Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS"

Transcription

1 CALENDRIER VACCINAL Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS I. LE CALENDRIER VACCINAL 2014 A l exception de l assainissement de l eau, aucune action humaine n a eu une action comparable à celle de la vaccination dans la lutte contre les maladies infectieuses et la réduction des taux de mortalité. Le calendrier des vaccinations définit les vaccinations recommandées en fonction de l âge et de la situation individuelle. En 2013, des simplifications importantes ont été introduites. L ESSENTIEL CHEZ LE NOURRISSON Un schéma simplifié 2+1 (M2-M4-M11) remplace le précédent schéma 3+1 (M2-M3-M4-M16) L injection du vaccin pentavalent (DTCaPolioHib) à l âge de 3 mois est supprimée. Le rappel du vaccin pneumococcique conjugué est avancé à l âge de 11 mois et co-administré avec le précédent. La 1 ère dose de ROR est effectuée à l âge de 12 mois, pour des raisons de meilleur immunogénicité, pour tous les nourrissons (en dehors de situation épidémique, quel que soit le mode de garde, la seconde entre 16 et 18 mois. CHEZ L ENFANT ET L ADOLESCENT Un rappel coqueluche est recommandé à l âge de 6 ans (DTCaP). Le rappel de 11 à 13 ans (dtcap) est effectué avec un vaccin contenant des concentrations réduites en anatoxine diphtérique et antigènes coquelucheux. La vaccination contre HPV est effectuée entre 11 et 14 ans (avec un rattrapage jusqu à 19 ans inclus). Le rappel dtp à l âge de ans est supprimé. CHEZ L ADULTE Les rappels dtp sont effectués à âge fixe à partir de 25 ans (45 ans, 65 ans, 75 ans, 85 ans, 95 ans, etc.). A 25 ans, le vaccin est associé à la valence coqueluche en concentration réduite. CHEZ LES PERSONNES IMMUNODÉPRIMÉES ET ASPLÉNIQUES Des vaccinations spécifiques sont recommandées chez ces patients à risque d infections sévères.

2 Valence vaccinale : D : Diphtérie dose entière d anatoxine d : diphtérie dose réduite d anatoxine T : Tétanos P : Poliomyélite Ca : Coqueluche acellulaire dose entière d antigènes coquelucheux ca : coqueluche acellulaire dose réduite d antigènes coquelucheux Hib : Haemophilus influenzae de type b HB : Virus de l Hépatite B Pn13 : Pneumocoque conjugué 13 valences ROR : Rougeole, Oreillons Rubéole Méningo C : Méningocoque C HPV : Papillomavirus humains 1 Vaccination du nourrisson Remarque : Pour les prématurés et les nourrissons à risque élevé de contracter une infection invasive à pneumocoque, le schéma vaccinal comprend 3 doses à l âge de 2, 3 et 4 mois puis un rappel à l âge de 11 mois. L enfant de plus de deux ans à risque élevé de contracter une infection invasive à pneumocoque, recevra une injection complémentaire avec le vaccin polyosidique 23- valent. Tous les enfants doivent recevoir les deux doses de vaccins ROR avant l âge de 18 mois et a fortiori avant 2 ans. 2 Vaccination de l enfant et de l adolescent

3 Remarque : Le vaccin Revaxis n est plus indiqué à l âge de 6 ans. Les enfants ayant reçu le vaccin dtp (Revaxis) ou un vaccin dtcap (Repevax ou Boostrixtetra) à 6 ans, doivent être vaccinés à l âge de ans avec le vaccin DTCaP [TETRAVAC ACELLULAIRE ou INFANRIX TETRA ]. Les vaccins HPV ne sont pas interchangeables. A partir de 25 ans, toutes les jeunes femmes vaccinées ou non vaccinées doivent continuer de bénéficier du dépistage selon les recommandations en vigueur. Tableau récapitulatif des vaccinations chez le nourrisson, l enfant et l adolescent 3 Vaccination de l adulte Remarque : Ne parler que d âge de vaccination et non plus d intervalle de temps chez l adulte. Tous les professionnels [personnels soignants dans leur ensemble et notamment ceux en EHPAD, en maternité, service de néonatalogie et de pédiatrie ; les étudiants des filières médicales et paramédicales ; les professionnels chargés de la petite enfance ; les assistants maternels, les personnes effectuant régulièrement du baby-sitting] recevront systématiquement la valence coquelucheuse aux âges de 25, 45, 65 ans avec le vaccin dtcap. Tableau récapitulatif des vaccinations de l adulte 4 Rattrapages vaccinaux du calendrier vaccinal a) Rattrapage vaccinal chez les enfants et les adolescents Si la couverture vaccinale est globalement satisfaisante dans la petite enfance, elle se dégrade ensuite à l adolescence (et à l âge adulte). Les causes sont multiples : absence de consultation systématique programmée et suivie chez les médecins, négligence vis-à-vis de leur santé, refus des injections, polémiques vaccinales, moins bonne adhésion aux nouvelles recommandations. Les données recueillies grâce à l enquête «Vaccinoscopie 2011» montrent, qu à 15 ans, aucun des objectifs de couverture vaccinale fixés par loi de santé publique de 2004 n est atteint, et ce quel que soit le vaccin. Le risque d exposition aux maladies infectieuses à prévention vaccinale, est élevé pour les adolescents en raison de leur mode de vie. Trois-quarts des adolescents ne sont pas à jour des recommandations vaccinales.

4 b) Rattrapage vaccinal chez les adultes Âges recommandés 25 ans 35 ans 45 ans 65 ans 75 ans 85 ans Coqueluche acellulaire Rattrapage de vaccin dtpca jusqu à 39 ans révolu pour les non vaccinés à 25 ans, sauf si la personne a reçu (dans le cadre de la stratégie du cocooning) une dose de vaccin coquelucheux depuis moins de 10 ans Stratégie du cocooning ROR Atteindre 2 doses au total chez les personnes nées depuis 1980 Rubéole 1 dose ROR chez les femmes non vaccinées 5 Stratégie du cocooning La coqueluche est une infection respiratoire bactérienne due à Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis, peu ou pas fébrile de l arbre respiratoire inférieur, d évolution longue et très contagieuse et dont la gravité repose sur ses complications pulmonaires et neurologiques, surtout chez les nourrissons. Une nouvelle épidémiologie de la coqueluche est apparue en France depuis les années 1990, où la maladie affecte très peu l enfant mais touche, d une part, les nourrissons non protégés par la vaccination et, d autre part, l adolescent ou l adulte qui les contamine. La vaccination contre la coqueluche est donc recommandée dans le cadre de la stratégie dite du cocooning :

