Partie 11 Efficacité énergétique. Projet de règlement à la suite de la consultation publique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Partie 11 Efficacité énergétique. Projet de règlement à la suite de la consultation publique"

Transcription

1 Partie 11 Efficacité énergétique Projet de règlement à la suite de la consultation publique

2 Contenu de la présentation Historique Consultation publique Projet de règlement Commentaires non retenus Étapes réalisées et à venir Questions 2

3 Historique Règlement sur l économie de l énergie dans les nouveaux bâtiments (REENB) : 1983 Plan d action sur les changements climatiques et Stratégie énergétique : 2006 Objectif de rehaussement des normes réglementaires en matière d efficacité énergétique Entrée en vigueur des nouvelles exigences visant le rehaussement des exigences en efficacité énergétique 3

4 Consultation publique 22 février au 6 avril commentaires Associations professionnels et autres Constructeurs & Fabricants Modifications Commentaires publics BEIE RBQ 4

5 Projet de règlement Champ d application Logements Au plus 3 étages Au plus 600 m² REENB autres Similaire au programme volontaire Novoclimat Auto-constructeur ne sont plus exemptés Partie 11 du Code de construction du Québec, chapitre I - Bâtiment 5

6 Champ d application Construction neuve Agrandissement Destiné à être chauffé en hiver Exclus L installation de nouveaux appareils de ventilation Le remplacement des ouvertures Les travaux de rénovation 6

7 Deux zones Moins de 6000 degrés-jour de chauffage sous 18 C Vs 6200 lors de la publication du règlement pour commentaires du public Zones A à D du REENB (plus ou moins 3 municipalités) 6000 degrés-jour de chauffage sous 18 C et plus Vs plus de 6200 lors de la publication du règlement pour commentaires du public Zones E et F du REENB (plus 3 municipalités) 7

8 Définitions Coefficient de transmission thermique globale (U ou 1/RSI) Copier du CNEB 2011 Taux de transmission de la chaleur à travers un ensemble de construction sous l effet d une différence de température Modification à la suite de la publication Pont thermique Élément conducteur de chaleur qui entraîne une diminution de la résistance thermique totale d une paroi ou d une composante de l enveloppe du bâtiment Clarification à la suite de la publication 8

9 Définitions Résistance thermique Inverse du coefficient de transmission thermique globale Résistance thermique effective Résistance thermique d une paroi égale à la moyenne pondéré des valeurs de résistance thermique totale de chacune des surfaces de la paori ayant une résistance thermique totale distincte Résistance thermique totale Résistance thermique d une paroi égale à la somme des résistances thermiques de toutes les couches de matériaux ou d air peu ou non ventilé, qui constituent la paroi et calculée à travers de la partie isolée de la paroi Inclus les valeurs exigées afin d atténuer les ponts thermiques 9

10 Partie 11 insérée au Code Champ d application différent entre le Code et la partie 11 Référence à certaines dispositions de la partie 9 Minimiser répétition Donner un meilleur contrôle de la qualité lors des inspections Fenêtres et lanterneaux (section 9.7.) Isolation thermique et les mesures de contrôle du transfert de chaleur, des fuites d air et de la condensation (section 9.25.) Protection des planchers et des toits en contact avec le sol (soussections et ) Revêtements extérieurs (section 9.27.) 10

11 Référence à certaines dispositions de la partie 9 Moins reliés à l efficacité énergétique mais requise Protection des mousses plastiques (article ) La ventilation des vides sanitaires (section 9.18.) et celle des vides sous toit (section 9.19.) La ventilation des logements (section et partie 6) 11

12 Résistance thermique totale des éléments du bâtiment Élément du bâtiment Moins de 6000 degrèsjour de chauffage sous 18 C 6000 degrès-jour de chauffage sous 18 C et plus Toit plafond Mur au-dessus du niveau du sol Inclus le mur de fondation exposée ou en bois 7,22 (41,0) 9,00 (51,1) 4,31 (24,5) 5,11 (29,) Mur de fondation 2,99 (17,0) 2,99 (17,0) Plancher en porte-à faux et audessus du garage 5,2 (29,5) 5,2 (29,5) 12

13 RSI vs R Facteur de conversion RSI x 5,6789 = R Ajouter en annexe Modification à la suite de la publication Allègements Toits : réduction de 20% Toits plats En son point le plus bas Pente crée par le matériau isolant Augmenter la résistance thermique totale du toit ailleurs 13

14 Allègements Échange possible Résistance thermique % d ouverture Consommation énergétique de la construction de référence (conforme à la partie 11) soit similaire à celle de la construction proposée Simulation énergétique Garde la preuve en poche Requiert l usage de source d énergie alternative Mesure différente Note en annexe précisant qu un mur incliné à 60% en rapport à l horizontal est considéré un toit 14

15 Garage 3,5 (19,9) pour les murs contigus au logement 2,99 (16,5) mur de fondation mitoyen au logement 1,76 (10) murs de fondation sur 600 mm plus bas que le niveau du sol 0 pour la dalle Modification à la suite de la publication 0 bris thermique Modification à la suite de la publication 15

16 Garage 16

17 Dalle sur sol 1,32 (7,5) Au-dessus ou à moins de 600 mm sous le niveau du sol Bris thermique : 1,32 (7,5) jusqu à 600 mm sous le niveau du sol 17

18 Dalle sur sol 0,88 (5) ou 1,32 (7,5) sur 1,2 m de largeur À plus de 600 mm sous le niveau du sol Bris thermique : 0,7 (4) 18

19 Dalle sur sol 1,76 (10) Canalisations de chauffage, des conduits ou du câblage électrique chauffant enfouis sous la dalle ou situés dans la dalle Bris thermique : 1,32 (7,5) (modification à la suite de la publication) 19

20 Avant-toits Égal aux exigences du mur extérieur Fenêtres 30% superficie des murs extérieurs pouvant recevoir une ouverture Note en annexe Exempte 1,85 m² de bloc de verre Exempte les puits de lumière tubulaire Exempte la superficie de la porte servant d accès aux véhicules dans le calcul du % maximal La porte peut atteindre les exigences par un assemblage porte/contre-porte ou porte/tambour non chauffé Inclus la porte coulissante Modifications à la suite de la publication 20

21 Fenêtres Élément du bâtiment Moins de 6000 degrèsjour de chauffage sous 18 C 6000 degrès-jour de chauffage sous 18 C et plus Portes sans vitrage (U) 0,9 0,8 Portes avec vitrage (U ou RE) 1,8 Ou 21 1,6 Ou 25 Fenêtres (U/RE) 2,0/21 Ou 1,8/13 2,0/25 Ou 1,6/17 Lanterneaux (U) 2,85 2,7 21

