Sédation palliative. Aspects médico-techniques

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sédation palliative. Aspects médico-techniques"

Transcription

1 Sédation palliative Aspects médico-techniques

2 Sédation: choix de la médication Indications Habitudes professionnelles Disponibilité des produits Lieu de soins 1. Benzodiazépines 2. Anesthésiques 3. Neuroleptiques 4. Barbituriques

3 Sédation: choix de la médication 1. Benzodiazépines 1er choix 2. Neuroleptiques En association si délirium 3. Anesthésiques Échec des benzodiazépines 4. Barbituriques Échec

4 Sédation: utilisation du midazolam (Dormicum ) Produit de référence à l hôpital et à domicile Effet anxiolytique, amnésiant et sédatif Effet dose dépendant : 20 à 60 pour 0,05 à 0,15 mg/kg Réversibilité complète et rapide (1/2 vie: 2 à 4 h) Ampoules 5 mg/3 ml et 15 mg/3 ml Voie iv et sc (biodisponibilité 90 %), bolus et pompe Peu d effet hémodynamique mais dépression respiratoire Effet de tolérance lorazépam, clorazépate et diazépam Recommandations de la SFAP. Med Pal 2002; 1: 9

5 Sédation: utilisation du midazolam (Dormicum ) (2) Voie d administration Biodisponibilité Délai d action Intra veineuse 100% 1 à 2 min Sous-cutanée 90% 15 à 20 min Intra rectale 35-65% 10 à 15 min

6 Sédation : modalités pratiques (iv) Induction Entretien Dilution dans du sérum ϕ 1 mg/2 ml Posologie 0,5 mg iv ttes 2 2,5 à 5 mg iv ttes 2 (urgence) En continu par voie iv Débit horaire = 50 % dose induction Dose moyenne 0,5 à 1 mg/kg/24h 1 mg/heure pour intensifier l effet 50 % 6 h avant réveil partiel 100 % 1 h avant réveil complet

7 Sédation : modalités pratiques (sc) Induction Entretien Dilution dans du sérum ϕ 1 mg/1 ml Posologie 1 à 2,5 mg sc toutes 15 min Poids < 70kg + lorazépam < 3mg/j : 5 mg Poids > 70kg ou lorazépam 3-12 mg/j : 10 mg Lorazépam > 12 mg/jour : 15 mg En continu par voie sc Débit horaire = 50 % dose induction Dose moyenne 0,5 à 1 mg/kg/24h 1 mg/heure pour intensifier l effet 50 % 6 h avant réveil partiel 100 % 1 h avant réveil complet

8 Sédation : modalités pratiques (2) Titration individuelle et évaluation régulière Toutes les 15 minutes pendant la première heure Au minimum 2 fois par jour 1 Éveillé 2 Somnolent 3 Endormi, réponse à l appel 4 Endormi, réponse à une stimulation tactile légère 5 Endormi, pas de réponse à une simulation tactile légère Échelle de Rudkin

9 Sédation : utilisation du propofol (Diprivan ) Alternative en cas d échec des benzodiazépines Effet anxiolytique, amnésiant, sédatif (dose dépendant) Voie intraveineuse (centrale) Ampoule, flacon 1 % (10 mg/ml 50 ml) et 2 % (20 mg/ml 50 ml) Délai d action 30 Réversibilité complète et rapide Dépression respiratoire et hypotension artérielle Prolifération bactérienne Volume à perfuser important (20 à 60 mg/h) Coût financier élevé (+/- 50 à 100 par jour) Peu compatible avec un usage extrahospitalier Requière l intervention d un personnel spécialisé

10 Sédation : utilisation du propofol (Diprivan ) Propofol (Diprivan ) : amp 50 ml - 10 mg/1 ml Propofol (Propolid 1 %) : amp 20 ml 10 mg/1 ml Induction : 10 mg (1 ml) iv lent á 10 mg max toutes les 20 à 30 jusqu à sédation Entretien : 20 à 60 mg/heure (2 à 6 ml/h) Palier d augmentation : á 20 mg max toutes les 30 Dose maximale : 200 à 250 mg/heure

11 Sédation : utilisation de la clonidine (Catapressan ) Pour potentialiser l effet des benzodiazépines ou du propofol Effet sédatif dose dépendant (4 à 8 h) Voie intraveineuse et sous cutanée Hypotension artérielle

12 Sédation : utilisation de la clonidine (Catapressan ) Clonidine (Catapressan ) : amp 0,15 mg/ml 0,45 à 0,9 mg en pompe iv ou sc continu/ 24 heures Mélange possible avec le midazolam

13 Sédation : utilisation de la kétamine (Kétalar ) Pour potentialiser l effet des benzodiazépines ou du propofol Effet antalgique et sédatif dose dépendant Voie intraveineuse ou sous cutanée (irritant) Agitation, cauchemars, hallucinations

14 Sédation : utilisation de la kétamine (Kétalar ) Kétamine (Kétalar ) : amp 500 mg/10 ml Dilution : 50 mg (1 ml) dans 49 ml sérum ϕ 0,5 à 1 mg/kg iv ou sc continu par 24 heures Mélange possible avec le midazolam

15 Sédation : utilisation de l halopéridol (Haldol ) Effet sédatif et anti-hallucinatoire En association aux benzodiazépines si agitation ou confusion Voie intra veineuse ou sous cutanée

16 Sédation : utilisation des barbituriques Phénobarbital Thiopenthal Hypnotique et anticonvulsifiant! Accumulation Coma, dépression respiratoire Ampoule iv 40 mg/1 ml 20 à 40 mg ivl ttes les 4 à 6 h Utilisé dans les procédures d euthanasie! Accumulation, Coma, dépression respiratoire A réserver à l échec des autres molécules

17 Sédation : utilisation de la morphine Ne doit pas être utilisée pour provoquer une sédation Peu sédative Toxicité non négligeable (hallucinations, cauchemars ) A associer à une médication sédative si douleur ou dyspnée