5 chez les adultes ayant un projet parental ; au cours de la grossesse pour : * les enfants de la fratrie et le conjoint, * les personnes susceptibles d être en contact étroit et durable avec le futur nourrisson au cours de ses 6 premiers mois. Ceci peut concerner les grands-parents, les baby-sitters... ; en post-partum immédiat pour : * la mère, qu il conviendrait idéalement de vacciner avant la sortie de la maternité, même si elle allaite, * les personnes susceptibles d être en contact étroit et durable avec le futur nourrisson au cours de ses 6 premiers mois si la mise à jour de la vaccination n a pas été faite antérieurement II. PASSAGE DE L ANCIEN AU NOUVEAU CALENDRIER VACCINAL 1 Chez les enfants Toute nouvelle primovaccination suit le nouveau calendrier vaccinal. Pour toute personne ayant déjà reçu un ou des vaccins avant la mise en place de ce nouveau calendrier vaccinal, le principe général est de se recaler le plus rapidement sur le nouveau calendrier.

6 Remarque : Les enfants ayant reçu le vaccin dtp [REVAXIS ] ou dtcap [REPEVAX ou BOOSTRIXTETRA ] à 6 ans, doivent être vaccinés à l âge de ans avec le vaccin DTCaP [TETRAVAC ACELLULAIRE ou INFANRIX TETRA ]. 2 Chez les adultes : ne parler que d âge de vaccination et non d intervalle de temps de vaccination! Ex : patient de 24 ans, vacciné à 18 ans, son échéance N = 25 ans, son échéance N+1 = 45 ans Ex : patient de 26 ans, vacciné à 18 ans : rappel immédiat, son échéance N = 45 ans Ex : patient de 26 ans, vacciné à 21 ans : son échéance N = 45 ans, son échéance N+1 = 65 ans Ex : patient de 66 ans, vacciné à 40 ans : rappel immédiat, son échéance N = 75 ans

7 III. VACCINATIONS ET SCHÉMA VACCINAUX PARTICULIERS 1 Tuberculose et vaccin BCG Pour les enfants exposés à un risque élevé de tuberculose, la vaccination par le BCG est recommandée dès la naissance. Les nourrissons âgés de moins de 3 mois sont vaccinés par le BCG sans test tuberculinique préalable. Chez les enfants à risque non vaccinés, la vaccination peut être réalisée jusqu à l âge de 15 ans. L intradermoréaction (IDR) à la tuberculine préalable à la vaccination doit être réalisée à partir de l âge de 3 mois pour éviter de vacciner un enfant qui aurait été contaminé. La vaccination ne s applique qu aux personnes ayant une intradermoréaction à la tuberculine négative. Seule la forme intradermique du BCG est disponible en France. Les contre-indications médicales temporaires à la

8 vaccination BCG sont constituées par les dermatoses étendues en évolution et les contre-indications définitives par les déficits immunitaires congénitaux ou acquis, notamment dus au VIH. 2 Rappel vaccinal antitétanique en cas de plaie Le HCSP considère dans son avis du 24 mai 2013 que dans le cadre de la prise en charge des plaies, l administration immédiate d une dose d anatoxine tétanique est recommandée lorsque la personne n est pas à jour de ses vaccinations selon le calendrier vaccinal en cours. Si en outre, la plaie est majeure ou susceptible d avoir été contaminée par des germes d origine tellurique, l administration d une dose d immunoglobulines tétaniques complètera cette prévention. Outre la prévention immédiate du tétanos, l administration d anatoxine tétanique doit s inscrire dans une optique de mise à jour du statut vaccinal de la personne concernée. Ainsi, l utilisation d un vaccin trivalent (dtp) voire tétravalent (dtcap) devrait être préférée au vaccin tétanique monovalent. La personne vaccinée devra être informée de la nécessité éventuelle de compléter la mise à jour de ses vaccinations et de la date de son prochain rappel, en application des recommandations du calendrier vaccinal en vigueur. * Personnes âgées de moins de 65 ans ayant reçu une dose de vaccin contenant une valence tétanique depuis moins de vingt ans. Personnes âgées de 65 ans et plus ayant reçu une dose de vaccin contenant une valence tétanique depuis moins de dix ans. ** Plaie majeure : plaie étendue, pénétrante, avec corps étranger ou traitée tardivement.

9 3 Prévention des infections invasives à Pneumocoques Streptococcus pneumoniae est une cause majeure de morbidité et de mortalité chez les adultes, notamment en raison d infections invasives (septicémies, méningites, ) et de pneumonies. Le risque est particulièrement élevé chez les personnes immunodéprimées, chez les personnes âgées et les malades atteints de pathologies qui favorisent la survenue ou aggravent le pronostic de ces infections. Liste des personnes éligibles *Avis du HCSP du 25 avril 2013 relatif aux recommandations de la vaccination pour les adultes et les enfants âgés de plus de 2 ans à risque d infection invasive à pneumocoque. Rapport 2012 du HCSP : vaccinations des personnes immunodéprimées ou aspléniques.

10 4 Schéma vaccinal accéléré contre l hépatite B Le calendrier vaccinal en vigueur recommande, dans certains cas particuliers nécessitant l acquisition rapide d une immunité contre le virus de l hépatite B, un schéma vaccinal accéléré à la place du schéma habituel. Le HCSP recommande dans son avis du 20 février 2014 l abandon chez les adultes du schéma accéléré antérieur (M0, M1, M2 et rappel à M12). 5 Rattrapage Rougeole-oreillons-rubéole Plus de cas de rougeole ont été déclarés en France lors de l épidémie entre 2008 et Au total, plus de pneumopathies graves et 30 complications neurologiques à type d encéphalite ou myélite ont été déclarées et dix décès sont à déplorer par pneumopathie, myocardite ou encéphalite. Même si une décroissance importante de l épidémie a été observée depuis 2012, le virus continue à circuler. Parmi les cas, 84 % n avaient jamais été vaccinés contre la rougeole, 12% n avaient eu qu une dose de vaccin trivalent. L éradication de la maladie n est possible que si la couverture vaccinale atteint plus de 95% pour la première dose et plus de 80% pour la 2e dose avant l âge de 2 ans.

11 *Avis du HCSP du 11 février 2011 : actualisation des recommandations vaccinales contre la rougeole pour les adultes : IV. RÈGLES DE BASE DU RATTRAPAGE VACCINAL *Calendrier vaccinal 2013 et 2014 *Données Infovac : L ensemble des règles de rattrapages vaccinaux sont résumés dans le tableau ci-dessous.

