Dépistage. Organisé ou individuel. Dr Mariam ARVIS.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dépistage. Organisé ou individuel. Dr Mariam ARVIS."

Transcription

1 Dépistage Organisé ou individuel Dr Mariam ARVIS

2 Dépistage Le dépistage est une démarche qui vise à détecter, au plus tôt, en l absence de symptôme, des signes d'une maladie avant qu'elle ne se déclare. CST du 10 février

3 Dépistage On peut faire un dépistage individuel en fonction des risques personnels ou, un dépistage de masse qui concerne tout une population (par ex. mammographie pour les femmes de 50 à 70 ans pour détecter le cancer du sein à un stade précoce). Ces investigations sont suivies ou non de consultations médicales, d'examens cliniques et de traitements. CST du 10 février

4 Dépistage Le test de dépistage ne donne pas un diagnostic de certitude. Un résultat suspect doit donc toujours être confirmé ou infirmé par des examens complémentaires spécifiques à la maladie. La finalité du dépistage est donc, par le biais d'un diagnostic et d'un traitement précoce, d'apporter un bénéfice direct individuel, en évitant les symptômes souvent graves, voire mortels, de sa maladie. CST du 10 février

5 Dépistage organisé - définition OMS lorsqu il répond à l ensemble des dix critères de l OMS : 1. La maladie dont on recherche les cas constitue un problème majeur de santé publique. 2. Un traitement d'efficacité démontrée peut être administré aux sujets chez lesquels la maladie a été décelée. 3. Les moyens appropriés de diagnostic et de traitement sont disponibles. 4. Il existe une phase de latence ou de début des symptômes où la maladie est décelable. 5. Une épreuve ou un examen de dépistage efficace existe. 6. L'épreuve utilisée est acceptable pour la population. 7. L'histoire naturelle de la maladie est connue, notamment son évolution de la phase de latence à la phase symptomatique. 8. Le choix des sujets qui recevront un traitement est opéré selon des critères préétablis. 9. Le coût de la recherche des cas (y compris les frais de diagnostic et de traitement des sujets reconnus malades) n est pas disproportionné par rapport au coût global des soins médicaux. 10. La recherche des cas est un processus continu et elle n est pas considérée comme une opération exécutée «une fois pour toutes». CST du 10 février

6 Dépistages organisés en France Le dépistage néonatal consiste à identifier parmi tous les nouveau-nés ceux qui sont susceptibles d'être atteints de : - une des cinq maladies actuellement dépistées (Arrêté du 22/01/2010) : phénylcétonurie depuis 1972, hypothyroïdie congénitale depuis 1978, hyperplasie congénitale des surrénales depuis 1995, drépanocytose depuis 1989 en Outre-Mer et 1995 en métropole - un trouble sensoriel : la surdité permanente néonatale (Arrêté du 03/11/2014) Le dépistage de 3 cancers : - cancer du sein : le dépistage organisé concerne les femmes de 50 à 74 ans généralisé en cancer colorectal : le dépistage organisé est proposé aux femmes et hommes de plus de 50 ans. - cancer du col de l'utérus : le dépistage est réalisé chez la femme de 25 ans à 65 ans, Il est en cours de généralisation CST du 10 février

7 Et pour les autres maladies graves? Souvent pas de dépistage préalable au diagnostic Ex : Accident Vasculaire Cérébral, Anévrisme cérébral En général, prévention ou réduction des facteurs de risque si possible. Ex : traitement de l HTA, arrêt du tabac, alimentation équilibrée... Parfois dépistage personnalisé. Ex : cancer de la prostate CST du 10 février

8 Cancer de la prostate Pathologie le plus souvent de progression lente qui nécessite une surveillance mais pas nécessairement un traitement qui peut s'avérer très délétère et peu efficace CST du 10 février

9 Diagnostic de cancer de la prostate Après une anomalie du toucher rectal ou si des symptômes urinaires ou généraux (fatigue, perte d'appétit, perte de poids) sont présents : dosage de la valeur du PSA (marqueur de l'activité de la prostate) biopsie, échographie, autres examens complémentaires CST du 10 février

10 Qu est-ce que le PSA? La prostate est une glande qui fabrique une protéine appelée antigène prostatique spécifique, plus souvent abrégé en PSA. Tous les hommes ont dans leur sang du PSA fabriqué par la prostate. Le PSA est un marqueur de l activité de la prostate : il indique qu elle fonctionne. Intérêt du PSA chez les hommes surveillés suite à un cancer de la prostate traité. La remontée du taux signe la récidive, CST du 10 février

11 A quoi correspondent des variations de la valeur du PSA? Il n y a pas de valeur de normalité. PSA augmenté dans toutes les maladies de la prostate : tumeur bénigne, infection, cancer. Pas de corrélation entre la pathologie et la valeur des PSA. Ex : un homme qui n a pas de cancer peut avoir une valeur élevée du PSA (résultat dit «faux positif»). Et un homme qui est atteint d un cancer peut avoir une valeur du PSA normal (résultat dit «faux négatif»). C est la raison pour laquelle cet examen est utilisé pour compléter et suivre un diagnostic non pour le faire. CST du 10 février

12 Dépistage cancer de la prostate par le PSA? La HAS rappelle que la mise en place d un programme de dépistage du cancer de la prostate par le dosage du PSA sérique total n est pas recommandée, que ce soit en population générale ou chez les hommes à haut risque - avis CST du 10 février

13 Cancer de la prostate 2003 et 2009 HAS relève l existence d éléments concordants tendant à démontrer l importance des inconvénients du dépistage et insiste sur la nécessité de mieux apprécier les effets délétères des pratiques actuelles de prescription des dosages de PSA. Inconvénients et effets délétères : incertitude sur l évolution intrinsèque du cancer et donc des sur- traitements et leurs effets indésirables. HAS souligne l importance de poursuivre la recherche sur des tests performants, avec l identification de marqueurs permettant de distinguer les formes agressives de ce cancer de celles dont la lente évolution n aura pas d impact sur la vie des patients Les traitements peuvent engendrer des effets secondaires néfastes. CST du 10 février

CONTRE LES CANCERS VOS CONSEILS DÉPISTAGE

CONTRE LES CANCERS VOS CONSEILS DÉPISTAGE CONTRE LES CANCERS VOS CONSEILS DÉPISTAGE SE FAIRE DÉPISTER POUR MIEUX SOIGNER OU ÉVITER UN CANCER LE DÉPISTAGE DES CANCERS, UNE CHANCE > SE FAIRE DÉPISTER POUR MIEUX SOIGNER OU ÉVITER UN CANCER Le dépistage

Plus en détail

III/ Prise en charge des cancers. III.1. Diagnostic III.2. Classifications et pronostics III.3. Dépistage III.4. Traitement III.5.

