Initiative of the Carnot Human Health

Plus en détail

ATOME = NOYAU + NUAGE ÉLECTRONIQUE

ATOME = NOYAU + NUAGE ÉLECTRONIQUE 4. Physique nucléaire a) Introduction et définitions! caractéristiques de l atome!10-10 m!10-15 m ATOME = NOYAU + NUAGE ÉLECTRONIQUE A nucléons Avec : Z protons N neutrons Z électrons Z : nombre de charge

Plus en détail

La physique pour la santé : du diagnostique à la thérapie e2phy Villeurbanne 26-29 Août 2002

La physique pour la santé : du diagnostique à la thérapie e2phy Villeurbanne 26-29 Août 2002 La physique pour la santé : du diagnostique à la thérapie e2phy Villeurbanne 26-29 Août 2002 Frédéric Pain (pain@ipno.in2p3.fr) Université Paris XI - Institut de Physique Nucléaire d Orsay I - Qu est ce

Plus en détail

Spectrométrie de Masse

Spectrométrie de Masse Spectrométrie de Masse ENCPB, 2012 1 Repères historiques 1910 : J.J. THOMSON mesure des abondances isotopiques du néon 20 et 22 (gaz). (Prix Nobel en 1906) 1938 : Premier spectre de masse d'une molécule

Plus en détail

PHARMACIEN POLYTECHNICIEN SCIENCES CHIMIQUES VERSUS DE LA SANTÉ SCIENCES BIOLOGIQUES?

PHARMACIEN POLYTECHNICIEN SCIENCES CHIMIQUES VERSUS DE LA SANTÉ SCIENCES BIOLOGIQUES? PHARMACIEN POLYTECHNICIEN DE LA SANTÉ SCIENCES CHIMIQUES VERSUS SCIENCES BIOLOGIQUES? Professeur Pascale Cohen Professeur Marc Leborgne ISPB-Pharmacie Université Lyon I Quelle est la place actuelle de

Plus en détail

La protonthérapie. à l Institut Paul Scherrer

La protonthérapie. à l Institut Paul Scherrer La protonthérapie à l Institut Paul Scherrer Protonthérapie au PSI pour les tumeurs de l œil (OPTIS). La tête des patients est immobilisée avec un masque et un porte-empreinte dentaire. L irradiation proprement

Plus en détail

Communiqué de presse Information réglementée

Communiqué de presse Information réglementée IBA RESULTATS A MI-ANNEE 2008 1ERE INTEGRATION DE CISBIO Embargo jusqu à 17h40 (heure belge) 29 août 2008 Louvain-la-Neuve, Belgique, 29 août 2008 IBA (Ion Beam Applications S.A.: Reuters IBAB.BR et Bloomberg

Plus en détail

conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1

conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1 9 ème conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1 Le SUV (Standardized Uptake Value) Index caractérisant

Plus en détail

Les Biomarqueurs moléculaires en Oncologie

Les Biomarqueurs moléculaires en Oncologie Les Biomarqueurs moléculaires en Oncologie Institut de Cancérologie de Lorraine Service de Biopathologie CNRS UMR7039 CRAN Université de Lorraine Pr Jean-Louis Merlin Définition Un biomarqueur est une

Plus en détail

Réunion annuelle 8 décembre 2008

Réunion annuelle 8 décembre 2008 Réunion annuelle 8 décembre 2008 France Philippe PUECH, MD, PhD Joël CHABRIAIS, MD Société Française de Radiologie IHE-F User Co-chair Pourquoi? EURATOM 97/43 Justification clinique => Demande Mesure de

Plus en détail

F-FDG TEP-TDM et CANCER du SEIN: Performances et limites dans le staging initial

F-FDG TEP-TDM et CANCER du SEIN: Performances et limites dans le staging initial 18 F-FDG TEP-TDM et CANCER du SEIN: Performances et limites dans le staging initial Dr. Elif Hindié, Dr. Anne-Laure Cazeau, Dr. Jean-Baptiste Pinaquy - Bordeaux Dr. David Groheux - Hôpital Saint-Louis