18 Sédation palliative : efficacité 83 à 90 % de sédation au degré escompté Délai d obtention du sommeil profond : 60 min 50 % d éveil non souhaité si évaluation régulière Morita, J Pain Symptom Manage 2005; 30: 320

19 Sédation palliative : toxicité Dépression respiratoire : 17 % Pneumonie d aspiration Confusion et agitation difficiles à contrôler Morita, J Pain Symptom Manage 2005; 30: 320

20 Sédation palliative : toxicité La sédation accélère-t-elle le décès? Pas survie entre patients sédatés et non sédatés admis en USP Résultats critiquables car randomisation Risque létal non négligeable! Utilisation de médicaments avec ratio bénéfice/risque étroit Personne fragile Kohora, J Palliat Med 2005; 8: 20 Rientjes, J pain Symptom Manage 2008; 36: 228 Sykes, Lancet Oncol 2003; 4: 312 Morita, J pain Symptom Manage 2005; 30: 320

21 Sédation palliative : toxicité Etude prospective descriptive 518 patients admis en USP 267 traités par sédation 251 groupe témoin Pas de survie Maltoni. Ann Oncol 2009; 20: 1163

Sédation palliative. Aspects médicaux

Sédation palliative. Aspects médicaux Sédation palliative Aspects médicaux Sédation: choix de la médication Indications Habitudes professionnelles Disponibilité des produits Lieu de soins 1. Benzodiazépines 2. Anesthésiques 3. Neuroleptiques

Plus en détail

La sédation palliative : Aspects interdisciplinaires. 16 avril 2016

La sédation palliative : Aspects interdisciplinaires. 16 avril 2016 La sédation palliative : Aspects interdisciplinaires Laurence NOOTEN Infirmière Principale - Equipe Interface Cliniques Universitaires t Luc Oknam MICHOTTE Infirmière chef Unité de soins Continus Cliniques

Plus en détail

SEDATION EN SOINS PALLIATIFS

SEDATION EN SOINS PALLIATIFS SEDATION EN SOINS PALLIATIFS - Dr Emmanuel FARGES, médecin coordonnateur, réseau NEPALE et EMASP de l hôpital de Villeneuve St- Georges - Dr Michel BENAMOU, médecin, Unité de Soins palliatifs de l Hôpital

Plus en détail

Sédation par hypnovel en Soins Palliatifs. Sandra Schmidt Médecin EMSP Laure Windelschmidt IDE EMSP

Sédation par hypnovel en Soins Palliatifs. Sandra Schmidt Médecin EMSP Laure Windelschmidt IDE EMSP Sédation par hypnovel en Soins Palliatifs Sandra Schmidt Médecin EMSP Laure Windelschmidt IDE EMSP Sédation: de sedare, calmer, apaiser: apaisement d une douleur physique ou morale, d un état anxieux (Petit

Plus en détail

PROTOCOLE D UTILISATION du MIDAZOLAM

PROTOCOLE D UTILISATION du MIDAZOLAM PROTOCOLE D UTILISATION du MIDAZOLAM (HYPNOVEL*) En SEDATION pour DETRESSE en PHASE TERMINALE 1 ) Objet Ce Protocole s applique pour tout patient Adulte devant une situation de détresse en phase terminale.

Plus en détail

Sédation palliative Définition & indications Dérives éthiques

Sédation palliative Définition & indications Dérives éthiques Sédation palliative Définition & indications Dérives éthiques Sédation palliative: prévalence Décès précédé par 1998 2001 2007 2013 Décision susceptible d abréger la vie 39,3 % 38,4 % 47,8 % 47,8 % Administration

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 28 novembre MIDAZOLAM MERCK 1mg/ml, solution injectable en ampoule de 5ml Boîte de 10

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 28 novembre MIDAZOLAM MERCK 1mg/ml, solution injectable en ampoule de 5ml Boîte de 10 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 28 novembre 2001 MIDAZOLAM MERCK 1mg/ml, solution injectable en ampoule de 5ml Boîte de 10 MIDAZOLAM MERCK 5mg/ml, solution injectable en ampoule de

Plus en détail

La sédation en soins palliatifs

La sédation en soins palliatifs La sédation en soins palliatifs Dr Neu Jean-Charles, médecin soins palliatifs 15 NOVEMBRE 2016 20H00 1. Recommandations & Définitions la sédation serait une «utilisation de traitements médicamenteux sédatifs

Plus en détail

Sédation en situation terminale

Sédation en situation terminale Sédation en situation terminale DU de Soins Palliatifs et d Accompagnement Service d Accompagnement et de Soins Palliatifs CHU de Bordeaux /Maison de santé Marie Galène Pr B. BURUCOA -Dr J. POUGET S. ABIGNON

Plus en détail

SEDATION- ANALGÉSIE- CURARISATION EN RÉANIMATION. Dr Nozha BRAHMI Journées du printemps 31 mai 2013

SEDATION- ANALGÉSIE- CURARISATION EN RÉANIMATION. Dr Nozha BRAHMI Journées du printemps 31 mai 2013 SEDATION- ANALGÉSIE- CURARISATION EN RÉANIMATION Dr Nozha BRAHMI Journées du printemps 31 mai 2013 DÉFINITIONS Sédation = Ensemble des moyens, médicamenteux ou non, destinés à assurer le confort et la

Plus en détail

PCA: Protocole d auto-analgésie:

PCA: Protocole d auto-analgésie: PCA: Protocole d auto-analgésie: Pompe PCA «analgésie contrôlée par le patient» Enfants > 5-6 ans EVA > 60 MORPHINE (SU)FENTANYL La morphine: Opioïde fort (palier III OMS) Somnolence (dette de sommeil)

Plus en détail

La fin de vie Sédation, Soins critiques. F. Damas

La fin de vie Sédation, Soins critiques. F. Damas La fin de vie Sédation, Soins critiques F. Damas Impuissance et Interdits 1) Décision d arrêt ou d abstention de traitement susceptibles de prolonger la vie. (18%) Loi sur les droits des patients 2) Administration