III/ Prise en charge des cancers. III.1. Diagnostic III.2. Classifications et pronostics III.3. Dépistage III.4. Traitement III.5. III/ Prise en charge des cancers III.1. Diagnostic III.2. Classifications et pronostics III.3. Dépistage III.4. Traitement III.5. Rôle du manip Sitographie III.1. Imagerie Le diagnostic de certitude

Plus en détail

Le dépistage. Le dépistage : une démarche préventive capitale. Dépistage organisé ou individuel? Le dépistage organisé

Le dépistage. Le dépistage : une démarche préventive capitale. Dépistage organisé ou individuel? Le dépistage organisé Accueil > Assurance Maladie /> Prenez soin de votre santé /> Le dépistage / www.cprpsncf.fr Le dépistage Le dépistage : une démarche préventive capitale Le dépistage du cancer du sein Le dépistage du cancer

Plus en détail

Fac-simiLé du QueL intérêt Co mment consentement de dépister Très sont pratiqués Après avoir été informés, nous soussignés TôT certaines

Fac-simiLé du QueL intérêt Co mment consentement de dépister Très sont pratiqués Après avoir été informés, nous soussignés TôT certaines Édition 2017 3 jours, L âge du dépistage ourquoi? qui? Madame, Monsieur, Dès les premiers jours suivant la naissance de votre bébé, la maternité va vous proposer de lui faire des tests dans le cadre du

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate par PSA

Le dépistage du cancer de la prostate par PSA Le dépistage du cancer de la prostate par PSA La prostate La prostate est une petite glande de la taille d une châtaigne, située juste sous la vessie. Elle est traversée par le canal de l urètre, par où

Plus en détail

UE «Santé, Société, Humanité», Module Santé Publique DCEM1, janvier 2011

UE «Santé, Société, Humanité», Module Santé Publique DCEM1, janvier 2011 UE «Santé, Société, Humanité», Module Santé Publique DCEM1, janvier 2011 Ce sujet comporte 5 pages et 20 QCM. Le nombre de réponses correctes peut varier de 1 à 5. 1 QCM 1 : Concernant les cancers A. C

Plus en détail

Docteurs Mondet et Boyer

Docteurs Mondet et Boyer VOUS AVEZ DES QUESTIONS CONCERNANT LE DEPISTAGE ET LA DETECTION PRECOCE DU CANCER DE PROSTATE? VOICI QUELQUES ELEMENTS DE REPONSE. POURQUOI? POURQUOI PAS? POUR QUI? COMMENT? Docteurs Mondet et Boyer 05/01/2015

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate

Le dépistage du cancer de la prostate Le dépistage du cancer de la prostate Quelle information faut-il donner au patient avant d envisager un dosage du PSA ou un toucher rectal? Le cancer de la prostate : histoire naturelle Le cancer de la

Plus en détail

LE dépistage du cancer de la prostate. Mon avis compte!

LE dépistage du cancer de la prostate. Mon avis compte! LE dépistage du cancer de la prostate Mon avis compte! Table des matières LE DÉPISTAGE : VOUS AVEZ LE CHOIX 3 Qu est ce que le cancer de la prostate? 4 Qu est ce que le dépistage du cancer de la prostate?

Plus en détail

6/ Prévention et promotion de la santé

6/ Prévention et promotion de la santé SEMESTRE 2 UE 1.2.S2 Santé publique et économie de la santé I. Introduction 6/ Prévention et promotion de la santé Buts de la prévention, l'éducation pour la santé et la promotion de la santé Anticiper

Plus en détail

Enquête auprès des médecins. généralistes des Pyrénées-Orientales

Enquête auprès des médecins. généralistes des Pyrénées-Orientales Etat des lieux du dépistage du cancer colorectal en France Enquête auprès des médecins généralistes des Pyrénées-Orientales Thèse pour le doctorat en médecine Présentée par Solène Goulaouic 12 Décembre

Plus en détail

Questions et réponses Chapitre 16 La prévention en milieu clinique 1

Questions et réponses Chapitre 16 La prévention en milieu clinique 1 Questions et réponses Chapitre 16 La prévention en milieu clinique 1 Définir le rôle du clinicien en prévention Expliquer les liens entre l histoire naturelle d une maladie et les niveaux de prévention

Plus en détail

Cancer de la prostate: Dépistage? Dr Laurent Zini - Dr Bertrand Tiry Chirurgiens Urologues- Clinique de Saint Omer

Cancer de la prostate: Dépistage? Dr Laurent Zini - Dr Bertrand Tiry Chirurgiens Urologues- Clinique de Saint Omer Cancer de la prostate: Dépistage? Dr Laurent Zini - Dr Bertrand Tiry Chirurgiens Urologues- Clinique de Saint Omer 03 21 38 66 87 S Recommandations S Guides ALD élaborés conjointement par l INCa et l HAS

Plus en détail

EPIDÉMIOLOGIE DU CANCER

EPIDÉMIOLOGIE DU CANCER EPIDÉMIOLOGIE DU CANCER FORMATION INFIRMIÈRE EN ONCOLOGIE-HÉMATOLOGIE BESANCON, LE 26/01/2012 MOUILLET GUILLAUME, ONCOLOGIE MÉDICALE Définition : ÉPIDÉMIOLOGIE Discipline qui a pour but l étude de la distribution

Plus en détail

Association Française pour le Dépistage et la Prévention des Handicaps de l Enfant.

