La liberté se définit-elle comme un pouvoir de refuser?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La liberté se définit-elle comme un pouvoir de refuser?"

Transcription

1 La liberté se définit-elle comme un pouvoir de refuser? PLAN Introduction 1 Oui, la liberté se définit comme un pouvoir de refuser A La liberté est négation de tout ce qui la nie B Le pouvoir de refuser est infini et rend l homme semblable à Dieu 2 Non, la liberté ne se définit pas comme un pouvoir de refuser A L attitude de refus abandonne la volonté dans l atermoiement et l absence d action B La liberté se caractérise avant tout comme un pouvoir d agir et de transformer le monde 3 Le pouvoir de refuser est un caractère fondamental de la liberté qui découle de sa définition comme autonomie A Le pouvoir de refuser caractérise indirectement la liberté B La liberté comme autonomie fonde l efficacité du pouvoir de refuser Conclusion Introduction C est souvent dans l attitude de refus, refus de l oppression ou de l injustice en général, que la liberté de l individu s atteste de façon exemplaire. Les résistants, pendant la Seconde Guerre mondiale, témoignent par exemple de ce pouvoir de refuser qui fait la dignité de l existence humaine. Mais ce pouvoir de refuser permet-il, de manière suffisante et essentielle, de définir la liberté? Que s agit-il de refuser au juste? Par ailleurs, le refus est une caractérisation négative, qui n offre pas véritablement d orientation dans l action. D où le problème suivant : à définir la liberté comme pouvoir de refuser, ne risque-t-on pas de s interdire toute action, et de suspendre la volonté dans un atermoiement vain? Il s agit donc de penser la pertinence et les limites de cette définition de la liberté pour en saisir la valeur réelle.

2 1. Oui, la liberté se définit comme un pouvoir de refuser A. La liberté est négation de tout ce qui la nie L exemple avancé en introduction (celui de la Résistance pendant la guerre) révèle que la liberté s affirme et s atteste dans le refus des contraintes, pour autant que celles-ci font violence, écrasent l individu et soulèvent une volonté de résistance. La liberté serait dans ce sursaut de la volonté qui pousse l individu à s opposer à la force des contraintes extérieures. C est donc le pouvoir de refuser la contrainte qui définit la liberté, et cette définition n est qu un autre versant de sa définition générale comme absence de contraintes extérieures. Cette définition générale est ici réinterprétée dynamiquement du point de vue du sujet : on insiste sur le dynamisme de refus de ce dernier. Le pouvoir de refuser ici, c est donc celui de résister : c est la capacité qu a l homme de s élever contre une contrainte jugée injuste. Ce qui est refusé, c est en effet la pression exercée, dans la mesure où elle vient contrecarrer l action ou les aspirations morales et politiques de l homme. La liberté se définit donc ici comme pouvoir de refuser, parce qu elle nie cela même qui tente de la nier : la liberté est négation de tout ce qui la nie. En outre, ce pouvoir de refuser fait peut-être la valeur et la dignité de la liberté humaine. C est en effet dans la force du refus que se révèle la puissance de la liberté face à la contrainte extérieure. En refusant et en résistant, quitte à ce que ce soit au péril de sa vie, l individu fait montre d un courage qui force l admiration. B. Le pouvoir de refuser est infini et rend l homme semblable à Dieu Cette détermination dans le refus révèle la puissance de ce pouvoir de refuser. En d autres termes, le pouvoir de refuser renvoie ici à une faculté, la volonté, qui se distingue par sa puissance. On peut avec Descartes (Lettre au père Mesland), considérer notre pouvoir de refuser comme le signe de notre ressemblance avec Dieu : la liberté humaine est à l image de la liberté divine dans la mesure où elle est capable de refuser jusqu à l évidence la plus certaine. En d autres termes encore, de même que la volonté divine n est pas assujettie à son entendement, de même, la volonté humaine se distingue par sa capacité à nier l évidence. La liberté comme libre arbitre se caractérise en effet comme un pouvoir d affirmer et de nier, et de suivre ou non ce que l entendement nous indique. Quand bien même mon entendement m indique avec certitude que deux et deux font quatre, ma volonté peut rejeter cette certitude. La volonté est donc plus

3 puissante que l entendement : elle est capable d une forme d indifférence et donc de refus à l égard de ce que l entendement conçoit. En ce sens, le pouvoir de refuser est le signe de la toute-puissance du libre arbitre. On pourrait dire qu ici la définition de la liberté comme pouvoir de refuser se justifie par le fait que cette définition met en avant un caractère exceptionnel de la liberté. Transition On peut néanmoins se demander si la mise en avant de ce caractère singulier de la liberté suffit à la définir. Définir, ce n est en effet pas seulement révéler un caractère propre, mais cerner la nature d une chose. Or, si ce pouvoir de refuser, même l évidence, doit certes être signalé, il peut conduire à une conception relativement vaine et stérile de la liberté. Car l affirmation de la possibilité de refuser ne permet pas pour autant de penser de manière positive la liberté comme orientation dans l action. 2. Non, la liberté ne se définit pas comme un pouvoir de refuser A. L attitude de refus abandonne la volonté dans l atermoiement et l absence d action Le pouvoir de refuser, même l évidence, signalé par Descartes est moins une définition de la liberté que la description d une caractéristique propre. Ce pouvoir de refuser est certes infini, mais, comme tel, il n a «aucun pouvoir» au sens où il ne nous donne aucune capacité de produire ou d agir sur notre situation. Autrement dit encore, ce pouvoir mène paradoxalement à l incapacité : il ne permet pas de penser l action libre de manière positive, et la volonté qui se cantonne dans une attitude de refus est incapable d action. C est donc une volonté débile, incapable de faire face à l urgence de l action. C est au fond la liberté du vide, telle qu elle est décrite par Hegel dans les Principes de la philosophie du droit : la liberté qui, par souci de l absolu, refuse de s inscrire dans la particularité d une action, reste stérile et s interdit toute existence réelle. Ainsi, si l on définit la liberté comme pouvoir de refuser, alors la liberté reste indéterminée et l âme qui veut être belle en demeurant dans le refus reste morte. B. La liberté se caractérise avant tout comme un pouvoir d agir et de transformer le monde Si la liberté est un pouvoir, il faut concevoir celui-ci de manière positive et dynamique comme capacité d agir dans et sur le monde. La liberté