22 Ponts thermiques des murs Ossature de bois 0,7 (4) : ossature espacés de moins de 600 mm c/c (modification à la suite de la publication) 0,53 (3) Exclus la solive de rive égal aux exigences des murs extérieurs Exclus les fixations ponctuelles et cales de fixations Ossature métallique (modification à la suite de la publication) 1,76 (10) : ossature espacés de moins de 600 mm c/c 1,32 (7,5) Construction en béton 0,88 (5) 1,76 (10) : solive de rive (allègement) 22

23 Ponts thermiques entre deux espaces chauffés 23

24 Ventilation Ensemble des bâtiments de la partie 11 Inclus le «petit résidentiel» exclus du champ d application du Code Ventilateur récupérateur de chaleur (VRC) Efficacité de récupération de 54% ou 60% selon la zone Modification à la suite de la publication 24

25 Commentaires non retenus Élargir la portée du projet de règlement Rénovation Autres usages Traiter les énergies alternatives et/ou renouvelables Mesure différente Utiliser RSIE au lieu de RSIT Tenir compte de l orientation des ouvertures Exiger le test d infiltrométrie Unifamilliale échantillonnage 25

26 Étapes réalisées et à venir Déposer pour validation juridique et traduction Dépôt au CA en juin Entrée en vigueur retardée 15 jours suivants la publication dans la gazette officielle automne jours suivants l entrée en vigueur : première pelletée de terre Formation en ligne Planchers Murs Toits et plafonds Portes, fenêtres, lanterneaux et ventilation VRC Garage 26

27 Étapes réalisées et à venir Capsules vidéo Couverture des ponts thermique Les planchers en porte-à-faux L étanchéité à l,air Les matériaux à faible perméance La performance des fenêtres 27

28 Questions 28

Règlement modifiant le Code de construction du Québec pour favoriser l efficacité énergétique

Règlement modifiant le Code de construction du Québec pour favoriser l efficacité énergétique Règlement modifiant le Code de construction du Québec pour favoriser l efficacité énergétique Présenté par Benoit Côté, ingénieur à la Direction de l expertise technique Annuelle des inspecteurs des CS

Plus en détail

Règlement modifiant le Code de construction pour favoriser l efficacité énergétique 1

Règlement modifiant le Code de construction pour favoriser l efficacité énergétique 1 Règlement modifiant le Code de construction pour favoriser l efficacité énergétique 1 Loi sur le bâtiment (L.R.Q., c. B-1.1, a. 10, 173, 176, 176.1, 178, 185, 1 er al, par. 0.1, 0.2 et 0.3) 1. La section

Plus en détail

Présentation...1 Avertissement...1

Présentation...1 Avertissement...1 9166 Guide Chantier.qxp_Layout 1 2015-10-05 08:23 Page1 TABLE DES MATIÈRES Présentation...1 Avertissement...1 ONGLET N o 1 Applications...2 Définitions...2-3 Exigences...5 Tableau A / indices par localité

Plus en détail

Décret , 1 er août Règlement modifiant le Règlement sur la délivrance des certificats de compétence

Décret , 1 er août Règlement modifiant le Règlement sur la délivrance des certificats de compétence Partie 2 GAZETTE OFFICIELLE DU QUÉBEC, 15 août 2012, 144 e année, n o 33 4183 ATTENDU QUE, suite à cette publication, aucun commentaire n a été reçu et qu il y a lieu d approuver ce règlement sans modification;

Plus en détail

Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB

Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB 1. Introduction 3. Exercices 4. Règles de base 5. Encodage 6. Cas particuliers 7. Conclusion Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB 0 Définition du noeud constructif 1 1 2 formes de noeuds

Plus en détail

AMCO 1901 : exercices de thermique

AMCO 1901 : exercices de thermique AMCO 1901 : exercices de thermique Matériaux [W/mK],e[m] qt= k. (Tint- Text) [w/m2] Parois k = 1/RT [W/K] Ri, Re, Ra, Rvitrages RT = R [K/W] Bâtiment ks = aj kj Aj + ki li [W/K] Aj. niveau d'isolation

Plus en détail

Efficacité Énergétique. Contenu de la présentation. Historique. Nouvelles exigences

Efficacité Énergétique. Contenu de la présentation. Historique. Nouvelles exigences Efficacité Énergétique CEBQ Montréal 29 novembre 2011 Contenu de la présentation Historique Principes d élaboration Consultation - représentation Réglementation Àvenir Questions Historique 1983 : Règlement

Plus en détail

ISOLANTS PERFORMANTS RÉSIDENTIEL COMMERCIAL INDUSTRIEL INSTITUTIONNEL

ISOLANTS PERFORMANTS RÉSIDENTIEL COMMERCIAL INDUSTRIEL INSTITUTIONNEL ISOLANTS PERFORMANTS RÉSIDENTIEL COMMERCIAL INDUSTRIEL INSTITUTIONNEL CONSTRUCTION NEUVE EXIGENCES EN ISOLATION Province de Québec < 6 000 degrés-jours (ex. : Montréal, Québec, Rimouski, Alma) 2 ZONES

Plus en détail

Traitement des nœuds constructifs. 3 Coefficient de transfert thermique par transmission à travers les nœuds constructifs: H T

Traitement des nœuds constructifs. 3 Coefficient de transfert thermique par transmission à travers les nœuds constructifs: H T Traitement des nœuds constructifs 1 Domaine d application 2 Définitions 3 Coefficient de transfert thermique par transmission à travers les nœuds constructifs: H T junctions 3.1 OPTION A : méthode détaillée

Plus en détail

Non-conformités récurrentes des rapports d inspection de La Garantie de construction résidentielle

Non-conformités récurrentes des rapports d inspection de La Garantie de construction résidentielle Non-conformités récurrentes des rapports d inspection de La Garantie de construction résidentielle Robert Périnet, architecte, M.Sc. Expert technique Octobre 2016 Plan de la présentation Objectif Les non-conformités

Plus en détail

Quelle est la différence entre la méthode TH-C-E et TH-C-E ex?

Quelle est la différence entre la méthode TH-C-E et TH-C-E ex? Glossaire BBC-Effinergie Qu est-ce que la méthode TH-C-E? La méthode de calcul utilisée par les certificateurs du label BBC-Effinergie, est la méthode réglementaire française TH-C-E établie par le CSTB.