Association Française pour le Dépistage et la Prévention des Handicaps de l Enfant. Association Française pour le Dépistage et la Prévention des Handicaps de l Enfant www.afdphe.org Quelques dates 1965 : Guthrie débute le dépistage néonatal de la phénylcétonurie (PCU) 1967 : Début du

Plus en détail

DÉPISTER PROTÉGER SA VIE

DÉPISTER PROTÉGER SA VIE DÉPISTER = PROTÉGER SA VIE LA SANTÉ EST UN DES BIENS LES PLUS PRÉCIEUX! Pour chacune d entre nous, la santé est un des biens les plus précieux. Comme un capital personnel, nous devons la gérer pour la

Plus en détail

Devrais-je subir un test de dépistage du cancer de la prostate? Ce que vous devez savoir au sujet du test de l APS

Devrais-je subir un test de dépistage du cancer de la prostate? Ce que vous devez savoir au sujet du test de l APS Devrais-je subir un test de dépistage du cancer de la prostate? Ce que vous devez savoir au sujet du test de l APS Devrais-je subir un test de dépistage du cancer de la prostate? Ce que vous devez savoir

Plus en détail

Dépistage prénatal des aneuploïdies fœtales par analyse de l ADN plasmatique maternel. Notice d information à l attention des parents

Dépistage prénatal des aneuploïdies fœtales par analyse de l ADN plasmatique maternel. Notice d information à l attention des parents Dépistage prénatal des aneuploïdies fœtales par analyse de l ADN plasmatique maternel Notice d information à l attention des parents Madame, Monsieur, Le diagnostic prénatal de la trisomie 21 est organisé

Plus en détail

Application de la médecine factuelle à la prévention. Alain LEVEQUE Faculté de Médecine École de Santé Publique ULB

Application de la médecine factuelle à la prévention. Alain LEVEQUE Faculté de Médecine École de Santé Publique ULB Application de la médecine factuelle à la prévention Alain LEVEQUE Faculté de Médecine École de Santé Publique ULB 1 Médecine factuelle? La médecine fondée sur les faits se définit comme l'utilisation

Plus en détail

Émission : garantie. Le jour même de la réception du contrat. Aucun examen médical Aucun refus/surprime

Émission : garantie. Le jour même de la réception du contrat. Aucun examen médical Aucun refus/surprime Émission : garantie Le jour même de la réception du contrat Aucun examen médical Aucun refus/surprime Cancers couverts - tous les types de cancers sauf: Carcinome in situ Mélanome malin (stade 1A) Cancer

Plus en détail

Docteur Gabriel Le Moël Service de pneumologie. CHLP Journée ARKM 19/11/2016 LES LIMITES DE LA RADIOGRAPHIE PULMONAIRE

Docteur Gabriel Le Moël Service de pneumologie. CHLP Journée ARKM 19/11/2016 LES LIMITES DE LA RADIOGRAPHIE PULMONAIRE Docteur Gabriel Le Moël Service de pneumologie. CHLP Journée ARKM 19/11/2016 LES LIMITES DE LA RADIOGRAPHIE PULMONAIRE RADIO DE THORAX a-t-elle encore un intérêt? Place de radio de thorax dans le cadre

Plus en détail

MARQUEURS TUMORAUX SERIQUES

MARQUEURS TUMORAUX SERIQUES MARQUEURS TUMORAUX SERIQUES Prescrire à bon escient Dr Laurence Vitu Loas INTRODUCTION 1 Marqueurs tumoraux = substances (protéïnes) présentes dans les fluides biologiques à des taux significativement

Plus en détail

CANCER DE LA PROSTATE

CANCER DE LA PROSTATE CANCER DE LA PROSTATE SOMMAIRE : Qu est-ce-que le cancer de la prostate? Le cancer de la prostate en chiffres Les symptômes Diagnostic Examens complémentaires Traitements et conséquences Rôle de l AS Bibliographie

Plus en détail

Soirée d information en cancérologie

Soirée d information en cancérologie Soirée d information en cancérologie Mardi 14 octobre 2014 Patrick Margaine Le plan de ce travail Prévention Epidémiologie Facteurs de risques Dépistage Les moyens de dépistage La biopsie Les controverses

Plus en détail

Rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil sur la pétition concernant le cancer de la prostate (information et dépistage)

Rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil sur la pétition concernant le cancer de la prostate (information et dépistage) Secrétariat du Grand Conseil P 1581-B Date de dépôt : 21 février 2008 Rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil sur la pétition concernant le cancer de la prostate (information et dépistage) Mesdames

Plus en détail

l hématurie Mise au point sur Dans cet article : Le cas de Monsieur Houle

l hématurie Mise au point sur Dans cet article : Le cas de Monsieur Houle Mise au point sur l hématurie Par Louis-René Barrette, MD, FRCSC Présenté à la conférence sur l urologie, la néphrologie et les allergies de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec, le 12 juin

Plus en détail

LES DEPISTAGES SYSTEMATIQUES CHEZ LE NOUVEAU-NE

LES DEPISTAGES SYSTEMATIQUES CHEZ LE NOUVEAU-NE LES DEPISTAGES SYSTEMATIQUES CHEZ LE NOUVEAU-NE Ayadi Imen, Marrakchi Zahra Service de Néonatologie Hôpital Charles Nicolle de Tunis I- INTRODUCTION L histoire du dépistage néonatal ( DNN) systématique,

Plus en détail

QUESTIONS / RÉPONSES

QUESTIONS / RÉPONSES Cancer du poumon : conditions non réunies pour un dépistage chez les fumeurs QUESTIONS / RÉPONSES A quoi sert un dépistage?... 2 Quelles conditions doivent être réunies pour qu il soit possible et utile

Plus en détail

COMMUNIQUÉ CLINIQUE DU CANCER DE LA PROSTATE DU CHUL (CHUQ)

COMMUNIQUÉ CLINIQUE DU CANCER DE LA PROSTATE DU CHUL (CHUQ) COMMUNIQUÉ CLINIQUE DU CANCER DE LA PROSTATE DU CHUL (CHUQ) 2705, boul. Laurier, Ste-Foy, Québec, Canada G1V 4G2 Tél.: (418) 654-2291; Fax.: (418) 654-2732 Courriel: Fernand.Labrie@crchul.ulaval.ca Il

Plus en détail

DÉPISTAGE LE DÉPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER DU SEIN À PARTIR DE 50 ANS, LA MAMMOGRAPHIE EST RECOMMANDÉE TOUS LES DEUX ANS. e-cancer.