4 s atteste en effet davantage dans ses réalisations concrètes que dans le refus d agir. Ce pouvoir d action obéit avant tout à une nécessité. En effet, la conduite de la vie affronte sans cesse l urgence de l action : il nous faut donc nous résoudre à agir, quand bien même cette résolution est difficile à prendre. Le pouvoir de refuser est ici moins le signe de la liberté que son écueil. L homme libre et responsable est celui qui parvient à repousser le refus, le doute et l atermoiement pour s engager efficacement dans l action. Transition Si être libre, c est d abord être capable de s engager dans l action, alors la question essentielle est celle de savoir ce que je dois faire. Dans cette perspective, le pouvoir de refuser ne peut donc se concevoir que dans l horizon d un devoir qui lui donne son sens. 3. Le pouvoir de refuser est un caractère fondamental de la liberté qui découle de sa définition comme autonomie A. Le pouvoir de refuser caractérise indirectement la liberté Le pouvoir de refuser ne caractérise l action libre que dans la mesure où l on a le devoir de refuser. En d autres termes, ce n est pas le refus comme tel qui confère à une action son caractère libre, mais le fait que ce refus soit commandé par le devoir. C est donc indirectement que le pouvoir de refuser se raccroche à la définition de la liberté. Celle-ci peut en effet être conçue comme autonomie du sujet, c est-à-dire selon Kant, comme fait d agir selon la représentation d une loi que le sujet s impose à lui-même. Le devoir fournit une orientation positive, universelle et nécessaire à l action libre. C est à partir de cette définition de la liberté comme autonomie que l on peut saisir le caractère fondamental du pouvoir de refuser : l action libre et autonome est en effet celle qui parvient à s arracher aux déterminations sensibles qui lui sont pathologiques. Si donc la liberté se caractérise par un pouvoir de refuser, c est donc celui de refuser ces déterminations contraires au devoir. B. La liberté comme autonomie fonde l efficacité du pouvoir de refuser Pour que le pouvoir de refuser ait un sens, encore faut-il que ce pouvoir soit doté d une efficacité attestée. Là encore, c est le devoir qui permet de fonder ce pouvoir comme tel. En effet, l efficacité du pouvoir de refuser commandé par le devoir est prouvée indirectement, à partir de la

5 conscience que nous avons de notre devoir. Ce devoir est en effet l expression de la raison pratique. Or celle-ci ne peut se contredire lorsqu elle commande impérativement une action : si la raison dit : «tu dois» ; elle dit en même temps : «tu peux». Le pouvoir de refuser les sollicitations pathologiques qui se présentent à nous est donc réel, et l homme a le pouvoir de refuser et de s arracher au «torrent de la nécessité» (Critique de la raison pratique). Ce pouvoir s atteste de manière indirecte, à partir du devoir qui permet de définir la liberté comme autonomie. Conclusion Ainsi, si le pouvoir de refuser apparaît comme un caractère essentiel de la liberté, il ne permet pas pour autant de la définir. Le refus comme tel apparaît comme une détermination négative qui ne permet pas de concevoir pleinement la liberté. Ce pouvoir ne nous livre en effet aucune orientation dans l action, et peut même conduire la volonté à s abîmer dans l atermoiement et l incapacité à agir. Ce pouvoir de refuser n est pourtant pas sans rapport avec la liberté conçue comme autonomie. C est en effet cette définition de la liberté qui permet, d une part de donner un sens au refus, et d autre part de fonder l efficience réelle de son pouvoir. Ouvertures LECTURES Descartes, Lettre au père Mesland, et Méditations métaphysiques, Gallimard, coll. «Bibliothèque de la Pléiade». Kant, Critique de la raison pratique, PUF, coll. «Quadrige».

La liberté de pensée est indépendante de la liberté d agir.

La liberté de pensée est indépendante de la liberté d agir. C O R R I G É Éléments d analyse NOTIONS EN JEU La liberté; l État; la société; autrui. THÈSE ADVERSE La liberté de pensée est indépendante de la liberté d agir. PROCÉDÉ D ARGUMENTATION L auteur s appuie

Plus en détail

La morale peut-elle nous aider à vivre en société? Vivre les différences, responsabilités individuelles et collectives.

La morale peut-elle nous aider à vivre en société? Vivre les différences, responsabilités individuelles et collectives. 1 COMMENT FAIRE POUR BIEN FAIRE? - 2 rencontre - La morale peut-elle nous aider à vivre en société? Vivre les différences, responsabilités individuelles et collectives. Axe de réflexion: dans la vie sociale,

Plus en détail

Éthique Morale Déontologie

Éthique Morale Déontologie Éthique Morale Déontologie (1) SHS 2013 Agata ZIELINSKI Contexte (rappel) La médecine a fait en 50 ans plus de «progrès» qu'en 2000 ans! La modernité en médecine produit : de la complexité, de la vulnérabilité,

Plus en détail

CLAUDE HALMOS. Dis-moi pourquoi. Parler à hauteur d enfant FAYARD

CLAUDE HALMOS. Dis-moi pourquoi. Parler à hauteur d enfant FAYARD CLAUDE HALMOS Dis-moi pourquoi Parler à hauteur d enfant FAYARD avec PSYCHOLOGIES MAGAZINE Librairie Arthème Fayard, 2012. ISBN : 978-2-253-17330-4 1 re publication LGF À HAUTEUR D ENFANT Faut-il parler

Plus en détail

L éducation aux droits humains pour apprendre à vivre ensemble

L éducation aux droits humains pour apprendre à vivre ensemble L éducation aux droits humains pour apprendre à vivre ensemble L éducation aux droits humains permet d acquérir des connaissances concernant les droits humains, mais aussi de développer des habiletés et