Plus en détail

8 EXIGENCES POUR LE RAPPORT DONNÉES À INTRODUIRE DONNÉES À EXTRAIRE...19

8 EXIGENCES POUR LE RAPPORT DONNÉES À INTRODUIRE DONNÉES À EXTRAIRE...19 Annexe 8 Les règles de calcul pour la détermination des coefficients de transmission thermique linéaires et ponctuels des nœuds constructifs Calculs numériques validés TABLE DES MATIÈRES 1 INTRODUCTION...

Plus en détail

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3 Centres d'intérêt abordés Niveau d analyse Objectifs pédagogiques Connaissances Activités (2 H) Ressources matérielles Comportemental 1.2.3 Utilisation raisonnée des ressources Efficacité Réduction de

Plus en détail

Tableau des aides financières. Programme de rénovation éconergétique de l agence de l efficacité énergétique. aee.gouv.qc.ca

Tableau des aides financières. Programme de rénovation éconergétique de l agence de l efficacité énergétique. aee.gouv.qc.ca MC Programme de rénovation éconergétique de l agence de l efficacité énergétique aee.gouv.qc.ca Tableau des aides financières Clientèle électricité, mazout et propane Mai 2011 1 déroulement de la première

Plus en détail

SOMMAIRE Introduction Les ponts thermiques

SOMMAIRE Introduction Les ponts thermiques SOMMAIRE Introduction...........................................5 Les ponts thermiques....................................7 Définition.............................................8 Familles..............................................8

Plus en détail

Concevoir une enveloppe de bâtiment performante et durable à l épreuve du Radon

Concevoir une enveloppe de bâtiment performante et durable à l épreuve du Radon Concevoir une enveloppe de bâtiment performante et durable à l épreuve du Radon Programme 1. Présentation Gesfor 2. Législation sur le Radon et exigences du code 3. Solution Radon Airmétic Soya 1. Performance

Plus en détail

Lycée Professionnel Le Chesnois Bains les Bains

Lycée Professionnel Le Chesnois Bains les Bains Quelques exemples choisis de conductivité thermique b - La résistance thermique : R La capacité d'un matériau à résister au froid et au chaud est appelée ou R. Cet indicateur exprime la capacité d'un matériau

Plus en détail

La mise en œuvre de l isolation thermique et l étanchéité à l air

La mise en œuvre de l isolation thermique et l étanchéité à l air fortement le bilan énergétique d une maison 3 8 Assurer la qualité de l isolation thermique et de l étanchéité à l air Le point sur La mise en œuvre de l isolation thermique et l étanchéité à l air 2 L

Plus en détail

Maisons passives & nouveaux bâtiments. Energie am grénge Beräich GESTION DE L ENERGIE CONSEIL EN ENERGIE FORMATIONS

Maisons passives & nouveaux bâtiments. Energie am grénge Beräich GESTION DE L ENERGIE CONSEIL EN ENERGIE FORMATIONS Maisons passives & nouveaux bâtiments Energie am grénge Beräich GESTION DE L ENERGIE CONSEIL EN ENERGIE FORMATIONS Principes de planification Isolation thermique 3 Principes de planification Lors de la

Plus en détail

ETUDE THERMIQUE RT2012

ETUDE THERMIQUE RT2012 2014 ETUDE THERMIQUE RT2012 Ce document comporte : Une copie de l attestation de conformité qui a été jointe au permis de construire La synthèse de l étude thermique réalisée comprenant : - La composition

Plus en détail

CONFORT THERMIQUE. 1/ La chaudière et la cheminée fonctionnent 2/ La chaudière et la cheminée ne fonctionnent pas

CONFORT THERMIQUE. 1/ La chaudière et la cheminée fonctionnent 2/ La chaudière et la cheminée ne fonctionnent pas CONFORT THERMIQUE I. Pourquoi isolons-nous? 1/ La chaudière et la cheminée fonctionnent 2/ La chaudière et la cheminée ne fonctionnent pas - La température ambiante est agréable - La température ambiante

Plus en détail

REHABILITATION Amélioration du confort 5

REHABILITATION Amélioration du confort 5 REHABILITATION Amélioration du confort 5 LE CLOISONNEMENT LES CHASSIS LES SOLS L ISOLATION DES MURS LA VENTILATION INSTALLATION ELECTRIQUE LA RT «EXISTANT» S9- JF QUELDERIE - 2012 1 LE CLOISONNEMENT 2

Plus en détail

1. QUE DIT LA RÈGLEMENTATION EN MATIÈRE DE RÉNOVATION? 2. DIAGNOSTIQUER LE NIVEAU DE PERFORMANCE INITIAL 3. QUELS SONT MES OBJECTIFS DE RÉNOVATION?

1. QUE DIT LA RÈGLEMENTATION EN MATIÈRE DE RÉNOVATION? 2. DIAGNOSTIQUER LE NIVEAU DE PERFORMANCE INITIAL 3. QUELS SONT MES OBJECTIFS DE RÉNOVATION? 1 SOMMAIRE 1. QUE DIT LA RÈGLEMENTATION EN MATIÈRE DE RÉNOVATION? 2. DIAGNOSTIQUER LE NIVEAU DE PERFORMANCE INITIAL 3. QUELS SONT MES OBJECTIFS DE RÉNOVATION? 4. QUELQUES SOLUTIONS POUR ATTEINDRE LES OBJECTIFS

Plus en détail

LE CONSEIL D ARRONDISSEMENT DÉCRÈTE CE QUI SUIT : 1. Le Règlement de zonage 1406 est modifié par :

LE CONSEIL D ARRONDISSEMENT DÉCRÈTE CE QUI SUIT : 1. Le Règlement de zonage 1406 est modifié par : RÈGLEMENT SH2017412 MODIFIANT LE RÈGLEMENT DE ZONAGE 1406, AFIN D HARMONISER CERTAINES NORMES RELATIVES AUX BÂTIMENTS, CONSTRUCTIONS ET S ACCESSOIRES AUTORISÉS DANS LES S APPLICABLES AUX USAGES RÉSIDENTIELS

Plus en détail

TP N 15 : ÉVALUATION DES BESOINS EN CHAUFFAGE D UN BÂTIMENT ETT DESCRIPTION DE LA MAISON 1. PRÉSENTATION 2. LOGICIEL SCY HOUSE SIMULATION