DÉPISTAGE LE DÉPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER DU SEIN À PARTIR DE 50 ANS, LA MAMMOGRAPHIE EST RECOMMANDÉE TOUS LES DEUX ANS. e-cancer. DÉPISTAGE LE DÉPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER DU SEIN À PARTIR DE 50 ANS, LA MAMMOGRAPHIE EST RECOMMANDÉE TOUS LES DEUX ANS e-cancer.fr Chaque année en France, 49 000 femmes apprennent qu elles sont touchées

Plus en détail

Résumé des controverses sur le dépistage du Cancer de la Prostate

Résumé des controverses sur le dépistage du Cancer de la Prostate Résumé des controverses sur le dépistage du Cancer de la Prostate Marc VERGNOLLES & Grégoire ROBERT 24 Juin 2015 Polémique! 2003 : l AFU se positionne en faveur d un dépistage «individuel» 2004 : l ANAES

Plus en détail

Introduction : La Démarche diagnostique

Introduction : La Démarche diagnostique PERFORMANCES D UN TEST DIAGNOSTIQUE «Malgré les précisions atomiques des balances modernes, on n'arrive pas encore à mesurer le poids exact de la solitude.» Georges Raby, Extrait du «Les Dents longues»

Plus en détail

Cancer de la prostate

Cancer de la prostate Informations destinées aux patients Une attention particulière est portée sur le traitement par Curiethérapie (Implants permanents d Iode125) Sommaire 1 Rappels anatomiques 2 Cancer de la prostate 2 1

Plus en détail

De la création d un groupe de travail aux recommandations HAS : l implication de la SFBC

De la création d un groupe de travail aux recommandations HAS : l implication de la SFBC Ann Biol Clin 2011 ; 69 (5) : 508-12 De la création d un groupe de travail aux recommandations HAS : l implication de la SFBC Roselyne Garnotel Secrétaire générale de la SFBC Deux biologistes ayant chacune

Plus en détail

PARTIE I GÉNÉRALITÉS À PROPOS DES EXAMENS COMPLÉMENTAIRES

PARTIE I GÉNÉRALITÉS À PROPOS DES EXAMENS COMPLÉMENTAIRES PARTIE I GÉNÉRALITÉS À PROPOS DES EXAMENS COMPLÉMENTAIRES Module 1 ITEM 4. Évaluation des examens complémentaires dans la démarche médicale Éléments entrant en jeu dans le choix d un examen complémentaire

Plus en détail

Prévention et dépistage

Prévention et dépistage Prévention et dépistage Groupe de travail «risques sanitaires» 17 novembre 2010 M Mounier Dépister Découvrir ce qui n est pas apparent Déceler, Détecter, Mettre en évidence Antoine Laurent Lavoisier (1743-1794)

Plus en détail

Marqueurs tumoraux : Orientation diagnostique? Quelle spécificité? Tumor markers : early diagnosis?

Marqueurs tumoraux : Orientation diagnostique? Quelle spécificité? Tumor markers : early diagnosis? Marqueurs tumoraux : Orientation diagnostique? Quelle spécificité? Tumor markers : early diagnosis? Dr Sana ABOUZAHIR MG Maroc Journée de Printemps 2013 INTRODUCTION Défis majeurs de la cancérologie est

Plus en détail

cancer de la prostate Le dépistage du Hôpital Bichat - Paris Pr. Vincent Ravery Urologie

cancer de la prostate Le dépistage du Hôpital Bichat - Paris Pr. Vincent Ravery Urologie Le dépistage du cancer de la prostate Pr. Vincent Ravery Urologie Hôpital Bichat - Paris Introduction 1. L espérance de vie augmente (INSEE, 1999) Tranches d âge EDV moyenne 60-64 19 65-69 16 70-74 12

Plus en détail

Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS

Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/6 : Quel(s) est (sont) le(s) facteur(s) de risque du cancer du rein? A - HTA B - Anémie C - Tabagisme D - Obésité E - HTAP (Réponse : ACD

Plus en détail

Surveillance d'une femme traitée pour un cancer gynécologique

Surveillance d'une femme traitée pour un cancer gynécologique Surveillance d'une femme traitée pour un cancer gynécologique LOuldamer 11 juin 2013 CHU de Tours Les défauts des consultations de surveillance Protocoles variables Malades --> anxiété --> fatigue -->

Plus en détail

DÉPISTAGE / DÉTECTION PRÉCOCE DU CANCER DE LA PROSTATE : CHEZ QUI ET COMMENT L ENVISAGER EN 2016?