Plus en détail

Sédation en fin de vie à domicile. Dr Marie DANEL SOINS PALLIATIFS

Sédation en fin de vie à domicile. Dr Marie DANEL SOINS PALLIATIFS Sédation en fin de vie à domicile Dr Marie DANEL SOINS PALLIATIFS Sédation en fin de vie à domicile. Recommandations. Rôles du médecin généraliste. 2 Définition de la sédation Recherche d une diminution

Plus en détail

Sédation en situation terminale

Sédation en situation terminale Sédation en situation terminale DU de Soins Palliatifs et d Accompagnement Service d Accompagnement et de Soins Palliatifs CHU de Bordeaux /Maison de santé Marie Galène Pr B. BURUCOA -Dr J. POUGET S. ABIGNON

Plus en détail

Notion de sédation en soins palliatifs

Notion de sédation en soins palliatifs Notion de sédation en soins palliatifs Patrick Kimberg 2014 / 2015 Promotion BACHELARD 17/01/2015 1 Pourquoi cette intervention sur la sédation en soins palliatifs. Besoin de considérations pratiques et

Plus en détail

Protocole d utilisation du

Protocole d utilisation du Hôpital Local Intercommunal Soultz-Issenheim N : S.PT.S.046.1 Protocole d utilisation du Midazolam hypnovel en sédation pour détresse en phase terminale SERVICES DESTINATAIRES CLASSEUR 2 : SERVICE DE SOINS

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS MEDICAMENTS COURANTS HORS ANTALGIQUES

SOINS PALLIATIFS MEDICAMENTS COURANTS HORS ANTALGIQUES SOINS PALLIATIFS MEDICAMENTS COURANTS HORS ANTALGIQUES www.afssaps.sante.fr Dr P. DELASSUS Quand commencent les soins palliatifs? La bouche sèche Prévention : Mesures d hydratation entre les soins : Humidification

Plus en détail

La sédation pour détresse en phase terminale et dans des situations spécifiques et complexes.

La sédation pour détresse en phase terminale et dans des situations spécifiques et complexes. La sédation pour détresse en phase terminale et dans des situations spécifiques et complexes. Toutes les recommandations numérotées ci-dessous ont fait l objet d un accord professionnel fort. Introduction

Plus en détail

Introduction de la dexmédétomidine dans le service des soins intensifs d un hôpital régional suisse : retour d expérience

Introduction de la dexmédétomidine dans le service des soins intensifs d un hôpital régional suisse : retour d expérience Introduction de la dexmédétomidine dans le service des soins intensifs d un hôpital régional suisse : retour d expérience Dr Lucien Roulet Pharmacie ICHV Hôpital du Valais JFSPH, 24 avril 2015, Mâcon Sédation

Plus en détail

TRAITEMENTS ANTALGIQUES EN PEDIATRIE

TRAITEMENTS ANTALGIQUES EN PEDIATRIE TRAITEMENTS ANTALGIQUES EN PEDIATRIE L EMLA Le saccharose MEOPA XYLOCAINE HYPNOVEL EMLA PROTOCOLE SACCHAROSE Prématuré à partir de 28SA 28jrs y compris intubés non sédatés 0,28 ml de sirop contenant 86.5%

Plus en détail

Sédation en médecine palliative. Dr Sandra Schmidt

Sédation en médecine palliative. Dr Sandra Schmidt Sédation en médecine palliative Dr Sandra Schmidt Recommandations de la SFAP (Société Française d Accompagnement et de Soins Palliatifs) concernant la sédation en phase terminale ou en phase palliative.

Plus en détail

ONCOMEL Le 15 novembre Dr Neu Jean-Charles USP Polyclinique du Bois

ONCOMEL Le 15 novembre Dr Neu Jean-Charles USP Polyclinique du Bois ONCOMEL Le 15 novembre 2016 Dr Neu Jean-Charles USP Polyclinique du Bois Complexité du domicile Complexité par elle-même de la maladie cancéreuse! Contexte social et familial Disponibilité des soignants

Plus en détail

SEDATION EN REANIMATION

SEDATION EN REANIMATION SEDATION EN REANIMATION M.T. GATT P. TETARD GATT TETARD 2009 1 1. Quels sont les objectifs de la sédation? 1. Améliorer le confort et la sécurité du patient et de son entourage 2. Permettre la réalisation

Plus en détail

La fin de vie pour le médecin de famille

La fin de vie pour le médecin de famille La fin de vie pour le médecin de famille Evolutions induites par la loi de dépénalisation de l euthanasie, la définition de la sédation, la généralisation des projets thérapeutiques à l hôpital. 2014 Dr

Plus en détail

SPES / NEPALE. Date : Protocole validé et réactualisé le 13/12/2013 ETAPES PRELIMINAIRES A LA PRESCRIPTION

SPES / NEPALE. Date : Protocole validé et réactualisé le 13/12/2013 ETAPES PRELIMINAIRES A LA PRESCRIPTION RECOMMANDATION POUR LA PRESCRIPTION DE MORPHINE EN PERFUSION CONTINUE MODE PCA SPES / NEPALE Date : Protocole validé et réactualisé le 13/12/2013 N hésitez pas à utiliser les modèles d ordonnances, Pour

Plus en détail

Dr Frank Van Trimpont

Dr Frank Van Trimpont Dr Frank Van Trimpont Analgésie-sédation-anesthésie en pré-hospitalier Introduction Pourquoi analgésier? Pourquoi sédater? Pourquoi anesthésier? Quand? Comment? Introduction Indications Contrindications

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA chez l adulte, hors traitement postopératoire

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA chez l adulte, hors traitement postopératoire Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA chez l adulte, hors traitement postopératoire Référence : CLUD 18 Version : 3 Date de diffusion Intranet : 10-02-12 Objet

