Projet Cégeps en réseau. Rapport final. Volet technopédagogique de la recherche. Bruno Poellhuber

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Projet Cégeps en réseau. Rapport final. Volet technopédagogique de la recherche. Bruno Poellhuber"

Transcription

1 Projet Cégeps en réseau Rapport final Volet technopédagogique de la recherche Bruno Poellhuber M. Ps., Ph. D., professeur adjoint, Département de psychopédagogie et d andragogie Université de Montréal Chercheur principal, projet Cégeps en réseau, CEFRIO Catherine Allen M.A., agente de recherche, Département de psychopédagogie et d andragogie Université de Montréal Normand Roy M. Ed., doctorant, professionnel de recherche Université de Montréal

2 Le CEFRIO (Centre francophone d informatisation des organisations) est un centre de liaison et de transfert qui regroupe près de 160 membres universitaires, industriels et gouvernementaux ainsi que 57 chercheurs associés et invités. Sa mission : aider les organisations à être plus productives et à contribuer au bien-être des citoyens en utilisant les technologies de l'information comme levier de transformation et d'innovation. En partenariat, le CEFRIO réalise, partout au Québec, des projets de recherche, d expérimentation et de veille stratégique sur l appropriation des TI. Ces projets touchent l'ensemble des secteurs de l'économie québécoise, tant privé que public. Les activités du CEFRIO sont financées en majeure partie par ses membres et par le gouvernement du Québec, son principal partenaire financier. Principal partenaire financier du CEFRIO COLLABORATION Marie-Noëlle Fortin, étudiante et assistant de recherche, Université de Montréal Vincent Tanguay, vice-président, Innovation et Transfert Québec, CEFRIO Philippe Aubé, directeur de projet, Vice-présidence innovation et transfert, CEFRIO Merci également aux collaborateurs et collaboratrices du projet Cégeps en réseau ainsi qu aux étudiants et étudiantes de chacun des collèges participant à ce projet de recherche-expérimentation. Édition et mise en page : Bruno Poellhuber Denyse Gervais, adjointe administrative, CEFRIO Pour tout renseignement additionnel, communiquez avec le CEFRIO : Québec 888, rue Saint-Jean Bureau 575 Québec (Québec) G1R 5H6 Tél. : Téléc. : Courriel : Site Internet : Montréal 550, rue Sherbrooke Ouest Tour Ouest, bureau 471 Montréal (Québec) H3A 1B9 Tél. : Téléc. : Abitibi-Témiscamingue 187, avenue Murdoch Rouyn-Noranda (Québec) J9X 1E3 Tél. : Téléc. : CEFRIO 2010 et Université de Montréal. Tous droits réservés. ii

3 TABLE DES MATIÈRES 1 INTRODUCTION PROBLÉMATIQUE CAUSES DE LA BAISSE D INSCRIPTIONS DANS LES PROGRAMMES TECHNIQUES CONSÉQUENCES DE LA BAISSE D INSCRIPTIONS DANS LES PROGRAMMES TECHNIQUES Conséquences financières Conséquences humaines LA TÉLÉCOLLABORATION, ÉLÉMENT DE SOLUTION CONSTATS DE LA PREMIÈRE PHASE ET OBJECTIFS DE LA PROLONGATION DÉFIS DE LA PROLONGATION QUESTIONS ET OBJECTIFS DE RECHERCHE CADRE CONCEPTUEL MISE EN PLACE D UN ENVIRONNEMENT DE (TÉLÉ)COLLABORATION DÉVELOPPEMENT ET MISE EN OEUVRE D UNE INNOVATION L innovation dans la littérature Un modèle systémique d implantation de l innovation : le CBAM DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL Différentes conceptions du développement professionnel Un modèle systémique du développement professionnel Importance de la communauté de pratique MOTIVATION DES ÉTUDIANTS : LE MODÈLE DE PINTRICH SYNTHÈSE DU CADRE CONCEPTUEL MÉTHODOLOGIE STRATÉGIE DE RECHERCHE : LA RECHERCHE-EXPÉRIMENTATION Le concept de vitalité des programmes Les différentes phases et itérations L équipe PARTICIPANTS OUTILS TECHNOLOGIQUES Système de vidéoconférence : la fenêtre de téléprésence (FTP) Système de visioconférence Web : Via Environnement numérique d apprentissage (LMS) DÉROULEMENT DU PROJET INSTRUMENTS DE COLLECTE DES DONNÉES iii

4 5.5.1 Cartographie de l innovation Questionnaire enseignants Stades d intérêt et de préoccupation Niveaux d utilisation Données sur les activités Questionnaire destiné aux étudiants Entrevues de groupes avec les étudiants et les enseignants Entrevues individuelles rétrospectives auprès des enseignants Entrevues bilan sur les meilleures activités ANALYSE DES ENTREVUES ANALYSE DES QUESTIONNAIRES ÉTHIQUE DE LA RECHERCHE LIMITES DE LA RECHERCHE ADOPTION (ÉLABORATION ET MISE EN ŒUVRE) DE LA TÉLÉCOLLABORATION (OBJECTIF 1) QUESTIONNAIRE SUR LES STADES DE PRÉOCCUPATION NIVEAUX D UTILISATION Forces et faiblesses en fonction du niveau d utilisation RAISONS DE PARTICIPER OU D ABANDONNER LE PROJET OBSTACLES EN FONCTION DU NIVEAU D UTILISATION CARTOGRAPHIE DE L INNOVATION DISCUSSION SUR L ADOPTION DE LA TÉLÉCOLLABORATION MODES D UTILISATION DES TIC (OBJECTIF 3.1) VIA FENÊTRE DE TÉLÉPRÉSENCE (FTP) DECCLIC AUTRES OUTILS TECHNOLOGIQUES DISCUSSION DES MODES D UTILISATION DES TIC EFFETS DE LA TÉLÉCOLLABORATION (OBJECTIF 3.3) DIVERSITÉ DES RESSOURCES Échelle de diversité des ressources (étudiants) Échelle de diversité des ressources (enseignants) EFFETS AUPRÈS DES ENSEIGNANTS : PERSPECTIVE DU DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL Données provenant des questionnaires Domaine externe : les formes du développement professionnel iv

5 8.2.3 Domaine de la pratique : les changements de pratiques chez les enseignants Domaine personnel : acquisition de connaissances et de compétences Échelle des changements de pratiques (questionnaire) DISCUSSION DES EFFETS AUPRÈS DES ENSEIGNANTS EFFETS AUPRÈS DES ÉTUDIANTS (DOMAINE DES CONSÉQUENCES) Résultats des questionnaires étudiants Perception de l opinion des étudiants par les enseignants DISCUSSION DES EFFETS DE LA TÉLÉCOLLABORATION CARACTÉRISTIQUES, PARTICULARITÉS ET DIFFICULTÉS DE LA TÉLÉCOLLABORATION (OBJECTIF 2) COLLABORATION ENTRE ÉTUDIANTS Collaboration entre étudiants en classe Collaboration des étudiants à distance SYNTHÈSE DISCUSSION ET RECOMMANDATIONS SUR LA COLLABORATION À DISTANCE ENTRE ÉTUDIANTS COLLABORATION ENTRE ENSEIGNANTS Composition des équipes Organisation du travail des équipes DISCUSSION ET RECOMMANDATIONS SUR LA TÉLÉCOLLABORATION ENTRE ENSEIGNANTS FACTEURS ET CONDITIONS DE SUCCÈS (OBJECTIF 4) CONDITIONS DE SUCCÈS SELON LE QUESTIONNAIRE (HIVER 2009) ASPECTS PÉDAGOGIQUES Intégration des activités dans les cours Activités ludiques Incitatifs à la participation des étudiants ASPECTS TECHNOLOGIQUES Fiabilité des outils Ressources matérielles adéquates ASPECTS SOCIOAFFECTIFS ASPECTS D ADMINISTRATION PÉDAGOGIQUE Similitude des programmes, cours ou compétences Arrimage des horaires ASPECTS INDIVIDUELS ASPECTS DE GROUPE SYNTHÈSE ET CONCLUSION v