DÉPISTAGE / DÉTECTION PRÉCOCE DU CANCER DE LA PROSTATE : CHEZ QUI ET COMMENT L ENVISAGER EN 2016? DÉPISTAGE / DÉTECTION PRÉCOCE DU CANCER DE LA PROSTATE : CHEZ QUI ET COMMENT L ENVISAGER EN 2016? Vincent Flamand APHNEP, le 04.02.2016 Ce que nous savons Ce que nous savons Tendances incidence et mortalité

Plus en détail

APPORT DU TOUCHER RECTAL, DU DOSAGE DU PSA, DE L ECHOGRAPHIE ET DE LA BIOPSIE DANS LE DIAGNOSTIC DES TUMEURS PROSTATIQUES AU CNHU DE COTONOU A

APPORT DU TOUCHER RECTAL, DU DOSAGE DU PSA, DE L ECHOGRAPHIE ET DE LA BIOPSIE DANS LE DIAGNOSTIC DES TUMEURS PROSTATIQUES AU CNHU DE COTONOU A APPORT DU TOUCHER RECTAL, DU DOSAGE DU PSA, DE L ECHOGRAPHIE ET DE LA BIOPSIE DANS LE DIAGNOSTIC DES TUMEURS PROSTATIQUES AU CNHU DE COTONOU A propos de 64 cas en deux ans : 1994 et 1995 RESUME Les auteurs

Plus en détail

Protocole DEPISTREC. Coordonnateurs Docteurs Marie Audrain, Sophie Mirallié et Caroline Thomas. Méthodologiste Pr Véronique Sébille

Protocole DEPISTREC. Coordonnateurs Docteurs Marie Audrain, Sophie Mirallié et Caroline Thomas. Méthodologiste Pr Véronique Sébille «Evaluation de l'utilité clinique et médico-économique du dépistage néonatal généralisé des Déficits Immunitaires Combinés Sévères (DICS) par quantification des TRECs sur cartes de Guthrie» Protocole DEPISTREC

Plus en détail

Sommaire 80 questions d hommes concernés

Sommaire 80 questions d hommes concernés Sommaire 80 questions d hommes concernés I. La prostate, sa localisation, ses fonctions et sa cancérisation... 19 1. Où se situe la prostate et à quoi sert-elle?... 20 2. Comment est constituée la prostate?

Plus en détail

Cancer de l'ovaire : je comprends l'évolution et les moyens du diagnostic

Cancer de l'ovaire : je comprends l'évolution et les moyens du diagnostic Cancer de l'ovaire : je comprends l'évolution et les moyens du diagnostic Centre François BACLESSE - CAEN Adresse du site : www.docvadis.fr/oncologie-baclesse Validé par le Comité Scientifique Gynécologie

Plus en détail

DCEM1. 2 ème Session Juin 2013 UE SANTE SOCIETE HUMANITE

DCEM1. 2 ème Session Juin 2013 UE SANTE SOCIETE HUMANITE DCEM1 2 ème Session Juin 2013 UE SANTE SOCIETE HUMANITE Ce sujet comporte 6 pages et 20 QCM. Le nombre de réponses correctes peut varier de 1 à 5. Pensez à bien noter vos nom, prénom et numéro d étudiant

Plus en détail

UE SANTE SOCIETE HUMANITE

UE SANTE SOCIETE HUMANITE UE SANTE SOCIETE HUMANITE Module Santé Publique DCEM1, 2 ème Session, juin 2012 Ce sujet comporte 5 pages et 20 QCM. Le nombre de réponses correctes peut varier de 1 à 5. 1 QCM 1 : La prévention secondaire

Plus en détail

Prévenir... les cancers chez l homme

Prévenir... les cancers chez l homme Prévenir... les cancers chez l homme 18 Réduire les risques Etes-vous un homme «à risque»? Si un ou plusieurs des facteurs ci-dessous vous concerne, vous êtes un homme à risque. Si vous cumulez plusieurs

Plus en détail

Sur- ou sous-médicalisation?

Sur- ou sous-médicalisation? Marc Vanmeerbeek Département de Médecine générale, Université de Liège Belgique LA PRÉVENTION MÉDICALISÉE EST-ELLE NÉFASTE POUR NOS PATIENTS? Et à quelles conditions leur serait-elle bénéfique? Sur- ou

Plus en détail

Détection précoce du cancer de prostate en Pour qui? Et comment?

Détection précoce du cancer de prostate en Pour qui? Et comment? Détection précoce du cancer de prostate en 2016. Pour qui? Et comment? Adil OUZZANE, MD, PhD Service d Urologie Hôpital Claude Huriez, CHRU Lille Congrès annuel de l AMU Skhirate, Avril 2016 1 2 NEJM,

Plus en détail

Je ne fais pas de mammographie de dépistage car :

Je ne fais pas de mammographie de dépistage car : Je ne fais pas de mammographie de dépistage car : 1 Je manque de temps. Avec mon métier et mes enfants, je cours partout, je n ai pas le temps de prendre soin de moi et de m occuper de ma santé. J ai vraiment

Plus en détail

Traitement du Cancer Prostatique Quel traitement curatif?

Traitement du Cancer Prostatique Quel traitement curatif? Traitement du Cancer Prostatique Quel traitement curatif? Guideline for the Management of Clically Localized Prostate Cancer : 2007 update. From the American Urological Association Education and Research,

Plus en détail

LES CANCERS DIGESTIFS

LES CANCERS DIGESTIFS LES CANCERS DIGESTIFS Les cancers digestifs n ont souvent pas de symptômes. Ils peuvent toucher tous les organes : œsophage, estomac, foie, pancréas, rectum, colon Cancer colorectal C est une transformation

Plus en détail

9/13/2013. Optimiser l usage des examens d imagerie médicale. Service d Imagerie Médicale. Dr E. BERTOLLE CH Argenteuil. Optimiser la prescription

9/13/2013. Optimiser l usage des examens d imagerie médicale. Service d Imagerie Médicale. Dr E. BERTOLLE CH Argenteuil. Optimiser la prescription Service d Imagerie Médicale Optimiser l usage des examens d imagerie médicale Dr E. BERTOLLE CH Argenteuil Patient de 40 ans adressé pour traumatisme crânien - Sans perte de connaissance, sans signe neurologique

Plus en détail

SUITES DE COUCHES NORMALES ET PATHOLOGIQUES. SF: H.Messerer CHU Ibn Rochd, service de Gynécologie Obstérique Annaba