Plus en détail

Philosophie spéculative

Philosophie spéculative Exposé 4 Philosophie spéculative 16 janvier 2012 Un philosophe contemporain a ouvert une nouvelle voie Quentin Meillassoux Philosophe né à Paris en 1967 Normalien, agrégé et docteur en philosophie (1997)

Plus en détail

Les auteurs...3 Notice...5

Les auteurs...3 Notice...5 T Les auteurs...3 Notice...5 L (Matthieu Dubost)...7 100 c...25 Philosophie de la connaissance...27 À quoi reconnaît-on qu une science est une science? (Matthieu Dubost)...27 «C est scientifique» (Simon

Plus en détail

Le positionnent éthique du travailleur social

Le positionnent éthique du travailleur social Le positionnent éthique du travailleur social plan 1 Clarification conceptuelle 2 Ethique et travail social 3Le travail social, mission, historique 4 L éthique 5 Au delade la relation de face à face 6

Plus en détail

Questionnaire de Climat d'entreprise

Questionnaire de Climat d'entreprise Questionnaire de Climat d'entreprise Sommaire Introduction...2 Descriptif de la population...3 Taux de satisfaction global et par échelle...6 Taux de satisfaction par échelle en fonction des différents

Plus en détail

European Partners. European Catalog of Football Skills

European Partners. European Catalog of Football Skills European Partners European Catalog of Football Skills Certificat Européen de Compétences Foot & Entreprises 1. Résoudre un problème L a résolution de problème au football comprend l ensemble des étapes

Plus en détail

Sanctions civiles, sanctions pénales en matière d habitat indigne ou non décent

Sanctions civiles, sanctions pénales en matière d habitat indigne ou non décent Sanctions civiles, sanctions pénales en matière d habitat indigne ou non décent Le juge civil (TI, exclusivement compétent) sanctionne les respect de la décence du logement; Il est exclusivement actionné

Plus en détail

Développer l estime de soi et la motivation chez les élèves

Développer l estime de soi et la motivation chez les élèves Germain Duclos Psychoéducateur et orthopédagogue Développer l estime de soi et la motivation chez les élèves Conférence Par : Germain Duclos Psychoéducateur et orthopédagogue 2 Germain Duclos, psychoéducateur

Plus en détail

Peut-on fonder le droit sur la force?

Peut-on fonder le droit sur la force? Charlène Lozano TS1 Peut-on fonder le droit sur la force? Peut-on fonder le droit sur la force? Le droit provient du latin directus qui veut dire sans courbure, est né de la nécessité de régler, voire

Plus en détail

Qu est-ce qu une dissertation de philosophie?

Qu est-ce qu une dissertation de philosophie? Qu est-ce qu une dissertation de philosophie? «La dissertation est l'étude méthodique et progressive des diverses dimensions d'une question donnée. À partir d'une première définition de l'intérêt de cette

Plus en détail

La peur : au-delà du sentiment. La peur est un phénomène que peu peuvent définir par des mots clairs et par des

La peur : au-delà du sentiment. La peur est un phénomène que peu peuvent définir par des mots clairs et par des La peur : au-delà du sentiment La peur est un phénomène que peu peuvent définir par des mots clairs et par des sentiments précis. Pourtant, elle fait partie de notre quotidien, se manifeste dans plusieurs

Plus en détail

Recueil des données par les registres du cancer Situation au regard de la loi informatique et libertés

Recueil des données par les registres du cancer Situation au regard de la loi informatique et libertés Rapport adopté par le Conseil national de l Ordre des médecins lors de la session de décembre 2003 Dr. François STEFANI Recueil des données par les registres du cancer Situation au regard de la loi informatique

Plus en détail

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE N 17. (8.008 signes)

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE N 17. (8.008 signes) Dans le cadre du décret Education Permanente La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE N 17 (8.008 signes) La reconnaissance du volontariat Quelles responsabilités pour le volontaire

Plus en détail

Hôpitaux Universitaires de Genève

Hôpitaux Universitaires de Genève Hôpitaux Universitaires de Genève Evaluation de la capacité de discernement Fondements juridiques Etre les les premiers pour vous pour vous Droits de la personnalité Article 12 du Code civil suisse (CCS)

Plus en détail

os 10 produits à votre service

os 10 produits à votre service os 10 produits à votre service Solutions de sécurité pour votre industrie 1. Procédure d évaluation de la conformité CE La Directive Machines décrit le cadre légal pour l évaluation de la conformité CE.

Plus en détail

Texte de Rousseau. Thème : Le devoir et le bonheur

Texte de Rousseau. Thème : Le devoir et le bonheur Texte de Rousseau. Thème : Le devoir et le bonheur PLAN Introduction 1 C est la faiblesse de l homme qui le rend sociable, donc humain A C est en vertu de son insuffisance et infirmité, que l homme s attache

Plus en détail

Psychiatrie légale. L expertise en droit civil. Dr. Ph. Delacrausaz, Unité d expertises DUPA DP-CHUV

Psychiatrie légale. L expertise en droit civil. Dr. Ph. Delacrausaz, Unité d expertises DUPA DP-CHUV Psychiatrie légale L expertise en droit civil Dr. Ph. Delacrausaz, Unité d expertises DUPA DP-CHUV Plan du cours: L expertise psychiatrique L interdiction civile (mesures de tutelle, curatelle) La privation

Plus en détail

L ENTRETIEN PROFESSIONNEL DES AGENTS CONTRACTUELS

L ENTRETIEN PROFESSIONNEL DES AGENTS CONTRACTUELS F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 L ENTRETIEN PROFESSIONNEL DES AGENTS CONTRACTUELS L E S S E N T I E L A compter du 1 er janvier 2016, l entretien professionnel annuel devient obligatoire comme mode

Plus en détail

Union des Églises protestantes d Alsace et de Lorraine

Union des Églises protestantes d Alsace et de Lorraine Union des Églises protestantes d Alsace et de Lorraine Service Communication Contact presse : Bernard Guillot 1 bis quai Saint-Thomas - BP 80022-67081 Strasbourg cedex / 03 88 25 90 32 / bernard.guillot@uepal.fr