6 11.1 SYNTHÈSE EN FONCTION DES OBJECTIFS Mise en œuvre d une innovation (objectif 1) Collaboration à distance (objectif 2) Effets sur les enseignants (objectif 3) Effets sur les étudiants (objectif 3) Facteurs et conditions de succès (objectif 4) Les conditions de succès d un modèle pérenne LIMITES DE LA RECHERCHE PERSPECTIVES FUTURES BIBLIOGRAPHIE ANNEXES LISTE DES ANNEXES ANNEXE I. CARTOGRAPHIE DE L INNOVATION ANNEXE II. DESCRIPTION DES NIVEAUX D UTILISATION DANS LE MODÈLE CBAM ANNEXE III. FORMULAIRE DE CONSENTEMENT ANNEXE IV. QUESTIONNAIRE DESTINÉ AUX ÉTUDIANTS ANNEXE V. QUESTIONNAIRE DESTINÉ AUX ENSEIGNANTS ANNEXE VI. ENTREVUES RÉTROSPECTIVES : GUIDE D ENTREVUE ANNEXE VII. ENTREVUE SUR LES NIVEAUX D UTILISATION (LOU) : GUIDE D ENTREVUE ANNEXE VIII : PROGRESSION DES ACTIVITÉS DE COLLABORATION DANS LE TEMPS SELON LES PROJETS ANNEXE IX. CATÉGORISATION DES CONDITIONS DE SUCCÈS DES ACTIVITÉS DE TÉLÉCOLLABORATION vi

7 LISTE DES TABLEAUX TABLEAU 1. RÉPARTITION DES PROJETS SELON LES PHASES TABLEAU 2. ÉTAPES DE RÉALISATION DU PROJET : PREMIÈRE ANNÉE DE LA PHASE 1B TABLEAU 3. ÉTAPES DE RÉALISATION DU PROJET : DEUXIÈME ANNÉE DE LA PHASE 1B TABLEAU 4. UTILISATION DES DIFFÉRENTS OUTILS DE COLLECTE DE DONNÉES SELON LA SESSION TABLEAU 5. VARIABLES ET ÉCHELLES DU QUESTIONNAIRE AUX ENSEIGNANTS TABLEAU 6. NOMBRE DE RÉPONDANTS AU QUESTIONNAIRE ENSEIGNANTS PAR PROJET TABLEAU 7. STADES D INTÉRÊT ET DE PRÉOCCUPATIONS DU CBAM (HALL ET HORD, 2001) TABLEAU 8. ANALYSES DE FIABILITÉ DU QUESTIONNAIRE SOC DANS DIFFÉRENTES ÉTUDES TABLEAU 9. NIVEAUX D UTILISATION D UNE INNOVATION DANS LE MODÈLE CBAM TABLEAU 10. NIVEAU D UTILISATION : RÉPARTITION DES UTILISATEURS ET DES NON-UTILISATEURS TABLEAU 11. VARIABLES ET ÉCHELLES DU QUESTIONNAIRE AUX ÉTUDIANTS TABLEAU 12. NOMBRE D ÉTUDIANTS RÉPONDANT AU QUESTIONNAIRE PAR PROJET TABLEAU 13. RÉSULTATS DE L'APC POUR LA PREMIÈRE ÉCHELLE DE SATISFACTION TABLEAU 14. RÉSULTATS DE L'APC POUR L ÉCHELLE DE VALLERAND ET BISSONNETTE (1990) TABLEAU 15. RÉSULTATS DE L'APC POUR L ÉCHELLE DE DIVERSITÉ DES RESSOURCES TABLEAU 16. RÉSULTATS DE L'APC POUR L ÉCHELLE DE COLLABORATION TABLEAU 17. RÉSULTATS DE L APC POUR L ÉCHELLE DE VALEUR DES ACTIVITÉS TABLEAU 18. RÉPARTITION DES PROFILS SOC PAR PROJET À L HIVER TABLEAU 19. RÉPARTITION DES PROFILS SOC PAR PROJET À L AUTOMNE TABLEAU 20. RÉPARTITION DES PROFILS SOC PAR PROJET À L HIVER TABLEAU 21. RÉPARTITION DES PROFILS SOC PAR PROJET À L AUTOMNE TABLEAU 22. RÉPARTITION DES PROFILS SOC PAR PROJET À L HIVER TABLEAU 23. RÉPARTITION DES NIVEAUX D UTILISATION (LOU) PAR SESSION TABLEAU 24. ÉVOLUTION DES NIVEAUX D UTILISATION (LOU) PAR PROJET PAR SESSION TABLEAU 25. LES FORCES EN FONCTION DU NIVEAU D UTILISATION TABLEAU 26. LES FAIBLESSES EN FONCTION DU NIVEAU D UTILISATION TABLEAU 27. RAISONS DE PARTICIPER AU PROJET TABLEAU 28. RAISONS D ABANDONNER LE PROJET TABLEAU 29. OBSTACLES À LA PARTICIPATION EN FONCTION DU NIVEAU D UTILISATION TABLEAU 30. DIMENSIONS DE LA CARTOGRAPHIE DE L INNOVATION (HIVER 2009) TABLEAU 31. CARTOGRAPHIE DE L INNOVATION : UTILISATION DES TIC TABLEAU 32. CARTOGRAPHIE DE L INNOVATION : COMPOSITION DES ÉQUIPES TABLEAU 33. CARTOGRAPHIE DE L INNOVATION : AJUSTEMENTS AUX COURS TABLEAU 34. CARTOGRAPHIE DE L INNOVATION : ÉTENDUE DE LA COLLABORATION (COURT C. LONG TERME) vii

8 TABLEAU 35. CARTOGRAPHIE DE L INNOVATION : IMPORTANCE QUANTITATIVE DE LA TÉLÉCOLLABORATION TABLEAU 36. CARTOGRAPHIE DE L INNOVATION : FONCTIONNEMENT DE L ÉQUIPE TABLEAU 37. CARTOGRAPHIE DE L INNOVATION : PROCESSUS DE COLLABORATION TABLEAU 38. CARTOGRAPHIE DE L INNOVATION : COMPORTEMENT DES ÉTUDIANTS TABLEAU 39. UTILISATION DE VIA DANS LES COURS TABLEAU 40. FRÉQUENCE D UTILISATION DE VIA TABLEAU 41. MODES D UTILISATION DE VIA TABLEAU 42. FONCTIONNALITÉS DE VIA UTILISÉES TABLEAU 43. SUGGESTIONS D AMÉLIORATION À VIA TABLEAU 44. UTILISATION DE LA FENÊTRE DE TÉLÉPRÉSENCE (FTP) TABLEAU 45. FRÉQUENCE D UTILISATION DE LA FENÊTRE DE TÉLÉPRÉSENCE FTP TABLEAU 46. MODES D UTILISATION DE LA FENÊTRE DE TÉLÉPRÉSENCE (FTP) TABLEAU 47. SUGGESTIONS D AMÉLIORATIONS À LA FENÊTRE DE TÉLÉPRÉSENCE TABLEAU 48. UTILISATION DE DECCLIC TABLEAU 49. FRÉQUENCE D UTILISATION DE DECCLIC TABLEAU 50. FONCTIONNALITÉS DE DECCLIC UTILISÉES TABLEAU 51. SUGGESTIONS D AMÉLIORATIONS À L ENVIRONNEMENT DECCLIC TABLEAU 52. MOYENNE DE L ÉCHELLE DE DIVERSITÉ DES RESSOURCES PAR SESSION TABLEAU 53. ÉNONCÉS POSITIFS SUR L ÉCHELLE DE DIVERSITÉ DES RESSOURCES (ÉTUDIANTS) TABLEAU 54. ÉNONCÉS NÉGATIFS SUR L ÉCHELLE DE DIVERSITÉ DES RESSOURCES (ÉTUDIANTS) TABLEAU 55. ÉCHELLE DE DIVERSITÉ DES RESSOURCES (ENSEIGNANTS) TABLEAU 56. ÉNONCÉS DE L ÉCHELLE DE DIVERSITÉ DES RESSOURCES (ENSEIGNANTS) TABLEAU 57. ÉCHELLE DE SATISFACTION POUR LES ENSEIGNANTS (HIVER 2009) TABLEAU 58. ASPECTS POSITIFS SELON LES ENSEIGNANTS (AUTOMNE 2008 ET HIVER 2009) TABLEAU 59. ASPECTS NÉGATIFS SELON LES ENSEIGNANTS (AUTOMNE 2008 ET HIVER 2009) TABLEAU 60. SATISFACTION ENVERS LA COLLABORATION (HIVER 2009) TABLEAU 61. ÉNONCÉS DE L ÉCHELLE DE SATISFACTION ENVERS LA COLLABORATION (HIVER 2009) TABLEAU 62. NOUVELLES SOURCES D INFORMATION UTILISÉE DANS LE CADRE DU PROJET CÉGEPS EN RÉSEAU SELON LES ENSEIGNANTS. 142 TABLEAU 63. ANALYSES TYPOLOGIQUE FORMATION (TECHNIQUE) TABLEAU 64. ANALYSES TYPOLOGIQUES : FORMATION TECHNIQUE PAR PROJET TABLEAU 65. ANALYSE TYPOLOGIQUE FORMATION (PÉDAGOGIQUE) TABLEAU 66. ANALYSES TYPOLOGIQUE : FORMATION PÉDAGOGIQUE PAR PROJET TABLEAU 67. ENTRE LES ENSEIGNANTS, TYPES DE DISCUSSIONS ET D'ÉCHANGES QUI ONT ÉTÉ UNE SOURCE D'APPRENTISSAGE TABLEAU 68. CONDITIONS PÉDAGOGIQUES DE SUCCÈS DES ACTIVITÉS DE TÉLÉCOLLABORATION SELON LES ENSEIGNANTS TABLEAU 69. MENTIONS, PAR LES ENSEIGNANTS, D'UN CHANGEMENT DANS DIFFÉRENTS ASPECTS DE LEURS PRATIQUES viii