SUITES DE COUCHES NORMALES ET PATHOLOGIQUES. SF: H.Messerer CHU Ibn Rochd, service de Gynécologie Obstérique Annaba SUITES DE COUCHES NORMALES ET PATHOLOGIQUES SF: H.Messerer CHU Ibn Rochd, service de Gynécologie Obstérique Annaba I-INTRODUCTION: o Les suites de couches est la période qui s etend de l accouchement jusqu

Plus en détail

Valeur informationnelle d un signe : Sensibilité, spécificité, valeurs prédictives

Valeur informationnelle d un signe : Sensibilité, spécificité, valeurs prédictives I. Introduction Valeur informationnelle d un signe : A. La démarche diagnostique La démarche pour aboutir à un diagnostic est la suivante : Le médecin accueille dans son cabinet un patient qui se plaint

Plus en détail

Le dépistage organisé du cancer du sein par mammographie est-il encore d actualité? Catherine Hill Epidémiologiste. Institut Gustave Roussy

Le dépistage organisé du cancer du sein par mammographie est-il encore d actualité? Catherine Hill Epidémiologiste. Institut Gustave Roussy Le dépistage organisé du cancer du sein par mammographie est-il encore d actualité? Catherine Hill Epidémiologiste Institut Gustave Roussy Des idées fausses 1. «Il est toujours mieux de détecter les cancers

Plus en détail

En lien Lettre à un homme de plus de 50 ans qui se pose la question de l utilité ou non du dépistage du cancer de la prostate

En lien Lettre à un homme de plus de 50 ans qui se pose la question de l utilité ou non du dépistage du cancer de la prostate Point de vue du Pr Georges Fournier Au cœur du débat entre les «pour» et les «contre» le dépistage du cancer de la prostate, les hommes de plus de 50 ans sont indécis. Leur demande répétée nous a conduit

Plus en détail

DEPISTAGE PRENATAL NON INVASIF (DPNI) DES TRISOMIES 13,18,21

DEPISTAGE PRENATAL NON INVASIF (DPNI) DES TRISOMIES 13,18,21 Consentement Indications Grossesse Patiente DEPISTAGE PRENATAL NON INVASIF (DPNI) DES TRISOMIES 13,18,21 L a b o ratoire BIOXA - PO R T E D E PARIS 27, rue du Colonel Fabien 51100 REIMS 03.26.04.07.89-03.26.08.76.50

Plus en détail

Dépistage : éléments quantitatifs justifiant de sa mise en place et de son évaluation

Dépistage : éléments quantitatifs justifiant de sa mise en place et de son évaluation 27/04/2016 MARANDEL Marina D1 CR : CHAPON Julie BQ Professeur CHAUDET 16 pages Dépistage : éléments quantitatifs justifiant de sa mise en place et de son évaluation Plan A. Définition B. Mesure de la performance

Plus en détail

Europa Uomo Switzerland. Conférence de presse Genève, le 22 octobre 2010

Europa Uomo Switzerland. Conférence de presse Genève, le 22 octobre 2010 Europa Uomo Switzerland Conférence de presse Genève, le 22 octobre 2010 Déroulement Présentation des intervenants Création d Europa Uomo Switzerland Les enjeux de la maladie pour lesquels Europa Uomo CH

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DES MALADIES NON TRANSMISSIBLES

EPIDEMIOLOGIE DES MALADIES NON TRANSMISSIBLES EPIDEMIOLOGIE DES MALADIES NON TRANSMISSIBLES Dr. Lakehal I. INTRODUCTION : la transition épidémiologique est une réalité dans beaucoup de régions dans le monde (particulièrement pays en développement).

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DES MALADIES NON TRANSMISSIBLES

EPIDEMIOLOGIE DES MALADIES NON TRANSMISSIBLES Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Faculté de Médecine de Constantine Département de Pharmacie EPIDEMIOLOGIE DES MALADIES NON TRANSMISSIBLES Dr LAKEHAL Abdelhak Maître

Plus en détail

Maladies non transmissibles MNT mise à jour. Expériences et perspectives de la Ligue contre le cancer

Maladies non transmissibles MNT mise à jour. Expériences et perspectives de la Ligue contre le cancer Symposium Santé publique suisse Maladies non transmissibles MNT mise à jour Expériences et perspectives de la Ligue contre le cancer Annick Rywalski Responsable Division prévention Ligue suisse contre

Plus en détail

1 - Adenofibrome : a) Clinique : b) Anatomie pathologique : c) Radiologiquement :

1 - Adenofibrome : a) Clinique : b) Anatomie pathologique : c) Radiologiquement : 1 - Adenofibrome : a) Clinique : Tuméfaction unique (ou multiple soit d'emblée soit plus tard) chez une patiente jeune (20 à 30 ans) ayant tous les critères de la bénignité : - bien limitée - élastique

Plus en détail

MÉNOPAUSE TRAITEMENTS ET SURVEILLANCE. Mai 2016 Hà Nội Dr Charlotte PAUL Gynécologie Médicale

MÉNOPAUSE TRAITEMENTS ET SURVEILLANCE. Mai 2016 Hà Nội Dr Charlotte PAUL Gynécologie Médicale MÉNOPAUSE TRAITEMENTS ET SURVEILLANCE Mai 2016 Hà Nội Dr Charlotte PAUL Gynécologie Médicale Définitions OMS 1996 Ménopause : arrêt définitif des menstruations Aménorrhée persistante 12 mois faisant suite

Plus en détail

le dépistage et la surveillance de lésions liées au virus HPV

le dépistage et la surveillance de lésions liées au virus HPV Etant à risque, je comprends le dépistage et la surveillance de lésions liées au virus HPV Les infections virales à papillomavirus humain, peuvent être à l origine de lésions précancéreuses au niveau du

Plus en détail

Imagerie des cancers:

Imagerie des cancers: Imagerie des cancers: Dépistage et bilan d extension HTrillaud Trillaud, Herve.trillaud@chu-bordeaux.fr Service de radiologie Hôpital Saint-André Bordeaux Objectif Définir la notion de dépistage en imagerie

