oobservatoire du numérique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "oobservatoire du numérique"

Transcription

1 oobservatoire du numérique oobservatoire du numérique

2 remerciements L Observatoire du numérique tient à remercier, pour la qualité de l iconographie qui vient illustrer ce rapport : Philippe Hedde, directeur général de NextiraOne, Anne Le Port, directrice du développement et de la communication, et Benoît Moncorge, directeur Europe du marketing et de la communication ; Sarah Watson, designer chez Razor design. L Observatoire du numérique remercie enfin l ensemble de ses membres et collaborateurs, sans qui ce rapport n aurait pu voir le jour. Date de parution : mai 2013 Directeur de la publication : Jean Mounet Rédacteur en chef : François Magnien Rédaction : Raymond Heitzmann Édition : Gwenaëlle Solignac, Nicole Merle-Lamoot, Gilles Pannetier Maquette : Clément Buée 2

3 3

4 Avant-propos 7 Origines - Le numérique : un enjeu économique et sociétal - L Observatoire du numérique : un partenariat public-privé 8 Missions L Observatoire du numérique : - Un rassembleur de données - Un espace de réflexion 9 Organisation - Le comité d orientation stratégique - Le comité exécutif - Le secrétariat général 10 Membres - Les membres du comité d orientation stratégique - Les membres du comité exécutif 10 4

5 Observer - Les champs du numérique - Les sources disponibles 12 Analyser Indicateurs emblématiques et complémentaires : la sélection des groupes de travail de l Observatoire 16 Réaliser Le site internet, la revue Synoptic, le rapport d activité et les chiffres clés 34 Participer - Conférences et colloques - Contribution de l Observatoire à la réflexion communautaire 38 Annexe 42 5

6 6

7 Avant-propos Le rôle central joué par le numérique dans l économie, grâce à un secteur producteur dynamique et à sa diffusion dans tous les domaines de l économie, est désormais bien connu. Son impact social et sociétal est devenu majeur, en transformant le mode de vie des Français : communications, loisirs, achats, formation, culture, sécurité, etc. C est dans ce cadre qu il y a un peu plus d un an l Observatoire du numérique a été créé, afin de rassembler, sélectionner et diffuser les informations statistiques les plus fiables et les plus complètes possibles sur le développement de l économie numérique et l utilisation des TIC par les particuliers, les entreprises et les administrations. D entrée, une vaste concertation s est engagée au sein de l Observatoire avec les principaux acteurs concernés pour clarifier et définir le périmètre même de «l économie numérique». Elle a débouché sur la création de sept groupes de travail, constitués d experts venus d horizons variés, ayant pour mission d établir une liste d indicateurs permettant de caractériser le développement du numérique. Une synthèse des recommandations de ces groupes de travail a d ailleurs été transmise à la Commission européenne, qui souhaite recevoir des propositions des États membres pour améliorer la définition des indicateurs prioritaires à prendre en compte dans la mise au point des futurs questionnaires d enquêtes sur le numérique. Je salue la formidable motivation des femmes et des hommes qui ont permis, à travers ces groupes de travail, de porter cette première phase du développement de l Observatoire du numérique : tous ont bien compris l extrême diversité de l économie numérique et donc la nécessité d en avoir une mesure pertinente pour toutes ses composantes. L année 2013 sera consacrée à la mise en œuvre et à la publication, sur le site internet de l Observatoire, des indicateurs sélectionnés par les différents groupes de travail, notamment à partir des résultats des enquêtes communautaires sur les TIC, mais en mobilisant aussi toutes les sources considérées comme fiables : données de la statistique publique, des organisations professionnelles, études académiques, etc. Les travaux des groupes de travail se poursuivront afin de compléter certains domaines (commerce extérieur, activités en ligne ), analyser et comprendre les incohérences résiduelles entre différentes sources et, enfin, lancer de nouvelles réflexions. Néanmoins, une priorité s impose dès maintenant : l emploi, domaine essentiel et pourtant encore incomplètement documenté. L Observatoire du numérique s attachera enfin à développer tous les vecteurs de communication permettant de mieux faire connaître l économie numérique, contribuant ainsi à l appropriation efficace du numérique par tous les domaines de l économie et de la société. Jean Mounet Président exécutif de l Observatoire du numérique 7

8 L impact du numérique sur la croissance et la productivité de l économie nationale, sur la compétitivité des entreprises, sur l innovation et sur l emploi, son rôle dans la diffusion des échanges et des savoirs rendent nécessaire le suivi de son évolution. La part du numérique dans le développement économique de la France et dans la création d emplois est difficile à quantifier. En effet, l information statistique disponible doit être rassemblée pour répondre aux besoins évaluatifs des décideurs publics et privés : il existe des sources multiples, disparates, parfois incomplètes. Les pouvoirs publics ont souhaité qu un organisme réunissant des professionnels des secteurs public et privé de la filière des STIC propose de véritables outils d aide à la décision. Cet organisme devra rassembler et qualifier l information, proposer des données accompagnées d analyses conjoncturelles et évaluatives fiables, favorisant qui plus est les comparaisons internationales. Le ministère du Redressement productif et le ministère des PME, de l innovation et de l économie numérique entendent inscrire le développement du numérique dans la stratégie globale du redressement industriel et productif. La direction générale de la compétitivité, de l industrie et des services (Dgcis) assurera le copilotage de l Observatoire. 8

9 L Observatoire doit trier, rassembler, enrichir et diffuser auprès des acteurs publics et privés l information statistique disponible. Il s agit ainsi de réunir de manière exhaustive les indicateurs les plus pertinents, et ce quelle que soit leur provenance, c est-àdire issus de la statistique publique, mais aussi d organismes publics ou de sociétés d études, ainsi que du monde professionnel. Il s agit également, dans une perspective didactique, d expliciter les sources et les champs des chiffres qui paraissent, de lever les incohérences ou contradictions apparentes, en un mot de clarifier les données véhiculées. L Observatoire est également amené à orchestrer la mise en œuvre d études prospectives ou sectorielles dans le domaine du numérique, après en avoir identifié les problématiques à forts enjeux. L Observatoire a enfin pour fonction de fournir périodiquement un diagnostic économique, social et sociétal de l évolution de l économie numérique et de son impact sur la croissance et la productivité. 9

