Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin"

Transcription

1 Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin Version 2008 MANUEL D'ORGANISATION Objectifs, rôle des partenaires & procédures Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin : guide du technicien - Version 2008 Organisation - 1/14

2 SOMMAIRE Chapitre 1 : Présentation générale du Code Mutuel des Bonnes Pratiques en Elevage Caprin Page 3 1. Porteur de la démarche 3 2. Objectifs 3 3. Cible concernée et contenu du Code Mutuel 3 4. Modalités d'adhésion 4 5. Référence au Code Mutuel, droits d'exploitation du concept communication 4 Chapitre 2 : Le dispositif 6 1. Les acteurs 6 2. Les interventions en élevages et les niveaux d'adhésion 8 3. Tableau de bord 11 Chapitre 3 : Positionnement du Code Mutuel par rapport aux autres démarches 12 Chapitre 4 : Les documents de procédure 14 Annexe 1 : Schémas du dispositif Annexe 2 : Documents de procédure Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin : guide du technicien - Version 2008 Organisation - 2/14

3 Chapitre 1 : Présentation générale du Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin 1. Porteur de la démarche Le Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin est une démarche interprofessionnelle. Les initiateurs en sont les trois familles de l interprofession nationale caprine (ANICAP), à savoir la Fédération Nationale des Eleveurs de Chèvres (FNEC), la Fédération Nationale de l'industrie Laitière (FNIL) et la Fédération Nationale des Coopératives Laitières (FNCL). Il est porté par et propriété de l ANICAP et s appuie sur un accord interprofessionnel relatif aux bonnes pratiques d élevage dans le secteur caprin, signé le 21 mai Objectifs Le Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin définit les conditions de production que les éleveurs de chèvres doivent respecter dans tous les cas, ainsi que les engagements des collecteurs. Il porte sur une obligation de moyens et de résultats : l adhésion au Code Mutuel est le moyen pour les éleveurs de faire valoir leur savoir-faire professionnel en toute transparence. Il constitue également une démarche de développement qui participe au renforcement de la traçabilité. Les objectifs recherchés par la mise en place de cette démarche sont : respecter les systèmes actuels de production de lait de chèvre et se préserver de pratiques extrêmes pouvant être préjudiciables à l ensemble du secteur caprin, préserver les élevages en place et améliorer les conditions de travail des éleveurs, à terme, être en mesure d afficher, vis-à-vis du grand public, des pratiques transparentes communes à une majorité d éleveurs de chèvres et répondre aux exigences d information des consommateurs qui sont de plus en plus sensibles aux conditions d élevage, à l environnement et au bien être animal. 3. Cible concernée et contenu du Code Mutuel Le Code Mutuel concerne tous les producteurs de lait de chèvre, qu ils soient en exploitations fermières ou livreurs à une laiterie, et les collecteurs, qu ils soient privés ou coopératifs. Dans sa version 2008, il concerne également les engraisseurs de chevreaux. Il s applique en premier lieu aux producteurs en installation et aux modernisations. A terme, c est-à-dire dans un délai de cinq ans, tous les producteurs français devraient être concernés par ces pratiques. Les chartes qualités des opérateurs de la filière devront rester en cohérence avec ce Code Mutuel et ne seront pour cela applicables que si elles sont portées à la connaissance de l ANICAP. Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin : guide du technicien - Version 2008 Organisation - 3/14

4 Le Code Mutuel couvre 10 domaines : généralités, identification des caprins, qualification sanitaire, gestion sanitaire des caprins, alimentation, production laitière, reproduction, hygiène et bien-être des animaux, environnement et accès à la chèvrerie, élevage des jeunes. Le référentiel de la version 2008 intègre les exigences du Paquet Hygiène. 4. Modalités d adhésion L adhésion au Code Mutuel repose sur les étapes suivantes : auto-évaluation par l éleveur, notification à une structure-relais (structures économiques ou de développement) et prise de rendez-vous avec un technicien agréé, c est-à-dire formé à cet effet, visite de validation par un technicien agréé qui se conclut par une adhésion si l éleveur le souhaite, définition d un plan de progrès avec appui technique, visite de validation pour le maintien de l adhésion au maximum tous les 3 ans. 5. Référence au Code Mutuel, droits d exploitation du concept, communication Le Code Mutuel est une démarche initiée par et sous la responsabilité de l ANICAP. L ANICAP s appuie sur un Comité de pilotage national (Conseil d administration de l ANICAP) et des Comités de pilotage régionaux (CRIEL) pour toutes décisions relatives à la gestion du dispositif et de son évolution. L ANICAP délègue, exclusivement aux comités régionaux identifiés, les droits d exploitation du Code Mutuel pour tous les aspects relatifs aux contacts avec les éleveurs qui s engagent, et à la formation des techniciens. L ANICAP se réserve un droit de regard sur tous les projets de communication relatifs au Code Mutuel. La communication à destination des éleveurs est placée sous la responsabilité des comités de pilotage régionaux, avec possibilité de contrôle a posteriori par l ANICAP. Nul ne peut se référer à ou revendiquer une appartenance ou un quelconque droit d exploitation du Code Mutuel sans un accord formel de l ANICAP. Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin : guide du technicien - Version 2008 Organisation - 4/14

5 Cf. schémas du dispositif en annexe 1 1. Les acteurs Au niveau national : Chapitre 2 : Le dispositif Conseil d Administration de l ANICAP : Comité de pilotage national de la démarche Ce comité est le seul habilité à : prendre toutes les décisions relatives à la structure, l organisation et aux modalités d adhésion au Code Mutuel, assurer la communication institutionnelle externe relative au Code Mutuel et, de manière générale, valider tout type de communication sur le Code Mutuel, jouer le rôle d instance d arbitrage pour tout litige relatif au Code Mutuel, solliciter l avis d experts extérieurs lorsqu il le juge nécessaire. Il peut solliciter l avis des comités de pilotage régionaux. Il confie, lorsqu il le juge utile, l analyse d un certain nombre de questions relatives à l organisation et au fonctionnement du Code Mutuel à un Comité technique. Il a pour mission : la diffusion des informations nécessaires au fonctionnement du Code Mutuel auprès des acteurs concernés (modalités d adhésion, guide du technicien, formations des techniciens ), la gestion des informations relatives au suivi des adhésions au Code Mutuel (tableau de bord), la communication interne ; l organisation, la mise en œuvre et la surveillance de la communication externe. Comité technique national Il est constitué de représentants du comité de pilotage et de représentants des différents partenaires à vocation technique. Il est chargé d élaborer des propositions relatives à l organisation, au contenu et au fonctionnement du Code Mutuel pour les soumettre au comité de pilotage. Il est chargé de la mise en place des formations de techniciens à la demande des Comités de pilotage régionaux. Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin : guide du technicien - Version 2008 Organisation - 5/14

