Doit-on douter de tout?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Doit-on douter de tout?"

Transcription

1 1 Doit-on douter de tout? L'homme naturellement, comme le précisait Aristote au début de la Métaphysique, s'étonne et cherche à connaître. Mais il faut faire la différence entre la considération naïve sur le monde qui nous entoure, et la véritable volonté de connaître, c'est-à-dire de comprendre ce monde dans toutes ses dimensions. La première attitude nous pousse à une certaine passivité, à accepter tout ce que nous voyons comme étant vrai, car nous sommes soumis à l'habitude. La seconde au contraire nous amène vers l'idée que les apparences peuvent être trompeuses, illusoires, et qu'il faut s'interroger. C'est le début du doute. En effet le doute est une démarche liée à la volonté de connaître. C'est une interrogation, et donc elle montre ainsi la présence d'une intelligence qui questionne; cela nous permet de dire que le doute est une démarche positive, le début d'un dépassement, celui de la naïveté. Cependant aucune connaissance ne peut être fertile, si elle ne s'appuie pas sur des certitudes, et le doute est aussi une entreprise de destruction, dans le sens où tout est remis en cause. Descartes avait ainsi très bien compris que la connaissance devait s'appuyer sur de l'indubitable pour qu'elle soit dotée d'un fondement sérieux. Donc il faut se méfier de trop vouloir douter. Le sujet proposé, doit-on douter de tout ne pose pas l idée d une autorité qui nous obligerait à douter contre notre volonté, comme un règlement presque sacré ; mais il suppose plutôt que la connaissance est si incertaine, qu on peut plonger dans le scepticisme. Rien n est sûr dans nos connaissances : nous pouvons être sans cesse victimes d illusions, et la science se construit sur une série d erreurs dépassées parfois par accident. L exemple le plus célèbre reste la croyance en la rotation du soleil autour de la Terre jusqu en 1610, qui ne provenait pas pourtant d erreur de raisonnement. La question, qui est très cartésienne, est : comment peut-on distinguer l erreur de la vérité? Si ce n est pas possible, il faut peut-être douter de tout. Nous verrons dans ce travail l'analyse des arguments sceptiques, érigeant le doute en système; puis comment la science, culte de la certitude a pu progresser grâce au doute, et enfin nous verrons l originalité de la démarche de Descartes à travers le doute méthodique.

2 2 I. Le doute radical des sceptiques Le scepticisme débuta avec la réflexion de Socrate: "tout ce que je sais, c'est que je ne sais rien." Le philosophe grec posait ainsi l'idée que la sagesse débutait avec la reconnaissance de sa propre ignorance. Cette idée est très intéressante, car elle nous permet de comprendre que l'éducation commence par le combat de nos préjugés, de nos illusions et des opinions fausses. Toutes les conjectures qui donnaient lieu à des certitudes devaient être réexaminées, pour que l'on s'aperçoive qu'elles étaient fausses. Platon décrit très bien ce mouvement, dans l'allégorie de la Caverne, extrait de la République, où les prisonniers doivent se détacher de leurs chaînes -leurs préjugés-, pour pouvoir se tourner vers la lumière - la 1 ère esquisse de la vérité. Le début de la connaissance est donc une remise en cause de nos connaissances. Socrate fut le plus ignorant des philosophes, simplement sûr de son ignorance. Mais Platon a utilisé cette prudence, pour construire une science nouvelle, basée sur la spéculation philosophique - la contemplation du Monde des Idées, et les mathématiques - "nul n'entre ici s'il n'est géomètre", cette citation se trouvait au fronton de l'académie, l'école de Platon. La problématique se radicalisa avec Pyrrhon d'élis, philosophe contemporain d'aristote. Ce dernier proposa la suspension totale du jugement, l'épochè, car disait-il, il ne pouvait y avoir la moindre certitude de l'existence de toutes les choses qui existent. Cette thèse surprenante portait non pas sur l'idée que nous pouvions être victimes d'illusion d'optique, ou de manipulations, mais uniquement sur l'idée que notre raison n'était pas capable de déterminer avec certitude ce qui existait et ce qui n'existait pas. Pyrrhon soutenait que sur n'importe quelle thèse, on pouvait aussi bien démontrer un résultat, et son contraire; ou bien on ne pouvait jamais avec certitude arrêter la connaissance d'une chose. Pyrrhon trouvait tous les arguments des philosophes faibles, parce que s'appuyant toujours sur des croyances, donc des incertitudes. Les raisons de ce doute généralisé sont les cinq tropes, qui sont: a. le désaccord b. la régression à l'infini, c. le relativisme, d. l'hypothétique, e. La diallèle. Techniquement, cela veut dire pour le premier (le désaccord), qu'à chaque thèse, vous trouverez une personne pour vous contredire; ou bien, ( argument de la régression à l'infini) vous poserez votre argument grâce à l'existence d'un autre argument qui le

