LA DISTANCE DANS LA RELATION DE SOINS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA DISTANCE DANS LA RELATION DE SOINS"

Transcription

1 Institut de formation en soins infirmiers du CHU de Nantes ROSELIER Typhaine Promotion LA DISTANCE DANS LA RELATION DE SOINS Travail écrit de fin d études Diplôme d état Janvier 2009

2

3 Institut de formation en soins infirmiers du CHU de Nantes ROSELIER Typhaine Promotion LA DISTANCE DANS LA RELATION DE SOINS Travail écrit de fin d études Diplôme d état Janvier 2009

4 SOMMAIRE Introduction... p.2 Description d une situation clinique et questionnement... p.4 Réflexion... p.8 - La communication... p.9 A) Qu est-ce que communiquer?...p.9 B) Comment communique-t-on?...p.10 - La relation soignant-soigné...p.12 A) La notion de qualité...p.12 B) Définitions...p.12 C) Les liens de confiance...p.14 D) La relation d aide...p.16 E) Les affects, les sentiments et les émotions...p.17 F) Les superpositions...p.18 - La distance dans les soins...p.20 A) Définitions...p.20 B) S impliquer vers une juste distance... p.22 Problématique... p.25 Conclusion... p.27 Références bibliographiques... p.29 Annexes... p Méthodologie... p. I - Guide d entretien... p. III - Grille d entretien... p. IV

5 INTRODUCTION

6 J ai pour projet professionnel d exercer dans un service de réanimation. Lorsque j en parle autour de moi, les gens associent souvent ce type de service au côté purement technique du soin. Cela m a souvent posé question, j ai alors décidé d aborder la relation de soin. Lorsqu il a fallu choisir notre thème, je n avais pas encore pu faire de stage dans un service de réanimation, j ai alors élargi ma réflexion aux soins généraux. Il faut comprendre par soins généraux, les services de médecine ou de chirurgie par exemple. J exclus volontairement la psychiatrie bien que ma situation de départ se soit déroulée dans un foyer de postcure psychiatrique. Puisque le thème de la distance est bien spécifique du fait des pathologies mentales rencontrées, je n aborderai pas non plus les services d urgence et de réanimation du fait de la spécificité de la prise en charge (patients inconscients ou étant pris en charge sur une période très courte). J ai pu observer, dans les différents stages que j ai effectués, que la relation de soin est continuellement présente et que la question de la distance se pose souvent à moi. De ce fait, il m a paru intéressant d étudier ce sujet qui m aidera tout au long de ma future carrière d infirmière. Pour cela, j ai réalisé trois entretiens auprès d infirmières exerçant dans des services accueillants les patients sur des périodes plus ou moins longues. J ai également fait des recherches dans des ouvrages, des articles de magazines professionnels ainsi que sur internet. Dans un premier temps, je vous présenterai la situation qui m a posée question et qui a été le point de départ de ma réflexion. De celle-ci s est dégagé un questionnement qui m a amené à une question de départ. Ensuite, je parlerai de la communication. Puis j apporterai un éclaircissement sur la notion de relation soignant-soigné. Enfin je développerai la distance dans le soin. Pour conclure mon travail, je terminerai par la problématique qui découle de mon questionnement et du cheminement de ma réflexion.

7 DESCRIPTION D UNE SITUATION QUESTIONNEMENT ET QUESTION DE DEPART

8 J'ai effectué, en deuxième année, un stage dans un foyer postcure psychiatrique. Dans cet établissement, les professionnels ainsi que les résidants se tutoient et tout le monde est en tenue civile. Parmi les patients, il y a Melle A. Elle a 22 ans, est psychotique et a des problèmes au niveau du lien avec sa mère, avec qui elle entretient une relation très fusionnelle. C'est une personne qui cherche constamment l'attention d'autrui. Lors de mon premier jour, Melle A. se présente à moi et me raconte son histoire ainsi que son vécu au foyer. Plus tard dans l'après-midi, j'en parle avec Melle N 1. Elle me dit alors que Melle A. me raconte des mensonges et qu'elle fait cela avec tous les nouveaux venus. Ce serait, selon elle, une façon de nous tester afin qu'on puisse lui laisser plus de liberté dans son contrat de soins. En effet, en lisant son dossier quelques jours plus tard, j'ai pu m'en apercevoir par moi-même. Un soir où je travaillais, Melle A. m'a proposée une partie de football sur une console vidéo : une occasion d'entrer en contact avec elle et de faire plus amples connaissances. Nous nous rendons alors dans la salle de jeu où nous sommes seules. Elle semble enthousiaste de partager ce moment avec moi. Malgré plusieurs questions de ma part, je ne parviens pas à la faire verbaliser sur ses projets d'avenir (la sortie n'était pas encore envisagée à ce moment-là) Elle me retourne chacune de mes questions. Remarquant son insistance pour obtenir des réponses sur ma vie privée, je décide de lui rappeler les raisons de ma présence au foyer. Je lui explique alors que je ne répondrai pas à ses questions puisque je ne suis pas là pour me lier d'amitié avec elle. Je lui dis que je suis présente pour apprendre le même métier que l'infirmier, qu'il serait donc plus correct qu'elle s'adresse à moi comme elle s'adresserait à un des professionnels exerçant au foyer. Mes propos semblent l'avoir vexée, je pensais pourtant avoir essayé de le dire le plus clairement possible sans que cela paraisse comme une punition. Elle décide alors de mettre fin à la partie de jeu. J ai tenté de lui expliquer qu'il était important de terminer quelque chose quand on l a commencé (ce qu'elle avait tendance à ne pas faire) mais cela n'y a rien changé. J'ai dû répéter la même chose plusieurs fois durant mes deux premières semaines de stage. J'ai donc voulu en parler avec l'infirmier. Je remettais en cause le tutoiement des patients, car j'étais souvent plus jeune qu'eux. Je lui ai fait part de mes difficultés à ne pas 1 Etudiante en psychologie, présente dans le même lieu de stage que moi depuis plusieurs semaines.

