NOTE N : Evaluation des rejets radioactifs gazeux des installations de production de radio-traceurs au moyen d un cyclotron. Note F rév.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NOTE N : Evaluation des rejets radioactifs gazeux des installations de production de radio-traceurs au moyen d un cyclotron. Note 10-004-F rév."

Transcription

1 Note F rév. 0 1/6 NOTE N : date: F 18/12/2009 Traducteur: / Nombre de pages: 6 Nombre d annexes: / Evaluation des rejets radioactifs gazeux des installations de production de radio-traceurs au moyen d un cyclotron. 1

2 Note F rév. 0 2/6 1 Introduction Tel qu annoncé lors de la table ronde du 9 novembre 2009, l AFCN démarre un programme d évaluation des rejets qui va se dérouler au cours de cette année 2010 auprès de tous les exploitants qui utilisent un cyclotron pour la production de radio-traceurs. L objectif de cette campagne d évaluation est de déterminer: - quelle est l activité annuelle potentiellement rejetée par ce type d établissement avec et sans traitement des effluents - les performances des différents systèmes de traitement - les performances des systèmes de monitoring - des limites de rejets applicables (basées sur les performances des systèmes de traitement, l infrastructure des installations et le principe ALARA) pour les établissements existants - les règles de bonne pratique pour la maîtrise des rejets - les critères auxquels devront répondre les futures installations Les données que vous fournirez pour cette évaluation vous serviront pour la rédaction des paragraphes 3 et 4 du chapitre 6 du rapport de sûreté. Le but de cette note est de décrire ce que l AFCN attend des exploitants au cours de cette campagne d évaluation. Dans une première phase, il est demandé à ces établissements : - de dresser et de transmettre, pour le 15 mars 2010, un inventaire (voir 3) : - des activités qui génèrent et/ou risquent de générer des rejets radioactifs gazeux - des solutions mises en place pour diminuer ces rejets - solutions possibles (mais non appliquées) pour diminuer les rejets - des incidents qui peuvent avoir une contribution non négligeable sur le rejet annuel. - de joindre à cet inventaire une description du système de monitoring (voir 2.1) - d avoir, pour le 30 avril 2010 au plus tard, un monitoring en état de marche et si possible calibré par le fournisseur - d effectuer sur site, pour le 30 juin 2010, une calibration et une évaluation de la limite de détection du système de monitoring (voir 2.4). Il est tout à fait normal que certains points demandés (p. ex : performance des systèmes de traitements) ci-après (voir 3) restent sans réponse et ne soient donc pas complétés dans un premier temps. Au cours de l évaluation, chaque exploitant mettra en place (si ce n est déjà fait) au minimum un système de traitement adapté pour chaque synthèse et en évaluera les performances (efficacité et fiabilité). L AFCN établira des contacts réguliers avec chaque exploitant afin d évaluer les progrès et de collecter des données. Au terme de l évaluation (30 septembre 2009) les exploitants devront avoir : - au minimum une barrière de rétention (piège, filtre, ) pour tous rejets pour lesquels il est techniquement et raisonnablement possible d implémenter un système de traitement. - définit l efficacité et la fiabilité de cette (ces) barrière(s) de rétention. 2

3 Note F rév. 0 3/6 L inventaire définitif de chaque exploitant devra être remis à l AFCN pour le 15 octobre Cet inventaire comprendra également une estimation pour chaque radio-isotope: - du rejet annuel sans système de traitement - du rejet annuel avec système de traitement - du rejet annuel dû aux incidents (voir 3.4) L AFCN analysera les données de chaque exploitant et rédigera un rapport dans lequel elle proposera des règles de bonne pratique ainsi que des critères auxquels devront répondre les futures installations. Ce rapport sera transmis à chaque exploitant et discuté lors d une table ronde fin novembre

4 Note F rév. 0 4/6 2 Système de monitoring 2.1 Description Faire une brève description du système de monitoring (marque, modèle, emplacement, limite de détection annoncée par le fournisseur pour votre établissement, ) utilisé. Si nécessaire, décrire les problèmes rencontrés avec votre système de monitoring (instabilité, tailing des pics, ) 2.2 Problème de l identification des radio-isotopes Les détecteurs de cheminée ne pourront pas discriminer les différents radio-isotopes émetteurs de positron rejetés. Seule la tenue d un logbook (date, heure, radio-isotope, molécule) permettra de déterminer rétrospectivement la nature d un rejet. Cependant, il n est pas exclu d avoir des rejets simultanés de différents émetteurs positron. Le détecteur sera donc calibré pour le radio-isotope le plus souvent rejeté (F-18 ou C-11). 2.3 Débit d air au point de rejet Présence d une sonde de mesure du débit au niveau de la cheminée : oui/non. Si oui : technique de mesure (tube de Pitot,.) et précision (+ X%) Si non, expliquer la manière dont vous allez calculer l activité rejetée. 2.4 Calibration et limite de détection Evaluer la réponse et la limite de détection du système en relâchant, toujours dans les mêmes conditions, des activités de plus en plus faibles. Activité rejetée (A1) Bq/m 3 Activité mesurée (A2) (intégration) Rapport A1/A2 A A/5 A/20 A/50 A/ Remarque Dans le cas de variation du débit d air supérieure à 20% au niveau du point de monitoring, effectuer une calibration à faible débit et à débit maximum. 4