3 3 soutient, lui-même soutenu par un autre argument, et ainsi de suite à l'infini; ou bien on pourra vous reprocher (l'argument du relativisme) que cela dépend du point de vue, ou qu il faut partir d un postulat arbitraire comme par exemple l existence d un dieu qui ne veut pas nous tromper -ainsi que le fait Descartes dans les Méditations Métaphysiques (argument de l hypothétique), enfin on pourra vous reprocher de tourner en rond pour justifier vos remarques : Vous voulez, en cartésien, montrer que dieu existe en expliquant que vous en avez l idée dans votre esprit, et vous montrez que vos idées ne peuvent pas être fausses, car cela impliquerait que Dieu ne veuille pas que vous connaissiez la vérité (argument de la diallèle.). Ces remarques sont techniques, mais ce qu il faut retenir, c est que nous ne pouvons pas avoir confiance en notre raison, et qu il faut toujours douter de tout ce que nous savons. En ce sens, Pyrrhon d Élis se fait l héritier direct de Socrate, et il propose de suspendre notre jugement, réduisant à jamais les prétentions des dogmatiques, c'est-à-dire ceux qui disent savoir. Mais la philosophie sceptique a le défaut d être totalement stérile. Avec Pyrrhon plus aucune science n est possible, et l homme est condamné à ne connaître que son ignorance. Nietzsche, dans Ainsi parlait Zarathoustra associait cela à l esprit lion : un esprit qui a la force de dire non, de remettre en cause ce qu on lui a appris, mais qui reste enfermé dans un esprit contestataire un peu bête. Et nous devons constater un fait indéniable : la science moderne a construit un savoir indubitable, basé sur la sûreté de sa méthode, qui permet donc de dépasser le scepticisme. Cependant la science elle-même fit des erreurs, et sa grande force fut d être capable de les reconnaître et de les dépasser. La science connut des périodes de crises, et nous pouvons prendre un exemple pour comprendre comment le doute devint parfois un travail salutaire en science. II. La certitude scientifique remise en cause. Le scientifique est sûr de ce qu il avance ; En ce sens il est dogmatique, et la caractéristique de l histoire des sciences, c est que ce qui est acquis n est jamais remis en cause. Comment dés lors ont pu s effectuer des ruptures aussi violentes que l abandon du géocentrisme (doctrine qui met la terre au centre du cosmos) au 17 ème siècle? Reprenons les faits. L astronomie était dominée par la théorie de Ptolémée, scientifique grec qui vécut au 2 ème siècle ap. JC. Son modèle mettait la terre au centre de toute création, la lune et le soleil en rotation permanente autour de notre monde.

4 4 Ce système ne fut jamais remis en cause jusqu à Galilée. Pourquoi? Parce qu il répondait parfaitement à tout ce qu on observait. Les astronomes pouvaient expliquer l ensemble des observations réalisées, et dés lors il n y avait aucune raison de remettre en doute ce mode explicatif. Nous pouvons dire qu une théorie est un modèle que nous utilisons, et auquel nous tenons tant qu il est efficace pour expliquer ce que nous observons. Copernic proposa un autre modèle théorique en 1543 : l héliocentrisme qui mettait le soleil au cœur de l univers, et la planète terre devenait un astre comme les autres, effectuant une double révolution, autour du soleil et sur elle-même. Copernic ne fut pas pris au sérieux, il fut condamné, et il n eut pendant plus de 60 ans guère plus de dix lecteurs. Car il n y avait aucune raison de remettre en cause le système géocentrique. Au contraire, la science se méfie des remises en causes, et elle possède une nature conservatrice, qui la pousse à préserver les modes explicatifs qui existent déjà. Galilée en 1610 améliora la lunette astronomique, et observa grâce à son nouvel instrument le ciel. Il vit, et ce fut le premier homme à faire cette observation, les lunes de Jupiter, c'est-à-dire des astres qui ne tournaient pas autour de la terre. C était en totale contradiction avec le géocentrisme, qui se révélait donc faux. Il fallait trouver un autre modèle explicatif, et Galilée retrouva dans la Bibliothèque du Vatican les écrits de Copernic, qui permettaient de comprendre ses observations. Il considéra donc que l humanité s était trompée, et il remit en cause le géocentrisme, au profit de l héliocentrisme. Une période de doute s ouvrit car : Galilée expliqua que ce qu on voyait (le soleil qui tourne autour de nos têtes) était faux, et donc il fallait remettre en cause la certitude de nos perceptions. Même s il ne l a jamais observé, il admit que la terre tournait autour du soleil, ce qui avait des conséquences sur toute l astronomie. Le statut même de l homme changeait, car il n était plus une créature privilégiée dans un lieu central. Cela plongea son siècle dans une véritable angoisse métaphysique, pour reprendre une expression de Pascal. Les méthodes de la science ancienne n étaient pas bonnes, donc il fallait les remettre en cause. Mais pour autant la science ne tomba pas dans le scepticisme : elle reconstruisit un système explicatif, et resta certaine de ses résultats ultérieurs. Comment peut-on comprendre cela? Gaston Bachelard, dans La philosophie du non, explique que la science se met à douter lorsqu elle ne peut plus dépasser les contradictions entre ses théories et les