Plus en détail

Laboratoire Maurice Tubiana. DOSSIER DE PRESSE AREVA Med. Pose de la première

Laboratoire Maurice Tubiana. DOSSIER DE PRESSE AREVA Med. Pose de la première Laboratoire Maurice Tubiana DOSSIER DE PRESSE AREVA Med Pose de la première pierre du Laboratoire Maurice Tubiana AREVA Med AREVA Med en bref AREVA Med est une filiale d AREVA, spécialisée dans le développement

Plus en détail

AGENCE FÉDÉRALE DE CONTRÔLE NUCLÉAIRE

AGENCE FÉDÉRALE DE CONTRÔLE NUCLÉAIRE AGENCE FÉDÉRALE DE CONTRÔLE NUCLÉAIRE Recommandations pour l utilisation et le contrôle qualité des scanners PET utilisés en médecine nucléaire. CHAPITRE I Champ d application et définitions Les présentes

Plus en détail

Vendredi 28 novembre 2014 Institut Universitaire du Cancer Toulouse Oncopole

Vendredi 28 novembre 2014 Institut Universitaire du Cancer Toulouse Oncopole 14 éme journée RAMIP Vendredi 28 novembre 2014 Institut Universitaire du Cancer Toulouse Oncopole Institut Universitaire du Cancer Toulouse Oncopole L offre de soins de cancérologie publique Toulousaines

Plus en détail

La chirurgie robotisée en projection 3D: Une première européenne présentée au grand public, à Genève, le 4 octobre 2007

La chirurgie robotisée en projection 3D: Une première européenne présentée au grand public, à Genève, le 4 octobre 2007 Genève, le 26 septembre 2007 Communiqué de presse La chirurgie robotisée en projection 3D: Une première européenne présentée au grand public, à Genève, le 4 octobre 2007 La Clinique Générale-Beaulieu (CGB)

Plus en détail

L accès au marché d un médicament :

L accès au marché d un médicament : L accès au marché d un médicament : Avant de se retrouver derrière le comptoir d une pharmacie, un médicament passe par différentes phases, de la découverte de la molécule à la fixation de son prix par

Plus en détail

Modèles animaux de cancérogenèse

Modèles animaux de cancérogenèse INVESTIGATIONS TECHNIQUES EN PHYSIOPATHOLOGIE CELLULAIRE ET MOLECULAIRE isabelle.dhennin@u-picardie.fr Modèles animaux de cancérogenèse I- Généralités sur le cancer 1- Données épidémiologiques Hommes Femmes

Plus en détail

Principe ALARA mis en place lors de la phase de conception des cyclotrons. Ch. Bouvy; J-M. Geets; B. Nactergal 11/06/14

Principe ALARA mis en place lors de la phase de conception des cyclotrons. Ch. Bouvy; J-M. Geets; B. Nactergal 11/06/14 Principe ALARA mis en place lors de la phase de conception des cyclotrons Ch. Bouvy; J-M. Geets; B. Nactergal 11/06/14 Table des matières Société IBA Vue d ensemble Procédure Product Life Management (PLM)

Plus en détail

12 Tri et conditionnement des déchets radioactifs incinérables (A11)

12 Tri et conditionnement des déchets radioactifs incinérables (A11) Service de Sécurité et de Radioprotection UCL Université catholique de Louvain Centre de gestion des déchets 01 Gestion des déchets 01 Déchets radioactifs N Procédure : 01-01-12 Révision : 3 Date : 18/03/2014

Plus en détail

La Biologie Moléculaire au service de la Dermatologie

La Biologie Moléculaire au service de la Dermatologie Les Incontournables 2013 en Cancérologie 8 octobre 2013 - Chambéry La Biologie Moléculaire au service de la Dermatologie Présent & Futur Benoît BUSSER bbusser@chu-grenoble.fr Présent L INCa et les PF de

Plus en détail

THE SEPARATION OF A TRACER FOR THE RADIOCHEM1CAL ANALYSIS OF RADIUM 226.