5 Note F rév. 0 5/6 3) Inventaire : rejets et traitements des effluents 3.1 Pendant l irradiation (casemate cyclotron) Activation de l air : Ar-41, O-15, N-13,. Effective pour des longues irradiations. P. ex. : Production de F-18 : Durée de l Irradiation : h Courant sur cible : µa Courant intégré fin de tir : µah Concentration maximale détectée : Bq/m 3 Valeur intégrée pour la durée de l irradiation : Bq But : déterminer la contribution de l activation de l air au rejet annuel. 3.2 Vidange cible : Identifier/quantifier si possible les radio-isotopes parasites produits simultanément et qui peuvent contribuer aux rejets radioactifs gazeux. Ex : production de fluor-18, lors de la vidange de la cible, on peut avoir les radio-isotopes suivants sous forme gazeuse : O-15, N-13, F-18, But : déterminer la contribution de ces radio-isotopes parasites au rejet annuel. 3.3 Synthèse : Donner pour chaque synthèse pouvant conduire à un rejet gazeux : Molécule + radio-isotope : Activité (EOB) : maximale ; moyenne. Nombre de synthèse par an : Automatisée /manuelle : Si automatisée : type de module de synthèse Effluent radioactif gazeux : Espèce chimique identifiée : oui/non (si oui donner le nom). Activité de l effluent gazeux: max ; moyenne (exprimée en pourcentage de l activité EOB). Piège/Filtration au niveau du module : oui/non Si oui : Type de piège/filtration Efficacité : (% piégé) Fiabilité : Si non : Possibilité de le faire ; oui/non Si oui : comment Si non : pourquoi. 5

6 Note F rév. 0 6/6 Piège/Filtration au niveau de la cellule : oui/non Si oui : Type de piège/filtration Efficacité : (% piégé) Fiabilité : Dans le cas d un filtre charbon actif, préciser le type et la quantité de charbon actif, ainsi que le débit d air au niveau de la cellule. Si non : Possibilité de le faire : oui/non Si oui : comment Si non : pourquoi. Filtre à charbon actif sur le système de ventilation : oui/non Si oui : Marque, type de filtre : Nombre de filtres Débit d air au niveau du système de filtration Efficacité : (% piégé). 3.4 Incidents : Identifier les incidents, leurs fréquences ainsi que les activités rejetées au cours de ces incidents. Exemples d incidents : - erreur humaine : un opérateur oublie de connecter un sac de rétention et/ou un piège - piège défectueux - réactif dégradé qui pourrait générer un rejet plus abondant et/ou non-piégeable - rupture et ou fuite d une ligne de transfert But : estimer la contribution des incidents au rejet total annuel. 3.5 Activités R&D en radiochimie Bien que les activités manipulées soient faibles comparées aux activités utilisées en production, le développement de nouveaux radio-traceurs peut également avoir un impact sur le rejet total annuel mesuré. Les établissements qui le jugent nécessaire sont invités à estimer la contribution des activités R&D (radiochimie) au rejet annuel. 6

La démarche ISO 14001 au CEA-Marcoule. Journée fournisseurs du 30 mars 2006 DEN/VALRHO/CSNSQ- 1

La démarche ISO 14001 au CEA-Marcoule. Journée fournisseurs du 30 mars 2006 DEN/VALRHO/CSNSQ- 1 La démarche ISO 14001 au CEA-Marcoule Journée fournisseurs du 30 mars 2006 DEN/VALRHO/CSNSQ- 1 1 La norme ISO 14001 Norme internationale publiée en 1996, révisée en 2004, prescrivant les exigences relatives

Plus en détail

Code de l environnement, notamment ses articles L.596-1 et suivants Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R.

Code de l environnement, notamment ses articles L.596-1 et suivants Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N/Réf. : CODEP-LYO-2013-022353 Lyon, le 18 Avril 2013 CERMEP 59 boulevard Pinel 69677 BRON Cedex Objet : Inspection de la radioprotection du 29 mars 2013 Installation

Plus en détail

Code de l environnement, notamment les articles L.596-1 et suivants

Code de l environnement, notamment les articles L.596-1 et suivants RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N/Réf. CODEP-LYO-2015-039393 Lyon, le 25 septembre 2015 Monsieur le Directeur général délégué EURODIF-Production Usine Georges Besse BP 175 26 702 - PIERRELATTE Cedex

Plus en détail

1. Eléments d information pour la constitution du rapport d activité durant la période probatoire de l examen du CAMARI

1. Eléments d information pour la constitution du rapport d activité durant la période probatoire de l examen du CAMARI RECOMMANDATIONS POUR LA REDACTION DU RAPPORT D ACTIVITE DURANT LA PERIODE PROBATOIRE DE L EXAMEN INITIAL DU CAMARI 1. Eléments d information pour la constitution du rapport d activité durant la période

Plus en détail

Nos Réf. : CODEP-DTS-2014-057238 GIP CYCERON Campus Jules Horowitz Boulevard Henri Becquerel BP 5229 14074 CAEN CEDEX 5

Nos Réf. : CODEP-DTS-2014-057238 GIP CYCERON Campus Jules Horowitz Boulevard Henri Becquerel BP 5229 14074 CAEN CEDEX 5 RÉPUBLIQUE FRANCAISE DIRECTION DU TRANSPORT ET DES SOURCES Montrouge, le 30 décembre 2014 Nos Réf. : CODEP-DTS-2014-057238 GIP CYCERON Campus Jules Horowitz Boulevard Henri Becquerel BP 5229 14074 CAEN

Plus en détail

RAPPORT DE TEST DE CONFINEMENT SELON BS 7989-4

RAPPORT DE TEST DE CONFINEMENT SELON BS 7989-4 E R L A B D. F. S RAPPORT DE TEST DE CONFINEMENT SELON BS 7989-4 CAPTAIR FLEX M391 L A B O R A T O I R E R & D E R L A B D. F. S P A R C D A F F A I R E S D E S P O R T E S V O I E D U F U T U R 2 7 1

Plus en détail

Code de l environnement, notamment ses articles L.596-1 et suivants Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R.

Code de l environnement, notamment ses articles L.596-1 et suivants Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON Lyon, le 24 juillet 2012XXXXXX N/Réf. : Codep-Lyo-2012-040828 CERMAV CNRS Domaine universitaire 601 rue de la Chimie 38400 SAINT-MARTIN D HERES Objet : Inspection

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Arrêté du 26 octobre 2005 définissant les modalités de contrôle de radioprotection en application

Plus en détail

Elle ne crée aucune exigence supplémentaire par rapport aux exigences en vigueur.