TP N 15 : ÉVALUATION DES BESOINS EN CHAUFFAGE D UN BÂTIMENT ETT DESCRIPTION DE LA MAISON 1. PRÉSENTATION 2. LOGICIEL SCY HOUSE SIMULATION Centres d'intérêt abordés Niveau d analyse Objectifs pédagogiques Connaissances Activités (3 H) Ressources matérielles 1. PRÉSENTATION Énergie Comportemental 1.2.3 Utilisation raisonnée des ressources

Plus en détail

AMELIORATION THERMIQUE ET BATI ANCIEN

AMELIORATION THERMIQUE ET BATI ANCIEN Clermont-Ferrand - 12 mai 2009 AMELIORATION THERMIQUE ET BATI ANCIEN Tony Marchal, Ing. Arch.DPLG Illustrations: T.Marchal - Jean-Pierre Oliva - MEEDDAT - CETE - ADEME sur environ 30 millions de logements,

Plus en détail

Demande de subventions. Les points forts. Revalorisation fondamentale des mesures dans le domaine de la rénovation énergétique

Demande de subventions. Les points forts. Revalorisation fondamentale des mesures dans le domaine de la rénovation énergétique 1 2 Demande de subventions Les points forts Le Ministère du Développement durable et des Infrastructures soutient les particuliers, les a.s.b.l., les sociétés civiles immobilières ainsi que les promoteurs

Plus en détail

Changements au Code national du bâtiment et à la procédure. Inspecteurs

Changements au Code national du bâtiment et à la procédure. Inspecteurs Changements au Code national du bâtiment et à la procédure Inspecteurs SOMMAIRE Changements à la procédure Des fermes de toit d ingénierie Solives de plancher d ingénierie et/ou colonnes de bois d ingénierie

Plus en détail

Annexe I au formulaire de demande : ATTESTATION DE DEDUCTION FISCALE POUR INVESTISSEMENTS ECONOMISEURS D ENERGIE

Annexe I au formulaire de demande : ATTESTATION DE DEDUCTION FISCALE POUR INVESTISSEMENTS ECONOMISEURS D ENERGIE Annexe I au formulaire de demande : ATTESTATION DE DEDUCTION FISCALE POUR INVESTISSEMENTS ECONOMISEURS D ENERGIE Liste des immobilisations visées à l article 69, alinéa 1 er, 2 du Code des Impôts sur les

Plus en détail

Guide du propriétaire pour la demande d un permis de construire un rajout à une habitation

Guide du propriétaire pour la demande d un permis de construire un rajout à une habitation Guide du propriétaire pour la demande d un permis de construire un rajout à une habitation Le présent guide fournit aux propriétaires la liste des exigences requises pour présenter une demande de permis

Plus en détail

1- HISTORIQUE DE LA REGLEMENTATION THERMIQUE

1- HISTORIQUE DE LA REGLEMENTATION THERMIQUE Réf. S.1.3 EB S1.3. LA THERMIQUE DU BATIMENT La Thermique 1- HISTORIQUE DE LA REGLEMENTATION THERMIQUE 1973 Choc pétrolier : le prix du pétrole augmente. Objectif national : limiter les dépenses énergétiques,

Plus en détail

ENSEMBLE 6 MAISONS ATTENANTES (2x3) SURFACE AU SOL 243,60 M² (12 appartements)

ENSEMBLE 6 MAISONS ATTENANTES (2x3) SURFACE AU SOL 243,60 M² (12 appartements) ENSEMBLE 6 MAISONS ATTENANTES (2x3) SURFACE AU SOL 243,60 M² (12 appartements) 3 maisons façade crépi et 3 habillage en pierres naturelles TERRAIN 990 M² (36 x 27,50 mètres) 1 2 3 4 5 6 BARDAGE MURS EN

Plus en détail

déterminer la puissance des émetteurs

déterminer la puissance des émetteurs page 1/7 1. Bilan thermique d'un bâtiment DEPERDITIONS APPORTS GRATUITS BESOINS DE CHAUFFAGE PERTES CONSOMMATION 1.1. Objet du calcul des déperditions vérifier la conformité du bâtiment La réglementation

Plus en détail

PEB - Nouvelles exigences pour les systèmes et trajectoire vers des bâtiments à énergie quasi nulle. uvcw I Juin/Juillet 2016 I n 909 I Focus

PEB - Nouvelles exigences pour les systèmes et trajectoire vers des bâtiments à énergie quasi nulle. uvcw I Juin/Juillet 2016 I n 909 I Focus ENERGIE 35 PEB - Nouvelles exigences pour les systèmes et trajectoire vers des bâtiments à énergie quasi nulle Marianne Duquesne Conseiller Fin janvier 2016, la Wallonie a modifié la législation PEB afin,

Plus en détail

Annexe 8. Subvention pour les projets novateurs Exemples de mesures admissibles et de mesures non admissibles

Annexe 8. Subvention pour les projets novateurs Exemples de mesures admissibles et de mesures non admissibles Subvention pour les projets novateurs Exemples de mesures admissibles et de mesures non admissibles 18 décembre 2017 AVANT-PROPOS La subvention additionnelle «Subvention pour les projets novateurs», pouvant

Plus en détail

GARAGE SIMPLE AVEC PORTE STANDARD ISOLÉE EN ACIER, BAIN EN ACRYLIQUE TOITURE EN BARDEAUX D ASPHALTE

GARAGE SIMPLE AVEC PORTE STANDARD ISOLÉE EN ACIER, BAIN EN ACRYLIQUE TOITURE EN BARDEAUX D ASPHALTE LE BRICK DEVIS TECHNIQUE 1/2 N.B : Les prix, caractéristiques techniques et les finis peuvent changer sans préavis. Le promoteur se réserve le droit de substituer tout matériau de finition par une alternative

Plus en détail

Deuxième partie LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS «ÉLÉMENT PAR ÉLÉMENT»

Deuxième partie LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS «ÉLÉMENT PAR ÉLÉMENT» Deuxième partie LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS «ÉLÉMENT PAR ÉLÉMENT» Arrêté du 3 mai 2007 relatif aux caractéristiques thermiques et à la performance énergétique des bâtiments

Plus en détail

Pourquoi une maison passive?

Pourquoi une maison passive? Pourquoi une maison passive? L évolution des réglementations thermiques sous les directives du parlement européen nous amène progressivement vers des bâtiments où les besoins de chauffage sont si faibles

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAIL INTERNE

PROGRAMME DE TRAVAIL INTERNE Version 7.0 1/8 Etabli le 13.07.1998 par B. Triverio Révision le 05.07.016 par S. Savoy Contrôlé et libéré le 15.09.016 par B. Chanez Semestre 1 Construction 30 périodes selon OrFo 1..1 Bases de la construction

Plus en détail

PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS

PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS 5. SUBDIVISION PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS Arbre énergétique... 5.1 Critères associés... 5.2 Exemple d arbre énergétique... 5.3 Volume protégé et volume K... 5.4 Unité PEB... 5.5 Zone de ventilation...