THE SEPARATION OF A TRACER FOR THE RADIOCHEM1CAL ANALYSIS OF RADIUM 226. CEA-R 2419 - BUTAYE Michel ISOLEMENT D'UN TRACEUR POUR L'ANALYSE RAJDIOCHIMIQUE DU RADIUM 226. 223 Sommaire.- Ce rapport décrit une méthode d'isolement du Ra à partir d'un minerai d'uranium et son utilisation

Plus en détail

ANNEXE 14 substantielles pour l ANSM

ANNEXE 14 substantielles pour l ANSM ANNEXE 14 Exemples de modifications substantielles et non substantielles pour l ANSM NB Cette fiche aborde les attentes de l ANSM et n a pas trait aux attentes des comités de protection des personnes ().

Plus en détail

Fiabiliser les résultats [PROGRAMME] et dans les fours Méthodes de séparation. Préparation de l échantillon. [COORDINATEUR] Pr. R.

Fiabiliser les résultats [PROGRAMME] et dans les fours Méthodes de séparation. Préparation de l échantillon. [COORDINATEUR] Pr. R. 60 ÉCOLE EUROPÉENNE DES SCIENCES ANALYTIQUES Connaissances de base en chimie sur l atome et la lumière 4 jours Être capable de choisir la technique appropriée Fiabiliser les résultats Définitions en absorption

Plus en détail

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire Imagerie Imagerie de Gamma Caméra Tomographie d émission monophotoniqueou TEMP: radiopharmaceutiqueémetteurs de rayonnement Gamma Imagerie de Caméra TEP

Plus en détail

Comprendre le DICOM. Décembre 2005 Eric PICEL 1

Comprendre le DICOM. Décembre 2005 Eric PICEL 1 Comprendre le DICOM Décembre 2005 Eric PICEL 1 DICOM DICOM = Digital Imaging COmmunication in Medicine Décembre 2005 Eric PICEL 2 Plan Présentation Les modalités Les images DICOM Les services DICOM Les

Plus en détail

«Physique nucléaire et applications»

«Physique nucléaire et applications» UNIVERSITÉ BORDEAUX 1 UFR de PHYSIQUE MASTER DÉLOCALISÉ A HANOI (avec le soutien de l Agence universitaire de la Francophonie) «Physique nucléaire et applications» ANNÉE UNIVERSITAIRE 2008-2009 RÉSUMÉ

Plus en détail

Le programme Anticorps Thérapeutiques. Nicolas GROUX

Le programme Anticorps Thérapeutiques. Nicolas GROUX Le programme Anticorps Thérapeutiques Nicolas GROUX Emergence du projet Historique : Journées collaboratives 2009 Constat : les Anticorps monoclonaux (mabs) représentent une partie de plus en plus importante

Plus en détail

Immunothérapies anti-tumorales

Immunothérapies anti-tumorales Lymphocytes T innés Immunothérapies anti-tumorales ciblant les lymphocytes T Vγ9Vδ2 humains Emmanuel Scotet Equipe 1 / Modalités d ac3va3on et Fonc3ons des lymphocytes T γδ humains Dir. M. Bonneville -

Plus en détail

De la seconde à la première S. en sciences-physiques et chimiques

De la seconde à la première S. en sciences-physiques et chimiques De la seconde à la première S en sciences-physiques et chimiques programme pour une transition réussie La seconde La première Les TPE Évaluation diagnostic A vous de jouer Le site Les sciences au lycée

Plus en détail

Investissements d avenir

Investissements d avenir Investissements d avenir Projet EQUIPEX ArronaxPlus Nuclear Technology for Health Professeur Pierre ARONNAX, «20 000 lieues sous les mers», Jules Verne Contexte et enjeux L imagerie moléculaire, permettant

Plus en détail

Fédération de Recherche en Imagerie multimodalité (FRIM) Inserm Universités Paris Diderot & Paris Nord CNRS AP-HP

Fédération de Recherche en Imagerie multimodalité (FRIM) Inserm Universités Paris Diderot & Paris Nord CNRS AP-HP Fédération de Recherche en Imagerie multimodalité (FRIM) Inserm Universités Paris Diderot & Paris Nord CNRS AP-HP Directeur Dominique Le Guludec Tomographie d'emission MonoPhotonique (TEMP) Convention

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES INRA Centre de Recherche ANGERS - NANTES SERVICES DECONCENTRES D APPUI A LA RECHERCHE Service des Marchés Rue de la Géraudière Bâtiment Erdre BP 71627