Elle ne crée aucune exigence supplémentaire par rapport aux exigences en vigueur. Ministère de l Economie, des Finances et de l Industrie Secrétariat d Etat à l Industrie Direction de l action régionale et de la petite et moyenne industrie ----------------------------------------- Sous-direction

Plus en détail

- pour les personnels UPMC et CNRS: l original est signé par le Directeur d Unité et est détenu au secrétariat de l unité.

- pour les personnels UPMC et CNRS: l original est signé par le Directeur d Unité et est détenu au secrétariat de l unité. Fiche à remplir par le chef d établissement conformément à l art. R-4451-57 à 61 du Code du Travail Pourquoi? Pour répondre à l obligation faite au chef d établissement (article R. 4451-57 à 61 du code

Plus en détail

Notice UTILISATION DE SOURCES RADIOACTIVES (domaine non médical)

Notice UTILISATION DE SOURCES RADIOACTIVES (domaine non médical) IND/RN/001/NT03 Notice UTILISATION DE SOURCES RADIOACTIVES (domaine non médical) Renouvellement, modification ou annulation de l autorisation I DEMANDE DE RENOUVELLEMENT D UNE AUTORISATION...3 I.1 Rappels...3

Plus en détail

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Technicien d intervention ouvrages gaz Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des fonctions en lien avec la qualification Le CQP est en lien

Plus en détail

N. Réf. : CODEP-CHA-2014-027010 Châlons-en-Champagne, le 10 juin 2014

N. Réf. : CODEP-CHA-2014-027010 Châlons-en-Champagne, le 10 juin 2014 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE CHÂLONS-EN-CHAMPAGNE N. Réf. : CODEP-CHA-2014-027010 Châlons-en-Champagne, le 10 juin 2014 Monsieur le Docteur Centre Hospitalier de Charleville 45, Avenue de Manchester

Plus en détail

Ventilation mécanique : Mesure et réglage des débits; Hygiène, encrassement et entretien

Ventilation mécanique : Mesure et réglage des débits; Hygiène, encrassement et entretien Ventilation mécanique : Mesure et réglage des débits; Hygiène, encrassement et entretien Samuel Caillou Division Climat, Equipements et Performance Energétique CSTC - Mesure des débits 1 Kitchen Toilet

Plus en détail

Charges fertilisantes des effluents d élevage Période transitoire

Charges fertilisantes des effluents d élevage Période transitoire Charges fertilisantes des effluents d élevage Modalités de reconnaissance des valeurs références pour la période transitoire Denis Côté, IRDA Mars 2003 MAPAQ Photos tirées de «Guide des Pratiques de conservation

Plus en détail

Organisation Sécurité-Santé et Plan de Prévention et de Secours PPS

Organisation Sécurité-Santé et Plan de Prévention et de Secours PPS Organisation Sécurité-Santé et Plan de Prévention et de Secours PPS Les nécessités d une bonne exploitation soucieuse de la Sécurité et de la Santé exigent d appliquer les règles légales avec une connaissance

Plus en détail

«Actualités réglementaires en radioprotection»

«Actualités réglementaires en radioprotection» Contenu des informations à joindre aux D. ou demande d Autorisation Cyril THIEFFRY Sûreté Nucléaire et Radioprotection Arrêté du 29 janvier 2010 portant homologation de la décision n 2009-DC-0148 de l

Plus en détail

Le Risque Chimique : Evaluation et Prévention

Le Risque Chimique : Evaluation et Prévention Le Risque Chimique : Evaluation et Prévention Le Risque Chimique et Produits Chimiques Omniprésents dans le milieu professionnel : près de 40% des salariés sont exposés à au moins 1 produit chimique (SUMER

Plus en détail

ALARA à la conception de l EPR

ALARA à la conception de l EPR ALARA à la conception de l EPR Patrick Jolivet Ingénieur d études chimie des fluides et radioprotection Expert AREVA 5èmes Journées SFRP, Saint-Malo, 29 septembre 2010 Qu est-ce que l EPR? Réacteur nucléaire

Plus en détail

Amélioration de la qualité sanitaire des céréales / Programme de soutien à l amélioration des systèmes de ventilation dans les silos de stockage

Amélioration de la qualité sanitaire des céréales / Programme de soutien à l amélioration des systèmes de ventilation dans les silos de stockage > Aides FranceAgriMer mars 2012 Amélioration de la qualité sanitaire des céréales / Programme de soutien à l amélioration des systèmes de ventilation dans les silos de stockage échéance au 31 décembre

Plus en détail

MonitEM Système de monitoring continue

MonitEM Système de monitoring continue MonitEM Système de monitoring continue Nouveau design : plus efficace, pour un meilleur rendement Fiche Technique Sondes interchangeables avec reconnaissance automatique. Monitoring des champs électriques

Plus en détail

Les contrôles de radioprotection

Les contrôles de radioprotection Les contrôles de radioprotection Présentation de l arrêté du 26 octobre 2005 définissant les contrôles de radioprotection (JO du 27 novembre 2005) Application par les utilisateurs et les organismes agréés

Plus en détail

Bernard Bordonado Motorola Semiconducteurs

Bernard Bordonado Motorola Semiconducteurs LabVIEW et l automatisation de mesures de circuits intégrés RF pour applications automobiles Bernard Bordonado Motorola Semiconducteurs Page 1 Plan de la présentation Introduction Circuits intégrés RF

Plus en détail

Il/Elle assiste le chef d entreprise dans la gestion au quotidien de l entreprise.

