EN QUOI LE COMPORTEMENT DU SOIGNANT PEUT-IL SUSCITER UNE REACTION VIOLENTE INNATENDUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EN QUOI LE COMPORTEMENT DU SOIGNANT PEUT-IL SUSCITER UNE REACTION VIOLENTE INNATENDUE"

Transcription

1 LEGRAND Mélody EN QUOI LE COMPORTEMENT DU SOIGNANT PEUT-IL SUSCITER UNE REACTION VIOLENTE INNATENDUE OU NON DE dans LA un PART service DU de soins PATIENT?» DANS UN SERVICE DE SOINS? «En quoi le comportement du soignant peut-il susciter une réaction violente inattendue ou non de la part d un patient Travail de fin d'études, en vue de l'obtention du diplôme Infirmier d'etat INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS C.H.U AMIENS Promotion

2 2

3 Remerciements Je tiens tout d abord à remercier Madame Florence THIERRY qui m a accompagné tout au long de ce travail. Je souhaite également remercier les personnes notamment les deux soignantes interviewées pour m avoir accordé de leur temps afin de répondre à mes questions et permettre ainsi à ce travail d aboutir. Enfin, je remercie mon entourage, mes amis pour leur soutien et leurs encouragements car sans eux je ne serais pas là aujourd hui. 3

4 Avant propos Ce mémoire s inscrit dans le cadre d un travail de fin d études et des unités d enseignements 3.4, 5.6 et 6.2 du Semestre 6 en vue de l obtention du Diplôme d Etat d Infirmier. Pour réaliser ce travail, je suis partie d une situation inédite pour moi à savoir la violence dans les soins de la part d une patiente envers un infirmier dans une unité psychiatrique. Au cours de ma formation et des différents stages, j ai pu constater que la violence, sous différentes formes notamment physique et verbale, était de plus en plus présente dans les établissements de soins. N ayant jamais étudié cette notion de violence, c est pourquoi, à travers mes recherches, j ai souhaité approfondir le comportement soignant et la violence. Ces différentes recherches vont me permettre de mieux comprendre ce phénomène. Ce travail va également m apporter réflexion et ainsi me permettre de comprendre la situation. Dans un premier temps, j ai élaboré un cadre de références dans le but d éclaircir d un point de vue théorique et législatif cette situation. Suite à cela, mon questionnement a permis de mettre en avant des écarts au regard de la situation choisie. Parmi ces écarts, j en ai sélectionné un qui m a paru pertinent et essentiel. Cet écart m a permis de formuler la question de départ de ce travail. A partir de cette question de départ, j ai effectué des recherches théoriques basées sur des auteurs ayant travaillé sur ce thème. Je suis également allée à la rencontre de professionnels de santé afin de confronter leurs différents points de vue avec ceux des auteurs. Mes lectures et entretiens m ont aidé à élargir mon travail, à comprendre l importance de certains points non abordés au préalable. Finalement, ce travail de recherche donnera lieu à une nouvelle question de recherche. 4

5 Sommaire AVANT PROPOS... p 4 SOMMAIRE... p 5 SITUATION D APPEL... p 6 CADRE DE REFERENCE... p 8 1. L hystérie p 8 2. La violence... p L apprentissage... p Le travail d équipe... p 11 PROBLEMATISATION DE LA SITUATION... p 13 PHASE EXPLORATOIRE... p Recherches bibliographiques... p Le comportement... p La relation-soignant-soigné et le prendre soin... p La violence... p Les entretiens p Méthodologie p Analyse des entretiens.. p La problématique... p 22 BIBLIOGRAPHIE... p 24 ANNEXES... p 26 5

6 Situation d appel Au cours de ma 2 e année d études, j ai effectué un stage dans un service d entrée d un hôpital psychiatrique. Le 1 er stage dans le domaine de la psychiatrie depuis mon entrée en formation. Ce jour là (mon 3 e jour de stage), j étais postée d après-midi (13h30-21h30) et je travaillais en collaboration avec une infirmière, un infirmier, une ASH et une étudiante infirmière qui faisait office d aide-soignante pour le mois de juillet. Il était aux environs de 19h30, nous nous dirigeons avec l infirmier et l infirmière vers la chambre d isolement de Madame D pour lui apporter le repas du soir ainsi que ses traitements. Madame D est une patiente souffrant d hystérie, qui a été admise en chambre d isolement depuis une semaine pour recrudescence anxieuse chez une patiente souffrant de névrose hystérique. Elle a été hospitalisée à la demande de son mari (HDT). Avant de rentrer dans la chambre de Madame D, nous avons obligation de nous assurer que nous voyons la patiente à travers la fenêtre de la porte. Si nous ne voyons pas la patiente, il est interdit de rentrer dans la chambre d isolement. Après avoir aperçu Madame D, nous l informons que nous venons lui apporter son repas et ses médicaments et que pour ouvrir la porte, il faut qu elle s asseye sur son lit. Une fois la patiente assise, l infirmier ouvre la porte de la chambre et nous entrons dans celle-ci lui et moi, l infirmière restant à la porte au cas où un problème surviendrait. En entrant dans la chambre, nous constatons que Madame D est souillée sur elle ainsi que dans toute la pièce : murs, fenêtre, lit Devant cette situation, l infirmière restée à la porte de la chambre d isolement part prévenir l ASH et l aide-soignante afin de venir nous aider à nettoyer la chambre. Pendant ce temps là, l infirmier informe Madame D que nous allons l amener sous la douche afin de se laver. Elle refuse catégoriquement et se met à rire. L infirmier, qui ne peut pas laisser une patiente dans un tel état d incurie, décide de la prendre grâce à mon aide par les bras afin d aller à la douche. Sous la douche, Madame D refuse de se laver. L infirmière et l aide-soignante viennent nous aider à tenir la patiente qui est de plus en plus agitée. Et là, lorsque l infirmier lève le bras pour prendre le gel douche, Madame D se met à le taper sans aucune raison apparente. A-t-elle eu peur du 6

7 geste de l infirmier, S est-elle sentie menacée? Face à ce comportement, nous décidons d arrêter la douche, sécher Madame D et la ramener dans sa chambre. En observant que la patiente, même la douche finie ne se calme pas, les infirmiers décident de lui faire une injection intra-musculaire de Tranxène 20mg. En effet, pour certains patients qui risquent au cours de l hospitalisation d être agressif, le médecin met en place un protocole à suivre en cas de crise d agitation. Nous quittons la chambre et informons la patiente que nous allons revenir dans quelques minutes pour lui faire une injection afin de l apaiser. En revenant, Madame D rigole, s agite. Et lorsque nous lui demandons de s allonger sur le lit, elle refuse catégoriquement. Nous sommes à 3 pour la tenir afin que l infirmière puisse réaliser tant bien que mal l injection car la patiente continue toujours de se débattre. Une fois le soin terminé, nous sortons de la chambre. L infirmier me prend à part et m explique que des situations comme ça n arrivent pas tous les jours mais il faut être vigilent car un patient peut vite devenir agressif. Il m explique également que, nous soignant, il faut rester calme et ne pas réagir par la violence pour calmer le patient. Une fois cette explication faite, nous rejoignons le reste de l équipe pour effectuer les transmissions de l après-midi à l équipe de nuit. Au cours des transmissions, l infirmier explique à ses collègues ce qu il s est passé avec Madame D et qu il faudra surveiller attentivement son comportement cette nuit et l efficacité du traitement administré. 7