Plus en détail

Sensibilisation à la Radioprotection

Sensibilisation à la Radioprotection Sensibilisation à la Radioprotection Version du 11/2011 Xavier Fléchard/Jean-Louis Gabriel Service de Radioprotection LPC CAEN Sensibilisation à la Radioprotection 11/2011 LPC 1 Pourquoi cette sensibilisation

Plus en détail

Cellules souches et Médecine régénératrice

Cellules souches et Médecine régénératrice DIPLOME D'UNIVERSITE 2015 / 2016 Cellules souches et Médecine régénératrice Ce Diplôme Universitaire est ouvert aux étudiants des écoles doctorales des Universités Paris / Paris-Saclay, aux cliniciens

Plus en détail

Développements récents dans l élaboration de composés radiopharmaceutiques au 99m Tc.

Développements récents dans l élaboration de composés radiopharmaceutiques au 99m Tc. Développements récents dans l élaboration de composés radiopharmaceutiques au 99m Tc. Présentation du séminaire de thèse de doctorat de Mr Vidick Geoffrey. Le 03/12/2010 Introduction et motivations: Motivations

Plus en détail

Importance du développement des biomarqueurs par un industriel

Importance du développement des biomarqueurs par un industriel Importance du développement des biomarqueurs par un industriel Dr Frédéric Eberlé, responsable médical Roche Diagnostics France Marseille, 27 mars 2015 Terminologie Biomarqueurs, Tests de diagnostic, Tests-compagnons

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

Jean-Michel SAUTIER*, Sabine LOTY**, Christine LOTY**, Susan HATTAR**, Ariane BERDAL***

Jean-Michel SAUTIER*, Sabine LOTY**, Christine LOTY**, Susan HATTAR**, Ariane BERDAL*** Bull. Acad. Natle Chir. Dent., 2002, 45-4 85 Séance de travail Mercredi 7 février 2001 Nouvelles stratégies thérapeutiques expérimentales dans la régénération osseuse et cartilagineuse Jean-Michel SAUTIER*,

Plus en détail

Information PACES 20 Septembre 2012. Les métiers en lien avec le choix Manipulateur d Electroradiologie Médicale «MEM» Monsieur Daniel LAMI

Information PACES 20 Septembre 2012. Les métiers en lien avec le choix Manipulateur d Electroradiologie Médicale «MEM» Monsieur Daniel LAMI Information PACES 20 Septembre 2012 Les métiers en lien avec le choix Manipulateur d Electroradiologie Médicale «MEM» Monsieur Daniel LAMI 1 Institut de Formation de Manipulateurs d Electroradiologie Médicale

Plus en détail

Compte-rendu de laboratoire. Mesure de densité par rayons gamma, tests et validation

Compte-rendu de laboratoire. Mesure de densité par rayons gamma, tests et validation PROJET DE MAITRISE Comportement hydromécanique des boues de traitement Compte-rendu de laboratoire Mesure de densité par rayons gamma, tests et validation Présenté à : Michel Aubertin Greg Kennedy Par

Plus en détail

Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX.

Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX. En-tête Résumé du protocole d étude Titre de la demande : Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX. No

Plus en détail

SPECTROMETRIE DE MASSE et HORMONOLOGIE : Le futur des immunodosages?

SPECTROMETRIE DE MASSE et HORMONOLOGIE : Le futur des immunodosages? 30 e colloque ACORATA 15 mai 2014 SPECTROMETRIE DE MASSE et HORMONOLOGIE : Le futur des immunodosages? Diane Dufour Pr Guilloteau, Dr Collet, Pr Emond Laboratoire Médecine Nucléaire In-Vitro CHRU Tours

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

Introduction. Installation de SPIRAL

Introduction. Installation de SPIRAL JOURNEES ACCELERATEURS Roscoff 20/22 mars 2000 PROJET SPIRAL : LE POINT M.P. Bourgarel, P. Bertrand, C. Barué, D. Bibet, B. Bru, A. Chabert, F. Chautard, M. Di Giacomo, M. Duval,G. Gaubert, S. Gibouin,

Plus en détail