10 L arrêté du 23 novembre 2011 a créé l Observatoire du numérique, qui est composé de trois instances : coprésidé par : - le président du conseil national pour le numérique (CNN) ; - le vice-président du comité stratégique de filière compétent pour les services et technologies de l information et de la communication (CSF STIC). présidé par Jean Mounet, vice-président de Sopra Group. assumé par la direction générale de la compétitivité, de l industrie et des services (Dgcis). Les membres de l Observatoire sont issus des secteurs public et privé (professionnels de la filière des STIC). Membres participant au comité d orientation stratégique (COS) Organisations professionnelles - La Chambre professionnelle des sociétés de conseil et de services informatiques (SSII) et des éditeurs de logiciels et des sociétés de conseil en technologies (Syntec numérique) ; - La Fédération française des télécommunications et des communications électroniques (FFT) ; - La Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad) ; - La Fédération des industries électriques, électroniques et de communication (Fieec) ; - L Association pour le commerce et les services en ligne (Acsel) ; - L Association française des éditeurs de logiciels (Afdel) ; - Le Mouvement des entreprises de France (Medef) ; - La Confédération générale du patronat des petites et moyennes entreprises (CGPME) ; - Le Groupement des fédérations industrielles (GFI) ; - L Assemblée des chambres françaises de commerce et d industrie (ACFCI) ; - Le Club informatique des grandes entreprises françaises (Cigref). Organisations syndicales - La Confédération française démocratique du travail (CFDT) ; - La Confédération française de l encadrement-confédération générale des cadres (CFE-CGC) ; - La Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC) ; - La Confédération générale du travail (CGT) ; - La Confédération générale du travail-force ouvrière (FO). 10

11 Organismes publics - Le directeur général de la compétitivité, de l industrie et des services ou son représentant (Dgcis) ; - Le vice-président du Conseil général de l industrie, de l énergie et des technologies ou son représentant (CGIET) ; - Le directeur général du Trésor ou son représentant (DG Trésor) ; - Le délégué général à l emploi et à la formation professionnelle ou son représentant (DGEFP) ; - Le directeur de l animation de la recherche, des études et des statistiques ou son représentant (Dares) ; - Le directeur général de l Institut national de la statistique et des études économiques ou son représentant (Insee) ; - Le président de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes ou son représentant (Arcep) ; - Le président du Conseil supérieur de l audiovisuel ou son représentant (CSA) ; - Le directeur général de la Caisse des dépôts et consignations ou son représentant ; - L administrateur général de l Institut télécom ou son représentant. Pôles de compétitivité - Un représentant du pôle de compétitivité Systematic ; - Un représentant du pôle de compétitivité Images et réseaux ; - Un représentant du pôle de compétitivité Minalogic ; - Un représentant du pôle de compétitivité Cap Digital ; - Un représentant du pôle de compétitivité Solutions communicantes sécurisées. Personnalités qualifiées - M. Yves Gassot, désigné en tant que personnalité qualifiée ; - M. Michel Didier, désigné en tant que personnalité qualifiée ; - M. Jean-François Perret, désigné en tant que personnalité qualifiée. Membres participant au comité exécutif (COMEX) Organisations professionnelles - La Fédération des industries électriques, électroniques et de communication (Fieec) ; - La Chambre professionnelle des sociétés de conseil et de services informatiques (SSII) et des éditeurs de logiciels et des sociétés de conseil en technologies (Syntec numérique) ; - La Fédération française des télécommunications et des communications électroniques (FFT) ; - La Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad) ; - L Association française des éditeurs de logiciels (Afdel). Organismes publics - Le directeur général de la compétitivité, de l industrie et des services ou son représentant ; - Le vice-président du Conseil général de l industrie, de l énergie et des technologies ou son représentant ; - Le directeur général de l Institut national de la statistique et des études économiques ou son représentant ; - Le directeur général de la Caisse des dépôts et consignations ou son représentant ; - L administrateur général de l Institut télécom ou son représentant. 11

12 12

13 L e fort impact de l économie numérique sur la croissance et la productivité de l économie nationale rend le suivi de son développement indispensable. La mission de l Observatoire est donc de rassembler les données statistiques permettant d analyser les évolutions du numérique en cours, du côté de l offre et de la demande. La mission consiste également à étalonner la progression du numérique en France par rapport à celle des autres pays de l Union européenne. Les données à rassembler couvrent plusieurs champs. Tout d abord, il s agit de caractériser l offre des STIC en France en observant l évolution du secteur producteur des STIC et des infrastructures ainsi que l impact des nouvelles activités en ligne. Par ailleurs, il s agit d observer la diffusion de l usage des outils des STIC par les particuliers, les administrations et les entreprises. La recherche des données s effectue essentiellement en direction des sources statistiques publiques, qu elles soient internationales (UIT, OCDE et Eurostat) ou nationales (Insee, Arcep, CSA, etc.). Le cas échéant, d autres sources peuvent être utilisées, provenant, par exemple, des organisations professionnelles, pour compléter les données publiques. 13

14 Observer Les champs L économie numérique est une expression qui couvre des réalités très différentes. Cette dénomination a d ailleurs évolué au cours des années : technologies de l information et de la communication, nouvelles technologies, NTIC, nouvelle économie, économie de l internet L économie numérique, au sens le plus étroit, est assimilée aux secteurs producteurs des STIC. Selon l OCDE, le secteur des STIC regroupe les entreprises qui produisent des biens et services supportant le processus de numérisation de l économie (informatique, télécommunications et électronique). Toutefois, l économie numérique ne se limite pas à un secteur d activité en particulier. On devrait plutôt parler de «numérique dans l économie» pour qualifier l activité de l ensemble des secteurs qui s appuient sur les TIC, producteurs et utilisateurs. De plus, le commerce électronique et les services en ligne sont perçus comme des acteurs centraux de l économie numérique. Pour prendre en compte cette réalité multiple, il convient de distinguer quatre catégories d acteurs : - Les secteurs producteurs des STIC au sens de l OCDE (informatique, télécommunications et électronique). - La nouvelle économie, dont l activité est consécutive à l émergence des STIC (services en ligne, e-commerce, médias et contenus en ligne ). - Les secteurs économiques utilisateurs des STIC, dont l activité préexistait à leur émergence. - Le grand public, qui utilise les STIC dans des activités quotidiennes. SECTEURS PRODUCTEURS DES STIC Opérateurs de télécoms, équipementiers télécoms, équipements informatiques, électronique grand public, composants/systèmes électroniques, éditeurs de logiciels, logiciels de jeux, services informatiques. LA NOUVELLE ÉCONOMIE Commerces et services en ligne, Internet (BtoC...), médias et contenus en ligne. SECTEURS ÉCONOMIQUES UTILISATEURS Banque, assurance, automobile, aéronautique, distribution, administration... PARTICULIERS ET MÉNAGES Loisirs-culture, e-santé, e-éducation, e-commerce, e-banking, réseaux sociaux, lien entre les hommes. 14