5 5 observations faîtes. Il y toujours ou presque des observations qui contredisent la théorie dominante ; Par exemple les Grecs avaient déjà remarqué que certains astres ( Venus) connaissaient une révolution qui semblait arbitraire, du moins qui n était pas expliqué par la théorie du géocentrisme, modèle d ordre et de symétrie. Mais ce petit problème était traité en marge, comme une exception qui ne remettait pas en cause le reste. De nos jours, autre exemple, le fabuleux paradoxe des jumeaux, qui explique que le temps passe beaucoup moins vite à la vitesse de la lumière, ne suffit pas à mettre en doute la validité de la Relativité d Einstein. Mais lorsqu une contradiction devient trop flagrante, elle détruit violemment la théorie, et le scientifique connaît une période de doute intense. Ce fut le cas lorsque Galilée observa les lunes de Jupiter. Mais si nous faisons un panorama de toute l histoire de la science, les périodes de doute qui ont précédé les grandes ruptures sont assez rares, par rapport à la grande continuités des découvertes : l esprit humain a été suffisamment puissant pour élaborer les systèmes universels, permettant d expliquer tout ce qu on observe. III. Le doute méthodique cartésien. Descartes était un contemporain de Galilée, et il était sans cesse agacé par l incertitude de la science de son époque -héritage de la scolastique médiévale. Descartes n aimait pas le scepticisme, car pour lui la vérité et la certitude étaient des valeurs fondatrices de la science. Cependant il était bien obligé de reconnaître la force des arguments sceptiques, puisque aucune connaissance n était certaine. Même l écriture mathématique faisait l objet de discussion sans fin, et les doctes étaient incapables de se mettre d accord. Descartes mit donc en place la méthode du doute méthodique, qui est la remise en cause totale de nos connaissances, pour savoir si l une d entre elles pouvait résister au doute. Il faut douter, et Husserl au 20 ème siècle fit de ce travail de doute un préalable nécessaire à toute démarche de philosophe : en premier lieu, quiconque veut vraiment devenir philosophe devra «une fois dans sa vie» se replier sur soi-même et, au-dedans de soi, tenter de renverser toutes les sciences admises jusqu ici et tenter de les reconstruire. (Méditations cartésiennes, 1929) Autrement dit, et ce sera notre première remarque, Descartes remet en cause les connaissances qu il possède, mais c est pour pouvoir trouver un fondement si sûr, que même les arguments les plus agressifs des sceptiques ne pourront pas l ébranler (pour paraphraser le discours de la méthode, 1637)

6 6 Nous connaissons la méthode de Descartes, énoncée en quatre règles dans le même Discours de la Méthode, qui devait donc lui permettre de fonder une science dont on ne devrait douter. Voici la première telle qu il l énonce dans son autobiographie intellectuelle parue en 1637 : i. Le premier est de ne recevoir jamais aucune chose pour vraie que je ne la connusse évidemment être telle ; c'est-à-dire d éviter soigneusement la précipitation et la prévention, et de ne comprendre rien de plus en mes jugements que ce qui se présenterait si clairement et distinctement à mon esprit, que je n eusse aucune occasion de le mettre en doute. (Discours de la Méthode, 2 ème partie C est donc un acte de prudence de refuser tout ce dont on pourrait douter, car cela minerait les fondements -Descartes utilise l image de la fondation d un ouvrage- de nos connaissances. Mais la démarche méthodologique est particulière, et il faut avoir la rigueur de comprendre exactement ce que Descartes veut dire. Prenons par exemple le solipsisme, c'est-à-dire le doute que les autres personnes existent. Jamais Descartes ne croit que les autres ne sont qu illusions, ou de simples automates avec des chapeaux et des capes, mais il considère juste qu il peut y avoir une infime probabilité que vous ne soyez que des illusions. Or, la science ne pouvant s appuyer sur une connaissance qui pourrait éventuellement se révéler fausse, il ne peut l admettre comme le fondement d une connaissance objective. Descartes dit bien que douter ainsi est excessif, voire dangereux, mais c est nécessaire pour écarter les connaissances pas assez fiables. Sa méthode du doute est la recherche de la vérité, et non la volonté de douter de tout pour douter. Et elle doit aboutir à la création d un savoir scientifique qui échappera définitivement aux critiques des sceptiques. D ailleurs il commença lui-même à l écrire, sous forme d un manuel scolaire qui s appela Les Principes de la Philosophie, et qui devait être donné directement aux élèves pour qu ils l apprennent par cœur! Ce qui est une démarche qui trahit totalement l esprit que voulait défendre Socrate, en refusant d apprendre quoique ce soit à qui que ce soit. Donc pour Descartes il ne faut douter de tout, à partir de l instant où nous sommes certains de la véracité de nos connaissances. C est uniquement pour cela qu il faut les mettre à l épreuve du doute. Mais Descartes précise très clairement qu il ne faut pas généraliser le doute : dans la vie quotidienne, en ce qui concerne les mœurs, on peut se contenter de faibles-

7 7 certitudes. La morale par provision qui n est qu un ensemble de préceptes prudents, nullement fondés scientifiquement, suffisent, même s ils sont parfois douteux. Il vaut même mieux ne pas douter, et Descartes invite la majorité de ses lecteurs à ne pas suivre son exemple ; Il faut être un esprit fort, pour suivre le cheminement du doute méthodique, et les autres pourraient se perdre et devenir fous. Le philosophe précise même qu il ne faut consacrer que quelques heures par an à la philosophie, lieu du doute, et qu autrement il faut vivre normalement, sans remettre en cause de manière excessive ses préjugés ; Est-ce un paradoxe, Non, il s agit d une limitation du champ du doute : si vous voulez vaquer à la recherche de la vérité, vous devez être certain, et trouver des principes indubitables. Mais autrement le doute est stérile et déstabilisateur. On ne doit pas douter de tout. En conclusion nous pouvons donc comprendre que le doute naît d une réflexion de la connaissance sur elle-même : comment puis-je être certain de ce que je sais? mais pour que cette démarche ne débouche pas sur la stérilité du scepticisme, il faut à l image de Descartes délimiter les champs du doute, et réserver au domaine qui ne souffre pas de la moindre remise en cause, comme la science. Autrement il faut se contenter de certitudes qui permettent de vivre le plus heureux possible.

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs?

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Problématique : La difficulté lorsque vous vous trouvez face à un tel sujet est de confondre le thème avec le problème du sujet. Ici le thème était

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

Faut-il tout démontrer?