12 V. RECOMMANDATIONS VACCINALES SPÉCIFIQUES CHEZ LES PERSONNES IMMUNODÉPRIMÉES ET/OU ASPLÉNIQUE La vaccination en cas d immunodépression présente certaines particularités qui justifient des recommandations spécifiques : contre-indication de principe des vaccins vivants chez l immunodéprimé en raison d un risque possible de survenue de maladie vaccinale utilisation de schémas vaccinaux particuliers en raison de la diminution de l immunogénicité des vaccins en cas de déficit immunitaire ; justification de vaccinations spécifiques pour les immunodéprimés et aspléniques car risque élevé de certaines infections. La vaccination de l entourage de ces patients, y compris du personnel soignant, est aussi importante car elle contribue à la protection de ces personnes. Les recommandations vaccinales spécifiques sont résumées dans le tableau ci-joint. VI. SOURCES D INFORMATION Calendrier vaccinal 2014 : Mesvaccins.net : Infovac France : Haut Conseil de la santé publique (HCSP). Avis relatif à la simplification du calendrier vaccinal du 21 décembre 2012 : 21 p. Documents pdf Calendrier vaccinal 2014 Règles du rattrapage vaccinal Recommandations spécifiques chez les personnes immunodéprimées et/ou apsléniques Calendrier enfant 2014 Calendrier adulte 2014 Calendrier de rattrapage et de transition 2014

Calendrier des vaccinations 2013

Calendrier des vaccinations 2013 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. État des connaissances : mars 2013 Calendrier des vaccinations 2013 Poi int sur les pr rincipales nouvea autés Le calendrier des vaccinations ou calendrier vaccinal, élaboré

Plus en détail

2.1 Coqueluche. Recommandations générales. Recommandations particulières

2.1 Coqueluche. Recommandations générales. Recommandations particulières 2.1 Coqueluche Recommandations générales La primovaccination (deux injections suivies d un rappel) est obligatoire chez l enfant depuis le 1 er janvier 2018. La vaccination contre la coqueluche est pratiquée

Plus en détail

Simplification du calendrier vaccinal

Simplification du calendrier vaccinal FMC Soirée Actualités RMC Vienne 12/12/2013 Simplification du calendrier vaccinal Cliquez Dr Anissa Bouaziz pour ajouter un texte Service de Médecine Interne Rhumatologie Maladies Infectieuses et Tropicales

Plus en détail

Assurance Qualité Procédure de dispensation d un vaccin

Assurance Qualité Procédure de dispensation d un vaccin Assurance Qualité Procédure de dispensation d un vaccin Nom de l entreprise : Remedeo SAS Adresse : 3, rue Louis le Grand 7500 Paris Personne à contacter dans l entreprise : Sandra Chasseloup : +33 (0)

Plus en détail

Questions-réponses. sur le calendrier des vaccinations Les principaux points à retenir du nouveau calendrier des vaccinations 2013

Questions-réponses. sur le calendrier des vaccinations Les principaux points à retenir du nouveau calendrier des vaccinations 2013 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. Questions-réponses sur le calendrier des vaccinations 2013 Le calendrier des vaccinations 2013 introduit des modifications importantes pour l ensemble de la population

Plus en détail

Evolution du CALENDRIER VACCINAL FRANCAIS

Evolution du CALENDRIER VACCINAL FRANCAIS Evolution du CALENDRIER VACCINAL FRANCAIS Pr. Jean Beytout Service des maladies infectieuses CHU de Clermont-Fd. Comité Technique des Vaccinations 1999-2005 Calendrier vaccinal DEFINITION Vaccinations

Plus en détail

Nouveautés des vaccins pédiatriques

Nouveautés des vaccins pédiatriques Nouveautés des vaccins pédiatriques Semaine de la vaccination Samedi 30 avril 2016 Dr Hugues Pflieger Conflits d intérêt Invitation à des réunions scientifiques par : Sanofi Pasteur MSD GlaxoSmithKline

Plus en détail

Calendrier Vaccinal Ce qui Change Comment s y retrouver? Robert COHEN InfoVac CHI Créteil

Calendrier Vaccinal Ce qui Change Comment s y retrouver? Robert COHEN InfoVac CHI Créteil Calendrier Vaccinal Ce qui Change Comment s y retrouver? Robert COHEN InfoVac CHI Créteil 1 2013 Refonte Profonde du Calendrier Vaccinal Diminution du nombre d injections suppression des injections de

Plus en détail

«Actualités vaccinales» FMC du 05/03/08 - Dr BIAVAT (Espace de Santé Publique - CH Chambéry)

«Actualités vaccinales» FMC du 05/03/08 - Dr BIAVAT (Espace de Santé Publique - CH Chambéry) Ne seront pas traitées dans ce chapitre, car ne relevant pas de recommandations de vaccination large et/ou systématique les vaccinations contre les pathologies suivantes : - varicelle - rotavirus - zona

Plus en détail

LES NOUVEAUX DEFIS DE LA VACCINATION. Printemps Médical de Bourgogne M Duong - Service des Maladies Infectieuses

LES NOUVEAUX DEFIS DE LA VACCINATION. Printemps Médical de Bourgogne M Duong - Service des Maladies Infectieuses LES NOUVEAUX DEFIS DE LA VACCINATION Printemps Médical de Bourgogne 2013 M Duong - Service des Maladies Infectieuses LA RECRUDESCENCE DE LA COQUELUCHE EN FRANCE Aujourd hui : Transmission d adultes ou

Plus en détail

ENFANT. Mise à jour des vaccinations de l enfant, jusqu à 15 ans inclus, arrivant de l étranger adopté, réfugié, migrant

ENFANT. Mise à jour des vaccinations de l enfant, jusqu à 15 ans inclus, arrivant de l étranger adopté, réfugié, migrant ENFANT Mise à jour des vaccinations de l enfant, jusqu à 15 ans inclus, arrivant de l étranger adopté, réfugié, migrant D après le calendrier vaccinal 2015 1 drier vaccinal ARRIVAC 200x100 Mai 2015 v1.indd

Plus en détail

Vaccination chez les adultes immunodéprimés

Vaccination chez les adultes immunodéprimés Document destiné aux professionnels de santé - Actualisation des connaissances Juin 2015 Repères pour votre pratique Vaccination chez les adultes immunodéprimés Les personnes immunodéprimées ou aspléniques

Plus en détail

Vaccination chez les adultes immunodéprimés

Vaccination chez les adultes immunodéprimés Document destiné aux professionnels de santé - Actualisation des connaissances Juin 2015 Repères pour votre pratique Vaccination chez les adultes immunodéprimés Les personnes immunodéprimées ou aspléniques