8 Cadre de référence 1. L hystérie Définition L'hystérie, dont l'origine est liée à un conflit ancien, est une affection psychiatrique se caractérisant par des troubles du comportement dont le malade est conscient, mais qu'il ne peut dominer. D'après Charcot, «l'hystérie est une maladie de l'imagination et non imaginaire.» 1 Caractéristiques Plusieurs caractéristiques peuvent définir l hystérie, il y a la tendance à manipuler son entourage, exprimer des émotions inappropriées, une hypersensibilité aux frustrations avec parfois une perte d autonomie matérielle et psychique. Enfin l hystérie peut se caractérisée par du théâtralisme et une falsification de l existence et la réalité. 2 Manifestations Comme toute pathologie, l hystérie se manifeste par différents signes cliniques. On peut observer des troubles somatoformes, des crises excito-motrices ou encore de l exhibitionnisme. 3 Me D, en temps normal, est consciente de sa pathologie mais en pleine recrudescence anxieuse elle est incapable de faire face à cela. Chez Me D, on peut observer des rires inexpliqués, un état incurique et une crise d agitation au cours de la douche. La recrudescence anxieuse dans le cadre de la névrose hystérique dont souffre Me D nécessite une hospitalisation sous contrainte à la demande d un tiers. Hospitalisation sous contrainte à la demande d un tiers Les soins psychiatriques à la demande d un tiers sont décidés lorsque : 1 2 RAOULT Alain, «Psychiatrie», Collection Théories et pratiques infirmières, Edition Vuibert, 2005, p Ibid., p

9 - Les troubles mentaux de la personne rendent impossible son consentement - L état mental de la personne impose des soins immédiats assortis soit d une surveillance constante en milieu hospitalier, soit d une surveillance médicale régulière. 4 L hospitalisation en milieu psychiatrique est régie par la loi du 5 juillet 2011 relative aux droits et à la protection des personnes faisant l'objet de soins psychiatriques et aux modalités de leur prise en charge. 5 Dans le cadre de l hospitalisation de Me D, la tierce personne est son mari. Cette décision a été prise lorsque Mr D a été dans l impossibilité de faire face à la recrudescence anxieuse de sa femme souffrant de névrose hystérique. Chambre d isolement L isolement est une mesure thérapeutique qui vise à soustraire momentanément le patient de son milieu familial ou social. La chambre d isolement permet d isoler le patient des stimuli extérieurs qui peuvent être la source de l état d agitation. Le patient va pouvoir se recentrer sur ses réelles préoccupations et retrouver un équilibre qui va lui permettre de nouveau de vivre en société sans être un danger pour lui-même ou pour les autres. Selon, l'anaes, tout patient dans une chambre verrouillée est séparée des soignants et des patients se trouvent en isolement. Cet isolement ne peut être que thérapeutique et non punitif. 6 L article R du Code de la Santé Publique stipule que «dans le cadre de son rôle propre, l infirmier ou l infirmière accomplit les actes ou dispense les soins suivants visant à identifier les risques et à assurer le confort et la sécurité de la personne et de son environnement et comprenant son information et celle de son entourage» : 1. Soins et procédés visant à assurer l hygiène de la personne et de son environnement. 2. Surveillance de l hygiène et de l équilibre alimentaire Actes professionnels, «Profession infirmier», recueil des principaux textes relatifs à la formation préparant au diplôme d Etat et à l exercice de la profession, Editions Sedi, p.198 9

10 L article R du Code de la Santé Publique stipule que «l infirmier ou l infirmière accomplit la surveillance des personnes en chambre d isolement.» 8 2. La violence Etymologie Le mot «violence» vient du latin «vis» qui signifie «force en action, force exercée contre quelqu un». 9 Définitions Violence (Larousse) : Ensemble des actes caractérisés par des abus de la force physique, des utilisations d'armes, des relations d'une extrême agressivité. 10 Violence (OMS) : L usage délibéré ou la menace d usage délibérée de la force physique ou de la puissance contre soi-même, contre une autre personne ou contre un groupe ou une communauté qui entraîne ou risque fort d entraîner un traumatisme, un décès, un dommage moral, un maldéveloppement ou une carence. Il existe une circulaire qui recense les actes de violence dans les établissements. Cette circulaire est la Circulaire DHOS/P1 n du relative au recensement des actes de violence dans les établissements. Cette circulaire permet à l Observatoire National des Violences en milieu Hospitalier d élaborer un rapport annuel. Les dernières données attestent que la violence au sein des établissements de soins n est plus un épiphénomène et qu'elle impacte sur les conditions de travail du personnel des établissements de santé. 11 Me D s est servi de la force physique lorsqu elle a tapé l infirmier. A noté que dans la situation, Me D n a pas voulu être violente. Ce comportement est lié à la pathologie dont souffre la patiente. 8 Actes professionnels, Profession infirmier, recueil des principaux textes relatifs à la formation préparant au diplôme d Etat et à l exercice de la profession, Editions Sedi, p FORMARIER Monique et JOVIC Ljiljana, «Concept en sciences infirmières», Editions Mallet Conseil, ARSI, 2009, p

11 3. L apprentissage Définition «Période pendant laquelle quelqu un apprend un savoir-faire nouveau et le processus par lequel ce nouveau savoir s acquiert.» 12 Attributs du concept d apprentissage 13 - L étudiant bénéficie d une formation alternée sur le terrain, sous la responsabilité d un maître de stage dans des domaines tels que la santé, l enseignement technique. - Savoir, savoir-faire, savoir-être : connaissances et aptitudes acquises soit par l étude et l expérience, soit dans l exercice pratique. Cette discussion post-situation entre l infirmier et moi permet de prendre du recul sur les événements. Ce recul permet de comprendre la situation. Principes pédagogiques 14 «Le référentiel de formation est articulé autour de l acquisition des compétences requises pour l exercice des différentes activités du métier d infirmier.» «Le référentiel de formation met en place une alternance entre l acquisition de connaissances et de savoir-faire reliés à des situations professionnelles, la mobilisation de ces connaissances et savoir-faire dans des situations de soins, et, s appuyant sur la maîtrise des concepts, la pratique régulière de l analyse de situations professionnelles.» 4. Le travail d équipe Définition «Action commune à réaliser avec des procédures, des ressources des moyens mis en commun. La convergence des efforts de chacun doit être soutenue par une collaboration efficace, basée 12 FORMARIER Monique et JOVIS Ljiljana, «Concepts en sciences infirmières», Editions Mallet Conseils, ARSI, 2009, p Ibid., p «Profession infirmier», recueil des principaux textes relatifs à la formation préparant au diplôme d Etat et à l exercice de la profession, Editions Sedi, p.69 11