9 TABLEAU 70. TYPES DE CONNAISSANCES ET DE COMPÉTENCES ACQUISES PAR LES ENSEIGNANTS DANS LE PROJET CÉGEPS EN RÉSEAU TABLEAU 71. ÉCHELLE DES CHANGEMENTS DE PRATIQUES (HIVER 2009) TABLEAU 72. ÉNONCÉS POSITIFS DE L ÉCHELLE DES CHANGEMENTS DE PRATIQUES (HIVER 2009) TABLEAU 73. ÉNONCÉS NEUTRES OU NÉGATIFS DE L ÉCHELLE DES CHANGEMENTS DE PRATIQUES TABLEAU 74. ÉVOLUTION DE LA PERCEPTION DE H2007 À H TABLEAU 75. ASPECTS POSITIFS DU PROJET SELON LES ÉTUDIANTS TABLEAU 76. SPECTS POSITIFS PAR PROJET (ÉTUDIANTS DE L AUTOMNE 2008) TABLEAU 77. ASPECTS NÉGATIFS DU PROJET SELON LES ÉTUDIANTS TABLEAU 78. ASPECTS NÉGATIFS PAR PROJET (ÉTUDIANTS DE L AUTOMNE 2008) TABLEAU 79. ÉVOLUTION DE LA SATISFACTION GLOBALE AU COURS DU PROJET TABLEAU 80. TEST STATISTIQUE SUR LES DIFFÉRENCES DANS L INTÉRÊT À COLLABORER FIGURE 26. ÉVOLUTION DE L ÉCHELLE DE COLLABORATION (HIVER 2007 À HIVER 2008) TABLEAU 81. ÉVOLUTION DE L ÉCHELLE DE COLLABORATION TABLEAU 82. ÉNONCÉS DE L ÉCHELLE DE COLLABORATION, TRI DÉCROISSANT (AUTOMNE 2008) TABLEAU 83. INTÉRÊT DES ACTIVITÉS PAR PROJET (PHASE 1B) TABLEAU 84. IMPORTANCE DES ACTIVITÉS PAR SESSION PAR PROJET (PHASE 1B) TABLEAU 85. INTÉRÊT DES ACTIVITÉS À L AUTOMNE TABLEAU 86. IMPORTANCE DES ACTIVITÉS À L AUTOMNE TABLEAU 87. INTÉRÊT DES ACTIVITÉS À L HIVER 2009 SELON LES JUMELAGES TABLEAU 88. IMPORTANCE DES ACTIVITÉS À L HIVER 2009 SELON LES JUMELAGES TABLEAU 89. PERTINENCE POUR L EMPLOI DES OUTILS DE COMMUNICATION TABLEAU 90. PERCEPTION GLOBALE SELON LE NOMBRE DE COURS AVEC DES ACTIVITÉS DE TÉLÉCOLLABORATION TABLEAU 91. SATISFACTION SELON LE NOMBRE DE COURS AVEC ACTIVITÉS DE TÉLÉCOLLABORATION TABLEAU 92. RÉACTIONS DES ÉTUDIANTS AUX ACTIVITÉS SELON LEURS ENSEIGNANTS TABLEAU 93. DISTRIBUTION DES MOTS ASSOCIÉS AUX RÉACTIONS POSITIVES DES ÉTUDIANTS, SELON LES ENSEIGNANTS INTERROGÉS TABLEAU 94. LA COLLABORATION EN PRÉSENCE ET À DISTANCE : AVANTAGES ET INCONVÉNIENTS TABLEAU 95. RAPPEL DES PRINCIPAUX FACTEURS OU OBSTACLES À LA TÉLÉCOLLABORATION SELON LES RÉPONDANTS TIC ET LES ENSEIGNANTS RECUEILLIS EN TABLEAU 96. CATÉGORISATION DES CONDITIONS DE SUCCÈS DES ACTIVITÉS DE TÉLÉCOLLABORATION SELON LES ENSEIGNANTS INTERROGÉS À LA SESSION D'HIVER TABLEAU 97. CONDITIONS DE SUCCÈS (QUESTIONNAIRE ENSEIGNANTS HIVER 2009) TABLEAU 98. CONDITIONS DE SUCCÈS POUR LE FUTUR DE TELS PROJETS TABLEAU 99. ÉLÉMENTS À CONSERVER TABLEAU 100. SUGGESTIONS LA VIABILITÉ TABLEAU 101. RAPPEL DES CONDITIONS PÉDAGOGIQUES DE SUCCÈS DES ACTIVITÉS DE TÉLÉCOLLABORATION ix

10 TABLEAU 102. CONDITIONS TECHNOLOGIQUES DE SUCCÈS DES ACTIVITÉS DE TÉLÉCOLLABORATION TABLEAU 103. CONDITIONS SOCIOAFFECTIVES DE SUCCÈS DES ACTIVITÉS DE TÉLÉCOLLABORATION TABLEAU 104. CONDITIONS D'ADMINISTRATION PÉDAGOGIQUE DE SUCCÈS DES ACTIVITÉS DE TÉLÉCOLLABORATION TABLEAU 105. CONDITIONS INDIVIDUELLES DE SUCCÈS DES ACTIVITÉS DE TÉLÉCOLLABORATION TABLEAU 106. CONDITIONS ESSENTIELLES AUX PROJETS DE TÉLÉCOLLABORATION TABLEAU 107. FACTEURS LIÉS AU SUCCÈS DE LA TÉLÉCOLLABORATION TABLEAU 108. FACTEURS PÉDAGOGIQUES LIÉS AU SUCCÈS DE LA TÉLÉCOLLABORATION x