Plus en détail

VOTRE ENFANT RENTRE AU COLLÈGE

VOTRE ENFANT RENTRE AU COLLÈGE VOTRE ENFANT RENTRE AU COLLÈGE Est-il à jour de ses vaccinations? D après le calendrier vaccinal 2014 1 ette 105x210 vaccinations V11.indd 1 30/09/2014 10 Le rendez-vous POUR TOUS LES ADOLESCENT(E)S DE

Plus en détail

Être vacciné pour se. Dr Sandrine HENARD Maladies infectieuses et tropicales CHU Nancy

Être vacciné pour se. Dr Sandrine HENARD Maladies infectieuses et tropicales CHU Nancy 2012 Être vacciné pour se protéger et protéger Dr Sandrine HENARD Maladies infectieuses et tropicales CHU Nancy Cadre généralg Les vaccinations dans le milieu du travail sont régies par 2 réglementations

Plus en détail

Vaccinations 2009 : Obligations et recommandations

Vaccinations 2009 : Obligations et recommandations Vaccinations 2009 : Obligations et recommandations Dr Florence GAUTHIER-DAVID Service de médecine et santé au travail, CH de la Région d Annecy ANMTEPH Une évidence, deux objectifs en établissement de

Plus en détail

3) Comment organisez-vous le rattrapage?

3) Comment organisez-vous le rattrapage? CAS CLINIQUE N 1N Sandrine, jeune femme de 24 ans, vient de divorcer et se rapproche de son nouvel ami avec lequel elle souhaite avoir un enfant. Elle vient vous montrer le carnet de santé de son fils

Plus en détail

Vaccinations en Item 143

Vaccinations en Item 143 Vaccinations en 2014 Item 143 Objectifs Appliquer le calendrier des vaccinations en France. Conseiller une vaccination adaptée en fonction du risque individuel et collectif. Argumenter les contre-indications

Plus en détail

Le nouveau calendrier vaccinal en France

Le nouveau calendrier vaccinal en France Le nouveau calendrier vaccinal en France J. Gaudelus Professeur de Pédiatrie à l université Paris XIII Service de Pédiatrie au CHU Jean Verdier de Bondy Le calendrier vaccinal français 2013 (1) comporte

Plus en détail

VACCINATIONS. Amboise, le 10 septembre Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours

VACCINATIONS. Amboise, le 10 septembre Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours VACCINATIONS Amboise, le 10 septembre 2012 Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours Historique Première vaccination humaine avec un virus atténué : contre la rage en juillet 1885

Plus en détail

Semaine européenne de la vaccination

Semaine européenne de la vaccination Semaine européenne de la vaccination Du 22 au 26 avril 2014 Une semaine e de rappel pel pour mett ettre tre ses s vaccins à jour CONTACTS PRESSE TBWA\Corporate : Elsa Gueroult Tél : 01 49 09 26 20 inpes.presse@tbwa-corporate.com

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE

REPUBLIQUE FRANCAISE REPUBLIQUE FRANCAISE Commission Permanente Délibération n 45/CP du 20 avril 2011 modifiant la délibération n 168 du 5 août 1969 portant règlement d hygiène et de médecine scolaires et la délibération n

Plus en détail

VACCINATION. carnet. de bord

VACCINATION. carnet. de bord VACCINATION carnet de bord Professionnels de santé votre vaccination est essentielle Médecin, infirmier, pharmacien, chirurgien-dentiste et sage-femme, en vous vaccinant, vous vous assurez une protection

Plus en détail

Semaine européenne de la vaccination

Semaine européenne de la vaccination Semaine européenne de la vaccination Du 22 au 26 avril 2014 Une semaine e de rapp pel pour mett ettre tre ses s vaccins à jour CONTACTS PRESSE TBWA\Corporate : Elsa Gueroult Tél : 01 49 09 26 20 inpes.presse@tbwa-corporate.com

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 173 - Mai 2017 SOMMAIRE La vaccination en 2017 1. Les nouvelles recommandations du calendrier vaccinal p 2 2. Les adaptations face aux ruptures de stock p 6 3. Test de lecture

Plus en détail

Le nouveau calendrier vaccinal 2013 Samedi 7 décembre 2013 Actualités thérapeutiques

Le nouveau calendrier vaccinal 2013 Samedi 7 décembre 2013 Actualités thérapeutiques Le nouveau calendrier vaccinal 2013 Samedi 7 décembre 2013 Actualités thérapeutiques Dr Briend-Godet Valérie Contexte q Les problématiques Ø Trop de doses chez l enfant Ø Rappel décennaux chez les adultes

Plus en détail

La vaccination anti-pneumococcique: Un ami qui vous veut du bien

La vaccination anti-pneumococcique: Un ami qui vous veut du bien La vaccination anti-pneumococcique: Un ami qui vous veut du bien Dr Frédéric BASTIDES Commission Régionale des anti-infectieux. Praticien Hospitalier. Service de Médecine Interne et de Maladies Infectieuses-

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de vaccination

Conduite à tenir en cas de vaccination 1 Prise en charge pratique des patients sous tocilizumab Conduite à tenir en cas de vaccination La polyarthrite rhumatoïde (PR) ne contre-indique pas les vaccinations et la réponse obtenue, en l absence

Plus en détail

Calendrier Vaccinal 2014 quoi de neuf? Dr Jean Sarlangue Hôpital des Enfants, CHU Bordeaux

Calendrier Vaccinal 2014 quoi de neuf? Dr Jean Sarlangue Hôpital des Enfants, CHU Bordeaux Calendrier Vaccinal 2014 quoi de neuf? Dr Jean Sarlangue Hôpital des Enfants, CHU Bordeaux 1 Déclaration de liens d intérêt avec les industries de santé en rapport avec le thème de la présentation (loi

Plus en détail

S. FOURNIER-FAVRE Département de Pédiatrie CHRU Montpellier.

S. FOURNIER-FAVRE Département de Pédiatrie CHRU Montpellier. S. FOURNIER-FAVRE Département de Pédiatrie CHRU Montpellier. La coqueluche. Haemophilus Influenzae B. Le Papilloma Virus. L hépatite B. La grippe. LA COQUELUCHE Bacille gram (bacille de Bordet et Gengou)

Plus en détail

15èmes Journées scientifiques du Réseau Sécurité Naissance 17 Novembre Vaccination. Périnatalité. ROUSSEAU Julie Promotion