12 sur des interactions positives. ( ) les membres peuvent avoir des rôles différents, complémentaire, sans prépondérance d un rôle sur les autres.» 15 Au regard de la situation, la complémentarité de l équipe permet, en cas de crise, d assurer des soins de qualité tout en sécurité. En effet, la sécurité est un critère de soin. Transmissions Transmettre 16 : «faire passer à une autre un écrit, des paroles.» Les transmissions écrites et/ou orales permettent à chaque membre de l équipe soignante, de connaître les éléments nécessaires pour dispenser des soins infirmiers adaptés à l évolution de l état de santé de la personne soignée. Elles sont indispensables à la continuité des soins. 17 D un point de vue législatif, l écriture dans le dossier de soins fait partie du rôle propre de l infirmière. Selon le décret de compétence infirmier décret du 19 juillet 2004, dans son chapitre I, section 1, article R les soins infirmiers ont pour objet : «De concourir à la mise en place de méthode et au recueil d informations utiles aux autres professionnels, et notamment aux médecins pour poser leur diagnostic et évaluer l effet de leurs prescriptions». 18 Dans la situation, les transmissions à l équipe de nuit permettent une continuité des soins au regard du traitement administré à Me D. 15 FORMARIER Monique et JOVIC Ljiljana, «Concepts en sciences infirmières», Editions Mallet Conseils, ARSI, 2009, p Collectif, «Le Robert», Edition France loisir, Paris, 2002, page PASCAL Annie et FRECON VALENTIN Eliane, «Diagnostics infirmiers, interventions et résultats», Collection Démarche soignante, Edition Masson, Paris, 2006, page Décret n du 29 juillet 2004 relatif aux parties IV et V du code de la santé public et modifiant certaines dispositions. 12

13 Problématisation de la situation Le cadre de référence a permis de pointer des aspects, des problèmes et des écarts non perçus au départ : La violence qui se dégage du comportement de Me D est liée aux manifestations de l hystérie. La prise en soins de ce type de pathologie nécessite des connaissances de la part de l équipe soignante afin de permettre d interpréter ces manifestations et adapter la prise en soins. Ces connaissances permettent de détecter des signes prédisposant à la violence en tenant compte de la sécurité. Cette sécurité se fait également grâce à la chambre d isolement qui est une protection pour Me D. Au cours de la douche, l infirmier n a pas anticipé la réaction de Me D. Le fait de lever le bras a peut-être suscité un réflexe de défense chez la patiente. Le travail d équipe permet une collaboration efficace. Face à cette situation de crise, l équipe a su s organiser et coordonner des actions dans le calme dans le but d apaiser la patiente. Cette situation vécue en stage ainsi que l encadrement de l infirmier m apporte un savoirfaire et des connaissances qui contribuent à l acquisition des compétences professionnelles. Cette démarche d analyse de situation entre dans un processus d apprentissage. 13

14 Choix du problème retenu Parmi les différents problèmes de recherches, je choisis d approfondir la notion de la difficulté à prendre en soin une personne dans un contexte de violence. Selon une étude de l OMS, la violence est en nette augmentation, dans le domaine de la santé. C est pour cela que la prévention de ce phénomène est devenue une priorité pour le domaine de la Santé Publique. 19 De plus, la violence est un frein à la relation soignant-soigné. Grâce à ce travail de recherches, je pourrais mieux appréhender ce genre de situation dans ma future pratique professionnelle. Objectif de la recherche Le problème retenu va permettre de comprendre les éléments dans le comportement des soignants qui peuvent entraîner des réactions violentes. Question de départ «En quoi le comportement du soignant peut-il susciter une réaction violente inattendue ou non de la part d un patient dans un service de soins?»

15 Phase exploratoire En lien avec ma question de recherches, j ai choisi d approfondir différentes notions : le comportement, la relation soignant-soigné et le prendre en soin ainsi que la notion de violence. 1. Recherches bibliographiques 1.1. Le comportement Dans l ouvrage «La relation soignant-soigné», Anne MASSEBEUF et Alexandre MANOUKIAN, psychologues, indiquent que le comportement dépend de différentes sources (internes et externes). 20 Pour Monique FORMARIER, puéricultrice et directrice des soins, le comportement est un terme qui a plusieurs sens et qui comporte différents critères. En effet, le comportement peut être inné, acquis, conscient ou inconscient. L auteur mentionne également que cette notion de comportement a différentes caractéristiques qui en constitue sa base : caractéristiques biologiques, culturelles, sociales ou encore fonctionnelles. 21 Dans la pratique infirmière, Monique FORMARIER explique qu à travers le comportement des différents patients, le soignant peut adapter les soins et la prise en charge. C est la base du raisonnement clinique. 22 La notion d attitude est proche du concept de comportement. En effet, tout comme le comportement, l attitude est un terme polysémique. Toujours selon Monique FORMARIER, ce concept d attitude se retrouve dans divers langages : langage corporelle, artistique, professionnel 23 Dans le domaine des soins, l auteur nous explique que l attitude ne peut être observée en première intention. Pour évaluer l attitude, on peut avoir recours à différents types d échelles qui mesurent de manière objective l attitude des patients MANOUKIAN Alexandre et MASSEBEUF Anne, «La relation soignant-soignée», Collection Pratiquer, Editions Lamarre, 2008, p FORMARIER Monique et JOVIC Ljiljana, «Concepts en sciences infirmières», Editions Mallet Conseils, ARSI, p Ibid., p Ibid., p Ibid., p.83 15

