PLAN DE L INTERVENTION Définition d une CPP Moyens de contention Les risques Problèmes éthiques et juridiques Les recommandations de l ANAES pour la p

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PLAN DE L INTERVENTION Définition d une CPP Moyens de contention Les risques Problèmes éthiques et juridiques Les recommandations de l ANAES pour la p"

Transcription

1 LA CONTENTION PHYSIQUE PASSIVE DU SUJET ÂGÉ (CPPA) Equipe du 3AB Remerciements à Aude Beaumanoir et au Docteur Michel pour leur aide

2 PLAN DE L INTERVENTION Définition d une CPP Moyens de contention Les risques Problèmes éthiques et juridiques Les recommandations de l ANAES pour la pose d une contention Les alternatives Cas cliniques

3 DÉFINITION Selon l ANAES: C est l utilisation de tous les moyens,méthodes, matériels ou vêtements qui empêchent ou limitent les capacités de mobilisation volontaire de tout ou partie du corps dans le seul but d obtenir une sécurité physique pour une personne qui présente un comportement estimé dangereux ou mal adapté.

4 DÉFINITION (2) Ne peut être ôtée facilement Restreint sa liberté de mouvement ainsi que l accès à son propre corps Suppose l intervention d un tiers à deux moments

5 LES MOYENS DE CONTENTION Au Fauteuil DIRECTS Ceintures abdominales ou pelviennes, harnais pectoraux et ceintures culottes, bracelets Au lit Barrières de lit, sangles abdominales ou thoraciques, bracelets PS: Si demande du patient pour une installation de confort, ce n est pas une contention

6 LES MOYENS DE CONTENTION Au fauteuil: INDIRECTS Assise profonde ou basculée en arrière Tablette, adaptable, table qui ne peuvent être ôtée par le patient lui-même Au lit: adaptable quand la barrière opposée est levée

7 RISQUES POUR LE PATIENT Aggravation des troubles du comportement Traumatismes physiques voire décès par strangulation Syndrôme d immobilisation

8 RISQUES LIÉS À L IMMOBILISATION Incontinence urinaire et fécale Encombrement bronchique Régression psycho-motrice Dénutrition et déshydratation Infections nosocomiales Anxiété, peur, Agressivité, Inconfort, troubles du sommeil Atteinte de l intégrité socio-psychologique

9 RISQUES POUR L ENTOURAGE Pour les soignants : frustration, culpabilité malgré le sentiment de sécurité. Pour l établissement : mauvaise réputation Pour les proches: sentiment d impuissance agressivité envers le personnel Désinvestissement

10 Pourquoi le choix de la CPPA : un reflexe securitaire? Pratiquée de façon importante dans les établissements d accueil et de soins aux personnes âgées: 19 à 84,6% en USLD selon l ANAES. Peur de la chute Peur de la fugue Peur pour un matériel Peur des représailles

11 EFFICACITE RELATIVE? Des études montrent que: La diminution de la pratique de la contention n augmente pas le risque de chutes graves. Les risques de blessure suite à une chute sont multipliés par 3 avec contention La mortalité + élevée chez les patients en situation de contention

12 Revue de la littérature Etude aux USA en 1992 par Tinetti: chutes graves + fréquentes avec contention Etude en 1994 par Ejaz : chutes non graves de 1,87% à 3,01% lors du retrait de la contention Etude sur les barrières par Capuzeti en 2007: Les chutes diminuent avec le retrait des barrières après un programme d information

13 LEGISLATION ET DÉONTOLOGIE Des textes généraux Code civil : le principe de l inviolabilité et respect du corps humain Code pénal : loi du 10/07/00 Responsabilité pénale : délits non intentionnels Art 18 du traité instituant la C.E. du 25 mars 1957 : «principe d aller et venir» «Toute limitation soit strictement motivée»

14 TEXTES PROFESSIONNELS Le décret du 29/07/2004 (livre lll Aux méd) relatifs aux actes prof des IDE «Promouvoir l autonomie de leurs fonctions vitales physiques et psychiques..» Le décret du 16/02/93 relatif aux régles professionnelles «l infirmier exerce sa prof dans le respect de la vie et de la personne humaine. Il respecte la dignité..»

15 LA CHARTE DE LA PERSONNE AGEE DEPENDANTE Article I - CHOIX DE VIE : Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son mode de vie. Article III - UNE VIE SOCIALE MALGRÉ LES HANDICAPS : Toute personne âgée dépendante doit conserver la liberté de communiquer, de se déplacer et de participer à la vie de la société.

16 Recommandations de pratique de la contention (1) La contention du sujet âgé: Une intervention de soins Un acte médical Repose sur un travail en équipe Implique: Connaissance des risques Évaluation régulière des besoins et des risques Programme de soins et de surveillance adapté

17 Recommandations: PRESCRIPTION MÉDICALE Le matériel MOTIVÉE ET TRAÇÉE La durée prévisible Les motifs avec les bénéfices/risques La programmation de la surveillance En cas d urgence: un protocole de mise en place par l IDE existe

18 L INFO DU PATIENT ET DE LA FAMILLE Dés l entretien d accueil: Les recommandations de l ANAES Les droits de la personne âgée dépendante La pose d une contention: Les raisons médicales Les buts de la contention Les moyens et matériels utilisés La durée prévisible La surveillance

19 Recommandations: SURVEILLANCE ÉCRITE ET PROGRAMMÉE DES RISQUES Les paramètre physiques: Fonction respiratoire État cutané Hydratation Continence Capacités fonctionnelles

20 Recommandations: SURVEILLANCE Les paramètres psychologiques et environnementaux: Repérer les sentiments de peur, d humiliation (vécu négatif), agitation, confusion mentale Veiller à mettre les objets personnels à proximité Veiller à ce que les activités récréatives soient maintenues Surveiller la qualité contact relationnel

21 ALTERNATIVES À LA CONTENTION Pas de contention : «droit au risque» Matériel adapté: lit surbaissé, fauteuil confort type anatome Culottes protectrices de hanches Autres: matelas à terre Réfléxion d équipe, en partenariat avec le patient et sa famille

22 REFLEXION D EQUIPE UN PROJET DE SOINS AU SERVICE DU PROJET DE VIE Projet de soins individualisés Ecoute de la parole de la personne Lieu de vie sécurisant et serein TRAVAIL PLURIDISCIPLINAIRE Kinésithérapie( tbles de l équilibre.. Ergothérapeute ( adaptation du matériel..

23 REFLEXION D EQUIPE UNE DYNAMIQUE D EQUIPE Des soignants formés et sécurisés( alternatives.. Des professionnelles Référentes Des soignants motivés Réflexion sur les pratiques vigilance plus grande Des changements progressifs Lits vides sans barriéres baissés Une barriére ôtée pendant le petit déjeûner Tolérance des soignants ( déambulation..