15 Les sources Disposer de statistiques fiables et comparables sur les technologies de l information et de la communication (TIC) est une préoccupation qui a conduit plusieurs organismes internationaux à développer des travaux sur ce thème à la fin des années C est sur la base de ces travaux que les services statistiques nationaux produisent des indicateurs et des analyses fiables et acceptées sur les TIC. Observer Les services statistiques de l ONU, de l Union internationale des télécommunications (UIT), de l OCDE et d Eurostat (Union européenne) ont travaillé de concert pour améliorer les nomenclatures d activités et de produits, pour établir des définitions (périmètre du secteur producteur des TIC, contenu du commerce électronique) et une liste d indicateurs fondamentaux relatifs aux TIC, sur la base de normes internationales. Les travaux de l UIT ont porté surtout sur les infrastructures et les équipements en TIC (réseaux téléphoniques fixe et mobile, accès à l internet, connexion à haut débit). Les travaux de l OCDE, quant à eux, ont permis de définir «le secteur producteur des TIC», le «contenu du commerce électronique» et d établir des modèles d enquêtes concernant l équipement et l usage des TIC par les ménages et les entreprises. Eurostat s est appuyé sur les travaux de l OCDE pour mettre en place, à partir de 2006, un dispositif d enquêtes et de suivi des progrès des TIC dans les pays membres (Digital Agenda Scoreboard). La Commission européenne a rendu obligatoire la réalisation chaque année d enquêtes communautaires sur les TIC et le commerce électronique auprès des ménages et des entreprises. Ainsi, l Insee réalise, en début d année, deux enquêtes communautaires (ménages et entreprises), qui s appuient sur la méthodologie et les modèles de questionnaires établis par Eurostat, pour assurer la comparabilité des indicateurs entre pays. Enfin, l Insee fournit également des statistiques structurelles d entreprises (Esane) dont sont extraites les données sectorielles du secteur producteur des TIC (CA, VA, effectif, etc.). Par ailleurs, l Arcep, autorité de régulation du marché des télécommunications, fournit des statistiques sur les opérateurs, sur les infrastructures mises en place ainsi que sur les taux d abonnement aux services mobiles, aux connexions à l internet à haut débit, etc. 15

16 16

17 S ept grandes thématiques ont été identifiées : la macroéconomie, le secteur producteur des TIC, les infrastructures, l emploi et la formation, les usages grand public, les activités en ligne, les usages des entreprises et l administration numérique. Autant de groupes de travail (GT) ont été mis en place afin de sélectionner les indicateurs statistiques les plus pertinents pour caractériser ces thématiques. Les groupes de travail sont composés de membres de l Observatoire du numérique. L objectif des groupes n était pas de multiplier le nombre d indicateurs mais de valider la fiabilité, l intérêt et la cohérence des indicateurs existants, voire d étudier la création d indicateurs nouveaux. Afin de pouvoir établir des comparaisons internationales, les groupes de travail devaient s appuyer sur les travaux statistiques des instances internationales (UIT, OCDE et Eurostat) qui portent sur les nomenclatures, les définitions de concepts et le périmètre du secteur des TIC. 17

18 Groupe de travail 1 analyser Responsables : Jean-François Perret (Pierre Audoin Conseil) et Olivier Gainon (Fieec). Membres : Didier Pouilloux (Idate) ; Michael Mathieu (GfK) ; Didier Coulon (Décision Études Conseil) ; Régis Paumier (Sycabel) ; Isabelle Boistard (Fieec) ; Benoît Lavigne (Ignes) ; Grégoire Fauquier (Dgcis) ; Raymond Heitzmann (Dgcis). L objectif du groupe de travail n 1 est de définir les caractéristiques économiques du secteur producteur des TIC en France, à partir des données les plus récentes et permettant d établir des comparaisons internationales. Compte tenu de la complexité et du dynamisme évolutif de ce secteur, ainsi que de son périmètre variable, l exercice se révèle difficile. De même, les données «publiques» disponibles ne semblent pas toujours s accorder avec les données professionnelles. Un travail de mise en cohérence a donc été nécessaire. Ce groupe s est réuni quatre fois pour examiner dans une première phase le périmètre précis du secteur producteur, les sources disponibles, la liste des indicateurs et les recommandations utiles pour l approfondissement des analyses. Le groupe a souhaité retenir la définition de l OCDE du secteur producteur des TIC* comme base des travaux, tout en la complétant par des éléments qui semblent absents (fibres optiques, etc.). Il a recensé les données disponibles publiques (Insee, Esane 2010) et privées en les comparant, puis il a sélectionné les indicateurs de base disponibles et les plus pertinents. D autres indicateurs dits stratégiques ont été également choisis pour évaluer la compétitivité des entreprises du secteur TIC en France, notamment l activité d innovation des entreprises et le dynamisme du tissu d entreprises (création et croissance). Par ailleurs, à partir de l étude de prospective de la Dgcis «Technologies clés 2015», un tableau a été établi, synthétisant les points forts et les points faibles des entreprises françaises dans les domaines des TIC du futur. Dans ses conclusions, exposées devant le comité exécutif de l Observatoire du numérique, le groupe a formulé plusieurs propositions : - l organisation de réunions avec l Insee, voire l Arcep, au cours du dernier trimestre 2012, afin de comprendre et de clarifier les raisons des écarts de chiffrage, quelquefois non négligeables, entre les sources publiques et privées ; - l intérêt de mener dans une deuxième phase des études complémentaires pour affiner les indicateurs stratégiques et développer les indicateurs analytiques plus précis sur les sous-secteurs d excellence/d avenir ; - l intérêt de mesurer à terme certains domaines d application des TIC, comme celui de l électronique et du logiciel embarqué, qui ne font pas partie du cœur du secteur des TIC tel que défini à l heure actuelle par l OCDE. 18

19 Indicateurs emblématiques Nombre d entreprises 1 Chiffre d affaires 1 Valeur ajoutée 1 analyser Effectifs (à équivalent temps plein) 1 Investissements 1 Commerce extérieur (produits) 2 Indicateurs complémentaires Activité d innovation 1 Dépenses intérieures de R&D des entreprises du secteur TIC 3 Dépôts de brevets 4 Parts de marché mondial pour les principaux secteurs TIC 5 Création d entreprises 1 Capital-risque 6 Classement mondial des groupes français par grand secteur des TIC 7 Points forts et points faibles du secteur des TIC (technologies clés 2015) 8 Franchissement de seuil de taille par les entreprises Nota bene : les indicateurs cités concernent le secteur producteur du numérique dans son ensemble, mais il est prévu de segmenter ces indicateurs par grands segments du secteur des TIC (informatique, électronique et télécommunications). Sources : 1. Eurostat - périodicité annuelle ; 2. Douanes - périodicité semestrielle ; 3. Ministère de la Recherche - enquête annuelle ; 4. OCDE - périodicité annuelle ; 5. CEPII - périodicité annuelle ; 6. AFIC - périodicité semestrielle ; 7. Fortune - périodicité annuelle ; 8. Dgcis - périodicité quinquennale. En grisé : indicateur non encore disponible. * Selon une convention internationale fixée par l OCDE, on qualifie de secteurs des technologies de l information et de la communication (TIC) les secteurs suivants : - secteurs producteurs de TIC (fabrication d ordinateurs et de matériel informatique, de TV, radios, téléphones...) ; - secteurs distributeurs de TIC ( commerce de gros de matériel informatique...) ; - secteurs des services de TIC (télécommunications, services informatiques, services audiovisuels...). 19