16 Pour conclure, parfois le comportement peut être source de conflit, entraîner une mauvaise communication et ainsi empêcher la mise en place d une relation. En effet, comme il est dit dans l ouvrage «Faire face à la violence dans les institutions de santé» : «Certains comportements, certaines paroles sont susceptibles de provoquer la peur, la honte ou la colère.» La relation soignant-soigné et le prendre soin Comme il est dit dans l ouvrage «La relation soignant-soigné», la relation fait partie du quotidien des soignants. «Les équipes soignantes, par leurs fonctions dans les services hospitaliers, entrent en relation avec les malades de façon intime et souvent prolongée.» 26 Selon Anne MASSEBEUF et Alexandre MANOUKIAN, tous deux psychologues, il faut au minimum de personnes pour établir une relation. 27 Ils disent également que cette notion de relation est assez complexe. En effet, ils expliquent que : «C est avec son corps, sa parole et son affectivité que l on rentre en relation.» 28 Cette relation prend en compte différents facteurs. Parmi ces facteurs il y a les facteurs psychologiques, sociaux et physiques. 29 Pour finir, Anne MASSEBEUF et Alexandre MANOUKIAN expliquent que la reconnaissance du rôle de chacun ainsi que la responsabilité de tous est engagée. Le soignant, de par son savoirfaire, ses connaissances et ses compétences, est un liant entre l institution et les patients. 30 Comme les auteurs précédents, Colette MONTET-AUBREE, psychologue, définit la relation comme étant un établissement de liens entre deux ou plusieurs personnes. Elle explique également que le soigné est une personne malade ou souffrante et que le soignant de par l utilisation de la relation d aide peut guérir ou soulager la personne soignée MICHEL Michel et THIRION Jean-François, «Faire face à la violence dans les institutions de santé», Gestion des risques et de la qualité, Editions Lamarre, 2004, p MANOUKIAN Alexandre et MASSEBEUF Anne, «La relation soignant-soignée», Collection Pratiquer, Editions Lamarre, 2008, p.7 27 Ibid., 2008, p.7 28 Ibid., 2008, p.9 29 Ibid., 2008, p.9 30 Ibid., 2008, p

17 Dans l ouvrage «La relation soignant-soigné», la relation d aide est considérée comme un besoin universel. Ce type de relation a pour pilier l authenticité et l empathie. 32 Pour Anne MASSEBEUF et Alexandre MANOUKIAN, la relation d aide est une véritable rencontre entre deux personnes et permet d établir un enrichissement réciproque. 33 «L aide c est l action d intervenir en faveur d une personne en joignant ses efforts aux siens.» 34 Selon Françoise MOLIERE, infirmière et cadre de santé formateur, il ne peut y avoir d aide sans relation. Lorsqu un soignant entre en relation d aide avec un patient, il le guide sur la voie de l accompagnement. Cette prise en charge correspond au prendre soin. 35 Pour Walter HESBEEN, infirmier et docteur en Santé Publique, le concept de prendre soin correspond à l attention que chaque soignant porte à une personne qui vit une situation particulière. Selon l auteur, le prendre soin permet d apporter de l aide et du bien-être à la personne soignée La violence La violence est définie par l OMS comme étant : «usage délibéré ou la menace d usage délibérée de la force physique ou de la puissance contre soi-même, contre une autre personne ou contre un groupe ou une communauté qui entraîne ou risque fort d entraîner un traumatisme, un décès, un dommage moral, un mal-développement ou une carence.» 37 Dans l ouvrage «Les soignants face à la violence», Bernard E. GBEZO indique que les établissements de santé comme tout type d établissement recevant du public peut provoquer de 32 MANOUKIAN Alexandre et MASSEBEUF Anne, «La relation soignant-soignée», Collection Pratiquer, Editions Lamarre, 2008, p Ibid., 2008, p FORMARIER Monique et JOVIC Ljiljana, «Concepts en sciences infirmières», Editions Mallet Conseils, ARSI, p Ibid., p GBEZO E. Bernard, «Les soignants face à la violence», Collection Pratiquer, Editions Lamarre, 2008, p.4 17

18 l agressivité, des conflits ou encore de la violence sous différentes formes et à différents niveaux. 38 L auteur explique que ces actes de violence sont de plus en plus fréquents. Il distingue principalement la violence verbale (insultes, menaces ), la violence physique (coups, bousculades ), la violence psychologique et la violence sexuelle. 39 Bernard E.GBEZO nous dit également que ces différentes formes et ces différents niveaux de violence se retrouvent principalement dans les services d urgences, de gériatrie, de médecine interne ou encore dans les unités psychiatriques. 40 Selon le rapport de l Observatoire National des Violence en milieu Hospitalier, 5090 faits de violence ont été déclarés pour l année Certaines unités de soins sont beaucoup plus touchées par ce phénomène : la psychiatrie avec 32% de faits recensés, les urgences avec 13.5% ou encore la médecine générale avec 16%. Différents auteurs comme Colette MONTET-AUBREE, Bernard E.GBEZO ou encore Michel MICHEL et Jean-François THIRION dans l ouvrage «Faire face à la violence dans les institutions de santé», s accordent à dire que le fait de se trouver à l hôpital et face à la maladie peut générer chez le patient et chez sa famille de l angoisse et du stress. Enfin, Bernard E.GBEZO ajoute que chaque individu a son mode de réaction face à la violence et que cela dépend du tempérament, des expériences déjà vécues et de la résistance au stress. 41 Selon lui, les soignants cherchent à donner un sens à la violence des patients qui serait imputable à une maladresse de leur fait. En effet, les manifestations de violence de la part des soignés occasionnent chez les soignants un sentiment de colère, de frustration et ils ne se sentent ni respectés dans leur mission ni soutenus par l institution. 42 Pour conclure, selon Bernard E.GBEZO dans son ouvrage «Les soignants face à la violence», il est primordial de prévenir ce phénomène de violence grâce à l anticipation, la protection et la correction GBEZO E. Bernard, «Les soignants face à la violence», Collection Pratiquer, Editions Lamarre, 2008, p Ibid., 2008, p Ibid., 2008, p Ibid., 2008, p Ibid., 2008, p

19 2. Les entretiens 2.1. Méthodologie Au regard de mon cadre de référence et de mes différentes recherches, j ai choisi d utiliser la méthode de l entretien semi-directif. Ce type d entretien est composé de questions ouvertes, ce qui permet d avoir le ressenti et le point de vue des différents soignants interrogés sur le sujet que traite mon travail de fin d études. Dans le but d obtenir différents points de vue sur le sujet de mon mémoire à savoir la violence et le comportement des soignants, j ai trouvé pertinent de choisir des soignants de qualification différente et travaillant dans différentes unités de soins. Il s agit d une infirmière et d une aidesoignante, qui au cours de leur exercice professionnel, ont été confronté à la violence. J ai décidé d effectuer un entretien dans un service d urgences et un second dans une maison de retraite. Ce choix s est fait au regard de mes différentes recherches. En effet, au cours de mes lectures, il en est ressorti que cette notion de violence était présente et plus fréquente dans les services de gériatrie, d urgences, de psychiatrie 2.2. Analyse des entretiens Le comportement : A la question : «Selon vous, le comportement du soignant influence-t-il la prise en charge du patient? Si oui, pourquoi?» L infirmière et l aide-soignante sont formelles et affirment que le comportement du soignant a un impact sur la prise en charge de la personne soignée. Pour l infirmière, l influence du comportement sur la prise en charge commence dès l accueil du patient. En effet, elle dit je cite : «Euh, dès l arrivée, suivant comment on les accueille, je pense que ça a un rôle en fait, euh» Elle explique que beaucoup d éléments sont à prendre en compte comme le sourire, l énervement, l affluence de personnes aux urgences. Selon elle, ces différents facteurs se répercutent sur la prise en charge du patient. L aide-soignante, de manière différente, reprend les mêmes éléments que l infirmière notamment cette notion d énervement. En effet, elle explique que : «Si nous soignant on est calme, eux sont calmes. Si les patients sentent qu on est stressé ou énervé, le groupe sera stressé ou énervé. Ça se ressent sur eux.» 19