Plus en détail

GUIDE DE L EVALUATION

GUIDE DE L EVALUATION O.P.H. 93 GUIDE DE L EVALUATION SOMMAIRE : - L entretien annuel d évaluation, pourquoi? - L entretien annuel d évaluation, comment? L ENTRETIEN ANNUEL D EVALUATION POURQUOI? L entretien annuel d évaluation

Plus en détail

L ASSURANCE DE LA QUALITE ET SON EVALUATION

L ASSURANCE DE LA QUALITE ET SON EVALUATION accepté: Comite de l'unes 08.06.00 L ASSURANCE DE LA QUALITE ET SON EVALUATION Remarques introductives La discussion tournant autour de la question d une assurance de la qualité de l enseignement et de

Plus en détail

Relevons trois principes théologiques : 1. L indulgence de Dieu. 2. La peine due au péché

Relevons trois principes théologiques : 1. L indulgence de Dieu. 2. La peine due au péché L indulgence Dans le texte de la présentation de l Année jubilaire de la Miséricorde : «Jésus Christ est le visage de la miséricorde du Père», le Pape François montre comment l indulgence «revêt une importance

Plus en détail

Exercice : Les différents types de plans

Exercice : Les différents types de plans NOM :... Prénom :... Français automne 2014 Mathieu RODUIT Exercice : Les différents types de plans Le plan progressif Le plan progressif répond à la problématique par étapes successives, par un approfondissement

Plus en détail

REGLES ET PROCEDURES DES MARCHES PUBLICS

REGLES ET PROCEDURES DES MARCHES PUBLICS REGLES ET PROCEDURES DES MARCHES PUBLICS THEME : NOUVELLES PROCEDURES DE RESILIATION DES MARCHES PUBLICS : UN MECANISME SIMPLIFIE En matière publique comme dans le droit des affaires, la résiliation peut

Plus en détail

CHARTE D ÉTHIQUE. Cabinet Youssef ABOUDA

CHARTE D ÉTHIQUE. Cabinet Youssef ABOUDA CHARTE D ÉTHIQUE Cabinet Youssef ABOUDA Janvier 2011 EDITORIAL Cabinet Youssef ABOUDA est un acteur majeur dans son métier de consulting et l audit dans tous les secteurs financiers, industriel et de service.

Plus en détail

Propositions de l ANEMF (Association Nationale des Etudiants en Médecine de France) Dans le cadre de la participation des étudiants en médecine de 1

Propositions de l ANEMF (Association Nationale des Etudiants en Médecine de France) Dans le cadre de la participation des étudiants en médecine de 1 Propositions de l ANEMF (Association Nationale des Etudiants en Médecine de France) Dans le cadre de la participation des étudiants en médecine de 1 er et 2 nd Cycle à une campagne de vaccination nationale

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD

Décision du Défenseur des droits MLD Paris, le 13 mai 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-108 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative

Plus en détail

AFAK Association Marocaine pour le Civisme et le Développement

AFAK Association Marocaine pour le Civisme et le Développement CIVISME, CITOYENNETE, DEMOCRATIE ET DEVELOPPEMENT AFAK Association Marocaine pour le Civisme et le Développement La démocratie et le développement sont-ils possibles sans mise à niveau des comportements

Plus en détail

5EME RENCONTRES PARLEMENTAIRES POUR LA CROISSANCE ET LA CONSOMMATION - LES ENJEUX DE LA LOI MACRON

5EME RENCONTRES PARLEMENTAIRES POUR LA CROISSANCE ET LA CONSOMMATION - LES ENJEUX DE LA LOI MACRON 5EME RENCONTRES PARLEMENTAIRES POUR LA CROISSANCE ET LA CONSOMMATION LES ENJEUX DE LA LOI MACRON Mardi 17 février 2015 - Maison de la Chimie SESSION 2 / DEREGLEMENTATION, SIMPLIFICATION : COMMENT RELANCER

Plus en détail

Oui, la place est souvent déjà occupée. La parole est déjà prise. L attention est captivée par d autres.

Oui, la place est souvent déjà occupée. La parole est déjà prise. L attention est captivée par d autres. 1 Tu as tellement à offrir, tellement à partager, tellement à rayonner! Oui, même si tu n'es pas parfaite, même si tout n'est pas en ordre dans ta vie, même si tu as encore du chemin... Le monde a besoin

Plus en détail

LES MODULES DE FORMATION ET LES SÉMINAIRES

LES MODULES DE FORMATION ET LES SÉMINAIRES Advanced Management Program 6 jours La vocation de l «Advanced Management Program» est de développer son potentiel de manager en améliorant la conscience des processus relationnels et des positions adoptées

Plus en détail

Questions pratiques 2: l inférence causale

Questions pratiques 2: l inférence causale Questions pratiques 2: l inférence causale 1 I. Possibilités et limites des modèles statistiques Nous avons précédemment défini et décrit la régression comme une méthode statistique visant à décrire la

Plus en détail

UN PROGRAMME D ÉTUDES EN FORMATION PROFESSIONNELLE

UN PROGRAMME D ÉTUDES EN FORMATION PROFESSIONNELLE UN PROGRAMME D ÉTUDES EN FORMATION PROFESSIONNELLE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Travailler dans le domaine de la formation professionnelle exige d avoir une vision juste, ainsi qu une bonne compréhension

Plus en détail

Projet : Résolution de sudokus

Projet : Résolution de sudokus Licence MIA 2ème année Programmation impérative Projet : Résolution de sudokus 1 Les sudokus : Le jeu prend la forme d une grille de taille 9 9 composée de 9 sous-grilles de 3 3, appelées «régions». Quelques

Plus en détail

AGIR SUR SOI, ACQUERIR DES CLES POUR REUSSIR. Vous êtes : Cette formation concerne Chefs, cadres dirigeants, managers.