20 Groupe de travail 2 analyser Responsable : Yves Le Mouel (FFT). Membres : Jean-Philippe Vanot ; Hervé Lasalle (Orange) ; Benoît Lavigne (Ignes) ; Olivier Gainon (Fieec) ; Gael Serandour (CDC) ; Stéphane Elkon (Gitep TICS) ; Sophie Palus (Arcep) Jean-Marie Danjou (FFT) ; Mejdi Mrad (FFT) ; Marc Laget (Datar) ; Christian Lebouart (Alcatel-Lucent CFDT) ; Didier Pouillot (Idate) ; Grégoire Fauquier (Dgcis) ; Raymond Heitzmann (Dgcis). Le groupe de travail s est limité a priori à cerner les indicateurs relatifs aux infrastructures et aux équipements, en se gardant de ne pas glisser vers ceux traitant de l usage (cf. groupes de travail n 4 et 5, p. 26 et 28). Le groupe a centré son travail sur la collecte des indicateurs représentatifs dans les domaines : - des infrastructures télécoms fixe et mobile, y compris les investissements et les prix ; - des infrastructures internet ; - des data centers ; - des infrastructures de la télévision numérique. : Le groupe a recensé les indicateurs existants, leurs sources, leur périodicité et leur comparabilité internationale. Il a également auditionné des acteurs extérieurs (Datar et Avicca) sur leurs projets en cours d étude, en particulier pour représenter le niveau de couverture et de déploiement du THD (très haut débit) en France, ainsi que le suivi consolidé des réseaux d initiative publique (RIP). Les sources jouissant d une large notoriété ont été privilégiées (fournies par l Arcep, les administrations, les institutions internationales : UIT, OCDE, Eurostat) ainsi que celles permettant d établir des comparaisons internationales. Enfin, le travail du groupe a mis en lumière certaines lacunes (data centers) et certains travaux qui doivent être encore poursuivis à la rentrée (télévision numérique, part des investissements publics). Concernant les data centers, il s agit d un domaine difficile à appréhender, car il ne semble pas y avoir de source synthétique permettant la collecte de données sur les centres de calculs, les centres d infogérance, les nœuds internet et les data centers. Après le rassemblement des données disponibles, le groupe de travail a sélectionné les indicateurs lui paraissant les plus emblématiques des infrastructures du numérique. Le groupe s est également interrogé sur les modalités de collecte régulière des données. Le dispositif de collecte devra reposer sur un système contributif facile à gérer et relativement automatisé pour alimenter le secrétariat général de l Observatoire du numérique. 20

21 Indicateurs emblématiques Investissements en infrastructures de télécommunications Opérateurs (Arcep) 1 Collectivités locales (Datar) analyser Lignes haut débit 2 Lignes très haut débit 2 FTTH (Fibre optique jusqu au domicile) 2 Terminaison câble 2 Cartes SIM des réseaux mobiles 2 2G, 3G et future 4G 2 Couverture de la population en 2G, 3G et future 4G Couverture TNT 4 Data centers en France Indicateurs complémentaires Volume de trafic de données (réseau fixe) 1 Cartes SIM data only (semestrielle) 1 Cartes SIM M2M (machine to machine) 1 Trafic de données (réseau mobile) Serveurs en France 2 Serveurs sécurisés (SSL) 2 Noms de domaine en France 2 Nombre de.fr.3 Abonnements IP TV (Télévision diffusée sur Internet) 1 Capacité de stockage en France Sources : 1. Arcep - périodicité semestrielle ; 2. OCDE - périodicité annuelle ; 3. Afnic - périodicité annuelle ; 4. TDF / CSA - périodicité annuelle. En grisé : indicateurs non encore disponibles. 21

22 Groupe de travail 3 analyser Responsables : Guy Mamou-Mani (Syntec numérique) et Jacques Fauritte (CFDT). Membres : Stéphane Elkon (Gitep) ; Aurélie Leleu (Syntec numérique) ; Frédéric Lau (Cigref) ; Régis Granarolo (Munci) ; Mejdi Mrad (FFT) ; Christian Colmant ; Marie Ekeland (Elaia) ; Stéphane Ciriani (Coe-Rexecode) ; Jean-Louis Zanda (Pôle Emploi) ; Catherine Souquet (Insee) ; Sabine Bessière (Dares) ; Sophie Palus (Arcep) ; Thierry Leplat (Dgcis) ; Christian Calzada (Dgcis). Le groupe de travail n 3 a pour objectif de disposer à terme de chiffres détaillés et non contestés en matière d emploi, de formation et d attractivité des métiers, et de responsabilité sociétale de l entreprise (RSE). Les indicateurs doivent permettre de caractériser les évolutions en cours, d effectuer des comparaisons internationales et d appréhender le futur de la filière en matière d emploi. Plusieurs réunions ont été organisées pour avancer dans la réflexion sur la notion de «numéricien» et pour affiner la méthodologie opérationnelle de la construction des indicateurs. Un sous-groupe s est consacré à la sélection d indicateurs RSE. Le champ d analyse fixé par le groupe s est appuyé sur une matrice (secteurs économiques/métiers). Les entreprises concernées relèvent non seulement du secteur producteur défini par l OCDE (codes NAF) mais aussi de la nouvelle économie. Quant aux métiers pour lesquels un suivi sera réalisé, ils relèvent de la notion de «numéricien» qui sera définie comme «métier dont l objet est la production ou la formation à l usage du numérique». Sous ce chapeau figureraient notamment les métiers d ingénieur développement, de consultant, de webmestre, d ingénieur réseau, ainsi que les métiers d opérateurs télécoms, d équipementiers et de métiers du contenu, etc. Il conviendra d obtenir un accord des différents organismes sur les définitions. Deux axes de recherche ont été retenus : examiner les données consolidées mais «statiques» provenant de l Insee, de la Dares et des Pôles Emploi d une part et, d autre part, recenser les données plus dynamiques provenant des études des branches professionnelles (référentiels de métiers). à partir des éléments rassemblés, il est prévu de construire un référentiel des métiers à partir des référentiels existants (publics et privés) et des secteurs économiques concernés. La mise en cohérence des données (matrice et référentiels) ainsi que la construction des indicateurs impliquent des travaux complémentaires qui se dérouleront en Les modalités et les moyens nécessaires à leur réalisation seront examinés en début d année par le 22