9 instaurer de relation "amicale" avec Melle A. Il m'a rassuré en me disant qu'elle avait tendance à tester les nouveaux professionnels, qu'elle essayait toujours de nouer une relation fusionnelle puisqu'elle ne vit plus avec sa mère. Et d'après ses observations et celles de ses collègues, j'avais un comportement adapté avec Melle A. comme avec les autres résidants. Malgré ses propos rassurants, cela m'a posé question, notamment sur le tutoiement : Melle A. aurait-elle eu les mêmes questions à me poser si je l'avais vouvoyée? Aurait-elle essayé d'instaurer une relation de «copinage»? Quelles sont les influences de notre manière de communiquer et de notre manière d être sur la relation avec le patient? Jusqu'où doit-on entrer en relation avec le patient? Est-ce ne pas être soignant d'être complice avec son patient? Quelles sont les conséquences d'une relation fusionnelle ou au contraire d'une relation très distante avec les patients dans le soin? Quels sont les impacts du type de la relation (fusionnelle, amicale, distante...) sur le soin et sur la prise en charge? Où s'arrête la relation de confiance? Comment trouver sa place lorsqu'on est en tenue civile? Est-ce que le fait d'avoir le même âge que le patient, influence la prise en charge du patient? Le ressent-il? En joue-t-il? Est-ce que cela me porte préjudices (dans le sens où ils ne me prendraient pas au sérieux)? Le fait d'avoir été rassurée par l'infirmier m'a-t-il influencé dans la prise de distance vis-àvis des patients? Ma prise en charge a-t-elle été changée? Y a-t-il eu des conséquences sur celle-ci? Aurais-je pu réagir de la même façon dans un secteur hospitalier psychiatrique? Et dans un service de soins généraux? La distance relationnelle est-elle différente dans les services de soins généraux? Comment maintenir la distance relationnelle nécessaire à toute relation thérapeutique? Est-ce la relation qu on a avec le patient qui a un impact sur la distance ou le contraire? En quoi le rôle infirmier, avec la distance relationnelle qu'il implique, influence-t-il la qualité du soin? En quoi la capacité à instaurer une distance suffisante, dans la relation soignant-soigné, influence-t-elle la qualité du soin infirmier en psychiatrie?

10 Cette première réflexion m a amené à diriger mon travail de recherche d après cette question : En quoi la relation soignant-soigné influence-t-elle la distance relationnelle?

11 REFLEXION

12 LA COMMUNICATION Avant d aborder le concept de la relation, je souhaite éclaircir la notion de communication. En effet, pour moi, pour pouvoir entrer en relation avec quelqu un, il faut avant tout communiquer. Il faut qu il y ait un échange qu il soit verbal ou non. À ce propos, LIPIANSKI, professeur de psychologie, dit que «la communication est le passage obligé pour entrer en relation avec autrui quelles que soient les motivations pour le faire (sociales, professionnelles, affectives, utilitaires )» 2. A) Qu est-ce que communiquer? Cette question, je l ai posée lors de mes entretiens, cherchant à savoir si les infirmières pensaient aussi à la base de toute relation. Il n y a que Mme S. qui m a répondu que «la communication ( ) c est comme la relation de confiance, c est la base de tout» 3. Mais Mme M. a également pensé à la relation en disant que «la communication c est une relation à deux et c est un échange entre deux personnes ( ) la communication peut être à plusieurs aussi» 4. Je rajouterais à cette définition la notion d échange d informations. Effectivement, le soigné peut passer un message au soignant et ce dernier peut également renvoyer une information au soigné. Cet échange d information implique une interaction. C est «ce qui permet de construire son identité en tant que personne, à partir d une participation à l action d autrui avec laquelle on se trouve ainsi en parfaite permutation de rôles» 5 Tous les échanges avec les patients permettraient donc de construire son identité professionnelle. Tout au long de mes trois années d études à l I.F.S.I. 6, mes diverses conversations avec les patients, ainsi qu avec les différents professionnels qui m ont encadré lors de mes stages, m ont permis d évoluer en tant que future infirmière. Mes pratiques, ma capacité d écoute ou même ma manière d être ont changé. 2 Coordonné par CABIN P., La communication, état des savoirs, p.59 3 Entretien avec Mme S. (cf. annexe I : méthodologie, entretien n 1) 4 Entretiens avec Mme M. (cf. annexe I : méthodologie, entretiens n 3) 5 BEAUDICHON J., La communication : processus, formes et applications, p.17 6 Institut de Formations en Soins Infirmiers

13 B) Comment communique-t-on? Nous échangeons constamment des informations qui sont acheminées de différentes façons. D abord, les mots : c est ce que j appellerais le langage verbal. Il peut être oral ou écrit. C est ce que nous avons l intention de transmettre. Comme le dit Mme S., selon le type de pathologies des patients, la communication verbale peut se faire de façons très variées : par «ardoise» 7 ou par «lecture labiale» 8. Puis il y a tout le reste. Les trois infirmières m ont parlé de communication par «gestes» 9. Cependant, cela peut être aussi des mimiques, des sourires, un positionnement du corps, une attitude De plus, la tenue vestimentaire, selon moi, joue un rôle également dans notre comportement. Dans ma situation, je me suis d ailleurs demandée comment on pouvait trouver sa place de soignant lorsqu on est en tenue civile. Je pense alors que Melle A. a dû ressentir mon questionnement vis-à-vis de ma tenue. C est pourquoi, je qualifierais tous ces éléments comme faisant partie du langage non-verbal. Janine BEAUDICHON, dans son livre «La communication : processus, formes et applications» différencie trois types de comportements non-verbaux : - «les manifestations dont ne prend conscience ni celui qui les produit, ni celui qui y est exposé» d autres qui sont «émises de manière non intentionnelle mais sont perçues intentionnellement» 11. A ce propos, Mme C. m a parlé d un échange par le regard et m a dit que lorsqu on ne peut pas communiquer verbalement «on se regarde plus et je pense qu à un moment donné, on laisse échapper certaines émotions ( ) je pense que ( ) il y a un peu de nous aussi qui ressort» 12. Mme M. une autre infirmière va dans ce sens : «on peut aussi communiquer son angoisse, sa manière d être ( ) comment vous êtes les patients le ressentent ( ) votre ressenti les gens le ressentent» Entretien avec Mme S. (cf. annexe I : méthodologie, entretien n 1) 8 Entretien avec Mme S. (cf. annexe I : méthodologie, entretien n 1) 9 Entretiens avec Mme S., Mme C. et Mme M. (cf. annexe I : méthodologie, entretiens n 1, 2 et 3) 10 BEAUDICHON J., Op. cit., p Ibid., p Entretien avec Mme C. (cf. annexe I : méthodologie, entretien n 2) 13 Entretien avec Mme M. (cf. annexe I : méthodologie, entretien n 3)

14 - et enfin celles qui «sont produit(e)s et reçu(e)s intentionnellement» 14 Cela peut être lorsqu on pointe du doigt pour désigner un objet par exemple. Tous ces éléments de communication non-verbale envoient une ou plusieurs information(s) à notre interlocuteur. Il est important d avoir conscience qu on peut renvoyer quelque chose d inconscient au patient. C est ce que l on appelle le contre-transfert qui peut se définir comme une réaction inconsciente de l infirmier, plus particulièrement au transfert du soigné. Ce transfert est une projection du contenu de l inconscient des émotions de son enfance. Freud liait ces deux termes à la relation entre le psychanalyste et son patient, mais on peut dire qu ils sont transposables à tous types de relation tant que celle-ci réveille des sentiments éprouvés dans l enfance. Pour conclure, les différents éléments de la communication verbale et non-verbale peuvent être interprétés «comme des supports d informations qui formeront le sédiment de la relation soignant-soigné» BEAUDICHON J., Op. cit., p MANOUKIAN A., MASSEBEUF A., La relation soignant-soigné, p.8