Il/Elle assiste le chef d entreprise dans la gestion au quotidien de l entreprise. FICHE MÉTIER ASSISTANT(E) ADMINISTRATIF(VE) POLYVALENTE CHARCUTIER-TRAITEUR Il/Elle assiste le chef d entreprise dans la gestion au quotidien de l entreprise. Que doit-il savoir-faire? Réaliser le secrétariat

Plus en détail

FICHES DE RADIOPROTECTION DONNEES ESSENTIELLES NECESSAIRES A LA MISE EN OEUVRE DE LA RADIOPROTECTION UNIVERSITE DE LIEGE

FICHES DE RADIOPROTECTION DONNEES ESSENTIELLES NECESSAIRES A LA MISE EN OEUVRE DE LA RADIOPROTECTION UNIVERSITE DE LIEGE FICHES DE RADIOPROTECTION DONNEES ESSENTIELLES NECESSAIRES A LA MISE EN OEUVRE DE LA RADIOPROTECTION UNIVERSITE DE LIEGE Contrôle Physique des Radiations Allée du 6 Août n 3 Bâtiment B12B 4000 SART TILMAN

Plus en détail

I Introduction à l ultrafiltration sur membranes

I Introduction à l ultrafiltration sur membranes I Introduction à l ultrafiltration sur membranes I.1 L Ultrafiltration sur membranes : une révolution pour le traitement de l eau L ultrafiltration a été développée dans les années 70 pour le traitement

Plus en détail

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION ) Caractéristiques techniques des supports. L infrastructure d un réseau, la qualité de service offerte,

Plus en détail

Accédez au test ici http://myspeed.visualware.com/index.php

Accédez au test ici http://myspeed.visualware.com/index.php Test de vitesse VoIP Pourquoi faire le test? Un test de vitesse VoIP est un moyen efficace d évaluer la capacité de votre connexion Internet à prendre en charge un système de téléphonie VoIP. D autres

Plus en détail

Alarme et sécurité. Sous Epreuve E12. Travaux pratiques scientifiques sur systèmes

Alarme et sécurité. Sous Epreuve E12. Travaux pratiques scientifiques sur systèmes Alarme et sécurité Sous Epreuve E12 Travaux pratiques scientifiques sur systèmes 1 ACADEMIE DE REIMS Baccalauréat Professionnel Systèmes Electroniques Numériques C.C.F. de Mathématiques et Sciences Physiques

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N/Réf. : CODEP-LYO-2011-070528 Affaire suivie par : Florence BEDELLIS Tél. : 04 26 28 61 72 Fax : 04 26 28 61 48 Mél. : florence.bedellis@asn.fr Lyon, le 21 décembre

Plus en détail

LES SOLUTIONS MEGA POUR LA GOUVERNANCE, RISQUES ET CONFORMITÉ (GRC)

LES SOLUTIONS MEGA POUR LA GOUVERNANCE, RISQUES ET CONFORMITÉ (GRC) LES SOLUTIONS MEGA POUR LA GOUVERNANCE, RISQUES ET CONFORMITÉ (GRC) Donnez à votre comité de direction une visibilité à 360, en temps réel, du cadre de Gouvernance d Entreprise REGULATORY COMPLIANCE Rc

Plus en détail

MUNICIPALITE DE GLAND

MUNICIPALITE DE GLAND MUNICIPALITE DE GLAND Préavis municipal n 56 relatif à l octroi d un crédit pour financer la rénovation des installations de chauffage des vestiaires sis au centre sportif "En Bord". Madame la présidente,

Plus en détail

DEMANDE D AUTORISATION DE DÉTENIR / UTILISER DES APPAREILS DE DÉTECTION DE PLOMB DANS LES PEINTURES CONTENANT DES SOURCES RADIOACTIVES

DEMANDE D AUTORISATION DE DÉTENIR / UTILISER DES APPAREILS DE DÉTECTION DE PLOMB DANS LES PEINTURES CONTENANT DES SOURCES RADIOACTIVES AUTO/IND/PLOMB DEMANDE D AUTORISATION DE DÉTENIR / UTILISER DES APPAREILS DE DÉTECTION DE PLOMB DANS LES PEINTURES CONTENANT DES SOURCES RADIOACTIVES Ce formulaire de demande concerne les demandes d autorisation

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer, ci-dessous, la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer, ci-dessous, la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 6 mai 2015 N/Réf. : CODEP-CAE-2015-015569 Monsieur le Directeur de l établissement AREVA NC de La Hague 50 444 BEAUMONT-HAGUE CEDEX OBJET

Plus en détail

Dossier Technique du. Site de Pharmimage DIJON

Dossier Technique du. Site de Pharmimage DIJON Dossier Technique du Site de Pharmimage DIJON Dossier initial 02 avril 2012 Table des matières I. INTRODUCTION... 5 A. Formes concernées... 5 B. Produits concernés autres que les médicaments... 5 II. ANALYSE

Plus en détail

Information et connaissance au service de l innovation : Application par la méthode Production Pilotée d Innovation

Information et connaissance au service de l innovation : Application par la méthode Production Pilotée d Innovation Information et connaissance au service de l innovation : Application par la méthode Production Pilotée d Innovation CEA/DEN : Un contexte particulier d innovation Organisme purement de R/D Pas de lien

Plus en détail

FILTRES MOBILES. Les filtres mobiles permettent d améliorer un poste de travail sans difficulté.

FILTRES MOBILES. Les filtres mobiles permettent d améliorer un poste de travail sans difficulté. Les filtres mobiles permettent d améliorer un poste de travail sans difficulté. Les filtres mobiles sont un moyen pratique et rentable d améliorer un poste de travail en un rien de temps. Les unités correspondent

Plus en détail

Synthèse de la réunion de l IASB du mois de Décembre 2013

Synthèse de la réunion de l IASB du mois de Décembre 2013 Synthèse de la réunion de l IASB du mois de Décembre 2013 Sommaire 1. Revue post-application de la norme IFRS 3 sur les regroupements d entreprises... 2 2. Mise en équivalence : part dans les variations

Plus en détail

Ressources humaines Epreuves

Ressources humaines Epreuves Examen modulaire SVF-ASFC Edition Printemps 2009 Ressources humaines Epreuves Durée de l examen: 60 minutes Moyens auxiliaires autorisés: aucun Collez ici votre timbre d identification SVP! Points: Note:

Plus en détail

ACTUALITE REGLEMENTAIRE Police sanitaire des eaux minérales

ACTUALITE REGLEMENTAIRE Police sanitaire des eaux minérales RAPPEL : LOI n 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique AFTH Balaruc-les-Bains le 16/11/2007 W. TABONEt Art. L. 1322-2. I - Toute personne qui offre au public de l eau minérale,

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

METHODOLOGIE DE DETERMINATION DES DELAIS DE PEREMPTION DES REACTIFS, SOLVANTS ET SOLUTIONS TITREES

METHODOLOGIE DE DETERMINATION DES DELAIS DE PEREMPTION DES REACTIFS, SOLVANTS ET SOLUTIONS TITREES JEUDI LANCEMENT DE LA SECTION REGIONALE SFSTP NORD METHODOLOGIE DE DETERMINATION DES DELAIS DE PEREMPTION DES REACTIFS, SOLVANTS ET SOLUTIONS TITREES Eliane Bauthier-Loiseau SFSTP /TechnologieServier INTRODUCTION

Plus en détail

Messagerie du Webmail académique. Le client de messagerie

Messagerie du Webmail académique. Le client de messagerie Le client de messagerie Sommaire Introduction I - VIII Ergonomie 1-6 Carnets d adresses 7-9 Écrire un message 10 Options de rédaction 11 Pièces jointes 12 Mise en forme des messages 13 Filtres de courrier

Plus en détail

Je vous communique ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

Je vous communique ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE STRASBOURG Strasbourg, le 10 juin 2016 N/Réf. : CODEP-STR-2016-023737 Monsieur le directeur (du CH de Sarreguemines) Hôpital de Freyming-Merlebach Service de Médecine Nucléaire

Plus en détail

BAC PRO MSMA A.M.D.E.C. 1/5

BAC PRO MSMA A.M.D.E.C. 1/5 MSMA A.M.D.E.C. /5 C est un outil d analyse qui permet de construire la qualité des produits fabriqués ou des services rendus et favorise la maîtrise de la fiabilité en vue d abaisser le coût global. Elle

Plus en détail

Rédaction du Document de Spécifications Logiciel

Rédaction du Document de Spécifications Logiciel Rédaction du Document de Spécifications Logiciel Instruction Générale Qualité Version : 1.1 Nombre de pages : 12 Référence : referentiel_qualite/dsl.plan_type.doc UV UMLP Département ASI INSA-ROUEN BP

Plus en détail

Concentré de management pour vos points de vente

Concentré de management pour vos points de vente R E T A I L M A N A G E M E N T LA VENTE AU DÉTAIL Concentré de management pour vos points de vente Le meilleur prix pour votre magasin STORE ELECTRONIC SYSTEMS S-tag+ STORE ELECTRONIC SYSTEMS Évolution

Plus en détail

Fiche OX «Réduction des consommations d électricité des parties communes d immeubles collectifs et de bâtiments tertiaires» - 28/04/03

Fiche OX «Réduction des consommations d électricité des parties communes d immeubles collectifs et de bâtiments tertiaires» - 28/04/03 1 «REDUCTION DES CONSOMMATIONS ELECTRIQUES DES PARTIES COMMUNES D IMMEUBLES COLLECTIFS ET DE BATIMENTS TERTIAIRES» Contexte et enjeux Les consommations d électricité des parties communes (éclairage des

Plus en détail

Bruxelles, 18 décembre 2007. Madame, Monsieur,

Bruxelles, 18 décembre 2007. Madame, Monsieur, Politique prudentielle banques et assurances PB Bruxelles, 18 décembre 2007. CIRCULAIRE PPB-2007-15-CPB-CPA aux établissements de crédit et entreprises d investissement indiquant certaines attentes prudentielles

Plus en détail

MD751 Centrale de détection CO Manuel d utilisateur

MD751 Centrale de détection CO Manuel d utilisateur HG0750F01B Pag. 1/6 MD751 Centrale de détection CO Manuel d utilisateur LIMOTEC nv Bosstraat 21 B- 8570 VICHTE Tel +32 (0) 56 650 660 www.limotec.be HG0750F01B Pag. 2/6 Index 1. TOXICITE DU MONOXYDE DE

Plus en détail

Porte à haute performance Albany RR300 Plus Alu. ASSA ABLOY Entrance Systems

Porte à haute performance Albany RR300 Plus Alu. ASSA ABLOY Entrance Systems Porte à haute performance Albany RR300 Plus Alu ASSA ABLOY Entrance Systems Albany RR300 Plus Alu Porte à grande vitesse, légère et compacte pour usage interne Équipement supplémentaire disponible pour

Plus en détail

Niveau de service et accessibilité aux réseaux numériques des entreprises en Haute-Marne. Mars 2014

Niveau de service et accessibilité aux réseaux numériques des entreprises en Haute-Marne. Mars 2014 Niveau de service et accessibilité aux réseaux numériques des entreprises en Haute-Marne Mars 2014 Contexte et objectif de l enquête Contexte : - Démarrage effectif d internet en 1992-93. - Développement

Plus en détail

Proposition liée à l utilisation des débits intermembres Comprend un cadre de travail proposé pour la correction des erreurs de paiement de facture

Proposition liée à l utilisation des débits intermembres Comprend un cadre de travail proposé pour la correction des erreurs de paiement de facture Proposition liée à l utilisation des débits intermembres Comprend un cadre de travail proposé pour la correction des erreurs de paiement de facture juillet 2012 SOMMAIRE 3 I. CONTEXTE ET PRÉSENTATION 6

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009220 Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Paris 11 rue Pierre et Marie Curie 75231 PARIS 5EME

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009220 Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Paris 11 rue Pierre et Marie Curie 75231 PARIS 5EME RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 26 mars 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009220 Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Paris 11 rue Pierre et Marie Curie 75231 PARIS 5EME Objet : Inspection

Plus en détail

BOOSTEZ MAITRISEZ. votre business en ligne. la qualité de vos données

BOOSTEZ MAITRISEZ. votre business en ligne. la qualité de vos données 3 BOOSTEZ votre business en ligne MAITRISEZ la qualité de vos données J accélère drastiquement le temps de mise en ligne d un nouveau site et je m assure de la qualité de marquage Mon site évolue constamment