23 Ingénieur développement Oui Oui Oui Non analyser PERSONNES PHYSIQUES/Métiers Consultant Webmestre Ingénieur réseau Métiers opérateurs télécoms Métiers équipementiers Métiers du contenu Autres métiers numériciens Oui Non Non Non Oui Oui Oui Non Oui Oui Oui Non Oui Oui Oui Non Oui Oui Oui Non Oui Oui Non Non Oui Non Non Non Métiers supports (RH, etc.) Oui/Non Non Non Non comité exécutif de l Observatoire. Enfin, un sous-groupe s est attaché à établir une liste d indicateurs de responsabilité sociale de l entreprise (RSE) dans la filière des STIC, qui distingue quatre thématiques : - protection de l environnement ; - aspects sociaux et sociétaux ; - gouvernance ; - gestion de la chaîne logistique. Le sous-groupe a proposé que ces indicateurs soient renseignés progressivement, en 2013, sur la base de sondages auprès d une population représentative d entreprises de la filière du numérique ou à partir d analyses d agences de notation (Vigéo, EcoVadis ). 23

24 Indicateurs emploi* analyser Emplois cœur d activité 1 Secteur producteur de STIC Secteur de la nouvelle économie Secteur des usagers des STIC et du numérique Emplois externalisés Salaires médians Salaires d embauche Besoins de recrutement Candidatures par offre d emploi Offres d emploi non satisfaites et raisons Indicateurs formation** Salariés sortis de formation initiale recrutés dans la filière STIC Stagiaires accueillis dans la filière STIC Formation continue Effort de formation des entreprises en % de la masse salariale Taux d accès à la formation (nombre de stagiaires/nombre de salariés de la catégorie spécifiée) * Segmentation des indicateurs emploi : par type d entreprises, sexe, tranche d âge, type de contrats (CDI, CDD, temps plein, temps partiel), localisation des emplois, diversité, métiers ou regroupement de métiers. ** Segmentation pour la formation initiale : par type de formations et diplômes, types d écoles et filières universitaires. Segmentation pour la formation continue : par type de formations (parcours professionnel ou adaptation au poste de travail), sexe, tranche d âge, diversité, métiers ou regroupement de métiers. Source : 1. Eurostat - périodicité annuelle. En grisé : indicateurs non encore disponibles. 24

oobservatoire du numérique chiffres clés 2013

oobservatoire du numérique chiffres clés 2013 oobservatoire du numérique observatoire du numérique chiffres clés 2013 oobservatoire du numérique usages des tic - entreprises équipement NUMéRIQUE Utilisation des TIC en 2012 des entreprises * Enquête

Plus en détail

OBservatOire du numérique. chiffres clés 2013. oobservatoire du numérique

OBservatOire du numérique. chiffres clés 2013. oobservatoire du numérique OBservatOire du numérique chiffres clés 2013 oobservatoire du numérique oobservatoire du numérique usages des tic - entreprises équipement NUMéRIQUE Utilisation des TIC en 2012 des entreprises * Enquête

Plus en détail

oobservatoire du numérique OBSERVATOIRE DU NUMÉRIQUE CHIFFRES CLÉS MAI 2014

oobservatoire du numérique OBSERVATOIRE DU NUMÉRIQUE CHIFFRES CLÉS MAI 2014 oobservatoire du numérique OBSERVATOIRE DU NUMÉRIQUE CHIFFRES CLÉS MAI 2014 oobservatoire du numérique USAGES DES TIC - ENTREPRISES ÉQUIPEMENT NUMÉRIQUE Utilisation des TIC en 2013 des entreprises France

Plus en détail

FILIÈRE DU NUMÉRIQUE OBSERVATOIRE DU NUMÉRIQUE : EMPLOI-FORMATION RSE

FILIÈRE DU NUMÉRIQUE OBSERVATOIRE DU NUMÉRIQUE : EMPLOI-FORMATION RSE FILIÈRE DU NUMÉRIQUE OBSERVATOIRE DU NUMÉRIQUE : EMPLOI-FORMATION RSE Conseil d orientation pour l emploi 2 avril 2013 Michel Senaux, chargé de mission fédéral de la CFDT-F3C Jacques Fauritte, secrétaire

Plus en détail

du numérique Édition 2015

du numérique Édition 2015 ÉTUDES ÉCONOMIQUES CHIFFRES CLÉS du numérique Édition 2015 DIRECTION GÉNÉRALE DES ENTREPRISES Secteur producteur - Emploi Nombre d entreprises dans le secteur des TIC* Nombre d unités légales en 2013 Industrie

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES Dispositif : USAGES NUMERIQUES (7.2.C) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter l usage des services numériques. 1. Actions éligibles :

Plus en détail

Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012

Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012 Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012 Laure BERTHELEMY Mars 2013 L enquête : Le développement de l usage des Technologies de l Information et de la Communication (TIC) au sein

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM DATA auprès des collectivités et des bailleurs sociaux Cette consultation a pour objectif

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique Appel à manifestation d intérêts Economie numérique CONTEXTE La Région considère comme prioritaire le secteur numérique, vecteur essentiel de performance, de modernité et d attractivité du territoire,

Plus en détail

POSITION DE LA FIEEC (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE CONFIEE A MM.

POSITION DE LA FIEEC (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE CONFIEE A MM. Développement du numérique POSITION DE LA FIEEC SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE CONFIEE A MM. COLLIN ET COLIN) Février 2013 2 FISCALITE DU NUMERIQUE

Plus en détail

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE Référentiel de certification du Baccalauréat professionnel GESTION ADMINISTRATION PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE 1 Le référentiel de certification du Baccalauréat GESTION ADMINISTRATION Architecture

Plus en détail

CONFERENCE l SYNTEC NUMERIQUE UPS Toulouse 17 juin 2011 Michel Corbarieu

CONFERENCE l SYNTEC NUMERIQUE UPS Toulouse 17 juin 2011 Michel Corbarieu CONFERENCE l SYNTEC NUMERIQUE UPS Toulouse 17 juin 2011 Michel Corbarieu 01/04/2011 LE NUMÉRIQUE, UNE INDUSTRIE D INNOVATION ET CRÉATRICE D EMPLOI Des entreprises aux modèles économiques riches et innovants

Plus en détail

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France Résultats Le jeu vidéo est, à travers le monde, la première industrie culturelle devant les secteurs du cinéma et de la musique.

Plus en détail

CENTRE FORMATION CONTINUE PANTHEON-SORBONNE

CENTRE FORMATION CONTINUE PANTHEON-SORBONNE 1 CENTRE FORMATION CONTINUE PANTHEON-SORBONNE MASTER 2 «A.C.M.P.» «AUDIT CONTRÔLE ET MANAGEMENT PUBLIC» DIRECTEUR : Dr Farouk HEMICI E MAIL : farouk.hemici@univ-paris1.fr Madame Ilona GOBJILA Gestionnaire

Plus en détail

Pacte de responsabilité

Pacte de responsabilité Le 5 mars 2014 Pacte de responsabilité Relevé de conclusions des réunions paritaires du 28 février et du 5 mars 2014 La situation économique et sociale de notre pays est marquée par une forte ambivalence.