Plus en détail

vaso-occlusive, c est les changer Dr Jean-Louis Wayenberg, PhD Hôpital Universitaire des Enfants - Université Libre de Bruxelles 1er mars 2012

vaso-occlusive, c est les changer Dr Jean-Louis Wayenberg, PhD Hôpital Universitaire des Enfants - Université Libre de Bruxelles 1er mars 2012 Connaître les attitudes dans la crise vaso-occlusive, c est les changer Dr Jean-Louis Wayenberg, PhD Hôpital Universitaire des Enfants - Université Libre de Bruxelles 1er mars 2012 METHODES INCLUSION :

Plus en détail

CHRONIQUES PHARMACOLOGIQUES

CHRONIQUES PHARMACOLOGIQUES CHRONIQUES PHARMACOLOGIQUES Midazolam «Versed» Claude Gauthier, M.D. Service d urgence Février 1998 CHRONIQUE PHARMACOLOGIQUE SERVICE D URGENCE DU C.H.R.R. Nom du médicament : générique et commercial :

Plus en détail

Sédation palliative. Éric Paradis MD. 18 nov. 2016

Sédation palliative. Éric Paradis MD. 18 nov. 2016 Sédation palliative Éric Paradis MD 18 nov. 2016 Je n ai aucun conflit d intérêt réels ou potentiels en lien avec le contenu de cette présentation Objectifs Définir la sédation palliative Nommer les indications

Plus en détail

Y a-t-il une place pour les LISP en Gériatrie, en EHPAD?

Y a-t-il une place pour les LISP en Gériatrie, en EHPAD? Y a-t-il une place pour les LISP en Gériatrie, en EHPAD? Dr Mireille PERINEAU (EMSP/USP, CH Avignon) Dr Marie - Guy DEPUYDT( SSR CHRU LILLE) Dr Maurice RABAULT (Médecin Coordonnateur EHPAD Cos-St-Roch

Plus en détail

EVALUATION DE LA DOULEUR?

EVALUATION DE LA DOULEUR? CAS CLINIQUE Amélie, 10 ans AVP, Fracture ouverte fémur droit Chirurgie en urgence pour réduction fracture Pas d ATCD médico-chirurgical. Mise en place d une PCA Morphine IV en post op QUESTIONS Critères

Plus en détail

Aspects législatifs et pratiques Septembre Dr Gwenola LE GO, médecin coordonnateur

Aspects législatifs et pratiques Septembre Dr Gwenola LE GO, médecin coordonnateur Aspects législatifs et pratiques Septembre 2017 Dr Gwenola LE GO, médecin coordonnateur DEFINITION La sédation est la recherche, par des moyens médicamenteux, d une diminution de la vigilance pouvant aller

Plus en détail

ANALGÉSIE ET SÉDATION

ANALGÉSIE ET SÉDATION ANALGÉSIE ET SÉDATION Il est important de séparer les besoins en sédatifs des besoins en antalgiques. Analgésie Les agents sédatifs ne sont pas analgésiques, et représenteraient à eux seuls un traitement

Plus en détail

Généralités sur l anesthésie et la prise en charge périopératoire. Pr Dan Benhamou DAR Bicêtre

Généralités sur l anesthésie et la prise en charge périopératoire. Pr Dan Benhamou DAR Bicêtre Généralités sur l anesthésie et la prise en charge périopératoire en SSPI Pr Dan Benhamou DAR Bicêtre Consultation d anesthésie A distance de la chirurgie (chir programmée): au moins 48 h avant (pb médical

Plus en détail

La «pompe à morphine» PCA et PCEA

La «pompe à morphine» PCA et PCEA La «pompe à morphine» PCA et PCEA OLIVIER ébastien IADE Centre Hospitalier de Carcassonne Octobre 2015 Définition La PCA (Patient Controlled Analgésia ou analgésie autocontrôlée par le patient): C est

Plus en détail

Préparation et mise en place de la MORPHINE ou de l OXYCODONE par voie injectable IV ou SC

Préparation et mise en place de la MORPHINE ou de l OXYCODONE par voie injectable IV ou SC Comité de lutte contre la douleur Préparation et mise en place de la MORPHINE ou de l OXYCODONE par voie injectable IV ou SC Référence : CLUD 14 Version : 4 Date de diffusion Intranet : 2016 Références

Plus en détail

Les douleurs de mobilisation. Robert Thiffault Pharmacien, CHUS

Les douleurs de mobilisation. Robert Thiffault Pharmacien, CHUS Les douleurs de mobilisation Robert Thiffault Pharmacien, CHUS Quelques situations Marie Pte de 72 ans Pronostic de quelques jours Quelques moments de lucidité Douleur brève (gémissements) qui surviennent

Plus en détail

LES SITUATIONS D URGENCE EN FIN DE VIE

LES SITUATIONS D URGENCE EN FIN DE VIE LES SITUATIONS D URGENCE EN FIN DE VIE DU d Accompagnement et de Soins Palliatifs 20 mars 2015 Mme Catherine ANGELINI - IDE Dr Sylvie CHARRAZAC Service d Accompagnement et de Soins Palliatifs CHU de Bordeaux

Plus en détail

Sédation pour la ventilation mécanique

Sédation pour la ventilation mécanique INTRODUCTION Sédation pour la ventilation mécanique Dr Walid Kamoun (Service du Pr Gilles DHONNEUR CHU Jean Verdier, Bondy) Pratique courante en réanimation Elle s impose souvent devant la gravité initiale

Plus en détail

M. Mathieu Berteau, pharmacien en soins palliatifs CIUSSS de l Estrie-CHUS Dre Chantal Doyon, médecin à la Maison Aube Lumière et au CIUSSS-CHUS.