Faut-il tout démontrer? Faut-il tout démontrer? Introduction et énoncé du problème L acte de démontrer consiste à mettre en ordre logique, à disposer de façon rationnelle et déductive des propositions afin d assurer que la conclusion

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

3 thèses : Problématique :

3 thèses : Problématique : LA CONSCIENCE Problématique : 3 thèses : Thèse 1 : L âme est une substance. A. L âme est une substance individuelle. B. La conscience comme substance pensante une et indivisible. Thèse 2 : La conscience

Plus en détail

LLP. Seconde Univers TP Étude de mouvements ETUDE DE MOUVEMENTS

LLP. Seconde Univers TP Étude de mouvements ETUDE DE MOUVEMENTS ETUDE DE MOUVEMENTS I) OBSERVATION DU MOUVEMENT DE MARS Le mouvement de Mars dans le ciel a été observé depuis l Antiquité, notamment par les babyloniens. Les grecs avaient également observé le phénomène,

Plus en détail

«Je pense, donc je suis» est une grande découverte

«Je pense, donc je suis» est une grande découverte 6 «Je pense, donc je suis» est une grande découverte Cette affaire-là est assez claire. On lit dans le Discours de la méthode, Quatrième Partie : «[ ] Je me résolus de feindre que toutes les choses qui

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

Quelques éléments d histoire des sciences : Quelle physique avant Galilée?

Quelques éléments d histoire des sciences : Quelle physique avant Galilée? Quelques éléments d histoire des sciences : Quelle physique avant Galilée? Thomas Boyer-Kassem (Archives H. Poincaré, UMR 7117 : CNRS & Université de Lorraine) thomas.boyer@univ-lorraine.fr Cours de Préparation

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Chacun peut-il penser ce qu il veut? - Chacun : concerne l individu, pas la collectivité - Peut-il : a) a-t-il la capacité? b) a-t-il le droit?

Chacun peut-il penser ce qu il veut? - Chacun : concerne l individu, pas la collectivité - Peut-il : a) a-t-il la capacité? b) a-t-il le droit? Chacun peut-il penser ce qu il veut? - Chacun : concerne l individu, pas la collectivité - Peut-il : a) a-t-il la capacité? b) a-t-il le droit? - Penser : a) avoir des idées, des opinions b) raisonner,

Plus en détail

Introduction à l analyse de concept. Cogmaster - Quinzaine de rentrée

Introduction à l analyse de concept. Cogmaster - Quinzaine de rentrée Introduction à l analyse de concept Cogmaster - Quinzaine de rentrée L art de la distinction Une partie de la philosophie consiste à faire des distinctions pour éviter que soient confondues des entités

Plus en détail

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE Un problème de recherche est l écart qui existe entre ce que nous savons et ce que nous voudrions savoir à propos d un phénomène donné. Tout problème de recherche

Plus en détail

Suis-je toujours le même?

Suis-je toujours le même? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN Suis-je toujours le même? Introduction Avant de répondre à la question, il faut comme toujours en philosophie bien en comprendre le problème. Le " je suis " fait

Plus en détail

Pascal Engel. Si l une des marques de l époque moderne a été le désenchantement. vis à vis des valeurs, et en particulier vis à vis des valeurs de la

Pascal Engel. Si l une des marques de l époque moderne a été le désenchantement. vis à vis des valeurs, et en particulier vis à vis des valeurs de la 1 EST-IL RATIONNEL D ÊTRE RATIONNEL? Pascal Engel In Grand dictionnaire de philosophie Larousse, 2003 Si l une des marques de l époque moderne a été le désenchantement vis à vis des valeurs, et en particulier

Plus en détail

Peut-on faire confiance à une personne démente? olivier.drunat@brt.aphp.fr

Peut-on faire confiance à une personne démente? olivier.drunat@brt.aphp.fr Peut-on faire confiance à une personne démente? olivier.drunat@brt.aphp.fr Actualités en Médecine Gériatrique, Paris 17 juin 2015 Conflit d intérêt Remerciements au Dr O. Faraldi Une réponse triviale?

Plus en détail

WIKIPÉDIA, LES ÉTUDIANTS, ET MOI, ET MOI, ET MOI

WIKIPÉDIA, LES ÉTUDIANTS, ET MOI, ET MOI, ET MOI Thèmes 1 et 2 WIKIPÉDIA, LES ÉTUDIANTS, ET MOI, ET MOI, ET MOI D HAUTCOURT Alexis Kansai Gaidai (Université des langues étrangères du Kansai) adhautco?kansaigaidai.ac.jp Introduction Depuis plusieurs années,

Plus en détail

LA TERRE TOURNE-T-ELLE VRAIMENT? Ernst Mach, le pendule de Foucault et l origine des forces d inertie

LA TERRE TOURNE-T-ELLE VRAIMENT? Ernst Mach, le pendule de Foucault et l origine des forces d inertie LA TERRE TOURNE-T-ELLE VRAIMENT? Ernst Mach, le pendule de Foucault et l origine des forces d inertie Plan 1. 1851 : le temps des certitudes 2. L espace absolu 3. Les critiques de Mach 4. L interprétation

Plus en détail

Sujet : Pouvons-nous affirmer que le temps nous appartient?

Sujet : Pouvons-nous affirmer que le temps nous appartient? Sujet : Pouvons-nous affirmer que le temps nous appartient? La question du temps se pose à nous comme une réalité difficilement concevable et "formulable", selon l'expression d'imre Kertesz, c'est-à-dire

Plus en détail

Orbites et coniques : Constructions à la ficelle

Orbites et coniques : Constructions à la ficelle Orbites et coniques : Constructions à la ficelle Yves A. Delhaye 10 mai 2015 15 :21 Résumé Le lien entre les orbites des astres dans le système solaire et les coniques est établi. La définition des coniques

Plus en détail

L éther et la théorie de la relativité restreinte :

L éther et la théorie de la relativité restreinte : Henri-François Defontaines Le 16 octobre 2009 L éther et la théorie de la relativité restreinte : Univers absolu ou relatif? Imaginaire ou réalité? «Ether : PHYS. Anc. Fluide hypothétique, impondérable,

Plus en détail

Qu est-ce que la vérité?