6 Son animation a été confiée à l Institut de l Elevage. Au niveau régional Comité de pilotage régional Cette fonction est assurée par le CRIEL caprin. Ce comité veille au respect des décisions nationales relatives à la mise en œuvre du Code Mutuel. Il devra également définir une procédure en cas de litige et la communiquer au Comité de Pilotage National. Le comité de pilotage régional peut s appuyer contractuellement sur un Maître d œuvre régional (GIE) au plan opérationnel. Il peut solliciter l avis d experts extérieurs lorsqu il le juge nécessaire. Lorsque le CRIEL n a pas de fonction caprine, c est alors l ANICAP qui contractualise avec le Maître d œuvre régional. Le GIE peut déléguer la maîtrise d ouvrage à une structure volontaire. Le comité de pilotage régional délivre les agréments aux techniciens, recueille les demandes d engagement des structures-relais, notifie aux éleveurs leur adhésion effective et transmet au GIE les données nécessaires à la tenue de la base de données. Maître d œuvre régional (GIE) Le Maître d œuvre régional applique les orientations retenues et assure notamment les activités suivantes : gestion des agréments et du suivi des structures-relais, gestion des agréments des techniciens, formation (c est-à-dire prise en charge financière de la logistique et organisation matérielle) et suivi des techniciens, diffusion du guide du technicien, gestion des informations relatives au Code Mutuel à l attention des structures relais et des éleveurs, promotion du Code Mutuel auprès des éleveurs et des techniciens (communication régionale, actions techniques, formations, appuis ), gestion régionale du tableau de bord de suivi des adhésions, gestion des visites de maintien (alerte des structures notamment), évaluation régionale qualitative et quantitative de la démarche. Les structures-relais La structure-relais (EDE, Chambre d'agriculture, laiterie, GDS, syndicat agricole, Contrôle laitier ) est chargée d intervenir en élevage caprin pour accompagner les éleveurs qui s engagent dans le Code Mutuel et réaliser avec l évaluation des pratiques en vue de leur adhésion ou du maintien périodique de leur adhésion. Les structures-relais s engagent contractuellement auprès du comité de pilotage régional à assurer les missions et activités suivantes : formation et suivi de leurs techniciens, participation aux réunions organisées par le Maître d œuvre, appui, suivi des éleveurs au-delà des visites de validation, contribution au tableau de bord, par la fourniture d'un double des visites d évaluation au Comité de pilotage régional (CRIEL) qui le retransmet, après enregistrement, au GIE pour mise à jour du tableau de bord, (1 fois par mois), fourniture au Maître d œuvre d éléments pour les évaluations qualitatives et quantitatives. Les techniciens de ces structures, pour intervenir, doivent être agréés. Leur agrément est conditionné au suivi d une formation organisée par le Maître d œuvre régional ou directement par le niveau Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin : guide du technicien - Version 2008 Organisation - 6/14

7 national. En cas de nouvelle version du Code Mutuel, des sessions de formation seront programmées. Les techniciens devront y participer pour conserver leur agrément. 2. Les interventions en élevage et les niveaux d'adhésion Il convient de distinguer deux aspects dans le suivi des éleveurs : l accompagnement technique, les visites de validation et de maintien. L accompagnement technique Il vise à permettre à un éleveur, qui constate certaines insuffisances lors de la visite de validation (visite initiale ou visite de maintien), de remédier à ces insuffisances en bénéficiant d un appui technique approprié. Les collecteurs s engagent en effet, au-delà de promouvoir ce Code Mutuel auprès de leurs fournisseurs de lait, à accompagner leurs engagements progressifs dans la démarche. Le Maître d œuvre régional doit veiller à ce qu un accompagnement soit proposé aux éleveurs qui le souhaitent. Le suivi technique est initié à la suite d une visite de validation ou de maintien, sur demande de l éleveur et/ou proposition du technicien. Les visites de validation et de maintien Objet Au cours des visites de validation, le technicien conduit une analyse, en partenariat avec l éleveur, sur la situation de ce dernier vis-à-vis des différentes rubriques du Code Mutuel, en vue de son adhésion ou du maintien de cette adhésion. Ces visites ont un double objectif pour l éleveur : lui permettre de s assurer qu il respecte les points du référentiel et, dans le cas d un renouvellement d adhésion, qu il a bien honoré les engagements d amélioration de certaines pratiques, déterminer avec le technicien un plan de progrès et des échéances de réalisation. Ces visites ont un double objectif pour le technicien : évaluer si l adhésion au Code Mutuel est ou reste possible, et donc identifier si toutes les rubriques sont validables (cf. Guide Technicien), accompagner l éleveur dans une démarche de progrès, en identifiant avec lui sa situation, ses marges de progrès et ce à quoi il s engage. Lorsqu il adhère au Code Mutuel, l éleveur s engage à mettre en œuvre les moyens nécessaires pour atteindre l objectif, selon un calendrier établi avec le technicien. Il accepte d autre part tout contrôle éventuel par un organisme agréé par l Interprofession et s engage à mettre en œuvre les éventuelles mesures correctives découlant de ce contrôle. Modalités La visite de validation initiale est effectuée à la demande de l éleveur qui, après avoir réalisé l autoévaluation de ses pratiques, notifie à une structure relais sa volonté d adhérer. Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin : guide du technicien - Version 2008 Organisation - 7/14

8 Pour permettre un bon fonctionnement de la démarche, et afin que les responsabilités de chacun soient clairement définies, il est convenu qu après notification par l éleveur, la structure dispose d un délai d un mois pour prendre contact avec l éleveur, afin d organiser une visite de validation dans un délai de 6 mois maximum. En cas de force majeure, si la structure ne peut faire face à cette obligation de délai, elle devra en avertir l éleveur et le Maître d œuvre régional. Evolution du niveau d'adhésion de l éleveur Dans tous les cas de figure, l adhésion de l éleveur est concrétisée par la signature d un contrat par l éleveur l engageant à respecter le Code Mutuel et à mettre en œuvre le plan de progrès défini. Le Comité de pilotage régional confirme cette adhésion par l envoi d un courrier, après avoir été informé par la structure relais. Sur la grille d évaluation, le nombre de points pour chaque situation est indiqué (non validable, situation intermédiaire, objectif atteint). Ces «scores» seront un indicateur pour mesurer l évolution des pratiques lors de la visite de maintien. La visite de maintien est à l initiative de la structure-relais qui a la responsabilité du respect de la périodicité des visites de suivi, qui doivent être effectuées au maximum tous les 3 ans. Elle informe l éleveur de la date de visite de suivi au moins deux mois à l avance, afin de lui laisser le temps de renseigner une nouvelle grille d évaluation. Ce délai est nécessaire, en particulier si la grille d évaluation a été modifiée depuis la visite précédente, pour tenir compte des évolutions du Code Mutuel. Lors de cette visite de maintien, le technicien évalue les pratiques de l éleveur, en regard du référentiel en place. Si le référentiel n a pas évolué depuis la visite précédente et que le nombre de points en situation non validable a augmenté, le comité de pilotage régional examinera la situation et pourra éventuellement adresser un courrier à l éleveur pour lui demander d améliorer ses pratiques. Si le référentiel a évolué, il conviendra de s assurer que les pratiques se sont améliorées pour les points du référentiel précédent. L ensemble des informations est transmis au Maître d œuvre régional pour mise à jour du tableau de bord. Abandon de la démarche : un éleveur qui souhaite se retirer de la démarche doit en avertir le Comité de pilotage régional par lettre recommandée. Le Comité de pilotage prend acte de la décision de l éleveur par courrier, et transmet l information à la structure-relais ainsi qu'au Maître d œuvre régional pour mise à jour du tableau de bord. 3. Tableau de bord Le tableau de bord national désigne un ensemble d indicateurs élaborés pour suivre l avancement du Code Mutuel. Ces indicateurs sont transmis au niveau national pour l élaboration par une saisie informatique via un Intranet sécurisé de la base de données nationale. Ce tableau de bord constitue une base objective, nécessaire à la communication interne et externe sur le Code Mutuel. Au préalable, l ANICAP se charge de saisir les noms des techniciens formés et des structures-relais qui ont signé une convention d engagement, qui doivent lui être transmis par les Criels caprins. Chaque Maître d œuvre gère la collecte et l organisation des informations relatives au Code Mutuel, et en assure la saisie dans la base de données nationale (tableau de bord). Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin : guide du technicien - Version 2008 Organisation - 8/14