15 LA RELATION SOIGNANT-SOIGNE A) la notion de qualité Chaque moment passé avec le patient est un moment de relation soignant-soigné. L article R du Code de la Santé Publique relatif à l exercice de la profession d infirmiers, stipule que «les soins infirmiers, préventifs, curatifs ou palliatifs, intègrent qualité technique et qualité des relations avec le malade» 16. Au regard de cela, on peut dire que c est au soigné de garantir la qualité de cette relation même si elle est étroitement liée au patient. Il me paraît important de revenir sur cette notion de qualité avant de traiter de la relation soignant-soigné. Que signifie «qualité technique et qualité des relations»? Par ces mots, je comprends la qualité des soins d une manière globale. Mais peut-on définir ce qu est la qualité des soins? La qualité d un objet ne peut-elle pas être appréciée par un individu et pas par un autre? N en serait-il pas de même pour les soins? Pour moi, la qualité d un soin pourrait être approuvée dans le cas où le soigné comme le soignant seraient satisfaits du soin prodigué. Cependant, Walter HESBEEN propose cette définition : «Une pratique soignante de qualité est celle qui prend du sens dans la situation de vie de la personne soignée et qui a pour perspective le déploiement de la santé pour elle et pour son entourage. Elle relève d une attention particulière aux personnes et est animée par le souci du respect de celles-ci» 17. Au regard de cette définition, on remarque que la qualité doit être également appréciée auprès de la famille du patient. Ferait-elle alors partie de la relation entre le soignant et le soigné? B) Définitions Selon A. MANOUKIAN et A. MASSEBEUF une relation «c est une rencontre entre deux personnes au moins, c est-à-dire deux caractères, deux psychologies 16 Article R du Code de la Santé Publique 17 HESBEEN W., La qualité du soin infirmier : penser et agir dans une perspective soignante, p.55

16 particulières et deux histoires» 18 Ce sont ces caractéristiques qui rendent une relation singulière entre des êtres humains. Elle est fondée sur l échange et la communication «avec son corps, sa parole et son affectivité» 19 c est également ce qui la rend unique. Dans le cadre de la relation soignant-soigné, le contexte de l hospitalisation donne un sens à la relation. Mais c est aussi ce qui fait sa complexité. En effet, «qu on le veuille ou non c est bel et bien dans le cadre de la relation soignant-soigné et dans l intimité du face à face, que s inscrit le soin» 20. Il s agit d une relation imposée : ni le soignant, ni le soigné ont choisi d entrer en relation avec l autre. Cependant, le patient, lors de son hospitalisation, vit une véritable rupture avec ses repères, ses habitudes de vie Cette relation est la base du travail infirmier qui consiste à accompagner le patient vers une autonomie. De plus, cette relation tient compte d un soignant qui prend soin d un patient. Mais «prendre soin dans une perspective de santé, c est aller à la rencontre d une personne pour l accompagner dans le déploiement de sa santé» 21. Cette rencontre ne s arrête donc pas au chevet du malade. «C est aussi bien pendant les soins que tout ce qui est ( ) autour» 22. C est par exemple, répondre à une sonnette, ou encore donner des nouvelles du patient à son entourage, ou même prendre contact avec un ergothérapeute pour qu il aménage le domicile du patient afin que ce dernier soit le plus autonome possible. Pour deux des infirmières que j ai interrogées, cette relation particulière entre deux êtres humains consiste à établir un «climat de confiance» 23. «La rencontre entre une personne soignante et une personne soignée poursuit un objectif bien précis, celui de réussir cette rencontre, c est-à-dire tisser des liens de confiance» 24. C est ce que nous allons voir maintenant. 18 MANOUKIAN A., MASSEBEUF A., Op. cit., p.9 19 Ibid., p.9 20 Sous la direction de KELLER P.H., PIERRET J., Qu est-ce que soigner? Le soin, du professionnel à la personne, p.8 21 HESBEEN W., Op. cit., p Entretien avec Mme C. (cf. annexe I : méthodologie, entretien n 2) 23 Entretiens avec Mme S. et Mme M. (cf. annexe I : méthodologie, entretiens n 1 et 3) 24 HESBEEN W., Op. cit., p.30

17 C) Les liens de confiance Une relation de soin, basée sur la confiance, me paraît indispensable et nécessaire au bien-être du patient lors de son hospitalisation. Cela est «primordial ( ) pour que le soin se déroule correctement» 25. Cela commence avant-même son arrivée. En effet, la loi du 4 mars 2002 contribue à tisser ce lien de confiance. L «information incombe à tout professionnel de santé dans le cadre de ses compétences et dans le respect des règles professionnelles qui lui sont applicables» 26. Désormais, le patient sait qu il est en droit d avoir des informations concernant son état de santé. «Cette loi vise donc à un meilleur partage des informations et des décisions et doit permettre d établir une véritable relation de confiance soignantsoigné» 27. Ensuite, l instauration de la confiance entre ces deux personnes continue dès l accueil. Si le patient voit qu on le prend en charge dès son arrivée, qu on fait attention à lui et s il se sent rassurer par des explications claires, précises et adaptées à son état, cela peut concourir à avoir confiance en l équipe soignante. Enfin, tout au long de son séjour à l hôpital, ce lien de confiance pourra être entretenu, selon W. HESBEEN, par huit éléments. J ai volontairement choisi de n en traiter que cinq puisqu ils me semblent plus adaptés à ma réflexion et donc plus importants. On retrouve d abord «l écoute» 28. Communiquer, c est aussi écouter. C est-à-dire être attentif à ce que l autre nous dit : savoir se taire pour entendre et par conséquent comprendre notre interlocuteur pour pouvoir répondre à ses besoins. Pour cela, il est nécessaire que le soignant soit disponible psychiquement. «La disponibilité» 29 est d ailleurs un autre point abordé par W. HESBEEN. «Si on a plus de temps pour se comprendre ça donne une meilleure relation soignant-soigné ( ) ça enrichit cette relation en fait ( ) et ça améliore surtout la confiance du patient 25 Entretien avec Mme S. (cf. annexe I : méthodologie, entretien n 1) 26 Article L de la Loi du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé 27 CARICLET N., «Construire une relation de confiance durable avec les patients», Soins Cadres de Santé, p.s17 et S18 28 HESBEEN W., Prendre soin à l hôpital. Inscrire le soin infirmier dans une perspective soignante, p Ibid., p.99