Plus en détail

Limitations. N est pas conçu pour

Limitations. N est pas conçu pour PI RADS V2 Objectifs 2012 PI RADS V1 2015 PI RADS V2 Établir les paramètres minimum acceptables pour mpmri Simplifier et standardiser la terminologie et le compte-rendu radiologique Faciliter l utilisation

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

Le TALONNEUR. Le journal du Programme Québécois de Dépistage Néonatal Sanguin. Édition spéciale

Le TALONNEUR. Le journal du Programme Québécois de Dépistage Néonatal Sanguin. Édition spéciale Le TALONNEUR Le journal du Programme Québécois de Dépistage Néonatal Sanguin Édition spéciale EXPANSION AU PQDNS : DÉPISTAGE NÉONATAL SANGUIN DES SYNDROMES DRÉPANOCYTAIRES MAJEURS À TOUS LES NOUVEAU-NÉS

Plus en détail

Soins infirmiers en Onco-gynécologie. J. Rousset 2013/ IFSI Rockefeller D après cours de V. Fiot

Soins infirmiers en Onco-gynécologie. J. Rousset 2013/ IFSI Rockefeller D après cours de V. Fiot Soins infirmiers en Onco-gynécologie J. Rousset 2013/2014 - IFSI Rockefeller D après cours de V. Fiot 1. Le cancer du col de l utérus 1. Le cancer du col de l utérus 1.1. EPIDEMIOLOGIE 11ème des cancers

Plus en détail

Parcours de soins dans la MRC

Parcours de soins dans la MRC Dr FINIELZ Paul 06/2013 Parcours de soins dans la MRC Février 2012 qu est ce que la maladie rénale? destruction progressive des reins sans aucun signe ressenti par le patient quel est le rôle du rein?

Plus en détail

Agir aujourd hui pour prévenir les maladies de demain. 10 juin 2008 Centre International des Congrès à Metz

Agir aujourd hui pour prévenir les maladies de demain. 10 juin 2008 Centre International des Congrès à Metz Agir aujourd hui pour prévenir les maladies de demain 10 juin 2008 Centre International des Congrès à Metz Point sur le cancer de la vessie : dépistage précoce et santé au travail Dr Maria GONZALEZ Centre

Plus en détail

Trop dépister les cancers nuit-il à la santé? L exemple des cancers du sein

Trop dépister les cancers nuit-il à la santé? L exemple des cancers du sein Trop dépister les cancers nuit-il à la santé? L exemple des cancers du sein Peter C. Gøtzsche Chercheur et directeur du centre nordique Cochrane, et auteur de l ouvrage "Mammography screening. Truth, lies

Plus en détail

LE CANCER DU SEIN : ET APRES. COMMENT ME SURVEILLER?

LE CANCER DU SEIN : ET APRES. COMMENT ME SURVEILLER? Centre Jean Perrin Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France - LE CANCER DU SEIN : ET APRES. COMMENT ME SURVEILLER? Dr Sylvie LEMERY Dr Valérie DIEU Service de sénologie Titre

Plus en détail

L ADÉNOME DE LA PROSTATE

L ADÉNOME DE LA PROSTATE L ADÉNOME DE LA PROSTATE Pr François Desgrandchamps Damien Chavanat collection SPECIMEN 1 L ADÉNOME DE LA PROSTATE Pr François Desgrandchamps 2 Damien Chavanat 3 collection avant propos L adénome de la

Plus en détail

faisons le point Mise à jour sur le traitement de l HBP

faisons le point Mise à jour sur le traitement de l HBP Mise à jour sur le traitement de l HBP Dr Luc Valiquette, MD, FRCSC Présenté dans le cadre de : Les Journées de pharmacologie de l Université de Montréal, avril 2005 Plus de patients à traiter La physiologie

Plus en détail

Rôle du pathologiste dans le diagnostic et le dépistage des cancers

Rôle du pathologiste dans le diagnostic et le dépistage des cancers Rôle du pathologiste dans le diagnostic et le dépistage des cancers Anatomie pathologique - Définition Application aux cellules et tissus prélevés de diverses méthodes d analyse basées principalement sur

Plus en détail

Découvertes de hasard et examens systématiques

Découvertes de hasard et examens systématiques Découvertes de hasard et examens systématiques Altération des tests hépatiques chez un patient asymptomatique Cas 1 Patient de 65 ans, diabétique, ancien fumeur, passant un examen de dépistage La biologie

Plus en détail

Université Bordeaux Ségalen CONCOURS PACES- PARAMEDICAUX UE4. Evaluation des méthodes d analyses appliquées aux sciences de la vie et de la santé

Université Bordeaux Ségalen CONCOURS PACES- PARAMEDICAUX UE4. Evaluation des méthodes d analyses appliquées aux sciences de la vie et de la santé Université Bordeaux Ségalen CONCOURS PACES- PARAMEDICAUX UE4 Evaluation des méthodes d analyses appliquées aux sciences de la vie et de la santé Vendredi 6 janvier 2012 Durée de l épreuve : 45 minutes

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DES MALADIES NON TRANSMISSIBLES

EPIDEMIOLOGIE DES MALADIES NON TRANSMISSIBLES FACULTE DE MEDECINE DE CONSTANTINE ANNEE UNIVERSITAIRE : 2014-2015 EPIDEMIOLOGIE DES MALADIES NON TRANSMISSIBLES Dr S. AMAROUCHE Maitre assistante en Epidémiologie Université 3 de Constantine 1 I. INTRODUCTION

Plus en détail

En cours à Tenon PHRC : Tumeurs endocrines digestives et TEP/TDM STIC : FLUPROSTIC Cancer de la prostate comparaison TEP/TDM et IRM

En cours à Tenon PHRC : Tumeurs endocrines digestives et TEP/TDM STIC : FLUPROSTIC Cancer de la prostate comparaison TEP/TDM et IRM En cours à Tenon PHRC : Tumeurs endocrines digestives et TEP/TDM STIC : FLUPROSTIC Cancer de la prostate comparaison TEP/TDM et IRM FDOPA (investigateur principal : F Montravers), début : janvier 2006