11 LISTE DES FIGURES FIGURE 1. LE MODÈLE CBAM (TIRÉ DE HALL ET HORD, 2001) FIGURE 2. MODÈLE IMPLICITE DES RAISONS DE DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL DES ENSEIGNANTS (CLARKE ET HOLLINGSWORTH, 2002) FIGURE 3. MODÈLE INTERCONNECTÉ DE LA CROISSANCE PROFESSIONNELLE (CLARKE ET HOLLINGSWORTH, 2002) FIGURE 4. MODÈLE GÉNÉRAL DES ATTENTES ET DE LA VALEUR SELON PINTRICH (2003) FIGURE 5. LA FENÊTRE DE TÉLÉPRÉSENCE FIGURE 6. INTERFACE DE VIA FIGURE 7. INTERFACE DE L ENA DECCLIC FIGURE 8. VALEURS PROPRES DE LA PREMIÈRE ÉCHELLE DE SATISFACTION FIGURE 9. VALEURS PROPRES DE L ÉCHELLE DE VALLERAND ET BISSONNETTE (1990) FIGURE 10. VALEURS PROPRES DE L ÉCHELLE DE DIVERSITÉ DES RESSOURCES FIGURE 11. VALEURS PROPRES POUR L ÉCHELLE DE COLLABORATION FIGURE 12. VALEURS PROPRES DE L ÉCHELLE DE VALEUR DES ACTIVITÉS FIGURE 13. COURBE DES STADES DE PRÉOCCUPATION DU PARTICIPANT N O FIGURE 14. POSITIONNEMENT DES PROJETS DANS LA CARTOGRAPHIE DE L INNOVATION FIGURE 15. MODÈLE INTERCONNECTÉ DE DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL DE CLARKE ET HOLLINSWORTH (2002) OPÉRATIONNALISÉ DANS LE CADRE DU PROJET CÉGEPS EN RÉSEAU FIGURE 16. ÉVOLUTION DE L ÉCHELLE DE DIVERSITÉ DES RESSOURCES (AU GLOBAL) FIGURE 17. QUESTION SUR LES FORMATIONS TECHNIQUES ET PÉDAGOGIQUES FIGURE 18. PROCESSUS DE CHANGEMENTS DE PRATIQUE DES ENSEIGNANTS PAR RAPPORT AU MODÈLE DE CLARKE ET HOLINGSWORTH (2002) FIGURE 19. PROCESSUS D'ACQUISITION DE CONNAISSANCES RELATIF À L'UTILISATION DES TECHNOLOGIES EN CLASSE (BASÉ SUR LE SCHÉMA DE CLARKE ET HOLLINGSWORTH, 2002) FIGURE 20. PROCESSUS D'APPRENTISSAGE TECHNIQUE DANS LE CADRE DU PROJET CÉGEPS EN RÉSEAU (SELON LE SCHÉMA DE CLARKE ET HOLLINGSWORTH, 2002) FIGURE 21. RÉSUMÉ DES PROCESSUS D'APPRENTISSAGE DES ENSEIGNANTS DANS LE CADRE DE CÉGEPS EN RÉSEAU (SELON LE MODÈLE DE CLARKE ET HOLLINGSWORTH, 2002) FIGURE 22. ÉVOLUTION DE LA PERCEPTION DE H2007 À H FIGURE 23. ÉVOLUTION DE LA PREMIÈRE ÉCHELLE DE SATISFACTION FIGURE 24. ÉVOLUTION DE LA SATISFACTION SELON L ÉCHELLE DE VALLERAND ET BISSONNETTE (1990) FIGURE 25. ÉVOLUTION DE L INTÉRÊT À COLLABORER AVEC D AUTRES ÉTUDIANTS FIGURE 26. ÉVOLUTION DE L ÉCHELLE DE COLLABORATION (HIVER 2007 À HIVER 2008) FIGURE 27. ÉVOLUTION DE L INTÉRÊT DES ACTIVITÉS FIGURE 28. ÉVOLUTION DE L IMPORTANCE DES ACTIVITÉS xi

12 FIGURE 29. ÉVOLUTION DE LA PERTINENCE POUR L EMPLOI DES OUTILS DE COMMUNICATION FIGURE 30. ANALYSE DE COOCCURRENCE DES CODES RELATIFS AUX RÉACTIONS DES ÉTUDIANTS ET AUX MOMENTS DANS L'EXPÉRIMENTATION xii

13 1 INTRODUCTION Le projet Cégeps en réseau, qui a été expérimenté entre 2006 et 2009 dans sept sous-projets, est un projet d innovation technopédagogique et organisationnelle de jumelage de classes, d enseignants et de cours par le biais de l utilisation des TIC (technologies de l information et de la communication). Les jumelages sont faits entre enseignants de cégeps différents offrant un même programme qui se trouve en difficulté de recrutement d étudiants. Le projet vise à répondre aux défis posés aux programmes techniques à petites cohortes au collégial, défis qui sont situés en termes de viabilité et de vitalité. Un grand nombre de programmes techniques du collégial opèrent sous le seuil de viabilité (moins de 60 inscriptions pour les trois années) et plusieurs d entre eux sont réputés en difficulté (moins de 45 inscriptions pour les trois années). Cette situation pose des défis pédagogiques qui sont de l ordre de la vitalité des programmes (diminution des équipes d enseignants, des ressources affectées à la formation et des autres ressources). Relié à la qualité de la formation, le terme vitalité s applique ici au dynamisme des enseignants et des programmes. Il se traduit par le développement professionnel des enseignants et par la diversité des ressources du programme (expertises des enseignants, diversité des milieux, etc.). Ainsi, le projet visait : à redynamiser les équipes d enseignants de ces programmes en favorisant leur développement professionnel, à favoriser les échanges sur le programme et les cours et à vitaliser l enseignement offert aux élèves en leur donnant l occasion de vivre des expériences d apprentissage diversifiées et riches. La présente recherche portait spécifiquement sur les aspects pédagogiques et technopédagogiques liés à la vitalité des programmes de formation. La première phase (phase 1a) s est déroulée de janvier 2006 à décembre La deuxième phase (phase 1b), étant une prolongation de la première phase, s est déroulée de janvier 2008 à juin Des cinq projets de la phase 1a, deux se sont prolongés lors de la phase 1b, et 1

14 deux nouveaux projets n ont couvert que la phase 1b. Sept projets de jumelage ont été expérimentés et mis en œuvre dans onze cégeps : Baie-Comeau Lévis-Lauzon Sainte-Foy Thetford Mines Drummondville Matane Saint-Félicien Trois-Rivières. Gaspésie Les Îles Rivière-du-Loup Sept-Îles Le présent rapport constitue le rapport de la phase 1b, mais il est conçu et rédigé comme un rapport récapitulatif de l ensemble du projet. L analyse évolutive des données permet d enrichir les données provenant d un nombre assez limité de cas d implantation de l innovation technopédagogique proposée. Ce choix alourdit le rapport, tout comme le fait qu il s agit d un rapport pouvant répondre aux exigences scientifiques, mais aussi d un rapport destiné au ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, aux partenaires et aux autres participants du projet, ainsi qu à tous ceux qui s intéresseraient à mettre sur pied des projets de télécollaboration. Bien que les enjeux liés à la viabilité des programmes techniques soient très importants et liés aux possibilités de maintien de l offre de programmes techniques en région, ils ne font pas directement partie des objets de la présente recherche. Ces aspects sont en lien avec divers facteurs (conditions de travail, ententes patronales/syndicales, charges d enseignement, dégagements, financement, etc.) qui ne relèvent pas de l expertise pédagogique et technopédagogique du chercheur principal, et qui auraient pu nuire à la poursuite des autres objectifs. Cependant, dès la fin de la phase 1a, il était clair pour l équipe de recherche et l équipe du CEFRIO que les conditions en place ne permettaient pas d espérer des effets sur la viabilité à court terme. Le modèle du coenseignement réalisé par le recours aux TIC - exploité dans l ensemble des projets - n était pas porteur de perspectives d économies. Au début de la phase 1b, il était toutefois déjà clair que toute perspective visant à favoriser le maintien de l offre de programmes techniques à faible effectif par les TIC impliquait une intensification importante et une organisation différente de la mise en réseau. Les recommandations faites à la fin de chacun des chapitres de présentation des résultats tiennent donc compte d une perspective éventuelle de mise en réseau pour obtenir des effets sur le maintien des programmes techniques, 2