M. Mathieu Berteau, pharmacien en soins palliatifs CIUSSS de l Estrie-CHUS Dre Chantal Doyon, médecin à la Maison Aube Lumière et au CIUSSS-CHUS. M. Mathieu Berteau, pharmacien en soins palliatifs CIUSSS de l Estrie-CHUS Dre Chantal Doyon, médecin à la Maison Aube Lumière et au CIUSSS-CHUS. Déclaration de conflits d intérêt réels ou potentiels Nom

Plus en détail

Cliquez sur l'icône pour ajouter une image LA PCA. CLUD Draguignan. Didier MARCHAND IADE. Delphine CASALINI IDE

Cliquez sur l'icône pour ajouter une image LA PCA. CLUD Draguignan. Didier MARCHAND IADE. Delphine CASALINI IDE Cliquez sur l'icône pour ajouter une image LA PCA CLUD Draguignan Didier MARCHAND IADE Delphine CASALINI IDE Cliquez sur l'icône pour ajouter une image définition L analgésie contrôlée par le patient est

Plus en détail

Molécules antalgiques en SSPI

Molécules antalgiques en SSPI Lieux de diffusion : SSPI, USC, blocs opératoires Rédacteurs : C Jolly (Médecin Anesthésiste) F Hibbert (Médecin Anesthésiste) M O Rorke (IADE) Chemin informatique Version n 1 Page 1/6 Personnes concernées

Plus en détail

Sédation profonde et continue maintenue jusqu au décès. Mise en œuvre médicamenteuse. Fiche repère SFAP. Mai 2017.

Sédation profonde et continue maintenue jusqu au décès. Mise en œuvre médicamenteuse. Fiche repère SFAP. Mai 2017. Sédation profonde et continue maintenue jusqu au décès. Mise en œuvre médicamenteuse. Fiche repère SFAP. Mai 2017. La loi du 2 février 2016 encadre les conditions de mise en œuvre d une sédation profonde

Plus en détail

C est quoi une sédation? Jean-Etienne BAZIN

C est quoi une sédation? Jean-Etienne BAZIN C est quoi une sédation? Jean-Etienne BAZIN La loi du 2 février 2016 et les décrets du 5 Août 2016 Légitimisent et «organisent» la possibilité d une sédation profonde et continue jusqu à la mort à la demande

Plus en détail

Sédation palliative ASPECT ÉTHIQUE: DÉRIVES ET ENJEUX

Sédation palliative ASPECT ÉTHIQUE: DÉRIVES ET ENJEUX Sédation palliative ASPECT ÉTHIQUE: DÉRIVES ET ENJEUX 38 % des soignants interrogés étaient convaincus que la sédation avait anticipé le décès du malade, 31 % considéraient que l avis du patient n avait

Plus en détail

SEDATION ANALGESIE en SITUATION EXTRAHOSPITALIERE : Dr FILLET Yann Médecin Urgentiste. URGENCES SMUR SECOURS en MONTAGNE. CH BRIANCON.

SEDATION ANALGESIE en SITUATION EXTRAHOSPITALIERE : Dr FILLET Yann Médecin Urgentiste. URGENCES SMUR SECOURS en MONTAGNE. CH BRIANCON. SEDATION ANALGESIE en SITUATION EXTRAHOSPITALIERE : Dr FILLET Yann Médecin Urgentiste. URGENCES SMUR SECOURS en MONTAGNE. CH BRIANCON. DEFINITION : Symptôme utile permettant la sauvegarde de l organisme,

Plus en détail

Prise en charge de la douleur des urgences aux soins intensifs

Prise en charge de la douleur des urgences aux soins intensifs des urgences aux soins intensifs Docteur Frank Van Trimpont Département de médecine Aiguë Urgences-Soins Intensifs Centre Hospitalier Hornu-Frameries au service des urgences Introduction Évolution de la

Plus en détail

PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN URGENCE SOMMAIRE

PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN URGENCE SOMMAIRE PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN URGENCE Objectifs! Reconnaître le patient douloureux! Instituer un traitement adapté à l intensité de la douleur! Permettre de réévaluer systématiquement et

Plus en détail

Maintenant pour avoir la paix, passez par la case Diazépam TVM.

Maintenant pour avoir la paix, passez par la case Diazépam TVM. Maintenant pour avoir la paix, passez par la case Diazépam TVM www.tvm.fr un psycholeptique dérivé benzodiazépine en solution injectable MODE D ACTION DU DIAZÉPAM ACTION DU DIAZÉPAM, AGONISTE GABA*, SUR

Plus en détail

Quelle est votre démarche?»

Quelle est votre démarche?» «Vous êtes contacté par un médecin pour une prise en charge d une dépression respiratoire sévère d un patient sous morphine, Quelle est votre démarche?» BOUSSETTA Jihen LAZARO Marine 1 Sommaire Gestion

Plus en détail

LES SITUATIONS D URGENCE EN FIN DE VIE

LES SITUATIONS D URGENCE EN FIN DE VIE LES SITUATIONS D URGENCE EN FIN DE VIE DU d Accompagnement et de Soins Palliatifs 20 mars 2014 Mme Catherine ANGELINI - IDE Dr Bernard PATERNOSTRE - Dr Sylvie CHARRAZAC Service d Accompagnement et de Soins

Plus en détail

PCA. mg / ml. MINUTES (suggestion 7-15) (suggestion 4-6)

PCA. mg / ml. MINUTES (suggestion 7-15) (suggestion 4-6) 1 - Recto feuillet jaune Unité Anesthésie Pédiatrie / PNCA MORPHINE > 1 an Anesthésiste BIP ou le 7958722 / 598 / 500 ou le 7957 866 Poids de l enfant Kg Allergie MORPHINE 5 kg = 0,1mg / ml sauf > 5 kg

Plus en détail

PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR SERVICE DE CHIRURGIE REPARATRICE

PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR SERVICE DE CHIRURGIE REPARATRICE HÔPITAL HENRI MONDOR PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR SERVICE DE CHIRURGIE REPARATRICE - Modalités de mise en œuvre du protocole de prise en charge de la douleur - Protocole de prise en charge

Plus en détail

L INDUCTION A SEQUENCE RAPIDE

L INDUCTION A SEQUENCE RAPIDE L INDUCTION A SEQUENCE RAPIDE IFSI - le 17 février 2006 Photographies de Laurent Roch (reproduction interdite) PLAN 1. Définitions 2. Pourquoi intube-t-on? 3. Avantages-inconvénients de l ISR 4. Déroulement