20 A la question, «Selon vous, au regard de votre expérience professionnelle, le comportement du soignant peut-il être source de conflit avec la personne soignée?» Pour l aide soignante exerçant en maison de retraite au sein d une unité accueillant des résidents souffrants de la maladie d Alzheimer, le comportement du soignant peut engendrer du conflit avec le patient. Elle m explique également que le comportement du patient peut être source de conflit. Pour affirmer ses dires, elle me donne l exemple d une résidente qui a tendance à être autoritaire et dont le comportement a parfois des répercussions sur l équipe soignante mais également sur les autres résidents, ce qui provoque un effet de groupe et qu à partir de ce moment la situation peut vite dégénérer. L infirmière quand à elle, affirme que le comportement des soignants peut être source de conflit mais qu ici aux urgences ce n est pas souvent le cas sans plus approfondir pourquoi. Elle dit je cite : «Hum, ça se peut, forcément ça se peu. Souvent ce n est pas le cas.» Pour Michel MICHEL, sociologue et Jean-François THIRION, certains comportements de personnes soignants peuvent parfois être susceptibles d entraîner de la peur ou de la colère chez le patient. 44 Au regard des différents points de vue des auteurs et des soignantes interrogées, nous pouvons dire que la qualité de la prise en charge du patient dépend du comportement du soignant mais également du comportement du patient comme nous l explique l aide-soignante. On peut également affirmé que cette prise en charge dépend de différents facteurs comme par exemple le calme, l énervement enfin la prise en charge d un patient commence dès l accueil de ce dernier. La relation soignant-soigné : A la question : «D après vous, qu est-ce qui peut faire obstacle au maintien ou à l instauration d une relation adaptée entre le soignant et le soigné?», l infirmière exerçant aux urgences m explique que la disposition des lieux n est pas très adaptée et propice à l instauration d une relation de qualité avec la personne soignée. En effet, en arrivant aux urgences, les patients sont placés dans une sorte de sas où beaucoup de monde circule ce qui entraîne un manque d intimité et de confidentialité. Elle m explique également que le fait de se situer dans un service 44 MICHEL Michel et THIRION Jean-François, «Faire face à la violence dans les institutions de santé», Gestion des risques et de la qualité, Editions Lamarre, 2004, p

UE 3.4 S6 Initiation à la démarche de recherche UE 5.6 S6 Analyse de la qualité et traitement des données scientifiques et professionnelles

UE 3.4 S6 Initiation à la démarche de recherche UE 5.6 S6 Analyse de la qualité et traitement des données scientifiques et professionnelles UE.4 S6 Initiation à la démarche de recherche 6. Évaluation Le moment viendra où le jury mettra fin à l entretien. L épreuve étant terminée, acceptez cette limite même s il ne vous semble pas avoir fait

Plus en détail

www.cadredesanté.com «En quoi les espaces de réflexion permettent-ils aux soignants de dispenser des soins de qualité?».

www.cadredesanté.com «En quoi les espaces de réflexion permettent-ils aux soignants de dispenser des soins de qualité?». Une pratique réflexive pour des soins de qualité Descriptif : Une recherche clinique, réalisée auprès d infirmières et de puéricultrices, illustre l enrichissement des pratiques de soins par la création

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

L alliance thérapeutique

L alliance thérapeutique L alliance thérapeutique UE 4.2 S3 Le 5 septembre 2012 FC Un peu d histoire (1) Terme employé par FREUD dès 1913: Alliance forte entre patient et thérapeute indispensable dans le cadre d une psychothérapie

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955 Jacky TESSIER, premier directeur de l Institut de Formation en Soins Infirmiers d Allonnes, nous a laissé son témoignage à propos du «cheminement de la formation initiale du personnel soignant sur près

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence :

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : La définition du métier «Infirmier» Les référentiels de formation, d activités et de compétences infirmiers 2009 Le portfolio de l étudiant Version 1,

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Les souffrances des adolescents sont réelles et conséquentes, dans une période du développement de la personne, empreinte de bouleversements.

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN Cette fiche vous propose une base de guide d entretien illustrée par des exemples pour comprendre le travail de salariés afin d effectuer l étape 2a : repérer des situations-problème. Avant d utiliser

Plus en détail

IDE Unité de Psychiatrie Générale

IDE Unité de Psychiatrie Générale IDE Unité de Psychiatrie Générale CONTEXTE : Centre Hospitalier de Dax Côte d Argent Directeur d établissement : Mr CAZENAVE Direction fonctionnelle : Mme FRECON Site : Yves du MANOIR Pôle d activité :

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE Dr Marie Florence PERARD-BAH Bonjour à tous, Pour ceux qui ne me connaissent pas: Je suis le Dr PERARD-BAH Gériatre responsable du pôle gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

Stage Étudiants infirmiers

Stage Étudiants infirmiers Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : ü La définition du métier «Infirmier» ü Les référentiels de formation, d activités et de compétences infirmiers 2009 ü Le portfolio de l étudiant Version

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

Enquête de PSMT ENQUÊTE DE PSMT 1

Enquête de PSMT ENQUÊTE DE PSMT 1 Enquête de PSMT Qu est-ce que PSMT? Protégeons la santé mentale au travail est un ensemble exhaustif de ressources uniques, fondées sur des données probantes, qui ont été conçues dans le but d évaluer

Plus en détail

Douleur, souffrance, démence et fin de vie

Douleur, souffrance, démence et fin de vie Douleur, souffrance, démence et fin de vie Qu est ce que la douleur? Différence entre douleur et souffrance La souffrance serait morale et la douleur physique La douleur serait locale et la souffrance

Plus en détail

FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE

FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE INTITULE Intitulé du service, de l unité : EHPAD Marcel Jacquelinet Pôle : Personnes âgées Adresse postale :65 route de Dijon 21604 LONGVIC

Plus en détail

Conseil RH Coaching Formation

Conseil RH Coaching Formation 30 ans d'expérience Management, conseil RH, développement des compétences, relation avec les IRP, recrutement Coaching individuel - Accompagnement en développement personnel et professionnel Conseil RH

Plus en détail

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence :

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : La définition du métier «Infirmier» Les référentiels de formation, d activités et de compétences infirmiers 2009 Le portfolio de l étudiant Version 1,

Plus en détail

LES OUTILS DE BASE POUR COMMUNIQUER

LES OUTILS DE BASE POUR COMMUNIQUER LES OUTILS DE BASE POUR COMMUNIQUER EFFICACEMENT améliorer sa communication avec son entourage professionnel et/ou personnel Objectifs Développer son aisance relationnelle S adapter à ses s Faire preuve

Plus en détail

Diplôme professionnel d aide-soignant. Guide d évaluation par candidat

Diplôme professionnel d aide-soignant. Guide d évaluation par candidat Diplôme professionnel d aide-soignant Guide d évaluation par candidat Prénom et nom du candidat (ou identification du candidat) : Date : Dossier n Page 1 / 23 Evaluation de l unité de compétence 1 du DPAS

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels

Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels Premiers secours en équipe Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados A la fin de cette partie vous serez capable : de prendre

Plus en détail

Mieux vivre avec votre asthme

Mieux vivre avec votre asthme Mieux vivre avec votre asthme L éducation thérapeutique pour bien gérer votre asthme au quotidien Bien gérer sa maladie permet de reconnaître et maîtriser les symptômes afin de limiter la gêne respiratoire.