24 REFLEXIOND EQUIPE PARTENARIAT AVEC LES FAMILLES Information des familles ( réunion familles/soignants) Information des familles au cas par cas

25 CAS CLINIQUES N 1: situation à l entrée Mr C. entré le 06/06/07 A un cathé sus pubien qu il a ôté souvent Le jour: : une contention au FR par sangle abdominale La nuit: : pose de 2 barrières et une sangle abdominale et aux 2 poignets Projet de soins proposé par l équipe: Lever au FR très tôt et couché le plus tard possible

26 Comportements d opposition Mr C. a sectionné sa sangle, est retrouvé en dehors de sa sangle Pleurs et douleurs notées MrC. passe par-dessus les barrières apres avoir ôté sa sangle abdo le 11/11 Perte de l estime de soi notée le 19/11; «je n ai plus envie de vivre» «ma vie ne sert à rien» «je serai mieux mort»

27 DES PROJETS SUCCESSIFS Projet d enlever le KT sus pubien FR sans cale-pied (marche..) Marche régulière avec les soignants : n a plus de troubles de l équilibre Port de culottes Hips Levée régulière de la contention au FR Grenouillère avec fermeture dans le dos Pose d une «gaine» Nouveau lit

28 ACTUELLEMENT Sangle abdo la nuit sans barrières N a plus de FR Il est redevenu continent fécal Problémes non résolus Déambulations dans les chambres des autres patients Ennui et manque d activités

29 CAS CLINIQUES N 2: Situation à l entrée Mme R. entrée le 18/10/06 Hémiplégie avec héminéglgence +maladie d Alzheimer évoluée Tenait debout et faisait qq pas avec aide Etait mise sur le mautauban Contention à l entrée jour et nuit avec barrières et protège-barrières car s agitait dans son lit

30 Evolution Le Mari souhaite le maintien de la contention Périodes d agitations et d opposition Une majoration de la désorientation temporo-spatiale et des tbles cognitifs Chute le 19/02/07 alors qu elle était sur la mautauban avec contention indirecte (adaptable) Majoration des troubles de l équilibre

31 Information de l équipe sur les contentions 10/04/07: : Prescription d une seule barrière Lit contre le mur 20/06/07: : sa fille accepte d ôter la contention en sa présence 09/08/07: : le mari de Mme R; et sa fille refuse le retrait de la contention même en leur présence

32 09/11/07: : prescription de 2 barrières et sangle abdo au lit et ceinture au FR Actuellement : Son mari commence à lui ôter la contention en sa présence seulement au moment du repas du soir Tentative de lui ôter la ceinture abdominale car elle est plus calme: son mari a donné son accord Fev 08: : plus de ceinture au lit mais les 2 barrières ( elle est plus calme)

33 CAS CLINIQUE N 3 Arrivée de SSR en 02/08 avec contention au FR. 2 barrières et contention ventrale si agitation sans barrières Marche avec aide / a des culottes HIPS Arrêt contention au FR en mai 08 Levée réguliére de la contention au FR Agitation nocturne en juin 08 Evaluation de la continence: est continente A ce jour, a 2 barriéres la nuit et pas de contention au FR

34 RESPONSABILITE DES SOIGNANTS Une sanction contre les soignants nécessite la démonstration d une faute devant avoir un lien avec le dommage subi Une contention doit faire l objet d une prescription médicale où sont notés les bénéfices/risques pour la PA ANAES: «.. L utilisation de la contention n est légitime qu en raison de certaines circonstances et strictement encadrée..»

Prévention des risques liés à la contention physique passive en soins de longue durée (réf 41) Chefs de projet: Dr M. Michel responsable UF

Prévention des risques liés à la contention physique passive en soins de longue durée (réf 41) Chefs de projet: Dr M. Michel responsable UF LA CONTENTION PHYSIQUE PASSIVE DU SUJET ÂGÉ : 2 EPP au CHU de Rennes Remerciements à: Docteur Michel,Aude Beaumanoir, Mme Roquais et les équipes soignantes de gériatrie du CHU de Rennes Prévention des

Plus en détail

LA CONTENTION PHYSIQUE PASSIVE DE LA PERSONNE ÂGÉ - CPPA - Cours DIU de gérontologie : le 17/11/11

LA CONTENTION PHYSIQUE PASSIVE DE LA PERSONNE ÂGÉ - CPPA - Cours DIU de gérontologie : le 17/11/11 LA CONTENTION PHYSIQUE PASSIVE DE LA PERSONNE ÂGÉ - CPPA - Cours DIU de gérontologie : le 17/11/11 PLAN DE L INTERVENTION Définition d une CPP Moyens de contention Les risques Problèmes éthiques et juridiques

Plus en détail

La contention un acte à haut risque

La contention un acte à haut risque La contention un acte à haut risque Anne-Sophie Cornet Anne-Sophie Cornet - Colloque confusion - 30 septembre 2016 A ne jamais utiliser! Anne-Sophie Cornet - Colloque confusion - 30 septembre 2016 2 Ceinture

Plus en détail

CONTENTION Législation, Ethique et Prendre Soin. Dr Bardeau Brimaud I.Gross cadre de santé S.Protin Ergothérapeute Unité.Mobile de.

CONTENTION Législation, Ethique et Prendre Soin. Dr Bardeau Brimaud I.Gross cadre de santé S.Protin Ergothérapeute Unité.Mobile de. CONTENTION Législation, Ethique et Prendre Soin Quelques chiffres 7 à 40 % selon les pays Court séjour : 7 à 17 % et 18 à 22% chez les plus de 65 ans Long séjour : 18 à 84 % Complications : 14 jours de

Plus en détail

Atelier LA GESTION DE LA CONTENTION PHYSIQUE

Atelier LA GESTION DE LA CONTENTION PHYSIQUE Hygiène, Risques et Qualité chez la Personne Agée Nîmes, 23 septembre 2008 Atelier LA GESTION DE LA CONTENTION PHYSIQUE R. Gonthier et G. Martin-Gaujard LES PERSONNES CONTENUES Les personnes âgées sont

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES DES CONTENTIONS

GUIDE DE BONNES PRATIQUES DES CONTENTIONS GUIDE DE BONNES PRATIUES DES CONTENTIONS L usage des barrières de lits médicaux Brochure destinée aux professionnels 1 La contention physique passive : une pratique à risque! La contention physique, dite

Plus en détail

Confusion ne rime pas avec contention S attacher au bien-être du patient

Confusion ne rime pas avec contention S attacher au bien-être du patient Confusion ne rime pas avec contention S attacher au bien-être du patient Plan: 1.Sondage 2.Et l éthique dans tout cela 3.Alternatives à la contention: a)prévention b)pluridisciplinaire Adaptation de l

Plus en détail

La contention: Un soin pour la sécurité du résident?