Plus en détail

Fédération des NTIC «AIDONS LE DEVELOPPEMENT DES PME FRANÇAISES ET CREONS DE L'EMPLOI» Paris Mercredi 28 Janvier 2009

Fédération des NTIC «AIDONS LE DEVELOPPEMENT DES PME FRANÇAISES ET CREONS DE L'EMPLOI» Paris Mercredi 28 Janvier 2009 Fédération des NTIC «AIDONS LE DEVELOPPEMENT DES PME FRANÇAISES ET CREONS DE L'EMPLOI» Paris Mercredi 28 Janvier 2009 Président: Pierre Violo Secrétaire Générale: Gisèle Mary-Dugue FPNTIC Une Equipe Secteur

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM IN ACTION auprès des équipes de Maitrise d Œuvre Cette consultation a pour objectif d

Plus en détail

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013 Rapport d études Etudes des spécificités du marché du SaaS en France Rapport de synthèse février 2013 Conception Caisse des Dépôts (Service communication DDTR) février 2013 Veille stratégique, conseil

Plus en détail

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France Séminaire des 12 et 13 février 2013 Danièle LAJOUMARD, Inspecteur général des Finances C.I.A (Certified Internal

Plus en détail

la taille des entreprises

la taille des entreprises 1 Contrat de génération : une mise en œuvre adaptée à la taille des entreprises Si le contrat de génération concerne toutes les entreprises, elles n ont pas toutes les mêmes leviers en matière d emploi,

Plus en détail

Définir un nouveau modèle économique Présentation de l axe 4

Définir un nouveau modèle économique Présentation de l axe 4 Définir un nouveau modèle économique Présentation de l axe 4 Le développement du numérique dans la sphère de l édition, les mutations induites par la dématérialisation des supports ont profondément influencé

Plus en détail

LE BACCALAUREAT PROFESSIONNEL GESTION ADMINISTRATION Janvier 2012 Page 1

LE BACCALAUREAT PROFESSIONNEL GESTION ADMINISTRATION Janvier 2012 Page 1 LE BACCALAUREAT PROFESSIONNEL GESTION ADMINISTRATION Janvier 2012 Page 1 La rénovation de la voie professionnelle, filière du tertiaire administratif a conduit à la création du baccalauréat professionnel

Plus en détail

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web Nicolas Malo Jacques Warren Préface de Marc Lolivier Web Analytics Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web www.webanalyticsprofits.com Deuxième édition revue et augmentée, 2009, 2012

Plus en détail

La formation interministérielle

La formation interministérielle 1 La formation interministérielle La formation interministérielle mise en œuvre par la DGAFP s organise autour des trois axes suivants : La formation interministérielle déconcentrée dont les acteurs principaux

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins MINISTERE D AFFAIR SOCIAL ET DE LA SANTE Bureau de l efficience des établissements de

Plus en détail

Système d information : démystification, facteur de croissance et conduite du changement

Système d information : démystification, facteur de croissance et conduite du changement Système d information : démystification, facteur de croissance et conduite du changement Patrick CONVERTY Directeur Commercial www.cibeo-consulting.com Approche globale de la performance Stratégie Système

Plus en détail

Actualité CE. Au service des Comités d Entreprise LE CABINET DE L ÉCONOMIE SOLIDAIRE. utilité. sociale. transparence financière

Actualité CE. Au service des Comités d Entreprise LE CABINET DE L ÉCONOMIE SOLIDAIRE. utilité. sociale. transparence financière LE CABINET DE L ÉCONOMIE SOLIDAIRE sociale utilité & transparence financière Au service des Comités d Entreprise Actualité CE Établissement et certification des comptes annuels des Comités d Entreprise

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Accompagnement de la promotion et du financement de l innovation en Méditerranée (IT1)

Accompagnement de la promotion et du financement de l innovation en Méditerranée (IT1) Accompagnement de la promotion et du financement de l innovation en Méditerranée (IT1) Centre de Marseille pour l intégration en Méditerranée Le CMI, le Centre de Marseille pour l intégration en Méditerranée,

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt

Appel à manifestation d intérêt Investissements d Avenir Développement de l Économie Numérique Appel à manifestation d intérêt Diffusion de la simulation numérique 2014 IMPORTANT ADRESSE DE PUBLICATION DE L APPEL A MANIFESTATION D INTERET

Plus en détail

Table des matières. 1. Le projet Ina Global, la revue de tous les médias. 1.1. Présentation générale 1.2. Ligne éditoriale 1.3. Direction artistique

Table des matières. 1. Le projet Ina Global, la revue de tous les médias. 1.1. Présentation générale 1.2. Ligne éditoriale 1.3. Direction artistique Dossier de presse Table des matières 1. Le projet Ina Global, la revue de tous les médias 1.1. Présentation générale 1.2. Ligne éditoriale 1.3. Direction artistique 2. Ina Global, la revue de tous les

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Paris, le 3 février 2006 Communiqué de presse «Coopératives et mutuelles : un gouvernement d entreprise original» Les 30 recommandations du rapport sur le gouvernement d entreprise des coopératives et

Plus en détail

ACN AChAt public RENFORCER la StRAtégiE AChAt de SON établissement : AtOutS Et CléS de SuCCèS ASSOCiAtiON NAtiONAlE FORMAtiON hospitalier

ACN AChAt public RENFORCER la StRAtégiE AChAt de SON établissement : AtOutS Et CléS de SuCCèS ASSOCiAtiON NAtiONAlE FORMAtiON hospitalier ACN achat public MODULE A Renforcer la stratégie achat de son établissement : atouts et clés de succès ASSOCIATION NATIONALE POUR LA FORMATION PERMANENTE DU PERSONNEL HOSPITALIER 2013-15 module A Renforcer

Plus en détail

Programme d Investissements d Avenir

Programme d Investissements d Avenir www.caissedesdepots.fr Programme d Investissements d Avenir Créateur de solutions durables Programme d Investissements d Avenir L État investit 35 milliards d euros Pilotage 0 gestionnaires 5 priorités

Plus en détail

Horizon PME. Synthèse. Etude des besoins pour la croissance des PME. Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet :

Horizon PME. Synthèse. Etude des besoins pour la croissance des PME. Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet : Horizon PME Etude des besoins pour la croissance des PME Synthèse Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet : Quels besoins pour financer leurs activités innovantes? Auteurs :

Plus en détail

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché INFO # 28 Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché CONTEXTE ACTUEL DE LA DÉLÉGATION DE GESTION Une accélération sensible des mutations autour de l activité de délégation

Plus en détail

Licence professionnelle Coordinateur de projets en gestion des risques

Licence professionnelle Coordinateur de projets en gestion des risques Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Coordinateur de projets en gestion des risques Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