18 envers le soignant» 30. Lors de l entretien, cette infirmière avait beaucoup insisté sur la notion de temps. D autre part, on me l a souvent fait remarquer lors de mes stages. Les patients trouvent souvent les étudiants plus disponibles du fait de la charge de travail généralement moins importante qu un infirmier diplômé. Ils me disaient pouvoir davantage parler avec moi puisqu ils savaient que je ne serais pas appelée quelques instants après le début de notre conversation auprès d un autre patient. De ce fait, j avais plus de temps à leur accorder. Ensuite, on distingue «l humilité» 31. C est «celle qui témoigne d un professionnel conscient de ses limites, qui a l ambition d apporter de l aide ( ) et qui ne veut pas exercer sur le patient et ses proches une forme de suprématie liée à sons statut de professionnel ( )» 32. Ainsi, si ce principe n est pas compris et adopté par les soignants, la relation soignant-soigné ne serait plus une relation de confiance mais plutôt une relation d autorité. La sensation d incompréhension du soigné pourrait alors altérer les liens de confiance. Puis il y a «l authenticité» 33. Il s agit bien là d une relation entre deux êtres humains. Le professionnel est avant tout une personne avec son vécu, ses expériences, ses sentiments Tous ces éléments contribuent à la manière d exercer sa profession. Plus il sera lui-même plus le patient aura confiance, car il comprendra que le soignant, qui prend soin de lui, lui livre un peu de lui-même aussi. Il pourra alors se sentir moins seul lorsqu il se confie au soignant. Enfin, il existe «la compassion» 34 qui est le dernier élément étudié par W. HESBEEN. Cela consiste à avoir conscience de la souffrance de l autre. Pourtant, on nous dit qu il faut qu on gère nos émotions, cela est-il compatible avec la compassion? On pourrait alors facilement faire un lien avec l empathie. Puisque c est ce qui fait qu on s implique plus ou moins dans une relation. Pour que le malade retrouve le chemin de l autonomie, les liens de confiance sont importants car c est ce qui permet d établir une relation d aide. 30 Entretien avec Mme C. (cf. annexe I : méthodologie, entretien n 2) 31 HESBEEN W., Prendre soin à l hôpital. Inscrire le soin infirmier dans une perspective soignante, p Ibid., p Ibid., p Ibid., p.100

19 D) La relation d aide Ce thème m a été rapporté durant un entretien. Il m a donc paru important de le traiter, même si au départ, je n y avais pas songé. Toute relation d aide nécessite une relation de confiance avant tout. Puisqu un patient qui se sentira en confiance avec un soignant osera davantage poser des questions et ainsi il se laissera plus facilement aider. Pouvons-nous affirmer que cette relation d aide n appartient qu à l infirmier? Pour tenter de répondre à cette question, intéressons-nous d abord à la définition. Ce serait «un type de communication qui désigne les relations dans lesquelles l un au moins des deux acteurs cherche à favoriser chez l autre la croissance, la maturité, un meilleur fonctionnement et une plus grande capacité d affronter la vie» 35. Du fait de sa forte présence auprès du patient, on peut dire que l infirmier tient un rôle important dans l accompagnement vers un changement chez le soigné. «Il faut qu ils [les patients] comprennent qu on est là ( ) pour les aider». De mon point de vue, tout professionnel de santé peut soutenir le malade. De plus, au regard de la définition, il semblerait que l entourage pourrait également aider son proche dans le changement dans son état de santé, dans «sa gestion de la maladie ( ) de sa vie» 36. Il s avérait que dans les services où les patients sont hospitalisés longtemps, la relation d aide serait plus pratiquée : «on les connaît plus donc on s investit plus» 37. Néanmoins, il est tout à fait possible d apporter ses encouragements auprès du patient, durant une hospitalisation courte, mais dans ce cas «on optimise au maximum» 38. Cette notion de durée d hospitalisation est-elle liée au temps nécessaire au patient pour progresser vers une modification importante de lui-même? Ou est-ce en lien avec le temps pour accepter la nécessité d un tel changement? Ou encore peut-on rattacher cela au temps nécessaire pour se sentir en confiance avec le soignant? Par ailleurs, comment le soignant gère-t-il cette notion de temps? Cette relation demande un respect mutuel entre les individus. Se respecter, c est être capable de considérer l autre comme être humain unique avec ses défauts et ses 35 WARNET S., «Inscrire les soins dans une perspective soignante», La revue de l infirmière, p MANOUKIAN A., MASSEBEUF A., Op. cit., p Entretien avec Mme S. (cf. annexe I : méthodologie, entretien n 1) 38 Entretien avec Mme C. (cf. annexe I : méthodologie, entretien n 2)

20 qualités. Cela inclus notamment de reconnaître les émotions de l autre. Selon cette définition, pouvons-nous admettre que les émotions ont une fonction dans l élaboration d une relation de soin? E) Les affects, les sentiments et les émotions Comme on a pu le constater, l affectivité, dans une relation, est un des facteurs qui la rend unique. Cela correspond à une «aptitude à être affecté de plaisir ou de douleur» 39. On pourrait dire qu il se trouve au centre même de la relation de part son entière appartenance à l être humain. Est-il possible de gérer ses émotions? Un soignant peut-il être maître de ses sentiments? «Nous entendons par sentiment une disposition affective spécifique éprouvée par un sujet pour un objet particulier, cela pouvant être vécu sur le registre du plaisir ou du déplaisir. Le sentiment se distingue de l émotion qui s exprime plus physiquement et dans un temps plus court» 40. Est-il possible de ne rien ressentir? Je me suis questionnée sur le port de la blouse et l impact qu elle a sur les patients. Je me demande alors si cela représenterait un reflet des connaissances. En effet, le port de la blouse traduirait un savoir ignoré par le soigné. Dès lors, cela pourrait faire naître chez lui un sentiment d infériorité et par conséquence un «sentiment de supériorité» 41 de la part de l infirmier. Ce sentiment pourrait-il entraîner une relation d autorité qui serait majorée par le manque d humilité? Cette sensation, ressentie inconsciemment, peut rendre le soignant mal à l aise s il n assume pas sa position, tout comme le «sentiment de responsabilité» 42. Cela se ressent lorsque le professionnel de la santé s implique trop dans une relation avec un soigné, au détriment des autres patients. S il venait à décéder, l infirmier serait affecté par cela. Mais est-il possible pour l être humain de se dégager totalement d une situation émotionnellement forte? Si «on se laisse trop envahir par nos émotions personnelles on n est plus objectif et ( ) ça peut être dangereux vis-à-vis des patients ( ) c est-à-dire 39 Dictionnaire, Nouveau petit LE ROBERT, p MANOUKIAN A., MASSEBEUF A., Op. cit., p Ibid., p Ibid., p.44