Plus en détail

CONFINEMENT D UNE GROSSE INSTALLATION

CONFINEMENT D UNE GROSSE INSTALLATION CONFINEMENT D UNE GROSSE INSTALLATION Olivier ROBERT Responsable Qualité, Sécurité, Environnement de la société ENERTHERM Vice Président de CLIMAFORT Plan de la présentation : Introduction : L utilisation

Plus en détail

1 Pourquoi une Gestion des Niveaux de Services?

1 Pourquoi une Gestion des Niveaux de Services? La Gestion des Niveaux de Service 1 Pourquoi une Gestion des Niveaux de Services? Les Accords de Niveaux de Services ou SLA (Service Level Agreements) définissent des objectifs spécifiques sur lesquels

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES ORIGINAL : anglais DATE : 21 octobre 2010 UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES GENÈVE F DIRECTIVES CONCERNANT LES PROFILS D ADN : CHOIX DES MARQUEURS MOLECULAIRES ET CONSTRUCTION

Plus en détail

Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006

Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006 Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006 Introduction : Dans le but d accroître la transparence et la comparabilité des rapports

Plus en détail

Réforme «Spécialiste du commerce de détail»

Réforme «Spécialiste du commerce de détail» Réforme «Spécialiste du commerce de détail» Directives relatives au déroulement des examens de validation des modules pour les futurs spécialistes du commerce de détail (Les dénominations de personnes

Plus en détail

Conférence Web sur la catégorisation des débordements et sur la validation des formulaires de suivi dans le système SOMAE

Conférence Web sur la catégorisation des débordements et sur la validation des formulaires de suivi dans le système SOMAE 1 Conférence Web sur la catégorisation des débordements et sur la validation des formulaires de suivi dans le système SOMAE Daniel Drolet, ing. Direction des eaux municipales Direction générale des politiques

Plus en détail

Axe Informatique. Changement des taux de TVA au 1 er Janvier 2014. Experts Solutions SAGE depuis 25 ans

Axe Informatique. Changement des taux de TVA au 1 er Janvier 2014. Experts Solutions SAGE depuis 25 ans Changement des taux de TVA au 1 er Janvier 2014 Axe Informatique Experts Solutions SAGE depuis 25 ans Installation Paramétrage Développement Formation Support Téléphonique Maintenance Changement des taux

Plus en détail

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 OutsourcINg Pas à pas vers de bonnes exigences Outsourcing 10 11 Pas à pas vers de bonnes

Plus en détail

DIVISION DE LYON Lyon, le 24 décembre 2014

DIVISION DE LYON Lyon, le 24 décembre 2014 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON Lyon, le 24 décembre 2014 N/Réf. : CODEP-LYO-2014-058026 INSTITUT DE SOUDURE INDUSTRIE 13, rue du Vercors 69660 CORBAS Objet : Inspection de la radioprotection du

Plus en détail

L efficacité énergétique dans les bâtiments

L efficacité énergétique dans les bâtiments https://intranet.swe.siemens.com/fr/intra/infrastructure-cities/bt/offre/ssp/buildingautomation/energie/pages/notre-offre.aspx L efficacité énergétique dans les bâtiments siemens.com/answers Kurt Detavernier

Plus en détail

Pilot4IT Monitoring : Mesurez la qualité et la performance perçue de vos applications.

Pilot4IT Monitoring : Mesurez la qualité et la performance perçue de vos applications. Pilot4IT Monitoring : Mesurez la qualité et la performance perçue de vos applications. La supervision est la «surveillance du bon fonctionnement d un système ou d une activité». Elle permet de surveiller,

Plus en détail

Groupe de travail sur le développement juridique du système de Madrid concernant l enregistrement international des marques

Groupe de travail sur le développement juridique du système de Madrid concernant l enregistrement international des marques F MM/LD/WG/13/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 1 ER SEPTEMBRE 2015 Groupe de travail sur le développement juridique du système de Madrid concernant l enregistrement international des marques Treizième session

Plus en détail

5 mars 2013. Note d information

5 mars 2013. Note d information 5 mars 2013 Note d information Bilan des incidents de transport de matières radioactives à usage civil : l IRSN tire les enseignements des événements déclarés entre 1999 et 2011 Quelque 900 000 colis de

Plus en détail

L impact sur la performance énergétique de la régulation et de la GTB à travers les normes et réglementations

L impact sur la performance énergétique de la régulation et de la GTB à travers les normes et réglementations L impact sur la performance énergétique de la régulation et de la GTB à travers les normes et réglementations Pierre BOISSON Pôle Automatisme et Gestion de l Energie CSTB Marne la vallée pierre.boisson@cstb.fr

Plus en détail

Guide d aide au remplissage des formulaires de travaux préconisés puis réalisés dans le cadre de la demande de l écoprêt logement social

Guide d aide au remplissage des formulaires de travaux préconisés puis réalisés dans le cadre de la demande de l écoprêt logement social Guide d aide au remplissage des formulaires de travaux préconisés puis réalisés dans le cadre de la demande de l écoprêt logement social La demande d un écoprêt logement social auprès de la Caisse des

Plus en détail

Manuel de transmission des rapports des établissements de paiement

Manuel de transmission des rapports des établissements de paiement Rapports réglementaires Manuel de transmission des rapports des établissements de paiement Version 1.1 Ne pas communiquer ou reproduire sans autorisation de la Bourse de Luxembourg Référence : ManuUtil_EFile_Transmission_ReportingEDP_FR.doc

Plus en détail

LE PROGRAMME EUROPEEN «MOTOR CHALLENGE PROGRAMME» MODULE DES SYSTEMES DE VENTILATION

LE PROGRAMME EUROPEEN «MOTOR CHALLENGE PROGRAMME» MODULE DES SYSTEMES DE VENTILATION COMMISSION EUROPEENNE DIRECTION GENERALE ENERGIE ET TRANSPORT Energies nouvelles et gestion de la demande Promotion des énergies renouvelables et gestion de la demande Bruxelles, le 1er janvier 2003 LE