Chambre de Commerce et d Industrie Moulins-Vichy

Chambre de Commerce et d Industrie Moulins-Vichy Chambre de Commerce et d Industrie Moulins-Vichy Service Développement Local et Appui aux Entreprises Industrielles 1 Chambre de Commerce et d Industrie de Moulins-Vichy Service Développement Local et

Plus en détail

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement A l occasion de la Cérémonie de lancement du Cluster Solaire Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Monsieur

Plus en détail

Amélioration de l environnement des affaires dans la région Sud de la Méditerranée

Amélioration de l environnement des affaires dans la région Sud de la Méditerranée Amélioration de l environnement des affaires dans la région Sud de la Méditerranée Exemples d observatoires économiques par Mickaël LE PRIOL 24 juin 2014 Projet EBESM 2 Le Crocis (Paris, Ile-de-France,

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE BOURGOGNE Place des Nations Unies - B.P. 87009-21070 DIJON CEDEX Téléphone : 03 80 60 40 20 - Fax : 03 80 60 40 21 MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT Préambule

Plus en détail

Cahier des Charges en vue de consultation des prestataires dans le cadre d un appel à projets

Cahier des Charges en vue de consultation des prestataires dans le cadre d un appel à projets Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Industries de Santé Projet de renforcement des compétences dans les Industries de Santé - Action nationale Emploi / formation n 2.2 : Apport

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Déploiement de la fibre optique sur le territoire : premiers travaux à Mées

DOSSIER DE PRESSE. Déploiement de la fibre optique sur le territoire : premiers travaux à Mées DOSSIER DE PRESSE 19 mars 2014 Déploiement de la fibre optique sur le territoire : premiers travaux à Mées I. Pourquoi la fibre optique? II. Rappel du projet III. Calendrier de déploiement de la fibre

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

Un début de contraction du marché de l emploi

Un début de contraction du marché de l emploi COMMUNIQUE DE PRESSE Baromètre RH AFDEL-Apollo Un début de contraction du marché de l emploi, le 28 novembre 2012 - L Association Française des Editeurs de Logiciels et Solutions Internet (AFDEL) et Apollo

Plus en détail

Réalisation d un projet de plan national de déploiement du réseau internet rapide et ultra rapide

Réalisation d un projet de plan national de déploiement du réseau internet rapide et ultra rapide Réalisation d un projet de plan national de déploiement du réseau internet rapide et ultra rapide 30050 Gilles FONTAINE Directeur Adjoint + 33 467 144 460 g.fontaine@idate.org 27 Février 2014 Agenda Contexte

Plus en détail

Le secteur informatique

Le secteur informatique Mai 2014 Le secteur informatique Service Etudes CCI Indre Le secteur informatique Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE SECTEUR INFORMATIQUE EN FRANCE Etablissements

Plus en détail

3 propos illustrant la transformation numérique de PagesJaunes Groupe

3 propos illustrant la transformation numérique de PagesJaunes Groupe 3 propos illustrant la transformation numérique de PagesJaunes Groupe! Un média hyper local accompagnant la transformation digitale de la communication de ses clients! En interne, le Groupe propose des

Plus en détail

Synthèse Janvier 2014. numérique & territoires. d Initiative Publique (RIP) www.groupecaissedesdepots.fr

Synthèse Janvier 2014. numérique & territoires. d Initiative Publique (RIP) www.groupecaissedesdepots.fr numérique & territoires Synthèse Janvier 2014 Impact territorial des Réseaux d Initiative Publique (RIP) www.groupecaissedesdepots.fr synthèse Le diagnostic établi fin 2013 par l IDATE pour le compte de

Plus en détail

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Communiqué de presse Paris, le 5 septembre 2012 Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Numergy, une nouvelle société dirigée par Philippe Tavernier

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

Technologies innovantes dans les établissements pour séniors Opportunités en France à horizon 2015-2020

Technologies innovantes dans les établissements pour séniors Opportunités en France à horizon 2015-2020 Technologies innovantes dans les établissements pour séniors Opportunités en France à horizon 2015-2020 Présentation de l étude multi clients réalisée par CODA Strategies Août 2012 CODA STRATEGIES 4 rue

Plus en détail

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Cahier des charges pour la réalisation d une étude Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Sommaire Sommaire...2 Article 1 Objet du marché...3 Article 2 Contexte...3

Plus en détail

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain.

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Solutions de gestion RESSOURCES HUMAINES Parce que votre entreprise est unique, parce que

Plus en détail

ILE-DE-FRANCE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

ILE-DE-FRANCE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 18/12/2014. ILE-DE-FRANCE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Les

Plus en détail

Les TIC dans les services 2002-2009

Les TIC dans les services 2002-2009 Les TIC dans les services 20022009 C. Cordellier 29 juin 2010 Enjeux des TIC Révolution industrielle : la main la machine outil. Aujourd hui : cerveau travail de bureau TIC quelle incidence sur les services?

Plus en détail

La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR

La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR Etude statistique des données fournies par MEDIAFOR Avant-propos Cette étude a été réalisée par l

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions

Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions Orkhan Aslanov/ Fotolia.com > Suivez le guide nous saisissons vos opportunités de marchés publics! > Gardons Avec le Centre de Veille le contact nous

Plus en détail

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS REGARDS CROISÉS DES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE Administrateurs Présidents de conseil d administration/surveillance

Plus en détail

Appel à Projets MEITO CYBER

Appel à Projets MEITO CYBER Appel à Projet 2014 2015 RÈGLEMENT Appel à Projets MEITO CYBER Soumission des propositions Contacts Les dossiers de candidature sont téléchargeables sur le site de la MEITO : www.meito.com Les dossiers

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Contrôle de gestion de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des

Plus en détail

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services.

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services. 7 points pour garantir un bel avenir de la e-santé en France... by Morgan - Dimanche, janvier 30, 2011 http://www.jaibobola.fr/2011/01/avenir-de-la-e-sante-en-france.html La Recherche et le développement

Plus en détail

Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques

Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques Raphaël Mehr Directeur de l Unité de Production Hydraulique Est EDF s engage en faveur du développement économique et

Plus en détail

Edito : Cybersudoe Innov : Un réseau d experts en innovation par le numérique du Sud-Ouest européen

Edito : Cybersudoe Innov : Un réseau d experts en innovation par le numérique du Sud-Ouest européen Edito : Cybersudoe Innov : Un réseau d experts en innovation par le numérique du Sud-Ouest européen Un des objectifs principaux du projet européen Cybersudoe innov est la création d une base de données

Plus en détail

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT Version du 01/10/2013 à 16:02:01 PROGRAMME 401 : TRANSITION NUMÉRIQUE DE L ÉTAT ET MODERNISATION DE L ACTION

Plus en détail

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 Contexte et enjeux : Depuis plusieurs années la politique économique de la Région Centre - Val de Loire s est fixée comme objectif de soutenir la

Plus en détail

la Commission des titres d ingénieur et l accréditation des formations d ingénieur en France

la Commission des titres d ingénieur et l accréditation des formations d ingénieur en France la Commission des titres d ingénieur et l accréditation des formations d ingénieur en France Avant la CTI Écoles de l état Ponts et chaussées 1747 Libéralisation de l enseignement supérieur Loi Laboulaye

Plus en détail

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)?