La contention: Un soin pour la sécurité du résident? La contention: Un soin pour la sécurité du résident? Nathalie de Mul Infirmière graduée, spécialisée en gériatrie et psychogériatrie pour la liaison interne aux cliniques IsosL La contention: Plan de l

Plus en détail

ACCUEIL ET PRISE EN SOINS DE LA PERSONNE ÂGÉE DÉSORIENTÉE AUX URGENCES

ACCUEIL ET PRISE EN SOINS DE LA PERSONNE ÂGÉE DÉSORIENTÉE AUX URGENCES ACCUEIL ET PRISE EN SOINS DE LA PERSONNE ÂGÉE DÉSORIENTÉE AUX URGENCES 1 Présentation par : Sandie BASTOS, Angélique BERTHELOT, Carine BLANCHARD, Philippe DEPONTAILLER, Sylvie LAMOLINE et Kévin VATTEPIN

Plus en détail

La contention physique des personnes âgées dépendantes : la pratique d un hôpital local

La contention physique des personnes âgées dépendantes : la pratique d un hôpital local La contention physique des personnes âgées dépendantes : la pratique d un hôpital local Maryvonne Manach Joseph Etienne Hôpital local de Lanmeur 8 décembre 2004 Rennes 1 L établissement de santé Etablissement

Plus en détail

PRATIQUES GERIATRIQUES

PRATIQUES GERIATRIQUES PRATIQUES GERIATRIQUES ETES-VOUS ATTACHES A LA CONTENTION? Le concept Pinel vous permet de satisfaire aux besoins de contention de tous niveaux avec un seul système. Dans la contention d urgence, le patient

Plus en détail

LES CONTENTIONS. HAS et Larousse

LES CONTENTIONS. HAS et Larousse LES CONTENTIONS La contention est un moyen thérapeutique regroupant l utilisation de tous les moyens environnementaux, physiques, techniques ou chimiques permettant de limiter les capacités de mobilisation

Plus en détail

AGITATION CONTENTION : Les bonnes pratiques

AGITATION CONTENTION : Les bonnes pratiques AGITATION CONTENTION : Les bonnes pratiques S. Crochemore, N. Pequeur, P. Sérafini, C. Lefebvre, V. Humez, V. Nardin 15 Mai 2008 Définitions Agitation : perte du contrôle (pensées et/ou actes) Démence

Plus en détail

Définition. La déambulation

Définition. La déambulation Définition est un comportement répété, prolongé et non contrôlé caractérisé par une marche et des déplacements incessants, avec ou sans but Elle expose la personne au risque de se perdre ou de sortir de

Plus en détail

La L a c o c n o t n e t n e t n i t o i n o n e n e n psychiatrie

La L a c o c n o t n e t n e t n i t o i n o n e n e n psychiatrie La contention en psychiatrie Définition: La contention Selon le Larousse: «Procédé thérapeutique permettant d immobiliser un membre, de comprimer des tissus ou de protéger un malade agité» Selon Desharens

Plus en détail

& Apaiser. contenir. L Exigence de la Qualité au service du Handicap mental. Préconisations de la commission santé

& Apaiser. contenir. L Exigence de la Qualité au service du Handicap mental. Préconisations de la commission santé & Apaiser Préconisations de la commission santé de l adapei de la loire contenir L Exigence de la Qualité au service du Handicap mental Novembre 2015 & Apaiser contenir Préconisations de la commission

Plus en détail

La contention physique

La contention physique La contention physique Dr GIMBERT 12 / 11 / 2014 Qu est-ce que c est? La contention physique, dite passive, se caractérise par l'utilisation de tous moyens, méthodes, matériels ou vêtements qui empêchent

Plus en détail

ASSISTANT DE SOINS EN GERONTOLOGIE. MODULE I : DF1 (35 h)

ASSISTANT DE SOINS EN GERONTOLOGIE. MODULE I : DF1 (35 h) INFOR SANTE ASSISTANT DE SOINS EN GERONTOLOGIE CENTRE MODULE I : DF1 (35 h) Concourir à l élaboration et à la mise en œuvre du projet individualisé dans le respect de la personne - Repérer les besoins

Plus en détail

LA CONTENTION PHYSIQUE PASSIVE DU SUJET AGE. Le 21/11/2013 Mme Etienne, AS Dr Delarue

LA CONTENTION PHYSIQUE PASSIVE DU SUJET AGE. Le 21/11/2013 Mme Etienne, AS Dr Delarue LA CONTENTION PHYSIQUE PASSIVE DU SUJET AGE Le 21/11/2013 Mme Etienne, AS Dr Delarue EPIDEMIOLOGIE DES CHUTES Prévalence des chutes chez le SA 25 % des plus de 65 ans ont déjà chuté 50 % des plus de 80

Plus en détail

CONTENTION et ISOLEMENT dans les établissements sanitaires et médico-sociaux

CONTENTION et ISOLEMENT dans les établissements sanitaires et médico-sociaux CONTENTION et ISOLEMENT dans les établissements sanitaires et médico-sociaux Grille de recueil Outil version 1, sept. 2016 Cette enquête aborde différents aspects de l'usage professionnel des mesures de

Plus en détail

La fin de vie. d une personne atteinte de maladie d Alzheimer ou apparentée

La fin de vie. d une personne atteinte de maladie d Alzheimer ou apparentée d une personne atteinte de maladie d Alzheimer ou apparentée 1 s inscrit dans la continuité de la démarche de soins auprès de la personne Elle peut être longue Elle n est pas synonyme de stade terminal

Plus en détail

Un principe. Le refus doit toujours et d abord être considéré comme un acte de liberté individuelle : la personne est sujet et non objet de soins

Un principe. Le refus doit toujours et d abord être considéré comme un acte de liberté individuelle : la personne est sujet et non objet de soins 1 Un principe Le refus doit toujours et d abord être considéré comme un acte de liberté individuelle : la personne est sujet et non objet de soins Il peut être le moyen ultime d expression de son existence

Plus en détail

Spécificité Infirmière en Psychiatrie

Spécificité Infirmière en Psychiatrie Spécificité Infirmière en Psychiatrie Compétences 1 à 6 Spécificité Infirmière en Psychiatrie Rappel législatif Référentiel de soins IDE: les textes réglementaires, les qualités de l'ide en psychiatrie

Plus en détail

Mesdames JOSSE Aurélie et SANHAMUT Nyloufar Infirmières CHU AMIENS PICARDIE. CONTENTIONS PHYSIQUES : Quel sens donner à la privation des libertés?