21 qu on n est pas le plus aidant possible parce qu on a nos émotions avant tout» 43. Ces émotions, qui entraînent ce sentiment de responsabilité, sont plutôt de l ordre de la sympathie et de l attachement comme j ai pu le voir lors de mes entretiens. On peut également retrouver la sympathie dans un autre sentiment qui est celui de la satisfaction. La satisfaction d avoir réussi une prise de sang, la satisfaction d avoir fait sourire une personne, la satisfaction d avoir réussi à calmer la douleur d un patient Tout cela représente des «gratifications personnelles dues à un bon contact avec tel ou tel patient, famille» 44. Est-ce une satisfaction personnelle ou pluridisciplinaire? Savoir repérer ses émotions permet de les utiliser «comme une force, comme ce qui permet de mieux comprendre, de mieux prendre soin» 45. Mais cela ne peut-il pas conduire à l épuisement professionnel? Lorsqu on se sent dépassé par nos émotions, il est important de savoir passer le relai à un autre membre de l équipe. Notamment au moment où l on s aperçoit que l on «superpose» la situation avec une histoire personnelle. F) Les superpositions J ai repris ce terme abordé plusieurs fois lors de mes différents entretiens. Selon les infirmières que j ai interrogées, ce serait un élément qui pourrait avoir des répercussions sur la relation soignant-soigné. Il faut comprendre par «superposer» le fait que le vécu personnel du soignant aurait un impact sur sa manière d être avec le patient, sur la relation qu il aurait avec lui. Cependant, est-il possible de laisser sa vie personnelle au vestiaire? Ne serait-ce pas elle qui influencerait la relation? Ne serait-ce pas elle qui ferait que vous êtes ce professionnel qui apporte des soins de telle manière et pas d une autre et qui vous différencierait d un autre professionnel exerçant le même métier? Pourtant, lorsque vous êtes professionnel «vous ne devez pas le faire ( ) il faut ( ) bien rester dans notre rôle» 46 mais vous le faites et «ça c est humain» 47. Pourquoi 43 Entretien avec Mme M. (cf. annexe I : méthodologie, entretien n 3) 44 MANOUKIAN A., MASSEBEUF A., Op. cit., p GINESTE Y., PELLISSIER J., «De la solitude à l humanitude», Santé mentale, p Entretien avec Mme M. (cf. annexe I : méthodologie, entretien n 3)

22 ne faut-il pas considérer ses histoires personnelles dans son travail? Si cela reste raisonnable, si cela n empêche pas d exercer sa profession, il faut, d après moi, prendre son vécu personnel comme un atout. Dans le sens où cela permet de rester une personne humaine qui ne pratique pas des soins de façon automatique et machinale. D ailleurs, «on peut faire dès fois des superpositions pour des personnes, même en gardant le plus de professionnalisme possible» 48. Pour conclure, on peut dire que la relation soignant-soigné nécessite de garder une distance avec ses expériences personnelles afin qu elle soit le plus efficace possible. L infirmier doit donc être capable de ne pas oublier que son rôle est avant tout de prendre soin du malade. Les éléments que l on vient d étudier contribuent aux variations de la distance entre un soignant et un patient. C est ce que nous allons développer maintenant. 47 Ibid. 48 Entretien avec Mme C. (cf. annexe I : méthodologie, entretien n 2)

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?»

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» UVA FOREZ Nathalie Monge Rodriguez 1 PLAN DE L INTERVENTION I. Communiquer :quelques rappels théoriques. II. De la communication à la relation.

Plus en détail

UE 3.4 S6 Initiation à la démarche de recherche UE 5.6 S6 Analyse de la qualité et traitement des données scientifiques et professionnelles

UE 3.4 S6 Initiation à la démarche de recherche UE 5.6 S6 Analyse de la qualité et traitement des données scientifiques et professionnelles UE.4 S6 Initiation à la démarche de recherche 6. Évaluation Le moment viendra où le jury mettra fin à l entretien. L épreuve étant terminée, acceptez cette limite même s il ne vous semble pas avoir fait

Plus en détail

L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue

L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue en recherche qualitative Méthodologie de la recherche qualitative dans le domaine de la santé Séminaire 28 & 30 septembre 2015 (Besançon et Dijon)

Plus en détail

www.cadredesanté.com «En quoi les espaces de réflexion permettent-ils aux soignants de dispenser des soins de qualité?».

www.cadredesanté.com «En quoi les espaces de réflexion permettent-ils aux soignants de dispenser des soins de qualité?». Une pratique réflexive pour des soins de qualité Descriptif : Une recherche clinique, réalisée auprès d infirmières et de puéricultrices, illustre l enrichissement des pratiques de soins par la création

Plus en détail

Le toucher au cœur des soins Phase 1

Le toucher au cœur des soins Phase 1 Groupe national Toucher S.F.A.P. Société Française d Accompagnement et de Soins Palliatifs Pôle Qualité de vie, des soins et de l accompagnement Le toucher au cœur des soins Phase 1 Guide pour la pratique,

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles

Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles St Malo 5 février 2010 Audrey Lesieur Psychologue Le dispositif d annonce Plan Cancer 2005 ( Mesure 40) Apporter une information

Plus en détail

TABLE RONDE DU 21/11/2001

TABLE RONDE DU 21/11/2001 TABLE RONDE DU 21/11/2001 Devenir parents est une aventure qui se construit au quotidien avec ses enfants. Dans notre société, les modifications récentes de la structure familiale comme les familles monoparentales

Plus en détail

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément»

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» «3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» Leçon 15 : Comment être un coach, un thérapeute, un indépendant aligné et puissant. Célébration? Mon intention C est une leçon en 2 parties qui

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Violence en milieu hospitalier Verbalisation autour de la mort

Violence en milieu hospitalier Verbalisation autour de la mort Profession : il y a quelques mois, Christine Malèvre, infirmière diplômée d état, a été condamnée a douze ans de réclusion criminelle pour homicide sur six malades et à l interdiction définitive d exercer

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN Cette fiche vous propose une base de guide d entretien illustrée par des exemples pour comprendre le travail de salariés afin d effectuer l étape 2a : repérer des situations-problème. Avant d utiliser

Plus en détail

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE Dr Marie Florence PERARD-BAH Bonjour à tous, Pour ceux qui ne me connaissent pas: Je suis le Dr PERARD-BAH Gériatre responsable du pôle gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