9 Chaque région (GIE) peut ensuite extraire les traitements statistiques souhaités parmi ceux prévus. Elle seule a accès aux informations nominatives. Les structures-relais envoient une fois par mois les doubles des grilles d'évaluation au Comité de pilotage régional qui les transmet au Maître d œuvre régional pour qu'il assure la saisie des informations dans un délai d un mois. Les informations qui nécessitent un envoi par courrier à l ANICAP (agrément des techniciens et des structures-relais notamment) sont transmises dans les mêmes délais. Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin : guide du technicien - Version 2008 Organisation - 9/14

10 Chapitre 3 : Positionnement du Code Mutuel par rapport aux autres démarches. Le Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin définit les conditions de production que tous les éleveurs de chèvres se doivent de respecter. Il constitue de ce fait un socle technique de base commun à l ensemble des éleveurs de chèvres et doit naturellement s inscrire comme premier maillon des différentes démarches intégrant un cahier des charges au stade élevage. De telles démarches, de type similaire à celle portée par le Code Mutuel, peuvent exister au sein d entreprises privées, ou dans d autres cadres (régions, signes officiels de qualité ). Elles visent, pour la plupart, une valorisation différentielle des produits qui en sont issus, ce qui n est pas le cas du Code Mutuel. Pour autant, dans un souci d efficacité et pour éviter la multiplication des visites chez les éleveurs sur des sujets très proches, il était important de prévoir une procédure d équivalence entre ces démarches et le Code Mutuel. Cette procédure d équivalence se déroule en quatre étapes : Etape 1 : le porteur de démarche spécifique demande par courrier adressé à l ANICAP une équivalence avec le Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin. Il joint à sa demande : la grille de validation et le référentiel de sa démarche, les modalités d engagement, de validation et d accompagnement des éleveurs (nombre de visites, fréquence, ), les documents techniques qui permettent d effectuer la visite de validation (type «guide du technicien»). Le Comité de Pilotage Régional (CRIEL) est informé de la demande et des suites qui lui sont données. Etape 2 : le comité technique national examine la demande après étude du dossier par l Institut de l Elevage et émet un avis sur l équivalence. La structure demandeuse doit s engager comme structurerelais dans la démarche Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin. Pour bénéficier de l équivalence, la démarche doit : être volontaire pour l éleveur, s appuyer sur des validations effectuées par un technicien formé c est-à-dire ayant suivi une formation Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin, faire apparaître clairement les points qui relèvent de la démarche spécifique et ceux qui relèvent du Code Mutuel en Elevage Caprin, prévoir la remontée des données nécessaires pour l établissement du tableau de bord (base de données permettant le suivi et le pilotage du Code Mutuel). L éleveur signe un document unique mais doit savoir explicitement que cette signature l engage dans deux démarches distinctes : le Code Mutuel et la démarche spécifique. Etape 3 : l ANICAP, sur avis du comité technique national, délivre l équivalence ou non. La réponse est indiquée à la structure demandeuse dans un délai de 4 mois. Cette réponse peut être : la délivrance de l équivalence, la notification des points empêchant l équivalence. La structure peut alors faire évoluer sa démarche et proposer à nouveau son dossier à l ANICAP. Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin : guide du technicien - Version 2008 Organisation - 10/14

11 Etape 4 : la structure ayant acquis l équivalence doit : respecter, en tant que structure-relais, les engagements définis par le dispositif (formation des techniciens et fourniture des données nécessaires à l établissement et à la mise à jour du tableau de bord notamment), signaler à l ANICAP toute évolution de sa démarche, afin que l ANICAP puisse s assurer que l équivalence reste valable, intégrer les évolutions du Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin, en concertation avec l ANICAP, informer les éleveurs de l articulation entre les démarches, en faisant signer la double adhésion (démarche spécifique et Code Mutuel en Elevage Caprin). Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin : guide du technicien - Version 2008 Organisation - 11/14

12 Chapitre 4 : Les documents de procédure Le dispositif précisé ci-dessus s appuie sur des relations multiples entre partenaires. Afin de structurer ces relations, des documents de procédures ont été créés qui serviront de support aux différentes étapes. Référence Nature Emetteur Récepteur Copie DP Délégation de maîtrise d œuvre CRIEL caprin GIE ANICAP DP Délégation de maîtrise d œuvre ANICAP GIE (en cas d absence de Criel caprin) DP DP DP Transmission de la liste des techniciens formés Convention d engagement d une structure relais Attestation de formation et d agrément de technicien GIE CRIEL caprin ou par défaut, ANICAP Structure relais CRIEL caprin ou par défaut, ANICAP CRIEL caprin ou par défaut, ANICAP DP Confirmation d adhésion CRIEL ou par défaut, ANICAP Structure relais Eleveur DP Liste des élevages à visiter GIE Structure relais (maintien) DP Annonce de la visite de maintien Structure relais Eleveur DP Attribution d une équivalence ANICAP Structure porteuse de la démarche DP Refus argumenté d une équivalence ANICAP * Convention d échange de données ONILAIT GIE Ces documents (à l exception de *) sont présentés en annexe 2. Structure porteuse de la démarche ANICAP ANICAP et GIE CRIEL caprin CRIEL caprin * Ce document sera mis en place entre chaque GIE et l Office de l Elevage pour disposer des droits d accès à la base de données nationale (tableau de bord) afin de saisir les informations et d extraire les traitements statistiques prévus. Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin : guide du technicien - Version 2008 Organisation - 12/14

13 ANNEXE 1 : Schémas du dispositif 3 Délégation de Maîtrise d'œuvre 3 Engagement des Structures-relais 3 Agrément d'un technicien 3 Procédure d'adhésion 3 Visite de maintien 3 Gestion des équivalences Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin : guide du technicien - Version 2008

14 ANNEXE 2 : Documents de procédure 3 DP Délégation de maîtrise d œuvre 3 DP Délégation de maîtrise d œuvre 3 DP Transmission de la liste des techniciens formés 3 DP Convention d engagement d une structure-relais 3 DP Attestation de formation et d agrément de technicien 3 DP Confirmation d adhésion 3 DP Liste des élevages à visiter (maintien) 3 DP Annonce de la visite de maintien 3 DP Attribution d une équivalence 3 DP Refus argumenté d une équivalence Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin : guide du technicien - Version 2008