Mesdames JOSSE Aurélie et SANHAMUT Nyloufar Infirmières CHU AMIENS PICARDIE. CONTENTIONS PHYSIQUES : Quel sens donner à la privation des libertés? Mesdames JOSSE Aurélie et SANHAMUT Nyloufar Infirmières CHU AMIENS PICARDIE CONTENTIONS PHYSIQUES : Quel sens donner à la privation des libertés? INTRODUCTION Protéger la personne soignée fait partie du

Plus en détail

Direction des soins Recherche et Qualité des soins Contention Mesures exceptionnelles de contrainte Approche clinique, légale et éthique

Direction des soins Recherche et Qualité des soins Contention Mesures exceptionnelles de contrainte Approche clinique, légale et éthique Direction des soins Recherche et Qualité des soins Contention Mesures exceptionnelles de contrainte Approche clinique, légale et éthique Forum chutes des patients HUG 2009 Jacques Butel / Céliane Héliot

Plus en détail

Autonomie Dépendance. Fragilité. Dr D. Balieu, C.H.I. de Wasquehal, Centre de Gériatrie Le Molinel.

Autonomie Dépendance. Fragilité. Dr D. Balieu, C.H.I. de Wasquehal, Centre de Gériatrie Le Molinel. Autonomie Dépendance Fragilité Quelques définitions Autonomie = capacité à se gouverner soimême. Dépendance = impossibilité partielle ou totale d effectuer sans aide les activités de la vie quotidienne,

Plus en détail

HANDICAP ÉVOLUTIF D ACCOMPAGNEMENT EN

HANDICAP ÉVOLUTIF D ACCOMPAGNEMENT EN HANDICAP ÉVOLUTIF UNE DÉMARCHE D ACCOMPAGNEMENT EN STRUCTURE MÉDICOSOCIALE Mireille TARQUIS IDE foyer APF Monséjour Qui est cette personne? Mme Durand âgée de 62 ans, secrétaire médicale, mariée avec deux

Plus en détail

Les critères des Unité Spécifiques Alzheimer :

Les critères des Unité Spécifiques Alzheimer : Les critères des Unité Spécifiques Alzheimer : Dr Aquino Jean Pierre TABLE RONDE product 2014 Congrès National des Unités de soins d évaluation et de prise en charge Alz Tu 11 Décembre 2014 Dr Binot Ingrid

Plus en détail

UE 5.1 Promotion 2013/2016 UE 5.1 S1 Accompagnement de la personne dans la réalisation de ses soins quotidiens

UE 5.1 Promotion 2013/2016 UE 5.1 S1 Accompagnement de la personne dans la réalisation de ses soins quotidiens UE 5.1 S1 Accompagnement de la personne dans la réalisation de ses soins quotidiens SITUATION SINGULIERE Vous êtes en service de pédiatrie spécialisé en chirurgie orthopédique. Il est 19h, Cyprien, 8 ans,

Plus en détail

ETHIQUE DE LA CONTENTION

ETHIQUE DE LA CONTENTION ETHIQUE DE LA CONTENTION BENEFICES/RISQUES Madame Julie Giner, responsable CLIC Madame Marie-Emmanuelle Bellec, pilote MAIA Rappel sur la contention Différents types de contention architecturale, chimique,

Plus en détail

Le processus de deuil. Boutros Ghanem Clinical Psychologist and Psychoanalyst

Le processus de deuil. Boutros Ghanem Clinical Psychologist and Psychoanalyst Le processus de deuil PLAN Le deuil : définition. Les réactions des endeuillés Les réactions de l équipe soignante. Le processus du deuil: temps-patience-courage Les étapes du deuil: 1- Le choc 2 - La

Plus en détail

ISION GÉRONTONOMIE. Mélanie Poirier, B. Sc. inf. André Doiron, M.D.

ISION GÉRONTONOMIE. Mélanie Poirier, B. Sc. inf. André Doiron, M.D. ISION GÉRONTONOMIE Mélanie Poirier, B. Sc. inf. André Doiron, M.D. ISION GÉRONTONOMIE Vision + gériatrie + autonomie Plan Objectif de la formation Introduction Particularités de la P.A. Risques liés à

Plus en détail

Rapport annuel d activité

Rapport annuel d activité Rapport annuel d activité cadre supérieur de Santé 2007 Description du fonctionnement des EHPAD, de l organisation médico-sociale, du profil des résidents, de l évolution de la population hébergée, des

Plus en détail

Centre Hospitalier des Pays de Morlaix

Centre Hospitalier des Pays de Morlaix Centre Hospitalier des Pays de Morlaix Point sur l unité cognitivo-comportementale (UCC) de Plougonven Journée de la Société Bretonne de Gériatrie 14/10/2016 Qu est-ce qu une UCC? - Dispositif du Plan

Plus en détail

Catalogue des Formations 2012/2013

Catalogue des Formations 2012/2013 Catalogue des Formations 2012/2013 Plus de 200 formations INTER et SUR MESURE La référence formation continue du secteur médico-social, sanitaire et social. Nos modalités de formation DES FORMATIONS SUR

Plus en détail

Prise en charge paramédicale en unité EVC - EPR

Prise en charge paramédicale en unité EVC - EPR Prise en charge paramédicale en unité EVC - EPR Mme Violette FAYARD IDE Mr William GOMIS AS Clinique Korian-Canal de l ourcq Service du Docteur Albinet-Fournot NURSING 2 TRAVAIL EN BINOME 3 TOILETTE Sur

Plus en détail

Docteur DEBOFFLE. G.

Docteur DEBOFFLE. G. 1 SESSION INTER REGIONALE Les Coopérations : L Hôpital Public au cœur du mouvement. Journée du 11 janvier 2001, à l ENSP de Rennes. Docteur DEBOFFLE. G. 2 HOPITAL LOCAL : HOPITAL DE PROXIMITE Quelles Missions

Plus en détail

Le petit livret du soignant Tome 2 : Mode d emploi de la fiche pictographique d autonomie

Le petit livret du soignant Tome 2 : Mode d emploi de la fiche pictographique d autonomie PR-PVI-FT-05 Le petit livret du soignant Tome 2 : Mode d emploi de la fiche pictographique d autonomie Autonomie Fonctionnement Fonctionnement de la fiche pictographique Code couleur LAISSER FAIRE La

Plus en détail

Parcours de santé complexe, parcours du combattant?