Plus en détail

Etude européenne ERSPC. Samuel Golshani

Etude européenne ERSPC. Samuel Golshani Etude européenne ERSPC Samuel Golshani 1 Contexte Le cancer de la prostate est le 2 e Objectif de la prostate, grâce à un dépistage basé sur le taux de PSA. la nécessité du dépistage. Méthode Entre 1990

Plus en détail

Découvertes de hasard et examens systématiques

Découvertes de hasard et examens systématiques Découvertes de hasard et examens systématiques Altération des tests hépatiques chez un patient asymptomatique Cas 1 Patient de 65 ans, diabétique, ancien fumeur, passant un examen de dépistage La biologie

Plus en détail

Présentation RTIC Mardi 24 Septembre 2013 Dr Artus Albessard Médecin coordonnateur et directeur de Doc 31

Présentation RTIC Mardi 24 Septembre 2013 Dr Artus Albessard Médecin coordonnateur et directeur de Doc 31 Dépistage organisé des cancers Présentation RTIC Mardi 24 Septembre 2013 Dr Artus Albessard Médecin coordonnateur et directeur de Doc 31 Cancers les plus fréquents, Cancers les plus mortels? Projections

Plus en détail

Tests de dépistage pour nouveau-nés. The Nest for Newborns

Tests de dépistage pour nouveau-nés. The Nest for Newborns Tests de dépistage pour nouveau-nés The Nest for Newborns Madame, Monsieur, Dès les premiers jours suivant la naissance de votre bébé, la maternité va vous proposer de lui faire des tests de dépistage.

Plus en détail

Essais cliniques : Cancer de la prostate

Essais cliniques : Cancer de la prostate Essais cliniques : Cancer de la prostate Sommaire des protocoles Page Adénocarcinome de la prostate - GETUG - 17 Étude randomisée multicentrique comparant une radiothérapie adjuvante immédiate associée

Plus en détail

Faut-il : - dépister le cancer de la prostate? - prescrire un dosage du taux de PSA?

Faut-il : - dépister le cancer de la prostate? - prescrire un dosage du taux de PSA? Faut-il : - dépister le cancer de la prostate? - prescrire un dosage du taux de PSA? Êtes vous un dépisteur mou? Êtes vous un dépisteur dur? Dr François DUMEL 15 Oct 2009 FDUMEL 1 Diagnostic précoce en

Plus en détail

MASSES TUMORALES. Tumeur du rein

MASSES TUMORALES. Tumeur du rein MASSES TUMORALES Des tumeurs peuvent prendre naissance dans les reins, la prostate, les testicules et la vessie. Les autres localisations sont possibles, mais elles sont exceptionnelles. Tumeur du rein

Plus en détail

L inutile en biologie? Pr N. Magy-Bertrand Service de Médecine Interne

L inutile en biologie? Pr N. Magy-Bertrand Service de Médecine Interne L inutile en biologie? Pr N. Magy-Bertrand Service de Médecine Interne Parti pris. Public concerné : les médecins généralistes Examens concernés : les examens biologiques couramment prescrits en médecine

Plus en détail

Introduction. A. Rogel, D. Lastier et E. Salines

Introduction. A. Rogel, D. Lastier et E. Salines Évolution des faux positifs, des cancers in situ et des cancers invasifs de petite taille dans le programme de dépistage organisé du cancer du sein : période 24-28 Time trend of false positive, in situ

Plus en détail

Descriptif d une séquence de formation. Plan du cours : «Urologie Néphrologie»

Descriptif d une séquence de formation. Plan du cours : «Urologie Néphrologie» Descriptif d une séquence de formation Plan du cours : 2013 2014 «Urologie Néphrologie» 1. Informations de base - Matière d enseignement: Urologie Néphrologie - Public cible : Cinquième année médecine

Plus en détail

LES ENJEUX DU DÉPISTAGE ET DU DIAGNOSTIC PRÉNATAL DU SYNDROME DE DOWN

LES ENJEUX DU DÉPISTAGE ET DU DIAGNOSTIC PRÉNATAL DU SYNDROME DE DOWN Conseil d évaluation des technologies de la santé du Québec RAPPORT - SEPTEMBRE 1999 LES ENJEUX DU DÉPISTAGE ET DU DIAGNOSTIC PRÉNATAL DU SYNDROME DE DOWN (CETS 99-4 RF) RAPPORT PRÉSENTÉ AU Ministre de

Plus en détail

Cas Cliniques Pr Françoise Montravers, Dr Rachida Lebtahi

Cas Cliniques Pr Françoise Montravers, Dr Rachida Lebtahi Cas Cliniques Pr Françoise Montravers, Dr Rachida Lebtahi Cas 1 Suspicion d atteinte résiduelle deux mois après résection d une tumeur carcinoïde du grêle en raison de la persistance d une élévation de

Plus en détail

Prévention des maladies du foie

Prévention des maladies du foie Prévention des maladies du foie Mythe ou réalité? Jean-Claude TRINCHET Hôpital Jean Verdier - 93140 Bondy AP-HP et Université Paris 13 ou comment éradiquer les maladies du foie Epidémiologie des maladies

Plus en détail

Informations générales

Informations générales Traitement du cancer de prostate. Enquête OPEPS Cette enquête de pratiques est réalisée dans le cadre de l évaluation OPEPS (Office Parlementaire d Evaluation des Politiques de Santé). Son objectif est

Plus en détail

I. PHYSIOPATHOLOGIE SOMMAIRE

I. PHYSIOPATHOLOGIE SOMMAIRE CHAPITRE 7 HÉMATURIE OBJECTIF Devant une hématurie microscopique et macroscopique, argumenter les hypothèses diagnostiques et justifier les examens complémentaires pertinents. SOMMAIRE I. PHYSIOPATHOLOGIE

Plus en détail