Du Code Mutuel de Bonnes Pratiques à la démarche RSE de la filière caprine. Capr Inov 27 Novembre 2014 - Niort

Du Code Mutuel de Bonnes Pratiques à la démarche RSE de la filière caprine. Capr Inov 27 Novembre 2014 - Niort Du Code Mutuel de Bonnes Pratiques à la démarche RSE de la filière caprine Capr Inov 27 Novembre 2014 - Niort Du Code Mutuel de Bonnes Pratiques à la démarche RSE de la filière caprine Le Code Mutuel de

Plus en détail

REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME

REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME Version du 17/04/2014 Approuvée par le comité de pilotage de la Marque QUALITE TOURISME Déposée à l'inpi le 07/07/2014 et publiée au BOPI n 2014-32

Plus en détail

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Direction Générale Finances et Gestion Direction du Contrôle Interne Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Sociétés publiques locales et sociétés publiques locales d aménagement - Dispositif

Plus en détail

Collecte et gestion de l information zootechnique

Collecte et gestion de l information zootechnique Collecte et gestion de l information zootechnique Erik Rehben (Responsable Systèmes d Information & Traçabilité Animale - Institut de l Elevage) Points abordés Seulement les ruminants, ni les porcins ni

Plus en détail

Appliquer la réglementation dans la filière

Appliquer la réglementation dans la filière Appliquer la réglementation dans la filière laitière fermière re Appliquer la réglementation dans la filière laitière fermière Analyse des risques, enregistrements et GBPH Application à la filière laitière

Plus en détail

Pour qui le guide est-il validé?

Pour qui le guide est-il validé? FEDERATION NATIONALE DES ELEVEURS DE CHEVRES FEDERATION NATIONALE DES PRODUCTEURS DE LAIT 42, Rue de Châteaudun - 75314 PARIS CEDEX 09 Contact : gwenaelle.garnier@fnpl.fr Bulletin d informations destiné

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET CAHIER DES CHARGES DE SELECTION DU GESTIONNAIRE

APPEL A MANIFESTATION D INTERET CAHIER DES CHARGES DE SELECTION DU GESTIONNAIRE APPEL A MANIFESTATION D INTERET CAHIER DES CHARGES DE SELECTION DU GESTIONNAIRE Prêt PRCTA Prêt à 0% du Programme Régional à la Création et à la Transmission en Agriculture Date de remise des manifestations

Plus en détail

Obtenir une aide pour financer un projet d immobilier d entreprise

Obtenir une aide pour financer un projet d immobilier d entreprise Obtenir une aide pour financer un projet d immobilier d entreprise Conseil général du Lot Tout savoir sur l aide Conditions d obtention? Cette mesure vise à accorder des aides sous forme de subvention

Plus en détail

2015-2016-2017. Entre,

2015-2016-2017. Entre, Convention n Relative aux contributions respectives de l association «Jeunesse et Cultures», des Communes de Charmes, Thaon-les-Vosges et du Conseil général des Vosges à des actions dites de prévention

Plus en détail

La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC

La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC INTRODUCTION La mise en œuvre d un projet de rénovation urbaine suppose un pilotage opérationnel fort, s appuyant

Plus en détail

CIRCULAIRE CIR-54/2007. Document consultable dans Médi@m. Date : 20/12/2007 Domaine(s) : à Mesdames et Messieurs les. Pour mise en oeuvre immédiate

CIRCULAIRE CIR-54/2007. Document consultable dans Médi@m. Date : 20/12/2007 Domaine(s) : à Mesdames et Messieurs les. Pour mise en oeuvre immédiate CIRCULAIRE CIR-54/2007 Document consultable dans Médi@m Date : 20/12/2007 Domaine(s) : Gestion du risque Nouveau Modificatif Complémentaire Suivi Objet : Archivage numérique des images radiologiques :

Plus en détail

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DES ACTIONS DE FORMATION NATIONALES

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DES ACTIONS DE FORMATION NATIONALES RÈGLEMENT GÉNÉRAL DES ACTIONS DE FORMATION NATIONALES Préambule Le présent règlement général des formations fixe les conditions générales et spécifiques notamment pour la mise en œuvre de procédures d

Plus en détail

CONVENTION "Projet inter parcs autour de la mise en œuvre de la Charte Européenne du Tourisme Durable dans les Espaces naturels Protégés (CETDEP)»"

CONVENTION Projet inter parcs autour de la mise en œuvre de la Charte Européenne du Tourisme Durable dans les Espaces naturels Protégés (CETDEP)» CONVENTION "Projet inter parcs autour de la mise en œuvre de la Charte Européenne du Tourisme Durable dans les Espaces naturels Protégés (CETDEP)»" Le Syndicat mixte de gestion du Parc naturel régional

Plus en détail

Règlement du Parc pour le label Produit, catégorie A (produits alimentaires)

Règlement du Parc pour le label Produit, catégorie A (produits alimentaires) Règlement du Parc pour le label Produit, catégorie A (produits alimentaires) Titre I Dispositions générales Article premier : Objet du présent règlement Le présent règlement est un document d application

Plus en détail

Association METROPOLIS Association française Loi 1901 RÈGLEMENT INTÉRIEUR

Association METROPOLIS Association française Loi 1901 RÈGLEMENT INTÉRIEUR Association METROPOLIS Association française Loi 1901 RÈGLEMENT INTÉRIEUR 20 mai 2015 Ce règlement intérieur complète et précise certains articles des statuts de l association modifiés et approuvés le

Plus en détail

1. L ENTREPRISE 2. CARACTERISTIQUES ET DEROULEMENT DE LA PRESTATION CHARTE QUALITE 2.1. DEMARCHE VOLONTAIRE 2.2. REALISATION DE L AUDIT

1. L ENTREPRISE 2. CARACTERISTIQUES ET DEROULEMENT DE LA PRESTATION CHARTE QUALITE 2.1. DEMARCHE VOLONTAIRE 2.2. REALISATION DE L AUDIT REGLEMENT DU DISPOSITIF CHARTE QUALITE 1. L ENTREPRISE Cette prestation est réservée à toute personne physique ou morale immatriculée au Répertoire des Métiers, quelle que soit la forme juridique que revêt

Plus en détail

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale Proposition de la Commission COM (2000) 716 établissant les principes généraux et les prescriptions générales du droit alimentaire, instituant l Autorité Alimentaire Européenne et fixant des procédures

Plus en détail

Conditions Générales d Intervention du CSTB pour la délivrance d une HOMOLOGATION COUVERTURE

Conditions Générales d Intervention du CSTB pour la délivrance d une HOMOLOGATION COUVERTURE DEPARTEMENT ENVELOPPES ET REVETEMENTS Constructions Légères et Couvertures Conditions Générales d Intervention du CSTB pour la délivrance d une HOMOLOGATION COUVERTURE Livraison Cahier V1 de Mars 2010

Plus en détail

IOC 2010 Support à destination des éleveurs caprins CR n 00 10 78 010

IOC 2010 Support à destination des éleveurs caprins CR n 00 10 78 010 Identification électronique des caprins ELEVEUR IOC 2010 Support à destination des éleveurs caprins CR n 00 10 78 010 La règlementation Le règlement européen 21/2004: les deux étapes Les textes français