15 sans toutefois présumer des formes précises que pourrait prendre l organisation de tels projets. Dans les parties qui suivent, nous esquisserons d abord la problématique de la viabilité et de la vitalité des programmes techniques à petites cohortes à l origine de ce projet. Nous décrirons ensuite le cadre conceptuel choisi pour la présente recherche, en justifiant et en décrivant les principaux modèles théoriques retenus, notamment le modèle CBAM (Concern Based Adoption Model) pour l adoption d une innovation, le modèle systémique de développement professionnel de Clarke et Hollingworth (2000) et le modèle de la motivation de Pintrich (2003). Nous présenterons ensuite les objectifs de recherche et la méthodologie (rechercheaction), recourant notamment aux instruments développés dans le modèle CBAM et à des instruments que nous avons développés, ainsi que les procédures de validation utilisées pour les différentes échelles de mesure et les résultats de la validation exploratoire lorsque disponibles. L instrumentation mise en place couvrait plusieurs aspects et avait recours à plusieurs types d instruments (questionnaires, entrevues individuelles, entrevues de groupe, rapports), utilisés avec différents types de répondants (enseignants, étudiants, conseillers technopédagogiques). Les efforts faits pour décrire les choix effectués et les qualités métrologiques des instruments utilisés peuvent rendre ce chapitre un peu dense - que les lecteurs critiques apprécieront - toutefois un peu lourd pour les lecteurs non spécialisés. Par la suite, les différents résultats sont présentés (chapitres 6 à 10) selon l ordre des objectifs. Une discussion générale des résultats et des recommandations - faites dans la perspective d une intensification éventuelle de la télécollaboration - se retrouve à la fin de chaque chapitre. Le chapitre 6 porte sur l adoption de l innovation qu est la télécollaboration et sur les facteurs qui l influencent. Le chapitre 7 porte sur les modes d utilisation des TIC. Le chapitre 8 est le plus important des chapitres de résultats. Sa structure suit celle des différentes dimensions du modèle de Clarke et Hollingworth. Les effets de la télécollaboration sur les enseignants sont d abord présentés à partir des données de questionnaires et d entrevues. La discussion des résultats suit, afin de 3

16 permettre au lecteur de les avoir encore en tête. Par la suite, les effets de la télécollaboration sur les étudiants sont abordés. Une deuxième discussion suit, avec des recommandations issues de l ensemble des résultats présentés (c est-à-dire aussi bien ceux qui ont été obtenus auprès des enseignants que ceux auprès des étudiants). Le chapitre 9 porte sur les caractéristiques de la collaboration à distance entre étudiants et entre enseignants, chacune de ces sous-sections étant suivie d une discussion. Le chapitre 10 présente les conditions de succès de la télécollaboration. Ce dernier chapitre n est pas suivi d une discussion car la synthèse des résultats sur les conditions de succès et des autres résultats de recherche est présentée au chapitre 11, en guise de conclusion. Un lecteur intéressé à aller directement aux résultats les plus importants pourrait lire la problématique et la section des questions et objectifs de recherche qui vient tout juste après. Il pourrait se rendre ensuite à chacune des discussions (6.6, 7.5, 8.3, 8.5, 9.3, 9.5) puis à la conclusion. 4

17 2 PROBLÉMATIQUE Plusieurs programmes techniques de formation, offerts au collégial, accueillent un faible nombre d étudiants, particulièrement en région mais aussi dans les grands centres urbains. Ce phénomène n est pas nouveau. «Déjà, en 1990, la Commission de l enseignement professionnel du Conseil des collèges, publiait un rapport sur cette question» (Inchauspé, 2004, p. 18). Nombre d entre eux se retrouvent sous le seuil de la viabilité, une norme administrative non prescriptive fixée à 60 étudiants dans un programme. Dans l ensemble du réseau collégial, 27,3 % des programmes techniques (196 sur 717) seraient sous le seuil de viabilité, alors que 17,4 % (125 sur 717) seraient «en difficulté», c est-à-dire qu ils accueilleraient moins de 45 élèves (Inchauspé, 2004, p. 33). Selon les données récentes, mais non publiées, du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, cette proportion aurait augmenté de manière importante au cours des dernières années. Bien que, dans plusieurs de ces programmes, les taux de placement soient bons, des difficultés de recrutement sont récurrentes. Selon Inchauspé (2004), cette réalité des programmes techniques à petites cohortes s accentuera dans l avenir et il importe de trouver de nouvelles manières d y faire face. En raison du faible nombre d étudiants qu ils accueillent, ces programmes présentent des défis particuliers, comme ceux qui ont trait à leur vitalité et à leur viabilité (la viabilité étant une norme administrative fixée à 60 étudiants dans un programme et la vitalité étant définie comme correspondant au développement professionnel des enseignants et à la diversité des ressources disponibles pour l'apprentissage). 2.1 CAUSES DE LA BAISSE D INSCRIPTIONS DANS LES PROGRAMMES TECHNIQUES Parmi les facteurs expliquant le faible niveau d inscriptions dans des programmes techniques, on peut évoquer en premier lieu la baisse démographique qui touche l ensemble de la population québécoise (Inchauspé, 2004). Dans les régions, l exode des jeunes vers les centres urbains s ajoute à la baisse démographique alors que 47 % des jeunes de 20 à 34 ans quittent leur région d origine, et que 70 % de ce pourcentage n y retournent plus par après (Gauthier, Molgat et Côté, 2001). Cet exode n est pas compensé par l apport des immigrants au Québec puisque ceux-ci préfèrent massivement s établir 5

18 dans la région de Montréal (Nolet, 2001). Le manque d information dans les établissements secondaires et la mauvaise presse dont ont été l objet certains secteurs dans les médias (l industrie forestière et celle des technologies de l information, par exemple) contribuent aussi vraisemblablement à la baisse d inscriptions, bien que ces facteurs ne soient pas documentés dans la littérature. Pour tenter de maintenir leurs programmes qui sont sous le seuil de viabilité, plusieurs établissements tentent de mousser le recrutement, ce qui se traduit par le transfert d étudiants d un programme technique bien fréquenté à un autre sous le seuil de viabilité. Dans l ensemble du système, cette solution ne fait que déplacer le problème. Comme le souligne Inchauspé (2004, p. 17), «[il] est par conséquent évident que, si la baisse démographique réduit la quantité totale du flux, il y aura de moins en moins d élèves dans chacun de ces bassins et que le nombre de programmes en difficulté va augmenter, surtout dans les régions fortement affectées par la baisse démographique. Les programmes techniques devront vivre avec cette difficulté». Bref, la réalité des programmes attirant de petites cohortes semble là pour rester et il importe de trouver des solutions aux défis que cette réalité représente. 2.2 CONSÉQUENCES DE LA BAISSE D INSCRIPTIONS DANS LES PROGRAMMES TECHNIQUES Quelques collèges envisagent de fermer certains programmes techniques en difficulté, mais ce n est pas une décision facile parce que les programmes techniques font partie de l identité institutionnelle : «La fermeture d un de leurs programmes est vécue par tous les membres d un collège comme la perte d une partie de soi» (Inchauspé, 2004, p. 16). De plus, ces programmes répondent souvent à des besoins régionaux importants en matière de formation de la main-d oeuvre et ont un rôle à jouer dans le développement économique régional. Les autorisations de programmes techniques s appuient sur leur pertinence sur le plan régional, et le développement régional fait partie de la mission des collèges (Commission des états généraux sur l éducation, 1997), même dans le cas des programmes techniques qui ont des taux d inscriptions faibles. Leurs enseignants sont fréquemment des experts locaux appelés à diriger des séances de formation, d orientation 6

19 ou de perfectionnement. Enfin, le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport se doit aussi de maintenir une offre de formation technique en région, pour assurer l égalité des chances d accès aux études supérieures. Par contre, la baisse des inscriptions a des conséquences économiques et organisationnelles sur les étudiants, le personnel enseignant, l ensemble de l établissement d enseignement, la région, et sur l ensemble du réseau collégial Conséquences financières Le maintien des programmes à petites cohortes a un coût, tant pour l établissement de formation que pour l ensemble du réseau collégial «puisque les subventions gouvernementales sont basées sur le nombre total d inscriptions des élèves aux divers programmes» (Inchauspé, 2004, p. 9). Le coût des ressources enseignantes, calculé en équivalent temps complet (ETC), est très variable d un collège à un autre. «En , le coût d un ETC dans un collège très technique mais populeux est de $, celui d un collège - pourtant un peu moins technique, mais surtout peu populeux et en région - est de $» (Inchauspé, 2004, p. 11). Au fil des ans, diverses mesures transitoires quant au financement de ces programmes à petites cohortes ont été mises en place par le MELS. Ces mesures, dont plusieurs programmes deviennent dépendants, sont de plus en plus coûteuses, ce qui engendre une pression considérable autant sur les collèges qui maintiennent des programmes à petites cohortes que sur l ensemble du réseau d enseignement collégial. En effet, au niveau local, le fait de continuer à offrir un programme à une petite cohorte amène le collège à puiser plus d ETC (équivalent temps complet) dans sa banque que le nombre d ETC générés par les inscriptions dans le programme, ce qui amène l ensemble des professeurs du collège à assumer cette surcharge. Au plan provincial, comme l enveloppe budgétaire du MELS est globale, un programme qui opère sous le seuil de viabilité, avec des mesures spéciales de soutien financier, le fait aux dépens d autres programmes dans un même cégep et également aux dépens des autres cégeps du réseau. 7