Qu est-ce que la vérité? Qu est-ce que la vérité? 30 décembre 06 La vérité est un thème aujourd hui fortement dévalorisé. D une certaine manière, on ne croit plus en la vérité. Les gens d aujourd hui ont adopté la même position

Plus en détail

La promotion de la pluralité linguistique dans l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication

La promotion de la pluralité linguistique dans l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication Intervention de M. Khamsing Sayakone, Président de la section Lao de l APF à la 32 ème session de l APF (30juin-3 juillet 2006, Rabat, Maroc) (31 La promotion de la pluralité linguistique dans l usage

Plus en détail

Développement d'un projet informatique

Développement d'un projet informatique Développement d'un projet informatique par Emmanuel Delahaye (Espace personnel d'emmanuel Delahaye) Date de publication : 27 janvier 2008 Dernière mise à jour : 25 avril 2009 Cet article présente un certain

Plus en détail

l'essence de chaque chose se trouve dans la chose même. matière forme

l'essence de chaque chose se trouve dans la chose même. matière forme que des ombres projetées contre la paroi. C'est le monde de l'existence, sensible, et comme les hommes ne peuvent pas voir autre chose, ils sont dans l'ignorance et pensent que c'est le monde réel. L'un

Plus en détail

Une pseudo-science : 1. Pourquoi l astrologie n est pas une science reconnue?

Une pseudo-science : 1. Pourquoi l astrologie n est pas une science reconnue? Une pseudo-science : 1 Pourquoi l astrologie n est pas une science reconnue? Les revendications des astrologues sont rejetées par la communauté scientifique. Néanmoins, l astrologie est populaire. Même

Plus en détail

La Mesure du Temps. et Temps Solaire Moyen H m.

La Mesure du Temps. et Temps Solaire Moyen H m. La Mesure du Temps Unité de temps du Système International. C est la seconde, de symbole s. Sa définition actuelle a été établie en 1967 par la 13 ème Conférence des Poids et Mesures : la seconde est la

Plus en détail

Nature et formes du don : résumé

Nature et formes du don : résumé Nature et formes du don : résumé Par Gildas RICHARD La réflexion méthodique sur la notion de don a été, jusqu à présent, l apanage presque exclusif de deux grands types de discours : D une part, le discours

Plus en détail

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit?

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? Retour au sommaire Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? BIM n 32-01 octobre 2002 Frédéric DE SOUSA-SANTOS Le BIM de cette semaine se propose de vous présenter un ouvrage de Mark Schreiner

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

O b s e r v a t o i r e E V A P M. Taxonomie R. Gras - développée

O b s e r v a t o i r e E V A P M. Taxonomie R. Gras - développée O b s e r v a t o i r e E V A P M É q u i p e d e R e c h e r c h e a s s o c i é e à l ' I N R P Taxonomie R. Gras - développée Grille d'analyse des objectifs du domaine mathématique et de leurs relations

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif - 70 Chapitre 8 : Champ de gravitation - Satellites I. Loi de gravitation universelle : (

Plus en détail

Tapori France ATD Quart Monde 2014 1/5

Tapori France ATD Quart Monde 2014 1/5 1/5 Les enfants, acteurs essentiels du combat contre les idées reçues. Prendre en compte leur parole et les actes concrets qu ils posent. Réfléchir et débattre ensemble PROPOSER UN DEBAT PHILO Il s'agit

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

Synthèse «Le Plus Grand Produit»

Synthèse «Le Plus Grand Produit» Introduction et Objectifs Synthèse «Le Plus Grand Produit» Le document suivant est extrait d un ensemble de ressources plus vastes construites par un groupe de recherche INRP-IREM-IUFM-LEPS. La problématique

Plus en détail

> Tome 1 : La raison et le réel. Cours-PH00 19. Cned Académie en ligne

> Tome 1 : La raison et le réel. Cours-PH00 19. Cned Académie en ligne > Tome 1 : La raison et le réel Cours-PH00 19 > Introduction à l examen du programme : les sens ne sont-ils pas suffisants pour nous fournir toutes nos connaissances?......................................

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Que fait l Église pour le monde?

Que fait l Église pour le monde? Leçon 7 Que fait l Église pour le monde? Dans notre dernière leçon, nous avons vu que les croyants ont des responsabilités vis-à-vis des autres croyants. Tous font partie de la famille de Dieu. Les chrétiens

Plus en détail

Qu est-ce que le philosopher?

Qu est-ce que le philosopher? Qu est-ce que le philosopher? François Galichet Professeur à l IUFM d Alsace La philosophie, qui se caractérise par son questionnement ontologique ( «Qu est-ce que?»), ne pouvait manquer de s interroger

Plus en détail

Introduction à la relativité générale

Introduction à la relativité générale Introduction à la relativité générale Bartolomé Coll Systèmes de référence relativistes SYRTE - CNRS Observatoire de Paris Introduction à la Relativité Générale Préliminaires Caractère théorique (formation)

Plus en détail

L érotisme des problèmes

L érotisme des problèmes L érotisme des problèmes Apprendre à philosopher au risque du désir «Tous les hommes ont naturellement le désir de savoir», écrit Aristote. Si seulement! L incipit de La Métaphysique ne saurait être un

Plus en détail

L argumentation en très bref Quelques éléments

L argumentation en très bref Quelques éléments Université de Fribourg (Suisse) Philosophie Moderne et Contemporaine L argumentation en très bref Quelques éléments Version 2 Jean-Roch Lauper, Mars 2006 5. L argumentation en très bref Ce document reprend