AGIR SUR SOI, ACQUERIR DES CLES POUR REUSSIR. Vous êtes : Cette formation concerne Chefs, cadres dirigeants, managers. STAGE MANAGER LEADER AGIR SUR SOI, ACQUERIR DES CLES POUR REUSSIR Vous êtes : Cette formation concerne Chefs, cadres dirigeants, managers. Pré-requis : Ressentir le besoin de faire un travail sur soi pour

Plus en détail

Le programme de seconde

Le programme de seconde Le programme de seconde Inspection Pédagogique Régionale. Novembre 2009 OBJECTIFS Introduction La seconde est une classe de détermination. Le programme de mathématiques y a pour fonction : de conforter

Plus en détail

LA SANTE: LE CORPS ET L ESPRIT. JEF SAINT MALO 27 MARS 2014 Colette DESBOIS IST

LA SANTE: LE CORPS ET L ESPRIT. JEF SAINT MALO 27 MARS 2014 Colette DESBOIS IST LA SANTE: LE CORPS ET L ESPRIT. 1 Mme DESBOIS Colette Infirmière de santé au travail Groupe HUTCHINSON site de ST BRIEUC (22) 2 DEFINITIONS DE LA SANTE ET HISTOIRE DE LA SANTE 3 DEFINITION DE LA SANTE

Plus en détail

Colloque CLARA 14 Novembre «Pour une AMP respectueuse de la dignité humaine et la liberté de tous»

Colloque CLARA 14 Novembre «Pour une AMP respectueuse de la dignité humaine et la liberté de tous» Colloque CLARA 14 Novembre 2009 «Pour une AMP respectueuse de la dignité humaine et la liberté de tous» 1 Aspects juridiques de la GPA en Belgique Par Nicole Gallus, spécialiste en droit de la famille,

Plus en détail

Ethique et fin de vie

Ethique et fin de vie Ethique et fin de vie Les approches théoriques et les processus décisionnels permettant l étude des situations éthiques en fin de vie Formation EHPAD 2014 CODESPA 36 Etymologie Grec ethos mœurs Pour les

Plus en détail

CHARTE DU BENEVOLE ASSOCIATION FRANCE ALZHEIMER 49

CHARTE DU BENEVOLE ASSOCIATION FRANCE ALZHEIMER 49 CHARTE DU BENEVOLE Préambule : Tout bénévole intervenant au sein de l association FRANCE ALZHEIMER 49, est invité à prendre connaissance et à signer la présente charte. En complémentarité avec le personnel

Plus en détail

Le patient âgé,! peur du miroir! Anne Lahaye Psychologue Logopède Cliniques Universitaires de Mont-Godinne

Le patient âgé,! peur du miroir! Anne Lahaye Psychologue Logopède Cliniques Universitaires de Mont-Godinne Le patient âgé,! peur du miroir!! Anne Lahaye Psychologue Logopède Cliniques Universitaires de Mont-Godinne Introduction Le soignant a en propre un vécu personnel, une histoire, des difficultés ainsi qu

Plus en détail

Document de référence. La gestion des conflits

Document de référence. La gestion des conflits Document de référence La gestion des conflits Table des matières Introduction 2 Les types de conflit 2 Les phases d un conflit 2 Les raisons sous-jacentes aux conflits 3 Les 5 stratégies de gestion directe

Plus en détail

Classe de 6 (2 nd ou 3 ème trimestre)

Classe de 6 (2 nd ou 3 ème trimestre) Classe de 6 (2 nd ou 3 ème trimestre) Objectifs Appréhender les transformations de son corps Connaître sa valeur et celle des autres Comprendre l intérêt d exprimer ses émotions dans le cadre d une relation

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AUX CONFLITS D'INTÉRÊT

POLITIQUE RELATIVE AUX CONFLITS D'INTÉRÊT POLITIQUE RELATIVE AUX CONFLITS D'INTÉRÊT Adopté par le Conseil d'administration du Partenariat mondial, Novembre 2011 (BOD/2011/11-6) Dernière révision, Mars 2014 PRÉAMBULE Le Partenariat mondial pour

Plus en détail

BREVES OBSERVATIONS SUR LE SORT DU BAIL COMMERCIAL DANS LES PROCEDURES COLLECTIVES DE L OHADA

BREVES OBSERVATIONS SUR LE SORT DU BAIL COMMERCIAL DANS LES PROCEDURES COLLECTIVES DE L OHADA Ohadata D-08-15 BREVES OBSERVATIONS SUR LE SORT DU BAIL COMMERCIAL DANS LES PROCEDURES COLLECTIVES DE L OHADA Me Bérenger Yves MEUKE Docteur en droit des affaires Avocat au Barreau de Lyon Le bail commercial

Plus en détail

Droit Pénal Général Rennes I Wester-Ouisse Plan de cours

Droit Pénal Général Rennes I Wester-Ouisse Plan de cours Droit Pénal Général Rennes I Wester-Ouisse Plan de cours 2013-2014 Bibliographie : - Code pénal - Y. Mayaud, Droit pénal général, PUF 2013 - J. Pradel, Droit pénal général, Cujas 2012 - P. Conte, P. Maistre

Plus en détail

CAP SUR MA CARRIERE EN CONTEXTE DE TURBULENCE ET DE TRANSITION. Description des trois ateliers de la démarche d accompagnement proposée

CAP SUR MA CARRIERE EN CONTEXTE DE TURBULENCE ET DE TRANSITION. Description des trois ateliers de la démarche d accompagnement proposée CAP SUR MA CARRIERE EN CONTEXTE DE TURBULENCE ET DE TRANSITION Description des trois ateliers de la démarche d accompagnement proposée Contexte Pour répondre aux défis de faire plus avec moins et pour

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 610 UTILISATION DES TRAVAUX DES AUDITEURS INTERNES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 610 UTILISATION DES TRAVAUX DES AUDITEURS INTERNES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 610 UTILISATION DES TRAVAUX DES AUDITEURS INTERNES Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