Plus en détail

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part,

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part, CONVENTION D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES. Entre les soussignés, ci-après dénommés «les Parties» : a) IBS Europe s.a. dont le siège social est situé au N 68 de la Route de Luxembourgà L-4972 DIPPACH (Grand

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne Les patients ont besoin d une réponse de proximité et d une prise en charge globale qui nécessite une

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION. Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION. Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile A.N.F.A. Département Ingénierie et Compétences Mars 2013 SOMMAIRE INFORMATIONS

Plus en détail

Programme de formation des bénévoles et salariés de l ESS en Corse 2015

Programme de formation des bénévoles et salariés de l ESS en Corse 2015 Programme de formation des bénévoles et salariés de l ESS en Corse 2015 Cahier des charges pour le dépôt des réponses À l attention des Organismes de Formation, Ajaccio, le 4 février 2015 Objet : Appel

Plus en détail

Catalogue des formations 2014. Pour les entreprises agroalimentaires. Hygiène alimentaire. Restauration commerciale. Innovation. Procédures & normes

Catalogue des formations 2014. Pour les entreprises agroalimentaires. Hygiène alimentaire. Restauration commerciale. Innovation. Procédures & normes Hygiène alimentaire Restauration commerciale Innovation Procédures & normes Réglementation Nutrition Pour développer vos compétences et celles de vos salariés. Pour maitriser et améliorer la qualité de

Plus en détail

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE I- PREAMBULE 2 II- CAHIER DES CHARGES 2 II-1-Objectifs /Finalité 2 II-2-Public visé 3 II-3-Durée des parcours 3 II-4-Missions

Plus en détail

JECO journée des éco-entreprises. Présentation de l événement

JECO journée des éco-entreprises. Présentation de l événement JECO journée des éco-entreprises Présentation de l événement Atelier Valoriser sa démarche environnementale UN LEVIER DE CROISSANCE POUR L ENTREPRISE Objectifs Faire un panorama des différents référentiels

Plus en détail

CERTIFICATION CERTIPHYTO

CERTIFICATION CERTIPHYTO CONDITIONS GENERALES DE CERTIFICATION MONOSITE Indice 2 Page 1/12 «Distribution de produits phytopharmaceutiques, Application en prestation de service de produits phytopharmaceutiques, Conseil à l utilisation

Plus en détail

ACCORD SUR LE DROIT DES INSTANCES REPRESENTATIVES DU PERSONNEL ET DES ORGANISATIONS SYNDICALES DE LA CAISSE D EPARGNE AQUITAINE POITOU-CHARENTES

ACCORD SUR LE DROIT DES INSTANCES REPRESENTATIVES DU PERSONNEL ET DES ORGANISATIONS SYNDICALES DE LA CAISSE D EPARGNE AQUITAINE POITOU-CHARENTES ACCORD SUR LE DROIT DES INSTANCES REPRESENTATIVES DU PERSONNEL ET DES ORGANISATIONS SYNDICALES DE LA CAISSE D EPARGNE AQUITAINE POITOU-CHARENTES ENTRE LES SOUSSIGNES : La Caisse d Epargne Aquitaine Poitou-Charentes,

Plus en détail

APPEL À PROJETS FDVA NATIONAL

APPEL À PROJETS FDVA NATIONAL Ministère des sports, de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Fonds pour le développement de la vie

Plus en détail

$$! %%!$!%$! $!&!! $'! # $ ( $)% ! "#$! % &!$ ' () ,!!" & $ - ") -73228 82632'99'-: ;!)< = *!!$94*!$*4>*!=?!! ( !!(!( $%! :(!!= :( (!!!!=?!

$$! %%!$!%$! $!&!! $'! # $ ( $)% ! #$! % &!$ ' () ,!! & $ - ) -73228 82632'99'-: ;!)< = *!!$94*!$*4>*!=?!! ( !!(!( $%! :(!!= :( (!!!!=?! "#$ $$ %%$%$ $& $' # $ ( $)% "#$ % & $ ' () *""+ ", " & $ - ")./(,0 12304- -5) 0 6.('" -73228 82632'99'-: ;)< = *$94*$*4>*=? ( = 4 ( ( ( $% :( = 0(5 :( ( =?5 @A5= *5$"1 BC 5"D E( BC)("( ; " (5"(5$5 F :$"

Plus en détail

CONVENTION DE DÉLÉGATION DE PAIEMENT MEDECINS GENERALISTES

CONVENTION DE DÉLÉGATION DE PAIEMENT MEDECINS GENERALISTES CONVENTION DE DÉLÉGATION DE PAIEMENT MEDECINS GENERALISTES ENTRE... Sis au... Représentée par......en qualité de...... et dûment mandaté à cet effet, Ci-après dénommé le Médecin ; ET : L Association Santé-Pharma,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE Arrêté du 25 juin 2015 relatif à l agrément d expert en matière de géothermie de minime importance

Plus en détail

Compte Qualité. Maquette V1 commentée

Compte Qualité. Maquette V1 commentée Compte Qualité Maquette V1 commentée Élaborée suite à l expérimentation conduite par la Haute Autorité de santé au second semestre 2013 auprès de 60 établissements testeurs. Direction de l Amélioration

Plus en détail

Toute utilisation du site www.eau-services.com doit respecter les présentes conditions d utilisation.

Toute utilisation du site www.eau-services.com doit respecter les présentes conditions d utilisation. Mentions légales Toute utilisation du site www.eau-services.com doit respecter les présentes conditions d utilisation. I CONDITIONS D UTILISATION DU SITE Ce Site est soumis à la loi française. En consultant

Plus en détail

Pour la création d une maison d assistants maternels

Pour la création d une maison d assistants maternels CHARTE DÉPARTEMENTALE Pour la création d une maison d assistants maternels Mars 2011 CHARTE DÉPARTEMENTALE Pour la création d une maison d assistants maternels Le Code de l Action Sociale et des Familles

Plus en détail

Destinataires d'exécution

Destinataires d'exécution Information Secrétariat général Service des ressources humaines Sous-direction du développement professionnel et des relations sociales 78, rue de Varenne 75349 PARIS 07 SP 0149554955 Note de service SG/SRH/SDDPRS/2015-206

Plus en détail

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire 1. Contexte et objectifs visés par l appel à projets Menée dans le cadre du Schéma Régional de l Economie

Plus en détail

Actu Juridique & Sociale Dynamique Entreprise Avril 2015

Actu Juridique & Sociale Dynamique Entreprise Avril 2015 LE POINT SUR La base de données unique (BDU) dans les entreprises de moins de 300 salariés Afin de renforcer l information des instances représentatives du personnel, la loi du 14 juin 2013 a créé un nouveau

Plus en détail

Les maisons d assistants maternels

Les maisons d assistants maternels GUIDE Direction de l Enfance et de la Famille Les maisons d assistants maternels Édition 2014 Sommaire Sommaire 3 Préambule 4 PARTIE 1 - DÉFINITION et PRINCIPES GÉNÉRAUX I. DÉFINITION 6 1- Les codes 6