Plus en détail

Page 1/3 - Installation d'une VMC double-flux

Page 1/3 - Installation d'une VMC double-flux 26/02/2010 - Par Michel Berkowicz, Installation d'une VMC double-flux Découvrez dans ce dossier les différentes étapes d'installation d'une VMC double flux, qui assure un renouvellement constant de l air

Plus en détail

ENATHEC. Le traitement acoustique d un bâtiment : Exemples pratiques et solutions techniques. Laurent WOITIER

ENATHEC. Le traitement acoustique d un bâtiment : Exemples pratiques et solutions techniques. Laurent WOITIER INDUSTRIE PARCS EOLIENS ENVIRONNEMENT ARCHITECTURE AEROPORT Le traitement acoustique d un bâtiment : Exemples pratiques et solutions techniques Laurent WOITIER Bureau d étude VENATHEC Chargé d affaires,

Plus en détail

Systèmes constructifs bois et thermique d hiver. Sylvain Boulet - FCBA

Systèmes constructifs bois et thermique d hiver. Sylvain Boulet - FCBA Systèmes constructifs bois et thermique d hiver Sylvain Boulet - FCBA 1 Programme RT Bois «Aide à la conception technique et règlementaire, adaptée au choix de solutions constructives bois» Suite de l

Plus en détail

Points de vigilance. 9 décembre 2015

Points de vigilance. 9 décembre 2015 RT 2012 - infiltrometrie Points de vigilance 9 décembre 2015 POINT SUR LA REGLEMENTATIO. LA PERMEABILITE A L AIR :POINT DE VIGILANCE EN CHANTIER RT 2005 BBC 2005 RT 2012 Performances: Cep

Plus en détail

Loi vaudoise sur l énergie. Concept de l enveloppe du bâtiment

Loi vaudoise sur l énergie. Concept de l enveloppe du bâtiment Loi vaudoise sur l énergie Concept de l enveloppe du bâtiment Pourquoi isoler avec la laine minérale Loi vaudoise sur l énergie (01/03/08) Les produits et solutions Les applications Engagements Agenda

Plus en détail

Présentation du 14 juillet KlimaBank - LENOZ - Guichet unique - PRIMe House

Présentation du 14 juillet KlimaBank - LENOZ - Guichet unique - PRIMe House Présentation du 14 juillet 2016 - KlimaBank - LENOZ - Guichet unique - PRIMe House KlimaBank 2 KlimaBank Avant assainissement énergétique Après assainissement énergétique Préfinancement des travaux de

Plus en détail

Liste des produits de normes harmonisées Code 22: TOITURES, LANTERNEAUX, LUCARNES ET PRODUITS CONNEXES KITS DE TOITURE

Liste des produits de normes harmonisées Code 22: TOITURES, LANTERNEAUX, LUCARNES ET PRODUITS CONNEXES KITS DE TOITURE Liste des produits de normes harmonisées Code 22: TOITURES, LANTERNEAUX, LUCARNES ET PRODUITS CONNEXES KITS DE TOITURE Norme Titre Application Produit-type Usages prévus système(s) d'attestation Mandat

Plus en détail

THERMOGRAPHIE DÉTAILLÉE D UNE MAISON DE PARTICULIER. Dominique ROPERCH. Résumé

THERMOGRAPHIE DÉTAILLÉE D UNE MAISON DE PARTICULIER. Dominique ROPERCH. Résumé Thermogram 2009 41 THERMOGRAPHIE DÉTAILLÉE D UNE MAISON DE PARTICULIER Dominique ROPERCH Dominique ROPERCH THIR-DIAGNOSTICS 2 rue des Fours 91410 DOURDAN 01 64 59 80 79 d.roperch@thir.fr Résumé Le diagnostic

Plus en détail

EXIGENCES TECHNIQUES

EXIGENCES TECHNIQUES EXIGENCES TECHNIQUES VOLETS «MAISON» ET «PETIT BÂTIMENT MULTILOGEMENT» Octobre 2013 Bureau de l efficacité et de l innovation énergétiques AVIS Veuillez noter que les annexes seront ajoutées à la fin de

Plus en détail

Performance énergétique et thermique des bâtiments

Performance énergétique et thermique des bâtiments Performance énergétique et thermique des bâtiments recueil sur CD-ROM Référence : 3135311CD ISBN : 978-2-12-135311- Année d édition : 2010 Analyse Un diagnostic de Performance Energétique (DPE) est désormais

Plus en détail

CONSTRUCTION DE 4 LOGEMENTS HLM

CONSTRUCTION DE 4 LOGEMENTS HLM CONSTRUCTION DE 4 LOGEMENTS HLM labélisés habitat et environnement Bâtiment Basse Consommation à Quettreville-sur-Sienne. SA hlm Coutances-Granville 2008-2009 Maîtrise d ouvrage : SA HLM Coutances-Granville.

Plus en détail

STEICO solutions constructives PLANCHER SUR VIDE SANITAIRE STEICO construction

STEICO solutions constructives PLANCHER SUR VIDE SANITAIRE STEICO construction STEICO solutions constructives PLANCHER SUR VIDE SANITAIRE Solution de plancher avec matériaux à base de bois Isolants à base de fibre de bois Performance thermique et confort d utilisation Simple à mettre

Plus en détail

SOPRA-ISO V ALU ET SOPRA-ISO V PLUS

SOPRA-ISO V ALU ET SOPRA-ISO V PLUS SOPRA-ISO V ALU ET SOPRA-ISO V PLUS MURS PANNEAUX ISOLANT DE POLYISOCYANURATE ISOLATION ÉTANCHÉITÉ SOPRA-ISO V ALU ET SOPRA-ISO V PLUS PANNEAUX ISOLANT DE POLYISOCYANURATE Les produits isolants permettent

Plus en détail

Passeport énergétique

Passeport énergétique PASS Passeport énergétique Bâtiments d habitation Energie am grénge Beräich GESTION DE L ENERGIE CONSEIL EN ENERGIE FORMATIONS PASS Passeport énergétique 3 Qu est-ce que le passeport énergétique? Le passeport