Parcours de santé complexe, parcours du combattant? Parcours de santé complexe, parcours du combattant? Quels moyens pour prévenir les ruptures? 28 janvier 2015, cellule de coordination VISage Les différents niveaux de coordination Coordination clinique

Plus en détail

DOSSIER D ADMISSION EN LIT IDENTIFIE DE SOINS PALLIATIFS POLE DE GERONTOLOGIE CLINIQUE 3EME NORD CONDITIONS D ADMISSION (A REMPLIR IMPERATIVEMENT)

DOSSIER D ADMISSION EN LIT IDENTIFIE DE SOINS PALLIATIFS POLE DE GERONTOLOGIE CLINIQUE 3EME NORD CONDITIONS D ADMISSION (A REMPLIR IMPERATIVEMENT) DOSSIER D ADMISSION EN LIT IDENTIFIE DE SOINS PALLIATIFS POLE DE GERONTOLOGIE CLINIQUE EME NORD Médecin référent : Dr Pinganaud A adresser au : Cadre de santé : Mme Perroy Service de court séjour gériatrique

Plus en détail

Congrès du domicile 09 et 10 avril «Les services à domicile, acteurs de la prévention»

Congrès du domicile 09 et 10 avril «Les services à domicile, acteurs de la prévention» Congrès du domicile 09 et 10 avril 2015 «Les services à domicile, acteurs de la prévention» Mérignac Mme BOUFFARD-BERTRAND Directrice Générale de Vie Santé Mérignac Mme Sandra BAYLE Infirmière coordinatrice

Plus en détail

Prise en considération de la dimension psychologique du patient douloureux chronique : place de la consultation infirmière

Prise en considération de la dimension psychologique du patient douloureux chronique : place de la consultation infirmière Prise en considération de la dimension psychologique du patient douloureux chronique : place de la consultation infirmière SIDIIEF - Genève 22 MAI 2012 Dominique GILLET Caterina REGIS Pascale THIBAUT Jean-Michel

Plus en détail

PROGRAMME DETAILLE DE LA FORMATION AU DIPLOME D ETAT D ACCOMPAGNANT EDUCATIF ET SOCIAL Conforme au référentiel du Ministère des Affaires Sociales

PROGRAMME DETAILLE DE LA FORMATION AU DIPLOME D ETAT D ACCOMPAGNANT EDUCATIF ET SOCIAL Conforme au référentiel du Ministère des Affaires Sociales PROGRAMME DETAILLE DE LA FORMATION AU DIPLOME D ETAT D ACCOMPAGNANT EDUCATIF ET SOCIAL Conforme au référentiel du Ministère des Affaires Sociales Spécialité accompagnement de la vie à domicile Domaines

Plus en détail

Contention physique et chimique: Une démarche qualité auprès des professionnels de Kerpape

Contention physique et chimique: Une démarche qualité auprès des professionnels de Kerpape Contention physique et chimique: Une démarche qualité auprès des professionnels de Kerpape CONTAL Virginie, ergothérapeute 24/03/2016 Définition de la contention (selon HAS) «La contention en médecine

Plus en détail

FICHE 3 : MOBIQUAL 3.1. PRÉSENTATION DU PRODUIT

FICHE 3 : MOBIQUAL 3.1. PRÉSENTATION DU PRODUIT FICHE 3 : MOBIQUAL 3.1. PRÉSENTATION DU PRODUIT 1 MobiQual est un programme mis en œuvre pour l amélioration des pratiques professionnelles par la société Française de Gériatrie et Gérontologie (SFGG)

Plus en détail

Un enjeu de santé publique encore souvent méconnu

Un enjeu de santé publique encore souvent méconnu Un enjeu de santé publique encore souvent méconnu 12,5 millions de personnes de plus de 65 ans Une population en pleine expansion démographique Problème méconnu: alcoolisation au domicile, pas d arrêt

Plus en détail

Accompagner et Communiquer plus efficacement les patients atteints de démences de type Alzheimer Formateur :

Accompagner et Communiquer plus efficacement les patients atteints de démences de type Alzheimer Formateur : Objectifs Comprendre en quoi les démences de type modifient les perceptions et différencier les démences de type des autres démences Comprendre en quoi les démences de type peuvent altérer la communication

Plus en détail

AUTRES DIFFICULTES Difficultés visuelles : aucun trouble mal voyant non voyant Difficultés auditives : aucun trouble mal entendant surdité Difficultés

AUTRES DIFFICULTES Difficultés visuelles : aucun trouble mal voyant non voyant Difficultés auditives : aucun trouble mal entendant surdité Difficultés DOSSIER MEDICAL DE CANDIDATURE DEFICIENCES NEURO-MOTRICES Diagnostic principal. Diagnostic secondaire : Année de révélation/ Date de la dernière poussée (SEP) : Taille :.. Poids :. Médecin traitant, Adresse,

Plus en détail

Le glissement sur le siège, une problématique toujours d actualité. Par Élise Jobin erg. et coordonnatrice clinique 12 mai 2011

Le glissement sur le siège, une problématique toujours d actualité. Par Élise Jobin erg. et coordonnatrice clinique 12 mai 2011 Le glissement sur le siège, une problématique toujours d actualité Par Élise Jobin erg. et coordonnatrice clinique 12 mai 2011 Plan Définition Causes Conséquences Résolution de problèmes 1- Vérifications

Plus en détail

I Rôle infirmier en pré opératoire. ! II Rôle infirmier en post opératoire

I Rôle infirmier en pré opératoire. ! II Rôle infirmier en post opératoire LE DANS LA PREPARATION D UN SUJET ALLANT SUBIR UNE ANESTHESIE GENERALE AINSI QUE DANS LA SURVEILLANCE DU REVEIL PLAN! I Rôle infirmier en pré opératoire! II Rôle infirmier en post opératoire S. MATHURIN

Plus en détail

La vieillesse est une période inévitable et naturelle de la vie humaine durant laquelle chaque personne doit pouvoir poursuivre son épanouissement.