15èmes Journées scientifiques du Réseau Sécurité Naissance 17 Novembre Vaccination. Périnatalité. ROUSSEAU Julie Promotion 15èmes Journées scientifiques du Réseau Sécurité Naissance 17 Novembre 2011 Vaccination & Périnatalité ROUSSEAU Julie Promotion 2006-2011 Politique vaccinale française Calendrier Vaccinal = ensemble des

Plus en détail

La couverture vaccinale en Guadeloupe et dans la collectivité d outre mer de Saint-Martin

La couverture vaccinale en Guadeloupe et dans la collectivité d outre mer de Saint-Martin Semaine européenne de la vaccination Du 24 avril au 1 er mai 2010 La couverture vaccinale en Guadeloupe et dans la collectivité d outre mer de Saint-Martin Enquêtes de couverture vaccinale chez les enfants

Plus en détail

Vaccins : quoi de neuf? Guillemain Richard Pédiatre CH Mâcon

Vaccins : quoi de neuf? Guillemain Richard Pédiatre CH Mâcon Vaccins : quoi de neuf? Guillemain Richard Pédiatre CH Mâcon PLAN Méningo C à 5 mois, rappel chez l adolescent? Coqueluche : quels vaccins pour quel âge? Et la Grossesse? Rougeole: penser au rattrapage

Plus en détail

Le nouveau calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2018 : revue des changements

Le nouveau calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2018 : revue des changements Le nouveau calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2018 : revue des changements Le nouveau calendrier vaccinal et les nouvelles recommandations vaccinales viennent d'être publiés le 9

Plus en détail

Présenté par: F. BENDJELID Médecin spécialiste en épidémiologie et médecine préventive

Présenté par: F. BENDJELID Médecin spécialiste en épidémiologie et médecine préventive Présenté par: F. BENDJELID Médecin spécialiste en épidémiologie et médecine préventive Centre Hospitalier Universitaire d Oran Service d Epidémiologie et de Médecine Préventive Université d'oran 1 Ahmed

Plus en détail

Questions pratiques sur la vaccination Le rattrapage. Dr. Emilia Frentiu

Questions pratiques sur la vaccination Le rattrapage. Dr. Emilia Frentiu Questions pratiques sur la vaccination Le rattrapage Dr. Emilia Frentiu 10.11.2012 Il y a environ 4 ans, un enfant a reçu 1 seule dose de vaccin antihépatite A(Havrix ) avant un départ à l'étranger pour

Plus en détail

CARNET DE VACCINATION

CARNET DE VACCINATION Si vous trouvez ce carnet de vaccination, merci de contacter la personne aux coordonnées ci-après. CARNET DE VACCINATION www.carmiest.fr NOM... PRÉNOM.. DATE DE NAISSANCE... ADRESSE..... TÉLÉPHONE... DIPHTÉRIE

Plus en détail

Incidence des maladies

Incidence des maladies Incidence des maladies Les vaccins ont contribué à la réduction spectaculaire du nombre de personnes malades et de décès provoqués par ces microbes ou virus. L effort vaccinal doit être maintenu afin d

Plus en détail

Les vaccins. Dr Matthieu Roustit

Les vaccins. Dr Matthieu Roustit Les vaccins Dr Matthieu Roustit Pharmacologie clinique Faculté de Médecine et de Pharmacie, Université Joseph Fourier, Grenoble Centre d Investigation Clinique Inserm CIC3, CHU de Grenoble Institut de

Plus en détail

LA POLITIQUE VACCINALE CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE LE CALENDRIER VACCINAL LA POLITIQUE VACCINALE (2)

LA POLITIQUE VACCINALE CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE LE CALENDRIER VACCINAL LA POLITIQUE VACCINALE (2) LA POLITIQUE VACCINALE Est élaborée par le Ministère chargé de la santé S appuie principalement sur les avis du Comité technique des vaccinations (CTV-HCSP), qui a pour mission de CALENDIER VACCINAL DES

Plus en détail

CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE

CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE Dominique Abiteboul LA POLITIQUE VACCINALE Est élaborée par le Ministère chargé de la santé S appuie principalement sur les avis du Comité technique

Plus en détail

Prévention du risque infectieux Place de la vaccination. COREVIH Haute Normandie

Prévention du risque infectieux Place de la vaccination. COREVIH Haute Normandie Prévention du risque infectieux Place de la vaccination COREVIH Haute Normandie Transmission croisée hépatite B Belgique 2002: Femme de 83 ans en EHPAD hépatite B fulminante Enquête épidémiologique portant

Plus en détail

Vaccination(s) et déficits immunitaires. Eric Jeziorski Réunion IRIS Le 26 sept 2015, Marseille

Vaccination(s) et déficits immunitaires. Eric Jeziorski Réunion IRIS Le 26 sept 2015, Marseille Vaccination(s) et déficits immunitaires Eric Jeziorski Réunion IRIS Le 26 sept 2015, Marseille Introduction Vaccination de la population générale Médecine de population et non d individu Administration

Plus en détail

ÉLARGISSEMENT DE L OBLIGATION VACCINALE À 11 MALADIES

ÉLARGISSEMENT DE L OBLIGATION VACCINALE À 11 MALADIES DOSSIER PÉDAGOGIQUE ÉLARGISSEMENT DE L OBLIGATION VACCINALE À 11 MALADIES UN ENJEU DE SANTÉ PUBLIQUE JUILLET 2017 2 Sommaire Introduction. page 4 Perception et adhésion à la vaccination et à l obligation

Plus en détail

Les vaccinations. Les vaccinations

Les vaccinations. Les vaccinations Les vaccinations Généralités : Les vaccins font partie du domaine de la prévention. Ils permettent de protéger contre des maladies dites «historiques» qui ont fait beaucoup de ravages et qui maintenant,

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées et/ou aspléniques

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées et/ou aspléniques 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées et/ou aspléniques La vaccination en cas d immunodépression présente certaines particularités qui justifient des

Plus en détail

RPL_vaccination_anticoq2016. Vaccination anti-coqueluche en périnatalité

RPL_vaccination_anticoq2016. Vaccination anti-coqueluche en périnatalité Réseau Périnatal Lorrain RECOMMANDATIONS RPL_vaccination_anticoq2016 Vaccination anti-coqueluche en périnatalité Version du 03/05/2016 Rédaction G. ROUTIOT Dr CREUTZ LEROY Validation Conseil de coordination

Plus en détail

Pr Th. MAY Dr E. FRENTIU DESC Infectiologie 06/10/14

Pr Th. MAY Dr E. FRENTIU DESC Infectiologie 06/10/14 Pr Th. MAY Dr E. FRENTIU DESC Infectiologie 06/10/14 La famille Martin La famille Martin est composée du père, Stéphane de la mère Carine, infirmière de leurs 2 enfants, Virginie 12 ans Hugo 9 mois Et