Plus en détail

Performance énergétique et climat intérieur des bâtiments

Performance énergétique et climat intérieur des bâtiments Performance énergétique et climat intérieur des bâtiments Données administratives du projet du Projet 201622 SAJA ue ue des Lilas Numéro 7 Localité éférence cadastrale Schaltin Division 7, section A n

Plus en détail

EXTÉRIEUR Garage double avec porte standard en acier isolée avec vitrage, 20 X 23 Entrée de garage et trottoir en gravier Fini extérieur type bois teint en usine et maçonnerie (selon palette de choix)

Plus en détail

5. Caractéristiques des produits

5. Caractéristiques des produits 84 5. Caractéristiques des produits 5.1 Blocs et linteaux 5.1.1 Blocs Les blocs en béton cellulaire sont classés dans la catégorie des bétons très légers et extra légers selon la norme PTV 21-002 intitulée

Plus en détail

SUCCESS STORY. Nouvelle cité administrative de Seraing : premier immeuble passif de bureaux en Wallonie

SUCCESS STORY. Nouvelle cité administrative de Seraing : premier immeuble passif de bureaux en Wallonie SUCCESS STORY Nouvelle cité administrative de Seraing : premier immeuble passif de bureaux en Wallonie Contexte Soucieuse de proposer à ses citoyens un service administratif efficace, moderne et regroupé,

Plus en détail

RT «C est quand qu on va où?» André POUGET

RT «C est quand qu on va où?» André POUGET RT 2012 «C est quand qu on va où?» André POUGET Sommaire Domaine d application 3 exigences de performances globales Coefficient B Bio max: définition, modulations Coefficient C max: définition, modulations

Plus en détail

ANNEXE 1 L ARRÊTÉ DU GOUVERNEMENT WALLON DU 11 FÉVRIER 1999 ANNEXE 1 : LES CRITÈRES DE SALUBRITÉ L ARTICLE 1 DE L ARRÊTÉ FIXE :

ANNEXE 1 L ARRÊTÉ DU GOUVERNEMENT WALLON DU 11 FÉVRIER 1999 ANNEXE 1 : LES CRITÈRES DE SALUBRITÉ L ARTICLE 1 DE L ARRÊTÉ FIXE : ANNEXE 1 L ARRÊTÉ DU GOUVERNEMENT WALLON DU 11 FÉVRIER 1999 LE CARACTÈRE AMÉLIORABLE OU NON DES LOGEMENTS - ANNEXE I DE L ARRÊTÉ LES CRITÈRES MINIMAUX D OCTROI DE SUBVENTIONS - ANNEXE II DE L ARRÊTÉ L

Plus en détail

Sécurité incendie Eléments de construction resistant au feu

Sécurité incendie Eléments de construction resistant au feu Sécurité incendie Eléments de construction resistant au feu NBN 713-020 1968 Protection contre l'incendie - Comportement au feu des matériaux et éléments de construction - Résistance au feu des éléments

Plus en détail

Thermique : caractérisation des parois en thermique d hiver, performances des parois courantes et ponts thermiques

Thermique : caractérisation des parois en thermique d hiver, performances des parois courantes et ponts thermiques Thermique : caractérisation des parois en thermique d hiver, performances des parois courantes et ponts thermiques S. Boulet 1 Thermique : caractérisation des parois en thermique d hiver, performances

Plus en détail

L isolation N 2. Les Fondamentaux. Juillet-Août thermique de l habitat. Information Presse

L isolation N 2. Les Fondamentaux. Juillet-Août thermique de l habitat. Information Presse L isolation thermique de l habitat Les Fondamentaux N 2 Juillet-Août 2008 Information Presse L isolation thermique de l habitat Les Fondamentaux N 2 Juillet-Août 2008 Information Presse Les marques de

Plus en détail

Dispositif REX Bâtiments performants. Parois opaques

Dispositif REX Bâtiments performants. Parois opaques Dispositif REX Bâtiments performants QCM Parois opaques 1 1 Parmi les propositions suivantes, quelles sont les bonnes pratiques pour assurer une mise en œuvre de qualité des isolants et ainsi éviter des

Plus en détail

L isolation en rénovation: dernières nouveautés

L isolation en rénovation: dernières nouveautés L isolation en rénovation: dernières nouveautés Bruxelles Environnement L importance de traiter le bâtiment dans sa globalité André BAIVIER ISOPROC INNOVISO Plan de l exposé Introduction Rappel de quelques

Plus en détail

REHABILITATION DES IMMEUBLES SIS 19 rue des Plantes Paris Selon les objectifs du Plan Climat de la Ville de Paris

REHABILITATION DES IMMEUBLES SIS 19 rue des Plantes Paris Selon les objectifs du Plan Climat de la Ville de Paris REHABILITATION DES IMMEUBLES SIS 19 rue des Plantes Paris 75014 Selon les objectifs du Plan Climat de la Ville de Paris 1. Présentation de la résidence : 1 - Note de présentation VF L opération se situe

Plus en détail

PEB NOTE EXPLICATIVE

PEB NOTE EXPLICATIVE DOSSIER : LAEKEN - HOUBA Projet Situation AR MO CPEB Construction d un ensemble de 43 logements Angle de l Avenue Houba de Strooper et de l Avenue du Citronnier à 1020 Laeken Architectenbureau Vanderperen

Plus en détail

Le label de qualité destiné aux bâtiments neuf et modernisé

Le label de qualité destiné aux bâtiments neuf et modernisé Le label de qualité destiné aux bâtiments neuf et modernisé Le label MINERGIE en Suisse www.minergie.ch Aperçu général Qu est-ce que c est Minergie produits, histoire, resultats Les different standards

Plus en détail

L OASIS DE VERRE PLUS DE TEMPS À L EXTÉRIEUR : AVEC L OASIS DE VERRE, PROFITEZ PLUS LONGTEMPS DE VOTRE TERRASSE.

L OASIS DE VERRE PLUS DE TEMPS À L EXTÉRIEUR : AVEC L OASIS DE VERRE, PROFITEZ PLUS LONGTEMPS DE VOTRE TERRASSE. L OASIS DE VERRE PLUS DE TEMPS À L EXTÉRIEUR : AVEC L OASIS DE VERRE, PROFITEZ PLUS LONGTEMPS DE VOTRE TERRASSE. weinor a développé l oasis de verre pour répondre aux nouveaux besoins des clients finaux.