COMPRENDRE ET CONNAÎTRE LES IMAGES

COMPRENDRE ET CONNAÎTRE LES IMAGES COMPRENDRE ET CONNAÎTRE LES IMAGES Activité 1 - Distinguer les images Matériel : 4 types d images montrées et distribuées en cours : Séquence d archive : type document historique Extrait d un journal d

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2010/12 - Principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés 1

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2010/12 - Principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés 1 COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2010/12 - Principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés 1 Avis du 8 septembre 2010 I. Introduction a. Absence de cadre conceptuel

Plus en détail

Grille pour la formulation de questions éthiques

Grille pour la formulation de questions éthiques Grille pour la formulation de questions éthiques Jean-Philippe Perreault Faculté de théologie et de sciences religieuses Université Laval jean-philippe.perreault@ftsr.ulaval.ca Résumé Quelques pistes et

Plus en détail

L infini esthétique. Paul VALÉRY ( ) Un document produit en version numérique pour Les Classiques des sciences sociales

L infini esthétique. Paul VALÉRY ( ) Un document produit en version numérique pour Les Classiques des sciences sociales Paul VALÉRY (1871-1945) L infini esthétique 1934 Un document produit en version numérique pour Les Classiques des sciences sociales Dans le cadre de la collection : "Les classiques des sciences sociales"

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 686 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2011-2012 Enregistré à la Présidence du Sénat le 20 juillet 2012 PROPOSITION DE LOI visant à mieux prendre en compte les demandes des malades en fin de vie exprimant

Plus en détail

Les hommes sont-ils des êtres à part dans la nature?

Les hommes sont-ils des êtres à part dans la nature? Les hommes sont-ils des êtres à part dans la nature? PLAN Introduction 1 Oui, les hommes sont des êtres à part dans la nature A Les hommes sont des êtres de culture B L homme est un être libre : il n y

Plus en détail

CONVENTION EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME

CONVENTION EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME CONVENTION EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME Nos droits, nos libertés 15 articles clés illustrés sur des t-shirts Nos droits, nos libertés Les droits de l homme appartiennent à chacun : homme, femme ou

Plus en détail

Méthode de dissertation

Méthode de dissertation Sommaire 1 Travail préparatoire 2 Chercher les concepts Distinction mot, concept, réalité, jugement et raisonnement Vous serez juger sur : Votre capacité à définir clairement les concepts qui sont derrière

Plus en détail

Philosophie. Sujet : Suis-je libre de penser ce que je veux?

Philosophie. Sujet : Suis-je libre de penser ce que je veux? Philosophie Sujet : Suis-je libre de penser ce que je veux? «L Homme est condamné à être libre». Voici la contestation qui peut paraitre amère que fait Sartre lors de sa conférence «l existentialisme est

Plus en détail

LA «CONCERTATION» : UN TERME FLOTTANT POUR UN DOMAINE MOUVANT? Laurent Mermet

LA «CONCERTATION» : UN TERME FLOTTANT POUR UN DOMAINE MOUVANT? Laurent Mermet Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) LA «CONCERTATION» : UN TERME FLOTTANT POUR UN DOMAINE MOUVANT? Laurent Mermet De Boeck Supérieur «Négociations» 2006/1 n o 5 pages 75 à 79 ISSN 1780-9231 ISBN 2804151409

Plus en détail

Identités et relations

Identités et relations Identités et relations Qui suis-je? Qui sommes-nous? L élève explore l identité, les valeurs et les croyances, la santé personnelle, physique, mentale, sociale et spirituelle. Il étudie la valeur du «moi».

Plus en détail

Sainte-Foy, le 10 mars Objet : Frais de garde d enfant N/Réf. :

Sainte-Foy, le 10 mars Objet : Frais de garde d enfant N/Réf. : Sainte-Foy, le 10 mars 2003 Objet : Frais de garde d enfant N/Réf. : 03-0101133 La présente est pour faire suite à votre lettre du ** **** **** dans laquelle vous vous interrogez sur le traitement fiscal

Plus en détail

La prévention de la violence dans les relations amoureuses, auprès des adolescents C est nécessaire

La prévention de la violence dans les relations amoureuses, auprès des adolescents C est nécessaire À l agenda d une école promotrice de réussite, de santé et de bien-être : favoriser des relations harmonieuses et égalitaires Marie-Claude Roberge, INSPQ JASP : La violence dans les relations intimes à

Plus en détail

Résoudre un conflit selon GORDON

Résoudre un conflit selon GORDON Résoudre un conflit selon GORDON Résoudre un conflit, c est répondre à 4 questions : 1. Est-ce que j ai envie d établir une véritable relation avec l autre? 2. Qui a le problème? Est-ce moi ou l autre

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION

REGLEMENT DE LA CONSULTATION ACCORD-CADRE DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Direction des Affaires Juridiques Hôtel de Ville et de la Communauté d Agglomération Place d Armes 90020 BELFORT Cedex MANDAT D AGENT IMMOBILIER EN VUE

Plus en détail

le dualisme, 1 philosophie de la psychologie et des sciences cognitives séance 2

le dualisme, 1 philosophie de la psychologie et des sciences cognitives séance 2 le dualisme, 1 philosophie de la psychologie et des sciences cognitives séance 2 M. Cozic Descartes (1596-1650) pourquoi Descartes? (i) D. élabore et défend une théorie sophistiquée et systématique de

Plus en détail

Le principe de réfutabilité

Le principe de réfutabilité Réfutabilité, falsifiabilité et vérification scientifique Le principe de réfutabilité Le propre de la certitude scientifique est, paradoxalement, d être réfutable. Réfutable, certes, mais pas réfutée.