Plus en détail

Etats d agitation. Pr Thomas GEERAERTS Pôle Anesthésie Réanimation CHU de Toulouse

Etats d agitation. Pr Thomas GEERAERTS Pôle Anesthésie Réanimation CHU de Toulouse Etats d agitation Pr Thomas GEERAERTS Pôle Anesthésie Réanimation CHU de Toulouse Définitions Agitation = syndrome (plusieurs causes) Activité motrice excessive le plus souvent sans but associée à une

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la pompe à MORPHINE sécurisée, en PEDIATRIE

PROTOCOLE d utilisation de la pompe à MORPHINE sécurisée, en PEDIATRIE Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la pompe à MORPHINE sécurisée, en PEDIATRIE Référence : CLUD 35 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 18-05-12 Objet Ce protocole a pour

Plus en détail

Journée du CEOR 21 juin 2011 Dr Bellia Dhondt Pierrette HAD EOVI Romans

Journée du CEOR 21 juin 2011 Dr Bellia Dhondt Pierrette HAD EOVI Romans Journée du CEOR 21 juin 2011 Dr Bellia Dhondt Pierrette HAD EOVI Romans 1 EVALUATION et TRAITEMENT de la douleur La DOULEUR définition selon l IASP. (Institut international pour l étude de la Douleur)

Plus en détail

SEDATION CHEZ LE POLYTRAUMATISE

SEDATION CHEZ LE POLYTRAUMATISE SEDATION CHEZ LE POLYTRAUMATISE Atallah T., Karoui M.N., Hélali M., Naïja M., Kafsi T. SAMU 03 Sousse TUNISIE 1) Pourquoi sédater le polytraumatisé Cette question est d autant plus légitime que le médecin

Plus en détail

Antalgiques. Evaluation de la douleur. Classification

Antalgiques. Evaluation de la douleur. Classification Réflexes Jamais 2 antalgiques du même palier OMS Jamais d association de 2 morphiniques Il est fréquent d associer un antalgique d action centrale à un antalgique d action périphérique Réévaluation régulière

Plus en détail

PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE ANTALGIQUE DES INJECTIONS DE TOXINE BOTULIQUE CHEZ L ENFANT

PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE ANTALGIQUE DES INJECTIONS DE TOXINE BOTULIQUE CHEZ L ENFANT Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE ANTALGIQUE DES INJECTIONS DE TOXINE BOTULIQUE CHEZ L ENFANT Référence : CLUD 45 Version : 3 Date de diffusion Intranet : 2016 Objet Ce protocole

Plus en détail

Pharmacologie des benzodiazépines utilisées en anesthésie-réanimation. 1. Propriétés physico-chimiques

Pharmacologie des benzodiazépines utilisées en anesthésie-réanimation. 1. Propriétés physico-chimiques Pharmacologie des benzodiazépines utilisées en anesthésie-réanimation 1. Propriétés physico-chimiques Karine Nouette-Gaulain SAR 3 Les BZD de l anesthésie-réanimation Les BZD de l anesthésie-réanimation

Plus en détail

PROFESSIONNELS HABILITÉS PROCESSUS D ÉLABORATION OBJECTIF CLIENTÈLE CIBLE INDICATIONS

PROFESSIONNELS HABILITÉS PROCESSUS D ÉLABORATION OBJECTIF CLIENTÈLE CIBLE INDICATIONS PROTOCOLE CLINIQUE N o du protocole : SÉDATION PALLIATIVE CONTINUE Date d entrée en vigueur : Date de révision : Date de péremption : Référence à un document : Non Oui Guide d exercice «La sédation palliative

Plus en détail

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD 1) Objet. Ce protocole a pour objet de décrire les modalités d utilisation des opioïdes injectables en PCA, en traitement symptomatique d une douleur,

Plus en détail

Sédation et analgésie chez l enfant

Sédation et analgésie chez l enfant Sédation et analgésie chez l enfant Dr Eric VANTALON Département d Anesthésie Réanimation Chirurgicale SAMU de Paris Hôpital Necker - Enfants Malades INTRODUCTION Prise de conscience générale de la douleur

Plus en détail

PREMEDICATION. Dr Sabine Roche DAR Pitié-Salpêtrière

PREMEDICATION. Dr Sabine Roche DAR Pitié-Salpêtrière PREMEDICATION Dr Sabine Roche DAR Pitié-Salpêtrière Définition Administration de produits avant une anesthésie, dans le but de diminuer l anxiété du patient, de le sédater, ou de minimiser les effets indésirables

Plus en détail

1) intubation endotrachéale:

1) intubation endotrachéale: 1 Contrôle de l air-way: 1) intubation endotrachéale: Buts de l intubation: 1) assurer la perméabilité des voies aériennes 2) assurer la protection des voies respiratoires 3) assurer la fonction ventilatoire

Plus en détail

Anesthésie inhalatoire à objectif de concentration: AINOC. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille

Anesthésie inhalatoire à objectif de concentration: AINOC. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille Anesthésie inhalatoire à objectif de concentration: AINOC Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille!" Conflits d intérêt Aucun avec cette présentation Les halogénés

Plus en détail

Anesthésie et Endoscopie Digestive

Anesthésie et Endoscopie Digestive Anesthésie et Endoscopie Digestive Dr Jean STEPHANAZZI Département d Anesthésie Réanimation Hôpital Cochin Paris, France Pratique en France Une activité en très forte augmentation > 1 Million d actes/an

Plus en détail

DE MOURIR? (LA SÉDATION PALLIATIVE) Dre Hélène Archibald Pneumologue Médecin en soins palliatifs CSSS de Chicoutimi

DE MOURIR? (LA SÉDATION PALLIATIVE) Dre Hélène Archibald Pneumologue Médecin en soins palliatifs CSSS de Chicoutimi CSSS de Chicoutimi DORMIR AVANT DE MOURIR? (LA SÉDATION PALLIATIVE) Dre Hélène Archibald Pneumologue Médecin en soins palliatifs CSSS de Chicoutimi Congrès R.S.P.Q. 11 mai 2010, Québec DORMIR AVANT DE