L entretien infirmier. UE 4.2 S3 C6 Soins Relationnels

L entretien infirmier. UE 4.2 S3 C6 Soins Relationnels L entretien infirmier UE 4.2 S3 C6 Soins Relationnels 1 Objectifs Expliquez les éléments participant au cadre d un entretien Citez les différents types d entretiens infirmiers Décrire les différentes phases

Plus en détail

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL 1 1. Le raisonnement clinique Définition Face à une demande de soin, le professionnel infirmier axe son raisonnement clinique

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

L alliance thérapeutique

L alliance thérapeutique L alliance thérapeutique UE 4.2 S3 Le 5 septembre 2012 FC Un peu d histoire (1) Terme employé par FREUD dès 1913: Alliance forte entre patient et thérapeute indispensable dans le cadre d une psychothérapie

Plus en détail

Carl Rogers et la Relation d Aide 1

Carl Rogers et la Relation d Aide 1 Carl Rogers et la Relation d Aide 1 Il ne paraît guère possible quand il est fait référence à la «juste distance» de ne pas évoquer la «relation d aide», cadre dans lequel cette question s est posée et

Plus en détail

BILAN ET POURSUITE DE LA FORMATION A L ECOUTE MAI 2012. Sommaire

BILAN ET POURSUITE DE LA FORMATION A L ECOUTE MAI 2012. Sommaire Sommaire Introduction :... 2 I- Déroulement... 2 II- Qu est-ce qui détermine la qualité d écoute?... 3 III- La reformulation... 3 Conclusion... 4 Bibliographie... 5 1 RECit considère «l écoute» comme une

Plus en détail

Les clés pour optimiser les réseaux de mon ADL

Les clés pour optimiser les réseaux de mon ADL Les clés pour optimiser les réseaux de mon ADL Nathalie Fabbro - Valérie Henrotte - Ingrid Quoibion pour Progress Consulting Objectif Trouver des clés, outils et techniques pour: identifier, mobiliser,

Plus en détail

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1 de la Pratique 1 1. Objectifs Sensibiliser l étudiant à l intérêt et aux objectifs de l APP Structurer la rédaction de l APP : pertinence du choix de la situation et de sa description, pertinence du questionnement

Plus en détail

Aspects déontologiques en santé mentale

Aspects déontologiques en santé mentale Aspects déontologiques en santé mentale Nancy Guilbeault Conseillère en soins infirmiers France Ouellet Conseillère clinicienne en soins infirmiers, Santé mentale Juin 2012 Plan de la présentation Introduction

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

Socio esthétique en cancérologie au MAROC : Enquête de satisfaction

Socio esthétique en cancérologie au MAROC : Enquête de satisfaction Socio esthétique en cancérologie au MAROC : Enquête de satisfaction Présenté par: Mme AITOUMA AHLAM Surveillante de soin Institut national d oncologie de RABAT JUIN 2015 Introduction Définition de la socio

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques...

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Je suis Karine Nivelais je vis en couple, nous avons 40 et 45 ans, et 4 enfants qui ont 14, 12, 11 ans et 6 ans. Pour notre troisième

Plus en détail

Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le

Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le Chapitre 1 être Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le monde, de nombreux salariés français souffrent réellement au sein des entreprises qui les emploient. Ce n est pas juste une question de

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos. Zoothérapie : médiation par l animal? La communication La professionnalisation

Table des matières. Avant-propos. Zoothérapie : médiation par l animal? La communication La professionnalisation Table des matières Avant-propos. Zoothérapie : médiation par l animal? La communication La professionnalisation IX XI XII PREMIÈRE PARTIE ZOOTHÉRAPIE, MÉDIATION PAR L ANIMAL : AFFAIRE DE PROFESSIONNELS

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

2.07 L intervention en situation de crise : un modèle de structure et d organisation.

2.07 L intervention en situation de crise : un modèle de structure et d organisation. 2.07 L intervention en situation de crise : un modèle de structure et d organisation. 2e Congrès biennal du C.Q.J.D.C. Présenté par Sylvain Bernier, Commission scolaire des Bleuets, St-Félicien; Louis

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

MOBILITÉ ET ACCESSIBILITÉ AUX SOINS DE SANTÉ MENTALE DES ETRANGERS A DAKAR. Oumar Barry Université Cheikh Anta DIOP de Dakar - UCAD, SENEGAL

MOBILITÉ ET ACCESSIBILITÉ AUX SOINS DE SANTÉ MENTALE DES ETRANGERS A DAKAR. Oumar Barry Université Cheikh Anta DIOP de Dakar - UCAD, SENEGAL MOBILITÉ ET ACCESSIBILITÉ AUX SOINS DE SANTÉ MENTALE DES ETRANGERS A DAKAR Oumar Barry Université Cheikh Anta DIOP de Dakar - UCAD, SENEGAL CONTEXTE La migration est une épreuve qui peut provoquer chez

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Livret aide-mémoire LE DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL (DMP) EN PICARDIE

Livret aide-mémoire LE DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL (DMP) EN PICARDIE Livret aide-mémoire Secrétaires médicales LE DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL (DMP) EN PICARDIE 1 Le présent livret vise à : Former les secrétaires médicales à l information et la promotion du DMP auprès des

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

Nouer des relations saines : Apprendre à écouter

Nouer des relations saines : Apprendre à écouter Nouer des relations saines : Apprendre à écouter Résultats d apprentissage du programme Santé et préparation pour la vie, Alberta Education Les élèves vont : R 7.5 examiner les caractéristiques inhérentes

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

M2S. Formation Communication orale. formation. Accueil physique et téléphonique Métier d assistante techniques de communication

M2S. Formation Communication orale. formation. Accueil physique et téléphonique Métier d assistante techniques de communication Formation Communication orale M2S formation Accueil physique et téléphonique Métier d assistante techniques de communication Accueil téléphonique Etre professionnel au téléphone Développer sa capacité

Plus en détail

Douleur, souffrance, démence et fin de vie

Douleur, souffrance, démence et fin de vie Douleur, souffrance, démence et fin de vie Qu est ce que la douleur? Différence entre douleur et souffrance La souffrance serait morale et la douleur physique La douleur serait locale et la souffrance

Plus en détail

Rapport d auto-apprentissage d anglais sur l année 2010/2011

Rapport d auto-apprentissage d anglais sur l année 2010/2011 Juliette Olivier, 1AI (Binôme : Tracy GESINI) Rapport d auto-apprentissage d anglais sur l année 2010/2011 I) Evolution de l auto-apprentissage sur l année Au début de l année, j ai eu du mal à quitter

Plus en détail

Plaidoyer pour une éthique du «placement»

Plaidoyer pour une éthique du «placement» Plaidoyer pour une éthique du «placement» Pascal Poli Gériatre, Fondation Le Bon Sauveur d Alby (Albi), Groupe de réflexion «Éthique et Sociétés - Vieillesse et vulnérabilités», Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX?

ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX? ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX? Projet formulé à partir de ma pratique de terrain: Constats Public défavorisé Plus le niveau d instruction est bas plus plus le risque est grand de développer des troubles

Plus en détail

PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT

PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT L enfant a besoin d apprendre, et, en premier lieu, d apprendre à parler pour échanger et vivre en société. Ce sont

Plus en détail

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité Documentation C Autoévaluation des compétences sociales et personnelles Vous avez rempli le justificatif des prestations fournies pour l année relatif à votre travail concernant la prise en charge de votre

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

La Charte Alzheimer, éthique et société 2011

La Charte Alzheimer, éthique et société 2011 Conseil général CIDPA CLIC départemental Centre d Information Départemental Personnes Agées 38 avenue Bollée - 72000 LE MANS 02.43.81.40.40 - Fax : 02.43.76.17.54 cidpa@cg72.fr - Site internet : www.cidpaclic.sarthe.org

Plus en détail

DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF. Amandine Potier Psychologue 3C Besançon

DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF. Amandine Potier Psychologue 3C Besançon DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF Amandine Potier Psychologue 3C Besançon I Un dispositif d annonce : pourquoi? Le 28 novembre 1998 à Paris ont lieu les premiers états généraux de patients

Plus en détail

Un apprentissage de la Communication NonViolente

Un apprentissage de la Communication NonViolente Un apprentissage de la Communication NonViolente De quoi s agit-il? Un outil soutenant une démarche pédagogique pour : développer un savoir-faire en communication au service d un savoir-être en relation

Plus en détail

Docteur Michel Legmann

Docteur Michel Legmann 1 Docteur Michel Legmann Président Mme Nora BERRA Secrétaire d Etat aux Aînés 55 rue Saint Dominique 75007 PARIS Nos références à rappeler sur tout échange de correspondance ML/FJ/np/Exercice professionnel

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement.

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. Centre - Pays de Loire CHRU Tours COMMUNICATION «Conflits internes et Cohérence personnelle» SOMMAIRE Introduction page 3 Communication Page 4 Les paramètres d

Plus en détail

Stages : Ateliers pratiques

Stages : Ateliers pratiques Stages : Ateliers pratiques ***** Pour nous contacter ou pour vous inscrire : Tel : 06 68 65 20 20 ou mail : dforcari@gmail.com Stages Automne/Hiver 2015/2016 1 - Savoir se relaxer, s entraîner au lâcher-prise

Plus en détail

Préparez votre débat

Préparez votre débat Préparez votre débat L enjeu éducatif d un débat sur des questions portant sur le changement climatique est principalement de permettre : - d éveiller l intérêt des élèves sur le sujet en laissant la pensée,

Plus en détail

Mardi 29.01-08:17 Besançon : Les alcooliques anonymes de Franche Comté organisent leur 25è convention régionale

Mardi 29.01-08:17 Besançon : Les alcooliques anonymes de Franche Comté organisent leur 25è convention régionale Mardi 29.01-08:17 Besançon : Les alcooliques anonymes de Franche Comté organisent leur 25è convention régionale Doubs - Besançon Les alcooliques anonymes de Franche Comté organisent ce weekend leur 25è

Plus en détail

Rapport de stage. Travail présenté à Mer et Monde. Par Yohann Lessard

Rapport de stage. Travail présenté à Mer et Monde. Par Yohann Lessard Rapport de stage Travail présenté à Mer et Monde Par Yohann Lessard Université Laval Le 25 octobre 2014 Formation préparatoire Nos formatrices étaient Amélie et Raphaelle. Nous avons abordé plusieurs thèmes,

Plus en détail

Tiré à Part du BDP volume 7 n 1

Tiré à Part du BDP volume 7 n 1 Tiré à Part du BDP volume 7 n 1 LE ROLE DE L INFIRMIERE DE DIALYSE PERITONEALE DANS L EDUCATION DU PATIENT Ghislaine VENIEZ Infirmière - Unité de Dialyse Péritonéale C.H. René Dubos - 95300 Pontoise 1997

Plus en détail

Tous pour un... un pour tous!

Tous pour un... un pour tous! Tous pour un... un pour tous! Activités de développement de la solidarité Élèves du primaire GUIDE D ANIMATION À L INTENTION DES ENSEIGNANTS proposé par 5935, St-Georges, bureau 310 Lévis (Québec) G6V

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Institut de Formation d Aides-Soignants Joseph LEPERCQ PROJET PEDAGOGIQUE FORMATION AIDE-SOIGNANT 2013-2014

Institut de Formation d Aides-Soignants Joseph LEPERCQ PROJET PEDAGOGIQUE FORMATION AIDE-SOIGNANT 2013-2014 Institut de Formation d Aides-Soignants Joseph LEPERCQ PROJET PEDAGOGIQUE FORMATION AIDE-SOIGNANT 2013-2014 Alexandra CURT - Estelle GARCIA - Formatrices Sylvie CLARY - Directrice 1 - LE PROJET PEDAGOGIQUE...

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Accueillir un enfant épileptique : Un accueil plus particulier?

Accueillir un enfant épileptique : Un accueil plus particulier? Accueillir un enfant épileptique : Un accueil plus particulier? Extraits de l'article paru dans la revue Contraste - Enfance et Handicap n 38 (2013) de l'anecamsp, aux éditions Erès Parmi les enfants accueillis

Plus en détail

Démystifier les aspects déontologiques liés à la pratique professionnelle

Démystifier les aspects déontologiques liés à la pratique professionnelle Démystifier les aspects déontologiques liés à la pratique professionnelle France Ouellet, conseillère clinicienne en soins infirmiers, Santé mentale Nancy Guilbeault, conseillère en soins infirmiers Octobre

Plus en détail

Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles

Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles 1 Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles En inter établissements à Montpellier plusieurs modules de formation à destination des travailleurs sociaux, éducateurs, psychologues,

Plus en détail

FORMATIONS CON.FO.RE SAMUEL DURAND

FORMATIONS CON.FO.RE SAMUEL DURAND 53 FORMATIONS CON.FO.RE SAMUEL DURAND Depuis 2004 Confore accompagne les entreprises à l aide d actions de Conseil et de Formations visant à développer les compétences, accroître le savoir-faire et poursuivre

Plus en détail

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU MOI INFIRMIER Je veux être conseillé dans l exercice de mon métier Notre métier est en constante évolution. En cela, il est passionnant

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

Institut Jean-Pierre Lallemand

Institut Jean-Pierre Lallemand Institut Jean-Pierre Lallemand Théorie de la communication Chapitre 6 PNL (2 e partie) (30 périodes) Bachelier Educateur spécialisé Niveau I Approche conceptuelle I Année académique 2011-2012 Cours de