Plus en détail

La moquerie Épisode 47

La moquerie Épisode 47 La moquerie Épisode 47 Fiche pédagogique Cet épisode présente plusieurs relations de moquerie : il y a Laurent qui a peur de faire rire de lui pour les photos de la publicité; François qui rit des publicités

Plus en détail

II. Le philosophe : «l ami de la Sagesse» Philosopher : une méthode pour grandir en liberté

II. Le philosophe : «l ami de la Sagesse» Philosopher : une méthode pour grandir en liberté II. Le philosophe : «l ami de la Sagesse» Philosopher : une méthode pour grandir en liberté Philosophie, TES et TS Sommaire 1 Le philosophe n est pas un sophiste 2 3 4 5 Le philosophe n est pas un sophiste

Plus en détail

Reconnaître et suivre son intuition

Reconnaître et suivre son intuition Reconnaître et suivre son intuition Dans les bagages dont nous sommes en possession à la naissance, se trouve un outil extraordinaire qui malheureusement est très peu utilisé il s agit de Notre intuition.

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA TURQUIE ET DE SON ENVIRONNEMENT GÉOPOLITIQUE QUELLE POLITIQUE ADOPTER VIS-À-VIS DE LA TURQUIE?

OBSERVATOIRE DE LA TURQUIE ET DE SON ENVIRONNEMENT GÉOPOLITIQUE QUELLE POLITIQUE ADOPTER VIS-À-VIS DE LA TURQUIE? OBSERVATOIRE DE LA TURQUIE ET DE SON ENVIRONNEMENT GÉOPOLITIQUE QUELLE POLITIQUE ADOPTER VIS-À-VIS DE LA TURQUIE? LE POINT DE VUE DE PASCAL BONIFACE, DIRECTEUR DE L IRIS 30 janvier 2015 QUELLE POLITIQUE

Plus en détail

LA GRILLE D APPRECIATION DE LA QUALITE DU PROGRAMME. 1. La cohérence interne est le lien formel entre les différentes composantes du programme

LA GRILLE D APPRECIATION DE LA QUALITE DU PROGRAMME. 1. La cohérence interne est le lien formel entre les différentes composantes du programme LA GRILLE D APPRECIATION DE LA QUALITE DU PROGRAMME La grille d appréciation de la qualité reprend les critères énumérés dans le canevas de rédaction en les structurant suivant cinq dimensions. Cette grille

Plus en détail

Robert Tirvaudey. La Généalogie de l angoisse chez Sartre

Robert Tirvaudey. La Généalogie de l angoisse chez Sartre Robert Tirvaudey La Généalogie de l angoisse chez Sartre 2 2 Nous le savons, la réception de la philosophie sartrienne s est faite sous l égide de l angoisse. Il faut rappeler que l angoisse a été perçue

Plus en détail

PREUVE DES CONTRATS COMMERCIAUX I. LE PRINCIPE II. LES EXCEPTIONS AU PRINCIPE

PREUVE DES CONTRATS COMMERCIAUX I. LE PRINCIPE II. LES EXCEPTIONS AU PRINCIPE PREUVE DES CONTRATS COMMERCIAUX 05/09/2014 La preuve d un acte portant sur une somme supérieure à 1 500 se fait en principe par écrit (article 1341 du Code civil). Par exception à cette disposition, l

Plus en détail

Droit européen et ouverture du capital des SEL médicales

Droit européen et ouverture du capital des SEL médicales Droit européen et ouverture du capital des SEL médicales La Cour de justice des communautés européennes a rendu un arrêt le 19 mai 2009 concernant la propriété des officines. La Cour juge que le droit

Plus en détail

La Parole Magique. La force de la parole

La Parole Magique. La force de la parole Elaine Kibaro vous offre le mode d emploi de sa méthode ainsi que deux assemblages de quatre cartes pour manifester l abondance matérielle et le (ou la) partenaire idéal(e). La Parole Magique Dès le commencement,

Plus en détail

Méthodologie d élaboration du manuel des procédures

Méthodologie d élaboration du manuel des procédures Méthodologie d élaboration du manuel des procédures Les manuels des procédures sont censés répondre à des besoins divers : ils peuvent contenir des dispositions réglementaires, servir de guide d apprentissage,

Plus en détail

Conférence internationale. Garantir les capacités civile et politique des personnes en situation de vulnérabilité

Conférence internationale. Garantir les capacités civile et politique des personnes en situation de vulnérabilité Conférence internationale Garantir les capacités civile et politique des personnes en situation de vulnérabilité 28-29-30 octobre 2015, Paris, Inalco Organisée par le Collectif Contrast Auteur : Alexandra

Plus en détail

Pourcentage d élèves de troisième ayant un an de retard ou plus, en %. (Source : INSEE) 1

Pourcentage d élèves de troisième ayant un an de retard ou plus, en %. (Source : INSEE) 1 L éducation différenciée a-t-elle un sens? Parmi les fondamentaux pédagogiques d Hautefeuille figure le point essentiel de la non-mixité, appelée aussi éducation différenciée. La non-mixité a été voulue

Plus en détail

COPROPRIETE LE CONSEIL SYNDICAL

COPROPRIETE LE CONSEIL SYNDICAL COPROPRIETE LE CONSEIL SYNDICAL LE CONSEILLER SYNDICAL COLLECTION CE QUE TOUT PROPRIÉTAIRE OU COPROPRIÉTAIRE DOIT CONNAÎTRE C.S.A.B LE CONSEIL SYNDICAL 2 Exposé La loi du 10 juillet 1965 et son décret

Plus en détail

Formation DALO/référé liberté. Action sortie période hivernale. 23 avril 2013

Formation DALO/référé liberté. Action sortie période hivernale. 23 avril 2013 Formation DALO/référé liberté Action sortie période hivernale 23 avril 2013 1 Formation DALO/DAHO SOMMAIRE : I. Le droit l hébergement II. Présentation générale du DALO/DAHO III. L instruction des dossiers

Plus en détail

Suites géométriques Exercices corrigés

Suites géométriques Exercices corrigés Suites géométriques Exercices corrigés Sont abordés dans cette fiche : Exercice 1 : reconnaissance d une suite géométrique, raison et premier terme Exercice 2 : calcul d une raison et calcul des termes

Plus en détail

Le choix du consommateur en présence de deux nuisances dont la réduction est coûteuse

Le choix du consommateur en présence de deux nuisances dont la réduction est coûteuse Le choix du consommateur en présence de deux nuisances dont la réduction est coûteuse Un individu doit arbitrer entre deux nuisances X 1 et X sur l intensité desquelles il peut agir. On admet qu il est