20 Investir davantage dans des collèges en région afin de soutenir les programmes techniques en difficulté diminue donc les ressources financières disponibles pour les autres collèges Conséquences humaines Outre les conséquences financières, des pressions importantes s exercent sur les enseignants qui offrent la formation dans ces programmes. Le nombre d enseignants dans ces programmes diminuant, la diversité des expertises disponibles se trouve de plus en plus limitée et oblige ces enseignants à donner un plus grand nombre de cours différents (augmentant le nombre de préparations à chaque session), ainsi qu à donner des cours dans une spécialité qui n est pas la leur et pour lesquels ils sont parfois insuffisamment préparés. «Des professeurs se retrouvent avec six ou sept préparations différentes au cours d une année et avec 15 à 20 périodes d enseignement différentes par semaine pendant une session. Ces professeurs ne répètent à peu près jamais un cours et la préparation des cours demande énormément de temps et d énergie car les contenus de cours doivent être modifiés continuellement pour permettre un enseignement adapté à l évolution technologique» (Conseil des collèges, 1990, p. 24). Concrètement, la situation des petites cohortes risque de se traduire par un alourdissement de la charge de travail des enseignants. La diminution du nombre de membres de l équipe enseignante peut aussi se traduire par des occasions plus limitées d échanger sur les cours et sur le programme et limiter les aspects du développement professionnel qui sont issus de ces échanges. De plus, depuis la réforme pédagogique de l enseignement collégial de 1992, les tâches locales sont accrues en matière d élaboration de programmes et, alors qu il n y a plus de mécanismes de coordination provinciale entre les enseignants des différents programmes techniques, la diminution des ressources enseignantes et leur isolement et la diminution des possibilités d échanges entre enseignants risquent de se traduire localement par un appauvrissement du programme. Mazur et Lynch (1989) ont souligné les méfaits de la surcharge de travail et de l isolement sur la santé mentale des enseignants. D autres recherches montrent une 8

POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES

POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES RÈGLEMENTS POLITIQUES PROCÉDURES POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES PRÉAMBULE La politique de gestion des programmes d études propose une démarche intégrée des différentes actions du Collège

Plus en détail

Pour une offre de cours «à distance» de cours à option en Sciences et en Mathématiques de Secondaire IV et V

Pour une offre de cours «à distance» de cours à option en Sciences et en Mathématiques de Secondaire IV et V Pour une offre de cours «à distance» de cours à option en Sciences et en Mathématiques de Secondaire IV et V À l attention de monsieur Alain Veilleux, sous-ministre adjoint à l éducation préscolaire et

Plus en détail

Projet Cégeps en réseau Rapport final de la phase 1 Volet technopédagogique de la recherche

Projet Cégeps en réseau Rapport final de la phase 1 Volet technopédagogique de la recherche Projet Cégeps en réseau Rapport final de la phase 1 Volet technopédagogique de la recherche Bruno Poellhuber Ph. D., professeur adjoint, Département de psychopédagogie et d andragogie, Université de Montréal

Plus en détail

SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Numéro du document : 0608-14 Adoptée par la résolution : 347 0608 En date du : 17 juin

Plus en détail

Voir le document PowerPoint pour le contenu de la présentation.

Voir le document PowerPoint pour le contenu de la présentation. Initiative A2 : Le télé-enseignement au cégep Promoteur : Sony Cormier, directeur du Campus des Îles-de-la-Madeleine et directeur intérimaire du Campus de Carleton-sur-Mer (Cégep de la Gaspésie-Les-Îles)

Plus en détail

INNOVATION INITIER UNE DÉMARCHE DE LABORATOIRE VIVANT

INNOVATION INITIER UNE DÉMARCHE DE LABORATOIRE VIVANT INNOVATION INITIER UNE DÉMARCHE DE LABORATOIRE VIVANT FICHE D INTENTION MARS 2013 Propriété intellectuelle Les résultats des travaux de recherche réalisés par les chercheurs du projet demeureront la propriété

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

L école éloignée en réseau. Organisation pour les commissions scolaires Des conditions pour faciliter le changement. Au plan administratif

L école éloignée en réseau. Organisation pour les commissions scolaires Des conditions pour faciliter le changement. Au plan administratif L école éloignée en réseau Organisation pour les commissions scolaires Des conditions pour faciliter le changement Au plan administratif La gestion et l organisation d un projet ÉÉR dans une commission

Plus en détail

Proposition de création d un comité institutionnel pour l intégration des TIC au Cégep. Déposé au Comité de régie le 29 novembre 2011

Proposition de création d un comité institutionnel pour l intégration des TIC au Cégep. Déposé au Comité de régie le 29 novembre 2011 Proposition de création d un comité institutionnel pour l intégration des TIC au Cégep Déposé au Comité de régie le 29 novembre 2011 - Attendu que le plan stratégique de développement, dans chacune de

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

Mise en réseau des écoles Québécoises par les TIC

Mise en réseau des écoles Québécoises par les TIC Jean Bouchard, directeur général Direction générale du financement et de l équipement 28 mai 2004 Mise en réseau des écoles Québécoises par les TIC Séminaire de l OCDE-PEB Plan de la présentation 1. Tendances

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Table des matières CONTEXTE...5 OBJET...7 CHAMP D APPLICATION...7 PRINCIPES GÉNÉRAUX ET VALEURS...7 OBJECTIFS GÉNÉRAUX...8 OBJECTIFS PARTICULIERS...8 DISPOSITIONS

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

Consultation sur l aménagement linguistique dans les écoles de langue française en Ontario

Consultation sur l aménagement linguistique dans les écoles de langue française en Ontario Consultation sur l aménagement linguistique dans les écoles de langue française en Ontario Questions pour les entrevues individuelles Et réponses en lien avec les objectifs du Plan stratégique sur l éducation

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

LES ORIENTATIONS, LES OBJECTIFS

LES ORIENTATIONS, LES OBJECTIFS LES ORIENTATIONS, LES OBJECTIFS ET LE PLAN DE RÉUSSITE DU CENTRE 2013-2018 Adoptés par les membres du conseil d établissement à leur réunion du 3 avril 2013 Table des matières Contexte et enjeux... 3 Des

Plus en détail

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 POLITIQUE D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 PRÉAMBULE En raison de son caractère public et de sa mission, la Commission

Plus en détail

PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017. Un milieu de vie, une réussite

PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017. Un milieu de vie, une réussite PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017 Un milieu de vie, une réussite LE CÉGEP ET LA RÉUSSITE Tributaire d une longue histoire éducative, le Cégep 1, depuis sa création, se distingue par la qualité de sa formation

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE JANVIER 2014 INTRODUCTION Le CAMO pour personnes handicapées souhaitait établir un portrait de la situation de la formation des personnes

Plus en détail

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET L utilisation des TIC par le personnel enseignant Marie-José Roy Depuis l apparition des micro-ordinateurs dans les années 1980, la tâche des enseignantes et enseignants s est vue modifiée à mesure que

Plus en détail

Plan d intégration des TIC

Plan d intégration des TIC Plan d intégration des TIC 2 0 1 0 / 2 0 1 5 1 PRÉAMBULE En 2010, le Cégep de Thetford déposait son Plan stratégique 2010-2015 dans lequel on retrouve une cible qui précise, entre autres, l orientation

Plus en détail

POLITIQUE D APPROVISIONNEMENT RESPONSABLE AU CÉGEP DE DRUMMONDVILLE

POLITIQUE D APPROVISIONNEMENT RESPONSABLE AU CÉGEP DE DRUMMONDVILLE POLITIQUE N o 21 POLITIQUE D APPROVISIONNEMENT RESPONSABLE AU CÉGEP DE DRUMMONDVILLE Adoptée le 4 mai 2010 cegepdrummond.ca Adoptée au conseil d administration : 4 mai 2010 (CA-10-05-04-06) Cégep de Drummondville

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc.