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences prévenir. Troubles de la concentration, du sommeil, dépression Un nombre grandissant de salariés déclarent souffrir de symptômes

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

Zoom sur... L'AIDE A DOMICILE. Au sommaire de ce numéro 11. Pour vous et chez vous,

Zoom sur... L'AIDE A DOMICILE. Au sommaire de ce numéro 11. Pour vous et chez vous, Zoom sur... L'AIDE A DOMICILE Pour vous et chez vous, Un service d'aide et d'accompagnement lors de difficultés passagères de la vie quotidienne. Au sommaire de ce numéro 11 L'intervention à domicile et

Plus en détail

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch Le projet QualiCarte a été initié par la Conférence suisse de la formation professionnelle en collaboration avec des organisations suisses du monde du travail, et plus particulièrement l Union suisse des

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le

Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le Chapitre 1 être Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le monde, de nombreux salariés français souffrent réellement au sein des entreprises qui les emploient. Ce n est pas juste une question de

Plus en détail

TABLE RONDE DU 21/11/2001

TABLE RONDE DU 21/11/2001 TABLE RONDE DU 21/11/2001 Devenir parents est une aventure qui se construit au quotidien avec ses enfants. Dans notre société, les modifications récentes de la structure familiale comme les familles monoparentales

Plus en détail

MOBILITÉ ET ACCESSIBILITÉ AUX SOINS DE SANTÉ MENTALE DES ETRANGERS A DAKAR. Oumar Barry Université Cheikh Anta DIOP de Dakar - UCAD, SENEGAL

MOBILITÉ ET ACCESSIBILITÉ AUX SOINS DE SANTÉ MENTALE DES ETRANGERS A DAKAR. Oumar Barry Université Cheikh Anta DIOP de Dakar - UCAD, SENEGAL MOBILITÉ ET ACCESSIBILITÉ AUX SOINS DE SANTÉ MENTALE DES ETRANGERS A DAKAR Oumar Barry Université Cheikh Anta DIOP de Dakar - UCAD, SENEGAL CONTEXTE La migration est une épreuve qui peut provoquer chez

Plus en détail

Le trouble oppositionnel avec. provocation ou par réaction?

Le trouble oppositionnel avec. provocation ou par réaction? Le trouble oppositionnel avec provocation ou par réaction? Emmanuelle Pelletier, M.Ps., L.Psych. Psychologue scolaire Octobre 2004 Trouble oppositionnel avec provocation ou par réaction? La personne oppositionnelle

Plus en détail

Avec qui? La personne soignée Son entourage Entre professionnels assurant la prise en soins de la personne. 05/09/2012 IFSI Charles Fois

Avec qui? La personne soignée Son entourage Entre professionnels assurant la prise en soins de la personne. 05/09/2012 IFSI Charles Fois 26 Avec qui? La personne soignée Son entourage Entre professionnels assurant la prise en soins de la personne 27 Situations de négociation: Dans le cadre d'une démarche d'éducation thérapeutique Dans des

Plus en détail

Ministère chargé de la santé. Diplôme d État d Infirmier. Portfolio de l étudiant

Ministère chargé de la santé. Diplôme d État d Infirmier. Portfolio de l étudiant Ministère chargé de la santé Diplôme d État d Infirmier Portfolio de l étudiant Nom et prénom de l étudiant : «TITRE2» «NOM» «PRENOM» Institut de formation en soins : IFSI ESQUIROL 5 Avenue Esquirol 69424

Plus en détail

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément»

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» «3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» Leçon 15 : Comment être un coach, un thérapeute, un indépendant aligné et puissant. Célébration? Mon intention C est une leçon en 2 parties qui

Plus en détail

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1 glossaire Les définitions succinctes, présentées dans ce glossaire, sont, en grande partie, tirées des chapitres du Manuel. Elles sont en harmonie avec les références relatives au Processus de Bologne.

Plus en détail

Médecins du travail et infirmières du travail : une équipe à construire

Médecins du travail et infirmières du travail : une équipe à construire Médecins du travail et infirmières du travail : une équipe à construire La question des équipes médecins et infirmières émerge par défaut dans un contexte de pénurie de médecins qui ne touche pas seulement

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

Qu est-ce que le métier d aide-soignante?

Qu est-ce que le métier d aide-soignante? Au sein de l'équipe médicale, l'aide-soignante assure l'hygiène et le confort des patients. C'est sans doute la personne la plus proche, à l'écoute des souffrances et des inquiétudes des malades. Qu est-ce

Plus en détail

Maladie d Alzheimer Que faire?

Maladie d Alzheimer Que faire? Maladie d Alzheimer Que faire? Que faire? Les changements que vous constatez vous rendent probablement inquiet ou anxieux. Maintenant que vous savez que vous avez la maladie d Alzheimer, vous vous préoccupez

Plus en détail

Les personnes âgées et les personnes en fin de vie. L animation Conduire des ateliers spécifiques en lien avec les besoins des personnes âgées

Les personnes âgées et les personnes en fin de vie. L animation Conduire des ateliers spécifiques en lien avec les besoins des personnes âgées CFPC Formation Professionnelle Sommaire Les personnes âgées et les personnes en fin de vie 9 heures Repérer, pour mieux y répondre, les phases de la fin de vie. Comment prendre soin des personnes âgées

Plus en détail

La gestion d une équipe vie scolaire. Quelques petits conseils pour être un super manager!