Plus en détail

The Peace Dividends of Women in the Frontline of Service Delivery 26 June 2012

The Peace Dividends of Women in the Frontline of Service Delivery 26 June 2012 The Peace Dividends of Women in the Frontline of Service Delivery 26 June 2012 Prestations de Service et Accès à la justice de la famille: Rôle de l Assistante Sociale Judiciaire Cas du Maroc Hanane KHADARI

Plus en détail

ENTREVUE DE SÉLECTION

ENTREVUE DE SÉLECTION ENTREVUE DE SÉLECTION La préparation à une entrevue d embauche est un moyen efficace de réduire ton niveau de stress et également de maximiser tes chances de te voir offrir le stage convoité. Une excellente

Plus en détail

LA COURBE DU CHANGEMENT

LA COURBE DU CHANGEMENT LA COURBE DU CHANGEMENT 24/05/2016 Stéphanie PALLUAT pour PLANIT ACTION PLUS Elisabeth Kübler-Ross ( 1926 Zurich /Suisse 2004) psychiatre et psychologue Pionnière de l approche des «soins palliatifs» pour

Plus en détail

Mieux comprendre L ARTICLE 23. D é m a r c h e p e r s o n n e l l e

Mieux comprendre L ARTICLE 23. D é m a r c h e p e r s o n n e l l e Module 5 Approfondissement Mieux comprendre L ARTICLE 23 D é m a r c h e p e r s o n n e l l e Objectifs du module Découvrir l historique de la Charte canadienne des droits et libertés Pouvoir expliquer

Plus en détail

Compas nimaux. Yvan Monari (*)

Compas nimaux. Yvan Monari (*) 750 Clubs et rallyes Compas nimaux Yvan Monari (*) Résumé : Des fresques représentant des animaux dans les couloirs d un collège : non, ce n est pas Lascaux! C est le fruit du travail en géométrie d un

Plus en détail

S u j e t : Q u e l s e n s d o n n e r à l a priorité du premier principe de la justice de John Rawls?

S u j e t : Q u e l s e n s d o n n e r à l a priorité du premier principe de la justice de John Rawls? Sujet : Quel sens donner à la priorité du premier principe de la justice de John Rawls? Corrigé par Laure Chantrel, Université Paul Valéry, Montpellier Le premier principe de la Théorie de la justice affirme

Plus en détail

Stage Gestion du Stress: Préservation, Savoir dire non et assertivité, à Lyon 1/5

Stage Gestion du Stress: Préservation, Savoir dire non et assertivité, à Lyon 1/5 Stage Gestion du Stress: Préservation, Savoir 1/5 Accueil du Public Six Sigma opérationnel Gestion du stress et préservation de soi Pratique de la Médiation Gestion du temps Négociation Pratique Prise

Plus en détail

Corrigé sur le texte de Pascal Pensées, 110 [édition Lafuma] : les vérités du cœur et de la raison

Corrigé sur le texte de Pascal Pensées, 110 [édition Lafuma] : les vérités du cœur et de la raison Corrigé sur le texte de Pascal Pensées, 110 [édition Lafuma] : les vérités du cœur et de la raison «Nous connaissons la vérité non seulement par la raison mais encore par le cœur. C est de cette dernière

Plus en détail

FORMATION. Planification stratégique COMMENT FAIRE DES AFFAIRES DANS LE NORD. Document complémentaire

FORMATION. Planification stratégique COMMENT FAIRE DES AFFAIRES DANS LE NORD. Document complémentaire FORMATION COMMENT FAIRE DES AFFAIRES DANS LE NORD Document complémentaire 1 En vue d atteindre les objectifs visés, il est essentiel pour le dirigeant d entreprise de bien positionner sa stratégie globale

Plus en détail

(incluant la dimension participative)

(incluant la dimension participative) Co-construction d un support pour le suivi-évaluation de la gouvernance du Contrat de Ville (incluant la dimension participative) Ce support est destiné à rassembler les indicateurs jugés utiles pour le

Plus en détail

Loïc Goffe. Prendre l air (Méthode et techniques d aide au développement personnel)

Loïc Goffe. Prendre l air (Méthode et techniques d aide au développement personnel) Loïc Goffe Prendre l air (Méthode et techniques d aide au développement personnel) Remerciements à Aurélia et Alice deux très belles étoiles sur mon passage ; à ma famille et mes ami(e)s, à Christophe

Plus en détail

Capacité de l Etat en matière de supervision de la sécurité. L élément crucial n 4 : Personnel technique qualifié

Capacité de l Etat en matière de supervision de la sécurité. L élément crucial n 4 : Personnel technique qualifié Capacité de l Etat en matière de supervision de la sécurité L élément crucial n 4 : Personnel technique qualifié Symposium sur la sécurité de l aviation Dakar, 27-28 Mai 2014 Présentée par Aziz BOULMANE

Plus en détail

- En 1940 quand la guerre éclate il gagne la France métropolitaine

- En 1940 quand la guerre éclate il gagne la France métropolitaine - Albert Camus naît en 1913 en Algérie, dans une famille pauvre - La mort de son père, la misère et la tuberculose expliquent son sentiment de l ABSURDE - Il étudie philosophie à Alger - 1937 L ENVERS

Plus en détail

CHAPITRE I INTRODUCTION A LA SOCIOLINGUISTIQUE

CHAPITRE I INTRODUCTION A LA SOCIOLINGUISTIQUE CHAPITRE I INTRODUCTION A LA SOCIOLINGUISTIQUE INTRODUCTION La sociolinguistique est l une des sciences du langage, William Labov, l un des pères fondateurs de la discipline considère «qu il s agit là

Plus en détail

Un cours de grammaire au collège

Un cours de grammaire au collège Groupe de Réflexion Interdisciplinaire sur les Programmes Un cours de grammaire au collège Cécile Revéret, Professeur de Lettres Classiques en collège Roncq Août 2007 " Ces document sont la propriété de

Plus en détail