Plus en détail

LA SOUFFRANCE DU MALADE EN FIN DE VIE. LES COMPORTEMENTS FACE A LA PERTE : vécu de la mort

LA SOUFFRANCE DU MALADE EN FIN DE VIE. LES COMPORTEMENTS FACE A LA PERTE : vécu de la mort LA SOUFFRANCE DU MALADE EN FIN DE VIE LES COMPORTEMENTS FACE A LA PERTE : vécu de la mort relation SRLF Paris, 11-12-13 mai C.LE BRIS BENAHIM Psychothérapeute - Formatrice Quimper CHIC Comment le vécu

Plus en détail

"Les ruses de l intelligence : La mètis des Grecs "

Les ruses de l intelligence : La mètis des Grecs "Les ruses de l intelligence : La mètis des Grecs " Transcription, par Taos Aït Si Slimane, d un extrait de l émission de France culture, «Science et techniques», du 9 avril 1975, rediffusée dans le cadre

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché XXIII ème Assemblée régionale Europe Erevan, Arménie 3 au 7 mai 2010 Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché Section Belgique/Communauté

Plus en détail

Qu est-ce que la virtualisation?

Qu est-ce que la virtualisation? I Qu est-ce que la virtualisation? L actuel et le virtuel Considérons pour commencer l opposition facile et trompeuse entre réel et virtuel. Dans l usage courant, le mot virtuel s emploie souvent pour

Plus en détail

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE. (11 074 signes espaces compris)

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE. (11 074 signes espaces compris) 1 Dans le cadre du décret Education Permanente La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE (11 074 signes espaces compris) Le volontariat et ses limites dans le secteur social et des soins

Plus en détail

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes Débat et argumentation Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes à travers le partage d expériences «La question se pose de savoir si le lien social ne se constitue que dans la lutte pour la

Plus en détail

Comment répondre aux questions d un examen en droit qui sont basées sur des faits

Comment répondre aux questions d un examen en droit qui sont basées sur des faits Comment répondre aux questions d un examen en droit qui sont basées sur des faits Types de questions d examen Un examen en droit peut comporter plusieurs types de questions : à réponse courte, à développement,

Plus en détail

LES CROYANCES LIMITANTES

LES CROYANCES LIMITANTES 1998 Séminaire de Robert DILTS LES CROYANCES LIMITANTES Les 3 domaines les plus courants de croyances limitantes sont ceux qui concernent le manque d espoir (ce n est pas possible), le manque de confiance

Plus en détail

Le Pavé Mosaïque. Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à

Le Pavé Mosaïque. Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à Le Pavé Mosaïque «Mais à quel jeu jouent donc les francs maçons sur cet échiquier dessiné à même le sol du Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à la

Plus en détail

Une philosophie du numérique

Une philosophie du numérique Revue internationale International Web Journal www.sens-public.org Une philosophie du numérique Lecture de Pour un humanisme numérique de Milad Doueihi (Seuil, Paris 2011) MARCELLO VITALI ROSATI Résumé:

Plus en détail

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English.

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English. Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2 This document is also available in English. La présente Note d orientation s adresse à toutes les caisses populaires de catégorie

Plus en détail

2. RAPPEL DES TECHNIQUES DE CALCUL DANS R

2. RAPPEL DES TECHNIQUES DE CALCUL DANS R 2. RAPPEL DES TECHNIQUES DE CALCUL DANS R Dans la mesure où les résultats de ce chapitre devraient normalement être bien connus, il n'est rappelé que les formules les plus intéressantes; les justications

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

COMMENT CITER OU PARAPHRASER UN EXTRAIT DE DOCUMENT SELON INFOSPHÈRE

COMMENT CITER OU PARAPHRASER UN EXTRAIT DE DOCUMENT SELON INFOSPHÈRE COMMENT CITER OU PARAPHRASER UN EXTRAIT DE DOCUMENT SELON INFOSPHÈRE Pourquoi et quand citer ses sources? Ajouter une valeur à son travail de recherche tout en respectant le droit d'auteur En se référant

Plus en détail

Jeunes. argent. Résumé. Une histoire paradoxale

Jeunes. argent. Résumé. Une histoire paradoxale À la lumière des chiffres astronomiques faisant état du niveau de consommation et des problèmes de surendettement qui en découlent, nous mettons généralement l accent sur les dangers d une telle situation

Plus en détail

BUTS : Découvrir ce qu est un mythe et comment cela se forme. Trouver une explication scientifique confirmant ou infirmant un énoncé.

BUTS : Découvrir ce qu est un mythe et comment cela se forme. Trouver une explication scientifique confirmant ou infirmant un énoncé. Fiche pédagogique Magazine Les Débrouillards Conception: MarieClaire Daneault Septembre 2014 Titre : Mythes ou réalités? Que dit la science de ces croyances? Rubrique : Dossier Pages : 6 à 9 Thème : Croyances

Plus en détail

LES BASES DU COACHING SPORTIF

LES BASES DU COACHING SPORTIF LES BASES DU COACHING SPORTIF Module N 1 Motivation, concentration, confiance, communication Module N 2 L apprentissage : «Apprendre à apprendre» LES BASES DU COACHING SPORTIF APPRENTISSAGE PLAISIR PERFORMANCE

Plus en détail

DANS QUELLE MESURE LA CROISSANCE ECONOMIQUE PERMET-ELLE LE DEVELOPPEMENT?