Plus en détail

PHOTOVOLTAIQUE EN AUTOCONSOMMATION CAHIER DES CHARGES DES ETUDES DE FAISABILITE

PHOTOVOLTAIQUE EN AUTOCONSOMMATION CAHIER DES CHARGES DES ETUDES DE FAISABILITE PHOTOVOLTAIQUE EN AUTOCONSOMMATION CAHIER DES CHARGES DES ETUDES DE FAISABILITE Introduction Dans un contexte où le système de soutien actuel au photovoltaïque incite à injecter sur le réseau la totalité

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer, ci-dessous, la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer, ci-dessous, la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIRECTION DES CENTRALES NUCLEAIRES Montrouge, le 27 octobre 2015 Réf. : CODEP-DCN-2015-042821 Monsieur le Directeur Centre National d Équipement Nucléaire EDF 97 avenue Pierre BROSSOLETTE

Plus en détail

TREPAUT Quentin BARGOIN Kévin. Cahier des charges. Portage de la solution Thelia sur mobile

TREPAUT Quentin BARGOIN Kévin. Cahier des charges. Portage de la solution Thelia sur mobile Cahier des charges Portage de la solution Thelia sur mobile Département informatique Année 2011-2012 Sommaire A) INTRODUCTION... 1 1) CONTEXTE... 1 B) DESCRIPTION DE LA DEMANDE... 1 1) DESCRIPTION GENERALE

Plus en détail

Conséquences radiologiques et dosimétriques en cas d accident nucléaire : prise en compte dans la démarche de sûreté et enjeux de protection

Conséquences radiologiques et dosimétriques en cas d accident nucléaire : prise en compte dans la démarche de sûreté et enjeux de protection Conséquences radiologiques et dosimétriques en cas d accident nucléaire : prise en compte dans la démarche de sûreté et enjeux de protection 9 juin 2010 / UIC Paris Présenté par E. COGEZ, IRSN Contexte

Plus en détail

Commission canadienne de sûreté nucléaire

Commission canadienne de sûreté nucléaire Canadian Nuclear Safety Commission Commission canadienne de sûreté nucléaire Compte rendu des délibérations, y compris les motifs de décision à l'égard de Demandeur Énergie nucléaire du Nouveau-Brunswick

Plus en détail

TECHNOLOGIES EXPERTISES RECHERCHES ANALYTIQUES EN ENVIRONNEMENT. SyPACV2. Système de prélèvement automatique compact - 2 ème génération

TECHNOLOGIES EXPERTISES RECHERCHES ANALYTIQUES EN ENVIRONNEMENT. SyPACV2. Système de prélèvement automatique compact - 2 ème génération TECHNOLOGIES EXPERTISES RECHERCHES ANALYTIQUES EN ENVIRONNEMENT Ingénierie SyPACV2 Système de prélèvement automatique compact - 2 ème génération 2012 SOMMAIRE 1. Le service Ingénierie 2. Qu est-ce que

Plus en détail

BEA Industrial. Une solution de détection pour chaque porte industrielle

BEA Industrial. Une solution de détection pour chaque porte industrielle FR BEA Industrial Une solution de détection pour chaque porte industrielle LZR-i00 7 2 CONOR 4 3 8 4 3 2 6 IXIO- INUS 2 3 6 IXIO-S INUS 7 9 8 9 AUTRES OUVERTURE Technologie OUVERTURE & PRÉSENCE CONOR INTENTIONNELLE

Plus en détail

MISE A JOUR : 04 FEVRIER 2011 PROCÉDURE D INSTALLATION. Cegid Business COMMENT INSTALLER CEGID BUSINESS V9 SOUS WINDOWS XP, VISTA ET 7

MISE A JOUR : 04 FEVRIER 2011 PROCÉDURE D INSTALLATION. Cegid Business COMMENT INSTALLER CEGID BUSINESS V9 SOUS WINDOWS XP, VISTA ET 7 PROCÉDURE D INSTALLATION Cegid Business V9 COMMENT INSTALLER CEGID BUSINESS V9 SOUS WINDOWS XP, VISTA ET 7 Sommaire 1. Introduction 2. Installation de SQL Server 2005 ou 2008 3. Installation de Cegid Business

Plus en détail

Un partenaire pour la mesure de l Energie

Un partenaire pour la mesure de l Energie Un partenaire pour la mesure de l Energie Un partenaire pour la mesure de l énergie Kamstrup Une société «high tech» leader dans la fabrication de compteur d énergie thermique en application chauffage

Plus en détail

ANNEXE 4-4 CRITÈRES DE CONCEPTION DIMENSIONNEMENT DES SYSTÈMES D ÉPURATION DES EAUX USÉES PAR FOSSES SEPTIQUES ET CHAMPS D ÉPURATION (BBA)

ANNEXE 4-4 CRITÈRES DE CONCEPTION DIMENSIONNEMENT DES SYSTÈMES D ÉPURATION DES EAUX USÉES PAR FOSSES SEPTIQUES ET CHAMPS D ÉPURATION (BBA) ANNEXE 4-4 CRITÈRES DE CONCEPTION DIMENSIONNEMENT DES SYSTÈMES D ÉPURATION DES EAUX USÉES PAR FOSSES SEPTIQUES ET CHAMPS D ÉPURATION (BBA) Étude des impacts sur l environnement et le milieu social 28 mars

Plus en détail

PRÉAVIS N 190 AU CONSEIL COMMUNAL. Application comptabilité et salaires Demande d un crédit d investissement de CHF 933 500 TTC

PRÉAVIS N 190 AU CONSEIL COMMUNAL. Application comptabilité et salaires Demande d un crédit d investissement de CHF 933 500 TTC PRÉAVIS N 190 AU CONSEIL COMMUNAL Application comptabilité et salaires Demande d un crédit d investissement de CHF 933 500 TTC Délégué municipal : M. Claude Uldry Nyon, le 17 novembre 2014 Monsieur le