La gestion d une équipe vie scolaire. Quelques petits conseils pour être un super manager! La gestion d une équipe vie scolaire Quelques petits conseils pour être un super manager! Les facteurs de stress Dans une équipe, on peut repérer différents facteurs de stress Une direction trop autoritaire

Plus en détail

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette Rapport de stage Mer et Monde Frédérique Morissette Comment décrire en quelques mots cette merveilleuse expérience qu à été mon stage au Sénégal? Impossible selon moi, je devrais écrire des pages et des

Plus en détail

Françoise TRUFFY, Présidente de la CDAPH 94. Bonjour,

Françoise TRUFFY, Présidente de la CDAPH 94. Bonjour, Françoise TRUFFY, Présidente de la CDAPH 94 Bonjour, Je me présente : J ai une formation de base d ergothérapeute et d infirmièreassistante sociale spécialisée en psychiatrie et comme pour faire, j ai

Plus en détail

LIVRET «ACCUEIL ET RESSOURCES» DU TERRAIN DE STAGE DE

LIVRET «ACCUEIL ET RESSOURCES» DU TERRAIN DE STAGE DE LIVRET «ACCUEIL ET RESSOURCES» DU TERRAIN DE STAGE DE L HOPITAL DE PEDIATRIE ET DE REEDUCATION DE BULLION ------------------------------ PAVILLON GUÉRIN Unités Andes et Alpes ------------------------------

Plus en détail

Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09)

Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09) Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09). PSYCHOLOGIE CLINIQUE : définition de base o Nature du domaine professionnel : la psychologie clinique est une discipline se souciant du bien-être

Plus en détail

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS La sécurité des personnes âgées Ce qu il faut savoir Vie saine, Aînés et Consommation Manitoba Secrétariat manitobain du mieux-être des personnes âgées et du vieillissement en

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL 1 1. Le raisonnement clinique Définition Face à une demande de soin, le professionnel infirmier axe son raisonnement clinique

Plus en détail

UN NOUVEAU PROGRAMME.. .. LES COMPETENCES PROFESSIONNELLES AU CŒUR DE LA FORMATION

UN NOUVEAU PROGRAMME.. .. LES COMPETENCES PROFESSIONNELLES AU CŒUR DE LA FORMATION UN NOUVEAU PROGRAMME.... LES COMPETENCES PROFESSIONNELLES AU CŒUR DE LA FORMATION LA FORMATION SE DEROULE SUR 3 ANS SOIT 6 SEMESTRES Rentrée en septembre, sortie en juin Semestre 1 -> 15 semaines à l IFSI

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques

Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques L expérience de l équipe de Rééducation cardiaque du C.H.U. de Nîmes Intervention du 22/03/2012 à la Réunion de l Association

Plus en détail

La Communication NonViolente pour les acteurs de la santé et de la Relation d Aide ou d Accompagnement

La Communication NonViolente pour les acteurs de la santé et de la Relation d Aide ou d Accompagnement La Communication NonViolente pour les acteurs de la santé et de la Relation d Aide ou d Accompagnement Formation animée par le Dr Pascale Molho, formatrice certifiée par le Centre pour la Communication

Plus en détail

2.07 L intervention en situation de crise : un modèle de structure et d organisation.

2.07 L intervention en situation de crise : un modèle de structure et d organisation. 2.07 L intervention en situation de crise : un modèle de structure et d organisation. 2e Congrès biennal du C.Q.J.D.C. Présenté par Sylvain Bernier, Commission scolaire des Bleuets, St-Félicien; Louis

Plus en détail

L ECOLE D AUXILIAIRES DE PUERICULTURE DE LA FONDATION LENVAL

L ECOLE D AUXILIAIRES DE PUERICULTURE DE LA FONDATION LENVAL L ECOLE D AUXILIAIRES DE PUERICULTURE DE LA FONDATION LENVAL L Ecole d Auxiliaires de Puériculture de la Fondation LENVAL à Nice assure la formation des auxiliaires de puériculture depuis 2010. A cette

Plus en détail

Accompagnement des personnes âgées à domicile:

Accompagnement des personnes âgées à domicile: Accompagnement des personnes âgées à domicile: Réseaux de santé gérontologiques et centres locaux d information et de coordination gérontologiques, deux acteurs complémentaires et incontournables IFSI

Plus en détail

Certificat universitaire de Clinique Soignante en Soins Infirmiers

Certificat universitaire de Clinique Soignante en Soins Infirmiers IPs Institut Perspective Soignante Pour une pratique porteuse de sens et respectueuse des personnes UCL Université Catholique de Louvain Unité des sciences hospitalières et médico-sociales Certificat universitaire

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

Jeudi 26 février 2009. Compte-rendu de la matinée

Jeudi 26 février 2009. Compte-rendu de la matinée Jeudi 26 février 2009 Compte-rendu de la matinée 1 Sommaire 1. PRÉSENTATION DES JOURNÉES «ZOOM SUR LES MÉTIERS»...3 2. LES MÉTIERS DES SERVICES À LA PERSONNE EN STRUCTURE...3 2.1. NOMBRE D ÉTABLISSEMENTS

Plus en détail

Livret aide-mémoire LE DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL (DMP) EN PICARDIE

Livret aide-mémoire LE DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL (DMP) EN PICARDIE Livret aide-mémoire Secrétaires médicales LE DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL (DMP) EN PICARDIE 1 Le présent livret vise à : Former les secrétaires médicales à l information et la promotion du DMP auprès des

Plus en détail

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014 Introduction Les modalités d hospitalisations sous contraintes sous extrêmement encadrées d un point de vue légal et réglementaire. Deux lois sont venues récemment modifier la Loi de 1990 relative «aux

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF. Amandine Potier Psychologue 3C Besançon

DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF. Amandine Potier Psychologue 3C Besançon DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF Amandine Potier Psychologue 3C Besançon I Un dispositif d annonce : pourquoi? Le 28 novembre 1998 à Paris ont lieu les premiers états généraux de patients

Plus en détail

CATALOGUE FORMATION 2014

CATALOGUE FORMATION 2014 CATALOGUE FORMATION 2014 AT-Talents 56, rue du Ruisseau 75018 Paris 01 42 52 35 35 www.at-talents.com AT-Talents est enregistré en tant qu Organisme de Développement Professionnel Continu auprès de l OGDPC

Plus en détail

Le toucher au cœur des soins Phase 1

Le toucher au cœur des soins Phase 1 Groupe national Toucher S.F.A.P. Société Française d Accompagnement et de Soins Palliatifs Pôle Qualité de vie, des soins et de l accompagnement Le toucher au cœur des soins Phase 1 Guide pour la pratique,

Plus en détail

LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE

LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE Les services à la personne désignent les activités destinées à répondre aux besoins des particuliers dans leur vie quotidienne. On distingue 3 domaines de services

Plus en détail

LE METIER D INFIRMIER

LE METIER D INFIRMIER LE METIER D INFIRMIER L infirmier ou l infirmière «donne habituellement des soins infirmiers sur prescription ou conseil médical ou en application du rôle propre qui lui est dévolu. Il participe à différentes

Plus en détail

1 Objectif des commentaires explicatifs. 1.1 Objectif

1 Objectif des commentaires explicatifs. 1.1 Objectif Commentaires explicatifs concernant les documents de base Examen professionnel d Assistant/e spécialisé/e en soins de longue durée et accompagnement (Projet du 27.9.2012) 1 Objectif des commentaires explicatifs

Plus en détail

Moyens et limites du masseur kinésithérapeute d équipes

Moyens et limites du masseur kinésithérapeute d équipes Moyens et limites du masseur kinésithérapeute d équipes Guy TUSSEAU Masseur kinésithérapeute Je vais vous présenter la réflexion collégiale qui a été menée par le groupe des masseurskinésithérapeutes de

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Renforcer votre engagement à changer

Renforcer votre engagement à changer RENFORCER VOTRE ENGAGEMENT À CHANGER PROGRÈS RÉALISÉS DEPUIS L ÉTAPE PRÉCÉDENTE Posez-vous les questions suivantes avant d aborder le deuxième sujet : 1. Est-ce que vous atteignez votre but de traitement?