Plus en détail

REFERENTIEL ASSURANCE QUALITE FOURNISSEUR

REFERENTIEL ASSURANCE QUALITE FOURNISSEUR MINISTÈRE DE LA DÉFENSE ÉTAT-MAJOR DES ARMÉES CENTRE D IDENTIFICATION DES MATERIELS DE LA DEFENSE REF_080423_CIMD REFERENTIEL ASSURANCE QUALITE FOURNISSEUR Relatif aux PRESTATIONS D IDENTIFICATION/CODIFICATION

Plus en détail

ENTRETIEN DES ESPACES VERTS QUARTIER DU LEVANT 2015 2016 (RENOUVELABLE 2 FOIS)

ENTRETIEN DES ESPACES VERTS QUARTIER DU LEVANT 2015 2016 (RENOUVELABLE 2 FOIS) Document 1 Ville des ANDELYS ENTRETIEN DES ESPACES VERTS QUARTIER DU LEVANT 2015 2016 (RENOUVELABLE 2 FOIS) REGLEMENT DE LA CONSULTATION (R.C.) - Marché en procédure Adaptée - Date de remise des offres

Plus en détail

PROTOCOLE D ACCORD M.F.P. - C.N.S.D.

PROTOCOLE D ACCORD M.F.P. - C.N.S.D. PROTOCOLE D ACCORD M.F.P. - C.N.S.D. Concernant l amélioration de l accès aux soins dentaires Texte consolidé tel qu annexé au cinquième avenant du 1 er janvier 2013 PREAMBULE La Mutualité Fonction Publique

Plus en détail

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD AVANT-PROPOS Établissement public, l Agence Française de Développement exerce une mission d intérêt public, principalement à l international. CHARTE D ÉTHIQUE

Plus en détail

Convention de cotraitance pour groupement solidaire

Convention de cotraitance pour groupement solidaire Convention de cotraitance pour groupement solidaire Ce modèle peut être modifié, complété en fonction des souhaits émis par les membres du groupement. Il est souhaitable que le maître d ouvrage soit informé

Plus en détail

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014 CAHIER DES CHARGES ACCOMPAGNEMENT A LA DEFINITION DE LA STRATEGIE LEADER DU PNR DE LA BRENNE Appel d offres Novembre 2014 Parc naturel régional de la Brenne Maison du Parc Le Bouchet - 36300 ROSNAY 02

Plus en détail

Marchés publics de fournitures et services EMISSION DE CARTES D ACHATS ET PRESTATIONS ANNEXES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.

Marchés publics de fournitures et services EMISSION DE CARTES D ACHATS ET PRESTATIONS ANNEXES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P. Marchés publics de fournitures et services EMISSION DE CARTES D ACHATS ET PRESTATIONS ANNEXES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) Pouvoir adjudicateur : Ecole supérieure d art des Pyrénées

Plus en détail

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS 1 L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS xz Sabrina TONNERRE Juriste Master II Droit des activités économiques Option Droit de l agroalimentaire Sous la direction de Maître

Plus en détail

QUESTIONS. décembre 2014

QUESTIONS. décembre 2014 QUESTIONS RéPONSES RELATIF à l agrément, aux missions et au fonctionnemement des organismes paritaires collecteurs agréés au titre de la formation professionnelle continue décembre 2014 questions-réponses

Plus en détail

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des RH Page 1 Introduction

Plus en détail

Appel d offres pour la mise en place de cursus intégrés franco-allemands binationaux et trinationaux à compter de l année universitaire 2015-2016

Appel d offres pour la mise en place de cursus intégrés franco-allemands binationaux et trinationaux à compter de l année universitaire 2015-2016 Appel d offres pour la mise en place de cursus intégrés franco-allemands binationaux et trinationaux à compter de l année universitaire 2015-2016 Date limite pour l annonce du dépôt d une demande de soutien

Plus en détail

Vous souhaitez signer une convention délégation de paiement avec la Mutuelle Myriade?

Vous souhaitez signer une convention délégation de paiement avec la Mutuelle Myriade? Vous souhaitez signer une convention délégation de paiement avec la Mutuelle Myriade? Alors complétez et adressez cette fiche à : Mutuelle MYRIADE - Service Conventionnement Tiers Payant Allée de la Capère

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION

REGLEMENT DE LA CONSULTATION MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES SYNDICAT MIXTE BAIE DE SOMME GRAND LITTORAL PICARD/ DESTINATION BAIE DE SOMME 1 place de l Amiral Courbet CS 50728 80 142 ABBEVILLE Cedex 03 22 20 60

Plus en détail

Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services

Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services hospitaliers. Ce projet d amélioration de la qualité porte

Plus en détail

Fédération Française de SAVATE boxe française & DA PROCÉDURES COMPTABLES & FINANCIÈRES. Comptabilité FFSbf&DA mise à jour novembre 2007 1

Fédération Française de SAVATE boxe française & DA PROCÉDURES COMPTABLES & FINANCIÈRES. Comptabilité FFSbf&DA mise à jour novembre 2007 1 Fédération Française de SAVATE boxe française & DA PROCÉDURES COMPTABLES & FINANCIÈRES Comptabilité FFSbf&DA mise à jour novembre 2007 1 SOMMAIRE LES RECETTES I LES RECETTES DE L ECHELON NATIONAL I.1.

Plus en détail

Appel d offre - Année 2015 - FORCO OPCA du Commerce et de la Distribution Partenaires des Formations & Inscriptions en Ligne FORCO - FIL

Appel d offre - Année 2015 - FORCO OPCA du Commerce et de la Distribution Partenaires des Formations & Inscriptions en Ligne FORCO - FIL Appel d offre - Année 2015 - FORCO OPCA du Commerce et de la Distribution Partenaires des Formations & Inscriptions en Ligne FORCO - FIL SOMMAIRE OBJET DE L APPEL D OFFRE P. 3 LE CONTEXTE DE L APPEL D

Plus en détail

Session d accompagnement de la rénovation du BTSA GEMEAU Bordeaux, mai 2011. Atelier n 4. Formation en milieu professionnel EPREUVE E7- SPV/SPS

Session d accompagnement de la rénovation du BTSA GEMEAU Bordeaux, mai 2011. Atelier n 4. Formation en milieu professionnel EPREUVE E7- SPV/SPS Session d accompagnement de la rénovation du BTSA GEMEAU Bordeaux, mai 2011 Atelier n 4 Formation en milieu professionnel EPREUVE E7- SPV/SPS L épreuve 7 permet d évaluer la capacité intégrative 10 du

Plus en détail

CONVENTION POUR LA COLLECTE DES DECHETS D ACTIVITES DE SOINS A RISQUES INFECTIEUX (DASRI)

CONVENTION POUR LA COLLECTE DES DECHETS D ACTIVITES DE SOINS A RISQUES INFECTIEUX (DASRI) 3, rue Malakoff Immeuble le forum 38031 Grenoble cedex 01 : 04 76 59 59 59 Fax : 04 76 59 57 26 CONVENTION POUR LA COLLECTE DES DECHETS D ACTIVITES DE SOINS A RISQUES INFECTIEUX (DASRI) Convention pour