La vieillesse est une période inévitable et naturelle de la vie humaine durant laquelle chaque personne doit pouvoir poursuivre son épanouissement. Rue des Planchettes 35 2900 Porrentruy Suisse www.foyerlesplanchettes.ch La vieillesse est une période inévitable et naturelle de la vie humaine durant laquelle chaque personne doit pouvoir poursuivre

Plus en détail

COMPRENDRE ET LUTTER CONTRE LA DOULEUR DE CEUX QUI NE PEUVENT L EXPRIMER LES MAUX SANS LES MOTS

COMPRENDRE ET LUTTER CONTRE LA DOULEUR DE CEUX QUI NE PEUVENT L EXPRIMER LES MAUX SANS LES MOTS COMPRENDRE ET LUTTER CONTRE LA DOULEUR DE CEUX QUI NE PEUVENT L EXPRIMER LES MAUX SANS LES MOTS LES PERSONNES QUI NE PEUVENT EXPRIMER LEUR DOULEUR? Personnes IMC, handicapés physiques ou mentales. Pathologies

Plus en détail

Intégration des données probantes et contention physique: une contribution au changement des pratiques

Intégration des données probantes et contention physique: une contribution au changement des pratiques Intégration des données probantes et contention physique: une contribution au changement des pratiques 2 ème Congrès international en soins infirmiers Beyrouth Liban Lucia Alvarez Irusta Joëlle Durbecq

Plus en détail

Marie-Laure SAIVE - Ergothérapeute Equipe Mobile de Gériatrie - Hôpitaux Civils de Colmar. Juin IFSI

Marie-Laure SAIVE - Ergothérapeute Equipe Mobile de Gériatrie - Hôpitaux Civils de Colmar. Juin IFSI Marie-Laure SAIVE - Ergothérapeute Equipe Mobile de Gériatrie - Hôpitaux Civils de Colmar Juin 2015- IFSI Déformation d une partie du corps, centrée sur une ou plusieurs articulations L attitudevicieusepeutêtredueà:

Plus en détail

Catalogue des formations continues 2016

Catalogue des formations continues 2016 Vous envisagez une formation spécifique au sein de votre structure Centre Polyvalent de Formation Professionnelle «La Rouatière» Site de Perpignan 1, Rue Charles Percier 66000 Perpignan Tél : 04.68.51.15.29

Plus en détail

GERONTOLOGIE GERIATRIE 1 - GERONTOLOGIE :

GERONTOLOGIE GERIATRIE 1 - GERONTOLOGIE : GERONTOLOGIE GERIATRIE 1 - GERONTOLOGIE : 1 Quitter la vie sans déchoir 2 Médecine générale et personnes âgées 3 Particularités sémiologiques du sujet âgé 4 Le traitement des douleurs chez les vieillards

Plus en détail

ANNEXE 7 : REFERENTIEL DE FORMATION ASSISTANT DE SOINS EN GERONTOLOGIE

ANNEXE 7 : REFERENTIEL DE FORMATION ASSISTANT DE SOINS EN GERONTOLOGIE ANNEXE 7 : REFERENTIEL DE FORMATION ASSISTANT DE SOINS EN GERONTOLOGIE Cette formation est destinée aux aides-soignants, aides médico-psychologiques et auxiliaires de vie sociale en situation d emploi

Plus en détail

Aspects cliniques des mesures restrictives de liberté

Aspects cliniques des mesures restrictives de liberté Aspects cliniques des mesures restrictives de liberté Pr Koen Milisen Centrum voor Ziekenhuis- en verplegingswetenschap, K.U.Leuven et Dienst Geriatrie, UZ Leuven Définition de la contention physique méthode

Plus en détail

MISE EN PLACE D UN STAFF PLURIDISCIPLINAIRE EN HOPITAL LOCAL. Docteur Jean Paul BRIESE Ludovic de GAILLANDE Assistant Qualité

MISE EN PLACE D UN STAFF PLURIDISCIPLINAIRE EN HOPITAL LOCAL. Docteur Jean Paul BRIESE Ludovic de GAILLANDE Assistant Qualité MISE EN PLACE D UN STAFF PLURIDISCIPLINAIRE EN HOPITAL LOCAL Docteur Jean Paul BRIESE Ludovic de GAILLANDE Assistant Qualité Hôpital Local de Sartène 1 Qui sommes nous? Hôpital Local de Sartène Créé en

Plus en détail

Rapport d'activité médicale MAISON DE RETRAITE

Rapport d'activité médicale MAISON DE RETRAITE Rapport d'activité médicale MAISON DE RETRAITE ANNEE : Code d'identification RAMEHPAD de votre établissement 5 Présentation de l'établissement Médecin coordonnateur Richard FASQUELLE Nombre de lits autorisés

Plus en détail

Que faire en cas de FAUSSE ROUTE?

Que faire en cas de FAUSSE ROUTE? Que faire en cas de FAUSSE ROUTE? Fadila EL HACHIMI IDE Coordinatrice, EHPAD du Bourget Troubles de la déglutition en Neurologie 14 novembre 2016 ADEF Résidences Principes à respecter Analyser rapidement

Plus en détail

Protocole Contention

Protocole Contention Hôpital Local Intercommunal Soultz-Issenheim N : S.PT.S.043.1 Protocole Contention SERVICES DESTINATAIRES CLASSEUR 2 : CLASSEUR 3 : CLASSEUR 4 : CLASSEUR 6 : CLASSEUR 7 : SERVICE DE SOINS INFIRMIERS QUALITE

Plus en détail

Dossier d inscription En établissement d hébergement pour personnes âgées d ALSACE

Dossier d inscription En établissement d hébergement pour personnes âgées d ALSACE Dossier d inscription En établissement d hébergement pour personnes âgées d ALSACE EHPAD du QUATELBACH 4 RUE DU QUATELBACH 68 390 Sausheim Tél 03 89 36 94 40 Fax 03 89 36 05 98 Courriel : secretariat@ehpad-quatelbach.fr

Plus en détail

Centre Hospitalier du Mans

Centre Hospitalier du Mans Centre Hospitalier du Mans Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : l offre de soins gériatriques du Centre Hospitalier du Mans PROFESSIONNELS DE SANTE Centre Hospitalier du Mans O ff r e de soins

Plus en détail

Les conseils de bonnes pratiques dispensées aux stagiaires sont extraits des recommandations de l HAS.

Les conseils de bonnes pratiques dispensées aux stagiaires sont extraits des recommandations de l HAS. Objectif Comprendre ce que l on entend par «Culture gérontologique»? Savoir la définir Maîtriser le cadre de l'intervention médico-sociale en gérontologie: légitimité éthique et déontologie Identifier

Plus en détail

LA DEMARCHE DE SOINS (cours 4) 1 CAS

LA DEMARCHE DE SOINS (cours 4) 1 CAS 15.01.09 Mme Chiavarino Soins Infirmiers II LA DEMARCHE DE SOINS (cours 4) -néglige ses soins d hygiène 1 CAS Les besoins fondamentaux explorés Besoins fondamentaux Manifestations d indépendance Manifestations

Plus en détail

LES ESCARRES EN USLD ET EN EHPAD. Christine JOUSSELIN IDE EMPC DU CHU DE BORDEAUX

LES ESCARRES EN USLD ET EN EHPAD. Christine JOUSSELIN IDE EMPC DU CHU DE BORDEAUX LES ESCARRES EN USLD ET EN EHPAD Christine JOUSSELIN IDE EMPC DU CHU DE BORDEAUX USLD ET EHPAD : DEFINITIONS! Unités de Soins de Longue Durée (USLD) «Etablissements qui accueillent et prennent en charge