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)? Stratégie nationale de de la Stratégie de de la de la République de Guinée Equatoriale. 2003-2008 Séminaire de présentation de la Stratégie de de la de la Guinée Equatoriale. Malabo, 25 janvier 2005 Présentation

Plus en détail

Et si votre carrière s inventait avec. mc 2 i Groupe? 5 RAISONS DE NOUS REJOINDRE - www.mc2i.fr

Et si votre carrière s inventait avec. mc 2 i Groupe? 5 RAISONS DE NOUS REJOINDRE - www.mc2i.fr Et si votre carrière s inventait avec mc 2 i Groupe? 5 RAISONS DE NOUS REJOINDRE - www.mc2i.fr mc 2 i Groupe Des missions de conseil en systèmes d information, à forte valeur ajoutée Depuis sa création

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.20/2012/13 Distr. générale 24 février 2012 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe

Plus en détail

Après 15 ans d existence, le Prix Intranet devient

Après 15 ans d existence, le Prix Intranet devient DOSSIER DE PARTICIPATION Après 15 ans d existence, le Prix Intranet devient le PRIX DE L ENTREPRISE COLLABORATIVE INTRANETS RH, portails, réseaux sociaux Il y a quinze ans, le Groupe Cegos et le magazine

Plus en détail

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

Baromètre des investissements numériques en France

Baromètre des investissements numériques en France Baromètre des investissements numériques en France Novembre 2015 Objectifs Baromètre des investissements numériques en France avec pour objectifs : de suivre l évolution de l opinion des responsables informatique

Plus en détail

STATUTS DU SERVICE COMMUN UNIVERSITAIRE D INFORMATION, D ORIENTATION ET D INSERTION PROFESSIONNELLE DES ETUDIANTS DE L UNIVERSITE DE MONTPELLIER

STATUTS DU SERVICE COMMUN UNIVERSITAIRE D INFORMATION, D ORIENTATION ET D INSERTION PROFESSIONNELLE DES ETUDIANTS DE L UNIVERSITE DE MONTPELLIER STATUTS DU SERVICE COMMUN UNIVERSITAIRE D INFORMATION, D ORIENTATION ET D INSERTION PROFESSIONNELLE TABLE DES MATIERES TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES... 3 Article 1 : Création... 3 Article 2 : Missions...

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

La mutualisation des fonctions supports

La mutualisation des fonctions supports La mutualisation des fonctions supports Rappel des objectifs des expérimentations de mutualisation Expérimenter un traitement mutualisé de l assistance technique à la gestion du SNV2, des achats, de la

Plus en détail

Licence Sciences de l éducation

Licence Sciences de l éducation Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Sciences de l éducation Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Métiers de la mesure, de l'instrumentation et du contrôle de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D 2014-2018

Plus en détail

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 PLAN Situation de la PME au Maroc : Définition, PME en chiffres Forces et faiblesses de la

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3249 Convention collective nationale IDCC : 1516. ORGANISMES DE FORMATION ACCORD

Plus en détail

Appel à Projets Régionaux PM up. du 03/12/2013 au 30/01/2014

Appel à Projets Régionaux PM up. du 03/12/2013 au 30/01/2014 Appel à Projets Régionaux PM up du 03/12/2013 au 30/01/2014 Quelques chiffres PM up existe depuis 2008 780 PME-PMI lauréates 2 300 candidatures déposées depuis 2008 84% des lauréats ont plus de 10 salariés

Plus en détail

PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020

PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020 PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020 La Belgique joue actuellement un rôle de premier plan dans le déploiement de nouvelles technologies pour l internet à très haut débit. Les

Plus en détail

Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé

Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé Grenoble INP ENSE Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

MODERNISATION DE L ACTION PUBLIQUE. Evolution de la communication gouvernementale PLAN D ACTION

MODERNISATION DE L ACTION PUBLIQUE. Evolution de la communication gouvernementale PLAN D ACTION MODERNISATION DE L ACTION PUBLIQUE Evolution de la communication gouvernementale PLAN D ACTION 1 Action 1 Concentrer les budgets sur des campagnes de communication prioritaires Cabinet du Premier ministre

Plus en détail

La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle

La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle Comment répondre aux nouveaux enjeux des DRH du 21 ème siècle? Besoin n 1 : innover et développer de nouveaux usages métier en décloisonnant les différents

Plus en détail

Lecko. 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi

Lecko. 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi enterprise social software Lecko CAS CLIENT Arnaud 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi! Activité Lecko

Plus en détail

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit EXPERTISE COMPTABLE (1/3) Les cabinets de grande taille sont affectés par des évolutions similaires à celles qui touchent les cabinets de petite taille. Cette page reprend la description donnée pour les

Plus en détail

DE LA CARTOGRAPHIE DES METIERS DE L EDITION DU LIVRE. Octobre 2015

DE LA CARTOGRAPHIE DES METIERS DE L EDITION DU LIVRE. Octobre 2015 CPNE EDITION DU LIVRE CAHIER DES CHARGES POUR LA MISE A JOUR DE LA CARTOGRAPHIE DES METIERS DE L EDITION DU LIVRE Octobre 2015 OBJET DE L APPEL D OFFRE Le présent appel d offre est lancé par l Afdas pour

Plus en détail

Faculté Administration et échanges internationaux

Faculté Administration et échanges internationaux Faculté Administration et échanges internationaux Master 2 - AEI Spécialité Commerce Electronique 23 octobre 2014 Page 1 Plan Faisons connaissance E-commerce : Bilan en 2013 Présentation du Master E-Commerce

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès de la Ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale, chargé de la Famille

Secrétariat d Etat auprès de la Ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale, chargé de la Famille Secrétariat d Etat auprès de la Ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale, chargé de la Famille ENGAGEMENTS DU SECTEUR DE L INDUSTRIE DU JEU VIDEO ET DE LA DISTRIBUTION EN FAVEUR D UNE MEILLEURE

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé

Ministère des affaires sociales et de la santé Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières Personne chargée du dossier : Michèle LENOIR-SALFATI tél.

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française Section des Formations et des diplômes Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française 2011 Section des Formations et des diplômes Evaluation des licences professionnelles

Plus en détail

Agence pour la création d entreprise

Agence pour la création d entreprise Agence pour la création d entreprise d SYNTHÈSE SE DU PLAN STRATÉGIQUE 2010 2012 Les éléments majeurs du contexte ayant un impact sur l APCE Ces éléments de contexte conditionnent le positionnement et

Plus en détail