Plus en détail

PRÉAMBULE. "ÉCOLE DE LA 2 e CHANCE" & "E2C" RÈGLEMENT D'USAGE DES MARQUES DÉNOMINATIVES

PRÉAMBULE. ÉCOLE DE LA 2 e CHANCE & E2C RÈGLEMENT D'USAGE DES MARQUES DÉNOMINATIVES Le 21 septembre 2009. RÈGLEMENT D'USAGE DES MARQUES DÉNOMINATIVES "ÉCOLE DE LA 2 e CHANCE" & "E2C" & DE LA MARQUE SEMI FIGURATIVE (LOGO) "LABEL ÉCOLE DE LA 2 e CHANCE" PRÉAMBULE L objet de l'association

Plus en détail

Cahier des charges à l'attention des organismes de formation

Cahier des charges à l'attention des organismes de formation Cahier des charges à l'attention des organismes de formation Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective dans le secteur du courtage en assurances Action collective au profit des entreprises rattachées

Plus en détail

Cet appel à propositions bénéficie d un cofinancement sur les Fonds de l OPCA de la Construction, de la Région LR du Fonds Social Européen et de l

Cet appel à propositions bénéficie d un cofinancement sur les Fonds de l OPCA de la Construction, de la Région LR du Fonds Social Européen et de l Cet appel à propositions bénéficie d un cofinancement sur les Fonds de l OPCA de la Construction, de la Région LR du Fonds Social Européen et de l Etat SOMMAIRE 1. PREAMBULE... 3 2. ENGAGEMENTS PRINCIPAUX...

Plus en détail

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES Mise en place de démarches d appui conseil «gestion des âges» dans le cadre du contrat de génération CADRAGE Cet appel à propositions a pour objet l identification

Plus en détail

Projet Fish & Catering Sector (Mise à jour du 13/10/08)

Projet Fish & Catering Sector (Mise à jour du 13/10/08) Projet Fish & Catering Sector (Mise à jour du 13/10/08) Une initiative conjointe de : En association avec : A. Introduction de la notion «d alimentation durable» en restauration collective. La notion «d

Plus en détail

Convention entre l Etat et l UESL relative à la Garantie des Risques Locatifs

Convention entre l Etat et l UESL relative à la Garantie des Risques Locatifs Convention entre l Etat et l UESL relative à la Garantie des Risques Locatifs Entre l Etat, représenté par le ministre de l emploi, de la cohésion sociale et du logement, le ministre de l économie, des

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU ODC (Projet) V0.1

CHARTE DU RESEAU ODC (Projet) V0.1 Paris, le 22 Mai 2013 CHARTE DU RESEAU ODC (Projet) V0.1 Présentation du réseau ODC : OPTIMAL DATA CENTER est une marque commerciale déposée qui fédère un réseau national de prestataires et fournisseurs

Plus en détail

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION Investir pour le futur Anticiper - Innover 01 BP 3726 ABIDJAN

Plus en détail

Le logiciel de gestion intégré conçu pour les PME du Bâtiment. www.absyscyborg.com

Le logiciel de gestion intégré conçu pour les PME du Bâtiment. www.absyscyborg.com Le logiciel de gestion intégré conçu pour les PME du Bâtiment Beaucoup plus qu un logiciel de suivi de chantier, NaviBat est un véritable outil de pilotage. Navibat n est pas qu un simple logiciel de suivi

Plus en détail

Service Civique. Service civique. Esprit

Service Civique. Service civique. Esprit Service civique Esprit Contact : Nathalie Chaverot servicecivique@la-guilde.org Tel : 01 43 26 97 52 www.la-guilde.org www.service-civique.gouv.fr La loi du 10 mars 2010 a créé l engagement de Service

Plus en détail

Le fonctionnement du CHSCT

Le fonctionnement du CHSCT Le fonctionnement du CHSCT La personnalité civile du CHSCT La qualité à agir du CHSCT La capacité d ester en justice La prise en charge des frais de justice La capacité d acquérir et de contracter La responsabilité

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 21 DECEMBRE 2012 DELIBERATION N CR-12/20.853 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DES RESSOURCES HUMAINES Stratégie régionale d'appropriation d'une identité collective spécifique

Plus en détail

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL PREAMBULE Le présent accord-cadre s inscrit dans la continuité des nombreux dispositifs légaux et conventionnels touchant directement

Plus en détail

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France DIRECTION GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES PARIS, LE 25 JANVIER 2010 DIRECTION DES RELATIONS SOCIALES Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France Dans le cadre de sa responsabilité

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3240 Convention collective nationale IDCC : 1487. HORLOGERIE-BIJOUTERIE (Commerce

Plus en détail

Télétravail, Propositions de la CGT-CIT

Télétravail, Propositions de la CGT-CIT Télétravail, Propositions de la CGT-CIT 1 Table des matières 1 Table des matières... 1 2 Introduction... 3 2.1 Traitement particulier... 3 2.2 Télé-centres... 3 2.3 Modèle avenant en annexe de l accord...

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 27/12/2013 Envoi des offres : aurelie.huby@midi-pyrenees.cci.fr Le

Plus en détail

Fiches techniques métiers. Fiche N 1 : Collecte directe et traçabilité en B to C

Fiches techniques métiers. Fiche N 1 : Collecte directe et traçabilité en B to C Fiches techniques métiers Fiche N 1 : Collecte directe et traçabilité en B to C PREALABLE Le CPA s est associé au Sncd pour préciser la nécessaire traçabilité de la collecte directe et indirecte d adresses

Plus en détail

Service émetteur : COMMISSION FORMATION ARBITRAGE FOOTBALL AMÉRICAIN ARBITRAGE FLAG JUGEMENT CHEERLEADING

Service émetteur : COMMISSION FORMATION ARBITRAGE FOOTBALL AMÉRICAIN ARBITRAGE FLAG JUGEMENT CHEERLEADING Service émetteur : COMMISSION FORMATION ARBITRAGE FOOTBALL AMÉRICAIN ARBITRAGE FLAG JUGEMENT CHEERLEADING DIRECTION TECHNIQUE NATIONALE COMMISSION NATIONALE D ARBITRAGE CAHIER DES CHARGES DE L ORGANISATEUR

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

Convention de délégation de tâches < x > Programmation 2014-2020 CADRE REGLEMENTAIRE : < FONDS >, < PROGRAMME(S) >,

Convention de délégation de tâches < x > Programmation 2014-2020 CADRE REGLEMENTAIRE : < FONDS >, < PROGRAMME(S) >, <AUTORITE DE GESTION> Version finale : Trame commune [FEDER/FSE] 2014-2020 Convention de délégation de tâches < x > Programmation 2014-2020 CADRE REGLEMENTAIRE : < FONDS >, < PROGRAMME(S) >, Entre < l

Plus en détail

METHODES ET PROCEDURES D INSPECTION MISES EN PLACE DANS LES SERVICES VETERINAIRES

METHODES ET PROCEDURES D INSPECTION MISES EN PLACE DANS LES SERVICES VETERINAIRES METHODES ET PROCEDURES D INSPECTION MISES EN PLACE DANS LES SERVICES VETERINAIRES 31/03/05 36ème colloque AgriMMédia "Traçabilité et Hygiène Alimentaire" ACTA Informatique - ACTIA 1 Le contexte: La généralisation