DANS QUELLE MESURE LA CROISSANCE ECONOMIQUE PERMET-ELLE LE DEVELOPPEMENT? DANS QUELLE MESURE LA CROISSANCE ECONOMIQUE PERMET-ELLE LE DEVELOPPEMENT? Notions Celles que vous devez déjà connaître : Liste page 12 du manuel : si vous ne les connaissez pas, il faut reprendre vos cours

Plus en détail

D'UN THÉORÈME NOUVEAU

D'UN THÉORÈME NOUVEAU DÉMONSTRATION D'UN THÉORÈME NOUVEAU CONCERNANT LES NOMBRES PREMIERS 1. (Nouveaux Mémoires de l'académie royale des Sciences et Belles-Lettres de Berlin, année 1771.) 1. Je viens de trouver, dans un excellent

Plus en détail

Méthode du commentaire de document en Histoire

Méthode du commentaire de document en Histoire Méthode du commentaire de document en Histoire I. Qu est-ce qu un commentaire de document? En quelques mots, le commentaire de texte est un exercice de critique historique, fondé sur la démarche analytique.

Plus en détail

Consolidation de fondamentaux

Consolidation de fondamentaux Consolidation de fondamentaux Point de vue communicationnel sur le réel Consolidation - Stéphanie MARTY - 2009/2010 1 Question 31 31. Que signifie «avoir un point de vue communicationnel sur le réel»?

Plus en détail

Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL»

Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL» Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL» La représentation de l activité des entreprises, dans les normes comptables

Plus en détail

France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7. Série ES, France métropolitaine, juin 2008

France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7. Série ES, France métropolitaine, juin 2008 France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7 7 SUJET Dissertation Série ES, France métropolitaine, juin 2008 Est-il plus facile de connaître autrui que de se connaître soi-même? LE SUJET COUP de POUCE ANALYSE

Plus en détail

Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites

Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites I- Les trois lois de Kepler : Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites Les lois de Kepler s'applique aussi bien pour une planète en mouvement

Plus en détail

L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme?

L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme? L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme? Introduction L effondrement planétaire de l économie de la seconde révolution industrielle, à l été 2008, a alerté la population mondiale

Plus en détail

Qu'est ce qui fait la force des lois?

Qu'est ce qui fait la force des lois? Qu'est ce qui fait la force des lois? S'interroger sur ce qui fait ou donne leur force aux lois n'appelle pas tant une définition du rapport que la loi entretient avec la force, qu'une compréhension de

Plus en détail

Réussir sa vie ce n est pas toujours réussir dans la vie.

Réussir sa vie ce n est pas toujours réussir dans la vie. Réussir sa vie 1. Réussir sa vie ce n est pas toujours réussir dans la vie. 2. Pour certaines personnes avoir une fonction importante, un poste à responsabilités, c est le signe de la réussite. 3. Pour

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

Le WACC est-il le coût du capital?

Le WACC est-il le coût du capital? Echanges d'expériences Comptabilité et communication financière Dans une évaluation fondée sur la méthode DCF, l objectif premier du WACC est d intégrer l impact positif de la dette sur la valeur des actifs.

Plus en détail

Salaires des journalistes : attention danger!

Salaires des journalistes : attention danger! Salaires des journalistes : attention danger! La direction vient de remettre aux délégués syndicaux sa dernière version du «Projet d accord sur l évolution des salaires des journalistes de l AFP» qui devra

Plus en détail

Homélie Fête Patronale du séminaire Sainte Thérèse de l'enfant Jésus

Homélie Fête Patronale du séminaire Sainte Thérèse de l'enfant Jésus Homélie Fête Patronale du séminaire Sainte Thérèse de l'enfant Jésus Chers fidèles du Christ, Chers séminaristes, La fête de Sainte Thérèse de l Enfant Jésus, patronne de votre séminaire, permet chaque

Plus en détail

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction introduction Camus l a joliment formulé : le seul choix qui s offre à nous, aujourd hui, est d être soit un pessimiste qui rit, soit un optimiste qui pleure. L optimiste croit que tout va bien. Dans La

Plus en détail

3. Projet de lecture. Français 30-2. Médias : Fait ou fiction? Cahier de l élève. Nom :

3. Projet de lecture. Français 30-2. Médias : Fait ou fiction? Cahier de l élève. Nom : 3. Projet de lecture Médias : Fait ou fiction? Français 30-2 Cahier de l élève Nom : Fait ou fiction? DESCRIPTION DU PROJET Tu vas lire un texte qui traite de la validité de l information en ligne pour

Plus en détail

AVANT-PROPOS CREATIVITE, FEMMES ET DEVELOPPEMENT L'EXEMPLE QUI VIENT DES AUTRES...

AVANT-PROPOS CREATIVITE, FEMMES ET DEVELOPPEMENT L'EXEMPLE QUI VIENT DES AUTRES... AVANT-PROPOS CREATIVITE, FEMMES ET DEVELOPPEMENT L'EXEMPLE QUI VIENT DES AUTRES... Tellement à la mode depuis quelques années, le mot de créativité est peut-être déjà démodé. La publicité, la médiatisation,

Plus en détail

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Janvier Module 2009 10 : Gérer les conflits Modifié en décembre 2010 Révisé en décembre 2012 Révisé en décembre 2012 1 Objectif

Plus en détail

LA VERITE MALGRE TOUT

LA VERITE MALGRE TOUT 1 LA VERITE MALGRE TOUT Pascal Engel Université de Paris-Sorbonne In Mots pour Maux, ed. N. Martin, 2003 La vérité compte-t-elle? Faut-il dire la vérité à un malade atteint du cancer, et en particulier

Plus en détail

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 «POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 (V, 20) C est pour Christ que nous sommes en ambassade, puisque c est Dieu qui appelle par nous. Nous vous (le) demandons pour Christ, réconciliez-vous

Plus en détail

Par combien de zéros se termine N!?