Plus en détail

LA VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE. Dr C.TACHON 1 er décembre 2016 CLIN Régional

LA VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE. Dr C.TACHON 1 er décembre 2016 CLIN Régional LA VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE Dr C.TACHON 1 er décembre 2016 CLIN Régional BIBLIOGRAPHIE Code de la santé publique: Article L.3111-1 et L.3111-4 Arrêté du 15 mars 1991 Arrêté du 6 mars 2007

Plus en détail

A G E N C E COMMISSION DE LA TRANSPARENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E COMMISSION DE LA TRANSPARENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E COMMISSION DE LA TRANSPARENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 21 mars 2001 18 avril 2001 HEXAVAC, suspension injectable, vaccin diphtérique, tétanique,

Plus en détail

Cas n 1. Elle a reçu son dernier rappel diphtérie-tétanos-polio-coqueluche ( Tétravax ) à l âge de 13 ans

Cas n 1. Elle a reçu son dernier rappel diphtérie-tétanos-polio-coqueluche ( Tétravax ) à l âge de 13 ans Cas n 1 Elle a reçu son dernier rappel diphtérie-tétanos-polio-coqueluche ( Tétravax ) à l âge de 13 ans 1. Lui conseille-t-on un rappel dtp ou dtcap? Cas n 1 1. Jeune femme en âge en âge d avoir des enfants

Plus en détail

17 novembre 2010 DCEM III I/ PRESENTATION. DERMG Université de Nice Sophia Antipolis. Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET

17 novembre 2010 DCEM III I/ PRESENTATION. DERMG Université de Nice Sophia Antipolis. Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET 17 novembre 2010 DCEM III I/ PRESENTATION Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET DERMG Université de Nice Sophia Antipolis PLAN I/ Présentation ECN II/ Introduction III/les vaccins, les adjuvants,

Plus en détail

Le nouveau calendrier vaccinal. Daniel Floret Professeur émérite Université Claude Bernard Lyon1

Le nouveau calendrier vaccinal. Daniel Floret Professeur émérite Université Claude Bernard Lyon1 Le nouveau calendrier vaccinal Daniel Floret Professeur émérite Université Claude Bernard Lyon1 Forum Médical Lyonnais- 28 septembre 2013 Conflits d intérêt Président du Comité Technique des Vaccinations/

Plus en détail

Vaccination au féminin

Vaccination au féminin CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Vaccination au féminin Journées Périnatales de Mayotte Novembre 2016 Christelle VAULOUP-FELLOUS Faculté de Médecine Paris Sud Service de Virologie du GH Hôpitaux

Plus en détail

Actualités vaccinales 2017

Actualités vaccinales 2017 8 ème journées Questions et Controverses en pédiatrie Actualités vaccinales 2017 Entre hésitation et obligation Dr Elise Launay CHU Nantes Liens d intérêts Invitation aux congrès par Sanofi et GSK (ESPID)

Plus en détail

Le calendrier vaccinal en pratique. N Viget DUACAI 21/04/2011

Le calendrier vaccinal en pratique. N Viget DUACAI 21/04/2011 Le calendrier vaccinal en pratique N Viget DUACAI 21/04/2011 Calendrier 2011 BEH mars 2011 Calendrier 2011 BEH mars 2011 Rattrapage vaccinal BEH mars 2011 cocooning» Coqueluche Coqueluche Coqueluche Coqueluche

Plus en détail

La place de la sage-femme dans le nouveau calendrier vaccinal

La place de la sage-femme dans le nouveau calendrier vaccinal La place de la sage-femme dans le nouveau calendrier vaccinal Mme Anne-Marie CURAT CNSF 10 juin 2014 CNSF : les prescriptions des sages-femmes : un casse tête 10 juin 2014 1 «Je déclare ne pas avoir d

Plus en détail

Un point sur la vaccination

Un point sur la vaccination Journée d actualisation des assistants de prévention 2014 Un point sur la vaccination Dr Isabela LORENTE Mme Tatiana Bourcier 17, 26 et 30 sept 2014 Vrai / Faux Quand je me vaccine, je protège les autres.

Plus en détail

Vaccination chez les patients adultes suivis en HGE. Quoi de neuf 2017

Vaccination chez les patients adultes suivis en HGE. Quoi de neuf 2017 Vaccination chez les patients adultes suivis en HGE Quoi de neuf 2017 Personnes immunodéprimées ou aspléniques exposées à un risque accru d infections sévères Contre-indications des vaccins vivants (sauf

Plus en détail

3. CALENDRIER VACCINAL 2009 TABLEAUX SYNOPTIQUES 3.1 Tableau des recommandations vaccinales pour les enfants et les adolescents

3. CALENDRIER VACCINAL 2009 TABLEAUX SYNOPTIQUES 3.1 Tableau des recommandations vaccinales pour les enfants et les adolescents 156 BEH 16-17 / 20 avril 2009 3.1 Tableau des recommandations vaccinales pour les enfants et les adolescents RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES RATTRAPAGE POPULATIONS PARTICULIÈRES ET À RISQUE Diphtérie (D), Tétanos

Plus en détail

Votre pharmacien vous informe CALENDRIER VACCINAL ANNEE Tout le monde a ses vaccinations à jour?

Votre pharmacien vous informe CALENDRIER VACCINAL ANNEE Tout le monde a ses vaccinations à jour? CALENDRIER VACCINAL ANNEE 2013 Tout le monde a ses vaccinations à jour? Source : Bulletin Épidémiologique Hebdomadaire (BEH) n 14-15, 19 avril 2013 Votre pharmacien vous informe Tableau des vaccinations

Plus en détail

Auteur principal : Docteur Georges PICHEROT

Auteur principal : Docteur Georges PICHEROT Auteur principal : Docteur Georges PICHEROT Centre Hospitalier Universitaire de Nantes Chef du Service de Pédiatrie Quai Moncousu 44093 NANTES cedex Soumission d'un dossier de candidature à l'association

Plus en détail

POLITIQUE VACCINALE EN EHPAD

POLITIQUE VACCINALE EN EHPAD POLITIQUE VACCINALE EN EHPAD XX/XX/XX Journée régionale de la lutte contre les infections nosocomiales ARLIN Languedoc-Roussillon 26 avril 2012 CARCASSONNE Dr Eric Schwartzentruber, ARS DT 11 Les particularités