Plus en détail

Accord de prévoyance des personnels cadres et assimilés - mai 2011

Accord de prévoyance des personnels cadres et assimilés - mai 2011 1 SYNADIC PRÉAMBULE Un régime de prévoyance obligatoire au niveau national garantissant les risques incapacité, invalidité et décès a été instauré par l accord du 28 novembre 2005. Les partenaires sociaux

Plus en détail

CONTRAT LOGICIEL CERTIFICATION

CONTRAT LOGICIEL CERTIFICATION CONTRAT LOGICIEL CERTIFICATION Conditions Générales Entre, la Société CERTIF.ME, Société par Actions Simplifiée au capital de 10 000, dont le siège social est fixé à CEBAZAT 63118 13 Rue du Stade, immatriculée

Plus en détail

FICHE D'IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE. TITRE DE LA QUALIFICATION : Gestionnaire de flux de commandes à l international

FICHE D'IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE. TITRE DE LA QUALIFICATION : Gestionnaire de flux de commandes à l international Commission paritaire nationale de l'emploi de la métallurgie Qualification : MQ 90 12 38 0079 (Cette fiche annule et remplace, à compter du 6 juin 2007, la précédente fiche d identité) FICHE D'IDENTITÉ

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Accord collectif national GROUPEMENTS D EMPLOYEURS AGRICOLES ET RURAUX ACCORD DU 13 JUIN 2012 RELATIF AUX GROUPEMENTS

Plus en détail

REGIME D APPUI POUR L INNOVATION DUALE RAPID CAHIER DES CHARGES

REGIME D APPUI POUR L INNOVATION DUALE RAPID CAHIER DES CHARGES REGIME D APPUI POUR L INNOVATION DUALE RAPID CAHIER DES CHARGES RAPID est un dispositif de subvention à des projets d innovation duale portés par une entreprise indépendante de moins de 2000 salariés,

Plus en détail

Cahier des charges. Décembre 2012 MAPA 2013-001. Parc naturel régional du Haut-Jura. Maison du Parc du Haut-Jura. 29, le village 39 310 LAJOUX

Cahier des charges. Décembre 2012 MAPA 2013-001. Parc naturel régional du Haut-Jura. Maison du Parc du Haut-Jura. 29, le village 39 310 LAJOUX Accompagnement dans l élaboration de la stratégie de communication du Parc naturel régional du Haut-Jura Marché de Prestation de Service Marché A Procédure Adaptée MAPA 2013-001 Cahier des charges Décembre

Plus en détail

Marquage CE des Granulats

Marquage CE des Granulats REFERENTIEL SECTORIEL POUR LA Page 1 sur 11 MAÎTRISE DE LA PRODUCTION DES GRANULATS (Système d'attestation de conformité 2+) SOMMAIRE : Article 1 Objet et domaine d application Article 2 Intervenants dans

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015?

ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015? ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015? Introduction Tour de table rapide : Établissement, discipline et thème du projet envisagée

Plus en détail

Les textes et règlements

Les textes et règlements Réglementation applicable aux chapiteaux, tentes et Note : cette fiche est extraite pour l essentiel de l ouvrage «Organiser un événement artistique dans l espace public : Guide des bons usages», édité

Plus en détail

L ENTREPRISE GÉNÉRALE DANS LE BÂTIMENT : UN CHEF D ORCHESTRE AUX MULTIPLES FACETTES

L ENTREPRISE GÉNÉRALE DANS LE BÂTIMENT : UN CHEF D ORCHESTRE AUX MULTIPLES FACETTES L Entreprise générale dans le bâtiment : un chef d orchestre aux multiples facettes L Entreprise générale n a pas de définition légale ou réglementaire ; elle est seulement identifiée dans un certain nombre

Plus en détail

REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO. (avril 2014)

REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO. (avril 2014) REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO (avril 2014) PREAMBULE REGLEMENT FINANCIER DE L AGIRC L Association générale des institutions de retraite des cadres (Agirc) a pour objet la mise en œuvre

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU GIP ALFA CENTRE

REGLEMENT INTERIEUR DU GIP ALFA CENTRE REGLEMENT INTERIEUR DU GIP ALFA CENTRE Préambule Le Conseil d administration établit un règlement intérieur relatif à l organisation et au fonctionnement des services du groupement ainsi qu à la gestion

Plus en détail

MAINTENANCE INDUSTRIELLE

MAINTENANCE INDUSTRIELLE Fiche Pratique MAINTENANCE INDUSTRIELLE Comment évaluer la performance d une prestation sur site? UNE METHODE D ANALYSE Juin 2006 MAINTENANCE INDUSTRIELLE ET DEMARCHES DE PROGRES CONTEXTE L optimisation

Plus en détail

Commission Médicale de la FFVoile Règles de Fonctionnement Texte adopté par le BE du 09 mars 2007

Commission Médicale de la FFVoile Règles de Fonctionnement Texte adopté par le BE du 09 mars 2007 Commission Médicale de la FFVoile Règles de Fonctionnement Texte adopté par le BE du 09 mars 2007 PREAMBULE L article L. 231-5 du code du sport rappelle que les fédérations sportives veillent à la santé

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE - FORMATION CERTIFIANTE INTENSIVE DE COACH SANE CYCLE 2 -

DOSSIER DE CANDIDATURE - FORMATION CERTIFIANTE INTENSIVE DE COACH SANE CYCLE 2 - DOSSIER DE CANDIDATURE POUR LA FORMATION CERTIFIANTE INTENSIVE DE COACH SANE CYCLE 2 Dossier d inscription à renvoyer par courrier à : Mani Coaching Institut Alexandra GAÏTELLI 14/16, rue du Faubourg Saint

Plus en détail

anj u PRODUITen dossier de candidature

anj u PRODUITen dossier de candidature dossier de candidature Le dossier de candidature dûment rempli et signé, incluant les pièces demandées, doit être adressé à : GIP Produit en Anjou Département de Maine-et-Loire CS 94104 49941 Angers cedex

Plus en détail

Responsable d agence

Responsable d agence Responsable d agence La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

L Action Commerciale Terrain

L Action Commerciale Terrain L Action Commerciale Terrain Environnement social légal et réglementaire de l activité Force de vente Janvier 2014 SORAP Alliance des Professionnels de l Action Commerciale Terrain 171 bis avenue C. de

Plus en détail

Règlement intérieur Modifié par décision de l Assemblée Générale du 1 ier juillet 2015

Règlement intérieur Modifié par décision de l Assemblée Générale du 1 ier juillet 2015 Mutuelle soumise aux dispositions du Livre II du code de la mutualité Enregistrée au répertoire SIRENE sous le N 782 825 368 Règlement intérieur Modifié par décision de l Assemblée Générale du 1 ier juillet

Plus en détail

Ce rapport est communiqué au Préfet et pour information au Trésorier-payeur général.

Ce rapport est communiqué au Préfet et pour information au Trésorier-payeur général. Monsieur le Président, Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint la version définitive des observations arrêtées le jeudi 5 février 2004 par la Chambre régionale des comptes sur la gestion de la chambre

Plus en détail