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION

CATALOGUE DE FORMATION CATALOGUE DE FORMATION 2014 Formations en image professionnelle, en efficacité relationnelle, en développement personnel 1 SOMMAIRE Image professionnelle Page 3 Valoriser son image et sa communication

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences prévenir. Troubles de la concentration, du sommeil, dépression Un nombre grandissant de salariés déclarent souffrir de symptômes

Plus en détail

Anim h@nd. Connaissances... La gestion du stress et la relation entraîneur - entraîné(e) Les 10ème Rendez Vous Georges Petit

Anim h@nd. Connaissances... La gestion du stress et la relation entraîneur - entraîné(e) Les 10ème Rendez Vous Georges Petit Connaissances... La gestion du stress et la relation entraîneur - entraîné(e) Liévin, avril 2001. 50 stagiaires participaient aux Rendez-Vous Georges Petit pour écouter des intervenants, assister à un

Plus en détail

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête 1. Les faits L enquête sous forme de questionnaire a été menée durant le mois d octobre 2011 auprès des assistants diplômés

Plus en détail

Pour mieux vivre avec la colère Se préparer pour le retour à domicile

Pour mieux vivre avec la colère Se préparer pour le retour à domicile Conseils Pour mieux vivre avec la colère Se préparer pour le retour à domicile www.douglas.qc.ca Le retour Le retour Votre proche a eu des gestes ou des propos agressifs. Vous êtes inquiet pour lui et

Plus en détail

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance) partenaire de Créateurs d avenirs PREPAVOGT Yaoundé, le 28 mars 2015 B.P. : 765 Yaoundé Tél. : 22 01 63 72 / 96 16 46 86 E-mail. : prepavogt@yahoo.fr www.prepavogt.org PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

Plus en détail

Pour une gestion des comportements difficiles à l école

Pour une gestion des comportements difficiles à l école Pour une gestion des comportements difficiles à l école INTRODUCTION Lorsqu on pense à un élève qui a des difficultés de comportement, on le définit comme celui qui ne suit pas les consignes, ne respecte

Plus en détail

BTS Comptabilité et Gestion des Organisations

BTS Comptabilité et Gestion des Organisations BTS Comptabilité et Gestion des Organisations Recueil de témoignages de titulaires d un bac STG ou professionnel de comptabilité 12 rue Dessaignes 41016 BLOIS CEDEX bts-dessaignes.org Téléphone : 02 54

Plus en détail

Conseil RH Coaching Formation

Conseil RH Coaching Formation 30 ans d'expérience Management, conseil RH, développement des compétences, relation avec les IRP, recrutement Coaching individuel - Accompagnement en développement personnel et professionnel Conseil RH

Plus en détail

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES Récemment, dans un texte : - j ai identifié les souffrances et les modes défensifs que les travailleurs utilisent pour faire face

Plus en détail

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette Rapport de stage Mer et Monde Frédérique Morissette Comment décrire en quelques mots cette merveilleuse expérience qu à été mon stage au Sénégal? Impossible selon moi, je devrais écrire des pages et des

Plus en détail

Confiance en soi. 6 techniques infaillibles pour retrouver confiance en soi. www.osezvotrereussite.com. MOUNET Sylvie

Confiance en soi. 6 techniques infaillibles pour retrouver confiance en soi. www.osezvotrereussite.com. MOUNET Sylvie Confiance en soi 6 techniques infaillibles pour retrouver confiance en soi MOUNET Sylvie www.osezvotrereussite.com Page 1 sur 9 Technique 1 Voici 10 attitudes qui diminuent la confiance en soi. La technique

Plus en détail

GUIDE POUR L ENTRETIEN

GUIDE POUR L ENTRETIEN GUIDE POUR L ENTRETIEN PROFESSIONNEL 1 Ce guide s inscrit dans le cadre du décret du 17 septembre 2007 : il vise à faciliter la réalisation de l entretien professionnel, à la fois pour les agents et pour

Plus en détail

14 Adopter une attitude professionnelle

14 Adopter une attitude professionnelle 14 Adopter une attitude professionnelle Pour mener à bien votre projet et instaurer des relations constructives le groupe doit adopter une attitude professionnelle et se montrer : 1. Mobilisé tous les

Plus en détail

FORMATION PARCOURS CERTIFIANT RH CHARGE DE DEVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES

FORMATION PARCOURS CERTIFIANT RH CHARGE DE DEVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES Durée : 11 jours (soit 77h00) FORMATION PARCOURS CERTIFIANT RH CHARGE DE DEVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES Le public : Nouveau manager d unité technique, commerciale, ou administrative ou manager d

Plus en détail

ALAIN DUNBERRY Avec la collaboration de Frédéric Legault Professeurs DEFS, UQAM Septembre 2013 2 1. Introduction 5 6 7 8 11 12 2. La méthodologie 14 15 16 3. Les résultats des opérations d évaluation

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955 Jacky TESSIER, premier directeur de l Institut de Formation en Soins Infirmiers d Allonnes, nous a laissé son témoignage à propos du «cheminement de la formation initiale du personnel soignant sur près

Plus en détail

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E Pour qu un enfant se «laisse» encadrer ou discipliner, il faut d abord que ses besoins affectifs soient satisfaits : Mon enfant est-il sécurisé par quelques règles

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Les souffrances des adolescents sont réelles et conséquentes, dans une période du développement de la personne, empreinte de bouleversements.

Plus en détail

Accompagner les apprentissages d un l élève handicapé scolarisé individuellement dans une classe «ordinaire» 2013 ASH 06 1

Accompagner les apprentissages d un l élève handicapé scolarisé individuellement dans une classe «ordinaire» 2013 ASH 06 1 Accompagner les apprentissages d un l élève handicapé scolarisé individuellement dans une classe «ordinaire» 2013 ASH 06 1 Critères efficaces dans la relation d aide «Empathie, disponible, attentif, attentionné,

Plus en détail

Elsa Pelestor répond à nos questions

Elsa Pelestor répond à nos questions Elsa Pelestor répond à nos questions Elsa Pelestor est professeur(e) des écoles à l école Jean Moulin de Cavaillon. Elle est l auteur(e) de l article Premiers pas, premières questions paru dans le n 466

Plus en détail

Le projet de soins palliatifs : Quels objectifs, quels outils?

Le projet de soins palliatifs : Quels objectifs, quels outils? Le projet de soins palliatifs : Quels objectifs, quels outils? 3 Février 2015 Sophie Chrétien Infirmière Clinicienne, MSc «Sciences cliniques en soins Infirmiers» EMASP, Hôpital Bichât, Paris 2 PLAN Approche

Plus en détail