Par combien de zéros se termine N!? La recherche à l'école page 79 Par combien de zéros se termine N!? par d es co llèg es An dré Do ucet de Nanterre et Victor Hugo de Noisy le Grand en seignants : Danielle Buteau, Martine Brunstein, Marie-Christine

Plus en détail

Nombre de marches Nombre de facons de les monter 3 3 11 144 4 5 12 233 5 8 13 377 6 13 14 610 7 21 15 987 8 34 16 1597 9 55 17 2584 10 89

Nombre de marches Nombre de facons de les monter 3 3 11 144 4 5 12 233 5 8 13 377 6 13 14 610 7 21 15 987 8 34 16 1597 9 55 17 2584 10 89 Soit un escalier à n marches. On note u_n le nombre de façons de monter ces n marches. Par exemple d'après l'énoncé, u_3=3. Pour monter n marches, il faut d'abord monter la première. Soit on la monte seule,

Plus en détail

POURQUOI DIEU PERMET-IL LE MAL? Masson Alexis - www.epistheo.com

POURQUOI DIEU PERMET-IL LE MAL? Masson Alexis - www.epistheo.com POURQUOI DIEU PERMET-IL LE MAL? 1 Pourquoi Dieu permet-il le mal? Brève initiation au problème du mal MASSON Alexis Philosophie de la Religion www.epistheo.com 2 Première Partie UN SERIEUX PROBLEME 3 1

Plus en détail

Gestion des Ressources Humaines Grzegorz Pietrzak, MBA-HEC 2002. De la prudence en affaires

Gestion des Ressources Humaines Grzegorz Pietrzak, MBA-HEC 2002. De la prudence en affaires De la prudence en affaires 1 Auteur: Michel Villette 51 ans docteur hab. en sociologie consultant en organisation enseignant auteur de 3 livres: L homme qui croyait au management L'art du stage en entreprise

Plus en détail

Épreuve de Compréhension orale

Épreuve de Compréhension orale 60 questions (4 sections) 40 minutes L épreuve de compréhension orale rassemble 4 sections comprenant 60 questions (questions 51 à 110). SECTION A SECTION B 8 questions Associer des illustrations à des

Plus en détail

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot Chapitre 5 Arithmétique binaire L es codes sont manipulés au quotidien sans qu on s en rende compte, et leur compréhension est quasi instinctive. Le seul fait de lire fait appel au codage alphabétique,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 13 juin 2013 N de pourvoi: 12-10260 ECLI:FR:CCASS:2013:C200963 Non publié au bulletin Cassation M. Bizot (conseiller doyen faisant fonction de président),

Plus en détail

F.A.Q. Toutes les questions et réponses ci-dessous complètent les informations disponibles sur le site internet http://lije.univ-lemans.

F.A.Q. Toutes les questions et réponses ci-dessous complètent les informations disponibles sur le site internet http://lije.univ-lemans. F.A.Q. Toutes les questions et réponses ci-dessous complètent les informations disponibles sur le site internet http://lije.univ-lemans.fr/ et ne peuvent en aucun cas suffire. Ce sont uniquement des compléments

Plus en détail

PROBABILITÉS CONDITIONNELLES

PROBABILITÉS CONDITIONNELLES PROBABILITÉS CONDITIONNELLES A.FORMONS DES COUPLES Pour la fête de l école, les élèves de CE 2 ont préparé une danse qui s exécute par couples : un garçon, une fille. La maîtresse doit faire des essais

Plus en détail

FORMATION DES PERSONNES-RESSOURCES EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE LE CYCLE DU JOUR ET DE LA NUIT (CYCLE DIURNE)

FORMATION DES PERSONNES-RESSOURCES EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE LE CYCLE DU JOUR ET DE LA NUIT (CYCLE DIURNE) FORMATION DES PERSONNES-RESSOURCES EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE LE CYCLE DU JOUR ET DE LA NUIT (CYCLE DIURNE) Pierre Chastenay astronome Planétarium de Montréal Source : nia.ecsu.edu/onr/ocean/teampages/rs/daynight.jpg

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

PARCOURS DU CAVALIER SUR L ÉCHIQUIER

PARCOURS DU CAVALIER SUR L ÉCHIQUIER I05 ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2011 - Partie D TITRE : PARCOURS DU CAVALIER SUR L ÉCHIQUIER Temps de préparation :.. 2 h 15 minutes Temps de présentation devant les examinateurs :.10 minutes Dialogue avec

Plus en détail

MASTER RECHERCHE MEDIATIONS DES SCIENCES. Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET. Histoire et Philosophie des Sciences. Année 2007/2008

MASTER RECHERCHE MEDIATIONS DES SCIENCES. Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET. Histoire et Philosophie des Sciences. Année 2007/2008 Année 2007/2008 Domaine LETTRES ET SCIENCES HUMAINES MASTER RECHERCHE Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET MEDIATIONS DES SCIENCES Spécialité Histoire et Philosophie des Sciences Unités de Formation et de

Plus en détail

le «Yoga psychologique», créé par Nicolas Bornemisza.

le «Yoga psychologique», créé par Nicolas Bornemisza. MÉTHODE IT Libérations des Images intérieures - Images de Transformation Présentation de la méthode de Nicolas Bornemisza La méthode IT a été co- créée par Marie Lise Labonté et Nicolas Bornemisza. Elle

Plus en détail

Descartes Discours de la méthode

Descartes Discours de la méthode Descartes Discours de la méthode Pour bien conduire sa raison, et chercher la vérité dans les sciences (1637) La Gaya Scienza, juin 2012 Table des matières Préambule... 3 PREMIÈRE PARTIE... 4 SECONDE PARTIE...

Plus en détail