Plus en détail

2, Boulevard du 19 Mars 1962 BP GONESSE CEDEX

2, Boulevard du 19 Mars 1962 BP GONESSE CEDEX Formation d Aide Soignant La rentrée a lieu la première semaine du mois de septembre. La durée de la formation est de 41 semaines soit 1435 heures d enseignement théorique et clinique en institut de formation

Plus en détail

MAS «La Forêt» Maison d Accueil Spécialisée

MAS «La Forêt» Maison d Accueil Spécialisée MAS «La Forêt» Maison d Accueil Spécialisée Version 1-13/07/2012 1/18 Volet DOSSIER ADMINISTRATIF ET SOCIAL Renseignements administratifs Fiche d état civil Nom(s) : Prénoms : Sexe : F/M (barré la mention

Plus en détail

La crise d agitation aiguë. La crise d agitation aiguë

La crise d agitation aiguë. La crise d agitation aiguë 1 La définition Trouble du comportement psychomoteur d apparition brutale caractérisé par une hyperactivité verbale, vocale ou motrice inappropriée associée à une perte de contrôle des actes, de la parole,

Plus en détail

Unité d Hébergement Renforcée Cahier des charges DGAS relatif aux UHR

Unité d Hébergement Renforcée Cahier des charges DGAS relatif aux UHR Unité d Hébergement Renforcée Cahier des charges DGAS relatif aux UHR Population concernée Critères d admission et de réorientation Projets de l UHR Le personnel de l UHR Architecture UHR Dieppe 1 Unité

Plus en détail

discernement que si des mesures moins rigoureuses ont échoué ou apparaissent a priori insuffisantes et que cette restriction vise:

discernement que si des mesures moins rigoureuses ont échoué ou apparaissent a priori insuffisantes et que cette restriction vise: Service de la santé publique et Service des assurances sociales et de l hébergement CIVESS Coordination interservices des visites en établissements sanitaires et sociaux Version de septembre 2016 Mesures

Plus en détail

REGLEMENTATION LITS MEDICAUX 2017

REGLEMENTATION LITS MEDICAUX 2017 REGLEMENTATION LITS MEDICAUX 2017 Situation / Projet nouvelles exigences nomenclature et tarifs LPPr Titre 1, Chapitre 2, section 1, sous-section 1 Lits et accessoires prévu par l art. L165 du code de

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE Madame, Monsieur, En accord avec votre médecin traitant, vous avez souhaiter bénéficier des soins que propose l équipe soignante du

Plus en détail

Initié par le constat des professionnels de l absence de protocole de prévention et de prise en charge des escarres. traitement des escarres

Initié par le constat des professionnels de l absence de protocole de prévention et de prise en charge des escarres. traitement des escarres Travail réalisé depuis 2010 au sein d un groupe pluridisciplinaire: aides soignantes, IDE, ergothérapeute, cadres de santé, directeur des soins, médecins Initié par le constat des professionnels de l absence

Plus en détail

Diplôme professionnel aide-soignant Référentiel d activités

Diplôme professionnel aide-soignant Référentiel d activités Annexe IV à l arrêté du 25 janvier 2005 relatif aux modalités d organisation de la validation des acquis de l expérience pour l obtention du diplôme professionnel d aide-soignant Diplôme professionnel

Plus en détail

Prise en charge psychologique du patient blessé médullaire en clinique de réadaptation

Prise en charge psychologique du patient blessé médullaire en clinique de réadaptation Prise en charge psychologique du patient blessé médullaire en clinique de réadaptation Stéphanie Granges Cordonier Psychologue spécialiste en psychothérapie FSP Sion, janvier 2017 Les deux activités principales

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS CONTINUES 2017

CATALOGUE DE FORMATIONS CONTINUES 2017 CATALOGUE DE FORMATIONS CONTINUES 2017 SOIN ET AIDE À LA PERSONNE EN STRUCTURE ET/OU À DOMICILE 111, avenue du 8 mai 1945-07300 TOURNON-SUR-RHONE Tél. : 04 75 07 14 50 - Fax : 04 75 07 26 27 E-mail : vivarais@cneap.fr

Plus en détail

Evaluation des pratiques professionnelles gériatriques à l hôpital

Evaluation des pratiques professionnelles gériatriques à l hôpital Evaluation des pratiques professionnelles gériatriques à l hôpital Yves Wolmark Service de gériatrie Hôpital Bretonneau Paris 6èmes journées de formation et d échanges Lyon 25 septembre 2007 spécificités

Plus en détail

Le refus de l animation GROUPEMENT DE COOPERATION SANITAIRE AMPLITUDE

Le refus de l animation GROUPEMENT DE COOPERATION SANITAIRE AMPLITUDE Le refus de l animation GROUPEMENT DE COOPERATION SANITAIRE AMPLITUDE Quelques données 28% des PA en EHPAD participent régulièrement 35% n y participent jamais 50% des personnes dépendantes n y participent

Plus en détail

DANGEROSITE EN PSYCHIATRIE RISQUE DE VIOLENCE

DANGEROSITE EN PSYCHIATRIE RISQUE DE VIOLENCE DANGEROSITE EN PSYCHIATRIE RISQUE DE VIOLENCE PLAN DEFINITIONS : Dangerosité, violence, agressivité et agression DIAGNOSTICS IDE : violence envers soi et autrui DONNEES EPIDEMIOLOGIQUES FACTEURS DETERMINANTS

Plus en détail

L hôpital, un acteur pour le bien être?

L hôpital, un acteur pour le bien être? L hôpital, un acteur pour le bien être? «en perte d autonomie» Louvain, 27/03/2014 Marie de Saint Hubert gériatre Dias et travail réalisés avec le soutien de l équipe interdisciplinaire de gériatrie :

Plus en détail

La personne âgée: vieillissement, désadaptation psychomotrice et prise en charge fonctionnelle

La personne âgée: vieillissement, désadaptation psychomotrice et prise en charge fonctionnelle La personne âgée: vieillissement, désadaptation psychomotrice et prise en charge fonctionnelle Les stratégies d'équilibration Stratégies de chevilles. Stratégie de hanches. Utilisation des membres supérieurs.