Plus en détail

Fondations superficielles. Dallages Conception, calcul et exécution. Travaux de cuvelage. Cloisons en maçonnerie de petits éléments

Fondations superficielles. Dallages Conception, calcul et exécution. Travaux de cuvelage. Cloisons en maçonnerie de petits éléments Liste des DTU Documents techniques unifiés DTU 13 - Fondations DTU 13.11 DTU 13.12 DTU 13.2 DTU 13.3 DTU 14 - Cuvelage DTU 14.1 DTU 20 - Maçonnerie DTU 20.1 Fondations superficielles Règles pour le calcul

Plus en détail

niveau du sol Schéma de la technique de réduction du radon appliquée au rez-de-chaussée Activité volumique du radon (Bq/m 3 )

niveau du sol Schéma de la technique de réduction du radon appliquée au rez-de-chaussée Activité volumique du radon (Bq/m 3 ) 1 type de bâtiment une maison individuelle de 2 étages lieu géographique la année de construction avant 1987 surface au sol environ 150 m 2 ;Q récupérateur de chaleur rez-de-chaussée Traitement du rez-de-chaussée

Plus en détail

LEXIQUE INTRODUCTION... 6 Généralités...6 Champs d'application...7

LEXIQUE INTRODUCTION... 6 Généralités...6 Champs d'application...7 Janvier 2013 EXIGENCES TECHNIQUES Table des matières LEXIQUE... 4 INTRODUCTION... 6 Généralités...6 Champs d'application...7 1. EXIGENCES TECHNIQUES GÉNÉRALES... 8 1.1 Niveau d isolation thermique...8

Plus en détail

Façades à ossature bois

Façades à ossature bois 4 ème Forum International Bois Construction 2014 Façades à ossature bois A. Onillon 1 Façades à ossature bois Arnaud Onillon Institut Technologique FCBA FR-Bordeaux 2 Façades à ossature bois A. Onillon

Plus en détail

UNIMAT SOL ULTRACHAPE La technologie graphitée pour l isolation des sols sous chape flottante

UNIMAT SOL ULTRACHAPE La technologie graphitée pour l isolation des sols sous chape flottante UNIMAT SOL ULTRACHAPE La technologie graphitée pour l isolation des sols sous chape flottante MAISONS INDIVIDUELLES LOGEMENTS COLLECTIFS BUREAUX ERP UNIMAT SOL ULTRACHAPE LA NOUVELLE SOLUTION TECHNICO-ÉCONOMIQUE

Plus en détail

Guide n Méthodologie de calcul

Guide n Méthodologie de calcul Guide n 3 2017 Méthodologie de calcul Objet du document Méthodologie de calcul Guide n 3 2017 Date 31/08/2017 Page 1/16 SOMMAIRE A. PREAMBULE... 3 A.1. INTRODUCTION... 3 A.2. ELEMENTS DE CADRAGE... 3 A.3.

Plus en détail

VENTE EN ETAT FUTUR D'ACHEVEMENT

VENTE EN ETAT FUTUR D'ACHEVEMENT E S E M B L E D E VETE E ETAT FUTUR D'ACHEVEMET 242/5898 ESEMBLE DE 7 MAISOS U I FA M I L I A L E S Situé à la rue Cents, à Luxembourg, ce projet comporte sept maisons unifamiliales en bande de deux types.

Plus en détail

ENAC - FACULTE DE L'ENVIRONNEMENT NATUREL, ARCHITECTURAL ET CONSTRUIT ECOLE D'ARCHITECTURE ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE DE LAUSANNE ELEMENTS CONSTRUCTIFS ET MATERIAUX I et II : CONSTRUCTION EXAMEN PROPEDEUTIQUE

Plus en détail

Elément de toiture «toiture PAMAflex»

Elément de toiture «toiture PAMAflex» 1. Description Elément de toiture préfabriqué hautement isolé composé d une paroi en béton de 6 cm d épaisseur et d une isolation en polyuréthane de 35 cm d épaisseur. Cet élément contient des profilés

Plus en détail

UCL - Cours AMCO 2361

UCL - Cours AMCO 2361 L étanchéité à l air Structure Pourquoi s intéresser à l étanchéité à l air? Comment mesurer l étanchéité à l air? Comment exprimer les résultats? Les résultats en pratique Comment trouver les fuites?

Plus en détail

GUIDE MÉTHODOLOGIQUE ET DESCRIPTION DES DOCUMENTS TECHNIQUES REQUIS

GUIDE MÉTHODOLOGIQUE ET DESCRIPTION DES DOCUMENTS TECHNIQUES REQUIS GUIDE MÉTHODOLOGIQUE ET DESCRIPTION DES DOCUMENTS TECHNIQUES REQUIS Volet sur mesure Exclusivement pour les arénas et les centres de curling Hydro-Québec Version 2.1 1 er avril 2015 Portée du document

Plus en détail

APPLICATION POUR TOITURE

APPLICATION POUR TOITURE SCHÉMAS DE POSE est utilisé avec tous types de couverture (tuiles, ardoises, ) pour les travaux neufs ou de rénovation. Le domaine d application des écrans de sous-toiture est mentionné dans les Cahiers

Plus en détail

SÉCURITÉ INCENDIE. COLLOQUE DES GESTIONNAIRES TECHNIQUES 14 mars par Mathieu Tremblay et Guy Robichaud

SÉCURITÉ INCENDIE. COLLOQUE DES GESTIONNAIRES TECHNIQUES 14 mars par Mathieu Tremblay et Guy Robichaud COLLOQUE DES GESTIONNAIRES TECHNIQUES 14 mars 2014 par Mathieu Tremblay et Guy Robichaud PLAN DE LA PRÉSENTATION Structure réglementaire québécoise Code de sécurité chapitre Bâtiment Code national de prévention

Plus en détail

15/05/2012 Etude réalisée sous ABATIA 1/9

15/05/2012 Etude réalisée sous ABATIA 1/9 Projet Nom Petit collectif Nom de la variante SHON 900 Haut. sous plafond 2.8 Détails du site Latitude 45.57 Longitude 5.91 Station météo Chambéry Catalogue des parois Nom Type Positionnement Composition

Plus en détail

Géothermie résidentielle

Géothermie résidentielle Géothermie résidentielle Appuis financiers disponibles d'hydro-québec Présentation au Regroupement Technologique en Habitation du Québec (RTHQ), le 2 décembre 2008 Objet de la présentation Programmes "Clients