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc. GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 1. Gestion opérationnelles des RH 2. Audits GHR 3. Recrutement et dotation 4. Évaluation psychométrique 5. Consolidation et coaching 6. Transition de carrière 1. COMMENT

Plus en détail

Futurs profs: Des ressources pour la formation à l'utilisation des TIC pour les enseignants futurs et actuels du réseau collégial

Futurs profs: Des ressources pour la formation à l'utilisation des TIC pour les enseignants futurs et actuels du réseau collégial Futurs profs: Des ressources pour la formation à l'utilisation des TIC pour les enseignants futurs et actuels du réseau collégial Bruno Poellhuber et Réjean Jobin Présentation au réseau des reptic le 29

Plus en détail

Plus qu une entreprise... Un réseau

Plus qu une entreprise... Un réseau Société GRICS Plus qu une entreprise... Un réseau De par sa nature, la Société GRICS n est pas une entreprise comme les autres : elle est un regroupement, au centre d un réseau qui réunit l ensemble des

Plus en détail

Soutien aux projets structurants de valorisation de transfert Direction du Soutien à l innovation technologique et sociale

Soutien aux projets structurants de valorisation de transfert Direction du Soutien à l innovation technologique et sociale Soutien aux projets structurants de valorisation de transfert Direction du Soutien à l innovation technologique et sociale Plan de la présentation Le secteur Recherche, innovation et science citoyenne

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 POLITIQUE 2500-024 TITRE : ADOPTION : Conseil d'administration Résolution : CA-2008-01-15-08 ENTRÉE EN VIGUEUR : 15 janvier 2008 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 2. LA FORMATION

Plus en détail

Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7

Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7 Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7 novembre 2012 Cadre de mieux-être en Le cadre de notre

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

AEC en Techniques d éducation à l enfance

AEC en Techniques d éducation à l enfance (JEE.0K) 322-101-MV Introduction à la profession Ce cours permet à l étudiant d explorer la profession d éducatrice à l enfance dans son ensemble et de bien cerner le contexte des services de garde au

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège LASNIER, Monique. Plan institutionnel d'aide à la réussite et à la persistance.collège

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 MISSION Le Réseau canadien de documentation pour la recherche (RCDR) est un partenariat d universités canadiennes qui se consacre à étendre l accès au contenu numérique

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN POLITIQUE : 5-12 Services éducatifs Entrée en vigueur : 19 avril 2011 (CC110419-10) TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

Plus en détail

Projet 8INF206 (3cr) Guide

Projet 8INF206 (3cr) Guide Module d informatique et de mathématique Projet 8INF206 (3cr) Guide Version avril 2012 Université du Québec à Chicoutimi Département d'informatique et de mathématique TABLE DES MATIÈRES INFORMATION GÉNÉRALE...

Plus en détail

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Date de la rencontre : le 25 novembre 2014 Heure : 9 h Lieu : Terrebonne Local : Salle du conseil Présentateur : Marcel Côté, directeur général

Plus en détail

École secondaire Armand-Corbeil. Politique linguistique au Programme de premier cycle du secondaire (PPCS)

École secondaire Armand-Corbeil. Politique linguistique au Programme de premier cycle du secondaire (PPCS) École secondaire Armand-Corbeil Politique linguistique au Programme de premier cycle du secondaire (PPCS) Janvier 2013 PRÉAMBULE Le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport demande aux commissions

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE DÉVELOPPEMENT ET DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIDGP)

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE DÉVELOPPEMENT ET DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIDGP) POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE DÉVELOPPEMENT ET DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIDGP) Adoptée par le conseil d administration le 27 novembre 2003 Direction des études Table des matières 1. BUT...

Plus en détail

PLAN DE COURS MBA-8C18 Groupe 15. Volet A - Gestion des ressources humaines

PLAN DE COURS MBA-8C18 Groupe 15. Volet A - Gestion des ressources humaines Département d organisation et ressources humaines École des sciences de la gestion Université du Québec à Montréal «Créer de la valeur exige audace et engagement» PLAN DE COURS MBA-8C18 Groupe 15 Volet

Plus en détail

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing Création d un programme de Préparé par Hana Cherif, professeure, Département de stratégie des affaires Danielle Maisonneuve, professeure, Département de communication sociale et publique Francine Charest,

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION

POLITIQUE DE FORMATION POLITIQUE DE FORMATION ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES Table des matières 1. Préambule... - 2-2. Buts généraux... - 2-3. Objectifs... - 2-4. Axes et typologie de formation... - 3-4.1 Axes de formation...

Plus en détail

L Approche programme

L Approche programme L Approche programme Margot Phaneuf, inf., Ph.D. mai 2003 Révision oct. 2012 Qu'est-ce que c'est? Le programme en soins infirmiers repose fondamentalement sur une organisation par programme. C est une

Plus en détail

Résumé du rapport remis aux centres de formation à la suite de la rencontre du 27 janvier 2011. Présenté à : Par :

Résumé du rapport remis aux centres de formation à la suite de la rencontre du 27 janvier 2011. Présenté à : Par : Stratégies pour des avenues de formation aux fins du secteur des contenus numériques interactifs québécois particulièrement pour les industriels du jeu vidéo Résumé du rapport remis aux centres de formation

Plus en détail

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE PENSÉE ET VISION STRATÉGIQUE Avoir une perspective globale des enjeux actuels et futurs du client ainsi que de définir des orientations visant

Plus en détail

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Janvier 2005 This document is available in English under

Plus en détail

LE DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES DE LA THÉORIE À LA PRATIQUE

LE DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES DE LA THÉORIE À LA PRATIQUE Développer des compétences en promotion de la santé LE DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES DE LA THÉORIE À LA PRATIQUE Brahimi Cora, Ph. D. Institut national de santé publique du Québec (INSPQ)

Plus en détail

GUIDE PÉDAGOGIQUE L ÉLABORATION DU PROJET DE FORMATION EN ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES

GUIDE PÉDAGOGIQUE L ÉLABORATION DU PROJET DE FORMATION EN ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES L ÉLABORATION DU PROJET DE FORMATION EN ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES 10 Le projet de formation en alternance travail-études constitue l outil qui concrétise le partenariat éducatif entre l établissement scolaire

Plus en détail

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention À moins d indications contraires, toutes les définitions

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION

APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION (Gérard Scallon, 2005) PLAN DE FORMATION À L ÉVALUATION Introduction L évaluation des apprentissages est sans contredit un élément clé de tout programme de formation.

Plus en détail

PROJET DE LOI 52. Mémoire de. l Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) présenté au

PROJET DE LOI 52. Mémoire de. l Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) présenté au PROJET DE LOI 52 Mémoire de l Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) présenté au Comité permanent de l Assemblée législative Août 2006 L Association des enseignantes et

Plus en détail

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques En 2013, le Conseil des arts du Canada a publié le Document d'information : Révision des programmes de subventions de fonctionnement

Plus en détail

l évaluation participative

l évaluation participative l évaluation participative Mardi du RIOCM par le Centre de formation populaire Décembre 2008 Pourquoi ce thème Maîtriser la notion d évaluation Démystifier ce qu est l évaluation participative Discuter

Plus en détail

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Section Formation et perfectionnement Avril 2004 Note : Le présent document est tiré du Portrait de l établissement et du retrait de

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Techniques de l informatique 420.AC. DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques

Techniques de l informatique 420.AC. DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques Plan de cours Techniques de l informatique 420.AC DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques 420-691-MA Stage en entreprise Site du stage en entreprise : http://stages.cmaisonneuve.qc.ca/evaluation/1748/

Plus en détail

Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec

Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec Coordination Direction des mesures et services aux entreprises et du placement Ministère de l Emploi et de la Solidarité sociale Rédaction Direction

Plus en détail

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051)