Plus en détail

Motivation au changement du patient pour avoir une communication et des objectifs adaptés au patient

Motivation au changement du patient pour avoir une communication et des objectifs adaptés au patient CONTENU DES GROUPES D ENSEIGNEMENT FACULTAIRE (Document élaboré à partir de l article : Attali C, Huez J-F, Valette T & Lehr-Drylewicz. Les grandes familles de situations cliniques. Exercer 2013 24, 165

Plus en détail

Soutenu par la. - Novembre Guide éthique. «Quand sécurité et liberté d aller et venir s opposent en EHPAD»

Soutenu par la. - Novembre Guide éthique. «Quand sécurité et liberté d aller et venir s opposent en EHPAD» - Novembre 2016 - Soutenu par la Guide éthique «Quand sécurité et liberté d aller et venir s opposent en EHPAD» Ce guide est né d une réflexion commune menée de 2014 à 2016, issue d un groupe de travail

Plus en détail

ANNEXE II RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

ANNEXE II RÉFÉRENTIEL DE FORMATION ANNEXE II RÉFÉRENTIEL DE FORMATION Le référentiel de formation décrit, de façon organisée, les savoir-faire et les connaissances associées qui doivent être acquis au cours de la formation conduisant au

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL D ACTIVITE MEDICALE DE L EHPAD : situation au 31 décembre

RAPPORT ANNUEL D ACTIVITE MEDICALE DE L EHPAD : situation au 31 décembre RAPPORT ANNUEL D ACTIVITE MEDICALE DE L EHPAD : situation au 31 décembre Année concernée par le rapport : Médecin coordonnateur : ATTENTION : PRECISER «0» ou «ND» car tout champ vide est analysé comme

Plus en détail

Anne Lahaye. Psychologue Logopède Cliniques Universitaires de Mont-Godinne

Anne Lahaye. Psychologue Logopède Cliniques Universitaires de Mont-Godinne Anne Lahaye Psychologue Logopède Cliniques Universitaires de Mont-Godinne Le soignant a en propre un vécu personnel, une histoire, des difficultés ainsi qu une conception du soin et de ses missions, mais

Plus en détail

École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL

École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL Troubles psychocomportementaux et SEP Une intrication complexe entre: Des phénomènes neuropsychobiologiques (troubles cognitifs

Plus en détail

Pôle d Activités et de Soins Adaptés pour personnes âgées souffrant de maladie de type Alzheimer accompagnée de troubles du comportement

Pôle d Activités et de Soins Adaptés pour personnes âgées souffrant de maladie de type Alzheimer accompagnée de troubles du comportement i Pôle d Activités et de Soins Adaptés pour personnes âgées souffrant de maladie de type Alzheimer accompagnée de troubles du comportement Médecin coordonnateur La Fontaine Médicis Gouvieux Pourquoi? Les

Plus en détail

CHANTIER D INSERTION PREQUALIFIANT AUX METIERS DES SERVICES A LA PERSONNE 2011 EHPAD SIVOM LA ROUVIERE

CHANTIER D INSERTION PREQUALIFIANT AUX METIERS DES SERVICES A LA PERSONNE 2011 EHPAD SIVOM LA ROUVIERE CHANTIER D INSERTION PREQUALIFIANT AUX METIERS DES SERVICES A LA PERSONNE 2011 EHPAD SIVOM LA ROUVIERE Présentation des fiches de poste 1. Animateur de personnes âgées... page 2 2. Agent social... page

Plus en détail

RETOUR À DOMICILE. Le rôle de l aide soignante

RETOUR À DOMICILE. Le rôle de l aide soignante RETOUR À DOMICILE Le rôle de l aide soignante Quels enjeux autour du retour à domicile selon vous? Quel est le rôle de l aide soignante? Remue-méninges de 15 min environs en 2 sous-groupes. LE RAD: UNE

Plus en détail

à domicile La démarche

à domicile La démarche à domicile La démarche 1 Pourquoi un tel outil? La qualité du ʺprendre soinʺ (care) et la qualité des soins sont indissociables Les personnels sont soumis à de grandes difficultés dans leur exercice quotidien

Plus en détail

Risque d infection associée aux soins et prévention chez le patient gériatrique

Risque d infection associée aux soins et prévention chez le patient gériatrique Risque d infection associée aux soins et prévention chez le patient gériatrique Dr M-C LAURAIN Praticien Hospitalier 17 juin 2016 I -Données démographiques Il y a de plus en plus de personnes âgées Année

Plus en détail

Chaque année de nombreuses familles se trouvent confrontées à la douloureuse situation de voir un de leurs proches tomber dans le coma.

Chaque année de nombreuses familles se trouvent confrontées à la douloureuse situation de voir un de leurs proches tomber dans le coma. Chaque année de nombreuses familles se trouvent confrontées à la douloureuse situation de voir un de leurs proches tomber dans le coma. Le coma peut survenir à la suite d'une maladie ou d'un accident (de

Plus en détail

LA RÉÉDUCATION POSTURO-MOTRICE CHEZ LE SUJET ÂGÉ: UN TRAVAIL D ÉQUIPE

LA RÉÉDUCATION POSTURO-MOTRICE CHEZ LE SUJET ÂGÉ: UN TRAVAIL D ÉQUIPE LA RÉÉDUCATION POSTURO-MOTRICE CHEZ LE SUJET ÂGÉ: UN TRAVAIL D ÉQUIPE France Mourey Université de Bourgogne POURQUOI UNE SPÉCIFICITÉ GÉRIATRIQUE DANS LES GESTES? Fragilité psychomotrice: diminution des

Plus en détail

HOPITAL DE JOUR SOINS DE SUPPORT Pour quels patients vulnérables?

HOPITAL DE JOUR SOINS DE SUPPORT Pour quels patients vulnérables? HOPITAL DE JOUR SOINS DE SUPPORT Pour quels patients vulnérables? Dr Anne FOGLIARINI Médecin algologue et Soins palliatifs Centre Antoine Lacassagne - NICE 28 novembre 2014 Je déclare n avoir aucun lien

Plus en détail

INTERVENTION PEDAGOGIQUE DU 5/03/2015. Spécificités en soins palliatifs par profession

INTERVENTION PEDAGOGIQUE DU 5/03/2015. Spécificités en soins palliatifs par profession 1 INTERVENTION PEDAGOGIQUE DU 5/03/2015 Spécificités en soins palliatifs par profession OBJECTIFS : Appréhender la spécificité en fonction de l exercice professionnel et le lieu (en Institution, en EMSP,

Plus en détail

Problèmes spécifiques des malades jeunes atteints de pathologies neurodégénératives

Problèmes spécifiques des malades jeunes atteints de pathologies neurodégénératives Problèmes spécifiques des malades jeunes atteints de pathologies neurodégénératives Valérie CERASE IMA (Institut de la Maladie d Alzheimer) éléments de contexte épidémiologie peu connue 8000 ALD 15 32000

Plus en détail