Plus en détail

Réponses Techniques aux Situations Cliniques en Anesthésie-Réanimation

Réponses Techniques aux Situations Cliniques en Anesthésie-Réanimation Réponses Techniques aux Situations Cliniques en Anesthésie-Réanimation Pr Bertrand Debaene Département d Anesthésie Réanimation Chirurgicale CHU de Poitiers, France b.debaene@chu-poitiers.fr Analyse de

Plus en détail

ETAT DE MAL EPILEPTIQUE en Pédiatrie (nouveau né exclu) C Rousseau, SMUR A de Saint-Martin, CRéER Pôle de Pédiatrie

ETAT DE MAL EPILEPTIQUE en Pédiatrie (nouveau né exclu) C Rousseau, SMUR A de Saint-Martin, CRéER Pôle de Pédiatrie ETAT DE MAL EPILEPTIQUE en Pédiatrie (nouveau né exclu) C Rousseau, SMUR A de Saint-Martin, CRéER Pôle de Pédiatrie Quelques rappels (1) Une urgence vitale, 1 ère cause d urgence neurologique chez l enfant.

Plus en détail

Calculs de dose complexes. Jeudi 8 décembre 2016 Cailliez mathieu IADE Buffin vincent IADE

Calculs de dose complexes. Jeudi 8 décembre 2016 Cailliez mathieu IADE Buffin vincent IADE Calculs de dose complexes Jeudi 8 décembre 2016 Cailliez mathieu IADE Buffin vincent IADE Quelques rappels La concentration d une substance est le rapport entre la quantité de cette substance et un volume

Plus en détail

ETAT de MAL EPILEPTIQUE Adulte et enfant

ETAT de MAL EPILEPTIQUE Adulte et enfant N de version: 01 Date d'application: Réf.: CMUB- Pagination : 1 de 9 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Rédacteurs Dr Nadia AZAIEZ, Dr Arsalène BEN HAMMOUDA Date 21/11/2016 Validation Commission

Plus en détail

Symptômes pénibles en soins palliatifs pédiatriques

Symptômes pénibles en soins palliatifs pédiatriques Equipe Ressource Régionale de Soins Palliatifs Pédiatriques Symptômes pénibles en soins palliatifs pédiatriques Dr Cyril LERVAT ERRSPP EIRENE Unité d oncologie pédiatrique COL Symptômes en soins palliatifs

Plus en détail

L anesthésie à objectif de concentration. F. Sztark. Département d Anesthésie Réanimation I CHU Pellegrin, Bordeaux.

L anesthésie à objectif de concentration. F. Sztark. Département d Anesthésie Réanimation I CHU Pellegrin, Bordeaux. L anesthésie à objectif de concentration F. Sztark Département d Anesthésie Réanimation I CHU Pellegrin, Bordeaux Relation PK/PD PK PD Dose Concentration Effet Pharmacocinétique Pharmacodynamie Sztark

Plus en détail

ACFA GENERALITES : ETIOLOGIES: HTA, valvulopathie, cardiopathie, cardiomyopathie, péricardite, embolie CONSEQUENCES : CLINIQUE/PARACLINIQUE:

ACFA GENERALITES : ETIOLOGIES: HTA, valvulopathie, cardiopathie, cardiomyopathie, péricardite, embolie CONSEQUENCES : CLINIQUE/PARACLINIQUE: ACFA GENERALITES : - 5 % population âgée >65 ans (1-2% population générale) - 50 % des patients ayant une AC/FA ont une autre pathologie cardiaque (insuffisance cardiaque, maladie coronarienne, valvulopathie

Plus en détail

DILUTIONS STANDARD MÉDICAMENT DILUTION / RECONSTITUTION / PREPARATION MODE D ADMINISTRATION REMARQUES. Stable 24h. Stable 24h

DILUTIONS STANDARD MÉDICAMENT DILUTION / RECONSTITUTION / PREPARATION MODE D ADMINISTRATION REMARQUES. Stable 24h. Stable 24h DILUTIONS STANDARD ADENOSINE Krenosine Amp 6 mg/ 2mL Pas de dilution ni de reconstitution (conc : 3 mg/ml) Bolus rapide puis rincer la voie veineuse. ADREnaline Ser 5mg = 5 ml CIVAS Amp 1mg/ 1mL Amp 1

Plus en détail

PROTOCOLE CODE PRO-02-PHAR-DSP. Protocole de naloxone (Narcan ) lors d un surdosage aux opioïdes chez l adulte OBJET

PROTOCOLE CODE PRO-02-PHAR-DSP. Protocole de naloxone (Narcan ) lors d un surdosage aux opioïdes chez l adulte OBJET PROTOCOLE CODE PRO-02-PHAR-DSP OBJET Protocole de naloxone (Narcan ) lors d un surdosage aux opioïdes chez l adulte DESTINATAIRES Médecins Infirmières Personnel de la pharmacie CLIENTÈLE VISÉE Usagers

Plus en détail

Sédation à domicile en phase terminale

Sédation à domicile en phase terminale Sédation à domicile en phase terminale Laurent Calvel Médecin responsable du Service de soins d Accompagnement, de soins de Support et de soins Palliatifs (SASP) des HUS Paul Ricœur: o La visée de la vie

Plus en détail

PRISE EN CHARGE MÉDICALE DE L ETAT

PRISE EN CHARGE MÉDICALE DE L ETAT Commentaires : Commentaires PRISE EN CHARGE MÉDICALE DE L ETAT Page : 1/5 Description Objet : Ce protocole précise la stratégie thérapeutique à adopter dans la gestion de l état de mal épileptique convulsif

Plus en détail

Bulletin d information toxicologique

Bulletin d information toxicologique TRAITEMENT DES CONVULSIONS D ORIGINE TOXIQUE René Blais, M.D., FRCPC, ABMT Directeur médical, Centre antipoison du Québec Pierre-André Dubé, M. Sc. Pharmacien, Institut national de santé publique du Québec