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051) 4.13 Politique culturelle et linguistique (Résolution : CC.2014-051) PRÉAMBULE La nouvelle politique culturelle et linguistique favorise la dimension culturelle comme levier incontournable pour mettre

Plus en détail

Plan de développement stratégique 2013-2016

Plan de développement stratégique 2013-2016 Plan de développement stratégique 2013-2016 INTRODUCTION Le Plan de développement stratégique présenté dans les pages qui suivent expose les objectifs du Groupe de Collaboration Internationale en Ingénierie

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Partage et échange d expertises et de services : Techniques de tourisme et gestion touristique Rapport narratif final

Partage et échange d expertises et de services : Techniques de tourisme et gestion touristique Rapport narratif final 2010 Partage et échange d expertises et de services : Techniques de tourisme et gestion touristique Rapport narratif final Un projet du Cégep de Matane en collaboration avec le Campus Saint Jean de l Université

Plus en détail

Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir. Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au

Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir. Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au PLAN D INTERVENTION Service des ressources éducatives Version finale

Plus en détail

Espace collaboratif «L école s active en mode nutrition» : collaborer pour faire évoluer nos pratiques

Espace collaboratif «L école s active en mode nutrition» : collaborer pour faire évoluer nos pratiques Espace collaboratif «L école s active en mode nutrition» : collaborer pour faire évoluer nos pratiques Julia Gaudreault-Perron, chargée de projet 19 février 2013, Montréal 1 Objectifs de la présentation

Plus en détail

Le plan d intervention au service de la réussite de l élève. Cadre de référence pour l établissement des plans d intervention

Le plan d intervention au service de la réussite de l élève. Cadre de référence pour l établissement des plans d intervention Le plan d intervention au service de la réussite de l élève Cadre de référence pour l établissement des plans d intervention Objectif de la présentation Présenter les orientations ministérielles qui sous-tendent

Plus en détail

COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE RELATIVE À LA FORMATION GÉNÉRALE COMPLÉMENTAIRE

COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE RELATIVE À LA FORMATION GÉNÉRALE COMPLÉMENTAIRE COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE RELATIVE À LA FORMATION GÉNÉRALE COMPLÉMENTAIRE 1055, 116 e rue Ville Saint-Georges (Québec) G5Y 3G1 La présente politique a

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

DESCRIPTION DE POSTE

DESCRIPTION DE POSTE DESCRIPTION DE POSTE 1. IDENTIFICATION DE L'EMPLOI 1.1 Titre d'emploi : Agente ou agent de planification, de programmation et de recherche 1.2 Direction : Direction de la santé publique 1.3 Supérieur immédiat

Plus en détail

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES Vue d ensemble Le Cadre pour l'éducation et la formation professionnelle des Autochtones vise trois objectifs : = augmenter les taux

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Multilinguisme et employabilité

Multilinguisme et employabilité Multilinguisme et employabilité Un inventaire des ressources dans la région de Québec Annie Pilote INRS-UCS Plan de la présentation Objectifs de l enquête Démarche méthodologique Inventaire des ressources

Plus en détail

PAR COURRIEL Montréal, le 11 mai 2005. Objet : Position de la Société GRICS par rapport au logiciel libre.

PAR COURRIEL Montréal, le 11 mai 2005. Objet : Position de la Société GRICS par rapport au logiciel libre. Bureau du président-directeur général PAR COURRIEL Montréal, le 11 mai 2005 À TOUS LES DIRECTEURS GÉNÉRAUX, LES PRÉSIDENTS ET LES GESTIONNAIRES DES TECHNOLOGIES DES COMMISSIONS SCOLAIRES Objet : Position

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

LE MICROPROGRAMME DE FORMATION À L ENSEIGNEMENT POSTSECONDAIRE

LE MICROPROGRAMME DE FORMATION À L ENSEIGNEMENT POSTSECONDAIRE LE MICROPROGRAMME DE FORMATION À L ENSEIGNEMENT POSTSECONDAIRE Depuis 2001: cours dispensés par des formateurs en provenance du collégial + de 1600 étudiants; près de 1000 diplômés 4 cours + stage (planification,

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DUPERSONNEL DE SOUTIEN (PO 13) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL

Plus en détail

Politique relative à l emploi et à la qualité de la langue française

Politique relative à l emploi et à la qualité de la langue française Politique relative à l emploi et à la qualité de la langue française Direction des études Août 2009 Préambule Fondé en 1917, le Collège Bart est un établissement d enseignement collégial privé autorisé

Plus en détail

Evaluateur du projet : Pour l INRP Arielle Compeyron et Laurent Lima Laboratoire des Sciences de l Education Grenoble 2

Evaluateur du projet : Pour l INRP Arielle Compeyron et Laurent Lima Laboratoire des Sciences de l Education Grenoble 2 Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Ajouter ici le logo de la structure évaluatrice Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE

Plus en détail

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION. Cours Démocratie et droit de vote SCH-1101-1. Programme d études Vie sociale et politique

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION. Cours Démocratie et droit de vote SCH-1101-1. Programme d études Vie sociale et politique DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION Cours Démocratie et droit de vote SCH-1101-1 Programme d études Vie sociale et politique Novembre 2008 Éléments de la définition du domaine d évaluation La définition

Plus en détail

Services d orientation pour adultes

Services d orientation pour adultes Services d orientation pour adultes Le c.o. pour adultes est le spécialiste de la relation entre l individu, le travail et la formation. Se réorienter Trouver un travail à sa mesure Faire le point sur

Plus en détail

Bilan de la tournée des régions

Bilan de la tournée des régions Bilan de la tournée des régions Rencontre nationale des gestionnaires Plan de la présentation Contexte de la tournée Information recueillie pendant la tournée Défis que soulève le renouveau pédagogique

Plus en détail

LES PARTICULARITÉS DE LA COOPÉRATIVE DE SOLIDARITÉ

LES PARTICULARITÉS DE LA COOPÉRATIVE DE SOLIDARITÉ Vous envisagez de vous lancer en affaires sous la formule «Coopérative»? Une coopérative est une personne morale regroupant des personnes ou sociétés qui ont des besoins économiques, sociaux ou culturels

Plus en détail

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Karyne Daigle, stagiaire Maîtrise en santé communautaire MISE EN CONTEXTE Le

Plus en détail

Gestion du changement éclairée par les données probantes dans les organismes de santé du canada

Gestion du changement éclairée par les données probantes dans les organismes de santé du canada Gestion du changement éclairée par les données probantes dans les organismes de santé du canada Juin 2012 D r Graham Dickson Université Royal Roads D r Ronald Lindstrom Université Royal Roads D r Charlyn

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE. SERVICE DES BIBLIOTHÈQUES ET ARCHIVES Mission, mandat, structure

UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE. SERVICE DES BIBLIOTHÈQUES ET ARCHIVES Mission, mandat, structure UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE SERVICE DES BIBLIOTHÈQUES ET ARCHIVES Mission, mandat, structure Novembre 2008 SERVICE DES BIBLIOTHÈQUES ET ARCHIVES Mission, mandat, structure I MISSION Le Service des bibliothèques

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE 2010-2016 PROJET D AMENDEMENT AUX INDICATEURS ET AUX RÉSULTATS ATTENDUS 2013

PLAN STRATÉGIQUE 2010-2016 PROJET D AMENDEMENT AUX INDICATEURS ET AUX RÉSULTATS ATTENDUS 2013 PLAN STRATÉGIQUE 2010-2016 PROJET D AMENDEMENT AUX INDICATEURS ET AUX RÉSULTATS ATTENDUS 2013 PREMIÈRE ORIENTATION Plan d aide à la réussite Mettre en œuvre un plan en six objectifs stratégiques en vue

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

POLITIQUE DE SANTÉ ET MIEUX-ÊTRE

POLITIQUE DE SANTÉ ET MIEUX-ÊTRE POLITIQUE DE SANTÉ ET MIEUX-ÊTRE AU TRAVAIL POUR UN ENGAGEMENT COLLECTIF DANS LA MISE EN ŒUVRE DE PRATIQUES FAVORABLES À LA SANTÉ EN MILIEU DE TRAVAIL JUIN 2011 Dernières modifications adoptées le 12 novembre

Plus en détail