Plus en détail

Guide de rédaction du. Rapport de stage

Guide de rédaction du. Rapport de stage Guide de rédaction du Rapport de stage Public Cible Etudiant de 3ème année licence (sauf informatique) Etablissement Institut des Hautes Etudes à Tunis (IHET) Objectifs Aider l apprenant à choisir son

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin Jeudi 25 Septembre 2008 Un peu d histoire

Plus en détail

présente Sa nouvelle identité visuelle

présente Sa nouvelle identité visuelle présente Sa nouvelle identité visuelle Nouvelle identité visuelle Un nouveau logo pour symboliser l adéquation de l offre aux besoins des DSI et annoncer la suite logicielle Visual IT Operations : Visual

Plus en détail

Gestion de la prévention

Gestion de la prévention Gestion de la prévention L entretien préventif des équipements Qui de mieux placé qu un spécialiste de l entretien automobile pour faire valoir les avantages d un entretien préventif? Celui-ci persuade

Plus en détail

Serveurs dédiés. Trafic et performances

Serveurs dédiés. Trafic et performances Serveurs dédiés Trafic et performances Nos services sont destinés aux entreprises et particuliers exigeants en terme de fiabilité, de sécurité et de disponibilité. Nous sommes également à même de fournir

Plus en détail

Modalités d utilisation de la banque de données d échantillons de la CSS

Modalités d utilisation de la banque de données d échantillons de la CSS SCHWEIZERISCHE AKADEMIE DER NATURWISSENSCHAFTEN ACADÉMIE SUISSE DES SCIENCES NATURELLES SOCIÉTÉ SUISSE DE SPÉLÉOLOGIE SCHWEIZERISCHE GESELLSCHAFT FÜR HÖHLENFORSCHUNG Commission de spéléologie scientifique,

Plus en détail

Amélioration de la qualité des céréales / Programme de soutien à l amélioration du taux de protéine des blés tendres chez les organismes collecteurs

Amélioration de la qualité des céréales / Programme de soutien à l amélioration du taux de protéine des blés tendres chez les organismes collecteurs > AIDES FRANCEAGRIMER février 2014 Amélioration de la qualité des céréales / Programme de soutien à l amélioration du taux de protéine des blés tendres chez les organismes collecteurs échéance au 31 décembre

Plus en détail

PEOPLENET: OPTIMISATION MAXIMALE

PEOPLENET: OPTIMISATION MAXIMALE PEOPLENET: The Standard Edition OPTIMISATION MAXIMALE Meta4 met à votre disposition une formule novatrice vous permettant de profiter du meilleur système de gestion de ressources humaines du marché à un

Plus en détail

ITIL V2 Processus : La Gestion des Configurations

ITIL V2 Processus : La Gestion des Configurations ITIL V2 Processus : La Gestion des Configurations Auteur: Fabian PIAU, Master 2 MIAGE, Nantes La Gestion des Configurations est un processus issu d ITIL version 2 qui aide au soutien du service («Service

Plus en détail

ASSEMBLEUSE HORIZON VAC 60 H

ASSEMBLEUSE HORIZON VAC 60 H ASSEMBLEUSE HORIZON VAC 60 H L assembleuse à succion Horizon VAC 60 H apporte la meilleure réponse à vos problématiques d assemblage tous supports. Plus d efficacité et de productivité, la VAC-60 maximisera

Plus en détail

12 Tri et conditionnement des déchets radioactifs incinérables (A11)

12 Tri et conditionnement des déchets radioactifs incinérables (A11) Service de Sécurité et de Radioprotection UCL Université catholique de Louvain Centre de gestion des déchets 01 Gestion des déchets 01 Déchets radioactifs N Procédure : 01-01-12 Révision : 3 Date : 18/03/2014

Plus en détail

Rapport Full-delegate Tests de charge. Rapport 1 : Dakotabox

Rapport Full-delegate Tests de charge. Rapport 1 : Dakotabox Rapport Full-delegate Tests de charge Rapport 1 : Dakotabox 06/11/2012 Table des matières Rapport 1 : CloudNetCare Dakotabox... 2 Tir #1 : 50 RBVU, lancé le 05/11/2012 à 09h30... 3 33 utilisateurs Scenario

Plus en détail

Rarement méthode normalisée n a été

Rarement méthode normalisée n a été Le bulletin de la mesure et de la caractérisation des polluants dans les rejets atmosphériques Les Mesurages de vitesse et de débit des effluents gazeux rejetés à l atmosphère N 2 Mars 2014 Bulletin scientifique

Plus en détail

CHROMATOGRAPHE BTEX GC 5000 BTX

CHROMATOGRAPHE BTEX GC 5000 BTX FICHE PRODUIT - Le a été spécialement développé pour la surveillance en continu des polluants organiques dans l air ambiant dans la gamme C4-C12. L instrument se caractérise par son design compact et sa

Plus en détail

Guide de l utilisateur DBM Gestion de bases de données Geotec Version 8.061

Guide de l utilisateur DBM Gestion de bases de données Geotec Version 8.061 Guide de l utilisateur DBM Gestion de bases de données Geotec Version 8.061 DBM Gestion de bases de données Geotec Version 8.061 Guide de l utilisateur Avertissement: Le module DBM et ce manuel sont protégés

Plus en détail

PLAN LOCAL URBANISME. DELIBERATIONS ET ARRETES Modification N 3 du 15 décembre 2014. Commune de Grenoble

PLAN LOCAL URBANISME. DELIBERATIONS ET ARRETES Modification N 3 du 15 décembre 2014. Commune de Grenoble Commune de Grenoble D' PLAN LOCAL URBANISME Approuvé par délibération du DCM du 24 octobre 2005 DELIBERATIONS ET ARRETES Modification N 3 du 15 décembre 2014 APPROBATION DE LA MODIFICATION N 3 DU

Plus en détail