Plus en détail

Exercices complémentaires Calcul de dose palier 3 et 4. 1 / Monsieur R, hospitalisé pour lombosciatique reçoit le traitement suivant :

Exercices complémentaires Calcul de dose palier 3 et 4. 1 / Monsieur R, hospitalisé pour lombosciatique reçoit le traitement suivant : Exercices complémentaires Calcul de dose palier 3 et 4 1 / Monsieur R, hospitalisé pour lombosciatique reçoit le traitement suivant : Kétoprofène IVL 150mg X 2/jour dans 100mL de G5% à administrer sur

Plus en détail

Evaluation d un symptôme réfractaire

Evaluation d un symptôme réfractaire Evaluation d un symptôme réfractaire Petra Vayne-Bossert Médecin cheffe de clinique Hôpitaux Universitaires de Genève Dpt de réadaptation et médecine palliative Service de médecine palliative Déclaration

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE : Administration de Naloxone (Narcan) pour renverser une dépression respiratoire associée à un opiacé. PROFESSIONNELS VISÉS TYPE D ORDONNANCE Infirmières Ordonnance visant

Plus en détail

Etat De Mal Épileptique Réfractaire

Etat De Mal Épileptique Réfractaire ENSEIGNEMENT POST UNIVERSITAIRE LES VENDREDIS DE REANIMATION ACTUALITES DANS LA PEC DES EME MAI 2013 Etat De Mal Épileptique Réfractaire F. DALY A. TRIFI S. ABDELLATIF S. BEN LAKHAL SERVICE DE REANIMATION

Plus en détail

Médicaments et sommeil

Médicaments et sommeil Pharmacologie Médicale Toulouse Médicaments et sommeil Dr. Maryse Lapeyre-Mestre Dr. Pietro-Luca RATTI Service de Pharmacologie Médicale et Clinique Université de Toulouse, CHU de Toulouse Les Matinales

Plus en détail

NOTICE Comfortan 10 mg/ml, solution injectable pour chiens et chats.

NOTICE Comfortan 10 mg/ml, solution injectable pour chiens et chats. NOTICE Comfortan 10 mg/ml, solution injectable pour chiens et chats. 1. NOM ET ADRESSE DU TITULAIRE DE L AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHÉ ET DU TITULAIRE DE L AUTORISATION DE FABRICATION RESPONSABLE

Plus en détail

HALDOL comprimés et solution buvable

HALDOL comprimés et solution buvable Les Direct Healthcare Professional Communications (DHPC) sont des courriers envoyés aux professionnels de la santé par les firmes pharmaceutiques, afin de les informer de risques potentiels apparus lors

Plus en détail

Sclérose Latérale Amyotrophique : prise en charge de la phase terminale et ses questions éthiques

Sclérose Latérale Amyotrophique : prise en charge de la phase terminale et ses questions éthiques Sclérose Latérale Amyotrophique : prise en charge de la phase terminale et ses questions éthiques Dr Centre SLA, Service de Neurologie et Pathologies du mouvement, CHRU LILLE brunaud-danel@chru-lille.fr

Plus en détail

Me Y admise en gastrologie pour pancréatite aiguë et une perte de poids de 6 kg. A ce jour, Me Y pèse 75 Kg et mesure 1m60 (IMC = 29)

Me Y admise en gastrologie pour pancréatite aiguë et une perte de poids de 6 kg. A ce jour, Me Y pèse 75 Kg et mesure 1m60 (IMC = 29) Atelier 1 Me Y admise en gastrologie pour pancréatite aiguë et une perte de poids de 6 kg. A ce jour, Me Y pèse 75 Kg et mesure 1m60 (IMC = 29) Le médecin prescrit : Une réhydratation en intra-veineuse

Plus en détail

Sédation et Analgésie

Sédation et Analgésie Collège de Médecine d Urgence de Bourgogne, 7 Octobre 2010 Recommandations Formalisées d experts 2010 : Sédation et Analgésie en Structure d Urgence Adultes Marc FREYSZ, Benoit VIVIEN Méthodologie Actualisation

Plus en détail

Avis 4 février Laboratoire B BRAUN MEDICAL SAS. N01AX10 (anesthésique général) Extension d indication. Motif de l examen

Avis 4 février Laboratoire B BRAUN MEDICAL SAS. N01AX10 (anesthésique général) Extension d indication. Motif de l examen COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 4 février 2015 PROPOFOL LIPURO 5 mg/ml, émulsion injectable ou pour perfusion Ampoule de verre de 20 ml, B/5 (CIP : 34009 573 862 1 4) PROPOFOL LIPURO 1% (10 mg/ml),

Plus en détail

GUIDE D AIDE A LA PRESCRIPTION DE MORPHINE PAR PCA

GUIDE D AIDE A LA PRESCRIPTION DE MORPHINE PAR PCA GUIDE D AIDE A LA PRESCRIPTION DE MORPHINE PAR PCA 1. INTRODUCTION. La PCA (patient controlled analgesia) est un système d'administration de morphine qui permet au patient de recevoir un débit continu

Plus en détail

HTIC: quelle sédation? comment l arrêter? Jean-François Payen, Grenoble

HTIC: quelle sédation? comment l arrêter? Jean-François Payen, Grenoble HTIC: quelle sédation? comment l arrêter? Jean-François Payen, Grenoble Sauf cérébro-lésé grave Barr, Crit Care Med 2013 Interférence sédation - effecteur Evaluer la souffrance cérébrale Arrêt transitoire

Plus en détail

Les soins palliatifs à domicile

Les soins palliatifs à domicile Les soins palliatifs à domicile LES SYMPTÔMES PÉNIBLES EN SOINS PALLIATIFS 3 partie /3 Dr BLUNTZ, Dr BOURJAL Unité de Soins Palliatifs Hopital de MERCY CHR Metz THIONVILLE SYMPTOMES NEUROPSYCHIQUES 1 Symptômes

Plus en détail