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE Août 2005 I. PROMOTEURS Association française de pédiatrie ambulatoire (AFPA). Haute Autorité de santé (HAS). II. SOURCES Calendrier vaccinal 2005

Plus en détail

Vaccinations, je suis à jour

Vaccinations, je suis à jour Vaccinations, je suis à jour Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Adresse du site : www.docvadis.fr/malinf.sat.paris Validé par le Comité Scientifique Infectiologie et le Comité Scientifique

Plus en détail

Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed2. Information du 31 octobre 2017

Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed2. Information du 31 octobre 2017 Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed2 Information du 31 octobre 2017 Prof. Pierre-Alexandre BART Directeur de l Ecole de médecine Pourquoi un plan de vaccination durant

Plus en détail

Je teste mes connaissances sur la vaccination

Je teste mes connaissances sur la vaccination Je teste mes connaissances sur la vaccination CENTRE POLYVALENT DE SANTE UNIVERSITAIRE Adresse du site : www.docvadis.fr/cpsu Validé par le Comité Scientifique Médecine générale La vaccination est une

Plus en détail

A G E N C E COMMISSION DE LA TRANSPARENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E COMMISSION DE LA TRANSPARENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E COMMISSION DE LA TRANSPARENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 21 mars 2001 18 avril 2001 INFANRIX HEXA, poudre et suspension pour suspension injectable,

Plus en détail

Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2014 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ

Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2014 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2014 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Sommaire 1. Points-clés sur les nouvelles recommandations

Plus en détail

2. VACCINATIONS RECOMMANDÉES : POPULATION GÉNÉRALE 3. VACCINS RECOMMANDES : SITUATIONS / GROUPES A RISQUE

2. VACCINATIONS RECOMMANDÉES : POPULATION GÉNÉRALE 3. VACCINS RECOMMANDES : SITUATIONS / GROUPES A RISQUE Département de médecine communautaire de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours VACCINATIONS SOMMAIRE 1. INTRODUCTION 2. VACCINATIONS RECOMMANDÉES : POPULATION GÉNÉRALE

Plus en détail

POURQUOI SE FAIRE VACCINER? et citoyenneté 2014

POURQUOI SE FAIRE VACCINER? et citoyenneté 2014 POURQUOI SE FAIRE VACCINER? Journée e défense d et citoyenneté 2014 Avant de commencer Combien d entre vous sont sûrs d être à jour de leurs vaccinations? Qui se sent concerné par la vaccination? Qui sait

Plus en détail

Vaccination en Ehpad Actualité Dr Jean-Baptiste EUZEN Service de Maladies Infectieuses et Tropicales

Vaccination en Ehpad Actualité Dr Jean-Baptiste EUZEN Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Vaccination en Ehpad Actualité 2016 Dr Jean-Baptiste EUZEN Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Pourquoi vacciner en Ehpad? De plus en plus de personnes âgées Année % 65 ans 1901 8,5 1950 11,4

Plus en détail

prévention vaccinations La vaccination peut vous sauver la vie.

prévention vaccinations La vaccination peut vous sauver la vie. PS70252 Depliant vaccination 15/06/07 12:11 Page 1 en savoir plus BEH Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire www.invs.sante.fr Institut Pasteur www.pasteur.fr www.plateforme-sante.fr prévention vaccinations

Plus en détail

Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2

Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2 Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2 Information du 25.09.2015 Catherine Lazor-Blanchet Giorgio Zanetti Service de Médecine Préventive Hospitalière Pourquoi un plan

Plus en détail

17 novembre 2010 DCEM III CAS CLINIQUES. DERMG Université de Nice Sophia Antipolis. Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET

17 novembre 2010 DCEM III CAS CLINIQUES. DERMG Université de Nice Sophia Antipolis. Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET CAS CLINIQUES 17 novembre 2010 DCEM III Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET DERMG Université de Nice Sophia Antipolis Cas clinique 1 Mme P. 28 ans, jeune cadre dynamique d origine caucasienne,

Plus en détail

Le nouveau calendrier vaccinal

Le nouveau calendrier vaccinal Le nouveau calendrier vaccinal Daniel Floret Professeur Emérite- Université Claude Bernard Lyon1 Président du Comité Technique des Vaccinations/ HCSP Formation Immunité et Vaccins- ENS Lyon 18 mars 2014

Plus en détail

Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales Mars 2016 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS.

Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales Mars 2016 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2016 Mars 2016 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Sommaire 1. Points-clefs sur les nouvelles recommandations

Plus en détail

Les avancées thérapeutiques 2006 dans le domaine des vaccins

Les avancées thérapeutiques 2006 dans le domaine des vaccins Les avancées thérapeutiques 2006 dans le domaine des vaccins Bertrand Alexandre Président du Comité Vaccins Leem 29 janvier 2007 1 Les vaccins : une contribution majeure à l éradication ou l atténuation

Plus en détail

Guide des vaccinations Édition Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations

Guide des vaccinations Édition Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations Guide des vaccinations Édition 2012 Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations 93 Vaccination contre les infections invasives à Haemophilus influenzae de type b Les infections à Haemophilus

Plus en détail

Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales Avril 2017 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS.

Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales Avril 2017 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2017 Avril 2017 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Sommaire Calendrier des vaccinations 4 1. Points-clefs

Plus en détail

Guide des vaccinations Édition Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations

Guide des vaccinations Édition Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations Guide des vaccinations Édition 2006 Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations 267 La vaccination contre le tétanos Le tétanos est une infection aiguë due aux exotoxines produites

Plus en détail

23/09/2015 ARlin corse EHPAD INFO Pourquoi vacciner? Qui vacciner? Contre quelles maladies? Quand vacciner?