Plus en détail

CENTRE ÉNERGÉTIQUE DU CHABLAIS

CENTRE ÉNERGÉTIQUE DU CHABLAIS VENTE ET LOCATION DE LOCAUX ARTISANAUX, INDUSRTIELS ET COMMERCIAUX CENTRE ÉNERGÉTIQUE DU CHABLAIS Commune de Monthey / lieu- dit en Boeuferrant Une entreprise du groupe SMART BUILDING SA CP 330 1870 MONTHEY

Plus en détail

Maison EQuilibrium MC en action

Maison EQuilibrium MC en action Maison EQuilibrium MC en action Amélioration de l enveloppe extérieure de la maison Now House MC Le concept Now House MC consiste à rénover une maison individuelle d un étage et demi, d une superficie

Plus en détail

CALCUL DE PONTS THERMIQUES DE LIAISON AVEC FACADE F4

CALCUL DE PONTS THERMIQUES DE LIAISON AVEC FACADE F4 Département Enveloppe et Revêtements Division HygroThermique des Ouvrages N affaire : 10-099 Le 26 avril 2011 Réf. DER/HTO 2011-100-AD/LS CALCUL DE PONTS THERMIQUES DE LIAISON AVEC FACADE F4 Version 1

Plus en détail

Étude de cas 9 Phoenix Rising

Étude de cas 9 Phoenix Rising Étude de cas 9 Phoenix Rising RÉSUMÉ : Cette étude de cas porte sur les premiers logements Habitat pour l humanité (HPH) SuperGreen construits au Yukon. Ce triplex a été commencé après la construction

Plus en détail

Maison passive non certifiée. Arras 2012

Maison passive non certifiée. Arras 2012 Maison passive non certifiée Arras 2012 C est dans les faubourgs d Arras qu il faut trouver cette petite pépite : une maison individuelle passive masquée côté rue par une rangée de garages bardés de bois.

Plus en détail

BONUS DE CONSTRUCTIBILITÉ

BONUS DE CONSTRUCTIBILITÉ BONUS DE CONSTRUCTIBILITÉ Des bâtiments exemplaires avec la brique 17 rue Letellier 75O15 Paris Email : fftb@fftb.org @_FFTB_ www.briques.org Quelle est la pertinence de la maçonnerie en briques terre

Plus en détail

L OPTIMISATION DE LA CONSOMMATION EN ÉNERGIE PRIMAIRE (CEP) D UNE UNITE HABITATION INDIVIDUELLE

L OPTIMISATION DE LA CONSOMMATION EN ÉNERGIE PRIMAIRE (CEP) D UNE UNITE HABITATION INDIVIDUELLE L OPTIMISATION DE LA CONSOMMATION EN ÉNERGIE PRIMAIRE (CEP) D UNE UNITE HABITATION INDIVIDUELLE INTRODUCTION Depuis le 1 er janvier 2015, des exigences visant une haute performance énergétique ont été

Plus en détail

Pourquoi changer ses fenêtres? Les performances thermiques des fenêtres

Pourquoi changer ses fenêtres? Les performances thermiques des fenêtres Les menuiseries isolantes 18 mars 2014 changer ses fenêtres? Les performances des fenêtres La réglementation : Thermique Fenêtres : un peu de vocabulaire Glossaire La menuiserie : la partie opaque (le

Plus en détail

RENOVATION ENERGETIQUE DES LOGEMENTS SOCIAUX

RENOVATION ENERGETIQUE DES LOGEMENTS SOCIAUX RENOVATION ENERGETIQUE DES LOGEMENTS SOCIAUX - 2017 OBJECTIFS - Respecter les engagements climatiques et énergétiques déclinés régionalement dans les Schémas Régionaux Climat Air Energie, tout en assurant

Plus en détail

EXTENSION ET RÉNOVATION DU GROUPE SCOLAIRE OLYMPIA CORMIER

EXTENSION ET RÉNOVATION DU GROUPE SCOLAIRE OLYMPIA CORMIER LES RETOURS D EXPÉRIENCE EXTENSION ET RÉNOVATION DU GROUPE SCOLAIRE OLYMPIA CORMIER SITUATION GÉOGRAPHIQUE : ORLÉANS (45) MAÎTRE D OUVRAGE : VILLE D ORLÉANS (45) PROGRAMME : RÉNOVATION ET AGRANDISSEMENT

Plus en détail

R filter. Pour une étanchéité à l air maîtrisée. OPTEZ POUR LA PERFORMANCE Praticité Étanchéité Rapidité Facilité

R filter. Pour une étanchéité à l air maîtrisée. OPTEZ POUR LA PERFORMANCE Praticité Étanchéité Rapidité Facilité R filter Pour une étanchéité à l air maîtrisée OPTEZ POUR LA PERFORMANCE Praticité Étanchéité Rapidité Facilité 02 03 DES OBJECTIFS RT 2012 AMBITIEUX DES EXIGENCES DE PERFORMANCES GLOBALES DE 3 TYPES >

Plus en détail

Plateforme Formation et Evaluation. Besoins de chauffage

Plateforme Formation et Evaluation. Besoins de chauffage Plateforme Formation et Evaluation Besoins de chauffage 1 Besoins de chauffage Déperditions Apports solaires Apports internes Contenu Méthode simplifiée de calcul des besoins de chauffage 2 1. Les déperditions

Plus en détail

- Calcul : δ air / coefficient μ avec pour unité : mg/(m.h.pa) ou g/(m.h.mmhg)

- Calcul : δ air / coefficient μ avec pour unité : mg/(m.h.pa) ou g/(m.h.mmhg) Perméabilité à la vapeur d eau d un matériau (δ) : C est le rapport de la quantité de vapeur d eau traversant un matériau par unité d épaisseur; par unité de temps et par unité de différence de pression

Plus en détail

Collège Saint-Guibert

Collège Saint-Guibert Collège Saint-Guibert Présentation technique du projet de construction basse énergie axée sur les aspects énergétiques BSolutions répond au concours lancé par le collège Saint-Guibert : Demande de s intégrer

Plus en détail

1

1 1 2 3 4 5 6 Comercial Pujol Barcons S.L. DÉPARTEMENT COMMERCIAL comercial@pujolbarcons.com Tlfnos: 902 99 91 47 / (+34) 856 10 93 10 www.pujolbarcons.com Depuis plus de 20 ans, le Système PB est reconnu

Plus en détail

Le combo décentralisé : un système compact

Le combo décentralisé : un système compact Le combo décentralisé : un système compact Pour sauver de l espace dans les logements, le système combo est idéal car il assure le chauffage et l eau chaude sanitaire grâce à un seul appareil. Un système

Plus en détail