Plus en détail

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007 Institut de Formation en Soins Infirmiers IFSI Institut de Formation d Aides Soignants IFAS Dans l de Montpellier 1146 Avenue du Père Soulas 34295 MONTPELLIER cédex 5 Tél. 04 67 33 88 44 - Fax 04 67 33

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD

PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD élaboré par un groupe de psychologues travaillant en EHPAD dans le Val-de-Marne Janvier 2010, réactualisé en janvier 2013 par l APG94. PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

FORMATION CERTIFIANTE 2015 «Intervention psycho-sociale pour les pairs» Certificat RNAPU (Réseau National d Aide Psychologique d Urgence)

FORMATION CERTIFIANTE 2015 «Intervention psycho-sociale pour les pairs» Certificat RNAPU (Réseau National d Aide Psychologique d Urgence) FORMATION CERTIFIANTE 2015 «Intervention psycho-sociale pour les pairs» Certificat RNAPU (Réseau National d Aide Psychologique d Urgence) Dans le présent document, les mots de genre masculin appliqués

Plus en détail

Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles

Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles 1 Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles En inter établissements à Montpellier plusieurs modules de formation à destination des travailleurs sociaux, éducateurs, psychologues,

Plus en détail

ALAIN DUNBERRY Avec la collaboration de Frédéric Legault Professeurs DEFS, UQAM Septembre 2013 2 1. Introduction 5 6 7 8 11 12 2. La méthodologie 14 15 16 3. Les résultats des opérations d évaluation

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

AIDE FAMILIAL : STAGE D INTEGRATION

AIDE FAMILIAL : STAGE D INTEGRATION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION AIDE

Plus en détail

INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS

INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 24: LE CADRE EVALUE LA QUALITE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES ET PROPOSE DES PERSPECTIVES D AMELIORATION

Plus en détail

Le Programme québécois de formation sur la pandémie d influenza

Le Programme québécois de formation sur la pandémie d influenza Le Programme québécois de formation sur la pandémie d influenza Le programme de formation est constitué de plusieurs modules dont les contenus couvrent les cinq volets du Plan québécois de lutte à une

Plus en détail

Catalogue des formations 2014

Catalogue des formations 2014 Catalogue des formations 2014 Institut de Formation en Soins Infirmiers du Centre Hospitalier de Compiègne Code NAF: 851 A - N SIRET 200 034 650 00040 - N existence: 22.60.02.715.60 Sommaire des formations

Plus en détail

Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale

Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale Sandrine Thomas, cadre de santé Dr Léila KARAOUI, PH Service de réanimation néonatale Centre Hospitalier de Meaux Bref historique

Plus en détail

Référentiel de formation des aides-soignants

Référentiel de formation des aides-soignants Référentiel de formation des aides-soignants Documents de référence La formation Arrêté du 22 octobre 2005 modifié relatif à la formation conduisant au diplôme d Etat d aide-soignant Annexes I : référentiel

Plus en détail

Document pour l auto-évaluation. Section D

Document pour l auto-évaluation. Section D Document pour l auto-évaluation Section D Section D Document pour l auto-évaluation Instructions pour utiliser le Document pour l auto-évaluation... Document pour l auto-évaluation... -D-1- -D-2- Document

Plus en détail

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES Obtenez plus en osant demander C est plus simple qu il n y parait Avertissement : Toute reproduction, intégrale ou partielle, ou toute diffusion, par quelque procédé que ce

Plus en détail

Association des Fibromyalgiques d'auvergne - AFAu

Association des Fibromyalgiques d'auvergne - AFAu Association des Fibromyalgiques d'auvergne - AFAu Dossier de la rédaction France Bleu Pays d Auvergne sur le thème "la lutte contre la douleur" Présenté par Dominique MANENT 16 septembre 2003 1ère partie

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

édito Sommaire Trois ans déjà que je suis arrivé à ta maison!!!

édito Sommaire Trois ans déjà que je suis arrivé à ta maison!!! édito Sommaire Les services de la Communauté de Communes p3 La profession d Assistante Maternelle Une journée chez nounou Trois ans déjà que je suis arrivé à ta maison!!! p4 Mois après mois, tu as su t

Plus en détail

CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE "Saadna Mohamed Abdenour" Sétif

CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE Saadna Mohamed Abdenour Sétif CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE "Saadna Mohamed Abdenour" Sétif 2 e Forum Paramédical International 08 et 09 Décembre 2010 LE CADRE PARAMEDICAL «LE MANAGER» Mr S. ARIF Service de CCI CHU Sétif Deuxièmes

Plus en détail

APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE. 3. Elaboration des recommandations de pratique. 4. Diffusion au personnel des recommandations.

APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE. 3. Elaboration des recommandations de pratique. 4. Diffusion au personnel des recommandations. PROCESSUS D ASSURANCE QUALITE MIS EN ŒUVRE APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE 1. Identification des circonstances déclenchantes de l acte de maltraitance. 2. Définition des objectifs correctifs. 3. Elaboration

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Institut de Formation d Aides-Soignants Joseph LEPERCQ PROJET PEDAGOGIQUE FORMATION AIDE-SOIGNANT 2013-2014

Institut de Formation d Aides-Soignants Joseph LEPERCQ PROJET PEDAGOGIQUE FORMATION AIDE-SOIGNANT 2013-2014 Institut de Formation d Aides-Soignants Joseph LEPERCQ PROJET PEDAGOGIQUE FORMATION AIDE-SOIGNANT 2013-2014 Alexandra CURT - Estelle GARCIA - Formatrices Sylvie CLARY - Directrice 1 - LE PROJET PEDAGOGIQUE...

Plus en détail

Ministère chargé de la santé Diplôme d Etat d infirmier. Portfolio de l étudiant

Ministère chargé de la santé Diplôme d Etat d infirmier. Portfolio de l étudiant Ministère chargé de la santé Diplôme d Etat d infirmier Annexe VI Portfolio de l étudiant Nom et prénom de l étudiant : Institut de formation en soins : Date d entrée dans la formation : Nom et prénom

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE

EDUCATION THERAPEUTIQUE EDUCATION THERAPEUTIQUE Qu est ce que la santé? Définition OMS 1948: absence de maladie et bien être physique mental et social complet Définition refusée par le ministère de la santé 13 millions de malades

Plus en détail