23/09/2015 ARlin corse EHPAD INFO Pourquoi vacciner? Qui vacciner? Contre quelles maladies? Quand vacciner? Pourquoi vacciner? Qui vacciner? Contre quelles maladies? Quand vacciner? Pourquoi vacciner dans un EHPAD? Population âgée en augmentation : doublée de 1980 à 2000 et va tripler en 2030 ( 260 à > 900 millions

Plus en détail

Vaccinations du Nourrisson. François-Marie Caron

Vaccinations du Nourrisson. François-Marie Caron Vaccinations du Nourrisson François-Marie Caron Impact d un programme de vaccinations RUBEOLE 1970 OREILLONS 1983 ROUGEOLE 1983 ASSOCIATION 1986 Acceptation vaccination garçon oreillons 1996 Rattrapage

Plus en détail

PROGRAMME NATIONAL D IMMUNISATION : ÉVOLUTION ET PERSPECTIVES. Dr K. LAHLOU Directeur de la population Casablanca janvier 2016

PROGRAMME NATIONAL D IMMUNISATION : ÉVOLUTION ET PERSPECTIVES. Dr K. LAHLOU Directeur de la population Casablanca janvier 2016 PROGRAMME NATIONAL D IMMUNISATION : ÉVOLUTION ET PERSPECTIVES Dr K. LAHLOU Directeur de la population Casablanca janvier 2016 Plan I. Evolution du calendrier de vaccination au Maroc II. III. Acquis du

Plus en détail

Vaccinations des enfants en onco- hématopédiatrie. Phaktra SOK-FEDELE Journée POHO 05/12/13

Vaccinations des enfants en onco- hématopédiatrie. Phaktra SOK-FEDELE Journée POHO 05/12/13 Vaccinations des enfants en onco- hématopédiatrie Phaktra SOK-FEDELE Journée POHO 05/12/13 Principes de la vaccination Protection active spécifique vis-à vis d un agent infectieux avant toute exposition.

Plus en détail

Du 21 au 27 avril 2012 Semaine européenne de la vaccination Adolescents, jeunes adultes : Penser à vérifier que les vaccins sont à jour.

Du 21 au 27 avril 2012 Semaine européenne de la vaccination Adolescents, jeunes adultes : Penser à vérifier que les vaccins sont à jour. Du 21 au 27 avril 2012 Semaine européenne de la vaccination Adolescents, jeunes adultes : Penser à vérifier que les vaccins sont à jour. DOSSIER DE PRESSE 1 Sommaire Introduction... p. 3 Une bonne opinion

Plus en détail

CALENDRIER VACCINAL 2006 Pr Dominique Salmon

CALENDRIER VACCINAL 2006 Pr Dominique Salmon CALENDRIER VACCINAL 2006 Pr Dominique Salmon Infectiologie CHU Cochin Obligation-recommandation Obligatoires: DT:1952, polio :1965, BCG:1950 Recommandation:interprétation Intérêt comparée Obligation

Plus en détail

I. Définitions : Suite définitions : 2. Objectifs de la vaccination. Vaccinations et calendrier vaccinal Objectifs du cours :

I. Définitions : Suite définitions : 2. Objectifs de la vaccination. Vaccinations et calendrier vaccinal Objectifs du cours : Vaccinations et calendrier vaccinal 2014 Objectifs du cours : - Situer la politique vaccinale dans une dimension de santé publique - Comprendre le principe vaccinal - Savoir lire et interpréter le calendrier

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique Haut Conseil de la santé publique Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2009 Avis produit par la Commission spécialisée Maladies transmissibles, sur proposition du Comité technique

Plus en détail

Moins de doses pour une meilleure adhésion! Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Hôpital Femme Mère Enfant Bron

Moins de doses pour une meilleure adhésion! Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Hôpital Femme Mère Enfant Bron Moins de doses pour une meilleure adhésion! Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Hôpital Femme Mère Enfant Bron JNI Clermont Ferrand 12 juin 2013 Conflits d intérêt Déclaration Publique d Intérêt

Plus en détail

Calendrier vaccinal de l enfant en 2004

Calendrier vaccinal de l enfant en 2004 Calendrier vaccinal de l enfant en 2004 Quoi de neuf? Comment le mémoriser? Service de pédiatrie du CHV Calendrier vaccinal 2004 Complexité croissante, nombre de vaccins Deux vaccins coquelucheux: entier,

Plus en détail

PROGRAMME NATIONAL D IMMUNISATION ÉVOLUTION ET PERSPECTIVES

PROGRAMME NATIONAL D IMMUNISATION ÉVOLUTION ET PERSPECTIVES PROGRAMME NATIONAL D IMMUNISATION ÉVOLUTION ET PERSPECTIVES Casablanca, 06 Janvier 2017 Plan I. Contexte et place de la vaccination dans la politique sanitaire II. Evolution Programme National d Immunisation

Plus en détail

Enquête de couverture vaccinale des enfants à Bruxelles 2006

Enquête de couverture vaccinale des enfants à Bruxelles 2006 Etiquette n 1 Enquête de couverture vaccinale des enfants à Bruxelles 2006 1. Nom de l enquêteur : 2. Date de l enquête : JJ / MM Heure 1 ère visite / H 2 ème visite / H 3 ème visite / H 2.1 Tentative

Plus en détail

Au Luxembourg : Les vaccins ne sont pas obligatoires au Luxembourg.

Au Luxembourg : Les vaccins ne sont pas obligatoires au Luxembourg. Vaccination - Informations supplémentaires Au Luxembourg : Les vaccins ne sont pas obligatoires au Luxembourg. Le schéma vaccinal national est cependant fortement recommandé par les autorités de santé

Plus en détail

Introduction. Objectifs de la vaccination. Réglementation VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE

Introduction. Objectifs de la vaccination. Réglementation VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE Introduction VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE Journées de l ARLIN 0 - Session Maladies transmissibles à l hôpital et en EHPAD Personnels hôpitaux et EHPAD : population exposée au risque biologique

Plus en détail

Couverture vaccinale des enfants scolarisés en Martinique en 2011

Couverture vaccinale des enfants scolarisés en Martinique en 2011 Couverture vaccinale des enfants scolarisés en Martinique en 2011 Dr Sylvie Merle - Isabelle Padra - Dominique Brieu Dr Daniel Vigée Dr Michel Ripert Dr Isabelle Laville Observatoire de la santé de la

Plus en détail

Recommandations vaccinales de l enfant

Recommandations vaccinales de l enfant Recommandations vaccinales de l enfant Mathie LORROT Service de Pédiatrie Générale, Pr FAYE Hôpital Robert Debré (Paris) 37 ème Congrès de Pharmacie Hospitalière Paris 18 novembre 2015 Conflits d intérêts

Plus en détail

Vaccination du Prématuré 2 ou 3 Doses en Primovaccination

Vaccination du Prématuré 2 ou 3 Doses en Primovaccination Joël Gaudelus Robert Cohen Vaccination du Prématuré 2 ou 3 Doses en Primovaccination 1 Quelles sont les maladies à prévention vaccinales plus fréquentes ou plus graves chez les ex- prématurés? / Diphtérie

Plus en détail

Les données actualisées de couverture vaccinale en région Normandie

Les données actualisées de couverture vaccinale en région Normandie Cire Normandie Bulletin de veille sanitaire N 25/ Avril 2017 Les données actualisées de couverture vaccinale en région Normandie Editorial Arnaud Mathieu, responsable de la Cire La semaine de la vaccination,

Plus en détail